07.12.2023 Views

Le Paddock de Jeudi 7 décembre 2023

Toute l'actualité du CHIG !

Toute l'actualité du CHIG !

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

PADDOCK<br />

Quotidien officiel du Concours Hippique International <strong>de</strong> Genève<br />

présente le<br />

<strong>Jeudi</strong> 7 <strong>décembre</strong> <strong>2023</strong><br />

© CHIG/Soraya Exquis<br />

<strong>Le</strong> spectacle peut commencer !<br />

••• Édito<br />

Nous y voilà ! On piaffait d’impatience <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>s<br />

semaines, vous les spectateurs comme nous les<br />

organisateurs et les 700 bénévoles du Concours<br />

Hippique International <strong>de</strong> Genève. Cette fois, nous<br />

y sommes. L’arène principale est prête, le lac et les<br />

obstacles sont placés, le décor a été peaufiné par<br />

<strong>de</strong>s petites fées, les allées sont remplies <strong>de</strong> stands<br />

et d’espaces <strong>de</strong> restauration mieux répartis sur les<br />

trois halles. <strong>Le</strong> spectacle peut commencer !<br />

Tous les plus grands champions du saut d’obstacles<br />

(26 membres du Top 30 !), accompagnés <strong>de</strong> leurs<br />

meilleures montures, sont bien au ren<strong>de</strong>z-vous, et<br />

c’est aussi le cas pour le cross indoor et la Coupe<br />

du mon<strong>de</strong> d’attelage FEI. <strong>Le</strong> CHI <strong>de</strong> Genève a acquis<br />

une gran<strong>de</strong> réputation <strong>de</strong>puis sa création, en 1926.<br />

<strong>Le</strong> Rolex Grand Slam of Show Jumping, dont on<br />

célébrera samedi soir le 10 e anniversaire, en même<br />

temps que le sacre européen <strong>de</strong> Steve Guerdat<br />

et Dynamix <strong>de</strong> Bélhème, a donné une nouvelle<br />

dimension à la manifestation.<br />

LA BARRE PLACÉE HAUT D’ENTRÉE DE JEU<br />

On entre dans le vif du sujet ce jeudi déjà, avec<br />

quatre épreuves internationales, dont l’une <strong>de</strong>s<br />

«trois Glorieuses» du CHIG, le Trophée <strong>de</strong> Genève,<br />

la principale épreuve qualificative pour le Rolex<br />

Grand Prix <strong>de</strong> dimanche (seuls 10 cavaliers sur<br />

40 sont pré-qualifiés pour celui-ci). La plupart <strong>de</strong>s<br />

50 concurrents selleront donc ce soir leur monture<br />

N°1. Un Grand Prix avant l’heure dont beaucoup <strong>de</strong><br />

manifestations 5* rêveraient pour leur final…<br />

<strong>Le</strong> Prix <strong>de</strong>s Communes Genevoises, vendredi,<br />

constituera la secon<strong>de</strong> épreuve qualificative.<br />

Ensuite, il ne restera plus que trois sésames pour<br />

dimanche à attribuer dans la 22 e Finale du Top 10<br />

Rolex IJRC. On le voit, à Genève, la barre est placée<br />

très haut d’entrée <strong>de</strong> jeu, et il ne faut manquer<br />

aucun <strong>de</strong> ces ren<strong>de</strong>z-vous. En espérant que la magie<br />

<strong>de</strong> l’indoor, les exploits <strong>de</strong> ces chevaux que nous<br />

admirons tant et l’enthousiasme <strong>de</strong> nos bénévoles<br />

s’unissent une fois <strong>de</strong> plus harmonieusement.<br />

Comme <strong>de</strong>puis 97 ans à Genève…<br />

Sophie Mottu Morel<br />

et Alban Poudret<br />

WWW.CHI-GENEVE.CH<br />

#CHIGENEVE


2 En images<br />

Câlins équins...<br />

© CHIG/Soraya Exquis<br />

Happy 10 years<br />

of Air China Direct Flight<br />

Geneva — Beijing<br />

4 flights/week<br />

Monday / Thursday / Friday / Saturday<br />

www.airchina.ch<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>


Portrait 3<br />

Des rêves inaccessibles<br />

Julien Gonin foulera pour la quatrième fois la piste du «plus<br />

bel indoor du mon<strong>de</strong>», selon ses dires. Un concours qu’il a<br />

découvert il y a bientôt 30 ans, lorsqu’il accompagnait son<br />

mentor Michel Robert. «J’en avais <strong>de</strong>s étoiles plein les yeux.<br />

