27.06.2022 Views

WS25-FEMIX

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

L A FEMME ES T L’AV ENIR DU SP O RT

N°25 Juillet - Août - Septembre 2022 4,90 €

ENTRETIEN

MARIE-ANTOINETTE

KATOTO

SE LIVRE

AVANT L’EURO

ENQUÊTE

DES SPORTIVES

PERFORMANTES OU

HYPERSEXUALISÉES ?

SPORT ET COHÉRENCE

CARDIAQUE

QUAND ÉMOTION ET

RESPIRATION SE MÊLENT

IGA SWIATEK

Rencontre avec la nouvelle

N°1 mondiale du tennis

L 12919 - - F: 4,90 € - RD

www.womensports.fr

© Icon Sport


« L’association qui accompagne le

développement et la promotion du

sport au féminin et en mixité. »

“Ensemble, continuons de faire progresser la mixité dans le sport !” telle est

la devise de Femix’Sports, l’association nationale, tête de réseau, qui accompagne

le développement et la promotion de la pratique sportive féminine.

Les succès récents des compétitions sportives féminines sont le reflet d’une

tendance positive dans notre société qui suscite de l’intérêt : la montée en

puissance de la pratique du sport chez les femmes, en loisir ou en compétition.

Pour autant, il reste encore beaucoup à faire pour que le sport féminin

occupe, dans notre pays, toute la place qu’il doit prendre.

C’est le sens de l’engagement de l’Association Femix’Sports, depuis sa création

en 2000. Depuis plus de 20 ans, Femix’Sports multiplie les interventions

visant à sensibiliser toutes les parties prenantes du sport français sur

le thème de la mixité. Cela passe notamment par une féminisation plus importante

dans les instances de gouvernance et dans les métiers, par une

plus large médiatisation des disciplines sportives pratiquées par les femmes

et par plus d’accessibilité à toutes les disciplines pour les jeunes filles.

Grâce à son institut de formation Femix’Sports Academy, certifié Qualiopi

en 2021, l’association propose différents programmes de formation en fonction

du niveau de responsabilités des dirigeantes et de leur expérience.

Depuis plusieurs années, le programme « Oser s’engager » est proposé

à des dirigeantes, de niveau club à départemental et régional qui souhaitent

prendre plus de responsabilités mais aussi à des femmes qui

veulent s’engager professionnellement dans les métiers liés au sport.

De plus, Femix’Sports, avec son partenaire privilégié la Française des Jeux,

proposent un dispositif d’accompagnement “Hauts Potentiels” pour les dirigeantes

d’instances sportives de niveau régional à national. Cet accompagnement

se déroule sur une année : journées en présentiel, co-développement,

coachings personnalisés, webinaires sur différentes thématiques.

Des coachs personnels et professionnels en assurent l’animation et l’organisation.

Femix’Sports s’inscrit parfaitement dans la dynamique de la parité

de nos instances sportives que la nouvelle loi sur le Sport de février

2022 imposera en 2024 à toutes les instances fédérales


et en 2028, à toutes les instances régionales et départementales.

Enfin, Femix’Sports s’intéresse également aux Sportives

de Haut Niveau (SHN), en phase de reconversion, avec

un accompagnement spécifique “pour penser à l’après”.

Cette formation permet de mieux les préparer pour anticiper l’aprèscarrière

par une meilleure connaissance de soi et de sa relation avec l’autre.

Cet accompagnement se fait à distance selon les besoins spécifiques

de la fédération concernée. Il a d’ailleurs débuté avec un partenaire

de longue date qu’est la Fédération Française de Handball.

Par ailleurs, Femix’Sports multiplie ses interventions au sein

de collectivités, CROS, CDOS, fédérations et organes déconcentrés,

établissements scolaires (primaire, secondaire et supérieur)

sur le thème de la place de la femme dans le sport.

L’objectif est de sensibiliser tous les publics (pratiquants jeunes et

adultes, coachs, parents, dirigeants, sur l’importance de la mixité

dans l’encadrement pour développer le sport féminin.

A titre d’exemples, la Présidente Directrice Générale, Emmanuelle

Ducrot, accompagnée de Lucie Bou, chargée de développement

et d’Amicie Barbé, chargée de communication, sont intervenues

à Sciences-Po Paris, l’ESSEC, l’ESTP Cachan, le CFPJ

et dans divers établissements scolaires primaires et secondaires.

C’est tous ensemble que nous arriverons à lever les freins à la pratique

sportive féminine, à encourager les dirigeantes à Oser s’engager

davantage dans toutes les structures sportives et permettre

aux jeunes filles de faire de leur sport leur métier.


ÉDITORIAL

WOMEN SPORTS POWER

© Aude Alcover - Icon Sport - © FFT - © Franco Arland - Icon Sport

Depuis juillet 2016, date de lancement

de Women Sports, nous

menons sans relâche, avec

plaisir et engagement, un combat

souriant pour la mise en valeur des

femmes par et dans le sport. Grâce

à vous, chers lectrices et lecteurs, et

avec le soutien de nos partenaires que

nous remercions de tout cœur, nous

célébrons une petite victoire en cet

été 2022. Deux ans avant les JO de

Paris 2024, trois femmes sont désormais

les dirigeantes majeures du

sport français : Brigitte Henriques

(Présidente du CNOSF), Amélie Oudéa-

Castéra (ministre des Sports et des

Jeux Olympiques et Paralympiques)

et Marie-Amélie Le Fur (Présidente du

CPSF).

La mixité avance en France. Au-delà

des sphères du pouvoir sportif, nul

doute que le « Women Sports Power »

va conquérir peu à peu les terrains

de la pratique sportive de masse, du

sport-santé, de la médiatisation et de

l’économie du sport.

Bel été à toutes

et tous !

Bruno Lalande

Président de Women Sports

Partenaires majeurs

Fédérations partenaires de diffusion

Partenaires institutionnels

Women Sports est édité par

Sport & Sponsoring Media Group

16, avenue Hoche - 75008 Paris

FONDATEURS / ASSOCIÉS

BRUNO LALANDE,

DAVID TOMASZEK,

LORRAINE DELOISON,

DAVID DONNELLY,

DJEDJIGA KACHENOURA,

PHILIPPE DARDELET,

LAURIE CHAMPIN

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

ET RÉDACTEUR EN CHEF

DAVID TOMASZEK

DIRECTEUR ARTISTIQUE

XAVIER CHAMBON

RÉDACTION

LÉA BORIE, VANESSA MAUREL,

ARIS DJENNADI, KÉVIN CARRIÈRE,

RUBEN DIAS, JIMMY ABOU AKL,

THOMAS SALIS

SECRÉTARIAT DE RÉDACTION

LÉA BORIE

PARTENARIATS

BRUNO LALANDE

blalande@womensports.fr

ABONNEMENTS

MEENA CHANOINE

mchanoine@womensports.fr

PUBLICITÉ

RÉGIE SPORT.FR

sport.fr/regie | regie@sport.fr

CPPAP 0918 K 93187

Imprimé par Rotimpres

17181 Girona - Espagne

Prolongez chaque article sur

WWW.WOMENSPORTS.FR

Facebook @womensports.fr

Twitter @WomenSports_fr

Instagram @womensports.fr

LinkedIn @womensports

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 3


N°25 Juillet - Août - Septembre 2022 4,90 €

56

SOMMAIRE

WOMEN SPORTS N° 25

L A FEMME ES T L’AV ENIR DU SP O RT

ENTRETIEN

MARIE-ANTOINETTE

KATOTO

SE LIVRE

AVANT L’EURO

ENQUÊTE

DES SPORTIVES

PERFORMANTES OU

HYPERSEXUALISÉES ?

SPORT ET COHÉRENCE

CARDIAQUE

QUAND ÉMOTION ET

RESPIRATION SE MÊLENT

IGA SWIATEK

Rencontre avec la nouvelle

N°1 mondiale du tennis

L 12919 - - F: 4,90 € - RD

www.womensports.fr

© Icon Sport

06 COUPS DE CŒUR /

COUPS DE GUEULE

08 CLUB WOMEN SPORTS

10 BAROMÈTRE BY BVA

Les enjeux du sport féminin

12 TRIBUNE BY UPTOWNS

Fortes et hyper féminines

Les marques de sport contribuent

à la transformation des archétypes

de la féminité

14 LE SAVIEZ-VOUS ?

Vocabulaire sportif au féminin,

les pièges à éviter

16 INSPIRANTES BY EUROSPORT

Estelle Mossely : « Quand j’ai reçu

mon premier coup, mon père a voulu

que j’arrête la boxe »

Pauline Déroulède : « Je suis

passée d’une vie ordinaire à une vie

plus extraordinaire »

TERRITOIRES

22 CÉCILE SABOUREAU,

une paratriathlète accrochée

24 GRUISSAN BEACH RUGBY

Plage, essais et girl power !

FEMMES DE L’OMBRE

26 COLETTE, LA TAULIÈRE

DU VIRAGE NORD

ENQUÊTE

30 DES SPORTIVES

PERFORMANTES

OU HYPERSEXUALISÉES ?

CHAMPIONNES

38 ENTRETIEN

EXCLUSIF

Marie-Antoinette Katoto

se livre comme jamais

42 EURO FÉMININ

Demandez le programme !

44 TROIS QUESTIONS À...

Iga Swiatek, la nouvelle N°1

du tennis mondial

4 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


58 26

44 60

16

46 LES 5 LOOKS

DE MATHILDE GROS

48 TESS LEDEUX

On fait quoi l’été quand on pratique

un sport d’hiver ?

50 PAULETTA FOPPA

Quel est le secret de la réussite

du handball féminin français ?

54 NAOMI VAN DEN BROECK

La plus cosmopolite des sprinteuses

belges !

C’EST BON POUR MOI

56 SPORT ET COHÉRENCE

CARDIAQUE

quand émotion et respiration

se mêlent

58 LE SPORT POUR ARRÊTER

LA CLOPE, TOP OU FLOP ?

60 RECETTE LÉGÈRE ESTIVALE

QUI SUIS-JE ?

62 Découvrez la sportive mystère

SPORT PLAISIR ET DÉCOUVERTE

64 CROATIE SPORTIVE

Roadtrip en Dalmatie

le paradis pour soi

EN IMMERSION

70 VALERIANE AYAYI-

VUKOSAVLJEVIC

De retour après sa pause-bébé,

on y était !

SPORT PASSION

74 COMMENT BIEN CHOISIR SA

BRASSIÈRE DE SPORT ?

FEMMES D’INFLUENCE

70 YANNICK

SOUVRÉ

« La Ligue Féminine

de Basket,

c’est ce qui se fait

de mieux au

niveau

professionnel »

64

@WomenSports_fr

facebook.com/womensports.fr

womensports.fr

womensports.fr/video

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 5


BUZZ

LES

COUPS

DE

CŒUR!

© Instagram @mariasharapova © SUSA/Icon Sport © Icon Sport

Stéphanie Frappart marque encore

l’histoire

Première femme à arbitrer un match de Ligue 1 (Amiens-

Strasbourg, le 28 avril 2019) et de Ligue des champions

(Juventus Turin-Dynamo Kiev, le 2 décembre 2020), elle est

devenue le 7 mai dernier la première arbitre d’une finale de

Coupe de France. Elle arbitrera également lors de la Coupe du

monde 2022 des hommes cet hiver au Qatar.

Football : le championnat féminin italien

passe pro

Le championnat national féminin italien de Série A est

officiellement professionnel depuis le 1 er juillet 2022. « Le 1 er

juillet sera le début d’un nouveau défi. Il nous verra comme un

système engagé à saisir toutes les opportunités de cette transition

historique, également pour étendre davantage la pratique de ce

sport dans notre pays », a déclaré Gabriele Gravina, président de la

Fédération italienne de football.

Carnet rose - Maria Sharapova est enceinte !

L’ancienne championne de tennis Maria Sharapova a annoncé

la bonne nouvelle sur ses réseaux sociaux. À 35 ans, la sportive

russe et son compagnon Alexander Gilkes, un homme d’affaires

britannique, attendent leur premier enfant.

6 WOMEN SPORTS N°23 N°25 • Juillet Janvier - - Août Février - Septembre - Mars 2022 2022 EN EN SAVOIR PLUS PLUS SUR SUR WWW.WOMENSPORTS.FR



Record d’affluence mondial battu !

Le quart de finale retour de Ligue des champions

féminine entre le FC Barcelone et le Real Madrid

(5-2) a été historique. 91 553 personnes ont assisté

à ce match au Camp Nou, établissant ainsi un

nouveau record du monde d’affluence pour un

match de football féminin.

LE

COUP DE

GUEULE

!

© Instagram @gio9queiroz

Gio Queiroz accuse le

FC Barcelone de violence

Passée par le FC Barcelone et

aujourd’hui prêtée à Levante par le

club catalan, la joueuse Gio Queiroz

a écrit une lettre ouverte au

président du club Joan Laporta. « Je

suis encore en mesure de dénoncer

les comportements abusifs que j’ai

subis au sein de la section féminine

du FC Barcelone (…) J’ai reçu des

indications selon lesquelles jouer

avec l’équipe nationale brésilienne

ne serait pas le meilleur pour

mon avenir au sein du club. (…)

Des méthodes arbitraires ont été

utilisées dans le but clair de nuire

à ma vie professionnelle au club »,

a-t-elle écrit.

© SUSA / Icon Sport

EN EN SAVOIR PLUS PLUS SUR SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 N°23 • Juillet • Janvier - Août - Février - Septembre - Mars 2022 WOMEN SPORTS 7


LE CLUB

#WOMEN

SPORTS

LES TOP TWEETS DE LA RÉDACTION

PAS ENCORE ABONNÉE ?

CHOISIS TON RÉSEAU !

Facebook :

@womensports.fr

Twitter :

@WomenSports_fr

8 WOMEN SPORTS N°24 N°25 • Juillet Avril - Mai - Août - Juin - Septembre 2022 2022 EN SAVOIR EN SAVOIR PLUS SUR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Cecilie Uttrup Ludwig

Équipe FDJ-SUEZ-Futuroscope

La Française des Jeux - RCS Nanterre 315065292. Crédit photo : Thomas Maheux –

FDJ, partenaire fondateur du Tour de France Femmes avec Zwift

pour faire progresser la mixité dans le sport comme dans la société.

Rendez-vous dès le 24 juillet pour soutenir le cyclisme féminin

ET FAIRE GAGNER LE SPORT.


BAROMÈTRE BY en collaboration avec et

[ Enquête ]

#WomenSportsValues

LES ENJEUX

DU SPORT

FÉMININ

© lemono i / Shutterstock

Un intérêt marqué pour le sport

féminin, qui transcende les clivages

Evènements sportifs féminins suivis au cours

des 12 derniers mois

1

français sur 2

a suivi des évènements

sportifs féminins !

(à la télévision, presse ou radio)

... et particulièrement

les hommes !

62% des Français vs 43 % des Françaises

Une dynamique de fond clairement en faveur

du sport féminin

Sur les dernières années…

L’intérêt pour le sport

féminin a augmenté pour

34%

des français

(vs 13 % a diminué)

VS

L’intérêt pour le sport

masculin a augmenté pour

13%

des français

(vs 15 % a diminué)

En particulier chez :

Les hommes • Les CSP+ • Les foyers avec enfant

Le sport féminin réduit l’écart avec

le sport masculin

58%

des français

sont intéressés par

le sport féminin

dont 13 % très intéressés

67%

des français

sont intéressés par

le sport masculin

dont 24 % très intéressés

Une notoriété des compétitions sportives féminines qui s’est largement

répandue dans la population française, aidée par la médiatisation

et particulièrement la télévision

Compétitions de sport féminin connues et suivies

79%

des français

connaissent au moins

1 compétition sportive féminine

50%

des français

en ont déjà suivi une via

88%

la télévision

31%

la presse

27%

les réseaux

sociaux

22%

la radio

8 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Une très bonne image du sport féminin,

mais une visibilité ilité dans les médias jugée insuffisante

Le sport féminin...


…A un bon esprit d’équipe

…Est moderne

…Est éthique

…A une bonne image

…Est indépendant


35%

D’accord

90%

86%

85%

84%

71%

plutôt

tout à fait

Un différentiel d’image favorable au sport féminin

En comparaison au sport masculin,

le sport féminin…


…Est aussi intéressant à regarder

…A un meilleur esprit d’équipe

…Est plus éthique

…A une meilleure image

…Est plus indépendant

…Est plus moderne

D’accord

71%

71%

69%

58%

55%

52%

plutôt

tout à fait

MÉTHODOLOGIE :

Dispositif d’enquêtes inédites :

• une phase quanti réalisée par internet du 29 mars au 4 avril 2022 auprès d’un échantillon représentatif

de 2000 Français de 18 ans et plus

• une analyse de l’activité des marques de sport sur les réseaux sociaux au cours des 12 derniers mois.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 9


#WOMENSPORTSVALUESSVALUES

[ Tribune ]

FORTES ET HYPER

FÉMININES

Les marques de sport contribuent à la

transformation des archétypes de la féminité

Les grandes marques d’équipement et de vêtements de sport font progressivement de la place aux pratiques sportives

féminines. Certaines ont tendance à sur-représenter les femmes sportives dans leurs contenus publiés sur les réseaux

sociaux : sur les comptes Instagram respectifs d’Adidas et Nike, 69 % et 62 % des contenus publiés au cours des douze

derniers mois représentent des femmes. PAR DOROTHÉE KOPP ET ANGÈLE GARIBAL, UPTOWNS.

ositionnées

P

en alliées

des causes

féministes,

les marques

multiplient les campagnes

publicitaires valorisant les

femmes dans le sport. Au-delà

d’une seule mise en visibilité,

elles offrent également une

plateforme médiatique pour

donner aux sportives féminines,

notamment à celles qui sont

peu représentées, l’espace

de faire résonner leurs voix :

des podcasts comme Sweat

the Details, produit par Under

Armour, ou des talk-shows

hébergés sur leur site comme

FM Broadcast de Nike.

Mais quels idéaux-types du

féminin sont mis en avant dans

cet effort visible de valoriser

les femmes sportives ? Trois

représentations du féminin

émergent de notre analyse de

la représentation des femmes

dans la communication de ces

marques, qui porte sur l’analyse

de 12 mois de contenus

publiés par ces marques sur les

réseaux sociaux.

SILHOUETTES

ÉLANCÉES

ET FÉMINITÉ

PAPIER GLACÉ

La première et la plus

conventionnelle est celle du


correspondant aux standards

de beauté occidentale, très

représentée jusqu’à maintenant

sur les réseaux sociaux de la

perfection comme Instagram.

Fabletics continue à mettre en

avant cette image de féminité

discrète à la peau lisse et au

D.R.


maquillé au sourire parfait

et cheveux lisses. La marque

propose à ses clientes de

mettre à jour leur « garde-robe »


tons pastels pour accueillir le

printemps, faisant plus appel à

leur sens du style qu’à leur soif

de performance.

Asics reste aussi dans une

image très conventionnelle de

la runneuse/marathonienne,


On note toutefois que même

des marques qui favorisent

l’image lisse de la

commencent à faire de la place

aux autres morphologies :

Fabletics vient d’annoncer le

lancement sur la plateforme de

Yitti, la marque de shapewear

de l’artiste Lizzo, star des

réseaux sociaux et porte-parole

du mouvement body positive

auprès de ses 34 millions

d’abonnés, toutes plateformes

confondues. Lululemon, la

marque des #yogaladies,

annonce parallèlement

qu’elle propose ses leggings

en grandes tailles et instille

discrètement quelques images

de corps plus forts sur son

compte Instagram.

Car les marques s’éloignent

de la seule représentation de

la perfection version papier

glacé, taxée de sexiste,

voire d’oppressante par les

clientes, lesquelles aspirent à

d’autres représentations de la

féminité que celles issues des

injonctions qu’elles tendent à

rejeter.

DE MODEL À

ROLE-MODEL :

LA FIGURE DE

LA FEMME

ENGAGÉE

Les marques de sport sont

nombreuses à avoir investi

le 2 e archétype que nous


sportive engagée, plus «

10 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

» que « », laquelle,

au-delà de la seule question

morphologique, multiplie les

champs de lutte : racisme,

homophobie, islamophobie...

Serena Williams, égérie – et

maintenant styliste – pour

Nike, représente ce catalyseur

du changement, cette femme

qui démontre à travers sa

pratique sportive intense la

ténacité de son engagement,

qu’il soit climatique ou antistéréotypique.

