05.12.2022 Views

Panorama de presse quotidien du 05 12 22

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

PANORAMA DE PRESSE

Du 05/12/2022

- Politique-Economie.………………………………………………………………..…..…p.2-24

- Droit-Social…………………………………………………………………..………………..p.25-26

- Coopératives………………………………………………………………………………….p.27-29

- Entreprise-Gestion…………………………………………………………………………p.30-31

- Commerce-Distribution..………………………………………………………………..p.32

- Communication-Evènement-Salon…………………….…………………….…….p.33-49

Cette revue de presse se destine à un usage strictement personnel et interne à l’entreprise,

le destinataire s’interdit de reproduire, publier, diffuser ou vendre ce document.

www.sgv-champagne.fr

17 avenue de Champagne – CS 90176 • 51205 Epernay Cedex • Tél. 03 26 59 55 00 • Fax. 03 26 54 97 27

69 Grande Rue de la Résistance • 10110 Bar-sur-Seine • Tél. 03 25 29 85 80 • Fax. 03 25 29 77 81


Presse écrite FRA

LE VIGNERON

CHAMPENOIS

Famille du média : Médias professionnels

Périodicité : Mensuelle

Audience : 30915

Sujet du média :

Agroalimentaire-Agriculture

Edition : Novembre 2022 P.11-13

Journalistes : -

Nombre de mots : 623

p. 1/3

PRÉFET

DE LA RÉGION I Gendarmerie nationale

GRAND

Libttti

ÉgaJité

EST

LE "PLAN CHAMPAGNE" EST RÉNOVÉ

ET ENRICHI POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ

ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE CHAMPAGNE

A l’occasion de son dixième anniversaire, un nouveau Plan Champagne a été officiellement signé le 19 octobre

2022 au siège du Comité Champagne, par les différents partenaires du dispositif.

Le premier Plan Champagne, initié en janvier 2012, avait pour but de créer une synergie entre les forces

de gendarmerie de la Marne et le monde viticole afin d’intensifier l’action de prévention des risques de la

gendarmerie contre les atteintes aux biens, aux personnes et à l’image de l’appellation Champagne,

Fort de cette expérience réussie, un Plan 2.0 a été élaboré. II reprend les fondamentaux de la première

édition, complétés d'une nouvelle organisation assurant une meilleure coordination entre les partenaires,

d’un nouveau dispositif de formation et de la possibilité de créer, ponctuellement et localement, des unités de

circonstance. Ces unités, baptisées "Gend-Viti", sont spécialement formées pour répondre à des besoins

de sécurités au cours des périodes sensibles, notamment la vendange et la période des expéditions de fin

d'année.

232569 VIGNERONS - CISION 8489714600508

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LE VIGNERON

CHAMPENOIS

LE "PLAN CHAMPAGNE" EST RÉNOVÉ ET ENRICHI POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ

ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE CHAMPAGNE

Edition : Novembre 2022 P.11-13

p. 2/3

Le président des vignerons, Maxime Toubart, se félicite que "la présence des gendarmes dans le

vignoble apporte beaucoup de sérénité pendant les périodes sensibles" ; dans ce cadre, il se réjouit de "la

création de l’unité Gend-Viti, qui a déjà fait la preuve de son efficacité pendant les dernières vendanges".

David Chatillon, président des maisons de Champagne, remarque quant à lui que "la valorisation

de l’appellation la rend plus sensible à toute forme d’atteintes" et exprime sa satisfaction "d’une meilleure

coordination entre les services de l'Etat et les professionnels champenois pour lutter contre les nombreuses

atteintes à l'appellation Champagne".

Le colonelRomualdde la Cruz,commandantle groupementde gendarmeriedépartementalede

la Marne, indique que "les dispositions de ce plan Champagne 2.0 traduisent la volonté de la gendarmerie

de répondre présent (#Répondreprésent) pour les forces vives du territoire et servent d’exemple à suivre au

sein de notre institution".

Pour Josiane Chevalier, préfète de la Région Grand Est : "Le partenariat étroit entre les services de

l'État et les professionnels du Champagne est aujourd’hui, et sera demain plus encore, un atout essentiel

tant pour le dynamisme du territoire que pour ia réussite économique de la filière. Le Plan Champagne 2.0

que nous avons signé aujourd'hui permettra de poursuivre et d’approfondir cette remarquable coordination".

Après une période d’évaluation, le nouveau modèle du "Plan Champagne" pourrait être transposé dans

d'autres régions viticoles.

232569 VIGNERONS - CISION 8489714600508

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LE VIGNERON

CHAMPENOIS

LE "PLAN CHAMPAGNE" EST RÉNOVÉ ET ENRICHI POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ

ÉCONOMIQUE DE LA FILIÈRE CHAMPAGNE

Edition : Novembre 2022 P.11-13

p. 3/3

FFPV

19econgrès delaffpv

Du 19 au 21 octobre 2022 à Chamonix Mont-Blanc

"fédération

française

Les 19, 20 et 21 octobre derniers, le 19e congrès de la Fédération Française de la

DE LA PÉPINIÈRE VITICOLE

t'ûjjine...

Pépinière Viticole (FFPV) s’est déroulé à Chamonix en Haute-Savoie.

Parmi ies thèmes abordés lors de ces journées, les défis techniques dans un

contexte d’évolution réglementaire mais surtout le défi de la pépinière viticole face

au dérèglement climatique. Après la grêle et la sécheresse qui ont fortement im

pacté la production de plants dans certaines régions cette année, la tilière doit s’adapter. Pour cela, des outils

sont nécessaires tels que les équipements de protection, l'adaptation des techniques de production, les assu

rances climat et la fiscalité des entreprises.

L’occasion également de revenir sur les statistiques de FranceAgriMer et sur les objectifs de Vitipep's. Créée en

2019, cette marque collective garantit un plant de vigne 100 % "Made in France".

Pour les 250 professionnels présents, l’enjeu de la tilière est triple : poursuivre la quête de l’excellence tout en

préservant la compétitivité et la sécurité des entreprises et en renforçant les liens avec la viticulture.

A noter que le 20e congrès de la FFPV se déroulera du 17 au 19 octobre 2023 en Champagne !

232569 VIGNERONS - CISION 8489714600508

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


France Live avec agence

Pourquoi les bouteilles de Champagne vont

changer de style à partir de 2023

Des vignerons ont décidé de remplacer peu à peu la traditionnelle coiffe des bouteilles de

champagne. Ils vont opter pour du papier à la place de l'aluminium après les fêtes de fin

d'année. Un choix qui n'est pas simplement écologique.

© A partir de janvier 2023, des producteurs de champagne vont tester des coiffes en papier

alors que le prix de l'aluminium a récemment bondi. Photo d'illustration : Lubovlisitsa /

Pixabay

Publié le 03/12/2022 à 17h31 France Live avec agence

Pour habiller leurs bouteilles de champagne, les vignerons rencontrent de plus en plus

difficultés à cause de la pénurie des matières premières. Depuis déjà plusieurs mois, ils

peinent à se fournir en aluminium. Elément crucial pour la coiffe, située au-dessus du

bouchon. Mais quand ils finissent par en trouver, ils doivent mettre la main à la poche. "On

subit une augmentation du prix de plus de 50 %", a certifié au Parisien Laurent Panigai,

directeur du Syndicat général des vignerons de la Champagne (SGVC).

Les professionnels ont trouvé la parade : miser peu à peu sur le papier en 2023. Selon nos

confrères, une coiffe en aluminium leur coûte 15 centimes contre 45 centimes pour celle en

papier. "Notre ambition c’est qu’une centaine de milliers de bouteilles soit habillées avec

une coiffe en papier. On aura une volumétrie qui permettra d’optimiser son prix", a

détaillé le patron du SGVC.


Une coiffe en fibre végétale

En plus de vouloir réduire leurs coûts, les vignerons se disent sensibles à la donne

environnementale et sont donc prêts à revoir leurs méthodes de travail. Néanmoins, pour le

moment, ils n'auront pas beaucoup de possibilités pour choisir leur fournisseur. Vipalux est le

seul capsulier producteur de coiffes en papier, d'après le quotidien régional. Installé à Reims,

il produit une coiffe en fibre végétale, entièrement recyclable, sans encre ni colle.

Selon le SGVC, quatre vignerons devraient remplacer l'aluminium par le papier dès janvier

2023. Le producteur Pierre Trichet a, lui, déjà passé le cap avec sa cuvée "Rosé de saignée".


Pascal Doquet démissionne de son poste de

président de l’Association des Champagnes

Biologiques

5 décembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

©SGV

Pascal Doquet vient de démissionner de son poste de président de l’Association des

Champagnes Biologiques (ACB). Il sera remplacé par le vice-président de l’ACB, Jérôme

Bourgeois à Crouttes-sur-Marne. Pourquoi ? Ce serait une histoire de « conflit de loyauté »

voire de « devoir de discrétion » dit-on à l’Association des Champagnes Biologiques. En fait,

M. Doquet étant également membre du conseil d’administration du Syndicat général des

vignerons de la Champagne, cela lui devenait a priori difficile de cumuler les deux mandats.

Elu président de l’ACB depuis 2016, le vigneron de Vertus, choisissant de rester fidèle à son

engagement en tant qu’élu du SGV (secteur Côte des Blancs-Vertus) a décidé de laisser sa

place.


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Edition : 05 decembre 2022

Périodicité : Hebdomadaire

P.3-6

Audience : 4000

Journalistes : JCD

Sujet du média :

Nombre de mots : 2190

Agroalimentaire-Agriculture

p. 1/4

EVENEMENT

En trois ans,

les ventes de

bordeauxsur

la Chine ont été

divisées par deux

Bordeaux : un marché atone

Le Bordelais connaît à nouveau une petite récolte, chiffréeparAgresteà4,5 Mhl (-5 %

par rapport à 2017-2021). Et les ventes sont en berne. D'après le CIVB (interprofes

sion), les sorties de propriété reculent de 5 à 10 % par rapport à 2020-21, « déjà pas

terrible ». « On enchaîne /es mauvaises années : 2019, le ralentissement vers la Chine,

les taxes Trump ; 2020 et 2021, la pandémie ; 2022, le marché chinois qui baisse

encore, la guerre en Ukraine », souligne le vice-président Bernard Farges. En trois

ans, les ventes de bordeaux à destination de la Chine ont été divisées par deux, soit

quelque 300 000 hl, d’après lui.

Les effets du ralentissement économique sont amplifiés par la politique zéro Covid

des autorités de Pékin, Sur les marchés européens, français, les difficultés s’accu

mulent également. Lesfoires aux vins d’automne confirment de mauvais chiffres dans

l’Hexagone, avec un chiffre d’affaires du bordeaux à -2,3 % par rapport à l’édition

2021, En cause, l’impact de l’inflation, une déconsommation de vin rouge qui se

poursuii. « Ce qui diffère par rapport aux précédentes crises, c’est qu'à l'époque, on

vendaitdu vin.Aujourd'hui, le rythme de commercialisation est beaucoup trop faible »,

considère Bernard Farges, Les stocks d’appellations régionales sont évalués à 18

mois de ventes, contre un objectif de 11 à 12 mois. Conséquence, les prix restent

bas, «Beaucoup de viticulteurs bordelais travaillerrtàperte, faute de ventes suffisantes

à des niveaux rèmunérateurs. On est au-dessous de 1 000 euros le tonneau quand il

faudrait 1 200 euros. »

La profession réclame un arrachage aidé sur « au moins 10 000 ha » de rouges, cor

respondant à plus de 15 % de lazone des appellaiions bordeaux, câtes-de-bordeaux

et médoc.

