Corporate Social Responsibility: ce que Caritas entend par

caritas

Corporate Social Responsibility: ce que Caritas entend par

_Endosser sa responsabilité sociétale en tant qu’entreprise

Voici ce que Caritas entend par

responsabilité sociétale des entreprises (RSE)


La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est pour Caritas l’engagement des entreprises et

des organisations d’intégrer les intérêts écologiques et sociaux à leur activité et à leurs relations avec les

acteurs impliqués.

Caritas considère la RSE comme une approche essentielle pour renforcer le développement durable.

Pour Caritas, la RSE n’est pas une activité annexe philanthropique, mais doit faire partie intégrante

de l’attitude commerciale.

Caritas demande aux entreprises de concevoir la RSE comme un investissement durable et rentable dans

les relations avec les acteurs impliqués et de s’engager en conséquence. Il s’agit ni plus ni moins d’assurer

leur avenir.

Caritas en tant que partenaire solide pour votre programme de RSE

Caritas veut instaurer systématiquement des coopérations avec l’économie privée. Cette volonté découle

de la conviction que les entreprises ont un rôle important à jouer dans la lutte contre la pauvreté en

Suisse et dans le monde. Les entreprises sont de plus en plus disposées à assumer leur responsabilité

écologique et sociétale. La RSE fait de plus en plus souvent partie de la philosophie d’entreprise.

A travers le dialogue avec les acteurs de l’économie, Caritas s’efforce de constituer des alliances et développe

activement des activités par le biais desquelles les entreprises peuvent exercer leur responsabilité

sociétale. L’organisation applique les principes suivants:

Caritas reconnaît le rôle important joué par les entreprises dans la lutte contre la pauvreté dans le

monde et dans le développement socio-économique.

Caritas conçoit les alliances de RSE avec des entreprises comme un «partenariat de développement

entre le privé et le privé». Les entreprises ne doivent pas seulement sponsoriser des projets de Caritas,

mais aussi s’engager davantage en faveur du projet commun.

• Les alliances de RSE présupposent que l’intérêt des entreprises pour le projet de RSE est lié aussi

étroitement que possible à leurs intérêts véritables et que l’entreprise engage avec Caritas un dialogue

en la matière, en vue de contrôler et de développer sa propre attitude commerciale.

La base d’une collaboration couronnée de succès

Quand une entreprise lui adresse une demande de RSE, Caritas établit sur la base de plusieurs critères

une analyse systématique des chances et des risques qui résulteraient pour elle d’une collaboration

avec l’entreprise en question. Elle procède de la même manière quand c’est elle qui signale une offre de

RSE à une entreprise.

Le critère déterminant est de savoir si l’engagement en matière de RSE sert les objectifs que Caritas s’est

fixés dans sa Charte et sa stratégie, c’est-à-dire s’il profite directement à la lutte contre la pauvreté ou

aux personnes défavorisées, tout en correspondant aux objectifs de l’entreprise partenaire. Cette analyse

comprend également l’évaluation des chances de remboursement des projets de Caritas.

L’évaluation des risques est une tâche complexe qui se déroule à plusieurs niveaux. Il faut prendre en

compte des questions éthiques et des questions de réputation, ainsi que des critères et aspects de

la coopération spécifiques à certains thèmes. L’évaluation doit être objective et fondée sur les faits. Elle

devrait donc aussi se baser sur les appréciations d’organisations spécialisées et des partenaires actuels,

ainsi que sur des articles de presse.

Photo: Meinrad Schade

2


La décision de principe de Caritas repose sur une série de critères d’exclusion. Ceux-ci déterminent,

sur la base de la Charte et des directives stratégiques de Caritas, quand une coopération en matière de

RSE peut d’emblée être exclue. C’est le cas quand l’un des critères suivants est rempli:

• Violation des droits de l’homme et autres pratiques commerciales illégales.

• Discrimination de personnes ou de groupes dans le projet d’entreprise, le modèle commercial ou les

domaines d’activité.

• Traitement indigne des collaborateurs sur le plan des horaires de travail, de la protection, discrimination

lors du recrutement, discrimination salariale, sexiste, etc.

• Corruption, utilisation incorrecte des moyens, manque de transparence dans la gestion financière.

• Modèle commercial contraire aux valeurs fondamentales et activités principales de Caritas.

• Activités politiques et sociétales contraires aux valeurs fondamentales et aux idées politiques de Caritas.

