Rapport annuel 2010 - Verbier

verbierbooking.ch

Rapport annuel 2010 - Verbier

Jean-Pierre Morand

Président

Message des dirigeants

L'

Christian Burrus

Vice-président

Administrateur-délégué

Eric-A. Balet

Directeur général

exercice 2009/2010 est marqué par l'aboutissement

de l'opération de mise en valeur des

terrains de Médran. Dix ans de patience depuis la

décision initiale jusqu'aux premiers terrassements

qui feront de Médran un nouveau centre d'attraction

à Verbier.

Il valait la peine d'attendre. Notre société ne réalise

pas seulement son plus important résultat financier

de tous les temps. Les 3Rocs nous apportent

un projet hôtelier d'envergure qui servira le développement

de notre société et au-delà d'elle de l'ensemble

de la station.

L'inauguration de l'Hôtel Starwood est prévue en

décembre 2013. D'ici là, il faudra composer avec

une situation un peu difficile à Médran. Les mesures

sont prises pour limiter les inconvénients passagers,

conséquence inévitable d'une telle réalisation.

Médran en bonne voie, le prochain grand projet

de développement se profile déjà à Bruson. Les procédures

qui ont occupé l'année ont abouti positivement

peu après la clôture du présent exercice, et

l'homologation du plan de quartier est assurée. Le

chemin se dégage là aussi pour un développement

qui concerne l'ensemble du Val de Bagnes.

L'objectif que nous poursuivons avec la Commune

n'est pas de reproduire un petit Verbier mais vise

une réalisation de qualité respectant l'environnement

préservé des lieux et tournée vers une clientèle

familiale et sportive.

Après deux exercices record successifs, nous

nous attendions à ce que nos activités opérationnelles

ne puissent continuer avec le même élan.

Finalement, les effets de la crise tant redoutée sont

restés limités. Une réalité se rappelle cependant:

celle de l'impact de l'enneigement et des conditions

météorologiques. Nous commençons à maîtriser de

mieux en mieux l'enneigement sur Médran en tout

cas. Nous n'attendons plus que l'eau nécessaire à

équiper Savoleyres et Bruson. L'année dernière fut

de plus une année favorable du point de l'enneigement

naturel. Par contre, le soleil fut moins présent.

Un Noël gris et froid est resté très en retrait de celui

de l'année précédente.

Les week-ends ensoleillés sont décisifs. Ils furent

plus rares qu'à l'accoutumée. Les effets s'en sont

fait sentir sur nos chiffres. Privés de terrasse, nos

restaurants ont aussi connu une année plus difficile.

Grâce notamment à une ouverture très précoce et

de bonnes conditions pendant la dernière partie de

la saison, le verdict demeure clément: notre chiffre

d'affaires et notre résultat courant représentent les

troisièmes plus élevés de notre société. Médran pris

en compte, le résultat atteint le chiffre de 35,8 millions

de CHF.

Dans l'attente d'autorisations, aucune nouvelle

installation n'a été réalisée durant le présent exercice.

Nos investissements demeurent toutefois

conséquents (CHF 14,2 millions). Parmi ceux-ci, le

renforcement des capacités de la ligne du Châble

est arrivé à point nommé pour soulager les problèmes

de circulation.

L'effort particulier fait en terme de qualité d'accueil

doit être souligné. Les nouvelles consignes et le

Médran Café ont transformé notre gare en un lieu

convivial et social qui est un plus pour la station. La

nouvelle salle de pique-nique des Ruinettes répond

à ce même souci d'offrir à l'ensemble de nos clients

des infrastructures agréables.

L'année prochaine verra l'arrivée du TS-6 à bulles

Mayentzet-Tête des Ruinettes, qui servira une piste

magnifique et constituera via le Rouge une alternative

au départ de Médran. Sauf imprévu, Essert-

Savoleyres suivra en 2012 et le Châble-Mayens de

Bruson devrait pouvoir rapidement pointer son nez.

Les grands travaux reprennent.

Nous ne saurions conclure sans évoquer le règlement

définitif et pour trente ans au moins de nos

rapports avec la Commune et la Bourgeoisie de

Bagnes. Notre société travaille en harmonie avec le

pays dans lequel son activité est ancrée.

Cet exercice a été intense. Les choses ne se font

pas toutes seules. Nous saluons la somme d'énergie,

de travail et d'efforts de notre direction et de

tous nos collaborateurs.

La Combe des Attelas, cœur du domaine skiable de

Verbier.

1


2

Fiche d’identité

Chiffre d’affaires 2009/2010 (en MCHF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55,45

Cash flow (en MCHF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18,60

Résultat net 2009/2010 (en MCHF) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35,78

Remontées mécaniques (sans les lifts pour débutants) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

Débit horaire des installations (pers./h) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48’290

Surface de pistes balisées (ha) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1’160

Longueur des pistes et itinéraires à ski Verbier (en km) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188

Domaine des pistes et itinéraires à ski 4 Vallées (en km) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 410

Dénivelé offert (m) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2’203

Journées skieurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1’088’371

Nombre de lits station . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25’000

Quelques modifications au sein de l’actionnariat

Après une mutation significative lors du dernier

exercice, l’actionnariat de Téléverbier s’est quelque

peu modifié au cours des douze derniers mois. Si

ensemble, Commune et Bourgeoisie de Bagnes

détiennent 25,67% du capital-actions, le principal

actionnaire privé, M. Paul Burrus, en détient désormais

20,66%.

La Société des Téléphériques de Nendaz est titulaire

de 10,01% du capital-actions, alors que le

groupe d’hôtes de la station représenté par M. Alex

Hoffmann en détient 8,21%. Les actionnaires historiques

de la société conservent une part significative

du capital, 31,45 % des actions restant en mains

d’un large public.

Un conseil d’administration représentatif

Le Conseil d’administration compte 12 membres

représentant les principaux actionnaires et acteurs

régionaux. M. Eric Fumeaux a pris la place de M.

Paul von Krause (Compagnie des Alpes) au sein du

Bureau du Conseil aux côtés de M. Jean-Pierre

Morand (Président), M. Christian Burrus (Vice-

Président et administrateur-délégué) et M. Alex

Hoffmann.

Trois nouveaux membres font leur entrée au

Conseil d’administration : Mme Valérie Guigoz, M.

Jean-Paul Burrus et M. Jean-Michel Gaillard.

Par ordre d'entrée au Conseil, les membres du

Conseil d'administration sont les suivants :

Philippe Roux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1989

Jean-Pierre Morand, Président . . . . . . . . . 1992

(Etat au 31.10.2010)

Société des

Téléphériques de

Nendaz SA 10,01 %

Public

31,45 %

Famille Roux

1,0 %

Famille Morand

3,0 %

M. Paul Burrus

20,66 %

Groupe

d’actionnaires

représenté par

M. Alex Hoffmann

8,21%

Commune & Bourgeoisie

de Bagnes 25,67 %

Christian Burrus, Vice-Président

Administrateur délégué . . . . . . . . . . . . . . . . 2000

Alex Hoffmann, membre du Bureau . . . . . 2000

Angelin Luisier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2000

Gérard Michellod . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2000

Frédéric Véron . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2000

Klaus Jenny . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2001

Eric Fumeaux, membre du Bureau . . . . . . 2009

Jean-Paul Burrus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2010

Jean-Michel Gaillard . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2010

Valérie Guigoz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2010


Téléverbier, au cœur des 4 Vallées

Première société de Remontées mécaniques de

Suisse romande, Téléverbier S.A. opère en propre

sur les quatre domaines skiables de Verbier, La

Tzoumaz, Bruson et du Mont-Fort. Ses 35 installations

desservent 188 km de pistes et itinéraires à ski

de tous niveaux, dans un domaine skiable d’exception,

culminant à plus de 3’300m d’altitude. Depuis

2008, elle assume également le management opérationnel

de Télé-Thyon, dont elle détient 30,77%

du capital.

Société sexagénaire, Téléverbier S.A. est restée

indépendante et majoritairement privée depuis sa

naissance. Elle est aujourd’hui la plus importante

Lausanne

100 km

Genève

150 km

>

>

Paris

610 km

>

>

Lyon

300 km Chamonix

70 km

entreprise de sa région. N’ayant jamais fait appel à

des financements publics, elle est l’une des rares

entreprises du secteur à avoir maintenu tout au long

de son existence une situation financière solide.

Depuis 2001, elle est cotée sur l’Eurolist

Compartiment C de la Bourse de Paris.

Aux côtés de Nendaz, Veysonnaz et Thyon,

Verbier constitue le fleuron des 4 Vallées, le plus

grand domaine skiable relié de Suisse, avec ses

410 kilomètres de pistes et ses 100 installations.

Des accords à long terme garantissent la collaboration

opérationnelle entre les quatre sociétés qui

gèrent le domaine.

Bâle

270 km Berne

160 km

>

>

>

>

Milan

270 km

>

>

Zürich

300 km

Sion

50 km

3


4

Une stratégie de développement claire

L’importante phase de modernisation des installations,

initiée en 2004-2005, correspond à la mise en

application du plan stratégique décidé par le Conseil

d’administration et mis en phase avec le business

plan de notre société. Cette stratégie répond aux

impératifs suivants :

1. Critère d’urgence : selon que les installations

sont principales ou secondaires, elles sont soit

renouvelées, soit leur concession est prolongée.

2. Des colonnes vertébrales fortes doivent acheminer

les skieurs du bas au sommet des pistes,

via deux installations au maximum.

3. Les liaisons entre les domaines skiables doivent

être réalisées avec efficacité, tant sur le plan

des pistes que des installations. Les axes de raccordement

entre Verbier-Savoleyres/La Tzoumaz

et Verbier-Châble-Bruson sont prioritaires.

4. La répartition harmonieuse des skieurs sur le

domaine skiable est un objectif tant de confort

que de qualité et de sécurité.

5. Le taux d’occupation des installations doit correspondre

à des standards prédéfinis, sans quoi

Un plan directeur du domaine skiable à 15 ans

Notre Société a mis en place un plan directeur du

domaine skiable à 15 ans. Il décrit l’évolution attendue

tant pour les remontées mécaniques et les

pistes que pour l’enneigement mécanique et les restaurants

d’altitude. Ce plan a fait l’objet de toute une

série d’études pluridisciplinaires validant la faisabilité

des projets.

Accepté par les quatre communes hôtes de nos

activités - Bagnes, Riddes, Saxon et Orsières -

notre plan directeur a été déposé auprès des autorités

cantonales et nous attendons sa validation

finale pour juin 2011.

Directement inspiré par notre stratégie de développement,

ce plan décrit les grands projets de

notre société pour ces 15 prochaines années. Suite

aux difficultés rencontrées en matière de normes

anti-avalanches, nous avons partiellement modifié

notre schéma d’installations dans la zone Carrefour-

Les Esserts. De ce fait les travaux suivants

devraient se réaliser d’ici à 2012-2013 :

- Remplacement des deux télésièges 2 places de

Mayentzet et Combe 1 par un télésiège

débrayable 6 places à coques.

l’installation doit être éliminée, remplacée ou voir

son débit augmenter.

6. L’évolution climatologique doit être prise en

compte, dans le sens d’un développement prioritaire

en altitude.

7. Le maintien de l’image de marque via le modernisme

des installations va de pair avec le renom

de Verbier.

8. Priorité doit être donnée aux installations les

plus rentables.

9. Le développement durable doit être au centre

de tous les développements.

Sous réserve d’obtention des autorisations de

construire, un nouveau télésiège débrayable 6

places à coques devrait voir le jour en été 2011

entre Mayentzet et la Tête des Ruinettes.

2012 et/ou 2013 devraient voir la construction de

la nouvelle Télécabine 10 places/Combimix 6

places Esserts-Savoleyres et de la Télécabine 8

places entre le Châble et les Mayens de Bruson.

- Création d’une liaison skis aux pieds entre les

secteurs de Verbier et Savoleyres-La Tzoumaz,

grâce à la réalisation d’une Télécabine 10 places

Esserts-Planards-Savoleyres. La deuxième section

verra s’insérer des sièges 6 places entre

chaque cabine, pour permettre le recyclage des

skieurs skis aux pieds.

- Création de deux nouvelles pistes la Croix-de-

Cœur - les Esserts et Carrefour - Les Esserts,

pour permettre la liaison skis aux pieds entre

nos deux domaines skiables.

- Création d’une liaison aéroportée entre les stations

de Bruson et de Verbier, grâce à une télécabine

Châble - Mayens de Bruson. Cette liaison

est étroitement liée au projet d’aménagement

du site de Bruson.

- Implantation d’un réseau complet d’enneigement

mécanique sur les secteurs non encore

équipés, Gentianes-La Chaux, Savoleyres-

Verbier, Savoleyres-La Tzoumaz et Mayens de

Bruson.


1950-2010 : Beethoven sur l’alpage de la Chaux

pour fêter les soixante ans de Téléverbier S.A.

Près de 1’000 personnes dont 350 invités ont participé,

le 10 juillet 2010, aux festivités célébrant le

soixantière anniversaire de notre Société. Diverses

personnalités dont le Conseiller d’Etat Maurice

Tornay (à gauche ci-dessous) nous ont fait l’amitié

de leur présence, accueillies par notre Président

Jean-Pierre Morand (au centre ci-dessous).

Les orateurs du jour ont rendu un vibrant hommage

aux pionniers de la société, dont plusieurs

retraités qui n’auraient raté l’événement pour rien au

monde (ci-contre à droite). La journée s’est terminée

en musique life, avec l’Orchestre Symphonique

aimablement mis à notre disposition par les responsables

du Verbier Festival & Accademy qui a joué la

5e Symphonie de Beethoven dans le cadre enchanteur

de la Chaux. Une journée mémorable !

5


6

Une météo plutôt capricieuse durant tout l’hiver

Si notre système d’enneigement mécanique

nous a permis d’ouvrir les installations relativement

tôt, le 7 novembre, le manque de neige

en plaine n’a pas lancé la saison de manière

aussi favorable que l’hiver précédent.

De plus, la météo s’est révélée très capricieuse

durant la période de Noël et jusqu’à mifévrier.

Avec de la neige un jour sur cinq, mais

“seulement” 5,89m de chutes linéaires au

niveau des Ruinettes, avec des grands froids

sur six semaines, et seulement deux week-ends

complets de beau temps, il était difficile de rivaliser

avec l’année précédente. Nous avons même noté

un jour de fermeture totale des installations un

dimanche en pleine période de Fêtes de Noël !

Le secteur Verbier a été ouvert durant 155 jours,

soit cinq mois et demi, avec 112 jours de liaison sur

les 4 Vallées (16 de moins qu’en 2008/2009). Nos

sous-secteurs de Savoleyres-La Tzoumaz et

Bruson ont respectivement bénéficié de 118 et 100

jours d’ouverture. Sur l’hiver, nous avons transporté

12’574’015 personnes et enregistré 657 accidents

Evolution des chutes de neige à 2200m

Hauteur en cm.

1000

800

600

400

200

0

1974-75

1975-76

1976-77

1977-78

1978-79

1979-80

1980-81

1981-82

1982-83

1983-84

1984-85

1985-86

Moyenne des chutes de neige

30 ans : 543cm

20 ans : 557cm

10 ans : 576cm

1986-87

1987-88

1988-89

1989-90

Gilbert Simon

Directeur

d’exploitation

1990-91

1991-92

1992-93

1993-94

sur les pistes, soit un accident pour 19’138

montées (ou 1’656 journées skieurs), ce qui

est plutôt faible en nombre absolu, malgré

l’augmentation des journées-skieurs vécue

ces dernières années.

En hiver, nos installations ont fonctionné

durant 30’510 heures, ce qui correspond à

quelques heures près à la moyenne sur les

cinq dernières années, mais est inférieur de

-13,41% à 2008/2009.

Notre enneigement mécanique a été géré de

manière optimale, avec une utilisation de seulement

138’071m 3

d’eau, soit 16% de plus que l’an dernier,

mais presque 40% de moins qu’il y a quelques

années pour un résultat nettement plus efficace.

Un début de saison plus tardif et l’acquisition de

dameuses très performantes (Prinoth Beast) nous a

permis de notoirement réduire le nombre d’heures

machines, avec 18’638 heures (-12,76%), tout en

maintenant une qualité de pistes unanimement

reconnue par notre clientèle.

1994-95

1995-96

1996-97

1997-98

1998-99

1999-00

2000-01

2001-02

2002-03

2003-04

2004-05

2005-06

2006-07

2007-08

2008-09

2009-10

5m89


L’heure du démontage du télésiège de Médran 3

Quand il a remplacé le bon vieux téléski

à arbalettes en 1977, le télésiège deux

places à pinces fixes de Médran 3 amenait

un plus considérable au débit des

installations menant de Médran aux

Ruinettes. Doté d’une capacité de 1’010

personnes à l’heure, il avait été conçu

pour désengorger les télécabines 2 et 4

places de Médran 1 et 2 durant les

périodes de très forte affluence. Le

confort des cabines aura eu raison de lui,

même si formellement nous aurions pu

encore l’utiliser jusqu’au bout de sa

concession en 2016 !

Guère plus utilisé depuis le début des

années 2000, il était tombé en désuétude,

à l’instar de tous les télésièges 2 places à

pinces fixes. Dès 2008, sa fin était annoncée,

du fait du renoncement à opérer des

travaux coûteux de maintenance sur une

installation lente et peu confortable.

L’heure du démontage est arrivée en

2010, avec successivement le retrait des

sièges du câble, le démontage de ce dernier,

puis le démantèlement des pylônes

avec un hélicoptère Kamax.

La forêt peut dorénavant reprendre ses

droits sur la ligne de Médran 3.

Organigramme du secteur exploitation

Thyon

Laurent Vaucher, Directeur

Chef des pistes

Paul-Victor Amaudruz

Damage

Steve Maret

Enneigement mécanique

Eric Bazin

Directeur d’exploitation

Gilbert Simon

Qualité-Sécurité-Environnement

Raymond Casanova/Fabien Sauthier

Chef de projets

Jean-Bernard Boschung

Verbier Station

Jean-François Paccolat, chef secteur

Jean-Marie Fellay, adjoint

Mont-Fort (avec Nendaz)

Dominique Vouillamoz, chef secteur

Chef technique

François Reuse

Verbier-Ruinettes

Jean-Luc Gfeller, chef secteur

Paul Perraudin, adjoint

Jean-Sébastien Maret, chef sécurité

Savoleyres-Tzoumaz

Henri-Charles Monnet, chef secteur

Jean-Marc Deléglise, adjoint

Maurice Besse, chef sécurité

Bruson

Lionel May, chef secteur

Fabrice Ungemacht, adjoint + sécurité

7


8

Finances : gros travail sur le progiciel de gestion

L’implémentation du nouvel ERP Sage XR3

aura rendu plutôt chargé le premier exercice de

notre directeur financier Mikis Reversé. (ERP =

Enterprise Ressource Planning = progiciel de

gestion intégrée). Les travaux préparatoires ont

duré tout l’été 2010, ce qui a permis de démarrer

sur le nouvel outil intégré dès le début de

l’exercice 2010-2011.

Notre direction financière a pu compter sur

une équipe très motivée et soudée, ce qui a

permis de franchir les étapes sereinement, malgré

l’importante charge de travail.

Contrairement aux attentes, la mise en œuvre du

système de Gestion de la Maintenance assistée par

Ordinateur (GMAO) ne sera fonctionnelle qu’à mi-

2011. Ce dernier intégrera la planification de la

maintenance, des pièces de rechange, des res-

Bonne optimisation de notre département RH

Notre petite équipe Ressources Humaines

s’est révélée plutôt performante, en assurant

la gestion administrative complète de près de

800 contrats de travail dont 650 saisonniers

œuvrant au sein de sept sociétés différentes.

Outre Téléverbier, Verbier Sport+ et

Services Techniques Alpins, notre team s’est

également occupé de la gestion RH de Télé-

Thyon et ses filiales, dont l’agence Imalp

Thyon 2000 et le restaurant le Pinocchio. Il

Certifications ISO 9001-14001 en vue pour le Groupe

Téléverbier a engagé un nouveau responsable

Qualité-Sécurité-Environnement à plein temps, qui

a pour mission d’optimiser l’ensemble des processus

de travail du Groupe. Après avoir occupé un

poste similaire au sein de l’Armée suisse, Fabien

Sauthier a donc rejoint notre état-major, avec

comme priorité la mise à niveau des processus de

Sécurité au sein de l’ensemble de nos sociétés.

Un travail très important a déjà été fait en la

matière, sanctionné très positivement par des audits

conduits tant par la SUVA (caisse nationale d’assurances)

que sur le plan interne. Il en résulte une

meilleure maîtrise des risques, ce qui devrait logiquement

déboucher sur un abaissement des primes

d’assurances à court-moyen terme.

De même, toute une série de mesures ont été

Mikis

Reversé

Directeur financier

Christophe

Vérolet

Directeur RH

sources financières et du personnel de maintenance.

Il devrait amener notre Société à la certification

ISO 9001 et 14001 à fin 2011, et nous

permettre de répondre parfaitement à l’exigence

de traçabilité de la maintenance exigée

par l’Office fédéral des transports (OFT).

Egalement sous la responsabilité directe

de M. Reversé, notre service informatique a

été complètement réorganisé durant l’exercice.

Une collaboration étroite a été initiée avec la

firme spécialisée Simnet dont le directeur, Mathieu

Simon, pilote également notre propre team. Un travail

important de remise à niveau des serveurs et

des réseaux a été réalisé, ce qui nous positionne

dans une situation correcte en matière de sécurité

informatique aujourd’hui.

s’est également occupé de la conduite des

dossiers du personnel des partenaires sportifs

que sont l’Ecole Suisse de Ski, l’Ecole de

Snowboard, le Bureau des Guides et l’Ecole

de Parapente.

Un nouveau système de prise du temps de

travail (Horoquartz) a également été implémenté

durant l’exercice. Ceci a coïncidé avec

le renforcement qualitatif de l’équipe RH forte

désormais de trois personnes bien formées.

édictées en matière de protection de l’environnement.

Notre but est de minimiser nos atteintes à la

Nature.

Le plus gros travail consistera en la certification

ISO 9001 et 14001 de l’ensemble des sociétés du

Groupe. Notre filiale STA, grosse pourvoyeuse de

services à l’extérieur du Groupe, sera la première à

bénéficier de la mise en place de ces normes. Il

nous semblait vital en effet d’offrir toutes les garanties

utiles en matière de qualité et de suivi des prestations

offertes. La certification est attendue pour

l’automne 2011.

Ce sera ensuite le tour de la société-mère de voir

l’ensemble de ses processus réanalysés, optimisés

et surtout formalisés, dans le but d’améliorer de

manière permanente notre organisation interne.


Des activités tous azimuts pour Verbier Sport+

Dirigée par son Directeur Julien Moulin,

Verbier Sport+ SA assure l’ensemble des

prestations de vente et de marketing du

Groupe Téléverbier et des partenaires sportifs

que sont l’Ecole Suisse de Ski, la Snowboard

School, le Bureau des Guides et l’Ecole de

Parapente.

Toute une série d’activités particulières ont

occupé l’exercice, avec une influence directe

soit sur notre chiffre d’affaires, soit sur la qualité

de nos prestations :

- Signature d’un accord de libre-échanges avec

les stations de Chamonix et de la Vallée d’Aoste,

avec un renforcement notoire de l’attractivité de nos

abonnements annuels.

- Renforcement de la carte Club : avec 2’500

adeptes, elle produit 8% des cartes journalières,

alors que 14% de ces dernières sont désormais

vendues via la Valais SkiCard.

Gérard Lenorman condamné à chanter indoor

Son concert aurait dû se

dérouler en plein air, sur l’alpage

de la Chaux, sur les

hauts de Verbier, à l’occasion

de la désormais traditionnelle

fête des familles qu’organise

notre société chaque 15 août.

La météo en aura décidé

autrement ! Alors qu’en 2009,

Henri Dès, le chanteur préféré

des enfants nous avait permis

de réunir plus de 5’000 fans

sur l’alpage et sous un soleil

radieux, la pluie et le brouillard

nous ont forcés cette

année à annuler la manifestation

prévue à 2’000m d’altitude.

Notre équipe d’animation

s’est démenée pour déplacer

in extremis le concert sur

Martigny, dans les Halles du

CERM. Plus de 1’200 personnes

s’y sont finalement

déplacées pour entendre des

rengaines éternelles comme

le Gentil Dauphin ou la

Ballade des gens heureux.

Julien

Moulin

Directeur VS+

- Joli succès de notre plateforme de vente

sur internet (verbierbooking.com) qui a enregistré

un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,2 millions

de francs.

- Progression de +38% de la vente d’assurances,

essentiellement à la clientèle étrangère,

en étroite collaboration avec la firme

Coris.

- Mise en place d’un système d’enquêtes de

satisfaction de la clientèle sur internet, avec plus

d’un millier de questionnaires remplis, et toute une

série de propositions d’améliorations émanant de

notre clientèle.

