Haiti Liberte 9 Mai 2018

haitiliberte

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

GRÈVE DES EMPLOYÉS DE

L’HÔPITAL GÉNÉRAL !

Depite Patrick

Norzéus chanje kan!

Page 6

English

Page 9

Voir page 4

Les employés de l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) sont obligés d’entrer pour la énième fois en grève de façon à forcer les

autorités du ministère de la Santé publique et de la Population (MSPP) à respecter leurs engagements !

Le Comité de

pilotage des états

généraux sectoriels

recommandera-t-il

la démission et le

jugement de Jovenel

Moïse?

Page 7

JOVENEL MOISE HUÉ AU 1ER

FORUM INTERNATIONAL DES

FEMMES ÉLUES D’HAÏTI !

Aujourd’hui, Marx a

deux cents ans !

Page 12

Voir page 4

Le premier Forum international des femmes élues du pays est en train de se dérouler du 7 au 9 mai 2018 à l’hôtel

Karibe convention Center

Cuba : Journée

internationale des

travailleurs !

Page 17


Editorial

HAITI

LIBERTÉ

Devoir de civisme et de solidarité internationale !

1583 Albany Ave

Brooklyn, NY 11210

Tel: 718-421-0162

Fax: 718-421-3471

Par Berthony Dupont

En ce mois de mai, trois événements de masse

populaire nous paraissent évidents, lesquels

événements tous les anti-impérialistes devraient

propager de façon à raviver l’espoir et l’enthousiasme

des travailleurs jusqu’à faire progresser la dynamique

de la solidarité internationale.

Il y a toujours deux forces qui s’affrontent dans

le monde. D’une part l’impérialisme avec ses alliés

et ses fantoches pour tenir intact le statu quo ; et

d’autre part, les forces progressistes, populaires et révolutionnaires.

En réalité, le véritable choix est entre

la continuation catastrophique de la politique capitaliste

de dépendance et de maintien des intolérables

injustices socio-économiques existantes et la ligne

populaire révolutionnaire.

C’est un devoir de civisme révolutionnaire que

tous les peuples en lutte apportent leur soutien et

se rallient à ces trois grands rendez-vous avec l’histoire.

La première est la grande manifestation du 13

mai des militants français pour la prise de la bastille

macronienne sur le mot d’ordre « Unité pour chasser

Macron ! ». Macron, un an, ça suffit ! Dehors maintenant,

tout de suite ! ». De façon à épargner aux

français et à l’humanité entière les plus pénibles

épreuves d’une politique nationale et internationale

qui ne fait que trahir toutes les aspirations légitimes

du peuple français.

Il nous faut coûte que coûte conjurer cette menace

fasciste. Tous les peuples épris de liberté, de justice

et de paix ont un intérêt fondamental à se débarrasser

des régimes réactionnaires que représentent

Emmanuel Macron et Donald Trump qui continuent

à accaparer les richesses des peuples et dévaloriser

la classe ouvrière jusqu’à opprimer par le biais d’une

aveugle répression, les plus démunis afin de mieux

dominer les pays exploités. Est-ce un hasard que

ces deux bonshommes soient arrivés au pouvoir de

leur pays respectif de la même manière ou presque

dont l’objectif primordial demeure la dégradation humaine.

Ainsi le 19 mai prochain, pour manifester le rejet

rigoureux et sans ambigüité des déclarations racistes

du président des Etats-Unis à l’égard du continent

Africain, des pays de l’Amérique Centrale et d’Haïti,

le Mouvement 1804 pour tous les Immigrés

se rendra à Washington en nombre imposant sur les

mots d’ordre : Trump doit partir ! Et l’amnistie générale

et inconditionnelle pour tous les immigrés

ayant le statut de Protection temporaire !; ce pour

éviter la politique du pire et briser cette épée de Damoclès

suspendue au-dessus de la tête des travailleurs

immigrants de toutes nationalités!

Que l’on ne s’y trompe pas, rien ne pourra arrêter

le vent revendicatif des masses populaires de souffler

davantage vers une nouvelle société. Que ce soit, en

France, aux Etats-Unis, et sans nul doute en Haïti.

Au Venezuela, c’est le même combat qui se

livre ! Le pays est menacé de chaos et d’anarchie

vu que les forces du mal qui ne cessent de saper et

de calomnier ses options bolivariennes font feu de

tout bois pour le déstabiliser, en le rendant ingouvernable

jusqu’ au bord du gouffre. Comme la cause des

peuples en lutte est une et indivisible, la résistance

populaire internationale ne doit jamais capituler. Au

contraire, elle doit continuer à combattre cette honteuse

connivence entre les présidents Donald Trump

et Emmanuel Macron. Ces deux fauteurs de guerre

ont patronisé une période des plus criminelles à l’encontre

du Venezuela pour l’empêcher de poursuivre

ses transformations révolutionnaires par la voie démocratique

des urnes.

Cette crise vénézuélienne ne reflète que des méthodes

utilisées par la diplomatie impérialiste occidentale

basée sur le mensonge, le chantage, les menaces

et la provocation. Alors, contre et vents et marées,

les forces progressistes doivent se constituer comme

une espèce de remparts de solidarité agissante avec

le peuple frère du Venezuela pour la réussite des élections

du 20 mai prochain. Les véritables intérêts du

peuple vénézuélien sont intimement liés à ceux de

tous les autres peuples qui luttent pour leur liberté et

souveraineté politique et économique.

L’avenir des peuples est dans la résistance et le

combat. Faisons nôtres les slogans de l’heure « Unité

pour chasser Macron ! ». « Unité pour chasser Trump

! ». « Unité pour défendre le Venezuela et tous les

autres pays persécutés ! ».

3, 2ème Impasse Lavaud

Port-au-Prince, Haiti

Email :

editor@haitiliberte.com

Website :

www.haitiliberte.com

DIRECTEUR

Berthony Dupont

RÉDACTEUR EN CHEF

Dr. Frantz Latour

RÉDACTION

Berthony Dupont

Wiener Kerns Fleurimond

Kim Ives

Frantz Latour

Guy Roumer

CORRESPONDANTS

EN HAITI

Daniel Tercier

Bissainthe Anneseau

COLLABORATEURS

Marie-Célie Agnant

J. Fatal Piard

Catherine Charlemagne

Pierre L. Florestal

Yves Camille

Jacques Elie Leblanc

Roger Leduc

Claudel C. Loiseau

Henriot Dorcent

Dr. Antoine Fritz Pierre

Jackson Rateau

Eddy Toussaint

Ray Laforest

Edmond Bertin

Robert Garoute

Jacques Nési

Ed Rainer

Ing. Roosevelt René

Robert Lodimus

ADMINISTRATION

Marie Laurette Numa

Didier Leblanc

DISTRIBUTION: MIAMI

Pierre Baptiste

(786) 262-4457

COMPOSITION ET ARTS

GRAPHIQUES

Mevlana Media Solutions Inc.

computertrusting@gmail.com

Bulletin d'Abonnement

A remplir et à retourner à Haiti Liberté 1583 Albany Ave, Brooklyn, NY 11210

Tel : 718-421-0162, Fax 718-421-3471

Etats-Unis

Tarifs d’abonnements

Canada

Nom: _________________________

Prénom: ______________________

Adresse: ______________________

Ville: _________________________

Etat/Pays: ____________________

Zip Code/Code Postal: ___________

Tél: __________________________

E-mail: _______________________

Modalités de paiement

Montant : $ ___________

Chèque Mandat bancaire

Carte de crédit

Numéro : ________________________

Date d’expiration : ________ /_______

Code de sécurité : _________________

Première Classe

$100 pour un an

$50 pour six mois

Amerique

Centrale,

Amerique du

Sud et Caraïbes

$125 pour un an

$65 pour six mois

Europe

$150 pour un an

$80 pour six mois

Afrique

$140 pour un an

$80 pour six mois $150 pour un an

$85 pour six mois

2 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


A Travers Haiti

Haïti reçoit un colloque international sur la Corruption

Par Milo Milfort

Les 3 et 4 mai 2018, le Campus

de l’Université Quisqueya (Uniq)

à Port-au-Prince a accueilli un grand

colloque international autour du

thème : Corruption et transparence :

mécanismes et enjeux à l’initiative de

l’Uniq et 1804 Institute Haitian Studies.

Dans l’objectif de contextualiser

historiquement son discours de

lancement, Jacky Lumarque, le recteur

de ce centre universitaire, a fait

un rappel tiré d’une lettre du ministre

Powel au secrétaire d’Etat américain

John Milton Hay - autour du fameux

procès de Consolidation de 1904 dans

lequel ont été impliqués 46 personnes

– 21 en fuite, dont l’ancien président

de la République et son ministre des

Finances.

Les inculpés de ce qui constitue

une massive fraude financière au préjudice

de l’Etat évaluée à plus de 97

millions de dollars ont reçu des peines

allant de 10 à 15 ans. Ce qu’il appelle

la « grande comédie haïtienne »,

puisque peu de temps après ce procès

conduit avec « compétence », les accusés

ont repris du service et trois des

condamnés sont devenus présidents.

« Plus de 100 ans après,

avez-vous le sentiment que la

comédie est terminée ? Fautil

se résigner, s’abandonner au

désenchantement ? », se demandet-il.

« La réponse de ce colloque est

d’emblée non ».

Si d’une part, il reconnait que les

pouvoirs publics se sont dotés depuis

une dizaine d’années de tout un arsenal

d’outils de défense sous la forme

de lois, d’institutions, de politiques

publiques pour faire face au problème

de la corruption … D’autre part, il

dénonce le fait qu’à l’évidence, les

résultats sont loin d’être satisfaisants.

« Au contraire, depuis quelques

années, nous avons l’impression

que la situation s’aggrave, que la

corruption tende à s’installer comme

un banal fait de société et que la seule

voie qui s’offre à nos jeunes pour

réussir consiste à épouser le modèle

tracé par nos élites (…) », a fait savoir

Jacky Lumarque.

Il ajoute que les conséquences

d’une telle pratique sont lourdes pour

l’économie incapable de croître, pour

l’État qui s’affaiblit et s’appauvrit,

pour la population, en particulier, les

pauvres privés des services publics les

plus élémentaires, pour les jeunes qui

ont perdu tout espoir en l’avenir de

leur pays.

La tenue de ce colloque s’explique

par l’ampleur que prend le

phénomène de la corruption en Haïti

et considérant l’intérêt croissant

qu’il suscite ces derniers jours dans le

monde. C’est l’une des rares fois que

l’Université haïtienne s’invite dans les

réflexions autour de cette gangrène

que représente la corruption.

Les thématiques traitées tournaient

autour de la définition et des

caractéristiques de la corruption, les

dispositifs de lutte contre le phénomène

et ses mécanismes de fonctionnement,

l’économie de la corruption,

l’évolution de l’économie haïtienne

dans le contexte mondial de corruption,

la sociologie de la corruption et

ses spécificités haïtiennes.

Des autorités politiques des trois

pouvoirs de l’Etat, des responsables

religieuses, des professeurs d’universités

et étudiants, des représentants

d’organisations intergouvernementales

– de la société civile et des ONG,

des experts internationaux, des ambassades

et représentations étrangères

ont assisté et / ou intervenus à ces

deux journées d’activités comportant

entre autres des sessions de travail,

conférences, panels, table-rondes et

expositions.

Des débats riches, sereins,

constructifs et ouverts ont eu lieu avec

différents intervenants venant d’horizons

divers autour de ce sujet qui pour

plus d’un se veut sensible et de taille

dans l’objectif d’apprendre, de comprendre

et de partager pour avancer,

dans le cadre de colloque qui visait

d’appréhender le phénomène sous

toutes ses formes : juridique, géographique,

économique, éthique, anthropologique,

culturel et sociologique.

« Ce colloque est un premier petit pas,

dans l’effort de construction d’un

chantier qui donne aux universitaires

l’opportunité de s’emparer de cette

importante question, non seulement

comme question de recherche, empirique

et théorique, mais aussi dans

la perspective d’aider à bâtir la coalition

d’acteurs en vue de construire,

un jour, l’observatoire haïtien de la

transparence et de la lutte anti-corruption

», termine le recteur de l’Uniq.

Tous les acteurs et intervenants

s’accordent sur la nécessité de faire

un front commun pour lutter contre le

phénomène, mais critique également

l’incapacité à résoudre le problème

mille fois identifiés.

« La corruption existe. Elle est

partout et est massive », constate pour

sa part l’ex première ministre haïtienne

Michèle Duvivier Pierre Louis entre

septembre 2008 et octobre 2009. En

ce qui à trait à Haïti, elle affirme qu’il

existe une énorme opacité dans l’Etat

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen et sur les conclusions conformes du ministère public,

maintient le défaut octroyé contre la partie défenderesse à l’audience du neuf (9)

juin deux mille seize (2016); pour le profit, déclare fondée la dite action; admet

en conséquence le divorce de la dame née Sindy Marie Stéphanie JOSEPH d'avec

son époux le sieur Donald DON pour injures graves et publiques; prononce la

dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits époux; ordonne à l'officier

de l'état civil de St Michel du Sud de transcrire sur les registres à ce destinés le

dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens

s’éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet;

commet l'huissier Morale Jean Pierre de ce tribunal pour la signification du

présent jugement ; compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous Me Marideline PAUL , juge en audience civile,

ordinaire et publique du vingt trois (23) juin deux mille seize (2016) en présence

de Me Mesner ELISME Substitut du ommissaire du Gouvernement de ce ressort,

avec l’assistance du sieur Emmanuel DESIR, greffier du siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen et sur les conclusions conformes du ministère public,

maintient le défaut octroyé contre la partie défenderesse à l’audience du trois (03)

octobre deux mille dix-sept (2017); pour le profit, déclare fondée la dite action; admet

en conséquence le divorce du sieur Edner PIERRE d’avec son épouse née Imara

SAINTEARD pour incompatibilité de caractère, ce, au vœu de l’article 217 du Code Civil

Haïtien; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits époux;

ordonne à l'officier de l'état civil de Petite Rivière de Nippes de transcrire sur les

registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré

dans l'un des quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts

envers les tiers s'il y échet; commet l'huissier Morale Jean Pierre de ce tribunal pour

la signification du présent jugement aux fins de droit tout en compensant les dépens

en raison de la qualité des parties.

Donné de nous Me Marideline PAUL , juge du Tribunal de première instance de Miragoane,

en audience publique et en ses attributions civiles de divorce du dix (10) octobre

deux mille dix-sept (2017) en présence de Me Mesner ELISME, Av., Subs. Commissaire

du Gouvernement de ce ressort, avec l’assistance du greffier Emmanuel DESIR, du

siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

Pour la publication : Me Wilter LEGER, Avocat

De gauche à droite : Jacky Lumarque, le recteur de l’Université Quisqueya (Uniq), le ministre de la Justice Jean

Roudy Aly et Mr. Charles

haïtien, dans le gouvernement.

Autour de ce sujet sensible et

brulant qui suscite pas mal de polémiques,

l’ancien premier ministre

Jacques Edouard Alexis du 26 mars

1999 au 7 février 2001 et du 9 juin

2006 au 5 septembre 2008, croit de

son coté que la corruption a toujours

existé en Haïti. « Mais a-t-elle atteint

le seuil qu’on semble lui reconnaitre

aujourd’hui ? Là est toute la question,

dit-il. Depuis environ trois années,

le mot devient à la mode. Il est

objet de discussions dans tous les

foyers ».

A la fin de cette activité, les organisateurs

ont fait des recommandations

aux pouvoirs publics afin de

parvenir à la création d’un organisme

indépendant faisant office d’observatoire

de la corruption et de la transparence

en Haïti.

AVIS DE DÉNONCIATION !

Les Avocats Humanitaires d'Haïti (A2H) dénoncent avec véhémence l'attaque subie par la militante,

Germaine CASENAVE, le dimanche 29 avril 2018 aux environs de midi sur l'autoroute de Delmas.

En effet, madame CASENAVE travaille pour cette organisation comme bénévole depuis deux ans et

s'en charge du quartier populaire dénommé Simon Pélé, quartier très précaire situé au Nord de la

capitale haïtienne, proche de la Commune de Cité Soleil. Une telle attaque survient dans le contexte

où Haïti recule de sept places dans le classement mondial de l'Organisation Reporters sans Frontière

(RSF).

De plus, depuis le 14 mars de l'année en cours, le photojournaliste, Vladjimir LEGAGNEUR est porté

disparu dans le quartier pauvre de Grand Ravine où il s'était rendu pour un reportage. Récemment,

le défenseur des droits Humains, Pierre ESPERANCE du Réseau National de Défense des Droits

Humains (RNDDH) a reçu un pli postal dans lequel était insérée une balle et des tracts menaçant sa

vie ont été jetés devant le siège de l'Organisation. On se demande perplexe, si ce n'est le retour des

anciennes pratiques avec la disparition des personnes opposées au régime prédateur des droits

humains en Haïti.

Les Avocats Humanitaires d'Haïti décident de saisir les autorités judiciaires pour mener une enquête

et traquer les bandits conformément à la loi.

Toutefois, on est sans savoir qu'en Haïti que la justice n'est pas réellement indépendante, et, on sait

que les bandits sont protégés par les autorités, donc ils jouissent de l'impunité totale.

De ce fait, il devient de plus en plus difficile pour les militants et militantes des droits humains de

travailler sur le terrain en toute quiétude avec la présence de ce pouvoir prédateur qui donne carte

blanche aux bandits qui sèment la terreur en toute impunité.

Pour les Avocats Humanitaires d'Haïti.

Me Fatal Bonald, av.

Ce colloque international a eu

lieu dans un contexte où Haïti fait

partie des pays les plus corrompus de

la planète aux dires de l’ONG internationale

Transparency International

et à une époque où même son actuel

président Jovenel Moise est inculpé

par la justice haïtienne accusé dans

une affaire de blanchiment présumé

des avoirs en rapport avec ses activités

privées d’hommes d’affaires.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen et sur les conclusions conformes du ministère public,

maintient le défaut octroyé contre la partie défenderesse à l’audience du neuf ((9)

février deux mille dix-sept (2017); pour le profit, déclare fondée la dite action;

admet en conséquence le divorce de la dame née Marie Eveline CHAMPAGNE

d’avec son époux le sieur Joseph Carmelon DOIRIN, pour injures graves et

publiques; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits

époux; ordonne à l'officier de l'état civil de Petite Rivière de Nippes de transcrire

sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera

inséré dans l'un des quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers s'il y échet; commet l'huissier Morale Jean Pierre de ce

tribunal pour la signification du présent jugement ; compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous Me Marideline PAUL , juge en audience civile,

ordinaire et publique du vingt trois (23) février deux mille dix-sept (2017) en

présence de Me Mesner ELISME Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce

ressort, avec l’assistance du sieur Emmanuel DESIR, greffier du siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

3


Jovenel Moise hué au 1er Forum

international des femmes élues d’Haïti !

Grève des employés de

l’Hôpital général !

Le président de la République

Jovenel Moise s’est fait chahuter

par des élues locales au moment où

il s’apprêtait à prendre la parole

Quelques membres du Syndicat des travailleurs de la santé de l’Hôpital

de l’Université d’Etat d’Haïti

Par Marie Laurette Numa

C

’est à l’hôtel Karibe convention

Center à Juvena, Pétion-Ville

qu’est en train de se dérouler du 7

au 9 mai 2018 le premier Forum

international des femmes élues du

pays sous le thème « genre et décentralisation

»

Pour la première fois, ces

femmes élues de la Fédération

des femmes maires d’Haïti

(Fenafemmh), les femmes parlementaires,

des membres des Conseils

d’administration communale (Casec),

des membres des Assemblées

des sections communales (Asec) et

des femmes déléguées de ville ont

été à l’honneur flanquées d’autres

élues internationales venues de

l’Europe et de l’Amérique.

Le lundi 7 mai, jours de lancement

du forum international des

femmes élues d’Haïti, le président

de la République Jovenel Moise s’est

fait chahuter par des élues locales au

moment où il s’apprêtait à prendre

la parole. Les élues locales reprochaient

au chef de l’État de n’avoir

pas tenu aucune de ses promesses.

Malgré tout, dans son message de

circonstance, le président inculpé a

salué l’initiative qui, selon lui, constitue

une grande victoire dans la

lutte en faveur de l’intégration des

femmes et du respect de leurs droits.

Le président du Sénat, Joseph

Lambert qui a pris également la parole

le premier jour a, de son côté

déclaré à propos de cette initiative.

« Je m’associe au 1 er Forum international

des femmes élues d’Haïti.

C’est un événement important

qui mérite d’être encouragé. Aujourd’hui

comme hier, je supporte

l’intégration des femmes dans les

espaces du pouvoir et de décision »

La présidente de la Fédération

des femmes maires d’Haïti, Rosemila

Petit-Frère a pour sa part appelé

« au respect des droits des femmes

qui sont soumises à toutes sortes

d’épreuves »

Une vue de l’assistance au Forum international des

femmes élues du pays

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen, le ministère public entendu, maintient le défaut octroyé contre

la défenderesse à l’audience précitée; pour le profit, déclare fondée la dite action; admet

en conséquence le divorce du sieur CLIFFORD LINCE BORDES d’avec son épouse née

RACHELLE PIERRE LOUIS pour injures graves et publiques aux torts de l’épouse; prononce

la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits époux; ordonne à l'officier de

l'état civil de la section Sud de Port-au-Prince de transcrire sur les registres à ce destinés le

dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s’éditant

à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet; commet l'huissier

BERTELSON JOSEPH de ce siège pour la signification de ce jugement ; compense les

dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous CHANLATTE MATHIEU, juge en audience civile, ordinaire et

publique, séance tenante du jeudi quinze mars deux mille dix-huit, en présence de Me

NEHEMIE JEAN BAPTISTE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, et avec

l’assistance du sieur MOZART TASSY, greffier du siège.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution; aux

officiers du Ministère public près les tribunaux civils d’y tenir la main ; à tous commandants

et autres officiers de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront

légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du Juge et du Greffier susdits.

Ainsi signé : CHANLATTE MATHIEU et MOZART TASSY

Pour expédition conforme collationnée

Le Greffier

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen et sur les conclusions conformes du ministère public,

maintient le défaut octroyé contre la partie défenderesse à l’audience du neuf (09)

février deux mille dix-sept (2017); pour le profit, déclare fondée la dite action;

admet en conséquence le divorce de la dame née Ginette DENIS d’avec son époux

le sieur Alix ANICET pour injures graves et publiques; prononce la dissolution des

liens matrimoniaux existant entre eux; ordonne à l'officier de l'état civil de Petite

Rivière de Nippes de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent

jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s’éditant à la

Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet; commet

l'huissier Morale Jean Pierre de ce tribunal pour la signification du présent

jugement ; compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous Me Marideline PAUL , juge en audience civile,

ordinaire et publique du vingt trois (23) février deux mille dix-sept (2017) en

présence de Me Mesner ELISME Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce

ressort, avec l’assistance du sieur Emmanuel DESIR, greffier du siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

Pour la publication : Me Wilter LEGER, Avocat

Par Isabelle L. Papillon

Le vendredi 4 mai dernier au cours

d’une conférence de presse du Syndicat

de l’HUEH Alisma Roseta Georges,

présidente du Syndicat des travailleurs

de la santé de l’Hôpital de l’Université

d’Etat d’Haïti (HUEH), a déclaré que

depuis le 3 avril dernier le syndicat

avait accordé 48 heures à la ministre

de la santé, Marie Greta Roy Clément

de sorte qu’elle satisfasse les revendications

des travailleurs à savoir entre autres

: l’ajustement des salaires, la nomination

de contractuels de l’HUEH ainsi

que la régularisation des chèques et «

PAR CES MOTIFS

Sur les conclusions conformes du ministère public, Le Tribunal maintient le défaut requis et

octroyé à la barre contre la partie défenderesse; admet le divorce des époux la dame Widy

DORCELY née Marthe Myrlande JASMIN d’avec son mari le sieur Widy DORCELY; prononce

en conséquence la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux pour injures

graves et publiques aux torts de l’époux aux termes de l’article 217 du Code Civil Haïtien

et par application des articles 197, 223, 224, 225, 226, 227, 229, et suivant, les articles

1, 2, 3 de la loi du 6 juin 1968 et l’article 13 du décret du 9 octobre 1982; ordonne à

l'officier de l'Etat Civil de la Croix des Bouquet de transcrire dans les registres à ce destinés

le dispositif dudit jugement dont un extrait sera publié dans l'un des quotidiens s’éditant à

la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y échet; ordonne aussi à

la dame Widy DORCELY née Marthe Myrlande JASMIN de reprendre son nom de jeune fille

; commet Jacob MEDE huissier de ce siège pour la signification de la présente décision ;

compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous Sully L. Gesna , juge en audience civile, ordinaire et

publique du lundi neuf (09) avril deux mille dix-huit (2018) en présence de Me Nelson

CILIUS Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec l’assistance de David

ALEXIS, greffier du siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

Me Gérard C. CHERY

Avocat

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen, le ministère public entendu, maintient le défaut octroyé contre

le défendeur à l’audience précitée; pour le profit, déclare fondée la dite action; admet le

divorce de la dame Ingrid CAVALIER d’avec son époux Mario REJOUIS pour injures graves

et publiques aux torts de l’époux; prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant

entre lesdits époux; ordonne à l'officier de l'état civil de la section Sud de Port-au-Prince

de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait

sera publié dans l'un des quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de dommages

intérêts envers les tiers s'il y échet; compense les dépens vu la qualité des parties ; commet

l'huissier CANAL GABRIEL de ce siège pour la signification de ce jugement.

