Aufrufe
vor 11 Monaten

bonalifestyle Sonderausgabe FR Okt 2017

  • Text
  • Toujours
  • Vacances
  • Cuisine
  • Beaucoup
  • Bonacasa
  • Suisse
  • Ainsi
  • Prix
  • Logements
  • Bona

BONACASA Retournons

BONACASA Retournons en l’an 1877: le soir, il coupait le tègrent très bien au village non seulement sur TEXTE: SIMONE LEITNER PHOTOS: TIM X. FISCHER pain invendu en tranches et le faisait griller le plan esthétique, mais il y a surtout le concept pendant la nuit dans le four chaud. Du pain de logement avec services qu’il trouve ingénieux, innovant et dans l’air du temps. Andreas cuit deux fois naquit le zwieback. C’est ainsi que Joseph Hug-Meyer posa la première pierre du Hug s’imagine très bien vivre lui-même plus succès bien connu de l’entreprise HUG. Et au tard dans l’ensemble «Zwiebacki». sens plus large aussi du succès de bonacasa à Ivo Bracher, président du conseil Malters. La résidence «Zwiebacki» n’a pas seulement hérité du nom du pain grillé culte, mais lui aussi très satisfait du résultat obtenu à Mal- d’administration de bonainvest et bonacasa, est elle se situe aussi sur le terrain de l’ancienne ters. Il fait remarquer que bonacasa et bonainvest n’y étaient pas inconnues lors de l’at- usine de zwiebacks de HUG à Malters. «Le projet en lien avec le célèbre cabinet d’architectes suisse Diener&Diener exis- la ville de Malters a été établi il y a quelques tribution du marché. «Le premier contact avec tait déjà, et nous guettions le bon investisseur», années déjà, lorsqu’un mandat de conseil de dit Andreas Hug, président de la direction et délégué du conseil d’administration de HUG AG. logements adaptés aux personnes âgées», pré- bonacasa a montré qu’il existait un besoin en Ce sont surtout le concept et la philosophie de cise Ivo Bracher. bonacasa qui ont convaincu, éveillé la curiosité et, pour finir, fait pencher la balance. «Cela chitecture d’une beauté, modernité et concep- Le projet «Zwiebacki», c’est une ar- nous a conduits à choisir bonainvest comme investisseur et nous sommes aujourd’hui très sa- not least» née d’une coopération constructive. tion écologique extraordinaires, et «last but tisfaits de la résidence qui a été bâtie», se réjouit Le chef de projet responsable chez bonainvest, Andreas Hug. A ses dires, les immeubles s’in- Jörg Hunziker, se rappelle avec plaisir l’époque où il réalisa la planification de l’aménagement intérieur en détail avec les architectes Diener& Diener. «Un travail marqué par le respect et de très bonnes solutions», souligne Jörg Hunziker. Andreas Rüedi, associé chez Diener&Diener Architekten, confirme que son cabinet est très satisfait de la réalisation du projet et de l’accord architectural parfait entre ancien et nouveau, et met en lumière la complexité de l’ensemble résidentiel «Zwiebacki» à Malters, intégré dans le site existant: la cité ouvrière «Daheim» à la symétrie stricte et composée d’un corps de bâtiment monumental, de deux bâtiments marquant l’entrée et de deux pavillons, cité qui fut lien direct naît entre la cité existante «Daheim» de cette tâche est intimement lié à l’architecture et son environnement; les immeubles neufs de et à nos plans, et nous développons en permanence des solutions pour y parvenir.» «Zwiebacki» ne sont pas étrangers au lieu bien qu’ils le transforment. De manière générale, la construction Cela signifie-t-il aussi que seule Malters rentre en ligne de compte pour y construire dernières années, comme en beaucoup de lieux de logements à Malters a bien changé ces dix cette résidence? «On peut tout à fait répéter le en Suisse. Tandis qu’autrefois, la construction procédé, mais cette configuration-là, dans de de logements subventionnés était au centre telles conditions, est unique», dit Andreas Rüedi. Le chef de projet Jörg Hunziker acquiesce: nouvelle ère avec le mode de construction «du- de l’attention, on assiste à l’avènement d’une «Ces circonstances et la synergie réussie furent rable» et de grande qualité de «Zwiebacki». uniques, les expériences sont toutefois applicables à d’autres projets immobiliers de bona- offrent aussi à des occupantes et occupants exi- Ces habitations prestigieuses et «intelligentes» invest.» geants de toutes les générations un cadre de bâtie au début du XXe siècle selon les plans de Ce sont notamment le type de vie exceptionnel. Pour la petite ville de Malters, l’architecte Armin Meili. «Mais le site initial construction adapté aux handicapés et écolo- l’ensemble des édifices est réussi de manière n’était pas en accord avec les maisons alentour, à l’aspect rustique et aux façades en bois», raconte Andreas Rüedi. Et d’ajouter qu’ils avaient pensé à doter aussi les nouvelles constructions de façades en bois dès l’ébauche du plan de gique (Minergie), le traitement soigneux des bâtiments existants et de l’environnement et le concept innovant «smart living» de bonacasa caractérisé par l’absence de seuils ainsi que de nombreux détails de construction smart qui exemplaire. «La qualité du site était au cœur de notre démarche et a une grande importance pour notre commune d’environ 7000 âmes», dit Ruedi Egli, responsable de l’urbanisme à Malters, ajoutant que cette affaire complexe concer- quartier concernant l’extension du site, une ma- incarnent l’approche «durable» par excellence. nant des objets à protéger et préserver avait nière d’harmoniser le tout eu égard aux façades bonacasa transforme une bonne architecture en été très bien menée. Et comme la localité est IMAGE : ARCHIVES HUG existantes et à leur coloration foncée. Dans la version réalisée, la présence physique des nouveaux bâtiments s’efface. «Ils font encore plus ressortir le corps de bâtiment central crépi et les deux pavillons de Meili», insiste l’architecte. Un une résidence particulièrement futuriste. L’architecte le formule ainsi: «Chercher les moyens adaptés, construire de manière fonctionnelle et respectueuse de l’environnement des biens destinés à durer et accessibles à tous: s’acquitter aujourd’hui parfaitement raccordée à la ville de Lucerne, Malters a encore gagné en attractivité grâce au complexe «Zwiebacki». www bonacasa.ch 8 9