Place du médecin en secours, Dr Briot - Secours-montagne.fr

secours.montagne.fr
  • No tags were found...

Place du médecin en secours, Dr Briot - Secours-montagne.fr

MEDICALISATION DESSECOURS DEHAUTE-MONTAGNEDr BRIOTOlivierCentreHospitalierMEDICALISATIONDES SECOURS DEBriançon


Le secours en montagne est une activitéspécifique qui pousse à l’extrême leconcept français de médicalisationextra-hospitalièreLa difficulté majeureconsiste à trouverdans chaquesituation le bonéquilibre entre


LES CONTRAINTESDU MILIEU


La Hautemontagne,en plus d’êtresourced’accidentologie,agitcomme facteuraggravant detoute lésioninitiale commefacteur limitantde la prise enLES CONTRAINTES DUMILIEU


LESCONTRAINTESDU MILIEU Le FroidL’exposition au froid aggrave l’état de lavictime et impose son extraction rapideFacteur limitant:– Voie veineuse périphérique etvasoconstriction– Surveillance: saturation, scope– Gel du matériel: tubulure de perfusion,sonde d’intubation– Gestes délicats mains nuesTout blessé grave de montagne est suspect


LES CONTRAINTES DUMILIEU Le VentAccélère le refroidissementdu blesséFacteur limitant del’approche héliportéeMajore la difficulté desgestes médicaux: bruit,projection de neigeou de poussière,dégradation ou envol du


LESCONTRAINTESDU MILIEU Le relief: site plus ou moins accessibleexposition à la verticalité La couverture nuageuse: conditionnel’héliportage /dépose plus ou moins proche du site /caravane pédestre La neige / la glace: risque de dévissage /chute en crevasses / chute de séracsCas particulier des cascades de glace Le rocher: chute de pierres L’eau: aggrave le refroidissement


LES CONTRAINTESDU MILIEU L’altitudePathologies propres en cas de mauvaiseadaptation= MAM / OPHA / OCHAEn cas de traumatisme, rupture de l’équilibreprécaire l’acclimatation


LE SUR-ACCIDENT Touche aussi bien la victime queles équipes de secours Le risque de sur-accident est àprendre en compte à chaquesecours Ce risque peut imposer uneextraction la plus rapide possiblede la victime avec unconditionnement minimum voireinexistant dans les cas extrêmes


LESINTERVENANTSDU SECOURS


LE ROLE DESINTERVENANTS Les secouristes: assurent la technicité del’intervention, la sécurité de l’équipe et l’aide àla médicalisation L’équipage héliporté, pilote ettreuilliste: a pour missionLa dépose de l’équipe au plus près de lavictimeLa récupération et l’évacuation de lavictime Le médecin: doit être rôdé à l’urgence préhospitalière,savoir travailler seul et êtreautonome en milieu périlleux


LA COMPLEMENTARITE DESINTERVENANTS Dans le ménage à trois, équipage,secouristes et médecin, chacun a sescontraintes et doit s’adapter au mieuxpour optimiser la PEC de la victime. Cela implique des équipesexpérimentées, restreintes et qui seconnaissent parfaitement. Le médecin n’est pas maître d’œuvre dusecours


LE DEROULEMENT DESSECOURS


Vincendon Henry 1953


LES DIFFICULTES DEL’ALERTE L’alerte est souvent imprécise: cris,témoins de l’accident, redescente àpied, appel radio au poste desecouristes, téléphone portable. La fiabilité des renseignements est trèsrelative Régulation médicale limitée voireimpossible Attitude pratique:Problème supposé bénin à proximité:


L’APPROCHE DU LIEUD’INTERVENTION Délais allongés en raison du vol enmontagne, du repérage desvictimes. Trois situations:Il existe une aire de posé: l’équipedescend après arrêt du moteur ourotor tournantPas d’aire de posé mais approchepossible: l’équipe descend en volstationnaire ou en appui patin


L’EXAMENMEDICAL Doit être simple et rapide: un choixs’imposeEvacuation en état?Dépose secondaire?Gestes de réanimationsur place?


LES DIFFICULTES DEL’EXAMENHabillement adapté au froidInaccessibilité de certaines parties ducorpsBruits: vent, hélicoptèreAngoisse du blessé avec agitationStress du médecin « situationextrême »Stéthoscope?Constantes vitales: tensiomètre radial,saturomètre de doigt, scope,


THERMOMETREEPITYMPANIQUE


THERMOMETREHYPOTHERMIQUE


LE MATERIEL MEDICAL Il faut tenter de résoudre l’équationinsoluble: maximum de matériel pourun poids et un volume minimum Tout le matériel, médical et équipementpersonnel de montagne, doit rentrerdans un sac de 40 L portable5 pochettes: perfusion, pansement,ampoulier, intubation et ventilationScope, oxymètre de pouls, tensiomètreCasque, crampons, gants, doudoune légère Une bouteille d’O2 dans la cabine del’hélicoptère


LA PRISE EN CHARGEMEDICALE Soumise à la pression du milieu etde l’équipe Peut être à minima ou complète Ne pas exposer inutilement toutel’équipe de secours en voulantréaliser une prise en chargeoptimale Soustraire rapidement la victime


INDEMNE OULEGEREMENT BLESSE Patient difficilement accessible oudanger potentiel:Pas de médicalisation sur sitePrise en charge initiale par les secouristesTreuillage directement sur le baudrier ou àl’aide d’une sangle passée sous les bras Lieu d’intervention sans danger etaccessible:


LE PATIENTINTERMEDIAIREFracture de jambe ouverte ou hyperalgique, fémur noncompliqué, rachis non neurologique…Médicalisation rapide,minimale, non systématique, aucas par cas:Immobilisation: attelle, KED, piguillemVoie veineuse: vasoconstrictionpériphérique due au froid, dos de la main,fixation solide, gel de la tubulure, KT avecobturateur + site d’injection


LE PATIENTINTERMEDIAIRE Evacuation par treuillage:Perche Piguillem en position oblique.Médecin treuillé en premier et aiderale treuilliste à rentrer la civièretransversalement à bord.


Parapentiste: TC PC, luxation d’épaule,fracture des 2 chevilles, traumatismedorso-lombaire sans signe neurologique


LE PATIENT GRAVE Peser l’indication de chaque geste Discuter l’évacuation sur un site prochemoins exposé et plus confortable Rotation supplémentaire pour sacrespirateur Sédation: ISR, entretien par bolus Intubation: difficile à réaliser selon lesite, fixation de la sonde, durcissementde la sonde au froid, baisse de lapression du ballonnet à la descente Surveillance limitée


LE PATIENT GRAVE Treuillage à plat dans la perchepiguillem.Peut être impossible, trop longNécessité d’une zone de posésecondaire facile d’accès, victimesous l’hélicoptèreMédecin évacué en premier puisrotation pour la victimePas de surveillance et pas de geste


CONCLUSION Savoir prendre la décision du non geste Solitude du médecin Stress du médecin Cohésion de l’équipe

More magazines by this user
Similar magazines