Bulletin 34 - Club Alpin de Moutiers Haute Tarentaise

clubalpinmht.org

Bulletin 34 - Club Alpin de Moutiers Haute Tarentaise

Bulletin du Club Alpin

de Moûtiers et Haute Tarentaise été-Automne 2010

Le petit Caf’teur Tarin

Le petit Caf’teur Tarin

34

Club alpin français

Espace associaf cantonal 204 grande rue 73210 Aime

04.79.09.71.02 courriel : contact@clubalpinmht.org

hp://www.clubalpinmht.org


Sommaire du N°34

Page 3 : Jura édition 2010

Pages 4-5-6: article une espèce menacée

Page 7 : topos randonnées

Page 8 : articles environnement

Page 9 : Vivre en Tarentaise

Pages 10-11 : activités du club

Pages 12-13 : calendrier randonnées

Pages 14-15 : calendrier alpinisme

Pages 16-17 : calendrier escalade

Pages 18-19 : les Montagnes du Silence

Page 20 : projet trek

Page 21 : informations montagne

Page 22 : stages

Pages 23-24 : école d’aventure / JAT

Club Alpin Français de Moûtiers et haute

Tarentaise

Association à but non lucratif, affiliée à la

FFCAM 24 av de Laumière 75019 Paris

Agrément jeunesse et sport: 73S3207/120707

Revue imprimée sur papier recyclé

Dépôt légal : ISSN 1775-8181 juin 2010

Avertissement :

Les activités physiques et sportives de montagne

peuvent être dangereuses.

Elles nécessitent de l’expérience, et une bonne

connaissance des techniques.

N’hésitez pas à vous former auprès des clubs alpins.

Evitez de partir seul, et communiquez votre Itinéraire

à vos proches.

Le mot du président

Je vais avouer quelque chose pour commencer : je ne voulais pas devenir

président du club ! C’est André qui a utilisé l’argument décisif, fin

2009 : « T’inquiète pas, le président, c’est celui qui en fait le moins !!! ».

Forcément, ça vous motive un homme... Tout cela pour dire que ce qui

compte, ce n’est pas le président, mais ceux qui l’entourent !

Je devrais me présenter succinctement, mais c’est difficile en quelques

lignes, et rien ne remplace une rencontre. Faisons connaissance en

nous rencontrant, autour d’un verre ou en montagne, ou les deux !!

Pour ce qui est de la saison écoulée, le bilan est forcément positif. Deux

exemples très différents :

Premièrement, des activités comme la randonnée en raquettes ou à

skis connaissent un dynamisme réjouissant. Merci à tous les encadrants

pour leur dévouement sans faille. Deuxièmement, l’avalanche du

Dou de Moûtiers n’a pas fait de mort, malgré deux personnes ensevelies.

Même si ce n’était pas une sortie du club, nous en ferons sûrement

un bilan dans le prochain bulletin, afin que chacun puisse en tirer des

enseignements pour la pratique. Mais en attendant, il faut remercier

tous les acteurs du sauvetage : montagnards réactifs, PGHM arrivé à

toute vitesse, coopération efficace, et enfin, la chance. Loin des polémiques

stériles, j’en tire une seule leçon pour l’instant : soyons prudents,

ayons la sécurité pour priorité !

Pour ce qui est de la saison à venir, je remercie tous les encadrants qui,

une nouvelle fois, proposent des sorties. Pensez toujours qu’ils s’investissent

pour vous, bénévolement, et que le minimum de reconnaissance,

c’est le respect de leurs consignes. L’encadrant vous prend sous

sa responsabilité : il ne se contente pas de vous guider, il essaie de

vous apprendre ce qu’il peut, mais quand il faut prendre une décision,

c’est lui qui commande. J’en profite aussi pour lancer un appel à ceux

qui peuvent et veulent encadrer : signalez-vous à nous, osez nous parler

de vos envies !

Pour finir, signalons non seulement la densité et la diversité du programme

des randonnées, mais aussi le développement de l’alpinisme,

et de l’escalade. Profitez-en !!! Julien Cruse


Jura édion 2010

Au noyau dur des fidèles, s’étaient jointes

quelques (jeunes) nouvelles têtes…

En file indienne derrière Jean-Luc, nous démarrons

sagement plein nord. Puis la caravane se

disloque quelque peu aux abords de Genève, certains

prenant le temps de visiter une des curiosités

de la ville comme le parking de l’aéroport…

Mais tout le monde est au rendez-vous aux

Rousses.

Malgré le soleil (si, si, il peut faire beau dans le

Jura), la température frisquette nous fait apprécier

la salle hors-sac pour le pique-nique, avant d’entamer

une belle boucle de 12 km qui nous conduit

au bord du

lac…

Tombés en

arrêt devant

des démonstrations

de kite

-surf, nous encombrons

quelque peu la

piste, ce qui nous vaut de nous faire traiter de

« bande de malfaiteurs » par des skieurs pressés

(et mal embouchés…)

De retour aux voitures, nous poursuivons jusqu’au

gîte « Chez l’Aimé » -effectivement très sympathique-

qui nous attend.

Dimanche, de bon matin (enfin vers 9h…), équipés

comme des explorateurs de l’antarctique (-

13°, sous un ciel gris et « neigeotant »), nous

nous hâtons de rejoindre à ski Chapelle des Bois

pour participer à la course de la Transjurassienne*

(79km)…évidemment comme supporters,

mais faut pas croire : ça demande aussi une sacrée

énergie… (sans compter les risques dus aux

jets de gobelets vides…)

Retour au gîte pour le pique-nique –amélioré

d’une réconfortante soupe au lard-, et c’est reparti

pour un nouveau circuit, variable en fonction de la

forme de chacun. C’est qu’on a même réussi à

doubler deux compétiteurs qui (se) traînaient encore

sur la piste au milieu de l’après-midi…

Accueillis au gîte par le parfum de la saucisse de

Morteau et de la fondue de Mont d’Or, nous

étions tous attablés largement en avance sur

l’heure du repas…

Mais d’abord- soyons sérieux-, cours de fartage

par Jean-Luc : on trouve sans peine des volon-

taires prêts à

prêter leurs

skis pour la

démo…

Ravigotés par

le copieux repas,

nous attaquons

alors

une partie

« animée » (pour ne pas dire bruyante) de Brainstorm

jusqu’à ce que la fatigue ait raison des plus

acharnés…

C’est que Pré Poncet nous attend le lundi sur le

chemin du retour…

Alors là, le Jura dans toute sa splendeur

(sûrement pour nous engager à revenir…) : éclatant

de blanc, bleu, lumière, et puis la forêt mystérieuse

aux arbres immenses alourdis d’énormes

paquets de neige glacée…

Arrivés au carrefour du retour, dilemme : la frontière

suisse n’est pas loin…2kms supplémentaires…de

montée… !

