22.03.2023 Views

Haiti Liberte 22 Mars 2023

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

BIDEN VA-T-IL CONVAINCRE

TRUDEAU D’ENVAHIR HAÏTI ?

Mas 2023 : Akawo 177

lane, Masak Pyat 33

lane!

Page 6

As U.S./Canada Prepare Intervention:

Henry Mobilizes

Haitian Army to Help Police

Fight “Gangs”

Page 9

Détruire l’environnement

est-ce « défendre la

souveraineté » ? La clôture

frontalière et son sentier de

destruction !

Page 7

Voir page 3

Il est probablement certain, lors de sa rencontre officielle avec le président du chef de file des puissances

impérialistes : Joe Biden, le Premier ministre canadien pourrait bien être obligé d’accepter d’assumer ce

«rôle de leadership» dans une force internationale en Haïti

MENACE DE GRÈVE À EVEREST

APPAREL HAÏTI S.A.

L’expansion «

provoquée » de

l’OTAN, la guerre

« non provoquée »

en Ukraine et la «

menace chinoise »

catastrophique !

Page 10-11

Voir page 4

Les 3 syndicats opérant à l’entreprise Everest Apparel Haïti S.A, annoncent que les travailleurs de cette

entreprise entreront en grève perlée le jeudi 23 et le lundi 27 Mars 2023 prochains

AMLO répond aux

États-Unis: « Nous

ne permettrons

jamais que notre

dignité soit

bafouée »

Page 17


Editorial

Le diagnostic du moment: il faut continuer la lutte !

Par Berthony Dupont

La situation révolutionnaire en Haïti fait face à une terrible

pandémie politique qui ne peut conduire qu’à des désastres

ou des catastrophes. Dans l’optique de liquider ou d’éteindre la

flamme de la résistance populaire, un virus mortel du système

capitaliste vient de plein fouet l’attaquer. Combien de temps

encore cette épidémie va-t-elle pouvoir attendre avant de tout

détruire ?

Ce virus appartient à la même famille de microbes d’un système

dévastateur qui présente, en effet, des caractéristiques très

inquiétantes dont le but ultime est d’abord de rétablir et raffermir

le statu quo archaïque dans tous les domaines : économique,

politique et social. Ensuite, expulser ou du moins juguler la classe

défavorisée dont la présence sur la scène politique représente

une menace contre les puissances capitalistes et leurs alliés locaux

pour le maintien de l’oppression et de l’exploitation.

Au fur et à mesure, cette épidémie continue à nous enliser

dans l’horreur, l’angoisse, l’amalgame et le mensonge, il devient

évident qu’elle vise à détourner les masses ouvrières de leurs objectifs,

pour lesquels elles mènent une lutte héroïque et sacrifient

leur vie pour espérer un lendemain meilleur.

Aujourd’hui, le pays est plus que jamais menacé et apparait

même impuissant face à ce qu’il subit. Même, il compromet dans

une large mesure sa souveraineté tout en contribuant sans l’ombre

d’un doute à élargir les activités des couches exploiteuses.

Les politiciens dont la majorité sont des corrompus, des imposteurs,

des fossoyeurs, sont à l’origine du chaos actuel et donc

incapables ou du moins n’ont aucune volonté de le remédier.

Les classes dirigeantes sont profondément déstabilisées

par leur propre incompétence. Elles ne dirigent plus rien et ne

savent plus à quel saint se vouer tant elles sont dépassées par

le phénomène d’insécurité, cette politique de la terreur instaurée

pour la sauvegarde des intérêts vitaux de l’impérialisme américain.

N’est-ce pas le moment, où tout parait perdu, confus, où

l’avenir semble ne pas exister ou n’intéresser personne pour que

les masses s’armant d’espoir, de courage et de lucidité se décident

à mettre en échec le dessein macabre en cours ? En analysant

point par point et avec conscience, on se demande si la lutte

des masses laborieuses et des couches populaires ne pourrait

trouver des accompagnateurs solides, pouvant l’aider à combattre

l’impérialisme américain auquel se sont coalisés les impérialismes

français et canadien qui organisent la descente aux enfers

du pays ? Ce n’est pas du côté des puissances impérialistes que

nous devrions chercher notre salut ni nos ressources politiques

nouvelles pour guérir du mal qui nous ronge.

A ce stade, le peuple doit prendre conscience de sa force, la

développer avec les moyens du bord en dépit de l’absence sur le

terrain d’une avant-garde organisatrice. La situation qui prévaut

aujourd’hui est préoccupante et il faut une action vigoureuse en

vue d’un redressement rapide et salutaire du pays. Pour vaincre

ce microbe qui nous tue, la collaboration des populations conscientes

et conséquentes est indispensable. Il est venu le temps

de la réflexion, au-delà des trahisons des uns et des dissensions

parmi les autres, tout en tenant compte que l’épicentre doit être

toujours la lutte des classes dirigée contre le système capitaliste,

non pas une quelconque alliance ou fausse collaboration de

classe pour perpétuer l’exploitation en cours.

Dans ce contexte de dégradation, de la faillite d’une politique

conduite par des antinationaux, le peuple haïtien, profondément

déçu par la classe politique doit continuer sa lutte

en s’organisant davantage jusqu’à la mise en place de son propre

outil de combat, sa propre organisation pour le changement

révolutionnaire dont il rêve pour enfin abattre ce régime de type

capitaliste.

L’impérialisme quant à lui sait parfaitement qu’une telle démarche

des masses populaires lui sera fatale. Voilà pourquoi certains

de ses instruments, pour des raisons obscures, travaillent à

déstabiliser les quartiers populaires, à les diviser et à les atomiser

dans une guerre sans nom. Qui pis est, ils sont les premiers à

produire des Rapports bidons de droits humains pour la consommation

internationale.

Nous nous trouvons à un carrefour devant lequel nous

n’avons aucun choix. C’est une machination bien orchestrée

contre le peuple en lutte. Un choix délibéré en faveur des classes

dominantes au détriment des aspirations de changement des

masses. Quoi d’autres espérons-nous donc, quand des secteurs

mal intentionnés, telle que l’ancienne opposition, actuellement

au pouvoir, sous le leadership du Secteur Démocratique Populaire,

ont saboté l’initiative d’organisation de certains ghettos

en vue de contrecarrer les escadrons des forces obscures traditionnelles

? Que devons-nous attendre quand des courants politiques

dits de « gauche » préfèrent s’allier à la bourgeoisie au lieu

de rejoindre le camp des masses défavorisées pour les organiser?

Ces soi-disant gauchistes n’ont jamais encadré les masses,

celles vivants dans des conditions de précarité où dominent

l’analphabétisme, l’insécurité alimentaire et l’insuffisance de

tout. En fait, les idées progressistes ne sont même pas assez

développées dans ces quartiers ouvriers pour contrecarrer les

idées malsaines pleines de mauvaises intentions et de vices. Ils

laissent le champ libre aux forces obscures de la bourgeoisie et

des politiciens véreux pour corrompre davantage les jeunes des

bidonvilles afin de rebaptiser plus tard ces endroits de « zones

de non-droit ».

Malgré l’obstruction systématique dont les masses sont victimes

de la part des impérialistes et de leurs suppôts locaux, le

journal Haïti Liberté a choisi de continuer à mener une action

militante et toujours avec une foi inébranlable et une détermination

farouche à lutter contre les ennemis du peuple.

C’est une exigence vitale. Le diagnostic du moment est de

continuer à poursuivre les efforts et assurer une large protection

du peuple face au virus mortel qu’est le système capitaliste. Ce

n’est pas le moment de céder, l’heure est à l’action, sinon on

risque de tout perdre. La lutte pour le changement est indispensable,

elle ne doit pas faire machine arrière et nous devons

la continuer. Ils peuvent la retarder mais rien ne devra l’arrêter !

HAITI

1583 Albany Ave

Brooklyn, NY 11210

Tel: 718-421-0162

Fax: 718-421-3471

3, 2ème Impasse Lavaud

Port-au-Prince, Haiti

Email :

editor@haitiliberte.com

Website :

www.haitiliberte.com

DIRECTEUR

Berthony Dupont

RÉDACTEUR EN CHEF

Victoria T. H. Sylvain

RÉDACTION

Berthony Dupont

Wiener Kerns Fleurimond

Kim Ives

Guy Roumer

CORRESPONDANTS

EN HAITI

Daniel Tercier

Bissainthe Anneseau

COLLABORATEURS

Marie-Célie Agnant

J. Fatal Piard

Catherine Charlemagne

Pierre L. Florestal

Yves Camille

Jacques Elie Leblanc

Claudel C. Loiseau

Henriot Dorcent

Dr. Antoine Fritz Pierre

Eddy Toussaint

Edmond Bertin

Robert Garoute

Jacques Nési

Ed Rainer

Robert Lodimus

Elysée Luckner Vil

ADMINISTRATION

Marie Laurette Numa

Didier Leblanc

DISTRIBUTION: MIAMI

Pierre Baptiste

(786) 262-4457

LIBERTÉ

COMPOSITION ET ARTS

GRAPHIQUES

Mevlana Media Solutions Inc.

computertrusting@gmail.com

Bulletin d'Abonnement

A remplir et à retourner à Haiti Liberté 1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210

Tel : 718-421-0162, Fax 718-421-3471

Etats-Unis

Tarifs d’abonnements

Canada

Nom: _________________________

Prénom: ______________________

Adresse: ______________________

Ville: _________________________

Etat/Pays: ____________________

Zip Code/Code Postal: ___________

Tél: __________________________

E-mail: _______________________

Modalités de paiement

Montant : $ ___________

Chèque Mandat bancaire

Carte de crédit

Numéro : ________________________

Date d’expiration : ________ /_______

Code de sécurité : _________________

Première Classe

$100 pour un an

$50 pour six mois

Amerique

Centrale,

Amerique du

Sud et Caraïbes

$125 pour un an

$65 pour six mois

Europe

$150 pour un an

$80 pour six mois

Afrique

$140 pour un an

$80 pour six mois $150 pour un an

$85 pour six mois

2 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


A Travers Haiti

Biden va-t-il convaincre Trudeau d’envahir Haïti ?

Visite historique du président des États-Unis Joe Biden au Premier

ministre canadien Justin Trudeau, le jeudi 23 mars 2023

L’avion militaire canadien CP-140

Aurora de l’Aviation royale qui

avait patrouillé dans le ciel d’Haïti

Par Isabelle L. Papillon

moins de 72 h de la visite historique

du président des États-

À

Unis Joe Biden au Premier ministre canadien

Justin Trudeau, le Washington

post vient de publier un article tendancieux

titré : « Les États-Unis poussent

le Canada à diriger une force internationale

en Haïti ».

Cet article vient après que le chef

d’état-major de la Défense canadien, le

général Wayne Eyre avait déclaré il y

a deux semaines de cela soit le mars

dernier: « que les forces armées de son

pays, déjà mobilisées pour le soutien

de l’Ukraine et de l’OTAN, n’ont pas

la capacité de mener une éventuelle

mission de sécurité en Haïti. »

Il est évident que les intérêts des

Etats-Unis dans une quelconque occupation

d’Haïti ne sont pas les mêmes

pour le Canada. C’est ce qui explique

la réticence des dirigeants canadiens à

jouer le rôle de soldats au front pour

leur chef hiérarchique, le commandant

américain Joe Biden.

Les dirigeants canadiens pour

se retirer de ce guêpier avaient même

déclaré « que toute intervention extérieure

doit être appuyée par un consensus

politique en Haïti. » Car selon

eux « les interventions précédentes

n’avaient pas abouti aux résultats

souhaités. Ils ont également mis en

doute la capacité des Forces armées

canadiennes pour le type de mission

proposé par les États-Unis. »

Et pour prendre la tangente,

après le rapport de leurs 3 missions,

le gouvernement canadien a entamé

certaines actions en Haïti » : ainsi il

a été fournisseur de véhicules blindés,

Joe Biden et Justin Trudeau

et imposé des sanctions à 17 Haïtiens.

Puis, au début du mois de février, un

avion militaire canadien CP-140 Aurora

de l’Aviation royale avait patrouillé

dans le ciel d’Haïti « Cette surveillance

est une autre étape de la réponse du

Canada à la crise haïtienne qui repose

sur quatre piliers : le dialogue

politique inclusif, les sanctions, l’aide

humanitaire et l’assistance sécuritaire

», a ajouté l’ambassadeur canadien

en Haïti M. Carrière.

Enfin au 44 e sommet de la Caricom,

le 16 février 2023, Trudeau y

a été un invité spécial surtout du fait

que le dossier d’Haïti allait être l’un

des thèmes en discussion. Juste après

le sommet et le refus de la Caricom

d’intervenir en Haïti, le gouvernement

canadien déployait deux Navires canadiens

de Sa Majesté (NCSM) Glace Bay

et Moncton, comprenant une compagnie

de plus de 90 marins de la Marine

royale canadienne pour réaliser des

patrouilles dans les eaux haïtiennes

et les environs à la lumière de la crise

The Law Offices of

YOLETTE M. SAINTINY, ESQ

IMMIGRATION SERVICES

Petitions • Green Cards

• Waivers • Visas

Adjustment of Status

Removal of Conditions

Immigration Court

Removals Deportations

300 Cadman Plaza

West, 12th Fl.

Brooklyn Heights, NY 11201

Tel:

(718) 629-6100

Le chef d’état-major de la Défense

canadien, le général Wayne Eyre

sécuritaire qui s’aggrave au pays.

En effet, la montée vertigineuse

de l’insécurité ces dernières semaines

en Haïti est un prétexte pour

les forces obscures internationales

d’accélérer leur projet d’interventions.

En ce sens, il est plus que certain que

tous ces derniers cas de kidnapping, de

criminalité entrent dans l’objectif du

projet américain d’intervenir coûte que

coûte en Haïti. Et ce n’est pas sans raison,

qu’un rapport des Nations-Unies

vient d’être également publié pour

rappeler que le rythme du chaos s’est

accéléré « depuis le début de l’année,

dont 531 personnes ont été tuées, 300

blessées et 277 enlevées dans des violences

liées aux gangs. Dans la seule

première quinzaine de mars, au moins

208 personnes ont été tuées, 164

blessées et 101 enlevées, selon des

responsables haïtiens » a rapporté le

Washington Post.

Et pour renforcer l’idée, Washington

Post a cité un porte-parole du

Conseil de sécurité nationale, s’exprimant

sous couvert d’anonymat « Nous

pensons que la situation sécuritaire

et humanitaire en Haïti se détériore

et que la situation sur le terrain ne

s’améliorera pas sans l’aide armée des

partenaires internationaux », comme

le souhaite sans l’ombre d’un doute

la bourgeoisie haïtienne et le régime

en place au service de l’impérialisme

américain.

Il est probablement certain, si

l’on prend en compte cet article de

Washington post, qui n’est pas tout

à fait innocent, Trudeau pourrait bien

être obligé d’accepter d’assumer ce

«rôle de leadership» dans une force

internationale en Haïti, lors de sa rencontre

officielle avec le président du

chef de file des puissances impérialistes

: Joe Biden.

Y & D

HANDYMAN

Plumbing, Heating,

Electrical, Painting,

Cement, Apartment

/Office Cleaning

Yves Dumornay (Owner)

516-864-3707

yvesdumornay@gmail.com

Le cercueil des forces impérialistes coalisées contre Haïti

Les deux Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Glace Bay et Moncton,

qui surveillaient dans les eaux haïtiennes et les environs

JOBS

!!TRAVAY OSPITALITE!!

• NETWAYAJ NAN KAY

• MOUN KI KA LAVE

• ASISTAN KWIZIN

• TRAVAY NAN NWIT E NAN JOUNEN

ASISTANS DEMENAJMAN POU

NEVADA, PENNSYLVANIA,

WISCONSIN, OHIO,

TEXAS, COLORADO

Pou aplike rele (305) 892-0680 ou swa vini nan

1175 NE 125th St, Suite 612, N. Miami, FL 33161

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

3


A Travers Haiti

Menace de grève à Everest Apparel Haïti S.A.

L’administration de cette entreprise Taïwanaise décide depuis très

longtemps à agir à l’encontre de la masse ouvrière

Par Thomas Peralte

Trois syndicats de l’entreprise

Everest Apparel Haïti S.A,

l’Union des Travailleurs Everest

Apparel Haïti S.A (UTREA), le

Syndicat des Ouvriers Haïtiens EV-

EREST APPAREL (SOHEA) et l’Association

Syndicale des Ouvriers

Solidarité de l’APM à la grève

des greffiers

Par Marie Laurette Numa

de CARACOL (ASSOCA) ont rendu

publique le 18 mars 2023 une note

envoyée au bureau du Ministère

des Affaires Sociales et du Travail

(MAST) de Fort-liberté pour

lui signaler que les employées de

cette entreprise effectueront un ralentissement

de travail prochainement,

précisément le jeudi 23 et le

lundi 27 Mars 2023.

Le juge Marthel Jean Claude président de l’APM

Le syndicat regroupant des

magistrats judiciaires de la

République d’Haïti, l’Association

Professionnelle des Magistrats

(APM), vient d’apporter leur

plein soutien et leur solidarité à

la grève des greffiers dans les 18

juridictions du pays.

C’est par une note de presse

en date du 20 mars que le syndicat

des magistrats a exprimé ses

inquiétudes face à l’indifférence

affichée par le gouvernement de

facto au mouvement légitime de

grève des greffiers réclamant de

meilleures conditions de travail.

Le juge Marthel Jean Claude

président de l’APM a indiqué

aux autorités concernées que «

L’Association Professionnelle

des Magistrats (APM) exprime

ses inquiétudes face à l’indifférence

affichée par le gouvernement

suite au mouvement de

Joel H. Poliard

M.D., M.P.H.

Family and Community

Medicine

Public health and Pediatrics

5000 N.E. Second Ave,

Miami FL, 33137

tel. (305) 751-1105

En effet, depuis le mois de

février explique les syndicats, la

compagnie a mis en marche une

machine infernale par le biais des

responsables, superviseurs de production.

Ainsi plusieurs licenciements

abusifs des ouvriers ont été

effectués dans le cadre d’un projet

visant la réduction du personnel

liée à une quelconque fermeture de

l’entreprise au mois de juin 2023

selon ce que la direction signale au

tableau d’affichage.

En utilisant principalement ce

procédé de l’alinéa e du dit code,

grève initié par les parquetiers

et les greffiers depuis plus de

deux semaines pour réclamer de

meilleurs traitements. Ces arrêts

de travail qui paralysent le

fonctionnement des tribunaux et

cours ont de graves conséquences

sur les justiciables »

L’APM « rappelle à l’Exécutif

que l’accès à la justice est un

droit fondamental et qu’il est de

son devoir d’assurer l’effectivité

de ce droit à ses citoyens. Tout

en soutenant ces grèves, l’Association

Professionnelle des Magistrats

(APM) exhorte le gouvernement

à prendre toutes les

dispositions en vue de satisfaire

les revendications des grévistes

»

FRANTZ DANIEL JEAN

FUNERAL SERVICES INC.

• Funerals in All Boroughs

• Transportation of Remains

• Cremation

Nou pale kreyòl.

5020 Foster Avenue

Brooklyn, NY 11203

718.613.0228

cela démontre clairement leur politique

de persécution pour sanctionner

et résilier les contrats des ouvriers

de manière illégale.

Des consignes sont passés

aux superviseurs de production

pour distribuer des lettres d’avertissement

écrits à tort ou à raison

aux travailleurs afin de trouver un

alibi concret pour les licencier avec

l’article 42 alinéa du code travail

haïtien pour ne pas leur donner des

prestations légales selon les lois en

la matière.

L’administration de l’entreprise

Taïwanaise décide depuis très

longtemps à agir à l’encontre de

la masse ouvrière. En prenant des

décisions arbitraires et illégales au

détriment des travailleurs. Par exemple,

même quand un employé

a signé les feuilles de présence

mais par oubli n’a pas marqué sa

carte à l’horloge. Les responsables

Taïwanais Angella Shu, Ted Hung

et Eric Wu ne vont pas lui payer la

journée de travail, une autre façon

de décourager les travailleurs et les

forcer à démissionner.

Les contrats de plusieurs employés

sont résiliés unilatéralement

malgré la désapprobation des Inspecteurs

du Ministère des Affaires

Sociales après enquêtes sur les

faits. Ils refusent catégoriquement

de discuter avec les syndicats des

problèmes concernant les ouvriers.

Même la présence d’un Inspecteur

du Ministère des Affaires Sociales

ne peut les faire changer d’avis.

La persécution syndicale augmente

de plus en plus. Tout récemment,

la direction de l’entreprise

a donné un avertissement écrit à

un syndicaliste, Gregory Joseph,

Guarino Funeral Home

Serving the Haitian Community

for Over 30 Years

9222 Flatlands Avenue

Brooklyn, NY 11236

718-257-2890

du fait qu’il s’est déplacé pour aller

entendre les plaintes d’un ouvrier

victime.

À ce jour, la direction de

l’entreprise n’a pas fait cas des

revendications et des nombreuses

démarches entreprises par les responsables

des trois (3) groupes

syndicaux affiliés.

Dans ce sens, les objectifs de

ces deux jours de grève perlée sont

entre autres, pour forcer l’entreprise

à répondre aux principales revendications

des ouvriers, telles que :

1) La direction de l’entreprise

doit se réunir avec les représentants

des travailleurs et discuter avec eux

pour définir les critères, le nombre

et les travailleurs qui sont susceptibles

d’être affectés avant d’entamer

la réduction du personnel à l’entreprise.

2) L’arrêt total des licenciements

abusifs des travailleurs avec

l’article 42 du code du travail haïtien.

3) Les syndicats signalent

que Mme Angella Shu, M. Ted, les

membres du bureau de production

et les autres responsables de la direction

doivent cesser de persécuter

les syndicalistes et de comploter

contre eux afin de les licencier

illégalement. Une façon pour qu’ils

aient la voie libre et continuer à

commettre leurs dérives.

4) La direction Everest Apparel

Haïti S.A devant respecter et

appliquer les dispositions des articles

6-1, 6-3, 9-4, 9-6, 10-1, 10-5

des règlements internes. L’esprit de

l’article 38 alinéa E du code travail

haïtien et aussi les prescrits

des conventions internationales

de l’OIT suivant : C87 sur la liberté

syndicale et la protection du

droit syndical, 1948, C98 sur le

droit d’association et négociation

collective, 1949, C158 sur le licenciement,

1982, Recommandation

C143 concernant les représentants

des travailleurs, 1971, jusqu’à la

fermeture de l’entreprise.

5) La direction doit continuer

à faire la double vérification (les

feuilles de présence, et le système

disponible) avant le jour de paiement

comme d’habitude, pour confirmer

l’absence d’un ouvrier avant

même de décider de ne pas lui payer

un jour.

Cette grève perlée a reçu la

solidarité syndicale de la Centrale

Démocratique Autonome des Travailleurs

Haïtiens (CEDATHA).

4 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


Perspectives

Que veulent les Haïtiens d’aujourd’hui pour eux-mêmes et

pour les générations de demain?

Haïti injuriée, Haïti accablée,

Haïti crucifiée ! Mais sa liberté est

incontournable !

(Peinture de Roberto Gabriel)

Par Robert Lodimus

« Le mensonge, c’est la foi des maitres

et des esclaves. La vérité, c’est le dieu

des hommes libres. »

(Maxime Gorki)

Le monde est devenu une chaudière

d’eau bouillante. Le climat sociétal

de la France est surchauffé. Les jours

de Macron paraissent pesés, comptés

et divisés. Des régions de l’Afrique

s’éveillent. Elles ont choisi et décidé

de changer de servitude. L’Occident

les a trompées, exploitées, humiliées

et aliénées durant longtemps. Le conflit

armé russo-ukrainien marquera

un changement irréversible dans la

conception impériale de l’ordre mondial.

Selon le Kremlin, rien ne sera

plus pareil. L’Organisation du traité

de l’Atlantique Nord (OTAN) panique.

Multiplie les bavures diplomatiques. Le

spectre d’une troisième guerre mondiale

commence à montrer sa silhouette

à l’horizon de la démence humaine. La

finitude des êtres et des choses de la

nature s’annonce dans le feu, le sang

et la radioactivité. Heureux ceux qui ne

vivront pas pour voir ce jour ultime ou

cette nuit néfaste! Les tortures de l’esprit

et de la chair leur seront épargnées!

Et, sincèrement, nous aimerions en

faire partie. C’est toujours ainsi, lorsque

l’on confie sa destinée à des êtres

« aconscients ». Cyniques. Sans humanité.

Dans le film Le Samaritain de

David Weaver, sorti en 2012, – interprété

par Samuel L. Jackson –, cette réflexion

retient notre attention : « Rien

ne change, tant qu’on ne change

rien. » Beaucoup de philosophes ont

prononcé des phrases célèbres sur le

phénomène du changement. Marc

Aurèle disait lui-même : « La mort

n’est peut-être qu’un changement de

place. » Cependant, la première citation

s’ajuste mieux à l’engrenage

idéologique qui entraîne la courroie de

transmission des mouvements de lutte

fondés sur la justice sociale, la bonne

gouvernance politique, le progrès

économique individuel et collectif… On

y relève, – naturellement de manière

sous-entendue –, trois substantifs

impératifs, complémentaires et indissociables:

compétence, capacité et

volonté. Les thèses qui portent sur la

sociologie, la politicologie, l’économologie,

la climatologie, etc., accordent

une place prépondérante au concept de

« changement ».

Chez Aristote et d’autres philosophes,

le mouvement et le changement

développent une relation de

complémentarité. C’est le premier qui

engendre le second. Le mouvement

joue un rôle de locomotion dans un

contexte de transformation civilisationnelle,

matérielle ou métaphysique.

Le changement n’est autre que la

phase de la « finalité », de l’aboutissement

d’un processus... Les cycles de

la mobilité ascendante ou descendante

conditionnent l’évolution humaine,

sociétale, technologique et scientifique.