Notre team s’est également occupé de l’animation

en altitude, été comme hiver. Il a étroitement collaboré

au lancement de l’Ultimate Test Tour, salon du

matériel freeride, un event appelé à se développer,

bien en phase avec l’image de Verbier dans le

milieu du freeride.

Gérard Lenorman a connu un joli succès dans les Halles du CERM à Martigny.

9


10

Les events au cœur du marketing-image de Verbier

Le Verbier High Five by Carlsberg : à event exceptionnel, participants exceptionnel, Didier Cuche mène la danse dans le

boardercross, l’une des cinq épreuves de la journée.

Le Bec des Rosses : un univers de jeu exceptionnel pour

l’Xtreme, la finale du Nissan Freeride World Tour.

Gros succès populaire pour le water-slide lors de l’Ultime

Session, le dernier week-end de la saison

Depuis une dizaine d’années, Verbier table sur

ses events de niveau international pour bâtir son

image marketing de station sportive “Grand Ski”.

Parmi ces “events”, le Nissan Xtreme Verbier

tient une place toute particulière. Depuis sa création

en 1995, il est considéré comme le plus prestigieux

événement de freeride au monde. D’abord réservé

aux snowboarders, il s’est également ouvert aux

skieurs. Depuis 2008, l’Xtreme est le cadre de la

finale du Nissan Freeride World Tour, qui attribue

les titres mondiaux de la spécialité.

Le Verbier High Five by Carlsberg occupe également

une place de choix dans la liste des principaux

“events”. Bâti sur un concept novateur - une

compétition multiglisses entre Monsieur tout-lemonde

et les meilleurs spécialistes mondiaux du

ski -, cet événement voit la venue à Verbier de stars

comme Didier Cuche, Axe-Lund Svindal, Didier

Defago, Lindsay Vonn, Julia Mancuso, Maria

Riesch, Tina Maze etc.

Autre “event” exclusif, le Verbier-Nendaz-Mt-Fort

Xspeedski ne tend qu’à un seul but : battre le

record du monde de ski de vitesse sur la fantastique

pente du Mont-Fort. Une rampe de lancement ad

hoc sera mise en place en avril 2011 à l’occasion

des championnats du Monde FIS de la spécialité.

Clôturant la saison, l’Ultime Session connaît

chaque année un succès populaire grandissant. En

2010, plus de 2’500 personnes se sont retrouvées le

dernier week-end de la saison autour du Snowpark

de la Chaux. Water-slide de trente mètres, concerts,

Champagne et huîtres, défilés des candidates à

l’élection de Miss Suisse Romande, l’ambiance était

plutôt chaude même si l’eau du water-slide ne

dépassait pas les 4°!


Restauration : les terrasses ont souffert du froid

Idéalement situé sur la piste de la Combe, le Chalet Carlsberg reste le navire-amiral de notre flotte de restaurants.

La mauvaise météo hivernale aura eu une

influence néfaste directe sur nos restaurants d’altitude,

du fait de l’impossibilité d’utiliser les terrasses

confortablement plus de dix journées sur l’ensemble

de l’hiver. De ce fait, le chiffre d’affaires de nos établissements

s’est contracté d’environ 10% sur la

saison d’hiver. Seule exception à la règle, le restaurant

de Savoleyres qui a parfaitement profité de ses

160 places intérieures.

Malgré quelques réglages dus à l’arrivée d’un

nouveau gérant et un tassement de son chiffre d’affaires,

le Chalet Carlsberg a retrouvé une rentabilité

satisfaisante.

Ouvert également durant l’été, le Restaurant de la

Croix-de-Coeur s’est taillé un joli succès d’estime en

devenant un établissement incontournable sur les

hauts de Verbier et la Tzoumaz.

Les autres établissements ont répondu à nos

attentes, que ce soit le Bar des Etablons, la Buvette

de la Pasay ou encore le 1936, exploité par le

regretté Camille Dumoulin, décédé quelques mois à

peine après avoir pris une retraite bien méritée.

Nous attendons beaucoup du nouveau Médran

Café, construit durant l’exercice, que nous espérons

transformer en bar après-ski à succès dans un lieu

particulièrement convivial.

Le nouveau Médran Café : un espace particulièrement convivial au départ des installations de Médran.

11


12

“Coup de jeune” pour Gentianes - Mont-Fort

Construites par la maison CWA à Olten, les nouvelles cabines panoramiques sont dotées de portes automatiques.

Après la remise à niveau du téléphérique Tortin-

Gentianes et la rénovation des cabines en 2009,

c’est l’installation Gentianes - Mont-Fort qui a subi la

même cure de jouvence en été 2010. Les cabines

ont été remplacées lors des travaux de renouvellement

de concession. Les portails d’embarquement

et portes des cabines ont été automatisés, alors que

nous avons rénové l’ensemble des parties électriques

de l’installation. Nous avons également profité

de ces importants travaux pour tirer l’électricité

150 places simples mais confortables ont été installées

dans l’ancien départ de la télécabine d’Attelas 2.

jusqu’au sommet du Mont-Fort et remplacer la

malodorante génératrice d’électricité qui pourvoyait

l’Igloo Mont-Fort.

Construites par la firme soleuroise CWA, les nouvelles

cabines panoramiques conservent leur capacité

de 45 places. Le coût de ces transformations se

monte à 2,7 millions de francs, réparti en parts

égales entre notre Société et la Société des

Téléphériques de Nendaz SA, au sein de la société

simple du Mont-Fort.

Nouvelle salle de pique-nique aux Ruinettes

Une nouvelle salle destinée aux pique-niqueurs a

été installée dans la gare des Ruinettes, dans l’emplacement

laissé vide par le démontage de l’ancienne

télécabine d’Attelas 2. Ce nouvel espace

remplace une salle complètement borgne qui se

trouvait aux sous-sols. Elle offre désormais 150

places simples, mais confortables à notre clientèle

ne désirant pas se restaurer dans l’un des établissements

du domaine skiable.

Dotée de distributeurs à café, à minérales et à

snacks, la nouvelle salle met également à disposition

des clients des fours à micro-ondes.

Un guichet de renseignements a également été

installé dans cette pièce, où les clients peuvent

aussi acquérir divers petits matériels bien utiles en

cas d’oubli comme gants, bonnets, sticks pour les

lèvres, voire bâtons de ski. De quoi ne pas perdre

sa journée de ski en cas d’oubli, de casse ou de

perte.


Services Techniques Alpins SA : nouveaux objectifs

Détenue à plus de 92% par Téléverbier SA,

notre filiale Services Techniques Alpins s’est

résolument tournée vers la commercialisation

de services quasi-exclusivement destinés aux

remontées mécaniques durant le dernier exercice.

Les contrats de distribution pour la Suisse

romande passés avec les firmes TASS, spécialisée

dans la sécurité-avalanches, et MBS-

ADIC (matériel de sécurisation des domaines skiables

et sites sportifs) nous ont permis d’enregistrer

un chiffre d’affaires dépassant les KCHF 900. Ce

résultat conforme à nos attentes a été rendu possible

par l’installation d’une batterie d’exploseurs

Gaz-Ex, notamment sur les hauts de Verbier (cf

photo ci-contre).

Durant la deuxième partie de l’exercice, notre

nouvel ingénieur mécatronicien Markus Furrer s’est

attelé à définir les processus de travail de la future

GMAO (Gestion de la maintenance assistée par

ordinateur) que STA mettra à disposition non seulement

du Groupe Téléverbier, mais également de

l’ensemble des remontées mécaniques romandes.

Ce projet ambitieux devrait permettre aux exploitants

de respecter au mieux les cahiers des charges

imposés par l’Office Fédéral des Transports, et d’assurer

une sécurité de la maintenance optimale sur

les installations.

Durant l’exercice, Téléverbier a également rassemblé

l’ensemble de ses stocks de pièces déta-

chées sur STA, ce qui a permis de supprimer

un poste de travail sur Verbier, et surtout

d’économiser pas loin de 200m 2 de surfaces

utiles qui ont été dévolues au secteur commercial.

Un dernier projet a vu le jour : celui de la

rationalisation de l’entretien lourd des installations.

L’ensemble de ces travaux est désormais

assumé par STA pour la maison-mère qui

a transféré vers sa filiale une partie de son personnel

spécialisé.

Beau succès pour nos portiques suspendus

Trois ans après leur lancement,

les portiques suspendus

produits pour le compte de

SkiData, leader mondial du

contrôle d’accès, se retrouvent

déjà installés sur au moins trois

continents.

Si Téléverbier a poursuivi sa

politique de modernisation des

équipements, avec cette année

le télésiège du Lac 2, le fait que

ces portiques permettent de

libérer complètement les zones

de contrôle par simple rotation,

a permis de trouver de nouveaux

débouchés. L’European

Master de Golf de Crans-

Montana s’est ainsi doté d’une

batterie du plus bel effet.

Gilles Cottet

Directeur S.T.A.

Fabriqués par STA, une batterie de portiques suspendus a été acquise par

l’European Master de Golf de Crans-Montana.

13


14

Médran s’offre une cure de jouvence bienvenue

La rénovation complète de la gare de Médran

constitue l’un des points forts des investissements

de l’exercice 2009/2010. Tout est parti d’un constat

simple : avec l’arrivée du projet hôtelier des 3Rocs

et ses 500 lits, Médran sera demain au cœur de

Verbier. Il convenait donc d’en extraire les activités

de maintenance lourde, à forte connotation industrielle,

pour réaffecter les très importants volumes et

surfaces à disposition.

La première étape fut ainsi de déménager les ateliers

de maintenance et le magasin de pièces détachées

vers notre filiale STA sur Sembrancher. Après

le maintien de quelques “stocks-tampons” gérés

directement par les chefs de services, le rez de

chaussée a été entièrement fermé et chauffé pour

créer de nouvelles surfaces conviviales et commerciales

:

- nouvelles consignes avec service manuel pour

2300 paires de skis et souliers,

- consignes à bagages avec 300 armoires à clé

électronique,

- Médran Café, un nouveau bar avec espace

lounge et murs de grimpe,

- guichets d’information à la clientèle,

- bureaux administratifs et commerciaux avec

central téléphonique pour l’ensemble du

Groupe,

- shop pour le merchandising-maison,

- nouveaux WC pour la clientèle.

L’installation de trois ascenseurs permet dorénavant

de regagner très confortablement le rez de

chaussée à partir du troisième étage où sont situés

les départs des trois télécabines menant soit au

Châble, soit vers les Ruinettes.


16

Sommaire

1. Responsables du rapport annuel de gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 17

2. Organe de contrôle des comptes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 17

3. Controlling et gouvernance d’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 18

4. Renseignements concernant l’activité du Groupe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 26

5. Rapport de gestion de l’exercice 2009-2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 28

6. Comptes consolidés (exercice du 1.11.2009 au 31.10.2010) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 31

7. Annexes au comptes consolidés de l’exercice 2009-2010 et 2008-2009 . . . . . . . . . p. 34

8. Rapport du réviseur des comptes consolidés

à l’Assemblée générale des actionnaires de Téléverbier SA . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 67

9. Comptes annuels (exercice du 1.11.2009 au 31.10.20010) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 68

10. Rapport du réviseur des comptes annuels

à l’Assemblée générale des actionnaires de Téléverbier SA . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 74

11. Ordre du jour de l’Assemblée générale du 8 avril 2011

et propositions du Conseil d’administration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 75

12. Notes personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 79

Crédit photos : Sébastien Albert, Paul-Victor Amaudruz, Eric-A. Balet, Gilles Cottet, Freeride

World Tour, Céline Ribordy, Fabien Sauthier, Mark Shapiro, Gilbert Simon, Verbier High Five by

Carlsberg.


1. Responsables du rapport annuel de gestion

M. Jean-Pierre Morand

Président du Conseil d’administration,

nommé en 1992, mandat renouvelé en 2010.

c/o Téléverbier SA

CP 419

1936 Verbier

Attestation

Nous attestons, après avoir pris toutes mesures raisonnables à cet effet, que les informations contenues

dans le présent rapport annuel sont, à notre connaissance, conformes à la réalité et ne comportent pas

d’omission de nature à en altérer la portée.

Nous avons obtenu de l’organe de révision des comptes un rapport relatif à l’audit des comptes annuels

et des comptes consolidés de l’exercice 2009/2010

Jean-Pierre Morand, Mikis Reversé,

Président du Conseil d’administration Directeur financier

Contact investisseurs

M. Jean-Pierre Morand

Président du Conseil d’administration

+41 21 349 19 19

jpmorand@carrard-associes.ch

M. Mikis Reversé

Directeur financier,

nommé en 2009.

c/o Téléverbier SA

CP 419

1936 Verbier

2. Organe de contrôle des comptes

Fiduciaire FIDAG SA

Rue du Nord 9

1920 Martigny

M. Mikis Reversé

Directeur financier

+41 27 775 25 39

m.reverse@televerbier.ch

Verbier, le 8 mars 2011

Responsable du mandat : M. Philippe Pierroz, Expert-Comptable diplômé. Ce dernier est assisté par

M. Marc-André Ballestraz, également Expert-Comptable diplômé. Leur mandat a été renouvelé en 2010.

Le mandat de l’Organe de révision est soumis chaque année pour une durée d’une année à l’Assemblée

Générale Ordinaire des Actionnaires.

17


18

3. Controlling et gouvernance d’entreprise

3.1. Contrôle interne

Le Président de votre Conseil d’administration

rend compte, dans le présent rapport, des conditions

de préparation et d’organisation des travaux

du Conseil d’administration (partie I) et des procédures

de contrôle interne mises en place par la

société (partie II), (article 117 de la loi de Sécurité

Financière, article 225-68 alinéa 6 du Code de

Commerce).

3.1.1. Préparation et organisation

des travaux du Conseil

d’administration

3.1.1.1 Organisation de la société

Constituée sous forme de société anonyme en

1950, la société a adopté la forme de société anonyme

à Conseil d’administration et Direction générale

qui permet de dissocier les fonctions et les pouvoirs

de direction et de contrôle de cette direction.

La gestion et la direction de la société sont

confiées à la Direction générale par le Conseil d’administration.

La Direction générale exerce ses fonctions

sous le contrôle du Conseil d’administration

dont les membres sont désignés par l’Assemblée

générale des actionnaires. Cette dernière peut les

révoquer à tout moment.

La composition et l’activité du Conseil d’administration

sont régies par les dispositions légales (Code

des Obligations Suisse), les statuts et un règlement

d’organisation édicté par le Conseil d’administration

lui-même.

3.1.1.2. Composition et fonctionnement

du Conseil d’administration

Le Président - ou le Vice-Président (également

Administrateur Délégué) en cas d’absence du

Président - convoque le Conseil d’administration et

dirige les débats.

L’ordre du jour est préparé par le Président du

Conseil d’administration en concertation avec la

Direction générale et, sauf en cas d’urgence, communiqué

aux membres du Conseil d’administration

au moins cinq jours avant la réunion. Un dossier

détaillant le contenu des sujets à l’ordre du jour, préparé

par la Direction générale, est remis avant la

séance.

Le secrétariat est assuré par la secrétaire hors

Conseil de la société. Les décisions du Conseil

d’administration sont prises à la majorité simple des

membres présents. La voix du Président est prépondérante

en cas de partage des voix.

Un projet de procès-verbal est transmis au

Président du Conseil d’administration qui le contrôle

et le finalise. Le procès-verbal est ensuite transmis

aux membres du Conseil d’administration. Il est

approuvé lors de la séance suivante. Au cours de

l’exercice écoulé, du 1er novembre 2009 au 31

octobre 2010, le Conseil s’est réuni six fois.

Le Conseil d’administration est assisté par le

Bureau du Conseil d’administration composé de 4

membres, dont le Président du Conseil d’administration

et le Vice-Président Administrateur Délégué.

Le Bureau se réunit pour préparer les thèmes et les

décisions à soumettre au Conseil d’administration. Il

traite les affaires urgentes entre les séances du

Conseil d’administration. Au cours de l’exercice

écoulé, le Bureau s’est réuni six fois. Il a été régulièrement

consulté par voie de circulation.

Les rémunérations de la direction sont traitées par

un comité de rémunération formé du Président et

d’un ou plusieurs membres du Bureau. La rémunération

du Président, respectivement du Vice-

Président Administrateur Délégué, est traitée par les

autres membres du Bureau qui soumettent une

recommandation au Conseil.

Le comité de rémunération siège une fois par

année après la clôture des comptes. Le Président

et/ou le Vice-Président Administrateur Délégué

assurent le contact régulier avec la Direction générale,

la communication sociale, et appuient la

Direction générale dans le cadre des dossiers stratégiques.

Au cours de l’exercice écoulé, le Président

et le Vice-Président Administrateur Délégué ont

consacré environ 70 jours de travail à la société.

3.1.1.3. La rémunération des membres

du Conseil d’administration

Les membres du Conseil d’administration perçoivent

une indemnité de responsabilité fixée annuellement.

Pour l’exercice écoulé, ce montant s’est

monté à CHF 12’000.-. Exceptés le Président et le

Vice-Président Administrateur Délégué qui bénéficient

d’une rémunération spécifique, les membres

du Bureau perçoivent une indemnité supplémentaire

de CHF 12’000.-.


Les membres du Conseil d’administration perçoivent

en outre un jeton de présence de CHF 300.par

séance.

Les membres du CA qui participent à des missions

particulières (hors séances régulières) sont

indemnisés sur une base horaire, rémunérés selon

leur degré de spécialisation.

La rémunération des membres du Conseil d’administration

pour l’exercice 2009-2010 figure en page

64.

3.1.1.4. Relations entre Direction générale

et Conseil d’administration

La Direction générale est investie des pouvoirs les

plus étendus pour agir en toutes circonstances au

nom de la société, sous réserve des pouvoirs dévolus

au Conseil d’administration ou à l’Assemblée

générale par la loi ou les statuts ou le règlement

interne. Conformément à la loi et aux statuts, le

Conseil d’administration doit prendre les décisions

qui touchent à :

3.1.2. Les procédures de contrôle interne

3.1.2.1. La définition et les objectifs du

contrôle interne

Le contrôle interne est un ensemble de processus

mis en oeuvre par le Conseil d’administration, les

dirigeants et les collaborateurs du Groupe, destiné

à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation

d’objectifs entrant dans les catégories suivantes

:

- la réalisation et l’optimisation des opérations;

- la fiabilité des informations financières;

- la conformité aux lois et aux réglementations

en vigueur.

En outre, tel que conçu au sein du Groupe

Téléverbier, le contrôle interne vise à fournir une

assurance raisonnable que l’objectif de sauvegarde

du patrimoine est pris en compte au même niveau

et qu’il est atteint. Les procédures de contrôle

interne en vigueur au sein de la société ont ainsi

pour objet :

- d’une part, de veiller à ce que les actes de gestion

ou de réalisation des opérations ainsi que

les comportements des personnes s’inscrivent

dans le cadre défini par les orientations données

aux activités de l’entreprise par les

organes sociaux, par les lois et règlements

applicables, et par les valeurs, normes et

règles internes à l’entreprise;

- l’exercice de la haute direction de la société et

l’établissement des instructions nécessaires

ainsi que de la haute surveillance;

- le mode d’organisation;

- la fixation des principes comptables et du

contrôle financier;

- la nomination et la révocation des personnes

chargées de la gestion et de la représentation;

- la stratégie de développement;

- les budgets annuels des investissements du

Groupe;

- tout projet de prise de participation et d’acquisition

de terrains;

- tout investissement, toute prise de participation

ou cession dans un nouveau domaine

d’activité;

- tout accord de partenariat;

- l’établissement du rapport de gestion;

- l’établissement des comptes annuels;

- la préparation de l’assemblée générale des

actionnaires et l’exécution de ses décisions.

- d’autre part, de vérifier que les informations

comptables, financières et de gestion communiquées

aux organes de la société reflètent

avec sincérité l’activité et la situation de la

société.

L’un des objectifs du système de contrôle interne

est de prévenir et maîtriser les risques résultant de

l’activité de l’entreprise et les risques d’erreurs ou

de fraudes, en particulier dans les domaines comptable

et financier. Comme tout système de contrôle,

il ne peut cependant fournir la garantie absolue que

ces risques soient totalement éliminés.

3.1.2.2. L’environnement de contrôle

Organisation générale au niveau

du Groupe Téléverbier

Le Groupe s’est développé autour du métier d’exploitation

de domaines skiables.Le Groupe est actif

uniquement en Suisse; il est directement propriétaire

de ses installations sur les territoires des communes

de Bagnes, Riddes, Nendaz, Saxon et

Orsières. Il assure en outre la gestion opérationnelle

d’installations appartenant à Télé-Thyon SA, sur les

communes de Vex et Hérémence, société dont il est

actionnaire à hauteur de 30,77%.

19


20

Le Groupe détient une participation majoritaire

dans la société STA SA dont l’activité est directement

liée à l’entretien et à la construction d’équipements

et de machines proches de son activité. Le

Groupe détient en outre des participations minoritaires

dans des sociétés dont l’activité est complémentaire

à l’activité d’exploitation de domaines skiables.

Toutes les activités administratives et financières

ainsi que la gestion des ressources humaines et

informatiques du Groupe sont assurées par le Siège

de la société à Verbier. Le Siège assure notament

:

- la gestion des services fonctionnels tels que la

consolidation, l’établissement des règles comptables,

les financements à moyen et long terme,

les relations avec les investisseurs, l’administration

du réseau informatique du Groupe, les ressources

humaines;

- la gestion du système de reporting et de planification

des remontées d’informations comptables

et financières permettant un pilotage précis

à tous les niveaux et la réactivité nécessaire au

bon fonctionnement d’une organisation décentralisée;

- la mise en place des dispositifs de contrôle

interne et de contrôle des risques.

La Direction générale assure une fonction d’organisation,

d’animation et d’assurance du bon développement

du Groupe et veille à la rentabilité et à la

sécurité des capitaux engagés dans le Groupe.

Réunie hebdomadairement, la Direction générale

exerce notamment le suivi et le contrôle des activités

de la société comme l’avancement des dossiers,

le suivi de la marche des affaires et la gestion des

risques.

L’ensemble des décisions prises est ensuite mis

en application par l’intermédiaire des membres de la

Direction générale élargie.

En juin 2007, le Conseil d’administration a constitué

un Comité d’audit. Ce dernier regroupe M. Christian

Burrus, M. Klaus Jenny et M. Frédéric Véron qui en

assume la présidence. Durant l’exercice écoulé, le

Comité d’audit s’est réuni à cinq reprises.

3.1.2.3 La gestion des risques

Le dispositif de gestion des risques du Groupe

Téléverbier est articulé autour de la détection et de

l’anticipation des risques opérationnels, notamment

ceux liés à la sécurité des biens et des personnes,

d’une part, et de la gestion des risques financiers,

juridiques et fiscaux, d’autre part. Ce dispositif est

assuré sous le contrôle de la Direction générale.

L’identification des risques s’organise autour

d’une veille des activités complétée par des remontées

d’informations jusqu’au Conseil d’administration

sur des sinistres ayant pu affecter le Groupe ou

d’autres entreprises du secteur.

Un projet de cartographie des risques du Groupe

a été établi et approuvé par le Conseil d’administration.

Organisation et outils de gestion

des risques financiers

Les outils de gestion utilisés pour le pilotage budgétaire,

ainsi que le suivi des indicateurs de performance

en vigueur dans le Groupe et déclinés localement,

participent à la détection et à la maîtrise des

risques financiers.

Les principaux outils de suivi permanent permettent

de contrôler d’une part, le niveau d’endettement

du Groupe et d’autre part, les risques liés aux variations

des taux d’inflation.

La gestion des risques juridiques et fiscaux ainsi

que des programmes d’assurances a été placée

sous la responsabilité de la Direction générale; elle

a, le cas échéant, recours à l’expertise externe pour

évaluer et quantifier les éventuels risques juridiques,

fiscaux et d’assurances.

Le Groupe est notamment assuré contre les dommages

naturels, pertes d’exploitation et responsabilité

civile, ce qui contribue au renforcement du

contrôle interne. Annuellement, le Groupe procède

à une mise à jour des couvertures d’assurances.

Gestion et communication de crise

Le Groupe dispose de moyens humains, matériels

et de communication au cas où une crise surviendrait.

Certaines procédures comportent des observations

sur les actions à mener en cas de crise ou

plus généralement dans des situations particulières

qui nécessitent des moyens adaptés. C’est le cas

notamment des plans d’opérations internes.

En outre, une cellule de crise peut être activée au

niveau du Siège, à la demande du Président du

Conseil d’administration. Elle a pour objet de réunir

au plus vite les responsables du Groupe en cas de

crise majeure.

En matière de communication de crise, des règles

sont définies au niveau de chaque métier. Elles permettent

d’assurer l’alerte des dirigeants, aussi bien

au niveau local qu’au niveau du Siège.


