24.01.2013 Views

Playsound le Mag 6

Playsound le Mag 6

Playsound le Mag 6

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

CHRONIQUES<br />

GREEN DAY<br />

LA TRILOGIE<br />

BLINK-182<br />

DOGS EATING DOGS<br />

LIVE REPORT<br />

RETOUR SUR LE FESTIVAL<br />

BRING THE NOISE<br />

MAGAZINE DÉDIÉ À LA CULTURE ROCK • Numéro 6 • www.playsound.fr • Janvier 2013 • Gratuit<br />

LIVE REPORT & INTERVIEW<br />

STUPEFLIP :<br />

LE CROU EST-IL ÉTERNEL ?<br />

ET AUSSI : ANGELS & AIRWAVES • BOYS LIKE GIRLS • DROPKICK MURPHYS •<br />

PARAMORE • PRETTY RECKLESS • PHOENIX • MASS HYSTERIA • ROLLING STONES<br />

• BLOOD RED SHOES • KAVINSKY • THE USED • OUR THEORY • ROYAL REPUBLIC<br />

CHRONIQUES • NEWS • TALENTS • DOSSIERS • AGENDA...


PSMAG<br />

NUMÉRO 6 • JANVIER 2013<br />

RÉDACTEUR EN CHEF<br />

YANNIS MOUHOUN<br />

CO-DIRECTEURS DE PUBLICATION<br />

SAMI ELFAKIR<br />

FABIEN GALLET<br />

RÉDACTION MAG<br />

MATTHIAS MEUNIER<br />

FABIEN GALLET<br />

SAMI ELFAKIR<br />

PAULINE RIVIERE<br />

MARINA LAY<br />

ELIE DIB<br />

DORIAN COLAS<br />

CELIA SOLSKEN<br />

MATHIEU ROLLINGER<br />

MARIE-AUDREY ESPOSITO<br />

EMMANUEL VAN ELSLANDE<br />

MORGANE LE MARCHAND<br />

MARTIN VAN BOXSOM<br />

LEA BERGUIG<br />

BARTHELEMY COURTY<br />

MAXIMILIEN DE BOYER<br />

ALINE THOMAS<br />

GRAPHISTE<br />

MATTHIAS MEUNIER<br />

PHOTOGRAPHE<br />

FANNY SCHNEIDER<br />

CONTACT<br />

MAG@PLAYSOUND.FR<br />

SITE WEB<br />

WWW.PLAYSOUND.FR<br />

- TOUS LES MOIS -<br />

<strong>Playsound</strong> est une plateforme<br />

créative de découverte, d’actualité<br />

et de chroniques couvrant <strong>le</strong>s<br />

différentes facettes de la culture rock<br />

au sens <strong>le</strong> plus général du terme. Le<br />

projet comprend un site riche de<br />

son flux de news multi-genres, d’un<br />

espace de critiques comp<strong>le</strong>t ainsi<br />

qu’un laboratoire numérique via une<br />

plateforme dédiée à la promotion de<br />

jeunes ta<strong>le</strong>nts.<br />

Vous pourrez retrouver la majeure<br />

partie des dossiers, artic<strong>le</strong>s et<br />

papiers publiés dans ce mag 15 jour<br />

après sa sortie sur notre site web.<br />

RECRUTEMENT OUVERT :<br />

www.playsound.fr<br />

UN PROJET DE :<br />

Association Médias Culture<br />

PS MAG #6<br />

2<br />

SOMMAIRE<br />

03 ÉDITO & PLAYLIST<br />

04 ILS ONT FAIT L’HISTOIRE<br />

DU ROCK : ROLLING STONES<br />

06 TENDANCE : SEXE,<br />

DROGUE ET... ÉLÉCTRO ?<br />

07 PHOTO DU MOIS<br />

08 LIVE REPORT : STUPEFLIP<br />

10 ACTUALITÉS<br />

12 INTERVIEW :<br />

OUR THEORY<br />

14 TALENTS<br />

15 ZOOM TALENT :<br />

ARCANE ROOTS<br />

16 DOSSIER : LES RIFFS,<br />

UNE SIGNATURE DE LÉGENDE<br />

18 FOCUS : MANCHESTER,<br />

USINE À SONS<br />

19 ILS L’ONT DIT<br />

20 LIVE REPORT :<br />

BRING THE NOISE<br />

24 INTERVIEW : STUPEFLIP<br />

27 CRITIQUES<br />

32 DÉBAT : LA DÉMATÉRIAL-<br />

ISATION DE LA MUSIQUE<br />

33 AGENDA


Yannis Mouhoun<br />

Rédacteur en Chef<br />

2013, NOUS VOILÀ.<br />

Chers <strong>le</strong>ctrices, chers <strong>le</strong>cteurs. Toutes<br />

<strong>le</strong>s rédactions de <strong>Playsound</strong> (web,<br />

mag et labs) s’associent à moi afin de<br />

vous souhaiter nos meil<strong>le</strong>urs voeux<br />

pour l’année 2013 qui s’annonce. Voilà<br />

maintenant plus d’un an et demi que vous<br />

nous suivez et nous comptons plus que<br />

jamais continuer à vous informer, à vous<br />

divertir, à vous critiquer et à vous faire<br />

découvrir de nouveaux artistes. Proposer<br />

des dossiers plus réfléchis, enrichir notre<br />

offre et développer de nouvel<strong>le</strong>s synergies<br />

entre mag/labs et site internet sont nos<br />

priorités pour cette nouvel<strong>le</strong> années.<br />

Continuons ensemb<strong>le</strong> l’aventure !<br />

Yannis Mouhoun<br />

PS MAG #6<br />

3<br />

ÉDITO<br />

& PLAYLIST<br />

1. THE PRETTY RECKLESS - KILL ME<br />

2. BLINK-182 - BOXING DAY<br />

3. FOALS - MY NUMBER<br />

4. THE MAINE - ONE PACK OF SMOKES<br />

5. KATE NASH - FAITH<br />

6. THE USED - LONELY<br />

7. EELS - NEW ALPHABET<br />

8. CHEVELLE - FIZGIG<br />

9. KAVINSKY - PROTOVISION<br />

10. A DAY TO REMEMBER - VIOLENCE<br />

+ WWW.PLAYSOUND.FR/PLAYLISTS


PS MAG #6<br />

ILS ONT FAIT L’HISTOIRE DU ROCK<br />

A l’occasion de la sortie de <strong>le</strong>ur best-of<br />

« Grrr ! » en novembre célébrant <strong>le</strong>urs 50<br />

ans de carrière, retour sur l’itinéraire de<br />

ces enfants terrib<strong>le</strong>s du rock.<br />

Les Rolling Stones. Cinquante années à<br />

allier <strong>le</strong>s albums à succès, des représentations<br />

scéniques d’anthologie, <strong>le</strong> sexe,<br />

la drogue, <strong>le</strong>s chutes vertigineuses, <strong>le</strong>s<br />

changements de line-up, la mort. Les<br />

Rolling Stones, ou comment un groupe<br />

a su donner une nouvel<strong>le</strong> identité à un<br />

sty<strong>le</strong> alors en p<strong>le</strong>ine expansion dans <strong>le</strong>s<br />

années 60 : <strong>le</strong> rock’n’roll.<br />

Pourtant, au début de <strong>le</strong>ur carrière, <strong>le</strong>s<br />

Rollin’ Stones (nom trouvé par Brian<br />

Jones alors guitariste du groupe en référence<br />

à un titre de Muddy Waters)<br />

prônent une musique basée sur <strong>le</strong> blues<br />

comme l’attestent <strong>le</strong>urs premiers concerts<br />

basés sur des reprises des plus<br />

grands bluesmen de l’époque (Larry Williams<br />

entre autres).<br />

Mais l’envol des Rolling Stones est sans<br />

conteste lié à celui des Beat<strong>le</strong>s. L’éclosion<br />

des deux groupes, quasi simultanée en<br />

1963, a permis aux deux formations de<br />

prendre une nouvel<strong>le</strong> dimension basée<br />

sur une « saine » rivalité, <strong>le</strong>s deux groupes<br />

s’appréciant en allant même jusqu’à collaborer<br />

ensemb<strong>le</strong> sur certains titres et<br />

décalant la sortie de <strong>le</strong>urs albums pour<br />

éviter de faire de l’ombre à l’autre. En<br />

contraste avec l’allure propre et polie des<br />

Fab Fours, <strong>le</strong>s Rolling Stones cultivent<br />

un look de bad boys, cheveux longs et<br />

mines renfrognées, <strong>le</strong> tout orchestré par<br />

<strong>le</strong> manager de l’époque, Andrew Loog<br />

Oldhman. Au niveau des compositions,<br />

<strong>le</strong>s deux groupes se démarquent aussi<br />

à <strong>le</strong>ur façon : <strong>le</strong>s Beat<strong>le</strong>s, fidè<strong>le</strong>s à <strong>le</strong>ur<br />

image, chantent des chansons naïves<br />

et romantiques pendant que la bande à<br />

Mick Jagger joue d’ironie et traite de sujets<br />

beaucoup plus tabous.<br />

C’est réel<strong>le</strong>ment en 1965 que <strong>le</strong>s Rolling<br />

Stones atteignent <strong>le</strong> sommet des charts<br />

grâce à <strong>le</strong>ur tube désormais mythique «<br />

(i can’t get no) satisfaction ». Les concerts<br />

s’enchaînent (entre 250 et 300 par<br />

an !) et tournent souvent en émeute, entre<br />

vio<strong>le</strong>nces et tentatives d’approches<br />

des fans. De véritab<strong>le</strong>s scènes de folie,<br />

qui commencent à alimenter la réputation<br />

de ces “bad boys”. Cel<strong>le</strong>-ci se confirmera<br />

avec <strong>le</strong>s nombreuses arrestations<br />

de Jagger et Richards pour détention de<br />

drogues.<br />

Néanmoins, l’ascension continue et<br />

en 1968, <strong>le</strong>s Londoniens sortent Beggars<br />

Blanquet. Musica<strong>le</strong>ment, cet album<br />

marque un premier tournant dans<br />

la carrière du groupe, en particulier sur<br />

la manière de composer. Keith Richards<br />

découvre cette année-là l’accordage<br />

ouvert et se met à composer avec une<br />

corde en moins sur sa guitare (la sixième)<br />

et en open tuning en sol. Le son s’en<br />

ressent, certes moins mélodique mais<br />

beaucoup plus direct et vio<strong>le</strong>nt. Quant à<br />

Jagger, il puise ses inspirations dans la<br />

littérature, à laquel<strong>le</strong> il a été initié par sa<br />

compagne de l’époque Marianne Faith-<br />

4<br />

full, mais aussi aux différents conflits qui<br />

éclatent au sein du monde occidental.<br />

La technicité de la production fait <strong>le</strong> reste<br />

et <strong>le</strong> résultat est excel<strong>le</strong>nt, cet opus regorgeant<br />

de tubes (« Sympathy for the<br />

devil » et « Street fighting man » pour ne<br />

citer qu’eux). Pourtant, un an plus tard, <strong>le</strong><br />

groupe va se faire remarquer mais pour<br />

une toute autre histoire.<br />

En effet, <strong>le</strong> line-up originel (composé de<br />

Brian Jones, Mick Jagger, Keith Richards,<br />

Charlie Watts et Bill Wyman) va vite<br />

se retrouver sous <strong>le</strong> feu des projecteurs<br />

avec l’expulsion en Juin 1969 de Jones.<br />

De plus en plus isolé au fil des mois, ses<br />

problèmes judiciaires et ses « cachotteries<br />

» (il aurait touché des salaires supplémentaires<br />

en se proclamant <strong>le</strong>ader du<br />

groupe) finiront par marquer la fin de son<br />

aventure avec <strong>le</strong>s Stones et amorceront<br />

sa propre mort quelques semaines plus<br />

tard, noyé dans sa piscine. Un hommage<br />

lui sera quand même rendu deux jours<br />

plus tard par <strong>le</strong> groupe lors d’un concert<br />

gratuit à Hyde Park devant plus de 500<br />

000 personnes. L’album Let it b<strong>le</strong>ed ,<br />

sorti la même année, illustrera cette période<br />

noire qui inclut aussi la prestation à<br />

Altamont (San Francisco) marquée par la<br />

mort de quatre personnes dont un jeune<br />

ado<strong>le</strong>scent noir de 19 ans poignardé par<br />

un membre d’une secte raciste.<br />

Mais l’apogée du groupe a lieu entre 1969<br />

et 1974 avec l’arrivée de Mick Taylor à la<br />

guitare qui apporte une véritab<strong>le</strong> virtuosité<br />

aux compositions du groupe. La sépara-


tion des Beat<strong>le</strong>s, en 1970, fera aussi son<br />

effet, laissant la voie libre aux Stones qui<br />

n’hésitent alors pas à s’autoproclamer «<br />

plus grand groupe de rock’n’roll de tous<br />

<strong>le</strong>s temps ». En 1971 sort l’album Sticky<br />

fingers, avec, sur la pochette, la fameuse<br />

fermeture éclair signée par Andy Wahrol.<br />

La même année, la « tongue » fait aussi<br />

son apparition, logo qui deviendra très<br />

vite l’emblème du groupe. Le contenu,<br />

quant à lui, est on ne peut plus explicite<br />

avec des références très prononcées au<br />

sexe et à la drogue (« Brown Sugar », «<br />

Bitch », « Sister »…). En 1972, <strong>le</strong> doub<strong>le</strong><br />

album Exi<strong>le</strong> on the main Street, enregistré<br />

en France, sera <strong>le</strong> point fort de cette<br />

période, album qui sera classé plus tard<br />

comme l’un des dix meil<strong>le</strong>urs de tous <strong>le</strong>s<br />

temps (source de Rolling Stone <strong>Mag</strong>azine).<br />

La tournée suivante, qui a principa<strong>le</strong>ment<br />

lieu aux Etats-Unis, est aussi<br />

l’apogée de tous <strong>le</strong>s excès et mettra une<br />

image sur la fameuse devise « sex, drugs<br />

and…rock’n’roll ».<br />

S’ensuit alors un <strong>le</strong>nt déclin entre la fin<br />

des années 70 et <strong>le</strong> début des années 90,<br />

marqué par <strong>le</strong> départ de Mick Taylor et <strong>le</strong>s<br />

embrouil<strong>le</strong>s à répétition entre Jagger et<br />

Richards. Au-delà du fait que <strong>le</strong>s albums<br />

du groupe trustent toujours <strong>le</strong>s premières<br />

places des charts, Mick et Keith ne se<br />

par<strong>le</strong>nt pratiquement plus. L’un a la main<br />

mise sur <strong>le</strong> groupe, tant d’un point de<br />

vue artistique qu’économique, alors que<br />

l’autre a toutes <strong>le</strong>s peines du monde à<br />

sortir de son addiction des drogues. En<br />

1986, lorsque Jagger émet des velléités<br />

PS MAG #6<br />

à partir en solo, Richards n’hésite pas à<br />

utiliser des mots vio<strong>le</strong>nts pour exprimer<br />

son ire (« Si Mick fait une tournée sans<br />

nous, je lui coupe la gorge »). L’ambiance<br />

entre <strong>le</strong>s membres est alors délétère et<br />

l’arrivée du disco et du funk n’arrangent<br />

pas <strong>le</strong>s affaires du groupe malgré l’envie<br />

de se calquer sur cette nouvel<strong>le</strong> tendance<br />

(« Hot stuff », « Cherry O baby », «<br />

Miss you »). Le décès de Ian Stewart, ami<br />

fidè<strong>le</strong> et membre fondateur du groupe,<br />

sera <strong>le</strong> point d’orgue de cette mauvaise<br />

passe.<br />

Les héros, cependant, ne meurent jamais.<br />

Et tel un phénix renaissant de ses<br />

cendres, <strong>le</strong>s années 90 vont voir l’une<br />

des plus grandes formations se souder<br />

à nouveau et nous gratifier d’un comeback<br />

tonitruant avec des albums encore<br />

plus « roots » comme Steel Wheels<br />

en 1989 mais surtout l’énorme Voodoo<br />

Lounge en 1994.<br />

Quant à la suite, tout <strong>le</strong> monde la connaît.<br />

Le groupe tourne toujours, et même si<br />

<strong>le</strong>s mauvaises langues n’y voient qu’une<br />

manœuvre purement commercia<strong>le</strong> et dénuée<br />

de plaisir, <strong>le</strong>s Rolling Stones sont<br />

<strong>le</strong>s derniers témoins de l’âge d’or du<br />

rock’n’roll. Un dernier chiffre pour illustrer<br />

cette réalité ? 7, comme <strong>le</strong> nombre de<br />

minutes qu’il a fallu pour vendre <strong>le</strong>s 32<br />

000 tickets pour <strong>le</strong>s prestations des 25 et<br />

29 novembre derniers à Londres. Sans<br />

commentaires.<br />

5<br />

Elie Dib


TENDANCE<br />

Au début du disco dans <strong>le</strong>s 1970s, en<br />

passant par la techno et l’émergence de<br />

l’acid house à la fin des années 1980, la<br />

musique é<strong>le</strong>ctronique s’est définitivement<br />

imposée comme un genre incontournab<strong>le</strong><br />

dans <strong>le</strong>s années 2000. Aujourd’hui, <strong>le</strong>s<br />

années 2010 désormais bien entamées,<br />

<strong>le</strong> phénomène é<strong>le</strong>ctro n’a pas faibli et est<br />

devenu un des genres privilégiés par la<br />

jeunesse 2.0. House, techno, drum &<br />

bass, dubstep… tous ces termes galvaudés<br />

qualifiants des sous-genres de<br />

l’é<strong>le</strong>ctro font désormais <strong>le</strong> bonheur des<br />

festivals et d’une jeunesse en quête d’un<br />

courant porteur. Car oui, comme pouvait<br />

l’être <strong>le</strong> rock dans <strong>le</strong>s 1960s, genre<br />

considéré comme transgressif, l’é<strong>le</strong>ctro<br />

est désormais la nouvel<strong>le</strong> musique réunissant<br />

unanimement <strong>le</strong>s moins de 25<br />

ans dans <strong>le</strong>s sa<strong>le</strong>s moites des concerts<br />

ou dans <strong>le</strong>s vastes champs des festivals<br />

internationaux. Par ail<strong>le</strong>urs, certains sousgenres<br />

comme la house ou bien la techno<br />

restent assimilés naïvement par l’ancienne<br />

génération à un brouhaha infâme ou à la<br />

consommation de drogues. Clichés qui<br />

font quelque peu écho à ceux dont <strong>le</strong> rock<br />

était victime autrefois.<br />

Et justement à ce sujet, comment réagissent<br />

<strong>le</strong>s formations pop-rock en quête de<br />

succès face à cette dictature des samp<strong>le</strong>rs,<br />

synthétiseurs ou autres boîtes à<br />

rythmes ? Et bien el<strong>le</strong>s s’adaptent monsieur.<br />

Qu’on par<strong>le</strong> des formations autrefois<br />

purement rock ou des nouveaux groupes<br />

pop émergents, beaucoup d’entre eux<br />

finissent par taper dans l’é<strong>le</strong>ctro, <strong>le</strong>ur offrant<br />

une richesse de sonorités et parfois<br />

même un nouveau public. C’est <strong>le</strong> cas<br />

PS MAG #6<br />

SEXE, DROGUE ET... ÉLÉCTRO ?<br />

par exemp<strong>le</strong> d’un groupe comme Radiohead<br />

qui passe de OK Computer avec<br />

un classique indéboulonnab<strong>le</strong> comme<br />

Paranoid Android et ses guitares endiablées<br />

se fondant parfaitement au paysage<br />

musical de l’époque, à plus récemment<br />

un album comme The King of Limbs et<br />

son univers plus minimaliste, presque<br />

futuriste porté par un des titres phares<br />

intitulé Lotus Flower et ses multip<strong>le</strong>s arrangements.<br />

Autre cas intéressant, celui<br />

de Muse, qui à l’image de la formation<br />

de Thom Yorke entame un énorme virage<br />

incarné par <strong>le</strong>ur dernier album en date<br />

The 2nd Law. Toujours dans une volonté<br />

d’innover et de se renouve<strong>le</strong>r, Muse se refuse<br />

à se laisser dépasser par <strong>le</strong> courant<br />

déferlant et se prend la vague dubstep<br />

en p<strong>le</strong>ine gueu<strong>le</strong>, accouchant au final des<br />

titres comme Madness ou Unsustainab<strong>le</strong>.<br />

Certains fans vantant ainsi <strong>le</strong> renouveau<br />

du groupe, d’autres méprisant ce pacte<br />

avec <strong>le</strong> diab<strong>le</strong>.<br />

Pendant ce temps outre atlantique, la planète<br />

entière voit débarquer de nouvel<strong>le</strong>s<br />

formations issues de cette révolution é<strong>le</strong>ctronique.<br />

C’est <strong>le</strong> cas de MGMT, ce projet<br />

porté par Ben Goldwasser et Andrew Van-<br />

Wyngarden qui a su apporter un nouveau<br />

souff<strong>le</strong> à la fin des années 2000 avec son<br />

psychédélisme pop, ses beats hypnotisant<br />

et son esthétique rétro. Cette nouvel<strong>le</strong><br />

génération indie doit composer entre<br />

<strong>le</strong>s papys rockers recyclant <strong>le</strong>urs classiques<br />