Les éléments de la nature changent

pour le bien ou pour le mal. Le mouvement

se produit également dans un

sens circulaire. Dans ce cas, il ne mène

nulle part. Ce phénomène est caractérisé

par une absence d’ « intelligibilité

créative ». Les observateurs

parlent donc de statu quo.

Dans le domaine pointilleux du

savoir que nous effleurons, les grands

penseurs attirent l’attention des intéressés

sur une locution conceptuelle

théorique qu’ils baptisent « cause efficiente

». C’est ce que nous appellerions

les facteurs externes générateurs

et producteurs de changement. C’est

grâce au génie, au savoir faire du cordonnier

que le cuir, en tant que matière

première, se transforme finalement en

chaussures de tous les styles, de toutes

les grandeurs, de toutes les couleurs.

Un système sociétal disloqué

est comme n’importe quel engin électromécanique

tombé en panne. C’est

à ce niveau que les grandes connaissances

universitaires interviennent en

vue de jouer efficacement leur rôle. Les

compétences qu’elles produisent dans

les diverses disciplines intellectuelles

et différents domaines professionnels

devraient garantir le bon fonctionnement

de l’appareil, en étant capables

de réparer ou de remplacer les organes

infectés. L’université apprend à problématiser,

à synthétiser, à proposer et

à corriger.

Nous avons effectué ce petit

détour afin de mettre les doigts sur la

plaie qui ronge la santé de la République

d’Haïti. Depuis 1804, le pays

est entravé dans le cycle infernal d’un

mouvement circulaire. Les Haïtiens,

décennie après décennie, s’exposent

dans les décors des mêmes crises politiques,

jonglent avec les massues des

mêmes difficultés économiques, se

replongent dans l’océan des mêmes

problèmes sociaux. C’est au niveau de

ce que la philosophie aristotélicienne

qualifie de « cause motrice » que réside

l’échec ou le blocage de la société haïtienne.

Son incapacité de se faufiler dans

le couloir du développement durable

vient d’un déficit global de la « cause

du changement » qui est scientifiquement

indispensable à la « modification

de la matière » considérée comme

l’étape de la « cause finale ». « The end

justifies the means » (La fin justifie les

moyens), dit l’adage.

En termes plus explicites, plus

accessibles, c’est la destination qui

détermine le genre de transport que

le voyageur doit utiliser : cheval,

chameau, bateau, hélicoptère, avion,

fusée… Si le véhicule n’est pas adapté

et approprié, l’individu ne parviendra

jamais au bout de son périple.

Le 7 février 1986, les Haïtiens

se sont aventurés dans un désert politique,

sans destination et sans boussole.

Ils n’ont pas cessé de tourner en

rond comme les pales d’une hélice.

De temps en temps, ils reviennent à

la case départ. Trente-six années déjà

depuis qu’ils manifestent, brûlent des

pneus sur la chaussée, fracassent les

parebrises des véhicules, se font tirer

dessus par des militaires ou des

agents policiers pour les mêmes raisons

: élections avortées ou truquées,

disette, chômage chronique, insécurité

publique, etc. Une nation ne peut pas

passer son existence à consumer dans

les flammes de sa révolte. À mijoter

dans l’huile de sa colère rageuse sans

se fixer des objectifs spécifiques.

Depuis l’abandon du pouvoir

le 7 février 1986 par la dynastie duvaliérienne,

Haïti porte l’étampe de

l’hésitation et du tâtonnement. Chaque

groupement politique recherche pour

lui-même, pour l’assouvissement des

intérêts mesquins, l’exercice du pouvoir

étatique. L’absence d’alternative

qui caractérise les clans intellectuels,

professionnels, économiques et sociaux

a recrucifié Haïti sur la porte

outrageante de l’absurde, pour utiliser

le concept camusien. La lutte revient

à son point de départ. L’État est assiégé

par le phénomène de l’insécurité

multicéphale dans un espace labyrinthique,

sans issue apparente. Ses

institutions se portent mal. Elles sont

dysfonctionnelles à tous les niveaux.

Certaines n’existent même plus. Pas

de président. Pas de parlement. Le Premier

ministre Ariel Henri, placé par le

Core Group à la tête du pays, est un

handicapé de la vue et de l’ouïe. La

situation est triste, décevante et catastrophique.

La société haïtienne dérive.

Elle n’a aucun itinéraire. Aucune destination.

Aucune conscience. Elle est

devenue amnésique.

Que veulent les Haïtiens pour

eux-mêmes et pour les futures

générations? Peut-on matérialiser

un « rêve » fantôme qui ne présente

aucun trait de « définissabilité »?

Les Israéliens libérés d’Égypte

marchaient vers Canaan. L’histoire

révèle qu’ils se furent attardés quarante

ans en chemin. Deux générations

avaient eu presque le temps de se

succéder avant que la prophétie se fût

accomplie. Les Africains des Antilles

passèrent 13 années à faire la guerre

au Français pour se libérer de l’esclavage.

La « cause efficiente », pour

évoquer la philosophie du changement

dans l’optique d’Aristote, était

l’« Affranchissement » pour tous. Et

ils créèrent les moyens de porter les

flambeaux de leurs « prétentions » au

paroxysme de l’accomplissement triomphal

et victorieux. Martin Luther

King lançait le 28 août 1963 son cri

historique : « I have a dream. » Il a

tracé un plan de vie pour ses compatriotes.

Il a indiqué la route qui pourra

un jour rendre la citoyenneté pleine et

entière aux marginaux des États-Unis.

Au commencement du XXe siècle,

les Bédouins défièrent la puissance

de Benito Mussolini. Ils livrèrent une

guerre redoutable pour sortir la Lybie

de la tutelle sauvage de l’Italie. L’instituteur

qui mena la rébellion fut vaincu

et pendu par les militaires de l’occupation.

Avant d’être exécuté, Omar Al

Mokhtar, que nous citons souvent dans

nos réflexions politiques, déclara au

général Rodolfo Graziani que sa mise

à mort ne signifiait pas pour autant la

fin du combat pour la « décolonisation

» du territoire libyen. Cet épisode historique

de la Libye a été porté à l’écran

en 1981 par Moustapha Akkad. Une

œuvre cinématographique grandiose,

interprétée par l’immortel Anthony

Quinn. Tous les politiques progressistes

des pays du Sud devraient s’offrir

le plaisir de visionner « Le Lion

du désert ». La Libye devint donc ce

grand pays que l’on a connu avant

l’assassinat du « Guide de la révolution

», le colonel Mouammar Kadhafi,

le 20 octobre 2011.

Un combat politique progressiste

doit être mené sur la base d’une

conscience de classe soutenue par une

idéologie antibourgeoise qui se légitime

dans la répartition de la justice sociale.

Il doit être entrepris avec la ferme intention

d’enrayer le phénomène dichotomique

au niveau de la distribution

des ressources de l’État. Les meneurs

avant-gardistes sont imprégnés des

valeurs morales, sociales, politiques et

économiques contraignantes. Existe-til

en Haïti une « organisation » sociopolitique

qui reflète les conditions de

rationalité et de scientificité que nous

avons évoquées ?

L’action politique dans le cercle

de la mondialisation nous éloigne

davantage de la conception aristotélicienne

ou platonicienne de la « politique

». Une absence complète de la

morale, donc de la recherche du bien-être

des individus. Les fortunes

des rois, des reines, des présidents et

premiers ministres s’élèvent à des milliards

de dollars qui sommeillent dans

les paradis fiscaux. Il s’agit de fonds

dilapidés dans les caisses des États

placés sous leur autorité. Et ils étalent

l’opulence de leurs « avoirs illicites » à

la lumière du soleil. On se souviendra

longtemps encore du mariage onéreux

de Kate Middleton, duchesse de Cambridge

et du prince William Arthur Philip

Louis, le petit-fils de la reine Élizabeth

II du Royaume-Uni, en 2011,

placés indécemment sous les feux de

la rampe et dont le coût global a été

évalué scandaleusement à 42 millions

d’euros. Alors que toutes les deux minutes,

une femme africaine décède dans

l’accouchement de son enfant. Chaque

cinq secondes, un enfant meurt de faim

sur la planète du Bon Dieu.

L’ex-président tunisien emporté

par le printemps arabe, Ben Ali, arrivé

au pouvoir avec des moyens financiers

vraiment chiches, en est ressorti avec

les poches pleines et débordantes : 5

milliards d’euros, soit 9 milliards de

dinars environ, si l’on doit faire confiance

aux chiffres estimatifs qui ont

circulé dans les médias. Nous aurions

pu indéfiniment allonger la liste des

Chefs d’État « bandits », dilapidateurs

des deniers publics qui se sont enrichis

en affamant leurs peuples et en ruinant

leurs nations. Jusqu’à présent, le

pays des Haïtiens est caractérisé par la

« famine extrême », l’exode et les actes

de violence liés à l’insécurité sociale et

économique, à l’instabilité politique et

à l’illégitimité gouvernementale.

L’ouvrage volumineux d’Alvin

Toffler, Les nouveaux pouvoirs…

Savoir, richesse et violence à la

veille du XXIe siècle, nous a convaincus

de la difficulté réelle pour que

les pays situés dans les régions de

vulnérabilité contondante, pluridimensionnelle,

franchissent le cap d’une

révolution politique et économique qui

viendrait réparer les torts et les dégâts

causés par les « commandos des affaires

» dans les organes des sociétés

sous l’emprise de la mondialisation.

Huey Long, sénateur de Louisiane, est

mort assassiné en 1935. Il a prononcé

deux phrases qui sont passées à la

postérité : « Partageons les fortunes »

et « Chaque homme est l’égal d’un

roi!» (Rapportées par Vance Packard,

LES ULTRA RICHES, p. 25) Comment

faut-il interpréter ces cris d’indignation

et de révolte lancés par Huey

Long et qui ont scandalisé la classe

possédante aux États-Unis et ailleurs?

Dans certains pays, des individus

paisibles, respectueux et honnêtes,

acculés à la pauvreté honteuse

se suicident, s’immolent par le feu sur

la place publique en signe d’extrêmes

désespoirs. Ils se sont sentis abandonnés

par l’État. Déshonorés. Humiliés.

Exploités. Maltraités. Rejetés comme

du linge sale et inutilisable. Pourtant,

ils ont fait leur part pour améliorer

leurs conditions de vie et celles de leurs

proches : aller à l’école, se défoncer

dans les champs de maïs ou de petit

mil en plein soleil, bourriquer dans les

usines de sous-traitance, s’aliéner au

bureau dans les tâches répétitives comme

petits employés ou fonctionnaires,

sacrifier foyers et loisirs…

Le cas d’immolation qui a déclenché

le printemps arabe a été enregistré

en Tunisie le 17 décembre 2010.

Mohamed Bouazizi s’était transformé

en torche humaine pour protester contre

la saisie arbitraire de sa marchandise

par les autorités. Au Maroc, le

nom qu’il faut retenir est celui d’Abdelwahab

Zeidoun qui a répété le

même geste, le 18 janvier 2012. Puis,

Mohcin Bouterfi, 37 ans, en Algérie :

il voulait un logement social pour sa

famille et un petit emploi pour sortir du

chômage. Au Sénégal, Omar Bocoum,

ancien militaire réduit par la misère à

sa plus simple expression, a tenté de

s’enlever la vie devant le palais national.

Il a échappé à la mort… Mais à

quel prix? Des brûlures sur 80% de son

corps…! Faudrait-il encore en ajouter?

Yakoub Ould Dahoud, Mauritanie, janvier

2011 : suicide par le feu à Nouakchott

devant le Sénat mauritanien situé

non loin de la présidence. La France

elle-même fait partie du lot. 26 octobre

2011. Deux femmes ont failli se brûler

vives : l’une de 68 ans à la porte du

palais de l’Élysée à Paris; l’autre de 46

ans, à Chaumont, en Haute-Marne.

Elles ont eu la vie sauve grâce à l’intervention

rapide de quelques passants

témoins des deux drames. 13 octobre

2011. Gironde. Une retraitée de 77

ans s’est aspergée d’essence et s’est

enflammée mortellement. Encore… Et

encore!

Les États-Unis, le Canada,

la France, – nos soi-disant amis

et rédempteurs –, sont avilis par le

phénomène des SDF (Les individus

sans domicile fixe). Cette catégorie sociale

marginale fouille dans les déchets

domestiques pour trouver des restes de

nourriture. Des familles à faibles revenus,

qui pourtant sont nées et habitent

dans ces pays enrichis et favorisés, recourent

à des banques alimentaires, à

des cantines populaires pour lutter et

résister contre la « faim ». Lorsque les

individus vivent dans l’incertitude du

lendemain, ils peuvent poser n’importe

quel acte de folie ou geste de regret

pour échapper à la honte causée par les

conditions désespérantes qui accompagnent

le phénomène de la « mobilité

sociale descendante ». Cela pourrait

aussi expliquer en partie les actes de

fusillade et de tuerie enregistrés dans

l’une des sociétés les plus inégalitaires

de la terre.

La politique économique et financière

vorace des puissances impériales

a transporté la planète au sommet

d’un volcan de précarité sociale et environnementale.

Leurs citoyens euxmêmes

n’en sont pas épargnés. Les

emplois disparaissent. La sécurité des

retraites, des pensions, de la santé, des

allocations d’aide sociale s’effrite à la

vitesse de la lumière. Charles Dickens

avec ses romans, particulièrement Oliver

Twist, et Lisa Tetzner, Les frères

noirs, nous a assez habitués aux spectacles

désolants d’enfants abandonnés

ou vendus par leurs parents pour

quelques sous. Pour parodier le prix

Nobel d’économie, Joseph Eugene

Stiglitz, « Le capitalisme a perdu la

tête ». Et dans sa chute fracassante, il

va entrainer avec lui toute la charpente

qui soutient l’économie globalisée. Le

monde d’aujourd’hui est devenu, à sa

façon, l’héritier de Sisyphe, le supplicié

qui a servi d’échafaudage à la pensée

camusienne : « l’absurde ».

Nous reprenons les recommandations

et les remarques de « Le forgeron

d’utopie » dans son texte publié

le 2 juin 2012 sous le titre de « La

Presse : une vérité subjective : « Le

devoir absolu du militant social, c’est

de se donner les moyens intellectuels

en se cultivant philosophiquement,

historiquement, économiquement,

suite à la page(19)

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

5


Kwonik Kreyòl

Mas 2023: Akawo 177 lane, Masak Pyat 33 lane!

J. Fatal Piard

Moun po nwa ki gen kòb se milat

Tout milat ki pòv se moun nwa

Gwòt Joli kote Janjak Akawo te kache a

Pawòl Janjak Akawo

Se te nan yon twou wòch yo rele gwòt

Joli ki nan 2 yèm seksyon komin Ansavo

nan Depatman Nip, Lwijan Jak Akawo,

majòjon Pikè yo te touye tèt li, jou ki te

11 mas nan lane 1846. Janjak Akawo

se te pigwo chèf mouvman Pikè yo ki te

pran zam pou goumen kont sistèm pezesouse

a pandan 3 lane soti 1843 pou

rive 1846. Fòk nou di tou depi tan

lakoloni moun anlè yo te toujou konsidere

mas popilè yo kòm esklav kòm

machpye yo pou yo te ka fè milya.

Lè nou di sa a, sa vle di mas popilè

yo la pou travay kou bourik pou

kreye richès pou moun anlè yo galonnen

sanfren devandèyè san gade dèyè.

Yon bon maten nan lane 1843, Janjak

Akawo te pran zam kont enjistis, abi ak

lòt kalte kalamite tchoul ki nan tèt pouvwa

politik la ki se gwo defansè sistèm

nan t ap fè peyizan an yo sibi. Batay

kont sistèm pezesouse a pat janm fasil

parapò ak toutè l genyen nan klas

mwayèn restavèk la ak ansasen sanfwanilwa

li te genyen tou nan lame

kraze zo a ki te osèvis li.

Lè Janjak Akawo te manche zam

li ak anpil lòt peyizan pou yo te chache

dechouke sistèm nan, li te bijo al kache

nan yon twou wòch pou reyaksyonè yo

pat met lapat sou li. Detan l nan two

wòch sa a, kote l te al krab kò l la sou

bitasyon Joli a, li te sispèk jandam militè

ak ansasen nan lame anraje krazezo

Janbatis Riche a ki te prezidan nan epòk

sa a. Men, se nan koute pawòl ki sot

anba bouch anpil nan abitan nan zòn

nan ki pèmèt moun yo konnen ki kote

Akawo te kache ekzakteman.

Nan Gwòt Joli a

Se te nan gwòt Joli a menm Akawo te

mouri. Anplisdesa, anpil moun rapòte

tou se misye ki touye tèt li. « Men sa k

fè l te touye tèt li, se paske l te wè l pat

lwen pou yo mete lapat sou li. E li te

sèmante li pap kite yo pran l touvivan

pou kriminèl nan lame pouvwa a al fè

l pase mizè ak kalamite ». Nan twou

wòch kote l te kache a se yon abitan

ki te rele Kleren, ki te konn pote tout

bagay bay misye tankou zam, minisyon,

manje, dlo elatriye.

Gen yon toutè ki te vin denonse

Kleren epi kriminèl pouvwa a yo te vin

arete l. Yo te tèlman fè misye pase mizè,

maltrete l, matirize l, pitit li yo te reziyen

yo mennen lame Riche a kote papa yo

te kache a yon jou madichon ki te 11

mas 1846 la. Kote Akawo te kache a, li

te gentan limenm wè jandam Riche yo.

San l pa reflechi, li tire tèt li e li te mouri

kèk minit apre. Pou limenm se te sèl

fason pou l pat kite lènmi an met lapat

sou li tou vivan.

« Fòk nou di tou Akawo pat

rete lontan nan twou wòch sa a, kote

Kleren te mennen l al kache a pou l te

mennen batay rezistans kont Riche a.

Se te 3 ou 4 jou sèlman, pa plis pase

sa. Kounyea, se nan gwòt sa a anpil

moun al fè degre yo, epi depoze ofrann

pou lespri sa a lidè rebelyon peyizan an

yo vin ye a depi lane 1843 ». Se konsa

istoryen Michèl Ektò te rakonte istwa a

nan liv li ekri sou Patisipasyon Popilasyon

an nan kriz 1843-1848 la.

Kadav Janjak Akawo pigwo lidè

nan batay Peyizan yo nan epòk la te

rete nan twou wòch nan Jolia nèt. Se

konsa chak lane k pase pil tè desann

nan gwòt la, lè lapli tonbe vin kouvri

kò a nèt. Pou koze sa a menm se Wesnè

Kamilyen (1929 - 2017), yon sitwayen

Titwou Nip ki te konn istwa zòn nan

byen ki te di sa. Sòlda kriminèl Riche

yo te koupe tèt Janjak Akawo apre misye

te fin touye tèt li a e yo te pote l l

nan kazèn Titwou a kòm prèv li mouri

vre. Apre sa yo te vin antere tèt la nan

simityè lavil la.

Batay Pikè yo

Nan tout listwa l, Ayiti fè fas kare ak plizyè

gwo kriz kote Mas Popilè yo te leve

kanpe, frape pye yo atè pou yo te mete

sistèm pezesouse a ajenou. Nan 4 gwo

kriz sa a yo, se sa 1843-1848, 1867-

1870, 1908-1915 ak 1986-1994 yo

ki te pi malouk. Nan toulekat kriz sa

yo, se toujou Pèp Souvren an ki toujou

leve kanpe pou l di Abraam di sètase, li

pa kapab ankò ! Se nan konsa tou yon

bann Peyizan nan Sid pral leve kanpe

sou lobedyans Janjak Akawo.

Depi dikdantan, Pèp Souvren an

te toujou leve kanpe tankou Pikè yo te

fè l ant 1843 ak 1848 pou yo chache

dechouke sistèm pezesouse sa a ki toujou

sèvi ak katchapika lavichè pwazon

lamizè grangou ak soufrans kòm pi gwo

zam pou depafini ak lavi yo. Menm jan

ak reyalite jounen jodi a depi 1843,

tout kondisyon yo toujou reyini pou

Pèp la leve kanpe pou dechouke pwazon

vyolan sa a yo bay pou oligachi dlo

pote vini a. Epoutan malgre tout larivyè

san ki koule deja, kondisyon lavi yo vin

pi angrave chak jou piplis.

Malgre tout pil sakrifis Pèp la fè,

olye ti Mari ta monte, reyalite montre

pito l fèk kare desann. Konsa, tan youn

nan rejim politik ki te pase yo pat fouti

geri java ki rele pwoblèm k ap depafini

ak Mas Popilè yo, epi pou yo ta jwenn

yon lavi miyò. Tout kriz sa a yo se te

sitou gwo falèz ki te fouye an moun

anwo ak moun anba a yo ki te akouche

yo. Sa k pi grav la menm klas tilolit sa a

yo, ou tande rele moun anwo yo, sitou

sa dlo afè pa bon pote vin chwe pa bò

isit yo, sa fè prèske 2 syèk.

Malgre tout batay sa a yo Oligachi

reyaksyonè yo sèmante yo ta pito

Ayiti fin disparèt pase pou yo ta kite

Pèp la jwenn posibilite pou l ta resi rale

yon ti souf anba kalvè ak kalamite pou

l ka rive viv tankou moun tout bon dwe

viv nan lonè ak diyite. Moun anlè yo

di apre yo se yo, ou byen si se pa yo l,

li pa dwe pèsonn ankò. E apre yo si se

pa ta yo Ayiti mèt peri anba grif bandi

jan n wè sa ape pase jounen jodi a kote

vyolans fè 5/5 24/24.

Malgre tout goumen, tout batay

Mas Popilè yo mennen mafya Siwolibanè

yo gen ta rive pran anpil rasin

sou bout tè Papa Desalin nan depi 1830

kote dlo afè pa bon te mennen yo vin

chwe la a. Klas moun anlè yo toujou

marinen gwo konplo divizyon nan mitan

Mas Popilè yo. Anplis yo rive mare

konfyolo depi sou jeneral nan lame pou

rive sou ti jandam nan lame kraze zo a

pou kontinye kraze zo tout sa k ta vle

met tèt yo ansanm leve kanpe epi mobilize

pou reklame yon alemye.

Masak Pyat 33 lane apre

Masak Pyat la se toujou batay ant

grandon ak peyizan pou koze tè ki te

mennen la. Mas 2023 fè 33 lane apre

masak ki te fèt nan Vilaj Pyat yon lokalite

nan Latibonit. 33 lane apre Tèt Kole

ti Peyizan Ayisyen kontinye ap mande

jistis pou viktim yo. Jou ki te 12 mas

1990 la, sou gouvènman Èta Paskal

Twouyo a, 30 militè kriminèl nan lame

makout Jeneral Abraam nan te monte

nan Vilaj Pyat kote yo te sasinen anviwon

11 peyizan. Anplisdesa menm

kriminèl an zèpolèt yo te pike dife nan

plis pase 375 kay ki te kankannen rapyetè.

Se yon gwo goumen pou tè ant

grandon ki te bezwen pran tè ti Peyizan

yo ki te lòtè masak sa a. Nan

Masak Pyat 12 mas 1990, kote kriminèl yo te masakre 11 peyizan epi

boule plis pase 375 kay

konsa, jou ki te jedi 12 mas 2023 an,

Tèt Kole ti Peyizan Ayisyen te fè yon

mach nan lari pou yo te reklame jistis

ak reparasyon pou 11 peyizan militè

makout jal Abraam yo te sasinen yo.

« 12 mas 2023 sa a fè 33 lane depi ti

peyizan Pyat yo ap mennen gwo batay

pou yo ka rive jwenn jistis pou 11 tokay

yo lame te sasinen » Se sa Kastra

Dòvil te deklare lè sa a nan non Peyizan

Pyat yo.

Nan lane 2003, gen yon òdonans

ki te soti nan zafè sa a. Lè sa a te gen

nèf akizasyon ki te soti kont 53 nan

ansasen yo ak lòt kriminèl ki te gen

pat men yo tranpe nan masak sa. Nan

mitan yo, ou te jwenn jeneral Pwospè

Avril (sa pap pa la, menm jan nan vèp

Jeremi an), Anri Wobè Makchal ak anpil

lòt grandon ansasen ankò. Men se

sèlman 9 nan kriminèl yo lajistis nan

Latibonit te reyisi fouke epi mete nan

prizon.

Malerezman jou ki te 29 fevriye

2004 la nan lokazyon panzou Bouch

(pitit) ak Chirak te fè kont Titid la prizon

Gonayiv la te kraze. Tout kriminèl

ki te fè masak Pyat yo te pwofite chape

poul yo mande pye yo ki sa yo manje

yo pa ba yo. Nan mwa janvye 2005,

swa yon lane apre Koudapèl nan Gonayiv

te deklare òdonans sa a pa vo

kakarat dèyè bwèt. Sa te lakòz pou jis

jounen jodi tout kriminèl yo tankou

Pwospè Avril ape flannen tout jounen

nan boul figi fanmi viktim yo. Jandam

wi yo di w !

Alsibyad yon 11 mas 2020

J. Fatal Piard

Nikola Pyè Wolen, yon gwo komedyen

Ayisyen tout moun konnen

sou non Alsibyad ki se non atis li te

fèt yon 11 mas 1938. Nan lane 70-

80 yo li te pral anime youn nan emisyon

komedi ki te pi popilè nan epòk

la sou radyo MBC, anvan li travèse

nan Radyo Karayib. Nikola Pyè Wolen

te gen twoup teyat li tou ki pote non

atis li Alsibyad. Malerezman Byad ta

pral travèse kite nou jou ki te 20 janvye

2020 an apre 81 rèkòt kafe byen

plen lè souf la te deside pran yon bout.

Lantèman l te chante nan Pak Souvni

ki nan Tòsèl samdi ki te 5 fevriye 2022

a.

Nikola Pyè Wolen alyas Alsibyad

6 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


Perspectives

Détruire l’environnement est-ce « défendre la souveraineté » ?

La clôture frontalière et son sentier de destruction !

