30.12.2022 Views

WSA06-TAAMALA

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

L A FEMME ES T L’AVENIR DU SPORT<br />

N°6 Janvier > Juin 2023<br />

CES CHAMPIONNES<br />

AFRICAINES<br />

QUI PRÉPARENT<br />

PARIS 2024<br />

africa.womensports.fr<br />

FEMMES D’INFLUENCE<br />

KIRSTY COVENTRY<br />

AÏCHA GARAD ALI<br />

KORNELIA SEMMELINK<br />

FRANÇOISE MBANGO<br />

JOJ DAKAR 2026<br />

LE PREMIER ÉVÉNEMENT<br />

OLYMPIQUE SUR SOL AFRICAIN<br />

SERA PARITAIRE !<br />

DÉCOUVERTE<br />

D.R.<br />

DJIBOUTI<br />

LA DESTINATION QUI VA<br />

VOUS SURPRENDRE !<br />

© Xinhua - Li Yibo - ABACAPRESS - Icon Sport


Association<br />

ASSOCIATION<br />

NOS PARTENAIRES<br />

ENGAGÉS ACTIVEMENT POUR UNE DIFFUSION GRATUITE DE WOMEN SPORTS AFRICA<br />

EN PRINT ET DIGITAL DANS L’ENSEMBLE DES PAYS DU CONTINENT<br />

TOP PARTENAIRES<br />

PARTENAIRES DE DIFFUSION<br />

YEMALY<br />

YEMALY<br />

YEMALY<br />

ASSOCIATION<br />

2 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


ÉDITORIAL<br />

D.R.<br />

Kirsty Coventry :<br />

« Les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2026<br />

permettront de montrer qui nous sommes en tant qu’Africains,<br />

notre culture et l’amour que nous avons pour le sport »<br />

D.R.<br />

Dakar accueillera les Jeux Olympiques de la Jeunesse.<br />

Nous sommes très heureux, en tant que mouvement<br />

Olympique, que les Jeux viennent en Afrique pour la première<br />

fois en 2026.<br />

La compétition permettra, en particulier au Sénégal,<br />

un développement et une croissance<br />

considérables de son secteur sportif, ainsi que<br />

l’identification des talents, le développement<br />

de ses entraîneurs et de leurs capacités et<br />

compétences techniques grâce aux interactions<br />

avec les fédérations internationales.<br />

L’espoir pour Dakar 2026 est que ce mouvement<br />

se répercute ensuite dans toute l’Afrique.<br />

Ainsi, l’opportunité d’aider d’autres pays africains<br />

qui se portent candidats à des événements<br />

internationaux régionaux ou continentaux prendra réellement<br />

forme. Les capacités techniques qui seront installées à Dakar<br />

pourront être utilisées pour aider tout le continent. L’engagement<br />

des jeunes et l’utilisation du sport comme exutoire pour la jeunesse<br />

au sein des communautés est aussi un véritable but assumé de<br />

cet événement exceptionnel.<br />

Un festival sportif se déroulera chaque année, « Dakar<br />

en Jeux », qui a pour but de faire découvrir l’Afrique<br />

au monde par le biais du sport, de rassembler les<br />

jeunes et de leur ouvrir les yeux sur les différentes<br />

possibilités offertes par le sport et la culture. Les Jeux,<br />

qui viennent en Afrique, permettront également de<br />

montrer qui nous sommes en tant qu’Africains, notre<br />

culture, l’amour que nous avons pour le sport et la<br />

passion que nous avons pour notre peuple.<br />

Kirsty Coventry est<br />

présidente de la commission<br />

de coordination des Jeux<br />

Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2026<br />

D.R.<br />

Découvrez dans ce magazine notre enquête sur les JOJ Dakar 2026 ainsi<br />

que notre entretien exclusif plus personnel avec Kirsty Coventry<br />

16 avenue Hoche - 75008 Paris<br />

PRÉSIDENT-FONDATEUR<br />

BRUNO LALANDE<br />

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION<br />

ET RÉDACTEUR EN CHEF<br />

DAVID TOMASZEK<br />

dtomaszek@womensports.fr<br />

DIRECTEUR ARTISTIQUE<br />

XAVIER CHAMBON<br />

RÉDACTION<br />

LÉA BORIE,<br />

VANESSA MAUREL,<br />

AMÉLIE DAVID,<br />

KENAN CHANSON,<br />

MERLIN DEMANGEL,<br />

RUBEN DIAS,<br />

BRUNO LALANDE,<br />

DAVID TOMASZEK<br />

PARTENARIATS<br />

BRUNO LALANDE<br />

blalande@womensports.fr<br />

PUBLICITÉ<br />

RÉGIE SPORT.FR<br />

SPORT.FR/REGIE | REGIE@SPORT.FR<br />

Remerciements à Kadoug Ibrahim<br />

Houssein (OT Djibouti), Benoît Meyer,<br />

Michaël Noyelle (CIO), aux équipes de<br />

Decathlon United et Fondation Decathlon.<br />

AFRICA.WOMENSPORTS.FR<br />

Facebook @womensports.fr<br />

Twitter @WomenSports_fr<br />

Instagram @womensports.fr<br />

LinkedIn @womensports<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 3


N°6 Janvier > Juin 2023<br />

D.R.<br />

26<br />

SOMMAIRE<br />

WOMEN SPORTS AFRICA N°6<br />

L A FEMME ES T L’AVENIR DU SPORT<br />

CES CHAMPIONNES<br />

AFRICAINES<br />

QUI PRÉPARENT<br />

PARIS 2024<br />

FEMMES D’INFLUENCE<br />

KIRSTY COVENTRY<br />

AÏCHA GARAD ALI<br />

KORNELIA SEMMELINK<br />

FRANÇOISE MBANGO<br />

JOJ DAKAR 2026<br />

LE PREMIER ÉVÉNEMENT<br />

OLYMPIQUE SUR SOL AFRICAIN<br />

SERA PARITAIRE !<br />

DÉCOUVERTE<br />

DJIBOUTI<br />

LA DESTINATION QUI VA<br />

VOUS SURPRENDRE !<br />

africa.womensports.fr<br />

© Xinhua - Li Yibo - ABACAPRESS - Icon Sport<br />

06PODIUMS<br />

Les championnes africaines<br />

de l’année 2022<br />

08 COUPS DE CŒUR<br />

ENSEMBLE<br />

10 DOUARS EN VIE<br />

Des actions éducatives et sportives<br />

en faveur d’un village tout entier<br />

CHAMPIONNES<br />

16 BASKET<br />

Sika Kone et Masseny Kaba,<br />

la jeunesse déjà au pouvoir<br />

18MIALITIANA CLERC<br />

À jamais la première Malgache<br />

à participer aux JO d’hiver<br />

20LA BODYBUILDEUSE<br />

SAFOURA COMPAORÉ<br />

Atout corps du Burkina Faso<br />

24 LE GOLF AFRICAIN<br />

brille sur la scène internationale<br />

26 PORTFOLIO<br />

Ces championnes africaines<br />

qui préparent Paris 2024<br />

ENQUÊTE<br />

44DAKAR 2026<br />

Le premier événement<br />

olympique sur sol africain sera<br />

paritaire !<br />

C’EST BON POUR MOI !<br />

48LA ROUTINE YOGA<br />

de Souheir Louahala !<br />

4 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


64 56<br />

44 20 68<br />

DÉCOUVERTE<br />

54 TANZANIE<br />

Un séjour au Cap-Vert<br />

56 DJIBOUTI<br />

La destination qui va vous<br />

surprendre !<br />

FEMMES D’INFLUENCE<br />

60 AÏCHA<br />

GARAD ALI<br />

« Que les femmes<br />

revendiquent<br />

les places qui<br />

leur reviennent<br />

de droit ! »<br />

64 FRANÇOISE MBANGO<br />

Fierté du Cameroun, elle met son<br />

expérience au service des<br />

générations futures<br />

66 KIRSTY COVENTRY<br />

« Porter le drapeau du Zimbabwe<br />

<br />

de ma vie »<br />

OUT OF AFRICA<br />

68 JO 2016, BARBIE...<br />

Ibtihaj Muhammad, une<br />

escrimeuse qui casse les codes<br />

71 5 FAITS QUE VOUS<br />

IGNOREZ SUR SERENA<br />

WILLIAMS<br />

DÉTENTE<br />

76 FOOD<br />

De l’arbre à la tasse<br />

A la reconquête du café ivoirien<br />

81 LIVRE<br />

Egalité professionnelle Femmes-<br />

Hommes : Où en sont les<br />

organisations opérant en Afrique ?<br />

62 BASKET<br />

KORNELIA SEMMELINK<br />

« La NBA prend très au sérieux le<br />

fait de donner des responsabilités<br />

à des femmes »<br />

LIFESTYLE<br />

72 ASANTII<br />

l’ambition de créer un écosystème<br />

de la mode en Afrique<br />

@WomenSports_fr<br />

facebook.com/womensports.fr<br />

womensports.fr<br />

womensports.fr/video<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 5


BAROMÈTRE<br />

LES PODIUMS<br />

DE L’ANNÉE 2022<br />

AVEC<br />

Hellen Obiri<br />

Kenya, Athlétisme<br />

Kenya, Athlétisme<br />

JANVIER 2022<br />

Imène Khelif<br />

Algérie, Karaté<br />

Mialitiana Clerc<br />

Madagascar, Ski<br />

<br />

La championne du monde<br />

Hellen Obiri a remporté<br />

le cross-country<br />

d’Irlande<br />

du Nord à Dundonald, en<br />

bouclant les 8 km en 26<br />

min 44 sec.<br />

<br />

La boxeuse algérienne<br />

Imène Khelif a remporté<br />

la médaille d’or de<br />

la Nations Cup 2022<br />

organisée en Serbie en<br />

catégorie 63 kg.<br />

<br />

La skieuse originaire de<br />

Ambohitrimanjaka et qui<br />

a grandi en Haute-Savoie<br />

(France), représente<br />

Madagascar aux Jeux<br />

Olympiques de Pékin.<br />

FÉVRIER 2022<br />

MARS 2022<br />

<br />

Nigéria, Athlétisme<br />

Yalemzerf Yehualaw<br />

Éthiopie, Athlétisme<br />

Gudaf Tsegay<br />

Éthiopie, Athlétisme<br />

Tatjana Schoenmaker<br />

Afrique du Sud, Natation<br />

Asisat Oshoala<br />

Nigéria, Football<br />

Nawel Yahi<br />

Algérie, Athlétisme<br />

<br />

La Nigériane a établi un<br />

nouveau record Africain<br />

du 200m en salle, au<br />

Texas, en terminant 2 e du<br />

meeting avec un chrono<br />

de 22,46 secondes.<br />

<br />

L’Ethiopienne de 22 ans a<br />

signé un nouveau record<br />

du monde sur le 10 km<br />

route en 29 min et 14<br />

secondes à Castellon en<br />

Espagne.<br />

<br />

La jeune athlète<br />

éthiopienne a remporté<br />

le 1500 m du meeting de<br />

Torun, en Pologne, avec<br />

un excellent chrono de<br />

3 mn 54 s 77.<br />

<br />

La Sud-Africaine Tatjana<br />

Schoenmaker a été<br />

récompensée par le<br />

magazine Forbes Africa,<br />

en remportant le Sports<br />

Award.<br />

<br />

Le FC Barcelone féminin,<br />

où évolue Asisat Oshoala,<br />

a remporté sa troisième<br />

Liga (championnat<br />

espagnol de football)<br />

d’affilée.<br />

<br />

L’Algérienne Nawel Yahi<br />

(qui évolue au club Athlé<br />

92) a terminé à la 1ère<br />

place au scratch du crosscourt<br />

du championnat de<br />

France 2022.<br />

AVRIL 2022<br />

MAI 2022<br />

Christine Mboma<br />

Namibie, Athlétisme<br />

Judith Jeptum<br />

Kenya, Athlétisme<br />

Peres Jepchirchir<br />

Kenya, Athlétisme<br />

Salima Mukansanga<br />

Rwanda, Football<br />

Ons Jabeur<br />

Tunisie, Tennis<br />

Ejgayehu Taye<br />

Ethiopie, Athlétisme<br />

<br />

La Namibienne, avec<br />

ses 21s 87, a claqué la<br />

meilleure performance<br />

mondiale de l’année sur<br />

200 m, lors du<br />

meeting international de<br />

Gaborone.<br />

<br />

La Kényane a bouclé le<br />

marathon parisien en<br />

2h 19 min et 48 sec,<br />

améliorant ainsi le record<br />

de l’épreuve établi en<br />

2017 par sa compatriote<br />

Purity Rionoripo.<br />

<br />

L’athlète kényane<br />

s’est imposée sur le<br />

marathon de Boston, où<br />

elle concourait pour la<br />

première fois, décrochant<br />

sa 5e victoire consécutive<br />

depuis 2019.<br />

<br />

C’est historique : cette<br />

arbitre deviendra la<br />

première femme africaine<br />

à officier à la Coupe du<br />

monde de football des<br />

hommes. Elle avait déjà<br />

arbitré lors de la CAN.<br />

<br />

Ons Jabeur remporte<br />

le plus beau titre de sa<br />

carrière à Madrid. Elle<br />

s’impose en finale aux<br />

dépens de l’Américaine<br />

Jessica Pegula, et décroche<br />

son 2 e titre WTA.<br />

<br />

L’athlète éthiopienne<br />

Ejgayehu Taye s’est adjugée<br />

la victoire sur le 5000<br />

m du meeting d’Eugene<br />

comptant pour la Ligue de<br />

diamant, en<br />

14 min 12 s 98.<br />

6 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


JUIN 2022<br />

JUILLET 2022<br />

Lara Van Niekerk<br />

Afrique du Sud, Natation<br />

Ons Jabeur<br />

Tunisie, Tennis<br />

Mary Moraa<br />

Kenya, Athlétisme<br />

Magaia<br />

Afrique du Sud, football<br />

Gotytom Gebreslase<br />

Éthiopie, athlétisme<br />

Tobi Amusan<br />

Nigéria, athlétisme<br />

<br />

La Sud-Africaine Lara Van<br />

Niekerk a été médaillée<br />

de bronze aux Mondiaux<br />

de natation, sur le 50m<br />

brasse avec un chrono<br />

de 29s90.<br />

<br />

Ons Jabeur a remporté<br />

le tournoi WTA 500<br />

de Berlin. La joueuse<br />

décroche ainsi son 3 e titre<br />

majeur et grimpe à la 3 e<br />

place mondiale.<br />

<br />

La Kényane Mary Moraa<br />

a battu son propre record<br />

personnel sur 800 m lors<br />

des sélections pour les<br />

championnats du monde<br />

d’athlétisme.<br />

<br />

Grâce à son doublé, Magaia<br />

et les Sud-Africaines<br />

se sont imposées 2-1<br />

en finale face au Maroc<br />

et ont remporté la CAN<br />

Féminine 2022.<br />

<br />

L’Éthiopienne Gotytom<br />

Gebreslase (27 ans) est<br />

devenue championne du<br />

monde du marathon à<br />

Eugene. Son premier titre<br />

mondial.<br />

<br />

La Nigériane Tobi Amusan<br />

a battu le record du<br />

monde du 100 m haies en<br />

demi-finale des Mondiaux<br />

d’athlétisme de Eugene<br />

(Oregon).<br />

AOÛT 2022<br />

SEPTEMBRE 2022<br />

Francine Niyonsaba<br />

Burundi, Athlétisme<br />

Paula Reto<br />

Afrique du Sud, Golf<br />

Ramla Ali<br />

Somalie, Boxe<br />

Mayar Sherif<br />

Égypte, Tennis<br />

Yalemzerf Yehualaw<br />

Éthiopie, Athlétisme<br />

Inès Laklalech<br />

Maroc, golf<br />

<br />

La Burundaise Francine<br />

Niyonsaba a remporté<br />

le 3 000m à la Ligue de<br />

Diamant de Lausanne en<br />

8 min 26 sec 80.<br />

<br />

L’Ethiopienne de 22 ans a<br />

signé un nouveau record<br />

du monde sur 10 km<br />

route en 29 min 14 sec à<br />

Castellon (Espagne).<br />

<br />

Ramla Ali est entrée dans<br />

l’histoire en remportant le<br />

premier combat de boxe<br />

féminine organisé en<br />

Arabie saoudite.<br />

<br />

Mayar Sherif est<br />

devenue la première<br />

Egyptienne à remporter<br />

un titre WTA, au tournoi<br />

de Parme.<br />

<br />

Yalemzerf Yehualaw a<br />

remporté son premier<br />

marathon à Londres,<br />

en s’imposant dès sa<br />

première participation.<br />

<br />

La Marocaine est devenue<br />

la première joueuse<br />

arabe à remporter le<br />

Lacoste Ladies Open de<br />

France.<br />

OCTOBRE 2022<br />

NOVEMBRE 2022<br />

Sarra Hamdi<br />

Tunisie, Lutte<br />

Ruth Chepngetich<br />

Kénya, Athlétisme<br />

Monique Ngock<br />

Cameroun, football<br />

Mayar Sherif<br />

Egypte, tennis<br />

Salima Mukansanga<br />

Rwanda, Football<br />

Kristen Neuschäfer<br />

Afrique du Sud, Voile<br />

<br />

La Tunisienne Sarra<br />

Hamdi, 9e aux JO de<br />

Tokyo en 2021, a remporté<br />

cette fois la médaille<br />

de bronze des Mondiaux<br />

de lutte U23, dans la<br />

catégorie des 50 kg.<br />

<br />

La Kényane a remporté<br />

le marathon de Chicago<br />

pour la deuxième<br />

année d’affilée, devant<br />

l’Américaine Emily Sisson<br />

et sa compatriote Vivian<br />

Kiplagat.<br />

<br />

Monique Ngock s’est vue<br />

récompenser du Ballon<br />

d’or camerounais 2022,<br />

par la Fécafoot. Pour rappel,<br />

ce prix récompense<br />

la meilleure joueuse de la<br />

saison 2021-2022.<br />

<br />

La joueuse de tennis<br />

égyptienne Mayar Sherif<br />

a remporté le tournoi de<br />

Colina (WTA 125) au<br />

Chili. Grâce à cette victoire,<br />

elle a pu réintégrer<br />

le top 50 mondial.<br />

<br />

Elle marque un peu<br />

plus l’histoire. Salima<br />

Mukansanga fait partie<br />

des 6 femmes sur les 150<br />

arbitres choisis par la Fifa<br />

pour arbitrer la Coupe du<br />

monde 2022.<br />

<br />

La Sud-africaine Kirsten<br />

Neuschäfer est la seule<br />

femme à participer à<br />

la Golden Globe Race,<br />

course autour du monde<br />

en solitaire, sur les 16<br />

skippers en lice.<br />

Photos : © Icon Sport - D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 7


BUZZ<br />

LES<br />

COUPS<br />

DE<br />

CŒUR!<br />

TENNIS<br />

La Tunisie a organisé son premier tournoi WTA<br />

C’est historique, et évidemment Ons Jabeur s’en réjouit. La Tunisie a<br />

accueilli son premier tournoi WTA, à Monastir.<br />

© Pyramids FC © Acaba / Icon Sport<br />

Cette première édition s’est déroulée du 3 au 9 octobre 2022, sur dur.<br />

Monastir a ainsi accueilli ce tournoi WTA 250, qui a fait la fierté de la<br />

star de tennis tunisienne Ons Jabeur. « Le fait d’organiser ce tournoi à<br />

Monastir c’est génial, j’espère qu’on va améliorer encore nos terrains,<br />

a-t-elle déclaré. Je veux voir plus de clubs et de terrains pour organiser des<br />

tournois dans différentes villes de Tunisie »<br />

La Belge Elise Mertens a remporté son 7e titre WTA en battant lors de<br />

la finale de la première édition du tournoi de Monastir la Française Alizé<br />

Cornet. La paire composée de Kristina Mladenovic et Katerina Siniaková<br />

s’est de son côté adjugée le titre en double.<br />

FOOTBALL<br />

Le club égyptien Pyramids FC lance son équipe<br />

féminine<br />

Le club égyptien Pyramids FC, qui évolue actuellement au plus haut niveau<br />

(Egyptian Premier League), a annoncé lancer son équipe féminine.<br />

« Nous sommes heureux d’annoncer l’équipe de soccer féminin », a écrit le<br />

club sur twitter.<br />

L’équipe prendra part aux compétitions à partir de la saison 2022-2023.<br />

8 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR


⊲<br />

NATATION<br />

Les bonnets de bain pour cheveux afros<br />

(ENFIN) autorisés en compétition !<br />

Alors que les bonnets de bain pour cheveux afros étaient<br />

interdits jusque-là, et notamment lors des Jeux Olympiques<br />

de Tokyo, ceux-ci sont finalement autorisés en compétition.<br />

En effet, alors que la Fédération internationale de natation<br />

estimait jusque là que les bonnets ne correspondraient pas<br />

à « la forme naturelle de la tête », et qu’à sa connaissance,<br />

« les athlètes participant aux événements internationaux<br />

n’ont jamais utilisé ni exigé de bonnets de cette taille et de<br />

cette configuration », celle-ci est revenue sur sa décision, en<br />

septembre 2022.<br />

« La promotion de la diversité et de l’inclusivité est au cœur<br />

du travail de la FINA, et il est très important que tous les<br />

nageurs aient accès aux équipements de nage appropriés<br />

», a déclaré Brent Nowicki, directeur de la FINA.<br />

© FIBA<br />

BASKETBALL<br />

L’ancienne internationale sénégalaise<br />

Mame Maty Mbengue entre dans le Hall<br />

All Fame et marque l’histoire<br />

L’ancienne basketteuse internationale sénégalaise Mame<br />

Maty Mbengue a été sélectionnée dans la classe 2022 du<br />

Hall All Fame de la FIBA. Historique.<br />

En effet, l’ancienne basketteuse fait partie de la Classe de<br />

2022 du FIBA Hall Of Fame, qui regroupe neuf personnes.<br />

Mais surtout, Mame Maty Mbengue devient la première<br />

femme africaine à y entrer.<br />

Pour rappel, Mame Maty Mbengue a notamment été cinq<br />

fois médaillée d’or à l’Afrobasket (1984, 1990, 1993, 1997,<br />

2001), deux fois médaillée d’or aux Jeux Africains (1995,<br />

1999), quatre fois MVP de l’Afrobasket, médaillée d’or aux<br />

Jeux de la Francophonie en 1997.<br />

© Rocketclips, Inc. / Shutterstock<br />

EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 9


ENSEMBLE<br />

EN IMMERSION<br />

Douars<br />

en vie<br />

Decathlon a pris part à un projet-pilote à Tassoultante, en zone rurale de Marrakech via<br />

sa fondation. Intitulé « Douars en vie », il s’adresse aux mères et enfants en situation de<br />

précarité au Maroc et s’étend sur 5 ans (2020-2025) avant d’être dupliqué, s’il montre sa<br />

réussite. L’enjeu était donc grand, et les parties prenantes l’ont relevé. Récit d’un engagement<br />

fort en faveur des populations à travers l’éducation, la santé et le sport ! Immersion.<br />

