23.05.2023 Views

Production Maintenance 81

Passer le cap de la maintenance prévisionnelle

Passer le cap de la maintenance prévisionnelle

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

À LA UNE 10<br />

Passer le cap<br />

de la maintenance<br />

prévisionnelle<br />

ÉVÉNEMENT<br />

Sepem Industries<br />

Sud-Est s’installe<br />

à Martigues<br />

8<br />

MAINTENANCE EN<br />

PRODUCTION<br />

Quid des start-up<br />

dans la maintenance<br />

industrielle ?<br />

24 30<br />

EFFICACITÉ<br />

ÉNERGÉTIQUE<br />

Le rôle de la maintenance<br />

pour décarboner les<br />

usines<br />

PRÉVENTION<br />

DES RISQUES / HSE<br />

Agir pour réduire<br />

les risques<br />

en zone Atex<br />

45<br />

N° <strong>81</strong> | mai-juin-juillet 2023 | Trimestriel | 20€


ALIGNEMENT<br />

D'ARBRES<br />

ZONE ATEX<br />

Alignement d'arbres vertical et horizontal<br />

Contrôle de jeu des roulements<br />

Mesure de déviation et de planéité<br />

Mesure par balayage ou multipoint<br />

Technologie de laser à points<br />

Homologation ATEX<br />

Mesures longue portée<br />

Contactez-nous au 04 74 16 18 80<br />

contact.instrumentation@dbvib.com<br />

www.dbvib-instrumentation.com


ÉDITORIAL<br />

La maintenance prévisionnelle, une<br />

solution pour décarboner l’industrie ?<br />

Olivier Guillon<br />

Rédacteur en chef<br />

La maintenance prévisionnelle peut-elle être un rempart contre la pollution des usines ? Pas<br />

spécifiquement, à en croire les spécialistes de la question énergétique dans l’industrie. Pourtant,<br />

l’idée même d’intégrer une multitude de capteurs sur les équipements de production et sur les<br />

bâtiments qui entourent l’atelier semble pourtant aller de pair avec une surveillance des consommations<br />

et notamment des surconsommation de certains équipements.<br />

En effet, contrôler en temps réel la production implique un monitoring de chaque équipement<br />

permettant de tirer de précieux indicateurs, comme les écarts de température, des fuites de liquide,<br />

d’air ou de gaz, des échauffements<br />

sur des organes mécaniques ou des<br />

bruits anormaux. Un équipement<br />

défaillant aura de fortes chances de<br />

provoquer une hausse significative<br />

de la facture énergétique. Aussi,<br />

disposer de nouvelles technologies<br />

de supervision et de modélisation de<br />

l’usine ou encore des jumeaux numérique<br />

des équipements industriels<br />

ne peut que faciliter le contrôle et la<br />

surveillance des dérives énergétiques.<br />

« Contrôler en temps réel la production<br />

implique un monitoring de chaque<br />

équipement permettant de tirer de<br />

précieux indicateurs… Un équipement<br />

défaillant ayant de fortes chances<br />

de provoquer une hausse significative<br />

de la facture énergétique. »<br />

Néanmoins, la technologie ne remplacera pas la conviction de la direction de l’entreprise et la<br />

dynamique de toutes ses composantes, de la production à la maintenance, pour prendre à bras<br />

le corps le problème énergétique et mener à terme une démarche de décarbonation. Enfin, une<br />

fois l’audit énergétique effectué, beaucoup d’actions sont à entreprendre sur les zones et les outils<br />

de production énergivores déjà existants avant même d’investir dans des solutions complexes et<br />

souvent onéreuses d’industrie 4.0 intégrant de la maintenance prévisionnelle. Cette question fera<br />

dans tous les cas l’objet d’une attention particulière lors des conférences organisées par <strong>Production</strong><br />

<strong>Maintenance</strong> qui se tiendront du 6 au 8 juin prochain à Martigues, lors de la première édition du<br />

salon Sepem Sud-Est dans les Bouches-du-Rhône ●<br />

Envie de réagir ?<br />

@productionmaint<br />

ÉDITEUR<br />

MRJ Informatique<br />

Le Trèfle - 22, boulevard Gambetta<br />

92130 Issy-les-Moulineaux<br />

Tél. : 01 84 80 57 07<br />

production-maintenance.com<br />

/Facebook.com/<br />

productionmaint<br />

/@productionmaint<br />

Direction :<br />

Michaël Lévy<br />

Directeur de publication :<br />

Jérémie Roboh<br />

Directeur des rédactions :<br />

Olivier Guillon<br />

o.guillon@mrj-corp.fr<br />

COMMERCIALISATION<br />

Publicité :<br />

Sonia Cheniti<br />

s.cheniti@mrj-corp.fr<br />

Diffusion et Abonnements<br />

https ://production-maintenance.com/<br />

https ://production-maintenance.com/<br />

la-revue-en-videos/<br />

Emilie Bellenger<br />

abonnement@productionmaintenance.com<br />

Prix au numéro : 20 €<br />

Abonnement 1 an France et<br />

à l’étranger, 4 n° en version<br />

numérique : 60 € TTC<br />

Abonnement 1 an France, 4 n°<br />

en version papier, numérique et<br />

accès à la collection : 90 € TTC<br />

Règlement par chèque bancaire<br />

à l’ordre de MRJ<br />

RÉALISATION<br />

Maquette :<br />

Gaëlle Vivien<br />

Impression :<br />

Booklets Print<br />

7, rue Gielée<br />

BP 80139<br />

59017 Lille<br />

N°ISSN : 1632 - 4153<br />

Commission<br />

paritaire :<br />

0423 T 83214<br />

Dépôt légal :<br />

À parution<br />

Périodicité :<br />

Trimestrielle<br />

Numéro : <strong>81</strong><br />

Date :<br />

mai - juin - juillet 2023<br />

RÉDACTION<br />

Ont collaboré à ce numéro :<br />

Valérie Brénugat, Alain Diouani<br />

(AFPI Lyon), ifm electronic, SDT<br />

International, Pierre Weber<br />

Membre du réseau<br />

REPM-EMPN<br />

Encart jeté :<br />

GL Events<br />

CRÉDITS<br />

Photo de couverture :<br />

iStock-JIRAROJ<br />

PRADITCHAROENKUL<br />

Toute reproduction,<br />

totale ou partielle, est soumise<br />

à l’accord préalable de<br />

la société MRJ.<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı1


G<br />

A<br />

Q<br />

T<br />

A<br />

D<br />

D<br />

H<br />

T<br />

A<br />

H<br />

OIX<br />

F<br />

A<br />

B<br />

A<br />

T<br />

B<br />

T<br />

T<br />

H<br />

H<br />

P<br />

Q<br />

P<br />

Q<br />

G<br />

G<br />

A<br />

A<br />

T<br />

T<br />

T<br />

T<br />

T<br />

D<br />

1<br />

T<br />

D<br />

1<br />

F<br />

G<br />

A<br />

T<br />

A<br />

T<br />

Q<br />

G<br />

A<br />

D<br />

T<br />

A<br />

A<br />

H<br />

F<br />

A<br />

B<br />

A<br />

A<br />

T<br />

T<br />

T<br />

A<br />

B<br />

B<br />

LE<br />

P<br />

P<br />

T<br />

T<br />

H<br />

Q<br />

Q<br />

T<br />

F<br />

G<br />

G<br />

G<br />

A<br />

A<br />

G<br />

T<br />

T<br />

T<br />

D<br />

1<br />

A<br />

D<br />

T<br />

A<br />

A<br />

H<br />

F<br />

A<br />

B<br />

A<br />

T<br />

B<br />

ME<br />

EILLEUR<br />

CONSEIL<br />

T<br />

T<br />

H<br />

Q<br />

Q<br />

A<br />

G<br />

T<br />

T<br />

T<br />

D<br />

1<br />

A<br />

D<br />

T<br />

A<br />

A<br />

H<br />

F<br />

A<br />

B<br />

A<br />

T<br />

B<br />

T<br />

T<br />

H<br />

Q<br />

P<br />

Q<br />

G<br />

A<br />

G<br />

T<br />

T<br />

T<br />

D<br />

1<br />

A<br />

D<br />

T<br />

A<br />

H<br />

F<br />

A<br />

B<br />

A<br />

T<br />

B<br />

T<br />

T<br />

H<br />

P<br />

Q<br />

G<br />

A<br />

T<br />

G<br />

T<br />

T<br />

R<br />

T<br />

D<br />

D<br />

È<br />

1<br />

1<br />

0<br />

0<br />

€<br />

F<br />

G<br />

F<br />

G<br />

A<br />

T<br />

A<br />

F<br />

T<br />

G<br />

A<br />

F<br />

T<br />

G<br />

On e s t o p . Sm a r t s h o p .<br />

Tout d' un e m ê m e sourc e sur automation2 4 . f r<br />

Tous les produits<br />

Automatisation d'usine<br />

Automatisation de procédés<br />

Technologie de sécurité<br />

P lus de 6 0 m<br />

a r q u e s d e r eet n 7 o 0 m0 0 p r o d u sur i t s automation2 4 . f r<br />

Systèmes de capteurs | Instrumentation de procédés | Technologie de contrôle | Technologie de sécurité | Communication industrielle<br />

Technologie de mesure & régulation | Dispositifs de commande et de signalisation | Commutation industrielle | Technologie de protection<br />

Technologies d'entraînement | Boîtiers / Armoires | Éclairage industriel | Technique de raccordement | Alimentation électrique | Outils<br />

P<br />

SU<br />

EX<br />

T<br />

OR<br />

EC<br />

NI<br />

CELLEN<br />

UE<br />

M<br />

MEILLEURES<br />

R<br />

EN ST OCK<br />

R<br />

R<br />

N<br />

C<br />

OIX<br />

UI<br />

E<br />

U<br />

UES<br />

È<br />

S<br />

€<br />

0<br />

0<br />

MO<br />

D<br />

È<br />

IM<br />

LE<br />

CON<br />

I<br />

Ø 2 4 %<br />

T<br />

UR<br />

A<br />

RI<br />

LE<br />

IRE<br />

IONS<br />

M<br />

M<br />

M M<br />

MEILLEURES<br />

MEILLEURES<br />

MEILLEURES<br />

MEILLEURES<br />

e n d e s s o u s<br />

d u P P C<br />

SUR MESURE<br />

R<br />

R<br />

UES<br />

UES<br />

EN EN ST ST OCK EN OCK ST EN OCK ST OCK<br />

R<br />

R<br />

IO<br />

N N<br />

R<br />

C C<br />

N<br />

R<br />

C<br />

R<br />

N<br />

UES<br />

C<br />

R<br />

UES<br />

OIX<br />

OIX<br />

OIX<br />

OIX<br />

SERV<br />

ICE CLIEN<br />

MEILLEUR<br />

D<br />

LE LE<br />

È<br />

È<br />

D<br />

È LE<br />

MO<br />

MO<br />

MO<br />

CONSEIL<br />

RI<br />

RI<br />

Ø 2 Ø 4 2 % 4 Ø % 2 4 Ø%<br />

2 4 %<br />

T<br />

A<br />

D<br />

IRE<br />

IRE<br />

IRE<br />

IRE<br />

LE<br />

LE<br />

P<br />

SU<br />

EX<br />

T<br />

OR<br />

e n e dn e ds se os n su dos<br />

eue sn s s do eu s s o u s<br />

d u d P u P CP P dCu P P dC<br />

u P P C<br />

T<br />

È<br />

A<br />

LE<br />

MO<br />

IM<br />

IM<br />

IM<br />

IM<br />

D<br />

T<br />

A<br />

RI<br />

È<br />

LE<br />

LE<br />

T<br />

A<br />

RI<br />

LE<br />

EC<br />

NI<br />

CELLEN<br />

CLIEN<br />

CLIEN<br />

CLIEN<br />

CLIEN<br />

ICE<br />

ICE<br />

ICE<br />

ICE<br />

UE<br />

LE<br />

LE<br />

LE<br />

LE<br />

È<br />

È<br />

È<br />

È<br />

SERV<br />

SERV<br />

SERV<br />

SERV<br />

CONSEIL CONSEIL<br />

CONSEIL<br />

CONSEIL<br />

MEILLEUR<br />

MEILLEUR<br />

MEILLEUR<br />

MEILLEUR<br />

ME<br />

R<br />

UI<br />

E<br />

P<br />

SU<br />

SU<br />

È<br />

S<br />

EX<br />

EX<br />

€<br />

0<br />

0<br />

T<br />

P<br />

EC EC<br />

T<br />

NI<br />

NI<br />

NI<br />

NI<br />

P<br />

SU<br />

EX<br />

E<br />

T<br />

UE<br />

UE<br />

P<br />

SU<br />

EC<br />

EX<br />

CON<br />

I<br />

CELLEN<br />

CELLEN CELLEN CELLEN<br />

T<br />

OR<br />

OR<br />

OR<br />

OR<br />

UE<br />

EC<br />

UE<br />

UR<br />

R<br />

R<br />

R<br />

IONS<br />

UI<br />

UI<br />

SUR MESURE<br />

E E<br />

È<br />

S<br />

0<br />

0<br />

0<br />

UI<br />

È<br />

S<br />

R<br />

0<br />

E<br />

UI<br />

È<br />

€<br />

€<br />

S<br />

€<br />

0<br />

0<br />

E<br />

È<br />

S<br />

€<br />

0<br />

0<br />

I<br />

UR UR UR<br />

I<br />

IONS<br />

IONS<br />

I<br />

I<br />

CON<br />

CON<br />

CON<br />

CON<br />

SUR SUR<br />

SUR<br />

SUR<br />

MESU<br />

MESURE<br />

MESURE<br />

G<br />

R<br />

RAA<br />

N<br />

C<br />

SUR MESURE<br />

IM<br />

B<br />

E<br />

EX<br />

C<br />

ELLEN<br />

A<br />

UI<br />

T<br />

E<br />

RAA<br />

S<br />

Automation2 4<br />

Votre partenaire pour la technologie d'automatisation<br />

( + 3 3 ) 0 1 7 8 4 1 8 8 4 7<br />

info@automation2 4 . f r<br />

automation2 4 . f r<br />

d u P P C


SOMMAIRE<br />

DOSSIER<br />

ÉVÉNEMENT<br />

Sepem Industries<br />

Sud-Est s’installe<br />

à Martigues<br />

8<br />

N° <strong>81</strong> | mai-juin-juillet 2023 | Trimestriel | 20€<br />

MAINTENANCE EN<br />

PRODUCTION<br />

Quid des start-up<br />

dans la maintenance<br />

industrielle ?<br />

À LA UNE 10<br />

Passer le cap<br />

de la maintenance<br />

prévisionnelle<br />

24 30<br />

EFFICACITÉ<br />

ÉNERGÉTIQUE<br />

Le rôle de la maintenance<br />

pour décarboner les<br />

usines<br />

PRÉVENTION<br />

DES RISQUES / HSE<br />

Agir pour réduire<br />

les risques<br />

en zone Atex<br />

45<br />

PASSER LE CAP DE LA MAINTENANCE<br />

PRÉVISIONNELLE<br />

10 La maintenance prévisionnelle, bras armé de l’industrie 4.010<br />

12 La maintenance prévisionnelle : une évolution plus qu’une révolution<br />

14 Le Lab Crigen d’Engie s’appuie sur le jumeau numérique d’un four<br />

industriel pour entamer sa transition énergétique<br />

15 3 questions à Guy-Alexandre Grandin, responsable-adjoint du Lab<br />

Crigen<br />

16 Pentair aide ses clients à réduire les coûts d’exploitation des pompes<br />

18 La maintenance n’est pas une science divinatoire !<br />

20 Comment réussir sa maintenance prévisionnelle ?<br />

22 Focus sur de multiples technologies chargées d’améliorer les<br />

opérations de maintenance<br />

©Acoem<br />

Actualités<br />

06 Schaeffler détruit dix tonnes de<br />

roulements contrefaits<br />

06 Quelques références à apporter sur<br />

un article du précédent numéro de<br />

<strong>Production</strong> <strong>Maintenance</strong><br />

08 Sepem Industries Sud-Est pose<br />

pour la première fois ses valises à<br />

Martigues<br />

<strong>Maintenance</strong><br />

en production<br />

24 Smart Manufacturing Summit, un<br />

nouvel événement industriel de GL<br />

Events au Japon prévu en 2024<br />

25 Quid des start-up impliquées dans<br />

la maintenance industrielle ?<br />

26 Un partenariat avec une start-up<br />

pour améliorer la sécurité active<br />

des travailleurs isolés<br />

26 Faire face à la pénurie de<br />

techniciens<br />

27 Succès d’une campagne de<br />

quantification du méthane et<br />

©SKF<br />

du dioxyde de carbone sur des<br />

plateformes offshores<br />

28 Eclore Actuators s’inspire de<br />

l’origami pour concevoir ses<br />

soufflets de protection<br />

28 My Battery Health veut prévoir<br />

en amont l’usure de batterie des<br />

véhicules<br />

Efficacité<br />

énergétique<br />

30 L’efficacité énergétique désormais<br />

prioritaire dans les métiers de la<br />

maintenance<br />

32 Dix choses à savoir pour gagner en<br />

efficacité énergétique<br />

34 Le rôle essentiel des solutions<br />

d’entraînement dans l’efficacité<br />

énergétique<br />

36 Focus sur de multiples<br />

technologies dans le domaine de la<br />

maintenance prévisionnelle<br />

39 Mettre en place des panneaux<br />

solaires. Usages et bonnes<br />

pratiques<br />

42 « Quatre raisons pour lesquelles<br />

nous condamnons nos<br />

compresseurs d’air industriels à<br />

une mort prématurée »<br />

Prévention<br />

des risques / HSE<br />

45 La prévention des risques en zone<br />

Atex encore trop négligée par de<br />

nombreuses entreprises<br />

46 Principes et pratiques à avoir à<br />

l’esprit en zones explosibles<br />

48 Une caméra UV pour localiser les<br />

décharges partielles<br />

50 En aval de la détection en zone<br />

Atex, comment avertir le personnel<br />

en cas de danger ?<br />

Outils<br />

52 Au sommaire du prochain numéro<br />

52 Index des annonceurs et des<br />

entreprises citées<br />

52 Le chiffre à retenir<br />

©DR<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı33


MARTIGUES<br />

LA HALLE DE MARTIGUES<br />

0 6 I 0 7 I 0 8<br />

J U I N 2023<br />

Le Rendez-vous industriel<br />

des régions<br />

SEPEM<br />

SUD-EST<br />

8 è ÉDITION<br />

Pour la première fois<br />

à Martigues<br />

AGENDA<br />

SEPEM Sud-Est I MARTIGUES I 06 > 08 JUIN 2023<br />

SEPEM Centre-Ouest I ANGERS I 10 > 12 OCT. 2023<br />

SEPEM Nord-Ouest I ROUEN I 23 > 25 JANV. 2024<br />

SEPEM Est I COLMAR I 04 > 06 JUIN 2024<br />

SEPEM Sud-Ouest I TOULOUSE I 24 > 26 SEPT. 2024<br />

SEPEM Centre-Est I GRENOBLE I 19 > 21 NOV. 2024<br />

SEPEM Nord I DOUAI I 28 > 30 JANV. 2025<br />

PROCHAINE ÉDITION<br />

SEPEM SUD-EST | MARTIGUES<br />

Flashez ce QR code pour récupérer<br />

votre badge visiteur gratuit<br />

RENSEIGNEMENTS :<br />

contact.sepem@gl-events.com I 05 53 36 78 78<br />

www.sepem-industries.com


NOS DOSSIERS EN UN CLIN D’ŒIL<br />

©TELEDYNE FLIR ©METAMORWORKS ©LAB CRIGEN (ENGIE)<br />

© ABB - IoT aciérie<br />

TECHNOLOGIES<br />

MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

De la maintenance conditionnelle<br />

à sa forme prévisionnelle p.10 à 23<br />

Si l’on parle un peu moins d’industrie du futur (industrie 4.0),<br />

au profit du sujet brûlant de la réduction des coûts de l’énergie,<br />

les services maintenance ne se détournent pas pour autant<br />

des nouvelles technologies, en particulier dans le domaine<br />

des capteurs sans fil, du monitoring de l’outil de production<br />

ou encore de la numérisation des usines et de leurs process…<br />

alimentant toujours davantage la maintenance en précieuses<br />

données afin de rendre les défaillances et les pannes moins<br />

imprévisibles.<br />

Quid du rôle des start-up<br />

dans la maintenance ? p.24 à 29<br />

Le lancement au printemps de Vivatech, grand rendez-vous<br />

européen des start-up, a pour objectif de mettre en lumière<br />

cette myriade de jeunes entreprises pleines de promesses – eu<br />

égard à l’intérêt et aux investissements parfois démesurés (bien<br />

qu’en baisse aujourd’hui) qu’elles suscitent. Dans l’industrie,<br />

celles-ci ne trouvent pas autant écho que dans les services. Mais<br />

si certaines de ces jeunes pousses sont en effet sur-évaluées,<br />

d’autres devraient à l’inverse bel et bien s’imposer.<br />

Le rôle de la maintenance<br />

pour décarboner les usines p.30 à 44<br />

Dans ce numéro du magazine <strong>Production</strong> <strong>Maintenance</strong>, la<br />

question de l’efficacité énergétique est une nouvelle fois mise<br />

à l’honneur… au point même de faire l’objet d’une rubrique à<br />

part entière, qui se veut désormais récurrente, tant le sujet<br />

est d’actualité. Objectif ? Offrir à nos fidèles lecteurs une<br />

information claire et sourcée sur les bonnes pratiques et les<br />

solutions technologiques capables d’aider les industriels, et tout<br />

particulièrement les responsables maintenance, de mettre en<br />

place des actions en faveur de la décarbonation.<br />

Assurer la sécurité dans les zones<br />

Atex p.45 à 51<br />

Dans de nombreuses entreprises (notamment de la<br />

pétrochimie) un zonage défini par la loi et les normes entourant<br />

la réglementation Atex contre les risques d’incendie et<br />

d’explosion délimite des endroits à risques au sein d’un site<br />

industriel, ce n’est pas toujours dans des usines où, pourtant,<br />

sont manipulées des matières dangereuses lorsqu’on les<br />

mélange entre elles. Quelques rappels de précautions à<br />

prendre dans ce dossier, des solutions à adopter et des mises<br />

en situation à découvrir. Bonne lecture !<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı55


