Salon de Genève - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch

Salon de Genève - Magazine Sports et Loisirs

Le Salon international de l’automobile de Genève a été placé cette année

sous le signe des extrêmes. Si presque tous les constructeurs ont présenté

un véhicule ou un concept respectueux de l’environnement – on

pense notamment à la Mercedes GLK Bluetec Hybrid, à la Cadillac

Escalade Hybrid ou encore au proto Mazda Taiki qui illustre cette page

et qui est propulsé par un tout nouveau moteur à pistons rotatifs nettement

plus performant au niveau de la consommation et du respect

de l’environnement – il n’en demeure pas moins que cet esprit bien

pensant a côtoyé une certaine déraison à moins qu’il ne s’agisse d’une

déraison certaine avec des «super-cars» aux vitesses maximales inavoua-

bles. Ici aussi cependant, les vitesses inavouables ont souvent été de pair

avec une préoccupation écologique bien réelle. C’est par exemple le cas

du proto Audi R8 propulsé par un moteur diesel qui devrait lui permettre

d’atteindre plus de 300 km/h tout en consommant moins de

10 litres aux 100 km en respectant les limitations sur autoroute. Une

autre tendance remarquée cette année à Genève a été la propension

à fêter les anniversaires. Le constructeur suisse Monteverdi a ainsi célébré

les 40 ans de sa première présence à Genève en 1968. La Ferrari

365 GTB et le carrossier Giugiaro ont également rejoint cette année le

club des quadragénaires. Le dernier nommé s’est offert pour l’occasion

un prototype sobrement appelé Quaranta et particulièrement respectueux

de l’environnement puisqu’on retrouve sous son capot une

version largement améliorée de la technologie hybride développée par

Toyota. L’électricité fournie provient des batteries, de l’énergie récupérée

au freinage et des panneaux de toit solaires. Chez Porsche aussi,

on s’apprête à fêter un anniversaire, en l’occurrence les 60 ans de la

sortie, le 8 juin 1948, de la première voiture à porter le nom de

Porsche. Ce coup d’œil dans le rétroviseur est allé de pair pour le

constructeur de Stuttgart-Zuffenhausen avec la présentation de la

nouvelle Boxster RS 60 Spyder. Enfin, le préparateur zurichois

Rinspeed a frappé à nouveau un grand coup en présentant la

première voiture de plongée au monde. Ici aussi, le respect de l’environnement

a été à l’ordre du jour puisque la Rinspeed Squba fait

appel à une propulsion électrique.

Laurent Missbauer

Photos: Laurent Missbauer

et constructeurs

Le Salon

des

extrêmes

sportsetloisirs.ch

5


Lancia Delta 2008.

BMW X6.

Paul Berger (Monteverdi).

De g. à dr.: Erwin Thomann

(Ford Suisse),

Pirmin Zurbriggen

et Philippe Bender.

6

Les impressions du Salon

De belles carrosseries chez

Giugiaro…

Avec plus de 100 premières mondiales et

européennes, ainsi que plus de 200 nouveautés,

le millésime 2008 du Salon international de

l’automobile de Genève a attiré un grand

nombre de passionnés et de personnalités.

En voici quelques reflets qui n’ont guère la

prétention d’être exhaustifs.

Dieter Zetsche

et la nouvelle

Mercedes SL.

Jean-Paul Renaux (Renault Suisse)

avec le président de la Confédération

Pascal Couchepin.

Le show « écologique » de Mercedes.


Fiat 500 Abarth 135 ch.

Lauriane Gilliéron chez PGO.

Jackie Stewart

(à g.) et

Jean Todt.

Alfa Romeo 8C Spider.

Ernesto Larghi (à g.)

et Paul Antille.

Tata Nano.

Emilie Lambiel

chez Saab.

La Ferrari 365 GTB a fêté ses 40 ans à Genève.

Les spots TV Lancia de Carla Bruni ont été diffusées sur

grand écran à Genève.

