ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

pdf.usaid.gov

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

Le contenu et les conclusions de ce rapport sont celles des auteurs et ne reflètent pas obligatoirement les

politiques ou les opinions de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

2. VUE D’ENSEMBLE DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

L’élection d’un nouveau Président (Abdoulaye Wade et le PDS) et la mise en place d’un nouveau

gouvernement en l’an 2000 avaient entraîné un nouvel espoir de meilleure gouvernance au Sénégal. Tous

les principaux candidats et partis avaient présenté une plateforme promettant de lutter contre la grande

corruption et d’augmenter la transparence et les pratiques de bonne gouvernance. 1 Suite à l’élection de

Wade, un certain nombre de lois furent approuvées et des institutions comme le Ministère de la bonne

gouvernance, le Programme national de la bonne gouvernance (PNBG) et la Commission nationale de

lutte contre la non transparence, la corruption et la concussion (CNLCC) furent crées avec l’objectif de

promouvoir la bonne gouvernance et de combattre la corruption.

Malgré ces débuts prometteurs, le niveau et l’impact de la corruption sont demeurés importants avec une

tendance probable à la hausse depuis le changement de régime en l’an 2000. Bien qu’il soit extrêmement

difficile de mesurer précisément le degré de corruption, il existe un sentiment largement partagé, comme

l’indiquent les interviews avec les donateurs, les acteurs non gouvernementaux et même certaines sphères

du gouvernement, que la corruption est amplement répandue. Ce consensus large concernant la

prédominance de la corruption au Sénégal est basé sur des sentiments populaires et des expériences

mentionnées dans des études et enquêtes récentes, 2 et est confirmé par une série d’experts et observateurs,

dont ceux qui contribuent à l’index de contrôle de la corruption de l’Institut de la Banque mondiale.

Bien que cet index indique de fait une certaine amélioration de ce type de mesure de la gouvernance au

cours des neuf dernières années, il se peut que ce ne soit pas un indicateur d’amélioration réelle à tous les

niveaux. Les meilleurs scores sont dus avant tout à la mise en place de lois et de nouvelles institutions

lesquelles, comme nous le verrons plus loin, ne sont pas entrées en vigueur ou sont très faiblement

appliquées.

Les Sénégalais interrogés indiquent qu’ils se heurtent quotidiennement à la corruption de l’administration

au contact des services routiniers du gouvernement comme la police, les tribunaux, le cadastre, ainsi que

les agences qui fournissent des services comme les Ministères de la Santé, Education et Eaux et Forêts.

Pour bon nombre, y compris les médias et l’élite éduquée, la forme la plus alarmante de la corruption et

de la mauvaise gestion est la “grande corruption” dont il est souvent fait état dans les médias. Cette

« grande corruption » se rapporte à l’utilisation des fonds de l’Etat et des prêts de l’extérieur dans la

passation de marchés de la part du gouvernent et tout particulièrement dans le cas de projets de travaux

publics à grande échelle.

Cette étude s’efforce de répondre à la question de savoir pourquoi la corruption est si répandue et que

peut faire le gouvernement du Sénégal (GOS) pour y remédier avec l’assistance des donateurs y compris

l’USAID. En appliquant la méthodologie développée par le MSI dans son Manuel d’évaluation de la

corruption (2006), le présent rapport traite de la nature de la corruption au Sénégal sous deux formes.

1 Mamadou Jean-Charles Tall, : Les Chantiers de Thies, Prétextes à une réflexion sur les marchés publics,” Forum

Civil, Bonne Gouvernance et Refondation de l’Etat, Les Cahiers du Forum, n.d.

2 Blundo, Georges, et Oliver de Sardan. La corruption au quotidien en Afrique de l’Ouest : Approche socio-

anthropologique comparative : Bénin, Niger et Sénégal. Rapport final. Bruxelles et Genève : Commission des

Communautés européennes et la Direction du développement et de la Coopération Suisse, octobre, 2001, Cabinet

ORGATECH (Dakar). « Enquête sur les Manifestations de la Corruption au Sénégal : Enquête auprès des

Entreprises ». Dakar: Forum Civil, 2001.

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL 2

More magazines by this user
Similar magazines