Le Mur frontalier de séparation avec Haïti, le mur de la honte »

de Luis Abinader

Par la voix des travailleurs

Les récents scandales environnementaux

et budgétaires entourant la

construction de la clôture frontalière confirment

les avertissements que les organisations

universitaires et environnementales

de gauche ont émis depuis 2021. La

porte d’Abinader est à proprement parler

l’extension du mur de Danilo Medina de

23 kilomètres entre Elías Piña et Jimaní,

pour atteindre une extension totale de

187 kilomètres, soit près de la moitié de la

frontière dominico-haïtienne. La reddition

des comptes du ministère de la Défense

a révélé qu’avec un niveau d’exécution

de seulement 7,3% à la fin de 2022, le

projet a déjà consommé plus de 773,7

millions de RD$, soit 44% des dépenses

totales prévues de 1 750 millions de RD$.

. Cela indique que le coût, réalisé en secret

pour de supposées raisons de sécurité,

sera beaucoup plus élevé qu’initialement

prévu.

La destruction écocide dans la fabrication

de ce travail est également une

source de consternation croissante parmi

les scientifiques, les universitaires et les

militants. Une zone de plus de 30 000

mètres carrés appartenant au refuge faunique

Laguna Saladilla, dans la municipalité

de Pepillo Salcedo de Montecristi, a

été détruite pour extraire des matériaux

pour la route qui longe les deux côtés du

mur, auxquels s’ajoutent plus de 6 milliers

de mètres carrés de mangroves abattus.

La zone comprend une zone humide

fragile protégée par une convention

internationale. En 2022, le gouvernement

a ajouté les zones humides de

Montecristi et le refuge faunique Laguna

Redonda y Limón à la liste Ramsar des

zones humides d’importance internationale,

tout en attaquant la zone humide de

Laguna Saladilla pour construire le mur

frontalier. Il n’y a aucune preuve qu’il y

ait un flux migratoire à travers les mangroves

affectées par le gouvernement, car

elles constituent une barrière naturelle.

La Coalition pour la défense des

aires protégées a dénoncé fin février la

destruction des mangroves et des espèces

indigènes dans la zone. La Coalition

a expliqué que les travaux ont été

réalisés sans le permis environnemental

correspondant, en violation flagrante de

la loi générale sur l’environnement, de

la loi sectorielle sur les aires protégées et

de la convention internationale RAMSAR

sur la protection des zones humides. En

coupant la source d’eau de la mangrove

du côté est du mur, “un crime écologique

qui pourrait entraîner sa disparition” serait

commis, selon la Coalition.

Le “Ministère de l’Environnement

et d’autres autorités compétentes sont

pleinement conscients de ce qui se passe

depuis des mois, mais ils ont fermé les

yeux sur ce crime environnemental

sous prétexte qu’il s’agit d’un travail de

l’État, passant outre les mandats de la

Constitution et les lois », ont-ils ajouté.

La Commission environnementale et le

Bureau de vulgarisation de l’UASD ont

également condamné la destruction de la

mangrove.

La complicité du ministère de l’Environnement

et des Ressources naturelles

a été totale. La ministre Ceara Hatton a

admis qu’aucune étude d’impact environnemental

n’avait été réalisée pour

les travaux. Malgré le manque d’études

à l’appui, le vice-ministre des aires

protégées, Federico Franco, a assuré que

“l’écoulement de l’eau dans la zone humide

est garanti à 100%” et s’est excusé

pour les décisions prises par le ministère

de la Défense au nom de “la sécurité

nationale”. Le directeur général du Jardin

botanique national, Pedro Suárez, a

également justifié l’écocide au nom de la

sécurité nationale, déclarant que “nous

allons essayer de couper le moins de

mangroves possible, mais que le mur doit

être construit, il doit être fait.” .

Le ministère de la Défense a

également répondu aux graves plaintes

en admettant qu’« il a eu le soutien du

ministère de l’Environnement et des Ressources

naturelles ». Ce n’est pas le seul

crime environnemental récent dans la

région. Le parc national Manglares de Estero

Balsa a souffert en 2022 du déversement

d’eau et d’huile contaminés, et en

novembre 2022, des millions d’animaux

marins morts ont été signalés dans le

même parc national.

Le 10 mars 2023, la communauté

de La Patilla à Dajabón a érigé des barricades

pour empêcher le transit de camions,

pour la troisième fois en quelques

semaines, contre la contamination causée

par l’extraction et le transport de matériaux

pour la construction de l’autoroute

qui borde la porte. La route rurale qui

relie la communauté a été détruite par la

circulation des camions de fret. La poussière

constante générée par les camions a

également aggravé les problèmes respiratoires

dans la communauté.

LA DIFFERENCE

AUTO SCHOOL

LEARN TO DRIVE

La Différence Auto School

836 Rogers Avenue

(between Church Avenue

& Erasmus Street)

Brooklyn, NY 11226

Manager: Ernst Sevère

Tel: 718-693-2817

Cell: 917-407-8201

Les faits concordent avec ceux qui

se sont toujours opposés au mur de

la honte

Abinader a présenté le projet de mur frontalier

dans le cadre de son accord avec

feu le président haïtien Jovenel Moïse, en

janvier 2021. Le MST a décrit le projet

comme « le mur frontalier que les organisations

fascistes réclament et qui

s’inspire de nouveau du mur agrandi par

Trump à la frontière avec le Mexique…

aucune technologie ne peut empêcher la

corruption des autorités frontalières des

deux gouvernements… » Des investissements

coûteux dans des équipements de

surveillance détourneront les ressources

nécessaires de toute urgence des investissements

sociaux et alimenteront la

corruption.

Le 27 février de cette année-là,

dans son discours sur la responsabilité,

Abinader a parlé du mur dans le cadre

d’une supposée stratégie de protection

de l’intégrité territoriale. Encore une

fois, le MST dans son communiqué intitulé

« Mur frontalier, mur de la honte »,

a dénoncé que le projet suppose « une

opération gigantesque, très coûteuse et

permanente qui consommerait chaque

année un budget énorme de millions de

dollars. Une véritable folie alors que les

principaux quartiers ne disposent pas

d’un approvisionnement fiable en électricité

et en eau potable, la santé publique

et l’éducation sont en terre à cause

du désinvestissement, les salaires sont

misérables et le droit à la sécurité sociale

n’est pas garanti ». A cela, il a ajouté que

la base idéologique du projet de clôture

est “la criminalisation de la communauté

immigrée, sa stigmatisation en tant que

supposée accumulatrice de services publics,

tels que la santé et l’emploi”.

Dans l’article “La clôture frontalière

est un vol du peuple dominicain”,

Fiodor Morán a expliqué que “(le) lien

entre les flux migratoires et une prétendue

menace à l’intégrité territoriale de la

République dominicaine est un exercice

démagogique dangereux, avec des résonances

Trujillo, dans un pays qui n’a pas

encore établi de commémoration officielle

du massacre de Perejil. Ce crime contre

l’humanité a été perpétré sous la même

fausse prémisse qu’Abinader assume

aujourd’hui, à savoir que l’immigration

menace l’intégrité territoriale et la souveraineté.

En mai, une manifestation unie

d’organisations sociales et de gauche

s’est tenue à Saint-Domingue, rejetant le

mur et appelant à construire des “ponts de

commerce équitable et de solidarité” entre

la République dominicaine et Haïti.

Prime Time

Driving School

Learn to Drive Cars

& Buses

Driving instructors wanted!

$17-$25 per hour.

Must have highschool

diploma or GED

1628 Nostrand Avenue

Brooklyn, NY 11226

718-859-8526

PrimeTimeDrivingSchool.com

Dans la déclaration « Vaincre la clôture

frontalière », de juillet 2021, le MST a

rappelé que « l’actuel ministre administratif

de la présidence, José Ignacio Paliza, a

déclaré en 2014 que le mur finira par être

une grosse affaire qui ne résoudra rien

(Twitter, 30/06/2014). Des expériences

similaires, par exemple, le mur frontalier

entre les États-Unis et le Mexique, montrent

que ce type de barrière ne réduit pas

les flux migratoires... Comme si cela ne

suffisait pas, le gouvernement a établi

par le décret 276-1 du 26 avril de cette

année, en tant que dépenses d’urgence

pour la conception, la construction, l’exécution,

la passation de marchés de services,

l’équipement et d’autres dépenses

liées à la clôture frontalière. Ces dépenses

sont laissées hors du contrôle citoyen et

parlementaire, en tant que secret d’État.

Il est allégué que cette décision a été prise

pour des raisons de sécurité nationale...

Nous pensons que la réalisation de ces

investissements d’un million de dollars à

l’ombre du secret d’État expose le double

discours du gouvernement sur la corruption.

Lorsque, en février 2022, Abinader

a procédé au “premier creusement” de

la clôture frontalière à Dajabón, le MST

a publié la déclaration intitulée “La clôture

frontalière est corruption, racisme

et xénophobie”, dénonçant “la décision

de faire un bruit médiatique pour agiter

le racisme et la xénophobie anti-haïtiens

sont une manœuvre pour détourner l’attention

de l’opinion publique des manifestations

populaires à San Francisco de

Macorís, Capotillo et d’autres régions. Les

travailleurs ont rejeté l’augmentation des

prix du carburant et des denrées alimentaires,

le manque d’emplois, la catastrophe

des services publics, parmi tant de

calamités subies dans les secteurs les plus

pauvres et marginalisés par ce gouver-

Jean R. St. Jour,

IRS EA and Certified Bookkeeper (CB)

Expert Income Tax Preparation

Jean R. St. Jour, CB

2916 Clarendon Road

(between Nostrand & E. 29th St.)

Brooklyn, NY 11226

718.284.0733

nement et les précédents.

Comparant les dépenses sur le mur

avec les investissements nécessaires pour

remédier aux problèmes environnementaux

aigus, le biologiste et vulgarisateur

Yohanan Núñez a expliqué dans un article

de février 2022 que résoudre le problème

de la décharge de Duquesa, qui prend périodiquement

feu, enivrant la population

de Saint-Domingue selon les calculs de la

BID. Cela nécessiterait un investissement

d’environ 226 millions de dollars RD, sept

fois moins que ce qui avait été budgétisé

pour la construction du mur.

“Pour cette raison, nous sommes

surpris que malgré les problèmes structurels

auxquels la société dominicaine

est confrontée, tels que la gestion des

déchets que nous générons, ignorant tous

les autres points névralgiques tels que le

taux énorme de grossesses chez les adolescentes,

les conditions insalubres, les

inégalités et la surpeuplement de milliers

de dominicains et dominicaines, il est

décidé d’allouer 1 750 millions de pesos

dominicains pour un mur frontalier. Dans

Le président de République dominicaine Luis Abinader a lancé en grande

pompe la construction d’un mur de 160 km le long de la frontière de son

pays avec Haïti

une zone où la majorité de ses habitants

ne disposent même pas d’un système

d’égouts régulier. Sans oublier que ce

mur va avoir un impact sur l’écosystème

de milliers d’espèces et qu’il va perturber

l’équilibre écologique de plusieurs zones

protégées importantes telles que le parc

national de la Sierra de Bahoruco », a expliqué

Núñez.

Malgré le fait que les partis

représentés au Congrès ne se soient pas

opposés à ce projet, les faits ont donné

raison à ceux qui ont manifesté contre lui

dès le premier instant.

Mouvement socialiste des

travailleurs de la République

dominicaine 16 mars 2023

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

7


Haïti, d’une Transition à l’Autre (62)

Crise, la CARICOM entre en scène !

« Photo de famille » de la Quarante-quatrième (44e) réunion ordinaire de la Conférence des chefs de gouvernement

de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), jeudi 16 février 2023

Par Catherine Charlemagne

(1ere partie)

Il demeure évident pour les Haïtiens

que la crise politique post-Jovenel

Moïse est devenue un champ

d’expérimentation pour la Communauté

internationale. Pour certains

pays, Haïti est même devenue un

théâtre grandeur nature pour tester

leur capacité à se projeter dans des

opérations extérieures. Après avoir

tout fait pour mettre Haïti à genoux,

une fois parvenus, les Etats-Unis

d’Amérique estiment aujourd’hui

qu’ils peuvent donner ce pays en

franchise à d’autres, notamment,

au Canada cherchant à exporter sa

politique et sa diplomatie vers ces

contrées servant de terrains d’expérimentation

en tout genre. Portant

à bout de bras pour Washington

le dossier de l’intervention militaire

demandée par les autorités de Portau-Prince,

le gouvernement canadien,

dirigé par le Premier Justin

Trudeau, semble lui aussi à bout de

souffle. En dépit d’un prosélytisme

à outrance auprès de la quasi-totalité

des Etats des Amériques, Ottawa

n’y arrive pas.

Mais, refusant de lâcher le

dossier par peur de passer aux yeux

de Washington pour un partenaire

peu crédible et incapable de conduire

cette « petite escapade » dans un

Pré-carré de l’Oncle, le Canada tente

de vendre l’affaire à un petit Etat

frère et voisin d’Haïti : la Jamaïque.

Cet ancien Confetti britannique dans

les Caraïbes fut dans les siècles

passés une base de refuge pour les

anciens réfugiés politiques haïtiens

et tous ceux ayant des comptes à

rendre à la justice haïtienne. Plusieurs

chefs d’Etats haïtiens y ont

trouvé refuge, même y sont morts

pour certains quand d’autres l’ont

utilisé juste comme base de transit

avant de se réfugier vers d’autres

Jean Bertrand Aristide, centre, et sa femme Mildred Trouillot, sont accueillis

à l’aéroport de Kingston, en Jamaïque, par le ministre du Commerce

extérieur, Delano Franklin le 15 mars 2004.

altitudes plus accueillantes. Plus

près de nous, c’est l’ancien Président

Jean-Bertrand Aristide qui y

avait transité en 2004 suite au coup

d’Etat qui l’avait chassé du pouvoir

quelques mois auparavant.

Après un court séjour à Bangui,

capitale de la République centrafricaine,

le chef de l’Etat avait

pris ses quartiers à Kingston, la

capitale, le 15 mars 2004, avant

de prendre la route de l’exil en Afrique-du-Sud

durant longtemps.

Naturellement, l’on pensera aussi

à l’un des présumés complices dans

l’assassinat du Président Jovenel

Moïse, l’ancien sénateur John Joël

Joseph, qui s’y était réfugié clandestinement

pendant un laps de temps

avant son arrestation et son transfert

vers la Floride, aux USA l’année

dernière. On n’oubliera pas non plus

Le Premier ministre jamaïcain,

Andrew Holness

que Kingston, entre 1992 et 1994,

avait joué un rôle de premier ordre

dans les négociations entre les militaires

du général putschiste, Raoul

Cédras, les émissaires du Président

Aristide et les représentants du gouvernement

américain. Négociations

qui allaient déboucher sur l’intervention

militaire américaine en Haïti

en 1994 et le retour du Président

Aristide au Palais national au cours

de la même année. Bref, depuis toujours,

la Jamaïque n’est jamais ni

trop loin ni trop près des crises politiques

à répétition en Haïti.

A la vérité, les dirigeants

de ce petit Etat ne sont pas aussi

présents que leurs homologues de

la République dominicaine dans

les affaires intérieures haïtiennes.

Ils ne demandent pas à tout bout

champ à la Communauté internationale

d’intervenir ni de prendre en

charge la gestion d’Haïti comme le

font les autorités dominicaines, estimant

que Haïti est un Etat failli.

Il est vrai, n’ayant pas les mêmes

problèmes d’immigration à gérer

que les Dominicains avec des centaines

de milliers d’Haïtiens à leurs

frontières, les Jamaïcains demeurent

plus à l’écart. Mais, curieusement,

la Jamaïque sert fort souvent de

courroie de transmission entre les

grandes puissances qui tentent de

s’imposer en Haïti, voire d’imposer

leur politique et leur diplomatie. Il

n’est donc point étonnant qu’après

l’échec du gouvernement canadien

auprès des Etats plus conséquents

de l’Organisation des Etats Américains

(OEA), qu’il oriente sa diplomatie

vers Kingston afin de faire

de ce petit pays un « joint-venture

» dans sa visée impérialiste sous

commandement des Etats-Unis

d’Amérique.

Ainsi, après certainement

des promesses mirobolantes de la

part d’Ottawa, le Premier ministre

jamaïcain, Andrew Holness, se

fait le porte-parole de son homologue,

Justin Trudeau, qui peine

à donner de bons résultats à son

Oncle d’Amérique dans le dossier

haïtien. Avant même que la CAR-

ICOM ne s’était donnée la mission

d’intervenir dans le dossier d’intervention

étrangère en Haïti, Andrew

Holness s’était déjà fait l’un des

plus chauds partisans d’une intervention

militaire en Haïti sous couvert

de venir au secours d’un pays

frère en détresse. A maintes occasions,

il avait laissé apparaître sa

préférence pour cette option dans le

cadre de l’aide que la Communauté

internationale entendait apporter

au gouvernement haïtien suite à sa

demande d’aide dans la crise politique

et sécuritaire rendant le pays

invivable. Il se trouve que c’était la

Jamaïque, dans le cadre de la présidence

tournante de cet organisme

sous-régional, qui présidait la CAR-

ICOM. Profitant de son statut de

Président sortant, avant de passer

la main à son homologue bahaméen,

Philip Davis, le Premier ministre

jamaïcain, avait officialisé sa

préférence lors de la 44e Assemblée

des chefs d’Etat et de gouvernement

de l’organisation ayant eu lieu les

15 et 16 février 2023 à Nassau, Bahamas.

Alors que, historiquement,

les dirigeants de la CARICOM sont

toujours ou presque opposés à toute

intervention étrangère dans les affaires

intérieures de l’un des Etats

membres de cette institution, sans

qu’on sache pourquoi et comment,

le Premier ministre Andrew Holness

a pu convaincre ses collègues

à adhérer à la vision qu’il fait de la

crise haïtienne et aux suppliques du

chef de la Transition en Haïti, Ariel

Henry. Celui-ci espère toujours voir

une force militaire multinationale

évoluée sur le terrain en Haïti afin

de combattre, selon lui, les gangs et

autres groupes armés qui contrôlent

une bonne partie du territoire depuis

pratiquement son arrivée à la tête du

pays. Une semaine après l’adoption

d’une Résolution en faveur d’une

intervention militaire en Haïti, une

délégation de la CARICOM était à

pied d’œuvre dans la capitale haïtienne.

Conduite, évidemment, par le

plus chaud partisan de cette intervention,

Andrew Holness, le lundi

27 février 2023 la délégation de la

CARICOM avait entamé des discussions

marathons avec les protagonistes

de la crise en Haïti.

Curieusement, et c’est une

première, le Premier ministre jamaïcain

s’était fait accompagner,

comme par hasard, d’un diplomate

canadien dans le cadre de cette

Mission de moins de 24 heures à la

recherche de solutions et d’un compromis

entre les différents acteurs et

Secteurs impliqués dans les pourparlers.

En effet, cette Mission de

haut rang comprenait les représentants

de plusieurs Etats membres

de la CARICOM. Dans la délégation

présidée par Andrew Holness, l’on

retrouvait, outre la Jamaïque avec

son Premier ministre et son chef

de la diplomatie et de Commerce

extérieur, Kamina Johnson-Smith,

Dennis Moses, Haut-Commissaire

de Trinidad and Tobago au Canada

; Wayne Munroe, ministre de la

Sécurité nationale des Bahamas et

Keith Bell, ministre du Travail et de

l’Immigration ; le chef de cabinet

du Bureau du Secrétaire général de

la CARICOM, Très-Ann Kremer ; et

Michael Jones, Lieutenant-Colonel

Responsable de l’Agence de mise

en œuvre de la CARICOM pour la

criminalité et la sécurité (CARICOM

IMPACS).

Bref, une belle brochette de

personnalités pour une Mission qui,

en somme, ne devait servir à rien,

puisque, après les multiples visites

de différents envoyés spéciaux et

de diplomates américains sur le terrain

à Port-au-Prince, notamment,

le Sous-Secrétaire d’Etat Brian A.

Nichol’s toujours en quête d’un

consensus introuvable entre les

acteurs des Accords suivi des Missions

canadiennes dont celles conduites

par l’ambassadeur Bob Rae,

le moins que l’on puisse dire, on n’a

pas avancé de la taille d’un pouce,

dans la mesure où des deux côtés,

la mauvaise foi triomphe et chacun

trouve une bonne raison pour faire

durer la souffrance de la population

servant toujours de bouc-émissaire

par les uns et par les autres des protagonistes.

(A suivre)

C.C

LACROIX MULTI SERVICES

Tel: 718-703-0168 * Cell: 347-249-8276

Fax:718-703-4640

1209 Rogers Avenue, Brooklyn, NY 11226

www.lacroixmultiservices.com

• Income Tax • Electronic Filing

• Refund Anticipation Check (RAC)

• Direct Deposit - IRS Check

• Business Tax • Notary Public

• Immigration Services

• Translation, Preparation, Application, Inquiry letters

• 6 Hour Defensive Driving Course • Fax Send & Receive

• Resume • Property Management • Credit Repair

Lacroixmultiservices@yahoo.com

8 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


This week in Haiti

Mexico Can Be a Deadly Place

for Many Haitians

With economic opportunities in Tapachula being limited in May of 2022,

many Haitians, like Mackendy Dorcé, 38, joined the informal sector. He

sold oranges to earn a living.

Pastor Greg Yeum hands out bottled water to Haitian migrants at a Del

Rio gas station on Sept. 22.

U.S. Customs and Border Protection mounted officers attempt to contain

migrants as they cross the Rio Grande from Ciudad Acuña, Mexico, into

Del Rio, Texas, in September 2021

by J.O. Haselhoef

Leonardo March

Felix Marquez/AP

On Mar. 3, members of a Mexican

drug cartel kidnapped four Black

Americans and killed two in what officials

are suggesting is a case of mistaken

identity. That is, the gang members

thought the four Americans were Haitian

drug smugglers.

Later, the Gulf Cartel turned

in five of its members with a letter of

apology for the crime that occurred just

over the southern border from Brownsville,

Texas, in the Mexican city of Matamoros.

The cartel also returned the

two American bodies.

The U.S. State Department issued

an alert Mar. 13 against traveling to

Mexico for spring break.

The killing serves as a reminder

of how deadly Mexico can be for some

Haitians, even those not involved in

criminal acts, due to anti-Black racism.

Some have said anti-Blackness in

Mexico is widespread, a pillar of Mexicanness,

and a major force behind unequal

and ill treatment of its 2.5 million

Afro-Mexicans. By consequence, Black

Haitians, who regularly pass through

Mexico on their way to the U.S. border,

are also subject to violence.

In fiscal year 2022, federal officials

stopped migrants more than 2.3

million times, a record high along the

southern that skirts along the base of

Texas, Arizona and California. After

Jan. 6 this year, when Biden launched

a new immigration parole program,

the daily average of illegal crossings

dropped from a peak of 3,367 in December

2022 to below 200. That drop

was attributed directly to a new immigration

process for Cubans, Nicaraguans,

Haitians and Venezuelans to

enter the U.S. legally.

Despite recent changes to U.S.

policy, technology, and general access

meant to help immigrants travel more

safely, many have fared poorly. Haitians,

in particular, advocates say.

“As a Haitian in Mexico, he was

not only criminalized as an ‘illegal migrant,’

he also had to contend with

the added layer of persecution on account

of skin color — a combination

that has, at times, proved lethal,” said

Belén Fernández describing a Haitian

migrant in “Xenophobic delirium: The

US’s race-making operation in Mexico,”

for Al Jazeera in February.

Issues start in Tapachula, Mexico’s

southernmost city

Immigrants leave South America, trekking

for thousands of miles northward,

until they cross Mexico’s southernmost

border. Twenty miles north, they must

stop in Tapachula — a way station for

migrants to obtain the proper paperwork

to pass through Mexico.

Haitians, like others, according

to Mexican migration law, can file for

asylum but must remain until their

case is resolved.

Haitians stand out among the

asylum seekers, given both their numbers

and race. In 2021, nearly

30,000 Haitians were in Tapachula,

whose population is roughly

350,000, prompting at least one Twitter

user to refer to certain sections of

the city as

Haitichula.

“When we’re passing by, people

in public transport or people in stores

call us frijolitos, referring to our skin,”

said Freddy Castillo, a Community

Organizer for Haitian Bridge Alliance

in Tapachula. Frijolitos, in Spanish,

means little black bean.

Earning a living is difficult. Haitians

earned between $8 and $16 a

day, while monthly rents fall between

$100 to $130 for a one-bedroom

apartment, according to a number of

Haitian migrants interviewed in 2021.

Many, without the appropriate

paperwork, banded together and headed

for Mexican cities with better economic

opportunities.

Del Rio brings attention

In September, 2021, approximately

14,000 mostly Haitian immigrants,

who had left South and Central America

and walked across Mexico, arrived

at Del Rio, Texas. Officials were ill prepared

to handle the influx of people

that awaited processing through the

U.S. border facility. Many experienced

a lack of access to food, healthcare, information,

interpreters, and lawyers in

U.S. detention facilities.

During the period that lasted a

week, Border Patrol officers on horseback

charged into crowds of Black Haitian

asylum seekers.

According to an Amnesty International

report released a year later,

the U.S. violated international human

rights laws in its treatment of Haitians

at the Del Rio border. The research

found that the Haitians’ harms were

rooted in a combination of anti-Black

discrimination and nationality-based

discrimination, according to authors at

the global human rights nonprofit.

“The incident on Sep. 19,

2021 in #DelRio, Texas served as

a reminder to the public of the U.S.

what most Black people in this country

already knew — state-sanctioned

violence against Black people is woven

into the very fabric of all systems

of U.S. governance,” tweeted @UndocuBlack,

a movement of Black immigrants,

posted that same day.

Kidnapping and ransoms in

northern Mexican border towns

“Mexico is both the world’s leading

provider of migrants to the United

States and the main transit territory for

Central Americans and other migrants

As U.S./Canada Prepare

Intervention:

Henry Mobilizes Haitian Army

to Help Police Fight “Gangs”

From left to right, Commander-in-Chief of the Haiti’s Armed Forces Jodel

Lesage, Prime Minister Ariel Henry, and Defense Minister Enold Joseph at

the Clercine army base on Mar. 17, 2023.

by Juhakenson Blaise

PORT-AU-PRINCE — The Haitian

government has officially called on

the Armed Forces of Haiti to reinforce

the National Police of Haiti (PNH) in its

fight against kidnappings and criminal

gangs.