Les plus rapides sont loin devant, les autres préfèrent

rentrer, il ne reste que Marie et moi…

Qu’est-ce qu’on fait ?

Si t’y vas, j’y vais !…

Dernier effort jusqu’au plateau où serpente le mur

-frontière comme une longue bosse de neige…

tout à coup en le suivant, surprise : une borne de

pierre dont la face verticale armoriée et colorée

apparaît comme enchâssée dans son écrin de

neige… décidément,

ça valait le détour…

Surtout qu’après, y’a

plus qu’à se laisser

glisser…

Dernier casse-croûte

en commun avant de

regagner la Savoie…

mais bizarrement, personne

n’est repassé

par Genève…

Marielle

*ne pas confondre avec la GTJ, pour les nuls :

Grande Traversée du Jura


Une espèce menacée

Une espèce menacée

Cet article voudrait vous faire mieux connaître

une espèce typiquement montagnarde menacée

de disparition car elle est concurrencée dans son

biotope par un envahisseur capable de coloniser

également les milieux de plaine et même maritimes.

Cette espèce menacée vit (pour combien de

temps encore ?) en symbiose avec une autre espèce,

elle aussi montagnarde : l’homo alpinus.

Elle se localisait le plus souvent dans la poche ou

autour du cou de cette espèce, mais une mutation

assez récente lui a permis de se fixer sur la peau

de son hôte, au niveau du poignet.

Le premier à avoir découvert, en 1643, l’espèce

primitive, était un certain Torricelli, mais à cette

époque, cette espèce n’était pas encore symbiotique

et sa morphologie très différente (les deux

choses sont certainement liées).

La présence de l’espèce au sommet du Mt Blanc

a été attestée pour la première fois en 1787 par le

savant genevois Bénédict de Saussure, mais il

semblerait que, ne disposant pas d’organe de

locomotion, elle aurait profité de l’expédition dudit

savant pour atteindre le sommet (peut-être le premier

cas de symbiose ?).

Trêve de plaisanterie, vous avez certainement

compris que je parle du baromètre métallique, de

son ancêtre le baromètre à mercure et de leurs

mutations montagnardes l’altimètre mécanique et

les altimètres et montres-altimètres électroniques.

Leur redoutable prédateur étant le GPS.

Avant la probable victoire de celui-ci (meilleure

précision, indépendante des conditions météo,

localisation horizontale et verticale), je suppose

que les possesseurs d’un altimètre continueront à

l’utiliser et j’espère par cet article les y aider.

Je voudrais d’abord tenter d’éclaircir une confusion

faite souvent lorsqu’on parle de

« compensation en température » d’un altimètre.

En fait, la température de l’air agit sur deux facteurs

complètement différents, mais qui faussent

tous deux l’altitude donnée par l’altimètre :

-Les variations de température modifient la

« réponse » du capteur de pression (qu’il soit

électronique ou mécanique)

-Les variations de température modifient la

densité de l’air qui ne correspond plus alors à

celle de « l’atmosphère normalisée » sur laquelle

se base l’altimètre pour convertir sa mesure de

pression en altitude.

La « compensation en température » ne concerne

que le premier facteur :

-S’il s’agit d’un altimètre mécanique, on

compense l’effet de la température grâce à un bilame

(thermomètre métallique) intégré dans le

système mécanique.

-S’il s’agit d’un altimètre ou d’une montrealtimètre

électronique, un capteur de température

placé au contact du capteur de pression permet

de corriger sa « réponse en température ». De

plus, il permet à l’appareil d’avoir la fonction

« thermomètre », sans perdre de vue que, pour

une montre, la température donnée est celle du

poignet et non celle de l’air ! Et si on quitte la

montre, il faudra attendre de 10 à 20 minutes,

voire plus, suivant les modèles avant d’avoir une

mesure correcte de la température de l’air par

suite de l’inertie thermique du boitier ! On peut remarquer

qu’un altimètre « de poche », souvent

placé dans le sac est soumis à des variations de

température bien plus importantes qu’une montrealtimètre,

au contact de la peau. Il doit donc avoir

une compensation en température plus performante

pour un même résultat.

A titre d’exemple, j’ai tracé sur le même graphique

la « réponse en température » de ma montrealtimètre

actuelle et celle de ma « vieille » montre.

On voit que celle-ci n’est pas compensée en température

: elle varie de -4 m par degré. Pas question

de la régler chez soi « à froid » et de la mettre

au poignet ensuite : au moins 40 m d’erreur !


Une espèce menacée

Même réglée au poignet, en hiver une variation

d’une dizaine de degrés est possible d’où une erreur

du même ordre.

Pour ma montre actuelle, on voit que la compensation

en température est très bonne à condition

de la porter au poignet : stabilisation totale entre

18 et 30 degrés et stabilisation à 5 m près entre

15 et 39 degrés.

Par contre, il est fortement déconseillé de la

mettre dans une poche du sac en hiver (après

l’avoir réglée au poignet): par -2 degrés, elle ferait

une erreur de l’ordre de 40 m !

Si vous voulez tester votre propre altimètre, il suffit,

après l’avoir réglé, de le mettre au frigo pendant

20 à 30 minutes. S’il n’a pas (ou presque

pas) « bougé », il est bien compensé en température.

Dans le cas contraire, il suffit de laisser remonter

sa température jusqu’à ce que l’altitude

indiquée se stabilise. Le thermomètre intégré

vous indiquera alors le début de la « plage de stabilisation

»

Passons au 2 ième facteur : l’influence de la température

sur la densité de l’air.

Cette cause d’erreur ne peut pas être compensée

par l’altimètre : il faudrait qu’un capteur lui donne

la température de l’air (et non celle du poignet ou

du sac), qu’un calculateur compare cette température

à la température « normalisée »à l’altitude

mesurée, en déduise la correction à effectuer et

affiche l’altitude corrigée. C’est possible pour un

équipement scientifique, mais irréaliste dans le

cadre d’une utilisation sportive.

L’indication donnée par l’altimètre serait exacte

dans une « atmosphère normalisée » : 15 degrés

au niveau de la mer et décroissance régulière de

6,5 degrés pour 1000 m d’altitude, ce qui positionne

l’isotherme 0 à 2300 m.

Or, que ce soit en plein été ou en plein hiver, on

est loin de cette situation « idéale », ce qui donne

des densités de l’air inférieures ou supérieures à

la normale et l’altimètre va faire une erreur pouvant

atteindre 100 m pour 1000m de dénivelée,

ce qui, dans des conditions difficiles (brouillard,

tempête) peut se révéler très dangereux.

Calculer une correction dans cette situation et sur

quelles bases, c’est impossible !!!!