FÉMINITÉ

HYBRIDÉE,

LE FÉMININ

HYPERTROPHIÉ

#girlswholift. On y observe

l’épanouissement d’une

microculture de la musculation

chez les femmes, à la fois

comme mode d’empowerment

contre les violences dont elles

pourraient faire l’objet, mais

aussi comme manière de

sculpter son corps, moins en


certains caractères sexuels,

comme le fessier, moins en

disparaissant qu’en occupant

l’espace, selon l’adage des

activismes féministes sur les

réseaux sociaux : « Take up

space ».

Les marques de sport

américaines contribuent à

mettre en avant ces nouveaux

archétypes du féminin. Reebok

avec Cardi B, Nike avec la

runneuse Sha’Carri et la

rappeuse-danseuse Megan

Thee Stallion, tandis que

Gymshark embrasse totalement

la mouvance She Beast sur son

compte consacré aux femmes.

© Khorzhevska / Shutterstock

C’est la tendance du

moment. Pourquoi les

grandes marques de

vêtements sportifs

font-elles la part belle

aux femmes dans leur

communication ?

Le mode le plus récent de

représentation de la féminité

dans la communication des

grandes marques de sport fait

puissamment écho à la vague

montante d’incarnation d’une

féminité hybridée, qui viendrait

compenser une puissance, voire

une hypertrophie musculaire

par des artefacts de la féminité

presque surjoués : cheveux et

faux-ongles ultra-longs, cheveux

roses, plumes et frous-frous.

Cette féminité hybridée et

puissante, qui joue avec les

codes de la féminité tout en

absorbant certaines marques

de la virilité, fait l’objet d’un

engouement sur les réseaux

sociaux derrière le hashtag

D.R.

Elles contribuent ainsi à

ouvrir une troisième voie de

la représentation féminine,


conforme aux standards de

beauté et la femme engagée

qui relègue parfois l’apparence


de sa performance et de

son militantisme : la femme

hybridée d’une forme de

bestialité, qui embrasse sa

puissance musculaire sans

renoncer à sa féminité. WS

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 11


LE SAVIEZ-VOUS ?

PETIT RÉCAP'

VOCABULAIRE

SPORTIF

AU FÉMININ :

LES PIÈGES

À ÉVITER PAR KÉVIN CARRIERE

© Michal Sanca / Shutterstock

© Hugo Pfeiffer - Icon Sport

Corinne Diacre, sélectionneure de

l’équipe de France féminine de football

LE NÉOLOGISME

Le féminin de sélectionneur

est logiquement

sélectionneuse. Cette

forme est attestée par les

dictionnaires français. Pourtant,

la Fédération française de

football préfère employer le

néologisme « sélectionneure ».

Gageons que ce terme sera

prochainement adoubé par

l’Académie française.

LES PETITES

ERREURS

QU’ON COMMET

TOUS

Une athlète qui pratique le judo

est appelée une « judoka».

Pourtant, dans la presse et

ailleurs, on retrouve plus

souvent le terme « judokate ».

Au point même que le Larousse

indique : « on rencontre parfois

le féminin judokate ». Pour l’autre

art martial japonais, le karaté,

c’est la même chose : le terme

« karatékate » est employé

régulièrement, mais la bonne

version est « karatéka ».

© Alexandre Dimou - Icon Sport

Wendie Renard est défenseur (ou

défenseuse) de l’OL et de l’équipe de

France

ON PEUT

UTILISER LES

DEUX

Si dans le football féminin

les termes « attaquante »

et « gardienne » viennent

instinctivement, quand vient

la défense et ses membres, on

peut légitimement hésiter

entre « défenseure » ou

« défenseuse ». Cette fois-ci,

pas de piège : les deux termes

peuvent être utilisés. À vous de

choisir celui que vous préférez.

LE DILEMME

Maintenant, passons à la

coach : « entraîneuse » ou

« entraîneure », quel est le bon

terme ? Comme basketteur qui

devient basketteuse, entraîneuse

est bien le féminin d’entraîneur.

Pourtant « entraîneure », qui

n’existe pas dans le dictionnaire,

est plus souvent utilisé dans la

presse. On peut l’expliquer car

entraîneuse a une connotation

péjorative. Il indique « une femme

employée dans un établissement

de nuit pour engager les clients

à danser et à consommer ».

Nous allons donc opter ici pour

l’erreur volontaire en employant

« entraîneure », sans attendre que

le terme n’intègre officiellement le

dictionnaire.

© Anthony Dibon - Icon Sport

Clarisse Agbegnenou est une judoka

championne olympique

© SUSA - Icon Sport

Valérie Garnier est l’ancienne

entraîneure de l’équipe de France

féminine de basket

14 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


33 E ÉDITION - REBONDIR !

Boostez vos défenses et remettez la forme,

la santé et le bien-être au cœur de votre quotidien

SPORT • SANTE • BIEN-ÊTRE

ACHETEZ VOS BILLETS À 10 €*

AU LIEU DE 15 € SUR PLACE

*Offre valable jusqu’au 22 septembre. Du 23 au 25 septembre, 15 € en ligne et sur place.

23-25 SEPT. 2022

PARIS NORD VILLEPINTE - HALLS 3 & 4

salonbodyfi tness.com


INSPIRANTES BY

Estelle Mossely

restera à jamais

la première

boxeuse française

à remporter le

titre aux Jeux

olympiques.

© Anthony Dibon / Icon Sport

16 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Portrait

Estelle Mossely :

« Quand j’ai reçu mon premier

coup, mon père a voulu que j’arrête

la boxe »

Estelle Mossely est une sportive aux multiples gants. La première championne olympique

française de boxe en 2016, n’est pas qu’une simple athlète. En parallèle de sa carrière

amateure et professionnelle, l’ingénieure est devenue maman deux fois avec son désormais

ex-mari Tony Yoka, lui aussi champion olympique à Rio. La Cristolienne d’origine veut

influer au-delà de son sport et des rings. En 2017, elle a créé sa propre association « LPERF »

pour aider les athlètes féminines dans leur carrière. Estelle Mossely revient sur ses débuts,

sa carrière et ses ambitions.

PROPOS RECUEILLIS PAR LES ÉQUIPES D’EUROSPORT. RETRANSCRIPTION KEVIN CARRIERE

COMMENT AVEZ-VOUS

COMMENCÉ LA BOXE ?

A 12 ans, j’entre dans ma première salle

de boxe, qui va être celle jusqu’aux Jeux

Olympiques de 2016. J’ai commencé

parce que j’avais envie de faire un sport

de combat et un sport dur. Le moins que

l’on puisse dire c’est que je suis bien

tombée (rire).

POURQUOI UN SPORT DUR ?

J’avais fait pas mal de sports différents

(natation, danse) auparavant mais je

n’avais toujours pas trouvé mon sport.

J’ai voulu essayer un sport de combat et

j’avais déjà vu de la boxe à la télévision,

notamment aux Jeux Olympiques. J’ai

franchi le pas, et pour le coup, j’ai accroché

dès le début. J’avais l’impression

de faire un « vrai sport » où on transpire,


la technique… C’est un sport hyper

complet avec des valeurs de respect,

d’écoute et de partage.

AVIEZ-VOUS DÉJÀ DANS LA

TÊTE LE RÊVE DE TUTOYER LES

SOMMETS DE LA BOXE ?

A 12 ans, je commençais juste pour faire

un sport. Je ne savais même pas qu’il

y avait des compétitions, je ne m’y intéressais

pas. Très vite, l’entraîneur m’a

dirigée vers des compétitions, ce qui

m’a permis de développer un état d’esprit

de compétitrice. Au début quand j’ai

commencé, la boxe féminine n’était pas


elle est apparue en 2012 et c’est devenu

« ma target ».

AVEZ-VOUS UN CONSEIL D’UN

ENTRAINEUR QUI VOUS A

MARQUÉ ?

J’en ai eu beaucoup qui m’ont permis

de me construire mais si je dois en retenir

un, c’est quand j’échoue pour la


échec, je me suis beaucoup remise en

question. Je ne savais pas si je pouvais

devenir la championne que je voulais

être. J’ai eu envie d’arrêter la boxe. Et à

ce moment-là mon entraîneur m’a dit :

«

».

QUEL EST VOTRE MEILLEUR

SOUVENIR EN TANT QUE

BOXEUSE ?

C’est et cela restera je pense ma médaille

d’or aux Jeux Olympiques de Rio.

C’est la récompense de beaucoup d’an-


Je n’ai plus jamais ressenti les mêmes

pique.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 17


INSPIRANTES BY

AVEZ-VOUS CONSCIENCE

D’ÊTRE UNE SOURCE

D’INSPIRATION POUR LES PLUS

JEUNES ?

J’ai conscience que mes performances

et mes agissements parlent à d’autres

personnes, et notamment aux jeunes

et aux femmes. J’essaye de transmettre

mes messages et mes valeurs. J’ai décidé

de repartir sur les Jeux Olympiques

en 2024 parce que je sais que les Jeux

de Rio ont parlé à tellement de monde

derrière. Les retours que j’ai eu ont été

immenses. Ce qui me motive à poursuivre

dans cette voie-là, c’est cette

image du sportif qui dépasse le cadre

de son sport. J’ai d’ailleurs monté une

association pour les femmes.

© Baptiste Fernandez / Icon Sport

QUELLE EST LA PLACE DE LA

FEMME DANS LA BOXE ? Y A-T-IL

DES CHOSES À AMÉLIORER ?

La boxe reste un milieu majoritairement

dominé par les hommes, mais comme

dans tous les milieux aujourd’hui, il y a

des améliorations. On voit qu’il y a de

plus en plus de pratiquantes mais pas

forcément plus de femmes dirigeantes.

Il faudrait qu’il y ait plus de femmes

dans ce qui ‘‘fait’’ la boxe (dirigeants,

promoteurs). Aujourd’hui, on parle aux

femmes par nos victoires et nos médailles

mais pas encore assez à travers

ces rôles importants.

ETES-VOUS ‘‘FIÈRE’’ D’ÊTRE

BOXEUSE ET MAMAN ?


comme je voulais les faire. Je ne voyais

pas ma vie sans avoir d’enfants et pas

trop tard si possible. On n’imagine pas

une femme performer après avoir eu un

enfant et encore moins après en avoir eu

deux surtout dans un milieu très mascu-


connaissais ma capacité de travail.

BON, MAMAN ET BOXEUSE C’EST

BIEN ‘‘COMPATIBLE’’, VOUS EN

ÊTES LA PREUVE ?

Complètement, c’est possible mais il

faut être bien entourée. C’est l’âge et

les années de pratique qui font que l’on

acquiert une certaine expérience. Mais

si on n’a pas forcément l’expérience, on

peut aussi s’adresser à d’autres femmes

qui l’ont fait. C’est aussi le sujet de mon

association qui est d’accompagner les

femmes, leur permettre de continuer à

performer même avec un enfant.

AVEZ-VOUS UN CONSEIL POUR LES

JEUNES FILLES ?

Toujours faire les choses que l’on veut

sans forcément écouter tout ce que l’on

attend de nous. Je pense que c’est la

meilleure manière d’être épanouie dans

ce que l’on fait, et c’est très important

d’être heureux pour pouvoir performer.

AVEZ-VOUS UN CONSEIL POUR

LES PARENTS DE PETITES FILLES

QUI SOUHAITENT SE METTRE À LA

BOXE ?

Je pense que c’est un sport très encadré

avec de belles valeurs donc n’ayez pas

peur. Il y a de très bons entraîneurs qui

prendront soin de votre enfant.

QUAND ON DEVIENT CHAMPIONNE

OLYMPIQUE, LES RÉTICENCES

DISPARAISSENT NON ?

Oui complétement. Pour la petite histoire,

quand j’ai commencé la boxe

enfant, mon père était enthousiaste,

ma mère beaucoup moins mais après

trois mois et au premier coup reçu, cela

s’est complètement inversé. Mon père

m’a dit : « »

alors que ma mère a dit : «


». Et c’est vrai que lorsque je suis

devenue championne olympique j’ai mis

tout le monde d’accord. WS

Estelle

Mossely

sa carrière en bref

Née le 19 août 1992 à Créteil,

Estelle Mossely est devenue la figure de

la boxe française. Après une médaille

d’argent aux Championnats d’Europe de

boxe amateur en 2014 et une en bronze

aux Championnats du monde de boxe

amateur, elle conclut sa carrière amateur

en beauté en 2016. Cette année-là,

la Française est sacrée championne

du monde mais elle devient surtout

championne olympique à Rio. Derrière

s’ouvre à elle le monde professionnel où

elle est toujours invaincue aujourd’hui

après 9 combats. La boxeuse est aussi

devenue championne du monde des

poids légers (-60 kg) en 2019. A 29 ans,

Estelle Mossely ambitionne désormais

de décrocher un nouveau titre chez les

professionnels et la médaille d’or à Paris

2024.

La série « Inspirantes » est réalisée en

partenariat avec Eurosport. Retrouvez les

interviews vidéo sur Eurosport.fr

18 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


G


EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 19


INSPIRANTES BY

Portrait

Pauline Déroulède :

« Je suis passée d’une vie ordinaire

à une vie plus extraordinaire»

Âgée de 29 ans en 2018, Pauline Déroulède a connu un drame, celui d’avoir été fauchée

par un automobiliste alors qu’elle roulait en scooter. Un accident malheureux qui lui a valu

plusieurs opérations à la jambe, avant d’être finalement amputée.

L’ancienne coach de tennis a aujourd’hui un objectif qui l’anime au quotidien : participer

aux Jeux Paralympiques de tennis de 2024 à Paris, dans sa ville. Pour la Francilienne, c’est

un nouveau départ et une nouvelle vie qui s’offrent à elle. Déjà championne de France, la

jeune femme est revenue sur son histoire, son parcours au para-tennis et son message en

tant que figure du handisport.

PROPOS RECUEILLIS PAR LES ÉQUIPES D’EUROSPORT. RETRANSCRIPTION JIMMY ABOU AKL.

POUVEZ-VOUS NOUS RACONTER

VOTRE HISTOIRE ?

C’est vrai que mon histoire est assez

atypique. Je suis passée d’une vie ordinaire

à une vie plus extraordinaire. Il y

a trois ans, j’ai été fauchée par un véhicule

et j’ai perdu l’usage de ma jambe

gauche. Quelques heures après mon

accident, lorsque j’étais en salle de réveil,

je m’étais promis, ainsi qu’à mes

proches, que je disputerai les Jeux Paralympiques

à Paris en 2024. Il me fal-


pour pouvoir avoir la force de me relever.

Quelques mois plus tard, après l’hôpital,

la rééducation et la reprise de la marche

avec prothèse, j’avais enclenché le processus

pour suivre cet objectif. Le tennis-fauteuil

est apparu vite comme une

évidence car je jouais déjà au tennis. Il

fallait juste que je me débloque psycho-


vivre la vie dont je rêvais étant petite,

avec une jambe en moins. Aujourd’hui

je suis championne de France. Il y avait

énormément d’émotions le jour où j’ai


du chemin parcouru. C’est dans ces moments-là

qu’on se dit qu’on est content

d’être en vie et qu’on a choisi le bon

sport. Je n’attends que d’être à Paris en

2024 pour avoir du public et vivre des

grandes émotions. Je suis déterminée.

ÉTAIT-CE UN RÊVE D’ENFANCE DE

DEVENIR CHAMPIONNE ?

Quand j’étais jeune, je voulais être sportive

de haut niveau et le tennis a toujours

été mon sport principal. Cette recherche

de l’intensité et de l’effort m’a toujours

plu. Et puis, la vie a fait que j’ai pris un

autre chemin, notamment celui de la

télévision. Mais le sport a quand même

gardé une grande place dans ma vie, j’en

faisais encore beaucoup. Donc j’avais

abandonné ce rêve mais j’étais très heureuse

dans ma vie. Et l’ironie du sort a

fait que je l’ai réalisé aujourd’hui, avec

un handicap. Ma volonté depuis cet accident

était de transformer ce drame en

quelque chose de positif. Le sport m’a

sauvé et m’a permis de rebondir.

UN ATHLÈTE PARALYMPIQUE OU

UN SPORTIF EN PARTICULIER VOUS

ONT-ILS INSPIRÉE DANS CE RÊVE

DE PARIS 2024 ?

« J’AI FINALEMENT RÉUSSI À VIVRE

LA VIE DONT JE RÊVAIS ÉTANT PETITE,

AVEC UNE JAMBE EN MOINS. »

20 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


CETTE PHRASE « LA VIE DONNE

SES PLUS DURS COMBATS À SES

PLUS SOLIDES SOLDATS » RÉSONNE

BEAUCOUP SUR VOTRE INSTAGRAM,

QUE SIGNIFIE-T-ELLE ?

Devenir

championne et

réaliser ses rêves

après un terrible

accident. C’est

l’histoire de Pauline

Déroulède.

C’est ma phrase, ça ! Elle symbolise ma

philosophie de vie depuis cet accident,

et me permet d’accepter les épreuves

qu’il faudra affronter. Il se trouve que

j’ai été soignée à l’hôpital militaire, et

j’ai toujours eu une grande admiration

pour les militaires, qui sont également

de grands sportifs. Je pense être aussi

un petit soldat, plus modestement, qui

obéit aux ordres quand il faut et qui tient

l’intensité. Car on a des ressources inimaginables,

c’est aussi quelque chose

que j’ai appris.

Mes stars étaient Justine Henin, Amélie

Mauresmo, Mary Pierce. Mais c’est

vrai qu’après cet accident j’avais besoin

d’un modèle : Stéphane Houdet

m’a permis de changer de regard sur

le tennis-fauteuil. A cette époque, il m’a

dit «

».

C’était tout bête mais j’avais besoin

d’entendre que ça ne me dispenserait

pas d’être debout dans la vie. Donc, à

ce moment, j’ai compris que je pouvais

combiner les deux, et qu’il fallait que je

fonce. Stéphane m’a beaucoup accompagnée

sur ce parcours, et aujourd’hui

c’est un parrain, un grand frère, et je rêverais

d’avoir la même carrière que lui.

VOUS SENTEZ-VOUS DÉSORMAIS

À VOTRE TOUR COMME UN

MODÈLE ?

J’ai du mal à concevoir que je suis un

modèle car je suis encore en train d’apprendre

chaque jour. Mais si je peux

aider, ne serait-ce qu’une personne,

à lui faire comprendre qu’on peut se

relever et que le sport est le meilleur

outil de reconstruction, je le fais avec

grand plaisir. On porte un rôle de transmetteur,

en tant que sportifs de haut

niveau. Il faut changer le regard sur le

handicap, et le sport fait ça merveilleusement

bien.

VOUS ÊTES TRÈS ACTIVE

SUR INSTAGRAM POUR

PARTAGER VOTRE HISTOIRE

AVEC VOTRE COMMUNAUTÉ.

QUEL EST VOTRE LIEN

AVEC ELLE ?

Je me suis toujours efforcée de montrer

l’envers du décor. On n’est pas des

super-héros. Ce n’est pas parce qu’on

s’est relevé que tout va bien. Je n’ai

jamais rien caché et lorsqu’il y a des


rend les moments extraordinaires, que

je partage aussi, encore plus forts.

© Pauline Déroulède - Instagram

QUEL MESSAGE POUVEZ-VOUS

TRANSMETTRE AUX JEUNES EN

SITUATION DE HANDICAP QUI

RÊVENT D’ÊTRE SPORTIFS DE HAUT

NIVEAU ?

Je leur dirais d’accepter les moments

quille.

Mais si on aime ce qu’on fait et


par s’en sortir. Il ne faut rien lâcher. C’est

assez banal de le dire, mais c’est tellement

vrai et c’est le message le plus important

que je pourrais livrer. Comme on

dit, le calme après la tempête.

EST CE QU’IL Y A EU UN CONSEIL

QUI VOUS A MARQUÉ ?

Le lendemain de mon accident j’étais

en grande détresse, et un colonel est

venu me voir. C’est lui qui m’a dit que

j’étais un jeune soldat, et que tous mes

projets ne seraient que reportés. C’est

vrai que cette phrase est restée dans

ma tête, surtout lors des moments durs.