7

sportsetloisirs.ch


8

FORD

Ford Kuga, le making of avant Genève

Ford a frappé fort cette année

au Salon international de l’automobile

de Genève. Il y a en

effet présenté trois premières

mondiales: la Ford Fiesta, la

Ford Focus Coupé-Cabriolet

et la Ford Kuga, un 4x4 particulièrement

important pour le

marché suisse. Tellement important

d’ailleurs qu’il a fait

l’objet, quelques jours avant

l’ouverture du salon de Genève,

d’un pré-lancement hors

du commun au sommet du

Männlichen, une montagne du

massif de la Jungfrau au-dessus

de Grindelwald. Transportée

par hélicoptère, la nouvelle

Ford Kuga a ensuite fait l’objet

d’un film publicitaire dans lequel

les deux champions de

snowboard Gian Simmen et

Ueli Kestenholz effectuent plusieurs

sauts au-dessus du nouveau

4x4. Au salon lui-même,

Ford a également frappé très

fort puisque la seule voiture

dans laquelle le président de la

Confédération Pascal Couchepin

s’est assis a été justement

la Ford Kuga. Cela grâce notamment

au concours de l’ancien

champion de ski, Pirmin

Zurbriggen, ambassadeur depuis

plusieurs années de Ford

en Suisse, et de Philippe Bender,

concessionnaire valaisan

et membre du PRD tout

comme Pascal Couchepin. Le

film tourné au sommet du

Männlichen figure sur Youtube

à l’adresse suivante:

www.youtube.com/watch?v=s

sivg_QX918.


Première mondiale de la Mazda2 à trois portes

Giuseppe Loffredo et la Mazda6 break dont les lignes...

... rappellent celles de la Mazda CX-7 de 260 ch.

La Mazda6 break, réussie sous toutes ses coutures.

Les nouvelles

Mazda2.

Chez Mazda, une des grandes attractions

a été la présentation du prototype

Taiki qui pourrait préfigurer la future

génération de sportives à moteur

rotatif et dont on peut voir une photo

à la première page de cet article consacré

au Salon de Genève. Mis à part cela,

Giuseppe Loffredo, le chef de presse de

Mazda Suisse, a eu la satisfaction de dévoiler

plusieurs nouveautés, à commencer

par la nouvelle Mazda2 à trois

portes, présentée en première mondiale

à Genève. Cette grande nouveauté

a été accompagnée de plusieurs premières

européennes dont la nouvelle

version break de la Mazda6, une version

dont les lignes rappellent quelque

peu celles de la Mazda CX-7. Celle-ci,

avec ses 260 ch, fait partie des SUV les

plus dynamiques du marché et peut

constituer une alternative de choix à

des SUV tels que les BMW X3 et X5 ou

autres Porsche Cayenne.

MAZDA

sportsetloisirs.ch

9


10

AUDI

580 ch pour la nouvelle Audi RS6.

L’Audi R8 TDI V12 est propulsée par un moteur diesel de 500 ch.

Ernesto Larghi, chef de marque Audi chez

Amag, devant l’Audi R8 TDI.

Audi, la course à la puissance

Ernesto Larghi, le grand patron d’Audi en Suisse,

avait le sourire à Genève. On l’aurait à moins. La

firme aux quatre anneaux a en effet frappé une nouvelle

fois très fort en présentant pour la première fois

à Palexpo une R8 équipée d’un moteur diesel, à savoir

un V12 TDI de 500 ch avec un couple phénoménal de

1000 Nm disponible de 1750 trs/min à 3000 trs/min.

Autant dire que les reprises sont phénoménales! Un

0 à 100 km/h en 4,2 s et une vitesse de pointe estimée

à plus de 300 km/h accréditent l’idée d’une voiture

hors du commun, ce d’autant plus que sa consommation

devrait être inférieure à 10 litres aux 100 km.

On ignore pour l’instant si l’Audi R8 diesel sera produite

en série. Ce qui est certain en revanche, c’est que

dans la course à l’armement que se livrent les constructeurs

allemands, Audi a franchi un nouveau palier en

offrant à la RS6 un V10 5.2 litres poussé à 580 ch! Issu

des versions S6 et S8, ce bloc reçoit pour l’occasion

l’injection directe ainsi que deux turbos. Résultat:

une puissance ahurissante pour un break et un

couple capable de tracter n’importe quelle caravane

(650 Nm de 1.500 à 6.250 tr/min), malgré les 2.025 kg

affichés sur la balance. De quoi expédier l’exercice du

0 à 100 km/h en seulement 4,6 secondes et celui du

0 à 200 km/h en 14,9 secondes.


Hummer HX

De mémoire de journaliste,

jamais on n’avait vu autant

de nouveautés américaines

que cette année au Salon de

Genève. Jugez-en plutôt:

Hummer HX, Cadillac Provoq,

CTS Coupé Concept,

Escalade Hybrid et surtout

Corvette ZR1 pour n’en citer

que quelques-unes.