Cependant, un renseignement donné par Météo-

France me semble permettre d’anticiper et de calculer

simplement une correction assez fiable : il

s’agit de l’altitude de l’isotherme 0 ou -10.

J’ai donc calculé les corrections à appliquer à la

lecture de l’altimètre pour 1000 m de dénivelée (à

partir du dernier réglage). Pour des dénivelées

différentes, il suffit (suivant l’âge du pratiquant) de

faire une règle de trois ou un calcul de proportionnalité.

La formule permettant de calculer la correction

utilise un coefficient de 4 m par degré

d’écart avec la température normalisée, mais ce

coefficient est théorique car il correspond à un air

« pur », c'est-à-dire parfaitement sec.

Dans la réalité, l’air contient de la vapeur d’eau,

ce qui augmente sa densité, mais plus il est froid,

moins il peut en contenir, ce qui limite sa variation

de densité due à la température.

Le coefficient déterminé en conditions réelles est

voisin de 3,5.

Les valeurs que j’ai calculées dans le tableau sont

donc basées sur ce coefficient de 3,5.


Une espèce menacée

Informaons diverses montagne

Exemple d’application :

La météo a annoncé un isotherme 0 à 500m. On

a calé l’altimètre peu après le départ à un point

coté 1450 m. Le temps se gâte, plus de visibilité.

Sur l’altimètre on lit 2250 m. La dénivelée apparente

effectuée depuis le calage est donc de 800

m. Le tableau donne une correction de -42 m

pour 1000 m donc -4,2 m pour 100 m et environ

-34 m pour 800 m. L’altitude corrigée est donc :

2250 – 34 = 2216 m .S’il y a un passage critique

à 2250 m (réels), cette correction évitera de

le chercher en tournant en rond à l’aveuglette

alors que pour le trouver, il faut encore monter

de 34 m !

Bien entendu, ces corrections concernent aussi

bien les altimètres mécaniques que les numériques.

D’une manière générale, plus l’isotherme 0 est

en dessous de 2300 m, plus on est « en dessous

de l’altimètre » et plus l’isotherme 0 est au dessus

de 2300 m, plus on est « au dessus de l’altimètre

»

Cette correction est valable si le gradient de température

n’est pas trop différent des « fameux » -

6,5 degrés pour 1000 m, elle ne l’est plus en cas

de profil perturbé, en particulier dans les situations

d’inversion de température, mais elle redevient

valable si on est au dessus de la couche

d’inversion (à condition que le calage initial soit

fait au dessus de cette couche).

Il est courant d’avoir 0 (et même moins) dans la

couche d’inversion, par contre, il est beaucoup

plus rare d’y avoir -10, c’est pour cela qu’en situation

d’inversion, il est plus sûr de baser la

correction sur l’isotherme -10 (s’il est donné par

la météo)

J’espère que ces explications vous aideront à

tirer le meilleur parti de votre compagnon avant

sa mise à la retraite, mais en attendant, prenez

soin de lui, il est si sensible aux conditions atmosphériques

!!!

Bernard André

Fréquentation du parc national de la Vanoise

Fréquentation touristique d'été du Parc sur la base d'une enquête réalisée en 2006:

Aire optimale d'adhésion: 3 à 4 millions de nuitées

Cœur:

720 000 visiteurs arrivés en bout de route d'accès au cœur du parc national

350 000 randonneurs (un jour ou plus) ou promeneurs comptabilisés en entrée de sentiers desservant

le cœur. 60 000 nuitées en refuges cœur

26 % des randonneurs ou promeneurs font de la visite en refuge l'objectif de leur journée

7% des randonneurs séjournent ( une à plusieurs nuitées pour une seule randonnée selon sa durée;

ceci explique la différence de chiffres avec les 60 000 nuitées observées)

Montgenèvre, dont le maire défendait l'an dernier la candidature de PELVOUX 2018 comme celle de jeux

de la "non démesure", de jeux "nature", de jeux "économes", Montgenèvre rêve depuis d'un projet mégalo.

Cette station qui fait partie du cercle des stations riches qui dégagent encore de substantiels bénéfices

chaque année, rêve désormais d'un sommet de plus de 3000 mètres à coucher sur sa plaquette. Tant pis si

pour ce faire, on va bousiller un vallon encore vierge d'équipements, tant pis si hormis les années de très

bon enneigement, ces nouvelles pistes orientés plein Sud ne seront qu'un champ de caillasses, balayé par

le vent, le tout est de vendre encore et toujours un peu plus de kilomètres de pistes (+100 km!) et un fa-

meux sommet de plus de 3000m mètres chargé d'histoire qu'est le Mont CHABERTON. Alors connectez

vous sur le lien suivant et de signer la pétition qu'a initié le CAF au terme d'une réunion à Briançon début

mars. Il faut que la sauce prenne, la municipalité de Montgenèvre est à 200% pour ce "massacre".

Merci donc de vous mobiliser et de mobiliser le plus largement possible vos carnets d'adresse.

http://www.petitionduweb.com/defense_du_Mont_Chaberton-6574.html


Topos randonnées

LE MONT JOLY 2525 m

Départ:Col du Joly:1989 m: itinéraire balisé,cheminement par route

de terre,direction NO; Chalet du Joly...Mt Funéraire(2025m),longer

1 téléski jusqu'à la cote 2192 m.

Au sommet d'un 2ème téléski, possibilité de courtcircuiter l'Aiguille

Croche, (la montée finale toujours par un chemin est assez raide);

ensuite progression sur chemin N.E tout en crète:tête du Véleray

2452m(arrivée d'un téléski) continuer jusqu'à Tête de la Combaz

(2445m) que l'on peut éviter par la gauche (sentier assez marqué)

à la cote 2354 m :POINT DE RETOUR Mont Joly:cairn :table d'orientation.:panorama sur la chaine

des Aravis, Sallanches etc.. Mt Blanc Les Contamines glacier de Trélatête des Armancelles

Retour même chemin jusqu'à cote 2354 m. où l'on reprend un sentier

(panneau indicateur) vers ruines de Les Rebans et sur Les Feux 2204 m

Ne pas hésiter à remonter à la cote 2270 m en passant sous le télésiège des

Tierces et retour au col .

Conseil pratique:Moutiers-col du Joly:120 km aller/retour par

Hauteluce route goudronnée jusqu'au col. tout en alpages

plein Sud

carte IGN 3531 OT couvre tout le circuit.

Cirque des Evettes (MAURIENNE)

via col de l'Iseran ..Bonneval!!voiture jusqu'à l'Ecot route goudronnée mais étroite

parking a l'entrée de l'Ecot:( 2027 m) Ne pas traverser le pont sur l'Arc mais traverser une plaine

(plein Est)

Montée par gorges de la Reculaz, chemin caillouteux mais bien marqué,vers 2300 m :

2 mains courantes de 10 m environ chacune (sans grande difficulté),puis déboucher sur le cirque.

