COUVERT 1,2,3,4 - Index of - Québec Audio & Vidéo

archivespdf.quebecaudio.com

COUVERT 1,2,3,4 - Index of - Québec Audio & Vidéo

Pure émotion.


© 2009 AMX

Climat

Éclairage

Cinéma Maison

Distribution

Sécurité et Intercom

simplify

*

Les produits AMX font bien plus qu’automatiser l’éclairage, la sécurité, l’audio et vidéo,

la technologie et les communications à la maison : ils créent une expérience de vie pour

le propriétaire. Une seule touche donne vie au cinéma maison et, tour à tour, à chaque

lumière de la maison, en plus de créer une ambiance parfaite pour la musique,

la climatisation et l’éclairage, permettant ainsi les divertissements de dernière minute.

Prestige, performance et qualité de vie—c’est simple, avec AMX.

200-237 Labrosse, Pointe-Claire, QC, H9R 1A3

Tel. 514-695-4883 / 866-320-9451 Fax 514-695-5243 / 800-268-5243


6 Éditorial

TED

8 Tout est bien qui finit bien

Intégration de CAB Audio

BANCS D’ESSAI

ENCEINTES ACOUSTIQUES

16 Toy Tower de Sonus faber

La dépendance croît avec l’usage

SYSTÈME

20 Enceintes acoustiques HM1 d’Adam

et intégré Stingray de Manley Labs

Du studio à la maison

16 16

ÉLECTRONIQUES

24 Intégré 650A et lecteur CD 650C

de Cambridge Audio

Un couple passionné de musique

4 QA&V-TED, août-septembre 2009

Enceintes

Toy Tower

de Sonus faber

Platine tourne-disque Diva II

d’AVID HIFI

36 36

30 Intégré Moon i3.3 et lecteur CD

Moon CD 3.3 de Simaudio

Simaudio, des produits québécois

de classe mondiale

SOURCE

36 Platine tourne-disque DivaII d’AVID HIFI

Toute la vérité, rien que la vérité

40 Évènements

48 QUOI DE NEUF ?

52 technogadgets

RYTHME & MUSIQUE

57 Musique classique

59 En jazzant

59 En bluesant

60 Rock progressif

61 Musique du Monde

61 Les vinyles

Intégré Moon i3.3 et

lecteur CD 3.3 de Simaudio

30 30

Volume 16, n o 4 / août-septembre 2009

Éditeur et directeur de la publication :

Franco Moggia

Coéditrice et responsable des relations publiques :

Lucie Beauchamp

Équipe de rédaction :

Roger Archambault, Pierre Caisse, Michel Dallaire,

François Gagné, Bruno Gosselin, Jean-François Hamelin,

Debbie Houle, Michel Laliberté, Emmanuel Lehuy,

François Lemieux, Robert Lussier, Mario Poirier,

Georges Poulin, Richard Schneider, Pascal Tran.

Équipe de rédaction actualités musicales :

Gilles Archambault, Nathalie Fredette,Christophe Huss,

Alain Jardel, Pierre Jobin, Richard Guay

Représentants publicitaires :

Lucie Beauchamp, courriel : lucieb@quebecaudio.com

Guy St-Denis, courriel : guystd@quebecaudio.com

Téléphone : 450 436-1777, télécopieur: 450 436-1730

Sans frais : 1888 490-0030

Révision des textes et traduction:

Nathalie Thériault

Infographie : Les Éditions Mizka Inc.

Photographe : Franco Moggia

ADRESSES INTERNET :

http://www.quebecaudio.com

Courriel : info@quebecaudio.com

ADMINISTRATION :

(Postes Canada : retourner toute correspondance

ne pouvant être livrée au Canada à l’adresse suivante : )

Québec Audio&Vidéo

Publié par : Les Éditions Mizka inc.

Casier postal 695, Suc. Centre-ville

St-Jérôme QC Canada J7Z 5V4

Téléphone : 450 436-1777, Sans frais : 1 888 490-0030

Télécopieur : 450 436-1730

ABONNEMENTS PAR INTERNET :

http://www.quebecaudio.com

ABONNEMENTS / CHANGEMENT D’ADRESSE :

CDS Global Inc.

Téléphone : 514 721-9991, Télécopieur : 514 721-2555

Sans frais : 1 866 828-9878

DISTRIBUTION :

Messagerie de Presse Benjamin inc.

101, rue Henry-Bessemer, Bois-des-Filion QC J6Z 4S9

Téléphone: 4 50 621-8167 Sans frais : 1800 361-7379

Toute reproduction de textes, illustrations, photographies du magazine est

interdite. Le magazine ne s’engage pas à retourner les textes et les photos

non sollicités. Les prix indiqués dans les différents articles sont sujets à

changement. Les opinions, renseignements techniques, points de vue,

appréciations ou recommandations des journalistes de TED par Québec

Audio&Vidéo ne reflètent pas nécessairement ceux de l’éditeur et du

rédacteur en chef. De plus, Québec Audio&Vidéo n’est pas responsable

des déclarations ni des affirmations des annonceurs.

DÉPÔT LÉGAL

Bibliothèque nationale du Québec, 1994

Bibliothèque nationale du Canada 994-6872 ISSN 1498-4318

LISTE D’ABONNÉ(E)S

Il nous arrive de mettre notre liste d’abonné(e)s à la disposition

d’entreprises ou d’organismes qui proposent des produits ou

des services qui pourraient vous intéresser.

Si vous ne voulez pas que votre nom y figure, faites-le nous savoir par écrit,

en joignant une étiquette d’envoi de votre magazine.


Lorsqu’un téléviseur au profil ultra-mince

vous offre des images et un son inégalés,

l’imagination prend vie.

29,5 mm

Les téléviseurs Samsung HD au plasma de série 8, avec leurs haut-parleurs

intégrés et leur écran ultra-mince Touch of colour MC , ajouteront beauté et

intensité à votre intérieur. Une clarté cinématographique inégalée vous est

offerte grâce à un rapport de contraste mégadynamique de 3 000 000:1. Pour

que vous puissiez profiter de noirs plus noirs et de tons de blanc plus purs, la

Série 8 a élargi son spectre afin que vos couleurs percent l’écran. La technologie

du système Ultra FilterBright MC

Plus vous permet d’obtenir des images éclatantes,

peu importe l’éclairage ambiant, pendant que le moteur Crystal pleine HD vous

fait profiter de la meilleure qualité d’images possible, peu importe la source.

Ajoutez à cela la barre de son du système de cinéma maison HT-BD8200, le lecteur

Blu-Ray pleine HD 1080p et un haut-parleur d’extrêmes graves sans fil et vous

pourrez jouir d’une qualité de divertissement cinématographique grand format

et d’un son puissant, tout cela dans un téléviseur ultra-mince qui vous fera

économiser de l’espace. Pour en savoir plus, visitez samsung.com.

©2009 Samsung Electronics Canada, Inc. Tous droits réservés. Samsung est une marque déposée de Samsung Electronics Co., Ltd. Les images écran sont des simulations.


Et que l’été soit avec vous!

N’ayant pas de baguette magique qui nous permettrait ce super truc : soit de choisir

une température idéale pour tous, alors on a orienté nos choix de bancs d’essai davantage

vers la stéréophonie que le cinéma maison. Non pas que nous voulons délaisser

cette section, bien au contraire. Pour ceux qui sont adeptes de la navigation Internet,

nous vous invitons à consulter notre site dans la section « Les amateurs à l’oeuvre :

Cinéma maison /Hi-Fi» de la page d’accueil (2e item de haut en bas sur le côté droit

de la page) et de voir pour vous-même ce que d’autres consommateurs ont eux-mêmes

réalisé comme installation cinéma maison dans leur salle dédiée. Sait-on jamais, vous

pourrez peut-être y trouver des idées de décoration, etc., voire même avoir le goût d’enfin

aller de l’avant pour créer vous-même votre propre pièce dédiée au cinéma maison.

Nous avions demandé un appareil particulier pour la section de cinéma maison dans

notre numéro courant mais malheureusement, l’appareil en question n’avait pas la mise

à jour promise par le fabricant, laquelle semble toujours se faire attendre. Nous avons

donc vérifié avec le distributeur si cette fameuse mise à jour serait disponible à temps

pour publication, mais une déception nous attendait car celle-ci n’était malencontreusement

pas prête.

Étant donné le travail de qualité normalement offert par ce fabricant et son distributeur

Canadien, nous avons cru bon reporter la publication de cet article car à notre

humble avis, tous y gagneraient au change : les lecteurs autant que le magazine, de

même que le fabricant et son distributeur, car la mise à niveau de cet appareil apportera

de façon indéniable des correctifs, ainsi que quelques améliorations fort prisées par les

consommateurs présentement. Il est important de rappeler que le travail d’un journaliste,

honnête et soucieux du détail, en est un d’information et de renseignements et

non de piéger un manufacturier qui semble souffrir d’un délai plus long que prévu

originalement. Nous avons donc choisi d’agir de façon responsable en reportant

cet article à une date ultérieure, le temps que la mise à jour en question puisse

s’effectuer convenablement.

Avec tous les festivals d’été, nous sommes certains que vous avez dû découvrir de

nouveaux interprètes, de nouvelles pièces musicales ainsi qu’écouté de la musique, car

il est toujours divertissant de le faire, et ce, peu importe la température. Cela nous

permet de revivre de bons moments passés lors de notre écoute initiale, soit en salle ou

dans la rue, ou tout autre endroit « spécial » où l’on y fait parfois d’extraordinaires

découvertes. Peu importe de quelle région du Québec vous venez, l’opportunité de bien

nous divertir durant cette saison d’été était au rendez-vous. On n’a qu’à faire la liste des

festivals d’été qui ont lieu au Québec et on réalise assez rapidement que ce n’est pas

le choix qui manque.

On vous invite donc à parcourir le présent magazine, de la première page à la toute

dernière, et à lire et relire nos bancs d’essais et articles divers tout spécialement

sélectionnés pour vous. Plusieurs activités chez les détaillants ont par ailleurs eu lieu en

début de saison, et nous vous en faisons part également. Je m’en voudrais d’oublier de

mentionner les sections des « Quoi 2 9 ?» et des « TechnoGadgets », sans compter notre

belle et excellente section « Rythme & Musique ».

En nous souhaitant à tous un peu plus de chaleur et de soleil pour la balance de l’été,

afin que l’on puisse se détendre un peu comme on le faisait dans notre tendre enfance,

avant que l’automne ne pointe le bout de son nez, et gageons que ce sera plus vite que

certains d’entre nous espérons.

Bonne fin d’été !

6 QA&V-TED, août-septembre 2009

Co-éditrice et responsable

des relations publiques

Audioville

972, boul. St-Laurent, Montréal

(514) 861-8050

Cora

131, 18 e Rue, Québec

(418) 522-1397

Fillion Électronique

5690, rue Sherbrooke E., Montréal

(514) 254-6041

KébecSon

6555, rue St-Denis, Montréal

(514) 270-7900

Maison du Son Stéréo Plus

1112, rue Mont-Royal E., Montréal

(514) 523-1101

Multi Électronique

67, boul. Laurier, Beloeil

(450) 467-8273 1 800 690-8273

Stéréoplus

1 866 878-3736

Studio 1006

1394, rue Sauvé E., Montréal

(514) 384-2215


Tendances électroniques & design

Tout est bien

qui finit bien

8 QA&V-TED, août-septembre 2009

Par PASCAL TRAN ptran@quebecaudio.com


L’importance de planifier une installation de

domotique tôt dans le processus de design

d’une construction neuve ou de rénovations

majeures, ne peut être que réitérée, bien

qu’il soit possible de contourner le problème

grâce à une planification quasi journalière

serrée, afin d’éviter toute omission ou erreur

dans l’exécution du projet. C’est face à

cette situation que s’est retrouvé Alexandre

Bélisle, designer et propriétaire de CAB

Audio, à qui les propriétaires d’une nouvelle

maison sise à Terrebonne et très avancée

dans l’état des travaux, ont confié la

mission de concevoir et d’installer un

système de domotique, d’alarme et d’audio

distribuée. Ainsi, la préparation et la

coordination de l’installation sur mesure,

compte tenu de l’avancement des travaux

sur la demeure (les propriétaires en étaient

à fermer définitivement les murs),

représentent le plus grand défi du projet.

CAB Audio, une compagnie fondée en

2004 et basée à L’Assomption, est une

entreprise familiale ancrée dans une longue

tradition, puisque le grand-père

d’Alexandre Bélisle avait fondé un

commerce d’électronique vers 1951. CAB

Audio offre des services de domotique,

d’automatisation, d’installation sur mesure

et de réseautique dans le domaine

commercial.

Photos Franco Moggia

QA&V-TED, août-septembre 2009 9


Tendances électroniques & design

10 QA&V-TED, août-septembre 2009

Lorsque les délais de livraison le permettent,

CAB Audio prépare les

plans détaillés de branchement et les

schémas 3D détaillant l’apparence

finale de l’installation et roulent des simulations

d’éclairage afin de s’assurer, par exemple,

que les différentes scènes répondent aux exigences

des clients. Malheureusement, dans le

cas de ce projet, cette étape de planification a

dû être écourtée, voire éliminée. Les concepteurs

se sont plutôt fiés sur leur grande expérience

pour guider le projet de jour en jour

vers un franc succès, comme vous pourrez le

constater.

L’installation sur mesure est articulée

autour d’un système de domotique Colorado

vNet qui gère l’éclairage, le système d’alarme,

les caméras de surveillance et l’audio distribuée.

Colorado vNet est un joueur relativement

récent dans notre marché et est certes à

surveiller, car la compagnie offre une gamme

complète pour l’automatisation incluant la


QA&V-TED, août-septembre 2009 11


Tendances électroniques & design

distribution de l’audio-vidéo, l’éclairage, le système d’alarme et de surveillance,

ainsi que du chauffage, de la ventilation et climatisation. De plus, leurs

produits sont conviviaux des deux côtés de l’écran tactile, c’est-à-dire autant

pour le programmateur que l’usager. L’entreprise propose des solutions intéressantes

comme un système sans-fil pour faciliter l’installation dans une résidence

existante, sans la nécessité de travaux majeurs de câblage.

La portion audio distribuée comprend comme sources quatre berceaux

pour iPod, soit un par membre de la famille, cinq récepteurs radiophoniques

et un serveur musical. La musique est distribuée à de multiples zones, tou-

12 QA&V-TED, août-septembre 2009


QA&V-TED, août-septembre 2009 13


Tendances électroniques & design

tes sonorisées par des enceintes encastrées au plafond, sauf dans le

salon. Une salle de cinéma maison a été aménagée au sous-sol. Sa

forme irrégulière représente un défi pour le positionnement du projecteur

et de la toile de projection. L’équipe d’installation a dû effectuer

un certain nombre de calculs pour repérer la position idéale afin

de placer la plus grande toile possible, tout en conservant un angle de

visionnement adéquat. L’audio est assurée par sept enceintes encastrées

au plafond.

La chambre des maîtres comprend deux zones audio, soit une pour

le confortable coin lecture aménagé près de la fenêtre, et une deuxième

pour la portion principale de la pièce. Au salon, on retrouve un système

composé d’un téléviseur et quatre enceintes murales. On a placé

les quatre berceaux pour iPod et le serveur musical dans le meuble

mural fait sur mesure, puisque le salon est immédiatement accessible

en pénétrant dans la demeure. D’autres pièces sonorisées comprennent

les chambres des adolescents, le hall d’entrée, la cuisine et la

dînette.

À travers la maison, on retrouve quinze zones, chacune étant munie

d’un écran tactile et un total de six téléviseurs. Le tout, par ailleurs,

sied dans un décor moderne et sobre, particulièrement bien relevé par

des scènes d’éclairage variées. Le projet n’est pas tout à fait complété

puisque les propriétaires ont exprimé le désir d’étendre le système vers

l’extérieur, soit avec l’ajout d’une zone comprenant un écran tactile

ainsi que 6 à 8 haut-parleurs pour sonoriser le spa, la piscine et le

superbe aménagement paysager.

Tout est bien qui finit bien. CAB Audio a su contourner les défis

reliés au délai de livraison court, grâce à sa vaste expérience et une planification

régulière et serrée. Malgré cela, il est fortement recommandé

d’entamer les discussions pour une installation sur mesure tôt dans le

projet, si ce n’est que pour éviter des cheveux gris et des crises de coeur

à l’équipe de conception!

14 QA&V-TED, août-septembre 2009

Équipement insta lé

Installation domotique Colorado vNET

15 écrans tactiles CA1-70

12 claviers tactiles TP2-1D pour remplacer les interrupteurs

2 commutateurs réseau

1 aiguilleur de données Vpn

2 nœuds de raccordement en étoile SH1-24

1 module de caméra CC1-40

2 caméras axis TCP/IP

1 système d’intercom 2 entrées, 6 zones, de Russound

Salle cinéma maison

1 écran motorisé de 108 pouces en diagonale

1 projecteur HD PTAX2000 de Panasonic

12 paires d’enceintes encastrables et dirigeables cinéma maison 7.1, modèle IP6.5RDA

1 caisson de sous-grave de 10 pouces de Yamaha

1 amplificateur RX-V1800 de Yamaha

Chambre des enfants

1 lecteur Blu-ray DMP-BD60 de Panasonic

1 récepteur HD 4250 de Vidéotron

1 télécommande Harmony One de Logitech

1 téléviseur ACL de 32 pouces

Chambre des maîtres

1 lecteur Blu-ray DMP-BD60 de Panasonic

1 récepteur HD 8300 de Vidéotron

1 télécommande Nevo Q50 d’Universal Electronics

1 téléviseur ACL de 46 pouces, série 7 de Samsung

Salon

1 lecteur Blu-ray DMP-BD60 de Panasonic

1 télécommande Nevo Q50 d’Universal Electronics

1 téléviseur LC52SB55U de 52 pouces, de Sharp

Salle de gymnastique

1 téléviseur plasma TH42PZ80,de 42 pouces, de Panasonic


Banc

d’essai

L’enceinte Toy Tower

de Sonus faber

La dépendance

croît avec

l’usage

16 QA&V-TED, août-septembre 2009


Par MICHEL DALLAIRE

mdallaire@quebecaudio.com

L’Italie est reconnue depuis longtemps pour la

qualité de ses designers. À preuve ; ses

fameuses marques de voitures de sport telles

que Ferrari, Lamborghini et Maserati. Dans le

domaine du mobilier moderne, plusieurs des

«signatures » mondiales les plus reconnues

sont italiennes. Le fabricant italien Sonus

Faber n’échappe pas à ce phénomène, et

depuis sa fondation en 1983 à Vicenza par

Franco Serblin, il n’a pas cessé de bousculer

un des vieux paradigmes du domaine de la

haute-fidélité, à savoir qu’une composante haut

de gamme doit être affreuse ou ressembler à

un équipement de laboratoire pour bien jouer.