En vallée du Rhône, les appellations à la peine

Dans le bassin Sud-Est (vallée du Rhône et Provence), tel que défini par Agreste, les

rendements sont supérieurs à la moyenne quinquennale, sauf dans le Vaucluse, « le

plus affecté par la sécheresse », d’après le ministère, La récolte est affichée à +10 %

Climat : les vins effervescents à un point

de bascule

iusqu’ïciavantagèspar le changemenidimatique,lesvignobiesseptentrionauxdoivent

maintenants’adapterpour ne pas en être les perdants.C’est le pointde vue de HFV

(instituttechnique)etdu Civa(interprofessiond'Alsace)sur les vinseffervescents, dans

un articleen novembredelaRevue descenologues.« En raisondes effetsconjuguèsde

la chaleuretde la sédieresse,uneéiapesemblefranchieet leseffetsnêgatifsdu chan

gementdimatiquedeviennentperceptiblessuria qualitéet ie rendementdela vigne»,

écriventles auieurs. La richesseen sucre des ralsinspeut atteindre« des teneursin

compatiblesavecf’éfaborationde vins effervescents» par la méthodetradïtronnelfe,

seion eux. Une autrecomposanieessentielleestaffectée,l’acidité.« II devienturgent

de mettreen place des mesuresd’adaptation», souligne l’artide. La filiëre viticole

agit déjà, mais les mesurescuituraiessont « insuffisantes», les pratlquesà la cave se

heurtentà des écueils.Restel’adaptationdu matérieivégétal,qui progresse.L’innova

tion variétaieconsisteà impianterdescépagesplustardifs,issusde variétésanciennes

au de variétés nouvelles et rèsisfantes aux maladies.

232569 VIGNERONS - CISION 6375614600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


ÉVÉNEMENT

Edition : 05 decembre 2022 P.3-6

p. 2/4

Tnop-pLein de vin dans Le

sud de la France

sur un an, Concemant les vins AOC de la vallée du Rhône, la production reste « dans

la moyenne basse »,selon Inter Rhône. Un peu plus de 2,5 Mhl sont commercialisés,

latendance étant « légèrement à la baisse » (-3 %) ces demiers mois, plombée par

le vrac (-5 %) alors que les volumes cûnditionnés progressent : « Cela morrfre une

structuratlon de la filière », considère le président Philippe Pellaton.

Des divergences apparaissent aussi selon la couleur des vins. En blancs, les quan

tités vendues grimpent de 10 % par rapport à 2020-2021. Les rouges sont à -4 %,

avec des appellations régionales en baisse (-5 % en côtes-du-rhône, -18 % en cos

tières-de-nîmes) quand les crus progressent (+11 % en saint-joseph, +10 % en lirac),

signe d’une « premiumisation », Les rosés, à -8 %, montrent un plafonnement, d’après

Philippe Pellaton. Enfin, les tendances s’opposent entre, d’un côté, les crus qui pro

gressent (+4 %) et, de l’autre, les appellations régionales « plus en difficulté, étant sur

une consommation couranie ».

Pour ajuster l’offre, Inter Rhône a voté la création d’une mise en réserve interprofes

sionnelle (20 % de la récolte 2022), destinée aux côtes-du-rhône rouges. D’autres

mesures sont réclamées par le syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône,

qui pointe des difficultés à la fois conjoncturelles (inflation, crise Covid, guerre en

Ukraine) et structurelles (baisse de consommation en rouges). II s’agit de redimen

sionner le vignoble et réduire les stocks, via l’arrachage définitif et la distillation. Le

syndicat a aussi déposé une demande de replantation différée, dans l’optique de

restmcturer le vignoble en faveur des blancs. « On a perdu des consommateurs, la

demande est plus volatile, plus diverse, explique le président Denis Guthmuller. Cela

appelle des adaptations. »

En Provence, le rosé traverse aussi une mauvaise passe. « II reste des stocks inven

dus », explique Mladen Grumic directeur du syndicat des Vins IGP Vaucluse, évo

quant des anciens conirats annulés par manque de bouteilles et bag in box à cause

du Covid, et aujourd’hui un marché « calme ». Les IGP Vaucluse et Méditerranée

veulent distiller 100 000 hl de rosé du millésime 2020,

••Dans le Languedoc-Roussillon, « 15 % des vins à adapter »

Le Languedoc-Roussillon connaît une production en hausse, à 13,2 Mhl (+15% com

Mesures de restructuration des

vignobles : pas de consensus européen

Faute de consensus du tait de situatksns trës différentes d'un Etat membre à l’autre et

d’une region à l'autre, aucune demande pour activerdes mesures de restructuration des

vignobles dans f'UE -dans le cadre du règlement OCM uniguede ia F&c - n'esi réel

lement portéeà Bruxellas. Pour que la Commission europèenne envisage d'activer des

outiis de ce type ii faudrart qu’un nombre conséquent d’Etats membres le lui demande.

Et encore, dans le contexie actuei de crise, il y a peu de chance que ia priorité soit ac

cordée à ces dispositifs. Le groupe de travaiiVin du Copa-Cogeca estime lui-même que

des mesures d'arrachage ne sont pas nécessaires aujourd'hui. II plaide plutôt pour des

dispositifs d’accompagnement visant à faire face à i'envolée des coûts de production

: engrais, bouteilles, bouchons, cartons... Au plus fort de ia pandémie de Covid-19,

l’idée faisait son chemin, mais depuis les restaurants ont rouverts et les exporlations ont

repris, Un dispositif d'aide à ia distiifation de crise a èté me en place en 2021 par la

Commission européenne et prolongéd’un an.

232569 VIGNERONS - CISION 6375614600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


ÉVÉNEMENT

Edition : 05 decembre 2022 P.3-6

p. 3/4

paré à 2017-21), d’après Agreste. « Vu les stocks très bas, le disponible est normalpar

rapporf à la moyenne sur cinq ans », indique Ludovic Roux, président des Vignerons

coopérateurs d’Occitanie. Les sorties de chai s’affichentà 10,6 Mhl (conlre 11,5 Mhl

fin 2019, avant le Covid et les taxes Trump), orientées à la baisse. « II s’agit de retrou

ver les parts de marché perdues, considère le vigneron. C’est faisable : des possibili

tés s’ouvrent à l’export. »

La région dispose d’une offre bien adaptée à la demande, selon lui, Mais sur le plan

conjoncturel, les difficultés s’enchaînent, entre des tensions sur le verre, le transport

maritime, l’inflation. «Nos coûts augmententde 20 % à la bouteille de vin, souligne-t-il.

On ne peut pas le répercuter au consommateur. » Pour passer le cap, la profession

réclame des mesures de régulation. Un groupe de travail planche sur une « boîte à

outils », comprenant arrachagetemporaire, riistillation ciblée, stockage privé. « 15 %

des vins sont à adapter, estime Ludovic Roux. Cela peut être de faire du touge autre

ment, de basculer vers le rosé, d’arracher pour mettre du blanc. »

« On a perdu des

consommateurs,

la demande est

plus volatile, plus

diverse »

•"Le bourgogne voit un retournement de marché

En Bourgogne et Beaujolais, la vendange est estimée par Agreste à +61 %sur un an

(+16 % par rapport à 2017-2021). Seule la Bourgogne progresse, de 75% à 1,75 Mhl

(+23 %/2017-2021), d’après le BIVB (interprofession), Elle redresse latête après la

petite récolte 2021 (moins de 1 Mhl).

Longtemps épargnés par la déconsommation des vins, les bourgognes subissent

un « retournement » de marché, selon le BIVB, qui l'explique par des prix en hausse

avec de « petites quantités disponibles ». « On constateun début de décrochage sur

certains marchés », en grande distribution et à l’export, considérait à la rentrée le

président délégué Laurent Delaunay, Les bourgognes voierrt leurs ventes en grande

distribution à -25,7 % en volume, -16,5 % en valeur sur neuf mois en 2022 par rap

port à 2021.

Explication : les consommateurs sont « préoccupés par leurpouvoir d’achat, confron

tés à l'inflation. Ça se traduit dans leur comportement d’achat de nos vins », analyse

t-il. À l’export, les ventes affichent-10,2 % en volume, mais +12,6 %en valeur sur les

huit mois premiers mois de l’année : une hausse continue des prix est à l’ceuvre, avec

une inflation « préoccupante » notamment sur les bouteilles, cartons, étiquettes, en

proie à des manques de disponibilité, Ce « ralentissement » des volumes exportés,

qui intervient après trois années records, est lié à la faible récolte 2021.

Le Beaujolais a une production inférieure à la moyenne quinquennale, indique Agreste.

Écart qui représente -20 %, selon Inter Beaujolais. Les volumes commercialisés re

flètent la faible récolte précédente, avec des sorties de propriétés à -18 %. Cette baisse

n’est pas uniforme, puisque les quantités auprès du négoce sont à -28 % quand la

vente directe est à +5 %, soutenue par les appellations oommunales et les blancs. Les

prix affichent +60 % sur la récolte 2021, conséquence en premier lieu du manque de

disponibilités, mais aussi d’un effort de valorisation, analyse Inter Beaujolais.

Rebond en Champagne

La Champagne a vécu « des conditions optimales », se traduisant par une ven

dange supérieure de 35 % à la moyenne 2017-21, d’après Agreste. Après deux an

nées éprouvantes, le vignoble appuie sur l’accélérateur. Un rendement 2022 entre

14 000 et 15 000 kg/ha était prévu par le SGV (vignerons). Sachant que le rendement

commercialisable est de 12 000 kg/ha, une reconstitution de la réserve collective

est annoncée : à titre exceptionnel, le rendement butoir est porté à 16 500 kg/ha

(+ 1 000 kg/ha), avec le feu vert de l'Inao,

232569 VIGNERONS - CISION 6375614600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


ÉVÉNEMENT

Edition : 05 decembre 2022 P.3-6

p. 4/4

Champagne: «forte progression» de

Laurent-Perrier au 1ersemestre

Le groupeLaurent-Fferriera annoncéie 25 novembreune « forte progression» de

ses résuStatsau premiersemestrede son exercicedécaié2022/23, bénéfidantde la

demandesoutenuepour le champagnetout en faisant part de sa «vigiiance» pour

lasuite. Son chiffred’affairesa bondi de 24%, s'établissantà 159,4 miSSionsd’euros.

«Ces résultatssont portéspar ia forte demandedes vins de Champagneà iravers le

monde,et par ies effortsengagésdepuis piusïeursannéessur ia poiitiquede valeur

du groupe»,a féliciié dans un communiquéStéphaneDaiyac,présidentdu diredoire.

Toumé vers le mardié du hautde gamme, ie groupefamiliaideToürs-sur-Marnedé

tient Ies marquesLaurent-Perrier,Salon, Deiamotteet Champagnede Casteilane.En

volume,ses ventesont aussi augmentéde 12,4% sur un an.Toutefois,« ie contexte

géopoiitiqueen lien avecia guerreen Ukraine,Ies forhestensionsinflationnisteset ies

poiitiquesmonétairesobiigentà beaucoupde prudencequantaux perspectivesur ies

prochainsmois »,selon le groupe.