ACTUALITÉS<br />

EN BREF<br />

Précisions<br />

Quelques références<br />

à apporter sur<br />

un article du<br />

précédent numéro<br />

de <strong>Production</strong><br />

<strong>Maintenance</strong><br />

CONTREFAÇON<br />

Schaeffler détruit dix tonnes<br />

de roulements contrefaits<br />

L’équipementier automobile et industriel mondial Schaeffler prend régulièrement<br />

et systématiquement des mesures contre les produits contrefaits. Illustration<br />

de cet engagement : l’entreprise a fait détruire au printemps, à Schweinfurt,<br />

quelque 30 000 contrefaçons d’un poids total de dix tonnes.<br />

Dans son article paru dans le précédent<br />

numéro de <strong>Production</strong> <strong>Maintenance</strong> n°80<br />

(à la page 30) et intitulé « Coupures de<br />

courant en industrie – le rôle incontestable<br />

de la maintenance », son auteur,<br />

Gérard Neyret, qui a eu la gentillesse de<br />

nous rédiger cet article à la fois prolixe<br />

et pratique, tenait à préciser certaines<br />

références qui font la richesse de son<br />

contenu. Lesdites références, dont des<br />

extraits sont cités dans l’article, sont les<br />

suivantes :<br />

1 • l’arrêté gouvernemental du 19 Novembre<br />

2001, mis à jour le 5 Juin 2019,<br />

relatif au Règlement Sécurité Incendie<br />

des ERP (référence : Legifrance.fr), qui<br />

est un modèle du genre<br />

2 • le document de synthèse publié par<br />

l’Ineris, relatif à une Barrière Technique<br />

de Sécurité (B.T.S) – « Systèmes<br />

d’alimentation de secours (Groupes<br />

électrogènes et alimentation sans<br />

interruption) », défini par son site:<br />

https://www.ineris.fr/fr/document-synthese-relatif-barriere-technique-securite-bts-systemes-alimentation-secours-groupes.<br />

Sur le site de l’entreprise Riwald Recycling Franken, la première étape de la destruction<br />

a consisté à endommager les produits de telle sorte qu’ils ne puissent<br />

plus être utilisés. Ensuite, la ferraille est compressée et fondue plus tard dans une<br />

aciérie afin que l’acier puisse retrouver sa place dans le circuit de recyclage des<br />

matériaux. « Les contrefaçons de produits constituent un risque majeur de sécurité<br />

pour l’homme et la machine », a rappelé Edgar Duschl, Senior Vice President<br />

Intellectual Property chez Schaeffler.<br />

ASPECTS DE SÉCURITÉ DÉCISIFS<br />

Les roulements et les produits similaires jouent un rôle crucial en matière de sécurité<br />

dans un grand nombre d’applications et presque dans tous les domaines où il y<br />

a du mouvement. La sécurité et le bon fonctionnement des trains et des voitures<br />

dépendent tout autant des produits fiables de Schaeffler que le fonctionnement<br />

des installations industrielles les plus diverses. « Un roulement défectueux peut<br />

entraîner un besoin de maintenance prématuré, l’arrêt d’une installation et donc<br />

des coûts énormes pour l’exploitant, voire même une panne totale soudaine ou<br />

même un accident pouvant entraîner de graves blessures », explique Edgar Duschl.<br />

Pour Schaeffler, les aspects de sécurité sont donc le moteur principal de la lutte contre<br />

la contrefaçon. « Nos clients doivent toujours pouvoir compter sur les exigences de<br />

qualité les plus élevées, auxquelles Schaeffler répond depuis toujours et ce, aujourd’hui<br />

comme à l’avenir ». Raison pour laquelle il est donc nécessaire d’enquêter au moindre<br />

soupçon. Rappelons au passage que les dommages causés aux entreprises allemandes<br />

par la contrefaçon sont estimés à environ 6,4 Md€ par an par l’association allemande<br />

des constructeurs de machines et d’équipements (VDMA) ●<br />

Pierre Weber<br />

6ı6<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


Des outils innovants pour la<br />

maintenance dans l’industrie<br />

info@synergys-technologies.com<br />

Tel +33(0)3 89 08 32 72<br />

www.synergys-technologies.com<br />

Détection Fuites<br />

Air comprimé<br />

Vide, Gaz sous pression<br />

Contrôle Purgeurs Vapeur<br />

Grand écran tactile<br />

Mise à jour régulière<br />

et gratuite du logiciel


ACTUALITÉS<br />

EXCLUSIF<br />

Sepem Industries Sud-Est pose pour<br />

la première fois ses valises à Martigues<br />

Après Avignon, c’est à Martigues que cette première édition du salon Sepem Industries proposera à l’ensemble<br />

des industriels de Paca de découvrir des solutions pratiques, innovantes et polyvalentes pour répondre à toutes<br />

les problématiques industrielles cœur d’usine. Plus précisément, ce salon se déroulera à la Halle de Martigues<br />

(Parc des expositions), du 6 au 8 juin prochain. Voici le programme des conférences organisées par <strong>Production</strong><br />

<strong>Maintenance</strong>, en partenariat avec l’Afim<br />

Mardi 6 juin<br />

MATINÉE<br />

INDUSTRIE ET<br />

MAINTENANCE 4.0<br />

10h15 : Présentation de l’Afim<br />

avec Karim Kalfane<br />

10h30 : Mettre en place une<br />

démarche d’industrie et de<br />

maintenance 4.0 ? Altrad-Endel<br />

11h30 : Mettre en œuvre des<br />

technologie IoT et jumeaux<br />

numériques dans le cadre de<br />

l’usine digitale (TT-PSC)<br />

APRÈS-MIDI<br />

CYBERSÉCURITÉ<br />

13h45 : Table ronde : 5G<br />

Industriel – Enjeux, bénéfices et<br />

usages<br />

14h30 : Présentation des<br />

propos de l’Anssi, de Neowave et<br />

d’Eurofins<br />

14h45 : Intervention de Kevin<br />

Heydon, délégué de l’Anssi<br />

15h15 : Fido2, nouveau standard<br />

d’authentification adapté à<br />

l’industrie (Neowave)<br />

16h : Comment l’industrie<br />

régule la cybersécurité :<br />

Panorama des réglementations<br />

(Eurofins)<br />

16h45 : Conclusion de la demijournée<br />

sur la cybersécurité<br />

Mercredi 7 juin<br />

MATINÉE<br />

INDUSTRIE ET<br />

MAINTENANCE 4.0<br />

10h15 : Présentation de l’Afim<br />

avec Karim Kalfane<br />

10h30 : Comment Ineos,<br />

spécialiste mondial de la chimie,<br />

implanté à Martigues, optimise<br />

ses opérations de maintenance<br />

grâce à des solutions de «<br />

predictive maintenance » ?<br />

(sociétés Acoem et Ineos)<br />

11h30 : Deux « Fenêtres sur…<br />

des technologies innovantes »<br />

Fenêtre sur… Un atelier d’usinage<br />

connecté (Cetim)<br />

Fenêtre sur… L’impression 3D<br />

métallique pour la production<br />

série (Team Henri-Fabre)<br />

APRÈS-MIDI<br />

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

/ DÉCARBONATION DES<br />

USINES<br />

14h30 : Table ronde autour de<br />

l’efficacité énergétique des usines<br />

Trois spécialistes interrogés<br />

sur la manière de réduire la<br />

facture énergétique les ateliers<br />

de production et décarboner les<br />

usines ?<br />

Intervenants : Jérôme Lescure<br />

(fondateur et Pdg de Neofor), Maxime<br />

Develay-Morice (référent Ademe pour<br />

la décarbonation de l’industrie Paca<br />

& Corse & Outre-Mer) et Christophe<br />

Guillet (responsable développement<br />

Industrie chez Engie Solutions).<br />

15h30 : Réutilisation des eaux<br />

usées appliquée à l’industrie :<br />

méthodologies, techniques et cas<br />

pratiques (Ecofilae)<br />

16h30 : Quels outils adopter pour<br />

gagner en efficacité énergétique ?<br />

Focus sur une solution innovante<br />

pour mesurer avec précision la<br />

consommation d’un site industriel<br />

(Qualisteo)<br />

Jeudi 8 juin<br />

MATINÉE<br />

COMPÉTENCES ET GESTION<br />

D’ÉNERGIE POUR L’INDUSTRIE<br />

10h15 : Présentation de l’Afim avec<br />

Karim Kalfane<br />

10h30 : L’attractivité des métiers<br />

de la maintenance, un enjeu pour<br />

réussir la reconquête industrielle<br />

(Martine Assar -IMT)<br />

11h30 : Industries et<br />

photovoltaïque : les opportunités à<br />

saisir et les pièges à éviter (Daniel<br />

Cluze)<br />

EN SAVOIR PLUS ><br />

martigues.sepem-industries.com<br />

8ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


Logiciel MES pour tous,<br />

sans engagement<br />

Améliorer la performance<br />

de votre usine<br />

_ Suivre la production (TRS)<br />

_ Digitaliser les OFs en lien avec l’ERP<br />

_ Guider les opérateurs<br />

_ Animer la performance<br />

_ Tableaux de bord manager<br />

1<br />

2<br />

3<br />

4<br />

5<br />

Je m’abonne en ligne<br />

Je configure<br />

Je connecte le matériel<br />

J’utilise<br />

Je gagne en performance<br />

119€/mois<br />

par machine<br />

logiciel SaaS, matériel et service<br />

30 jours<br />

d’essai gratuit<br />

sans engagement<br />

financier.<br />

Une solution SaaS d’Astrée Software,<br />

leader français du MES auprès des PME,<br />

avec plus de 17 000 utilisateurs.<br />

www.astngo.com<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı9


TECHNOLOGIES<br />

La maintenance prévisionnelle,<br />

bras armé de l’industrie 4.0<br />

Plus qu’un concept marketing, qui a malheureusement<br />

pris la route d’un anglicisme mal traduit, la maintenance<br />

prévisionnelle répond surtout aux exigences d’une norme<br />

européenne, la NF EN 13306 – article 7.4, apparue en 2018… Cinq<br />

ans déjà que l’on a mis un mot sur la maintenance conditionnelle,<br />

soutenue par des prévisions issues d’une analyse répétée ou des<br />

caractéristiques connues afin d’évaluer avec plus de précisions<br />

les paramètres significatifs de la dégradation d’un équipement.<br />

Aussi, cette dimension idéalisée de la maintenance – quoi de<br />

mieux qu’une machine qui apprend elle-même sur son propre<br />

environnement pour déterminer à quel moment<br />

l’un de ses composants risque de tomber en<br />

panne tout en alertant l’opérateur – a pu naître<br />

grâce à une combinaison de technologies qui<br />

ont su toucher l’industrie : Internet des objets,<br />

miniaturisation de toutes sortes, numérisation<br />

des procédés de production, technologies sans<br />

fil (pour les capteurs notamment), jumeaux<br />

12 La maintenance<br />

prévisionnelle : une évolution<br />

plus qu’une révolution<br />

14 Le Lab Crigen d’Engie<br />

s’appuie sur le jumeau<br />

numérique d’un four<br />

industriel pour entamer sa<br />

transition énergétique<br />

15 3 questions à Guy-Alexandre<br />

Grandin, responsable-adjoint<br />

du Lab Crigen<br />

16 Pentair aide ses clients<br />

à réduire les coûts<br />

d’exploitation des pompes<br />

18 La maintenance n’est pas une<br />

science divinatoire !<br />

20 Comment réussir sa<br />

maintenance prévisionnelle ?<br />

22 Focus sur de multiples<br />

technologies chargées<br />

d’améliorer les opérations de<br />

maintenance<br />

EN SAVOIR PLUS ><br />

Retrouvez toutes les conférences<br />

des salons Sepem Industries<br />

portant sur la maintenance<br />

prévisionnelle en vidéo :<br />

www.youtube.com/c/<br />

SEPEMIndustriesFrance<br />

AU SOMMAIRE DE CE DOSSIER<br />

numériques et autres moyens de supervision, systèmes d’acquisition<br />

et de traitement de données, modules d’intelligence<br />

artificielle (IA)… Sans ce que l’on nomme aujourd’hui communément<br />

« l’industrie 4.0 », pas de maintenance prévisionnelle.<br />

Mais cela ne suffit – malheureusement – pas. Les compétences<br />

doivent toutefois suivre l’évolution rapide des technologies. De<br />

la même manière que les techniciens doivent encore et toujours<br />

disposer de connaissances à la fois en mécanique, en hydraulique,<br />

en électromécanique et autres (…), ils doivent en outre se familiariser<br />

avec des technologies nouvelles. Dans ce nouveau dossier<br />

consacré à la maintenance prévisionnelle,<br />

plusieurs articles montrent des solutions en<br />

application, de manière concrète. L’occasion<br />

peut-être de convaincre les techniciens de<br />

maintenance dans l’usage de ces nouvelles<br />

technologie, sans pour autant négliger son<br />

savoir-faire, qui demeure la vraie richesse<br />

de ce métier ●<br />

Olivier Guillon<br />

©Igus<br />

10ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


WEBINAR GRATUIT<br />

Comment réduire sa<br />

consommation d’air comprimé ?<br />

Le 13 juin 2023 à 11h<br />

Suivi et historisation<br />

FTMg + Monitoring Box : LE COMBO GAGNANT POUR RÉDUIRE SA<br />

FACTURE D’AIR COMPRIMÉ<br />

1. Mesurez précisément votre consommation d’air comprimé dans vos réseaux avec<br />

le capteur multifonctionnel FTMg.<br />

2. Détectez les fuites, réduisez les surconsommations, anticipez les défauts et<br />

optimisez votre maintenance avec le logiciel Monitoring Box.<br />

3. Gagnez en compétitivité et en sobriété énergétique !<br />

s.sick.com/fr-fr-energy-saving-FTMg<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı11


TECHNOLOGIES<br />

AVIS D’EXPERT<br />

La maintenance<br />

prévisionnelle :<br />

une évolution plus<br />

qu’une révolution<br />

La maintenance prévisionnelle se définit comme une déclinaison de<br />

l’industrie 4.0 qui intègre des technologies numériques sur ses moyens<br />

de production. Ces « smart production » permettent de s’adapter à<br />

des secteurs très concurrentiels tout en conservant une rentabilité<br />

forte. Mais par quels moyens ? « En permettant de la personnalisation<br />

unitaire, en usant de moyens de production flexibles ou encore en misant<br />

sur des organisations agiles », répond dans cet article Alain Diouani,<br />

d’AFPI Lyon.<br />

Exemple d’intégration d’un module<br />

de surveillance sur un équipement existant<br />

Alain Diouani<br />

Expert technique maintenance<br />

au sein d’AFPI Lyon (nstitut des<br />

ressources industrielles (Iri))<br />

La maintenance prévisionnelle<br />

s’inscrit donc clairement dans<br />

cette dynamique. Celle-ci<br />

intègre des technologies innovantes<br />

dans ses méthodes, ses organisations<br />

et ses techniques. Prenons l’exemple<br />

de la réalité augmentée. Celle-ci permet<br />

au technicien de maintenance d’intervenir<br />

avec un maximum d’informations<br />

directement sur un terminal informatique<br />

(type tablette / smartphone). De<br />

différentes natures (indicateurs, indications,<br />

alarmes, modèles 3D, gammes<br />

d’interventions…), ces informations vont<br />

faciliter l’intervention du technicien et<br />

ainsi apporter un gain de temps, d’autonomie<br />

et globalement de performance.<br />

Quid de l’humain dans tout ça ? Si les<br />

compétences clés du professionnel de<br />

maintenance n’ont pas changé, la stratégie<br />

de maintenance, elle, a bien évolué. Cela va<br />

nécessairement de pair avec un accompagnement<br />

des hommes sur l’appropriation<br />

de ces technologies, des DATA associées<br />

et de leurs méthodes d’intervention.<br />

Comment assurer ce trait d’union<br />

entre les compétences socle du métier<br />

et ces nouvelles technologies à mettre<br />

en œuvre ? Est-ce que tout ne partirait<br />

pas du besoin de l’entreprise ? Prenons<br />

l’exemple de la société X, spécialisée<br />

dans le recyclage de déchets. Pour créer<br />

de la valeur, cette entreprise utilise un<br />

broyeur qui lui permet de découper puis<br />

de transformer les déchets. Le moteur<br />

de ce broyeur est donc un élément de<br />

première nécessité pour elle. Afin de<br />

réduire la probabilité de défaillance sur<br />

cet équipement, elle s’appuyait sur une<br />

maintenance préventive conditionnelle<br />

avec un contrôle vibratoire annuel réalisé<br />

par une société extérieure.<br />

PASSER DE LA MAINTENANCE<br />

PRÉVENTIVE CONDITIONNELLE<br />

À DE LA MAINTENANCE<br />

PRÉVISIONNELLE<br />

Cette solution ne satisfaisait pas cette<br />

entreprise pour des raisons technico-économiques.<br />

Nous l’avons donc<br />

12ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


Quelques mots<br />

sur l’Iri<br />

accompagnée sur la mise en place<br />

d’une solution de contrôle permanent<br />

(exemple en photo). La solution retenue a<br />

été l’intégration d’un capteur vibratoire<br />

IoT, assurant un monitoring continu de<br />

l’équipement. Au-delà de cette solution<br />

technique, l’enjeu était bien l’accompagnement<br />

humain du technicien vers<br />

de nouvelles compétences : paramétrer<br />

l’IOT, analyser et interpréter les données<br />

et choisir les interventions adaptées.<br />

L’entreprise X a ainsi drastiquement<br />

réduit sa probabilité de dysfonctionnement<br />

en cours de production, optimisé<br />

ses interventions de maintenance<br />

préventives, internalisé le suivi de son<br />

équipement (réduisant ainsi les coûts de<br />

prestation associés), le tout avec un retour<br />

sur investissement inférieur à un an.<br />

En conclusion, l’intégration de ces<br />

nouvelles technologies est bien une<br />

évolution du métier de technicien de<br />

maintenance. Il est donc primordial<br />

d’accompagner le professionnel vers<br />

cette spécialisation : Faire des « datas »<br />

son allié pour maintenir au plus juste.<br />

En fonction du niveau de maturité de<br />

l’entreprise en termes de gestion de la<br />

maintenance et de ses enjeux, cela peut<br />

passer par différentes solutions.<br />

D’une part, de l’accompagnement<br />

technique : sur tout ou partie du projet<br />

de l’entreprise. Cela va de la problématique<br />

à l’intégration de la solution, avec une<br />

redéfinition de la stratégie de maintenance.<br />

D’autre part, de la formation : des sessions<br />

courtes pour appréhender une technologie<br />

en particulier à des formations plus<br />

longues pour une réelle spécialisation.<br />

Enfin, on peut miser sur un mix des deux<br />

afin d’optimiser la réussite de projets<br />

d’envergure avec une forte dimension<br />

stratégique.<br />

Si l’on considère que plus l’activité est<br />

concurrentielle, plus la maintenance est<br />

stratégique, la spécialisation des équipes<br />

devient alors un enjeu majeur ●<br />

Alain Diouani (AFPI Lyon)<br />

L’Institut des ressources<br />

industrielles (Iri) accompagne<br />

et forme les collaborateurs de<br />

l’industrie. Créé en 1961 par les<br />

industriels pour les industriels,<br />

l’Institut des ressources<br />

industrielles (Iri) – AFPI Lyon<br />

/ CFAI Lyon – est membre du<br />

réseau UIMM – Pôles Formation.<br />

L’Iri est animé par la volonté<br />

de former des collaborateurs<br />

– ou futurs collaborateurs –<br />

opérationnels et compétents,<br />

avec des profils en adéquation<br />

avec les constantes évolutions<br />

de l’industrie. Depuis plus de<br />

soixante ans, les équipes de l’Iri<br />

accompagnent les entreprises<br />

industrielles dans leur<br />

recherche de performance et le<br />

développement des compétences.<br />

Situé dans le 8e arrondissement<br />

de Lyon, le centre comprend<br />

30 000 m 2 de moyens et<br />

d’équipements industriels<br />

et s’appuie sur quelque 180<br />

spécialistes (formateurs,<br />

ingénieurs, consultants,<br />

collaborateurs) dédiés à la<br />

performance industrielle dans<br />

onze domaines d’expertise.<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı13