J’estime que les produits Sonus Faber

répondent au dicton du design industriel «la

forme doit suggérer la fonction », tout en

intégrant une valeur ajoutée qui est celle de

l’esthétisme. Dans ce banc d’essai, nous allons

pouvoir vérifier si la nouvelle série Toy répond

bien à ces critères.

Le design, l’esthétique et les performances

ont leur prix et les enceintes Sonus

Faber ne sont en général pas à la portée

de toutes les bourses. La nouvelle

série Toy vient donc s’inscrire en tant qu’entrée

de gamme chez Sonus Faber; mais connaissant

ce fabricant, je peux déjà présager que

cette nouvelle mouture ne sera pas effectuée

avec des économies de bouts de chandelle ou

des compromis, sur la qualité de fabrication et

la sonorité de ses enceintes. La série Toy vise, à

mon avis, une clientèle plus jeune mais elle

pourra également s’adresser aux audiophiles

de tout âge ayant toujours rêvé de cette marque

déjà légendaire, mais sans en avoir vraiment

les moyens. Cette série se compose de

trois modèles, qui peuvent aussi bien être utilisés

en stéréophonie que dans une configuration

cinéma maison. Donc, vous avez la

colonne Toy Tower qui peut servir d’enceinte

principale en écoute musicale ou comme

haut-parleurs avant dans une configuration

multicanaux. C’est d’ailleurs celle que je vais

tester dans cet article. Ensuite, vous avez une

enceinte compacte du type tablette Toy Speaker

et une enceinte centrale Toy Center qui sont en

mesure de compléter un ensemble ambiophonique

pour le cinéma maison.

Robe noire, robe du soir

La Toy Tower qui m’a été prêtée pour ce banc

d’essai, revêt une finition inhabituelle pour

une enceinte acoustique. En effet, celle-ci

arbore un look «très sexy»,

vêtue de sa robe de cuir noir.

Sa finition est des plus soignées,

avec des parois à

angles qui évitent le parallélisme

du volume interne,

empêchant ainsi la formation

d’ondes stationnaires.

Par ailleurs, l’assemblage et la finition du cuir

aux angles sont dignes des plus grands couturiers.

Apposé de façon stratégique, ce cuir véritable

offre une patine très douce et sensuelle

au toucher et n’est pas sensible aux empreintes

de doigts et à la poussière. La Toy Tower a

des dimensions relativement compactes

(950 x 270 x 295 mm) qui facilitent son installation

dans tout type de décors, y compris

les espaces restreints des appartements

urbains. Elle comporte trois transducteurs,

dont un tweeter de 25 mm avec aimant en

néodyme, un médium de 110 mm en pulpe

de cellulose traitée et un woofer de 180 mm en

«nomex» durci. À l’arrière, on peut déceler

deux évents ronds, un pour le médium et un

pour le woofer et le tout est supporté par quatre

pointes métalliques ajustables servant à

découpler l’enceinte du sol. Le faible diamètre

de ses haut-parleurs ainsi que les contours

arrondis de sa face avant très svelte vont

contribuer à améliorer son image sonore, en

se rapprochant des caractéristiques d’une

source émissive ponctuelle. D’ailleurs, lorsque

Dans ce cas-ci, ils ont été captés dans

une chapelle parisienne avec un minimum

de microphones. La Tower nous fait bien

sentir l’espace du lieu d’enregistrement

et l’éloignement des instruments

par rapport aux microphones.

l’on procède à une écoute à la tombée de la

nuit, la Tower disparaît dans la pénombre et

s’efface totalement pour vous laisser seul, avec

un message musical qui s’étend majestueusement

devant vous. Son impédance nominale

de 8 ohms et sa sensibilité de 89 dB / 1 watt /

1 mètre la rendent moins exigeante pour le

choix d’un amplificateur. D’ailleurs, mon

incontournable A21SE de Sugden de seulement

30 watts par canal s’est régalé de cette

enceinte. En fait, ce fut le coup de foudre

entre ces deux composantes et la synergie a été

magique.

Noire comme un corbeau,

gaie comme un pinson

Même si elle est enjouée, la Toy Tower est

plus qu’un jouet. Son habillage de cuir noir lui

donne un air désinvolte et quelque peu délinquant,

mais il faut la prendre au sérieux car dès

la première écoute, elle vous montre immédiatement

de quoi elle est capable. Malgré ses

petites dimensions, sa sonorité est pleine, bien

équilibrée et envoûtante. Les hautes fréquen-

La Toy Tower nous convie à cette performance

de façon remarquable et la contrebasse

de monsieur Garcia-Fons, qui est énorme,

n’éprouve aucun problème à sortir d’une

si petite enceinte. On perçoit très bien

la résonnance naturelle de l’instrument,

sans exagération ni gonflement.

QA&V-TED, août-septembre 2009 17


Banc

d’essai

ces sont détaillées, sans dureté ni fatigue auditive. La transition avec

le médium est imperceptible et gratifiée par de beaux timbres et une

présence incomparable sur les voix et le piano. La profondeur et la

précision des basses fréquences sont surprenantes, pour un volume

relativement restreint. Le positionnement de l’enceinte dans le local

d’écoute est facilité par ses petites dimensions, sa remarquable dispersion

sonore et sa réponse dans le bas médium qui n’est pas exagérée.

Certains amateurs de basses impressionnantes ou de cinéma maison

éprouveront peut-être le besoin de lui adjoindre un caisson de graves,

mais dans mon local assez spacieux et à aires ouvertes, je n’ai ressenti

aucun manque de ce côté. L’image stéréo déborde amplement

du cadre des deux enceintes et la transparence de ces dernières nous

apporte une belle profondeur, avec de menus détails qui foisonnent

à l’arrière-plan. Même si les transducteurs sont de faible diamètre, la

dynamique est excellente et sans sensation de tassement ou de compression

sur les passages à fort niveau.

«La linea del Sur»

C’est le titre du dernier CD du formidable contrebassiste espagnol,

Renaud Garcia-Fons. Ce musicien de formation classique, joue de

son instrument à cinq cordes aussi rapidement que les meilleurs guitaristes

de ce monde. Ses enregistrements sont toujours lumineux,

dynamiques et avec une belle définition. La Toy Tower nous convie à

cette performance de façon remarquable et la contrebasse de monsieur

Garcia-Fons, qui est énorme, n’éprouve aucun problème à sortir

d’une si petite enceinte. On perçoit très bien la résonnance naturelle

de l’instrument, sans exagération ni gonflement. L’accordéoniste

invité David Venitucci, qui présente la même virtuosité, suit note

pour note les solos délirants de Renaud Garcia-Fons. Malgré une

rapidité d’exécution incroyable de deux musiciens qui se confondent l’un dans l’autre, la Toy Tower nous permet de bien différencier chacun

des instruments dans leurs tonalités et leurs harmoniques respectives.

La voix puissante de la chanteuse invitée, Esperanza

Fernandez, est directement issue du style Flamenco et même si quelquefois

elle devient stridente dans les crescendos, la Tower nous la présente

sans arrondir les coins mais sans non plus nous la rendre insupportable,

comme le ferait certaines enceintes hyper définies.

18 QA&V-TED, août-septembre 2009

Même si elle est enjouée, la Toy

Tower est plus qu’un jouet. Son

habillage de cuir noir lui donne

un air désinvolte et quelque

peu délinquant, mais il faut

la prendre au sérieux car dès

la première écoute, elle vous

montre immédiatement de quoi

elle est capable. Malgré ses

petites dimensions, sa sonorité

est pleine, bien équilibrée

et envoûtante.

«Secret»

Ici, je parle d’un CD d’Anna Maria Jopek qui date de 2005.

Cette charmante chanteuse polonaise, que j’affectionne particulièrement,

possède une voix douce comme du miel. Elle sait nous entraîner

dans son univers jazzé, qui emprunte des accents de musique traditionnelle

du nord de l’Europe. Dans la plupart de ses

enregistrements qui sont de qualité, sa voix est bien placée au centre

et mise en évidence avec les instruments en arrière-plan. Avec la Tower,

madame Jopek bénéficie d’une belle présence dans ma salle d’écoute

et les instruments sont bien positionnés dans l’espace sonore, imaginé

par l’ingénieur du son. Les instruments demeurent toujours en

arrière-plan mais sans toutefois être relégués dans l’ombre.

«L’Arpeggiata»

Ce CD du groupe Los impossibles dirigé par Christina Pluhar,

constitue pour moi une autre belle découverte. Ce groupe spécialisé

dans le répertoire classique espagnol, italien et sud américain s’exécute

sur des instruments anciens, mais toutes les pièces sont réinter-


prétées de façon plus moderne et quelquefois

même avec des accents jazzés. Dans ce cas-ci,

ils ont été captés dans une chapelle parisienne

avec un minimum de microphones. La Tower

nous fait bien sentir l’espace du lieu d’enregistrement

et l’éloignement des instruments par

rapport aux microphones. Le groupe de chanteurs

anglais The King’s Signers a été invité pour

l’occasion, et sur ce CD, la Tower nous montre

bel et bien six chanteurs ayant tous des

registres différents.

Le mot de la fin

Dans un monde de consommation comme

le nôtre, où une bonne partie de la fabrication

des produits hi-fi a été transférée en Chine, les

petites enceintes du type colonnes se suivent

et se ressemblent toutes. Quelques modèles

réussissent à ressortir du lot et la Toy Tower fait

partie de ces exceptions qui font la règle. Son

look inhabituel, sa sonorité et sa production

pleine et entière la positionne dans une classe

à part, en Italie. À 3500$ la paire, je vous l’ac-

corde, elle ne sera peut-être pas accessible à

toutes les bourses. Par contre, si l’on considère

sa finition hors pair, son pedigree et la satisfaction

qu’elle procure à son écoute, les critères

dont nous nous servons habituellement pour

évaluer la production mondiale dans cette

catégorie de prix, doivent être reconsidérés.

De surcroît, ses dimensions et sa facilité à être

mise en œuvre répondent parfaitement aux

besoins d’une utilisation urbaine, où les espaces

sont restreints et souvent partagés avec un

voisinage proche. La Toy Tower n’est pas plus

chère qu’un grand écran ACL à haute résolution

et pourra facilement s’intégrer dans une

installation cinéma maison. Personnellement,

mes priorités se situent plus du côté de la

musique en haute résolution, et à cet égard, la

Toy Tower a constitué pour moi un tir groupé

dans le mille. Un jouet à consommer sans

modération. Pour une visite guidée virtuelle

des installations Sonus Faber, on peut se rendre

sur le lien internet: http://www.sonusfaberclub.com/home.html

Renseignements

généraux

Prix: 3 500 $

Garantie: 5 ans, pièces et main-d’oeuvre

Distributeur: Sumiko, tél.: 510.843.4500,

www.sumiloaudio.net;

www.sonusfaber.com/eng/home.html

Médiagraphie

Renaud Garcia-Fons, La Linea del Sur,

Enja, ENJ-9527 2

Anna Maria Jopek, Secret,

Universal, 0602498701584

Los Impossibles-Christina Pluhar, L’Arpeggiata,

Naïve, V 5055

Ulf Walkenius, Love is Real, ACT 9459-2

Nils Petter Molvaer, ER,

Universal Music, 9874157

Nous remercions la boutique Filtronique pour le

prêt de cette enceinte.

QA&V-TED, août-septembre 2009 19


Banc

d’essai

Du studio

à la maison

Par FRANÇOIS GAGNÉ, ing. fgagné@quebecaudio.com

Lors du Salon Son & Image, printemps 2009, le duo

Adam /Manley nous a été présenté dans une chambre

de l’hôtel Sheraton et a suscité bon nombre

de commentaires élogieux des auditeurs. Ce faisant,

Tendances électroniques et design a pu mettre

la main sur cette configuration afin de pouvoir en parler

plus longuement dans ses pages. C’est donc votre

heureux serviteur qui a eu la fastidieuse tâche d’écouter

ses disques préférés sur ces appareils ! Allons-y donc

avec une brève discussion technique

de l’équipement.

Enceintes Adam HM1

Ce petit moniteur aux dimensions de 30 cm de haut, 17 cm de

large et 26 cm de profond est conçu et construit par la firme

germanique, reconnue pour ses produits studio. Le HM1 est le

plus petit de sa gamme et inclut un transducteur de médiumbas

de 5 pouces ainsi qu’un transducteur pour les aigus, de forme carrée,

similaire à ceux à ruban (j’y reviendrai plus tard). Les deux évents

20 QA&V-TED, août-septembre 2009

Enceintes Adam HM1 et

intégré Stingray de Manley

sont disposés vers l’avant, ce qui rend le placement plus flexible et plus

apte à être placé tout près d’un mur. La façade a été travaillée pour

donner un angle d’environ 45 degrés de part et d’autre du tweeter, et

ce, afin de diminuer les effets de la diffraction. La construction du caisson

ainsi que sa finition sont d’excellente facture, ils respirent solidité

et durabilité. La connectique de bonne qualité vient interfacer le

remarquable filtre interne réalisé à l’aide de pièces électroniques de


qualité, bien en haut de la moyenne de l’industrie. On constate donc

que du point de vue technique, il n’y a absolument rien à reprocher à

propos de ces enceintes. Elles sont fabriquées comme je le ferais moimême

!

L’une des caractéristiques intéressantes chez Adam est l’emploi de

leur haut-parleur d’aigus A.R.T. (Accelerated Ribbon Technology).

L’idée du ruban n’est pas originale, mais celle d’Adam est en fait un

raffinement de l’invention de Dr. Oskar Heil, laquelle mène aux

transducteurs électro-acoustiques.

La plupart des haut-parleurs

actuels travaillent à la

façon d’un piston pour faire

déplacer la masse d’air. Dans ce

cas-ci, le diaphragme n’est pas

plat, mais plié en accordéon.

Les lamelles vont donc s’activer

sur la masse d’air disponible

seulement entre celles-ci. Au

lieu d’avoir un rapport de 1:1

entre la masse de la mécanique

et celle de l’air, on se retrouve

avec un rapport de masse

de 4:1, ce qui a pour effet

d’augmenter virtuellement la

force du moteur. Conséquemment,

les réponses transitoires

s’en retrouvent ainsi améliorées. Ce design hausse aussi la plage dynamique,

étant donné que cette construction diminue de façon importante

la distorsion liée à la déformation de la membrane (très présente

dans les conceptions à cônes). Le résultat de ces avancées, selon la compagnie,

augmente considérablement la clarté ainsi que la fidélité du

signal sonore reproduit par cette technologie.

Intégré Stingray de Manley

Ici, on laisse carrément de côté le classicisme des enceintes pour passer

à l’extrême opposé, avec l’amplificateur intégré Stingray de Manley

Labs. La conception esthétique de l’amplificateur n’a rien de conventionnel,

tout comme le site Internet des produits de la compagnie qui

semble avoir été conçu il y a 15 ans. Drôle et léger certes, mais ne

reflétant surtout pas le soin et l’expérience appliqués à la réalisation de

leurs électroniques. Fort d’une expérience de longue date dans le

Pendant les quelques semaines de possession,

j’ai pu écouter toutes sortes de musiques différentes,

des plus tranquilles aux plus dynamiques.

Chaque fois, le constat était clair et

sans équivoque : on avait bel et bien affaire

à un ensemble reproduisant fidèlement la

trame sonore enregistrée. Transparence et

neutralité étaient sans doute les qualités les

plus frappantes à priori, mais elles se distinguaient

aussi dans les détails.

domaine de la sonorisation, Manley continue à offrir des produits

audiophiles prisés par plusieurs revues spécialisées.

L’intégré se présente sous une forme de losange, à laquelle on a tronqué

un angle pour en faire la façade avec ses boutons de contrôle du

volume et de la balance stéréo. Les transformateurs, tubes et vis d’ajustements

ont tous été symétriquement disposés sur le dessus du châssis.

Cela constitue un aspect chargé, mais plaira sûrement à l’amateur

de produits audio de style industriel. À l’arrière de l’appareil, le câble

d’alimentation sépare physiquement les côtés droit et gauche du

losange, avec chacun leur connectique spécifique au canal. Tout a été

dupliqué pour contrôler indépendamment les signaux de chaque

canal. Par exemple, pour sélectionner le lecteur de disque audionumérique,

il faut absolument mettre le sélecteur de gauche et de droite à

CD et ainsi de suite, sinon vous vous retrouverez avec deux signaux

différents. Un autre bouton à bascule, qui est fort intéressant et de plus

en plus courant, permet de commuter la topologie d’amplification de

sortie, entre le mode ultra linéaire qui développe 40 watts et le mode

triode qui offre 20 watts. Puissance ou douceur, cela demeure votre

choix au bout des doigts!

