29.09.2022 Views

Panorama de presse quotidien du 29 09 2022

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

PANORAMA DE PRESSE

Du 29/09/2022

- Politique…….……………………………….……..………………..…………………..…p.2-14

- Viticulture-Vendanges-Climat………………………………………………………p.15-22

- Droit-Social.……………………………………………………………..……………...…p.23-30

- Evironnement-Paysages-Unesco..…….…….…………………………….…….p.31-35

- Entreprise-Gestion…………………………………..….………………………………p.36

- People…………………………………………………………..…………………………….p.37-38

- Salon-Dégustation……………………………………………………………………….p.39-43

- Communication-Cuvées..................................................................p.44-49

- Culture-Patrimoine………….………………………………………………………....p.50-51

Cette revue de presse se destine à un usage strictement personnel et interne à l’entreprise,

le destinataire s’interdit de reproduire, publier, diffuser ou vendre ce document.

www.sgv-champagne.fr

17 avenue de Champagne – CS 90176 • 51205 Epernay Cedex • Tél. 03 26 59 55 00 • Fax. 03 26 54 97 27

69 Grande Rue de la Résistance • 10110 Bar-sur-Seine • Tél. 03 25 29 85 80 • Fax. 03 25 29 77 81


Décision du Conseil d’Etat : non aux projet

de deux parcs écoliens en Champagne

29 septembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

©La Champagne de Sophie Claeys

Une longue bataille vient de se terminer. Celle menée par la Mission Coteaux, Maisons et

Caves de Champagne (patrimoine mondial de l’Unesco) contre l’installation d’un parc éolien.

Un parc éolien qui, selon Icomos *, impactait sur la « Valeur Universelle Exceptionnelle » et

donc à l’authenticité et à l’intégrité du bien. Une verrue dans le paysage, et une longue

bagarre administrative qui vient donc de s’achever avec la décision du Conseil d’Etat : « «

Nous sommes satisfaits de la décision du Conseil d’Etat qui vient de conclure qu’aucun

élément sérieux ne justifie un pourvoi et vient définitivement valider la décision de la Cour

d’appel de Nancy de refuser d’autoriser le projet de deux parcs éoliens sur le territoire des

communes de Pocancy et Champigneul, explique Pierre-Emmanuel Taittinger, président de la

Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne-Patrimoine mondial. Ce dernier tient

toutefois à préciser que la Mission n’est pas opposée au développement de l’éolien.

D’ailleurs, nombre de projets ne suscitent aucune remarque de sa part. Et de rappeler que la

Mission est chargée, par l’UNESCO, aux côtés de l’Etat, depuis l’inscription des Coteaux,

Maisons et Caves de Champagne sur la Liste du patrimoine mondial le 4 juillet 2015, de

veiller à la préservation de l’intégrité et de l’authenticité des Coteaux, Maisons et Caves de

Champagne afin d’éviter toute atteinte à la « Valeur Universelle Exceptionnelle» (VUE) leur

a été reconnue par l’Unesco.

Ce projet visait un ensemble de treize éoliennes,


C’est dans ce cadre, et en relation étroite avec les services de l’Etat, que le conseil scientifique

de la Mission a élaboré une charte éolienne qui fixe les préconisations à respecter afin de

concilier le développement éolien avec le respect de l’authenticité et de l’intégrité du bien

inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Ces préconisations sont communiquées aux

porteurs de projets. En complément de la Charte éolienne, les services de l’Etat ont défini une

Aire d’Influence Paysagère afin de délimiter avec précision les secteurs dans lesquels toute

implantation d’éoliennes, parce qu’elle porterait atteinte à la VUE du Bien, doit être exclue.

Le projet en cause se situait dans un secteur d’exclusion.

Non loin de plusieurs autres parcs éoliens, ce projet visait un ensemble de treize éoliennes,

d’une hauteur maximale de 150 mètres en bout de pale, soit une hauteur supérieure au

dénivelé de terrain entre la plaine de la Champagne crayeuse et les plateaux de la Brie. Il

aurait instauré une covisibilité avec les coteaux viticoles situés à proximité, portant atteinte à

l’intégrité et à l’authenticité du Bien. Ce projet avait déjà suscité, dès 2014, des inquiétudes de

la part d’ICOMOS (1) alors même que les Coteaux, Maisons et Caves de Champagne

n’étaient pas encore inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Après un examen attentif, le

conseil scientifique de la Mission a conclu à la non- conformité du projet avec la Charte

éolienne au motif qu’il porterait atteinte à la VUE du Bien. Dans ces conditions, l’assemblée

générale de la Mission a décidé de transmettre au préfet de la Marne un avis négatif.

Les paysages du Champagne sont confrontés à des menaces

Le refus d’autorisation du préfet de la Marne en date du 3 février 2017 a fait l’objet d’un

recours de la part des porteurs du projet et le Tribunal administratif de Châlons-en-

Champagne, dans un jugement du 25 janvier 2019, a annulé l’arrêté du préfet. Le ministre de

la transition écologique et solidaire et la Mission ont ensemble relevé appel de ce jugement et

la Cour administrative d’appel de Nancy, dans une décision du 1er juin 2021, leur a donné

raison en annulant le jugement de première instance. Les porteurs ont alors formulé un

recours auprès du Conseil d’Etat qui l’a rejeté en validant définitivement le refus préfectoral

pris après l’avis négatif exprimé par la Mission.

Dans son dernier rapport, Icomos remarque que les paysages du Champagne sont confrontés à

des menaces dues au développement généralisé et à la pression croissante des parcs éoliens.

Depuis l’inscription des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne sur la Liste du patrimoine

mondial, la Mission favorise une approche durable du développement du territoire dans le

respect de son authenticité et de son intégrité. On peut citer, par exemple, les actions menées

dans le cadre de la vaste démarche d’embellissement menée en partenariat avec les communes

ou encore les opérations initiées dans le cadre de la Journée internationale de la biodiversité.

(*) Icomos est le Conseil international des monuments et des sites (en anglais :

International Council on Monuments and Sites). C’est une organisation non

gouvernementale mondiale associée à l’UNESCO. Il a pour mission de promouvoir la

conservation, la protection, l’utilisation et la mise en valeur des monuments, des ensembles

bâtis et des sites.


Le Conseil d’Etat déboute les porteurs de

projets éoliens de Pocancy et Champigneul

et donne raison à la mission Unesco

Depuis cinq ans, la mission Unesco se bat contre l’implantation de projets éoliens à proximité

du vignoble.

Par Thomas Crouzet

Publié: 28 septembre 2022 / L’Union

La mission Unesco coteaux, caves et maisons de Champagne peut savourer sa victoire. Un

combat de cinq ans contre l’implantation de deux projets éoliens sur les communes de

Pocancy et Champigneul à proximité du vignoble, qui s’est finalement soldé ce mercredi 28

septembre, par une décision du Conseil d’Etat en faveur de la protection des paysages

champenois.

« Nous sommes satisfaits de la décision du Conseil d’Etat qui vient de conclure qu’aucun

élément sérieux ne justifie un pourvoi [demandé par les porteurs de projets éoliens ndlr.] et

vient définitivement valider la décision de la Cour d’appel de Nancy de refuser d’autoriser le

projet de deux parcs éoliens sur le territoire des communes de Pocancy et Champigneul »,

déclare Pierre-Emmanuel Taittinger, président de la mission.

Il faut dire que l’affaire fut riche en rebondissements. En février 2017, le préfet de la Marne

refuse d’abord d’accorder aux deux projets l’autorisation d’implantation et d’exploitation sur

les sites demandés.

L’affaire prend un nouveau tournant en janvier 2019, alors que le tribunal administratif de

Châlons-en-Champagne annule les arrêtés préfectoraux et remet en selle les deux projets.

Nouveau revirement en juin 2021, lorsque la cour administrative d’appel de Nancy annule à


son tour l’arrêt des juges champenois. C’est ainsi que, le 1er septembre dernier, le dossier a

atterri devant le Conseil d’État.

« Ce projet visait un ensemble de treize éoliennes, d’une hauteur maximale de 150 mètres en

bout de pale, soit une hauteur supérieure au dénivelé de terrain entre la plaine de la

Champagne crayeuse et les plateaux de la Brie, pointe du doigt la mission Unesco. Il aurait

instauré une covisibilité avec les coteaux viticoles situés à proximité, portant atteinte à

l’intégrité et à l’authenticité des coteaux protégés. »

Avec cette décision, le Conseil d’Etat vient conforter la mission Unesco dans sa mission de

protection des paysages de Champagne.


Débat à Bruxelles

Conditions françaises pour refondre la

gestion européenne des vins AOP sans

l’affaiblir

Le ministre de l’Agriculture précise dans une réponse parlementaire ses lignes rouges pour la

réforme communautaire des Indications Géographiques.

Par Alexandre Abellan Le 29 septembre 2022 Vitisphère.com

« Dans le cadre des groupes de travail organisés au sein du Conseil de l'Union Européenne, le

Gouvernement prend activement part aux débats concernant ce projet de texte » indique par

écrit le ministre de l’Agriculture. - crédit photo : Sénat

Dans le cadre des débats actuels sur le règlement européen relatif aux Indications

Géographiques (IG), « le gouvernement est particulièrement vigilant sur les conditions d'un

éventuel transfert d'une partie de l'instruction des dossiers de la Commission européenne à

l'office de l'Union Européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) » indique Marc

Fesneau, le ministre de l'Agriculture, dans une réponse parlementaire ce 22 septembre. Le

ministre précise qu’il s’agit « d'une part, de garantir le respect de l'ensemble des objectifs de

la politique de qualité de l'Union Européenne et d'autre part, de ne pas risquer d'affaiblir les

IG par rapport à la politique des marques, qui relèvent d'un cadre conceptuel, juridique et

économique distinct ». Ce qui répond aux inquiétudes de la filière des vins d’appellation, aux

niveaux français et européens.

Ce qui répond également à la question de la sénatrice Laurence Garnier (Les Républicains,

Loire-Atlantique), qui rapporte les inquiétudes du vignoble AOC sur l’implication de


l’EUIPO. L’élue nantaise indique également qu’« il est inquiétant de constater que la

Commission européenne ne fournit pas plus de détails sur le fonctionnement du nouveau

système d'IG et que tout serait décidé dans le cadre de la législation secondaire, qui priverait

le Parlement européen et les États membres d'un pouvoir d'amendement des propositions de

la Commission européenne ».

Grande attention

Sur ce sujet, Marc Fesneau indique que « le gouvernement est aussi très vigilant à ce que le

renvoi à la législation secondaire n'ait pas pour effet de permettre de contourner le pouvoir

d'amendement du Parlement européen et des États membres. En outre, une attention

particulière est portée aux propositions visant à la modification du cadre juridique encadrant

les IG, afin de s'assurer qu'elle tienne compte des spécificités de chacun des secteurs visés

(vins, spiritueux, autres produits). »

Ajoutant suivre cette réforme « avec la plus grande attention », le ministère précise que les

représentants de la filière doivent être « étroitement associés à l'établissement des positions

françaises tout au long de l'avancée des négociations ». Si le ministre indique partager les

objectifs de la réforme portée par la Commission européenne, « à savoir l'amélioration de la

protection des IG, notamment sur internet, ainsi que la clarification du cadre juridique et

l'amélioration de l'efficacité des procédures d'enregistrement des IG », il précise aussi « avoir

un avis divergent sur les moyens pour les atteindre ».