TECHNOLOGIES<br />

DÉCARBONATION<br />

Le Lab Crigen<br />

d’Engie s’appuie<br />

sur le jumeau<br />

numérique d’un<br />

four industriel<br />

pour entamer<br />

sa transition<br />

énergétique<br />

Le projet de Lab Crigen portait sur la meilleure compréhension<br />

d’un four industrielle à partir d’un jumeau numérique<br />

Par la création d’un jumeau numérique de simulation<br />

multiphysique 3D d’un four industriel, connecté en<br />

temps réel à la plateforme IoT ThingWorx de PTC,<br />

et exploité par une solution de réalité mixte, le Lab<br />

Crigen d’Engie a cherché à optimiser le pilotage d’un<br />

actif industriel lors de sa conversion à l’hydrogène…<br />

avec des résultats plus qu’encourageants.<br />

Étudier les ressources énergétiques telles que le gaz<br />

ou le biogaz mais aussi le stockage autour de trois<br />

grands piliers (distribution/production, exploitation<br />

des ressources et écosystème de technologies), le Lab<br />

Crigen a très vite pris ses marques à Stains (Seine-Saint-Denis)<br />

où il est implanté depuis 2020. Ce laboratoire – qui fait partie<br />

des trois centres de R&D d’Engie – consacre une partie de ses<br />

missions à anticiper et accompagner les évolutions industrielles<br />

de l’énergéticien Engie en s’avançant dans la connaissance des<br />

technologies de pointe et l’exploitation fine des actifs énergétiques.<br />

Spécialisé dans les nouvelles sources d’énergie, dans leurs<br />

usages et dans leurs impacts, ce laboratoire mène des projets<br />

de recherche autour des ressources énergétiques liées au gaz et<br />

met en œuvre des projets novateurs pour stimuler et accélérer<br />

la transition énergétique.<br />

Pour atteindre la transition zéro carbone, les actifs industriels<br />

devront s’adapter aux différentes sources d’énergie, tout en<br />

garantissant performance et efficacité. Partant du principe qu’un<br />

four industriel pouvait être un support expérimental de choix<br />

pour reproduire numériquement la conversion à l’hydrogène<br />

des installations industrielles dont le cœur du procédé est la<br />

combustion, le Lab Crigen décide d’étudier son comportement<br />

physique et dynamique en temps réel par la simulation numérique<br />

multiphysique 3D.<br />

UN HUB DE DONNÉES POUR OBTENIR DE<br />

L’INFORMATION EXPLOITABLE<br />

Le Lab Crigen d’Engie a su s’entourer de partenaires experts<br />

qui ont su mutualiser leurs savoirs et leurs expériences terrain<br />

pour mener à bien ce projet. Ainsi, Ansys a permis la création<br />

d’un jumeau numérique de simulation produisant des millions<br />

de données en temps réel ; PTC, la gestion de ces données ainsi<br />

que la connexion en temps réel avec l’installation industrielle ;<br />

et Synergiz, l’exploitation de ces données de manière immersive<br />

et ancrée dans le réel par la réalité mixte grâce aux lunettes<br />

Microsoft HoloLens.<br />

Pour récupérer et centraliser des données de sources variées et<br />

de nature diverses, les uniformiser et exploiter pleinement leur<br />

potentiel, il était nécessaire de recourir à une plateforme capable<br />

de prendre en charge de nombreux protocoles de communication<br />

industrielle. La solution ThingWorx a pu répondre aux exigences<br />

de connectivité IoT de façon probante. Le cloud hybride fut privilégié<br />

afin de s’assurer un contrôle total du système et une plus<br />

grande agilité dans la récupération des données. L’installation et<br />

14ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


3 questions à<br />

Guy-Alexandre Grandin,<br />

responsable-adjoint du<br />

Lab Crigen<br />

Quels sont aujourd’hui les besoins des industriels<br />

en matière de ressources énergétique ?<br />

L’objectif du projet vise notamment<br />

à faire de l’opérateur augmenté<br />

Des entreprises – aussi différentes qu’elles soient<br />

– comme Arcelor, Bonduelle ou encore Baccarat, au<br />

même titre que des clients internes au groupe Engie se<br />

posent aujourd’hui la même question : « quelles vont<br />

être les ressources énergétiques qu’elles vont pouvoir<br />

exploiter, et comment ? ». Or la ressource d’hier n’est<br />

plus celle de demain : entre l’électricité, le biogaz et<br />

l’hydrogène, la tendance se porte inévitablement vers<br />

un mix énergétique. Les entreprises cherchent donc des<br />

réponses et ont besoin d’être rassurées.<br />

Quelles étaient les grandes étapes du projet ?<br />

l’utilisation de ThingWorx sur site furent aisées et la plateforme<br />

accompagna le souhait du Lab Crigen d’Engie de conserver un<br />

contrôle interne.<br />

PARI RÉUSSI ET BILAN ENCOURAGEANT<br />

L’ambition de ce projet réside d’abord dans sa capacité à ancrer<br />

une technologie, de montrer la pertinence d’une convergence IT/<br />

OT et son gain pour ceux qui œuvrent sur le terrain (opérateurs,<br />

mainteneurs, etc.). Un pari réussi ! Tout est prêt, la chaîne de<br />

valeur fonctionne, le couplage est opérationnel et la collecte<br />

des datas via le jumeau numérique en simulation 3D tient ses<br />

promesses. Ainsi, lorsque l’utilisateur sur le terrain se dote des<br />

lunettes Microsoft HoloLens, il prend connaissance en temps<br />

réel des informations du jumeau numérique.<br />

Et, ce qui vaut pour un four pouvant être décliné à d’autres<br />

actifs énergétiques, le Lab Crigen d’Engie est effectivement<br />

au cœur de son rôle : anticiper et proposer. « Nous sommes<br />

ici au cœur de notre vocation d’innovation technologique et,<br />

dans le contexte actuel, il est précieux de pouvoir tracer les voies<br />

d’une consommation énergétique renouvelée grâce à un pilotage<br />

affiné des actifs industriels », détaille Guy-Alexandre Grandin,<br />

responsable-adjoint du Lab Crigen dédié à la gestion de projets<br />

innovants susceptibles d’être déployés à grande échelle (cf.<br />

entretien ci-contre) ●<br />

Pierre Weber<br />

L’installation portant sur un four industriel fonctionnant<br />

au gaz et à l’hydrogène, la question était d’abord de<br />

savoir comment piloter un équipement qui mélange deux<br />

ressources d’énergie différentes. C’est pourquoi depuis<br />

plus huit mois, l’utilisation d’un jumeau numérique nous a<br />

aidé à mieux comprendre son fonctionnement. La priorité<br />

était pour nous de bâtir une maquette virtuelle connectée<br />

en temps réel à un asset physique. Ce jumeau 3D nous<br />

a permis d’obtenir une simulation physique complète et<br />

détaillée – avec Ansys – afin de comprendre l’intégralité<br />

des phénomènes physiques ; mais il a également fallu<br />

nous débarrasser des nombreux câbles qui compliquaient<br />

considérablement l’opération en optant pour une<br />

plateforme IoT avec PTC.<br />

Quelle est la portée de ce projet et quels<br />

utilisateurs potentiels peuvent être intéressés<br />

par vos travaux ?<br />

En tant que laboratoire de R&D, nous montrons la voie<br />

en ouvrant le champ des possibles en montrant qu’une<br />

solution à l’origine complexe fonctionne puis de simplifier<br />

son utilisation à partir de la simulation numérique et<br />

de technologies de réalité mixte. L’objectif final est bien<br />

de faire de l’opérateur augmenté grâce à des outils de<br />

visualisation permettant, en pénétrant virtuellement à<br />

l’intérieur du four, de prendre les meilleures décisions.<br />

Les premiers utilisateurs finaux seront les entités du<br />

groupe Engie mais également d’autres industriels ayant<br />

besoin de plus de traçabilité de leurs équipements<br />

(de la conception à la mise en service), pour mieux<br />

comprendre des équipements complexes (comme le<br />

four en question)… mais aussi ouvrir vers d’autres<br />

développements, notamment à base d’intelligence<br />

artificielle. Il s’agit maintenant de transformer l’essai ●<br />

Propos recueillis par Olivier Guillon<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı15


TECHNOLOGIES<br />

RETOUR D’EXPÉRIENCE<br />

Pentair aide ses clients à réduire<br />

les coûts d’exploitation des pompes<br />

Avec l’aide des produits d’ifm pour la maintenance préventive conditionnelle, le fabricant de pompes a développé<br />

une solution pour ses clients qui rend la maintenance plus efficace. Grâce à l’expertise acquise dans l’analyse des<br />

vibrations, l’équipe néerlandaise de Pentair aide ses clients à réduire les coûts d’exploitation totaux grâce à une<br />

évaluation précise des défauts et à des recommandations d’actions.<br />

Implanté à Winterswijk aux Pays-<br />

Bas, Pentair fabrique des pompes<br />

depuis près de 120 ans, passant<br />

d’une entreprise familiale à un<br />

leader mondial des solutions pour<br />

l’eau. Sous la marque Pentair Fairbanks<br />

Nijhuis, l’entreprise produit des<br />

solutions de pompage intelligentes et<br />

durables pour l’approvisionnement en<br />

eau pour le service public et l’industrie.<br />

« Les pompes sont utilisées par exemple<br />

dans l’approvisionnement en eau potable,<br />

le traitement de l’eau, la lutte contre<br />

les incendies, la distribution régionale<br />

d’eau de chauffage et l’industrie onshore<br />

et offshore », explique Jeroen Munnik,<br />

responsable du centre de service Pentair<br />

à Zevenbergen.<br />

Avec les centres de service de Beverwijk<br />

et de Tynaarlo, il assure aux clients une<br />

assistance complète pour l’utilisation des<br />

pompes : les services proposés vont des<br />

inspections à l’assistance en cas d’un<br />

besoin urgent de maintenance, en passant<br />

par la maintenance préventive et<br />

corrective, l’approvisionnement et le<br />

remplacement de pompes. En cas d’urgence,<br />

les experts sont prêts à intervenir<br />

24 heures sur 24.<br />

LA MAINTENANCE PRÉVENTIVE<br />

CONDITIONNELLE COMPLÈTE LE<br />

SERVICE SUR SITE<br />

Depuis trois ans, Pentair ne mise plus<br />

uniquement sur un service manuel de<br />

spécialistes sur site pour l’assistance<br />

aux clients. « Avec notre solution de<br />

maintenance préventive conditionnelle<br />

Pentair CMD19, nous offrons également<br />

à nos clients les possibilités modernes<br />

d’une maintenance efficace en fonction<br />

des besoins, basée sur l’évaluation du<br />

comportement vibratoire de l’installation.<br />

Il peut s’agir d’une pompe, d’une<br />

roue de pompe ou d’un ventilateur »,<br />

explique Jeroen Munnik. Pentair<br />

CMD19 a été développé en collaboration<br />

avec le fournisseur de solutions<br />

d’automatisation ifm. « Au début de<br />

notre développement, nous avons fait<br />

une étude de marché et avons identifié<br />

ifm comme le fournisseur qui nous<br />

a complètement convaincus, tant au<br />

niveau de son offre que de l’assistance<br />

technique et du service. »<br />

L’ensemble complet de maintenance<br />

16ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


TECHNOLOGIES<br />

préventive conditionnelle comprend les<br />

capteurs, les électroniques de diagnostic<br />

et le logiciel de surveillance vibratoire<br />

ainsi que les capteurs de température<br />

complémentaires. « Si nous avons pu<br />

développer considérablement notre<br />

expertise dans l’analyse vibratoire au<br />

cours des trois dernières années, c’est<br />

en partie grâce au soutien d’ifm, mais<br />

aussi à la représentation détaillée des<br />

indicateurs dans le logiciel d’ifm. Une<br />

fois paramétré, la représentation ‘’ feu<br />

tricolore’’ offre une vue transparente de<br />

l’état de santé actuel de l’installation<br />

surveillée. On ne peut pas faire mieux ».<br />

UNE DÉTECTION PRÉCOCE DES<br />

BESOINS DE MAINTENANCE<br />

POUR ÉCONOMISER DE L’ARGENT<br />

Les clients de Pentair sont également<br />

convaincus par la surveillance automatisée<br />

de l’état de la machine au moyen de<br />

capteurs. « Je me souviens d’un incident<br />

survenu chez un client qui avait installé<br />

la variante modem de notre solution, le<br />

CMD19-M. Grâce au modem, nous recevons<br />

directement les données en temps réel<br />

de l’installation du client. Un jour, nous<br />

avons reçu une alerte et avons découvert<br />

des corps étrangers dans la roue de la<br />

pompe. Nous avons informé le responsable<br />

de la maintenance, qui a été très<br />

surpris, car il n’avait lui-même constaté<br />

aucune dérive. Après la réalisation de la<br />

maintenance et la confirmation des résultats,<br />

il était plus qu’enthousiaste à l’idée<br />

que nous avions évité à l’entreprise une<br />

réparation plus coûteuse avec un éventuel<br />

remplacement de pièces de la pompe. »<br />

Le client en question a économisé environ<br />

40 000 euros, car la maintenance<br />

préventive conditionnelle a permis<br />

d’éviter des dégâts sur les joints mécaniques.<br />

Grâce à l’expérience acquise<br />

dans l’analyse des vibrations, l’équipe<br />

de Jeroen Munnik est capable de faire<br />

des prédictions sur les défauts qui se<br />

produisent à court terme et de prendre<br />

les mesures de maintenance nécessaires.<br />

« Si nous détectons des corps étrangers<br />

dans la roue de la pompe , nous sommes<br />

en mesure d’évaluer si la panne se résoudra<br />

d’elle-même ou si la pompe doit être<br />

arrêtée et dépannée. »<br />

UN INVESTISSEMENT VITE<br />

RENTABILISÉ<br />

Grâce à tous ces avantages, Munnik voit<br />

l’avenir de la surveillance des pompes<br />

dans la maintenance préventive conditionnelle.<br />

« La solution est bénéfique pour<br />

toutes les parties impliquées, qu’elle soit<br />

gérée sur place par le client ou que nous<br />

opérions à distance en tant que prestataire<br />

de services. Le client et notre équipe de<br />

service peuvent agir à temps, avant que<br />

des dégâts importants ne surviennent sur<br />

une pompe. » Et d’ajouter : « De plus, le<br />

personnel de maintenance peut être déployé<br />

là où il est nécessaire. L’alerte précoce et<br />

le remplacement des pièces d’usure basé<br />

sur l’état permettent en fin de compte de<br />

réduire les coûts d’exploitation. En outre,<br />

le comportement vibratoire nous permet de<br />

déterminer le degré d’usure et d’évaluer si<br />

un composant doit être remplacé à la date<br />

prévue ou s’il est encore en état de fonctionner.<br />

En fin de compte, la maintenance<br />

préventive conditionnelle est un investissement<br />

dans l’avenir qui se rentabilise très<br />

rapidement. » ●<br />

Source : ifm<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı17


TECHNOLOGIES<br />

SÉMANTIQUE<br />

La maintenance<br />

n’est pas une science divinatoire !<br />

« En maintenance, on fait des prévisions, pas des prédictions ». C’est en ces termes que Karim Kalfane, professeur à<br />

l’IUT Louis Pasteur de l’université de Strasbourg et représentant régional de l’Afim pour la région Alsace, entend<br />

sensibiliser les professionnels à l’utilisation des termes conformes à la fois à la norme en vigueur au niveau<br />

européen, mais aussi et surtout à la réalité du terrain.<br />

Karim Kalfane,<br />

professeur à l’IUT Louis<br />

Pasteur de l’université<br />

de Strasbourg et<br />

représentant régional<br />

de l’Afim pour la région<br />

Alsace.<br />

Il faut arrêter d’utiliser le terme « maintenance<br />

prédictive » qui est une erreur<br />

de traduction de I’anglais « predictive<br />

maintenance » selon la norme NF EN<br />

13306 de 2018. Le terme correct est « maintenance<br />

prévisionnelle ». Plus précisément, la<br />

définition normalisée s’exprime comme suit :<br />

« maintenance conditionnelle exécutée suite<br />

à une prévision obtenue grâce à une analyse<br />

répétée ou à des caractéristiques connues et<br />

à une évaluation des paramètres significatifs<br />

de la dégradation du bien ».<br />

Il est important d’utiliser le terme de « maintenance<br />

prévisionnelle » car celui-ci est plus<br />

approprié que le qualificatif « prédictive »,<br />

dans la mesure où ce dernier peut donner une<br />

impression erronée de science divinatoire.<br />

À l’inverse, l’utilisation du terme correct<br />

– maintenance prévisionnelle – démontre<br />

le professionnalisme et la conformité aux<br />

normes.<br />

Ainsi, en plutôt le terme correct de « maintenance<br />

prévisionnelle », les professionnels de<br />

la maintenance pourront mieux communiquer,<br />

éviter les confusions et se conformer aux<br />

normes en vigueur. La maintenance prévisionnelle<br />

est une approche importante qui repose<br />

sur l’analyse de données et la surveillance en<br />

temps réel. Il est également important de ne<br />

pas céder aux sirènes de la mercatique en utilisant<br />

des termes inappropriés. Dans le domaine<br />

de la maintenance, il est primordial de rester<br />

fidèle aux définitions et terminologies officielles<br />

définies par les normes en vigueur ●<br />

Karim Kalfane (Afim Alsace)<br />

EN SAVOIR PLUS ><br />

Retrouvez les vidéos<br />

Innova <strong>Maintenance</strong><br />

sur les sites :<br />

afim.asso.fr et<br />

production-maintenance.com<br />

Pour le Sypemi * , marketing et « maintenance<br />

prévisionnelle » ne font pas bon ménage<br />

Dans une de ses fiches thématiques parue en 2017, le syndicat professionnel rappelait que « les termes anglais sont bons pour<br />

le marketing et c’est certainement pour cette raison que nombreux sont ceux qui utilisent le terme de ‘’maintenance prédictive’’.<br />