PAR LÉA BORIE<br />

10 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR


Des actions éducatives<br />

et sportives en faveur<br />

d’un village tout entier<br />

Le sport comme levier<br />

de développement<br />

C'est tout un village<br />

qui se retrouve<br />

accompagné par<br />

des "decathloniens"<br />

sur le terrain, au<br />

nom du sportsanté.<br />

Nous sommes à 9 km de Marrakech,<br />

au cœur du Douar<br />

Sraghna, assez éloigné<br />

des services publics. Ici se<br />

trouve un quartier désormais<br />

plus dynamique et davantage relié<br />

au reste de la ville, grâce aux concours de<br />

plusieurs associations acharnées. Dans<br />

cette région de Marrakech-Safi se trouve ce<br />

douar de 200 habitations assez précaires,<br />

composées de 245 enfants dont 202 scolarisés<br />

et 220 femmes pour lesquels les<br />

organismes ont tenu à unir leurs forces<br />

pour rendre le quotidien des familles<br />

meilleur. Un projet porté par l’Association<br />

Mekkil à Marrakech (ONG en faveur de<br />

la protection mère enfant dans les zones<br />

rurales au Maroc), pour qui la Fondation<br />

Decathlon a donné son aide et surtout<br />

son énergie afin que cela soit réalisable<br />

à une telle échelle. Cela a représenté un<br />

investissement de près de 79 000 € de la<br />

part de la Fondation, soit plus de 30 % du<br />

projet global sur cinq ans.<br />

© Julien Soutif<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 11


ENSEMBLE<br />

ENTRAÎNEMENT<br />

« CE DOUAR, C’EST<br />

L’OPPORTUNITÉ DE PARTICIPER<br />

À QUELQUE CHOSE DE GRAND »<br />

Chaymaa, decathlonnienne investie<br />

Avec son grand sourire qui en<br />

dit long sur sa gentillesse, et ses<br />

yeux pétillants de détermination<br />

à aider les plus démunis,<br />

Chaymaa Lagmih, née à<br />

Casablanca, nous retrace, de<br />

l’intérieur, à travers son vécu,<br />

l’accomplissement d’un projet<br />

d’une telle ampleur qu’est<br />

Douars en vie. Chaymaa est<br />

« Decathlonienne » de Targa<br />

Marrakech. Actuellement retail<br />

supplier and country brand<br />

manager chez Decathlon Maroc,<br />

à 29 ans, la jeune femme affiche<br />

déjà 5 ans d’ancienneté auprès<br />

du géant du sport, en pilotant le<br />

hub Afrique. Elle nous raconte<br />

à quel point elle a pu s’épanouir<br />

humainement au sein de la Fondation<br />

Decathlon.<br />

WOMEN SPORTS AFRICA :<br />

COMMENT AVEZ-VOUS PRIS PART<br />

AU PROJET « DOUARS EN VIE » ?<br />

CHAYMAA LAMIH : Responsable approvisionnement,<br />

mon métier de base, je<br />

porte de nombreuses missions. Celle qui<br />

me tient le plus à cœur est la représentation<br />

de la Fondation Decathlon auprès<br />

des « Decathloniens » marocains. C’est<br />

comme ça que nous bâtissons des projets<br />

humanitaires collectivement. Et lorsque, il<br />

y a quatre ans, Jean-Pierre Haemmerlein,<br />

le fondateur de la Fondation, est venu<br />

nous présenter le projet « Un vélo pour<br />

elle », le premier projet lancé au Maroc,<br />

à Tiznit, par la Fondation. Cela m’a beaucoup<br />

marquée. J’ai vu ma participation<br />

comme une opportunité de prendre part<br />

à un grand projet, avec un impact positif<br />

pour les femmes. Ce qui m’a motivée à<br />

devenir la porte-parole de mon pôle, et de<br />

m’investir pour l’insertion professionnelle<br />

et l’éducation par le sport.<br />

QU’EST-CE QUI VOUS PLAÎT DANS<br />

VOTRE INVESTISSEMENT POUR CE<br />

PROJET ?<br />

Ce que j’aime, c’est que lorsqu’on porte un<br />

projet, on le porte au nom du magasin. Ça<br />

nous fait nous dire qu’on réussit ensemble.<br />

Ce n’est pas une personne seule qui monte<br />

un projet pour la ville. Nous travaillons en<br />

synchronisation et en symbiose entre collaborateurs<br />

au sein du magasin. Les volon-<br />

« SI TU CHANGES LA MENTALITÉ DE LA<br />

MAMAN, TU CHANGES LA MENTALITÉ<br />

DE TOUT UN PEUPLE. »<br />

D.R.<br />

12 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


français, de sciences naturelles et de géographie.<br />

In fine, nous espérons à travers ces<br />

interventions qu’elles pourront s’insérer plus<br />

facilement dans le monde du travail. Voilà<br />

désormais qu’une usine textile importante<br />

de Marrakech a ouvert ses portes au Douar<br />

pour la formation et l’emploi. Pour que ces<br />

femmes s’intègrent, elles ont eu également<br />

accès à des activités ludiques et sportives.<br />

Et des baskets leur ont été données afin<br />

d’encourager la pratique du sport.<br />

Du côté des enfants, il n’avait pas d’institutrice<br />

au douar. Avec la présence de trois<br />

institutrices sur place, nous avons aménagé<br />

le préscolaire avec la mise en place d’un<br />

centre multimédia « Cap Digital » : mise à<br />

disposition d’une bibliothèque, grâce à l’appui<br />

de Biblionef, et de jeux de société. Sur le<br />

plan sportif, les garçons s’adonnent au foot<br />

quand les filles sont davantage adeptes de<br />

ping-pong et de volley, mais tous participent !<br />

D.R.<br />

taires sont venus à notre rescousse au fur<br />

et à mesure du projet, on sait qu’on peut<br />

compter sur eux.<br />

On apporte quelque chose de positif, autre<br />

qu’économique. Jean-Pierre, lors d’une de<br />

ses visites auprès de nous, avait énoncé<br />

une idée qui m’a marquée. Il nous a interrogé<br />

sur ce qu’on souhaitait laisser quand<br />

on ne serait plus de ce monde, et ce à quoi<br />

on penserait lors de nos derniers instants<br />

de vie : est-ce que ce serait une réalité<br />

économique ou ce qu’on avait pu apporter<br />

aux autres ? Je n’ai pas arrêté de penser à<br />

ça. Je me suis dis que j’étais bonne dans<br />

mon métier, les chiffres, mais que ma place<br />

était aussi là où je pouvais me rendre utile,<br />

pour être fière de ce que j’aurais accompli<br />

professionnellement.<br />

Apporter quelque<br />

chose de positif, tel<br />

est la motivation<br />

clé de Chaymaa, et<br />

pas des moindre !<br />

COMMENT CE PROJET S’EST-IL MIS<br />

EN PLACE AVEC LE TEMPS ?<br />

Il a fallu d’abord organiser des sessions pour<br />

booster les habitants, changer la mentalité<br />

des parents surtout, qui pouvaient au départ<br />

être réfractaires. Notre attention s’est alors<br />

portée sur les femmes, partant du postulat<br />

suivant : « Si tu changes la mentalité de la<br />

maman, tu changes la mentalité de tout un<br />

peuple ». Notre objectif était de leur transmettre<br />

la valeur de la persévérance, pour<br />

s’accrocher et persister pour réussir, à travers<br />

des cours d’alphabétisation. Au début,<br />

nous avions un tout petit groupe, et grâce<br />

au bouche à oreille, il a pu s’agrandir pour<br />

toucher plus de 60 femmes, à qui ont été<br />

dispensés des cours de langues arabe et<br />

COMMENT LE PROJET A-T-IL<br />

PROGRESSÉ ? QUELLE EST LA SUITE<br />

ANNONCÉE OU ESPÉRÉE ?<br />

Sur les cours d’alphabétisation, il est gratifiant<br />

de voir que, d’une année sur l’autre, il y a eu<br />

une vraie progression. Quant aux jeunes, pour<br />

ne pas créer de jalousie et que la cohésion se<br />

développe entre les douars, nous organisons<br />

des challenges sportifs sur le Douar Sraghna,<br />

afin que les jeunes sachent qu’ils peuvent<br />

jouer, même s’ils viennent d’un autre douar.<br />

Preuve que le sport est vecteur de bonnes<br />

énergies et qu’il réunit les gens !<br />

Pour la suite, on espère que ça continuera de<br />

prospérer sur le douar en donnant un impact<br />

positif sur la communauté et que ça donnera<br />

un sentiment de satisfaction aussi grand<br />

que le mien aux personnes qui s’investissent<br />

pour ça. Et qu’à la suite de ces 5 ans de<br />

pilotage, ça donnera envie de dupliquer le<br />

projet sur d’autres douars une fois que la<br />

phase d’autonomisation du premier projet<br />

sera terminée ! WSA<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 13


ENSEMBLE<br />

FOCUS SUR…<br />

LES ÉVOLUTIONS<br />

DU PROJET<br />

DOUARS EN VIE :<br />

Initialement, le projet Douars en vie a cherché à travailler sur<br />

trois volets : l’éducation, la santé et l’écologie, en corrélation<br />

avec la pratique sportive. Depuis ses débuts, il a pu prospérer.<br />

De vraies infrastructures<br />

sportives animées<br />

La Fondation Decathlon a pu s’investir en<br />

aménageant un terrain multisport. Cette<br />

construction d’une aire de jeux sportive<br />

a permis la mise en place de séances<br />

de football, de volley-ball, de basket-ball<br />

et de ping-pong. Le planning de mise à<br />

disposition du terrain pour les séances<br />

s’adresse, en préscolaire, aux primaires<br />

et aux adolescents.<br />

Les femmes ont quant à elles deux<br />

séances hebdomadaires qui leur sont dédiées.<br />

Certaines sessions mêlent même<br />

mères et enfants, toujours dans le but de<br />

favoriser la participation des femmes. Des<br />

activités dispensées par des « Decathloniens<br />

» volontaires, des animateurs sportifs<br />

d’ONG ou de clubs sportifs comme Atlas<br />

Tennis Marrakech Académie, Karting de<br />

Marrakech, Ciel d’Afrique, ou même de la<br />

part d’une institutrice née dans le douar.<br />

Contre le décrochage<br />

scolaire<br />

Une cinquantaine de vélos neufs a été<br />

distribuée par la Fondation aux jeunes<br />

pour qu’ils puissent se rendre à l’école<br />

afin de gommer au possible les inégalités<br />

par rapport aux autres élèves dont l’accessibilité<br />

à l’école était plus facile. De quoi<br />

contribuer à la lutte contre le décrochage<br />

scolaire. Les jeunes filles qui ne savaient<br />

pas encore faire de vélo ont pu apprendre.<br />

« Aujourd’hui encore, des vélos qui étaient<br />

dans un état lamentable ont été changés »,<br />

précise Chaymaa de Decathlon Maroc. Du<br />

matériel a aussi été distribué annuellement<br />

comme des sacs à dos et des baskets.<br />

Pour que les jeunes soient encouragés à<br />

étudier et à conserver leur implication dans<br />

leurs études, des récompenses ont été<br />

mises en place pour ceux qui obtenaient<br />

les meilleures notes. Grâce au partenaire<br />

Ciel d'Afrique, en 2021, trois bacheliers<br />

ont bénéficié d'une sortie en montgolfière !<br />

La santé avant tout<br />

Le volet santé, prioritaire dans ce contexte,<br />

n’a pas été oublié du douar, puisqu’un dispensaire<br />

a été installé, suite à une campagne<br />

de sensibilisation et au passage<br />

d’une caravane médicale pluridisciplinaire.<br />

Des paniers repas ont été proposés aux<br />

familles durant le Ramadan et pendant le<br />

Covid.<br />

Pour le futur, Alexia Vanlaere, chargée de<br />

projet social à la Fondation Decathlon nous<br />

précise qu’un « projet de création d'une coopérative<br />

autour du métier de l’artisanat et<br />

de la couture est sur la table, pour continuer<br />

d’aider les femmes du douar à progresser<br />

dans l’insertion socio-professionnelle ». WSA<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

14 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


“<br />

UN VILLAGE<br />

PLUS HEUREUX<br />

TÉMOIGNAGES<br />

DE FEMMES<br />

BÉNÉFICIAIRES<br />

(traduits de l’arabe)<br />

Les femmes<br />

bénéficiaires de<br />

Douars en vie<br />

ont pu s'intégrer<br />

davantage et rester<br />

en forme.<br />

« Je participe et bénéficie du<br />

projet Douars en vie depuis<br />

plusieurs années déjà. J’en ai<br />

entendu parler grâce au travail<br />

des associations sur place. Ce qui<br />

m’a convaincu de participer ? Les<br />

arguments de mes enfants et de<br />

mon mari. Grâce à ça, aujourd’hui,<br />

je bénéficie de toutes les activités,<br />

éducatives et sportives. Et je<br />

constate que celles-ci rendent les<br />

femmes mais aussi les enfants<br />

plus heureux dans leur vie<br />

quotidienne ! »<br />

Ghita Banou<br />

•<br />

« J’ai commencé à rejoindre le<br />

projet pour y participer en 2021.<br />

Mon mari m’a convaincu de<br />

participer. Force est de constater<br />

que désormais, le douar est<br />

plus actif, ça nous a rendu plus<br />

épanouis de participer à ces<br />

activités. Même les enfants via le<br />

préscolaire, les cours de soutien<br />

et les sorties culturelles ! »<br />

Fatima Bouizdkan<br />

•<br />

« Ce projet auquel je participe<br />

depuis plusieurs années a donné<br />

beaucoup de vie à ce quartier.<br />

Je tenais à remercier toutes les<br />

associations impliquées pour leur<br />

travail ».<br />

Fatna Ait Boulghassol<br />

(Merci à Sara, institutrice du Douar, pour<br />

le recueil de témoignages)<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 15


CHAMPIONNES<br />

D.R.<br />

[ Basket ]<br />

Sika Kone<br />

et Masseny Kaba,<br />

la jeunesse déjà au pouvoir<br />

Elles ne sont âgées que de<br />

respectivement 20 et 23 ans.<br />

La Malienne Sika Kone (à<br />

gauche) et la Guinéenne<br />

Masseny Kaba (à droite),<br />

ont toutes deux été draftées<br />

en WNBA, aux Etats-Unis.<br />

Elles représentent le futur et<br />

le présent du basket africain.<br />

Portraits !<br />

PAR RUBEN DIAS<br />

points, 18 rebonds.<br />

18<br />

Voici la feuille de stats<br />

pondue par Sika Koné<br />

contre la France lors de<br />

la Coupe du monde féminine<br />

FIBA 2022. Du haut de son mètre 93,<br />

l’intérieure déborde d’énergie, d’intensité,<br />

de ténacité mais surtout, de puissance. À<br />

20 ans, la Malienne a vécu une ascension<br />

<br />

sous les couleurs du club espagnol de<br />

Spar Gran Canaria. La jeune joueuse est<br />

devenue l’une des basketteuses les plus<br />

impactantes de la Liga avec deux jolies<br />

double-double (14 points et 11,6 rebonds<br />

<br />

<br />

Si elle cartonne en club, Sika Koné porte<br />

surtout au plus haut les espoirs de son<br />

pays. En 2021, la poste 4 a joué un rôle<br />

majeur dans le parcours historique du<br />

<br />

du monde U19. Avec ses 26,2 points et<br />

14,8 rebonds de moyenne, la Malienne<br />

a dominé et logiquement été élue dans<br />

le meilleur 5 de la compétition. En 2022<br />

à Sydney, et si son pays n’était pas loin<br />

d’être le petit poucet de la CDM, cela<br />

n’enlève rien à l’exploit d’être parmi les<br />

16 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


12 meilleures nations de la planète. Une<br />

prouesse à laquelle la joueuse de 20 ans,<br />

douée des deux côtés du terrain, à grandement<br />

participé. Alors, après des saisons<br />

réussies avec le Mali et au sein de l’élite<br />

espagnole, sa sélection à la draft WNBA,<br />

en avril dernier, n’était pas une surprise.<br />

Considérée comme la joueuse la plus prometteuse<br />

de tout le continent africain elle<br />

a été choisie par le New York Liberty au<br />

troisième tour. Après quelques blessures<br />

qui ont retardé cette échéance, Sika Koné<br />

va pouvoir goûter au rêve américain.<br />

Masseny Kaba, l’autre joyau de<br />

l’Afrique<br />

Sika Koné ne sera pas la seule Africaine<br />

à s’envoler chez l’Oncle Sam. Sept mois<br />

après sa participation à l’Afrobasket<br />

féminin 2021, et après avoir dominé<br />

de la tête et des épaules la Division<br />

I de la NCAA (National Collegiate Ath-<br />

<br />

également découvrir la WNBA. Auteure<br />

de 9,8 points pour 5,8 rebonds et 1,4<br />

contres par match avec l’UCF Knights,<br />

l’intérieure a été nommée dans l’équipe<br />

type de l’année.<br />

Le titre de l’American Athletic Conférence<br />

sous le bras, Kaba va quitter l’Université<br />

de Floride. À 23 ans, la basketteuse de<br />

1m 91 s’est engagée avec le Chicago Sky,<br />

champion en titre de la division féminine<br />

de la NBA. Internationale avec son pays,<br />

elle est devenue cette année la première<br />

Guinéenne à évoluer au plus haut niveau<br />

américain. De quoi voir l’avenir en rose<br />

pour le basketball africain. WSA<br />

Le Basketball africain<br />

à la conquête du monde !<br />

Le basket féminin<br />

africain exporte<br />

depuis de<br />

nombreuses années<br />

ses talents. Certaines<br />

joueuses évoluent au<br />

plus haut niveau. C’est<br />

notamment le cas de<br />

Leia Dongue. Après<br />

un début de carrière<br />

dans son pays natal du<br />

Mozambique en 2004,<br />

la basketteuse a rejoint<br />

Gérone et l’Espagne<br />

en 2018, où elle a été<br />

championne nationale.<br />

Passée par Nantes<br />

(où elle a obtenu sa<br />

meilleure évaluation en<br />

carrière) et le Kutxabank<br />

Araski, Dongue signe en<br />

2022 avec le Landerneau<br />

Basket Bretagne. Du<br />

haut de son mètre 85,<br />

la Mozambicaine a des<br />

moyennes qui parlent<br />

pour elle : 14,2 points<br />

et 7,4 rebonds avec sa<br />

sélection (depuis 2009)<br />

et 15,4 points et 6,5<br />

rebonds en club. La<br />

basketteuse de<br />

31 ans apporte toute<br />

son expérience dans sa<br />

nouvelle équipe.<br />

Autre joueuse majeure<br />

qui évolue en France :<br />

Ezinne Kalu. « Le basket<br />

africain va dans la<br />

bonne direction, notre<br />

talent est reconnu », a<br />

lancé Kalu, nommée<br />

dans le « 5 majeur » du<br />

Tournoi de qualification<br />

olympique féminin FIBA<br />

en 2019. Présente aux<br />

côtés de Leia Dongue,<br />

la Nigérienne appuie<br />

ses propos en terminant<br />

meilleure marqueuse de<br />

Landerneau (15,5 points<br />

par match).<br />

2018 de la CDM ainsi<br />

qu’à Rio en 2016.<br />

Et a logiquement fait<br />

partie du 5 majeur.<br />

© Dorine Bouteiller / Icon Sport<br />

© Icon Sport<br />

Et lorsqu’on parle de<br />

Coupe du Monde<br />

Féminine FIBA ou de<br />

Jeux Olympiques, c’est<br />

une Sénégalaise qui sort<br />

du lot. Irréprochable sur<br />

le terrain, Astou Traoré<br />

(41 ans) a tourné à 12,9<br />

points de moyenne lors<br />

des éditions 2010 et<br />

Des légendes du FIBA<br />

Women’s AfroBasket<br />

dont pourrait bientôt<br />

faire partie Mariam<br />

Coulibaly. Extrêmement<br />

puissante, elle a été<br />

déterminante dans la<br />

conquête de la médaille<br />

d’argent du Mali en 2021<br />

dans la compétition.<br />

Alors que Sika Koné<br />

et Masseny Kaba<br />

représentent le futur<br />

radieux du basketball<br />

africain, le passé et<br />

le présent le sont<br />

également. Tout autant<br />

de modèles sur lesquels<br />

s’appuyer pour les<br />

jeunes pépites à venir.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 17


CHAMPIONNES<br />

[ Rencontre ]<br />

Mialitiana Clerc,<br />

à jamais la première Malgache<br />

à participer aux JO d’hiver<br />

En 2018, à 16 ans, Mialitiana Clerc est devenue la première athlète malgache à participer aux<br />

JO d’hiver (Pyeongchang). La native de Madagascar a remis ça en 2022 à Beijing, et poursuit<br />

son rêve d’or olympique. Rencontre. PROPOS RECUEILLIS PAR RUBEN DIAS<br />

WOMEN SPORTS AFRICA : DEUX<br />

ÉDITIONS CONSÉCUTIVES QUE<br />

VOUS PARTICIPEZ AUX JEUX<br />

OLYMPIQUES ET QUE VOUS ÊTES<br />

PORTE DRAPEAU DE MADAGASCAR…<br />

QUE RESSENTEZ-VOUS ?<br />

MIALITIANA CLERC : Je ressens beau-<br />

<br />

du tout que je pouvais participer aux JO.<br />

Après avoir fait quelques courses, mon<br />

père s’est renseigné et m’a dit que j’avais<br />

la possibilité de courir pour Madagascar<br />

<br />

Je n’ai pas vraiment eu de préparation.<br />

Lors de ma première participation, l’objectif<br />

était juste de prendre de l’expérience.<br />

Et devenir une vraie olympienne<br />

en faisant mes courses.<br />

ENTRE LA PREMIÈRE ET LA<br />

DEUXIÈME FOIS, QUELLES ONT ÉTÉ<br />

LES DIFFÉRENCES ?<br />

Pour préparer Beijing 2022, lors des<br />

quatre années entre les deux Jeux, j’ai<br />

pris un entraîneur. J’avais un programme<br />

plus personnel. J’étais toute seule avec<br />

un coach qui se concentrait sur une athlète.<br />

J’ai énormément progressé. Pas que<br />

sur les skis d’ailleurs, physiquement et<br />

mentalement aussi.<br />

UNE BLESSURE VOUS A COUPÉE<br />

PENDANT VOTRE PRÉPARATION…<br />

Il y a un an, je me suis blessée sur les<br />

skis. Cela m’a coupée dans ma préparation<br />

et je n’ai eu que quelques mois pour<br />

me rétablir et être prête pour les JO. Avec<br />

beaucoup de travail, j’ai réussi. Je suis revenue<br />

et j’ai pu atteindre mes objectifs.<br />

Je voulais faire deux Top 40. Ce qui est<br />

mieux que lors de mes premiers Jeux.<br />

Et malgré le fait que ma forme physique<br />

n’était pas parfaite, les résultats obtenus<br />

sont mieux que ce qu’on avait prévu.<br />

VOUS ÊTES LA PREMIÈRE<br />

MALGACHE À PARTICIPER AUX<br />

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER. QUELLE<br />

A ÉTÉ VOTRE SENSATION LA TOUTE<br />

PREMIÈRE FOIS QUE VOUS AVEZ<br />

APPRIS LA NOUVELLE ?<br />

<br />

pays. Et cela a commencé avant même<br />

les JO en eux même, avec la cérémonie<br />

<br />

très émue, je pense que cela se voit sur<br />

les images. C’était incroyable. Je savais<br />

que beaucoup de monde me regardait. Il<br />

y en a forcément qui se sont étonnés se<br />

disant ‘Oh cette année il y a Madagascar<br />

aux JO’. <br />

Fière d’être arrivée jusqu’ici.<br />

VOUS AVEZ GRANDI EN HAUTE<br />

SAVOIE, MAIS VOUS AVEZ DÉCIDÉ<br />

DE REPRÉSENTER MADAGASCAR.<br />

POURQUOI CE CHOIX ?<br />

J’avais un choix à faire. Soit intégrer un<br />

pôle espoirs ici en France. Par exemple<br />

au Mont-Blanc, il y a une classe avec les<br />

<br />

qui s’entraînent en groupe. Ce qui comprenait<br />

ski étude. Soit représenter Madagascar<br />

et faire des études à distance. J’ai<br />

choisi la deuxième option.<br />

ET CELA MALGRÉ LES DIFFICULTÉS ?<br />

Exactement, parce que pour pouvoir<br />

m’entraîner au même rythme que les<br />

<br />

libérée pour mes entraînements et mes<br />

courses. Mes cours n’étaient pas vraiment<br />

optimisés pour que je pratique le<br />

ski, comme cela peut être le cas en sport<br />

études. Mais c’était une très belle opportunité<br />

et je suis ravie de l’avoir saisie.<br />

QUELS SONT VOS OBJECTIFS AVEC<br />

MADAGASCAR<br />

<br />

objectif est de faire des podiums en<br />

Coupe du monde, des médailles aux<br />

Jeux Olympiques… de devenir l’une des<br />

meilleures skieuses mondiales. Et si en<br />

plus de cela, je représente Madagascar,<br />

je serais aussi la première Malgache à le<br />

faire. Je ferai découvrir le ski à Madagascar<br />

et je pourrai être un modèle pour les<br />

jeunes africaines. Certaines n’ont peutêtre<br />

pas la possibilité de vivre la même<br />

expérience et de voyager autant. Mais j’ai<br />

envie qu’elles prennent conscience d’une<br />

chose : si elles ont un rêve, il faut qu’elles<br />

le gardent dans un coin de leur tête. Il faut<br />

toujours avoir un objectif à atteindre. Et<br />

si elles y croient, elles peuvent réussir de<br />

très grandes choses. WSA<br />

18 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Malgache et<br />

championne de ski !<br />

Mialitiana Clerc<br />

est un cas rare<br />

en Afrique. Une<br />

singularité dont<br />

elle fait une force.<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 19


CHAMPIONNES<br />

[ Portrait ]<br />

La bodybuildeuse<br />

Safoura Compaoré,<br />

l’atout corps du Burkina Faso<br />

Safoura Compaoré a remporté la médaille d’argent lors du Championnat de bodybuilding<br />

d’Afrique de l’Ouest, au Ghana, en juillet 2022. Si elle a été saluée par certains pour<br />

sa performance, d’autres l’ont critiquée. Malgré tout, la sportive espère prouver que le<br />

bodybuilding à toute sa place au Burkina Faso. Pour tous. Et surtout, pour toutes. PAR AMÉLIE DAVID<br />

