07.12.2022 Views

Panorama de presse quotidien du 07 12 22

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

PANORAMA DE PRESSE

Du 07/12/2022

- Politique-Economie.………………………………………………………………..…..…p.2-28

- Viticulture-Environnement-Climat………………………………..………………..p.29-31

- Entreprise-Gestion………………………………………………………………………….p.32-33

- Communication-Cuvées..………………………………………………………………..p.34-55

- Tourisme..………….………………………………………………………….……..….…….p.56

Cette revue de presse se destine à un usage strictement personnel et interne à l’entreprise,

le destinataire s’interdit de reproduire, publier, diffuser ou vendre ce document.

www.sgv-champagne.fr

17 avenue de Champagne – CS 90176 • 51205 Epernay Cedex • Tél. 03 26 59 55 00 • Fax. 03 26 54 97 27

69 Grande Rue de la Résistance • 10110 Bar-sur-Seine • Tél. 03 25 29 85 80 • Fax. 03 25 29 77 81


Web

FRA

Famille du média : Médias professionnels

Audience : 95992

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

7 Decembre 2022

Journalistes : Alexandre

Abellan

Nombre de mots : 533

www.vitisphere.com p. 1/2

125 vignerons réclament 0 herbicide en Champagne

Visualiser l'article

Un collectif viticole champenois veut maintenir l'objectif d'arrêt du désherbage chimique pour 2025. Interpelé, le Syndicat

Général des Vignerons (SGV) réserve sa réaction à l'assemblée générale de l'Association Viticole Champenoise (AVC) qui se

tient ce 8 décembre et s'annonce électrique.

« Actuellement, l'utilisation des herbicides en Champagne reste motivée par la seule facilité d'usage, associée à un manque de

connaissances sur l'impact environnemental et sanitaire des molécules utilisées » estime la tribune. - crédit photo : Alexandre

Abellan (Vitisphere)

Si la rumeur a coupé l'herbe sous le pied à tout effet de surprise, la publication de la tribune « Interdisons les herbicides en

AOC champagne » dans Le Monde ce 7 décembre compte marquer les esprits. Précédée par la démission du président de

l'Association des Champagnes Biologiques (ACB), Pascal Doquet , cette lettre ouverte signée par « un collectif de plus 125

vignerons de Champagne » compte bien peser sur l'assemblée générale de l'Association Viticole Champenoise (AVC) qui se

tient ce 8 décembre. Interpellé dans la tribune, Maxime Toubart, le président du Syndicat Général des Vignerons (SGV) ne

s'exprimera sur le sujet que demain lors de la réunion annuelle de l'AVC. Une prise de parole à la tribune pour répondre à une

tribune qui vise son action syndicale récente.

Rappelant l'objectif fixé en 2018 par l'AVC du « zéro herbicide en 2025 » , la tribune collective déclare « protester contre le

revirement de l'interprofession champenoise qui abandonne aujourd'hui l'objectif de l'interdiction des herbicides dans le

cahier des charges de l'appellation champagne. En avril 2022, Maxime Toubart*, est en effet revenu sur cette décision,

l'interdiction des herbicides ne sera pas inscrite dans le cahier des charges de l'AOC Champagne. » Une marche arrière

incompréhensible pour les signataires, appelant la Champagne viticole à « être plus que jamais exemplaire » , alors que « les

232569 VIGNERONS - CISION 367978073

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


125 vignerons réclament 0 herbicide en Champagne

7 Decembre 2022

www.vitisphere.com p. 2/2

Visualiser l'article

alternatives aux herbicides existent. Elles sont présentées depuis quinze ans par les services techniques du Comité

Champagne et les chambres d'agriculture. »

AOC à très forte valeur ajoutée

Tout en acceptant le principe de dérogations pour des parcelles difficiles à travailler ( « à forte pente ou en dévers » ), les

signataires notent que « ces solutions sont plus aisées à mettre en place dans une AOC à très forte valeur ajoutée comme la

nôtre » , qui plus est « dans un contexte économique très favorable » . Pour que les instances viticoles réaffirment l'objectif

du 0 herbicide en 2025, la tribune ajoute que « les herbicides pénalisent la vie microbienne des sols, l'expression de la

typicité des terroirs, favorisent le ruissellement et l'érosion des coteaux. Les herbicides nuisent à la santé des travailleurs

exposés et à celle des riverains qui vivent sur les mêmes territoires. »

Quelques signataires

Indiquant avoir « banni l'utilisation des herbicides sur nos domaines viticoles » , les signataires de la tribune sont notamment

Jérôme Bourgeois, le nouveau président de l'Association des Champagnes Biologiques, Frédéric Zeimett, directeur général

Champagne Leclerc Briant, Charlotte De Sousa, des champagnes De Sousa, Mélanie Tarlant, des champagnes Tarlant...

Parmi ces signataires se trouvent des opposants aux Vignes Semi-Larges (VSL) , désormais validées dans le nouveau cahier

des charges de l'AOC Champagne .

* : Lapsus sans doute révélateur, la tribune consultable en ligne ce matin orthographie « Maxime Tombart »...

232569 VIGNERONS - CISION 367978073

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Web

FRA

Famille du média : PQN (Quotidiens nationaux)

Audience : 19355772

Sujet du média : Actualités-Infos Générales

7 Decembre 2022

Journalistes : -

Nombre de mots : 799

www.lemonde.fr p. 1/2

« Interdisons les herbicides en AOC champagne »

Visualiser l'article

Un collectif de plus 125 vignerons de Champagne s'indigne, dans une tribune au

« Monde », de la volte-face du Syndicat général des vignerons de Champagne,

qui, après avoir pris position en faveur de l'interdiction des herbicides à l'horizon

2025, est revenu sur sa décision en avril.

Il y a quatre ans, en 2018, lors de l'assemblée générale de l'Association viticole champenoise, la Champagne a su prendre

collectivement une décision forte pour son avenir, en se fixant pour objectif zéro herbicide en 2025. En 2018, le président de

l'Union des maisons de Champagne, Jean-Marie Barillère, s'était exprimé ainsi : « Il n'y a que deux issues possibles, soit nous

avançons, soit nous attendons qu'on nous oblige à avancer avec tous les risques que cela comporte en termes écologiques, en

termes d'image et, donc, en termes économiques pour notre filière et nos entreprises. Je préfère tracer la route d'une

Champagne vertueuse, plutôt que de vivre sur le passé. »

Le président du Syndicat général des vignerons de Champagne, Maxime Toubart, renchérissait : « L'objectif est de pouvoir,

dans quelques années, parler d'une Champagne 100 % durable, engagée et exemplaire, et de pouvoir afficher zéro

désherbant. » Nous, vigneronnes et vignerons, coopératrices et coopérateurs, maisons de Champagne, signataires de cette

tribune, souhaitons protester contre le revirement de l'interprofession champenoise qui abandonne aujourd'hui l'objectif de

l'interdiction des herbicides dans le cahier des charges de l'appellation champagne.

En avril 2022, Maxime Tombart, est en effet revenu sur cette décision, l'interdiction des herbicides ne sera pas inscrite dans le

cahier des charges de l'AOC champagne. A l'instar de nos prédécesseurs champenois qui ont toujours su prendre leur destin

en main, nous avons banni l'utilisation des herbicides sur nos domaines viticoles.

Etre plus que jamais exemplaire

Nous sommes résolument convaincus que la Champagne de demain sera plus propre, plus verte, par notre action concrète

plutôt qu'à attendre l'interdiction européenne, sans cesse reportée, du glyphosate sur nos sols champenois. Les alternatives

aux herbicides existent. Elles sont présentées depuis quinze ans par les services techniques du Comité Champagne et les

chambres d'agriculture.

La montée en compétences technique et la gestion de l'enherbement ont été évaluées, comme les besoins de formation, de

main-d'oeuvre, d'investissements en matériel agricole ont été chiffrés. Nous discernons précisément la difficulté du

changement de pratique dans les zones difficiles d'accès, comme les parcelles à forte pente ou en dévers, qui pourraient

bénéficier d'un cadre réglementaire plus adapté.

Ces solutions sont plus aisées à mettre en place dans une AOC à très forte valeur ajoutée comme la nôtre. Dans un contexte

économique très favorable, notre appellation se doit aujourd'hui et plus que jamais d'être exemplaire. Actuellement,

l'utilisation des herbicides en Champagne reste motivée par la seule facilité d'usage, associée à un manque de connaissances

sur l'impact environnemental et sanitaire des molécules utilisées.

Au bénéfice de l'ensemble des acteurs champenois

Nous savons que l'usage des herbicides nuit à la biodiversité et aux bienfaits qu'elle apporte aux cultures. Les herbicides

pénalisent la vie microbienne des sols, l'expression de la typicité des terroirs, favorisent le ruissellement et l'érosion des

232569 VIGNERONS - CISION 367976745

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


« Interdisons les herbicides en AOC champagne »

7 Decembre 2022

www.lemonde.fr p. 2/2

Visualiser l'article

coteaux. Les herbicides nuisent à la santé des travailleurs exposés et à celle des riverains qui vivent sur les mêmes territoires.

La présence dans les masses d'eau des molécules herbicides et de leurs métabolites oblige dès à présent à fermer des aires de

captage dans les communes viticoles, à entreprendre des installations de filtration extrêmement coûteuses pour les

collectivités. Nous sommes les acteurs et les garants de l'une des plus prestigieuses appellations viticoles au monde. Quelle

Champagne souhaitons-nous laisser à nos jeunes collègues, à nos enfants, aux habitants qui partagent notre territoire ?

Nous, vigneronnes et vignerons, coopératrices et coopérateurs, maisons de Champagne, appelons de tous nos voeux le

Syndicat général des vignerons et l'Union des maisons de Champagne à poursuivre leur plan de progrès en respectant

l'échéance fixée du zéro herbicide en 2025, pour un engagement effectif de notre filière dans une voie pérenne, au bénéfice de

l'ensemble des acteurs champenois et des citoyens qui habitent notre territoire.

Les premiers signataires de cette tribune sont : Jérôme Bourgeois, président de L'Association des champagnes biologiques ;

Aurélien Suenen, coprésident du groupe Terres & Vins, Champagne Suenen ; Frédéric Zeimett, directeur général

Champagne Leclerc Briant ; Raphaël Bérèche, Champagne Bérèche et fils ; Charlotte De Sousa, Champagne De Sousa ;

Jean-Sébastien Fleury, Champagne Fleury ; Benoît Lahaye, Champagne Benoît Lahaye ; Antoine Paillard, Champagne

Pierre Paillard ; Aurélien Gerbais, Champagne Pierre Gerbais ; Jean-Pierre Vazart, Champagne Vazart-Coquart ; Mélanie

Tarlant, Champagne Tarlant ; Vincent Laval, Champagne Georges Laval ; Eric Rodez, Champagne Rodez ; Pierre

Larmandier, Champagne Larmandier-Bernier ; Jean-Baptiste Geoffroy, Champagne Geoffroy.

232569 VIGNERONS - CISION 367976745

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Nouveau décret

Les préfets gendarmes des phytos dans les

zones Natura 2000

Pour se mettre en conformité avec le droit européen, la France donne aux préfets la

responsabilité d’encadrer les traitements phytosanitaires dans les zones Natura 2000.

Par Marion Bazireau Le 06 décembre 2022 Vitisphère.com

Les zones Natura 2000 représentent 7 millions d’hectares en France. Mairie - crédit photo :

Mairie de Cruzille, en Saône-et-Loire.

Avec le décret de ce 28 novembre relatif à l'encadrement de l'utilisation de produits

phytopharmaceutiques dans les sites Natura 2000, la France se conforme à l’article 12 de la

directive européenne relative à l'utilisation des pesticides.

Saisi par France Nature Environnement (FNE) l’an passé, le Conseil d’Etat lui avait fixé six

mois pour se mettre en règle, jugeant que « les dispositions réglementaires alors en vigueur

ne permettaient pas de garantir que l'utilisation de produits phytopharmaceutiques était, en

droit interne, systématiquement encadrée voire interdite dans les sites terrestres Natura 2000

».

10 % de la SAU

La gestion des zones Natura 2000, qui comptent en France pour 7 millions d’hectares et 10 %

de la surface agricole utile (SAU), repose sur des orientations définies par un document

d'objectifs (DOCOB) et sur des mesures de protection adaptées aux réalités et aux enjeux

locaux de protection de la faune et de la flore, prises essentiellement dans le cadre de contrats

et chartes, afin de conserver ou de rétablir dans un état favorable à leur maintien à long terme

les habitats naturels et les populations des espèces de faune et de flore sauvages.


« Pour préserver au maximum ce cadre contractuel gage d'une bonne appropriation des

mesures », le décret publié par les ministères de l’agriculture et de la transition écologique

prévoit que les préfets encadrent l'utilisation des produits phytopharmaceutiques, dans les

sites terrestres Natura 2000, lorsque cet encadrement n'a pas été prévu par les chartes et

contrats, et « sans préjudice de l'utilisation de produits phytopharmaceutiques dans le cadre

de la lutte obligatoire ou de dérogations spécifiques octroyées conformément à la

réglementation ».

Les préfets devront prendre des arrêtés dans un délai de six mois. Ils pourront pour cela

consulter des établissements tels que les chambres d’agriculture, déjà investies dans la gestion

des sites Natura 2000.

Les ministères précisent par ailleurs que les mesures deduction ou d’arrêt volontaires

d’utilisation des pesticides pourront par exemple se formaliser par des contrats d’aides à la

conversion à l’agriculture biologique ou par certaines mesures agroenvironnementales et

climatiques (Maec).

Directeur du pôle Rhône-Méditerranée de l'Institut français de la vigne et du vin (IFV), Eric

Chantelot indique que l’Inrae travaille sur une carte recoupant les surfaces de vigne et des

zones Natura 2000 au niveau national. « Cela nous donnera une vision plus globale de

l’impact du décret, sachant que l’approche des départements pourrait être très variable en

fonction du poids de la profession viticole, avec un risque de confusion dans les bassins

viticoles dépendant de plusieurs préfectures, comme cela est le cas pour la gestion des cours

d’eau ».

De manière générale, il suppose que les préfets repartiront des chartes riverains pour prendre

des mesures plus restrictives sur les phytos ou les herbicides dans les zones Natura 2000.


Presse écrite FRA

TERRE DE VINS HORS

SERIE

Famille du média : Médias spécialisés

grand public

Périodicité : Irrégulière

Audience : N.C.

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

Edition : Decembre 2022 P.18

Journalistes : -

Nombre de mots : 165

p. 1/1

Le papier, c'est fantastique

C’est un projet audacieux que développent Ethicpack, le papetier Billerud, la

société de traitement Wickels, le capsulier Vipalux et le Syndicat général des

vignerons : la création et la commercialisation de coifFes en papier à la place des

traditionnelles coifFes mêlant couches d’aluminium et de polyéthylène. La produc

tion d’aluminium figure en eflèt parmi les plus énergivores, et, si l’aluminium est

recyclable, le petit aluminium, dans les centres de tri, n’est pas systématiquement

recyclé. C’est aussi la pénurie d’aluminium qui a conduit les Champenois à cette

innovation. « II avait été imaginé de supprimer les coiffes, mais nous n’y tenonspas.

