17.08.2022 Views

Haiti Liberte 17 Aout 2022

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Vol 14 # 42 • Du 21 au 27 Avril 2021

SÉISME DANS LE SUD,

UN AN DÉJÀ !

12 out 2007-12 out 2022 : 15

lane depi n ap tann jistis pou

Lovinsky Pierre Antoine

Page 6

Pig Farmers Ruined

by Deadly Virus

Page 9

Le symbolisme du

Congrès de

Bois-Caïman

Page 7

Voir page 3

Aucune action visant à redorer l’image du Sud n’est encore envisagée. Cependant, le Premier ministre a pour

sa part annoncé l’élaboration, avec les partenaires internationaux, d’un plan de relèvement et de reconstruction

RÉVOLTE GÉNÉRALE ET

MOBILISATION POPULAIRE ?

USA gouvernement

violateur de la liberté

de la presse !

Page 10

L’effondrement

du gouvernement

colonial de

Porto Rico

Voir page 3

Page 17

Vu le manque sinon l’absence de crédibilité de la gente politicienne, on est en droit de se demander quelle part de

sérieux ou de réalisme peut-il y avoir dans ces deux initiatives respectives ?


Editorial

Attention au piège de Washington !

Par Berthony Dupont

La crise politique haïtienne est un exemple concret de manipulation

cynique des puissances impérialistes. Est-ce à un examen de

conscience que vient de procéder l’Organisation des États Américains

(OEA), quand dans le dernier Communiqué du Secrétariat général sur

Haïti, elle a reconnu que la présence internationale en Haïti n’a été

qu’une « stratégie de politique erronée » ?

Qu’est-ce qui a contraint l’organisation hémisphérique à faire de

telles révélations ? Quand elle souligne : « Les 20 dernières années

de présence de la Communauté internationale en Haïti constituent

l’un des échecs les plus importants et manifestes de mesures mises

en œuvre et d’actions réalisées dans le cadre de quelque action de

coopération internationale que ce soit ». N’y a-t-il pas là un jeu de

cache-cache, voire un jeu de dupes ?

Est-ce un hasard si, tout au long du texte confus de l’OEA, on

fait référence à une quelconque Communauté internationale sans jamais

mentionner le véritable maître du jeu, la véritable sangsue : les

Etats-Unis d’Amérique ? Pas vraiment !

L’OEA justement, sous la coupe réglée des Etats-Unis aurait dû

avoir le courage de dire toute la vérité, si elle n’était pas en train de

cacher quelque chose. Il est évident que Washington depuis le mouvement

populaire de 1986 s’inquiète et craint toute situation instable

dans le pays.

Le moins que l’on puisse dire, et nous l’avons en maintes fois

répété dans nos colonnes : Washington est le principal responsable de

l’architecture de cet échec lamentable en Haïti. Ce sont les dirigeants

américains qui ont facilité ou imposé en complicité avec l’OEA une

succession ininterrompue d’autocrates à la tête du pays. L’occupation

de 1915-1934 s’est transformée en une domination encore plus vivante

que jamais.

Pour planifier la guerre contre l’Iraq, est-ce que Washington

n’avait pas exprimé en février 2003 que « si l’ONU ne fait pas ce

que nous souhaitons, alors elle est irrelevant », elle ne sert à rien ?

Alors, cette histoire de Communauté internationale est juste une

couverture pour Washington afin de montrer un prétendu caractère

mesuré de sa politique, de sa traditionnelle puissance impérialiste

et, ainsi, cacher son vrai visage. La vérité est que les Etats-Unis ont

été l’instigateur de toute une panoplie d’occupations du pays sous

couvert des Nations-Unies avec une présence militaire massive sous

prétexte de « Mission de Stabilisation et de Paix » ce qui, en réalité, a

servi justement à déstabiliser et désinstitutionnaliser le pays.

Ce qu’il y a de désolant pour ne pas dire de comique dans le

Communiqué de l’OEA c’est cette précision qu’ « Il est absurde de

prétendre que sous ce schéma de destruction, des Haïtiens complètement

seuls, polarisés et avec très peu de ressources peuvent

reconstruire ou construire un projet de sécurité, de ré-institutionnalisation

et de développement qui permette à 12 millions d’habitants

de recomposer une coexistence pacifique ».

C’est très mal connaitre la problématique haïtienne. Certes, nous

ne sommes pas un peuple parfait, nous avions fait des erreurs, commis

des bêtises de toutes sortes. Mais c’est également vrai que l’OEA

ne peut passer sous silence toutes les attaques fomentées par les

Etats-Unis pour déstabiliser notre pays. Des coups d’Etat en cascade

à chaque gouvernement populaire, nationaliste qui tentait d’apporter

une certaine amélioration dans le pays.

Alors que les gouvernements réactionnaires sont toujours bien

accueillis par les Etats-Unis et ces deux institutions tentacules :

l’OEA et l’ONU.

On ne peut pas tourner cette page sans faire ces rappels édifiants,

qui sont des récents événements concrets tels que : le coup

d’Etat en 1950 contre le Président Dumarsais Estimé, et ceux contre

Jean-Bertrand Aristide, (1991) et (2004) sans oublier à cette époque

le gel de 500 millions de dollars d’aide humanitaire d’urgence. Les

Etats-Unis ont coupé les sources de financement bilatéral et multilatéral

jusqu’à laisser l’économie haïtienne totalement effondrée.

La situation haïtienne telle qu’elle est désormais est la

conséquence de la politique américaine en Haïti et c’est exactement ce

dont rêvaient toutes les administrations américaines sans exception.

La violence a été instituée par le support de la Centrale Intelligence

Agency (CIA) qui a créé et financé en 2004 une rébellion armée

pour combattre le pouvoir d’alors. En ce temps-là, les Etats-Unis finançaient

les réactionnaires de l’opposition dont la plupart sont des

acteurs clés dans la crise multidimensionnelle actuelle. Dans combien

d’élections en Haïti, les Etats-Unis ne sont-ils pas intervenus

pour imposer leurs diktats tout en finançant les putschistes ? Alors,

qui a provoqué cette situation explosive d’insécurité dans le pays ?

Qui a allumé la mèche ? Qui a mis le feu aux poudres ? Voilà ce qui

contribue au délabrement structurel que nous vivons présentement.

En fait, cet énoncé de l’OEA sous la direction du très réactionnaire

Luis Almagro est une énième répétition d’un scenario bien

orchestré de bluff et d’hypocrisie fabriquée de toutes pièces par

Washington pour continuer à démanteler notre pays et le livrer invariablement

à l’anarchie. Malgré ces beaux constats, ce Communiqué

ne saurait être dans l’intérêt du pays ni du peuple haïtien.

Qui pis est, quand l’OEA sans aucun respect pour le peuple haïtien

propose certains éléments de processus pour remédier à cette

situation tout en prenant soin d’ajouter ces « processus nécessitent

la coopération de la Communauté internationale, évidemment pour

tout ce qui a trait aux ressources nécessaires, qu’elles soient financières,

humaines ou matérielles ». N’est-ce pas nous demander

de compter sur les mêmes forces obscures qui nous détruisent de

nous sortir du marasme dans lequel elles nous entretiennent ?

Le peuple haïtien en lutte pour un changement fondamental

doit faire tout ce qui est dans sa capacité organisationnelle pour ne

pas tomber dans cet autre piège que nous tendent les Etats-Unis à

travers ces larmes de crocodiles de l’OEA. Par cette perfidie, Washington

cherche à rendre la tâche facile aux protagonistes de la transition

pour leur dialogue, de sorte que nous retournions à la case

départ de nos malheurs.

Dans ce contexte de bouleversement, le peuple en a marre des

malfaiteurs États-Uniens, de la duplicité de l’Organisation des Nations-Unies

(ONU), et de la perfide Organisation des États américains

(OEA), sorte de Ministère des Affaires Coloniales des USA qui

se convertissent tout à coup en bienfaiteurs. Tout ce que le peuple

haïtien demande, c’est de le laisser en paix et prendre sa destinée en

main. Car il peut porter ses aspirations avec grand espoir, résoudre

ses problèmes en solidarité avec d’autres peuples frères. Un peuple

uni gagnera toujours et ne sera jamais vaincu.

C’est l’intime conviction de tous les peuples en lutte pour leur

pleine souveraineté.

HAITI

1583 Albany Ave

Brooklyn, NY 11210

Tel: 718-421-0162

Fax: 718-421-3471

3, 2ème Impasse Lavaud

Port-au-Prince, Haiti

Email :

editor@haitiliberte.com

Website :

www.haitiliberte.com

DIRECTEUR

Berthony Dupont

RÉDACTEUR EN CHEF

Victoria T. H. Sylvain

RÉDACTION

Berthony Dupont

Wiener Kerns Fleurimond

Kim Ives

Guy Roumer

CORRESPONDANTS

EN HAITI

Daniel Tercier

Bissainthe Anneseau

COLLABORATEURS

Marie-Célie Agnant

J. Fatal Piard

Catherine Charlemagne

Pierre L. Florestal

Yves Camille

Jacques Elie Leblanc

Claudel C. Loiseau

Henriot Dorcent

Dr. Antoine Fritz Pierre

Eddy Toussaint

Edmond Bertin

Robert Garoute

Jacques Nési

Ed Rainer

Robert Lodimus

Elysée Luckner Vil

ADMINISTRATION

Marie Laurette Numa

Didier Leblanc

DISTRIBUTION: MIAMI

Pierre Baptiste

(786) 262-4457

LIBERTÉ

COMPOSITION ET ARTS

GRAPHIQUES

Mevlana Media Solutions Inc.

computertrusting@gmail.com

Bulletin d'Abonnement

A remplir et à retourner à Haiti Liberté 1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210

Tel : 718-421-0162, Fax 718-421-3471

Etats-Unis

Tarifs d’abonnements

Canada

Nom: _________________________

Prénom: ______________________

Adresse: ______________________

Ville: _________________________

Etat/Pays: ____________________

Zip Code/Code Postal: ___________

Tél: __________________________

E-mail: _______________________

Modalités de paiement

Montant : $ ___________

Chèque Mandat bancaire

Carte de crédit

Numéro : ________________________

Date d’expiration : ________ /_______

Code de sécurité : _________________

Première Classe

$100 pour un an

$50 pour six mois

Amerique

Centrale,

Amerique du

Sud et Caraïbes

$125 pour un an

$65 pour six mois

Europe

$150 pour un an

$80 pour six mois

Afrique

$140 pour un an

$80 pour six mois $150 pour un an

$85 pour six mois

2 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


A Travers Haiti

Séisme dans le sud, un an déjà !

Un an après, rien n’a été fait pour les victimes du Grand Sud qui s’entassent

toujours dans des camps de fortune

Par Isabelle L. Papillon

Outre le 231e anniversaire du Congrès

du Bois-Caïman, le 14 août

est devenu depuis l’année dernière

doublement célèbre mais de façon

douloureux cette fois, car il marque

également le premier anniversaire de

la secousse sismique de magnitude

7,2 qui vers les 8 :30 du matin avait

terriblement saccagé 3 départements

du pays (Sud, Grand Anse, Nippes),

causé la mort de 2 246 personnes, fait

12 763 blessées, sans compter 329

disparus et un bon nombre d’handicapés

physiques.

Et selon la direction de la protection

civile 52,953 maisons ont été

détruites et 77,006 endommagées.

Une année après, où en est-on ?

Le grand Sud reste tel quel comme si

le séisme venait à peine de se passer,

et rien n’a été fait pour venir au secours

des victimes. Alors que, dès le

16 août 2021, les autorités du pays

avaient mobilisé un partenariat tripartite

composé de la Banque Mondiale,

des Nations Unies et de l’Union Européenne

-rejoint par la Banque Interaméricaine

de Développement- pour

les soutenir dans l’Évaluation des besoins

post-désastre, et que le Post-Disaster

Needs Assessment (PDNA)

[Évaluation des besoins post-catastrophe]

avait été créé et lancé officiellement

par le Premier Ministre de facto

Ariel Henry les 30 et 31 août 2021.

Au mois de février 2022, à

l’initiative du Gouvernement haïtien

et de l’Organisation des Nations

Unies avec la présence de la secrétaire

générale adjointe de l’ONU, Amina

Mohammed a été lancée à l’hôtel Karibe

Convention Center à Pétion-Ville,

la conférence internationale des donateurs

pour la reconstruction de la

Péninsule Sud saccagée par le terrible

séisme du 14 août 2021 et la

tempête tropicale Grace. Dans son

discours de circonstance, Ariel Henry

avait souligné que : « le coût total de

relèvement est estimé à 2 milliards de

dollars américains, programmé sur

une période de 4 ans, déterminés à

partir du Post-Disaster Needs Assessment

(PDNA) largement travaillé et

soutenu à travers un mécanisme de

participation juste, inclusif et égalitaire

».

Le gouvernement haïtien avait

prévu 192 milliards de gourdes au

cours de cette conférence tandis que

les donneurs internationaux se sont

montrés très généreux en faisant la

promesse de 600 millions de dollars à

Haïti pour démarrer la construction et

le relèvement du grand Sud sur les 2

milliards prévus par le PDNA. Le Canada,

19,5 millions de dollars, l’US-

AID, 50 millions, la BID, 80 millions,

la Banque Mondiale 194 millions et

L’Union Européenne, de son coté,

s’engageait à faire un don de plus de

30,4 millions d’euros.

Une année après, la population

n’a vu aucune reconstruction sauf le

pont sur la Grande Anse financée par

la Banque mondiale qui a été reconstruite.

Selon Ariel « huit bâtiments

scolaires, quarante-six autres ont été

réparés, des appels d’offres pour reconstruire

vingt-cinq nouveaux établissements

scolaires ont été lancés »

Après cela, rien d’autre n’a été fait

dans le sud et beaucoup de familles

sont toujours sinistrées et vivent sous

des tentes de misère. Bref la population

a été tout bonnement délaissée.

Aucune cérémonie officielle n’a

eu lieu, sauf des jeunes de la ville des

Cayes qui à la suite d’une marche

silencieuse à la chandelle ont rendu

hommage aux victimes. Le premier

ministre Ariel Henry a simplement

posté sur son compte Twitter, un message

en invitant tous les haïtiens à se

recueillir en ce jour qui fait affluer dans

leur mémoire des « souvenirs tortueux

et macabres ». Puis dans un discours

préenregistré diffusé sur les médias

d’Etat. il a indiqué que « Nous nous

réjouissons des résultats déjà réalisés

par les principaux acteurs sur le

Révolte générale et

mobilisation populaire ?

Des membres du mouvement unifié des transporteurs haïtiens (Muth)

L’ancien sénateur du Nord

Moise Jean-Charles appelle à un

soulèvement général le 22 juillet

prochain

Par Marie Laurette Numa

terrain, dans leur champ d’actions

respectif. J’en profite pour rappeler

à toutes et à tous, que mon gouvernement

ne ménage ni efforts ni sacrifices

pour continuer à accompagner

les victimes de cette catastrophe »

Aucune action visant à redorer

l’image du grand Sud n’est encore envisagée.

Cependant le Premier ministre

a pour sa part annoncé l’élaboration,

avec les partenaires internationaux,

d’un plan de relèvement et de reconstruction

du grand Sud, conformément

aux normes d’urbanisation et

d’aménagement du territoire cadrant

avec les Objectifs de développement

durable à l’horizon de 2030.

Face à l’insécurité grandissante,

le chômage, la flambée des prix

des produits de première nécessité

et la persistance de la rareté de

carburant, le parti politique « Pitit

Dessalines » dans une conférence

de presse donnée ce mardi 16 août,

à Delmas a annoncé dans le cadre

de l’anniversaire du soulèvement

général des esclaves, une mobilisation

de ses membres et sympathisants

pour un soulèvement

général, sans doute symbolique,

dans les rues de la ville du Cap-Haïtien

le 22 août prochain, aux fins

de réclamer le départ du pouvoir de

la bande à Ariel Henry.

Dans la même veine, le mouvement

unifié des transporteurs

haïtiens (Muth) par le truchement

de son coordonateur Duclos Benissoit,

dans une autre conférence

de presse, appelle à une mobilisation

populaire contre le pouvoir

en place, l’insécurité, la vie chère

suite à la page(16)

Joel H. Poliard

M.D., M.P.H.

Family and Community

Medicine

Public health and Pediatrics

5000 N.E. Second Ave,

Miami FL, 33137

tel. (305) 751-1105

Greater Brooklyn

Gastroenterology Care

Michel Jose Charles MD, FACG, AGAF

Board Certified Gastroenterology

Office Locations

3621 Glenwood Rd, Brooklyn NY 11210

9602 Avenue L, Brooklyn, NY 11236

By Appointment Only

Tel: 718-434-0202 / 718-869-1501

E-mail: charlesmjcharles@hotmail.com

“Giving care, one patient at a time.”

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

3


A Travers Haiti

L’arrestation de Robinson Pierre Louis est-elle vraiment illégale ?

L’avocat emprisonné au Pénitencier

National Me Robinson Pierre Louis

Par Fenel Pélissier

Voici ce que dit la loi sur le dossier de

l’avocat, membre du cabinet de l’actuel

ministre de la Justice, Berto Dorcé

Secrétaire de l’Ordre des avocats du

Barreau de Port-au-Prince et secrétaire

général de la Fédération des Barreaux

d’Haïti (FBH), Me Robinson Pierre Louis

a été arrêté le 22 juillet 2022 pour son

implication présumée dans la libération

de Fritz Jean Relus et Jonas Georges, arrêtés

pour trafic d’armes et de munitions

à Port-de-Paix le 5 juillet dernier dans le

département du Nord-ouest.

Me Robinson Pierre Louis, membre

du Barreau de Port-au-Prince, se trouve

actuellement incarcéré au Pénitencier national

après son audition à la Direction

centrale de la police judiciaire (DCPJ).

Selon un rapport d’enquête du

Bureau des Affaires financières et

économiques (BAFE) de la (DCPJ obtenu

par AyiboPost, Me Robinson Pierre Louis

est reproché d’actes de trafic d’influence,

forfaiture, suspicion de corruption, et

d’Associations de malfaiteurs).

Au-delà des faits, « la forme » de

l’interpellation divise les experts.

La Constitution du 29 mars 1987

amendée en son article 24-2 dispose que

l’arrestation et la détention, sauf en cas

de flagrant délit, n’auront lieu que sur un

mandat écrit d’un fonctionnaire légalement

compétent.

Le problème, c’est que l’avocat en

question a trouvé son arrestation alors

qu’il prêtait ses services à titre de conseiller

au cabinet du ministre de la Justice

et de la sécurité publique, Berto Dorcé.

Dans le rapport d’enquête produit

par le BAFE, Me Robinson Pierre Louis

a déclaré qu’il est intervenu dans le

cadre de ce dossier à titre d’avocat de

Jonas Georges, propriétaire du bateau

« Miss Lili » à bord duquel a été trouvée

la cargaison d’armes et de munitions. La

femme de l’homme d’affaires a déclaré ne

pas avoir contacté Me Robinson Pierre

Louis sur la Radio Caraïbes.

Le décret du 29 mars 1979 n’interdit

pas aux avocats la fonction de conseiller

auprès d’un ministre.

Cependant, l’article 60 de ce décret

fait obligation à tous les avocats qui assurent

le service juridique des établissements

publics ou privés à un titre quelconque,

de le notifier à la connaissance

du Bâtonnier et au conseil de discipline

dans le mois de leur installation.

Une source haut placée dans la corporation

des avocats contactée par AyiboPost,

confirme que Me Robinson Pierre

Louis n’avait pas notifié son nouveau

poste de conseiller au cabinet du ministre

Berto Dorcé ni à son Barreau d’attache ni

à la Fédération des Barreaux d’Haïti.

Contactée par Ayibopost, Me Marie

Suzy Legros, bâtonnière de l’ordre des

avocats du barreau de Port-au-Prince, fait

savoir que c’est à titre et en qualité d’avocat

que Me Robinson Pierre Louis prête

ses services au cabinet du ministre de la

Justice Berto Dorcé. « Me Robinson est

avocat avant même d’être un conseiller et

après ce poste, il restera avocat jusqu’à sa

mort », réagit la première femme bâtonnière

en Haïti.

Selon Legros, la DCPJ devait légalement

demander son autorisation avant

d’interpeller l’avocat.

En réalité, l’avocat jouit en quelque

sorte d’une certaine inviolabilité vu la

profession qu’il exerce en tant qu’auxiliaire

de la justice. Cependant, précise Me

Arnel Rémy, l’avocat n’est pas au-dessus

de la loi.

En dehors des cas de flagrance, la

formalité veut, selon le décret du 29 mars

1979 sur la profession d’avocat, que l’on

contacte le bâtonnier pour lui demander

de mettre l’avocat à la disposition de la

justice.

« Le Bâtonnier, soit de sa propre initiative,

soit à la demande du commissaire

du Gouvernement ou sur la plainte de

toute personne intéressée, peut convoquer

le conseil de discipline pour lui soumettre

tout fait reproché à l’Avocat, selon

l’article 66 du décret. Le conseil, après

enquête, statuera préalablement sur la

valeur ou l’importance du cas […]. »

Dans le dossier de Me Robinson

Pierre-Louis, le rapport d’enquête produit

par le BAFE parle de « flagrance continue

» et accuse l’avocat pour les actes de

trafic d’influence, suspicion de corruption

et d’associations de malfaiteurs.

Le concept de flagrance continue

n’existe pas dans la législation haïtienne,

fait savoir Me Arnel Rémy. Cependant,

le code d’instruction criminelle en son

article 31 n’établit pas de durée pour la

flagrance. « Le délit qui se commet actuellement

ou qui vient de se commettre est

un flagrant délit », lit-on dans le Code.

Me Jacques Letang, président de

la Fédération des Barreaux d’Haïti, fait

savoir que la Cour de cassation a pris un

arrêt et a fixé le délai de la flagrance à 24

heures.

En France par exemple, le délai est

de 48 heures.

La notion de flagrance est floue dans

la procédure pénale haïtienne. Selon le Dr

droit pénal Guerby Blaise dans son ouvrage

intitulé « Les mesures privatives

de liberté avant jugement », la flagrance

en droit haïtien « comporte des lacunes

importantes qui risquent d’entraver l’efficacité

de la procédure d’enquête et les

droits de la défense des suspects. »

Toujours selon ce livre consulté par

AyiboPost, le code d’instruction criminelle

se contente de définir la notion de

flagrant délit sans l’encadrer par la temporalité

judiciaire. C’est dire que la situation

de flagrance ne s’inscrit pas dans

une durée déterminée.

En treize ans, deux membres de

l’Ordre des avocats du barreau de Portau-Prince

ont été poursuivis par la justice

haïtienne. Me Osner Fevry a été arrêté en

2009 pour une affaire de fabrication de

faux jugement.

Me Robinson Pierre-Louis a été entendu

au cabinet du juge d’instruction

Walther Wesser Voltaire le lundi 8 août

dernier. Le juge d’instruction n’a pas fait

droit à la requête de main levée d’écrou

produite par le Conseil de l’Ordre du Barreau

de Port-au-Prince. Le Conseil a alors

décidé de contester l’ordonnance du Doyen

Bernard Saint-Vil sur l’action en Habeas

corpus.

L’affaire devait être entendue à la

Cour le mardi 9 août dernier, mais les

juges de la Cour d’appel n’ont pas pu

prendre siège et l’affaire a été renvoyée

à une date sine die. Fritz Haubourg, directeur

adjoint aux affaires judiciaires au

ministère de la Justice est actuellement

recherché pour son implication dans ce

dossier.

Il convient de noter que les arguments

soulevés par les collègues de Me

Robinson Pierre Louis ne touchent en

rien le fond de l’affaire qui est la libération

éclair de deux individus impliqués

de façon présumée dans le trafic illégal

d’armes et de munitions.

Ayibopost 14 Août 2022

PAR CES MOTIFS

Le tribunal de première Instance de Miragoâne,

jugeant en ses attributions civiles de divorce admet

en conséquence, le divorce du sieur Roland

JEAN-LOUIS d'avec son épouse née Esther FENELON,

pour injures graves et publiques, prononce la dissolution

des liens matrimoniaux existant entre lesdits

époux.

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Josier MOZAU,

Juge en audience civile, ordinaire et publique en date

du vingt-deux (22) juin deux mille vingt-et-un

(2021). Avec l'assistance du sieur Willy BERNABE,

greffier du siège.