«M<br />

a bodybuildeuse ! »<br />

Céline Bamouni<br />

salue avec engouement<br />

sa coach sportive,<br />

Safoura Compaoré,<br />

assise sur un banc de musculation<br />

dans la salle de sport Gauthier Gym où elle<br />

travaille depuis deux ans. La médaillée<br />

d’argent au Championnat de bodybuilding<br />

rire<br />

puis baisse la tête, un tantinet gênée.<br />

« C’est ma championne ! reprend l’élève,<br />

Je l’encourage à<br />

chaque fois ! Je veux qu’elle sorte, il ne<br />

faut pas qu’elle reste au Burkina Faso. Ici,<br />

la discipline est trop peu connue. » Safoura<br />

Compaoré en rit, très sérieusement.<br />

Le bodybuilding n’est pas une discipline<br />

populaire au Burkina Faso. Ceux qui la<br />

pratique s’exposent parfois, voire souvent,<br />

à des critiques. « C’est vrai que quand on<br />

m’a proposé d’aller faire cette compétition,<br />

j’ai eu peur car il y a toujours les regards…<br />

Et puis, je me suis dit : « Pourquoi<br />

pas ? J’aime ce sport ! Alors, j’ai eu envie<br />

de me lancer… » <br />

dont le corps semble taillé dans l’acier.<br />

Se concentrer sur le positif<br />

De retour de sa compétition au Ghana,<br />

malgré une médaille autour du cou, Safoura<br />

Compaoré a été pointée du doigt<br />

sur les réseaux sociaux et dans les discussions<br />

de comptoir. De ceux qui ne<br />

comprennent pas l’intérêt sportif, à ceux<br />

qui jugent immoral de voir une femme<br />

dévoiler son corps. L’enfant de Niaogho,<br />

<br />

passer l’orage et a orienté ses yeux noisette<br />

vers les rayons du soleil.<br />

Les bons mots de ses proches, les encouragements<br />

de ses élèves et de son entraîneur,<br />

la bénédiction du Mogho Naaba,<br />

chef traditionnel mossi… « Le bodybuilding,<br />

c’est avoir un corps mieux dessiné :<br />

c’est une discipline. C’est sportif ! On dé-<br />

<br />

Je n’ai pas de problème avec ça. Et les<br />

miss ? On dit quoi ? Je suis libre ! », assène<br />

la jeune femme qui sort peu à peu<br />

de sa réserve.<br />

Si Safoura Compaoré a décroché cette<br />

<br />

travail, mais aussi au soutien de son<br />

coach : Souleymane Songnaba, surnommé<br />

Petit Pima. « Même pour moi, en tant<br />

qu’homme, ça n’a pas été simple au début.<br />

Les gens ne connaissaient pas ce<br />

sport, ils m’insultaient. Mais j’avais mes<br />

rêves, alors j’ai foncé », confesse le bodybuilder.<br />

Entrer dans l’Histoire<br />

Souleymane Songnaba rencontre Safoura<br />

Compaoré à la salle de sport. Tout de suite,<br />

il voit en elle un grand potentiel. « J’ai compris<br />

qu’elle aimait le sport, qu’elle était<br />

à fond dedans », expose l’entraîneur. Le<br />

sportif nourrit de grandes ambitions pour<br />

son élève : devenir la première bodybuildeuse<br />

du Burkina Faso. « Au départ, elle<br />

n’a pas voulu, mais j’ai insisté. Tous les<br />

jours, on s’entraînait deux ou trois heures,<br />

elle était fatiguée, mais elle tenait…, glisse<br />

le jeune homme, tout en muscles. Je lui ai<br />

dit : ‘‘Tu vas entrer dans l’Histoire !’’ »<br />

Safoura Compaoré a en tout cas mis un<br />

pied dans la compétition internationale en<br />

juillet dernier. Après le Ghana, elle espère<br />

s’envoler vers d’autres podiums : Dubaï,<br />

les États-Unis, le Canada… pour prouver<br />

que les femmes burkinabè peuvent elles<br />

aussi se montrer dans cette discipline,<br />

« ELLE A CASSÉ LE MYTHE :<br />

LES FILLES SONT MAINTENANT<br />

INTÉRESSÉES. » SOULEYMANE SONGNABA<br />

20 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Le bodybuilding<br />

n’est pas une<br />

discipline populaire<br />

au Burkina Faso.<br />

Safoura Compaoré<br />

a décidé de changer<br />

les mentalités !<br />

© Li Yan - Xinhua - AbacaPress / Icon Sport<br />

sans s’exhiber. Son souhait est de démys-<br />

<br />

Burkina Faso.<br />

« Depuis que je suis revenue de la compétition,<br />

il y a des jeunes femmes qui se<br />

mettent au bodybuilding… Elles prennent<br />

<br />

continuer », se réjouit la jeune femme de<br />

28 ans.<br />

Monter sur les marches du podium ? Safoura<br />

Compaoré ne le souhaite pas seulement<br />

pour satisfaire son égo. Avec ses<br />

récompenses, la coach sportive compte<br />

encourager ses compatriotes à se lancer.<br />

« J’espère que cette médaille va motiver<br />

les jeunes sœurs, mais ce n’est pas fait :<br />

la société et la place de la femme vont<br />

peser… <br />

sport dans la cour familiale, auprès de ses<br />

frères.<br />

Souleymane Songnaba pense que le pari<br />

est déjà à moitié gagné. « Elle a cassé le<br />

sées.<br />

Des associations sont en train de se<br />

mettre en place à Bobo, Koudougou, Ouaga…,<br />

C’est mal vu,<br />

<br />

Cela va être dur, mais ça va changer, il faut<br />

bien quelqu’un pour commencer… »<br />

Céline Bamouni ne le contredira pas. Pour<br />

elle, Safoura Compaoré a tracé un sillon<br />

pour les futures bodybuildeuses burkinabè.<br />

De son côté, elle sait qu’elle peut compter<br />

sur elle pour améliorer son bien-être. « J’ai<br />

un objectif à atteindre, devenir comme ça<br />

d’ici le début de l’année », souligne-t-elle en<br />

<br />

Vous croyez que je n’en suis pas<br />

capable ? », rebondit-elle. Safoura Compaoré<br />

éclate de rire. Elle lui apportera tout son<br />

soutien, en béton armé. WSA<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 21


©A.RAVERA<br />

VIRGINIE HERZ<br />

VENDREDI À 14H15 TU<br />

Le magazine qui met en lumière des initiatives de femmes et d’hommes<br />

qui font avancer les sociétés sur l’égalité des genres<br />

À (re)voir sur france24.com


ANNIE GASNIER<br />

RADIO FOOT<br />

INTERNATIONALE<br />

DU LUNDI AU VENDREDI À 16H10 ET 21H10 TU<br />

La radio mondiale en français et en 15 autres langues


CHAMPIONNES<br />

[ Découverte ]<br />

Le golf africain<br />

brille sur la scène internationale<br />

Les golfeuses africaines font sensation. En 2022, deux athlètes du continent ont<br />

particulièrement brillé dans cette discipline au niveau international. Il s’agit de la Marocaine<br />

Inès Laklalech et de la Sud-Africaine Paula Reto. Zoom sur les deux nouvelles pépites du golf<br />

féminin africain. PAR VANESSA MAUREL<br />

PAULA RETO, L’ÉTOILE<br />

MONTANTE DU GOLF<br />

SUD-AFRICAIN<br />

Elle a remporté le premier titre LPGA (La-<br />

<br />

sa carrière, lors de l’Open du Canada,<br />

<br />

deux monstres de la discipline, Nelly Korda<br />

et Hye-Jin Choi.<br />

La golfeuse de 32 ans n’a pourtant pas<br />

toujours été destinée à ce sport. D’abord<br />

hockeyeuse sur gazon puis athlète, ce n’est<br />

<br />

de 15 ans, s’est intéressée au golf. Et il ne<br />

lui a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre<br />

à quel point elle était talentueuse.<br />

Paula Reto remporte successivement en<br />

2011 et 2012, le Dixie Amateur. Cette même<br />

nale<br />

du championnat amateur féminin des<br />

États-Unis !<br />

<br />

LPGA Tour via Q-School en 2013, et termine<br />

13 e . Trois ans plus tard, aux Jeux Olympiques<br />

de 2016 à Rio, la golfeuse se classe 16 e . Elle<br />

est contrainte de déclarer forfait aux Olympiades<br />

de 2020 en raison du protocole Covid.<br />

Mais c’est bien en 2022 que Reto marque<br />

<br />

cette victoire tant attendue à Ottawa. On ne<br />

<br />

voir ce que la suite lui réserve…<br />

INÈS LAKLALECH,<br />

LA RÉVÉLATION<br />

MAROCAINE<br />

Le golf chez les Laklalech, c’est une histoire<br />

de famille. Initiée par son père, lui<br />

aussi fana de ce sport, Inès rejoint très<br />

tôt l’équipe nationale marocaine.<br />

nir<br />

représente déjà son pays sur le continent<br />

et à l’international, en participant<br />

à plusieurs reprises au Championnat<br />

d’Afrique, au Championnat panarabe et<br />

aux Championnats du monde amateurs<br />

féminins par équipe.<br />

Laklalech, qui a également joué avec<br />

l’équipe de golf féminine Demon Deacons<br />

en 2015-2016, a notamment terminé 2 e<br />

<br />

professionnel féminin joué dans le cadre<br />

<br />

2019. Le premier d’une longue série.<br />

« J’étais l’une des rares amateurs sur une<br />

centaine de golfeuses professionnelles.<br />

<br />

moralement pour moi plus que celui du<br />

championnat national », a-t-elle déclaré<br />

dans une interview pour le média marocain<br />

sport.le360.ma en septembre 2022.<br />

Après plus de 15 tournois remportés au niveau<br />

amateur, Inès rejoint le circuit professionnel<br />

en décembre 2021, et ne va pas<br />

attendre très longtemps avant de faire là<br />

aussi ses preuves.<br />

e place obtenue à la LET Q-<br />

School de La Manga en décembre 2021,<br />

la golfeuse marocaine obtient sa carte<br />

pour le Ladies European Tour 2022. Après<br />

avoir signé un Top 10 au Madrid Ladies<br />

Open, au Mithra Belgian Ladies Open, à<br />

l’Amundi German Masters et au Skaftö<br />

« JE CONSIDÈRE CET EXPLOIT LE PLUS<br />

GRATIFIANT MORALEMENT POUR MOI,<br />

PLUS QUE CELUI DU CHAMPIONNAT<br />

NATIONAL » INÈS LAKLALECH<br />

Open, Inès décroche le graal, la victoire, au<br />

Lacoste Ladies Open de France !<br />

Une victoire méritée mais qui n’est, sans<br />

<br />

Rappelez-vous bien de son nom : on entendra<br />

parler à coup sûr d’Inès Laklalech<br />

dans les prochains mois et les prochaines<br />

années... WSA<br />

24 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Paula Reto<br />

(ci-contre) et Inès<br />

Laklalech<br />

(ci-dessous) sont les<br />

nouveaux visages<br />

du golf féminin en<br />

Afrique.<br />

D.R. © SUSA / Icon Sport<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 25


CHAMPIONNES<br />

PORTFOLIO<br />

CES<br />

CHAMPIONNES<br />

AFRICAINES<br />

QUI PRÉPARENT<br />

PAR MERLIN DEMANGEL<br />

© Jacob Lund / Shutterstock<br />

26 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


AFRIQUE DU SUD<br />

Tatjana Schoenmaker,<br />

championne au grand cœur<br />

La plus grande chance pour l’Afrique du Sud réside certainement<br />

en Tatjana Schoenmaker. En brasse, la nageuse a obtenu les<br />

médailles d’or en 2015 au 50, 100 et 200 m aux Jeux africains de<br />

2015 et l’or en 100 et 200 m aux Jeux du Commonwealth de 2018.<br />

A 24 ans elle décroche la médaille d’or en 200 mètres brasse et<br />

la médailles d’argent en 100 m brasse des JO de Tokyo. Avec le<br />

record du monde sur 200 m, la nageuse sera la grande favorite<br />

sur cette distance en brasse pour les Jeux Olympiques de Paris<br />

en 2024.<br />

En plus de ces exploits dans l’eau, la nageuse rayonne en dehors<br />

des piscines. En effet, elle a lancé en octobre 2021 sa fondation<br />

pour rendre à la communauté tout ce qu’elle lui a donné. Elle a<br />

récolté plus d’un million d’euros en trois jours pour aider les jeunes<br />

Sud-Africains à atteindre leurs rêves et réaliser leur potentiel.<br />

Kaylene Corbett aura aussi toutes ses chances d’obtenir une<br />

médaille au 200 mètres brasses aux Jeux Olympiques de Paris.<br />

Médaillées d’or aux jeux africains de 2019 en 50, 100 et 200<br />

mètres brasse, elle a terminé à la 5 e place aux Jeux Olympiques de<br />

Tokyo. Du haut de ses 23 ans, la native de Bloemnfontein est très<br />

prometteuse et sera aussi une concurrente très sérieuse pour la<br />

médaille.<br />

Pour le 50 mètres brasses, les Sud-Africaines peuvent compter<br />

sur la nouvelle crack qui a battu Schoenmaker aux Jeux du<br />

Commonwealth 2022 : Lara van Niekerk.<br />

Tatjana Schoenmaker<br />

D.R.<br />

L’autre médaillée Sud-Africaine de Tokyo est Bianca Buitendag.<br />

À 28 ans, la surfeuse a obtenu la médaille d’argent aux Jeux<br />

Olympiques après avoir échoué en finale contre l’Américaine<br />

Carissa Moore. Elle reviendra donc pour les Jeux de Paris en 2024<br />

et aura à cœur de repartir, cette fois-ci, avec la médaille d’or.<br />

Si le milieu aquatique reste leur domaine de prédilection, les<br />

Africaines du Sud auront aussi un coup à jouer sur les pistes.<br />

En effet, la cycliste de 37 ans, Ashleigh Moolman-Pasio<br />

a récemment montré de belles performances. Mais c’est<br />

certainement sa disciple Frances Janse van Rensburgqu’il faudra<br />

le plus surveiller. La coureuse cycliste de 21 ans est championne<br />

d’Afrique du Sud en 2022 en course en ligne.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Kaylene Corbett<br />

D.R. D.R.<br />

Lara van Niekerk<br />

Bianca Buitendag<br />

Ashleigh<br />

Moolman-Pasio<br />

Frances Janse<br />

van Rensburg<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 27


CHAMPIONNES<br />

ALGÉRIE<br />

D.R.<br />

Sur piste ou dans les dojos, les Algériennes<br />

auront un coup à jouer à Paris !<br />

Loubna Benhadja, 21 ans, représente certainement l’un des plus grands espoirs de médailles algérien. En effet, en 400 mètres haies, la native de Bida est en<br />

pleine montée en puissance depuis sa deuxième place aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2018 à Buenos Aires. En effet, en senior depuis ses 17 ans, l’athlète<br />

a terminé 3 e aux Championnats panarabes et aux Championnats d’Afrique juniors en 2019 avant de battre son record personnel et obtenir une deuxième place aux<br />

Championnats panarabes de Radès en 2021.<br />

D.R.<br />

© Jacob Lund / Shutterstock<br />

D.R.<br />

Dans les sports de combat, on peut d’abord parler de la judoka Sonia<br />

Asselah, qui à 30 ans a terminé 17 e au JO de 2020 dans la catégorie<br />

plus de 78 kg. Elle obtient aussi la médaille d’argent aux Championnats<br />

d’Afrique de 2020 et 2021.<br />

D’autre part, la karatéka Franco-Algérienne Lamya Matoub de 31 ans est<br />

aussi très prometteuse. Dans les moins de 68 kg, la native de Saint-Denis<br />

a un palmarès absolument impressionnant, avec 28 médailles d’or depuis<br />

2010 dans différentes compétitions. Elle aura l’occasion de montrer aux<br />

sélectionneurs français qu’ils ont eu tort de la lâcher en 2014.<br />

28 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


ANGOLA<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Les « Perles » angolaises dominent<br />

en Afrique et visent plus haut<br />

L’équipe de handball féminine d’Angola est absolument bluffante, avec<br />

14 médailles d’or aux championnats d’Afrique des nations, 7 médailles d’or aux Jeux<br />

Africains, les handballeuses angolaises rayonnent en Afrique. L’équipe appelée<br />

« The Pearls » aura des preuves à faire au niveau international. Avec une élimination<br />

en groupe des Jeux Olympiques de 2020 malgré une 5e place, les joueuses auront à<br />

cœur de faire mieux à Paris en 2024.<br />

La nageuse Catarina Sousa est aussi un grand espoir du sport angolais, avec un<br />

record d’Angola en 4 fois 200 mètres et 4 médailles de bronze dans différentes<br />

disciplines en natation en Championnats d’Afrique de natation 2021.<br />

BÉNIN<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Ahounwanou, déchue des<br />

Championnats du monde pour un<br />

Visa, sera revancharde en 2024<br />

Celle qui incarne le Bénin aux Jeux Olympiques, c’est Odile Ahouanwanou.<br />

Championne d’Afrique en heptathlon en 2022 à 31 ans, l’athlète est probablement le<br />

plus grand espoir de performance pour le Bénin pour les Jeux Olympiques de Paris<br />

en 2024. Cependant, Odile Ahouanwanou a été privée des derniers championnats<br />

du monde d’athlétisme aux États-Unis car elle n’a pas obtenu de visa. Dès lors,<br />

l’heptathlonienne aura à cœur de montrer tout son potentiel à Paris, et devra faire<br />

mieux que sa 15 e place à Tokyo.<br />

Encore en construction, la jeune nageuse Nafissath Radji de 20 ans est<br />

certainement déjà en train de préparer les Jeux de Paris. « Nafifi » avait représenté<br />

le Benin à Tokyo. Elle détient le record du 50 m brasse du Bénin avec 41 secondes 13.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 29


CHAMPIONNES<br />

BOTSWANA<br />

D.R.<br />

Galefele Moroko<br />

Les athlètes Galefele Moroko (25 ans) et Christine Botlogetswe<br />

(27 ans), ci-dessous, représenteront les espoirs botswanais en athlétisme, toutes<br />

deux sur 400 m.<br />

D.R. D.R.<br />

L’ascension fulgurante de<br />

Moyengwa, la montagne<br />

botswanaise<br />

Magdeline Moyengwa, 21 ans, est une réelle pépite pour le Botswana. La jeune<br />

haltérophile en moins de 59 kg est en pleine ascension. Elle a fini à la 3 e place aux<br />

Championnats d’Afrique 2021 pour sa première compétition en senior à 20 ans. En<br />

plus de cela, la Botswanaise a participé aux Jeux de Tokyo et a terminé avec une<br />

honorable 13 e place.<br />

Christine Botlogetswe<br />

BURKINA FASO<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Entourée par les plus grands,<br />

Marthe Koala vise les sommets de<br />

l’heptathlon<br />

Du haut de ses 28 ans, Marthe Koala est l’athlète féminine la plus en vue au<br />

Burkina Faso. L’athlète est très performante en heptathlon avec des médailles d’or<br />

en 2019 aux Jeux africains et aux Championnats d’Afrique de 2016 et 2014. Elle<br />

performe aussi en saut en longueur avec une victoire aux Championnats d’Afrique<br />

2022, et au 100 m haies avec une médaille d’argent aux Jeux africains en 2019.<br />

Déçue à la suite de son élimination aux portes de la finale des JO de Tokyo, Koala<br />

s’est entourée des stars Teddy Tamgho et Hugues Fabrice Zango pour préparer<br />

Paris 2024.<br />

Elle sera accompagnée d’Angelika Sita Ouédraogo (29 ans) pour les Jeux de<br />

Paris. La nageuse burkinabaise avait participé aux Jeux Olympiques de Tokyo.<br />

30 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


BURUNDI<br />

D.R.<br />

L’argent en 800m, ce n’est pas assez pour Niyonsaba !<br />

Elle vise le podium en 10km<br />

Au Burundi, le plus grand espoir porte probablement le nom de Francine Niyonsaba. À 29 ans, elle avait terminé 5 e au 10km des Jeux Olympiques 2020. Habituellement championne<br />

du 800m avec une médaille d’argent aux JO de Londres en 2017, l’athlète semble s’être orientée vers des courses plus longues et ira chercher le podium en 5 et 10 kilomètres à Paris.<br />

D.R.<br />

L’autre sportive qui a fait vibrer tout le Burundi, c’est Ornella Havyarimana. La boxeuse de 28 ans en catégorie mouche enchaine les belles performances. Il s’agit de la première<br />

boxeuse professionnelle de l’histoire du Burundi.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 31


CHAMPIONNES<br />

CAMEROUN<br />

Jeanne Gaëlle Eyenga<br />

D.R.<br />

Clémentine Meukeugni<br />

D.R.<br />

Hortence Vanessa Mballa Atangana<br />

Ayuk Otay Arrey Sophina<br />

D.R. D.R.<br />

Jeanne Gaëlle Eyenga :<br />

« Tout a commencé comme un jeu,<br />

mais je finis par prendre goût. »<br />

Jeanne Gaëlle Eyenga est l’étoile du Cameroun. À 23 ans, l’haltérophile est<br />

absolument prodigieuse, appelée à 19 ans par la fédération camerounaise, elle<br />

ramène trois médailles d’argent aux Jeux Africains de Rabat en 2019. Deux<br />

ans plus tard à Nairobi, c’est avec trois métaux d’argent qu’elle repart des<br />

Championnats d’Afrique d’haltérophilie. Elle sera peut-être accompagnée à Paris<br />

de celle qui l’a suivie dans sa progression, Clémentine Meukeugni (32 ans), qui<br />

avait elle aussi participé aux JO de Tokyo dans la catégorie -87 kg.<br />

Si les haltérophiles sont prodigieuses, ce sont aussi les judokas Paris Ayuk Otay<br />

Arrey Sophina (29 ans) et Hortence Vanessa Mballa Atangana (31 ans) qui<br />

auront leur chance à Paris, respectivement en -70 kg et en plus de 78 kg.<br />

CAP-VERT<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Sandrine Billiet : « Je veux rendre au<br />

Cap-Vert tout ce qu’il m’a offert »<br />

Sandrine Billiet (32 ans), est une judoka d’origine belge mais qui a été adoptée<br />

par le Cap-Vert. Dans le cadre de ses recherches, la native de Bruges habite au<br />

Cap-Vert depuis longtemps et obtient finalement la nationalité. Elle rayonne par<br />

ses performances sportives dans le judo africain avec des médailles en moins de<br />

63 kg, la catégorie de la championne française Clarisse Agbégnénou.<br />

Jayla Pina (18 ans), nageuse en 100 m brasse féminin, sera l’autre figure féminine<br />

du Cap-Vert. La nageuse est accompagnée de son frère Troy, et de sa sœur<br />

Latroya tous deux nageurs représentants du Cap-Vert dans les plus grandes<br />

compétitions internationales.<br />

32 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


CÔTE D'IVOIRE<br />

Ruth Gbabi<br />

D.R.<br />

« Petite, je faisais la bagarre, ma mère m’a inscrite pour qu’on puisse me frapper.<br />