à coup de rééditions, et <strong>le</strong>s nouveaux<br />

DJs ou artistes marketés crachant<br />

dans la plus grande uniformité <strong>le</strong>ur dance<br />

music indigeste. Côté frenchies, nous ne<br />

sommes évidemment pas en reste. Mais<br />

6<br />

outre nos multip<strong>le</strong>s DJs qui arpentent <strong>le</strong><br />

globe avec <strong>le</strong>ur house music, on peut<br />

éga<strong>le</strong>ment compter quelques groupes<br />

comme <strong>le</strong>s versaillais de Phoenix, qui ont<br />

pris un virage plus teinté d’é<strong>le</strong>ctro sur <strong>le</strong>ur<br />

dernier album Wolfgang Amadeus Phoenix<br />

tout en gardant ce côté pop-rock<br />

qu’on retrouve sur It’s Never Been Like<br />

That. Cette nouvel<strong>le</strong> formu<strong>le</strong> permettant<br />

au groupe de rencontrer un franc succès<br />

et de percer à l’étranger.<br />

Fina<strong>le</strong>ment, quoi de plus normal que de<br />

voir la musique é<strong>le</strong>ctro imprégner <strong>le</strong> rock<br />

et fédérer la jeunesse actuel<strong>le</strong> ? Dans un<br />

monde où <strong>le</strong> fichier mp3 a remplacé <strong>le</strong><br />

défunt viny<strong>le</strong>, où tout doit être accessib<strong>le</strong><br />

rapidement et faci<strong>le</strong>ment et où toute personne<br />

peut désormais s’improviser artiste<br />

via <strong>le</strong> web en bidouillant quelques samp<strong>le</strong>s<br />

sur son ordinateur. Le combo guitarebasse-batterie<br />

semb<strong>le</strong> avoir pris un petit<br />

coup de vieux et cette omniprésence de<br />

l’é<strong>le</strong>ctro n’est que <strong>le</strong> fruit de cette ère du<br />

tout numérique.<br />

Sami Elfakir


PS MAG #6<br />

7<br />

PHOTO<br />

Fanny Schneider<br />

SOMA<br />

-<br />

LA MAROQUINERIE<br />

PARIS


PS MAG #6<br />

LIVE REPORT : STUPEFLIP<br />

Le 09 Décembre dernier, Stupeflip affichait<br />

comp<strong>le</strong>t dans la mythique sal<strong>le</strong> du<br />

Trianon, pour son Nouveau Spectac, accompagné<br />

pour l’occasion par Le Nom<br />

du Groupe venu s’essayer à la diffici<strong>le</strong><br />

mission d’ouvrir pour <strong>le</strong> CROU.<br />

Arrivé avec une demi-heure d’avance sur<br />

<strong>le</strong> papier (une heure en réalité, la ponctualité<br />

n’étant pas <strong>le</strong> fort des sal<strong>le</strong>s de<br />

concert), j’ai très largement eu <strong>le</strong> temps<br />

d’assister à l’arrivée d’une marée de<br />

jeunes fans, se disant tous plus fans de<br />

Stupeflip <strong>le</strong>s uns que <strong>le</strong>s autres. Étrange.<br />

Comment peut on se vanter de son fanatisme<br />

envers un groupe, qui en réfute<br />

<strong>le</strong> principe même ? Soit. À mesure que <strong>le</strong><br />

Trianon se remplit, un constat s’impose,<br />

<strong>le</strong> public est aussi divers que varié. Nous<br />

passons par tous <strong>le</strong>s âges, des plus<br />

jeunes venus avec <strong>le</strong>urs parents, en passant<br />

par <strong>le</strong>s ado<strong>le</strong>scents, parfois masqués,<br />

jusqu’aux quadragénaires s’exaltant<br />

de connaître Stupeflip depuis <strong>le</strong>ur début.<br />

Drô<strong>le</strong> de spectac<strong>le</strong>, mais il est bon de voir<br />

un public aussi hétérogène, s’unir autour<br />

d’un groupe aussi particulier qu’est<br />

Stupeflip.<br />

Les lumières s’éteignent et Le Nom du<br />

Groupe fait son entrée avec la péril<strong>le</strong>use<br />

tâche de chauffer <strong>le</strong> public de Stupeflip.<br />

Nombreux sont ceux qui s’y sont cassés<br />

<strong>le</strong>s dents, <strong>le</strong> public n’étant jamais très<br />

tendre (ni très tolérant) avec <strong>le</strong>s premières<br />

parties du CROU. Coup de bol, l’un des<br />

fondateurs du groupe n’est autre que MC<br />

Salò, membre de Stupeflip. C’est donc<br />

en terrain quasi conquis que <strong>le</strong> groupe<br />

prend <strong>le</strong> contrô<strong>le</strong> de la scène. Étrange<br />

trio composé par MC Salò et Cyril<strong>le</strong> Zakof<br />

au chant, Mélanie Török à la basse ainsi<br />

qu’un tourne disque. Dans une ambiance<br />

é<strong>le</strong>ctro lancinante, Salò gesticu<strong>le</strong> à sa<br />

manière tandis que Zakof l’interroge sur<br />

la station de métro Denfert-Rochereau et<br />

<strong>le</strong> fameux Lionel qu’il y a recroisé. Qui est<br />

Lionel ? Pourquoi Denfert-Rochereau ?<br />

Deux questions auxquel<strong>le</strong>s nous n’aurons<br />

aucune réponse. Le public, bien qu’un<br />

peu mou, est réceptif. En tout cas, il ne<br />

traite pas de la même manière un groupe<br />

composé par un membre de Stupeflip<br />

que n’importe quel autre. Après plus de<br />

20 minutes de danse macabre, Le Nom<br />

du Groupe quitte la scène sous <strong>le</strong>s applaudissements<br />

de l’assistance. Pour ma<br />

part, je demeure intrigué et fasciné par ce<br />

que je viens de voir.<br />

Tout d’un coup, un écran s’illumine.<br />

Stupeflip commence son Nouveau<br />

Spectac avec un communiqué, dénonçant<br />

<strong>le</strong> détournement actuel des fonctions<br />

du CROU ainsi que son dégout pour <strong>le</strong>s<br />

concerts. Enfin, c’est ce qu’on peut plus<br />

ou moins entendre, la fou<strong>le</strong> ayant décidé<br />

de hur<strong>le</strong>r au même moment. Ça y est,<br />

nous y sommes, King Ju, alors affublé<br />

d’un nouveau costume fait son entrée<br />

8<br />

© copyright 2012 - Odi<strong>le</strong> Hervois<br />

sur « Krou Kontre Attakk ». Guitares saturées,<br />

stroboscopes éblouissants, <strong>le</strong> ton<br />

est donné, nous allons en prendre p<strong>le</strong>in la<br />

tronche. Tant et si bien que je me réjouis<br />

d’entendre King Ju hur<strong>le</strong>r à p<strong>le</strong>in poumon,<br />

au lieu de simp<strong>le</strong>ment chanter comme il<br />

lui a été reproché durant la tournée Hypnoflip<br />

Invasion . Le set s’enchaine sur<br />

une présentation vidéo des régions Sud<br />

et Est avant que Cadillac ne se saisisse<br />

d’une basse pour accompagner King Ju<br />

sur « Le Sonkifoudécou », titre du nouvel<br />

EP Terrora !! . Stupeflip prend la peine<br />

d’intégrer ses nouveaux morceaux, ce qui<br />

ne déplait pas aux fans. C’est accompagné<br />

d’un violon que Stupeflip entonne<br />

« Les Monstres » dans une version « aérienne<br />

» des plus surprenantes. Les lumières<br />

s’éteignent et la scène se transforme<br />

en véritab<strong>le</strong> autel religieux. Quoi de plus<br />

normal pour assouvir <strong>le</strong> public avec « La<br />

Religion du Stup »?<br />

King Ju et sa célèbre cagou<strong>le</strong> font enfin<br />

<strong>le</strong>ur entrée sur scène. Le public est déchainé,<br />

alors que l’épouvantab<strong>le</strong> épouvantail<br />

se livre à un lâché de peluches sur «<br />

Hater’s Killah ». L’excel<strong>le</strong>nt « Cold World »<br />

et ses basses vrombissantes ponctuent<br />

l’arrivée d’un Cadillac toujours plus énervé<br />

qui, associé à King Ju, et MC Salò entonnent<br />

<strong>le</strong> désormais légendaire hymne<br />

« Stupeflip », retravaillé pour l’occasion.<br />

C’est à ce moment que Cadillac décide<br />

de se confier au public pour un brin de<br />

philosophie. En effet, l’ineffab<strong>le</strong> a envie. Il


a envie d’avoir envie. Il a envie de travail<strong>le</strong>r.<br />

Mais il a surtout envie de faire caca !<br />

S’en suit donc « Cadillac Theory » et <strong>le</strong><br />

fameux interlude Casimir. Les lumières<br />

s’éteignent, et c’est un Cadillac spécia<strong>le</strong>ment<br />

relooké en présentateur des années<br />

80 qui fait son arrivée sur « 72.8 Mhz ».<br />

L’écran du fond passe en mode arc-enciel<br />

et fondue étoilée, une chose est sûre,<br />

ça sent <strong>le</strong> Pop Hip ! L’intéressé débarque<br />

clope au bec et se livre à un « Gaël<strong>le</strong> » endiablé,<br />

sur <strong>le</strong>quel se déchaineront Cadillac<br />

et <strong>le</strong> public. Le CROU enchaîne sur une<br />

version reggae mollassonne de « Je fume<br />

pu d’shit » avant de laisser Pop Hip conclure<br />

par « Comme cette chanson sent la<br />

merde, je m’en vais ».<br />

La sal<strong>le</strong> est de nouveau plongée dans<br />

<strong>le</strong> noir. Les moines du Stup apportent <strong>le</strong><br />

Stup luminou, King Ju s’instal<strong>le</strong> sur sa<br />

chaise et laisse place à un moment de<br />

douceur : « Le Sp<strong>le</strong>en des petits » dans<br />

une version live bien plus prenante que<br />

cel<strong>le</strong> de l’album. La chanson se termine<br />

par un « VENGEANCE » unanime de la<br />

fou<strong>le</strong> avant que King Ju s’empare d’une<br />

guitare é<strong>le</strong>ctrique pour un interlude saturé<br />

et surpuissant. Il se retrouve ensuite avec<br />

une guitare folk pour un med<strong>le</strong>y de Pascal<br />

Obispo, copieusement hué par <strong>le</strong>s<br />

fans. Pendant près de 5 minutes, il tente<br />

d’introduire <strong>le</strong> morceau « Argent » mais,<br />

dès que King Ju prend la paro<strong>le</strong>, la fou<strong>le</strong><br />

hur<strong>le</strong>, lui coupant ainsi la paro<strong>le</strong>, ce qui<br />

a l’air d’amuser <strong>le</strong> bougre qui ne se privera<br />

pas pour scander de grands « Vos<br />

gueu<strong>le</strong>s » et feindre la fin du show ! À son<br />

retour sur scène, King Ju demande à un<br />

fan son masque et lui lâche un « C’est une<br />

bel<strong>le</strong> copie, t’es chinois ? » Le morceau<br />

débute, mais s’arrête aussitôt, <strong>le</strong> temps<br />

PS MAG #6<br />

pour l’affreux d’incendier <strong>le</strong> service d’ordre<br />

réprimant vio<strong>le</strong>mment <strong>le</strong>s slammeurs du<br />

concert. On reprend au deuxième coup<strong>le</strong>t<br />

tandis que <strong>le</strong> public en profite pour slammer<br />

comme jamais. Le service d’ordre est<br />

impuissant. King Ju gagne la partie avant<br />

d’en rajouter une couche, en annonçant<br />

cette fois-ci « D’avance, j’emmerde tous<br />

<strong>le</strong>s haters qui se plaindront d’avoir vu un<br />

concert trop court». S’en suit un « Stupeflip<br />

vite » du feu de Dieu avant qu’il ne se<br />

fasse apporter « sa veste de responsab<strong>le</strong><br />

» pour annoncer au public « Vous êtes<br />

tous virés ! ». Comme toujours, <strong>le</strong> concert<br />

se termine sur un « À bas la hiérarchie<br />

» apocalyptique ! Le CROU hur<strong>le</strong>, <strong>le</strong><br />

public hur<strong>le</strong>, la guitare craque, <strong>le</strong>s basses<br />

explosent, <strong>le</strong>s lumières aveug<strong>le</strong>nt ! Le Trianon<br />

en prend pour son grade ! Le Crou<br />

Stupeflip salue <strong>le</strong> public et quitte la scène<br />

en auto-reverse pour laisser place au DJ<br />

Set du Dr. Vince qui en profitera pour diffuser<br />

des morceaux non joués ce soir là,<br />

ou encore quelques morceaux de son<br />

précédent groupe, <strong>le</strong>s Svinkels.<br />

Bien que Stupeflip admette ne pas aimer<br />

faire de concerts, on ne peut qu’apprécier<br />

<strong>le</strong> travail fourni pour ce Nouveau Spectac<br />

incluant de nouveaux costumes, de nouveaux<br />

morceaux, de nouveaux samp<strong>le</strong>s,<br />

une nouvel<strong>le</strong> mise en scène, <strong>le</strong> tout pour<br />

un rendu bien plus « professionnel » que<br />

sur la tournée précédente. Comme toujours,<br />

<strong>le</strong>s fans sont conquis, <strong>le</strong>s haters déploreront<br />

un show d’une heure vingt, mais<br />

après tout, <strong>le</strong> CROU reste <strong>le</strong> CROU et si<br />

vous n’êtes pas contents, « al<strong>le</strong>z plutôt<br />

cracher sur Hélène Ségara » !<br />

9<br />

Matthias Meunier<br />

© copyright 2012 - Odi<strong>le</strong> Hervois<br />

PLAYSOUND REMERCIE<br />

ODILE HERVOIS POUR<br />

SES PHOTOGRAPHIES<br />

DU CONCERT<br />

WWW.ODILEHERVOIS.FR


NEWS<br />

1.<br />

2.<br />

3.<br />

4.<br />

5.<br />

PS MAG #6<br />

DES DÉTAILS SUR LE NOUVEL ALBUM DE HURTS<br />

10<br />

EN BREF<br />

On connait désormais <strong>le</strong> nom et la date de sortie de <strong>le</strong>ur prochain opus ! Il s’appel<strong>le</strong>ra Exi<strong>le</strong> et sera disponib<strong>le</strong><br />

dès <strong>le</strong> 11 mars 2013. L’album est déjà en pré-commande sur iTunes avec un premier sing<strong>le</strong>,<br />

« The Road », disponib<strong>le</strong> en téléchargement instantané. Le duo anglais a justement partagé un trai<strong>le</strong>r où<br />

l’on peut entendre un extrait de ce nouveau sing<strong>le</strong>...<br />

PARAMORE ANNONCE SON QUATRIÈME ALBUM<br />

Ça y est, <strong>le</strong> trio a fina<strong>le</strong>ment révélé des détails concernant sa nouvel<strong>le</strong> ga<strong>le</strong>tte ! C’est sur son site que<br />

l’on apprend qu’el<strong>le</strong> portera tout simp<strong>le</strong>ment <strong>le</strong> nom de Paramore et qu’el<strong>le</strong> sortira <strong>le</strong> 9 avril prochain.<br />

Le premier sing<strong>le</strong>, quant à lui, s’intitu<strong>le</strong>ra « Now ». Rappelons enfin que <strong>le</strong> groupe s’était dernièrement<br />

séparé des frères Farro (guitariste et batteur) et que cet album éponyme sera donc <strong>le</strong>ur premier<br />

sans eux...<br />

DEEP PURPLE DE RETOUR AU PRINTEMPS<br />

Le chanteur Ian Gillan a enfin révélé la date de sortie du prochain album de Deep Purp<strong>le</strong> : <strong>le</strong> 26 avril 2013<br />