(refuge CAF à 2590 m .Retour par voie normale .Après Plan des Roches cote 2332 m. Le chemin sur

la droite pour retour sur l'Ecot. visite du village.

conseils pratiques: à 6

km de Bonneval: Bessans

(Eglise fermée de

12

à 14 heures): au retour

visite du village de VIL-

LARON.

(parking et aire de repos)

carte IGN 3633 ET

couvre tout le circuit. Indication :195 km AR pour tout le

circuit


Environnement

L’Europe désertée par les papillons, les coléoptères et les libellules

Habitués que nous sommes à voir s’ébattrent

papillons, coléoptères et libellules, nous

n’avons guère conscience des menaces qui

pèsent sur eux. Basée sur les mêmes critères

que ceux utilisés pour la liste rouge mondiale

des espèces menacées de l’UICN (1), et réalisée

à la demande de la Commission européenne,

la dernière liste rouge européenne

dresse un bilan peu reluisant de l’état de conservation

de ces trois espèces, souvent délaissées

car jugées ordinaires. Pourtant, ces

nouvelles conclusions révèlent que 9 % des

papillons, 11 % des coléoptères saproxyliques

et 14 % des libellules sont menacés d’extinction

en Europe.

Concrètement, les populations de près d’un

tiers (31 %) des 435 espèces de papillons recensées

en Europe déclinent. Plus alarmant, 9

% pourraient disparaître définitivement. Classée

en danger critique d’extinction, la piéride

du Chou de Madère (Pieris wollastoni) pourrait

d’ores et déjà être éteinte, n’ayant plus été

aperçue sur l’île qui lui a donné son nom en

l’espace de 20 ans.

Devenus objets d’étude de l’UICN pour la première

fois, l’évaluation de la situation des coléoptères

saproxyliques, se nourrissant de

bois en décomposition, n’est guère meilleure.

En effet, près de 11 % des 431 espèces étudiées

risquent de disparaître de la région européenne.

Un chiffre pour le moins alarmant

puisqu’un tiers de ces espèces est unique en

Europe.

La principale cause de cette raréfaction est la

disparition de leurs habitats, due à l’exploitation

forestière et à la diminution du nombre

d’arbres adultes. Vivant traditionnellement

dans de grandes cavités d'arbre contenant de

la moisissure

de bois, le taupin

violacé

(Limoniscus

violaceous) est

jugé en danger,

menacé par de

nouvelles pratiques

de gestion

forestière.

Bien que présentes

dans toute

l’Europe, les populations

de libellules

se concentrent,

pour leur

part, dans le Sud

de la France, aux pieds des Alpes, ainsi que

dans certaines parties de la péninsule balkanique.

Sur les 130 espèces étudiées, 14 %

sont considérées « en danger », cinq d’entre

elles présentant un danger critique. Trois des

espèces de libellules les plus menacées en

Europe sont endémiques des ruisseaux et des

petites rivières de Grèce et des pays voisins,

dont l'Albanie, la Bulgarie et la Turquie. En

l'absence d'action, des espèces telles que la

nymphe de Grèce pourraient s'éteindre au

cours de la première moitié de ce siècle.

La disparition de ces espèces s’explique par

des étés chauds et secs qui, associés à

l'intensification de l'extraction d'eau à des fins

de consommation et d'irrigation, entraînent

l’assèchement des zones humides dans lesquelles

vivent les libellules.

Si d’aucuns seraient tentés de prétendre que

la disparition de ces petites compagnons ailés

et rampants n’est pas une problématique

d’ordre vital, c’est qu’ils ignorent le rôle fondamental

que ceux-ci jouent au sein d’écosystèmes

dont nous-mêmes nous dépendons.

Ainsi, le papillon est un acteur clé du processus

de pollinisation. Il en va de même pour les

coléoptères saproxyliques, lesquels sont essentiels

pour le recyclage des substances nutritives

en milieu forestier notamment. Aussi,

si ce nouveau bilan démontre bien une chose,

c’est que l’on ne prend conscience de la valeur

de richesses considérées à tort comme

ordinaires et acquises que lorsque l’on est sur

le point de les perdre.

(1) union internationale pour la conservation

de la nature

Cécile Cassier


Vivre en Tarentaise

Comment qualifier ce que l'on observe actuellement en Tarentaise en ce qui concerne les lits touristiques ?

Fuite en avant, adaptation, restructuration, compétition impitoyable, incohérence, bétonnage

La presse locale s'est fait l'écho depuis plusieurs mois de nouvelles constructions envisagées dans notre vallée.

Beaucoup de personnes se posent des questions face à ces nouveaux projets

Le tableau ci-dessous rassemble les autorisations accordées ou les projets répertoriés depuis quelques an-

nées.

Sainte Foy Valmorel La Tania Villaroger Vallandry Les Arcs Aime Tignes

3000 3000 1500 650 650 2500 4000 1500 .

Accordés Accordés Accordés projet accordés accordés projet Accordés

Soit un total de 17 000 lits à construire dans les prochaines années et nous ne savons pas tout ! Quelques

questions :

Le marché des sports d’hiver est-il oui ou non à maturité ? Peut-on penser sérieusement que la clientèle des

sports d ’hiver va augmenter ? Le prix des déplacements sur de longues distances va-t-il baisser à l’ avenir ?

Pourquoi la Tarentaise aurait-elle la particularité d'échapper à l'effet de serre ?

Est-il raisonnable de construire sans cesse pour compenser l'augmentation du nombre de lits « froids » ?

L'État ne devrait-il pas intervenir et proposer des outils aux communes pour favoriser la remise sur le marché

locatif de ces lits froids ?

La construction de nouveaux lits n ’a-t-elle pas pour effet de « refroidir » certains logements moins attractifs ?

Quelle station peut se vanter d'avoir un taux de remplissage de 100% pour une durée supérieure à trois se-

maines par an ? Quel est le taux de remplissage de ces lits en été ? Cette urbanisation massive qui impacte nos

paysages d'altitude n ’est-elle pas un repoussoir pour la clientèle estivale ?

La compétition entre les différents sites n ’est elle pas catastrophique en termes de consommation de matériaux,

d'énergie et d'espace ?

Une vallée dont l'activité hivernale dépend de plus en plus d ’une clientèle fortunée n ’est -elle pas en situation de

grande fragilité ?

L'État après une longue réflexion et de nombreuses hésitations s ’est décidé à publier un document d'urbanisme

appelé DTA (Directive Territoriale d'Aménagement des Alpes du Nord) assez contraignant et ayant comme ob-

jectif de mieux gérer l ’espace montagnard. Ce document a connu plusieurs moutures. La dernière a été notoire-

ment assouplie pour tenir compte en particulier des remarques des élus savoyards. Malgré cela les élus de Ta-

rentaise restent très hostiles à ce texte. En effet, l'assemblée de Pays Tarentaise Vanoise (APTV) a délibéré à

la quasi unanimité contre cette directive « imposée d'en haut ». S agit-il de mauvaise foi ou d'un choix tactique ?