Ainsi jugé et prononcé par nous CHANLATTE MATHIEU, juge en audience civile, ordinaire et

publique, séance tenante du jeudi quinze mars deux mille dix-huit, en présence de Me

NEHEMIE JEAN BAPTISTE, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, et avec

l’assistance du sieur MOZART TASSY greffier du siège.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution; aux

officiers du Ministère public près les tribunaux civils d’y tenir la main ; à tous commandants

et autres officiers de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront

légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du Juge et du Greffier susdits.

Ainsi signé : CHANLATTE MATHIEU et MOZART TASSY

Pour expédition conforme collationnée

Le Greffier

cela fait huit mois depuis que les travailleurs

attendent leurs nominations,

mais rien n’a été fait », a-t-elle-déclaré.

« Il y a 163 travailleurs poursuit-elle

au sein de l’hôpital qui sont

âgés de 58 ans ou plus ; mais qui n’ont

jamais été nommés. La ministre leur

a fait savoir qu’elle ne pouvait pas les

nommer, mais qu’elle leur fournirait

une compensation financière ». Cependant,

ces travailleurs n’ont pas jusqu’à

présent touché leur salaire et cela depuis

7 mois. Elle a également souligné

le cas d’un autre groupe d’employés

de l’hôpital qui attendaient depuis un

laps de temps une augmentation de

suite à la page(16)

4 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


A Travers Haiti

Innovating Heath International (IHI)

inaugure un Centre de Traitement de

Cancer en Haïti !

Président et Premier ministre

ne font toujours pas bon

ménage en Haïti !

Par Milo Milfort

L’ONG Innovating Heath International (IHI)

Centre de Traitement de Cancer inauguré le 28 avril 2018 dernier à Tabarre

L

’ONG Innovating Heath International

(IHI) – qui opère en Haïti

depuis 2013, a inauguré le 28 avril

2018 à Tabarre, un Centre de Traitement

de Cancer, en présence d’un

public composé de médecins, journalistes,

volontaires américains et

haïtiens, représentants de bailleurs

et de patients. « Nous n’avions

jamais pensé à faire un Centre. Notre

pensée n’allait pas au-delà d’un petit

programme qui fait du dépistage

et du traitement de la maladie du

cancer par ci-par là. Nous sommes

arrivés jusque-là, parce qu’il y a un

besoin », a déclaré Dr Vincent de

Gennaro Jr, responsable en chef de

l’IHI, lors de son discours de circonstance.

Après le programme de diagnostic

et de traitement du Cancer de

l’Hôpital Universitaire de Mirebalais

(HUM), celui de l’IHI transformé en

Centre de traitement se veut le deuxième

plus efficace dans tout le pays.

De l’hôpital Bernard Mevs où le projet

était logé à son arrivée sur Haïti, il a

passé quelques années à l’Hôpital St

Luc de Tabarre avant de faire l’acquisition

de son propre local en face

de la Sun Auto à quelques mètres de

l’Ambassade américaine en Haïti.

« Quand on a commencé, on n’avait

pas de ressources en eau, en énergie

électrique, ni l’internet. On n’avait

rien. Notre unique ressource était un

petit staff, un grand cœur, des gants,

du gaz et de la chimiothérapie. C’est

comme ça qu’on a commencé », se

rappelle Dr De Gennaro.

A son actif, l’IHI compte le

dépistage précoce, la sensibilisation

et le traitement du cancer du sein

et du col de l’utérus à l’hôpital Bernard

Mevs et celui de St Luke, dans

les usines de sous-traitance pour les

femmes et dans certaines universités

haïtiennes. L’IHI peut se targuer

aussi de la mise sur pied d’un labo

de pathologie au Cap-Haitien et du

lancement de recherches sur des

maladies chroniques comme le diabète

et l’hypertension. « De 2013 à

date, nous avons traité plus de 600

femmes atteintes du cancer du sein.

1500 patients au total sont traités »,

ajoute-il. « Le programme continue à

croitre tous les jours. Parce qu’il y a

un besoin ».

Selon le médecin de Gennaro

Jr, ce n’est pas uniquement un

centre de cancérologie, mais aussi

et surtout un centre de santé pour

les femmes. Le bâtiment logera une

clinique de gynécologie générale,

qui fera de l’obstétrique, fournira

des soins prénataux (aux femmes

enceintes), sera capable de faire la

sonographie, le dépistage et le traitement

du cancer du col et celui du

sein et le planning familial. « Si une

femme vient ici, elle pourra recevoir

tous les soins nécessaires. Ce n’est

pas que nous ignorons les hommes.

Mais je vois que les hommes ont tout

le pays en leur possession. Nous allons

recevoir des hommes ; mais

nous sommes spécialisés dans la

santé des femmes », assure le médecin,

ajoutant que le centre s’occupera

par ailleurs de médecine interne et de

maladies chroniques.

Entre autres partenaires qui

l’accompagnaient dès son arrivée en

Haïti en 2013, l’IHI compte le ministère

haïtien de la santé publique et de

la population (Mspp) qui lui permet

de réaliser des dépistages du cancer

dans différents hôpitaux départementaux,

l’ONG américaine Share

Hope, le Groupe de Support Contre

le Cancer, l’Hôpital St Luke, l’Hôpital

Bernard Mevs, l’Hôpital Justinien du

Cap, l’Université de Florida dans les

recherches et l’UNFPA.

Avec ses maigres moyens,

l’institution aide des patients à se

rendre en République Dominicaine

pour des soins de radiothérapie depuis

plusieurs années. Au cours de

cette inauguration, des patients bénéficiaires

ont témoigné leur gratitude.

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal après avoir délibéré aux vœux de la loi et sur les conclusions conformes du

ministère public, accueille l’action de la demanderesse, la dame née Sandia St Hilaire ; en

la forme, maintient le défaut octroyé contre le défendeur à l’audience du vendredi 26

janvier deux mille dix-huit contre le sieur Jude PETIT-FRERE; admet en conséquence le

divorce de la dite dame Sandia ST HILAIRE d’avec son mari le sieur Jude PETIT-FRERE pour

injures graves et publiques ; fait prévu à l’article 217 du Code Civil Haïtien; prononce la

dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux aux torts exclusifs de l’époux;

ordonne à l'officier de l'Etat Civil de la Section Est de Port-au-Prince de transcrire sur les

registres à ce destinés le dispositif du dit jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des

quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers s'il y

échet; commet l'huissier Clerbrun FAURE de ce siège pour la signification de ce jugement

; compense les dépens en raison de la qualité des parties.

Ainsi jugé et prononcé par nous Gerty Léon ALEXIS, juge au Tribunal de première instance

de Port-au-Prince en la chambre du conseil en audience civile, ordinaire et publique du

vendredi deux mars deux mille dix-sept, en présence de Me Aménaide Pascale RAYMOND,

faisant office du Ministère Public et avec l’assistance de Me Jean Serge Duvert greffier du

siège.

Il est ordonné... etc

En foi de quoi... etc

Me Kedina DERIVAL, avocat

« Le problème qui persiste chez nous

est le manque de moyens », regrettet-il.

« Ça c’est la première étape, mais

pas la dernière. La prochaine c’est la

construction d’un centre de radiothérapie

», termine le responsable.

Ce nouveau centre offre des

services divers en oncologie : consultation,

diagnostic du cancer, biopsie,

chimiothérapie, laboratoire,

gynécologie IVA, salle semi privée et

des services sociaux. Sur place ont

été remarquées, des salles en cours

d’aménagement, des installations de

matériels, des affiches de sensibilisation

contre le cancer du sein et du col

de l’utérus.

De gauche à droite les anciens Premier-ministres Jacques Edouard Alexis,

Michèle Pierre-Louis et Yvon Neptune

Par Milo Milfort

Le non respect des attributions constitutionnelles

liées au poste, la méfiance

entre premier ministre et le président,

l’obligation de se refugier dans la

technique face au manque de pouvoir,

l’écart important et considérable entre

les prescrits constitutionnels et la réalité,

la substitution du premier ministre

par le président…. Les rapports entre

Premier ministre et président ne ressemblent

pas toujours à une partie de

plaisir.

Des anciens premiers ministres

haïtiens se sont confiés sur leurs expériences

au sein de l’administration de

l’Etat le 3 mai 2018, lors d’une conférence

internationale sur la corruption

et la transparence en Haïti, organisée à

l’initiative de l’Université Quisqueya et

Institute 2014, autour du thème : Corruption

et transparence : mécanismes et

enjeux.

Jacques Edouard Alexis, Yvon

Neptune, Michèle Duvivier Pierre Louis

ont chacun un aspect le sous-thème :

Responsabilités et transparence : le cas

de la Primature, mais n’ont pas caché

de faire état de leur appréhension des

relations de pouvoir avec le président,

les ministres et le parlement au cours de

l’exercice de leur fonction.

suite à la page(16)

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après examen, le ministère public, maintient le défaut octroyé contre la

défenderesse à l’audience précitée; pour le profit, déclare fondée la dite action; admet le

divorce du sieur Junior BEAUVOIR d’avec son épouse Sainne Flore BAZILE pour injures

graves et publiques aux torts de l’épouse; prononce la dissolution des liens matrimoniaux

existant entre les dits époux; ordonne à l'officier de l'état civil de la section Nord de

Port-au-Prince de transcrire sur les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement

dont un extrait sera inséré dans l'un des quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de

dommages intérêts envers les tiers s'il y échet; compense les dépens vu la qualité des

parties ; commet l'huissier CANAL GABRIEL de ce siège pour la signification de ce jugement

; compense les dépens.

Ainsi jugé et prononcé par nous MARLENE BERNARD DELVA, juge en audience civile,

ordinaire et publique du jeudi vingt trois juin deux mille dix-sept, en présence de Me

ROGER SIMPLICE, Substitut Commissaire du Gouvernement de ce ressort, et avec

l’assistance du sieur MOZART TASSY greffier du siège.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution; aux

officiers du Ministère public près les tribunaux civils d’y tenir la main ; à tous commandants

et autres officiers de la force publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront

légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du Juge et du Greffier susdits.

Ainsi signé : MARLENE BERNARD DELVA et MOZART TASSY

Pour expédition conforme collationnée

Le Greffier

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal, après en avoir délibéré au vœu de la loi et après avoir entendu le Ministère Public dans ses

conclusions écrites en la forme et au fond, favorable à l’action de la requérante ; accueille l’action

intentée en divorce par la dame Cédania SIMPLICE contre son époux le sieur Lener NICHON en la forme

et maintient le défaut déjà octroyé contre le défendeur à l’audience du jeudi 1e mars 2018 à 01 heure

15 minutes de l’après-midi; ce, pour n’avoir pas été rabattu au terme de l’article 287 du code de

procédure civil Luc d’Hector ; admet le divorce des époux sus-parlés pour incompatibilité de caractères

et pour injures graves et publiques envers son épouse au vœu de l’article 217 du code civil haïtien.

Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant existé entre les dits époux tout en ordonnant à

l’officier de l’Etat civil de la commune de la Petite-Rivière de Nippes, Me Lionel Prucien, de transcrire sur

les registres à ce destinés le dispositif du présent jugement dont un extrait sera inséré dans l'un des

quotidiens s’éditant à la Capitale sous peine de dommages intérêts envers les tiers et de rédiger l’acte de

divorce des époux précités ; commet l’huissier Codet Geste pour la signification de ce présent jugement

aux fins de Droit tout en compensant les dépens en raison de la qualité des parties.

Donné de nous, Me Nerva Vilmont, juge-doyen près le tribunal de première instance de Miragoane en

audiences publiques et civiles de divorce, en date du jeudi 1e mars 2018 à 01 heure 20 minutes de

l’après-midi An 215e de l’Indépendance en présence de Me Raynold DUBOS, Substitut Commissaire du

Gouvernement près le parquet du tribunal de première instance de Miragoane avec l’assistance de Me

Arismon SAINT-CLAIR, Av. greffier en chef.

Il est ordonné à tous huissiers sur ce requis de mettre le présent jugement à exécution; aux officiers du

Ministère public près les tribunaux d’y tenir la main ; à tous commandants et autres officiers de la force

publique d’y prêter main forte lorsqu’ils en seront légalement requis.

En foi de quoi, la minute du présent jugement est signée du Juge, du Commissaire du Gouvernement et

du Greffier en chef susdits.

Pour expédition conforme à la minute collationnée

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

5


Kwonik Kreyòl

Jij Bredy Fabien ta pral libere Saint-Jean

Romélien alyas « Tètkale » !

Saint-Jean Romélien alyas « Tètkale »

Pou moun ki pa konnen Saint-Jean

Romélien alyas « Tètkale » li gen 30

lane sou tèt li. Se yon chèf gang ki t

ap opere nan Granravin. Se jou ki te 3

desanm 2016, Lapolis te arete l pandan

l ta pral pran avyon Copa Airlines pou

l ale nan peyi Meksik. Jou sa a li te gen

sou li mil san dizui dola meriken.

Jij Bredy Fabien ta pral libere misye

sou pretèks li pa jwenn anyen kont

li paske dosye Direksyon Santral Polis

Jidisyè a (DCPJ) pa kanpe sou anyen. Se

Komisè Gouvènman Tribinal Sivil Pòtoprens

lan Mèt Ocnam Clamé Daméus

ki kouri jedi 3 me a voye yon lèt bay

Direktè Administrasyon Penitansye an,

Komisè Jean-Gardy Muscadain pou l di

l : tanpri kenbe Tètkale nan prizon pou

mwen jiska nouvèl lòd.

Depite Patrick Norzéus

chanje kan!

Ovètay

Anonsya: Kote Ismayèl ye Bondye?...Li

dizè diswa msye deyò toujou...Li

pankò antre... kite m rele

Konpè Antonyo..Siman msye ka

GET YOUR TAX REFUND FAST

• Income Tax

• Insurance (car, life, home, business)

• Real Estate

• Financial Consulting

• Notary Public

• Translations (from French,

Creole, Spanish to English)

• Typing (resume, flyers, invitations, papers,

business letters)

• Faxing (sending and receiving). Copying.

• Electronic Filing

Phone: 718.693.8229 Fax: 718.693.8269

1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226

(between Clarendon Rd & Avenue D)

Chery’s Brokerage, Inc.

CHERY’S BROKERAGE

1786 Nostrand Ave., Brooklyn, NY 11226

Tel: 718-693-8229 * Fax: 718-693-8269

konnen.

Anonsya : Telefòn mwen an sanble

li pa gen chaj...Alo.. Alo..Alo konpè

Antonyo...

LACROIX MULTI SERVICES

Tel: 718-703-0168 * Cell: 347-249-8276

1209 Rogers Avenue, Brooklyn, NY 11226

www.lacroixmultiservices.com

• Income Tax • Electronic Filing

• Refund Anticipation Check (RAC)

• Direct Deposit - IRS Check

• Business Tax • Notary Public

• Immigration Services

• Translation, Preparation, Application, Inquiry letters

• 6 Hour Defensive Driving Course • Fax Send & Receive

• Resume • Property Management • Credit Repair

Antonyo : Alo..S ak pase Anonsya...

Anonsya:..Konpè Antonyo...li dizè

diswa...asètsèzè mwen pa wè Ismayèl...

Antonyo: Siman msye ap fè ovètay....

Anonsya: A sètsèzè ovètay!

Antonyo:..OO!..Ou pa janm konnen..

Gen divès kalite ovètay..

Anonsya: Divès kalite ovètay!

Antonyo : Wi sa ou tande a Anonsya...divès

kalite ovètay.

Anonsya:Konpè Antonyo, jan w ap

pale a, sanble ou sere yon koze ou

pa vle di m..

Antonyo :Konmè Anonsya, koze pou

m ta sere a,tout moun konnen l.

Anonsya:Ki koze li ye?

Antonyo: Bon..koute.. Konpè Ismayèl

mache di...Koute byen wi..

Anonsya: Wi m ap koute.

Antonyo: Li mache di: Li mèt soti

nan travay tou bouke...se li menm

ankò pou al degaje gèt li sou recho a

pou jwenn manje pou li manje...

Anonsya:Epi...

Antonyo: Epi, li pito ale soupe lakay

Vyèjina...

Anonsya:Kouman !...manje Vyèjina

yo pi bon...

Antonyo: Non se pa sa...

Anonsya: Non se pa sa.. Ebyen kisa

?

Antonyo: Kisa ?

Anonsya: Wi Konpè Antonyo kisa ?

Antonyo : Bon ..Konpè Ismayèl di

Patrick Norzéus, ansyen Majistra Lavalas nan Komin Delma

Depite Lavalas nan Baradè/Gran

Boukan an Patrick Norzéus

vire do l bay Fanmi Lavalas, l al

jwenn PHTK. Depite a mache sou

liy Nawoon Marcellus, Mario Dupuy,

Rudy Hériveaux, Annette Auguste

Sò An , Ronsard St-Cyr ak anpil lòt

anbachal.

Se samdi maten 5 me a, depite

a fè konnen piblikman li pran distans

li ak pati Jean-Bertrand Aristide

depi li rive lakay Vyèjina se bèl pawòl

kè kontan ki resevwa l...

Anonsya :Ki pawòl sa ?

Antonyo : Ismayèl my darling la table

est servie...

Anonsya:Anhan!... Anhan!...Sesa

oumenm ak Ismayèl rele divès kalite

ovètay la...

ETI Reliable

Income Tax Services

Ernst Blanchard

25+ years of experience

• Individual

• Corporation

• Self-Employed

• Non-Profits

• Partnerships

• LLCs

We Speak: English, Kreyòl, French, Spanish

327 E. 52nd Street

(between Linden & Church)

Brooklyn, NY 11203

718.922.2537 office

917.681.6531 cell

Blanchardernst@gmail.com

la kote l te pase 26 lane ap sèvi.

Kounyea li pote sipò l bay prezidan

Jovenel Moise.

Norzéus fè konnen tou chwa

Maryse Narcisse pou te kandida Lavalas

nan dènye eleksyon prezidansyèl

la, sete yon move chwa ki

kreye yon emoraji nan pati Lavalas

la. Pou limenm Notè Jean-Henry

Ceant te kab plis fè yon bon kandida

pase Maryse.

Antonyo : Mwenmenm...Evite m

dezagreman manman..Lakay mwen

nou pa nan la table est servie..Se an

fanmi nou manje..Ou mèt ale manman...mwen

fèmen papa..pale anpil

fè bouch long.

Cauvin Paul

LEARN A NEW LANGUAGE

with RINCHER’S SYSTEM

Spanish ● English ● French ● Kreyòl

Kits contain a BOOK and 2 or 3 CDs

Price range:

only $25 - $35

Write, call, email, or visit:

Universal Book Store

(formerly Rincher’s Book Store)

2716 Church Avenue,

Brooklyn, NY 11226

718.282.4033

Email: rincherexpress@gmail.com

6 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


Perspectives

Le Comité de pilotage des états généraux sectoriels recommandera-t-il la

démission et le jugement de Jovenel Moïse pour crimes économiques?

Par Robert Lodimus

« Je prie »

Pour que l’on se souvienne

Que toute vie humaine

Est sacrée

Et que celui qui se détruit

Et la détruit chez les autres

Détruit l’ordre du monde »

(Martin Gray)

Les questions liées au déclin économique

des sociétés mal loties ne

doivent pas être posées en termes de

« fléau », mais de « scandale ». À ce

carrefour, nous rejoignons Amartya Sen,

Joseph Stiglitz, Éric Toussaint Clifford

Cobb, Susan George et tous les autres

essayistes qui ont abondamment élaboré

sur la problématique de la disette, de la

pauvreté et de la misère.

Les sociologues, les économologues

qui étudient le phénomène de l’inflation

globale nous apprennent que les

pays riches, spécialement les États-Unis,

utilisent le quart de la production céréalière

mondiale pour nourrir leurs animaux,

et qu’ils en gardent aussi la moitié pour

alimenter leurs habitants. Par conséquent,

il n’en reste pas beaucoup pour l’Afrique,

l’Asie et l’Amérique Latine. Si le pain

arrive à manquer, si des enfants crèvent

comme des rats dans les régions frappées

par la sécheresse rigoureuse, ce n’est nullement

à cause d’un recul de l’agriculture

vivrière au niveau du globe terrestre. Il

s’agit plutôt d’une situation de gaspillage

volontaire des denrées alimentaires

pratiquée avec mépris, acharnement et

méchanceté par les pays industrialisés, au

grand dam et à la déception des couches

sociales misérabilisées.

Plusieurs Intellectuels de tendance

progressiste ou révolutionnaire, parmi lesquels

nous retrouvons Susan George, Jean

Ziegler, John Perkins, Noam Chomsky…

n’ont pas peur d’accuser les États

impérialistes de contrôler la nourriture produite

dans le monde pour mieux exercer

et étendre leur puissance hégémonique.

La nourriture est donc devenue non solum

une affaire de « profit », sed estiam

Jovenel Moïse est entouré d’une équipe de comédiens

aux idées saugrenues

une arme terrible qui accorde à l’Occident

un « pouvoir de vie et de mort » sur les

populations défavorisées par le sort. Susan

George, philosophe, essayiste, qualifie

cette pratique de « colonialisme subtile ».

Le chapitre 6 de son célèbre ouvrage,

Comment meurt l’autre moitié du monde,

traite de ce que l’auteur appelle « La pénurie

organisée ». Cet extrait demeure

révélateur : « Lorsque nous parlons de la

pénurie aujourd’hui – et la nourriture doit

être bien rare, puisque des centaines de

millions d’individus sont affamés – nous

devons la placer dans le contexte politique

de ces nations qui contrôlent largement

le stock mondial de nourriture et

énormes trust qui dominent le commerce

alimentaire. Aujourd’hui, comme hier, la

nature et parfois les politiques des gouvernements

peuvent créer l’abondance,

mais seuls les hommes peuvent créer la

pénurie. D’après la règle la plus simple de

l’économie libérale, une denrée de base

manquante deviendra chère et celui qui

la possèdera pourra faire de l’argent.

Cette règle fondamentale est appliquée à

une échelle globale, avec un succès considérable.

