Brochure 2019-2020

theatrejeanvilar

saison

2019/2020


Edito

OUVRIR L’HORIZON

Toute culture naît du mélange, de la rencontre, des chocs ; à l’inverse, c’est de

l’isolement que meurent les civilisations

Octavio Paz

La fonction d’un théâtre c’est avant tout de

raconter des histoires. Concevoir une saison

artistique c’est parler d’aujourd’hui pour mieux

inventer demain.

La saison 19/20 propose une diversité de formes

artistiques dans une ouverture au monde.

Au cœur du projet artistique : la présence des

artistes dans la ville au quotidien, mêlant création

et proximité avec les habitants.

Notre rêve collectif : offrir un espace de dialogue

entre l’art et toutes les composantes de

la société, activer un laboratoire d’expérimentation

artistique et sociale face aux bouleversements

de nos sociétés.

Les artistes de la saison affirment un art qui

contribue à moins de discriminations et plus de

solidarité : Anarchy, Acoustique, Fúria, Pistes,

Eldorado Dancing, La légende Bornéo…

Ils nous transportent dans des imaginaires merveilleux

: Cendres, Alors Carcasse, Lichens…

Ils proposent une autre façon d’être spectateur,

active et participative : Circuit, Reconstitution,

Fake…

Ils racontent le monde dans sa pluralité :

La mémoire des arbres, Mahmoud & Nini,

A land full of heroes, Monstres…

Le théâtre c’est aussi un lieu de vie où la joie

se partage, où la fête est célébrée, où l’horizon

s’ouvre largement.

Cette année, encore et toujours, venez vous

élancer, vous rassembler, vous enlacer.

Associez-vous à l’équipe du Théâtre Jean-Vilar

car ce théâtre est le vôtre, c’est avec vous et les

artistes que nous le faisons vivre.

Nathalie Huerta

Directrice

3


Nos artistes compagnons

« Voix d'Afrique »

Des artistes auxquels le théâtre Jean-Vilar apporte

un soutien pour la création, le répertoire et avec

lesquels se construisent des projets de territoire

autour de thématiques comme « Danse et identité

» ou « Art et société».

© Sylvain Lefeuvre

Métie Navajo

Résidence d'autrice / saison 2

Dans le cadre de sa résidence au théâtre Jean-

Vilar, initiée en 2018-19, Métie Navajo écrit

une pièce en lien avec le Mexique autour de

la question « Qu'est ce qui nous appartient ? »,

et engagera cette saison une collaboration

avec une jeune compagnie mexicaine. Venez

partager ses questionnements, elle sera

présente de façon hebdomadaire tout au long

de la saison, autour de rendez-vous individuels

ou collectifs.

• Rencontres-débat autour des représentations de

Eldorado Dancing (mars, page 56), au sein des

lycées et collèges partenaires

• Ateliers d’écriture et parcours autour du thème

« Qu’est-ce qui nous appartient ? » avec des publics

lycéens et adultes.

© DR

Collectif

L'avantage du doute

Nouvelle collaboration / phase exploratoire

« La création de notre groupe répond d’abord

à une nécessité, politique au sens large, celle

d'appartenir à un collectif. Chacune de nos

créations répond du même impératif : partir

du monde d’aujourd’hui, pour en faire du

théâtre, « à hauteur d’homme ».

• La légende de Bornéo (mars, page 60)

• Cette saison le collectif mènera sur le territoire des

entretiens avec les habitants sur les thématiques qui

animent sa prochaine création, en cours d’écriture :

l'écologie et les relations homme-femme.

• Projection de Tout ce qu'il me reste de la

révolution, long-métrage de fiction réalisé par

Judith Davis, membre du collectif, prix du jury

au Festival d’Angoulême. Une comédie politique,

optimiste, sans concession, où histoire personnelle

et engagements collectifs se font écho, invitant avec

humour le spectateur à (re)croire en son époque.

En présence du collectif. Lundi 25 novembre 20h,

entrée libre sur réservation.

« Mufasa »

Résidence chorégraphique / saison 2

La chorégraphe Sandrine Lescourant alias

« Mufasa » poursuit sa résidence autour de sa

nouvelle création, Acoustique (décembre, page

40).

• Parcours artistiques avec des lycéens et adolescents

des Centres de quartiers, et des jeunes mineurs isolés.

Aristide Tarnagda, auteur, metteur en scène, directeur artistique du festival de

théâtre Les Récréâtrales à Ouagadougou (Burkina Faso), met en perspective et

accompagne depuis la saison dernière la programmation « Voix d’Afrique ».

• Rencontres artistiques autour de la création de Pistes (novembre, page 30), une

pièce de Penda Diouf mise en scène par Aristide Tarnagda et de Monstres on

ne danse pas pour rien du chorégraphe Delavallet Bidiefono (mars, page 68).

• « Soirées partage » : initiées en 2014 par Les Récréâtrales, les « Soirées partage »

expérimentent une nouvelle forme participative de théâtre, pour construire une

pensée critique et plurielle sur la société africaine contemporaine et son devenir. Orchestrées par Kouam

Tawa, dramaturge et poète camerounais, entouré de comédiens et de musiciens, elles mettront à l’honneur

une personnalité africaine. Samedis 18 janvier et 16 mai, en partenariat avec le Lycée Chérioux, le Centre

social Balzac, le Foyer ADEF Manoukian, la Médiathèque Nelson Mandela, la librairie Les mots retrouvés et

l’artiste plasticien Daniel Purroy.

Nos artistes amis

Des artistes accueillis régulièrement en création, qui questionnent la relation entre individu et collectif,

art et société, et dont les écritures artistiques décloisonnent les schémas habituels du spectacle vivant.

Des rencontres seront organisées autour des spectacles programmés cette saison.

Wirikuta

Autour du Raoul collectif (Rumeurs et petits jours,

Le signal du promeneur), gravitent des projets satellites

portés par chacun des acteurs qui le composent.

C’est la constellation « Wirikuta », du nom d'un

désert mexicain qui a inspiré leur dernier spectacle.

Cette saison, nous soutenons la création de Paying

for it de Jérôme de Falloise et son collectif La brute

(mai, page 82).

Fabrice Murgia

Auteur, metteur en scène, réalisateur, directeur artistique

de la Cie Artara, Fabrice Murgia dirige depuis

2016 le Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

Après avoir accueilli Children of Nowhere et Sylvia,

le théâtre Jean-Vilar coproduit sa nouvelle création,

La mémoire des arbres (novembre, page 26).

Lia Rodrigues

Le théâtre Jean-Vilar a construit avec la chorégraphe

brésilienne une longue histoire commune à partir de

2004. Presque tous ses spectacles ont été accueillis,

certains soutenus en production.

Pour les 30 ans de la compagnie et marquer l'affinité

profonde de nos démarches, nous l’accueillons en

mars 2020 avec 3 pièces, dont sa dernière création,

Fúria (mars, page 62).

Karine Ponties

Chorégraphe et interprète, Karine Ponties a créé

une quarantaine de pièces, dont beaucoup ont été

primées. Un répertoire marqué par son sens de l’absurde,

son exploration de l’intimité, de l’organique et

des relations humaines.

Après Tyrans, Héro%, Luciola, Babil, Benedetto

Pacifico et Havran, place cette saison à sa nouvelle

création, Lichens (mars, page 58).

5


Sylvain Levey

Auteur et acteur

Enfance et jeunesse

Avec l'école, les familles et les associations, nous développons une réflexion créative sur la relation aux

spectacles et aux artistes.

Depuis 2004, année où parait Ouasmok ? aux

éditions Théâtrales Jeunesse, Sylvain Levey a

écrit près de 30 textes de théâtre très remarqués,

aussi bien pour les enfants et adolescents qu’à

destination d’un public adulte. Récompensé à

de nombreuses reprises, il a reçu le prix de « La

belle saison pour l'enfance et la jeunesse », pour

l’ensemble de son œuvre jeune public.

• Parcours avec des classes de primaire et collège

autours de ses deux pièces, à découvrir en mars :

Ouasmok ? par la Cie Akté (page 52) et L'endormi

par le Théâtre du Rivage (page 70).

• Parcours « Culture et lien social » avec des Centres

de quartiers, des mineurs non-accompagnés et des

jeunes en difficulté autour de L'endormi.

© Béatrice Fumet

© DR

Le 1 er juin des écritures

théâtrales jeunesse

avec Scènes d'enfance - Assitej France

Le 1 er juin 2020, nous célèbrerons les écritures de théâtre

pour la jeunesse. Petits et grands événements sont attendus

à Vitry et ailleurs : lectures à voix haute ou chuchotées,

à l’école, dans la rue, à la librairie ou en bas de chez vous.

Tendez l’oreille, ouvrez les yeux !

LA VALISE-THEATRE

Elle sera en circulation dans les classes et centres de

loisirs en parcours, à la découverte de pièces propres

à éveiller l’imaginaire des enfants : lectures, jeux

d’écriture, mise en voix et en espace…

Lire et dire du théâtre en

famille

avec l'association Les scènes appartagées

Le plaisir de la découverte, du jeu et de la lecture à

voix haute se partage en famille !

Cette saison, l’autrice Penda Diouf vient avec ses

livres rencontrer des familles, pour découvrir et lire

ensemble des textes de théâtre.

Voyage au festival d’Avignon

avec un groupe de jeunes et animateurs

Claire Jenny

chorégraphe

Reconnue par un large réseau de scènes dédiées à

l’enfance, Claire Jenny mène de nombreux projets de

Danse à l’école reliant processus artistiques et enjeux

de l’éducation. Accueillie début 2019 avec une petite

forme danse/accordéon au sein des écoles maternelles

de Vitry, elle revient créer pour la petite enfance,

T'es qui toi ? (mai, page 85).

Des spectacles avec l'école

Ouverture des réservations scolaires dès le 3/09

(formulaire en ligne sur theatrejeanvilar.com)

• Pour la petite enfance (2-5 ans)

Le Grand voyage d’Annabelle (octobre)

En traits mêlés (19 mars)

T’es qui toi ? (mai)

L’échappée belle (mai)

Rawums (juin)

• à partir du CP

Anarchy (novembre, CM2 > Lycée)

Belladonna (novembre, CE2 > CM)

Manque à l’appel (décembre, CE1 > Collège)

Acoustique (décembre, CE2 > Lycée)

L’agneau a menti (janvier, CE1 > Collège)

Ouasmok ? (mars, CE2 > Collège)

L’endormi (mars, CM2 > Collège)

Duo(s) miroir (avril, CE2 > Collège)

• 3 e et lycée

Anarchy (novembre)

Cendres (novembre)

Pistes (novembre)

Zoo (décembre)

Ne laisse personne te voler les mots (janvier)

Bérénice (février)

Candide (mars)

Eldorado dancing (mars)

Lichens (mars)

Mahmoud & Nini (avril)

Ateliers parents-enfants

• Atelier « Découverte de la marionnette »

Autour de L’agneau a menti, découvrez la manipulation

et expérimentez la mise en jeu, sur un temps

ludique en famille, avec des marionnettes de la Cie

Arnica. Samedi 25 janvier de 15h à 16h30

Tous publics à partir de 8/9 ans. 5 € par personne.

• Atelier « Jardin-maison-paradis »

Comment adultes et enfants peuvent-ils inventer ensemble

un monde habitable ? Par le jeu évidement !

En explorant les mots : jardin-maison-paradis, venez

créer du mouvement et de l'image. Avec Skappa ! &

associés. Mardi 7 et mercredi 8 avril de 10h30 à

15h30. Adultes et enfants à partir de 7 ans.

Pratique amateure

Cette saison les jeunes danseurs de Tryëma seront

accompagnés par les chorégraphes marocains

Khalid Bengrib et Taoufiq Izzediou, ainsi que par

Bouziane Bouteldja, artiste compagnon du théâtre

Jean-Vilar jusqu’en 2018. Ils partiront en résidence

au Maroc en février, réaliser une vidéo-danse avec

des danseurs marocains. Leur film sera présenté au

festival On marche de Marrakech en mars. En partenariat

avec l’Académie Municipale de danse de Vitry.

ouvert à tous

ATELIER DANSE

« Et si on jouait avec nos sensations ? »

Atelier avec la chorégraphe Karine Ponties. L'exploration

et l'improvisation permettront de solliciter

l'imaginaire de chacun, d'aller puiser dans ce que

nous avons écouté, regardé, touché, goûté...

Lundi 9 mars de 19h à 21h30

5€ par personne sur réservation et conditionné à la

venue à Lichens (page 58).

Projets participatifs

Contactez-nous par mail

(contact@theatrejeanvilar.com)

ou par téléphone (01 55 53 10 69/60) !

Participation gratuite.

• La mémoire des arbres (novembre, page 26)

Le spectacle intègrera six enfants-figurants, entre

8 et 12 ans. Répétitions le 19 et 20 novembre à

partir de 16h30/17h.

• Le Bal chorégraphique (juillet, page 89)

Sur le plateau du Bal chorégraphique, une pièce

participative et chorale, une vingtaine de danseurs

amateurs s'infiltreront parmi des centaines de

personnes ! Tous publics à partir de 16 ans, sans prérequis

mais avec un fort désir de danser.

6

7


Danse

Ouverture de saison

les plateaux de la

Briqueterie

Vendredi 20 septembre 1§h et 17h

Grand apéro de saison

+ D-construction

Dimanche 22 septembre 17h

entrée libre, réservation impérative

Les Plateaux de La Briqueterie, c’est l'évènement

– incontournable – donné aux

amoureux de la danse ! Trois jours durant,

le Centre de développement chorégraphique

national du Val-de-Marne vous

invite à découvrir de nombreux spectacles

aux esthétiques toujours nouvelles. Trois

jours de danse dans les studios de La

Briqueterie, au MacVal mais également au

théâtre Jean-Vilar !

© Andreroseta

Écho, choc, conséquence, effet, réverbération,

suite, son, réflexion, rebondissement… Nos actes semblent dictés par les répercussions de nos parcours.

La danse d'Ana Pérez la décrit, la raconte bien mieux que des mots. Elle porte en elle un bagage

génétique qui la dépasse et dont elle n'a pas conscience. Ses mouvements seraient-ils les simples

répercussions de son histoire? Ces répercussions iraient-elles jusqu’à conditionner son attitude…

jusqu'à parfois la contraindre ? Avec Répercussions, Ana Pérez refuse l’évident et crée une ode à la

liberté, l’histoire d’un corps en quête de vérité.

Dans Posare il tempo, création pour deux danseuses et un batteur, Claudia Catarzi s’attache au matériau,

au volume et à la consistance du corps qu’elle cherche à modeler. Véritables sculptures en mouvement,

les deux interprètes envisagent le plateau comme un espace de référence et observent les

connexions que peut générer la rencontre de leur corps. Cette étude sur le mouvement se construit

également autour du temps, élément central dans le travail de la chorégraphe italienne, qui a le pouvoir

de métamorphose. Toutes les choses existent en temps et en espace, encore faut-il « poser le

temps ».

Les Plateaux – Journées professionnelles ouvertes au public

Du 19 au 21 Septembre 2019 / Programme sur alabriqueterie.com / 01 46 86 17 61

Le grand Apéro de saison c’est un rendezvous

à goûter sans modération pour découvrir

la saison 19-20. Dès votre arrivée,

laissez-vous entrainer par la Cie Dyptik

sur la place du théâtre.

S’inspirant de la révolte des peuples, lorsque des

hommes et des femmes s’unissent pour contester

l’existant et construire un idéal, cette pièce est

un écho artistique aux révolutions. Elle met en

scène l’élan que le collectif donne à l’individu, la

force que le mouvement confère à l’esprit parce

que la libération des corps nous fait exister.

Au centre de l’espace scénique, un mur à priori

infranchissable se dresse, terrain de jeu de six

formidables danseurs hip hop. Un show bouillonnant

à découvrir en famille.

« La chorégraphie, quasi parfaite, nous amène

vers ce mouvement de masse où les individus

puisent leurs forces. Au-delà du chaos se trouve la

vie... Un régal ! » Le journal du festival Chalon

dans la rue

à 18h, laissez-vous guider dans les coulisses du

théâtre. Les artistes et l’équipe vous réservent

des surprises !

Ana Pérez / Claudia Catarzi

Répercussions : chorégraphie et interprétation Ana Pérez / accompagnement chorégraphique Andrés Marín, Christian Ben Aïm

regard extérieur Patrick Servius / environnement sonore Aurélien Dalmasso / aide à la composition musicale Jérôme Boudin-Clauzel

Cie Dyptik

Posare il tempo : chorégraphie Claudia Catarzi / dramaturgie Amina Amici / interprétation Claudia Caldarano et Claudia Catarzi

direction artistique Souhail Marchiche et Mehdi Meghari / chorégraphie Mehdi Meghari / danseurs Elias Ardoin, Evan Greenaway,

création musicale et dramaturgie sonore Bruno de Franceschi / percussions live Gianni Maestrucci / designer sonore Francesco Taddei

Samir El Fatoumi, Yohann Daher, Katia Lharaig, Émilie Tarpin-Lyonnet / création musicale Patrick De Oliveira /

régisseur général Massimiliano Calvetti

création lumière Richard Gratas / scénographie Bertrand Nodet

8 9


Théâtre

L’enfance à l’œuvre

© Raynaud de Lage

Dimanche 6 octobre 16h

durée 1h / à partir de 12 ans

Robin Renucci, accompagné au piano par Nicolas Stavy, nous offre une plongée au

cœur de l’enfance avec ce récital poétique tout en nuance et délicatesse. Un écrin propice

à la rêverie, un voyage littéraire et musical sensible au cœur de l’enfance.