. Enregistré à Nashvil<strong>le</strong> et produit par Bob Ezrin (producteur du mythique The Wall de Pink Floyd), ce<br />

19ème opus des britanniques devrait marquer un retour aux sources. En revanche, <strong>le</strong> nom de ce nouvel<br />

album nous est toujours inconnu. Suspense...<br />

UN MORCEAU INÉDIT DES PRETTY RECKLESS<br />

Après la révélation, la confirmation ? En effet, <strong>le</strong> groupe de Taylor Momsen a fait partager « Kill Me », un<br />

morceau inédit dans la même veine que <strong>le</strong>urs précédentes productions. À savoir que la formation publiera<br />

son deuxième effort studio dans <strong>le</strong> courant de l’année 2013, étant donné que son enregistrement a<br />

été achevé au début du mois de décembre. Il fera donc suite à Light Me Up (2010), <strong>le</strong>ur premier album<br />

qui <strong>le</strong>s a révélés au grand public...<br />

PHOENIX REVIENT AVEC UN CINQUIÈME OPUS<br />

Le groupe français, qui représente avec Air et Daft Punk <strong>le</strong> mouvement de la « French Touch », sera bel<br />

et bien de retour cette année ! C’est l’Express qui révè<strong>le</strong> dans l’un de ses artic<strong>le</strong>s que Philippe Zdar Cerboneschi<br />

sera une nouvel<strong>le</strong> fois à la production, sans pour autant dévoi<strong>le</strong>r plus de détails. Une très bonne<br />

nouvel<strong>le</strong> pour la scène française qui parvient à s’exporter à l’international...<br />

+ PLAYSOUND.FR/NEWS/


PS MAG #6<br />

NEWS<br />

+ ON EN A PARLÉ :<br />

“<br />

GRAMMY AWARDS 2013 : FUN.<br />

ET THE BLACK KEYS EN GRANDS<br />

LEADERS<br />

Alors que <strong>le</strong>s Foo Fighters étaient <strong>le</strong>s<br />

grands lauréats de la dernière cérémonie<br />

des Grammy Awards - avec pas moins<br />

de cinq récompenses -, <strong>le</strong>s Black Keys<br />

et fun. risquent fort de raf<strong>le</strong>r la mise cette<br />

année ! Avec chacun cinq et six nominations,<br />

ces deux groupes semb<strong>le</strong>nt être<br />

<strong>le</strong>s deux grands protagonistes de cette<br />

55ème édition. Le bras de fer aura lieu <strong>le</strong><br />

10 février prochain...<br />

NOUVEL EP DES BLOOD RED<br />

SHOES<br />

Le duo britannique a annoncé la sortie<br />

d’un nouvel EP, intitulé Water, disponib<strong>le</strong><br />

pour <strong>le</strong> 21 janvier. En patientant jusqu’à<br />

cette date, <strong>le</strong>s trois morceaux qui constituent<br />

cet EP sont à découvrir en streaming<br />

sur <strong>le</strong> site officiel du groupe où vous<br />

pourrez éga<strong>le</strong>ment télécharger gratuitement<br />

<strong>le</strong> titre « Black Distractions ».<br />

BUCKCHERRY DÉVOILE UN PRE-<br />

MIER SINGLE<br />

Les californiens de Buckcherry ont<br />

dévoilé un premier extrait tiré de Confessions,<br />

<strong>le</strong> prochain album du groupe<br />

dont la sortie en France est programmée<br />

pour <strong>le</strong> 18 février prochain. Ce premier<br />

sing<strong>le</strong> s’intitu<strong>le</strong> « Gluttony » et est toujours<br />

disponib<strong>le</strong> sur <strong>le</strong>s plateformes de<br />

téléchargement légal.<br />

KAVINSKY : UN PREMIER ALBUM<br />

EN VUE<br />

Le DJ parisien, rendu célèbre pour avoir<br />

signé la BO du film Drive avec son titre<br />

« Nightcall », s’apprête à concrétiser cette<br />

notoriété grandissante en sortant son<br />

premier LP Outrun début 2013. Avec<br />

déjà de nombreux EP à son actif, <strong>le</strong> français<br />

nous dévoi<strong>le</strong> Protovision, <strong>le</strong> premier<br />

extrait de son album.<br />

MAIN SQUARE FESTIVAL : LES<br />

PREMIERS NOMS !<br />

Peu après l’annonce de la venue de<br />

Green Day, Sting et Indochine pour cette<br />

nouvel<strong>le</strong> édition du Main Square Festival,<br />

ce sont 30 Seconds To Mars, The Prodigy<br />

et The Hives qui viennent s’ajouter à<br />

l’affiche, et ce n’est pas fini ! Le festival se<br />

tiendra <strong>le</strong>s 5, 6 et 7 juil<strong>le</strong>t 2013 à Arras et<br />

<strong>le</strong> pass 3 jours est d’ores et déjà disponib<strong>le</strong><br />

dans <strong>le</strong>s points de vente habituels au<br />

prix de 115€.<br />

BULLET FOR MY VALENTINE :<br />

NOUVEAU TITRE & TRACKLIST<br />

DE L’OPUS<br />

La bande à Matt Tuck a dernièrement<br />

partagé un nouvel extrait de Temper<br />

Temper, avec <strong>le</strong> titre « Riot », en même<br />

temps que la tracklist complète de<br />

l’album. Celui-ci, composé de onze titres<br />

(quatorze sur l’édition deluxe), comprend<br />

apparemment un « Tears Don’t Fall Part.<br />

2 » ainsi qu’une reprise de « Who<strong>le</strong> Lotta<br />

Love » d’AC/DC en bonus track.<br />

NOUVEAU TITRE DE KATE NASH<br />

C’est peu avant Noël que la jeune chanteuse<br />

britannique nous a présenté « Faith<br />

», sa nouvel<strong>le</strong> chanson pour <strong>le</strong> moins<br />

saisonnière. Son nouvel album Girl Talk<br />

sortira en ce début de nouvel<strong>le</strong> année<br />

2013.<br />

THE USED : NOUVELLE CHANSON<br />

« Lonely », c’est <strong>le</strong> nom du dernier<br />

morceau de The Used qui figurera non<br />

seu<strong>le</strong>ment sur la réédition de Vulnerab<strong>le</strong><br />

(disponib<strong>le</strong> <strong>le</strong> 22 janvier) mais aussi sur<br />

la compilation Take Action Volume 11.<br />

11<br />

FIL ROUGE<br />

Les californiens d’Avenged Sevenfold ont confirmé à la NME <strong>le</strong>ur entrée en studio dès ce mois-ci. Leur sixième et nouvel<br />

album est attendu pour l’été prochain, trois ans après Nightmare.<br />

”<br />

Une partie des bénéfices sera reversée<br />

à l’association It Get Better, luttant contre<br />

<strong>le</strong>s vio<strong>le</strong>nces envers la communauté<br />

LGBT.<br />

ESCAPE THE FATE : LE PROCHAIN<br />

ALBUM EN PRINTEMPS<br />

On en sait un peu plus sur <strong>le</strong> quatrième<br />

opus d’Escape The Fate ! En effet, nous<br />

savons désormais que <strong>le</strong> nouvel album<br />

des américains - dont <strong>le</strong> nom nous est<br />

en revanche toujours inconnu - sera disponib<strong>le</strong><br />

dès <strong>le</strong> printemps 2013, trois ans<br />

après la sortie de <strong>le</strong>ur album éponyme.<br />

Un teaser de 25 secondes d’« Ungrateful<br />

», premier extrait de cette nouvel<strong>le</strong> ga<strong>le</strong>tte,<br />

est à découvrir sur notre site.<br />

YELLOWCARD : ENCORE EN STU-<br />

DIO ?<br />

Les membres de Yellowcard n’auront pas<br />

chômé cette année ! En effet, <strong>le</strong> groupe<br />

a révélé son retour en studio par <strong>le</strong> biais<br />

d’une photo sur son Tumblr officiel, alors<br />

que Southern Air est sorti il y a à peine<br />

plus de quatre mois. Affaire à suivre !de<br />

‘Reck<strong>le</strong>ss & Re<strong>le</strong>nt<strong>le</strong>ss’, qui sortira courant<br />

2013, ne sont pas encore connus.<br />

Marina Lay<br />

“ARCADE FIRE EST<br />

EN STUDIO AVEC<br />

JAMES MURPHY.<br />

LE NOUVEL ALBUM<br />

SORTIRA FIN 2013”


PS MAG #6<br />

ITW : OUR THEORY<br />

A une heure de l’ouverture des portes du<br />

Batofar, prêt à accueillir la fou<strong>le</strong> patientant<br />

dans <strong>le</strong> froid depuis déjà quelques heures<br />

pour <strong>le</strong>s plus courageux, l’équipe de <strong>Playsound</strong><br />

a eu l’occasion de s’entretenir en<br />

Octobre dernier avec <strong>le</strong>s français d’Our<br />

Theory, chargés d’assurer la première partie<br />

des headliners d’Of Mice & Men aux<br />

côtés de Secrets et Memphis May Fire. En<br />

un an seu<strong>le</strong>ment, la formation a déjà joué<br />

avec plusieurs groupes reconnus dans <strong>le</strong><br />

milieu post-hardcore et <strong>le</strong>ur premier album<br />

est bientôt prêt à sortir. <strong>Playsound</strong> a choisi<br />

de parier sur eux.<br />

Pouvez-vous vous présenter Our<br />

Theory ? Comment s’est formé <strong>le</strong><br />

groupe ?<br />

Bastien Berhault (chant) : Il y a Yoann<br />

Andrieux à la basse, Bastien Constant à<br />

la batterie, moi-même au chant, Mehdi<br />

Major au deuxième chant et à la guitare<br />

et Damien Bauthamy à la deuxième guitare.<br />

A la base, je souhaitais reformer un<br />

groupe suite à un appel de Dam il y a<br />

longtemps ; il m’a dit que s’il referait de la<br />

musique un jour, ce serait avec moi, ce qui<br />

était sympa de sa part. Donc, après tous<br />

<strong>le</strong>s petits groupes que j’ai eus, j’ai un jour<br />

rencontré Mehdi et je l’ai juste appelé en<br />

lui disant : “Est-ce que tu voudrais com-<br />

mencer un truc cool ?”. Ça s’est fait, on a<br />

commencé à se voir, Damien nous a vite<br />

rejoints, suivi de Yoann et Bastien.<br />

Mehdi (guitare/chant) : Ça fait 2 ans<br />

qu’on écrit des morceaux, 1 an que l’on<br />

a de l’actu sur Internet et <strong>le</strong> line-up s’est<br />

complété au fur et à mesure.<br />

Pourquoi avoir choisi ce nom ?<br />

Damien (guitare) : À l’origine, on avait<br />

une vision de cette nouvel<strong>le</strong> génération qui<br />

s’auto-détruit en tout point de vue dans <strong>le</strong><br />

milieu dans <strong>le</strong>quel on évolue et c’était ça,<br />

la théorie de la fin, de la jeunesse. On a<br />

surtout accroché au nom et on l’a gardé.<br />

3 mots pour décrire votre groupe.<br />

Bastien B : Pour ma part je vais dire<br />

famil<strong>le</strong>, envie et surtout tournées.<br />

Bastien Constant (batterie) : Fun, ambition,<br />

al<strong>le</strong>r <strong>le</strong> plus loin possib<strong>le</strong>.<br />

<strong>Playsound</strong> : Vous avez récemment dit<br />

sur votre page Facebook que vous<br />

n’al<strong>le</strong>z pas sortir un EP mais un album<br />

comp<strong>le</strong>t. Qu’en est-il aujourd’hui ?<br />

Mehdi : C’est en mixage et c’est Kris<br />

12<br />

Crummett qui s’en occupe. Il a déjà mixé<br />

des albums de S<strong>le</strong>eping With Sirens,<br />

Emarosa ou encore Dance Gavin Dance...<br />

Damien : Le premier de The Devil Wears<br />

Prada aussi !<br />

Votre vidéo lyrics pour The Storm<br />

a été postée il y a 3 semaines et a<br />

déjà été vue quasiment 26 000 fois,<br />

ce titre a été diffusé dans l’émission<br />

Bring The Noise sur Ouï FM et vous<br />

avez déjà joué en première partie de<br />

plusieurs groupes célèbres... Pensiezvous<br />

que ça irait aussi vite ?<br />

Bastien B : Non ! Mais comme on avait<br />

déjà joué dans d’autres groupes auparavant<br />

et qu’on connait pas mal de gens<br />

dans <strong>le</strong> milieu, nos visages étaient peut<br />

-être - sans prétention – quelque peu<br />

reconnaissab<strong>le</strong>s, en tout cas pour Bastien<br />

avec Post Offense et Damien avec<br />

Borderline qui étaient déjà connus dans<br />

la scène française. De mon côté, mon<br />

groupe n’était pas du tout connu, c’était<br />

très amateur. Pour Yoann, Our Theory est<br />

son premier vrai projet et Mehdi a un side<br />

project mais qui est tota<strong>le</strong>ment différent<br />

de ce qu’on fait.<br />

Yoann (basse) : En gros, on a tous des


contacts et ça nous a pas mal aidés. Cependant,<br />

<strong>le</strong> fait que Damien soit tourneur<br />

ne nous aide pas autant que <strong>le</strong>s gens<br />

pourraient <strong>le</strong> penser, c’est vrai qu’au final<br />

on a fait quelques concerts en un an, mais<br />

si on regarde bien, ce soir, c’est seu<strong>le</strong>ment<br />

notre deuxième concert organisé<br />

par Only-Ta<strong>le</strong>nt Prod.<br />

Mehdi : Le réseau de chacun fait qu’on<br />

peut avancer très vite sur des clips, sur<br />

des passages en radio et autres... Il y a<br />

un gros travail de communication pour<br />

que ça marche. Malgré tout, on passe<br />

par <strong>le</strong> circuit classique par <strong>le</strong>quel tous <strong>le</strong>s<br />

groupes passent, on est allé à Versail<strong>le</strong>s<br />

pour jouer dans un petit festival de métal,<br />

on a joué au Klub, on a fait des petites<br />

dates...<br />

Bastien B : C’est sûr qu’il y a aussi énormément<br />

de travail derrière, et on espère<br />

que ça va continuer !<br />

Pourquoi avoir choisi de chanter en<br />

anglais ? Est-ce parce que c’est plus<br />

chantant ou pour pouvoir s’exporter<br />

plus faci<strong>le</strong>ment à l’étranger ?<br />

Bastien B : Les deux, mais plus pour<br />

s’exporter. Si on chantait en français,<br />

ce ne serait clairement pas pour viser la<br />

même chose que ce qu’on fait actuel<strong>le</strong>ment,<br />

on ne pourrait pas avoir <strong>le</strong>s rêves<br />

qu’on a en tête. Chanter en anglais ouvre<br />

plus de portes, si un jour on a la chance<br />

de se faire signer, ce sera parce qu’on<br />

chante en anglais. Et c’est aussi pour être<br />

ouvert à tout <strong>le</strong> monde, chanter en anglais<br />

c’est international.<br />

Mehdi : Et même en dehors du fait de<br />

s’exporter, il n’y a pratiquement pas un<br />

groupe que j’écoute qui chante en français<br />

donc forcément, la musique qu’on va<br />

produire vient de là.<br />

Bastien B : Bien qu’on respecte <strong>le</strong>s<br />

groupes qui chantent en français. On <strong>le</strong>s<br />

connait et ils sont super cool. Ca s’est<br />

fait naturel<strong>le</strong>ment. Le premier truc qu’on<br />

a écrit avec Mehdi, c’était en anglais... On<br />

ne l’a pas gardé d’ail<strong>le</strong>urs [rires].<br />

Quel est votre meil<strong>le</strong>ur souvenir depuis<br />

que vous êtes dans <strong>le</strong> groupe ?<br />

Bastien B : Pour ma part, la date avec<br />

Eyes Set To Kill n’était pas terrib<strong>le</strong>. Je<br />

trouve que l’on n’a pas très bien joué,<br />

enfin, je vais par<strong>le</strong>r pour moi... mais l’after<br />

et tout ce que l’on a eu après étaient<br />

vraiment cool ! On a rencontré des gens<br />

PS MAG #6<br />

pros, qui sont connus depuis des années<br />

et que j’écoutais quand j’étais plus jeune,<br />

donc c’était génial et c’est sûrement un<br />

de mes meil<strong>le</strong>urs souvenirs.<br />

Damien : Il y en a p<strong>le</strong>in ! Il y avait la date<br />

à Laval avec <strong>le</strong>s copains d’Alaska. On a<br />

joué avec nos amis, il devait y avoir 20<br />

personnes dans la sal<strong>le</strong> et pour moi c’était<br />

un des meil<strong>le</strong>urs moments avec <strong>le</strong> groupe.<br />

Bastien B : Le souvenir quand Damien<br />

est venu nous annoncer qu’on était sur<br />

une tournée aussi. Se dire qu’au bout<br />

d’un an on fait déjà une petite tournée,<br />

c’est énorme pour nous, on réalise tous<br />

notre rêve. On est contents, j’espère qu’il<br />

y en aura d’autres dans l’année !<br />

Que pensez-vous de la scène française<br />

actuel<strong>le</strong> ?<br />

Bastien B : Pour moi il n’y a que des<br />

ta<strong>le</strong>nts ! Sans par<strong>le</strong>r de Chunk! No, Captain<br />