Rapport sénatorial

Appel à doper la compétitivité française

pour que les vins regagnent en volume à

l’export

Un rapport du Sénat propose au gouvernement des leviers de reconquête des parts de marché

par la fin des surtranspositions administratives, la réduction du coût du travail…

Par Alexandre Abellan Le 29 septembre 2022 Vitisphère.com

« Prôner la montée en gamme pour tous les produits, toutes les filières, sans l’accompagner de

politique de compétitivité, c’est cautionner une hausse des charges pour les agriculteurs sans

leur garantir une hausse de revenus, faute de marchés suffisants » - crédit photo : Alexandre

Abellan (Vitisphere)

Dédié à la « Compétitivité de la ferme France », le rapport déposé ce 28 septembre par les

sénateurs Laurent Duplomb (Les Républicains - Haute Loire), Serge Mérillou (Socialiste,

Écologiste et Républicain - Dordogne) et Pierre Louault (Union Centriste - Indre et Loire)

propose un plan « Compétitivité de la Ferme France à horizon 2028 » pour ne pas orienter la

production agricole française vers le « tout montée en gamme » qui réduit les volumes de

production, mais de soutenir le « cœur de gamme » qui reste porteur. « Qui dit marché haut de

gamme ne dit pas forcément eldorado économique » pointe le rapport, citant FranceAgrimer :

« les segments de marché les plus dynamiques ne sont pas toujours ceux à plus forte valeur

ajoutée ». L’exemple étant le développement conséquent des vins effervescents Prosecco et

des vins espagnols « sur des vins dits plaisirs » pointe le rapport.

Si le rapport se concentre sur d’autres secteurs que le vin (la pomme, la tomate, le blé, le lait

et le poulet), ses recommandations devraient convenir à nombre de vignerons et négociants.

L’un des axes de travail est de « faire de l’administration un partenaire, et non un frein à la


compétitivité ». Pour les rapporteurs, « aujourd’hui, l’administration française est

unanimement perçue comme une source de complexité pour les producteurs agricoles ou

agroalimentaires » et « l’administration peut même jouer contre son agriculture en

multipliant les surtranspositions. Elles peuvent être législatives et réglementaires mais sont

bien souvent davantage "pratiques", résultant d’une interprétation extensive et contestable

des services du ministère. » Les rapporteurs proposent de « donner corps au principe "Stop à

la surtransposition", trop longtemps invoqué sans jamais être appliqué » en donnant au

Conseil d’État « la mission de les identifier dans ses avis sur les projets et propositions de loi

et dans ses avis sur les décrets ».

Coût de la main d’œuvre

En termes de compétitivité, les sénateurs souligne l’importance de « réduire le coût de la

main d’œuvre en agriculture et dans l’agroalimentaire sans réduire l’attractivité des filières

et résoudre les problèmes d’embauches du secteur ». Ce qui passerait par la pérennisation du

dispositif de baisse des charges sociales pour les emplois saisonniers : soit le dispositif

Travailleur Occasionnel/Demandeur d’Emploi (TO/DE). Autre recommandation du rapport

qui intéressera la filière vin : « garantir une application pondérée du principe "pas

d’interdiction sans alternative et sans accompagnement", en l’absence de situation

d’urgence », ce qui passerait par « un laps de temps nécessaire à l’émergence d’alternatives

crédibles » lors de la suppression d’une matière active.

Pour les sénateurs, les mesures doivent désormais être prises d’urgence. « Au regard du

contexte actuel, marqué par la concomitance d’une crise du pouvoir d’achat et d’une hausse

des charges historique des agriculteurs et des industries agroalimentaires, les sénateurs

rappellent, de manière transpartisane, l’urgent impératif d’une politique de compétitivité en

agriculture » indique le rapport : « ce qui est perdu aujourd’hui ne sera jamais récupéré. Les

problèmes de compétitivité aboutissent depuis quelques années à une baisse très rapide des

parts de marché à l’exportation alors que le marché mondial est en forte croissance, à un

repli de la production agricole française dans de nombreuses filières et à une explosion des

importations sur le marché "cœur de gamme". »


Transition énergétique

L’agrivoltaïsme inquiète les syndicats

agricoles et viticoles

Alors que le gouvernement promeut la transition énergétique, les Jeunes Agriculteurs et la

Confédération Paysanne redoutent que les terres perdent leur vocation nourricière au bénéfice

de la production d’électricité. France Agrivoltaïsme rappelle que c’est tout le contraire et

insiste sur la nécessité d’un encadrement strict de la pratique.

Par Marion Bazireau Le 28 septembre 2022 Vitisphère.com

Pour le JA et la Conf, Pour les deux syndicats, les installations doivent en priorité être

réalisées sur les terres déjà artificialisées, et non dans les vignes. - crédit photo : Sun'Agri

«Ne jetez pas bébé avec l’eau du bain » répond Antoine Nogier, président de l’association

France Agrivoltaïsme, aux Jeunes Agriculteurs (JA), qui, par voie de communiqué demandent

un « moratoire sur toute volonté réglementaire de développer » la pratique.

Alors que la loi sur l'accélération des énergies renouvelables doit être débattue au Parlement

et que le président Emmanuel Macron affiche la volonté de dépasser 100 GW de capacités

photovoltaïques installées en France d’ici 2050, contre 14,6 GW au premier trimestre 2022,

les JA s’opposent à la poursuite de tous projets agrivoltaïques.

Ils considèrent que l’agrivoltaïsme est le cheval de Troie qui permettra au photovoltaïque

d’accaparer les terres agricoles. « La stricte priorité doit demeurer l’installation

d’agriculteurs et non de panneaux solaires. Notre demande porte autant sur les projets au sol

que sur les installations sur des parcelles déjà plantées, comme il en existe par exemple dans

les vignes » précise Gaëtan Labardin, responsable de la communication des JA, assurant

travailler de concert avec la FNSEA et l’Apecita.

« Les JA se sont ralliés à nous suite à la lettre que nous avons adressée au Président après

qu’il ait déclaré lors de la fête agricole Terres de Jim que loi sur l'accélération des énergies

renouvelables (AER) "allait permettre d’aller plus vite sur l'agrivoltaïsme et de développer

des projets indispensables en mettant des règles claires pour éviter les abus" » complète


Georges Baroni, responsable de la commission énergie de la Conf, pour qui l’agrivoltaïsme

n’est qu’une notion marketing visant à légitimer un opportunisme foncier et financier au

détriment de la vocation nourricière des fermes.

Pour les deux syndicats, « les installations doivent en priorité être réalisées sur les terres déjà

artificialisées, notamment les terrains pollués, les toitures, et les couvertures de parkings ».

Le président de l’association France Agrivoltaïsme les rejoint. Mais, plutôt que de mettre le

sujet sous la table et de couper court à toute discussion, il préfère s’assurer que la future loi

donne une définition claire de l’agrivoltaïsme, reprenant, a minima, les conditions posées par

l’Agence de la transition écologique (Ademe).

Pour Antoine Nogier, l’agrivoltaïsme doit reposer sur la notion de synergie entre production

agricole et production photovoltaïque sur une même surface de parcelle.

Lutte contre les aléas climatiques

« Les Jeunes Agriculteurs et la Confédération Paysanne prennent l’agrivoltaïsme comme un

moyen de produire de l’électricité en oubliant que c’est avant tout une technique culturale,

qui doit rendre des services directs à l’agriculture et aux agriculteurs, en aidant par exemple

à l’adaptation au changement climatique ou en limitation des stress abiotiques. Elle doit par

ailleurs augmenter le revenu agricole direct, et accompagner la mutation du secteur. En

permettant aux exploitations de devenir plus résilientes, c’est une des solutions qui assurera

le renouvellement des générations » rappelle-t-il.

« Qui peut avoir envie de s’installer aujourd’hui sans moyen de protection après avoir encore

vu cette année les champs et les vignes souffrir du gel, de la sécheresse, de la chaleur, de la

grêle et des inondations ? ».

France Agrivoltaïsme n’imagine pas les agriculteurs poser des panneaux partout mais aimerait

qu’ils fassent partie des moyens d’adaptation au changement climatique.

Antoine Nogier espère pouvoir prochainement rencontrer le nouveau président des JA pour le

convaincre que l’agriculture et les agriculteurs ont tout à gagner avec l’agrivoltaïsme, à

condition que la loi encadre strictement la pratique.

« En plus de des recommandations de l’Ademe, nous demandons un contrôle régulier des

installations et des sanctions graduelles, sous le contrôle des préfets, pour éviter les dérives

spéculatives » insiste-t-il.


Jean-Marie Fabre

"C’est maintenant que le gouvernement

doit mettre en place les outils d’aide à la

filière vin"

Alors que les vendanges touchent à leur fin dans la majorité des vignobles, ses représentants

sortent la tête du guidon et préparent le plan d’action pour passer le difficile cap des prochains

mois.

Par Alexandre Abellan Le 28 septembre 2022 Vitisphère.com

« Ne subissons pas, anticipons » martèle Jean-Marie Fabre. - crédit photo : Luc Jennepin

(Vignerons Indépendants)

« La filière vin, cette belle entreprise du CAC 40 franco-français, peut-elle espérer du

gouvernement un coup de pouce à la hauteur des enjeux ? » pose Jean-Marie Fabre, le

président des Vignerons Indépendants de France. Rappelant que les vins de France emploient

500 000 salariés et génèrent 10,2 milliards d’euros d’excédent commercial, le vigneron de

Fitou pointe que le poids économique du vignoble français s’approche de celui de

l’aéronautique (19,7 milliards d’euros d’excédent commercial), mais avec une balance

d’emplois bien plus forte : « si Airbus toussait, Bercy lancerait immédiatement une

commission pour savoir ce qu’il faut faire. L’atomisation du secteur viticole le rend moins

visible », mais pas moins important. Plus qu’une toux, le vignoble français montre

actuellement des signes d’épuisement physique et nerveux. Le secteur ayant enchaîné le mal

de l’air des taxes Trump en 2019, le covid en 2020, le coup de froid historique des gelées du

printemps 2021 ou la déshydratation de ce solaire millésime 2022

Fragilisé, le secteur vitivinicole doit bénéficier d’un plan d’actions ambitieux prône depuis

des mois Jean-Marie Fabre. Le président des Vignerons Indépendants demande aux ministres

de l’Agriculture, Marc Fesneau, et de l’Économie, Bruno Le Maire, de débloquer des fonds

pour doter la filière « d’une boîte à outils » complète. « C’est maintenant qu’il faut mettre en


place les outils. Il n’y aura pas un outil providentiel, mais plusieurs outils nécessaires selon

chaque situation » indique-t-il. Le représentant du vignoble demande ainsi un soutien aux

demandes européennes de reconduction des outils Covid (avec l’aide au stockage privé et à la

distillation de crise, une demande portée par les vignobles d’Espagne, de France et d’Italie). Il

demande également des avancées sur les dispositifs d’arrachage : « il y a certes la demande

bordelaise actuelle, mais d’autres départements peuvent être intéressés pour d’autres

raisons », comme l’enjeu de fins de carrière sans perspective de reprises.

Dispositifs fiscaux, bancaires et réglementaires

Jean-Marie Fabre milite également pour des dispositifs fiscaux, comme la modulation du

curseur de la Dotation pour Épargne de Précaution, DEP, « qui ne peut pas être identique

pour toutes les tailles de volumes et de chiffre d’affaires ». Saluant le maintien annoncé du

dispositif d’allégement des cotisations sociales patronales pour l’emploi de Travailleur

Occasionnel / Demandeur d’Emploi (TO/DE) sur le budget 2023, le vigneron languedocien

appelle à la pérennisation du dispositif, comme annoncé par le président de la République,

Emmanuel Macron (le maintien est actuellement acté seulement sur 2023, ce que confirme le

ministère de l’Agriculture à Vitisphere).