En faisant la lecture de la panoplie d’informations disponibles, vous

constaterez que votre musique préférée parcourra un très court chemin

dans l’appareil. Elle entre d’abord dans un tube 12AT7 qui précède

le préamplificateur passif, reconnu pour sa transparence et son

absence de bruit. Vient ensuite l’amplification de puissance assurée par

des EL84 et qui sont polarisés par des tubes 6414. Encore une fois, cette

configuration peut être modifiée en mode triode ou push-pull. Avec le

temps et l’usure normale, sans compter l’utilisation de différentes mar-

QA&V-TED, août-septembre 2009 21


Banc

d’essai

Les préjugés étant de mise dans l’audio,

j’avais quand même quelques réserves à

savoir qu’Adam et Manley offraient

également des produits de studio

et de sonorisation, la transition

entre le professionnel et l’audio

haut de gamme pour la maison

n’étant pas toujours à point.

ques de tubes, il est possible et nécessaire de

modifier les tensions de polarisation des tubes.

Pour ce faire, il suffit de s’armer d’un tournevis

et d’accéder directement aux potentiomètres

encastrés, via le dessus de l’appareil. La

documentation fournie par la compagnie permet

de faire ces ajustements avec un minimum

d’équipement. Les performances de

l’amplificateur peuvent donc rester parfaites

tout au long de la vie des tubes.

L’ambiance du concert à la maison

J’étais très curieux lorsque j’ai reçu l’équipement,

puisque je n’avais jamais vraiment eu

de contact avec ces deux compagnies auparavant.

C’est toujours intéressant de faire de

nouvelles découvertes et d’être mis en contact

22 QA&V-TED, août-septembre 2009

avec des produits inconnus, ceux-ci venant

ajouter à l’expérience auditive que l’on

acquiert avec les années et avec l’audition de

dizaines de systèmes stéréophoniques différents.

J’ai donc effectué quelques recherches et

aussi discuté avec le représentant, afin de me

familiariser avec les compagnies et leurs technologies.

Les préjugés étant de mise dans l’audio,

j’avais quand même quelques réserves à

savoir qu’Adam et Manley offraient également

des produits de studio et de sonorisation,

la transition entre le professionnel et l’audio

haut de gamme pour la maison n’étant pas

toujours à point. Puisque l’on m’avait fourni

tout le câblage nécessaire afin de faire les branchements,

j’ai donc utilisé celui-ci. Étant

donné la grosseur des câbles et la façon non

usuelle de brancher l’amplificateur, il était plus

difficile de bien les positionner sur le meuble.

Un espace doit être prévu de chaque côté de

l’instrumentation pour accommoder les sorties.

Pendant les quelques semaines de possession,

j’ai pu écouter toutes sortes de musiques

différentes, des plus tranquilles aux plus dynamiques.

Chaque fois, le constat était clair et

sans équivoque : on avait bel et bien affaire à

un ensemble reproduisant fidèlement la trame

sonore enregistrée. Transparence et neutralité

étaient sans doute les qualités les plus frappantes

à priori, mais elles se distinguaient aussi

dans les détails. Ce que je veux dire par là, peut

être expliqué par la manière dont on se fait

une idée de la sonorité en quelques secondes,

lorsque l’on circule de chambre en chambre au

Salon Son et Image. Cela représente vraiment

ce que je ressentais à chaque nouveau

disque écouté. Il y avait ces caractéristiques

prédominantes qui nous frappaient de plein

fouet et ensuite, en écoutant attentivement, je

pouvais clairement concevoir que mes constatations

n’étaient pas que superficielles, elles

s’offraient, de surcroît, dans toutes les facettes

de la reproduction musicale. L’exemple le plus

facile me venant à l’esprit, est le très populaire

Fortuna, Imperatrix Mundi de Carl Orff. Les

envolées musicales nous prennent droit au

cœur avec la puissance du grand orchestre

revenu, vivante grâce à la vivacité et à la neutralité

du couple Adam-Manley. L’effet subjectif

de l’œuvre semble vraiment rendre justice

à l’électronique qui s’évertue à rendre la

prestation la plus près possible d’une salle de

concert. La texture des percussions, l’effet

supersonique des baguettes sur le métal des

cymbales ou bien le long écho produit par les

instruments à vent, nous font réaliser que la


transparence n’était pas qu’éphémère et ne servait

pas qu’à impressionner les auditeurs du

dimanche. Le tout demeurait très soutenu

pour chaque note et pour chaque passage.

Tel un concert, le rendu sonore peut être

aussi imagé comme « en direct » ou si vous

préférez live. Ce genre d’album est tout particulièrement

bien rendu, grâce à l’apport indéniable

de l’ensemble qui semble avoir été clairement

conçu dans cette optique. Est-ce que

mon subconscient me joue des tours ou bien

l’électronique ainsi que les enceintes ont vraiment

été orientées vers cette facette de la

reproduction sonore ? Qu’importe, sur l’album

Underworld Live, qui représente les meilleurs

moments du groupe lors de leur tournée,

fin des années quatre-vingt-dix, on a droit à

un rythme soutenu et très bien aéré. Les basses

sont étonnamment claires et précises pour

une amplification à tubes (en mode ultralinéaire).

Les bruits de foule sont cristallins,

très précis et surtout réalistes. On ressent vraiment

l’ambiance de la tournée à saveur presque

techno industrielle. Malgré cette belle

prestance, ce duo ne vous fera peut-être pas

sentir toute l’émotion musicale comme d’autres

le font, mais en revanche, vous serez ravi

par les autres aspects décrits précédemment. À

chacun ses goûts et ses besoins musicaux. En

l’occurrence, une écoute vous aidera sûrement

à vous mettre en tête ce que je tente de vous

décrire.

Conclusion

Décidément, ce mois-ci, nous avons affaire

à des produits issus de l’expérience studio et

sonorisation dans un format grand public.

Construction robuste et durabilité sont au

rendez-vous, avec inévitablement la sonorité

qui se rattache à ces produits. Les personnes

qui préconisent la pureté du signal sonore, sa

neutralité, sa transparence, voire même l’impression

« en direct », seront assurément

choyées par cet équipement. Assez de puissance

en réserve pour reproduire la dynamique

désirée et assez de complexité pour rendre

l’enregistrement le plus fidèle possible à la réalité.

En terminant, je vois très bien les enceintes

Adam mariées avec une amplification

Bryston ou bien l’amplificateur Manley

agencé avec des enceintes Harbeth. Ces adaptations

représentent sans contredit, d’autres

formules gagnantes.

Renseignements

généraux

Enceinte HM1 d’Adam

Prix : 2300$

Garantie : 10 ans, pièces et main-d’oeuvre

Distributeur : Diffusion Audio, tél.: 450.227.3818,

www.diffusion-audio.com;

adam-audio.de/hifi/english/index.htm

Intégré Stingray de Manley

Prix : 2900$

Manufacturier : Manley Laboratories,

tél.: 909.627.4256,

www.manleylabs.com/hifimain99.html

Médiagraphie

Carl Orff, Carmina Burana,

Deutsche Grammophon

Underworld Live, Everything, Everything,

Underworld, Musicrama

QA&V-TED, août-septembre 2009 23


Banc

d’essai

Intégré 650A et lecteur CD 650C de Cambridge Audio

Un couple passionné

de musique

Je ne sais pas si, comme moi vous avez remarqué, mais avec

«l’avancement » de la technologie audio, on nous propose des chiffres

de plus en plus élevés. Par exemple, la configuration 5.1 est maintenant

désuète et il faut du 7.1, et on entend même parler du 9.1!!! Même

chose avec les watts d’amplification. On voit beaucoup de caissons

de grave afficher des amplifications de 2400 watts et plus!!! Et avec

la venue du Blu-ray, les chiffres ont littéralement explosé. En

l’occurrence, on se demande quand le consommateur obtiendra un peu

de répit dans cette escalade numérique effrénée. Pourtant, la réponse

est là, devant nos oreilles et depuis des décennies : la stéréophonie et

son support numéro un, le disque compact. C’est donc avec une joie

renouvelée que j’ai repris contact avec la reproduction en deux canaux,

sans artifice ni maquillage, et ce, grâce à un duo d’appareils Cambridge

24 QA&V-TED, août-septembre 2009

Par FRANÇOIS LEMIEUX flemieux@quebecaudio.com

Audio d’une qualité sonore et d’une facilité d’utilisation exceptionnelles,

en l’occurrence l’intégré 650A et le lecteur DC 650C de la série Azur.

Un air de famille…

Dans l’édition des mois de septembre-octobre 2004 du magazine

Québec Audio & Vidéo (mon dieu que le temps passe),

j’avais procédé à l’évaluation de l’intégré 540A et le lecteur 540C

et été enchanté des performances de cet ensemble, somme

toute très abordable. Cette fois-ci, ce sont leurs grands frères qui sont

sur la sellette et comme ils possèdent en grande partie la même génétique,

je me limiterai à en souligner les différences les plus significatives.

D’abord l’intégré, le 650A. On a affaire ici à une conception double

mono, avec l’utilisation d’un solide transformateur torique à dou-


Sur So Nice, l’écho du bloc de

bois se retrouva sur les côtés

de ma position d’écoute,

comme si j’écoutais en mode

ambiophonique! Et toujours

cette sonorité chaleureuse et

soyeuse, sans sibilance exagérée,

un peu à l’image des électroniques

à lampes, mais avec

parfois une légère surbrillance

des hautes fréquences. La

reproduction des voix est très

certainement un des points

forts des Cambridge.

ble enroulement de dimension généreuse.

L’étage de sortie a été redessiné afin de produire

des basses plus intenses, et la puissance

de celui-ci est ainsi portée à 75 watts par canal.

Le sophistiqué circuit de protection et de

monitoring de Cambridge, le CAP5, a été revu

et amélioré afin entre autre d’augmenter la

dynamique disponible. Ce circuit peut même

abaisser automatiquement le contrôle de

volume, advenant un taux de distorsion trop

élevé. Ces modifications devraient facilement

se faire entendre et ce fut effectivement le cas

dans mon installation.

Au niveau de la connectique, pas de changement

si ce n’est, signe des temps, l’ajout d’une

prise stéréophonique de 3,5 mm sur la face

avant, très pratique pour le branchement d’un

lecteur MP3, par exemple. Et pour les amateurs

de galettes noires, ils devront ajouter une

section phono externe afin de rassasier leur

26 QA&V-TED, août-septembre 2009

appétit. Une fonction intéressante qui aurait

pu augmenter l’attrait du 650A, pour les amateurs

de cinéma maison qui veulent conjuguer

émotions fortes et émotions musicales: une

entrée directe vers les circuits d’amplification,

laquelle brille encore par son absence.

La télécommande est toujours aussi élégante

et permet de contrôler le lecteur ainsi

qu’un lecteur iPod couplé à une interface,

comme l’iD50, offerte en option. En passant,

une petite suggestion aux concepteurs de

Cambridge: pourquoi ne pas incorporer une

simple DEL au contrôle de volume, question

de percevoir plus aisément son mouvement?

Le lecteur 650C, quant à lui, renferme des

raffinements importants sous son nouveau

capot ajouré. Il utilise en effet pas moins de

deux convertisseurs numériques/analogiques

montés en circuit double différentiel, soit un

par canal et rien de moins que les excellents

Wolfson WM8740 de configuration 24 bits /

192 kHz, chose vraiment pas commune sur

des appareils de cette gamme de prix. Une

option intéressante quant à ce lecteur réside en

la capacité de choisir deux pentes de filtrations

du signal de sortie analogique, soit Sharp ou

Slow, ces deux filtres possédant des caractéristiques

audio légèrement différentes. Enfin, le

650C fait appel à un tout nouveau système de

transport et d’asservissement entièrement

développé à l’interne par Cambridge.

La réalisation des boîtiers des appareils a

aussi subi des améliorations structurelles afin

de réduire les vibrations de coffrets au minimum,

aidés en cela par des pattes dotées de

deux couches d’amortissement. Comme on le

constate, Cambridge n’a pas lésiné sur les

détails et je dois confesser que l’apparence de

ces deux appareils respire la solidité, le raffinement

et l’assurance de performances relevées.


La première surprise,

et elle fut de taille:

la quantité de basses

que cet ensemble

a insufflé à mes belles

Anglaises… Du jamais

entendu! J’ai même

cru que le vibreur

de mon divan avait

trouvé le moyen

de s’alimenter par

magie, par le biais

du signal audio.

Un peu de soleil en musique…

Au moment d’écrire ces lignes (première

semaine de juillet), la température était tellement

moche qu’un peu de musique à consonance

latine me sembla tout indiquée. J’étais

vraiment en manque de chaleur et, de la chaleur,

ce système Azur m’en a donné à revendre…

C’est à « la fille de Cuba », de

Florence K, qu’est revenu l’honneur d’ouvrir

le bal. La première surprise, et elle fut de taille:

la quantité de basses que cet ensemble a insufflé

à mes belles Anglaises…Du jamais entendu!

J’ai même cru que le vibreur de mon

divan avait trouvé le moyen de s’alimenter par

magie, par le biais du signal audio. Des basses

puissantes et généreuses avec un léger embonpoint

remplirent ma pièce d’écoute, comme si

mon gros caisson de grave était toujours de

service. Bien que ce disque ne possède pas

vraiment de vertu audiophile, les instruments

de percussions furent bien délimités dans l’espace,

avec une scène en forme de «U» inversé,

très bien reconstituée par le duo Azur. La prise

de son ne put cacher son origine multipiste,

que les électroniques Cambridge révélèrent

au grand jour, grâce à une transparence largement

au dessus de la moyenne. Par exemple,

la texture de la voix de Florence est plus fouillée

et ciselée que celles des autres chanteurs et

possède une stabilité et une précision supérieures,

rendues à merveille par le système. Le

plancher sonore semblait sans fond, aucun

souffle des électroniques n’était perceptible,

même avec le volume poussé au max. Les

commandes du lecteur 650C sont ultra souples,

rapides et silencieuses, un vrai délice qui

tranche nettement avec les petits lecteurs bas

de gamme qui peuplent la planète…

J’enchaîne avec un de mes disques démo

préférés, un échantillonnage d’enregistrements,

audiophiles cette fois, gracieuseté

d’Usher Audio. Le duo bleu a su admirablement

négocier les nombreux genres musicaux

de ce disque avec brio, et surtout une très belle

ouverture des timbres. Sur So Nice, l’écho du

bloc de bois se retrouva sur les côtés de ma

position d’écoute, comme si j’écoutais en

mode ambiophonique ! Et toujours cette

sonorité chaleureuse et soyeuse, sans sibilance

exagérée, un peu à l’image des électroniques à

lampes, mais avec parfois une légère surbrillance

des hautes fréquences. La reproduction

des voix est très certainement un des points

forts des Cambridge. Sur cette même pièce,

la chanteuse était là, devant moi, charnelle,

QA&V-TED, août-septembre 2009 27


presque holographique! Le chœur sur Madona

fut reproduit plus grand que nature, avec

beaucoup d’autorité et d’aisance, d’une cohérence

exemplaire sans trou au centre des deux

enceintes, le tout accompagné de belles réverbérations

de salle au-delà des enceintes.

Au niveau de la dynamique, je ne saurais

dire si les modifications au système CAP5 y sont

pour quelque chose, mais les performances

furent encore une fois éloquentes. Aucune

compression ou embrouillement de la prestation

de la part de Michael Bublé et son Big

Band, en spectacle au Madison Square

Garden. Son interprétation de Me and

Mrs. Jones m’a donné la chaire de poule, grâce

à un haut niveau de musicalité et une séparation

diaphonique exceptionnelle, cette dernière

n’étant peut-être pas étrangère à la

conception double mono du 650A. Seul petit

bémol; un léger durcissement des timbres à

haut volume. Après tout, nous avons affaire à

un intégré et non à une centrale

électrique…L’image scénique fut précise, vaste

et remarquable de réalisme, comme l’a

démontré clairement le positionnement de

Michael en arrière-scène sur la pièce Song for

You, on y sent même un certain dénivelé vers

le bas, superbe!

Les puissantes masses orchestrales ne font

pas peur non plus au couple Azur. Auditionner

le scherzo de la Symphonie no 9 d’Anton

Bruckner, avec son énorme voute sonore

tapissée des instruments de l’orchestre du

Minnesota, suffit pour convaincre même les

plus incrédules. Les basses intenses créèrent

une assise solide en côtoyant les envolées de

cordes en pizzicato, rappelant des airs de valse

entraînants et énergiques à souhait. Le lecteur

650C fit preuve de beaucoup de douceur et de

linéarité, bien perçues dans les dernières notes

s’éteignant doucement, pour laisser place à

l’acoustique généreuse de la salle de concert.

L’intensité sonore fut plus qu’adéquate dans

ma pièce et pas une seule fois je ne suis parvenu

à faire afficher les alarmes du système de

protection. Tout au long des écoutes, le boîtier

du 650A ne fut jamais plus que tiède.

Pour terminer, retour sous le chaud soleil

de Cuba, courtoisie de la rayonnante clarinette

de Paquito D’Rivera sur étiquette

Chesky. Le lecteur accéda rapidement et sans

difficulté à la couche PCM de ce SA-CD

hybride, en étalant le titre The Peanut Vendor

Valeurs sûres ppllaaiissiirr ggaarraannttii

Dynaudio Focus 220

Moon I 3.3

Lavardin IS Référence

Naim Nait XS

J.A. Michell Gyro SE Harbeth Compact 7ES-3

Codell Audio

Haute fidélité • Cinéma maison • Systèmes multipièces

5339 Ferrier Montréal www.codellaudio.com (514) 737-4531

Spendor A5

Marantz SA-7S1

avid • acoustic zen • anthem • audience • colorado vnet • dynavector • dynaudio • esoteric gallo

graham slee • harbeth • hovland • j.a. michell • jolida • kubala-sosna • lavardin • marantz

mark levinson • modwright • monitor audio • naim • onkyo-integra • ortofon • paradigm

pro-ject • ps audio • quantum • quicksilver • revel • rotel • sharp aquos • simaudio • sonos • sony

spendor • squeezebox • tivoli • velodyne • zyx...