Un piano à queue, une toile fleurie, une chaise géante telle que peut la percevoir un enfant. C’est dans

ce décor épuré que résonnent les mots de Paul Valéry, Marcel Proust, Arthur Rimbaud et Romain

Gary. Avec ce qu’il faut de l’étonnement et de la naïveté de l’enfance, Robin Renucci sonde le mystère

de la création artistique. Des mots qui font immédiatement théâtre, des émotions prolongées et

ponctuées par le pianiste Nicolas Stavy.

« Le tour de force qu’accomplit Renucci ne relève ni tout à fait du jeu ni de la lecture ; plutôt un exercice

de conteur, où il finit par donner à voir chaque personnage de ses différents récits comme si on y était,

tant sa manière de dire est dense et vivante. » Le Monde

ROMAin Gary, Marcel Proust, Arthur Rimbaud, Paul Valéry

Robin Renucci et NiCOLAS StAVy

avec Robin Renucci et Nicolas Stavy (Piano) / textes de Romain Gary, Marcel Proust, Arthur Rimbaud et Paul Valéry / musiques de Schubert,

César Franck, Rachmaninov, Tchaïkovski, Scriabine, Schumann / un spectacle de Robin Renucci et Nicolas Stavy / collaboration artistique

Nicolas Kerszenbaum / travail corporel Nicolas Martel / scénographie Samuel Poncet

10 11


Chanson / Festival de Marne - Les refrains des gamins

Le grand voyage

d’Annabelle

Samedi 12 octobre 17h

durée 1h

5 ans

et +

Annabelle, une jeune hirondelle née

dans la vallée de Chevreuse non loin de

Paris, se casse une aile la veille de sa

migration pour l'Afrique. Suite aux encouragements

de Michel, un hérisson

bienveillant, elle décide de rallier le

Sénégal par ses propres moyens. C'est

le point de départ d'une aventure riche

en rencontres, en rebondissements et en

chansons qui emmènera le spectateur de

l'Île de France aux Pyrénées, des arènes

de Séville au terrible désert andalou, de

Gibraltar aux Canaries.

Sur scène, trois musiciens-comédiens-chanteurs se

partagent la narration, la musique et tous les rôles

secondaires autour d’une Annabelle virtuelle qui

aura la grande liberté d’occuper tout l’espace par

l’illusion et la vidéo-projection. À la manière de

Mary Poppins, le réel et le dessin animé mêlent

leur force de narration, transportent le spectateur

et parfois même s’amusent à le perdre.

Pour cette représentation exceptionnelle les trois

comédiens sont rejoints par des invités : Didier

Wampas, Alexis HK, Adrienne Pauly, Simon

Mimoun, Néry et Vincent Tirilly.

Vincent Tirilly, Simon Mimoun, Franck Marty / Nery

auteur Vincent Tirilly / musique Simon Mimoun et Frank Marty / illustrations Odile Hervois / narration Nery / mise en scène et scénographie

Néry / son Pierre Tanguy / incrustations vidéo Aurélien Le Guerinel / lumière et vidéo Pierre Emile Soulié / animations Marielle Guyot /

costumes Celia Canning / interprètes Angélique Zaini, Jean Baptiste Darosey, Simon Gallant

12 13


Théâtre d’objets / Création

Alors Carcasse

Vendredi 11 octobre 20h, Samedi 12 octobre 18h

Dimanche 13 octobre 16h, Lundi 14 octobre 20h

Mardi 15 octobre 20h

Hors

les murs

au Studio-Théâtre de Vitry

Mais qui est donc Carcasse, personnage

aussi fragile qu'obstiné, qui se tient

debout sur un seuil, dont on ne sait rien

sauf qu'il voudrait le franchir et qu'il ne

sait ni pourquoi ni comment le faire ?

C'est comme s'il n'existait pas encore tout

à fait et pourtant, comme on dit, « il se

pose là », trouble, dérange, fait obstacle.

Avec humour, par traits et mouvements

successifs, Mariette Navarro peint un personnage

hors-normes, aux prises avec le

monde, avec les autres, avec l'époque.

Poème en prose, Alors Carcasse met en scène un

héros immobile. Carcasse pose le plus simple et

le plus puissant des actes : il décide de s’arrêter,

de dire non. Il refuse de continuer à participer

au flux, et tente de se construire hors du regard

des autres, hors du cadre. Avec cinq acteursmarionnettistes

et une série de tiges de bois qui

forment tour à tour des espaces ou des personnages,

Bérangère Vantusso met en scène un

spectacle d’une infinie poésie. A la manière des

récitants du théâtre de marionnettes japonais,

les artistes font résonner les images sans les incarner,

ou seulement de manière fugace.

Le spectacle se jouera au Studio-Théâtre, avenue

de l’Insurrection à Vitry.

Le Studio-Théâtre de Vitry et le théâtre

Jean-Vilar sont nés il y a longtemps

d’un même rêve de théâtre, d’une même

aventure solidement ancrée dans Vitry.

Structures de taille et de fonctionnement

très différents, ils constituent, à l’échelle

de la ville, un dispositif profondément

complémentaire voué à la création et au

partage.

Mariette NAVARRO / Bérangère Vantusso

texte Mariette Navarro (Cheyne éditeur, collection Grands fonds) / mise en scène Bérangère Vantusso

avec Boris Alestchenkoff, Guillaume Gilliet, Christophe Hanon, Sophie Rodrigues, Stéphanie Pasquet / dramaturgie Nicolas Doutey

collaboration artistique Philippe Rodriguez-Jorda / scénographie Cerise Guyon / costumes Sara Bartesaghi Gallo et Simona Grassano

création sonore Géraldine Foucault / lumière Florent Jacob / assistanat à la mise en scène Laura Fedida / régie generale Philippe Hariga

régie son Vincent Petruzzellis

14 15


FOCus mexique

Théâtre / 1 ère tournée en France

BañOS ROMA

Lundi 14 octobre 20h

durée 1h15

spectacle en espagnol surtitré français

Rencontre

après spectacle

JORGE A. VARGAS / Teatro Línea de SombRA

avec Zuadd Atala, Vianey Salinas, Gilberto Barraza, Alicia Laguna,

Malcom Vargas / mise en scène Jorge A. Vargas

création et conception Eduardo Bernal et Jorge A. Vargas

textes Eduardo Bernal, Jorge A. Vargas, Gabriel Contreras,

extraits du texte de Prometeo de Rodrigo García

musique (saxophone et chant) Jesús Cuevas

scénographie et création lumières Jesús Hernández

création sonore et musique originale Jorge Verdín

images et vidéo Marina España, Malcom Vargas

assistante mise en scène Fabiola Mata

C’est autour de la figure populaire

mexicaine qu’est le champion du monde de

boxe José Angel Napoles dit « Mantequilla »

que s’organise Baños Roma. Référence au

nom de la salle de gym de Ciudad Juarez

dans laquelle le sportif s’entrainait dans sa

jeunesse, le spectacle esquisse le portrait

d’un homme aussi bien que celui d’une

ville frappée par la violence et le trafic de

drogue.

Tout commence lorsque le Teatro Línea de

Sombra découvre dans un journal l’histoire

de cet ancien boxeur. Décidés à rencontrer

ce personnage bien connu des mexicains,

les membres de la compagnie entreprennent

un voyage à Ciudad Juarez, ville frontalière

longtemps considérée comme la plus dangereuse

du monde. Là ils font la connaissance d’un

homme mais doivent aussi faire face à la dure

réalité d’une ville autrefois si joyeuse…

Dirigé par Jorge Arturo Vargas, l’un des

principaux metteurs en scène du théâtre

contemporain mexicain, le Teatro Línea de

Sombra est reconnu pour la qualité de ses

créations et sa capacité à mélanger les genres.

Visible pour la première fois en France, Baños

Roma ouvrira ce focus dédié au théâtre mexicain.

16 17


FOCus mexique

Théâtre

Les Ménines

(LAS Meninas)

Samedi 19 octobre 20h

durée 1h10 / à partir de 14 ans

bilingue, en français et espagnol surtitré

co-organisé avec la Casa España de Vitry

Madrid, 1656. Il était une fois une Espagne

catholique, raciste, décadente et répressive

jusqu'au crime. À sa tête, une monarchie

dégénérée et crépusculaire. Dans le Palais

Royal déambulent une petite princesse, ses

deux suivantes, une naine visionnaire et

Velasquez, qui a renié la peinture depuis

vingt ans.

Tels des fauves en cage, ils se débattent pour

survivre aux obsessions et aux perversions

d'un monde à l'agonie. C'est un tableau qui

va leur permettre de gagner l'éternité.

Dans Les Ménines (Las Meninas), l’auteur mexicain

Ernesto Anaya imagine avec un humour

féroce les circonstances qui donnèrent naissance

à l’un des tableaux le plus célèbres et les

plus plagiés de l’Histoire de la peinture. Sylvie

Mongin-Algan met en scène cette comédie

baroque avec une efficace simplicité. Un spectacle

enlevé, vivant, souvent très drôle. Une

magistrale leçon de théâtre !

« Travail de maître ! Parler de réussite collective

n’est absolument pas réducteur pour la metteuse

en scène Sylvie Mongin-Algan, véritable chef

d’orchestre de cette remarquable adaptation des

Ménines... » Les Trois Coups

Ernesto Anaya / Sylvie MONGin-Algan

texte Ernesto Anaya / mise en scène Sylvie Mongin-Algan / avec Gabriela Alarcon Fuentes, Ana Benito, Alizée Bingöllü, Jean-Philippe Salério,

Cécilia Steiner / traduction et surtitrages Adeline Isabel / scénographie et lumière Yoann Tivoli

compositions musicales et travail vocal Marie Nachury

costumes Adeline Isabel-Mignot

18 19


Chanson / Festival de Marne

La Rue Kétanou

Mercredi 16 octobre 20h

© Yannick Stephant

« C’est pas nous qui sommes à la rue, c’est

La Rue Kétanou ». Vingt ans déjà que ce

trio fantasque brise les codes, parcourt la

route avec ses chansons festives, réalistes

et engagées. Vingt ans d’airs d’accordéon,

d’harmonica et de percussions endiablées

qui font danser les foules !

Six albums au compteur et des chansons – La

chance, Où je vais, Les hommes que j’aime ou

l’inévitable La Rue Kétanou – que l’on fredonne

encore. Florent, Mourad et Olivier, les trois

joyeux drilles de La Rue Ketanou repartent à

l’attaque de la scène, pour le bonheur de toutes

celles et ceux qui aiment à se lover au creux

d’une chanson libre, libertaire, poétique, profondément

humaine. Généreux et indociles, le trio

mêlera sur scène extraits de son nouvel album à

paraître en janvier 2020 et titres anciens.

En première partie, Leïla Huissoud présentera

des extraits de son second album, Auguste. Bercée

par Brassens, Moustaki, Barbara, émerveillée

par la langue française, amoureuse des mots,

Leïla Huissoud taquine la vie avec la pointe de

son stylo. Une écriture comme un murmure et

des mots matures servis par une musique simple,

épurée, comme une nécessité de laisser pleinement

la place à la plume.

20 21


Danse hip hop / Création

Anarchy (L’harmonie du désordre)

Vendredi 8 novembre 20h

durée 1h / à partir de 10 ans

Rencontre

après spectacle

© DR

© DR

« Anarchie : n.f. État de trouble, de désordre dû à l’absence d’autorité politique, à la

carence des lois. »

Sous forme de ballet urbain, Anarchy explore les libertés et les limites du corps, de

l’esprit et de l’espace. La nouvelle création de la compagnie Chute Libre revisite ce

mouvement politique et intellectuel.

Comment coexister sans dominer ? Dans une ambiance de révolte dansée, les chorégraphes Annabelle

Loiseau et Pierre Bolo abordent ici, sous l’angle de la liberté et de l’égalité, la question de l’anarchie et

du vivre-ensemble. Portée par neuf danseurs aux corps bruts et massifs, enveloppée d’une musique

aux confins du hip hop et du rock atmosphérique, Anarchy a l’énergie des pièces de troupe.

Anabelle Loiseau et Pierre Bolo / Cie Chute Libre

chorégraphes Annabelle Loiseau et Pierre Bolo / avec Salem Mouhajir, Aida Boudriga, Gabriel Um Tegue, Clémentine Nirennold, Kevin Ferré,

Patrick Flegeo, Andrege Bidiamambu, Mackenzi Bergile, Annabelle Loiseau ou Pierre Bolo / création lumière Véronique Hemberger

costumes Annabelle Loiseau

22 23


Danse et magie

Belladonna

Mercredi 13 novembre 15h

durée 1h

8 ans

et +

Rencontre

après spectacle

© Michel Petit

© Michel Petit

Les spectacles de Nathalie Pernette penchent souvent du côté de l’étrange et du

fantastique. Souris, fantômes, illusions, peuplent ses créations destinées aux jeunes

et moins jeunes, tout en gardant le sens de l’humour. Belladonna poursuit ce chemin,

bifurquant vers la figure féminine de la sorcière.

Nathalie Pernette

chorégraphie Nathalie Pernette, assistée de Regina Meier / interprétation Nathalie Pernette, Nicole Pernette, Laure Wernly

création musicale Franck Gervais / costumes Fabienne Desflèches / direction technique Stéphane Magnin

création lumières et régie images Caroline Nguyen / création des images Guillaume Bertrand

En Français, Belladonna signifie « Belle Dame » mais aussi la plante, la fleur magnifique qui est tout

à la fois poison et remède ! Belladonna met à l’honneur la femme et la sorcière.

Mêlant danse, musique, projection d’images et magie, cette chorégraphie se vit comme une sorte

de sabbat hypnotique associant le mouvement des corps, spontané et intérieur, à une musique

réjouissante conçue en nappes successives. à frissonner de plaisir en famille !

24 25


Humour / Stand-up

Guillermo Guiz

a un bon fond

Dimanche 17 novembre 16h

© Thomas Braut Olympia Prod

durée 1h15

Guillermo Guiz, c’est un style percutant

sur les faits de société et les questions

existentielles qu’il interroge sans relâche.

Un humour qui, sous ses abords un peu

noirs, bravaches et irrévérencieux, dévoile

un artiste plein d’intelligence et de pertinence.

C’est l’histoire d’un jeune trentenaire qui fait le

point sur ce qu’il est devenu, alors qu’il était un

chouette enfant, dans ses souvenirs. Quelqu’un

de bien ou pas, au final ? Est-ce que ses actions,

parfois glorieuses, parfois beaucoup moins,

voire pas du tout, font de lui un chic type ou une

ordure ? À moins que l’on puisse être les deux.

Humoriste belge et chroniqueur radio sur France

Inter, Guillermo Guiz nous livre un stand-up

autobiographique attachant et décapant aux

blagues ciselées. Un moment irrésistible durant

lequel l’absurde n’est jamais bien loin.

« Un stand up drôle, sincère et attachant, au texte et

aux blagues ciselés. » Les Inrocks

« Un spectacle confession irrésistible et un humoriste

sur lequel il faut désormais compter. »

Télérama

Spectacle déconseillé aux moins de 12 ans,

certains propos pouvant heurter la sensibilité

des plus jeunes.

26 27


Théâtre, musique, cinéma / Création

La mémoire des arbres

(Cycle Ghost Road)

Mercredi 20 novembre 20h

Rencontre

après spectacle

Après avoir sillonné la mythique route 66 aux Etats-Unis et le désert d’Atacama au

Chili, Fabrice Murgia nous emmène pour cette troisième étape en Russie à la découverte

d'une ville secrète, construite à la fin de la seconde guerre mondiale. Une ville

dont même les habitants ne prononcent pas le nom...

Oziorsk n'est pas une ville fantôme car la vie anime cette cité mystérieuse. Mais le silence enveloppe

jusqu’à son nom, ses écoles, ses parcs, ses hôpitaux. Il s’étend à ses champs, à sa rivière, à ses

rires d’enfants. Au cœur de ce lieu que nulle carte ne recense, des milliers de personnes nourrissent,

contraintes et forcées, ce vaste secret. Et celles qui esquissent l’ombre d’une trahison le paient de leur

vie. D’autres, manipulées, ont l’intime conviction de protéger le pays en cautionnant le mensonge.

Ensemble, elles préservent une industrie d’État d’envergure et taisent une catastrophe environnementale

inouïe. On pourrait croire cette histoire tout juste sortie d’un roman d’anticipation. Il n’en

est rien.

© Wynn Bullock, Child on Forest Road, 1958 © 1958_2019 Bullock Family Photography LLC. All rights reserved

L’équipe du spectacle a foulé cette terre, caméra à l'épaule, pour capter les visages, les témoignages,

les rencontres. Elle en tire une œuvre mêlant théâtre, cinéma et musique. Avec Josse De Pauw (formidable

comédien, reçu à Vitry avec An old monk) en conteur/historien, elle nous livre l’inavouable

avec poésie et espoir.

