09.01.2023 Views

Les MATSOUANISTES des Temps Nouveaux Mambu ma Sobele

Chers Matsouanistes et amis de l’Afrique, berceau de l’humanité. La Section Kaki Matsouanistes a l’honneur d’informer les Hommes et les Femmes épris de justice, de paix et du vivre ensemble que ce 13 janvier 2023 sera inauguré à Mpissa un Temple Matsouaniste.Mais comme les temps sont difficiles, nous nous tournons vers vous pour solliciter un soutien afin de finir les travaux de construction dudit temple. Nous aimerions maintenir la date d’inauguration prévue pour le 13 janvier 2023, mais comme nous venons de le dire l’événement n’aura pas l’éclat souhaité si le toit n’est pas fini ou s’il manque des fenêtres ou de la peinture. Nous vous demandons donc de nous prêter main forte (dans la mesure de vos possibilités) afin d’honorer le travail commencé par Mfumu Matsoua André Grenard et poursuivi par tata Nzoungou Fidèle, tata Tsiakaka et tata Nkounkou. Le 13 janvier 2023 frappe déjà à nos portes ; faisons de notre mieux (tua sadileno tsimuntu) honorons nos ancêtres comme tous les gens qui se respectent.Ce Temple Matsouaniste sera:un espace dédié à tous les Matsouanistes et à tous ceux qui veulent retrouver la paix intérieure au travers de la communion avec nos ancêtres ;un héritage de notre génération à l’humanité ;un lieu de mémoire pour nos ancêtres ;Dans l’espoir que c’est un devoir de chacun d’honorer ses ancêtres, notre main tendue à votre égard est aussi une invitation à prendre part à l’Inauguration du Temple Matsouaniste à Mpissa ceun espace de prière et de méditation ; un site touristique ;un centre de formation pour nos adeptes; 13 Janvier 2013. Pour tout soutien c'est ici: Collecte - Nsinsani pour le temple Matsouaniste Leetchi https://www.leetchi.com/c/don-temple-matsouaniste Contact: Mbuta Miankanguila +242 06 815 6526 www.malakimakongo.net Tel: +39 377 94 13392

Chers Matsouanistes et amis de l’Afrique, berceau de l’humanité.
La Section Kaki Matsouanistes a l’honneur d’informer les Hommes et les Femmes épris de justice, de paix et du vivre ensemble que ce 13 janvier 2023 sera inauguré à Mpissa un Temple Matsouaniste.Mais comme les temps sont difficiles, nous nous tournons vers vous pour solliciter un soutien afin de finir les travaux de construction dudit temple. Nous aimerions maintenir la date d’inauguration prévue pour le 13 janvier 2023, mais comme nous venons de le dire l’événement n’aura pas l’éclat souhaité si le toit n’est pas fini ou s’il manque des fenêtres ou de la peinture. Nous vous demandons donc de nous prêter main forte (dans la mesure de vos possibilités) afin d’honorer le travail commencé par Mfumu Matsoua André Grenard et poursuivi par tata Nzoungou Fidèle, tata Tsiakaka et tata Nkounkou.
Le 13 janvier 2023 frappe déjà à nos portes ; faisons de notre mieux (tua sadileno tsimuntu) honorons nos ancêtres comme tous les gens qui se respectent.Ce Temple Matsouaniste sera:un espace dédié à tous les Matsouanistes et à tous ceux qui veulent retrouver la paix intérieure au travers de la communion avec nos ancêtres ;un héritage de notre génération à l’humanité ;un lieu de mémoire pour nos ancêtres ;Dans l’espoir que c’est un devoir de chacun d’honorer ses ancêtres, notre main tendue à votre égard est aussi une invitation à prendre part à l’Inauguration du Temple Matsouaniste à Mpissa ceun espace de prière et de méditation ; un site touristique ;un centre de formation pour nos adeptes; 13 Janvier 2013.
Pour tout soutien c'est ici:
Collecte - Nsinsani pour le temple Matsouaniste
Leetchi
https://www.leetchi.com/c/don-temple-matsouaniste
Contact:
Mbuta Miankanguila +242 06 815 6526
www.malakimakongo.net
Tel: +39 377 94 13392

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Les MATSOUANISTES des Temps Nouveaux, Mambu ma Sobele

André Grenard Matsoua, un Lari né dans

un village proche de Brazzaville

Publié par fara - Catégories : #Biographies des africains célèbres

Par Sylvestre Kavungu

André Grenard Matsoua, un Lari né dans un village

proche de Brazzaville en 1899, faisait partie de l’élite

autochtone formée par le colonisateur français, qui

avait fondé Brazzaville en 1880, devenue capitale de

l’Afrique équatoriale française (AEF) à partir de 1910.

Catéchiste puis douanier, Matsoua était connu à Brazzaville

pour l’organisation de réunions d’instruction

civique et de causeries sur le royaume du Kongo à

l’attention des lettrés. Le Congo était alors soumis à

une économie de traite (caoutchouc) par les colons,

mais l’administration française avait formé une petite

élite de lettrés choisis parmi les Lari, originaires de la

région du Pool autour de Brazzaville.

Ces cadres congolais, comme leurs ancêtres du

royaume kongo, étaient fascinés par les réalisations

techniques des Occidentaux et voulaient en

faire bénéficier leur pays. En 1921 Matsoua partit

en Europe pour mieux connaître la civilisation européenne.

Après un long périple en Belgique et en

France il s’engagea dans un bataillon de tirailleurs «

sénégalais » et participa à la guerre du Maroc (1924-

25). Il devint sous-officier, puis s’installa à Paris, où

il exerça la profession de comptable dans un établissement

hospitalier, et suivit des cours destinés aux

personnes originaires des colonies. Dans les milieux

d’intellectuels originaires des colonies régnait à cette

époque une certaine effervescence pour la reconnaissance

de droits et libertés publiques équivalents

à ceux des citoyens français. Nombre d’entre eux avaient

participé héroïquement aux combats de la guerre

de 1914-18 et avaient été formés dans les universités

françaises. Ils n’admettaient plus d’être traités en

citoyens de second rang. Ayant acquis la nationalité

française, Matsoua fonda en 1926 l’Association amicale

des originaires de l’AEF, populairement appelée

l’Amicale, dont les objectifs étaient le secours mutuel,

la prévoyance et la bienfaisance. Imbu de culture

française et refusant toute violence verbale Matsoua

estimait que : « Les problèmes coloniaux se résoudront

d’eux-mêmes dès que s’établira un dialogue d’égal

à égal entre colonisés et colonisateurs ».

L’Amicale connut un succès considérable parmi

les travailleurs africains de France. En 1929 deux

délégués de l’Amicale effectuèrent une tournée au Congo,

avec le soutien des autorités coloniales. Mais l’accueil

enthousiaste des foules congolaises transforma la tonalité

16

Mbuta Miankanguila dans ses oeuvres

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!