N° 1 - janvier 2012 - Diocèse d'Evreux - Eglise catholique en France

evreux.catholique.fr

N° 1 - janvier 2012 - Diocèse d'Evreux - Eglise catholique en France

Mensuel de l’Eglise catholique de l’Eure

n° 1 - Janvier 2012

DOSSIER

Semaine de prière

pour l’unité des chrétiens

› page 11

vie dU diocese

Un bulletin diocésain

toute une histoire ...

› page 6

EGLISE UNIVERSELLE

Mgr Nourrichard

à Lourdes

› page 16

VIE DES

COMMUNAUTES

Nouvelle EAP à Notre

Dame des Bois

› page 18

VIE DES MOUVEMENTS

Oser se lancer ;

mon engagement

dans l’ACO

› page 30


sommaire

ÉDITORIAL

››

Il est né, notre nouveau journal ! 3

VIE DU DIOCESE

››

Charte éditoriale 4

››

50 ème anniversaire du Concile Vatican II 5

››

Historique d’Église d’Évreux 6

››

Journée mondiale du migrant 8

ÉGLISE UNIVERSELLE

››

Lourdes 2011 16

››

Bilan de l’Assemblée plénière 17

››

Epiphanie 29

VIE DES COMMUNAUTÉS

››

Nouvelle EAP à ND des Bois 18

››

Visite pastorale de l’évêque 20

››

Journée paroissiale à Pont-Audemer 21

VIE DES MOUVEMENTS

››

Mon engagement à l’ACO 30

››

Act’Eure : la solisphère 31

SPECIAL JEUNES

››

Témoignage de Laurent Gay 33

››

Agenda 33

RECENSION

››

Revue de Presse 34

››

Croire quand même de J. Moingt 35

››

Médiathèque 35

DOSSIERS

››

Unité des chrétiens 11

››

Noël ailleurs 22

BILLETS

››

Dieu est intéressant 15

››

Oecuménisme 27

››

Christianophobie ? 32

2 - Église d’Evreux janvier 2012


Editorial

Meilleurs Voeux

pour cette année

2012

Il est né,

notre nouveau journal !

Père Michel Daubanes

Directeur de la publication

Vous avez entre les mains le premier numéro

de notre nouvel « Eglise d’Evreux ». Que

vous soyez un fidèle abonné ou un lecteur

occasionnel, merci pour l’accueil que vous

lui réservez. Et pour les avis, remarques

et suggestions que vous saurez nous faire

parvenir !

En gestation depuis plusieurs mois, il est

enfin paru en ce Noël 2011. Il a fait l’objet

de beaucoup de débats et d’échanges, tant

sur les nobles questions d’une politique de

communication que sur des considérations

strictement financières. La rédaction d’une

charte éditoriale – dont vous trouverez

quelques extraits en page 4, a beaucoup

aidé à la réflexion. Que celles et ceux qui y

ont participé ou simplement donné leur avis

soient ici vivement remerciés !

Cette nouvelle formule n’invalide

certainement pas la précédente. Notre

gratitude va à toutes celles et ceux qui,

depuis plus ou moins longtemps, rédigent

articles, reportages, dossiers, billets spirituels

ou d’humour, ou qui encore collectent des

photos. Et notre reconnaissance s’adresse

aussi à notre imprimeur, M. Michel Malnory,

qui, au rythme dense de tous les 15 jours,

participait à la réunion de notre Comité de

rédaction.

Nous avons choisi d’évoluer, avec une nouvelle

formule au format plus grand et selon un

rythme de parution mensuelle, avec un autre

imprimeur. Des contraintes économiques

nous y obligent, et l’histoire de notre bulletin

diocésain rapportée en pages 6-7 nous dit que

nous n’avons certainement pas fini de nous

adapter ! Souhaitons longue vie à ce nouvel

« Eglise d’Evreux » et à toutes celles et ceux

qui y contribuent, qu’ils soient rédacteurs,

concepteurs, lecteurs, photographes, dès le

mois de janvier 2012.

Au fait, excellente année à toutes et à tous !

Nous sommes une Eglise en mission, le grand

rassemblement diocésain de la Pentecôte

2012 viendra nous le redire.

Qu’en cette nouvelle année, il nous soit donné

de savoir communiquer ce qui nous tient le

plus à cœur : la foi qui nous fait vivre.

3


VIE DU DIOCESE

Agenda de l’évêque

6 janvier

Conseil épiscopal

du 9 au 24 janvier

Visite pastorale paroisse

ND du Roumois

10 janvier

Rencontre avec les religieux

d’au-delà des frontières de

notre diocèse

11 janvier

Conseil diocésain

de la vie religieuse

12 janvier

Rencontre des Evêques

de la Province

13 janvier

Conseil presbytéral

16 janvier

Commission Apostolique des

Milieux Indépendants à Paris

18 janvier

Comité permanent du

Conseil diocésain de

pastorale

20 janvier

> Conseil épiscopal

> Rencontre Evêque

de Salisbury et délégation

du 26 au 29 janvier

Visite pastorale paroisse

Montgeoly

27 janvier

> Conseil épiscopal élargi

> Conseil diocésain de pastorale

La charte éditoriale

Pendant des mois, plusieurs personnes se sont atelées à la rédaction

d’une charte éditoriale pour notre bulletin diocésain : Mmes

Jacotte Faire Dupaigre, chargée de communication du diocèse,

Monique Hébrard, Yvette Delacour, rédactrice en chef et votre serviteur.

Il s’agissait de se redire et de redire à l’ensemble de nos partenaires

ce qu’est « Eglise d’Evreux ». En voici quelques extraits :

« Eglise d’Evreux » est la revue officielle du diocèse… L’information est

un instrument de la communion et un vecteur de la Bonne Nouvelle

de l’Evangile. Son but est l’information mutuelle de tous les acteurs de

l’Église dans l’Eure. Essentiellement centrée sur la vie du diocèse, des

paroisses, des mouvements, « elle est aussi ouverte aux joies et aux

espoirs, aux tristesses et aux angoisses des hommes de ce temps » (GS

n°1). La revue diocésaine est partie intégrante de la communication du

diocèse et de la stratégie de communication...

L’évêque est responsable de la revue diocésaine. Tous les articles qui y

sont publiés engagent sa responsabilité. En tant que représentant de

l’Évêque, le vicaire général assure la direction de la publication. C’est

l’évêque avec son conseil épiscopal qui définit les lignes éditoriales. Il

donne ensuite mission à un conseil de rédaction qui définit les chartes

éditoriale et graphique. Ce conseil arrête les choix d’articles et leur

forme, en fonction d’un chemin de fer prédéterminé et de la charte

graphique.

Titre et sous-titre « Église d’Évreux - La vie des catholiques dans l’Eure »

marque clairement son identité. Sa « Une » est choisie par l’équipe de

rédaction…

Le conseil de rédaction veille à ce que la publicité ne nuise pas au message

de la revue, par la taille des encarts, leur positionnement...

« Eglise d’Evreux » s’adresse aux catholiques engagés, aux acteurs de

la mission…

Pour les articles, le comité de rédaction sollicite des personnes (correspondants

locaux…). Pour les dossiers, il s’adresse aux responsables

diocésains concernés par le thème traité. C’est le comité de rédaction

qui choisit in fine les éléments du dossier, en lien avec le responsable

du dossier...

Les évènements qui feront objet d’une publicité dans la revue seront retenus

en fonction d’un critère de proximité locale (diocèse, Havrou, province...).

Tous les articles sont obligatoirement signés par leur auteur... ».

Cette charte éditoriale veut aider chacun dans sa contribution à « Eglise

d’Evreux «. Puisse-t-elle permettre l’expression du plus grand nombre !

Père Michel Daubanes

Vous pouvez consulter l’ensemble de cette charte sur le site du diocèse :

http:// evreux.catholique.fr/rubriques/eglise-d-evreux

4 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE DU DIOCESE

Le 50ème anniversaire

de l’ouverture du Concile Vatican II

Le 11 octobre 2012 marquera le début de l’ouverture des

travaux du dernier Concile Œcuménique Vatican II.

L’Eglise de France a tenu à donner un

coup d’envoi aux manifestations qui

se dérouleront dans les différents diocèses

à cette occasion, en organisant à

Lourdes un rassemblement, les 24 et

25 mars 2012. Notre diocèse y participera,

même si ce n’est que pour deux

jours et en dépit de la distance !

Notre délégation est en cours de

constitution. Il s’agit de permettre à

quelques personnes issues des différents

secteurs pastoraux et n’ayant

pas en majorité connu le Concile, car

trop jeunes, de vivre cette expérience

d’Eglise. Pour redire à tous l’importance des textes du Concile

pour notre foi. Dans sa Lettre Apostolique La porte de la foi, le

pape Benoît XVI affirme : « Je sens plus que jamais le devoir d’indiquer

le Concile comme la grande grâce dont l’Église a bénéficié

au vingtième siècle : il nous offre une boussole fiable pour nous

orienter sur le chemin du siècle qui commence » (Porta fidei, n°5).

A Lourdes, trois paroles fortes nous seront adressées :

››

« Le Christ, Lumière du monde » par Mgr Claude Dagens.

››

« L’Eglise, signe de Dieu et annonciatrice de la paix »

par Mgr Eric de Moulins-Beaufort.

››

« L’homme est la route de l’Eglise » par le Cardinal André

Vingt-Trois.

Nous vous en reparlerons !

P. Michel Daubanes

«Puisse ce Concile avoir pleinement présent

à l’esprit ce rapport entre nous et Jésus-

Christ, entre l’Eglise sainte et vivante que nous

sommes et le Christ de qui nous venons, par qui

nous vivons, a qui nous allons . (...)

Que sur cette assemblée ne brille d’autre

lumière que le Christ, lumière du monde.»

Pape Paul VI,

ouverture de la 2 ème session du concile Vatican II

Agenda

Dimanche 1 janvier

Journée mondiale

pour la paix

«Eduquer les jeunes à la

justice et à la paix», thème

choisi par Benoît XVI pour

la 45 ème Journée mondiale

de la paix. «Il faut être

à l’écoute des jeunes

générations et les aider à

réaliser le bien commun

et à affirmer un ordre

social juste et pacifique

où les droits et les libertés

fondamentales de l’homme

puissent être pleinement et

librement exprimés.

Jeudi 5 janvier 2012, 18h30

Messe pour les

vocations

Invitation à tous les

fidèles du diocèse :

Messe mensuelle suivie

de l’adoration pour les

vocations à l’église de

Pinterville.

Dimanche 15 janvier à 11h

Messe des Peuples

Proposée par la Pastorale

des Migrants à l’occasion

de la journée mondiale à

l’Eglise de la Madeleine.

Dimanche 15 janvier, 15h

Temps forts pour

les catéchumènes

Rassemblements des

catéchumènes et de leurs

accompagnateurs à l’Espace

Nétreville, Evreux.

Contact : Sr Nicole

CHAHHOUD - 02.32.62.19.93

5


VIE DU DIOCESE

Eglise d’Evreux

Un bulletin diocésain, c’est toute une histoire !

A l’heure d’Internet, une interrogation est de plus en plus forte : « Demain, y aura t-il encore

un bulletin diocésain ? » Au risque de vivre la « fracture numérique » au sein de notre Eglise,

de plus en plus de diocèses se posent la question…

Premier numéro de 1879

1917

1941

Reprenons ensemble l’histoire

de notre revue diocésaine.

Le tout premier numéro d’ « Eglise

d’Evreux », imprimé à Evreux,

s’appelait « La Semaine Religieuse ».

Il paraît le samedi 22 mars 1879, et l’Evêque,

Mgr François Grolleau, en était le responsable.

Il était composé d’un sommaire, d’un éditorial

de l’évêque, d’un texte d’Evangile, d’une

chronique religieuse du diocèse, des diocèses

de France et d’une rubrique « Variétés ».

La publicité apparaît en mars 1943.

C’est aussi à cette date-là que le vicaire général

en devient le directeur de la publication.

Un changement intervient en janvier 1945,

puisque le bulletin devient « La vie diocésaine »,

avec comme sous-titre : « organe officiel de

l’actualité catholique ».