“Today we need all our security

forces. We need the determination that

drove the indigenous army,” Prime

Minister Ariel Henry said during a visit

to the army base on Fri., Mar. 17,

2023. “The Haiti that we wanted, we

will not be able to build it with gangs

that are rampant everywhere.”

“The bandits must listen to reason

or we will make them listen to reason

in spite of themselves,” Henry said.

“We need a conjuncture of all the energies

of the police, the army, and the

collaboration of a united Haitian people

to put an end to the criminal acts perpetrated

on the population.”

Henry’s call for the Armed Forces

of Haiti (FAd’H) – long feared because

of its role as a tool of repression during

and after the Duvalier regime (1957-

1986) – to mobilize against rampant

insecurity belies the desperation the

country faces. The call comes as gang

activity in Haiti has reached alarming

new levels as bandits have become

more brazen and merciless, illustrated

by increased sexual attacks on women,

among others, in their battles. The ongoing

conflicts between criminal gangs

and armed neighborhood defense

groups resisting them have caused the

displacement of at least 155,000 residents.

Over the past week alone, various

heinous crimes have been reported.

Eric Casséus, a manager at the Bank of

the Republic of Haiti (BRH), who was

approaching retirement after 42 years,

was killed in an attempted kidnapping.

Bandits kidnapped at least 10 people,

including eight employees of the

Ti Malice company in the Artibonite

Valley town of L’Estère. A bus was hijacked

with a dozen passengers aboard

in Port-au-Prince.

“It’s a good thing insofar as we

give the green light to these forces to

act,” said Reynold Georges, a former

soldier and lawyer, of Henry’s move.

“We are all on edge and holed up at

home. Threats are coming from everywhere.

We cannot accept this situation.”

“I had long advised this move,

trying to reach that country,” according

to Integral Human Development’s profile

on Mexico.

The Mexican Gulf region, which

includes Tamaulipas, the Mexican state

Primature

and Henry finally follows through today,

so we welcome the decision,”

Georges added.

Georges, like many others, also

criticized the “international community”

for their role in Haiti’s plunge into

insecurity, saying the gangs’ weapons

come from abroad.

Indeed, various international

bodies have acknowledged that arms

smuggling in Haiti has gone unchecked

for too long. However, many are hesitant

to enter into another armed intervention

in Haiti, citing past failures.

In contrast, several international bodies

have exited Haiti, including those

of CARICOM and the Organization of

American States (OAS), which do not

show any interest in sending troops to

Haiti. The United States and Canada,

which pleaded before the UN Security

Council in favor of the deployment

of foreign military troops that Henry

asked for in October 2022, have both

demurred so far from leading an armed

intervention in Haiti. However, U.S.

President Joe Biden will travel to Ottawa

on Mar. 23 to press Canadian Prime

Minister Justin Trudeau to lead another

deployment of foreign troops into Haiti,

the third in three decades.

“We believe the security and humanitarian

situation in Haiti is worsening,

and the situation on the ground

will not improve without armed assistance

from international partners,”

an anonymous U.S. National Security

Council spokesperson told The Washington

Post for a Mar. 21 article.

“My concern is just our capability

as we rebuild, as we move to brigade

level in Latvia,” Canadian Chief of Defense

Staff Wayne Eyre told Reuters.

“There are only so much things

to go around. It would be challenging,”

added Eyre, explaining that Canada

does not have the capacity to lead a

force in Haiti because of its commitment

in Ukraine.

“For me, the best way to restore

stability for Haiti is first to sanction the

elites to tell them that they can no longer

finance the gangs,” said Canadian

Prime Minister Justin Trudeau, who

called on the United States and Europe

to impose sanctions in Haiti, reports lapresse.ca.

An earlier version of this article

was published on the website of The

Haitian Times.

where last week’s kidnapping took

place, is the shortest route for migrants,

although it has a reputation for being

one of the most dangerous.

suite à la page(19)

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

9


L’EXPANSION « PROVOQUÉE » DE L’O

» EN UKRAINE ET LA « MENACE

l’île ; la Russie, en revanche, devrait

être entourée d’innombrables missiles

de l’OTAN à ses frontières et dans son

voisinage sans riposter.

La Russie a permis à l’Allemagne

de se réunifier pacifiquement

après que l’Occident eut promis diplomatiquement

de ne pas déplacer

l’OTAN d’un pouce vers l’est. De plus,

en 1999, les pays occidentaux ont accepté

le principe de la Charte de sécurité

européenne selon lequel « chaque

État a l’obligation de ne pas renforcer

sa sécurité au détriment de celle

des autres États ».

L’OTAN condamne avec la plus grande fermeté la guerre d’agression

brutale que la Russie a lancée en l’absence de toute provocation contre

l’Ukraine, pays indépendant, pacifique et démocratique

Par Felix Abt

Les affirmations des hommes politiques

transatlantiques et de leurs

partenaires médiatiques mettent la

réalité sens dessus dessous et déconcerteraient

même George Orwell.

Le président américain Joe Biden, les

hommes politiques occidentaux et

leurs partenaires médiatiques s’accordent

à dire que l’invasion de l’Ukraine

par la Russie n’a pas été provoquée.

Le président du pays, connu pour ses

nombreuses guerres d’agression non

provoquées, a qualifié Poutine de

“criminel” pour avoir agi de la sorte.

Le fait que cette guerre puisse

avoir un lien avec l’expansion de

l’OTAN, qui a conduit au déploiement

de missiles à capacité nucléaire en Pologne

et en Roumanie, avec un temps

de vol de moins de 10 minutes vers

Moscou, n’est même pas abordé.

Il n’est pas non plus question

de la volonté des administrations

Obama et Biden d’annexer l’Ukraine à

l’OTAN, avec une frontière commune

de 2 000 km avec la Russie et encore

plus de bases de missiles à l’avenir. Si

Cuba déployait un seul missile russe,

Washington entrerait en guerre contre

L’illustration ci-dessus montre qu’en 1990, première année après la

chute du mur de Berlin, l’Union soviétique dominée par la Russie

comprenait l’Ukraine, les États baltes et plusieurs autres pays aujourd’hui

indépendants. Le Pacte de Varsovie, une alliance également dominée par

la Russie, comprenait six États, tous indépendants aujourd’hui.

Ce graphique montre qu’en 2022 - 32 ans après la réunification de

l’Allemagne - tous les anciens pays du Pacte de Varsovie ont adhéré à

l’OTAN. Trois pays qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique -

l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie - sont pareillement devenus membres

de l’OTAN. Europa 2022.

Les limites russes ridiculisées

Les valeurs occidentales, si dignes

de confiance, ne se soucient guère de

tenir leurs promesses et leurs accords

avec la Russie. Moscou a avalé le gros

bobard lorsque l’OTAN est devenue

une menace sérieuse aux frontières de

la Russie, non seulement en Pologne

et en Roumanie, mais elle a maintenu

pendant des années sa demande que

la Géorgie et l’Ukraine ne soient en

aucun cas autorisées à devenir membres

de l’OTAN. Les hommes politiques

et les médias occidentaux n’ont

jamais pris au sérieux cette “ligne

rouge” russe et l’ont même ridiculisée.

La Russie sait parfaitement

que l’OTAN n’est pas seulement une

organisation d’autodéfense, comme

elle le prétend, mais une alliance de

guerre agressive, au moins depuis

les guerres d’agression de l’OTAN en

Yougoslavie, au Moyen-Orient et en

Afghanistan.

Ce n’est donc probablement pas

une coïncidence si les consommateurs

des médias grand public n’ont jamais

appris que le même Joe Biden, lorsqu’il

était le membre le plus important de

la commission des affaires étrangères

du Sénat américain, a estimé que l’expansion

de l’OTAN était une dangereuse

provocation occidentale à l’égard

de la Russie et a averti qu’elle provoquerait

“une réponse vigoureuse et

hostile de la part de la Russie”.

Au lieu d’empêcher cette réaction

prévisible en fournissant une

garantie de sécurité à la Russie, ce

qui aurait été peu coûteux et indolore

pour toutes les parties concernées, il

a activement contribué à la provoquer

! Au lieu d’empêcher cette réaction

prévisible en fournissant une garantie

de sécurité à la Russie, ce qui aurait

été peu coûteux et indolore pour

toutes les parties concernées, il a activement

contribué à la provoquer !

« Je ne pense pas qu’il faille supposer

que je ne suis pas corrompu. Il faut

beaucoup d’argent pour être élu. Et

les gens qui ont cet argent veulent

toujours quelque chose ».

Avez-vous pu lire quelque chose

à ce sujet dans votre journal ou l’apprendre

par vos chaînes de télévision

? Tout à fait. On peut donc supposer

qu’un sénateur bien lissé qui veut au

moins devenir président ne s’oppose

pas aux velléités expansionnistes du

tout-puissant complexe militaro-industriel

et qu’il ajuste donc son opinion

: C’est donc la Russie qui a provoqué

! Les politiciens et les médias

fidèles à Washington ont immédiatement

ajouté la raison de l’expansion

de l’OTAN : Il y a un tsar impérialiste

au Kremlin qui s’est transformé en

un nouvel Hitler dangereux, et c’est

pourquoi il faut une OTAN vraiment

armée sur le plus grand nombre possible

de frontières de la Russie. C’est

réellement le diable du Kremlin qui a

provoqué l’expansion de l’OTAN !

Il a fallu 32 ans entre la dissolution

du Pacte de Varsovie et l’OTA-

Nisation presque complète de l’Europe

- comparez la situation en 1990 avec

celle de 2022, l’année de la “guerre

d’agression non provoquée”.

Qui a déclenché la guerre en

Ukraine et quand ?

Jusqu’à présent, le mantra officiel et

constamment répété de Washington,

de ses vassaux européens et de

ses partenaires médiatiques était que

Une scène digne d’un film de mafia de troisième ordre : le producteur,

scénariste et réalisateur (à gauche) quitte cette église orthodoxe de Kiev

avec son acteur principal (à droite) - aucun des deux n’est orthodoxe

- en marchant tranquillement, tandis que les sirènes avertissent d’un

bombardement russe imminent. Bien que Moscou ait été informé par

Washington avant cette visite afin d’éviter un incident dangereux, The

Independent, représentant les médias grand public belliqueux, a applaudi

avec enthousiasme : “Biden défie les avertissements de sécurité et les

sirènes d’alerte aérienne pour un moment historique à Kiev”.

la Russie était responsable du crime

d’une guerre d’agression totalement

“non provoquée”, qu’elle avait déclenchée

en février 2022. Aujourd’hui,

14 février 2023, le secrétaire général

de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a corrigé

la date du début de la guerre, confirmant

ce que les consommateurs des

médias alternatifs savent depuis des

années : « ... la guerre n’a pas commencé

en février de l’année dernière.

Elle a commencé en 2014. »

La guerre a commencé huit ans

plus tôt, en 2014, lorsque le gouvernement

démocratiquement élu d’Ianoukovytch

à Kiev a été renversé

par un coup d’État soutenu par les

États-Unis et remplacé par un gouvernement

anti-russe qui a ensuite

réprimé les minorités russes.

D’ailleurs, ce n’est pas tout à

fait une coïncidence si, huit ans après

le coup d’État de Kiev, l’année de la

guerre d’agression “non provoquée”

de la Russie, la preuve irréfutable de

l’implication des États-Unis dans le

renversement du gouvernement de

Kiev a été retirée de YouTube.

L’OTAN a commencé à entraîner

et à armer les forces ukrainiennes

après le coup d’État. Le nouveau régime

banderiste et russophobe de

Kiev a profité du renforcement militaire

à partir de 2014 et a commencé

à bombarder des civils russophones

dans le Donbass la même année, causant

la mort et la dévastation. Vous

n’avez pas pu apprendre tout cela

dans vos journaux ou sur vos chaînes

de télévision non plus.

Les reportages sur le terrorisme

ukrainien dans le Donbass sont

censurés

Alina Lipp s’est installée à Donetsk

Aux Philippines, par exemple, quatre nouvelles bases militaires

américaines sont en cours de construction, visant la Chine comme le

montre le graphique ci-dessus

en 2021, un an avant l’invasion de

l’Ukraine par la Russie, pour y vivre

quelque temps et découvrir par ellemême

ce qui se passait réellement

dans le Donbass. À cette époque, la

journaliste indépendante allemande

était encore relativement inconnue.

L’Allemagne voulait la punir de

trois ans de prison, alors que Berlin

proclame paradoxalement défendre

la démocratie et donc la liberté d’expression

en Ukraine (nota bene avec

des armes allemandes lourdes, dont

des chars allemands qui roulent à

nouveau contre la Russie) ! Voici la

première partie de son nouveau documentaire

sur son séjour au Donbass.

Regardez-le et faites-vous votre propre

opinion. Dans un prochain article,

j’ajouterai d’autres exemples.

Minorités valorisées contre

minorités criminellement

négligées

Lorsqu’il s’agit des droits d’une minorité

comme les LGBTQ, les mégaphones

des “valeurs occidentales”

10 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


TAN, LA GUERRE « NON PROVOQUÉE

CHINOISE » CATASTROPHIQUE !

L’armée ukrainienne à l’offensive dans l’est de l’Ukraine.

[Source : businessinsider.com]

Zheng He [Source : ancient-origins.net]

réclament bruyamment leur soutien.

Mais lorsqu’il s’agit des minorités en

Ukraine, ils restent silencieux. Le ministre

hongrois des Affaires étrangères,

Peter Szijjarto, a déploré sur sa page

Facebook que les droits des minorités,

y compris les droits linguistiques, des

plus de 150 000 Ukrainiens d’origine

hongroise aient été sévèrement restreints

par le régime de Kiev.

Par exemple, les enfants de

langue hongroise se sont vus refuser

le droit d’être enseignés dans leur

langue. Contrairement au cas des

Ouïghours de la province chinoise du

Xinjiang, où une vague de protestations

internationales a éclaté contre

ce qui était supposé être un génocide

Ce graphique montre à quel point les États-Unis ont encerclé

la Chine, et non l’inverse

culturel similaire (bien que les enfants

ouïghours reçoivent un enseignement

à la fois en ouïghour et en mandarin),

il n’y a évidemment pas eu de tollé ici.

En outre, au moins 19 millions

de livres en langue russe ont été retirés

de la circulation, privant ainsi la

minorité russophone d’un accès à la

littérature dans sa langue maternelle.

Le correspondant de la NBC Richard

Engel a assisté à l’incendie de livres

en russe à un poste de contrôle à Kiev,

y compris, par exemple, le livre important

pour la guerre intitulé Fire Resistance

of Burning Structures (Résistance

au feu des structures brûlantes).

Le parti politique, qui était arrivé

en tête des élections présidentielles

derrière Zelensky, a été interdit

par ce dernier, de même que d’autres

partis d’opposition représentant

principalement des Ukrainiens russophones.

Les médias critiques, en

particulier ceux qui sont proches des

minorités, ont également été interdits

ou tenus en laisse par l’État.

Plusieurs Ukrainiens russophones,

dont un ancien président

démocratiquement élu, se sont vu

retirer leur citoyenneté ukrainienne et

d’autres ont vu leurs biens confisqués.

La liste n’est pas exhaustive, car le

régime de Kiev est en train d’éliminer

autant que possible “l’influence

russe”. Il semble vouloir réaliser le

souhait de son héros national, le nazi

Bandera, enterré en Allemagne, de

créer une Ukraine “pure”.

La Russie a-t-elle été provoquée

pour envahir l’Ukraine ?

L’affirmation de l’OTAN selon laquelle

“la Russie veut conquérir l’Europe”

pour justifier son omniprésence en

Europe est absurde. La Russie ne

veut justement pas déclencher l’article

5 (clause d’assistance mutuelle en

cas d’attaque) du traité de l’OTAN :

D’abord, elle a envahi l’Ukraine avant

que celle-ci ne puisse officiellement

adhérer à l’OTAN pour résoudre militairement

la question du Donbass -

où vivent la majorité des Ukrainiens

russophones, menacés par le régime

russophobe de Kiev.

L’Occident et Kiev n’étaient pas

prêts pour une solution diplomatique

auparavant ; alors que la Russie a été

accusée par les politiciens et les médias

occidentaux de ne pas vouloir

respecter les accords de Minsk pour

résoudre le conflit dans le Donbass, le

fait est que, selon les principaux protagonistes,

Angela Merkel, François

Hollande, Petro Porochenko et Volodymyr

Zelensky, ces accords n’étaient

pas du tout destinés à être respectés,

mais avaient seulement pour but de

gagner du temps afin que l’armée

ukrainienne puisse être réarmée par

l’OTAN et préparée à la guerre avec la

Russie. Deuxièmement, précisément

en raison de l’article 5 de l’OTAN, on

peut supposer que la Russie ne veut

pas et ne veut pas intentionnellement

envahir un pays de l’OTAN.

Pour répondre à la question

de savoir si la Russie s’est sentie

suite à la page(16)

Senatè Eta Kevin S. Parker, Manm Asanble Rodneyse Bichotte Hermelyn

ak Manm Konsèy Farah N. Louis envite w pou

Natiralize w

Samdi 1 avril 2023, 10:00 am-2:00 pm

Randevou obligatwa, rele 646-664-9400, oswa voye yon mesaj tèks nan 929-334-3784. Tout patisipan yo dwe gen mask ak prèv vaksinasyon

Kite avoka ak pwofesyonèl imigrasyon

nou yo ki gen eksperyans nan domèn

nan ede w avèk aplikasyon w nan.

TOUT SÈVIS YO GRATIS

Brooklyn College

2900 Bedford Avenue

Brooklyn, NY 11210 - West Quad Gym

Pou konnen kouman pou rive, rele MTA:

718-330-1234

ESKANE

MWEN

Pou yon lis konplè sou sa pou

w pote yo, rele 646-664-9400.

Pou ka gen plis enfòmasyon ale

nan cuny.edu/citizenshipnow

Kondisyon minimòm pou w sa aplike:

1. Ou gen 18 lane oswa plis

2. Ou gen senk lane depi ou abite nan peyi Etazini kòm etranje ki gen grinkat

(rezidan pèmanan) (oubyen twa lane si ou marye epi ou abite ak menm sitwayen ameriken an)

Kisa pou pote:

1. Kat etranje w (grinkat) ou ak tout paspò w te itilize pandan senk dènye ane yo

2. Lis tout kay kote ou te rete/tout kote ou te ale lekòl/tout kote ke ou te travay pandan senk dènye lane yo

(oswa twa dènye lane yo si ou marye ak yon sitwayen ameriken)

3. Enfòmasyon konsènan pitit ou/yo (dat nesans, nimewo Kat rezidans (A#) li/yo, adrès kote li/yo rete)

4. Istorik marital (enfòmasyon sou ansyen mari/madanm ou yo)

5. Si yo te janm arete w, konvoke w nan tribinal oswa si ou janm resevwa yon kontravansyon, ou dwe pote

Sètifika sou Desizyon/lèt MTA w la pou chak ensidan

Aplikan yo dwe peye yon frè anrejistreman de $725 bay USCIS amwenske yo kalifye pou dispans frè. Tanpri piga ou

pote lajan kach oswa manda postal nan evènman an.

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

11


Perspectives

Les États-Unis paniquent à propos du sommet

Russie-Chine

Le président chinois Xi Jinping en Russie du 20 au 22 mars pour y

rencontrer son homologue russe Vladimir Putine

PAR M. K. BHADRAKUMAR

Le mandat d’arrêt délivré par la Cour

pénale internationale à l’encontre de

Vladimir Poutine ne peut être considéré

que comme un coup de pub

de la clique anglo-saxonne, avec les

États-Unis en tête. Ironiquement, la

CPI a agi à la veille du 20e anniversaire

de l’invasion anglo-saxonne

de l’Irak en 2003, qui a donné lieu

à d’horribles crimes de guerre, mais

les « juges » de La Haye ont dormi

sur leurs deux oreilles. Washington et

Londres admettent aujourd’hui que

l’invasion de 2003 était illégale et

qu’elle reposait sur de fausses allégations

à l’encontre de Saddam Hussein.

Il n’y a bien sûr aucune chance que le

mandat de la CPI soit un jour pris au

sérieux. La CPI n’est pas compétente

en Russie qui, comme les États-Unis,

n’est pas signataire du Statut de

Rome. Mais l’intention est tout autre.

Le jet de boue contre Poutine

est une nouvelle manifestation de la

haine viscérale du président Biden envers

le dirigeant russe, qui remonte à

une joute à Moscou il y a plus de dix

ans, lorsque Poutine l’avait brusquement

réprimandé, et il est programmé

pour détourner l’attention de la visite

d’État du président chinois Xi Jinping

à Moscou lundi, un événement qui

non seulement présente des aspects

spectaculaires, mais qui ne manquera

pas d’intensifier le partenariat « no

limit » entre les deux superpuissances.

La clique anglo-saxonne observe

avec consternation les discussions

qui se tiendront demain à

Moscou. Certes, Moscou et Pékin ont

décidé de faire front commun pour enterrer

l’hégémonie américaine.

Aujourd’hui, la Chine dépasse la

capacité de production combinée des

Le président russe en visite en Crimée et dans le Donbass. C’est à Sébastopol

qu’il est venu célébrer le 9e anniversaire du retour de la Crimée à la mère

patrie suite à un referendum où une écrasante majorité de la population de

l’Île (96,77 %) s’était exprimée en faveur de la réunification de la Crimée

et de la Russie.

États-Unis et de leurs alliés européens

et, de même, la Russie s’est imposée

comme le plus grand État doté d’armes

nucléaires au monde, supérieur aux

États-Unis en termes de quantité et de

qualité d’armement.

L’esprit américain a compris

que la Russie ne peut être vaincue

en Ukraine. Selon un rapport de Politico,

l’OTAN se trouve dans la situation

de l’œuf et de la poule. Des

investissements massifs sont nécessaires

pour rattraper l’industrie de la

défense russe, mais les économies

européennes en difficulté ont d’autres

priorités essentielles : survivre et lutter

contre l’agitation sociale croissante.

L’idée de vaincre la Russie dans

une guerre par procuration dans des

conditions de « sanctions infernales »

s’est avérée illusoire. Ce sont les banques

américaines qui s’effondrent, ce

sont les économies européennes qui

sont menacées de stagnation.

L’exaspération des États-Unis

est évidente dans la mission top

secrète du drone MQ-9 Reaper près de

la péninsule de Crimée le 14 mars. Les

drones américains Global Hawk ont

été régulièrement repérés au-dessus

de la mer Noire ces dernières années,

mais ce cas est différent.

Le transpondeur du Reaper a été

désactivé alors qu’il s’approchait du

régime temporaire russe pour l’espace

aérien établi aux fins de l’opération

militaire spéciale près de la péninsule

de Crimée (que Moscou avait dûment

notifié à tous les utilisateurs de l’espace

aérien international conformément

aux normes internationales).

En l’occurrence, les chasseurs

russes Su-27 ont déjoué les plans

du Reaper, qui a perdu le contrôle et

s’est noyé dans la mer Noire. Moscou

a décerné des distinctions d’État aux

deux pilotes qui ont conduit le Reaper

au fond de la mer.

L’ambassadeur russe à Washington

a depuis prévenu que si Moscou

ne cherchait pas l’escalade, toute attaque

délibérée contre un avion russe

dans un espace aérien neutre serait interprétée

comme « une déclaration de

guerre ouverte à l’encontre de la plus

grande puissance nucléaire ».

Si les États-Unis avaient planifié

l’incident du drone pour tester la

réaction de la Russie, cette dernière a

donné une réponse sans ambiguïté. Et

tout cela s’est déroulé dans la période

précédant immédiatement la visite du

président Xi.

Depuis, M. Biden a répliqué en

saluant le mandat d’arrêt de la CPI à

l’encontre de M. Poutine, déclarant

qu’il était « justifié… (et) qu’il constituait

un argument de poids ». Mais

la mémoire vieillissante de M. Biden

lui fait à nouveau défaut. En effet, la

position américaine déclarée sur la CPI

est que Washington non seulement ne

reconnaît pas la juridiction de la CPI,

mais que si un ressortissant américain

est arrêté ou traduit devant la CPI,

Washington se réserve le droit d’utiliser

la force militaire pour sauver le

détenu !

En outre, Washington a menacé

de représailles tout pays qui

coopérerait avec un mandat de la CPI

à l’encontre d’un citoyen américain.

L’administration de George W. Bush a

déclaré catégoriquement que c’était là

la politique des États-Unis à l’égard de

la CPI, dans le contexte des horribles

crimes de guerre commis par la clique

anglo-américaine en Irak, et les États-

Unis n’ont jamais changé d’avis à ce

sujet.

Par ailleurs, la CPI n’a pas été

saisie par le Conseil de sécurité ou

l’Assemblée générale des Nations

unies. Alors, qui a organisé ce mandat

d’arrêt ? La Grande-Bretagne – et

qui d’autre ? Les Britanniques ont

intimidé les juges de la CPI, qui sont

très vulnérables au chantage, car ils

perçoivent des salaires mirobolants et

seraient prêts à faire des avances au

diable si cela leur permettait d’obtenir

une prolongation de leur mandat à La

Haye. Il s’agit là d’une nouvelle étude

de cas de la destruction progressive

du système des Nations unies par la

clique anglo-saxonne au cours des

dernières années.

Il suffit de dire que l’incident du

drone et le mandat d’arrêt de la Cour

pénale internationale ont sapé le climat

de tout dialogue entre Moscou et

Kiev. De toute évidence, la clique anglo-saxonne

craint comme l’enfer que

la Chine ne crée une nouvelle surprise,

comme elle l’a fait en jouant le rôle de

médiateur dans le récent accord entre

l’Arabie saoudite et l’Iran.

Le porte-parole du ministère

chinois des affaires étrangères, Wang

Wenbin, a déclaré vendredi que la visite

de M. Xi visait en partie à promouvoir

la « paix ». Pékin a déjà publié

un « plan de paix » pour l’Ukraine, un

programme en 12 points pour « une

résolution politique de la crise ukrainienne

», qui se trouve sur le bureau de

Zelensky à Kiev, bien que l’Occident

ait soigneusement choisi de l’ignorer.