LOD & Cie ArtARA / Fabrice Murgia & DOMinique Pauwels

conception, écriture et mise en scène Fabrice Murgia / avec Josse De Pauw / composition et musique live Dominique Pauwels

traduction et assistanat en voyage Tatiana Mukhamediarova / assistanat à la traduction et mise en scène Olya Tsoraeva

assistanat dramaturgie Nadezda Kutepova et Cécile Michel / création lumière Emily Brassier / création vidéo Giacinto Caponio

recherches Virginie Demilier / décor et costumes Ateliers du Théâtre National Wallonie-Bruxelles / régie son Brecht Beuselinck

régie lumière Jannes Dierynck / régie plateau Wim Piqueur / régie vidéo Mohamed Sassi

28 29


Théâtre visuel, marionnette et vidéo

Cendres

Dimanche 24 novembre 16h

© Fanchon BilBille

durée 1h / à partir de 14 ans

Rencontre

après spectacle

© Fanchon BilBille

À travers l’imaginaire et la matière, l’acteur et la marionnette, Yngvild Aspeli donne

vie aux sentiments les plus enfouis. Avec Cendres, elle crée un spectacle énigmatique

et incandescent.

Cendres, c’est la collision de deux récits : dans le sud de la Norvège, à une génération d’écart, dans un

petit village, l’histoire d’un jeune homme qui met le feu aux habitations, et l’histoire d’un écrivain

qui s’en saisit comme matériau littéraire plusieurs décennies plus tard. Mêlant acteurs, marionnettes,

vidéo et son avec une grande virtuosité technique, ce spectacle interroge les frontières entre normalité

et folie. Un thriller émotionnel brûlant, d’où l’on ressort comme d’une plongée au cœur de ses

propres pulsions et désirs d’amour.

Cie Plexus Polaire / Yngvild Aspeli

mise en scène Yngvild Aspeli / jeu et manipulation Viktor Lukawski, Aïtor Sanz Juanes (en alternance avec Laetitia Labre)

et Andreu Martinez Costa / collaboration mise en scène Paola Rizza / conseils dramaturgie Pauline Thimonnier

scénographie Charlotte Maurel & Gunhild Mathea Olaussen / création sonore Guro Moe Skumsnes et Ane-Marthe Sørlie Holen

marionnettes Polina Borisova, Sebastian Puech, Yngvild Aspeli, Carole Allemand, Sophie Coëffic / costumes Sylvia Denais

création lumières Xavier Lescat / création vidéo David Lejard-Ruffet / régie lumière Xavier Lescat et Vincent Loubière

régie son-video Antony Aubert ou Simon Masson / regard extérieur Philippe Genty et Mary Underwood

« Une œuvre hantée, fascinante. » The New York Times

« Une œuvre à la beauté saisissante, aux images fortes, à la structure complexe, qui mérite la réputation

qui la précède. A ne pas manquer .» Toute la Culture

30 31


Théâtre / Création [Voix d’Afrique]

Pistes

Vendredi 29 novembre 20h

à partir de 14 ans

Rencontre

après spectacle

© DR

Pistes, c’est un récit de courage. Celui

de l’autrice Penda Diouf, qui décide à

20 ans de partir seule à la découverte de

la Namibie, pays éloigné de son histoire

familiale tracée entre le Sénégal, la Côte

d’Ivoire et la France. Pays qui a vu naître

le coureur Frankie Fredericks, seul athlète

namibien à remporter une médaille

aux J.O et qu’elle admire depuis ses 14

ans et ses premiers tours de piste.

En quête de son identité, elle part à la découverte

des grands espaces et du désert, à la façon d’un

road movie. Sur place, elle découvre une terre

magnifique, des lumières somptueuses et des

dunes de sable rouge. Elle découvre également

que l’un des génocides les plus terribles du XX e

siècle s’est produit là, tout début 1900. Oublié des

livres d’histoire, le massacre des Héréros et des

Namas, perpétré par l’armée allemande, décimera

près de 80% de la population.

Pistes est une parole poétique, intime et politique,

écrite et jouée par Penda Diouf. Sans artifices, sur

un plateau nu, Aristide Tarnagda met en scène ce

récit de voyage, véritable leçon d’humanité.

© Penda Diouf

Artistide Tarnagda en compagnonnage avec le

cycle « Voix d'Afrique » depuis trois ans, orchestrera

deux Soirées Partage, les 18 janvier et 16

mai.

Penda Diouf / Aristide Tarnagda

texte et jeu Penda Diouf (commande d’écriture de la SACD) / mise en scène Aristide Tarnagda / régie lumière Mohamed Kaboré

scénographie Yssouf Yaguibou

32 33


Danse et théâtre / Création

© DR

ZOO

Mercredi 4 décembre 20h

durée 55 mn / à partir de 14 ans

Rencontre

après spectacle

© DR

Valeria Giuga / Cie Labkine

une pièce de Valeria Giuga et Anne-james Chaton / chorégraphie Valeria Giuga / textes, voix live Anne-James Chaton

danse Aniol Busquets, Rita Cioffi, Marie-Charlotte Chevalier / création musicale Alva Noto / création costumes Coco Petitpierre

réalisation costumes Anne Tesson / lumières Sylvie Debare

Valeria Giuga et Anne-James Chaton s’inspirent du roman de Georges Orwell, La Ferme

des animaux, et créent une œuvre entre danse et poésie sonore. Un spectacle insolite où

se dessine délicatement une réflexion sur le langage, de ses vertus émancipatrices à sa

potentielle récupération totalitaire.

Les animaux de la ferme décident un jour de mettre fin à leur asservissement. Et plus que le temps

révolutionnaire, ce sont les évènements suivants qui doivent garantir la libération des animaux et la

démocratie : l’apprentissage de la langue, l’accès à l’écriture, la formulation des lois collectives et leur

inscription dans un texte. A partir d’un alphabet corporel très précis, et en s’appuyant sur le travail

de la chorégraphe expressionniste allemande Mary Wigman, Valeria Giuga met en mouvement un

bestiaire où se côtoient animaux réels et imaginaires.

34 35


Théâtre

Perdu connaissance

Dimanche 8 décembre 16h

durée 1h30

Rencontre

après spectacle

© Vincent Arbelet

© Kim Lan Nguyen Thi

Entre réflexion sur la notion de « vérité »

et enquête collective, le nouveau spectacle

du metteur en scène Adrien Béal stimule

notre imagination...

La pièce se passe dans le modeste logement

d’une gardienne d’école primaire ; un recoin avec

une lucarne donne sur l’entrée de l’établissement.

Alors que cette gardienne faisait ses courses dans

un supermarché, elle a perdu connaissance et a

chuté. Son absence va entraîner un dérèglement

important dans la vie de l’établissement.

Autour de cette absente, amis, collègues et

famille se croisent. Sans cet accident ils ne se

seraient jamais rencontrés. Leurs discussions

nous entrainent dans le récit de situations à la

fois connues et porteuses d’inconnu : le coma

d’un proche, le partage de la garde d’un enfant,

une sortie de prison… Dans le théâtre d’Adrien

Béal, pas de héros, mais des êtres en quête de

vérité qui tentent d’élaborer un langage commun.

Dans ce théâtre le spectateur est considéré

comme un partenaire et les questions posées

deviennent étrangement les nôtres.

Adrien Béal / Cie Théâtre Déplié

création collective / mise en scène Adrien Béal / collaboration, production Fanny Descazeaux / avec Pierre Devérines, Boutaïna El Fekkak,

Adèle Jayle, Julie Lesgages, Etienne Parc et Cyril Texier / dramaturgie Jérémie Scheidler / scénographie Kim Lan Nguyen Thi

costumes Benjamin Moreau / lumières Jérémie Papin / son et régie générale Martin Massier / régie lumière Jean-Gabriel Valot

« Pas de héros principaux, pas d’acteur vedette, mais une concentration d’énergie qui donne à chaque

scène, ou plutôt séquence, une extrême densité. Passionnant. » Médiapart

36 37


Danse / Expérience sensorielle en solo

Circuit

© Coralie Bougier

Mardi 10 décembre entre 18h30 et 21h

et mercredi 11 décembre entre 17h30 et 20h

durée 45 mn / à partir de 12 ans

Vous choisirez, lors de votre réservation, le créneau qui vous convient

© PY Chouin / J. Blin

À l’instar de Happy Manif, accueilli en juin 2019 à Vitry, David Rolland nous invite une

nouvelle fois à une immersion, casque sur les oreilles. Avec Circuit, conçu pour un seul

spectateur, il convie chacun à un voyage avec soi-même, à une parenthèse méditative.

Au cœur d’une architecture mobile et guidé par une bande sonore envoûtante, le spectateur part à la

rencontre de danses d’ombres, sur les traces d’un partenaire réel ou imaginaire, se projette dans une

vie d’artiste depuis les coulisses. Il suit des indications vocales et des repères spatiaux qui provoquent

le déplacement, l’éveil des sens et la contemplation, tout en l’incitant à une écoute particulière de ses

propres gestes. Une expérience inattendue, sensible et poétique !

« (…) David Rolland a pensé à tout. Alors vous qui, peut-être, désespérez de retrouver l’adrénaline d’une

création à couper le souffle, apprêtez-vous à retenir votre respiration lorsque vous écarterez en douceur

le pan de toile qui vous entraînera dans l’univers incomparable de Circuit. » Light Zoom Lumière.fr

David Rolland présente également cette saison « Au milieu d’un lac de perles » (voir page 88).

DAVid ROLLAND

conception et chorégraphie David Rolland / danseurs Valeria Giuga, Elise Lerat, Fani Sarantari, Anne Reymann (en alternance)

scénographie Dominique Leroy / programmation, création et régie vidéo Claire Pollet et Adrien Fontaine

composition musicale Roland Ravard / création lumières Michel Bertrand / régie plateau Pierre-Yves Chouin ou Chloé Seiller

programmation robotique Jeff Rolez / programmation informatique Laurent Malys / construction Ping, Plateforme C, PCP, Métalobil

38 39


Concert-spectacle

© DR

Manque à l’appel

Dimanche 15 décembre 16h

durée 1h

7 ans

et +

Manque à l’appel est une balade sonore

et visuelle qui illustre, avec fantaisie

et justesse, le thème de l’absence. Mise

en scène par Marie Levavasseur (Cie

Tourneboulé), c'est une création pleine

de vie, de fantaisie et de surprises dans

laquelle objets manipulés et machines

animées donnent joyeusement la réplique

aux chanteurs.

Riches de leurs différences, l’un nourri au

classique, l’autre à l’électro et aux machines en

tout genre, jouant sur les décalages, les deux

musiciens composent un spectacle qui mêle

les paysages sonores, les écritures visuelles et

poétiques.

« Un bateau musical qui emmène le public, plus

qu’enthousiaste, dans un voyage intérieur entre

présence et absence. » TTT – Télérama

40

Tony Melvil, Usmar / Marie Levavasseur

conception, interprétation Tony Melvil, Usmar / mise en scène, dramaturgie Marie Levavasseur / écriture, composition Tony Melvil, Usmar,

Thibaud Defever / création lumière Vincent Masschelein, David Laurie / scénographie Jane Joyet / construction Alex Herman

régie générale et lumière Vincent Masschelein ou Pascal Lesage / régie plateau Hammo Marzouk ou Lauriane Durix

son Alexandre Debuchy ou Olivier Duchêne / costumes, accessoires Mélanie Loisy

41


Danse / Création

Acoustique

© Eye & Eye

Mercredi 18 décembre 19h

durée estimée 1h / à partir de 8 ans

Au fil d’un triptyque sur les relations humaines, Sandrine Lescourant, alias « Mufasa »,

compose une œuvre collective, entre danse hip hop et danse contemporaine. Après

Parasite, qui jouait avec nos différences, puis Icône qui interrogeait nos influences et

nos révoltes, Acoustique est une ode au rassemblement.

Création pour six danseurs, Acoustique est un ballet inclassable, qui mêle à l’énergie du collectif la question

de l’individu. Porté par la musique d’Abraham Diallo, le spectacle évoque des thématiques liées à

l’exil, à l’espoir et au « vivre ensemble ». Une pièce organique, tribale et primitive, qui nous entraine dans

une transe hypnotique.

Sandrine Lescourant

Danseuse remarquée dans les événements hip hop français et

internationaux, Sandrine Lescourant dit « Mufasa » s’est initiée

aux danses académiques, à la danse africaine et à la danse

contemporaine pour se consacrer par la suite, en autodidacte,

à la danse hip hop. Devenue interprète, elle enrichit son

expérience auprès de plusieurs chorégraphes et metteurs en

scène dont Thierry Surace, Pierre Rigal, Sébastien Lefrançois,

Anthony Egéa et Amala Dianor. En parallèle, elle développe

une pédagogie autour de l’improvisation qu’elle enseigne aujourd’hui

en France et à l’étranger. Elle est artiste compagnon

au théâtre Jean-Vilar depuis la saison 2018-2019.

Sandrine Lescourant / Cie Kilaï

chorégraphe Sandrine Lescourant / danseurs interprètes Jon Debande, Lauren Lecrique, Jade Fehlmann, Kwamé Ba, Yonas Perou,

Kévin Moulin / compositeur Abraham Diallo / éclairagiste Esteban Loirat

42 43


Musique symphonique

Musique / Création

Années folles

Samedi 30 novembre 20h

L’Offrande musicale

Vendredi 20 décembre 20h

durée 1h10

© Eric Laforgue

© Paul Foster-Williams

De toutes les œuvres tardives de Bach,

L’Offrande musicale est certainement la

plus célèbre. Cette notoriété auprès des

mélomanes a précédé celle des Variations

Goldberg ou de L’Art de la fugue.

L’Ensemble Diderot invite à une (re)

découverte de cette œuvre sublime. Une

expérience sonore et visuelle complétée

par l’astucieux dispositif scénographique

et vidéo pensé par Damien Caille-Perret

et Pierre Nouvel.

L’Ensemble Diderot a été fondé en 2008 à

Paris par le violoniste Johannes Pramsohler.

Il se consacre à l’exécution et à la redécouverte

du répertoire des sonates en trio baroques des

XVII e et XVIII e siècles. Avec deux violons, un

clavecin et un violoncelle, l’ensemble fait revivre

sur des instruments d’époque la distribution la

plus mélodieuse de la sonate en trio.

Dans le Paris des Années folles, entre 1920 et 1929, Mozart aurait sans aucun doute

captivé les publics autant que les artistes professionnels par sa virtuosité et son

imagination sans borne ! Que ce soit au violon ou au clavier, ses concertos regorgent

d’invention autant que d’émotion : auraient-ils été repris au « Bœuf sur le toit », le

cabaret où se réunissaient artistes, gens de lettres ou parisiens fortunés ?

Régulièrement acclamé pour la virtuosité et

la vivacité de son interprétation, l’Ensemble

Diderot est sans aucun doute l’une des

formations actuelles de musique de chambre les

plus brillantes et les plus originales d’Europe !

Dirigé par Ruth Reinhard, l’une des cheffes d’orchestre les plus talentueuses de sa génération,

l’Orchestre national d’Île-de-France nous invite à un voyage au cœur des années folles, en compagnie

de Mozart, Milhaud ou Stravinski. Décalages rythmiques, trouvailles harmoniques et mélodies

géométriques se croisent dans un programme mêlant le Concerto pour violon n°5 K219, Le Bœuf sur

le toit et les Danses concertantes.

44

ORChestre natiONAL d’Île-de-France

direction Ruth Reinhardt / violon Diana Tishchenko, Grand prix Concours Long-Thibaud-Crespin 2018

Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour violon n°5 K219 / Darius Milhaud Le Bœuf sur le toit / Igor Stravinski Danses concertantes

Bach / Ensemble Diderot

œuvres de Johann Sebastian Bach, François Francoeur, Michel Blavet, Jean-Marie Leclair, François-André Danican Philidor / création vidéo

Pierre Nouvel / scénographie Damien Caille-Perret / musiciens de l’Ensemble Diderot Johannes Pramsohler, violon et direction artistique,

Kristen Huebner, flûte traversière, Roldán Bernabé, violon-alto, Gulrim Choi, violoncelle, Philippe Grisvard, clavecin

45


Festival Sons d’hiver

Théâtre

Fred Frith

«Composer pour l'image»

Dimanche 19 janvier 15h - Après-midi en 3 parties

Hors

les murs

au MacVal

Ne laisse personne te

VOLer les mots

Samedi 1 er février 19h

durée 1h

à partir de 13 ans

Rencontre

après spectacle

Hors

les murs

au Centre social

Balzac

• Projection de Leaning into the wind, documentaire de Thomas Riedelsheimer sur Andy

Goldsworthy, Bande originale Fred Frith (durée 1h30)

• Rencontre-conférence avec Fred Frith sur le thème « Composer pour l'image » (durée 1h)

• Drawing Sound, performance musicale et dessinée de Fred Frith et Heike Liss (durée 50mn)

© Heike Liss

Guitariste électrique et expérimentateur horspair,

Fred Frith reste aujourd’hui inclassable.

Pionnier musical incontournable, il affûte

d’abord son propre univers sonore en fondant

Henry Cow, groupe mythique anglais où le rock

se confond avec la musique contemporaine.

Depuis son arrivée à New York en 1978, Frith a

très souvent laissé son champ d’expérimentation

venir tutoyer le cinéma, la danse, le théâtre et les

arts plastiques.

De son rapport à l’image cinéma et au mouvement,

Fred Frith fait naturellement découler

son rapport à l’image vivante, issue de la performance

plastique. C’est ce qu’il remet en jeu

aux cotés de l’artiste Heike Liss, improvisatrice,

elle aussi, d’images sonores. Leur performance

commune, Drawing Sound, voit Liss tracer ce

qui pourrait être une forme concrète du paysage

sonore inventé par Frith, mu à son tour par le

mouvement d’exécution de la plasticienne.

Faute d’Histoire, on se raconte des histoires

et ça finit par faire des histoires.