»

Il ne faut pas non plus oublier que

la faim tue, et pousse également à tuer…

Un être humain privé complètement de

nourriture peut devenir aussi enragé que

le loup de Gubbio. Du côté de Jean Rabel,

en Haïti, dans les années 1960, alors que

la sécheresse faisait rage, un père écorcha

le nouveau-né, en l’absence de sa

concubine, afin de nourrir ses autres enfants

affamés. Combien de crimes ne sont

pas commis tous les jours à cause de ce

monde maintenu sous l’emprise de la pauvreté

extrême?

Aujourd’hui, on ne peut plus

se contenter d’aborder les problèmes des

États du Sud de façon hermétique, antiréaliste

et métaphorique comme le poète

Mallarmé, ou parabolique comme les

Prophètes des époques anciennes. Il faut

courageusement toucher la plaie du doigt.

Quels sont les principaux États capitalistes

qui s’amusent à fermer les portes du développement

durable au nez des populations

qu’ils ont identifiées avec les étiquettes de

Tiers-monde, le concept de l’économiste

et du démographe Alfred Sauvy ? La réponse

ne passe par aucun couloir d’hésitation

: les États-Unis, la France, le Canada,

l’Allemagne et leurs autres acolytes du

G7… Le clamer ouvertement occasionnerait

pour les membres de certains groupes

ou des individus l’annulation de leurs visas

d’entrée en Europe et en Amérique du

Nord, signifierait pour des organismes et

des partis politiques « bidon » la perte des

subventions substantielles en provenance

des ambassades, des consulats et des

institutions d’aide internationales liées

aux intérêts du néolibéralisme.

En ce qui concerne Haïti, la solution

des problèmes politiques, sociaux et

économiques graves passe par l’atomisation

de toute la charpente du système

idéologique duvaliérien. Avant même de

penser à mettre sur pied un quelconque

comité de conférence nationale pour réfléchir,

rédiger et proposer à la Nation un

document de salut global, il faut provoquer

l’installation d’un gouvernement

provisoire révolutionnaire (GPR) à la tête

de l’État. Avec la présence des néoduvaliéristes

dans tous les circuits du pouvoir

politique, aucune réforme sérieuse, ou

refonte radicale des institutions publiques

amorphes, apathiques ne sera possible.

En réunissant quelques cerveaux stériles

au sein d’un comité de pilotage des

« états généraux sectoriels » (CPEGS),

l’inculpé Jovenel Moïse cherche à gagner

du temps afin de retarder le démarrage

de son procès pour blanchiment d’argent,

et de détourner l’attention de l’opinion

nationale et internationale sur le vol des

3 milliards 800 millions de dollars des

fonds PetroCaribe. Les personnalités qui

siègent au sein de ce comité opportuniste

ne jouissent d’aucune crédibilité au niveau

interne et externe. Elles ont déjà piteusement

échoué sur les plans individuel et

collectif. D’ailleurs, en tapant leurs noms

sur le moteur de recherche de Google, les

citoyens seraient surpris de découvrir des

parcours personnels ou publics jalonnés

de cas de fraude, de situations de corruption

et de bien d’autres méfaits ou délits...

Comme dit le proverbe : « À beau mentir

qui vient de loin. »

Jovenel Moïse est entouré d’une

équipe de comédiens aux idées saugrenues.

Ces pseudo-Molière sont arrivés

à mettre sur la scène politique un lot de

marionnettes, parmi lesquels Jean-Claude

Desgranges, Rosny Desroches, Evans

Paul, à qui ils ont confié la tâche de replacer

Haïti sur la carte de l’eschatologie

mondiale. C’est tout simplement du

mauvais théâtre de rue pour éteindre la

conscience des miséreux des bidonvilles

que le palais national de Jovenel Moïse,

Wilson Laleau et le parlement de Joseph

Lambert, Gary Bodeau, Youri Latortue

considèrent comme des scories humaines,

des moins-que-rien qui méritent bien leurs

malheurs.

Haïti est comme Mikhaïl Vlassov,

le personnage gorkien, qui creva d’une

hernie, parce qu’il refusait l’intervention

chirurgicale commandée par son médecin

traitant. Cette République est sur le point

de rendre son dernier soupir, mais ses

filles et ses fils refusent de lui administrer

les médicaments qui soient capables de la

retourner à la vie : l’insurrection populaire,

la désobéissance civile, le chambardement

sociétal… Bref, le dépérissement de l’État

bourgeois au profit de l’éclosion d’une

Révolution politique à l’instar de la Chine,

de Cuba, de la Russie soviétique, du Venezuela…

Sans y aller avec le dos de la cuiller,

le salut de la République d’Haïti passe

– comme le dirait Marc Paillet – par les

émeutes, les échauffourées, les grèves, les

manifestations, les barricades, les pneus

enflammés… Haïti doit entrer en guerre

contre les intérêts bourgeois, l’exploitation

patronale, la maltraitance impériale.

Les combattants ne montent pas au front

avec leur gorge, leurs pieds chaussés de

vieilles sandales, de tennis fatigués et

des branches d’arbres qu’ils agitent avec

leurs bras affaiblis par le chômage et la

privation. L’ennemi ne capitulera pas. Aujourd’hui,

les sons des trompettes sont insuffisants

pour renverser les murailles de

Jéricho que symbolise le néolibéralisme.

Jean-Claude-Desgranges et tous

les « opportunistes » qui gravitent autour

de lui n’ont ni la compétence politique,

ni l’expérience requise, ni la formation

adéquate, ni l’idéologie nécessaire,

ni la conviction révolutionnaire pour

ouvrir la voie du changement sociétal,

politique économique et culturel devant

la République d’Haïti. Le comité de

pilotage des « états généraux sectoriels »

du délinquant Jovenel Moïse rassemble

une vingtaine de « têtes de linotte », de «

dépersonnalisés » et de « dégonflés ». Ces

palefreniers du néocolonialisme n’auront

jamais le courage de recommander la

démission de Jovenel Moïse pour que

celui-ci et son épouse répondent des

crimes économiques graves qui leur sont

reprochés. Qui dit le contraire? Birds of

a feather flock together (Qui se ressemble

s’assemble).

« On peut tuer celui qui dit la

vérité; mais on ne peut pas tuer la

vérité elle-même ni ceux qui l’ont

entendue. »

(Antoine Claude Gabriel Jobert, Le trésor

des pensées, 1852)

La population haïtienne doit retrouver

l’esprit du 7 février 1986. Mais cette

fois-ci, il lui faut dénicher un « leader »,

une femme à l’effigie de Winnie Mandela,

un homme à l’image d’Omar al-Mokhtar,

capable de la former, de la guider, de l’accompagner,

de combattre vaillamment à

ses côtés. La lutte des pauvres dépasse la

vision bornée, faiblarde, peureuse des politiciens

haïtiens traditionnels. Ces derniers

ne sont pas formés dans les objectifs et les

contraintes du combat de la révolution

populaire mondiale que nous prônons

dans le Journal Haïti Liberté. Une pareille

entreprise exige le « sacrifice de soi ».

Impose la transcendance de la mort par la

prison, la torture, l’exécution sommaire.

Lisez ou relisez ce passage merveilleux du

livre de Maxime Gorki, La mère, paru en

1906, avant la révolution d’octobre. Vous

comprendrez également que l’œuvre monumentale

léninienne ne fut pas le fruit

d’une journée. Elle était conçue, préparée;

et avait mûri. Ce récit est un témoignage

de courage exemplaire.

« Pélaguée voyait qu’on s’emparait

des papiers, qu’on les cachait dans les

poches, dans les poitrines. Elle reprit de

nouveau courage. Elle prenait des liasses

de feuillets dans la valise et les lançait à

droite et à gauche, dans les mains avides

et prestes.

— Savez-vous pourquoi on a condamné

mon fils et tous ceux qui étaient

avec lui ? Je vous le dirai ! Croyez-en mon

cœur de mère ! Hier on a condamné des

gens parce qu’ils vous apportaient à tous

la vérité sainte ! Hier j’ai appris que cette

vérité avait triomphé… personne ne peut

lutter avec elle, personne !

La foule, qui gardait un silence

étonné, devenait de plus en plus dense,

entourant la mère d’un anneau de corps

vivants.

— La pauvreté, la faim et la maladie,

voilà ce que le travail nous donne !

Tout est contre nous. De jour en jour nous

Jean-Claude-Desgranges

crevons de travail, nous souffrons de la

faim et du froid, toujours dans la boue

et dans la tromperie ; et ce sont d’autres

qui se gavent et se divertissent au prix de

notre labeur !… Comme des chiens à l’attache,

on nous retient dans l’ignorance ;

nous ne savons rien, et dans notre poltronnerie,

nous avons peur de tout ! Notre

vie, c’est une nuit, une nuit sombre !

C’est un affreux cauchemar. N’est-ce pas

vrai ? »

Vous avez sans doute remarqué

la tonicité de cette proposition déclarative

: « Dans notre poltronnerie, nous

avons peur de tout. » Voilà la cause de la

« perdurabilité » de la misère des masses,

de l’exploitation de la classe ouvrière,

de la persécution politique infligée par

les gouvernements dictatoriaux à leurs

citoyens ou à leurs sujets. Les Haïtiens

ont vécu cette situation d’humiliation

sociale alimentée par la peur de

mourir sous le règne des Duvalier. Le

peuple se retranchait dans le mutisme

et l’immobilisme pendant que Fort-

Dimanche égorgeait des militants, des

rebelles antimacoutiques. François fusilla

en public Numa et Drouin. Des centaines

d’individus assistèrent à la scène, sans

réagir. Sinon que par des gémissements

silencieux et par des larmes subtiles.

Comment un petit groupe de « voyous »

peut-il s’arroger le droit de persécuter

une population estimée à des millions

d’habitants? L’exemple de Thiotte, dans le

Sud-Est d’Haïti, ces vaillants villageois qui

ont mis en déroute et désarmé les policiers

de la Brigade d’intervention contre l’insécurité

foncière (BRICIF), dans une affaire

de terres litigieuses, devrait être adopté par

l’ensemble des populations planétaires

dans ce climat de dégradation sociétale

mondialisée. C’est la leçon de bravoure

qu’il faut retenir des paroles héroïques de

mère Pélaguée.

Les courants de décadence formés

par les eaux déchaînées de la « stérilité

politique », les vagues houleuses du

manque de « vision économique » finiront

certainement – si rien n’est fait à ce niveau

pour réorienter, viabiliser la politique

interne et externe de l’État agonisant

– par engloutir ce pays de la Caraïbe

dans un confluent tumultueux d’autodestruction

?

Jacques Ellul [1] – nous l’avons

déjà rappelé dans l’un de nos précédents

textes réflexifs - a écrit trois mots que nous

mémorisons jalousement : « Exister, c’est

résister ». Nous en ajoutons nous-mêmes

trois autres : « Vivre, c’est Lutter. »

Nous allons tenter – mais humblement

– d’aller un peu plus loin,

en essayant d’élargir le cadre de la

suite à la page(16)

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

7


La Tribune de Catherine Charlemagne (18)

Les Etats généraux sectoriels sont mal partis!

Un, deux, trois, quatre. Qui sera le

prochain sur la liste des départs ?

Définitivement, les Etats généraux Sectoriels

de la Nation (EGSN) sont dans

l’impasse. Pire, plus rien ni personne ne

peut les sauver. C’est fini. Sa poursuite

dans ces mêmes conditions, relève du

pur fantasme. C’est le premier grand

échec du Président Jovenel Moïse. Il

faut savoir reconnaître ses erreurs. En

1962, un ingénieur agronome, mais fin

observateur de la politique internationale

et des choses publiques, avait fait

sensation en créant un énorme malaise

dans les milieux soi-disant bien pensés

de l’Afrique postcoloniale et en France

en particulier avec son ouvrage intitulé

L’Afrique noire est mal partie publié

aux éditions du Seuil. Cet ingénieur

agronome, un Français, s’appelait René

Dumont. Cinquante six ans après la

publication de ce brulot, toute la communauté

scientifique en agronomie et

celle de la politique lui donnent raison.

René Dumont avait vu juste, l’Afrique

noire était mal partie.

Et aujourd’hui, c’est à l’unanimité

qu’on reconnaît à René Dumont sa

Mgr Louis Kebreau

Des doutes planent aussi sur

la présence de Frère Francklin

Armand des Petits Frères (PFI) et

Petites Sœurs (PSI) de l’Incarnation

dans ce rassemblement formé

unilatéralement par le pouvoir Tèt

Kale

grande lucidité en tant que penseur et

visionnaire. Sur le continent africain, à

quelques rares exceptions, l’ensemble

des Etats sortis du joug colonial français

ou belge vers les années 60 font

face à d’énormes problèmes alimentaires

pour nourrir leurs peuples. La

raison est simple. La politique agricole

qu’avaient mise en place les nouveaux

maitres des pays fraichement libérés

s’était orientée vers les anciennes puissances

coloniales ; tandis que la culture

vivrière locale était quasiment oubliée

ou abandonnée. Résultat, plus d’un

demi-siècle plus tard de cette politique

absurde qu’avait dénoncée René Dumont,

les Etats africains n’arrivent toujours

pas à éradiquer la faim sur leurs

territoires. Certains se demandent sans

doute pourquoi une telle introduction

juste pour aborder dans cette Tribune la

question des Etats généraux Sectoriels

qu’avait lancés le Président Jovenel

Moïse, il y a quelques mois. Pour deux

raisons. La première naturellement,

Les Etats généraux Sectoriels qu’avait lancés le Président Jovenel Moïse,

il y a quelques mois sont mal partis

pour ce fameux titre L’Afrique noire est

mal partie.

Dumont aurait pu titrer son bouquin

« L’Affaire est mal partie ». Cela reviendrait

au même. Puisque ce titre résume

à lui seul cette politique publique

qui n’avait rien à voir avec la population

africaine dans son application. En

clair, les Africains étaient exclus dès le

départ du développement de leur continent.

Deuxièmement, parce qu’on estime,

au vu de la manière dont les Etats

généraux Sectoriels s’organisent et le

désistement de la plupart des acteurs

importants qui ont été « choisis », que

finalement plus rien ne peut empêcher

l’échec de cette belle initiative. Ainsi,

pour nous « Les Etats généraux Sectoriels

de la Nation sont mal partis ». A la

place du chef de l’Etat, avant même que

cela ne se transforme en une banale

« Commission présidentielle » comme

ce pays en a connu depuis trente ans,

on arrêtera tout de suite les frais afin

de repenser la structure et l’architecture

pour permettre à tous de comprendre

l’importance et l’utilité de ce grand

« combite » national. En Haïti, il n’y a

pas formellement une opposition à la

réalisation des « Etats généraux de la

Nation ».

Tous les Haïtiens s’accordent à

reconnaître la nécessité d’une telle démarche.

Mais là où le Président de la

République pèche, c’est d’avoir peur de

se faire dépasser par les évènements

ou de perdre son « bébé » par l’ampleur

que pourraient prendre les Etats généraux.

Or, justement, il ne s’agit pas d’un

mouvement qui doit couvrir de gloire le

chef de l’Etat. Il ne s’agit point de monter

une machine dont l’objectif serait de

combattre la politique ou même de critiquer

l’actuelle Administration. Il s’agit

de diagnostiquer tous les maux du pays

et d’en proposer des remèdes efficaces.

Tout le monde doit être conscient de ce

premier point. Sinon, l’on arrivera jamais

à organiser dans ce pays ce grand

débat national qui serait salutaire non

pas pour une catégorie de la population,

mais pour l’ensemble des Haïtiens

y compris ceux de l’outre-mer. La façon

dont certains abordent cette affaire des

Etats généraux nous paraît très réductrice

dans la mesure où le Président

Jovenel Moïse ne devrait être qu’un

acteur parmi d’autres. D’ailleurs, c’est

ce qu’a reproché à peu près Evans Paul

(KP) aux amis du chef de l’Etat dans sa

lettre de démission.

Certes, étant aux commandes de

l’Etat, l’initiative d’organiser ces discussions

lui revient de fait. Mais pour

lui aussi, cela doit être clair, les Etats

généraux, qu’ils soient sectoriels ou

nationaux, ne lui appartiennent pas

et n’appartiennent à aucun camp ni

secteur. C’est pourquoi d’ailleurs, il

doit écarter de son esprit l’idée que les

citoyens qui doivent être choisis devraient

être obligatoirement des amis

ou des gens en qui il a toute confiance.

Nous l’avons dit dans la première Tribune

consacrée à cet effet, il n’y a pas

longtemps. La présidence de la République

court-circuite elle-même la réussite

de ces Etats généraux Sectoriels en

prenant sur elle de nommer seule tous

les membres du Comité de pilotage et

d’organisation des Etats généraux Sectoriels

en plus du Secrétariat technique.

Par la même occasion, elle a signé son

échec. C’est vraiment mal comprendre

les enjeux. Le Président Jovenel Moïse

a agi comme s’il s’agissait de former

son Cabinet particulier en donnant à

chacun son rôle.

Comment le chef de l’Etat pouvait-il

comprendre ou imaginer que ces

personnalités, certes respectables pour

la plupart, qu’il a choisies tout seul

comme un grand, allaient faire l’unanimité

ou même être acceptées par les

corps sociopolitiques de la nation sans

qu’aucun des partis politiques ou autres

secteurs organisés n’aient leur mot à

dire ? Certainement pas dans l’Haïti

d’aujourd’hui. Nous ne sommes plus

Jacques Edouard Alexis

dans l’Haïti des années 60-70 où seul

un Président à vie tout puissant désignait,

choisissait, nommait et révoquait

depuis son bureau au Palais national.

Et encore ! Même à cette période noire

de la vie nationale haïtienne, pour les

besoins de la cause, parfois le chef

tout puissant se rappelait qu’il existe

des organismes ou institutions avec

qui il fallait discuter avant de se lancer

dans des aventures périlleuses pouvant

mettre en cause l’unité nationale. Bref,

tout ceci pour dire que le pays, en tout

cas, le pouvoir, peut faire une croix

sur le bon déroulement des Etats généraux

Sectoriels qu’il avait imaginés.

Trop d’incertitudes planent non seulement

sur le fond, mais pire encore sur

la forme.

Car, les personnalités composant

le corpus de cette affaire qui devraient

en effet porter une certaine caution ou

légitimité aux résultats qui pourraient

sortir des travaux sont en grande partie

soit contestées ou peu crédibles

aux yeux de la population. Certains

paraissent comme des « paka pala »,

des éternels présents à quasiment

tout ce que font les pouvoirs en Haïti

depuis ces trente dernières années.

D’autres sont marqués politiquement

ou réputées proches du pouvoir. Alors

que l’opposition voit les EGSN plutôt

comme un « machin » de plus du

pouvoir PHTK pour tirer la couverture

sur lui en laissant de côté les vrais problèmes

du pays. Bref, pris sous le feu de

la critique soit de la plupart des médias,

soit des citoyens qui ne se sentent pas

représentés au sein des deux structures

mises en place par la présidence, certains

membres du Comité de pilotage et

d’organisation des Etats généraux ont

trouvé mille et une raisons pour filer à

l’anglaise entre les mains du Président

Jovenel Moïse. En vérité, personne ne

fait foi aux motifs présentés par ces

« démissionnaires » pour abandonner le

navire des Etats généraux. Car ces personnalités

ne sont pas n’importe qui.

Elles avaient bien pesé les pours

et les contres avant d’accepter l’offre du

Palais national. Cette histoire qu’on a

rajouté leurs noms sans les consulter

est archi-faux. La vérité c’est qu’elles

ont été prises de panique devant les

critiques venues de toutes parts non

seulement concernant la manière dont

les choses se passent à l’intérieur, mais

aussi elles ont constaté que leur crédibilité

est menacée au sein de la population.

Et même auprès de leurs amis

et de leurs corporations qui n’avaient

ni approuvé ni donné un avis favorable

à leur entrée en scène dans un

« truc » sans pied ni tête. Au moment

où nous écrivons cette Tribune, ils sont

au nombre de quatre à avoir pris officiellement

la poudre d’escampette : le

professeur Claude Moïse, l’ancien Premier

ministre Jacques-Edouard Alexis,

Mgr Louis Kebreau et l’ancien Premier

ministre Evans Paul (KP). Ce dernier,

moins de 3 jours après sa démission,

revient sur sa décision de se retirer en

souhaitant un meilleur comportement

des membres du Comité de pilotage

des États Généraux sectoriels. Mais en

réalité, l’hécatombe au sein du Comité

de pilotage des EGSN est beaucoup

plus grande. Certains, comme dans

la tradition historique haïtienne, préfèrent

faire du marronnage. Ils jouent

à l’absentéisme. C’est le cas de l’ancien

parlementaire, Yrvelt Chéry, membre

influent du parti politique OPL (Organisation

du Peuple en Lutte) qui n’a jamais

mis les pieds dans une réunion du

Comité de pilotage.

Prétextant qu’il n’a pas encore

reçu l’autorisation de son parti politique

pour intégrer la structure des

Etats généraux Sectoriels de la Nation.

Un gage faisant rire le tout Port-au-

Prince dans la mesure où ce cadre de

l’OPL a l’habitude d’agir comme bon

lui semble quand cela l’arrange et sans

jamais tenir compte d’un parti qui en

fait, n’a aucune influence sur aucun de

ses grands dirigeants. Et puis, depuis

quand en Haïti, les leaders politiques

respectent-ils les règlements intérieurs

ou Chartre de leur parti ? Yrvelt Chéry,

en tant que fin politique, est conscient

que l’affaire va mal tourner. Il préfère

prendre pour le moment ses distances

en observant de loin comment le « Titanic

» de Jovenel Moïse sombre peu

à peu sur les icebergs de la politique

haïtienne. Il y a aussi le cas le plus

compréhensible de l’ancienne Première

ministre Michèle Duvivier Pierre-Louis.

Elle aussi, comme son collègue Chéry,

fait de l’école buissonnière. Elle a toujours

un prétexte pour ne pas s’asseoir

avec les autres membres de cette instance.

Toujours à l’étranger ou occupée

avec la FOKAL. Michèle Duvivier

Pierre-Louis n’a participé en tout et pour

tout qu’à une seule rencontre du Comité

de pilotage des Etats généraux Sectoriels.

Certains s’interrogent sur la présence

de la patronne de la Fondasyon

Konesans ak Libète (FOKAL) parmi les

Evans Paul

membres du Comité de pilotage. Des

doutes planent aussi sur la présence

de Frère Francklin Armand des Petits

Frères (PFI) et Petites Sœurs (PSI) de

l’Incarnation dans ce rassemblement

formé unilatéralement par le pouvoir

Tèt Kale. Les rumeurs laissent entendre

que lui aussi ne donne pas signe de vie

lors des réunions de ce club qui devient

de plus en plus restreint et confidentiel.

D’autres part, en ce qui concerne le Secrétariat

technique qui est censé mettre

en musique les décisions du Comité de

pilotage et d’organisation, s’il est composé

de certains professeurs connus

du milieu universitaire entre autres

Creutzer Mathurin, Jean-Marie Théodat

et Fritz Dorvilier, pour d’autres, certains

secteurs ne voient pas leur place. En

regardant la liste de près, en effet, certains

noms laissent à penser qu’ils sont

là par pur opportunisme.

Le cas de Max Attys est assez

révélateur. Et l’on se demande

sur quel critère le Président Jovenel

Moïse a choisi les membres de ce

suite à la page(15)

PAUL J. JOURDAN

ATTORNEY AT LAW

107 Kenilworth Place

Brooklyn, NY 11210

Phone:

(718) 859-5725

(347) 898-7514

•Immigration

•Divorce

•Business Formation

(Corporation & Partnership)

•Estate Administration - Wills

•Real Estate Closings

8 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


This Week in Haiti

Momentum Builds for May 19 Rally at the White House to Demand

Residency for TPS Holders and Denounce Trump’s Racism

by Kim Ives

Last week, the Trump administration

stripped Temporary Protected Status

(TPS) from 57,000 Hondurans who

have lived in the United States for the

past two decades. Those Hondurans

have about 53,000 U.S.-born children,

many of whom may also be forced to

return to Central America with their

parents.