28 QA&V-TED, août-septembre 2009

de la savanne

sur son affichage bleu ciel. L’admirable définition

de cet enregistrement fut au rendez-vous

dans toutes les parties du spectre; basses, percussions,

saxophone, piano, etc. Les transients

qui peuplent cette prise de son chatoyante,

typique de Chesky, furent très bien découpés

dans l’espace sans interférences les uns sur les

autres, dénotant une grande robustesse de

l’alimentation du 650A et une réserve dynamique

adéquate. Le positionnement des musiciens

de l’avant vers l’arrière fut toujours stable,

accompagné de juste ce qu’il faut d’air

autour d’eux pour nous transporter ailleurs,

sous le ciel Azur du sud. Quel ravissement!

Conclusion

Chaleur, précision, dynamisme, élégance,

que dire de plus de ce duo Cambridge. Écrire

que j’ai apprécié les heures passées en compagnie

de ces appareils serait peu dire. On sait

que la musique possède la capacité de réchauffer

le corps et l’âme et on peut en dire autant

de ces belles électroniques. Pas forcément à

portée de toutes les bourses, elles s’adressent à

ceux qui veulent maximiser l’expérience musicale

et qui sont prêts à débourser, que dis-je,

investir un peu plus pour obtenir une qualité

de construction et sonore exceptionnelles,

pour leurs ducats durement gagnés. Appareillé

à de bonnes enceintes, efficaces et toutes en

douceur, le duo Cambridge saura remplir

votre espace extérieur comme intérieur de

chaleur musicale, beau temps, mauvais temps,

comme peu de systèmes multivoies moyen de

gamme en sont capables. Audition chaudement

recommandée.

Renseignements

généraux

Intégré Azur 650

Prix: 879$

Garantie: 3ans, pièces et main-d’œuvre

Lecteur CD Azur 650C

Prix: 879$

Garantie: 2ans, pièces et main-d’œuvre

Distributeur: Plurison, tél.: 1 866 271-5689,

www.plurison.com; www.cambridgeaudio.com

Médiagraphie

Florence K, La historia de Lola,

Disques Musicor, MQMCD-2395

Be there Musical Sampler, Usher Audio CD,

www.welchenmusic.com

Michael Bublé, Michael Bublé Meets Madison

Square Garden, 143/Reprise record, 2-517750

Tutti!, Orchestral sampler HDCD,

Reference Recordings RR-906CD

Paquito D’Rivera, Portraits of Cuba,

Chesky SACD298


Avec AQUOS, rien mieux qu’un autre AQUOS

Découvrez un mariage parfait de cinéma-maison en la nouvelle Série AQUOS ® E77 de téléviseurs ACL et le lecteur de disque Blu-ray Sharp

AQUOS BD-HP22U. La fonction propriétaire Sharp AQUOS LINK offre une intégration transparente entre le téléviseur Série E77 et le lecteur de

disque Blu-ray BD-HP22U; les deux se commandent comme un système uni, via une seule télécommande.

Les téléviseurs ACL AQUOS ® E77 sont dotés de la technologie de traitement Mouvement fin 120Hz pour une reproduction sans flou de scènes

d’action rapide; d’un écran 10 bit à couleurs très saturées; d’un cadre élégant à fini noir «piano»; de haut-parleurs en creux et en bas; et d’un

socle pivotant. Le lecteur de disque Blu-ray AQUOS BD HP22U reproduit un signal vidéo haute définition 1080p et offre l’ambiophonie

numérique 7,1 canaux. Il incorpore une touche de mise en marche rapide qui lance la lecture du disque en aussi peu que 10 secondes.* La Série

de téléviseurs ACL Sharp AQUOS ® E77 et le lecteur de disque Blu-ray AQUOS BD-HP22U : une alliance parfaite en cinéma-maison.

*Le délai Quick Start peut varier en fonction du contenu du disque, du type de connexion vidéo et du type de moniteur employé. Le disque Blu-ray doit être chargé préalablement pour utiliser la fonction de mise en marche rapide.

sharp.ca


Banc

d’essai

Intégré Moon i3.3 et le lecteur CD3.3

Simaudio,

des produits québécois

de classe mondiale

Par MICHEL DALLAIRE mdallaire@quebecaudio.com

Le fabricant Simaudio n’a plus vraiment besoin de présentation auprès

des audiophiles québécois. Depuis le début des années 80, cette

entreprise québécoise située maintenant à Boucherville n’a cessé de

produire des amplificateurs et préamplificateurs de qualité et à prix

abordables. Ses légendaires amplificateurs intégrés PW3000 et les

amplificateurs de puissance stéréo Céleste 4070 en sont encore la

preuve de nos jours. Simaudio peut même en faire le service et la

réparation car une bonne partie des pièces d’origine est encore

disponible, même après toutes ces années de bons et loyaux services.

Avec le temps, l’expertise et les méthodes de fabrication de cette

marque se sont considérablement raffinées de même que la diversité de

ses produits. Si bien qu’aujourd’hui, nous avons affaire à un fabricant

30 QA&V-TED, août-septembre 2009

dont les produits haut de gamme sont reconnus à travers le monde par

leur sonorité et leur fiabilité. Avec la nouvelle série Moon 3.3 nous allons

constater que Simaudio à l’intention de frapper fort dans le niveau

supérieur de la gamme moyenne.

Facilité de production

Mais d’abord, quelques mots pour vous décrire l’environnement

de production de cette entreprise qui fabrique tous ses

produits presque de A à Z ici même, tout près de Montréal.

Dans un parc industriel de Boucherville, les installations de

Simaudio occupent une superficie totale de 17000 pieds carrés et

comportent entre autres un atelier spécialisé pour le travail du métal.


On y compte pas moins de trois machines

outils du type CNC dont une HAAS

qui peut travailler sur cinq axes, ce qui

permet de fabriquer sur place presque

toutes les pièces du boîtier de l’ensemble

de leurs produits. Pour la conception,

un département de recherche et

développement s’adjoint les services

de 5 ingénieurs à temps plein et un

total d’une trentaine d’employé(es),

sans compter les consultants de l’extérieur.

Les pièces électroniques et

les circuits imprimés sont fabriqués

sur cahier de charges précis chez

des fournisseurs externes mais

dans la mesure du possible, elles

sont commandées dans des entreprises

locales. Ces circuits imprimés

sont de qualité supérieure

avec des traces de cuivre pur plaquées

or et toutes les soudures

sont effectuées avec de la brasure sans plomb

pour respecter les normes européennes RoHS

qui réglementent l’utilisation de matériaux et

de substances polluantes pour l’environnement.

À cet effet, je vous invite à

consulter le site officiel de la compagnie,

www.simaudio.com/green.htm, pour avoir

une idée des pratiques environnementales de

Simaudio. Profitez donc de cette visite pour

faire une tournée virtuelle des ateliers de cette

entreprise.

La nouvelle série 3.3

Cette nouvelle série chapeaute les séries

d’entrés de gamme Moon .5 et Moon 1. Elle est

constituée pour l’instant du lecteur

Moon CD3.3 et de l’amplificateur intégré

Moon i3.3. Ces derniers remplacent respectivement

le lecteur Moon Equinox et l’amplificateur

intégré Moon i-3SE. En procédant à une refonte

totale de ces modèles, Simaudio en a profité

pour moderniser l’offre par rapport aux nouvelles

demandes du marché et rationaliser la

production. En effet, les boîtiers des séries .5,

1 et 3.3 se sont harmonisés et partagent plusieurs

éléments semblables. Cette modularité

Dans ce duo, on reconnaît bien

la sonorité Simaudio empreinte de douceur

et de musicalité, un peu à la manière du tube, sans toutefois

démontrer une richesse exacerbée qui pourrait voiler certains détails

utiles à la compréhension d’une œuvre musicale. L’image stéréophonique

est bien formée en largeur et légèrement en retrait dans le

sens de la profondeur, ce qui a pour effet de ne pas trop projeter

le message vers l’avant et d’offrir une écoute plus permissive

au niveau des enregistrements moins bien réalisés.

des pièces permet des économies d’échelle

pour l’extérieur tout en dégageant une meilleure

marge de manœuvre pour investir là où

ça compte, soit sur les circuits internes. En

comparant le look des anciennes séries avec

celui des nouvelles, on peut constater un peu

moins d’exubérance formelle et un peu plus

de conformité, mais la qualité d’exécution et

la solidité sont toujours au rendez-vous. Vous

savez comme moi, que la quantité de métal

utilisée pour l’extérieur d’un appareil n’a que

peu d’influence sur la qualité du son mais peut

augmenter considérablement les coûts de production.

Sous des allures plus sobres, les nouvelles

séries Moon inspirent encore et toujours

la fiabilité et la confiance. D’ailleurs, tous les

produits Simaudio sont garantis 10 ans et le

service après vente est assuré par le fabricant

lui-même.

Le lecteur Moon CD3.3

Ce nouveau lecteur CD a bénéficié d’un

long travail de développement, surtout au

QA&V-TED, août-septembre 2009 31


Banc

d’essai

niveau de la mécanique de lecture. Pour cette

section, la plupart des fabricants se fient à des

sous-traitants pour se procurer des modèles de

mécanique de lecture incluant le bloc optique

et le circuit de gestion des fonctions de lecture

et d’affichage. Or, ces sous-traitants changent

leurs modèles très fréquemment pour s’adapter

aux tendances du marché, vers des mécaniques

qui peuvent lire tout type de format

audio-visuel (CD/DVD-ROM, DVD-A,

SACD, MP3…etc.). Toutefois, ces mécaniques

multiformats ne sont plus spécialisées

uniquement au standard 16 bits / 44 kHz et

peuvent créer certains problèmes pour les

fabricants qui désirent produire un lecteur

dédié spécifiquement pour la lecture des CD.

Pour le lecteur CD3.3, Simaudio a réglé ce

problème d’approvisionnement en créant son

propre modèle de mécanique de lecture à partir

de pièces détachées, régulièrement disponibles

chez les fournisseurs et d’éléments structuraux,

conçus et machinés précisément dans

leurs ateliers spécialisés pour le travail des

métaux. Le processeur qui gère les fonctions

de lecture et d’affichage en est un programmable

et le software maison est accessible en tout

temps, par l’entremise d’une prise RS232

située à l’arrière de l’appareil. Ainsi,

32 QA&V-TED, août-septembre 2009

Simaudio peut régulièrement y apporter des

modifications ou des améliorations, ce qui le

dégage des aléas de ruptures de stock fréquemment

rencontrés chez les fournisseurs externes.

Toujours dans un souci de bien faire les

choses, la mécanique du CD3.3 est montée sur

une embase d’aluminium massive qui, un peu

à la manière d’une suspension automobile, est

supportée par quatre piliers comprenant un

gel qui découple la mécanique des vibrations

externes et amortit celles pouvant provenir du

moteur d’entraînement ou du gondolement

du CD lui-même. Donc, ne vous fiez pas à la

minceur du tiroir de chargement pour présager

de la fiabilité ou de la longévité de cette

mécanique de lecture. Le CD3.3 pourra être

réparé et remis à jour pendant plusieurs

années.

Pour les circuits internes, on a affaire à des

techniques de production industrielle ultra

modernes et la section du convertisseur numérique/analogique

fait appel à un suréchantillonnage

interne de 24 bits / 1,411 MHz et des

puces à haute résolution Burr Brown

PCM1798 (24 bits / 192 kHz). Ce convertisseur

est accessible par une entrée SPDIF sur

prises coaxiales du type RCA située à l’arrière

de l’appareil. Cette entrée est sélectionnable

par un bouton/interrupteur sur le devant du

lecteur, ce qui implique que l’on peut se servir

de cette section pour convertir des fichiers

numériques provenant d’un ordinateur, d’un

Simaudio a réglé ce problème

d’approvisionnement

en créant son propre modèle

de mécanique de lecture à

partir de pièces détachées,

régulièrement disponibles

chez les fournisseurs et d’éléments

structuraux, conçus et

machinés précisément dans

leurs ateliers spécialisés pour le

travail des métaux. Le processeur

qui gère les fonctions de

lecture et d’affichage en est un

programmable et le software maison

est accessible en tout temps,

par l’entremise d’une prise RS232

située à l’arrière de l’appareil.


serveur musical ou de toute autre source

numérique. Une sortie numérique SPDIF

permet également d’extraire le signal numérique

qui sort directement de la mécanique de

lecture pour le faire traiter par un convertisseur

externe. Dans ce cas, le lecteur CD3.3 est

utilisé uniquement comme transport.

Les sorties analogiques sont quant à elles

doublées, dont une au standard RCA et l’autre

sur prises XLR balancées, ce qui m’a permis

de brancher deux lecteurs CD ou deux

amplificateurs de casque d’écoute pour fin de

comparaison. Comme nous pouvons le

constater, la connectique de ce lecteur est assez

complète pour parer à presque toutes les situations

d’utilisation et même combler les

besoins d’un chroniqueur audio. Sur la face

avant, l’afficheur possède des chiffres assez

gros pour être lus à bonne distance et procurer

un confort d’utilisation rarement rencontré

sur un lecteur CD. Un petit détail ergonomique

grandement apprécié par les

utilisateurs de plus de 50 ans comme moi. La

suite de boutons arborant cette face avant

nous réfère aux fonctions habituelles d’un lecteur

CD.

Intégré Moon i3.3

Il comporte un boîtier relativement compact

et semblable à celui du lecteur CD3.3, à la

différence près que sur le devant, on y retrouve

le contrôle de volume à l’extrême droite et des

boutons de navigation à travers les multiples

entrées toutes répertoriées sur l’afficheur et

sélectionnables sur la télécommande. L’autre

particularité est attribuable au fait que les

côtés comportent des rainures plus profondes,

jouant le rôle d’ailettes de refroidissement

pour les transistors de sortie. Ces ailettes nous

montrent bien l’attention que porte

Simaudio aux détails de fabrication car elles

sont horizontales et orientées vers le haut, ce

qui visuellement est plus élégant. Pour conserver

un bon facteur de refroidissement,

Simaudio a parsemé la paroi verticale de ces

ailettes de plusieurs petits trous qui, conjugués

avec l’orientation des ailettes vers le haut, assurent

une convection naturelle de la chaleur de

l’intérieur vers l’extérieur du boîtier. Toujours

sur la face avant, on y retrouve également une

prise de casque d’écoute branchée presque

directement à la sortie des bornes de hauts

parleurs avec un bouton speakers off/speakers

on. Donc, la qualité de cette prise de casque

est évidente et sa compatibilité est universelle.

Juste à côté de cette prise, on en retrouve une

autre plus petite pour brancher un lecteur

MP3 ou tout autre périphérique du genre,

modernité oblige.

Cet intégré fait partie de la nouvelle génération

d’amplificateur ultra moderne avec une

architecture modulaire ouverte vers l’avenir.

On peut le commander de base pour une

somme d’environ 3300$ et ajouter au fur et

à mesure que nos besoins évoluent, une carte

phono pour table tournante, un convertisseur

> Confectionnés entièrement à la main,

les cônes « WMD » nécessitent une

vingtaine d’opérations complexes

pour leur réalisation. Un savoir-faire

unique pour une rigidité au moins

20 fois supérieure à celle des matériaux

concurrents. Ici, pas de secret,

juste de la technologie.

3 795 $ / la paire

Disponible en finition exclusive :

rouge impérial et noir satiné.

Pour son 30ième anniversaire, Focal est fière d’introduire en édition limitée, la nouvelle enceinte Chorus

826 W. Cette enceinte incorpore la technologie de cône sandwich composite WMD - membrane utilisée

sur les modèles haut de gamme - et un excellent filtre séparateur ; le tout incorporé dans un coffret

exceptionnellement rigide, augmentant ainsi la performance de la 826 W à des niveaux supérieurs.

Les améliorations de cette nouvelle enceinte, au niveau de la définition et du dynamisme, sont subtiles

mais tout de même considérables. Cette abordable enceinte haut de gamme symbolise l’équilibre

parfait de la musicalité et des valeurs fondamentales de Focal — "The Spirit of Sound".

numérique-analogique avec entrée USB ainsi

que des entrée balancées sur prise XLR. La

version complètement équipée de l’i3.3 s’acquiert

autour des 4000$. Sa puissance est spécifiée

à 100 watts/canal sous une charge de

8 ohms et 200 watts/canal pour 4 ohms. La

grosseur du transformateur toroïdal utilisé

nous rassure sur ces spécifications et je me suis

laissé dire que certains utilisateurs ont obtenu

de très bons résultats avec des panneaux élec-

QA&V-TED, août-septembre 2009 33


trostatiques, renommés pour avoir des courbes

d’impédances difficiles pour les amplificateurs.

«Fly me to the Moon»

Comme le dit cette chanson écrite en 1954

par Bart Howard, laissons ce duo de Moon

m’emporter vers la lune. Les écoutes se sont

effectuées séparément puis en duo pour bien

cerner la personnalité de chacun des appareils.

Le lecteur CD3.3 et l’intégré i3.3 semblent

avoir été conçus pour jouer ensemble et leurs

personnalités respectives se ressemblent beaucoup.