Rachid Benzine

À seize ans, Selman Reda est mis à la porte

par un père « tombé en religion », qui lui

impose une lecture littérale du Coran. Ce

marseillais d’origine marocaine fait de

cette douloureuse expérience personnelle

le point de départ d’un spectacle, qui,

entre conte, biographie et conférence,

s’attache à replacer le Coran dans son

contexte de création, qu’il soit historique,

social ou culturel.

Nourri des recherches de Rachid Benzine, figure de proue de l'Islam libéral francophone, son récit

nous conduit au VII e siècle jusque dans le désert d’Arabie occidentale, là où l’islam est né. Avec finesse

et pédagogie, Selman Reda remonte aux prémices du livre sacré, décortique les mots, revient sur leur

étymologie et désamorce leur teneur négative. Et sa parole, didactique et vivante, transmet, une heure

durant, l’envie irrésistible de savoir et de dialoguer. Un spectacle d’utilité publique, adressé avant tout

à la jeunesse.

« Selman Reda, Coran en main, en fait une lecture expliquée qui laisse les adolescents bouche bée.

Souligné, le paradoxe d’une traduction erronée devient évident. » Le Monde

Spectacle joué au Centre social Balzac, 7 rue Olympe de Gouges à Vitry.

Réservations auprès du Festival Sons d'hiver. Le billet donne accès à l'exposition Nil Yalter le

jour-même. En coréalisation avec le théâtre Jean-Vilar, le MacVal et le festival Sons d'hiver.​

Théâtre La Cité

écriture Selman Reda avec la collaboration de Rachid Benzine / mise en scène Michel André / jeu Selman Reda et Djamila Lebdiri (Oud)

scénographie Mariusz Grygielewicz / vidéos Florence Lloret / costumes Aude Amedeo / livret pédagogique Sandrine Delrieu

médiatrices débat Soukaïna Sentissi ou Cécile Mininno / création lumière Guillaume Parmentelas et Séverine Monnet

46 47


Théâtre de marionnettes

L’agneau a menti

Samedi 25 janvier 17h

durée 45 mn

7 ans

et +

Rencontre

après spectacle

Hors

les murs

au Studio-Théâtre

de Vitry

© Maud Dreano

© Maud Dreano

Un matin, sur un morceau de pâture :

plantes, tiques, vautours, patou et

troupeau de moutons. Arrive un agneau,

« jeune mineur isolé ». Il s’est enfui du

camion qui les emmenait, lui et ses frères,

vers l’abattoir. Il est seul, il est sale, il

a peur, et il cherche l’hospitalité d’un

nouveau troupeau. Mais les moutons ne

sont pas prêts à entendre son drame. Pour

se faire accepter et échapper au vautour

qui rôde, il faudra arranger l’histoire.

Au cœur d’un castelet-paysage, une marionnettiste

donne à voir un écosystème où évoluent

marionnettes d’animaux et de végétaux, personnages

de cette fable écrite par Anaïs Vaugelade.

L’occasion pour petits et grands de s’interroger

sur les notions d’accueil, d’hospitalité et de vérité.

Spectacle joué au Studio-Théâtre, avenue de

l’Insurrection à Vitry.

Anaïs Vaugelade / Cie Arnica

écriture Anaïs Vaugelade / mise en scène Emilie Flacher / actrice-marionnettiste Faustine Lancel /

marionnettes et univers plastique Emilie Flacher, Emmeline Beaussier, Florie Bel / construction et régie générale Pierre Josserand

48 49


Théâtre / Création

Bérénice

Jeudi 6 et vendredi 7 février 20h

© Olivier Pasquiers

durée 2h / à partir de 14 ans

Hors

les murs

Salle Auber

Robin Renucci explore pour la première fois la tragédie « racinienne ». Il met en scène

une Bérénice épurée : au cœur d’un espace quadri-frontal, sur un plateau nu, les spectateurs

font face aux comédiens pour entrer au plus près du désespoir de l’héroïne.

C’est toute l’incandescence des sentiments qui se joue devant nous.

Titus ne pourra épouser Bérénice, et Bérénice ne pourra épouser Titus, et personne n’épousera finalement

personne. Dans le texte de Racine, toute l’intrigue est déjà résolue dès le premier vers : chacun,

sur scène comme dans le public, sait que le conflit ne saura se dénouer. Et pourtant…

Robin Renucci s’entoure de jeunes comédiens pour mettre en scène avec une grande simplicité la

langue de Racine, bien loin de la pompe classique. Une langue soudain redevenue familière, portée

par des corps fragiles dans l’urgence absolue de dire le plus poétiquement possible les brûlures de

l’amour.

« Sur Titus et sur moi réglez votre conduite :

Je l’aime, je le fuis ; Titus m’aime, il me quitte.

Titus aime Bérénice. Bérénice aime Titus.

Antiochus aime Bérénice. Bérénice apprécie Antiochus.

Titus respecte Antiochus. Antiochus estime Titus. »

Spectacle joué Salle Auber, 18 rue Auber à Vitry.

RACine / Robin Renucci / Les Tréteaux de France

avec Tariq Bettahar, Thomas Fitterer, Solenn Goix, Julien Leonelli, Sylvain Méallet, Amélie Oranger, Henri Payet / mise en scène Robin

Renucci dramaturgie Nicolas Kerszenbaum / scénographie et lumière Samuel Poncet / costumes Jean-Bernard Scotto

assistante à la mise en scène Karine Assathiany

50 51


Théâtre immersif / Création

Reconstitution –

Le procès de Bobigny (1972)

Vendredi 28 février 20h

durée 2h30 / à partir de 14 ans

© DR

Dans un dispositif totalement inhabituel,

Emilie Rousset met en scène archives et

témoignages issus d'un événement crucial

pour l’avancée des droits des femmes.

En cheminant parmi quinze interprètes,

chaque spectateur construit son propre

parcours de réflexion sur le sujet et ses

ramifications actuelles.

Avec Reconstitution : Le Procès de Bobigny,

Emilie Rousset et Maya Boquet s’emparent

d’un événement historique : le procès, tenu le

8 novembre 1972, de Marie-Claire Chevalier et

de sa mère pour l’avortement de la jeune fille

suite à un viol. Ce procès, mené par la célèbre

avocate Gisèle Halimi, cristallise les réflexions et

combats féministes de l’époque, avec notamment

les contributions de Simone de Beauvoir, de

médecins prix Nobel, de Delphine Seyrig ou

Michel Rocard.

En offrant aux spectateurs la possibilité d’une

mise en perspective, la pièce interroge la notion

même de reconstitution et du décalage entre

un événement, les documents produits et leur

représentation. Une expérience de spectateur

résolument singulière !

Spectacle lauréat de l’appel à projets du Groupe

des 20 théâtres en Ile-de-France.

© Martin Argyroglo

Emilie Rousset

Metteuse en scène au sein de la compagnie

John Corporation, elle explore différents

modes d’écriture théâtrale et performative.

Elle utilise l’archive et l’enquête documentaire

pour créer des pièces, des installations ou

des films. Elle collecte des vocabulaires,

des idées, observe des mouvements de

pensée. Ensuite elle les déplace et invente

des dispositifs ou des acteurs incarnent ces

paroles. Une superposition se crée entre

le réel et le fictionnel, entre la situation

originale et sa copie.

Emilie Rousset / Cie John CORporatiON

conception, écriture Emilie Rousset et Maya Boquet / mise en scène et dispositif Emilie Rousset / avec quinze interprètes

vidéo Louise Hemon / régie son et vidéo Romain Vuillet / régie lumière et générale Jérémie Sananes

52 53


Théâtre

Ouasmok ?

© Marianne Digonnet

Dimanche 1er mars 16h

durée 50 mn

8 ans

et +

© Marianne Digonnet

C’est l’histoire de la rencontre entre une

fille et un garçon… « Ouasmok ?» ça veut

dire « comment tu t’appelles ? » en arabe.

C’est de cette façon que Pierre, à peine

plus de 10 ans, aborde Léa, 12 ans. En une

seule journée, on assiste à la naissance, la

vie et la fin de leur histoire d’amour ! Un

spectacle qui s’adresse aux plus jeunes

avec humour et tendresse.

Pierre et Léa font connaissance un jour

d’automne, à la sortie du collège. Mais là, tout

va très vite, trop vite : ils tombent amoureux,

se marient, font des projets d’avenir, ont des

enfants, se disputent puis se séparent. La pièce

repose sur un jeu d’enfants qui veulent grandir et

vivre vite. Ensemble, ils font un apprentissage à

la fois drôle et cruel de la vie à deux. Essayer de

se construire aussi, sur les repères vacillants qui

leur ont été donnés.

Dans cette histoire d’amour en accéléré, l’écriture

fine, drôle et émouvante de Sylvain Levey va à

l’essentiel et nous embarque dans un tourbillon

surprenant. Tout cela n'est-il qu’un rêve d’enfants

qui veulent grandir et vivre vite ?

Découvrez « L’endormi » (voir page 72), autre

texte signé Sylvain Levey – auteur compagnon

pour la jeunesse (voir page 5).

Sylvain Levey / Cie Akté

mise en scène Anne-Sophie Pauchet / avec Nadir Louatib et Manon Rivier / scénographie et collaboration artistique Arnaud Troalic

régie Générale Maximilien Sautai / création lumière Grégoire Lerat / musique Family Tree / régie lumière Philippe Ferbourg

régie son Laurent Gruau / construction décor Joël Cornet / éléments graphiques Edith

54 55


Théâtre / Création

Candide

Vendredi 6 mars 20h

© Sonia Barcet

durée estimée 2h / à partir de 15 ans

Conte philosophique, Candide rapporte les tribulations d’un personnage ingénu et

crédule, sensible et généreux. Poussé à l’errance, il traverse le monde, de l’Allemagne

à la France, du Portugal à l’Espagne, de Venise à Bordeaux... A travers ce voyage

rocambolesque, se multiplient pour Candide et ses compagnons des événements

inattendus : guerres, tremblement de terre, naufrage ou condamnation par l'Inquisition.

Arnaud Meunier s’empare du texte de Voltaire, véritable comédie acide sur les puissants, les religions,

la bêtise humaine et l’égoïsme de tout un chacun. Pour faire (ré)entendre aujourd’hui la langue somptueuse

et l’esprit libre et sarcastique du philosophe, il réunit au plateau une joyeuse bande composée

de huit acteurs-conteurs qui endossent un ou plusieurs personnages et deux musiciens délicieusement

déjantés. Toutes les idées des Lumières se déploient dans ce voyage initiatique revisité en un

chant à la fois enthousiasmant, débridé et salutaire.

VOLtaire / Arnaud Meunier / La COMédie de Saint-étienne

de Voltaire / mise en scène Arnaud Meunier / collaboration artistique Elsa Imbert / adaptation, dramaturgie et assistanat à la mise en scène

Parelle Gervasoni / avec Tamara Al Saadi, Cécile Bournay, Philippe Durand, Gabriel F., Romain Fauroux, Nathalie Matter, Stéphane Piveteau,

Frederico Semedo / musiciens Matthieu Desbordes et Matthieu Naulleau / scénographie et vidéo Pierre Nouvel / lumières Aurélien Guettard

costumes Anne Autran / perruques et maquillage Cécile Kretschmar / construction décor et costumes Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne

56 57


Théâtre / Création

Eldorado Dancing

Dimanche 8 mars 16h

durée 1h30 / à partir de 14 ans

Rencontre

après spectacle

© Luc Marechaux

Sofiane se voit interdire l’entrée de

l’Eldorado, une boîte de nuit ringarde

perdue dans le périurbain, à quelques

stations d’une inaccessible capitale.

Sous le regard muet de la caméra de

surveillance, il rencontre Salomé, héroïne

du célèbre reality virtual webshow « Fête

dans Ta Tête », en quête de sensations

et de « vues ». Sous l’œil des followers

affamés d’événements, la possibilité

d’entrer dans le dancing devient peu à

peu une question politique, une action

collective et symbolique de résistance.

Porté par l’écriture incisive de Métie Navajo,

Eldorado Dancing est un spectacle d’une justesse

redoutable, qui décortique le réel et fait voler

en éclats les stéréotypes sur la jeunesse dans un

univers où la frontière entre le virtuel et la réalité

devient insaisissable.

Passionnant, souvent glaçant, Eldorado Dancing

ouvre de nombreuses pistes de réflexion sur le désarroi d'une jeunesse obsédée par la communication.

Cécile Arthus signe une mise en scène nerveuse et poétique, où les comédiens irradient par leur

sincérité, leur humour et leur énergie.

« C’est fort et brillant, indéniablement pertinent. » Froggy’s delight

Métie Navajo est autrice en résidence cette saison (voir page 3).

Métie NAVAJO / Cécile Arthus

texte Métie Navajo / mise en scène Cécile Arthus / scénographie Estelle Gautier / chorégraphie Aurélie Gandit

musique et son Clément Bouvier / costumes Chantal Lallement / lumières Maëlle Payonne / régie son Vincent Petruzzellis

régie lumière Vincent Urbani / avec Issam Rachyq-Ahrad, Clémentine Billy, Lucie Digout, Ghislain Decléty

58 59


Danse / Création

Lichens

Vendredi 13 mars 20h

durée 55 mn

Rencontre

après spectacle

© DR

« Fascinée depuis toujours par l’animation

en tant qu’art du mouvement, Karine

Ponties s’inspire du Conte des contes, film

d'animation russe de Youri Norstein,

véritable condensé de poésie. Elle crée

ainsi, avec Lichens, un voyage physique

et métaphorique, vibrant et désordonné.

Embarquement immédiat !

Le Conte des contes n’est pas seulement un film

d’animation, c'est un poème, un ovni, un rêve qui

nous emporte, nous englobe, nous envoie loin

au fond de nous-même et de l'humanité. C’est

également le point de départ de cette pièce pour

six danseurs qui se présente comme le miroir de

l’homme du XXI e siècle, un homme distrait par

la surabondance des mots et des images.

Un paysage diaphane, un minotaure, une petite

fille et sa corde à sauter, un coin terreux : Karine

Ponties donne vie à un monde tout à la fois obscur

et radieux. Inclassable.

« La danse de Karine Ponties refuse la gratuité

esthétique et exacerbe des histoires souvent

bizarres sans les illustrer lourdement. Assurément

une expédition à entreprendre en biffant tous les

clichés.» Rosita Boisseau, Télérama

Karine Ponties a remporté de nombreux prix

avec ses créations. Golden Mask (Russie)

pour Every Direction is North et Mirliflor, prix

Mimos (France) pour Havran et Fidèle à l'éclair,

ou meilleur spectacle de danse au Prix de la

critique 2007 pour Holeulone.

Karine Ponties / Cie Dame de Pic

chorégraphe Karine Ponties / interprètes Ares D'Angelo, Eric Domeneghetty, Vera Gorbacheva, Liesbeth Kiebooms, Nilda Martinez,

Jaro Vinarsky / collaborateur artistique et créateur lumières Guillaume Toussaint Fromentin / collaborateur artistique

et régisseur plateau Quentin Simon / compositeur musique originale David Monceau / scénographe Valérie Perin / costumière Gaëlle Marras

60 61


Théâtre

La légende de Bornéo

Dimanche 15 mars 16h

durée 1h20

Rencontre

après spectacle

© Pierre grosbois

© Pierre grosbois

Il y a une légende à Bornéo qui dit que les orangs-outans savent parler mais qu’ils

ne le disent pas pour ne pas avoir à travailler… À partir d’une matière brute, nourrie

de témoignages et de lectures, le collectif L’Avantage du doute dissèque le monde du

travail. Du grinçant au burlesque, le spectacle avance à une allure débridée au fil de

dialogues percutants et de répliques assassines.

La Légende de Bornéo questionne cet endroit de nos vies de plus en plus tendu : le travail. Le spectacle,

où le rire maintient une distance salutaire, est constitué d’une série de séquences mettant en jeu différentes

situations. Du stage de recyclage d’un comédien à la retraite au surmenage d’une employée de

Pôle Emploi, ce sont de nombreuses visions du travail qui s’opposent. Jubilatoire !

COLLECtif L’AVANtAGE du doute

conception, écriture et interprétation Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand

lumière Wilfried Gourdin / construction Jérôme Perez assisté de Julien Chavrial et Raoul Demans

« Les textes sont soignés, les répliques claquent. Voilà un grand bol d’air frais. » Le Canard Enchaîné

« Une réelle puissance se dégage dans la proposition théâtrale du Collectif. Ce regard décalé et plein

d’humour sur le monde du travail dans et sur lequel on ne cesse de parler n’y est pas pour rien. »

Rue du Théâtre

62 63


30 ans Cie Lia Rodrigues

© Sammi Landweer

Danse

Fúria

Vendredi 20 mars 20h

Rencontre

après spectacle

S’il est une artiste qui bouscule aujourd’hui

la place du spectateur et son rapport au

monde d’une manière brute et puissante,

c’est bien Lia Rodrigues. A l’occasion

des 30 ans de sa compagnie, le théâtre

Jean-Vilar vous invite à (re)découvrir

trois de ses pièces et à retrouver celle qui

a, de nombreuses années durant, été en

compagnonnage avec le théâtre Jean-Vilar.

La chorégraphe brésilienne Lia Rodrigues

remet au travail la question de l’altérité avec

sa palpitante nouvelle création, Fúria. D’écarts

solitaires en éclats collectifs, les danseurs nous

entraînent au cœur d’un univers de f(r)iction

en perpétuelle mutation, qui entre en résonance

profonde avec notre monde.