Aujourd’hui, je suis une championne et elle est fière de moi ! »<br />

Ruth Gbagbi, du haut de ses 28 ans, est sans aucun doute une des athlètes les plus en vue en Afrique. L’Ivoirienne est une championne de Taekwondo dans la catégorie -67 kg. Si<br />

elle a déjà prouvé à son pays qu’elle l’aimait avec une belle médaille de bronze aux JO de Tokyo, elle déclare même : « Il faut que je partage mon expérience aux plus jeunes pour<br />

qu’ils puissent dépasser le niveau que j’ai aujourd’hui ». Très suivie par la jeunesse ivoirienne, Ruth Gbagbi a grandement participé à la démocratisation du taekwondo dans le pays<br />

(16 000 à 46 000 licenciés en 10 ans).<br />

Cet héritage, elle le transmet directement, notamment en accompagnant la très talentueuse Aminata Charlène Traoré (23 ans), qui a même terminé 5 e aux JO et représente une<br />

réelle chance de médaille.<br />

Un autre grand espoir pour la Côte d’Ivoire, c’est la coureuse Marie-Josée Ta Lou. L’athlète de 33 ans a longtemps été la tête d’affiche de l’athlétisme dans son pays, et si elle<br />

commence à prendre un peu d’âge, elle a tout de même terminé 4 e au 100 m et 5 e au 200 m lors des derniers Jeux Olympiques.<br />

En athlétisme, Murielle Ahouré-Demps est aussi un bel espoir de médaille. Quadruple championne du monde sur les épreuves de sprint en 60 m, 100 m et 200 m et championne du<br />

monde en salle du 60m en 2018, l’Ivoirienne n’a jamais réussi à briller aux Jeux Olympiques. À 35 ans, elle devrait disputer sa dernière édition des Jeux à Paris.<br />

Aminata Charlène Traoré<br />

D.R.<br />

Marie-Josée Ta Lou<br />

D.R. D.R.<br />

DJIBOUTI<br />

D.R.<br />

Murielle Ahouré-Demps<br />

Seule femme à Tokyo, Zourah Ali est<br />

l’espoir du Djibouti<br />

A 28 ans, Zourah Ali, aussi appelée Souhra Ali Mohamed est la seule athlète<br />

féminine ayant représentée son pays, le Djibouti, aux Jeux Olympiques de Tokyo en<br />

2020. Si elle avait déjà participé aux 400 m des Jeux de Londres en 2012, elle avait<br />

terminé 44 e . Il s’agit de la seule athlète féminine Djiboutienne, soutenue par la Garde<br />

Républicaine, soit par le pouvoir en place. Elle s’est donc rendue aussi aux JO de<br />

2020, où elle n’a pas réussi à sortir des séries des 1500 m.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 33


CHAMPIONNES<br />

EGYPTE<br />

Feryal Abdelaziz<br />

D.R.<br />

Feryal Abdelaziz et Giana<br />

Farouk, première médaillée<br />

d’or de l’histoire de l’Égypte et<br />

« The Karate Queen »<br />

Quel record pour la karateka égyptienne ! À 22 ans, Feryal Abdelaziz a remporté la médaille d’or aux Jeux Olympique de Tokyo en 2020, alors que c’était la première fois qu’elle<br />

participait à une édition des JO. Grande favorite dans les poids lourds (+61 kg), l’Égyptienne a toujours pu compter sur le soutien de sa mère pour l'aider dans sa discipline, et elle<br />

fut même la première remerciée lorsqu’elle a récupéré la médaille d’or : « Je voudrais remercier tous ceux qui ont crus en moi, ma mère en particulier. »<br />

À ses côtés, il y a la « Karate Queen » Giana Farouk, 27 ans. La poids moyen vient pour la médaille d’or à Paris.<br />

Les deux karatekas ont longtemps attendu le jour où leur discipline deviendrait olympique. En effet, lorsque cela est arrivé en 2016, Giana Farouk a déclaré : « Je ne pouvais pas<br />

être plus heureuse, c’est un rêve qui devient réalité. Toute ma vie j’ai espéré que le Karaté soit en sport Olympique et, en 2016 lorsqu’il a été inclus pour les Jeux de Tokyo, je me suis<br />

dit ‘C’est maintenant, c’est le moment, je dois le faire’ ».<br />

Les sports de combats semblent sourire aux athlètes égyptiennes. En effet, après le karaté, c’est au tour du taekwondo de se faire dominer par une Égyptienne. Hedaya Wahba,<br />

du haut de ses 29 ans, est absolument splendide sur les tatamis. Elle a obtenu une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de 2020 et ne compte pas s’arrêter là.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Giana Farouk<br />

Hedaya Wahba<br />

C’est enfin en escrime que les Égyptiennes peuvent performer. 8 es au fleuret par équipe aux Jeux Olympiques de<br />

2020, Yara El-Sharkawy, Noha Hany, Noura Mohamed et Mariam El-Zoheiry sont des championnes dans le<br />

maniement de l’épée.<br />

34 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


ERYTHRÉE<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Une jeunesse en feu pour l’Erythrée<br />

L’Érythrée va se baser sur sa jeunesse pour les Jeux Olympiques à venir. En effet,<br />

deux athlètes avaient participé aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et les deux<br />

n’avaient pas plus de 23 ans. La première est une coureuse de longue distance,<br />

Dolshi Tesfu. La jeune Erythréenne a clairement montré un très beau visage lors<br />

de cette dernière édition, puisqu’elle a obtenu une 15 e place. Très grand espoir, elle<br />

a obtenu une 8e place aux championnats du monde U20 et est aujourd’hui la plus<br />

grande athlète d’Erythrée.<br />

Elle est accompagnée d’une pépite, Rahel Daniel. À 21 ans, la coureuse de<br />

5 000 m explose tous les records puisqu’elle est, à l’heure actuelle, la détentrice du<br />

record national sur la distance.<br />

ESWATINI<br />

D.R.<br />

« The Young Robyn », seule Eswatinienne à Tokyo<br />

Seule représentante de l’Eswatini aux Jeux Olympiques de 2020, Robyn Young (22 ans) est une nageuse très talentueuse. Après avoir participé aux compétitions les plus prestigieuses<br />

de natation, comme les championnats du monde ou les jeux olympiques juniors, Robyn Young s’est lancée dans le grand bain à Tokyo. Elle devrait être du voyage à Paris en 2024.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 35


CHAMPIONNES<br />

ETHIOPIE<br />

Les Antilopes Walya,<br />

meilleures coureuses du<br />

monde, sont en Éthiopie !<br />

De beaux jours sont encore à écrire pour les athlètes éthiopienne. En effet, après avoir ramenées deux médailles de bronzes des Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, les très<br />

talentueuses Letesenbet Gidey et Gudaf Tsegay seront des concurrentes pour l’or à Paris.<br />

Gudaf Tsegay, 24 ans, est en train de tout exploser sur la scène internationale. L’athlète sur 1500 mètres et 5 000 mètres est la meilleure du monde à l’heure actuelle. Elle a<br />

terminé première aux championnats du monde classique et en salle en 2022, qui se sont respectivement déroulés à Belgrade et Eugene. Alors qu’elle a aussi battu le record du<br />

monde en salle du 1500 m en 2021, avec un temps de 3 min 53 sec 09, la coureuse semble être aujourd’hui plus en forme que jamais et rien ne pourra l’arrêter aux Jeux Olympiques<br />

de Paris. Dans un contexte particulièrement difficile en Éthiopie, où la guerre fait rage depuis plusieurs mois, l’athlète Gudaf Tsegay est une des lumières du pays.<br />

Letesenbet Gidey, 25 ans, a aussi ramené une médaille à la maison des derniers<br />

Jeux Olympiques. Elle a remporté le bronze aux 5 000 m et performe aussi très<br />

bien lors des dernières compétitions puisqu’elle est aussi championne du monde<br />

en titre après sa victoire en 2022 à Eugène. Par ailleurs, elle détient les records du<br />

monde en 5 000 m, en 10 000 m et en semi-marathon.<br />

Roza Dereje, 25 ans, veut aussi écrire son nom dans l’histoire de l’Éthiopie.<br />

Entourée de 4 frères et sœurs, ce sont ses parents qui l’ont poussée à courir<br />

quand ils ont vu que la jeune Roza était impressionnée par les exploits des<br />

Ethiopiennes Derartu Tulu et Tirunesh Dibaba, qui ont marqué toute une<br />

génération d’Éthiopienne. Roza Dereje remporte une grande quantité de<br />

marathon, comme celui de Shangai en 2016 et 2017, celui de Dubaï en 2018 avant<br />

de finir 2 e puis 3 e aux prestigieux marathons de Chicago et Londres avant de<br />

battre son record en remportant le marathon de Valence en 2 h 18 min 30 sec,<br />

faisant d’elle la 8 e femme la plus rapide de l’histoire. Elle s’est malheureusement<br />

arrêtée au pied du podium à Tokyo en terminant 4e du marathon.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Freweyni Hailu s’est aussi arrêtée au pied du podium. Coureuse de<br />

1 500 m, l’athlète de 21 ans bat de nombreux records de précocité. 4 e aux<br />

Jeux Olympiques de Tokyo, elle a tout pour continuer à monter en puissance<br />

et ramener une médaille des Jeux de Paris en 2024. De plus, elle a déjà<br />

montré sa progression en terminant 4 e aux Championnats du monde à<br />

Eugene en juillet 2022.<br />

Habitam Alemu, détentrice du record national de 800 m, avait échoué à la<br />

6 e place à Tokyo. À 25 ans, elle aura encore l’occasion de défendre son pays à<br />

Paris, et tentera d’aller chercher une médaille cette fois.<br />

36 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


GABON<br />

D.R.<br />

Diplômée de HEC, Sarah Myriam Mazouz excelle aussi au Judo<br />

Née d’un père Algéro-Canadien et d’une mère Algérienne au Gabon, la judoka Sarah Myriam Mazouz est une figure sportive du Gabon depuis de nombreuses années. Après des<br />

études très réussies au Canada, notamment avec un diplôme en management du sport à HEC Montréal, Sarah est devenue la star du judo au Gabon. À 35 ans, sa carrière est déjà<br />

remplie de nombreux trophées. Elle a obtenu en tout 3 médailles d’or, 2 médailles de bronze et 3 médailles d’or dans différentes compétitions mondiale ou continentale. Éliminée dès<br />

son premier combat à Tokyo, elle sera revancharde à Paris.<br />

D.R.<br />

Pour l’épauler, elle sera accompagnée de la très prometteuse Aya Mpali (18 ans), qui était l’une des plus jeunes athlètes ayant participé aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021.<br />

Nageuse prometteuse en 50 m nage libre, elle a malheureusement échoué aux séries avec une 77 e place.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 37


CHAMPIONNES<br />

GAMBIE<br />

D.R.<br />

La femme la plus rapide d’Afrique est Gambienne : Gina Bass<br />

Championne d’Afrique sur 100 m en titre suite aux Championnats d’Afrique de Saint-Pierre en 2022, Gina Bass est un joyau pour la Gambie. En effet, c’est la seule athlète féminine<br />

représentante de son pays et performe particulièrement bien depuis plusieurs années. Avec 3 médailles d’or continentales et une 6e place aux Championnats du monde en 2019,<br />

son élimination en demi-finale des derniers Jeux Olympiques est sans aucun doute une contre-performance pour la Gambienne. Consciente de sa domination sur le territoire<br />

africain, elle espéré que cela agira comme une source de motivation pour les Africaines : « Je sais que mon niveau est supérieur à ceux de mes concurrentes. Je pense que ça peut<br />

les aider. Quand tu cours contre plus fort que toi, c’est très motivant et ça peut les pousser davantage pour pourquoi pas aller décrocher un titre de champion d’Afrique ». Prodigieuse<br />

sur la scène africaine, son objectif est désormais de rayonner au niveau mondial, et les Jeux Olympiques de Paris semblent en être la parfaite occasion !<br />

38 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


GHANA<br />

D.R.<br />

Championne d’Afrique de saut en hauteur au bout du fil, la prodigieuse Rose<br />

Yeboah arrive en force à Paris<br />

À 20 ans, Rose Yeboah a surpris tout le monde au Championnat d’Afrique en 2022 lorsqu’elle a obtenu une médaille d’or avec un saut à 1 mètres 79. Il s’agissait de sa deuxième<br />

compétition internationale en senior et elle a encore prouvé à toute l’Afrique qu’elle avait les capacités de représenter le continent au plus haut niveau mondial. En effet, en 2019, à<br />

17 ans elle a aussi obtenu une médaille d’or aux Jeux Africains de Rabat. Dès lors, tout indique que Rose Yeboah représentera le Ghana lors de la prochaine édition des Jeux<br />

Olympiques, et tout semble pointer vers une belle performance.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Avec elle à Paris, il y aura probablement Unliez Takyi, qui à 17 ans, avait déjà<br />

participé aux Jeux Olympiques de Tokyo mais qui n’avait pas réussi à passer les<br />

séries du 50 m nage libre.<br />

Enfin, c’est peut-être Nadia Eke, 29 ans, qui sera présente aux Jeux Olympiques<br />

de Paris puisqu’elle est rentrée très frustrée de Tokyo. Porte drapeau du Ghana,<br />

Eke est la championne d’Afrique de triple saut en 2016 mais n’a pas pu participer à<br />

la compétition à Tokyo en raison d’une blessure lors des derniers entrainements.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 39


CHAMPIONNES<br />

GUINÉE<br />

D.R.<br />

Proche du drame aux derniers Jeux Olympiques, la Guinée sera<br />

remontée pour Paris<br />

En juillet 2021, la Guinée a failli connaître un drame en annulant sa participation aux Jeux Olympiques de Tokyo en raison d’une « recrudescence de variants de la Covid-19 ».<br />

La lutteuse Fatoumata Yarie Camara (26 ans) avait en outre menacé de refuser de participer tant qu’elle ne touchait pas ses primes. Finalement, un accord a été trouvé entre<br />

le Comité des sports olympique guinéen et le ministère des Sports, avec l’aide du Japon, pour que la Guinée participe finalement à la compétition. Fatoumata Yarie Camara a<br />

performé et obtenu une jolie 12e place.<br />

D.R.<br />

A ses côtés, c’est la coureuse sur 100 m de 21 ans Aïssata Denn Conte qui sera certainement aussi présente à Paris.<br />

40 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


GUINÉE-BISSAU<br />

D.R.<br />

9 médailles d’or pour Taciana Cesar, véritable légende du judo Africain<br />

Taciana Cesar est une judoka dans la catégorie -52 kg depuis 2001. Du haut de ses 38 ans, Cesar est une véritable légende du judo car elle a d’abord représenté le Brésil entre 2001<br />

et 2011, où elle a obtenu une médaille d’or et trois médailles de bronzes aux championnats panaméricains avant de se naturaliser Bissau-Guinéenne en 2013 suite à son mariage. Elle<br />

représentera ensuite la Guinée-Bissau au plus haut niveau africain, notamment avec 8 médailles d’or et une médaille de bronze en compétition continentale. C’est logiquement la<br />

représentante de la Guinée Bissau aux Jeux Olympiques mais elle n’a jamais réussi à vraiment performer au niveau international, tant la concurrence est rude. Elle a tristement échoué<br />

au premier tour des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 mais aura une dernière cartouche à jouer à Paris en 2024 pour prouver au monde entier que l’Afrique peut aussi rayonner dans<br />

le judo !<br />

GUINÉE<br />

ÉQUATORIALE<br />

D.R.<br />

Seule femme équatoguinéene à Tokyo, Alba Mbo Nchama continue de monter en<br />

puissance<br />

Lors des Jeux Olympiques de Tokyo en 2021, la Guinée Equatoriale n’a décidé d’envoyer qu’une seule athlète féminine pour les représenter. C’est donc Alba Mbo Nchama qui, à<br />

18 ans, a eu la lourde tâche de représenter toutes les athlètes équatoguinéenes. Aujourd’hui avec une expérience plus importante, l’équatoguinéene de 19 ans prépare en force les Jeux<br />

Olympiques de Paris.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 41


CHAMPIONNES<br />

KENYA<br />

D.R.<br />

Double championne Olympique, championne du monde Faith Kipyegon :<br />

« Je veux être une superstar »<br />

Championne du monde en 2017 et en 2022, Faith Kipyegon est aujourd'hui, à 29 ans, une véritable star au Kenya. Elle est l’idole de tout un peuple par tout ce qu’elle a déjà<br />

accompli mais elle a maintenant un nouvel objectif : « devenir une superstar ». En effet, elle n’est toujours pas satisfaite de sa carrière puisqu’elle n’a pas encore obtenu ce titre de «<br />

femme la plus rapide de l’histoire » sur 1 000 et 1 500 m. Aux championnats du monde 2022, où elle pensait avoir battu le record du monde en 1 500 m mais se retrouve finalement<br />

avec le deuxième temps… à 3 dixièmes de seconde !<br />

42 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Brigid JKosgei<br />

Peres Jepchirchir<br />

Hellen Obiri<br />

D.R.<br />

L’autre Kenyane qui va tout rafler à Paris, c’est sans Peres Jepchirchir, marathonienne championne olympique en<br />

titre. Après sa médaille d’or à Tokyo, elle a d’ailleurs enchainé avec une première place au marathon de New York,<br />

couru en 2 h 22 min 39 sec. Celle qui lui mettait des étoiles dans les yeux quand elle était petite était Tegla Loroupe,<br />

la première Kenyane à avoir remporté le marathon de New York en 1994. Peres Jepchirchir fait mieux que son<br />

modèle !<br />

Cependant, pour la joie de tous les Kényans, la plus grande concurrente de Peres Jepchirchir est aussi du pays de la<br />

« montagne de l’autruche ». Celle qui a obtenu la médaille d’argent au marathon lors des Jeux Olympiques de Tokyo<br />

est Brigid Kosgei (28 ans). La Kenyane a aussi bien enchaîné puisqu’elle a remporté le Marathon de Tokyo en ce<br />

mois de mars 2022. Par ailleurs, c’est aussi elle qui détient le record du monde en marathon avec un temps de<br />

2 h 14 min 4 sec lors du marathon de Chicago en 2019.<br />

Citons aussi Hellen Obiri (33 ans) et les jeunes<br />

Beatrice Chebet (22 ans) et Agnes Jebet Tirop<br />

(25 ans). Toutes trois concourent en 5 000 mètres<br />

et la première est l’une des plus grandes athlètes<br />

du pays. Obiri a obtenu lors des derniers Jeux<br />

Olympiques une médaille d’argent mais est aussi<br />

la championne du monde de 2017 et de 2019.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Beatrice Chebet<br />

Agnes Jebet Tirop<br />

Mary Moraa est aussi une jeune athlète (22 ans),<br />

très prometteuse qui prépare les Jeux de Paris.<br />

Hvin Jepkemoi<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Enfin, n’oublions pas Hvin Jepkemoi et Beatrice<br />

Chepkoech, toutes deux brillantes spécialistes<br />

du 3 000 m steeple. La première est, à 30 ans,<br />

la médaillée de bronze lors des derniers Jeux<br />

Olympiques de Tokyo. La seconde détient le<br />

record du monde en 3 000 m steeple.<br />

Beatrice Chepkoech<br />

Retrouvez<br />

la 2 ème partie<br />

dans le prochain<br />

numéro<br />

de Women Sports Africa<br />

à paraître le<br />

1 er juillet prochain !<br />

Du Lesotho au Zimbabwe<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 43


ENQUÊTE<br />

L'HISTOIRE<br />

JOJ Dakar<br />

2026<br />

Le premier événement<br />

olympique sur sol africain<br />

sera paritaire !<br />

© IOC Greg Martin<br />

Depuis 1896, les Jeux<br />

Olympiques ont fait le tour<br />

du monde. De Londres<br />

à Tokyo en passant<br />

par Los Angeles et Rio,<br />

nombreuses sont les villes<br />

qui ont accueilli la plus<br />

belle compétition sportive<br />

au monde. Cependant,<br />

la torche olympique n'a<br />

pas encore fait profiter de<br />

sa flamme à une partie<br />

bien spécifique du globe :<br />

l'Afrique. En 2026, les<br />

Jeux Olympiques de la<br />

Jeunesse (JOJ) seront<br />

organisés à Dakar, au<br />

Sénégal. Une première<br />

qui marquera l’histoire<br />

du sport africain et<br />

sera assurément une<br />

opportunité exceptionnelle<br />

pour le sport au féminin<br />

sur le continent. PAR KENAN CHANSON<br />

akar accueillera en 2026 le<br />

Dpremier événement olympique<br />

de l’histoire en Afrique.<br />

Nés du désir de faire briller la<br />

Flamme aux quatre coins du<br />

globe, les JOJ auront bien plus qu'un simple<br />

objectif sportif. L'avènement d'une telle organisation<br />

sur le continent envoie un message<br />

clair : le sport, la culture, l'économie et<br />

l'éducation sont sur la bonne voie. Ces JOJ<br />

réuniront à Dakar plus de 4 300 jeunes athlètes<br />

internationaux, avec une participation<br />

<br />

d’un programme de 35 disciplines sportives.<br />

Ces jeux seront un moment d’échanges, de<br />

symbiose, mais aussi de découverte de la<br />

culture africaine, en particulier sénégalaise.<br />

« Nous avons hâte de revenir ici pour vivre ce<br />

premier événement olympique organisé sur<br />

le sol africain, un événement pour l'Afrique,<br />

avec l'Afrique, qui accueillera la jeunesse<br />

du monde au Sénégal », se réjouit Thomas<br />

Bach, le président du CIO. Initialement prévus<br />

en 2022, les Jeux Olympiques de la Jeunesse<br />

ont vu, tout comme les JO de Tokyo,<br />

leur organisation perturbée par la pandémie<br />

<br />

<br />

tout de même offrir à l'Afrique et au Sénégal<br />

une aventure sportive et culturelle, le festival<br />

« Dakar en Jeux » a été organisé du 29 octobre<br />

au 5 novembre. Huit jours d'initiation<br />

sportive, de concerts et de démonstrations<br />

faites par pas moins 1 500 athlètes venus de<br />

tout le continent pour faire vibrer la jeunesse<br />

de la ville sénégalaise.<br />

« Dakar en Jeux », un festival<br />

pour se mettre dans l’ambiance<br />

des JOJ<br />

La présidente de la commission de coordination<br />

du CIO pour Dakar 2026, Kirsty<br />

Coventry, avoue avoir été largement séduite<br />

par ces huit jours qui ont permis aux Sénégalais<br />

et Sénégalaises de montrer à quel point<br />

ils aiment le sport : « Le Festival de Dakar en<br />

Jeux a été incroyable. Nous avons pu ressentir<br />

toute la passion et l'énergie que les Sénégalais<br />

ont pour la vie en plein air : être sur la<br />

plage, se divertir, s'amuser avec les enfants<br />

et danser. L'énergie de la population est immense.<br />

C'est un véritable aperçu de ce que<br />

nous allons vivre en 2026. »<br />

DAKAR 2026, LE BOOST<br />

TANT ATTENDU POUR LE<br />

SPORT FÉMININ AFRICAIN ?<br />

Le sport féminin en Afrique est encore bridé,<br />

c'est le moins qu'on puisse dire. Même<br />

si les athlètes qui font rayonner l'Afrique sur<br />

la scène mondiale sont chaque année plus<br />

44 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach, accompagné des<br />

membres du CIO Kirsty Coventry et Mamadou Diagna Ndiaye, a planté, à titre symbolique,<br />

un arbre indigène dans le futur village olympique de la jeunesse à Dakar. Cette initiative<br />

entendait célébrer la première phase des activités de plantation d'arbres pour la forêt<br />

olympique au Sénégal et au Mali, où 70 000 semis ont déjà été plantés à ce jour.<br />