Jamais je ne me suis imaginé pouvoir monter ici un jour.»<br />

Des rêves inaccessibles, le Français <strong>de</strong> 41 ans en<br />

avait plein. Aujourd’hui, à force <strong>de</strong> travail acharné<br />

et <strong>de</strong> détermination, il a enfin la chance <strong>de</strong> les vivre.<br />

«Ce n’étaient même pas <strong>de</strong>s rêves, c’était juste<br />

inimaginable, inaccessible. J’ai toujours été peut-être<br />

un peu trop réaliste», sourit le jeune quadragénaire.<br />

Il faut dire que le Tricolore est parti <strong>de</strong> loin, très loin.<br />

Ses parents n’ont jamais été dans le mon<strong>de</strong> <strong>de</strong>s<br />

chevaux. C’est lui, <strong>de</strong>puis l’enfance, qui s’est pris <strong>de</strong><br />

fascination pour l’animal. «Il y avait un centre équestre<br />

<strong>de</strong> l’autre côté <strong>de</strong> la nationale et, à 5 ou 6 ans, lorsqu’on<br />

m’a offert un tracteur à pédales, je m’étais échappé<br />

et avais traversé la route pour rejoindre l’écurie. Mes<br />

parents ont eu une peur bleue», raconte-t-il, amusé.<br />

Vers l’âge <strong>de</strong> 10 ans, Julien Gonin commence à monter<br />

à cheval puis, à l’adolescence, passe tous ses weekends<br />

et vacances à donner un coup <strong>de</strong> main à Michel<br />

Robert, dans ses écuries. «Michel et Dominique sont<br />

<strong>de</strong>venus une <strong>de</strong>uxième famille pour moi. Entre mes 12<br />

et mes 24 ans, je ne les ai presque pas quittés, je les<br />

accompagnais partout. J’ai grandi avec et grâce à eux.»<br />

Alors, naturellement, le souriant Français s’est<br />

imprégné du système du multimédaillé Michel Robert.<br />

Cela saute d’ailleurs presque aux yeux lorsque l’on<br />

aperçoit Julien Gonin à cheval. Pendant la décennie<br />

qu’il passe chez son mentor, le cavalier basé dans l’Ain<br />

monte environ six chevaux par jour – trois le matin<br />

avant ses cours et trois autres en fin <strong>de</strong> journée !<br />

– et fait son apprentissage <strong>de</strong> moniteur en même<br />

temps. En 2004, Julien déci<strong>de</strong> alors qu’il est temps <strong>de</strong><br />

se mettre à son compte, et démarre sa structure avec<br />

à peine quelques sous en poche. Presque 20 ans plus<br />

tard, il est à la tête <strong>de</strong> six employés à plein temps.<br />

UN BESOIN D’AUTONOMIE<br />

La particularité du cavalier tricolore ? Son envie<br />

absolue d’autonomie. «Je suis propriétaire <strong>de</strong> presque<br />

tous mes chevaux <strong>de</strong> concours. Être dépendant <strong>de</strong><br />

propriétaires ne m’a jamais beaucoup intéressé…<br />

Alors oui, je dois souvent vendre mes bons chevaux<br />

pour vivre, mais j’ai la chance <strong>de</strong> trouver un équilibre<br />

et <strong>de</strong> compter sur <strong>de</strong>s amis qui me soutiennent.» Parmi<br />