Le papier nous a semblé un compromis intéressant. II afallu surmonter des obstacles

tecbniques comme le manque de résistance à l’eau ou lefait que le papier ne gardepas

la mémoire de la forrne. Au début, nous pensions qu ’il allait falloir changer toutes les

machines, nous avons finalement réussi à composer avec », explique Maxime Toubart,

le président du syndicat.

232569 VIGNERONS - CISION 7259814600507

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


GRAND EST

NOVEMBRE 2022 N° 21

Productions végétales

Conjoncture végétale de septembre et

octobre 2022

Les cotations oscillent entre hausse et baisse au gré du contexte géopolitique. Les céréales subissent la

concurrence russe et ukrainienne mais profitent de la baisse de l’euro face au dollar. Après un recul des

cours face à une demande internationale en repli, le colza réamorce une hausse profitant d’une forte

demande pour la production de biocarburants.

Dans le Grand Est, les conditions sont favorables à l’implantation et au développement des cultures de

colza et de céréales d’hiver, mais favorisent la pression des ravageurs. La récolte des cultures d’été se

termine à un niveau moyen avec des écarts de rendements importants.

La sécheresse estivale pourrait à nouveau pénaliser les récoltes des pommes de terre. Les betteraves

subissent des pertes de rendements occasionnées par des maladies estivales. Le bilan fourrager (herbe,

maïs ensilage) devrait être déficitaire malgré une pousse tardive de l’herbe.

Les vendanges en Champagne sont particulièrement abondantes. Les ventes plafonnent autour du niveau

de 2021. En Alsace, le bilan est plus mitigé, notamment dans les secteurs pénalisés par la sécheresse ou

la grêle. L’exportation est en recul tandis que les ventes en France progressent notamment grâce aux

crémants.

GRANDES CULTURES

Cotations : remontée des cours

en début de période, puis détente

par la suite

Début septembre, la Russie a menacé de

remettre en cause et de ne pas renouveler

en novembre l’existence du « corridor

humanitaire » mis en place fin juillet permettant

les envois de matières premières

alimentaires ukrainiennes, estimant que

ceux-ci bénéficiaient davantage à l’Europe

qu’aux pays en difficultés alimentaires.

Par la suite et parallèlement à la

levée d’une partie des sanctions envers

la Russie, concernant notamment ses

exportations d’engrais, les cours se sont

un peu détendus. Ceux-ci sont repartis à

la hausse fin septembre avec l’annexion

de quatre provinces de l’Est de l’Ukraine

par la Russie, l’appel à la mobilisation

partielle du pays, le sabotage de deux

gazoducs en mer du Nord puis du pont

reliant la Russie à la Crimée, entraînant

une accentuation des bombardements

sur des sites civils ukrainiens, avec un pic

des cotations le 10 octobre.

Graphique 1

Cotation blé tendre meunier - Fob Moselle

Euro/tonne

425

400

375

350

325

300

275

250

225

200

175

150

Source : Marché de Paris

Ceux-ci ont à nouveau été baissiers en fin

de mois, avec de bonnes conditions pour

les semis d’automne en France, la concurrence

des produits agricoles russes,

qui profitent d’une moisson record, la

poursuite des discussions concernant

la prolongation du « corridor humanitaire

» ainsi qu’un commerce mondial

Référence* 2021-2022

2022-2023

J A S O N D J F M A M J

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente


toujours touché par la crise économique

et la politique chinoise du zéro Covid. La

situation s’est brutalement inversée avec

la décision russe de suspendre cet accord

quadripartite concernant les exportations

ukrainiennes par la mer Noire le 29

octobre, situation qui perdure jusqu’au

2 novembre. Les cours ont ainsi atteint

un point haut le premier du mois, avant

de repartir lentement à la baisse.

Blé tendre FOB Moselle

Les cours ont été orientés à la baisse

début septembre, suite aux bonnes

récoltes hexagonales, mais également

canadiennes, australiennes et argentines.

A ceci s’est ajouté un euro faible par rapport

au dollar, favorisant la compétitivité

européenne, notamment française. Mais

les origines russes et ukrainiennes sont

également très concurrentielles. Après

une petite remontée des cours fin septembre-début

octobre, consécutive à

une légère reprise de la demande internationale,

ils sont de nouveau baissiers

profitant de la baisse de l’euro.

Orge de brasserie FOB Moselle

Le commerce est régulier et plutôt atone.

Les malteurs doivent faire face à une

forte hausse du prix des énergies. Mais

la demande des brasseurs progresse et de

ce fait, les malteurs reviennent par la suite

aux achats. Les récoltes sont correctes en

Scandinavie et au Royaume-Uni.

Orge fourragère

Comme traditionnellement, les cours

suivent les variations du blé tendre. La

demande est moyenne, notamment face

à la recrudescence de la grippe aviaire en

France, entraînant une diminution de la

demande de fabricants d’alimentation

animale (FAB). Celle-ci est un peu plus

présente fin octobre, notamment de la

part des FAB espagnols et hollandais.

Colza

Les cours régressent en septembre, grâce

aux bonnes récoltes de colza australien,

de canola canadien, d’huile de palme en

Asie du sud-est et des pluies sur le soja

états-unien. La demande internationale

est également baissière, conséquence

d’un contexte économique tendu,

et donc d’un recul de la demande en

Graphique 2

Cotation orge de brasserie de printemps - Fob Moselle

Euro/tonne

350

300

250

200

150

Source : Marché de Paris

Euro/tonne

250

200

150

Source : Marché de Paris

Référence* 2021-2022

2022-2023

J J A S O N D J F M A M

Graphique 3

Cotation orge de brasserie d’hiver - Fob Moselle

Euro/tonne

Source : Marché de Paris

énergie, notamment en pétrole dont les

cours se replient. La production hexagonale

est par ailleurs annoncée en hausse

de 36 % comparativement à l’an dernier,

dont + 122 % pour le Grand Est avec des

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente

Référence* 2021-2022

2022-2023

J J A S O N D J F M A M

Graphique 4

Cotation orge fourragère - Fob Moselle

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente

Référence* 2021-2022

2022-2023

J J A S O N D J F M A M

Graphique 5

Cotation colza - Fob Moselle

Euro/tonne

500

450

400

500

450

400

350

300

370

345

320

295

270

245

220

195

170

145

120

1 100

1 000

900

800

700

600

500

400

300

Source : Marché de Paris

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente

Référence* 2021-2022

2022-2023

J J A S O N D J F M A M

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente

surfaces en hausse de 64 % et un rendement

supérieur de 35 %. Les cours

repassent sous le seuil symbolique des

600 euros la tonne FOB Moselle. Ils sont

même inférieurs à ceux de l’an dernier

2

agreste|CONJONCTURE|NOVEMBRE 2022 N° 21


à partir de la mi-septembre. Début

octobre, la grève à la raffinerie de La

de transformant du colza en biocarburants,

concomitante à une augmentation

de la demande, ainsi que la baisse

de la production pétrolière, et donc des

cotations en hausse, tirent les cours de

nouveau vers le haut.

Maïs grain

Les cours sont haussiers en septembre

avec une récolte mondiale prévue en

recul, dont - 25 % pour la France et - 19 %

pour l’Union Européenne. Les exportations

de soja aux Etats-Unis sont pénalisées

par le bas niveau du Mississipi, voie

importante de circulation fluviale. Malgré

tout, comme pour l’orge fourragère, la

demande des FAB français est en recul

suite à l’épidémie de grippe aviaire. De

plus, l’origine hexagonale est peu compétitive

pour les FAB espagnols.

Conditions de cultures : la

douceur favorise la croissance

des cultures

Graphique 6

Cotation maïs - Fob Rhin

Euro/tonne

425

400

375

350

325

300

275

250

225

200

175

150

Source : Marché de Paris

Référence* 2020-2021

2021-2022

O N D J F M A M J J A S

*Moyenne des cinq dernières campagnes hors campagne précédente

Légende des graphiques 1 à 6 : le prix Fob couvre tous les frais de transport jusqu’au lieu d’embarquement (bateau ou

péniche), ainsi que sur le bateau (manutention, arrimage...)

Tableau 1

Cotations végétales régionales

Septembre

2022

Octobre

2022

12 derniers

mois

Moyenne 12 mois glissants

12 mois

précédents

% variation

Blé tendre meunier 329,25 329,50 324,93 220,88 47,1 %

Orge de brasserie de printemps 359,50 368,75 391,61 238,60 64,1 %

Orge de brasserie d'hiver 332,75 343,25 356,17 226,51 57,2 %

Orge fourragère 296,00 295,25 292,22 202,08 44,6 %

Colza 600,00 638,75 747,31 516,12 44,8 %

Maïs 324,50 334,75 306,83 240,09 27,8 %

Source : Marché de Paris

La majorité des colzas a été implantée

fin août début septembre afin de profiter

des pluies orageuses. La répartition

inégale des précipitations n’a pas permis

la levée de nombreuses parcelles.

Le développement des colzas est très

hétérogène entre parcelles mais également

à l’intérieur d’une même parcelle,

selon les quantités de pluie reçues, le

type de sol ou encore les conditions

d’implantation. A la fin septembre, la

croissance commence à être visible dans

les parcelles levées précocement. En secteurs

peu arrosés, les dernières pluies

sont favorables à la levée mais le nombre

de plantes est parfois encore faible. Les

conditions sont favorables à l’arrivée

des ravageurs, grosses altises, pucerons

verts et limaces. Avec les températures

douces, la croissance des colzas est

soutenue en octobre. En Champagne,

la couverture du sol commence à être

atteinte. En Lorraine, la levée des colzas

a été tardive mais les conditions favorables

devraient permettre le maintien

de l’essentiel des surfaces. L’activité des

insectes se poursuit. La majorité des parcelles

a dépassé la période de risque visà-vis

des grosses altises. Les pucerons

verts sont toujours actifs. La présence

du charançon sur le bourgeon terminal

se généralise sur la région. En Alsace, les

colzas sont plutôt beaux grâce à la douceur

ambiante qui, par contre, comme

sur le reste de la région, a tendance à

favoriser altises et charançons.

Début octobre, les préparations et travaux

du sol pour les semis de céréales

sont en cours. Les semis des céréales

d’hiver se déroulent à la même période

que l’année précédente. Par contre, la

levée est plus précoce. Les conditions

météo très favorables permettent des

levées homogènes et une croissance

rapide des céréales, mais favorisent l’arrivée

des pucerons et cicadelles dans les

blés et escourgeons. Fin octobre, presque

toutes les surfaces en orges et deux tiers

des surfaces en blés sont levées. La croissance

des céréales est active et arrive en

début de tallage pour les semis les plus

précoces. La douceur favorise le maintien

et l’activité des ravageurs.

Récolte des cultures d’été : forte hétérogénéité

des rendements

La récolte des maïs grain se termine. Les

premiers retours indiquent des rendements

hétérogènes. Le rendement moyen

devrait être proche du niveau de la

moyenne quinquennale en Champagne.

Il est attendu en dessous du niveau de

la moyenne quinquennale en Lorraine.

Conséquence du manque d’eau et des

chaleurs extrêmes, la récolte des maïs

grain alsaciens a démarré en avance cette

année, début septembre. Elle s’est déroulée

dans de bonnes conditions. Les rendements

s’annoncent très hétérogènes

entre les secteurs, les situations irriguées

ou non. Le manque de pluies et les températures

fortes du mois d’août ont pénalisé

le remplissage des grains et impacté le

potentiel des maïs dans les secteurs non

irrigués. Le rendement maïs grain non irrigué,

estimé pour les deux départements,

est inférieur à l’année précédente et à la

moyenne quinquennale : 86 q/ha pour le

Bas-Rhin et 96 q/ha pour le Haut-Rhin. Le

suivi des humidités en 2022 positionne

l’année comme suivant la même cinétique

que 2018. En situation irriguées, les

tours d’eau hebdomadaires ont permis de

contenir les stress hydrique et thermique.

Les rendements sont bons, supérieurs à

la moyenne quinquennale et à ceux de

l’année dernière. Ils se situent autour du

126 q/ha en 67 et 134 q/ha en 68.

agreste|CONJONCTURE|NOVEMBRE 2022 N° 21 3


La récolte des tournesols s’est déroulée

jusqu’à la mi-septembre dans de bonnes

conditions avec des humidités peu élevées.

Les parcelles sont récoltées à maturité,

voire sur-maturité, ce qui limite les

frais de séchage pour cette campagne.

Les estimations de rendements sont très

hétérogènes en fonction du type de sol

et de la pluviométrie reçue. Le tournesol

a plutôt bien résisté aux conditions

stressantes du printemps et de l’été

2022 ; il montre sa capacité naturelle à

s’adapter à des périodes de sécheresse.

En Champagne-Ardenne, le rendement

moyen pourrait approcher les 26 q/ha

(15-25 q/ha pour les argilo-calcaire et

30-35 q/ha pour les terres de craie), ce

qui est proche de la moyenne quinquennale.

En Lorraine, les rendements sont le

plus souvent compris entre 15 et 25 q/ha

et devraient avoisiner les 20-22 q/ha

en moyenne, soit 10 % de moins que la

moyenne quinquennale. En Alsace, le rendement

est un peu plus faible à cause des

dégâts d’oiseaux mais reste au niveau de

la moyenne des cinq dernières années.

Les rendements du soja alsacien sont

également très hétérogènes : le manque

d’eau durant la floraison et une maîtrise

moyenne du désherbage semblent en

être la cause. Le rendement global reste

dans la moyenne.

Cultures industrielles

Pommes de terre : une récolte impactée

par la sécheresse

Les arrachages des pommes de terre de

consommation sont terminés en Grand

Est. La récolte est hétérogène au niveau

des rendements, des calibres et de la qualité.

En moyenne, le rendement régional

devrait être au moins au niveau de 2021,

grâce à l’irrigation qui a permis de tempérer

les effets chauds et secs de l’été.

Au niveau de la zone NEPG (UE-04 -

France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique),

la production a baissé de 6 % par rapport

à la production de l’an passé. Le

NEPG (North Western European Potato

Growers) estime à 9,5 % la perte de production

en France par rapport à 2021.

En 2022, les rendements par hectare

affichent de fortes disparités entre

pays, régions et exploitations selon les

conditions météorologiques locales et le

recours ou non à l’irrigation. L’explosion

des coûts de production et le prix attractif

des céréales risquent d’influencer

défavorablement les emblavements en

2023.

Le broyage des pommes de terre fécule

débute à Haussimont le 13 septembre. La

sécheresse persistante et les conditions

souvent caniculaires qui ont perduré pendant

deux mois, affectent le rendement,

mais entraînent une forte richesse en

fécule. Le retour des pluies en septembre

permet une progression des rendements

bruts moyens mais au détriment de la

richesse moyenne en fécule qui régresse.

Le manque de productivité se confirme.

