À LIMOGES DU 19 AU 23 MARS 2013

racine.cccommunication.biz

À LIMOGES DU 19 AU 23 MARS 2013

le Centre national du Théâtre

et le Théâtre de l´Union,

CDN du Limousin présentent

À

LIMOGES

DU 19 AU

23 MARS

2013

F estival

S cènes

G RAND

É CRAN

La liberté

d’en rire

Spectacle vivant /

Cinéma / Arts plastiques

/ Littérature

Renseignements 05 55 79 90 00

www.theatre-union.fr

En partenariat avec l’Académie – École Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin,

l’Artothèque du Limousin, la Bibliothèque francophone multimedia, le Conservatoire de Limoges, le FRAC

Limousin (Fonds Régional d’Art Contemporain), les Centres Culturels de la ville de Limoges, les Francophonies

en Limousin, le Théâtre Expression 7 – Cie Max Eyrolle, le Théâtre de la Marmaille, le musée des Beaux-Arts

de Limoges, l’Opéra-Théâtre de Limoges, le Secours Populaire Français, l’Université de Limoges et Lavitrine.


SOIRÉE D’OUVERTURE

Vernissage des expositions FRAC Limousin

et Artothèque du Limousin à l’Union

Performance de Nelly Maurel et invités

Bal Littéraire – Coopérative d’Écriture

SPECTACLE VIVANT

Le gai savoir du clown / Alain Gautré

Au nom du père, du fils et de J.M. Weston / Julien

Mabiala Bissala / Anton Kouznetsov

L’Histoire du rock / Thomas Quillardet

Africa Stand Up à Limoges / Valéry NDongo et invités

L’Affaire Dussaert / Jacques Mougenot

Tonycello / Antoine Payen

CINÉMA

à L’Union :

Soirée « Artus de Penguern »

Soirée « Bruno Podalydès »

Soirée « Monthy Python »

Ciné-spectacle « Ali Baba et les quarante voleurs »

KaraoCiné

à la Bfm :

Cycle « James Stewart et la comédie américaine »

Théâtre de l’Union, Centre

Dramatique National du Limousin

Comme les autres Centres Dramatiques Nationaux,

le Théâtre de l’Union est un lieu de création. C’est grâce

à l’existence de tels lieux, héritages de la décentralisation

théâtrale, que nombre d’auteurs, d’acteurs, et de metteurs

en scène ont pu développer et affirmer leurs talents.

Le CDN du Limousin dispose d’un théâtre de 380 places,

rue des Coopérateurs à Limoges. Depuis juillet 2002, c’est

le metteur en scène Pierre Pradinas qui dirige l’Union. Un

Centre Dramatique National c’est aussi une ligne artistique.

En tant que metteur en scène et directeur du Théâtre de

l’Union, Pierre Pradinas a souhaité y affirmer sa recherche

d’un théâtre accessible au plus grand nombre, et y poursuivre

sa réflexion sur la place du texte, sur le rôle dramaturgique

de la musique, sur le mouvement, et sur l’interprétation

en général. Il prépare sa nouvelle création d’après un texte

de Marc Dugowson Des biens et des personnes.

Centre national du Théâtre

Centre d’information et de conseils sur le théâtre

contemporain et d’aide aux auteurs dramatiques, le Centre

national du Théâtre est composé de cinq pôles : pôles

auteurs, juridique, documentation, audiovisuel et métiers /

formations. Il propose en plus de ses outils papier

(Annuaire du spectacle vivant...) et internet (cnt.asso.fr,

scene-emploi.fr, scene-juridique.fr, scenesgrandecran.com)

des accompagnements et des pistes de réflexion pour

les professionnels et le grand public.

Il est ainsi à l’initiative d’une programmation de rencontres

et de projections, et depuis 2005, partout en France,

du festival Scènes Grand Écran, festival itinérant du cinéma

et des arts de la scène, dont c’est ici la 8 e édition.

Centre national du Théâtre, 134 rue Legendre – 75017 Paris

01 44 61 84 85 – accueil@cnt.asso.fr – www.cnt.asso.fr

ARTS PLASTIQUES

Le FRAC Limousin / 3 Laughing and 4 Crying

L’Artothèque du Limousin :

Emportez l’art chez vous !

Sonrisa à Lavitrine

Et dans la ville

Parcours « Liberté d’en rire » au musée

des Beaux-Arts

RENCONTRES / ATELIERS

Conférence « La liberté d’en rire dans

les comédies américaines »

Le Musée Virtuel

Le chanteur à la caméra

Atelier de rire

Les partenaires

L’Académie – École Supérieure Professionnelle

de Théâtre du Limousin,

L’Artothèque du Limousin,

La Bibliothèque francophone multimedia,

Le Conservatoire de Limoges,

Le Frac Limousin,

Les Centres Culturels de la ville de Limoges,

Les Francophonies en Limousin,

Le Théâtre de la Marmaille,

Le musée des Beaux-Arts de Limoges,

L’Opéra-Théâtre,

Le Secours Populaire Français,

Le Théâtre Expression 7 – Cie Max Eyrolle,

Lavitrine,

L’Université de Limoges

C’est à Limoges que se pose

la 8 ème édition du festival Scènes

Grand Écran.

Le Centre national du Théâtre s’associe cette fois au Théâtre

de l’Union, CDN du Limousin pour interroger, comme chaque

année, les liens entre spectacle vivant et arts visuels.

Quoi de plus naturel finalement ? Pierre Pradinas, son

directeur, aime tisser des passerelles entre théâtre et cinéma,

il l’a prouvé tout au long de sa carrière et la salle du Théâtre

qu’il dirige fut une ancienne salle de cinéma. Et quelle salle

de cinéma ! Le mythique Ciné-Union !

C’est au rire et à la comédie que s’attaque Scènes Grand

Écran cette année. Un genre méprisé, jugé vulgaire et trop

léger. Pourtant la force du rire est indéniable, une force

libertaire. Alors, posons-nous ensemble la question :

qu’est-ce que le rire et la comédie ? Quelles en sont les

frontières ? Que contient la comédie pour être si vivement

critiquée ?

Réponses politiques, poétiques et artistiques du 19 au 23

mars à Limoges, à travers une programmation tous azimuts :

5 spectacles, 8 projections de films, 3 expositions,

des rencontres, 1 bal, 1 performance, … le tout dans 11 lieux

de Limoges, en complicité avec 14 partenaires culturels.

Entraînez vos zygomatiques, et prenez, avec nous la Liberté

d’en rire !

Mardi 19 mars > à partir de 19 h – Théâtre de l’Union

SOIRÉE D’OUVERTURE

Des expositions,

une performance,

un bal littéraire, pour entrer

dans le vif du sujet !

Galerie et salle de lecture

19 h > Vernissage des expositions

Les plasticiens mettent le rire en boîte ! Entrée en fanfare

et en images dans le festival avec une sélection du FRAC

Limousin, qui a choisi d’exposer à l’Union l’étonnante

installation vidéo « 3 Laughing and 4 Crying » d’Aernout Mik.

Quant à l’Artothèque du Limousin, elle propose au public de

venir choisir son œuvre « spécial Liberté d’en rire » durant le

festival pour l’emporter à la maison, le temps d’un emprunt.

(cf page 10)

Galerie

19 h 30 > Performance – surprise

de Nelly Maurel & invités

C’est avec Nelly Maurel que nous avons voulu ouvrir le

festival. À l’invitation de l’Artothèque, l’artiste présentera une

performance inédite, en lien avec la musique, et avec deux

invités surprise.

Ses vidéos seront également présentées sur place.