ceux-ci, la famille Godard, qui lui confie neuf chevaux,<br />

ainsi que Fabrice, Jérôme et Daniel – tous témoins à<br />

son mariage ! – qui sont co-propriétaires <strong>de</strong> Valou du<br />

Lys notamment. C’est un système plutôt différent <strong>de</strong><br />

la majorité <strong>de</strong>s cavaliers professionnels qui comptent,<br />

eux, beaucoup sur le soutien <strong>de</strong> leur(s) propriétaire(s)<br />

pour rester à bon niveau. «Évi<strong>de</strong>mment, je rêve par<br />

exemple <strong>de</strong> monter un jour à Aix-la-Chapelle, mais<br />

mon objectif principal, c’est <strong>de</strong> rester autonome, <strong>de</strong><br />

construire un système rentable autour <strong>de</strong> mes propres<br />

chevaux. Et le but ultime serait <strong>de</strong> refuser un jour <strong>de</strong><br />

vendre mes bons chevaux pour continuer à faire du<br />

grand sport…»<br />

L’équilibre est délicat à trouver. Avant <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir<br />

papa poule du petit Victor, trois ans et <strong>de</strong>mi, Julien<br />

comptait beaucoup sur son métier <strong>de</strong> coach. Depuis,<br />

il n’en a plus le temps, ni vraiment l’envie, et préfère<br />

se concentrer sur sa structure déjà bien remplie<br />

ainsi que sur sa famille. 80 chevaux aux écuries, en<br />

plus <strong>de</strong> la production du foin et <strong>de</strong> la paille, cela fait<br />

beaucoup d’heures <strong>de</strong> travail. «Si, avec les chevaux,<br />

ça ne marche plus, je pourrai toujours me tourner vers<br />

l’agriculture», rit-il.<br />

Aurore Favre<br />

© Team Laiterie Montaigu<br />

Hors sujet<br />

Quel est ton juron favori ?<br />

«Gottvertami nomal!» (rires)<br />

Ton idée du bonheur ?<br />

L’épanouissement, faire ce que j’aime et<br />

ne pas faire ce que je n’aime pas.<br />

Ton o<strong>de</strong>ur préférée ?<br />

L’o<strong>de</strong>ur <strong>de</strong> la terre quand il se met à<br />

pleuvoir…<br />

Ta série préférée ?<br />

«Plus belle la vie» ! Pendant sa diffusion, si<br />

j’étais invité quelque part à l’heure <strong>de</strong> mon<br />

feuilleton, je <strong>de</strong>mandais toujours à regar<strong>de</strong>r<br />

l’épiso<strong>de</strong> du jour. Sinon, je refusais <strong>de</strong> venir.<br />

(rires)<br />

L’endroit que tu rêves <strong>de</strong> visiter ?<br />

<strong>Le</strong> Machu Picchu. J’ai toujours adoré l’histoire<br />

et la culture inca en particulier. Un jour, je<br />

finirai bien par visiter le Pérou et les lignes<br />

<strong>de</strong> Nazca…<br />

La qualité que tu préfères chez les autres ?<br />

L’honnêteté.<br />

Ce que tu détestes par-<strong>de</strong>ssus tout ?<br />

La malhonnêteté, du coup ! (rires)<br />

Un cheval dont tu rêves ou aurais rêvé<br />

<strong>de</strong> monter ?<br />

Aucun, je crois… Ce que j’aime, avec les<br />

chevaux, c’est la relation qu’on construit<br />

avec eux.<br />

Fondue ou raclette ?<br />

La fondue <strong>de</strong> Sterchi, la fromagerie<br />

neuchâteloise: un vrai délice.<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>


4 Découverte<br />

Jean-Maurice Brahier<br />

prêt à briller<br />

Il est tombé dans la marmite quand il était petit. Depuis, le<br />

cavalier n’a <strong>de</strong> cesse <strong>de</strong> vouloir gravir les échelons. Heureux<br />

détenteur d’une wild card cette année, il aura à cœur <strong>de</strong><br />

s’illustrer sur la piste du CHI <strong>de</strong> Genève. Rencontre.<br />

Jean-Maurice Brahier n’est pas <strong>de</strong>venu cavalier<br />

par hasard. Depuis toujours, poneys et chevaux<br />

l’entourent au quotidien, ses parents étant à la tête<br />

<strong>de</strong> l’une <strong>de</strong>s plus importantes structures suisses.<br />