En tout état de cause il est permis de se demander si cette attitude intransigeante ne poussera pas l'Etat à reve-

nir à une version plus « dure » ?

Quand les revenus de nos stations seront-ils au moins partiellement mutualisés pour éviter que chaque com-

mune ne tire la couverture à elle ?

Alain Machet , adhèrent au Club alpin MHTet président de VET


Raquee

Sores Joelees

Jean Marie Muller a redonné une bonne dynamique au groupe " raquettes" en proposant de nombreuses

sortie en semaine. Il faut le féliciter pour son dévouement.

Pour les dimanches, d 'autres bénévoles sont venu compléter ce programme déjà bien fourni, et

nous les remercions chaleureusement.

les bénévoles de l' APF comptent sur l' aide des Cafistes pour la prochaine sortie JOELETTE programmée

le 27 juin .

Venez nombreux les aider pour que cette montée au Dôme de Vaugelle soit un peu moins dure pour

chacun ! tél : 0479242836


Écoles d’escalade

Journée ski de piste

Compéon d’escalade

Cours du mardi soir : groupes adultes de niveaux différents ( perfectionnement et initiation ) se re-

trouvent le mardi soir avec Cécile .Cette séance complète et allége celle du mercredi .

Une journée de ski à Couchevel avec nos amis du centre " le Petit Nice " de Moutiers , encadrée par

Marie et Raymonde .Merci à toutes deux !

29 NOVEMBRE 10 : 120 jeunes de 7 / 12 ans , 9 clubs régionaux présents , organisée par Cécile

aidée d' une trentaine de bénévoles( qu' ils en soient remerciés ! ) . Super ambiance pour cette rencontre

amicale et sportive avant tout.


CALENDRIER DES RANDONNEES "ETE 2010"

Pour l'Alpinisme et l'Escalade, voir programmes spécifiques à la suite.

Attention, IMPÉRATIF :

Etre majeur ou accompagné, bonne condition physique, bien équipé en vêtement pour la montagne.

Pour vous inscrire, téléphoner le vendredi entre 18 h. et 20 h. (plus d'inscription sur place au départ)

Si problème, ne laisser pas de message, rappeler dès que possible.

Afin de réserver les refuges, inscrivez vous 15 jours minimum avant la sortie;

contactez à nouveau l'encadrement 48h. avant le départ pour disposer des consignes indispensables

à certaines périodes, vous devrez verser des arrhes.

Dans certains cas, le responsable poura vous proposer une autre randonnée plus adaptée.

Posséder la licence CAF 2010.

Penser au partage des frais de déplacement; ils sont établis à 0,35 euros du Km par véhicule.

Cet été nous vous proposons quelques randonnées que nous cotons "RA" pour "randonnée alpine". Il s'agit d'itinéraires hors

sentiers mais ne nécessitant pas de matériel d'alpinisme ou d'escalade. Ils se déroulent sur des terrains variés comme des

pentes d'herbe raides, des chaos de blocs ou des moraines, dalles inclinées, couloirs peu stables et autres arêtes

"gazeuses". Il faut parfois sortir les mains ! La difficulté de la progression s'ajoutant à la dénivelée et la longueur, la forme

physique sera d'autant plus sollicitée si on est moins à l'aise techniquement. L'objectif est d'acquérir une aisance en terrains

variés, une lecture du terrain (et de la carte), d'identifier et gérer les dangers. Et de se faire plaisir, sinon ça ne sert

à rien !

Dates Sommets et points de départ

06/06

13/06

26/06

27/06

04/07

11/07

11/07

14/07

Mt. Trélot

Bauges, Nant Fourchu

Refuge du Mt. Pourri

Les Lanches

Dent de Crolles

Circuit par le col du Coq

Sortie Joelettes au Dome de Vaugellaz

Creux Noir

Pralognan, les Fontanettes

Pointe de la Leisette (antécîme),

Bourg St Maurice, Céré

Tour de la Vanoise

Pralognan, Pont de la Pêche

Passage des Chamois

St. Etienne de Cuines

Cotation

Dénivelée

TN

1000 m

TN

850 m

BM

800 m

Responsable Téléphone

Marguerite Foessel 04 79 55 52 07

Olivier Lambert 06 66 50 81 54

Christophe Desbois 06 19 19 85 27

TN Olga Fourmaintraux 04 79 24 28 36

BM

1300 m

Max Bal 04 79 09 72 11

RA 1000m Olivier Maitre 06 23 84 28 46

TN Bruno Villard 04 79 00 22 18

BM

1350 m

Christophe Desbois 06 19 19 85 27


18/07

Circuit dans la Lauzière par le Col de Sarvatan et col de

Montjoie Col de la Madeleine

TN

900 m

Nicole Boitte 04 79 22 82 65

25/07 Combe Bronsin / Bellachat Bonneval Tarentaise, Pissus RA 1150m Bernard André 04 79 22 05 35

01/08

08/08

Tour de la Grande Casse; équipement léger, 10 h de marche

rapide. Départ Champagny le haut cols Palet col Leisse col

Vanoise Arrivée Pralognan

Champagny le Bas / Plan Fournier / refuge gd Bec / col

Leschaux arrivée Pralognan; Equipement léger, 9 h.de

marche rapide.

Trail 39 km

+ 2350m

-2350m

Trail

deniv. 1600m

Dominique Salles 06 72 77 31 46

Dominique Salles 06 72 77 31 46

08/08 Archeboc par les lacs du clou, Ste Foye, le Chenal BM 1500m Marguerite Foessel 04 79 55 52 07

15/08 Mt. Cormet Thuile d'Aoste (Italie) RA 1450m Olivier Maitre 06 23 84 28 46

22/08 Col du Gleysin Allevard les Bains, le Gleysin TBM 1500 m Christophe Desbois 06 19 19 85 27

29/08 Archeboc par le col du lac noir Ste Foye - Chenal RA 1500m Olivier Maitre 06 23 84 28 46

05/09 Col de l'Arcelin Pralognan, les Fontanettes BM 1000 m Max Bal 04 79 09 72 11

12/09 Tour des lacs du Coin Plan Pichu TN 900m Bernard André 04 79 22 05 35

18/09 Col de Basmont Bonneval Tarentaise TN 900 m André Fourmaintraux 04 79 24 28 36

19/09 La Sambuy (2 arrets possibles) Abbaye de Tamié TN 1200 m Nicole Boitte 04 79 22 82 65

25-26/09 Que la montagne est Belle Hautecour André Fourmaintraux 04 79 24 28 36

03/10 Mollard des Bœufs vallée des Bellevilles, la Saulce BM 1300 m Christophe Desbois 06 19 19 85 27

10/10 Pointe des Chardes Champagny le Haut BM 1200 m Max Bal 04 79 09 72 11

Projet VIA FERRATA dans le HAUT VALAIS SUISSE fin août 2010

Pour alpinistes expérimentés : évoluon sur seners et pentes de haute montagne (souvent à 2800-3200m) avec via ferrata sur le

parcours et matériel requis, fortes descentes.