nombreuses et de plus en plus impliquées<br />

dans la lutte contre les inégalités de genre,<br />

le sport à clairement du mal à s'initier dans<br />

le quotidien des femmes. Légèrement sur la<br />

pente ascendante, l'attention que l'on porte<br />

sur le sport féminin est encore trop faible.<br />

De trop nombreuses disciplines (pourtant<br />

<br />

<br />

pratique accessible au plus grand nombre.<br />

La venue des Jeux Olympiques de la Jeunesse<br />

en Afrique est donc un véritable enjeu.<br />

Une parité filles/garçons<br />

impeccable<br />

Il s'agissait bien souvent du triste point que<br />

l'on pouvait constater lors des événements<br />

olympiques : les femmes ont souvent été<br />

sous-représentées dans la plupart des disciplines<br />

faisant partie du programme des Jeux.<br />

<br />

CIO et des différentes fédérations internatio-<br />

<br />

2026 rimera donc avec « avancée ». Pour<br />

la première fois de l'histoire des Jeux<br />

Olympiques, la boxe, la gymnastique et la<br />

lutte compteront autant de femmes que<br />

d'hommes. Une très bonne nouvelle qui aura<br />

des conséquences directes sur l'évolution du<br />

sport féminin en Afrique puisqu'il s'agit ici<br />

d'un grand message d'espoir envoyé à toutes<br />

les jeunes femmes du continent. La petite<br />

boxeuse camerounaise ou la jeune sprinteuse<br />

botswanaise qui rêvent de participer<br />

aux JO et de représenter leur pays verront<br />

que les choses vont de l'avant et se sentiront<br />

légitimes de se demander : « Et pourquoi pas<br />

moi ? »<br />

Dakar met un point d'honneur à la parité<br />

des sexes pour 2026, tout comme Paris le<br />

fait pour les prochains Jeux Olympiques qui<br />

se dérouleront en 2024. En effet, la capitale<br />

-<br />

<br />

de disciplines (à l'exemple du cyclisme qui<br />

atteindra pour la première fois en 2024 un<br />

équilibre parfait avec 88 places pour chaque<br />

piques<br />

d'aller de l'avant nous permet donc<br />

d'imaginer quels seraient les bienfaits de la<br />

venue des Jeux Olympiques en terres africaines.<br />

WSA<br />

D.R.<br />

3 RAISONS<br />

pour lesquelles un<br />

événement olympique<br />

en Afrique est<br />

bénéfique au sport<br />

féminin<br />

La mise en lumière des<br />

championnes africaines<br />

Elles sont (très) nombreuses depuis<br />

quelques années et elles sont adulées<br />

par la jeunesse africaine. Ces athlètes<br />

sont des modèles pour les jeunes<br />

filles. Voir les pépites du continent<br />

performer « à domicile » engendrera à<br />

coup sûr un réel engouement pour le<br />

sport féminin.<br />

“<br />

1<br />

Investir dans le sport<br />

féminin pour glaner des<br />

médailles<br />

Ne nous voilons pas la face : en<br />

Afrique, le sport masculin et<br />

notamment le foot sont le centre<br />

d'intérêt principal et les principaux<br />

bénéficiaires d'investissements<br />

publics. La perspective de médailles<br />

« made in Africa » dans de multiples<br />

sports changera la donne. Un<br />

événement olympique « à la<br />

maison », c’est motivant. Des drapeaux<br />

flottants au-dessus des podiums<br />

2<br />

inciteront fortement les différents<br />

gouvernements à redynamiser la<br />

culture sportive de leur pays. Des<br />

Jeux désormais paritaires avec autant<br />

d’épreuves masculines que féminines,<br />

cela signifie une chose : le sport<br />

féminin est une mine d'or pour aller<br />

chasser des médailles !<br />

Des infrastructures dernier<br />

cri, adaptées aux femmes<br />

On se doute bien que dans le<br />

cadre de la préparation pour des<br />

JOJ en Afrique, nombreux seront<br />

les efforts réalisés concernant les<br />

infrastructures. Afin de former 3au<br />

mieux les athlètes de demain, des<br />

stades, de l'équipement et bien<br />

d'autres facteurs de développement<br />

seront mis à disposition des futures<br />

pépites africaines. Les infrastructures<br />

nouvelles répondront aux normes<br />

actuelles et seront donc adaptées à la<br />

pratique sportive féminine.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 45


ENQUÊTE<br />

Ibrahima Wade :<br />

« Il y a plus de femmes que d'hommes<br />

dans la structure d'organisation de ces<br />

Jeux Olympiques de la Jeunesse ! »<br />

Women Sports Africa : Vous<br />

êtes le coordonnateur du<br />

comité d'organisation des Jeux<br />

Olympiques de la jeunesse<br />

(JOJ) 2026 à Dakar. Que<br />

représente pour le Sénégal et<br />

pour l’Afrique ce premier grand<br />

événement olympique sur le<br />

continent ?<br />

Ibrahima Wade : L'organisation des Jeux<br />

Olympiques de la Jeunesse Dakar 2026,<br />

premier événement olympique en terres<br />

africaines, est d'abord la consécration d'une<br />

universalité des Jeux et de l'Olympisme. C'est<br />

vrai que les JO ont une très grande histoire<br />

et que l'Afrique y a toujours participé mais<br />

elle n'a jamais eu l'occasion de les abriter sur<br />

son continent. Pour le Sénégal, pour nous,<br />

c'est un motif de fierté que d'avoir à organiser<br />

ces premiers Jeux. Mais au-delà de tout ça,<br />

c'est aussi une façon pour le Sénégal d'être le<br />

porte-étendard de l'Afrique, de porter la voie<br />

de l'Afrique dans le concept de l'olympisme<br />

mondial. Il s'agira aussi de montrer ce que le<br />

Sénégal, grande nation de sport, sait faire. Ce<br />

sera un très grand plaisir d'accueillir le monde<br />

entier, le mouvement olympique et surtout la<br />

jeunesse car l'Afrique est un continent jeune,<br />

le Sénégal aussi. On a vraiment hâte de montrer<br />

au reste du monde ce qu'on est en capacité<br />

de faire.<br />

Quels sont les enjeux de cet<br />

événement en termes d’héritage<br />

pour le Sénégal ?<br />

Les enjeux sont multiples. C'est d’abord,<br />

comme je l'ai dit, la jeunesse qui représente<br />

une très grande proportion de cet héritage futur.<br />

Au Sénégal, plus de la moitié de la population<br />

est jeune et donc aujourd'hui, l'un des<br />

enjeux majeurs est d'impliquer cette jeunesse<br />

et de lui faire vivre au mieux ce grand moment<br />

historique. Un autre enjeu sera de réussir<br />

le « pari de l'organisation » et d'accueillir<br />

comme il se doit tout ce monde olympique.<br />

Un troisième enjeu sera de laisser un véritable<br />

héritage. Un héritage sur le plan sportif,<br />

au plan social, au plan économique, au plan<br />

de l'implication de la jeunesse et des retombées<br />

pour tous ces jeunes. C'est ce point qui<br />

constitue le socle du projet de Dakar 2026 et<br />

qui a été décliné dans la vision de ce projet :<br />

la jeunesse et le sport pour une contribution<br />

à la transformation du Sénégal et une source<br />

d'inspiration pour l'Afrique. Nous sommes<br />

convaincus que ce premier événement olympique<br />

en terres africaines aura des retentissements<br />

extraordinaires sur le développement<br />

économique et social du pays, aura de<br />

fortes retombées sur la prise de conscience<br />

de la jeunesse sénégalaise sur la nécessité de<br />

constituer le levier de développement de la<br />

transformation de leur pays et de leur continent.<br />

C'est pour cela que nous travaillons<br />

aujourd'hui avec tous les autres pays africains<br />

pour avoir une forte implication et une forte<br />

présence pendant la préparation et l'organisation<br />

de ces Jeux de la Jeunesse.<br />

Ces JOJ seront paritaires<br />

femmes/hommes. Cette<br />

donnée peut-elle favoriser le<br />

développement du sport<br />

féminin en Afrique ?<br />

C'est tout le message qu'on cherche à faire<br />

passer avec le CIO. Aujourd'hui, il faut le reconnaitre<br />

: le sport féminin est très présent au<br />

Sénégal et en Afrique comparé aux premières<br />

éditions des JOJ mais au fur-et-à-mesure,<br />

D.R.<br />

on a constaté une sorte de « décrochage »<br />

au niveau de la gent féminine et cela ne favorise<br />

pas l'équilibre que nous recherchons.<br />

Un équilibre au niveau de la participation des<br />

sportifs, un équilibre au niveau de l'encadrement<br />

sportif et simplement au niveau du management<br />

du phénomène sportif. Si on veut<br />

relier un bon équilibre Femmes / Hommes à<br />

la pratique du sport, il faut auparavant qu'il<br />

y ait un équilibre dans l'encadrement, dans<br />

l'accompagnement et dans le management<br />

du sport. Voilà ce que cherche à apporter<br />

Dakar 2026, c'est pour cela que pour nous, la<br />

parité est une excellente chose et une grande<br />

avancée. Au niveau du comité d'organisation<br />

même nous avons installé une parité Femmes<br />

/ Hommes au sein du personnel. Si je ne me<br />

trompe pas, il y a même plus de femmes que<br />

d'hommes dans la structure d'organisation de<br />

ces Jeux Olympiques de la Jeunesse !<br />

Si vous aviez eu l’opportunité<br />

de participer à ces Jeux<br />

Olympiques de Dakar étant plus<br />

jeune, avec quel état d'esprit les<br />

auriez-vous abordés ?<br />

Pour moi ça aurait été un rêve, en tant que<br />

jeune Sénégalais, en tant que jeune Africain.<br />

Je suis convaincu que c'est avec ce même<br />

état d'esprit que la jeunesse sénégalaise et<br />

africaine prépare ces JO. Nous le voyons déjà<br />

dans le programme d'engagement et de mobilisation<br />

de la jeunesse sur lequel nous travaillons.<br />

Comme vous le savez nous venons<br />

de vivre une semaine incroyable dans le cadre<br />

du festival de « Dakar en Jeux ! » qui a été organisé<br />

du 29 octobre au 5 novembre. J'ai encore<br />

en souvenir ces jeunes filles et garçons,<br />

ces écoles et ces clubs sportifs qui ont participé<br />

à cet événement. Je vois encore le sentiment<br />

de joie dans leurs yeux avec toute cette<br />

dynamique sportive et culturelle. N'étant pas<br />

« jeunes », nous avons vibré de la même manière<br />

qu'eux. Je suis tenté de répondre à votre<br />

question en disant qu'en 2026 je ne serais pas<br />

jeune mais je vivrais le même rêve que ces<br />

jeunes, que j'aurais la même passion que ces<br />

jeunes. WSA<br />

46 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Cécile Faye :<br />

« Ces JOJ favoriseront l'intégration<br />

<br />

en Afrique, dans la pratique<br />

comme dans l'encadrement »<br />

D.R.<br />

Vous êtes secrétaire<br />

générale adjointe<br />

du Comité national<br />

olympique et<br />

sportif sénégalais<br />

(CNOSS). Comment<br />

vous coordonnezvous<br />

avec le comité<br />

d’organisation<br />

des JOJ et avec<br />

le mouvement<br />

olympique en général<br />

pour préparer ce<br />

grand événement ?<br />

Je suis effectivement la secrétaire<br />

générale adjointe du<br />

Comité Olympique Sénégalais<br />

mais je suis en même temps<br />

chargée de la planification de<br />

la coordination au niveau du<br />

Comité d'organisation des Jeux<br />

Olympiques de la Jeunesse. Je<br />

suis aussi directrice de l'Académie<br />

nationale olympique<br />

qui est un démembrement du<br />

comité. Au niveau de ce comité,<br />

c'est un travail de « bénévolat<br />

», pour le mouvement associatif<br />

et qui n'est donc pas à<br />

temps plein. Mon poste le plus<br />

prenant est au niveau du comité<br />

d'organisation où, tous les<br />

jours, je travaille pour l'organisation<br />

et la planification des<br />

Jeux Olympiques, en relation<br />

avec le CIO.<br />

Vous êtes une<br />

dirigeante<br />

emblématique du<br />

sport africain et à ce<br />

titre un modèle pour<br />

de nombreuses jeunes<br />

filles. Pouvez-vous<br />

nous raconter votre<br />

parcours ?<br />

Je dirais que mon parcours<br />

commence dès le collège. J'aimais<br />

beaucoup pratiquer le<br />

sport en général. J'avais toujours<br />

hâte que les cours d'éducation<br />

physique arrivent. À partir<br />

de là, je jouais dans le club<br />

de handball de mon établissement<br />

en tant que gardienne de<br />

but. Dès lors, je me suis inscrite<br />

au club de ma ville (Thiès).<br />

J'étais parallèlement à l'institut<br />

des sports car j'étais alors<br />

professeur d'éducation physique<br />

de formation. J'ai joué<br />

dans le club emblématique de<br />

ma ville jusqu'au moment où<br />

j'ai été affectée en dehors de<br />

la capitale. Après ma carrière<br />

d'enseignante, je suis revenue<br />

au ministère des Sports, où j'ai<br />

eu l'occasion de travailler dans<br />

la direction des activités sportives<br />

en tant que chargée de<br />

relation avec les fédérations.<br />

C'est à ce moment-là que j'ai<br />

participé à la création de la fédération<br />

d'escrime, où je suis<br />

encore actuellement vice-présidente.<br />

Pour intégrer le comité<br />

olympique, il faut forcément<br />

être représenté par votre fédération<br />

et c'est ce qu'il m'est<br />

arrivé en 2013 pour le poste de<br />

secrétaire générale adjointe<br />

que j'occupe toujours.<br />

Dakar 2026 met un<br />

point d'honneur à<br />

respecter la parité<br />

femmes / hommes<br />

dans le maximum de<br />

disciplines. Selon<br />

vous, en quoi cela<br />

aidera les jeunes filles<br />

africaines à pratiquer<br />

le sport ?<br />

Depuis les JOJ de Buenos Aires<br />

(en 2018), la parité est vraiment<br />

mise en avant par le mouvement<br />

olympique. C'est pourquoi<br />

50 % des athlètes qui viendront<br />

à Dakar en 2026 seront<br />

des filles et 50 % seront des garçons.<br />

Même si on sait que cela<br />

ne sera pas chose facile, nous<br />

favoriserons aussi vraiment<br />

l'égalité femmes / hommes<br />

au niveau de l'encadrement.<br />

Maintenant pour les jeunes<br />

filles africaines, la venue de ces<br />

JOJ les aideront à pratiquer le<br />

sport. Les fédérations sportives<br />

et le CIO sont déjà en train de<br />

travailler sur le sujet des formations.<br />

Ces formations mettent<br />

un accent extrêmement important<br />

sur l'intégration des filles<br />

dans le domaine sportif avec<br />

l'appui de l'AFD et de l'INSEP de<br />

Paris, avec qui nous avons<br />

conclu une convention sur le<br />

plan de la formation des entraîneurs<br />

et du développement des<br />

athlètes. À long terme, les filles<br />

pourront vraiment s'épanouir<br />

dans le sport.<br />

Le fait qu'une<br />

ville africaine<br />

accueillera en 2026<br />

un événement<br />

Olympique est<br />

historique. A quelle<br />

échéance pensezvous<br />

que l'Afrique<br />

pourra recevoir les<br />

Jeux Olympiques sur<br />

son territoire ?<br />

Ça sera difficile mais on va y arriver.<br />

On a déjà une candidature<br />

africaine pour les Jeux Olympiques<br />

de 2036 avec l'Egypte.<br />

Je pense que tout dépendra de<br />

ce que nous, Dakar 2026, ferons<br />

en tant que premier organisateur<br />

des Jeux de la Jeunesse<br />

et d'un événement olympique<br />

sur le sol africain. Comme l'a<br />

dit le président du CIO, Thomas<br />

Bach, on organise ces JOJ<br />

pour le Sénégal, mais aussi pour<br />

l'Afrique toute entière car nous<br />

avons à prouver au monde que<br />

nous sommes dans la capacité<br />

d'organiser de tels événements<br />

avec brio. Si nous réussissons,<br />

je suis sûre que nous allons ouvrir<br />

la porte à d'autres pays pour<br />

accueillir ces grands Jeux. WSA<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 47


CARNET PRATIQUE<br />

ENTRAÎNEMENT<br />

LA ROUTINE<br />

YOGA<br />

DE SOUHEIR<br />

LOUAHALA<br />

Souheir Louahala est une professeure de yoga de 36 ans, basée à Alger.<br />

Praticienne énergéticienne et entrepreneure, elle nous a partagé les meilleurs<br />

exercices yoga à intégrer à notre routine. À vos leggings, c’est parti !<br />

PAR VANESSA MAUREL<br />

48 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR


1 2<br />

La planche haute<br />

Une posture complète pour un renforcement<br />

musculaire profond et global.<br />

- La poussée des mains active le travail des<br />

pectoraux et omoplates.<br />

- Le bassin en antéversion va soulager le bas du<br />

dos et stimuler le travail abdominal.<br />

Parallèlement, il y’a un subtil allongement du<br />

corps grâce à une poussée paradoxale entre les<br />

orteils et sommet du crâne, ce qui résulte en un<br />

étirement de tout le corps en même temps qu’un<br />

travail complet des jambes : ischio-jambiers,<br />

intérieur de cuisses, fessiers.<br />

Bienfaits :<br />

•Renforcement musculaire complet<br />

•Soulagement du mal de dos<br />

•Concentration<br />

•Équilibre des forces entre côté droit et<br />

gauche<br />

D.R.<br />

Voluptatur modit<br />

lit ra dolore<br />

latem volupit,<br />

sin res doluptam<br />

nonemos aut.<br />

Chien tête en bas<br />

Une posture qui englobe de nombreux bienfaits<br />

tant physiques que physiologiques.<br />

- Alignement des bras > travail et l’étirement des<br />

triceps<br />

- Alignement du dos détend nuque et vertèbres<br />

- Rotation externe des épaules > création d’espace<br />

pour le trapèze, détente du haut du dos<br />

- Élévation du sacrum > étirement profond des ischiojambiers.<br />

Priorité est donnée à l’alignement de la colonne. Si<br />

le pratiquant n’arrive pas à tendre les jambes, nous<br />

l’invitons à les fléchir plutôt qu’un dos rond.<br />

D’un point de vue physiologique, le chien tête en<br />

bas est un excellent exercice pour la stimulation du<br />

système lymphatique, permettant une détox du corps<br />

à travers l’inversion de la circulation de la lymphe.<br />

Bienfaits :<br />

•Libère les tensions<br />

•Stimule le système lymphatique<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 49


CARNET PRATIQUE<br />

3<br />

Chien à trois pattes<br />

Variante du chien tête en bas.<br />

De quoi travailler vers plus de flexibilité du bassin et renforcer les fessiers.<br />

Bienfaits :<br />

•Réduction du stress mental<br />

•Assouplissement des grands groupes musculaires<br />

•Assouplissement de la colonne vertébrale<br />

•Drainage lymphatique<br />

D.R.<br />

4<br />

La cigogne (Uttanasana)<br />

avec variante gros orteils<br />

Idéale pour les personnes sédentaires et/ou qui passent du temps en<br />

voiture. Le pratiquant est invité à explorer les tensions en douceur et à<br />

son rythme. Amener les gros orteils vers le haut soulage le nerf sciatique.<br />

D.R. D.R.<br />

5<br />

Bienfaits :<br />

•Étire les hanches, ischio-jambiers et mollets<br />

•Renforce les genoux<br />

•Maintient la colonne vertébrale souple et forte<br />

•Stimule la production de sérotonine et calme le système<br />

nerveux : stress, anxiété, dépression, fatigue<br />

•Soulage les tensions du dos liées à une forte activité cérébrale<br />

•Stimule les muscles abdominaux<br />

Fente haute<br />

(variation du guerrier 1)<br />

Posture d’ancrage et d’équilibre.<br />

J’ai choisi la variation avec talon décollé pour qu’elle soit plus accessible<br />

et complète pour le pratiquant grâce à un renforcement des fessiers,<br />

quadriceps, intérieur de cuisses mais aussi l’étirement simultané du haut<br />

de la cuisse opposée, mollet et alon d’Achille pour la partie basse. Et un<br />

étirement de l’abdomen et des bras pour la partie haute.<br />

Bienfaits :<br />

•Ancrage et équilibre<br />

•Concentration<br />

•Renforcement et assouplissement global du corps<br />

50 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


6 7<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Posture du Sphinx<br />

Jambes tendues, fessiers stimulés, poussée<br />

active sur les avant bras et ouverture de poitrine.<br />

Cette posture est idéale pour le soulagement<br />

du mal de dos, l’étirement abdominal (souvent<br />

négligé) et le drainage lymphatique.<br />

Bienfaits :<br />

•Étirement des muscles abdominaux<br />

•Renforcement de la colonne vertébrale<br />

•Ouverture de la poitrine et expansion des<br />

poumons<br />

•Rafraîchissement du corps après une<br />

journée de travail<br />

•Apaisement du système nerveux<br />

•Stimulation du système lymphatique<br />

•Prévention de la fatigue chronique<br />

Posture/ exercice<br />

d’étirement<br />

du haut/ bas du corps<br />

Très souvent laissé pour compte, le stretching<br />

profond du haut et bas du corps est très important<br />

pour les coureurs, les adeptes de la musculation<br />

lourde ainsi que les personnes travaillant devant un<br />

PC ou qui conduisent toute la journée.<br />

Bienfaits :<br />

•Étirement des muscles abdominaux<br />

•Soulagement de la nuque (muscles<br />

cervicaux)<br />

•Étirement et soulagement des tensions du<br />

bas du dos et des hanches<br />

•Étirement du triceps<br />

•Soulagement du trapèze (à l’expiration<br />

précisément)<br />

•Détente du système nerveux<br />

8<br />

La haute montagne<br />

Une posture accessible à tous, simple mais très efficace lorsque l’on veut<br />

commencer sa journée du bon pied.<br />

Comme pratiquement toutes les postures de yoga, cette posture statique n’est<br />

jamais passive. En effet, les pieds poussent le sol pour privilégier un ancrage à<br />

la terre. Le bassin revient vers l’avant pour limiter la cambrure du dos et activer<br />

en douceur l’abdomen. Le souffle mène cette danse statique car avec chaque<br />

inspiration, les mains montent, les bras s’allongent et la tension augmente. À<br />

chaque expiration, le trapèze se détend, le bas du dos se soulage avec le regard fixé<br />

fermement sur les mains. Ceci sera le message pour le cerveau que nous sommes<br />

prêts pour les choses sérieuses...<br />

D.R.<br />

Bienfaits :<br />

•Réveil musculaire doux<br />

•Concentration<br />

•Ancrage<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 51


CARNET PRATIQUE<br />

9<br />

D.R.<br />

Posture de l’enfant<br />

Idéale pour tous les besoins et tous les âges, les femmes enceintes<br />

devront créer plus d’espace entre les cuisses pour un confort optimal.<br />

Ici, selon le niveau de pratique il serait intéressant de garder en tête le<br />

rapprochement entre fessiers et talons ainsi que l’allongement constant des<br />

bras. Le souffle sera également très important pour un lâcher prise total.<br />

Bienfaits :<br />

•Soulagement des tensions dorsales<br />

•Soulagement des hanches<br />

•Détente immédiate de la nuque<br />

•Assouplissement des chevilles<br />

•Stimulation du flux sanguin vers le cerveau<br />

•Baisse des niveaux de stress et d’anxiété<br />

10 11<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Guerrier 2<br />

Parfaite pour une remise en forme et une<br />

stimulation mentale, cette posture permet en<br />

plus du renforcement des jambes et fessiers,<br />

d’assurer l’assouplissement des hanches et<br />

l’ouverture du plancher pelvien (intérieur de<br />

cuisses, adducteurs).<br />

Bienfaits :<br />

•Assouplit les hanches et les épaules<br />

•Permet l’ouverture de la poitrine<br />

•Augmente la résistance physique et la<br />

concentration<br />

•Stimule la circulation sanguine et<br />

respiratoire<br />

Variation<br />

de la planche<br />

(mains et avant-bras)<br />

Dans un objectif de gainage et de renforcement<br />

abdominal, ces deux postures vont en faire trembler<br />

plus d’un (e) mais assurent une tonification des<br />

muscles du corps particulièrement les muscles<br />

abdominaux. La montée du genou apportera plus de<br />

précision et de résistance à l’exercice.<br />

Bienfaits :<br />

•Renforcement des épaules, omoplates et<br />

pectoraux<br />

•Travail abdominal complet et<br />

soulagement lombaire<br />

•Tonification de la jambe d’appui<br />

•Sécrétion de dopamine et satisfaction<br />

Synthèse :<br />

Je souhaiterais revenir sur un point crucial et qui donnerait son sens à toutes ces postures. La respiration profonde, complète et<br />

constante est exactement ce qui donnera vie à ces postures et assurera un bien-être optimal.<br />