Chunk!, Betraying The Martyrs ou As<br />

They Burn qui sont déjà signés, qui sont<br />

au top niveau, qui vivent un rêve depuis<br />

un bon moment et qu’on envie tous dans<br />

<strong>le</strong> sens positif, il y a des groupes amateurs<br />

comme Early Seasons avec des super<br />

chanteurs, Alaska qui fait beaucoup de<br />

bruit en ce moment, The Arrs qui fait son<br />

retour, Merge... on est tous une bande de<br />

potes !<br />

Mehdi : On se connait tous ! C’est important<br />

de soutenir la scène française parce<br />

que si on ne soutient pas nous-mêmes<br />

notre scène, qui <strong>le</strong> fera ?<br />

Bastien B : D’autant plus que d’après ce<br />

que j’ai entendu, ce qui va bientôt arriver<br />

pour Alaska et Early Seasons, c’est vraiment<br />

lourd !<br />

D’autres groupes à recommander ?<br />

Bastien B : À part ceux que l’on a déjà<br />

cités, je recommande Fight For Ashes qui<br />

est un bon groupe et des amis à nous, ou<br />

alors This Deafening Whisper qui bossent<br />

super bien et qui viennent de sortir un clip<br />

super cool.<br />

Mehdi : Anamorphose, ce sont de très<br />

bons amis à nous. Et surtout, je conseil<strong>le</strong><br />

Our Theory !<br />

Bastien B : Il va y avoir un très bon clip et<br />

un super album qui vont arriver en 2013,<br />

mais peut-être qu’il y aura la fin du monde<br />

en 2012 et dans ce cas-là, on l’aura dans<br />

13<br />

l’os... [rires col<strong>le</strong>ctifs]<br />

Quels sont vos projets et objectifs ?<br />

Bastien B : Mon rêve serait de participer<br />

au Warped Tour aux Etats-Unis. C’est<br />

peut-être petit pour certains, mais pour<br />

notre scène, c’est énorme et c’est <strong>le</strong> but à<br />

atteindre. Quand je vois Chunk! No, Captain<br />

Chunk! qui tournent au Japon bientôt<br />

et en Australie, qui font <strong>le</strong> Warped Tour,<br />

qui bougent en tournée avec Woe, Is Me,<br />

qui ont une signature sous un grand label...<br />

je veux tout ce qu’ils ont !<br />

Mehdi : Du coup, pour par<strong>le</strong>r des projets<br />

à venir, on part en tournée dans 3 jours<br />

avec Memphis May Fire en Autriche, et<br />

ensuite on fait la première partie de There<br />

For Tomorrow sur <strong>le</strong>ur tournée avec Kyoto<br />

Drive, ce qui veut dire qu’on va faire<br />

l’Autriche, l’Italie, l’Al<strong>le</strong>magne, la France et<br />

<strong>le</strong>s Pays-Bas. C’est vraiment LA grosse<br />

nouvel<strong>le</strong> pour nous avant la sortie de notre<br />

album !<br />

Bastien B : Si on fait un second clip,<br />

j’espère qu’on <strong>le</strong> fera avec un des featurings<br />

avec qui on travail<strong>le</strong> sur l’album...<br />

Mehdi : … mais on ne vous dira pas qui !<br />

Un mot pour vos fans et <strong>le</strong>s personnes<br />

qui ne vous connaissent pas encore<br />

?<br />

Bastien B : Pour <strong>le</strong>s personnes qui nous<br />

suivent et qui nous envoient des messages,<br />

merci à tous ! Personnel<strong>le</strong>ment,<br />

je reçois énormément de messages de<br />

fans al<strong>le</strong>mands... en anglais, parce que<br />

<strong>le</strong>s cours d’al<strong>le</strong>mand, je ne <strong>le</strong>s connais<br />

pas vraiment... [rires]. On a aussi pas<br />

mal de personnes qui nous suivent en<br />

Asie. D’ail<strong>le</strong>urs, quand je suis parti en<br />

vacances en Thaïlande cet été, il y a des<br />

jeunes thaïlandais qui m’ont reconnu, et<br />

avec qui j’ai passé la fin de mon séjour !<br />

Mehdi : Surtout, n’hésitez pas à continuer<br />

de nous envoyer des messages,<br />

commenter <strong>le</strong>s vidéos, inviter <strong>le</strong>s gens à<br />

nous écouter... et pour ceux qui ne nous<br />

apprécient pas, on sera toujours là pour<br />

avancer pour ceux qui nous supportent.<br />

Morgane Le Marchand & Léa Berguig


PS MAG #6<br />

TALENTS<br />

TALENT #1<br />

THE CLOCKWORK<br />

OF THE MOON<br />

Avec <strong>le</strong>urs tignasses frisées<br />

et <strong>le</strong>ur folk aux tons<br />

sépia, on <strong>le</strong>s croirait figés<br />

dans une autre époque,<br />

sorte de troubadours<br />

égarés. Pourtant, depuis<br />

2010, <strong>le</strong> quartette sème<br />

ses compositions réglées<br />

comme des horloges<br />

suisses. En décembre, ils<br />

dévoilaient <strong>le</strong>ur fraîcheur<br />

et <strong>le</strong>urs voix cristallines<br />

en p<strong>le</strong>in jour, sur la scène<br />

des Trans Musica<strong>le</strong>s de<br />

Rennes. Dans <strong>le</strong> même<br />

temps, <strong>le</strong>s Normands<br />

présentaient <strong>le</strong>ur premier<br />

EP, jalonné de ballades<br />

pétillantes comme<br />

« Cloudy Mirror » ou<br />

« Ocean Oil ». Dépaysant.<br />

Genre :<br />

Pop-folk<br />

Label :<br />

Annoying Succes Label<br />

Pays :<br />

France<br />

Site Officiel:<br />

clockworkofthemoon.bandcamp.com<br />

TALENT #2<br />

CANDY HEARTS<br />

Formé il y a seu<strong>le</strong>ment<br />

moins de 3 ans, il ne<br />

serait pas surprenant<br />

de voir Candy Hearts<br />

monter progressivement<br />

en puissance au fur et à<br />

mesure de <strong>le</strong>ur avancée.<br />

Produits par Chad Gilbert<br />

(New Found Glory),<br />

<strong>le</strong>s américains nous<br />

présentent avec <strong>le</strong>ur<br />

dernier EP “The Best Ways<br />

To Disappear”, disponib<strong>le</strong><br />

depuis Novembre dernier,<br />

une subti<strong>le</strong> alliance entre<br />

la voix douce et sucrée de<br />

Mariel Loveland et <strong>le</strong>s riffs<br />

de guitares punk, offrant<br />

un son paradoxa<strong>le</strong>ment<br />

underground et frais.<br />

Quatuor à surveil<strong>le</strong>r de<br />

près !<br />

Genre :<br />

Pop-punk/Indie rock<br />

Label :<br />

Vio<strong>le</strong>ntly Happy Records<br />

Pays :<br />

USA<br />

Site Officiel:<br />

www.candyhearts.com<br />

14<br />

TALENT #3<br />

BEING AS AN OCEAN<br />

Les américains de Being<br />

As An Ocean, originaires<br />

de Californie, apportent<br />

un nouveau souff<strong>le</strong> au<br />

hardcore. Leur premier<br />

album “Dear G-d...”, sorti<br />

en Octobre dernier, se<br />

distingue par une plume<br />

soignée et des textes<br />

emprunts d’émotion et<br />

d’honnêteté. Le quintette<br />

rassemb<strong>le</strong> de plus en plus<br />

de fans via <strong>le</strong>s réseaux<br />

sociaux et s’apprête à<br />

effectuer sa première<br />

tournée européenne au<br />

printemps prochain avec<br />

deux dates en France,<br />

Nice et Lyon. Un groupe<br />

ta<strong>le</strong>ntueux à ne manquer<br />

sous aucun prétexte !<br />

Genre :<br />

Post-hardcore<br />

Label :<br />

InVogue Records<br />

Pays :<br />

USA<br />

Site Officiel:<br />

beingasocean.tumblr.com<br />

+ PLAYSOUND.FR/LABS/<br />

TALENT #4<br />

DAVE HAUSE<br />

On ne se lasse pas de<br />

ces artistes de la scène<br />

punk ayant troqué <strong>le</strong>ur<br />

guitare saturée pour des<br />

ballades folk rock. Après<br />

la déferlante Frank Turner,<br />

voilà Dave Hause (The<br />

Loved Ones), singer/<br />

songwritter américain.<br />

Avec un premier album<br />

solo (Resolutions) et de<br />

multip<strong>le</strong>s collaborations<br />

avec des artistes tels<br />

que Bryan Fallon, Chuck<br />

Ragan ou encore Matt<br />

Skiba à son actif, on vous<br />

conseil<strong>le</strong> d’al<strong>le</strong>r prêter<br />

une oreil<strong>le</strong> attentive à la<br />

discographie de cet artiste<br />

aux multip<strong>le</strong>s facettes.<br />

Genre :<br />

Rock’n’Roll<br />

Label :<br />

Side One Dummy<br />

Pays :<br />

USA<br />

Site Officiel:<br />

www.davehause.com


PS MAG #6<br />

ZOOM TALENT<br />

ARCANE ROOTS<br />

Au début des années 90, Nirvana<br />

révolutionnait la scène rock avec son<br />

désormais mythique « Smells Like Teen<br />

Spirit ». Le trio grunge n’a pas manqué<br />

d’inspirer de nombreux nouveaux<br />

groupes <strong>le</strong>s deux décennies suivantes,<br />

et Arcane Roots en fait partie. En effet,<br />

vingt ans après sa sortie, cette toute jeune<br />

formation a la lourde tâche de reprendre <strong>le</strong><br />

tube culte dans <strong>le</strong> cadre de la compilation<br />

Nevermind Forever du magazine anglais<br />

Kerrang! où chaque morceau de<br />

Nevermind, <strong>le</strong> célèbre deuxième opus<br />

de Nirvana, est repris par un groupe<br />

de la nouvel<strong>le</strong> scène rock. On entend<br />

souvent dire qu’il ne faut pas toucher à<br />

certains groupes qui ont tel<strong>le</strong>ment marqué<br />

l’histoire qu’ils sont inimitab<strong>le</strong>s. Mais <strong>le</strong> fait<br />

est qu’Arcane Roots n’a pas cherché à<br />

imiter ; au contraire, <strong>le</strong> combo anglais a<br />

véritab<strong>le</strong>ment transformé cet hymne pour<br />

se l’approprier. Une reprise qui sort de<br />

l’ordinaire et qui a permis à la formation<br />

de commencer à faire sérieusement par<strong>le</strong>r<br />

d’el<strong>le</strong> Outre-Manche.<br />

Le moins que l’on puisse dire c’est<br />

qu’Arcane Roots est un trio qui aime<br />

surprendre en intégrant des influences<br />

diverses dans sa musique, si bien qu’il<br />

est diffici<strong>le</strong> de <strong>le</strong>ur col<strong>le</strong>r une étiquette.<br />

Après avoir sorti plusieurs EP, <strong>le</strong> combo<br />

nous livre Left Fire, un mini-album sorti<br />

début 2011 (en streaming gratuit sur la<br />

page bandcamp du groupe) acclamé par<br />

la critique et qui connaîtra une réédition<br />

avec des titres bonus parue en Juin 2012.<br />

Sur cette ga<strong>le</strong>tte, <strong>le</strong>s Anglais originaires de<br />

Kingston sont parvenus à nous offrir des<br />

compositions variées entre post-hardcore<br />

et pop, créant ainsi un son unique.<br />

Car c’est aussi ça la force d’Arcane<br />

Roots. Dans un monde où de nombreux<br />

groupes sonnent plus ou moins pareil<br />

et semb<strong>le</strong>nt davantage s’intéresser à<br />

<strong>le</strong>ur allure, <strong>le</strong> trio apparaît comme une<br />

formation sans fioritures et honnête. Ce<br />

qui guide Andrew Groves (guitare/chant),<br />

Adam Burton (basse) et Daryl Atkins<br />

(batterie) c’est bien une véritab<strong>le</strong> passion<br />

pour la musique et pas une quelconque<br />

envie dévorante de devenir des célébrités.<br />

Depuis plusieurs années, <strong>le</strong> groupe a<br />

ratissé <strong>le</strong> Royaume-Uni de long en large<br />

et foulé <strong>le</strong>s scènes de festivals prestigieux<br />

tels que <strong>le</strong> Hevy Festival, <strong>le</strong> Hit The Deck<br />

ou encore <strong>le</strong> célèbre Sonisphere pour se<br />

créer une base de fans. Cette passion,<br />

on la voit aussi dans <strong>le</strong>urs vidéos qui<br />

sont toutes réalisées par <strong>le</strong> batteur<br />

du combo, un professionnel dans <strong>le</strong><br />

domaine, qui a l’habitude de filmer des<br />

clips promotionnels pour d’autres. Arcane<br />

15<br />

Roots est un groupe qui aime garder <strong>le</strong><br />

contrô<strong>le</strong> sur son aspect artistique, de<br />

la musique aux clips en passant par<br />

l’artwork des albums, se présentant ainsi<br />

comme comp<strong>le</strong>t.<br />

En Avril dernier, et cela après avoir passé<br />

plusieurs années sans label, <strong>le</strong> groupe<br />

a signé un contrat avec <strong>le</strong> label PIAS,<br />

maison d’Enter Shikari et de Young<br />

Guns, ce qui ne manquera pas de <strong>le</strong>ur<br />

ouvrir de nouvel<strong>le</strong>s portes. Aujourd’hui,<br />

<strong>le</strong> trio est en train de mettre <strong>le</strong>s touches<br />

fina<strong>le</strong>s à son tout premier album dont<br />

la sortie est prévue pour fin Mars/début<br />

Avril 2013. « Resolve », <strong>le</strong> premier sing<strong>le</strong><br />

en téléchargement gratuit sur <strong>le</strong> site<br />

du groupe, est déjà très prometteur,<br />

s’illustrant dans un sty<strong>le</strong> rock bourré<br />

d’énergie.<br />

Niveau tournée, <strong>le</strong> groupe s’envo<strong>le</strong>ra pour<br />

l’Europe continenta<strong>le</strong> dès Janvier prochain<br />

pour assurer la première partie de l’artiste<br />

e<strong>le</strong>ctro-pop Awolnation qui fera esca<strong>le</strong> au<br />

Nouveau Casino de Paris <strong>le</strong> 12 Février. Il<br />

s’agira du tout premier passage en France<br />

des Anglais, un moment à ne pas rater et<br />

qui promet d’être explosif !<br />

Marie-Audrey Esposito


DOSSIER<br />

Un riff, c’est quelques accords bien<br />

ficelés, pour former un ensemb<strong>le</strong> souvent<br />

entêtant. Cet enchaînement rythmique et<br />

mélodique constitue ensuite l’identité du<br />

reste de la chanson, donnant <strong>le</strong> ton et la<br />

cou<strong>le</strong>ur de ce qui va suivre. Si la « phrase »<br />

initia<strong>le</strong> est bonne, il y a fort à parier que<br />

<strong>le</strong> morceau entier vaudra <strong>le</strong> coup. Cette<br />

signature musica<strong>le</strong> existe de façon<br />

autonome, sans avoir nécessairement<br />

besoin du chant ou d’autres instruments.<br />

Généra<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong> riff est associé à un<br />

nom mythique de la guitare. On par<strong>le</strong> ici<br />

de Johnny B. Goode de Chuck Berry,<br />

de Layla d’Eric Clapton ou de Welcome<br />

to the Jung<strong>le</strong> de Slash. Des titres qui<br />

claquent comme une marque déposée,<br />

entrés dans <strong>le</strong> Panthéon du rock.<br />

Faut-il être un génie pour composer ce<br />

qui a priori a l’air d’être à la portée de<br />

tous ? Quelque soit <strong>le</strong> niveau du musicien,<br />

il suffit de balader ses doigts sur un manche<br />

pour trouver une mélodie percutante.<br />

Mais pour en faire un chef d’œuvre, il faut<br />

humb<strong>le</strong>ment constater que cela arrive<br />

plus souvent à des individus bourrés de<br />

ta<strong>le</strong>nt. La qualité première du génie est<br />

de rendre magnifique quelque chose de<br />

simp<strong>le</strong>. Après, pour déterminer si c’est <strong>le</strong><br />

riff qui a fait de ces garçons des rock<br />

stars ou s’il faut être une rock star pour<br />

pondre un riff qui entrera dans l’histoire…<br />

c’est <strong>le</strong> paradoxe de la pou<strong>le</strong> et de l’œuf !<br />

PS MAG #6<br />

LES RIFFS :<br />

UNE SIGNATURE DE LÉGENDE<br />

Vous avez déjà surpris dans <strong>le</strong> garage votre père fredonner frénétiquement <strong>le</strong> riff de Smoke On The Water de Deep Purp<strong>le</strong> tout en<br />

se déhanchant sur son air-guitare ? Durant <strong>le</strong>s années collège, vous en faisiez de même, dans votre piau<strong>le</strong> bariolée de posters, en<br />

imitant Kurt Cobain grattant sur Smells Like Teen Spirit ? Eh bien, n’en ayez pas honte car ainsi vous contribuez à la longévité des<br />

plus grands riffs de guitare de l’histoire du rock.<br />

Un riff c’est aussi un objet musical<br />

universel, connu au-delà du cerc<strong>le</strong> des<br />

amateurs de rock. Cette popularité<br />

est souvent due à son utilisation dans<br />

d’autres contextes. Mr. Sandman de Chet<br />

Atkins, hit des années 50, se retrouve<br />

aussi bien dans la B.O. de plusieurs longmétrages<br />

(Philadelphia, Mister Nobody,<br />

Planète 51) que dans <strong>le</strong>s spots télévisés<br />

d’hypermarchés. Seven Nation Army des<br />

White Stripes est devenu un hymne dans<br />

<strong>le</strong>s stades de football, alors que Jump de<br />

Van Ha<strong>le</strong>n accompagne l’entrée des<br />

joueurs dans <strong>le</strong> Vélodrome de Marseil<strong>le</strong>.<br />

Certains riffs sont des samp<strong>le</strong>s tout trouvés<br />

pour des tubes hip-hop. Aerosmith en<br />

est spécialiste en fournissant Eminem<br />

avec Dream On (Sing For the Moment) et<br />

SI LA « PHRASE »<br />

INITIALE EST BONNE, IL<br />

Y A FORT À PARIER QUE<br />

LE MORCEAU ENTIER<br />

VAUDRA LE COUP.<br />

16<br />

Run-DMC avec Walk this Way. Quels que<br />

soient ses goûts musicaux, on est amené<br />

à rencontrer ces classiques du rock.<br />

Un titre a plusieurs vies et peut avoir<br />

une signification et une interprétation<br />

différente pour chacun d’entre nous. Cela<br />

explique <strong>le</strong> caractère intergénérationnel<br />

du riff, qui peut se refi<strong>le</strong>r de père en fils.<br />

Durant la dernière décennie, plusieurs<br />

artistes ont proposé des riffs intéressants<br />

qui pourraient, dans quelques années et<br />

plusieurs tours de disques (ou <strong>le</strong>ctures<br />

iTunes en mode « Repeat »), intégrer ce<br />

gotha des phrases musica<strong>le</strong>s mythiques.<br />

On pense à Lonely Boy des Black Keys,<br />

à Take Me Out de Franz Ferdinand, à<br />

Hail Bop de Django Django ou encore<br />

à Brianstorm d’Arctic Monkeys. Ces<br />

titres arriveront à maturité seu<strong>le</strong>ment au<br />

moment où votre descendance vous<br />

demandera dans <strong>le</strong> monospace familial<br />

« P’pa ? C’est quoi cette chanson ? ».<br />

Vous lui répondrez fièrement, en poussant<br />

<strong>le</strong> volume de l’autoradio, « Ecoute bien<br />

mon p’tit, ça c’est du riff ! ».