Désormais, je me dis que j’accepte, et

je sais que ça va tourner. Parce que la


la rallumer. Tant qu’il y a de la vie, il y a

de l’espoir ! WS

La série « Inspirantes » est réalisée en

partenariat avec Eurosport. Retrouvez les

interviews vidéo sur Eurosport.fr

© Michael Bradley - AFP

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 21


TERRITOIRES

RENCONTRE

Cécile Saboureau,

une paratriathlète accrochée

Une revanche à prendre sur les Jeux Paralympiques, une résilience à toutes épreuves…

À 39 ans et malgré un parcours semé d’embûches, Cécile Saboureau n’abandonne jamais.

Cette sportive d’Elancourt, commune de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines,

nous raconte son parcours, sa préparation pour Paris 2024, ses objectifs et les projets qui

lui tiennent à cœur. PAR LÉA BORIE

M

ultiple championne de

France, Cécile Saboureau

s’est toujours accrochée

très fort à ses objectifs.

Cavalière en saut d’obstacle dès ses

12 ans en équipe de France, elle s’est

vue devoir stopper net la compétition

à 20 ans, en 2004, lorsqu’elle a perdu

sa jambe droite dans un accident.

Après des mois de rééducation, la jeune

femme rebondit et se forme pour obtenir

un diplôme d’éthologue équin au haras

de la Cense à Rochefort-en-Yvelines. Et

son parcours est loin de s’être arrêté là.

COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉE AU

TRIATHLON ?

Peu après mon accident de 2004, j’ai

repris le chemin des compétitions sur le

circuit amateur, et j’ai décroché le titre

de championne de France en 2006.

Mais le jumping n’est pas une discipline

olympique. Je me suis remise à courir,

après 14 ans de pause. Je faisais du vélo

pour aller travailler et nageais en loisir.

J’ai participé à mon premier triathlon

en 2018. J’ai été repérée par le staff de

l’équipe de France pour intégrer le circuit


pour Tokyo !

POURTANT, ON NE VOUS A PAS VU

PARTICIPER AUX JEUX PARALYM-

PIQUES DE TOKYO.

Un mois avant, lors d’un entraînement

au CREPS de Vichy, j’ai eu un grave accident

avec un poids lourd, qui a nécessité

trois opérations dont un spinejack

cimentoplastie (criques dans la vertèbre

pour la rehausser). Mais un problème

neurologique persiste autour de

la moelle épinière, créant des hypotensions

intracrâniennes. J’espère trouver

un neurochirurgien capable d’opérer

prochainement. En tenant compte de ça,

j’entends réintégrer le circuit de Coupe

du monde sur la 2 e partie de l’année, en

septembre.

PENSEZ-VOUS PRENDRE VOTRE RE-

VANCHE SUR TOKYO ?

Clairement ! Les précédents Jeux me

sont passés sous le nez, j’ai ma revanche

à prendre ! Dès 2023, la ranking

list olympique sera ouverte. Forcément,

je me projette sur le triathlon de Paris

2024. Après, je pense réintégrer le circuit

de para-dressage, ma discipline de

prédilection initiale.

D.R.

COMMENT VOUS ENTRAÎNEZ-VOUS

POUR ATTEINDRE VOS OBJECTIFS ?

22 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Je suis aujourd’hui égérie France d’Ottobock,

leader mondial de l’appareillage.

Les prothèses sont comme des

jouets pour moi. J’aime les tester pour

retranscrire mes sensations et former

les orthoprothésistes en France. Avec

mon amputation très courte, je joue un

peu les cobayes, ce n’est pas toujours

évident mais on arrive à faire de belles

choses.

DES BELLES CHOSES QUE VOUS SOU-

HAITEZ PARTAGER AVEC LES PLUS

JEUNES…

Ma prothèse est entièrement apparente.

Les enfants en ont peur car ils

ne connaissent pas. Je veux non pas

les sensibiliser mais au contraire les

désensibiliser au handicap. Avec Elancourt

et Maurepas, je me rends dans

les écoles. Mon outil de désensibilisation

: des prothèses à faire démonter

et remonter. SQY sera terre des Jeux en

2024 : l’occasion de parler des équipements

golf, vélo et VTT.

“ Les prothèses sont

comme des jouets pour

moi. J’aime les tester

pour retranscrire mes

sensations et former les

orthoprothésistes en

France.”

D.R.

Présidente et fondatrice de l’Association

sport handicap et autonomie (ASHA), je

travaille avec les Bouchons de l’Espoir


fauteuils de course. Mon objectif : aider

les enfants handicapés à s’intégrer

dans le sport. Je compte aussi mettre

en place des conférences en entreprise

sur le thème de la résilience. WS

Licenciée au Triathlon Club Saint-Quentin-en-Yvelines

(TC SQY), je m’entraîne et

sors nager avec eux de temps en temps.

Je suis inscrite à l’association omnisport

de Trappes (AOT) où je me rends 2 à

3 fois par semaine. Une belle oppor-


rentrée : l’ouverture d’une nouvelle

piscine, le Centre aquatique Castalia à

Maurepas. Cela facilitera mes entraînements.

En parallèle, je suis suivie par un kiné-ostéo

à Montigny-le-Bretonneux avec un

travail très approfondi pour comprendre

les effets de la compensation liée à la

prothèse. Reste à trouver un entraîneur

unique sur place pour le quotidien.

QUELLES SONT LES EMBUCHES QUE

VOUS RENCONTREZ ?

J’ai un handicap lourd dû à l’amputation

très haute de mon fémur droit.

Or, quand vous n’avez plus de genou,

duire

les mouvements de la marche. Je

dois adapter mes entraînements parce

que quand je fais 40 km de vélo par

exemple, ça représente 80 km pour une

personne valide.

VOUS SEMBLEZ POURTANT FAIRE DE

CETTE ÉPREUVE UNE FORCE.

Le soutien

de Saint-

Quentin-en-

Yvelines

Cécile Saboureau a besoin de fonds

pour financer ses déplacements,

stages, équipements... Par

l’intermédiaire de son club, elle

bénéficie d’aides financières de

la part de SQY : une aide pour sa

préparation aux Jeux Paralympiques,

mais aussi une subvention annuelle

dédiée aux sportifs de haut

niveau. Elle dispose en outre d’une

labellisation du ministère des Sports,

pour acheter du matériel sportif.


EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 23


TERRITOIRES

DÉCOUVERTE

GRUISSAN

BEACH

RUGBY

PLAGE, ESSAIS

ET GIRL POWER !

D.R.

Vous êtes libre et de passage

dans le sud de la France

les 30 et 31 juillet ? Ne

manquez pas l’événement

incontournable de l’été

dans l’Aube, à la Plage des

Chalets. Venez assister et/

ou participer au plus grand

tournoi de Beach Rugby

du littoral méditerranéen !

L’Aviron Gruissanais Rugby

et l’Office de Tourisme

vous accueillent pour

un événement à la fois

compétitif et festif, mettant

le rugby féminin aux

devants de la scène : plus

de 1000 joueurs et joueuses

sont attendus, avec autant

d’équipes féminines que

masculines !

PAR JIMMY ABOU AKL

THE PLACE RUGBY TO BE

C’est le tournoi de rugby incontournable

du littoral méditerranéen. Chaque année,

la Plage des Chalets – où a été tourné le


et professionnels à l’occasion d’une compétition

de rugby ouverte à tous, organisée


Tourisme de Gruissan, avec l’appui de la

Fédération Française de Rugby, de la ligue

d’Occitanie et en collaboration avec la Ville

de Gruissan et son maire Didier Codorniou,

ancien trois-quarts centre international.

ème année consécutive, près de

100 équipes (masculines, jeunes, mixtes

© Sasha64f / Shutterstock

ou féminines) viennent s’affronter pour

marquer le plus d’essais sur le sable de

Gruissan, dans une ambiance de feu.

Familles, groupes d’amis, touristes se déplacent

par centaines et provoquent des


.

LE RUGBY FÉMININ

À L’HONNEUR

L’un des objectifs du « GBR » est le développement

du rugby féminin en France.

Un pari réussi puisqu'il est devenu le plus

grand tournoi féminin de rugby en France,

avec des marraines exceptionnelles

comme les jumelles Ménager, la capitaine

du XV de France féminin Gaëlle Hermet,

ou cette année, la pilière des Bleus Coco

Lindelauf (le parrain masculin sera Melvyn

Jaminet). Cet événement s’inscrit

dans la volonté de la Fédération Française

de Rugby de faire du rugby féminin un

pilier. Parmi la centaine d’équipes participantes,

on attend près de 40 équipes

féminines.

24 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Rendez-vous sur la

célèbre Plage des

Chalets de Gruissan

pour le plus grand

événement de rugby

dans le sable !

Le mot

du maire

D.R.

Ancien international de rugby,

considéré dans les années

1980 comme l'un des meilleurs

trois-quarts centre du monde,

Didier Codorniou, aujourd'hui

maire de Gruissan, est

évidemment très attaché à cet

événement !

D.R. D.R.

D.R.

UN RENDEZ-VOUS

CHARNIÈRE DU

CHAMPIONNAT

DE BEACH RUGBY

Pénalité pour ceux qui ne prendraient pas

le « GBR » au sérieux. Depuis 2019, la Ligue

d’Occitanie et la Fédération Française de

Rugby misent sur ce rendez-vous pour

dynamiser le développement du Beach

Rugby français. Le tournoi gruissanais est

l’une des étapes majeures de la saison. À



de Beach Rugby. On y retrouve des joueurs

et joueuses de grands clubs, à l’instar de

Bayonne, Rennes, Toulouse, Montpellier,

Lyon et Clermont-Ferrand. Le Gruissan

Beach Rugby est un événement charnière

dans le monde du rugby de plage, à l’échelle

de l’Occitanie et au-delà ! WS

Renseignements et inscriptions :

gruissan-mediterranee.com/decouvrir/nos-grandsevenements/beach-rugby

« Cette année, le Gruissan Beach

Rugby va fêter sa septième édition.

Depuis ses débuts, le tournoi a

rencontré un réel succès auprès des

rugbywomen partout en France.

Notre volonté est que cet événement

sportif devienne le plus grand

tournoi de beach féminin de France.

Gruissan a toujours été une terre

de rugby féminin. Il y a 15 ans, nous

avions déjà valorisé les féminines lors

du tournoi Seven Cup. Aujourd’hui,

nous avons transformé l’essai et

nous sommes très fiers d’accueillir

chaque année sur la Plage des

Chalets plus de 400 joueuses et 40

équipes féminines. C’est aussi un

honneur d’accueillir des marraines

d’exception, des joueuses à

l’envergure internationale qui vivent

l’événement à nos côtés comme les

jumelles Ménager l’année dernière

ou Gaëlle Hermet, capitaine du XV

de France et l’une des meilleures

joueuses au monde. »

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 25


FEMMES DE L'OMBRE

Rencontre

Colette,

la taulière

du virage nord

Colette Cataldo, supportrice historique de l’Olympique de

Marseille, n’a jamais raté un match au Stade Vélodrome

depuis 50 ans. Fondatrice du groupe de supporters mythique

du virage nord, les Dodgers, elle a transmis avec son mari

sa passion pour l’OM à ses enfants et à ses petits-enfants.

Aujourd’hui âgée de plus de 80 ans, elle nous parle de sa

passion pour l’OM, de l’époque Bernard Tapie, des femmes

dans les tribunes et de multiples autres sujets !

PROPOS RECUEILLIS PAR NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL À MARSEILLE, THOMAS SALIS - PHOTOS JOHNNY FIDELIN, ICON SPORT

Le Stade Vélodrome

de Marseille est son

terrain de jeu. C'est

là que nous avons

rencontré Colette

Cataldo.

COMMENT A DÉMARRÉ VOTRE

HISTOIRE D’AMOUR AVEC L’OM ?

J’ai connu mon mari très jeune, il jouait

au football. Je lui ai dit que j’aimerais

allez voir l’OM. On a commencé comme

ça. Au départ, on allait à la tribune Ganay

en quart de virage côté Nord. On

s’est fait des « collègues ». À l’époque on

pouvait ramener le vin, le pain le saucisson

! C’était génial. Après je ne me suis

jamais arrêtée d’aller voir l’OM. Je viens

depuis mes 24 ans !

EN 1992, VOUS AVEZ CRÉÉ LES

DODGERS. RACONTEZ-NOUS.

Au départ on faisait partie du groupe

« Yankee », un autre groupe de supporters

de l’OM. La façon dont il était géré

ne nous convenait plus, alors on a décidé

de fonder notre association. C’était

un an avant le sacre en Coupe d’Europe.

Bernard Tapie et Jean-Pierre Bernes, les

dirigeants de l’époque, nous ont dit :

«

».

On a amené 100 signatures et on a fondé

les Dodgers. J’ai trois trucs qui me

tiennent à cœur : ma famille, mon pays

et mon club ! Les Dodgers c’est ma famille.

Ça représente Marseille et la mixité

de notre ville.

QU’AIMEZ-VOUS LE PLUS QUAND

VOUS ALLEZ AU STADE ?

Ce que j’apprécie le plus c’est l’am-

coup

changé mais me plaît toujours autant.

J’ai traversé toute l’Europe, j’ai connu

la D2, j’ai vécu des moments exceptionnels.

Ce que j’aime beaucoup, c’est la

relation que j’ai avec les jeunes. Ils sont

tous très respectueux avec moi. À plus

de 80 ans, ils prennent toujours soin de

moi, ils m’aident à monter les escaliers, ils

viennent aux nouvelles, ils m’apportent à

manger. Je n’aime pas trop dire ça, mais

ils se comportent comme si j’étais leur

grand-mère. Quand je pars en déplacement,

je suis sûre qu’on me protège. Pour

moi, la jeunesse est essentielle. Je n’ai

pas la mentalité pour rester avec les gens

de mon âge : je ne suis jamais partie en

voyage en bateau ! (rires) J’aime quand ça

crie, quand ça chante.

26 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

« JE VIENS DEPUIS PLUS DE 50 ANS

AU STADE VÉLODROME, IL N’Y A

JAMAIS EU UN BONHOMME QUI M’A

MANQUÉ DE RESPECT. »

VOUS AVEZ DONNÉ LE COUP D’ENVOI

POUR LA JOURNÉE INTERNATIONALE

DES FEMMES, À PLUSIEURS REPRISES.

Y A-T-IL DE PLUS EN PLUS DE FEMMES

DANS LES VIRAGES, CES PLACES LES

PLUS POPULAIRES DU STADE ?

Le coup d’envoi pour la journée de la

Femme, je l’ai donné quatre fois. Cette

année je l’ai donné avec Khokha Amsis,

la présidente des MTP (Marseille trop

Puissant – autre groupe de supporters

du virage nord marseillais). Il y a de plus

en plus de femmes dans les virages, il y a

eu un déclic après la première Coupe du

monde qu’on a gagnée avec les Bleus, en

1998. Toutefois, partout où je suis allée,

notamment parmi les gros clubs français,

j’ai trouvé que ça manquait de femmes

parmi les ultras.

QU’AVEZ-VOUS ENVIE DE DIRE

AUX SUPPORTRICES DE L’OM QUI

N’OSENT PAS VENIR EN VIRAGE ?

Je leur dis qu’elles peuvent venir sans

crainte ! Je viens depuis plus de 50 ans,

il n’y a jamais eu un bonhomme qui m’a

manqué de respect. Jamais ! Pourtant

des fois on était serré, jamais je n’ai

reçu un geste mal placé. À l’époque

de Depé (Patrice de Peretti, un ancien

supporteur emblématique, fondateur

des MTP, dont le nom a été donné à

un virage), il y avait le mouvement des

« Cagoles », certaines d’entre elles

viennent encore aujourd’hui. Elles se

mettaient en brassière et elles étaient

torse nu comme les garçons. Je trouvais

ça vachement bien… En ce moment au


viennent, elles aident. Il faut que les

supportrices de l’OM franchissent le

pas et nous rejoignent !

BERNARD TAPIE NOUS A QUITTÉ IL

Y A PEU DE TEMPS. QUE RETENEZ-

VOUS DU PERSONNAGE ?

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 27


FEMMES DE L'OMBRE

« J’AI TROIS

TRUCS QUI

ME TIENNENT

À CŒUR : MA

FAMILLE, MON

PAYS ET MON

CLUB ! »

Colette est une

figure très

respectée par tous

les plus fervents

supporters de l'OM.

Pour moi, dans la France

entière, il n’y a pas plus grand président

que lui. Aujourd’hui à Lyon, il y

a Jean-Michel Aulas qui est très bon,

mais il l’a appris de Bernard Tapie. Depuis

son décès on met tout le temps

son drapeau sur le perchoir et il y sera

tout le temps ! Il a été sur son cercueil,

tout comme l’écharpe que j’ai autour du

cou. Quand on a fondé les Dodgers, Tapie

plaisantait souvent avec nous. Avant

les matches, quand on se baladait dans

l’ancien stade, il nous disait. «


» On

faisait tous les déplacements et il l’avait

remarqué. Une fois, pour un déplacement

en Irlande, il nous a fait un prix

imbattable, après une petite négociation

amusante. Le prix de départ était

à 200 euros, il l’a baissé à 150, puis à

100 puis à 60… puis il a dit : « -

».

Il était génial.

QUE PENSEZ-VOUS DE L’ACTUEL

PRÉSIDENT DE L’OM ?

Pablo Longoria est un mec très bien !

C’est le premier depuis Pape Diouf à

avoir été si gentil avec nous. Comme

tous les autres présidents, j’ai son numéro

de téléphone.

EN 2020, LE MONDE A ÉTÉ TOUCHÉ

PAR LE COVID. PENDANT 1 AN ET

DEMI VOUS N’AVEZ PAS PU VOUS

RENDRE AU STADE. COMMENT

AVEZ-VOUS VÉCU CETTE PÉRIODE ?


Plus de stade, plus de match, plus rien…

Surtout que ma seule sortie est d’aller

D.R.

voir l’OM. J’étais anéantie ! Si d’autres

aiment les voyages, aller au loto, jouer

au casino, moi c’est aller au stade.

QUE MANQUE-T-IL À L’OM POUR

RETROUVER LE SOMMET ?

Il manque un très bon entraîneur, car

un technicien performant, cela fait

beaucoup de choses. Le grand Président

? Je pense qu’on l’a. Mais ce qui

est évident, c’est que c’est l’argent qui

nous manque. Car le public, ça on l’a

déjà.

QUE PENSEZ-VOUS DU PUBLIC

MARSEILLAIS ?

Pour moi, on est peut-être le meilleur public

du monde. En France, personne ne

nous égale. Il n’y a que les supporteurs

du RC Lens qui ont inventé les Corons,

qui est un beau chant. Eux, au moins,

ont de l’idée. Pas comme certains de

nos rivaux qui nous piquent nos chants.

À Marseille on est créateur. Par exemple

le « Aux armes », tout le monde nous le

reprend mais personne ne le fait aussi

bien que nous. C’est mon chant préféré,

rien que d’en parler, j’en ai la chair de

poule... Quand on le fait, que le stade

est plein et que les deux virages se répondent,

c’est vraiment trop beau. WS

Question

bonus

Votre plus beau souvenir

avec l’OM ?

La Coupe de France en 1969 ! Il y a

plein d’anecdotes que je raconterai

peut-être un jour dans un livre… On

était 20 000 supporters à monter

à Paris. On avait fait 16 heures de

train… C’était magnifique.

Vos joueurs préférés ?

C’est Roger Magnusson mon joueur

préféré (un Suédois qui a joué à l’OM

de 1968 à 1974). Après, j’aime bien

Josip Skoblar, Didier Deschamps,

Jean-Pierre Papin. Quand on était

en D2, il y avait Marcel Dib c’était un

super joueur et un grand monsieur.

Il était d’ici, il habitait dans le 11 ème

arrondissement de Marseille. Je

connaissais bien sa mère. C'est

quelqu'un que j'apprécie beaucoup.


28 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


• RCS Évry 421 925 918 Sport 2000 FRANCE SAS • © Getty • 05/2022

PARCE QUE LE SPORT EST

UN PLAISIR AVANT TOUT !

À chaque femme sa pratique.

Avant, pendant et après le sport,

quel que soit votre niveau ou votre objectif,

les conseillers Sport 2000 vous accompagnent

et sélectionnent le meilleur des marques.

Retrouvez le magasin le plus proche de chez

vous sur sport2000.fr ou via ce QR code.


ENQUÊTE

Des sportives

performantes

ou

hypersexualisées ?