Née en 1974, Nelly Maurel a à son actif une douzaine

de publications, une quarantaine d’expositions et de lectures

publiques à Paris, en région, à Montréal, Genève et Mexico.

Elle aime les objets non-identifiés et explore les rapports

qu’entretiennent licencieusement les mots, les images

et les objets, à travers tous les instants de la vie ordinaire.

Dans ses dessins, peintures, vidéos, mais aussi chansons,

elle allie avec la force de l’humour, l’écriture, le graphisme,

les objets quotidiens et les images récupérées qu’elle

détourne pour mieux les réinventer.

20 h 30 > Buffet

Grande salle

21 h 30 > Bal Littéraire

« La liberté d’en rire »

par la Coopérative d’Écriture

!

Entrée libre

Avec Nathalie Fillion, Eddy Pallaro, Natacha de

Pontcharra de la Coopérative d’Écriture. Emmanuelle

Destremeau et Marc-Antoine Cyr, auteurs invités.

Pour cette soirée d’ouverture, que diriez-vous d’une mise en

jambes et en oreilles, avec un Bal Littéraire de la Coopérative

d’Écriture ?

Lorsque l’aube se lèvera le 19 mars à Limoges, cinq auteurs

se réuniront autour d’un litre de café et d’un stock de leurs

tubes préférés pour composer une playlist de dix morceaux

à faire danser les morts et écrire chacun les épisodes d’une

fable commune inspirée par le festival. Une seule règle :

textes et chansons alternent ; chaque texte doit se terminer

par le titre du morceau qui suit.

À 21 h 30, tous en piste ! Nos cinq auteurs, sous les sunlights,

livreront à plusieurs voix cette histoire unique, écrite à cinq

mains dans un temps record. Et le public écoutera sagement

chaque texte et dansera follement sur chaque morceau –

et pas le contraire !

3

Photographie : Cédric Baudu


4

Spectacle vivant > Mercredi 20 mars > 19 h – Théâtre de l’Union

LE GAI SAVOIR DU CLOWN

Une vraie fausse conférence

qui vous embarque pour une

immersion drôlatique dans

l’histoire du clown, par le

maître du genre, Alain Gautré

Dramaturgie : Alain Gautré, Pierre-Yves Massip,

Éléonore Baron / Assistante à la mise en scène :

Éléonore Baron / Costumes : Catherine Oliveira /

Lumières : Luc Muscillo, Alain Gautré / Régie générale :

Luc Muscillo, Agathe Patonnier

Coproduction : Tutti Troppo - Théâtre Georges Leygues /

Villeneuve-sur-Lot – Arc-en-Ciel – Théâtre de Rungis –

Centre Culturel Gérard Philipe / Champigny-sur-Marne

Avec le soutien du Conseil Général de Lot-et-Garonne

de Julien Mabiala Bissila

Mise en lecture : Anton Kouznetsov

dans le cadre de « Nouvelles Zébrures 2013 »

C’est à une vraie fausse conférence, que le grand spécialiste

ès clown Alain Gautré vous invite ! L’air de rien et sans y

toucher, il retrace l’Histoire du clown avec un grand « H ».

Et là où un esprit docte ne ferait que témoigner oralement,

Alain Gautré peut, lui, suite à son engagement dans cet art

depuis bientôt quarante ans, allier, pour le plaisir de tous,

théorie et pratique et montrer les ressorts de son fonctionnement.

Un spectacle de haute tenue adapté à tous les publics.

de et par Alain Gautré

AU NOM DU PÈRE,

DU FILS ET DE J.M.

WESTON

Alain Gautré a écrit un peu plus de vingt pièces et

spectacles, depuis les premières pièces du Chapeau Rouge,

à la fin des années soixante-dix, dont Place de Breteuil,

Gevrey-Chambertin… jusqu’à, très récemment, Péplum,

anthologie éroticodrôlatique inspirée par l’Antiquité, et

Amiour. Parmi ses autres pièces : Chef-Lieu, La Chapelle-

en-Brie. Il a signé 18 mises en scène, parmi lesquelles

beaucoup de spectacles de clowns, en France et à

l’étranger. Clown et marionnettiste, il est aussi l’interprète

d’une quinzaine de personnages.

En 2000, il fonde la compagnie Tutti Troppo. Il a transmis

l’art du clown à des gens aussi différents qu’Hubert Colas,

les Nouveaux Nez, KompleXKapharnaüm, le Théâtre du

Mouvement, Julie Ferrier, Yann Collette, Martial di Fonzo Bo…

Spectacle vivant > Mercredi 20 mars > 12 h15 – Théâtre de l’Union – Bar

Mercredi 20 mars > 18 h – Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – Amphi Vareille

Une cantate à deux voix qui retrace

une histoire douloureuse,

mais toujours saisie avec un

humour noir plein de vitalité. Et

un clin d’œil à Limoges, lieu de

fabrication des célèbres Weston.

À Brazzaville, deux frères, deux dandys en lambeaux,

reviennent dans leur ville, là où leurs parents ont été

massacrés. Après des années de guerres civiles, ils n’ont

qu’un seul souci : creuser pour retrouver la paire de

chaussures J.M. Weston enterrée dans la parcelle de leur

père. Ils creusent et en même temps se souviennent des

horreurs que leur famille et eux-mêmes ont vécues :

l’histoire douloureuse d’un pays traversé par le colonialisme,

la dictature puis la violence de la guerre civile. Parallèlement,

ils refont l’histoire des « sapeurs », ces fous de la sape

ou S.A.P.E. (la Société des Ambianceurs et des Personnes

élégantes).

Cette lecture produite par le festival des Francophonies a été

présentée lors de sa 29 e édition (septembre 2012), dans le

cadre du cycle «l’Imparfait du Présent», en partenariat avec

l’Académie – École Supérieure Professionnelle de Théâtre du

Limousin

!

Entrée libre

Avec les étudiants de la séquence 7 de l’Académie –

Ecole Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin :

Vladimir Barbera, Stéphane Bensimon, Guillaume

Delalandre, Clément Delpérié, Timothée François,

Teymuraz Glonti, Guillaume Laloux, Simon Mauclair,

Jean-Baptiste Tur

Julien Mabiala Bissila est auteur, conteur, metteur en

scène et comédien. Sa formation dramatique à Brazzaville

est interrompue par la guerre civile de 1997. Dès 1999,

il participe à plusieurs créations du Théâtre des Tropiques et

du Saka-Saka Théâtre. Avec sa compagnie, il met ses textes

en scène. Régulièrement invité sur les scènes et festivals

africains, il est également accueilli en 2005 au Théâtre du

Vieux Colombier à Paris et au Théâtre des Bernardines

à Marseille en 2009. Sa pièce Crabe rouge est lue dans

le cadre des «Nouvelles Zébrures 2010» sous la direction

de Bénédicte Wenders à Paris (Théâtre du Rond-Point) et

à Limoges. En 2011, il obtient une bourse d’écriture et réside

à la Maison des auteurs des Francophonies.

Après s’être formé à la mise en scène dans la classe de Lev

Dodine, Anton Kouznetsov, arrivé en France en 1993,

travaille à l’Odéon-Théâtre de l’Europe comme assistant à

la mise en scène et fonde en 1995 la Compagnie Babel.

De 1998 à 2005, il est le directeur artistique du Théâtre

National Drama de Saratov (Russie) et d’une classe d’élèves

comédiens et metteurs en scène du Conservatoire National

Supérieur. Revenu à Paris en 2006, il poursuit son travail

de metteur en scène, dirige la compagnie Théâtre DOM

et intervient dans plusieurs écoles de théâtre. Parmi ses

dernières mises en scène : La Châtaigne d’Anton Tchekhov,

Les Âmes mortes et Histoires diaboliques de Nicolas Gogol.