Conçu il y a plus <strong>de</strong> quarante-cinq ans maintenant,<br />

le centre équestre <strong>de</strong> Corminboeuf a donc vu naître<br />

le jeune garçon, d’abord peu séduit par l’équitation.<br />

«Au début, je n’aimais pas trop cela, raconte-t-il. Je<br />

préférais les motos et les quads, mais c’est venu avec<br />

le temps. J’ai commencé la compétition à 6 ans et,<br />

au fur et à mesure, les choses se sont intensifiées<br />

naturellement.»<br />

Mais l’histoire familiale ne s’arrête pas là. Du côté <strong>de</strong><br />

sa mère se distingue ainsi la famille Etter, Daniel et<br />

son frère Marc étant les cousins <strong>de</strong> Jean-Maurice. Au<br />

quotidien, sa sœur travaille dans la structure familiale,<br />

en charge notamment <strong>de</strong> la gérance, <strong>de</strong>s camps <strong>de</strong><br />

vacances, <strong>de</strong>s leçons d’équitation et du coaching.<br />

Elle-même a d’ailleurs été classée en Grand Prix<br />

jusqu’à un certain niveau, et son mari est également<br />

cavalier professionnel. Enfin, sa belle-famille est aussi<br />

dans le milieu <strong>de</strong>s chevaux, et sa femme s’investit dans<br />

les bureaux et l’écurie. De son côté, Jean-Maurice<br />

continue à donner quelques cours à Corminboeuf et<br />

s’occupe <strong>de</strong> l’entretien <strong>de</strong> la structure familiale, mais<br />

travaille désormais à 70% pour le compte <strong>de</strong>s écuries<br />

Rossweidhof <strong>de</strong> Stefan Küng, à Belp.<br />

Aujourd’hui, grâce à une année marquée par <strong>de</strong> belles<br />

réussites, notamment une secon<strong>de</strong> place dans le<br />

Grand Prix d’Aarberg et une cinquième au championnat<br />

romand à Crête (photo ci-<strong>de</strong>ssous), le cavalier a obtenu<br />

une wild card pour participer à la 62 e édition du CHI <strong>de</strong><br />

Genève. «C’est un très bon système <strong>de</strong> qualification<br />

avec plusieurs étapes. Ma venue ici n’est donc pas<br />

le résultat d’une seule compétition, mais d’une<br />

régularité sur l’année. Être ici, c’est quelque chose,<br />

c’est une sacrée échéance !» Ses objectifs du<br />

week-end ? «J’espère réaliser quelques classements.<br />

Je suis venu avec <strong>de</strong>ux chevaux, Valencio, qui a déjà<br />

participé à ce concours il y a <strong>de</strong>ux ans, et Caracoles,<br />

qui est naturellement un peu plus inquiet et vient<br />

pour la première fois. Il faudra donc voir comment il<br />

se comporte, car il peut être du genre à regar<strong>de</strong>r un<br />

sapin et, ici, il y a beaucoup <strong>de</strong> sapins !» (rires)<br />

Quoi qu’il en soit, Jean-Maurice est aussi heureux <strong>de</strong><br />

pouvoir apprendre en regardant l’élite sur cette piste<br />

unique au mon<strong>de</strong>. «Monter avec les ténors motive,<br />

mais on a surtout envie <strong>de</strong> les observer. Quand on<br />

voit les difficultés <strong>de</strong> leurs parcours, on se <strong>de</strong>man<strong>de</strong><br />

comment cela paraît si simple pour eux.» Rêve-t-il<br />

d’intégrer un jour l’équipe nationale ? «Ah…, ce<br />

serait quelque chose, oui ! On espère. On verra.»<br />

En attendant, la relève pour cette dynastie familiale<br />

tournée vers le cheval semble d’ores et déjà assurée,<br />

Jean-Maurice étant papa d’un petit garçon. «Pour<br />

l’instant, il aime les petites voitures (rires). J’espère<br />

qu’il aimera le cheval, mais finalement, il fera ce qu’il<br />

voudra. Ce qui est sûr, c’est que j’aurai plus <strong>de</strong> plaisir<br />

à me rendre sur les terrains <strong>de</strong> concours les weekends<br />

qu’au bord d’un sta<strong>de</strong> <strong>de</strong> foot…»<br />

Sophie <strong>Le</strong>beuf<br />

PENSION • COACHING • VALORISATION<br />

Route <strong>de</strong> Chancy 439 • 1285 Athenaz • info@ecurie-avusy.ch<br />

ecurieavusy • @ecurieavusy<br />

PIERRE KOLLY<br />

+41 79 216 87 28 • kolly17@bluewin.ch<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>