A compter d’octobre 1983, l’éditorial est

réalisé en alternance par l’évêque et un prêtre

membre du Conseil Episcopal.

En avril 1986,

la couverture change, avec un papier non glacé

et un dessin représentant la colombe de la

paix. Il en va ainsi pour toute l’année 1986.

1962 - Vatican II

Quelques explications sont

données dans l’éditorial du

numéro d’avril 1986, rédigé par

Mgr Jacques Gaillot :

« La Colombe de la Paix

survole un peuple en marche.

C’est ce dessin que vous verrez

désormais sur la page de

couverture. La Colombe de la

paix inaugure une nouvelle

étape de la « Vie diocésaine ».

Pour des raisons économiques et des

conditions pratiques, nous avons changé

d’imprimeur. Dans quelque temps, une

équipe renouvelée prendra la responsabilité

de la revue. Le changement de titre qui

interviendra se voudrait le signe des

transformations à entreprendre. Je souhaite

que « La Vie diocésaine » puisse devenir un

moyen de communication utile et apprécié

entre les chrétiens de l’Eure.

6 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE DU DIOCESE

Agenda

1970

1986

1994

2007

16 (20h) et 17 janvier, 9h30

Vivre la 1ère des

Eucharisties

pour tout accompagnateur

d’enfants, de jeunes ou

d’adultes ; découvrir et

vivre un itinéraire de type

catéchuménal.

Contact : Sr Nicole

CHAHHOUD - 02.32.62.19.93

La Colombe de la Paix nous

rappelle que nous ne sommes

pas faits pour la violence et la

guerre mais pour la fraternité

et la paix. Pour la paix, nous

avons d’autres armes que les

armes. »

En Janvier 1987,

la page de couverture est

jaune, en papier cartonné, avec

comme illustration la carte du

département avec plusieurs

points. Apparaît le titre actuel :

« Eglise d’Evreux ». Figure en

en-tête le titre du dossier (ex :

Annoncer l’Evangile à travers les

médias).

Les diocésains prennent

l’habitude d’une revue dont la

couleur de la page de couverture

change tous les ans – la même

que celle de l’annuaire du

diocèse.

Au 1er janvier 2000, un soustitre

est adjoint à « Eglise

d’Evreux », c’est « La vie des

catholiques dans l’Eure ».

La Cathédrale Notre-Dame

apparaît aussi en médaillon, en

haut de la première page.

C’est avec le numéro 2 de Janvier

2007 qu’ « Eglise d’Evreux »

passe à la couleur et au papier

glacé, avec présentation du

sommaire à la page 2. La

publicité est répartie sur les

différents pages de la revue.

Et aujourd’hui ?

En ce temps de Noël 2011,

vous découvrez le numéro 1

d’une nouvelle formule. « Eglise

d’Evreux » paraîtra dorénavant

mensuellement.

D’un format plus grand, il sera

entièrement réalisé au Centre

diocésain St Jean. Il se veut plus

tourné vers la réflexion, de plus

en plus d’acteurs du diocèse

consultant le site Internet pour

avoir accès à l’information.

Bonne lecture à vous et n’hésitez

pas à nous faire part de vos

remarques et suggestions. C’est

ensemble que nous continuons

la route !

Yvette Delacour

18 (19h) et 20 janvier, 9h30

Aujourd’hui La Foi

Parcours de théologie, pour

s’approprier les éléments

constitutifs de la foi

chrétienne, acquérir le goût

et la capacité d’en parler.

Au centre St Jean à Evreux.

Contact : Mme Marie-Hélène

LOZAY - 02.32.62.19.86

Dimanche 22 janvier, 9h30

Marche pour

le respect de la vie

Départ en car organisé par

la paroisse de Pacy pour

participer à cette 8ème

marche pour la vie à Paris.

Contact : P. Eric PICHARD

06.82.62.58.91

23, 24 et 25 janvier de 9h à 16h30

Ecoute Active

Formation humaine:

instaurer, restaurer

et développer des

relations efficaces

parce qu’authentiques.

Proposée par la formation

permanente au centre St

Jean à Evreux. Contact :

Mme Marie-Hélène LOZAY

02.32.62.19.86

7


VIE DU DIOCESE

15 janvier : Journée mondiale

du Migrant et du réfugié

« Migrations et nouvelle évangélisation

» : ce thème s’inscrit

dans la marche vers la prochaine

assemblée générale du

synode des évêques qui aura

lieu en octobre 2012 à Rome

sur le thème de la nouvelle

évangélisation.

Cette expression phare s’ inscrit

dans une longue histoire

qui est celle de Vatican II.

Il s’agit de lire les signes des

temps pour lire et entendre

des nouveaux chemins d’Espérance,

comme il est écrit dans

Erga Migrantes N° 14 (2004) :

« Nous pouvons donc considérer

le phénomène actuel des

migrations comme un « signe

des temps » particulièrement

important, un défi à relever et

à mettre en valeur en vue de la

construction d’une humanité

renouvelée et de l ‘annonce de

l ‘évangile de paix »

L’Eglise en France s’efforce

d’aider les chrétiens à se laisser

interroger dans leur foi au

regard des réalités migratoires

que vivent nos sociétés et là à

témoigner de la rencontre du

Christ.

Les migrants et la nouvelle évangélisation

Oui, notre programme est

bien d’annoncer l’Évangile.

L’avenir du christianisme dans

la société actuelle passe par la

redécouverte de la vigueur du

message évangélique. Cette

journée mondiale nous rappelle

que le chrétien est « un

homme en route », un pèlerin,

un homme « en exode ».

Et le premier « oui » que nous

puissions dire à Dieu, et finalement

le plus profond et peutêtre

le plus exigeant, c’est

de dire oui à la vie et nous

découvrons, avec beaucoup

de consolation, que bien des

gens rencontrent Dieu très

profondément, sans toujours

le savoir et le soupçonner, en

disant chaque matin oui à la

vie, un oui qui n’est pas toujours

évident mais qui est parfois

héroïque.

Dans notre société où chacun

a tendance à vivre isolé,

il est évident que l’étranger

ne peut devenir que l’objet

d’une méfiance particulière.

Figure de l’homme en route et

du chrétien en marche vers le

Royaume, l’étranger nous invite

au respect de la personne

humaine, indépendamment

de ses origines ethniques et

linguistiques et plus encore

lorsque cette personne se

trouve dans l’épreuve et la nécessité.

Tous ensemble, en communautés

vivantes et missionnaires,

nous pouvons faire reculer

les drames de beaucoup

de nos frères en humanité

par des attitudes et des comportements

responsables qui

mettent en pratique les vérités

que nous proclamons. La proposition

de « Diaconia 2013 »

qui nous est faite peut nous aider

à dépasser les a priori, les

découragements, les déceptions,

la solitude et parfois la

peur. Mais quelle récompense

lorsqu’advient la relation, la

communication, l’amitié, l’évidence

lumineuse de la proximité

et de la fraternité !

Mgr Claude Schockert

Pastorale des Migrants

8 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE DU DIOCESE

Message du Pape Benoit XVI

Chers frères et soeurs !

Annoncer Jésus Christ unique Sauveur du monde

« constitue la mission essentielle de l’Eglise,

tâche et mission que les mutations vastes et

profondes de la société actuelle ne rendent que

plus urgentes »*. (...) Nous devons réveiller en

chacun de nous l’enthousiasme et le courage

qui poussèrent les premières communautés

chrétiennes à être des annonciatrices intrépides

de la nouveauté évangélique, en faisant retentir

dans notre cœur les paroles de saint Paul :

« Annoncer l’Evangile en effet n’est pas pour

moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui

m’incombe. Oui, malheur à moi si je n’annonçais

pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16). (...)

Notre époque est marquée par des tentatives

d’éliminer Dieu et l’enseignement de l’Eglise

de l’horizon de la vie, tandis que progressent

le doute, le scepticisme et l’indifférence, qui

voudraient éliminer jusqu’à toute visibilité

sociale et symbolique de la foi chrétienne.

Dans ce contexte, les migrants qui ont connu le

Christ et l’ont accueilli sont souvent poussés à

ne plus le considérer comme étant important

dans leur vie, à perdre le sens de la foi, à ne

plus se reconnaître comme faisant partie de

l’Eglise et conduisent souvent une existence qui

n’est plus marquée par le Christ et son Evangile.

Ayant grandi au sein de peuples marqués par

la foi chrétienne, ils émigrent souvent dans

des pays où les chrétiens constituent une

minorité ou dans lesquels l’antique tradition

de foi n’est plus une conviction personnelle,

ni une confession communautaire, mais est

réduite à un fait culturel. Là, l’Eglise est placée

face au défi d’aider les migrants à maintenir

solide la foi, même lorsque manque l’appui

culturel qui existait dans le pays d’origine, en

identifiant également de nouvelles stratégies

pastorales, ainsi que des méthodes et des

langages pour un accueil toujours vital de la

Parole de Dieu. Dans certains cas, il s’agit d’une

occasion pour proclamer qu’en Jésus Christ,

l’humanité participe du mystère de Dieu et

de sa vie d’amour, est ouverte à un horizon

d’espérance et de paix, notamment à travers le

dialogue respectueux et le témoignage concret

de la solidarité, tandis que dans d’autres cas, il

existe la possibilité de réveiller la conscience

chrétienne assoupie, à travers une annonce

renouvelée de la Bonne Nouvelle et une vie

chrétienne plus cohérente, de façon à faire

redécouvrir la beauté de la rencontre avec le

Christ, qui appelle le chrétien à la sainteté, où

qu’il soit, même en terre étrangère. (...)

Les réfugiés qui demandent asile, ayant fui les

persécutions, les violences et les situations qui

mettent leur vie en danger, ont besoin de notre

compréhension et de notre accueil, du respect

de leur dignité humaine et de leurs droits,

tout comme de la prise de conscience de leurs

devoirs. Leur souffrance exige de la part des

États et de la communauté internationale des

attitudes d’accueil réciproque, en surmontant

les craintes et en évitant les formes de

discrimination, et que l’on rende concrète la

solidarité notamment à travers des structures

d’accueil adéquates et des programmes de

réinsertion. Tout cela comporte une aide

réciproque entre les régions qui souffrent et

celles qui accueillent déjà depuis des années

un grand nombre de personnes en fuite, ainsi

qu’un plus grand partage des responsabilités

entre les États. (...)

Chers amis, invoquons l’intercession de Marie,

« Vierge du chemin », afin que l’annonce joyeuse

du salut de Jésus Christ apporte l’espérance

dans le cœur de ceux qui, le long des routes

du monde, se trouvent dans des situations de

mobilité. À tous j’assure ma prière et je donne

la Bénédiction apostolique.

Du Vatican, le 21 septembre 2011

BENEDICTUS PP. XVI

* (Exhort. apost. Evangelii nuntiandi, n. 14).

9


Distributeur agréé BOUYER, UDEF, SENNHEISER

Étude – Réalisation – Maintenance

en sonorisation professionnelle

Nombreuses références dans les lieux de culte

20, avenue Micheline-Ostormeyer 76190 YVETOT

Tél/Fax 02 35 96 85 33 – Portable 06 87 33 05 17


DOSSIER : unité des chrétiens

DOSSIER

18-25 janvier 2012 :

Semaine de prière

pour l’unité des chrétiens

Les prières de la semaine 2012 ont été préparées par les Églises présentes en Pologne, elles ont choisi

comme thème une phrase extraite du passage de la première épître de Paul aux Corinthiens (15, 51-58) :

« Tous, nous serons transformés par la victoire de notre Seigneur Jésus-Christ. »

L’histoire particulière de la nation polonaise a

fait réfléchir plus profondément ces chrétiens

sur les concepts de “gagner” et de “perdre”, et

finalement sur la résurrection comme victoire

définitive et totale sur la mort.

L’apôtre Paul exprime la résurrection en termes

de transformation de nos corps, “corps animés”

appelés à devenir “corps spirituels”.

Mais cette transformation concerne également

certaines formes de vie ecclésiale dont nous

sommes familiers. C’est en priant et en œuvrant

pour la pleine unité visible de l’Église que

nous serons nous-mêmes – ainsi que les traditions

auxquelles nous appartenons – changés,

transformés et rendus semblables au Christ.