Already, President Donald

Trump’s Department for Homeland

Security (DHS) had yanked TPS from

1,000 Sudanese, 5,300 Nicaraguans,

9,000 Nepalis, 50,000 Haitians, and

260,000 Salvadorans, who will all

have to leave the U.S. in 2019 if they

can’t win residency. Over 120,000 U.S.

citizen children of TPS holders are also

affected.

On May 19, 2018 from 12:00 to

4:00 p.m. in front of the White House,

Haitians, Africans, Latin Americans,

and North Americans will demonstrate

to demand permanent residency in the

U.S. for the tens of thousands of TPS

holders soon to be facing deportation.

Their expulsion is inhumane and

counter-productive. They hold jobs, run

businesses, attend schools, pay taxes,

and generally contribute to the economic

health of the U.S..

The rally will also demand that

President Donald Trump apologize for

calling Haiti, El Salvador, and African

nations “shithole countries,” that U.S.

police forces stop profiling and terrorizing

black and brown communities, that

UN police be withdrawn from Haiti,

that the U.S. and UN pay reparations

to Haiti for a century of crimes and exploitation

(most recently the UN’s importation

of cholera into the country),

and that Washington stop meddling in

Haiti’s elections.

The rally is being organized

by the 1804 Movement for All Immigrants,

a broad coalition of groups

which organized a spirited march of

1,000 across the Brooklyn Bridge to

Wall Street’s Trump Building on a bitterly

cold Jan. 19, a mere eight days

after Trump’s “shithole” remarks.

Washington is forecast to have

beautiful springtime weather on May

19, with temperatures in the mid-70s.

“There has not yet been a major

demonstration in Washington, DC to

denounce Trump’s gutting of TPS as a

part of his campaign to stop and expel

black and brown immigrants from

coming to the U.S.,” said unionist and

teacher Marie Paule Florestal, one of

the key organizers of the May 19 rally.

“We are going to fill Lafayette Park

and Pennsylvania Avenue right in front

of the White House with our banners,

placards, and voices to tell Trump and

the world’s media that his racist policies

will no longer be tolerated. Our Haitian

Haitians and their supporters hope to repeat the success of their Jan. 19 march

in New York, shown here in front of City Hall, with a rally in Washington, DC

on May 19 with the same demands against Trump’s racist policies

ancestors defeated Napoleon Bonaparte

when he tried to reestablish slavery in

Haiti. Today, we will stop Trump from

turning back the clock to the days of

Jim Crow, lynchings, and immigrant demonization.”

The May 19 rally has the support

of the Family Action Network of Miami

(FANM) and Veye Yo in South Florida,

Kim Ives/Haiti Liberté

who are working to raise the money

to fly representatives to the rally. The

Boston Bus Drivers Union, the New

England Human Rights Organization

(NEHRO), and the Institute for Justice

and Democracy in Haiti (IJDH) are

mobilizing people in the Boston area.

Meanwhile, in Washington, DC, Konbit

Lakay and Fondasyon Mapou also support

the rally and are working to turn

people out. Organizers expect to have

delegations from cities up and down

the U.S. East Coast.

While many people are traveling

to Washington, DC by car and train,

charter buses have already been organized

from New Jersey and New York.

There are still free seats on one of the

buses leaving from New Jersey, and

tickets for the buses from New York

start at $40 for the round-trip, although

there are discounted and free tickets for

students, unemployed, and elderly.

Bus tickets and more information

can obtained by calling the following

numbers: in New York, 718.421.0162;

in New Jersey, 201.836.4738; in

Florida and Georgia, 305.756.8050;

in Massachusetts and Rhode Island,

857.615.9895.

You can also visit the 1804

Movement for All Immigrants’ website

at 1804movement.org or its

FaceBook page at www.facebook.

com/1804Movement.

The organizers for the May 19

Rally in DC still need financial support

for buses and other rally expenses. If

you can help in any way, please contact

the 1804 Movement for All Immigrants

at 718.421.0162 or contribute

online at https://t.co/Vm14tmvOfV.

Haitian Legal Organization & NLG Debut Country’s First

Legal Observers at May Day Protests

by Institute for Justice and Democracy in Haiti

(IJDH)

On May 1, Haitian public interest

law firm Bureau des Avocats

Internationaux (BAI), sent its first

group of trained legal observers to

monitor International Workers’ Day

(“May Day”) protests in the capital

city. BAI launched its Obsèvatwa

Libète Piblik (Public Freedoms Observation)

program in partnership with

the Institute for Justice & Democracy

in Haiti (IJDH), International Association

of Democratic Lawyers (IADL),

and National Lawyers Guild (NLG).

Haitians have been demonstrating

in anti-government protests for

months. Police have retaliated with

intimidation, violence, and unlawful

arrests. In response to these violations

of freedom of speech, assembly

and due process under the Haitian

Constitution and international law,

BAI contacted the NLG for support.

On Apr. 25, BAI announced their legal

observer and protest defense initiative,

modeled after the NLG Mass

Defense program, would begin at the

May 1 demonstrations to document

any police abuses.

BAI also partnered with local

groups Étude et Action pour les

BAI law thesis candidate Peterson Juillet legal observing in

Port-Au-Prince, May 1

Greater Brooklyn

Gastroenterology Care

Michel Jose Charles MD, FACG, AGAF

Board Certified Gastroenterology

Office Locations

3621 Glenwood Rd, Brooklyn NY 11210

9408 Flatlands Ave, Brooklyn NY 11236

1381-B Linden Blvd, Brooklyn NY 11212

By Appointment Only

Tel: 718-434-0202 / 718-869-1501

E-mail: charlesmjcharles@hotmail.com

“Giving care, one patient at a time.”

Nicole Phillips

Droits Humains (EADH); Bureau des

Organizations de Défense des Droits

Humains (BODDH); Mouvement de

Liberté d’Égalité des Haitiens pour

la Fraternité (MOLEGHAF); Batay

Ouvrieye (Workers’ Struggle); Collectif

Juriste Progressiste Haïtien

(CJPH), and the BAI’s Civil Engagement

Program.

“Public freedoms such as expression

and assembly are the base

of democracy. The police routinely

use unjustified force against peaceful

protestors to quell Haitians’ voices.

Our legal observation at the May 1

workers’ protests was the debut of a

program that will monitor and give

legal assistance to victims of police

misconduct during demonstrations,”

said Mario Joseph, Av., BAI Managing

Lawyer.

IJDH is BAI’s Boston-based

sister organization, and they work

together to develop human rights advocacy

programs, document human

rights violations, and represent victims

in international forums. “With

materials and training provided by the

NLG Mass Defense program, Haitian

legal observers will document abuses

and circulate reports to national and

international media in order to hold

the police accountable,” said Nicole

Phillips, IJDH staff attorney and NLG

member.

The NLG participated through

its International Committee, which

supports human rights legal advocacy

around the world, and its Mass

Defense program, which has provided

legal observers and legal support for

US protesters since 1968.

“This is an important step to

protecting human rights of demonstrators,”

said Jeanne Mirer, Co-Chair

of the NLG International Committee

and President of IADL. “Legal observers

in Haiti place them on the front

lines of human rights defense.”

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

9


Dr. M. Menard

Doctor of Naturopathy

Certified Natural Health

Professional Holistic

Health Coach

917.549.1875

www.mynsp.com/menard

Le docteur de la Communauté

Haïtienne à New York

Dr. Kesler Dalmacy

1671 New York Ave.

Brooklyn, New York 11226

Tel: 718-434-5345

Flatlands

Pharmacy

9002 Flatlands Avenue

Brooklyn, NY 11236

(718) 975-8200

New Bonny’s

Tailor Shop

2720 Farragut Road

(between Flatbush & E.

28 th St.) Brooklyn,

NY 11210

718-532-0080

Multiple Service

Solutions

Fritz Cherubin

1374 Flatbush Avenue

Brooklyn, NY 11210

718-421-6787

JJ’s Fritaille

Griot • Tassot • Cabrit • Acra

4021 Glenwood Road

(corner of Albany Ave.)

Brooklyn, NY 11210

347.636.2850

Guarino

Funeral

Home

Elicie Fashion

Supply & Beauty Salon

11882 West Dixie Highway

Miami, FL 33161

305-303-4325

NODELAYS TAX

Multi-services Corp

Income Tax Preparation

Home Foreclosure Specialist

• Short Sales • Uncontested Divorce •

Immigration Prep Services

• Translations • And much more.

VISIT US!

1976 Nostrand Avenue

(between Foster & Farragut)

Brooklyn, NY 11210

347-461-9350

DR. PIERRE MICHAEL

SMITH, DMD &

DR. EDWIN SMITH

Family Dentistry

16125 NE 18th Avenue

North Miami Beach, FL 33162

305.949.2766

Global Paralegal

Services

Jean F. Joseph

• Immigration Services

• Divorce • Bankruptcy

• Translations

• Income Tax Preparation

• All Legal Forms &

Resumés

2809 Church Ave., Suite

7, Brooklyn, NY 11226

718.282.8986 office

347.261.4703 cell

Dieuveille

Accounting

& Tax Services

8226 ne 2nd Avenue

MIAMI, FL 33138

305-757-7670

COLIMON

EXPRESS SERVICES

30 NE 54th Street

Miami, FL 33137

305-754-0232

MIZIK DEPOT

Bazile Jean-Berthol

13170 N.W. 7th Avenue

Miami, Fl 33168

786-285-2313

Will Cargo

Service

Shipping

4521 Church Ave.,

Brooklyn, NY 11203

347-219-1369

Ask for Willo

9222 Flatlands Ave

Brooklyn, NY 11236

718-257-2890

VISION

REALTY CORP

Houses for Sale in Brooklyn

4920 Avenue H

(corner of Utica)

Brooklyn, NY 11234

718.677.3239

EKONO INSURANCE

Gasner Anilus

11626 NE 2nd Avenue Miami,

FL 33161

305-757-6767

Bon Bagay Tax Specialist

Pierre L. Michel

1229 Flatbush Avenue

(between Newkirk & Ave. D)

Brooklyn, NY 11226

718.484.0865

347.432.0639

TAP TAP

HAITIAN RESTAURANT

819 5th Street Miami Beach, FL 33139

305-672-2898

Crowing

Rooster Arts

Videos, CDs, DVDs

100 Lafayette Street, New York, NY 10013

212-334-6260

10 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


Prime Time

Driving School & Bus Co.

Learn to Drive • Cars • Buses

1628 Nostrand Avenue & 1 Hillel Place,

Brooklyn, NY

718-859-8526

www.primetimebusco.com

Dominique & Frantz

718-940-0075

1222 Flatbush Ave.

Brooklyn,

N.Y. 11226

J. ANTHONY

ARCHER, ND, CNHP

950 Nostrand Ave.,

B’klyn, NY 11225

718-771-2719

www.naturalhealthfirst.com

Email: archer@mynsp.com

Ovi’s Place

Specializing in Grilled

Chicken & Salads

2925 Avenue H

Brooklyn, NY 11210

(718) 421-1640

Elie & Associates

Tax & Multiservice

9822 NE 2nd Ave., 2nd Flr.,

Suite 3, Miami Shores, FL 33138

305-758-2008

786-487-9131

Cell: 305-762-2757

INTEGRATED TECHNOLOGY

CENTER IMMIGRATION &

TAX SERVICES

Fast Refunds • Green Card

• Notary Public

1229 Flatbush Avenue.

646-340-2561

917-517-4216 cell

Baker’s Treats

Patties ● Bread ● Cakes

● Pain Patate

1625 Nostrand Ave., B’klyn, NY

718.826.2253

Chaco Shipping

Fedex ● DHL ● UPS ● AmeriJet

Laptop/Desktop Computer Repair

NoPin • CallDirek • Digicel • Star Pinless.

Income Tax

2916 Clarendon Road

Brooklyn, NY 11226

718-282-9372

HAITIAN

CENTERS COUNCIL

FREE Fitness classes, cooking demo,

health education

FREE Metro Card for HIV Testing

Payless for translations: French & Creole

No Food, No Problem/Find if you qualify

for Food Stamps

Haitian-American Community Coalition

3807 Church Avenue,

Brooklyn, NY 11203

718.940.2200

GREAT LEGACY

AUTO SCHOOL

8402 Flatlands Avenue

Brooklyn, NY 11236

Danny & Martine Dorestil

718-676-4514

718-942-4242

Bethel Christian Church

(Disciples of Christ, Inc.)

Jerome Hérold, Founder & Pastor

1098 Flatbush Avenue,

Brooklyn, NY 11226

718.909.5288

www.bethelchristianny.org

Frantz Boisson, EA

Licensed: US Treasury Dept.

TAX SERVICES

Individual, Self-employed,

Corporations, Estates,

Payroll, Sales Tax

IRS REPRESENTATION

Audits, Back taxes, Levies,

Innocent Spouse, OIC

3415 Avenue I

Brooklyn, NY

718-462-2085

646-249-5204

Dr. Joel

H. Poliard

5000 NE 2nd Ave

Miami, FL 33137

305-751-1105

Virgile’s

Tuxedo & Bridal Shop

Rent & Sales

for all Occasions

8210 N.E. 2nd Avenue

Miami, FL 33138

305-757-4822

701 N.E. 13th Street,

Fort Lauderdale,

FL 33304

954-760-4142

Esteve Enterprises Inc.

Income Taxes • Real Estate

8402 Flatlands Avenue

Brooklyn, NY 11236

718- 251-1889

PHARMACIE DU

PEUPLE

3001 Clarendon Road

Brooklyn, NY 11226

718-941-1013

Ben Photo Express

54 Multiservices

Merus Benoît

166 NE 54th Street, Miami, FL 33137

786-274-6086

786-273-2430 cell

benphotob@hotmail.com

AUTO TECH DRIVING

SCHOOL

Driving Lessons * 5 Hr. Class * Road

Test Scheduling * Car for Road Test

1776 Nostrand Avenue, Brooklyn, NY 11226

718.859.2200 • 646.377.8294

www.atechdrivingschool.com

Lanbi Call

WBAI 99.5 FM &

www.WBAI.org

Alternate Mondays 9-10 pm

917-251-6057

JETCO

Shipping

Grenadier Books

Pour vos cadeaux pour votre mère

Livres • CDs • DVDs • T-Shirts

• Parfums • CallDirek

WITH DEEP LOVE

AND APPRECIATION

TO MY MOTHER,

Fernande Scott Hermantin

CHERY’S

BROKERAGE

1786 Nostrand Avenue

Brooklyn, NY 11226

718-693-8229

Etienne Victorin

963 Rogers Avenue

Brooklyn, NY 11226

Office: 718.856.2500

Cell: 347.998.7112

1583 Albany Ave., B’klyn, NY

718-421-0162

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

11


Aujourd’hui, Marx a deux cents ans !

Par Mohamed BELAALI

« Malheur au génie qui s’oppose

fièrement à la société bourgeoise et

qui forge les armes qui lui donneront

le coup de grâce. A un tel génie,

la société bourgeoise réserve des

supplices et des tortures qui peuvent

paraître moins barbares que ne

l’étaient le chevalet de l’Antiquité

et le bûcher du Moyen Age, mais qui

au fond n’en sont que plus cruels ».

Franz Mehring.

Marx est né le 5 mai 1818 à Trèves

en Allemagne. Deux cents ans

après sa naissance, sa pensée n’a jamais

été aussi vivante et aussi actuelle

qu’aujourd’hui. L’humanité toute

entière continue de subir, directement

ou indirectement, le joug d’une minorité

d’exploiteurs, d’oppresseurs et

d’esclavagistes modernes c’est à dire

les capitalistes. « Marx a été l’homme

le plus exécré et le plus calomnié de

son temps (...) car Marx était avant

tout un révolutionnaire ». Ainsi parlait

sobrement Engels de Marx, lors

de la cérémonie de son enterrement.

Détesté par les gouvernements réactionnaires

d’Allemagne, de France

et de Belgique, Marx a trouvé refuge

à Londres où il a vécu dans des

conditions matérielles extrêmement

difficiles jusqu’à la fin de ses jours.

Le grand mérite de Marx est d’avoir

montré par une analyse scientifique

que le capitalisme n’a pas d’avenir et

que le communisme reste l’horizon

ultime de l’humanité. Marx dérange

toujours malgré toutes les funérailles

qu’on lui a célébrées. La lecture ou la

relecture de Marx est indispensable

pour celles et ceux qui veulent comprendre

et surtout changer le monde

dans lequel nous vivons. « Les philosophes

n’ont fait qu’interpréter le

monde de différentes manières, ce qui

importe, c’est de le transformer » disait

Marx.

La lutte des classes reste pour

Marx le moteur de l’histoire : «

l’histoire de toute société jusqu’à nos

jours, n’a été que l’histoire de luttes

de classes. Homme libre et esclave,

patricien et plébéien, baron et serf,

maître de jurande et compagnon,

en un mot oppresseurs et opprimés,

en opposition constante, ont mené

une guerre ininterrompue, tantôt

ouverte, tantôt dissimulée, une

guerre qui finissait toujours soit par

une transformation révolutionnaire

de la société tout entière, soit par

la destruction des deux classes en

lutte (…) La bourgeoisie a joué

dans l’histoire un rôle éminemment

révolutionnaire. Partout où elle

a conquis le pouvoir, elle a foulé

aux pieds les relations féodales,

patriarcales et idylliques. Tous les

liens complexes et variés qui unissent

l’homme féodal à ses ’supérieurs

naturels’, elle les a brisés sans pitié

pour ne laisser subsister d’autre lien,

entre l’homme et l’homme, que le

froid intérêt, les dures exigences du

’paiement au comptant. (…) Mais la

bourgeoisie n’a pas seulement forgé

les armes qui la mettront à mort ;

elle a produit aussi les hommes qui

manieront ces armes, les ouvriers

modernes, les prolétaires ».

Mais pour Marx la lutte des

classes doit mener à la dictature du

prolétariat et celle-ci, qui ne constitue

qu’une phase transitoire, laissera

place à une société sans classes : « la

lutte des classes mène nécessairement

à la dictature du prolétariat ; que cette

dictature elle-même ne représente

qu’une transition vers l’abolition de

toutes les classes et vers une société

sans classes » .

Pour s’emparer du pouvoir politique

indispensable à leur émancipation,

les prolétaires doivent s’organiser

au niveau planétaire, même si

la classe ouvrière doit d’abord lutter

contre sa propre bourgeoisie, car l’internationalisation

du capital conduit

nécessairement à l’internalisation du

travail. C’est dans ce sens qu’il faut

comprendre l’appel de Marx à l’union

de tous les travailleurs : « PRO-

LETAIRES DE TOUS LES PAYS,

UNISSEZ-VOUS ! ».

Marx va consacrer une partie

importante de sa vie à la solidarité internationale

des travailleurs. Ainsi en

1864, des ouvriers français et anglais

ont chargé Marx, après la rencontre

du 28 septembre au St Martin’s Hall

à Londres, de rédiger les statuts et la

première Adresse de l’internationale

ouvrière, l’Association internationale

des travailleurs : « Si l’émancipation

des classes travailleuses requiert leur

union et leur concours fraternels,

comment pourraient-elles accomplir

cette grande mission si une politique

étrangère, qui poursuit des desseins

criminels, met en jeu les préjugés nationaux

et fait couler dans des guerres

de piraterie le sang et dilapide le bien

du peuple ? Ce n’est pas la prudence

des classes gouvernantes de l’Angleterre,

mais bien la résistance héroïque

de la classe ouvrière à leur criminelle

folie qui a épargné à l’Europe occidentale

l’infamie d’une croisade pour le

maintien et le développement de l’esclavage

outre Atlantique ».

Marx a dévoilé par un immense

travail « la loi économique du mouvement

de la société moderne ». Il a

démontré d’une manière brillante ce

qui se cache derrière la valeur de la

marchandise, de la monnaie, de la

plus-value, de l’accumulation du capital,

de la tendance historique de cette

accumulation etc. etc. La richesse

dans les sociétés capitalistes disait

Marx « s’annonce comme une « immense

accumulation de marchandises

». L’analyse de la marchandise, forme

élémentaire de cette richesse, sera par

conséquent le point de départ de nos

recherches ».

La marchandise, quelle que soit

sa forme, sa qualité... est le produit

du travail humain. Elle a été enfantée

par le travailleur. Sa valeur et sa

grandeur trouvent leur origine dans le

travail humain socialement nécessaire

à sa production. Mais tout ce qui est

utile, voire vital à l’homme (l’air par

exemple), ne constitue pas une marchandise,

car il ne résulte pas de son

travail. Les marchandises s’échangent

les unes contre les autres à condition

que leurs valeurs d’échange soient

équivalentes, c’est à dire qu’elles renferment

la même quantité de travail

socialement nécessaire. Une marchandise

ne peut s’échanger contre

une autre si la quantité de travail

pour les produire n’est pas égale :«

C’est donc seulement le quantum de

travail, ou le temps de travail nécessaire,

dans une société donnée, à la

production d’un article qui en détermine

la quantité de valeur. Chaque

marchandise particulière compte

en général comme un exemplaire

moyen de son espèce. Les marchandises

dans lesquelles sont contenues

d’égales quantités de travail, ou qui

peuvent être produites dans le même

temps, ont, par conséquent, une valeur

égale. La valeur d’une marchandise

est à la valeur de toute autre

marchandise, dans le même rapport

que le temps de travail nécessaire à

la production de l’une est au temps

de travail nécessaire à la production

de l’autre ».

La formule initiale de la circulation

des marchandises était : marchandise,

argent, marchandise (M-A-M)

c’est-à-dire vendre et acheter des marchandises.

Avec le développement de

la production, l’argent se transforme

en capital et celui-ci permet d’acheter

pour vendre avec profit. La formule

devient alors : argent, marchandise,

argent (A-M-A’). La circulation des

marchandises commence et se termine

avec l’argent : « Dans la formule

M-A-M, c’est la marchandise, et dans

la formule A-M-A, c’est l’argent qui

constitue le point de départ et le point

d’aboutissement du mouvement.

Dans la première formule, l’argent

est le moyen de l’échange des marchandises

et, dans la dernière, c’est

la marchandise qui permet à la monnaie

de devenir argent. L’argent, qui

apparaît comme simple moyen dans

Marx est né le 5 mai 1818 à Trèves en Allemagne

la première formule, apparaît dans la

dernière comme but final de la circulation,

alors que la marchandise, qui

apparaît comme le but final dans la

première formule, apparaît dans la

deuxième comme simple moyen ».

L’augmentation de la valeur de

l’argent dans la deuxième formule

constitue selon Marx la plus-value.

L’argent se transforme ainsi en capital,

c’est-à-dire en rapport social de

production spécifique au capitalisme.

Mais cette augmentation de

la valeur de l’argent ne peut résulter

de la circulation des marchandises,

puisque celles-ci sont réputées équivalentes.

D’où vient alors cette plus-value

? Elle provient d’une marchandise

très singulière dont la consommation

produit en même temps de la valeur

: « Pour pouvoir tirer une valeur

échangeable de la valeur usuelle d’une

marchandise, il faudrait que l’homme

aux écus eût l’heureuse chance de

découvrir au milieu de la circulation,

sur le marché même, une marchandise

dont la valeur usuelle possédât la

vertu particulière d’être source de

valeur échangeable, de sorte que la

consommer, serait réaliser du travail

et par conséquent, créer de la valeur.

Et notre homme trouve effectivement

sur le marché une marchandise douée

de cette vertu spécifique, elle s’appelle

puissance de travail ou force de travail

».