Les technologies de l’information, elles aussi friandes de concepts « marketés », redoublent d’utilisations du terme ‘’prédictif’’<br />

via la ‘’médecine prédictive’’, la ‘’justice prédictive’’ qui pourtant devraient se tenir à l’écart du terme pour les mêmes raisons que<br />

nous »… Rappelant au passage que « si les mots utilisés sont plus cohérents, plus porteurs de sens et conformes à la norme du<br />

domaine, il vaut peut-être mieux partir du bon pied. L’aspect marketing est éphémère alors que la maintenance prévisionnelle<br />

s’inscrit dans le temps ! »<br />

* Syndicat professionnel des entreprises du facility management<br />

18ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


CONTACT<br />

Daniel MAZIERES | UESystems Europe<br />

Responsable Marché Francophone<br />

T: +33-685 28 51 84 | E: danielm@uesystems.com<br />

OnTRAK<br />

Système de surveillance de Machines Tournantes<br />

Monitoring permanent en temps réel et à distance - IIoT/Cloud<br />

Le système de surveillance temps réel OnTRAK<br />

est un système complet et connecté qui met en<br />

oeuvre les puissants capteurs UESystems de<br />

type Ultra-Trak 750. Il permet d'être alerté en<br />

temps réel dès lors qu'un changement de mode,<br />

une prédéfaillance, une défaillance mécanique<br />

ou un problème de lubrification apparaît sur un<br />

équipement tournant.<br />

Les capacités de détection de la technologie<br />

UESystems couplées à la puissance de l'IIoT<br />

présentent sur un seul et même système<br />

plusieurs bénéfices techniques :<br />

• précocité de détection des défaillances<br />

• surveillance & alerte à distance<br />

• surveillance & alerte temps réel<br />

• simplicité d'installation et d'utilisation<br />

Le système OnTRAK est la solution clé en<br />

main nécessaire à anticiper les défaillances de<br />

machines tournantes de façon sure, efficace et<br />

totalement autonome.<br />

CONNECTIVITE<br />

(ETHERNET, WI-FI OU RESEAU CELLULAIRE)<br />

GRAISSAGE INTELLIGENT<br />

NE GRAISSER QUE LES PALIERS QUI LE<br />

NÉCESSITENT, AU BON MOMENT ET AVEC<br />

LA BONNE QUANTITÉ DE GRAISE – 16<br />

GRAISSEURS AUTONOMES PAR BOITIER<br />

SYSTEME MODULAIRE<br />

CAPACITE DE CONNEXION DE 16<br />

CAPTEURS PAR BOITIER. NOMBRE<br />

DE BOITIERS ILLIMITE GERES PAR<br />

LE LOGICIEL. TABLEAU DE BORD<br />

PERMETTANT DE VISUALISER SUR<br />

UNE SEULE ET MEME INTERFACE UN<br />

NOMBRE ILLIMITE DE CAPTEURS<br />

COMPATIBLE MOBILE<br />

DONNEES CONSULTABLES SUR TOUT<br />

TYPE DE TERMINAL CONNECTÉ : PC,<br />

ORDINATEUR PORTABLE, TABLETTE,<br />

TÉLÉPHONE...<br />

NOTIFICATION D'ALARMES<br />

UN SYSTÈME D'ALERTES INTÉGRÉ<br />

ET CONFIGURABLE AVEC LA<br />

POSSIBILITÉ D'ETRE ALERTE SUR<br />

TABLEAU DE BORD, PAR EMAIL,<br />

SMS, APPLICATION MOBILE, ...<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı19


TECHNOLOGIES<br />

ENTRETIEN<br />

Comment réussir sa maintenance<br />

Dédié à l’ingénierie numérique des systèmes et expert en analyse, modélisation, simulation et aide à la décision<br />

pour les systèmes complexes, l’institut de recherche technologique (IRT) SystemX a lancé il y a quelques années<br />

un projet portant sur la maintenance prévisionnelle et l’optimisation (MPO). Explications avec Selma Khebbache.<br />

Selma Khebbache<br />

Cheffe de projet<br />

MPO (<strong>Maintenance</strong><br />

Prévisionnelle et<br />

Optimisation) au sein de<br />

l’IRT SystemX<br />

Quelles sont les grandes lignes du<br />

projet <strong>Maintenance</strong> Prévisionnelle<br />

et Optimisation ? Quels sont ses<br />

objectifs ?<br />

Lancé en 2018, le projet MPO (<strong>Maintenance</strong><br />

Prévisionnelle et Optimisation)<br />

vient de s’achever. Fédérant des industriels<br />

comme Air Liquide, Airbus Protect,<br />

EDF et Safran et des acteurs académiques<br />

comme CentraleSupélec, l’Université Gustave<br />

Eiffel et l’Université d’Edimbourg, il<br />

a porté sur l’optimisation des politiques<br />

de maintenance des systèmes de production<br />

des industries et s’est concentré sur 3<br />

axes principaux : la chaîne d’acquisition<br />

des données complexes et hétérogènes,<br />

la chaîne de maintenance prévisionnelle<br />

et l’optimisation des stratégies de maintenance<br />

tenant compte de la complexité<br />

des politiques multi-sites.<br />

Le projet a pour objectifs de structurer<br />

la chaîne d’acquisition de données, en<br />

prenant en compte des données hétérogènes<br />

et complexes, mais aussi d’établir<br />

les méthodes et outils liés à la chaîne<br />

complète de maintenance prévisionnelle<br />

au niveau du composant d’un système.<br />

Cela consistait à traiter le problème spécifique<br />

de mise en place de stratégies prévisionnelles<br />

à l’échelle des composants,<br />

en exploitant les informations issues des<br />

capteurs, des sollicitations des composants<br />

20ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


TECHNOLOGIES<br />

prévisionnelle ?<br />

et de leur environnement. Enfin, il s’agit<br />

de mettre en place une chaîne d’optimisation<br />

de politiques de maintenance au<br />

niveau du système industriel en développant<br />

des méthodes et outils au service<br />

de la modélisation et de la simulation de<br />

ces systèmes.<br />

Pourquoi s’intéresser à la<br />

maintenance prévisionnelle ?<br />

La maintenance prévisionnelle fait<br />

partie des préoccupations du moment,<br />

notamment avec l’introduction massive<br />

de capteurs et instruments de mesure<br />

sur les systèmes industriels, qui permettent<br />

ainsi d’obtenir des données<br />

sur l’état du système. Par ailleurs,<br />

l’augmentation de la performance de<br />

traitement des machines informatiques<br />

actuelles rend possible la prise en compte<br />

et l’association avec d’autres données<br />

dites externes : par exemple, des données<br />

issues de l’environnement physique du<br />

système comme la température extérieure,<br />

la pression atmosphérique, etc. ou<br />

des données issues de l’environnement<br />

d’exploitation du système comme des<br />

rapports d’intervention, des disponibilités<br />

de stocks, etc. L’intérêt industriel<br />

est très important car la maintenance<br />

prévisionnelle offre la possibilité de<br />

passer à des stratégies plus avancées<br />

afin de réduire les coûts de maintenance<br />

qui sont très élevés, et de maximiser la<br />

disponibilité opérationnelle des systèmes<br />

industriels. Divers secteurs tels<br />

que l’automobile, le naval ou encore<br />

l’énergie, compte tenu complexité de<br />

leurs systèmes et des coûts de maintenance,<br />

portent un intérêt particulier à<br />

cette technologie. Il y a donc des verrous<br />

scientifiques et techniques d’intérêt que<br />

nous avons voulu appréhender au sein<br />

du projet MPO.<br />

Quels verrous reste-t-il à lever<br />

pour combiner les politiques de<br />

maintenance et les systèmes de<br />

production ?<br />

La maintenance prévisionnelle est basée<br />

sur des données hétérogènes qui mettent<br />

l’accent sur des indicateurs de santé du<br />

système complexe considéré. Elle s’appuie<br />

sur l’analyse de ces données pour<br />

établir des modèles d’apprentissage qui se<br />

doivent d’être précis. Leur couplage avec<br />

l’optimisation permet de réduire la combinatoire<br />

sous-jacente et ainsi de produire<br />

une maintenance prédictive efficace. Une<br />

maintenance prévisionnelle de bout en<br />

bout consiste à lever un certain nombre<br />

de verrous technologiques comme par<br />

exemple, le choix d’outils de collecte de<br />

données et d’apprentissage du Machine<br />

Learning. Les verrous méthodologiques<br />

sous-jacents sont aussi importants à<br />

adresser via des approches d’optimisation<br />

exacte permettant d’établir un plan de<br />

maintenance optimal.<br />

À quels niveaux vos partenaires<br />

industriels et académiques<br />

interviennent-ils dans le projet ?<br />

Nous travaillons étroitement avec les<br />

partenaires industriels dans les locaux de<br />

l’IRT. Ils sont investis dans la réflexion et<br />

la mise en place de solutions développées<br />

dans le projet. Les partenaires académiques<br />

interviennent quant à eux dans<br />

l’accompagnement des deux doctorants<br />

et du post-doc impliqués sur le projet.<br />

Quelles nouvelles technologies<br />

d’intelligence artificielle et<br />

quelle puissance de calcul des<br />

machines permettent-elles<br />

d’optimiser le maintien en condition<br />

opérationnelle ?<br />

Les technologies basées sur l’intelligence<br />

artificielle, notamment l’apprentissage<br />

machine et l’apprentissage profond<br />

(machine learning et deep learning),<br />

sont en plein essor. Elles sont d’intérêt<br />

dans la problématique de gestion<br />

de la maintenance, sous couvert bien<br />

évidemment de la disponibilité d’une<br />

quantité importante de données issues<br />

du fonctionnement et des dysfonctionnements<br />

des systèmes. Le projet MPO a<br />

proposé la solution Premo (Predictive<br />

<strong>Maintenance</strong> Optimization) reposant<br />

sur de l’optimisation stochastique sous<br />

contraintes probabilistes permettant de<br />

proposer un plan de maintenance (ou un<br />

regroupement de tâches de maintenance)<br />

efficace, qui passe à l’échelle même pour<br />

des systèmes larges et complexes.<br />

Quels conseils pouvez-vous donner<br />

pour réussir une maintenance<br />

prévisionnelle ?<br />

La maintenance prévisionnelle est un<br />

outil puissant mais ne peut se mettre en<br />

place sans la mobilisation de plusieurs<br />

compétences : celle des chercheurs,<br />

capables de développer des algorithmes<br />

innovants d’intelligence artificielle et<br />

d’optimisation et celle des experts<br />

métier des systèmes. Elle doit impérativement<br />

tenir compte des exigences du<br />

système et pouvoir se combiner avec<br />

d’autres maintenances, par exemple<br />

en fonction de critères règlementaires,<br />

sans oublier la capacité à impliquer les<br />

techniciens terrain qui verront leurs<br />

métiers évoluer ●<br />

Propos recueillis par Valérie Brénugat<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı21


TECHNOLOGIES<br />

PANORAMA<br />

Focus sur de multiples<br />

chargées d’améliorer les<br />

Ce dossier spécial revient sur différentes nouveautés et les technologies dans les métiers de la<br />

maintenance industrielle pouvant être intégrées dans les ateliers de production et dans le domaine des<br />

services à l’industrie.<br />

« DÉMOCRATISER » L’USAGE DU MES<br />

Durant la mise en œuvre et l’utilisation, il bénéficie de supports<br />

et de services personnalisés avec consultant dédié.<br />

Parmi les fonctions d’Astn’go, notons le suivi production (TRS),<br />

la digitalisation des OFs en lien avec l’ERP, les instructions au<br />

poste, le cahier de poste, l’analyse des pertes, le support des<br />

démarches d’amélioration continue (management visuel, TPM,<br />

SMED, AIC, Lean Manufacturing ), monitoring production<br />

en temps réel pour les managers via des tableaux de bord Web<br />

personnalisés, et enfin une interface dédiée simple et intuitive<br />

pour les opérateurs.<br />

UNE SOLUTION MOBILE POUR AMÉLIORER LA<br />

TRAÇABILITÉ DE SES PESÉES<br />

Innovation technique et d’usage, Astn’go est, selon son concepteur<br />

Astrée Software, la première et seule solution MES SaaS<br />

au monde. « Ce qu’Orange a fait à la maison connectée, Astrée<br />

Software l’a fait à l’usine connectée ». Objectif : rendre la digitalisation<br />

de l’atelier accessible à tous. Ainsi, l’utilisateur dispose<br />

d’une solution « clé en main », évolutive, sécurisée, utilisable<br />

depuis n’importe quel support (PC, tablettes...) à coût restreint<br />

(119€/mois/machine) et sans aucun engagement.<br />

Particulièrement adaptée aux TPE & PME industrielles, la<br />

numérisation de leur usine se fait de façon simple, rapide et<br />

sans investissement initial. Pour la mise en place de son logiciel<br />

MES, l’utilisateur est totalement autonome, s’il suit ces différentes<br />

étapes : s’abonner en ligne sur www.astngo.com, application est<br />

disponible sous 2 minutes, configurer l’application grâce à Astn’go<br />

Academy, réception et connexion des IIoTs, puis utilisation.<br />

L’utilisateur gagne ainsi en productivité (ROI immédiat car pas<br />

d’investissement). L’engagement s’effectue sur sept jours entre<br />

l’abonnement et la collecte automatisée des données machines.<br />

Felix Informatique a lancé une application mobile sous Android<br />

destinée à tirer profit des capacités du matériel (support mobile)<br />

grâce à différentes fonctionnalités : la reconnaissance vidéo des<br />

codes barre et QR-code, les périphériques RFID et (NFC), une<br />

connexion sécurisée, le tout associé à une ergonomie adaptée aux<br />

smartphone, aux PDA et aux tablettes. Cette solution représente<br />

ainsi la première démarche collaborative de Félix Informatique<br />

22ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


TECHNOLOGIES<br />

technologies<br />

opérations de maintenance<br />

avec un groupe de client impliqué dans la construction d’une<br />

nouvelle fonction innovante.<br />

À l’aide des fonctionnalités propre aux smartphones, la solution<br />

mobile assiste le logiciel de pesée et la complète sur plusieurs<br />

points. D’une part, le fait de retracer ses pesées : un premier précontrôle<br />

en quelques étapes des matières pesées avant l’entrée de<br />

celles-ci en zone de production. D’autre part, le fait de fluidifier<br />

le contrôle de ses pesées : contrôle unitaire des matières pesées<br />

(1 à 1) afin de concevoir la formule dans la cuve. Enfin, cette<br />

solution améliore la productivité en profitant de la mobilité du<br />

smartphone dans le contrôle de ses matières pesées dans la zone<br />

de production. Au moyen du scan, il est possible d’optimiser<br />

les coûts en contrôlant l’ensemble des cuves sur des zones de<br />

productions étendues.<br />

de 40m sur cible blanche avec une précision de ± 2 mm), une<br />

connectivité embarquée (IIoT) « impressionnante » (TCP/<br />

IP, Modbus TCP, MQTT et OPC/UA) et « un rapport prix/<br />

performance plus qu’équilibré ». Le succès de tous les capteurs<br />

de distance repose sur le fait qu’ils trouvent leur application<br />

dans presque tous les secteurs industriels. Néanmoins, le<br />

Dx80 se concentre principalement sur les applications dans<br />

l’automobile, le métal et l’acier et les ports.<br />

LE KEYNETIC VEUT SIMPLIFIER LE SUIVI DE<br />

PRODUCTION<br />

UN NOUVEAU CAPTEUR DE DISTANCE DE MOYENNE<br />

PORTÉE<br />

Avec le Dx80, Sick entend combler l’une des lacunes existantes<br />

dans la gamme des capteurs de distance 1D en développant un<br />

capteur TOF « d’une précision exceptionnelle », affirme-t-on<br />

chez le fabricant. Au fil des années, il a en effet été constaté<br />

que les capteurs de milieu de gamme existants ne permettaient<br />

pas de résoudre toutes les tâches, en particulier lorsqu’il s’agit<br />

de positionnement précis et absolu. Le Dx80 est une nouvelle<br />

famille de capteurs de distance basés sur le temps de vol dans<br />

le domaine de la distance 1D et regroupés dans le secteur des<br />

produits de milieu de gamme. Dans le domaine des capteurs<br />

de distance TOF à mesure précise, « les deux variantes du<br />

Dx80 convainquent par une précision unique » (une distance<br />

Cet IoT avancé s’aimante directement sur les machines, apprend<br />

et suit la signature vibratoire des pièces produites pour donner<br />

accès aux industriels à leur niveau de performance en direct. TRS,<br />

TRE, TRG, Pareto des pertes, utilisation machine, comptabilisation<br />

des micro-arrêts sont alors disponibles sur une plateforme<br />

web en direct après seulement 10 minutes d’installation. Le<br />

Keynetic s’adapte à tous types de machines, peu importe leur<br />

âge : machine d’usinage, presse, tournage, assemblage, tous types<br />

de robots… Son algorithme embarqué et son module d’intelligence<br />

artificielle lui permettent de compter les pièces produites<br />

automatiquement et d’analyser le statut des machines en temps<br />

réel. Un écran tactile et un bandeau lumineux facilitent la prise<br />

en main des utilisateurs et le suivi instantané de la production<br />

leur permettant de disposer d’une interface de saisie rapide et de<br />

suivi visuel. Un « véritable bijou technologique Made in France<br />

qui simplifie l’analyse du suivi machine et permet de réaliser de<br />

véritables gains de productivité facilement », vante-t-on chez JPB<br />

Système, société éditrice de la solution Keyprod et Keynetic ●<br />

Pierre Weber<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı23


MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

ÉVÉNEMENT<br />

Smart Manufacturing Summit, un<br />

nouvel événement industriel de GL<br />

Events au Japon prévu en 2024<br />

Officiellement lancé le 7 mars dernier à Lyon sur le salon Global Industrie, ce nouvel événement<br />

professionnel se tiendra en mars 2024, à Aichi Sky Expo. Il sera consacré à l’industrie 5.0 en vue de<br />

construire un avenir intelligent et durable.<br />

À<br />

l’heure où la balance commerciale<br />

française s’enfonce<br />

encore et toujours dans le<br />

rouge, Global Industrie<br />

s’exporte ! Dirigée par Sébastien Gillet,<br />

la marque industrielle de GL Events s’envolera<br />

dans un an au Japon, à Aichi plus<br />

précisément, afin de mettre à l’honneur<br />

l’industrie du futur. Smart Manufacturing<br />

Summit aura ainsi lieu du 13 au 15<br />

mars 2024 à Aichi Sky Expo, au pays<br />

de Toyota, et rassemblera de multiples<br />

acteurs industriels, tant dans l’automotive<br />

que dans l’aérospatial ou la robotique.<br />

Très industrielle, la région est également<br />

en train de devenir le plus grand incubateur<br />

du pays, d’où la présence annoncée<br />

de nombreuses start-up, ce qui ne devrait<br />

pas laisser insensible le pavillon France<br />

prévu sur le salon.<br />

Initié depuis plus de cinq ans, ce projet<br />

franco-japonais, porté par Gl Events et<br />

la préfecture d’Aichi, a finalement vu le<br />

jour plus tard que prévu en raison de<br />

la crise du Covid-19. Il s’agira du premier<br />

événement dédié aux innovations<br />

japonaises et européennes de l’industrie<br />

5.0. Celui-ci viendra ainsi compléter les<br />

éditions parisienne et lyonnaise du salon<br />

Global Industrie. Smart Manufacturing<br />

Summit by Global Industrie sera enfin<br />

le lieu pour s’immerger dans l’industrie<br />

du futur et le média privilégié pour déve-<br />

Rolland Lescure, ministre délégué à l’Industrie, et Christophe Cizeron, directeur général<br />

de GL Events, lors de la conférence annonçant la création du nouveau salon.<br />

lopper des relations commerciales entre<br />

la France, l’Europe et le Japon.<br />

FAVORISER LA MISE EN<br />

RELATION ENTRE LES<br />

INDUSTRIELS EUROPÉENS ET LE<br />

MARCHÉ JAPONAIS<br />

Smart Manufacturing Summit by Global<br />

Industrie s’adresse à tout l’écosystème<br />

industriel (fournisseurs de produits/<br />

solutions, équipementiers, sous- traitants,<br />

start-up, PME, ETI, grands groupes), toute<br />

la chaîne de valeur (R&D, production,<br />

formation etc.) et l’ensemble des filières<br />

industrielles (agroalimentaire, biens de<br />

consommation, chimie, défense, énergie,<br />

métallurgie, pharmacie, transport & mobilité,<br />

sidérurgie etc.).<br />

Invités à se rencontrer au sein d’une<br />

région connue pour être une plate-forme<br />

industrielle majeure en Asie, visiteurs et<br />

exposants ont désormais un lieu, le parc<br />

des expositions d’Aichi Sky Expo, et une<br />

date, du 13 au 15 mars 2024, pour des<br />

rencontres autour des problématiques<br />

de développement d’une industrie plus<br />

intelligente et plus durable ●<br />

Pierre Weber<br />

© Ingrid MOYA<br />

24ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°80 • octobre - novembre - décembre 2022


MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

FOCUS<br />

Quid des start-up<br />

impliquées<br />

dans la maintenance<br />

industrielle ?<br />

Alors que s’ouvre le salon Viva Tech,<br />

lequel rassemblera des milliers de startup<br />

à la Porte de Versailles dans quelques<br />

semaines au sein du plus important<br />

événement européen dans ce domaine,<br />

voici dans ce dossier un aperçu de ces<br />

jeunes entreprises impliquées dans la<br />

maintenance industrielle. Survivrontelles<br />

? L’avenir nous le dira.<br />

> Predictive Layer<br />

Cette start-up développe des solutions<br />

d’analyse de données pour aider les<br />

entreprises à optimiser leur maintenance<br />

prévisionnelle. Ils utilisent l’intelligence<br />

artificielle et des algorithmes d’apprentissage<br />

automatique afin d’analyser de grands<br />

ensembles de données et prévoir les défaillances<br />

potentielles des équipements avant<br />

qu’elles ne se produisent. Leurs solutions<br />

sont conçues dans le but de réduire les<br />

coûts de maintenance, augmenter le temps<br />

de fonctionnement des équipements et<br />

améliorer l’efficacité opérationnelle globale.<br />

> Syrlinks<br />

Syrlinks est une start-up qui conçoit des<br />

systèmes de communication pour les industries<br />

aérospatiales et spatiales. Ses solutions<br />

sont utilisées dans les engins spatiaux, les<br />

satellites et d’autres applications spatiales<br />

où une communication fiable est essentielle.<br />

L’entreprise dispose d’une expertise en<br />

radiofréquence, en traitement des signaux<br />

numériques et en systèmes intégrés, et elle<br />

utilise ses connaissances pour mettre au<br />

point des solutions de communication<br />

innovantes qui répondent aux exigences<br />

particulières de ses clients.<br />

> Diota<br />

Cette start-up qui développe des solutions<br />

de réalité augmentée pour la maintenance<br />

industrielle. Ces solutions utilisent une<br />

technologie de visualisation avancée pour<br />

fournir aux techniciens des informations<br />

et des conseils en temps réel pendant les<br />

tâches de maintenance. Elles peuvent être<br />

utilisées avec des appareils mobiles et des<br />

lunettes intelligentes, et il a été prouvé<br />

qu’elles réduisent le temps de maintenance,<br />

améliorent la qualité et renforcent<br />

la sécurité.<br />

> Deepomatic<br />

De son côté, la start-up utilise l’intelligence<br />

artificielle pour développer des<br />

systèmes de maintenance prévisionnelle<br />

qui analysent les données de performance<br />

des machines et des équipements afin<br />

de prédire les défaillances potentielles.<br />

Leurs solutions sont conçues pour<br />

améliorer le temps de fonctionnement<br />

des équipements et réduire les coûts de<br />

maintenance, et elles peuvent être personnalisées<br />

pour répondre aux besoins<br />

spécifiques de leurs clients.<br />

> KeeeX<br />

KeeeX est une start-up qui fournit des solutions<br />

de cybersécurité pour les applications<br />

industrielles. Leurs solutions utilisent la<br />

technologie blockchain pour sécuriser les<br />

données sensibles et prévenir les cyberattaques.<br />

Ils travaillent avec les entreprises<br />

pour identifier les risques de sécurité<br />

potentiels et développer des solutions<br />

personnalisées pour s’en protéger ●<br />

Pierre Weber<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı25


MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

COMPÉTENCES<br />

Faire face à la pénurie<br />

de techniciens<br />

Créée en 2021 par Nathan Jorez et Éric Chirac, la start-up<br />

Migen a pour objectif d’aider les entreprises – en particulier<br />

les grands groupes – à pallier leurs besoins en<br />

personnel, à la fois pour de courte durée (dépannage, maintenance<br />

ponctuelle, installation), ou des projets plus complexes (et donc<br />

plus longs) tels que du transfert, du montage, du rétrofit ou tous<br />

projets divers. « Nous offrons une gamme complète de services<br />

de maintenance industrielle, allant de l’installation et la remise<br />

aux normes à la conception et au dépannage, indique l’un des<br />

co-fondateurs. Nous sommes spécialisés dans l’optimisation de<br />

la performance de votre infrastructure, 24 heures sur 24, sept<br />

jours sur sept, partout en France. »<br />

Une équipe de techniciens qualifiés est équipée de l’outillage<br />

complet et des équipements de protection individuelle nécessaires<br />

pour effectuer tous les travaux de maintenance nécessaires, que<br />

ce soit une simple réparation ou une remise en état complète de<br />

votre équipement. Nous sommes également experts en transfert<br />

d’usines, en rétrofit et en études personnalisées pour répondre<br />

aux besoins spécifiques de votre entreprise ●<br />

LA BONNE IDÉE<br />

Eclore Actuators s’inspire de<br />

l’origami pour concevoir ses<br />

soufflets de protection<br />

Créée en 2019, la start-up nantaise<br />

Eclore Actuators entend<br />

faire bouger l’industrie grâce<br />

à un système inédit de soufflets de<br />

protection pour vérins hydrauliques<br />

et pneumatiques. Grâce à un procédé<br />

de fabrication propre et breveté, Eclore<br />

Actuators s’est donnée pour mission<br />

de proposer une solution adaptée aux<br />

exigences actuelles de l’industrie. Baptisé<br />

EPBL (Eclore Protective Bellow<br />

Linear), ce soufflet innovant à haute<br />

efficacité énergétique se démarque par<br />

une conception novatrice inspirée de<br />

l’origami. Un choix audacieux qui<br />

prend exemple sur la nature. Le pli<br />

est l’une de ces optimisations. Formé<br />

sous la contrainte, il s’adapte aux sollicitations<br />

mécaniques.<br />

Le soufflet se présente sous la forme<br />

d’un tube circulaire aux faces polygonales<br />

qui se déploie sur toute la<br />

longueur. « Nous avons travaillé de<br />

manière très empirique pour mettre<br />

au point ce procédé de pliage car les<br />

plis sont très difficilement modélisables,<br />

explique Gautier Le Boulch, fondateur<br />

et CEO d’Eclore Actuators. Nous avons<br />

donc essayé beaucoup de motifs et de<br />

combinaisons, tout en jouant sur de<br />

nombreux paramètres de production ».<br />

La forme inédite de ce soufflet apporte<br />

de la flexibilité, améliore sa résistance,<br />

sa praticité ; elle permet également<br />

d’obtenir un meilleur compromis entre<br />

rigidité et amortissement des chocs ●<br />

26ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

SÉCURITÉ<br />

Un partenariat avec une startup<br />

pour améliorer la sécurité<br />

active des travailleurs isolés<br />

Parade, un des experts français de la chaussure de sécurité, a signé un partenariat<br />

avec WaryMe, start-up rennaise, spécialiste des PTI/DATI. Il lui<br />

confiera désormais la détection de chute (DATI) à l’expert des dispositifs<br />

d’alerte WaryMe. Afin de proposer le meilleur de leurs expertises respectives, la<br />

gamme de chaussures de sécurité Parade Connect permet d’accueillir la solution<br />

DATI WaryMe pour détecter les chutes importantes et brutales.<br />

COMMENT FONCTIONNE CETTE SOLUTION ?<br />

Il suffit d’acheter sa paire de chaussures de sécurité Parade Connect puis de souscrire<br />

à la solution DATI WaryMe dont le boîtier électronique s’intègre au cœur du talon de la chaussure. Ainsi, ce service de détection de<br />

chute se fait le plus discret possible. Puis en cas de chute importante et brutale, le dispositif se déclenche et transmet l’information<br />

à l’application mobile WaryMe ; celle-ci déclenche à son tour une alerte géolocalisée vers les contacts d’urgence définis.<br />

En France, on estime le nombre de travailleurs isolés à 1,5 million et une chute grave se produit toutes les 7 minutes en moyenne.<br />

De fait, les chutes représentent la troisième cause d’accident du travail ●<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı27


MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

MALIN<br />

My Battery Health veut<br />

prévoir en amont l’usure<br />

de batterie des véhicules<br />

Si la voiture électrique connaît un<br />

essor sans précédent, son point<br />

faible demeure l’autonomie et de la<br />

durée de vie de la batterie. Pour pallier<br />

ce problème, la start-up française Via-<br />

2moov a créé My Battery Health, une<br />

application innovante qui permet de<br />

tester la santé de la batterie des voitures<br />

électriques et hybrides, et d’obtenir des<br />

indications sur son usure future.<br />

My Battery Health est la première solution<br />

multi-marques et 100 % digitale<br />

d’évaluation de la santé des batteries des<br />

véhicules électriques et hybrides. Grâce<br />

à des outils qui modélisent et simulent<br />

les différentes utilisations de la batterie,<br />

l’application offre des rapports précis et<br />

faciles à comprendre sur l’état de santé<br />

de la batterie. Celle-ci est liée à une base<br />

de données centralisée dans le cloud, et<br />

à un dashboard de suivi dédié à chaque<br />

utilisateur. My Battery Health utilise<br />

un algorithme unique, qui remodélise<br />

le pack de la batterie et permet d’établir<br />

son état de santé (SOH, ou « state of<br />

health ») à l’instant T. Cet algorithme<br />

est nourri par une base de données qui<br />

réunit plusieurs dizaines de milliers de<br />

tests effectués ces dernières années :<br />

My Battery Health dispose en effet<br />

d’accès sécurisés sur les serveurs des<br />

constructeurs automobiles et récupère<br />

les données de conduite et de charge<br />

directement chez eux ●<br />

DRONE<br />

Succès d’une campagne de<br />

quantification du méthane<br />

et du dioxyde de carbone<br />

sur des plateformes offshores<br />

Uavia, l’éditeur deeptech spécialisée<br />

dans la collecte et l’analyse<br />

de la donnée au service de l’industrie<br />

4.0, a annoncé avec le CNRS,<br />

l’Université de Reims Champagne-Ardenne<br />

(Urca) et TotalEnergies, le succès<br />

de leur première campagne de quantification<br />

autonome de gaz à effet de serre aux<br />

Pays Bas. A l’aide de la solution Ausea.<br />

Durant une semaine d’opérations menées<br />

en octobre, la deeptech et TotalEnergies<br />

ont réalisé seize vols au-dessus de plateformes<br />

offshores en utilisant un drone<br />

autonome « Uavia inside » et ont validé<br />

plusieurs fonctionnalités qualififiées de<br />

« révolutionnaires pour l’Industrie ».<br />

Tout d’abord, le rebouclage en temps réel<br />

des mesures échantillonnées (concentrations<br />

de gaz et vent) vers la navigation<br />

autonome du drone, permettant une<br />

collecte exhaustive de données pour une<br />

rétro-modélisation précise des émissions.<br />

Ensuite, le traitement embarqué à très<br />

haute fréquence des données, permettant<br />

ainsi d’atteindre la fréquence cible de<br />

24 Hz de traitement des données issues du<br />

capteur Ausea. Enfin, il s’agit de l’acquisition<br />

par le drone des données relatives<br />

au vent, et fusion de celles-ci à l’échantillonnage<br />

des données de concentration, et<br />

du suivi et visualisation à distance et en<br />

temps réel des concentrations via le lien de<br />

communication IP disponible sur site ●<br />

28ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


ifm vous présente sa mini-série :<br />

T’AS TOUT<br />

CAPTÉ !<br />

La vraie vie de nos capteurs pour le meilleur et pour le rire !<br />

LE CAPTEUR SD<br />

Compteurs d’air comprimé<br />

et de gaz industriels SD<br />

> RETROUVEZ UN NOUVEL<br />

ÉPISODE CHAQUE MARDI<br />

SUR NOTRE PAGE LINKEDIN :<br />

IFM ELECTRONIC FRANCE<br />

ifm.com/fr<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı29


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

EN APPLICATION<br />

L’efficacité énergétique<br />

dans les métiers<br />

EN SAVOIR PLUS ><br />

Retrouvez toutes les conférences<br />

Selon l’Agence internationale de des salons Sepem Industries<br />

l’énergie (AIE), l’industrie se hisse<br />

portant sur l’efficacité<br />

en tête des secteurs d’activité les plus<br />

énergétique en vidéo :<br />

consommateurs au monde d’électricité,<br />

de gaz naturel et de charbon avec 42 %<br />

www.youtube.com/c/<br />

SEPEMIndustriesFrance<br />

de la demande d’électricité mondiale. Une<br />

consommation d’énergie qui représente un coût élevé pour les<br />

entreprises en raison d’une explosion des coûts (en particulier<br />

en France avec un prix du MWh autour de 280€) mais aussi<br />

une empreinte carbone désastreuse ; selon une étude menée<br />

par ABB, l’industrie était responsable de neuf gigatonnes<br />

de CO 2 , soit 45 % du total des émissions directes en 2021.<br />

De quoi s’inquiéter de l’état de la planète qui, malgré la prise<br />

de conscience (excessivement tardive) des pouvoirs publics, ne<br />

semble pas s’arranger avec des sécheresses annoncées dès cet<br />

hiver, des canicules en Espagne et en Asie et de nombreuses<br />

intempéries – comme en avril dernier en Californie qui s’est<br />

retrouvée sous d’importantes inondations.<br />

Néanmoins, nous devons continuer à espérer et entrer dans le<br />

concret. Pour cela, de nombreuses solutions peuvent d’oreset-déjà<br />

être mises en place dans les usines, que ce soit au sein<br />

des ateliers de production, sur les équipements et les machines<br />

mais aussi sur les sites industriels. But final ? La décarbonation<br />

bien sûr. Mais avant cela, la priorité est avant tout de réduire<br />

sa facture énergétique puis atteindre les objectifs imposés<br />

par la législation européenne.<br />

Ce dossier, le premier de l’année, inaugure aussi une nouvelle<br />

rubrique dans le magazine <strong>Production</strong> <strong>Maintenance</strong>, tant<br />

le sujet est crucial et les attentes des services maintenance<br />

sont conséquentes. Désormais, chaque trimestre, nos fidèles<br />

lecteurs trouveront, nous l’espérons, réponse à leurs questions.<br />

Je rappelle également à ce titre que la revue, en tant que<br />

partenaire privilégié des salons Sepem Industries (qui ont<br />

lieu partout en France trois à quatre fois par an), de organise<br />

plus en plus de conférences et de tables rondes traitant du<br />

sujet, de façon pratique et pragmatique. N’hésitez donc pas<br />

à vous rendre sur ces événements industriels de référence ou<br />

de visionner les conférences sur la chaîne Youtube du salon ●<br />

Olivier Guillon<br />

30ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

désormais prioritaire<br />

de la maintenance<br />

AU SOMMAIRE DE CE DOSSIER<br />

32 Dix choses à savoir pour gagner en efficacité<br />

énergétique<br />

34 Le rôle essentiel des solutions<br />

d’entraînement dans l’efficacité énergétique<br />

36 Focus sur de multiples technologies dans le<br />

domaine de la maintenance prévisionnelle<br />

39 Mettre en place des panneaux solaires.<br />

Usages et bonnes pratiques<br />

42 « Quatre raisons pour lesquelles nous<br />

condamnons nos compresseurs d’air<br />

industriels à une mort prématurée »<br />

©CHUNYIP WONG<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı31


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

PRATIQUE<br />

10 choses à savoir pour gagner<br />

en efficacité énergétique<br />

Dans un guide portant sur l’efficacité énergétique paru fin 2022, plusieurs experts – parmi lesquels Adrian<br />

Guggisberg, Tarak Mehta et Morten Wierod, présidents des branches Motion Service, Motion Business et<br />

Electrification du groupe ABB – ont émis dix recommandations à destination des entreprises industrielles.<br />

10 ACTIONS EN FAVEUR DE L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

À L’INTENTION DES DIRIGEANTS INDUSTRIELS<br />

Conscient du rôle citoyen que<br />

doivent jouer les entreprises<br />

en la matière, le Mouvement<br />

pour l’efficacité énergétique,<br />

lancé par ABB en 2021, propose dans le<br />

cadre d’un rapport dix solutions pratiques<br />

pour les entreprises industrielles qui souhaiteraient<br />

améliorer rapidement leur<br />

efficacité énergétique. Ce guide entend<br />

ainsi proposer des pistes d’amélioration<br />

susceptibles de réduire considérablement<br />

les factures d’énergie et les émissions<br />

carbone à court et moyen terme, sans<br />

compromettre la productivité industrielle.<br />

Ce « Rapport sur l’Efficacité Energétique »<br />

réalisé à la demande du Mouvement pour<br />

l’efficacité énergétique, liste dix actions<br />

que les acteurs industriels peuvent mettre<br />

en place pour améliorer leur efficacité<br />

énergétique. Pour Fabien Laleuf, directeur<br />

général d’ABB France, « les propositions<br />

identifiées dans le rapport du Mouvement<br />

pour l’efficacité énergétique permettent à<br />

32ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

l’ensemble des acteurs industriels - PME,<br />

ETI comme grands groupes - qui le souhaitent<br />

de se mobiliser et d’agir afin de<br />

renforcer l’efficacité énergétique de leurs<br />

installations, et ainsi de diminuer rapidement<br />

les émissions de gaz à effet de serre de<br />

l’industrie tout en réalisant d’importantes<br />

économies au regard du contexte actuel ».<br />

VERS UN MODÈLE D’INDUSTRIE<br />

4.0 EN FAVEUR DE LA<br />

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE<br />

S’appuyant sur les contributions de<br />

membres du Mouvement (institutions<br />

internationales comme l’AIE, entreprises<br />

telles que ABB, Microsoft, Alfa Laval,<br />

DHL Group et instituts de recherche<br />

de référence à l’international, tels que<br />

l’école polytechnique de Zürich), le<br />

rapport se concentre sur des solutions<br />

technologiques matures et largement<br />

disponibles qui donneront des résultats<br />

et un retour sur investissement rapides<br />

- et qui peuvent être déployées à grande<br />

échelle.<br />

EN SAVOIR<br />

PLUS ><br />

Accéder<br />

au rapport<br />

complet<br />

Parmi les recommandations les plus<br />

marquantes, notons celles consistant à<br />

améliorer l’organisation industrielle grâce<br />

à la réalisation d’audits énergétiques,<br />

au redimensionnement des machines<br />

industrielles ou encore à l’installation de<br />

variateurs de vitesse (30% d’amélioration<br />

de l’efficacité énergétique sur ce dernier<br />

point, avec des avantages immédiats en<br />

termes de réduction des coûts et des émissions<br />

carbones associées)… Ou encore<br />

la nécessité d’accélérer la transition vers<br />

un modèle d’industrie 4.0 et renforcer<br />

la digitalisation par le biais de capteurs<br />

de surveillance numérique de l’énergie<br />

en temps réel, sans oublier l’utilisation<br />

de solutions d’automatisation des bâtiments,<br />

permettant de contrôler et piloter<br />

efficacement les systèmes d’alimentation,<br />

l’éclairage, les stores et le chauffage, la<br />

ventilation et la climatisation… ●<br />

Pierre Weber<br />

VIDEO<br />

ROUILLE ?<br />

DEMO<br />

PLUS RIEN !<br />

✓ PUISSANT<br />

✓ SANS PONÇAGE<br />

✓ RÉUTILISABLE<br />

✓ BIODÉGRADABLE<br />

Pour plus d’informations : hello@crcindinfo.com<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı33


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

ENTRETIEN<br />

Le rôle essentiel des solutions<br />

dans l’efficacité<br />

Jean-Luc Lalande<br />

Directeur Marketing et<br />

Business Development,<br />

Jean-Luc Lalande<br />

travaille chez Sew<br />

Usocome de-puis près<br />

de trente ans.<br />

En tant que fabricant de solutions d’entraînement, SEW Usocome est en première<br />

dans les problématiques des industriels en matière de gain de consommation<br />

d’énergie sur leurs lignes de production, et plus particulièrement au niveau des<br />

motorisations, l’un des premiers postes de consommation dans une usine.<br />

Que voyez-vous chez vos clients en matière d’efficacité<br />

énergétique ? Constatez-vous un changement de<br />

mentalité ?<br />

À quelles problématiques sont-ils confrontés et<br />

comment cette question de la hausse des coûts de<br />

l’énergie impacte-t-elle leurs investissements ?<br />

Oui. Les industriels en font dorénavant une priorité. Autrefois,<br />

ceux-ci s’étaient concentrés sur les utilités – la ventilation en particulier.<br />