Au cours de la Semaine de prière 2012, nous

sommes invités à croire toujours davantage

que tous, nous serons transformés

par la victoire de notre Seigneur Jésus

Christ.

Les lectures bibliques, les commentaires

et les prières explorent différents

aspects de ce que cela signifie

pour la vie des chrétiens et pour

leur unité, dans et pour le monde

d’aujourd’hui. Nous commençons

par contempler le Christ serviteur,

et notre cheminement se poursuit

jusqu’à la dernière célébration, celle

du Règne du Christ, en passant par sa

croix et sa résurrection.

Le visuel élaboré par Unité Chrétienne

pour cette semaine de prière 2012 (cf.

couverture du journal) a été réalisé à partir

d’une fresque de la chapelle orthodoxe de l’atelier

St Jean Damascène (Drôme).

De nombreux chrétiens prennent conscience

qu’il existe des manières très diverses d’adorer

Dieu. Les coeurs sont ainsi touchés et les gens

constatent que les usages de leurs prochains ne

sont pas si étranges.

La manifestation qui déclenche cette prise de

conscience porte le nom de Semaine de prière

pour l’unité des chrétiens. Célébrée traditionnellement

du 18 au 25 janvier (dans l’hémisphère

nord) ou à la Pentecôte (dans l’hémisphère

sud), la Semaine de prière s’intègre dans

la vie des paroisses du monde entier : on procède

à des échanges de chaires et on organise

des cultes oecuméniques spéciaux.

11


Huit jours de réflexion

sur notre transformation dans le Christ

c’est aussi un acte de foi et de confiance en ses

promesses. Cette attente du Seigneur est fondamentale

pour tous ceux qui prient cette semaine

pour l’unité visible de l’Église. Toutes les

activités oecuméniques demandent du temps,

de l’attention mutuelle et une action commune.

Nous sommes tous appelés à collaborer

à l’oeuvre de l’Esprit qui unit les chrétiens.

Premier jour :

Transformés par le Christ Serviteur

Le Fils de l’homme est venu pour servir (cf. Mc

10,45)

Aujourd’hui, nous rencontrons Jésus qui

s’avance vers la victoire en passant par le service.

Nous le voyons comme « celui qui est

venu non pour être servi, mais pour servir et

donner sa vie en rançon pour la multitude »

(Mc 10,45). Par conséquent, l’Église de Jésus

Christ est une communauté de service. La mise

en oeuvre de nos compétences différentes

dans un service commun rendu ensemble à

l’humanité rend visible notre unité en Christ.

Deuxième jour :

Transformés dans l’attente patiente du Seigneur

Laisse faire maintenant. C’est ainsi qu’il

nous convient d’accomplir toute justice

(Mt 3,15)

Notre attention se porte aujourd’hui sur l’attente

patiente du Seigneur. Pour réussir n’importe

quel changement, il faut persévérer et

faire preuve de patience. Prier Dieu pour parvenir

à une transformation, quelle qu’elle soit,

Troisième jour :

Transformés par le Serviteur Souffrant

Le Christ a souffert pour nous

(cf. 1 P 2,21)

En ce jour, nous sommes invités à réfléchir à la

souffrance du Christ. À la suite du Christ Serviteur

Souffrant, les chrétiens sont appelés à

la solidarité avec tous ceux qui souffrent. Plus

nous nous approchons de la croix du Christ,

plus nous nous rapprochons les uns des autres.

Quatrième jour :

Transformés par la victoire du Seigneur sur le mal

Sois vainqueur du mal par le bien

(Rm 12,21)

Cette journée nous entraîne plus loin dans le

combat contre le mal. La victoire du Christ est

un dépassement de tout ce qui porte atteinte à

la création de Dieu, et qui nous tient à distance

les uns des autres. En Jésus, nous sommes appelés

à partager cette vie nouvelle, en luttant

avec lui contre ce qui est mauvais en notre

monde, et en mettant une confiance renouvelée

et notre joie profonde dans ce qui est

bon. Tant que nous sommes divisés, nous ne

pouvons pas avoir suffisamment de force pour

vaincre le mal de notre temps.

12 - Église d’Evreux janvier 2012


DOSSIER : unité des chrétiens

DOSSIER

Cinquième jour :

Transformés par la paix du Seigneur ressuscité

Jésus se tint au milieu d’eux et il leur dit :

la paix soit avec vous !

(Jn 20,19)

Nous célébrons aujourd’hui la paix du Seigneur

ressuscité. Le Ressuscité est le grand vainqueur

de la mort et du monde des ténèbres. Il rassemble

ses disciples qui étaient paralysés par

la peur. Il nous ouvre de nouvelles perspectives

de vie et d’action en faveur de Son royaume qui

vient. Le Seigneur ressuscité unit et fortifie tous

les croyants. La paix et l’unité sont les signes de

notre transformation par sa résurrection.

Sixième jour :

Transformés par l’amour inébranlable de Dieu

Et la victoire, c’est notre foi

(cf. 1 Jn 5,4)

Notre attention se concentre, en ce jour, sur

l’amour inébranlable de Dieu. Le mystère pascal

révèle cet amour indéfectible,

et nous appelle à un chemin de

foi nouveau. Cette foi triomphe

de la crainte et ouvre nos

coeurs à la puissance de l’Esprit.

Elle nous invite à l’amitié

avec le Christ, et donc les uns

avec les autres.

Septième jour :

Transformés par le Bon Pasteur

Pais mes brebis

(Jn 21,17)

Les textes bibliques d’aujourd’hui

nous montrent le

Seigneur fortifiant son troupeau.

Nous sommes appelés, à

la suite du Bon Pasteur, à nous

affermir les uns les autres dans le Seigneur, à

soutenir et à fortifier les faibles et les égarés. Il

n’y a qu’un seul Pasteur, et nous sommes son

peuple.

Huitième jour :

Unis dans le Règne du Christ

Le vainqueur, je lui donnerai de siéger

avec moi sur mon trône

(Ap 3,21)

En cette dernière journée de notre Semaine

de prière pour l’unité des chrétiens, nous célébrons

le Règne du Christ. La victoire du Christ

nous rend capables d’envisager l’avenir dans

l’espérance. Cette victoire triomphe de tout

ce qui nous empêche de partager la plénitude

de la vie avec lui et les uns avec les autres. Les

chrétiens savent que leur unité est avant tout

un don de Dieu. Elle fait partie de la victoire glorieuse

du Christ sur tout ce qui divise.

13


« Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous »

La victoire dont il est question ici se réalise dans le service mutuel, l’entraide, le soutien pour que

s’estiment personnellement ceux qui sont « les derniers », les oubliés, les exclus.

Alors qu’il allait connaître la souffrance et la mort désormais proches, Jésus priait pour que ses

disciples soient un afin que le monde croie. Cette « victoire » n’est possible que par une transformation

spirituelle, une conversion. Le but est de parvenir à une victoire dont tous les chrétiens soient

rendus participants à travers le service de Dieu et du prochain.

Rencontres dans le diocèse :

Mercredi 18 janvier :

18h Vêpres Œcuméniques chez les Sœurs de

Ste Françoise Romaine au BEC HELLOUIN

18h Au Centre des Cordeliers à PONT AUDE-

MER Messe et partage, prière, avec le

groupe Œcuménique

Jeudi 19 Janvier :

20h 30 Rencontre au Temple, rue du Chantier

à EVREUX. « La Parole de Dieu et nous »

Du 20 au 22 janvier,

Mgr Nick HOLTAM, nouvel évêque anglican de

Salisbury, accompagné de son vicaire

général, Paul TAYLOR, et d’une dizaine de

laïcs et de prêtres, membres du Comité de

Jumelage.

Le 20 janvier

Il visitera la cathédrale et passera la soirée

au Centre diocésain St Jean, avec Mgr

NOURRICHARD et le Conseil épiscopal.

Le samedi 21

Il sera à Vernon chez les Sœurs de Jésus au

Temple pour rencontrer les responsables

de « DIACONIA 2013 » et le Service

diocésain de la Solidarité. Soirée à

Canapppeville : Vêpres et repas.

Dimanche 22 :

au BEC HELLOUIN, rencontre avec le Père Abbé

et la communauté monastique des Frères

et Sœurs, pour participer à la messe de

10h30.

Dimanche 22 :

17h Vêpres œcuméniques à l’Abbaye du BEC

HELLOUIN avec le nouvel évêque anglican

Mardi 24 :

20h Célébration Œcuménique à l’église de

VERNONNET

14 - Église d’Evreux janvier 2012


Billet spirituel

Dieu est intéressant

Comment pourrions-nous perdre Dieu si Dieu ne nous perd pas ?

« Comment pourrions-nous perdre Dieu si Dieu

ne nous perd pas ? J’ai envie de terminer cet

ouvrage sur cette interrogation et sur cette

certitude, pour une conclusion qui prendra la

figure d’un témoignage.

Dieu ne nous perd pas :

voilà ma certitude. Mais ma certitude ne se

sépare pas de l’interrogation, elle en prend la

forme : comment pourrions-nous perdre Dieu ?

Certitude et interrogation, l’une et l’autre ne

me quittent pas.

Ne vais-je pas perdre Dieu ?

Je ne suis pas assuré de vouloir Dieu. Je ne suis

pas certain de lui accorder confiance jusqu’au

bout. Dieu est l’épreuve de ma vie et je ne

suis pas au bout de l’épreuve. Je ne suis pas

assuré de moi car j’aimerais bien me rendre à

l’évidence de Dieu. Et Dieu s’est toujours refusé

à l’évidence : c’est son absence qui est pour

moi – de prime abord – « manifeste ». Je ne

suis pas assuré de moi car je n’ai pas envie de

me perdre : l’accès au mystère de Dieu m’est

difficile. Le courage me manque bien souvent

et aussi l’assurance de l’avantage que j’aurais à

me perdre.

L’instinct de conservation et le goût de la liberté

me font résister à Dieu.

Je résiste à Dieu et Dieu ne me résiste pas…

Etrange épreuve, ce n’est pas à la force de Dieu

que je m’affronte mais à sa faiblesse !

En effet lorsque le choix de Dieu vient en

concurrence avec le choix d’autres intérêts de

ma vie, je me rends compte que l’intérêt de

Dieu « ne fait pas le poids ». Comment cela estil

possible de la part de Dieu ? Pourquoi Dieu

joue-t-il perdant ? Pourquoi ne s’impose-t-il pas

à moi ? Dieu serait-il infirme, aussi peu « sûr de

lui » que moi ?

Quelle étonnante stratégie que cette stratégie

divine de la fragilité ! Dieu prend à rebours la

volonté de puissance de l’homme – « faiblesse

de Dieu plus forte que les hommes » nous

dit Paul (1 Co 1,25) – certes, mais, ce faisant,

Dieu prend le risque de l’insignifiance, de

l’inexistence, il prend le risque de se perdre.

Dieu ne s’impose pas à moi de l’extérieur, ni

sous le mode de l’évidence, ni sous le mode

de l’injonction morale. Dieu ne s’impose pas à

moi de l’intérieur de ma vie d’homme, comme

s’impose à moi la réalité. Dieu ne s’impose pas

à moi, Dieu est silencieusement disponible à

moi.

C’est ainsi que j’ai éprouvé Dieu au fil des ans.

Désormais, je ne peux faire la sourde oreille

à ce silence, je ne peux méconnaître cette

disponibilité, je ne peux taire l’expérience de

cette fragilité triomphante. Que dire de cette

épreuve de Dieu, Que Dieu ne nous perd pas.

(…)

P. André Lalier

Conclusion du son livre « Dieu est intéressant,

l’homme à l’épreuve de Dieu »

Edition de l’Atelier, Paris, 1998

15


ÉGLISE UNIVERSELLE

Lourdes 2011

« Eglise d’Evreux » a rencontré Mgr NOURRICHARD à son retour de l’Assemblée plénière des

Evêques, cette année du 4 au 9 novembre.

Église d’Evreux : Père, vous avez participé

pour une partie à cette session de novembre

2011, que souhaitez-vous partager avec nos

lecteurs ?