• S’il devait s’avérer en cours de collaboration que l’entreprise partenaire remplit l’un des critères

ci-dessus, ces faits seront obligatoirement relevés dans les termes de référence de la collaboration,

dans le but d’obtenir un changement de pratique.

Si la décision de principe est positive, Caritas entame le dialogue avec l’entreprise partenaire potentielle.

Le but est de s’entendre sur des termes de référence incluant d’une part la formulation du projet en

matière de RSE, d’autre part une déclaration contraignante portant sur la collaboration, les tâches, le

dialogue, les finances, etc. Ce processus de négociation est déterminant pour la décision finale quant à

une collaboration en matière de RSE.

Caritas examine en même temps si une collaboration entre réellement en ligne de compte pour elle; à côté

de la déclaration de RSE de l’entreprise, cet examen porte aussi sur les risques pour sa réputation, ainsi

que sur les compétences techniques et méthodiques. L’évaluation de ces points dépendra dans une large

mesure des résultats du processus de négociation et de la mise au point du projet.

Caritas s’engage pour sa part à respecter les points suivants

Charte de Caritas

Le travail de Caritas se base sur la vision décrite dans la Charte de Caritas.

Nous nous engageons pour un monde

• guidé par la solidarité, la justice et la paix;

• qui respecte les droits et la dignité intangible de chaque être humain;

• dont la force se mesure au bien-être des personnes les plus faibles;

• qui reconnaît que la richesse et la plénitude de la création représentent le bien commun

de tous les êtres humains;

• dans lequel tous ont accès à la nourriture, à l’eau, à la santé, à la formation et au travail.

Divulgation d’informations

• Par le biais de son rapport annuel, Caritas informe le public de ses activités, de sa structure,

de sa situation financière, de son bilan et de ses placements.

Caritas définit sa politique de placement sur la base de critères éthiques.

Caritas dispose de normes de qualité élevées concernant la divulgation, la tenue de comptes

et la comptabilité.

3


Partenariat social

Caritas crée des possibilités d’occupation et investit continuellement dans la formation et le

perfectionnement de ses collaborateurs.

• Lors du recrutement, Caritas privilégie le marché de l’emploi local; dans son activité internationale, elle

occupe des travailleurs autochtones et prend des mesures pour élever leur niveau de compétences.

Caritas offre à ses collaborateurs de bonnes conditions de travail, conformes aux exigences actuelles.

Caritas interdit toute discrimination.

• Dans sa conduite d’entreprise et dans sa politique d’embauche, Caritas veille aux principes de gestion

de la diversité.

Caritas gère les conflits de façon constructive et interdit toute forme de discrimination et d’exclusion

(appelée aussi mobbing).

Caritas s’engage à respecter le partenariat social et reconnaît le droit des collaborateurs à une représentation

syndicale sous forme d’association du personnel.

Caritas Suisse se réclame d’une information ouverte et transparente à l’égard des collaborateurs

et de leurs représentant-e-s, conformément aux principes définis dans le partenariat social et dans les

directives relatives à la communication interne.

Caritas respecte dans toutes ses activités les conventions centrales de l’Organisation Internationale

du Travail (OIT).

Caritas laisse ses collaborateurs s’impliquer dans les processus d’entreprise.

Caritas organise les restructurations en tenant compte de sa responsabilité sociale.

Environnement

• Dans son engagement international, Caritas veille à ce que ses programmes respectent l’environnement.

Caritas évite dans la mesure du possible que son activité ait un impact négatif sur l’environnement.

Caritas informe le public et les employés des possibles répercussions de son activité sur l’environnement,

la santé et la sécurité.

Caritas forme ses collaborateurs sur les questions écologiques.

Collaboration avec des tiers

Caritas dispose d’une liste de critères stricts pour la collaboration opérationnelle avec des partenaires,

ainsi que pour la collaboration avec des bailleurs de fonds institutionnels, en particulier pour ce qui est de

la responsabilité éthique, de la transparence, de l’interdiction de discrimination et du comportement

digne d’un Etat de droit.

Caritas garantit une codécision ou une participation appropriée des organisations partenaires dans la

conception et la réalisation des programmes et projets communs.

• Dans ses relations commerciales avec les fournisseurs, Caritas veille à ce que ces derniers respectent

les droits de l’homme et les droits du travail et agissent en ayant conscience de leur responsabilité écologique;

elle réclame d’eux de la transparence et une attitude commerciale conforme au droit.

Mai 2012

4

More magazines by this user
Similar magazines