Responsable pédagogique de l’Académie-École Supérieure

Professionnelle de Théâtre du Limousin depuis 2009, il

devient en 2012 artiste associé au Théâtre de l’Union-CDN

du Limousin.

Photographie : Christophe Péan Photographie : Catherine Oliveira

Photographie : Éric Legrand

L’HISTOIRE DU ROCK

Un spectacle pas sérieux du tout,

de l’éphémère, du décalage, une

machine à raffermir les fesses,

du LSD et une guitare, le tout

concocté par l’un des artistes

associés du Théâtre de l’Union,

Thomas Quillardet.

D’après les vies, les objets et les musiques de : Elvis Presley,

Kurt Cobain, Janis Joplin, Bob Dylan, Chuck Berry, Patti

Smith, Dolly Parton, Led Zeppelin, Johnny Cash, le Velvet

Underground...

Avec Raphaèle Bouchard

Production Collectif Jakart et Mugiscué / Théâtre de l’Union,

Centre Dramatique National du Limousin / Scène nationale

de Gap. Avec l’aide du Théâtre Expression 7 – Limoges.

AFRICA

STAND UP

Jeudi 21 mars à 18h30 – Théâtre de l’Union – Bar

AFRICA STAND UP à Limoges n°1

« Cabaret humoristique », de et par Valery Ndongo

(Cameroun), accompagné de Président Veskaye et

de Charlotte Ngo Ntamack.

À l’occasion de sa résidence d’écriture à la Maison des

Auteurs des Francophonies en Limousin, Valéry Ndongo, présente

une version « chantier » de son spectacle Voir Paris et

mourir jeune, qu’il créera le 16 avril 2013 au Tarmac à Paris.

Voir Paris et mourir jeune, ou un portrait de quatre candidats

à l’exil. Il y a là Tazo le petit braqueur qui rêve de Paris où

il entend exploiter ses talents. Il y a Sophie, guidée par les

mêmes paillettes, qui a plus d’un atour dans… son sac et ne

semble pas vouloir faire de la rétention… Il y a Louis Mathieu

qui souhaite faire le voyage dans l’autre sens, quitter

la France et découvrir… l’Afrique ! Enfin, Chen Zian Wou,

clandestin embarqué dans un container en partance vers une

autre destinée… Un conteur, quatre fusibles et une valse à

mille temps.

Chantier suivi de lectures de textes de et par ses

acolytes, l’humoriste ivoirien Président Veskaye

et la comédienne Charlotte Ngo Ntamack,

également invités de la Maison des Auteurs

des Francophonies en Limousin.

!

Spectacle vivant > Jeudi 21 mars 19 h et Vendredi 22 mars > 19 h – Théâtre Expression 7

Samedi 23 mars > 19 h – Théâtre de l’Union

En ce moment, nous vivons la révolution numérique, et il

n’y a qu’à voir nos têtes, ce n’est pas franchement drôle !

Ne trouvez-vous pas, comme Thomas Quillardet, que la

révolution rock est bien plus poilante ? Car le rock, c’est la

contre-culture, l’audace, la folie, le culot, et le génie musical.

Pour ce spectacle, ce metteur en scène bien connu du public

de l’Union a voulu raconter cette histoire, ou plutôt tenter

de la retraverser. Faire un post-it géant d’une époque où des

hommes et des femmes géniaux et visionnaires sont sortis de

leur cachette que leur avait imposée la société conservatrice

pour affirmer leur liberté dans un cri. Et qu’ils nous donnent

une bonne leçon, une envie de tout renverser en dansant et

en hurlant !

Sur scène, Raphaèle B. raconte tout le rock, et c’est notre

histoire à tous qu’elle traverse aussi. Elle réécoute des vieux

45T d’Elvis Presley, se souvient de ses premiers baisers sur

Led Zeppelin, elle danse sur The Doors, pleure sur Bob Dylan,

revisite l’histoire punk, redécouvre Johnny Cash, Chuck Berry,

s’identifie à Ziggy Stardust.

Spectacle vivant > Jeudi 21 mars > 18 h30 et Vendredi 22 mars > 12h15 – Théâtre de l’Union

Entrée libre

Attention !

L’ « Africa Stand up » du

camerounais Valéry Ndongo

débarque à Limoges.

L’humoriste et ses acolytes

feront se gondoler le Bar

de l’Union le temps de deux

Stands Up et d’un buffet.

Vendredi 22 mars à 12h15 – Théâtre de l’Union – Bar

AFRICA STAND UP à Limoges n°2

Spectacle d’humour avec Valéry Ndongo, Charlotte Ngo

Ntamack et de Président Veskaye.

Dans l’esprit « Comedy Club », nos trois joyeux lurons Valéry

Ndongo, Charlotte Ngo Ntamack et Président Veskaye, nous

convient à un spectacle cabaret, un one man show multiplié

par trois.

Valéry Ndongo en maître de cérémonie, distribuera la parole

à ses deux acolytes pour un parcours humoristique dans la

politique africaine.

Valéry Ndongo : auteur, comédien, humoriste, né en

1980, fait ses premières apparitions à l’écran en 1998 dans

un court métrage. En 2003, il participe au FIA (Festival

International de l’Acteur) à Kinshasa et commence un travail

d’écriture et de mise en scène. En 2009, il crée Black, James

Black ! Acteur, pas comédien à Yaoundé et le joue la même

année au Tarmac à Paris. Lauréat en 2010 d’une bourse du

programme Visa pour la création de CulturesFrance, il écrit et

interprète Bienvenue ô kwatt, mis en scène par Sonia Ristic,

joué à Yaoundé, au Tarmac (Paris), au Festival d’Avignon en

2011, au Bénin et en tournée africaine en 2012. Il a créé

Africa Stand Up, association qui œuvre pour le développement

de la filière « stand up » en Afrique en assurant la

découverte, la formation et l’accompagnement de jeunes

humoristes africains.

Spectacle suivi d’un buffet.

Création

Après une formation de comédien, Thomas Quillardet

se consacre à la mise en scène. Son premier spectacle,

Les Quatre Jumelles de Copi est joué à Agiktat (Paris) en

2004. Il organise en novembre 2005 le festival Teatro em

Obras au Théâtre de la Cité Internationale et au Théâtre

Mouffetard dans le cadre de l’année du Brésil. En 2006,

il rejoint le collectif Jakart et Mugiscué, basé dans la région

Limousin où il est associé au Treize Arches-Théâtre de Brive

et au Théâtre de l’Union - CDN du Limousin. En 2007,

il monte à Rio de Janeiro et à Curitiba un diptyque de Copi

avec des acteurs brésiliens : Le Frigo et Loretta Strong.

L’année d’après, il met en scène Le Repas de Valère Novarina

au Théâtre de l’Union à Limoges et à La Maison de la Poésie

à Paris. En 2010, il met en scène Villégiature, d’après Carlo

Goldoni au Théâtre de l’Union à Limoges et au Théâtre

de Vanves. En 2012, Les Autonautes de la Cosmoroute

d’après Julio Cortàzar et Carol Dunlop est créé au Théâtre

de l’Union et repris au Théâtre National de La Colline. En

2012, il crée Les Trois Petits Cochons, au Studio Théâtre de

la Comédie-Française, et L’Opérette Imaginaire avec Valère

Novarina à Rio de Janeiro.

par Valéry NDongo et ses invités

dans le cadre de « Nouvelles Zébrures 2013 »

par Raphaèle Bouchard

Mise en scène : Thomas Quillardet

Photographie : Mélina Vernant


Spectacle vivant > Jeudi 21 mars > 19 h et Vendredi 22 mars > 11h et 18 h – Musée des Beaux-Arts

TONYCELLO

CHANSONS

PAUVRES

À RIMES RICHES !