Père Nourrichard : En effet à l’annonce du

décès du Père Pascal, j’ai quitté Lourdes pour

être proche de la Communauté de la Mission

à St André de l’Eure. J’ai suivi l’assemblée

jusqu’au lundi 7 novembre.

Je retiens de cette assemblée le sérieux de

tous les Evêques dans la mission qui est la leur

de guider les chrétiens en leur proposant des

points de repères importants qui émanent

de notre foi, sachant que notre foi est une foi

incarnée.

L’Eglise d’aujourd’hui entend se situer comme

une Eglise en dialogue, en partenariat, ce qui

suppose que nous ayons du discernement

pour donner notre oui, mais aussi que nous

conservions notre liberté pour exprimer notre

désapprobation dans les domaines de la vie

de la société d’aujourd’hui.

Finalement c’est l’attitude du Christ au milieu

de ses contemporains, de partager cette

existence en y faisant découvrir l’amour de Dieu

pour tous ces humains et plus particulièrement

pour les plus vulnérables.

J’ai ressenti ce souci commun de permettre

aux uns et aux autres d’approfondir ou de

redécouvrir le sens de notre existence humaine

à la lumière de notre foi.

Église d’Evreux : Père, vous avez participé

au groupe de travail « Les Rassemblements

dominicaux », en résumé, quels points

importants sont à souligner ?

Père Nourrichard : Un document de travail

a été élaboré, je peux d’ores et déjà dire

que « Les rassemblements dominicaux »

s’inscriront dans le projet pastoral diocésain.

Ce que l’on peut déjà retenir :

1. Le dimanche, un jour donné pour célébrer

2. Le baptisé vit de manière privilégiée la

dimension sacerdotale de son baptême en

étant associé à ce sacrifice que le Christ

fait de sa vie pour la vie du monde et qui

est rendu actuel par le ministère du prêtre

et par la participation des fidèles à l’action

liturgique.

3. Certains fidèles conçoivent d’abord la

participation à la célébration dominicale

dans la perspective de leur ressourcement

personnel. L’Eucharistie est devenue pour

eux qui vivent dans des conditions difficiles

un lieu source pour tenir dans la foi.

4. Par manque de prêtres pour assurer

comme il faudrait l’eucharistie dominicale,

des propositions diverses sont faites :

Liturgies de la Parole, assemblées de

prières : les dénominations varient.

La structure de ces célébrations, si elle

reprend de près la structure de la messe peut

créer des ambiguïtés. Quelle place et quelle

éducation dans ces célébrations à l’œuvre de

louange et d’intercessions « pour annoncer

les merveilles de celui qui nous fait passer

des ténèbres à son admirable lumière » ?

5. Les célébrations de la Parole doivent être

considérées non comme une alternative à

l’eucharistie dominicale mais bien plutôt

comme un déploiement de la vie liturgique

dont la source et le sommet se trouvent

l’eucharistie.

Église d’Evreux : Merci Père, pour ce premier

aperçu des travaux réalisés à cette Assemblée

plénière.

Yvette Delacour

16 - Église d’Evreux janvier 2012


ÉGLISE UNIVERSELLE

Bilan de l’Assemblée plénière

par Mgr PODVIN porte-parole de la Conférence des Evêques.

L’Eglise en dialogue avec la société.

Sur des sujets de société comme le

développement durable ou la famille, les

évêques ont souligné l’importance de faire

alliance avec d’autres. « L’Eglise insiste pour

une recherche avec toutes les compétences,

toutes les bonnes volontés, toutes les énergies.

Le groupe de travail épiscopal « Environnement

et écologie », tout comme le Conseil Famille

et Société pour « Familles 2011 », se sont

mis à l’écoute d’experts. « Cela permet d’être

en dialogue avec des interlocuteurs et d’être

reconnus par eux comme une Eglise crédible ».

Les évêques ont ensuite croisé ces regards avec

la tradition chrétienne.

Les enjeux d’Internet.

« Pionnier » ! C’est ainsi que le P. Gagey a

qualifié le site portail de l’Eglise catholique en

France lors de son intervention en plénière. Il

était invité par le groupe de travail « Eglise et

Internet » à présenter les grands enjeux pour

l’humain et l’annonce de l’Evangile. La deuxième

étape, en mars 2012, aura pour problématique

l’éducation : « Comment l’acte d’éducation est

marqué par Internet ?».

Le psycho-spirituel sous haute surveillance.

« L’Eglise a une très belle tradition de

l’accompagnement spirituel qui vise à unifier le

psychique et le spirituel ». Or plusieurs plaintes

douloureuses et témoignages ont alerté les

évêques sur la qualité de certaines propositions,

notamment des sessions de guérison. Mgr

Podvin déplore que certaines personnes aient

confondu le rôle d’écoutant spirituel avec

celui de « quasi-gourou ». Il dénonce aussi un

« amateurisme dangereux et irresponsable », la

« confusion des compétences et des genres ».

L’épiscopat dispose dorénavant d’éléments de

discernement pour évaluer ces sessions.

La Nouvelle Evangélisation.

« Les évêques apprécient beaucoup de découvrir

que la Nouvelle Evangélisation n’est pas du tout

éloignée de ce qu’ils font déjà ». Il note d’ailleurs

que le Conseil pontifical pour la promotion de la

Nouvelle Evangélisation est très fréquenté par les

Français. « Et la confiance accordée à Mgr Pierre-

Marie Carré, archevêque de Montpellier, nommé

Secrétaire Spécial du Synode, ce n’est pas rien »,

il aborde des domaines d’évangélisation comme

la culture, la politique, l’économie. « C’est une

évangélisation qui n’est pas en train de juger et

d’exclure la précédente mais qui cherche des

voies nouvelles avec beaucoup de confiance et

d’ardeur dans le Seigneur »

Un nouveau groupe de travail.

« Il faut être présent à la société au nom de nos

convictions. Cela n’est pas sans interroger l’état

de vie : au nom de mon baptême, qui suis-je ?

Suis-je laïc? Suis-je diacre ? Suis-je prêtre ? Suisje

évêque ? Il y a donc un recours à l’état de

vie dans la réflexion du statut d’une parole ».

Depuis quelques années, on assiste à une

prise de parole « légitime et souhaitable » des

baptisés laïcs qui « irrigue la société ». « Quelle

est notre présence, notre action, notre parole

selon notre état de vie ? Il y a certainement à le

regarder dans le contexte d’aujourd’hui ».

(Extraits)

17


VIE Des communautÉs

Nouvelle Équipe

d’Animation Pastorale

A Notre Dame des Bois - Pays de Louviers

Ce fut un week-end bien animé, tout a commencé le vendredi 25 novembre, au soir par notre

conseil de Paroisse, ou nous avions invité Béatrice Durand, responsable diocésaine de la

catéchèse pour réfléchir à « Des dimanches autrement ».

Samedi, une grande rencontre avec tous les enfants

du catéchisme de la paroisse (de l’éveil à la

foi à l’aumônerie) était organisée sur le thème

du calendrier liturgique ; environ quatre-vingt

enfants ont participé à un jeu avec les différents

temps forts de l’année liturgique, et un

très beau panneau qui allait nous servir le lendemain

pour notre célébration.

Le lendemain nous nous retrouvions entre parents,

enfants, et tous les membres des trois

communautés pour célébrer la messe à Quatremare.

Nous accueillions notre vicaire général,

le Père Michel Daubanes, venu pour l’envoi en

mission de la nouvelle EAP, il nous remit notre

lettre de mission et nous invita pendant son

homélie à « veiller ».

« Faire partie de l’EAP, c’est faire partie d’une

équipe dans laquelle quelques laïcs partagent

avec le curé l’exercice de la charge de pasteur

qui lui a été confiée lorsqu’il a été nommé dans

la paroisse. C’est réfléchir, discerner, décider

puis appliquer avec lui ce qui doit être fait dans

la paroisse pour que l’Evangile soit annoncé,

célébré et vécu. Finalement l’EAP est une

équipe de veilleurs vigilants.

››

Quelle catéchèse renouvelée mettre en

place pour répondre aujourd’hui en communauté,

aux enfants mais pour pouvoir

s’adresser aussi à leurs parents, premiers

éducateurs de la foi ?

› › Quelle communion fraternelle servir, dans

un monde où on le sait bien, la rigueur et

les exigences diverses peuvent favoriser un

repliement sur soi ?

18 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE Des communautÉs

Agenda

››

Sur quel support véritablement se fonder, sinon la Parole

de Dieu, cette Parole nourrissante, et on le constate bien

lorsqu’on la fréquente, inépuisable ?

››

Quels enjeux aujourd’hui se situent du côté de l’accueil de nos

communautés, dans une société où l’Eglise ne bénéficie pas

forcément d’un a priori favorable ?

La toute première mission de l’EAP cette année est bien de relire

tout ce qui se vit, s’expérimente dans votre paroisse Notre-Dame

des Bois Pays de Louviers, avant le grand rassemblement diocésain

de la Pentecôte qui aura lieu au Vaudreuil le 27 mai 2012 ».

Apres la lecture de la lettre de mission de notre Evêque nous

sommes invités à dire comment nous avons reçu cet appel : la

nouvelle équipe est constituée désormais d’Isabelle de la HAYE,

de Montaure, de Thierry Brennetot, d’Amfreville/Iton et de Pascal

d’Hubert, d’Acquigny. Pour Thierry il s’agit d’un renouvellement.

Pour moi « Lorsque j’ai reçu l’appel à venir rejoindre la nouvelle

équipe EAP j’ai ressenti une grande joie, avec quelques questionnements

: Pourquoi moi ? Serai-je à la hauteur ? Que puis-je apporter

dans cette nouvelle équipe ? Après une rencontre avec le

frère Emile, je répondais un grand « OUI ».

J’espère être à l’écoute et au service de notre Paroisse. Je ne doute

pas d’être soutenu par l’Esprit Saint, et comme on l’a entendu tout

à l’heure dans la première lecture « En lui vous avez reçu toutes

les richesses, toutes celles de la parole et celles de la connaissance

de Dieu. »

A l’issue de cette célébration un pot de l’amitié est servi dans le

fond de l’église, suivi d’un repas partagé chez les frères de Canappeville.

Michel Daubanes nous présenta Pentecôte 2012 et Diaconia 2013.

Frère Emile est revenu sur l’organisation « d’un dimanche autrement

» que nous planifions pour mars 2013.

Et enfin nous avions la joie de recevoir un couple d’amis Anglicans

qui étaient venus spécialement pour l’occasion, ils se sont exprimés

sur leur rôle de laïcs dans leur église Anglicane.

Pascal d’Hubert

Dimanche 8 janvier, 10h30

Envoi en mission

de la nouvelle Equipe

d’Animation Pastorale de la

Paroisse Notre Dame - St

Taurin par le vicaire générale

à la Cathédrale.

9 (17h) et 10 janvier, 20h

Le deuxième livre

des Rois

Initiation à la lecture

biblique, Au prieuré

Notre Dame des Bois -

Canapppeville.

Contact : Mme Francine

SUTTER - 02.32.50.40.95.

Mardi 10 janvier, 20h30

N’ayez pas peur !

Pour découvrir ou

approfondir la foi de l’Eglise.

Salle Père Laval, rue des

Rempart à Louviers.

Contact : 02.32.40.01.35

Mercredi 11 janvier, 20h30

École d’Oraison

Pour des adultes voulant

découvrir ou approfondir la

pratique de l’oraison.

A St Michel - Evreux.

Contact : 02.32.33.70.64

Dimanche 22 janvier, 10h30

Dimanche autrement

A la Paroisse Notre Dame de

Charentonne : Célébration à

l’eglise Ste Croix de Bernay

suivie d’un repas convivial

et d’un temps d’animation.

Contact : P. Jean VIVIEN

02.32.43.06.82

19


VIE Des communautÉs

Fête du Christ, Roi de l’Univers

Homélie de la messe d’ouverture de la visite pastorale du

secteur Nord-Ouest (extraits)

Frères et Sœurs,

Dieu est semblable à ce berger qui, par amour

pour ses brebis est prêt à tout entreprendre

pour les rendre heureuses. Il veille sur elles ; il

les rassemble lorsqu’elles sont dispersées ; il les

soigne lorsqu’elles sont blessées ; il rend des

forces à celles qui sont faibles. Il va même audelà

puisqu’il accepte de donner sa propre vie.