Lors d’un appel téléphonique

jeudi, le ministre chinois des affaires

étrangères, Qin Gang, a déclaré à son

homologue ukrainien, Dmytro Kuleba,

que Pékin espérait que « toutes les

parties resteraient calmes, rationnelles

et modérées, et reprendraient les pourparlers

de paix dès que possible ».

Selon le communiqué chinois,

M. Kuleba a discuté de « la perspective

de pourparlers de paix […] et a

noté que le document de position de la

Chine sur le règlement politique de la

crise ukrainienne montre sa sincérité

dans la promotion d’un cessez-le-feu

et d’une fin au conflit ». Il a exprimé

l’espoir de maintenir la communication

avec la Chine ».

Sans surprise, Joe Biden est

paranoïaque quant à la volonté de

la Chine de servir de médiateur entre

Moscou et Kiev. Le fait est que Zelensky

et lui sont pris dans une étreinte

mortelle : l’affaire de corruption

impliquant les activités de Hunter

Biden à Kiev pèse comme une épée de

Damoclès sur la carrière politique de

son père, tandis que Zelensky lutte lui

aussi pour sa survie politique et ose de

plus en plus agir de son propre chef.

Faisant fi des doutes occidentaux

quant à la sagesse de tenir la

ville de Bakhmut, sur la ligne de front,

dans le Donbass, Zelensky s’enfonce

et maintient une défense d’usure qui

risque de s’éterniser. (Politico)

Manifestement, Biden se comporte

comme un chat sur un toit en

tôle brûlante. Il ne peut ni laisser partir

Zelensky, ni se permettre de s’enfermer

dans une guerre sans fin en

Ukraine, alors que le détroit de Taïwan

l’appelle à un plus grand destin.

La position de Pékin s’est visiblement

durcie ces derniers temps et le

mépris que les États-Unis ont déversé

sur la fierté nationale de la Chine en

abattant son ballon-sonde n’a fait

qu’exacerber la méfiance. De même,

le nadir a été atteint pour la Russie

avec la provocation du drone Reaper

et l’escroquerie de la CPI de la clique

anglo-saxonne.

Xi a choisi la Russie pour sa

première visite à l’étranger au cours

de son troisième mandat, malgré la

guerre en Ukraine. En annonçant la

visite de Xi en Russie, le ministère chinois

des affaires étrangères a déclaré :

« Alors que le monde entre dans une

nouvelle période de turbulences et de

Le jet de boue contre Poutine est une nouvelle manifestation de la haine

viscérale du président Biden envers le dirigeant russe, qui remonte à une

joute à Moscou il y a plus de dix ans, lorsque Poutine l’avait brusquement

réprimandé, et il est programmé pour détourner l’attention de la visite

d’État du président chinois Xi Jinping à Moscou lundi, un événement qui

non seulement présente des aspects spectaculaires, mais qui ne manquera

pas d’intensifier le partenariat « no limit » entre les deux superpuissances.

changements, en tant que membre

permanent du Conseil de sécurité de

l’ONU et puissance importante, la signification

et l’influence des relations

Chine-Russie dépassent largement le

cadre bilatéral. »

Une fois de plus, Joe Biden aurait

pu penser qu’il mettait Poutine au

pied du mur avec le coup du Faucheur

et l’escroquerie de la CPI. Mais Poutine

est nonchalant, choisissant aujourd’hui

d’effectuer sa toute première

visite dans le Donbass.

Poutine a visité Marioupol, la

Dessin du Soir

ville portuaire qui a été âprement disputée

par les agents de l’OTAN en collaboration

avec la brigade néo-nazie

ukrainienne, et a conduit un véhicule

le long des rues de la ville, s’arrêtant

à plusieurs endroits et surveillant les

travaux de reconstruction. C’était un

signal de défi pour Biden : l’OTAN a

perdu la guerre.

Indian Punchline

19 mars 2023

12 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


Devoir de Mémoire

Opération « Liberté en Irak » : une guerre pour tout sauf la liberté

Le président américain de l’époque, Georges W Bush, annonce l’invasion

de l’Irak par une colaition menée par son pays le 19 mars 2003.

(Photo Belga)

Par Dirk Tuypens

Le 19 mars 2003, le président américain

George W. Bush informe officiellement

ses compatriotes qu’il a donné

l’ordre d’attaquer l’Irak. « Afin de

désarmer l’Irak, de libérer son peuple

et de protéger le monde d’un grand

danger », selon lui. La réalité est

tout autre. C’est le début d’une guerre

dévastatrice qui va plonger le pays

dans un terrible chaos.

Il y a vingt ans, un pays souverain

était illégalement envahi par une

armée d’un pays distant de 11 000

km, malgré l’opposition du plus grand

mouvement mondial pour la paix de

lʼhistoire. Le bilan est terrible : 1,5 million

de morts, un pays moderne ravagé

durant vingt ans, des millions de réfugiés

et le chaos dans toute la région.

Pas de sanctions internationales contre

l’agresseur, les États-Unis, pas d’aide

(même humanitaire) au pays agressé,

Colin Powell devant l’ONU.

(Photo AFP)

lʼIrak. Retour sur les faits.

Le porte-avions USS Abraham

Lincoln est stationné à 48 kilomètres

de la côte de San Diego (Ouest des

États-Unis). Un avion de l’US Navy de

type S-3 Viking effectue un atterrissage

parfait sur le pont. Le siège du copilote

est occupé par le président américain,

George W. Bush. Il est visiblement ravi.

Dans sa combinaison vert foncé, casque

sous le bras, il salue les nombreux soldats

qui sont là pour l’accueillir.

Une raison se cache derrière

cette entrée théâtrale qui a lieu le 1 mai

2003. Il a une annonce importante à

faire : la fin de la guerre en Irak. Le régime

du président Saddam Hussein est

tombé. « Du bon boulot », déclare fièrement

Bush. Au-dessus du président,

sur la passerelle du navire, une immense

banderole annonce en grosses

lettres : « Mission accomplie ».

Les coups de masse de Kadhim

Six semaines avant cette mise en scène,

le 20 mars, la guerre éclate en Irak.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne

sont les principaux partenaires d’une

coalition regroupant plus de 35 pays

qui souhaitent en finir une bonne fois

pour toutes avec le régime du président

Saddam Hussein. L’objectif est clair : il

s’agit d’un « regime change » (changement

de régime), qui consiste tout

simplement à remplacer le pouvoir de

Saddam par un autre. Il est intéressant

de noter quʼà lʼépoque, à la différence

d’autres conflits, des pays comme la

France, l’Allemagne et la Belgique ont

une position plus indépendante des

États-Unis et s’opposent à l’invasion de

l’Irak. Le discours du Premier ministre

français Dominique de Villepin à lʼONU

marque les esprits : « La lourde responsabilité

et l’immense honneur qui

sont les nôtres doivent nous conduire à

donner la priorité au désarmement dans

la paix. » Une attitude dʼun homme de

droite (!) qu’on pourrait espérer aussi

aujourd’hui...

Des ressources militaires colossales

sont mobilisées pour l’atteindre.

Dans les semaines qui suivent, les avions

de chasse effectuent 41 000 sorties

et larguent 27 000 bombes. Sur le

terrain, 200 000 soldats sont envoyés

au combat.

Record mondial de manifestations

contre la guerre

« Pas de guerre pour le pétrole ». C’est

avec ce slogan que le mouvement pacifiste

descend dans la rue à l’approche de

la guerre. Aux quatre coins du monde,

l’appel à éviter la guerre se fait entendre

: Espagne, Allemagne, Pays-Bas,

Belgique, Nouvelle-Zélande, Russie,

Canada, Pakistan, Syrie, Libye, Liban,

Tunisie, Japon, Hong Kong... Aux

États-Unis aussi, les plans de guerre

sont fortement contestés. En janvier

2003, quelque 200 000 personnes ont

manifesté à Washington. Des actions

sont également menées dans d’autres

villes américaines.

Le point culminant de la protestation

est atteint le 15 février 2003.

Ce jour-là, 30 millions de personnes

manifestent dans environ 800 villes

du monde entier. Selon le Guinness

Book des records, il s’agit de la plus

grande manifestation de l’histoire

de l’humanité. Aux États-Unis, des

manifestations ont lieu dans plus de

150 villes différentes ce jour-là. C’est

à New York que l’on compte le plus

grand nombre de participants, avec

500 000 personnes. À Rome, il y a

environ 3 millions de manifestants, à

Londres 2 millions, dans cinq grandes

villes espagnoles plus de 5 millions. À

Bruxelles, plus de 100 000 personnes

défilent.

Le 9 avril, la capitale irakienne,

Bagdad, est prise par les forces US.

Les images du champion d’haltérophilie

Kadhim Sharif Hassan Al-Jabbouri

frappant de sa masse une immense

statue de Saddam Hussein font le tour

du monde. Son geste symbolise la joie

du peuple irakien, enfin libéré du joug

du dictateur. La statue est renversée

avec l’aide de soldats étasuniens.

Treize ans plus tard, le même

haltérophile déclarera à la BBC que le

président américain George W. Bush et

le Premier ministre britannique Tony

Blair sont de véritables criminels. « Ils

ont détruit l’Irak et nous ont ramenés à

la case départ. Aujourd’hui, nous sommes

de retour au Moyen ge. Si j’étais

un criminel, je les tuerais à mains nues.

»

Attendez... Stop. C’est une réussite,

non ? L’histoire a quand même

commencé comme une véritable superproduction

hollywoodienne, où les

gentils se débarrassent facilement des

méchants. Un président a déclaré fièrement

que le dictateur avait été éliminé.

Le monde se porte bien mieux maintenant

que la liberté et la démocratie ont

triomphé.

« Évidemment que c’est pour le

pétrole »

Vraiment ? Revenons en arrière. En

1991. Le 17 janvier de la même année,

George Herbert Walker Bush (président

des États-Unis entre 1989 et 1993 et

père de George W.) annonce le début de

l’opération « Tempête du désert ». Cette

opération militaire est une réponse à

l’invasion du Koweït par l’Irak en août

1990. L’Irak accuse le Koweït voisin de

pomper illégalement du pétrole de puits

situés sur le territoire irakien. Le Koweït

produirait également beaucoup plus de

pétrole que convenu, ce qui réduirait les

revenus pétroliers de l’Irak.

Dans un premier temps, les États-

Unis déclarent qu’ils n’interviendront

pas dans un conflit frontalier entre les

deux pays. Mais en occupant le Koweït,

l’Irak s’empare soudain de près de 20 %

des réserves pétrolières mondiales. S’il

décidait également d’occuper l’Arabie

saoudite voisine, alliée des États-Unis,

ce que l’on redoute immédiatement,

cette proportion passerait à plus de 50

%. Cela change radicalement la donne.

Bush père déclare alors : « Nous ne le

tolérerons pas. »

Les États-Unis envoient immédiatement

d’importantes forces militaires

en Arabie Saoudite, afin de protéger

les puits de pétrole saoudiens. Six

mois plus tard, comme le conflit entre

l’Irak et le Koweït n’a trouvé aucune

issue, l’attaque contre l’Irak est lancée.

L’opération Tempête du désert restera

dans l’histoire comme la première

guerre du Golfe. Elle prend officiellement

fin le 27 février 1991, lorsque

l’Irak se retire du Koweït.

Il est évident que les intérêts

pétroliers ont joué un rôle crucial dans

la première guerre du Golfe. Il en va

de même pour la guerre de 2003. À

l’époque, l’Irak détient les plus grandes

réserves de pétrole après l’Arabie saoudite,

soit environ 11 % des réserves

mondiales. De plus, le pays disposerait

également d’immenses réserves encore

inexplorées. L’Irak pourrait donc

adopter une position similaire à celle

de l’Arabie saoudite et influencer les

prix du pétrole sur le marché mondial.

Cela rend Washington particulièrement

fébrile. Un Irak indépendant, gérant

librement sa production de pétrole,

représente clairement une menace pour

la position économique des États-Unis.

Cette situation menacerait également

les relations cruciales qu’entretiennent

les États-Unis avec l’Arabie saoudite et

affaiblirait leur influence sur les autres

États de la région ainsi que sur les prix

du pétrole.

Cependant, le gouvernement

de George W. Bush aux États-Unis et

celui du Premier ministre Tony Blair

en Grande-Bretagne nient catégoriquement

que l’opération « Liberté pour

l’Irak » ait quoi que ce soit à voir avec

l’or noir. Une affirmation impossible à

soutenir. En 2007, quatre ans après la

guerre, le général John Abizaid, ancien

chef du Commandement central US et

des opérations militaires en Irak, déclarera

: « Évidemment que c’est pour le

pétrole. Nous ne pouvons pas le nier. »

La même année, le sénateur Chuck Hagel,

qui deviendra plus tard secrétaire à

la Défense sous Barack Obama, affirme

également : « Les gens prétendent que

nous ne menons pas cette guerre pour

le pétrole. Bien sûr que si ! »

D’ailleurs, depuis la première

guerre, en 1991, les armes ne sont jamais

restées silencieuses. Entre 1991 et

2001, les avions de guerre américains

et britanniques ont effectué 280 000

sorties au-dessus de l’Irak. Des cibles

irakiennes sont bombardées presque

quotidiennement. Pour trois présidents

successifs, l’Irak a constitué une cible

permanente : Bush père, le démocrate

Bill Clinton (président entre 1993 et

2000) et Bush fils. Le motif récurrent

et officiel est que l’Irak produirait des

armes de destruction massive et ne

coopérerait pas suffisamment aux missions

de contrôle imposées par l’Occident.

L’Irak reste également soumis

à des sanctions économiques particulièrement

sévères, en vigueur depuis

1990. Le bilan de ces mesures est

énorme. Fin 2002, le ministère irakien

de la Santé a déclaré que 1 806 915

civils avaient perdu la vie en raison de

lʼembargo économique subi par le pays.

Parmi eux se trouvaient plus de 750

000 enfants âgés de moins de cinq ans.

Bush père, Clinton et Bush fils

souhaitent utiliser la force militaire et

les sanctions économiques pour affaiblir

le régime de Saddam Hussein et le

chasser du pouvoir. L’Irak ne doit en

aucun cas se relever et redevenir une

puissance importante dans la région.

Le prix humain que le peuple irakien

doit payer pour cette guerre ne les

empêchera pas de dormir.

Un échec cuisant

Nous sommes le 5 février 2003, un

peu plus d’un mois avant le début de

la guerre. La tension est palpable dans

l’imposante salle de réunion du Conseil

de sécurité des Nations unies. Le discours

du secrétaire d’État américain

(équivalent de notre ministre des Affaires

étrangères), Colin Powell, est très

attendu. Il doit convaincre le Conseil

qu’une nouvelle action militaire contre

l’Irak est inévitable.

Powell déclare sans sourciller

que les agences de renseignement US

disposent d’une multitude de preuves

selon lesquelles l’Irak posséderait de

grandes quantités d’armes biologiques

et chimiques et ferait tout ce qui est en

son pouvoir pour produire des armes

nucléaires. Cerise sur le gâteau : tout

semble indiquer que l’Irak entretient

des liens étroits avec le groupe terroriste

Al-Qaïda.

Il s’agit d’un nouveau mobile

dans cette saga. Il fait son apparition

après les attentats du 11 septembre

2001 aux États-Unis. Ce jour-là, deux

avions détournés s’écrasent sur les

tours jumelles, à New York, un troisième

s’abat sur le Pentagone (ministère US

de la Défense), et un quatrième s’écrase

dans les champs, près de Shanksville.

Les attentats, qui font près de 3 000

morts, sont l’œuvre d’Al-Qaïda. Les

États-Unis lancent immédiatement

la « guerre contre le terrorisme ». La

première cible est l’Afghanistan, qui

abriterait Al-Qaïda et son célèbre chef,

Oussama Ben Laden. Mais rapidement,

le régime irakien de Saddam Hussein

est également accusé d’entretenir des

liens avec le réseau terroriste. Il s’agit

d’un nouveau mobile pour viser l’Irak

encore une fois.

L’intervention de Colin Powell

est confiante et engagée. Mais elle

ne tardera pas à être démentie par les

faits. Malheureusement, la machine de

guerre destructrice aura déjà fait ses

ravages.

Les sales guerres de Colin Powell

Après la guerre, il s’avère qu’aucune

arme de destruction massive ne se

trouve en Irak. Le 31 mars 2005, une

commission d’enquête indépendante

américaine conclut que les agences de

renseignement ont fait fausse route

concernant la présence d’armes de

destruction massive en Irak. Les déclarations

de Colin Powell à ce sujet au

Conseil de sécurité des Nations unies

étaient fausses. Powell lui-même admettra

plus tard que ses informations

étaient erronées et que les États-Unis

ne disposaient d’aucune raison valable

pour justifier cette guerre.

Qu’en est-il des liens supposés

entre le régime de Saddam Hussein

et Al-Qaïda ? Il s’agit là aussi de fake

news. Un rapport du sénat américain,

publié le 8 septembre 2006, démentira

ces allégations.

Kofi Annan, alors secrétaire

général des Nations unies, et Hans

Blix, chef des inspections d’armes organisées

par les Nations unies en Irak

juste avant l’invasion du 19 mars

2003, déclarent publiquement que l’invasion

de l’Irak était illégale au regard

du droit international. Cette guerre a

Aux quatre coins du monde, l’appel à éviter la guerre se fait entendre.

Comme ici, à Bruxelles. (Photo Solidaire)

été « une terrible erreur », déclare Hans

Blix à CNN. « L’objectif était d’éliminer

Al-Qaïda en Irak, mais ce groupe terroriste

n’était pas présent dans le pays

avant l’invasion. L’objectif était de faire

de l’Irak une démocratie, mais la tyrannie

a été remplacée par une anarchie dirigée

par les États-Unis. L’objectif était

de faire de l’Irak un allié contre l’Iran,

mais au lieu de cela, l’Iran a trouvé un

allié à Bagdad ».

Mohammed el-Baradei, alors à

la tête de l’Agence internationale de

l’énergie atomique, se montre particulièrement

sévère : « La politique de

l’Occident à l’égard de cette partie du

monde constitue selon moi un échec

cuisant. Elle n’est nullement basée sur

le dialogue, la compréhension, le soutien

à la société civile et l’autonomisation

des individus, mais sur le soutien

à des régimes autoritaires tant que le

pétrole continue à couler. »

Le peuple soutient la résistance

Contrairement à la propagande, les

troupes occidentales ne sont pas

suite à la page(19)

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

13


Perspectives

La Chine et l’Amérique latine progressiste partagent

un projet de solidarité

Le président chinois Xi Jinping et son homologue du Venezuela

Nicolas Maduro

Carlos Martinez, co-éditeur des Amis de la

Chine socialiste, a été invité par la Plateforme

mondiale anti-impérialiste à prendre

la parole le 4 mars 2023 au Bolívar Hall,

à Londres, aux côtés des ambassadeurs du

Nicaragua, de Cuba et du Venezuela, lors

d’un événement marquant le 10e anniversaire

de la mort du camarade Hugo Chávez.

Carlos a abordé les accusations si souvent

formulées à l’encontre de la Chine, selon

lesquelles elle serait une nouvelle puissance

impérialiste en Amérique latine. Il a fait un

bref historique de l’impérialisme américain

en Amérique latine dans l’après-guerre et l’a

comparé à l’engagement de la Chine dans la

région. Il note par exemple que, contrairement

aux États-Unis, « la Chine n’a précisément

aucune base militaire en Amérique latine et

dans les Caraïbes. Elle n’a parrainé aucun

coup d’État, n’a mené aucune guerre, n’a imposé

aucune sanction et ne s’est livrée à aucune

déstabilisation, coercition économique

ou propagande ».

Il a ajouté que les prêts et les investissements

chinois sont accordés sur la base de

l’égalité, du consensus et du bénéfice mutuel,

et n’ont rien à voir avec le comportement notoirement

prédateur du FMI et des principales

institutions de prêt occidentales. De plus, la

Chine entretient d’excellentes relations avec

les principales forces progressistes de la région,

notamment Cuba, le Venezuela, le Nicaragua

et la Bolivie.

Il a conclu en estimant que ces accusations

d’impérialisme chinois ont pour but de

“briser la trajectoire inexorable vers un monde

multipolaire”, et a appelé l’auditoire à dénoncer

ces calomnies et à se joindre aux peuples de

la planète dans la lutte contre l’impérialisme.

Nous reproduisons le texte du discours

ci-dessous.

----

Amis de la Chine socialiste

Puisque les thèmes d’aujourd’hui sont

l’Amérique latine et la lutte anti-impérialiste

mondiale, et puisque je suis ici pour

représenter les Amis de la Chine socialiste, je

voudrais parler de la relation entre la Chine

et l’Amérique latine, et en particulier des

accusations lancées par certains politiciens

occidentaux - reprises dans les médias, et

malheureusement aussi dans certaines parties

de la gauche - selon lesquelles la Chine

est une force néocoloniale ou impérialiste en

Amérique latine.

Ces accusations ont été répétées à un

point tel qu’elles ont acquis la force d’une

vérité acceptée. Depuis plus de 20 ans, tous

les gouvernements américains ont cherché à

saboter les liens économiques et politiques

croissants entre Pékin et les pays de la région

- l’”arrière-cour” des États-Unis ou, comme

l’a souligné M. Biden, l’”avant-cour”.

Et la ligne qu’ils utilisent est, approximativement

: attention à ces Chinois, ils sont

impérialistes ! Le secrétaire d’État américain

sous Trump, Rex Tillerson, a directement accusé

la Chine d’être une “nouvelle puissance

impériale” en Amérique latine. Hillary Clinton

et Antony Blinken ont lancé des accusations

similaires.

Il est clair que nous avons besoin

d’un cadre de référence. À quoi ressemble

l’impérialisme moderne en Amérique latine

? Quels sont les exemples d’une puissance

étrangère imposant sa domination politique et

économique aux pays de la région ?

Il existe quelques exemples bien connus.

Le coup d’État parrainé par les États-

Unis au Guatemala en 1954, qui a renversé le

gouvernement populaire et démocratique dirigé

par Jacobo Arbenz. L’invasion de la Baie

des Cochons en 1961, au cours de laquelle les

États-Unis ont formé, approvisionné et transporté

des exilés cubains pour renverser le

gouvernement révolutionnaire de La Havane.

Le soutien des États-Unis au coup d’État

brutal qui a renversé le gouvernement de João

Goulart au Brésil en 1964. Les États-Unis ont

ensuite apporté un soutien constant à la dictature

militaire brutale qui a gouverné le Brésil

pendant les deux décennies suivantes.

Les États-Unis ont été profondément

impliqués dans le processus de sape et de

déstabilisation du gouvernement Allende au

Chili entre 1970 et 1973. Henry Kissinger a

évoqué la nécessité de “faire crier l’économie

chilienne”. La CIA a participé au coup d’État

militaire qui a renversé le gouvernement, et

les États-Unis sont devenus l’un des principaux

soutiens de la dictature de Pinochet.

En effet, dans les années 1970, le

Chili a été le théâtre des premières expériences

d’application de l’économie néolibérale : tandis

que les soldats de Pinochet menaient une

campagne de répression meurtrière contre les

communistes, les socialistes, les syndicalistes,

les démocrates et les populations indigènes, le

groupe d’économistes dit des Chicago Boys,

ainsi que des personnalités comme Milton

Friedman, avaient les coudées franches pour

organiser l’économie chilienne selon les principes

du fondamentalisme du marché libre.

Les États-Unis ont été un fervent défenseur

du régime militaire argentin à partir de

1976.

Les États-Unis ont été la principale force

motrice de la guerre des contradictions au Nicaragua

dans les années 1980. Cette guerre,

qui a duré une décennie, a été menée pour

punir le peuple nicaraguayen d’avoir suivi la

voie du socialisme et du développement souverain.

Cette guerre n’aurait jamais eu lieu

sans le soutien de la CIA et du département

d’État.

La guerre des Contras a été financée

en grande partie par le trafic de cocaïne

mené par les Contras et activement facilité

par la CIA. Il existe un lien direct entre cette

guerre de changement de régime au Nicaragua,

l’épidémie de crack aux États-Unis et la

guerre contre la drogue menée contre les peuples

d’Amérique latine et les communautés

PAR CES MOTIFS

Le tribunal, après examen sur les conclusions du ministère public, maintient le

défaut octroyé contre la défenderesse à l'audience précitée pour le profit,

déclare fondée la dite action. Admet en conséquence, le divorce de Luckner La

Guerre avec son épouse née Marie Flore Jean Baptiste pour injures graves

publique au tort de l'époux. Prononce en conséquence la dissolution des liens

matrimoniaux ayant existé les dits époux.

Ordonne à l'officier de l'état civil de la section sud de Port-au-Prince, de transcrire

sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait

sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la capitale sous peine de

dommage envers des tiers, s'il y échet, Compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par Nous, Marleine Bernard Delva, juge en audience civile

ordinaire et public du jeudi vingt-trois février deux milles dix-sept, en présence

de Me Kenzy Joseph, substitut commissaire du gouvernement de ce ressort avec

l'assistance du sieur Mozart Tassy, greffier du siège.

Il est ordonné...

En foi de quoi....

Signé : Me Frantzer Dorcely

PAR CES MOTIFS

Le tribunal, après avoir délibéré conformément à la loi, maintient

le défaut requis et octroyé contre la dame *Yvette Biambi*

pour le profit de la requérante. Maintient le jugement par défaut

dans sa forme et teneur pris contre la dame *Yvette Biambi* en

faveur de la dame *Odette Jean Paul* en date du 22 Janvier

2022. Commet l'huissier *Sony Joseph* pour la signification

dudit jugement. Donné de nous, Me Marie Carolle Robert Bastien

juge de paix de la commune de Port-au-Prince, section Est,

assisté du sieur *Athis Lyvengson* greffier du siège en audience

publique et civile du 21 janvier 2022, en 219ème de l’Indépendance.