Ils ont ensuite investi dans le process avec la production<br />

de froid et la gestion de fluides. Maintenant, ils s’intéressent à<br />

l’intégralité de la chaîne de production du stockage amont des<br />

matières premières jusqu’à la fin de ligne. Ils exigent cependant<br />

des calculs précis de retour sur investissement (ROI) auprès de<br />

leurs fournisseurs de solutions.<br />

L’énergie intervient pour une forte proportion dans la majorité<br />

des process, en particulier dans l’industrie lourde. Bien sûr,<br />

pour réduire fortement cette consommation, il convient de<br />

réfléchir globalement sur le sujet. Le choix d’un moteur à haut<br />

rendement électrique est une première étape mais demeure<br />

globalement insuffisante.<br />

Il faut aller plus loin en analysant le cycle des machines et<br />

en vérifiant la qualité des transmissions, en particulier celle<br />

des réducteurs. Il est nécessaire également de voir comment<br />

il est possible d’utiliser l’énergie de freinage en la restituant<br />

au réseau ou bien en lui permettant d’alimenter d’autres<br />

moteurs simultanément ou bien après stockage court.<br />

Quelles solutions leur proposez-vous (remplacement<br />

de certains éléments/composants, achats de solutions<br />

particulières sur des installations existantes...) ?<br />

Movigear Performance :<br />

unité mécatronique<br />

complète haut<br />

rendement IE5<br />

Les retrofits porte sur le fait de changer l’ensemble de motorisation<br />

d’une machine ainsi que son système d’asservissement<br />

associé avec des nouveaux moteurs. Ces retrofits sont possibles<br />

surtout pour des solutions de motorisations âgées de<br />

15 à 20 ans, lesquelles sont depuis longtemps amorties. Les<br />

accroissements de rendement peuvent être considérables et<br />

les ROI particulièrement courts. De plus, l’empreinte carbone<br />

reste mesurée car les moteurs de l’ancienne installation sont<br />

quasiment et intégralement recyclables.<br />

34ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

d’entraînement<br />

énergétique<br />

Movimot Performance :<br />

électronique embarqué<br />

sur moteur IE5<br />

Et comment les mettre en œuvre ? Quelles bonnes<br />

pratiques adopter ?<br />

Il est avant tout important de faire un bilan avec l’un de nos<br />

ingénieurs. Celui-ci se chargera de réaliser une simulation permettant<br />

de calculer le ROI. Actuellement, il est bien souvent<br />

inférieur à deux ans.<br />

Quelques recommandations pour<br />

réduire sa consommation énergétique<br />

Afin d’agir sur sa facture énergétique, laquelle ne cessé d’exploser<br />

depuis la sortie de la crise sanitaire et surtout l’invasion de<br />

l’Ukraine, voici huit étapes à franchir, selon le fabricant de solution<br />

d’entraînement SEW Usocome.<br />

Tout d’abord, il est important d’identifier les motorisations<br />

(antérieures aux moteurs de classe IE3), fonctionnant en continu,<br />

sans variateur de vitesse, puis d’identifier le besoin réel (c’est-à-dire,<br />

mesurer les consommations d’énergie). La troisième étape consiste<br />

à optimiser la chaîne de transmission mécanique, à savoir minimiser<br />

les pertes de l’installation et mener une stratégie de maintenance<br />

préventive. Ensuite, il est recommandé d’installer un variateur de<br />

vitesse afin d’adapter la consommation énergétique aux besoins de<br />

l’usine.<br />

Une cinquième étape consiste naturellement à installer quand c’est<br />

nécessaire des motorisations de classe IE5 (soit des motoréducteurs<br />

à faible consommation), la suivante conseille d’optimiser les modes<br />

de marche et de fonctionnement de ses moteurs (commande et<br />

régulation de process). La septième étape consiste à améliorer la<br />

gestion du mouvement et de l’énergie (c’est-à-dire l’optimisation<br />

des trajectoires, la réinjection et le stockage de l’énergie), l’ultime<br />

étape porte sur les mesures et les analyses à l’aide de solutions de<br />

monitoring et de reporting selon l’ISO 50 001.<br />

En matière d’exploitation, il est nécessaire de veiller à soigner<br />

des transmissions (directes ou indirectes) entre les différents<br />

types de courroies et les chaînes afin de s’assurer s’ils sont bien<br />

graissés. Il en est de même au niveau de la lubrification du<br />

réducteur ; chez SEW Usocome, nous avons d’ailleurs mis sur<br />

le marché une gamme de lubrifiants réalisée en partenariat avec<br />

un pétrolier permettant de gagner 1 à 3% de consommation<br />

(en plus de gagner en durée de vie), sans pour autant modifier<br />

le châssis.<br />

C<br />

M<br />

J<br />

Avez-vous un cas concret à nous donner en exemple ?<br />

Nous en avons même un certain nombre ! à titre d’exemple, nous<br />

avons accompagné le centre de tri Smictom d’Alsace centrale<br />

dans le remplacement de ses quarante-trois moteurs IE2 par des<br />

technologies IE4. Pour cela, nous avons travaillé conjointement<br />

avec le bureau d’études du groupe et son fournisseur de moteurs<br />

afin de gagner 30% de la consommation énergétique. Finalement,<br />

nous avons obtenu une amélioration de 35% de performance<br />

énergétique entre l’ancien et le nouveau centre de tri grâce au<br />

dimensionnement optimal de l’air comprimé mais également<br />

grâce au remplacement de modes d’éclairage ●<br />

Propos recueillis par Olivier Guillon<br />

CM<br />

MJ<br />

CJ<br />

CMJ<br />

N<br />

8 MILLIONS DE PIÈCES<br />

TAXI COLIS ET LIVRAISON EXPRESS<br />

SUIVI PERSONNALISÉ POUR LES PROS<br />

RELATION DIRECTE AVEC LES FABRICANTS<br />

ENTREPRISE CERTIFIÉE ISO 9001<br />

Excellent<br />

basé sur 58 928 avis<br />

ROULEMENT<br />

PALIER<br />

JOINT<br />

SILENT BLOC<br />

COURROIE<br />

ROTULE<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı35


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

EN APPLICATION<br />

Aperçu de solutions<br />

pour réduire sa facture d’énergie<br />

Dans ce focus pleinement consacré à l’efficacité énergétique des usines, voici un panorama de<br />

solutions et de technologies pouvant être mises en place sur les lignes de production, les réseaux<br />

et autres composantes d’un site industriel.<br />

UNITe OPTE POUR LA SUPERVISION DIGITALE<br />

POUR SES CENTRALES HYDROÉLECTRIQUES<br />

Plutôt que d’investir lourdement pour moderniser son<br />

monitoring vieillissant, le groupe UNITe – à travers sa<br />

filiale Hydrowatt, en charge de l’exploitation de ses centrales<br />

hydroélectriques – a décidé d’opter pour un service extérieur<br />

de supervision hébergé sur un Cloud. Encore peu répandue<br />

en hydroélectricité, cette pratique permet à l’exploitant de<br />

bénéficier d’une technologie souple, sécurisée et qui ne<br />

nécessite aucune nouvelle installation sur site.<br />

L’outil développé par les équipes du Pôle Solutions Digitales<br />

d’Engie Solutions se présente comme un système ouvert,<br />

plutôt simple à installer et souple à utiliser. Concrètement,<br />

36ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


Avec SEW USOCOME,<br />

mettez votre énergie dans les économies !<br />

Découvrez nos solutions pour<br />

baisser jusqu’à<br />

50 %<br />

votre consommation !<br />

Flashez pour<br />

en savoir plus<br />

www.usocome.com<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı37


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

il s’agit d’une solution API (application programming<br />

interface) dotée d’une architecture en modules permettant<br />

à des applications hétérogènes de communiquer entre elles<br />

et de partager des données. De manière générale, une vue<br />

synoptique présente l’état de l’ensemble des centrales avec<br />

leur puissance instantanée. Grâce à cet outil, UNITe dispose<br />

pour chacune de ses quarante centrales françaises des données<br />

globales (puissances instantanée et réactive, tension, intensité,<br />

vitesse de rotation) et techniques des équipements, des données<br />

de surveillance des groupes, d’indicateurs de démarrage,<br />

de la liste des consignations d’état, des courbes et tableaux<br />

d’historiques et des images de vidéosurveillance.<br />

Des nouveautés<br />

dans la mesure d’énergie<br />

Phoenix Contact vient<br />

de compléter son offre<br />

pour le tertiaire avec<br />

deux nouveaux compteurs<br />

d’énergie homologués<br />

MID, EEM-DM357-70 et<br />

EEM-AM157-70. Ceux-ci<br />

permettent de mesurer<br />

l’énergie dans des<br />

environnements exigeants<br />

avec une température de<br />

service allant jusqu’à 70°C<br />

(pour la chaufferie ou la<br />

borne de recharge pour<br />

véhicule électrique). Le<br />

premier compteurs offre<br />

un suivi sur les réseaux<br />

triphasés tandis que le<br />

second s’adaptee aux<br />

réseaux monophasés.<br />

Tous deux équipés d’une<br />

interface Modbus/RTU sur<br />

RS-485 et peuvent être<br />

facilement intégrés à la<br />

GTB.<br />

Par ailleurs, le fabricant<br />

propose une large gamme<br />

d’outils pour mesurer et<br />

suivre les consommations<br />

d’énergie avec des<br />

centrales de mesure<br />

offrant des interfaces de<br />

communication modernes<br />

telles que Profinet et<br />

EtherNet/IP pour un<br />

raccordement direct à<br />

l’automate ou à un logiciel<br />

de bureautique comme<br />

Excel via une API Rest,<br />

des compteurs d’énergie<br />

homologués MID pour la<br />

refacturation d’électricité<br />

ainsi que des convertisseurs<br />

de tension lorsque celle-ci<br />

est supérieure à 690V.<br />

À cet ensemble d’outils<br />

s’ajoute un logiciel de<br />

gestion de l’énergie<br />

hébergé dans le Cloud<br />

– EMMA – qui permet de<br />

suivre les consommations<br />

d’énergie d’un bâtiment<br />

ou d’une usine grâce à<br />

des tableaux de bord et<br />

des rapports claires et<br />

intuitifs, ainsi qu’un système<br />

d’alertes programmables<br />

afin de détecter les<br />

surconsommations sans<br />

avoir à analyser les<br />

rapports et une gestion<br />

poussée des utilisateurs<br />

et administrateurs via le<br />

service User Management.<br />

38ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

JUSQU’À 30% DE DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN<br />

MOINS SUR LA PRODUCTION D’AIR COMPRIMÉ<br />

Sick a mis au point le FTMg, un capteur de débit<br />

multifonctionnel capable de prendre également la température<br />

et la pression du processus. Utilisé dans les systèmes<br />

pneumatiques, il mesure la consommation d’air comprimé<br />

et la restitue en kWh, et surveille dans le même temps la<br />

pression dans les installations.<br />

Ce capteur permet d’identifier des consommation anormales<br />

causées par des fuites dans le réseau pneumatique, évitant ainsi<br />

des coûts énergétiques inutiles grâce à une maintenance plus<br />

réactive et mieux ciblée. Les données fournies par le capteur<br />

peuvent également être utilisées pour créer des mesures de<br />

réduction et d’optimisation de la consommation d’énergie<br />

conformément à la norme ISO 50001. En outre, le FTMg offre<br />

une solution évolutive pour la surveillance de l’air comprimé<br />

avec trois niveaux d’extension possibles.<br />

Lacroix numérise le réseau<br />

de chaleur d’Engie<br />

à Chalon-sur-Saône<br />

Engie Solutions a retenu Lacroix dans le cadre d’un ambitieux<br />

projet de développement et de modernisation du réseau<br />

de chaleur urbain de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire),<br />

afin de fournir des solutions connectées et intelligentes qui<br />

équiperont dans un premier temps 250 sous-stations. Suite<br />

à la décision de la commune de passer de la cogénération<br />

gaz couplée à un passage basse température du réseau de<br />

chaleur Chalon Energie, l’un des plus importants en France<br />

; cette modernisation s’accompagnera d’un renouvellement<br />

et d’une extension de réseau représentant un total de 11 km<br />

et 3 000 équivalents logements desservis. Objectif ? Réduire<br />

de plus de 15 % les consommations de gaz du territoire et<br />

d’éviter ainsi l’émission de près de 30 000 tonnes de CO 2<br />

chaque année. Première étape de cette modernisation, la<br />

numérisation du réseau par les équipements Sofrel S4TH<br />

connectés et intelligents de Lacroix, déployés dans un<br />

premier temps dans 250 sous-stations, ainsi que par les<br />

outils nécessaires à leur supervision.<br />

UNE CAMÉRA SENSIBLE D’IMAGERIE ACOUSTIQUE<br />

POUR LA DÉTECTER LES FUITES D’AIR COMPRIMÉ<br />

Teledyne Flir a dévoilé en avril le dispositif Si124–LD Plus, une<br />

nouveauté parmi la gamme de caméras d’imagerie acoustique<br />

Si124. Si la Si124-LD Plus conserve sa conception opérationnelle<br />

avec la commande à une seule main, elle présente cependant<br />

de nombreuses améliorations. Par<br />

exemple, le filtrage automatique<br />

détermine automatiquement le meilleur<br />

filtre à utiliser pour identifier les petites<br />

fuites qui pourraient ne pas être<br />

détectées autrement, tout en réduisant<br />

la durée des inspections en éliminant<br />

le bruit de fond extérieur. De même,<br />

la caméra mesure automatiquement<br />

la distance de la fuite en temps réel, de<br />

manière fiable, avec des estimations de<br />

taux de fuite jusqu’à cinq mètres (16<br />

pieds) de distance de la source. Enfin, la<br />

correction automatique continue permet<br />

d’améliorer la performance de détection<br />

de fuite pour repérer les fuites d’air les<br />

plus petites entre 0,016 L/min à 0,004<br />

L/min (0,016 L/min = 0,00057 pi3/min,<br />

0,004 L/min = 0,00014 pi3/min) ●<br />

Pierre Weber<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı39


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

EN PRATIQUE<br />

Mettre en place des panneaux<br />

solaires. Usages et bonnes pratiques<br />

Réduire l’empreinte carbone de son atelier de production et, in fine, viser la décarbonation de ses activités ne<br />

passent pas uniquement par la maîtrise et le contrôle des consommations des machines et des équipements.<br />

Une grande partie se joue également au niveau des locaux et des environs de l’usine. C’est le cas notamment des<br />

panneaux solaires. Mais comment s’y prendre ?<br />

©BOSCH<br />

© AscTec<br />

© Flir<br />

Lorsque les études portant sur la pollution de l’environnement<br />

ciblent, chiffres à l’appui, certaines<br />

filières, l’industrie n’est pas loin. Celle-ci figure même<br />

en tête du palmarès des activités les plus néfastes<br />

pour la planète. Bien sûr, des solutions existent pour réduire<br />

l’empreinte carbone et l’impact des activités industrielles<br />

sur l’environnement. L’une des technologies visées est le<br />

solaire. Mais la tension vient également des coûts liés aux<br />

consommation d’énergie, car si le prix du mégawatt/heure<br />

a considérablement diminué depuis septembre 2022 (où la<br />

barre des 1 000 € avait été franchie), il reste – en particulier<br />

en France – encore à un niveau anormalement haut. L’une<br />

des solutions réside donc dans l’installation de panneaux<br />

photovoltaïques.<br />

Avant tout, ce qu’il faut savoir, c’est qu’il existe différents types<br />

de panneaux solaires à commencer par les monocristallins, une<br />

technologie majoritairement utilisée en Europe. Le problème<br />

est que s’il existe des acteurs européens, ceux-ci ne font que<br />

de l’assemblage. L’essentiel des cellules provient d’Asie. « Cela<br />

veut donc dire qu’il faut porter une attention particulière sur<br />

le choix du fournisseur, lequel doit appartenir au groupe très<br />

restreint de la ‘’short list’’ de Bloomberg des fabricants dits de<br />

confiance, garantissant une efficacité de production d’énergie<br />

durant vingt-cinq ans, moyennant une petite dégradation de<br />

performance, mais maîtrisée », avertit Clément Jarry, chargé<br />

d’affaires au sein de la société Solvéo Énergie, un acteur du<br />

photovoltaïque implanté près de Toulouse.<br />

QUELQUES ÉTAPES ET BONNES PRATIQUES À<br />

RESPECTER DANS LE CHOIX DES PANNEAUX<br />

SOLAIRES<br />

Avant tout, il convient de cerner le besoin : s’il est pertinent de<br />

prendre en considération l’objectif d’indépendance énergétique,<br />

de décarbonation ou simplement réduire la consommation, il<br />

faut aussi prendre en compte la réalité du bâtiment lui-même,<br />

son périmètre comme la toiture, mais également les parkings.<br />

Cela implique-t-il, par exemple, la rénovation de la charpente ?<br />

Autre question importante : qu’est-ce que je peux produire ? Il<br />

convient alors de connaître sa consommation actuelle et le tarif<br />

réel de l’électricité, puis calculer la composante d’acheminement<br />

figurant sur la facture – notons qu’on dispose déjà de cette<br />

information.<br />

Il faut également bien prendre en considération tous les<br />

paramètres comme la durée d’un projet photovoltaïque, soit<br />

environ une année (et non deux ou trois mois comme on peut<br />

le lire parfois). Il est donc important d’avoir une idée du prix de<br />

l’électron dans un an. Cette étude va orienter le coût et le retour<br />

sur investissement de l’installation. Il faut bien évidemment<br />

estimer les charges d’exploitation comme l’assurance, les coups<br />

40ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

de maintenance et les éventuelles pannes.<br />

Aussi, lors de la phase de conception d’une centrale, il est<br />

important de connaître son environnement et les contraintes<br />

normative du site – ICPE ou pas, Atex etc. – mais aussi<br />

assurantielles. Devant cette analyse complexe, il est important<br />

de se doter d’un appui technique et de se faire accompagner. Il<br />

peut s’agir d’un bureau d’études spécialisé dans l’énergie (les<br />

diagnostics et l’accompagnement) « mais ceci ne seront pas<br />

forcément au fait de la réglementation en cours ». C’est pourquoi<br />

il vaut mieux se faire accompagner d’un spécialiste, national ou<br />

régional (ce dernier connaitra peut-être davantage le contexte<br />

local) et ne pas hésiter à consulter l’assureur qui peut déjà<br />

indiquer s’il est conseillé ou non d’entreprendre l’installation<br />

de panneaux solaires… et à quel prix. Enfin, l’agence nationale<br />

de transition écologique (Ademe) peut également fournir une<br />

aide précieuse « mais attention, prévient Clément Jarry, il n’existe<br />

plus d’aide pour l’installation de panneaux photovoltaïques.<br />

L’Ademe l’a en effet retiré de son cahier des charges et n’est plus<br />

subventionné. Cependant, EDF, avec le rachat de l’électricité,<br />

implique un mécanisme de soutien, tout comme certaines régions<br />

qui incitent les industriels à entreprendre une opération de<br />

désamiantage de la toiture. Ces travaux peuvent être pris en<br />

charge si l’on installe des panneaux solaires dessus ».<br />

L’installation de panneaux photovoltaïques ne peut s’opérer que<br />

par un personnel qualifié QualiPV ainsi qu’une habilitation<br />

nécessaires pour la haute tension lorsqu’il s’agit de grandes<br />

installations. Il n’est pas envisageable de monter des panneaux<br />

solaires soi-même. Dans tous les cas, l’installation doit être<br />

validée par un bureau de contrôle tant sur la partie électrique<br />

que sur sa solidité afin d’être assurée.<br />

Au niveau de l’entretien, a minima, des opérations de<br />

maintenance préventive annuelles et de nettoyage au niveau<br />

des salissures sont à effectuer régulièrement. Cependant, le<br />

nettoyage peut être décalé à deux ans. Enfin, sur la manière de<br />

surveiller, des systèmes de monitoring permettent aujourd’hui<br />

de contrôler et de surveiller les dérives de performance et de<br />

savoir si un panneau a été impacté par une intempéries par<br />

exemple ou un acte de vandalisme. Il en est de même pour<br />

l’onduleur grâce au système de supervision de la centrale. Le<br />

thermographie infrarouge peut être également utilisée pour<br />

analyser les points de chauffe niveau des cellules, c’est-à-dire<br />

déterminer un problème de production d’énergie ●<br />

Olivier Guillon<br />

EN SAVOIR PLUS ><br />

Dans la revue <strong>Production</strong> <strong>Maintenance</strong>,<br />

il est possible de consulter la vidéo<br />

d’une table ronde sur l’efficacité<br />

énergétique et la décarbonation des<br />

usines organisée en septembre 2022 sur<br />

le Sepem de Toulouse.<br />

PLUS DE<br />

SUPER-<br />

VISION<br />

PLUS DE<br />

DISPONI-<br />

BILITÉ<br />

La solution de surveillance à distance<br />

KSB Guard mesure la température et<br />

le niveau vibratoire global et spectral<br />

synchronisé sur les trois axes de vos<br />

pompes.<br />

Ces données, ainsi que le profil de<br />

charge des pompes sont disponibles à<br />

distance sur smartphone, PC ou dans<br />

votre système de production.<br />

Résultat : vous observez les dérives et<br />

vous êtes alertés en cas de<br />

dysfonctionnement afin d’intervenir au<br />

bon moment.<br />

www.ksb.com/ksb-guard-fr/<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı41<br />

