24.08.2023 Views

Revue Lespwisavann N°0

"L’intention qui accompagne ce recueil est simple : contribuer à enrichir la réflexion historique dans la Caraïbe." SOMMAIRE : - Historien Guadeloupéen ou Historien de l'Histoire de la Guadeloupe - Un point de vue sur la situation sociale actuelle en Guadeloupe - Entrevue avec Raymond B. GAMA

"L’intention qui accompagne ce recueil est simple : contribuer à enrichir la réflexion historique dans la Caraïbe."

SOMMAIRE :
- Historien Guadeloupéen ou Historien de l'Histoire de la Guadeloupe
- Un point de vue sur la situation sociale actuelle en Guadeloupe
- Entrevue avec Raymond B. GAMA

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

prendre, c’est un processus qui est en marche, une sorte de fil

qui indique la route. Nous, les enfants de l’Amérique, c’est sur

notre dos qu’a été construite cette mondialisation. C’est sur notre

dos qu’a été construite cette " globalisation "… comme disent les

anglophones … ce terme me convient même mieux, parce que

cela veut dire qu’ils ont globalisé les rapports, globalisé la domination,

globalisé la destruction justement à travers l’exploitation,

la domination et la mondialisation. Donc, nous sommes, probablement,

plus à même que n’importe qui d’autre venant des pays

dominants, de comprendre ce qui arrive aujourd’hui à travers justement

ce que tout le monde a du mal à saisir : NOU !… ce que

nous sommes devenus, disons, la mondialisation, la globalisation,

c’est dire que NOU sommes !…

Ainsi, quand vous prenez en considération, ce que j’ai présenté

comme étant notre parcours et ce qui s’exprime chez certains

d’entre nous, en destruction totale, en folie, voire en fleur, en floraison,

en création, quand on approche cela de tout le processus

général de la domination de l’Europe, on peut dire que la mondialisation

cette domination générale, d’ailleurs celle des blancs, des

occidentaux sur le monde, se fonde sur l’exploitation, la discrimination

que nous subissons encore aujourd’hui. Et, lorsque je dis

sur notre dos, je veux dire sur la masse, justement, en premier

lieu, des indiens d’Amérique (ceux qu’on a appelé les amérindiens

qu’ils ont pratiquement exterminés à certains endroits c’est - à -

dire depuis le Nord jusqu’au Sud du continent) et en second lieu,

sur le dos des Africains qu’ils ont réduit en esclavage. Ces sociétés

qui ont été générées dans ces conjonctions - là sur la terre

d’Amérique, eh bien, elles ont abouti en un " Homme " que nous

devons créer. Nous devons le chercher continuellement. Enfin, la

" pousse " de cet " Homme ", nous l’avons en nous, c’est à nous

de la trouver. Et, pour la trouver, il faut la chercher. Donc, c’est la

raison pour laquelle il y a nécessité chez tout Caribéen conscient

de chercher la " pousse " de la fleur, car c’est en elle qu’est

l’espoir… ce n’est pas la " pousse " de la folie qu’il faut suivre car

elle nous conduit à la singerie… Car le risque court que nous sombrions

dans la folie, mais non… C’est la " pousse " de la fleur qu’il

nous faut cultiver de façon à ce que la fleur, elle-même, lâche du

pollen et d’autres choses sur le monde présent afin de le régénérer,

le monde de la globalisation…

L.S : Pourquoi " Lespwisavann " ?

R.B.G : A…ah, Lespwi savann… Et oui, Lespwisavann..! Alors,

31

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!