25.06.2013 Views

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES EAUX DANS ... - CClin Sud-Est

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES EAUX DANS ... - CClin Sud-Est

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES EAUX DANS ... - CClin Sud-Est

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DES EAUX

DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

(à l ’exception des eaux de dialyse)

Docteur Florence GRATTARD


LES DIFFERENTS USAGES DE L’EAU

Alimentation : boisson, préparation des repas…

Hygiène : toilette, entretien des locaux…

Soins : lavage des mains, balnéothérapie, traitement

des dispositifs médicaux, hémodialyse…

Technique : stérilisation, blanchisserie, automates,

chauffage, traitement de l’air…


LES MODES DE CONTAMINATION

Ingestion : eaux et aliments

Contact cutanéo-muqueux : Pseudomonas,Aeromonas,

Mycobacterium spp., amibes libres (œil)

Inhalation d’aérosol contaminé : Legionella, Actinomyces

Voie parentérale (dialyse) : Pseudomonas, Aeromonas


LES RISQUES INFECTIEUX

Gastro-entérites (virus, bactéries, parasites)

Infections respiratoires (ventilation mécanique, lavage

broncho-alvéolaire, gastrique, aspiration endotrachéale,

douches, systèmes de climatisation)

Infections cutanéo-muqueuses

Infections ostéo-articulaires...


LA MAITRISE DU RISQUE SANITAIRE

Éviter la contamination de l’eau distribuée

Éviter les conditions favorables à la multiplication

des micro-organismes dans le réseau intérieur de

distribution

Éviter les expositions à de l’eau contaminée pour les

sujets vulnérables


NIVEAUX DE QUALITE DE L ’EAU

Objectifs de qualité = niveau cible

- définis pour chaque type d ’eaux (en fonction de leur indication

d’usage)

- établis par l’utilisateur ou de manière consensuelle

- obtenus et maintenus dans des conditions normales de

fonctionnement


ANALYSES DE LA QUALITE DE L ’EAU

Indicateurs de qualité bactériologique :

- flore aérobie revivifiable ( à 22°C et 37°C)

- coliformes totaux

- entérocoques

- Pseudomonas aeruginosa et Pseudomonas spp

- Legionella spp. et Legionella pneumophila

tests d ’analyse réalisés selon des normes AFNOR

intérêt des contrôles de qualité réguliers (ex. Aglae)

pour vérifier la qualité des analyses réalisées


EAU D’ENTRÉE

Paramètres physico-chimiques : norme complète,

corrosivité, désinfectant résiduel, pH, température,

turbidité

Paramètres microbiologiques : flore aérobie revivifiable

(22° et 37°C), indicateurs de contamination fécale

innocuité vis-à-vis de la population

intégrité des ouvrages de transport


Critères de qualité

EAU À USAGE ALIMENTAIRE

- flore aérobie revivifiable à 22°C ≤ 100 UFC/ml

- flore aérobie revivifiable à 37°C ≤ 10 UFC/ml

- coliformes totaux < 1 UFC/100 ml

- Escherichia coli < 1 UFC/100 ml

- entérocoques < 1 UFC/100 ml

- Pseudomonas aeruginosa < 1 UFC/100 ml


Entérocoques

(dénombrement pour 100 ml

sur gélose de Slanetz)


Coliformes

(dénombrement pour 100 ml

sur milieu TTC-tergitol 7)


Pseudomonas

(dénombrement pour 100 ml

sur gélose cétrimide)

Ex de résultat non

conforme pour une

eau de fontaine :

>300 UFC/100 ml de

P. aeruginosa


EAU POUR SOINS STANDARD

Eau du réseau non traitée

Indications d ’usage:

- lavage des mains

- toilette des patients

- bains et soins des peaux lésées -soins de bouche postchirurgicaux

- rinçage terminal des endoscopes ORL – digestifs

(sauf si accès à cavité stérile)

- glaçons (refroidissement / embol thermique)


EAU POUR SOINS STANDARD

Critères de qualité microbiologique

- flore aérobie revivifiable à 22°C ≤ 100 UFC/ml

- flore aérobie revivifiable à 37°C ≤ 10 UFC/ml

- coliformes totaux < 1 UFC/100 ml

- Pseudomonas aeruginosa < 1 UFC/100 ml


Flore mésophile

(dénombrement par ml

sur gélose R2A)

Ex de résultat non

conforme pour une eau

d ’auge chirurgicale :