52 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


4<br />

QUESTIONS<br />

À SOUHEIR<br />

LOUAHALA<br />

1Comment avez-vous découvert le yoga ?<br />

J’ai découvert le yoga un peu par hasard ou par urgence.<br />

Ayant été athlète, j’ai été victime d’une blessure<br />

musculaire à l’ischio-jambier droit et même<br />

après rééducation, il me restait toujours des picotements ou<br />

une élongation... La hantise de la blessure planait toujours.<br />

Parallèlement le mal de dos était un peu une constante. Ce<br />

qui m’a poussé à exécuter intuitivement des mouvements/<br />

postures qui me faisaient du bien et me soulageaient. En<br />

faisant des recherches, je me suis rendue compte que ces<br />

postures étaient listées avec la méthode pilates. J’ai alors<br />

introduit ces postures à ma routine d’échauffement et de clôture<br />

de séance.<br />

Plus tard, ayant plus de difficulté à gérer mes émotions et mon<br />

stress, j’ai découvert des écrits sur la puissance du souffle<br />

et comment il pouvait aider un individu à calmer son mental.<br />

Petit à petit, le yoga s’est révélé à moi et je me suis rendue<br />

compte qu’il était l’ancêtre de la méthode pilates et regorgeait<br />

d’informations et de diversité. Mon apprentissage et mon approfondissement<br />

se sont fait graduellement, au fil des mois et<br />

des années, mais surtout des besoins.<br />

2Quand et comment avez-vous décidé<br />

d’en faire votre métier ?<br />

J’avais d’abord commencé par partager quelques<br />

moments d’initiation avec des amis, qui avaient<br />

apprécié ma méthode de transmission et ma patience. Suite<br />

à cela j’ai sauté le pas en proposant un cours par semaine<br />

dans l’entreprise au sein de laquelle je travaillais, c’était<br />

notre moment à nous chaque mardi à 18h. Un peu plus tard,<br />

j’ai décidé de partager mon énergie au public en plein air :<br />

c’était la naissance du Outdoor Morning Yoga à Alger en septembre<br />

2017.<br />

En 2018, je pars à Bali et me forme au Vinyasa. À mon retour,<br />

je continue de travailler en entreprise mais en réfléchissant à<br />

des concepts wellness pour le monde de l’entreprise, j’étais<br />

dedans et je connaissais exactement les tenants et aboutissant<br />

du stress.<br />

Graduellement, je suis passée en consultante tout en enrichissant<br />

mes prestations Yoga. Jusqu’au jour où mon contrat<br />

de consultante a été rompu compte tenu de la situation économique<br />

du secteur.<br />

À ce moment-là, j’ai su que c’était l’univers qui me poussait à<br />

sauter et à entreprendre.<br />

3Que vous apporte le yoga ?<br />

Quels sont les bienfaits ?<br />

Je vais répondre à cette question en gardant en<br />

tête toutes les parties de moi ayant cheminé sur<br />

ce parcours et tous mes niveaux de conscience depuis mes<br />

débuts jusqu’aujourd’hui.<br />

Je dirais qu’il m’apporte la connaissance et l’exploration de<br />

soi à travers différentes dimensions: physique, mentale, émotionnelle,<br />

énergétique et spirituelle.<br />

- Le renforcement et l’assouplissement physique et mental (on<br />

peut être physiquement flexible mais mentalement rigide et il<br />

nous suffit juste de nous en rendre compte sans jugement et<br />

d’évoluer vers plus d’espace).<br />

- L’écoute active des émotions, des sensations et leur libération<br />

à travers un souffle et un mouvement conscients.<br />

- La découverte du moi silencieux où tout est possible.<br />

4Que voulez vous transmettre via sa<br />

pratique ?<br />

L’amour du chemin au-delà du résultat. Car si l’individu<br />

pose une intention suffisamment claire et<br />

emprunte un chemin avec discipline, curiosité et dévouement,<br />

il pourra se découvrir et se réinventer sans jamais s’ennuyer<br />

ou s’impatienter quant à la destination finale. WSA<br />

© Nassim’Benslimane<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 53


DÉCOUVERTE<br />

TANZANIE<br />

Le Marathon<br />

de Clock Tower<br />

à Arusha<br />

À la rencontre d’un club sportif pas<br />

comme les autres<br />

Arusha est une ville au nord-ouest de la Tanzanie, où de nombreux touristes vont gravir le<br />

Kilimandjaro. On constate aussi ces dernières années un changement du mode de vie des habitants<br />

à travers le pays, en particulier dans cette région. Bon nombre d’entre eux prennent les chemins du<br />

running pour rester en bonne santé et socialiser. C’est ici, lors d’une excursion sur place, que nous<br />

avons rencontré un groupe de collègues de la ville voisine. Reportage. PAR NOTRE ENVOYÉE SPÉCIALE LÉA BORIE<br />

La veille du Marathon de Clock<br />

Tower, on rencontre dans<br />

les rues d’Arusha, au détour<br />

d’un marché, Victor Joakim,<br />

« The Hero Champion » sur Instagram,<br />

un coureur pieds nus en train de se<br />

faire peindre le drapeau de la Tanzanie sur<br />

le corps. Ambassadeur du tourisme, de la<br />

culture et des traditions du peuple africain,<br />

en particulier de la Tanzanie, c’est là qu’il<br />

nous raconte se rendre le lendemain à 6h<br />

au départ du Marathon d’Arusha, avec sa<br />

tenue traditionnelle, un pagne en cuir cousu<br />

lui-même, et son drapeau de la Tanzanie à<br />

l’épaule. Qu’à cela ne tienne, on s’y rendra !<br />

Après quelques recherches et questions<br />

posées à notre hôtel, on apprend que cette<br />

course est organisée par The Arusha Runners,<br />

dont la baseline est « Cours avec ton<br />

cœur ». L’organisation, club sportif des coureurs<br />

d’Arusha, a aussi pour slogans : « Faire<br />

du sport pour une vie heureuse » et « Faites<br />

de l’exercice d’abord pour votre santé ». On<br />

nous garantit : l’ambiance y sera bon enfant !<br />

Cap sur la tour de l’horloge !<br />

Le réveil sonne. Bien trop tôt mais une<br />

course en pleine ville nous attend, nous<br />

D.R.<br />

sommes excités de voir comment celle-ci<br />

sera organisée et si nous y trouverons des<br />

coureuses chevronnées. On parcourt la ville<br />

d’un pas pressé pour arriver au point de ralliement<br />

décrit la veille par notre éclaireur aux<br />

pieds nus. On commence à croiser des coureurs,<br />

et quelques coureuses, qu’on encourage<br />

haut et fort sur notre passage, jusqu’à<br />

gagner la ligne d’arrivée. Ici, on se concentre<br />

sur les femmes portant autour du cou une<br />

<br />

<br />

nombreuses. Et puis là, on la voit passer la<br />

ligne d’arrivée, un casque de musique aux<br />

oreilles. Elle rejoint ses amis en dansant, elle<br />

respire la joie de vivre. C’est tout naturellement<br />

qu’on s’approche d’elle, elle sera une<br />

bonne cliente pour une interview, c’est sûr !<br />

<br />

qu’on s’intéresse à sa course. Le courant<br />

passe tout de suite très vite.<br />

Elles sont quatre femmes dans son club à<br />

courir ce jour-là mais seule Sia a tenté le semi-marathon.<br />

La jeune femme nous raconte<br />

qu’elle s’est mise à courir sur le tard, une fois<br />

adulte. Elle vient de Moshi, une ville à une<br />

heure d’Arusha. Elle est venue spécialement<br />

ce matin pour participer à cette course. Le<br />

<br />

parcours. C’est sa 7 e course et elle nous le<br />

promet : elle est loin de s’en arrêter là !<br />

Une course engagée<br />

On monte sur le podium avec elle. C’est ici<br />

qu’on comprend qu’avec son club, ils courent<br />

pour défendre une cause importante : soutenir<br />

le PBWB. Il s’agit du Conseil des eaux<br />

54 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


© SDL<br />

D.R.<br />

SIA, LA FIERTÉ<br />

DANS LES YEUX<br />

À 37 ans, maman de<br />

2 enfants, Sia Mboya,<br />

débute le running, et<br />

nous donne une belle<br />

leçon de vie sportive :<br />

« Je suis hydrologue à<br />

Moshi, et travaille sur le<br />

bassin de Pangani. J’ai<br />

rejoint le Club de running<br />

du Conseil des eaux du<br />

<br />

gouvernemental basé à Moshi. Pangani est<br />

une petite ville de 8 000 habitants de la côte<br />

tanzanienne située entre Dar es Salam et<br />

<br />

dans l’Océan Indien. Sous couvert du mi-<br />

<br />

Pangani, le PBWB évalue les ressources en<br />

eau pour lutter contre les pénuries dans la<br />

vallée de Pangani. C’est pourquoi on a tenu à<br />

en savoir plus sur les retours à chaud de Sia<br />

et la raison de sa présence ici. WSA<br />

(*) www.panganibasin.go.tz<br />

bassin de Pangani. Avec les<br />

collègues, nous courrons<br />

deux fois par semaine, les<br />

vendredis et les dimanches.<br />

Pas tant pour la<br />

performance mais pour se<br />

tenir en bonne santé. Pour<br />

un semi, je pars environ sur<br />

2h30 de run. Cette course<br />

d’Arusha m’a permis de<br />

décrocher ma 6 e médaille<br />

de 21 km. Et le 26 février,<br />

je cours le Marathon du<br />

Kilimandjaro ! J’aimerais<br />

aussi courir à l’étranger et<br />

voyager grâce à ça, avec<br />

l’appui de sponsors. »<br />

(propos traduits du swahili)<br />

© SDL<br />

LE MARATHON<br />

DU KILIMANDJARO<br />

<br />

quelques 12 000 runneurs des<br />

plus chevronnés se lancent sur<br />

les contreforts du Kilimandjaro !<br />

L’itinéraire traverse de nombreuses<br />

petites exploitations agricoles,<br />

plantations de bananes, de café et<br />

parcelles de forêts, des villages et<br />

sections de la ville de Moshi.<br />

L’événement, qui réunit jusqu’à<br />

45 nationalités, se termine au stade<br />

MoCu, à Moshi, dans la bonne<br />

humeur, sur fond de musique<br />

endiablée !<br />

kilimanjaromarathon.com<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 55


DÉCOUVERTE<br />

PORTFOLIO<br />

DJIBOUTI<br />

LA DESTINATION<br />

QUI VA VOUS<br />

SURPRENDRE !<br />

Des fonds marins préservés uniques au<br />

monde pour s’adonner à la plongée sousmarine<br />

ou au snorkeling. Des spots de pêche<br />

sportive mondialement réputés. Des sites de<br />

rêve pour pratiquer le canoë-kayak, le char<br />

à voile, la randonnée pédestre ou le raid en<br />

dromadaire... Partons à la découverte des<br />

quelques-uns des trésors de Djibouti !<br />

PAR DAVID TOMASZEK<br />

Djibouti est situé sur la corne<br />

de l’Afrique, entre l’Erythrée, la<br />

Somalie et l’Ethiopie, entourée<br />

par la Mer Rouge au Nord,<br />

l’Océan Indien au Sud, et le Golfe<br />

d’Aden à l’Est.<br />

Le pays a conquis son<br />

indépendance en 1977, il est<br />

donc l’un des plus jeunes<br />

États africains. Djibouti<br />

compte 1 million d’habitants,<br />

francophones et arabophones. Il<br />

est l’une des destinations les plus<br />

surprenantes au monde pour un<br />

voyage-découverte !<br />

Sportifs sous-marins,<br />

ouvrez grands les<br />

yeux, la nature<br />

marine djiboutienne<br />

vous surprendra plus<br />

d’une fois !<br />

c Plongée sous-marine<br />

Une faune marine<br />

exceptionnelle<br />

La plongée sous-marine à Djibouti surprendra plus d’un plongeur<br />

par sa diversité d’organismes marins. Grâce à sa situation entre Mer<br />

Rouge et Océan Indien, Djibouti est l’une des plus belles destinations<br />

au monde pour s’y adonner. Les eaux sont poissonneuses (poissons<br />

loches, mérous, raies, carangues, barracudas, napoléons, murènesléopards,<br />

poissons-perroquets, tortues, balistes, gaterins) et les<br />

requins-baleines sont très nombreux. Découvrir aussi une sensation<br />

forte en plongeant dans la faille du rift.<br />

Destinations conseillées : Arta plage / Îles Moucha et Maskali / Îles<br />

des 7 frères / Le Goubet<br />

Agences conseillées : Aqua Club Diving Center / Agence Siyyan<br />

Travel & Tour Service / Agence Sovereign Global Dolphin / Agence<br />

Djib Easy<br />

56 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


D.R.<br />

Le témoignage de Sylvie, 45 ans :<br />

« J’AI PLONGÉ AU MILIEU DES REQUINS-BALEINES ! »<br />

« C’était l’hiver en France. Avec mon compagnon, nous<br />

avions organisé une croisière-plongée à Djibouti. L’objectif<br />

principal de notre séjour était de voir ces fameux requinsbaleines.<br />

Et nous n’avons pas été déçus ! Je me souviendrai<br />

toute ma vie de ce jour où je me suis retrouvée... entre deux<br />

requins-baleines. Malgré toutes mes précautions pour ne pas<br />

les toucher, l’un d’eux semble vouloir venir vers moi et après<br />

m’avoir touchée (goûtée ?) avec son énorme bouche. Son<br />

corps énorme défile sous mes palmes que j’essaie, en vain,<br />

de rétracter. Peu de temps sépare l’apparition d’un autre<br />

animal. Je ne bouge pas, à part l’index de ma main droite<br />

pointé sur mon appareil-photo qui ne chôme pas, à 9 images<br />

par secondes ! Je suis à la fois fascinée et tétanisée. Une<br />

expérience inoubliable.»<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 57


DÉCOUVERTE<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

c Pêche sportive<br />

Des prises<br />

impressionnantes !<br />

La pêche constitue une activité passionnante<br />

que vous pourrez pratiquer à Djibouti. En<br />

bateau ou du bord, vous ne serez jamais déçu<br />

car les prises sont impressionnantes. La passe<br />

du Goubet, appelée le Gouffre du Démon, est<br />

sûrement la zone de pêche la plus intéressante.<br />

La mer arrivant du Golfe d’Aden s’engouffre<br />

dans cette passe qui est séparée au milieu par<br />

un minuscule îlot. C’est à marée basse que les<br />

pêcheurs obtiendront les meilleurs résultats, car<br />

tous les prédateurs seront au rendez-vous. Les<br />

principaux poissons qui hantent la passe sont les<br />

carangues ignobilis, les barracudas, les lutjans,<br />

les empereurs, les requins, les liches, les thazards<br />

et les thons jaunes.<br />

Destination conseillée : Goubet<br />

Agence conseillée : Aden Fishing<br />

D.R.<br />

58 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Char à voile / Randonnée a<br />

pédestre / Raid en<br />

dromadaire<br />

Des sensations<br />

fortes au milieu<br />

du désert<br />

S’adonner au char à voile au milieu du<br />

désert du Grand Bara. Marcher à travers<br />

les monts Goda et découvrir leurs paysages<br />

époustouflants : canyons, vallées, cascades<br />

et pics montagneux. Vivre l’aventure de la<br />

Caravane de Sel, la plus ancienne route du<br />

commerce de sel, aux côtés des dromadaires<br />

chargés de « l’or blanc ». Faire le tour du pays<br />

via des campements, à la rencontre des deux<br />

grandes cultures nomades afars et somalis...<br />

Djibouti a 1 000 façons de vous surprendre !<br />

Destinations conseillées :<br />

Ali-Sabieh / Grand Bara / Lac Assal / Le Day /<br />

Ditilou / Bankouale / Lac Abbé<br />

Agences conseillées :<br />

Aecveta / Safar / Excursions les Lacs<br />

D.R. D.R.<br />

D.R.<br />

bCanoë-Kayak / Snorkeling<br />

Pagayer dans un décor de<br />

rêve et découvrir les récifs<br />

coralliens…<br />

Pagayer en kayak le long des falaises de basalte, se relaxer sur des<br />

plages de sable isolées, rejoindre les récifs coralliens et s’adonner au<br />

snorkeling le long de la côte… C’est le menu au programme, le long de<br />

la plage d’Arta et à travers le Ghoubet. Pendant la saison des requinsbaleines,<br />

il est même possible de camper sur des plages près de<br />

l’endroit où ces derniers se nourrissent habituellement !<br />

Destinations conseillées : Douda plage / Goubet<br />

Agence conseillée : Rushing Water Adventures<br />

https://guide.visitdjibouti.dj<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 59


FEMMES D’INFLUENCE<br />

RENCONTRE<br />

AÏCHA GARAD ALI<br />

«QUE LES FEMMES REVENDIQUENT LES PLACES<br />

QUI LEUR REVIENNENT DE DROIT !»<br />

Ancienne joueuse, capitaine puis entraîneure de l’équipe nationale de handball de Djibouti,<br />

Aïcha Garad Ali est aujourd’hui présidente du Comité National Olympique et Sportif<br />

Djiboutien (CNOSD). Entretien exclusif.<br />

PROPOS RECUEILLIS PAR DAVID TOMASZEK ET KADOUG IBRAHIM HOUSSEIN<br />

D.R.<br />

VOUS ÊTES PRÉSIDENTE DU<br />

COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE<br />

DE DJIBOUTI DEPUIS 2005 ET, À CE<br />

TITRE, LA PERSONNALITÉ SPORTIVE<br />

FÉMININE MAJEURE DE VOTRE<br />

PAYS. POUVEZ-VOUS NOUS CONTER<br />

LES ÉTAPES-CLÉS DE VOTRE<br />

PARCOURS ATYPIQUE ?<br />

Très jeune le sport a représenté mon principal<br />

loisir, j’étais dans l’équipe nationale<br />

de handball et mes premières compétitions<br />

m’on fait découvrir l’esprit d’équipe<br />

et le sens du collectif. C’est très naturellement<br />

que je me tourne vers l’enseignement<br />

de l’éducation physique et sportive<br />

après une formation à l’Institut National<br />

de la Jeunesse et des Sports de Côte<br />

d’Ivoire. Devenue conseillère technique<br />

du ministère de la jeunesse et des sports,<br />

j’ai continué à soutenir le développement<br />

du sport national consciente de sa capacité<br />

à éduquer, à rassembler et créer<br />

un lien social et fraternel avec toutes les<br />

couches de la société. Devenue Présidente<br />

du Comité National Olympique et<br />

Sportif Djiboutien, j’essaye chaque jour<br />

d’améliorer les conditions de préparation<br />

de nos athlètes tout en diffusant les<br />

valeurs de l’olympisme à Djibouti et en<br />

restant à l’écoute des besoins des fédérations<br />

nationales.<br />

QUELLES SONT LES RÉALISATIONS<br />

DONT VOUS ÊTES LE PLUS FIÈRE<br />

POUR LE SPORT DJIBOUTIEN ?<br />

<br />

National Olympique et Sportif Djiboutien,<br />

de nos athlètes qui brillent sur les scènes<br />

continentale et internationale. Du nombre<br />

de plus en plus croissant des entraineurs<br />

<br />

internationales, des présidents de fédérations<br />

nationales qui ont des titres continentaux,<br />

des jeunes femmes présidentes des<br />

fédérations nationales.<br />

QUELS SONT LES PROJETS<br />

FUTURS QUI VOUS TIENNENT<br />

PARTICULIÈREMENT À CŒUR ?<br />

Actuellement deux points sont au centre de<br />

mes préoccupations : la préparation de nos<br />

athlètes d’élites dans les centres de haut<br />

<br />

de la République de Djibouti, son Excellence<br />

Monsieur Ismaïl Omar Guelleh, et la<br />

construction d’un siège pour le CNOSD.<br />

«MON MESSAGE EST LE SUIVANT :<br />

PERSÉVÉRER TOUJOURS, SI VOUS<br />

TRÉBUCHEZ C’EST POUR MIEUX VOUS<br />

RELEVER… »<br />

60 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


“Le CIO a mis en place<br />

une politique pour<br />

l’inclusion de 30% de<br />

femmes au sein des<br />

comités exécutifs de<br />

chaque CNO.”<br />

D.R.<br />

VOUS ÊTES MEMBRE DU CIO, ET<br />

MEMBRE DE TROIS COMMISSIONS<br />

DONT LE PROGRAMME<br />

OLYMPIQUE, CULTURE ET<br />

HÉRITAGE ET ÉGALITÉ DES GENRES.<br />

QUELLE EST VOTRE VISION DE<br />

L’ÉVOLUTION DE LA PLACE DES<br />

FEMMES DANS LE MOUVEMENT<br />

SPORTIF, POUR LES ATHLÈTES<br />

COMME POUR LES POSTES DE<br />

DIRIGEANTES ? QUEL CHEMIN<br />

RESTE-T-IL À PARCOURIR EN LA<br />

MATIÈRE ?<br />

En ce qui concerne la place de la femme,<br />

des grands progrès ont été accomplis en<br />

termes d’équilibre entre athlètes mascu-<br />

<br />

<br />

au leadership du Président du CIO, Thomas<br />

Bach et beaucoup de femmes ont<br />

été nommées à des postes de responsabilités<br />

au sein de l’administration et<br />

de la gouvernance. Des campagnes de<br />

sensibilisation ont été multipliées ainsi<br />

que les formations sur le leadership pour<br />

<br />

tous les sports et pour l’intégration des<br />

femmes à des postes de responsabilités.<br />

Le CIO a mis en place une politique pour<br />

l’inclusion de 30% de femmes au sein<br />

des comités exécutifs de chaque CNO.<br />

Néanmoins, il reste beaucoup à faire<br />

encore en ce qui concerne par exemple<br />

le nombre d’entraineurs femmes (13 %<br />

dentes<br />

de CNO, de journalistes femmes,<br />

de médecins sportifs femmes. Il faut que<br />

toutes les parties prenantes du mouvement<br />

sportif puissent coopérer et que les<br />

femmes revendiquent les places qui leur<br />

reviennent de droit pour qu’il y ait un réel<br />

changement ! La bonne nouvelle, il est<br />

prévu qu’il y ait 50 % de femme athlètes<br />

aux JO de Paris 2024.<br />

VOTRE PARCOURS EST DE NATURE<br />

À INSPIRER DES JEUNES FILLES<br />

DJIBOUTIENNES OU AFRICAINES.<br />

QUEL MESSAGE VOUDRIEZ-VOUS<br />

FAIRE PASSER À CETTE NOUVELLE<br />

GÉNÉRATION ?<br />

Mon message est le suivant : persévérer<br />

toujours, si vous trébuchez c’est pour<br />

mieux vous relever, chercher l’excellence<br />

en tenant toujours compte du bien-être<br />

de votre entourage, et soyez exigeante<br />

envers vous-même pour accomplir votre<br />

rêve. WSA<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 61


FEMMES D’INFLUENCE<br />

Portrait<br />

Kornelia<br />

Semmelink :<br />

« La NBA prend très au sérieux le fait de<br />

donner des responsabilités à des femmes »<br />

Elle dirige la NBA en Afrique, rien que ça ! Rencontre avec la Sud-Africaine Kornelia<br />