INJONCTION À LA FÉMINITÉ DANS LE SPORT :

C’EST QUOI ÊTRE UNE VRAIE FEMME AUJOURD’HUI ?

Grace Lichtenstein, l’une des rares femmes qui couvrait le sport il y a 30 ans, avait écrit :

« Ayant grandi dans les années 50, j’ai accepté le concept que les sportives étaient des monstres

de foire. (…) Une sportive sexy était un oxymore. »* Aujourd’hui encore, force est de constater

que les sportives sont souvent présentées sous l’angle de leur plastique, moins sous celui de

leurs performances. Une émancipation douce se tisse, amorcée depuis des décennies, mais

l’avancée reste lente et tortueuse. Etat des lieux et points de vue de sportives, de chercheurs,

enseignants et sociologues. PAR LÉA BORIE

VOUS AVEZ DIT MACHISME

AU TAPIS ?

On les voit cheveux longs, maquillées,

en tenues moulantes et/ou courtes…

Tout ça pour être conformes à la féminité

dominante. Des patineuses artistiques

interdites de pantalon, des spots publicitaires

de surfeuse au réveil en petite

culotte, une combinaison intégrale noire

(catsuit) qui dérange au tennis, une prise

de vue d’escaladeuse centrée sur ses

fesses, une exigence à porter des jupes

au badminton, même par-dessus les

shorts… Beaucoup de sports et de sportives

y passent.

* une anecdote relatée dans l’ouvrage « Billie Jean

King, autobiographie d’une icône, Les combats d’une

championne pour l’égalité », à découvrir à la fin de

cette enquête.

Les études le montrent : les commentaires

sportifs s’attardent beaucoup

plus sur le physique, l’âge et la vie perso

d’une athlète quand, côté hommes, on

cible la force. Dans ses travaux, Sandy

Montañola, chercheuse spécialisée en

analyse des médias, a observé que la

boxeuse Myriam Lamare, a toujours dû

© Dana Gardner / Shutterstock


régulièrement décrit dans les médias

comme hors norme et masculin : « Dans



-


»

Bienvenue aux réseaux

sociaux, pour le meilleur…

Et si l’explosion des réseaux ciaux avait continué à mettre le feu

so-

aux poudres ? C’est ce que croit maa Niang, judoka marocaine d’origine

sénégalaise. «



-

Ass-





30 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Sa plastique ou ses

performances ? Qu’estce

qui entre le plus en

jeu chez une sportive ?

Assmaa Niang

D.R.






»

Une mise en avant sur les réseaux

qui n’est pas forcément corrélée avec

de bons résultats sportifs. Sébastien

Haissat, docteur en sociologie qui travaille

sur les représentations de l’idéal

féminin dans l’imaginaire collectif,

prend l’exemple d’Anna Kournikova,

joueuse de tennis, loin d’être classée

cié

d’une couverture médiatique deux

fois supérieure à la N°1 mondiale.

«



-




»

© Featureflash Photo Agency / Shutterstock

© Lyubov Levitskaya / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 31


ENQUÊTE

HISTOIRE DU

SPORT FÉMININ

ET SEXUALISATION :

UN RAPPORT

COMPLEXE

On constate une évolution des

mœurs en termes de tenues

sportives. « Les sportives ont été

à l’avant-garde d’un mouvement

historique d’évolution des normes,

pose Florys Castan-Vicente. Fin

XIX e , les premières cyclistes ont fait

remplacer la jupe longue par un

pantalon bouffant qui découvrait les

chevilles. Elles étaient considérées

comme des débauchées impudiques

et leurs spectateurs des voyeurs.

Il y a ensuite eu une lutte pour

imposer des vêtements légers en

athlétisme. De même en tennis grâce

à Suzanne Lenglen qui permit de

généraliser la robe en soie légère

découvrant bras et mollets. » Ce

qui nous rappelle, comme l’appuie

Béatrice Barbusse que « quand

quelque chose a été donné aux

femmes, c’est qu’elles sont allées le

chercher ».

Ensuite est venu le temps de la

transmission télé de masse dans

les années 60. C’est à cette même

période que le corps minceur prime.

Dans les années 80, on voit naître

le corps sportif comme nouvel idéal

d’excellence corporelle. Mais après

1990, le muscle perd de sa superbe au

profit du sexy. Le sport renvoie à une

démarcation virile. Des épaules trop

carrées, des bras et des cuisses dessinées

: c’est le 3 e sexe. « Les normes de

beauté occidentale hétéronormative

de la femme blanche évoluent sans

cesse, pose Sébastien Haissat, Marilyn

Monroe en 1950, Jane Birkin en

70, aux modèles Aubade des années

90. Les normes féminines sont en

rapport avec les mœurs du moment

et le contexte socio-historique. Pour

les hommes, c’est moins complexe.

La plupart du temps, c’est le modèle

grec, corps en V, qui prime. »

Ça fait vendre :

l’engrenage de tout un système

Le corps féminin fait vendre. Il y a cette

idée coriace que les femmes doivent se

montrer jolies pour être acceptées. En

cause : tout le système, comme nous

l’explique Sandy Montañola, maîtresse

de conférences spécialisée dans les

questions de sport, de genre et de médias

: «







-





»

Ce qui revêt une part de violence de tous

bords d’après Florys Castan-Vicente, chercheuse

et maîtresse de conférence en

STAPS : «




» Fédérations,

clubs, médias, sponsors, équipementiers…

C’est tout un ensemble

de facteurs qui entre en action. « Une


détaille Béatrice

Barbusse, sociologue du sport.




»

Le sport, illustre un phénomène

de société

Et comment ça se passe en dehors du

sport ? Ce dernier est bien souvent miroir

de la société, comme nous l’explique

Sébastien Haissat : «



-






-

© MARIJAN MURAT / DPA via AFP


»

Ce débat a déjà eu cours dans d’autres

secteurs historiquement masculins,

comme nous l’explique Sandy Montañola

: « -





-

»

Homme et femme, pas sur la

même gamme

Ce phénomène de société coûte cher

aux athlètes. La sportive qui lance des

poids ou des marteaux déroge à ces assignations

de féminité. Il y a là consensus

face à celles qu’on désigne comme sexe

faible. D’après la chercheuse spécialisée

32 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


« SI J’AVAIS ÉTÉ

UN HOMME,

J’AURAIS EU

DAVANTAGE DE

SPONSORS. »

ASSMAA NIANG

en inégalités femmes/hommes dans les

médias, Sandy Montañola, «



-






». Idée à laquelle Florys

Castan-Vicente ajoute la notion de

tabou : «





» Sébastien Haissat insiste à son

tour. « -



-




».

Les sorties de normes coûtent

cher

Tous les experts interviewés s’accordent

à dire que les joueuses-personnalités

mondiales, avec un palmarès assez important,

peuvent se permettre de s’asseoir

sur ces codes. Pour les autres, il y a

risque de rappel à la norme, de critiques

virulentes, voire d’insultes, d’une moindre

trait

des sponsors et d’exclusion. Ce que

Sébastien Haissat nomme « le

-



». Quel que

soit le prix.

Natacha Lapeyroux se souvient d’Emy

Wambach, footballeuse star américaine

aux cheveux courts, qui, pendant la Coupe

du monde 2011, a été comparée à un

homme par un journaliste parce qu’elle

était jugée comme hors norme. «

-


-


». Cela

pose aussi la question de la survie des

sportives. «



» Sandy Montañola nous rappelle

quant à elle l’affaire Silvana Lima, sans

sponsor car elle a été considérée comme

n’ayant pas le physique qu’il fallait.

« -



».

© MAXIM TUMANOV / SPUTNIK

CE N’EST PAS ROSE MAIS

TOUT N’EST PAS SI NOIR

Les beach-handballeuses se sont battues

pour des uniformes moins sexy que

les bikinis (Tokyo 2020). Lors de ces JO,

le skateboard est entré en compétition,


tenues amples que les hommes. Une

équipe allemande de gym a fait les

championnats européens d’avril 2021

en combinaisons intégrales au lieu des

justaucorps. Et 10 ans plus tôt, aux JO

de boxe de Londres, les femmes se sont

soulevées contre la nécessité de distinguer

les tenues homme/femme. « Mais

-

-

-

»,

d’après Sébastien Haissat.

D’autres sports ont eu moins à prouver

comme le judo. «


témoigne

la judoka Assmaa Niang. -

-

-


»

Côté médiatisation, Natacha Lapeyroux a

analysé des Coupes du monde en 2014

et 2016, constatant que «



». D’ailleurs,

leur médiatisation n’est pas ancienne. «

-


EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 33


ENQUÊTE

-



-






-

»

Ça bouge grâce à Elles

Béatrice Barbusse en est persuadée. « La







»

Mais ce sont toujours les mêmes qui

parlent, et sur les mêmes sujets d’après

Sandy Montañola. «









-

» C’est

le cas de Lauriane Lamperim. Au départ,

elle est allée sur les réseaux pour obte-


sport sans moyen. Puis, ça a été sa façon

de montrer sa rééducation à la suite

d’un grave accident du dos l’astreignant

à un renfo quotidien. Depuis cette bataille,

désormais convertie dans le surf,

elle s’assume à 100 %. «




»

La judoka Assmaa Niang s’oppose au

principe. «

-


-

» Même

sans sponsor, Assmaa s’est promis de

ne pas changer pour la notoriété ou pour

vendre quelque chose.

© Sputnik / Icon Sport

«JE N’AI PAS DE PROBLÈME AVEC

MON IMAGE. ET J’AIMERAIS QUE LES

GENS ACCEPTENT QU’ON SOIT TOUS

DIFFÉRENTS. » LAURIANE LAMPERIM

LES REJETÉES DE LA

SOCIÉTÉ SPORTIVE

Femme sportive ne rime

pas avec idéal féminin du

XXI e siècle

«


introduit Natacha

Lapeyroux.

-



-




»

C’est encore cette forme de beauté qui

prime sur toutes les autres qualités, que

ce soit dans le monde du sport comme

ailleurs. Dans le cinéma notamment,

comme l’analyse le docteur en sociologie

Sébastien Haissat : «











34 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


« IL FAUT FAIRE LA DIFFÉRENCE ENTRE

DISCOURS MÉDIATIQUE ET ATTENTES

SOCIALES. » SÉBASTIEN HAISSAT


-




-


»

Culotte de la discorde et

bikini : celles qui en « disent »

trop

Et si femmes et

hommes arrivaient à

égalité en matière de

tenue sportive ? Exiger

de porter quelque chose

de plus moulant ou de

moins couvrant... on

voit de tout.

Si on demande souvent aux femmes de

porter des tenues courtes ou près du

corps, à l’inverse, on les fustige de trop

en montrer. L’été dernier, la para-athlète

britannique Olivia Breen avait été critiquée

lors des Championnats d’Angleterre

pour son bas pas assez couvrant.

© PA Images / Icon Sport

D.R.

Ça ne date pas d’hier. Dans son autobiographie,

Billie Jean King relate une anecdote

parlante lors de la rencontre entre Althea

Gibson et Karol Fageros en 1958 aux

Internationaux en France. Althea, qui avait

concouru avec des sous-vêtements or laqué,

risquait d’être interdite de Wimbledon

en 1959 si elle n’avait pas porté de

sous-vêtements blancs. L’auteur introduit

juste avant cela : «-


-

»

Certaines sportives s’assument complètement.

Lauriane Lamperim revendique

le droit de poser en photos suggestives

si elle le souhaite. «






-






EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 35


ENQUÊTE


»

Lauriane revendique surtout cette idée

de liberté d’être comme on est. « Que les






-

» La sportive

a ainsi refusé de poser nue pour une

campagne dans un magazine malgré un

gros cachet. «

»

REMETTRE LE SPORT

AU CŒUR DU DÉBAT

Ça ne devrait même pas être

un sujet !

Bon, d’accord pour la question chiffon.

Et si on remettait au cœur du débat le


ce que c’est possible ? La sociologue

bruxelloise Natacha Lapeyroux voudrait

qu’on arrête de demander aux

-




»

OK et on s’en sort comment ?

C’est toute la façon de penser la femme

dans la société qu’il faudrait penser différemment,

d’après l’experte belge. « Elle

-



». Pour ça, Natacha Lapeyroux

soulève l’intérêt de formations spéci-


dans et par les Activités Physiques et

Sportives) de l’Université Lyon 1, mais

aussi un nombre accru de femmes dans

les instances décisionnaires et les médias.

Pour Sandy Montañola, la réponse vien-


«

-


D.R.

Nombreuses sont les

sportives à avoir payé

les frais des polémiques

sur leur physique,

comme Allison Stokke

avec cette photo qui

avait déclenché une

vague de haine.






-



-

»

Réponse massive : jouons-la

collectif !

A plusieurs on est plus fortes. On a vu récemment

des mobilisations collectives de

sportives, relève Florys Castan-Vicente,

maîtresse de conférence en Staps à l’université.

«




-


»

Béatrice Barbusse ajoute encore : « Ce ne








-

» WS

REMERCIEMENTS :

Assmaa Niang, judoka marocaine,

quadruple championne d’Afrique

Béatrice Barbusse, sociologue du sport,

enseignante chercheuse (Créteil), auteure de

Du sexisme dans le sport

Florys Castan-Vicente, maîtresse de

conférence en STAPS, chercheuse au

L-VIS (Laboratoire sur les Vulnérabilités et

l’Innovation dans le Sport) (Lyon)

Lauriane Lamperim, surfeuse, ex-team

France tumbling, auteur de RENAISSANCE,

De l’accident à la reconstruction par le

développement personnel

Natacha Lapeyroux, chercheuse médias,

genre, sport et mobilités (Bruxelles)

Sandy Montañola, maîtresse de

conférences en SIC, chercheuse au

laboratoire CNRS Arènes, auteure de « genre

et journalisme »

Sébastien Haissat, enseignant chercheur

à l’UFR STAPS, Laboratoire C3S (Besançon),

co-auteur de Corps sportifs : corps à la mode

au féminin depuis les années soixante ?

36 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


TÉMOIGNAGE

Egalité des sexes mon amour

La bataille des idées sur le court et dans la rue :

Billie Jean King, le récit d’une vie

Il y a de ces livres qui vous transportent, vous parlent, font sens et résonnent en vous, voire sont

une révélation. Et l’autobiographie de Billie Jean King, parue il y a quelques mois à peine, nous

a fait cet effet-là. L’effet d’un bombe puissante de gratitude, d’admiration, de révolte aussi et

d’encouragement. Passages choisis d’anecdotes de vie de la championne de tennis californienne.

« M

aman, j’ac-





» Petite déjà, l’en-


idées. Elle se souvient encore

de sa première déconvenue

en début d’ouvrage. «



1

-

-






-




».

Une anecdote datée de

1954. «




(…)










© lev radin / Shutterstock


(…)




Ce même

homme lui décerna, à elle et

à Susan Williams, en guise

de prix, une raquette et une

poupée. « Sérieusement ? »

s’offusque la sportive.

Cela n’a fait que

renforcer son envie

de gagner…

Son futur conseiller lui glissa

: «


». Pourtant, elle avait

une conduite à tenir. « Un






-


». La presse

semblait de cet avis. « Les



-



-





-

(…) -




(…) -


»

Un journaliste de Sports Illustrated

avait d’ailleurs déclaré

sur le circuit féminin : ‘‘Les

-






’.

«

-




-


-





».

Des remarques d’une époque

qui en disent long. WS

Billie Jean King,

autobiographie d’une

icône, Les combats d’une

championne pour l’égalité,

mai 2022, Talent Editions,

21€90

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 37


CHAMPIONNES

INTERVIEW EXCLUSIVE

Le record de buts au PSG,

l’Euro avec les Bleues…

Marie-Antoinette

Katoto

se livre comme jamais

Le 5 février dernier, Marie-Antoinette-Katoto, à seulement 23 ans, est devenue la meilleure

buteuse de l’histoire du Paris Saint-Germain avec 132 buts en 148 matchs. Dans cette interview

exclusive, l’internationale française évoque avec fierté son record et se projette déjà sur l’Euro

Féminin, qui aura lieu cet été, en Angleterre avec les Bleues. PROPOS RECUEILLIS PAR ARIS DJENNADI

WOMEN SPORTS : LE 30 AVRIL

DERNIER, TU AS JOUÉ UNE

DEMI-FINALE RETOUR DE LIGUE

DES CHAMPIONS AU PARC DES

PRINCES DEVANT PLUS DE 40 000

PERSONNES. C’EST UN RECORD EN

FRANCE. UN NOUVEAU PAS POUR LE

FOOTBALL FÉMININ ?

MARIE-ANTOINETTE KATOTO : Hon-


à vivre, unique. Au moment de l’entrée

sur la pelouse, j’avais des étoiles dans

les yeux. Après dans le match on a un

niveau de concentration important donc

on ne regarde pas ce qu’il se passe autour

mais en revoyant les images, on se


Le Paris Saint-Germain montre l’exemple.

C’est une bonne chose pour le football

féminin.

LES ULTRAS DU CLUB ONT

TOUJOURS SUIVI TON ÉQUIPE. IL

Y A UNE ATTACHE PARTICULIÈRE

ENTRE LA SECTION FÉMININE ET LE

COLLECTIF ULTRAS PARIS. C’EST

UNE SOURCE DE MOTIVATION

SUPPLÉMENTAIRE ?

Ils nous suivent depuis plusieurs années.

Il y a un lien qui s’est créé avec eux. Ils

mettent une ambiance incroyable lors de

nos matchs. C’est un réel plaisir. C’est

bien évidemment une source de motivation

supplémentaire puisque sur le terrain,

nous avons envie de nous surpasser

pour eux.

D’AILLEURS, LE 30 MARS DERNIER

LORS DU QUART DE FINALE RETOUR

DE LIGUE DES CHAMPIONS FACE

AU BAYERN MUNICH, DANS LE

VIRAGE AUTEUIL, ON POUVAIT LIRE

CETTE BANDEROLE : « KATOTO TA

DESTINÉE EST À PARIS ». QUELLE A

ÉTÉ TA RÉACTION ?

Pour être honnête durant le match, je n’ai

pas vu la banderole. Je l’ai découverte le

lendemain en regardant les images. Cela

m’a touchée. C’est une reconnaissance.

Je donne tout sur le terrain pour porter

haut les couleurs du Paris Saint-Germain.

LA SAISON 2021-2022 A ÉTÉ

ÉMAILLÉE DE PROBLÈMES EXTRA

SPORTIFS. COMMENT LE GROUPE A

GÉRÉ CES ÉVÉNEMENTS ?

« JE NE M’ARRÊTE PAS LÀ, JE VEUX

BATTRE D’AUTRES RECORDS AFIN DE

LAISSER UNE EMPREINTE ICI. »

38 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Marie-Antoinette

Katoto s’est vue remettre

en marge du classique

entre le PSG et l’OM un

trophée avec le nombre

132, symbolisant son

record de buts.

© Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 39


CHAMPIONNES

Les joueuses ne réagissent

pas toutes de la même manière. J’arrive

à faire la part des choses. Une fois

que je suis sur le rectangle vert, ce qu’il

s’est passé en dehors ne compte plus. Je

veux permettre à l’équipe de gagner en

marquant des buts. Après, je peux comprendre

que certaines de mes coéquipières

aient pu être touchées mentalement

par les différents événements.

LE 5 FÉVRIER 2022, TU ES DEVENUE

LA MEILLEURE BUTEUSE DE

L’HISTOIRE DU CLUB, À 23 ANS, TOI

LA PARISIENNE, PUR PRODUIT DE

LA FORMATION DU PSG. QU’EST-

CE QUE TU AS RESSENTI À CE

MOMENT PRÉCIS ?

Je ne pensais pas battre ce record si


Battre le record de Marie-Laure Delie,

c’est quelque chose d’incroyable. Maintenant

je ne m’arrête pas là, je veux battre

preinte

ici.

LORS DU CLASSIQUE MASCULIN

ENTRE LE PARIS SAINT-GERMAIN

ET L’OLYMPIQUE DE MARSEILLE, LE

17 AVRIL DERNIER, TU AS DONNÉ LE

COUP D’ENVOI FICTIF AVEC PEDRO

MIGUEL PAULETA, QUI T’A REMIS

UN MAILLOT COLLECTOR, SOUS

L’OVATION DU PARC DES PRINCES.

UN MOMENT SPÉCIAL ?

C’est une comparaison extrêmement


matchs de l’équipe masculine, Kylian

Mbappé a réalisé une grande saison. Il

va marquer de son empreinte le football

mondial et il a encore une grande marge

de progression.