Combat de longue haleine, Jean-Marie Fabre demande la mise en place d’un dispositif

bancaire : l’allongement systématique des délais de remboursement des Prêts Garantis par

l’État (PGE) pour les domaines viticoles les ayant consommés dans leur intégralité et ayant

subi des pertes de récolte liés aux aléas climatiques (gel 2021). Autre demande, réglementaire

cette fois : valider rapidement les réserves climatiques interprofessionnels (quatre sont

actuellement déposées : AOP Alsace et Bordeaux, IGP Méditerranée et Pays d’Oc).

Si la filière vitivinicole appelle à la solidarité de la nation face aux crises successives, le vin

peut aussi aider les citoyens à mieux passer cette période inquiétante conclut Jean-Maire

Fabre : « souvent on indique que le vin est un produit qui n’est pas de première nécessité. Au

contraire ! c’est un vrai marqueur culturel. Si les gens vont moins dépenser (moins de grands

voyages, etc.), le vin reste une valeur refuge pour se retrouver. Je suis convaincu que le vin

est un produit de lien dans les moments difficiles. »


Projet de loi de finances

Le ministère de l'Agriculture sera-t-il doté

de 6 milliards d’euros pour 2023?

Publié le 28/09/2022 - 10:08 par Viti Veille

Dans le cadre du projet de loi de finances de l’année 2023, le ministère de

l’Agriculture pourrait être doté d’un budget de près de 6 milliards d’euros, une

enveloppe en hausse de 20% par rapport à l’exercice de 2022.

Le dossier de presse du ministère précise que ce budget s’entend "hors pêche", qui a été

transférée au ministère de la Mer.

Cette hausse de 20% représente environ 500.000 millions d’euros supplémentaires, qui

seront notamment fléchés vers le financement de la réforme de l’assurance récolte.

À ce sujet, le ministère de l’Agriculture précise que "le nouveau cadre de l’assurance récolte

repose sur la solidarité nationale et le partage du risque entre l’État, les agriculteurs et les

entreprises d’assurance selon trois niveaux de couverture de perte":

• les aléas courants seront assumés par les agriculteurs. La communication du

ministère rappelle d’ailleurs que les agriculteurs peuvent avoir recours à des dispositifs

de type "plan de relance" pour investir dans du matériel de protection améliorant la

résilience de leur exploitation;

• les aléas significatifs seront quant à eux pris en charge par l’assurance

subventionnée par les agriculteurs qui ont fait le choix de s’assurer;

• pour les aléas exceptionnels, l’État interviendra, y compris pour les agriculteurs non

assurés.


Mieux maîtriser les eaux de ruissellement

sur les bassins versants d’Avize et de

Cramant

En haut des coteaux, la forte pente génère un ruissellement important en cas de fortes pluies.

Par la rédaction Publié: 28 septembre 2022 L’Union

L’étude concernant le projet d’aménagement hydraulique des bassins versants d’Avize et de Cramant a

été présentée ces jours-ci. Sont concernés 270 ha de vignes sur Avize et 350 sur Cramant.

Il existe bien déjà des ouvrages pour canaliser les eaux, mais ceux-ci sont insuffisants en cas de pluies

décennales ou trentenales ; de plus ils ne sont pas entretenus. Ces bassins versants reçoivent également

des eaux en provenance d’Oger, de Chouilly et de Cuis. Le projet présenté vise à mieux maîtriser les

eaux de ruissellement : diminuer la vitesse de l’eau afin de limiter l’érosion des sols.

Plusieurs mesures ont été évoquées : l’hydraulique douce et les ouvrages de génie civil. L’hydraulique

douce permet d’agir dès l’amont du coteau. En freinant les écoulements d’eau, favorisant l’infiltration

et augmentant la sédimentation dès l’amont du coteau, le fonctionnement des ouvrages plus en aval

s’en trouve optimisé en cas de gros orages. Sans oublier la réalisation de bandes enherbées, haies,

fascines. Le chiffrage des principaux aménagements projetés (canalisations, caniveaux béton à ciel

ouvert, chaussées en gazon, chaussées en empierrement, bassins de rétention, création de fosse de

décantation entre autres) s’élève à 3 650 000 euros HT pour le bassin versant d’Avize et à 1 530 000

euros HT pour bassin versant de Cramant.

Les décisions quant aux travaux à réaliser seront à prendre. Il faudra aussi choisir la structure qui

pilotera le projet : ASA ou DGI.

L’ASA (Association syndicale autorisée) est créée et gérée par les propriétaires des parcelles

concernées. Dans le cas de la DIG (Déclaration d’intérêt général), c’est la commune qui devient le

maître d’ouvrage.


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Edition : 09 septembre 2022

Périodicité : Hebdomadaire

P.2

Audience : 9981

Journalistes : EMELINE

Sujet du média :

DURAND

Agroalimentaire-Agriculture

Nombre de mots : 503

p. 1/2

AU FIL DE LA SEMAINE

VITICULTURE Après deux années moroses, la vendange 2022 clôture le chapitre compliqué de la crise

sanitaire, en Champagne. Et ouvre de très belles perspectives, tous indicateurs confondus, confirme

le Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Vendanges sola res pour le champagne

II suffit d’observer le sourire

des viticulteurs pour com

prendre en un regard que

l’année 2022 restera dans

les mémoires de l’Histoire

champenoise. Et cette fois,

dans le bon sens du terme.

Après deux années rnornes,

temies par la crise sanitaire

en 2020 d’abord, et les aléas

climatiques l’an dernier, am

putant la récolte de moitié, le

champagne retrouve des cou

leurs. De façon presque sur

prenante, le manque d’eau et

les fortes chaleurs ayant fait

craindre le pire jusqu’au der

nier moment, soulignait Joël

Falmet, le 2 septembre lors

de la traditionnelle tournée

Vendanges.

Le vice-président Aube du

Syndicat Général des Vigne

rons, a profité de l’occasion

pour rappeler aux élus locaux

et aux acteurs du monde vi

ticole présents, les caracté

ristiques exceptionnelles de

ce millésime 2022. « Nous

avons connu en Champagne

une année solaire, avec 350

heures de soleil en août, ce qui

est plutôt le cas d’ordinaire

du côté de la méditerranée,

des phases de canicule et une

floraison précoce qui a entraî

né une vendange précoce, en

août ». II faut souligner aussi

l’absence d’eau, donc de mil

diou, d’oïdium et de botrytis,

favorisant de beaux volumes

et une récolte abondante, de

qualité, « longue mais sans

stress », a complété l’élu. Le

tout dans un contexte extrê

mement porteur et des ventes

de champagne record.

« Une année à refaire

du stock »

« C’est une année à refaire

du stock », a commenté Joël

Falmet, face à des vignerons

et responsables de sites, heu

reux d’une telle conjoncture.

Le rendement commerciali

sable avait d’ailleurs été fixé

par les représentants des vi

gnerons et les maisons de

champagne à 12 000 kilos par

hectare, soit son plus haut

depuis 15 ans. II faut y ajou

ter les 4 500 kilos au titre de

la réserve individuelle. Une

aubaine alors que les ventes

de champagne en 2022 sont

232569 VIGNERONS - CISION 4903673600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Vendanges solaires pour le champagne

Edition : 09 septembre 2022 P.2

p. 2/2

E.DURAND ©

Joël Falmet, vice-président Aube du SGV (à droite) dans une parcelle de pinot noir de Xavier Gillet (au centre) explique

à la préfète de l'Aube Cécile Dindar les enjeux de cette vendange abondante, pour la filière.

estimées à 325 millions de

bouteilles et après une année

où l’appellation à 10 000 kilos

à l’hectare n’avait pour beau

coup pas pu être atteinte.

Seule ombre à ce tableau

idyllique, le recrutement,

toujours en tension y com

pris hors saisonnalité, et la

nouvelle réglementation dans

le cadre de la certification

Haute Valeur Environne

mentale (HVE). Des points et

leurs pistes de solutions dé

taillés à la préfète de l’Aube,

Cécile Dindar et aux parle

mentaires

présents.

EMELINE

DURAND

Le compte rendu détaillé des

vendanges de la Côte des Bar

sera à lire dans notre prochaine

Revue Viticole de l’Aube, à paraître

le 7 octobre.

232569 VIGNERONS - CISION 4903673600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Une vendange 2022 « hors-norme » pour

Hervé Dantan, chef de caves (Champagne

Lanson)

29 septembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

Hervé Dantan (Champagne Lanson)

On en parle et reparlera encore de la vendange 2022, alors ne s’en lasse pas … Voilà donc les

enseignements et le bilan que le chef de caves de la Maison Lanson, Hervé Dantan, retire de

cette récolte qu’il qualifie de « hors norme ».

Quels ont été les éléments marquants de l’année 2022 ?

2022 est une année comme la Champagne en a rarement connu. Les millésimes 1976, 1990,

2003 ou plus récemment 2015, 2018, 2019 ou 2020 étaient des millésimes très ensoleillés,

mais 2022 est véritablement une année solaire record. Durant toute l’année chaque mois a été

excédentaire au niveau de l’ensoleillement, du jamais vu en Champagne. Si la plupart des

autres vignobles français ont souffert de la sécheresse, cela n’a pas vraiment été le cas en

Champagne car nous avons eu la chance d’avoir de petites pluies providentielles à des

moments stratégiques (lors de la fleur, de la véraison et à la veille de la maturation). Ces

apports bien que faibles ont assez bien alimenté la vigne, et les sols crayeux de la Champagne

ont su restituer de l’eau quand la vigne en avait besoin pour permettre à la plante de mûrir

correctement. À noter cependant que certains secteurs comme les Riceys ont été davantage

exposés au stress hydrique. Les températures ont été chaudes, mais nous n’avons pas connu

les excès de 2019. Nous n’avons également pas subi de dégâts majeurs malgré quelques

gelées et épisodes de grêle, mais qui restent anecdotiques. 2022 a ainsi été une année viticole

très sereine(du fait de la qualité du raisin, des rendements et des décisions prises à la veille de

la vendange et qui ont été favorables à tous les acteurs de la Champagne) et j’ai pu le

constater lors d’échanges avec nos vignerons partenaires.2022 permet de tourner la page après


une année 2021 éprouvante et douloureuse compte tenu des aléas que nous avons connus

(gelées, grêle, mildiou).

Que peut-on d’ores et déjà dire sur la vendange 2022 ?

Je n’aime pas dire qu’une vendange a été exceptionnelle car le terme « exceptionnel » est

tellement utilisé qu’il en perd presque son caractère occasionnel. Pour autant, la vendange

2022 est singulière vis-à-vis d’autres vendanges. Elle a été« hors-norme » tant les conditions

ont été optimales : de beaux rendements (autour de 14 000 kg/Ha), un état sanitaire

irréprochable et des conditions de maturation idéales.Chez Lanson, nous avons commencé sur

le secteur de Montgueux dès le 20 août et nous avons terminé les dernières entrées vendange

le 15 septembre. Les dates de début de vendanges ont été assez concentrées autour du 29 août,

pour de nombreux secteurs. Dans la mesure où l’état sanitaire ne laissait rien craindre,

certains vignerons ont choisi de repousser la récolte de quelques jours afin d’atteindre une

maturité optimale. Sur certains secteurs, avoir attendu quelques jours pour une maturité

parfaite des raisins (bon niveau de concentration en sucre, goût du raisin, absence de note

végétale) a été très judicieux et a permis de récolter des raisins d’une qualité extraordinaire.

Fait assez rare pour être évoqué, l’augmentation significative du degré de maturité en cours de

vendanges. Habituellement en pleine vendange, l’évolution de la maturité est assez stable.

Cette année, nous avons assisté à une progression surprenante du degré de maturité en raison

des fortes chaleurs durant les vendanges. Dans certains secteurs on a commencé à récolter le

raisin à 10,5 degrés pour finir à plus de 12,5 Ces degrés de maturité records laissent augurer

un millésime particulier !