Des ventes

affectées par la

baisse du pouvoir

d'achat

Les expéditions de champagne marquent un » fort rebond » en 2021, avec 322 mil

lions de bouteilles (contre 244 M en 2020) . Elles restent bien orientées sur les neuf

premiers mois de 2022, supérieures (en glissement annuel) de 7,9 % par rapport à

2021 et de 16,2 % par rapport à 2019. C’est l’export (55 % des ventes) qui fait figure de

locomotive, avec une hausse des expéditions entre octobre202l et septembre2022 :

+12,1 %vers l’UE, 11,9 % vers les pays tiers, Tous les opérateurs, vignerons, coopé

ratives et négoces, voient une progression de leurs ventes. Aux États-Unis, ça « ex

plose en termes de consommation », citait notamment le présiderrt Maxime Toubart

La croissance du champagne est moins soutenue en France, avec même un dé

crochage des ventes en distribution depuis le début 2022 : -9,1 % (en cumul début

octobre) selon NielsenlQ.

Bonne dynamiqueen Val de Loire

En Val de Loire, quelques pluies fin août ont réduit les pertes de rendement atten

dues. Agreste indique une production inférieure de 3% àla moyenne 2017-2021, les

chardonnays apparaissant comme les plus touchés par la sécheresse. Sur le plan

de la commercialisation, IrrterLoire parle d’une « dynamique positive ». Les mises en

marché sont à +4 % dans l’Hexagone, tirées par la vente directe. Une stabilité est

observée à l’export. « Les vins du Val de Loire bénéficient d’une bonne image, met en

avant Sylvain Naulin, d.g. de l’interprofession. S'iis montent en gamme, nos produits

gardent un rapport qualité/prix attractif. » JCD

232569 VIGNERONS - CISION 6375614600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

BEL

Famille du média : Médias étrangers

Audience : 668733

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

3 Decembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 610

fr.metrotime.be p. 1/2

Quels ingrédients de votre repas de Noël vont coûter plus cher en 2022?

Visualiser l'article

Alors que les négociations annuelles entre la grande distribution et les industriels détermineront prochainement dans quelle

mesure les prix des aliments augmenteront en 2023, sachant qu'une estimation à 10 % a déjà été évoquée, l'heure est aux

préparatifs du menu de Noël.

Ph. ETX Daily Up Studio

Si, malgré le contexte économique tendu, la majorité des Belges ne sacrifiera pas le repas de fête, le choix des aliments que

l'on posera sur la table pourrait être chamboulé par l'inflation.

A moins d'un mois du réveillon de Noël, il est temps de composer son menu. Compte tenu du contexte inflationniste, certains

choix culinaires pourraient s'imposer d'eux-mêmes pour remplacer des aliments devenus trop chers pour les foyers modestes.

En novembre dernier, les prix des produits alimentaires ont flambé de 12,2 % sur un an. Une bonne nouvelle tout de même :

selon l'Insee, la hausse des prix des produits frais a légèrement ralenti, après un mois d'octobre qui affichait un bond de 17,3

%.

Les oeufs en risque de rupture

Alors que des articles sont toujours aux abonnés absents dans les rayons, à commencer par les liquides tels que les eaux

gazeuses et les eaux aromatisées, la situation des aliments issus de la filière avicole confirment ce qui était prévu : les oeufs

font désormais partie des produits dont le taux de rupture est le plus en hausse, d'après les données de NielsenIq tandis que les

prix du foie gras sont bel et bien en progression, de l'ordre de 12,8 % pour la variété au canard mi-cuite vendue en

libre-service, selon les chiffres de l'institut Iri relevés en novembre dernier et comparés au même mois 2021. De leurs côtés,

les volailles entières présentent des tarifs en progression de 18,6 %, sous l'effet de la grippe aviaire et des mesures d'abattage

232569 VIGNERONS - CISION 367958322

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Quels ingrédients de votre repas de Noël vont coûter plus cher en 2022?

3 Decembre 2022

fr.metrotime.be p. 2/2

Visualiser l'article

prises pour endiguer l'infection dans les élevages infectés, mais aussi de manière préventive. La dinde de Noël risque d'être

d'autant plus onéreuse que le coût des marrons et des châtaignes est en progression de 11,9 % et celui des cèpes en épicerie de

6,3 %.

Coup de froid sur les bûches glacées de Noël

Si le foie gras concentre logiquement l'intérêt compte tenu de sa valeur symbolique sur une table de Noël tricolore, ce n'est

pourtant pas le produit de fête affichant la plus forte hausse de prix. Les bûches glacées sont les plus inflationnistes, à +22,4

%. Deux situations se conjuguent et expliquent des prix plus importants : au premier semestre 2022, les prix des produits

laitiers ont atteint des records tandis que la collecte du lait a aussi été ralentie lors des vagues de chaleur cet été. Dans le

même temps, la flambée des prix de l'énergie impacte l'activité des industriels des surgelés.

Un apéro qui pique

Dès l'apéro, le budget du repas de Noël devra être gonflé si l'on prévoit de mettre les petits plats dans les grands. Non

seulement l'institut Iri note des prix en hausse de 17,4 % pour les pains à toast et de +9,9 % pour le saumon fumé, mais la

situation haussière concerne aussi le champagne, de l'ordre de 6,3 %. Les coûts de production ont en effet augmenté avec du

verre, des bouchons de liège et des muselets devenus plus coûteux. Cette conclusion chiffrée n'a toutefois rien d'exceptionnel

puisque les prix avaient déjà progressé de 1,3 % pour les champagnes de vignerons et de 10,4 % pour les maisons de

champagne entre janvier et juin derniers, selon le Syndicat des vignerons de la Champagne.

Au rayon alcool, d'autres élixirs sont inflationnistes, tels que le whisky blended de 12 ans d'âge et plus (+5,7 %).

232569 VIGNERONS - CISION 367958322

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : PQR/PQD (Quotidiens régionaux)

Audience : 8576494

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

2 Decembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 612

www.ladepeche.fr p. 1/2

A la table de Noël, quels seront les ingrédients impactés par l'inflation ?

Visualiser l'article

Seuls 5% de Français ont décidé de limiter le budget du repas de Noël. Syda Productions / Shutterstock

Alors que les négociations annuelles entre la grande distribution et les industriels détermineront prochainement dans quelle

mesure les prix des aliments augmenteront en 2023, sachant qu'une estimation à 10% a déjà été évoquée, l'heure est aux

préparatifs du menu de Noël. Si, malgré le contexte économique tendu, la majorité des Français ne sacrifiera pas le repas de

fête, le choix des aliments que l'on posera sur la table pourrait être chamboulé par l'inflation.

A moins d'un mois du réveillon de Noël, il est temps de composer son menu. Compte tenu du contexte inflationniste, certains

choix culinaires pourraient s'imposer d'eux-mêmes pour remplacer des aliments devenus trop chers pour les foyers modestes.

En novembre dernier, les prix des produits alimentaires ont flambé de 12,2% sur un an. Une bonne nouvelle tout de même :

selon l'Insee, la hausse des prix des produits frais a légèrement ralenti, après un mois d'octobre qui affichait un bond de

17,3%.

Alors que des articles sont toujours aux abonnés absents dans les rayons, à commencer par les liquides tels que les eaux

gazeuses et les eaux aromatisées, la situation des aliments issus de la filière avicole confirment ce qui était prévu : les oeufs

font désormais partie des produits dont le taux de rupture est le plus en hausse, d'après les données de NielsenIq tandis que les

prix du foie gras sont bel et bien en progression, de l'ordre de 12,8% pour la variété au canard mi-cuite vendue en

libre-service, selon les chiffres de l'institut Iri relevés en novembre dernier et comparés au même mois 2021. De leurs côtés,

les volailles entières présentent des tarifs en progression de 18,6%, sous l'effet de la grippe aviaire et des mesures d'abattage

prises pour endiguer l'infection dans les élevages infectés, mais aussi de manière préventive. La dinde de Noël risque d'être

d'autant plus onéreuse que le coût des marrons et des châtaignes est en progression de 11,9% et celui des cèpes en épicerie de

6,3%.

232569 VIGNERONS - CISION 367954051

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


A la table de Noël, quels seront les ingrédients impactés par l'inflation ?

2 Decembre 2022

www.ladepeche.fr p. 2/2

Visualiser l'article

Coup de froid sur les bûches glacées de Noël

Si le foie gras concentre logiquement l'intérêt compte tenu de sa valeur symbolique sur une table de Noël tricolore, ce n'est

pourtant pas le produit de fête affichant la plus forte hausse de prix. Les bûches glacées sont les plus inflationnistes, à

+22,4%. Deux situations se conjuguent et expliquent des prix plus importants : au premier semestre 2022, les prix des

produits laitiers ont atteint des records tandis que la collecte du lait a aussi été ralentie lors des vagues de chaleur cet été.

Dans le même temps, la flambée des prix de l'énergie impacte l'activité des industriels des surgelés.

Dès l'apéro, le budget du repas de Noël devra être gonflé si l'on prévoit de mettre les petits plats dans les grands. Non

seulement l'institut Iri note des prix en hausse de 17,4% pour les pains à toast et de +9,9% pour le saumon fumé, mais la

situation haussière concerne aussi le champagne, de l'ordre de 6,3%. Les coûts de production ont en effet augmenté avec du

verre, des bouchons de liège et des muselets devenus plus coûteux. Cette conclusion chiffrée n'a toutefois rien d'exceptionnel

puisque les prix avaient déjà progressé de 1,3% pour les champagnes de vignerons et de 10,4% pour les maisons de

champagne entre janvier et juin derniers, selon le Syndicat des vignerons de la Champagne.

Au rayon alcool, d'autres élixirs sont inflationnistes, tels que le whisky blended de 12 ans d'âge et plus (+5,7%).

232569 VIGNERONS - CISION 367954051

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : PQR/PQD (Quotidiens régionaux)

Audience : 5677749

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

2 Decembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 623

www.midilibre.fr p. 1/2

Visualiser l'article

Noël : pain à toast, volaille, buches glacées... ces aliments vont faire exploser la

note pour les repas de fête

Alors que les négociations annuelles entre la grande distribution et les industriels détermineront prochainement dans

quelle mesure les prix des

aliments augmenteront en 2023, sachant qu'une estimation à 10% a déjà été évoquée, l'heure est aux préparatifs du menu de

Noël.

Si, malgré le contexte économique tendu, la majorité des Français ne sacrifiera pas le repas de fête, le choix des aliments que

l'on posera sur la table pourrait être chamboulé par l'inflation.

A moins d'un mois du réveillon de Noël, il est temps de composer son menu. Compte tenu du contexte inflationniste, certains

choix culinaires pourraient s'imposer d'eux-mêmes pour remplacer des aliments devenus trop chers pour les foyers modestes.

En novembre dernier, les prix des produits alimentaires ont flambé de 12,2% sur un an. Une bonne nouvelle tout de même :

selon l'Insee, la hausse des prix des produits frais a légèrement ralenti, après un mois d'octobre qui affichait un bond de

17,3%.

Des produits en rupture

Alors que des articles sont toujours aux abonnés absents dans les rayons, à commencer par les liquides tels que les eaux

gazeuses et les eaux aromatisées, la situation des aliments issus de la filière avicole confirment ce qui était prévu : les oeufs

font désormais partie des produits dont le taux de rupture est le plus en hausse, d'après les données de NielsenIq tandis que les

prix du foie gras sont bel et bien en progression, de l'ordre de 12,8% pour la variété au canard mi-cuite vendue en

libre-service, selon les chiffres de l'institut Iri relevés en novembre dernier et comparés au même mois 2021.

De leurs côtés, les volailles entières présentent des tarifs en progression de 18,6% , sous l'effet de la grippe aviaire et des

mesures d'abattage prises pour endiguer l'infection dans les élevages infectés, mais aussi de manière préventive. La dinde de

Noël risque d'être d'autant plus onéreuse que le coût des marrons et des châtaignes est en progression de 11,9% et celui des

cèpes en épicerie de 6,3%.