4 sores en rive D du Rhône, entre Loèche(Leuk)-Les-Bains, Visp, glacier d’Aletsch, camping, refuges ou hôtels.

3 sores dans la vallée de Saas-Fee. Idem camping, refuges ou hôtels.

Télécabines d’approche et budget en conséquence. 9 jours en tout, en autonomie et coopéraon.

4 à 6 places maximum. Contacter Françoise Lagier : 06.32.91.84.17/ francoiselagier@orange.fr

Séjour du 04 au 11 septembre 2010 dans la vallée de Névache

4 jours de randonnée en étoile depuis Névache. Hébergement en gîte d’étape et ½ pension.2 jours de randonnée en boucle avec nuit au

refuge des Drayères en ½ pension. Dénivelée entre 900 et 1200m par jour, avec possibilité de réduire celle-ci. Au programme : vallée

des Thures et vallée étroite, les Gardioles et des lacs, l’Aiguillee du Lauzet, Le champ des Rochilles, le mont Thabor, la pointe des

Cerces. Le déplacement, se fera en voiture parculière avec partage des frais.

Prix par personne : 300€ environ, limité à 20 parcipants. Responsables de l’organisaon : Nicole Boie et Marguerite Foessel.


Conditions pour s’inscrire

Avoir une bonne condition physique.

Pour les débutants :

Programme d’alpinisme saison 2010

avoir participé à une école de neige et glace récente pour s’inscrire à une course de neige.

avoir participé à une école de rocher récente pour s’inscrire à une course de rocher.

Posséder l’équipement nécessaire (vêtements et matériel technique), sachant que le club peut prêter

certains matériels (crampons, piolet, casque).

Etre à jour de sa cotisation à la FFCAM.

Modalités d’inscription

Les inscriptions se font exclusivement par téléphone. Ne pas laisser de message demandant de vous

rappeler. Aucune inscription ne sera faite suite à SMS, message téléphonique ou courriel.

Chaque candidat est tenu d’appeler lui-même l’encadrant, sans intermédiaire.

L’inscription n’est pas automatique. Seul l’encadrant est habilité à inscrire un candidat en fonction de

son niveau physique et technique et de son expérience.

Pour des raisons de sécurité, le nombre de participants par collective est limité. Ce nombre est déterminé

par le responsable en fonction de la difficulté de la course proposée.

Pour les sorties comprenant une nuit en refuge, l’inscription doit être faite au moins 15 jours avant. Des

arrhes peuvent être demandées.

Le déroulement de la sortie

Les lieux et heure du rendez-vous et une liste du matériel sont envoyés à chaque participant par courriel

une semaine avant la sortie.

L’acheminement se fait par covoiturage. Les frais de déplacement (essence et péage) sont partagés

entre les participants.

Pour les sorties comprenant une nuit en refuge, la matinée du 1er jour est consacrée à une séance

d’escalade ou une formation (encordement, mouflage…), si les conditions météo et le temps imparti

le permettent.

Les cordées sont constituées par l’encadrant en fonction des compétences des participants.


Escalade

Date Massif Nature Niveau Départ et sommet Responsable

30 mai Vanoise Neige Iniaon

12 et 13

juin

19 et 20

juin

26 et 27

juin

Mont-

Blanc

Neige II / PD+

Vanoise Neige PD+

Vanoise Neige II / PD-

3 et 4 juillet Vanoise Neige PD-

10-11 et 12

juillet

23 et 24

juillet

28 ou 29

août

11 ou 12

septembre

25 ou 26

septembre

Ecrins

Neige et

rocher

III / PD

II / F

Vanoise Rocher II / AD-

Vanoise Rocher II / PD

Cerces Rocher I / PD

Tournee

Rocher PD-

Ecole d’escalade jeunes 2010-2011

Ecole de neige et glace

Val Thorens

Refuge du Couvercle (2.687 m)

Pointe Isabella (3.761 m)

Refuge du Plan des Gouilles

Grand Bec (3.398 m) voie normale

Refuge des Evees (2.590 m)

Pete Ciamarella (3.585 m) par la

face nord

Refuge de Prariond

Grande Aiguille Rousse (3482m)

Refuge du Glacier Blanc (2.542 m)

Montagne des Agneaux (3.664 m)

Pic de Neige Cordier (3.614 m)

Refuge Félix Faure (2.517 m)

Aiguille de la Vanoise (2.796 m)

Courchevel 1650 (1.720 m)

Rocher de Plassa (2.867 m) et Aiguille

de Mey (2.845 m)

Camp des Rochilles (2.412 m)

Aiguille Noire (2.869 m)

Alex, Villard-dessus (848 m)

Dents de Lanfon (1.824 m)

Inscriptions et renseignements le mercredi 8 septembre 2010

De 17h à 18h30 au gymnase de Moûtiers

Escalade Adultes

Nicolas Robert

04.79.22.77.91

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Olivier LAMBERT

06.66.50.81.54

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Max Bal

04.79. O9.72.11

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

Anne-Marie LE FUR

06.03.37.79.23

(en soirée)

La reprise des créneaux et entraînements se fera à partir du mercredi

15 septembre au gymnase de Moûtiers


Programme escalade été 2010

Pour vous inscrire aux sorties contacter l’encadrant le jeudi soir entre 18 et 20h.

Le lieu de la sortie sera déterminé par l’encadrant, en fonction de la météo et du niveau des participants.

Il pourra vous proposer une sortie en site école, ou en grande voie.

Le programme comprend 3 sorties « initiation », mais elles restent aussi ouverte aux grimpeurs autonomes.

Toutes les autres sorties sont destinées aux grimpeurs autonomes : personne sachant gérer toutes

les étapes de son escalade (choix de sa voie selon ses capacités, connaissances des différentes

manipes…).

C’est le troisième été que le CAF MHT vous propose un programme escalade. Les autres années il

n’y avait qu’une encadrant, mais cet été, d’autres se sont joints à l’élaboration du programme.

Toute l’équipe souhaite votre participation, pour que ces sorties soient des moments de rencontre,

d’échange, et de plaisir partagé.

Recommandations destinées aux pratiquants :

· Etre à jour de cotisation donc assuré et avoir sa carte sur soi.

· Pratiquer un entraînement à la mesure de ses ambitions.