En cherchant dans la mémoire des archives de la Maison Lanson, 2 millésimes ont connu des

conditions de maturité similaires : 1976 et 1959. 2022 comme tous les millésimes issus

d’années chaudes se caractérise par des niveaux de sucres élevés et des acidités plutôt faibles.

Bien que basses, les acidités de cette vendange 2022 restent tout à fait correctes et l’absence

de fermentation malolactique pratiquée chez Lanson laisse présager de belles perspectives aux

vins de l’année.2022 est aussi une année providentielle pour les vins de réserve car les

rendements ont permis d’en reconstituer une grande partie.

Quel souvenir garderez-vous de cette vendange 2022 ?

La vision dans les vignes de ces magnifiques Chardonnays dorés et de ces Pinots Noirs et

Pinot Meuniers d’un bleu immaculé sur fond de soleil radieux qui offrait une lumière

extraordinaire.Le millésime 2018 m’avait déjà marqué par son abondance et sa qualité mais je

n’avais jamais vu d’aussi beaux raisins qu’en 2022.

La vendange 2022 a été précoce. Est-ce un effet indésirable du réchauffement climatique

? Comment doit-on se préparer aux vendanges futures ?

Il n’est pas possible de dire que toutes les vendanges à venir seront précoces, mais nous

savons qu’elles risquent de le devenir de plus en plus fréquemment. Il s’agit d’ailleurs de la

7ème vendange d’août depuis 2003. Les années précoces nécessitent une importante

réactivité. En année saine comme 2022 il faut savoir s’adapter à des cinétiques de maturité

très rapides, et en année chaude et humide type 2017 il faut être très rapide et précis dans le

circuit cueillette pour éviter que le botrytis ne soit trop présent. Nous avons certainement

encore des choses à apprendre sur le suivi de maturité. Si par le passé, nous nous basions


principalement sur l’acidité, le sucre et l’indice de maturité, d’autres éléments sont

aujourd’hui pris en compte.

Il y a plusieurs écoles : pour certains atteindre un degré de maturité à 10,5 avec une bonne

acidité est la condition primordiale et permet de garantir la fraîcheur au détriment parfois de

l’état de maturité physiologique qui, s’il n’est pas abouti, peut donner lieu à des notes

végétales. Pour d’autres, l’état de maturité physiologique, c’est-à-dire le goût du raisin, prime

sur le niveau d’acidité. Je pense que la vérité ne réside ni totalement dans la première théorie,

ni dans la seconde mais qu’il y a du vrai dans chacune d’entre elles. Un millésime comme

celui que nous venons de connaître sera forcément formateur pour continuer à apprendre sur

les millésimes chauds et notamment sur la définition du moment parfait où s’alignent acidité,

sucrosité, maturité et goût du raisin.

Les températures chaudes que nous avons connues pendant la vendange 2022, avec des aprèsmidis

où les températures ont parfois atteint 30-35°C, amènent à réfléchir une gestion

différente avec l’organisation de la cueillette plus tôt, à des heures plus fraîches pour offrir de

meilleures conditions de travail aux équipes dans les vignes et chercher à privilégier les

réceptions de raisins sur les pressoirs le plus tôt et la progression en termes de refroidissement

des moûts après Quoi qu’il en soit le réchauffement climatique et les conditions

météorologiques nécessitent de fortes capacités d’adaptation et de réactivité.


Économie - Social

Les salariés du champagne appelés à la

grève pour défendre une meilleure qualité

de vie

Mercredi 28 septembre 2022 à 8:16 -

Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Reims

Ce mercredi, à partir de 14h, la CGT champagne appelle tous les salariés de la filière à se

mettre en grève. Le syndicat demande des hausses de salaires et une revalorisation des primes.

Cave de champagne © Radio France - Olivier Cattiaux

Les salariés de la filière champagne sont appelés ce mercredi à se mettre en grève à partir de

14h. Le syndicat CGT en tête du mouvement demande une hausse des salaires de 3,3%

avec un effet rétroactif au 1er septembre.

Lors de la dernière réunion paritaire du 20 septembre, l'Union des maisons de champagne

ainsi que le SGV n'ont pas voulu aller au-delà d'une augmentation de 2,6% convenue au mois

de janvier. Ce que regrette le syndicat CGT champagne, c'est que la branche ne veuille pas

pallier l'inflation. Et pourtant le chiffre d'affaires de l'an dernier a battu tous les records

avec près de 6 milliards d'euros.

Pour José Blanco, secrétaire général de la CGT Champagne : " La champagne se porte

très bien, on va expédier 350 millions de bouteilles cette année, les commandes ont augmenté

de 9% au mois d'août et on ne voit pas la couleur de ces bénéfices. _On est en train de se

faire rattraper par le SMIC_. Aujourd'hui, le salaire d'un débutant dans la filière est de

1300 euros par mois".


Une revalorisation de la prime transport

La CGT demande aussi une revalorisation des primes, notamment la prime transport. Les prix

de l'essence étant devenus exorbitants à cause de l'inflation. Les discussions devraient se

dérouler lors des prochaines Négociations annuelles obligatoires, en janvier 2023.

Le syndicat profite aussi du mouvement social de ce mercredi pour dénoncer les conditions

de travail de certains vendangeurs. José Blanco affirme qu'il a eu vent de 5 vendangeurs

bretons qui ont été embauchés par un prestataire de Vincelles cet été. "Ils sont repartis avec

une fiche de paye sous le bras mais n'ont jamais eu l'argent sur leur compte".

Dans un communiqué, la CGT parle également de saisonniers mal nourris et mal logés. Le

syndicat n'exclut pas les poursuites en justice.

De son côté, la gendarmerie d’Epernay nous assure qu’elle n’a eu vent d’aucune affaire de ce

type.


Web

FRA

Famille du média : Radios Nationales

Audience : 5651502

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

28 Septembre 2022

Journalistes : Annelaure

Labalette

Nombre de mots : 2314

www.francebleu.fr p. 1/2

Visualiser l'article

Les salariés du champagne appelés à la grève pour défendre une meilleure

qualité de vie

Ce mercredi, à partir de 14h, la CGT champagne appelle tous les salariés de la filière à se mettre en grève. Le syndicat

demande des hausses de salaires et une revalorisation des primes.

Cave de champagne © Radio France - Olivier Cattiaux

Les salariés de la filière champagne sont appelés ce mercredi à se mettre en grève à partir de 14h. Le syndicat CGT en tête

du mouvement demande une hausse des salaires de 3,3% avec un effet rétroactif au 1er septembre .

Lors de la dernière réunion paritaire du 20 septembre, l'Union des maisons de champagne ainsi que le SGV n'ont pas voulu al

ler au delà d'une augmentation de 2,6% convenue au mois de janvier. Ce que regrette le syndicat CGT champagne, c'est que

la branche ne veuille pas pallier l'inflation. Et pourtant le chiffre d'affaires de l'an dernier a battu tous les records avec

près de 6 milliards d'euros .

Pour José Blanco, secrétaire général de la CGT Champagne : " La champagne se porte très bien, on va expédier 350

millions de bouteilles cette année, les commandes ont augmenté de 9% au mois d'août et on ne voit pas la couleur de ces

bénéfices. _ On est en train de se faire rattraper par le SMIC _ . Aujourd'hui, le salaire d'un débutant dans la filière est

de 1300 euros par mois" .

Une revalorisation de la prime transport

La CGT demande aussi une revalorisation des primes, notamment la prime transport. Les prix de l'essence étant devenus

exorbitants à cause de l'inflation. Les discussions devraient se dérouler lors des prochaines Négociations annuelles

obligatoires, en janvier 2023.

VIGNERONS - CISION 367104967

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les salariés du champagne appelés à la grève pour défendre une meilleure

qualité de vie

28 Septembre 2022

www.francebleu.fr p. 2/2

Visualiser l'article

Le syndicat profite aussi du mouvement social de ce mercredi pour dénoncer les conditions de travail de certains

vendangeurs . José Blanco affirme qu'il a eu vent de 5 vendangeurs bretons qui ont été embauchés par un prestataire de

Vincelles cet été. " Ils sont repartis avec une fiche de paye sous le bras mais n'ont jamais eu l'argent sur leur compte" .

Dans un communiqué, la CGT parle également de saisonniers mal nourris et mal logés . Le syndicat n'exclut pas les

poursuites en justice.

De son côté, la gendarmerie d'Epernay nous assure qu'elle n'a eu vent d'aucune affaire de ce type.

VIGNERONS - CISION 367104967

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les travailleurs du champagne veulent leur

part du gâteau

Salariés et ouvriers des grandes maisons de Reims, d'Épernay et des alentours ont débrayé,

mercredi après-midi. Face à l'inflation et les ventes en forte hausse, ils réclament une hausse

des salaires immédiate.

Les travailleurs du champagne, mercredi après-midi, devant le siège de Maison Burtin, à

Épernay. (© l'Hebdo du Vendredi 28 09 22)

Moët & Chandon, Pol Roger, Besserat de Bellefon, Veuve Clicquot Ponsardin… Il y avait du

beau monde, mercredi après-midi, réuni devant le siège de Maison Burtin, à Épernay.

Pourtant, malgré cet assemblage de grands crus, l’heure n’était pas vraiment à la fête.

La CGT du champagne appelait l’ensemble des salariés de la profession à stopper leur

activité, à partir de 14 h, pour réclamer une augmentation générale des salaires et une

revalorisation des primes conventionnelles. Selon le syndicat, l’appel a été entendu et « très

suivi » dans les grandes maisons, à Épernay comme à Reims et aux alentours.

Un débrayage qui fait suite à une première hausse des salaires de 2,6 %, obtenue en janvier, et

d’une commission paritaire, le 20 septembre dernier, qui n’a pas répondu aux attentes des élus

du personnel et des salariés. « Nous avons modestement demandé que l’augmentation des

salaires atteigne 5,9 % pour coller à l’inflation réelle, mais l’UMC (Union des maisons de

Champagne) nous a répondu que les mesurettes proposées par l’État, le chèque énergie, la

prime Macron, la réduction à la pompe, étaient suffisantes pour qu’on tienne jusqu’en janvier,

au moment de la négociation annuelle obligatoire », déplore José Blanco, secrétaire général de

la CGT du champagne.

Contacté par nos soins, Michel Letter, président de la commission tripartite (nommé par

l'UMC), donne une autre version de ces deux rendez-vous. « Sur l’année 2021, l’inflation était

de 1,6 % et nous avons consenti à une augmentation des salaires de 2,6 % en janvier dernier,

car nous sentions que l’inflation allait monter. Concernant la commission du 20 septembre, la

CGT nous a demandé, en pleine réunion, une hausse de 3,3 %, applicable immédiatement.

Depuis plus de dix ans, on négocie sur la moyenne des douze mois glissants, or, fin août,

l’inflation était de 4,18 %, certainement pas de 5,9 % », objecte Michel Letter.


Le représentant de l’UMC a alors fait une proposition : « Historiquement, on se réunit une

fois par an, en janvier. Cette fois, on a proposé de se revoir un peu plus tôt, le 15 décembre,

car on aura une bien meilleure idée des ventes des maisons et de l’inflation. Si l’inflation pour

2022 est à 5 %, il est clair que les négociations débuteront autour de ce chiffre. » Le

déclenchement de cette première grève indique que la proposition n’a pas été retenue par les

représentants syndicaux.

« C’est méprisant, il y a une grogne, une frustration par rapport aux résultats exceptionnels

des ventes de champagne. On parle d’une demande des marchés en hausse de 9 % en août et

vraisemblablement de 340 à 350 millions de bouteilles expédiés en 2022 », souligne José

Blanco.

De son côté, l’UMC met en avant une augmentation du coût des matières sèches et des

transports de marchandises, sans oublier la facture de la belle récolte qui vient de s'écouler.