Le rendement global est attendu en dessous

de la moyenne des cinq dernières

années, mais une forte disparité entre

les rendements bruts est observée. Les

arrachages des pommes de terre fécule

se terminent fin octobre. Les températures

élevées dégradent la qualité des tas

de pommes de terre récoltées. La qualité

des livraisons aux usines est impactée

avec une baisse de la teneur moyenne

en fécule.

Betteraves

La récolte des betteraves a démarré fin

septembre en Champagne. Les premiers

retours d’usine sont en deçà des prévisions

initiales de rendement. Malgré un

potentiel prometteur, les maladies estivales

(cercosporiose, teignes, jaunisse)

ont occasionné des pertes et réduit la

richesse en sucre des racines. Le rendement

serait inférieur de 5 % à la moyenne

quinquennale en Champagne.

En Alsace, la campagne de betteraves

a démarré le 5 octobre à la sucrerie

d’Erstein, les arrachages ayant débuté

quelques jours avant. A ce jour 70 % des

betteraves sont arrachées et 54 % ont

été réceptionnées à l’usine. Le fait marquant

est le faible niveau de richesse,

en moyenne à 16,6 à ce jour, c’est la

conséquence du retour des pluies en

septembre sur des parcelles ayant souffert

de la sécheresse cet été. Sur le plan

sanitaire, la cercosporiose s’est développée

en fin de cycle. Le rendement serait

proche de la moyenne quinquennale.

En France, les principaux groupes sucriers

ont annoncé leurs prix pour la récolte

2022. Ils sont en forte hausse par rapport

à 2021, dans le sillage de l’inflation

généralisée et de la hausse des coûts de

l’énergie. Les niveaux de prix vont de

35 €/t à 40 €/t selon les sucriers, sachant

qu’ils étaient en moyenne inférieurs à

30 €/t en 2021.

Prix du sucre

En Europe, la campagne sucrière

2021/2022 s’achève en septembre sur une

hausse sensible des prix sortie sucrerie,

qui illustre le manque de disponibilités sur

le continent, et le recours à de très chères

importations sur les derniers mois. Il faut

en effet remonter à 2014 pour trouver un

prix de fin de campagne aussi élevé que

celui de septembre 2022 (512 €/t).

Graphique 7

Rendements betteraviers (historique et prévisionnels)

Rendement (q/ha)

1 200

1 000

800

600

400

200

0

Grand Est

Bassin Est**

Bassin Ouest***

Source : Agreste, Statistique Agricole Annuelle, estimations mensuelles grandes cultures

* Estimation au 1 er novembre 2022 ** Alsace + Moselle *** Champagne + Meuse

2015

2016

2017

2018

2019

2020

2021

2022*

4

agreste|CONJONCTURE|NOVEMBRE 2022 N° 21


Graphique 8

Prix moyen du sucre blanc sortie industrie dans l’Union Européenne

Prix du sucre (€/t)

700

650

600

550

500

450

400

350

300

250

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Janvier

Fourrages : une pousse automnale

bienvenue

Au 20 septembre 2022, le déficit de la

pousse cumulée des prairies permanentes

se creuse en Grand Est et atteint,

selon ISOP, 43 % de la pousse moyenne

observée sur la période 1989-2018. Les

précipitations insuffisantes et les fortes

chaleurs observées depuis le début du

printemps ont pénalisé la croissance de

l’herbe sur l’ensemble de la région Grand

Est avec un manque d’un quart à plus

de la moitié du volume normal, selon les

régions fourragères. Deux régions fourragères

sur trois accusent un déficit de

plus de 40 %. Alors qu’au 20 septembre

la pousse cumulée atteint normalement

90 % de la pousse annuelle de référence,

elle n’est que de 51 % cette année.

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Le début d’automne est plus favorable

avec des températures douces et le

retour des précipitations qui permettent

une reprise de la pousse de l’herbe. Le

modèle ISOP confirme cette situation au

20 octobre. En Grand Est, la production

cumulée des prairies permanentes depuis

le début de l’année est inférieure de 36 %

à celle de la période de référence 1989-

2018. Cette amélioration est toutefois

largement insuffisante pour compenser

le déficit estival. Trois régions fourragères

sur quatre accusent un déficit de plus

de 30 %. Seules cinq régions fourragères

(Bassigny Plateau Langrois, Haye Côte de

Meuse, Montagne Vosgienne (88), Région

sous vosgienne et Sundgau) ont un déficit

moindre de 15 à 20 %. Alors qu’au 20

octobre la pousse cumulée atteint normalement

99 % de la pousse annuelle de

référence, elle n’est que de 64 % cette

année.

Prix moyen UE

Zone 1

Zone 2

Zone 3

2019

2020

2021

Source : Commission européenne

Zone 1 : Autriche, Tchéquie, Danemark, Finlande, Hongrie, Lituanie, Pologne, Suède, Slovaquie

Zone 2 : Belgique, Allemagne, France, Royaume-Uni, Pays-Bas

Zone 3 : Bulgarie, Espagne, Grèce, Croatie, Italie, Portugal, Roumanie

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

2022

Juillet

Août

Septembre

La récolte des maïs ensilage s’est terminée

à la mi-septembre et s’est déroulée

dans de bonnes conditions. Il est encore

trop tôt pour dresser un bilan alors que

les cubages de silos se poursuivent. Les

Graphique 9

Évolution de l’indicateur de rendement des prairies permanentes

au 20 octobre de 2011 à 2022

Indicateur de rendement

140

120

100

80

60

40

20

0

2011

Alsace

Source : Agreste- Isop- Météo-France- INRAE

Champagne-Ardenne

Lorraine

2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022

rendements sont hétérogènes, selon les

dates de semis et les types de sols. Ils

devraient être proches du niveau de rendements

de 2020. Les premiers résultats

d’analyse montrent des qualités hétérogènes

selon la quantité de grain, dépendante

de la date de floraison et de l’état

de la plante à la récolte. La digestibilité

est très moyenne, entraînant des valeurs

énergétiques également assez moyennes.

Les taux d’amidon sont très variables. Les

taux de matière sèche sont corrects en

général, mais avec de grands écarts. La

densité des silos est en retrait compte

tenu du manque d’amidon et du taux

de matière sèche parfois un peu élevé.

VITICULTURE

Champagne : un bilan de vendange très

positif

La vendange 2022 s’est terminée mi-septembre,

elle aura duré un peu plus longtemps

qu’à l’accoutumée en raison des

tensions sur la disponibilité de la maind’œuvre.

La campagne viticole 2022 restera

comme l’une des plus ensoleillées

que la Champagne ait connues, avec

un bon état sanitaire et des pluies rares

mais efficaces au printemps. Les estimations

de rendement sont globalement

confirmées d’après les premiers dépouillements

de déclarations de récolte. A

l’échelle du vignoble, le rendement agronomique

effectivement récolté serait

de l’ordre de 14 600 kg/ha soit deux fois

plus qu’en 2021 et 31 % supérieur à la

moyenne décennale.

Le rendement classé en appellation

Champagne serait de l’ordre de

13 900 kg/ha, soit 38 % de plus que la

moyenne décennale. La filière a bénéficié

d’un relèvement dérogatoire du plafond

annuel de classement afin de pouvoir

reconstituer les réserves après la vendange

2021 catastrophique.

Seul bémol, sur le plan de la qualité,

les vagues de chaleur successives ont

dégradé l’acide malique des baies.

L’acidité totale des moûts est faible

cette année, mais pas nulle. Les travaux

de vinification devront être conduits

avec attention.

L’indicateur de rendement des prairies permanentes Isop, à une date donnée, est égal au rapport entre la pousse cumulée à

cette date depuis le début de l’année et la pousse cumulée à la même date calculée sur la période de référence 1989-2018.

agreste|CONJONCTURE|NOVEMBRE 2022 N° 21 5


Commercialisation : l’essor des ventes

plafonne cet été

En juillet 2022, les expéditions s’élèvent

à 26,7 millions de bouteilles soit - 4 %

par rapport à juillet 2021 mais 11 % de

plus que la moyenne 2016-2020. C’est

toujours le marché export qui est le plus

dynamique (+ 5 % sur un an, + 24 % par

rapport à la moyenne) tandis que la destination

France continue son repli (- 17 %

en un an, - 8 % par rapport à la moyenne).

Pour la première fois depuis plusieurs

mois, les expéditions des Maisons sont

en baisse sur un an (- 4 %) tandis qu’elles

progressent pour les coopératives (+ 7 %)

et qu’elles reculent toujours pour les

vignerons indépendants (- 10 %).

En août 2022, les évolutions redeviennent

positives sur tous les plans. Avec 24 millions

de bouteilles vendues (+ 4 % par rapport

à août 2021), la destination France

comme l’export sont en hausse sur un

an (respectivement + 3 % et + 4 %). Les

expéditions des Maisons s’orientent à la

hausse pour ce mois (+ 3 % par rapport

à août 2021) tandis que les constats de

juillet restent valables pour les coopératives

et les vignerons.

En septembre 2022, la conjoncture des

ventes s’oriente de nouveau à la baisse

par rapport à 2021 (- 4 %) mais reste

au-dessus de la moyenne quinquennale

(+ 14 %). Les deux destinations se replient

légèrement sur un an (- 0,5 % pour la

France, - 7 % pour l’export). Après les

records de 2021, la dynamique des ventes

semble avoir atteint un plafond. Les statistiques

sont en baisse annuelle sur ce

mois pour l’ensemble des opérateurs

(- 4 % à - 5 % pour tous) mais restent bien

au-dessus de la moyenne quinquennale

(+ 15 % pour les maisons, + 18 % pour les

coopératives, + 10 % pour les vignerons).

Le cumul annuel de janvier à septembre

2022 atteint 208,1 millions de bouteilles,

soit 6 % de plus qu’en 2021 et 18 % de

plus que la moyenne quinquennale. Le

supplément de ventes par rapport à 2021

et la moyenne quinquennale se réduisent

progressivement depuis le mois de juin.

Graphique 10

Expéditions de Champagne en juillet, août et septembre par destination

Nombre de bouteilles

de 75 cl (milliers)

60 000

50 000

40 000

30 000

20 000

Alsace : une vendange globalement

positive

10 000

En Alsace, les vendanges qui ont démarré

le 5 septembre se sont poursuivies dans

de bonnes conditions météorologiques

et se sont terminées avec des vendanges

tardives et grains nobles qui sont récoltées

la fin du mois d’octobre. Les viticulteurs

alsaciens tirent un bilan plutôt

positif de cette récolte 2022.

Moyenne quinquennale 2016-2020

0

France

Source : Comité Champagne, traitement Srise Grand Est

2020

2021

Export

2022

Graphique 11

Expéditions de Champagne en juillet, août et septembre par opérateur

Nombre de bouteilles

de 75 cl (milliers)

70 000

60 000

50 000

40 000

30 000

20 000

10 000

Moyenne quinquennale 2016-2020

0

Coopératives Maisons Vignerons

Source : Comité Champagne, traitement SRISE Grand Est

Graphique 12

Expéditions mensuelles cumulées

Expéditions cumulées

(millions de bouteilles)

350

300

250

200

150

100

50

0

Janvier

Février

2021

Mars

Avril

2022

Mai

Source : Comité Champagne, traitement SRISE Grand Est

Juin

2020

2021

2022

Moyenne quinquennale 2016-2020

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

Les petites pluies de la fin aout, même si

elles sont tombées de manière inégale,

ont fait énormément de bien à la vigne

qui s’est mise à reverdir. Toutefois, la

situation varie selon les secteurs : ceux

qui se caractérisent par des terres profondes

et ont été bien arrosés font le

plein du rendement avec, de surcroît,

une très belle qualité. Ce sont les secteurs

de Colmar, Sigolsheim, Chatenois

et Scherwiller qui ont été les plus touchés

6

agreste|CONJONCTURE|NOVEMBRE 2022 N° 21


par la sécheresse. Du côté d’Ottrott, la

grêle est tombée à deux reprises et a

fait des dégâts conséquents. Certains

cépages ont mieux résisté à la sécheresse

que d’autres. C’est le cas des pinots,

pinot noir et chardonnay en particulier,

dès lors qu’ils sont enracinés suffisamment

profondément.

En dehors des secteurs touchés par la

sècheresse ou la grêle, la récolte s’est

révélée de bonne qualité. La production

totale du vignoble, estimée au

1 er novembre à 900 000 hectolitres, est

en hausse de 10 % par rapport à 2021.

Graphique 13

Expéditions toutes AOC Alsace par destination de janvier à septembre

Nombre de bouteilles

de 75 cl (milliers)

100 000

90 000

80 000

70 000

France

Export

60 000

50 000

40 000

30 000

20 000

10 000

0

2016 2017 2018 2019 2020

Source : CIVA, traitement Srise Grand Est

2021

Graphique 14

Expéditions AOC Crémant par destination de janvier à septembre

2022

Commercialisation des vins : recul des

ventes à l’export et un marché intérieur

en progression notamment pour les

crémants

En septembre 2022, les ventes, toutes

AOC Alsace, sur le marché intérieur

sont en progression de 2 % par rapport

au même mois de l’année dernière. Ce

résultat est à attribuer aux crémants

seule AOC en progression en septembre.

L’exportation accuse un retrait de 12 % en

comparaison du mois de septembre 2021.

Les volumes commercialisés, en cumulé,

à l’issue du troisième trimestre 2022, sont

en progression de 4 % par rapport à 2021.

Nombre de bouteilles

de 75 cl (milliers)

30 000

25 000

20 000

15 000

10 000

5 000

France

Export

0

2016 2017 2018 2019 2020 2021

Source : CIVA, traitement Srise Grand Est

A noter qu’il s’agit de la meilleure période

de commercialisation depuis 2016. Les

ventes à l’export marquent le pas et

affichent une baisse de 9 %.

Les expéditions de crémants se situent

au niveau le plus élevé depuis 2016 avec

2022

une progression de + 12 % par rapport à

2021, malgré un léger retrait des exports

de 3 %.

En cumulé sur la période de janvier à septembre

2022, les volumes commercialisés

s’établissent à 88 millions de bouteilles.

www.agreste.agriculture.gouv.fr

www.draaf.grand-est.agriculture.gouv.fr

Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture

et de la forêt (Draaf)

Service régional de l’information statistique et économique

(Srise)

3 rue du faubourg Saint-Antoine - CS 10526

51009 Châlons-en-Champagne cedex

courriel : statistique.srise.draaf-grand-est@agriculture.gouv.fr

Directrice régionale : Anne Bossy

Directeur de la publication : Sylvain Skrabo

Rédacteur en chef : Philippe Wattelier

Rédacteurs : Sultan Baspinar, Geneviève Boude, Rémi Courbou,

David Ducrocq, Renaud Muntzer, Philippe Wattelier

Composition : Draaf/Srise, site de Châlons-en-Champagne

Dépot légal : À parution - ISSN : 2644-9234 - ©Agreste 2022


Dépérissement

Les maladies du bois scannées au vignoble

Le projet "Scan me if you can" va permettre aux vignerons de visualiser en instantané les

tissus nécrosés par les maladies du bois à l’intérieur de leurs pieds de vigne et de réaliser des

curetages plus précoces.