· Vérifier régulièrement ses capacités techniques.

· Participer dans ce sens à des formations progressives.

· Avoir un équipement adapté et en bon état.

Date Responsable

Samedi 12 juin

Initiation + perfectionnement

Julien Cruse 06.98.96.17.45

Samedi 19 juin Sylvaine Royer 06.76.82.80.66

Samedi 26 juin Stéphane Berdiel 06.74.90.87.58

Samedi 3 juillet Gilles Quertier 06.75.42.98.87

Samedi 10 juillet Julien Cruse 06.98.96.17.45

Mardi 13 et mercredi

14 juillet

Barbecue Naves initiation

+ perfectionnement

Agnès Andueza 06.18.58.42.37

Samedi 17 juillet Agnès Andueza 06.18.58.42.37

Samedi 24 juillet Agnès Andueza 06.18.58.42.37

Samedi 31 juillet Agnès Andueza 06.18.58.42.37


Date Information Responsable

Samedi 7 Août Julien Cruse 06.98.96.17.45

Samedi 14 Août Julien Cruse 06.98.96.17.45

Samedi 21 Août Gilles Quertier 06.75.42.98.87

Samedi 28 Août Julien Cruse 06.98.96.17.45

Samedi 04 septembre Initiation + autonome Agnès Andueza 06.18.58.42.37

Samedi 11 septembre Julien Cruse 06.98.96.17.45

Samedi 18 septembre Agnès Andueza 06.18.58.42.37

Samedi 25 septembre

Que la montagne est

belle « mont secret »

Agnès Andueza 06.18.58.42.37


Les montagnes du silence

D'un pôle à l'autre... L'association "Les

Montagnes du Silence" qui avait conduit

en 2004 une expédition mixte de

sourds et entendants aux confins de

l'Antarctique en Géorgie du Sud, réitère

en 2010 cette aventure militante

d'intégration et de sensibilisation, mais

cette fois dans le grand nord arctique.

Une aventure militante

Crée en 2002 par Daniel & Françoise

Buffard-Moret, l'association "Les Montagnes

du Silence" est destinée à

"créer des passerelles entre le monde

des sourds et des entendants au travers d'aventures humaines et sportives.

Démontrer que les sourds peuvent sortir de leur isolement, échanger, partager, vibrer à l'unisson de

leurs semblables entendants, tel est le credo des membres de l’association « Les Montagnes du Silence

».

Cette nouvelle expédition « Svalbard 2010 » se déroulera du 06 mai au 4 juin prochain sur la plus

grande île de l'archipel du Svalbard, le Spitzberg.

Une équipe de sept sourds de Savoie, du Rhône, du Jura, de la Haute-Garonne et de Paris, sera accompagnée

par des entendants (guides norvégiens, interprètes en langue des signes, cinéaste). Au

départ de Longyearbyen, la capitale du Spitzberg (montagnes pointues) par 78° Nord, en totale autonomie,

l’équipe va parcourir 600 km à skis nordiques et en traîneaux à chiens dans l'immensité glacée,

territoire des ours polaires et des renards blancs. L’objectif est d’atteindre la base scientifique de

Ny-Ålesund. Ils envisagent aussi d'escalader l'un des plus hauts sommets de l'île, le Mont Newton

(1.717 m d'altitude).

La langue des signes est maintenant officiellement reconnue en France depuis 2005. Mais il faut aller

beaucoup plus loin : créer des écoles bilingues (français - langue des signes) partout en France.

Pour le moment, nous sommes loin du compte, le taux d’illettrisme chez les sourds dépasse 70%.

Pour les Montagnes du Silence, il est donc important d’utiliser la formidable école de la vie qu’est la

montagne pour combattre ce fait.

Cette nouvelle expédition fait donc l’objet d’un programme pédagogique

important en direction des enfants sourds. « Avec la

première expédition, nous avons entr’ouverte une porte sur le

monde des sourds. Cette fois, nous ouvrirons la porte grand’ ouverte

».


Les montagnes du silence

Le programme pédagogique

"Svalbard 2010" a mis au point un programme pédagogique avec plusieurs classes pilotes bilingues

à Toulouse, Poitiers et Massy dans l'Essonne.

Liaison pédagogique via le site Internet : les enfants pourront suivre le périple sur une carte avec un

journal de bord, photos et surtout vidéos en langue des signes. Les enfants pourront poser des

questions durant toute la durée de l’expédition. Toutes les écoles en France, en Belgique et en

Suisse pourront suivre cette expédition.

Deux visioconférences en direction des 3 écoles ci-dessus depuis la base scientifique francoallemande

de Ny-Alesund.

Création d’un DVD éducatif spécialement étudié pour les enfants sourds à partir des ressources de

l’expédition.

Réalisation d’un reportage TV avec la participation des 3 écoles.

Les enfants sont dans l’aventure aussi, ils connaissent bien les équipiers des Montagnes du Silence

pour les avoir rencontré dans les montagnes d’Abondance ou dans leurs classes.

La préparation

Les sourds s’entraînent depuis 3 années. Certains

n’avaient jamais chaussé de crampons, ni

fait de skis de montagne, ni fait de l’escalade.

L’histoire « Svalbard 2010 » ne commence donc

pas le jour où on va monter dans l’avion pour le

Grand Nord. Elle a bien et bel commencé dès le

premier stage de montagne.

Nous remercions le Club Alpin de Haute Tarentaise

pour sa participation aux derniers stages de

préparation. C’est une collaboration que ne fait

que commencer.

Daniel Buffard-Moret

www.lesmontagnesdusilence.org


Projet trek Zanskar

Et si nous nous lancions dans un trek au ZANSKAR !

Cette idée a germée au cours des contacts privilégiés que nous avons avec Atma, ce jeune guide

indien qui vient depuis 4 ans se perfectionner en français pendant trois mois au Greta d Albertville.

Hébergé à Moûtiers chez des amis, nous l'invitons fréquemment en rando et même en escalade.

Atma habite à Manali, dans le Nord de l ’Inde, aux portes du Zanskar.

C ’est naturellement vers cette région que nous portons nos regards !

Le trek favori de Atma est celui de

Darsha/Padum qui demande 20

jours au total dont 10 de marche

pure.

Voici les principales étapes :

1er jour : arrivée à Delhi.

2 :Delhi/Manali .

3:Manali/Darsha.3600m. (Début

marche)

4 : Darsha/Palmo.

5 : Palmo/Zanskary/Sumdo 3900m.

6 : Sumdo/ChlumikMarpo 4500 m .

7 : Marpo/ Lackang par col Shingolo

5090 m.

8 : Lackang/Kargyak 4050 m.

9 : Kargyak/Purni 3800m.

10 : Purni/Phuktal. : visite monastères.

11 : Purni/Pipula 3600 m.