Un spectacle humoristico-

musical interprété par

le Buster Keaton du violoncelle,

j’ai nommé Tonycello !

Tonycello interprète du Jacques Brel, un peu de Georges

Brassens, du semi Boby Lapointe… et tout un répertoire de

chansons françaises aux textes savoureux. Seul sur scène avec

son violoncelle, ce chansonnier clownesque manie l’humour

et l’archet avec la même dextérité. L’envie de partager de

l’interprète infuse la salle. Car la finesse, l’ironie, la dérision,

tout cela n’a pas d’âge, et c’est pour cela qu’il nous touche.

Tonycello chante, tombe, ne fait pas de politique et il aime

Limoges. Que des choses universelles, en somme.

!

L’AFFAIRE

DUSSAERT

Un spectacle jubilatoire, salubre

et culturellement incorrect sur

l’art contemporain, à coupler

avec une visite exceptionnelle

des collections du musée.

Qui se souvient de l’Affaire Dussaert qui jeta un pavé dans la

mare déjà trouble du monde de l’art contemporain en 1991,

alors que les médias étaient accaparés par une autre

actualité plus mouvementée, Guerre du Golfe et tutti-quanti ?

Jacques Mougenot va vous rafraîchir la mémoire : Philippe

Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement

vacuiste dans les années 80 a marqué son époque et défrayé

la chronique. À sa mort, survient la fameuse « affaire »,

suscitée par la vente publique de sa dernière œuvre. L’auteur-

acteur s’en empare, et, sous la forme d’une conférence

savoureuse, il entreprend de répondre avec humour, à toutes

les questions que se pose aujourd’hui le profane en face

de l’œuvre d’art contemporain. Et d’aborder avec humour

le thème de l’art d’avant-garde et de ses abus, en mêlant

dans ce monologue singulier, satire et comédie, cocasserie

et gravité, pertinence et impertinence.

Un spectacle que le musée ouvrira à chaque représentation

avec une découverte exceptionnelle de ses collections.

de et par Antoine Payen

Conseillère artistique : Marie Liagre

Création lumières : Vincent Masschelein

Né à Lille, Antoine Payen débute le violoncelle à l’âge

de 7 ans à l’école de musique de Roubaix, et se perfectionne

au conservatoire de Lille puis à celui de Rueil-Malmaison.

Titulaire du Diplôme d’Etat de violoncelle et de l’Agrégation

de musique, il enseigne durant 6 ans et obtient en 2009

un poste de violoncelliste titulaire à l’orchestre de l’Opéra de

Limoges et du Limousin. Passionné de musique de chambre,

il donne souvent des récitals et se consacre à l’enseignement.

Parallèlement à ces activités, Antoine Payen s’intéresse

depuis longtemps au répertoire de la chanson française

et crée ce spectacle. Il se fait alors connaître sous le nom

de Tonycello.

de et par Jacques Mougenot

Co-production : Scène et Public et Canal 33,

en coréalisation avec les Centres Culturels de la Ville

de Limoges et le musée des Beaux-Arts de Limoges.

Jacques Mougenot : passe son enfance à écrire et

monter de petites pièces de théâtre, ayant déjà l’ambition de

finir sur les planches. Sa première expérience théâtrale sera

forte avec un one-man show joué en 1986. Une décennie

d’enseignement et une pièce plus tard, Corot aux côtés de

son frère François, en 1996, avec laquelle il obtient un gros

succès. Il réapparaît dans La Carpe du duc de Brienne en

2002, qu’avaient accueilli en 2010 les Centres Culturels de

la Ville de Limoges. Il joue ensuite dans L’Affaire Dussaert en

2004, Prix Philippe Avron – Festival d’Avignon 2011 et Prix

du Festival d’humour – Dax 2007.

Chacune des trois représentations comprend une découverte

exceptionnelle des collections et un spectacle (2 moments

indissociables).

21 mars : visite à 19 h, spectacle à 20 h15

22 mars : visite à 11 h, spectacle à 12 h15

22 mars : visite à 18 h, spectacle à 19 h15

Cinéma > Mercredi 20 mars > 21h – Théâtre de l’Union – Grande salle

Pour célébrer les noces

du théâtre et du cinéma

le temps de « Scènes Grand

Écran », l’Union se transforme

en salle de cinéma et revit

les heures de gloire du

« Ciné-Union ».

Retrouvez l’ambiance de

cette mythique salle d’Après-

Guerre, le temps de trois

soirées exceptionnelles.

Projection suivie d’une rencontre avec Artus de Penguern

Soirée ARTUS

DE PENGUERN

LA CLINIQUE DE L’AMOUR !

Réalisé par Artus de Penguern

(France, Belgique, Luxembourg – 2012 – 1 h 23).

Avec Bruno Salomone, Héléna Noguerra, Artus

de Penguern, Natacha Lindinguer, Anne Depetrini,

Ged Marlon

La Clinique de l’amour ! c’est « Urgences » traité à la

manière de Y a-t-il un pilote dans l’avion ? et Un poisson

nommé Wanda. Des histoires d’amour (torrides), d’argent,

de trahisons (odieuses), dans une clinique au bord de la

ruine, où s’affrontent John et Michael (chirurgiens),

sournoisement manipulés par Samantha, une garce aussi

cupide que fatale sous les yeux (magnifiques) d’une

ravissante infirmière, du doux nom de «Priscilla ».

Une comédie pour tous, de 12 à 122 ans !

+ 2 courts-métrages

Spectacle vivant > Samedi 23 mars > 17 h – Opéra - Théâtre de Limoges – Foyer Cinéma > Jeudi 21 mars > 20 h 30 – Théâtre de l’Union – Grande salle

Entrée libre

Photographie : ©bendumas

Artus de Penguern est né en 1957. Écrivain, scénariste,

et comédien, il débute sur grand écran en 1982. On le

retrouve alors aussi bien chez Maurice Pialat (Police) et

Philip Kaufman (Henry & June, 1990) que dans des comédies

beaucoup plus grand public (Lévy et Goliath, 1986).

Tout en multipliant les apparitions, il s’investit dans l’écriture

et la réalisation de films. Après plusieurs courts-métrages

teintés de burlesque et d’humour noir (Le Homard, Un bel

après-midi d’été), il réalise en 2001 Grégoire Moulin contre

l’humanité. Entretemps, l’acteur poursuit sa carrière sous

la direction, entre autres, de Jean-Pierre Jeunet pour Le

Fabuleux destin d’Amélie Poulain. S’il est un habitué des

comédies (Saint-Jacques... La Mecque, L’Invité), il ne néglige

pas pour autant les rôles plus graves comme dans

L’Homme qui rêvait d’un enfant et se distingue en 2008 dans

Fool Moon et dans Agathe Cléry face à Valérie Lemercier.

Il réalise en 2012 La Clinique de l’Amour !.