Il est ordonné.....etc......

En foi de quoi ce présent jugement a été délibéré pour servir et

valoir ce que de droit.

Me Junior Ménélas,Av.

AVIS

Il est porté à la connaissance du public en général et des

intéressés en particulier que le Tribunal de Première Instance

de Port au Prince a admis le divorce du sieur MARQUEZ LOU-

ISSAINT d'avec son épouse BERNADETTE NARCISSE en date

du jeudi deux Février deux mille vingt trois. L'officier de

l'état civil de la Section Nord de Port au Prince a été désigné

pour la transcription du dispositif dudit jugement signé par

la Juge NELSON CILIUS, en présence de Me JEAN ROLEX

MEROVE, faisant office du Ministère Public et avec assistance

de Me.

Mozart TASSY, Greffier du siège

Me. Haturin AUGUSTIN, Av.

AVIS

Il est porté à la connaissance du public en général et des

intéressés en particulier que le Tribunal de Première

Instance de Port au Prince a admis le divorce du sieur

KERVÉUS SAINTILMOND, d'avec son épouse PHILONA

PIERRE en date du jeudi deux Février deux mille vingt

trois. L'officier de l'état civil de la Section Nord de Port

au Prince a été désigné pour la transcription du dispositif

dudit jugement signé par la Juge NELSON CILIUS, en

présence de Me JEAN ROLEX MEROVE, faisant office du

Ministère Public et avec l’assistance de Me.

Mozart TASSY, Greffier du siège.

Me.Haturin AUGUSTIN,Av.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi, statuant publiquement

et par défaut, sur les conclusions du Ministère public MAINTIENT en la forme le

défaut octroyé au profit de Madame Marie Magdala DESROSIERS PIERRE

PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre Madame

Marie Magdala DESROSIERS PIERRE et Amilka PIERRE, RENVOI les parties par

devant l'officier de l'état civil de la section est de Port-au-Prince pour les suites de

droit, COMPENSE les frais et dépens de l'instance, COMMET l'huissier Jean Joseph

Donald CADET immatriculé au greffe du tribunal de première instance de

Port-au-Prince, pour la signification dudit jugement.

AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, MARTHEL JEAN CLAUDE, Juge au tribunal de

première instance de Port-au-Prince en audience ordinaire, publique et civile du

mercredi vingt-cinq (25) janvier deux mille vingt-trois (2023) en présence de

Albert DARELUS, Substitut commissaire du gouvernement, représentant du

ministère public avec l'assistance de Junior Sauvens THELEMAQUE, greffier du

siège.

Il est ordonné.....etc.....

En foi de quoi. ...etc......

AVIS DE DIVORCE

Il est porté à la connaissance du public en général que le

tribunal civil de Port-au-Prince en date du Jeudi dix neuf

Janvier deux mille vingt trois, après examen sur les conclusions

du Ministère Public, maintient le défaut octroyé

contre la défenderesse; admet en conséquence le divorce

du Sieur Jean Watson Lériche avec son épouse Carole

Dubuisson pour injures graves et publiques. Prononce la

dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux,

ordonne à l'officier de l'Etat Civil de la Section Sud de

Port-au-Prince de transcrire sur les registres à ce destinés le

dispositif du présent jugement.

Me Jacques Ambroise Auguste, Av.

AVIS

Il est porté à la connaissance du public en général et des

intéressés en particulier que le Tribunal de Première

Instance de Port-au-Prince a admis le divorce de la dame

Roudy RIVIERE née EDMONDE CELESTIN, d'avec son

époux Roudy RIVIERE en date du vingt et un Janvier

deux mille vingt trois. L'officier de l'état civil de la

Section Est de Port-au-Prince a été désigné pour la transcription

du dispositif dudit jugement signé par le Juge

Nelson CILIUS, en présence de Me Jean Rolex MEROVÉ,

Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort

avec l'assistance de Me Mozart TASSY, Greffier du siège.

Me. Haturin AUGUSTIN, Av

AVIS

Il est porté à la connaissance du public en général et des

intéressés en particulier que le Tribunal de Première

Instance de Port au Prince a admis le divorce de la dame

ERODOR ALFRED d'avec son épouse MARIE NATHALIE

METELUS en date du jeudi deux Février deux mille vingt

trois. L'officier de l'état civil de la Section Est de Port au

Prince a été désigné pour la transcription du dispositif

dudit jugement signé par la Juge NELSON CILIUS, en

présence de

Me JEAN ROLEX MEROVE, faisant office du Ministère

Public et avec assistance de Me.

Mozart TASSY, Greffier du siège.

Me. Haturin AUGUSTIN, Av.

AVIS

Il est porté à la connaissance du public en général et des

intéressés en particulier que le Tribunal de Première

Instance de Port au Prince a admis le divorce du sieur

JOHN MIDRALY

CHARLES, d'avec son épouse STEPHANIE LOUIS JEUNE en

date du jeudi deux Février deux mille vingt trois. L'officier

de l'état civil la Section Nord de Port au Prince a été

désigné pour la transcription du dispositif dudit jugement

signé par la Juge NELSON CILIUS, en présence de Me

JEAN ROLEX MEROVE, faisant office du Ministère Public

et avec assistance de Me. Mozart TASSY, Greffier du

siège.

Me. Haturin AUGUSTIN, Av.

14 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


opprimées aux États-Unis.

Mais peut-être s’agit-il là d’histoire ancienne

? Nous ne sommes allés que jusqu’à

la fin des années 1980. Probablement que

le léopard impérialiste a changé ses taches

depuis lors ?

Malheureusement, ce n’est pas le cas.

En avril 2002, les États-Unis ont participé à

une tentative de coup d’État contre le gouvernement

d’Hugo Chávez au Venezuela. Depuis

plus de 20 ans, ils n’ont cessé de tenter de

déstabiliser le Venezuela et de punir le peuple

vénézuélien pour la voie de la révolution qu’il

a empruntée.

Les États-Unis ont été à l’origine du

coup d’État qui a renversé le gouvernement

de Manuel Zelaya au Honduras en 2009. Au

Brésil, les États-Unis ont apporté un soutien

explicite et implicite au coup d’État légal contre

Dilma Rousseff, ouvrant la voie à quatre

années de quasi-fascisme sous la direction de

Jair Bolsonaro.

Les États-Unis sont impliqués jusqu’au

cou dans la subversion et la déstabilisation

du gouvernement sandiniste au Nicaragua.

Ils appliquent des sanctions illégales et unilatérales

contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.

Les États-Unis n’ont jamais abandonné

l’idée d’utiliser l’asphyxie économique, sous

la forme d’un blocus criminel rejeté par le

monde entier, pour fomenter une contre-révolution

à Cuba. Cette stratégie est en place

depuis plus de 60 ans. Albert Einstein aurait

dit que la folie consiste à faire la même chose

encore et encore et à s’attendre à des résultats

différents. Eh bien, la classe dirigeante américaine

est folle.

Les États-Unis possèdent 76 bases militaires

en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Ils ont recours aux sanctions, à la déstabilisation,

aux coups d’État, à la coercition

économique et à la propagande pour renforcer

leur domination, pour créer un “environnement

commercial favorable”, pour s’assurer

qu’ils peuvent maintenir leur contrôle sur les

ressources naturelles de la région, ses terres,

ses marchés, sa main-d’œuvre.

Nous savons donc à quoi ressemble

l’impérialisme moderne en Amérique latine.

L’implication de la Chine dans la région

ressemble-t-elle à cela ?

La Chine n’a bien sûr aucune base militaire

en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Elle n’a parrainé aucun coup d’État, n’a mené

aucune guerre, n’a imposé aucune sanction et

ne s’est livrée à aucune déstabilisation, coercition

économique ou propagande.

Alors que les États-Unis usent de tous

les stratagèmes pour attaquer les pays progressistes

et socialistes de la région, notamment

Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, la

Chine entretient d’excellentes relations avec

ces pays. En effet, le soutien de la Chine est

extrêmement important pour ces pays.

En Amérique latine, la Chine est très active

en matière de commerce et d’investissement.

Le commerce bilatéral a été multiplié

par un facteur de 40 environ au cours des 20

dernières années. Les investissements chinois

ont été multipliés par cinq. Sur 33 pays

d’Amérique latine et des Caraïbes, 21 ont

adhéré à l’initiative “la Ceinture et la Route”.

S’agit-il d’impérialisme ? Les pays de

la région ne le pensent certainement pas. La

Chine aide très délibérément et spécifiquement

d’autres pays du Sud à sortir du

sous-développement. À sortir précisément du

sous-développement dans lequel le colonialisme

et l’impérialisme ont maintenu ces pays

pendant 500 ans.

Les investissements chinois permettent

de construire des écoles, des hôpitaux, des

logements, des chemins de fer, des infrastructures

énergétiques, des infrastructures

de télécommunications, des ports, des routes.

Il s’agit de créer une situation dans laquelle

les pays de la région sont en mesure de se

moderniser, d’améliorer leurs économies, de

produire davantage et de répondre aux besoins

de leur population, sans devoir renoncer

à leur souveraineté, sans devoir accepter une

position permanente au bas de la hiérarchie

économique mondiale, ce que leur proposent

les États-Unis.

Par exemple, la Chine a fourni la technologie

qui a permis à la Bolivie - un petit

pays pauvre - de lancer son premier satellite,

qui fournit aujourd’hui des signaux Internet et

téléphoniques à l’ensemble du pays. La Chine

a investi dans ce projet et y a apporté son expertise

technique. Mais le satellite appartient

à la Bolivie.

Le chemin de fer biocéanique, conçu

conjointement par Xi Jinping et Evo Morales,

s’étendra de la côte pacifique du Pérou à la

côte atlantique du Brésil, en passant par la

Bolivie, pays enclavé. Ce projet contribue directement

à l’intégration continentale.

Le soutien et la solidarité de la Chine ont

été essentiels dans la lutte contre la Covid-19.

Sur l’ensemble des vaccins Covid administrés

en Amérique latine, la majorité a été fournie

par la Chine. En fait, en 2021, j’ai assisté à un

discours du président bolivien Luis Arce dans

cette même salle. Il a déclaré qu’au moment

où la Bolivie en avait le plus besoin, au plus

fort de la pandémie, les États-Unis n’avaient

rien fait pour elle. L’Europe n’a rien fait pour

eux. Ils avaient besoin de vaccins - la Bolivie

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen, Le Ministère Public entendu, maintient le défaut octroyé

contre le défendeur à l'audience précitée; pour le profit déclare fondée ladite

action. ADMET en conséquence le divorce de la dame KENOLD SAINT-VILIEN née

DECHEKA JEAN-BAPTISTE contre son époux, le sieur KENOLD SAINT-VILIEN pour

injures graves et publiques aux torts de l'époux. PRONONCE la dissolution des liens

matrimoniaux existant entre les dits Epoux; ORDONNE à l'Officier de l'Etat Civil de

la Section Est de Port-au-Prince, de transcrire sur les registres à ce destinés, le

dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens

s'éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet.

Commet l'huissier Vilneret GABRIEL de ce siège pour la signification de ce

jugement; Compense les dépens.

AINSI JUGE ET PRONONCE par nous NELSON CILIUS, Juge, en audience civile,

ordinaire et publique du jeudi deux Février deux mille vingt trois, en présence de

Me JEAN ROLEX MEROVE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce

ressort et avec l'assistance du sieur MOZART TASSY, greffier du siège.

Il est Ordonné...etc...

En foi de quoi....etc....

Me Gilbert Mythil et Me Gary Jean Dor Av

est un pays où près de la moitié de la population

travaille dans l’économie informelle, ils

ne peuvent pas simplement passer au travail à

distance ! Qui est venu à la rescousse avec les

vaccins ? La Chine, la Russie et Cuba.

Les critiques diront que la Chine fait des

affaires, pas de la charité. Et c’est vrai : en règle

générale, les entreprises chinoises investissent

en vue de partager les bénéfices. Mais,

à la différence de l’Occident, la Chine traite

avec les autres pays sur la base de l’égalité,

du respect de la souveraineté et du bénéfice

mutuel. Lorsque la Chine investit dans des

projets, il n’y a aucune coercition économique

associée aux institutions de prêt occidentales

et au FMI. Il n’y a pas de conditionnalité des

prêts, pas de conditions d’austérité, de privatisation,

de libéralisation ou de désyndicalisation.

Nous devons donc conclure que l’étiquette

d’impérialisme n’est tout simplement

pas appropriée. Que pensent les Latino-Américains

eux-mêmes ? Que pensent de la Chine

les dirigeants des peuples travailleurs de la

région ?

Hugo Chávez, à qui nous rendons

hommage aujourd’hui, était certainement un

grand ami de la Chine, qu’il a visitée six fois

au cours de sa présidence. Il a déclaré à propos

du socialisme chinois : “On nous a fait

croire que le premier homme sur la lune était

l’événement le plus important du XXe siècle.

Mais non, il s’est passé des choses bien plus

importantes, et l’un des plus grands événements

du XXe siècle a été la révolution chinoise”.

M. Chávez a parlé d’une alliance entre

l’Amérique latine progressiste et la Chine

comme d’une “grande muraille contre l’hégémonisme

américain”. Il a ajouté : “La Chine

est grande, mais ce n’est pas un empire. La

Chine ne piétine personne, elle n’a envahi

personne, elle ne se promène pas en larguant

des bombes sur qui que ce soit”.

Le commerce avec la Chine et les investissements

chinois ont joué un rôle extrêmement

important dans le déploiement des

programmes sociaux du Venezuela, qui ont

transformé le pays.

Fidel Castro savait très bien à quoi ressemblait

l’impérialisme - il a consacré toute sa

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen, le Ministère Public entendu, maintient le défaut

octroyé contre le défendeur à l'audience précitée, pour le profit déclare fondée

ladite action. Admet en conséquence le divorce de la dame Chesnel Laguerre, née

Sherline St-Aimé, d'avec son époux pour injures graves et publiques aux torts de

l'époux.

PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits Epoux;

ORDONNE à l'officier de l'état Civil de la Section Sud de Port-au-Prince, de

transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont un

extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la capitale sous peine de

dommages intérêts envers les tiers s’il y échet. Commet l'huissier Vilneret GABRIEL

de ce siège pour la signification de ce jugement; Compense les dépens.

AINSI JUGE ET PRONONCE par nous NELSON CILIUS, Juge, en Audience civile,

ordinaire et publique du jour vingt-quatre Novembre deux mille vingt-deux, en

présence de Me JEAN ROLEX MEROVE Substitut Commissaire du Gouvernement de

ce ressort et avec l'assistance du sieur MOZART TASSY, gréffieur du siège

Il est ordonné ....etc....

En foi de quoi...etc...

Me Gilles Téosse Av

vie à le combattre. Il a déclaré que “la Chine

est objectivement devenue l’espoir le plus

prometteur et le meilleur exemple pour tous

les pays du tiers monde... un élément important

d’équilibre, de progrès et de sauvegarde

de la paix et de la stabilité dans le monde”.

L’amitié de la Chine est très importante

pour Cuba. Les deux pays coopèrent sur un

certain nombre de projets biomédicaux et

d’énergie renouvelable. Alors que les États-

Unis imposent leur blocus paralysant, la

Chine apporte son aide et sa solidarité, en

faisant récemment don de 100 millions de

dollars pour aider Cuba à se remettre d’une

série de catastrophes naturelles.

Les accusations d’impérialisme chinois

ne tiennent donc tout simplement pas

la route. Elles ne reposent sur aucune réalité.

Pourquoi alors existent-elles ? Pourquoi les

entendons-nous si souvent ? Non seulement

de la part de la classe dirigeante, mais aussi,

ce qui est tragique, de la part d’une partie de

la gauche ?

Elles existent parce que la classe dirigeante

américaine et ses alliés veulent briser

l’unité des pays socialistes, des pays progressistes,

des pays qui refusent de se plier

au soi-disant ordre international fondé sur

des règles, qui est bien sûr leur nom de code

pour un système mondial impérialiste brutal,

oppressif, raciste et exploiteur dirigé par les

États-Unis.

Ils veulent briser la trajectoire inexorable

vers un monde multipolaire.

L’idée que des pays comme la Chine,

Cuba, le Venezuela, le Nicaragua, la Bolivie,

le Brésil, la Russie, l’Iran, le Zimbabwe, l’Afrique

du Sud, le Viêt Nam, la Corée du Nord,

l’Éthiopie, l’Érythrée, le Belarus et tant d’autres

travaillent ensemble, s’unissent, construisent

un projet de solidarité - ce que Xi Jinping

appelle une communauté avec un avenir commun

pour l’humanité - est quelque chose qui

effraie ces crapules au plus haut point.

Raison de plus pour que nous fassions

tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir

ce projet et y contribuer.

Internationalist 360° 15 mars 2023

Traduction Bernard Tornare

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen, le Ministère Public entendu, maintient le défaut

octroyé contre la défenderesse à l'audience précitée; Pour le profit déclare fondée

ladite action. ADMET en conséquence le divorce du sieur Jérôme Evariste, d'avec

son épouse née Georges Donna LADOUCEUR pour injures graves et publiques aux

torts de l'épouse. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre

les dits époux.

ORDONNE à l'officier de l'Etat Civil de la Section Sud, de Port-au-Prince, de

transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont un

extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de

dommages intérêts envers les tiers s'il y échet. Commet l'huissier Vilneret GABRIEL

de ce siège pour la signification de ce jugement; Compense les dépens.

AINSI JUGE ET PRONONCE par nous NELSON CILIUS Juge en Audience civile

ordinaire et publique du Jeudi vingt-quatre Novembre deux mille vingt-deux, en

présence de Me JEAN ROLEX MEROVE, Substitut Commissaire du Gouvernement de

ce ressort et avec l'assistance du sieur MOZART TASSY greffier du siège.

Il est ordonné....etc....

En foi de quoi.....etc....

Me Gilles Téosse

PAR CES MOTIFS

PAR CES MOTIFS

PAR CES MOTIFS

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi, statuant publiquement et par

défaut sur les conclusions du ministère public, maintient en la forme le défaut octroyé au

profit de Pierre Anderson SAINT -GEORGES la femme née Adade CHARLES, prononce la

dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre les époux Madame Pierre Anderson

SAINT GEORGES, la femme née Adade CHARLES aux torts de l"époux .Renvoi les parties par

devant l’officier de l'Etat civil de la Commune de Carrefour pour les suites de droit .Ordonne

la publication du présent jugement dans l'un des quotidiens s’éditant à la capitale,

compense les frais et dépens de l'instance, commet l"huissier Johnny JEAN immatriculé au

greffier du tribunal de première instance de Port au prince , pour la signification dudit

jugement .

Ainsi jugé et prononcé par nous, Marthel JEAN CLAUDE, juge en audience civile, ordinaire

et publique du mercredi quinze février deux mille vingt trois en présence de Me Albert

DARELUS, Substitut commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec l'assistance du

sieur Junior Sauvens THELEMAQUE, greffier du siège.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent Jugement à exécution,

aux officiers du Ministère public près les tribunaux de première instance d'y tenir la main

forte ; à tous les commandants et autres officiers de la force publique, d'y prêter main

forte lorsqu’ils en seront légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du juge et du greffier susdits.

Me Lotus ~Lee SAINT JUSTE

Me Kesny LEON .

Le tribunal, après en avoir délibéré conformément à la loi, statuant publiquement et par

défauts, sur les conclusions du ministère public, maintient en la forme le défaut octroyé au

profit de Pierre Irame MOEZILE, la femme née Schedania Louimet ,prononce la dissolution

des liens matrimoniaux ayant existé entre les époux Madame Pierre Irame MOEZILE , la

femme née Schedania LOUIMET aux torts de l'époux ,renvoi les parties par devant

l'officier de l’état civil de la commune de Carrefour pour les suites de droit ,ordonne la

publication du présent jugement dans l'un des quotidiens s’éditant à la capitale, compense

les frais et dépens de l’instance ,

Commet l'huissier Johnny JEAN immatriculé au greffier du tribunal de première instance

de Port-au-Prince, pour la signification dudit jugement.

Ainsi jugé et prononcé par nous, Marthel JEAN CLAUDE, juge en audience civile, ordinaire

et publique du mercredi quinze février deux mille vingt trois en présence de Me Albert

DARELUS , Substitut commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec l’assistance du

sieur Junior Sauvens THELEMAQUE, greffier du siège.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution, aux

officiers du ministère public près les tribunaux de première instance d'y tenir la main, à

tous les commandants et autres officiers de la force publique, d'y prêter main forte

lorsqu’ils en seront légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du juge et du greffier susdits .

Me Kesny LEON

Le Tribunal, après examen sur les conclusions du Ministère Public, maintient le

défaut octroyé contre le défendeur à l'audience précitée; pour le profit déclare

fondée ladite action. Admet en conséquence le divorce de la dame Roseline

FERIRLUS d'avec son époux Laurest FRAZIL, pour injures graves et publiques, aux

torts de l'époux. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre

lesdits époux, ordonne à l'officier de l'Etat Civil de Port-au-Prince, Section Sud de

transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du présent jugement dont un

extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la capital sous peine de

dommages et intérêts envers les tiers s'il y échet. Commet l'huissier Canal GABRIEL

de ce Tribunal pour la signification de ce jugement. Compense les dépens.

AINSI JUGE ET PRONONCE PAR NOUS, Me. Nelson CILIUS, Juge en audience civile

ordinaire du sept juillet deux mille vingt-deux, en présence de Me. Jean Rolex

MEROVE,

Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec l'assistance de Me.

Mozart

TASSY, Greffier du siège

Il est ordonné etc...

En foi de quoi etc...

Me. Ingrid Karline WOOLLEY

Officier d'Etat Civil

Le Tribunal, après examen sur les conclusions du Ministère Public, maintient le

défaut octroyé contre la partie défenderesse à l'audience précitée, pour le profit

déclare fondée la dite action; admet en conséquence le divorce du sieur Mariano

BELOTTE d'avec son épouse née Marie Novilia AUGUSTIN pour injures graves et

publiques. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre les

dits époux, Ordonne à l'Officier de l'Etat Civil de la commune de Cavaillon de

transcrire sur les registres, à ce destinés le dispositif du présent jugement dont

un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la capitale sous peine

de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet, Compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous, Me Jean Emmanuel ZEPHIR, juge en audience

civile, ordinaire et publique en date du quatorze mai deux mille vingt, en

présence de Me Vanna MANÉ, Substitut Commissaire du

Gouvernement de ce ressort avec l'assistance du Greffier Jean Claude NOVEM-

BRE.

Il est ordonné......etc....

En foi de quoi.....etc.....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré conformément et au vœu de la loi, statuant publiquement

et par défaut au Nom de la République et à charge d'appel, accueille l'action du sieur

Jean Obert Mondésir, contre la dame Mitsouka Mayard pour être juste, fondée et constante;

maintient le défaut requis et octroyé à l'audience du mardi vingt-cing (25) janvier 2022

contre la dame Mitsouka Mayard pour faute de comparaître, conformément à l'article 49

du CPC; reconnait que la citée doit au requérant plusieurs années de fermage; en

conséquence résilie le contrat de bail liant les parties; ordonne le déguerpissement de la

citée, la dame Mitsouka Mayard et consorts de la portion de terre du requérant, située à

Carrefour, Bertin, Rue Emaüs, pour non-paiement de fermage; Condamne la dame

Mitsouka Mayard à vingt-cinq mille (25.000) gourdes à payer à titre de dommages-intérêts

et la condamne également aux frais et dépens de la procédure; accorde l'exécution

provisoire sans caution de cette décision; commet l'huissier du siège Chrisostome Siméon

du Tribunal de Paix de Carrefour pour la signification de cette sentence.

Ainsi jugé et prononcé par nous, Michel Forgeas, en l'audience Civile et publique du mardi

1er Février 2022; An 219ème de l'Indépendance avec l'assistance du Greffier Me. Frantz

Bazelais.

Il est ordonné... etc..

En foi de quoi....etc....

Pour le Cabinet:

Me. Daniel JEAN JULIEN, Av

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen, le Ministère Public entendu, maintient le défaut

octroyé contre la défenderesse à l'audience précitée, pour le profit déclare

fondée la dite action. Admet en conséquence le divorce du sieur Iclair DESIR

d'avec son épouse née Ketlande DULAMOUR pour injures graves et

publiques aux torts de l'épouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux

existant entre les dits époux : ordonne à l'officier de l'Etat Civil de

Port-au-Prince, Section Est à transcrire sur les registres à ce destinés, le

dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des

quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de dommage intérêts envers

les tiers. s'il y échet, Commet l'huissier Jean Joseph Donald CADET pour la

signification de ce jugement; compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous, Jean Osner PETIT PAPA, Juge en audience

civile, ordinaire et publique du mercredi deux février deux mille

vingt-deux, en présence de Me.

Paul WESLEY, Substitut Commissaire de ce ressort avec l'assistance du sieur

Junior Sauvens THELEMAQUE, greffier du siège.

Il est ordoné.....etc....

En foi de quoi....etc....

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen, le Ministère Public entendu, maintient le défaut

octroyé contre le défenseur à l'audience précitée, pour le profit déclare

fondée la dite action. Admet en conséquence le divorce du sieur GEFFRARD

LUNDY, d'avec son épouse née BEATRICE JN PIERRE pour injures graves et

publiques. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre

lesdits époux; ORDONNE à l'officier de l'Etat Civil de la Section Est de

Port-au-Prince, de transcrire sur les registres à ce destinés, le dispositif du

présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens

s'éditant à la capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il

y échet. Commet l'huissier Emmanuel Jean de ce siège pour la signification

de ce jugement; Compense les dépens.

AINSI JUGE ET PRONONCE par nous Nelson Cilius juge en Audience civile

ordinaire et publique du jeudi dix-neuf janvier deux mille vingt-trois, en

présence de Me JEAN

ROLEX MEROVE substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort et

avec l'assistance du sieur MOZART TASSY, greffier du siège.

Il est ordonné.... etc...

En foi de quoi...etc....