Ce Roi que nous fêtons ne nous entraîne pas

sur le chemin du pouvoir et de la gloire, sur le

chemin de l’individualisme et de l’égoïsme, sur

le chemin de l’argent et de la possession des

biens de ce monde.

Le chemin de notre Roi Jésus-Christ c’est au

contraire le chemin de l’humilité et du service ;

le chemin du partage et du souci des autres ;

le chemin d’une vie simple et en relations

paisibles avec les autres ; c’est le chemin de

la fraternité car nous sommes tous frères et

n’avons qu’un seul Père : Celui de Jésus.

La visite pastorale se situe dans cette démarche

à la suite de Jésus.

La visite pastorale est une démarche de foi.

L’Evêque, votre pasteur, votre guide vient à

votre rencontre pour, avec vous, vivre,

célébrer, partager notre foi chrétienne

en fortifiant notre unité. Nous sommes

conscients de notre responsabilité

de transformer cette société à la

lumière de l’Evangile. Cependant il est

nécessaire auparavant de prendre le

temps de la prière et de la réflexion

à la lumière de l’Evangile pour laisser

l’Esprit nous éclairer, pour fortifier

notre relation à Dieu et nous permettre

de comprendre ce qu’Il attend de nous.

Les uns les autres, c’est ainsi, nous

nous trouvons dans une société qui

n’est pas chrétienne, une société marquée par

la sécularisation ; une société pluriculturelle,

pluri religieuse. Cette société évolue en

permanence. Beaucoup cherchent des repères,

s’interrogent sur le sens de leur vie, à plus forte

raison dans les périodes de crise.

Si nous ne voulons pas nous laisser envahir et

subir le relativisme ambiant ; si nous voulons

demeurer dans l’espérance et persévérer dans

la fidélité au Christ, il est essentiel que notre foi

soit forte. Car le Seigneur Jésus nous demande

d’être le sel de la terre, la lumière du monde.

Si nous croyons véritablement à l’amour de

Dieu, si nous prenons au sérieux ce que Jésus

dit de son Père, de l’Esprit Saint et de lui-même,

la foi ne deviendra pas un aspect accessoire

dans notre vie ; la foi en sera le moteur car

Jésus-Christ sera vraiment pour nous le Roi de

l’Univers.

Que cette visite pastorale fortifie notre foi,

notre unité et notre espérance !

+ Christian NOURRICHARD

Evêque d’Evreux

20 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE Des communautÉs

Témoignage ...

Quelle ne fut pas ma joie ! pardon ; notre joie

de participer à cette belle messe d’ouverture

de la visite pastorale de notre Evêque dans

le secteur Nord Ouest couramment appelé le

« Far West de l’Eure » en l’église Saint Ouen

de Pont-Audemer, le dimanche 20 novembre !

Nous avons été tous témoins de cette grande

fraternité entre prêtres et diacres et leur

Evêque ; tous au service du peuple de Dieu

entourés de très nombreux charitons. Après

une belle et brève présentation des quatre

paroisses : Notre Dame du Roumois, Estuaire

Pays d’Auge, Montgeoly et Notre Dame Risle

Seine ; nous étions tous réunis pour ce grand

rendez-vous ; élément déclencheur d’une

multitude de rencontres à venir avec notre

Evêque.

Merci pour l’esprit donné à cette fête ; pour

l’investissement de toutes ces petites mains qui

ont contribué à la réussite de cette célébration.

Marie-Pierre GODARD

Journée Paroissiale

A Notre Dame Risle Seine

Sur proposition de l’Equipe d’Animation

Pastorale, le dimanche 9 octobre, était un jour

de rentrée différent des autres dimanches.

Les paroissiens étaient invités dès 10h, à une

marche vers l’église de St Germain Village.

A St Germain un temps de prière et de

découverte de l’église sous la houlette

d’Yvonne DESNOT.

Quelques notes retenues :

››

Cette église porte le nom de saint Germain,

mais qui est –il ?

››

Il est né à Auxerre en 378, il y vécu 70 ans.

››

C’est un juriste, haut fonctionnaire de

l’empire. En 418 il est choisi pour être

évêque d’Auxerre. Il donne tous ses biens

aux pauvres…

Un très beau vitrail du XVe siècle, situé au

chevet de l’église relate les épisodes de la vie

de St Germain.

Dans cette église de St Germain est également

vénéré St Gilles.

Chaque année, le 1er septembre, St Gilles est

célébré solennellement.

A la fin de cette visite, les participants ont

célébré l’office du milieu du jour.

De retour à Pont Audemer, au Centre des

Cordeliers, un repas partage a réuni une

centaine de personnes dont quarante jeunes.

Après ce temps de convivialité très apprécié,

des ateliers étaient prévus , autour de différents

thèmes :

La catéchèse, Les jeunes, La Parole de Dieu, La

solidarité, Les Funérailles, Les sacrements.

Chaque atelier avait pour mission de dégager

des points positifs pour l’avenir : propositions,

suggestions.

Une intention de prière universelle était

rédigée pour la célébration eucharistique qui

concluait cette journée.

En résumé, nous pouvons dire que les ateliers

furent riches d’expressions, de partage et

surtout d’une ouverture vers l’avenir.

A l’Equipe d’Animation Pastorale revient la

tâche de mettre en ouvre la suite de cette

journée.

Yvette Delacour

21


En Pologne

Il est difficile d’imaginer un vrai Noël polonais

sans les « kolędy » chants de Noël, le sapin,

la carpe ou les crèches. Ces dernières qui

mettent en scène la Nativité ont une origine

très ancienne. Pour éviter que cette tradition

disparaisse, la ville de Cracovie organisa en

1937 le concours de la plus belle crèche. Devant

le succès rencontré, le concours devint annuel.

Ces crèches sont uniques et elles voyagent

dans le monde entier. Les plus importantes

sont conservées au Musée ethnographique de

la ville.

Depuis près de deux mille ans, chaque famille

chrétienne fête la naissance du Fils de Dieu.

Pour les Polonais, la veillée de Noël «Wigilia»

a une signification toute particulière de fête de

famille, fête de la réconciliation et du pardon.

La veillée commence, en souvenir de l’étoile de

Bethléem apparue aux Rois Mages, au moment

de l’apparition de la première étoile dans le

ciel. Des extraits de l’Evangile de Saint Luc sont

lus et on partage le pain azyme «oplatek».

Ce partage est un moment intense de la soirée

où l’on échange mutuellement bénédictions et

vœux qui lient vivants et défunts de la famille

dans la même communion.

Le repas du 24 décembre est un repas maigre

«post», sans viande. Depuis des siècles, la

carpe est le plat de fête par excellence qui allie

le caractère festif du réveillon aux exigences du

carême.. On la prépare de nombreuses façons,

au court-bouillon, en gelée, frite, à la juive

appelée à la polonaise hors de Pologne. On y

mange aussi du « barszcz z uszkami » soupe

à la betterave avec des ravioles ou soupe aux

champignons, des « pieorogi ruski, pierogi z

grzybami i kapusta » ravioles farcies et de

magnifiques pâtisseries dont le « makowiec »

gâteau confectionné avec des graines de pavot

préalablement bouillies.

22 - Église d’Evreux janvier 2012

Après le repas il est de tradition de chanter

autour de la table les « kolędy » chants

de Noël et les « pastoralki » cantiques

pastoraux qu’affectionnait particulièrement

le Bienheureux Jean-Paul II et qu’il entonnait

volontiers avec ses compatriotes. Il est alors

temps de se rendre à la messe « Pasterka »

toujours traditionnellement célébrée à minuit,

bien emmitouflés car la nuit est très froide et

les rues envahies de neige.

Dans la tradition polonaise le père Noël

n’existait pas, par contre les enfants fêtent la

Saint Nicolas le 6 décembre et reçoivent alors

des cadeaux. Il ne faudrait pas oublier le sapin

« choinka ». Il s’achète le 24 décembre et il est

décoré au dernier moment. Il reste présent

dans les maisons jusqu’à fin janvier ou jusqu’à

la Chandeleur.

Bonne fête de Noël,

« Radosnych Swiat Bozego Narodzenia »

Monique PTAK


DOSSIER : NOEL AILLEURS ...

DOSSIER

En Palestine

Comment un Palestinien chrétien vit-t-il Noël à Bethléem ?

Bethléem, toujours la petite ville de Judée, qui

accueillait, il y a deux millénaires, Jésus Christ,

le Fils de Dieu fait homme, célèbre aujourd’hui

encore ce mystère… cette histoire d’Amour

entre Dieu et Son Peuple.

A Bethléem, Noël est vécu traditionnellement

sous deux aspects majeurs : le religieux et le

social. Noël à Bethléem est d’abord un Mystère

célébré dans la Foi. Cette nuit, les églises

des paroisses de cette ville historique et son

agglomération se montrent trop petites pour

accueillir tous les fidèles qui viennent prier Dieu

et méditer ce Mystère, dans cette nuit où on

implore surtout la Paix qui viendra uniquement

du Prince de la Paix.

Le 24 Décembre, déjà tout a commencé à midi,

la communauté chrétienne est allée accueillir

solennellement son Patriarche et l’accompagne,

pendant cette entrée très solennelle, passant

par les ruelles de la vielle ville de Bethléem, aux

sons des instruments de musique d’au moins

une dizaine de troupes de scouts, se dirigeant

tous vers la fameuse Basilique de la Nativité

du Christ. Tous sont bien habillés, surtout les

enfants… bien sûr ! C’est la Fête (al-Eid).

A cet aspect religieux, s’ajoute aussi un aspect

social très important en Palestine, comme

d’ailleurs dans tout le Moyen Orient. D’abord

la famille, où un grand repas palestinien

traditionnel sera préparé avec beaucoup de soin

le jour même de Noël (le 25 Décembre). Puis,

les amis. On échangera les visites parmi tout le

monde pendant deux ou trois jours ! Ce sont

de courtes visites, dont le but est de présenter,

les uns aux autres, les vœux de Noël et de faire

attention à ceux qu’on ne visite pas souvent

pendant l’année. Surtout, ces rencontres ne

manquent pas de convivialité et de joie, malgré

une vie rendue assez compliquée en Palestine à

cause de l’injustice des hommes.

Firas ABEDRABBO

23


En Equateur

Le passage de l’enfant / El pase del Niño

L’air est rare et léger: peu d’oxygène, on est en

altitude. C’est le matin, il fait grand beau temps,

le soleil est éblouissant mais à l’ombre il fait

vraiment très frais. La rue pavée est presque

déserte, et déjà on entend au loin les tambours

et les flutes de roseau sur un rythme à trois

temps: c’est la musique du « San Juanito ». Au

coin de la rue, le cortège apparaît. D’abord, les

danseurs: les jupes des femmes tourbillonnent

en larges corolles, autour du poncho rouge des

hommes.

Derrière les danseurs suivent les personnages

costumés: l’ours et sa chaîne, l’homme sauvage,

l’oiseau de proie « curriquingue »... Ils jouent à

effrayer les passants qui se sont arrêtés sur le

trottoir pour admirer le joyau du cortège: l’enfant

Jésus, dans son habit richement brodé de

fil doré et sur son

coussin de dentelle.

Il est fièrement

porté par

les femmes de la

famille qui l’amènent

vers sa nouvelle

maison, celle

de la famille qui va

prendre le relais

pour abriter l’enfant

Jésus jusqu’à

Noël prochain...

La ville, c’est Riobamba, au coeur des Andes

équatoriennes à 2800 m d’altitude, au pied des

glaciers du volcan Chimborazo (6300m). Dans

la ville, chaque quartier a « son » enfant Jésus.

Chaque famille du quartier attendra longtemps

l’honneur de recevoir chez elle, à la Noël, l’enfant

Jésus qu’elle hébergera pendant toute une

année.

