ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

pdf.usaid.gov

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL

d’entre elles n’ont jamais eu de décret pour les faire entrer en vigueur. Ceci laisse les employés du secteur

de la santé et les personnes qui ont besoin de soins médicaux dans un monde arbitraire où tout se fait en

dehors de la loi. Les pauvres et les malades sont les principales victimes de cet arbitraire. Les gagnants ne

sont pas des individus mais des réseaux complexes qui s’unissent pour profiter collectivement de

pratiques corrompues et qui englobent le personnel de très bas niveau et les infirmiers à l’échelle des

centres de santé de la communauté jusqu’au plus haut niveau du personnel médical des administrations et

des hôpitaux.

Paradoxalement ce sont à la fois les carences et l’abondance qui nourrissent ce système. On estime que le

système de santé manque présentement 3 000 membres du personnel médical compétents. Certaines

communautés urbaines de grand Dakar n’ont pas de centres médicaux, bien que elles aient plus de 100

000 habitants. Par ailleurs, des fonds du gouvernement et des donateurs non gouvernementaux destinés à

des programmes comme la prévention et le traitement du VIH/sida fournissent des sources toutes prêtes

de financement et matériel qui sont détournées à des fins personnelles.

Au cœur de la crise se trouvent deux problèmes majeurs : un manque de contrôle quasi total et de

responsabilité vis à vis des ressources du plus haut au plus bas et une culture de corruption de groupe qui

semble avoir remplacé ou du moins mis de côté tout sentiment de responsabilité professionnelle et de

devoir envers le public. Un Forum national de la Santé s’est tenu en 2006, au cours duquel les employés

de la santé et les responsables se sont réunis pour examiner ces points et voir quels remèdes et réformes

pourraient être mises en place. Comme résultat un programme de réforme basé sur trois principes fut

annoncé. Il consiste en une approche multisectorielle dans laquelle des problèmes comme l’écologie

seraient inclus dans la planification de la santé, une approche participative où les citoyens pourraient

effectivement participer à la planification et à la surveillance de la santé et une orientation “axée sur le

service clientèle.” Jusqu’à présent, malheureusement, ces réformes ne se sont pas avérées plus efficaces

que les tentatives précédentes. Le système se caractérise encore par une absence quasi totale de

participation effective de la part des usagers des services de santé ou de la part d’organisations

socioprofessionnelles qui pourraient être capables de surveiller, au moins partiellement, le pouvoir et

l’autorité des professionnels de la médecine les plus corrompus.

Vulnérabilités

Une étude approfondie et récente qui a demandé plusieurs mois d’observations sur le terrain a pu

constater et documenter un large éventail de pratiques de corruption dans trois niveaux du système

médical: les hôpitaux publics, les centres de santé et les points de santé locaux. 21 Cette étude a permis

d’identifier non seulement des vulnérabilités particulières, elle implique que la corruption à tous les

niveaux n’a rien d’inhabituelle. En fait, elle serait liée à des réseaux qui opèrent sous le manteau dans

l’intérêt du personnel des services de santé, de l’agent hospitalier le plus bas jusqu’aux directeurs

médicaux des Centres et Hôpitaux (bien que ces derniers soient souvent mieux protégés contre une

observation directe de leur corruption).

Au niveau de l’hôpital :

• Le racket du triage à l’arrivée lorsque les patients doivent payer des frais illégaux pour être vus et

plus ils paraissent dans un état grave ou plus ils semblent craintifs eux ou leur famille, plus haute

sera la note.

• Le personnel de bas niveau extorque de l’argent pour les lits et autres services de base sans

fournir de reçus.

• Les patients doivent payer plus que les frais normaux ou même le double et le personnel empoche

la différence.

21 Fall and Gueye, op cit.

ÉVALUATION DE LA CORRUPTION AU SÉNÉGAL 30

More magazines by this user
Similar magazines