Semmelink, le nouveau visage de la puissante ligue nord-américaine de basket-ball sur le<br />

continent. PROPOS RECUEILLIS PAR KENAN CHANSON<br />

D.R.<br />

WOMEN SPORTS AFRICA : POUVEZ-<br />

VOUS NOUS DÉCRIRE VOTRE<br />

PARCOURS ET VOTRE POSITION<br />

ACTUELLE AU SEIN DE LA NBA ?<br />

à l’université d’UCT, plus jeune. Je me suis<br />

alors portée candidate pour devenir « Project<br />

Manager » et j’ai été choisie ! J’ai ensuite fait<br />

une pause de deux ans durant laquelle je me<br />

suis spécialisée dans la communication et<br />

les médias et quand je suis revenue, il y avait<br />

de la place dans ce service. Pendant 8 ans,<br />

mon rôle était de gérer tout ce qui concernait<br />

les licences de médias sur le continent. En<br />

dehors des Etats-Unis, je devais aussi m’assurer<br />

que les rencontres NBA étaient diffusées<br />

en Afrique. Il y a 4 ans, la NBA a annoncé<br />

que la toute première ligue extérieure au<br />

continent américain allait être créée. Depuis,<br />

je m’occupe aussi de ce projet. C’est un travail<br />

intense et intéressant !<br />

EST-CE UNE SOURCE DE FIERTÉ POUR<br />

VOUS D’AVOIR ÉTÉ LA PREMIÈRE<br />

FEMME À AVOIR INTÉGRÉ LA NBA<br />

AFRICA ?<br />

Évidemment ! C’est un véritable honneur.<br />

J’étais effectivement l’employée « Number<br />

<br />

faire partie de l’histoire de la NBA.<br />

PENSEZ-VOUS QU’ÊTRE UNE FEMME<br />

AVEC UN RÔLE AUSSI IMPORTANT<br />

PEUT SERVIR D’EXEMPLE À DES JEUNES<br />

FILLES AFRICAINES ?<br />

Complètement. Surtout dans ce paysage du<br />

sport qui est plus ouvert que jamais et qui<br />

ne demande qu’à évoluer. Je pense que c’est<br />

très important que les femmes et les jeunes<br />

<br />

sentent légitimes à avoir de grandes responsabilités,<br />

autant dans le domaine sportif que<br />

dans tous les autres. Beaucoup de jeunes<br />

personnes m’ont dit qu’elles trouvaient inspirant<br />

le fait que j’occupe un tel rôle dans une<br />

organisation aussi prestigieuse que la NBA.<br />

KORNELIA SEMMELINK : Je suis actuellement<br />

Senior Director de NBA Africa. J’ai intégré<br />

la NBA lorsqu’elle a ouvert ses portes en<br />

Afrique, il y a 10 ans. J’étais alors en relation<br />

avec quelques personnes impliquées dans<br />

cette initiative, car j’avais été une joueuse<br />

« EN AFRIQUE, IL N’Y PAS ENCORE<br />

BEAUCOUP DE FEMMES QUI FONT CE<br />

QUE JE FAIS ACTUELLEMENT. »<br />

62 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


RENCONTRE<br />

À MONACO<br />

“<br />

C’est à Monaco que nous avons<br />

rencontré Kornelia Semmelink,<br />

lors du Sportel 2022 :<br />

« C’est un honneur d’avoir<br />

l’opportunité de participer au<br />

Sportel, surtout quand on vient<br />

d’Afrique. Je pense qu’être capable<br />

de faire partie de ce milieu nous<br />

rend tous fiers. Être entourée par<br />

les plus gros médias sportifs du<br />

monde est un vrai plaisir et c’est<br />

un gage de qualité pour notre<br />

travail. C’est une opportunité<br />

unique. En plus, c’est à Monaco, un<br />

endroit magnifique ! »<br />

Les stars de la<br />

NBA s’impliquent<br />

pour organiser<br />

des camps pour<br />

la jeunesse<br />

africaine, pendant<br />

l’intersaison.<br />

D.R.<br />

AUJOURD’HUI, Y A-T-IL BEAUCOUP<br />

D’AUTRES FEMMES OCCUPANT DES<br />

POSTES AUSSI IMPORTANTS QUE LE<br />

VÔTRE DANS LA LIGUE ?<br />

En Afrique, il n’y pas encore beaucoup de<br />

femmes qui font ce que je fais actuellement.<br />

À vrai dire, même dans le milieu de<br />

la communication, des médias et de tout<br />

ce qui tourne autour du sport, elles ne sont<br />

actuellement pas nombreuses car c’est un<br />

milieu assez restreint. Mais la NBA améliore<br />

constamment les choses.<br />

PENSEZ-VOUS QUE LA NBA A LA<br />

CAPACITÉ DE FAIRE PLUS QUE<br />

CE QU’ELLE FAIT DÉJÀ POUR<br />

PROMOUVOIR LES FEMMES DANS LE<br />

BASKET-BALL ?<br />

Oui je le pense vraiment. La NBA fait déjà un<br />

énorme travail en Afrique. Il y a de plus en<br />

plus de femmes impliquées dans ce qu’on<br />

fait et c’est vraiment génial. La NBA prend<br />

très au sérieux le fait de donner des responsabilités<br />

à des femmes, que ce soit dans ses<br />

bureaux aux États-Unis ou ici en Afrique. Par<br />

exemple, la présidence de la NBA au Nigéria<br />

est actuellement détenue par une femme.<br />

C’est quelque chose d’important pour nous<br />

et l’association est probablement leader<br />

dans ce domaine. Mais bien sûr, on peut et<br />

doit faire encore plus !<br />

CES DERNIÈRES ANNÉES, NOUS<br />

AVONS VU BEAUCOUP DE JOUEURS<br />

AFRICAINS S’IMPOSER EN NBA,<br />

COMME PASCAL SIAKAM, JOEL<br />

EMBIID OU SERGE IBAKA. CES<br />

JOUEURS ENCOURAGENT-ILS LES<br />

JEUNES AFRICAINS À SE LANCER<br />

DANS LE BASKET ?<br />

Absolument. Depuis plus de 10 ans, on<br />

travaille avec les joueurs du continent<br />

nesse<br />

africaine, pendant l’intersaison.<br />

<br />

NBA et reviennent directement dans leur<br />

pays pour fournir un travail extraordinaire.<br />

Gorgui Dieng au Sénégal, la légende<br />

Dikembe Mutombo et Bismack Biyombo<br />

au Congo, toutes ces stars sont à fond et<br />

donnent tout ce qu’elles peuvent pour les<br />

jeunes ici. On essaie tous ensemble de faire<br />

bouger les choses et je trouve qu’on fournit<br />

<br />

LAST BUT NOT LEAST, SELON VOUS,<br />

QUELLE ÉQUIPE SERA CHAMPIONNE<br />

NBA CETTE SAISON ?<br />

Quelle question ! Je ne suis pas cen-<br />

<br />

trouve qu’il y a énormément d’équipes<br />

qui peuvent prétendre au titre cette saison.<br />

Cependant, j’apprécie vraiment la<br />

dynamique sur laquelle sont les Golden<br />

State Warriors depuis quelques années. Je<br />

<br />

est incroyable donc je mettrais une petite<br />

pièce sur eux. WSA<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 63


FEMMES D’INFLUENCE<br />

Portrait<br />

Françoise Mbango<br />

Fierté du Cameroun, elle met son expérience<br />

au service des générations futures<br />

Double championne olympique de triple-saut en 2004 et 2008, Françoise Mbango est une<br />

légende vivante de l’athlétisme camerounais. Une renommée qu’elle a décidé de mettre au<br />

profit de son pays et de l’Afrique en créant l’Institut des Sports et de l’Education Physique<br />

Françoise Mbango (ISEP-FM), à Yaoundé, en 2021. PAR MERLIN DEMANGEL<br />

JEUNESSE<br />

<br />

<br />

s’intéresse à l’athlétisme et commence<br />

à faire ses preuves à partir de l’adolescence.<br />

Dans son collège Sainte-Thérèse<br />

de Bertoua, la Camerounaise remporte<br />

ses premiers meetings d’athlétisme et se<br />

fait remarquer à 14 ans par l’entraîneur de<br />

l’équipe d’athlétisme de la Sonel (Société<br />

<br />

Ce dernier la formera au métier d’athlète<br />

de haut niveau et lui ouvrira les portes de<br />

la sélection nationale. Dès lors, l’athlète impressionnera<br />

dans son pays et commencera<br />

à briller au travers de ses succès.<br />

© ISEP-FM<br />

COMPÉTITION<br />

<br />

son premier titre international avec<br />

une troisième place aux Championnats<br />

d’Afrique centrale. Elle s’illustre plus<br />

tard dans sa ville de naissance, Yaoundé,<br />

où elle obtient une troisième place<br />

aux Championnats d’Afrique en 1996.<br />

Ensuite, elle décrochera plusieurs médailles<br />

d’argent dans différentes compétitions<br />

internationales avant de remporter<br />

sa première médaille d’or aux Jeux<br />

Africains de Johannesburg de 1999.<br />

Pour ses premiers Jeux Olympiques, en<br />

2000, Mbango obtient une belle 10 e<br />

place. Dès lors, elle dominera la discipline<br />

pendant plusieurs années avec<br />

des premières places aux Championnats<br />

d’Afrique de 2002 et de 2008, à la<br />

Coupe du monde des Nations de 2002<br />

et, sommet de son palmarès, les médailles<br />

d’or olympique de 2004 et 2006.<br />

TRANSMISSION<br />

Au Cameroun, et plus largement en<br />

ritable<br />

légende. Elle est la seule athlète<br />

camerounaise de l’histoire, hommes et<br />

femmes confondus, à avoir remporté<br />

un titre mondial ou olympique. Dans<br />

son pays, l’athlète souhaite participer<br />

au développement et à la démocrati-<br />

<br />

de nombreuses initiatives. Elle a en effet<br />

créé la fondation Africa Jump puis<br />

ouvert en 2021 l’Institut des sports et<br />

de l’éducation physique qui porte son<br />

nom, à Yaoundé, soit la première STAPS<br />

du Cameroun et d’Afrique. Naturalisée<br />

<br />

d’or olympique est à ce jour particulièrement<br />

investie pour développer le sport<br />

au Cameroun, et plus largement dans<br />

toute l’Afrique. Ayant connu beaucoup<br />

d’obstacles dans sa carrière de spor-<br />

go<br />

cherche aujourd’hui à faciliter les<br />

choses pour les générations futures.<br />

Son institut a un objectif : donner le<br />

meilleur encadrement possible aux enfants,<br />

au travers d’une formation à la<br />

<br />

aux réalités du marché de l’emploi au<br />

Cameroun et dans toute la sous-région.<br />

« L’athlète de très haut niveau que j’ai<br />

été sait pouvoir dire que les talents sont<br />

innés, mais que c’est l’éducation et la<br />

formation qui les façonnent et les développent<br />

<br />

lors de l’inauguration de l’ISEP-FM. WSA<br />

64 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Forte d’une<br />

carrière chargée<br />

en obstacles,<br />

Françoise Mbango<br />

cherche à faciliter<br />

les choses de la<br />

génération<br />

future.<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 65


FEMMES D’INFLUENCE<br />

Entretien<br />

Kirsty Coventry :<br />

« Porter le drapeau du Zimbabwe aux Jeux<br />

Olympiques fut la fierté de ma vie<br />

Elle est un symbole à plus d’un titre. Multi médaillée olympique en natation, Kirsty Coventry<br />

fut la première championne blanche de l’histoire du Zimbabwe, un pays qui, selon ses propres<br />

termes, a connu « la division raciale ». Elle est aujourd’hui ministre des Sports et membre<br />

du CIO. En marge de la présentation des JOJ de Dakar 2026 dont elle dirige la commission<br />

de coordination du CIO, Kirsty Coventry a accepté de répondre à quelques questions très<br />

personnelles sur sa carrière. PROPOS RECUEILLIS PAR KENAN CHANSON<br />

WOMEN SPORTS AFRICA : DE 1990<br />

À 2008, VOUS AVEZ GAGNÉ UN<br />

NOMBRE INCROYABLE DE MÉDAILLES<br />

DANS QUASIMENT TOUTES LES<br />

COMPÉTITIONS. QUEL EST VOTRE<br />

MEILLEUR SOUVENIR ?<br />

KIRSTY COVENTRY : Quand j’avais<br />

9 ans, je rêvais d’aller aux JO et de gagner<br />

une médaille d’or. Le fait d’avoir réalisé<br />

cela à 21 ans était incroyable. C’était la<br />

récompense d’un énorme travail, de beau-<br />

mille<br />

pour partir étudier et m’entraîner aux<br />

États-Unis. Il y a encore plein de choses qui<br />

resteront des moments inoubliables pour<br />

moi mais cette médaille se démarque vrai-<br />

<br />

<br />

APRÈS LES JO DE 2008, VOUS ÊTES<br />

RENTRÉE AU ZIMBABWE AVEC<br />

QUATRE MÉDAILLES AUTOUR<br />

DU COU. LE PRÉSIDENT ROBERT<br />

MUGABE VOUS A DÉSIGNÉE COMME<br />

« UNE FILLE DU ZIMBABWE ». DANS<br />

LE CONTEXTE DE L’ÉPOQUE, QU’EST-<br />

CE QUE CELA REPRÉSENTAIT POUR<br />

VOUS ?<br />

C’était un grand honneur ! Je suis née au<br />

Zimbabwe, ma famille est zimbabwéenne<br />

depuis quatre générations mais en 2004, il<br />

y avait beaucoup d’instabilité dans le pays,<br />

notamment de la division raciale. En regardant<br />

en arrière, le président et le gouvernement<br />

ont montré un très grand respect<br />

à moi et ma famille. Je pense qu’être récompensée<br />

par votre pays, votre président<br />

pour ce que vous avez fait et accompli est<br />

<br />

C’était un moment incroyable.<br />

POUR LES JEUX OLYMPIQUES DE<br />

2016, VOUS ÉTIEZ DÉSIGNÉE PORTE-<br />

DRAPEAU DU ZIMBABWE. EST-CE<br />

QUE LE FAIT D’AVOIR CE RÔLE EN<br />

ÉTANT UNE FEMME BLANCHE VOUS<br />

A RENDU FIÈRE ?<br />

Oui bien sûr, encore aujourd’hui j’en suis<br />

très honorée. Obtenir la reconnaissance<br />

de mon pays pour la carrière que j’ai eu et<br />

mes nombreuses participations aux Jeux<br />

<br />

C’était incroyable d’avoir eu cette opportunité<br />

de porter le drapeau de mon pays,<br />

surtout qu’il s’agissait de mes derniers<br />

Jeux Olympiques. C’était très spécial de<br />

recevoir cet honneur et le fait d’avoir eu<br />

à mes côtés des coéquipiers fantastiques<br />

qui m’ont tous supportée a vraiment<br />

sublimé ce moment. Pouvoir participer<br />

aux JO, dans le stade national, lors de la<br />

grande cérémonie d’ouverture, avec votre<br />

drapeau, ce sont des émotions que vous<br />

n’oubliez jamais. Pour moi, c’était le meilleur<br />

scénario possible pour clôturer l’incroyable<br />

chapitre de ma carrière sportive,<br />

j’en serais toujours reconnaissante.<br />

VOUS AVEZ EU UNE CARRIÈRE<br />

SPORTIVE INCROYABLE. VOUS AVEZ<br />

PLACÉ VOTRE PAYS SUR LE DEVANT<br />

DE LA SCÈNE OLYMPIQUE. AVEZ-VOUS<br />

NÉANMOINS CONNU DES ÉCHECS ?<br />

Oui beaucoup ! Je pense que cela fait<br />

partie de la vie de tout athlète et maintenant<br />

que je suis à la retraite sportive, je<br />

« IL Y A TOUJOURS DES OBSTACLES,<br />

DES CHALLENGES AUXQUELS ON<br />

DOIT FAIRE FACE. »<br />

66 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Kirsty Coventry<br />

en compagnie de<br />

Thomas Bach,<br />

président du CIO.<br />

D.R.<br />

<br />

de la vie. Il y a toujours des obstacles,<br />

des challenges auxquels on doit faire<br />

face. Je pense qu’il faut juste trouver<br />

comment regarder et comment affron-<br />

<br />

Je suis vraiment chanceuse d’avoir eu<br />

à mes côtés une famille et un groupe<br />

qui m’ont toujours remarquablement<br />

supportée durant ma carrière et encore<br />

même aujourd’hui. J’ai une petite<br />

équipe autour de moi qui m’aide vraiment<br />

à accomplir tous les rôles qu’on<br />

nal<br />

Olympique. Donc je pense que pour<br />

faire face aux différents échecs, il faut<br />

avoir une équipe forte, il faut croire en<br />

soi, et il faut surtout choisir de regarder<br />

ces obstacles comme un moyen d’apprendre<br />

de nouvelles choses, de grandir<br />

et d’avoir de nouvelles opportunités. Ces<br />

<br />

de moyens de devenir plus grand, de se<br />

refocaliser sur soi-même et de changer,<br />

de s’adapter, de pivoter et surtout d’essayer<br />

de nouvelles choses. Finalement,<br />

j’ai eu une carrière très longue remplie<br />

de succès mais aussi d’échecs, à tel<br />

point qu’il faudrait beaucoup de temps<br />

biographie en bref<br />

Kirsty Coventry naît le 16 septembre<br />

1983 à Harare, au Zimbabwe. Ses<br />

parents dirigent une entreprise de chimie<br />

industrielle et de produits ménagers près<br />

de la capitale. Kirsty baigne dans un<br />

environnement de natation (c’est le cas<br />

de le dire !) avec un grand-père président<br />

d’une association de natation, des<br />

parents ayant pratiqué cette discipline et<br />

un oncle ayant représenté le Zimbabwe<br />

en compétition. Kirsty Coventry découvre<br />

très tôt l’environnement des sports<br />

aquatiques et apprend même à nager<br />

dès 1 an et demi. Mondiaux de natation,<br />

pour que je puisse tous vous les racon-<br />

venir<br />

une meilleure athlète et une meilleure<br />

personne. WSA<br />

“<br />

Jeux Africains, Jeux du Commonwealth<br />

et surtout Jeux Olympiques, entre 1990<br />

et 2016 la nageuse rafle un nombre<br />

incroyable de médailles et se voit à<br />

vingt-cinq reprises décorée d’or<br />

au long de sa carrière. En 2012, Kirsty<br />

Coventry devient membre du Comité<br />

International Olympique après avoir<br />

été élue par ses pairs. Puis elle devient<br />

ministre des Sports du Zimbabwe<br />

en 2018. Elle dirige actuellement la<br />

commission de coordination du CIO des<br />

Jeux Olympiques de la Jeunesse qui<br />

se dérouleront à Dakar en 2026.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 67


OUT OF AFRICA<br />

RENCONTRE<br />

JO 2016, Barbie…<br />

Ibtihaj Muhammad,<br />

une escrimeuse qui casse les codes<br />

Ibtihaj Muhammad a marqué l’histoire. L’escrimeuse est devenue la première athlète<br />

voilée à représenter les États-Unis dans des compétitions sportives internationales,<br />

démocratisant ainsi le hijab sur la scène sportive mondiale. Portrait.<br />

PAR VANESSA MAUREL<br />

I<br />

btihaj Muhammad est une<br />

escrimeuse américaine spécialiste<br />

du sabre. À Rio, en<br />

2016, Ibtihaj Muhammad<br />

est devenue la première<br />

sportive américaine voilée à concourir<br />

aux Jeux Olympiques. Numéro 8 mondial<br />

à l’époque, elle a fait la Une des journaux<br />

du monde entier. Ce ne sont pas<br />

forcément les performances qui ont fait<br />

d’elle la ruée des médias, mais plutôt<br />

le fait que sous son casque au drapeau<br />

américain, la jeune femme portait un<br />

hijab. « Ce moment est plus grand que<br />

moi. J’ai tant travaillé pour le vivre. Représenter<br />

mon pays et ma communauté,<br />

c’est tellement plus important que ma<br />

personne. Que peut-on demander de<br />

plus que de faire partie de l’équipe des<br />

États-Unis ? », a-t-elle alors expliqué au<br />

média Le Monde.<br />

Sur la chaîne NBC, Muhammad est encore<br />

allée plus loin en indiquant vouloir<br />

faire évoluer les mentalités. « Je souhaite<br />

que la vie des musulmans à travers le<br />

monde soit un peu plus facile, en particulier<br />

aux États-Unis. J’espère que ma<br />

présence dans l’équipe américaine pendant<br />

ces Jeux va aider à changer l’image<br />

que les gens se font de la communauté<br />

musulmane ».<br />

Cette année-là, au-delà de ses performances<br />

sportives personnelles, l’escrimeuse<br />

attire la lumière sur elle et ses<br />

coéquipières, en remportant la médaille<br />

de bronze par équipe aux JO de Rio en<br />

2016.<br />

Top 100 des personnalités les<br />

plus influentes<br />

L’année des JO de Rio, l’escrimeuse a été<br />

classée dans le Top 100 des personnalités<br />

le <br />

Time. « Elle est incroyablement importante<br />

en tant que symbole d’autonomisation<br />

», a déclaré Dalia Mogahed, directrice<br />

de recherche à l’Institute for Social<br />

Policy and Understanding, pour le magazine<br />

américain. Et d’ajouter : « Vous pouvez<br />

faire tout ce que vous voulez, quelle<br />

que soit votre foi ou la manière dont vous<br />

choisissez de pratiquer votre foi. »<br />

Barbie fait d’elle une star<br />

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que<br />

le combat de Muhammad a été mené à<br />

bien. Au-delà d’être entrée dans l’histoire<br />

lors de ces Jeux de 2016, la jeune<br />

<br />

<br />

Pour la première fois de son histoire,<br />

le groupe Mattel a en effet lancé une<br />

Barbie à l’image d’Ibtihaj Muhammad,<br />

et donc… portant le foulard islamique !<br />

« Nous sommes ravis d’honorer Ibtihaj<br />

Muhammad avec une poupée Barbie<br />

unique ! Ibtihaj continue d’inspirer par-<br />

<br />

qu’elles repoussent les barrières », a expliqué<br />

le groupe, dont la poupée Barbie a<br />

été commercialisée en 2018. WSA<br />

ZOOM SUR...<br />

LE PALMARÈS SPORTIF<br />

D’IBTIHAJ MUHAMMAD<br />

• Médaillée de bronze par<br />

équipes aux Jeux Olympiques de<br />

2016 à Rio de Janeiro<br />

• Médaillée d’or par équipes<br />

aux Championnats du monde 2014 à<br />

Kazan<br />

• Médaillée de bronze par<br />

équipes aux Championnats du monde<br />

<br />

• Médaillée d’argent à la Coupe<br />

du monde de Bologne sur la saison<br />

2012-2013<br />

• Médaillée d’argent au Grand Prix<br />

de Séoul sur la saison 2014-2015<br />

• Médaillée de bronze en<br />

individuel au Trophée BNP Paribas<br />

sur la saison 2015-2016<br />

• Médaille de bronze en<br />

individuel à la Coupe Akropolis sur la<br />

saison 2015-2016<br />

68 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Ibtihaj Muhammad<br />

a été classée<br />

parmi les 100<br />

personnalités les<br />

plus influentes de<br />

l’année 2016 par le<br />

magazine Time.<br />

© 2017 Mattel<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 69


OUT OF AFRICA<br />

5FAITS<br />

QUE VOUS IGNOREZ SUR<br />

SERENA<br />

WILLIAMS<br />

1. 2.<br />

3.<br />

Serena Williams est la seule joueuse<br />

de tennis au monde à avoir remporté<br />

les quatre tournois du Grand Chelem<br />

ainsi que les Jeux Olympiques, aussi<br />

bien en simple qu’en double.<br />

En 2018, à l’US Open,<br />

Serena Williams est apparue<br />

sur le court en tutu pour<br />

« jouer en jupe et ainsi<br />

respecter la norme », comme<br />

toutes les autres joueuses.<br />

5. détérioré la surface du<br />

À Wimbledon, en 2019,<br />

Serena Williams a écopé<br />

d’une amende de<br />

10 000 euros pour avoir<br />

court, en jetant sa raquette<br />

par terre. « J’ai toujours<br />

été une Avenger dans mon<br />

coeur, alors peut-être que je<br />

suis trop forte », avait-elle<br />

commenté.<br />

Considérée comme l’une des plus<br />

grandes sportives de tous les<br />

temps, et en particulier de son<br />

sport, le tennis, Serena Williams<br />

est devenue une véritable<br />

légende. Mais connaissez-vous<br />

vraiment tout sur elle ?<br />

En septembre 2003, sa<br />

demi-soeur Yetunde Price<br />

est tuée par balles à<br />

Los Angeles. En 2017,<br />

Serena Williams évoquait<br />

ce drame : « la violence<br />

a affecté nos vies<br />

personnelles, c’est à cause<br />

d’elle que nous avons perdu<br />

notre soeur. »<br />

4. tennis avait commenté son<br />

Serena Williams a … mangé<br />

de la nourriture pour chien,<br />

proposée à la carte d’un hôtel.<br />

Sur Snapchat, la joueuse de<br />

geste en s’exclamant :« Ça<br />

avait l’air tellement bon, ne<br />

me jugez pas !»<br />

RETROUVEZ LA VIDÉO<br />

« 5 FAITS QUE VOUS IGNOREZ SUR SERENA WILLIAMS »<br />

et bien plus encore sur notre chaîne Youtube :<br />

WOMENSPORTS.FR/VIDEO<br />

© Icon Sport - Sipausa<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 71


LIFESTYLE<br />

ZOOM SUR…<br />

Asantii,<br />

l’ambition de créer<br />

un écosystème de la mode<br />

en Afrique<br />

Une nouvelle marque inspirée, conçue et fabriquée en Afrique, a pointé le bout de son nez<br />

l’été dernier. La toute première collection Asantii est née courant 2022 sur le continent<br />

africain et a fait grand bruit depuis lors, par-delà les frontières. Une marque sourcée et<br />

fabriquée à travers le continent. Zoom sur la première grande marque « panafricaine ».<br />