« La vendange a été assez importante, les raisins, qui atteindront entre 7 et 10 € du kilo,

doivent désormais être payés et la trésorerie n’est pas aussi florissante que le volume. On

parle de deux ou trois grands groupes qui battent des records, mais nous nous devons de

représenter toutes les maisons, grandes comme petites », note Michel Letter. « Cela fait des

années que la politique des maisons a été d’augmenter les prix. Pour verser des dividendes, les

maisons n’ont pas de problèmes, mais nous, on nous demande d’être prudents, tonne le

secrétaire général de la CGT champagne. C'est nous qui créons la richesse, on veut repartager

tout ça. »

Malgré les divergences de point de vue entre les deux hommes, ils sont appelés à se revoir

très vite…


Marne : plusieurs manifestations prévues

jeudi 29 septembre

À l’occasion de l’appel à la mobilisation nationale, jeudi 29 septembre, plusieurs

rassemblements sont organisés dans la Marne.

Par la rédaction

Publié: 28 septembre 2022 à 10h02 L’Union

À l’occasion de l’appel national à la mobilisation par la CGT, FSU et Solidaires ce jeudi 29

septembre, plusieurs rassemblements sont prévus dans le département. À Reims, le cortège se

réunira devant la Maison des syndicats 15 boulevard de la paix. Dans la ville préfecture, la

manifestation s’élancera aussi depuis la Maison des syndicats place de Verdun. Le rendezvous

est donné à 10h place Carnot à Épernay et à 11h30 place d’Armes à Vitry-le-François.

Les mesures en faveur du pouvoir d’achat (augmentation des salaires, Smic à 2000 euros) et

la retraite à 60 ans seront au cœur des revendications affichées par les manifestants.


Web

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Audience : N.C.

Sujet du média : Agroalimentaire-Agriculture

28 Septembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 4299

la-marne-viticole.fr

Soigner son environnement en Champagne

p. 1/2

Visualiser l'article

Dans le cadre de la Semaine du développement durable, l'événement « Village et Coteaux propres » revient dans les

villages de la Montagne de Reims dès ce samedi 1er octobre.

Lancée en 2014, la 9e édition de l'opération « Village et Coteaux propres » se déroulera à partir du 1er octobre, à l'occasion

de la Semaine européenne du développement durable. Habitants et communes sont appelés à se mobiliser très largement. L'an

dernier, près de 80 communes et 1200 bénévoles s'étaient mobilisés. Une réussite qui montre la mobilisation générale pour

préserver la biodiversité et prendre soin à l'embellissement de la Champagneet ses vignobles.

Prendre soin de son territoire

L'embellissement de la Champagne et la préservation de ses paysages passent par l'exigence de la propreté qui est et doit

rester un souci collectif. Impulsée par le Parc naturel régional de la Montagne de Reims, la Mission Coteaux, Maisons et

Cavesde Champagne, le Comité Champagne, leSGVet les Maisons de Champagne, cette opération, repose sur

l'investissement des communes de la région.

0uyROKOiru7MmGoGQ2g71jr7VehHnQuf6PAEhCJtpBvpmTjI28b1AReDPnUYYozMuc9gkbfhEZIATj8hikbIPVgOWZm

Un engagement sans faille

« Sans leur complicité et leur engagement, rien ne serait possible, souligne Séverine Couvreur, vice-présidente de la Mission

en charge de l'environnement et de la biodiversité. « Village et Coteaux propres » est une opération importante et qui

contribue à l'embellissement de la Champagne. C'est une occasion d'oeuvrer concrètement dans une atmosphère conviviale.

Sensibiliser la profession

L'objectif est également de sensibiliser la profession viticoleet les citoyens au nécessaire respect du cadre de vie champenois.

Cette journée de nettoyage et de collecte des déchets (chemins, bords de route, lisières, vignoble, etc.) mobilise une

profession et les habitants, les élus, les vignerons et maisons, dans un élan de civisme et un esprit de convivialité.

Mobilisation générale

Cette année, l'opération se déroule pendant la Semaine européenne du développement durable. Dans chaque village

participant, un maximum de volontaires est mobilisé sur une journée de façon à débarrasser les abords des routes, des

chemins, des forêts et des vignes des déchets indésirables qui les encombrent et les polluent. En 2021, 79 communes ont

participé à l'opération réunissant environ 1 200 bénévoles. Un guide pratique ainsi qu'une affiche de promotion sont

disponibles sur le site de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagneafin de faciliter l'investissement des

communes. Ces outils sont largement distribués aux communes, auprès des correspondants AVC, des sections locales ainsi

que des Maisons de Champagne.

Des communes volontaires

Les communes participantes, et à jour de leur cotisation auprès de la Mission, pourront recevoir une dotation de plusieurs

dizaines de rosiers, grâce au partenariat conclu avec la Coopérative du SyndicatGénéraldes s.

Trois sites vitrines

VIGNERONS - CISION 367112230

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Soigner son environnement en Champagne

28 Septembre 2022

la-marne-viticole.fr

p. 2/2

Visualiser l'article

Dans le cadre de l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne »

et du plan de gestion qui l'accompagne,

trois sites pilotes ont été choisis pour devenir des vitrines en matière d'aménagements paysagers et de gestion durable des

activités vitivinicoles champenoises. Au-dede ces sites pilotes, toutes les communes de l'AOC sont concernées par le

programme AGIR (Aménagement et GestIon duRable des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne) fruit d'une

collaboration entre le Comité Champagne (CIVC), le Parc naturel régional de la Montagne de Reims et la Mission Coteaux,

Maisons et Caves de Champagne Patrimoine mondial.

J-B.L.

Liste des communes dans la Marne :

Ambonnay, Avenay Val d'Or, Aÿ-Champagne (Aÿ, Mareuil-sur-Aÿ, Bisseuil), Beaumont-sur-Vesle, Boursault, Champillon,

Chigny-lès-Roses, Congy, Cramant, Dizy, Epernay (30 septembre), Etoges, Festigny, Hautvillers, Leuvrigny, Ludes,

Mailly-Champagne (22 octobre), Mancy, Mardeuil, Mesnil-sur-Oger, Mondement-Mongivroux, Monthelon, Moslins,

Mutigny, Oeuilly, Passy-Grigny, Pouillon, Sacy, Saint-Martin-d'Ablois, Sarcy, Sézanne, Taissy, Trépail, Vandières, Venteuil,

Vert-Toulon, Verzy,Villers-Allerand/Montchenot, Villers-Marmery, Vinay.

0uyROKOiru7MmGoGQ2g71jr7VehHnQuf6PAEhCJtpBvpmTjI28b1AReDPnUYYozMuc9gkbfhEZIATj8hikbIPVgOWZm

VIGNERONS - CISION 367112230

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Audience : 185

Sujet du média : Agroalimentaire-Agriculture

28 Septembre 2022

Journalistes : J-B.L.

Nombre de mots : 4416

la-marne-agricole.fr

Soigner son environnement en Champagne

p. 1/2

Visualiser l'article

Dans le cadre de la Semaine du développement durable, l'événement « Village et Coteaux propres » revient dans les villages

de la Montagne de Reims dès ce samedi 1er octobre.

0ToZJDrqUbRwKUtzt5sJ_ZdA7ESswopBKSDI9qIOKfwoZbx3Tx22XfHrswz8Jcq8R0ZScMrn67Ithp654BpFTegOWRh

La mobilisation pour maintenir une Champagne propre est lancée. Crédit : NC

Lancée en 2014, la 9e édition de l'opération « Village et Coteaux propres » se déroulera à partir du 1er octobre, à l'occasion

de la Semaine européenne du développement durable. Habitants et communes sont appelés à se mobiliser très largement. L'an

dernier, près de 80 communes et 1200 bénévoles s'étaient mobilisés. Une réussite qui montre la mobilisation générale pour

préserver la biodiversité et prendre soin à l'embellissement de la Champagne et ses vignobles.

Prendre soin de son territoire

L'embellissement de la Champagne et la préservation de ses paysages passent par l'exigence de la propreté qui est et doit

rester un souci collectif. Impulsée par le Parc naturel régional de la Montagne de Reims, la Mission Coteaux, Maisons et

Caves de Champagne, le Comité Champagne, le SGV et les Maisons de Champagne, cette opération, repose sur

l'investissement des communes de la région.

Un engagement sans faille

« Sans leur complicité et leur engagement, rien ne serait possible, souligne Séverine Couvreur, vice-présidente de la Mission

VIGNERONS - CISION 367103881

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Soigner son environnement en Champagne

28 Septembre 2022

la-marne-agricole.fr

p. 2/2

Visualiser l'article

en charge de l'environnement et de la biodiversité. « Village et Coteaux propres » est une opération importante et qui

contribue à l'embellissement de la Champagne. C'est une occasion d'oeuvrer concrètement dans une atmosphère conviviale.

Sensibiliser la profession

L'objectif est également de sensibiliser la profession viticole et les citoyens au nécessaire respect du cadre de vie champenois.

Cette journée de nettoyage et de collecte des déchets (chemins, bords de route, lisières, vignoble, etc.) mobilise une

profession et les habitants, les élus, les vignerons et maisons, dans un élan de civisme et un esprit de convivialité.

Mobilisation générale

Cette année, l'opération se déroule pendant la Semaine européenne du développement durable. Dans chaque village

participant, un maximum de volontaires est mobilisé sur une journée de façon à débarrasser les abords des routes, des

chemins, des forêts et des vignes des déchets indésirables qui les encombrent et les polluent. En 2021, 79 communes ont

participé à l'opération réunissant environ 1 200 bénévoles. Un guide pratique ainsi qu'une affiche de promotion sont

disponibles sur le site de la Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne afin de faciliter l'investissement des

communes. Ces outils sont largement distribués aux communes, auprès des correspondants AVC, des sections locales ainsi

que des Maisons de Champagne.

0ToZJDrqUbRwKUtzt5sJ_ZdA7ESswopBKSDI9qIOKfwoZbx3Tx22XfHrswz8Jcq8R0ZScMrn67Ithp654BpFTegOWRh

Des communes volontaires

Les communes participantes, et à jour de leur cotisation auprès de la Mission, pourront recevoir une dotation de plusieurs

dizaines de rosiers, grâce au partenariat conclu avec la Coopérative du Syndicat Général des Vignerons.

Trois sites vitrines

Dans le cadre de l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO « Coteaux, Maisons et Caves de Champagne »

et du plan de gestion qui l'accompagne,

trois sites pilotes ont été choisis pour devenir des vitrines en matière d'aménagements paysagers et de gestion durable des

activités vitivinicoles champenoises. Au-dede ces sites pilotes, toutes les communes de l'AOC sont concernées par le

programme AGIR (Aménagement et GestIon duRable des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne) fruit d'une

collaboration entre le Comité Champagne (CIVC), le Parc naturel régional de la Montagne de Reims et la Mission Coteaux,

Maisons et Caves de Champagne Patrimoine mondial.

Liste des communes dans la Marne :

Ambonnay, Avenay Val d'Or, Aÿ-Champagne (Aÿ, Mareuil-sur-Aÿ, Bisseuil), Beaumont-sur-Vesle, Boursault, Champillon,

Chigny-lès-Roses, Congy, Cramant, Dizy, Epernay (30 septembre), Etoges, Festigny, Hautvillers, Leuvrigny, Ludes,

Mailly-Champagne (22 octobre), Mancy, Mardeuil, Mesnil-sur-Oger, Mondement-Mongivroux, Monthelon, Moslins,

Mutigny, Oeuilly, Passy-Grigny, Pouillon, Sacy, Saint-Martin-d'Ablois, Sarcy, Sézanne, Taissy, Trépail, Vandières, Venteuil,

Vert-Toulon, Verzy,Villers-Allerand/Montchenot, Villers-Marmery, Vinay.