3.1.2.4. Les processus de contrôle

interne

Les processus relatifs au pilotage du Groupe

Téléverbier sont :

La stratégie et la planification

Les axes stratégiques du Groupe sont définis et

approuvés par le Conseil d’administration. Le processus

Budget/Plan est préparé et piloté par la

Direction générale qui définit les objectifs clés, fixe

le calendrier d’instruction et de validation, développe,

maintient et pilote les systèmes d’information

correspondants.

C’est le Conseil d’administration qui approuve le

budget définitif d’exploitation et d’investissements.

La communication financière

La communication du Groupe forme un ensemble

cohérent dont la finalité est de faire comprendre la

stratégie de l’entreprise, de mettre en valeur ses

performances et ses perspectives.

Sous l’autorité du Président du Conseil d’administration,

la Direction générale définit et met en œuvre

la communication d’entreprise. Elle organise les

relations avec l’environnement économique et

financier.

La communication interne

Sur les sujets stratégiques ou sensibles, la

Direction générale définit avec les cadres de l’entreprise

une communication interne permettant d’assurer

une base d’information commune et cohérente

à l’ensemble du Groupe.

La gestion des ressources humaines

Les décisions relatives à la nomination, à la rémunération,

aux évolutions de carrière des cadres dirigeants

du Groupe sont prises par la Direction générale

en collaboration avec le responsable des ressources

humaines de l’entreprise. Le comité de

rémunération du Conseil d’administration approuve

les principes relatifs à la rémunération des cadres

dirigeants et prend les décisions pour la rémunération

des membres de la Direction.

La gestion financière

Les processus relatifs à l’élaboration et au traitement

de l’information comptable et financière sont

assumés par la direction financière, sous l’autorité

du directeur général. Il s’agit notamment des missions

suivantes :

- définir des méthodes et procédures réunies

autour du référentiel des principes comptables

du Groupe; ce référentiel est actualisé en permanence

dans le cadre des évolutions des

normes IFRS;

- définir un processus budgétaire et un plan à

moyen terme;

- définir un processus de reporting;

- définir un processus de préparation des états

financiers consolidés et des publications réglementaires;

- préparer les informations nécessaires à la présentation

des comptes au Conseil d’administration

et à la communication financière des résultats.

Les comptes statutaires sont établis par la direction

financière. Les comptes annuels et consolidés

sont arrêtés par le Conseil d’administration avant

approbation par l’Assemblée générale des actionnaires.

Des comptes semestriels sont établis selon le

même processus pour les besoins de la consolidation.

Processus de reporting

Le processus de reporting est organisé autour

d’un ensemble d’instruments dont la cohérence est

assurée par la direction financière :

- suivi hebdomadaire des recettes;

- tableau de Bord Financier mensuel;

- tableau de Bord hebdomadaire de Trésorerie;

- remontées périodiques d’analyses spécifiques

(données commerciales notamment).

L’objectif de ce reporting est de permettre au

Conseil d’administration d’effectuer un suivi de la

situation économique et financière de l’ensemble du

Groupe au regard des objectifs budgétaires et de

l’historique. L’analyse de ces données et des faits

marquants de chaque activité est effectuée par la

direction financière.

Processus de préparation des états

financiers consolidés

La remontée des informations est structurée de

façon à garantir la permanence et l’homogénéité

des méthodes d’enregistrement des transactions

selon les normes IFRS. L’Organe de révision présente

ses observations lors de réunions avec le

Comité d’audit. A l’issue de ce processus, les

comptes consolidés sont présentés au Conseil

d’administration.

21


22

3.1.2.5. Evolutions du dispositif

de contrôle interne

Le dispositif de contrôle interne du Groupe est

dynamique et fait l’objet des adaptations nécessaires

en fonction de l’évolution de la réglementa-

3.2. Contrôle des comptes

Responsables

Depuis 1974, la fiduciaire FIDAG SA, Rue du

Nord 9, 1920 Martigny, est l’organe de contrôle des

comptes annuels et consolidés de Téléverbier SA,

ainsi que de ses filiales soumises aux contrôles

ordinaire ou restreint. Le mandat est sous la responsabilité

de M. Philippe Pierroz, expert-comptable

diplômé particulièrement qualifié, ceci depuis 2007.

3.3. Gouvernement d’entreprise

tion ainsi que de l’évolution de l’organisation et des

enjeux des sociétés. Selon l’article 728a du Code

des Obligations, l’Organe de révision doit établir une

appréciation du système de contrôle interne dans

son rapport à l’intention de l’Assemblée générale

des actionnaires.

Honoraires de l’organe de révision

Durant l’exercice 2009-2010, le Groupe Téléverbier

a versé à la fiduciaire FIDAG SA CHF 118’000.au

titre d’honoraires de révision comptable. Il lui a

en outre versé CHF 35’500.- pour des services additionnels.

Ces services comprennent en majeure

partie des conseils en matière d’application des

normes IFRS.

3.3.1 Qualifications et fonctions des membres du Conseil d’administration

Jean-Pierre MORAND

Président du Conseil d’administration et membre du Bureau du Conseil d’administration. Nommé en

1992.

- Né en 1959. Avocat, associé Etude Carrard & Associés à Lausanne

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 16’222.

Sociétés affiliées

- Administrateur de Mayens-de-Bruson Promotion SA à Bagnes

- Administrateur de 4Vallées SA à Sion

- Administrateur de Chez Dany SA à Verbier

- Administrateur de Télé-Thyon SA à Sion

Autres sociétés

- Président de Alpes Gestion SA à Martigny

- Président de Geninasca Delefortrie SA à Neuchâtel

- Administrateur délégué de la Distillerie Louis Morand & Cie SA à Martigny

Christian BURRUS

Vice-Président, Administrateur Délégué, membre du Bureau du Conseil d’administration et du Comité

d’audit, Président du Conseil de Fondation de prévoyance de Téléverbier SA. Nommé en 2000.

- Né en 1959. HEC et Droit, à l’Université de Lausanne, MBA à l’INSEAD. Président de Afi-ESCA à

Strasbourg.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 30’000.

Autres sociétés

- Président du CA de Envergure Conseil

- Président de Financière de l’Ill

- Administrateur de CFCAL en tant que représentant de Afi-ESCA

- Président du Conseil de Surveillance de DIOT SA


Jean-Paul BURRUS

Membre du Conseil d’administration. Nommé en 2010.

- Né en 1954. Licencié en économie HEC Lausanne. Industriel, président directeur général.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 30’000

Autres sociétés

- Président du Conseil d’administration de Holding Salpa

- Président du Conseil de surveillance de CFCC

- Président du Conseil de surveillance de COFFEA

- Président de Marquise de Sévigné Diffusion

- Président de CFT

- Administrateur-délégué de Chocolat Pfister

- Président et Trésorier de l’Association des Amis du Chocolat

- Administrateur de GIAC

- Administrateur de S.A. AFI Europe

- Administrateur de Afi-ESCA

- Administrateur de DIOT SA

- Gérant de SCI Université

- Gérant de OMNIA Sàrl

- Co-gérant représentant Salpa de HERBAPAC

- Vice-président de la Chambre Syndicale des Chocolatiers

Eric FUMEAUX

Membre du Conseil d’administration et du Bureau du Conseil d’administration. Nommé en 2009.

- Né en 1969. Employé de commerce. Conseiller Communal de Bagnes avec engagements y-relatifs.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 125

Sociétés affiliées

- Administrateur de “Chez Dany SA”

Jean-Michel GAILLARD

Membre du Conseil d’administration. Nommé en 2010.

- Né en 1961. Garde-forestier et président de la Commune de Riddes.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA par la Commune de Riddes : 9’625

Valérie GUIGOZ

Membre du Conseil d’administration. Nommée en 2010.

- Née en 1967. CFC d’employée de commerce en section gestion. Conseillère Communale de Bagnes avec

engagements y-relatifs.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 0

Autres sociétés

- Administratrice de Sateldranse SA

Alex HOFFMANN

Membre du Conseil d’administration et du Bureau du Conseil d’administration. Nommé en 2000.

- Né en 1939. Dr. en Sciences Economiques et Politiques, partenaire fondateur de Dynapartners Wealth

Management.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 12’000.

Sociétés affiliées

- Administrateur de Chez Dany SA à Verbier

23


24

Klaus JENNY

Membre du Conseil d’administration et du Comité d’audit. Nommé en 2001.

- Né en 1942. Dr en Sciences économiques, Administrateur de sociétés.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 1’000.

Autres sociétés

- Administrateur de la Bâloise Assurances, membre de la commission présidentielle, de la commission d’investissement

et de la commission de rémunération.

- Administrateur de Clariant, membre de la commission présidentielle, de la commission de rémunération et

Président du comité d’audit.

- Administrateur de Maus Frères SA.

- Administrateur de Edmond de Rothschild Holding SA, membre du comité d’audit.

- Administrateur de Banque Privée Edmond de Rotschild SA, membre de la commission présidentielle et du

comité d’audit.

- Administrateur de diverses autres sociétés de moindre importance.

- Administrateur de diverses fondations.

Angelin LUISIER

Membre du Conseil d’Administration. Nommé en 2000.

- Né en 1945. Formation commerciale.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 1’000.

- Préfet honoraire d’Entremont.

Sociétés affiliées

- Administrateur de Télé-Thyon SA.

- Administrateur de Mayens-de-Bruson Promotion SA.

Autres sociétés

- Président de Dranscable SA.

Gérard MICHELLOD

Membre du Conseil d’administration. Nommé en 2000.

- Né en 1948. Boulanger-pâtissier avec maîtrise fédérale, administrateur de la Boulangerie Michellod SA

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 1’505.

Autres sociétés

- Vice-président de Banque Raiffeisen de Bagnes-Vollèges.

- Administrateur de Panipro SA à Neuchâtel.

Philippe ROUX

Membre du Conseil d’administration. Nommé en 1989.

- Né en 1952. Commerçant. Propriétaire et exploitant d’un magasin de Sport à Verbier.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA : 19’000.

Frédéric VéRON

Membre du Conseil d’administration et Président du Comité d’audit. Nommé en 2000.

- Né en 1956. Ingénieur mécanicien diplômé de l’EPFL. Direction de sociétés.

- Nombre d’actions détenues dans Téléverbier SA: 1’000.

Sociétés affiliées

- Membre du CA de Mayens-de-Bruson Promotion SA.


3.3.2. Mandats des membres du Conseil d’administration

Nom Date de première Echéance du

nomination mandat actuel

Jean-Pierre MORAND (Président) 05.06.1992 2013

Christian BURRUS (Vice-Président, Administrateur délégué) 28.04.2000 2012

Jean-Paul BURRUS 09.04.2010 2013

Jean-Michel GAILLARD 09.04.2010 2013

Valérie GUIGOZ 09.04.2010 2013

Alex HOFFMANN 28.04.2000 2012

Eric FUMEAUX 27.03.2009 2012

Klaus JENNY 09.03.2001 2013

Angelin LUISIER 28.04.2000 2012

Gérard MICHELLOD 28.04.2000 2012

Philippe ROUX 09.06.1989 2012

Frédéric VERON 28.04.2000 2012

3.3.3. Composition de la Direction Générale

Directeur Général Eric-A. BALET (depuis 2003)

3.3.4. Composition de la Direction

Directeur Technique et Exploitation Gilbert SIMON

Directeur Commercial & Marketing Julien MOULIN (Verbier Sport+)

Directeur Finances et Gestion Mikis REVERSE

Directeur Ressources Humaines Christophe VEROLET

/Sylviane BERAUD

Directeur Relations publiques et projets spéciaux Gaston BARBEN

Directeur STA S.A. Gilles COTTET

Directeur Télé-Thyon SA Laurent VAUCHER

25


26

3.4. Organigramme opérationnel

4. Renseignements concernant l’activité du Groupe

4.1. Organigramme juridique de Téléverbier SA au 31.10.2010

GEOSNOW SA

Services Techniques

Alpins SA (STA)

Mayens de Bruson

Promotion SA

Verbier Sport + SA

50 %

92,27 %

50 %

50 %

Téléverbier SA

33,33 %

30,77 %

25 %

13,47 %

Chez Dany SA

Télé-Thyon SA

4 Vallées SA

Télénendaz SA


4.2. Chiffres clés

Rubrique 31.10.2010 31.10.2009 31.10.2008 31.10.2007

en MCHF en M€ en MCHF en M€ en MCHF en M€ en MCHF en M€

Chiffre d’affaires 55,5 38,1 56,6 37,4 55,6 34,9 49,2 30,4

Résultat d’exploitation 7,1 4,9 8,3 5,5 9,3 5,8 7,3 4,5

Résultat s/actifs détenus

en vue de vente

39,3 27,0 0,8 0,5 - - - -

Résultat net part du Groupe 35,8 24,6 6,6 4,4 6,3 3,9 4,5 2,8

Capital 21,0 14,4 21,0 13,9 21,0 13,0 21,0 13,0

Capitaux propres part du Groupe 120,3 82,6 86,4 57,2 81,3 50,8 76,6 47,4

Dettes financières 13,3 9,2 44,9 29,8 51,1 31,7 51,2 31,7

Immobilisations nettes 136,1 93,5 134,8 89,2 137,3 92,3 144,5 89,3

Total du bilan 178,0 122,3 163,5 108,2 162,6 101,1 159,7 98,77

Dividende/action (en CHF) 1,40 0,96 1,40 0,93 1,40 0,87 1,20 0,74

BNPA (en CHF) 25,6 17,6 4,71 3,1 4,52 2,81 3,22 1,99

Taux de conversion 1,456 1,511 1,608 1,617

Répartition du chiffre d’affaires

2010

Indications de fréquence

Restauration 8,0 %

Divers 9,6 %

Production de biens 10,3 %

Transport 72,1 %

2009-10 2008-09

Débit horaire théorique : 48’290 48’290

Personnes transportées (passages) : 12’574’015 12’679’466

Journées skieurs vendues : 1’088’371 1’141’506

4.3. Evolution générale de l’exercice

Le descriptif des événements et investissements

majeurs survenus durant l’exercice 2009-2010 est

Néant.

2009

Restauration 8,1 %

Divers 7.9 %

Production de biens 10,6 %

Transport 73.4 %

présenté dans la première partie de ce rapport

(pages 1 à 14).

4.4. Faits marquants depuis la clôture de l’exercice

27


28

GROUPE TELEVERBIER 2009-10 2008-09 2007-08 2006-07 2005-06 2004-05

Cadres 8 8 8 8 10 9

Permanents 110 127 132 134 123 113

Saisonniers 219 204 203 196 198 199

Apprentis, stagiaires 7 11 12 14 12 7

Total domaine skiable 344 350 355 352 343 328

Permanents restauration 3 3 3 3 4 -

Saisonniers restauration 59 50 52 50 55 12

Total restauration 62 53 55 53 59 12

TOTAL TELEVERBIER 406 403 410 405 402 340

TELE-THYON SA 2009-10 2008-09 2007-08 2006-07 2005-06 2004-05

Cadres 2 1 1 1 - -

Permanents 13 7 5 9 - -

Saisonniers 49 44 46 44 - -

TOTAL TELE-THYON 64 52 52 54 - -

L’effectif s’élève à 344 personnes pour l’exploitation totale du domaine skiable, de début décembre à fin avril.

5. Rapport de gestion de l’exercice 2009-2010

(1er novembre 2009 au 31 octobre 2010)

La société Téléverbier SA est une société suisse

constituée en 1950 avec pour objectif de regrouper,

sous le contrôle d'une entité unique, l'ensemble des

activités liées aux remontées mécaniques. La

société mère du Groupe est Téléverbier SA, dont le

siège social est situé à Verbier, Commune de

Bagnes, Suisse.

Les comptes consolidés sont présentés en milliers

de francs suisses, sauf indication contraire. Les

états financiers sont établis selon le principe du coût

historique, sauf en ce qui concerne la réévaluation

des actifs et passifs financiers qui sont évalués à

leur juste valeur par contrepartie du compte de

résultat ou des fonds propres.

5.1. Activité et résultats de la période 1.11.2009-31.10.2010

5.1.1. L’activité et le chiffre d’affaires

Le chiffre d'affaires de l'exercice s'élève à 55,5

millions de CHF, soit une diminution de 1,97 % par

rapport à celui clos au 31.10.2009. Les variations se

répartissent comme suit :

(en milliers de CHF) 2009-10 2008-09 Variation

Remontées mécaniques 39’981 41’530 -3,73 %

Autres produits d’exploitation 5’732 4’469 +28,26 %

Travaux pour des tiers 5’302 5’992 - 11,52 %

Restaurants 4’438 4’574 -2,97 %

TOTAL 55’453 56’565 -1,97 %


Les remontées mécaniques constituent la

majeure partie de l'activité du Groupe avec 72 % du

chiffre d'affaires du Groupe contre 73 % l'exercice

précédent. Le chiffre d'affaires de ces activités est

réalisé à près de 91% durant la période de décembre

à avril et conditionne le résultat de l'exercice tout

entier.

Les premières chutes de neige ont permis l'ouverture

progressive du domaine skiable à partir de la

mi-novembre 2009. La saison s'est terminée fin avril

2010 avec la Patrouille des Glaciers. Téléverbier a

enregistré une fréquentation en légère baisse avec

1’088’371 journées skieurs contre 1’141’506 la saison

précédente, soit une diminution de 4,7%.

La restauration sur le domaine skiable a diminué

de 3 % en relation avec la baisse constatée sur le

domaine skiable. Les six établissements d'importance

différente, répartis sur le domaine skiable,

contribuent à concurrence de 8,0 % contre 8,1 % du

chiffre d'affaires du Groupe.

Les autres produits d'exploitation comprennent,

entres autres : les recettes de location d'espaces

publicitaires, les participations publicitaires, la vente

5.1.2. Excédent brut opérationnel

L'excédent brut opérationnel (EBO) consolidé

s'élève à 19 millions de CHF, soit une diminution de

4% par rapport à l'exercice précédent.

Cette évolution est liée à une augmentation des

autres charges opérationnelles de 8,9% principalement

due à la mise en place de nouveaux accords

de cartes à puce servant de support aux abonnements

vendus et les commissions des partenaires

de la société Verbier Sport Plus SA.

Quant à la société STA (Services Techniques

Alpins SA) spécialisée dans la maintenance, entre

autres, d'équipements de domaines skiables, son

activité se répartit d'une manière plus homogène

sur l'année. Son activité est consacrée à 30,4 % au

Groupe contre 30,5 % durant la période précédente.

Les opérations entre sociétés intégrées globalement

ou proportionnellement sont éliminées au

niveau du chiffre d'affaires du Groupe.

Geosnow SA, société créée en décembre 2008 à

parité avec Geosat SA, contribue au chiffre d'affaires

à concurrence de 192 milliers de CHF. Cette

société commercialise un outil embarqué de mesure

de hauteur de neige sur les pistes sous les

dameuses, combinant géoradar et GPS. Cet équipement

permet d'optimiser l'enneigement mécanique

et d'assurer la qualité des pistes tout au long

de la saison. Le montage et le service après-vente

ont été confiés à STA SA.

Le taux de marge d'exploitation (EBO/CA) diminue

en passant de 34,1% à 33,1 %. L'EBO se répartit

par secteur de la manière suivante :

(en milliers de CHF) 2009-10 2008-09 Variation

Domaines skiables 17’732 18’308 -3,15 %

Restauration 991 1’010 -1,88 %

Services Techniques 270 476 -43,28 %

TOTAL 18’993 19’794 -4,05 %

5.1.3. Résultat opérationnel

d'utilisation du domaine skiable et à un recours plus

important à la sous-traitance par les services techniques.

Le résultat opérationnel est de 7,1 millions de CHF en régression de -15% par rapport à l’exercice 2008/2009.

(en milliers de CHF) 2009-10 2008-09 Variation

Domaines skiables 6’606 7’757 -14,84 %

Restauration 505 603 - 16,25 %

Services techniques -28 -27 +3,70%

TOTAL 7’083 8’333 -15,00 %

29


30

5.1.4. Résultat net

Le résultat net part du Groupe de l'exercice

2009/2010 s'élève à 35,8 millions de CHF, contre

6,6 millions de CHF en 2008/2009. Le résultat net

de l'exercice 2009/2010 inclut le résultat sur Actifs

détenus en vue de la vente (cf. note 7.4.8) pour un

montant après impôts de 31 millions de CHF. Le

5.2. Les flux financiers

La capacité d'autofinancement (avant coût de l'endettement

et impôt) s'établit à 18,6 millions de CHF

(soit 33,5 % du chiffre d'affaires), en diminution de

8 % par rapport à l'exercice précédent.

En 2009/2010, les principaux investissements

réalisés ont porté sur la réalisation d'importantes

transformations de la Gare de Médran (création de

nouvelles consignes à ski à service, nouveaux vestiaires

pour le personnel, création d'accès par

ascenseurs et modification complète de la façade),

sur la mise en conformité d'installations et sur l'ac-

La saison 2010/2011 a débuté plus favorablement

du fait d'un enneigement naturel suffisant pour

ouvrir progressivement l'ensemble du domaine. Les

bonnes conditions météorologiques durant les fêtes

de fin d'année et les weeks-ends ont permis de

conserver une légère avance en terme de chiffre

coût de l'endettement net diminue en passant de 1,5

million de CHF à 1,2 million de CHF, résultant du

désendettement total sur les emprunts, seuls restent

en dettes financières des leasings. La charge

d'impôt évolue en cohérence avec les résultats du

Groupe.

Au niveau des immobilisations incorporelles et

corporelles, les investissements nets se sont élevés

à 10,9 millions de CHF contre 8,5 millions de CHF.

(en millions de CHF) Note 2009-2010 2008-2009

retraité

Capacité d’autofinancement avant coût de l’endettement et impôt 7.6.1. 18,6 20,2

Impôts payés 7.6.1. -0,8 0,7

Variation du fonds de roulement 7.6.1. 1,6 0,3

Investissements industriels nets 7.6.2 -10,9 8,5

Autofinancement disponible 8,5 10,7

Actifs détenus en vue de la vente 7.6.3 34,8 1,0

Investissements financiers nets 0,2 0,2

Intérêts payés -1,3 -1,5

Variation des dettes financières 7.6.4. -31,7 -6,1

Dividendes -2,0 -2,0

Variation de la trésorerie 8,6 2,4

5.3. Perspectives d’avenir

quisition de nouvelles dameuses dans le cadre du

renouvellement du parc.

Le résultat de l'exercice et la plus-value réalisée

sur un actif destiné à la vente ont permis au Groupe

de dégager un autofinancement libre suffisant pour

se désendetter de façon significative.

d'affaires. Les plannings des vacances d'hiver

(février-mars) étant similaires à l'année précédente,

cette avance devrait pouvoir être conservée sous

réserve d'un maintien des bonnes conditions météorologiques

et d’enneigement. La saison clôturera

cette année une semaine après Pâques au 1 er mai.