EVOQUONS MAINTENANT

L’ÉQUIPE DE FRANCE. TU ES UN

ÉLÉMENT-PHARE DU GROUPE DE

CORINNE DIACRE POUR L’EURO.

VOTRE OBJECTIF EST-IL DE

REMPORTER LA COMPÉTITION ?

Bien évidemment, c’est un objectif. Les

observateurs ne comprennent pas pourquoi

l’équipe de France n’a toujours pas

remporté de titre malgré l’excellente

génération dont elle dispose. L’équipe a

également déçu de nombreuses fois. On


de réaliser une grande compétition.

Marie-Antoinette

Katoto en trois

dates :

2021

Signature au Paris Saint-Germain

Mai 2015

Premier but face à Rodez

Février 2022

Meilleure buteuse de l’histoire du

club

« LES OBSERVATEURS NE COMPRENNENT

PAS POURQUOI L’ÉQUIPE DE FRANCE N’A

TOUJOURS PAS REMPORTÉ DE TITRE

MALGRÉ L’EXCELLENTE GÉNÉRATION

DONT ELLE DISPOSE. »

© Baptiste Fernandez/Icon Sport

+

C’était un moment incroyable ! Être à côté

de Pedro Miguel Pauleta, qui est une véritable

légende du Paris Saint-Germain,

c’est une belle preuve de reconnaissance

de la part du club. Je le regardais lorsqu’il

était au club. J’ai passé un très bon moment

ce soir-là.

T’A-T-IL PRODIGUÉ DES CONSEILS

POUR ÊTRE ENCORE PLUS

PERFORMANTE DEVANT LE BUT ?

(Rires) On a longuement échangé mais

malheureusement non, il ne m’a pas

donné de conseils… une prochaine fois,

peut-être !

TU ES RÉGULIÈREMENT COMPARÉE

À UNE AUTRE STAR DU PARIS

SAINT-GERMAIN, KYLIAN MBAPPÉ.

COMMENT VIS-TU CETTE

COMPARAISON ?

EST-CE QU’UN TITRE POURRAIT

PERMETTRE AU FOOTBALL

FRANÇAIS DE PASSER UN

NOUVEAU CAP ?

Oui clairement. La France a besoin d’un

titre pour que le football féminin gagne

encore plus de légitimité, pour que l’on

passe dans une nouvelle dimension

sportive.

LES AUTRES GRANDS

CHAMPIONNATS POSSÈDENT LE

STATUT PRO. POURQUOI, SELON

TOI, LA D1 ARKEMA N’EST PAS

ENCORE PROFESSIONNELLE ?


l’Italie, l’Angleterre, l’Allemagne et


championnat professionnel. L’avance

que l’on pouvait avoir en France a clairement

diminué. Maintenant, il y a de

grandes équipes féminines en Europe.

En France, le statut professionnel va arriver.

Il faut être patient.

POUR FINIR, AS-TU UN DERNIER

MOT POUR TOUTES LES

PERSONNES QUI TE SUIVENT ?

Je souhaite dire merci à toutes les personnes

qui me suivent au quotidien.

Je reçois énormément de messages,

notamment sur les réseaux sociaux.

Mais j’y passe très peu de temps donc


le monde. Mais sachez que cela me fait


de l’occasion pour les remercier. WS

40 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Marie-Antoinette

Katoto dispute l’Euro

Féminin avec l’équipe de

France, du 6 au 13 juillet

en Angleterre. Les Bleues

se trouvent dans le

groupe D avec l’Italie, la

Belgique et l’Islande.

© Anthony Bibard/FEP/Icon Sport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 41


42 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR

Mercredi 6 juillet

21h00 : ANGLETERRE-AUTRICHE

(Groupe A, Old Trafford) en direct sur

/

Jeudi 7 juillet

21h00 : NORVÈGE-IRLANDE DU NORD

(Groupe A, Southampton) en direct sur

/

Euro féminin,

demandez le programme !

L’Euro 2021 a été décalé à l’été 2022. Il se déroulera en Angleterre du 6 au 31 juillet. Les 16 meilleures nations européennes,

dont la France, se disputent le titre. Voici le programme.

LA PHASE DE GROUPES

Vendredi 8 juillet

18h00 : ESPAGNE-FINLANDE

(Groupe B, Milton Keynes) en direct sur

/


21h00 : ALLEMAGNE-DANEMARK

(Groupe B, Brentford) en direct sur

/

Samedi 9 juillet

18h00 : PORTUGAL-SUISSE

(Groupe C, Wigan & Leigh) en direct sur

/


21h00 : PAYS-BAS-SUÈDE

(Groupe C, Sheffield) en direct sur

/

Dimanche 10 juillet

18h00 : BELGIQUE-ISLANDE

(Groupe D, Manchester) en direct sur

/


21h00 : FRANCE-ITALIE

(Groupe D, Rotherham) en direct sur

/

CHAMPIONNES

Lundi 11 juillet

Mardi 12 juillet

Mercredi 13 juillet

Jeudi 14 juillet

18h00 : AUTRICHE-IRLANDE DU NORD

18h00 : DANEMARK-FINLANDE

18h00 : SUÈDE-SUISSE

18h00 : ITALIE-ISLANDE

/

/

/

/

(Groupe A, Southampton) en direct sur

(Groupe B, Milton Keynes) en direct sur

(Groupe C, Sheffield) en direct sur

(Groupe D, Manchester) en direct sur


21h00 : ANGLETERRE-NORVÈGE


21h00 : ALLEMAGNE-ESPAGNE


21h00 : PAYS-BAS-PORTUGAL


21h00 : FRANCE-BELGIQUE

/

/

/

/

(Groupe A, Brighton & Hove) en direct sur

(Groupe B, Brentford) en direct sur

(Groupe C, Wigan & Leigh) en direct sur

(Groupe D, Rotherham) en direct sur


Vendredi 15 juillet

Samedi 16 juillet

Dimanche 17 juillet

Lundi 18 juillet

21h00 : IRLANDE DU NORD-ANGLETERRE

21h00 : FINLANDE-ALLEMAGNE

18h00 : SUISSE-PAYS-BAS

21h00 : ISLANDE-FRANCE

/

/

/

/

(Groupe A, Southampton) en direct sur

(Groupe B, Milton Keynes) en direct sur

(Groupe C, Sheffield) en direct sur

(Groupe D, Rotherham) en direct sur


21h00 : AUTRICHE-NORVÈGE


21h00 : DANEMARK-ESPAGNE


18h00 : SUÈDE-PORTUGAL


21h00 : ITALIE-BELGIQUE

/

/

/

/

(Groupe A, Brighton & Hove) en direct sur

(Groupe B, Brentford) en direct sur

(Groupe C, Wigan & Leigh) en direct sur

(Groupe D, Manchester) en direct sur

LA PHASE À ÉLIMINATION DIRECTE

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 43

Mercredi 20 juillet

21h00 : 1 er GROUPE A - 2 e GROUPE B

(Brighton et Hove) en direct sur

Jeudi 21 juillet

21h00 : 1 er GROUPE B - 2 e GROUPE A

(Brentford) en direct sur

Mardi 26 juillet

21h00 : 1 er GROUPE C OU 2 e GROUPE D

(Sheffield) en direct sur

QUARTS DE FINALE

DEMI-FINALES

FINALE

Dimanche 31 juillet

21h00 : VAINQUEURES DF1 -

VAINQUEURES DF2

(Wembley) en direct sur

Vendredi 22 juillet

21h00 : 1 er GROUPE C - 2 e GROUPE D

(Wigan et Leigh) en direct sur

Mercredi 27 juillet

21h00 : 1 er GROUPE D OU 2 e GROUPE C

(Milton Keynes) en direct sur

Samedi 23 juillet

21h00 : 1 er GROUPE D - 2 e GROUPE C

(Rotherham) en direct sur


CHAMPIONNES

Entretien exclusif

Trois questions à

Iga Swiatek

La nouvelle N° 1

du tennis mondial

Iga Swiatek n’arrête plus d’impressionner. La N.1 mondiale

domine le circuit WTA, à seulement 21 ans. La Polonaise

évolue avec l’équipementier Tecnifibre, qui s’est rebaptisé

« Swiateknifibre » le temps d’une semaine, après son récent

succès à Roland-Garros. Entretien exclusif.

PROPOS RECUEILLIS PAR VANESSA MAUREL

1.

VOUS ÊTES NUMÉRO 1

MONDIALE. EST-CE QUE

VOUS RÉALISEZ ?

J’ai l’impression que tout ça s’est passé très

vite. Vous savez, il y a des joueuses qui ont

travaillé très longtemps pour être numéro 1

mondiale. C’est quelque chose d’énorme

et en même temps, beaucoup de choses

continuent leur cours. Mes objectifs restent

similaires. J’ai encore beaucoup de choses

à accomplir dans le tennis.

2.

QUE DIRIEZ-VOUS AUX

JEUNES FILLES QUI

RÊVENT D’ÊTRE UN

JOUR, COMME VOUS, À

LA TÊTE DU CLASSEMENT WTA ?

Je voudrais leur dire d’aller doucement, de

prendre les choses étape par étape, mais

également de trouver le bonheur dans tout

le processus de travail. Ce n’est pas toujours

facile et je ne suis peut-être pas la

bonne personne pour dire ça, mais il faut

trouver le bonheur dans les petites choses,

les petites victoires qui mènent aux rêves.


« J’AIMERAIS

AMÉLIORER MON

JEU SUR GAZON.

C’EST LE PROCHAIN

OBJECTIF. »

personnes. Même si on dit souvent que le

tennis est un sport individuel, l’entourage

est très important.

3.

MAINTENANT QUE

VOUS ÊTES N° 1

MONDIALE, QUELS

SONT VOS OBJECTIFS ?

J’aimerais améliorer mon jeu sur gazon.

C’est le prochain objectif, après avoir continué

sur ma bonne lancée et de signer une

jolie saison. Le but est d’avoir la même

constance que j’ai eu depuis maintenant.

Mais c’est vrai que sur gazon, je pense avoir

encore beaucoup à apprendre. WS

La Polonaise

Iga Swiatek est

la nouvelle N°1

mondiale au

classement WTA.

44 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR



© Icon Sport

Un mot sur

le sponsor

Pourquoi vous êtes-vous

réengagée avec la marque

Tecnifibre ?

J’ai une relation vraiment

sentimentale avec ma raquette.

J’ai commencé le tennis avec

Tecnifibre, puis j’ai fait un petit

break avant de revenir avec la

marque, donc c’est très spécial

pour moi. Je suis revenue à mon

premier amour car je trouve

beaucoup plus de support avec

cette raquette. L’équipe de

Tecnifibre m’a donné quelques

jours pour la tester. Ils m’ont

proposé plusieurs variétés,

avec plusieurs options. Je suis

vraiment contente d’être revenue

à Tecnifibre, parce que, comme je

l’ai déjà dit, c’est avec eux que j’ai

commencé, mais également parce

que je me sens mieux sur le court,

je me sens plus rapide, j’ai plus de

contrôle, donc c’était une bonne

décision.

Techniquement, Tecnifibre a les

meilleurs équipements.

© Icon Sport

Références

Raquette d’Iga : Tempo 298

Combination of power control

Perfect swing speed

Poids : 298 g

Tamis : 630cm²

Equilibre : 320mm

Plan de cordage : 16*19.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 45


CHAMPIONNES

© Icon Sport

Vous connaissez forcément son nom. La pétillante Mathilde

Gros, cycliste sur piste française, brille dans sa discipline.

Grand espoir tricolore, la jeune femme de 23 ans compte déjà

de nombreux titres, dont notamment deux de championne

d’Europe du Keirin. Pour Women Sports, Mathilde Gros s’est

prêtée au jeu : elle nous a présenté ses « 5 looks » préférés !

© Mathilde Gros

1

Le look « Summer »,

parfait pour les longues soirées d’été

PAR VANESSA MAUREL

ZOOM SUR...

Les5

de Mathilde Gros

© Icon Sport

46 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


© Mathilde Gros

2

Le look « Work »,

idéal pour travailler

Son

palmarès

Parcours junior

Quintuple championne d’Europe

triple championne du monde

(dont 2 records)


Parcours élite

Double championne d’Europe de Keirin

Médaillée de bronze aux Championnats

du monde en vitesse individuelle

Médaillée de bronze aux Championnes

d’Europe en vitesse individuelle

7 e des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

+

© Mathilde Gros

3

pour

Le look « Chic »,

une soirée sur son 31

4

Le look « Sportif »,

pour laisser place à la compétition

5

Le look « Détente »,

adéquat pour le dimanche à la maison

© Mathilde Gros

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 47


CHAMPIONNES

Rencontre

Tess

Ledeux,

on fait quoi l’été quand

on pratique un sport

d’hiver ?

Médaillée d’argent

en Big Air aux

Jeux Olympiques

d’hiver 2022 de

Pékin, Tess Ledeux

nous révèle sa

routine estivale.

Tess Ledeux cartonne ! À 20 ans, la skieuse acrobatique

française compte notamment deux médailles d’or en

championnat du monde et une breloque d’argent décrochée

aux Jeux Olympiques d’hiver de 2022 (Pékin). Alors, quel est

son secret pour briller sur la scène internationale ? Comment

se passent les entraînements durant l’été ? Tess Ledeux nous

dit tout ! PROPOS RECUEILLIS PAR VANESSA MAUREL

COMMENT SE PASSENT LES

ENTRAÎNEMENTS EN HIVER ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser,

on a très peu d’entraînements en hiver. La

saison est courte (d’octobre à mars), ce

qui fait qu’on enchaîne les compétitions.

C’est très condensé. On s’entraîne seulement

sur le snowpark de la compétition,

un ou deux jours avant les épreuves.

À CONTRARIO, EN ÉTÉ,

COMMENT SONT COMPOSÉS VOS

ENTRAÎNEMENTS ?

Pour ma part, la saison est coupée en

plusieurs parties. D’abord de mai à juillet,

période à laquelle je fais énormément de

préparation physique. C’est très complet :

on travaille la musculation, on fait du vélo,

on perfectionne l’explosivité et surtout de

la gymnastique pour travailler l’acrobatie.

Ce sont trois mois de physique pur.

En août, je travaille la technique sur des



gures,

avant de les mettre en pratique sur

la neige. En parallèle, on fait toujours de


d’août et en septembre, on reprend les

skis. Malheureusement en France il n’y a

pas de structures, alors on va s’entraîner

sur des glaciers en Autriche (10 heures

de route), ou en Suisse. On ne s’entraîne

jamais dans notre pays. Ce n’est pas pratique,

car à partir d’août et jusqu’en avril,

on n’est jamais chez nous, mais ça fait

partie du jeu. C’est une belle expérience,

on ne va pas se plaindre de voyager !

PAS TROP DUR DE RETOURNER

SUR LES SKIS APRÈS TOUTES CES

SEMAINES DE PAUSE ?

C’est toujours un peu délicat ! Il faut re-

« IL FAUT JUSQU’À TROIS SEMAINES POUR

RETROUVER SES SENSATIONS, SE SENTIR

DE NOUVEAU À L’AISE SUR NOS SKIS. »

48 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR



D.R.

Retour sur

les Jeux

Olympiques

2022

Vous avez été médaillée

d’argent aux Jeux

Olympiques de Pékin,

racontez-nous !

lativiser, il n’y a que trois mois durant

lesquels je ne vois pas la neige. Ça me


de la chaleur ! Mais forcément, les skis

me manquent vite. Mine de rien, on perd

beaucoup en trois mois. Il faut jusqu’à

trois semaines pour retrouver ses sensations,

se sentir de nouveau à l’aise sur

nos skis. Je dirais qu’il faut attendre dé-


plus avoir peur.

La peur fait partie intégrante de notre

entraînement. Mais j’estime qu’il y en a

plusieurs sortes. Il y a la peur qui nous tétanise,

qui nous empêche de progresser,


qui est en nous avant chaque départ, qui

nous canalise et nous empêche de faire

n’importe quoi. La peur, il faut savoir la

doser.

FAITES-VOUS DU SPORT (FITNESS)

À LA MAISON ?

De mai à août, on s’entraîne dans un

centre à Albertville dans lequel il y a beaucoup

de salles de musculation à disposition,

des kinés, nos entraîneurs physiques

etc. C’est génial et très complet. Mais à la

maison, je travaille plutôt les étirements,

la respiration etc.

J’ai toujours fait de la mobilité pour la souplesse.

Mais aujourd’hui, on le fait sous

forme un peu plus poussée avec le yoga.

Personnellement, je vais sur un site internet

pour suivre des séances. J’en choisis

des plus ou moins calmes selon ma journée.

Je fais peu de yoga dynamique, car

je bouge assez à côté, mais je mise sur la

respiration et la relaxation, soit le matin

avant de commencer ma journée, soit le

soir avant de me coucher. WS

D.R.

C’était un moment très intense

et fort en émotion, qui venait

clôturer une journée juste

parfaite. J’étais très émue. Je

pense que c’était tout le stress

qui redescendait. Sur le coup, je

me suis dit que c’était fou, que je

réalisais un rêve de petite fille.

J’ai pensé à toutes les années de

travail qui m’avaient amenée là,

et à ce que je venais d’accomplir.

Vous êtes devenue la

‘chouchou’ des Français,

et avez été au coeur de

l’actualité… Comment

avez-vous vécu l’après-

Jeux ?

J’ai été très bien entourée,

heureusement pour moi. J’ai

été protégée, pour ne pas avoir

l’impression de rentrer dans une

spirale médiatique. À Pékin, nous

étions coupés du monde, alors j’ai

répondu aux médias après avoir

reçu ma médaille. Mais quand

je suis rentrée en France, tout

est retombé. On a dû faire les

bons choix, prendre les bonnes

décisions, et j’ai pu profiter. Ce

sont des moments magiques.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 49


CHAMPIONNES

Portrait

Pauletta Foppa

Quel est le secret de la réussite

du handball féminin français ?

Le 7 et 8 août 2021, la France a vécu un week-end en or. 24h après les hommes samedi,

l’équipe de France féminine a battu la Russie en finale des JO de Tokyo (30-25), remportant

ainsi le premier titre olympique de son histoire. Si l’attention a longtemps été portée sur les

Experts, les joueuses d’Olivier Krumbholz sont aujourd’hui en vogue. Une nouvelle page

dorée de l’histoire des Bleues, dont Pauletta Foppa a écrit quelques très belles lignes. Quel est

le secret de la réussite du handball féminin français ? Son parcours nous éclaire.

«

». Il reste encore

2 minutes à jouer lors

piques

de Tokyo 2022,

mais plus personne ne

tient en place côté Bleues. « Je n’ai jamais


-


», nous assure Pauletta

Foppa avant de poursuivre le sourire aux

lèvres, « (rires). »

PAR RUBEN DIAS

Déléguée aux tâches défensives pour les

dernières minutes de la rencontre face à

la Russie, la jeune handballeuse n’y est

plus. «




» poursuit

la pivot, toujours les étoiles dans les yeux.

L’équipe de France féminine de handball

bat la Russie (30-25) et grimpe sur le

letta

Foppa.

Le Championnat et la Coupe de France

déjà sous le bras, et quelques mois après


le Brest Bretagne Handball, Foppa dit au

revoir à Tokyo la médaille d’or autour du

cou. Meilleure marqueuse des Bleues (34

buts) et meilleure pivot de la compétition,

la « gamine » donne l’air d’avoir terminé le

jeu qu’elle vient pourtant de commencer.

« Il juge par rapport à quoi au

juste ? »

Pièce maîtresse du système Krumbholz,

sélectionneur de l’équipe de France de

handball féminin, Foppa a pourtant vécu

une arrivée en EDF… particulière. C’était

à l’aube de l’Euro 2018. Alors que toutes

ses copines en formation sont appelées

avec les juniors, Pauletta Foppa va de

son côté, découvrir une sacrée surprise

dans sa boîte aux lettres. «





© IconSport

50 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Pourquoi les Bleues

cartonnent ? Pour

le comprendre,

nous avons analysé

le parcours de

Pauletta Foppa.