Coup de froid sur les bûches glacées de Noël

Si le foie gras concentre logiquement l'intérêt compte tenu de sa valeur symbolique sur une table de Noël tricolore, ce n'est

pourtant pas le produit de fête affichant la plus forte hausse de prix. Les bûches glacées sont les plus inflationnistes, à +22,4%

. Deux situations se conjuguent et expliquent des prix plus importants : au premier semestre 2022, les prix des produits

laitiers ont atteint des records tandis que la collecte du lait a aussi été ralentie lors des vagues de chaleur cet été.

Dans le même temps, la flambée des prix de l'énergie impacte l'activité des industriels des surgelés.

Dès l'apéro, le budget du repas de Noël devra être gonflé si l'on prévoit de mettre les petits plats dans les grands. Non

seulement l'institut Iri note des prix en hausse de 17,4% pour les pains à toast et de +9,9% pour le saumon fumé , mais la

situation haussière concerne aussi le champagne, de l'ordre de 6,3%.

232569 VIGNERONS - CISION 367955422

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Noël : pain à toast, volaille, buches glacées... ces aliments vont faire

exploser la note pour les repas de fête

2 Decembre 2022

www.midilibre.fr p. 2/2

Visualiser l'article

Les coûts de production ont en effet augmenté avec du verre, des bouchons de liège et des muselets devenus plus coûteux.

Cette conclusion chiffrée n'a toutefois rien d'exceptionnel puisque les prix avaient déjà progressé de 1,3% pour les

champagnes de vignerons et de 10,4% pour les maisons de champagne entre janvier et juin derniers, s elon le Syndicat des

vignerons de la Champagne.

Au rayon alcool, d'autres élixirs sont inflationnistes, tels que le whisky blended de 12 ans d'âge et plus (+5,7%).

Seuls 5% de Français ont décidé de limiter le budget du repas de Noël. Syda Productions / Shutterstock

232569 VIGNERONS - CISION 367955422

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Audience : 95992

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

5 Decembre 2022

Journalistes : Laurie

Andrès

Nombre de mots : 506

www.vitisphere.com p. 1/2

Depuis Reims Abelé 1757, se pose en maison indépendante dans le groupe

Feuillatte-Castelnau

Ex-Henri Abelé, "Abelé 1757", dans le giron du groupe Terroirs et Vignerons de Champagne (Nicolas Feuillatte, Castelnau)

veut se faire une place sur le marché et compte sur ses forces vives pour raviver la flamme.

Visualiser l'article

Extérieur de la maison Abelé 1757 dans ses locaux, rue de Sillery, à Reims. - crédit photo : Abelé 1757

I

nstallée depuis la seconde guerre mondiale dans les locaux qu'elle occupe actuellement, rue de Sillery, un peu à l'écart du

centre-ville de la ville des Sacres, la maison « Abelé 1757 », nom qu'elle porte depuis la fusion des groupes coopératifs

Feuillatte et Castelnau, ne veut plus se cacher.

Après une période de travaux nécessaires (les locaux datent, eux, de 1872) et une phase transitoire depuis l'épidémie de

Covid-19, la maison de négoce rémoise est prête à reconquérir le coeur des consommateurs en misant sur une renaissance.

Inscrite au coeur du mastodonte qu'est le groupe Terroirs et Vignerons de Champagne (6 000 adhérents pour 3 000 hectares

de vignes soit 9 % du vignoble champenois), c'est pourtant « seule » qu'elle trace sa route. Avec une capacité de production

de 300 000 bouteilles, là ou les marques du groupe sont « millionnaires », la petite maison est gérée indépendamment.

« Nos vins ne sont pas ceux de Feuillatte ou Castelnau, ici, nous maîtrisons l'intégralité de nos approvisionnements grâce à

un réseau de vignerons partenaires » , explique Étienne Eteneau, chef de caves de la maison Abelé 1757.

Indépendante, également dans le choix de ses réseaux de distribution, aujourd'hui plutôt orienté CHR, Abelé 1757, doit

232569 VIGNERONS - CISION 367965754

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Depuis Reims Abelé 1757, se pose en maison indépendante dans le groupe

Feuillatte-Castelnau

5 Decembre 2022

www.vitisphere.com p. 2/2

Visualiser l'article

pourtant regagner ses lettres de noblesse, mises à mal avant le rachat par le groupe coopératif Feuillatte alors qu'elle était aux

mains du géant catalan, Freixenet.

« Freixenet aimait la sucrosité, nous nous sommes libérés de l'emprise du cava en réajustant les dosages notamment » ,

ajoute Étienne Éteneau.

Tournée vers l'international

Si le travail de fond peut-être long, Abelé 1757, dispose des moyens nécessaires pour arriver à ses fins.

Dans un positionnement qui se veut « luxe et accessible » , le même que celui que porte Feuillatte avec le lancement de ses

cuvées premium, la marque qui dispose de 27 hectares d'approvisionnement (elle ne possède pas de vignes), compte sur la

refonte et l'habillage de ses vins pour séduire.

Vins de réserve, vieillissements prolongés, cuvées « d'esthètes » dont la plus emblématique « Le Sourire de Reims » , (existe

en rosé et brut) en référence à l'Ange au Sourire de Reims, statue bien connue des rémois.es située sur le portail nord de la

façade occidentale de la cathédrale, la méthode Abelé ne diffère pas tant des autres maisons mais réside plus dans sa

perspicacité à porter le changement.

Avec une gamme courte mais « quali » , celle qui exporte 40 % de ses volumes à l'étranger souhaite étendre sa visibilité.

Déjà présente sur des marchés ciblés, notamment en Australie et en Asie, la marque rémoise compte conquérir le Japon et les

États-Unis (courant 2023), premier marché à l'export en valeur (501,9 millions d'euros pour 20,8 millions de cols en 2020 -

Source Comité Champagne).

232569 VIGNERONS - CISION 367965754

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


La nouvelle inflation et les politiques

économiques

L'inflation de la période post-Covid ne fonctionne pas comme une inflation habituelle. Elle est

la manifestation des transformations profondes de la nouvelle ère. Elle demande la mise en

place de boucliers… mais surtout des réformes de l'offre, plaide Eric Le Boucher.

Emmanuel Macron et Joe Biden, le 30 novembre 2022. « Faire baisser les prix passe moins

par M. Powell ou Mme Lagarde que par MM. Biden et Macron. » (Ludovic Marin/AFP)

Par Eric Le Boucher Publié le 2 déc. 2022 Les Echos

La hausse des prix se calme. Nous aurions passé le pic et serions sur la descente aux Etats-

Unis. En Europe, le refroidissement est moins clair, mais les progrès sont sensibles en

Allemagne comme en Espagne. En France, la hausse se maintient à 6,2 %.

Le président de la Réserve fédérale américaine a laissé entendre qu'en conséquence la hausse

des taux allait continuer mais sur un rythme moins agressif. La pression s'accentue pour que la

Banque centrale européenne fasse de même. Les marchés financiers, toujours à l'affût des

nouvelles positives, sont repartis vivement vers le haut.

La cause première du rafraîchissement vient évidemment de l'énergie. Le baril de pétrole est

redescendu, le marché du gaz reste tendu, surtout en Europe, néanmoins il a quitté la zone de

tempête créée par la guerre en Ukraine. Mais attention ! préviennent, unanimes, les autorités

économiques. Le coeur de l'inflation, hors énergie, reste très élevé (5 %). Rien n'est gagné.

L'OCDE prédit une inflation « persistante ». La doctrine orthodoxe demeure qu'il n'y a qu'un

moyen pour vaincre l'inflation, c'est la récession. Les prix s'emballent quand la demande est

trop forte, il faut la casser, en rendant l'argent très cher. D'où le discours récessionniste

entendu cet été : les économies vont traverser un sale hiver et c'est tant mieux.

Où est la spirale prix-salaires ?

Rien ne se passe comme ça. L'inflation se calme alors que les économies n'ont ralenti que très

peu, la récession sera évitée. Les Etats-Unis comme la France continuent de créer des milliers

d'emplois. Si la croissance recule, ce n'est pas à cause de l'argent cher mais des difficultés de

recrutement ! Beaucoup d'économistes s'étaient trompés il y a deux ans en estimant que


l'inflation était « provisoire » et qu'il ne fallait rien faire. Ils n'avaient pas anticipé une

inflation survenue par un étranglement de l'offre : le Covid a brisé les chaînes

d'approvisionnement mondialisées puis la guerre en Ukraine a coupé les robinets de l'énergie.

Aujourd'hui, il ne faudrait pas que ceux qui n'ont pas vu venir l'inflation ne la voient pas

refluer.

Cette inflation inattendue continue d'être sous l'influence d'une offre insuffisante et en

mouvement, les chaînes d'approvisionnement sont reconstruites mais plus localement - donc

plus chères - et la lutte pour le climat force à décarboner, ce qui a le même effet inflationniste.

L'autre nouveauté de cette inflation est, justement, son rapport aux salaires. Avec des prix en

hausse de plus de 10 %, il était logique que les salariés réclament des compensations. Mais

dans les manuels des économistes, il ne faut pas, il faut éviter d'entrer dans la « spirale »

inflation-salaires qu'on a connue dans les années 1970. Cette spirale ne s'est pas engagée : les

salariés n'ont pas obtenu satisfaction, les salaires vont moins vite que les prix pour la première

fois depuis cinquante-cinq ans, selon l'Organisation internationale du travail.

La psychologie devient prépondérante

Mais le hic de cette politique orthodoxe est que, pour recruter, il faut offrir de meilleurs

salaires. Plus largement et surtout, pour éviter une paupérisation de la classe moyenne, il faut

que son revenu ne baisse pas, en vérité qu'il augmente à nouveau. La hausse des salaires est

donc à la fois redoutable si elle alimente la spirale néfaste et espérée si elle sort la politique

hors des déraisons populistes. Comment arbitrer ?

Autre nouveauté, la psychologie a pris une place prépondérante dans le fonctionnement des

sociétés et des économies. L'inflation réelle compte définitivement beaucoup moins que la

perception de l'inflation. Pour les économistes habitués aux faits, c'est neuf et désarmant. D'où

une obligation pour la BCE de monter ses taux, en premier vis-à-vis de l'opinion allemande,

même si l'efficacité de la politique monétaire est bien amoindrie. La remarque vaut pour les

gouvernements, il faut, même sans illusion, « faire savoir qu'ils agissent ».

Poser des boucliers

L'inflation n'est que la manifestation des transformations profondes de la nouvelle ère. Elle dit

qu'il faut transformer l'offre et l'accroître au plus vite, ce qui donne tort aux décroissants, club

qui réunit les orthodoxes et les écologistes. Faire baisser les prix passe moins par M. Powell

ou M me Lagarde que par MM. Biden et Macron. La nouvelle inflation nous montre qu'il faut

« agir » en posant des « boucliers » pour les ménages, pour la psychologie, mais qu'il faut

surtout accélérer les réformes de l'offre, d'énergie comme d'industrie, en Europe et

singulièrement en France. Cessons de parler des boucliers, parlons de réformes de l'offre. La

sortie de l'inflation ne passera que par une forte et nouvelle croissance.


Les maisons de champagne poussent les

murs

Par Thomas Crouzet

Publié: 3 décembre 2022

Pour répondre à des besoins de production accrus ou moderniser leur outil de travail, diverses

maisons de champagne se sont lancées dans d’importants travaux d’extension. De Pol Roger à

Épernay en passant par Krug à Ambonnay et Bollinger à Aÿ, zoom sur trois chantiers

imposants qui animent aujourd’hui notre région.

