Emballage - Ctba

ctba.fr

Emballage - Ctba

La norme française sur les emballages destinés au transport des fruits et légumes définit

trois catégories d’emballages selon la durée de stockage et la longueur du trajet.

servent à assembler par agrafage les

côtés et les têtes pour constituer le

cadre. Le panneau de fond est assemblé

au cadre par agrafage d’angle.

Outre la fonction d’assemblage, les

tasseaux d’angle apportent la rigidité

nécessaire pour le gerbage des emballages

lors de leur utilisation et leur

stockage. La norme NF H 03-003-1

« Emballages parallélépipédiques rectangles

destinés au transport des fruits

et légumes frais type plateaux – Partie 1 :

Spécifications et essais sur emballage

individuel » précise que la hauteur

maximale de stockage et de transport

ne doit pas dépasser 2,20 m.

Trois catégories

normalisées

Cette norme fixe les essais auxquels

doivent satisfaire ces emballages ; elle

définit trois catégories d’emballages

à partir des quatre critères suivants

:

– stockage courte durée : stockage

inférieur à une semaine ;

– stockage longue durée : stockage

inférieur à un mois ;

– trajet court : France et pays de

l’Union européenne (sauf Grèce et

Irlande) et comportant peu de ruptures

de charge ;

– trajet long : France et pays de

l’Union européenne (sauf Grèce et

Irlande) et comportant de nombreuses

ruptures de charge ainsi

que France, pays de l’Union européenne

complète, Europe du Nord, de l’Est

et bassin méditerranéen lorsque le

transport s’effectue par conteneurs

ou véhicules embarqués.

Les trois catégories d’emballages (A, B,

C) qui résultent de ces définitions se

répartissent de la façon suivante :

– A : stockage courte durée et trajet

court ;

– B : stockage longue durée et trajet

court ;

– C : stockage longue durée et trajet

long.

Les emballages légers sont fabriqués à

partir de planchettes déroulées ou

3

Exploitation forestière

Scierie - Emballage

sciées assemblées par agrafage. Le

schéma ci-dessous représente leur

principe de fabrication. La matière première

utilisée est en bois tendre, généralement

en peuplier, parfois en pin

maritime pour certains éléments.

Dans les années 70, les emballages

étaient encore fabriqués sur des postes

individuels d’agrafage où chaque opérateur

réalisait une fonction d’assemblage.

Aujourd’hui, la fabrication des

emballages légers est fortement mécanisée,

l’ensemble des opérations d’assemblage

étant assuré sur une seule

ligne, par un personnel en nombre

limité.

Les étapes de fabrication se décomposent

de la façon suivante :

● Écorçage : les grumes arrivant par

camion sont stockées sur le parc à

grumes. Au fur et à mesure des

besoins, les bois sont écorcés à l’aide

d’une écorceuse.

● Tronçonnage : les grumes destinées

aux produits sciés (planchettes et tasseaux)

sont tronçonnées en billons par

multiples de longueur, classées par

qualité et acheminées vers un banc de

sciage. Le type de débit est conditionné

par la qualité qui déterminera leur

destination. Les billons de bonne qualité

sont sciés en planchettes de

quelques millimètres d’épaisseur, ultérieurement

mises à longueur.

Les autres billons sont débités en plateaux

d’épaisseur correspondant à

celle des tasseaux d’angle. Ces plateaux

sont eux-mêmes sciés dans le

sens vertical ; les produits de section

carrée obtenus sont introduits un à un,

manuellement ou mécaniquement,

dans une machine dite « à tasseaux ».

Munie d’un collecteur en forme de V

et d’une scie, cette machine fend les

produits selon leur diagonale pour réaliser,

après mise à longueur d’emploi,

les tasseaux triangulaires qui seront

CTBA INFO N° 94 – Avril/mai 2002

More magazines by this user
Similar magazines