© I conSport

« ELLE ÉTAIT VRAIMENT

IMPRESSIONNANTE ET PROGRESSAIT

À CHAQUE ENTRAÎNEMENT. » ALLISON PINEAU


se souvient la pivot,

encore choquée aujourd’hui par la décision

d’Olivier Krumbholz. Il faut dire que

le jeune talent vient de signer à Brest et

vit un début d’aventure compliqué. Faute

d’une préparation d’avant saison optimale,

elle ne joue que 5 petites minutes

par match. Loin de ses parents, Foppa

semble avoir du mal à s’adapter à sa nouvelle

vie en Bretagne. Rien ne le laissait

présager, mais l’entraîneur de 63 ans a

pris sa décision : pas de parcours junior,

le grand saut vers les A l’attend.

«

(rires) ». Cette question de Foppa n’a

de réponse que la vision d’Olivier Krumbholz.

: «

-



»

Au-delà de l’immense potentiel décrit

par Krumbholz, la « », avait

quelque chose de rare : «



-


»,

déplore Krumbholz.

Pari gagnant

© IconSport

Tout va très vite pour la numéro 26.

Quelques jours après cette merveilleuse

vient

la plus jeune Française de l’histoire

à évoluer dans une compétition majeure.

Avec la breloque dorée autour du cou, la

jeune « aux mains d’or » marque déjà les

esprits. « -

ment

», lance Allison Pineau. « Chaque


-

-

», complète Foppa. Le pari est réussi

pour Krumbholz. Si la pivot « n’a pas eu


», ce n’est que partie remise

pour Tokyo. «



», se félicite le

sélectionneur.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 51


CHAMPIONNES

ANALYSE

« Tout a commencé

par un tournoi sur gazon »

quante

sa famille ont été nombreux.

«


-




»

D.R.

P

arce que oui,

ils ont été nombreux

à lui faire

gré

son très

jeune âge. Et cela, bien avant

Krumbholz. « C’est ma phi-

explique

Yassine Baladi, ancien coach

de Pauletta Foppa à Montargis

avant de poursuivre. Si au-




-


»


-

», comme la décrit

affectueusement Baladi, de

«



-



», assure une Foppa.

Si aujourd’hui le sujet est plus

que maîtrisé pour Foppa, cette

dernière a découvert le handball

«

-




»,

mais comme souvent au cours

de sa jeune carrière, la joueuse

de 21 ans tombe sur de véritables

«



-



»

Le Pôle et l’espoir de

passer pro

Passer pro, intégrer un centre

de formation… autant de mots

qui étaient totalement étrangers

à la jeune Pauletta : «


». Mais après un début

d’histoire commune en dents

de scie, «



-




(rires) », Pauletta

va embrasser le hand de toutes

ses forces. «



nale

». C’est à ce moment-là, et

pas avant, que l’histoire d’un

soir allait se transformer en

l’histoire d’une vie pour la talentueuse

pivot. «



-


», se

remémore-t-elle avec un brin de

nostalgie.

Un encadrement sans

failles


eu pour Pauletta Foppa. «


soupire Pauletta avant

de poursuivre.


-





-




».

Les envies de sortie, l’éloignement

de la famille… «




», assure

Jonathan Mouton, responsable

du Pôle espoirs d’Orléans.

S’il assure, avec humour, que

« -

« Il faut les faire

grandir très vite »

© S. PILLAUD

Le pôle espoir est l’une, voire

l’étape la plus importante, du

processus de formation. Pour


Jonathan Mouton comme le

coach «

»,

l’éducateur l’explique différemment.

« -




-




Jonathan avant d’expliquer la










».

Détection optimale

Pour ratisser plus large, et

comme Foppa, à la seule exception

près de Béatrice Edwige,

toutes les joueuses de l’équipe

52 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


de France sont passées par les

sélections jeunes. Une véritable

prouesse dans la détection.

«




», lance Éric

Baradat, responsable du Parcours

de Performance Fédéral

féminin avant d’en expliquer les

tenants et les aboutissants. « On






» Parce que, malheureusement,

le handball ne sera

pas le futur de toutes les jeunes


du bon déroulé de leur scolarité.

«

© IconSport


», assure Jonathan

Mouton.

Une machine collective qui peut

s’appuyer sur le vaste vivier français

pour performer. Fort de ses

plus de 120 000 licenciées, le

handball féminin est l’un des

sports les plus pratiqués en

France. Mais encore faut-il réussir

à l’aiguiller. La Fédération

française de handball a misé

sur un système de détection

pyramidal. «




-




-



». Mais Eric

Baradat l’assure, «

». Même


sur le tard, peuvent espérer un

jour porter le maillot de l’équipe

de France. Histoire d’écrire à leur

tour, une nouvelle page dorée du

handball français. WS

LE PASSAGE DE TÉMOIN

Accueillir les plus jeunes, leur

expliquer comment fonctionne

l’équipe de France, c’est le rôle

qu’embrassent certaines cadres

des Bleues dont Laura Glauser. À

28 ans, et après plus de 10 ans et

100 sélections, la gardienne fait

partie des « anciennes ». La joueuse

de Gyor, très timide, prend sur

elle pour accueillir au mieux ses

nouvelles camarades. « C’est presque moi qui suis la plus gênée

(rires), mais j’essaye de les faire rire, de les intégrer lorsqu’il y a

des soirées jeux de société. Au moment des repas il m’est arrivée

aussi de changer de table pour aller vers ces personnes-là. On

les embête pendant les entraînements. On veut juste qu’elles

soient à l’aise et qu’elles se sentent bien ». Des grandes sœurs, le

temps d’un rassemblement, essentielles pour l’avenir de l’équipe

de France, d’après Allison Pineau. « Cela apporte beaucoup.

Quand les jeunes arrivent, il y a du stress et de la peur. C’est pour

cela que la passation de savoirs et enseigner notre héritage aux

nouvelles est important. Moi j’y tiens à ce rôle de grande soeur,

que tout ce qu’on a fait soit transmis de génération en génération.

Nous ne sommes pas éternelles et quand on partira, les nouvelles

garderont cette hargne, cette faim, cette ambition d’aller encore

chercher des médailles d’or », affirme la légende des Bleus. «

Je ne veux pas que les efforts des générations précédentes, que

toutes ces années de travail se perdent et qu’il faille recommencer

encore. Ramer de nouveau pour retourner au sommet. J’ai envie

que cette équipe de France continue d’écrire des belles lignes

d’histoire », conclut la demi-centre aux 673 buts en EDF.

© IconSport

UN NOUVEAU CAP FRANCHI À BREST

Quelques mois avant d’être appelée en

équipe de France en 2018, Pauletta

Foppa fait ses premiers pas avec le

CJF Fleury. Native du Loiret, la jeune pivot,

après une poignée de matchs seulement,

signe son premier contrat professionnel avec

le Brest Bretagne Handball. Elle n’a que 17 ans.

« J’ai appris qu’ils étaient intéressés et donc

nous y sommes allées avec ma mère pour visiter

les structures, voir la ville et découvrir le projet

qu’ils me proposaient. L’accompagnement me

plaisait donc j’ai dit oui, se remémore Foppa.

La première fois où je me suis dit ’t’es lancée’,

c’est lors du premier match à domicile. Ça m’a

mis une claque. T’as l’impression qu’il y a 6 000

personnes qui ne regardent que toi. Il y a une

ambiance de fou à l’Arena. C’était ouf. C’était

super flippant, mais c’était dingue », palpite-telle.

Après quelques mois d’adaptation, « plutôt

compliqués loin de (sa) famille », la jeune pivot

s’acclimate. « À force de s’entraîner on prend le

rythme et mon binôme en club (

) a été super gentille avec moi. » Deux saisons

après son arrivée à Brest, Pauletta Foppa

est incontournable au poste. Impressionnante

par ses qualités athlétiques, la jeune femme de

21 ans brille de mille feux. Des mains en or qui,

en 2021, ont aidé son club à glaner le premier

titre de champion de France de son histoire et

leur troisième Coupe de France, ainsi qu’à se

hisser jusqu’en finale de Ligue des champions

quelques semaines plus tard. « Comme tout

sportif, c’est super gratifiant de gagner des

trophées en club », assure Foppa. Élue meilleure

pivot de l’année de la Ligue féminine

ainsi que de la LDC, elle est même nominée

par la International Handball Federation parmi

les cinq meilleures joueuses du monde.

« Lorsqu’on donne de notre personne, et que

nous sommes récompensés, c’est génial »,

conclut la nouvelle star.

© IconSport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 53


CHAMPIONNES FRANCOPHONES

Naomi Van

den Broeck,

la plus cosmopolite

des sprinteuses belges !

Elle est née aux Pays-Bas, a vécu en Afrique du Sud et

s’entraîne en Norvège. Naomi Van den Broeck est pourtant une

athlète… belge ! PAR LES ÉQUIPES DES JEUX DE LA FRANCOPHONIE

S

pécialiste du 100, 200 et

400 m, Naomi Van den Broeck

est née le 3 janvier 1996 aux

Pays-Bas. Elle vit en Belgique

puis en Afrique du Sud dans sa

première jeunesse. Dotée de la double nationalité

belge et norvégienne, c’est à Oslo qu’elle

vit et s’entraîne depuis plus de 10 ans, bien


et qu’elle court sous bannière tricolore belge.

Après une enfance globe-trotteuse, la sprinteuse

pose ses valises et gravit les échelons

de l’athlétisme belge. Elle participe à ses premiers

championnats nationaux en 2013, pour



frustrante 4 e place lors de la dernière ligne

droite sur cette distance. Elle atteint également


championnats juniors en saut en longueur lors

de l’année 2015.

va s’illustrer, avec un titre de championne

nationale sur cette dernière distance en

2021, ce qui constituait alors une certaine

surprise. Elle bat alors son record personnel

de près d’une seconde, avec un chrono



avec son équipe belge. En parallèle de ces

bons résultats, Naomi Van den Broeck acquiert

une grande popularité sur les réseaux

sociaux, cumulant des millions de vues sur

ses vidéos d’entraînement toujours particulièrement

impressionnantes. WS

Retrouvez tous les portraits des lauréat(e)s et champion(ne)s

des Jeux de la Francophonie sur :

jeux.francophonie.org/laureats/portraits

C’est en compétition Indoor que Naomi Van

den Broeck décroche ses premières médailles

nationales : une en or, sur le 60 m, et une autre

en argent sur 200m. La consécration suivante

-

e

premiers Jeux de la Francophonie.

À partir de 2020, la carrière de la Belge

prend une autre dimension. C’est dorénavant

sur 200 m et surtout sur 400 m qu’elle

D.R.

54 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Star de l’athlétisme

belge, Naomi Van

den Broeck est

aussi une icône sur

les réseaux sociaux.

© Icon Sport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 55


C’EST BON POUR MOI !

GESTION DU STRESS

SPORT ET

COHÉRENCE

CARDIAQUE

© Syda Productions / Shutterstock

QUAND ÉMOTION

ET RESPIRATION

SE MÊLENT

Le stress est une

variable d’adaptation,

une conséquence

et non une cause de

faiblesse de jeu. La

cohérence cardiaque

vient travailler ce

rééquilibrage.

On la connaît bien cette expression, « Respire un bon coup ! ». Surtout avant une compétition ou une

rencontre sportive décisive. Ce que l'on connaît moins, c'est la force insoupçonnée de la respiration.

On vous embarque à plein poumons… et dans le cerveau ! PAR LÉA BORIE

e Florent Manaudou à Ro-

Federer en passant Dger

par Tiger Wood, nombre

de sportifs de haut niveau

utilisent la cohérence cardiaque

pour préparer leurs compétitions

et ainsi optimiser leurs performances. On

retrouve d’ailleurs ici, dans la pratique

sportive, les premières applications de la

cohérence cardiaque. Mais alors comment

cela fonctionne ?

On pratique la cohérence cardiaque pour

atteindre un état d’équilibre physiologique,

physique, mental et émotionnel. Elle requiert

un recentrage permis grâce à la respiration.

En adoptant un certain rythme physiologique,

on va permettre au corps de libérer

des hormones type sérotonine, endorphines,

mélatonine. D’après les études médicales

en neurosciences, on associe systèmes

nerveux, cardio-vasculaires, hormonaux et

immunitaires.



- Adopter une posture confortable

- Se concentrer sur sa respiration

- Respirer sur le principe de base une inspi-


une expiration de 5 secondes en vidant

l’air de son ventre, pendant 5 minutes 3

fois par jour.


Le décor est posé. Pour aller plus loin, on

a étudié l’ouvrage «

», de

Claude Cagnon, qu’on a interviewé pour

tirer ce phénomène, encore trouble, au

clair…

56 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


METTRE LES MAINS DANS LA MATRICE

AVEC LA COHÉRENCE CARDIAQUE

« », Claude Cagnon

Praticien en cohérence cardiaque auprès

des sportifs de haut niveau et agent

FFF de joueurs, Claude Cagnon regrette

que, bien souvent, dans les clubs, la dimension

émotionnelle soit passée sous

silence, au profit de l’unique technique

ou tactique de jeu. Il considère aussi

comme un contresens d’apparenter

cette technique à une seule méthode de

relaxation.




«

nel

». Claude Cagnon prend l’exemple d’une

personne le jour d’un match. Cette dernière

pourra être brillante toute la semaine, et

échouer le jour de la rencontre car elle devra

faire face à des adversaires imprévisibles, un

environnement qui n’est pas le sien, soit un

contexte hostile. « -



-

».

Ainsi convient-il de ne pas se laisser gagner

par le stress et le déséquilibre émotionnel.

D’où l’intérêt de souligner qu’on ne devrait

pas dire qu’une personne perd ses moyens

D.R.

mais qu’elle était en incapacité d’exprimer

ses moyens. Le spécialiste fait un parallèle

avec le travail du chirurgien. En cas d’erreur

médicale pendant une opération, « ce n’est



»

Autre expression contre laquelle se bat le

praticien : ‘‘sortir de sa zone de confort’’.

«



»


« -





-


»

En parlant de stress, Claude Cagnon nous

« LE STRESS N’EST

PAS UNE CAUSE

MAIS BIEN UNE

CONSÉQUENCE. »

arrête sur celui qui fait grossir, en avançant

que 20 à 25 % des sportifs de haut niveau,

pratiquant environ du sport 300 jours par

an, ont des problématiques de surpoids ou

d’indice de masse grasse. «






-



-

».


La cohérence cardiaque se mesure par la variabilité

de la fréquence cardiaque ; un moyen

d’action sur l’inspiration et de récupération

sur l’expiration. Comment ? en mesurant les

écarts entre chaque battement cardiaque.

Présentée à des sportifs de haut niveau, la

méthode est à travailler, d’après Claude Cagnon,

à partir d’un logiciel de biofeedback

(rétroaction biologique pour apprendre aux



«



» Et généralement, l’expert estime que

maine-là.

«



».


Et ne croyez pas qu’en ‘‘quelques séances

de respi’’, ce sera réglé pour la vie. «

pose Claude

Cagnon.-

-





». WS

POUR ALLER

PLUS LOIN

Cohérence cardiaque

et optimisation de

la performance :

passez du talent au

professionnalisme, de

Claude Cagnon, 2018

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 57


C’EST BON POUR MOI !

LE SPORT

POUR ARRÊTER

LA CLOPE,

TOP OU

FLOP ?

Si vous n’avez jamais commencé à fumer, tant mieux

pour vous. Si vous luttez pour essayer d’arrêter, vous

êtes à la bonne adresse. La dépendance au tabac est très

forte chez les fumeurs, et les tentatives d’arrêt souvent

vaines. Nous avons déjà tous essayé de ranger le paquet

au fond du tiroir quelques jours, avant de succomber à

nouveau. La dépendance est aussi psychologique, car

la tentation est omniprésente. Allumez une cigarette

lorsque vous êtes nerveux, lorsque vous prenez un verre

avec des amis ou lorsque vous promenez votre chien le

dimanche, et vous obtiendrez une habitude sérieuse et

difficile à défaire. Mais ne vous découragez pas, tout

problème a sa solution. La désirez-vous ? Elle est simple

et efficace, et se nomme le sport. PAR JIMMY ABOU AKL

Votre vice, c'est la

cigarette. Le sport

peut-il vous aider à

arrêter de fumer ?

On fait le point

ensemble.

© Pixel-Shot / Shutterstock

LE TABAC ET LE SPORT,

UN MÉLANGE FUMEUX

Il faut savoir que le tabac et le sport forment

un ménage incompatible et dangereux.

Les risques au niveau sanitaire sont

considérables, puisque l’alliage des deux

augmente les probabilités de mort par

infarctus (pour les personnes de plus de

40 ans). D’autant que le sport n’annihile

pas les effets nocifs du tabac, c’est une légende.

Pour rappel, une cigarette contient

plus de 4 000 substances chimiques (notamment

du mercure, du plomb, de l'arsenic,

de l'ammoniac…). Certaines d'entre

elles favorisent la survenue de différents

cancers. Toutefois, l’arrêt du tabac permet

de réduire les risques de développer

une maladie grave. La nicotine, présente


des propriétés très nocives. Elle provoque

tout d’abord la dépendance au tabac,

ainsi que l'augmentation de la pression

artérielle, l'accélération du rythme cardiaque,

la détérioration des artères. Les

effets de la nicotine augmentent aussi

la consommation d’oxygène par le cœur.

Le monoxyde de carbone émanant du ta-

58 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


ac remplace l’oxygène présent dans les

globules rouges et les muscles. En conséquence,

on développe un risque d’hypoxie,


répercussions à moindre échelle sont l’es-


cardiaque, la fatigue, le manque de motivation,

une mauvaise récupération, une

apparition plus rapide de crampes, des

performances sportives réduites…

LE SPORT COMME

CALUMET DE LA PAIX ?

C’est pourquoi, en période de sevrage

tabagique, la pratique du sport constitue

le remède idéal. Celle-ci apporte de nom-

jectifs,

retrouver la motivation, penser à

autre chose, s’occuper le corps et l’esprit,


risque de prise de poids. Le sport est un

puissant anti-stress, reconnu de toutes

les autorités médicales. Les endorphines,

les hormones du bien-être, sont libérées

à la suite d’un exercice sportif. Ce sont

© Gorynvd / Shutterstock

« ARRÊTER DE

FUMER EST À

LA PORTÉE DE

TOUS, IL SUFFIT

JUSTE D’EN AVOIR

VÉRITABLEMENT

LA VOLONTÉ. »

des antidouleurs naturels qui atténuent

les symptômes du manque de nicotine.

Le rapport publié en 2002 par le Comité

français d’éducation de la santé (CFES),

intitulé « Le sport nouvel allié contre le tabac

» a tiré deux constats clairs :

- le tabac altère les performances physiques.

En effet, 44 % des personnes

sportives ont décidé d’arrêter le tabac

en raison d’une baisse de la qualité

des performances ainsi que la prise de

conscience de la dangerosité sur le plan

sanitaire.

- le sport diminue la dépendance à la nicotine,

réduit l’effet de manque, permet

de ne pas rechuter et de concentrer sa

motivation ailleurs.


des sportifs fumeurs ayant arrêté le tabac

ont vu leurs performances physiques multipliées

par trois en un an grâce à l’exercice

sportif. Ainsi, vous aurez l’occasion

de prendre le cigare en allant à la salle

de gym.

COMMENT ALLUMER

LA MÈCHE ?

Un quart d’heure d’exercice par jour a un

effet rapide et impactant pour lutter contre

l’envie de fumer. Le sport est une solution,

mais attention à ne pas précipiter les

étapes. Il est déconseillé de démarrer un

programme sportif trop intensément avec

la volonté de trouver des résultats immédiats.

Lors du sevrage, il faut modérer

son activité. Une marche, à pas soutenus,

pratiquée 15 ou 30 minutes, trois fois



les sportifs plus aguerris, le conseil est le

même : augmenter les efforts progressivement.

Alors foncez, et ne laissez pas cette

résolution s’envoler en cendres !



la volonté. Le fait de fumer constitue une

pulsion, une démangeaison, une motivation.

La clé est de remplacer cette motivation

par une autre. La pratique du sport

accompagnée d’un arrêt de la consommation

de tabac est donc, somme toute, le


problème. En option, il n’est pas non plus

inintéressant de jeter tous ses briquets

à la poubelle. Mais en toute franchise, le

meilleur conseil serait simplement de ne

jamais commencer à fumer. WS

Le sport,

allié pour

arrêter de

fumer :

quelques tips en plus

Lors de la période de sevrage, il se peut

que l’envie de fumer vous trotte dans la

tête, même si elle est passagère et dure

environ 3 à 4 minutes. Voici quelques

conseils pour ne pas craquer :

• boire un grand verre d’eau

• manger un fruit

• respirer profondément

• changer d’activité, de pièce, faire autre

chose pour vous occuper l’esprit

• passer un coup de téléphone à un(e)

ami(e).