VIGNERONS - CISION 367103881

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Une journée pour nettoyer la Champagne

L’Hebdo du Vendredi du 28 09 22

Opération de nettoyage à Courtemont-Varennes (Aisne), l'an passé. (© DR)

Comme chaque année depuis 2014, l’opération Villages et Coteaux propres, organisée à

l’occasion de la Semaine européenne du développement durable, proposera aux habitants de

la Champagne de se mobiliser pour une opération de nettoyage et de collecte des déchets dans

les villages, les chemins, les bords de route, les lisières forestières et le vignoble. Les

personnes intéressées ont rendez-vous ce samedi 1er octobre, dans les dizaines de villages qui

participent à cette opération impulsée par le Parc naturel régional de la Montagne de Reims, la

Mission Coteaux, Maisons et Caves de Champagne, le Comité Champagne, le SGV et l'Union

des maisons de champagne. L’an dernier, près de 80 communes et 1 200 bénévoles s’étaient

mobilisés aux quatre coins de l’appellation Champagne.

Liste des communes participantes : champagne-patrimoinemondial.org


Du changement à la tête du Viteff et un

nouvel événement annoncé en décembre

La société Effevent, organisatrice du Viteff, a nommé un nouveau président, Didier Fages,

ainsi qu’un directeur, Cyril Egoroff. Tout en préparant l’édition 2023, l’équipe annonce le

Sparkling Wine Forum, en décembre.

Cyril Egoroff a repris la direction de la société Effevent, organisatrice de deux manifestations:

le Viteff, ainsi que le Sparkling Wine Forum. - T.C

Par Thomas Crouzet 26 septembre 2022 L’Union

Alors que le salon du VitiVini approche à grand pas, l’événement qui prendra le relais en

2023, le Viteff, commence également à s’organiser. À sa tête, le président de l’Union des

œnologues de France, le Champenois Didier Fages, qui a succédé à Dominique Pierre à la

présidence d’Effevent en février dernier. Du côté de la direction, c’est Cyril Egoroff, ancien

responsable grands comptes Champagne pour la revue spécialisée Terre de Vins, qui a pris le

relais en août après le départ d’Arthur Levy. Une équipe grandement remaniée donc, qui

annonce vouloir poursuivre le développement du Viteff dans la lignée des objectifs définis par

l’ancienne direction.

« La volonté de donner une véritable dimension internationale à l’événement demeure un axe

de travail majeur, relate Cyril Egoroff. Nous sommes toujours en contact étroit avec les

fabricants des autres appellations de France mais aussi d’Europe et des régions productrices

d’effervescent du monde entier. L’idée est bien de faire de la Champagne une vitrine pour

l’innovation technologique, afin que l’appellation champenoise soit un véritable fer de lance

de la filière vitivinicole. »


Si la nouvelle équipe entend rester dans la continuité pour la future édition, la société Effevent

réfléchit à étoffer son offre. Celle-ci s’interroge notamment sur la possibilité de développer

davantage l’aspect dégustation afin de proposer un panel plus riche d’animations.

Côté événementiel, Effevent proposera dès à présent une nouvelle manifestation, à venir en

décembre : le Sparkling Wine Forum (lire ci-contre).

Le Sparkling Wine Forum, l’événement dédié à l’innovation

Le 15 décembre prochain, se tiendra le Sparkling Wine Forum au Village by CA de Reims-

Bezannes. Cet événement vise à faire le lien entre le domaine de la recherche et celui du

développement économique et de l’innovation. Construite cette année autour de l’enjeu

mondial du dérèglement climatique, la première édition proposera plusieurs conférences et

interventions ciblées, mobilisant des chercheurs venus de Champagne mais aussi d’autres

vignobles de vins effervescents de France et de l’étranger.

En écho à ces interventions, des entreprises de la filière des vins effervescents prendront la

parole à leur tour pour présenter leurs stratégies de recherche et développement et illustrer des

exemples concrets de produits ou services innovants.

Ces interventions mettront en lumière toute la chaîne de valeur de la filière des vins

effervescents : de la viticulture et l’environnement à l’œnologie, ou encore le marketing et les

attentes consommateurs.

250 personnes sont attendues pour la première édition d’un événement qui a vocation à se

développer chaque année. Toutes les interventions seront traduites en anglais ou en français et

seront filmées pour être ensuite accessibles sur abonnement via le site sparkling-forum.com.

Effevent entend développer des liens étroits avec les acteurs clefs de la filière, tant en France

qu’à l’international. C’est dans cette optique qu’Effevent a noué un partenariat avec la société

italienne Vinidea, éditrice de la revue Infowine.com, pour produire la première édition du

Sparkling Wine Forum.

Le site de réservation des places pour la manifestation est accessible à l’adresse :

my.weezevent.com/sparkling-wine-forum-reims-2022.


[J-9 Lyon Tasting] Champagne Drappier

sort la Grande Sendrée 2012

29 septembre 2022 Terre de Vins

Urville, l’aube cistercienne, le général de Gaulle… Lorsque Michel Drappier vous

raconte l’histoire de sa maison, le voyage n’est jamais décevant ! Alors que la marque

sera présente à Lyon Tasting les 8 et 9 octobre, Michel a accepté de revenir avec nous

sur l’origine de sa fameuse cuvée « Grande Sendrée » qui sort le tout nouveau millésime

2012.

D’où vient ce nom étonnant de Grande Sendrée ?

En 1836, un incendie détruisit le village d’Urville. A l’endroit où se trouvent les parcelles

actuelles, existait une forêt qui fût elle aussi la proie des flammes, laissant derrière elle une

couche de 20 centimètres de cendre sur le sol. L’un de mes ancêtres a décidé d’y planter des

vignes. Alors que le phylloxéra n’avait pas encore frappé et que le vin était considéré comme

un nutriment, la mode était d’en mettre partout. La cendre étant un excellent fertilisant, il s’est

aperçu qu’elle y poussait merveilleusement bien. L’incendie avait tué tous les ravageurs,

champignons, maladies qui pouvaient nuire à la vigne et pendant des dizaines d’années, elle

n’a donné que de beaux raisins sains. Les vignerons baptisèrent le lieu-dit « Cendrée » du

nom de ces tas de cendres amassés au cours de l’hiver que l’on étalait ensuite dans les

champs. Une erreur d’orthographe au cadastre transforma le C en S…

Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre pour une grande cuvée, ce n’est pas un coteau

plein sud. Néanmoins, avec le réchauffement, cela constitue un avantage, en lui apportant un

surcroît de fraîcheur qui fait que ses vins mettent longtemps à se dévoiler. Ainsi, la cuvée

n’arrive jamais avant au moins neuf ans de cave sur le marché. Le sol est lui aussi étonnant.

On est sur le Jurassique Kimméridgien, le même qu’à Chablis, sauf que les cailloux ont été

arrondis par la marée et forment des galets un peu comme à Châteauneuf-du-Pape. On a aussi

des oxydes qui rappellent la Côte de nuit !

De quand date le premier millésime et quelles sont les caractéristiques de la

vinification ?

Dans les années 1970, mon père voulait faire une cuvée spéciale, il avait retrouvé un vieux

flacon qu’il voulait utiliser. Nous avons pensé à ce lieu-dit. Nous avons commencé en 1974.

Je m’en souviendrai toute ma vie, j’étais en train de vendanger et il s’est mis à neiger !

Compte tenu de la réputation de l’année, on n’a pas osé revendiquer le millésime, même si

grâce à un tri rigoureux, nous avions réussi à faire une belle cuvée. Le premier millésime

officiel est donc 1975. Les vignes se composent d’environ 60 % de pinot noir et 40 % de

chardonnay. Les pinots noirs sont issus pour l’essentiel d’une sélection massale initiée par

mon grand-père. Les parcelles sont cultivées en bio, et labourées souvent avec le cheval. Côté

vinification, nous n’utilisons que le début de la première presse. Pour donner de la tenue au

vin, nous en mettons 30 à 40 % sous bois, exclusivement en demi-muids ou en foudres, jamais

en fûts, pour ne pas avoir d’oxydation excessive ni de marquage boisé prononcé.

Comment décririez-vous ce vin, avec quoi l’accompagneriez-vous ?


Austère au départ, lorsqu’il s’ouvre, il est très aubois, très pinot noir avec un effet terroir fort

qui passe devant le millésime. Il s’agit vraiment d’un vin que l’on reconnaît. Mais pour cela, il

faut choisir l’année qui va bien. On a fait par exemple du 2003 en millésime d’exception,

mais nous n’aurions jamais fait de grande Sendrée. L’année était trop atypique. Avec 2012, on

coche toutes les cases de la Champagne, raisins sains, nuits fraîches, on aligne tout ce qu’il

fallait au bon moment. Il y a à la fois cette complexité, cette richesse et cette fraîcheur. Le

dosage est très faible, à peine 4 grammes. On a des notes de groseille et d’agrumes confits.

Les Anglais m’amusent, parce qu’ils disent que cela sent le toasté et la cendre ! Mais la

cendre de la parcelle est partie depuis longtemps, le côté toasté vient du brûlage des foudres et

de la réduction. Vous avez enfin la salinité procurée par le kimméridgien. En

accompagnement, je prendrais un poisson, mais comme il est déjà vineux, il faut aller vers

quelque chose de charnu et musclé, je verrais bien un blanc-manger de lotte, j’aime ce

mélange de plats raffinés et un peu canailles.

Prix 90 € www.champagne-drappier.com

La Maison de champagne Drappier sera présente sur Lyon Tasting, les 8 et 9 octobre au palais

de la Bourse de Lyon, Stand CH12.

Vous pouvez encore prendre votre billet d’entrée en cliquant sur ce lien.


Web

FRA

Famille du média : Médias spécialisés grand public

Audience : 10596

Sujet du média : Culture/Arts, littérature et culture générale

29 Septembre 2022

Journalistes : Stanislas

Claude

Nombre de mots : 4122

publikart.net p. 1/1

Le meilleur du Champagne et le meilleur du Fromage

Visualiser l'article

Jean-Marc Charpentier a convié des journalistes vins pour un moment de dégustation unique. Au menu, 5 cuvées Terres

d'émotions dégustées avec des accord vins/fromages divins en compagnie du MOF Fromager Xavier Thuret . C'est peu dire

que le plaisir gastronomique a été au rendez-vous. Une discussion passionnée s'est installée avec un Jean-Marc

Charpentier toujours aussi volubile. Tous les champagnes sont à retrouver chez les cavistes et

sur champagne-charpentier.com/fr.

Le meilleur du Champagne et le meilleur du Fromage

Le mariage original du Champagne et du Fromage s'impose de plus en plus comme une évidence. L'accord du crémeux et de

l'acidulé a fait son chemin et ce n'est pas Xavier Thuret qui dira le contraire. Nommé MOF depuis 2007, il a échafaudé un

programme qui a mis tout le monde d'accord. Avec son PH très bas, le champagne Charpentier se marie très bien

avec le champagne. Pas de millésime pour cette dégustation mais une évidence sur la fraicheur d'une appellation qui met à

raison 3 qualités en avant: Profondeur, Pureté, Précision. Le vignoble cultivé en biodynamie depuis 2009 a une fois de plus

fait étalage de sa qualité après la dernière dégustation en 2020.

Le premier champagne dégusté a été le Terre d'Emotion Brut Vérité (38 euros TTC). 70% de Chardonnay , 15%

de Pinot noir et 15% de Pinot Meunier aboutissent à un champagne gras avec une belle salinité. Ce champagne d'apéritif a été

dégusté avec un cantal entre-deux pour une belle confirmation de la justesse de ce type d'accord. Ensuite, le champagne Terre

d'Emotion blanc de blancs Brut 100% Chardonnay (43,50 euros TTC) accompagné d'un des premiers Mont d'Or de l'année a

remporté tous les suffrages. Une belle profondeur et une belle pureté aboutissent à une sacrée finesse, un vrai plaisir. Le Terre

d'Emotion Rosé brut (88% Chardonnay , 12% Pinot Meunier , 49 euros TTC) est un rosé qui ne ressemble à aucun autre rosé.