L’arrivée de l’enfant Jésus est un

bouleversement pour sa nouvelle famille

d’accueil: il va falloir lui faire de la place. Car

une pièce de la maison familiale lui sera dédiée

et aménagée spécialement pour lui. La garderobe

de l’enfant Jésus devra être renouvelée

pendant cette année: beaucoup d’honneur

pour la famille, mais aussi beaucoup de travail

et de frais en perspective. Jusqu’au point

culminant à la Noël suivante: la location des

musiciens, des danseurs et des costumes pour

le cortège qui promènera l’enfant Jésus dans

tout le quartier pour son « pase » annuel vers

sa nouvelle maison...

Pour une petite idée, voir http://www.youtube.

com/watch?v=s7rFwTIvPSA

Témoignage reçu par Chantal Goudeau

24 - Église d’Evreux janvier 2012


DOSSIER : NOEL AILLEURS ...

DOSSIER

Noël au pays de la TERANGA

(hospitalité) à l’extrême Ouest Africain

Le 25 décembre à 16 h les vêpres étaient

chantées en latin dans les paroisses et après,

la fête reprenait de plus belle chez un ami ou

un membre de la famille. Tout le monde était

joyeux, les éclats de rire se faisaient entendre

de partout. Nos parents dansaient avec nous

dans la même salle et même les papas se proposaient

comme cavalier de leur fille ou de leur

nièce pour la Salsa. Le Goumbé (danse traditionnelle)

clôturait nos soirées.

Au Sénégal, la fête de Noël mobilisait toute la

population, pour la décoration des maisons

et des sapins. Les sapins étaient très naturels,

des branches de filao. Le repas du réveillon

dans les familles catholiques était une tradition

copiée de la colonisation ; même dans les familles

démunies, ce repas était assuré avec un

menu assez respectable (chocolat chaud, dinde

ou poulet farci , fruits importés , fromage).

Le cadeau de Noël apporté par le père Noël était

bien respecté. Le 24 décembre, avant d’aller à

l’église pour la veillée suivie de la célébration

liturgique, les enfants laissaient une de leurs

chaussures au pied du sapin afin que le père

Noël y dépose le cadeau. Le matin du 25 un petit

déjeuner bien copieux rassemblait toute la

famille et les enfants déballaient leurs paquets :

un simple ballon de foot , une poupée ou une

robe en vichy avec dentelle suffisaient pour

marquer le jour et faire plaisir aux enfants. Les

plus beaux habits sortaient des valises ou des

habits confectionnés pour l’évènement.

Il faut signaler, et c’est très important, que de

nombreux musulmans venaient à l’église pour

écouter les beaux chants de Noël (grégoriens)

et après la messe, ils partageaient le repas du

réveillon avec les parents ou amis chrétiens et

souvent aussi ils organisaient ce repas chez eux.

De nos jours, Noël est vécu autrement :

››

Sur le plan liturgique, les chants composés

en langues locales font participer tout un

chacun et la liturgie revêt une chorégraphie

très variée.

››

Sur le plan profane, tout est importé : organisation,

culture...

Les cadeaux ne sont plus une surprise, puisqu’ils

sont commandés par les intéressés à leurs parents.

Les réveillons ne sont plus vécus en intergénération,

les jeunes s’amusent entre eux et

les anciens entre eux.

Ce qui est important, dans tout le Sénégal,

c’est que Noël soit fêté par tout le monde

(chrétiens, musulmans et animistes) même aujourd’hui

avec les « perturbations » intégristes,

la Naissance du Christ est une fête universelle.

Nos anciens savaient faire la fête de la Nativité,

du 27 au 31 décembre, ils se retrouvaient tous,

les soirs, chez leur doyen, pour manger de la

grillade de porc ou de poulet accompagnée du

vin de palme et, en même temps, ils préparaient

la Liturgie du jour de l’An.

JOYEUX NOEL

DEWENA TI : Meilleurs Vœux.

Sœur Anne-Marie Gomis

25


InstItut

de

l’immaculée

Demi-pension /

externat

Classes primaires

et maternelles

De la 6 e a la 3 e

Clinique ChirurgiCale Pasteur

58, boulevard Pasteur - 27000 evreux

Tél. 02 32 38 95 00 - Fax 02 32 38 57 78

http://www.clinique-pasteur.fr

e-mail : contact@clinique-pasteur.fr

urgence 24H/24

Chirgurgie vasculaire et thoracique, viscérale,

réparatrice, reconstructrice, esthétique, urologique,

ophtalmologie, stomatologie, ORL, Chirurgie du sport

orthopédique et traumatologie, Chirurgie du rachis

Chimiothérapie et radiothérapie, accélérateur de particules

Radiologie, scanner, sénologie, kinésithérapie

Certifiée par l’HAS en 2008

56, avenue Aristide-Briand - EVREUX

Tél. : 02 32 39 87 70

Fax : 02 32 39 87 71

Centre d’affaires normandie entreprises

placements sécurisés

financements adaptés

N’hésitez pas à contacter nos chargés d’affaires

Tél. 02 32 81 21 42

63, avenue de Bretagne 76100 ROUEN

CharCuterie - traiteur

Patrick

bournisien

121, avenue Aristide-Briand

27000 évreux

Tél. & Fax : 02 32 33 31 18

evreux

Place de la république

Tél. : 02 32 39 31 00

Horaires d'ouverture :

du lundi au lamedi

de 8 h 30 à 20 h 00

sans interruption


A comprendre

Œcuménisme :

Quelle aventure ecclésiale chrétienne

Le dialogue et l’unité sont des valeurs constitutives de tout devenir humain tant sur le plan

individuel que communautaire. Elles structurent la personne et édifient la communauté humaine

(Jn 17, 21 ; Eph 4, 4-5).

Ce postulat dit bien le sens de l’œcuménisme.

Mais de quoi s’agit-il ? Le terme oikoumene

est un mot composé de deux éléments :

« maison-habiter ». Il est utilisé pour désigner

l’ensemble de l’univers habité. Dans le Nouveau

Testament, ce terme désigne la terre habitée,

le monde, l’humanité et probablement l’empire

romain. Il évoque aussi, dans son acception

eschatologique, l’unité définitive de l’humanité

et de Dieu.

Dans l’histoire, le substantif oikoumene avait

un sens sociopolitique. C’est l’empire romain.

Il avait aussi un sens ecclésial qui subsiste aujourd’hui.

C’est l’ensemble des chrétiens ou

l’Eglise universelle. Avec les conflits entre

Constantinople et Rome d’une part, et l’événement

de la réforme d’autre part, oikoumene

vint à désigner la plénitude et l’unité de l’Eglise

universelle. Ainsi, l’Eglise est dite Œcuménique,

c’est-à-dire Une et Catholique lorsqu’elle annonce

l’Evangile au monde entier et atteint la

plénitude voulue et donnée en Dieu par Jésus

et dans l’Esprit.

L’adjectif œcuménique désigne aujourd’hui

tout ce qui pousse au rassemblement, au rapprochement,

à la réconciliation, à l’unité, au

dialogue entre les Eglises. Ça peut être une

attitude, une activité pratique, une étude, un

mouvement, une prière.

2. tout ce qui appartient à l’empire romain ou

qui le représente ;

3. tout ce qui a une valeur ecclésiale universelle ;

4. tout ce qui concerne le service missionnaire

universel ;

5. tout ce qui touche les relations entre les

Eglises et d’autres chrétiens d’origines

confessionnelles différentes mais confessant

la Sainte Trinité ;

6. la conscience spirituelle d’appartenir à la

communion mondiale des Eglises chrétiennes

;

7. la disponibilité à s’engager en vérité, dans

la connaissance de son identité et de sa

différence spirituelle et ecclésiale, pour

l’unité de l’Eglise.

On parle alors de mouvement œcuménique,

de patriarche œcuménique, de l’Eglise œcuménique,

de concile œcuménique, de réunion

œcuménique. Le dialogue et l’unité entre chrétiens

sont une aventure ecclésiale.

Il faut distinguer l’œcuménisme du dialogue

interreligieux. Ce dernier va au-delà du christianisme

et implique le judaïsme, l’islam et les

autres courants religieux.

Guenolé Feugang, cm

Eglise protestante des Landes

Il existe, depuis la période gréco-romaine

jusqu’à nos jours, sept sens de l’adjectif œcuménique

:

1. tout ce qui appartient au monde habité ou

qui le représente ;

27


Assistance Gestion Informatique & Réseau

Assembleur de PC portables et fixes - Support téléphonique - Intervention sur site

Un InfoRmAtIcIen toujours à votre écoute.

Un seul appel 02 32 32 05 11

SARL AGIR, 1 impasse de la Garence 27220 Garencières - support@info-agir.fr

Gérante : Jocelyne Dantant - Associés : Guy lemAsle, Jean-Marc Dantant.


ÉGLISE UNIVERSELLE

Épiphanie

Occasion de soutenir les Églises d’Afrique

Ce 8 janvier, nous célébrons Jésus-Christ qui

s’est manifesté aux hommes : il est la Lumière

du monde, envoyé par Dieu le Père pour apporter

son Esprit d’unité à l’humanité. Aujourd’hui

comme hier, la Mission de l’Église est de faire

rayonner la lumière du Christ dans le monde

entier.

Cette fête de l’Épiphanie, nous rappelle l’extraordinaire

voyage de ces hommes mystérieux,

les mages venus de l’Orient. Ils sont guidés par

l’espérance de pouvoir rendre hommage au

Sauveur nouveau-né.

Les Mages ne sont pas venus les mains vides.

Au nom des peuples non chrétiens, avec l’or,

l’encens et la myrrhe, c’est tout ce qui est bon

dans les diverses cultures et traditions des

peuples à travers le monde qu’ils offrent au Seigneur

qui les accueille. Si, comme nous dit le

Pape, « l’Afrique est comme un immense poumon

spirituel pour une humanité en crise de foi

et d’espérance », respirons avec elle, aidons-la

et témoignons avec elle.

Lors de son voyage au Bénin du 18 au 20

novembre 2011, le Pape Benoît XVI a remis

l’exhortation apostolique Africae Munus -

l’Engagement de l’Afrique, pour que le Seigneur

« conduise l’Afrique à approfondir sa vocation

chrétienne, en vivant au nom de Jésus, la réconciliation

entre les peuples et les communautés,

pour la paix et la justice dans la vérité ».

Que la générosité de ces chercheurs de Dieu

que furent les mages et que l’audace de leur

marche vers la lumière soient un modèle pour

nous !

Message du Pape Benoît XVI au « Stade

de l’amitié » à Cotonou, ce 20 novembre :

« L’Église au Bénin a beaucoup reçu des missionnaires

: elle doit à son tour porter ce message

d’espérance aux peuples qui ne connaissent

pas ou qui ne connaissent plus le Seigneur

Jésus. Chers frères et soeurs, je vous invite à

avoir ce souci de l’évangélisation, dans votre

pays et parmi les peuples de votre continent et

du monde entier. Le récent Synode des Évêques

pour l’Afrique le rappelle avec insistance :

homme d’espérance, le chrétien ne peut se désintéresser

de ses frères et de ses soeurs. Ce

serait en pleine contradiction avec le comportement

de Jésus. Le chrétien est un bâtisseur

inlassable de communion, de paix et de solidarité,

ces dons que Jésus lui-même nous a faits.

En y étant fidèles, nous collaborons à la réalisation

du plan de salut de Dieu pour l’humanité. »

D’aprés la fiche liturgique du dimanche de l’Épiphanie - http://www.aea.cef.fr

29


VIE DES MOUVEMENTS

Mon engagement

à l’équipe diocésaine de l’ACO

Oser se lancer, pas plus que selon nos envies et nos capacités, mais pas moins non plus…

D’abord sollicitée par Pierre

Niobey, (en 2003 ?) pour rejoindre

l’équipe de préparation

des retraites régionales, dont le

thème était l’eucharistie ; cela

m’a plu d’approfondir ainsi ma

foi. C’est toujours très enrichissant

de travailler avec des gens

passionnés comme Pierre Niobey.