La Corvette ZR1, millésime

2008, dispose d’un V8 de

6200 cm 3 suralimenté par un

compresseur Eaton. Ce dernier

porte la puissance à 620

ch, ce qui place la Corvette

ZR1 au niveau d’une Ferrari

599 GTB! Le moins que l’on

Escalade Hybrid.

Les Américaines à l’attaque

puisse dire, c’est que les

Corvette et les Cadillac sont

désormais à la pointe du progrès.

Cela vaut en particulier

pour la Cadillac CTS4 à quatre

roues motrices qui nous a

amplement convaincu sur la

neige, cet hiver, sur les hauteurs

de Montreux, ainsi que

pour l’Escalade. Cette dernière,

avec son nouveau moteur

V8 en aluminium 6,2 L

de 409 ch ne s’est pas seulement

distinguée par son couple

phénoménal de 565 Nm à

4400 tours/minute, mais également

par une sobriété étonnante

compte tenu du gabarit

de cet élégant 4x4 pouvant

transporter jusqu’à sept passagers.

Sur autoroute, en res-

620 ch pour la Corvette ZR1.

pectant scrupuleusement les

120 km/h, nous n’avons

consommé que 11,4 litres aux

100 km, une valeur appelée à

être encore considérablement

réduite avec la prochaine introduction

de la version Hybrid

présentée en première

européenne à Genève. On relèvera

encore que l’Escalade

est commercialisée à partir de

102’150 francs, un prix qui

comprend le Cadillac Premium

Service. Cette prestation

couvre tous les coûts de

service survenant pendant les

six premières années ainsi

que toutes les réparations pendant

les trois ans suivant la

première mise en circulation

ou 100’000 km au maximum.

LE RÊVE

AMÉRICAIN

Escalade, le grand luxe

à 102’150 francs.

sportsetloisirs.ch

11


PORSCHE

Boxster RS

60 Spyder

La Boxster RS 60

en vedette à Genève.

12

Le passé a plus que jamais

de l’avenir chez Porsche

L’année 2008 coïncidant avec le 60 e

anniversaire de la sortie de la toute

première Porsche, le 8 juin 1948, le

constructeur de Stuttgart-Zuffenhausen

s’est à nouveau replongé

dans son passé. Il a ainsi présenté au

Salon international de l’automobile

de Genève une Porsche Boxster RS

60 Spyder de 303 chevaux, un modèle

spécial qui rend hommage à

une tueuse de Ferrari, à savoir la

718 RS 60 Spyder. Cette dernière

remporta en effet de nombreux succès

en 1960, à commencer par les

12 Heures de Sebring. L’Allemand

Hans Herrmann et le Belge Olivier

Gendebien y avaient offert à Porsche

sa toute première victoire absolue

dans une épreuve du championnat

du monde des marques sur

sol américain.

A la Targa Florio de 1960, la 718 RS

60 Spyder, toujours pilotée par Hans

Herrmann associé cette fois-ci au

Suédois Jo Bonnier, s’imposa avec

plus de six (!) minutes d’avance sur

la Ferrari Dino 246 S de l’équipage

Wolfgang von Trips-Phil Hill. Au

sujet de Hans Herrmann et de Jo

Bonnier, on relèvera qu’ils ont noué

tous les deux des liens très étroits

avec la Suisse. Jo Bonnier a longtemps

habité dans la région de Nyon

avant d’être victime d’un accident

mortel aux 24 Heures du Mans de

1972, alors que Hans Herrmann,

âgé aujourd’hui de 80 ans, séjourne

encore régulièrement dans son appartement

de vacances de Mollens,

en dessous de Crans-Montana. Tous

deux enfin ont été des coéquipiers

très appréciés du Fribourgeois Jo

Siffert.

Pour en revenir à la Boxster RS 60

Spyder, on relèvera qu’elle dispose

de pratiquement deux fois plus de

puissance que la 718 RS Spyder de

1960, à savoir 303 ch (8 ch de plus

qu’une Boxster S grâce notamment

à un échappement spécial) contre

160 ch. On notera également que la

couleur extérieure «Gris GT» de la

Boxster RS 60 Spyder a été empruntée

à la très exclusive Carrera GT.

La Boxster RS 60 Spyder dispose

en outre de jantes SportDesign de

19 pouces, d’un intérieur en cuir

rouge, de seuils de porte en acier

inoxydable comportant l’inscription

RS 60 Spyder et d’un levier de

vitesse à débattement court. Présentée

en première Suisse à Genève, la

Porsche Boxster RS 60 Spyder ne

sera produite qu’à 1960 exemplaires.

Son prix de vente a été fixé à

97’800 francs.