Par Marion Bazireau Le 05 décembre 2022 Vitisphère.com

Smiyc est la suite directe de Vitimage et Vitimage 2024 qui ont permis de visualiser les tissus

nécrosés à l’intérieur de la vigne. - crédit photo : IFV

Les vignerons pourront bientôt « scanner » et visualiser les tissus nécrosés à l’intérieur de

leurs pieds de vigne.

En partenariat avec l’interprofession des vins de Bourgogne, et le Comité Champagne, les

chercheurs de l’Unité Mixte Technologique (UMT) Génovigne de Montpellier travaillent en

effet sur un outil portable capable de leur afficher en instantané le rapport bois sain/bois

dégradé, bon indicateur de l’état sanitaire de leur cep.

« L’idée est de mettre au point un outil portable, directement utilisable dans les parcelles et

qui ne détruit pas les souches » expliquent-ils, dans la dernière newsletter du Comité national

des interprofessions des vins à appellation d’origine et à indication géographique (CNIV),

porteur du Plan national contre le dépérissement du vignoble.

Ils ont déjà réussi la prouesse en laboratoire lors du projet Smiyc (Scan me if you can) et vont

désormais mettre au point un capteur rendant possible ce diagnostic à la parcelle, sans

destruction de la souche.

Symptômes foliaires peu fiables


« L’intérêt est double pour les vignerons et pour les techniciens. Ils n’auront plus besoin de

surveiller l’expression de symptômes foliaires, dont l’origine précise demeure inconnue et qui

ne reflète pas toujours l’état interne des vaisseaux du bois » poursuivent-ils, avant

d’expliquer qu’un cep peut ne rien extérioriser alors qu’il contient un fort pourcentage

d’amadou.

L’outil permettre une intervention précoce, comme un curetage, mieux localisé et moins

traumatisant. Les chercheurs vont définir les conditions de prise de vue nécessaires à

l’obtention de données fiables par radiographie 2D au laboratoire et dans les parcelles. En

parallèle, ils développeront un logiciel d’analyse d’images dont les résultats seront validés par

comparaison avec des données acquises sur les mêmes plantes par tomographie 3D.


Paiement trimestriel des cotisations

sociales : optez d’ici fin décembre !

Sandrine Thomas Le 06/12 https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/

Les employeurs qui souhaitent payer les cotisations

sociales trimestriellement en 2023 doivent en informer

l’Urssaf ou la MSA au plus tard le 30 décembre 2022.

Les entreprises versent les cotisations sociales dues sur les rémunérations de leurs salariés à

l’Urssaf ou à la Mutualité sociale agricole (MSA) à un rythme mensuel. Toutefois, celles

employant moins de 11 salariés peuvent opter pour un paiement trimestriel.

Pour que ces échéances trimestrielles soient mises en place en 2023, les entreprises doivent en

informer, par écrit, l’Urssaf ou la MSA dont elles dépendent au plus tard le

30 décembre 2022.

Les cotisations sociales devront alors être réglées au plus tard le 15 du mois suivant chaque

trimestre civil, soit le 15 avril 2023, le 15 juillet 2023, le 15 octobre 2023 et le

15 janvier 2024.

Attention : les entreprises qui acquittent les cotisations sociales trimestriellement doivent

quand même transmettre tous les mois une déclaration sociale nominative (DSN). Une

déclaration à envoyer au plus tard le 15 du mois suivant la période d’emploi, soit par exemple,

le 15 février pour le travail effectué en janvier.

À l’inverse, les entreprises de moins de 11 salariés qui actuellement payent les cotisations

sociales tous les trimestres peuvent revenir, en 2023, à des échéances mensuelles. Mais, pour

cela, elles doivent en avertir l’Urssaf ou la MSA, par écrit, au plus tard le 30 décembre 2022.

Sinon, elles continueront à se voir appliquer des échéances trimestrielles.


Informations presse pour diffusion dans vos médias

«CHAMPAGNE DE VIGNERONS» ET «LE 19» SE PARENT DE

LEURS PLUS BEAUX HABITS DE LUMIERE

Communiqué Médias

Épernay, le mercredi 30 novembre 2022

L’événement des «Habits de Lumière», rayonnera encore cette année à Epernay, les 9, 10 et 11 décembre 2022.

«Champagne de Vignerons» et la boutique «Le 19» participeront à ces soirées festives, mettant à l’honneur les

vignerons et coopératives de la Champagne. Les cours du 17 et du 19 avenue de Champagne seront transformées

en grands espaces conviviaux : bars à champagne, stands de restauration, ambiance musicale et photocall.

Le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne ouvrira les portes du 17 et du 19 avenue de Champagne

pour mettre en lumière les vignerons et coopératives ainsi que leurs cuvées emblématiques.

Deux espaces seront proposés au grand public :

- Cour d’honneur du SGV Champagne - 17, avenue de Champagne

- Présence de 4 vignerons le vendredi 9 décembre

- Présence de 4 vignerons le samedi 10 décembre

- Restauration sur place

- Animation musicale avec DJ

- Photocall

- Flûte collector

- Boutique «Le 19» - 19, avenue de Champagne

- Présence de 2 vignerons le vendredi 9 décembre

- Présence de 2 vignerons le samedi 10 décembre

- Restauration sur place : ostréiculteur

- Ambiance musicale avec un groupe de musique

- Flûte collector

«Le 19» fête sa deuxième année dans la famille des «Habits de Lumière» ! La Champagne, animée par ses quatre

belles régions, est mise en valeur à travers 100 cuvées de vignerons et coopératives. La boutique sera ouverte

les trois jours pour présenter son espace immersif aux friands de diversité.

Infos

Complémentaires

* Cour d’honneur du SGV Champagne - 17, avenue de Champagne :

vendredi 9 décembre : 18h00-00h00

samedi 10 décembre : 18h00-00h00

* Boutique «Le 19» - 19 avenue de Champagne :

vendredi 9 décembre : 18h00-00h00

samedi 10 décembre : 18h00-00h00

dimanche 11 décembre : 11h30-15h30 / 17h30-19h30

Vignerons présents :

Vendredi 9 dec.

Samedi 10 dec.

- CHAMPAGNE GUYOT GUILLAUME - CHAMPAGNE DANIEL COLLOT

- CHAMPAGNE JAMES GEOFFROY - CHAMPAGNE DE BARFONTARC

- DOMAINE JULIEN CHOPIN - CHAMPAGNE DOMINIQUE LEGRAS & FILS

- CHAMPAGNE VIGNIER LEBRUN - CHAMPAGNE M. BRUGNON

Vignerons présents :

Vendredi 9 dec.

- CHAMPAGNE BENOIT GAULLET

- CHAMPAGNE LALLEMENT-PELLETIER

Samedi 10 dec.

- CHAMPAGNE MARCEL MOINEAUX

- CHAMPAGNE VICTOR CHARLOT

Contact presse : Keridwenn Vilmart

03 26 59 85 11

kvilmart@sgv-champagne.fr

www.sgv-champagne.fr

17 avenue de Champagne - CS 90176 • 51205 Epernay Cedex • Tél. 03 26 59 55 00 • Fax. 03 26 54 97 27

69 Grande Rue de la Résistance • 10110 Bar-sur-Seine • Tél. 03 25 29 85 80 • Fax. 03 25 29 77 81

1 avenue de l’Europe • 02400 Château-Thierry • Tél. 03 65 81 03 70


PAGES LOCALES 07/12/2022 L’Union

Soufflez longtemps et faites un vœu…

Philippe Launay

Avec Wish Blow, la nuit s’illumine et scintille par la simple magie du souffle.

Épernay Fermez les yeux et pensez très fort à une chose fortement désirée ! C’est le concept

de « Wish Blow » basé sur l’interactivité. Belle nouveauté de cette 22 e édition des Habits de

Lumière, l’installation a fait le tour du monde et conquiert le public à chaque escale.

Une invitation à une drôle d’expérience s’offrira aux visiteurs, vendredi et samedi à compter

de 19 h 30. Les Habits de Lumière ont réservé une place à l’interactivité avec « Wish Blow »,

un mécanisme qui est plébiscité partout où il déploie ses sphères lumineuses. Elles seront 15 à

Épernay. Elles étaient 28 à la Fête des Lumières de Lyon en 2018.

Renouer avec son âme d’enfant

Le principe du « jeu » est enfantin. C’est Helen Eastwood, sa conceptrice avec Laurent Brun,

qui en parle le mieux. « Ce n’est pas juste un jeu et une prouesse technique. Notre idée a été

de reconstituer une part de notre prime enfance quand on soufflait sur un pissenlit et qu’on

faisait un vœu en même temps que les pétales s’envolaient. » Le nom s’imposait de lui-même

: wish pour vœu en anglais et blow pour souffle.

Voilà pour l’idée, restait à la matérialiser. C’est là que sont nées les sphères qui prennent des

couleurs grâce au souffle de quiconque qui s’en approche. « Plus il souffle longtemps et plus

les bulles de lumière se diffusent et se propagent, légères dans l’espace comme les bulles de

savons quand nous étions enfants. Elles voyagent longtemps » , poursuit Helen Eastwood qui

incite le quidam à formuler un vœu.

C’est touchant de voir que les gens ferment les yeux en soufflant. Chacun a sa part

de magie Helen Eastwood, conceptrice de Wish Blow

« C’est touchant de voir que les gens ferment les yeux en soufflant. Il y a la lumière qui

éclaire la nuit et eux qui s’isolent avec leur vœu en tête. Chacun a sa part de magie. Formuler

un vœu, c’est déjà le début d’une réalité. C’est une intention de se projeter vers la chose

désirée en conscience. »

Cette magie décrite par Helen Eastwood (rien à voir avec l’acteur et réalisateur états-unien)

opère partout dans le monde. « Wish blow » a éclairé les nuits des Fêtes de la Lumière de

Lyon en 2018 donc mais aussi du Spotlight Festival de Bucarest en 2019, des odes à la

lumière en Italie… « Une version pérenne est même en cours de réalisation pour Taïwan » ,

assure la conceptrice en référence au récent passage de LNLO au Kaohsiung Taiwan Light

Festival.

Avis aux amateurs. Qui réussira à allumer les 15 sphères lumineuses d’une attraction à couper

le souffle ?


Des lustres géants dans le jardin et la cour

du musée

Quatre lustres géants seront posés au sol dans le parc du musée.

La spécialité de la compagnie Tilt, ce sont les luminaires de grande taille. Des installations

qu’elle crée et fait voyager à travers le monde lors d’événements festifs éphémères. Cette

année, à l’occasion des Habits de lumière, Tilt installe des lustres géants dans le jardin et la

cour du musée du vin de champagne et d’archéologie régionale. Avec leurs abats-jour et leurs

multiples ramures, leur forme impliquerait qu’ils soient suspendus, « nous les posons au sol »,

explique Jean-Baptiste Laude, l’un des fondateurs de la compagnie. À l’image des papillons

de nuit attirés par la lumière, « les gens s’en approchent, se rassemblent autour et causent »

autour de ces structures de 5 mètres de haut.

Quatre points de « rassemblement » seront disséminés autour du bâtiment central. « Un dans

la cour, visible depuis l’avenue de Champagne, trois dans le jardin », glisse Jean-Baptiste

Laude. Ce ne sera pas les seules installations à mettre en lumière les lieux, puisque Tilt a aussi

prévu d’éclairer la façade du château Perrier et les arbres du jardin. « Avec des leds aux

couleurs changeantes, qui évolueront au cours de la soirée, offrant au public une vision des

lieux différente de ce qu’il voit habituellement. »

Ce n’est pas la première fois que Tilt participe aux Habits de lumière. L’an dernier, sur la

place de Champagne, c’était avec un bosquet lumineux, en 2018 avec ses lampounettes, des

lampes de bureau de 6 mètres de haut qui sont actuellement installées sur la place Royale à

Reims. Les lustres de cette année, créés par la compagnie en 2017, ont déjà voyagé dans le

Monde mais seront dans la région pour la première fois et ce sera à Épernay.

Une belle vague de couleurs

L’animation lumineuse est baptisée « Gloria ». À partir de 19 h 30 vendredi et samedi,

l’œuvre s’illuminera pour restituer l’illusion d’une onde s’élevant dans le ciel. Sur la place de

Champagne (giratoire à l’entrée de l’avenue en arrivant de Châlons-en-Champagne), elle «

surgit du sol, virevoltant dans un camaïeu de teintes lumineuses », décrit la programmation.

Spécialiste des arts et des spectacles, Le Pilote production a créé cette attraction. La société

lyonnaise, de notoriété internationale, est une habituée des prestigieuses Fêtes des Lumières

de Lyon où elle s’est déjà produite à neuf reprises.

Pour vous déplacer, préférez le bus

On le sait s’approcher de l’avenue de Champagne pour les Habits de lumière n’est pas une

partie de plaisir. Pour faciliter le stationnement et les déplacements, Mouvéo, l’exploitant du

réseau de transport en commun sur le territoire intercommunal, va densifier ses navettes avec

un service gratuit au départ entre 19 heures et 20 h 45 (un bus toutes les 15 minutes) et au

retour de 21 h 30 à 23 h 50 (un bus toutes les 30 à 35 minutes). Renseignements

complémentaires sur https://www.mouveobus.fr/lignes-bus ou au 03 26 55 55 50 (de 9 à 12

heures et de 14 à 18 heures).


Presse écrite

FRA

Famille du média : Médias spécialisés

grand public

Edition : Decembre 2022 P.3

Journalistes : RODOLPHE

TERRE DE VINS HORS

SERIE

Périodicité : Irrégulière

Audience : N.C.

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

WARTEL

Nombre de mots : 546

p. 1/1

L’ÉDITO

champagne !

Qu’il

est viviflant de s’arrêteren Cham

pagne et d’entendre les dirigeants des

maisons et les vignerons ! Dans un

contexte incertain,

avec une baisse de la consom

mation de vin en France, des arrachages atten

dus à Bordeaux, des menaces climatiques qui

interrogent sur la capacité de la vigne à produire

du raisin en 2040 en Languedoc, la Champagne

se porte terriblement bien. La résilience, ce phé

nomène psychologique cher à Boris Cyrulnik,

qui consiste à prendre acte d’un événement trau

matique et à se reconstruire, n’a probablement

pas trouvé meilleure incarnation.

Car il ne faut pas oublier les stig

mates de cette terre de soufïrances.

Aucune autre en France n’a payé

un tel tribut. Guerres de Religion,

guerre contre l’Espagne, Fronde,

Révolution, dernières batailles de

Napoléon

siens, les Autrichiens

Bonaparte contre les Prus

et les Russes en

1814... Comment ne pas évoquer

aussi la Première Guerre mondiale,

qui laisse Reims en ruine et une ca

thédrale en lambeaux, et la Seconde,

qui voit les caves des maisons mises

en coupe réglée par Poccupant avant

de connaître le privilège de voir l’acte de reddition

des Allemands, signé... à Reims. La synthèse est

simple : Reims, le département de la Marne et la

récente région Grand-Est

ont davantage été visités,

au cours des soixante-dix dernières années, pour

leurs champs de bataille que pour les caves et l’art

de FefFervescence.