Me Hugues P BRUTUS avocat

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après examen sur les conclusions du Ministère public Maintient

le défaut octroyé contre le défendeur; Admet en conséquence le divorce de

la dame SUZE EXINOR d'avec son époux ANDRE JOSEPH pour Incompatibilité

de Caractères. Prononce en conséquence la dissolution des liens matrimoniaux

existant entre les dits époux aux torts de l'époux; Ordonne à

l'Officier de l'état Civil de la Communes de Desdunes de transcrire sur les

registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera

inséré dans l'un des quotidiens s'éditant à la Capitale sous peine de

dommages intérêts envers les tiers s'il y échet; Compense les dépens;

Commet l'huissier BERNIO MOISE pour la signification du présent jugement

Compense les dépens.

Ainsi jugé et prononce par nous Me GABNEL FRANCOIS Juge en audience

civile ordinaire et publique en date du dix (10) Novembre deux mille dix

neuf (2019) , en présence de Me REMY CAJUSTE Substitut Commissaire du

Gouvernement de ce ressort avec l'assistance du Greffier

FERONEL FILS-AIME.

IL EST ORDONNE ETC...

EN FOI DE QUOI ETC...

Officier de l’Etat Civil SMITH ABSOLU

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

15


Suite de la page (11)

provoquée par l’invasion, il faut examiner

la situation avant l’invasion proprement

dite, qui était la suivante : À la

mi-février 2022, la guerre civile menée

par Kiev de manière inhumaine - avec

des avions, de l’artillerie et des chars -

contre la population civile russophone

de l’est de l’Ukraine avait fait plus de 13

000 morts, environ un million de personnes

avaient été contraintes de fuir et

d’innombrables villes et villages avaient

été détruits.

Aucune concession ne pouvait

être attendue d’une Ukraine équipée

d’armes américaines de pointe dans

le cadre des efforts d’autonomie du

Donbass ; au lieu de cela, Zelensky a

menacé la Russie de se doter d’armes

nucléaires. Le refus de l’Occident de

négocier des garanties de sécurité légitimes

pour la Russie et la minorité russophone

d’Ukraine a également joué un

rôle dans les calculs de la Russie.

Et malgré le génocide causé par

des années de bombardements de civils

russophones à Donetsk et Luhansk

par l’armée ukrainienne, les unités irrégulières

de volontaires et les “fascistes

qui ont envahi le pays” (Jerusalem

Post), le Conseil de sécurité des Nations

unies, dominé par l’Occident, n’est pas

intervenu, alors qu’il était tenu de le

faire en vertu du paragraphe 6 du code

pénal international, également appelé

“Völkerstrafgesetzbuch” : « Quiconque,

dans l’intention de détruire, en tout ou

en partie, un groupe national, racial,

religieux ou ethnique en tant que tel,

tue un membre du groupe, inflige à un

membre du groupe une atteinte grave

à son intégrité physique ou mentale,

en particulier du type spécifié à l’article

226 du code pénal, place le groupe dans

des conditions d’existence susceptibles

d’entraîner sa destruction physique en

tout ou en partie [...] est puni de la réclusion

à perpétuité. »

Dans son livre “Ausnahme Zustand

: Geopolitische Einsichten und

Analysen unter Berücksichtigung des

Ukraine-Konflikts” (État d’urgence

: aperçus et analyses géopolitiques

prenant en compte le conflit ukrainien),

l’avocat allemand Wolfgang Bittner

explique que la Russie peut invoquer

sa responsabilité de protéger (“R2P”)

à l’égard de la population russophone

de l’est de l’Ukraine, une exigence

généralement reconnue en droit international

pour prévenir les violations

graves des droits de l’homme. La responsabilité

de protéger est toutefois

une doctrine problématique qui a été

introduite à l’origine dans le droit international

par les États-Unis et l’OTAN,

principalement pour justifier la guerre

d’agression contre la Yougoslavie.

Qu’elle soit provoquée ou non, une

guerre ne suffit pas !

Cependant, l’expansion de l’OTAN en

Europe de l’Est et du Nord n’est pas la

fin de l’histoire. Aujourd’hui, cette alliance

du temps de la guerre s’efforce

de s’étendre également en Asie, car la

montée en puissance de la Chine est

perçue comme une menace pour la

domination mondiale des États-Unis.

La Chine n’est donc pas

seulement soumise à une guerre

économique et de propagande féroce

menée par Washington pour contenir le

nouveau “péril jaune”. Les armées occidentales,

qui, ensemble, dépensent déjà

beaucoup plus pour la “défense” que la

Chine, doivent maintenant être modernisées

encore plus massivement. Et si

l’argent ne suffit pas, on peut toujours

réduire les budgets de l’éducation, de la

recherche, de la santé, des services sociaux

et des infrastructures et s’endetter

davantage.

Il n’est pas surprenant que les

médias n’attirent pas l’attention sur

le fait que la Chine agit clairement de

manière défensive en réponse à ces

agressions, tandis que les États-Unis

agissent de manière agressive.

Si Pékin se mettait soudainement

à agir comme les politiciens et

les médias occidentaux l’accusent de

le faire ou de vouloir le faire, le comportement

de la Chine ressemblerait à

certains égards à celui des États-Unis :

Les navires de guerre chinois devraient

participer aux mêmes exercices agressifs

de “liberté de navigation” que les

navires de guerre américains effectuent

fréquemment dans les eaux proches de

la Chine, au grand dam de Pékin, par

exemple dans le golfe du Mexique, dans

l’océan Atlantique et au large des côtes

californiennes et hawaïennes.

Le réseau de bases militaires que

les États-Unis ont mis en place autour

de la Chine et qu’ils continuent d’étendre

devrait être reproduit par la Chine

en Amérique centrale et en Amérique

du Sud. L’empire américain, qui compte

plus de 800 installations militaires dans

le monde, semble en effet connaître une

expansion militaire sans fin : Aux Philippines,

par exemple, quatre nouvelles

bases militaires américaines sont en

cours de construction, visant la Chine.

Quelle est la réalité de la “menace

chinoise” évoquée aux États-Unis

et répercutée en Europe ?

Permettez-moi une brève digression :

Le nom actuel de la Chine est Zhongguo,

ce qui signifie Empire du Milieu. Il

remonte à une époque où ses citoyens

s’enorgueillissaient d’être la nation la

plus civilisée de leur propre univers, où

le territoire qu’ils contrôlaient était au

centre d’un monde entouré de cultures

étrangères moins développées et de civilisations

étrangères.

Le fait que la Chine se prépare aujourd’hui

à redevenir la première puissance

économique, et ce, après un siècle

d’humiliation par les pays du G7 actuel

aux XIXe et XXe siècles et des décennies

de troubles internes, effraie l’Occident,

d’autant plus qu’il s’agit d’une

culture étrangère capable de susciter la

peur. En effet, ce que l’on ne connaît

pas, que l’on ne comprend pas et que

l’on ne peut pas évaluer est souvent

perçu comme une menace.

L’objectif du parti communiste

chinois n’est pas de transformer le

monde en “paradis communiste”, ni

même son propre pays, mais de promouvoir

le renouveau du pays. Les hommes

politiques chinois parlent du “rêve

chinois”, c’est-à-dire du renouveau et

de la renaissance du pays (et non du

Le 3 août, Nancy Pelosi (D-CA), alors présidente de la Chambre des

représentants, s’entretient avec la présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, après

son arrivée au bureau de la présidente à Taipei. [Source : huffpost.com]

communisme). Le parti, que l’on peut

qualifier de patriotique ou peut-être de

nationaliste plutôt que de communiste,

et qui ne fait que tirer du marxisme sa

revendication de représentation et de

direction uniques pour la modernisation

du pays, défend également le concept

millénaire de tianxia (“tous sous un

même ciel”). Il s’agit d’un monde inclusif

où règne l’harmonie pour tous. En

d’autres termes, “nous vous laissons en

paix et vous nous laissez en paix”. C’est

pourquoi le principe de non-ingérence

dans les affaires intérieures des autres

pays est si important pour eux.

Les Chinois ne veulent donc pas

conquérir le monde. S’ils l’avaient voulu,

ils auraient pu le faire facilement aux

13e, 14e et 15e siècles. Ils en ont eu

l’occasion lorsqu’ils étaient la seule superpuissance

économique incontestée.

À cette époque, la Chine était bien

supérieure aux autres pays.

L’amiral chinois Zheng He a dirigé

la flotte la plus grande et la plus

sophistiquée du monde (avec 317 navires

et 27 800 marins) lors de plusieurs

excursions de la Chine vers le Kenya,

la Somalie, l’Iran et l’Arabie saoudite.

Au lieu de mener une politique de la

canonnière, les Chinois voulaient faire

du commerce. Contrairement aux Européens,

ils n’ont pas saisi l’occasion de

conquérir et d’assujettir d’autres pays,

car cela ne les intéressait tout simplement

pas.

Il en va de même aujourd’hui

: Leur objectif est de retrouver leur

première place historique dans le monde

dans le cadre d’un ordre international

pacifique et stable (en coexistence

pacifique avec d’autres puissances). La

stabilité est la clé de la réalisation de leur

rêve. C’est là que les États-Unis, un empire

fondamentalement non pacifique,

tirent le levier et créent l’instabilité que

les Chinois redoutent tant, par le biais

du découplage, de la démondialisation

ou des tensions à Taïwan, en mer de

Chine méridionale et dans la péninsule

coréenne.

Les Chinois ne cherchent pas

à nous convertir à leur modèle. Contrairement

aux Américains, ils n’ont

pas le sens de la mission et l’esprit de

prosélytisme, et d’ailleurs, le système

chinois ne serait pas exportable tant il

est spécifique et inextricablement mêlé

à la tradition et à la culture millénaires

du pays.

Les États-Unis et le reste de l’Occident

autoproclamé “orienté vers les

valeurs” ont longtemps tenté de faire

adopter aux Chinois leur version impitoyable

du capitalisme et de les éloigner

de leur modèle social de capitalisme

contrôlé par l’État (objectifs pionniers

de planification et investissements dans

la recherche, démantèlement et interdiction

des cartels et des monopoles et

garantie d’une concurrence loyale, obligation

pour les riches de payer leur juste

part d’impôts afin de réduire les inégalités

sociales, etc.)

Mais pourquoi les Chinois se seraient-ils

laissés convaincre d’abandonner

un modèle de réussite qui a permis

à la Chine d’atteindre en 30 ans un

niveau de développement (y compris la

libération de 800 millions de ses citoyens

de la pauvreté) qui a pris 200 ans

à l’Occident ? L’Occident ignore également

que le gouvernement chinois, très

pragmatique, utilise le marché comme

un outil concurrentiel pour stimuler l’innovation

et la modernisation et, en fin

de compte, pour réaliser le rêve chinois.

Contrairement aux hommes politiques,

aux scientifiques et aux journalistes

de “l’Occident des valeurs”, ils

ne sont pas des idéologues, mais des

pragmatiques qui ont un sens aigu de

la réalité. La joie de l’expérimentation et

les nombreux changements époustouflants

qui s’opèrent chaque jour dans

tout le pays en sont la preuve.

Encore une fois, les Chinois

ne sont pas des missionnaires, ils ne

se sentent pas appelés à être les gendarmes

du monde et ils n’ont pas de

désir d’expansion. À cet égard, ils

sont fondamentalement différents des

Américains. Lorsque les politiciens, les

universitaires, les médias américains

et leurs perroquets européens parlent

du danger impérialiste et de la menace

chinoise, ils ne font qu’exprimer leur ignorance

et leur projection. Il n’est pas

étonnant que l’impérialisme et le colonialisme

soient des concepts inventés

et vécus par l’Occident, et non par les

Chinois.

Taïwan, le nouveau cas de conflit

de l’Amérique à la manière de

l’Ukraine ?

Après l’Ukraine, le prochain pion est

Taïwan ; c’est du moins ce qui semble

être l’objectif. La Chine peut-elle

empêcher un nouveau siècle d’humiliation

- y compris une guerre qui sera plus

brutale que les guerres de l’opium - de

la part de l’Occident ?

Taïwan est en quelque sorte le

prétexte “ukrainien” d’une éventuelle

confrontation ou par procuration avec

la Chine. Le parti au pouvoir à Taïwan,

qui, à la manière de Zelensky, s’est plié

aux intérêts américains et a cherché à

armer l’île avec des armes américaines

contre la Chine, a subi une défaite retentissante

lors des dernières élections,

dont les médias occidentaux n’ont pas

fait grand cas, si tant est qu’ils en aient

fait état.

Le vainqueur des élections, le

parti d’opposition Kuomintang, prône

un rapprochement avec la Chine, ce qui

doit déplaire aux faucons de guerre de

Washington.

La présidente taïwanaise a ensuite

démissionné de son poste de chef

du parti au pouvoir [tout en restant

présidente de Taïwan]. Quelques mois

auparavant, elle avait reçu en grande

pompe Nancy Pelosi et de nombreux

autres politiciens occidentaux hostiles à

la Chine et bellicistes.

Récemment, cependant, elle a

docilement annoncé que la guerre avec

la Chine n’était “pas une option” - une

déception amère non seulement pour

l’industrie de la guerre occidentale,

mais aussi pour ses groupies politiques

et médiatiques qui sont favorables et

déterminés à “prendre position contre

la Chine”.

Au moins, il leur reste l’espoir

que la CIA résoudra discrètement, pour

le compte de l’Occident belliqueux, cet

épineux problème politique sur l’île peu

fiable.

Toutefois, elle devrait le faire

avec un peu plus d’habileté cette foisci

qu’elle ne l’a fait à Hong Kong (voir

le livre de Nury Vittachi “ The Other

Side of the Story: A Secret War in Hong

Kong”).

*Felix Abt est un entrepreneur

suisse. Il est reconnu comme un expert

des investissements étrangers et des

affaires en Corée du Nord. Abt est l’un

des premiers hommes d’affaires étrangers

en Corée du Nord, où il a vécu de

2002 à 2009 et a développé et exploité

diverses entreprises. Abt a été co-fondateur

et directeur de la Pyongyang Business

School cofinancée par la Suisse , ce

qui l’a également rendu éminent dans

l’aide au développement économique

et la coopération au développement en

formant des cadres supérieurs d’agences

gouvernementales et d’entreprises

nord-coréennes à la gestion d’entreprise.

Il est l’auteur de A Capitalist in

North Korea: My Seven Years in the

Hermit Kingdom et de A Land of Prison

Camps, Starving Slaves and Nuclear

Bombs?

Covert Action Magazine

March 15, 2023

Traduction par Bernard Tornare

16 Mars 2023

MARIE LOURDES

RESTAURANT

& Fritaille

Grand Opening!

VENUS

RESTAURANT

Now 2 locations

in Brooklyn!

KATOU

RESTAURANT

5012 Ave M

(Entre E. 51 et Utica)

10h am – 10h pm

CATERING & TAKE-OUT

Now 3 Locations in Brooklyn

The Best Haitian Food in Town!

Breakfast • Lunch • Dinner

1433 Flatbush Avenue

(Corner of Farragut Road)

Brooklyn, NY 11210

Open: 7 a.m. - 9 p.m.

929.234.5604

637 Rogers Avenue

(corner of Parkside Avenue)

718-287-4949

924 Remsen Avenue

(near Avenue D)

718-975-7710

“Venus, l’entroit idéal”

Une innovation dans la cuisine

haïtienne à Brooklyn

Tous les plats haïtiens réalisés par une

équipe de cordons bleus recrutés sous

la supervision de Katou

Griots – Poissons – Poissons Gros Sel

– Dinde – Poulet – Cabri

– Boeuf – Légumes

Bouillon le samedi – Soupe le

dimanche – Bouillie de banane le soir

Appelez le 718-618-0920

Livraison à domicile

Si vous avez du goût, vous ne

lâcherez pas Katou Restaurant

8221 Flatlands Avenue

(b/t E. 82 & 83 St.)

718.975.7488

2816 Church Avenue (b/t Nostrand

& Rogers Aves.) 718.856.2100

1738 Flatbush Avenue (b/t Aves I & J)

718.258.0509

16 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


A Travers le monde

Honduras: Ouverture de

relations diplomatiques

avec la Chine

France : Qui conduit le pays au chaos ?

Macron et la Ve République !

Drapeaux nationaux du Honduras et de la Chine

La présidente du Honduras, Xiomara

Castro, a annoncé mardi 14 mars,

qu’elle avait chargé le ministre des

Affaires étrangères du pays, Eduardo

Enrique Reina, d’ouvrir des relations

officielles avec la République populaire

de Chine.

Le pays d’Amérique centrale est

l’une des 12 nations qui maintiennent

des liens diplomatiques avec Taïwan,

une situation qui est remise en question

après cette annonce. Selon la dirigeante

de gauche sur son compte Twitter, cette

décision est un “signe” de sa “détermination

à réaliser le plan gouvernemental

et à élargir les frontières avec liberté

dans le concert des nations du monde

».

L’établissement de relations diplomatiques

avec la Chine signifierait

une rupture avec Taïwan, étant donné

qu’en vertu de sa politique d’une seule

Chine, qui considère l’île comme une

partie inaliénable de son territoire, Beijing

n’accepte pas de relations avec les

nations qui maintiennent des liens officiels

avec Taïwan.

La décision hondurienne a été

saluée par Pékin. « « Sur la base du

principe d’une seule Chine, la Chine est

disposée à développer des relations amicales

et coopératives avec tous les pays

du monde, y compris le Honduras », a

déclaré M. Wang.

La Chine est prête à établir des

relations diplomatiques avec les pays

conformément au principe d’ ‘Une

AMLO répond aux États-Unis: «

Nous ne permettrons jamais que

notre dignité soit bafouée »

seule Chine’ », a déclaré mercredi le

porte-parole du ministère des Affaires

étrangères Wang Wenbin lors d’une

conférence de presse régulière.

Pour sa part, le ministère taïwanais

des Affaires étrangères a déclaré

qu’il était “en train de comprendre” la

situation, mais n’a donné aucun autre

détail.

La présence économique et l’influence

politique croissantes de la

Chine en Amérique centrale et dans les

Caraïbes ont changé la vision des pays

de la région sur la Chine”, a déclaré Cui

Shoujun, professeur et directeur des

études latino-américaines à l’Université

Renmin de Chine à Pékin, au Global

Times.

Depuis 2016, trois pays de la

région - Panama, El Salvador et Nicaragua

- qui ont établi ou repris des

relations diplomatiques avec la Chine

ont reçu des avantages tangibles en

matière de développement, ce qui est

un facteur encourageant pour le Honduras,

a déclaré M. Cui.

Certains diplomates chinois ont

également salué le commentaire hondurien.

L’ambassadeur de Chine au

Mexique, Zhang Run, a tweeté que “le

principe d’une seule Chine est le consensus

de la communauté internationale

et l’une des règles fondamentales

des relations internationales. Félicitations

au Honduras pour cette décision

correcte d’adhérer à ce principe !”.

Lors d’un événement massif organisé

au Zócalo de Mexico, le

président Andrés Manuel López

Obrador a averti que son gouvernement

ne permettrait jamais à

l’armée américaine d’intervenir

dans ce pays d’Amérique latine pour

soi-disant lutter contre le crime organisé.

Devant l’insistance de divers

législateurs américains pour que les

forces armées de ce pays puissent

mener des opérations sur le sol mexicain

pour lutter contre le trafic de

fentanyl, le président latino-américain

a insisté sur le fait que cette

stratégie n’existe même pas en tant

que possibilité.

« De ce Zócalo, le cœur politique

et culturel du Mexique, nous

rappelons à ces politiciens hypocrites

et irresponsables [des États-

Unis] que le Mexique est un pays

indépendant et libre, pas une colonie

ou un protectorat des États-

Unis, et qu’ils peuvent nous menacer

de commettre un outrage, mais

nous ne leur permettrons jamais

de violer notre souveraineté et de

piétiner la dignité de notre patrie »,

a déclaré López Obrador devant des

dizaines de milliers de personnes

rassemblées pour commémorer le

85e anniversaire de l’EXPROPRIA-

TION PÉTROLIÈRE.

Le président mexicain a estimé

que les membres du Congrès

et les anciens responsables qui ont

proposé des politiques interventionnistes

au Mexique - comme Lindsey

Graham, John Kennedy et Mike

Pompeo – « ont l’habitude de voir la

paille dans l’œil des autres et non le

rayon dans le leur ».

Selon ses mots, ces politiciens

ont fait de telles suggestions “dans

un plan de propagande” et “à des

fins électorales et politiques”.

« Ils ont fait valoir que si

nous n’arrêtions pas le trafic de

fentanyl vers la frontière nord,

suite à la page(18)

Déclaration du Parti Ouvrier indépendant

démocratique (POID)

Qu’ils s’en aillent avec leur réforme

des retraites et leur politique anti-ouvrière

!

Rejeté par l’immense majorité du

peuple, Macron s’accroche au pouvoir.

Il tient parce qu’une poignée de

capitalistes et de spéculateurs a besoin

de lui pour détruire nos retraites, bloquer

nos salaires et faire flamber les

prix. Il tient parce que Biden et l’OTAN

ont besoin de lui pour étendre toujours

plus la guerre (413 milliards d’euros

pour la prochaine loi de programmation

militaire). Il tient parce que la

hiérarchie militaire a besoin de lui pour

embrigader la jeunesse dans le Service

national universel obligatoire (SNU). Il

tient parce que la Ve République, c’est

le régime du coup d’État permanent

qui permet de faire passer des lois sans

aucun vote d’une quelconque assemblée.

Et quand tout cela ne suffit pas,

il déchaîne la répression la plus brutale

contre les manifestants qui protestent

contre son coup de force.

Faut-il oui ou non rompre avec

Macron ?

Il faut dire aussi que Macron tient parce

que ceux qui s’opposent à sa politique

refusent de rompre avec la Ve République.

Après le vote du 49.3, on a entendu

les porte-parole de la Nupes déclarer

que « Macron et Borne sont illégitimes

» (Ruffin, député LFI) ou que « la

Ve République est à l’agonie » (Éliane

Assassi, sénatrice PCF) ou encore qu’il

faut passer à « une 6 e République »

par l’élection « d’une Assemblée constituante

» (Jean-Luc Mélenchon). Tout

cela est juste.

Mais alors, pourquoi les dirigeants

de la Nupes n’appellent-ils

pas à la mobilisation pour que Macron

quite le pouvoir maintenant, pour en

finir avec la Ve République maintenant,

pour l’élection maintenant d’une Assemblée

constituante souveraine ?

Faut-il accepter la réforme au

prétexte de son « adoption » par

le 49.3 ?

Des millions ont fait grève et manifesté.

Depuis le coup de force du 49.3, l’intersyndicale

a convoqué une nouvelle

journée de grève et de manifestations

le 23 mars.

Sans attendre, des manifestations

spontanées surgissent dans toutes les

villes du pays. Dans certains secteurs,

les grèves sont reconduites. Dans de

nombreuses entreprises, les travailleurs

se réunissent et prennent position avec

leurs organisations syndicales pour « la

grève tous ensemble, la grève générale

jusqu’au retrait appelée par l’intersyndicale

nationale ». Souvent, ils accompagnent

cette prise de position par la

mise en place de comités de délégués

de travailleurs pour préparer la grève à

tous les niveaux. C’est une certitude : la

grève générale jusqu’au retrait, c’est la

voie pour contraindre le gouvernement

à reculer.

Pour le gouvernement ouvrier

Le Parti ouvrier indépendant démocratique

combat pour en finir avec Macron

et la Ve République, pour l’instauration

d’un authentique gouvernement des

travailleurs et de la démocratie.

Le 26 mars, le Parti ouvrier indépendant

démocratique rendra hommage

à la Commune de Paris, au mur

des Fédérés où sont tombés les derniers

communards.

Premier gouvernement ouvrier

de l’histoire, la Commune de Paris, en

moins de cent jours, a jeté les bases

d’une authentique démocratie sociale

et politique fondée sur l’égalité des

droits.

Nous combattons pour un gouvernement

ouvrier qui aura l’audace

de confisquer les centaines de milliards

de la spéculation, les centaines

de milliards du budget de guerre pour

les affecter aux besoins urgents : aux

hôpitaux, aux écoles, aux services

publics, à l’augmentation générale des

salaires et à la garantie des retraites de

tous dans les conditions où elles ont été

acquises.

Nous combattons pour un gouvernement

ouvrier qui ne craindra pas

de s’en prendre aux riches pour permettre

aux pauvres de se sortir de la

misère dans laquelle le gouvernement

les plonge toujours plus profondément.

Nous combattons pour un authentique

gouvernement ouvrier qui

saura établir des relations de paix et

de solidarité internationale entre les

travailleurs et les peuples du monde

entier, rompant avec l’OTAN et l’Union

européenne, machines de guerre de la

classe capitaliste.

• Pour rendre hommage au

gouvernement ouvrier de la

Commune de Paris de 1871 ;

• Pour affirmer la nécessité du

gouvernement ouvrier maintenant,

en France et à l’échelle

internationale ; Retrouvons-nous

le 26 mars

(Rendez-vous à 14 h 30, entrée

principale du cimetière du Père-

Lachaise à Paris – métro Père-

Lachaise)

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

17


Suite de la page (17)

ils allaient proposer au Congrès de

leur pays que des soldats américains

occupent notre territoire pour

faire face au crime organisé », a

déclaré López Obrador.

Le président a également indiqué

que le Mexique avait la sécurité

énergétique et alimentaire parmi

ses principaux objectifs, puisqu’il

a répété à plusieurs reprises que la

crise économique provoquée par le

COVID-19 et les sanctions occidentales

contre l’Ukraine sont une leçon

que toutes les économies émergentes

doivent apprendre pour ne pas

dépendent des approvisionnements

étrangers. « Nous pouvons nous assurer

que la souveraineté pétrolière

est garantie. L’année prochaine,

Classified

Directory Tel: 718-421-0162

editor@haitiliberte.com

Post CLASSIFIED ADS online for FREE at Haitiliberte.com

nous n’achèterons pas d’essence,

de diesel ou d’autres produits

pétroliers à l’étranger. Nous allons

traiter toute notre matière première

», a déclaré López Obrador.