6. Comptes consolidés (exercice du 1.11.2009 au 31.10.2010)

6.1. Bilan consolidé au 31 octobre 2010 et au 31 octobre 2009

(en milliers de CHF) Notes 31.10.2010 31.10.2009

ACTIF

Immobilisations incorporelles 7.4.1. 452 0

Immobilisations corporelles 7.4.1. 135’668 134’761

Participations dans les sociétés associées 7.4.2. 3’887 3’721

Immobilisations financières 7.4.3. 8’492 2’406

Immeubles de placement 7.4.4. 5’228 5’224

Actifs non courants 153’727 146’112

Stocks 7.4.5. 3’608 3’872

Créances d’exploitation et autres 7.4.6. 2’755 4’358

Autres créances 7.4.7. 5’069 3’504

Actifs détenus en vue de la vente 7.4.8. 450 1’875

Trésorerie et équivalents de trésorerie 7.4.9. 12’433 3’786

Actifs courants 24’315 17’395

TOTAL ACTIF 178’042 163’507

(en milliers de CHF) Notes 31.10.2010 31.10.2009

PASSIF

Capital 21’000 21’000

Prime d’émission 1’976 1’976

Réserves consolidées 97’310 63’486

Capitaux propres - Part du groupe 120’286 86’462

Intérêts minoritaires 297 294

Total des capitaux propres 120’583 86’756

Provisions pour risques et charges 7.4.11. 4’424 4’530

Dettes financières non courantes 7.4.12. 12’133 28’928

Impôts différés 7.4.13. 22’228 13’218

Passifs non courants 38’785 46’676

Dettes financières courantes 7.4.12. 1’208 16’029

Dettes d’exploitation 7.4.14. 9’063 5’892

Autres dettes 7.4.14. 8’403 8’154

Passifs courants 18’674 30’075

TOTAL PASSIF 178’042 163’507

31


32

6.2. Compte de résultat consolidé de l’exercice 2009-2010

et 2008-2009

(en milliers de CHF) Notes 2009-2010 2008-2009

Chiffre d’affaires 7.5.1. 55’453 56’565

Autres produits liés à l’activité 1’962 1’507

Total des produits des activités opérationnelles 57’415 58’072

Coût d’achat des matières et fournitures 5’151 5’594

Impôts, taxes et charges assimilées 801 755

Charges de personnel 21’141 21’526

Autres charges d’exploitation 11’329 10’404

Total des charges opérationnelles 38’422 38’279

EXCéDENT BRUT OPéRATIONNEL 18’993 19’794

Dotation aux amortissements et provisions 11’910 11’461

RéSULTAT OPéRATIONNEL 7.5.2. 7’083 8’333

Produits financiers 204 220

Charges financières 1’331 1’518

Résultat financier 7.5.3. -1’127 -1’298

Résultat actifs détenus en vue de la vente 7.5.4. 39’250 804

Charge d’impôt 7.5.5. -9’681 -1’639

RéSULTAT NET DES SOCIéTéS INTéGRéES 35’525 6’199

Quote-part dans le résultat des sociétés associées 7.5.6. 256 384

RéSULTAT NET 35’781 6’583

Intérêts minoritaires dans le résultat 3 -4

RéSULTAT NET PART DU GROUPE 35’778 6’587

Résultat net par action 25,56 4,71

Résultat net dilué par action 25,56 4,71

Etat du résultat global

(en milliers de CHF) 2009-2010 2008-2009

Résultat net comptabilisé directement aux capitaux propres - -

Résultat net 35’781 6’583

Résultat global de la période 35’781 6’583

Revenant aux actionnaires de la société 35’778 6’587

Revenant aux intérêts minoritaires 3 -4


6.3. Tableau des flux de trésorerie 2009/2010 et 2008/2009

(en milliers de CHF) Notes 2009-2010 2008-2009

Flux de trésorerie liés à l’exploitation 7.6.1. 19’440 19’236

Acquisitions d’immobilisations incorporelles -486 0

Acquisitions d’immobilisations corporelles -10’466 -8’942

Acquisitions d’immeubles de placement -204 0

Cessions d’immobilisations corporelles 239 404

Investissements nets industriels 7.6.2. -10’917 -8’538

Acquisitions d’actifs détenus en vue de la vente -450 0

Cessions d’actifs détenus en vue de la vente 35’250 999

Actifs détenus en vue de la vente 7.6.3. 34’800 999

Acquisitions d’immobilisations financières -150 -4

Dividendes reçus 246 213

Cessions d’immobilisations financières 76 0

Investissements financiers nets 172 209

Flux de trésorerie liés aux investissements 24’055 -7’330

Dividendes versés aux actionnaires -1’953 -1’960

Intérêts payés -1’279 -1’497

Augmentation des dettes financières 7.6.4. - 13’290

Remboursement de dettes financières 7.6.4. -31’616 -19’385

Flux de trésorerie liés aux financements -34’848 -9’552

Variation de la trésorerie durant la période 8’647 2’354

Trésorerie nette à l’ouverture 7.4.9. 3’786 1’432

Trésorerie nette à la clôture 7.4.9. 12’433 3’786

6.4. Tableau des variations des capitaux propres consolidés

(en milliers de CHF) Capital Prime Réserves Résultat Capitaux Intérêts Total capitaux

d’émission consolidées de la période propres part minoritaires propres

du groupe

Situation 31 octobre 2008 21’000 1’976 52’037 6’328 81’341 298 81’639

Affectation du résultat - - 6’328 -6’328 - - -

Distribution de dividendes - - -1’960 - -1’960 - -1’960

Dividendes coupons prescrits - - 10 - 10 - 10

Autres - - 484 - 484 - 484

Résultat de la période - - - 6’587 6’587 -4 6’583

Variation des intérêts minoritaires - - - - - - -

Situation 31 octobre 2009 21’000 1’976 56’899 6’587 86’462 294 86’756

Affectation du résultat - - 6’587 -6’587 - - -

Distribution de dividendes - - -1’960 - -1’960 - -1’960

Dividendes coupons prescrits - - 12 - 12 - 12

Autres - - -6 - -6 - -6

Résultat de la période - - - 35’778 35’778 3 35’781

Variation des intérêts minoritaires - - - - - - -

Situation 31 octobre 2010 21’000 1’976 61’532 35’778 120’286 297 120’583

33


34

Au 31 octobre 2010, le capital social est composé

de 1’400’000 actions d'un nominal de 15 CHF

(inchangé par rapport au 31 octobre 2009). Les

actions sont au porteur et entièrement libérées.

Les réserves consolidées (avant affectation du

résultat de l'exercice 2009/2010) sont constituées

7. Annexe aux comptes consolidés de l’exercice 2009-2010

et 2008-2009

La société Téléverbier SA est une société suisse

constituée en 1950 avec pour objectif de regrouper,

sous le contrôle d'une entité unique, l'ensemble des

activités liées aux remontées mécaniques. La

société mère du Groupe est Téléverbier SA, dont le

siège social est situé à Verbier, Commune de

Bagnes, Suisse.

7.1. Principes et méthodes comptables

Les principales méthodes comptables appliquées

lors de la préparation des états financiers consolidés

sont présentées ci-après. Sauf indication

contraire, ces méthodes ont été appliquées de

façon permanente à toutes les périodes présentées.

Depuis l'exercice 2005/2006, les états financiers

consolidés du Groupe Téléverbier SA sont préparés

conformément aux normes internationales d'informations

financières (ci-après IFRS) telles que

publiées par l'International Accounting Standard

Board (IASB) et aux interprétations des normes

IFRS publiées par l'International Financial

Reporting Interpretations Committee (IFRIC) de

l'IASB.

Les principes ci-après ont été appliqués avec

cohérence à tous les exercices présentés.

Ces états financiers consolidés ont été préparés

selon le principe du coût historique, exception faite

des éléments devant être présentés à leur juste

valeur. Les exercices comptables sont délimités

selon la comptabilité d'engagement.

L'établissement des états financiers consolidés

en conformité avec les IFRS implique que la direction

procède à des estimations et à des hypothèses

qui ont des effets sur les montants des

actifs et passifs présentés, des actifs ou passifs

éventuels à la date de clôture des états financiers

ainsi que sur les produits et charges. Les résultats

effectifs peuvent s'écarter de ces estimations. Les

domaines impliquant un haut degré de jugement et

de complexité ou ceux dont les hypothèses et estimations

ont un impact significatif sur l'établissement

des états financiers sont décrits sous la

de réserves générales pour un montant de 6’355

milliers de CHF et de réserves distribuables pour un

montant de 90’955 milliers de CHF.

Le Conseil d'administration propose un dividende

brut de CHF 1,40 par action à la prochaine

Assemblée Générale.

Ces états financiers consolidés ont été arrêtés le

21 février 2011 par le Conseil d'administration qui

en a autorisé la publication.

Ils sont exprimés en francs suisses qui est la monnaie

fonctionnelle du Groupe, sauf indication

contraire.

rubrique : “Gestion des risques, estimation et jugement

comptables”.

Les nouvelles normes suivantes, interprétations et

amendements à des normes existantes applicables

aux périodes comptables ouvertes à compter du 1er

janvier 2010 ou ultérieurement n'ayant pas d'impact

sur les comptes annuels du Groupe sont :

o IFRS 9 (Norme), «Instruments financiers».

Cette norme, dont une des trois phases est finalisée,

vise à remplacer IAS 39, «Instruments financiers

: comptabilisation et évaluation». Cette première

phase porte exclusivement sur la classification

et l'évaluation des actifs financiers. IFRS 9

retient une seule approche pour déterminer si un

actif financier doit être évalué au coût amorti ou à

la juste valeur. Cette norme prescrit que seuls les

actifs financiers évalués selon la méthode du coût

amorti peuvent être dépréciés. Le Groupe appliquera

pour la première fois cette norme à partir du

1er novembre 2013 date de son entrée en

vigueur.

o IAS 24 (Révisée), «Information relative aux

parties liées». Ces modifications clarifient la définition

d'une partie liée. Le Groupe appliquera

cette norme révisée à partir du 1er novembre

2011.

A compter du 1er novembre 2009, le Groupe a

adopté les nouvelles normes et amendements IFRS

ainsi que les interprétations IFRIC suivants:

o IFRS 8, “Secteurs opérationnels” : cette

norme requiert la présentation d'informations sur

les secteurs d'activité opérationnels du Groupe, et


a remplacé les dispositions relatives à la détermination

des secteurs de premier niveau (secteurs

d'activité) et de second niveau (secteurs géographiques).

Le Groupe a déterminé que les secteurs

d'activité opérationnels étaient les mêmes que les

secteurs d'activité précédemment identifiés dans

le cadre de la norme IAS 14, “Information sectorielle”.

o IAS 1, “Présentation des états financiers” : la

norme révisée distingue les variations des capitaux

propres, selon qu'elles résultent ou non des

transactions avec les actionnaires. L'état des

variations des capitaux propres n'inclut que le

détail des transactions réalisées avec les actionnaires,

tandis que celles résultant de transactions

autres sont présentées sur une seule ligne distincte.

En outre, la norme introduit la présentation

Note 7.1.1. Méthodes de consolidation

7.1.1.1. Filiales

Les filiales sont des entités (y compris les entités

ad hoc) dans lesquelles le Groupe a le pouvoir

de diriger, directement ou indirectement, les politiques

financière et opérationnelle de l'entreprise

afin d'obtenir les avantages de son activité.

Le contrôle est présumé exister lorsque le Groupe

détient plus de 50 % des droits de vote d'une entité

ou lorsque l'une des 4 conditions suivantes est remplie,

le Groupe a le pouvoir:

- sur plus de la moitié des droits de vote en vertu

d'un accord avec d'autres investisseurs ;

- de diriger la politique financière et opérationnelle

de l'entreprise en vertu d'un contrat;

- de nommer ou de révoquer la majorité des

membres du Conseil d'administration ou de

l'organe de direction équivalent;

- de réunir la majorité des droits de vote dans les

réunions du Conseil d'administration ou de l'organe

de direction équivalent.

Les filiales sont consolidées par intégration globale

à compter de la date à laquelle le contrôle est

transféré au Groupe. Elles sont déconsolidées à

compter de la date à laquelle le contrôle cesse

d'être exercé.

La méthode de l'acquisition est utilisée pour

comptabiliser l'acquisition de filiales par le Groupe.

Le coût d'une acquisition correspond à la juste

valeur des actifs remis, des instruments de capitaux

propres émis et des passifs encourus ou assumés à

la date de l'échange. Les actifs identifiables acquis,

les passifs identifiables et les passifs éventuels

d'un état de résultat global : ce dernier reprend

tous les éléments de produits et de charges

comptabilisés, soit en un état unique, soit en deux

états liés. Le Groupe a choisi de présenter un état

unique.

Les autres amendements aux normes suivantes

résultant des améliorations annuelles aux IFRS

n'ont pas eu d'incidences sur les méthodes comptables,

la situation financière ou la performance du

Groupe :

o IFRS 3, “Regroupements d'entreprises” (révisée).

o IAS 27, “Etats financiers consolidés et individuels”.

o IAS 39, “Amendements relatifs aux éléments

éligibles à la couverture”.

assumés lors d'un regroupement d'entreprises sont

initialement évalués à leur juste valeur à la date

d'acquisition, et ceci quel que soit le montant des

intérêts minoritaires. L'excédent du coût d'acquisition

sur les actifs nets identifiables acquis est comptabilisé

en tant qu'écart d'acquisition (goodwill).

Lorsque le coût d'acquisition est inférieur à la juste

valeur des actifs nets de la filiale acquise, l'écart est

comptabilisé directement en compte de résultat.

Les transactions intragroupes, les soldes et les

profits latents sur les opérations entre sociétés du

Groupe sont éliminés. Les pertes latentes sont également

éliminées pour les actifs cédés et elles sont

considérées comme un indicateur de perte de

valeur. Les méthodes comptables des filiales ont

été alignées sur celles du Groupe.

7.1.1.2. Transactions avec les intérêts

minoritaires

Les intérêts minoritaires sont présentés au bilan

comme composant des fonds propres. La part du

résultat imputable aux intérêts minoritaires est présentée

comme composante du résultat de l'exercice

dans le compte de résultat.

7.1.1.3. Coentreprises

Les coentreprises contrôlées conjointement sont

consolidées par intégration proportionnelle. Le

Groupe reprend alors dans ses états financiers sa

quote-part des actifs contrôlés conjointement, sa

quote-part des passifs dont il est conjointement responsable

et sa quote-part des produits et charges

de la coentreprise.

35


36

7.1.1.4. Sociétés associées

Les sociétés associées sont toutes les entités

dont le Groupe ne détient pas le contrôle, mais sur

lesquelles il exerce une influence notable qui s'accompagne

généralement d'une participation comprise

entre 20 % et 50 % des droits de vote.

Les participations dans les sociétés associées

sont consolidées selon la méthode de la mise en

équivalence et initialement comptabilisées à leur

coût. La participation du Groupe dans les sociétés

associées comprend le goodwill (net de tout cumul

de perte de valeur) identifié lors de l'acquisition.

La quote-part du Groupe dans le résultat net des

sociétés associées postérieurement à l'acquisition

est comptabilisée en résultat consolidé et sa quotepart

dans les variations de capitaux propres (sans

impact sur le résultat) postérieurement à l'acquisition

est comptabilisée directement en capitaux propres.

La valeur comptable de la participation est

ajustée du montant cumulé des variations postérieures

à l'acquisition.

Lorsque la quote-part du Groupe dans les pertes

Les comptes consolidés couvrent une période de

12 mois, du 1er novembre 2009 au 31 octobre

2010. La date de bouclement des états financiers

individuels de toutes les sociétés du Groupe est le

Les immobilisations incorporelles acquises sont

évaluées au coût d'acquisition diminué du cumul

des amortissements et des éventuelles pertes de

valeur.

Les immobilisations incorporelles générées en

interne, à l'exception des frais de développement

activés, ne sont pas portées au bilan et les dépenses

y-relatives sont comptabilisées en charges de l'exercice

durant lequel elles sont encourues.

Toutes les immobilisations incorporelles ont des

durées d'utilité définies et sont amorties linéairement

sur les durées suivantes :

d'une société associée est supérieure ou égale à sa

participation dans cette entreprise, y compris toute

créance non garantie, le Groupe ne comptabilise

pas de pertes additionnelles, sauf s'il a encouru une

obligation d'effectuer des paiements au nom de la

société associée.

Les profits latents sur les transactions entre le

Groupe et ses sociétés associées sont éliminés en

proportion de la participation du Groupe dans ces

entreprises. Les pertes latentes sont également éliminées,

à moins qu'en cas d'actif cédé la transaction

n'indique une perte de valeur.

Les méthodes comptables des sociétés associées

ont été modifiées lorsque nécessaire afin d'être alignées

sur celles adoptées par le Groupe.

Les sociétés du Groupe dont le maintien en

consolidation ne se justifie plus (activité devenue

non significative) sont déconsolidées par sortie des

actifs et passifs, la comptabilisation des titres est

effectuée à leur valeur de mise en équivalence lors

de la déconsolidation.

La liste des sociétés consolidées figure en note 7.3.3.

Note 7.1.2. Arrêté des comptes des sociétés consolidées

Note 7.1.3. Immobilisations incorporelles

Note 7.1.4. Immobilisations corporelles

Les immobilisations corporelles sont inscrites au

bilan à leur valeur d'acquisition et à leur coût de

revient diminué des amortissements et des pertes

de valeur. Le coût historique comprend tous les

coûts directement attribuables à l'acquisition des

actifs concernés. Les coûts de réparation et d'entre-

31 octobre, excepté pour Mayens de Bruson

Promotion SA et Chez Dany SA qui bouclent leurs

exercices respectifs au 31 décembre.

o Logiciels & développements informatiques : 3 ans

Les immobilisations incorporelles résultant de

coûts de développement de projets sont portées à

l'actif uniquement lorsque le Groupe peut démontrer

la faisabilité technique d'achèvement du projet afin

de pouvoir l'utiliser ou le vendre, son intention

d'achever le projet et sa capacité de l'utiliser ou de

le vendre, la façon dont le projet générera des avantages

économiques futurs probables, la disponibilité

des ressources pour achever le développement

ainsi que sa capacité à évaluer les dépenses relatives

au projet de façon fiable.

tien sont imputés directement comme charges au

compte de résultat, tandis que les rénovations et

améliorations majeures sont activées comme immobilisations

corporelles et amorties sur leur durée de

vie économique présumée. Les coûts de financement

enregistrés durant la construction d'immobili-


sations corporelles sont imputés directement

comme charges au compte de résultat.

Les immobilisations corporelles en cours de

construction sont comptabilisées au coût historique

en fonction de l'avancement des travaux.

Si le Groupe est obligé de démanteler des remontées

mécaniques ou d'autres immobilisations et de

remettre en état les propriétés propres ou de tiers

sur lesquelles ces immobilisations se trouvent, les

coûts estimés correspondants sont ajoutés au coût

initial à la date d'acquisition et amortis sur la durée

Les contrats de leasing qui, économiquement parlant,

sont assimilables à des acquisitions d'immobilisations

avec un mode de financement spécifique

sont rangés dans la catégorie des leasings financiers.

Les immobilisations financées de cette

manière sont comptabilisées initialement à la juste

valeur du bien sous contrat ou à la valeur actualisée

de toutes les redevances minimales de leasing si

celle-ci est inférieure. La redevance de leasing est

Pour les participations contrôlées conjointement,

le Groupe Téléverbier en tant que co-entrepreneur,

a comptabilisé dans ses états financiers :

● sa quote-part des actifs contrôlés conjointement,

classée selon leur nature;

● sa quote-part de tout passif qu'il encourt

conjointement avec d'autres co-entrepreneurs

L'amortissement de ces actifs commence lorsque

les actifs sont mis en service. Les terrains liés à l'exploitation

ne sont pas amortis. Les immobilisations

corporelles sont amorties linéairement, selon une

approche par composants, sur leur durée d'utilité

estimée comme suit :

Durées

- Constructions sur sol propre : 25 ans

- Immobilisations corporelles en cours : Non amorti

- Avances et acomptes : Non amorti

- Installations, agencements divers : 10 ans

- Aménagement des constructions : 10 ans

- Installations techniques : 10 ans

- Matériel de bureau et informatique : 5 ans

- Matériel de transport : 5 ans

- Mobilier : 7 ans

- Outillage industriel : 7 ans

- Remontées mécaniques : 13 à 25 ans

- Terrains : Non amorti

Note 7.1.5. Leasings

Note 7.1.6. Actifs contrôlés conjointement

de vie économique de l'immobilisation.

La durée d'utilité, les composants et les valeurs

résiduelles sont revus chaque année en tenant

compte de la nature des actifs, de l'usage prévu et

le cas échéant de l'évolution technologique.

décomposée en deux éléments, soit un amortissement

et un intérêt, cela afin d'obtenir le calcul d'un

intérêt constant sur l'engagement financier pris. Les

immobilisations sous leasings financiers sont amorties

sur la durée d'utilisation estimée ou sur la durée

du leasing. Les accords de leasing sans transfert de

l'ensemble des profits et risques liés à la possession

d'un objet en propriété sont rangés quant à eux

dans la catégorie des leasings opérationnels.

de la co-entreprise;

● tout produit de la vente ou de l'utilisation de sa

quote-part de la production de la co-entreprise

ainsi que sa quote-part de toute charge encourue

par la co-entreprise;

● toute charge encourue au titre de sa participation

dans la co-entreprise.

37


38

Note 7.1.7. Immeubles de placement

Les immeubles de placement sont évalués selon

la méthode du coût et sont amortis linéairement sur

une durée d'utilité estimée à 25 ans.

Téléverbier loue à des tiers certaines parties de

ses immeubles dans le but d'optimiser la gestion de

ses actifs et de ses services. Un contrat de location

a pour effet de conférer l'usage de l'immeuble au

preneur pour qu'il en exploite les avantages et les

risques inhérents à la propriété d'un bien. Les

contrats sont établis sous la forme de contrat de

baux à loyers commerciaux conformément au droit

Note 7.1.8. Valeur recouvrable des immobilisations

Selon la norme IAS 36, «Dépréciation d’actifs», la

valeur recouvrable des immobilisations corporelles

et incorporelles est testée dès l’apparition d’indices

de pertes de valeur.

Ce test est effectué une fois par an pour les actifs

à durée de vie indéfinie, le cas échéant, le Groupe

enregistre une perte de valeur sur la différence

constatée. Pour ce test, les immobilisations sont

regroupées en Unités Génératrices de Trésorerie

(UGT). Les UGT sont des ensembles homogènes

d’actifs dont l’utilisation continue génère des

entrées de trésorerie qui sont largement indépendantes

des entrées de trésorerie générées par d’autres

groupes d’actifs.

La méthode d’évaluation de la valeur recouvrable

des immobilisations dans le cadre des tests de

dépréciation des immobilisations corporelles et des

écarts d’acquisition est approchée selon deux

phases :

Note 7.1.9. Actifs financiers

L'évaluation et la comptabilisation des actifs financiers

sont définies par la norme IAS 39,

“Instruments financiers : comptabilisation et évaluation”.

Les achats et ventes d'actifs financiers sont

comptabilisés à la date de la transaction, généralement

la date du contrat.

Les actifs financiers sont classés en trois grandes

catégories définies par la norme IAS 39 :

1. Les dépôts à terme et les prêts à des

sociétés associées et/ou non consolidées ont

été classés dans la catégorie des prêts et

créances émis par l'entreprise et sont enregistrés

au bilan au coût amorti ; les obligations et

les titres de créances négociables, dont la particularité

est d'être détenue jusqu'à l'échéance,

suisse. Leur durée est établie en général pour 5

ans, renouvelable tacitement d'année en année ou

de 5 ans en 5 ans, excepté pour les restaurants des

Attelas et l'immeuble le Chalet Blanc qui bénéficient

d'un contrat de longue durée.

Les revenus liés à la location d'immeubles de placement

sont comptabilisés linéairement sur la durée

du contrat et prorata temporis sur l'exercice. Les

immeubles restent la propriété de Téléverbier. Ils

figurent dans les immeubles de placement à l'actif

du bilan et sont amortis sur leur durée de vie.

- évaluation par référence à des flux futurs de

trésorerie nets, actualisés, avec prise en

compte d’une valeur terminale, basée sur un

taux de croissance à l’infini des produits générés

par l’actif valorisé. Les projections sont

basées sur une durée maximale de cinq ans;

- évaluation par la valeur de marché.

Si ces évaluations font état d’une dépréciation,

cette dernière est comptabilisée et basée sur la plus

élevée des deux évaluations. La dépréciation est

constatée dans le poste «Dépréciation d’actifs» du

compte de résultat.

Conformément à la norme IAS 36, les dépréciations

relatives aux immobilisations corporelles et

incorporelles sont réversibles dès lors qu’il y a un

changement dans les estimations utilisées pour

déterminer la valeur recouvrable de l’actif.

sont classés dans cette catégorie et donc

comptabilisés au bilan au coût amorti.

2. Les titres de participation non consolidés

sont considérés comme des actifs financiers

disponibles à la vente et sont comptabilisés à

leur juste valeur, les variations de juste valeur

étant enregistrées en capitaux propres jusqu'à

ce que le titre soit cédé. Les participations non

consolidées sont enregistrées en actifs non

courants, à moins que le Groupe n'ait l'intention

de les vendre dans les 12 mois à partir de la

date de clôture de l'exercice.

3. Les actifs financiers à la juste valeur par le

biais du compte de résultat (objectif de revente

à court terme).


Note 7.1.10. Actifs détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Conformément à la norme IFRS 5, «Actifs détenus

en vue de la vente et activités abandonnées»,

les actifs destinés à être cédés font l’objet d’une

présentation sur une ligne à part au bilan et sont

évalués et comptabilisés au montant le plus faible

entre leur valeur comptable et leur valeur de marché

diminuée des coûts nécessaires à la réalisation de

Note 7.1.11. Stocks

Conformément à la norme IAS 2, «Stocks», les

stocks sont évalués au plus faible de leur coût de

revient et de leur valeur nette de réalisation (prix de

marché diminué des frais de vente encourus). La

méthode du prix moyen est appliquée pour la comptabilisation

des mouvements de stocks. Le montant

Note 7.1.12. Clients et autres débiteurs

Les créances clients sont comptabilisées à leur

juste valeur. Une dépréciation est constituée

lorsqu’il existe un indicateur objectif de ne pas

Note 7.1.13. Trésorerie et équivalents de trésorerie

Les rubriques trésorerie et équivalents de trésorerie

se composent des fonds de caisse, des soldes

bancaires ainsi que des placements à court terme

dans des instruments monétaires. Ces placements,

dont l'échéance est inférieure à trois mois, sont dis-

Note 7.1.14. Provisions pour risques et charges

Les provisions comprennent les engagements

dont l'issue, l'échéance ou le montant est incertain.