La plupart du temps, les deux appareils

ont été reliés entre eux par l’entremise des

connections balancées XLR mais pour ceux

qui n’auront pas cette option sur l’amplificateur,

soyez assurés que les prises RCA sont toutes

aussi bonnes. Dans ce duo, on reconnaît

bien la sonorité Simaudio empreinte de douceur

et de musicalité, un peu à la manière du

tube, sans toutefois démontrer une richesse

exacerbée qui pourrait voiler certains détails

utiles à la compréhension d’une œuvre musicale.

L’image stéréophonique est bien formée

en largeur et légèrement en retrait dans le sens

de la profondeur, ce qui a pour effet de ne pas

trop projeter le message vers l’avant et d’offrir

une écoute plus permissive au niveau des enregistrements

moins bien réalisés. Les timbres

sont d’une belle neutralité et on distingue sans

problème la tessiture des différents instruments.

La transparence est en ligne avec les

appareils de cette gamme de prix et l’étendue

de la bande passante est très large.

Le Moon i3.3 développe une puissance et un

contrôle dynamique surprenant pour cette

classe d’amplification, ce qui permet à son

possesseur de voir venir à peu près n’importe

quel type d’enceinte. Dans ma salle relativement

spacieuse et à aire ouverte, mes

Harbeth SHL5 ont pu atteindre le maximum

de ce qu’elles peuvent donner dans les basses

fréquences, en présentant une assise que je ne

leur connaissais pas. Le lecteur CD3.3 a su

34 QA&V-TED, août-septembre 2009

quant à lui, magnifier la qualité des timbres de

mes enceintes en supportant le côté charnel de

ces dernières et en offrant une ouverture dans

le haut médium qui n’appelle aucune critique.

Mon incontournable CD du Hadouk

Trio intitulé Now a été reproduit de façon plus

que compétente, et particulièrement sur la

pièce numéro 5, où les basses fréquences semblent

provenir de l’au-delà tellement elles sont

profondes. Sur la pièce numéro 6 du CD Quiet

Letters du groupe Bliss, les basses fréquences

sont également abyssales et l’intégré i3.3 les

reproduit sans coup férir, tout en procurant

une belle présence et une belle spatialité sur la

voix éthérée de la chanteuse Xenia Lach-

Nielsen. Du côté de la musique, disons plus

classique, c’est un sans faute avec la reproduction

du Stabat Mater de Vivaldi, interprété par

Livia Boudai sur étiquette Ungaroton de

1988 et repris par Marie-Nicole Lemieux en

2007 sur étiquette Naïve. Ces chanteuses

mezzo soprano sont bien en chair et en os avec

des voix qui vous font vivre tout l’émotion de

cette œuvre.

J’ai pu tester le convertisseur numériqueanalogique

optionnel de l’amplificateur, avec

des fichiers WAV acheminés directement de

mon ordinateur qui possède des sorties USB

et SPDIF. Dans les deux cas, la sonorité était

excellente, voire même surprenante pour un

tel médium. J’imagine fort bien qu’avec des

fichiers en haute résolution du type 24 bits/

96 kHz, les résultats seront encore plus

impressionnants. Pour ce qui est du convertisseur

numérique-analogique, intégré au lecteur

CD et accessible par une entrée SPDIF, je n’ai

pas pu en faire le test ne possédant pas d’ordinateur

portatif. Au départ, sa sonorité est

excellente et sa compatibilité avec des transports

comme un lecteur DVD n’a pas causé

de problème. J’aurais aimé tester la carte

phono mais n’ayant plus de table tournante,

je ne pourrai commenter sur cette option. Par

contre, si je me fie à la qualité des cartes phono

externes fabriquées par Simaudio, j’estime

qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir de ce

côté.

«In others words»

Cette expression a remplacé le titre de la

chanson Fly Me to the Moon quelques années

plus tard, lorsqu’elle fut interprétée par Frank

Sinatra. En d’autres mots, voici ma conclusion

sur ce séduisant duo Moon 3.3 qui vient

renforcer les rangs de l’un de nos meilleurs

fabricants. Ce duo est à l’aise avec tous les

types de musique et sa polyvalence lui permet

de danser sur à peu près n’importe quelle scène

et avec n’importe quel partenaire, qui se présenteront

à lui dans votre salle d’écoute. Je

crois même qu’il fera des merveilles avec les

enceintes actuelles qui ont souvent tendance à

être un peu trop axées sur les hautes fréquences.

Que dire de plus, sinon qu’ils sont des produits

bien de chez nous, fabriqués à toute

épreuve et dont le service après vente ne sera

pas un jeu à la roulette russe. Personnellement,

et en tant que chroniquer audio, le lecteur

CD3.3 m’a rendu de grands services lors de mes

différents essais sur d’autres appareils et on

peut le considérer comme un outil de travail

fiable et précis. La polyvalence et la modularité

de ces deux appareils les préservent d’une

désuétude trop rapide et à mon humble avis,

ils représentent un bon investissement dans le

temps. Ajoutez à cela une sonorité et une ergonomie

qui répondent bien à la réalité du marché

actuel et vous obtenez des appareils de

classe mondiale qui n’ont rien à envier de la

concurrence. Bravo Simaudio et continuez

de nous décrocher la lune avec des produits

conçus intelligemment.

Renseignements

généraux

Intégré Moon i3.3

Prix: 3300$ pour la version standard et 4000$

pour la version DPX *

Garantie: 10 ans, pièces et main-d’oeuvre

Lecteur CD Moon CD3.3

Prix: 3000$ et 3200$ pour la version avec

entrée balancée

Garantie: 10 ans, pièces et main-d’oeuvre, 3 ans

pour la mécanique

Distributeur: Simaudio Ltée, tél.: 450 449-2212

ou 1 877 980-2400, www.simaudio.com

* La version DPX inclut toutes les options possibles.

Par contre, le client ne peut acheter qu’une

option à la fois selon ses besoins.

Médiagraphie

Anna Maria Jopek, Barefoot, Universal 016299-2

Bliss, Quiet Letters, Quango, QMG 1003-2

Hadouk Trio, Now, Celluloid 67039-2

Livia Budai, Stabat Mater de Vivaldi,

Hungaroton/White Label, HRC074

Marie-Nicole Lemieux, Stabat Mater de Vivaldi,

Naïve, OP 30453


Banc

d’essai

Platine tourne-disque Diva I d’AVID HIFI

Toute la vérité

rien que la vérité

Par MARIO POIRIER mpoirier@quebecaudio.com

Je le jure, ce n’est pas moi qui affirme ceci, mais bien la firme

Britannique AVID HIFI.“The Truth, nothing more, nothing less”

telle est la mission que s’est donné AVID HIFI. Alors moi, c’est

toute la vérité et rien que la vérité que je vous jure de dire sur

la platine tourne-disque AVID Diva II.

Cela fait plus de 20 ans que la firme Britannique AVID HIFI

nous propose ses composantes audio de grande qualité. Situé

dans la région de Huntingdon, Cambridgeshire en Angleterre,

AVID HIFI, grâce à ses installations des plus modernes, a su

produire des platines de hautes performances. Je pense entre autre à

leur modèle Acutus et Sequel. La Diva a tout d’abord été créée pour le

marché japonais, a été esthétiquement déclassée quand celui-ci a été

abandonné, et s’est retrouvée par la suite sur un marché exclusivement

occidental. La grande qualité des matériaux utilisés a aussi fait monter

son coût de production, et donc, son prix de vente. Exit donc la

Diva... Pourtant, les heureux propriétaires se sont vite rendu compte

que leur Diva leur apportait bien plus que ce pour quoi elle était

conçue. Le bouche-à-oreille devenant important, il est remonté aux

oreilles des gens de chez AVID HIFI, lesquels se sont repenchés sur

la bête et ont décidé de la rééditer, avec néanmoins quelques améliorations.

36 QA&V-TED, août-septembre 2009

Comme nous le savons, toute matière vibre, mais AVID utilise des

matériaux qui vont avoir des contre-effets, plutôt que des matériaux

qui auraient tendance à vibrer sympathiquement. La Diva II utilise le

principe de l’inertie pour éliminer les vibrations indésirables, ennemies

des platines tourne-disques. Le plateau en MDF est recouvert de liège,

tout comme les consœurs de la Diva II; la Sequel et la Volvere. Le résultat

a pour effet d’éliminer toutes vibrations qui viendraient colorer le

son du disque. Ce dernier est aussi bien fixé au plateau par un généreux

galet presseur en acier massif qui se visse sur le pivot. Toute énergie

vibratoire est rapidement canalisée vers le sous-plateau, grâce au

système de roulement à billes inversé. L’isolement du châssis principal

est aussi critique afin de s’assurer qu’il n’y aura aucune vibration exté-


ieure qui pourrait venir ajouter de la coloration

indésirable. Par ailleurs, AVID a utilisé un

système de suspension à triples couches élastomères,

s’accompagnant d’un composé unique

de Sorbothane. Principe également utilisé

dans leur plate-forme de soutien, donnant un

isolement mécanique optimal de la surface

jeu, ayant pour résultat une meilleure précision

et résolution dans les détails. La Diva II

bénéficie donc d’une isolation complète, face

à n’importe quelles vibrations externes ou

internes.

Le châssis moulé d’une pièce en aluminium

a été refondu, pour amener à néant les vibrations

et autres pertes de couleur qui pouvaient

subsister entre le roulement et le plateau. Ledit

roulement est le même que sur les autres platines

de la gamme, fabriqué à base de saphir,

de carbure, de tungstène et d’acier inoxydable

et, ainsi, aucune vibration ne sera transmise au

support de bras ou au bras de lecture luimême.

Le support de bras est préparé pour

recevoir des bras de type SME, et avec certains

adaptateurs, nous pouvons y installer à peu

près tous les modèles sûrs de bras sur le marché.

La platine tourne-disque que j’ai reçue

pour fin d’essai, est venue avec un bras RB-301

de Rega, la version améliorée du fameux

RB-300. Il n’y a qu’un petit «1» de différence

dans la nomenclature, mais les changements

sont nettement plus apparents, à mon avis. Le

RB-301 est un excellent choix, ce mariage brasplatine

en fait un appareil des plus fiables et

des plus versatiles. Le bras de lecture RB-301

convient à d’innombrables cartouches de lecture.

J’y ai monté une cartouche Aurum Beta S

de Clearaudio que j’avais sous la main, cette

dernière affichant en l’occurrence une excellente

performance.

C’est un bloc d’alimentation séparé qui

fournit le courant au puissant moteur découplé,

ce qui offre une extraordinaire stabilité de

la vitesse d’entraînement et un son très dynamique.

Ajoutez à cela un design minimaliste

et vous obtenez une magnifique pièce totalement

intemporelle.

La parole est à vous

Je ne connais rien de plus difficile pour une

platine tourne-disque, qu’un enregistrement

de piano. Si on connaît bien l’instrument,

tous les défauts de la platine vont transparaître.

J’ai donc choisi un superbe enregistrement

de référence, par acquit de conscience (et par

pur plaisir personnel), les Sonates pour piano

de Beethoven par Claudio Arrau, sur étiquette

Philips. Les sonates choisies sont celles

enregistrées en 1985, donc son troisième

cycle de cet Opus. Arrau est plus que mature,

je dirais même au-delà de la « maturité ». Cette

fois, le grand poète qu’est Arrau nous livre sa

vision de la Sonate : clé de voûte de toute l’œuvre

beethovénienne. Il affirme et y impose un

moule implacable, contrairement à trop de

pianistes qui se sont laissé halluciner par les

déploiements de cette œuvre, dans des univers

quasi mystiques. Son toucher, la sérénité de sa

pulsation rythmique à la limite de l’extrême

lenteur, renouvelle la perception que l’on peut

avoir de la fameuse Ariette, décrite si souvent

comme la dissolution d’un corps simple. La

cadence parfaite qui en est le thème, dans les

variations infinies. Leçon de rigueur, leçon de

retenue, intelligence toute courte, Arrau

s’impose, tout simplement. Arrau disait

« J’écoutais ma mère donner des leçons, je l’entendais

jouer. C’est ainsi que j’ai fait mon éducation.

J’ai su mes notes avant mes lettres, et j’ai toujours

mémorisé la musique en la lisant, jamais en

l’écoutant. Mon seul désir était de jouer du piano ».

Ces sonates d’Arrau sont parmi les plus belles

jamais enregistrées. Les silences sont aussi

importants que les sons et la Diva II respecte

41 ans

de passion

Sonus faber

Chef-d’oeuvre du savoir-faire italien

Modèle Toy, tablette ou autoportante Modèle Liute

Le plus grand choix d’électroniques de qualité

9343, Lajeunesse, Montréal – Tél. (514) 389-1377 SAUVÉ

www.filtronique.com

QA&V-TED, août-septembre 2009 37


Banc

d’essai

ces silences. La Diva II ne nous donne que la

vérité, seulement que la vérité. Rien de plus,

rien de moins.

Les Preuves

Au Festival International de Jazz de

Montréal, ce week-end, le maître du piano

latin-jazz Chucho Valdez a exécuté une pièce

hommage à Joe Zawinul, ce qui m’a donné

envie de réentendre l’album Heavy Weather du

groupe Weather Report. Le jazzman autrichien

Joe Zawinul est l’un des rares

Européens à avoir fait l’histoire du jazz. En

effet, il a collaboré avec Miles Davis qui avait

l’art de regrouper autour de lui des musiciens

qui lui apportaient des idées nouvelles. Il a

également marqué le « jazz fusion ». Quiconque

avait encore des doutes à son sujet, a

bien vite été détrompé au début des

années 70. À cette époque, Joe Zawinul

fonde Weather Report avec Wayne Shorter

et donne un tournant pop à sa carrière.

Toutefois, il n’a jamais été un adepte de la simplicité.

On peut le sentir dans Birdland, un

standard à la structure complexe, dédié au

club de jazz éponyme de New York où

Zawinul aimait se rendre. Virtuose et d’une

ténacité féroce, Joe Zawinul est une légende

vivante! Il a été nommé meilleur pianiste et

meilleur claviériste plus d’une vingtaine de

fois et son groupe Weather Report a reçu

pareils honneurs à 15 reprises. Ici, la Diva II ne

fait pas honte au groupe. Le jeu subtil de Jaco

Pastorius a été révélé de façon magistrale par

cette petite platine. Autant dans les moments

de beau temps que dans les tourmentes des

lourdes températures, la Diva II m’a bien

rendu son Bulletin Météo.

38 QA&V-TED, août-septembre 2009

La Diva II utilise le principe de l’inertie pour éliminer les

vibrations indésirables, ennemies des platines tourne-disques.

Le plateau en MDF est recouvert de liège, tout comme les

consœurs de la Diva II; la Sequel et la Volvere. Le résultat

a pour effet d’éliminer toutes vibrations qui viendraient

colorer le son du disque.

Le plaidoyer

Dans un autre ton, je choisis le superbe

enregistrement de la Messe de Requiem de

Verdi, sous la direction de Claudio Abbado.

Cette lecture rivalise avec les versions légendaires

qui l’ont précédée, soit celles de

Toscanini, de Sabata, de Giulini ou de

Muti. Abbado est fidèle à l’esprit dans lequel

Verdi composa cette messe; son geste est

ferme, le tempo résolument vif. Accords puissants

tous droits, Abbado n’est ni sobre, ni

triste, ni austère. La confiance, la respiration

et l’intimité qui lient les musiciens à leur maestro

sont immédiatement saluées. Glissements

harmoniques Domine Jesu, fanfares Tuba

mirum, du Dies irae, Abbado tient ses troupes

de bout en bout, s’engage avec elles, s’emporte,

s’ébroue, se fait discret, présence à la fois

invisible et démiurgique. Le travail de

Romano Gandolfi accompli sur les chœurs

est admirable, d’une précision sans faille, dont

chaque voix semble habitée et portée par un

seul et même souffle.

Ici, la Diva II ne vole pas la vedette mais met

en valeur la sublime voix de la diva Katia

Ricciarelli. Silencieuse, d’une précision à

couper le souffle, la Diva II se fait oublier pour

laisser toute la place à la musique, et ceci, chers

lecteurs, c’est la qualité première d’un bon

appareil audio. Dans cette reproduction d’une

œuvre sur le Jugement Dernier, AVID est jugé

bon premier.


Le verdict

La platine Diva II d’AVID s’est avérée une

excellente platine tourne-disque: le choix de

ses matériaux inertes, sa conception déviant

toute vibration parasite vers des points morts,

la sobriété apparente de son design en font

indubitablement une gagnante. On atteint

UN AN

20%

D’ESCOMPTE

2 ANS

30%

D’ESCOMPTE

avec cette platine, et ce, avec un budget plus

que raisonnable, des niveaux d’écoute remarquables,

dignes des platines haut de gamme.

Sa sonorité est à la fois agréable, onctueuse et

riche, agrémentée d’une basse ample, articulée

et ferme. Sa dynamique est fort généreuse,

mais sans jamais tomber dans l’excès et l’exa-

gération, et ce, même dans les passages les plus

complexes. AVID, enrichi de son expérience,

de son savoir-faire et de ses réussites, nous a

concocté une petite recette-miracle pour les

audiophiles moins fortunés. AVID HIFI a

tenu promesse: toute la vérité, rien que la

vérité.

Renseignements

généraux

Prix : 2600$

Garantie : 3 ans, pièces et main-d’oeuvre

Distributeur : Dimexs Inc., tél. : 514.333.5444,

www.dimexs.com; www.avidhifi.co.uk

Médiagraphie

Claudio Arrau, Les sonates pour piano

de Beethoven, Philips, 420 154-2

Weather Report, Heavy Weather,

Columbia, PC34418

Claudio Abbado, La Messe de Requiem de Verdi,

Deutch Grammophon, 2707-120

Bulletin d’ABONNEMENT

Carte de crédit: MasterCard VISA Date d’expiration:

N o Carte:

Signature:

UN AN (6 numéros) 20% D’ESCOMPTE

Cet abonnement m’est offert à 35,21$ taxes et envoi postal inclus.