De la même manière, il en a

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador

profité pour commenter la question

de la succession présidentielle, qui

aura lieu en 2024 lors des élections

fédérales. Selon lui, le “processus

de transformation” qu’il mène sera

poursuivi si quelqu’un de son parti,

Morena, se maintient au pouvoir.

« Je suis convaincu que

n’importe lequel des candidats qui

remportera le scrutin pour élire

le candidat de notre mouvement

appliquera la même politique en

faveur du peuple et en faveur de la

nation. La continuité est assurée »,

a-t-il affirmé.

Sputnik 19 mars 2023

NURSING HOMES, HOME CARE AGENCIES

& HOSPITALS ARE HIRING!

Jobs Available • Train to be a Health Care Worker in less than 2 MONTHS

RN and LPN review 2.5 month course: ..............................................................$4900

Morning (10 am to 3 pm) & evening (6 pm and 10 pm), Mon to Thu classes start

Oct. 21 & end Dec. 30, 2019 • Weekend, Sat & Sun, start Oct. 26 from 10 am to 4 pm

Upgrade your expired HHA in 7 days: ...............................................................$695

CNA become a HHA in 7 days: ...........................................................................$695

EKG and phlebotomy, PCT, PCA review: Start Sep.23

DAISLEY INSTITUTE: 718.467.8497

229 Empire Blvd., Brooklyn, NY (bet Bedford & Rogers)

Now’s the

Right Time

Take advantage of the new 30% Solar Investment Tax

Credit (ITC) with PWRcell, Generac’s fully-integrated

solar + battery storage system. PWRcell will help you

save money on your electric bill and be prepared for

utility power outages. Plus it’s compatible with most

existing solar arrays.

SAVE

30%

Purchase a PWRcell and Receive

a Free Ecobee Smart Thermostat

Enhanced – valued at over $189!*

*Scan the QR code for

promo terms and conditions.

WITH THE SOLAR TAX CREDIT^

Call to request a free quote!

(888) 871-0194

AUTO DONATIONS

Wheels For Wishes benefiting

Make-A-Wish® Northeast New York.

Your Car Donations Matter NOW

More Than Ever! Free Vehicle Pick

EXCLUSIVE LIMITED TIME OFFER!

10

20 % +

%

OFF

OFF

YOUR ENTIRE

SENIORS &

PURCHASE *

MILITARY!

FINANCING THAT FITS YOUR BUDGET! 1

1 Subject to credit approval. Call for details.

Promo Code: 285

FREE GUTTER ALIGNMENT + FREE GUTTER CLEANING*

855.281.6439 I Free Quotes

Up ANYWHERE. We Accept Most

Vehicles Running or Not. 100% Tax

Deductible. Minimal To No Human

Contact. Call: (877) 798-9474. Car

Donation Foundation d/b/a Wheels

For Wishes. www.wheelsforwishes.

BACKED BY A YEAR-ROUND

CLOG-FREE GUARANTEE

CALL US TODAY FOR

A FREE ESTIMATE

1-855-478-9473

Mon-Thurs: 8am-11pm, Fri-Sat: 8am-5pm,

Sun: 2pm-8pm EST

*For those who qualify. One coupon per household. No obligation estimate valid for 1 year. **Offer valid at time of estimate only. 2The leading consumer reporting agency

conducted a 16 month outdoor test of gutter guards in 2010 and recognized LeafFilter as the “#1 rated professionally installed gutter guard system in America.” Manufactured

in Plainwell, Michigan and processed at LMT Mercer Group in Ohio. See Representative for full warranty details. Registration# 0366920922 CSLB# 1035795 Registration#

HIC.0649905 License# CBC056678 License# RCE-51604 Registration# C127230 License# 559544 Suffolk HIC License# 52229-H License# 2102212986 License# 262000022

License# 262000403 License# 2106212946 License# MHIC111225 Registration# 176447 License# 423330 Registration# IR731804 License# 50145 License# 408693 Registration#

13VH09953900 Registration# H-19114 License# 218294 Registration# PA069383 License# 41354 License# 7656 DOPL #10783658-5501 License# 423330 License#

2705169445 License# LEAFFNW822JZ License# WV056912

Could your kitchen

use a little magic?

SAVE 10%

UP

TO

ON YOUR FULL

KITCHEN REMODEL*

*Discount applies to purchase of new cabinets

or cabinet refacing with a countertop. Does not apply

to countertop only projects. May not combine with other

offers or prior purchases. Exp.3/31/23. NP-263. NY: Nassau:

H1759490000 Suffolk: 16183-H NY/Rockland: 5642

Off First Month

of New Service!

USE PROMO CODE: GZ59O

org.

AUTO DONATIONS

Drive Out Breast Cancer: Donate a

car today! The benefits of donating

your car or boat: Fast Free Pickup

- 24hr Response Tax Deduction

- Easy To Do! Call 24/7: 855-905-

4755

EDUCATION

Mega Institution Mixte. Mission

d’Education pour les générations

de l’Avenir. Lilavois 53, Plaine du

Cul de Sac, Haiti. Ecole Primaire et

Bilingue. Fondateur : Jean L. Vallon,

M.S. EDU, Tel : (011509) 3813-

1107. Email : levallon@aol.com,

vjeanlesly@yahoo.com

EDUCATION / CAREER TRAINING

COMPUTER & IT TRAINING

PROGRAM! Train ONLINE to get the

skills to become a Computer & Help

Desk Professional now! Grants and

Scholarships available for certain

programs for qualified applicants.

Call CTI for details! 844-947-0192

(M-F 8am-6pm ET). Computer with

internet is required.

FINANCE

ARE YOU BEHIND $10k OR MORE

ON YOUR TAXES? Stop wage &

bank levies, liens & audits, unfiled

tax returns, payroll issues, & resolve

tax debt FAST. Call 888-869-5361

(Hours: Mon-Fri 7am-5pm PST)

HEALTH

VIAGRA and CIALIS USERS! 50 Pills

SPECIAL $99.00 FREE Shipping!

100% guaranteed. CALL NOW! 855-

413-9574

^Consult your tax or legal professional for information

regarding eligibility requirements for tax credits.

Solar panels sold separately.

Upgrade Your Home with a

NEW METAL ROOF

Guaranteed to Last a Lifetime!

LIMITED TIME OFFER

60 % off

YOUR INSTALLATION

+

TAKE AN ADDITIONAL

10 % off

Install for Military, Health

Workers and First Responders

Limited time offer.

Expires 3.31.23

Warranty- Limited Lifetime.

Transferable to 1 subsequent

owner from original purchaser.

Terms and conditions apply.

Hail up to 2.5”, Appearance

of the surface coating beyond

normal wear and tear.

STRONG AS STEEL WITH THE

ATTRACTIVE LOOK OF VARIOUS

ROOF STYLES

From Dimensional Shingles to classic styles

reminiscent of Cedar Shake and Spanish Tile, an

architectural roofing system by Erie Metal Roofs

can enhance the beauty of your home while

protecting your family and property for a lifetime.

Call today to schedule your

FREE ESTIMATE 1-855-492-6084

Made in

the USA

New orders only. Does not include material costs. Cannot be combined with any other

offer. Minimum purchase required. Other restrictions may apply. This is an advertisement

placed on behalf of Erie Construction Mid-West, Inc (“Erie”). Offer terms and

conditions may apply and the offer may not be available in your area. Offer expires

March 31, 2023. If you call the number provided, you consent to being contacted by

telephone, SMS text message, email, pre-recorded messages by Erie or its affiliates

and service providers using automated technologies notwithstanding if you are on a

DO NOT CALL list or register. Please review our Privacy Policy and Terms of Use on

homeservicescompliance.com. All rights reserved. GA License Number: RBCO006004

CALL CONSUMER CELLULAR 844-919-1682

© 2023 Consumer Cellular Inc. For promo details please call 844-919-1682

Prepare

for power

outages

today

WITH A HOME

STANDBY GENERATOR

$0 MONEY DOWN + LOW MONTHLY PAYMENT OPTIONS

Contact a Generac dealer for full terms and conditions

REQUEST A

FREE QUOTE

CALL NOW BEFORE THE

NEXT POWER OUTAGE

(877) 516-1160

FREE

7-Year Extended Warranty*

– A $695 Value!

*To qualify, consumers must request a quote, purchase, install and activate the

generator with a participating dealer. Call for a full list of terms and conditions.

HELP WANTED

Haïti Liberté is looking to hire a

Wordpress specialist (or someone

willing to be trained) with a working

knowledge of French, Kreyòl, and

English and a sense of design to

help with the regular update and

maintenance of its website. Send

résumés to: editor@haitiliberte.com;

or call 718-421-0162

HELP WANTED

Driver with a vehicle needed for

Wednesday newspaper deliveries.

Routes available in New York &

Miami. Call 718-421-0162.

HOME IMPROVEMENT

Don’t Pay For Covered Home

Repairs Again! American Residential

Warranty covers ALL MAJOR

SYSTEMS AND APPLIANCES.

30 DAY RISK FREE/ $100 OFF

POPULAR PLANS. 833-398-0526

HOME IMPROVEMENT

BATH & SHOWER UPDATES in

as little as ONE DAY! Affordable

prices - No payments for 18 months!

Lifetime warranty & professional

installs. Senior & Military Discounts

18 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023


Suite de la page (5)

socialement afin d’éduquer les masses

! C’est parce que les maîtres qui nous

gouvernent maîtrisent totalement

tous ces savoirs, qu’ils nous manipulent

avec autant d’aisance…»

Les masses ouvrières doivent

s’unir, se préparer, s’instruire, s’organiser

pour vaincre le « capitalisme ».

Pour échapper à ce cyclope dévorant

et omnivore, Noam Chomsky préconise,

comme méthode efficace de lutte

collective, « le retour à l’arme absolue

», qui n’est rien d’autre que la force

agissante de la majorité. Il faut comprendre

que les États au service de la

classe dominante ont soumis les individus

à une « nomocratie » abusive.

Ce concept est formé des mots grecs

nomos (loi) et kratos (force, pouvoir).

Ce système, renforcé par les croyances

religieuses pluridoctrinales, comme

nous le constatons tous, soumet les

créatures humaines à un calvaire terrestre

insupportable avant – pour ceux

qui pratiquent la foi – le paradis promis

par les Écritures, en guise d’ultime récompense.

Or, les lois ne sont jamais impartiales.

Elles sont faites pour répondre

aux multiples intérêts des groupes sociaux

dominants. Cette critique n’est

plus au stade de conjecture. Elle bénéficie

du soutien scientifique de nombreux

théorèmes. Elle a même servi de

tremplin à des philosophies politiques,

tels que le « collectivisme », le « libertarianisme

» etc. L’État bourgeois

rédige et ratifie des lois qui profitent

aux catégories sociales aisées qu’il

représente et qu’il défend avec ses bras

bien armés.

Albert Einstein répétait : « La

vie est comme une bicyclette, il faut

avancer pour ne pas perdre l’équilibre.

» La République d’Haïti n’avance

ni ne recule. Elle reste figée dans le

vide, suspendue à une corde fragile.

Un matin, – si aucune opération de

sauvetage politique n’est envisagée –,

elle ira s’écraser contre les rochers de

son fatalisme.

Robert Lodimus

Suite de la page (9)

The state has 100,000 cases of disappeared

people in the country, according

to government figures, among them

550 Americans.

U.S. immigration policies, which

require migrants to wait on the Mexican

side of the border, are only more

exposed to that danger, according to

human rights experts.

Biden bars illegal crossings

into U.S.

The Biden administration initiated a

major change Jan. 6 to stem the number

of illegal crossings that had reached

a record high in December 2022. It established

the parole process for Cubans,

Haitians, Nicaraguans and Venezuelans

by requiring immigrants to apply for a

travel authorization on the USCIS website

after obtaining a financial sponsor

in the U.S.. And when obtained, to fly

into the U.S. — crossing the border was

no longer acceptable.

Migrants had difficulties applying

with the USCIS app, CBP One, when

using a mobile phone. It’s not easily

accessible by people traveling through

South and Central America nor Mexico

and it doesn’t offer a translation in

Kreyòl.

To make matters worse, “CBP

One does not recognize dark-skinned

people, barring many from seeking

asylum, according to nonprofits working

at the Mexican border,” said The

Border Chronicle, Feb. 7. In spite of

technical issues, the crossings dropped

significantly.

Mexican anti-racist activists

have defended the rights of Afro-Mexicans

and advocated for the assurance

of Black identity in Mexico, indicating it

is key to the dismantling of anti-Black

racism, said Marycarmen Lara Villanueva,

PhD Candidate, Department of

Social Justice Education at the University

of Toronto, who wrote in The

Conversation. Advocates in Mexico

have also worked to include anti-racist

school curricula, she said.

The Migration Policy Institute

report on African Migration though the

Americas recommends anti-discriminatory

training to immigration officials

and public service agencies to combat

anti-Black racism towards African migrants.

Meanwhile, migrants linger in

Mexico waiting for authorization.

An earlier version of this article

was published on the website of The

Haitian Times.

Suite de la page (13)

available. Call: 866-393-3636

MISCELLANEOUS

BEST SATELLITE TV with 2 Year

Price Guarantee! $59.99/mo with

190 channels and 3 months free

premium movie channels! Free next

day installation! Call 888-508-5313

MISCELLANEOUS

Get DIRECTV for $64.99/mo for

12 months with CHOICE Package.

Save an additional $120 over 1st

year. First 3 months of HBO Max,

Cinemax, Showtime, Starz and Epix

included! Directv is #1 in Customer

Satisfaction (JD Power & Assoc.)

Some restrictions apply. Call 1-888-

534-6918

TV INTERNET PHONE

Bombardement de la ville irakienne de Falloujah.

(Photo Airman magazine)

accueillies avec des fleurs par le peuple

irakien. La plupart des Irakiens

s’opposent fermement à l’invasion et

à l’occupation. Par conséquent, la résistance

ne tarde pas à se manifester.

Le journaliste et chercheur américain

Nicolas J.S. Davies écrit : « Comme au

Viêt Nam, les Américains ont découvert

que leurs armes pouvaient détruire

l’Irak mais pas le conquérir. » Au

cours des quatre premières années

d’occupation, la résistance mène plus

de 100 000 attaques contre les occupants.

Elle peut compter sur le soutien

et l’implication de millions d’Irakiens.

Un sondage réalisé en 2004 a montré

que 92 % des Irakiens considèrent

les troupes étrangères non pas comme

des libérateurs, mais comme des occupants.

DISH TV $64.99 For 190 Channels

+ $14.95 High Speed Internet. Free

Installation, Smart HD DVR Included,

Free Voice Remote. Some restrictions

apply. Promo Expires 1/31/24.

1-866-595-6967.

L’endroit rêvé

La situation devient particulièrement

embarrassante. Non seulement pour

les États-Unis, mais aussi pour tous

les alliés qui ont pris part à cette aventure

désastreuse. On pourrait s’attendre

à ce que George W. Bush fasse

profil bas, mort de honte. Pas du tout.

« Quoi qu’il en soit, le monde se porte

mieux sans Saddam », déclare-t-il.

Parce que Saddam Hussein était un

dictateur, pas vrai ?

À ce sujet, Mohammed el-Baradei

déclare dans le Guardian : « Il y

a des dictateurs, bien sûr, mais êtesvous

prêts à sacrifier un million de

civils innocents chaque fois que vous

souhaitez vous débarrasser de l’un

d’entre eux ? Tout porte à croire que

l’Irak ne disposait pas d’armes de destruction

massive et que cette guerre

avait plutôt pour objectif d’instaurer

un changement de régime, et où

trouve-t-on le concept de « changement

de régime » dans le droit international

? »

L’haltérophile Kadhim Sharif

Hassan Al-Jabbouri a beau déclarer

que George W. Bush et Tony Blair

sont des criminels, les deux dirigeants

mondiaux ne seront jamais tenus pour

responsables de ce qu’ils ont accompli

en Irak. Entre-temps, Kadhim et

Saving a Life EVERY 11 MINUTES

alone

I’m never

Life Alert ® is always

here for me.

One touch of a button

sends help fast, 24/7.

Help at Home

I’ve fallen and I can’t get up!

®

with

GPS!

Help On-the-Go

ses compatriotes peuvent témoigner

: l’Irak ne se porte absolument pas

mieux qu’avant la guerre. Si celle-ci

était censée apporter la paix, la liberté

et la démocratie, comme le laisse toujours

entendre la rhétorique de guerre,

elle a lamentablement échoué. Le

pays souffre sous l’occupation US, les

conflits internes, la guerre civile et la

montée du fondamentalisme religieux

et de la terreur. Le nombre de morts

causés par cette guerre est estimé à

1,5 million. Entre 2001 et 2003, plus

de 9 millions d’Irakiens ont fui, dans

leur pays et à l’étranger. La mortalité

infantile atteint des proportions dramatiques.

Nombreux sont ceux qui

n’ont pas ou peu accès aux services

de base tels que la nourriture, l’eau,

l’assainissement et l’électricité. L’Irak

est le pays d’après-guerre qui compte

le plus grand nombre de victimes du

terrorisme. En 2015, le président

américain Obama reconnaîtra publiquement

que l’essor du groupe terroriste

Daech est la conséquence de

la guerre de 2003. Daech qui sʼest

ensuite développé vers la Syrie et a

commis dʼhorribles attentats à travers

le monde, dont ceux de du 22 mars

2016 à Bruxelles...

Par cette agression, les États-

Unis voulaient aussi provoquer une

guerre civile entre sunnites (majoritaires

en Arabie Saoudite, Koweït,

Syrie, etc.) et chiites (majoritaires en

Irak, Iran...), les deux courants principaux

de lʼislam. Soit diviser et fragmenter

toute la région pour sʼassurer

le chaos et empêcher la construction

dʼune résistance organisée.

« Cela fait partie du jeu »

Peu avant le début de l’opération «

Shock and Awe » (Choc et effroi), en

janvier 2003, l’historien Jacques Pauwels

déclare : « On prétend parfois que

faire la guerre au sol est mauvais pour

l’économie américaine. C’est en partie

correct, mais en partie incorrect. Cela

Batteries Never Need Charging.

For a FREE brochure call:

1-800-404-9776

dépend de l’économie dont on parle.

Pour l’économie des travailleurs

américains, cette guerre constitue une

catastrophe, parce qu’ils devront en

payer le prix. Avec leur argent, mais

également avec leur sang. (...) Cependant,

pour l’économie des super-riches

américains, qui possèdent les actions

des trusts pétroliers et des usines

d’armement, les guerres représentent

une bénédiction. (...) Si la paix éclatait

soudainement demain, ce serait une

catastrophe pour leur économie. C’est

pourquoi les États-Unis continueront à

trouver de nouveaux ennemis, à faire

croire au pays et au « monde libre » à

nouvelles menaces de guerre et à mener

celle-ci. »

Cela n’est pas sans rappeler ce

que l’économiste américain Milton

Friedman (1912-2006), grand défenseur

du libre marché et du capitalisme

effréné, a écrit un jour : « La main

cachée du marché ne fonctionnera

jamais sans son poing caché. McDonalds

ne peut prospérer sans McDonnell

Douglas (...) Et le poing caché qui

sécurise le monde pour les technologies

de la Silicon Valley est l’armée de

terre, l’armée de l’air et la marine des

États-Unis. »

La guerre fait tout simplement

partie du jeu. Elle est nécessaire au

maintien de l’empire américain. Un

DENTAL Insurance

from Physicians Mutual Insurance Company

Call to get your FREE Information Kit

1-855-225-1434

Dental50Plus.com/nypress

Product not available in all states. Includes the Participating (in GA: Designated) Providers and Preventive Benefits

Rider. Acceptance guaranteed for one insurance policy/certificate of this type. Contact us for complete details about

this insurance solicitation. This specific offer is not available in CO, NY; call 1-800-969-4781 or respond for similar offer.

Certificate C250A (ID: C250E; PA: C250Q); Insurance Policy P150 (GA: P150GA; NY: P150NY; OK: P150OK; TN: P150TN). Rider

kinds: B438, B439 (GA: B439B).

6208-0721

Call today and receive a

FREE SHOWER

PACKAGE

PLUS $1600 OFF

1-855-916-5473

empire fondé sur l’asservissement

politique et économique d’une grande

partie du monde. L’appareil militaire

est indispensable pour mettre au pas

les récalcitrants. Les droits humains,

la liberté et la démocratie constituent

les arguments imparables utilisés pour

convaincre l’opinion publique du bien-fondé

d’une intervention militaire.

Les déclarations triomphales de

George W. Bush sur le pont de l’USS

Abraham Lincoln le 1er mai 2003

ne sont rien d’autre que des phrases

creuses. À ce moment-là, la guerre

n’est absolument pas terminée. Elle se

poursuivra encore pendant des années.

Les troupes étasuniennes finiront par

quitter définitivement l’Irak en 2021.

Ils laissent derrière eux un pays en

ruines. Tout comme ils l’ont fait avec

l’Afghanistan la même année. Assez

cyniquement, ils ont rendu le pays

aux talibans, qu’ils avaient chassés à

coups de bombes en 2001.

Le terrible bilan de lʼinvasion de

l’Irak il y a 20 ans nous aide à comprendre

pourquoi beaucoup de peuples

dénoncent aujourdʼhui le deux poids

deux mesures et ne croient pas aux

demandes américaines de sanctions

contre la Russie suite à lʼinvasion de

lʼUkraine...

With purchase of a new Safe Step Walk-In Tub. Not applicable with any previous

walk-in tub purchase. Offer available while supplies last. No cash value. Must present

offer at time of purchase. CSLB 1082165 NSCB 0082999 0083445

FINANCING AVAILABLE WITH APPROVED CREDIT

Solidaire 17 Mars 2023

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Haiti Liberté/Haitian Times

19


Grande manifestation à Washington, DC pour exiger la fin de la

guerre par procuration américaine en Ukraine

Financer les besoins des gens ! Pas la guerre !

Différentes photos des manifestants défilant dans les

rues de Washington, DC

Des manifestants protestent devant le journal

Washington Post

Des manifestants devant la Maison blanche

Des manifestants ont rempli les escaliers de l’église

presbytérienne de New York Avenue

Kirby Joseph, une militante haïtiano-américaine du PSL,

parle d’Haïti à l’église presbytérienne

Par Kim Ives

Environ 1 200 personnes

de partout aux États-

Unis se sont réunies à

Washington, DC le 18 mars

2023 pour exiger que les

États-Unis mettent fin à leur

guerre par procuration contre

973-690-5363

Shipping full container loads to Port-au-Prince & Cap Haïtien, and cars, trucks,

buses, and construction equipment to Port-au-Prince. Receiving vehicles Mon

thru Fri from 9 AM till 4 PM, Red Hook Terminal, 70 Hamilton Ave. Brooklyn,

NY 11231 IN SEABOARD TRAILER OFFICE.

YON KONEKSYON DIREK POU HAITI

la Russie en Ukraine, et qui

a coûté la vie à des centaines

de milliers de personnes des

deux côtés du conflit. Pendant

ce temps, les fabricants

WEEKLY SAILING FROM NY & NJ PORTS

d’armes et les producteurs

de gaz naturel américains

réalisent des bénéfices records,

grâce à la confrontation

qu’ils ont organisée par

le biais de l’OTAN.

La manifestation a été

convoquée par la Coalition

ANSWER et soutenue par

près de 300 autres partis et

organisations progressistes

anti-guerre et anti-impérialistes,

dont Haïti Liberté.

La mobilisation a

également marqué le 20e

anniversaire du début de

la deuxième guerre que les

États-Unis ont menée contre

l’Irak à partir du 19 mars

2003, l’un des plus grands

crimes de l’histoire, comme

l’ont noté de nombreux discours

et pancartes.

À partir de 13 heures,

plus d’une douzaine d’orateurs

se sont adressés à un

rassemblement animé dans

le parc Lafayette, de l’autre

côté de Pennsylvania Avenue

en face de la Maison

Blanche. Des orateurs et des

manifestants ont également

dénoncé la marche de Washington

vers la guerre avec la

Chine, ainsi que son agression

impérialiste à travers

l’Afrique, l’Amérique latine,

le Pacifique et le Moyen-Orient.

Les manifestants ont

ensuite quitté le parc pour

défiler dans les rues de

Washington, menés par

des cercueils symboliques

drapés des drapeaux des

nations victimes des guerres

impérialistes américaines,

notamment l’Irak, la Palestine,

la Syrie et la Libye.

Après s’être arrêtés

devant le Washington Post

pour dénoncer son rôle dans

le soutien à la propagande

de guerre de l’administration

Biden, les manifestants ont

marché vers l’église presbytérienne

de New York Avenue

où ils ont organisé un

rassemblement de clôture

ponctué d’informations pertinentes

pour l’occasion.

« À cause de l’esprit

révolutionnaire d’Haïti,

parce que nous avons osé

être libres, parce qu’Haïti

a osé gagner, Haïti a connu

deux coups d’État, trois

dictateurs soutenus par les

États-Unis, deux occupations

militaires étrangères,

quatre fausses élections

depuis 2006 et un assassinat

présidentiel », a

déclaré Kirby Joseph, un

militant haïtien-américain

du Parti pour le socialisme

et la libération (PSL), à la

foule en liesse dans l’église.

« Pendant ce temps, 60% de

la population vit avec deux

dollars américains par jour

».

One time One use time only. use Cannot only. be Cannot used be in used conjunction in conjunction with any with other any coupon other coupon or offer. or offer.

Coupon Coupon offer good offer until good December until December 31, 2022. 31, Valid 2022. for Valid any new for any new

service service except subscription except subscription fees. Must fees. mention Must mention coupon coupon at time of at sale. time of sale.

FASTEST TRANSIT TIME IN THE INDUSTRY

12 DAYS TO HAITI

Call us today at 917.299.3640 or 917.416.4625

Serving the Haitian community since 1995.

Nou pi rapid, nou garanti!

Email: solutions@vmtrucking.com

www.HaitiShipping.com

20 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 16 # 38 • Du 22 au 28 Mars 2023

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!