Le Groupe retient deux classes de provisions :

- Les provisions pour coût de démantèlement :

Dans le cadre de l'autorisation de construire

octroyée par l'Office Fédéral des Transports (OFT),

il est explicitement mentionné qu'en fin d'exploitation

Téléverbier s'engage à démanteler les installations.

La provision sera utilisée au fur et à mesure

des fins de concessions.

Ces provisions sont évaluées en fonction du coût

de démantèlement observé selon le type de remon-

la vente. Un actif sera classé en «actifs détenus en

vue de la vente» seulement si la vente est hautement

probable dans un horizon raisonnable, si l’actif

est disponible en vue d’une vente immédiate dans

son état actuel et si un plan de vente de l’actif a été

engagé par la direction.

de toute dépréciation des stocks pour les ramener à

leur valeur nette de réalisation et toutes les pertes

de stocks sont comptabilisés en charges de la

période au cours de laquelle la dépréciation ou la

perte se produit.

recouvrer l’intégralité des montants dus, tel que

prévu initialement. Le montant de la dépréciation est

comptabilisé au compte de résultat.

ponibles à tout moment pour leur montant nominal

et le risque de changement de valeur est négligeable.

Les découverts bancaires figurent au passif du

bilan, dans la partie «dettes financières courantes ».

tée mécanique ainsi que des spécificités de chaque

installation.

- Les autres provisions pour risques et charges :

Elles sont portées au bilan lorsque le Groupe a

une obligation juridique ou implicite résultant d'un

événement passé, lorsqu'il est probable qu'une sortie

de ressources sera nécessaire pour éteindre

l'obligation et lorsque le montant de l'obligation peut

être estimé de manière fiable.

Les provisions sont revues à chaque date de clôture

et ajustées pour refléter la meilleure estimation

à cette date.

Note 7.1.15. Engagements de retraite en faveur du personnel

Les employés permanents du Groupe Téléverbier

sont affiliés auprès d'une institution de prévoyance

gérée de manière indépendante et régie par le prin-

cipe de primauté des cotisations. Celle-ci est financée

par des contributions paritaires des employés et

de l'employeur.

39


40

Les employés saisonniers sont affiliés auprès d'une

institution de prévoyance distincte, ils ne sont pas

pris en compte dans le calcul des engagements

étant donné qu'ils terminent leur emploi à l'issue de

la saison.

L'institution de prévoyance des employés permanents

est considérée au regard de l'IAS 19 comme

une fondation à primauté de prestations. Les engagements

du Groupe en résultant ainsi que la charge

de prévoyance sont déterminés selon la méthode

des unités de crédit projetées. Les engagements

sont évalués chaque année par un actuaire indépendant.

L'insuffisance ou l'excédent de la juste valeur des

actifs par rapport à la valeur actualisée des obligations

est comptabilisé comme une dette ou un actif

au bilan, en tenant compte des écarts actuariels

cumulés non encore comptabilisés au compte de

résultat. Cependant un excédent d'actifs n'est

comptabilisé au bilan que dans la mesure où il

représente des avantages économiques futurs qui

sont effectivement disponibles pour le Groupe. Si un

tel excédent d'actifs n'est pas disponible ou ne

Note 7.1.16. Emprunts

Les emprunts sont initialement comptabilisés à

leur juste valeur, nets des coûts de transactions

encourus. Les emprunts sont ultérieurement comptabilisés

à leur coût amorti ; toute différence entre

les produits (nets des coûts de transaction) et la

valeur de remboursement est comptabilisée au

compte de résultat sur la durée de l’emprunt selon

Note 7.1.17. Impôts différés

Conformément à la norme IAS 12, «Impôts sur le

résultat», les différences temporaires entre les

valeurs comptables des actifs et des passifs et leurs

bases fiscales donnent lieu à la constatation d’un

impôt différé selon la méthode du report variable en

utilisant les derniers taux d’imposition adoptés ou

quasi-adoptés. Les effets dus aux changements des

taux d’impôts sont pris en compte lors de l’exercice

au cours duquel le changement de taux est

annoncé.

Des impôts différés sont comptabilisés pour

toutes les différences temporaires sauf si l’impôt différé

est généré par un écart d’acquisition non

déductible fiscalement ou par la comptabilisation initiale

d’un actif ou d’un passif qui n’est pas un

regroupement d’entreprises et n’affecte ni le bénéfice

comptable ni le bénéfice imposable à la date de

représente pas d'avantages économiques futurs, il

n'est pas comptabilisé au bilan mais est indiqué

dans les notes. Le Groupe a décidé d'appliquer la

méthode du Corridor.

Des écarts actuariels résultent principalement des

modifications d'hypothèses et de la différence entre

les résultats selon les hypothèses actuarielles et les

résultats effectifs du régime à primauté des prestations.

Si les écarts actuariels non comptabilisés sont

supérieurs au plus grand des deux montants suivants

:

- 10% de la valeur des engagements de retraite

- 10% de la juste valeur des actifs du fonds

l'excédent est amorti sur le nombre d'années de travail

restant des employés.

La charge de prévoyance comptabilisée au

compte de résultat pour le régime à primauté des

prestations comprend le coût des services rendus

au cours de l'exercice, le coût financier, le rendement

attendu des actifs ainsi que les écarts actuariels

dans la mesure où ces derniers sont comptabilisés

au compte de résultat.

la méthode du taux d’intérêt effectif. Les emprunts

ou les tranches d’emprunts qui doivent être traités

dans les douze mois à compter de la date de clôture

sont classés dans les passifs courants à moins

qu’un accord de refinancement ou de rééchelonnement

des paiements à long terme ait été conclu

avant la date de clôture.

transaction. Un passif d’impôt différé est comptabilisé

pour toutes les différences temporaires imposables

liées à des participations dans les filiales,

entreprises sous influence notable ou entreprises

conjointes, sauf s’il est probable qu’il ne s’inversera

pas dans un avenir prévisible.

Il n’est constaté d’impôt différé actif sur les déficits

reportables que dans la mesure où sa récupération

sur une durée raisonnable apparaît probable. La

charge d’impôt est constatée au compte de résultat

sauf si elle concerne des éléments qui ont été

comptabilisés directement en capitaux propres.

Dans ce cas, elle est aussi comptabilisée en capitaux

propres.

Conformément à la norme IAS 12, les impôts différés

ne sont pas actualisés.


Note 7.1.18. Reconnaissance des produits

Les produits des activités ordinaires correspondent

à la juste valeur de la contrepartie reçue ou à

recevoir au titre des biens et des services vendus

dans le cadre habituel des activités du Groupe.

Les produits des activités ordinaires figurent nets

de la taxe sur la valeur ajoutée, des retours de

marchandises, des rabais et des remises, et

déduction faite des ventes intragroupe. Les produits

des activités ordinaires sont comptabilisés de

la façon suivante :

7.1.18.1. Ventes de services

Les ventes de billets, forfaits de remontées

mécaniques, sont comptabilisées au cours de la

période de durée de validité des forfaits. Les billets

pré-vendus et dont la consommation aura lieu sur

l’exercice suivant ne sont pas pris en compte dans

le chiffre d’affaires de l’année en cours. Les préventes

non consommées sont enregistrées en produits

constatés d’avance.

7.1.18.2. Prestations de service

Les produits provenant des prestations de ser-

Note 7.1.19. Informations sectorielles

Le Directeur Général du Groupe est en charge

de la mise en place des objectifs stratégiques et

opérationnels décidés par le Conseil d'Admi -

nistration. Il passe en revue régulièrement le

reporting interne pour le suivi des performances et

pour l'allocation des ressources dans le Groupe.

L'information sectorielle a été déterminée sur la

base du reporting interne. Les secteurs d'activité

identifiés sont au nombre de trois :

1. Domaines skiables : cette activité concerne

pour l'essentiel l'exploitation des remontées mécaniques,

la vente d'articles liée, les recettes des

parkings et des consignes, des contrats de location

dans les immeubles d'exploitation et des surfaces

d'immeubles dans le cadre d'espaces publicitaires.

2. Restaurants : cette activité concerne l'exploitation

de 8 restaurants d'altitude - dont deux en

copropriété - implantés sur le domaine skiable, le

chiffre d'affaires comprend exclusivement la vente

de produits de restauration. Etant prise en charge

par les sociétés du Groupe, la restauration du personnel

n'est pas rattachée au secteur Restaurants

mais à celui des Domaines skiables.

3. Services techniques : cette activité de prestations

de services et de maintenance concerne

vices sont comptabilisés en fonction du degré

d’avancement de la transaction à la date de clôture

lorsqu’il peut être estimé de manière fiable.

Lorsque le résultat d’une transaction faisant

intervenir une prestation de services ne peut être

estimé de façon fiable, le produit des activités ordinaires

n’est comptabilisé qu’à hauteur des charges

comptabilisées qui sont recouvrables.

Dans la mesure où il est probable que le total

des coûts du contrat sera supérieur au total des

produits du contrat, la perte attendue est immédiatement

comptabilisée en charge.

7.1.18.3. Produits et charges d’intérêts

Les produits et charges d’intérêts sont comptabilisés

prorata temporis selon la méthode du taux

d’intérêt effectif.

7.1.18.4. Dividendes

Les dividendes sont enregistrés dans les états

financiers de la période où ils ont été approuvés

par l’Assemblée générale des actionnaires.

l'exploitation d'un magasin de pièces détachées

pour l'entretien des dameuses de pistes avec un

contrat de service après vente auprès de la

marque Leitner Prinoth, d'un atelier garage pour

l'entretien des dameuses de pistes pour des tiers,

d'un atelier de construction métallique ainsi que

d'un service de maintenance pour les installations

de remontées mécaniques dans le cadre des opérations

annuelles d'entretien. Depuis la fin de l'année

2008, elle comprend aussi la commercialisation

d'outils embarqués de mesure de hauteur de

neige sur les pistes sous les dameuses, combinant

géoradar et GPS permettant l'optimisation des travaux

réalisés d'enneigement mécanique et d'assurer

la qualité des pistes tout au long de la saison.

Toutes les activités sont regroupées dans une

seule zone géographique : le canton du Valais.

Contenu de l'information sectorielle

Les actifs d'exploitation et le chiffre d'affaires

sont détaillés par secteur d'activité. Le résultat

d'exploitation opérationnel est ventilé par secteur

d'activité (Note 7.5.2).

Les informations sont fournies, par secteur d'activité,

nettes des transactions intra-secteurs. En

revanche, les transactions inter-secteurs sont

identifiées de façon distincte.

41


42

Note 7.1.20. Titres et placements

Les titres de placement sont comptabilisés au prix

du marché. Ils représentent des actions réalisables

Note 7.1.21. Immobilisations financières

Les immobilisations financières se rapportent à

des parts de sociétés dans lesquelles le Groupe

détient moins de 20% du droit de vote ou dans lesquelles

le Groupe n’exerce pas d’influence notable.

Elles sont portées au bilan à leur juste valeur, sauf

si aucune estimation fiable ne peut être déterminée.

7.2. Gestion des risques, estimations et jugements comptables

7.2.1. Gestion des risques

Les risques du Groupe sont répartis dans la présente

section en trois catégories : les risques financiers

(flux de trésorerie, taux d'intérêt, change, liquidité...),

les risques juridiques et les risques opérationnels.

Conformément aux obligations réglementaires,

le Groupe a procédé à une revue des risques

7.2.1.1. Risques financiers

a) Risque de flux de trésorerie et

risque de prix sur taux d'intérêt

Le Groupe ne détient pas d'actifs significatifs portants

intérêts. La trésorerie opérationnelle est relativement

indépendante des fluctuations des taux d'intérêt.

Le risque de taux d'intérêt auquel le Groupe

est exposé provient des emprunts à long terme. Les

emprunts initialement émis à taux fixe exposent le

Groupe au risque de variation de prix sur taux d'intérêt.

Le Groupe a pour politique de maintenir environ

80 % de ses emprunts en instruments à terme

et taux fixe dont la durée du terme n'est pas supérieure

à 5 ans et de renouveler le solde qui représente

chaque année environ 1/5 de la somme des

emprunts.

Grâce aux liquidités confortables et du fait que la

majorité des dettes financières est émise à des taux

fixes, les fluctuations de taux d'intérêt n'entraînent

pas de conséquences majeures sur le résultat financier

du Groupe.

Le Groupe n'a pas recours à des produits dérivés,

ni pour les emprunts à long terme, ni pour la gestion

de sa trésorerie opérationnelle.

en Bourse. Les gains et les pertes non réalisés sont

enregistrés au compte de résultat.

Dans ce cas, elles sont évaluées au coût d’acquisition.

Les variations de la juste valeur sont comptabilisées

dans les capitaux propres et reclassées

dans le compte de résultat lors de la vente de l’actif

ou lorsqu’une correction de valeur de l’immobilisation

financière doit être reconnue.

qui pourraient avoir un effet défavorable significatif

sur son activité, sa situation financière ou ses résultats,

et considère qu'il n'y a pas d'autres risques

spécifiques et significatifs identifiés hormis ceux

présentés.

b) Risque de change

Les activités du Groupe ne sont pas exposées au

risque de change.

c) Risque de contrepartie (crédits)

Le Groupe n'est que faiblement exposé à des

risques de crédits significatifs.

● Pour les actifs financiers, le risque est évalué

selon la catégorie d'actifs financiers conformément

aux dispositions décrites sous note

7.1.9.

● Pour les créances clients, ces risques sont

couverts par une provision adaptée des

créances douteuses calculée sur la base d'informations

historiques et d'estimations quant à

la solvabilité des clients.

Les excédents de trésorerie sont investis sans

risques et uniquement auprès d'établissements

financiers suisses de premier ordre.

d) Risque de liquidité

Le risque de liquidité est défini comme étant le

risque que le Groupe ne puisse s'acquitter de ses


obligations financières en temps opportun. La surveillance

étroite des liquidités au niveau du Groupe

ainsi que de l'allocation des ressources permet de

posséder les liquidités adéquates à chaque instant.

Afin de couvrir ses besoins, le Groupe a pour objectif

de maintenir une flexibilité financière en conservant

des lignes de crédit ouvertes mais non utilisées.

Le détail par échéance figure en note 7.4.12.

Au 31 octobre 2010, le Groupe Téléverbier n'utilisait

aucun crédit de trésorerie par rapport à un montant

total disponible de 12 millions de CHF réparti

sur quatre établissements financiers.

e) Gestion du risque de la juste valeur

pour actifs et passifs financiers

En application de IFRS 7, “Instruments financiers”,

le Groupe hiérarchise ses actifs et passifs

financiers évalués à la juste valeur en trois catégories

:

● Niveau 1 : le cours sur un marché actif

représente la juste valeur pour les instruments

financiers cotés à la date de clôture. Un marché

est considéré comme actif si les cours cotés

sont aisément et régulièrement disponibles

pour un dealer, un broker, un Groupe industriel

ou une agence de régulation, et si ces cours

présentent des transactions récentes et régulières

sur un marché évoluant à des conditions

normales de la concurrence.

● Niveau 2 : la juste valeur des actifs ou passifs

financiers non cotés sur un marché actif est

déterminée en utilisant des techniques d'éva-

7.2.1.2. Risque juridique

Certaines sociétés du Groupe sont impliquées

dans des litiges ou procès résultant du cours normal

des affaires. La Direction a évalué l'issue de ces

procédures judiciaires et a constitué des provisions

adéquates sur la base des faits connus au moment

de la clôture, conformément à la norme IAS 37.

Toutefois, il existe un risque intrinsèque que ces

actions en justice aboutissent favorablement pour

7.2.1.3. Risques opérationnels

a) La baisse de la fréquentation liée aux

mauvaises conditions météorologiques

Le manque durable de neige constitue l'aléa le

luation. Ces techniques d'évaluation se basent

sur des prix observés lors de transactions sur

des actifs semblables quand elles sont disponibles

ou à défaut sur des estimations propres à

une société.

● Niveau 3 : les données sur l'actif ou le passif

qui ne sont pas fondées sur des données de

marché observables (informations non observables).

Les actifs et passifs de niveau 3

concernent la participation de 13.47% dans la

Société des Téléphériques de Nendaz SA (note

7.4.3).

Les titres de niveau 1 sont généralement détenus

dans le cadre de placement et les niveaux 2 et 3

sont généralement détenus dans le cadre de la stratégie

du Groupe.

f) Gestion du capital

Les objectifs du Groupe en ce qui concerne la

gestion du capital sont de préserver sa capacité à

développer son activité d'exploitation, à maintenir

un ratio d'endettement sain, mais également à fournir

un retour sur investissements aux actionnaires.

Le Groupe ne souhaite pas obtenir de notation

d'une agence de rating reconnue, mais sa structure

est revue périodiquement par ses partenaires financiers

principaux, notamment à l'occasion du renouvellement

des lignes de crédit.

Enfin, le Groupe a une politique de versement de

dividende régulier tout en maintenant un ratio d'endettement

constant (dettes nettes divisées par le

total des fonds propres et de l'endettement net) de

20 à 25%.

les parties adverses et imposent des prélèvements

sur les bénéfices économiques.

Malgré des efforts considérables pour se conformer

au nombre croissant de lois, règles et réglementations,

et ce à tout moment, on ne saurait

exclure le risque d'une omission, qui pourrait avoir

un impact négatif sur les bénéfices futurs.

plus connu des exploitants de domaines skiables.

Le Groupe a tenu compte de ce risque dans le choix

de ses implantations en planifiant des programmes

43


44

d'enneigement de culture et de gestion de la qualité

de la neige. Bien que ne s'étant pas matérialisé

depuis de nombreuses années, le risque d'un

manque de neige grave pendant une saison ne peut

cependant être totalement exclu.

b) L’environnement économique général

Les services proposés par le Groupe ne faisant

pas partie des dépenses impératives, une situation

économique morose peut devenir pour les clients

une raison de différer leur venue sur les sites du

Groupe, ou de diminuer leurs dépenses. L'offre des

Domaines skiables s'adresse à des clientèles en

provenance de nombreux pays, dont certains sont

plus gravement affectés que d'autres par la crise

actuelle. Compte tenu de la tendance de la clientèle

à réserver ses séjours de plus en plus tardivement,

les prévisions de fréquentation deviennent aussi

plus aléatoires pour faire face au risque éventuel de

réduction de ses ventes du fait de l'évolution du

contexte économique.

c) Les risques d’accidents corporels

De par ses activités, le Groupe est exposé au

risque que des clients ou des employés soient victimes

d'accidents :

- lors de l'utilisation, de l'exploitation ou de la

maintenance d'appareils de remontées mécaniques;

- de type sanitaire, liés notamment aux activités

de restauration,

La sécurité du public et du personnel est une

préoccupation majeure pour l'ensemble des dirigeants

et collaborateurs du Groupe.

Le Groupe veille à ce que :

- les matériels utilisés soient conçus, fabriqués,

installés, exploités et entretenus de façon

à présenter, dans des conditions normales

d'utilisation ou dans d'autres conditions raisonnablement

prévisibles par le professionnel, la

sécurité à laquelle on peut légitimement s'attendre

et ne pas porter atteinte à la sécurité des

personnes, dans le strict respect des normes

en vigueur;

7.2.2. Estimation et jugements comptables

Les principales politiques comptables du Groupe

figurent en annexe aux comptes consolidés (Note

7.1) et sont conformes aux normes internationales

d'informations financières (IFRS). Des estimations

- les produits, consommables et autres,

soient conformes aux normes et règlements en

vigueur.

Le Groupe a engagé un responsable Q.S.E.

(Qualité Environnement Sécurité), chargé d'améliorer

les processus de contrôle. Des plans de secours

sont prévus en cas d'accident grave pour en limiter

au maximum les conséquences.

d) Les risques d’indisponibilité

des installations

Les sites du Groupe sont exposés aux risques tels

qu'incendie, bris de machine, ou événements naturels.

Des mesures de prévention et de protection, de

type à la fois technique et managérial, sont mises

en place. Les experts prévention des assureurs visitent

régulièrement les sites du Groupe.

Le Groupe considère que les investissements

nécessaires au maintien des installations en bon

état de fonctionnement et à la sécurité constituent

des priorités.

e) La défaillance de certains

fournisseurs clés

Certaines ressources nécessaires aux activités du

Groupe ne sont disponibles qu'auprès d'un nombre

d'acteurs limités. Ce sont par exemple les appareils

de remontées mécaniques et les systèmes de billetterie

des Domaines skiables. Aucun risque de

défaillance de ces fournisseurs n'est actuellement

identifié. Cependant, le Groupe a engagé des

actions visant à prévenir ce risque en réduisant sa

dépendance technique et en diversifiant ses

sources d'approvisionnement.

f) Couverture de risques - Assurances

Le Groupe a souscrit auprès de compagnies d'assurance

notoirement solvables des programmes

d'assurance de responsabilité civile, de responsabilité

civile des dirigeants de droit ou de fait et d'assurance

dommages aux biens et de pertes d'exploitation

consécutives.

Toutes les sociétés du Groupe détenues à plus de

50% ou pour lesquelles le Groupe a la charge d'assurance

sont couvertes par ces programmes.

et des jugements importants sont utilisés dans la

préparation des états financiers dont le résultat futur

réel peut différer de manière significative des hypothèses

et estimations retenues et peuvent impacter


de manière significative les rubriques décrites dans

cette section.

Les estimations utilisées dans le cadre des tests

de dépréciation des actifs sont fondées sur les informations

historiques et sur d'autres facteurs tels que

les anticipations d'événements futurs jugés raisonnables

au vu des circonstances.

Les estimations comptables qui en découlent

sont, par définition, rarement équivalentes aux

résultats effectifs se révélant ultérieurement.

La valeur actuelle de l'engagement de prévoyance

dépend d'un certain nombre de facteurs et

hypothèses actuarielles. Ces dernières, utilisées

pour déterminer la charge ou le produit de prévoyance,

comprennent le taux d'actualisation (taux

7.3. Périmètre de consolidation

Note 7.3.1. Variation du périmètre

Variation au cours de l’exercice 2008-2009 :

La société a acquis 50% de la société Geosnow SA lors de sa création; cette société est intégrée proportionnellement

étant donné qu’elle est gérée conjointement avec le co-actionnaire, la société Geosat SA.

Variation au cours de l’exercice 2009-2010 :

Aucune modification.

Note 7.3.2. Comparabilité des comptes

Les comptes 2009/2010 ont fait l'objet d'une modification

au niveau de la présentation suite à la mise

en place d'un nouveau plan comptable applicable

d'escompte) et le taux de rendement des actifs. Tout

changement dans ces hypothèses entraînerait une

augmentation ou une diminution de l'engagement

des régimes de prévoyance.

L'hypothèse du taux de rendement à long terme

des actifs est déterminée sur la base des taux de

rendement historiques à long terme, de l'allocation

des actifs ainsi que des rendements futurs estimés.

Le taux d'actualisation approprié est déterminé

chaque année par le Groupe. Pour déterminer ce

taux, le Groupe prend en compte le rendement à la

date de clôture des obligations d'entreprises de première

qualité ayant la même durée que les engagements

du plan et la même monnaie. Les autres

hypothèses sont présentées dans la note 7.4.15.

dès le 1.11.2009. Les comptes 2008/2009 ont été

retraités afin de permettre la comparaison entre les

exercices comptables.

45


46

Note 7.3.3. Liste des sociétés consolidées

Forme Siège Méthode de % de %

juridique social consolidation contrôle d’intérêt

STA Services Techniques Alpins SA Sembrancher IG 92.27 92.27

Verbier Sport Pus SA Bagnes IG 50.00 50.00

Télé-Thyon SA Vex ME 30.77 30.77

Mayens de Bruson Promotion SA Bagnes ME 50.00 50.00

Chez Dany SA Bagnes ME 33.33 33.33

GEO SNOW SA Sembrancher IP 50.00 50.0

Co-propriété du Mont-Fort SS* Sembrancher IP 50.00 50.00

Bar des Etablons SS* Bagnes IP 50.00 50.00

IG = Intégration globale ME = Mise en équivalence IP : intégration proportionnelle

SS* = les deux sociétés Copropriété Mont Fort et Bar des Etablons sont des sociétés simples

Les méthodes de consolidation retenues ont été appliquées selon les principes décrits en note 7.1.1.

