Les barrages de l'Eau d'Heure: - Natagora

natagora.be

Les barrages de l'Eau d'Heure: - Natagora

Les barrages de l’Eau d’Heure:carrefour européen des oiseauxLa construction du complexe des barrages de l’Eau d’Heure débuta en 1971. La raisonprincipale de ces travaux titanesques était de pouvoir assurer un niveau d’eau constantaux voies d’eau navigables que sont la Sambre et le canal Charleroi-Bruxelles. En 1978,près de 600 hectares sont ainsi mis sous eau. Rapidement les affectations du site sediversifièrent. Actuellement les loisirs y occupent une place de choix: village de vacances,Aquacentre, pêche, nautisme (voile, plongée, jet ski, …), sentiers de randonnée, …Dès le début l’endroit attira toute unefaune ailée typique des milieux aquatiques.Renforcée par la présence à proximité debois et de bocages mais aussi des étangsde Virelles et de Roly, la région devenaitainsi un “must” en matière d’ornithologiewallonne.Aves, société d’ornithologie, compris trèsvite l’intérêt majeur du complexe et y organisadifférentes excursions et suivis del’avifaune. L’hiver passé, par exemple, a étéeffectué de novembre à février le recensementmensuel des oiseaux d’eau hivernants,le comptage mensuel du dortoir degrands cormorans de septembre à mars ouencore le comptage du dortoir des mouetteset goélands de la mi-janvier. Les nombressont assez impressionnants puisquepas moins de 2.848 oiseaux d’eau en hivernageont été comptabilisés en janvier ainsique près de 9.000 mouettes et goélands !Grand Cormoran séchant ses ailespage 6 // CLIN D’ŒILMouette et goélandLes fluctuations continuelles du niveaud’eau et le dérangement important dû autourisme pendant l’été font que les barragesrestent en priorité un lieu d’hivernageet d’étape de migration pour nos différentesespèces de canards. Quelques espècesintéressantes se sont néanmoins installéesdurablement pour nicher comme leGrèbe huppé ou le Fuligule morillon, petitcanard plongeur dont le mâle arbore unetunique noire et blanche caractéristique.Par leur dimension et leur profondeur, lesplans d’eau ne gèlent pas l’hiver et serventde refuge aux oiseaux qui ont fuit le gel dessites nordiques ou des étangs régionaux.Les concentrations atteignent alors leurmaximum. La Foulque macroule, genre degrosse poule d’eau, reste de loin l’oiseau leplus répandu, ensuite nous trouvons dansl’ordre décroissant le Canard colvert, leFuligule morillon, le Grèbe huppé, le GrandCormoran et le Canard chipeau. Parmi lesespèces moins communes, voire rares, lesbarrages ont la particularité d’abriter enhiver des espèces qu’on ne trouve habituellementqu’en pleine mer !!! Cesoiseaux trouvent ici certainement quelquesanalogies avec leurs lointains rivages. Lesplongeons font sûrement partie des espècesles plus convoitées par les ornithologues,mais aussi la Macreuse brune, leFuligule milouinan ou le Harle piette pourn’en citer que quelques exemples.Ce qui est le plus étonnant encore est l’originegéographique de ces espèces hivernantes.La majorité d’entre elles nousviennent évidemment de régions plus nordiques:Islande, Iles Britanniques, Pays-Bas, Scandinavie et même de la frangenord de la Sibérie pour les plus lointaines.D’autres nous proviennent de l’est commele Goéland pontique originaire des bordsde la mer Noire, ou encore la GrandeAigrette, sorte de grand héron blanc dontles plus proches sites de reproductionhabituels avoisinent la Hongrie. Celle-cisemble s’acclimater de mieux en mieuxdans nos régions. D’autres encore, commele Goéland leucophée, ont des comportementsvraiment particuliers, en effet, cesoiseaux originaires des rivages méditerranéensremontent le Rhône en automnepour rejoindre nos régions et y passer l’hiver.C’est à y perdre son latin !! Le Pipitspioncelle, petit passereau brunâtre, quitteles Alpes l’hiver pour des altitudes plusbasses et se retrouve souvent sur lesvasières ou dans les prés humides.Comme on le voit, les barrages de l’Eaud’Heure deviennent, l’hiver, un véritablecarrefour européen des oiseaux !!!Pour certains d’entre eux, on a même puen connaître l’origine précise. En effet, différentsprogrammes de baguage ontéquipé certains oiseaux de bagues colorées.La lecture de ces bagues sur le terrainse fait au moyen d’un télescope. Grâceà Internet, on peut rapidement se mettreen contact avec l’équipe de baguage qui


