Emballage - Ctba

ctba.fr

Emballage - Ctba

Bois dans

la construction

Figure 4 : Liaison mixte extérieure pour

menuiserie bois-aluminium.

Figure 5 : Liaison mixte intérieure pour

menuiserie aluminium-bois.

des choix d’aspect en fonction de la

nature transparente ou opaque de la

finition, la norme XP P 23-308 ne définit

pas de classe d’aspect, mais le

fabricant doit la définir dans sa documentation

commerciale en faisant

référence aux normes européennes.

Pour la durabilité, la classe de risque

normale est la classe 3 (3a ou 3b). En

fonction de l’imprégnabilité des

essences et de leur durabilité naturelle,

un tableau indique la nécessité ou non

d’un traitement fongicide. Toutefois,

l’annexe A de la norme ouvre la voie à

une évaluation expérimentale de la

salubrité de la liaison mixte qui permet

de moduler ce tableau.

● Prescriptions relatives aux profilés

Pour les profilés aluminium, la norme

renvoie aux normes NF P 24-301 et

XP 24-400. Pour les profilés secon-

CTBA INFO N° 94 – Avril/mai 2002

daires en PVC, elle renvoie à la norme

P 24-500. Dans les deux cas, les certifications

NF RPT Profilés et NF CSTB

Profilés PVC associées à ces normes

valent preuve de conformité.

● Prescriptions relatives

aux accessoires

L’élément nouveau essentiel est la

proposition de spécifications pour les

accessoires de la liaison mixte en

matériau de synthèse (typiquement

les clameaux). Les méthodes de qualification

sont définies dans l’annexe D

et mettent en jeu chaleur et humidité

d’une part, rayonnement UV plus chaleur

d’autre part.

Les spécifications

de la liaison mixte

Ensuite, la norme définit des spécifications

propres à la liaison mixte. Ces

spécifications portent sur la résistance

mécanique, la durabilité, la stabilité

hygrothermique, la finition et la mise

en œuvre.

● Résistance mécanique

Selon la pertinence, on évalue la résistance

aux charges perpendiculaires et

dans le plan. Sur le principe de ces

essais, il s’agit d’une charge statique

poussée à la rupture qui reproduit les

conditions réelles. On calcule une

charge de rupture à 5 % d’exclusion,

on applique un coefficient de sécurité

de 1,5, ainsi que le facteur de vieillissement

déterminé selon l’annexe D de

la norme. Si la liaison, non travaillante,

est collée, on se réfère à l’annexe E

qui prévoie des épreuves de vieillissement

différentes selon que la liaison

est extérieure ou intérieure.

● Durabilité

Il s’agit essentiellement de la bonne

salubrité de la liaison. Elle est soit a

22

priori satisfaisante, soit à vérifier selon

l’annexe A de la norme. Dans le premier

cas, il s’agit de règles de moyens

dont les principales sont les suivantes :

– Contacts habillage - bois

– en section, pour un contact continu,

la largeur des parties du bois sans

contact avec l’habillage doit être au

moins 2,5 fois plus importante que

celle des parties de l’habillage en

contact avec le bois sans que la plus

grande largeur dépasse 20 mm ;

– un contact isolé ne doit dépasser

4 cm2 et l’ensemble de ces points singuliers

de contact ne doit pas dépasser

25 % de l’aire du cadre.

La Figure 6 donne un exemple de

salubrité des contacts habillage - bois

sur ouvrant.

Figure 6 : Exemple de contacts salubres de

l’habillage d’un ouvrant en bois

– Ventilation

– fixation discontinue : passage minimal

de 3 mm,

– fixation continue : 5 mm et 60 % de

la portée pour la traverse basse, orifices

dans les arasements d’habillage

ou en rive (100 mm2 par mètre) pour

les montants.

More magazines by this user
Similar magazines