Complice 5<br />

Dante MM, le petit prince…<br />

C’est sans conteste le petit chouchou <strong>de</strong>s écuries d’Alain Jufer.<br />

<strong>Le</strong> Jurassien, désormais basé à Herrliberg dans le canton <strong>de</strong><br />

Zurich, parle <strong>de</strong> Dante MM avec tendresse et passion. «C’est<br />

l’un <strong>de</strong>s meilleurs chevaux que j’aie jamais montés. Mais aussi<br />

l’un <strong>de</strong>s plus attachants !»<br />

voir tous les chevaux <strong>de</strong> l’écurie. C’est un petit<br />

prince, le chouchou <strong>de</strong> son cavalier.» <strong>Le</strong> Jurassien<br />

ne démentit certainement pas. Mais ajoute que c’est<br />

aussi l’un <strong>de</strong>s chevaux les plus talentueux qu’il a eu<br />

l’opportunité <strong>de</strong> monter. Il faut dire que Dante MM<br />

évolue sous la selle d’Alain Jufer <strong>de</strong>puis ses 7 ans,<br />

le cavalier <strong>de</strong> 45 ans a donc eu le temps <strong>de</strong> créer une<br />

vraie relation avec sa monture, et <strong>de</strong> le voir mûrir.<br />

«J’ai senti son vrai potentiel dès ses premiers Grands<br />

Prix 2*, à 8 ans. Ensuite, entre ses 10 et 11 ans, il a<br />

connu une petite baisse <strong>de</strong> performance, ce qui était<br />

d’ailleurs peut-être ma faute ! Il était moins régulier.<br />

Mais <strong>de</strong>puis cette année, il a atteint, je pense, son<br />

meilleur niveau, et décroche surtout ses meilleurs<br />

résultats.»<br />

En quelques mots<br />

Studbook: OS - Springpfer<strong>de</strong>zuchtverband<br />

Ol<strong>de</strong>nburg-International e.V (OS)<br />

12 ans, né le 1 er avril 2011 en Allemagne<br />

Par Diarado (Holst) et April Love (OLD) par<br />

Luxius (Holst)<br />

Propriété <strong>de</strong> Marlis Mühlebach (SUI)<br />

PALMARÈS<br />

Champion <strong>de</strong> Suisse <strong>2023</strong> à Ascona<br />

(septembre <strong>2023</strong>)<br />

2 e d’une épreuve à 1m50 au CSI5*-W d’Oslo<br />

(octobre <strong>2023</strong>)<br />

7 e d’une épreuve à 1m60 à Aix-la-Chapelle<br />

(juin <strong>2023</strong>)<br />

2 e d’une épreuve à 1m50 à St-Gall (juin <strong>2023</strong>)<br />

4 e du GP CSI4* d’Arezzo (avril <strong>2023</strong>)<br />

4 e du GP Coupe du mon<strong>de</strong> d’Amsterdam<br />

(janvier <strong>2023</strong>)<br />

<strong>Le</strong> beau bai passe d’ailleurs la tête entre les<br />

barreaux <strong>de</strong> son box, quémandant avec malice une<br />

gourmandise… Difficile <strong>de</strong> résister à ses yeux doux<br />

et son air innocent. <strong>Le</strong> hongre <strong>de</strong> 12 ans sait comment<br />

arriver à ses fins. «Il fait ce qu’il veut, quand il veut,<br />

rit Haya, sa groom. Quand Alain finit <strong>de</strong> le monter<br />

à la maison, et qu’aucune place <strong>de</strong> pansage n’est<br />

libre, Alain le <strong>de</strong>sselle en liberté et le laisse aller<br />

Avec son titre <strong>de</strong> champion <strong>de</strong> Suisse cette<br />