L'accord avec une Fourme d'Ambert au lait cru est une évidence tant chacun complète l'autre. Le Terre d'Emotion Blancs de

Noirs Extra-Brut (80% Pinot Noir , 20% Pinot Meunier , 43,50 euros TTC) est un vin plus puissant, tout en rondeur qui

enrobe le palais, il a des beaux reflets dorés et des arômes toastés uniques. Avec un Camembert de Normandie accompagné

d'une caresse de beurre demi-sel, c'est l'extase. Enfin le Pinot Meunier zéro dosage (100% Pinot Meunier , 55 euros TTC)

accompagne d'un Gruyère d'alpage suisse, c'est encore une très belle réussite.

Cette dégustation gastronomique a réservé de très belles surprises, surtout que Xavier Thuret avait apporté en plus du vrai

gouda pour apporter encore un peu plus de satisfaction. Le Champagne Charpentier est une très belle appellation comme l'ont

démontré les 5 Terres d'Emotion dégustés. Il ne vous reste plus qu'à le découvrir pour être conquis.

Publireportage : Champagne Charpentier (Charly-sur-Marne) est une Marque exclusive montante dotée

d'un vignoble historique : Jean-Marc Charpentier aime dire qu'il a reçu en héritage « la passion de l'art de vivre la terre ». Il

apprécie particulièrement aussi le respect, de la terre, de la matière première, des 8 générations qui ont participé au vignoble

familial. Côté vignoble 24 hectares en coteaux, répartis en 72 parcelles à Charly-Sur-Marne, en Vallée de la Marne, à 30

minutes des portes de Paris. Des cépages complémentaires : 45 % Chardonnay pourcentage unique dans la Vallée de la

Marne car son grand-père avait été dans les premiers à le planter dans cette région et Pinot Meunier 40 % et Pinot Noir 15 %.

Une vinification précise et parcellaire. La Biodynamie dans un esprit pragmatique : Le vignoble certifié AB depuis le

millésime 2021 est cultivé en biodynamie depuis 2009 et en conversion Demeter (pour une certification officielle vendange

2023 !). Une distribution adaptée : Jean-Marc Charpentier a choisi au départ de confier la distribution de ses cuvées à de

nombreux cavistes de l'hexagone qui ont un contact privilégié avec les grands amateurs, choix étendu plus récemment à la

restauration et également à l'export qui représente 35 % de l'activité.

VIGNERONS - CISION 367130974

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


La 10e édition du Championnat du Monde

de dégustation à l’aveugle (RVF) aura lieu

au Champagne Ayala

29 septembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

Pour tenter de décrocher un troisième titre record, l’équipe de France fait peau neuve*. Saurat-elle

succéder à la Hongrie ? C’est au sein de la maison du Champagne Ayala à Aÿ que se

tiendra les 7 et 8 octobre la 10e édition du Championnat du Monde de dégustation à l’aveugle.

Organisée par La Revue du vin de France, elle verra s’affronter 31 équipes venues du monde

entier. Les meilleurs dégustateurs se confronteront à leurs adversaires autour de 12 vins du

monde.

Le Championnat du Monde de dégustation à l’aveugle est un événement annuel qui

rassemble des équipes de passionnés venant de tous pays, du Japon au Brésil en passant par

l’Afrique du Sud et la Hongrie. Tandis que le Zimbabwe signe son retour, quatre nouveaux

pays se joignent à cette 10e édition : la Moldavie, le Kenya, le Canada et l’Ecosse. Chaque

équipe est composée de quatre dégustateurs et éventuellement d’un coach. Le championnat est

organisé par La Revue du vin de France, magazine expert européen du vin et a pour but de

rassembler les meilleurs dégustateurs du monde autour de vins prestigieux au cours d’un

week-end.

Nouveautés 2022 : Deux équipes 100% féminines et une compétition

mondialement connectée !


Le championnat consistera en une série de dégustations, au cours de laquelle les équipes

participantes devront identifier à l’aveugle douze vins du monde, les vins Français étant

davantage représentés. Un exercice de haut vol limité à 10 minutes par vin dégusté, où les

équipes devront identifier le cépage principal de l’assemblage, le pays de production, le

millésime, l’AOC et le producteur. Autant de critères qui départageront les participants qui se

verront attribuer des points pour chaque bonne réponse.

Les scores seront diffusés sur de larges écrans afin de permettre aux différents concurrents de

suivre leur position en temps réel. L’équipe qui obtiendra le meilleur score décrochera le titre

de Champion du Monde de dégustation à l’aveugle et succédera à la Hongrie, lauréate de

l’édition 2021.

Plusieurs nouveautés viendront marquer cette édition anniversaire. À commencer par l’arrivée

de deux équipes 100% féminines du côté du Kenya et des USA, qui auront à cœur de briller

dans un évènement longtemps surreprésenté par les hommes. Enfin, les amateurs de

dégustation du monde entier auront le plaisir de pouvoir suivre la compétition sur Internet via

un lien Vimeo qui retransmettra l’évènement en direct (l’évènement n’est pas ouvert au

public)

*Une nouvelle équipe de France

Françis Griffe – Francis est un habitué des Concours de la RVF ( 3e en 1998 et 2e en 1999

du championnat de France). D’origine Tarnaise, il réside en région Parisienne et travaille au

ministère des finances. Il est un fidèle défenseur des vins de Gaillac et Fronton.

Patrick Moulène – Originaire du Lot, Patrick réside à Toulouse. Il s’est reconverti dans le

vin après une carrière commerciale dans les cosmétiques. Et est aujourd’hui un dégustateur

historique des Championnats RVF avec notamment un titre de vice champion de

France.Vigneron à Fronton depuis 2016 (Domaine Grande Sierre) et dans la vente de box en

ligne de grands vins (www.winebox-prestige.com), il est tout particulièrement amateur de

vins italiens et des grands Bourgogne.

Pascal Bessard – Passionné du vin en général et de la dégustation à l’aveugle en particulier.

Il participe au championnat de France de dégustation RVF depuis une quinzaine

d’années.Pascal habite en région lyonnaise et occupe un poste de directeur de Service après

Ventes dans le domaine des équipements médicaux pour la France, la Belgique, le

Luxembourg et l’Afrique francophone.

Nacim Tiliouine – Parisien, Nacim s’est reconverti dans le vin il y a 15 ans (

www.vinsetmillesimes.com, vente en ligne de grands vins à maturité), après une carrière dans

les systèmes d’information, il est diplômé du WSET 3. C’est une Côte de PY 2006 de chez

Foillard qui a lui a donné le virus.

Didier Frayssou, coach – Partenaire depuis 25 ans de Francis Griffe dans les championnats

RVF, Masters Europe 2016 et 4eme en 2014 et 3eme en 2018. Didier est associé avec Nacim

au sein de www.vinsetmillesimes.com. Parisien, reconverti dans le vin après une carrière dans

le marketing, il est diplômé du WSET (Diploma niveau 4). Didier est très amateur de

Champagne et de vins issus de terroirs volcaniques.


Cordon Rouge Stellar

Le champagne qui se boit dans l’espace

La maison G.H Mumm vient d’annoncer sa collaboration avec Axiom Space, fleuron de

l’astronautique américain, et dévoile sa première cuvée à déguster en « impesanteur* ».

Par Laurie Andrès Le 29 septembre 2022 Vitisphère.com

Dans l'espace, personne ne vous entendra buller. - crédit photo : MMPJ

Les habitudes de consommation changent même à des milliers de kilomètres de la terre.

La maison rémoise G.H Mumm (groupe Pernod Ricard) vient d’annoncer une collaboration

inédite avec Axiom Space, entreprise américaine spécialisée dans le voyage spatial. L’idée

qui avait déjà germé en 2017 - le premier modèle de cette cuvée a été présenté en 2018 - a

franchi un cap, celui de la conformité selon un cahier des charges très stricts permettant de

répondre aux exigences de sécurité du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES).

Avant de pouvoir prétendre à cette certification, la maison Mumm a poursuivi de nombreuses

recherches et expérimentations - en collaboration avec Octave de Gaulle, fondateur de

l’agence SPADE spécialisée dans le design d’objets spatiaux, le CNES et Jean- François

Clervoy, spationaute français de l’ESA, vétéran de trois missions spatiales avec la NASA -

notamment au cours de trois campagnes de vols tests.

Un collège d’experts qui a notamment travaillé sur de nombreux points cruciaux à prendre en

compte lors d’une dégustation spatiale (liquide gazeux en l’absence de gravité, pression

contenue dans la bouteille, alimentarité, spécifications des matériaux, encombrement,

ergonomie…).

Vers l’infini et l’au-de

Outre les spécialités liées au cahier des charges, la conception de la bouteille révèle un

process inédit dont la conception est entièrement réalisée en France.


Contenu dans une demi-bouteille en verre, le vin est sécurisé par un dispositif ouverturefermeture,

en inox, d’une parfaite fiabilité. Le champagne entre uniquement en contact avec le

verre et l’inox - identique à celui des cuves d’assemblage de la maison Mumm.

La coque réalisée en aluminium de grade aéronautique protège la bouteille en verre et assure

une double sécurité en cas de défaillance d’un des systèmes quant à la partie supérieure dite «

de service », elle est composée d’un long goulot surmonté d’un bouchon en liège et d’un

anneau, une innovation technologique permettant à la fois d’assurer la sécurité lors du

transport et du débouchage, mais aussi de servir de manière inédite le champagne dans les

conditions de l’impesanteur*.

Avec son aspect futuriste, la bouteille reste cependant très proche de la bouteille champenoise

traditionnelle, une prouesse mais aussi un gage d’authenticité. La nostalgie des grandes

soirées sur terre n’est jamais très loin.

Altération notable de l’odorat, diminution de l’olfaction…en impesanteur, tout change.

La cuvée interstellaire a poussé Laurent Fresnet, chef de caves de la Maison Mumm à revoir

sa copie et à créer un assemblage unique avec des raisins issus de la récolte 2016 - dont une

majorité de Pinot Noir, le cépage signature de Mumm - et complété (à hauteur de 36 %) avec

des vins de réserve des cinq dernières années.

« Mon objectif était de conserver la fraîcheur et la puissance de Mumm Cordon Rouge, de

renforcer l’intensité de ses arômes avec un vieillissement plus important et une liqueur de

dosage réalisée avec des vins élevés en fût de chêne », explique Laurent Fresnet.

Le champagne Mumm Cordon Rouge Stellar sera proposé lors d’une prochaine mission

d’Axiom Space afin que le rituel de dégustation soit testé dans les conditions réelles d’un vol

spatial afin de finaliser le développement de l’expérience et de réaliser les derniers

ajustements.

Outil diplomatique par excellence, le champagne part lui aussi à la conquête de l’espace.

Une certaine vision de la sobriété, spatiale, sans doute.

* : L'impesanteur est l’absence de sensation de poids. C’est un état atteint par un corps

lorsque les forces de gravité n’ont aucune influence perceptible sur ce corps. L’Académie

française recommande l’usage de ce terme plutôt que celui d’apesanteur, pour éviter la

confusion orale entre « l’apesanteur » et « la pesanteur », qui se prononcent de la même façon.

C’est aussi le terme qui a été choisi par les porteurs de ce projet.