Le sens de l’histoire s’inverse aujourd’hui, et chaque

semaine de cette année 2022 aura apporté son lot

d’actualités, d’investissements, de créations sans

égal dans le vignoble français. Bollinger lance à

Aÿ un hôtel, une école, un nouveau chai et un

plan d’action environnemental à la faveur de son

bicentenaire, en 2029. Le groupe Thiénot, plus

jeune, à peine quadragénaire, annonce l’ouverture

d’un lieu d’expériences, rue du Marc, à Reims,

destiné à mieux comprendre les vins de la mai

son, où 20 chambres seront proposées aux visi

teurs. Joseph Perrier, du mème groupe, demière

maison de Châlons-en-Champagne, aura enregis

tré 10 000 visiteurs payants cette année, refuse du

monde et va réinvestir dans l’agrandissement d’un

lieu inauguré en... 2020 ! Taittinger, Besserat de

Bellefon, partout les projets fourmillent et pro

mettent de la culture, des rencontres et du goût.

L’autre vérité est en efFetcelle du vin.

Vin de célébration et d’une récon

ciliation chère à Pierre-Emmanuel

Taittinger, président de la mission

Unesco, le champagne est aussi, et de

plus en plus, perçu comme un vin.

Un vin qui conjugue à tous les temps

les cépages, les parcelles et les millé

simes. «Aujourd’hui, 50 % seulement

de notre production est constituée du

brut sans année », s’amuse Frédéric

Zeimett, directeur de la maison Le

clerc-Briant, rencontré récemment.

Tous ces vins de Champagne, vous

pourrez justement les déguster au

printemps prochain à Paris, lors de Champagne

Tasting. Champagnes de maisons, champagnes de

vignerons, la dynamique est là, partout la même.

Et c’est finalement cette marche en avant que ra

conte ce numéro « spécial Champagne », un terroir

que nous arpentons chaque jour de l’année grâce à

notre reporter, Yves Tesson. Nous sommes heureux

de vous le servir pour vos tables de Noël. Piochez-y

vos cuvées du réveillon ou vos cuvées cadeaux et

organisez vos escapades en Champagne. Vous ne

le regretterez pas.

RODOLPHE

WARTEL

232569 VIGNERONS - CISION 7059814600503

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LAGRANDE DÉGUSTATION

BRUTS SANS ANNÉE

Presse écrite FRA

TERRE DE VINS HORS

SERIE

Famille du média : Médias spécialisés

grand public

Périodicité : Irrégulière

Audience : N.C.

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

Edition : Decembre

2022

P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,8

8

Journalistes : YVES TESSON

Nombre de mots : 6799

p. 1/15

•) •„* ' -V M

. O.

- •« "‘n i-rvi-gr C

i

••

,, r • *., ■1 'ViB

'•* .. ' ,?•' " «v» j

..v/."' » >'• V


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 2/15

En matière de brut sans année, il existedésormais au moins

deux écoles en Champagne, largement représentées dans

cette dégustation. Celle d’abord qui considère que l’objectif

d’une édition à l’autre, par l’assemblage des différents crus et

des différents millésimes, est d’obtenir toujours, sinon le même goût,

au moins le même style, de manière que le consommateur soit en

mesure de reconnaître sa marque. Les contre-étiquettes ne sont alors

pas forcément très détaillées et, dans le fond, l’assemblage fait figure

de recette de cuisine à la discrétion de l’élaborateur, dont l’amateur se

moque bien pourvu qu’il retrouve chaque année le champagne qu’il

aime. C’est ce qui a fait la réussite du champagne à l’international

en donnant pour le grand public, dans chaque grande maison, un

produit d’entrée à la lisibilité très simple, où l’on ne demande au

consommateur que de faire confiance à sa marque et où il n’a pas

à se préoccuper de l’origine des crus ou des millésimes dominants,

meilleur moyen pour le perdre.

On touche ici à la notion de « standardisation », mais au sens noble

du terme, c’est-à-dire la capacité pour une maison à reproduire de

manière constante, alors que les ingrédients ne cessent d’évoluer, les

mêmes qualités. La standardisation est la condition sine qua non

de l’idenuté. On s’étonnera au passage que le luxe soit aujourd’hui

autant associé à la diversité et à l’originalité, bien plus aisées à obte

nir. Au contraire, cette standardisation nécessite souvent des moyens

industriels et des technologies de pointe pour suivre, par exemple, au

plus près les fermentations ou contrôler à chaque stade de manière

très exacte l’oxydaüon, dont l’absence de maîtrise suffit à provoquer

des variations importantes du goût... Si l’on vante souvent auprès

des consommateurs l’intérêt d’une élaboration artisanale, on oublie

qu’elle est loin d’être gage de précision.

11y a aussi cette deuxième école, portée par une nouvelle génération

très attachée à la mention de « la base » sur la contre-étiquette, c’est-à

dire le millésime principal à partir duquel on a construit l’assemblage,

même si on y a adjoint d’autres années. Le concept est alors un peu

différent. L’objeaif du chef de caves, davantage que l’obtenrion d’un

goût identique, est la meilleure expression de l’année et les adjonc

tions d’autres millésimes ne sont là qu’en support pour la servir. Le

public aussi n’est pas le même. On s’adresse aux geeks du champagne,

un groupe encore restreint mais de plus en plus important depuis le

confinement et l’émergence d’une consommation du champagne à

domicile, moins festive mais plus proche de celle du monde du vin,

où l’on est sans doute plus attentif à toutes les nuances du produit.

Certains pourraient s’étonner de l’absence dans cette dégustation

des vignerons récoltants-manipulants. Si le choix délibéré de « Terre

de vins » a été de privilégier les maisons (négociants-manipulants)

et les coopératives, cela ne signifie en aucun cas que les bruts sans

année des « RM » soient moins qualitatifs. Mais, dans la mesure

où ils s’appuient sur des assemblages nécessairement plus restreints,

ils constituent quasiment une catégorie distincte avec laquelle une

comparaison n’aurait eu aucun sens.

YVES TESSON

LA

METHODOLOGIE

La dégustation s'est déroulée - à l'aveugte - le 9 septembre demier, à Planète Bordeaux (Beychac-et-Caillau), que nous remercions pour son accueil et son organisation. Une centaine de

maisons de champagne avaient répondu à notre appel à échantillons, qui excluait les champagnes rosés et était limité à une cuvée BSA par maison. Chacun des cinq jurys était composé de trois

dégustateurs (voir ci-dessous) et « piloté » par un membre de l'équipe de « Terre de vins ».

NOS

DÉGUSTATEURS

• Sylvie TONNAIRE

rédacteur en chef

• Marlène

MURGUIA

Sommelière et chargée d'événementiel « Terre de vins »

• Mathieu

DOUMENGE

Grand reporter « Terre de vins »

• Natalia

OSTOLSKA

Œnologue, responsable achat vins

• Laura BERNAULTE

Journaliste

• Michel

Œnologue

PETITJEAN

consultant

• AmaurydeLUSSY

Assistant chef sommelier au restaurant Le Pressoir d'Argent ** (Bordeaux]

• Marie-LaurencePORTE

Œnologue consultante au laboratoire Enosens (Gironde)

• Marie DURILLON

Responsable vins France Boissons

• Pascal HÉNOT

Œnologue consultant au laboratoire Enosens (Gironde]

• Paloma SANCHEZ

Œnologue et responsable marketing & digital « Terre de vins »

• Michel SARRAZIN

Dégustateur

• Marylou

Sommelière

JAVAULT

•Yves

Journaliste

TESSON

• Sarah MORAN

Acheteuse vins Millesima

• François

VILLEMIN

Agent indépendant en vins et spiritueux Francis Goodwine Sélection

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 3/15

BRUT (entre 6 et 12 g de sucre parlitre)

ABELÉ1757

Brut

15,5/20

39 €

Robe éclatante et premier nez frais, d’abricot, poire, pêche blanche

et une note pâtissière mettent en éveil les papilles. L’attaque fraîche,

la bulle abondante et charnue, les saveurs intenses d’agrumes très

mûrs, font de ce flacon un bon classique. L’ensemble est généreux

avec une pointe crayeuse en fin de bouche.

■ Une dinde au four.

BARONS DE ROTHSCHILD

Brut

15/20

50 €

Un champagne ample, charnu, généreux, mais sans aucune lourdeur.

Le nez s’ouvre sur des notes un peu pâtissières et de délicieux arômes

de poire et de fruits jaunes, que l’on retrouve en bouche joliment

balancés par une certaine salinité et Pamertume de l’écorce d’orange.

■ Un vieux comté.

ALFRED

Brut

17/20

35 €

GRATIEN

Une Maison qui symbolise la haute-couture

en champagne, par ses vinifications sous bois

très précises. En bloquant les fermentations

malolactiques, le chef de caves apporte un

surcroît de fraîcheur qui donne à ses cuvées une

grande capacité de garde. Au nez, l’attaque est

puissante et ample avec des notes généreuses de

jus d'abricot, la bouche est mûre et chaleureuse,

se déployant autour d'arômes d'abricots secs,

de pain d’épices, d’orange confite, des notes

beurrées, et en filigrane une trame crayeuse

élégante. Ce vin est un mille-feuille qui nous

plonge avec bonheur dans l'ambiance de Noël,

on a envie de le déguster au coin du feu en

écoutant la pastorale des santons.

■ Une dinde aux marrons.

AYALA

Brut Majeur

18/20

33,50 €

Ce champagne intègre 70 crus et utilise

120 cuves inox pour sa conception. Autant dire

que le travail est subtil et les moyens mis en

œuvre conduisent à un résultat sans appel : on

a affaire à un grand champagne. Robe jaune pâle

à reflets gris. Le nez, élégant, convoque tous les

registres : floral sur un bouquet de fleurs blanches

et d'aubépine, de fleurs séchées aussi. Fruité, sur

des notes de citron et pamplemousse. Toasté et

beurré enfin. Le palais est séduisant, minéral et

pur, sur de fins agrumes. C’est fluide, finement

texturé et crémeux. Un champagne élégant et

sophistiqué.

Brie de Meaux ou de Melun,

salers vieux, chaource.

BEAUMONT DES CRAYÈRES

Grande

Réserve

14/20

23 €

Un champagne

tout en finesse avec une robe pâle, un nez très discret

sur les petites fleurs blanches, puis une bouche qui joue plutôt la

carte de la tension, avec sa pointe crayeuse, sans se départir d’un joli

volume. Un vin bien fait et polyvalent.

Carpaccio de daurade aux agrumes.

BESSERAT DE BELLEFON

Bleu Brut

17/20

36 €

Cette vénérable maison d’Épernay a choisi de

proposer ce champagne sans fermentation

malolactique afin de préserver sa fraîcheur. Et en

effet, le nez est aérien, élégant et fruité sur des

arômes d’agrumes, de fruits rouges, d’ananas

et une pointe de minéralité. En bouche, c’est la

richesse sans l’opulence. Tout est là, parfaitement

intégré, à sa juste place, pour un ensemble

élégant et équilibré sur des saveurs citronnées et

une minéralité contrebalancées par l’onctuosité.

L’effervescence est légère (la maison met moins

de liqueur de tirage). Une bouche lumineuse et

persistante. Magnifique !

Bïurbot sauce hollandaise

et purée aux truffes.

BOLLINGER

Spécial Cuvée

16/20

52 €

Le nez est grillé avec des notes d’amande et de mangue. La bouche,

portée par une belle tension, déploie des notes d’aubépine et de

poire, une touche de silex, quelques arômes toastés et un soupçon

de boisé. Un champagne d’un styie un peu réductif qu’il faut laisser

s’ouvrir pour qu’il puisse dévoiler toute sa complexité.

Dorade grillée aux kumquats.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 4/15

BILLECART-SALMON

Brut Réserve

16,5/20

45 €

Le premier nez dévoile d’emblée un séduisant

éventail aromatique, entre notes briochées voire

pâtissières, toasté fin, fruit à coque, touches

de petites baies noires et subtile vinosité. Une

entrée en matière engageante qui se confirme

en bouche, où la suavité se combine avec

une jolie tension, une bulle fine et vivace et un

sentiment d'équilibre qui s’étire en longueur. Belle

persistance en bouche, et ces arômes d'autolyse

très charmeurs qui accompagnent le vin jusqu’à

la finale. Taillé pour la table.

n] Huître pochée au vin jaune, sablé aux noix

_I et crème de morilles.

CASTELNAU

Réserve

15/20

32 €

Un nez de caramel au beurre qui s’ouvre progressivement sur des

fruits jaunes cuits et des épices. La bouche est complexe alliant

l’hydromel, la tarte au citron, la rhubarbe, la pâte de coing, la cannelle,

le cumin avant de conclure sur de beaux amers en finale.

a Saint-jacques fumées aux sarments de vignes.

CATTIER

Blanc

de blancs

15/20

46,50 €

Une robe limpide à reflet vert où évolue un cordon très fin. Son nez

subtil, sur la frafcheur, balaie fleurs blanches, fruits blancs, abricot.

Attaque croquante, bouche tendue où la minéralité et l’acidité jouent

des coudes. L’ensemble est crayeux, légèrement iodé. Amertume et

vivacité colorent la finale.

O Toasts guacamole et saumon fumé.

CANARD-DUCHENE

Léonie Brut

15/20

29,90 €

BOIZEL

Brut Réserve

17/20

34 €

Beaucoup d’élégance : c’est la caractéristique qui

nous frappe d’emblée dans ce champagne. Très

avenant, convoquant un panier de fruits jaunes

et d’agrumes paré de notes briochées, d’une

touche de verveine, de gentiane et d’amande

douce, il laisse aussi deviner une certaine

minéralité. La bouche confirme cet équilibre entre

vitalité et gourmandise : la matière est aérienne,

l’aromatique complexe, le gras s'équilibre d’une

frafcheur énergisante. On apprécie, enfin, sa

persistance qui a comme un goût de revenez-y.

Un champagne très racé et complet, offrant une

multitude d’idées d’accords à table.

;|Tj| Tout ! Et pourquoi pas une mimolette extra-

BIB vieille, ou plus original : brioche perdue à la

verveine, tiramisu à la chartreuse.

Après un nez plutôt discret sur les fruits jaunes et exotiques, ce

champagne s’affirme en bouche dans le même registre aromatique,

sur les fruits jaunes, blancs et le pain d’épices. La trame se dévoile

dans un style franc, équilibré. Un champagne qui se prêtera avec

facilité à une multitude d’accords.

CHANOINE

Réserve Privée Brut

15,5/20

23 €

FRÈRES

Après de discrètes fragrances de fleurs blanches et une pointe

citronnée, la bouche affiche un style aérien. Tout en frafcheur, portée

par des notes fruitées, elle est sous-tendue par une trame acide et

une finale saline qui fait saliver. Un vin bien fait, au bel équilibre, dans

un style classique. Tout simplement le meilleur rapport note-prix de

notre dégustation !