Un chantier XXL au cœur d’Epernay pour Pol Roger

Un chantier à 40 millions d’euros s’élève depuis près de deux ans à l’angle des rues Henri-

Lelarge et Godart-Roger, au cœur d’Épernay. Un bâtiment hors norme, de 18 000 m2, qui doit

permettre à la maison de champagne Pol Roger d’accroître ses capacités de production, pour

un objectif d’expéditions fixé à 2 millions de cols.

Un chantier de la maison Pol Roger à 40 millions d’euros s’élève depuis près de 2 ans à

l’angle des rues Henri-Lelarge et Godart-Roger, au cœur d’Épernay - .Aurélien Laudy

« En janvier 2020, les travaux ont commencé, relate Hubert de Billy, directeur du champagne

Pol Roger. Deux mois plus tard, nous cessions le chantier à cause du confinement.

Heureusement, les ouvriers ont pu rattraper le retard et le bâtiment devrait être livré dans les

temps, fin 2022. »


Un projet à contre-courant en Champagne, alors que les maisons ont plutôt tendance à sortir

des centres-villes pour s’implanter en périphérie.

« Cela nous aurait sans doute coûté moins cher de construire hors d’Épernay, reconnaît

Laurent d’Harcourt, président du champagne Pol Roger. Mais nous avions ce terrain à

disposition, qui ne nous servait pas. Et détacher le site de production de la cave, cela implique

des trajets plus longs pour les poids lourds, et donc une augmentation des émissions de gaz…

Alors nous avons pris le parti de rester au cœur d’Épernay. »

Krug emménagera à Ambonnay en 2023

Après quatre ans de recherches, la direction de la maison rémoise, située le long du boulevard

Lundy, au cœur de la cité des sacres, a annoncé en 2021 son projet “Joseph 2.0”, du nom du

fondateur Joseph Krug. L’objectif : transférer les unités de cuveries et de celliers de Reims

vers Ambonnay, pour soulager le site rémois, difficile d’accès pour les poids lourds, et

réaffirmer l’identité de la maison au cœur du vignoble.

« Joseph 2.0 n’a pas été pensé pour accroître notre capacité de production, mais pour

moderniser notre outil de travail, note Julie Cavil, chef de cave de Krug. Joseph 2.0, c’est un

projet pour les cent prochaines années. »

Différents critères ont été retenus pour ces deux bâtiments jumeaux d’une surface totale de 9

400 m2. Critères de durabilité, déjà, avec l’implantation de récupérateurs d’eaux de pluie, de

poubelles pesées et connectées, l’utilisation de matériaux bas carbone, l’optimisation de la

lumière ainsi que de l'éco-pâturage.

Les opérations de production menées sur le site s’étaleront de la réception des jus à la

vendange, jusqu’à la mise en bouteille. Huit celliers seront aménagés avec les fûts de la

maison, ainsi que cinq cuveries, comprenant 330 cuves.

Le site devrait être opérationnel pour la vendange 2023.

Des travaux pour ouvrir le champagne Bollinger au public

« Il s’agit du plus gros investissement de notre famille dans la maison Bollinger ». Étienne

Bizot, neveu d’Élisabeth Bollinger, annonce la couleur, sans toutefois dévoiler le montant du

vaste chantier lancé le 1er juillet dernier à Aÿ sur une surface de 22 000 m2.


« Nous sommes en train de rénover tous les bâtiments situés entre le boulevard Elisabeth-

Bollinger et la maison du 16, rue Jules-Lobet, poursuit celui qui a repris la direction du

groupe Jacques Bollinger. À travers ces travaux, nous souhaitons ouvrir l’univers de notre

maison aux consommateurs et leur faire vivre des expériences uniques. Cela va passer par des

visites des vignes et de notre patrimoine, mais aussi un hôtel, une boutique, un service de

restauration gastronomique tourné vers des accords mets et vins. Le chai va être agrandi afin

d’accueillir le plus vaste parc à tonneaux de la Champagne. »

Pour cette construction, un architecte bordelais a été sélectionné par la maison Bollinger,

BPM Architectes, connu pour la réalisation d’établissements œnotouristiques et de cuveries

vinicoles en Gironde.

Les travaux engagés par le groupe Bollinger à Aÿ doivent se poursuivre jusqu’en 2026.

Perrier-Jouët déménage à Reims pour soutenir ses besoins

de croissance

Avec la reprise économique constatée en sortie de crise sanitaire, la direction de la maison

Perrier-Jouët a annoncé que la production des bouteilles serait désormais réalisée à Reims, sur

le site de la maison Mumm, rue du Champ-de-Mars. Un déménagement motivé par des

besoins de production accrus pour soutenir la croissance de la maison Perrier-Jouët. Une

quarantaine de salariés doivent migrer d’une ville à l’autre, et les premiers transferts ont déjà

eu lieu cette année. Les opérations de remuage, de dégorgement et d’habillage seront

entièrement effectuées à Reims, exceptées pour la cuvée Belle Epoque, cuvée prestige de

Perrier-Jouët.


Feuilleton d’un mouvement social en

Champagne

5 décembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

Voici une synthèse du mouvement social qui s’est déroulé sur deux mois cet automne en

Champagne.

Le 20 septembre 2022, à la demande des organisations syndicales FO et CGT, la Commission

Tripartite du Champagne s’est réunie pour évoquer le contexte d’inflation et ses effets sur le

pouvoir d’achat des salariés.

En réponse à la demande des syndicats d’obtenir une revalorisation du barème de salaires

applicable dès 2022, le président de la Tripartite, Michel Letter, au nom des employeurs des

maisons de Champagne, a rappelé aux syndicats que la négociation annuelle se tient une fois

par an, en début d’année, sur la base d’éléments tenant compte de la situation économique de

l’année écoulée (lire ici). Il a néanmoins, dès cette réunion du 20 septembre, proposé aux

organisations syndicales de modifier le calendrier habituel et d’avancer le début des

négociations 2023 à la fin 2022, afin de négocier la revalorisation du barème pour 2023 et de

permettre son application effective dès le 1er janvier.

A la demande de plusieurs syndicats souhaitant que cette réunion de négociation se tienne le

plus tôt possible, celle-ci a été fixée au 17 novembre. La CGT avait, dès lors, exprimé son

refus de s’y rendre et multiplié les manifestations et appels à la grève, maintenant sa demande

d’une revalorisation des salaires rétroactive et applicable au 1er septembre 2022.


Au terme de plusieurs semaines de mobilisation, la CGT a finalement accepté de rejoindre les

autres délégations syndicales autour de la table des négociations le 17 novembre.

A l’issue de cette réunion, trois des quatre organisations syndicales représentatives des

salariés (FO, CFDT et CFE-CGC) ont exprimé le jour même leur accord sur la proposition de

revalorisation du barème pour 2023 formulée par Michel Letter au nom des employeurs. La

CGT, qui a, quant à elle, réservé sa décision à l’issue de son assemblée générale prévue la

semaine suivante, a finalement fait connaitre son accord à l’UMC le 24 novembre.

La revalorisation* ainsi conclue à l’unanimité des partenaires sociaux sera donc applicable à

compter du 1er janvier 2023.

*5,8% a minima


[Entretien] Cyril Delannoy, nouveau chef de

caves du champagne Le Brun de Neuville

• 30 novembre 2022 Terre de Vins

Gilles Baltazart, après 36 ans de bons et loyaux services, quittera son poste de chef de

caves du champagne Le Brun de Neuville en mars 2023. Nous sommes allés rencontrer

son successeur, Cyril Delannoy, un jeune œnologue plein d’allant déjà conquis par les

beaux terroirs du Sézannais.

Vous n’êtes pas un enfant de la Champagne…

Je suis originaire du Pas-de-Calais, une région non viticole, mais j’ai toujours aimé le vin !

J’ai fait des études de chimie. A la fin de ce cursus, je ne me voyais pas travailler dans un gros

laboratoire. Un vigneron du Sud-Ouest m’a donné l’idée sans le vouloir en me disant : « vous,

les chimistes, vous venez prendre les places en DNO de nos enfants qui sortent de BTS ».

C’est là où j’ai eu le déclic de me dire qu’il y avait de la chimie dans l’œnologie ! J’ai donc

embrayé à Reims où j’ai passé mon DNO. J’ai fait mes stages chez Gardet et Veuve Clicquot.

J’ai ensuite eu l’opportunité d’intégrer un laboratoire d’œnologie conseil à Bar-Sur-Seine où

j’ai travaillé huit ans, prenant la suite d’Alexandre Ponnavoy, devenu chef de caves de

Taittinger. Je m’amusais, c’était varié, mais je n’avais pas les leviers jusqu’au bout pour

décider. C’est ce qui m’a motivé à candidater chez Le Brun de Neuville, en plus de la taille

humaine de la structure et de la relation aux vignerons induite par l’aspect coopératif… La

chance a voulu que j’ai une belle vendange pour commencer. Tout le monde avait le sourire,

forcément, cela facilite l’intégration !

Le Brun de Neuville est la coopérative porte étendard du Sézannais…

Nous avons 200 adhérents, sur 160 hectares qui regroupent les douze crus du Sézannais. Nous

respectons l’équilibre champenois : deux tiers vendus au négoce et un tiers tiré en bouteilles

sous notre marque. 85 % de notre encépagement est représenté par le chardonnay qui profite

ici d’une côte exposée au soleil plutôt généreuse. Cela permet d’atteindre de belles maturités,

comme cette année où j’avais mis la barre haute en disant aux vignerons que nous voulions au

moins 10,5 degrés. Nous avons finalement obtenu une moyenne en cuverie de 10,80 ! Grâce

au sol crayeux de la côte qui garantit malgré tout de conserver la minéralité et la fraîcheur, il

est moins risqué d’attendre pour procéder à la cueillette. En retardant ainsi la vendange, on

accroît la puissance et on ne reste pas sur quelque chose d’étriqué. La minéralité c’est bien,

mais il faut aussi de la profondeur et éviter les notes végétales. C’est la leçon des vendanges

précoces que l’on a eues ces dernières années, où les Champenois étaient trop focalisés sur le

taux de sucre, parce qu’il est facilement mesurable, tout en négligeant la maturité des tanins.

Vous avez une des gammes les mieux construites de la Champagne, comment se déclinet-elle

?


Nous avons d’abord la gamme « Côte ». Son vieillissement se situe entre trois et quatre ans.

Elle se veut le reflet du terroir du Sézannais dont elle assemble tous les villages, avec une

vinification majoritairement en inox visant à préserver la pureté de cette expression. Elle se

compose de quatre cuvées : « Côte Blanche », un blanc de blancs sans année qui est notre

étendard, « Côte Brute », un assemblage pinot noir/chardonnay, le rosé et « l’Extra blanc »

qui n’est autre qu’un blanc de blancs extra brut. Pour chaque gamme, on retrouvera au niveau

des cépages à peu près le même découpage, offrant des comparaisons intéressantes.

Ensuite vient la gamme « Les Chemins », où le vieillissement entre quatre et cinq ans justifie

un tirage sous liège. Elle est le reflet de l’empreinte de l’homme, c’est-à-dire de ses façons


culturales, et de ses façons de vinifier. Cette gamme intègre en effet une large part de vins

issus des parcelles sans herbicides, qui ont une vraie typicité parce que le travail des sols

donne des raisins avec à la fois plus de minéralité et plus de concentration. Côté vinification,

on a davantage de vins vinifiés en fûts et en foudres. Alors que la première gamme était

davantage propice à l’apéritif, celle-ci est plus structurée et plutôt orientée gastronomie. On

est déjà dans la complexité et des tonalités de micro oxygénation que l’on a obtenues en fûts.