AD_BB_Etanorm_90x274.indd 1 11.04.23 11:


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

AVIS D’EXPERT<br />

« 4 raisons pour lesquelles<br />

d’air industriels à<br />

Dans cet article, la société SDT International revient sur les dégâts d’une surutilisation constante d’un<br />

compresseur d’air industriel sur la détérioration de sa fiabilité. Si une maintenance préventive se révèle<br />

toujours utile, l’usage de technologies à ultrasons permet de parfaire le contrôle régulier de fuites d’air et<br />

d’intervenir au moment le plus propice.<br />

Les compresseurs font partie des<br />

équipements les plus sollicités<br />

dans une usine et doivent<br />

fonctionner sans relâche, jour<br />

après jour, pour répondre à la demande<br />

d’air comprimé nécessaire à la production.<br />

Leur utilisation est si courante<br />

que la plupart des usines ont besoin de<br />

plusieurs compresseurs pour répondre<br />

à la demande. Ce que l’on oublie sou-<br />

vent, c’est qu’en plus de l’air comprimé<br />

nécessaire à la production, il existe une<br />

demande artificielle importante de cette<br />

ressource. Une demande artificielle et<br />

invisible qui détruit l’efficacité de la<br />

production et la durabilité de l’usine,<br />

tout en empiétant sur les bénéfices de<br />

l’entreprise.<br />

Jusqu’à 30-40% de l’air comprimé est<br />

complètement gaspillé. Lorsqu’un<br />

système d’air comprimé est victime de<br />

fuites, ce sont les compresseurs qui sont<br />

obligés de prendre le relais et lorsque<br />

ceux-ci doivent fonctionner au-delà<br />

de leur temps de service pour couvrir<br />

la demande artificielle causée par les<br />

fuites d’air, ils sont soumis à une plus<br />

grande usure. Tout cela entraîne des<br />

pannes imprévues et une charge de<br />

travail excessive pour les équipes de<br />

42ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

nous condamnons nos compresseurs<br />

une mort prématurée »<br />

maintenance.<br />

La surutilisation constante d’un<br />

compresseur d’air industriel a un effet<br />

aggravant sur la détérioration de sa<br />

fiabilité. Bien que ce phénomène puisse<br />

être compensé par une maintenance<br />

régulière du compresseur (souvent le<br />

premier ou le seul plan d’action d’une<br />

équipe de maintenance), les contrôles<br />

de routine des fuites d’air comprimé<br />

effectués à l’aide d’un détecteur de<br />

fuites à ultrasons sont bien plus efficaces<br />

pour réduire la charge de travail d’un<br />

compresseur d’air et, par conséquent,<br />

allonger sa durée de vie.<br />

La principale raison pour laquelle un<br />

compresseur d’air industriel est mis au<br />

rebut, est le fardeau que représente un<br />

système d’air comprimé qui fuit. SDT a<br />

vu à maintes reprises des systèmes d’air<br />

comprimé négligés et fuyards, ce qui<br />

met en évidence plusieurs problèmes<br />

culturels et idéologiques flagrants,<br />

communs à l’industrie manufacturière<br />

dans le monde entier. La liste suivante<br />

résume les quatre raisons pour lesquelles<br />

un système d’air comprimé tombe en<br />

panne, obligeant le compresseur à en<br />

subir les conséquences et à faire le<br />

sacrifice ultime.<br />

1<br />

LE COMPRESSEUR N’EST<br />

PAS TRÈS BIEN CLASSÉ<br />

DANS UN PLAN DE<br />

GESTION STRATÉGIQUE DES<br />

ÉQUIPEMENTS D’UNE USINE<br />

Les compresseurs d’air industriels<br />

finissent parfois par être dissociés de la<br />

production. Que ce soit parce qu’ils se<br />

trouvent dans une salle, loin de la ligne de<br />

production, ou pour toute autre raison...<br />

Mais en conséquence, ils se retrouvent<br />

loin sur la liste des priorités des équipes<br />

de maintenance et, dans certains cas, la<br />

tâche de maintenance d’un compresseur<br />

Entreprises,<br />

faites des économies d'énergie<br />

et optez pour la sobriété avec<br />

Infos & inscriptions sur<br />

www.prorefei.org<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı43


EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE<br />

d’air industriel est confiée à une tierce<br />

partie. Les fabricants de compresseurs<br />

peuvent se charger de la maintenance de<br />

ceux-ci dans les usines, et dans ce cas,<br />

lorsque la maintenance et la fiabilité<br />

d’un équipement sont externalisées,<br />

une équipe de maintenance peut se<br />

dissocier de cet équipement. Le fait<br />

de ne plus figurer dans le programme<br />

d’entretien de l’équipe de maintenance<br />

entraîne l’oubli de l’équipement et de ses<br />

composants, ce qui peut s’étendre aux<br />

conduites d’air comprimé, aux raccords<br />

de tuyauterie, etc.<br />

MANQUE DE<br />

COMPRÉHENSION<br />

CONCERNANT LES<br />

RÉSULTATS DURABLES ET<br />

FISCAUX D’UN SYSTÈME D’AIR<br />

COMPRIMÉ INEFFICACE<br />

Le coût associé à la fabrication de l’air<br />

comprimé est souvent négligé, ce qui<br />

peut conduire à des utilisations plutôt<br />

frivoles de cette ressource coûteuse. Le<br />

temps que l’air soit comprimé, refroidi<br />

et séché, puis régulé et transporté<br />

jusqu’à son point d’utilisation, des coûts<br />

importants ont été engendrés. Seuls 15%<br />

environ de l’électricité consommée par<br />

le compresseur permettent d’acheminer<br />

l’air comprimé jusqu’à son point<br />

d’utilisation. Les 85% restants sont<br />

perdus en raison de la chaleur dégagée<br />

par la compression de l’air. Ce chiffre<br />

étonnant d’électricité consommée<br />

pour cette ressource devient encore<br />

plus stupéfiant si l’on tient compte de<br />

la quantité perdue à cause des fuites.<br />

Si l’on considère que même avec un<br />

système d’air comprimé qui fuit, la<br />

plupart des usines peuvent continuer<br />

à produire sans trop de problèmes, il<br />

n’est pas étonnant que les coûts liés à la<br />

compression de l’air puissent représenter<br />

plus de 30% de la facture d’électricité<br />

d’un fabricant.<br />

Une culture d’entreprise qui tolère<br />

ce gaspillage ne le fait pas par<br />

malveillance. Il s’agit plutôt d’une<br />

incompréhension des coûts, des effets<br />

néfastes sur l’environnement ou du fait<br />

que le système présente des fuites. Cela<br />

favorise une mauvaise utilisation de<br />

la ressource et, plus encore, minimise<br />

l’importance du maintien d’un système<br />

d’air comprimé sain.<br />

LES SYSTÈMES D’AIR<br />

COMPRIMÉ DONNENT PEU<br />

D’INDICATIONS SUR LES<br />

FUITES ET LES DIFFICULTÉSÀ<br />

RÉPONDRE À LA DEMANDE<br />

Les fuites d’un système d’air comprimé<br />

ne sont pas toujours visibles. Il s’agit,<br />

au sens propre du terme, d’un coût<br />

caché. Bien sûr, se tenir au milieu d’une<br />

usine pendant un arrêt de maintenance<br />

révélerait des centaines de fuites d’air<br />

comprimé sifflantes. Et si l’on y consacre<br />

suffisamment de temps, une partie<br />

d’entre elles pourrait même être localisée<br />

et réparée. Mais ce n’est pas un luxe que<br />

beaucoup d’équipes de maintenance<br />

peuvent se permettre. Que se passet-il<br />

lorsque les machines tournent à<br />

plein régime et que la production est<br />

en pleine effervescence ? Dans ces<br />

circonstances, les fuites d’air comprimé<br />

ne peuvent être ni entendues ni vues.<br />

Elles ne présentent aucun risque pour<br />

la santé et la sécurité des travailleurs<br />

de l’usine, et leur seule menace réelle<br />

pour la production est la défaillance<br />

imminente d’un compresseur surchargé.<br />

LES RECHERCHES DE<br />

FUITES D’AIR COMPRIMÉ<br />

PRENNENT DU TEMPS ET<br />

DEMANDENT DES EFFORTS<br />

Effectuer une recherche de fuites<br />

d’air comprimé dans une grande<br />

usine peut s’avérer un travail long<br />

et fastidieux. Dans une installation,<br />

il y a des centaines de mètres (voire<br />

plus) de conduites d’air comprimé,<br />

de tuyaux en caoutchouc et des tas<br />

d’autres composants qui constituent<br />

un système d’air comprimé. Tous ces<br />

composants peuvent fuir, ce qui nuit à<br />

la pression du système, à la durabilité<br />

de l’usine et aux bénéfices. Contrôler<br />

tout cela peut sembler une tâche ardue.<br />

Cependant, à l’aide d’un détecteur de<br />

fuites à ultrasons ou d’une caméra<br />

d’imagerie acoustique, il devient<br />

beaucoup plus simple de trouver et<br />

de réparer les fuites. Les ultrasons<br />

permettent de localiser des fuites<br />

qui seraient autrement impossibles<br />

à détecter dans une usine bruyante.<br />

Une caméra d’imagerie acoustique<br />

comme SonaVu va encore plus loin<br />

en utilisant ses capacités de détection<br />

des ultrasons couplées à sa caméra pour<br />

détecter les fuites et les rendre visibles<br />

sur son écran d’affichage. La SonaVu<br />

peut marquer les fuites en prenant une<br />

photo ou les points de fuite pendant<br />

le contrôle, ce qui rend la localisation,<br />

la documentation et la réparation des<br />

fuites plus faciles que jamais ●<br />

44ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

RAPPELS<br />

La prévention<br />

des risques en<br />

zone Atex encore<br />

trop négligée par<br />

de nombreuses<br />

entreprises<br />

Si la délimitation des zones Atex est clairement opérée<br />

dans les entreprises de la chimie ou de l’oil & gas, elle<br />

l’est parfois chez de plus petits acteurs industriels,<br />

manipulant pourtant des produits dangereux et dont<br />

le mélange peut s’avérer explosif. Quelques rappels<br />

dans cet article sur les précautions à prendre...<br />

Les accidents sont rares mais demeurent toujours<br />

trop nombreux. À la suite d’une explosion et (ou)<br />

d’un incendie, aux pertes humaines et aux traumatismes<br />

au sein de l’entreprise s’ajoutent des dégâts<br />

souvent considérables, aux coûts parfois astronomiques pour<br />

les entreprises (et leurs compagnies d’assurance) ainsi qu’une<br />

image détériorée de la société pour de nombreuses années.<br />

Dans les grandes entreprises ou sur les sites où le risque d’explosion<br />

(ou Atex) est clairement identifié, pas de souci. En revanche, dans<br />

de nombreux petits ateliers, cela est moins systématique. Voici<br />

quelques conseils sur la manière de mener une prévention des<br />

risques dans ces zones potentiellement dangereuses.<br />

Tout d’abord, rappelons que les zones Atex sont susceptibles<br />

de présenter des atmosphères explosives dues à des gaz, des<br />

vapeurs, des brouillards, des poussières ou des fibres en suspension<br />

dans l’air. Il est essentiel de prendre les mesures<br />

nécessaires pour réduire le risque de sources d’inflammation<br />

susceptibles de provoquer une explosion.<br />

D’une part, identifier les zones Atex. La première étape consiste<br />

à effectuer une inspection approfondie du lieu de travail afin<br />

d’identifier les zones susceptibles de contenir des substances<br />

explosives. Il s’agit notamment de comprendre les sources<br />

et les propriétés des substances présentes, ainsi que la fréquence,<br />

l’intensité et la durée de leur présence. D’autre part,<br />

une évaluation des risques appropriée doit être réalisée pour<br />

identifier les sources d’inflammation potentielles et évaluer<br />

la probabilité et la gravité d’une explosion. L’évaluation des<br />

risques doit prendre en compte les caractéristiques de la substance<br />

explosive, les sources d’inflammation potentielles et les<br />

conséquences d’une explosion.<br />

METTRE EN ŒUVRE DES MESURES D’ATTÉNUATION<br />

Une fois les risques potentiels identifiés, des mesures doivent<br />

être prises pour les atténuer. L’objectif est d’éliminer ou de<br />

contrôler les sources d’inflammation et d’empêcher l’accumulation<br />

de substances explosives. Il s’agit notamment d’utiliser du<br />

matériel adapté aux zones Atex, tel que du matériel électrique<br />

antidéflagrant, des éliminateurs d’électricité statique et des<br />

outils résistants aux étincelles. Il s’agit également de mettre<br />

en œuvre des mesures telles que la mise à la terre, la liaison et<br />

les enceintes antidéflagrantes.<br />

Il convient naturellement d’assurer la formation et la communication<br />

de tous les salariés sur les risques potentiels, les pratiques<br />

de travail sûres et les procédures d’urgence. Enfin, l’entretien<br />

périodique :et régulier des équipements et des installations est<br />

essentiel (comme inspecter les équipements électriques, entretenir<br />

les systèmes de dépoussiérage et de nettoyer les équipements) ●<br />

Pierre Weber<br />

iStock- ©MiguelMalo<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı45


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

BONNES PRATIQUES<br />

Principes et<br />

pratiques à avoir<br />

à l’esprit en zones<br />

explosibles<br />

Les zones Atex, ces zones où des atmosphères<br />

explosives peuvent se former en raison de la présence<br />

de gaz, de liquides, de vapeurs ou de poussières<br />

inflammables, se trouvent généralement dans des<br />

industries de traitement chimique, dans le pétrole<br />

et le gaz, la production de produits pharmaceutiques<br />

sans oublier l’industrie alimentaire. Bien qu’habitués<br />

à intervenir en milieu potentiellement dangereux,<br />

les techniciens de maintenance doivent redoubler<br />

de vigilance.<br />

La prévention des risques dans les zones Atex nécessite<br />

une connaissance approfondie des substances<br />

présentes et une évaluation minutieuse des sources<br />

d’inflammation potentielles. Des mesures d’atténuation<br />

telles qu’un équipement approprié, une mise à la terre et une<br />

liaison doivent être mises en place, et les travailleurs doivent<br />

recevoir une formation et une communication adéquates pour<br />

maintenir une culture de la sécurité. L’entretien régulier des<br />

équipements et des installations est essentiel pour s’assurer qu’ils<br />

fonctionnent correctement et qu’ils sont moins susceptibles de<br />

provoquer des inflammations. En suivant ces étapes, les lieux<br />

de travail peuvent réduire le risque d’explosion et garantir un<br />

environnement de travail sûr.<br />

DES PROCÉDURES D’INSPECTION ET D’ENTRETIEN À<br />

LA FORMATION<br />

Afin de maintenir la sécurité dans les zones Atex, il est important<br />

de mettre en œuvre un ensemble de procédures opérationnelles<br />

normalisées comprenant des opérations régulières<br />

de surveillance et de maintenance. Parmi ces opérations à<br />

effectuer figurent avant tout l’inspection de l’équipement de<br />

protection. Tous ces équipements, y compris les barrières de<br />

sécurité, les isolateurs et les interrupteurs de fin de course,<br />

doivent être inspectés régulièrement pour s’assurer qu’ils<br />

fonctionnent correctement. Tout défaut ou toute défaillance<br />

sur un équipement de sécurité doit ainsi faire l’objet d’une<br />

réparation ou d’un remplacement immédiat. Autre inspection<br />

indispensable, celle du matériel électrique utilisé dans<br />

les zones Atex ; il doit être spécifiquement conçu et certifié<br />

pour être utilisé dans ce type d’environnement. Le matériel<br />

électrique doit être testé, inspecté et correctement entretenu<br />

pour garantir qu’il peut être utilisé en toute sécurité, mais<br />

également installé et testé selon les procédures imposées.<br />

Le nettoyage est lui aussi essentiel pour maintenir l’environnement<br />

Atex propre de toute poussière, de tout débris<br />

ou de toute autre substance potentiellement explosive. Un<br />

programme de nettoyage régulier doit être établi afin de<br />

garantir une totale propreté de ladite zone.<br />

Il est également nécessaire de mener une évaluation des<br />

risques et ce de manière régulière afin d’identifier toute<br />

source potentielle d’inflammation susceptible de provoquer<br />

une explosion. Cela permettra de prendre les mesures utiles<br />

permettant d’éliminer – sinon de réduire – le risque lié à ces<br />

sources dangereuses, mais aussi d’identifier tout nouveau<br />

danger susceptible de survenir à la suite de modifications<br />

des conditions ou des procédures de travail.<br />

46ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

Petit rappel<br />

Rappelons que les zones Atex sont des zones de l’usine ou<br />

d’un site industriel où des atmosphères potentiellement<br />

explosives peuvent se former. Ces atmosphères sont<br />

créées lorsque des gaz, des vapeurs ou des poussières<br />

sont mélangés à l’air dans une concentration telle qu’une<br />

inflammation est possible. C’est pourquoi celles-ci requièrent<br />

des exigences de sécurité spécifiques qui doivent être<br />

respectées afin d’éviter tout incident potentiel.<br />

collective et les équipements de protection individuelle (EPI).<br />

En matière d’entretien, notons que la maintenance a de toute<br />

évidence un rôle important à jouer. Cet entretien régulier de<br />

tous les équipements et machines utilisés dans les zones Atex<br />

doit être effectué conformément aux recommandations du<br />

fabricant. Il s’agit notamment de tester et d’étalonner régulièrement<br />

les capteurs, les alarmes et les autres équipements<br />

de sécurité. Tout équipement présentant des signes d’usure<br />

doit être remplacé ou réparé rapidement. Mais la formation<br />

du personnel – sans exception – travaillant dans les zones<br />

Atex doit s’imposer, tant pour l’utilisation des équipements<br />

de protection que des pratiques de travail sûres sans oublier<br />

les procédures à suivre en cas d’urgence. Cette formation doit<br />

être régulière afin de s’assurer que tous les employés sont au<br />

fait des dernières procédures de sécurité.<br />

QUID DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION À<br />

UTILISER ?<br />

Afin de garantir les niveaux de protection les plus élevés contre<br />

les explosions et maîtriser les risques associés aux zones Atex,<br />

il est essentiel d’utiliser des équipements de protection pouvant<br />

être classés en deux catégories : les équipements de protection<br />

© WEG<br />

Les équipements de protection collective sont conçus pour<br />

protéger des groupes d’individus dans une zone Atex. L’équipement<br />

de protection collective le plus important est un système<br />

de ventilation de haute qualité. Des systèmes de ventilation<br />

adéquats doivent être installés dans les zones où des atmosphères<br />

explosives sont présentes. Les systèmes de ventilation<br />

sont conçus pour empêcher l’accumulation de poussières ou<br />

de vapeurs explosives en assurant un flux continu d’air frais<br />

dans la zone. Ils peuvent être utilisés en conjonction avec<br />

d’autres équipements de contrôle des explosions pour fournir<br />

une solution complète. Outre des systèmes de ventilation<br />

adéquats, des équipements tels que des équipements de mise<br />

à la terre et de liaison, des éclairages antidéflagrants et des<br />

systèmes de contrôle spécialisés peuvent être utilisés pour<br />

assurer une protection supplémentaire.<br />

L’équipement de protection individuelle (EPI) doit quant à lui<br />

être choisi en fonction des risques spécifiques associés à la zone<br />

Atex. Les vêtements ignifugés constituent l’un des EPI les plus<br />

importants dans une telle zone ; celui-ci est fabriqué à partir<br />

de matériaux qui ne brûlent pas facilement et peut contribuer<br />

à prévenir les blessures en cas d’explosion. En fonction de la<br />

zone Atex, d’autres formes d’EPI peuvent être nécessaires,<br />

comme des lunettes et des écrans faciaux pour protéger les<br />

yeux et le visage, des respirateurs pour se protéger contre<br />

l’inhalation de gaz et de vapeurs nocifs, et des chaussures<br />

de protection pour se protéger contre les risques électriques.<br />

Dans l’ensemble, il est essentiel de choisir le bon équipement<br />

de protection et de suivre des protocoles de sécurité stricts<br />

pour garantir la sécurité des travailleurs et du public dans les<br />

zones Atex. Le non-respect de ces protocoles peut avoir des<br />

conséquences catastrophiques telles que des explosions, des<br />

blessures et des décès. Il est donc essentiel que les employeurs<br />

fournissent à leurs travailleurs l’équipement et la formation<br />

nécessaires pour travailler en toute sécurité dans les zones Atex ●<br />

Pierre Weber<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı47


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

EN APPLICATION<br />

Une caméra UV pour la localisation<br />

Afin d’identifier la présence de décharges partielles et de les localiser avec précision, notamment pour<br />

le compte de ses clients situés en zone Atex, le site meurthe et mosellan de GE Power Conversion a<br />

recours à une caméra portative ultraviolet. Un choix judicieux comme en témoigne cet article.<br />