B Une raie à la crème et aux câpres.

CHARLES DE CAZANOVE

Blanc

16,5/20

33 €

de Blancs

Très belle expression de chardonnay, avec

une sensation de rondeur et de volume allant

crescendo. L'ensemble est équilibré par une

effervescence et une vivacité délicates, laissant

une finale longue et gourmande. Tout se dévoile

progressivement pour surprendre le dégustateur.

On retrouve cette finesse au nez, avec un

mélange harmonieux de mandarine, mirabelle,

coing et de pâte à tarte, amande fraîche. Un

très beau champagne de repas, rafraîchissant

et vineux, d’un grand classicisme, qui pourra

accompagner aussi bien le foie gras que des

volailles ou des tonalités exotiques.

B

Poulet de Bresse aux morilles.

Tarte feuilletée aux champignons

de Paris.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Photo SGV

TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 5/15

CHASSENAY D’ARCE

CHARLES HEIDSIECK

l’apéritif qu’en repas.

n Filets de turbo poêlés sauce aux câpres.

Blanc de Blancs

Cuvée Première

15,5/20

13/20

65 €

25,30 €

On apprécie d’emblée son équilibre entre vivacité et crémeux, le citron

jaune et le fruit à chair blanche se parant de notes de pierre humide,

de noisette fraîche et de fenouil. La poire mûre et l’amande complètent

la palette pour un champagne d’une jolie effervescence, à la finale

finement réglissée.

Risotto aux noisettes torréfiées, queue de langouste aux épices.

CHÂTEAU DE BLIGNY

Blanc de Blancs

14/20

CHARLES MIGNON

36 €

Brut Premier Cru

17/20

35 €

Cette maison familiale, bien ancrée dans

son terroir, joue avec talent sur l'équilibre

entre la puissance du pinot et l’élégance du

chardonnay. On obtient un champagne délicat,

très expressif sur des notes d'agrumes (zestes

COLLERY

de pamplemousse), une pointe de siiex et une

frafcheur marine. La bouche enchante par ses

Brut Grand cru

bulles fines, sa vivacité mais aussi par son côté

14/20

fruité enveloppant et son onctuosité. La frafcheur 34 €

minérale est là, en fil conducteur, complétée par

les saveurs d’agrumes. II y a de la finesse et de

la pureté dans ce vin qui pourra être servi tant à

Après un nez plutôt discret aux accents crayeux (silex) et mentholés,

ce champagne surprend par son style opulent en bouche, sur les fruits

jaunes mûrs, le volume et le gras. Un vin fruité et avec du corps qui

trouvera son public.

n Saumon au yuzu.

Belle expression du chardonnay, particulièrement dans les arômes

de noisette et de brioche, voire de réglisse. L’effervescence fine et

plaisante, la frafcheur d’ensemble assouplie par une légère rondeur,

donnent ce vin rafrafchissant et flatteur.

n Ceviche de daurade au citron vert.

C'est l’équilibre qui domine ce champagne où rien ne dépasse. Notes

d’élevage délicates (beurre, pomme cuite, chèvrefeuille), attaque ronde

relevée par une pointe de nerf. Un vin consensuel où la puissance du

pinot noir (80 % de Passemblage) est gommée par l’élevage partiel

en foudres.

Volaille à la crème et champignons.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 6/15

COLLET

BrutArt

15/20

34 €

déco

Des éclats rosés illuminent la robe jaune pâle de ce champagne.

Le nez est vif, fruité et floral, agrémenté d’une pointe minérale. Bien

maîtrisée et équilibrée, la bouche est ample, sur des tonalités fruitées

complétées d’une jolie acidité transcendant la finale. Un vin plaisant,

qui joue la simplicité. Parfait pour l’apéritif.

B Gambas snackées.

COMTES DE DAMPIERRE

Cuvée des Ambassadeurs

15/20

30 €

Deux tiers chardonnay, le complément en pinot noir, avec une

dominante 2014. Son nez frais, son palais ample aux saveurs de

crème anglaise et orange confite sont appétissants. Bouche et bulle

bien formées puis finale tapissante, séveuse, jouant les agrumes de la

tarte au citron au citron confit. Ensemble tonique, bien campé.

B

DE

Galette des rois frangipane.

BARFONTARC

Brut Tradition

14,5/20

21,90 €

Le nez, très expressif, jongle entre arômes d’agrumes, de pomme

verte, de fleur blanche et d’ananas. En bouche, une matière assez

riche, avec une bulle abondante, jouant sur un assez bon équilibre

entre sucrosité et tension. On lui trouve un côté presque exotique,

déclinant de discrètes notes oxydatives.

BUn membre du jury oserait une pizza hawaïenne... on peut vous

donner ses coordonnées.

DE SAINT GALL

Le Tradition

14,5/20

32 €

La bulle est généreuse, le nez de citron jaune fait un bel écho à la robe,

la bouche est nerveuse, avec une amertume assez marquée, et un joli

contraste entre d’un côté la salinité et de l’autre la sucrosité qui colle

aux dents de la marmelade et de la mangue.

B Poire au roquefort.

DEUTZ

Brut Classique

15/20

42 €

DELAMOTTE

Brut

15,5/20

30 €

Opulence et finesse caractérisent ce champagne

issu de la Côte des Blancs, exprimant

parfaitement ce magnifique terroir calcaire. La

couleur est soutenue et le nez intense, alliant les

fleurs jaunes, l’orange et une pointe plus évoluée

d'abricot sec et de tabac. Une effervescence

franche et délicate accompagne la bouche

ronde et frdfche, agréablement structurée par un

léger grain de tanin et une amertume plaisante.

La belle longueur finit de slgner un élevage de

qualité, et permet d’apprécier plus longtemps ce

vin tout en harmonie.

w Osso-bucco, crème et champignons frais.

La belle présentation citron pâle, à l’effervescence fine, annonce un

champagne gracieux, d’une grande élégance. Le nez est délicat,

entre fleurs blanches et poire, cohérent avec un beau toucher en

bouche, généreux et sapide. L’alliance de fraîcheur et de complexité

est parfaitement réussie.

B En apéritif.

DEVAUX

Cœur des Bar - Blancs de Noir

15,5/20

34,50 €

Ce blanc de noirs (100 % pinot noir) saura vous séduire par sa

cohérence. Le nez s’exprime sur des fruits mûrs, la rhubarbe et la

pomme. En bouche, la fraîcheur n’est pas absente : on y retrouve

ia pomme, mais aussi des saveurs de citron et de mandarine qui

apportent une acidité bienveillante. Bien fait.

B Chapon sauce aux morilles, flan de potiron.

DE

Cordon

15,5/20

34 €

VENOGE

Bleu

Ce champagne séduit dès la première approche, avec sa robe dorée

et son très expressif nez fruité sur la pêche et le coing. Avec de jolies

bulles, l’attaque est agréable, s’ouvrant sur une bouche ample et

fruitée, jouant plutôt la carte de la sucrosité. Un bon classique facile

à accorder.

B Gougères ou plateaude fromages.

DRAPPIER

Carte d’or Brut

14,5/20

33,90 €

Le nez délicat évoque la rose et la pêche. On retrouve ce même fruit

en bouche mais cette fois avec son noyau qui apporte une légère

amertume. La rose, quant à elle, est devenue litchi avec ce côté un peu

plus sucré très charmeur. On notera aussi quelques notes d’épices.

B Une pêche Melba.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 7/15

DUNTZE

Brut - Légende

13,5/20

30,20 €

Un nez discret de citron vert et d’acacia,

une bouche évoluée aux

arômes légers d’humus, de sous-bois, de pomme verte avec une

pointe d’oseille et de kumquat qui vivifientl’ensemble et font de ce vin

un agitateur de papilles, tandis que se profile en arrière-plan quelques

notes minérales.

B Coquillages gratinés au four.

DUVAL-LEROY

Fleur de champagne - Brut premier cru

14,5/20

33 €

La teinte soutenue, le nez intense, entre baba au rhum et confiture

de lait, invite à la dégustation. On trouve au palais, classique mais

gourmand, une bulle persistante et bien formée. Un flacon facile à

boire et à partager à l’apéritif,tout aussi intéressant sur des desserts

peu sucrés.

Fondue aux fromages, cheesecake.

E.MK'IIEL

é

E. MICHEL

Collection Privée Brut réserve

18,5/20

29,60 €

Jaune briltant, légèrement or rose, son nez de

pêche, de poire croquante et de bergamote

s’ouvre encore plus à l’aération avec mille notes

entre Occident et Orient. Au nez comme en

bouche, sa facture classique et riche offre des

saveurs de gelée de rose, une pointe d’agrume

mûr avec un déroulé délicat et fin. Construit sur le

pinot meunier issu d’une collection de crus de la

montagne de Reims, assemblés avec soin, iloffre

une texture légèrement séveuse, un ensemble

romantique, séduisant et surprenant de longueur.

La bonne combinaison, aérienne et généreuse.

■ Foie gras mi-cuit, crème d’oursins.

EDOUARD BRUN

Réserve Premier Cru Brut

15,5/20

29 €

C’est le bouquet expressif qui marque ce brut à l’effervescence

délicate. Les notes florales et de fruit mûr laissent vite place à la

brioche et au pain grillé. Beaucoup de gras et de matière, soutenus

par un léger grain et finissant sur une pointe d’amertume qui renforce

le caractère de ce beau vin.

Ris de veau aux asperges vertes.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Photo Bollinger

TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 8/15

FRANÇOIS

Pinot Meunier

14,5/20

72 €

DILIGENT

Derrière le boisé de ce 100 % pinot meunier, on retiendra les notes

assez originales de bergamote et de poivre blanc complétées par un

toasté vanillé. Le style est basé sur une acidité prononcée, la vivacité,

des saveurs d'orange confite et d’épices douces et une effervescence

contenue.

GARDET

Brut Tradition

14/20

29 €

Vin de caractère d’une très grande fraîcheur, on adore ou on déteste.

Pinot noir et meunier à parts égales représentent la quasi-totalité de

l’assemblage, donnant du volume et des arômes de fruits tropicaux,

citron confit, avec une pointe de menthe et de safran.

■ Tourteau à Pai'oli.

Cocotte de pouiet de Bresse et morilles à la crème.

G.H.MARTELL

Blanc de blancs

16,5/20

33 €

& CO

En direct de ia montagne de Reims, ce

chardonnay brillant, d'une robe iimpide et

étincelante, offre un premier nez séduisant

de rose rose, pivoine, annonçant douceur et

élégance. Attaque tendre et palais à l’envi,

saveurs gourmandes de fruits jaunes bien mûrs

et même rôtis, sa buile fine mais abondante, sa

texture aérienne donnent un ensembie équilibré

et délicat. On note la fin de bouche légèrement

crémeuse, invitant à passer à table. Un large

spectre de possibilités donné par son équilibré et

son élégance. Excellent rapport qualité-prix.

B Volaille à la crème.

GOSSET

Grande

15/20

44 €

Réserve

Le nez est flatteur, porté par une palette de fruits rouges, de pruneau,

de mirabelie, de toast et de silex. La bouche contraste et se révèle

incisive dès l’attaque, aiguisée par une acidité bien nette, minérale,

sur des saveurs de groseille et d’agrumes. Harmonieux, entre volume

et fraîcheur.

Langoustines

GREMILLET

Brut Sélection

13/20

26,50 €

à l'américaine.

Dominé par des tonalités briochées ponctuées de notes de fleur

d’oranger, le nez s’ouvre sur une bouche aux bulles très présentes

et aux accents beurrés, voire grillés. Un champagne qui assume son

style opulent, mais pour lequel on peut déplorer un certain manque de

fraîcheur et de persistance.

Blanc de pouiet à la crème et purée de potimarron.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

BSA - Un déluge de bulles

SERIE

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 9/15

HENRIOT

Brut Souverain

16,5/20

42 €

Première-née de l'histoire de la Maison Henriot

depuis sa fondation en 1808, Henriot Brut Souverain

est le fruit d’un assemblage de chacun des 29 crus

du vignoble à différentes époques

de leur vie, et des

trois principaux cépages champenois (chardonnay,

pinot noir, meunier). IIdévoile une belle complexité et

beaucoup de délicatesse, jouant avant tout la carte

de la fraîcheur. Le nez, qui se déploie sur des notes

d’agrumes et de fleurs blanches, est agrémenté

d’une subtile touche toastée. La bouche, aux bulles

fines et aux accents citronnés, s’achève sur un joli

gras aux tonalités beurrées. Absolument

■ Saint-jacques aux agrumes et basilic.

délectable!

JOSEPH

Brut

15,5/20

35,50 €

PERRIER

Les arômes gourmands mêlant pomme, fruits jaunes et accents

beurrés, laissent la place à une bouche affichant les talents d’un

équilibriste. Portée par de fines bulles, sa texture soyeuse est soustendue

par des notes florales, et dynamisée par la juste pointe

d’amertume vivifiante en finale. Très bien fait.

LALLIER

Carpaccio de daurade.

Réflexion R.019

15/20

36 €

Jolie robe aux reflets verts et argentés. Nez fin, sur les embruns,

l’ananas et le citron, légèrement toasté et brioché. La bouche est

un peu écumeuse, mais reste plaisante et cohérente par rapport au

nez. On reste sur des notes d’agrumes et une pointe saline, ce qui

H. BLIN

Brut Tradition

contribue à une bonne fraîcheur.

B Huîtres chaudes en persillade Alain Ducasse.

14/20

22

Le nez un peu caramélisé évoque la tarte Tatin aux pommes et une

certaine gourmandise à laquelle il est difficile de ne pas succomber. La

bouche est ample, solaire, on est sur l’abricot mûr voire cuit, le blé grillé,

la moisson, l’orange confite. On appréciera aussi les beaux amers.

Poulet à la crème et aux morilles.

;.CMAMPAbNL

Jacquart

JACQUART

Mosaïque

16/20

26 €

Brut

Un coup de cœur unanime dans le jury pour ce

très joli champagne, caractérisé par son équillbre

absolument remarquable. Le nez comme le

palais comblnent avec brio les accents fruités

(fruits jaunes et blancs) et d’alléchantes notes

briochées. Gourmande, la bouche se déploie

entre onctuosité et une belle vivacité portée

par une finale aux accents de zestes de citron,

relevée d’une pointe saline. « What else ? » dirait

sans nul doute Georges Clooney, s’II avait lui

aussi participé à cette dégustation à nos côtés !

Un champagne qui aura volontiers sa place

r

z

o

in

Z

<

f * ï

/

Xa/fxn

LANSON

Le Black Réserve

17,5/20

42 €

Son originalité s’affirme dès le nez à travers ce

beau triptyque silex, réglisse, iode. La bouche

allie la gourmandise du pain d’épices et la

fraîcheur du zeste d’agrume, le tout dynamisé

par une acidité désaltérante, avant de conclure

en beauté sur une finale séveuse et veloutée. Un

grand coup de cœur donc pour cette cuvée

savamment construite à partir d’un assemblage

de 100 crus différents dont 70 % en premiers

et grands crus. Les 45 % de vins de réserve,

avec des millésimes qui remontent pour les

plus anciens à 20 ans, complètent la base de

2015 et apportent une complexité particulière.