1. Voodoo Chi<strong>le</strong> / Jimi Hendrix<br />

(1968) :<br />

Le virtuose de la six cordes renversée sait<br />

comment nous faire mettre à genoux.<br />

Face à l’intensité et la puissance de ce<br />

morceau, force est de constater que<br />

ce monument est la crème de la crème<br />

en matière de riff, issu à l’origine d’une<br />

improvisation blues et bien arrangé à<br />

coup péda<strong>le</strong> Whawha.<br />

2. (I Can’t Get No) Satisfaction /<br />

Rolling Stones (1965) :<br />

Quintessence du riff, il réunit tout <strong>le</strong>s<br />

ingrédients nécessaires :un éclair de génie<br />

frappant Keith Richards pendant l’une<br />

de ses nuits blanches, un arrangement<br />

parfait avec la péda<strong>le</strong> Fuzz et bien sûr <strong>le</strong><br />

carton mondial qui fera de ce titre un des<br />

hymnes internationaux du Rock n’roll.<br />

3. Kashmir / Led Zeppelin<br />

(1975) :<br />

S’il y a bien un récidiviste en matière<br />

de riffs, c’est bien Jimmy Page. Kashmir<br />

est la tête de gondo<strong>le</strong> des Who<strong>le</strong> Lotta<br />

Love ou Heatbreaker. La progression<br />

d’accords simp<strong>le</strong> mais terrib<strong>le</strong>ment<br />

percutante a tristement échoué dans<br />

<strong>le</strong> générique de Téléfoot, puis samplée<br />

pour P. Diddy. Triste sort pour un mythe.<br />

PS MAG #6<br />

TOP 10<br />

DES RIFFS DE LÉGENDE<br />

4. Rebel Rebel / David Bowie<br />

(1974) :<br />

Ziggy Stardust sait aussi cogner.<br />

Et quand l’icône du glam rock, plus incisif<br />

que jamais, se pare de son plus beau<br />

cache-œil et de sa Fender rouge vif,<br />

ça force <strong>le</strong> respect. Une distorsion viri<strong>le</strong><br />

balancée comme un bon coup de talon<br />

haut dans <strong>le</strong>s codes du rock, signé par la<br />

plus efféminée des rock stars.<br />

5. Sweet Child O’Mine /<br />

Guns n’Roses (1987) :<br />

Quand Slash s’amuse en improvisant<br />

une intro lorsqu’Izzy Stradlin commence<br />

un morceau, ça donne un des immenses<br />

succès des blonds peroxydés. Un<br />

enchaînement menant à l’extase, cherché<br />

au-delà de la douzième fret de la Gibson<br />

Les Paul 59’ de l’homme au chapeau,<br />

suivi de solos survoltés.<br />

6. Killing in the Name Of /<br />

Rage Against the Machine<br />

(1992) :<br />

Deux notes de basse, des coups de<br />

percussions biens placés et voilà Tom<br />

Morello lancé dans un riff sulfureux. Faut<br />

avouer que <strong>le</strong> solo déménage éga<strong>le</strong>ment.<br />

Ce morceau dénonçant la puissance du<br />

Ku Klux Klan a été reprise par FM Belfast<br />

(Lotus), Biffy Clyro ou La Maison Tellier.<br />

7. Iron Man / Black Sabbath<br />

(1970) :<br />

Dans la catégorie heavy metal, <strong>le</strong>s camarades<br />

d’Ozzy Osbourne obtiennent<br />

la palme haut la main. Cette marche<br />

démoniaque évoque un homme affrontant<br />

l’apocalypse lors d’un voyage<br />

spatio-temporel, sensation partagée par<br />

l’auditeur confronté à la rudesse des<br />

sons industriels provenant de l’outil de<br />

Tony Iommi.<br />

17<br />

8. Boom Boom /<br />

John Lee Hooker (1961) :<br />

Comment façonner un standard du blues<br />

avec quelques fulgurances sur la note Do<br />

entrecoupées de battements de cœur ?<br />

Le pied nous démange, pour battre ce<br />

rythme endiablé qui a inspiré <strong>le</strong> spot pour<br />

une marque de jeans et bien entendu Eric<br />

Burdon et <strong>le</strong>s Animals, dans un cover<br />

saignant de 1964.<br />

9. Back in Black /<br />

AC/DC (1980) :<br />

Ravagés par la disparition de <strong>le</strong>ur premier<br />

chanteur Bon Scott, <strong>le</strong>s Australiens<br />

planchent sur un titre-hommage. Les<br />

frères Young vont alors pondre ce riff à<br />

la fois rugueux et subtil, dans la veine de<br />

<strong>le</strong>urs plus grands succès. Un passage<br />

de cette chanson sera utilisé en live par<br />

Muse à la fin d’Hysteria.<br />

10. You Really Got Me /<br />

The Kinks (1964) :<br />

Ray Davies aurait-il avec ce riff enfoncé<br />

<strong>le</strong>s portes ouvertes du hard rock ? Quoi<br />

qu’il en soit, <strong>le</strong> titre marquera <strong>le</strong>s esprits,<br />

repris par Van Ha<strong>le</strong>n, consacrant un des<br />

groupes anglais <strong>le</strong>s plus sous-cotés. Le<br />

délicieux mais moins emblématique All<br />

Day and All of the Night aurait pu être<br />

aussi retenu.<br />

Mathieu Rollinger


FOCUS<br />

Manchester. Le foot, <strong>le</strong>s usines, et la<br />

musique ! Liverpool lui ferait presque de<br />

l’ombre avec ses quatre garçons dans<br />

<strong>le</strong> vent, mais Manchester a l’avantage<br />

d’avoir connu une histoire particulière,<br />

triste et glorieuse à la fois. Entre<br />

chômage, guitare ou ballon rond, <strong>le</strong>s<br />

jeunes mancuniens ont vite dû faire un<br />

choix. Sortez vos parapluies, c’est parti<br />

pour une promenade maussade dans<br />

l’histoire musica<strong>le</strong> de la vil<strong>le</strong> anglaise.<br />

S’il est une chose à retenir de Manchester<br />

avant tout, c’est qu’el<strong>le</strong> pullu<strong>le</strong><br />

d’usines, majoritairement texti<strong>le</strong>s. El<strong>le</strong><br />

est <strong>le</strong> berceau-même de la révolution<br />

industriel<strong>le</strong>, et devient un carrefour commercial<br />

majeur dès <strong>le</strong> XVIIIe. Et cela dura<br />

jusqu’au XXe sièc<strong>le</strong>. Mais la Grande Dépression<br />

survient, et <strong>le</strong>s bombardements<br />

al<strong>le</strong>mands pendant la Seconde Guerre<br />

Mondia<strong>le</strong> achèveront la vil<strong>le</strong> sur <strong>le</strong> déclin.<br />

C’est dans ce contexte morose que commencent<br />

à germer quelques groupes, à<br />

travers la grisail<strong>le</strong> et <strong>le</strong>s ruines. Après <strong>le</strong><br />

boum de la révolution industriel<strong>le</strong>, la vil<strong>le</strong><br />

connait une seconde renaissance. Le<br />

4 juin 1976, après avoir écumé toutes<br />

<strong>le</strong>s sal<strong>le</strong>s londoniennes, <strong>le</strong>s Sex Pistols<br />

débarquent à Manchester ! Dans la sal<strong>le</strong><br />

du Free Trade Hall, il n’y a pourtant pas<br />

grand monde. La légende dit que <strong>le</strong>s<br />

punks jouèrent devant un public de 42<br />

personnes. Mais quel<strong>le</strong> audience p<strong>le</strong>ine<br />

PS MAG #6<br />

MANCHESTER :<br />

MACHINE À SONS<br />

La musique ne se définit pas uniquement à travers son instrument ou son interprète, mais aussi à travers <strong>le</strong> territoire sur<br />

<strong>le</strong>quel el<strong>le</strong> a grandi. Tous <strong>le</strong>s mois, <strong>Playsound</strong> Le <strong>Mag</strong> vous propose la visite musica<strong>le</strong> d’une vil<strong>le</strong> qui a marqué l’histoire !<br />

de bel<strong>le</strong>s promesses ! Médusés dans<br />

l’assistance, Peter Hook et Bernard<br />

Sumner (futurs Joy Division / New Order),<br />

Morrissey (futur The Smiths), Pete Shel<strong>le</strong>y<br />

et Howard DeVoto (The Buzzcocks,<br />

qui contribuèrent d’ail<strong>le</strong>urs à organiser<br />

<strong>le</strong> concert) … Ce soir-là, <strong>le</strong> Do It Yourself<br />

l’emporta. Dès <strong>le</strong> <strong>le</strong>ndemain, Hook et<br />

Sumner partirent s’acheter une guitare et<br />

une basse et posèrent la base du groupe<br />

qui deviendra Joy Division.<br />

Trois ans plus tard sort Unknown P<strong>le</strong>asures,<br />

<strong>le</strong>ur premier album, sur <strong>le</strong> label local<br />

Factory Records. C’est <strong>le</strong> début de<br />

l’invasion musica<strong>le</strong> mancunienne, symbolisé<br />

par <strong>le</strong> succès mondial de <strong>le</strong>ur sing<strong>le</strong><br />

Love Will Tear Us Apart en 1980. Très<br />

vite, Morrissey et sa bande <strong>le</strong>ur emboîte <strong>le</strong><br />

pas puisque The Smiths se formèrent en<br />

1982 et deviendront un des groupes britanniques<br />

<strong>le</strong>s plus iconiques de la décennie.<br />

Derrière <strong>le</strong> son très pop de la décade<br />

se cache, comme chez Joy Division, un<br />

chant à la noirceur et à l’honnêteté remarquab<strong>le</strong>s.<br />

Entre misère et chômage<br />

dans cette vil<strong>le</strong> en p<strong>le</strong>ine dépression industriel<strong>le</strong>,<br />

il n’y a que la musique – ou <strong>le</strong><br />

ballon rond – pour s’en sortir. Les jeunes<br />

sont désabusés, et ils <strong>le</strong> chantent si bien !<br />

En parallè<strong>le</strong>, d’autres iront chercher des<br />

paradis artificiels. La scène Madchester<br />

voit éga<strong>le</strong>ment <strong>le</strong> jour au début des années<br />

80, avec un cocktail explosif : rock<br />

18<br />

indé, psyché, et house music. L’usage<br />

de drogues y est courant, et la boite de<br />

nuit Haçienda Club devient LE haut lieu<br />

de la fête dans tous ses états en Ang<strong>le</strong>terre.<br />

El<strong>le</strong> reçoit régulièrement des<br />

groupes comme <strong>le</strong>s Happy Mondays<br />

ou The Stones Roses, et jusqu’au début<br />

des années 90, el<strong>le</strong> pose <strong>le</strong>s bases de<br />

ce qui deviendra plus tard la rave party :<br />

drogues et grosse musique, pour un second<br />

« summer of love ». Mais la gestion<br />

hasardeuse de la sal<strong>le</strong>, ajoutée aux trafics<br />

de drogue et à la création de gangs<br />

mettra fin au rêve.<br />

Derrière Oasis qui illumina <strong>le</strong>s années 90,<br />

aujourd’hui, la relève est variée et plutôt<br />

bien assurée : Delphic, The Whip, The<br />

Ting Tings, Elbow – récompensés – et <strong>le</strong>s<br />

petits derniers, Wu Lyf. Avec <strong>le</strong>ur première<br />

sortie, ils ont placé la barre haut, et<br />

la critique <strong>le</strong>s encense. On voit déjà en<br />

eux la renaissance d’une scène culturel<strong>le</strong><br />

riche et origina<strong>le</strong> … Pourvu qu’ils assurent<br />

!<br />

A lire : Manchester, Music City 1976-<br />

1996 par John Robb<br />

Martin Van Boxsom


PS MAG #6<br />

ILS L’ONT DIT<br />

“ON EST LE MEILLEUR GROUPE DU MONDE EN CE MOMENT”<br />

LIAM FREY<br />

(NME)<br />

“OUI, IL Y AURA DE NOUVEAUX MORCEAUX.<br />

IL Y A QUELQUES TRUCS EN COURS”<br />

TRENT REZNOR À PROPOS D’UN RETOUR DE NIN<br />

(ROLLING STONE)<br />

“NOUS SOMMES DES ELECTRONS LIBRES<br />

AU TOP DE NOTRE FORME”<br />

TOM DELONGE<br />

(BILLBOARD)<br />

“RÉCEMMENT, DES MECS M’ONT DEMANDÉ DE VENIR<br />

JAMMER AVEC EUX, J’AI FINI PAR COMPRENDRE QUE J’ÉTAIS<br />

AU MILIEU D’UNE REFORMATION DE NIRVANA !”<br />

PAUL MCCARTNEY<br />

(LIVE AU 12-12-12: CONCERT FOR SANDY RELIEF)<br />

“JE PENSE QUE TOUT LE MONDE S’ÉCLATE SUR SCÈNE C’EST<br />

PLUS QUE DE LA NOSTALGIE. JE CROIS QU’ILS SE SENTENT<br />

PLEIN D’ÉNERGIE À NOUVEAU ET PROBABLEMENT TRÈS<br />

ENTHOUSIASTES À L’IDÉE DE FAIRE DE NOUVELLES CHOSES<br />

PAR LE FUTUR”<br />

MICK TAYLOR (EX-ROLLING STONES)<br />

(BILLBOARD)<br />

19<br />

Martin Van Boxsom


PS MAG #6<br />

LIVE REPORT : BRING THE NOISE<br />

La scène alternative est à nouveau mise à l’honneur avec cette troisième édition du Festival Bring the Noise organisé par<br />

la radio rock Ouï FM. Le festival parisien remet ça cette fois au Divan du Monde. Trois soirées et dix groupes attendus avec<br />

impatience, <strong>le</strong> tout gratuitement bien sûr.<br />

Tout commence <strong>le</strong> 26 novembre avec<br />

Triggerfinger et Biffy Clyro. La soirée<br />

débute sur <strong>le</strong> stoner/blues rock de Triggerfinger.<br />

Le trio belge ne passe pas par<br />

quatre chemins et envoie un premier titre<br />

sulfureux, “I’m Coming For You”. Le son,<br />

brut et lourd à souhait, emporte un public<br />

impressionné par la performance des<br />

musiciens qui se sont mis sur <strong>le</strong>ur 31 :<br />

costume-cravate s’il vous plaît. Il faut dire<br />

que <strong>le</strong> trio emmené par <strong>le</strong> chanteur et guitariste<br />

Ruben Block déploie une énergie<br />

incroyab<strong>le</strong> notamment sur “My Baby’s Got<br />

A Gun”, morceau magistral qui monte en<br />

puissance. Avant de terminer son set<br />

avec “Is It”, Triggerfinger offre sa fameuse<br />

et sublime reprise du titre de Likke Li, “I<br />

Follow Rivers” qui fait l’unanimité. Le batteur<br />

viendra même au devant de la scène<br />

armé de verres qu’il utilisera en guise de<br />

percussions. Un concert court mais intense<br />

qui ouvre dignement cette première<br />

soirée du festival.<br />

Pour faire patienter <strong>le</strong> public avant l’arrivée<br />

de la tête d’affiche, Pierre, l’animateur de<br />

l’émission Bring The Noise, vient jouer au<br />

Père Noël en distribuant tee-shirts et CDs.<br />

Enfin, c’est un Divan du Monde survolté<br />

qui accueil<strong>le</strong> <strong>le</strong>s trois écossais de Biffy<br />

Clyro. Simon Neil et <strong>le</strong>s frères Johnston<br />

arrivent torses nus, accompagnés par<br />

deux ex-musiciens du groupe Oceansize,<br />

Mike Vennart (guitare) et Gamb<strong>le</strong>r<br />

(synthé). Pas <strong>le</strong> temps de dire ouf que <strong>le</strong><br />

groupe démarre en trombe avec “Stingin’<br />

Bel<strong>le</strong>”, sing<strong>le</strong> du nouvel album Opposites<br />

qui sortira fin janvier, puis enchaîne sur <strong>le</strong><br />

très enragé “The Captain”. L’ambiance est<br />

déjà à son comb<strong>le</strong>, la fosse s’emporte alors<br />

que <strong>le</strong>s titres se succèdent.<br />

20<br />

Triggerfinger<br />

Biffy Clyro<br />

La discographie du groupe est survolée<br />

avec d’anciens morceaux tels que “27”<br />

ou <strong>le</strong> traditionnel “Living Is a Prob<strong>le</strong>m Because<br />

Everything Dies”, pour <strong>le</strong> plus grand<br />

plaisir des fans. De nouveaux titres sont<br />

joués comme l’excel<strong>le</strong>nt “Black Chandelier”<br />

et “Sounds Like Balloons”. Autant dire<br />

qu’Opposites promet d’être excel<strong>le</strong>nt !<br />

Avec 22 morceaux Biffy Clyro ne lésine<br />

pas sur la performance. Scéniquement,<br />

<strong>le</strong> trio est très bon même si pas très bavard<br />

(“Bonsoir Paris”, “Merci !” et “Nous<br />

reviendrons vous voir l’année prochaine”).<br />

Musica<strong>le</strong>ment c’est irréprochab<strong>le</strong> : puissance,<br />

maîtrise voca<strong>le</strong>, tout y est ! Mais<br />

si <strong>le</strong> groupe sait faire du rentre dedans<br />

à coup de riffs, il sait éga<strong>le</strong>ment faire <strong>le</strong>s<br />

choses posément. C’est <strong>le</strong> cas pendant<br />

“God And Satan” interprété par Simon<br />

Neil, seul à la guitare. Le dernier album<br />

en date, Only Revolutions est aussi mis à<br />

l’honneur avec “Many of Horror”, l’énorme<br />

“That Golden Ru<strong>le</strong>” et surtout <strong>le</strong> titre final<br />

“Mountains”, repris par la sal<strong>le</strong> entière.<br />

Grosse performance de Biffy Clyro qui a<br />

mis la barre très haute.