>300 UFC/ ml de flore

mésophile à 37°C


EAU BACTERIOLOGIQUEMENT MAITRISEE

Eau du réseau traitée

Indications d ’usage:

- boisson pour immunodéprimé sévère

- biberon (ou eau conditionnée)

- toilette de l’immunodéprimé, du brûlé

- rinçage terminal des endoscopes si accès à cavités

stériles ( cholangiographie rétrograde, cystoscopie)

- rinçage terminal des endoscopes bronchiques


EAU BACTERIOLOGIQUEMENT MAITRISEE

Critères de qualité microbiologique

- flore aérobie revivifiable à 22°C : ≤ 1UFC/100 ml

- flore aérobie revivifiable à 37°C ≤ 1UFC/100 ml

- Pseudomonas aeruginosa : < 1 UFC/100 ml


Flore mésophile

(dénombrement pour 100 ml

sur gélose R2A)


EAUX CHAUDES

Critères de qualité microbiologique

- Legionella pneumophila < 1000 UFC/L

Pour services à risque avec patients immunodéprimés

- Legionella pneumophila < seuil de détection de

l’analyse (UFC/L)


Légionelles

(dénombrement par Litre

sur gélose GVPC)


Piscines

Douches

EAU DES PISCINES DE REEDUCATION

- flore aérobie revivifiable à 37°C < 100 UFC/ml

- coliformes totaux < 1 UFC/100 ml

- Staphylococcus aureus < 1 UFC/100 ml

- Pseudomonas aeruginosa < 1 UFC/100 ml

- Legionella pneumophila < seuil de détection de

l’analyse (UFC/L)


Staphylococcus aureus

(dénombrement pour 100 ml

sur gélose Chapman)

Ex de résultat non conforme

pour une eau de piscine de

balnéothérapie :

200 UFC/100 ml de

staphylocoques dont S. aureus


Coliformes

(dénombrement pour 100 ml

sur gélose TTC-tergitol7))

Ex de résultat non conforme

pour une eau de piscine de

balnéothérapie :

110 UFC/100 ml de

coliformes (2 espèces

différentes)


LE PLAN DE SURVEILLANCE

- établi par une équipe multidisciplinaire ++

- va permettre de vérifier

-la potabilité exigée en tous points du réseau

-d ’évaluer les dégradations de la qualité de l’eau

causées par le réseau et susceptibles d’interférer

sur les usages spécifiques

-les critères de qualité des eaux traitées au sein

de l’établissement


LE MAINTIEN DE LA QUALITÉ

Expertise technique des réseaux

- Détection de fuite sur les canalisations

- Lutte contre les phénomènes de corrosion

- Lutte contre l ’entartrage et les dépots

- Lutte contre la stagnation : soutirage, chasse, rinçage

- Entretien des réservoirs, désinfection

- Pour le réseau d ’eau chaude, maîtrise de la température


LES ACTIONS CORRECTIVES

A entreprendre si dépassement des niveaux d’action

ou si découverte d ’infections nosocomiales liées à la

qualité de l’eau

méthodes:

- nettoyage (détartrage ), rinçage

- désinfection, choc chimique ou thermique

pour tuer les micro-organismes en suspension

pour diminuer la charge microbienne dans le biofilm


LE CARNET SANITAIRE

Plans des réseaux actualisés

Travaux de modification, rénovation ou d’extension

des réseaux

Opérations de maintenance et d’entretien

Relevés de température

Traitements de désinfection

Résultats des analyses d’eau


LES GUIDES

-Surveillance microbiologique dans les établissements de santé

DGS/DHOS, CTIN, 2002

www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/nosoco/recofin.pdf

- Guide technique sur l ’eau dans les établissements de santé

www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/eau_etabs/guide_eau_etabs.pdf

- Eléments d ’assurance qualité en hygiène relatifs au contrôle

microbiologique des endoscopes et à la traçabilité en endoscopie. Mars

2007

www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/nosoco/rapports_guides/microbio_endoscopes.

pdf


CONCLUSIONS

Intérêt d’une collaboration multidisciplinaire (unité

d’hygiène, microbiologistes, ingénieurs, plombiers) pour

la surveillance de la qualité de l’eau dans les

établissements de santé

Elle permet : - d ’avoir une bonne connaissance du réseau et

des « zones à risque » de prolifération

- de définir un plan de surveillance pertinent

et des conditions de prélèvement optimisées

- de mettre en place des alertes et des

actions correctives rapides en cas de résultats non

conformes aux limites de qualité réglementaires

- une surveillance évolutive par rapport à

l’actualisation des normes

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!