7.4. Informations sur le bilan consolidé

Note 7.4.1. Immobilisations incorporelles et corporelles

La variation de la valeur brute des immobilisations et de leur amortissement s'analyse comme suit :

(En milliers CHF) Valeur Amortissements Total

brute et dépréciations

Au 31.10.2008 311’694 -174’417 137’277

Acquisitions 8’974 - 8’974

Cessions -4’388 - -4’388

Amortissements et dépréciations - -10’909 -10’909

Reprises - 3’807 3’807

Au 31.10.2009 316’280 -181’519 134’761

Acquisitions 14’280 - 14’280

Cessions -3’299 - -3’299

Amortissements et dépréciations - -12’126 -12’126

Reprises - 2’504 2’504

Au 31.10.2010 327’261 -191’141 136’120


Par nature, les immobilisations incorporelles et corporelles se décomposent comme suit :

Valeurs brutes (En milliers CHF) 31.10.2009 Acquisitions Cessions Reclassements 31.10.2010

Retraité

Logiciels 106 486 - - - 592

Constructions sur sol propre 11’413 354 - -5 223 11’985

Immobilisations corporelles en cours 600 200 - -3 -223 574

Avances et acomptes - 1’842 - - - 1’842

Installations, agencements divers - 1’934 - - - 1’934

Aménagement des constructions 27 51 - - - 78

Installations techniques 47’243 2’317 - -25 - 49’535

Matériel de bureau et informatique 3’410 772 - - - 4’182

Matériel de transport 11’964 1’874 - -1’111 - 12’727

Mobilier 3’074 263 - -2 - 3’334

Outillage industriel 10’012 60 - -22 - 10’051

Remontées mécaniques 215’702 3’597 - -2’131 - 217’168

Terrains 12’729 530 - - - 13’259

Sous-total des valeurs brutes 316’280 14’280 - -3’299 - 327’261

Amortissements (En milliers CHF) 31.10.2009 Dotations Reprises Reclassements 31.10.2010

Retraité

Logiciels 53 - 87 - - 140

Constructions sur sol propre 5’070 - 486 - - 5’556

Immobilisations corporelles en cours - - 3 - - 3

Avances et acomptes - - - - - 0

Installations, agencements divers - - 37 - - 37

Aménagement des constructions 10 - -1 - - 9

Installations techniques 29’476 - 2’083 -18 - 31’541

Matériel de bureau et informatique 2’481 - 1’701 - - 2’758

Matériel de transport 6’317 - 1’701 -889 - 7’129

Mobilier 2’154 - 235 0 - 2’389

Outillage industriel 8’608 - 395 -21 - 8’983

Remontées mécaniques 124’876 - 6’801 -1’577 - 130’100

Terrains 2’474 - 22 - - 2’496

Sous-total des amortissements 181’519 - 12’126 -2’504 - 191’141

Total des valeurs nettes 134’761 14’280 12’126 -795 - 136’120

47


48

Suite au changement de plan comptable dans

le cadre de la mise en place d'un nouvel ERP, les

immobilisations incorporelles et corporelles sont

présentées en fonction de leur nature.

Lors des exercices précédents, la présentation

était faite en grande partie par secteurs d'activité.

Les valeurs comptables nettes des immobilisations

corporelles en leasing sont de 19’434 milliers

de CHF au 31 octobre 2010 et de 20’399

milliers de CHF au 31 octobre 2009. Elles

concernent uniquement les remontées mécaniques.

Les actifs gagés sont uniquement des bâtiments

pour un montant de 57’080 milliers de

CHF au 31 octobre 2010 contre 61’721 milliers

de CHF au 31 octobre 2009. Les gages correspondent

à des cédules hypothécaires d'un montant

de 13’500 milliers de CHF et à une hypothèque

de 500 milliers de CHF. Aucun engagement

financier lié à ces cédules hypothécaires

n'existait au 31 octobre 2010. Au 31 octobre

2009, des prêts hypothécaires d'un montant de

17’911 milliers de CHF figuraient au bilan.

Le montant des immobilisations corporelles

issu des sociétés sous contrôle conjoint se

monte à 1’574 milliers de CHF.

Les acquisitions de l'exercice s'élèvent à 14,3

millions de CHF contre 9 millions de CHF au

cours de l'exercice précédent.

Au cours de l'année, des travaux de mise en

conformité ont été effectués sur le téléphérique

Gentianes-Mont Fort, en application de la réglementation

de l'Office Fédéral des Transports afin

Note 7.4.2. Participations dans les sociétés associées

de renouveler la concession arrivant à échéance

et son exploitation. Ces travaux ont engendré un

investissement de 1,5 million de CHF.

Au niveau du domaine skiable, les principaux

investissements réalisés concernent le renouvellement

du Téléski de Moay à Bruson (0,7 million

de CHF), des aménagements liés aux déclenchements

d'avalanches (0,4 million de CHF), des

travaux d'enneigement mécanique (0,8 million de

CHF) et la mise en place de Gazex pour faciliter

le déclenchement d'avalanches (0,4 million de

CHF). Plusieurs améliorations ont aussi été

mises en place sur les différentes installations

dont l'augmentation du débit de la ligne Le

Châble Verbier. Ce dernier figurait sous la

rubrique «Avances et acomptes» au 31 octobre

2010 avec un montant de plus de 1 million de

CHF.

Au niveau des bâtiments et infrastructures, les

importants travaux réalisés sur le bâtiment de

Medran (consignes à ski, vestiaires pour le personnel,

ascenseurs) représentent 2,9 millions de

CHF sur l'exercice.

Quand au secteur restauration, les investissements

au cours de l'exercice s'élèvent à 0,3 million

de CHF.

Par ailleurs, comme chaque année, Téléverbier

a procédé à des investissements de renouvellement.

Pour l'exercice 2009/2010, ils comprennent,

entre autres, 1,3 million de CHF pour des

engins de damage et 1,1 million de CHF d'investissements

informatiques (travaux relatifs au nouvel

ERP, mise en place des logiciels de gestion de

temps et de contrôles d'accès aux bâtiments).

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Valeur des titres au début de la période 3’721 3’419

Acquisitions - 468

Reclassement et modification de périmètre -90 -550

Résultat de l’exercice 256 384

Valeur des titres à la fin de la période 3’887 3’721

Au 31 octobre 2010, ce poste comprend les titres

des sociétés Télé-Thyon SA, Chez Dany SA et des

Mayens de Bruson Promotion SA. Les reclassements

intègrent un montant de 33 milliers de CHF

au titre de la reprise nette de dépréciation de la participation

Chez Dany SA et les dividendes reçus de

Télé-Thyon SA pour un montant de 123 milliers de

CHF.


(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Informations agrégées concernant les sociétés associées

Total de l’actif 24’006 24’518

Total des fonds étrangers 12’927 12’765

Résultat net 352 556

Les informations agrégées présentées ci-dessus

représentent le 100% des actifs, des fonds étrangers

Note 7.4.3. Immobilisations financières

et du résultat après impôts des sociétés consolidées

par la méthode de mise en équivalence.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

retraité

Titres de participations 2’309 2’309

Prêts à des sociétés associées 893 743

Actifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat 96 158

Autres créances à long terme 5’987 -

Valeurs brutes 9’285 3’210

Dépréciations -793 -804

Immobilisations financières 8’492 2’406

Les titres de participation comprennent des titres

de la Société des Téléphériques de Nendaz SA

(Télé-Nendaz) et des titres dans la société Les 4

Vallées SA. Au 31 octobre 2010, la participation

dans la Société des Téléphériques de Nendaz SA

est de 13.47 %.

Les prêts à des sociétés associées figuraient lors

de l'exercice précédent sous la rubrique « Autres

créances » pour une valeur brute de 743 milliers de

CHF dépréciée à 100%. Ces montants de l'exercice

précédent ont été intégrés pro forma aux immobilisations

financières. Ils correspondent à des avances

sans intérêts aux sociétés associées Mayens de

Bruson Promotion SA et Chez Dany SA.

Les autres créances à long terme se rapportent

aux cessions d'actifs détenus en vue de la vente

Note 7.4.4. Immeubles de placement

réalisée au cours de l'exercice 2009/2010 ayant

généré une plus-value d'un montant de 39’250 milliers

de CHF (cf. note 7.4.8). Un montant de 5 millions

de CHF, selon dispositions prévues dans l'acte

de vente, reste à encaisser en 2012 au titre de la

vente des terrains de Médran à la société « les Trois

Rocs SA ».

Un montant de 987 milliers de CHF reste à percevoir

à partir de 2012 en contreprestation foncière

pour la cession d'un terrain au Châble.

La dépréciation comptabilisée concerne les actifs

financiers disponibles à la vente suite à leurs estimations

à la juste valeur pour 39 milliers de CHF et

les prêts accordés aux sociétés associées pour 754

milliers de CHF.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Terrains disponibles à la vente 2’202 2’305

Restaurants 3’806 3’594

Autres 2’788 2’788

Valeur brute immeubles de placement 8’796 8’687

Amortissements -3’568 -3’463

TOTAL 5’228 5’224

49


50

Les revenus des immeubles de placement se

montent à 330 milliers de CHF (2009 : 355 milliers

de CHF) et sont inclus dans le chiffre d'affaires. Il

n'y a pas d'engagement significatif non réalisable

sur les investissements immobiliers. La principale

variation enregistrée au cours de la période résulte

Note 7.4.5. Stocks

Les stocks des pièces de maintenance sont destinés

à la réparation de remontées mécaniques et

des équipements utilisés pour l‘exploitation du

d'aménagements effectués dans un restaurant pour

204 milliers de CHF, d'une cession de terrain d'une

valeur comptable nette de 112 milliers de CHF et

des amortissements pratiqués à hauteur de 88 milliers

de CHF.

domaine skiable. Les matières premières, marchandises

et fournitures concernent essentiellement la

filiale STA S.A.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Pièces de maintenance remontées mécaniques 461 841

Marchandises destinées à la vente 391 427

Matières premières, marchandises et fournitures 1’822 1’880

Combustibles et carburants 1’014 941

Marchandises restaurants 349 325

Valeur brute Stock 4’037 4’414

Dépréciations -429 -542

Valeur nette stock 3’608 3’872

La dépréciation porte principalement sur les marchandises

n'ayant pas fait l'objet de mouvement

Note 7.4.6. Créances d’exploitation et autres

depuis plus de 5 années.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Créances clients 3’017 4’431

Dépréciation -262 -73

TOTAL 2’755 4’358

Les créances d'exploitation concernent exclusivement

des prestations facturées à la clientèle dans le

cadre d'un processus normal de facturation et sont

toutes à échéance à moins d'un an. Le montant des

créances échues et non provisionnées au 31 octo-

Note 7.4.7. Autres créances

bre 2010 est non significatif. La provision pour

clients douteux est déterminée sur la base d'une

analyse individuelle.

La variation de la dépréciation correspond à la

variation des débiteurs douteux.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009 retraité

Créances à court terme auprès des parties liées 1’214 840

Créances fiscales et sociales 641 424

Dépréciations -8 -119

Autres créances 1’847 1’145

Charges constatées d’avance 3’222 2’359

TOTAL 5’069 3’504


Les créances à court terme se rapportent aux

transactions courantes de l'activité ordinaire. Les

créances fiscales et sociales concernent essentiellement

le crédit de TVA existant ainsi que certaines

charges sociales faisant l'objet d'un acompte unique

payé en début d'année.

Les charges constatées d'avance incluent pour un

montant de 828 milliers de CHF un actif net de prévoyance

reconnu en application de la norme IAS 19.

Cet actif représente principalement les montants

versés à la réserve de contribution destinés au

financement du plan de retraite anticipée.

L’échéancier des autres créances et des charges constatées d’avance se présente ainsi :

(En milliers CHF) Moins de 1 an 1 à 5 ans Plus de 5 ans Total

Créances à court terme 2’066 - - 2’066

Créances fiscales et sociales 641 - - 641

Dépréciations -860 - - -860

Autres créances 1’847 0 0 1’847

Charges constatées d’avance 1’431 587 1’204 3’222

TOTAL 3’278 587 1’204 5’069

Note 7.4.8. Actifs détenus en vue de la vente

La variation du poste résulte d'une part, de cessions

intervenues au cours de l'exercice qui figurent

au compte de résultat dans la rubrique « Résultat

sur Actifs détenus en vue de la vente » :

● la cession d'un terrain situé à Verbier

(Médran) faisant ressortir un bénéfice de

38’375 milliers de CHF.

● la cession d'un terrain situé au Châble

(Villette) faisant ressortir un bénéfice de 875

milliers de CHF.

La cession des terrains de Médran a fait l'objet

d'un accord de remploi avec l'Administration fiscale

Note 7.4.9. Trésorerie et équivalents de trésorerie

(service cantonal des contributions). Ce remploi

permet de bénéficier d'un différé d'imposition d'une

durée de 4 ans au fur et à mesure des investissements

futurs réalisés. Une éventuelle prolongation

est possible. Le montant de l'impôt différé y relatif

est de 8’277 milliers de CHF.

La variation du poste résulte d'autre part, de l'acquisition,

au cours de l'exercice pour un montant de

450 milliers de CHF, d'un terrain situé à

Sembrancher, dont la cession doit intervenir au

début de l'année 2011. La plus-value comptable

prévue est de 256 milliers de CHF.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Comptes à vue 12’257 3’569

Caisses 176 217

Valeur brute 12’433 3’786

Dépréciation - -

TOTAL 12’433 3’786

Note 7.4.10. Actifs financiers

Le tableau suivant montre la répartition par catégories

d'actifs financiers (courants et non courants),

telles que définies par IAS 39.

51


52

Actifs selon bilan au 31.10.2009

(En milliers CHF) Prêt et Actifs à la juste Actifs financiers Total

créances valeur par le disponibles 31.10.2009

compte de résultat à la vente

Immobilisations financières - - 2’406 2’406

Créances d’exploitation & autres 4’358 - - 4’358

Autres créances 3’421 83 - 3’504

Trésorerie & équivalents de trésorerie 3’786 - - 3’786

Total 11’565 83 2’406 14’054

Actifs selon bilan au 31.10.2010

(En milliers CHF) Prêt et Actifs à la juste Actifs financiers Total

créances valeur par le disponibles 31.10.2010

compte de résultat à la vente

Immobilisations financières 6’127 - 2’365 8’492

Créances d’exploitation & autres 2’755 - - 2’755

Autres créances 4’241 828 - 5’069

Trésorerie & équivalents de trésorerie 12’433 - - 12’433

Total 25’556 828 2’365 28’749

Note 7.4.11. Provisions pour risques et charges

Les provisions non courantes se rapportent essentiellement aux provisions pour coûts de démantèlement

des installations de remontées mécaniques.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Solde au début de l’exercice 4’530 4’210

Nouvelle remontée mécanique - -

Dotations 54 330

Reprises -160 -10

Solde à la clôture de l’exercice 4’424 4’530

Dans le cadre de l'autorisation de construire

octroyée par l'Office Fédéral des Transports (OFT), il

est explicitement mentionné qu'en fin d'exploitation

Téléverbier s'engage à démanteler les installations.

Tableau des provisions par nature

La provision sera utilisée au fur et à mesure des fins

de concession.

La reprise sur l'exercice 2009/2010 correspond à

des extournes de provisions.

(En milliers CHF) Démantèlement Litige Garanties Autres Total

Solde au début de l’exercice 4’100 180 190 60 4’530

Dotations 30 24 - - 54

Reprises - -100 - -60 -160

Solde à la clôture de l’exercice 4’130 104 190 - 4’424


Note 7.4.12. Dettes financières

Décomposition des dettes financières brutes

Au 31 octobre 2010 Au 31 octobre 2009

(En milliers CHF) Non courantes Courantes Total Non courantes Courantes Total

Emprunts auprès des - - 0 15’818 2’093 17’911

établissements de crédit

Autres emprunts - 83 83 50 755 805

et dettes assimilées

Crédits-bail 12’133 928 13’061 13’060 895 13’955

Total 12’133 1’011 13’144 28’928 3’743 32’671

Intérêts courus - 197 197 - 286 286

Soldes créditeurs de banques - - - - - 0

et assimilés

Crédits de trésorerie - - - - 12’000 12’000

Total 12’133 1’208 13’341 28’928 16’029 44’957

Tous les emprunts à taux fixe ont été remboursés

au cours de l'exercice. Les taux des leasings sont

fixés pour la durée du contrat.

Structure de l’endettement financier et taux d’intérêts

La juste valeur des dettes financières n'est pas

matériellement différente de leur valeur au bilan.

Au 31 octobre 2010 Au 31 octobre 2009

(En milliers CHF) Montant % Montant %

Dette à taux fixe 13’061 3,62% 31’866 3.94%

Dette financière à taux variable - - 705 0.60%

Crédit de trésorerie & Autres 280 0,00% 12’386 1.05%

TOTAL 13’341 3,54% 44’957 3.09%

Le taux moyen des dettes financières est au 31

octobre 2010 de 3.54%, du fait du remboursement

anticipé total des emprunts, contre 3.09% au 31

Répartition par échéance

Les engagements de leasings s'élèvent à 15’120 milliers de CHF.

octobre 2009. La dette financière à taux fixe est

composée à 100 % de crédits-bails.

Au 31 octobre 2010 Au 31 octobre 2009

(En milliers CHF) Montant Montant

Moins de 1 an 1’208 16’029

De 1 à 5 ans 3’903 10’456

Plus de 5 ans 8’230 18’472

TOTAL 13’341 44’957

53


54

Structure de l’endettement net

(En milliers CHF) Au 31 octobre 2010 Au 31 octobre 2009

Passifs financiers

Emprunts auprès des établissements de crédit - 17’911

Autres emprunts et dettes assimilées 83 805

Crédits-bails 13’061 13’956

Intérêts courus 197 286

Soldes créditeurs de banques et assimilés - -

Avances de trésorerie - 12’000

Total 13’341 44’957

Actifs financiers

Trésorerie et équivalents de trésorerie -12’433 -3’786

DETTE NETTE 908 41’171

L'endettement net est très faible au 31 octobre

2010 suite aux encaissements de produits de cessions

d'actifs détenus en vue de la vente qui ont per-

Note 7.4.13. Impôts différés passifs

mis le remboursement total des emprunts à taux fixe

hors contrats de leasings.

La répartition des impôts différés selon l'objet du retraitement auquel ils se rapportent est la suivante :

(En milliers CHF) Immobilisations Autres Total

corporelles

Au 31.10.2008 11’967 317 12’284

Augmentation 859 - 859

Diminution - 75 75

Variation de périmètre - - 0

Au 31.10.2009 12’826 392 13’218

Augmentation 267 8’747 9’014

Diminution -4 - -4

Variation de périmètre - - 0

Au 31.10.2010 13’089 9’139 22’228

La colonne « Immobilisations corporelles » correspond

au retraitement des amortissements des

immobilisations corporelles. La colonne «Autres »

inclut notamment l'impôt différé lié à l'imposition du

résultat de cession des terrains de Médran (cf. note

7.4.8). Les impôts différés dus à moins d'un an

s'élèvent à 490 milliers de CHF.

Aucune modification n'est intervenue dans les

taux d'imposition des différentes sociétés du

Groupe.


Note 7.4.14. Dettes d’exploitation et autres dettes

(En milliers CHF) Au 31 octobre 2010 Au 31 octobre 2009

Dettes fournisseurs et comptes rattachés 9’063 5’892

Sous-total “dettes d’exploitation” 9’063 5’892

Dettes d’impôts courants 295 503

Autres dettes fiscales et sociales 3’426 3’711

Autres dettes d’eploitation 1’140 228

Produits constatés d’avance 3’542 3’712

Sous-total “autres dettes” 8’403 8’154

TOTAL 17’466 14’046

La hausse des fournisseurs est due essentiellement

à un en cours plus important des factures d'investissements

à la date d'arrêté. La baisse des

dettes fiscales et sociales provient principalement

d'un solde d'impôt dû moins élevé que lors de l'exercice

précédent.

Note 7.4.15. Prévoyance professionnelle

Comme le prévoient les dispositions de la loi

suisse sur la prévoyance professionnelle, les

employés du Groupe Téléverbier bénéficient de

plans de prévoyance. La prestation de retraite

résulte de la constitution de comptes d'épargne individuels

qui peuvent être soit perçus sous forme de

capital lors du départ en retraite, soit convertis en

rente. Selon IAS 19, ces plans sont considérés à

L'augmentation des autres dettes d'exploitation

provient de dettes envers des tiers qui ont été

réglées en majeure partie sur l'exercice suivant.

Les dettes d'exploitation et les autres dettes sont

toutes à échéance à moins d'un an.

primauté de prestations pour l'application de cette

norme comptable. Les engagements sont déterminés

chaque année par un actuaire indépendant

selon la méthode des coûts unitaires projetés et les

actifs du plan sont évalués à leur valeur de marché.

Les principales hypothèses actuarielles sont les

suivantes :

31.10.2010 31.10.2009

Taux d’actualisation 3.00% 3.50%

Augmentation future des salaires 2.00% 2.00%

Evolution des rentes 0.50% 0.50%

Inflation à long terme 1.50% 1.50%

Rendement à long terme des actifs du régime 2.75% 2.75%

Durée active résiduelle moyenne des employés 8,48 années 7,79 années

Les taux de rendement attendus par catégorie

d'actifs sont déterminés par référence aux indices

boursiers relevants. Le taux de rendement attendu

global de 2.75% pour 2009/2010 (2008/2009 :

2.75%) est obtenu par pondération des taux par

catégorie en fonction de leur poids dans le total des

investissements du portefeuille.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Rendement effectif des actifs du régime 2’082 1’717

55


56

La répartition des actifs du plan est la suivante :

Les hypothèses concernant la probabilité d'être en retraite sont les suivantes :

En application de la norme IAS 19, la reconnaissance

d'un actif net a conduit à comptabiliser un

31.10.2010 31.10.2009

Actions 14.57% 28.80%

Obligations 11.51% 54.38%

Immobilier 11.00% 10.88%

Autres 62.92% 5.94%

Total 100.00% 100.00%

31.10.2010 31.10.2009

Probabilité d’être en retraite Hommes Femmes Hommes Femmes

63 ans 80% 80% 80% 80%

64 ans 80% 100% 80% 100%

65 ans 100% - 100% -

produit relatif à la prévoyance dans les frais de personnel

de 744 milliers de CHF.

(En milliers CHF) 2009/2010 2008/2009

Coût des services rendus 549 302

Coût financier 804 767

Rendement attendu des actifs du régime -697 -660

Amortissement du coût des services passés - 1’192

Coût de prévoyance comptabilisé en résultat 657 1’601

Cotisations de l’employeur -1’401 -1’203

Impact 744 -398

Au cours de l'exercice précédent, le plan de base

a été modifié afin d'en améliorer les prestations. Il

en a résulté une augmentation de l'obligation de

prévoyance de 1’192 milliers de CHF qui est mentionnée

sous la ligne « amortissement du coût des

services passés ».

Le tableau suivant donne l'évolution passée des obligations de prévoyance :

Par ailleurs, suite à la réalisation d'actifs détenus

en vue de la vente, le Conseil d'administration a

décidé au cours de cet exercice de verser à la

réserve de contribution employeur un montant de

500 milliers de CHF contre 400 milliers de CHF au

cours l'exercice précédent.

(En milliers CHF) 2009/2010 2008/2009 2007/2008 2006/2007

Obligations de prévoyance au 1er novembre 23’979 22’463 21’554 19’715

Coût des services rendus 549 302 403 441

Coût financier 804 767 786 730

Cotisations des participants au régime 638 586 485 442

Coût des services passés - 1’192 - -

Prestations payées -2’654 -1’655 -1’638 -917

Ecarts actuariels (profit) / perte 1’689 324 873 1’143

Obligations de prévoyance 31 octobre 25’005 23’979 22’463 21’554


Les pertes actuarielles sur obligations de prévoyance

de l'exercice 2009/2010, d'un montant de

1’689 milliers de CHF, s'expliquent, à concurrence

de 1’394 milliers de CHF par la diminution du taux

d'actualisation de 3,5% à 3%, et le solde par des

compléments de financement des rentes suite au

calcul d'actualisation.

Le tableau suivant détaille la variation de la juste

valeur des actifs du régime :

(En milliers CHF) 2009/2010 2008/2009 2007/2008 2006/2007

Juste valeur des actifs du régime au 1er novembre 23’778 21’927 24’465 22’177

Rendement attendu des actifs du régime 697 660 730 668

Contribution des employés 638 586 485 442

Contributions de l’employeur 1’401 1’203 940 678

Prestations payées -2’654 -1’655 -1’638 -918

Ecart actuariel profit (perte) 1’385 1’057 -3’055 1’418

Juste valeur des actifs du régime au 31 octobre 25’245 23’778 21’927 24’465

(En milliers CHF) 2009/2010 2008/2009 2007/2008 2006/2007

Juste valeur des actifs du régime au 31 octobre 25’245 23’778 21’927 24’465

Obligation de prévoyance 25’005 23’979 22’463 21’554

Insuffisance de couverture -240 201 536 -2’911

Ecarts actuariels non comptabilisés au bilan -588 -285 -1’017 275

Effet de la limite établie par paragraphe 58(b) - - - 2’174

Dette nette (Actif net) -828 -84 -481 -462

Le fonds de prévoyance du Groupe présentant

une situation de couverture de 109 % au 31 octobre

2010 et la réserve de fluctuation ayant été en

grande partie reconstituée, l'actif net existant au 31

octobre 2010 a été reconnu. Ce dernier figure pour

un montant de 828 milliers de CHF sous la rubrique

charges constatées d'avance (voir Note 7.4.7).

