ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

pdf.usaid.gov

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

l’État et les autres secteurs de la société en vue de négocier des réformes politiques, économiques et

réglementaires. Les diverses réformes décrite précédemment ouvrent la voie à un changement historique

de régime qui a pris place au cours des élections présidentielles de l’an 2000 lorsqu’Abdoulaye Wade a

battu Abdou Diouf, le président au pouvoir, au cours d’élections justes et ouvertes et a pris le pouvoir au

moyen d’un scrutin équitable.

Des tendances à renforcer et concentrer le pouvoir présidentiel

Bien que le Président Wade et sa coalition de partis présentaient une plateforme qui demandait la

diminution des pouvoirs présidentiels et le renforcement du Parlement et du système judiciaire, la

Constitution de 2001 a de fait renforcé le pouvoir du Président. Le départ du Premier Ministre de Wade,

Moustapha Niasse, a affaibli le poste de premier ministre alors que les élections législatives nationales de

2002 ont apporté au Président Wade une énorme majorité à l’Assemblée nationale, ce qui a réduit les

capacités de cette assemblée à servir de contrepoids face au pouvoir du président.

L’élection du Président Wade en 2000 a provoqué un changement significatif dans les formes de

gouvernance. Le prédécesseur de Wade était venu au pouvoir en tant que technocrate et avait cherché à

améliorer l’efficacité de la bureaucratie d’Etat. Il faisait également preuve de prudence au moment de

mettre en place des réformes. Wade, par contre, n’avait pas confiance en la bureaucratie d’Etat qu’il

considérait comme un outil de l’ancien régime. En tant que leader charismatique et populiste avec un sens

profond de sa mission et imbu de traditions politiques jacobines, Wade s’est efforcé de renforcer et de

personnaliser le pouvoir de la Présidence tout en exerçant un plus grand contrôle sur les institutions

d’Etat. Pour accomplir ces objectifs, il a créé une série de nouvelles agences et d’institutions directement

sous le contrôle de la Présidence ou sous sa responsabilité directe. C’en faisant, il a rompu avec la logique

du pluralisme institutionnel ou horizontalité et a affaibli l’efficacité de la bureaucratie d’Etat en changeant

constamment de Ministres, en nommant des personnes avec peu d’expérience à des postes politiques et en

hésitant à déléguer des pouvoirs aux Ministres et autres autorités pour qu’ils puissent mettre en place des

politiques.

Le style de gouvernance et le populisme du Président Wade ont affaibli les contrôles externes et

institutionnels sur son pouvoir. En obtenant un soutien financier de la part de pays du Moyen-Orient et de

la Chine, il a réussi à diminuer l’influence de la communauté traditionnelle des donateurs internationaux

qui poussaient pour obtenir des réformes politiques et économiques. Il a également fait appel à sa

légitimité et à son autorité personnelle pour laisser de coté ou passer outre les normes conventionnelles au

moment de gérer les affaires de l’État et intimider les autres sources possibles de pouvoir dans le

système.

Ni les médias, ni la société civile au sens large n’ont été capables de contrôler ce mouvement vers un

pouvoir toujours plus personnel. Une participation populaire significative semble moins présente dans la

prise de décision au gouvernement. L’image qui semble s’imposer maintenant est celle d’un régime

dirigé par un leader fort qui exige une loyauté personnelle de la part des autorités gouvernementales tout

en cherchant à acheter des soutiens au moyen d’une générosité personnelle et des fonds du gouvernement.

Bien que préoccupé par l’opinion publique, le régime de Wade semble de moins en moins intéressé à

consulter l’opposition politique, le secteur privé et les organisations de la société civile en ce qui concerne

les nouvelles politiques et les réformes.

COMPRENDRE LE CONTEXT POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DU

SÉNÉGAL

Les ouvrages sur la corruption recommandent fortement aux décideurs politiques d’analyser la dynamique

politique et économique d’un pays pour développer des solutions efficaces et bien ciblées qui

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL 4

More magazines by this user
Similar magazines