Views
2 months ago

Lettre sur la formation professionnelle - BBB 1/2021

  • Text
  • Bienne
  • Apprenties
  • Apprentis
  • Tdah
  • Entreprises
  • Faire
  • Travail
  • Professionnelle
  • Formation
  • Jeunes

Lettre sur la formation professionnelle - BBB

1 / février 2021 Table des matières Page 2 La formation professionnelle en période de pandémie «La situation n’est pas simple, mais n’est pas non plus dramatique» Page 4 viamia.ch Bilan professionnel pour les plus de 40 ans Page 5 Questions juridiques Est-il possible de résilier un contrat d’apprentissage en raison d’une absence de longue durée pour cause de maladie? Page 6 Offres de l’orientation professionnelle Offre de conseils en temps de crise Page 6 Visite virtuelle du salon interjurassien de la formation 2021 Page 7 Promotion des places d’apprentissage à Bienne «La situation s’est nettement améliorée, mais reste fragile» Page 8 TDAH et TSA dans l’apprentissage «Une certaine diversité est toujours un plus» Editorial Assurer un avenir aux apprentis et apprenties Beaucoup d’entreprises souffrent. Les magasins, les restaurants et les entreprises culturelles ont dû fermer en raison de la pandémie, leurs collaborateurs et collaboratrices sont au chômage partiel. Malgré tout, la formation professionnelle se poursuit. Les entreprises formatrices s’entraident. Des formats alternatifs sont mis en place rapidement. Pour garantir la formation des apprentis et apprenties malgré les fermetures, de grands chefs cuisiniers assurent la formation pratique dans les cuisines des hôtels mises à l’arrêt, la branche de l’évènementiel organise des manifestations alternatives avec des artistes connus. Les acteurs et actrices de la formation professionnelle croient à un avenir après le coronavirus et donnent ainsi des perspectives aux futurs professionnels. Ensemble, mettons tout en œuvre pour que nos jeunes puissent bien se former malgré les conditions difficiles. Leurs certificats fédéraux de capacité, leurs attestations fédérales de formation professionnelle, leurs certificats de maturité ne doivent pas être estampillés «COVID». Sinon, nos jeunes seraient prétérités dans leur parcours sur le long terme. Il est donc essentiel que nous assurions les apprentissages, les cours interentreprises, l’enseignement d’école professionnelle et les procédures de qualification le plus normalement possible. Et en cas de diffi - cultés, nous apportons notre soutien. Depuis l’été dernier, des plans de protection stricts sont appliqués dans les écoles professionnelles. Nous les avons continuellement adaptés et renforcés en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique. De manière générale, les mesures de protection sont bien respectées. Les cas d’infection au COVID dans les écoles ne cessent de diminuer depuis octobre. Nous tous serons encore amenés à faire preuve de flexibilité et de dynamisme. Mais le grand engagement des entreprises formatrices, des organisations du monde du travail et des écoles professionnelles m’emplit de confiance. Et il donne espoir à nos jeunes en ces temps difficiles. Je tiens à vous remercier chaleureusement pour tout le travail que vous accomplissez. Christine Häsler, conseillère d’Etat et directrice de l’instruction publique et de la culture