Fuligule morillon et Harle Piettepeut nous donner des renseignementsprécis sur l’oiseau en question. On a, parexemple, pu identifier près de 400 grandsgoélands différents venant de toutel’Europe, des Grands Cormorans danoisou hollandais, une Buse variable baguéeprès de Leipzig en ex Allemagne de l’est,un Faucon pèlerin allemand,…Dès que l’hiver a tiré sa révérence, lamajorité des oiseaux hivernants quittentrapidement nos eaux pour leurs sites denidification. Il ne faut pas trop s’attardercar les premiers arrivés choisiront lesmeilleures places ! Ensuite, sur les rivesdes barrages, commence un autre spectacle,celui des migrateurs qui reviennentpour la plupart de la lointaine Afrique.Passereaux, petits échassiers,… traversenten nombre nos régions. Certains s’yarrêtent, d’autres continuent leur routevers le nord. Les hirondelles, les pouillots,les bergeronnettes sont alors enplein passage, l’élégante avocette selaisse parfois surprendre…Mesures concrètesde conservationLa commune de Couvin est située dansune région particulièrement riche etdiversifiée. C’est pourquoi la conservationde son environnement est pour elle unepréoccupation importante.Elle se doit donc de prendre des mesuresconcrètes de conservation.UN PREMIER BILAN S'ÉTABLITCOMME SUIT:Batraciens: Une mesure courageuse etnovatrice. Lors de la migration de nombreuxbatraciens sont écrasés sur les routes.Il a donc été décidé de fermer certainstronçons de routes de l’entité durant unepériode définie, et ce, de 19.00 h à 7.00 h.Ainsi, par exemple, la route menant aubarrage qui longe une zone d'étangs et demarais est très fréquentée par lesGrenouilles Rousses, les Crapauds et par 3espèces de Tritons. La migration étantprincipalement nocturne, des milliers debatraciens sont ainsi épargnés.Botanique: Les bas-côtés des routes doiventrégulièrement être fauchés afin d'assurerla sécurité de la circulation. Cecientraine fatalement la destruction de sitesfleuris. Afin de préserver, dans la mesuredu possible, des sites fleuris rares ouexceptionnels, les machinistes ont reçupour instruction de lever les faucheuses.Ainsi nous laissons les fleurs monter engraine et assurons la pérennité des espèces.Grâce à cette mesure, plusieurs sitesriches en orchidées ont pu s'étendre defaçon remarquable.Dans son ensemble, le complexe des barragesde l’Eau d’Heure a su garder au fildes années un intérêt de premier ordrepour notre avifaune. Il faut espérer que lafréquentation grandissante du site permettrad’intégrer tourisme et protectionde l’environnement. Ainsi seulementnotre région pourra concilier une économielocale à développer et un attrait pourun patrimoine naturel exceptionnel.Philippe DeflorenneChouettes Hulottes: La dynamique despopulations de la Chouette Hulotte fait l'objetd'une étude depuis 1991. Les 62 nichoirsposés dans les bois de Couvin, Pétigny etCouvin doivent être progressivement remplacés.La commune de Couvin contribue àla fourniture des panneaux marins destinésà la construction de ces nichoirs.Ceci n'étant qu'un aperçu des différentesactions en cours, vous serez informésrégulièrement sur les nouvelles actionsentreprises.Raymond DouniauxBourgmestre de CouvinAvocette éléganteCLIN D’ŒIL // page 7

More magazines by this user
Similar magazines