Pour Lia Rodrigues, le groupe est une entité à

part entière : une matière malléable capable de

traverser différents états, au même titre qu’un

élément liquide ou solide. Au fil de pièces

comme sa trilogie soutenue et accueillie par

le théâtre Jean-Vilar – Pororoca, Piracema et

Pindorama –, elle façonne des expériences à la

frontière du rite, de la danse, de la performance

et de l’installation plastique. Qu’est-ce qu’avoir

un corps ? Une bouche pour parler, crier, des

membres pour saisir, frapper, agripper un autre

corps ?

Un groupe de neuf danseurs part à l’aventure,

transformant la scène en territoire fragile

et fluctuant. Tantôt meute tantôt somme

d’individus livrés à la solitude de leur chair, ce

collectif renoue avec ses énergies primitives pour

réinventer un corps social et créer des mondes,

traversé de paradoxes, soulevé par des images

qui déchirent le voile de la réalité familière.

« Fúria comme d’autres créations de Lia Rodrigues

montre les corps sans détour, aborde les thèmes de

la domination tout en étant gorgé de références au

Brésil dans sa diversité. Un véritable livre ouvert

sur le monde qui l’entoure. » Les Inrockuptibles

« Corps dominés, révoltés, en transe… la troupe

brésilienne, en partie issue d’une favela, dénonce

de manière fracassante la brutalité de sa société. »

Télérama

Lia RODRigues COMpanhia de Danças

création Lia Rodrigues / assistante à la création Amalia Lima / dansé et créé en étroite collaboration par Leonardo Nunes, Felipe Vian, Clara

Cavalcante, Carolina Repetto, Valentina Fittipaldi, Andrey Silva, Karoll Silva, Larissa Lima, Ricardo Xavier / dramaturgie Silvia Soter /

collaboration artistique et images Sammi Landweer / création lumières Nicolas Boudier / régie Générale Magali Foubert /

musique morceaux de chants traditionnels et de danses des Kanaks de Nouvelle-Calédonie

64 65


Danse

Ce dont nous

SOMMES FAITS

Dimanche 22 mars 16h

© Sammi Landweer

durée 1h20

Lia Rodrigues recrée Ce dont nous sommes

faits, le spectacle qui l'a révélée en France,

dans lequel elle explore d'insolites motifs

corporels. Chorégraphe engagée, elle

participe au mouvement de la danse

contemporaine au Brésil dans les années

70. Après dix ans en Europe, elle retourne

à São Paulo, crée sa compagnie et s’installe

en 2004 dans la favela de Maré. Lia

Rodrigues revendique une danse militante,

Ce dont nous sommes faits en est la parfaite

démonstration !

Lia RODRigues COMpanhia de Danças

création et direction chorégraphique Lia Rodrigues

création chorégraphique Marcela Levi, Micheline Torres,

Marcele Sampaio, Amália Lima / musique Zeca Assumpção

lumières Milton Giglio / programmation visuelle Monica Soffiatti

Que les corps soient nus ou vêtus, que les

mouvements soient lents ou vifs, que les

danseurs évoluent sur de la musique ou dans le

silence, qu'importe. Ce dont nous sommes faits

est une création qui révèle au public les idées, les

convictions enfouies dans l’imaginaire collectif.

D'étonnantes sculptures humaines prennent

vie devant les yeux du public. Un équilibre sur

le fil, où le corps peut être brisé avant d'être

reconstruit, dans une recherche toujours plus

intense des rapports entre l'homme et son corps.

Une création qui met à l'honneur une

communauté en mouvement, explosive,

flamboyante, libre et communicative.

« Le titre est aussi simple et beau que l’humanité

déchirée dont il raconte l’histoire. Une pièce

sculpturale et formidablement vivante qui se

déroule au plus près du spectateur. » Télérama

66 67


© Helge Hansen

Danse / Création

nonoroca

Mardi 24 mars 20h

durée 1h

Quand la compagnie nationale norvégienne

de danse contemporaine, Carte Blanche,

rencontre la chorégraphe Lia Rodrigues,

cela donne un échange culturel passionnant

entre le Brésil et les pays nordiques, qui

aboutit à la création de Nororoca.

Le ballet Nororoca est directement inspiré de

Pororoca, pièce de Lia Rodrigues créée en 2009.

« Pororoca » vient de la langue tupi « poro’rog »,

et désigne un puissant phénomène de marée à

contre-courant qui se produit lorsque l’eau salée

rencontre l’eau douce à l’embouchure du fleuve

Amazone.

Lia RODRigues / Carte Blanche, ballet

NAtiONAL de NORVège

chorégraphie et costumes Lia Rodrigues

assistante à la chorégraphie Amália Lima

lumière Nicolas Boudier

interprètes Adrian Bartczak, Aslak Aune Nygård, Caroline Eckly,

Daniel Mariblanca, Dawid Lorenc, Guro Rimeslåtten,

Irene Vesterhus Theisen, Karen Lynne Bjerknesli,

Mathias Stoltenberg, Noam Eidelman Shatil, Ole Martin Meland,

Sebastian Biong, Tilly Sordat, Timothy Bartlett

directrice artistique de Carte Blanche Annabelle Bonnéry

Véritable compagnie de création, Carte Blanche,

aujourd’hui dirigée par Annabelle Bonnéry,

s’engage dans un voyage chorégraphique au

long cours avec Lia Rodrigues. Nororoca, réunit

quatorze interprètes et s’appuie sur des principes

d’improvisation développés par la chorégraphe

pour sa pièce Pororoca, métaphore de la collision

des différences.

Répété dans la favéla de Maré, à Rio, puis à

Bergen en Norvège, Nororoca est un dialogue

entre les cultures. Lia Rodrigues aime travailler

sur l’altérité et le vivre-ensemble. Cette pièce,

comme Pororoca à sa création en 2009, porte un

regard fort et sensible sur l’autre. Et, au-delà, sur

nous.

68 69


Danse [Voix d’Afrique]

Monstres, on ne danse

pas pour rien

Dimanche 29 mars 16h

durée 1h10

Rencontre

après spectacle

© Christophe Pean

© Christophe Pean

DeLaVallet Bidiefono

création DeLaVallet Bidiefono / textes Rébecca Chaillon et Armel Malonga

dramaturgie Aurelia Ivan / collaboratrice artistique Carine Piazzi / danseurs DeLaVallet Bidiefono, Destin Bidiefono, Fiston Bidiefono,

Aïpeur Foundou, Ella Ganga, Mari Bède Koubemba, Cognès Mayoukou, Lousinhia Simon / musiciens Francis Lassus, Armel Malonga,

Raphaël Otchakowski / performeuse Rébecca Chaillon / création lumière Stéphane Babi Aubert / création son Jean-Noël Françoise

scénographie Hafid Chouaf et Caroline Frachet / construction, régie plateau et jeu Hafid Chouaf / régie générale Martin Julhès

régie lumière Cléo Konongo

Une danse énergique et fédératrice, un brassage musical du jazz au funk ! Monstres,

on ne danse pas pour rien est une pièce inspirée et puissante. Une histoire de résistance

et d’espoir dans laquelle les danseurs sont empreints d’une rage et d’une révolte salutaires

desquelles se dégage un élan vital.

Dans un impressionnant décor de chantier aux allures d’arène, portés par un texte décapant, entraînés

par trois musiciens multi-instrumentistes à l’énergie débordante, huit danseurs et une performeuse

jettent leur corps dans la bataille. Ils opposent aux « Monstres » de la dictature en place au

Congo-Brazzaville une pièce de groupe hautement physique, fougueuse et rédemptrice.

« Un spectacle ambitieux et puissant. » Le Monde Afrique

« Tout en dressant le portrait d'une population mal en point et détruite, Bidiefono brandit l'étendard de

la liberté et de l'espoir. » Télérama sortir

70 71


Théâtre et rap / Création

L’endormi

Mercredi 1 er avril 19h

10 ans

et +

Rencontre

après spectacle

© Jeanne Roualet

© Clément Bergounhe

Victoire a dix ans. Son frère Isaac quinze.

Isaac c’est le « boss » du quartier, celui qui

cogne et ne rate jamais sa cible. Joséphine

c’est la mamie câline de Victoire et

d’Isaac, celle avec qui ils regardent des

vieux films. Jusqu’ici tout va à peu près

bien. Mais depuis quelques jours il paraît

qu’Isaac se repose. Les bastons ça épuise

pense Victoire. Mais Victoire ne sait pas

que son frère est entre la vie et la mort, la

dernière baston a mal tourné...

« Je l’appelle l’endormi.

Il me manque mon ainé.

Cinq jours déjà qu’il se repose.

Quelque part.

Ailleurs.

Après l’école, je m’allonge sur son lit.

Je disparais sous son oreiller. »

L'endormi est un récit rap contemporain pour la

jeunesse et toute la famille. C’est aussi l’histoire

d’une collaboration entre trois artistes : Marc

Nammour, rappeur et poète français membre

du groupe La Canaille à l’écriture des chansons,

Sylvain Levey à celle du récit et Valentin Durup

à celle de la musique. Avec le réel comme point

de départ, le trio compose une ode à la vie et

au bonheur, une œuvre pleine de tendresse,

d’humour et de second degré, entrecoupée de

plages musicales 100% hip hop.

Découvrez « Ouasmok ? » (voir page 54), signé

Sylvain Levey, auteur compagnon cette saison

(voir page 5).

Sylvain Levey / Marc NAMMOur / théâtre du rivage

texte Sylvain Levey / texte, chant Marc Nammour / musique Valentin Durup / mise en scène Pascale Daniel-Lacombe

72 73


Danse / Création

Moving Alternatives

Vendredi 3 avril 20h

durée 1h20

© Strauss-Peyton © Samsul Alam

Rencontre

après spectacle

Avec Moving alternatives, Anne Collod se

plonge dans l’œuvre luxuriante de Ruth

Saint-Denis et Ted Shawn. Précurseurs au

début du XX e siècle d’une danse à la fois

sensuelle et spirituelle, nourrie par les

apports des danses d’Inde et d’Asie, ils

créent ensemble une œuvre prolifique traversée

par la notion d’altérité et d’exotisme.

Comment manifester la puissance d’évocation et

d’invention de Ruth Saint-Denis et Ted Shawn

tout en portant un regard problématisé sur ces

danses, notamment sur leur dimension « exoticisante

» ?

© Myriam Boulos

Les Transversales

festival des arts mélangés de Méditerranée / 5 e édition

#01

Jeudi

Musique

Trio JOUBRAN

The long March

30 avril 20h

Palestine

Voilà plus de quinze ans que le Trio

Joubran parcourt le monde, ouds à la

main. De l’Olympia au Carnegie Hall, les

célèbres frères palestiniens réinventent

sans cesse leur instrument ancestral,

symbole de la subtilité et de la poésie de

la culture musicale arabe.

À partir de la recréation de solos et de pièces de

groupe de ces derniers, les six excellents danseurs

venus de plusieurs pays – Inde, Brésil, Maroc... –

proposent une pluralité d’interprétations de ces

danses et activent les multiples enjeux de leurs

relectures aujourd’hui.

Trio JoubRAN

oud Samir, Wissam et Adnan Joubran / percussions Youssef Hbeisch

et Habib Meftah Boushehri / violoncelle Valentin Mussou

Issu d’une longue lignée de luthiers, le trio brille

par sa virtuosité et son originalité. Accompagné

sur scène de leur compatriote percussionniste

Youssef Hbeisch, le Trio Joubran bouleverse

par la grande diversité de ses compositions

musicales. Sa dernière collaboration en date,

The Long March, croise le créateur des Pink

Floyd, Roger Waters, et les mots combattants du

poète Mahmoud Darwich, figure de proue de la

poésie palestinienne.

74

Anne COLLOD / … & Alters

cconception, direction artistique Anne Collod / chorégraphie Anne Collod en collaboration avec les interprètes à partir des œuvres de Ruth

Saint-Denis & Ted Shawn / interprétation Sherwood Chen, Ghyslaine Gau, Nitsan Margaliot, Calixto Neto, Pol Pi, Shantala Shivalingappa

création sonore Prieur de la Marne / création lumière Florian Leduc / création costumes La Bourette

collaboration artistique Matthieu Doze, Cécile Proust

« Musiciens brillants adoubés par Pink Floyd,

la fratrie Joubran mêle depuis dix ans le fond

et la forme, avec des concerts d’une renversante

vitalité. Héros facétieux et pleins de fougue de

cette fresque orientale épique, Samir, Wissam et

Adnan Joubran sont de parfaits showmen, dont

le récital envoie des bourrasques de fraîcheur. »

Télérama

75


#02

Clea Petrolesi / Cie Amonine

texte Clea Petrolesi, d’après l’article de Lucie Soullier Dans le

téléphone d’une migrante syrienne paru dans les grand formats du

Monde.fr / mise en scène Clea Petrolesi / assistant mise en scène

Yoann Josefsberg / interprètes Najda Bourgeois, Caroline Gervay,

Benoît Lahoz / création vidéo et vidéo live Benoît Lahoz / création

lumière et son Carla Silva / photographie Caroline Gervay / travail

corporel Lilou Robert / scénographie Agathe Zavaro

© Caroline Gervay

Théâtre / Création

Enterre-moi

mon AMOUR

Lundi 20 avril 20h

Syrie / France

Rencontre

après spectacle

Décembre 2015. Clea Petrolesi découvre

Le voyage d’une migrante syrienne à travers

son fil WhatsApp, un article de Lucie

Soullier paru dans Le Monde. Il restitue et

met en forme les 250 captures d’écran que

la jeune Dana, migrante syrienne alors

en route vers l’Allemagne, lui a confiées.

Elles témoignent, à travers le fil de cette

conversation, de son voyage vers l’asile.

Clea Petrolesi s’empare de cette histoire

et nous entraine dans un voyage numérique

et théâtral.

Accompagnée de la photographe Caroline

Gervay et de l’artiste numérique Benoît Lahoz,

Clea Petrolesi mêle images, couleurs, mots et

corps. Ensemble, ils numérisent, interrogent,

développent et portent sur scène les messages

échangés entre Dana et sa famille. Ils « tordent »

WhatsApp dans tous les sens et nous proposent

une écriture transversale pour raconter l’exil

vécu par Dana, ses doutes, ses espoirs et ses

peines, son Europe fantasmée et l’amour qui n’a

pas de frontière.

#03

Mardi

La CONquesta del Pol Sud

mise en scène Carles Fernández Giua / scénographie et vidéo Eugenio Szwarcer

sound design Damien Bazin / éclairage Luis Marti

Théâtre / Création

A land full

OF HEROES

28 avril 20h

Espagne-Catalogne / Roumanie

durée 1h20

en anglais surtitré français

Rencontre

après spectacle

Spécialistes du théâtre documentaire, les

artistes de la compagnie barcelonaise La

Conquesta del Pol Sud mêlent sur scène

témoignages et enquêtes journalistiques,

questionnant en permanence le rapport

entre l’individu et le collectif. Dans cette

droite ligne, ils créent A land full of heroes,

une œuvre de fiction où le réel a toute sa

place.

Témoignage de l’expérience de Carmen

Francesca Banciu, écrivaine roumaine exilée en Allemagne après la révolution roumaine, A land full

of heroes parle des transformations et des bouleversements − politiques, économiques, sociaux − qui

suivirent la chute de l’Union Soviétique. Courts dialogues, textes poétiques, interviews, fragments

de chorégraphies, morceaux de musique, projections d’images documentaires… Tous ces matériaux

se succèdent et interagissent sur scène. Faisant ainsi dialoguer deux récits parallèles : l’itinéraire de

Carmen Francesca Banciu et le road-trip de la compagnie au cœur de notre continent, sur les pas de

l’Histoire européenne.

« Dans nos spectacles Il n’y a jamais d’intermédiaires, pas de comédiens donc, incarnant les émotions

et les propos de personnages de fiction. On construit les pièces sur la matière brute que sont le réel et le

vécu de personnes. »

Spectacle lauréat de l’appel à projets Le Réel Enjeu.

76 77


© Olivier Guillemain

#04

Danse et arts visuels / création

Duo(s) Miroir

Mercredi 22 avril 15h

Egypte / Liban / France

durée 1h10

8 ans

et +

Atelier parents-enfants

les 7 et 8 avril

#

© Fred Kihn05

Théâtre / Avignon 2019

Mahmoud & Nini

Samedi 25 avril 18h30

Egypte / France

durée 1h / à partir de 14 ans

Rencontre

après spectacle

Hors

les murs

entrée libre

à l'Exploradôme

Isabelle Hervouët / Skappa ! & associés

avec Mohamed Shafik et Mohamed Fouad (Le plus faible des deux)

avec Aurélien Zouki et un adolescent (Espèces)

vidéo Olivier Guillemain

musique Mohamed Shafik

mise en scène Isabelle Hervouët

lumière et son Christophe Bruyas

Peut-être qu'un monde habitable est

celui où un adulte et un enfant peuvent

avancer ensemble en toute confiance.

Imaginer un futur. Dans les deux duos

créés par Isabelle Hervouët, un adulte et

un enfant évoluent ensemble sur scène,

en symbiose totale, dans un même espace

de jeu : habité par l'ombre d'objets et

la vidéo dans le duo égyptien, et par un

dialogue danse et marionnette dans le

libanais.