Rise Of The North Star<br />

The Aars<br />

La seconde soirée propose une affiche<br />

exclusivement française. Au menu du 6<br />

décembre, Le Divan du Monde accueil<strong>le</strong><br />

un line-up d’enfer : Rise Of The North Star,<br />

The Arrs et Mass Hysteria.<br />

Premier groupe à venir semer la pagail<strong>le</strong> :<br />

<strong>le</strong> gang parisien de Rise Of The North<br />

Star. Affublés de vêtements et accessoires<br />

clairement dans un sty<strong>le</strong> nippon, <strong>le</strong> groupe<br />

prouve son attachement pour <strong>le</strong> pays des<br />

mangas. A l’image de certains titres joués<br />

tel que “Phoenix” qui évoque Fukushima.<br />

Les Rise Of balancent sans scrupu<strong>le</strong> une<br />

flopée de titres tota<strong>le</strong>ment hardcore qui<br />

prend <strong>le</strong> public aux tripes.<br />

Fina<strong>le</strong>ment, au bout d’une demi-heure<br />

partagée entre des riffs aiguisés et <strong>le</strong>s cris<br />

du <strong>le</strong>ader Vithia, <strong>le</strong> groupe quitte la scène,<br />

public en poche.<br />

Puis, après <strong>le</strong> passage de Pierre de Ouï<br />

FM, c’est The Aars qui monte sur scène<br />

prêt à envoyer du lourd. Des titres taillés<br />

pour <strong>le</strong> live, portés vers <strong>le</strong> haut par des<br />

musiciens qui mê<strong>le</strong>nt ta<strong>le</strong>nt et énergie,<br />

que demander de plus ? Quand Nico, <strong>le</strong><br />

chanteur encapuchonné, débarque sur<br />

scène, la folie commence. Un déluge sonore<br />

vient faire siff<strong>le</strong>r nos tympans tandis<br />

qu’en fosse, pogos, slams et moshpits<br />

sont de mise.<br />

PS MAG #6<br />

Un concert explosif d’une dizaine de titres<br />

où <strong>le</strong> groupe mettra en avant son dernier<br />

album So<strong>le</strong>il Noir, sans pour autant oublier<br />

<strong>le</strong>s anciens morceaux qui ont forgé sa réputation<br />

dont “Passion” que <strong>le</strong> chanteur<br />

dreadeux interprètera au beau milieu de<br />

la fosse. The Aars impose son sty<strong>le</strong> avec<br />

force et hargne : on aime ça.<br />

Enfin, <strong>le</strong>s mythiques Mass Hysteria investissent<br />

<strong>le</strong> Divan du Monde. En près de<br />

20 ans d’activité, <strong>le</strong> groupe est devenu<br />

incontournab<strong>le</strong> sur la scène metal française.<br />

Les cinq membres entament <strong>le</strong>ur<br />

set-list sur <strong>le</strong>s chapeaux de roues avec<br />

“Positif à Bloc” suivi de très près par “Tout<br />

Doit Disparaître” issu de <strong>le</strong>ur dernier album,<br />

L’Armée des Ombres. Pourtant, à<br />

première vue, tout n’est pas gagné. Le<br />

chanteur Mouss est b<strong>le</strong>ssé au pied, ce<br />

qui l’empêche de bouger autant qu’il <strong>le</strong><br />

voudrait. Mais c’est sans compter l’envie<br />

de donner <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur de soi-même : ce<br />

petit souci ne viendra pas entacher la performance<br />

haute en cou<strong>le</strong>urs et en décibels.<br />

Mass Hysteria distil<strong>le</strong> un son qui lui<br />

est propre, alternant <strong>le</strong>s morceaux tota<strong>le</strong>ment<br />

métal avec des sonorités é<strong>le</strong>ctro,<br />

des phrasés tantôt chantés, hurlés voir<br />

rappés. Le groupe interprète classiques<br />

et nouveautés sans montrer un seul signe<br />

de faib<strong>le</strong>sse et l’on est ravi que la scène<br />

française soit si bien représentée. Mass<br />

21<br />

Mass Hysteria<br />

Hysteria assènera <strong>le</strong> coup de grâce avec<br />

“Furia” accueilli comme jamais par <strong>le</strong> public<br />

déchaîné. Furieux final pour cette seconde<br />

édition !<br />

Mass Hysteria


S<strong>le</strong>eppers<br />

3ème et dernière date du festival, ce sont<br />

<strong>le</strong>s suédois de Royal Republic qui tiennent<br />

<strong>le</strong> haut de l’affiche, accompagnés de deux<br />

groupes français, Blackfeet Revolution et<br />

S<strong>le</strong>eppers.<br />

Et ce sera au tour de ces derniers d’ouvrir<br />

<strong>le</strong> bal ce soir. Malheureusement pour eux,<br />

il est encore bien tôt quand ils montent<br />

sur scène (19h00 tapantes) et deux jours<br />

avant noël, autant dire que ce n’est pas<br />

la fou<strong>le</strong> des grands jours. Il en résulte<br />

une ambiance qui a vraiment du mal à<br />

décol<strong>le</strong>r, dommage pour ce groupe qui<br />

avait vraiment de très bonnes choses à<br />

offrir ce soir. Des sonorités lourdes et planantes<br />

à la fois, quelque part entre Tool et<br />

Deftones, peut-être pas <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur choix<br />

pour un groupe d’ouverture vous me direz.<br />

Surtout compte tenu des deux razde-marée<br />

qui vont suivre.<br />

En effet changement de registre avec <strong>le</strong><br />

duo de Blackfeet Revolution. Si <strong>le</strong> premier<br />

groupe était plutôt sombre et introverti<br />

ici c’est l’explosion, l’envie d’al<strong>le</strong>r à<br />

la rencontre du public et de partager un<br />

moment intense avec lui. Les deux musiciens<br />

ont une sacrée pêche et <strong>le</strong> sourire<br />

aux lèvres, quoi de mieux pour nous faire<br />

chavirer. Sans compter des morceaux<br />

PS MAG #6<br />

Blackfeet Revolution Royal Republic<br />

blues rock modernes à souhait. Ce<br />

genre musical à pourtant très vite tendance<br />

à sentir <strong>le</strong> renfermé de nos jours,<br />

mais <strong>le</strong>s deux comparses vous envoient<br />

ça avec une fraîcheur remarquab<strong>le</strong> ! Une<br />

prestation brillante et surprenante, surtout<br />

quand on se dit qu’ils sont français.<br />

Vous m’excuserez la remarque mais, bien<br />

franchement, on n’a pas l’habitude de voir<br />

des prestations aussi bonnes de la part<br />

de groupes originaires de l’hexagone et<br />

versant dans ce genre musical. Quelques<br />

grenouil<strong>le</strong>s en feu et une jolie reprise de<br />

“Tainted love” plus tard et <strong>le</strong> groupe quitte<br />

la scène visib<strong>le</strong>ment content de sa prestation<br />

et de l’accueil du public.<br />

L’heure du dernier set du festival a sonné.<br />

Royal Republic fait son entrée sur scène<br />

sous <strong>le</strong>s applaudissements de la fou<strong>le</strong>. On<br />

peut dire que <strong>le</strong> groupe nous fait un bel<br />

honneur ce soir ! Si <strong>le</strong>ur musique quelque<br />

peu trop calibrée pour <strong>le</strong>s radios nous<br />

avait laissé un peu froids en version studio,<br />

la version live nous a définitivement<br />

conquis. Théâtraux, énergiques, hyper<br />

communicatifs, ces 4 là savent faire valser<br />

un public, au sens propre comme au<br />

figuré, ne laissant personne tranquil<strong>le</strong>, pas<br />

même <strong>le</strong>s planqués du balcon qui seront<br />

appelés à danser et pousser des hur<strong>le</strong>-<br />

22<br />

ments autant que <strong>le</strong>urs comparses du<br />

rez-de-chaussée. On n’avait pas dansé et<br />

sauté comme ça depuis bien longtemps.<br />

Décidément <strong>le</strong>s derniers concerts de<br />

l’année sont toujours mémorab<strong>le</strong>s (Frank<br />

Turner l’an passé dans cette même sal<strong>le</strong>).<br />

Mêlant avec brio des titres de <strong>le</strong>urs deux<br />

albums <strong>le</strong> groupe nous offre un superbe<br />

set d’une bonne heure et quart de pure<br />

folie. Le groupe sera de passage à Beauvais,<br />

C<strong>le</strong>rmont Ferrand et Lyon en février<br />

prochain. On vous conseil<strong>le</strong> d’al<strong>le</strong>r y faire<br />

un tour.<br />

Ce sera donc sur cette note extrêmement<br />

joyeuse et festive que s’achèvera<br />

cette troisième édition du festival Bring<br />

The Noise. On ne saurait trop remercier<br />

Ouï FM d’organiser ce genre d ‘événement<br />

chaque année ! Et merci éga<strong>le</strong>ment<br />

à Pierre et à toute son équipe de faire (sur)<br />

vivre <strong>le</strong> rock alternatif sur la bande FM.<br />

Joyeux Noël et bonne année à tous ! On<br />

se retrouve en 2013.<br />

Fabien Gal<strong>le</strong>t & Fanny Schneider


PS MAG #6<br />

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE L’ÉVÈNEMENT SUR PLAYSOUND.FR<br />

Royal Republic<br />

23<br />

Biffy Clyro<br />

Triggerfinger<br />

Rise Of The North Star The Aars<br />

Blackfeet Revolution<br />

S<strong>le</strong>eppers


ITW : STUPEFLIP<br />

Est-ce que tu pourrais présenter <strong>le</strong><br />

concept Stupeflip pour ceux qui ne<br />

<strong>le</strong> connaissent pas encore ?<br />

Non. Tu sais la musique c’est un copain<br />

qui te fait découvrir un truc, c’est des circonstances<br />

tu vois. C’est un peu comme<br />

l’amour. Ce sont des circonstances qui<br />

font que d’un coup tu aimes tel truc. Tout<br />

<strong>le</strong> monde est un peu comme ça, il faut<br />

juste trouver <strong>le</strong>s circonstances. Ça c’est<br />

la meil<strong>le</strong>ure pub que je puisse faire pour<br />

Stupeflip pour ceux qui ne connaissent<br />

pas. (rires)<br />

Peux-tu nous expliquer la manière<br />

dont tu composes <strong>le</strong>s morceaux de<br />

Stupeflip ?<br />

Ça, on ne me l’a jamais demandé. C’est<br />

dingue quand même, ils sont cons <strong>le</strong>s<br />

gens. C’est ça qui m’intéresse moi. Alors<br />

j’suis dans une pièce, tout seul, je fume<br />

un peu, ou alors je ne fume pas pendant<br />

deux-trois jours, puis je refume un joint,<br />

j’ai <strong>le</strong> cœur qui bat, je sors un son, parfois<br />

très vite. Ce qui est dur, c’est de reprendre<br />

<strong>le</strong> son une fois que tu l’as fait. Tu sais, la<br />

musique c’est un peu comme du poisson<br />

frais. Quand il vient d’être pêché, <strong>le</strong> son<br />

vient d’être pêché, il est « fresh », et <strong>le</strong>s<br />

meil<strong>le</strong>urs trucs sur <strong>le</strong>s albums de Stupeflip<br />

d’ail<strong>le</strong>urs sont <strong>le</strong>s sons qui étaient <strong>le</strong>s plus<br />

frais. Ils étaient frais et restent donc frais<br />

dans <strong>le</strong> disque. Tu comprends ce que je<br />

veux dire ? (rires).<br />

PS MAG #6<br />

Tu dis souvent ne pas accorder trop<br />

d’importance aux paro<strong>le</strong>s, pourtant<br />

dans certains morceaux comme<br />

“L’enfant fou”, “Hater’s Killah”, “Le<br />

sp<strong>le</strong>en des petits”, “Nan… ? Si… ?”<br />

Nous ne pouvons que saluer la sincérité<br />

des paro<strong>le</strong>s, presque autobiographiques<br />

à l’instar de chansons<br />

comme Animaux morts, Les monstres<br />

ou Le petit blouson en daim.<br />

Et bien si, au contraire, s’il y a bien un<br />

morceau autobiographique c’est celui la.<br />

Tu sais, moi je suis un petit peu dépressif<br />

et la seu<strong>le</strong> chose qui m’intéresse depuis<br />

quatre ans et qui me fait sortir de chez<br />

moi, en dehors de la musique que je fais<br />

chez moi, c’est sortir dans <strong>le</strong>s magasins,<br />

regarder des fringues, pas forcément<br />

acheter. Ca m’a sauvé. Les fringues m’ont<br />

sauvé, sinon je me serais flingué je crois.<br />

(Rires)<br />

Tu as dit dans une interview que ton<br />

morceau préféré est “Haters Killah”.<br />

Peux-tu nous par<strong>le</strong>r de ce règ<strong>le</strong>ment<br />

de compte avec <strong>le</strong>s haters ?<br />

Ce n’est pas qu’avec <strong>le</strong>s haters que je<br />

règ<strong>le</strong> des comptes, c’est avec <strong>le</strong>s cons<br />

en général, <strong>le</strong>s agressifs, <strong>le</strong>s vio<strong>le</strong>nts. Ce<br />

n’est pas forcément par rapport à Stupeflip.<br />

Ce sont ces gens agressifs et trop<br />

rudes qui foutent la merde tu comprends.<br />

Alors ok, ils ont souffert mais ils ne sont<br />

pas <strong>le</strong>s seuls tu vois ce que je veux dire ?<br />

24<br />

Ne trouves-tu pas ça effrayant ces<br />

fans fanatiques de Stupeflip ? De<br />

ceux qui s’approprient vraiment ce<br />

truc ?<br />

Il faut que tu saches que Stupeflip ce n’est<br />

pas si gros que ça. Ça pourrait être effrayant<br />

si on vendait autant de disques<br />

que Nolwenn Leroy mais la ça ne l’est pas<br />

tu vois. Je pense qu’ils ont compris que<br />

King Ju ou <strong>le</strong>s personnages, c’était eux<br />

aussi. Ils se sont approprié <strong>le</strong> truc, c’est<br />

plutôt marrant. Et comme je n’ai jamais<br />

montré ma gueu<strong>le</strong> je m’en fous. Par contre<br />

sur internet c’est vrai qu’il y a un truc<br />

qui énerve <strong>le</strong>s vieux fans de Stupeflip, ce<br />

sont <strong>le</strong>s autres personnes qui sont fans<br />

de Stupeflip mais qui sont plus récents,<br />

et ça, ça <strong>le</strong>s fait chier de voir quelqu’un<br />

d’autre tripper sur <strong>le</strong>urs trucs personnels.<br />

Stupeflip c’est ça l’idée, c’est que cela<br />

devienne personnel. C’est un peu barré<br />

pour que <strong>le</strong>s gens puissent se l’approprier.<br />

J’ai l’impression que c’est beaucoup plus<br />

ouvert que n’importe quel truc, c’est tel<strong>le</strong>ment<br />

givré que <strong>le</strong>s gens se disent « c’est<br />

moi ».<br />

Tout de même, des légions de fans se<br />

sont associées pour soutenir ton projet<br />

d’invasion des radios françaises !<br />

Alors je t’explique parce que c’est une<br />

longue histoire. Stupeflip s’est arrêté en<br />

2005 pour p<strong>le</strong>in de raisons, qui ne sont<br />

pas <strong>le</strong>s miennes, mais plutôt cel<strong>le</strong>s des


usinessmen une fois de plus, et il n’y a<br />

rien eu pendant cinq ans. Alors, à côté,<br />

j’ai fait d’autres trucs, j’ai même été prof<br />

de dessin. Et comme il n’y a rien eu pendant<br />

cinq ans, que <strong>le</strong> deuxième album n’a<br />

pas été promotionné par BMG, je tiens<br />

d’ail<strong>le</strong>urs à faire une petite dédicace à<br />

Stephane Letavernier qui est maintenant<br />

monté en grade, et c’est à cause de lui,<br />

et parce qu’il a trouvé trop barré ce deuxième<br />

album qu’il n’y a pas eu de promotion,<br />

puis plus rien pendant cinq ans. Si<br />

tu veux, moi je savais que « Stup Religion<br />

» était bien, p<strong>le</strong>in de gamins l’ont écouté<br />

pendant quatre-cinq ans mais bon ça a<br />

fait un flop. Je pense que c’est pour ça<br />

que quand on est revenu <strong>le</strong>s gens étaient<br />

à fond, tu comprends ? Ils ont mariné<br />

pendant tel<strong>le</strong>ment longtemps qu’ils étaient<br />

à fond. Mais je me suis rendu compte que<br />

c’était vachement dangereux, t’imagines<br />

tu sors un truc déplacé ? C’est une responsabilité<br />

quand même tous ces gens<br />

qui ont suivi. J’avais juste écrit « Si t’en as<br />

marre des Black Eyed Peas ? Alors demande<br />

Gaël<strong>le</strong> de Stupeflip ! » C’est parti<br />

comme ça.<br />

À la base, tu voulais que Stupeflip ne<br />

sorte qu’une trilogie d’album, et tu<br />

reviens avec <strong>le</strong> nouvel EP Terrora !!<br />

Peux-tu nous en dire plus ?<br />

Oui c’était une trilogie, mais <strong>le</strong> « Terrora !! »,<br />

que je t’explique, c’est la personne avec<br />

qui je travail<strong>le</strong> depuis longtemps qui a dit<br />

« ce serait bien de sortir un maxi pour battre<br />

<strong>le</strong> fer tant qu’il est chaud ». Ce n’est<br />

pas un truc qui est venu de moi en fait<br />

alors j’l’ai fait, mais j’essaye toujours de<br />

faire la meil<strong>le</strong>ure musique possib<strong>le</strong>. Tu<br />

sais, j’aime faire des disques alors quand<br />

on me dit « on va repartir à l’aventure, en<br />

indépendant » et bien ça me plait quand<br />

même, mais je fais ça pour <strong>le</strong> disque,<br />

l’objet, pas pour faire des concerts. Mais<br />

<strong>le</strong> problème c’est que l’objet est en train<br />

PS MAG #6<br />

de disparaître complètement et c’est un<br />

vrai drame pour moi.<br />

Et ça se voit, <strong>le</strong>s artworks des albums<br />

et <strong>le</strong>s affiches sont toujours très soignés.<br />

Moi je trippe sur l’image et la musique<br />

donc après je ferais peut être de la musique<br />

de film, j’aimerais bien. De toute<br />

façon, ça sera image et musique ou de<br />

la musique pour de l’image ou de l’image<br />

pour de la musique.<br />

/Un peu à la manière des Residents/<br />

Pas que. L’image et la musique ça marche<br />

toujours bien, moi je sais que je préfèrerais<br />

ne faire que des disques et des clips<br />

pour Stupeflip, c’est ça qui m’intéresse.<br />

Le côté « être connu » ça me fait chier, il y<br />

a une prétention là dedans. C’est là que<br />

c’est dommage parfois l’idolâtrie de certains<br />

fans de Stupeflip parce que ce n’est<br />

pas <strong>le</strong> message. Si ces gens avaient bien<br />

écouté Stupeflip, ils ne pourraient pas être<br />

fans de Stupeflip genre « Wouaaah »(King<br />

Ju mime l’exaltation d’un fan) parce que<br />

notre message dénonce ça.<br />

Peux-tu expliquer pourquoi tu as volontairement<br />

supprimé <strong>le</strong>s guitares<br />

d’Hypnoflip Invasion ?<br />

J’aime <strong>le</strong>s sons clairs et dès qu’il y a de<br />

la guitare é<strong>le</strong>ctrique, que ce soit dans la<br />

pop, dans <strong>le</strong> métal ou dans <strong>le</strong> rock tu remarqueras<br />