Me. Jean Bonal Golinsky Fatal, AV

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen sur les conclusions du Ministère public,

maintient le défaut octroyé contre le défendeur à l'audience précitée;

pour le profit déclare fondée la dite action. Admet en conséquence le

divorce de la dame Béatrice ST JUSTE d'avec son époux Amlin PIERRE,

pour injures graves et publiques, aux torts de l’époux, ordonne à

l'officier de l'état civil de la Section Sud de Port-au-Prince de transcrire

sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont

un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale

sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet. Commet

Canal GABRIEL , ce de Tribunal pour la signification pour la signification

de ce jugement. Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me. Nelson CILIUS, Juge en audience

civile ordinaire du vingt Janvier deux mille vingt deux, en présence de

Me Jean Rolex MEROVE, Substitut commissaire du gouvernement de

ce ressort, avec l'assistance de Me. MOZART TASSY, Greffier du siège

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc.....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen et sur les conclusions du Ministère Public, Maintient le

défaut octroyé contre le défendeur à l'audience précitée, pour le profit, déclare

fondée la dite action. Admet en conséquence le divorce du sieur SULLY VICTOR

d'avec son épouse DIEULA ELMYR pour injures graves et publiques aux torts de

l'épouse, prononce en conséquence la dissolution des liens matrimoniaux existant

qui ont existé lesdits époux; Ordonne à l'officier de l'état de l'Arcahaie de transcrire

dans les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait

sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers s'il y échet, Compense les dépens; Commet l'huissier

CANAL GABRIEL de ce siège pour la signification dudit jugement

Ainsi jugé et prononcé par nous, NELSON CILIUS, Juge en audience Civile et

publique en date du Jeudi dix huit Février deux mille vingt deux et un, en présence

de Me. JEAN ROLEX MEROVE, Substitut Commissaire du Gouvernement de ce

ressort avec l'assistance du Greffier, MOZART TASSY

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc...

Me. Jean PRIME Av.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément et au vœu de la loi, statuant publiquement

et par défaut au nom de la république et à charge d'appel, accueille l'action des

héritiers de feu Roland Titus, à savoir; Nadine Titus et Jean Roland Titus, représenté par

leur mandataire, contre les sieurs et dames Daniel Louis Durazon, Jessica Erisné, Hélène

Elientis pour être juste, fondée; Maintient le défaut requis et octroyé à l'audience du Mardi

05 Juillet 2022 conformément à l'article 49 du CPC; reconnaît que les sieurs occupent la

maison par pure tolérance; Ordonne en conséquence l'expulsion des lieux, les cités, les

sieurs et dames Daniel Louis Durazon, Jessica Erisné, Hélène Elientis et consorts pour

occupation illégale par acte de pure tolérance de la maison des requérants située à

Carrefour, #17, Rue Laïka, Lamentin 54; accorde l'exécution provisoire sans caution de la

décision sur le chef d'expulsion; réserve le droit aux requérants d'intenter une action en

dommage intérêts pour les torts causés; les condamnes enfin aux frais et dépens de la

procédure; Commet l'huissier Chrysostome Siméon du Tribunal de Paix de Carrefour pour

la signification de cette sentence

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Michel Forgeas, Juge en audience civile, Ordinaire et

publique de ce jour du Mardi 5 juillet 2022 avec l'assistance du Greffier, Frantz BAZELAIS

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc...

Me. Jacquelin LOUIS, Av.

Stagiaire

Me. Frantz BAZELAIS, Greffier

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément et aux vœu de la loi, statuant

publiquement et par défaut au nom de la république et à charge d'appel, accueille

l'action la citoyenne Sibylle Théard Mevs représentée par son mandataire le sieur

Emmanuel Duverneau contre le cité, le sieur Boss Ovide Amazan, pour être juste fondée

et constante; Maintient le défaut requis et octroyé à l'audience du mardi 28 juin 2022

contre le cité, le sieur Boss Ovide pour la non comparution, conformément à l'article 49

du CPC; constate l'expiration du bail et résilié le contrat de fermage liant la citoyenne

Sibylle Théard Mevs représenté par son mandataire, le sieur Emmanuel Duverneau, au

cité, le sieur Boss Ovide Amazan; Ordonne en conséquence l'expulsion du cité le sieur

Boss Ovide Amazan et consorts de la portion de terre de la requérante situé à Carrefour,

Waney 93 , pour occupation illégal; Condamne le cité, le sieur Boss Ovide Amazan à payé

à la requérante la somme vingt mille gourdes de dommages et intérêts pour les préjudices

et les condamnes aux frais et dépens de la procédure; accorde l'exécution provisoire

sans caution de cette décision; Commet l'huissier du siège Chrysostome Siméon du

Tribunal de Paix de Carrefour pour la signification de cette sentence

Ainsi Jugé et prononcé par nous, Me Michel Forgeas, en l'audience civile et publique du

Mardi 12 Juillet 2022; An 219èm de l'indépendance, avec l'assistance du Greffier Me

Frantz Bazelais

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen sur les conclusions du Ministère ; Maintient le défaut

octroyé contre Mr Richemont DORT à l'audience précitée pour le profit déclare

fondée la dite action. Admet en conséquence le divorce de Mme Myrlane CERIUS

d'avec Mr Richemont DORT pour injures graves et publiques. Prononce en

conséquence la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits époux.

Ordonne à l'officier de l'état civil de la Commune de Port-au-Prince de transcrire

sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera

publié dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers s'il y échet; Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous. Me Selnick Atsim GARÇON, Av, Doyen/ Juge en

audience Civile, Ordinaire et publique en date du mercredi sept Avril deux mille

vingt et un en présence de Me. Gilbert SAINTIL , Av, Substitut commissaire du

gouvernement de ce ressort avec l'assistance du Greffier Me. Jean Yves VICTORIEN

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi... etc....

Théoric CETOUTE

Officier d'état civil de Port de Paix

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après avoir délibéré au vœu de la loi et sur les conclusions conformes du

Ministère public, accueille l'action du demandeur, le sieur Frantz Luther FELIX en la forme

maintient le défaut de comparaître octroyé à l'audience du vendredi vingt deux juillet

deux mille vingt deux contre la dame née Marie Jude BIGORD admet en conséquence le

divorce dudit sieur Frantz Luther FELIX contre son épouse née Marié Jude BIGORD pour

injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code civil Haïtien; Prononce la

dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre eux, aux torts exclusifs de l'épouse;

Ordonne à l'officier de l'e

Civil de Port-au-Prince, Section Est, transcrire sur les a ce destinés le dispositif du présent

jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous

peine de dommages intérêts envers les tiers. Compense les dépens vu de la qualité des

parties; Compense les dépens vu de la qualité des parties; Commet l'huissier Johnny JEAN

pour la signification du présent jugement

RENDU DE NOUS, Jean Osner PETIT PAPA, Juge au Tribunal de première instance du ressort

de Port-au-Prince, en audience civile publique et ordinaire du vendredi vingt deux juillet

deux mille vingt deux, en présence du Substitut. Me Eunide LEGERME, Faisant office du

Ministère public et avec l'assistance de Marie Yolande Cadet Zetrenne Greffière du siège

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc…

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen. Le Ministère public entendu, Maintient le défaut

octroyé contre la défenderesse à l'audience précitée, pour le profit déclare

fondée la dite action. Admet en conséquence le divorce du sieur Jean Mary

LAINÉ, d'avec son épouse née Lourdie GRAND PIERRE pour injures graves et

publiques aux torts de l'épouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux

existant entre les dits époux; Ordonne à l'officier de l'état civil de la

Section Est de Port-au-Prince à transcrire sur les registres à ce destinés le

dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des

quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers

les tiers s'il y échet. Commet l'huissier JOHNNY JEAN pour la signification

de ce Jugement; Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous, Jean Osner PETIT PAPA, juge en audience

civile, ordinaire et publique du mercredi vingt trois Mars deux mille vingt

deux, en présence de Me Wesley PAUL, Substitut du commissaire de ce

ressort et avec l'assistance du sieur Junior Sauvens THELEMAQUE, Greffier

du siège

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc…

4 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


Haiti/République Dominicaine

Le terrorisme raciste fait une victime mortelle quelques heures

après la marche du 6 août

La marche du samedi 6 août qualifiait l’immigration haïtienne d’«

occupation » et soutenait la politique du gouvernement d’Abinader

Par La voix des travailleurs

Samedi 6 août, 17 h A bord d’un

bus de l’OMSA, l’ultra-nationaliste

Rodolfo Ramón Lorenzo poignarde à

mort un homme sans défense, car il

se croit haïtien. La victime, Pascual

Salas, dominicain de 46 ans père

de cinq enfants, avait pris le bus de

Santo Domingo Oeste à San José de

Mendoza, à Santo Domingo Este,

pour rendre visite à des proches. La

République dominicaine est un pays à

majorité d’ascendance africaine, mais

Pascual Salas a été assassiné à cause

de la couleur de sa peau.

Quelques heures auparavant

et à quelques kilomètres du lieu du

crime, une mobilisation fasciste s’était

rendue au Parque Independencia,

menée par l’Institut Duartiano, une

institution étatique. Le manifeste lu

à la fin de la marche qualifiait l’immigration

haïtienne d’« occupation »

et soutenait la politique du gouvernement

Abinader, notamment ses déportations

massives, la construction

d’un mur frontalier et sa revendication

d’une plus grande intervention

Le racisme armé est du terrorisme

impérialiste en Haïti. La marche avait

quant à elle été précédée de l’assassinat

du jeune haïtien Georges Clairinor,

à Pedernales par un agent de la Direction

générale des douanes.

Un crime raciste que les autorités

ont tenté de cacher

Malgré la gravité du crime, dans le

contexte d’une intensification de l’agitation

fasciste, quelques heures après

une marche qui réclamait le nettoyage

ethnique dans le pays, non seulement

expulsant les immigrants haïtiens

mais avançant davantage dans la

dénationalisation du peuple dominicain

d’origine haïtienne, les autorités

ont tenté de dissimuler le caractère

terroriste de l’attentat. La famille de

la victime a publié un communiqué de

presse exigeant une réponse officielle

au crime et dénonçant qu’elle s’était

vu refuser l’accès à la vidéo de sécurité

où l’attaque avait été enregistrée ;

Ce n’est qu’alors que l’OMSA a publié

une étrange déclaration, quatre jours

après les événements. Cachant le

contenu raciste du crime, le communiqué

assure que le meurtrier “a tiré

un couteau de sa taille alors qu’ils se

La victime est M. Pascual Salas qui habite le secteur de Las Caobas, à

l’ouest de Saint-Domingue, dominicain de 46 ans père de cinq enfants

La marche du 6 août, avait pour centre le discours de haine contre la communauté immigrée haïtienne

disputaient soi-disant sur une question

liée aux Haïtiens”. La direction de

l’OMSA conclut sa note en appelant

“à rester calme et sain d’esprit, et à

éviter la violence verbale ou physique

quelles que soient les circonstances,

car toute situation peut être gérée par

le dialogue”. La plupart des médias

ont reproduit la version officielle d’un

crime causé par une discussion sur «

les Haïtiens ».

Cette version a été rejetée par le

témoignage d’Elida Martínez, sœur de

Pascual Salas. Martínez dénonce que

le meurtrier est un militaire à la retraite,

dont le fils est un militaire actif,

et qu’il aurait auparavant assassiné

plusieurs personnes de nationalité

haïtienne, en toute impunité. « Je ne

peux pas croire que les autorités sortent

un tel animal dans la rue », a

déclaré Martínez à propos de l’impunité

qui a favorisé le meurtrier. « Mon

frère a la peau foncée (...) Il [Rodolfo

Ramón Lorenzo] a je ne sais quoi

contre les Haïtiens et peut-être pensait-il

que mon frère était un Haïtien

(...) [Rodolfo Ramón Lorenzo a dit] :

ces maudits Haïtiens. »

Les proches de la victime exigent

que l’OMSA remette la vidéo de

sécurité du bus pour vérifier la véracité

des versions circulant parmi les

témoins selon lesquelles le meurtrier

aurait été piétiné par Salas ; qu’aucun

passager du bus n’a aidé Pascual

Salas et que le chauffeur a fermé les

portes de l’unité lors d’un arrêt d’urgence

pour appeler la police, moment

auquel le meurtrier a achevé la victime.

Les proches affirment que l’OM-

SA leur a promis de livrer la vidéo

sous plusieurs mois, un délai qu’ils

jugent inacceptable.

Lors de la veillée funèbre de

Pascual Salas, il y a eu de grandes expressions

de solidarité de la part de la

communauté, où il était très apprécié.

Le meurtrier, pour sa part, a été détenu

à Los Mina et a ensuite été transféré

à Monte Plata, où il purgera trois

mois de détention préventive, dictée

par le Bureau d’attention permanente

de la province de Saint-Domingue.

La propagande fasciste

encourage le terrorisme

individuel

Le gouvernement de droite de Luis

Abinader est le plus grand promoteur

des théories du complot néo-Trujillo

en exhortant avec insistance les

États-Unis et l’Union européenne à

intervenir dans les affaires intérieures

d’Haïti et en avertissant d’une prétendue

intention de « la communauté

internationale » d’imposer une « Solution

dominicaine à la crise haïtienne.

En outre, il décrit la communauté

immigrée comme un “fardeau” et

procède à des déportations massives

et à des arrestations arbitraires, dans

le cadre desquelles tortures et exécutions

sont pratiquées. Ces politiques

affectent également les Dominicains

noirs, qui sont fréquemment victimes

de détentions arbitraires par la Direction

générale des migrations.

La presse nationale diffuse

également quotidiennement des

théories complotistes fascistes, comme

celle d’une prétendue promotion

par les États-Unis et d’autres pays

industrialisés d’un « remplacement de

la population » qui menacerait l’existence

même de la nation dominicaine.

Juste un jour avant la marche fasciste

et l’assassinat de Pascual Salas, un

journal national a publié un article invoquant

un “mouvement patriotique

qui mènera le dernier combat pour

nous libérer des hôtes d’Haïti, même

s’il doit verser son sang généreux”. “

pour défendre notre patrie blessée par

quelque trois millions d’intrus.

Les fascistes dans la pratique

préfèrent verser le sang des autres,

et quand le gouvernement et les principaux

médias réaffirment leurs convictions

terroristes, en plus de jouir

de l’impunité que leur accorde une

justice indépendante autoproclamée,

toutes les conditions sont données

pour des crimes comme celui-là du 6

août, dont l’intention est de terroriser

la communauté immigrée haïtienne et

les dominicains noirs.

Il faut aussi tenir compte de

l’agitation fasciste menée dans la

Pascual Salas a été poignardé dans un bus de l’OMSA

marche elle-même du 6 août, qui

avait pour centre le discours de haine

contre la communauté immigrée haïtienne.

Les axes du discours raciste

et fasciste dans l’appel à la marche et

dans son manifeste sont les mêmes

qui ont inspiré les actes terroristes aux

États-Unis, où le terrorisme d’extrême

droite est celui qui a fait le plus de victimes

ces vingt dernières années, ainsi

qu’en Norvège, en Nouvelle-Zélande,

en Allemagne et dans d’autres pays.

En République dominicaine, le gouvernement

lui-même promeut ces

arguments et le bureau du procureur

général, à la fois sous la direction de

Jean Alain Rodríguez et de Miriam

Germán, a assuré l’impunité à l’extrême

droite. Un mélange dangereux

qui encourage le terrorisme raciste.

Mouvement socialiste des

travailleurs de la République

dominicaine 12 Août 2022

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

5


Kwonik Kreyòl

12 out 2007-12 out 2022 : 15 lane depi n ap tann jistis

pou Lovinsky Pierre Antoine

Lovinsky Pierre Antoine

Thomas Peralte

Bay kou bliye, pote mak sonje

! Jodi a n ap sonje dirijan

Fondasyon 30 septanm lan,

Lovinsky Pierre Antoine ki te

yon militan dwamoun toutbon,

li t ap batay pou jwenn dedomajman

pou viktim koudeta 1991

yo. Yon koudeta boujwazi a te

finanse epi yo te ratibwaze anpil

pitit pèp la nan katye popilè yo.

Nou pap janm kapab bliye

kidnapin politik sa a ki te fèt

sou gouvènman Preval-Aleksi la

jou 12 out 2007 la pou te fèmen

bouch pèp la ki chak mèkredi te

konn manifeste sou Channmas

plas Ewo endepandans yo, pou

revandike dwa viktim yo. Manifestasyon

sa yo pat fè yon latriye

moun k ap defann enterè

boujwazi a ak meriken plezi.

Pa janm gen rapò okenn

òganizasyon dwa moun. Pa

janm gen yon ankèt ki mennen

sou sasinay sa a omwen pou

fanmi li ta espere jwenn jistis.

Pa menm yon rimè ou pa tande,

menm teledyòl pa rapòte anyen.

Jij denstriksyon an mèt Chavannes

Etienne pa janm mennen

okenn enstriksyon pou jouk

jounenjodia

Pat gen lajan ki mande, senpleman

sa yo te bezwen an yo

jwenn li. Pou rapèl se aprè yon

reyinyon nan Delma ak yon delegasyon

envestigatè dwamoun

Ameriken ak Kanadyen, bandi

politik yo te fè dappiyanp sou li.

Pou komemore 7yèm

anivèsè koudeta 1991 lan,

Lovinsky Pierre-Antoine te pale

sou pwogram Fondasyon 30

Septanm epi ak defi ki genyen

nan chèche jistis pou viktim yo.

Li te fè konnen tou, gen anpil

òganizasyon viktim -- pami yo

gen sa ki bon, men gen sa ki jis

dèyè kòb reparasyon an-- pou y

al regle to afè pèsonèl yo. Li te

souliye rezon kif è Enpinite kontinye

ap taye banda: kriminèl

koudeta yo poko jije, ki fè yo ka

kontinye ap menase viktim yo.

Se paske peyi Etazini ak 24 mil

marin anvayi peyi a swadizan

retou lademokrasi ak Aristid, yo

pa janm remèt dokiman FRAPH,

yo CIA te anleve nan lane 1994

yo, bagay sa a alimante enpinite

a jouk jounen jodia.

Jounal Ayiti Libète pap

janm sispann raple kidnapin sa

a, ansasen yo ak konplotè yo sitou

moun ki te diskredite l nan

dyaspora sou yon kesyon lajan

lantèman toujou ap mache libelibè

tankou tinosan.

Lovinsky pap janm mouri,

l ap toujou rete yon militan popilè

k ap defann enterè mas popilè

yo kont sistèm pezesouse neyoliberal,

souflanchou lokal yo ak

enperyalis meriken enpoze nan

peyi a.

Refè Bwa Kayiman n

Nan plen lannwit nan plen Bwa Kayiman

n

Boukmann ak yon makòn gason

vanyan n

Te mare yon konplo anbachal anba

lyann

Pou flank baton nan bouda blan kayiman

n

Pou manche majè kout baton ki gen

vyann

Nan bouda blan ki fin bwè tout gout

san n

Blan Franse aloufa manje nanm

manman n

Blan zantray vanpi maton nan bwè

san n

18 novanm n divòse ak estrateji

mawon n

18 novanm 1803 zansèt yo dechouke

kolon n

Malerezman yo pat dechouke legliz

kolon n

Ki marinen sèvo n ak pwazon reziyasyon

n

Li lè li tan pou n refè Bwa Kayiman

non n

Fwa sa a se operasyon lapide Eskanmòtè

n

Fwa sa a se operasyon lapide ļ

Malfèktè n

Fwa sa a se operasyon lapide nanm

tout vòlè n

Fwa sa a se operasyon lapide zèl tout

Raketè n

Se operasyon lapide zantray fyèl tout

Antè n

Se operasyon lapide fyèl kolon dechèpiyè

n

Operasyon dechouke kolonn dilè san

kè n

Salopri a zèl legliz makrèl episkopwèl

Sere 2000 konntenè zam anba nap

bòdèl

K sere zam anba nap tout zèl move

lotèl

Salopri machann fo sakreman ekspire

Li lè li tan pou pitit original di sètase

Li lè li tan pou Boukmann resi resisite

Chenn reziyasyon sitirans pou n rekwape

Chenn papa bondye bon pou n ratibwaze

Si n vle memwa Papa Boukmann

releve

Se batay Bwa Kayiman pou n rekare

vre

Divòse ak sòm vin nan malsite

pòvrete

Sispann kwè pou n ka al ekspoze

banbile

Sou menm tab ak menm ak ansasen

libète

Si n pa fè yon lavman jilèt razwa

byen file

Katchapika fwenn kouto zam pwazon

elatriye

N fèk kare wè Bwakayiman n fèk

kare avòte

N fèk kare wè Bwa Kayiman n fèk

kare fware

N fè k kare wè Bwa Kayiman fèk

kare trepase

Si padan bon jan vijilans bon volonte

lapolis

Lage koukouwouj nan dengonn tout

bon ti vis

N dwe dechouke tout bon bandi avoka

jezikris

Si n pa fè operasyon sa a n ap toujou

nan ke lis

Detan lapolis ap mare bandi dèyè

plas Sentàn

Pèp viktim dwe mare tout gwo bandi

gwo soutàn

Pèp viktim dwe mare tout bandi tout

talatàn

Si n pa fè operasyon sezaryèn sa a

jis nan kràn

Tout motè Bwa Kayiman n ap toujou

an pàn

Zòt ap toujou ankouraje n ret tann

lasibab lamàn

Li lè pou n delivre tout badji fon lakou

tout Yogàn

J. Fatal Piard

Diskou Boukman nan Kongrè Bwa Kayiman

Bondye ki fè solèy ki klere nou

anwo

Ki soulve lanmè, ki fè gwonde

loray,

Bondye la zòt tande kache nan

yon nyaj,

E la a, li gade nou, li wè tou sa

blan an fè.

Bondje blan an mande krim e pa

nou an vle byenfè.

Men Dje pa nou an ki si bon

òdonnen nou vanjans.

Li va kondui bra nou, li va ban

n asistans.

Jete pòtre Dye blan an ki swaf

dlo nan je nou.

Koute lalibète ki pale nan kè

nou tout.

« Le dieu qui a créé la terre, qui

a créé le soleil qui nous donne

la lumière.

Le dieu qui détient les océans,

qui assure le rugissement du

tonnerre.

Dieu qui a des oreilles pour entendre

: toi qui es caché dans les

nuages, qui nous montre d’où

nous sommes, tu vois que le

blanc nous a fait souffrir.

Le Dieu de l’homme blanc lui

demande de commettre des

crimes.

Mais le Dieu à l’intérieur de

nous veut que nous fassions le

bien.

Notre dieu, qui est si bon, si

juste, nous ordonne de nous

venger de nos torts.

C’est lui qui dirigera nos armes

et nous apportera la victoire.

C’est lui qui va nous aider.

Nous devrions tous rejeter l’image

du dieu de l’homme blanc

qui est si impitoyable.

Écoutez la voix de la liberté qui

chante dans tous nos cœurs »

6 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


Perspectives

Le symbolisme du Congrès de Bois-Caïman

Le Congrès de Bois-Caïman dans la nuit du 14 au 15 août 1791 sur

l’habitation de Lenormand de Mezy aux environs de Morne-Rouge dans

le département du Nord

Par Berthony Dupont

Le dimanche 14 août 2022 a

marqué le 231e anniversaire du

pacte de Bois-Caïman qui a eu lieu

dans la nuit du 14 au 15 août 1791

sur l’habitation de Lenormand de

Dutty Boukman

Mezy aux environs de Morne-Rouge

dans le département du Nord sous

la direction de Dutty Boukman et de

Cécile Fatiman.

Le symbolisme de ce Congrès,

cet événement de haut niveau politique,

exemple de solidarité, d’unification

et d’organisation la plus

parfaite revêt une importance toute

particulière, indélébile dans l’inconscient

collectif haïtien. La leçon à

comprendre et à tirer est le désir des

masses esclaves non seulement de

se révolter contre l’injustice sociale

mais aussi d’arriver à arracher aux

mains des bourreaux du système esclavagiste

et colonialiste, la liberté de

forger une nation libre et souveraine.

Le congrès de Bois Caïman

est la résultante d’un certain niveau

d’organisation. Voilà pourquoi le

peuple a trouvé en lui un projet,

un guide capable de faire de lui une

force irrésistible. Huit jours plus tard,

il l’a manifesté, quand des esclaves

des cinq plus grandes habitations se

soulevèrent et entamèrent la lutte

révolutionnaire. De ce dynamisme

de lutte pour le changement, on peut

conclure que pour peu qu’existent

une solide volonté et un objectif politique

clair et net, un véritable redressement

né d’une solidarité de classe

peut se produire et peut mettre en

échec tout projet impérialiste.

Grâce à l’organisation qui l’a

charpenté dans l’identification nette

et claire des intérêts de classe, le

symbolisme du Congrès de Bois-

Caïman n’est-il pas toujours vivant

pour remettre en ordre le désordre

haïtien qui englobe à la fois pauvreté,

exploitation, désespoir politique

et absence de vision d’en sortir

d’un labyrinthe d’imbroglios.

Le Bois-Caïman reste un atout

formidable encore inexploité. Il exprime

la volonté inébranlable, la

fidélité envers les engagements pris

par toute une classe d’ouvriers sans

salaires, exaltés à travers une prise

de conscience collective de « vivre

libre ou mourir ».