année à Ascona, «Danteli», comme le surnomme<br />

affectueusement son cavalier, a effectivement<br />

franchi un cap. Cette victoire lui permet d’être<br />

automatiquement qualifié pour le prestigieux Rolex<br />

Grand Prix <strong>de</strong> dimanche, son grand objectif du<br />

week-end… «J’ai bon espoir d’être performant,<br />

souffle-t-il. J’ai rarement eu entre mes mains un<br />

cheval d’une telle qualité.» Dans l’intervalle, Alain<br />

le sortira uniquement dans le Trophée <strong>de</strong> Genève<br />

ce soir, où il espère bien prouver les qualités <strong>de</strong><br />

son protégé. «C’est un cheval hyper volontaire et<br />

très sage. Il a toujours eu envie <strong>de</strong> bien faire. À<br />

la maison, il est cependant facilement distrait, il<br />

est curieux et regar<strong>de</strong> tout. Il lui faut un moment<br />

avant <strong>de</strong> se concentrer pleinement sur son travail<br />

et se détendre. À l’inverse, dès qu’il voit le camion<br />

arriver, il s’impatiente pour grimper <strong>de</strong>dans et partir<br />

en concours. Il est si heureux qu’à chaque visite<br />

vétérinaire, il est ingérable tellement il est excité ! Il<br />

saute partout. Une fois arrivé en piste, en revanche,<br />

c’est le cheval le plus concentré du mon<strong>de</strong>.»<br />

<strong>Le</strong> bai cherche dans les poches <strong>de</strong> son cavalier, <strong>de</strong> sa<br />

groom, tout en acceptant les bisous et les câlins. Il<br />

lèche les mains, souffle dans le cou, tend les naseaux<br />

pour venir chercher <strong>de</strong> l’attention, <strong>de</strong> l’affection. «Il<br />

déteste rester seul, surtout en concours, raconte<br />

Haya. Si je sors son voisin <strong>de</strong> box, il l’appelle<br />

sans discontinuer. Il s’attache à tous les chevaux<br />

qui l’accompagnent en concours ! À la maison, on<br />

essaie <strong>de</strong> les séparer pour qu’ils ne soient pas trop<br />

dépendants les uns <strong>de</strong>s autres, mais il veut toujours<br />

aller faire <strong>de</strong>s gratouilles à tout le mon<strong>de</strong>.»<br />

Véritable petit prince dans ses écuries, ce beau<br />

hongre <strong>de</strong> 12 ans fait le bonheur d’Alain Jufer et <strong>de</strong><br />

son équipe. Et quand le cavalier stresse un peu trop à<br />

l’entrée <strong>de</strong> piste, c’est Haya qui le rassure: «Si tu vois<br />

que "Papi" panique là, en haut, tu prends le mors et<br />

tu y vas comme tu sais si bien le faire», lui chuchotet-elle<br />

à l’oreille. Une manie qu’a également prise son<br />

cavalier, puisqu’il a tendance à lui souffler la même<br />

chose lorsqu’il sent qu’il a besoin <strong>de</strong> compter sur son<br />

complice…<br />

A.F.<br />

Prendre soin <strong>de</strong> vous<br />

comme si c’était nous<br />

À l’Hôpital <strong>de</strong> La Tour, nos patients bénéficient <strong>de</strong><br />