On va aussi chercher par le choix des vins à obtenir à l’assemblage plus de matière, de

charpente. La cuvée La Croisée des chemins intègre même une soléra élevée en demi-muid

depuis 2009.

La troisième gamme s’intitule autolyse. Elle met en avant le vieillissement (au moins dix ans).

Le nom rappelle ce phénomène de déstructuration des levures pendant l’élevage sur lattes.

L’objectif est de montrer que le champagne peut être un grand vin de garde. Pour conserver

de la fraîcheur malgré le vieillissement, une partie des vins n’a pas fait la malo. Nous avons

enfin une quatrième gamme, celle des millésimés, en fonction de la qualité de l’année.

Qu’est-ce qui pourrait évoluer dans les vinifications à venir chez Le Brun de Neuville ?

Nous sommes encore sur des anciennes structures avec des pressoirs de 12000 kilos. Le but

serait de revenir à des pressoirs de 8000 et 4000 pour pouvoir isoler des plus petites entités, et

bénéficier à l’assemblage de davantage de choix.


Le Champagne Gardet rachète la Maison

Legros-Pagnon à Chigny-les-Roses

5 décembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

En 2023, le Champagne Gardet compte donner une seconde vie aux caves de l’ancienne

Maison Legros-Pagnon. Cette maison de champagne disposait d’une surface de cave de

800m2 et a été l’un des fournisseurs officiels de la Cour d’Espagne avant sa fermeture dans

les années 1900. Le Champagne Gardet a réalisé cette acquisition courant 2022.

Le Champagne Gardet (famille Prieux à qui appartient également Ployez-Jacquemart) est

situé au 13 rue Georges Legros à Chigny-les-Roses et son voisin se trouve être une ancienne

maison de champagne abandonnée depuis très longtemps. Curieux et désireux d’en savoir

plus à ce sujet, le directeur général du Champagne Gardet, Olivier Legendre, s’est intéressé à

cette mystérieuse maison dont de vieux livres de comptes témoignent d’un passé glorieux.

Ainsi les archives apprennent qu’une grande majorité de ses champagnes étaient vendus à

l’étranger, en Autriche, en Allemagne, en Espagne… Et surtout en Angleterre. Un autre fait

intéressant, la Maison Pagnon a été l’un fournisseur breveté de la Cour d’Espagne. Un titre

des plus prestigieux. Par la suite, la maison deviendra fournisseur breveté de la Cour du

Portugal après que la marque ait changé de nom pour s’appeler Champagne Legros-Pagnon

suite au mariage de Léon Achille Legros et Elvine Célina Pagnon.

Lors de sa première exploration dans les caves, la Maison Gardet s’est retrouvée propulsée

100 ans en arrière. Mais malgré l’âge des caves, celles-ci sont toujours saines. Au sol, se

trouvaient encore de vieilles bouteilles étiquetées, de vieux bouchons, mais également des


outeilles de champagne posées sur pointe, endormies depuis des siècles et qui n’attendaient

que d’être retrouvées. Côté conditionnement, des étuis de paille ont également été retrouvés

et ceux-ci servaient à emballer les bouteilles pour les protéger durant le transport…

Lors de ce rachat, un foudre de 208 hectolitre datant du XIXème siècle fut retrouvé, ce foudre

servait à réaliser les assemblages des vins du Champagne Panon. Une découverte des plus

exceptionnelles par sa taille, mais également de par sa composition. Selon les experts, tout

atteste qu’il ne s’agit pas d’un simple foudre, mais d’un foudre d’exception, petit frére du

fameux foudre Pommery.

En 2023, le Champagne Gardet, compte donner une seconde vie à ces caves trop longtemps

endormies. Elles s’étendent sur 3 niveaux pour une surface totale de 800 m². Comme il s’agit

de vieilles caves qui ont longtemps été abandonnées, il est impératif de débuter par la

sécurisation et la remise aux normes actuelles des lieux en commençant par la réfection des

sols en terre. Après cette étape, commencera l’installation de l’électricité. Les éclairages

choisis sont des lampes LED couplés à des panneaux solaires, pour tendre vers une

consommation d’électricité autonome et permettent dans le cadre du label EnVol de faire des

économies d’énergie et de limiter les productions de déchets. Enfin, le challenge majeur de

ces rénovations sera de relier les caves de la Maison Pagnon à celles de la Maison Gardet en

creusant à 15 mètres de profondeur un tunnel de 25 mètres qui reliera les deux espaces.


Le caviste Nicolas inaugure un show-room

dédié au champagne à Paris, et nous étions

à l'ouverture

À l’occasion de son bicentenaire, l’enseigne de caviste a transformé le premier étage de son

flag-ship de la Madeleine, à Paris, en vitrine de luxe pour trente grandes maisons de

champagne.

Par Béatrice Delamotte Publié le 03/12/2022 https://avis-vin.lefigaro.fr/economie-duvin/o152770-nicolas-inaugure-un-show-room-dedie-au-champagne-a-paris

Nicolas inaugure un magasin de champagne face à l’église de La Madeleine, à Paris. Nicolas /

Brouhaha de bon ton et champagne à flot, l’inauguration du tout nouveau lieu dédié au

champagne marque la célébration du bicentenaire du caviste et souligne les liens étroits

entretenus depuis deux siècles avec les principales maisons. D’ailleurs, toutes étaient

représentées pour cette soirée qui a permis de découvrir le nouveau look du premier étage du

magasin emblématique de Nicolas face à l’église de La Madeleine, à Paris. Plus proche d’une

boutique de joaillerie que d’un caviste, ce nouveau concept entend être à la fois une référence,

un lieu de rencontres où amateurs de fines bulles, acheteurs et partenaires peuvent exprimer

leur goût pour le champagne et profiter d’un concept unique où s’exposent 150 références de

30 maisons de Champagne.

Certes, l’ambiance épurée tranche avec celle plus traditionnelle de la boutique, au rez-dechaussée,

mais les grandes marques (presque) toutes représentées. « Nous avons voulu ouvrir

ce concept-store unique en France pour souligner le lien symbolique de la relation que nous

entretenons avec des partenaires de très longue date », souligne Christopher Hermelin,

responsable marketing et communication de la première enseigne française de caviste. Et pour

marquer un peu plus cette ouverture, Nicolas lance également une cuvée exclusive, réalisée

en partenariat avec la coopérative Union Champagne. Ce blanc de blancs millésime 2002,

dosé en extra-brut, associe la fraicheur, la finesse et l’élégance à des notes légèrement

toastées.


● EUROPE 1 (04/12/22 à 06:55 | 00:03:00)

« Europe Matin - Week-end » Lenaïg

Monier

Des conseils pour acheter des champagnes

sont donnés. Les Champagnes de Vignerons

sont généralement plus abordables.

https://www.luqi.fr/#/diffusion/budget/a2t2p000001AH80AAG/user/0035700002FdLDZAA3

/notification/60000000220326261?key=b32d51fb880febc4984d55e9f3c4e62c&size=220&ori

gine=3


Web

FRA

Famille du média : Médias régionaux (hors PQR)

Audience : 534

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

5 Decembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 412

www.lagranderadio.fr p. 1/2

Visualiser l'article

"Bordeaux Tasting" : découvrir et déguster des grands vins de Bordeaux, de

Champagne ou d'ailleurs

Bordeaux Tasting" : découvrir et déguster des grands vins de Bordeaux, de Champagne ou d'ailleurs I Crédit photo : DR

C'est chaque année un rendez-vous phare pour les épicuriens qui signe le début des festivités de fin d'année.

Bordeaux Tasting, pour sa 11e édition, se déroule dans trois lieux emblématiques autour de la place de la Bourse. Après avoir

célébré son dixième anniversaire avec panache l'an dernier, l'événement réinvestit Bordeaux et dévoile un parcours de

dégustation inédit.

Sans équivalent en France, Bordeaux Tasting réunit les plus grands crus de Bordeaux mais aussi de grands invités venus

d'autres régions françaises. Il met à l'honneur vins, champagnes et spiritueux d'exception. Au programme : près de 200

propriétés présentes pour faire découvrir leurs dernières pépites, des masterclass d'anthologie, des ateliers ludiques,

gourmands et instructifs et un café éphémère pour parler vin.

UN TOUT NOUVEAU PARCOURS DE DÉGUSTATION

Pour cette 11e édition, le festival se renouvelle et propose un nouveau parcours de dégustation, repensé autour de trois

espaces singuliers qui font chacun la part belle à un univers viticole différent :

- Issus de propriétés bordelaises ou venus d'ailleurs, les grands vins prennent leurs quartiers dans l'enceinte du Palais de la

Bourse qui s'apprête à accueillir plus de 150 exposants, représentants de grands vignobles français et étrangers.

- Les champagnes investissent quant à eux un lieu inédit sur la place de la Bourse : Bordeaux Patrimoine Mondial. Une

trentaine de propriétés y seront représentées et quatre ateliers seront animés par le Syndicat Général des Vignerons de la

Champagne (SGV).

- Cognac, armagnac, gin, rhum, whisky... une quinzaine de maisons de spiritueux se voient consacrer l'espace du Musée des

Douanes et bénéficient d'un format à part et d'horaires adaptés. Le lieu sera ouvert de 14h à 18h30 le samedi et de 14h à 18h

le dimanche.

UN PROGRAMME D'ANIMATIONS RICHE ET VARIÉ

Deux jours durant, l'occasion est donnée de parfaire ses connaissances en vin grâce à l'une des six masterclass de prestige, de

232569 VIGNERONS - CISION 367965558

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


"Bordeaux Tasting" : découvrir et déguster des grands vins de Bordeaux,

de Champagne ou d'ailleurs

5 Decembre 2022

www.lagranderadio.fr p. 2/2

Visualiser l'article

s'initier au plaisir de la dégustation dans le cadre des ateliers animés par le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne

et l'École du Vin de Bordeaux ou de se challenger avec un concours de dégustation organisé en partenariat avec La

Vinothèque.

En savoir plus : https://www.terredevins.com/evenements/bordeaux-tasting-2022

Samedi 10 et dimanche 11 décembre 2022.

232569 VIGNERONS - CISION 367965558

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : Médias spécialisés grand public

Audience : 39055

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

4 Decembre 2022

Journalistes : Thibaut

Neuman

Nombre de mots : 1039

atabula.com p. 1/5

Visualiser l'article

Les « Habits de Lumière » consacrent la dynamisme de l'oenotourisme à

Epernay

Epernay dispose d'une offre variée en matière d'oenotourisme, à l'image de l'Avenue de Champagne ou du Musée du

vin de Champagne et d'Archéologie régionale. Tout au long de l'année, des évènements viennent également animer la

ville, dont l'un des temps fort, « Les Habits de Lumière », débute le 9 décembre.

___

En s'affirmant comme « la capitale du champagne », Epernay se doit d'avoir une voie correspondant à ce titre prestigieux.

Cette fonction incombe à l'Avenue de Champagne, bordée d'hôtels particuliers appartenant aux Grandes Maisons : Moët et

Chandon, Perrier-Jouët, ou encore Pol-Roger (« The most drinkable adress in the world », selon la formule de Winston

Churchill). Construits au 19e siècle, ils sont aujourd'hui ouverts au public pour la visite et la dégustation. Sous l'Avenue, 110

kilomètres de caves et galeries creusées dans la craie abritent 200 millions de bouteilles. Le caractère exceptionnel de ce site

lui a valu, en 2015, l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco, laquelle souligna à cette occasion « l'image

symbolique unique au monde du champagne en tant que symbole de l'art de vivre à la française ». La promenade s'effectue à

pied ou à vélo et peut débuter par la mairie, sise dans l'ancien hôtel particulier ayant appartenu à la famille Auban-Moët et

cédé à la ville en 1919. Celle-ci abrite chaque année des événements mettant en valeur Epernay et le champagne, comme le

traditionnel « Dîner d'exception » venant clôturer deux jours consacrés à l'oenotourisme dans la cité. En bas de l'Avenue, un

ballon captif permet, en montant à 150 m d'altitude, d'apprécier une vue sur la ville et le vignoble qui l'entoure, une flûte à la

main. Ce mode de transport ne partageait-il pas, avec le champagne, une place de premier ordre dans l'imaginaire galant au

18e siècle ?

