09.01.2023 Views

Les MATSOUANISTES des Temps Nouveaux Mambu ma Sobele

Chers Matsouanistes et amis de l’Afrique, berceau de l’humanité. La Section Kaki Matsouanistes a l’honneur d’informer les Hommes et les Femmes épris de justice, de paix et du vivre ensemble que ce 13 janvier 2023 sera inauguré à Mpissa un Temple Matsouaniste.Mais comme les temps sont difficiles, nous nous tournons vers vous pour solliciter un soutien afin de finir les travaux de construction dudit temple. Nous aimerions maintenir la date d’inauguration prévue pour le 13 janvier 2023, mais comme nous venons de le dire l’événement n’aura pas l’éclat souhaité si le toit n’est pas fini ou s’il manque des fenêtres ou de la peinture. Nous vous demandons donc de nous prêter main forte (dans la mesure de vos possibilités) afin d’honorer le travail commencé par Mfumu Matsoua André Grenard et poursuivi par tata Nzoungou Fidèle, tata Tsiakaka et tata Nkounkou. Le 13 janvier 2023 frappe déjà à nos portes ; faisons de notre mieux (tua sadileno tsimuntu) honorons nos ancêtres comme tous les gens qui se respectent.Ce Temple Matsouaniste sera:un espace dédié à tous les Matsouanistes et à tous ceux qui veulent retrouver la paix intérieure au travers de la communion avec nos ancêtres ;un héritage de notre génération à l’humanité ;un lieu de mémoire pour nos ancêtres ;Dans l’espoir que c’est un devoir de chacun d’honorer ses ancêtres, notre main tendue à votre égard est aussi une invitation à prendre part à l’Inauguration du Temple Matsouaniste à Mpissa ceun espace de prière et de méditation ; un site touristique ;un centre de formation pour nos adeptes; 13 Janvier 2013. Pour tout soutien c'est ici: Collecte - Nsinsani pour le temple Matsouaniste Leetchi https://www.leetchi.com/c/don-temple-matsouaniste Contact: Mbuta Miankanguila +242 06 815 6526 www.malakimakongo.net Tel: +39 377 94 13392

Chers Matsouanistes et amis de l’Afrique, berceau de l’humanité.
La Section Kaki Matsouanistes a l’honneur d’informer les Hommes et les Femmes épris de justice, de paix et du vivre ensemble que ce 13 janvier 2023 sera inauguré à Mpissa un Temple Matsouaniste.Mais comme les temps sont difficiles, nous nous tournons vers vous pour solliciter un soutien afin de finir les travaux de construction dudit temple. Nous aimerions maintenir la date d’inauguration prévue pour le 13 janvier 2023, mais comme nous venons de le dire l’événement n’aura pas l’éclat souhaité si le toit n’est pas fini ou s’il manque des fenêtres ou de la peinture. Nous vous demandons donc de nous prêter main forte (dans la mesure de vos possibilités) afin d’honorer le travail commencé par Mfumu Matsoua André Grenard et poursuivi par tata Nzoungou Fidèle, tata Tsiakaka et tata Nkounkou.
Le 13 janvier 2023 frappe déjà à nos portes ; faisons de notre mieux (tua sadileno tsimuntu) honorons nos ancêtres comme tous les gens qui se respectent.Ce Temple Matsouaniste sera:un espace dédié à tous les Matsouanistes et à tous ceux qui veulent retrouver la paix intérieure au travers de la communion avec nos ancêtres ;un héritage de notre génération à l’humanité ;un lieu de mémoire pour nos ancêtres ;Dans l’espoir que c’est un devoir de chacun d’honorer ses ancêtres, notre main tendue à votre égard est aussi une invitation à prendre part à l’Inauguration du Temple Matsouaniste à Mpissa ceun espace de prière et de méditation ; un site touristique ;un centre de formation pour nos adeptes; 13 Janvier 2013.
Pour tout soutien c'est ici:
Collecte - Nsinsani pour le temple Matsouaniste
Leetchi
https://www.leetchi.com/c/don-temple-matsouaniste
Contact:
Mbuta Miankanguila +242 06 815 6526
www.malakimakongo.net
Tel: +39 377 94 13392

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Les MATSOUANISTES des Temps Nouveaux, Mambu ma Sobele

pôt pour financer la Société indigène de prévoyance,

qui devait effectuer les missions d’action sociale de

l’Amicale. Celle-ci fut dissoute à nouveau en 1939.