12 : Pipula/Raru 3700 m.

13 : Raru/Padum 3600 m.

14 et 15 : liaison véhicule jusqu à Leh, 1 ou 2 jours visite puis retour avion Delhi.

Estimation du coût : Avion Paris/Delhi : variable env. 700/900 €. Le trek tout compris, à lui seul :

1250 € pour groupe de 4 minimum .Plus avion Leh/Delhi env. 150 €.

Soit un total approximatif de 2200 € sans compter l'assurance CAF (voyage pays lointain), les bières

et quelques petits souvenirs .

Il nous faut être 4 minimum, mais si nous sommes plus nombreux, les prix peuvent peut-être baisser.

Sachez aussi que nous serons choyés par Atma ( contact mel : atma_ram2003@yahoo.com ) !

Si vous êtes intéressé, ou même curieux, n ’hésitez pas à nous appeler ! 04.79.24.28.36.

Ce voyage pourrait être programmé pour 2011 ou 2012… André Fourmaintraux


montagne

Silence en montagne

Samedi 14 mars, une quarantaine de personnes parties de St-Sorlain-d’Arve ont rejoint le glacier de

L’Etendard dans le massif des Grandes Rousses pour protester contre la multiplication des loisirs

Aériens motorisés. Elles ont déployé une banderole silence sur l’alti-surface du glacier.

Cette manifestation était organisée par Moutain Wilderness, FRAPNA, CIPRA, le Club Alpin Français,

Vivre en Maurienne et Vivre en Tarentaise.

Carnet rose

Le parc national de la Vanoise annonce la naissance d’un gypaèton le 5 mars dernier dans la vallée

du Ponturin, secteur de Peisey Nancroix.

Pour mémoire, l’espèce disparue des Alpes au début du

XXème siècle a été réintroduite dans l’arc

Alpin à partir de 1986

Rando 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France

Au col du petit Saint Bernard le 4 juillet 2010

Cette manifestation exceptionnelle organisée par la FFRP, labellisée "150 ans d'histoire française

Pays de Savoie 2010" a trois objectifs:

- Commémorer la réunion de la Savoie à la France, prélude à la création de l'Etat italien;

- Retrouver 2000 ans de traversées pédestres du col, démontrer les liens restés forts des deux côtés

de la frontière, malgré la séparation de deux provinces (Vallée d'Aoste – Savoie) .

- Rassembler les randonneurs de trois régions : Rhône-Alpes, Vallée d'Aoste, Valais.

Une journée sportive le matin convergeant vers le Col (ou sur le plateau) :

* la « Valdotaine » : par la Mulatiera depuis La Thuile (3h env.)

* la « Sarde » : par le col de la Traversette depuis Les Eucherts (3h env.)

* la « Romaine » : au départ de La Rosière ( 3h env.) Autocar pour retour vers La Thuile et la Rosière.

Une journée « solidaire » sur le plateau du col, plus particulièrement destinée aux personnes en situation

de handicap (1h30 à 2h) et une randonnée familiale « libre » sur un circuit facile et balisé.

Une journée culturelle: causerie» à l'Hospice sur l'histoire du site et visite commentée

Une journée festive avec animation musicale.


Stages

un stage de nivologie week end du 30-31 janvier 2010

15 participants venus des CAF Nord-Dauphiné, Faverges, la Roche/Bonneville, Villefranche/

Saône, Albertville, Vanoise Haute Maurienne, Chambéry ou Bozel.

Journée théorique en salle avec une neige tombante. Lendemain froid et ensoleillé avec des

conditions merveilleuses de mise en pratique.

Si vous aussi souhaitez vous former http://www.ffcam.fr/quick_stages.html

EN PROJET :

STAGE CARTOGRAPHIE –ORIENTATION niveau 1

La vie est un long fleuve tranquille. Bien sûr uniquement lorsque l’on maîtrise son chemin ou ses

destinées ! En dehors de cela, point de salut sans une approche de cette science trop souvent obscure

qu’est « la carto ». Pour ne plus se perdre en ville, à la campagne, en montagne et bien avant

l’achat d’un GPS de voiture ou de randonnée, vous devez maîtriser cette application. Trop d’accidents

d’avalanches auraient pu être évités avec une lecture d’itinéraire approfondie et une estimation

de la pente et ses dangers.

2 et 3 octobre 2010 à Feissons/Salins

Renseignements et inscriptions : Jean-Luc Grandmottet

CONTENU NIVEAU 1

Les matériaux nécessaires

Tél : 04 79 24 14 20 Courriel :gdmottet-jlc@wanadoo.fr

- cartes (échelles et pays), fiabilité, les instruments (boussole, altimètre, GPS, …).

Découverte de la carte.

description du relief à plat, les courbes de niveau (les combes, les croupes, …).

représentations de l’eau (cours d’eau, lacs, glacier, …).

altimétrie (principes d’établissement, valeur des points, …).

légende de la carte (études des signes conventionnels).

Orientation par beau temps

en fonction du terrain; reconnaissance du relief (thalwegs et croupes), mémorisation des points

caractéristiques ou remarquables.

avec instruments (utilisation de la boussole et de l’altimètre).

Se situer sur le terrain : visées, prise d’un azimut, triangulation.


Ecole d’aventure

Avant d'attaquer une nouvelle saison via ferrata à l'école d'aventure.

Petit souvenirs de la dernière Via, le 10 octobre 2009 à Courchevel (la Rosière)

18 jeunes de 6 à 12 ans ont pratiqué ce parcours dans la bonne humeur et avec

de bonnes conditions météo.

Févier : Nuit en refuge sur le Versant du Soleil pour 7 jeunes pour une découverte de la nature en hiver,

avec Sylvain Jugand, accompagnateur MM, venu bénévolement encadrer ce W. E en raquettes.

Sortie des 6 et 7 février 2010 au refuge Deux Nants, St Jean de Belleville

Six jeunes cafistes (7/11 ans), beau temps, neige fraîche, refuge et ambiance sympa, tout pour un

week-end agréable...


Ecole d’aventure

JAT

CHIENS de TRAINEAUX les 16/17 janvier : 12 jeunes ont passés un WE sportif et passionnant

dans les alpages de Hautecour en compagnie de ces magnifiques bêtes qui font l' admiration de

tous ! merci au muscher Christophe et aux bénévoles qui ont energiquement participé à la réussite

de ces deux jours dans la neige.

Le Groupe Jeunes Alpinistes de Tarentaises rassemble 6 jeunes cette année : Claire, Elias, Antoine,

Julien , Brieuc et Pierre.

Toujours sous la conduite de Pascal Arpin, ils ont réalisé cet hiver plusieurs sorties en cascade

dont les Brévières et Peisey.

Le programme devrait se poursuivre par des sorties rocher et alpinisme.

Similar magazines