2 ANS (12 numéros) 30% D’ESCOMPTE

Cet abonnement m’est offert à 61,62$ taxes et envoi postal inclus.

CHÈQUE ou MANDAT POSTE à l’ordre de : Les Éditions Mizka inc.

Nom: Prénom:

Adresse: Appartement:

Ville: Province:

Code postal: Téléphone: ( )

Allouez de 6 à 8 semaines pour la livraison du premier magazine. Prix en kiosque 6,50$ + taxes

Volume16, numéro 4, août-septembre 2009


Évènements

Activité annuelle de Stéréo Plus au Mont-Tremblant

Pioneer Canada - fournisseur de produits « audio » par excellence, voté par les

marchands, de gauche à droite : Frédéric Bourgeois (Représentant des ventes),

Daniel Perrault (Directeur des ventes pour l’est du Canada), Bruce Schepers

(Vice-Président) Richard Roy (Président Groupe Stéréo Plus), Robert Mony

et Yvan Turcotte (Représentants des ventes).

Panasonic Canada - fournisseur de produits « vidéo » par excellence, voté par

les marchands, de gauche à droite : Chuck Ward (Vice-Président), Richard Roy

(Président Groupe Stéréo Plus), Richard Lanctôt (Directeur des ventes pour

l’est du Canada) et Stéphane Fillion (Représentant des ventes).

Comme à chaque année au mois de juin, les marchands franchisés

Stéréo Plus et Zone Électronique se réunissaient cette fois-ci au Mont-

Tremblant, pour mieux discuter de la marche à suivre pour les prochains

mois et naturellement pour bien fêter et récompenser ceux et

celles qui se sont surpassés lors de la dernière année, autant au niveau

détaillants que représentants, des différentes compagnies desservant ces

boutiques. Il est toujours intéressant pour les représentants offrant un

excellent service, d’être remerciés pour leurs bons services. Lors de cet

évènement spécifique, intitulé «Gala des Stars», les propriétaires de différentes

boutiques ont reçu les honneurs quant à leurs différents nombres

d’années de service, entre autres: Amos – 25 ans, Drummondville

et Lévis – 20 ans, Cap-de-la-Madeleine, Lachute, Louiseville et St-

Jérôme – 10 ans, ainsi que Magog – 5 ans. Nous vous invitons à voir

les photos attestant le tout, dans le cadre du montage de cet article.

Par contre, une fois la fête terminée, on passe aux choses sérieuses

lors de l’exposition de nouveaux produits de tous acabits, au Centre

des congrès de Tremblant. Donc, les représentants de nombreuses

compagnies sont venus en force (plus de 34 fournisseurs) pour bien

présenter les produits dernier cri, et voir avec les différents détaillants

40 40 QA&V-TED, août-septembre 2009

Sony Canada - fournisseur ayant la meilleure communication et la meilleure

gestion auprès des marchands, de gauche à droite : André-Daniel Giroux

(Adjoint au marchandisage Groupe Stéréo Plus), Claude Chartrand

(Directeur des ventes pour l’est du Canada), Enzo Di Giovanni (Représentant

des ventes), Richard Roy (Président Groupe Stéréo Plus) et Mario Chieco

(Représentant des ventes).

Les 25 ans de Stéréo Plus Amos, de gauche à droite : du groupe Stéréo Plus,

André-Daniel Giroux (Adjoint au marchandisage), Johanne Berger-Paquin

(Vice-présidente administration), Stéphane Lajoie (Propriétaire de Stéréo Plus

Amos) et Richard Roy (Président Groupe Stéréo Plus).

Les 20 ans de Stéréo Plus Drummondville, de gauche à droite : du groupe

Stéréo Plus, André-Daniel Giroux (Adjoint au marchandisage), Johanne

Berger-Paquin (Vice-présidente administration), Marc Labossière (Propriétaire,

Stéréo Plus Drummondville) et Richard Roy (Président Groupe Stéréo

Plus).

les promotions plausibles qu’ils pourront offrir à leur clientèle respective.

Les marchands sont là pour mieux sélectionner les produits qu’ils

croient pouvoir vous intéresser, lors de vos prochains achats. Rendezvous

auprès de votre détaillant local, afin de voir et découvrir les toutes

dernières nouveautés en électronique.


Classé – La puissance derrière Bowers & Wilkins

En matière de performance audio, certaines synergies sont magiques.

Comme membre du groupe B&W, nous n’avons rien laissé au hasard pour que

Classé constitue le parfait complément aux enceintes B&W. Comptant sur

des décennies d’expérience et sur une expertise reconnue, nous avons relevé

le défi. Nous sommes ravis de constater que, partout dans le monde,

les professionnels, les consommateurs et les critiques de l’audio

reconnaissent la beauté de cette alliance.

Faites-en l’écoute chez un détaillant autorisé B&W et Classe

Classé — chaque détail compte.


Évènements

Du nouveau sur la Rive-Sud!

Par LUCIE BEAUCHAMP lucieb@quebecaudio.com

La boutique Solutions Audio Vidéo inc.,

nous avait conviés à leur évènement «Portes

ouvertes», lors du dévoilement de leurs nouveaux

locaux situés au 3035, rue Bernard-

Pilon à St-Mathieu-de-Beloeil. Cette entreprise

œuvre dans le marché dit «Commercial»

depuis un bon trois ans et plus déjà, ayant

comme clients principaux BestBuy, Future

Shop et Solotech. Ils se spécialisent dans

l’installation de tous systèmes de câblage

structuré, de systèmes de son et d’intercom

avant l’ouverture de nouvelles boutiques; c’est

donc une solution clef en main qu’ils offrent à

ces clients, selon les devis techniques fournis

par ces derniers.

Le secteur «Résidentiel» compte également

beaucoup dans leurs réalisations, que ce soit

au niveau d’installation de salles de cinéma

maison, de systèmes de domotique, de systèmes

de son d’ambiance ou de câblage structuré,

pour rendre le tout le plus homogène

possible. Les équipes en place sont compétentes

et professionnelles et vous offrent un service

de première classe.

Leur nouvel emplacement, avec ses quatre

à cinq salles d’écoute différentes, vous donnera

le goût de revoir votre salle de divertissement

ou d’en instaurer une nouvelle selon

vos besoins. N’oublions pas que la technologie

du sans fil peut venir en aide à bien des situa-

42 QA&V-TED, août-septembre 2009

tions! Solutions Audio Vidéo a l’expérience

nécessaire pour bien vous guider dans le choix

de solutions adaptées à votre situation précise.

En plus de leur savoir-faire, ils offrent

également une gamme de produits forts intéressants,

tels que le système de son sans fil

Sonos, des enceintes KEF, Celestion, Cerwin-

Vega, Genelec, des processeurs ambiophoniques

B&K, Integra, des écrans-téléviseurs

Sharp, Toshiba, etc.

Le propriétaire, monsieur Serge Mayer, et

ses équipes multi-disciplinaires vous invitent

à venir les rencontrer sous peu, dans leurs

nouvelles salles de montre situées au 3035,

rue Bernard-Pilon à St-Mathieu-de-Beloeil

(J3G 4S5). Dès lors, ils se feront un plaisir de

bien vous y accueillir ! Félicitations à

Solutions Audio Vidéo pour leur sens d’innovation

et nous leur souhaitons tout le succès

qu’ils méritent!

De gauche à droite, rangée avant : François Leclerc, technicien, Marie-Michèle Comtois, technicienne, Réal Godcharles,

technicien, Stephan Key, technicien. De gauche à droite, rangée arrière : Chris Spencer, directeur – secteur

Commercial, Marie-Josée Lavigne, adjointe, Pierre Curzi, député – comté Borduas, Serge Mayer, président, Jean

Paquette – maire de Saint-Mathieu-de-Beloeil, Éric Lessard – directeur – secteur Résidentiel et Mario Campbell, directeur

de l’entrepôt.


Lancement du CD intitulé Illettré

- de Benoît Francoeur

Par MICHEL DALLAIRE mdallaire@quebecaudio.com

Benoît Francoeur se dit un poète urbain et à la fois un

chanteur rural. Il est difficile de décrire sa démarche artistique

car dès son plus jeune âge, il a été influencé par des

grands comme Moustaki, Aznavour, Reggiani et Brel. Il a

commencé à pianoter à 5 ans et jouer de la guitare vers

7 ans. À 18 ans, il se passionne pour le son et se lance dans

la fabrication d’enceintes acoustiques performantes. Son

premier emploi est pour le fabricant québécois D-BOX et

quelques années plus tard, en 1994, il rejoint l’équipe de

Totem Acoustic à la demande de son ami Vincent Bruzzese.

À ce jour, il est toujours actif au sein de l’équipe Totem

mais pour fêter ses 50 ans, Benoît a décidé de sortir son

premier CD à partir de matériel déjà enregistré en studio

en 2003, accompagné de ses amis musiciens Daniel

De gauche à droite, Monsieur Claude Marion, producteur chez Octave Production, Vincent

Bruzzese, Benoît Francoeur et Lucy Lentini, les trois comparses de chez Totem Acoustics, et

Monsieur Jean-Claude Dumesnil, producteur chez Octave Production.

Schnobb et Alain Cavallo. Le lancement s’est déroulé le

8 juin dernier au Bain Mathieu, situé au 2915 de la rue

Ontario Est. Cette ancienne piscine construite en 1931, a été

transformée en salle communautaire pouvant servir également

de salle de spectacle. La performance des musiciens

ainsi que celle du chanteur ont été rehaussées par un décor

féérique. Sur le CD, on peut entendre une pièce intitulée Viva

la Westfalia, qui correspond probablement à une époque

romantique de sa vie. Symboliquement, on peut apercevoir

sur une des photos accompagnant ce texte, Benoît

Francoeur en compagnie de quelques-uns de ses amis, amateurs

de ce véhicule fétiche qu’est le Volkswagen Westfalia.

Benoît Francoeur, Illetré, Octave musique, OCT 2 7935

Distribution Universal Music Canada.

Dans l’ordre habituel, Sophie Drouin au clavier, Benoît Francoeur à la guitare

et Vincent Cardinal à la basse.

Illustration

de la pochette

du CD

Sur la pelouse à l’extérieur du Bain Mathieu, une salle communautaire pouvant aussi offrir des

spectacles, les Westfalia des temps passés étaient à l’honneur. Un beau clin d’œil à la génération

Flower Power.

QA&V-TED, août-septembre 2009 43


Évènements

Déjà cinq ans pour le Groupe Son X Plus!

M. Claude Viau, président fondateur

du Groupe Son X Plus inc.

De chez Toshiba Canada, de gauche à droite : Messieurs Paul Arscott, représentant des ventes, Doug Sills, formateur produits

Toshiba et Monsieur Benoît Gagnon, propriétaire Son X Plus St-Jérôme, ainsi que Monsieur Jim Harbec, directeur

de vente Toshiba Canada.

Par FRANCO MOGGIA francom@quebecaudio.com Ontario. Ils sont tout près d’une vingtaine. Cet

évènement s’est déroulé à l’hôtel Mont Saint-

Le regroupement de détaillants Son X Plus Sauveur dans les Basses Laurentides au début

a décidé d’organiser une fête spéciale pour du mois de juin. Lors de ces réunions annuel-

souligner son cinquième anniversaire. Les les, les détaillants ont l’occasion de se retrou-

membres de ce regroupement proviennent ver entre eux et de discuter des futurs objec-

principalement de villes hors des grands centifs à atteindre et de leur planification

tres et sont surtout basés au Québec et en d’affaires.

44 QA&V-TED, août-septembre 2009

De chez Sony Canada, de gauche à droite : Messieurs Claude Chartrand, directeur des ventes, Richard Leblanc et

Pierre Hamel, représentants des ventes ainsi que Monsieur Claude Viau, président fondateur de Groupe Son X Plus inc.

Mais naturellement lors de ces rencontres,

on ne parle pas juste « travail ». Un cocktail

suivi d’une soirée festive a été organisé afin

de souligner le cinquième anniversaire de ce

tout jeune regroupement, dans la joie et la

gaieté.

Une exposition de nouveaux produits était

également à l’horaire et les marchands ont eu

la possibilité de rencontrer les dirigeants et les

représentants de plusieurs grands manufacturiers,

spécialement conviés pour l’évènement

quinquennal.

Dans ce décor aux allures champêtres des

Basses Laurentides, plusieurs activités estivales

ont également eu lieu, et ce, autant pour

les sportifs que pour les amateurs de théâtre

d’été. La belle température n’était au rendezvous

toutefois que pour une portion du séjour

seulement. C’était un présage à l’été que, de

façon récurrente nous connaissons présentement:

temps ensoleillé, suivi de passages nuageux

et/ou d’averses de pluie. Malgré la température,

tous les intervenants ont semblé

fortement apprécier ce court moment de

détente tout en ayant l’esprit tranquille

puisqu’ils ont pu y faire des affaires également.

Un jeune regroupement de détaillants et

d’installateurs à suivre de près sans aucun

doute. Pour trouver un détaillant près de chez

vous, nous vous invitons à consulter leur site

Internet au: www.sonxplus.com


Évènements

La Formule 1

à la maison!

Par LUCIE BEAUCHAMP lucieb@quebecaudio.com

La Galerie Audio Vidéo a permis à plusieurs personnes d’essayer

d’être pilotes de course Formule 1 lors d’une compétition amicale,

grâce à la complicité du fabricant, D-Box Technologies. La course F 1

était donc de retour à Montréal, à Ville Saint-Laurent pour être plus

précise, vendredi, le 10 juillet dernier, celle-ci prenant place dans les

salles de visionnement de la Galerie Audio Vidéo. À cette occasion,

D-Box Technologies avait installé des sièges simulateurs de courses

(incluant un mécanisme pour l’accélération et le freinage ainsi qu’un

volant de course, sans oublier les quatre actionneurs qui répondent aux

codes de mouvements intégrés au jeu vidéo de F 1) équipés de trois

écrans pour la simulation de course du Grand Prix de Montréal. Trois

des sièges étaient de facture standard tandis qu’un quatrième incluait

un cockpit pour une simulation presqu’entièrement réelle, sauf pour la

chaleur, inhérente à un moteur d’automobile de course. Les trois premiers

gagnants de cette compétition avaient l’opportunité d’obtenir un

rabais substantiel, quant à l’achat plausible d’un des différents modèles

de sièges simulateurs de courses de D-Box.

Même si vous en étiez à vos tous débuts, les organisateurs avaient

tout prévu en invitant le pilote de courses et chroniqueur sportif,

Bertrand Godin, pour que celui-ci puisse nous donner quelques

conseils sur la manière de mieux faire et, par la même occasion, nous

46 QA&V-TED, août-septembre 2009

Sébastien Billette, conseiller de la Galerie Audio Vidéo en

compagnie de Maxime Lapierre et un copain de celui-ci.


faire apprécier ce «défi sportif» inusité. Monsieur Godin, un habitué

des grands publics, s’est prêté à quelques démonstrations et a su transmettre

son expérience à plusieurs d’entre nous. Son enthousiasme et

sa joie de vivre étaient au rendez-vous et on était presque tous prêts

pour un essai. Même le hockeyeur Maxime Lapierre est venu faire son

petit tour et ainsi voir ces bijoux de sièges D-Box de plus près. Je suis

passablement convaincue que Maxime saurait faire de la place pour un

de ces sièges, dans sa salle de divertissement!

Les quelques 135 convives ont été traités aux petits soins par

l’équipe de Maurice Gaudio de chez Galerie Audio Vidéo, car de bons

vins et plusieurs cocktails au goût du jour leurs étaient offerts sur place,

en plus d’appétissants hors-d’œuvre. Plusieurs des invités se sont rendus

à la Galerie en famille afin de fêter, jouer et admirer toutes les voitures

exotiques exposées dans le stationnement de la Galerie. Le

concessionnaire automobile John Scotti avait gentiment mis en montre

plusieurs modèles différents de Ferrari, Lotus, Lamborghini et

Porsche Carrera et bon nombre du groupe présent en avaient aussi!

Quelle soit rouge, jaune ou bleu, une Ferrari sait attirer toute l’attention,

tout genre confondu. On a beau dire, on a beau faire, on est tous

un peu accroc lorsque l’on voit de belles choses et Dieu sait que la

Galerie a de tout pour nous satisfaire ou presque! Félicitations à toute

l’équipe de la Galerie Audio Vidéo pour cette magnifique soirée!

QA&V-TED, août-septembre 2009 47


Quoi29? Par ROGER ARCHAMBAULT

rarchambault@quebecaudio.com

Service courtois

et satisfaction GARANTIE

48 QA&V-TED, août-septembre 2009

Une enceinte

Focal sur le patio

Pour de la musique agréable lors de votre

BBQ, rien de mieux qu’une bonne paire d’enceintes

sur votre terrasse ou dans votre jardin.

Le fabricant français Focal vient de mettre sur

le marché son modèle Chorus OD706V spécialement

conçu pour les utilisations extérieures.

Son coffret en résine ABS résiste à l’humidité

et aux ultraviolets. Les transducteurs sont

issus de la série Chorus V et le woofer de

165 mm comprend un cône en Polyglass tropicalisé

par un traitement de surface hydrofuge.