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Ecart actuariel non comptabilité : profits (pertes) -284 -1’017

Ecart actuariel profits (pertes) sur obligations de prévoyance -1’689 -324

Ecart actuariel profits (pertes) sur actifs du régime 1’385 1’057

Ecart actuariel comptabilisé : profits (pertes) 0 0

Ecart actuariel net non comptabilisé : profits (pertes) -588 -284

Le Groupe prévoit de verser des cotisations à hauteur de 803 milliers de CHF à la fondation de prévoyance

pour l'exercice 2010/2011.

57


58

7.5. Informations sur le compte de résultat consolidé

Note 7.5.1. Chiffre d’affaires consolidé

Le chiffre d'affaires se détaille de la façon suivante par nature d'activité :

(En milliers CHF) 2009-2010 2008/2009 Variation

Domaines skiables 39’981 41’530 -3,73%

Autres produits d’exploitation 5’732 4’469 +28.26%

Travaux pour tiers 5’302 5’992 -11,52%

Restaurants 4’438 4’574 -2,97%

Total 55’453 56’565 -1,97%

Le chiffre d'affaires Remontées mécaniques est

pour l'essentiel constitué des ventes de forfaits sur

les domaines skiables.

L'ensemble des activités du Groupe se déroule en

Suisse, dans le canton du Valais.

Note 7.5.2. Résultat d’exploitation opérationnel par secteur d’activité

(En milliers CHF Domaines skiables Restaurants Services Techniques

2009-10 2008-09 2009-10 2008-09 2009-10 2008-09

Chiffre d’affaires 39’981 41’530 - - - -

Autres produits d’exploitation 6’217 5’280 1 - 379 -

Travaux pour des tiers - 454 - - 7’145 7’184

Recettes des restaurants - - 4’675 4’778 - -

Total du chiffre d’affaires 46’198 47’264 4’676 4’778 7’524 7’184

Autres produits liés à l’activité 1’266 989 9 - 78 248

Total des produits activités opérationnelles (*) 47’464 48’253 4’685 4’778 7’602 7’432

(*) dont opérations inter-secteurs 124 - -1 - 2’213 -

Coût d’achat des matières et fournitures 748 662 1’390 1’533 3’241 3’497

Impôts, taxes et versements assimilés 763 734 24 - 14 21

Charges de personnel 16’996 17’569 1’828 1’752 2’954 2’863

Autres charges d’exploitation 11’225 10’980 452 483 1’123 575

Total des charges des activités opérationnelles 29’732 29’945 3’694 3’768 7’332 6’956

Excédent brut opérationnel 17’732 18’308 991 1’010 270 476

Dotations nettes amortissements et provisions 11’126 10’551 486 407 298 503

Résultat d’exploitation opérationnel 6’606 7’757 505 603 -28 -27

Immobilisations incorporelles & corporelles 127’540 127’571 6’733 5’464 1’847 1’726

Endettement 13’292 44’871 - - 1’479 1’516


(En milliers CHF) Eliminations inter-secteurs Total

2009-10 2008-09 2009-10 2008-09

Chiffre d’affaires - - 39’981 41’530

Autres produits d’exploitation -865 -811 5’732 4’469

Travaux pour des tiers -1’843 -1’646 5’302 5’992

Recettes des restaurants -237 -204 4’438 4’574

Total du chiffre d’affaires -2’945 -2’661 55’453 56’565

Autres produits liés à l’activité 609 270 1’962 1’507

Total des produits activités opérationnelles (*) -2’336 -2’391 57’415 58’072

(*) dont opérations inter-secteurs 2’336 - - -

Coût d’achat des matières et fournitures -228 -98 5’151 5’594

Impôts, taxes et versements assimilés - - 801 755

Charges de personnel -637 -659 21’141 21’525

Autres charges d’exploitation -1’470 -1’634 11’330 10’404

Total des charges activités opérationnelles -2’336 -2’391 38’422 38’278

Excédent brut opérationnel 0 0 18’993 19’974

Dotations nettes amortissements et provisions - - 11’910 11’461

Résultat d’exploitation opérationnel 0 0 7’083 8’333

Actifs industriels - - 136’120 134’761

Endettement net -1’430 -1’430 13’341 44’957

L'élimination des soldes inter-secteurs correspond

pour l'essentiel aux facturations de prestations de

services entre les domaines skiables, la restauration

et les services techniques.

Le chiffre d'affaires et les immobilisations incorporelles

et corporelles sont localisés en Suisse (canton

du Valais).

Note 7.5.3. Résultat financier : coût de l’endettement net

et autres charges et produits financiers

(En milliers CHF) 2009-2010 2008-2009

Charges d’intérêts sur emprunts -1’214 -1’503

Produits de trésorerie et équivalents trésorerie 24 6

Coût de l’endettement net -1’190 -1’497

Dividendes & intérêts 129 120

Autres charges et revenus financiers -66 79

Résultat financier -1’127 -1’298

La diminution des coûts de l'endettement net à

hauteur de 171 milliers de CHF par rapport à l'exer-

cice précédent provient du désendettement total sur

les emprunts taux fixe hors leasings.

59


60

Note 7.5.4. Résultats sur actifs détenus en vue de la vente

Le résultat de cession d'un terrain détenu en vue

de la vente a été enregistré lors de l'exercice précédent

en «Autres produits liés à l'activité» pour un

montant de 804 milliers de CHF. Ce montant a été

retraité proforma en «Résultats sur actifs détenus

Note 7.5.5. Charge d’impôt

L’impôt sur le bénéfice des sociétés se décompose ainsi :

(En milliers CHF) Notes 31.10.2010 31.10.2009

Impôts courants 671 705

Impôts différés 7.4.13 9’010 935

Impôts sur le bénéfice 9’681 1’640

Composants des impôts courants

Impôts concernant l’exercice 731 700

Impôts concernant des exercices antérieurs -60 -10

Impôts courants 671 690

Explication de la charge d’impôt

en vue de la vente». Un résultat de cession de deux

actifs détenus en vue de la vente a été réalisé lors

de l'exercice 2009/2010 pour un montant de 39’250

milliers de CHF (cf. note 7.4.8.)

Taux d’imposition moyen du Groupe 21,40% 20,91%

Résultat opérationnel 7’083 8’333

Résultat financier -1’127 -1’298

Résultat sur actifs détenus en vue de la vente 39’250 804

Résultat des sociétés associées 256 384

Résultat avant impôt 45’462 8’223

Impôt sur le bénéfice aux taux moyen du Groupe 9’729 1’640

Impôts courants concernant des exercices antérieurs -60 -10

Autres 12 10

Impôt sur le bénéfice au taux effectif 9’681 1’640

Résultat net 35’781 6’583

Le taux d'imposition moyen résulte de l'application des taux fixes d'impôts et des réductions d'impôt.


Note 7.5.6. Quote-part dans le résultat des sociétés associées

(En milliers CHF) 2009-2010 2008-2009

Mayens de Bruson Promotion SA

Chiffre d’affaires - -

Excédent brut opérationnel -0,9 -1,6

Quote-part résultat mise en équivalence -0,4 -0,7

Chez Dany SA

Chiffre d’affaires 141,3 144,0

E.B.O. 113,2 85,5

Quote-part résultat mise en équivalence 0,0 -59,6

Télé-Thyon SA

Chiffre d’affaires 8’492,5 8’513,1

E.B.O. 3’632,9 3’864,3

Quote-part résultat mise en équivalence 256,5 444,4

TOTAL 256,1 384,2

Note 7.5.7. Charges et revenus liés à des locations ou des conventions

(En milliers CHF) Moins d’un an 1 à 5 ans Plus de 5 ans Total

Recettes de locations simples 566 1’687 3’476 5’729

Charges liées à des conventions 1’049 3’192 20’199 24’440

Les recettes de locations simples correspondent à

la somme des revenus des contrats de baux à loyer

avec des tiers.

Les charges liées à des conventions correspon-

Note 7.5.8. Bénéfice par action

(En CHF) 2009-2010 2008-2009

Résultat net par action 25,56 4,71

Résultat net dilué par action 25,56 4,71

Dividende par action proposé 1,40 1,40

Nombre d’actions 1’400’000 1’400’000

Le bénéfice par action est calculé en divisant le

bénéfice net attribué aux actionnaires de la société

Téléverbier par le nombre moyen pondéré d'actions

en circulation durant l'exercice et qui exclut le nom-

dent aux accords passés pour de longues durées,

en général 30 ans, avec les Communes, les Bour -

geoisies et les Consortages d'Alpages pour les droits

d'usage et d'exploitation des domaines skiables.

bre moyen d'actions propres éventuellement détenues

par le Groupe. Il n'y a pas d'effet potentiel de

dilution sur le bénéfice par action.

61


62

7.6. Informations sur le tableau des flux de trésorerie

Les tableaux ci-dessous expliquent certaines variations figurant au bilan consolidé comparées à celles du

tableau des flux de trésorerie.

Note 7.6.1. Flux de trésorerie lié à l’exploitation

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Résultat net part du groupe 35’779 6’587

Intérêts minoritaires 3 4

Résultat net global 35’782 6’583

Dotation et reprises sur amortissements et provisions (hors actif circulant) 11’124 11’609

Retraitement de valorisation des titres -8 -6

Plus ou moins values de cessions d’actifs corporels 449 178

Plus ou moins values de cession d’actifs détenus en vue de la vente -39’250 -804

Plus ou moins values de cession d’actifs financiers -7 0

Dividendes reçus (mises en équivalence et sociétés non consolidées) -123 -103

Quote-parts dans le résultat des sociétés associées -256 -384

Coût de l’endettement net 1’190 1’497

Charge d’impôts 9’681 1’639

Capacité d’autofinancement avant coût de l’endettement net et impôts 18’582 20’209

Variation des créances et dettes sur opérations d’exploitation 1’613 -272

Impôts payés -755 -701

Flux de trésorerie liés à l’exploitation 19’440 19’236

Note 7.6.2. Acquisition d’immobilisations incorporelles et corporelles

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Acquisition d’immobilisations incorporelles -486 0

Acquisition d’immobilisations corporelles -13’499 -8’942

Acquisition d’immeubles de placement -204 0

Acquisition d’immobilisations incorporelles, corporelles

et immeubles de placement -14’189 -8’942

Variation dettes sur immobilisations 3’033 0

Acquisition d’immobilisations incorporelles, corporelles

et immeubles de placement au tableau des flux de trésorerie -11’156 -8’942

Cession d’immobilisations corporelles 239 404

Variations créances sur cessions d’immobilisations corporelles 0 0

Cession d’immobilisations corporelles au tableau de flux de trésorerie 239 404

Investissements industriels nets au tableau de flux de trésorerie -10’917 -8’538

Le montant des acquisitions d'immobilisations corporelles figurant dans ce tableau est retraité des acquisitions

relatives aux coûts de démantèlement.


Note 7.6.3. Variation des actifs destinés à la vente

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Acquisition d’actifs détenus en vue de la vente 450 -

Variation dettes sur actifs détenus en vue de la vente - -

Acquisition d’actifs détenus en vue de la vente

au tableau des flux de trésorerie 450 0

Cession d’actifs détenus en vue de la vente 41’237 999

Variation créances sur cessions d’actifs détenus en vue de la vente -5’987 -

Cession d’actifs détenus en vue de la vente

au tableau de flux de trésorerie 35’250 999

Actifs détenus en vue de la vente au tableau de flux de trésorerie -34’800 -999

Note 7.6.4. Variation des dettes financières

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Dettes financières au bilan en début d’exercice 44’957 51’052

Encaissements sur :

Emprunts auprès des établissements de crédit - -

Autres emprunts et dettes assimilées - 1’290

Emprunts par crédit-bail - -

Crédit de trésorerie - 12’000

Variation des soldes créditeurs de banque - -

Divers - -

Variation des dettes financières dans le tableau flux de trésorerie 0 13’290

Décaissements sur :

Emprunts auprès des établissements de crédit -17’911 -7’170

Autres emprunts et dettes assimilées -722 -1’095

Emprunts par crédit-bail -894 -858

Crédits de trésorerie -12’000 -10’200

Variation des soldes créditeurs de banque - -6

Divers -89 -56

Variation des remboursements de dettes financières

au tableau des flux de trésorerie -31’616 -19’385

Dettes financières à la clôture de l’exercice 13’341 44’957

63


64

7.7. Autres informations

Note 7.7.1. Effectifs du groupe

L’effectif saisonnier est à son maximum au cours de la période hivernale.

Effectif au 31 mars 2009-2010 2008-2009

Permanents 128 135

Saisonniers 278 268

Total de l’effectif 406 403

Note 7.7.2. Information sur les rémunérations du Conseil

d’administration ainsi que de la Direction

La note présentée ci-dessous a été préparée en

conformité avec les exigences IFRS et du Code des

obligations suisse (CO) concernant les sociétés

cotées.

Les membres du Conseil d'Administration ont

perçu une rémunération brute de KCHF 420 en

numéraire. La rémunération du Conseil d'administration

se compose comme suit : Jean Pierre

Morand, président KCHF 141, Christian Burrus,

vice-président & administrateur délégué KCHF 106,

Alex Hoffmann, administrateur KCHF 28, Eric

Fumeaux, administrateur KCHF 27, Jean Paul

Burrus, administrateur KCHF 13, Jean-Pierre

Carron, administrateur KCHF 1, Jean Michel

Gaillard, administrateur KCHF 13, Valérie Guigoz,

administratrice KCHF 13, Klaus Jenny, administrateur

KCHF 14, Angelin Luisier, administrateur,

KCHF 14, Gérard Michellod, administrateur KCHF

14, Philippe Roux, administrateur KCHF 14,

Jacques Simonetta, administrateur KCHF 1,

Frédéric Véron, administrateur KCHF 20. La société

n'a attribué aucune action ou option aux administrateurs

ni aux personnes qui leur sont proches.

La rémunération totale des membres de la

Direction s'élève à KCHF 1’245. Cette rémunération

Note 7.7.3. Engagements hors bilan

En dehors des engagements relatifs aux conventions

de concession mentionnées en Note 7.5.7, le

Groupe a les engagements hors bilan indiqués cidessous

à la date de clôture. Le Groupe s'est

engagé dans un contrat de bail où le locataire a réalisé

des travaux importants à verser une indemnité

au locataire dans le cas de résiliation anticipée du

bail par ce dernier. Le montant de cette indemnité

s'est effectuée en numéraire. La charge de prévoyance

versée au titre des membres de la direction

s'élève à 70 KCHF.

La politique de rémunération des membres de la

Direction est validée par le comité de rémunération

qui se réunit en principe une fois par année. La

rémunération globale est constituée des élémentssuivants

: une rémunération de base, située dans la

moyenne des salaires pratiqués dans le secteur par

les sociétés comparables, et des bonus annuels calculés

en fonction de la performance individuelle du

cadre dirigeant concerné, ainsi que de celle de l'entreprise.

Elle comprend également les prestations

de prévoyance et d'autres prestations en nature.

La politique de rémunération du Groupe ne comprend

pas d'attribution d'actions ou d'options en

faveur des membres de la Direction.

La rémunération globale la plus élevée de la

Direction est versée au directeur général, Eric-A.

Balet, et atteint KCHF 206 plus une part variable de

65 %. Aucune indemnité de départ n'a été versée

durant l'exercice. Aucun paiement n'a été accordé à

d'anciens membres de la direction ou à des personnes

qui leur sont proches.

est fonction de la date de résiliation et est dégressive

dans le temps.

Le Groupe assume un engagement de solidarité

en tant que co-associé dans le cadre des sociétés

simples où il est présent. La présentation faite

n'omet pas l'existence d'un engagement hors bilan

significatif selon les normes comptables en vigueur.


Note 7.7.4. Parties liées

Le Groupe a retenu comme parties liées, au sens de

la norme IAS 24, les sociétés associées consolidées par

mises en équivalence et par intégration proportionnelle

Les informations concernant les co-entreprises comprennent

la part incluse dans les états financiers (soit

après élimination des transactions inter sociétés) des

sociétés consolidées par intégration proportionnelle présentées

dans la note 7.3.3.

présentées dans la note 7.3.3, les principaux actionnaires

et la fondation de prévoyance du Groupe

Téléverbier.

(En milliers CHF) 2009/2010 2008/2009

Créances auprès de sociétés du groupe 2’670 1’355

Sociétés associées consolidées par mise en équivalence 913 896

Sociétés associées consolidées par intégration proportionnelle 928 370

Principaux actionnaires - -

Fondation de prévoyance 829 89

Dettes envers des sociétés du groupe 321 1’421

Sociétés associées consolidées par mise en équivalence 10 706

Sociétés associées consolidées par intégration proportionnelle 27 -

Principaux actionnaires 117 288

Fondation de prévoyance 167 427

Revenus pour prestations de service 826 1’045

Sociétés associées consolidées par mise en équivalence 341 566

Sociétés associées consolidées par intégration proportionnelle 485 479

Principaux actionnaires - -

Fondation de prévoyance - -

Achat de biens et services 4’420 4’187

Sociétés associées consolidées par mise en équivalence 3 117

Sociétés associées consolidées par intégration proportionnelle 1’836 1’786

Principaux actionnaires 1’180 682

Fondation de prévoyance 1’401 1’602

Note 7.7.5. Sociétés intégrées proportionnellement

Les parties liées dans la catégorie des principaux

actionnaires correspondent à la Commune et à la

Bourgeoisie de Bagnes. Les revenus et les charges présentées

correspondent à des éléments d'exploitation

issus de l'activité de chaque société.

Le Groupe a retenu au sens de la norme IAS 31, les sociétés consolidées par intégration proportionnelle présentées

dans la note 7.3.3.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Informations agrégées concernant les sociétés intégrés proportionnellement

Total actif 1’749 435

Total passif 742 40

Produits 4’303 4’775

Charges 4’143 4’435

65


66

Note 7.7.6. Autres informations en application article 663 C.O.

(En milliers CHF) 31.10.2010 31.10.2009

Actifs gagés 57’080 61’721

Actifs immobilisés financés sous forme de leasing 7’248 8’708

Valeur d’assurance incendie :

Immeubles 155’760 150’438

Installations électro-mécaniques 178’727 183’367

Matériel, mobilier et marchandises 34’438 29’838

Note 7.7.7. Evénements postérieurs à la date de clôture

Téléverbier SA a prévu de céder sur l'exercice

2010-2011 un terrain figurant en « Actifs détenus en

vue de la vente » pour un montant de 706 milliers de

CHF. Le Conseil d'Administration de Téléverbier SA

Note 7.7.8. Système de contrôle interne

Compte tenu de la mise en place des nouveaux

logiciels de gestion opérationnels débutée au 1er

novembre 2009, le Conseil d'administration a

demandé à la Direction d'adapter les contrôles en

place des flux comptables à la nouvelle organisation

a prévu de proposer au vote de l'Assemblée

Générale une réduction du capital de 10% par diminution

de la valeur nominale de CHF 1,50 et avec

un versement en espèces aux actionnaires.

ainsi qu'aux filiales significatives du Groupe. Dans

ce contexte, la Direction a privilégié la description

du nouveau système de contrôle interne. A la date

du bouclement, plusieurs contrôles ont été définis et

formalisés, certains processus restent à formaliser.


8. Rapport du réviseur des comptes consolidés à

l’Assemblée générale des actionnaires de Téléverbier SA

RAPPORT DU REVISEUR DES COMPTES CONSOLIDES

A L'ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES DE TELEVERBIER SA

BAGNES

En notre qualité de réviseur des comptes consolidés, nous avons effectué l’audit des comptes consolidés de Téléverbier SA,

comprenant le compte de résultat, le bilan, le tableau de flux de trésorerie, l’évolution des capitaux propres consolidés et

l’annexe (pages 17 à 66) du rapport financier de Téléverbier SA pour l'exercice arrêté au 31 octobre 2010.

Responsabilité du Conseil d’administration

La responsabilité de l'établissement des comptes consolidés, conformément aux International Financial Reporting

Standards ( IFRS ) et aux dispositions légales, incombe au Conseil d’administration. Cette responsabilité comprend la

conception, la mise en place et le maintien d’un système de contrôle interne relatif à l’établissement et à la présentation des

comptes consolidés afin que ceux-ci ne contiennent pas d’anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs.

En outre, le Conseil d’administration est responsable du choix et de l’application de méthodes comptables appropriées,

ainsi que des estimations comptables adéquates.

Responsabilité de l’organe de révision

Notre responsabilité consiste, sur la base de notre audit, à exprimer une opinion sur les comptes consolidés. Nous avons

effectué notre audit conformément à la loi suisse et aux Normes d’audit suisses ainsi qu’aux International Standards on

Auditing. Ces normes requièrent de planifier et réaliser l’audit pour obtenir une assurance raisonnable que les comptes

consolidés ne contiennent pas d’anomalies significatives.

Un audit inclut la mise en oeuvre de procédures d’audit en vue de recueillir des éléments probants concernant les valeurs

et les informations fournies dans les comptes consolidés. Le choix des procédures d’audit relève du jugement de l’auditeur,

de même que l’évaluation des risques que les comptes consolidés puissent contenir des anomalies significatives, que cellesci

résultent de fraudes ou d’erreurs. Lors de l’évaluation de ces risques, l’auditeur prend en compte le système de contrôle

interne relatif à l’établissement des comptes consolidés, pour définir les procédures d’audit adaptées aux circonstances, et

non pas dans le but d’exprimer une opinion sur l’efficacité de celui-ci. Un audit comprend, en outre, une évaluation de l’adéquation

des méthodes comptables appliquées, du caractère plausible des estimations comptables effectuées ainsi qu’une

appréciation de la présentation des comptes consolidés dans leur ensemble. Nous estimons que les éléments probants

recueillis constituent une base suffisante et adéquate pour former notre opinion d’audit.

Opinion d’audit

Selon notre appréciation, les comptes consolidés pour l’exercice arrêté au 31 octobre 2010 donnent une image fidèle du

patrimoine, de la situation financière et des résultats en conformité avec les International Financial Reporting Standards

(IFRS) et sont conformes à la loi suisse.

Rapport sur d’autres dispositions légales

Nous attestons que nous remplissons les exigences légales d’agrément conformément à la loi sur la surveillance de la

révision (LSR) et d’indépendance ( art. 728 CO et art.11 LSR ) et qu’il n’existe aucun fait incompatible avec notre indépendance.

Dans le cadre de notre audit conformément à l'art. 728a al. 1 chiff. 3 CO et à la Norme d'audit suisse 890, nous avons

constaté que le système de contrôle interne relatif à l'établissement des comptes annuels consolidés défini selon les prescriptions

du Conseil d'administration n'était pas documenté par écrit pour certains processus de la société mère et des sociétés

du groupe. Nous vous renvoyons à cet effet à la note explicative figurant dans l'annexe aux comptes annuels consolidés.

Selon notre appréciation, un système de contrôle interne relatif à l'établissement des comptes annuels consolidés défini

selon les prescriptions du Conseil d'administration existe à l'exception des faits exposés au paragraphe précédent.

Nous recommandons d'approuver les comptes consolidés qui vous sont soumis.