soins multidisciplinaires et complets, ainsi que d’un<br />

soutien personnalisé, du diagnostic au traitement et<br />

jusqu’au suivi. Notre équipe <strong>de</strong> spécialistes exerçant<br />

sur le même campus nous permet d’offrir le meilleur<br />

traitement possible pour chaque pathologie.<br />

Pour en savoir plus:<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>


P R E M I E R M E N S U E L H I P P I Q U E D E S U I S S E R O M A N D E<br />

6 Au programme<br />

Présenté par<br />

<br />

11H00<br />

Prix Radio Lac<br />

Barème A au chronomètre (140 cm)<br />

Sponsor Principal<br />

<br />

Saut CSI 5*<br />

Sponsors Officiels<br />

<br />

14H15<br />

Prix Swiss Wine Genève<br />

Barème A au chronomètre (145 cm)<br />

Saut CSI 5*<br />

Sponsors<br />

<br />

Partenaires Institutionnels<br />

<br />

17H30<br />

Prix Defen<strong>de</strong>r<br />

Barème A au chronomètre (140 cm)<br />

Saut CSI U25<br />

Partenaires Média & Broadcast<br />

Partenaires Officiels<br />

<br />

<br />

20H00<br />

Trophée <strong>de</strong> Genève<br />

ÉPREUVE QUALIFICATIVE POUR LE ROLEX GRAND PRIX<br />

Barème A au chronomètre avec un barrage au chronomètre (160 cm)<br />

Saut CSI 5*<br />

Sponsors Médias<br />

<br />

Tout le programme détaillé sur www.chi-geneve.ch<br />

Impressum<br />

Fournisseurs Officiels<br />

<br />

Quotidien officiel du Concours Hippique International <strong>de</strong> Genève<br />

Partenaire <strong>de</strong> cœur<br />

<br />

COMMUNICATION CHIG: Patrick Favre<br />

RÉDACTION: Aurore Favre, Sophie <strong>Le</strong>beuf<br />

PHOTOGRAPHIE: Soraya Exquis, Bertille Fonteneau, Fabienne Bujard,<br />

Joseph Carlucci, Raphaël Dufour<br />

MISE EN PAGE: Emilie Lacroix (PIM Sportsgui<strong>de</strong> SA)<br />

IMPRESSION: Atar Roto Presse SA - 1214 Vernier<br />

Priority Lane<br />

Accé<strong>de</strong>z en priorité<br />

au contrôle <strong>de</strong> sûreté.<br />

Réservation sur<br />

gva.ch/eservices<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>


En marge 7<br />

Coulisses <br />

Mehdi Jedraoui:<br />

journaliste et athlète<br />

Il est le visage et l’une <strong>de</strong>s voix <strong>de</strong> la CHIG TV <strong>de</strong>puis 2022.<br />

Mehdi Jedraoui est un passionné d’équitation, mais pas<br />

seulement. Rencontre avec un journaliste atypique.<br />

Échos <br />

<strong>Le</strong>s fans d’équitation le connaissent bien. Cavalier<br />

éclairé évoluant jusqu’à 1m35, Mehdi Jedraoui a su se<br />

faire une place au sein <strong>de</strong>s médias dédiés à ce sport.<br />

Après avoir travaillé quatre ans pour Radio France, le<br />

passionné a œuvré pour Equidia, Cavadéos, Cheval<br />

TV, Eurosport et, <strong>de</strong>puis l’an <strong>de</strong>rnier, pour la CHIG TV.<br />

«Alban Poudret et Sophie Mottu Morel sont venus vers<br />

moi au printemps 2022 et m’ont gentiment <strong>de</strong>mandé<br />

<strong>de</strong> reprendre le flambeau <strong>de</strong> la CHIG TV. J’ai toujours<br />

dit et répété que c’était mon indoor préféré, que<br />

j’adorais couvrir en tant que journaliste. Faire partie<br />

<strong>de</strong> l’équipe était encore un plus», relate-t-il. «Il y a ici<br />

tout ce que j’aime dans le sport, c’est-à-dire du top<br />

niveau, un public connaisseur et une bonne ambiance.<br />

L’atmosphère est très conviviale alors qu’on a les<br />

superstars <strong>de</strong> toutes les disciplines. <strong>Le</strong>s organisateurs<br />

parviennent à rendre les choses accessibles, tout se<br />

fait facilement et rien n’est guindé. Lorsque l’on arrive<br />

ici, on sait que l’on va passer un bon long week-end.»<br />

Mais l’équitation n’est pas la seule passion du<br />

présentateur. Aussi, les fans <strong>de</strong> natation, et plus<br />

particulièrement <strong>de</strong> plongeon, reconnaîtront cet<br />

athlète qui s’est largement illustré lors <strong>de</strong>s <strong>de</strong>rniers<br />