Le pinot noir (50 %) domine, mais sa puissance

maîtrisée n'écrase pas la délicatesse des 35 %

de chardonnay ni le supplément de rondeur des

15 % de meunier

à table, servi à une température de 8 à 10°C,

notamment avec des mets crémeux.

Poulet à la crème et aux morilles

avec sa purée.

Huîtres

gratinées.

JEEPER

Blanc de Blancs Grande Réserve

16,5/20

50 €

Le nez exubérant fleure bon la cerise frâîche, que l’on retrouve

ensuite en bouche accompagnée d’arômes de pain grillé, de notes

mentholées et d’une amertume calcaire. Un vin affirmé, mûr, même s’il

est marqué aussi par une belle tension, idéal pour aller à table.

B Foie gras poêlé aux pêches.

LAURENT-PERRIER

La Cuvée

16/20

40 €

Un champagne léger, presque aérien, assez droit, qui mêle des

arômes subtils de beurre, de réglisse, quelques notes végétales

très nobles, un petit côté toasté/grillé que les amateurs deductif

adoreront, et la fraîcheur ciselée du citron vert qui en fait le vin

d’apéritif par excellence.

B

Crevettes grillées au citron vert.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 10/15

LECLERC-BRIANT

Brut Réserve

15/20

42 €

Le nez est affriolant, offrant un joli cocktail de groseille, de coing et de

tilleul. La bouche complexe dévoile des arômes de pomme un peu

fermentée, de poivre, de brioche dorée, le tout sur une trame saline et

calcaire et avec en fin de bouche l’amertume du zeste d’orange qui

achève de vous rafraîchir.

■ Un canard à l’orange.

MERCIER

Blanc

de noirs

14,5/20

28 €

Évidemment le pinot domine, complété de meunier, un duo dessinant

un profil original, gagnant de la complexité à l’aération. Premier nez

tout en fraîcheur, déclinant agrumes et fruits exotiques. Sa bulle fine

et onctueuse est portée par la même palette, souiignée de saveurs

toastées, l’ensemble reste tonique.

Parfait à l’apéritif.

LEGRAS

& HAAS

Blanc de Blancs Grand Cru Chouilly NV Brut

15,5/20

38,40 €

Nez flatteur et gourmand, légèrement toasté, sur la framboise, la tarte

à la mirabelle et les fruits à chair blanche. On aimera cet équilibre

entre la tension et le gras. La bouche est onctueuse et balancée par

la fraîcheur qui s’exprime sur des notes de citron vert et une pointe

de minéralité.

o Filets de sole, sauce au citron.

MICHEL

Premier

15/20

100 €

Cru

REYBIER

Le nez est opulent, sur un beurré généreux, des arômes de brioche

lorgnant vers le fruit exotique (mangue) mais aussi la noisette grillée

et la tarte à la rhubarbe. La bouche est pleine de verve et d’éclat,

signée par une bulle fine et maitrisée, un bon équilibre entre charnu et

fraîcheur. Finale citronnée.

■ Un porc au caramel.

MANDOIS

Brut

14,5/20

30 €

Origine

Un nez aérien, sur la fleur blanche, le chèvrefeuille, avec une touche

iodée annonçant une agréable fraîcheur. La bouche, marquée par

une bulle abondante, est tonique, saisissante, signée par une bonne

acidité qui propulse la chair et lui confère un profil désaltérant. Légers

amers d’agrumes en finale.

Tarte au citron meringuée, salade de tomates anciennes ou

tartare de saumon.

MOET

Brut Impérial

15/20

39 €

& CHANDON

Entre fleur de sureau et menthol, touche d’abricot, fenouil, le nez est

engageant. La bouche est généreuse, sur un dosage prégnant, un bon

crémeux, une certaine amplitude dans la chair et de la gourmandise

- qui ne se départit pas de sa fraîcheur. Bon équilibre, plutôt sur une

sensation sucrosité, et finale d'écorce d’orange.

Un canard à l’orange ou, en été, une salade fraise, coriandre et

jasmin.

MAILLY GRAND CRU

Brut Réserve

16,5/20

33,50 €

Un champagne destiné aux amoureux de la

montagne de Reims et du pinot noir qui constitue

ici 75 % de l’assemblage, contre 25 % pour le

chardonnay. Le nez est empyreumatique, avec

un parfum de calcaire fumé, de roche chaude

après la pluie, avant de s’ouvrir sur des arômes

de pâte sablée et d’acacia. En bouche, on a ces

notes de coing et de tarte à la mirabelle typiques

de Mailly. Le vin a une certaine puissance, mais

celle d'un pur-sang arabe, pas d’un percheron.

II y a de la gourmandise tout en conservant du

croquant et une belle minéralité crayeuse qui vient

vous tapisser la bouche. Bref, un champagne de

corps qu'équilibre une belle fraîcheur.

Rôti de porc aux abricots.

MONTAUDON

Brut Tradition

15/20

17,90 €

Un champagne

plutôt réussi, expressif sur ses notes de pâte de coing,

de mirabelle et d’abricot. L’attaque est ronde, sur le fruit. Le milieu de

bouche et la finale révèlent un agrume tempéré et très légèrement

sucré. Les fines bulles concourent à l’élégance. Un champagne

équilibré, pour le plaisir.

B Tarte aux fruits rouges.

MOUTARD PÈRE & FILS

Brut Nature

14/20

35,50 €

Ce champagne

faiblement dosé (3 g de sucre seulement), constitué de

80 % de pinot noir et de 20 % de chardonnay, propose un nez plutôt

discret, sur des arômes de fruits confits. Un fruit que l’on retrouve

en bouche, celle-ci étant soutenue par beaucoup de vivacité et de

fraîcheur. Plutôt en apéritif.

n Tapenade artichaut et avocat, rillettes de crabe.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


pourPhoto

Thomas Duval Ruinart

TERRE DE VINS HORS

BSA - Un déluge de bulles

SERIE

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 11/15

NICOLAS FEUILLATTE

Réserve Exclusive - Brut

14,5/20

30 €

Le nez évoque la tarte aux pommes à la cannelle que votre grandmère

a tout juste sortie du four. La bouche est marquée par des notes

d’ananas cuit, de calcaire fumé et une légère et noble amertume

végétale qui donne une jolie structure. On est sur un champagne frais,

salivant, bien équilibré.

D Des asperges croquantes.

PANNIER

Brut Sélection

13/20

28 €

Le volume et la maturité dominent. La bouche est douce, ronde et

sapide, finissant sur des notes vanillées. Le nez est dominé par les

fruits jaunes, la pêche, avec des arômes plus évolués de café, coco et

curry. Cette richesse générale lui permet d'accompagner une bonne

partie du repas.

Poire pochée et pain d’épices.

PALMER

Brut Réserve

& CO

14/20

33 €

Un champagne atypique de la montagne de Reims car le chardonnay

est majoritaire. II délivre ses notes d’agrumes et de kumquat tandis

que le pinot noir joue davantage sur l’aromatique (framboise) que sur

la puissance. Belle minéralité jusqu’en finale. Un vin parfumé, resserré

sur une jolie nervosité.

■ Filets de soles à la dieppoise.

PAUL

BrutTradition

15/20

33,10€

GOERG

Cerise, rose, violette, déclinaisons florales, ce champagne affiche un

style pimpant et acidulé au nez. La bouche surprend par une certaine

opulence, assez riche et vineuse, signée par des notes kirschées et

des touches de petit fruit rouge acidulé. Finale légèrement crayeuse,

avec de légers amers. Atypique.

■ Tomme de brebis à la cerise noire.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 12/15

PHILIPPONNAT

Royale Réserve Brut

15/20

42 €

L’effervescence de petites bulles accompagne une jolie teinte paille

claire. Un nez délicat de rose et de groseille précède la bouche

souple et vive, tout en discrétion. L’ensemble est harmonieux

tout en restant sur la réserve, permettant de l’apprécier à l’apéritif

comme à table.

■ Saint-jacques et tombée de poireaux.

PIERRE

Brut Prestige

14,5/20

35 €

MIGNON

Sans caractère démonstratif, le nez déploie des arômes de fruit

blanc croquant, de kiwi, d'herbe fraîche et de foin. La bouche se

révèle acidulée, signée par des bulles abondantes mais fines, une

certaine tension, et laisse au finale une sensation de gourmandise,

voire de sucrosité.

n

Huître, kiwi, avocat et gingembre.

POL

Brut

15,5/20

27 €

COURONNE

Nez séducteur, délicat et frais, palette briochée, toastée qui prend

du volume en bouche, avec une mousse généreuse, beaucoup de

vivacité et une fin de bouche douce amère. II est tout en équilibre avec

ses trois cépages à parts égales. Pour amateurs de saveurs grillées,

en toutes occasions, un modèle de BSA.

Gougères au fromage. Sauté de nouilles aux crevettes épicées.

POL ROGER

Brut Réserve

15/20

44 €

Voici un champagne qui a divisé le jury, certains flirtant avec le

coup de cœur, d’autres davantage sur la réserve. Chacun salue la

bulle fine, la belle maturité d’un fruit blanc juteux à point, des notes

de poivre blanc, de menthe et de jasmin. Les plus enthousiastes

soulignent une authentique pureté aromatique, de la profondeur,

et un équilibre « en 3D » qui confère au champagne une vraie

complexité.

Huître tiède en sabayon.

POMMERY

BrutApanage

14/20

32 €

Le nez légèrement fumé déploie des notes de noisette et des

senteurs florales, prélude d’une bouche effectivement marquée

par des arômes d’aubépine où l’on retrouve également la noisette,

mais cette fois un peu pralinée. Le côté suave est ici balancé par

l’amertume

calcaire.

Crumble parmesan et noisette.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

BSA - Un déluge de bulles

SERIE

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 13/15

Photo d'Arce Chassenay

RUINART

R de Ruinart - Brut

15/20

52 €

C’est rharmonie qui ressort de cet assemblage d’une cinquantaine

de crus harmonieusement répartis. Le bouquet discret de

chèvrefeuille, mirabelle, groseille à maquereau annonce une bouche

fraîche et délicate avec une certaine ampleur. L’élégance de la

simplicité.

Tarte aux mirabelles.

THIÉNOT

Cuvée

Brut

15/20

31,60 €

C'est un nez très charmeur qui s’annonce, entre fines notes d’agrumes

(zeste de citron, fleur d’oranger), fruit blanc et gourmandise lorgnant

vers la frangipane. La bulle est fine, accompagnant une attaque

franche et vivace, avant de déployer du gras, de l’ampleur, une chair

digne d’un beau chardonnay bourguignon conclue par une finale

rafraîchissante.

Daurade entière, sauce au beurre blanc et pommes vapeur.

TAITTINGER

Brut Réserve

16/20

41,50 €

Belle présentation pâle et brillante se poursuivant par une bouche

élégante et homogène, à la rondeur relevée par une acidité

discrète. Le nez offre davantage de surprises, oscillant entre la

finesse de la poire et des arômes de caractère plus iodés, de noix

fraîche.

VEUVE

Brut

15,5/20

40 €

CLICQUOT

Une robe jaune soutenu à reflet or, un nez printanier, très invitant, puis

une attaque tonique avant un palais très équilibré, désaltérant, sans

agressivité, sur les fruits jaunes et les fleurs blanches, doté d’une bulle

fine et abondante. Finale assez tonique aux amers très fins. Large

spectre de possibilités marines.

Pour

l’apéritif.

Carpaccio de saint-jacques.

TELMONT

Réserve

14,5/20

47 €

Brut

La bouche puissante, vive et légèrement tannique contraste avec

la fraîcheur d’arômes discrets de ciboulette, poire, partant sur le

kirsch et une touche briochée. Le pinot meunier majoritaire et la forte

proportion de vins de réserve contribuent à cette belle alliance de

fraîcheur et de volume.

■ Sauté de lapin au vermouth.

VRANKEN

Brut

16/20

42 €

Diamant

Un nez de croissant frais et d’agrumes, une bouche crémeuse,

délicate, fine, aérienne, où se dessinent l’amertume de l’écorce

d’orange, des notes délicieuses de noisette, et une tension qui donne

en même temps de la tenue. Une vraie réussite !

D Un brillat-savarin.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

BSA - Un déluge de bulles

SERIE

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 14/15

EXTRA-BRUT (entre 3 et 6 g de sucre par litre)

ALEXANDRE

BONNET

Champagne Les Riceys - Blanc de Noirs

15/20

39 €

Une cuvée originale puisque le pinot blanc est assemblé à moitié avec

le traditionnel chardonnay. Les arômes d’herbe frâîche, poivre, pomme

Granny se rajoutent à la forte minéralité du sol calcaire qui se retrouve

aussi en bouche. Caractère etfinesse, aciditéfranche renforçant l’équilibre.

■ Saumon à l’unilatérale.

ESTERLIN

Ex-Solera

16,5/20

34,70 €

Un joli champagne exhalant une alléchante

mosaïque de senteurs (fruits jaunes, verveine,

vanille, fleurs séchées). Dans la lignée de cette

aromatique, la bouche joue la carte florale,

agrémentée de tonalités miellées, et dévoile un

équilibre très réussi entre amplitude et joli gras,

7P

ALEXANDRE

1er Cru Extra Brut

18,5/20

36,90 €

PENET

Un habit brillant à reflet d'or rose, une palette très

originale, subtile, un rien briochée, égrenant par

touches vanille, cerise confite, gelée de rose. Ce

beau flacon continue de surprendre en bouche

avec de fines saveurs sur Porange séchée, d’une

grande finesse, ourlée de suavité, de minéralité.

Des bulles extra-fines, une tension très enlevée,

voilà un champagne de gastronomie. Le pinot

noir compte pour moitié, meunier et chardonnay

se partagent la seconde, l’art de la composition

s’appuyant sur une réserve décennale. Un

rendez-vous d’élégance et d’équilibre.

Saint-pierre et sauce aux agrumes

et beurre

noisette.

présents tout au long de la dégustation. Un vin

de belle longueur, dont la dégustation s’achève

sur une pointe finale parée de la juste dose

d'amertume, et d’une once de salinité, amenant

une tension vivifiante. Quel bel équilibre !

Tarte

abricots-verveine-pistaches.

LE BRUN DE NEUVILLE

Extra Blanc

16,5/20

34,50 €

Ce 100 % chardonnay de la Côte de Sézanne,

sur une base 2016, intègre 52 % de vin de

réserve. Cette dernière composante s’exprime

par des notes discrètes d’évolution, sur la vanille,

le pain grillé et la brioche. En parallèle, on saisira

des touches de menthe et gingembre, de fruits

BRUNO PAILLARD

Première Cuvée Extra-Brut

16/20

39,90 €

Issu de la première presse, ce champagne révèle un nez élégant, salin,

de fleurs blanches mais surtout de cédrat et de mandarine. C’est bien la

finesse et la délicatesse qui caractérisent ce champagne sur l’agiume, une

touche de groseille, le fruit blanc et la minéralité. Tout est là, bien agencé.