Le symbolisme du Congrès

de Bois Caïman reste une source

d’inspiration, une boussole montrant

la direction de classe à suivre vers

la victoire des masses opprimées,

pourvu que soit présente la volonté

politique d’une « élite organique »,

selon le mot de Gramsci, de se souder

aux opprimés, de prendre fait et

cause pour les masses, même si le

chemin doit être long. C’est dans ce

sens que Vertières représente une

sorte d’apothéose à l’incandescente

nuit d’appel à la liberté du 14 août

1791.

200 délégués de différentes

habitations répondirent présents au

Congrès. Ils venaient des plantations

du Limbé, Port Margot, de l’Acul, Limonade,

Petit Anse, Plaine du Nord,

Quartier Morin, Morne Rouge etc...

Pour participer à la grande lutte, recevoir

le message et communier de

fidélité et de solidarité. Leur présence

signifiait déjà la grande importance

qu’ils accordaient à la lutte pour

en finir avec l’esclavage. Les mots

d’ordre de cette soirée furent comme

un hymne, un chant national, une

interprétation des conditions objectives

des masses populaires de Saint-

Domingue. Jean-Jacques Dessalines

était présent parmi les délégués.

Selon J. C. Dorsainville, il était

dix heures du soir, quand les cérémonies

inaugurales du congrès commencèrent.

« Tous étaient assemblés

quand un orage se déchaîna. La

foudre zèbre de ses éclairs éblouissants

un ciel de nuages bas et

sombres. En quelques instants, une

pluie torrentielle inonde le sol tandis

que, sous les assauts répétés d’un

vent furieux, les arbres de la forêt

se tordent, se lamentent et que leurs

grosses branches mêmes, violemment

arrachées, tombent avec fracas...Au

milieu de ce décor impressionnant,

les assistants, immobiles,

saisis d’une horreur sacrée, voient

une vieille négresse se dresser. Son

corps est secoué de longs frissons;

elle chante, pirouette sur elle-même

et fait tournoyer un grand coutelas

au-dessus de sa tête. Une immobilité

plus grande encore, une respiration

plus courte, silencieuse, des yeux

ardents, fixés sur la négresse, prouvent

bientôt que l’assistance est fascinée.

On introduit alors un cochon

noir dont les grognements se perdent

dans le rugissement de la tempête.

D’un geste vif, la prêtresse, inspirée,

plonge son coutelas dans la gorge

de l’animal. Le sang gicle, il est recueilli

fumant et distribué à la ronde

aux esclaves ; tous en boivent, tous

jurèrent d’exécuter les ordres de

Boukman.»

« La vieille négresse aux

yeux étranges et aux cheveux

hérissés, psalmodiant des paroles

mystérieuses dans le dialecte africain,

invoquait les dieux des ancêtres

“. Tout à coup, Boukman se

dresse et s’écrie d’un ton inspiré :

“ Le Bon Dieu qui a fait le soleil qui

nous éclaire là-haut, qui soulève

la mer et fait gronder le tonnerre,

écoutez bien, vous autres, ce Bon

Dieu là caché dans un nuage,

nous regarde. Il voit ce que font les

blancs. Le Dieu des blancs demande

le crime, le nôtre veut les bienfaits.

Mais ce Dieu qui est si bon, vous ordonne

la vengeance! Il dirigera nos

bras, il nous assistera. Jetez l’image

du Dieu des blancs qui a soif de nos

larmes et écoutez la liberté qui parle

à notre cœur... ».

Tous les délégués reprirent mot

à mot ce discours avec beaucoup de

ferveur. C’est le serment qui scella les

résolutions finales du congrès. L’esclave

est devenu homme et en tant

qu’homme il va défendre sa personnalité,

sa terre et ses frères de classe.

Il n’est plus la bête de somme, il est

devenu conscient que le colon malgré

ses organisations ne peut pas

le vaincre; il pense maintenant en

homme responsable et comme tout

homme l’amour de la liberté et de

l’honneur est aussi fort et puissant

chez lui.

Ce congrès avait toute son importance.

C’était un jalon politique

calculé, réfléchi que les esclaves

avaient posé. C’était la meilleure

façon d’établir la confiance entre eux

et d’indiquer aux masses que cette

lutte n’était pas l’affaire d’un homme

ou d’un clan mais la lutte de tous les

esclaves conscients et conséquents.

Ce fut un acte politique de haut

niveau qui signalait déjà le désir

des masses à être, non seulement

libres, mais aussi indépendantes.

Théoriquement, il annonçait la fin,

la mort même de la domination coloniale,

la nuit qui arracherait définitivement

l’esclave à l’esclavage,

Saint-Domingue à la France.

Beaubrun Ardouin nous explique

que « les esclaves des habitations

Chabaud et Lagoscette,

avaient mal compris les explications

de Boukman. C’est ainsi que dans la

soirée, ils mirent le feu à ces deux

habitations. L’insurrection devait

commencer par l’incendie de ces

palais somptueux élevés sur des cadavres,

et de ces riches moissons arrosées

du sang de ces infortunés. On

arrêta quelques esclaves qui furent

exécutés avec promptitude, tant on

redoutait les aveux ». Aucun d’entre

eux, malgré les répressions subies

n’a jamais dénoncé les dirigeants

ni les principaux chefs de la révolte.

Ce qui laisse à comprendre que cet

incident dans la nuit du dimanche

14 août 1791 n’était pas une erreur

d’incompréhension mais bien d’excitation

combative, une forme d’impatience.

Car l’esprit du congrès leur

annonçait les couleurs de l’espoir et

le signal qu’à l’horizon le soleil de

leur libération s’était déjà levé.

Une semaine après, soit dans

JOBS

la nuit du 21 au 22 août 1791,

sous la direction de Boukman, Jean-

François et Biassou les esclaves déclenchèrent

la révolution. Aux cris

de Vengeance! Vengeance! Mort

aux Blancs! Boukman fut le premier

à passer à l’action en mettant

lui-même le feu aux habitations.

Ils étaient près de 50,000 dans les

rues, saccageant les plantations des

colons : deux cents sucreries et six

cents caféiers furent détruits, ils tuaient

femmes et enfants, le sang des

Blancs coulait partout et à grands

flots. Les esclaves domestiques

furent les premiers à incendier les

maisons de leurs propriétaires. On

raconte que des esclaves possédant

quelque talent, surtout ceux qui travaillaient

dans les boulangeries, ont

failli même empoisonner la pâte avec

laquelle on fait le pain.

Après trois siècles de misères

et de souffrances, les esclaves, enfin,

venaient de renverser l’ordre

des choses. Armés jusqu’aux dents,

les esclaves des habitations Trême,

Turpin, Clément, Flaville et Noé s’insurgèrent

et se vengèrent de tous

les supplices qu’ils avaient reçus de

leurs maîtres. Les zones les plus incendiées

furent: La plaine du Nord,

la Petite Anse, le Quartier Morin

et Limonade. Les esclaves étaient

armés de piques, de coutelas, de

bâtons, c’était un véritable déchouquage

des colons du Nord. Cette révolte

exprimait la haine de l’esclave

pour le maître colon. Jeannot les sciait

entre deux planches. D’autres esclaves

par reconnaissance sinon par

pitié envers leurs bons maîtres les

épargnaient de la vengeance du feu.

Cette révolte créa beaucoup

d’affolement dans les milieux esclavagistes.

Ainsi, dans les premiers

jours de septembre au cours d’une

séance de l’Assemblée générale, le

président, le Marquis de Cadush suggéra

de livrer la colonie à la Grande

Bretagne, seule puissance d’après

lui capable de les sauver de la terreur

des révoltés. Pour combattre le

soulèvement, les colons passèrent

à la répression sur les conseils de

l’Assemblée coloniale du Cap. Les

partisans de l’ancienne noblesse

s’unirent avec ceux de la bourgeoisie

métropolitaine pour arrêter la fureur

des masses populaires. Les colons

accusèrent les gens de couleur et le

gouverneur Blanchelande d’être les

instigateurs de la rébellion des esclaves.

Pour cela, ils massacrèrent

un grand nombre de mulâtres; des

esclaves furent tués, décapités; un

maître irrité tua même un esclave qui

lui était complètement fidèle.

La cruauté des colons augmenta

la détermination des esclaves,

malgré leurs pertes très considérables.

L’Assemblée générale

déclara une amnistie totale en faveur

de tous les prisonniers mulâtres qui

attendaient d’être exécutés dans

le couloir de la peine de mort, en

leur demandant de leur prêter main

forte. Marc Chavannes, frère de

Jean-Baptiste Chavannes, se rangea

sans scrupules dans leurs rangs

pour combattre les esclaves. Cependant,

beaucoup d’autres affranchis

préférèrent rejoindre le camp des

esclaves. Au Cap, deux échafauds et

cinq potences furent construits pour

Cécile Fatiman

supplicier les esclaves.

Par ailleurs, à Fond Bleu, tout

près de l’Acul, le premier novembre

1791, le célèbre révolutionnaire

Boukman fut fait prisonnier et brûlé

vif. Héroïquement, tout comme Caonabo

et Mackandal, il est mort pour

la cause nationale : la lutte contre

l’esclavage et la colonisation. Sa

tête fut exposée par les colons blancs

sur la place d’armes du Cap avec cet

écriteau : « Tête de Boukman, chef

des révoltés ».

En dépit de tout, la révolte des

esclaves eut un impact considérable

à Saint-Domingue. Ce fut un point

de non-retour pour les masses populaires.

Malgré leurs faiblesses, ce fut

le début nécessaire d’un processus

révolutionnaire à peine commencé.

!!TRAVAY OSPITALITE!!

• NETWAYAJ NAN KAY

• MOUN KI KA LAVE

• ASISTAN KWIZIN

• TRAVAY NAN NWIT E NAN JOUNEN

ASISTANS DEMENAJMAN POU

NEVADA, PENNSYLVANIA,

WISCONSIN, OHIO,

TEXAS, COLORADO

Pou aplike rele (305) 892-0680 ou swa vini nan

1175 NE 125th St, Suite 612, N. Miami, FL 33161

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

7


Haïti d’une Transition à l’Autre (32)

Les propositions d’un « Comité Théodule » haïtien !

Par Catherine Charlemagne

Le trio d’un « Comité Théodule » haïtien

Le général Charles de Gaulle n’était

pas seulement un grand militaire, il

fut aussi, comme on le sait, un grand,

un très grand homme politique français.

Outre ses grandes qualités dans le domaine

des armes et politique, il est

aussi reconnu par les plus grands intellectuels

français pour être un bon

écrivain qui maniait fort bien la langue

et les expressions françaises. Parmi ses

nombreuses trouvailles littéraires, il y a

cette expression qui a traversé le temps

: Comité Théodule. C’est une expression

qu’il a créée en 1963 pour ironiser les

partis politiques divers et variés qui prétendaient

avoir des solutions pour sortir

du piège de la guerre franco-algérienne.

Le général critiquait surtout par cette

expression « Comité Théodule » les multiples

Comités français qui n’avaient

aucune efficacité dans les négociations

durant cette guerre. Depuis, dans les

institutions et administrations publiques

françaises, on appelle « Comité Théodule

» tous Comités ou Commissions qui ont

peu ou pas d’utilité.

Des organismes ou organisations

qui proposent des solutions à des problèmes

sur lesquels ils n’ont aucune capacité

pour les résoudre. Dans le cadre de

la nouvelle Transition politique haïtienne

de 2021, le pays fait face à cette problématique,

celle d’un « Comité Théodule

» connu sous l’appellation de « Comité de

médiation ». Mené par un trio de personnalités

connues dans certains milieux,

depuis sa mise en place, ledit Comité ne

cesse d’interloquer et de surprendre les

observateurs de la Transition. Mais aussi

les parties prenantes elles-mêmes qui ont

le plus grand mal à comprendre son rôle,

ses démarches et son utilité. Méprisé

et ignoré par certains ou considéré par

d’autres, le Comité de médiation n’en fait

qu’à sa tête. Ses dirigeants ou du moins

les trois membres officiels de cet organisme

dont l’origine même de sa création

demeure un mystère pour plus d’un, se

sont donné comme mission de trouver

un consensus entre les différentes entités

de la Transition qui ne s’entendent

pratiquement sur rien. C’est pourquoi,

d’ailleurs, certains s’accordent à dire que

quel que soit le résultat du travail de ce

Comité, il n’aboutira à rien.

Dans la mesure où personne, plus

honnêtement, une bonne partie des protagonistes,

ne lui a rien demandé d’où

l’expression Comité Théodule qu’on entend

en Haïti dans les milieux connaissant

la signification de ce terme. Pourtant,

les trois responsables dudit Comité

: Mgr Ogé Beauvoir de Religions pour la

Paix-Haïti ; Laurent Saint-Cyr, Président

de la Chambre de commerce et d’industrie

d’Haïti (CCIH) et le Dr Jean-Robert

Charles, Président de la Conférence des

Recteurs et Présidents d’universités

haïtiennes (CORPUHA) ne veulent rien

entendre et ont même poursuivi le chantier

pour lequel, selon eux, ils étaient

nommés. « Si en 1994 la République

dominicaine l’a fait, le Rwanda également

l’a fait après le génocide, nous

pouvons le faire aussi. Nous nous en

sortirons avec le dialogue, le compromis,

c’est ce que nous aurons à proposer à la

Nation haïtienne», a même déclaré Mgr

Ogé Beauvoir.

Après plusieurs mois de travaux,

de rencontres soit en présentiel soit par

vidéo Conférence, avec des dizaines et

des dizaines de personnalités, d’organisations

de toute sorte à travers le pays,

le Comité de médiation, contre vents et

marées, a délivré son travail à qui de

droit, c’est-à-dire au chef du gouvernement

intérimaire, le Dr Ariel Henry, au

début du mois de juillet 2022. A en croire

le document qui a été remis au Premier

ministre a.i, le Comité note qu’il a eu

l’accord de centaines de responsables

politiques et de la Société civile avant de

finaliser le Rapport qu’il baptise « Projet

d’Entente Nationale ». En effet, selon le

document final qui a été remis au chef de

la Transition : « (…) Du 28 avril au 21

juin 2022, le Comité de médiation a rencontré

170 groupes - partis politiques,

regroupements de partis politiques et

organisations de la société civile -. Ces

participants incluent des acteurs n’ayant

signé aucun Accord politique, des signataires

des Accords du 11 septembre, du

PEN, de Montana et de l’Accord Unitaire

d’Haïti (…)».

Outre ces groupes partisans avec

qui le Comité a mené des discussions

sérieuses, selon lui, sur le futur de la

Transition, les trois dirigeants, Mgr Ogé

Beauvoir, Laurent Saint-Cyr et le Dr

Jean-Robert Charles ont précisé qu’ils

ont aussi longuement discuté avec des

personnalités de premier ordre de la République,

des notables à travers tout le

pays et les Communauté de différentes

confessions religieuses et naturellement

les membres de la Communauté internationale,

on l’imagine sans qui rien n’est

vraiment possible en Haïti durant cette

Transition. « (…) Durant le processus

de consultation, le Comité de médiation

avait jugé bon d’informer l’International

de la démarche en cours. Aussi

a-t-il rencontré des organisations de la

Communauté internationale telles que :

l’Union européenne, le BINUH et l’OEA,

ainsi que des Missions diplomatiques

accréditées en Haïti (…) » après avoir

énuméré quelques hautes personnalités

politiques avec qui les membres du

Comité ont eu des entretiens. Ils révèlent

aussi avoir rencontré des personnalités

politiques comme le Premier ministre

Ariel Henry, le Président du Sénat Joseph

Lambert, des anciens Présidents

de la République, des anciens Premiers

ministres et des anciens parlementaires.

Le Rapport indique aussi que des

membres influents de plusieurs Accords

existant ont été auditionnés. Parmi ces

politiques influents, le Comité souligne

(…) Les partis signataires du 11 septembre

; le Collectif des anciens députés de

l’opposition et alliés (CADOA) ; les membres

de l’Accord unitaire d’Haïti ; le PHTK

et alliés ; l’OPL, signataire de l’Accord de

Montana ; Jerry Tardieu, responsable du

parti politique En Avant ; le Secrétaire

général du RDNP, Eric Jean-Baptiste (…)

». Après cette longue série de rencontres

et d’entretiens avec les forces vives de la

République tout entière, jetons juste un

coup d’œil sur quelques articles clés du

Rapport présenté par le Comité conduit

par Mgr Ogé Beauvoir de Religions pour

la paix-Haïti ; Laurent Saint-Cyr, Président

de la Chambre de commerce et d’industrie

d’Haïti (CCIH) et le Dr Jean-Robert

Charles Président de la Conférence

des recteurs et Présidents d’universités

haïtiennes (CORPUHA). Tout d’abord,

le document se présente sous la forme

d’un Rapport intitulé : « Projet d’Entente

Nationale ».

Il comprend plusieurs articles,

chacun détaillé afin de permettre aux

observateurs et au grand public de bien

comprendre le but de la démarche et

surtout le résultat des travaux réalisés

durant ce laps de temps assez court cela

dit. Environ deux mois seulement. En

résumé, le Comité de médiation va dans

le sens du Premier ministre a.i. Rien

dans le Rapport ne prend le contre-pied

de ce qu’a toujours préconisé le locataire

de la Primature depuis son arrivée à la

tête du gouvernement intérimaire de

Transition. Le Comité propose que : le

Premier ministre reste seul au pouvoir ;

une Transition d’une durée de deux ans ;

un changement des ministres ; le rétablissement

de la sécurité dans le pays ; la

nomination des juges à la Cour de cassation

; la formation du Conseil Electoral

Provisoire (CEP) ; un Référendum pour

changer la Constitution et enfin des élections

générales. Prenons dans le désordre

quelques unes des propositions.

Selon l’article 3 du

« Projet d’Entente Nationale » proposé

par le Comité de médiation, « Le Pouvoir

exécutif sera assumé par le Conseil

des ministres sous la présidence du Premier

ministre selon l’esprit du premier

alinéa de l’article 149 de la Constitution

de 1987 amendée » (Art. 3). Quant à

l’article 2 qui définit la durée de la Transition,

il est simplissime : « La période

maximale de la Transition politique est

de 24 mois et commence à partir de la

signature de l’entente » (Art. 2). En revanche,

celui du 3-2 est plus qu’aléatoire

dans son application vu le délai imparti

aux protagonistes. Il est écrit en effet :

« Dans un délai ne dépassant pas vingt

jours à compter de la date de la signature

de l’Entente, le Premier ministre entrera

en dialogue avec les signataires de la

présente pour former un nouveau gouvernement

de consensus et inclusif composé

de personnalités expérimentées,

compétentes, honnêtes et capables de

gérer la situation politique du moment

» (Art. 3-2). Comme Ariel Henry, les

médiateurs proposent un Référendum

populaire pour avaliser un Amendement

à minima de la Constitution.

« Il sera constitué, à l’initiative

du Pouvoir exécutif, un Comité d’experts

de cinq membres, chargé de compiler

et d’analyser tous les documents disponibles

portant révision, réforme et

amendement de la Constitution. Il est

également donné mandat d’audit au

Comité de consulter les différents Secteurs

de la société haïtienne et d’élaborer

une proposition, laquelle sera soumise à

l’approbation du Pouvoir exécutif et au

Conseil de surveillance (CSSE), en vue

de la tenue d’un Référendum populaire

sur la question. Le processus de révision

constitutionnelle devra se limiter aux

changements jugés indispensables et

capables de réunir un consensus rapide,

tels que, entre autres : la réduction de la

fréquence des élections ; l’équilibre entre

les Pouvoirs législatif et exécutif ; la

participation de la diaspora aux affaires

du pays ; l’allègement de la procédure

d’amendement de la Constitution. Le

processus de révision ne devrait pas dépasser

six mois.

Ledit Conseil électoral provisoire,

constitué dans le cadre de cette Entente,

est aussi chargé de l’organisation

du Référendum constitutionnel » (Art

8). Bien évidemment, avant d’arriver

à la phase du Référendum, les membres

du Comité ont pensé à la phase la

plus délicate de l’Administration d’Ariel

Henry depuis la prise du pouvoir, il y a

plus d’une année. « Les signataires de

l’Entente s’engagent à instituer un Conseil

électoral crédible, dans un délai ne

dépassant pas huit jours après la formation

du gouvernement de consensus

prévu à l’article 3.2 de la présente Entente.

Le Conseil des ministres, sous la

présidence du Premier ministre, conduira

les consultations nécessaires auprès des

secteurs représentatifs de la société, en

vue de la formation de l’organisme électoral.

Les membres dudit organisme sont

choisis suivant l’esprit de l’article 289 de

la Constitution de 1987 et sera formé de

personnalités désignées par les secteurs

identifiés, mais surtout reconnues pour

leurs compétences, intégrité et expérience

en matière électorale » (Art. 7).

En faisant un clin d’œil aux partis politiques

et aux éventuels candidats aux

différentes joutes électorales à venir, le

Comité rajoute deux lignes dans son «

Projet d’Entente Nationale ».

« Le gouvernement prendra

toutes les dispositions nécessaires en

vue d’apporter un financement adéquat

aux partis politiques et aux candidats

qui participeront aux élections » (Art.

7.1). Pour terminer ce résumé du Document

de « Projet d’Entente Nationale

» formulé par l’équipe dirigé par Mgr

Ogé Beauvoir, Laurent Saint-Cyr et Dr

Jean-Robert Charles du Comité de médiation,

à l’intention des protagonistes de

la Transition, on peut conclure en disant

qu’ils ont fait en sorte de n’oublier personne,

en tout cas, aucune des entités ou

institutions de la République qui posent

énormément de fil à retordre au Premier

ministre a.i, Ariel Henry. L’article 6 du

Rapport revient sur la nomination des

juges de la Cour de cassation. « En raison

du dysfonctionnement du Sénat de la

République, les signataires de l’Entente

appuient les propositions du Conseil des

ministres et du Conseil Supérieur du Pouvoir

Judiciaire (CSPJ) pour compléter les

sièges vacants à la Cour de cassation.

Les mandats des juges nommés et investis,

dans le cadre de cette Entente, prendront

fin trois mois après l’installation

des nouveaux élus. » (Art. 6).

L’insécurité qui devient un sport

national en Haïti avec les gangs armés

semant la mort, la désolation, la peine

et le chagrin dans les familles depuis

plus d’une année non plus n’a pas été

oubliée par ce fameux Comité qui fait

un travail d’utilité publique alors même

que pour certains il ne s’agit que d’un

simple « Comité Théodule » qui pense

pouvoir donner mandat au chef unique

du Pouvoir exécutif pour en trouver la

solution vu que la « sécurité est une priorité

» pour le pouvoir en place. Ainsi,

les responsables dudit Comité ont introduit

deux articles pour légitimer les

actions du Premier ministre dans ce

domaine. « La sécurité est prioritaire ;

le gouvernement inclusif est autorisé à

utiliser tous les moyens légitimes nécessaires

après consultation du Conseil de

Le chef du gouvernement

intérimaire, le Dr Ariel Henry

surveillance et de suivi pour rétablir la

sécurité. Si le besoin se fait sentir, le gouvernement,

après consultation du CSSE,

pourra solliciter l’aide technique et logistique

des partenaires d’Haïti pour faire

face aux problèmes de l’insécurité » (Art.

9 et 9-1).

Avec ce mini catalogue, les « Trois

Rois Mages » comme les appellent certains

membres de l’Accord de Montana,

tentent de justifier l’utilité de leur Comité

dit de médiation, un Comité que personne,

pas même celles qui ont accepté

de s’asseoir avec eux pour des entretiens,

ne prend au sérieux et ne fait aucun

crédit. Un travail ingrat effectué sans

doute pour le compte du Core Group et

de la Primature qui, malheureusement,

dans le contexte de cette Transition,

finira certainement dans la poubelle de

l’histoire. Un de plus pour ce genre de «

Comité Théodule en Haïti » !

LACROIX MULTI SERVICES

Tel: 718-703-0168 * Cell: 347-249-8276

Fax:718-703-4640

1209 Rogers Avenue, Brooklyn, NY 11226

www.lacroixmultiservices.com

• Income Tax • Electronic Filing

• Refund Anticipation Check (RAC)

• Direct Deposit - IRS Check

• Business Tax • Notary Public

• Immigration Services

• Translation, Preparation, Application, Inquiry letters

• 6 Hour Defensive Driving Course • Fax Send & Receive

• Resume • Property Management • Credit Repair

Lacroixmultiservices@yahoo.com

C.C

8 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


This week in Haiti

Pig Farmers Ruined by Deadly Virus Haitian Deportees Face

Wretched, Indefinite,

Illegal Detention in Haiti

by Anne Myriam Bolivar

African swine fever has returned to

Haiti after 40 years. But violence and

attrition are keeping the veterinarians

away.