Projection suivie d’une rencontre avec Bruno Podalydès

Soirée BRUNO PODALYDÈS

VERSAILLES RIVE GAUCHE

Réalisé par Bruno Podalydès (France – 1992 – 45 mn )

Avec : Denis Podalydès, Isabelle Candelier,

Philippe Uchan, Michel Vuillermoz, Ariane Pirié,

Jean-Noël Brouté

Arnaud s’apprête à recevoir Claire, qu’il a rencontrée il y a

peu, pour un rendez-vous galant dans son petit appartement

de la rue Carnot à Versailles. La demoiselle arrive de façon

impromptue alors qu’il est aux toilettes. De crainte de gâcher

son entrée en matière, il recourt à un stratagème tordu

pour lui cacher cette odorante activité. De fil en aiguille,

le stratagème vire à l’imbroglio et fait peser de graves

menaces sur l’issue de la soirée qu’il imaginait passer en tête

à tête avec Claire.

LIBERTÉ OLÉRON

Réalisé par Bruno Podalydès (France – 2001 – 107 mn)

Avec : Denis Podalydès, Guilaine Londez, Patrick

Pineau, Marie Diot, Arnaud Jalbert, Éric Elmosnino

En vacances à l’île d’Oléron, Jacques 38 ans, père de quatre

jeunes garçons, en a assez des jeux de plage. Un jour enfin,

avec ses économies, espérant rassembler tout son petit

monde, il s’achète un voilier « Pêche-promenade », version

dériveur lesté, qu’il baptise « Liberté-Oléron ».

Un grand projet voit même le jour : voguer jusqu’à l’île d’Aix

en face, à 5 kilomètres.

Bien qu’incompétent en voile, Jacques déclare à sa famille

qu’il est le seul maître à bord après Dieu. Comme dira plus

tard Albertine la mère, « À l’aller, c’était merveilleux, la mer

était bleue opaline, tout était harmonie... ».

Bruno Podalydès : Après avoir débuté en réalisant des

films d’entreprise, il remporte tout de suite un grand succès

critique en 1992 avec un court métrage : Versailles rive

gauche, qui reçoit de nombreuses récompenses : Prix du

Public et mention du Jury à Clermont-Ferrand, prix du Jury

et de la Critique à Chamrousse et César du meilleur court

métrage en 1993...

En 1994, il signe Voilà, distingué au Festival de Venise.

Deux ans plus tard et toujours avec la complicité de son

frère Denis, il réalise Dieu seul me voit (Versailles-chantiers),

et impose son univers loufoque, burlesque et son humour

ravageur. Cette comédie reçoit le César du Meilleur premier

long métrage en 1999.

Scénariste de tous ses films, il cosigne avec son frère Liberté-

Oléron en 1999, puis, en 2002, il change de registre avec

l’adaptation d’un classique du roman policier signé Gaston

Leroux, Le Mystère de la chambre jaune, et reste dans cet

univers pour adapter la suite, Le Parfum de la dame en noir.

Après cette incartade dans l’univers littéraire, Bruno

Podalydès réalise le segment « Montmartre » du film collectif

Paris, Je T’aime avant de revenir à Versailles et ainsi clore sa

trilogie avec Bancs publics (Versailles rive droite), pour lequel

il s’est entouré d’une pléiade de comédiens, de l’inévitable

Denis Podalydès à Pierre Arditi en passant par Catherine

Deneuve ou Mathieu Amalric.

Interprète discret dans ses propres films depuis le début,

on peut également l’apercevoir dans L’Élève Ducobu (2011),

Mon pire cauchemar (id.) et Le Fils de l’autre (2012).

Il revient à la réalisation en 2012 avec Adieu Berthe ou

l’enterrement de mémé, qui a été sélectionné à la Quinzaine

des réalisateurs du Festival de Cannes.

6 7

Photographies : Anne-Françoise Brillot

Photographie : Vincent Matthias – Rezo films


Photographie : Carlotta Films

Cinéma > Vendredi 22 mars > 20 h 30 – Théâtre de l’Union – Grande salle

Soirée MONTY

PYTHON

MONTY PYTHON, SACRÉ GRAAL

Réalisé par Terry Gilliam & Terry Jones (Royaume-Uni –

1975 – 91mn VOSTF)

Avec : Graham Chapman, John Cleese, Eric Idle, Terry

Gilliam, Terry Jones, Michael Palin

En ces temps moyenâgeux où les vaches volent entre

Français (grossiers, les Français) et Anglais et où la science

n’a pas encore livré tous ses secrets (comment les hirondelles

transportent-elles les noix de coco ? Les sorcières sont-elles

en bois puisqu’elles flottent ?), le Roi Arthur, sur demande

expresse du Tout Puissant, sillonne le pays, à la recherche du

Saint Graal. Accompagné des preux et courageux chevaliers

de la table ronde (et de Sir Robin, décidément-pas-aussi-

courageux-même-pas-un-peu), la petite troupe va devoir

passer mille épreuves : Chevalier noir, qui font « Ni ! »

ou à trois têtes, jouvencelles en chaleur, monstre et même

le terrible lapin tueur !

Cinéma > Samedi 23 mars > à partir de 21h – Théâtre de l’Union

SOIRÉE DE CLÔTURE

21 h Ciné-spectacle :

« Ali Baba et les quarante

voleurs »

Il nous fallait bien un Ali Baba

version Western spaghetti pour

finir en beauté le festival !

D’après « Histoire d’Ali Baba et de quarante voleurs

exterminés par une esclave » (Les Mille et Une Nuits)

Durée 50 min – Tout public dès 6 ans.

Avec sur scène : Samuel Hercule, voix, bruitages /

Timothée Jolly, piano, sensula / Mathieu Ogier, guitares,

batterie / Métilde Weyergans, voix, harmonica

Film : réalisation Samuel Hercule / scénario Samuel

Hercule, Métilde Weyergans / décors Bérengère

Naulot, Luc Vernay / chef opérateur Tibo Richard /

costumes Remy Le Dudal / musique Timothée Jolly,

Denis Mignard / avec à l’écran : Bernard Cuppillard,

Samuel Hercule, Michel Le Gouis, Métilde Weyergans

Coproduction La Cordonnerie, Théâtre de Vénissieux,

Les Saisons – Théâtre de Givors, Théâtre de Villefranche-

sur-Saône, La Maison des Arts de Thonon-Evian, Service

Culture du S.A.N. de L’Isle d’Abeau. Avec le soutien de

la DRAC Rhône Alpes et de la Région Rhône Alpes.

C’est du cinéma, c’est du spectacle vivant, c’est un

« spectacle de cinéma musical » comme le définissent les

membres de la très inventive compagnie de La Cordonnerie.

C’est-à-dire un film muet, qu’ils ont eux-même réalisé,

projeté sur grand écran, et dont le bruitage et la musique

originale sont interprétés devant nous par quatre acteurs-

musiciens-bruiteurs exceptionnels.

Dans une vieille station-service au milieu de nulle part vivent

deux frères, Cassim et Ali Baba. Leurs journées sont rythmées

par les rares véhicules obsolètes qui s’arrêtent pour faire

le plein. Le soir, ils regardent des westerns à la télévision.

La nuit, ils rêvent de cow-boys. La vie de Cassim et d’Ali

Baba est étrange, fantasque et paisible. Jusqu’au jour où :

« Ali Baba aperçut une grosse poussière qui s’élevait en l’air.

Une troupe nombreuse de gens à cheval qui venait d’un bon

train… ». Sont-ce des chevaux ou des Harley ? pour le savoir,

courez voir ce petit bijou d’humour et de fantaisie !

La compagnie La Cordonnerie : créée en 1996,

a commencé par des tournées à bicyclette, le transport

se faisait dans une carriole et s’organisait depuis

l’arrière-boutique d’une cordonnerie.