O Risotto aux champignons et au noix de pétoncles.

à noyau et une légère minéralité. La bouche

retrouve cette fraîcheur, sur une attaque nerveuse

et incisive portée par des saveurs de citron vert

qui persistent jusqu’à une finale longue et étirée,

un peu minérale. C’est donc un chardonnay

complexe, au potentiel très travaillé, qui exprime

bien son terroir crayeux.

ft Chapon aux cèpes sauce au champagne.

IRROY

Extra Brut

14,5/20

29 €

Beaucoup de caractère en bouche pour cet extra-brut à dominante

de pinots noir et meunier. Bouche ample et fraîche finissant sur

d’agréables amers apportant rondeur et équilibre d’ensemble.

Les arômes de beurre frais et brioche évoluent sur des notes plus

complexes de tabac et de noix.

Langoustine

à la plancha.

LOMBARD

Extra Brut

15/20

28,50 €

Assemblant pinot noir, chardonnay, pinot meunier et 20 % de vins

de réserve, le tout en sélection parcellaire sur la Côte des Bar, la

montagne de Reims, la vallée de la Marne et la Côte de Sézanne,

il se distingue par son côté salin, un bouquet subtil de tilleul et une

effervescence d’une très grande vivacité.

D Brillat-savarin.

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

BSA - Un déluge de bulles

Edition : Decembre 2022 P.66-68,70,72,74-76,78,80,82-84,86,88

p. 15/15

PENET-CHARDONNET

Grand Cru - Terroir & Sens - Extra-Brut

14/20

52,90 €

Un beau champagne à la robe or pâle et aux reflets argentés. Le vin

est vif, dynamique, construit autour d’arômes de pomme, de citron

vert, de pierre à fusil et une certaine salinité. C’est le champagne idéal

pour se mettre en appétit.

n Une burrata.

PIPER-HEIDSIECK

Essentiel

17/20

37,90 €

- Extra Brut

C'est bien l’équilibre qui caractérise ce beau

champagne. Le nez séduit par ses arômes de

fruitsjaunes, d’ananas confit, d’orange, de citron

et une touche discrète de brioche. L’assemblage

des trois cépages traditionnels s’exprime dans

une parfaite alliance et la proportion de vin de

réserve est juste. En bouche, les bulles sont

fines, il y a de la puissance, de la gourmandise,

mais de Pélégance aussi, et l’harmonie entre un

certain volume et la fraîcheur séduit. C’est une

chair raffinée, gourmande et pleine de douceur,

équilibrée par des saveurs citronnées et une belle

acidité. Splendide !

| Papillotes de saumon au miel,

i curry et gingembre.

BRUT

A.R

Brut Nature

14,5/20

38,50 €

LENOBLE

ULLENS

L.P.M

19/20

65 €

NATURE

Sur ce champagne hommage à la Petite

Montagne, « Terre de vins » vous garantit l’effet

« waouh ! ». Le nez s’ouvre sur des arômes

de tilleul et de reine-claude. La bouche est

légèrement miellée, mais sans lourdeur, et relevée

par des arômes très chics de cèdre, de poivre et

de gingembre. Le fruit est généreux, dominé par

un duo abricot-pêche éclatant. On sent ici toute

la maitrise du meunier de Maxime Ullens qui

arrive à maintenir une belle tension et en même

temps à nous offtir ce qu’il faut de maturité pour

flatter notre palais. C’est l’entre-deux parfait entre

richesse et finesse !

n Chèvre frais aux figues.

Un premier nez délicat de petites fleurs blanches et de vanille tout

en iégèreté, une attaque très pleine, volumineuse, suivie d’une

CHAMPAGNE

TSARINE

Orium

16/20

34 €

Charmeur, avec sa belle complexité aromatique

portée par des notes fruitées, fleuries et

pâtissières, cet assemblage à quasi-égalité

des trois cépages-phares de Champagne

s’affirme au nez dans un élégant classicisme,

qui se poursuit en bouche. Les bulles fines et

nombreuses dansent sur le palais, l’équilibre

est maîtrisé, alliant structure et subtilité,

opulence et tension, avec une belle longueur

portée par une trame juteuse et une finaie

fruitée. Un champagne de table.

Sjji La traditionnelle dinde farcie

HiB et ses marrons.

saveur fugace de coing confit, de pâtisserie briochée puis beaucoup

d’agrumes dont le citron vert. Bulle abondante, très formée, généreuse.

Finaie sans amertume pour ce champagne robuste.

n Ftillettes de tourteau, macédoine de légumes croquants.

Retrouvez toute l’actualité

du

champagne

(business, interviews, nouvelles cuvées,

œnotourisme et événements) sur

terredevins.com

pourGosset Photo Imagesinair

232569 VIGNERONS - CISION 1169814600505

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


LES DE COOPERATIVES

CHAMPAGNES

Presse écrite FRA

TERRE DE VINS HORS

SERIE

Famille du média : Médias spécialisés

grand public

Périodicité : Irrégulière

Audience : N.C.

Sujet du média : Tourisme-Gastronomie

Edition : Decembre 2022 P.90-91

Journalistes : -

Nombre de mots : 1011

p. 1/2

DES COOPERATIVES AU CŒUR DU TERROIR

Plus qu’un élan, le retour aux valeilfS d@ teiTOir pour le vignoble champenois est également incarné par ses COOpérativeS.

L’évolution des démarches durables et de traçabilité parcellaire coïncide avec celle des outils de producrion, de marketing

et de packaging, à l’image de la sélection présentée

c2ÎL-

GRANDS

TERROIRS

2015

LE BRUN

DE NEUVILLE

LE CHEMIN EMPREINTÉ

BLANC DE BLANCS

NICOLAS

FEUILLATTE

GRAND CRU BLANC

DE NOIRS MILLESIME 2014

PALMER & CO

GRANDS TERROIRS 2015

Une jolie signature millésimée

VEUVE A. DEVAUX

CŒUR DES BAR

BLANC DE NOIRS

Quels beaux chemins empruntés

depuis 1963 par cette coopérative

innovante de la Côte

de Sézanne. Ces chemins vous

conduisent vers un choix d’identité

parcellaire et de singularité, à

l’image de ce chardonnay 2017

tiré sous liège, juste épicé par

10 % sous bois et 25 % de vins

de réserve. La lumière jaune pâle

est au bout du chemin, parsemé

de beurre chaud, noisette grillée,

bouton-d’or, nougat, citron,

poire, torréfaction. II est compliqué

de résister à la texture crémeuse

renforcée par une craie

aux sels totalement intégrés.

La coopérative créée en 1972

est animée par 5 000 adhérents

sur plus de 2 100 hectares de

vignes. La cuvée provient d’une

sélection rigoureuse de grands

crus de la Montagne de Reims

et vallée de la Marne, révélant

toute l’intensité aromatique du

pinot noir. De la robe lumineuse

émanent des notes franches de

rose, pivoine, cassis, framboise,

mûre, cerise, prunelle, mirabelle,

sureau, pain grillé. La bouche

ample et saline est balancée

entre une fraîcheur pulpeuse et

crayeuse, et une vinosité doublée

d’une charpente laissant persister

une matière substantielle.

d’un hommage à la nature et

aux premiers et grands crus

de la Montagne de Reims. La

craie humide et marine donne

l’impulsion à cet assemblage dominé

par le chardonnay à 50 %

et le pinot à 38 %, exprimant

des notes d’amande et noi

sette grillées, fève tonka, silex,

brioche, pêche de vigne, citron,

mirabelle, fleur d’oranger, fram

boise, épices douces, infiisions.

La délicatesse pulpeuse et charnue

vous convie à une évasion

sensorielle dirigée par une fraî

cheur crayeuse, à la fois tendre

et fondue.

Paisiblement installée dans la

Côte des Bar, la coopérative n’a

de cesse d’innover, à l’image de

cette cuvée provenant de premières

presses d’une sélection de

parcelles de pinot noir, dont une

partie en conversion biologique.

Environ 25 % de vins de réserve

avec une touche de foudre de

chêne viennent épicer l’ensemble.

Un nez calcaire fumé rocheux typique

pose l’origine, suivi par le

cassis, prunelle, réglisse, violette

poivrée, pomme rouge, pain

grillé, miel. Le vin épouse le palais

par son envergure tactile, avec

élégance, pureté et salinité. Racé !

Filet de turbot rôti au

beurre mousseux, chanterelles

et mousse de palourdes.

m

Noisette de chevreuil rôtie,

airelleset châtaignes,

jus façon poivrade.

m

Filet de saumon poêlé au

sésame, purée de cresson,

basilic thaï, tuile de peau.

DSteak

de biche poêlé et

champignons des bois.

37 €

49 €

64 €

34,50 €

51260 Bethon

51530 Chouilly

51100 Reims

10110 Bar-sur-Seine

03 26 80 48 43 - lebrundeneuville.fr

03 26 59 55 50 - nicolas-feuillatte.com

03 26 07 35 07 - champagne-palmer.fr

03 25 38 30 63 85 - champagne-devaux.fr

232569 VIGNERONS - CISION 7669814600504

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


TERRE DE VINS HORS

SERIE

DES COOPERATIVES AU CŒUR DU TERROIR

Edition : Decembre 2022 P.90-91

p. 2/2

Par Geoffrey Orban

Master en œnologie, expert en champagne

LESCHAMPAGNES

DECOOPÉRATIVES

MAILLY GRAND CRU

EXTRA-BRUT MILLESIME

2015

CH. DE L’AUCHE

LES CHAPITRES

BD\NC DE MEUNIERS

DOM CAUDRON

CORNALYNE

Fondée en 1929 grâce à la géné-

H. BUN

ROSE DE SAIGNEE 2015

À l’initiative d’Henri Blin, la

La coopérative fondée en 1929

Fondée en 1961, la coopérative

rosité du curé du village, cette

coopérative de Vincelles est née

est habituée à fournir le sel de

de Janvry est installée sur le lieu

coopérative de la vallée de la

de l’union de 29 viticulteurs

ce grand cru de caractère. La

dit l’Auche. Jean-Christophe

Semoigne bénéficie d’un terroir

en 1947. Présidée par Simon

parfaite maîtrise parcellaire est

Lenfant orchestre des raisins

béni pour le meunier, ici conju-

Blin, petit-fils d’Henri, elle en

à l’œuvre par une sélection de

de 60 viticulteurs et répartis sur

gué à un travail partiel sous bois

regroupe aujourd’hui 120 sur

lieux-dits équilibrant cette année

115 hectares, principalement

de 300 litres. Le bâtonnage régu-

autant d’hectares. La cuvée

chaude. Ajustée avec 15 % sous

dans les vallées de la Vesle et

lier des lies préserve la fraîcheur

provient d’une sélection parcel-

bois et un faible dosage, l’as-

de l’Ardre. La cuvée offre une

du cépage. De teinte jaune cor-

laire de meunier, à la teinte rose

semblage 73 % pinot et 27 %

lecture précise du meunier sur

naline, le champagne évoque des

fraise lumineuse. Le nez précis

chardonnay de premières presses

un secteur dominé par le sable

notes de pomme tiède, orange,

et fruité évoque des notes de

en impose. La teinte jaune paille

et l’argile : teinte or jaune sou-

mandarine, tilleul, amande,

menthe fraîche, silex, rose rouge

vibre à l’unisson de notes d’em-

tenu ; nez séducteur aux notes

mirabelle, reine-claude, fraise

capiteuse, framboise, fraise des

bruns marins, poussière de craie,

d’orange, coing, fruit de la Pas-

confite, coing, figue. La bouche

bois, cerise griotte, groseille.

poivre, fumée, marmelade, gre-

sion, pêche, ananas, amande,

ample et pulpeuse se veut cro-

La bouche distinguée et séduc-

nade, pomelo, quetsche, musc,

fraise, dlleul ; bouche pulpeuse

quante, et dotée d’une fraîcheur

trice n’enlève pas un caractère

pain grillé. Bouche pulpeuse et

et enrobée, animée d’une fraî-

marine et salée qui prolonge le

de terroir qui autorise l’audace

vineuse, à la finale riche et saline,

cheur vibrante avec une finale

plaisir. Sa-vou-reux !

culinaire.

très

profonde.

éclatante, aérienne et saline.

Bar au caviar, émulsion de

Foie gras poêlé et lamelles

Rôti de filet de bœuf aux

sauce champagne au fu-

Foie gras en terrine et confit

de cèpes confites au beurre

herbes et baies roses en

met, échalote et fenouil.

de mangue et ananas.

croûte.

44 €

34,50 €

45 €

51500 Mailly-Champagne

51390 Janvry

51700 Passy-Grigny

51700 Vincelles

03 2649 41 10-champagne-mailly.com

03 26 03 63 40 - champagne-de-lauche.com

03 26 52 45 17 - domcaudron.com

03 26 58 20 04 - champagne-blin.com

232569 VIGNERONS - CISION 7669814600504

Tous droits de reproduction et de représentation réservés au titulaire de droits de propriété intellectuelle

L'accès aux articles et le partage sont strictement limités aux utilisateurs autorisés.


Tourisme : la Marne retrouve son niveau

d’avant-crise

refletsactuels.fr 6 décembre 2022

L’INSEE vient de publier son étude sur la saison touristique 2022 dans le Grand Est qui

montre que la Marne est une destination qui plaît.

D’avril à septembre 2022, les hébergements collectifs de tourisme du Grand Est enregistrent

13,9 millions de nuitées. En 2022, Les touristes ont plus souvent opté pour le camping et les

hébergements haut de gamme qu’en 2019. La fréquentation est portée par la clientèle

résidente. Néerlandais, Allemands et Belges sont de retour, dans les hôtels comme dans les

hébergements de plein air.

La Marne enregistre 762 000 nuitées de résidents en 2022 contre 755 000 en 2019 avant la

crise sanitaire. Du côté des non-résidents, le nombre de nuitées en 2022 s’établit à 552 000

contre 533 000 en 2019. Concernant les hôtels, la fréquentation est en hausse dans l’Aube, la

Meurthe-et-Moselle, la Marne et la Haute-Marne (de 4 % à 15 % comparée à 2019), tandis

qu’elle recule dans les autres départements : de – 2 % (Haut-Rhin) à – 14 % (Ardennes). Les

nuitées en hébergement de plein air progressent dans presque tous les départements par

rapport à la saison estivale 2019, de 7 % (Haut-Rhin) à 29 % (Marne) ; seules la Meuse et

l’Aube ne retrouvent pas leur fréquentation d’avant-crise.

La fréquentation en nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans

un établissement touristique. Un couple séjournant trois nuits dans un établissement compte

pour six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.

Les résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile

principal en France. Les non-résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui

ont leur domicile principal à l’étranger.

Les résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui ont leur domicile

principal en France. Les non-résidents sont les personnes, quelle que soit leur nationalité, qui

ont leur domicile principal à l’étranger.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!