PORT-AU-PRINCE, HAITI — For

generations, the Joseph family

raised pigs. Rony Joseph joined the

family business at age 8, planning to

continue their legacy.

At age 25, he’s watching helplessly

as his animals sicken and die,

one by one.

Perhaps some could be saved,

but no veterinarian is willing to come

out to his farm to examine them.

Home remedies for reducing fevers,

such as concoctions of Angola pea and

neem leaves, have been no match for

Haiti’s latest scourge: African swine

fever, a highly contagious virus with

no vaccine that has resurfaced after a

four-decade remission.

“I’ve been a pig farmer all my

life. I started working at my father’s

pig farm when I was very young and

learned everything back then,” Joseph

says. “I had eight sows, but today I

only have three piglets left.”

Natural disasters, political instability,

armed gangs, and the coronavirus

pandemic have rocked Haiti for

the past three years. For its pig farmers,

however, the biggest immediate

threat is the return of African swine

fever, combined with the shortage of

veterinarians able and willing to visit

them.

One of Joseph’s neighbors, Junior

Pierre-vil, lost all 11 of his pigs

in November. He didn’t even bother

trying to reach the nearest veterinary

clinic, in the suburb of Diquini, because

he says he can’t afford to compensate

them for the violence they

would risk on the 14.5-kilometer (9

mile) journey.

“Insecurity is a plague,” Pierrevil

says.

Pig farming and pork-based

Anne Myriam Bolivar, Global

Press Journal Haiti

Rony Joseph feeds what is left of his pigs at his home in Carrefour, Haiti,

June 11, 2022. African swine fever, a highly contagious virus with no

vaccine, is threatening the livelihood of pig farmers in Haiti.

Anne Myriam Bolivar, Global

Press Journal Haiti

Sainclus Joseph, a veterinary agent based in Port-au-Prince, says Haiti’s

farmers are reluctant to pay for health officials to come inspect their

livestock.

cuisine are deeply anchored in Haiti’s

history and culture. With more than 1

in 4 Haitians living below the international

poverty line of $1.90 a day in

2021, according to World Bank data,

pigs are their own form of currency.

An adult pig can bring in 30,000

Haitian gourdes (about $260). Prices

have also risen due to the impact

of swine flu on supplies; last year, a

piglet cost 2,500 gourdes (around

$21.50); the price is now 5,000

gourdes (about $43).

The country’s pig population is

estimated at about 800,000. Swine flu

viruses are transmitted between the

animals through fluids including urine

and saliva. There is no effective treatment

or vaccine against the African

variant; infected pigs must be slaughtered

to prevent further spread.

On Sept. 20, 2021, African

swine fever was confirmed in samples

taken a month earlier from a farm in

Anse-à-Pitre, a commune in southeast

Haiti. The farm had 2,500 susceptible

animals, of which 234 subsequently

died and 750 were slaughtered. In

response, the Ministry of Agriculture,

Natural Resources and Urban Development

declared a state of alert and

rolled out a number of initiatives —

including increased staff training,

early identification and efficient management

of hot spots, and killing pigs

from 80 infected farms. Between September

2021 and May 2022, inspections

have been carried out at more

than 4,000 pig farms, with an African

swine fever positive rate of nearly

27%; more than 4,700 animals have

died or been killed, including 529

pigs infected with the virus, says Dr.

Haïm Joseph Corvil, coordinator of the

Health Protection Unit at the agricultural

ministry.

During the African swine fever

outbreak in the 1980s, Haiti’s government

ordered the slaughter of all

pigs, killing between 387,000 and

1.3 million animals. The country has

aimed for a less economically devastating

response this time, says Charles

Pierre-Charlemagne, director of the

agricultural ministry’s quarantine department.

“We are taking a much more

cautious approach now by raising

awareness among farmers and collecting

samples more often, in order

to detect an outbreak of African swine

fever early,” he says.

Although farmers say the crisis

has highlighted the need for more veterinary

services, “the shortage of vets

is not to blame” for the current outbreak,

he says. The priority, he adds,

must be improving the country’s data

gathering and its safety and monitoring

policies for livestock farming.

”There’s a lack of organization,”

he says. “There’s no government support

to create databases needed to

know the number of pigs by department,

the distribution [of pig population]

and farming units.”

Joseph Norélus Pierre, a veterinarian

and former director of the

agricultural ministry’s breeding and

animal health department, says many

of his colleagues have chosen to emigrate

for their own safety. He has

decided to stay for now, even though

three years ago, he says, a team of

veterinary agents under his supervision

was attacked and robbed during

a rabies vaccination campaign in Cité

Soleil, a Port-au-Prince commune.

Yet on paper, the numbers

have improved since the last African

swine fever epidemic. In 1986, there

were only four veterinary doctors for

the whole country. Today, there are

70 veterinarians, supervising about

1,565 veterinary agents — people

who have been trained in basic skills

by nonprofits or the veterinary school

at the Université d’Etat d’Haïti.

Veterimed has trained more

than 1,500 veterinary agents since

1991, says Rosalie Moise Germain,

director of the nonprofit that supports

both animal health and livestock

farmers. There used to be two to

three veterinary agents for each of the

country’s 571 communal sections; but

in the past generation, dozens have

retired, emigrated or changed careers,

she says. An inventory is needed of

all existing veterinary agents, including

their locations and training levels,

in addition to an effort to train a new

generation, she says.

Sainclus Joseph, a veterinary

agent for more than 10 years in Portau-Prince,

says the problem is that

Haiti’s farmers are not willing or able

to pay for veterinary care, even when

doctors are available. They expect the

government to pay for treatments as

a matter of national interest, or some

are ignorant about the effectiveness of

preventative medications and treatments,

he says.

“Feeding the pigs is important,

but there are also preventive measures

for certain diseases,” he says.

“It is expensive, but clearly effective

and safe.”

Dieuseul Juste, a 65-year-old

farmer in the Rivière Froide area of

Carrefour, disagrees, saying that he

has put a lot of effort into trying to

find new veterinarians or veterinary

agents, both personally and as the coordinator

of a farmers’ organization,

Neg Vanyan. The doctors are afraid

of being attacked or kidnapped if they

travel beyond their neighborhoods, he

says.

“I was willing to pay,” he says.

“We need support as we feel isolated

and abandoned. There is nothing

we can do when our farm animals

get sick, and my community has lost

more than 100 pigs.”

In addition to the economic toll,

the loss of their pigs also puts an emotional

strain on the farmers.

“I’ve spent nights asking myself

what I should do. I have no animals,

no hope,” says Mezira Joseph, Rony

Joseph’s father, who farms nearby and

Patrick Julney was deported

to Haiti in June and faces lifethreatening

conditions in Haiti’s

National Penitentiary, where he is

held illegally

by Haydi Torres and Eleni Bakst

Jean Bertrang Casimir when he was

in the United States.

In Haiti’s National Penitentiary, people

from New Jersey, Florida, Indiana,

and elsewhere are detained in deadly

conditions. Packed into overcrowded

cells, they lack food, water, medicine,

or space to sleep. They were detained

almost immediately after setting foot

on Haitian soil, without having been

charged with any crime or appearing

before a judge. For many of the detained,

this is the first time they’ve

been in Haiti since they were young

children. Their detention is illegal under

Haitian and international law, in conditions

that amount to human rights

abuse.

The Department of Homeland Security

(DHS) agency, Immigration and

Customs Enforcement (ICE), knows

that, for many immigrants facing deportation,

being sent to Haiti means

ending up in illegal, indefinite imprisonment

in squalid conditions. Yet the

Biden administration refuses to halt deportations

to Haiti, even as the country

faces a humanitarian crisis and state

failure.

Several government officials

have called on the U.S. to halt this

practice. In March 2022, Congresswoman

Ayanna Pressley (D-MA) and

Congressman Mondaire Jones (D-NY)

called on the DHS to suspend ICE flights

lost close to 20 pigs to African swine

fever in the last year. “It’s hard to be

in this type of situation where you

can’t do anything and realize that all

your earnings are gone, just like that.”

Until they can save up to buy

more livestock, pig farmers are subsisting

by growing vegetables, he

says. Even if they can restock their

pens, however, they will remain in a

precarious position if veterinary care

is not available the next time a disease

breaks out.

Patrick Julney and Jean Bertrang

Casimir are held in an overcrowded

Haitian jail cell like this.

to Haiti given the “grave danger” that

awaits those who are deported there. In

September 2021, the Special Envoy for

Haiti, Daniel Foote, resigned over the

U.S.’s decision to continue to deport

people to Haiti. That same month, 54

members of Congress urged the Biden

administration to halt deportations to

Haiti given the ongoing political, public

health, and economic crises in the

country. Despite the outcry, the Biden

administration has deported over

25,000 Haitians.

In the past year, countless Haitians

have appeared before the U.S.

immigration courts to plead their cases

for asylum, withholding of removal,

and protection under the Convention

Against Torture. They argue that if the

U.S. deports them, they will suffer persecution

and torture in Haiti. Despite

the wealth of evidence supporting their

arguments, the U.S. continues to deport

Haitians. Unfortunately, for dozens of

men deported over the last six months,

the exact fears they harbored have

come true upon their return.

Patrick Julney, Peterson Rosier,

Jean Bertrang Casimir, Billy Balisage,

Maxis Derilus, and Metellus Peterson

are just a handful of those deported earlier

this year and immediately arrested

and imprisoned on arrival in Haiti.

Months later, they remain wrongfully

jailed in Port-au-Prince’s National Penitentiary.

The Haitian government has

not charged them with any crimes nor

allowed them to appear before a judge.

Patrick Julney, 38, came to

the U.S. at the age of four. He was deported

on Jun. 7 and is in a life-threatening

situation in the Haitian jail. He is

married and has four step-children.

Patrick, Peterson, Jean, and

the others wrongfully imprisoned at the

National Penitentiary are facing torturous

conditions. The penitentiary does

not provide them with food, potable

water, or medical treatment. They can

only receive these basic necessities if

they have family or friends on the outside

to bring it to them on a daily basis.

In late July 2022, widespread gun

suite à la page(16)

“What we need is young people

in our community to train as vet officers,”

Mezira Joseph says. “This way,

we could have access to vaccines and

protect our farm animals from flu viruses

and other diseases. This is what

we’re hoping for.”

This story was originally published

by Global Press Journal. Anne Myriam

Bolivar is a Global Press Journal

reporter based in Port-au-Prince,

Haiti.

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

9


USA GOUVERNEMENT VIOLATEUR

Par Ben Norton

Le gouvernement américain est le

pire violateur de la liberté de la

presse au monde, pas son protecteur

De la persécution et de la torture

du journaliste Julian Assange à

la censure massive des médias indépendants

par des sous-traitants

du gouvernement américain dans

la Silicon Valley, les attaques de

Washington contre la liberté de la

presse ont blessé chaque pays et

chaque personne sur Terre.

Le gouvernement américain

emploie de nombreuses stratégies

pour tenter de justifier son

intervention dans les affaires intérieures

et la violation de la souveraineté

des nations étrangères.

La principale de ces tactiques

trompeuses est la militarisation par

Washington des accusations selon

lesquelles ses adversaires violent

la liberté d’expression.

C’est assez ironique, étant

donné que les États-Unis sont le

premier violateur mondial de la liberté

de la presse, selon toute définition

cohérente du terme.

Et contrairement aux pays

qui, selon Washington, sont censés

réprimer la liberté d’expression

à l’intérieur de leurs frontières,

la censure par le gouvernement

américain des médias indépendants

et la suppression des voix

alternatives sont mondiales, blessant

les gens à travers la planète.

L’administration Joe Biden

s’est notamment donné beaucoup

de mal pour se présenter comme

un défenseur des libertés civiles.

En mai, la Maison Blanche a

publié une déclaration commémorant

la Journée mondiale de la liberté

de la presse. Le but de la déclaration

était de dépeindre la Russie

Silence !

comme l’un des principaux violateurs

de la liberté d’expression et

les États-Unis comme son noble

protecteur.

Mais la réalité est que Washington

est coupable d’une persécution

exponentielle des journalistes

que tout ce dont Moscou est même

accusé.

La persécution de Julian

Assange par le gouvernement

américain menace la liberté

d’expression partout sur Terre

Il n’y a pas de symbole plus horrible

de l’hypocrisie ridicule des

États-Unis se présentant comme

un protecteur de la liberté de la

presse que sa persécution autoritaire

du journaliste le plus célèbre

de la planète : Julian Assange.

L’attaque impitoyable du

gouvernement américain contre

Assange, le fondateur et éditeur

du site Web de journalisme de

dénonciation WikiLeaks, est probablement

le pire coup porté à la

liberté d’expression par n’importe

quel gouvernement de l’histoire,

avec des implications dangereuses

pour tous les êtres humains de la

planète.

L’affaire américaine contre

Assange équivaut essentiellement

à une criminalisation du journalisme.

Washington cherche à extrader

et à poursuivre Assange,

un ressortissant australien qui n’a

jamais vécu aux États-Unis, pour

le « crime » de publication d’informations

véridiques exposant les

crimes de guerre américains – en

d’autres termes, pour avoir fait le

genre de journalisme que tout bon

journaliste devrait faire.

Assange risque jusqu’à 175

Le journaliste révolutionnaire noir Mumia Abu-Jamal.

ans de prison pour 18 chefs d’accusation.

S’ils réussissent dans le

processus d’extradition, les États-

Unis jetteront probablement l’éditeur

de WikiLeaks dans un cachot

de style médiéval, où il sera détenu

à l’isolement pour le reste de sa

vie.

En raison de la persécution

par les États-Unis et le Royaume-Uni,

Assange est déjà essentiellement

emprisonné depuis une

décennie. À partir de 2012, le journaliste

de WikiLeaks s’est réfugié à

l’ambassade d’Équateur à Londres.

Il finira par y être piégé pendant

sept ans.

En 2015, le Groupe de travail

des Nations unies sur la détention

arbitraire a déterminé que Assange

avait été « détenu arbitrairement »

et devait être libéré et indemnisé.

Le gouvernement britannique

a ignoré les experts juridiques de

l’ONU. Au lieu de cela, en 2019,

les autorités britanniques ont violé

l’intégrité territoriale de l’Équateur,

sont entrées dans l’ambassade et

ont enlevé Assange (qui à ce moment-là

était un citoyen équatorien

naturalisé, en plus de sa nationalité

australienne).

Depuis 2019, Assange est

soumis à un traitement draconien

dans la prison britannique à sécurité

maximale de Belmarsh, détenu

aux côtés de personnes reconnues

coupables de « terrorisme », de

meurtre et d’autres crimes violents.

Le groupe de travail des Nations

unies sur la détention arbitraire

a de nouveau condamné

le gouvernement britannique en

2019 pour avoir violé les libertés

et les droits fondamentaux du journaliste

australien.

À Belmarsh, Assange a été

détenu à l’isolement jusqu’à 23

heures par jour. Les experts juridiques

de l’ONU ont déclaré à

plusieurs reprises que ce type

d’isolement cellulaire prolongé, qui

est couramment pratiqué par les

États-Unis et la Grande-Bretagne,

équivaut à de la torture psychologique.

En d’autres termes, Julian

Assange a été effectivement emprisonné

pendant une décennie, a été

soumis à des tortures exténuantes

et passera probablement le reste de

sa vie dans une prison américaine,

tout cela parce qu’il a commis le «

crime » de faire du journalisme.

Il est impossible d’imaginer

une tyrannie plus absolue que

celle-ci. Avec l’affaire Assange, les

États-Unis établissent un précédent

qui dit qu’ils peuvent emprisonner

n’importe quel journaliste ou vraiment

n’importe quelle personne

sur Terre, quelle que soit sa nationalité,

les jeter dans un cachot pour

le reste de leur vie et les torturer.

Tout ce que Washington doit faire,

c’est fabriquer des accusations et

affirmer que cet individu a violé

ses lois nationales.

Assange n’est pas la seule

victime de ce genre de persécution

kafkaïenne par le régime américain.

Les États-Unis détiennent de

nombreux prisonniers politiques,

dont le journaliste révolutionnaire

noir Mumia Abu-Jamal.

Bien qu’ils comptent moins

de 5% de la population mondiale,

les États-Unis comptent près de

25% de ses prisonniers.

La censure américaine des

médias affecte le monde entier,

pas seulement les Nord-

Américains

Dans sa déclaration de mai à l’occasion

de la Journée mondiale de

la liberté de la presse, la Maison

Blanche de Biden a condamné la

Russie pour avoir adopté « une loi

de « désinformation » destinée à

réduire au silence ceux qui disent

la vérité ».

L’hypocrisie pourrait difficilement

être plus ridicule. Le gouvernement

américain a utilisé le canard

de la « désinformation » pour

censurer les médias et les journalistes

du monde entier, en effaçant

leur travail et en les retirant des

plateformes numériques.

Alors que Washington accuse

Moscou de violer la liberté d’expression

à l’intérieur de la Russie,

la censure américaine nuit à la

planète entière.

En mars, le gouvernement

américain a forcé YouTube à censurer

le principal réseau médiatique

russe RT dans tous les pays

du monde. L’Union européenne a

également interdit les médias russes

RT et Sputnik.

Washington et Bruxelles ont

insisté sur le fait que cette violation

draconienne de la liberté d’expression

était nécessaire parce que

Moscou répandait soi-disant de la

« désinformation » sur la guerre en

Ukraine. Pendant ce temps, leurs

propres médias ont été constamment

dénoncés pour avoir diffusé

de fausses nouvelles et de la propagande

trompeuse pour justifier les

guerres d’agression occidentales

illégales – ce qui explique pourquoi

seulement 11% des Nord-Américains

font confiance aux nouvelles

télévisées et seulement 16%

croient aux journaux.

La censure des médias russes

par YouTube n’a pas seulement affecté

les gens en Amérique du Nord

et en Europe, mais plutôt le monde

entier. Et YouTube n’est pas qu’une

entreprise privée ; il appartient à

Google, qui est inextricablement lié

au gouvernement américain.

Toutes les grandes entreprises

de la Silicon Valley sont des

sous-traitants du gouvernement

.Un partisan de Julian Assange manifestant devant le tribunal pénal central, connu sous le

nom de Old Bailey, à Londres

américain. Google, Facebook (qui

possède Instagram et WhatsApp)

et Twitter ont plusieurs milliards de

dollars de contrats avec les agences

gouvernementales américaines

telles que la CIA, le FBI, la National

Security Agency (NSA), le Department

of Defense et le Department

of Homeland Security (DHS), ainsi

que les services de police.

Le gouvernement américain

utilise les grandes entreprises

technologiques de la Silicon Valley

comme armes de puissance douce,

censurant les informations qui ne

conviennent pas à ses intérêts de

politique étrangère, violant la liberté

d’expression de milliards de

personnes dans les pays étrangers.

Cette censure est souvent

directement supervisée par des

vétérans de l’État de sécurité nationale

américain. Google et Facebook

ont ​embauché des dizaines

d’anciens agents de la CIA et attachés

de presse de l’OTAN. Twitter

a recruté de nombreux anciens officiers

du FBI , et le haut responsable

chargé de superviser le contenu lié

au Moyen-Orient sur Twitter est

également membre de l’unité de

guerre psychologique de l’armée

britannique, qui admet mener une

« guerre de l’information ».

La censure de la Silicon Valley

a réduit au silence d’innombrables

médias et journalistes en

10 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE !

YouTube n’est pas qu’une entreprise privée ; il appartient à Google, qui est inextricablement lié au gouvernement américain

Des organisations de la CIA comme l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et le National Endowment for Democracy (NED)

ont versé plusieurs millions de dollars pour financer des militants des médias

Chine, en Russie, en Iran, au Venezuela,

au Nicaragua, à Cuba, en

Syrie et dans d’autres pays ciblés

par l’empire américain pour la

déstabilisation

Les médias iraniens ont été

constamment censurés par le gouvernement

américain et ses bras

du soft power dans la Silicon Valley.

Le ministère américain de la

Justice a même saisi les noms de

domaine de dizaines de sites d’information

qui, selon lui, étaient

gérés par l’Iran et le Yémen.

Le principal réseau iranien

Press TV a vu ses comptes sur

les réseaux sociaux censurés des

dizaines de fois. Le régime américain

a également volé son nom de

domaine presstv.com.

Le ministère américain de la

Justice a saisi le nom de domaine

iranien presstv.com.

Cette censure des médias sociaux

sert presque toujours les intérêts

du gouvernement américain.

Une semaine à peine avant

les élections nicaraguayennes de

novembre 2021, la Silicon Valley

lance une purge coordonnée des

comptes pro-sandinistes sur les réseaux

sociaux.

Des centaines de profils sur

Facebook, Instagram, Twitter et

Facebook ont ​été censurés. Tous

étaient pro-sandinistes. Pas un

seul compte ne provenait de l’opposition

de droite soutenue par

les États-Unis. Au contraire, les

Nicaraguayens de l’opposition de

droite soutenue par les États-Unis

sont constamment promus sur les

réseaux sociaux et vérifiés tandis

que les gauchistes sont suspendus.

La même chose était claire

dans la tentative de coup d’État

menée par les États-Unis contre le

Venezuela. Des représentants du

gouvernement démocratiquement

élu du Venezuela ont été suspendus

sur Twitter, tandis que des

marionnettes du coup d’État nommées

par les États-Unis, comme le

putschiste non élu Juan Guaidó et

sa bande de copains corrompus,

ont toutes été vérifiées et promues.

Tout en utilisant de vagues

allégations de « désinformation »

pour justifier la censure de ces voix

indépendantes sur les réseaux sociaux,

les entreprises de la Silicon

Valley prennent simultanément de

l’argent des médias d’État américains

pour diffuser des publicités

faisant la promotion de la propagande

contre les adversaires de

Washington.

En plus de la censure directe

par les suspensions, il existe également

une censure plus subtile par

les méga-sociétés de la Silicon Valley.

Google, par exemple, déforme

son algorithme afin de promouvoir

les sites Web de médias d’entreprise

grand public et dispose d’une

liste noire de points de vente qu’il

cache dans les résultats de recherche.

Cela signifie que les publications

des médias indépendants, en

particulier les pages de gauche et

anti-impérialistes, sont gravement

touchées par l’algorithme de Google

et obtiennent beaucoup moins

de trafic.

Même DuckDuckGo, qui se

présente comme une alternative à

Google qui protège la vie privée,

se livre à cette censure politique.

Après que la Russie a lancé son

opération militaire spéciale en

Ukraine en février 2022, le site

Web a annoncé qu’il rétrograderait

dans ses résultats de recherche

tous les sites Web qu’il accuse

d’être pro-russes.

Tout en censurant les

journalistes indépendants

chez eux, le gouvernement

américain finance des

soi-disant « journalistes

indépendants » à l’étranger

pour déstabiliser les

adversaires étrangers

Alors que les États-Unis

persécutent les journalistes qui exposent

leurs crimes et censurent

de manière agressive les médias

indépendants qui opèrent à l’intérieur

de leurs frontières, Washington

prétend ironiquement soutenir

les « médias indépendants »

à l’étranger.

Dans sa déclaration de mai à

l’occasion de la Journée mondiale

de la liberté de la presse, la Maison

Blanche de Biden a appelé à

soutenir les soi-disant « médias indépendants

» dans les pays étrangers.

Des organisations de la CIA

comme l’Agence américaine pour

le développement international

(USAID) et le National Endowment

for Democracy (NED) ont

versé plusieurs millions de dollars

pour financer des militants des

médias dans des pays où les États-

Unis souhaitent un changement de

régime.

Le gouvernement américain

prétend soutenir la « société civile

», mais en réalité il finance des

groupes politiques d’opposition qui

utilisent les médias comme une

arme pour déstabiliser les adversaires

de Washington.

Par définition, ces militants

des médias ne sont pas « indépendants

» – ils reçoivent des fonds

du gouvernement américain afin

de faire avancer ses intérêts politiques.

Ce sont essentiellement des

employés indirects du département

d’État américain et des instruments

du soft power de Washington.

Ces militants des médias ont

constamment diffusé de fausses

nouvelles, de la désinformation et

de la propagande, et ont joué un

rôle clé dans les violentes tentatives

de coup d’État au Nicaragua,

au Venezuela, en Bolivie, à Hong

Kong, en Syrie, en Biélorussie et

au-delà.

L’hypocrisie absurde de

Washington persécutant des journalistes

indépendants chez eux

tout en les finançant à l’étranger

met en lumière le profond cynisme

des tactiques de guerre de l’information

du régime américain.

Washington peut se présenter

comme le phare de la liberté et

de la démocratie, mais son empire

mondial est autoritaire et impitoyable.

La répression du gouvernement

américain affecte tout

le monde sur Terre. Tant que les

États-Unis maintiendront leur

empire et continueront d’essayer

de contrôler toutes les affaires

politiques et économiques de la

planète, aucun pays, et aucun individu,

ne pourra jamais être complètement

en sécurité.