PAR LÉA BORIE<br />

Les opportunités économiques<br />

dans l’industrie<br />

textile africaine existent<br />

mais restent empêchées.<br />

En cause notamment les<br />

importations massives de vêtements<br />

de seconde main dont la qualité parfois<br />

médiocre pousse aux déchets.<br />

Sous-valorisation des artisanats africains,<br />

chômage élevé chez les jeunes…<br />

Il était encore trop rare de voir le continent<br />

africain au-devant de la scène<br />

mondiale de la mode. Voilà chose faite<br />

avec Asantii. On doit cette initiative à la<br />

Rwandaise Maryse Mbonyumutwa. Installée<br />

en Belgique depuis 1994, la dirigeante<br />

de 48 ans a beaucoup travaillé<br />

avec la Chine, en tant qu’intermédiaire<br />

entre fabricants et grandes marques de<br />

distribution. Elle emploie aujourd’hui<br />

plus de 4 000 personnes, à 80 % des<br />

femmes, dans son usine rwandaise. Ce<br />

n’est pas pour rien que ce nom a été<br />

<br />

et est porté par un slogan fort : « Fierté<br />

• Sagesse • Gratitude ».<br />

Industrialiser la mode sans la<br />

dénaturer<br />

Une nouveauté pour le Rwanda, portée<br />

par une importante infrastructure de<br />

production, étalée sur 8 000 m 2 ! Kigali<br />

accueille donc depuis 2019 sa première<br />

usine de confection textile du pays, en<br />

©Asantii<br />

zone industrielle en lisière de l’aéroport.<br />

Une deuxième boutique a ouvert<br />

nière<br />

par l’Afrique du Sud. Et la marque<br />

compte répliquer la structure en Tanzanie<br />

courant 2023 ! Deux autres bases<br />

et leur atelier devraient être inaugurés<br />

en Afrique de l’Ouest et australe. Mais<br />

<br />

e-shop à la logistique bien pensée. En<br />

produisant dans sa propre infrastructure,<br />

Asantii s’évite les quota minimum<br />

et les risques de gaspillage.<br />

Asantii ne compte pas tomber dans le<br />

piège de la fast fashion. Avec ses deux<br />

collections annuelles, la dirigeante belgo-rwandaise<br />

ne veut pas répondre au<br />

chant des sirènes et travaille sans pression<br />

saisonnière, comme elle l’a expliqué<br />

dans un communiqué : « On prend le chemin<br />

contraire à celui de la fast fashion,<br />

on veut pouvoir vendre nos vêtements à<br />

tout moment de l’année ». En intervenant<br />

de l’usine au consommateur, c’est aussi<br />

l’assurance d’un contrôle total sur toute<br />

la chaîne et des prix équitables.<br />

72 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


Loin de flancher<br />

côté fast fashion,<br />

Asantii entend<br />

pour autant se faire<br />

entendre à l’échelle<br />

internationale.<br />

©Asantii<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 73


LIFESTYLE<br />

« COLLECTIVEMENT,<br />

C’EST L’AFRIQUE QUI GAGNE »,<br />

SE FÉLICITE MARYSE MBONYUMUTWA<br />

DANS LE MONTAGE DE SON<br />

COLLECTIF ASANTII.<br />

Ethiopie, Ghana,<br />

Côte d’Ivoire…<br />

des collections<br />

conçues par des<br />

designers africains<br />

et fabriquées au<br />

Rwanda : le pari était<br />

audacieux !<br />

La promotion de la<br />

création africaine<br />

En ressort une marque contemporaine<br />

qui célèbre l’artisanat africain, via des<br />

matières et des modes de fabrication<br />

durables. La première capsule sortie<br />

l’été dernier, Zaliwa (qui veut dire nais-<br />

<br />

rwandais, dans des tons abricot, indigo<br />

et vert forêt, en reprenant les techniques<br />

traditionnelles de teinture tie &<br />

dye et du batik. On retient notamment<br />

l’imprimé phare : le symbole ghanéen<br />

de Dieu veille sur vous (comme sur la<br />

<br />

Ces idées ne seraient rien sans le<br />

concours de 14 conquistadors fashion,<br />

des jeunes pousses sénégalaises, marocaines,<br />

angolaises, ivoiriennes, congolaises,<br />

ghanéennes, nigériennes, éthiopiennes,<br />

kenyanes, rwandaises bien<br />

sûr, tanzaniennes et sud-africaines.<br />

Admettez que le cocktail présumait déjà<br />

un résultat relevé à la sauce new age !<br />

©Asantii<br />

©Asantii ©Asantii<br />

Exit le wax et autres tissus ethniques attendus.<br />

Place aux tissés à partir de coton<br />

égyptien, au raphia tissé de Madagascar,<br />

au Faso dan Fani du Burkina Faso… du<br />

monochrome mais aussi des imprimés<br />

et des broderies ou des perles. Pour les<br />

coupes, les robes portefeuilles cohabitent<br />

avec des trenchs et blazers oversize et des<br />

pantalons larges.<br />

La démarche de Maryse Mbonyumutwa au<br />

Soutenir les créateurs<br />

africains et encourager les artistes et artisans<br />

locaux », comme elle l’explique dans<br />

un communiqué. Parmi les forces vives<br />

que la fondatrice d’Asantii aime mettre<br />

en avant, il y a l’entreprise sociale Cabes<br />

(Commerce et artisanat pour le bien-être<br />

74 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


©Asantii<br />

<br />

basé à Ouagadougou au Burkina Faso,<br />

pour le tissage du Faso à Nozala, deux coopératives<br />

rurales d’Afrique du Sud pour le<br />

perlage et la bijouterie, ou encore l’atelier<br />

de broderie Ibaba à Rutongo au Rwanda.<br />

Le made in Africa sera global,<br />

responsable et durable, ou ne<br />

sera pas !<br />

Côté engagement, Asantii est mobilisé sur<br />

bien des fronts. Sa créatrice a mis sur pied<br />

le label RSE Pink Ubuntu pour améliorer<br />

les conditions de vie de ses employées<br />

<br />

<br />

<br />

prise en charge des repas en passant par<br />

des soins hygiéniques et la mise à disposition<br />

d’une crèche.<br />

Quant à la partie création, à la manière<br />

d’un incubateur mode, la cheffe d’entreprise<br />

rwandaise met son usine à disposition<br />

de son collectif de créateurs pour leur<br />

propre marque. Un modèle collaboratif<br />

où chacun développe son univers pour<br />

mettre en commun des idées en ébullition<br />

qui repenseront la mode made in Africa<br />

lents.<br />

Et Maryse Mbonyumutwa a de quoi<br />

conclure en applaudissant : « Collectivement,<br />

c’est l’Afrique qui gagne ! » WSA<br />

www.asantii.com<br />

Zoom sur<br />

les bijoux<br />

de la première<br />

collection<br />

Asantii compte dans ses créateurs<br />

l’artiste kényane Adèle Dejak.<br />

Sa gamme capsule de bijoux<br />

apporte une vraie signature<br />

au style Asantii. Ses pièces en<br />

laiton recyclé et corne de vache,<br />

des formes organiques aux<br />

finitions brutes, offrent un design<br />

audacieux à l’ensemble.<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 75


FOOD<br />

© Natalia Klenova / Shutterstock<br />

76 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


De l’arbre à la tasse…<br />

A LA RECONQUÊTE<br />

DU CAFÉ IVOIRIEN !<br />

Il augmente la capacité de contraction des muscles, offre une meilleure attention, favorise<br />

la digestion… Cette boisson énergisante obtenue à partir de graines torréfiées de caféier est<br />

connue du monde entier. Si l’Afrique n’est pas réputée parmi le Top 3 des producteurs de<br />

café, le continent reste une référence à travailler, notamment en Côte d’Ivoire. Éclairage et<br />

témoignage de Maria Dion-Gokan, caféologue ivoirienne. PAR LÉA BORIE<br />

La Côte d’Ivoire est le 4 e<br />

plus gros producteur africain<br />

de café. À l’échelle<br />

planétaire, elle est passée<br />

au 15 e rang de la production,<br />

après avoir occupé la 3 e place<br />

dans les années 60, époque où le pays<br />

était 1 er exportateur mondial de café<br />

robusta. Mais depuis 10 ans, conscient<br />

de ses richesses, le pays se remobilise<br />

dans la caféiculture, aidé par un<br />

programme de relance gouvernemental<br />

en 2013. C’est dans ce contexte<br />

qu’est entrée dans la course Maria<br />

Dion-Gokan et son « Rituel Café ».<br />

Un café « Made in Côte<br />

d’Ivoire »<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

Venue en France pour ses études, la<br />

jeune femme cherchait de quoi mettre<br />

en valeur la Côte d’Ivoire à travers<br />

un challenge commercial. Lors d’un<br />

salon, elle s’est surprise à trouver les<br />

stands de torréfacteurs, importateurs,<br />

planteurs, coopératives, dénués de<br />

représentation africaine. « Ce sont<br />

pourtant les 1 ers acteurs de la chaîne<br />

de valeur !, s’insurge la fondatrice de<br />

Rituel Café. Au salon de l’agriculture,<br />

on aura les éleveurs, au salon du vin<br />

les viticulteurs ! » Convaincue de de<br />

devoir réparer cette injustice, Maria<br />

Dion-Gokan se lance en 2018. Un secteur<br />

très concurrentiel s’ouvrait alors à<br />

elle, mais la cheffe d’entreprise a tenu<br />

à marquer sa particularité.<br />

Rituel Café, une marque<br />

pour redorer le blason de<br />

la Côte d’Ivoire<br />

La marque Rituel Café entend rendre<br />

hommage au café africain à travers une<br />

fabrication éthique et engagée. Pour<br />

permettre à chacun de cultiver son goût<br />

pour le café, ou se réconcilier avec, la<br />

fondatrice a imaginé une large gamme<br />

autour du caféier… WSA<br />

D.R.<br />

EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 77


Mari<br />

FOOD<br />

« Consommer le café<br />

comme il se doit »,<br />

Maria Dion-Gokan<br />

D.R.<br />

D.R.<br />

WOMEN SPORTS AFRICA : QUELS<br />

BIENFAITS DU CAFÉ DÉFENDEZ-<br />

VOUS ?<br />

MARIA DION-GOKAN : C’est un stimulant<br />

qui donne de l’énergie sans exciter,<br />

ce qui aide à la concentration et<br />

évite les somnolences. Les sportifs le recherchent<br />

pour son effet coup de fouet.<br />

Pour autant, il ne faut pas en abuser<br />

au-delà de 4 tasses par jour.<br />

QUE DITES-VOUS AUX PERSONNES<br />

QUI LE TROUVENT TROP SUCRÉ ?<br />

Le café contient naturellement de la<br />

sucrosité. Un bon café bien choisi et<br />

<br />

A contrario, le chocolat sera beaucoup<br />

plus amer.<br />

ENTENDEZ-VOUS D’AUTRES IDÉES<br />

REÇUES DU GENRE ?<br />

On entend souvent qu’un café doit être<br />

noir. Mais c’est souvent pour masquer<br />

© Adie.org<br />

les défauts. Lorsqu’il est trop noir, il a<br />

brûlé. Il aura beaucoup d’amertume et<br />

perdra en onctuosité. On pense aussi<br />

fréquemment que, par son effet énergisant,<br />

c’est une drogue. Et on s’imagine<br />

qu’il a un goût unique alors qu’il a un<br />

complexe aromatique très développé,<br />

bien plus que le vin et le cacao, renfermant<br />

à lui seul 800 à 1200 arômes !<br />

UN IVOIRIEN CONSOMME<br />

GÉNÉRALEMENT MOINS D’1 KG DE<br />

CAFÉ PAR AN. COMMENT LE CAFÉ<br />

EST-IL CONSIDÉRÉ ICI ?<br />

On est persuadé que c’est une boisson<br />

pour les Européens et c’est fort dommage<br />

! J’apprends à mes compatriotes<br />

à connaître le café et à le déguster car<br />

c’est une chance de pouvoir le cultiver !<br />

Bien souvent, il faut dire que les Ivoiriens<br />

n’ont connu que le café soluble. Mais<br />

doucement, ils découvrent d’autres ca-<br />

<br />

consultante, j’accompagne toutes les<br />

personnes qui veulent se lancer dans le<br />

café sous une forme ou sous une autre -<br />

planteurs, cultivateurs…<br />

QUEL EST VOTRE RAPPORT À LA<br />

FILIÈRE CAFÉ IVOIRIENNE ?<br />

Je la porte haut. Sur mes sacs de café,<br />

je donne le nom du village sur lequel<br />

il a été ramassé. La dernière production<br />

annuelle du pays n’atteignait pas<br />

les 100 000 tonnes. Le prix du café<br />

a baissé, contrairement au cacao, les<br />

planteurs sont découragés, la qualité<br />

n’est plus au rendez-vous. Pour les remotiver,<br />

je leur démontre qu’on ne doit<br />

pas se focaliser sur le noyau. Il y a tant<br />

<br />

feuilles, marc de café, et même casca-<br />

UN PROJET PORTÉ PAR MARIA DION-<br />

GOKAN, L’UNE DES SEULES FEMMES<br />

AFRICAINE DANS LE MILIEU DU CAFÉ.<br />

D.R.<br />

78 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR


D.R.<br />

<br />

séchée de cerise de café à infuser, etc.<br />

QUELLES SONT VOS INNOVATIONS<br />

PRODUITS ?<br />

<br />

café… Je propose aussi du miel de<br />

<br />

<br />

implanter 30 ruches dans l’Ouest au<br />

milieu de plantations. C’est une denrée<br />

rare car le café ne fait généralement<br />

<br />

déchets post-torréfaction, je fais aussi<br />

des cosmétiques, à partir du café.<br />

L’avantage, c’est que personne ne discute<br />

ces prix en bourse ! Ma mère étant<br />

dermatologue, c’est une branche qu’on<br />

va pouvoir développer. En phase de dé-<br />

<br />

participation de l’Institut national d’hy-<br />

<br />

boisson fermentée sans alcool à base<br />

de cascara.<br />

QUEL EST VOTRE SOUHAIT POUR LE<br />

CAFÉ IVOIRIEN ?<br />

et améliorer le café. Mon cahier des<br />

charges étant plus exigeant, j’achète le<br />

vernement.<br />

Mon but ultime étant que<br />

cette variété ivoirienne s’impose sur le<br />

marché mondial. Partenaire de la direction<br />

des loisirs du ministère du Tourisme<br />

de Côte d’Ivoire, j’ai aussi créé un jeu de<br />

société pour que la relève soit assurée<br />

WSA<br />

Qu’il entre sur le marché du gourmet !<br />

C’est pourquoi je travaille avec le Centre<br />

national de recherche agronomique<br />

<br />

<br />

Boutique Rituel Café à Cocody<br />

(Abidjan, Côte d’Ivoire)<br />

rituelcafe.com, info@rituelcafe.com<br />

© DenisMArt/ Shutterstock<br />

EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 79


LES BONS PLANS<br />

Page réalisée par le service commercial de Women Sports<br />

<strong>TAAMALA</strong>, PRIX EPICURE DE L’ÉPICERIE FINE 2022<br />

Excellence, passion, éthique et authenticité sont les valeurs qu’incarne la<br />

créatrice de <strong>TAAMALA</strong>. Fille du désert et de la savane, Khoumba Diarra a<br />

sillonné l’Afrique de l’Ouest avec la volonté de ramener des trésors méconnus de<br />

l’ancien Empire mandingue. De ses expériences nomades et de son métissage<br />

est née sa passion pour la gastronomie. Elle a fondé, il y a 6 ans, <strong>TAAMALA</strong> afin<br />

de partager les trésors de son héritage, en valorisant ses savoir-faire. Entreprise<br />

de l’économie sociale et solidaire et apicultrice, <strong>TAAMALA</strong> et Khoumba œuvrent<br />

pour l’autonomisation économique et l’émancipation des femmes, à travers une<br />

formation professionnalisante à but d’insertion. Découvrez le “Coffret nomade”<br />

pour vous permettre d’expérimenter trois voyages sensoriels d’exception. Des<br />

pauses dans une vie effrénée, pour à nouveau ressentir des parfums rares et des<br />

textures de miel onctueuses et surprenantes. Chaque miel a ses particularités,<br />

ses vertus, ses saveurs, son territoire et son histoire...<br />

ZIRA - Miel de baobab “délicat & gourmand”<br />

SHEA - Miel de karité “suave & flamboyant”<br />

JIRINI - Miel de moringa “intense & exaltant”<br />

taamala.com / contact@taamala.com<br />

AZZA FENCING, UNE PAIRE POUR SES PAIRS<br />

AUTHENTIQUE, INNOVANTE ET HONNÊTE<br />

Azza Besbes est une escrimeuse tunisienne, connue pour son<br />

palmarès au sabre féminin : vice-championne du monde en 2017,<br />

quart-de-finaliste des Jeux Olympiques de Rio 2016, et 11 fois<br />

championne d’Afrique. Elle a aussi reçu le prix de la « Femme<br />

francophone de l’année 2018 ». Elle est désormais entrepreneuse !<br />

Azza a décidé en 2020 qu’il était temps pour elle, en tant<br />

qu’escrimeuse, d’offrir les meilleures chaussures d’escrime à ses pairs.<br />

Deux ans de R&D menée à Hong Kong avec l’Institut de recherche<br />

en textile et chaussure (HKRITA), puis l’élaboration des cahiers des<br />

charges techniques, le design, le prototypage et enfin le testing.<br />

Aujourd’hui, Azza Fencing est enfin prête à livrer ses clients.<br />

Le secret de la marque : la recherche permanente de performance<br />

et d’innovation, l’humilité de la fondatrice et de son équipe en<br />

acceptant de prendre en compte chaque feedback des athlètes et<br />

de son laboratoire de recherche (Centre technique de la chaussure à<br />

Lyon). Enfin, l’honnêteté de la marque envers ses clients en révélant<br />

exactement quels matériaux sont utilisés et quels sont ceux issus du<br />

recyclage et ceux qui ne le sont pas.<br />

azzafencing.com<br />

80 WOMEN SPORTS AFRICA N°6 • Janvier > Juin 2023 EN SAVOIR PLUS SUR AFRICA.WOMENSPORTS.FR


LIVRE PAR BRUNO LALANDE<br />

CONFERENCE ET LIVRE BLANC /<br />

GENRE / AFRIQUE<br />

Egalité professionnelle<br />

femmes-hommes :<br />

Où en sont les organisations<br />

opérant en Afrique ?<br />

Egalité<br />

professionnelle<br />

Femmes-Hommes :<br />

Ou en sont les<br />

organisations<br />

opérant en Afrique<br />

Edition 2022<br />

Le Forum économique mondial<br />

estime qu’au rythme<br />

actuel, plus de 100 ans seront<br />

nécessaires pour combler<br />

l’écart entre les sexes à<br />

l’échelle mondiale. La réduction<br />

de ces inégalités - mondiales<br />

mais exacerbées dans les pays<br />

en développement - se retrouve<br />

au cœur des enjeux des acteurs<br />

publics et privés.<br />

L’équipe Africa & International<br />

Development de BearingPoint s’est penchée sur les pratiques<br />

au niveau du continent, partant du constat de ces inégalités<br />

au niveau mondial puis continental pour ensuite mener une<br />

étude auprès d’un panel d’organisations en Afrique.<br />

L’égalité de genre constitue indéniablement un véritable<br />

levier de développement du continent africain. Il semblerait<br />

même qu’il s’agisse d’un levier de développement durable.<br />

En effet, un grand nombre d’études concluent que la<br />

transition écologique ne pourra se faire en l’absence de mesures<br />

sensibles au genre. « 70 % des femmes dans le monde<br />

vivent dans la pauvreté », et sont ainsi directement impactées<br />

par les événements météorologiques extrêmes. Joanita Babirye,<br />

co-fondatrice de Girls for Climate Action, à l’occasion<br />

de la Commission de la condition de la femme 2022, affirme<br />

« qu’il n’y a pas de justice de genre sans justice climatique »<br />

et BearingPoint ajoute qu’il n’y aura pas de développement<br />

durable sans égalité de genre.<br />

Un livre blanc fondateur, utile et documenté qui sera reconduit<br />

annuellement afin de mesurer les progrès<br />

réalisés sur le continent, notamment<br />

par le secteur privé.<br />

Livre blanc téléchargeable ici :<br />

bearingpoint.com/fr-fr<br />

Le 7 décembre dernier, Jean-Michel Huet, Associé BearingPoint<br />

et Président de la Commission Digital du CIAN a<br />

dévoilé une enquête dans le cadre d’une conférence visant<br />

à faire un état des lieux de référence des pratiques en matière<br />

de genre au sein des organisations opérant en Afrique.<br />

À cette occasion, un livre blanc a été réalisé, fruit d’un long<br />

travail d’analyse pour accélérer le changement, avec une<br />

série de recommandations à destination des entreprises et<br />

organisations souhaitant aller plus loin en termes d’égalité<br />

de genre.<br />

La conférence, organisée sous l’impulsion de BearingPoint et<br />

du CIAN a permis d’échanger autour de cette thématique importante<br />

du genre. Women Sports Africa est intervenue lors<br />

de cette conférence, sur l’angle Sports et Femmes, ainsi que<br />

dans un focus sur l’angle média, dans ce livre blanc.<br />

Changer de paradigme nécessite de mettre en place un<br />

cadre multidimensionnel, incluant des initiatives, à la fois<br />

publiques portant notamment sur l’éducation, et des initiatives<br />

privées via des actions portant sur l’égalité des<br />

chances, l’empowerment ou l’investissement à impact.<br />

© Krakenimages.com / Shutterstock<br />

EN SAVOIR PLUS SURAFRICA.WOMENSPORTS.FR N°6 • Janvier > Juin 2023 WOMEN SPORTS AFRICA 81


égie<br />

Vous souhaitez communiquer<br />

dans l’un des médias<br />

de notre groupe ?<br />

© Géraldine Aresteanu<br />

Pôle SPORT<br />

Pôle SPONSORING<br />

Pôle WOMEN<br />

Pôle PRO<br />

www.sport.fr<br />

e.sport.fr<br />

buzz.sport.fr<br />

pro.sport.fr<br />

www.sponsoring.fr<br />

pro.sport.fr/la-lettre-du-sport<br />

pro.sport.fr/la-lettre-de-leconomie-du-sport<br />

<br />

www.womensports.fr<br />

africa.womensports.fr<br />

<br />

<br />

regie@sport.fr | www.sport.fr/regie


Je suis nature,<br />

je suis<br />

© Decathlon United et Jean-Michel André<br />

Laetitia, lanceuse de marteau Roxane, boxeuse Dado, sprinteuse

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!