Sur le marché, le capitaliste

achète la force de travail à sa juste

valeur c’est-à-dire le temps de travail

nécessaire à sa production. Le travail

nécessaire à la production de la force

de travail est égal au travail qu’il faut

pour produire tous les éléments nécessaires

à la reproduction de cette puissance

de travail de l’ouvrier et de sa

progéniture (alimentation, vêtements,

logement …) : « Qu’est-ce donc que la

valeur de la force de travail ? Exactement

comme celle de toute autre

marchandise, sa valeur est déterminée

par la quantité de travail nécessaire

à sa production. La force de

travail d’un homme ne consiste que

dans son individualité vivante. Pour

pouvoir se développer et entretenir

sa vie, il faut qu’il consomme une

quantité déterminée de moyens de

subsistance. Mais l’individu, comme

la machine, s’use, et il faut le remplacer

par un autre. Outre la quantité

d’objets de nécessité courante dont il

a besoin pour sa propre subsistance,

il lui faut une autre quantité de ces

mêmes denrées de première nécessité

pour élever un certain nombre d’enfants

qui puissent le remplacer sur le

marché du travail et y perpétuer la

race des travailleurs » .

En achetant la force de travail

de l’ouvrier, le capitaliste acquiert du

même coup le droit de la consommer

comme toute autre marchandise achetée

sur le marché. Mais la valeur de

la force de travail et sa consommation

ou son utilisation sont deux choses

différentes. Si par exemple l’ouvrier a

besoin de 4 heures pour produire sa

force de travail, rien ne l’empêche de

travailler 8 heures ou plus. Le capitaliste,

propriétaire momentané de la

force de travail du salarié, peut très

bien le faire travailler au-delà des 4

heures nécessaires à la production

de la force de travail. Si le capitaliste

fait travailler l’ouvrier 8 heures par

exemple alors qu’il l’a payé 4 heures

seulement, il réalise une plus-value

de 4 heures. L’ouvrier a travaillé donc

une partie de la journée pour renouveler

sa force de travail et l’autre partie,

il a travaillé gratuitement pour le

compte de son patron, c’est la plus-value.

Le taux de la plus-value dans cet

exemple est égal à 100 % : « La valeur

de la force de travail est déterminée

par la quantité de travail nécessaire

à son entretien ou à sa reproduction,

mais l’usage de cette force de travail

n’est limité que par l’énergie agissante

et la force physique de l’ouvrier.

La valeur journalière ou hebdomadaire

de la force de travail est tout à

fait différente de l’exercice journalier

ou hebdomadaire de cette force, tout

comme la nourriture dont un cheval

a besoin et le temps qu’il peut porter

son cavalier sont deux choses tout à

fait distinctes (...) En payant la valeur

journalière ou hebdomadaire de

la force de travail de l’ouvrier fileur,

le capitaliste s’est acquis le droit de

se servir de celle-ci pendant toute la

journée ou toute la semaine. Il le fera

donc travailler, mettons, 12 heures

par jour. En sus et au surplus des 6

heures qui lui sont nécessaires pour

produire l’équivalent de son salaire,

c’est-à-dire de la valeur de sa force de

travail, le fileur devra donc travailler

6 autres heures que j’appellerai les

heures de surtravail, lequel surtravail

se réalisera en une plus-value et un

surproduit. (…) C’est sur cette sorte

d’échange entre le capital et le travail

qu’est fondée la production capitaliste,

c’est-à-dire le salariat ; et c’est

précisément cette sorte d’échange qui

doit constamment amener l’ouvrier

à se produire en tant qu’ouvrier et le

capitaliste en tant que capitaliste ».

L’avidité de la plus-value du

capitaliste est insatiable. Dans le capitalisme,

seule compte la valeur

d’échange qui lui permet d’exploiter

le travail humain et d’extraire la

plus-value. Le capital ne peut vivre et

se développer sans pomper cette nourriture

qui lui est vitale, la plus-value :

« Le capital est du travail mort, qui,

semblable au vampire, ne s’anime

qu’en suçant le travail vivant, et sa

vie est d’autant plus allègre qu’il en

pompe davantage ».

Marx a développé un autre point

extrêmement important, l’accumulation

du capital. Ainsi une partie de la

plus-value est investie dans la production

c’est-à-dire dans les moyens de

production (capital constant) et dans

les salaires (capital variable).

A mesure que croît cette accumulation

du capital sous l’effet

notamment de la concurrence et du

crédit, la part du capital constant

augmente au détriment du capital

variable. Le besoin et la demande

de la force de travail diminuent ainsi

que son prix. L’accumulation du capital

rend donc inutile une partie de

la population ouvrière que Marx appelle

armée de réserve industrielle

: « Si l’accumulation, le progrès de

la richesse sur la base capitaliste,

produit donc nécessairement une

surpopulation ouvrière, celle-ci devient

à son tour le levier le plus puissant

de l’accumulation, une condition

d’existence de la production capitaliste

dans son état de développement

intégral. Elle forme une armée de

réserve industrielle qui appartient au

capital d’une manière aussi absolue

que s’il l’avait élevée et disciplinée

à ses propres frais. Elle fournit à ses

besoins de valorisation flottants, et,

indépendamment de l’accroissement

naturel de la population, la matière

humaine toujours exploitable et

toujours disponible ».

Marx dénonce avec force cette

accumulation capitaliste mais qui en

même temps permet de jeter les bases

matérielles d’une nouvelle société

: « Le capitaliste n’a aucune valeur

historique, aucun droit historique à

la vie, aucune raison d’être sociale,

qu’autant qu’il fonctionne comme

capital personnifié. Ce n’est qu’à ce

titre que la nécessité transitoire de

sa propre existence est impliquée

dans la nécessité transitoire du mode

de production capitaliste. Le but

déterminant de son activité n’est donc

ni la valeur d’usage, ni la jouissance,

mais bien la valeur d’échange et

son accroissement continu. Agent

fanatique de l’accumulation, il force

les hommes, sans merci ni trêve, à

produire pour produire, et les pousse

ainsi instinctivement à développer

les puissances productrices et les

conditions matérielles qui seules

peuvent former la base d’une société

nouvelle et supérieure ».

Au crépuscule de sa vie, malade

et affaibli, Marx n’a pu supporter la

mort en 1881 de sa femme Jenny. Le

médecin lui a même interdit de l’accompagner

à sa dernière demeure. En

janvier1983, un autre drame vient lui

ôter ses dernières forces, la mort subite

de sa fille Jenny Longuet. Le 14

mars 1983, Marx, le grand Karl Marx

a cessé de vivre.

En 1917, Lénine, un autre révolutionnaire

écrira dans l’État et la révolution

: « Il arrive aujourd’hui à la

doctrine de Marx ce qui est arrivé plus

d’une fois dans l’histoire aux doctrines

des penseurs révolutionnaires

et des chefs des classes opprimées en

lutte pour leur affranchissement. Du

vivant des grands révolutionnaires,

les classes d’oppresseurs les récompensent

par d’incessantes persécutions

; elles accueillent leur doctrine

par la fureur la plus sauvage, par la

haine la plus farouche, par les campagnes

les plus forcenées de mensonges

et de calomnies. Après leur

mort, on essaie d’en faire des icônes

inoffensives, de les canoniser pour

ainsi dire, d’entourer leur nom d’une

certaine auréole afin de ’consoler’ les

classes opprimées et de les mystifier ;

ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire

de son contenu, on l’avilit

et on en émousse le tranchant révolutionnaire

».

Le Grand Soir 5 mai 2018

12 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


Perspectives

Perspectives

Le sommet coréen !

Par Israël Adam Shamir

Rencontre des leaders des deux Corées

Une magnifique journée, pleine

d’allégresse, un sommet radieux !

Sur le sanglant 38ème parallèle, pour la

première fois depuis de nombreuses années,

les deux Coréens se sont rencontrés,

les dirigeants des deux Etats coréens.

Il y eut échange de sourires engageants,

ainsi qu’une brève visite spontanée, improvisée

du président de la Corée du Sud

à la Corée du Nord, suivie d’une autre ; de

celle du Nord à celle du Sud. Kim guida

son collègue par-dessus l’amas de béton

qui matérialise la frontière entre les deux

mondes. Enfin se dessine la perspective

de sortir de l’impasse dans laquelle les

Coréens avaient été conduits, et, à l’horizon,

l’espoir d’une réunification des deux

Etats.

Il y a quelques semaines, le président

Trump menaçait encore de rayer

la Corée du Nord de la carte du globe, et

de tuer des dizaines de millions de civils,

se vantant d’avoir un plus gros bouton

rouge (ou était-ce un missile ?) que celui

de Kim. Il s’avéra que la volonté de Kim

était plus forte que celle de l’Américain, et

que la puissance de la volonté surpasse

celle des armes. Et la puissance de la volonté

est d’autant plus forte qu’elle s’appuie

sur celle des armes.

Les menaces de Trump ont ouvert

la voie à des avancées inattendues : le

président de la Corée du Sud jeta un œil

dans l’abîme où il aperçut son peuple

destiné à être anéanti. C’est ce qu’il vit

- puis il prit des initiatives, en faveur de

la réconciliation, en faisant preuve d’une

indépendance d’esprit inattendue.

Il est possible de comparer les

deux Corées sous des angles variés.

On peut dire de l’une qu’elle est riche,

de l’autre qu’elle est pauvre, que l’une

prône le libéralisme et l’autre le communisme.

L’une des deux, c’est le pays

de Samsung, tandis que l’autre possède

des armes nucléaires. On peut, si vous

préférez, dire d’un des deux Etats coréens

qu’il est indépendant - la Corée du Nord -

tandis que l’autre est occupé – la Corée du

Sud. C’est un fait, pas une opinion.

Il y a belle lurette que les dernières

forces armées, russes et chinoises, ses

anciennes alliées, ont quitté le territoire

nord-coréen, alors même que les Américains

n’envisagent même pas de partir du

Sud. Le dirigeant du Nord, Kim, peut faire

tout ce que son peuple est prêt à faire.

Mais le dirigeant du Sud, Moon, doit en

référer à Washington, avant de prendre

la moindre décision importante. Pas mal

de présidents, au Sud, ont été destitués

ou bien emprisonnés voire tués par les

Kim Jong-un et Moon Jae-in

Américains et leurs agents pour leurs

velléités de réconciliation avec le Nord.

Nous verrons bien si Moon pourra se

maintenir au palais présidentiel après ce

sommet, mais il a saisi une opportunité,

ce qui sera incontestablement porté à son

crédit, dans les livres d’histoire.

Il ne fait aucun doute que les

peuples de Corée, du Nord et du Sud,

souhaitent une réunification pacifique

et la prospérité de leur pays. Mais

jusqu’à présent, les Etats-Unis l’avaient

empêchée. L’état profond américain (des

Etats-Unis ndt) préférait avoir ses propres

bases militaires en Corée du Sud ;

de là, les armes nucléaires ne pointaient

pas seulement en direction de Pyongyang,

mais aussi vers Pékin (Beijing) et

Vladivostok. L’an passé, les Etats-Unis

y ont implanté leur système de missiles

THAAD (Terminal High Altitude Area

Defence : système de missiles antibalistiques

de portée moyenne en service

depuis 2008, ndt ) en Corée du Sud,

menaçant directement le Nord, la Russie

et la Chine.

Les Américains ont ainsi dévoilé

leur conception des pourparlers : le

désarmement nucléaire de la Corée du

Nord, et c’est tout. Cela seul leur importe

; une Corée du Nord sans armes nucléaires

reste vulnérable à une volée de

Tomahawks, comme c’est le cas en Syrie.

Mais Kim n’est pas bête à ce point.

A la place du désarmement nucléaire de

la Corée du Nord, il a suggéré « la libération

de la péninsule coréenne de toutes

les armes nucléaires » et, c’est important,

ces mêmes termes ont été répétés par le

président du Sud.

La libération de la péninsule

de toutes les armes nucléaires, en

suite à la page(15)

La Russie s’oppose à une guerre irano-israélienne

Par Thierry Meyssan

Alors que majoritairement les observateurs

prennent parti dans le conflit russo-US

et souhaitent la victoire de leur

camp, Moscou tente d’apaiser le Moyen-Orient.

Il s’oppose donc à une attaque

d’Israël par l’Iran comme il s’était opposé

à une opération israélienne contre l’Iran,

en 2008.

Les bombardements israéliens

depuis décembre 2017.

Israël a tiré neuf missiles contre deux bases

militaires syriennes dans la nuit du 29-

30 avril 2018, causant de très importants

dégâts.

Ce qui surprend dans cette opération,

c’est que les radars russes n’ont pas

transmis l’alerte aux autorités syriennes.

Celles-ci n’ont donc pas pu intercepter les

projectiles israéliens.

Il s’avère que l’attaque visait non

pas des objectifs syriens, mais des cibles

iraniennes sur des bases syriennes.

En vertu d’un traité antérieur à la

guerre, l’Iran est venu aider la Syrie dès le

début de l’agression étrangère, en 2011.

Sans cette aide, la Syrie aurait été vaincue,

la République renversée, et les Frères

musulmans installés au pouvoir. Cependant,

depuis septembre 2015, la Syrie est

également soutenue par la Russie, dont la

puissance de feu est bien supérieure. C’est

l’armée de l’Air russe qui, au moyen de

bombes pénétrantes, a détruit les fortifications

souterraines construites par l’Otan et

Lafarge, permettant à l’armée arabe syrienne

de reconquérir le terrain perdu.

Aujourd’hui, les buts des Iraniens et

des Russes divergent.

Le désaccord irano-russe

La Russie entend éradiquer les organisations

jihadistes et pacifier l’ensemble de

la région. Puis, elle espère rétablir le lien

historique entre sa culture orthodoxe et

Damas, cité originelle du christianisme,

conformément à la stratégie fixée au

XVIIIème siècle par la Grande Catherine.

L’Iran est désormais un pays divisé

entre trois pouvoirs distincts. D’un côté

les Gardiens de la Révolution, de l’autre

le président Rohani, et enfin, le Guide

Khamenei qui arbitre leurs conflits.

Les Gardiens de la Révolution sont

une unité d’élite, distincte de l’armée

régulière. Ils obéissent au Guide tandis

que l’armée dépend du président de la

République islamique. Ils tentent de libérer

le Moyen-Orient de l’impérialisme anglo-saxon.

Ils assurent la protection des

chiites, partout dans le monde, et en retour

comptent sur eux pour protéger l’Iran. Ils

sont notamment déployés au Yémen, en

Irak, en Syrie et au Liban.

Le président Hassan Rohani cherche

à faire sortir son pays de l’isolement

diplomatique suscité par la Révolution de

l’imam Khomeiny. Il entend développer le

commerce international et rétablir le statut

de puissance régionale dominante dont

son pays disposait à l’époque du Shah.

L’ayatollah Ali Khamenei, qui est

idéologiquement proche des Gardiens de la

Révolution, tente de maintenir l’équilibre

entre ces deux pouvoirs et l’unité de son

pays. C’est un rôle d’autant plus difficile

que les tensions entre les deux groupes

précédents sont à leur paroxysme. L’ancien

président Mahmoud Ahmadinejad

(issu des Gardiens de la Révolution) et

son ancien vice-président Hamid Beghaie

ont été déclarés « mauvais musulmans »

par le Conseil des gardiens de la constitution.

Le premier vient d’être assigné à

résidence, tandis que le second a été condamné

à 15 ans de réclusion à l’issue d’un

procès secret.

Depuis l’assassinat de Jihad

Moughniyah (fils d’Imad Moughniyah,

le chef militaire du Hezbollah libanais) et

d’officiers des Gardiens de la Révolution,

en janvier 2015, à la ligne de démarcation

syro-israélienne du Golan, tout laisse

à penser que l’Iran tente d’implanter des

bases militaires au sud de la Syrie. Il s’agirait

de planifier une attaque coordonnée

d’Israël depuis Gaza, le Liban et la Syrie.

C’est ce projet qu’Israël tente de

prévenir et que désormais la Russie refuse

de cautionner.

L’évolution des positions politiques

D’un point de vue russe, Israël est un

État internationalement reconnu, dont

plus d’un million de citoyens sont issus

de l’ex-Union soviétique. Il a le droit de

se défendre, indépendamment de la question

posée par le vol des terres et le régime

d’apartheid actuel.

Au contraire, d’un point de vue

iranien, Israël n’est pas un État, mais une

entité illégitime qui occupe la Palestine et

opprime ses habitants historiques. Il est

donc légitime de le combattre. Ce faisant,

la République islamique va au-delà de

l’analyse de son fondateur. En effet, pour

l’imam Khomeiny, Israël n’est qu’un outil

pour les deux principales puissances coloniales

que sont les États-Unis (le « Grand

Satan ») et le Royaume-Uni. Au cours des

dernières années, le discours iranien sur

la Palestine est devenu particulièrement

confus, mêlant des arguments politiques

et religieux, et recourant à des stéréotypes

antisémites.

Depuis trois ans, Israël demande à

corps et à cri que la Russie empêche l’Iran

d’installer des bases militaires à moins de

50 kilomètres de la ligne de démarcation.

Au début, la Russie a fait remarquer que

l’Iran avait gagné la guerre en Syrie tandis

qu’Israël l’avait perdue. Tel-Aviv n’avait

donc rien à exiger. Mais on arrive maintenant

à la fin possible de la guerre et la position

russe a changé : il n’est pas question

de laisser l’Iran ouvrir un nouveau conflit.

C’est exactement la même attitude

qui avait poussé la Russie à bombarder les

deux aéroports loués par Tsahal en Géorgie,

en 2008. Il s’agissait alors de prévenir

une attaque de Téhéran par Tel-Aviv. Sauf

que le laisser-faire de cette fois s’oppose à

une initiative iranienne et non plus israélienne.

La position syrienne

D’un point de vue syrien, Israël est un

ennemi qui occupe illégalement le Golan.

Au cours de la guerre, il a soutenu de facto

les jihadistes et a déjà bombardé le pays

plus d’une centaine de fois.

Le projet iranien n’en est pas pour

autant le bienvenu. En effet, comme

Moscou, Damas ne met pas en cause l’existence

de l’État hébreu, mais uniquement

sa forme de régime qui exclu les Palestiniens.

Surtout, la République arabe syrienne

ne cherche pas la confrontation avec

son voisin, mais la paix. Les présidents

Hafez et Bachar el-Assad ont tous deux

tenté de la négocier —notamment avec

le président états-unien Bill Clinton—, en

vain.

Par ailleurs, chacun sait que l’armée

israélienne est appuyée sans réserve par

les États-Unis, que l’attaquer, c’est attaquer

Washington. La Syrie qui vient de

traverser sept ans d’agression étrangère

et est largement détruite ne pourrait pas

s’engager dans cette voie même si elle le

voulait.

Par conséquent, Damas, qui a accepté

de laisser l’Iran installer des bases

sur son sol, n’ira pas au-delà.

Le contexte irano-US

De même que la fin possible de la guerre

a provoqué la crise actuelle, elle pèse sur

l’avenir de l’accord 5+1. Les États-Unis

ne devraient probablement pas continuer

à s’en porter garants.

Cet accord multilatéral n’est pas ce

que l’on croit. Le texte, signé le 14 juillet

2015 est exactement identique à celui

négocié le 4 avril. Durant les derniers

mois, Washington et Téhéran ont négocié

en tête-à-tête des clauses secrètes bilatérales

dont nul ne connaît la teneur.

Cependant, chacun a pu constater

que depuis la conclusion de cet accord

secret, les troupes états-uniennes et

iraniennes, présentes partout au Moyen-Orient,

ne se sont jamais directement

affrontées.

La partie publique de l’accord porte

sur une suspension du programme nucléaire

iranien pendant au moins une

décennie ; une levée des sanctions internationales

contre l’Iran ; et un renforcement

des contrôles de l’AIEA. Cet accord

est catastrophique pour Téhéran qui a par

exemple été contraint de fermer sa filière

d’enseignement de physique nucléaire.

Mais il l’a pourtant signé en espérant la

levée des sanctions qui frappent très durement

son économie. Or, ces sanctions

à peine levées ont été rétablies sous un

autre prétexte (le programme de missiles).

Le niveau de vie des Iraniens continue à

baisser.

Contrairement à une idée reçue, la

République islamique avait cessé de chercher

à se doter de la bombe atomique, en

15 MAI 1918

15 MAI 2018

100 ème anniversaire du Violette Athletic Club

A l’occasion de l’anniversaire de sa Fondation

La Grande famille du Violette Athletic Club

Invite le public et les Fans

A une messe

Le 15 Mai 2018 à 6 :00PM

Notre Dame d’Haiti Catholic Church

110 NE 62nd St, Miami, FL 33138

Pour plus d’information appelez au

305-895-8006

1988, parce que l’imam Khomeiny l’avait

convaincue que les armes de destruction

massive sont contraires à l’islam. Elle

avait cependant poursuivi son activité

nucléaire civile et quelques recherches

sur des applications militaires tactiques.

Aujourd’hui, seuls ceux qui souhaitent

marcher sur les pas du Shah —c’est-àdire

le groupe du président Rohani— sont

susceptible de vouloir reprendre son programme

nucléaire militaire. Mais, ils ne

le feront pas compte-tenu de leurs excellentes

relations avec Washington.

Une réunion préparatoire de la

Conférence mondiale de suivi du Traité de

non-prolifération nucléaire se tient actuellement

à Genève. L’Iran et la Russie y

défendent une motion visant à déclarer

le Moyen-Orient « zone exempte d’armes

nucléaires » ; une motion que combattent

Israël, l’Arabie saoudite et les Occidentaux.

La menace exercée par Téhéran

depuis la Syrie doit peut-être être comprise

comme un moyen de pression en vue du

maintien des clauses secrètes parallèles à

l’accord 5+1.

Réseau Voltaire | Damas

(Syrie) 8 Mai 2018

THE HAITIAN

ORGANIZATION

FOR HEALTH

SERVICES, INC

Requests the honor of your

presence at its annual

Haitian Mother’s Day

Fund Raising Luncheon

Sunday May 27, 2018

12:30 pm to 5:30 pm

Plattduetsche Restaurant

1132 Hempstead Turnpike /

Franklin Square, NY 11010

516-354-3131

Donation $75 per person

For info, please contact Vaina Louis

212-683-2897, Michelle Daniel

631-789-4830

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

13


Perspectives

Rencontre avec le Front démocratique de libération de la

Palestine !

Par Laurent Perpigna Iban & Qais Abd al-Karim

C’est au cœur d’un quartier moderne

de Ramallah, à quelques centaines

de mètres de la Mouqata’a, que

nous avons rendez-vous avec le secrétaire

général du Front démocratique

de libération de la Palestine, Qais Abd

al-Karim (plus communément appelé

« Abu Leila »). Son parti, d’inspiration

marxiste-léniniste, fut fondé en

1969 afin d’organiser le prolétariat et

d’œuvrer à la création d’un seul État

laïc et sans classes, où les Arabes et

les Juifs vivraient à égalité. Appelant

alors à une coalition des formations

de gauche et à la révolution sociale, il

entendait combattre d’un même élan

l’occupation israélienne et les forces réactionnaires

arabes — l’effondrement

du communisme international et la propagation

de l’islamisme ont depuis provoqué

le recul et la réorientation stratégique

de l’organisation1. En août 2001,

Qais Abd al-Karim échappa à une tentative

d’assassinat ; le mois dernier,

un de leurs militants tomba à Gaza au

cours de l’une des manifestations de la

« Marche du grand retour », organisées

chaque semaine depuis fin mars 2018.

On dénombre, à ce jour, 51 morts. Un

point sur la situation, dans son bureau.

Le drapeau de la Palestine

Laurent Perpigna Iban : La situation

est extrêmement tendue actuellement

dans les territoires occupés ainsi

qu’à Gaza. Vivons-nous une époque

charnière ?

Qais Abd al-Karim : La situation

en Palestine a été évidemment compliquée

par la décision de l’administration

Trump de reconnaître Jérusalem comme

capitale de l’État d’Israël. Mais il ne s’agit

pas uniquement de cela : l’ambassade

américaine va être déplacée, non seulement

dans cette ville, mais de surcroît

dans la partie est de la ville, occupée

par l’État d’Israël. Cela signifie donc que

l’administration américaine reconnaît

officiellement l’annexion illégale menée

par les Israéliens de la partie « est » de la

ville. Un problème ne vient jamais seul.