Après des résidences de création à Vénissieux et au Théâtre

de Villefranche, la compagnie n’a de cesse de sillonner les

routes de France avec ses « spectacles de cinéma musical »

à destinations des plus jeunes et des moins jeunes, tels que

La Barbe Bleue ou encore L’Éternelle Fiancée du Docteur

Frankenstein. Sa dernière création, (super) Hamlet, a vu le

jour à La Filature de Mulhouse fin janvier 2012.

!

Entrée libre

22 h 30 « KaraoCiné »

Production : La Pellicule ensorcelée

Vous dansiez ? Eh bien chantez

maintenant !

On avait commencé ce festival par une mise en jambes

endiablée avec le « Bal Littéraire », on le finira en chansons

avec un KaraoCiné débridé.

Mais kézako exactement, un KaraoCiné ? Fastoche, mais

il fallait y penser et la Pellicule ensorcelée l’a fait : dans

un catalogue de 30 chansons de films, dont les titres

apparaîssent en mosaïque sur écran géant sous vos yeux

ébahis, vous choisissez votre Best of et tout le monde

chante ! Tout y passe et non des moindres : de La complainte

de la butte (French Cancan) à Le tourbillon de la vie (Jules

et Jim), de New-York / New-York à Nous sommes deux sœurs

jumelles (Les Demoiselles de Rochefort), de I will survive

(Priscilla, folle du désert) à La Tactique du gendarme

(Le Roi Pandore)… pour sûr, il y en aura pour tous les goûts,

Mesdames, Messieurs, et vous allez retrouver des chansons

incontournables de notre histoire, ainsi que des numéros

musicaux qui font partie de notre patrimoine cinématographique.

Ambiance conviviale et familiale garantie !

Photographies : Laurent Combe + La pellicule ensorcelée

Place au légendaire James

Stewart, qui, au cours de sa

carrière éclectique, a associé

son nom à trois chefs-d’œuvre

de la comédie américaine,

choisis tout spécialement

par la Bfm de Limoges. Trois

joyaux qui ont marqué l’histoire

de la comédie, à voir ou à

revoir absolument.

Cinéma à la Bfm

!

« James Stewart et

la comédie américaine »

Mercredi 20 mars > 19 h

Bfm Centre-ville (salle de conférences)

Monsieur Smith au Sénat

(Mr. Smith Goes to Washington)

Réalisé par Frank Capra (1939 – États-Unis – 2 h 09 – VOSTF)

avec James Stewart, Jean Arthur, Claude Rains,

Edward Arnold, Guy Kibbee

Jefferson Smith est très aimé des Boys Rangers, un club de

jeunes garçons qu’il dirige. Cet homme populaire et naïf est

une affaire pour le gouverneur Hopper et son chef politique

Jim Taylor, qui en font un sénateur idéal pour couvrir leurs

sombres histoires. Mr. Smith devient alors vite la risée du

Congrès et est, malgré lui, compromis dans une affaire

louche. Après un moment de découragement et grâce à sa

secrétaire, il prend la parole au Sénat et la garde vingt-trois

heures durant !

Jeudi 21 mars > 19 h

Bfm Centre-ville (salle de conférences)

Indiscrétions

(The Philadelphia Story)

Réalisé par George Cukor (1940 – États-Unis – 1h52 –

VOSTF ) avec Cary Grant, Katharine Hepburn, James

Stewart, Ruth Hussey, John Howard

Fille de la haute société de Philadelphie et de fort

tempérament, Tracy Lord a gardé peu de temps son premier

mari, le play boy C.K. Dexter Haven. Deux ans plus tard,

elle est sur le point de se remarier avec un homme d’affaires

en vue, ce qui intéresse au plus haut point le magazine

Spy, à qui Dexter promet les entrées nécessaires à ses deux

reporters, le journaliste Macaulay Connor et la photographe

Liz Imbrie.

Vendredi 22 mars > 19 h

Bfm Centre-ville (salle de conférences)

Rendez-vous

(The Shop Around the Corner)

Réalisé par Ernst Lubitsch (1940 – États-Unis – 1h39

VOSTF) avec Margaret Sullavan, James Stewart,

Frank Morgan, Joseph Schildkraut, Sara Haden

À Budapest, Alfred Kralik et Klara Novak travaillent dans la

boutique de maroquinerie de Monsieur Matuschek. Les deux

employés ne s’entendent guère. Alfred correspond par petites

annonces avec une femme qu’il n’a jamais vue. Il découvre

bientôt que cette mystérieuse inconnue n’est autre que Klara,

l’employée qu’il déteste au magasin. Sans révéler à celle-ci la

vérité, il cherche à se rapprocher d’elle et à s’en faire aimer.

Entrée libre, sans réservation, dans la limite des places

disponibles

Samedi 23 mars > 15 h

Bfm centre ville

Conférence « La liberté d’en rire » dans les comédies

américaines.

par Alice Vincens-Villepreux (cf p. 11)

8 9

Photographie : Columbia Pictures Industries, Inc. All Rights Reserved

Entrée libre


Photographie : ©Aernout Mik«collection Frac Limousin»

Arts plastiques > Vernissage > Mardi 19 mars > 19 h – Théâtre de l’Union – salle de lecture

Arts plastiques > du 19 mars au 12 avril

Théâtre de l’Union – Galerie d’exposition

L’Artothèque

du

Limousin !

Emportez l’art chez vous !

Exposition de l’Artothèque du Limousin à L’Union :

Réservez votre œuvre pendant

le festival et emportez-la après !

L’Artothèque du Limousin s’est plongée dans ses collections

d’art contemporain et vous a imaginé pour le festival une

large sélection d’œuvres où l’humour poétique et complice,

la dérision, comme le sarcasme, sont à l’honneur. À l’issue

de cette exposition à la galerie de l’Union, tous ceux qui le

souhai tent pourront mettre de l’art dans leur vie en décrochant

une œuvre pour l’emporter et prolonger ainsi le plaisir

chez eux.

Avec les œuvres de Scoli Acosta, Glen Baxter, Raphaël Boccanfuso,

Anne Brégeaut, Ramon, Joël Hubault, Olivier Leroi,

Charles Lopez, Guillaume Pinard, Taroop & Glabel, Laurent

Terras… (programme sous réserve)

Cette exposition sera également l’occasion d’une rencontre

avec l’artiste Nelly Maurel, pour un moment unique et

décapant puisqu’elle nous propose une performance le soir

de l’ouverture du festival, mardi 19 mars à 19h30.

Photographie : Hans Walter Müller, module gonflable, 2007. CIAP de l’île de Vassivière, courtesy de l’architecte

3 Laughing and

4 Crying / FRAC

Installation vidéo « 3 Laughing and 4 Crying, 1998 »

d’Aernout Mik – Collection du FRAC Limousin (Fonds

Régional d’Art Contemporain)

Dans « 3 Laughing and 4 Crying » (littéralement : « 3 qui

rient et 4 qui pleurent »), Aernout Mik a mis en scène un

groupe de sept sportifs, d’âge et de sexe différents, en un

improbable « tableau vivant ». Cadrage ainsi réglé, un plan

fixe, en temps réel, va égrener, pendant soixante longues

minutes, les gesticulations de ces individus, sans qu’il soit

possible de dire précisément qui rit ou qui pleure, puisque

l’artiste a coupé le son. On sait que la limite est souvent

ténue entre le plaisir et la douleur. Ici, on assiste à une

troublante cohabitation du fou rire et de la douleur

paroxystique, sans qu’il soit possible de les distinguer.