Multipolarista 8 Août 2022

Réseau International

17 Août 2022

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

11


Perspectives

Violations du droit international

par l’Ukraine

Un nombre important de victimes civiles de cette guerre, qui s’élève

aujourd’hui à plus de 5 000 morts et plus 7 000 blessés, ont été causés par

la conduite de l’armée ukrainienne

Par Clara Weiss

Un rapport d’Amnesty International

révèle les violations du droit international

par l’Ukraine et l’utilisation

délibérée de civils comme boucliers

humains

L

’organisation de défense des droits

humains Amnesty International

a publié jeudi un rapport montrant

que « les forces ukrainiennes ont mis

des civils en danger en établissant des

bases et en faisant fonctionner des

systèmes d’armes dans des zones résidentielles

peuplées, y compris dans des

écoles et des hôpitaux ».

Les conclusions d’Amnesty International

corroborent un rapport

antérieur des Nations Unies (article

en anglais) qui a également fourni des

preuves que l’armée ukrainienne a

utilisé des civils comme boucliers humains

dans le conflit. Ces deux rapports

récents viennent s’ajouter à une vaste

documentation sur les crimes de guerre

commis par l’armée ukrainienne et

ses forces paramilitaires néo-fascistes,

en particulier contre les prisonniers de

guerre russes (article en anglais) .

Le rapport d’Amnesty International,

rédigé dans un langage circonspect,

est une révélation accablante du

caractère criminel de la guerre impérialiste

par procuration en Ukraine, dans

laquelle la population civile n’est qu’un

pion pour les puissances impérialistes

et leurs laquais de l’oligarchie et de

l’armée ukrainiennes.

Comme l’a dit un habitant de la

ville de Bakhmut à Amnesty International

: « Nous n’avons pas notre mot à

dire sur ce que fait l’armée, mais nous

en payons le prix. »

Le rapport a été compilé par des

chercheurs enquêtant sur les frappes

russes dans les régions de Kharkiv, du

Donbass et de Mykolaïv, entre avril

et juillet. Pour reprendre les mots de

la secrétaire générale d’Amnesty International,

Agnès Callamard, « Nous

avons documenté un modèle des forces

ukrainiennes de mettre en danger les

civils et de violer les lois de la guerre

lorsqu’elles opèrent dans des zones

peuplées. »

Ce modèle inclut l’utilisation des

hôpitaux comme bases militaires de

fait – une violation flagrante du droit

international – ce qu’Amnesty International

a confirmé pour cinq endroits.

Selon le rapport, « dans deux villes,

des dizaines de soldats se reposaient,

se promenaient et prenaient leurs repas

dans les hôpitaux. Dans une autre

ville, des soldats tiraient à proximité

de l’hôpital. »

Le rapport a encore révélé que

l’armée ukrainienne avait « régulièrement

installé des bases dans les écoles

des villes et villages du Donbass et de

la région de Mykolaïv ». Bien que pas

entièrement interdite par le droit international,

l’utilisation d’écoles et d’immeubles

d’habitation par l’armée n’est

considérée légitime que lorsque celle-ci

n’a pas d’autre choix. En outre, elle est

tenue de faire tout ce qui est en son

pouvoir pour minimiser les pertes civiles,

notamment par des évacuations

et des avertissements efficaces en cas

d’attaques susceptibles de mettre en

danger les civils.

Les enquêteurs ont trouvé des

preuves que les forces ukrainiennes

avaient lancé « des frappes à partir de

zones résidentielles peuplées et mis

leurs bases dans des bâtiments civils »

qui étaient, dans la plupart des cas documentés,

à des kilomètres des lignes de

front réelles. Selon Amnesty, il existait

« des alternatives viables […] ne mettant

pas en danger les civils ». De plus,

l’organisation n’avait «pas observé »

que les forces armées aient demandé

aux civils d’évacuer les bâtiments voisins

ou aidé à le faire, ce qui constitue

un manquement à prendre toutes les

précautions possibles pour protéger les

civils.

Le rapport note: « Dans 22 des 29

écoles visitées, les enquêteurs d’Amnesty

International ont soit trouvé des

soldats utilisant les locaux, soit trouvé

des preuves d’activités militaires actuelles

ou antérieures, notamment la

présence de treillis militaires, de munitions

jetées, de rations militaires et de

véhicules militaires. »

Le rapport dit encore: « Dans

une ville à l’est d’Odessa, Amnesty International

a été témoin d’un modèle

général de soldats ukrainiens utilisant

des zones civiles pour se loger et comme

zones de rassemblement, notamment

en plaçant des véhicules blindés

sous des arbres dans des quartiers

uniquement d’habitation et se servant

de deux écoles situées dans des zones

densément peuplées. Les frappes russes

près des écoles ont tué et blessé plusieurs

civils entre avril et fin juin, dont

un enfant et une femme âgée, tués lors

d’une attaque à la roquette contre leur

domicile le 28 juin. »

La réponse du gouvernement

ukrainien à ce rapport a été carrément

hystérique. Le président ukrainien

Volodymyr Zelensky l’a dénoncé

dans un discours à la nation, affirmant

qu’il transformait la « victime » en «

agresseur ». Le ministre ukrainien des

Affaires étrangères, Dmytro Kuleba ,

a fulminé sur Twitter que le rapport «

déforme la réalité, établit une fausse

équivalence morale entre l’agresseur

et la victime et renforce les efforts de

désinformation de la Russie ».

En réalité, Amnesty International

a dénoncé l’invasion de l’Ukraine par

la Russie dans le rapport, mais a insisté

sur le fait que cela « ne dispense

pas l’armée ukrainienne de respecter

le droit international humanitaire ».

Le rapport souligne également que les

violations du droit international par

l’armée ukrainienne « ne justifient en

aucun cas les attaques aveugles de la

Russie ».

Il convient également de noter

que l’écrasante majorité des rapports

d’Amnesty International sur la guerre

jusqu’à présent se sont concentrés presque

exclusivement sur les crimes de

guerre commis par la Russie, et qu’elle

n’est en aucun cas un observateur impartial.

Plus notoirement, elle a rétabli

le statut de « prisonnier d’opinion »

pour le critique anti-Poutine russe de

droite Alexei Navalny, un raciste déclaré,

après avoir subi d’intenses pressions

politiques l’année dernière.

Il est significatif que le bureau

ukrainien de l’organisation s’est opposé

avec véhémence à la publication

du rapport. Sa responsable, Oksana

Pokalchuk, a déclaré : « Nous avons

tout fait pour empêcher que ce rapport

ne soit rendu public. » Le fait qu’Amnesty

International ait fini par le publier

malgré de sérieuses divisions internes

et d’immenses pressions politiques indique

que la situation réelle sur le terrain

en Ukraine est, en fait, bien plus

inquiétante que ce que ce rapport suggère.

Il faut encore noter que le magazine

d’information allemand Der Spiegel,

qui a joué un rôle de premier plan

dans la propagande de guerre contre la

Russie en Europe, a admis dans un reportage

vendredi, plutôt à contrecœur,

que ses propres journalistes avaient

tiré des conclusions similaires à celles

d’Amnesty International et que la conduite

de l’armée ukrainienne « soulève

des questions légitimes ».

La réponse hystérique du gouvernement

ukrainien montre une extrême

nervosité de la part de l’oligarchie

ukrainienne et de ses partisans

impérialistes quant aux implications

politiques du rapport. Les témoignages

apportés par des civils ukrainiens

indiquent qu’il existe une colère considérable

à propos de la conduite militaire

du pays et une opposition populaire

croissante à la guerre en Ukraine

même.

Mais surtout, le rapport met à

nu le caractère criminel de la guerre et

porte un coup majeur à la propagande

de guerre incessante dans les médias.

Jour après jour, la classe ouvrière

en Europe et aux États-Unis est bombardée

d’informations sur des crimes de

guerre russes présumés, tandis que des

paramilitaires néo-fascistes comme le

bataillon Azov sont salués par l’Associated

Press et le New York Times pour

leur « bravoure ». Tout l’édifice de cette

propagande de guerre impérialiste a été

basé sur le mensonge que l’invasion de

l’Ukraine par la Russie n’était en aucun

cas provoquée et que toutes les morts et

destructions dans cette guerre doivent

être entièrement imputées à Moscou.

Pourtant, le rapport d’Amnesty

International ne laisse aucun doute sur

le fait que, quels que soient les crimes

de guerre commis par l’armée russe – et

il ne fait aucun doute que de tels crimes

ont été commis – un nombre important

de victimes civiles de cette guerre,

qui s’élève aujourd’hui à plus de 5

000 morts et plus 7 000 blessés, ont

été causés par la conduite de l’armée

ukrainienne.

De plus, quiconque lit ce rapport

doit se poser la question: pourquoi

l’armée ukrainienne se comporte-t-elle

ainsi ? S’il y avait un tant soit peu

de vérité dans l’affirmation que cette

guerre vise à défendre la « démocratie »

et les « droits » de la population ukrainienne,

une telle conduite soit ne se produirait

pas, soit elle serait immédiatement

condamnée par le gouvernement

ukrainien et son état-major.

La réalité est que les États-

Unis, qui ont délibérément provoqué

cette guerre après avoir dévasté une

demi-douzaine de sociétés au Moyen-Orient

et en Afrique du Nord, et

l’oligarchie ukrainienne se moquent

bien des millions de vies actuellement

détruites et des milliers de personnes

tuées dans la guerre contre la Russie.

Dans un rare moment de vérité,

le ministre ukrainien de la Défense,

Oleksii Reznikov, a récemment décrit

son pays comme un « terrain d’essai

Amnesty International finit de

se discréditer en demandant

un audit de son rapport sur les

crimes de guerre ukrainiens

Amnesty International une ONG qui n’a rien de neutre ni d’indépendante.

Par Christelle Néant

» pour les fabricants d’armes occidentaux,

qui ont fait d’énormes profits

grâce aux dizaines de milliards de dollars

en armes que l’OTAN a injectés

dans l’armée ukrainienne.

Le véritable objectif de la guerre,

délibérément provoquée par l’OTAN,

est de saigner la Russie à blanc. La

stratégie consiste à inonder l’Ukraine

de missiles et d’armes de pointe afin

de provoquer une défaite militaire

avec des pertes horrifiantes dans l’espoir

que cela précipiterait une crise intérieure

majeure; ce qui pourrait faciliter

l’opération de changement de régime

menée par les puissances impérialistes.

Du point de vue de Washington

Le 4 août 2022, Amnesty International

publiait un rapport dénonçant

les tactiques de l’armée ukrainienne qui

mettent en danger les civils, c’est-à-dire

en clair, les crimes de guerre ukrainiens

(même si AI n’ose pas aller jusqu’à

appeler un chat un chat). Dix jours

plus tard, l’organisation rétropédale

violemment et indique que des experts

indépendants vont vérifier le-dit rapport

pour comprendre « ce qui s’est mal

passé ». Si Amnesty International avait

déjà une réputation chancelante cette

histoire vient de l’envoyer ad patres.

Retour sur ce désastre d’une ONG qui

n’a rien de neutre ni d’indépendante.

Depuis le début du conflit dans

le Donbass, il y a huit ans, Amnesty

International s’est fait remarquer pour

son incroyable silence concernant les

crimes de guerre à répétition de l’armée

ukrainienne contre les civils des Républiques

populaires de Donetsk et de Lougansk

(RPD et RPL), ou les violations

des droits de l’homme systématiques

en Ukraine (par exemple la torture des

gens arrêtés par le SBU, comme Larissa

que nous avons récemment interviewée).

Les rares fois où Amnesty International

en parle c’est systématiquement

en tentant de renvoyer les deux

parties dos à dos (pour paraître équilibré),

sauf qu’en fait en lisant le texte

en détail, on se rend compte qu’il n’y a

pas équilibre entre les deux parties, et

qu’AI reproche par exemple à la RPD

et la RPL un vide juridique qui n’existe

pas (n’en déplaise à cette organisation

il y a des lois dans ces républiques, des

médiatrices aux droits de l’homme, et

contrairement à ce qui est allégué les

prisonniers y sont bien traités, comme

a pu en attester l’OSCE lors de ses visites)

! Alors que les preuves de l’usage

systématique de la torture par le SBU et

les bataillons néo-nazis ukrainiens sont

légion ! Mais chut, il faut faire croire

que l’ONG est neutre…

Alors quand le 4 août 2022, Amnesty

International parle enfin ouvertement

de ce que nous dénonçons depuis

des mois, à savoir l’utilisation par les

soldats ukrainiens d’écoles, d’appartements,

d’hôpitaux, etc, à des fins militaires

mettant ainsi en danger les civils,

on s’est dit ça y est ils se décident enfin

à faire un peu leur travail. Même s’ils

n’osent pas dire ouvertement que ce

que fait l’armée ukrainienne est de fait

un crime de guerre, et qu’ils continuent

de dire que même comme ça si des

civils sont tués c’est de la faute de la

Russie.

C’est « marrant » je n’ai pas

souvenir d’avoir vu Amnesty International

condamner aussi fermement les

bombardements constants de l’armée

ukrainienne pendant huit ans sur des

zones purement civiles du Donbass, qui

ont fait des milliers de victimes parmi

les habitants, dont plus d’une centaine

d’enfants, à des endroits où il n’y avait

ni positions, ni pièces d’armement,

ni soldats des milices populaires. Où

étaient les condamnations à géométrie

variable d’Amnesty International

quand l’armée ukrainienne a bombardé

le centre de Donetsk le 5 juillet

2022, à un endroit où il n’y a rien de

militaire, tuant la petite Veronica, 10

ans, ou quand elle a bombardé la cérémonie

funéraire du commandant Korsa

en plein centre de Donetsk, tuant huit

civils dont une enfant de 12 ans, Katia,

qui voulait devenir ballerine ?

Où est le rapport d’Amnesty International,

condamnant le bombardement

du centre de Makeyevka par

l’armée ukrainienne avec des armes

à sous-munitions (les mêmes qu’elle

accuse pourtant la Russie d’utiliser

à tire larigot), le 6 juillet 2022, qui a

fait trois morts et quatre blessés parmi

les enfants qui jouaient dans une cour

d’immeuble ?

Où est le rapport d’Amnesty International,

condamnant l’utilisation

massive par l’armée ukrainienne de

roquettes bourrées de mines « pétales

» contre les zones résidentielles de

Donetsk, Makeyevka, Yassinovataya

et Gorlovka, qui ont déjà fait plus de

40 victimes parmi les civils dont des

enfants, qui doivent subir des amputations

après avoir marché ou pris en

main ces petites mines qui ressemblent

à des jouets ?

Non rien de tout cela ne sera

dénoncé par Amnesty International,

malgré ses grandes déclarations sur

sa neutralité, son absence d’idéologie,

suite à la page(16)

et des autres puissances impérialistes,

la guerre en Ukraine n’est que le coup

d’envoi d’une nouvelle ruée vers le

démantèlement de la Russie et de la

Chine, dans un nouveau partage du

monde. Avec la propagande de guerre

anti-russe incessante et la glorification

des martyrs prétendument héroïques de

l’armée ukrainienne, on veut préparer

l’opinion publique mondiale à une

guerre bien plus grande qui menace de

provoquer une catastrophe nucléaire.

Le rapport d’Amnesty International a

porté un coup dur à ce sinistre effort de

propagande.

Wsws 08 Août 2022

12 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


Devoir de mémoire

Cuba: Fidélisme

Le leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro, à l’occasion du

96e anniversaire de sa naissance, le 13 août

Par Rosana Cesaroni

« J’ai suffisamment prouvé ma foi

dans le peuple parce que quand je

suis venu avec 80 hommes sur les

plages de Cuba et que les gens disaient

que nous étions fous et ils

nous demandaient pourquoi nous

pensions gagner la guerre, je disais

: « parce que nous avons le peuple.

» (Fidel Castro Ruz, « la contre-offensive

stratégique » 1958)

Je dis « Fidel » et immédiatement

vous saurez de qui je parle. Parler

de Fidel permet que l’on oublie son

nom de famille. Fidel est synonyme

de Peuple Cubain.

96 ans après sa naissance,

Fidel est un concept, une définition

nécessaire pour expliquer la Révolution

Cubaine.

Le Commandant est un pédagogue

des masses, une vertu qu’atteignent

ces dirigeants qui sont nés

pour sentir, penser et faire avec

le peuple, dans ce cas un peuple

fidéliste.

Mais Fidel a dépassé les frontières

de Cuba et le fanatisme de

ses partisans au niveau planétaire

a généré un mouvement appeler

Fidélisme qui situe sa figure parmi

les grands dirigeants du XXIe siècle

mais même de tous les temps.

Cuba est le pays qui a la meilleure

qualité éducative de la région,

ils ont transformé les casernes en

écoles. En 1961, ils ont fait la campagne

nationale d’alphabétisation

pour éradiquer l’analphabétisme

laissé par la dictature de Batista. Une

expérience unique au niveau mondial.

Fidel s’était engagé devant l’ONU

à la réaliser en 1 an. Le peuple a alphabétisé

le peuple à la demande de

Fidel et dans chaque recoin de Cuba,

il y avait un drapeau rouge avec la

légende « territoire libre d’analphabétisme.

» Chaque personne alphabétisée

envoyait une lettre à Fidel

qui a reçu plus de 700 000 lettres

conservées au musée national de

l’alphabétisation de La Havane. La

Révolution Cubaine est donc une

révolution culturelle.

Nous savons que Cuba est le

territoire qui a le meilleur système de

santé publique malgré les 61 années

difficiles de blocus brutal et génocide

imposé par l’empire nord-américain,

un géant aux bottes de 7 lieues qui

a toujours été furieux contre Cuba.

Fidèle et loyal « chevalier

fidèle » comme l’a appelé son peuple.

C’est lui qui a inventé le concept

de révolution avec des discours de

six heures sur la Place de la Révolution

accompagné par 1 million de

personnes.

« Révolution, cela veut dire

avoir le sens du moment historique;

cela veut dire changer tout ce qui

doit être changé; cela veut dire

l’égalité et la liberté pleines; cela

veut dire être traité soi-même et

traiter autrui comme un être humain;

cela veut dire nous libérer

par nous-mêmes et par nos propres

efforts; cela veut dire défier

de puissantes forces dominantes

dans l’arène sociale et nationale

et au-dehors; cela veut dire défendre

des valeurs auxquelles on croit

au prix de n’importe quel sacrifice;

cela veut dire modestie, désintéressement,

altruisme, solidarité

et héroïsme; cela veut dire lutter

avec audace, intelligence et réalisme;

cela veut dire ne jamais mentir,

ne jamais violer des principes

moraux; cela veut dire conviction

profonde qu’il n’existe pas de force

au monde capable d’écraser la force

de la vérité et des idées. Révolution,

cela veut dire unité, cela veut dire

indépendance, cela veut dire lutter

pour nos rêves de justice en faveur

de Cuba et en faveur du monde, qui

est la base de notre patriotisme, de

notre socialisme et de notre internationalisme.

» (Discours de Fidel

Castro, 1er mai 2000)

Il faisait son apparition dans

n’importe quel centre de travail à

n’importe quelle heure. Il apprenait

à la population comment utiliser

l’autocuiseur pour économiser le gaz

pendant la période spéciale.

Le camarade de Fidel est celui

qui a aidé le peuple argentin à dire

non à l’ALCA avec Hugo et Nestor.

Fidel et celui qui a accueilli notre Diego

quand les États-Unis lui ont refusé

l’entrée pour soigner l’angoisse

inoculée par la machinerie de fausses

valeurs capitalistes.

Fidel est une liste interminable

de choses.

Chaque jour, il s’est occupé

de dénoncer et de démontrer les fils

visibles et invisible des campagnes

de l’impérialisme des États-Unis sur

Cuba mais aussi sur tous les pays de

Notre Amérique. Son regard continental

est la continuité de la pensée

de Simon Rodriguez, de Simon Bolivar,

de José Marti et de tant d’autres

combattants pour l’émancipation de

l’Amérique latine et des Caraïbes.

Il a anticipé les problèmes

environnementaux en étudiant les

schémas de consommation et de

production du capitalisme. Il a signalé

le danger d’extinction de la

race humaine. « si on veut sauver

l’humanité de cette autodestruction,

il faut mieux distribuer les

richesses et les technologies disponible

sur la planète. Moins de

luxe moins de gaspillage dans peu

de pays pour qu’il y ait moins de

pauvreté et moins de faim sur une

grande partie de la terre. (…) Payer

la dette écologique et pas la dette

extérieure. Que disparaisse la faim

et non l’homme (…) Que cessent

les égoïsmes, que cessent les hégémonismes,

que cessent instabilité,

l’irresponsabilité et le mensonge.

» (Discours à l’ONU, Río de Janeiro

1992)

Le peuple cubain crier dans

les rues, en 2016 : « je suis fidèle

! Je suis fidèle ! La révolution continuera

! »

L’amour se paye avec l’amour,

comme le dit le dicton populaire.

Sur les cinq continents, les brigades

médicales Henri Reeve et les Mission

d’alphabétisation de « Yo, si puedo »

reçoivent des remerciements. Au

contraire, c’est l’empire qui sème

des guerres. Sur l’initiative de Fidel,

la révolution a apporté à l’humanité

des vaccins contre le cancer, contre

la dengue, contre la fièvre jaune.

Face à la pandémie à Cuba, ils ont

combattu le Covid avec leurs propres

vaccins.

Après l’attaque de la caserne

Moncada, Fidel eut à prononcer la

fameuse phrase : « condamnez-moi,

peu importe, l’histoire m’acquittera

», il ne s’était pas trompé. Il avait

honoré Marti en traduisant en acte

ses Vers Simples : « aux pauvres de

la terre, je veux me donner tout entier».

Comment le peuple de Cuba

sait-il affronter chaque défi, chaque

moment funeste, chaque objectif

quotidien ? Ils savent le faire

parce qu’ils ont appris de mémoire

l’unité, ils ont gagné la bataille sur

l’individualisme. Leurs dirigeants

sont imprégnés de la même cubanité

qui court dans les veines de ce

peuple. Les dirigeants et le peuple

cubain sont faits de la même matière

fidéliste, entre autres.

Il suffit de les voir résoudre

l’incendie de Matanzas malgré la

douleur des pertes de vies humaines,

se remettre de l’explosion de l’hôtel

Saratoga, affronter les ouragans

avec zéro mort, participer à la guerre

par d’autres moyens qui sont faits

au peuple cubain de l’extérieur, principalement

de Miami, comme ce fut

le cas le 11 juillet 2021.

Il semblerait que l’adversité

les grandisse, les fasse croître et se

multiplier. Il y a le Fidelisme ici. Que

pourrait-il y avoir d’autre ?

Fidel est infini comme la

bataille des idées et c’est une

référence politique qui continue à

incarner l’éternelle dispute pour le

sens, dans la situation de l’Amérique

latine et des Caraïbes. Quelle noblesse

absolue faut-il avoir pour

dire : « Si nous voulons un modèle

d’homme, un modèle d’homme qui

n’appartienne pas à ce temps, un

modèle d’homme qui appartienne à

l’avenir, de tout cœur, le dis que ce

modèle sans une seule tache dans

sa conduite, sans une seule tache

dans son attitude, sans une seule

tache dans son action, ce modèle,

c’est le Che ! Si nous voulons exprimer

comment nous souhaitons

que soient nous enfants, nous

devons dire avec tout notre cœur

de véhéments révolutionnaires : «

Nous voulons qu’ils soient comme le

Fidel dans un champ de

cannes à Cuba

Che ! » » (En mémoire du commandant

Ernesto Che Guevara, Place de

la Révolution, 18 octobre 1997)

A cette hauteur, il est objectivement

impossible de cesser de

rappeler la naissance d’un dirigeant

des masses, révolutionnaire, martien

et humaniste comme Fidel. Parce

que le monde entier continue d’avoir

besoin de ces valeurs, de ces convictions,

nous devons continuer à les

semer.

Nous devons nous laisser envahir

par le pur Fidelisme et lire le

présent de façon historique en nous

engageant fermement à continuer à

construire la Grande Patrie parce que

nous sommes la continuité de la direction

insurgée de Fidel.

Resumé Latinoamericaine,

13 Août 2022

Traduction de Françoise Lopez

Bolivar Infos 14 Août 2022

LA DIFFERENCE

AUTO SCHOOL

LEARN TO DRIVE

FRANTZ DANIEL JEAN

FUNERAL SERVICES INC.

Guarino Funeral Home

La Différence Auto School

836 Rogers Avenue

(between Church Avenue

& Erasmus Street)

Brooklyn, NY 11226

Manager: Ernst Sevère

Tel: 718-693-2817

Cell: 917-407-8201

• Funerals in All Boroughs

• Transportation of Remains

• Cremation

Nou pale kreyòl.