Corentin Laurent<br />

Ingénieur spécialisé<br />

dans les matériaux et<br />

l’isolation électrique<br />

haute tension, Corentin<br />

Laurent est entré chez<br />

GE Power Conversion à<br />

Champigneulles en 2016.<br />

Le site GE Power Conversion<br />

de Champigneulles (Meurthe-et-Moselle)<br />

a la particularité<br />

de concentrer au sein<br />

d’un seul et même site de 25 000 m²<br />

la partie développement (grâce à son<br />

bureau d’études), la production et le<br />

support technique ainsi que la réparation<br />

de moteurs électriques pour<br />

les machines tournantes que l’on<br />

retrouve entre autres dans les secteurs<br />

de l’énergie, de la marine marchande<br />

ou de la métallurgie (sur des laminoirs<br />

notamment).<br />

Ces moteurs de moyenne et grande puissance<br />

(de 2 ou 3 MW à 80 MW – soit le<br />

moteur asynchrone le plus puissant du<br />

monde !) et de tailles imposantes sont<br />

produits selon des cahiers des charges<br />

particuliers et uniques pour chacun<br />

de leurs clients. Dans ce contexte, la<br />

précision et les niveaux de qualité<br />

exigeants imposent un process bien<br />

calibré et contrôlé à chaque étape. C’est<br />

le cas notamment du bobinage stator<br />

dans la mesure où certaines machines<br />

seront utilisées en zone Atex, et donc<br />

explosives.<br />

LA NÉCESSITÉ DE MESURER<br />

LE PHÉNOMÈNE DE DÉCHARGE<br />

PARTIELLE<br />

La décharge partielle se traduit par la<br />

création d’un arc électrique, généré<br />

lors de l’application d’une source<br />

48ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

de décharges partielles<br />

haute tension (1 à 50kV) au sein d’un<br />

isolant séparant des conducteurs. Une<br />

répétition localisée de ces décharges<br />

entraine une altération accélérée du<br />

système d’isolation du stator, réduisant<br />

ainsi considérablement sa durée de vie.<br />

C’est pourquoi il est nécessaire de prouver<br />

l’absence de décharges partielles ou<br />

de mettre en place une méthode d’identification<br />

afin d’apporter des actions<br />

correctives. Des méthodes de traitement<br />

du signal permettent de mesurer les<br />

décharges partielles internes des stators<br />

produits par GE. « Il n’est pas possible<br />

de localiser les décharges partielles, en<br />

particulier lorsqu’elles sont externes,<br />

explique Corentin Laurent. Nous avons<br />

donc choisi d’investir dans une caméra<br />

à ultraviolets (UV). Auparavant, il était<br />

possible de les quantifier, nous pouvons<br />

désormais également les localiser. »<br />

DES BESOINS POUR LES CLIENTS<br />

« ATEX », MAIS PAS SEULEMENT<br />

L’utilisation d’une caméra à ultraviolets<br />

s’est justifiée par un besoin double.<br />

D’une part, cet appareil a largement<br />

été utilisé lors de la qualification du<br />

système d’isolation et de la technique<br />

de bobinage. « Cela nous a permis de<br />

passer avec succès les différents essais<br />

d’ignition permettant la validation de<br />

certifications Atex », rappelle Corentin<br />

Laurent. En effet, la décharge partielle<br />

étant source d’ignition potentielle, son<br />

traitement à la source est primordial<br />

pour répondre aux besoins de nos<br />

clients travaillant dans ou aux abords<br />

de zones explosives.<br />

D’autre part, l’utilisation de la caméra<br />

UV se montre pertinente vis-à-vis des<br />

clients de GE qui ne sont pas concernés<br />

par le risque Atex. Objectif ? Leur<br />

démontrer que leur machine ne présente<br />

pas de décharge partielle, ce qui<br />

est signe d’une meilleure qualité du<br />

bobinage stator et d’une durée de vie<br />

plus élevée ●<br />

Olivier Guillon<br />

INFORMER, ALERTER<br />

Optique Sonore Combiné<br />

D1x ATEX<br />

Fourni par la société dBVib (implantée<br />

à Vienne, dans l’Isère), l’équipement en<br />

question est une caméra portative ultraviolet<br />

Daycor Scalar. « Utilisée durant<br />

les tests diélectriques sur le stator, cette<br />

caméra présente l’avantage d’être équipée<br />

d’un filtre granulé situé devant la lentille<br />

qui permet de capter et de visualiser les<br />

photons créés lors de l’apparition d’une<br />

décharge partielle », précise Corentin<br />

Laurent.<br />

Et d’ajouter : « Après avoir mené une<br />

étude de marché et des capex, il s’est<br />

avéré que cette caméra répondait le<br />

mieux à nos besoins. Nous avons également<br />

bénéficié de l’accompagnement<br />

de dBVib qui, au départ, a effectué les<br />

opérations de mesure pour nous avant de<br />

former nos trois ingénieurs et techniciens<br />

à son utilisation. »<br />

Vaste choix de puissances<br />

et de technologies :<br />

• 5 à 21 Joules<br />

• LED<br />

• 110 à 128 dB<br />

+33(0)5 59 06 06 00 info@aet.fr<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı49


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

SOLUTION<br />

En aval de la détection<br />

en zone Atex, comment avertir<br />

le personnel en cas de danger ?<br />

À cette question, José Manuel Da Silva répond qu’une<br />

formation du personnel est aussi indispensable<br />

que la qualité des équipements mis en œuvre.<br />

Ceux-ci doivent également répondre pleinement<br />

aux besoins et aux spécificités de l’environnement<br />

de l’usine, rappelle le spécialiste des systèmes<br />

d’alerte optique et sonore Atex de la société ae&t.<br />

José Manuel Da Silva<br />

Chef de produit Atex au sein de la<br />

société ae&t, José Manuel Da Silva<br />

était auparavant chef électricien sur<br />

une plate-forme pétrolière. Son rôle<br />

aujourd’hui est de proposer différentes<br />

solutions, les plus adaptées afin<br />

d’alerter, d’informer et de protéger<br />

le personnel et les installations de<br />

production dans les zones explosives.<br />

Cela remonte peut-être à 2019, mais l’accident dramatique<br />

de Lubrizol est toujours dans les mémoires…<br />

tout comme la catastrophe d’AZF d’ailleurs. Depuis,<br />

les réglementations ne cessent d’évoluer, tout comme<br />

les exigences de prévention des risques et de protection. Parmi<br />

elles, les équipements de sécurité ont pris une place grandissante,<br />

à commencer par les solutions d’alerte optique et sonore, dont<br />

les plus utilisés sont les feux flash ou LED, les sirènes ou les<br />

haut-parleurs d’information et d’évacuation.<br />

ae&t propose un large éventail de produits d’alertes, ayant<br />

des puissances et des technologies adaptées à toutes les spécificités<br />

de leurs clients. « Nous travaillons avec des partenaires<br />

fidèles, et ce depuis de nombreuses années pour développer des<br />

produits et des solutions pérennes et adaptés à la demande du<br />

marché, souligne José Manuel Da Silva, chef de produit Atex<br />

depuis plus de vingt ans chez ae&t en France. À ce titre, le fait<br />

d’être une PME nous donne beaucoup de réactivité. Toutefois,<br />

développer des produits Atex reste complexe. »<br />

DES RISQUES IMMÉDIATS À PRENDRE EN<br />

CONSIDÉRATION<br />

L’Atex se définit comme une idée de zonage bien caractéristique<br />

des sites à risques explosifs, défini en amont des spécificités<br />

du site industriel. Chez ae&t, on intervient une fois ce zonage<br />

déterminé afin d’aider à identifier les parties à risque par<br />

des panneaux, de la signalétique et des interdictions d’accès<br />

ainsi que des messages d’avertissement pour le personnel.<br />

Il faut dire que les dangers sont nombreux car en zone Atex,<br />

le risque de provoquer directement ou indirectement, des<br />

points chauds, des étincelles, ou de l’électricité statique,<br />

est toujours présent. Il peut s’agir également de fuite de gaz<br />

Différentes solutions permettant d’avertir les personnes<br />

en cas de problème dans une usine,<br />

en zone Atex<br />

50ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


PRÉVENTION DES RISQUES / HSE<br />

©AdobeStock<br />

toxique ou explosif, voire une explosion en tant que telle.<br />

Mais les risques peuvent être causés par les personnes ellesmêmes<br />

: si un salarié entre sans le savoir (et donc sans les<br />

équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires) dans<br />

une zone contenant du gaz tel que du sulfure d’hydrogène<br />

(H2S), il se met en danger et met également en danger les<br />

autres personnes qui viendront la secourir.<br />

DES OUTILS DE PROTECTION ET D’ALERTE DE MIEUX<br />

EN MIEUX ADAPTÉS AU RISQUE<br />

Fort heureusement, les accidents, s’ils sont toujours trop<br />

nombreux, ne surviennent que rarement. C’est le cas notamment<br />

dans les grands sites de production où les zones ont<br />

déjà été clairement identifiées. À l’inverse, dans les petits<br />

ateliers de peinture ou de carrosserie par exemple ou encore<br />

des silos à grains dans les grandes fermes, le simple fait de<br />

stocker des fûts de produits chimiques, des solvants, ou des<br />

peintures, présente des risques inévitables, s’ils ne sont pas<br />

pris en compte par un responsable sécurité (fonction plutôt<br />

rare dans cette typologie d’entreprises).<br />

Des campagnes de prévention existent toutefois pour se mettre<br />

aux normes et identifier notamment les zones à risque ; aussi,<br />

à la prévention s’ajoutent des outils de protection et d’alerte de<br />

mieux en mieux adaptés. ae&t propose notamment un panel<br />

de solutions, qui intervient après les outils de détection de<br />

gaz ou de début de flammes par exemple. Ces équipements<br />

permettent d’indiquer et d’informer une fois le risque détecté,<br />

par un feu flash, LED ou par un gyrophare. Les premiers<br />

éléments visuels peuvent être associés à une sirène voire,<br />

au mieux, de haut-parleurs afin d’informer et donner des<br />

instructions précises de sécurité. Objectif ? Éviter aux personnels<br />

de se perdre au milieu des alertes et des informations<br />

provenant parfois de différentes machines ou réparties dans<br />

l’usine ; « au milieu des différents avertissements sonores que<br />

l’on peut entendre dans l’atelier, une alerte ne doit pas être<br />

mal interprétée. En cas de danger, il faut que l’opérateur sache<br />

précisément quoi faire.»<br />

Alors, vers quelles solutions optimales se tourner ? Pour définir<br />

les meilleurs outils en fonction des risques et des zones 0, 1,<br />

2, 20, 21, 22, il est primordial de savoir précisément si l’on<br />

veut faire de l’alerte générale ou de proximité. Il faut donc<br />

déterminer la puissance sonore ou visuelle, bien sélectionner<br />

le produit (se faire accompagner si besoin), déterminer si<br />

l’on souhaite se tourner vers des solutions avec des fixations,<br />

des sons particuliers, définir quelle fréquence de flash (plus<br />

ou moins rapide en fonction du danger) on veut mettre en<br />

place, quelles couleurs pour les alertes visuelles, et toujours<br />

prendre en compte la surface à couvrir ainsi que la contrainte<br />

du zonage. « Dans tous les cas, il est vivement conseillé de<br />

se faire accompagner pour sélectionner le produit adéquat.<br />

Le personnel doit être informé sur les solutions existantes à<br />

travers des démonstrations ou des tests. Il faut toujours vérifier<br />

régulièrement les dispositifs, à commencer par le câblage ou<br />

les connexions et, enfin, bien dimensionner les solutions »●<br />

Olivier Guillon<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı51


INDEX<br />

Au sommaire du prochain<br />

TECHNOLOGIE<br />

Quelles solutions<br />

pour la maintenance à<br />

distance ?<br />

MAINTENANCE MÉCANIQUE<br />

Spécial pompes<br />

et équipements<br />

hydrauliques<br />

©DR<br />

©SKF<br />

MAINTENANCE EN PRODUCTION<br />

Spécial MES<br />

et le suivi de la<br />

production en<br />

temps réel<br />

MANAGEMENT<br />

Focus sur<br />

l’externalisation<br />

des interventions<br />

de maintenance<br />

©Bureau Veritas<br />

PRÉVENTION DES RISQUES<br />

Mise en sécurité des machines et<br />

de l’outil de production<br />

Liste des entreprises citées et index des annonceurs<br />

123 ROULEMENT.......................................................35<br />

A&ET..................................................................49 et 50<br />

ABB.............................................................................32<br />

AFIM ............................................................................. 8<br />

AFPI ............................................................................12<br />

ASTN’GO.....................................................................22<br />

ASTREE SOFTWARE ........................................26 et 43<br />

ARCELORMITTAL.......................................................46<br />

ATEE ...........................................................................43<br />

AUTOMATION24........................................................... 2<br />

CARBONLOOP............................................................52<br />

CRC INDUSTRIE.........................................................33<br />

DB VIB.......................................2 e de couverture et 48<br />

DEEPOMATIC .............................................................25<br />

DIOTA..........................................................................25<br />

ECLORE ......................................................................26<br />

GE................................................................................48<br />

GLOBAL INDUSTRIE........................ 3 e de couverture<br />

IRT SYSTEMX.............................................................20<br />

KEEEX.........................................................................25<br />

IFM ELECTRONIC .............................................16 et 29<br />

KSB .............................................................................41<br />

MIGEN.........................................................................26<br />

LAB CRIGEN (ENGIE) ................................................14<br />

ASTREE SOFTWARE ................................................... 9<br />

MAINTENANCE&CO..................................................27<br />

MY BATTERY ..............................................................28<br />

PENTAIR.....................................................................16<br />

PHOENIX CONTACT...................................................39<br />

PREDICTIVE LAYER...................................................25<br />

SDT INTERNATIONAL ...............................................42<br />

SEPEM INDUSTRIES ........................ 4, 8, 10, 30 et 52<br />

SEW USOCOME.................................................34 et 37<br />

SICK ............................................................ 11, 23 et 38<br />

SMART MANUFACTURING SUMMIT........................24<br />

SOLVEO.......................................................................39<br />

SYNERGYS ................................................................... 7<br />

SYRLINKS...................................................................25<br />

TELEDYNE FLIR.........................................................39<br />

UAVIA..........................................................................28<br />

UESYSTEMS...............................................................19<br />

TORK.................................................. 4 e de couverture<br />

WARYME ....................................................................27<br />

70 %<br />

Voici le taux des entreprises industrielles de plus de dix<br />

salariés aujourd’hui engagées dans une démarche de transition<br />

énergétique, selon une étude menée par OpinionWay et<br />

commandée par la start-up Carbonloop (spécialisée dans<br />

la décarbonation accélérée pour l’industrie). Réalisé auprès<br />

de plus de 400 industries, cet « Observatoire de la Transition<br />

Energétique de l’Industrie » a pour objectif d’évaluer la<br />

maturité des industriels en matière de décarbonation.<br />

Celui-ci révèle en outre que cette dynamique d’aprèscrise<br />

incite les industriels à se tourner, pour réduire leur<br />

empreinte carbone, vers la production d’électricité visant<br />

l’autoconsommation » (57%), l’achat d’énergie verte » (46%),<br />

l’achat de crédits carbone (18%) ou encore l’investissement<br />

dans des puits de carbone (16%).<br />

En savoir plus<br />

carbonloop.energy<br />

52ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023


Sous le haut patronage de<br />

Monsieur Emmanuel MACRON<br />

Président de la République*<br />

25/28 MARS<br />

2024<br />

PARIS NORD<br />

VILLEPINTE<br />

Le rendez-vous incontournable<br />

de tout l’écosystème industriel en FRANCE !<br />

DES SOLUTIONS<br />

CONCRÈTES<br />

POUR CONCEVOIR,<br />

CONSTRUIRE ET FAIRE<br />

ÉVOLUER L’INDUSTRIE<br />

DE DEMAIN !<br />

Tous les métiers de l’industrie :<br />

2300<br />

exposants<br />

PLUS DE RENSEIGNEMENTS SUR :<br />

GLOBAL-INDUSTRIE.COM OU AU 05.53.36.78.78<br />

ASSEMBLAGE, MONTAGE, FIXATIONS INDUSTRIELLES • ÉLECTRONIQUE • ÉNERGIES ET PRODUCTION DURABLE • FABRICATION ADDITIVE & 3D •<br />

FINITION & TRAITEMENTS DES MATÉRIAUX • FORGE & FONDERIE • MATIÈRES & PRODUITS SEMI-FINIS • MESURE, CONTRÔLE, VISION, INSTRUMENTATION<br />

• PLASTURGIE, CAOUTCHOUC, COMPOSITES • RÉGIONS & PAYS • ROBOTIQUE • SERVICES & AMÉNAGEMENT DE L’ENTREPRISE • SMART :<br />

DIGITALISATION, AUTOMATISATION, MÉCATRONIQUE • TÔLERIE, MISE EN FORME DES MÉTAUX, SOUDAGE • USINAGE & ENLÈVEMENT DE MATIÈRE<br />

05.53.36.78.78<br />

contact.globalindustrie@gl-events.com<br />

PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023 ı53


Réduire les déplacements<br />

inutiles<br />

Hall 3<br />

Stand R45<br />

44 % des travailleurs sont<br />

interrompus au moins<br />

20<br />

fois par<br />

jour<br />

pour aller chercher<br />

ou jeter des produits<br />

d’essuyage*<br />

* É tude sur les opérateurs de machines Tork ( j uillet 2 0 1 9 )<br />

Augmentez la productivité avec les distributeurs Tork Performance ®<br />

Les distributeurs Tork Performance ® sont conçus pour être placés exactement là où on en a besoin :<br />

au niveau des postes de travail. La gamme complète de distributeurs Tork offre des formats flexibles,<br />

plusieurs options de fixation et des produits d’essuyage adaptés à tout type de tâche.<br />

Retrouvez nous sur notre stand R45 et rencontrez nos équipes qui vous présenteront comment nos solutions<br />

économisent les déchets et déplacement inutiles.<br />

Scannez le code et testez notre outil de calcul des déplacements inutiles<br />

www.tork.fr/reductiondesdechets<br />

Tork, une marque d’Essity<br />

54ı PRODUCTION MAINTENANCE • N°<strong>81</strong> • mai - juin - juillet 2023

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!