232569 VIGNERONS - CISION 367963090

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les « Habits de Lumière » consacrent la dynamisme de l'oenotourisme à

Epernay

4 Decembre 2022

atabula.com p. 2/5

Visualiser l'article

Comme chaque année depuis l'an 2000, la ville organise en décembre les « Habits de Lumière » : trois jours (les 9, 10 et 11

décembre 2022) durant lesquels l'Avenue vibre d'un spectacle de sons et lumières, assorti d'une grande parade, d'un feu

d'artifice et de dégustations inédites organisées dans les cours des Maisons et Vignerons de champagne bordant le lieu. Le

samedi, la gastronomie est à l'honneur, lors des « Habits de Saveurs ». Ainsi, le matin, des chefs s'associent aux maisons et

vignerons, avec le concours de producteurs locaux, pour créer une recette originale lors d'une démonstration-dégustation

ouverte à tous. Des ateliers accords mets et vins organisés à l'Hôtel de ville et des visites de caves complètent les festivités.

D'autres manifestations culturelles viennent également animer la ville tout au long de l'année, tel « Vign' Art ». Ce festival

annuel d'art contemporain dont la marraine à vie est l'écrivaine Amelie Nothomb a pour objet la promotion de l'Art

Contemporain et du « Land Art » en exposant des oeuvres dans le vignoble champenois, mais aussi dans un espace vert

sparnacien.

Parmi les étapes obligées figure le Musée du vin de Champagne et d'Archéologie régionale. Situé au coeur du château Perrier

(monument historique classé en 2013) et inauguré en mai 2021, cet établissement vient de remporter le Prix national de la

Préservation du Patrimoine Viticole. Le Musée est le lieu de référence pour expliquer l'histoire du terroir champenois et

permet de comprendre « comment la viticulture a contribué à la structuration et au développement de la région champenoise,

dans le respect des richesses naturelles du terroir ». Celui-ci connaît un parcours des collections s'articulant autour de quatre

espaces de visite : géologie avec la formation du paysage et du sous-sol crayeux, puis, archéologie et l'histoire de

l'implantation des Hommes dans la région. Ensuite, l'histoire du vin de Champagne propose de découvrir les outils, machines,

verreries tableaux, lithographies, affiches, mais aussi les nombreux objets saisis pour usurpation du nom « Champagne » (un

véritable cabinet de curiosités où figure, notamment, un flacon du parfum d'Yves Saint-Laurent qui ne vit jamais le jour en

France sous ce nom, à l'issue d'un procès retentissant). Enfin, la visite se conclue par la partie rendant hommage aux

collectionneurs et mécènes historiques. Autant de motifs de venir parfaire ses connaissances de ce vin dont Coco Chanel

confessait ne s'adonner qu'à deux occasions : « quand elle était amoureuse et quand elle ne l'était pas ».

232569 VIGNERONS - CISION 367963090

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les « Habits de Lumière » consacrent la dynamisme de l'oenotourisme à

Epernay

4 Decembre 2022

atabula.com p. 3/5

Visualiser l'article

___

Pratique | Informations sur l'événement

Photographie | Alexandre Couvreux

232569 VIGNERONS - CISION 367963090

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les « Habits de Lumière » consacrent la dynamisme de l'oenotourisme à

Epernay

4 Decembre 2022

atabula.com p. 4/5

Visualiser l'article

_____

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

_____

Recherche

Rechercher :

FIL INFO

Tout le fil info

Charles III bannit le foie gras de Buckingham

Nov 25, 2022

Le nouveau souverain du Royaume-Uni Charles III, défenseur du bien-être des animaux, a rappelé officiellement son

aversion pour le foie gras en interdisant cette spécialité française dans les résidences royales, a confirmé une lettre du palais

de Buckingham envoyée...

232569 VIGNERONS - CISION 367963090

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Les « Habits de Lumière » consacrent la dynamisme de l'oenotourisme à

Epernay

4 Decembre 2022

atabula.com p. 5/5

Visualiser l'article

Michelin : deux nouveaux restaurants trois étoiles en Espagne

Nov 23, 2022

Le Guide Michelin 2023 pour l'Espagne a décerné mardi une troisième étoile à deux restaurants, Atrio, à Cáceres (ouest), et

Cocina Hermanos Torres, à Barcelone (nord-est). L'Espagne compte désormais 13 établissements triplement étoilés. La

lecture de cet article est...

Des bons mots pour des produits (encore) bons : changement de vocabulaire pour

éviter le gaspillage alimentaire

Nov 23, 2022

Mal du siècle, un parmi d'autres, le gaspillage alimentaire pourrait souvent être évité en changeant simplement quelques mots

sur le support. Un décret du 18 novembre s'essaye au langage ‘durable'. ___ Suite à un décret en date du 18 novembre, les

fabricants de...

Coucou le GHR, cocu l'Umih : l'irrité Thierry Marx sort la griffe majoritaire

Nov 22, 2022

Il y a encore quelques mois, l'Umih et le GNI parlait mariage. Sauf que ce dernier a préféré le SNRPO et le SNRTC sans rien

dire à personne. À l'Umih, on l'a mauvaise et son nouveau président confédéral Thierry Marx le fait savoir à qui de droit. ___

Il y a...

MOF Cuisine 2022 : huit nouveaux cols bleu-blanc-rouge

Nov 18, 2022

Les résultats du concours du MOF Cuisine ont été annoncés jeudi soir, à Grenoble. Ils sont huit, tous des hommes, à recevoir

le prestigieux titre : . David Alessandria | Profil Instagram . David Boyer | Profil Instagram . Louis Gachet | Profil Instagram .

Guillaume...

232569 VIGNERONS - CISION 367963090

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Le champagne sort de sa bulle

Vestiges de la Champagne moyenâgeuse, bien avant l'invention de la bulle, les vins

« tranquilles » avaient quasiment disparu du paysage. À la faveur du succès des vins de niche,

ils reviennent sur le devant de la scène, embellis par des millésimes de plus en plus chauds.

Des vins rares, élaborés avec passion.

Bollinger, La Côte aux Enfants. Le vin plus célèbre des Coteaux champenois existe depuis

1934. (DR)

Par Lea Delpont Publié le 3 déc. 2022 Les Echos

Environ 200.000 bouteilles. C'est le nombre estimé de Coteaux champenois, les vins dits

« tranquilles » (non effervescents) produits en Champagne. Les Douanes ont cessé de les

compter en 2000 : 235.000 au dernier relevé officiel, pour 300 millions de cols de « vrai »

champagne. Quelques gouttes dans un océan de mousse. Et quelques regrets aujourd'hui, où

l'on reparle des Coteaux champenois. On voit renaître des cuvées, rares et chères, de 40 à

130 euros. Les vignerons ne s'y risquent que dans les millésimes les plus solaires. Rien

en 2017, rien en 2021… Philipponnat a déjà épuisé son Mareuil rouge aux belles notes de

cerise et fève de cacao. Las, son élevage de deux ans ne laisse espérer qu'un retour en 2024.

Champagne et Coteaux champenois : les deux appellations partagent le même territoire et les

mêmes cépages. Les Coteaux existent en rouge, blanc et rosé, et revendiquent généralement

leur commune d'origine. La production excédait encore les 4 millions de bouteilles en 1978

avant de s'effondrer sous l'assaut de la bulle. « Ces vins doivent être dégustés avec respect et

curiosité historique, en songeant qu'ils sont la survivance de temps anciens », souligne leur

cahier des charges.

En effet, du Moyen-Âge jusqu'à Dom Pérignon, les vins de la province étaient plutôt rouges et

sans bulles. Ce vin « fort clairet tirant sur le pasle », tel que le décrit un observateur en 1588,

n'est d'ailleurs pas réputé le meilleur, malgré tout l'amour qu'Henri IV porte aux pinots noirs

d'Aÿ… Au XVII e siècle, pour se distinguer des crus bourguignons et orléanais plus


echerchés, les Champenois commencent à élaborer le premier vin blanc issu de raisins noirs.

Ce « vin gris » est un petit miracle qui fait tourner les têtes couronnées d'Europe.

Recul des « tranquilles » au XIXe siècle

Le premier succès du champagne tient à ce vin raffiné et fragile et non à la bulle qui n'apparaît

qu'au XVIII e siècle. Cependant, la maîtrise croissante de la prise de mousse, par une seconde

fermentation en bouteille, provoque le recul inexorable de la production des « tranquilles » au

XIX e siècle. Tant et si bien qu'ils disparaissent du traité d'appellation en 1927. Ils perdurent

sous le nom de « vins natures de la Champagne ».

La reconnaissance de l'AOC Coteaux champenois intervient en 1974, mais la messe est dite.

Pourtant, les Champenois n'ont jamais totalement cessé leur production. Une maison en

particulier, Bollinger, a entretenu la tradition vivante. Sa cave recèle encore des Bouzy rouges

de 1895 aux années 1930, produits pour la consommation interne, avant d'être supplantés par

le plus célèbre des Coteaux champenois : la Côte aux Enfants, un vin puissant embaumé d'un

intense bouquet de cerise noire et de myrtille. Ce symbole de la résistance des vins tranquilles

existe depuis 1934, lointain descendant des Aÿ rouges du Vert Galant.

Grappe de chardonnay issue de la parcelle Volibarts de Roederer, au Mesnil-sur-Oger, dans la

Montagne de Reims.Eric Zeziola

Le phénomène de renaissance des vins de niche et le réchauffement climatique - qui n'a pas

que des inconvénients dans ce vignoble septentrional - participent au retour d'un patrimoine

en voie d'extinction. Signe de l'intérêt retrouvé : en 2022, Veuve Clicquot a célébré ses 250

ans avec une édition malheureusement éphémère du Clos Colin, le précieux vin rouge

incorporé dans la Grande Dame Rosé. Frédéric Rouzaud a rallumé la flamme chez Roederer,

où son arrière-grand-mère Camille adorait servir des Cumières et des Aÿ rouges, des Mesnil

et des Avize blancs (arrêtés en 1961), à côté de son fameux Cristal. Hommage à son aïeule, le

premier millésime de la cuvée Camille est sorti en 2018 : en Charmont 100 % pinot noir, et en

Volibarts 100 % chardonnay. Mais l'intention remonte à 2002, date de la plantation d'une

parcelle dédiée à Mareuil-sur-Aÿ : rangs serrés, palissages hauts, petits rendements… « On a

conçu la vigne à l'opposé de ce que l'on fait en Champagne pour rechercher de la maturité et


non de la fraîcheur », explique le directeur des vignes et du vin Jean-Baptiste Lecaillon.

Quant au lieu-dit Charmont, il a été choisi pour exprimer « la typicité d'une parcelle

champenoise plus argileuse ».

Une production très éclectique

Depuis un demi-siècle, ce qu'il reste des Coteaux champenois, ce sont souvent des cuvées

d'opportunité. On les produit dans les années caniculaires, ou dans la vieille vigne

improductive du grand-père. « Si bien qu'on a du mal à définir un style. Mais les rouges sont

plutôt fruités, légers, gouleyants… », constate Jean-Baptiste Lecaillon. Les blancs sont vifs,

parfois légèrement toastés.