Le titre objectivement comptable de l’œuvre laisse penser

que selon son humeur et son implication, le spectateur,

assis par terre, pourra lui faire atteindre l’équilibre (en riant)

ou, au contraire, la faire basculer dans l’insondable tristesse

(en pleurant).

« Sonrisa – exposition vidéos »

Exposition de l’Artothèque du Limousin

à la galerie d’art Lavitrine

Exposition du 6 au 29 mars

La liberté d’en rire en vidéo !

Avec LAC&S – galerie Lavitrine, lieu d’art contemporain, et

l’Association PAN !, qui valorise les nouvelles formes d’actions

et d’interventions poétiques, l’Artothèque du Limousin

vous convie à découvrir à Lavitrine un programme de vidéos

d’artistes. Ces vidéos oscillent entre gag, ironie, et provocation

: avec Charles Pennequin, Stéphane Bérard, Raphaël

Boccanfuso, Jérémie Laffon, Olivier Leroi, Charles Lopez,

Nelly Maurel… (sous réserve)

Le mercredi 20 mars à 19h, Charles Lopez et Pascal Simon

présentent à Lavitrine la performance : « X plus 2, chapitre 2,

souffler n’est pas jouer ».

Et dans la ville…

Vendredi 15 mars après-midi

hall de la gare de Limoges-Bénédictins

Samedi 16 mars – place de la Motte

Entrez, c’est gonflé !

Pour accompagner ces propositions, et diffuser de façon

originale les informations sur le festival, l’Artothèque

a sollicité le Centre International d’Art et du Paysage de

Vassivière pour installer une architecture gonflable de

Hans Walter Müller. À la fois projet architectural innovant,

œuvre d’art et expérience sensorielle, cette structure

mobile permet d’accueillir les publics dans des conditions

originales et ludiques.

Une collaboration avec la SNCF permet au public de faire

l’expérience de cette architecture gonflable dans le hall

de la gare de Limoges-Bénédictins, le vendredi après-midi

précédant la manifestation (15 mars). Elle sera également

installée le lendemain au cœur de Limoges, place de la Motte.

Aernout Mik : À l’instar de Douglas Gordon ou de Doug

Aitken, l’artiste hollandais a acquis une grande renommée

internationale depuis dix ans. Venu du théâtre et de la performance,

il s’est surtout fait connaître pour ses installations

vidéos toujours très précisément mises en scène, autant au

niveau de la réalisation que de la présentation. Toujours

silencieuses et projetées en boucle à partir du sol – où

peuvent être disposés des coussins – parfois sur des murs

spécialement construits, qui laissent cependant apparaître le

volume de la salle d’accueil, et sans modification particulière

de la lumière ambiante, ses œuvres prennent en compte les

conditions de leur réception.

« Je voudrais que le public se sente partie intégrante de

mes œuvres, une nécessaire composante de leur organisme,

plutôt que d’être seulement un spectateur et un auditoire,

avec la distance et l’exclusion que cela implique. »

Entrée libre

! Entrée libre

! Entrée libre

Arts plastiques > Vernissage > Mercredi 20 mars > 18 h30 – Galerie Lavitrine

Arts plastiques > Vendredi 15 mars et Samedi 16 mars

!

Nelly Maurel, Psychorigidité (série des Pictogrammes), 2005, sérigraphie. Collection Artothèque du Limousin.

Conférence > Samedi 23 mars > 15h – Bfm Centre ville

Conférence : « La liberté d’en rire »

dans les comédies américaines

Conférence d’Alice Vincens-Villepreux, enseignante,

professeure agrégée de lettres classiques et professeur

à l’ESAV de Toulouse, esthétique du cinéma

Dans le cadre du cycle « James Stewart et la comédie

américaine »

La comédie américaine sous

l’œil aiguisé d’une spécialiste

Alice Vincens-Villepreux est née en 1950. Elle est

l’auteur d’une thèse consacrée à la signature en

peinture, publiée aux PUF, « Ecritures de la peinture ».

Elle a ensuite été nommée à l’Esav (Ecole Supérieure

d’Audio Visuel ) de Toulouse où elle est chargée de

l’enseignement de l’esthétique du cinéma. Spécialiste

de l’analyse filmique, elle a participé au pôle national

de ressources cinématographiques de Toulouse. Elle

a publié des ouvrages et articles universitaires consacrés

à l’œuvre de John Ford, de Fritz Lang et de Tim

Burton, participe aux colloques «cinépsy» où se

rencontrent psychologues, psychanalystes et spécialistes

de cinéma. Elle se passionne pour la recherche

d’outils nouveaux dans l’analyse filmique et a réalisé

de nombreux dvds d’analyse de films (Elephant, Mille

mois, Sleepy Hollow, L’Homme sans passé, Marie

Antoinette, Sa Majesté des Mouches).

Arts plastiques > du 19 au 23 mars

Musée des Beaux-Arts

Parcours

au musée

Parcours « La liberté d’en rire » dans les collections du BAL

Au musée aussi, un parcours

humouristique et décalé !

Le musée des Beaux-Arts de Limoges a pour habitude

d’éditer pour ses visiteurs des supports de visite originaux,

«L’humeur du baladin » qui mettent en lumière chaque

saison une sélection d’œuvres choisies au gré des humeurs

ou d’une thématique spécifique. Vous venez au musée,

on vous remet un support et vous visitez, à votre rythme,

sans guide. Pour le festival, le musée vous propose de vous

gondoler dans ses salles et ses collections avec le parcours

intitulé « Aujourd’hui, je prends la liberté d’en rire », et vous

invite à regarder les choses… et les œuvres… autrement !

Atelier > Mercredi 20 mars > 16h

Conservatoire de Limoges

«Le chanteur

à la caméra»,

ciné-concert

Présentations d’ateliers

jeune public avec le Secours

populaire

Dans cet atelier, les jeunes de Beaubreuil, accompagnés

des jeunes de la Maîtrise du Conservatoire de Limoges,

expérimentent, durant toute l’année, le « rire en chansons »

à partir d’un recueil de chansons puisées dans notre

répertoire français. Puis, ces petis chanteurs deviennent

metteurs en scène et réalisateurs, puisqu’ils doivent transformer

en images les idées qui leur surgissent en chantant.

Ce film a la forme d’un triptyque projeté au moment de

ce ciné-concert, où dialogueront chansons et images.

Après le concert, on pourra voir le temps du festival

l’installation son et image seule, en accès libre, puisque

les chansons seront enregistrées.

Jusqu’au 23 mars, «Le chanteur à la caméra» sera présenté

sous forme d’une installation vidéo sur trois écrans en accès

libre au Théâtre Expression 7.

À retirer gratuitement à l’accueil du musée ou à télécharger

sur le site Internet du musée www.museebal.fr. à partir

du15 mars 2013.

Attention : Trois visites, guidées, celles-ci, sont proposées

par le musée des Beaux-Arts, au moment du spectacle

« L’Affaire Dussaert » (cf Page 12)

Atelier > Mercredi 20 mars > 15h – Théâtre La Marmaille

Le Musée Virtuel

Présentations d’ateliers jeune

public

avec le Secours populaire

Partir du présent pour imaginer l’avenir. Ou plutôt le rêver.

Tel est le pari lancé aux dix enfants qui participent à un

atelier piloté par le Secours Populaire, « le petit vidéaste ».

Habitants des banlieues et des Zups, ils doivent imaginer une

cité idéale, puis rêver à leur quotidien dans cette cité, et le

mettre en scène dans les appartements sous la forme d’hologrammes

vidéos visibles par les fenêtres… ce qui donne lieu

à des scènes décalées et fantaisistes.

L’atelier est piloté par 5 intervenants de la Compagnie

O’Navio.