Des mesures politiques et financières

ont été prises, en plus, par les autorités

américaines afin de restreindre la place

des réfugiés sur la table des négociations.

Ils veulent essayer de mettre fin

aux aides de l’UNRWA. La pérennité de

cet organisme, dont le but était d’impliquer

la responsabilité de la communauté

internationale dans l’agonie des réfugiés

palestiniens, se trouve aujourd’hui

menacée. Il s’agit de la part de Donald

Trump d’une tentative évidente d’élimination

de la cause palestinienne, en plus

d’une stratégie de diversion : dans le

même temps, son administration continue

de refuser à chercher des solutions à

d’autres problématiques — comme celle

des colonies…

Laurent Perpigna Iban

Qais Abd al-Karim

: Face à cela ?

Qais Abd al-Karim : Le conseil

central de l’Organisation de libération

de la Palestine (OLP) a décidé que les

États-Unis ne pouvaient parrainer ledit

« processus de paix » et que nous devions

tout réorganiser, avec notamment

l’implication de partenaires internationaux

multilatéraux, basés sur les résolutions

de l’ONU. Notre volonté n’est

pas soutenue par le pouvoir israélien,

bien évidemment, qui se voit encouragé

par les mesures du gouvernement de

Donald Trump. Les dirigeants israéliens

montrent actuellement leur vrai visage

: s’ils ont, ces dernières années, évoqué

à de nombreuses reprises une solution à

deux États, la réalité est que la coalition

de droite qui dirige l’État d’Israël fait en

ce moment absolument tout pour saboter

cette possibilité. Ils sont désormais

clairement en train d’envisager d’annexer

la Cisjordanie, et de l’intégrer dans

un grand État israélien qui contrôlerait

toute la Palestine historique, de la rivière

Jourdain jusqu’à la Méditerranée. Les

mouvements palestiniens se trouvent

face à la nécessité de se réorganiser et

de se lancer dans une nouvelle stratégie,

basée sur la résistance populaire et sur

l’interpellation de la communauté internationale

afin qu’elle assume ses responsabilités

et qu’elle sanctionne l’État

d’Israël pour ses flagrantes et continues

violations des lois internationales.

Laurent Perpigna Iban : C’est

pour cette raison que le Conseil national

palestinien (CNP) a annoncé qu’il se réunirait

prochainement ?

Qais Abd al-Karim : Nous avons

définitivement besoin de reconstruire

notre manière de gouverner. C’est une

nécessité absolue si l’on veut faire face

aux prochaines échéances. Nous travaillons

afin d’avoir une session qui dépasse

les clivages politiques. Nous devons reconstruire

une unité nationale afin de

montrer un nouveau visage, un visage

uni.

Laurent Perpigna Iban : Vous

avez déclaré il y a peu de temps que le

bouclage continu de la bande de Gaza

était un obstacle majeur pour la paix…

Qais Abd al-Karim : Le blocage

et le siège imposés par les Israéliens

sur Gaza sont en effet un des obstacles

à l’établissement d’un processus de

paix. En réalité, les Israéliens semblent

faire absolument tout ce qui est en leur

pouvoir afin de saboter tout espoir de

paix. Et le blocage continu de la bande

de Gaza accentue la crise humanitaire,

et rend impossible toute stabilisation de

la situation. Cette crise humanitaire est

aussi une menace constante, celle d’une

probable explosion de violence qui peut

surgir à n’importe quel moment.

Laurent Perpigna Iban : La

gauche palestinienne est-elle toujours

révolutionnaire ?

TRUMP MUST GO!

GET ON the bus to WASHINGTON, DC

N at’l R ally in front of the W hite H ouse in Lafayette Park

SAT, M A Y 19, 2018

12:00 - 4: 00 p.m.

WE DEMAND: • Trump apologize to countries he called “shitholes”

• Permanent residency for all TPS holders • U.S. & UN reparations to Haiti

• Stop police profiling & terror against black & brown communities

• UN occupation police out of Haiti • Stop U.S. meddling in Haiti elections.

th

On Jan. 11, the eve of the 8 anniversary of Haiti’s 2010 earthquake, President Donald Trump

called Haiti a “shithole” country, along with El Salvador and African nations. He continues racist

and anti-immigrant policies and provocative statements, especially against black and brown peoples.

In response, Haitians, Africans, and Latin Americans from New York, New Jersey,

Massachusetts, Pennsylvania, Florida, Georgia, and Canada will converge on Wa shington, DC the

day after May 18, Haitian Flag Day, on the annivers ar y of Ma lcolm X’s bi rthd ay.

B us tick ets:

NY: $40 (discounts/free for students, unemployed, seniors)

718.421.0162 ! NJ: 201.836.4738 ! FL/GA: 305.756.8050

MA: 857.615/9895

Supported by FANM, Veye Yo, and the Boston Bus Drivers Union, among

others. Initiated by the 1804 Movement for All Immigrants, 1583 Albany

Ave., Bklyn, NY 11210 ! 718.421.0162 ! Website: 1804movement.org

1804 Movement = 1199SEIU, Black Alliance for Just Immigration (BAJI),

Club des Amis d’Haïti Liberté (CAHL), Dec. 12 Coalition, Equality for

Flatbush, Fanmi Lavalas, Free Mumia Coalition, Haïti Liberté, Haitian

Enforcement Against Racism (HEAR), Haiti Solidarity Network of the

NorthEast (HSNNE), International Support Haiti Network (ISHN) Konbit

Ayisyen pou Kore Lakay (KAKOLA), Konfederasyon Vodou Ayisyen

(KNVA)-New York, Party for Socialism & Liberation (PSL), Peoples Power

Assemblies (PPA), Refuse Fascism, Socialist Action, Tout Haiti, Voix &

Tambours, Workers World Party (WWP) & many individual activists (list in

formation)

14 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


Suite de la page (13)

premier lieu, cela signifie que les bases

américaines et les forces d’occupation se

retirent, c’est aussi une interdiction d’accès

aux ports coréens pour les navires

américains en mesure de transporter des

armes nucléaires. Ainsi, en l’absence

des envahisseurs, les deux Corées indépendantes

pourront définir seules les

termes de leurs accords. C’est, en gros,

la logique qui a guidé Kim, et Moon l’a

agréée, en prononçant à son tour les

mots chéris : « la libération de la péninsule

» en lieu et place de « l’élimination

du programme nucléaire nord-coréen »

La Russie, qui appartient depuis

sa création au « club des pays détenteurs

de l’arme nucléaire », soutient

habituellement l’idée d’un désarmement

nucléaire appliqué aux Etats non-membres.

Pourtant elle n’est pas très pointilleuse

sur le sujet, au moins parce que

parmi ces puissances nucléaires figurent

l’Inde, le Pakistan et Israël, et ce dernier,

non seulement n’a pas signé le traité

de non-prolifération, mais refuse de

surcroît tout contrôle de son armement

nucléaire. Dans ces conditions, quelle

logique y aurait-il à être pointilleux sur

le désarmement nucléaire de la Corée

du Nord ? Si ce désarmement entraîne

la suppression des bases américaines de

la Corée du Sud, alors on ne peut que

l’accueillir favorablement.

Le sommet, qui s’est tenu en zone

démilitarisée ( DeMilitarized Zone ) a

déjà produit des effets. Nous sommes

persuadés que la liberté est rare dans le

Nord, tandis que la liberté d’expression

règne très certainement au Sud : mais

est-ce exact ? Il s’avère que, jusqu’à ce

jour, personne n’avait vu ou entendu

Kim, le président de la Corée du Nord,

dans une vidéo ou lors d’une retransmission

en direct. The Independent, un

journal britannique fiable, nous fait un

compte-rendu : « Jusqu’à cette rencontre,

de nombreux Coréens n’avaient jamais

vraiment entendu s’exprimer Kim-Jong-

Un. On ne le voit généralement que dans

des séquences filmées copieusement

caviardées, et si l’on regarde d’autres

vidéos sur lui, on peut finir en prison.

Ainsi, une Sud-coréenne, Lee Yeon-Su,

écrivait sur Twitter : « je n’arrive pas à

croire que c’est la voix de Kim-Jong-Un

que j’écoute. Cette personne c’était pour

moi un jpeg* (un personnage virtuel,

ndt) ». C’est un changement remarquable

pour les Coréens du Sud ; depuis le «

National Security Act » il est interdit de

consulter des médias considérés comme

étant pro-Corée du Nord, et cette interdiction

est assortie d’une menace d’emprisonnement.

Ici, sur Internet, il est interdit

d’avoir de « l’empathie pour la Corée du

Nord » ou pire, d’oser en faire l’éloge ;

un Sud-coréen qui visiterait de tels sites

ou écouterait Radio Pyongyang peut

être envoyé pour plusieurs années en

prison. Un mot gentil concernant le voisin

du Nord peut vous rapporter un long

séjour derrière les barreaux, au nom

de la Loi de Lutte contre le Terrorisme

(cette loi prévoit aussi la peine de mort,

mais elle n’a pas été appliquée ces dix

dernières années). La propagande anti-communiste

au Sud est intégrée dans

les apprentissages scolaires, et les programmes

d’information ; elle appartient

au quotidien.

Après le sommet, les Coréens du

Sud, surpris, ont écrit sur leurs médias

sociaux que le tyran sanguinaire du

Nord ressemblait à un ours en peluche

; petit, grassouillet et mignon. En plus

il parle comme eux. Et il mange les

mêmes nouilles au sarrasin, qu’euxmêmes

adorent.

La diabolisation a été la première

victime du sommet : les Coréens du Sud

ont vu que le très décrié Kim était un

gars connaissant le monde, avec même

une très légère touche d’accent suisse

alémanique quand il s’exprime. La

diplomatie féminine a aussi joué un rôle

: la sœur de Kim, Kim Yo-Jong, a établi

le premier contact avec le président du

Sud en assistant aux Jeux olympiques.

La femme de Kim, une actrice renommée,

est devenue amie de la femme de

Moon. Le dirigeant du Nord est un type

normal, voilà ce qui se dit aujourd’hui

à Séoul.

Dans les quartiers généraux de

l’OTAN, il y en a eu des grincements

de dents et des exhortations à ne pas

lever les sanctions, mais plutôt à en

ajouter de nouvelles. Les médias officialistes

occidentaux persistent à dire

que ce sommet n’a eu lieu que pour

préparer celui qui compte vraiment : la

rencontre entre Kim et Trump. Pourtant,

un observateur avisé du journal The

Guardian avait constaté qu’il ne serait

pas facile pour Trump de jouer les gros

bras, comme à son habitude, après la

rencontre pacifique entre les deux dirigeants

coréens. Il s’est fait piéger : « Si

Trump essaie de jouer les durs avec Kim,

il risque d’apparaître comme un va-t-enguerre

et un chercheur de noises, comme

quelqu’un dont les projets sont hostiles

aux intérêts coréens, du Nord et du

Sud. Intentionnellement ou pas, Moon a

coupé l’herbe sous les pieds de Trump,

après avoir toute sa vie œuvré en faveur

d’une détente avec la Corée du Nord,

avec l’aide de ses contacts personnels.

A vrai dire, il n’y a plus vraiment

de raison d’être au sommet Trump-Kim.

Trump peut ramener ses troupes et laisser

les Coréens établir des relations dans

lesquelles chacun s’y retrouvera. Si les

Russes et les Chinois l’ont fait, alors les

Américains le peuvent aussi. Le monde,

y compris la Corée, est adulte et émancipé

; il peut vivre sans la tutelle des

Etats-Unis.

La route ne sera pas aisée. Les

Etats-Unis veulent garder une mainmise

et exigent un désarmement « complet,

vérifiable et irréversible » de la Corée du

Nord. Mais Kim sait ce qui est arrivé aux

pays et à leurs dirigeants, lorsqu’ils s’en

sont remis aux promesses américaines

et qu’ils ont démantelé leur armement.

El Khadafi et Saddam Hussein ont détruit

leurs armes, et ont été brutalement

exécutés. Une fois désarmée, la Russie

de 1991 s’est vue traitée en quantité

négligeable. Les Etats-Unis sont sortis

des traités scellés dans l’ère soviétique

sans même en aviser quiconque. Une

Corée du Nord sans armes nucléaires serait

déjà bombardée, comme ce fut le cas

en 1950-1953. Rien n’indique que Kim

soit suicidaire ou qu’il soit un nouveau

Gorbatchev.

Il y avait un accord sur le désarmement

nucléaire de la Corée du Nord que

les Etats-Unis ont bien sabordé. Il y en

a un sur la dénucléarisation de l’Iran ; le

président des Etats-Unis envisage maintenant

de ne pas le respecter non plus.

Si toutefois les Etats-Unis retirent

leurs troupes et donnent leur accord à

une dénucléarisation de la péninsule,

et si ce retrait est « complet, vérifiable

et irréversible » des opportunités se font

jour. La Corée du Nord aimerait être

considérée comme un membre à part

entière du club des détenteurs d’armes

nucléaires, sur un pied d’égalité avec

l’Angleterre et la France. Cela pourrait

mettre un terme aux essais nucléaires et

ouvrir la porte du pays aux observateurs

et assimilés

Israël, cette puissance décisive

abritée derrière le Capitole, a vraiment

une dent contre la Corée du Nord, car

celle-ci a été un rouage essentiel qui a

permis à l’Axe de la Résistance de se

procurer la technologie des missiles.

Les Russes ne sont pas disposés

à de grandes largesses pour soutenir la

Corée du Nord. Les relations entre les

deux voisins sont tièdes, les échanges

commerciaux réduits. La Russie se calera

probablement sur la politique adoptée

par la Chine, en ce qui concerne la Corée.

Les Chinois aimeraient avoir une Corée

du Nord plus obéissante, mais ils se sont

depuis habitués à cette indomptable indépendance

nord-coréenne. Il semblerait

qu’ils aient accepté les initiatives de

Kim, lorsqu’il a rencontré le président

Xi, récemment.

Par cette journée tellement

radieuse pour la Corée, je ne veux pas

penser aux complications éventuelles.

Pour la première fois en tant d’années, la

lumière perce le ciel sombre de la Corée,

partagée en 1945 et jamais réunifiée,

à la différence du Vietnam et de l’Allemagne.

C’est peut-être maintenant le

tour de la Corée ?

Israël Adam Shamir 30 avril 2018

Comité Valmy 5 mai 2018

Qais Abd al-Karim : Je pense

que tous les Palestiniens sont révolutionnaires

! (rires) Tout simplement car ils

ont besoin de poursuivre des objectifs qui

ne peuvent être atteints sans une révolution.

C’est pourquoi tous les mouvements

nationaux palestiniens sont encore aujourd’hui

dans la même démarche. Au

sein d’un contexte de combat permanent

contre l’occupation israélienne, contre

l’expansion de la colonisation sur nos

territoires, la gauche palestinienne continue

de jouer un rôle avant-gardiste et

poursuit l’objectif d’unifier et d’influencer

le mouvement de résistance.

Laurent Perpigna Iban : Un

autre front révolutionnaire est apparu au

grand jour, au Moyen-Orient, avec les

Kurdes syriens…

Qais Abd al-Karim : Nous avons

aujourd’hui des liens avec tous les mouvements

révolutionnaires qui luttent

dans la région pour le droit à l’autodétermination.

Nous pensons que les

Kurdes ont eux aussi le droit de décider

de leur futur. Mais il faut garder en tête

que la situation globale est aujourd’hui

très compliquée. Ces enjeux doivent être

traités de pair avec la quête démocratique

des peuples du Moyen-Orient, ainsi

que l’élimination des régimes politiques

despotiques ennemis des populations.

L’intérêt des mouvements kurdes est

donc de soutenir la lutte palestinienne

pour la liberté et l’indépendance : si leurs

mouvements appellent à faire respecter

les droits des Kurdes, cela implique aussi

qu’ils reconnaissent nos droits à nous,

palestiniens. Je ne rentrerai pas dans

les détails des enjeux kurdes en Irak,

en Iran, en Syrie ou en Turquie, mais je

pense qu’après les récentes avancées, ils

doivent garder à l’esprit le contexte présent,

à savoir que nous avons à faire à

des forces impérialistes qui essayent de

détruire l’unité de certains États arabes

— en plus de supporter les projets sionistes.

Il est également dans l’intérêt des

mouvements kurdes de s’unir avec les

mouvements arabes afin de lutter unitairement

pour la démocratie. La chose

la plus importante, en Syrie, est l’unité

du peuple ainsi que la reformation d’un

régime syrien, en vue d’établir une vraie

démocratie dans le pays.

Laurent Perpigna Iban : Y a-t-il

encore de l’espoir dans les cœurs de la

jeunesse palestinienne ?

Qais Abd al-Karim : On ne peut

pas blâmer la population, et particulièrement

les jeunes générations, de n’avoir

que peu de confiance envers une Autorité

palestinienne qui se montre particulièrement

hésitante et ne prend pas au

sérieux les décisions adoptées par les différentes

parties de l’OLP afin d’abroger

et de reformer ce qui doit l’être, depuis

les accords d’Oslo… Il y a beaucoup de

colère, mais également beaucoup d’espoir.

Celui de voir la donne changer et de

voir les dirigeants palestiniens emmener

le peuple vers une solution plus radicale,

ou du moins plus acceptable pour eux.

Une solution basée par exemple sur le

droit à l’indépendance — et sur la question

primordiale du droit au retour des réfugiés.

La jeune génération se sait dans

l’impasse ; elle a compris la nécessité

d’ouvrir une nouvelle époque, avec une

nouvelle organisation, afin de défendre

notre souveraineté et le droit de tous les

nôtres. Tout cela reste malgré tout prometteur

: cette prise de conscience nous

mènera à une nouvelle étape de la lutte

de libération palestinienne, plus solide.

Laurent Perpigna Iban : Où

en est le Front démocratique pour la

libération de la Palestine à l’heure où

nous parlons ?

Qais Abd al-Karim : Nous faisons

de notre mieux pour développer

les mouvements de libération nationale.

Et, dans le même temps, traiter les demandes

des travailleurs palestiniens :

ils réclament un système démocratique

dans lequel leurs droits économiques

et sociaux seraient garantis. La question

des inégalités entre les différentes

strates de la société palestinienne est un

problème sur lequel nous travaillons, un

problème urgent !

Laurent Perpigna Iban : Ce

mois de mai s’annonce brûlant, entre les

commémorations du 70e anniversaire de

la Nakba et le déplacement de l’ambassade

américaine à Jérusalem !

Qais Abd al-Karim : Le 15 mai

va être un jour de colère qui comptera

dans notre histoire. Le peuple pourra

faire entendre sa voix contre l’occupation

permanente que nous subissons depuis

70 ans, mais également contre le soutien

apporté par Trump et son administration

aux projets israéliens d’expansion territoriale.

Notes

1…Il y a 44 ans de cela, trois militants

du Front démocratique de libération

de la Palestine prirent un établissement

scolaire en otage, au nord d’Israël, afin

de négocier la libération d’une vingtaine

de prisonniers. Tous trois perdirent la vie

au cours de l’assaut qui s’ensuivit, ainsi

qu’une vingtaine d’otages, adolescents

pour l’essentiel, abattus par les ravisseurs.

Si notre rédaction fait entièrement

sienne la lutte pour les droits du peuple

palestinien, par les armes s’il le faut parfois,

elle s’oppose sans la moindre équivoque

aux attaques menées contre les

civils.

Ballast 7 mai 2018

Suite de la page (8)

Secrétariat. Max Attys est un ancien parisien

qui connaît peu de choses de la société

haïtienne. Depuis son retour en Haïti,

il y a près de dix ans, Max Attys parle

très peu le créole. Il ne s’exprime pratiquement

qu’en français. Hier, farouche

opposant à Michel Martelly et PHTK,

il s’était donc opposé énergiquement à

la candidature de Jovenel Moïse entre

2014 et 2016. Mais par le truchement

de ses relations politiques avec le sénateur

Jean Renel Sénatus dit « Zokiki » et

recherchant les opportunités d’où qu’elles

viennent, il a pris le train en marche et

s’est embarqué avec Jovenel Moïse à la

fin de l’année 2016, au moment où tous

les feux étaient au vert pour celui-ci vers

les marches du Palais national. Voilà Max

Attys bombardé, aujourd’hui, Conseiller

technique pour les Etats généraux Sectoriels

en attendant d’être nommé ministre,

son rêve le plus fou, selon la plupart de

ses amis. Cette manière qui consiste à

donner des strapontins à des partisans

faute de place ailleurs est la pire des manières

pour réussir une politique.

Surtout s’il s’agit de trouver un

large consensus entre des secteurs divers

et pluriels. La décision du Président

de la République de ne pas faire appel à

l’ensemble des acteurs et de discuter avec

eux avant toute désignation susceptible

Director: Florence Comeau

Interlink Translation

Services

* Translations * Interpreters

* Immigration Services

* Resumé * Fax Send & Receive

* Much more.

English • French • Kreyòl • Spanish

Tel: 718-363-1585

899 Franklin Avenue,

Brooklyn, NY 11225

de provoquer des animosités était la meilleure

décision, s’il ne voulait vraiment pas

que les Etats généraux réussissent. Les

dés sont donc jetés. Les Etats généraux

Sectoriels de la Nation du chef de l’Etat

ont du plomb dans l’aile. Les différents débats

devant avoir lieu dans tout le pays et

dans tous les domaines sont grandement

hypothéqués par le fait que le Président a

appliqué la même politique que ses prédécesseurs

sur le plan de gestion des choses

publiques. Et sur l’échec annoncé de ces

Etats généraux Sectoriels, il portera l’entière

responsabilité. Dans la mesure où il

n’y a pas vraiment de refus catégorique

de la part des autres acteurs de participer

aux débats, mais jugeant seulement inutile

d’y aller. Puisque le pouvoir ne veut

entendre que ce qu’il veut entendre estiment-ils.

Dommage !

C’est une nouvelle occasion manquée

pour la Nation et pour les Haïtiens

de discuter entre eux afin de trouver

ensemble les solutions appropriées aux

maux qui rongent leur pays. Certes, il est

encore temps de faire machine arrière. Le

Président de la République peut profiter de

ces démissions en cascade au sein du Comité

de pilotage pour relancer cette belle

idée qui consiste à mettre tous les acteurs

autour d’une table avant même de définir

quoi que ce soit. Les grandes organisations

socioéconomiques et politiques du

pays n’attendent que le jeu soit ouvert

LA DIFFERENCE

AUTO SCHOOL

LEARN TO DRIVE

La Différence Auto School

836 Rogers Avenue

(between Church Avenue

& Erasmus Street)

Brooklyn, NY 11226

Manager: Ernst Sevère

Tel: 718-693-2817

Cell: 917-407-8201

et transparent pour y prendre part. Elles

ne veulent servir ni d’alibi ni de caution

à une politique qu’elles n’ont pas choisie.

La désertion de ces personnalités des

EGSN pour quels que motifs qu’ils soient

montre qu’il y a malaise sur l’agencement

des Etats généraux Sectoriels. La Présidence

ne peut continuer avec cette folle

machine comme s’il n’y a rien ou comme

s’il ne s’est rien passé.

Le chef de Cabinet du Président de

la République, Wilson Laleau, a tort de

minimiser le départ de deux anciens Premiers

ministres, Jacques Edouard Alexis

et Evans Paul et de l’éminent historien

et professeur Claude Moïse du Comité de

pilotage et d’organisation des Etats généraux

Sectoriels de la Nation. Et que dire du

départ précipité du Président des EGSN,

Mgr Louis Kébreau, qui a toujours été

pourtant un soutien de taille pour le pouvoir

Tèt Kale ? En minimisant ces départs,

cela laisse à penser qu’ils n’avaient pas

été nommés pour leur compétence, mais

juste pour servir et faire valoir. Il y a la

possibilité de revenir à l’esprit originel des

Etats généraux de la Nation en profitant

de l’abandon ou de la démission de toutes

ces personnalités pour repenser sa mise

en place. Sinon, ce serait du temps perdu

pour tout le monde et beaucoup d’argents

gaspillés. Alors que les problèmes de la

Nation demeureront insolubles.