Une répression impitoyable fut menée contre les villages

lari, où les miliciens et tirailleurs non kongo se

livrèrent à des exactions terribles. 22 notables lari,

dont Pierre Kizonzi, futur dirigeant de l’Eglise matsouaniste,

furent condamnés à cinq ans d’emprisonnement

et déportés. Des militants amicalistes furent

exécutés en public. Les Lari se dispersèrent à nouveau

dans les forêts. En mai 1940 Matsoua, redevenu

militaire, fut blessé au front. Alors que l’Amicale avait

fourni 3 000 tirailleurs pour combattre l’Allemagne,

il fut arrêté à Paris sous l’accusation d’espionnage et

emprisonné à Brazzaville. La procédure légale ne fut,

à nouveau, pas respectée, car Matsoua aurait dû être

jugé par un tribunal militaire. Le 18 juin 1940 les

Lari répondirent favorablement à l’appel du général

de Gaulle, en voulant lui confier l’argent de la collecte

confisqué en 1930. Pourtant, Félix Eboué, gouverneur

de la France libre au Congo, ne mit pas fin au

travail forcé pour les fabricants de caoutchouc et fit

exécuter des amicalistes. En 1941 Matsoua fut condamné

aux travaux forcés et tué en détention par ses

geôliers l’année suivante. Matsoua ayant été inhumé

secrètement, les Lari ont refusé de croire à sa mort,

et la rumeur a circulé qu’il était en France aux côtés

du général de Gaulle. En 1944 une milice lari matsouaniste

occupa les quartiers Bacongo et Poto-Poto

de Brazzaville. Camille Diata, chef de cette milice, a

été condamné à mort, peine commuée en 20 ans de

travaux forcés (avec 13 complices à des peines de 5

à 15 ans). Les Lari exigeaient le retour de Matsoua,

pourtant décédé, auquel ils vouaient un culte.

Entre octobre 1934 et mars 1935 les Lari connurent

une amélioration de leur situation grâce au nouveau

gouverneur de l’AEF, Edouard Renard, hostile à

l’inégalité entre les Blancs et les Noirs dans la colonie.

Renard légalisa l’Amicale, devenue aussi une

association pour la formation des cadres africains.

Il engagea une politique sociale active en faveur

des Lari par la construction de maisons, d’écoles,

de centres de puériculture, etc. En se rendant au

Tchad pour y rencontrer Matsoua, assigné à résidence,

il fut tué dans un accident d’avion au Congo

belge. Les Lari soupçonnèrent les administrations

coloniales françaises et belges, ainsi que l’Eglise catholique,

d’être responsables de cet accident, à cause

du rétablissement de l’ancienne politique d’intimidation

à leur encontre. En septembre 1935 Matsoua

s’enfuit du Tchad, atteignit le Nigeria, puis rentra au

Congo, où il fut arrêté et maltraité par des miliciens.

Il s’évada, et après un périple entre Bangui et le Congo

belge il arriva sous un faux nom à Paris, où les

Africains l’accueillirent triomphalement. Ce voyage

fut raconté dans toutes les maisons lari et Matsoua

devint un être doté de pouvoirs extraordinaires dans

l’imaginaire collectif. La mort de Renard et l’évasion

de Matsoua favorisèrent l’attitude messianique des

Lari au XXe siècle et leur revendication pour un «

autogouvernement lari ».

L’Etat colonial, puis l’Etat indépendant, dit des « flatteurs

noirs », mais aussi l’Eglise catholique eurent

des difficultés à regagner leur confiance. Le nouveau

gouverneur de l’AEF, François-Joseph Reste, libéra

les amicalistes, mais s’attira l’hostilité générale en

voulant regrouper les Lari, traditionnellement installés

en habitat dispersé, et leur imposant un imhttp://fara.nza.over-blog.com/article-andre-grenard-matsoua-un-lari-ne-dans-un-village-proche-de-brazzaville-107211567.html

Précision: André Matsoua

n’est pas mort à Mayama.

En 1956 le Roi Hassan II dit avoir voyagé dans le meme bateau

avec son père et Matsoua de Magagascar vers la France via

le Maroc.

Et en avril 1983 la radio Sud Africaine avait annoncé sa mort.

19

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!