« Le plus faible des deux » (duo égyptien)

Suspendu au regard de l'homme, le petit

apprend à marcher et découvre le monde. Ils

jouent et dansent ensemble. Mais l'attachement

d'un enfant est parfois lourd à porter. Pour qu'il

sache éviter les dangers, l'homme lui offre son

costume « d'animal sauvage ». Un héritage bien

encombrant ! A sa façon, haut comme trois

pommes, l'enfant devient alors le guide du duo.

« Espèces » (duo libanais / création)

Un adolescent et un homme se rencontrent. Ils

ont plusieurs langues en commun : la peinture,

l'arabe, le mouvement. L'homme se souvient de

quelques pas de dabké, cette danse libanaise pour

tasser la terre sur les toits après la pluie. Alors ils

inventent ensemble un dabké imaginaire.

Cie Haraka Baraka

texte Henri Jules Julien à partir d'improvisations de Virginie Gabriel

et Mahmoud El Haddad / mise sur scène Henri Jules Julien

avec Virginie Gabriel et Mahmoud El Haddad

dramaturgie Youness Anzane, Sophie Bessis

traductions Mireille Mikhail, Mahmoud El Haddad, Criss Niangouna

Virginie (Nini), une femme française dans

la cinquantaine, rencontre Mahmoud,

jeune égyptien. Elle ne parle que le

français, lui que l'arabe : ils dialoguent

par l'intermédiaire d'une traduction

automatique. Mais aussi à travers des

couches d’à priori, stéréotypes et clichés

que l'une porte sur l'autre, l'autre sur

l'une. Incompréhensions, maladresses,

ambiguïtés se multiplient. Pourtant ils

veulent bien faire... Mais il ne suffit pas de

simplement vouloir pour s'émanciper de

siècles de visions biaisées. Une rencontre

impossible ?

Henri Jules Julien (De la justice des poissons, accueilli en 2018) met en scène une « comédie de mœurs

orientalistes ». Accompagné de deux comédiens, il nous offre une plongée à la fois cruelle et drôle

dans les pages d’un cahier d’images floues ou recoloriées par l’empreinte du temps.

« Ponctuée de silences et d’éclats de rire impromptus, Mahmoud et Nini interroge non seulement le poids

des stéréotypes orientalistes, mais aussi la relation que les mots entretiennent avec le réel. » Sceneweb.fr

Spectacle à l’Exploradôme, 18 avenue Henri Barbusse à Vitry, dans le cadre de l’exposition

« En quête d’égalité. Sur les traces du racisme », action co-financée par le FSE.

78 79


Marco Da Silva Ferreira

conception et chorégraphie Marco Da Silva Ferreira

assistante direction artistique Mara Andrade

avec Anaisa Lopes, Cristina Planas Leitao, Duarte Valadares,

Marco Da Silva Ferreira, Vitor Fontes, Filipe Caldeira

et Max Makowski

lumières Wilma Moutinho / musique Rui Lima et Sergio Martins

© José Caldeira

Danse

BROTHER

Vendredi 24 avril 20h

Portugal

durée 1h

Rencontre

après spectacle

Avec Brother, Marco Da Silva Ferreira

donne vie à une pièce à l’énergie fiévreuse

et contagieuse. Une pièce pleine de finesse

où le groupe évolue dans un effort commun

et parvient à toucher du doigt la fragilité

de l’humanité.

Hu(r)mano, sa précédente création, avait déjà

marqué les esprits. Brother en est la suite logique,

qui vient prolonger son travail sur la généalogie.

Dans cette création, le chorégraphe portugais

cherche les affinités ancestrales et les similarités

qui réunissent un groupe d’êtres humains et se

transmettent d’une génération à l’autre. Marco

Da Silva Ferreira s’est ici inspiré de vidéos de

danses ethniques, avant de mettre à contribution

ses danseurs et danseuses pour sculpter le mouvement,

en dialogue avec la musique live de Rui

Lima et de Sérgio Martins.

« Difficile de résister à cette transe puisant aux

danses traditionnelles et aux styles urbains. »

Les Inrocks

« Chorégraphe à suivre, Marco Da Silva Ferreira

impose avec Brother une écriture du mouvement

à l'ardente énergie. » Les Echos

#

© DR07

KHALID BENGHRIB

conception et chorégraphie Khalid Benghrib

avec Mouad Aissi, Nabil Najihi, Yassine Aboulakoul

son et lumière Zouheir Atbane / vidéo Youness Atbane

Danse / Création

Q-a /

QUOTIDIEN aliéné

Dimanche 26 avril 16h

Maroc

Rencontre

après spectacle

Enfant de la médina de Casablanca, le

chorégraphe Khalid Benghrib a assisté

depuis son plus jeune âge aux fameuses

« lilas », ces nuits rituelles d'invocation

des génies, de guérison et de transe,

qu'organisaient ses deux grands-mères

héritières de grandes traditions soufies

marocaines : les Gnawa et les Hamadcha.

La jubilation de ces nuits d'extase ne l'a jamais

quitté... Arrivé à maturité de son art, il renoue

avec cet héritage vivant et ouvre un grand chantier

chorégraphique sur les gestuelles (parades,

danses, transes) Gnawa et Hamadcha. Après

L'Haal, Q-a / Quotidien Aliéné est la deuxième

réalisation de ce chantier : une méditation sur

la perte de soi à travers la figure de Hachimo,

l'errant Gnawa polychrome.

Pour ce spectacle, Khalid Benghrib a bénéficié

d'un laboratoire de recherche à Vitry en avril

2019.

80 81


Une expérience électro-contée

Fake (tout est faux, tout est fou)

Mercredi 6 mai 20h

durée 1h

© Christophe Raynaud de Lage

Une déambulation libre qui convoque l’histoire de Peer Gynt en nous amenant à

réinterroger les notions de réel et d’identité. Fake, c’est une bulle fantasque et mouvante

qui vous fera déambuler, casque sur les oreilles, dans et hors du théâtre...

En interaction avec l’espace qu’elle investit, cette proposition de La Muse en Circuit et du conteur

Abbi Patrix nous plonge dans un univers de flânerie onirique et poétique. Libres de se déplacer à

leur guise, les auditrices et auditeurs suivent de près ou de loin les mouvements du conteur, tandis

que sonne, au creux de l’oreille, la musique électroacoustique crée en direct par Wilfried Wendling et

Linda Esjö. Une expérience sonore inouïe et déroutante.

« Le conteur est drôle, captivant, passionnant. Une forme inhabituelle, on ne peut plus étonnante et

intéressante. » De la cour au jardin.com

Abbi Patrix / La Muse en Circuit

conception et musique électronique live Wilfried Wendling / conteur Abbi Patrix / percussionniste Linda Edsjö

avec la participation d’Anne Alvaro, Julien Desprez, Louis Laurain et de musiciens de l’Orchestre national d’Île-de-France

82 83


Théâtre / Création

Paying for it

Vendredi 15 mai 20h

Rencontre

après spectacle

© Wim Lots

© Wim Lots

COLLECtif La Brute

mise en scène La Brute (Jérôme De Falloise, Raven Ruëll, Anne-Sophie Sterck, Aline Mahaux, Wim Lots et Nicolas Marty)

comédiens Jérôme De Falloise, Raven Ruëll, Anne-Sophie Sterck, Aline Mahaux, Martin Panel, Ninuccia Berthet, Julie Peyrat, Gabriel Bideau,

Marion Gabelle / création et régie son Wim Lots / création lumière, régie générale et lumière Nicolas Marty

assistanat à la mise en scène Coline Fouquet

Le Collectif belge La Brute se penche sur

le tabou de la prostitution. Par le biais

du théâtre documentaire, il questionne le

marché du service sexuel et au-delà, la

place du sexe dans notre société. « Paying

for it », c’est littéralement « payer pour

baiser » mais aussi « en payer le prix »

moral, économique et social.

Fruit d’un travail d’écriture de plateau et

d’investigation de terrain, Paying for it aborde

différentes réalités de la prostitution. L’équipe

artistique a multiplié les rencontres auprès

des prostituées, des policiers de la brigade des

mœurs, des clients, des associations de défense

des travailleurs du sexe et d’une de leur porteparole.

En tentant de percer les secrets d’un monde

obscur, Paying for it cherche à lever le stigmate

qui écrase ces femmes. Et loin de vouloir faire

l’apologie de la prostitution, le spectacle souligne

que vouloir l’abolir, c’est la rendre pire…

Le collectif La Brute se compose notamment

des talentueux Jérôme de Falloise (Money, Ceux

que j’ai rencontrés ne m’ont peut-être pas vu, Le

signal du promeneur ou Rumeur et petits jours)

et Anne-Sophie Sterck (Ceux que j’ai rencontrés

ne m’ont peut-être pas vu, Des caravelles et des

batailles).

84 85


Théâtre de traits, de fils et d’ombres

Danse / Création

En traits mêlés

Mercredi 18 mars 15h

T’es qui toi ?

Dimanche 17 mai 16h et mercredi 20 mai 10h30

durée 30 mn / de 1 à 4 ans

Hors

les murs

dans un lieu de la petite enfance

2 ans

et +

© Th‚ƒtre d‚saccord

© Patrick Berger

Au sein d’une boîte blanche, espace scénique

tout aussi sculptural qu'intime, une

danseuse explore différentes émotions : la

joie, la tristesse, la colère, la peur ou la

surprise. Dans la continuité de ses deux

dernières créations, la compagnie Point

Virgule pose avec T’es qui toi ? un questionnement

sensible sur la construction

du jeune enfant.

En Traits Mêlés nous plonge dans l’énergie

picturale du tout petit, celle qui précède

les premières figurations, les premières

représentations. Un voyage imaginaire au

pays des gribouillis.

Dans un premier temps, chaque enfant est invité à

saisir un crayon. Il trace un trait, le laisse trouver

sa place au milieu d’autres traits et s’y mêler. Arrive

une spécialiste de la « Traitologie », qui emporte

enfants et adultes dans un voyage archéologique

étonnant parmi les « gribouillons ».

Dans l’obscurité, la scène se transforme. On

découvre ce que les traits racontent. Les yeux

prennent le relais des mains. L’imaginaire poursuit

ce que le crayon a commencé.

« Une petite pièce délicate comme une plume qui

laisse le public bouche bée devant les aventures

d’un minuscule personnage tiré par un fil qui se

balade grâce à un inventif castelet à hauteur d’enfants

dans un monde de cabosses, de boucles et de

rêves en couleur. » Zibeline

En mêlant danse et vidéo, T’es qui toi ? tente

de questionner ce qu'est une image dans cette

époque d’exposition massive et précoce des

jeunes enfants à tous types d’écrans. En prenant

appui sur les origines de l'image cinématographique,

Claire Jenny et Ludivine Large-Bessette

créent une image non invasive, qui donne les clés

pour prendre du recul. Avec ses jeux de reflets,

ses ombres et ses projections sur des formes en

volume, T’es qui toi ? est un véritable poème

visuel à savourer en famille.

Théâtre Désaccordé

conception, écriture Rémi Lambert, Sandrine Maunier et Philippe Guillot / mise en scène Rémi Lambert

scénographie Sandrine Maunier et Philippe Guillot / jeu Sonia Pintor i Font et Rémi Lambert / musique Addie / création sonore Gilles Daumas

86

Claire Jenny / Cie Point Virgule

chorégraphie Claire Jenny / interprètes Marie Barbottin ou Laurie Giordano, Olivier Bioret ou Yoann Hourcade

vidéo et lumières Ludivine Large-Bessette / scénographie Pascal Dibilio et Claude Bourgeron

87


Chanson

Théâtre d’objets

L’échappée belle

(chansons pour embouteillages)

Mercredi 27 mai 10h30

durée 40 mn

3 ans

et +

Rawums

Mercredi 24 juin 15h et samedi 27 juin 17h

durée 30 mn

2 ans

et +

© Marie-Clémence David

© Thomas Ernst

Entre borborygmes, sons inventés, chansons et mots empruntés aux poètes français

du XX e siècle, les voix d'Aimée de la Salle et Serena Fisseau dansent et glissent au gré

de leur imagination et des mots de Raymond Queneau ou Jacques Charpentreau. Les

deux chanteuses-musiciennes s’inventent des mondes parallèles, et l’habitacle de leur

voiture devient alors bulle de rêverie, ludique et envoûtante.

Deux amies sont enfermées à bord de leur véhicule près d’un passage piéton. Avec la régularité

d’un métronome, le petit bonhomme du feu tricolore les nargue, passe du rouge au vert sans que

les voitures avancent d’un pouce… Seul le ballet incessant des essuie-glaces vient rythmer leur

impatience. Mais voilà que l’oiseau perché sur un arbre, le pas des piétons mêlé au tam-tam de la

pluie, le glissement d’un doigt sur les vitres embuées, la mouche emprisonnée qui vibrionne, les

néons colorés des vitrines, deviennent tour à tour prétexte à imaginer, à chanter, à s’échapper…

« Les deux interprètes, Aimée de La Salle et Serena Fisseau, jouent avec les mots de quelques poètes

qu'elles ont merveilleusement mis en musique. De quoi s'émerveiller en famille. » TTT – Télérama

Un œuf peut-il voler ? Et une chaise ? Et une maison ? Et une motte de glaise ? Que

fait-on avec une motte de glaise ? La compagnie allemande Florschütz & Döhnert

évoque le désir de s’élever et de s’affranchir des lois de la gravitation. Un spectacle,

créé en 2007, qui fait désormais figure de classique.

Deux clowns tendres défient avec malice les effets de la pesanteur. Une plume virevolte tandis qu'un

sac s'écrase lourdement sur le sol. Entre le haut et le bas, le ciel et la terre, bien des choses sont possibles

et il est certain que la poésie donne des ailes pour prendre son envol ! Un joyau de spectacle à

partager délicatement.

« Beauté, simplicité du propos, grande maîtrise du geste : Rawums est un modèle de spectacle tout-public,

au meilleur sens du terme : poésie pour tout le monde ! » Théâtre-enfants.com

Prix IKARUS Jeune Public 2008 à Berlin, primé en 2009 au festival Augenblick Mal.

88

SERENA Fisseau et Aimée de La salle

voix, compositions et petits instruments Serena Fisseau et Aimée de La Salle / mise en scène Olivier Prou / création lumière Flore Dupont

création sonore et régie Alan Le Dem

Cie florschütz & döhnert

regard extérieur Werner Hennrich / conception visuelle et sonore, interprétation Melanie Florschütz et Michael Döhnert

89


Balade philosophique en duo

Pièce participative, chorale et chorégraphique

Au milieu

d’un lac de perles

Dimanche 7 juin entre 14h et 17h

Bal chorégraphique

Jeudi 2 juillet 20h

durée 2h

durée 50 mn / à partir de 12 ans

départ du cimetière ancien (46 rue du général de Gaulle à Vitry),

vous choisirez votre horaire au moment de la réservation.

© Laurent Guizard

Après nous avoir fait danser avec Happy

Manif, David Rolland nous convie à une

balade philosophique à savourer en

duo. Une expérience rare, dans un cadre

vraiment pas commun !

Casque audio sur la tête, embarquez à deux

pour un voyage étonnant, dans les travées... d’un

cimetière. Il est ici question de s’interroger sur la

mort et les différents rites qui l’accompagnent.

Rien de morbide, de triste ou de grave, bien au

contraire. Car Au milieu d'un lac de perles autorise

tout un chacun à flâner au gré du parcours

participatif et sonore que l’artiste nantais a

composé avec toute la sensibilité, la générosité

et l’humour qu’on lui connaît. Une fois de plus, il

nous amène à décaler nos points de vue comme

notre regard sur nos comportements et sur le

monde.

« La gravité du sujet n’empêche pas d’en sourire.

On s’amuse en apprenant l’épitaphe figurant sur

la tombe de Francis Blanche : Laissez-moi dormir,

j’étais fait pour ça. » Le Monde

© Frederique Iovino

Acte rassembleur et léger, Le Bal

chorégraphique invite les foules à entrer

dans la danse le temps d'une soirée, à la

manière d’un bal populaire ! Entraînés

par Sylvain Groud et trois danseurs, les

participants sont invités à entrer dans le

rythme des chorégraphies.

Après un échauffement collectif et pop, une

chorégraphie contagieuse envahit la foule à

l'écoute de plusieurs tubes incontournables

et iconiques, mixés par un DJ. Les amateurs

complices entraînent le public dans un happening

chorégraphique festif, où l'on s'éprouve par la

danse un lâcher prise collectif !

Le chorégraphe Sylvain Groud développe depuis

des années une incroyable capacité à transmettre

tout ce que la danse contient de possibilité de

partage. Il en est ainsi du Bal chorégraphique,

performance live de trois danseurs professionnels

et d’une trentaine d’amateurs qui souhaitent

partager leur amour de la danse.

Vous souhaitez faire partie des amateurs qui transmettront les chorégraphies du spectacle ?

Pour vous inscrire, contactez-nous (voir page 5).

Vous souhaitez venir seul.e ? Nous vous trouverons un binôme sur place ! David Rolland présente

également cette saison « Circuit » (voir page 34).