FIDUCIAIRE FIDAG SA

Philippe Pierroz Marc-André Ballestraz

Expert-réviseur agréé Expert-réviseur agréé

(Réviseur responsable)

Martigny, 8 mars 2011 - PP/Ma

67


68

9. Comptes annuels (exercice du 1.11.2009 au 31.10.2010)

9.1. Compte de résultat exercice 2009-2010 et 2008-2009

(En CHF) 2009-2010 2008-2009

Produits d’exploitation

Vente de marchandises 815’926 949’941

Production vendue de biens 4’855’442 4’985’384

Production vendue de services 45’068’488 45’954’733

Chiffre d’affaires 50’739’856 51’890’058

Production immobilisée 1’400’781 906’897

Total des produits d’exploitation 52’140’637 52’796’955

Charges d’exploitations

Consommation de matières et marchandises 2’135’605 2’051’959

Frais généraux 12’093’034 11’369’506

Impôts et taxes 584’051 603’084

Frais de personnel 19’476’791 18’945’891

Dotation aux amortissements 12’286’459 14’975’637

Dotation aux provisions 1’304’410 1’195’029

Total des charges d’exploitation 47’880’350 49’141’106

RéSULTAT D’EXPLOITATION 4’260’287 3’655’849

Produits financiers 334’050 394’974

Charges financières -1’326’331 -1’479’677

RéSULTAT COURANT AVANT IMPôTS 3’268’005 2’571’146

Résultat net sur cessions d’immobilisations 38’740’316 908’918

Produits exceptionnels 200’647 202’148

Charges exceptionnelles -150’264 -11’108

Provision pour remploi (*) -38’375’000 -

RéSULTAT AVANT IMPôTS 3’683’705 3’671’103

Impôts sur les bénéfices et capitaux propres -839’844 -860’061

RéSULTAT NET DE L’EXERCICE 2’843’861 2’811’042

(*) cf détail en annexe


9.2. Bilan du 31.10.2010 et du 31.10.2009

(En CHF) 31.10.2010 31.10.2009

ACTIF

ACTIFS IMMOBILISES

Concessions, brevets, logiciels 384’189 -

Immobilisations corporelles

Terrains 12’589’454 14’047’990

Constructions 7’210’819 7’370’159

Installations techniques 47’204’530 51’289’567

Autres immobilisations corporelles 5’262’866 3’055’752

Immobilisations en cours 573’080 377’041

Avances et acomptes 1’841’599 -

Immobilisations financières

Participations 7’017’947 7’299’534

Créances rattachées à des participations (*) 1’430’000 1’430’000

Autres titres immobilisés 26’805 75’640

Prêts - 60’000

Autres immobilisations financières 5’000 5’000

TOTAL ACTIF IMMOBILISE 83’546’289 85’010’683

ACTIF CIRCULANT

Stock marchandises 1’302’552 2’252’525

Clients & comptes rattachés (*) 1’273’137 1’766’877

Autres créances (*) 8’101’017 1’796’803

Charges constatées d’avance 2’226’906 2’441’457

Disponibilités 12’164’885 3’415’847

TOTAL ACTIF CIRCULANT 25’068’497 11’673’509

TOTAL ACTIF 108’614’786 96’684’192

(*) cf détail en annexe

69


70

(En CHF) 31.10.2010 31.10.2009

PASSIF

CAPITAUX PROPRES

Capital-actions 21’000’000 21’000’000

Réserves provenant de primes 1’976’259 1’976’259

Réserve générale 4’533’941 4’433’941

Réserve spéciale 1’800’000 1’700’000

Résultats reportés 5’728’646 5’077’604

Résultat de l’exercice 2’843’861 2’811’042

TOTAL CAPITAUX PROPRES 37’882’707 36’998’846

Provision pour remploi (*) 38’375’000 -

Provisions pour risques & charges 2’025’762 1’924’308

Provisions pour remploi, risques & charges 40’400’762 1’924’308

DETTES

Dettes auprès des établissements de crédit 13’209’086 44’065’872

Autres emprunts (*) 70’220 848’800

Dettes fournisseurs (*) 9’708’479 5’489’115

Dettes fiscales et sociales (*) 2’742’862 3’328’550

Autres dettes 1’058’815 447’766

Produits constatés d’avance 3’541’855 3’580’935

TOTAL DETTES 30’331’317 57’761’038

TOTAL DU PASSIF 108’614’786 96’684’192

(*) cf détail en annexe


9.3. Annexe aux comptes annuels au 31.10.2010 et au 31.10.2009

(En CHF) 31.10.2010 31.10.2009

1. Engagements en faveur de tiers Néant Néant

Téléverbier SA assure un engagement de solidarité en tant que co-associé dans deux sociétés simples :

Copropriété Mont-Fort et Bar des Etablons.

2. Actifs gagés pour propre compte 55’610’096 60’362’567

3. Valeur d’assurance-incendie

Immeubles 151’667’500 146’503’000

Installations électro-mécaniques 178’727’000 183’367’000

Matériel et mobilier 31’438’230 26’838’230

4. Participations 7’017’947 7’299’534

4.1. Participations intégrées globalement 1’484’000 1’484’000

4.1.1. STA Services Techniques Alpins SA, Sembrancher

1’384 actions nominatives de CHF 1’000 chacune, représentant 92,27%

du capital-actions

Valeur au bilan 1’384’000 1’384’000

4.1.2. Verbier Sport Plus SA, Bagnes

100 actions nominatives de CHF 1’000.- chacune, représentant 50%

du capital-actions

Valeur au bilan 100’000 100’000

4.2. Participations intégrées proportionnellement 50’000 50’000

4.2.1. Geosnow SA, Sembrancher

50 actions de CHF 1’000.- chacune représentant 50%

du capital-actions

Valeur au bilan 50’000 50’000

4.3. Participations mises en équivalence 3’248’575 3’530’162

4.3.1. Télé-Thyon SA, Vex

24’613 actions nominatives de CHF 100.- chacune, représentant 30,77%

du capital-actions

Valeur au bilan 2’980’162 2’980’162

4.3.2. Mayens de Bruson Promotion SA, Bagnes

50 actions nominatives de CHF 1’000 chacune, représentant 50%

du capital-actions

Valeur au bilan 50’000 50’000

71


72

(En CHF) 31.10.2010 31.10.2009

4.3.3. Chez Dany SA, Bagnes

5’000 actions de CHF 100.- chacune, représentant 33,33%

du capital-actions 500’000 500’000

Provision pour dépréciation -281’587 -

Valeur au bilan 218’413 500’000

4.4. Autres titres de participations 2’235’372 2’235’372

4.4.1. Société Téléphériques de Nendaz SA, Nendaz

3’999 actions de CHF 500.- chacune, et 90 actions de 250.chacune

représentant le 13,47% du capital-actions

Valeur au bilan 2’210’372 2’210’372

4.4.2. Les 4 Vallées SA, Nendaz

25 actions de CHF 1’000.- chacune représentant le 25%

du capital-actions

Valeur au bilan 25’000 25’000

5. Dettes envers les institutions de prévoyance 24’912 493’224

6. Information sur l’évaluation des risques

Téléverbier SA reconnaît que la gestion des risques fait partie intégrante de ses activités. Une analyse des risques

auxquels doit faire face la société a été réalisée et formalisée par le Conseil d’administration.

7. Système de contrôle interne

Compte tenu de la mise en place de nouveaux logiciels de gestion opérationnels au 1er novembre 2009, le Conseil

d’administration a demandé à la Direction d’adapter les contrôles en place des flux comptables à la nouvelle organisation.

Dans ce contexte, la Direction a privilégié la description du nouveau système de contrôle interne. A la date du

bouclement, plusieurs contrôles ont été définis et formalisés, certains processus restent à formaliser.

8. Actifs immobilisés financés sous forme de leasing

Valeur nette comptable

Télésiège des Attelas 4’624’035 5’402’718

Télécabine de la Tzoumaz

Engagements de leasing

2’575’369 3’216’045

Télésiège des Attelas 7’705’057 8’358’159

Télécabine de la Tzoumaz 7’415’430 7’958’085

9. Liste des actionnaires importants

Commune et Bourgeoisie de Bagnes 25,67% 25,67%

Famille Burrus 20,66%

Paul Burrus 19,60%

Société des Téléphériques de Nendaz SA (Télénendaz) 10,01% 6,19%

Groupe d’actionnaires représentés par M. Alex Hoffmann 8,21% 7,00%


(En CHF) 31.10.2010 31.10.2009

10. Informations complémentaires

Créances rattachées à des participations 1’430’000 1’430’000

Dont : Créances envers d’autres sociétés du groupe 1’430’000 1’430’000

Clients et comptes rattachés 1’273’137 1’766’877

Dont : Créances envers d’autres sociétés du groupe 285’170 136’791

Autres créances 8’101’017 1’796’803

Dont : Créances envers d’autres sociétés du groupe 1’815’542 1’215’374

Autres emprunts 70’220 848’800

Dont : Autres emprunts envers d’autres sociétés du groupe 0 705’000

Dettes fournisseurs 9’708’479 5’489’115

Dont : Dettes fournisseurs envers les actionnaires 41’867 4’235

Dont : Dettes fournisseurs envers d’autres sociétés du groupe 1’815’299 1’766’862

Dettes fiscales et sociales 2’742’862 3’328’550

Dont : Dettes fiscales et sociales envers les actionnaires 76’060 0

Provision pour remploi

Le bénéfice extraordinaire résultant de la cession des terrains de Médran a fait l’objet d’un accord de remploi avec

le service des contributions. Ce remploi permet de bénéficier d’un différé d’imposition d’une durée de 4 ans au fur et

à mesure des investissements futurs réalisés. Une éventuelle prolongation est possible.

Changement de présentation

Les comptes 2009/2010 ont fait l’objet d’une modification au niveau de la présentation suite à la mise en place d’un

nouveau plan comptable applicable dès le 1.11.2009. Les comptes 2008/2009 ont été également retraités afin de permettre

la comparaison entre les exercices comptables.

Information sur les rémunérations du Conseil d’administration ainsi que de la Direction

Les membres du Conseil d’administration ont perçu une rémunération brute de KCHF 420 en 2009/2010. La rémunération

du Conseil d’administration se compose comme suit : Jean-Pierre Morand, président : KCHF141, Christian

Burrus, vice-président & administrateur-délégué : KCHF 106, Alex Hoffmann, administrateur : KCHF 28, Eric

Fumeaux, administrateur : KCHF 27, Jean-Paul Burrus, administrateur : KCHF 13, Jean-Pierre Carron, administrateur :

KCHF 1, Jean-Michel Gaillard, administrateur : KCHF 13, Valérie Guigoz, administratrice : KCHF 13, Klaus Jenny,

administrateur : KCHF 14, Angelin Luisier, administrateur : KCHF 14, Gérard Michellod, administrateur : KCHF 14,

Philippe Roux, administrateur : KCHF 14, Jacques Simonetta, administrateur : KCHF 1, Frédéric Véron, administrateur

: KCHF 20, la société n’a attribué aucune action ou option aux administrateurs ni aux personnes qui leur sont

proches.

La rémunération totale des membres de la Direction s’élève à KCHF 1’245. Cette rémunération s’est effectuée en

numéraire. La charge de prévoyance versée au titre des membres de la direction s’élève à KCHF 70.

La politique de rémunération des membres de la Direction est validée par le comité de rémunération qui se réunit

en principe une fois par année. La rémunération globale est consituée des éléments suivants : une rémunération de

base, située dans la moyenne des salaires pratiquées dans le secteur par des sociétés comparables, et des bonus

annuels calculés en fonction de la performance individuelle du cadre dirigeant concerné, ainsi que de celle de l’entreprise.

Elle comprend également les prestations de prévoyance et d’autres prestations en nature. La politique de

rémunération du Groupe ne comprend pas d’attribution d’actions ou d’options en faveur des membres de la Direction.

La rémunération globale la plus élevée de la Direction est versée au directeur général, Eric-A. Balet, et atteint KCHF

206 plus une part variable de 65%. Aucune indemnité de départ n’a été versée durant l’exercice. Aucun paiement n’a

été accordé à d’anciens membres de la direction ou à des personnes qui leur sont proches.

11. Autres informations au sens de l’art. 663 du CO néant néant

73


74

10. Rapport du réviseur des comptes à l’Assemblée

générale des actionnaires de Téléverbier SA

RAPPORT DE L'ORGANE DE REVISION

A L'ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES DE TELEVERBIER SA

BAGNES

En notre qualité d'organe de révision, nous avons effectué l’audit des comptes annuels de Téléverbier SA, comprenant

le bilan, le compte de profits et pertes et l’annexe (pages 68 à 73) pour l’exercice arrêté au 31 octobre 2010.

Responsabilité du Conseil d’administration

La responsabilité de l'établissement des comptes annuels conformément aux dispositions légales et aux statuts,

incombe au Conseil d’administration. Cette responsabilité comprend la conception, la mise en place et le maintien d’un

système de contrôle interne relatif à l’établissement et à la présentation des comptes annuels afin que ceux-ci ne contiennent

pas d’anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs. En outre, le Conseil d’administration

est responsable du choix et de l’application de méthodes comptables appropriées, ainsi que des estimations comptables

adéquates.

Responsabilité de l’organe de révision

Notre responsabilité consiste, sur la base de notre audit, à exprimer une opinion sur les comptes annuels. Nous avons

effectué notre audit conformément à la loi suisse et aux Normes d’audit suisses. Ces normes requièrent de planifier et

réaliser l’audit pour obtenir une assurance raisonnable que les comptes annuels ne contiennent pas d’anomalies significatives.

Un audit inclut la mise en oeuvre de procédures d’audit en vue de recueillir des éléments probants concernant les

valeurs et les informations fournies dans les comptes annuels. Le choix des procédures d’audit relève du jugement de

l’auditeur, de même que l’évaluation des risques que les comptes annuels puissent contenir des anomalies significatives,

que celles-ci résultent de fraudes ou d’erreurs. Lors de l’évaluation de ces risques, l’auditeur prend en compte le système

de contrôle interne relatif à l’établissement des comptes annuels, pour définir les procédures d’audit adaptées aux circonstances,

et non pas dans le but d’exprimer une opinion sur l’efficacité de celui-ci. Un audit comprend, en outre, une

évaluation de l’adéquation des méthodes comptables appliquées, du caractère plausible des estimations comptables

effectuées ainsi qu’une appréciation de la présentation des comptes annuels dans leur ensemble. Nous estimons que les

éléments probants recueillis constituent une base suffisante et adéquate pour former notre opinion d’audit.

Opinion d’audit

Selon notre appréciation, les comptes annuels pour l’exercice arrêté au 31 octobre 2010 sont conformes à la loi suisse

et aux statuts.

Rapport sur d’autres dispositions légales

Nous attestons que nous remplissons les exigences légales d’agrément conformément à la loi sur la surveillance de la

révision ( LSR) et d’indépendance (art. 728 CO et art.11 LSR) et qu’il n’existe aucun fait incompatible avec notre indépendance.

Dans le cadre de notre audit conformément à l’art. 728a al. 1 chiffre. 3 CO et à la Norme d’audit suisse 890, nous avons

constaté que le système de contrôle interne relatif à l’établissement des comptes annuels défini selon les prescriptions du

Conseil d’administration n’était pas documenté par écrit pour certains processus. Nous vous renvoyons à cet effet à la

note explicative figurant dans l’annexe aux comptes annuels.

Selon notre appréciation, un système de contrôle interne relatif à l’établissement des comptes annels défini selon les

prescriptions du Conseil d’administration existe à l’exception des faits exposés au paragraphe précédent.

En outre, nous attestons que la proposition relative à l’emploi du bénéfice au bilan est conforme à la loi suisse et aux

statuts et recommandons d’approuver les comptes annuels qui vous sont soumis

FIDUCIAIRE FIDAG SA

Philippe Pierroz Marc-André Ballestraz

Expert-réviseur agréé Expert-réviseur agréé

(Réviseur responsable)

Martigny, le 8 mars 2011 - PP/Ma


11. Ordre du jour et propositions

du Conseil d’administration

Avis de convocation

à l’Assemblée générale ordinaire des actionnaires qui se tiendra le vendredi 8 avril 2011 à 10h00, au

CERM, rue du Levant 91, 1920 Martigny (VS)

Ordre du jour et propositions du Conseil d’administration

1. Formation de l’assemblée générale

2. Approbation du dernier procès-verbal

Le Conseil d’administration propose l’approbation du procès-verbal de l’Assemblée générale ordinaire du

9 avril 2010

3. Commentaires du rapport annuel 2009/2010 et des comptes annuels de l’exercice

clos au 31 octobre 2010, ainsi que des comptes consolidés du même exercice.

4. Rapport de l’organe de révision relatif aux comptes annuels 2009/2010 et aux

comptes consolidés 2009/2010.

5. Approbation des comptes

5.1. Approbation du rapport annuel 2009/2010

5.2. Approbation des comptes consolidés de l’exercice 2009/2010

5.3. Approbation des comptes annuels de l’exercice 2009/2010

6. Affectation du bénéfice

Le Conseil d’administration propose la répartition suivante du bénéfice :

Bénéfice de l’exercice clos le 31 octobre 2010 CHF 2’843’861

Report de l’exercice précédent CHF 5’728’646

A la disposition de l’Assemblée générale CHF 8’572’507

Dividende CHF 1’960’000

Dotation à la réserve générale CHF 200’000

Report à nouveau CHF 6’412’507

Total CHF 8’572’507

La somme de CHF 1’960’000.- correspond à un dividende brut de CHF 1.40 par action (ce qui représente

9,33% sur le nominal de CHF 15.-).

7. Réduction du Capital-actions

Le Conseil d’administration propose de réduire le capital-actions de 10%, soit d’un montant de CHF

2’100’000.-, par une diminution de la valeur nominale de l’action de CHF 15.- à CHF 13,50 et un remboursement

aux actionnaires d’un montant de CHF 1,50 par action. Par conséquent, le Conseil d’administration

propose à l’Assemblée générale de modifier l’article 5 des statuts de la manière suivante :

“Le capital-actions est fixé à la somme de CHF 18’900’000.- (dix-huit millions neuf cent mille francs suisses).

Il est divisé en 1’400’000 (un million quatre cent mille) actions de CHF 13,50 (treize francs et cinquante centimes)

chacune de valeur nominale, entièrement libérées”.

75


76

8. Autres modifications statutaires

Le Conseil d'administration propose de modifier les statuts, d'une part pour refléter les récents changements

législatifs relatifs aux sociétés anonymes, et d'autre part pour modifier certaines autre dispositions

statutaires. Les modifications proposées figurent en Annexe 1 à la présente convocation.

9. Décharge aux membres du Conseil d'administration

Le Conseil d'administration propose qu'il soit donné décharge à l'ensemble des membres du Conseil d'administration.

10. Renouvellement du mandat de l'organe de révision

Le Conseil d'administration propose de renouveler pour un an le mandat donné à la Fiduciaire FIDAG SA,

comme organe de révision.

11. Reconduction du système d'avantages aux actionnaires

Le Conseil d'administration propose la reconduction, pour 2011-2012, du système d'avantages aux actionnaires

appliqué depuis 2001-2002.

12. Divers

Procès-verbal de l'assemblée générale du 9 avril 2010

Ce procès-verbal peut être consulté au siège de Téléverbier SA, case postale 419, 1936 Verbier - Tél.

027/775.25.11. Il peut également être consulté sur le site de la société www.televerbier.ch

Rapport de gestion et rapport de l'organe de révision

Le rapport de gestion composé du rapport annuel et des comptes annuels ainsi que du rapport de l'organe

de révision peut être consulté au siège de la société, à Verbier, pendant les 20 jours qui précèdent

l'assemblée générale. Il peut également être consulté sur le site de la société www.televerbier.ch.

Le procès-verbal et le rapport de gestion peuvent également être obtenus, sur demande, à l'adresse suivante

: Téléverbier SA, case postale 419, 1936 Verbier.

Admission et représentation à l’assemblée générale

Afin de prendre part à l'assemblée générale, les actionnaires ou leurs représentants devront présenter au

contrôle, dès 09h00, soit leur(s) action(s), soit un certificat de dépôt et de blocage des titres en banque (il

appartient aux actionnaires de se renseigner auprès de leur banque pour l'établissement dudit certificat).

Il leur sera remis une carte de vote et d'admission.

Un actionnaire peut se faire représenter par une personne de son choix. En outre, chaque actionnaire a

la possibilité de se faire représenter à l'assemblée générale par les organes de la société ou par Madame

Marie-José Barben, avocate et notaire, domiciliée au Sapey, 1934 Le Châble/Bagnes, en qualité de représentant

indépendant. Dans tous les cas, les actions ou certificats de blocage doivent être remis au représentant

choisi, la carte d'admission correspondante n'étant délivrée qu'au détenteur de ceux-ci.

Paiement du dividende

Le dividende qui aura été fixé par l'assemblée générale, sera payable auprès de la Banque Cantonale du

Valais, société anonyme de siège social à 1950 Sion, dès le vendredi 15 avril 2011. Pour les actionnaires

qui détiendraient les titres physiquement, le dividende est payable contre remise du coupon No 12, auprès

de la Banque Cantonale du Valais, dès le vendredi 15 avril 2011.

L’assemblée générale sera suivie d’une raclette au CERM.

Verbier, le 28 février 2011 Téléverbier SA

Le Conseil d’administration


Annexe No 1 : Propositions de modifications statutaires

Les adjonctions sont indiquées en caractère italique souligné et les suppressions en caractère barré

A. Adaptation au droit en vigueur

1. Article 9 alinéa 1 chiffres 3 à 6

L'assemblée générale des actionnaires a le droit inaliénable […] :

3. d'approuver les comptes annuels, le rapport annuel et les comptes de groupe ;

4. d'approuver les comptes annuels et de déterminer l'emploi du bénéfice résultant du bilan, en particulier

de fixer le dividende et les tantièmes ;

5. de donner décharge aux membres du Conseil d'administration ;

6. de prendre toutes les décisions qui lui sont réservées par la loi ou les statuts.

2. Article 17 alinéa 5 chiffre 7

«Toutefois et conformément à l'article 704 CO, une décision de l'assemblée générale recueillant au moins

les deux tiers des voix attribuées aux actions représentées et la majorité absolue des valeurs nominales

représentées est nécessaire pour :

7. la dissolution de la société sans liquidation.

3. Article 19

La société est administrée par un Conseil d'administration composé de cinq (5) à treize (13) membres élus

pris parmi les actionnaires et nommés par l'assemblée générale.

Si d'autres personnes y sont appelées, elles peuvent entrer en fonction qu'après être devenues actionnaires.

Les administrateurs sont tenus de déposer à la caisse de la société, pour la durée de leur fonction, 1000

actions. Les actions déposées ne doivent pas être aliénées pendant la durée du dépôt. Elles servent à

garantir les droits afférents à la société, aux actionnaires et aux créanciers du fait de la responsabilité qui

incombe aux administrateurs. Elles ne peuvent être restituées avant que décharge n'ait été donnée aux

personnes responsables.

4. Article 20 (remplacé entièrement par le texte suivant)

La société doit pouvoir être représentée par une personne domiciliée en Suisse. Un membre du conseil

d'administration ou un directeur doit satisfaire à cette exigence.

5. Article 24 alinéa 2

Il gère les affaires de la société dans la mesure où il n'en a pas délégué la gestion. Sous réserve des compétences

attribuées par la loi à l'assemblée générale, iIl décide notamment de tous les emprunts, de

toutes acquisitions, constructions et reprises d'actifs et passifs en relation avec le but social.

6. Article 26 alinéa 2 (supprimé)

Un membre au moins du Conseil d'administration, domicilié en Suisse, doit avoir qualité pour représenter

la société.

7. Article 27 alinéa 2 (remplacé entièrement par le texte suivant)

L'assemblée générale élit un organe de révision pour la période d'un exercice comptable s'il doit être procédé

à un contrôle ordinaire ou restreint. Les conditions d'agrément (voir art. 4 à 6 de la Loi sur la surveillance

de la révision, LRS) et les attributions de l'organe de révision (voir en particulier art. 728a à 728c

CO pour le contrôle ordinaire et art. 729a à 729c CO pour le contrôle restreint) sont régies par les dispositions

légales.

77


78

8. Article 28 (remplacé entièrement par le texte suivant)

Si les conditions de l'art. 727 al. 1 CO sont remplies, la société doit soumettre ses comptes annuels au

contrôle ordinaire d'une entreprise de révision soumise à la surveillance de l'Etat ou d'un expert-réviseur

agréé (art. 727b CO). Dans ce cas, l'organe de révision doit être présent à l'assemblée générale. Celle-ci

peut renoncer à la présence de l'organe de révision par une décision prise à l'unanimité (art. 731 al. 2 CO).

L'organe de révision doit se conformer aux dispositions des articles 727 et suivants du Code des obligations.

9. Article 30

Pour chaque exercice et en conformité des articles 662 et suivants du Code des obligations, le Conseil

d'administration établit un rapport de gestion qui se compose des comptes annuels et, du rapport annuel

et, lorsque la loi le prescrit, des comptes de groupe.

B. Autres modifications

10. Article 6 alinéa 2 (correction typographique)

«Elles sont enregistrées chez un intermédiaire financier autorisé.»

11. Article 7 bis (obligation de déclarer) alinéa 1

«Toute personne qui elle-même ou de concert avec des tiers, acquiert ou aliène directement ou indirectement

des actions de la société pour son propre compte et dont la participation, à la suite de cette opération,

atteint, dépasse ou descend en dessous des seuils des 5, 10, 20, 33 1/3, 50 ou 66 2/3 pour cent des

droits de vote qui peuvent être exercés, doit en informer avant l'échéance d'un délai de 15 jours le Conseil

d'administration et. Les prescriptions en vigueur dans la ou les bourses sur lesquelles les actions sont

traitées négociées sont réservées.»

12. Article 7 bis alinéa 2 (la phrase suivante est ajoutée à la fin de l’article)

«Les prescriptions en vigueur dans la ou les bourses sur lesquelles les actions sont négociées sont réservées.»

13. Article 7 ter (la phrase suivante est ajoutée à la fin de l’article)

«Les prescriptions en vigueur dans la ou les bourses sur lesquelles les actions sont négociées sont réservées.»

14. Article 14 alinéa 1

Vis-à-vis de la société, tout actionnaire ou usufruitier inscrit sur le registre des actions qui justifie de la possession

d'actions est autorisé à exercer le droit de vote y-relatif.

15. Article 15 alinéa 3 (supprimé pour cause de double emploi avec l'article 18 alinéa 2)

Le secrétaire veille à la rédaction du procès-verbal qui mentionne les décisions et nominations, de même

que les déclarations dont les actionnaires demandent l'inscription. Le procès-verbal est signé par le président

et le secrétaire.


12. Notes personnelles

79


80

12. Notes personnelles

More magazines by this user
Similar magazines