Views
3 weeks ago

Y-mail 48 - juillet 2024

  • Text
  • Dokter
  • Ziekenhuis
  • Yperman
  • Mensen
  • Diksmuide
  • Jaar
  • Onze
  • Dialyse
  • Chemo
  • Behandeling
  • Juillet

ÉLARGISSEMENT DE

ÉLARGISSEMENT DE L’OFFRE Activité intense à Dixmude En juin, l’offre du centre médical de Dixmude, situé Laure Fredericqlaan 15 – dialyse, consultations en néphrologie, imagerie médicale et PIT – s’est étoffée par l’ajout d’un accompagnement psychologique et de consultations en orthopédie. Le mercredi après-midi et le vendredi, les patients peuvent se rendre à Dixmude pour un accompagnement psychologique ambulatoire dans le cadre de la convention ELP (psychologie de première ligne) en collaboration avec CGG Largo. L’accompagnement au sevrage tabagique est proposé le mercredi après-midi et il y aura aussi un programme de séances de groupe. Dans le service d’orthopédie, les docteurs Somers (tous les lundis après-midi), Hardeman (le jeudi après-midi des semaines paires), Vanbiervliet et Verschueren (en alternance le vendredi après-midi des semaines paires), Van Der Linden (le jeudi après- Chef du service de santé mentale Dennis Jacques, responsable des soins infirmiers Justine Wybaillie, chef de service orthopédie docteur Jan Somers et directeur CGG Largo Joost Vanhaecke midi des semaines impaires) et Depuydt (le vendredi après-midi des semaines impaires) assurent des consultations à Dixmude. Rendez-vous en orthopédie au 057 35 73 70 ou via secortho@yperman.net Rendez-vous avec les psychologues ELP via elp@yperman.net DÉPART À LA RETRAITE Dr. De Valkeneer Le 31 mai, le docteur Olivier De Valkeneer, orthopédiste-traumato logue, a pris sa retraite. Il était un jeune médecin francophone de Bruxelles quand il a atterri en 1990 à l’hôpital Maria de Poperinge : « Ce fut un petit choc culturel. J’y faisais tout moi-même … Après la fusion, je me suis consacré à la traumatologie, à l’orthopédie pédiatrique et aux infections. L’hôpital et les collègues vont me manquer. Mais je continuerai à assister à des congrès médicaux et à donner des consultations dans quelques établissements et centres de soins résidentiels. Cela me permettra de rester en contact avec les patients. » RAPPORT ANNUEL Année particulière 2023 a été une année particulière pour le centre hospitalier Jan Yperman qui a fêté son jubilé d’argent, 25 ans après la fusion. En outre, plusieurs services où les patients passent beaucoup de temps, à savoir les services de pédopsychiatrie Twoape, de revalidation Sp et de dialyse, ont été dotés de nouveaux locaux modernes et durables. Le centre médical de Dixmude a également ouvert ses portes l’année dernière. Lisez le rapport annuel CLINIQUE DE LA MÉMOIRE La bonne lettre À la clinique de la mémoire de l’hôpital de jour gériatrique, il est important d’avoir une vue globale du patient. C’est pourquoi l’hôpital Jan Yperman a préparé un modèle qui peut servir de lettre de référencement pour un premier renvoi vers la clinique de la mémoire. Il en existe deux : une version longue pour les patients vivant encore à domicile et une version plus courte pour les patients séjournant en centre de soins résidentiels. Remplir la lettre de référencement ici 6

OSTÉOPOROSE Bien qu’elle soit la cause de beaucoup de souffrances humaines, l’ostéoporose passe souvent inaperçue. La traque de cette maladie par clinique de l’ostéoporose fait un grand bond en avant avec le projet Capture the Fracture. Une sonnette d’alarme 1 FEMME SUR 3 de plus de 50 ans souffrira d’une fracture ostéoporotique docteure Tine Pecceu, docteur Filip Lensen et docteure Preschana Misri Avoir des os fragiles n’est pas douloureux. Les patients l’ignorent donc jusqu’à ce qu’ils se cassent un poignet, une hanche ou une vertèbre lors d’une banale chute. Une fracture doit toujours déclencher une sonnette d’alarme, explique la gériatre docteure Tine Pecceu. « Jusque dans un passé récent, la détection se faisait souvent au cas par cas. On ne voyait que la partie émergée de l’iceberg et beaucoup de cas n’étaient jamais diagnostiqués. Avec Capture the Fracture, les patients sont dépistés et traités de manière cohérente. » Le dossier des patients hospitalisés souffrant de fractures est d’abord transmis automatiquement aux infirmières spécialisées en ostéoporose. Elles évaluent le dossier et donnent les explications nécessaires aux patients en soulignant l’importance du traitement. Ensuite, une consultation est programmée. La docteure Preschana Misri (médecine physique - revalidation) s’occupe des 50-70 ans, tandis que la docteure Tine Pecceu et ses collègues gériatres des plus de 70 ans. Chez les patients ambulatoires (des urgences) avec une fracture du poignet, il est demandé au médecin généraliste de dépister, traiter et orienter le patient si nécessaire. Docteure Pecceu : « Un traite ment multidisciplinaire via la clinique de l’ostéoporose vise à éviter une nouvelle fracture et permet aux patients d’éviter de perdre leur autonomie et leur qualité de vie. » 7

Voor de Nederlandse versie, klik hier