5020 Foster Avenue

Brooklyn, NY 11203

718.613.0228

Serving the Haitian Community

for Over 30 Years

9222 Flatlands Avenue

Brooklyn, NY 11236

718-257-2890

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

13


Perspectives

Comprendre la stratégie économique socialiste réussie de Maduro

CHAVISTES JUSQU’AU BOUT DES ONGLES : Le quartier populaire 23

janvier, dans l’ouest de Caracas, commémore le 28 juillet 2022 ce qui

aurait été le 68e anniversaire d’Hugo Chavez. Le 23 janvier 1958 est le

jour où le dictateur Marcos Perez Jimenez a été renversé.

Par Francisco Dominguez

Après avoir qualifié pendant des

années l’économie vénézuélienne

d’échec lamentable, démontrant les

dangers du socialisme, les médias occidentaux

font maintenant l’éloge de son

redressement pour avoir “embrassé le

capitalisme” - mais ce n’est pas exact.

Dans sa couverture intensément

biaisée du Venezuela durant les années

difficiles de 2014 - 21, les médias

grand public ont fait appel à tous

les experts universitaires imaginables

pour “démontrer” que les malheurs

économiques du pays étaient le résultat

du président Nicolas Maduro supervisant

le glissement du Venezuela

“vers l’autoritarisme et l’effondrement

économique” (The Guardian, 24 janvier

2019) et non des cruelles sanctions

américaines.

En 2019, The Economist par exemple,

en accord avec la politique américaine,

a publié une couverture avec un

Juan Guaido aux poings serrés intitulée

“la bataille pour l’avenir du Venezuela”,

postulant que “les démocraties mondiales

ont raison de chercher le changement.”

Très rarement, voire jamais, les

médias grand public ou les experts activés

n’ont accordé un poids significatif

aux plus de 500 mesures coercitives,

unilatérales, illégales et criminelles

(alias sanctions) infligées au Venezuela

et à son peuple par les États-Unis

et leurs complices européens et latino-américains.

La guerre économique menée par

les États-Unis - le blocus presque total

de son économie - a entraîné une diminution

de 99 % de ses revenus, le Venezuela

vivant avec 1 % de ses revenus

d’avant les sanctions.

Compte tenu de l’évolution actuelle

du monde (le désordre que les efforts

déployés par les États-Unis pour

enrayer leur déclin infligent à l’économie

mondiale) et de l’indéniable redressement

économique du Venezuela, The

Economist écrit désormais des articles

tels que “Le Venezuela peut-il aider

l’Occident à se sevrer du pétrole russe

?”

Nous voyons maintenant, les

principaux médias financiers mondiaux,

rivaliser entre eux pour prédire de

combien l’économie vénézuélienne va

croître en 2022, avec des pourcentages

allant de 4 à 20 %. Cela confirme le succès

de Maduro, qui a réussi à sortir son

pays d’une profonde récession, d’une

hyperinflation, d’une grave pénurie, de

l’effondrement des exportations et de

huit années consécutives de contraction

du PIB induite par l’extérieur.

En outre, la force économique

et désormais politique du Venezuela

a conduit l’Union européenne, toute

honte bue, à ne plus reconnaître Guaido

comme “président par intérim”, et de

nombreux pays lui ont emboîté le pas.

Maduro - sur la tête duquel les États-

Unis ont placé une récompense de 15

millions de dollars - a obtenu la reconnaissance

de facto comme le véritable

et unique gouvernement du Venezuela

par les États-Unis eux-mêmes.

Cependant, les médias grand

public ont rapidement attribué le redressement

économique du Venezuela

à la nature prétendument capitaliste

de sa stratégie. Un article paru dans

le journal espagnol El Pais (26 mai

2022), très anti-chaviste, a qualifié la

reprise du Venezuela de “capitalisme

rampant”. Cette vision erronée a malheureusement

contaminé une section

minuscule et marginale de la gauche

vénézuélienne qui accuse malicieusement

le gouvernement vénézuélien de

se vendre au néolibéralisme et de trahir

les principes d’Hugo Chavez. Ce n’est

pas seulement faux, mais totalement

absurde.

Quelle était la vision de Chavez

? L’article 299 de la Constitution bolivarienne

de 1999, fruit du travail de

Chavez, stipule que “l’État, conjointement

avec l’initiative privée, favorise le

développement harmonieux de l’économie

nationale, dans le but de générer

des sources d’emploi, un taux élevé

de valeur ajoutée intérieure, d’élever

le niveau de vie de la population et de

renforcer la souveraineté économique

du pays.”

En outre, dans le Plan de développement

socio-économique de la nation

de Chavez (2001-07), ce principe

directeur est associé à l’objectif de maximiser

le bien-être collectif par l’expansion

de la démocratie et l’élévation du

niveau de vie, en vue d’une répartition

équitable de la richesse nationale. Ce

modèle cherche en outre à diversifier

l’économie et est ouvert aux marchés

internationaux, mais il repose sur une

forte présence de l’État dans les industries

stratégiques auxquelles participe

l’entreprise privée.

Même la réforme constitutionnelle

radicale de Chavez - rejetée lors

du référendum de 2007 - consacrait

le développement d’entreprises mixtes

publiques-privées et reconnaissait le

mixte et le privé comme deux des cinq

formes de propriété. Toutefois, la Constitution

confie à l’État la responsabilité

de protéger l’industrie et l’agriculture

nationales contre la concurrence

déloyale.

Chavez ne s’est pas écarté - et

Maduro ne s’est jamais écarté - de ces

paramètres.

En outre, la politique économique

est élaborée et mise en œuvre dans le

cadre du monopole de l’État sur les

principales sources de revenus étrangers

du pays (pétrole, or, minéraux rares,

commerce extérieur, etc.), ce qui, grâce

à la dextérité du gouvernement, malgré

l’agression économique persistante des

États-Unis, a donné des résultats impressionnants.

Dans son discours sur l’état de

l’Union de 2021, Maduro a indiqué que

l’économie vénézuélienne avait connu

une croissance de 7,6 %, que le commerce

extérieur avait augmenté de 33

%, que les ménages avaient augmenté

leur consommation de 4,9 %, que l’autosuffisance

alimentaire était de 60 à

70 % (plus de 90 % en 2022), que plus

de 90 % du contenu des boîtes de la

CLAP (programme national de distribution

alimentaire) était produit dans

le pays, que l’inflation était réduite à

un seul chiffre et que les pénuries de

nourriture et d’autres produits avaient

disparu.

En outre, lors de sa récente visite

dans un certain nombre de pays

d’Eurasie (Turquie, Algérie, Iran, Koweït,

Qatar et Azerbaïdjan), Maduro a

habilement élargi les partenaires commerciaux

du Venezuela dans le monde

(la Chine, la Russie et l’Iran figurant

déjà parmi les plus importants). L’effet

combiné des énormes atouts du Venezuela,

de l’anti-blocage et des zones

économiques spéciales a fait de l’économie

nationale un lieu attrayant pour

les investissements étrangers.

Deux facteurs se distinguent

dans le renouveau économique du Venezuela

: la numérisation de son économie

et l’augmentation explosive des

petites et moyennes entreprises productives.

En 2020, on comptait 121 432

000 transactions numériques - ce chiffre

est passé à 201 millions en 2021,

couvrant 80 % du total des transactions

nationales (il sera bien plus important

en 2022). Saren, l’organisme chargé de

l’enregistrement des petites entreprises,

indique que 7 657 d’entre elles se sont

enregistrées en 2020, 19 284 en 2021

et 13 096 à la fin du mois de mai 2022.

Ces deux évolutions ont été

vigoureusement encouragées par le

gouvernement bolivarien, dont l’expansion

et la consolidation ont été

grandement facilitées par la carte

Homeland - une identité QR personnalisée

accessible à tous les citoyens - et

une politique généreuse de crédit d’État

pour les nouveaux petits entrepreneurs.

La consommation intérieure a été

développée grâce à un certain nombre

de primes (Noël ; essence ; économie

familiale ; femmes enceintes et allaitantes,

mères célibataires, personnes

âgées, apprentissage des jeunes et bien

d’autres), toutes payées électroniquement.

De plus, 76 % du budget national

a été consacré aux dépenses sociales

en 2021.

Ainsi, le Venezuela bolivarien a

garanti la sécurité alimentaire à tous,

mais en particulier à ses citoyens les

plus vulnérables ; il a protégé la population

des ravages de la pandémie

de Covid-19 et maintenu les services

publics clés en état de fonctionnement

; il a habilement contourné le champ

de mines mondial des sanctions américaines,

notamment en remettant en

cause l’interdiction américaine de commercer

avec l’Iran, la Russie, la Chine et

d’autres pays ; il a augmenté les exportations

de pétrole et d’autres produits,

attiré les capitaux étrangers tout en

Nicolas Maduro, président

du Venezuela

assurant la prééminence de l’État sur

ces investissements afin de protéger la

souveraineté nationale ; il a soutenu et

développé la consommation intérieure

tout en maîtrisant l’hyperinflation et a

livré 4,1 millions de nouveaux logements.

Le Venezuela a réalisé tout cela

tout en développant, renforçant et renforçant

les organisations de masse de

la classe ouvrière, des paysans et des

organes communaux de base, non

seulement comme un moyen de mobilisation

politique de masse, mais aussi

comme un moyen de dissuasion contre

les aventures militaristes et terroristes

déclenchées depuis la Colombie par la

machinerie de “changement de régime”

de Washington. C’est le socialisme bolivarien

à l’œuvre.

Morning star

Traduction Bernard Tornare

14 Août 2022

14 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


Perspectives

Vabanque : Les États-Unis vont-ils aller jusqu’à la rupture et

déclarer la Russie, État soutenant le terrorisme ?

Par Karine Bechet-Golovko

Les États-Unis, vont-ils aller jusqu’à la rupture

et déclarer la Russie, État soutenant le

terrorisme, c’est bien la question qui se pose

aujourd’hui et dont les conséquences pourraient

réduire les relations internationales à la confrontation

des mondes. Pour de très longues années.

Le ministère russe des Affaires étrangères

prévenant, qu’une telle résolution conduirait au

point de non-retour, à la rupture des relations

diplomatiques.

Fin juillet, Nancy Pelosi, à la tête de la

Chambre des représentants, urgeait le département

d’État américain de déclarer la Russie,

État soutenant le terrorisme, au même moment

où une initiative similaire était examinée par le

Sénat : « La résolution du Sénat présentée par

Sens. Lindsey Graham (R-S.C.) et Richard Blumenthal

(D-Conn.), n’est pas contraignante,

mais les sénateurs pensent que cela aura un

impact sur Blinken. Lors d’une visite à Kiev au

début du mois, Graham et Blumenthal ont offert

au président ukrainien Volodymyr Zelensky

une copie encadrée de la résolution. »

Désormais, la Chambre des représentants

examine elle-aussi, la possibilité d’une telle

résolution. Ce sont bien des pressions politiques,

qui sont menées par certains groupes radicaux

aux États-Unis, auxquelles, pour l’instant,

Blinken, le secrétaire d’État, résiste : « Mais

malgré l’appel émotionnel, M. Blinken résiste à

une décision qui pourrait le forcer à sanctionner

les alliés américains qui font des affaires

avec la Russie et pourrait étouffer les derniers

vestiges de la diplomatie entre Washington et

Moscou. »

Selon Blinken, le niveau des sanctions imposées

à la Russie est équivalent à celui qu’elle

subirait en étant désignée comme État, soutenant

le terrorisme, donc il n’y a pas d’intérêt pratique

à cela. Et en effet, la question est symbolique :

faut-il ou non rompre tous les ponts, pratiquer la

politique de la terre brûlée et détruire toute possibilité

d’une relative normalisation des relations

internationales ? Réduire les relations internationales

à des relations confrontationnelles pour

des années ? Car tel est bien l’enjeu.

Le ministère russe des Affaires étrangères

l’a parfaitement fait comprendre : « Dans ce

contexte, je préciserai en ce qui concerne l’initiative

législative en cours de discussion au

Congrès visant à déclarer la Russie « État parrain

du terrorisme ». Si cette initiative est mise

en œuvre, cela signifiera que Washington a

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au voeu de la loi, et sur les conclusions conformes du

Ministère public, accueille l'action de la demanderesse la dame née Fabiola HILAIRE, en la

forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à l'audience du vendredi vingt

deux Juillet deux mille vingt deux contre le sieur Mardochée DECAMP ; Admet en

conséquence le divorce de la dame Fabiola HILAIRE contre le sieur Mardochée DECAMP

pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code civil haïtien. Prononce

la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre eux aux torts exclusifs de l'époux

; Ordonne à l'officier de l'état civil de Delmas de transcrire sur les registres à ce destinés

le dispositif du présent jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens

s'éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers ; Compenser les

dépens vu de la qualité des parties ; Commet l'huissier Clerbrun FAURE de ce siège pour la

signification du présent jugement

RENDU DE NOUS ; Jean Osner PETIT PAPA Juge au Tribunal de première instance du ressort

de Port-au-Prince, en audience civile publique et ordinaire du vendredi vingt deux juillet

deux mille vingt deux, en présence du Substitut commissaire du gouvernement, Me Eunide

LEGERME faisant office du Ministère public et avec l'assistance de Marie Yolande Cadet

Zetrenne, Greffière du siège

Il ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen le Ministère public entendu maintient le défaut octroyé

à l'audience précitée pour le profit déclare fondée la dite action ; Admet en

conséquence le divorce de la dame Marie Edelyne CELESTIN d'avec son époux le

sieur Gensly PIERRE pour injures graves et publiques aux de l'époux. Prononce la

dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dites épouse; Ordonne a

l'officier de l'état civil de Port-de Paix de transcrire sur les registres à ces destinés,

le dispositif du présent jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens

s'éditant à la Capital sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y

échet . Commet l'huissier Edouard Fils TOUSSAINT pour la signification de ce

jugement. Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Selnick Attsim GARCON ave. Juge du Tribunal

de première instance de. Port-de Paix, juridiction Nord'Ouest , en présence de Me

Gilbert SAINTIL Av, Substitut commissaire gouvernement , assisté du greffier Jean

Yves VICTORIEN , en date du Jeudi 16 Mai deux Miller vingt et un

Il est Ordonné......etc......

En foi de quoi...etc....

Jean Yves VICTORIEN , Greffier

franchi un point de non-retour, engendrant des

dommages collatéraux les plus graves possibles

aux relations diplomatiques bilatérales, allant

jusqu’à leur abaissement, voire leur rupture. La

partie américaine est avertie. »

En attendant, les États-Unis donnent l’exemple

et ouvrent la voie à cette pratique chez

leurs satellites – qui servent justement à cela

: diffuser une politique destructrice, servant

les intérêts atlantistes et non nationaux, sans

que les États-Unis n’aient à en assumer le prix

politique. Ainsi, le Parlement letton a adopté

une déclaration faisant de la Russie, un État

soutenant le terrorisme : « Le Parlement letton

a qualifié jeudi 11 août la Russie d’« État

soutenant le terrorisme », dont les actes en

Ukraine constituent un « génocide ciblé contre

le peuple ukrainien », dans une déclaration

publiée sur son site internet, immédiatement

saluée par Kiev. »

Il est tout à fait possible que les États-Unis

agissent dans un premier temps par l’intermédiaire

des pays européens de l’Est, parfaitement

colonisés et dont les élites dirigeantes sont parfaitement

disciplinées. Ces pays vont encore

PAR CES MOTIFS

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au de la loi et sur les conclusions conformes du

Ministère public, accueille l'action du demandeur le sieur Smith AUGUSTIN, en la

forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à l'audience du vendredi

du Vendredi vingt deux Juillet deux mille vingt deux contre la dame née Nathalie

SAINTYIL ; Admet le divorce des époux Smith AUGUSTIN , la femme née Nathalie

SAINTYIL ; pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code

civil haïtien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre eux

aux torts exclusifs de l'époux. Ordonne à l'officier de l'état civil de Port-au-Prince

Section Nord de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent

jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens s'éditant à la

Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers ; Compense les dépens

vu de la qualité des parties ; Commet l'huissier Clerbrun FAURE pour la signification

du présent jugement

RENDU DE NOUS ; Jean Osner PETIT PAPA, juge au Tribunal de première instance

du ressort de Port-au-Prince, en audience publique civile et ordinaire du vendredi

vingt deux juillet deux mille vingt deux, en présence du Substitut commissaire du

gouvernement. Me Eunide LEGERME faisant office du Ministère public et avec

l'assistance de Marie Marie Yolande Cadet Zetrenne, Greffière du siège

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc…

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au voeu de la loi, et sur les conclusions

conformes du Ministère public, accueille l'action de la demanderesse, la dame née

Evna LAMOUR, en la forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à

l'audience du vendredi dix juin deux mille vingt deux contre le sieur Colas BRIGU-

ER, pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code civil

haïtien; Prononce la dissolution des matrimoniaux ayant existé entre eux aux torts

exclusifs de l'époux; Ordonne à l'officier de l'état civil de Port-au-Prince section

Est de transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement

dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous

peine de dommages intérêts envers les tiers; Compense les dépens vu de la qualité

des parties; Commet l’huissier Clerbrun Faure de ce siège pour la signification du

présent jugement

RENDU DE NOUS, Jean Osner PETIT PAPA, Juge au Tribunal de première instance

du ressort de Port-au-Prince, en audience civile, Publique et ordinaire, du vendredi

dix juin deux mille vingt deux, en présence du Substitut commissaire du gouvernement.

Me Eunide LEGERME faisant office du Ministère public et avec l'assistance

de Marie Yolande Cadet Zetrenne, Greffière du siège

Il est ordonné....etc...

En foi de quoi...etc....

entraîner les pays de

l’Europe de l’Ouest,

moins radicaux mais

totalement impuissants,

dans une politique

anti-européenne

et fanatiquement atlantiste.

Comme nous le

voyons, depuis le début

du conflit. En revanche,

les États-Unis vont-ils

eux-mêmes franchir le

pas, cela va dépendre

du combat politique

intérieur et du niveau

de danger existentiel,

que présente pour le

système global la faible

efficacité politique des

sanctions anti-russes.

Le Tribunal après examen, le Ministère public entendu, Maintient le défaut

octroyé contre la d à l'audience précitée; Pour le profit déclare fondée la dite

action; Admet en conséquence le divorce du sieur JACSON CLAIRON, d'avec son

épouse née TAMARA AUGUSTE pour injures graves et publiques aux torts de

l'épouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits

époux; Ordonne à l'officier de l'état civil de la Section Est de Port-au-Prince, de

transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont

un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine

de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet. Commet l'huissier Canal

GABRIEL de ce siège pour la signification de ce jugement. Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous MARLEINE BERNARD DELVA Juge en audience

civile ordinaire et publique du Jeudi vingt trois Juin deux mille vingt deux, en

présence de Me JEAN ROLEX MEROVE, Substitut du Commissaire du Gouvernement

de ce ressort et avec l'assistance du sieur MOZART TASSY, Greffier du

siège

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc...

Me Cebien Jeanite, Av.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au voeu de la loi, et sur les conclusions conformes du

Ministère public, accueille l'action du demandeur le sieur Emmanuel

PIERR- LOUIS, en la forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à l'audience

du vendredi vingt deux Juillet deux mille vingt deux contre la dame née Clautide, Admet

en conséquence le divorce des époux Emmanuel PIERRE-LOUIS, la femme née Clautide

JEUNE pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code civil haïtien ;

Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre eux aux torts exclusifs

de l'époux ; Ordonne à l'officier de l'état civil de Port-au-Prince section Nord de transcrire

sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera publié

dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les

tiers s'il y échet ; Compense les dépens vu de la qualité des parties ; Commet l'huissier

Clerbrun FAURE du présent jugement

RENDU DE NOUS, Jean Osner PETIT PAPA, Juge au Tribunal de première instance du ressort

de Port-au-Prince, en audience civile publique et ordinaire du vendredi vingt deux Juillet

deux mille vingt deux, en présence de Me. Eunide LEGERME faisant office du Ministère

public et avec l'assistance de Marie Yolande Cadet Zetrenne, Greffière du siège

Il est ordonné....etc......

En foi de quoi.....etc....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au voeu de la loi, et sur les conclusions conformes du

Ministère Public, accueille l'action de la demanderesse la dame née Marie Viviane PERRIN

en la forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à l'audience du vendredi

du vendredi vingt deux Juillet deux mille vingt deux contre le sieur Gilbert Serge LIGONDE

; admet en conséquence le divorce de la dite dame Marie Viviane PERRIN contre le sieur

Gilbert Serge LIGONDE pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du code

civil haïtien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre eux aux

torts exclusifs de l'époux. Ordonne à l'officier de l'état civil de la Section Sud de Port Au

Prince de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un

extrait sera publié dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers. Compenser les dépens vu de la qualité des parties ; Commet

l'huissier Clerbrun FAURE de ce siège pour la signification du présent jugement

Rendu de nous, Jean Osner PETIT PAPA, Juge au Tribunal de première instance du ressort

de Port Au Prince en audience civile publique et ordinaire du vendredi vingt deux Juillet

deux mille vingt deux, en présence du Substitut Commissaire du Gouvernement, Me Eunide

LEGERME faisant office du Ministère public avec l'assistance de Marie Yolande Cadet,

Zetrenne Greffière du siège

Il est ordonné....etc.....

En foi de quoi.....etc....

Nancy Pelosi, à la tête de la Chambre des représentants, urgeait le

département d’État américain de déclarer la Russie, État soutenant

le terrorisme

PS : En toute logique, le soutien, le financement,

l’entraînement, l’armement des

groupes néonazis en Ukraine, commettant notamment

des crimes contre les civils, ne pose en

revanche aucun problème,

ni aux États-Unis, ni aux pays européens,

qui ne vont pas eux-mêmes se désigner comme

États soutenant le terrorisme …

PAR CES MOTIFS

Russie Politics 13 août 2022

Le Tribunal après examen. Le Ministère public entendu, maintient le défaut octroyé

contre la défenderesse à l'audience précitée; pour le profit déclare fondée la dite

action. Admet en conséquence le divorce du sieur VETO JOSEPH, d'avec son épouse

née CHARNINE CHARLES pour injures graves et publiques aux torts de l'épouse.

Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits époux;

Ordonne à l'officier de l'état civil de la Section Est de Port-au-Prince, de transcrire

sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont un extrait sera

inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers s'il y échet. Commet l'huissier CANAL GABRIEL de ce siège

pour la signification de ce Jugement. Compense les dépens

Ainsi jugé et prononcé par nous MARLEINE BERNARD DELVA, Juge en audience

civile ordinaire et publique du jeudi vingt trois Juin deux mille vingt deux, en

présence de Me JEAN ROLEX MEROVE , Substitut du Commissaire du Gouvernement

de ce ressort et avec l'assistance du sieur MOZART TASSY, Greffier du siège

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc...

Me Cebien Jeanite, Av.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après en avoir délibéré au voeu de la loi, et sur les conclusions

conformes du Ministère public, accueille l'action du demandeur le sieur Ronald

FENELON, en la forme ; Maintient le défaut faute de comparaître octroyé à

l'audience du vendredi vingt deux Juillet deux mille vingt deux contre la dame née

Jonatrice LOUIS pour injures graves et publiques faits prévus à l'article 217 du

code civil haïtien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé

entre eux aux torts exclusifs de l'épouse ; Ordonne à l'officier de l'état civil de

Port-au-Prince Section Nord de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif

du présent jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens s'éditant

à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers ; Compense les

dépens vu de la qualité des parties ; Commet l'huissier Clerbrun FAURE pour la

signification du présent jugement

RENDU DE NOUS ; Jean Osner PETIT PAPA, Juge au Tribunal de Première instance

du ressort de Port-au-Prince, en audience civile publique et ordinaire du vendredi

vingt Juillet deux mille vingt deux, en présence du Substitut du commissaire du

gouvernement Me. Eunide LEGERME faisant office du Ministère public, et avec

l'assistance de Marie Yolande Cadet Zetrenne, Greffière du siège

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi ... etc....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément et au vœu de la loi, statuant publiquement et

par défaut au nom de la république et à charge d'appel, accueille l'action des héritiers de feu

Roland Titus, à savoir; Nadine Titus et Jean Roland Titus représenté par leur mandataire, le sieur

Jean Arnold Anis contre les sieurs et dames Pierre Tirogène Galant, Paul Faureste Rozier, Jean

Oscar Théodore, Margareth St-Hilaire René, Edouard Pierre Jacques, Jean Robert Léonville pour

être juste, fondée et constante; Maintient le défaut requis et octroyé à l'audience du mardi 6

octobre 2020 conformément à l'article 49 du CPC ; résilié les contrats de bail liant les parties ;

ordonne en conséquence le déguerpissement les sieurs ou dames Pierre Tirogène Galant, Paul

Faureste Rozier, Jean Oscar Théodore, Margareth St-Hilaire René, Edouard Pierre Jacques, Jean

Léonville et consorts pour défaut de paiement des portions de terre situées à Carrefour, Route des

Rails, Angle Rue Cénat et Benjamin ; accorde l'exécution provisoire sans caution de la décision sur

le chef du déguerpissement ; réserve le droit aux requérants d'intenter une action en dommages

intérêts pour les torts causés ; Commet l'huissier Chrysostome Siméon du Tribunal de Paix de

Carrefour pour la signification de cette sentence

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Michel Forgeas, Juge en audience civile, ordinaire et publique

de ce jour du Mardi 20 Octobre 2020 avec l'assistance du Greffier, Frantz BAZELAIS

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc...