90

DAVid ROLLAND

conception et écriture David Rolland / composition musicale et montage sonore Roland Ravard

Sylvain Groud / Ballet du NORD

chorégraphie Sylvain Groud / interprètes danse et transmission Sergio Diaz, Lauriane Madelaine, Julien-Henri Vu Van Dung

ou Zoranne Serrano, Jean David, Mathilde Devoghel / set électro d'un-e DJ invité-e intégrant un remix de Major Lazer, Rihanna,

The White Stripes

91


Productions

92

D-CONSTRUCTION : Production Compagnie Dyptik, CNAR l’Abattoir / Chalon-sur-Saône, Quelques p’Arts… Centre National des Arts de la Rue – Scène

Rhône-Alpes / Boulieu-lès-Annonay, Groupe des 20 Rhône-Alpes – Auvergne, Centre culturel de La Ricamarie, Le Tobbogan – Scène conventionnée Plateau

pour la danse / Décines. Aide à la création Conseil Départemental de la Loire, Ville de St Etienne, ADAMI, SPEDIDAM. Avec le soutien du Théâtre de Tardy

(Saint-Etienne), École nationale du cirque de Shems’y (Rabat, Maroc), les ville du Chambon-Feugerolles, l’Horme, St Chamond et St Hilaire de Riez.

L’ENFANCE A L’ŒUVRE : Production Tréteaux de France – centre dramatique national. LE GRAND VOYAGE D’ANNABELLE : Production Eric Ghenassia

– 3C. ALORS CARCASSE : Production Compagnie trois-six-trente. Coproduction Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN, Studio-Théâtre de Vitry,

NEST-CDN de Thionville-Lorraine, Théâtre du Nord CDN Lille-Tourcoing, Festival Mondial des Arts de la Marionnettes de Charleville-Mézières, Le Manège –

scène nationale de Reims. Avec le soutien de la SPEDIDAM et du Théâtre Jean Arp, Scène conventionnée pour les Arts de la marionnette. La compagnie troissix-trente

est conventionnée avec la DRAC GRAND EST et le Conseil Régional GRAND EST. BAÑOS ROMA : Production Teatro Línea de Sombra, Production

exécutive Alicia Laguna. Coordination de production (Mexique) Patricia Díaz. Assistant de production Moisés Flores. Production déléguée Association Sens

Interdits. Jorge A. Vargas est membre du Sistema Nacional de Creadores de Arte. Projet financé par le Fondo Nacional par la Cultura y las Artes (FONCA).

Remerciements amis et famille de Jose Ángel “Mántequilla” Nápoles, habitants de la ville de Juarez, Fédération Mondiale de Boxe, ICHICULT, Cleto Reyes,

Manuel Laguna, la Fondation Gin, le Festival International Cervantino, Juan Melia et Bertha Navarro. LES MENINES : Production Les Trois-Huit au NTH8 /

Nouveau Théâtre du 8e. ANARCHY : Production Cie Chute Libre. Coproduction et soutiens DRAC Pays de la Loire, Région Pays de la Loire, Département de

Loire-Atlantique, Ville de Nantes, CCN de la Rochelle / Kader Attou Cie Accrorap, CNDC d’Angers / Robert Swinston, Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur- Seine,

CCN de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig. BELLADONNA : Production et accueils en résidence Association NA / Compagnie Pernette ; Le

Théâtre - Scène nationale de Saint-Nazaire ; Les 2 Scènes – Scène nationale de Besançon ; Centre Chorégraphique National de Nantes ; Espace Germinal – Scène

de l’Est Valdoisien à Fosses ; Le Rive Gauche – Scène conventionnée pour la danse à Saint-Etienne-du-Rouvray ; Scènes Vosges - Scène conventionnée à Epinal

; Communauté de communes du Pays de Falaise et Ville de Falaise ; La Minoterie - Scène conventionnée Art, enfance, jeunesse à Dijon ; Ville de Dijon - résidence

à l'école Les Coteaux du Suzon ; Résidence à l’Espace Sarah Bernhardt de Goussainville ; Résidence à l’école d’Arènes de Besançon ; Saisons c@p25 résidences

d’artistes, initié par le département du Doubs. LA MEMOIRE DES ARBRES : Production LOD muziektheater & Cie Artara. Coproduction Théâtre

National Wallonie-Bruxelles, KVS - Koninklijke Vlaamse Schouwburg, Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, Théâtre L’Aire Libre Saint-Jacques de La Lande,

création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles. Avec le soutien de la mesure Tax Shelter du gouvernement fédéral belge. Grâce à Gilani Dambaev, Garifulla

Habibulin, Gulshara Ismagilova, Gosman Kabirov, Fatima Kobzhasarova, Lubov Lebzina, Natalia Manzurova, tba. CENDRES : Production intitiale Cie

Philippe Genty. Coproduction Figurteatret i Nordland, MCNN – Centre de Création et de production, Le Mouffetard – Théâtre des arts de la marionnette à

Paris. Soutiens Théâtre du fil de l’eau – Pantin, Théâtre de la Girandole – Montreuil, La Nef Manufacture d’utopies – Pantin, Nord-Trøndelag Teater, Norsk

Kulturråd, Nordlands Fylkeskommune, Direction des Affaires Culturelles -DRAC Bourgogne, Fritt Ord, Fond For Lyd og Bilde, FFUK, Collectif Grand réservoir.

Avec l’aide d’Arcadi Ile de France, dispositifs d’accompagnement et de la SPEDIDAM pour la diffusion à l’international. Ce projet bénéficie du soutien du

Département de la Seine-Saint-Denis dans le cadre d’un projet en réseau avec les acteurs culturels du territoire autour de la marionnette. Remerciements Réseau

Quint’Est. piSTES : Production Théâtre Acclamations. Coproduction Théâtre Jean-Vilar de Vitry, Les Récréâtrales Ouagadougou. ZOO : Production Labkine.

Coproductions Le Musée de la danse, CCN de Rennes et de Bretagne - accueil studio, Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, CCN Viadanse de Franche-Comté

à Belfort, CCN de Nantes, CDCN La Place de la danse, Toulouse, Nouveau Studio Théâtre de Nantes, Lebeau & associés. Valeria Giuga bénéficie de l'aide à

l'écriture chorégraphique de la Fondation Beaumarchais-SACD. Ce projet est réalisé grâce au soutien de l’Adami Copie Privée. Labkine est subventionnée par la

DRAC Occitanie au titre de l'aide au projet. Valeria Giuga est artiste associée au CCN Viadanse de Belfort-H. Fattoumi & E. Lamoureux de 2019 à 2021. Partenaires

Théâtre le Vent des signes – Toulouse, Le Centquatre, Carreau du temple, Montpellier danse, Maison de la musique- Cap Découverte, Passage Sainte Croix

à Nantes. PERDU CONNAISSANCE : Production Compagnie Théâtre Déplié. Coproduction Théâtre Dijon Bourgogne – CDN, T2G – Théâtre de Gennevilliers,

Les Subsistances – Lyon, Théâtre de Lorient – Centre dramatique national, Espace des Arts – SN Chalon-sur-Saône, Comédie de Béthune. Avec le soutien

de L’Atelier du Plateau. Avec l’aide à la création de la Région Ile-de-France. La Compagnie Théâtre Déplié est associée au Théâtre Dijon Bourgogne, CDN et au

T2G – Théâtre de Gennevilliers, et conventionnée par le Ministère de la Culture – DRAC Ile de France. CIRCUIT : Production Association ipso facto danse

(David Rolland Chorégraphies). Coproduction Les Quinconces-L'espal - scène conventionnée danse Le Mans, Pôle Sud – Centre de développement chorégraphique,

Strasbourg, CCNN - Centre Chorégraphique National de Nantes. Avec le soutien de Scènes et Cinés - établissement public intercommunal (Istres,

Miramas). Accueils en résidence Stéréolux – scène de musiques actuelles et recherche numérique à Nantes, Le lieu unique - scène nationale de Nantes, Capellia

– théâtre de La Chapelle-sur-Erdre, Ateliers PCP à Saint-Nazaire, Le Cargo – Théâtre de Segré, TU-Nantes, Le Théâtre scène nationale de Saint-Nazaire.

MANquE A L’APPEL : Production Cie illimitée. Coproduction Le Grand Bleu – Scène Conventionnée Art, Enfance et Jeunesse – Lille, Culture Commune –

Scène Nationale du bassin minier – Loos-en-Gohelle, La Cave Aux Poètes – Scène conventionnée – Roubaix, La Méridienne – Scène Conventionnée de Lunéville.

Avec le soutien de la DRAC Hauts-de-France, de la Région Hauts-de-France, de la Ville de Lille, de la SACEM, du Collectif Jeune Public Hauts-de-France,

du Palais du Littoral – Grande Synthe, du Centre Arc-en-Ciel – Liévin, de la Maison Folie Beaulieu – Lomme, du Nautilys – Comines, de la Salle Allende –

Mons-en-Baroeul, de la Maison Folie Wazemmes – Lille. Diffusion Le Terrier. ACOUSTIQUE : Une création de la Cie Kilaï. Production Garde Robe. Coproducteurs

Initiatives d’Artistes en Danses Urbaines - La Villette, Théâtre Louis Aragon Tremblay-en-France, Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine. Avec le soutien

de la DRAC Ile-de-France, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis. Sandrine Lescourant est en résidence au Théâtre Louis Aragon dans le cadre de

«Territoire(s) de la Danse» 2018 et 2019, soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Elle sera également en résidence au Théâtre Jean-Vilar de Vitry

pour la saison 2019-20. L’OFFRANDE MUSICALE : L’Ensemble Diderot est en résidence au Théâtre d’Herblay. Il bénéficie de l’aide au projet de la DRAC Ilede-France

et du mécénat de la Fondation Orange. L’Ensemble Diderot remercie son cercle de partenaires et notamment David Leppan et la société Billionaire.

Le label Audax est adhérent de la SCPP. L’AGNEAU A MENTI : Production Compagnie ARNICA. Remerciements aux enseignants et aux élèves de CM2 de

l’école des Vennes de Bourg-en-Bresse qui ont contribué à la réflexion sur le processus de création pour la fable 1, L’agneau a menti. Avec le soutien de la DRAC

Auvergne-Rhône-Alpes, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (FIACRE médiation), de la Ville de Bourg en Bresse, du Contrat de Ville et du réseau Canopé. La

Cie Arnica est en convention triennale avec la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département de l’Ain et la Ville de Bourg

en Bresse. Elle est artiste associée au Théâtre de Bourg-en-Bresse, scène conventionnée d’intérêt national création marionnette et cirque, de 2017 à 2019. La

compagnie Arnica est adhérente de Themaa, Assitej, HF Auvergne-Rhône-Alpes, Synavi et à Auvergne-Rhône-Alpes Spectacle vivant. NE LAISSE PERSONNE

TE VOLER LES MOTS : Production – Diffusion Théâtre La Cité. Soutiens financiers Fonds du 11 Janvier, Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance

et de la Radicalisation, Préfecture des Bouches du Rhône, Conseil régional PACA (culture), Conseil Départemental des Bouches du Rhône. Remerciements

à la Scène nationale de Sète et aux professeurs et élèves des lycées Colbert (Marseille 7e), Frédéric Mistral (Marseille 8e) et les Eucalyptus (Nice) pour

l’accueil en résidences de création. Le Théâtre La Cité est soutenu par La Ville de Marseille (culture), le Conseil Départemental des Bouches du Rhône (culture),

la Région PACA (culture) et la DRAC PACA (politique de la ville et éducation artistique et culturelle). BERENICE : Production Tréteaux de France – centre

dramatique national. DANS TON CŒUR : Production Association AKOREACRO. Coproduction Le Volcan, Scène nationale – Le Havre ; Maison de la Culture

de Bourges ; CIRCA, Pôle national des arts du cirque – Auch ; AGORA PNC Boulazac Aquitaine ; Equinoxe, Scène nationale de Châteauroux ; EPCC Parc de la

Villette/Paris ; Fonds de Dotation du Quartz, Brest ; CREAC Cité Cirque de Bègles ; Théâtre Firmin Gémier, La Piscine, Pôle National Cirque d’Ile-de-France.

Accueil en residence Circa, Pôle national des arts du cirque, Auch, Gers, Midi-Pyrénées ; AGORA PNC Boulazac Aquitaine ; Cheptel Aleikoum à St AGIL ; Le

Volcan, Scène nationale Le Havre ; Maison de la Culture de Bourges ; Le Sirque – Pôle national cirque de Nexon. Soutiens financiers La Compagnie AKO-

REACRO est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Centre – Val de Loire) ainsi que par la Région Centre – Val de Loire.

Akoreacro reçoit le soutien de la DGCA (aide à la création), de la Région Centre Val de Loire (création et investissement), de l’ADAMI et de la la SPEDIDAM

(aides à la création). RECONStitutiON, LE PROCES DE BObiGNY : Production JOHN CORPORATION. Coproduction Festival d’Automne à Paris, T2G

- Théâtre de Gennevilliers, Groupe des 20 Théâtres en Ile-de-France. OUASMOK : Production Compagnie Akté. Coproduction Le Volcan - Scène Nationale du

Havre. Soutiens Le Passage - Scène Conventionnée de Fécamp, DSN - Scène Nationale de Dieppe, La Chapelle Saint-Louis à Rouen et l'Eclat à Pont-Audemer.

La compagnie Akté est conventionnée par la Ville du Havre, la Région HauteNormandie et le Ministère de la Culture/Drac Haute-Normandie. Avec le soutien

financier du Conseil Général de Seine-Maritime. CANDIDE : Production La Comédie de Saint-Étienne, Centre dramatique national. Avec le soutien du DIESE

# Auvergne – Rhône-Alpes | dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne. ELDORADO DANCING : Eldorado Dancing est lauréat de la

bourse d’Aide à l’écriture théâtrale de l’Association Beaumarchais-SACD et du label Jeunes textes en liberté. Le texte est édité aux éditions Espaces 34. Production

Oblique Compagnie. Coproduction Centre Culturel Pablo Picasso, Homécourt, Nest-CDN Transfrontalier de Thionville Grand-Est, ACB – Scène Nationale de

Bar-Le-Duc, le réseau La vie devant soi (La Ferme de Bel Ébat – théâtre de Guyancourt, Le Théâtre Antoine-Vitez d’Ivry-sur-scène, le Théâtre de Chatillon, le

Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, le Théâtre Paris-Villette). Soutiens en résidence Cie du Jarnisy | Théâtre-Maison d’Elsa, Jarny, en partenariat avec le

Centre Culturel Pablo Picasso, Homécourt, Nest – Centre Dramatique National transfrontalier de Thionville Grand Est, La Ferme de Bel Ébat – théâtre de

Guyancourt. Soutiens financiers La Direction régionale des affaires culturelles du Grand Est, Le Conseil Régional Grand Est, l’Association Beaumarchais-SACD

au titre de l’aide à la production, La Spedidam. Avec la participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA et du Jeune Théâtre National. LICHENS : Production

Dame de Pic / Cie Karine Ponties En coproduction avec Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, Les Brigittines, Théâtre Victor Hugo de Bagneux, Charleroi

Danse, La Coop asbl et Shelter Prod Avec le soutien de Théâtre des Doms, Cango, HYPERLINK "http://taxshelter.be" taxshelter.be, ING et du tax-shelter du

gouvernement fédéral belge. Dame de Pic / Cie Karine Ponties est conventionnée avec le Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et reçoit le

soutien de Wallonie Bruxelles International. LA LEGENDE DE BORNEO : Production L’Avantage du doute. Coproduction Le Bateau Feu, Scène Nationale de

Dunkerque, le Théâtre de la Bastille et le Théâtre de la Commune, Centre dramatique National d’Aubervilliers, avec le soutien du Théâtre-Studio d’Alfortville.

Le spectacle bénéficie du soutien de l’aide à la production et la diffusion du Fonds SACD, de la DRAC Ile-de-France, de la CCAS et de l’ADAMI. EN TRAITS

MÊLES : Production Théâtre Désaccordé en partenariat avec le Théâtre Massalia et la Ville d’Aubagne. Coréalisation Festival Théâtr’enfant Avignon 2016.

FúRIA : Production Chaillot - Théâtre national de la Danse. Soutiens Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings, Festival

d’Automne, Centquatre Paris, MA scène nationale Pays de Montbéliard, Künstlerhaus Mousonturm Frankfurt am Main,dans le cadre du festival “Frankfurter

Position 2019” – une initiative du BHF-Bank-Stiftung”, Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles), Teatro Municipal do Porto / Festival DDD - dias de dança, Theater

Freiburg (Allemagne), Les Hivernales - CDNC, Muffatwerk München, Lia Rodrigues Companhia de Danças et le soutien de Redes da Maré e Centro de Artes

da Maré. Remerciements Zeca Assumpçao, Inês Assumpçao, Alexandre Seabra, Mendel. Lia Rodrigues est Artiste associée à Chaillot-Théâtre national de la

Danse et au Centquatre Paris. CE DONT NOUS SOMMES FAITS : Coproduction Compagnie Maguy Marin et Centre Chorégraphique National de Rillieuxla-Pape.

