Emballage - Ctba

ctba.fr

Emballage - Ctba

pour des épaisseurs supérieures à

10 mm et plates-bandes de 5 mm.

Les montages en cadre doivent

cependant toujours être à jeu libre et

sans collage en périphérie. Pour du

bois feuillu utilisé à une humidité maîtrisée

de 4 à 5 %, on peut tenter

d’économiser la teinte préalable des

plates-bandes, mais il est inutile de

changer les pratiques de jeu proportionnel

en rainure.

Si l’on souhaite ne pas épaissir et

maintenir une section ou une épaisseur

conventionnelle ou la finesse

d’aspect d’une pièce pour respecter

le dessin du créateur, il faut prévoir

des solutions de renfort en soutien

ou en maintien, par exemple : bandeau

ou renfort collé-vissé à mi-profondeur

des tablettes, supports intermédiaires

sous plateaux de table,

frette métal ou plastique très résistant

encadrant un axe de pliage

(meubles et sièges de jardin). Dans

tous les cas, une validation par l’essai

est indispensable.

Usinage, ponçage,

finition vernie

D’une manière générale, avant de lancer

une fabrication, il est impératif de

procéder à des essais à tous niveaux,

les solutions habituelles pouvant être

remises en cause du fait de la nature

particulière du bois traité thermiquement,

notamment sa microporosité

accrue, sa fragilité au fendage, etc.

Des mesures de sécurité doivent être

respectées, comme de faire porter des

gants aux opérateurs chargés du

stock d’avivés, des manutentions, du

débit, du corroyage.

L’usinage du bois traité thermiquement

ne génère pas des copeaux,

mais des particules et poussières de

granulation moyenne à fine (à

l’exemple de la mouture de café), et

ce quelle que soit la profondeur dans

le bois : ces particules et poussières

sont très volatiles et doivent impérativement

être captées avec un soin tout

particulier, avec un dispositif de mise à

la terre des conduits d’évacuation. Les

conduits en matière plastique sont à

exclure en raison du risque électrostatique

accru résultant de la siccité des

poussières. Les opérateurs chargés du

ponçage manuel doivent porter des

masques efficaces.

Les contraintes de flexion et les

sources de vibrations des pièces dans

les systèmes d’alimentation ou d’amenage

des machines doivent être

réduites. Il est recommandé de prévoir

des perçages à vitesse lente et éventuellement

en plusieurs plongées pour

limiter l’échauffement.

Par souci de cohérence, le choix d’une

finition et de son mode d’application

doit tenir compte au mieux des

contraintes environnementales et

faire l’objet d’essais sur plusieurs

échantillons différents, notamment

pour visualiser les réactions du bois et

le risque de contraste ou de tache par

la teinte

Le bois traité thermiquement offre

une surface plus finement poncée qui

facilite l’application de fond dur.

Celle-ci peut cependant, dans certains

cas, nécessiter une formulation moins

fluide et une application plus généreuse,

en raison de la microporosité

accrue de certains bois. L’égrenage et

les couches suivantes de vernis ne

posent en revanche pas de problème

particulier.

Etiquetage,

information commerciale

À l’article 8 du décret du 14 mars

1986 portant sur les règles de présentation

commerciale des mobiliers ou

éléments d’ameublement « il est

31

Ameublement

interdit d’utiliser l’appellation « massif »

… pour qualifier… toute matière

ouvrée par un procédé technique qui

modifie sa nature, sa composition ou

ses qualités substantielles ».

Pour l’instant, la DGCCRF n’a apporté

ni confirmation, ni dérogation à cette

interdiction pour le bois chauffé thermiquement.

Par ailleurs, les rapports

scientifiques considérent que la composition

chimique et les qualités substantielles

du bois naturel sont notablement

modifiées par rapport à l’attente

classique du consommateur en

matière de bois massif naturel. Dans

ces conditions, il paraît prudent de ne

pas décrire comme étant réalisés en

« bois massif » les mobiliers (ou les

pièces de mobiliers) constitués de bois

traité thermiquement.

Le nom de la marque déposée par le

producteur devrait pouvoir être utilisé

sans restriction dans un descriptif de

mobilier, sous réserve qu’elle soit

explicitée par un renvoi du type « bois

traité par haute température » ou

« bois traité thermiquement », et que

les vendeurs puissent faire face à leur

devoir d’information des consommateurs

(Code de la consommation) à

l’aide d’une documentation ou d’une

fiche technique appropriée.

François Plassat

Bibliographie :

Patrice Chanrion, Jérôme Schreiber – Bois traité

par haute température – Paris, CTBA, mai 2002,

16 x 24 cm, 120 pages.

CTBA INFO N° 94 – Avril/mai 2002

More magazines by this user
Similar magazines