ça vril<strong>le</strong> <strong>le</strong> son, ça <strong>le</strong> « Krrr ».<br />

J’adore la guitare é<strong>le</strong>ctrique mais je n’en<br />

foutrais plus jamais, c’est trop fastoche.<br />

C’est beaucoup plus dur de faire sonner<br />

un truc sans guitares.<br />

Dans ce cas, comment pourrait sonner<br />

<strong>le</strong> prochain Stupeflip ?<br />

Ça peut être n’importe quoi et c’est<br />

ça qui est bien. Je pense qu’on est <strong>le</strong><br />

seul groupe en France où on peut faire<br />

n’importe quoi après. Ça pourrait être de<br />

la rumba, du jerk, du métal, on pourrait<br />

faire ce qu’on veut je suis sur qu’on nous<br />

suivrait. En général <strong>le</strong>s musiciens calcu<strong>le</strong>nt,<br />

pas tous, il y a quelques sincères<br />

mais il y en a peu. Moi j’aime trop la musique<br />

pour ne pas être sincère. Pour moi<br />

c’est un rêve la musique.<br />

Les fans de Stupeflip disent souvent<br />

ne pas aimer ses morceaux, mais<br />

peux-tu nous par<strong>le</strong>r un petit peu de<br />

Pop-Hip ?<br />

Ces morceaux sont là pour donner de<br />

25<br />

l’air. Tu vois King Ju, c’est <strong>le</strong> mec sa<strong>le</strong><br />

comme ça et il fallait l’inverse, un mec<br />

tout propre, business, qui aime bien la<br />

variété. C’est ça qui me fait marrer, c’est<br />

d’opposer la lumière, <strong>le</strong> sombre, <strong>le</strong> blanc,<br />

<strong>le</strong> noir, <strong>le</strong> gentil et <strong>le</strong> méchant. Je l’ai créé<br />

pour ça Pop Hip, c’est <strong>le</strong> pendant complètement<br />

nul de King Ju qui est plus<br />

profond, plus angoissé. Je suis ni l’un ni<br />

l’autre en tout cas.<br />

Alors que c’est « Le petit blouson<br />

en daim » <strong>le</strong> morceau <strong>le</strong> plus autobiographique,<br />

drô<strong>le</strong> de paradoxe.<br />

Ouais c’est un paradoxe. Comme je te<br />

l’ai dit, <strong>le</strong>s fringues m’ont sauvé. C’est<br />

marrant <strong>le</strong>s fringues, tu peux toujours<br />

t’acheter un blouson mais si tu veux te<br />

perfectionner il y aura toujours un truc<br />

qui ne va pas que ce soit la matière, la<br />

cou<strong>le</strong>ur, la coupe, <strong>le</strong>s manches, <strong>le</strong> col,<br />

c’est sans fin, c’est un truc obsessionnel.<br />

Je pense que <strong>le</strong>s fringues, c’est un truc<br />

pour <strong>le</strong>s gens qui n’ont pas trop confiance<br />

en eux et je sais que j’aime bien ça.<br />

Peux-tu nous expliquer ce rapport<br />

diffici<strong>le</strong> que tu as avec <strong>le</strong>s concerts<br />

de Stupeflip ?<br />

Je vais te dire un truc, <strong>le</strong> concert c’est <strong>le</strong><br />

bureau du musicien. Il y a des gens qui<br />

travail<strong>le</strong>nt à La Poste, dans des boîtes.<br />

La dernière copine de mon père m’avait<br />

dit que c’était <strong>le</strong> métier que j’avais choisi,<br />

mais je n’arrive pas à comprendre. Moi<br />

je travail<strong>le</strong> chez moi, je suis un artisan,<br />

je fais mes petits sons et c’est déjà un<br />

travail en soi ça. Les gens qui font des<br />

films, est-ce qu’ils vont al<strong>le</strong>r rejouer <strong>le</strong> film<br />

en province ? Quand t’écris un bouquin<br />

est-ce que tu vas al<strong>le</strong>r <strong>le</strong> relire ? Ouais il y<br />

a des gens qui font ça, mais je n’ai jamais<br />

compris ça. Tu sors un disque et tu dois<br />

al<strong>le</strong>r suer, t’es musicien mais tu dois al<strong>le</strong>r<br />

travail<strong>le</strong>r. Il y a d’ail<strong>le</strong>urs des fans de<br />

Stupeflip qui m’ont cherché sur internet<br />

pour me dire que c’était mon boulot,<br />

mais « fuck you » (rires). Ils ont raison,<br />

c’est un travail, un travail. Les gens qui<br />

disent que la scène c’est bien, je vous<br />

promet sque ce sont des menteurs. Ok,<br />

peut être qu’ils trippent, tu peux avoir un<br />

échange avec <strong>le</strong> public mais rien que <strong>le</strong>s<br />

retours sur scène, tu sais, ces petites enceintes<br />

qui crachent ton son, qui n’est<br />

évidemment pas celui du disque. Je respecte<br />

trop la musique pour ça. C’est<br />

vrai que <strong>le</strong>s concerts peuvent être plus<br />

forts qu’un disque. Une basse, guitare,<br />

batterie pètent dix fois plus en concert


que sur un disque. Je ne suis pas en<br />

train de dire que tous <strong>le</strong>s concerts sont<br />

nuls, mais moi, j’aime trop la musique<br />

pour aimer <strong>le</strong>s live parce que dans un<br />

live tu ne peux pas contrô<strong>le</strong>r exactement<br />

ce que tu veux sortir. C’est pas mal de<br />

ne pas contrô<strong>le</strong>r parfois. Nos live sont<br />

pas mal maintenant parce que j’ai pris<br />

ça comme un travail. Je me suis dis « il<br />

faut <strong>le</strong> faire, alors je vais essayer de faire<br />

ça bien ». C’est ce qu’on appel<strong>le</strong> être<br />

professionnel. (rires)<br />

Pendant que je prenais des notes<br />

au concert du Trianon, un mec<br />

m’explique qu’il est surpris de voir<br />

autant de jeunes dans <strong>le</strong> public et<br />

que Stupeflip c’est plus un truc pour<br />

adultes. Tu en penses quoi ?<br />

C’est sectaire. En fait c’est à cause de<br />

mon rapport avec <strong>le</strong>s adultes. Les gens<br />

adultes me font chier. C’est bien de te répondre<br />

comme ça. Tu sais <strong>le</strong>s gens adultes,<br />

qui te disent qu’il faut être responsab<strong>le</strong>.<br />

Mais il y a des jeunes de 19 ans<br />

qui sont déjà responsab<strong>le</strong>s. Moi, quelque<br />

part je suis un peu un ado attardé mais<br />

je l’assume complètement. Je fréquente<br />

plus de personnes de vingt et vingt-cinq<br />

ans que de quarante. Tu sais à quarante<br />

ans tu as pris des coups, tu es plus cynique,<br />

plus désabusé et moi je ne <strong>le</strong> suis<br />

pas. J’y crois encore. Beaucoup de gens<br />

laissent tomber parce qu’ils ont des vies<br />

de merde, avec des boulots de merde,<br />

des enfants, des problèmes. Pour moi <strong>le</strong><br />

grand mystère c’est pourquoi <strong>le</strong>s gens<br />

font des enfants ? Est ce que c’est pour<br />

eux ? Est ce que ça <strong>le</strong>s fait kiffer ? Pour<br />

<strong>le</strong> mec, c’est par rapport à sa copine ?<br />

© copyright 2011-Thomy Keat<br />

PS MAG #6<br />

Je trouve ça assez fascinant de faire un<br />

enfant dans cette société là, putain. Ou<br />

alors si, si tu es bourré de tunes là tu<br />

peux (rires).<br />

Peux-tu nous par<strong>le</strong>r de l’arrivée de<br />

DR Vince (Svinkels) derrière <strong>le</strong>s platines<br />

de Stupeflip ?<br />

Je connaissais Vince bien avant <strong>le</strong>s Svinkels.<br />

C’était en 2000 à notre premier concert,<br />

il jouait avant ou après nous je ne<br />

sais plus et il a grave trippé sur Stupeflip,<br />

de mon côté j’ai trippé sur ce qu’il faisait<br />

quand je l’ai vu à C<strong>le</strong>rmont-Ferrand en<br />

2001, j’avais pris une grosse claque. Il<br />

était capab<strong>le</strong> de mixer en même temps<br />

du rock 60’s avec du hard-core hip-hop<br />

et il te prouvait que c’était la même chose<br />

en fait. C’est un des rares DJ qui passe<br />

de tout, qui a compris que la musique<br />

c’était un truc vivant et qui bougeait. Il<br />

est fort parce qu’il arrive à garder <strong>le</strong> cap,<br />

à vivre sans devoir passer de la dance en<br />

boîte, et ça parce que c’est un vrai passionné<br />

de musique. Et pourtant j’suis dur,<br />

j’aime rien. J’aime Cadillac, DR Vince et<br />

<strong>le</strong>s Svinkels. /J’ai lu que tu citais aussi<br />

Fuzati/ Ouais mais c’est con j’ai lu qu’il<br />

n’aimait pas Stupeflip alors je suis vachement<br />

déçu. On avait discuté par internet,<br />

il m’avait dit que deux-trois trucs <strong>le</strong><br />

faisait marrer, mais je ne pense pas qu’il<br />

ait écouté Hypnoflip. S’il avait écouté<br />

Hypnoflip, il aimerait ce qu’on fait parce<br />

qu’il est beaucoup plus rap. C’est vrai<br />

que l côté punk sur <strong>le</strong>s deux premiers<br />

albums de Stup ça me gêne un peu, ce<br />

côté gueulard. J’aime bien <strong>le</strong>s trucs plus<br />

c<strong>le</strong>ans en vieillissant.<br />

Cette union avec <strong>le</strong> DR Vince ne<br />

pourrait-el<strong>le</strong> pas permettre un<br />

morceau du Crou avec Gérard Baste<br />

(Svinkels) ?<br />

Alors ouais, <strong>le</strong> seul truc prévu que j’ai<br />

par rapport aux autres personnalités de<br />

la musique c’est de faire un truc avec<br />

Baste. Il devait norma<strong>le</strong>ment venir sur<br />

Terrora, sur Lesonkifoudécou. Attention<br />

c’est de l’exclu ça, mais j’ai été tel<strong>le</strong>ment<br />

speedé avec ce maxi et <strong>le</strong>s live que j’ai<br />

complètement oublié Baste (rires) mais<br />

on va faire un morceau ensemb<strong>le</strong>. Je suis<br />

ultra-fan de son flow et c’est rare chez<br />

<strong>le</strong>s français. Il y a lui et Akhenaton.<br />

Enfin, un petit jeu. Je te donne<br />

trois thèmes et tu me dis ce qu’ils<br />

t’inspirent.<br />

26<br />

Les haters ?<br />

Des haters on en avait plus depuis qu’on<br />

est revenu, tout <strong>le</strong> monde disait « ouais<br />

c’est super », très mauvais signe, mais<br />

heureusement il y en a quand même un<br />

petit peu sur <strong>le</strong>s concerts qui se plaignent<br />

de DJ set, du fait qu’on ne dise pas au<br />

revoir au public. Quel<strong>le</strong> connerie. Parce<br />

qu’en fait <strong>le</strong> DJ set à la fin c’est pour<br />

montrer que Stupeflip c’est l’ensemb<strong>le</strong><br />

des musiques, c’est une fusion. J’aime<br />

passer des disques, j’aime <strong>le</strong>s gens qui<br />

passent des disques alors après <strong>le</strong> concert<br />

on en passe des disques. On fait<br />

un putain de show qui dure une heure<br />

et demie parfois alors venez pas nous<br />

faire chier, al<strong>le</strong>z voir <strong>le</strong>s autres concerts<br />

et vous me direz si c’est aussi bien que<br />

notre show. (Rires)<br />

La scène française ?<br />

Olala, (soupir). Moi je suis <strong>le</strong> hip hop français<br />

qui est encore un petit peu frais mais<br />

il n’y a que ça d’intéressant. Le reste,<br />

<strong>le</strong>s bobos qui viennent te vendre <strong>le</strong>urs<br />

trucs, <strong>le</strong>s « fils de », ils m’ennuient. Le<br />

seul très bon dans <strong>le</strong>s mélodies et <strong>le</strong>s<br />

arrangements c’est Benjamin Biolay. Il<br />

chie sur tout <strong>le</strong> monde aussi, je trouve<br />

ça très bien (rires). Même si ce côté bobo<br />

est un peu dommage, il pourrait être plus<br />

mystérieux. C’est dommage Benjamin,<br />

merde ! (rires)<br />

Le Clash Booba vs La Fouine ? (rires)<br />

(Rires) Tu sais, je m’en fou de <strong>le</strong>ur clash,<br />

moi je veux qu’ils fassent de la bonne<br />

musique, c’est tout. Les « je suis <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur<br />

», « c’était un vendu », « c’était une<br />

victime »… Tu sais La Fouine dit que<br />

Booba était une victime, mais, qu’est ce<br />

que tu as contre <strong>le</strong>s victimes ? Qu’est ce<br />

qui te fait chier avec <strong>le</strong>s victimes ? Moi je<br />

suis toujours allé vers <strong>le</strong>s victimes, et j’irai<br />

toujours vers <strong>le</strong> plus faib<strong>le</strong> et la victime. Et<br />

si Booba était <strong>le</strong> plus faib<strong>le</strong> en prison ou<br />

je ne sais pas où, et bien c’est presque<br />

un signe d’humanité pour moi.<br />

Matthias Meunier<br />

+ RENDEZ-VOUS SUR<br />

PLAYSOUND.FR POUR<br />

LA VERSION LONGUE DE<br />

CETTE INTERVIEW,<br />

EN VIDÉO !


CHRONIQUE :<br />

PS MAG #6<br />

GREEN DAY :<br />

TROIS OPUS, UNE ANNÉE<br />

27


FAIRE DU NEUF AVEC DU VIEUX<br />

Soyons clair : sur <strong>le</strong>s trois opus de la<br />

trilogie, <strong>le</strong> trio californien est techniquement<br />

à son meil<strong>le</strong>ur niveau. Dans un sty<strong>le</strong> très<br />

fidè<strong>le</strong> tant dans <strong>le</strong>s structures que dans<br />

<strong>le</strong>s sonorités à American Idiot (2004),<br />

Green Day a réjouit à n’en pas douter ses<br />

fans historiques et autres aficionados d’un<br />

rock ciselé, jovial et puissant.<br />

Pourtant, il est dommage que cette<br />

trilogie se base sur un mensonge : celui<br />

d’un rendez-vous pop manqué. A travers<br />

ces trois ga<strong>le</strong>ttes, Green Day fait <strong>le</strong> choix<br />

de l’immobilisme. Pourtant, quelques<br />

signaux d’une discrète mais réel<strong>le</strong> envie<br />

d’innover se font sentir sur «Kill The DJ»<br />

(¡Uno!) et «The Forgotten» (¡Tré!). Dès lors,<br />

la question qui se pose, c’est de savoir si<br />

<strong>le</strong> groupe n’a pas osé al<strong>le</strong>r plus loin dans<br />

ses envies créatives ou s’il n’était pas<br />

encore assez mature pour proposer un<br />

décalage digne de ce nom vis à vis de son<br />

histoire et de son parcours.<br />

PS MAG #6<br />

Prolifération créative. C’est assurément <strong>le</strong> terme qui convient <strong>le</strong> mieux à Green Day, après avoir publié 3 opus en seu<strong>le</strong>ment<br />

4 mois. Sur la forme, nul ne peut contester <strong>le</strong> formidab<strong>le</strong> cadeau offert aux hordes de fans de la formation. Sur <strong>le</strong> fond toutefois,<br />

la légitimité artistique qui entoure cette trilogie pose question. Par ail<strong>le</strong>urs, et ce dès <strong>le</strong> départ, <strong>le</strong> groupe -en choisissant<br />

de nouveau <strong>le</strong> fidè<strong>le</strong> Rob Cavallo à la production, <strong>le</strong> label Reprise et l’excel<strong>le</strong>nt Billie Joe Armstrong à la composition des titres<br />

et des textes- nous livre un message à fort potentiel contradictoire. Comment proposer une trilogie «épique» et un «virage<br />

power-pop» avec une équipe de production assez sévèrement orientée punk-rock ?<br />

Tour d’horizon de ce qu’il faut retenir de Green Day cuvée 2012, et des principa<strong>le</strong>s problématiques qui s’imposent<br />

aujourd’hui à la formation.<br />

S’il est indéniab<strong>le</strong> que guitares<br />

acoustiques, violons, cuivres et légères<br />

guitares d’inspiration britannique sont<br />

davantage perceptib<strong>le</strong>s au sein des trois<br />

disques, force est de reconnaître qu’une<br />

écrasante majorité des propositions<br />

auditives avancées par Green Day restent<br />

excessivement liées à une synthèse<br />

basse-batterie-guitare. Cela n’est ainsi<br />

pas sans engranger un fort capital<br />

saturation, et pas seu<strong>le</strong>ment pour <strong>le</strong>s<br />

amplis...<br />

L’ENNUI DU NÉOPHYTE<br />

Naturel<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong>s choix artistiques de la<br />

bande ne sont pas sans conséquences.<br />

Pour ceux qui suivent <strong>le</strong>s trois compères<br />

de loin ou qui découvrent tout juste<br />

l’univers de ces derniers, l’écoute de<br />

la trilogie s’apparente à une longue et<br />

douloureuse marche par delà l’ennui, la<br />

solitude, et <strong>le</strong>s migraines. Bon nombre de<br />

titres n’apportent malheureusement pas<br />

grand chose et sonnent de façon trop<br />

28<br />

prosaïque. Sans al<strong>le</strong>r jusqu’à par<strong>le</strong>r de<br />

médiocrité, Green Day s’inscrit dans une<br />

logique anachronique, en remettant peu<br />

ou pas en cause sa musique d’inspiration<br />

90’s et ses structures à 4 accords.<br />

D’un point de vue plus stylistique, cette<br />

trilogie est extrêmement festive. Sur<br />

ce point là, Billie Joe Armstrong et <strong>le</strong>s<br />

siens n’ont pas menti : l’ensemb<strong>le</strong> est<br />

dynamique, et <strong>le</strong>s albums s’enchaînent<br />

avec une certaine progression tant dans<br />

l’intensité que dans <strong>le</strong> rythme.<br />

Si <strong>le</strong>s disques sont ainsi agréab<strong>le</strong>s à<br />

écouter, <strong>le</strong>ur trop grande homogénéité est<br />

gênante. L’impression d’écouter <strong>le</strong> même<br />

titre est parfois saisissante, laissant penser<br />

que Green Day avait assez largement<br />

intérêt à faire du tri au sein des 37 inédits<br />

proposés depuis <strong>le</strong> mois de septembre.