Le tweeter de 25 mm est en alliage d’aluminium/magnésium

et encastré dans un support

qui évite l’accumulation d’eau. Une grille frontale

en aluminium vient protéger l’enceinte

Chorus OD706V et celle-ci peut être peinte

pour s’adapter à n’importe quel décor. Pour de

plus amples renseignements sur cette enceinte

et sur son prix, on peut contacter les détaillants

de cette marque ou le distributeur canadien

Plurison. Voir le site Internet à l’adresse

suivante: www.plurison.com

Cinéma maison sur mesure

Distribution Audio-vidéo

Contrôle d’éclairage et Domotique

Caméra de sécurité et système d’alarme

Conception Acoustique pour cinéma maison

● Control4 ● Yamaha ● B&K ● Vidikron ● InFocus

● LG ● Sharp ● Energy ● Definitive Technology

● Mirage ● Cambridge Audio ● Front Row Seating ● D-BOX

#8, 940, Michelin, Laval ( Québec ) Téléphone (450 ) 629-8405


Nouveau

récepteur

audiovisuel

de Yamaha

La société Yamaha a développé une nouvelle

interface pour afficheur à l’écran et plus

d’entrées HDMI pour leur dernier modèle de

récepteur audiovisuel, le RX-V1065. Ce récepteur

offre 7,2 sorties audio avec 7 x 105 Watts,

une transmission radiophonique HD, des décodeurs

pour tous les formats audio Blu-ray, le

suréchelage de vidéo analogique et numérique

jusqu’à 1080p, en plus de connexions pour une

station d’accueil pour iPod et un transmetteur

Bluetooth. Le nouvel afficheur à l’écran inclut

des graphiques tels qu’images de composantes

(icônes) et images des couverts d’albums

afin de faciliter l’accès au contenu. On compte

maintenant quatre entrées HDMI, comparativement

à trois pour le modèle précédent.

Comme son prédécesseur, le RX-V1065 est

doté du système Cinema DSP 3D avec 17 programmes

de traitement de signal numérique,

de la technologie ToP-ART d’amplification à

courant élevé, de la synchronisation du dialogue

via HDMI, et celui-ci supporte la vidéo à

24 images par seconde, le Deep Color (30 et

36 bits) et les taux de rafraîchissement de

120 Hz.

Quatre boutons de scène (BD/DVD, TV, CD

et Radio) livrent la mise en marche par une

seule touche de toutes les composantes audio

Yamaha, comprises dans un système de

cinéma maison ou de musique. Dès que l’on

appuie sur un de ces boutons, le récepteur

transmet les codes IR de son panneau arrière

aux composantes Yamaha branchées par IR,

pour les mettre en marche automatiquement.

Par après, le récepteur se commute à l’entrée

appropriée et se met à un niveau d’écoute

adéquat. Conséquemment, le mode d’ambiophonie

le plus propice est choisi.

Le récepteur compte aussi une fonction

propriétaire d’amélioration de musique comprimée,

la technologie de correction de salle

Yamaha et le contrôle adaptif de plage dynamique,

ce qui augmente automatiquement le

volume des passages plus doux lorsque l’utilisateur

baisse le niveau global du volume.

QA&V-TED, août-septembre 2009 49


Quoi 29?

Par ROGER ARCHAMBAULT

rarchambault@quebecaudio.com

Deux petits

nouveaux

chez Integra

Integra a ajouté à son actif deux nouveaux

récepteurs audiovisuels conçus pour offrir une

performance de cinéma maison à la fine pointe

de la technologie, en plus de s’intégrer avec

les systèmes d’automatisation domestiques.

Les appareils DTR-30.1 et DTR-20.1, comptent

respectivement 7,2 et 5,2 canaux et deux

zones, et ont été conçus pour complémenter

des systèmes audio vidéo haute définition

modernes. De plus, le DTR-30.1 est le premier

récepteur d’Integra à incorporer le nouveau

système d’ambiophonie ProLogic IIz de Dolby

qui permet aux installateurs d’offrir à leurs

clients une ambiance sonore en trois dimensions,

plutôt que seulement deux.

Par ailleurs, toutes deux offrent des prises

HDMI 1.3a, avec plein support pour le vidéo à

1080p, Deep Color, x.v.Y.C.C. et tous les décodeurs

audio Blu-ray. Le DTR-30.1 offre six

entrées HDMI (en comptant la prise avant)

tandis que le DTR-20.1, quant à lui, en offre

quatre. Le DTR-30.1 est aussi équipé du système

de suréchelagae DCDi EDGE de Faroudja,

qui attribue une sortie vidéo à 1080p via toutes

les sources vidéo, par la prise HDMI.

Les deux récepteurs offrent 90 Watts de

puissance par canal (sur 8 Ohms) ainsi que le

décodage de tous les formats d’audio numériques

en usage présent, en plus d’une pleine

gamme de technologies audio conçue par

Audyssey.

SPÉCIALISTE EN PROJETS RÉSIDENTIELS HAUT DE GAMME

50 QA&V-TED, août-septembre 2009

Chacun d’eux possède le système d’étalonnage

automatique par 2EQ d’Audyssey, lequel

corrige la sortie de chaque canal en fréquence

et temporellement à partir de mesures prises

à trois positions d’écoute uniques. Aussi

incluse est la technologie Dynamic Volume

d’Audyssey optimisant la plage dynamique de

matériel à tout niveau d’écoute, et le Dynamic

EQ d’Audyssey qui corrige les problèmes associés

à la qualité sonore réduite, lors de l’écoute

à niveaux abaissés.

Les deux récepteurs sont dotés de caractéristiques

qui visent spécifiquement les besoins

d’installateurs, telles que des prises bidirectionnelles

RS-232 et RJ-45 pour les systèmes

de contrôle de tiers part, trois obturateurs

12-Volt programmables, double prises IR, de

même que trois jeux de codes IR désignables.

Ils comptent également plusieurs caractéristiques

multizone/multipièce, incluant des prises

préamplificateur fixes et variables avec

contrôle indépendants de graves et d’aigues.

Le modèle DTR-30.1 offre aussi la capacité

de Zone 2 amplifiée, qui réassigne deux des

sept amplificateurs pour cette fonction, tout

en gardant les 5,1 canaux d’ambiophonie dans

la zone principale. De plus, ces mêmes amplificateurs

peuvent être reconfigurés pour fournir

la bi-amplification des canaux de droite et

de gauche lorsque l’amplificateur est branché

à des haut-parleurs compatibles.


Le Blu arrive

chez H/K

Le manufacturier de composantes audio

Harman/Kardon a annoncé qu’ils sont prêts à

expédier leur premier lecteur Blu-ray avec

capacité BD-Live.

Le BDP-1 se portera comme complément

idéal à tout afficheur à haute définition ainsi

qu’à la famille complète de composantes de

cinéma maison signées Harman/Kardon. En

plus de pouvoir afficher les disques BD à

1080p, le BDP-1 fait aussi le suréchelage

(aussi à 1080p) des disques DVD via la prise

HDMI. Il est aussi capable d’effectuer la lecture

de fichiers JPEG et MP3 simultanément, à

partir de disques ou de puces de mémoire USB,

pour effectuer un diaporama avec un arrièreplan

musical.

L’introduction d’un lecteur Blu-ray à la

famille H/K apporte un équilibre au portfolio

de produits domestiques qui ont toujours été

reconnus pour leur sonorité exceptionnelle, et

maintenant, grâce au BDP-1, celui-ci présente

une capacité vidéo sans égal.

En plus des disques Blu-ray, le BDP-1 est

aussi compatible avec les DVD+R/DVD-RW,

CD/CD-RW, et les fichiers MP3 et JPEG sur ces

disques. Les formats audio compatibles

incluent: LPCM, MP3, Dolby Digital, Dolby

TrueHD, DTS, DTS-HD Master Audio et WMA. Une

prise RJ-45 est incluse pour assimiler le BDP-1

aux fonctions BD-Live, tandis que la prise USB

sur le panneau avant peut servir à agrandir la

mémoire BD-Live ou pour la lecture de fichiers

MP3 ou JPEG.

QA&V-TED, août-septembre 2009 51


Techno

gadgets

Passere le Bluetooth

Xlink BT ou BTTN

de Xtreme

Technology Corp.

Pour ceux d’entre nous qui utilisent

leurs téléphones cellulaires

et veulent tout de même conserver

une ligne terrestre, que ce

soit pour le système d’alarme

ou autre raison, la compagnie

Xtreme Technology Corp. de

Calgary nous présente un

nouvel outil fort intéressant.

La passerelle Bluetooth

Xlink BT ou la Xlink BTTN

intègre simultanément

jusqu’à trois téléphones cellulaires

à votre ligne téléphonique

terrestre. Comme plusieurs d’entre

52 QA&V-TED, août-septembre 2009

Par DEBBIE HOULE

dhoule@quebecaudio.com

nous avons toujours une ligne téléphonique

terrestre et que, quelque part dans la maison

il y a normalement de 2 à 4 téléphones cellulaires,

souvent un des téléphones cellulaires va

sonner et on le cherche afin de ne point manquer

l’appel. De plus, parmi ces téléphones

portables, il y en a souvent un qui est branché

uniquement pour recharger ses piles.

Xtreme Technology Inc. nous offre leur

appareil Xlink BT ou Xlink BTTN qui agit comme

une passerelle Bluetooth pour diriger les

appels des cellulaires vers nos téléphones résidentiels

réguliers. Vous pouvez utiliser vos

téléphones ou combinés résidentiels même si

vous ne disposez plus de ligne terrestre

conventionnelle.

Recevez et placez donc des appels téléphoniques

cellulaires par la technologie Bluetooth.

Vos sonneries distinctes seront facilement

reconnaissables sur le téléphone

résidentiel. Pour placer un appel extérieur,

choisissez soit votre ligne conventionnelle ou

votre ligne de téléphone cellulaire (fort utile

lorsque nous disposons du service soirées et

fins de semaine illimitées). Toutes les options,

telles l’identification de l’appelant ainsi que la

messagerie vocale sont fonctionnelles. Vous

pouvez facilement faire des économies d’environ

25$ à 30$ en éliminant votre ligne résidentielle,

si jamais vous le désirez.

Chose certaine, il y a une passerelleadaptateur

Xlink BT qui élira domicile chez

nous prochainement.

Prix suggéré de détail: Xlink BT 99,99$ et

Xlink BTTN 119,99 $ (modèle requis pour

conserver la ligne terrestre)

Achat: en ligne au www.myxlink.com ou

par l’entremise de Lakeland Communications,

4534, 50th Ave, St. Paul, Alberta, T0A 3A2,

tél.: 780.645.6979


Techno

gadgets

Par DEBBIE HOULE

dhoule@quebecaudio.com

Détecteur-avertisseur

SnorePro SP 600

de HBI-USA

«Je ronfle??!! Mais non, impossible, euh, du moins je ne me suis

jamais entendue. Quoi, l’équivalent d’un train qui passe dans la chambre,

pas juste un petit ronron occasionnel! Tu veux me fournir la preuve,

oh la la!»

HBI-USA, une compagnie de produits biomédicaux, vend le

SnorePro, produit électronique pouvant détecter les ronflements et

pouvant vous l’indiquer, tout comme votre conjoint(e) qui vous donne

une petite poussée ou un laconique «vire de bord!» tout doux.

Le SnorePro se porte comme une montre, à la grande différence qu’il

y a deux petits endroits où l’on peut y installer des électrodes, si on

54 QA&V-TED, août-septembre 2009

le désire. L’afficheur ACL montre votre historique de ronflement et vous

permet de choisir vos options. Le produit a un programme d’apprentissage

en trois étapes: novice (aucune action avant 3 ronflements),

intermédiaire (l’appareil réagit après 2 ronflements) et avancé (la stimulation

ou le zap après 1 ronflement). On peut également régler le

niveau de décibel pour le déclenchement ainsi que la force de la stimulation

ressentie.

J’ai porté le SnorePro et j’ai suivi les instructions pour procéder à

l’utilisation des trois étapes. Je me suis également amusée à jouer avec

la puissance de la stimulation lorsque j’étais rendue à l’étape avancée.

Puis-je vous faire une petite confidence, à ne pas répéter? Je me suis

fait réveiller en me faisant zapper le bras… Brzzztt, ouch, huh, ok, je

me suis virée de bord et me suis rendormie.

Quand j’ai demandé à mon conjoint si je ronflais moins, il m’a

répondu qu’il ne le savait pas, qu’il dormait… donc je ne l’ai pas

réveillé! J’ai eu l’impression de me réveiller plus reposée, mais je me

demande si ce n’était pas psychologique, car je m’ouvrais les yeux

occasionnellement et je retombais sitôt dans les bras de Morphée. Je

l’utilise également et surtout, quand nous avons de la visite.

Prix de détail suggéré: 99,99$US

www.hbiusa.com/4-001.html


56 QA&V-TED, août-septembre 2009

Techno

gadgets

Par DEBBIE HOULE

dhoule@quebecaudio.com

Vusix et ses Wrap 920AV

La demande des consommateurs pour des produits mobiles ne cesse

d’augmenter. Vusix a poussé l’enveloppe et nous offre des solutions

qui me semblent sortir directement de la science-fiction que j’aime

tant. Ces lunettes de soleil de moins de 3 onces sont complètement

fonctionnelles, affichant la vidéo tel un écran de 60 pouces à 9 pieds

de distance, tout en y cachant des écouteurs amovibles qui isolent le

son.

Le Wrap 920AV fonctionne avec n’importe quelle unité de média

ayant une sortie vidéo (par exemple: un iPod®/iPhone, des lecteurs

DVD portatifs, des caméras numériques, des caméscopes, des lecteurs

de média, des téléphones cellulaires avec sortie vidéo, des systèmes

de jeux vidéo, des ordinateurs personnels, etc.) et projette un écran

virtuel de 60 pouces, comme vous pourriez le visionner à 9 pieds de

distance.

La technologie de fine pointe permet aux utilisateurs, pour la première

fois, de voir du contenu 3D tout en voyant et interagissant avec

le vrai monde. Ce mélange incroyable de réalité de contenu généré par

ordinateur, transformera certainement le monde de la vidéo portable.

L’idée de vous promener à New York, tout en regardant une visite guidée

virtuelle vous plaît? Sachez que les possibilités sont infinies.

Vous portez des lunettes et ne voulez pas les porter en-dessous de

vos lunettes de soleil? Ajoutez-y des lentilles de prescription.

Intéressant n’est-ce pas?

Le Wrap 920AV vous offre l’écran de 60 pouces, des formats vidéo

2D et 3D, la technologie Optics Quantum, afficheurs jumeaux haute

résolution AMLCD, 6 heures d’autonomie avec deux piles AA, contrôles

à l’écran, et ce, avec ou sans lunettes. Offerts en option: système

de suivi Bluetooth 6 degrés de liberté, lentilles de prescription ainsi

que caméra stéréo USB.

Prix: +/-500$ US

Disponibilité: automne 2009 Garantie de satisfaction de 30 jours

www.vuzix.com/iwear/products_wrap920av.html


Rythme & Musique

Musique classique

par Christophe Huss chuss@quebecaudio.com

Le Classique de l’audiophile

La rubrique Le Classique de l’audiophile vous présente un pilier d’une discothèque

audiophile: un grand titre du fonds de catalogue alliant au plus haut degré

prise de son exceptionnelle et qualité artistique.

LUCILLA GALEAZZI ET

MARCO BEASLEY

(CHANT), ALFIO ANTICO

(CHANT ET PERCUSSIONS),

L’ARPEGGIATA,

CHRISTINA PLUHAR

LA TARENTELLA, ALPHA 503 (SRI)

Voici assurément l’un des grands disques

de la présente décennie. Christina

Pluhar et Marco Beasley y ont inventé un

astucieux mélange de musiques traditionnelles

et de musique savante porté par une

Georg Friedrich Haendel (1685-1759)

2009 est une année riche en commémorations. Avec le bicentenaire de la disparition

de Haydn, le 250e anniversaire de la disparition de Haendel est également souligné.

Voici trois disques Haendel pour tous publics, fleurons d’une discothèque classique.

57 QA&V-TED, août-septembre 2009

véritable transe musicale, d’autant plus

justifiée ici, qu’il s’agit de traduire les effets

des piqûres de tarentule!

Enregistré par l’alchimiste sonore

Hugues Deschaux, le disque, qui s’écoute

aussi facilement qu’un album pop, subjugue

d’entrée par la finesse des sonorités de

la harpe baroque de Christina Pluhar. On

notera aussi la parfaite distance des microphones

dans la captation de la voix du

ténor Marco Beasley. Le raffinement dans

l’alliance voix-instruments restera exceptionnel

jusqu’au bout.

Les chemins de Pluhar et Beasley se

sont séparés depuis, mais La Tarentella,

disque fondateur, reste un modèle à tous

points de vue. Dans la même série que Les

Chants de la terre de l’étiquette Alpha,

Hugues Deschaux nous donnera ensuite

au moins trois autres chefs-d’œuvre :

All’Improvviso avec les mêmes interprètes,

Nobody’s Jig avec l’ensemble Les Witches et

La Bella Noeva par Beasley et L’Accordone,

son nouvel ensemble.

On signalera qu’Alpha a réalisé un

remix très réussi de La Tarentella en SACD

multicanal.

Votre discothèque classique

Votre discothèque classique vous propose, sur un thème choisi, trois suggestions

de références incontournables pour votre discothèque.

JOYCE DIDONATO,

LES TALENS LYRIQUES,

CHRISTOPHE ROUSSET

«In furore», airs d’opéras

VIRGIN, 519038

Les airs choisis par Joyce DiDonato

sont extraits de Serse, Teseo, Giulio

Cesare, Admeto, Hercules, Semele,

Imeneo, Ariodante et Amadigi. Le programme

montre pourquoi cette mezzosoprano

est devenue en quelques années

l’une des stars vocales de notre temps. Le

tempérament incroyable de ses interprétations

nous tient en haleine et témoigne

aussi du renouveau du chant haendelien ;

fait musical majeur de la décennie en

cours.