Réalisation RODRIGUES & ASSUMPÇÃO PRODUÇÕES ARTISTICAS. PAYING FOR IT : Production La Brute ASBL. Coproduction Théâtre Jean

Vilar de Vitry-sur-Seine, Théâtre National de Bruxelles. MONSTRES, ON NE DANSE PAS POUR RIEN : Production Cie Baninga. Coproduction La Villette

Paris, CDN de Normandie-Rouen, Théâtre de Choisy-le-Roi, scène conventionnée pour la diversité linguistique, TANDEM scène nationale, Halle aux Grains,

scène nationale de Blois, La Faïencerie - Théâtre de Creil, Les Salins, scène nationale de Martigues, Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique, Nantes, Le grand R,

scène nationale La Roche-sur-Yon, Châteauvallon scène nationale. Avec le soutien à la création de l’Espace Baning’Art (Brazzaville) et du Festival des Francophonies

en Limousin (Limoges). Avec le soutien de la DRAC Île-de-France - ministère de la Culture et de la Communication, de la Région Île-de-France au titre

du dispositif de soutien à la création, d’Arcadi Île-de-France, de l’Institut Français, du Conseil départemental du Val-de-Marne pour l’aide à la création, de

l’ADAMI, de la SPEDIDAM et du Groupe Caisse des Dépôts. Avec le soutien de l'Onda - Office national de diffusion artistique. L’ENDORMI : Production Les

Scènes du Jura. MOVING ALTERNATIVES : Production association …& alters. Coproduction Festival Montpellier Danse 2019, EPPGHV La Villette Paris,

Théâtre de Nîmes, Le Vivat – Scène conventionnée d’Armentières, La Maison - CDCN Uzès Gard Occitanie, Le Gymnase - CDCN de Roubaix Hauts-de-France,

CCN de Nancy - Ballet de Loraine, CCN de Caen en Normandie, La Place de la Danse – CDCN Toulouse Occitanie. Avec le soutien du Théâtre Jean Vilar -

Vitry, du Théâtre de Vanves et de Buda-Courtrai dans le cadre des accueils en résidence. Avec le soutien d’Arcadi Ile-de-France. Remerciements au Jacob’s Pillow,

école de danse et centre d’archives - Becket, Etats-Unis. La compagnie …& alters est soutenue par le Ministère de la Culture et de la Communication au titre de

l’aide à la structuration des compagnies de danse. Pour cette création, Anne Collod a été accueilli en résidence à l’Agora, cité internationale de la danse avec le

soutien de la Fondation BNP Paribas. Ce spectacle a reçu le soutien du Fondoc, fond de soutien à la création contemporaine en Occitanie et de la SPEDIDAM.

TRIO JOUBRAN : Production 3 PomProd. ENTERRE-MOI MON AMOUR : Production Théâtre Paris-Villette, Compagnie Amonine. Soutiens Le Grand

Parquet, Théâtre des Quartiers d’Ivry-Manufacture des Œillets, L’espace 1789 (St-Ouen), Théâtre de l’Escabeau (Briare). Projet lauréat de l’Aide à l’écriture à la

mise en scène Beaumarchais-SACD. DUO(S) MIROIR : Coproduction Théâtre Massalia, scène conventionnée pour la création jeune public tout public, La

Friche la Belle de Mai, Marseille, Lycée Français du Caire, Ecole d'Arts Al Darb AL Ahmar du Caire, Le Théâtre El Genaina, Festival Nassim El Raqs à

Alexandrie,l’InstitutFrançais du Caire, Studio Nasibian Theatre Cairo, Le Collectif Kahraba de Beyrouth et Hammana Artist House, Institut Français de Beyrouth.

Skappa ! & Associés reçoit le soutien de la DRAC PACA, du Conseil régional PACA, du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, de la Ville de

Marseille. BROTHER : Production Pensamento avulso. Producteurs délégués Célia Machado et Marco Da Silva Ferreira. Accueil en résidence Jazzy Dance

Studio; Feira Viva; o espaco do tempo; Teatro Virginia. Coproduction Materiais Diversos and Teatro Municipal de Campo Alegre. Avec le soutien du Gouvernement

du Portugal, Secretario de Estado da Cultura, DGArtesDireçao Geral. FAKE : Production déléguée La Muse en Circuit, Centre national de création

musicale. Coproduction La Compagnie du Cercle, direction Abbi Patrix, Lieux publics – Centre national de création en espace public. T’ES QUI TOI ? Production

Compagnie Point Virgule. Avec les soutiens de la DRAC Centre, de La Pléiade à La Riche, de L’Espace André Malraux à Joué-lès-Tours, du Théâtre Jean

Vilar de Vitry-sur-Seine, des Organismes vivants (coproduction dans le cadre de l'Aide à la Permanence Artistique et Culturelle Région Ile- de-France), de La

Lisière à Bruyères-le-Châtel, de la Ville de Maisons-Laffitte, de La Ville de La Norville. L’ECHAPPEE BELLE : Coproduit par Victorie Music, la compagnie

Gado Gado, le Centre des Arts du récit en Isère, en partenariat avec le Carré Belle-Feuille à Boulogne-Billancourt. AU MILIEU D’UN LAC DE PERLES :

Production Association ipso facto danse (David Rolland Chorégraphies). Coproduction Les Tombées de la Nuit. La compagnie est soutenue par la DRAC des

Pays de la Loire (aide à la structuration), le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Départemental de Loire-Atlantique, la Ville de Nantes. RAWUMS

: Production florschütz & döhnert. Coproduction Theater o.N. /ZINNOBER et SCHAUBUDE BERLIN. Soutien : Fonds Darstellende Künste. Remerciements

Andrea Kilian. BAL CHOREGRAPHIQUE : Production Ballet du Nord - Centre Chorégraphique National de Roubaix Hauts-de-France. Commande Philharmonie

de Paris.

= salle +

= salle + spectacle x Alfortville

93


BILLETTERIE

abonnez-vous

Places à l’unité

abonnement

Tarif plein 18 €

tARif réduit* 12 €

tARif 12-25 ans 8 €

TARIF -12 ANS 7 €

(hors tarifs spéciaux)

L’abonnement 4 spectacles et +

En vous abonnant, bénéficiez de tarifs très avantageux !

4 spectacles pour 48 € contre 72 € à l’unité

Et si vous bénéficiez du tarif réduit*, 4 spectacles pour

36 € contre 48 € à l’unité

M me M. NOM :

ADRESSE :

CP VILLE :

tél : Courriel :

PRÉNOM :

Année de naissance :

tARif « En famille » 7 €

tARifs spéciaux

Les plateaux de la Briqueterie 10 €

La Rue Ketanou 20 € (TP) et 12 € (TR)

Le grand voyage d'Annabelle 6 €

Alors Carcasse 10 € (TP) et 5 € (TR)

L’agneau a menti 10 € (TP) et 5 € (TR)

Ne laisse personne te voler les mots 5 €

En traits mêlés 5 €

Tarif jeune

En

Famille

Pour les 12-25 ans, c'est 8 € sur tous les spectacles de

la saison (hors tarifs spéciaux).

Petits et grands

En

Famille

Tarif unique 7 € pour les adultes et les enfants, sur les

spectacles à voir « En famille ».

Profitez par ailleurs :

• d’une invitation aux Plateaux de la Briqueterie

(voir page 6).

• d’une invitation + un tarif réduit sur le spectacle

de votre choix pendant le festival Les Transversales

(pages 75 à 81).

• de tarifs préférentiels dans les théâtres partenaires

(Paul-Eluard à Choisy-le-Roi, le POC à Alfortville,

Antoine-Vitez et le TQI à Ivry-sur-Seine, Romain-

Rolland à Villejuif).

« Le Pass »

3 billets pour 45 €

Il s’utilise seul ou à plusieurs. Valable tout au

long de la saison, il permet de bénéficier de tarifs

avantageux sans engagement. Une alternative à

l’abonnement, souple et sympa !

À offrir ou à s’offrir.

• Je m’abONNE, mode d’EMpLOi •

1 – Découpez cette page et remplissez un bulletin par personne.

2 – Ci-dessus, indiquez vos coordonnées complètes.

3 – Choisissez 4 spectacles ou plus et entourez les dates de spectacles choisis et le tarif dont vous bénéficiez

(voir ci-contre). Vous pouvez également réserver en même temps des billets 12-25 ans et moins de 12 ans.

4 – Le règlement s’effectue en espèces, par chèque à l’ordre de Régie du théâtre Jean-Vilar ou par CB.

calendrier 2019-20

MON ABONNEMENT

Ceux qui

m'accompAGNENt

DATE SPECTACLE T PLEIN T REDUIT T UNIQUE 12-25 ANS -12 ANS

6/10 L'ENFANCE A L'ŒUVRE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

11/10 ALORS CARCASSE 5 € … x 5 € … x 5 €

12/10 ALORS CARCASSE 5 € … x 5 € … x 5 €

13/10 ALORS CARCASSE 5 € … x 5 € … x 5 €

14/10 ALORS CARCASSE 5 € … x 5 € … x 5 €

15/10 ALORS CARCASSE 5 € … x 5 € … x 5 €

Billets solidaires en partenariat avec Cultures du Coeur 94 (cdc94.free.fr/).

(*Demandeurs d’emploi, intermittents, retraités, étudiants, familles nombreuses, personnes en situation de handicap

et accompagnateur, groupes de 10 personnes, abonnés théâtre partenaires).

Où ACHeter mes places ?

Sur le site theatrejeanvilar.com / Abonnement possible en ligne.

Sur place ou par téléphone au 01 55 53 10 60 (de septembre à décembre, du mardi au samedi de 14h à 18h30 et

une heure avant la représentation. De janvier à juin, du mardi au vendredi de 14h à 18h30 et une heure avant la

représentation. Pendant les vacances scolaires, du mardi au vendredi de 14h à 17h).

Auprès de revendeurs spécialisés (Fnac, theatreonline, Billetreduc…).

Règlement par carte bancaire, chèque ou espèces.

14/10 BAÑOS ROMA 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

16/10 LA RUE KETANOU 12 € … x 12 € … x 12 €

19/10 LES MENINES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

8/11 ANARCHY 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

17/11 GUILLERMO GUIZ 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

20/11 LA MEMOIRE DES ARBRES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

24/11 CENDRES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

29/11 PISTES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

30/11 ANNEES FOLLES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

4/12 ZOO 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

8/12 PERDU CONNAISSANCE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

10/12 CIRCUIT 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

11/12 CIRCUIT 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

18/12 ACOUSTIQUE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

20/12 L'OFFRANDE MUSICALE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

Les billets ne sont ni échangeables ni remboursables.

Par respect envers les autres spectateurs et les artistes, l’accès en salle peut être refusé aux retardataires.

94


6/2 BERENICE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

7/2 BERENICE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €


DATE SPECTACLE T PLEIN T reduit T unique 12-25 ANS -12 ANS

28/2 RECONSTITUTION - PROCES DE BOBIGNY 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

6/3 CANDIDE 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

8/3 ELDORADO DANCING 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

13/3 LICHENS 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

15/3 LA LEGENDE DE BORNEO 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

20/3 FúRIA 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

22/3 CE DONT NOUS SOMMES FAITS 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

24/3 NONOROCA 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

29/3 MONSTRES, ON NE DANSE PAS POUR RIEN 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

3/4 MOVING ALTERNATIVES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

20/4 ENTERRE-MOI MON AMOUR 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

24/4 BROTHER 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

26/4 Q-a / (Quotidien aliéné) 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

28/4 a land full of heroes 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

30/4 TRIO JOUBRAN 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

6/5 FAKE (tout est faux tout est fou) 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

15/05 PAYING FOR IT 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

7/6 AU MILIEU D'UN LAC DE PERLES 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

2/7 Bal Chorégraphique 12 € 9 € … x 8 € … x 7 €

Présidente de la Régie Fatmata Konaté

Directrice Nathalie Huerta

Secrétaire générale Christine Malard

Responsable de l’administration

Claire Meneguzzer

Assistante administrative et de direction, accueil

des artistes Patricia Bertrand

Secrétaire-comptable Anna Heimburger-Réa

Régisseuse-comptable Nadia Bellamy

Chargé de production Jacques-Philippe Michel

SOUS-TOTAL … € … € … € … € … €

HORS ABONNEMENT

20/9 les PLATEAUX DE LA BRIQUETERIE Entrée libre Entrée libre Entrée libre

22/9 D-CONSTRUCTION + APERO DE SAISON Entrée libre Entrée libre Entrée libre

12/10 LE GRAND VOYAGE D'ANNABELLE 6 € … x 6 € … x 6 €

13/11 BELLADONNA 7 € … x 7 € … x 7 €

15/12 MANQUE A L'APPEL 7 € … x 7 € … x 7 €

25/1 L'AGNEAU A MENTI 5 € … x 5 € … x 5 €

25/1 ATELIER DÉCOUVERTE DE LA MARIONNETTE 5 € … x 5 € … x 5 €

1/2 NE LAISSE PERSONNE TE VOLER LES MOTS 5 € … x 5 € … x 5 €

1/3 OUASMOK 7 € … x 7 € … x 7 €

9/3 ATELIER DANSE « SENSATIONS » 5 € … x 5 € … x 5 €

18/3 EN TRAITS MÊLES 5 € … x 5 € … x 5 €

1/4 L'ENDORMI 7 € … x 7 € … x 7 €

7&8/4 ATELIER « JARDIN-maison-paradis » 5 € … x 5 € … x 5 €

22/4 DUO(s) MIROIR 7 € … x 7 € … x 7 €

25/4 Mahmoud & Nini Entrée libre Entrée libre Entrée libre

17/5 T'ES QUI TOI ? 7 € … x 7 € … x 7 €

20/5 T'ES QUI TOI ? 7 € … x 7 € … x 7 €

27/5 L'ECHAPPEE BELLE 7 € … x 7 € … x 7 €

24/6 RAWUMS 7 € … x 7 € … x 7 €

27/6 RAWUMS 7 € … x 7 € … x 7 €

Responsable des relations avec les publics et du

réseau jeune public Béatrice Fumet

Responsable des actions éducatives et artistiques

Catherine-Élise Behr

Chargée du développement des publics

Elsa Poissonnet

Chargé de communication et d’information

Olivier Vandeputte

Billetterie, assistante relations avec les publics

Sabrina Malanda

Bar, restauration Julien Flament

Graphiste Sophie Auvin

Service de presse Zef – Isabelle Muraour et

Emily Jokiel

Vidéaste Michael Constant – Pixel Prod

Directeur technique Laurent Barry

Régisseur général Philippe Jouy

Équipe technique Patrick Bouretz,

Jean-Philippe Bouretz, Franck Cochard,

Gilbert Delanoue, Pascal Dibilio, Rachel

Dufly, Vincent Fischer, Clémentine Gaud,

Alexis Gautier, Lucas Gégout, Florent

Hindson, Clément Janvier, William Lepape,

Brendan Martin, Nicolas Miravette, Benoit

Noiret, Nicolas Prigent, Jean-Marc Roubault,

Clio Verrin, Alexandre Viala

Nous remercions les équipes d’accueil, de sécurité

et de nettoyage qui nous accompagnent tout au

long de la saison.

SOUS-TOTAL … € … € … € … € … €

Direction de la publication Nathalie Huerta

Rédaction Olivier Vandeputte, Béatrice Fumet

Relecture Béatrice Fumet, Nathalie Huerta, Christine Malard,

Olivier Vandeputte

Design graphique Mélina Faget – Atelier Pascal Colrat

Visuel de couverture Vincent Bousserez

Modèle couverture Mahassine Fournel

96

TOTAL … €


Impression Imprimerie Grenier, Gentilly

Licences d’entrepreneur du spectacle 1-1079402 / 2-1079403 / 3-1079404


infos pratiques

nouveauté au Bar !

Julien vous accueille pour une pause gourmande.

Cuisine maison et de saison, vins bio et bières artisanales

vous sont proposés. Ouverture une heure avant

et après le spectacle et lors des soirées « Relâche ».

librairie

Retrouvez régulièrement dans le hall les librairies

Les mots retrouvés, L'établi, Livres en lutte et Envie

de lire, pour découvrir l’univers des auteurs et des

ouvrages en lien avec les thématiques des spectacles.

QUAND VOUS

N’ÊTES PAS

AU THÉÂTRE

DÉCOUVREZ NOTRE SÉLECTION

venir au théâtre

En transports en commun

M° 7 Porte de Choisy + bus 183

M° 7 Villejuif - Louis Aragon

terminus + bus 180

M° 8 Liberté + bus 180 arrêt Hôtel

de Ville

RER C Vitry-sur-Seine + bus 180

L’arrêt Hôtel de Ville se trouve à

3 mn à pied du théâtre.

En voiture

Parking gratuit sous la mairie, les

soirs et dimanches de spectacles.

En cas d'affluence, le parking

d'Auchan est accessible.

En raison des travaux des futurs

tramway et métro, il vous est

conseillé de prévoir du temps

supplémentaire pour venir jusqu'à

nous.

Navettes gratuites

Aller-retour depuis Paris sur certains

spectacles.

Rendez-vous Place du Châtelet,

devant le café Le Sarah Bernhardt.

La navette part 1h15 avant le début

du spectacle.

Réservation indispensable 48h avant

le spectacle (dans la limite des places

disponibles) au 01 55 53 10 60.

TV-REPLAY-NETFLIX-YOUTUBE

Bon à savoir !

Le théâtre ouvre ses portes 1h avant chaque

représentation.

Par respect envers les autres spectateurs et les artistes,

l’accès en salle peut être refusé aux retardataires. En

cas de retard les billets ne sont ni échangeables ni

remboursables.

Accessibilité

Afin de vous accueillir dans les meilleures

conditions, nous vous invitons à nous signaler

votre venue 24h avant la représentation. Places

de stationnement rue Clément Perrot.

Des boucles magnétiques sont à votre disposition

lors des spectacles sonorisés.

Les spectacles Relax proposent un environnement

bienveillant et détendu aux personnes

avec handicap complexe et à leurs accompagnateurs.

Les spectacles sont signalés par le

picto.

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT

NOTRE APPLICATION

98


www.theatrejeanvilar.com / T. 01 55 53 10 60

1 place Jean-Vilar 94400 Vitry-sur-Seine

More magazines by this user
Similar magazines