Cette exposition est également présentée sur le plateau du

Centre Culturel Jean Gagnant le 29 mars 2013, puis dans le

hall d’exposition du Centre Culturel du 30 mars au 12 avril

2013.

Atelier > Samedi 23 mars > 14h – Centre Culturel Jean Gagnant

Atelier de Rire

Animé par Marie-Pierre Bonnélie

Le rire, c’est bon pour la santé !

On le sait, le rire permet (entre autres) de se libérer du

stress, de renforcer notre système immunitaire, de dénouer

les tensions physiques et mentales, d’améliorer le sommeil

et la digestion, d’augmenter la sécrétion d’endorphines et

d’augmenter la confiance en soi et le bien-être global.

Alors, quoi de plus logique que de vous proposer pendant ce

festival un «atelier de rire», organisé par les Centres Culturels

de la Ville de Limoges ? Comment ça se passe ? Il s’agit

d’exercices faciles qui combinent des respirations, des

étirements, des mouvements et des mises en situation conçus

pour permettre aux participants de rire sans avoir recours

à l’humour ou la dérision. Cela est directement inspiré du

« yoga du rire » du Dr Madan Kataria, médecin indien et

de techniques simples basées sur le «rire sans raison».

Une séance salvatrice pour retrouver, au fond de soi, son

propre rire intérieur d’enfant.

10 11

!

Entrée libre

!

Entrée libre

!

Entrée libre

Photographies : Gilles Baudry


Calendrier et tarifs

Date Horaire Manifestation Lieu Tarif Réservation

19h Ouverture du festival / Vernissage expositions Théâtre de l’Union / Galerie-salle lecture Entrée libre

Mardi 19 mars 19h30 Performance / Nelly Maurel Théâtre de l’Union / Galerie Entrée libre

21h30 Bal Littéraire / La Coopérative d’écriture Théâtre de l’Union / Grande salle Entrée libre sur réservation

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

12h15 Au Nom du père, du fils et de J.M. Weston Théâtre de l’Union / Bar Entrée libre sur réservation

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

15h Le Musée virtuel / Secours Populaire Français Théâtre la Marmaille Entrée libre 09 77 19 59 60

16h Le Chanteur à la caméra / Secours Populaire Français Conservatoire de Limoges Entrée libre Sans réservation

18h Au Nom du père, du fils et de J.M. Weston Université de Limoges Entrée libre Sans réservation

18h30 Vernissage exposition « Sonrisa » Lavitrine Entrée libre 05 55 77 36 26

Mercredi 20 mars + performance Charles Lopez lac.lavitrine@orange.fr

19h Cycle «James Stewart» Mr Smith au Sénat Bfm Entrée libre Sans réservation

19h Le gai savoir du clown / Alain Gautré Théâtre de l’Union / Grande salle Tarif unique 10 €

21h Soirée Cinéma « Artus de Penguern » Théâtre de l’Union / Grande salle Tarif 5€ ; Tarif réduit 3 €

18h30 Africa Stand Up à Limoges n°1 / Valery Ndongo Théâtre de l’Union / Bar Entrée libre sur réservation

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

19h Visite Musée + L’Affaire Dussaert / Jacques Mougenot Musée des Beaux-Arts 19 €,15 €, 10 €, 8 € 05 55 45 94 00

Jeudi 21 mars 19h Cycle «James Stewart» Indiscrétions Bfm Entrée libre Sans réservation

19h Histoire du rock / Thomas Quillardet Théâtre - Expression 7 Tarif unique 10 €

05 55 77 37 50

expression7@wanadoo.fr

20h30 Soirée Cinéma «Bruno Podalydès» Théâtre de l’Union / Grande salle Tarif 5 € ; Tarif réduit 3 € 05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

11h Visite Musée + L’Affaire Dussaert / Jacques Mougenot Musée des Beaux-Arts 19 €, 15 €, 10 €, 8 € 05 55 45 94 00

12h15

Africa Stand Up à Limoges n°2 / Valery Ndongo

Théâtre de l’Union / Bar Entrée libre sauf buffet 8 €

05 55 79 90 00

buffet sur réservation billetterie@theatre-union.fr

18h Visite Musée + L’Affaire Dussaert / Jacques Mougenot Musée des Beaux-Arts 19 €, 15 €, 10 €, 8 € 05 55 45 94 00

Vendredi 22 mars 19h Cycle «James Stewart» Rendez-vous Bfm Entrée libre Sans réservation

19h Histoire du rock / Thomas Quillardet Théâtre - Expression 7 Tarif unique 10 € 05 55 77 37 50

expression7@wanadoo.fr

21h Soirée Cinéma «Monty Python» Théâtre de l’Union / Grande salle Tarif 5 € ; Tarif réduit 3 €

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

14h Atelier de rire Centre Culturel Jean Gagnant Tarif unique 12 € 05 55 45 94 00

15h Conférence La liberté d’en rire dans les comédies américaines Bfm Entrée libre Sans réservation

17h Tonycello / Antoine Payen L’Opéra-Théâtre de Limoges / Foyer Entrée libre Sans réservation

19h Histoire du rock / Thomas Quillardet Théâtre de l’Union Tarif unique 10 €

05 55 79 90 00

Samedi 23 mars billetterie@theatre-union.fr

21h

Ciné-spectacle Ali Baba

Théâtre de l’Union / Grande salle Tarif unique 10 €

05 55 79 90 00

et les quarante voleurs / La Cordonnerie billetterie@theatre-union.fr

22h KaraoCiné Théâtre de l’Union / Bar Entrée libre sur réservation

Expositions FRAC / Artothèque Théâtre de l’Union Entrée libre

Et durant À partir du 20 mars Parcours « la liberté d’en rire » musée des Beaux-Arts Entrée libre

tout le festival Exposition «Sonrisa» Lavitrine Entrée libre

Renseignements pratiques

Les lieux du festival

Théâtre de l’Union CDN du Limousin

20 Rue des Coopérateurs – 87006 Limoges

Tél : 05 55 79 90 00

(du mardi au vendredi de 13 h à 19 h et les soirs de spectacle)

Bfm

2, Place Aimé Césaire – 87032 Limoges Cedex

Tél : 05 55 45 96 00

Lavitrine

Association Limousin Art Contemporain & Sculptures

4, rue Raspail – 87000 Limoges – Tél : 05 55 77 36 26

(du mercredi au samedi de 14h30 à 18h30, fermée

les jours fériés)

Installation vidéo «Le chanteur à la caméra» Théâtre Expression 7 Entrée libre

Le musée des Beaux-Arts de Limoges,

Palais de l’Archevêché – 1 place de l’Evêché

87000 Limoges – Tél : 05 55 45 98 10

L’Opéra Théâtre

48 Rue Jean Jaurès - 87000 Limoges

Tél : 05 55 45 95 95

Centre culturel Jean Gagnant

7 avenue Jean Gagnant - 87000 Limoges

Tél : 05 55 45 94 00

Théâtre La Marmaille

32, rue de Tourcoing - 87000 Limoges

Tél : 09 77 19 59 60

Théâtre Expression 7

20 rue de la Réforme - 87000 Limoges

Tél : 05 55 77 37 50

Conservatoire de Limoges

9 rue Fitz James - 87000 Limoges

Tél : 05 55 45 95 50

Université de Limoges

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

39 E rue Camille Guérin

Amphi Vareille

87036 Limoges cedex

05 55 79 90 00

billetterie@theatre-union.fr

design graphique, Cédric Gatillon © 2013

More magazines by this user
Similar magazines