Ferry Porsche, un visionnaire de génie

Evoquer les 60 ans de Porsche, en

tant que constructeur automobile

de renom, c’est avant tout saluer le

formidable talent visionnaire de

Ferry Porsche. Ce dernier, né le 19

septembre 1909 dans les environs

de Vienne et décédé le 27 mars 1998

à Zell am See en Autriche, n’a pas

seulement été à l’origine de la toute

première voiture à porter le nom de

Porsche, il a également été un ingénieur

de talent et un capitaine d’entreprise

visionnaire. C’est lui, par

exemple, qui a clarifié après la

guerre les relations passées auparavant

entre l’usine Volkswagen et

le bureau de construction Porsche.

C’est également lui qui a décidé

d’assurer la pérennité de l’entreprise

en la transformant, en 1972, en

société anonyme et en évitant ainsi

que la troisième génération, composée

notamment de ses fils Hans-

Peter et Butzi Porsche, ainsi que de

son neveu Ferdinand Piëch, ne se

livre des luttes intestines pour la

conquête du pouvoir.

Il y a fort à parier que sans la constitution

de cette société anonyme,

Porsche ne bénéficierait pas du statut

d’indépendance dont elle jouit

aujourd’hui. Un statut d’indépendance

dans lequel se reflètent les

qualités intrinsèques des 911, 356 et

autres Boxster pour ne citer que

trois modèles parmi tant d’autres

tout au long de 60 ans d’excellence.

Enfin, on relèvera encore que Ferry

Porsche a été qualifié de «meilleur

grand-père du monde» par sa bellefille

Susanne Porsche. L’épouse de

Wolfgang Porsche, le cadet des quatre

enfants de Ferry Porsche, a dédié

à son beau-père un magnifique

livre de 784 (!) pages. Intitulé

«Ferrytales»*, il comporte des informations

de toute première main et

un grand nombre de photos inédites

aussi bien sur Ferry Porsche et

sa famille, que sur de nombreux

modèles de Porsche.

* «Ferrytales», Susanne Porsche,

Collection Rolf Heyne, ISBN 3-89910-278-9,

784 pages, 150 euros.

1948-2008 :

60 ans d’un

constructeur

de renom

C’est ainsi que se présente

la couverture du livre

monumental «Ferrytales»

que Suzanne Porsche,

ci-dessous avec son fils

Ferdinand, a consacré

à son beau-père

Ferry Porsche (à g.).

sportsetloisirs.ch

13


RINSPEED

SQUBA

James Bond en

a rêvé, Frank

Rinderknecht

l’a fait!

14

La première auto de plongée au monde

Sorti le 7 juillet 1977, «L’espion

qui m’aimait», le troisième

James Bond interprété

par Roger Moore, mettait en

scène une Lotus Esprit qui se

transformait en sous-marin. En

cette année du 8 août 2008, le

préparateur zurichois Frank

Rinderknecht a voulu rendre

hommage à sa façon à l’une

des scènes les plus célèbres de

l’histoire de l’automobile au

cinéma en présentant à Genève

la Rinspeed Squba, élaborée

sur la base d’une Lotus Elise.

Si la Lotus Esprit sous-marine

de Roger Moore n’était en fait

qu’une maquette filmée dans

un aquarium, la Rinspeed

Squba est bien réelle. Frank

Rinderknecht a en effet transformé

sa Lotus Elise de manière

à ce qu’elle puisse véritablement

naviguer sous l’eau.

Pour réaliser son objectif, il a

remplacé le moteur d’origine

de la Lotus par deux hydrojets

et trois moteurs électriques.

Le premier servant à la propulsion

terrestre et les deux

autres faisant tourner des hélices

installées à l’arrière du véhicule

afin que la Rinspeed

Squba se déplace, c’est le cas

de le dire, comme un poisson

dans l’eau! Sur route, elle peut

rouler jusqu’à 120 km/h. Sous

l’eau, elle doit en revanche se

contenter d’une vitesse de 3

km/h et peut plonger jusqu’à

une profondeur de 10 mètres.

Le clin d’œil au film de James

Bond est renforcé par les photos

de presse distribuées à Genève

par Rinspeed. Elles mettent

en scène une James-Bond

Girl plus vraie que nature dans

sa petite robe blanche que

l’agent 007 lui propose galamment

de recouvrir d’un blouson

rouge parfaitement étanche

pour évoluer sous l’eau

grâce à des appareils respiratoires

embarqués.

More magazines by this user
Similar magazines