TROUVER UN SENS AU PARADOXE<br />

À défaut d’être porteuse d’innovations<br />

majeures, la trilogie est porteuse de sérieuses<br />

réf<strong>le</strong>xions concernant <strong>le</strong> futur du<br />

groupe et sur <strong>le</strong> sens à donner à ses<br />

orientations passées comme présentes.<br />

Le mythe Green Day a bercé toute une<br />

génération d’ado<strong>le</strong>scents et a p<strong>le</strong>inement<br />

contribué au rayonnement de la culture<br />

punk-rock US dans <strong>le</strong> monde. En 2004,<br />

American Idiot a assurément atteint un<br />

degré de popularité et d’excel<strong>le</strong>nce dans<br />

son genre qu’il sera diffici<strong>le</strong> voire impossib<strong>le</strong><br />

pour <strong>le</strong> groupe d’éga<strong>le</strong>r. Dès lors, on<br />

peut se demander quel intérêt a la formation<br />

à persévérer dans une voie qu’el<strong>le</strong> a<br />

el<strong>le</strong>-même construite et dont el<strong>le</strong> connaît<br />

tous <strong>le</strong>s secrets.<br />

En trois albums, Green Day, droit dans ses<br />

bottes, nous a proposé cette année des<br />

titres de bonne facture, à l’image de «Lazy<br />

Bones» sur ¡Dos¡. Les trois musiciens ont<br />

toutefois été incapab<strong>le</strong>s de nous montrer<br />

sur ces opus une autre facette de <strong>le</strong>ur musique<br />

et de <strong>le</strong>ur personnalité, faisant ainsi<br />

du sur-place. Soyons toutefois positifs<br />

: si ¡Uno¡, ¡Dos! et ¡Tré! n’ont pas porté<br />

toutes <strong>le</strong>urs promesses, ils ont toutefois<br />

envoyé <strong>le</strong>s prémices d’une -timide- envie<br />

d’expérimenter. Parions que <strong>le</strong> prochain<br />

disque de la bande favorisera la qualité<br />

au détriment de la quantité.<br />

Yannis Mouhoun<br />

PS MAG #6<br />

VERDICT<br />

Orchestrations (3,5/5)<br />

Créativité (2,5/5)<br />

Évolution (2/5)<br />

Lyrics (1/3)<br />

Cohérence (1,5/2)<br />

Artwork (1/1)<br />

Note globa<strong>le</strong> : 6/10<br />

29


SELECTION PS<br />

PS MAG #6<br />

30<br />

BLINK-182<br />

DOGS EATING DOGS<br />

PRODUIT PAR BLINK-182 MUSICIENS TOM DE-<br />

LONGE, MARK HOPPUS, TRAVIS BARKER LABEL<br />

INDÉPENDANT SORTIE 18/12/2012<br />

Si pour beaucoup, Blink-182 reste <strong>le</strong> symbo<strong>le</strong> d’une génération<br />

MTV vieillissante, Dogs Eating Dogs sonne <strong>le</strong> glas ! Les<br />

5 titres qui <strong>le</strong> composent ont été travaillés par un groupe<br />

inspiré, réussissant <strong>le</strong> pari de ne jamais retomber dans <strong>le</strong>s<br />

tares de <strong>le</strong>urs side-projects respectifs. Tom et Mark nous<br />

livrent un chant énergique, agrémentant chaque morceau<br />

de chœurs puissants, apportant une nouvel<strong>le</strong> dimension aux<br />

productions du groupe. Travis, toujours irréprochab<strong>le</strong> techniquement,<br />

apporte sa pierre à l’édifice en invitant <strong>le</strong> rappeur<br />

Yelawolf sur l’un des titres. Le groupe se prête même au<br />

jeu de la composition acoustique sur Boxing Day, tentative<br />

que l’on aimerait voir se reproduire, tant l’exercice est réussi.<br />

Dogs Eating Dogs, un véritab<strong>le</strong> renouveau pour <strong>le</strong>s fans du<br />

trio californien !<br />

On aime : Dogs Eating Dogs, Boxing Day, Pretty Litt<strong>le</strong> Girl.<br />

Matthias Meunier


CHRONIQUES<br />

PROCHAINES SORTIES :<br />

Hollywood Undead - Notes From The Underground (08/01/12) // Biffy Clyro - Opposites (28/01/13) // Funeral For A Friend -<br />

Conduit (28/01/13) // Bul<strong>le</strong>t For My Va<strong>le</strong>ntine - Temper Temper (11/02/13) // Foals - Holly Fire (12/02/13) // Stereophonics -<br />

Graffiti On The Train (03/03/13) // Jimi Hendrix - Peop<strong>le</strong>, Hell and Angels (05/03/13) // Daft Punk - No End (13/03/13)<br />

BOYS LIKE GIRLS<br />

CRAZY WORLD<br />

Elie Dib<br />

Comme à son habitude, <strong>le</strong>s californiens de BLG ont remis<br />

en marche la machine à tubes avec Crazy World. Entre <strong>le</strong>s<br />

morceaux formatés pour <strong>le</strong>s radios, <strong>le</strong>s ballades romantiques<br />

et <strong>le</strong>s compositions qui mériteraient d’apparaître sur<br />

<strong>le</strong>s B.O des dernières séries à la mode, on retrouve ce qui<br />

fait la recette du succès du quatuor. Sans surprise donc<br />

mais efficace.<br />

On aime : Leaving California, Life of the Party<br />

Sortez <strong>le</strong>s Guinness, <strong>le</strong>s Dropkick Murphys sont de retour<br />

avec Signed and Sea<strong>le</strong>d in Blood ! Cet album vous transportera<br />

de ces bonnes vieil<strong>le</strong>s tavernes irlandaises, grâce à<br />

des morceaux é<strong>le</strong>ctriques et dynamiques, jusqu’aux confins<br />

des plaines gaéliques, sur des balades acoustiques aux instruments<br />

folkloriques. Une chose est sûre, « The boys are<br />

back » et ça va danser dans <strong>le</strong>s chaumières !<br />

On aime : The Boys Are Back, Rose Tattoo<br />

PS MAG #6<br />

ANGELS & AIRWAVES<br />

STOMPING THE PHANTOM<br />

BRAKE PEDAL<br />

Matthias Meunier<br />

Et aussi : MGMT, The Shins...<br />

Tom Delonge a beau être un songwritter de qualité, il ne faut<br />

tout de même pas se moquer de son public. Stomping the<br />

Phantom Brake Pedal ne propose que trois nouveaux titres<br />

instrumentaux, composés sur <strong>le</strong> même schéma. Quant aux<br />

remixes des titres de LOVE I-II, s’il est agréab<strong>le</strong> d’entendre<br />

de nouvel<strong>le</strong>s compositions, il aurait été préférab<strong>le</strong> de ne pas<br />

garder <strong>le</strong>s mêmes bandes voix, en retravaillant <strong>le</strong> chant.<br />

On aime : Young London (Remix), Epic Holidays (Remix)<br />

SHIKO SHIKO<br />

DROPKICK MURPHYS<br />

SIGNED AND SEALED IN BLOOD BEST NEW BESTIOLE<br />

Matthias Meunier Fabien Gal<strong>le</strong>t<br />

31<br />

Les quatre lillois de Shiko Shiko nous offrent un premier album<br />

surprenant après 3 EPs délirants. Neuf titres tota<strong>le</strong>ment<br />

décalés sortis tout droit d’un monde parallè<strong>le</strong>, un monde où<br />

“énergie” et “folie” semb<strong>le</strong>nt être <strong>le</strong>s mots d’ordre. Un plaisant<br />

croisement entre post-rock hyperactif et e<strong>le</strong>ctro-pop<br />

qui en fera sautil<strong>le</strong>r plus d’un cette année. Drô<strong>le</strong> de bestio<strong>le</strong><br />

nous direz-vous !<br />

On aime : D.P.M.M.P.D, Masca Masca


DÉBAT<br />

PS MAG #6<br />

LA DÉMATÉRIALISATION<br />

EST-ELLE LE FUTUR DE LA MUSIQUE ?<br />

Les époques passent et ne se ressemb<strong>le</strong>nt pas tout comme la technologie qui n’attend pas. Nos parents col<strong>le</strong>ctionnaient <strong>le</strong>s<br />

33 tours, <strong>le</strong>s trentenaires actuels se ruaient sur <strong>le</strong> Compact Disc, <strong>le</strong>s jeunes d’aujourd’hui ne jurent que par <strong>le</strong> MP3.<br />

La dématérialisation de la musique vers un format virtuel : pour ou contre ?<br />

POUR CONTRE<br />

Pourquoi vouloir al<strong>le</strong>r à contre-courant ? Dans une société<br />

de plus en plus consommatrice, où l’on achète<br />

comme l’on jette, la musique digita<strong>le</strong> représente une<br />

excel<strong>le</strong>nte tendance. Aujourd’hui, sommes-nous encore<br />

beaucoup à vouloir nous attarder sur l’apparence<br />

d’une pochette d’album ou sur <strong>le</strong> packaging (qui peut<br />

en plus s’avérer trompeur sur la qualité du contenu) ?<br />

L’avantage de la musique digita<strong>le</strong>, en plus de pouvoir se la<br />

procurer sans à avoir à bouger de chez soi, d’une manière<br />

on ne peut plus simpliste et en ayant un choix de plus en<br />

plus large, est surtout de pouvoir se concentrer sur l’essence<br />

même de ce qu’est la musique : la mélodie, la production, <strong>le</strong>s<br />

arrangements, <strong>le</strong>s paro<strong>le</strong>s. Et puis, en regardant autour de<br />

nous, qui ne possède pas un support qui permet de transporter<br />

ses morceaux préférés faci<strong>le</strong>ment (baladeurs MP3, Smartphone,<br />

ordinateurs portab<strong>le</strong>s…), jetant aux oubliettes <strong>le</strong> vieux<br />

Discman de la grande soeur ou encore <strong>le</strong> tourne disque de papa ?<br />

Enfin, au final, on sait très bien que <strong>le</strong> support physique<br />

de la musique profite beaucoup plus aux maisons de<br />

disques peu scrupu<strong>le</strong>uses qu’aux artistes eux-mêmes !<br />

Alors je ne vous dirais que cela : vivez avec votre temps, supportez<br />

<strong>le</strong>s artistes en achetant <strong>le</strong>urs albums (virtuel<strong>le</strong>ment),<br />

et bougez, libérez vous des contraintes physiques en emmenant<br />

votre musique n’importe où, n’importe quand. La<br />

technologie fait bien <strong>le</strong>s choses, il serait triste de s’en priver.<br />

Elie Dib<br />

32<br />

Pas l’ombre d’un doute, <strong>le</strong> viny<strong>le</strong>, cette fameuse ga<strong>le</strong>tte évincée<br />

par K7, <strong>le</strong> CD et <strong>le</strong> MP3, a toujours sa place ! On ne compte plus<br />

<strong>le</strong>s rééditions de grands disques qui ont marqué l’histoire et <strong>le</strong>s<br />

sorties systématiques de nouveautés enversion “disque noir”.<br />

Même s’ils ont plus de 60 ans, <strong>le</strong>s microsillons de 33 et 45 tours<br />

restent dans <strong>le</strong> cœur d’un grand nombre de mélomanes, amateurs<br />

ou col<strong>le</strong>ctionneurs. La preuve, selon une étude de Nielsen-<br />

Scanreprise par <strong>le</strong> magazine américain Billboard, <strong>le</strong>s ventes de<br />

viny<strong>le</strong>sont pratiquement quintuplé aux USA entre 2007 et 2012,<br />

même si l’industrie de la musique est toujours en chute libre. Rien<br />

d’étonnant ! Le viny<strong>le</strong> c’est avant tout un bel objet, bien plus attrayant<br />

qu’une boîte de plastique ou qu’un morceau disponib<strong>le</strong><br />

en un clic. Parfois décliné en éditions limitées, il devient vite un<br />

objet de va<strong>le</strong>ur. Rien de telque de choisir une ga<strong>le</strong>tte, la placer sur<br />

la platine tout juste sortie de votre grenier et se concentrer sur la<br />

musique, sans avoir à zapper tel ou tel morceau. Oui car au delà<br />

de l’aspect esthétique, <strong>le</strong> viny<strong>le</strong> c’est aussi un son incomparab<strong>le</strong>,<br />

plus cha<strong>le</strong>ureux et authentique que celui d’autres supports. Et<br />

puis force est d’admettre que choisir et ranger ses disques viny<strong>le</strong>s<br />

restera toujours plus ludique que d’arpenter sa bibliothèque<br />

iTunes ou sa Playlist Deezer/Spotify armé d’une souris et d’un<br />

clavier. Aujourd’hui <strong>le</strong>s aficionados peuvent se réjouir : certains<br />

comme Jack White et son label Third Man Records, Philippe<br />

Manoeuvre avec son émission “XSive Vinyl session” sur Ouï FM<br />

ou <strong>le</strong>s organisateurs du “Disquaire Day/Record Store Day” (dont<br />

la 3° édition se tiendra <strong>le</strong> samedi 20 avril 2013) se préoccupent<br />

de la santé du viny<strong>le</strong> qui revient doucement à la mode.<br />

Fabien Gal<strong>le</strong>t


L’AGENDA<br />

CONCERTS<br />

MAD SIN / SUGAR & TIGER<br />

à Paris (75) - Glazart<br />

<strong>le</strong> Jeudi 17 Janvier 2013 à 19h00<br />

ENTER SHIKARI<br />

à Paris (75) – La Ciga<strong>le</strong><br />

<strong>le</strong> Vendredi 25 Janvier 2013 à 19h30<br />

THE SCRIPT<br />

à Paris (75) – l’Olympia<br />

<strong>le</strong> Lundi 28 Janvier 2013 à 20h00<br />

BILLY TALENT<br />

à Paris (75) - Bataclan<br />

<strong>le</strong> Jeudi 31 Janvier 2013 à 19h30<br />

DROPKICK MURPHYS<br />

Première partie : DIDIER WAMPAS<br />

à Paris (75) - Zénith<br />

<strong>le</strong> Samedi 02 Février 2013 à 19h30<br />

NEON TREES<br />

à Paris (75) – La Maroquinerie<br />

<strong>le</strong> Samedi 02 Février 2013 à 20h00<br />

DINOSAUR JR<br />

à Paris (75) - Trabendo<br />

<strong>le</strong> Mercredi 06 Février 2013 à 19h30<br />

ALL TIME LOW<br />

à Paris (75) - Bataclan<br />

<strong>le</strong> Lundi 18 Février 2013 à 19h30<br />

PS MAG #6<br />

BLOC PARTY<br />

à Paris (75) - Zenith De Paris<br />

<strong>le</strong> Mercredi 20 Février 2013 à 20h00<br />

DEFTONES<br />

à Paris (75) - Trianon<br />

<strong>le</strong> Samedi 23 Février 2013 à 19h30<br />

SIGUR ROS<br />

à Paris (75) - Zenith De Paris<br />

<strong>le</strong> Mercredi 27 Février 2013 à 19h30<br />

DVD<br />

THE ROLLING STONES /<br />

CROSSFIRE HURRICANE<br />

Réalisé par Brett Morgen, « Crossfire<br />

Hurricane » offre un nouveau regard sur<br />

<strong>le</strong> parcours sans précédent des Stones,<br />

ces ado<strong>le</strong>scents obsédés par <strong>le</strong> blues<br />

au début des années 60 devenus ces<br />

rock stars incontestées.<br />

LIVRES<br />

THE KINKS : UNE HISTOIRE<br />

ANGLAISE (Alain Feydri)<br />

Quatuor majeur de la British Invasion, <strong>le</strong>s<br />

Kinks, aujourd’ hui, sont une référence<br />

pour un nombre grandissant de jeunes<br />

groupes séduits par l’écriture inimitab<strong>le</strong><br />

de Ray Davies (toujours actif à ce jour)<br />

et la gouail<strong>le</strong> de Dave, son frère ennemi.<br />

33<br />

AUTHENTIQUES TRÉSORS<br />

DU ROCK, 1965-1979<br />

(Philippe Moulin)<br />

Authentiques Trésors du Rock 1965-<br />

1979 illustre, à travers plus de 450 albums<br />

sé<strong>le</strong>ctionnés, classés et analysés,<br />

la plus incroyab<strong>le</strong> histoire musica<strong>le</strong> du<br />

XXe sièc<strong>le</strong>.<br />

BANDES DESSINÉES<br />

FAIRE DANSER LES MORTS<br />

(Tanxxx)<br />

Après avoir fait un cauchemar peuplé de<br />

zombies, une jeune femme se réveil<strong>le</strong><br />

et constate, ébahie, que son rêve<br />

était plus que prémonitoire : la vil<strong>le</strong> est<br />

effectivement en proie à une invasion<br />

de morts-vivants ! Réfugiée sur <strong>le</strong>s toits,<br />

el<strong>le</strong> entreprend de se mettre en quête<br />

de nourriture. Sur <strong>le</strong> chemin pavé de<br />

graffitis contestataires et encombré<br />

d’innombrab<strong>le</strong>s zombies dont el<strong>le</strong> doit<br />

se débarrasser, el<strong>le</strong> entend des notes<br />

de musique qu’el<strong>le</strong> croit reconnaître :<br />

en se hissant en haut d’une palissade,<br />

el<strong>le</strong> aperçoit l’un de ses groupes de<br />

rock préférés, <strong>le</strong>s “Minutemen”, en<br />

p<strong>le</strong>ine répétition ! Ne pouvant réfréner<br />

son enthousiasme, la jeune femme se<br />

précipite à <strong>le</strong>ur rencontre, sans se douter<br />

que ses ido<strong>le</strong>s el<strong>le</strong>s-mêmes peuvent être<br />

“contaminées”...<br />

Matthias Meunier


_________________________<br />

Numéro 6<br />

_________________________<br />

SUIVEZ NOUS :<br />

FACEBOOK.COM/PLAYSOUNDMAG<br />

TWITTER.COM/PLAYSOUNDMAG<br />

MAG@PLAYSOUND.FR<br />

WWW.PLAYSOUND.FR<br />

LE MAG’<br />

© PLAYSOUND 2012. TOUS DROITS RESERVÉS.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!