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 59


C’EST BON POUR MOI !

RECETTE LÉGÈRE ESTIVALE

TARTINES

CRABE ET

PAMPLEMOUSSE

Trek au sac à dos, roadtrip à vélo… La saison nous invite à alléger un

peu nos assiettes, à réduire le temps de travail en cuisine et à limiter la

chaleur produite par les fourneaux. A la recherche d’une recette facile à

faire pour les pique-niques sportifs estivaux, nous sommes tombés sur

cette pépite gustative facile à tartiner. L’idée ici n’est pas de partir sur un

régime hypocalorique (surtout pas dans le cadre d’une pratique sportive

soutenue !), mais de cuisiner sainement et rapidement.

C’est dans la boîte ! PAR LÉA BORIE

Les ingrédients pour 2 personnes :

• 1/2 avocat

• 1/2 oignon blanc

• 2 c. à s. de jus de citron

• 1/2 pamplemousse rose

• 4 tranches de pain de seigle

• 100 g de chair de crabe

Préparation :

B Dénoyautez le demi-avocat et prélevez sa chair.

C Épluchez le demi-oignon blanc. Mettez ces deux ingrédients dans le bol d’un mixeur

et actionnez l’appareil.

D Ajoutez le jus de citron à cette préparation. Mélangez.

E Pelez le pamplemousse rose à vif. Détaillez sa chair en dés.

F Étalez la crème d’avocat à l’oignon sur les tranches de pain de seigle.

G Répartissez par-dessus la chair de crabe préalablement émiettée ainsi que les dés de

pamplemousse.

L’ÉCLAIRAGE D’ALICE DELVAILLE

« Des tartines hypocaloriques pleines de saveurs et de fraîcheur ! Le crabe – dont

le nom est apparu vers le XIIe siècle, dérivé du mot néerlandais « krabbe » - est

assez pauvre en calories (environ 128 kcal pour 100 g de produit cuit à l’eau). Par contre, il est

riche en protéines de bonne qualité (environ 20 %), en minéraux (du phosphore, du potassium,

du calcium, du fer, du zinc et du cuivre ainsi que du sélénium et de l’iode) et en vitamines

(essentiellement celles du groupe B, mais également de la vitamine E qui est antioxydante).

(…) Comme pour tous les poissons et crustacés, attention aussi à son lieu de pêche : les mers

et océans sont tellement pollués par des hydrocarbures, métaux lourds, pesticides… qu’il est

essentiel de bien connaître l’endroit où le crabe a été pêché et de savoir si la zone de pêche n’est

pas (trop…) polluée. »

60 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


L’AVIS DE LÉA DE

WOMEN SPORTS :

L’atout majeur du

pamplemousse rose reste

sa teneur en vitamine C.

Antioxydant et antiinflammatoire,

c’est une

excellente source de

potassium, de calcium. Il

est aussi riche en eau et en

fibres. Sa saveur sucrée et

acidulée font de lui un bon

aliment en récupération

après l’effort. Attention

néanmoins, le pamplemousse

entrerait en interaction

avec certains médicaments

comme des anticoagulants.

Sa consommation régulière

et en quantité dans ce cadre

doit être écartée. La source

de protéines, on la trouve

dans le crabe. Pauvre en

lipides, ce crustacé détient

une grande saveur. On ajoute

encore une dernière touche

de protéine dans l’avocat,

qui contrairement aux idées

reçues, n’est pas une bombe

calorique. Avec ses quelques

200 kcal les 100 grammes, il

dose haut la vitamine B9 en

prime !

Mon avis dégustation :

A manger frais, dans les heures

qui suivent la préparation

(sinon le pain de seigle

s’imbibe d’eau et ramollit)

POUR ALLER

PLUS LOIN

Les tartines

hypocaloriques,

d’Alice Delvaille,

paru en avril

2022 aux Editions

Alpen, 14,90 €

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 61


SPORTIVE MYSTÈRE

QUI

SUIS-JE ?

Quelques indices :

Fait 1 : Je suis Française.

Fait 2 : Mon père pratique le handball, ma mère du

badminton.

Fait 3 : J’ai excellé dans ma discipline, rapportant

une médaille d’or, une médaille d’argent et une

médaille de bronze des Jeux Olympiques.

Fait 4 : J’ai marqué les JO 2012 en sautant

dans les bras de mon frère, lui aussi

médaillé olympique dans la même

discipline.

Fait 5 : J’ai pris ma retraite sportive

définitive en 2012.

Fait 6 : Je suis en couple avec un

célèbre chanteur, découvert grâce à

The Voice.

Fait 7 : J’ai participé à plusieurs

émissions célèbres dont Le Meilleur

pâtissier et Mask Singer.

Réponse : Laure Manaudou

© Icon Sport

62 WOMEN SPORTS N°23 N°25 • Juillet Janvier - - Août Février - Septembre - Mars 2022 2022 EN EN SAVOIR PLUS PLUS SUR SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Le plus

pour jouer au tennis

N O U V E A U T É 2 0 2 2

Création de Belambra Tennis Kids avec comme

parrain exceptionnel Fabrice Santoro

Cet été, Belambra offre sur 7 clubs (1) , à 5 500 enfants du club ‘‘Pirates’’ âgés de 6 à 10 ans,

1 stage de tennis et un équipement sportif en partenariat avec l’équipementier HEAD :

raquette, tee-shirt floqué Belambra Tennis et remise d’un diplôme pour repartir avec des

souvenirs inoubliables !

40 courts répartis sur 14 destinations

dans les plus beaux endroits de France.

Le programme “Belambra Tennis” s’articule en deux volets : cours

particuliers (2) et stages (2) à la carte, adaptés par tranche d’âge

et par niveau mais aussi un programme d’animations gratuites

durant la semaine, à retrouver dans les Clubs de :

— Belgodère ‘‘Golfe de Lozari’’ — L’Îsle-sur-la-Sorgue

— Borgo ‘‘Pineto’’

— Cap d’Agde ‘‘Les Lauriers

Roses’’

— Capbreton ‘‘Les Vignes’’

— La Colle-sur-Loup

‘‘Les Terrasses de Saint-

Paul-de-Vence’’

— La Grande Motte

‘‘Presqu’île du Ponant’’

— La Palmyre ‘‘Les Mathes’’

‘‘Le Domaine de Mousquety’’

— Montpezat-en-Provence

‘‘Le Verdon’’

— Port Camargue ‘‘Les Salins’’

— Presqu’île de Giens ‘‘Riviera

Beach Club’’

— Presqu’île de Giens

‘‘Les Criques’’

— Seignosse ‘‘Les Estagnots’’

— Seignosse ‘‘Les Tuquets’’.

Informations & réservation sur belambra.fr

(1) Liste des clubs concernés sur belambra.fr (2) Options payantes. Belambra Clubs au capital de 34.000.000€. RCS Nanterre : 322 706 136. Siège social : Centralis, 63 avenue du Général

Leclerc 92340 Bourg-la-Reine. Crédits photos : MyPhotoAgency, Ben Verlooy, Interaview, iStock.


DÉCOUVERTE

CROATIE SPORTIVE

© Léa Borie

Passionnés de randonnées escarpées sur les pistes de parcs nationaux

préservés, amoureux de la nature, amateurs de vacances sportives, on

vous emmène en Croatie du sud, sur les plus beaux sentiers de chaînes

de montagnes côtières de la mer Adriatique et sa palette de couleurs

rayonnantes. Lacez vos chaussures de marche, suivez le guide et ouvrez

grands les yeux… PAR NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE LÉA BORIE

64 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 65

© Benny Marty / Shutterstock


DÉCOUVERTE

VOYAGE EN 2 PARTIES :

DALMATIE DU NORD

ET DALMATIE CENTRALE

Un séjour sportif idéal pour une petite

semaine ! La Croatie est bordée

par la mer Adriatique. Pourvu de

6 176 km de côtes, elle se savoure

encore plus hors saison. D’autant

que la Dalmatie est la région la

plus touristique du pays !

Dalmatie du centre :

Split et Makarska

• Split, joyau de la côte, vieux de


C’est ici que l’avion vous dépose depuis la

France. Urbaine et touristique, cette ville

de 80 km 2 a su rester un oasis vert.

© Buble Production / Shutterstock

© Dreamer4787 / Shutterstock

66 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


© Peter Krocka / Shutterstock

© Pajor Pawel / Shutterstock

Un parc-forêt,

même en pleine ville !

L'occasion de s'offrir

une superbe rando

nature à deux pas de

l'urbain.

© Léa Borie

Marjan est le 1 er symbole de la ville. J’accède

à cette colline la première fois en arri-


Un escalier arboré de 300 marches donne

accès, au sommet, à un point d’observation

avec une vue imprenable sur la ville et

les îles alentours.

Le lendemain, je pars à pied traverser

tout le Park Šuma Marjan depuis l’autre

entrée, Spinutska Vrata (entrée gratuite).

Le parc-forêt, comprenant la péninsule

de Marjan, est une réserve naturelle de


trottinant dans les centaines de

© Léa Borie

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 67


DÉCOUVERTE

© SDL

© Léa Borie

© Léa Borie

Plus au sud, à

Makarska : les

randonnées en

bord de mer sont

vertigineuses !

© Léa Borie

sentiers forestiers du parc, tantôt

goudronnés avec pistes cyclables, tantôt

plus escarpés.

• Le jour suivant, je prends la voiture et descends

jusqu’à Makarska, en direction de

Dubrovnik, sur la Riviera croate au fond de

la montagne de Biokovo. Au programme,

une mini rando en longeant le Park

šuma Osejava. Depuis les sentiers

boisés, vue panoramique sur l’Adriatique.

© Lenar Musin / Shutterstock

Dalmatie du Nord :

Skradin

•Cap maintenant sur le Nord ! Skradin,

toute petite ville bucolique à 15 km de

Šibenik, est l'une des plus anciennes

villes croates, qui fut ruinée par la guerre

en 1995 et reconstruite avec charme.

Elle est installée le long de la rivière Krka.

C’est là que ça nous intéresse. Depuis

Skradin, je pars à pied rejoindre le Parc

national de Krka (entrée : 14 €), 2 e parc le

plus visité de Croatie.

En arrivant, la sortie rando se poursuit.

Cet étonnant cours d’eau du karst croate

(paysage façonné dans le calcaire)

s’écoule dans de profonds canyons

donnant lieu à des chutes impression-

68 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

© justrest / Shutterstock

© Léa Borie

nantes, la cascade de

Skradinski buk. Un saut

au pied de la cascade pour

me rafraîchir et me voilà

repartie sur les hauteurs à

travers les sentiers arborés.


haut : l’aménagement du

parc permet de faire le tour

du spectacle.

© Creative Travel Projects / Shutterstock

© dvoevnore / Shutterstock

Au retour, j’ai joué les touristes en prenant

le bateau qui emprunte le chenal de Sibenik,

avant d’enchaîner sur une excursion

paisible du côté de l’îlot de Visovac pour

admirer la plénitude de son monastère.

Vous avez un peu plus de temps devant

vous ? Essayez-vous au canoë, au canyoning,

au paddle rétroéclairé à la tombée

de la nuit… WS

La Croatie sportive :

Aventurières-pirates, rendez-vous du 1 er

au 5 octobre pour le Raid 100 % féminin

« Dalmatie Trophy ». Au programme sur

3 jours : 20 km de

VTT, 15 km de trail

& 800 m de paddle,

10 km de trail & 50 m

de swim & 5 km de

canoë. Partez !

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 69


EN IMMERSION

ENTRETIEN

Valeriane Ayayi-

Vukosavljević

de retour après sa pause-bébé,

on y était !

Elle casse tous les préjugés. Valériane Ayayi-Vukosavljević, jeune maman, a retrouvé les

terrains plus forte encore qu’auparavant, quelques semaines seulement après avoir accouché.

Un retour qui force le respect, qui prouve que tout est possible, et qui devrait aider à coup sûr à

faire changer les mentalités. Reportage. PAR NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX À MONT-DE-MARSAN, VANESSA MAUREL ET RUBEN DIAS

«


» Sur les parquets

de l’Espace François

Mitterrand à Montde-Marsan,

Valériane


sourire. Comme si de rien n’était, et

avec toute notre admiration, la joueuse

de Basket Landes participe pleinement


se dire qu’elle a mis au monde un enfant

il y a « seulement » deux mois…

Et quand on parle avec elle, on n’a pas



, nous explique-t-elle. J’ai

-


».

La reprise s’est faite petit à petit. « J’ai

-



» Et tout ça…

« EN FAIT, J’AI REPRIS

L’ENTRAÎNEMENT DEUX SEMAINES

APRÈS AVOIR ACCOUCHÉ. »

© Icon Sport

Avec son bébé ! «

-




(rires) ».

« J’ai cru que je n’y arriverai

pas »

Un exploit que même elle ne pensait

pas pouvoir accomplir. «




-






»

Aujourd’hui, seules deux choses ont

changé : un nouveau supporter dans

les gradins, et la façon d’être à l’écoute

de son corps. Alors que sa petite frimousse

la regarde depuis les tribunes,

Valériane impressionne sur

68 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Elle est l’une des

stars de l’équipe de

France de basket.

Valeriane Ayayi-

Vukosavljević est de

retour au top après

sa grossesse.

© Ruben Dias

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 69


EN IMMERSION


© Icon Sport

Une Coupe

pour fêter ça

La reprise après une

pause maternité,

c’est « le même

processus qu’avec

une fille qui revient

de blessure ».

Trois mois après son accouchement,

Valériane a fait son grand retour en

compétition avec Basket Landes.

Sous les couleurs du club du sudouest,

Valeriane et les joueuses se

sont par ailleurs offert leur première

Coupe de France, en avril dernier.

«

ket

Landes. «


»

© Ruben Dias

Alors que l’entraînement se termine,



clairement devenue la chouchoute (voire

la mascotte) de l’équipe, lui apporte une

« LA VOIR GRANDIR,

SE DÉVELOPPER, ÇA ME DONNE UNE

MOTIVATION SANS FAILLE. »

les parquets. Elle est revenue

de sa pause-bébé plus forte, et surtout

avec une connaissance de son corps

accrue. «-



-





-



»

Composer sans se plaindre. Pas une

seule seconde durant l’entraînement

Valériane s’est montrée fatiguée, ou en

dessous physiquement. Et sa coach ne

la ménage pas. Au contraire, sur le parquet

de l’Espace François Mitterrand,

Julie Barennes vient de temps en temps

bousculer celle qu’elle appelle « Valou ».

force inattendue. «




-


» WS

© Ruben Dias

70 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Publi-info

Dans la douceur

de

Gruissan

La destination pour renouer

avec l'essentiel

Gruissan est la

destination idéale


attraits du littoral

méditerranéen.

© Pascal Coste

Gruissan,

résiliente

et innovante

par nature

Gruissan a su préserver sa « vraie » nature.

Cette station balnéaire séduit par la diversité

de ses paysages entre garrigues, vignobles,

salins et Grande Bleue. Vous découvrez le

vieux village de pêcheurs dont les ruelles

encerclent la Tour Barberousse, puis les 5

immenses plages dont la célèbre plage des

chalets sur pilotis immortalisée par le film «

37,2° le matin » de Jean-Jacques Beineix. Et

pour compléter ce paysage, le massif de la

Clape, un décor naturel de 15 000 hectares

qui surplombe la station. Les circuits VTT,

les chemins de randonnées et les visites

guidées sont de fidèles alliés pour explorer

cette ancienne cité médiévale « sauvage par

nature ».

© Alexandre Gallo

et son port poursuivent un objectif : faire

de Gruissan une destination d’exception.

Comment ? En déployant une stratégie de

développement économique passant par la

réalisation de projets novateurs.

Les îlots

de Gruissan

Le paradis

de la glisse

Sous l’impulsion de son Office de Tourisme,

Gruissan est devenue une destination

vacances disposant d’activités nautiques

« multifacettes » avec un port, des clubs

nautiques, des professionnels de la

plaisance, des écoles de voiles… et depuis

peu un téléski nautique, Marina O Zone,

situé sur l’étang des Ayguades.

Le téléski vient compléter un panel d’activités

« glisse » très étoffé. La plage des chalets

accueille le plus grand rassemblement

mondial de windsurfers et kitesurfers

(les Défis), où amateurs et professionnels

s’affrontent sur un parcours digne d’un

© O2Drone

Le port du futur

Gruissan, c'est aussi un port pouvant

accueillir plus de 1650 plaisanciers et animé

par ses nombreux commerces. Depuis

plusieurs décennies, l’Office de Tourisme

Confirmant l’attrait de la clientèle pour

des concepts singuliers, les hébergements

insolites ont le vent en poupe. Des

lodgeboats qui flottent, c’est le projet

du port de Gruissan lancé en 2020 et

qui répond ainsi à la forte demande

des vacanciers en quête d’expériences

inoubliables. Baptisé « Les Îlots de

Gruissan », cet établissement nautique,

constitué de 35 hébergements flottants

tournés vers le large, est un projet unique en

France. Un pari pris par l’Office de Tourisme

pour renforcer l’attractivité de la destination

en proposant une offre innovante et jamais

vue sur le littoral français ou dans un port

de plaisance. Ces logements 100 % made in

France sont disponibles à la nuitée de mars

à novembre. Le plus : pour l’apéritif, la Perle

Gruissanaise peut vous livrer un plateau de

fruits de mer directement sur votre lodge, au

son des clapotis de l’eau…

© SOUVILLE - Le Défi Wind

marathon nautique. Aussi, les écoles de voile,

Akila chalets et Akila Mateille qui rayonnent

déjà par la pluralité de l’offre glisse dispensée,

sont aujourd’hui de véritables pôles

touristiques, créateurs d’événements, où l’on

peut se restaurer ou profiter d’un concert au

soleil couchant.

gruissan-mediterranee.com

#MyGruissan


SPORT PASSION AVEC

Comment

bien

choisir

sa brassière

de sport ?

Avec Charlotte

de Sport 2000

Charlotte Bondurand, 30 ans, est la spécialiste des brassières

du Sport 2000 Marseille la Valentine ! Forte de ses 7 ans

d’expérience au sein de l’enseigne, la jeune femme nous a

expliqué comment choisir LA brassière faite pour nous.

D.R.

Tout d’abord, pourquoi

est-ce important de

porter une brassière

de sport ?

En fait, je dirais qu’il est primordial de

porter une brassière. Un soutien-gorge

classique, s’il est utilisé pour le sport,

peut abîmer les tissus de la poitrine.

Si on le porte quotidiennement

pendant nos séances de sport, il peut

même causer des plaies à cause des

armatures. Pendant le sport, la poitrine

bouge, fait des mouvements. Le but est

de la maintenir pour éviter les rebonds,

mais sans non plus la bloquer.

Comment choisit-on sa

brassière de sport ?

Il y a trois points à prendre en

compte.

Le maintien

Nous choisirons parmi les trois

existants, suivant le sport pratiqué.

74 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


1. Le maintien léger, parfait pour

les exercices doux, comme le yoga, le

Pilates, etc.

2. Le maintien moyen, à privilégier

pour les sports comme la gymnastique,


3. Le maintien élevé, qui lui est idéal

pour les arts martiaux mais aussi le

running, le football, le tennis, etc.

La taille

« Il ne faut pas que

la brassière soit

trop grande, sinon

la poitrine bouge,

mais il faut aussi

éviter qu’elle soit

trop serrée... »

Il est important de connaître la taille

de sa poitrine. Je dirais que la moitié

des femmes ne la connaît pas et

porte des soutiens-gorge qui ne sont

pas à leur taille.

Pour la connaître, rien de plus simple.


Pour la circonférence (90, 95, 80, etc),

on mesure le tour du buste.

© Undrey / Shutterstock

On pose le mètre derrière le dos et

on entoure juste en dessous de la

poitrine. Pour le bonnet (A, B, C…), on

garde le même ruban et on entoure la

poitrine, de manière horizontale, pour

poser le mètre sur le sein sans trop

serrer.

Il ne faut pas que la brassière soit

trop grande, sinon la poitrine bouge,

mais il faut aussi éviter qu’elle soit

trop serrée, car on peut ressentir des

douleurs et même avoir une mauvaise

posture.