Me Jacquelin LOUIS, Av. Stagiaire

Me Frantz BAZELAIS, Greffier

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

15


Suite de la page (3)

qui affecte énormément les conditions

de vie de la population.

Selon lui, le peuple fait face à un

génocide, sauf une mobilisation

populaire peut remédier à cette situation.

Et pour cela, il appelle tous

les autres syndicats de tous les secteurs

de la vie nationale à se mettre

debout pour protester contre non

seulement le gouvernement mais

les responsables des associations

de distributeurs des produits pétroliers

et l’Etat haïtien.

Le syndicaliste a précisé que

: C’est inacceptable ce qui se passe

présentement dans le pays puisque

les prix des produits de première

nécessité ne cessent d’augmenter

et pourtant le pouvoir d’achat de la

population est réduit considérablement.

L’ancien sénateur du Nord

Moise Jean-Charles et le syndicaliste

Duclos Benissoit, chacun

dans son pâturage, annonce les

couleurs. L’un parle d’une révolte

générale pareille à celle du 22 août

1791 et l’autre d’une mobilisation

populaire pour faire pression sur les

autorités politiques du pays. Vu le

manque sinon l’absence de crédibilité

de la gente politicienne, on est

en droit de se demander quelle part

de sérieux ou de réalisme peut-il y

avoir dans ces deux initiatives respectives

? Les résultats des deux

démarches parleront d’eux-mêmes.

Suite de la page (9)

Laura McMaster, Patrick Julney’s wife, with her two daughters Amira and

Aniyah in Glendora, NJ

Adam Monacelli/USA Today Network

violence erupted near the prison, making

it impossible for even friends and

family to enter and deliver food and

clean water. As a result, many were

left without food for several days.

Out of desperation, Patrick and others

drank the prison’s polluted water and

today remained sickened. They were

not alone in this suffering. Eighteen

former Colombian soldiers who were

involved in last year’s magnicide are

also jailed in the Penitentiary and have

issued an urgent appeal, having gone

over 70 hours without these basic necessities.

The U.S. State Department reports

that overcrowding in Haitian

prisons is “severe.” In fact, a joint report

by the United Nations’ Office of the

High Commissioner for Human Rights

(OHCHR) and the Integrated Office in

Haiti (BINUH) documented how prisoners

may have as little as 2.5 square

feet per person. Patrick, Peterson, and

Jean share their single cell with at least

37 other men. They do not even have

a space to lie down and sleep. Instead,

they sleep sitting or standing. Patrick,

who has high blood pressure, is suffering

from severely swollen feet and

legs due to these conditions and lack

of treatment.

Families have been asked to pay

a bribe of between $4,000 to $6,000

to Haitian police officers for their freedom.

In 2006, a judge in Haiti ruled

that it was illegal for the government

to detain deportees from the U.S., but

this practice has worsened since President

Jovenel Moïse’s assassination

on Jul. 7, 2021. Given the country’s

current political climate and crumbling

judicial system, the men face indefinite

detention.

It is clear that the U.S. must halt

all deportations, as it has done for Haiti

in the past and is currently doing for

Ukraine.

The family members of people

imprisoned in Haiti, including Patrick

Julney’s wife, Laura McMaster, will

join with friends and concerned citizens

from New Jersey and New York,

and will gather outside of the Haitian

Consulate at 815 2 nd Avenue in

Manhattan on Aug. 23 at 10 a.m. to

demand freedom for their loved ones.

They will be joined by organizers and

comrades from Cosecha NJ, Cair Coalition,

Black Alliance for Just Immigration

(BAJI), Envision Freedom Fund,

NYC ICE Watch, Close the Camps, Families

for Freedom, the Haitian Bridge

Alliance, and many more.

For more information or to get

involved, email Haydi Torres at haydit64@gmail.com

or follow the Cair

Coalition and Cosecha New Jersey on

social media.

Haydi Torres is an undocumented Afro-Latina

organizer with Movimiento

Cosecha in New Jersey. Eleni Bakst,

Esq., is the managing attorney at the

CAIR Coalition.

Suite de la page (12)

etc. La réalité est tout autre et il suffit

de lire les rapports d’AI pour voir

que ces derniers sont tout sauf neutres.

Et son rétropédalage sur l’un

des seuls rapports où elle révèle un

pan de la vérité ne va pas arranger

sa réputation.

En effet, à peine trois jours

après la publication du rapport et

face au tollé que cela a déclenché en

Ukraine, Amnesty International a

dû faire un deuxième communiqué

pour dire qu’elle « regrette profondément

la détresse et la colère que

notre communiqué de presse sur

les tactiques de combat de l’armée

ukrainienne a provoquées ».

Amnesty International ajoute

que « depuis le début de l’invasion

russe en février 2022, Amnesty International

a rigoureusement documenté

et rendu compte des crimes

de guerre et des violations commis

en Ukraine, s’entretenant avec des

centaines de victimes et de survivants

dont les récits éclairent la

brutale réalité de la guerre d’agression

menée par la Russie » et que

« dans ce conflit, comme dans tous

les autres, la priorité d’Amnesty International

est de veiller à ce que les

civils soient protégés ». Au vu du

silence d’AI pendant les huit ans de

guerre dans le Donbass concernant

les crimes de guerre commis par

l’armée ukrainienne contre les civils,

permettez-moi d’avoir un doute sur

les priorités de l’organisation. Parce

que la brutale réalité de la guerre

menée par l’armée ukrainienne

contre sa propre population dans le

Donbass depuis 2014, ça n’intéresse

pas Amnesty International.

D’ailleurs le parti pris d’AI est

évident, quand on lit cette phrase du

communiqué : « Nous avons mis le

monde au défi de démontrer sa solidarité

avec les Ukrainiens par des

actions concrètes, et nous continuerons

à le faire ». En clair, comme

l’OSCE, Amnesty International a du

mal à cacher que sa solidarité avec

les civils est à géométrie variable

selon l’endroit où ils se trouvent.

S’ils sont côté ukrainien c’est bon,

s’ils sont côté Donbass, ou Russie

(puisque des territoires russes aussi

sont aussi bombardés par l’armée

ukrainienne qui a fait des victimes

civiles russes), silence radio, le stock

de solidarité est épuisé, circulez, y a

rien à voir…

Le communiqué le dit d’ailleurs

clairement « Rien de ce que

nous avons documenté des actions

des forces ukrainiennes ne justifie

en aucune façon les violations russes.

La Russie est seule responsable

des violations qu’elle a commises

contre les civils ukrainiens ». Donc

si les soldats ukrainiens tirent sur

des soldats russes ou sur des civils

du Donbass depuis un hôpital, une

école, où utilisent des civils comme

bouclier humain, c’est de la faute

des Russes si des civils sont touchés

par les tirs de réponse. Grandiose.

Pour AI si des terroristes prennent

des gens en otage et que la police

fait quelques victimes civiles en

éliminant les terroristes qui sont

en train de tirer dans le tas, c’est

la police la méchante et la seule responsable

des morts… Une logique

fascinante !

Le message pour la population

du Donbass et les soldats russes

qui sont venus la défendre est

très clair : Laissez-vous tirer dessus,

laissez-vous exterminer par

l’armée ukrainienne comme depuis

huit ans, et surtout fermez-là, parce

que si vous vous défendez et que

vos tirs font des victimes de l’autre

côté vous êtes des méchants ! Le

fait que l’Ukraine a enterré les accords

de Minsk en février 2022, et

s’apprêtait à appliquer la solution

croate (épuration ethnique) dans le

Donbass avant l’intervention de la

Russie ne semble pas gêner outre

mesure les observateurs d’Amnesty

International et leur logique quelque

peu spéciale.

Mais là où la réputation d’Amnesty

International vient de se prendre

un iceberg façon Titanic, c’est

lorsque la direction de l’organisation

a décidé de plier face au tollé provoqué

par son rapport, et de faire

auditer son rapport par des experts

internationaux afin je cite, de « comprendre

exactement ce qui n’a pas

fonctionné et pourquoi, afin d’en tirer

les leçons et d’améliorer notre travail

en matière de droits de l’homme

», car il y aurait des problèmes

avec « les procédures et les décisions

prises en amont de la publication du

communiqué de presse, y compris

les recherches effectuées, le processus

de préparation du communiqué

de presse, l’analyse juridique et politique

et le moment de sa publication

».

Mais de quels problèmes vous

nous parlez ? Du fait qu’il vous a

fallu des mois pour parler enfin de

ce qui est connu de tous ceux qui

s’informent sérieusement sur ce qui

se passe en Ukraine ? Vous trouvez

que lorsque les soldats ukrainiens

se filment eux-mêmes (!!!) dans

des écoles, des maternelles, ou des

hôpitaux, avec leurs armes etc, ce

n’est pas une preuve suffisante pour

dénoncer ces agissements ?

Et ça c’est juste les toutes

dernières vidéos que j’ai vu passer

! Des vidéos montrant des soldats

ukrainiens dans des écoles il y en a

des dizaines et des dizaines !

Lorsque le médecin-chef de

l’hôpital de Volnovakha dit ouvertement

face caméra, que les soldats

ukrainiens ont tiré sur les soldats

russes depuis les bâtiments de

l’hôpital, il vous faut quoi de plus ?

Quand des habitants de Marioupol

disent eux-mêmes que les soldats

ukrainiens les ont chassés de

leurs appartements pour tirer sur les

forces alliées, et qu’on retrouve le

quartier général d’une unité ukrainienne

dans une école, il vous faut

quoi de plus ?

Quand les combattants du

régiment néo-nazi ukrainien Azov

ont tiré sur des immeubles pour

les détruire avant de fuir l’avancée

de l’armée russe, et ont tué deux

grand-mères en lançant des grenades

dans leur appartement, où

était votre rapport et votre solidarité

avec les civils ?

Non Amnesty International,

le problème de ce rapport ne tient ni

dans vos procédures, ni dans les recherches

effectuées, ni dans la préparation

du communiqué de presse. Le

problème est que depuis huit ans,

votre silence complice a donné aux

autorités ukrainiennes l’illusion que

leurs pires crimes resteront toujours

cachés et impunis, comme un sale

gosse à qui on ne dit jamais non, et

qu’on ne punit jamais. Et en

cédant devant le tollé hystérique des

autorités ukrainiennes, comme des

parents qui cèdent devant leur enfant

qui se roule en hurlant par terre

dans un supermarché, vous venez

de prouver que vous ne méritez

pas le nom que vous portez, et que

vous feriez définitivement mieux

d’en changer pour « Amnesia International

» (Amnésie Internationale

en français). Là au moins ça serait

plus honnête et cela vous éviterait

de devoir faire croire que vous êtes

neutres et impartiaux en produisant

des rapports que vous désavouez en

moins de deux semaines.

Donbass Insider 15 Août 2022

VENUS

RESTAURANT

Now 2 locations

in Brooklyn!

KATOU

RESTAURANT

5012 Ave M

(Entre E. 51 et Utica)

10h am – 10h pm

AMBIANCE

EXPRESS

CATERING & TAKE-OUT

Now 3 Locations in Brooklyn

637 Rogers Avenue

(corner of Parkside Avenue)

718-287-4949

924 Remsen Avenue

(near Avenue D)

718-975-7710

“Venus, l’entroit idéal”

Une innovation dans la cuisine

haïtienne à Brooklyn

Tous les plats haïtiens réalisés par une

équipe de cordons bleus recrutés sous

la supervision de Katou

Griots – Poissons – Poissons Gros Sel

– Dinde – Poulet – Cabri

– Boeuf – Légumes

Bouillon le samedi – Soupe le

dimanche – Bouillie de banane le soir

Appelez le 718-618-0920

Livraison à domicile

Si vous avez du goût, vous ne

lâcherez pas Katou Restaurant

• Restaurant

• Fritaille

• Patés

1433 Flatbush Avenue

(just off Farragut Road)

Brooklyn, NY

New Location Now Open!

General Manager: Marie S

718.434.4287

8221 Flatlands Avenue

(b/t E. 82 & 83 St.)

718.975.7488

2816 Church Avenue (b/t Nostrand

& Rogers Aves.) 718.856.2100

1738 Flatbush Avenue (b/t Aves I & J)

718.258.0509

16 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


A Travers le monde

Naledi Pandor à Tony

Blinken au cours d’une

conférence de presse

L’effondrement du gouvernement

colonial de Porto Rico

Par José (Papo) Coss

De gauche à droite Blinken et Pandor au cours d’une conférence de presse

Le ministre sud-africain des Affaires

étrangères déclare au

secrétaire d’État américain que les

Palestiniens, comme les Ukrainiens,

« méritent leur territoire et

leur liberté »

Le secrétaire d’Etat américain

Tony Blinken est au Rwanda

aujourd’hui après avoir visité la République

démocratique du Congo et

l’Afrique du Sud pour une tournée

de cinq jours en Afrique subsaharienne.

Le voyage de Blinken intervient

quelques semaines seulement

après que le ministre russe des Affaires

étrangères Sergueï Lavrov

s’est rendu en Égypte, en Ouganda,

en Éthiopie et en République du

Congo.

Certains analystes disent que

les deux voyages ont des échos

de la guerre froide et sont liés à

une tentative des gouvernements

américain et russe d’accroître leur

influence en Afrique. Pendant

son séjour en Afrique du Sud,

Blinken a critiqué l’invasion russe

de l’Ukraine. Plus tôt cette année,

l’Afrique du Sud s’est jointe à de

nombreux autres pays africains

pour s’abstenir de voter à l’ONU

pour condamner l’invasion. Lors

d’une conférence de presse avec

Blinken, la ministre sud-africaine

des Affaires étrangères Naledi Pandor

a déclaré qu’elle aimerait que la

guerre se termine, mais a critiqué le

droit international pour ne pas être

appliqué équitablement.

Naledi Pandor : « Nous pensons

que tous les principes liés à

la Charte des Nations Unies et au

droit international humanitaire

doivent être ratifiés pour tous les

pays, pas seulement pour certains.

Tout comme le peuple ukrainien

mérite son territoire et sa liberté,

le peuple palestinien mérite son

territoire et sa liberté ».

Palestine : 50 Palestiniens

sommés de descendre d’un

bus israélien pour faire place

à trois passagers juifs

Pour la première fois de son histoire,

le peuple de Porto Rico subit l’effondrement

total de son administration coloniale,

principalement en raison de la

corruption publique des deux partis traditionnels,

qui favorisent l’intégration

aux États-Unis et/ou la permanence du

régime colonial.

À l’heure actuelle, tous les services

publics de base tels que la santé,

l’éducation, le logement et la sécurité

sont pratiquement démantelés, appauvrissant

la majorité de la population,

malgré les fonds alloués par

la métropole. Les fonds publics sont

détournés vers des sociétés frauduleuses,

contrôlées par des membres de

ce secteur politique corrompu et leurs

familles.

On estime que plus de 10 000

millions de dollars ont été pillés au

cours de la seule dernière décennie par

des responsables et des hommes d’affaires

liés au Nouveau parti progressiste

(PNP) et au Parti démocratique

populaire (PPD), des noms pompeux

qui tentent de masquer la soumission

au pouvoir des États-Unis, en échange

d’avantages financiers.

Les deux dirigeants du PNP-PPD

sont des néolibéraux et des intermédiaires

du grand capital américain, spécialisés

dans la culture de la corruption

publique qui, selon Donald Trump, a

mis plus de 400 personnes en prison au

cours de la dernière décennie. En effet,

deux anciens gouverneurs ont déjà été

inculpés par la justice américaine à Porto

Rico, les autorités judiciaires locales

fermant les yeux.

En raison de ce braquage à

pleines mains, l’ancien président américain

Barack Obama a imposé en 2016,

de manière dictatoriale, un conseil de

“surveillance fiscale” qui contrôle les

finances du gouvernement, pour garantir

le paiement avec des intérêts

exorbitants aux puissants détenteurs

d’obligations de Wall Street. D’où le

privilège de cette dette odieuse sur tous

les services essentiels à la population,

ce qui a conduit à l’effondrement actuel

de l’administration coloniale.

Cette situation a entraîné la fermeture

de la moitié de nos écoles publiques,

ce qui signifie le service éducatif

le plus essentiel pour nos enfants et

nos jeunes. La même chose a été faite

avec la santé publique, qui avait été

partiellement privatisée auparavant. De

même, dans le cas de l’université publique,

50% de son budget a été coupé,

avec pour effet de provoquer une émigration

massive, du groupe social qui

représente les meilleurs savoirs, talents

et espoirs du pays.

Historiquement, près de six millions

de Portoricains ont été contraints

de quitter leur pays pour rechercher de

Le peuple de Porto Rico se lève et essaie de profiter de l’effondrement du

gouvernement colonial pour avancer vers la décolonisation et la justice sociale

De très larges secteurs des travailleurs sont descendus quotidiennement

dans la rue pour protester contre la colonisation et proposer des solutions.

meilleures conditions de vie, et il en

reste un peu moins de trois millions

dans l’archipel de Porto Rico. L’objectif

de l’empire est de déplacer la communauté

portoricaine par des milliardaires

américains, qui ont peu à peu acheté

nos meilleures terres et installations

physiques.

En raison de cette grave crise

politique, économique et sociale, la

criminalité a atteint des niveaux jamais

vus auparavant, avec des meurtres à

main armée quotidiens, principalement

parmi les gangs de la drogue. Ces voyous

défendent leur respect et commettent

des méfaits en plein jour. En vérité,

le peuple de Porto Rico est au milieu

d’une guerre civile entre des groupes de

trafiquants de drogue qui ont perdu le

respect de la valeur de la vie.

Compte tenu de toute cette situation

alarmante, la crédibilité de la direction

du PNP-PPD est en chute libre et de

très larges secteurs des travailleurs sont

descendus dans la rue quotidiennement

pour protester et proposer des solutions.

Pour cette raison, les deux partis

coloniaux historiquement soutenus par

les USA ont perdu près de la moitié de

leurs électeurs en 2016 et 2020.

Chaque jour, Porto Rico prend

davantage conscience de la nécessité

d’unir tous les mouvements politiques

et sociaux en lutte, y compris le Movimiento

Victoria Ciudadana (MVC), devenu

depuis 2020 la troisième force du

pays et la deuxième de la capitale San

Juan et le nouveau Parti de l’indépendance

portoricaine (PIP).

Ainsi, en ce moment, une offensive

légale et de rue est prévue

pour abroger l’interdiction des alliances

électorales, qui a été approuvée de

manière opportuniste par le PNP-PPD

peu avant les élections de 2020. Pour

la première fois, un front électoral de

gauche pourrait vaincre le PNP-PPD,

dont les administrations avec le soutien

des États-Unis se sont relayées pendant

des décennies.

Malgré toutes les circonstances

défavorables décrites, le peuple de Porto

Rico est debout. Tout comme nous

avons vaincu les tentatives d’assimilation

culturelle et la persécution constante

de l’indépendance, nous devrons

profiter de cet effondrement du gouvernement

colonial pour avancer vers la

décolonisation et la justice sociale.

Telesur 12 août 2022

Les forces armées israéliennes tuent deux

adolescents palestiniens en Cisjordanie occupée

Une compagnie de bus israélienne a

présenté ses excuses après qu’un

chauffeur de bus ait ordonné à 50 travailleurs

palestiniens de descendre d’un

bus près de la ville de Tel-Aviv la semaine

dernière.

Le conducteur a ordonné aux

Palestiniens de descendre du bus après

que trois passagers juifs soient montés

et aient refusé de monter avec les Palestiniens.

La compagnie de bus affirme

que l’un des passagers juifs a menacé

le chauffeur, affirmant qu’il était un

fonctionnaire du ministère des Transports.

Democracy Now 10 août 2022

Résumé latino-américain

11 août 2022

Les forces armées israéliennes ont

tué mardi deux adolescents palestiniens

en Cisjordanie occupée, selon

Defence for Children International for

Palestine (DCIP). Mardi, les forces

armées israéliennes ont abattu Hussein

Jamal Hussein Taha, 16 ans,

dans la ville de Naplouse. Puis, en

début d’après-midi, les forces armées

israéliennes ont abattu Momen Yasin

Mohammad Joude Jaber, 16 ans,

dans la ville d’Hébron, au nord de

la Palestine. Cela survient quelques

jours seulement après qu’Israël a

tué 16 enfants lors d’une attaque de

trois jours contre la bande de Gaza

occupée. Democracy now 10 Août 2022

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

17


2

La pensée du Che et l’héritage de Fidel

Par Susana Besteiro Fornet

Le livre intitulé « La pensée

du Che et l’héritage de Fidel

sur la tradition socialiste » a

été présenté hier au centre Fidel

Castro Ruz, dans le cadre

des activités de commémoration

du 96e anniversaire de la

naissance du leader historique

de la Révolution cubaine

Le livre intitulé « La pensée

du Che et l’héritage de Fidel

sur la tradition socialiste »

a été présenté hier au Centre

Fidel Castro Ruz, dans le cadre

des activités de commémoration

du 96e anniversaire de la

naissance du leader historique

de la Révolution cubaine.

L’ouvrage texte a été

conçu par Luis Suarez Salazar,

docteur en sciences, et comprend

huit essais de différents

Post CLASSIFIED ADS online for FREE at Haitiliberte.com

auteurs : Abel Prieto Jiménez,

Fidel Vascos Gonzalez, Jorge

Nuñez Jover, José Luis Rodriguez

Garcia, Maria del Carmen

Ariet Garcia, Olga Fernandez

Ríos, Rafael Hidalgo Fernandez,

Zoila Benitez Mendoza et

Suarez lui-même.

Cette compilation, disponible

en format numérique

sur le site du Conseil latino-américain

des sciences sociales

(Clacso), est le fruit des

événements théoriques convoqués

en 2021 par l’organisation

elle-même, en collaboration

avec la Société économique des

Amis du pays et la Casa de las

Américas. Les textes contenus

dans le volume correspondent

Présentation du livre « La pensée du Che et l’héritage de Fidel sur la

tradition socialiste » (Photo: Ismael Batista)

à plusieurs des exposés qui y

ont été présentés. Granma 10 août 2022

AUTO DONATIONS

Drive Out Breast Cancer: Donate a

car today! The benefits of donating

your car or boat: Fast Free Pickup

- 24hr Response Tax Deduction

- Easy To Do! Call 24/7: 855-905-

4755

AUTO DONATIONS

Marines_CAMP LEJEUNE_3 79 x 4.qxp_1 6/15/22 11:18 AM Page 1

MARINES, FAMILY MEMBERS & CIVILIAN WORKERS

Did you get

CANCER

or another

SERIOUS DISEASE

after drinking the

water at

CAMP LEJEUNE?

Call us for a free consultation —

since 20,000 vets (our clients) can’t be wrong!

WEITZ

&

LUXENBERG PC

1-844-538-0145 WWW.MARINESLEGAL.COM

700 BROADWAY | NEW YORK, NY 10003

THE NATION’S

G U T T E R

1

G U A R D

FINANCING THAT FITS YOUR BUDGET! 1

Promo Code: 285

1 Subject to credit approval. Call for details.

CALL US TODAY FOR

A FREE ESTIMATE

BACKED BY A YEAR-ROUND

CLOG-FREE GUARANTEE

EXCLUSIVE LIMITED TIME OFFER!

15 %

OFF &

YOUR ENTIRE

SENIORS &

PURCHASE *

MILITARY!

10

+ 5

% OFF

TO THE FIRST 50

CALLERS ONLY! **

1-855-478-9473

Mon-Thurs: 8am-11pm, Fri-Sat: 8am-5pm, Sun: 2pm-8pm EST

LIFETIME

WARRANTY

%

OFF

WE INSTALL

YEAR-ROUND!

*For those who qualify. One coupon per household. No obligation estimate valid for 1 year. **Offer valid at time of estimate only 2 The leading consumer reporting

agency conducted a 16 month outdoor test of gutter guards in 2010 and recognized LeafFilter as the “#1 rated professionally installed gutter guard system in America.”