championnats du mon<strong>de</strong> réservés aux amateurs. Du<br />

Japon cet été, le journaliste est revenu avec quatre<br />

breloques (<strong>de</strong>ux en argent et <strong>de</strong>ux en bronze) pour ses<br />

performances dans les disciplines du plongeon et du<br />

plongeon synchronisé ! «Je m’entraîne entre cinq et<br />

sept heures par semaine pour le plongeon, et j’essaie<br />

<strong>de</strong> monter à cheval trois à quatre fois par semaine.<br />

J’ai pour objectif d’aller à Singapour dans <strong>de</strong>ux ans<br />

pour les championnats du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> plongeon, mais<br />

en réalisant <strong>de</strong>s figures plus techniques encore. En<br />

équitation, je souhaite me faire plaisir et continuer les<br />

concours», explique-t-il. En attendant d’atteindre ses<br />

objectifs, le journaliste commentera le plongeon aux<br />

prochains Jeux Olympiques <strong>de</strong> Paris pour Eurosport.<br />

Et d’ici-là, cette semaine, il incarnera encore la<br />

CHIG TV, dont le plateau s’anime chaque jour le<br />

long <strong>de</strong> la piste d’entraînement. Au programme: une<br />

émission quotidienne où seront interviewés cavaliers<br />

internationaux, organisateurs, chef <strong>de</strong> piste, etc. ainsi<br />

que les retransmissions en direct <strong>de</strong>s épreuves <strong>de</strong> saut<br />

d’obstacles et <strong>de</strong> cross.<br />

S.L.<br />

Domination<br />

féminine à Palexpo<br />

C’est dans une ambiance conviviale que les<br />

épreuves nationales ont ouvert les festivités <strong>de</strong><br />

la 62 e édition du Concours Hippique International<br />

<strong>de</strong> Genève ce mercredi 6 <strong>décembre</strong>.<br />

Sur la magnifique piste indoor du concours<br />

genevois, trois Prix du Jockey Club (dont <strong>de</strong>ux<br />

en <strong>de</strong>ux séries) aux couleurs du Credit Suisse<br />

se sont succédé sur <strong>de</strong>s hauteurs <strong>de</strong> 1m15 à<br />

1m35 au barème A au chronomètre. Au finish,<br />

Anastasia Niksic et Vanessa Rezzonico se sont<br />

illustrées dans les <strong>de</strong>ux séries à 1m15, s’imposant<br />

respectivement avec <strong>de</strong>s chronomètres <strong>de</strong> 55.53<br />

et 54.81 sur Vital <strong>de</strong> la Cense et Élan d’Espoir II.<br />

<strong>Le</strong>s <strong>de</strong>ux sessions disputées sur 1m25 ont vu<br />

les victoires <strong>de</strong> Margot Palatsi sur Eastwood<br />

d’Hof Ten Bos (sans-faute en 56.25) et Jasmine<br />

Rezzonico avec Vitamine <strong>de</strong> Boissy (sans-faute<br />

en 55.16). Enfin, la grosse épreuve du jour, cotée<br />

à 1m35, a souri à Chloé Michellier, en selle sur<br />

Calendula Z. La Française s’est imposée avec un<br />

chronomètre <strong>de</strong> 62.76 <strong>de</strong>vant Raphaël Moynat sur<br />

Divine Star <strong>de</strong> Gaia (64.72) et Séverin Hillereau<br />

avec Ovita VD Bisschop (67.26). Depuis les<br />

tribunes, ces premières épreuves ont été suivies<br />

par un public enthousiaste, visiblement heureux<br />

<strong>de</strong> renouer avec l’événement genevois.<br />

120<br />

Chaque enfant a une histoire à écrire. A l’Institut<br />

International <strong>de</strong> Lancy, notre objectif est <strong>de</strong> travailler et<br />

réussir ensemble. Depuis 1903, nous accompagnons<br />

les élèves <strong>de</strong> 3 à 19 ans pour créer leur propre histoire.<br />

Découvrez nos programmes français, anglais et<br />

bilingue sur iil.ch<br />

ans d’histoires<br />

PADDOCK | JEUDI 7 DÉCEMBRE <strong>2023</strong>

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!