La jeune association Petits mais Coteaux, née d'un projet d'étudiants et apprentis d'Avize

en 2021, a rassemblé 120 cuvées lors de dégustations qui illustrent l'éclectisme de cette

production majoritairement rouge. Des vins aériens autour de Bouzy, solaires vers Aÿ, plus

structurés du côté des Riceys ou encore issus du cépage meunier dans la vallée de la Marne

(Goutorbe-Bouillot, Xavier Leconte, Bourgeois-Diaz). La famille Drappier, qui n'a jamais

cessé d'en produire depuis 1808 quel que soit le nom (Urville rouge, Vin Nature ou Coteaux),

a récemment lancé plusieurs cuvées originales, dont Perpétuité, un blanc de noirs avec

assemblage de millésimes, très champenois dans l'esprit, et un 100 % Fromenteau intitulé

Trop-m'en-Faut.

Un des pressoirs traditionnels de la maison Roederer à Aÿ.DR

Devaux propose depuis 2015 une cuvée En Chanzeux (45 euros), produite sur un demihectare

de vieilles vignes de pinot noir dans la commune des Riceys. « La taille y est

drastique, on ébourgeonne et on vendange en vert pour maintenir un rendement très bas »,

précise le chef de caves Michel Parisot. Vingt hectolitres par hectare : quatre fois moins que le

rendement moyen en Champagne en 2022 ! Ce sacrifice favorise la maturité, la concentration


et des tannins soyeux. Ici aussi, on pratique des macérations longues avec des grappes entières

et des élevages poussés (dix-huit mois en fût).

Tous ceux qui reprennent le flambeau ambitionnent de faire des vins sérieux, en spécialisant

les parcelles et « en tirant parti du réchauffement climatique », indique Denis Bunner. « Avec

des maturités phénoliques plus abouties, on peut vinifier des grappes entières », gage de vins

plus charpentés. « Les Coteaux, c'est une page blanche. On tâtonne encore pour extraire les

tannins fins qui nous donneront le volume de bouche et la profondeur. On n'a pas

complètement découvert cette facette supplémentaire de nos terroirs », estime-t-il. Des petits

domaines aux grandes maisons, une petite musique tranquille monte de l'effervescente

appellation. Pas de quoi menacer la suprématie de la bulle, mais de quoi étancher la soif de

nouveauté. Ou de nostalgie.


Nouvelle identité pour le Champagne EPC

5 décembre 2022 lachampagnedesophieclaeys.fr

Il y a 3 ans, EPC arrivait sur un marché particulièrement concurrentiel, marqué par les

positions historiques de grands Groupes et par des budgets conséquents investis en marketing.

Pour définir son image de marque, la stratégie initiée par Camille Gilardi, co-fondatrice

d’EPC se porte sur une identité visuelle qui détonne, quitte à être clivante et à ne pas faire

l’unanimité. Un design innovant, disruptif, en rupture avec les codes traditionnels du

Champagne mais qui résonne avec la démarche jeune et novatrice d’EPC. L’approche capte

l’attention et ce parti-pris assumé porte ses fruits. Après un lancement record et une

croissance fulgurante malgré le contexte Covid, une présence dans 30 pays et 4 continents, la

jeune marque réussit son pari et s’impose sur le marché du Champagne. Fort de son succès,

EPC lève 5,5 millions € en septembre 2022 pour accélérer sa croissance et passer à la seconde

étape de son développement.

Mais si une grande partie des consommateurs a été séduite par le visuel de la bouteille puis

convaincue par la qualité du vin, une autre plus réticente au design, n’est pas arrivée jusqu’à

l’étape de la dégustation. Selon des études menées par Champagne EPC, les consommateurs

disent vouloir être rassurés sur la qualité du produit. La marque décide donc deduire la

dispersion des opinions et de rehausser la perception de qualité pour mettre à l’honneur la

traçabilité de ses cuvées, le savoir-faire de ses vignerons partenaires pour créer un design de

bouteille minimaliste qui veut conserver une approche moderne et un esprit avant-gardiste.

Cuvées à partir de 30,90€ TTC


Presse écrite

FRA

ASNIERES INFOS

Famille du média : Médias institutionnels

Périodicité : Mensuelle

Audience : 116666

Sujet du média :

Actualités-Infos Générales

Edition : Decembre 2022 P.19

Journalistes : -

Nombre de mots : 300

p. 1/1

Le marché gourmand de Noël, tant apprécié des Asniérois s'instalLe sur

Le parvis de L'hôteL de viLLe, à partir de 10 h, du vendredi 9 au dimanche

11 décembre*. Cetteannée encore, 20 chalets, tenus par des commerçants

Locaux et de terroirs, proposent des produits d’exception, de L’apéritif au

dessert. Tour d'horizon des gourmandises qui vous attendent.

Da Floriana, épicerie fine italienne,

Côté sauvage, saumon et poissons fumés de

43 rue Gallieni àÂsnières.

Saint-Pierre-Quiberon (56).

Pauline &0livier, épicerie fine italienne,

Or vert, foie gras de Belloc-Saint-Clainens (32)

produits à la truffe, 4 bis rue Pierre Brossolette

àAsnières.

Domaine Ibérique, produits espagnols.

'pml lei bta tuiïét

Les ruchers dAlexandre, produits de la ruche,

'P'wduih du teVwit

de Brueil-en-Vexin (78).

Origen café spécial, café et pâtisseries maison,

Le Saint-Nectaire roi, Saint-Nectaire etsalers

dAsnières.

AOP, de Saint-Nectaire (63).

Les biscuitsde Claire et Julie, biscuiterie de

Autour de lail, épicerie fine.

Paris (75),

Aux mille saveurs, vin chaud et bretzel, produits

Maison Amaud Lahrer, chocolats, Paris.

alsaciens

(Asnières).

Aux mille saveurs, fruits mœlleux déshydratés,

Le Vazereau, fromages de chèvre au lait cru de

2 rue Gilbert Rousset à Asnières,

Touraine, à La Roche-Clermault (37).

Lesgoiitersde Karen, cookies, 34 rue Gallieni à

nete'i quc la

«la tuvtc'ic

mai'uc

dclOh m k*

a

10 d ctatnbk.

11

Domaine Stirn, vins d’Alsaœ de Sigolsheim (68).

Petite couronne, bière artisanale

Asnières.

La Choœlaterie, chocolats, 59 grande

rue Charles de Gaulle à Asnières,

de Gennevilliers (92).

MaisonKarbo, vins de Bordeaux, de Bourgogne

etdu Beaujolais, à Follainville-Dennemont (78).

Domaine du closRoussely, vins de Touraine et

de Chenonceaux, àAngé (41)

Champagne Frères, Lacuisse vin de champagne

de Senniers (51).

r\/cn* tmimez eyalemeni hïi fe pakvü

m apace 'mfaumim jpcdkùch aiet d mik

(k maXUm dumdi un de*

dm qa cantmud

antua fmù difhaiïe le* plw jeune*

1950,

J Vendredijusqu’à21h,samedi jusquà20h, dimanchejusqu’à 19h

232569 VIGNERONS - CISION 2930714600501

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Champagne: des accords (presque) parfaits!

De l’entrée au fromage (moins le dessert), le champagne est de tous les accords. Pour éviter

les palais lessivés d’associations malheureuses, voici quelques conseils à respecter.

Par Laurie Andrès / Photo Arteum REYZIKH pour le Comité Champagne

Publié: 2 décembre 2022

Pour commencer

Inutile de sortir le grand jeu dès le début. Commencez soft avec des champagnes peu ou pas

dosés (extra-brut, brut nature), rafraîchissants qui vont ouvrir le palais. Les blanc de blancs

(100 % chardonnay) sont amis des crustacés, poissons crus, huîtres… Un blanc de noirs ou un

brut non millésimé en assemblage sur des toasts ou feuilletés ou gougères.

Pour continuer

Une fois les âmes et les coeurs réchauffés (et le vin aussi), les plats s’enchaînent. Les assiettes

et les couverts s’entassent. Les voix s’élèvent.

Le Champagne aussi. Passez à la vitesse supérieure, sortez les millésimes, les cuvées

« spéciales ». Essayez toujours de respecter les associations.

Ex : Poisson – léger et digeste – Blanc de blancs, champagnes peu dosés et rafraîchissants

Viande ou gibier – plat riche et intense – Blanc de noirs ou rosés millésimés

Cheese !

Évitez le chariot de fromages, parce que ça ne sert à rien et que comme tout, quand il y en a

trop, vous êtes tentés par tout.

3 fromages, c’est bien, idéalement un fromage à pâte molle et croûte fleurie (Brie,

Camembert, Brillat-Savarin…), à pâte pressée non cuite (Tome des Bauges, Cantal, Salers…),

à pâte pressée cuite (Parmigiano Reggiano).


Évitez les fromages à pâtes persillées (Bleu de Gex, Roquefort, Fourme d’Ambert…)

Le mythe du rosé !

Servir un champagne rosé sur une bûche glacée, c’est comme boire un verre de vin rouge avec

une soupe. Non. Si vous voulez vraiment servir un vin au dessert, optez pour un vin doux

(Banyuls, Porto, Maury) avec un dessert chocolaté amer et peu sucré.

Bien sûr, essayez de respecter les températures de service (entre 8 et 11º pour les champagnes

les plus jeunes, servis à l’apéritif, pour les champagnes plus complexes, millésimés, la

température de service idéale se situe entre 12 et 15º), choisissez des verres adaptés, évitez les

blidas, coupes et flûtes longues, optez pour des verres à vins classiques.

Nous avons la chance, ici à Reims, d’avoir un verrier : LEHMANN.


Et les meilleurs champagnes premier prix

sont…

Le magazine 60 millions de consommateurs vient de publier une étude comparative sur 20

champagnes premier prix vendus en grandes surfaces. On vous dévoile les trois meilleurs

champagnes ainsi que celui avec le meilleur rapport qualité/prix.

Rémi Wafflart

Publié: 2 décembre 2022 L’Union

Alors que les fêtes de fin d’année approchent à grands pas et que l’inflation ne cesse

d’augmenter, le magazine 60 millions de consommateurs vous aide à dénicher le meilleur

champagne au prix le plus abordable en publiant une étude comparative sur 20 champagnes

premier prix vendus en grandes surfaces. Toutes les bouteilles sélectionnées ont des prix

allant de 14,99 € à 26 € et vont des marques de distributeurs (Intermarché, Leclerc,

Auchan…) aux marques de référence (Alfred Rothschild, Vranken…).

Les notes attribuées vont de 0 à 20, 13/20 étant le seuil choisi pour considérer la bouteille

comme un « bon » champagne. Sur les 20 testés, 11 champagnes sont considérés comme tels.

La première place, avec une note de 16,5/20, est attribuée au champagne Alfred Rothschild.

On retrouve derrière le champagne Heldsleck Monopole avec 16/20 puis le champagne

Vranken Demoiselle avec 15,5/20. Toutes ces marques font plutôt parties du haut de panier,

avec une fourchette de prix supérieure à 20 €.

Les marques de distributeurs, généralement à moins de 20 €, proposent en général des

champagnes de basse qualité mais il existe des exceptions. Ainsi, le prix du meilleur

champagne en termes de rapport qualité/prix est attribué à la bouteille Veuve Émilie Grande

Réserve d’Auchan qui obtient la note de 14/20 pour un prix raisonnable de 18 €.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!