CSLB# 1035795 DOPL #10783658-5501 License# 7656 License# 50145 License# 41354 License# 99338 License# 128344 License# 218294 WA UBI# 603 233 977

License# 2102212986 License# 2106212946 License# 2705132153A License# LEAFFNW822JZ License# WV056912 License# WC-29998-H17 Nassau HIC License#

H01067000 Registration# 176447 Registration# HIC.0649905 Registration# C127229 Registration# C127230 Registration# 366920918 Registration# PC6475 Registration#

IR731804 Registration# 13VH09953900 Registration# PA069383 Suffolk HIC License# 52229-H License# 2705169445 License# 262000022 License# 262000403

License# 0086990 Registration# H-19114

DENTAL Insurance

from Physicians Mutual Insurance Company

Call to get your FREE Information Kit

1-855-225-1434

Dental50Plus.com/nypress

Product not available in all states. Includes the Participating (in GA: Designated) Providers and Preventive Benefits

Rider. Acceptance guaranteed for one insurance policy/certificate of this type. Contact us for complete details about

this insurance solicitation. This specific offer is not available in CO, NY; call 1-800-969-4781 or respond for similar offer.

Certificate C250A (ID: C250E; PA: C250Q); Insurance Policy P150 (GA: P150GA; NY: P150NY; OK: P150OK; TN: P150TN). Rider

kinds: B438, B439 (GA: B439B).

6208-0721

Wheels For Wishes benefiting Make-

A-Wish® Northeast New York.

Your Car Donations Matter NOW

More Than Ever! Free Vehicle Pick

Up ANYWHERE. We Accept Most

Vehicles Running or Not. 100% Tax

Deductible. Minimal To No Human

Contact. Call: (877) 798-9474. Car

Donation Foundation d/b/a Wheels

For Wishes. www.wheelsforwishes.

org.

EDUCATION

Mega Institution Mixte. Mission

d’Education pour les générations

de l’Avenir. Lilavois 53, Plaine du

Cul de Sac, Haiti. Ecole Primaire et

Bilingue. Fondateur : Jean L. Vallon,

M.S. EDU, Tel : (011509) 3813-

1107. Email : levallon@aol.com,

vjeanlesly@yahoo.com

EDUCATION / CAREER

TRAINING

COMPUTER & IT TRAINING

PROGRAM! Train ONLINE to get the

skills to become a Computer & Help

Desk Professional now! Grants and

Scholarships available for certain

programs for qualified applicants.

Call CTI for details! 844-947-0192

(M-F 8am-6pm ET). Computer with

Upgrade Your Home with a

NEW METAL ROOF

Guaranteed to Last a Lifetime!

LIMITED TIME OFFER

60 % off

YOUR INSTALLATION

+

TAKE AN ADDITIONAL

10 % off

Install for Military, Health

Workers and First Responders

Limited time offer.

Expires 12.31.22

Warranty- Limited Lifetime.

Transferable to 1 subsequent

owner from original purchaser.

Terms and conditions apply.

Hail up to 2.5”, Appearance

of the surface coating beyond

normal wear and tear.

STRONG AS STEEL WITH THE

ATTRACTIVE LOOK OF VARIOUS

ROOF STYLES

From Dimensional Shingles to classic styles

reminiscent of Cedar Shake and Spanish Tile, an

architectural roofing system by Erie Metal Roofs

can enhance the beauty of your home while

protecting your family and property for a lifetime.

Call today to schedule your

FREE ESTIMATE 1-855-492-6084

Made in

the USA

New orders only. Does not include material costs. Cannot be combined with any

other offer. Minimum purchase required. Other restrictions may apply. This is an

advertisement placed on behalf of Erie Construction Mid-West, Inc (“Erie”). Offer

terms and conditions may apply and the offer may not be available in your area.

Offer expires December 31, 2022. If you call the number provided, you consent to

being contacted by telephone, SMS text message, email, pre-recorded messages by

Erie or its affiliates and service providers using automated technologies notwithstanding

if you are on a DO NOT CALL list or register. Please review our Privacy

Policy and Terms of Use on homeservicescompliance.com. All rights reserved.

Saving a Life EVERY 11 MINUTES

alone

I’m never

Life Alert ® is always

here for me.

One touch of a button

sends help fast, 24/7.

Help at Home

I’ve fallen and I can’t get up!

®

with

GPS!

Help On-the-Go

Batteries Never Need Charging.

For a FREE brochure call:

1-800-404-9776

18 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022


Que cache le voyage de Macron en Afrique ?

Par Diagne Fodé Roland

Les impérialistes français, européen et

étatsunien visitent à nouveau l’Afrique.

Se succèdent dans des capitales africaines

Blinken des USA, les diplomates

de l’UE et Macron lequel s’est rendu au

Cameroun, au Bénin et en Guinée Bissau.

Blinken s’occupe de la partie sud

et Macron de la partie ouest et équatoriale

de l’Afrique. Leur but est de mettre

l’Afrique hors du monde multilatéral

qu’impose la montée en puissance

économique et stratégique des BRICS,

surtout la Chine Populaire et la Russie.

Embalo recruteur de « tirailleurs

» au service de l’impérialisme

françafricain

Parce que le Mali patriotique vient de

chasser Barkhane de son territoire, les

pions que sont Ouattara et Macky ne

sont plus crédibles. Le scandale des «

forces spéciales » ivoiriennes putschistes

arrêtées au Mali, la révélation par plusieurs

sources de l’implication de l’entreprise

SAS (Sahel Aviation Service) dont

les actionnaires seraient Ouattara et

Macky (à travers des prêtes noms) et le

rôle suspect de la Minusma démasquée

font qu’il faut donc trouver d’autres

sous fifres à même de faire le sale boulot

pour maintenir les pays de l’UEMOA/

CEDEAO dans le giron prédateur franco-occidental.

C’est Emballo lui-même qui montre

que la « lutte contre le terrorisme »

n’est qu’un prétexte à l’occupation militaire

par la françafrique, l’eurafrique

et l’usafrique des pays africains contre

leur souveraineté nationale et contre les

investissements étrangers non occidentaux

: « Il y a déjà sur la table de la CE-

Mobilisation contre Macron au

Cameroun

DEAO, dit-il, un projet de création d’une

force anti-putsch qu’on est en train de

penser à créer... cette entité va permettre

à tout le monde de comprendre que

nous sommes au 21e siècle et qu’il est

inadmissible et inacceptable de faire des

coups d’État » et d’annoncer son prochain

voyage au Mali en précisant « je

pense qu’on va arriver à un accord car

c’est très important qu’on finisse avec

la transition au Mali, au Burkina et en

Guinée Conakry ». En d’autres termes,

la CEDEAO doit former le nouveau contingent

militaire d’occupation des pays

comme le Mali à la place de Barkhane

qui se replie au Bénin. La mentalité coloniale

des « tirailleurs » est bel et bien

présente dans l’esprit des chefs d’États

néocoloniaux.

Le commanditaire Macron confirme

que la soi-disant « lutte contre

le terrorisme » n’est qu’un voile pour

maintenir la domination néocoloniale :

« c’est un instrument extrêmement efficace

pour lutter contre les déstabilisations

qu’on a vues fléchir dans la région

où des groupes militaires ont exploité,

parfois, l’affaiblissement de l’État pour

prendre le pouvoir. Voilà ce qui est attendu

de la CEDEAO ». Et d’ajouter l’armada

française complétera le dispositif «

force anti-putsch » de la CEDEAO dont

le but est d’en finir avec l’actuelle fronde

souverainiste au Mali et anti-corruption

de la jeunesse africaine : « la France continuera

son rôle dans la région au service

d’État souverains légitimes. Car nous

considérons que notre rôle est d’aider à

réussir cette bataille contre le terrorisme

et à permettre le développement stable

et la formation de la jeunesse dans cette

partie du continent africain’».

La souveraineté nationale est

l’antidote à la feuille de route de l’impérialisme

contre le monde multilatéral qui

est une opportunité géostratégique pour

l’Afrique.

Embalo en service commandé au

profit de Macky

La presse nous annonce la signature

d’un accord de paix entre l’État du

Sénégal et César Atoute Badiate parrainé

par le Président de la Guinée Bissau actuellement

président en exercice de la

CEDEAO et l’ONG Humanitarian Dialogue

(HD). Devons-nous nous réjouir

de cette apparente bonne nouvelle ou

nous en inquiéter ?

En effet, Macky fut le seul Président

d’un Etat de la CEDEAO qui a

adoubé dans un hôtel de Bissau l’investiture

de Embalo à la présidence

guinéenne ainsi que celle de Barro de

la Gambie à l’Ambassade de ce pays

au Sénégal. L’obsession d’une troisième

candidature constitutionnellement illégale

de Macky est flagrante malgré ses

défaites électorales des locales et des

législatives.

Or cet accord a été précédé à l’initiative

de Umaru Sissoko Embalo par

une rencontre avec Sonko par l’entremise

de Alioune Tine, une icône de la « société

civile » sénégalaise qui déclare, par

ailleurs, ne rien savoir des motivations

et du contenu de cette entrevue.

Si Sonko leader de l’opposition

patriotique et nous tous Sénégalais ne

pouvons que souhaiter la paix pour

mettre fin à ce conflit fratricide qui est

le plus long d’Afrique, ce n’est pas la

première fois qu’une telle annonce est

faite durant ces 40 années passées. A

chaque fois que ce soit sous Diouf, puis

sous Wade et maintenant sous Macky

Sall, les effets d’annonces sont démentis

par la terrible réalité d’une guerre dont la

solution n’est pas militaire.

Macky lui-même n’a cessé de

relancer la guerre depuis 2021 à nos

jours contre les différentes factions militaires

du MFDC. Guerres incessantes

ponctuées par des cris de victoires militaires

médiatisés mais sans cadavres

de rebelles et soldées par des pertes en

vies humaines, de détention de nos soldats

et de destruction de nos matériels

militaires. Des sources variées font état

que ces guerres de Macky sont menées

à partir des territoires de Guinée Bissau

et de Gambie avec un apport logistique

dont des drones de la Turquie d’Erdogan

qui agresse et occupe une partie de la

Syrie.

En outre, on apprend que César

Atoute Badiate est un général malade

sans troupe depuis 2018 et est réfugié

en Guinée Bissau. Il aurait ainsi perdu

sa fonction de chef militaire d’une des

factions militaires du MFDC. Il a été

condamné par contumace par la justice

sénégalaise à perpétuité pour la tuerie

de Boffa Bayotte. Cette condamnation

concerne aussi le représentant civil du

MFDC Ampoï Bodian et le journaliste

écrivain René Capain.

La question est donc : quel sens

peut avoir la signature d’un accord de

paix avec un condamné par la justice

sénégalaise qui ne représente aujourd’hui

personne d’autre que lui-même

? Que cache et prépare une telle signature

attentatoire à une décision de justice

de la part de l’État du Sénégal sous la

houlette de Macky:APR/BBY ?

La suspicion devient d’autant

plus grande que le pouvoir néocolonial

sénégalais n’a cessé jusqu’ici de

comploter pour éliminer politiquement

le leader incontestable de l’opposition

qu’est Sonko. Tout est permis : perte de

son emploi, accusation de viol, salafiste,

rebelle, etc.

L’ethnicisation de la vie politique

est devenue un poison distillé par le

pouvoir néocolonial pour éliminer cet

adversaire politique et écraser le patriotisme

anti-néocolonial qu’il incarne aux

yeux de millions de Sénégalais. Le choix

délibéré de faire voter plus de votants

que d’inscrits voire que plus d’habitants

réels dans des départements du Fouta

fait partie de l’ethnicisme des tenants

néocoloniaux du pouvoir néocolonial

libéral. Comme le dit fort justement

Sonko, ce sont les élites politiques qu’il

faut dénoncer et non les populations

du Fouta qui sont aussi victimes de la

mal-gouvernance néocoloniale que l’ensemble

du peuple sénégalais.

Devant ces conditions fascisantes,

est-il vraiment incongru de poser la

question : à quoi peut servir César

Atoute Badiate dans les plans qui se

dessinent du Tout Sauf Sonko (TSS) ?

Fernent 11 Août 2022

Prepare for

Power Outages

& Save Money

PWRcell, Generac’s fully-integrated

solar + battery storage system, stores

solar energy that can power your whole

home during utility power outages and

save you money on your electric bill.

internet is required.

EDUCATION / CAREER

TRAINING

TRAIN ONLINE TO DO MEDICAL

BILLING! Become a Medical Office

Professional online at CTI! Get

Trained, Certified & ready to work

in months! Call 855-543-6440.

(M-F 8am-6pm ET). Computer with

internet is required.

HELP WANTED

Haïti Liberté is looking to hire a

Wordpress specialist (or someone

willing to be trained) with a working

knowledge of French, Kreyòl, and

English and a sense of design to

help with the regular update and

maintenance of its website. Send

résumés to: editor@haitiliberte.com;

or call 718-421-0162

Certificates needed. 347-713-3553

HOME IMPROVEMENT

BATH & SHOWER UPDATES in as

little as ONE DAY! Affordable prices

- No payments for 18 months!

Lifetime warranty & professional

installs. Senior & Military Discounts

available. Call: 866-393-3636

HOME IMPROVEMENT

REQUEST A FREE QUOTE!

ACT NOW

TO RECEIVE

A $300 SPECIAL

OFFER!*

(888) 871-0194

$0 DOWN FINANCING OPTIONS!**

*Offer value when purchased at retail.

**Financing available through authorized Generac partners.

Solar panels sold separately.

FINANCE

ARE YOU BEHIND $10k OR MORE

ON YOUR TAXES? Stop wage &

bank levies, liens & audits, unfiled

tax returns, payroll issues, & resolve

tax debt FAST. Call 888-869-5361

(Hours: Mon-Fri 7am-5pm PST)

HEALTH

ATTENTION VIAGRA USERS:

Generic 100mg blue pills or generic

20mg yellow pills. Get 45 plus 5

free $99 + S/H. Call Today. 877-

707-5523

HELP WANTED

Driver with a vehicle needed for

Wednesday newspaper deliveries.

Routes available in New York &

Miami. Call 718-421-0162.

HELP WANTED

Up to $19.09 NYC, $18 L.I.,

$14.50 Upstate NY! If you need care

from your relative, friend/ neighbor

and you have Medicaid, they may

be eligible to start taking care of

you as personal assistant under

NYS Medicaid CDPA Program. No

Never Pay For Covered Home

Repairs Again! Complete Care Home

Warranty COVERS ALL MAJOR

SYSTEMS AND APPLIANCES. 30

DAY RISK FREE. $200.00 OFF + 2

FREE Months! 866-440-6501

MISCELLANEOUS

Eliminate gutter cleaning forever!

LeafFilter, the most advanced debrisblocking

gutter protection. Schedule

a FREE LeafFilter estimate today.

15% off and 0% financing for those

who qualify. PLUS Senior & Military

Discounts. Call 1-877-763-2379

Prepare

for power

outages

today

WITH A HOME

STANDBY GENERATOR

$0 MONEY DOWN + LOW MONTHLY PAYMENT OPTIONS

Contact a Generac dealer for full terms and conditions

REQUEST A

FREE QUOTE

CALL NOW BEFORE THE

NEXT POWER OUTAGE

(877) 516-1160

FREE

7-Year Extended Warranty*

– A $695 Value!

*To qualify, consumers must request a quote, purchase, install and activate the

generator with a participating dealer. Call for a full list of terms and conditions.

Call today and receive a

FREE SHOWER

PACKAGE

PLUS $1600 OFF

1-855-916-5473

With purchase of a new Safe Step Walk-In Tub. Not applicable with any previous

walk-in tub purchase. Offer available while supplies last. No cash value. Must present

offer at time of purchase. CSLB 1082165 NSCB 0082999 0083445

FINANCING AVAILABLE WITH APPROVED CREDIT

MISCELLANEOUS

BEST SATELLITE TV with 2 Year

Price Guarantee! $59.99/mo with

190 channels and 3 months free

premium movie channels! Free next

day installation! Call 888-508-5313

TV INTERNET PHONE

DISH TV $64.99 For 190 Channels

+ $14.95 High Speed Internet.

Free Installation, Smart HD DVR

Included, Free Voice Remote. Some

restrictions apply. Promo Expires

1/21/23. 1-866-595-6967

TV INTERNET PHONE

DIRECTV for $79.99/mo for 12

months with CHOICE Package.

Watch your favorite live sports,

news & entertainment anywhere.

First 3 months of HBO Max,

Cinemax, Showtime, Starz and Epix

included! Directv is #1 in Customer

Satisfaction (JD Power & Assoc.)

Some restrictions apply. Call 1-888-

534-6918

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Haiti Liberté/Haitian Times

19


Le romancier Salman Rushdie agressé à New York

L’écrivain indien britannique,

Salman Rushdie

Par Sandy English

Vendredi, un homme s’est précipité

sur la scène et a poignardé l’écrivain

indien britannique, Salman Rushdie,

alors qu’il s’apprêtait à participer à une

interview lors d’une retraite littéraire à

Chautauqua, dans l’ouest de l’État de

New York.

Rushdie a été poignardé à plusieurs

reprises. Il a subi des blessures

potentiellement mortelles au cou et des

dommages au foie et au bras. L’écrivain

a été placé sous respirateur dans un hôpital

pendant plusieurs jours, mais on l’a

récemment débranché et il parlerait au

personnel hospitalier. On s’attend à ce

qu’il vive, bien qu’il puisse perdre un œil.

L’attaque méprisable contre l’éminent

écrivain de 75 ans s’est sans doute

produite parce que Rushdie est l’auteur

des Versets sataniques (1988), sur le

fondateur de l’islam, le prophète Mahomet,

et sa tentation par le diable. Les

fondamentalistes islamiques considèrent

ce roman comme blasphématoire. Après

sa publication, le religieux chiite Ayatollah

Ruhollah Khomeini, leader de l’Iran

au lendemain de la révolution de 1979,

avait émis une fatwa, une décision religieuse,

qui encourageait les musulmans

à l’assassiner.

Les autorités ont identifié l’assaillant

présumé comme étant Hadi Matar,

un citoyen américain vivant dans le New

Jersey. Matar a apparemment planifié son

attaque en achetant à l’avance un billet

pour l’événement et en prenant un bus

pour s’y rendre. Matar, 24 ans, est le fils

d’immigrants libanais et, selon les médias,

avait une page Facebook décorée

d’images de dirigeants fondamentalistes

islamiques, dont Khomeini. Matar a comparu

devant le tribunal samedi, accusé de

tentative de meurtre et d’autres crimes. Il

a plaidé non coupable.

La fatwa de Khomeini a eu un

énorme impact international lors de son

imposition. Des centaines de milliers de

personnes ont manifesté en Iran et au

Pakistan contre la publication des Versets

sataniques. Le traducteur japonais

de Rushdie a été assassiné en 1991, la

même année où son traducteur italien a

été gravement blessé. En 1993, son éditeur

norvégien a été abattu de trois balles

et une tentative d’assassinat du traducteur

turc de Rushdie a entraîné la mort

de 37 musulmans alévis dans un hôtel

de Sivas, dans le centre de la Turquie, un

massacre qui est toujours commémoré

par les alévis.

Les grandes librairies américaines

ont effectivement interdit la distribution

du roman aux États-Unis. Les puissances

impérialistes se sont servies de ces

incidents pour attiser le chauvinisme antimusulman

et les plans de guerre contre

l’Iran.

Rushdie a été contraint de se cacher

et a mené une vie semi-clandestine

pendant des années. Plus récemment, il

est devenu une partie visible de la scène

littéraire de New York et un porte-parole

des écrivains persécutés. Aucune mesure

de sécurité supplémentaire n’a été prise

pour protéger Rushdie lors de l’événement

à Chautauqua. Le régime islamiste

de Téhéran n’a jamais annulé la fatwa,

même s’il a minimisé l’importance de

cette décision au cours de la dernière

décennie, lorsqu’il était engagé dans des

négociations avec les puissances impérialistes.

Les questions politiques essentielles

qui se cachent derrière la persécution

de Rushdie ont cependant repris vie.

Les masses en Iran et au Moyen-Orient

restent menacées par l’impérialisme

américain. Elles ont subi d’innombrables

déprédations de la part des États-Unis,

de la Grande-Bretagne, de la France et

de l’Allemagne et d’autres puissances

depuis 1989, notamment la guerre du

L’agresseur Hadi Matar, un citoyen

américain vivant dans le New

Jersey

Golfe de 1991, la guerre d’Irak de 2003,

qui a détruit les infrastructures sociales et

physiques du pays, le bombardement de

la Libye en 2011, qui a livré le pays aux

milices islamistes, et l’intervention dans

la guerre civile syrienne après 2014 aux

côtés des rebelles fondamentalistes islamiques.

Les musulmans d’Amérique et

d’Europe ont continuellement souffert de

discrimination et de violence. La récente

couverture médiatique accordée aux supposées

tentatives iraniennes d’attenter

à la vie du journaliste dissident Masih

Alinejad à New York et celle du belliciste

impérialiste John Bolton indiquent les immenses

tensions qui existent et le fait que

les États-Unis considèrent toujours l’Iran

comme une entrave dans la région et un

obstacle dans leur campagne guerrière

contre la Russie et la Chine.

Cependant, la lâche attaque contre

Rushdie ne fait en aucun cas avancer

les intérêts de la classe ouvrière ou

des ruraux pauvres au Moyen-Orient

ou en Iran, ni ceux des immigrants en

Amérique du Nord ou en Europe. Le

régime iranien reste un État bourgeois

réactionnaire, hostile à la classe ouvrière

et, comme les autres États de la région,

cherchant à tout prix à en arriver à des

compromis avec les puissances impérialistes.

Le fondamentalisme islamique

a toujours été utilisé par les dirigeants

bourgeois et petits-bourgeois pour diviser

la classe ouvrière selon des lignes religieuses

et communautaires partout dans

le monde.

En 1989, au milieu des manifestations

de masse contre Les Versets sataniques

et à la suite de la fatwa lancée

par Khomeini, la Workers League,

prédécesseur du Parti de l’égalité socialiste

aux États-Unis, a publié dans le

Bulletin– l’un des précurseurs imprimés

du World Socialist Web Site – une déclaration

en défense de Rushdie en opposition

à la fatwa. Elle notait en partie: «La

Workers League condamne catégoriquement

les menaces qui ont été proférées

par le régime de Khomeini en Iran contre

la vie du célèbre auteur britannique Salman

Rushdie. Nous appelons le mouvement

ouvrier international à étendre sa

solidarité à Rushdie, dont l’assassinat

a été exigé par un régime nationaliste

bourgeois en crise…»

«Notre défense inlassable et continue

de l’Iran contre la provocation

impérialiste, basée comme elle l’est sur

les intérêts stratégiques du prolétariat

révolutionnaire et le développement de la

lutte de classe en Iran même, n’implique

un soutien – ni ne peut s’y réduire – aux

politiques de Khomeini. Les fondements

économiques de son régime sont profondément

capitalistes, et les politiques

des dirigeants théocratiques servent, par

essence, les intérêts de la bourgeoisie iranienne».

Aujourd’hui comme à l’époque,

les dirigeants impérialistes ont déploré

la persécution des écrivains et ont cherché

à se poser en défenseurs de la liberté

d’expression. Des personnalités comme

le président français Emmanuel Macron

– dont le gouvernement soutient une

législation antidémocratique et anti-immigrée

et persécute le clerc islamique

Hassan Iquioussen – et le premier ministre

britannique Boris Johnson – profondément

impliqué dans la mort de milliers

de personnes à cause de la COVID – ont

chacun publié des déclarations de soutien

à Rushdie. Boris Johnson, largement

méprisé, a déclaré qu’il était «consterné»

que Rushdie ait été attaqué «alors qu’il

exerçait un droit que nous ne devrions

jamais cesser de défendre».

Le président américain Joe Biden

a publié une déclaration affirmant qu’il

était aux côtés de Rushdie, qui, «par son

refus d’être intimidé ou réduit au silence,

défend des idéaux essentiels et universels.

La vérité. Le courage. La résilience».

On peut difficilement imaginer une

démonstration plus écœurante d’hypocrisie.

Biden, Johnson et compagnie ont

lancé leur propre fatwa contre le fondateur

de WikiLeaks, Julian Assange, qui a

été torturé à la prison de Belmarsh en attendant

d’être extradé vers les États-Unis.

Là, les autorités américaines prévoient

de le juger pour le courage extraordinaire

dont il a fait preuve en révélant au

monde la vérité sur le caractère meurtrier

de l’intervention américaine en Irak et en

Afghanistan.

Wsws 15 août 202

One time use only. Cannot be used in conjunction with any other coupon or offer.

Coupon offer good until December 31, 2022. Valid for any new

service except subscription fees. Must mention coupon at time of sale.

Eric Adams

Majistra

Ashwin Vasan, MD, PhD

Komisyonè

20 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 07 • Du 17 au 23 Août 2022

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!