C.C

MULTIPLE

Service Solutions

Fritz Cherubin

• Income Tax Preparation

• Immigration Services

• Translation of Documents

(French, English, Spanish)

• Divorce

• Fax

1374 Flatbush Avenue

Brooklyn NY 11210

718-421-6787

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

15


Suite de la page (5)

Un PM fantôme ?

Yvon Neptune, premier ministre de 2002

à 2004 au cours du deuxième mandat du

président Jean Bertrand Aristide, a passé

en revue des articles de la Constitution de

1987 faisant état des attributions, missions

et responsabilités liées au poste. Il a insisté

sur le fait que nombre d’entre eux ne sont

pas respectés.

« Le président de la République

choisit un Premier ministre. Le premier

ministre en accord avec le président choisit

les membres de son cabinet ministériel

[selon la Constitution]. Je ne sais pas si

des anciens premiers ministres présents

ont effectivement participé dans le processus

de choix des ministres », dit-il.

Neptune critique le fait que le PM

peut constater que certains ministres des

ministères stratégiques généralement

reçoivent des directives que du chef de

l’Etat, mais pas du PM. Il en est de même

des directeurs généraux de ministères et/ou

d’organismes autonomes qui ne sont nullement

choisis par lui.

« Ce qui peut affecter

significativement l’efficacité du

gouvernement », se plaint-il. « Je peux

vous dire très sincèrement que le premier

ministre ne peut révoquer que les gens qu’il

employaient à la Primature. Le reste c’est

vraiment de la foutaise », insiste Neptune,

en rapport à l’article de la Constitution qui

laisse entendre que le PM peut nommer et

révoquer directement ou par délégation les

fonctionnaires publics selon les conditions

prévues par celle-ci et par la loi sur le statut

général de la fonction publique.

Si selon la loi mère de la République,

le premier ministre exerce son pouvoir réglementaire

par arrêté, dans la réalité, c’en

Suite de la page (7)

devise ellulienne. C’est Albert Jacquard

– en revisitant probablement l’œuvre

philosophique de Plutarque – qui nous

permet vraiment de tracer les droites parallèles

qui différencient « exister » de

« vivre ». Plutarque écrit : « Il faut vivre et

non pas seulement exister. » Victor Hugo

le rejoint en ce sens : « Ce n’est rien de

mourir, c’est affreux de ne pas vivre. »

L’individu existe dès sa naissance. Il

respire, mange, boit, rit, pleure, marche,

court… Mais ce n’est pas tout. Tout le long

de son passage sur la terre, il va se sacrifier,

aliéner sa liberté pour se construire

une « vie ». Il est intégré et maintenu dans

le cercle rigoureux des agences de socialisation.

Pour être utile à sa communauté,

contribuer au développement sociétal, il

faut qu’il aille à l’école, apprenne un métier,

fonde un foyer, éduque – dans bien

des cas – des enfants qui doivent assurer

la relève, afin de garantir, d’une part, la

pérennisation de la patrie, et d’autre part,

d’améliorer et préserver les expressions

de la culture ancestrale. C’est seulement

ainsi que l’être humain puisse devenir une

« personne » et accéder ensuite au statut

de « citoyen ». En sortant de la société de

nature pour fonder cette entité morale et

légale qui s’appelle l’État, il a manifesté

lui-même son intention de rompre avec

le tribalisme primitif pour se construire

un mode de civilisation qui soit capable

est tout autre chose. « Je ne sais pas si ça a

existé du temps de Jacques Edouard Alexis

et autres. Je n’ai jamais eu l’opportunité

de rédiger un arrêté. Je signais plutôt autre

chose qui venait du Palais National, confiet-il.

Dans la pratique du pouvoir, des fois

les normes et la hiérarchie cèdent le pas

aux rapports, influences et proximités des

intérêts individuels et/ou de clan ».

En conclusion, Yvon Neptune estime

que si on se limite du côté formel de

la lettre et même de l’esprit des articles de

la Constitution, on aurait tendance à croire

que le Premier ministre ne devrait avoir aucune

difficulté à exercer son autorité dans

l’accomplissement de ses missions.

« La réalité peut être tout autre »,

dit-il. Car révèle-t-il pour diverses raisons,

le cabinet du PM et le cabinet ministériel

n’ont pas toujours l’articulation dynamique

qui aiderait le PM à mener avec succès appréciable

la coordination et l’exécution du

programme de gouvernement.

Depuis quelque temps, la Primature

est dotée d’une nouveauté – secrétariat général

et le PM ne se contente plus, comme

dans un passé pas trop lointain que du

conseil des ministres organise le président

pour se réunir avec le cabinet ministériel,

à en croire Neptune. Ainsi, un conseil de

gouvernement ne risque plus d’être perçu

comme une tentative de menée suspecte

contre la présidence et un arrêté du premier

ministre n’est pas assimilé à un acte de rivalité

avec le président.

« La question maintenant est :

Pourquoi en dépit de ces apparents progrès,

les présidents continuent de s’approprier

le pilotage d’actions qui sont du ressort du

premier ministre ? L’interdiction de faire

deux mandats consécutifs les poussent

peut-être à tout embrasser. Espérant ainsi

laisser à leur départ des réalisations plus

d’humaniser les conditions de son existence

terrestre. L’individu a donc sciemment

désappris la vie de sauvagerie et de

barbarie pour apprendre à se soumettre à

la Loi. Et il l’a fait dans la dynamique du

révélateur « contrat social » rousseauiste :

renoncer à ses droits naturels – au sens

où Althusser le souligne – et obéir à des

normes sociales, morales et religieuses

qui garantissent le bien-être individuel et

collectif.

L’existence de l’État est donc historique.

Sa fonction essentielle consiste

à réguler les tensions et les conflits interindividuels,

intergroupusculaires afin

de prévenir les situations qui peuvent

conduire à l’explosion sociopolitique.

Cependant, toutes les études axées sur

les véritables caractéristiques de l’État

concluent qu’il est né avec une malformation

congénitale. Il n’est pas neutre. Et

avec le surgissement de l’ère industrielle,

le mode de fonctionnement de l’État

s’aligne nettement sur les intérêts politiques

et économiques de la classe dominante.

Il est devenu un instrument de répression

pour l’élargissement des champs

« fructifiants » du capital. L’approche de

l’analyse « gramscienne » de l’État nous

permet de comprendre que les masses exploitées

sont également blâmables de leur

situation à plusieurs niveaux. Elles ont

aidé – par les habitudes de vie qu’elles ont

développées et adoptées dans le système

capitaliste – l’ « idéologie bourgeoise »

CATERING &

TAKE-OUT

en couleurs que structurantes », terminet-il.

La réalité des autres premiers semble

n’être pas trop différente.

Un président qui se substitue au PM ?

Jacques Edouard Alexis fut Premier ministre

du 26 mars 1999 au 7 février 2001

et du 9 juin 2006 au 5 septembre 2008,

respectivement sous le président Jean Bertrand

Aristide et celui de René Préval.

Comme « gros problème » confronté

à la Primature, il avance le non respect

des décisions du comité de priorité, dans le

processus de la préparation du budget de

la République. Il critique le fait que le chef

de l’Etat outrepasse un document accepté

au Conseil des ministres lequel peut suivre

le ministre des Finances pour préparer le

projet de budget. « Nous avions eu une

situation à la primature où le président

de la République peut à lui seul dicter au

ministre des Finances les secteurs qu’il faut

prioriser. Il se fout pas mal des réunions et

des décisions prises au comité de priorité.

C’est ca la réalité que j’ai vécu moi-même »,

révèle-t-il.

Une situation qu’il qualifie de « terrible

». « Il se trouve à ce moment là, les

députés et les sénateurs que le président

instrumentait pour prendre ces décisions

savaient déjà que c’est tel secteur qui allait

avoir la priorité dans la préparation

du budget. Et il s’arrangeait pour m’interpeller»,

poursuit Jacques Edouard Alexis

dans son intervention.

Déclassement des matériels procurés

à prix d’or pour les revendre à des particuliers,

la mauvaise utilisation des fonds de

renseignement au niveau de la primature,

le dossier de nomination de la fonction publique

… Le PM a eu pour son compte lors

de son passage à la primature. Loin de faire

à « hégémoniser » leur conscience. Elles

ont donc inconsciemment consenti aux

conditions dégradantes de leur domination

et de leur exploitation. Dans les circonstances

que nous décrivons, aucun

changement social, économique et politique

ne peut être « réalisé » sans que les

élites progressistes envisagent la mise en

place d’un système de rééducation viable,

capable de préparer et d’adapter la mentalité

de la classe ouvrière et syndicale aux

impératifs de l’idéologie de la lutte pour

le « désasservissement » des marginalisés.

Albert Jacquard déclare : « Mon objectif,

ce n’est pas de construire la société

de demain, c’est de montrer qu’elle ne doit

pas ressembler à celle d’aujourd’hui. »

Les tristes réalités économiques

dans lesquelles végètent les peuples

des ghettos du Nord et des bidonvilles

du Sud poignardent la dignité humaine

dans le dos. Le sang des inégalités sociales

inonde le monde contemporain.

Chômage, famine, analphabétisme, délinquance,

variance… deviennent le lot

quotidien des infortunés de la planète.

La société globalisée est d’une laideur

terrifiante. Il faut la démolir, repenser

une nouvelle architecture et tout reconstruire.

Comme le « Créateur » l’a fait par

le « Déluge ». Cependant, il faut pour cela

provoquer l’émergence symbolique d’un

« Noé [2] charismatique » pour préserver

et nourrir les espèces qui soient capables

suite à la page(19)

Immaculeé Bakery

& Restaurant

2 Locations en Brooklyn

des recommandations, l’ex fonctionnaire a

de préférence dit avoir beaucoup plus de

questions sur le combat contre la corruption.

« Est-ce que c’est normal de continuer

à considérer le président de la République

en Haïti comme mineur dans l’exercice de

ses fonctions alors que le président peut

orienter comme il veut toutes les dépenses

qui vont être faites dans un secteur

donné. Je ne le pense pas », dénonce-t-il,

ajoutant que des contrats ont été donnés à

des groupes, sans même les voir comme

premier ministre. « Vous voyez donc

pourquoi mon nom ne peut pas être cité

dans le cadre des histoires de Pétro Caribe

et ses compagnies. Je ne le savais pas »,

persiste-t-il. « C’est ça la réalité ».

Jacques Edouard Alexis assure

que l’impunité doit être combattue sous

toutes ses formes et critique la présence

d’une complicité exagérée qui

existe dans le pays. « Le népotisme et le

mounpanisme doivent-être bannis dans

la fonction et l’administration publiques »,

plaide-t-il, ajoutant que la lutte contre la

corruption s’impose comme une bataille

incontournable, sans relâche et urgentissime.

Suite de la page (4 )

M. Lévy Milot Félix, président

de la Fédération nationale des

travailleurs de santé (FENATRAS)

salaire passant de 11,000 à

14,000 gourdes. Selon elle, les responsables

de la Santé Publique en

Haïti ont simplement maquillé la crise

par « un ajustement déguisé »

« Au lieu de nommer les contractuels

comme il a été prévu, le MSPP

a préféré renouveler leur contrat pour

seulement trois (3) mois. Les employés

ont décidé d’observer cet arrêt

de travail illimité pour manifester

leur mécontentement ».Voilà pourquoi

le lundi 7 mai, les travailleurs sont

obligés d’entrer pour la énième fois en

grève de façon à forcer les autorités du

VENUS

RESTAURANT

NEW Location!

NEW Look!

Rapport de force défavorable ?

De son coté, Michèle Duvivier Pierre-Louis

qui a été la deuxième femme à accéder au

poste de Première ministre entre 2008 et

2009, après Claudette Werleigh a surtout

mis l’accent sur l’absence du mode d’emploi

des prescrits constitutionnels et des lois

haïtiennes liés aux attributions du poste de

premier ministre.

« Je suis arrivée dans un gouvernement

en qualité de PM, sachant qu’il n’a

pas de guide pratique, il faut apprendre

sur le tas. Et on arrive avec son savoir,

ses compétences, son savoir faire pour

essayer de comprendre la complexité des

relations avec le président, avec son cabinet,

avec les ministres, avec le parlement,

avec l’international, avec la société civile

et la société en général », soutient-elle,

ajoutant que c’est un processus extrêmement

difficile.

A en croire, l’ex-haut fonctionnaire,

le gouvernement haïtien ne problématise

pas ses objectifs de pouvoir. Le président

peut beau être légitime, mais savoir ce qu’est

ce qu’il veut accomplir en 5 ans et qu’est

ce qu’il voudrait cibler, sont des questions

qui restent pendantes. « Qu’est ce qu’il

voudrait qui reste comme réalisations ? Et

comment ses ministres vont s’aligner sur

les choix faits ? Ca n’existe pas », expliquet-elle.

« Chaque ministre / ministère fait

sa monographie. Comment trouver une

cohésion gouvernementale ? »

Mme Pierre-Louis a présenté un

ensemble d’efforts consentis par son

gouvernement afin de mieux structurer

l’État haïtien en vue de mettre le cap sur

le développement tant évoqué. L’ancienne

Première ministre a avoué avoir vainement

essayé d’initier le gouvernement électronique

(E-Gouvernement) pour lutter contre

la corruption et harmoniser les actions

du gouvernement lors de son mandat.

« Il existe une réelle déconnexion

entre le citoyen/ la citoyenne et l’Etat.

Comment casser cette déconnexion ? », se

questionne Mme Pierre-Louis qui a également

fait état du rapport troublant qui

existe avec le président, les ministres et le

parlement.

Face aux rapports de force défavorable,

elle se dit obligée de se rabattre sur

la technique dans l’exercice de sa fonction.

« Si j’ai une chose à me reprocher, c’est

d’avoir été beaucoup trop naïve. Je crois

que j’ai été trop naïve », termine l’apôtre

de l’e-gouvernance (la gouvernance recourant

aux technologies de l’information)

qui n’a jamais pu atterrir en Haïti.

La ministre de la santé, Marie

Greta Roy Clément

ministère de la Santé publique et de la

Population (MSPP) à respecter leurs

engagements !

Le président de la Fédération

nationale des travailleurs de santé

(FENATRAS), M. Lévy Milot Félix

a également expliqué que le dossier

relatif à la nomination des contractuels

de l’HUEH, l’ajustement de salaire des

fonctionnaires et la régularisation des

conditions de travail qui engageaient

les responsables du MSPP envers les

employés de l’hôpital général depuis

novembre 2017, n’a jamais été respecté

comme il se doit.

AMBIANCE

EXPRESS

Now 2 Locations in Brooklyn

Spécialités

• Pâtés • Pain • AK-100 • Gâteaux

• Jus citron • Bonbon amidon

• Bouchées • Cornets

• Pain patate (sur commande)

• Bouillon (chaque samedi)

• Soupe (chaque dimanche)

• Restaurant

• Fritaille

• Patés

1738 Flatbush Avenue

(b/t Aves I & J)

718.258.0509

2816 Church Avenue

(b/t Nostrand & Rogers Aves.)

718.856.2100

1227 Nostrand Avenue

(entre Hawthorne & Winthrop)

Tél: 718.778.7188

1411 Nostrand Avenue

(entre Linden & Martense)

Tél: 718.941.2644

637 Rogers

Avenue

(corner of Parkside Avenue)

Brooklyn, NY

“Venus, l’entroit idéal”

718-287-4949

1433 Flatbush Avenue

(just off Farragut Road)

Brooklyn, NY

New Location Now Open!

General Manager: Marie S

718.434.4287

16 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


A Travers le monde

Cuba : Journée internationale des travailleurs !

Le défilé du Premier mai à Cuba

La Journée internationale des travailleurs

est une démonstration sans

équivoque des bases solides de notre

glorieuse Révolution. Allocution du camarade

Ulises Guilarte de Nacimiento

à l’occasion de la Journée internationale

des Travailleurs, le 1er Mai 2018

sur la Place de la Révolution

Camarade général d’armée Raul Castro

Ruz, Premier secrétaire du Comité central

du Parti communiste de Cuba

Camarade Miguel Diaz-Canel Bermudez,

Président du Conseil d’État et du

Conseil des ministres

Distingués invités,

Chers travailleurs,

En ce moment historique de la Patrie,

des millions de Cubaines et de Cubains

dans tout le pays sont les protagonistes

d’une nouvelle mobilisation

nationale massive et populaire à l’occasion

de la Journée internationale des

Ulises Guilarte de Nacimiento

à l’occasion de la Journée

internationale des Travailleurs,

le 1er Mai 2018 sur la Place de la

Révolution

travailleurs, avec pour slogan « Unité,

Engagement et Victoire », à un moment

où nous mettons en œuvre depuis la

base syndicale le processus organique

en vue du 21e Congrès de la Centrale

des travailleurs de Cuba, qui s'achèvera

l'année prochaine par la commémoration

du 80e anniversaire de sa création.

Nous avons beaucoup de raisons

et d'arguments pour transformer ce 1er

mai en une nouvelle démonstration de

soutien à notre Révolution, au Premier

Secrétaire du Parti, le camarade Raul,

à la continuité de son leadership dans

l'État et le gouvernement présidé par

le camarade Diaz-Canel, et à son leader

historique Fidel Castro Ruz, afin de

lui ratifier notre ferme détermination de

respecter le concept de Révolution qu'il

nous a légué.

À cette occasion, nous sommes

conviés par d'importantes commémorations,

expression des héroïques traditions

de lutte qui nous rendent fiers

d'être cubains et qui donnent toute sa

dignité à l’Histoire de notre Patrie, comme

le sont le 165e anniversaire de la

naissance de notre Héros national José

Marti, le 150e anniversaire du début

des guerres d'indépendance, le 65e

anniversaire de l'attaque des casernes

Moncada et Carlos Manuel de Céspedes

et le 60e anniversaire du triomphe de la

Révolution.

Les portraits de dirigeants ouvriers

exceptionnels que nous portons

aujourd'hui dans ce défilé de masse,

tels que Lazaro Peña, Jesus Menéndez,

José Maria Pérez, Aracelio Iglesias, et

d'autres étroitement liés aux luttes syndicales,

sont également le témoignage

de notre reconnaissance et de notre

gratitude éternelle pour leur exemple de

loyauté et de fermeté.

De la même manière, dans les

défilés compacts et colorés, sur les

places du pays tout entier, se multipliera

l’exigence de la levée du blocus

économique, commercial et financier

génocidaire imposé à Cuba, lequel, à

l’heure actuelle, s'intensifie. La voix

d'un peuple demandant la restitution

du territoire illégalement occupé par la

base navale de Guantanamo se fera entendre,

de même que nous dénonçons

les agissements agressifs et d’ingérence

du gouvernement des États-Unis.

Compatriotes,

La bataille stratégique que nous livrons

sur le terrain économique et productif

dans les entreprises, les entités subventionnées

par l’État et celles aux formes

de gestion non étatiques, au cœur des

situations complexes que nous traversons

aujourd'hui, exige plus que

jamais la contribution des travailleurs

afin d’augmenter et de diversifier de

manière soutenue les productions physiques,

de renforcer les lignes de produits

exportables, de remplacer les importations

et d’améliorer la qualité des

services, ceci associé à l'efficacité nécessaire

du processus d'investissement qui

est mis en œuvre dans les programmes

de développement du pays.

Célébrations du 200ème anniversaire de la

naissance de Karl Marx à Trèves. Appel des

organisateurs du DKP et de la SDAJ

Organisation et enthousiasme ont caractérisé le rendez-vous du 1er Mai.

Photo: Dunia Alvarez

Dans la réalisation de ces objectifs,

nous sommes pleinement conscients

de la responsabilité de la classe

ouvrière dans la génération de la richesse

dont notre peuple a besoin pour

satisfaire ses besoins, préserver les conquêtes

sociales et devenir une prémisse

à l’augmentation du revenu réel des

travailleurs et des retraités.

En un jour comme celui-ci, il

est impossible d'oublier que nous vivons

dans un monde marqué par un

ordre économique international injuste,

inégal et excluant, où l'offensive

de l'impérialisme et de ses politiques

néolibérales continue d'avoir un impact

sur le monde du travail.

Les réformes du travail, récemment

appliquées dans plusieurs pays,

ont supprimé les accords conclus par

négociations collectives ; les poches de

pauvreté s'accroissent, de même que

la précarité des contrats. Les grandes

vagues de travailleurs migrants ne

disposent pas des garanties minimales

de leurs droits du travail, alors que le

chômage augmente, avec une plus

grande incidence chez les jeunes et les

femmes, tout comme le déploiement de

la propagande visant à discréditer le

rôle de classe des syndicats.

Cuba et son mouvement syndical

réaffirment leur engagement indéfectible

et leur solidarité militante envers

les peuples du monde qui luttent pour

leur souveraineté et leur indépendance,

et qui font leur la cause des humbles,

tout en respectant la diversité, en vue

de construire une grande patrie, à travers

la coopération, la concertation

politique et l'intégration.

Le Sommet des peuples et les forums

organisés par l'OEA au Pérou ont

constitué une preuve irréfutable. Plus

de 170 représentants de la société civile

cubaine légitime, dont beaucoup de

jeunes, y ont exigé la non-intervention

dans les affaires intérieures des pays

et se sont distingués par la fermeté de

leurs arguments et la conviction avec

laquelle ils les ont défendus face aux

mercenaires et aux apatrides.

Aussi, forts du droit qui nous

revient dans notre pratique révolutionnaire,

depuis cette place historique,

nous réaffirmons notre soutien

inconditionnel à la Révolution

suite à la page(18)

Le 5 mai 2018, Trèves commémore

le 200ème anniversaire

de la naissance d’un de ses plus

célèbres enfants: Karl Marx. Des

milliers de personnes affluent pour

des manifestations très diverses.

Des communistes du PC allemand

(DKP) et de la Jeunesse ouvrière

allemande socialiste, avec

d’autres mouvements et des communistes

de plusieurs pays d’Europe

et d’Amérique (Cuba) mettent

en avant l’actualité du marxisme à

travers des événements politiques,

scientifiques et culturels. Voici leur

appel que nous faisons évidemment

nôtre:

Appel : « Marx, c’est l’avenir »

Il y a 200 ans, le 5 mai 1818, Karl

Marx naissait à Trèves. Devant la

misère répandue par le capitalisme

en plein essor, il décida de prendre

le parti des exploités. Avec Friedrich

Engels, Marx développé une nouvelle

conception du monde, le marxisme.

Elle allait changer le monde.

suite à la page(18)

KATOU

RESTAURANT

5012 Ave M

(Entre E. 51 et Utica)

10h am – 10h pm

Une innovation dans la cuisine

haïtienne à Brooklyn

Tous les plats haïtiens réalisés par une

équipe de cordons bleus recrutés sous

la supervision de Katou

Griots – Poissons – Poissons Gros Sel

– Dinde – Poulet – Cabri

– Boeuf – Légumes

Bouillon le samedi – Soupe le

dimanche – Bouillie de banane le soir

Appelez le 718-618-0920

Livraison à domicile

Si vous avez du goût, vous ne

lâcherez pas Katou Restaurant

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

17


Pleins feux sur : : George Lys Hérard « Master Dji »

(Grand Goâve, 1961 – Port-au-Prince, 1994)

Par Ed Rainer Sainvill

« Un approvisionneur du rap »

Décédé trop tôt, ce talentueux artiste

s’était imposé comme le vrai

pionnier du rap créole dont il s’était

mis à l’avant-garde après des débuts

prometteurs d’animateur de radio, pour

ensuite s’implanter en « dj » de discothèque.