Ensuite le bureau diocésain,

dans lequel se trouvaient

les deux Pierre : Niobey et Chédor,

cherche à s’étoffer, et je me

sens interpellée, je dit OUI : je

sentais cet appel comme une

marque de confiance, un appel

à aller plus loin… En même

temps, je me suis débarrassée

de la notion de « devoir » inculquée

dans mon enfance et avais

décidé de ne pas trop en faire,

me laissant porter par le dynamisme

de Pierre Chédor. Après

un temps de tuilage avec Pierre

Niobey qui allait quitter le diocèse,

j’ai principalement accompagné

le démarrage de l’équipe

de la Vallée de l’Andelle. J’y ai

vraiment pris mon pied. Je sentais

des personnes heureuses

de se rencontrer, de partager

leur vie en profondeur, il y a

même eu des larmes ! Après, il

y a toujours des efforts à faire

pour être bien dans le cadre de

la Révision de vie (RDV), mais

bon, ça chemine… Et je sens

beaucoup de reconnaissance de

la part de cette équipe…

Et puis voilà que Pierre Chédor

annonce son départ du diocèse.

Je sens les yeux du bureau

diocésain, voire de la région se

river vers moi, attendant que

je prenne sa suite comme responsable

diocésaine… mais je

ne me sentais pas suffisamment

disponible, voire incompétente,

par rapport à Pierre.

Et puis voilà l’opportunité qui

s’est présentée à moi, de devenir

permanente à mi-temps

pour coordonner la Mission

ouvrière, tout en suivant une

nouvelle formation professionnelle.

Alors, finalement, je dis

oui. J’ai envie de communiquer

ce bonheur de croire et de témoigner

dans la vie de tous

les jours, malgré et au travers

des difficultés que nous rencontrons

tous. Communiquer

le bonheur de partager nos vie

en équipe, de rechercher ensemble

un sens à toute cette

vie. Oui, la révision de vie nous

fait grandir en humanité.

S’engager un peu plus en ACO,

c’est aussi se reconnaître d’un

Peuple ; nous le vivons déjà

en équipe de base, mais c’est

encore plus fort dans les rencontres

diocésaines comme

aujourd’hui, dans les Assemblées

régionales comme celle

qui aura lieu les 24 et 25 mars

prochain. Le summum, c’est

peut-être les rencontres nationales

qui ont lieu tous les

4 ans, comme en 2010 à Poitiers,

ou celle que j’ai vécu en

2006 à Grenoble. L’équipe de

RDV nous renvoie très concrètement

dans notre vie de tous

les jours avec notre carte de

relations. Mais les temps forts

nous recréent dans un dynamisme

supplémentaire. Je dirai

que c’est l’Esprit de Pentecôte

qui souffle sur son peuple, pas

seulement par les rencontres

nationales qui se situent généralement

au week-end de la

Pentecôte, mais aussi chaque

fois que nous prenons un peu

30 - Église d’Evreux janvier 2012


VIE DES MOUVEMENTS

plus conscience de faire mouvement

ensemble et de vivre en

peuple de baptisés en compagnonnage

étroit avec l’humanité

entière.

Oser se lancer, pas plus que selon

nos envies et nos capacités, mais

pas moins non plus… Savoir

que nous sommes soutenus par

le reste de l’équipe, que nous

avons la confiance des autres, et

la confiance d’un Autre, Jésus-

Christ, qui Lui, a osé risquer

toute Sa Vie pour nous.

Personne n’est indispensable,

mais nous sommes tous utiles…!

J’ai envie de communiquer ma

joie d’avoir cheminé en équipe

de révision de vie en ACO depuis

une trentaine d’année.

Je crois en effet que c’est un chemin

dans lequel j’ai à accueillir

chacun là où il en est dans son

histoire.

Geneviève Magnan

Act’Eure

La solisphère et les porteurs de paroles

En novembre dernier, le collectif informel de jeunes adultes appuyé

par le Carrefour Rural et le CCFD-Terre Solidaire, s’est retrouvé lors

d’un week end à Routot et Pont Audemer, pour marquer l’entrée dans

la semaine de la solidarité internationale, les jeunes ont réalisé une

«solisphère» dans la ville de Pont Audemer -initiative proposée par le

CRID *. Comme dans d’autres grandes villes de France, l’art a attiré de

nombreux passants...et a donné une visibilité à l’événement national !

Basée sur le principe du mandala tibétain, cette œuvre éphémère

symbolise les droits essentiels. Le groupe de jeunes a, grâce à l’animation

d’une autre action de rue, les porteurs de parole, posé aux

gens une question « pour vous, quels sont les droits essentiels ? »

Certains passants se sont même joints au groupe pour jouer de la

musique et chanter avec le groupe...

Agenda

Samedi 7 janvier 2012, 16h,

Cercle du Silence

L’étranger est mon frère :

Ce cercle est ouvert à tous,

croyants ou non, à condition de

respecter la règle du silence.

Silence, parce que nous ne

prétendons pas avoir de solution.

Silence que chacun est appelé à

habiter par sa prière, sa méditation

ou sa réflexion.

Le cercle du silece se tient chaque

1er samedi du mois de 16h à 17h

devant la médiathèque centrale

d’Evreux.

Lundi 23 janvier

Session d’études

sur l’économie animée par

Henri Senthiles, économiste

et agronome « De la crise

alimentaire aux rouages de

l’économie mondiale»,

centre diocésain St Jean,

11 rue Jean Bart, Evreux

Contact : Carrefour Rural

Marion Abguillerm

02.32.34.72.81

Vendredi 3 février

Soirée de débat

en vue des élections

présidentielles animée par

le conseil d’administration

au Carrefour rural.

Contact : Carrefour Rural

Marion Abguillerm

02.32.34.72.81

* CRID : Centre de Recherche et d’Information pour le Développement

31


Billet d’HUMEUR

Christianophobie ?

Comme beaucoup, je suis sollicité pour

m’associer à l’indignation de chrétiens blessés

par les injures qui sont faites au Christ, sous

couvert d’art.

C’est vrai qu’on n’oserait pas en faire autant

pour Mahomet, sachant très bien que ça

coûterait cher, très cher…

J’ai lu quelques déclarations de nos évêques,

à Lourdes, le mois dernier, que j’ai trouvées

tout à fait justes, mesurées et lucides en même

temps.

Je suis personnellement gêné quand

l’indignation prend la forme d’une riposte ;

c’est donner trop d’importance à des œuvres

qui ne valent pas le déplacement et sont le

signe d’un abêtissement culturel affligeant.

Porter plainte, pourquoi pas, mais pas

manifester, ce qui est faire de la publicité à ce

qui ne le mérite pas.

Non ! On ne va tout de même pas monter une

croisade à cause du ‘caca’ qui défigure le visage

du Christ (j’emploie le mot à dessein, car il

paraît que c’est la peinture utilisée).

Au demeurant, si christianophobie il y a, ce que

je crois aisément, la meilleure attitude est de

ne pas tomber dans le piège où l’on cherche à

nous faire tomber : on veut nous ridiculiser et

nous faire sortir de nos gonds…

Dans ce cas, je préfère laisser ces grands

artistes diluer leur talent dans le ‘pipi’ (vertu

récemment découverte de ce liquide) et aller

voir, à Brionne, les dessins des enfants de

l’école...

Fr. Paul Emmanuel

Abbé du Bec-Hellouin

32 - Église d’Evreux janvier 2012


spÉcial Jeunes

A Dieu,

rien est impossible !

Ce mardi 22 novembre nous étions 70 rue Charles Corbeau pour

entendre le témoignage de Laurent Gay, passionné de Dieu :

témoin de Jésus Ressuscité.

Laurent est né en 1964 et a vécu dans

une cité du nord de Paris. Il était un

enfant « introverti » et son premier

pétard fumé entre potes à onze ans

était pour lui une délivrance : « A

cette époque, le shit m’a libéré. » explique-t-il.

Ce qu’il ne savait pas encore,

c’est que cette « délivrance »

allait au contraire l’enfermer dans un

engrenage dangereux. Devenant dépendant,

Laurent, devient dealer, accumule

les vols, les bagarres, les braquages, se mêle à des trafics en

tout genre…

Pour rompre avec l’emprise de la drogue, il choisit de partir un an à la

campagne. Il cesse alors toutes consommations de drogues. Une fois

cette « cure » terminée, Laurent retourne à Paris et retombe de plus

belle dans la « came ». « Quand tu arrêtes et que tu retombes, c’est

encore pire », explique l’homme au visage marqué par le passé. A ce

moment, il rencontre Florence, son premier amour. Il la fait sombrer

avec lui. « Sûrement à cause des seringues », ils attrapent tous les deux

le VIH. Laurent contracte en plus l’hépatite C, maladie incurable du foie.

Suite à une affaire de bagarre à l’arme blanche, Laurent est arrêté. Un

jour de prison comme les autres, alors qu’il est « au bout du rouleau »,

sur le point de se suicider, Laurent crie vers le ciel, vers quelque chose

qu’il ne connaît pas: « Toi qui est là-haut, le Tout-Puissant, Maître de

l’univers, j’ai besoin de ton secours, viens à mon aide, prends pitié de

moi». Et tout à coup, mon corps peu à peu ressentit une grande paix,

puis mon être se laissa réconcilier avec mes propres blessures et enfin

mes yeux se détournèrent de ma propre misère pour fixer la Miséricorde

divine ».

Dans un état général critique, Laurent est hospitalisé. Il y est alors régulièrement

visité par un prêtre qui lui fait connaître la Communauté des

Béatitudes. Il y découvre Dieu et Marie-Dominique, sa future femme.

Depuis, il a une vie normale, il est marié et a deux enfants, procréés l’un

et l’autre dans un grand acte de foi insensé, sans rien leur transmettre.

Il enchaîne guérison sur guérison physique… et intérieures. Laurent

ressent l’appel de Dieu à s’occuper de jeunes et à témoigner sa joie et

surtout son espérance car «Dieu est le seul Chemin qui conduit au vrai

bonheur».


Anthony HOUSSAIS

Agenda

Jeudi 5 janvier, 18h30

Messe

pour les vocations

suivie de l’adoration à

l’église de Pinterville,

organisée par le service

des vocations.

Contact : Père Jérôme

PAYRE 06.03.31.83.53

jerome.payre@wanadoo.fr

Samedi 28 janvier, 20h30

Veillée de louange

Organisée par Hosanna,

église de St Michel à

Evreux.

Contact : Marie BORIES

06.12.14.29.43

marie-bories@orange.fr.

Dimanche 5 février

Journée à Amiens

«Je suis la lumière du

monde». Organisée

par l’aumônerie de

l’enseignement public,

pour les collègiens.

Contact : Isabelle DUTERTRE

02.32.62.82.31

aep27@evreux.catholique.fr

du 4 au 10 mars

Camp ski-spi

Organisée par l’aumônerie

de l’enseignement public, à

Septmoncel - Jura.

Contact : Hélène CHERON

06.33.33.85.65

aep-st.andre@orange.fr

33


Revue de presse

Ils s’imposent le silence

Solidarité. Ils élèvent la voix contre les atteintes à l’humanité en ne disant rien du tout

pendant une heure. Paris-Normandie - 11 novembre 2011

Chaque premier samedi du

mois, ils s’installent un à un en

cercle devant la médiathèque.

Ils, ce sont les membres

du groupe oecuménique

d’Evreux ou de la Mission

Ouvrière de l’Eure, de la Pastorale

des migrants de l’Eure.

Des chrétiens, catholiques ou

protestants, pour la plupart,

mais pas seulement ... Il y a

aussi des non-croyants.

D’une quinzaine de participants

au début, ils sont désormais

plus d’une trentaine.

Mais pourquoi utiliser le

silence si l’on veut faire entendre

sa voix ? « La parole ne

sert à rien et en utilisant cette

manière de faire, nous tenons

à faire comprendre la réalité

de l’enfermement », explique

Max Dubois.

34 - Église d’Evreux janvier 2012

Un cercle ouvert à tous

Le mouvement des cercles du

silence a été lancé en France

en 2007 par les Franciscains

de Toulouse et a été relayé

dans de nombreuses villes par

des associations telles que la

Cimade, le Réseau éducation

sans frontière.

Ces cercles sont ouverts à

tous, à la seule condition

de respecter la règle du silence.