Le confort

On privilégie une brassière sans

couture, avec des bretelles en X

ou Y qui permettent un meilleur

mouvement. Celles-ci sont aussi

pratiques sur le côté esthétique

puisqu’elles correspondent souvent

aux jolis hauts croisés dans le dos,

avec des couleurs assorties à notre

tenus.

Encore mieux, on cherche des

bretelles qui se règlent, pour plus

de facilité. Et surtout, on évite les

brassières avec du rembourrage ! Ça

va stocker la sueur, et on sait tous

que ce n’est pas top. On préfère

davantage les brassières aux maîtres

souples et agréables qui évacuent

bien la transpiration. Le mieux, ce

sont les brassières en polyester ou en

polyamide.

Selon vous, quelles

sont les meilleures

brassières ?

Les brassières de la marque Z Sports

sont très bien. Il y a un super maintien

et surtout un large choix de tailles.

Ensuite je mettrais Nike, Adidas et

Puma dans le même panier. Toutes

proposent de jolies brassières, avec

trois types de maintiens selon les

sports pratiqués. Vous trouverez

forcément ce que vous cherchez. WS

UNDER ARMOUR INFINITY MID COVERED

Brassière maintien moyen avec bretelles

ajustables. Le + Produit : « HeatGear@ »

séchage rapide - 45 €

ADIDAS DRST ASK P BOS

Brassière maintien léger avec fines bretelles

ajustables. Le + Produit : « AEROREADY »

séchage rapide, 60% matières recyclées - 38 €

PUMA MID IMPACT FEEL IT

Brassière maintien moyen avec larges bretelles

et dos nageur. Le + Produit : matières

recyclées - 30 €

NIKE INDY BRA

Brassière maintien léger avec fines bretelles

ajustables. Le + Produit : « Nike Dri-Fit »

séchage rapide, 50% matières recyclées -

32,99 €

1

2

3

4

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 75


LES BONS PLANS

Page réalisée par le service commercial de Women Sports

MIEL DE TILLEUL LE SOUFFLE D’ADORE

Délicatement recueilli sur les fleurs de tilleul pendant la floraison du mois

de juillet, ce nectar pur et délicat évoque le miel de première qualité et peut

facilement prendre place sur votre table. Obtenu à partir des fleurs du tilleul, il

est également appelé miel monofloral. Toutes les variétés de miel de tilleul ont

une caractéristique commune : un arôme vif et proéminent, accompagné d’une

délicieuse note sucrée. Le miel de tilleul est considéré comme le plus précieux

de tous les types de miel naturel. Il reste un secret pour les scientifiques. Pour les

consommateurs, il constitue une délicieuse friandise et un médicament. Le miel

fraîchement récolté reste jaune clair, doux et liquide pendant trois mois. Et après le

début de la cristallisation, vous remarquerez qu’il devient presque blanc, plus dur

,avec un nouvel arôme plus profond. La cristallisation complète peut prendre de

six mois à un an. D’innombrables propriétés curatives sont cachées dans ce petit

pot. Qu’y a-t-il de mieux qu’un traitement délicieux ?

Disponible sur le site : ahoney.com

Prix : 10,90€ (Pot de 500 g) ou 6,50 € (Pot de 250 g)

PARDI,

LE MAQUILLAGE RECHARGEABLE

& RÉUTILISABLE

Le respect du corps et de l’environnement est au cœur de Pardi.

Leur formule innovante est vegan et à 98 % d’origine naturelle

avec des ingrédients upcyclés. Il assure volume et longueur,

et tient toute la journée ! En plus d’être pratique et efficace, la

brosse se conserve lorsque vous avez terminé votre mascara : il

suffit de la nettoyer à l’eau et d’acheter un flacon recharge.

Le plus ? Le mascara Pardi résiste à la pluie, à la sueur et à la

chaleur, tout en se démaquillant en douceur à l’eau.

Disponible sur le site :

pardi-cosmetiques.com

Prix : 35€ le mascara complet

et 27,5€ la recharge

76 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


FEMMES D’INFLUENCE

Yannick Souvré

« La Ligue Féminine de Basket, c’est ce qui

se fait de mieux au niveau professionnel »

Basketteuse de légende, Yannick Souvré a mené en tant que capitaine l’équipe de France au premier

grand titre de son histoire, l’Euro 2001. Aujourd’hui directrice de la Ligue Féminine de Basket, elle

évoque les grands chantiers en cours, mais accepte aussi de revenir sur sa carrière atypique, son

engagement pour le sport féminin et la place des femmes dans les instances dirigeantes.

PROPOS RECUEILLIS PAR THOMAS SALIS

Les chantiers du

basket féminin

QUELLES SONT VOS MISSIONS AU

SEIN DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE

DE BASKET-BALL ?

Depuis deux ans, je suis à la fois directrice

de la Ligue Féminine de Basket et directrice

du haut niveau des clubs, c’est-à-dire les

trois divisions les plus élevées gérées par

la fédération : la Ligue Féminine, la Ligue

Féminine 2 et la Nationale Masculine 1 qui

sont la dernière étape avant la Ligue Professionnelle.

Mon job consiste à organiser ces

compétitions d'un point de vue administratif,

logistique et événementiel. Je suis chargée

de faire la promotion de ses divisions,

de les développer pour les rendre plus performantes,

plus professionnelles.

COMMENT SE PORTE AUJOURD’HUI

LE BASKET FÉMININ ?

ce championnat. Les revenus des joueuses

sont importants. En moyenne, le salaire

mensuel brut est de 5 900 euros. Pour les

entraîneurs, c’est plus de 5 000 euros par

mois en moyenne. On produit 100 % de nos

matches, diffusés sur LFB TV. Le basket

féminin français fait partie des 5 meilleurs

mondiaux et on veut continuer de structurer

les clubs, de les développer. On a une

fédération qui pousse beaucoup pour le

basket féminin. Au niveau des pôles de formation

des jeunes, les moyens sont exactement

les mêmes entre le masculin et le féminin.

Les résultats sont là. Par exemple, la

meilleure jeune joueuse de la plus grande

compétition de basket européenne, l’Euroligue,

est une Française, Marine Fauthoux.


remettre en question pour arriver à fournir

cette belle équipe de France.

SEULEMENT QUELQUES MOIS

APRÈS VOTRE PRISE DE FONCTION,

LE COVID ARRIVAIT EN FRANCE.

COMMENT A-T-IL IMPACTÉ LE

BASKET FÉMININ ?


eu une réactivité assez phénoménale et

nous, en interne, on a bien travaillé pour

tenir le championnat. Il était important de

faire jouer les équipes dès que c’était possible.

C’est vrai que l’année dernière, la saison

s’est déroulée à huis-clos. C’était très

frustrant pour les clubs et les supporters.

On a essayé de donner tous ensemble de la

visibilité au basket féminin en fournissant

des images de haute qualité aux fans de

basket pour qu’ils suivent les rencontres. Ils

sont environs plus de 5400 par rencontre à

regarder les matches sur notre plateforme

de streaming.

QUELS SONT LES PLUS GROS

CHANTIERS DU BASKET FÉMININ

AUJOURD’HUI ?

Au niveau de la Ligue, on doit se développer.

On veut travailler sur la marque LFB, la


veut structurer les clubs, que cela soit dans

la professionnalisation, dans l'administratif,

la communication...

Le basket féminin français se porte bien !

La Ligue pro existe depuis 1998, cela fait

donc 24 saisons. La Ligue Féminine de Basket,

c’est ce qui se fait de mieux au niveau

professionnel. Le budget moyen des clubs

est de 1,9 million d'euros. On a pratiquement

toutes les joueuses des équipes de

France de 5/5 et de 3/3 qui évoluent dans

« LES CHAÎNES DE TÉLÉVISION NE SONT

PLUS LE PASSAGE UNIQUE DE LA VISIBILITÉ

À L’HEURE DES RÉSEAUX SOCIAUX. »

78 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


La championne de

basket est devenue

dirigeante. Yannick

Souvré est plus

meneuse de jeu que

jamais !

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 79


FEMMES D’INFLUENCE

Et on veut accélérer sur la formation

des jeunes.

QUE PENSEZ-VOUS AUJOURD’HUI DE

LA VISIBILITÉ DU BASKET FÉMININ

DANS LES MÉDIAS ?

En plus de LFB TV, qui diffuse tous les

matches, la Ligue féminine a un partenariat

avec Sport en France qui diffuse les

play-offs, et France Télévisions pour des

décrochages sur F3 Régions, ce qui complète

le dispositif cohérent étant donné que

l’Equipe de France féminine est sur France

Télévisions. Mais les chaînes de télévision

ne sont plus le passage unique de la visibilité

à l’heure des réseaux sociaux. Il faut se

donner les moyens d’avoir plus de matière

pour parler aux plus jeunes. Leur donner

l’envie de venir pratiquer le basket, de regarder

du Basket féminin. L’objectif est aussi

d’attirer les marques, les différents partenaires

qui auraient envie d’être visibles

grâce au basket féminin.

FAUT-IL ALLER JUSQU’À IMPOSER DES

QUOTAS DE DIFFUSION DU SPORT

FÉMININ À LA TÉLÉVISION ?

Pour qui et où ? C’est ça la question. Je

ne sais pas si les quotas sont une solution.

Après, si vous me dites que tous les

matches seront diffusés sur une chaîne

gratuite et nationale... bien sûr que je

prends (rires…).

AU DÉBUT DE VOTRE JEUNE

CARRIÈRE, VOUS ÊTES PARTIE UN

AN AUX ÉTATS-UNIS. AU COURS DES

DERNIERS JO, UNE POLÉMIQUE A

ÉTÉ LANCÉE PAR EVAN FOURNIER

À LA SUITE D’UN TWEET DU

MINISTRE DE L’ÉDUCATION QUI

METTAIT EN AVANT LA RÉUSSITE

DES BASKETTEURS GRÂCE À

L’EPS. PENSEZ-VOUS QUE LES

FÉDÉRATIONS, LES LIGUES, LE

SYSTÈME SPORTIF SCOLAIRE

FRANÇAIS DOIVENT IMITER LE

MODÈLE AMÉRICAIN ?

Il ne faut pas tout mélanger ! Le système

universitaire américain est très élitiste.

L’école en France n’est peut-être pas parfaite

mais elle est gratuite. Ma mère était

professeur d’EPS, le sport à l’école je sais

ce que sais. En faire plus, comme c’est prévu

d’ailleurs, c’est primordial. Plus on fera

de sport à l’école et plus on aura une nation

© Icon Sport

sportive. On sera en meilleur santé mentale,

physique… je n’ai aucun doute là-dessus.

Il y a des choses qui sont intéressantes


reproduire en France. Les campus à l’américaine,

cela n’existe pas en tant que tel.

Mais ils n’ont pas non plus le système des

clubs. J’ai eu la chance d’y aller, mais j’ai

eu une bourse. Sans cela, je n’aurais pas

pu faire ce que j’ai fait. Les tarifs sont exorbitants.

Je le répète, en France l’école est

gratuite. Donc améliorons le sport à l’école,

mais sans nous renier et en reconnaissant

la valeur et le travail dans les clubs.

Une incursion dans le

monde… du volley-ball !

EN 2016, VOUS AVEZ PRIS LA

TÊTE DE LA LIGUE NATIONALE DE

VOLLEY. ETONNANT, POUR UNE

BASKETTEUSE ! RACONTEZ-NOUS

VOTRE CARRIÈRE ATYPIQUE.

À

2003, j’ai intégré mon club dans lequel j’ai

passé les 10 plus belles années de ma vie

sportive, à Bourges. Je suis devenue directrice

commerciale. Quelque temps plus tard,

on m’a proposé un job à la Fédération européenne

de basket. J’en suis devenue responsable

de la communication, de l’événementiel

et du marketing. J’y suis resté douze

ans, je me suis éclatée là-bas. Puis mon

patron a été évincé et on m’a demandé de

partir. Quand je suis rentrée en France, j’ai

travaillé quelque temps pour le CNOSF, puis

la Ligue Nationale de volley, qui rassemble

les compétitions professionnelles de volley

masculine et féminine, m’a proposé le poste

de directrice générale. J’ai accepté avec

grand plaisir… car on ne m’a pas demandé

de jouer au volley (rires...) J’ai beaucoup appris.

Je suis très reconnaissante au monde

du volley. Evidemment, certaines personnes

ne voyaient pas d’un bon œil qu’une basketteuse

puisse venir au volley. Mais j’ai été

recrutée pour ça : je suis arrivée avec un œil

neuf, je suis venue d’un sport où la structuration

en France est bien plus en avance que

80 WOMEN SPORTS N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


«LA PRÉSIDENTE DE LA LIGUE FÉMININE

DE BASKET EST POUR LA PREMIÈRE FOIS

UNE FEMME, CAROLE FORCE. »

Sa vie, c'est le

basket. Mais

Yannick Souvré

a aussi fait une

incursion dans le

monde du volley.

le volley. J’avais l’envie de pousser ce sport

et lui donner un peu plus de reconnaissance.

C’était une expérience formidable.

VOLLEY ET BASKET, MÊME COMBAT ?

Le volley comme le basket féminin sont des

sports qui ne sont pas prioritaires au niveau

de la diffusion télé donc il faut trouver autre

chose. Je me suis attelée à essayer d’aider

les clubs à créer un produit propre au volley.

Je ne suis pas arrivée au volley pour le révolutionner

mais pour apporter ma patte, mon

expérience. C’était une belle aventure. C’est

intéressant car la Ligue Nationale de Volley

est une ligue professionnelle sous convention

de la fédération, mais indépendante.

C’est une toute petite structure, on était 6

salariés. À l’intérieur c’était extrêmement réactif.

À contrario, la Ligue de Basket est une

commission fédérale, donc je suis à l’intérieur

d’une instance très hiérarchisée, avec

une fédération où il y a plus de 140 salariés.

Ce n’est pas du tout le même mode de fonctionnement.

Je vois donc les choses intéressantes

de chaque côté et les inconvénients

de l’autre. J’ai trouvé intéressant de travailler

dans ces organisations avec le but d’avancer,

mais avec des moyens très différents.

Women Power ?

PENSEZ-VOUS QUE DANS LA

DIRECTION DES LIGUES ET DES

FÉDÉRATIONS SPORTIVES, IL MANQUE

DES FEMMES ?

Les choses avancent à grands pas. Par

exemple, la Présidente de la Ligue féminine

de basket est pour la première fois

une femme, Carole Force. Un hasard ? Certainement

pas. Est-ce que cela aurait pu

arriver plus tôt ? Oui ! Je suis dans une fédération

où les femmes sont très présentes

au niveau du comité directeur depuis très

longtemps. Là où il faut des femmes, c’est

quand il y a des décisions à prendre. Les

quotas peuvent parfois être nécessaires

pour casser les plafonds de verres. Mais à

la FFBB, les choses se sont faites naturellement.

Par ailleurs, je voudrais souligner

que je suis pour la diversité, la mixité. Il n’y

a rien de mieux que de collaborer avec des

gens différents, de sexes différents parce

que c’est grâce à cela qu’on est plus fort.

Autre sujet connexe : la Fédération française

de basket lance un plan de féminisation

des entraîneurs de très haut niveau,

parce qu’on s’aperçoit qu’il n’y en a pas

assez. Il faut aller chercher, convaincre

davantage de femmes. Parce que très souvent,

la femme a besoin qu’on lui tende un

peu la main. Il faut combattre « l’autocensure

», inciter les femmes à postuler à tous

les postes et les aider à développer leurs

compétences.

Une famille de

champions

QUESTIONS PERSONNELLES POUR

FINIR. COMMENT EN ÊTES-VOUS

VENUE À PRATIQUER LE BASKET ?

Le basket, c’est une histoire de famille ! Mon

père était basketteur de très haut niveau, il

a joué en équipe de France. Ma mère de son

côté a joué à un haut niveau et elle était professeure

d’EPS. J’étais au bord du terrain

dans mon landau (rires …). J’ai pris ma première

licence à l’âge de 5 ans, dans le club

que mes parents ont créé à Tournefeuille, la

ville où j’ai grandi, en banlieue toulousaine.

Je me suis aussi essayée à la gymnastique

et au tennis en même temps que le basket,

à un niveau assez compétitif. Mais j’ai décidé

par la suite de me consacrer au basket,

car c’est la passion de ma vie.

QUEL EST VOTRE MEILLEUR SOUVENIR

EN BASKET ?

Des souvenirs incroyables j’en ai des milliers

! J’ai gagné de très nombreux titres, en

clubs et en équipe de France. Il y a beaucoup

de gens qui ont autant joué que moi

mais qui n’ont pas autant gagné. J’ai eu

la chance de disputer les Jeux Olympiques

de Sydney en 2000, c’est le graal de ma

vie. J’ai fait partie de la première équipe


Olympiques. J’en rêvais. Je m’en souviens

comme si c’était hier : quand j’entre dans

le stade lors de la cérémonie d’ouverture,

je ne marche pas, je vole ! Après, j’ai gagné

trois fois l’Euroligue avec Bourges. Et puis

bien sûr, le titre de championne d’Europe

en 2001 avec les Bleus en France devant

ma famille mes amis. C'était vraiment incroyable.

Même quelques années après,

j’en parle avec beaucoup d’émotions. Ce

sont des instants inoubliables.

QUELLES SPORTIVES ONT ÉTÉ VOS

SOURCES D’INSPIRATION ?

Beaucoup de sportifs et de sportives m’ont

inspiré ! Quand je pratiquais la gym, j’aimais


ket,

je me suis inspirée d’Isabelle Désert

qui jouait au même poste que moi. Je crois

qu'il faut s’inspirer de différentes personnalités.

Il y a pleins de gens dans votre vie qui

passent et qui laissent quelque chose. WS

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°25 • Juillet - Août - Septembre 2022 WOMEN SPORTS 81


Un mois dédié au sport féminin à l’occasion du

centenaire des 1ers JO féminins organisés par Alice

Milliat, le 20 août 1922

Du 20 août au 25 septembre, la Fondation Alice Milliat organise la 7 ème édition du Challenge Alice

Milliat, dans le but de soutenir le sport féminin. Ce challenge est une course connectée qui a lieu

dans toute la France pour une durée d’1 mois

Challenge Alice Milliat :

L

’Association Alice Milliat est l’association support de la

première Fondation dédiée au sport au féminin à voir le jour

en Europe. Elle a été créée en 2015 avec l'objectif d’agir pour

que les femmes aient une place plus juste dans le monde du sport

que ce soit sur le terrain ou au sein des instances dirigeantes. À

travers ses actions l’association Alice Milliat défend l’égalité des

genres dans le sport, promeut une meilleure représentation des

sportives dans les médias et les mentalités, valorise la mixité,

lutte contre le sexisme, les stéréotypes et toute forme de discrimination ou de violence dans le sport.

Dans une logique fédératrice, l’association Alice Milliat accompagne ainsi des projets en faveur de ces

objectifs et créer des contenus et évènements afin de sensibiliser le grand public à ces enjeux.

Tous les ans depuis 2016, la Fondation organise une course connectée ayant pour but de promouvoir le

sport féminin. La participation au Challenge Alice Milliat est totalement gratuite, et ne nécessite

qu'un smartphone et une paire de baskets. Runners ou runneuses, débutant.es ou confirmé.es, rendezvous

du 20 août au 25 septembre prochain pour participer à cette 7 ème édition !

Le centenaire des Jeux Olympiques Féminins :

A l’occasion de cette 7 ème édition, le 20 août 2022 est aussi une date

commémorative puisque ce sera les 100 ans des premiers Jeux Olympiques

Féminins. Le 20 août 1922, Alice Milliat, fondatrice de la Fédération Sportive

Féminine Internationale en 1921, organisait les premiers Jeux Olympiques

Féminins (devenus Jeux Mondiaux Féminins) au stade de Pershing. Ils

permettent pour la première fois aux femmes de s'affronter au niveau

mondial dans de multiples disciplines, devant le refus du Comité

International Olympique (CIO) pour leur intégration dans les jeux classiques. Ainsi, à l’occasion des 100

ans de cet évènement, l’Association Alice Milliat organise une journée dédiée à l’héritage d’Alice Milliat

et au sport au féminin.

En plus du Challenge Alice Milliat, la journée du 20 août sera rythmée par des expositions ; la diffusion du

documentaire , réalisé par Anne-Cécile Genre ; et la présentation par Karen Chataigner de

son spectacle !

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!