Mais dès l’année 1984, le public

le découvrit dans son premier hitrap:

Tann pou tann, agrémenté d’une

démarche inventive, laquelle propulsait

un innovateur d’un genre nouveau

aux traits exotiques, mais d’apport autochtone

.C’est surtout le morceau Sispann,

classé deuxième au “Concours

Découvertes” de France internationale

en 1987 qui le révéla pour de bon; faisant

de lui l’une des clefs de voûte de

la nouvelle génération, imbibée de sa

propre marque distinctive. Sorti dans

l’allégresse des événements qui ont

abouti à la chute de « babydoc », et à

travers lesquels, il mit en garde contre

tout triomphalisme. Un morceau qui

s’est aussi imposé comme l’un des

hymnes post dechoukaj. Sachant que si

la queue du macaque était cassée, sa

tête était encore là avec les structures

laissées intactes par le consortium impérial;

cognant et rapant :’’ Ayiti te libere,

men li poko delivre’’.

L’année suivante, on le retrouva

à Radio-Port-au-Prince. Et, toujours

avec son ingéniosité habituelle, il fut

repéré à « Tap Tap Magazine », et, devint

par la suite collaborateur à RFI

(Radio France Internationale) et de

CJFM du Japon, mais aussi à Radio Africa

#1 et Radio Nova. Jusqu’à s’imposer

comme animateur à la “ 5e dimension”,

l’un des discothèques les plus

fréquentés de Paris. On le retrouva à la

fin des années 1980 au pays, travaillant

à Radio Métropole. Au début des

années 1990, il entreprit une grande

tournée en Afrique. Puis, reémergea à

Tropic FM, animant entre autres émissions,

“Rap Nation” qui promotionna

de jeunes talents rap, en permettant de

découvrir: Supa Denot, Teddy Fresh,

T-Bird etc. Puis, les tubes défilaient à la

perle et, il sortit son premier cd: “Match

la rèd “, une compilation d’autres titres

comme: Politik pam, Maksimòm respè,

Sis pann, Tann pou tann etc. Mais

il n’a pas eu le temps de savourer le

succès de cette production, car la mort

vint l’arracher à l’affection des siens et

de ses fans, suite à une maladie courageusement

supportée.

G.L.H fut aussi un vrai mécène

de l’art natal, ainsi bien qu’un

musicien ‘’touche à tout’’. Comme

étant l’un des fondateurs du groupe

« Flanm », précurseur de la nouvelle

vague. Il joua le tambour avec le groupe

rasin, « Boukan Ginen ». Pas étonnant

George Lys Hérard “Master Dji”

qu’il avait réussi aussi magistralement

la synthèse du rap à la polyrythmie

native. Concoctée à partir de données

aux ramifications paradigmatiques.

C’est sans dire peut-être, qu’il aurait

marqué le rap global s’il était encore

de ce monde. Son brin d’éclectisme fut

marqué de brillance, d’harmonies et

d’élaborations orchestrales. Très éloigné

de l’approche primitive avec des

slogans qui poussent à l’effervescence.

Ayant eu le génie de l’amalgame des

sons et des mots, son rap fut plus rapproché

de l’approche d’un Quincy Jones

comme dans l’œuvre :’’ Back to the

block’’. Différemment, des schématisations

caricaturales qui obligent l’artiste

à renoncer à toute velléité créatrice, afin

de s’approprier des créations d’autrui,

pour tout emballer dans une boite, rien

d’autre que du néolibéralisme culturel.

A la Wyclif ? Cependant, des ‘’rapers’’

locaux tels : Black Alex, ‘’Donkato’’

Chemally, Top Adlerman ont toujours

fait de leur mieux pour résister à cette

tentation. Et faire honneur à la mémoire

du Master.

Suite de la page (17) Célébrations du 200ème anniversaire de la naissance de Karl Marx à Trèves. Appel des organisateurs du DKP et de la SDAJ

Depuis Marx, nous savons que la

contradiction principale de notre

société réside dans la domination

du capital sur ceux qui ne peuvent

vivre que de la vente de leur force

de travail. C’est toujours valable

aujourd’hui, qu’il y ait ou non des

négociations salariales annuelles,

que l’on soit salarié ou travailleur,

en apparence, indépendant.

D’un côté, celui des banques et des

grandes entreprises, toujours plus de

richesse s’accumulent, pendant que,

de l’autre, notre vie est toujours plus

marquée par la course à la productivité,

l’angoisse du lendemain et la

menace de la pauvreté.

Les luttes de classe ont marqué

notre société jusqu’à aujourd’hui.

Les classes dominantes défendent

leur intérêt, celui de conserver cet ordre

des choses. Elles ne nous cèdent

rien. C’est pourquoi nous ne pourrons

gagner une société qui nous

autorise une vie meilleure que par la

lutte contre l’ordre capitaliste. Nous

ne voulons pas seulement quelques

miettes. Nous voulons toute la boulangerie

! Mais, si nous ne nous organisons

pas politiquement, nous

n’obtiendrons rien. Cela aussi, Marx

l’a bien vu, quand, notamment, il a

été un des fondateurs de la Ligue des

communistes. Ses idées n’ont cessé,

jusqu’à présent, de perturber la

classe dominante, ses scribouillards

et ses politiciens. Que faire avec ce

Marx si encombrant ? On ne peut

pas l’ignorer. On ne peut pas le rendre

compatible avec le capitalisme, à

moins de falsifier sa pensée. Le plus

simple semble de proclamer l’échec

ou l’obsolescence du marxisme.

Communistes, nous voyons

évidemment les choses tout autrement

: Marx n’appartient pas

au passé, il indique l’avenir. Si toi

aussi, tu es convaincu de cela, que le

capitalisme est le problème et non la

solution, alors nous t’invitons à nos

manifestations dans la ville natale

de Marx.

Nous voulons mettre à l’ordre

du jour ces questions: Que reste-t-il

de Marx ? Que signifie la lutte des

classes en 2018 ? Pourquoi s’organiser

et comment ? Qu’est ce qui

avance et qu’est-ce qui n’avance

(presque) pas ?

Et nous voulons célébrer le

marxisme : les 200 ans de son inventeur

mais, surtout l’avenir qu’il

a devant lui.

Ensemble, nous apprendrons,

nous discuterons et nous célèbrerons.

Le marxisme vivra!

Solidarité Internationale

4 mai 2018

Suite de la page (17)

Toutes les générations étaient

présentes à la marche de la

Havane. Photo: Ismael Batista

bolivarienne et à son Président, le camarade

Nicolas Maduro Moros, fermement

engagé dans la défense de la dignité de

la Patrie de Bolivar et de l'héritage d’Hugo

Chavez Frias.

Nous exprimons également la

pleine solidarité du peuple cubain au

mouvement syndical du Nicaragua, au

Front sandiniste de libération nationale

et au gouvernement dirigé par le commandant

Daniel Ortega Saavedra et la

vice-présidente Rosario Murillo Zambrana.

Nos encouragements et notre

solidarité éternelle au camarade Luis

Ignacio Lula Da Silva et aux luttes du

peuple brésilien.

Nous sommes heureux de saluer

dans cette manifestation les camarades

et les amis de diverses organisations

syndicales, les groupes de solidarité et

les mouvements sociaux qui, par leur

présence, apportent leur soutien inconditionnel

à notre lutte pour un monde

meilleur.

Camarades,

La Journée internationale des travailleurs

est une démonstration sans

équivoque des bases solides de notre

glorieuse Révolution, du soutien majoritaire

des travailleurs et du peuple à

la mise à jour du modèle économique et

social.

Unité, Engagement et Victoire, résument

notre décision présente et future

de continuer à construire une nation

souveraine, indépendante, socialiste,

démocratique, prospère et durable.

Le nouveau président cubain Miguel Diaz-Canel Bermudez

En avant, compatriotes, rien ni

personne ne nous arrêtera.

Vive les travailleurs de Cuba et du

monde !

Vive Fidel et Raul !

Hasta la victoria siempre !

VIENT DE PARAÎTRE : LES CAPSULES DESSALINIENNES

Les haïtiens curieux et intéressés à mieux comprendre

Dessalines, cet homme fascinant, conséquent, et exceptionnel

de l’humanité noire, peuvent se procurer, au prix de $45. (+ les

frais postaux si nécessaires) « Les capsules dessaliniennes »

du professeur retraité Raymond Wainwright en téléphonant au

no 1-450-933-5451 ou 718-421-0162

Ce livre concis campe le fondateur, à l’aide de 1804 capsules

émaillées de poèmes adaptés, de citations appropriées et de

significatifs documents authentiques.

Bonne Lecture

La continuité de la Révolution cubaine était une évidence à travers tous

les messages portés par les travailleurs. Photo: Juvenal Balán

18 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018


Suite de la page (16)

d’incarner la « société de demain » dont

parle le généticien français. Plusieurs

penseurs humanistes le prédisent : la

« propriété privée », l’ « enrichissement

individuel » pratiqués en mode de

disproportion honteuse – en comparaison

bien entendu au train de vie précaire

mené par les masses populaires

paupérisées – détermineront la cause

ultime – selon l’approche phénoménologique

aristotélicienne – du cataclysme

socioéconomique qui acheminera l’Humanité

vers l’apocalypse. Donc, vers sa

perte totale…!

C’est insensé que la majorité accepte

de s’appauvrir pour permettre à

l’oligarchie de s’enrichir à ses dépens.

Celle-ci a conçu et planifié pour le salariat

un mode de vie qui procure une illusion

de bonheur. Et naïvement, ce dernier

a laissé le piège se refermer sur lui.

Sans tempêter. Sans même s’en rendre

compte. Tout autant que les tenants du

système économique et financier seront

capables de « surfragiliser » les conditions

sociales des ouvriers et ouvrières,

petits fonctionnaires et employés, de les

aliéner par les procédés désobligeants de

l’octroi des prêts hypothécaires à l’habitation,

à l’achat du véhicule et de la délivrance

des cartes de crédit – bien sûr, en

y ajoutant de surcroît, comme le comble

de l’aliénation, les fameuses réalisations

des émissions de téléréalité, les

organisations des compétions sportives

locales et internationales, les festivals de

cinéma et de musique, les défilés carnavalesques

– ils garderont la ferme conviction

que les vents de la « Révolution » ne

traverseront pas de sitôt le désert des

frustrations massives.

Nous le croyons bien et voulons

poser la question comme Nietzsche

[3] : « L’homme est quelque chose qui se

doit dépasser : qu’as-tu fait pour cela? »

L’existence quotidienne est devenue

un boulet de canon attaché aux pieds

du « pauvre ». Maintenu dans un état

d’ « expectativisme naïf », celui-ci nage

péniblement dans l’océan de sa misère.

Cependant, il sait que, à bout de force, il

va se noyer au bout du compte dans l’indifférence

de ses bourreaux…Et d’autres

zombis, à tour de rôle, viendront occuper

sa place pour que le train de la mondialisation

continue à se déplacer sans ambages

sur les rails de l’exploitation cruelle

de l’être humain.

Les cimetières du monde sont

remplis de fosses en terre battue des travailleuses

et des travailleurs d’usine, des

mineurs décédés du cancer de poumon

et de la tuberculose, des institutrices et

des instituteurs mal payés emportés par

la faim et le froid. Ils ont agonisé, sans

médicament, dans leur vieille chaumière.

Ou dans un hôpital insalubre, sous-équipé

pour indigents. Pourtant, ils ont voté

un « président » ou se sont assujettis au

« roi » ou à la « reine ».

Nous avons évoqué dans notre

démarche la pensée marxienne qui accentue

sur l’importance du phénomène

de dépérissement de l’État répressif

dans la société révolutionnaire. Lénine

suggère lui-même la fondation de l’État

prolétarien pour remplacer le premier qui

servait les intérêts des oligarques corrompus.

Cependant, en explorant les régimes

politiques de droite ou de gauche,

nous nous rendons compte que ni les uns

ni les autres n’ont pu répondre à la problématique

aristotélicienne sur le modèle

de gouvernement qu’il faudrait instaurer

pour garantir le bien-être matériel

et psychologique de l’individu. Aristote

associe le syntagme nominal de « communauté

politique » à la notion de « vie

heureuse ». En clair, « vivre ensemble »

pour « bien vivre ». Toutes les théories

développées en sciences humaines pour

tenter de pallier l’absence de solution

aux situations de souffrances des êtres

échouent, comme un bateau, dans le

banc de sable de l’inappropriation et

de l’inefficacité. Elles ont toutes montré

leurs limites et leur irrationalité. Il ne

s’agit pas d’aménager ici une plateforme

quelconque d’idées et de débats pour

apologiser le communisme et diaboliser

le capitalisme. L’un paraît illusoire,

l’autre est impitoyable. Il faut que les

philosophes contemporains avant-gardistes

réfléchissent sur la nécessité de découvrir

d’autres concepts qui traduisent

et imposent des réalités sociopolitiques et

économiques plus justes.

Nous ne faisons pas du tout référence

à l’ « égalitarisme hallucinatoire ».

Rien n’est égal dans la nature. Et il ne

faut pas oublier que l’ouvrage de Thomas

More qui a tenté la démarche de l’égalité

des êtres et des choses s’appelle L’Utopie.

Le gouvernement idéal n’a jamais existé.

N’existera probablement pas. Il reste tout

simplement à l’individu d’en inventer

un modèle qui puisse tant bien que mal

rendre sa vie sur la terre plus ou moins

supportable.

Voilà le sens de nos réflexions!

L’essence du bien-fondé de notre persistante

plaidoirie politicoéconomique et

socioculturelle…!

Robert Lodimus

_____________

Références

.

[1] Jacques Ellul, L’illusion politique.

[2] Prophète de l’Ancien Testament.

[3] Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra,

Éditions Gallimard.

Classified

Directory Tel: 718-421-0162

editor@haitiliberte.com

APARTMENT FOR RENT:

BROOKLYN

Nice 1-bedroom apartment

available in East Flatbush. For more

information, call 917.995.1818.

APARTMENT FOR RENT:

BROOKLYN

Great 2-bedroom apartment

available in East Flatbush. For more

information, call 917.995.1818.

ATTORNEY/ LEGAL

Lung Cancer? And Age 60+? You

And Your Family May Be Entitled

To Significant Cash Award. Call

866-951-9073 for Information. No

Risk. No Money Out Of Pocket.

ATTORNEY/ LEGAL

Were you an INDUSTRIAL

TRADESMAN (machinist/

boilermaker/pipefitter etc) and

recently diagnosed with LUNG

CANCER? You may be entitled to a

SIGNIFICANT CASH AWARD. Risk

free consultation! 855-407-6931.

AUTO DONATIONS

Donate your car to Wheels For

Wishes, benefiting Make-A-Wish.

We offer free towing and your

donation is 100% tax deductible.

Call (917) 336-1254

BUSINESS OPPORTUNITY

Have an idea for an invention/

new product? We help everyday

inventors try to patent and submit

their ideas to companies! Call

InventHelp®, FREE INFORMATION!

888-487-7074

EDUCATION

Mega Institution Mixte. Mission

d’Education pour les générations

de l’Avenir. Lilavois 53, Plaine du

Cul de Sac, Haiti. Ecole Primaire et

Bilingue. Fondateur : Jean L. Vallon,

M.S. EDU, Tel : (011509) 3813-

1107. Email : levallon@aol.com,

vjeanlesly@yahoo.com

FARMING

GOT LAND? Our Hunters will

Pay Top $$$ To hunt your land.

Call for a FREE info packet &

Quote. 1-866-309-1507. www.

BaseCampLeasing.com

HEALTH

VIAGRA & CIALIS! 60 pills for $99.

100 pills for $150 FREE shipping.

Money back guaranteed! Call

Today: 800-404-0244

HEALTH

IF YOU USED THE BLOOD THINNER

XARELTO and suffered internal

bleeding, hemorrhaging, required

hospitalization or a loved one died

while taking Xarelto between 2011

and the present time, you may be

entitled to compensation. Call Attorney

Charles H. Johnson 1-800-535-5727

HEALTH

Haitians love “SOUL,” the anti-oxidant

power supplement made from seeds!

Banish pain, reclaim youth, inject

energy. Packets: $4 each. Box of 30:

$78. Two boxes: $143. Call (203)

666-8650 or visit www.myrainlife.

com/rejuvenation.

HELP WANTED

Jetco Shipping needs DRIVERS to

pick up barrels and other items for

shipment to Haiti. Good pay! Flexible

hours! Call Victorin, 347.998.7112.

DONATE YOUR CAR

Wheels For

Wishes Benefiting

Make-A-Wish ®

Metro New York

*Free Vehicle/Boat Pickup

ANYWHERE

*We Accept All Vehicles

Running or Not

*Fully Tax Deductible

WheelsForWishes.org

Call: (917) 336-1254

* Car Donation Foundation d/b/a Wheels For Wishes. To learn more about our programs

or financial information, visit www.wheelsforwishes.org.

RULE THE ROADS

&

HELP WANTED

THE RAILS

There’s never been a better time to join

Schneider’s Intermodal division

UP TO $10,000 SIGN-ON BONUS

Regional Work | Earn up to $0.51 cents per mile

Performance pay up to $0.06 per mile more

No New York City | 99% no touch freight

Paid oreintation and time off | Medical, dental and vision insurance

Apply: schneiderjobs.com

Call: 800-44-PRIDE

Driver Tractor Trailer & Owner

Operators Wanted, for Container

Work, 3 Years Pier Experience

Required, CDL Class A Licence,

Clean Record, Twic Cart Required.

Good Pay, Steady Work, Please Call

Gabriel or Mark (973) 690-5363 or

Inquire Within 187-189 Foundry St.

Newark, NJ 07105

HELP WANTED

Driver with a vehicle needed for

Wednesday newspaper deliveries.

Routes available in New York &

Miami. Call 718-421-0162.

HOME SERVICES

Vivint- Smart & Complete Home

Security. Easily manage anywhere,

Professional Installation as early as

Tomorrow; $0 Activation. Call For a

Free Quote, Contract Options: 1-800-

523-5571

LAND FOR SALE

SO CATSKILLS LAND LIQUIDATON!

6 acres- $59,900. 90 Mins NY

City! Woods, stonewalls, quiet

Country setting! Approved for

bldg! Terms avail. 888-905-8847.

NewYorkLandandLakes.com

LOTS & ACREAGE

COOPERSTOWN REGION 20 acres

- $39,900. Pond, stream, woods,

apple trees, stonewalls! 6 miles

Cooperstown. Twn rd, survey, clear

title. Terms 888-479-3394

MEDICAL/ HEALTH/ PERSONAL

Medicare doesn’t cover all of your

medical expenses. A Medicare

Supplemental Plan can help cover

costs that Medicare does not. Get

a free quote today by calling now.

Hours: 24/7. 1-800-730-9940

MISCELLANEOUS

HughesNet Satellite Internet -

BACK TO SCHOOL, HOSPITAL, NURSING HOMES

& HOME CARE AGENCIES ARE HIRING

TRAIN TO BECOME A HEALTH CARE WORKER IN LESS THAN 2 MONTHS AT LOW COST:

NURSE AIDE, MORNING 4 WEEKS, EVENING 6 WEEKS TRAINING. . . . . . . . . . . . . . . $700

HHA & PCA, MORN 3 WEEKS, EVENING’S 5 WEEKS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $695

PCT, PCA, EKG & PHLEBOTOMY, MORN, 5 WEEKS, EVENING 6 WEEKS . . . . . . . . . . . $750

LPN & RN review, morning 2 months, evening 3 months . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $4,500

CNA & PERSONAL CARE AIDE BECOME A HHA IN 6 DAYS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . $695

Study all Three Course Nurse Aide, EKG & Phlebotomy and Become A PCT Or PCA

No GED & High School Diploma Welcome

CALL: DAISLEY INSTITUTE: 718-467-8497

229 EMPIRE BLVD, BROOKLYN (Between Bedford & Rogers)

Saving a Life EVERY 11 MINUTES

Help at Home

Help in Shower

with

GPS!

Help On-the-Go

I’ve fallen and I can’t get up!

®

25mbps starting at $49.99/mo!

FAST download speeds. WiFi built in!

FREE Standard Installation for lease

customers! Limited Time, Call 1-800-

214-1903

MISCELLANEOUS

DISH TV $59.99 For 190 Channels

+$14.95 High Speed Internet. Free

Installation, Smart HD DVR Included,

Free Voice Remote. Some restrictions

apply. Call 1-800-943-0838

WANTED TO BUY

FREON R12 WANTED: CERTIFIED

BUYER will PAY CA$H for R12

cylinders or cases of cans. (312)

291-9169 www.refrigerantfinders.

com

HELP!

I’ve fallen and I can’t get up! ®

Get HELP fast, 24/7,

anywhere with .

For a FREE brochure call:

1-800-404-9776

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

Haiti Liberté/Haitian Times

19


Yabofer Yabodi

Yabola Botanica

1820 Nostrand Avenue

Brooklyn, NY 11226

718-284-2237

Dantor & Agarou

Botanica

323 NE 167th Street

North Miami, FL 33162

HACDEN

(Haitian American Cultural

Development Network)

HACDEN@yahoo.com

718-314-8206

Grand Drap

Botanica

Père Love

3009 Beverly Road

Brooklyn, NY 11226

(718) 940-1491

César Accounting &

Tax Services

Leon César, Notary Public.

2063 Nostrand Ave.

(bet. Farragut & Glenwood)

Brooklyn, NY 11210

347.533.9900

Solide Rocher

Restaurant

Catering for all occasions

3011 Beverly Road

(between Nostrand &

E. 31st St.) Brooklyn, NY

347.425.0661

IDOLE TAX

SERVICES

Jude Désir

2720 Farragut Road

(off Flatbush Avenue)

Brooklyn, NY 11210

718-282-2574

718-612-8833 cell

Herbs &

Vitamins

* Juices * Smoothies

* Soups * Salads

1358 Flatbush Ave. & 730 Flatbush Ave.,

Brooklyn, NY

718.421.6030 * 718.240.4670

NOW 4 BROOKLYN LOCATIONS

1464 Rockaway Parkway

718.513.3655

Church Supplies, Card Reading, Spiritual Advisor

& Healer. Good Luck Bath & Bad Luck Bath.

Everything Spiritual you may need!

Lydie or Marie

305-335-8245

Technic

Driving School

Raoul St. Flavin

1207 Rogers Avenue

Brooklyn, NY 11226

718.282.7792

Etienne Victorin

963 Rogers Avenue

Brooklyn, NY 11226

Office: 718.856.2500

Cell: 347.998.7112

826 Rogers Avenue

718.676.1636

82b East 18th Street

718.484.0242

744 Utica Avenue

347.414.5388

now open!

RED HOOK

SHIPPING

Boxes ● Barrels ● Containers ● Vehicles

Direct shipping from Brooklyn, NY to Haiti

We own 3 ships: Sloman Rover, Trans Gulf & Glamor.

973-690-5363

Shipping Cars, Trucks, Buses & Containers every Friday to Haiti.

Bring Vehicles to: 72 Bowne St., Brooklyn (off Van Brunt).

FRIDAYS ONLY.

Direct to

Port-au-Prince,

Miragoâne &

St. Marc

Red Hook Terminal, 70 Hamilton Ave., Brooklyn, NY 11231

Phone: 718.855.1555 • Fax: 718.855.1558

www.redhookshipping.com

YON KONEKSYON DIREK POU HAITI

WEEKLY SAILING FROM NY & NJ PORTS

FASTEST TRANSIT TIME IN THE INDUSTRY

12 DAYS TO HAITI

Call us today at 917.299.3640 or 917.416.4625

Serving the Haitian community since 1995.

Nou pi rapid, nou garanti!

Email: solutions@vmtrucking.com

www.HaitiShipping.com

20 Haiti Liberté/Haitian Times

Vol 11 # 44 • Du 9 au 15 mai 2018

More magazines by this user