Ils s’élèvent contre les

atteintes à l’humanité des

sans-papiers, à leur enfermement

systématique dans les

centres de rétention administrative.

Ces cercles de silence

ont des aspects différents suivant

les villes mais ils ont tous

un même objectifs : « Aider

nos concitoyens à prendre

conscience de la brutalité de

l’enfermement. La dignité de

chaque personne humaine

ne se discute pas. Elle se respecte...»,

conclut Max Dubois.

Défi à la détresse

Solidarité. En famille ou seules, les personnes démunies de Vernon et alentour trouvent

aide et réconfort auprès de la conférence St Vincent de Paul. Paris-Normandie - 28 novembre 2011

En famille ou seules, les personnes

démunies de Vernon et

alentour trouvent aide et réconfort

auprés de la Conférence

Saint Vincent de Paul, de plus

en plus. Dix pour cent de bénéficiaires

de plus que l’an dernier.

C’est le triste constat que dresse

Jean Marie Féron, le président

de la société Saint Vincent de

Paul à Vernon.

« Nous distribuons environ

65 000 équivalents repas par

an, à des demandeurs d’asile,

mais aussi à des jeunes en

rupture de liens familiaux. Des

personnes en grande difficulté.

Certains finissent par s’installer

mais ça ne représente que dix

pour cent des personnes que

nous aidons. D’autres quittent

le secteur et nous les perdons

de vue. Et puis, d’autres encore

sont là depuis dix ans… »

L’association qui fonctionne

grâce aux dons des particuliers,

de la Banque alimentaire et à

l’aide européenne, a malheureusement

de quoi faire !


Recension

CROIRE QUAND MÊME

Libres entretiens sur le présent

et le futur du catholicisme

Dans son livre, Joseph Moingt théologien tente de répondre, car

elles le hantent, aux questions vitales qui se posent à la société, à

l’Eglise et aux croyants. Pour lui, l’avenir de l’Eglise au plein vent

du monde est dans la liberté que lui donne l’Evangile et le Christ.

Il aborde sans peur la fuite

des fidèles, le tarissement des

vocations, les dissensions internes,

les conflits d’autorité, la crise de la

société, la place de la chrétien

dans la construction de l’Europe,

la mondialisation, l’islam, le

bouddhisme…….

Il parle de la quête de Dieu par les

hommes de tous les temps, du doute,

de la foi, de la prière, de la « Tradition,

la vraie, celle qui est vivante, qui

n’est pas répétition, mais incessante

innovation à la poursuite de la Vérité

plénière vers laquelle l’Esprit Saint conduit les croyants ».

Il dit encore : « nous ne pouvons mieux communiquer le sens

de Dieu qu’en associant à notre recherche celles et ceux qui

se disent incroyants , ….sans leur dissimuler les questions que

nous nous posons, sans prétendre apporter de réponses à leurs

propres questions mais en leur montrant comment la foi en Jésus

nous maintient sur les traces de Dieu. » Rêvant de lieux où toutes

et tous se retrouveraient pour dire : que pouvons–nous faire

ensemble ?

Ce livre est une formidable réflexion sur la foi qui n’est rien

si elle n’est pas une relation à Dieu, inscrite au cœur de tous

nos actes, acte de confiance en l’Esprit qui œuvre dans les plus

petites communautés et dans le monde, acte de foi en l’avenir de

l’Eglise grâce à l’Evangile, source inépuisable de régénération et

d’innovations.

Claudine ONFRAY

Éditeur : Temps présent, Paris

Collection : Semeurs d’avenir, 243 pages

Médiathèque

L’ENFANT AU GRELOT &

PATATE et LE JARDIN

POTAGER

D.V.D. - 52 mn

> Après une tempête de

neige, un bébé est retrouvé

par un facteur au milieu de

la forêt. Il tient serré un

curieux grelot…Le jeune

Charlie grandit dans un

petit orphelinat. Quelques

jours avant Noël, Charlie

accompagne son ami le

facteur qui doit apporter les

lettres écrites au Père Noël…

> Dans un jardin potager,

quatre légumes s’aperçoivent

que leur bon jardinier venu

pour les récolter les a

oubliés. Une petite carotte,

un poireau craintif et un

brocoli roublard décident

d’envoyer en éclaireur Patate,

le quatrième de la bande….

MARIE

D.V.D - 104 mn

Marie, si proche des

hommes… Des milliards de

chrétiens de tous âges se

confient à elle, se rendent

en pèlerinage dans des

sanctuaires qui lui sont

dédiés, s’engagent à son

exemple dans une vie

de service et d’amour,

accomplissant aujourd’hui

son Magnificat…Comment

Marie peut-elle être à ce

point présente dans la vie

des hommes de tous les

temps ?

Médiathèque diocésaine

Centre St Jean - 11bis rue J. Bart

Nétreville - 02.32.62.82.35

35


d e m e n a g e m e n t s

27 gravigny Tél. 02.32.38.89.90

la procure

Librairie religieuse et générale

CD - DVD - art religieux - santons - aubes

21, rue Charles Corbeau - EVREUX

Tél. : 02 32 33 26 52 - Fax : 02 32 38 35 69

librairie.evreux@laprocure.com

10, rue Oscar-Legras

27000 ÉVREUX

Tél. : 02 32 58 10 01

Port. : 06 76 47 56 77

adx.plomberie@orange.fr

EntrEprisE de maçonnEriE généralE

egasse S.A.S.

Constructions

Carrelages

Rénovation

Isolation

7 bis, rue Principale - 27120 CAILLOUET

tél. 02 32 36 93 36 l Fax 02 32 36 07 72


site internet

Site Internet

http://evreux.catholique.fr

En ce mois de Décembre, le site internet diocésain invite à

réfléchir sur le sens de Noël pour les chrétiens.

Les rues scintillent comme les yeux des enfants, les maisons

se parent de guirlandes et décorations. Les menus s’élaborent.

Noël est sans doute la plus connue des fêtes chrétiennes, célébrée

dans la nuit du 24 au 25 décembre presque partout dans le

monde, aussi bien par des croyants que des non croyants.

Pour les chrétiens, la fête de Noël (du latin natalis, « nativité »)

célèbre la naissance de Jésus, Fils de Dieu, le Sauveur attendu, annoncé

par les prophètes. Jésus veut dire en hébreu « Dieu sauve ».

Ce nom même révèle son identité et sa mission, sauver les

hommes et les conduire vers le Père. Les évangiles donnent à

comprendre que la naissance du Fils de Dieu s’est passée humblement

: pauvre parmi les pauvres, Jésus nouveau né est couché

par sa mère dans une mangeoire.

A Noël, nous fêtons certes

un petit enfant, mais ce petit

enfant est le Seigneur de

Pâques ; il est vrai homme

dans sa crèche, mais homme

promis à la croix. Noël nous

met sur le chemin du passage

de la mort à la résurrection.

Tout le dossier de Noël sur

le site internet diocésain

en passant par le carroussel

de la page d’accueil indiqué

par cette flèche.

fondée le 22 mars 1879

Journal Eglise d’Evreux

Association diocésaine

Bulletin mensuel du diocèse d’Évreux

Directeur de la Publication :

Père Michel Daubanes

Rédaction :

Mme Yvette Delacour

Composition, mise en page, abonnement :

Mme Laure Poitras

Centre diocésain St Jean

11 bis rue J. Bart - BP 165

27001 Evreux cedex

02.32.62.82.30

CPPAP : 1213 l 84070

ISSN : 0295-1282

Dépôt légal n° 18471

1er trimestre 2012

Imprimerie :

Vert Village - 27000 Évreux

Couverture :

Fresque de la chapelle orthodoxe

St Jean en Royans (Drôme).

Calendrier de Rédaction

n° 2 - Février : 3 janvier

n° 3 - Mars : 31 janvier

n° 4 - Avril : 6 mars

Pour le numéro 2,

merci d’envoyer

vos textes et photos

pour le 30 décembre au plus tard :

eglisedevreux@evreux.catholique.fr

jydelacour@free.fr

Abonnez-vous - réabonnez-vous à Église d’Evreux

Revue mensuelle de la vie du diocèse (11 numéros par an) : avec la vie des communautés, paroisses,

mouvements, services, ainsi que des textes, documents et dossier sur des sujets importants.

Abonnement normal : 38 € Abonnement de soutien : à partir de 48 €

Nom et prénom : ......................................................................................................................................................

Adresse :...................................................................................................................................................................

CP :................................................................ Ville : .................................................................................................

Je joins un chèque à l’ordre de l’Association diocésaine.

A adresser à Eglise d’Evreux Abon. - Centre St Jean - BP 165 - 27001 Evreux cedex

37


demandez plus a votre banque privée

Julien marousé - tél. : 06 88 49 56 84

lCl banque privée - 41 rue Chartraine - 27000 evreuX


Quand la cathédrale

fait peau neuve ...

Les travaux actuellement en cours

sur la cathédrale Notre Dame

d’Evreux paraissent sans aucun

doute pharaoniques ! En effet,

une telle « restauration » n’avait

pas eu lieu depuis l’intervention

de Violet Le Duc au XIXe et celle

de la grande reconstruction après

la dernière guerre.

Ce à quoi nous assistons

aujourd’hui, c’est avant tout

un grand nettoyage de la

pierre et une consolidation

des parties endommagées par

le temps. Ces travaux prévus

pour durer au moins sept ans,

nous redonneront une « Notre

Dame d’Evreux » dans toute sa

splendeur. Mais ce qui chagrine,

en y regardant de plus près, c’est

qu’à cause du manque de moyens

financiers… notamment les

pinacles, gargouilles etc… qui ont

été détruits lors de la tempête de

1999, ne sont tout simplement

pas remplacés ni même restaurés.

Certaines sculptures placées si

haut qu’elles ne permettent pas

à l’œil de les voir, ne seront pas

refaites…

Aujourd’hui, après deux ans

de travaux, le transept Nord se

dévoile à nous et l’on découvre

une véritable dentelle de pierre

façonnée par les mains de

l’homme pour élever à Dieu ce

magnifique poème de pierres…

Le transept Nord, l’un des plus

beaux existant en France, est

l’œuvre de Jehan Cossard au

milieu du XVIe.

La poursuite du chantier tourne

maintenant sur le chœur de

la cathédrale côté nord en

direction de la chapelle de la

Mère de Dieu. Et ainsi d’années

en années l’ensemble de l’édifice

aura retrouvé sa blancheur…

à découvrir dans sept ans !

39


du 18 au 25 Janvier 2012

« semaine de prière pour l’unité des chrétiens »

Tous, nous serons transformés

par la Victoire de notre Seigneur Jésus-Christ

Je vais vous faire connaître un mystère.

Nous ne mourrons pas tous, mais tous, nous serons transformés, en un instant,

en un clin d’oeil, au son de la trompette finale.

Car la trompette sonnera, les morts ressusciteront incorruptibles,

et nous, nous serons transformés.

II faut en effet que cet être corruptible revête l’incorruptibilité,

et que cet être mortel revête l’immortalité.

Quand donc cet être corruptible aura revêtu l’incorruptibilité et que cet être

mortel aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Écriture :

La mort a été engloutie dans la victoire.

Mort, où est ta victoire ?

Mort, où est ton aiguillon ?

L’aiguillon de la mort, c’est le péché,

et la puissance du péché, c’est la loi.

Rendons grâce à Dieu,

qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ.

Première épître aux Corinthiens,

chapitre 15

C’est en priant et en oeuvrant pour la pleine unité visible de l’Église que nous serons nousmêmes

(ainsi que les traditions auxquelles nous appartenons) changés, transformés et rendus semblables

au Christ. L’unité pour laquelle nous prions requiert peut-être le renouveau de certaines formes de vie

ecclésiale dont nous sommes familiers. Cette unité va au-delà du « confort » d’une relation d’amitié et

de collaboration.

Elle requiert de notre part la volonté de renoncer à nous concurrencer mutuellement. Il faut

que nous nous ouvrions les uns aux autres, nous fassions des dons et acceptions d’en recevoir en

échange, afin de pouvoir entrer vraiment dans la vie nouvelle du Christ, qui est la seule vraie victoire.

More magazines by this user
Similar magazines