Theo Fabergé X Champagne Château de

Bligny : une co-création de grand style

• 28 septembre 2022 Terre de Vins

En collaboration avec Château de Bligny, la St-Pétersbourg Collection qui gère les

créations du joaillier Theo Fabergé a conçu un œuf pour célébrer le centenaire de la

naissance de l’artiste, un objet extraordinaire, pour une édition très limitée. L’œuvre a

été présentée à une vingtaine de collectionneurs venus du monde entier mardi soir dans

la somptueuse demeure auboise restaurée par la famille Rapeneau.

On retrouve les premières traces de la famille Fabergé au XVIe siècle, non loin de la

Champagne, en Picardie, dans un village dont le nom « La Bouteille » semblait prédestiner

cette future collaboration avec le monde du vin. L’abrogation de l’Édit de Nantes, qui priva le

royaume de nombreux talents, provoqua le départ de ces fervents Huguenots. Après avoir erré

en Europe de l’Est, ils s’établirent à Saint-Pétersbourg où Gustave Fabergé fonda en 1842 la

Maison Fabergé. Son fils Pierre-Karl formé chez les plus grands joaillers européens, sera le

principal artisan de la renommée de la marque en parvenant à attirer l’attention d’Alexandre

III. C’est en effet le Tsar qui lui passa commande en 1885 de son premier œuf, un œuf de

Pâques, cadeau destiné à l’impératrice à l’occasion des vingt ans de leurs fiançailles. Le

succès de cette œuvre conduira à la création de toute une collection. Après la mort de Pierre-

Karl exilé en Suisse à la suite de la révolution de 1917, plusieurs de ses descendants ont

perpétué la tradition, dont Theo Fabergé né en 1922. Son père, Nicholas Fabergé, était le fils

cadet de Pierre-Karl à qui avait été confié en 1906 la gestion de la branche londonienne de la

Maison.

Né d’une relation extraconjugale, Theo n’a découvert ses origines que tardivement et avait

déjà sans le savoir suivi la voie de son grand-père en se consacrant dès les années 1950 à

l’élaboration d’objets d’art en bois et en ivoire. Il s’est ainsi passionné pour la technique du

tournage ornemental pour laquelle il avait restauré un tour Holtzapffel de 1861 (vieil outil de

tournage). Très vite reconnu, il a reçu des commandes de personnes collectionnant les œuvres

de Pierre-Karl Fabergé et de différents musées comme le Virginia Museum of fine arts. Il a

même produit un œuf pour le président des Etats-Unis à l’occasion des 200 ans de la

construction de la Maison Blanche ! En 1985, il a lancé avec l’homme d’affaires Philipp

Birkenstein la St-Pétersbourg Collection destinée à commercialiser sur le marché international

toutes ses créations de joaillerie. Décédé en 2007, la St-Pétersbourg Collection célèbre le

centenaire de la naissance de l’artiste.

Comme pour tout anniversaire, le champagne est de la fête. S’agissant d’un joailler héritier

d’une vieille dynastie, on se devait de faire appel à une maison elle aussi familiale. Le choix

s’est porté sur Château de Bligny et la famille Rapeneau. Lundi soir, une vingtaine de

collectionneurs du monde entier ont été réunis dans cette splendide demeure auboise du

XVIIIe siècle où ils ont pu découvrir une œuvre spéciale, fruit de la collaboration des deux

maisons : un œuf conçu autrefois par Theo Fabergé qui n’avait jamais été commercialisé,

utilisé comme écrin pour accueillir le flacon du Clos de Bligny, la parcelle poule aux œufs

d’or de la marque.


L’étiquette en étain de la bouteille, reprend la forme de la partie supérieure de l’œuf,

complétant ainsi la vasque de Theo Fabergé. Ainsi, lorsque l’on dispose le flacon à l’intérieur

de l’écrin, se forme un œuf complet. Les six rubis incrustés dans l’ouvrage qui mêle laiton,

argent et feuille d’or, symbolisent les six cépages du clos. Celui-ci en effet, en plus des trois

cépages dominants en Champagne (pinot noir, chardonnay et meunier), intègre trois cépages

rares (le petit meslier, l’arbane et le pinot blanc).

On l’aura compris, cette cuvée est elle-même un diamant brut ou plutôt brut nature. Le choix

s’est porté sur le millésime 2013, la dernière année froide qu’ait connu la Champagne et que

beaucoup de maisons n’ont pas osé millésimer. Elle fait pourtant souvent figure d’outsider

rivalisant largement avec 2008 et 2012, plus connus. Sur le calcaire kimméridgien, ce vin

offre une belle fraîcheur saline balancée par des notes de coing typiques de l’arbane. Jean-

Remy Rapeneau nous confie : « Les cépages d’antan donnent à la cuvée une forte expression,

c’est un champagne minéral et caractériel, comme nous ! ». Une recommandation d’accord ?

Un œuf à la coque !

https://champagnechateaudebligny.com


L’âme du champagne Canard-Duchêne ?

La forêt…

• 27 septembre 2022 Terre de Vins

Canard-Duchêne lance une nouvelle collection de son Brut réserve pour rendre

hommage à la biodiversité des forêts champenoises. L’occasion d’évoquer l’engagement

fort de la maison dans ce domaine, depuis sa cuvée Bio P181 jusqu’à sa collaboration

avec Reforest’Action.

Peu de grandes maisons de champagne possèdent comme Canard-Duchêne un aussi bel écrin

de nature. Imaginez un peu, sur le flanc nord de la Montagne de Reims, dans le petit village

de Ludes, un parc arboré et centenaire cerné par les vignes où pullulent les essences rares. Au

détour de l’allée qui serpente, surgit une majestueuse demeure en briques. Avec sa discrète

couleur rouge, la bâtisse au début de l’automne semble se noyer dans le paysage. Elle-même

surplombe quatre niveaux de caves creusées au XIXe siècle dans la craie par les deux

fondateurs Victor et Léonie. Ce cadre hors-normes résume tout l’esprit de la Maison, dont la

préoccupation numéro un depuis plusieurs années est de vivre toujours plus en harmonie avec

la nature qui l’entoure.

Une démarche que Canard Duchêne a voulu la plus large possible et dans laquelle elle a fait

figure longtemps de pionnière. Un exemple ? Elle a été le premier négociant à proposer un

champagne bio en 2009, en s’appuyant sur la fameuse parcelle de 12 hectares cadastrée « ZE

181 » située à Verneuil. À elle seule, avec un volume commercialisé de plus de 100.000

bouteilles, P 181 représentait encore en 2021 38 % des ventes de champagne biologique dans

la distribution en France (source IRI) !

L’année dernière, la Maison s’est aussi engagée aux côtés de l’entreprise Reforest’Action.

Grâce au soutien financier de Canard-Duchêne, ce sont plus de 24.700 arbres qui ont été

replantés dans la forêt d’Epernay, l’objectif étant d’atteindre les 40.000 d’ici le 31 décembre

2022. La Maison a chiffré les bénéfices de cette initiative : « 3705 tonnes de CO2 stockés,

74.100 abris pour animaux créés, 98.800 mois d’oxygène générés et 24.700 heures de travail

créées. » Afin de récolter les fonds, Canard-Duchêne avait commercialisé une bouteille

spéciale de son Brut réserve avec, en guise d’étiquette, un QR Code plongeant dans l’univers

« en réalité augmentée » de la marque pour mieux présenter au « consomm-acteur » ses

projets en matière environnemental.

Aujourd’hui, la Maison lance une nouvelle action de sensibilisation autour de la biodiversité

en proposant au public, toujours pour son brut réserve, une collection de trois habillages

différents, chacun portant un croquis « onirique et naturaliste » d’une espèce d’oiseau nichant

dans la forêt de la Montagne : Le Bruant jaune, l’Hirondelle Rustique et Le Bouvreuil

Pivoine. On savourera cette cuvée gourmande, joli mille feuilles de fruits frais et secs, de pain

grillé et de viennoiserie (25,70€), tout en se rappelant que la forêt demeure le premier puits de

carbone terreste, qu’elle abrite 80% de la biodiversité et qu’elle permet de subvenir aux

besoins de 25 % de la population mondiale.

Il faut noter qu’en s’engageant en faveur des forêts, la Maison s’attaque à un problème qui la

touche de manière presqu’intime. En effet, celle-ci vinifie ou élève elle-même sous bois une


partie de ses cuvées, en particulier les 31 % de chardonnay de sa cuvée bio. Laurent Fédou a

même rentré à titre expérimental un fût en chêne américain dont nous avons pu goûter les

accents étonnants de noix de coco donnés sur des vins clairs de 2021. Considéré souvent

comme « trop marquant » pour le champagne, nous avons pu constater que même sur une

année un peu diluée comme 2021, la présence du bois certes bien identifiable, restait élégante

et discrète.

www.canard-duchene.fr


Marne. Vous saurez tout sur le champagne

et ses chansons

Un livre sur le champagne et la chanson et diverses animations sur le même thème… Voilà ce

qui vous attend à Esternay et à Sézanne !

Les trois auteurs devant la médiathèque d’Esternay. ©LPB

Par Rédaction Coulommiers Publié le 27 Sep 22 Le Pays Briard

Jean-Pierre Beal avait à cœur de réaliser un livre sur le champagne et la chanson. Ce projet

(rédaction de l’ouvrage et conception de l’exposition sur le même thème) est cofinancé par le

programme LEADER du Pays de Brie et Champagne et la Région Grand Est. Plusieurs

animations sont proposées sur le territoire pour découvrir l’ouvrage et l’exposition et

notamment une conférence ce 29 septembre 2022 à 18 h 30 (conférence musicale, concert et

dégustation) à la Médiathèque d’Esternay.

Organisé par l’association Chante Morin l’ensemble du projet est réalisé, a été mis en

prévente puis en vente depuis la semaine du Festival Grange, à la Médiathèque de Montmirail

avec, le 6 septembre dernier, une conférence musicale par Yvan-Claude Perey, un concert par

Jean Dubois et l’exposition conçue par Jacques Piercot, malheureusement décédé. Cette

opération est également accompagnée par le programme Leader. La culture a sa place sur nos

territoires…

Divers lieux ont déjà accueilli (Office de tourisme de Montmirail, Sézanne au prétoire pour

les journées du Patrimoine, la Médiathèque de Connantre) ou vont accueillir des

manifestations comme la Médiathèque d’Esternay ou la librairie Majuscule de Sézanne.


Mercier : le « foudre » tiré par douze paires de bœufs du Morvan. ©LPB

La conférence qui sera donnée à Esternay nous apprend énormément de choses en chansons

sur Maurice Chevalier, Fréhel et d’autres, mais aussi sur des personnages comme la marquise

de Pompadour avec cette phrase « le champagne est le seul vin qui laisse la femme belle après

l’avoir… » ou encore des précurseurs en publicité comme ce viticulteur d’Épernay, Eugène

Mercier et son énorme tonneau, qui a nécessité 16 années de labeur constante et 50 chênes et

peut contenir 600 00 hectolitres de vin. En 8 jours, il créa l’événement sur son passage (Il faut

souvent contourner villes ou bourgades qui ne peuvent l’accueillir. Parfois, il n’y a pas

d’autres solutions que d’abattre des arbres ou des murs) qui le mène à Paris, pour l’exposition

Universelle de 1889, où sa seule rivale est la Tour Eiffel !

Eugène Mercier a eu aussi des idées insolites comme celle de faire monter des visiteurs dans

un ballon captif (déjà !) pour une dégustation inoubliable de champagne à 100 mètres

d’altitude !

Les rendez-vous

Médiathèque d’Esternay du 27 septembre au 1er octobre 2022 exposition entrée libre

Le 29 septembre 2022 à 18 h 30 conférence musicale, concert et dégustation

Librairie Majuscule place de la République à Sézanne séances de dédicaces le

vendredi 30 septembre 2022 à 116 h et le samedi 1 er octobre à 10 h 30

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!