RICHARD EGARR

Academy of Ancient Music

Concertos pour orgue op. 4

HARMONIA MUNDI SACD,

HMU 807 446 (SRI)

Les Concertos pour orgue de l’Opus 4

de Haendel sont des œuvres particulièrement

attachantes qui pendant longtemps

n’ont suscité que des boursouflures discographiques,

genre Marie-Claire Alain.

Changement radical ces dernières années,

avec un retour aux justes proportions. De

toutes les versions, celle-ci est la plus inti-

LES VIOLONS DU ROY,

BERNARD LABADIE

Water Music

ATMA SACD, ACD 2 2569

L’un des très grands disques réalisés au

Québec, c’est-à-dire l’un des rares à pouvoir

prétendre au statut de référence

internationale. Ce premier disque enregistré

au Palais Montcalm fraîchement

restauré est un coup de maître, l’une des

plus belles prises de son du catalogue

ATMA. Le savoir-faire stylistique, la pulsation

et la couleur donnent un net avantage

La nouveauté-choc

BERTRAND CUILLER

(CLAVECIN),

STRADIVARIA.

Bach : Concertos pour clavecin

BWV 1052, 1055, 1056 et 1058.

MIRARE, MIR 085 (SRI)

Le clavecin a mauvaise presse. Lorsqu’il

passe à la radio, on zappe. D’ailleurs, on

Actualité audio

ORCHESTRE DU

CONCERTGEBOUW

D’AMSTERDAM,

MARISS JANSONS

Mahler : Symphonie n° 5

RCO LIVE, RCO 08007 (SRI)

Alors que la parution du Chant de la

terre de Kent Nagano, que nous vous avons

miste et chambriste, en plus de bénéficier

des plus beaux timbres sonores.

aux Violons du Roy. La souplesse de la

conduite de Bernard Labadie fait le reste.

n’en entend plus à la radio! Sonorités de

crépinette ou boîtes à clous: on en a

entendu de l’inaudible en la matière…

Parallèlement, la malédiction plane toujours:

la récente transcription des Indes

galantes de Rameau par Christophe

Rousset, parue chez Ambroisie, est un pur

attentat sonore. Pour l’acheteur de disques,

le risque d’investir à mauvais escient est tellement

grand, qu’il n’ose plus. Alors, pour

une fois, profitez-en et éclusez toutes vos

frustrations avec ce disque. Nous avons ici

à la fois un bel instrument, agréable de

sonorités, et une prise de son riche et pas

trop proche. Qui plus est, sur le plan esthétique,

les frères Cuiller (Bertrand le soliste

et Daniel, le leader de Stradivaria) ont tapé

dans le mille. Oui, les concertos pour clavecin

de Bach sont de la pure musique de

chambre et les jouer avec deux violons, un

alto, un violoncelle et une contrebasse est

stylistiquement juste et légitime. C’est une

fête sonore qui résulte de tout cela.

présenté dans notre dernier numéro, a été

retardée à l’automne (toutes nos excuses),

voici une autre nouveauté qui confirme

l’intérêt soutenu des interprètes et éditeurs

pour Mahler. La 5e Symphonie était

jusqu’ici l’apanage de Riccardo Chailly et

du Concertgebouw Orkest d’Amsterdam

dans un disque Decca. Les ingénieurs

anglais avaient déboulonné tous les sièges

de la fameuse salle à l’acoustique de rêve et


placé l’orchestre au parterre. Pour sa propre

étiquette, RCO Live, la direction de l’orchestre

a décidé aujourd’hui de le capter

sur scène, en concert. Et le résultat est tout

aussi transcendant. La richesse des sonorités

de la phalange néerlandaise est incomparable

et la direction de Mariss Jansons

hargneuse et précise à souhait. Ce SACD

s’ajoute aux références grâce aussi aux

progrès sonores réalisés par le

Concertgebouw dans la captation de ses

concerts.

JORDI SAVALL,

ANDREW

LAWRENCE-KING

La viole celtique

ALIA VOX SACD, AVSA 9865

Ce nouvel album de Jordi Savall

-jouant de son instrument de prédilection,

la viole- se veut un hommage aux traditions

musicales d’Écosse et de l’Irlande.

Savall est accompagné dans ce voyage aux

frontières des musiques du monde par le

plus brillant harpiste spécialiste des répertoires

anciens, Andrew Lawrence-King. Le

disque, qui complète de manière intimiste

le Nobody’s Jig des Witches chez Alpha

(voir Le Classique de l’audiophile) est une

Le Blu-ray classique

OPERA DE MOZART

Avec Erwin Schrott (Figaro),

Gerald Finley (Le Comte),

Miah Persson (Susanna),

Rorothea Röschmann

(La Comtesse), Rinat Shaham

(Cherubino), Royal Opera House

Covent Garden, Antonio Pappano.

Les Noces de Figaro

OPUS ARTE, OA, BD 7033D

58 QA&V-TED, août-septembre 2009

suite de danses entraînantes, parmi lesquelles

on trouvera même un Emigrants

Reel destiné à ceux qui gagnèrent le

Nouveau Monde. Comme à l’habitude avec

Savall, la notice, très soignée, est une mine

de renseignements et l’acoustique d’un

monastère de Catalogne a été scrupuleusement

élue pour laisser s’épanouir, dans

une réverbération idéale, les sons des deux

instruments.

ORCHESTRE

PHILHARMONIQUE

DE MALAISIE,

CLAUS PETER FLOR

Suk : Asrael

BIS SACD, 1776 (SRI)

La surprise du chef! Voici, tout à fait

inattendu, l’un des disques orchestraux de

l’année. Il satisfera à la fois les audiophiles,

pour sa prise de son de référence et son

mastering multicanal idéalement dosé, les

amateurs d’œuvres orchestrales spectaculaires

et les mélomanes à la recherche de

raretés. La Symphonie Asraël, du nom de

l’ange de la mort, fut écrite par Josef Suk en

deux temps, dans les années 1905 et 1906 à

la mort de son beau-père, Antonin Dvorák,

puis de sa femme Otilie. Asraël contient, à

la fin du premier mouvement, l’un des

crescendos les plus spectaculaires de l’histoire

de la musique. Claus Peter Flor,

auquel on associe faussement une nature

plutôt tempérée, est totalement déchaîné et

fait jouer son orchestre méconnu comme

une phalange d’élite. La discographie

compte une dizaine de versions, mais

aucune -même les tchèques- ne possède

cette éloquence, ce souffle et ce pouvoir

évocateur.

Cela fait quelque temps que l’étiquette

Opus Arte (distribuée par Naxos) se signale

à notre attention en éditant les DVD classiques

les mieux finis et les plus fiables du

marché. Ce n’est donc pas étonnant de voir

Opus Arte à la tête de l’édition d’opéras en

Blu-ray, format qui, soi dit en passant, du

point de vue strictement audiophile, présente

toutes les qualités pour suppléer à

l’échec commercial du SACD et maintenir

la flamme de l’édition d’enregistrements

audio en multicanal. Mais trêve de stratégie;

voilà, en vidéo, l’un des fleurons du

répertoire d’opéra dans une interprétation

de référence. Alors que de nombreuses maisons

d’opéras veulent se démarquer par des

mises en scènes scandaleuses ou provocantes,

le Royal Opera House de Covent Garden

à Londres a confié à David McVicar les

Noces de Figaro, les plus «classieuses»

qui soient. À eux seuls, les costumes sont

une fête pour les yeux… et, la distribution,

physiquement et vocalement crédible,

est au diapason dans une représentation

rythmée et spirituelle.

OPERA DE HAENDEL

Avec Sarah Connolly (Giulio

Cesare), Angelika Kirchschlager

(Sesto), Danielle de Niese

(Cleopatra), Christophe Dumaux

(Tolomeo) Festival de

Glyndebourne, William Christie.

Giulio Cesare

OPUS ARTE, OA, CD 7024D

Année Haendel et torrent de parutions

qui témoignent de la place éminente prise

par le compositeur saxon sur les scènes

européennes ces dix dernières années. Il y a

quinze ans, il existait (c’était alors l’époque

du LaserDisc) un seul opéra en vidéo: le

Giulio Cesare avec Janet Baker et Charles

Mackerras. Le catalogue renferme

aujourd’hui au moins dix titres différents,

alors que le répertoire n’est pas encore

entré dans les mœurs, ici en Amérique du

Nord. Quel opéra de Haendel choisir? Il me

semble que Jules César reste le choix prioritaire,

surtout servi par un tel spectacle. Le

côté parfois rébarbatif de l’art de Haendel

tient à l’aria da capo (un air répété de

manière plus ou moins ornementée) qui

cimente ses ouvrages. Dans la mise en

scène drôle et aguicheuse de David McVicar

(encore lui!), on ne risque pas de s’ennuyer.

Ce Giulio Cesare de Glyndebourne

en 2005 marqua également la percée très

remarquée de Danielle de Niese, surnommée

par la presse anglaise, The Sex Kitten

of Opera.

OPERA DE ROSSINI

Avec Cinzia Forte (Lisetta), Bruno

Pratico (Don Pomponio),

Pietro Spagnoli (Filippo),

Charles Workman (Alberto)

Teatro del Liceu de Barcelone,

Maurizio Barbacini. La Gazzetta

OPUS ARTE, BD, 7034D

Avant le renouveau Haendel, il y eut le

renouveau Rossini, incarné par le Festival

Rossini de Pesaro. Pour ce festival, Dario

Fo, Prix Nobel de littérature, a ressuscité un

ouvrage inconnu de Rossini, La Gazzetta.

Le spectacle de Pesaro a été enregistré quatre

ans après sa création, en 2005, au

Théâtre du Liceu de Barcelone. La

Gazzetta (1816) n’est pas un opéra

mineur; comme Le Voyage à Reims, remis

au goût du jour par Claudio Abbado, c’est

un ouvrage plein d’entrain. Dario Fo a

œuvré en dramaturge, ajoutant sa touche

personnelle aux dialogues. L’histoire de La

Gazzetta est celle de Don Pomponio, qui

veut organiser pour sa fille Lisetta un «bon

mariage» et passe une annonce publicitaire,

vantant la beauté de Lisetta, dans un

journal. On peut imaginer le défilé et les

quiproquos qui s’ensuivent. Dario Fo se

livre à une charge en règle envers une époque

où «la publicité est devenue la clé du

marché, du commerce et de la culture»

et où la culture du marché «a transformé

les personnes en objets». Le spectacle est

original et réussi.


En Jazzant

par Gilles Archambault

garchambault@quebecaudio.com

EVAN CHRISTOPHER

Django à la créôle

FRÉMAUX ET ASSOCIÉS, FA 505

Les disques consacrés à la musique de

Django Reinhardt ne se comptent plus.

L’originalité de celui-ci vient de ce qu’il

marie deux courants: celui de la musique

manouche et le jazz louisianais. Evan

Christopher est un clarinettiste à la technique

irréprochable. Il aborde le répertoire du

grand Gitan avec une sensibilité et une

fraîcheur qui font florès. En plus d’un

swing convaincant, le leader a avec le

blues une rare complicité. Exécutée en

quatuor - avec deux guitaristes - une

incursion originale dans un répertoire

connu. À signaler, une très belle version de

Nuages.

RANEE LEE

Lives Upstairs

JUSTIN TIME, Just 230-2

Enregistré au cours de deux soirées au

club Upstairs à Montréal en novembre

2007, ce disque présente la chanteuse

au mieux de sa forme. Pour souligner la

25e année de son partenariat avec l’étiquette

Justin Time, Ranee Lee a choisi des

chansons ayant à voir avec la chanson

populaire américaine. Toutes ont l’amour

pour thème. Histoire de faire diversion, elle

a ajouté l’une de ses compositions ainsi

que le titre A Crooked Road de Pat

Metheny. L’accompagne un quatuor comprenant

Richard Ring à la guitare, Morgan

Moore à la basse, John Sadowy au piano et

Dave Laing à la batterie. La voix est juste,

jamais hors de contrôle. J’ai particulièrement

savouré la version qu’elle donne du

Four de Miles Davis. Une preuve de plus, de

l’honnêteté artistique d’une chanteuse de

jazz de talent.

NORMAND

GUILBEAULT

ENSEMBLE

Hommage à Mingus / Live at

Upstairs 2008

AMBIANCES MAGNÉTIQUES,

AM 185 CD

Si on ne quitte pas la sympathique boîte

de jazz pour l’écoute de cette évocation de

l’univers mingusien, il faut bien admettre

que l’on est dans un tout autre contexte

musical. Pour avoir entendu Mingus en

personne à plusieurs reprises et avoir possédé

à peu près toute sa discographie, je

peux témoigner de la justesse de cet hommage.

Normand Guilbeault connaît de

l’intérieur, le répertoire de cet immense

compositeur qu’était Mingus. Comme

contrebassiste, il n’a certes pas la même

vigueur, la même férocité, mais il sait propulser

et animer les membres de son petit

ensemble. La musique qui résulte de cet

acte de foi est superbe, outrée, ravageuse,

volontiers frondeuse. Façon au fond de

mieux faire entendre une poésie et une

révolte. Jean Derôme aux saxophone- alto

et baryton, Mathieu Bélanger à la clarinette

et à la clarinette basse, Ivanohé Jolicoeur à

la trompette et au bugle, Normand

Deveault au piano et Claude Lavergne à la

batterie sont de la partie. Par ailleurs, on ne

peut de toute évidence ignorer la présence

efficace de Karen Young, superbe dans

Eclipse. Un disque qui ne se laisse toutefois

pas aborder facilement. Il faut s’en approcher

doucement, comme pour mieux en

déguster la valeur.

HILARY KOLE

Haunted Heart

JUSTIN TIME, JTR 8543-2

Ce ne sont pas les chanteuses qui font

défaut en jazz. On a parfois l’impression

qu’on en découvre trois ou quatre nouvelles

par année. Si toutes avaient le talent

d’Hilary Kole, on n’aurait rien à redire.

Soutenue par un petit ensemble dirigé par

le guitariste John Pizzarelli, elle nous

entraîne elle aussi dans un répertoire

connu. Si elle nous convainc, c’est sans

contredit par son sens du rythme, sa diction

impeccable, son intelligence du texte et sa

musicalité. Pas étonnant qu’elle soit aussi

pianiste. Un disque agréable.

JULIE LAMONTAGNE

Now What

JUSTIN TIMES, JTR 8535-2

Julie Lamontagne présente la redoutable

originalité, de s’offrir un disque entièrement

formé de compositions originales,

lesquelles ne sont jamais dénuées de fraîcheur

et d’une douce complexité. La présence

au saxo ténor de Donny McCaslin,

par ailleurs, ajoute une profondeur et une

tessiture non négligeable. À ranger dans la

catégorie des musiciens à surveiller.

Indiscutablement.

YANNICK RIEU

Spectrun

JUSTIN TIMES, JTR 8546-2

La discographie de Yannick Rieu

s’agrandit avec régularité. Ce n’est pas moi

qui m’en plaindrais. J’ai aimé dès le début

sa sonorité héritée de Coltrane, entre

autres, et sa sensibilité. On nous offre ici un

CD et un DVD réunis. Le premier a été enregistré

à Montréal, le second en Chine. Aussi

bien prévenir le lecteur, on n’est pas en présence

d’un Rieu connu. Délaissant la formule

du trio ou du quatuor, il ne décortique

pas un standard. Il s’attaque plutôt à

des compositions de son crû, fait appel à

des dons de coloriste qu’on ne lui connaissait

pas, tout en développant un talent

naturel pour l’improvisation. Qu’il soit au

saxophone ténor ou soprano, il nous

exhibe une voix majeure du jazz québécois

d’aujourd’hui en pleine mutation.

En bluesant

par Pierre Jobin

pjobin@quebecaudio.com

JAY SEWALL

All Blues

STM-5-103, WWW.JAYSEWALL.COM

Jay Sewall, récipiendaire du Lys Blues

Hommage 2008, soulignant l’ensemble

de sa carrière et de sa contribution dans

le domaine du blues au Québec, nous

revient pour son cinquième disque avec

un album instrumental dédié à l’harmonica,

fait inusité chez nous. Pour ce

faire, ce vétéran, natif de Boston, élevé à

Montréal et installé à Québec depuis une

vingtaine d’années, replonge dans ses

souvenirs, standards et compositions,

pour nous offrir un éventail de son expérience

d’harmoniciste. Dans sa quête, il

a eu l’excellente idée de recourir aux services

du réputé musicien, multi-instrumentiste

et réalisateur, gagnant de deux

trophées Juno (18 nominations) et

nommé deux fois aux Grammy Awards,

monsieur Ken Whiteley, de Toronto. Ce

choix est d’autant plus judicieux que ces

deux artistes, américains d’origine, partagent,

en plus du même groupe d’âge,

un large background musical similaire,

probablement moins familier à une

grande partie des amateurs de blues au

Québec. Partons à la découverte de ce DC

qui débute avec une de mes préférées,

Celtic Swing, une des superbes compositions

de ce souffleur d’expérience, qui

date d’une dizaine d’années. Dans cette

pièce entraînante aux multiples péripéties,

Jay mentionne qu’il module dans

les douze clefs et qu’il utilise dix harmonicas

différents en 3e position. Je l’ai vu

exécuter la pièce en spectacle, ça

demande de l’organisation et de la

concentration, comme s’il s’agissait de

jongler avec ses harmonicas!... All Blues

qui suit est un standard de jazz de Miles

Davis, que Sewall revisite à sa manière

avec la complicité et le savoir-faire de

Whiteley et ses musiciens. Slide acoustique,

contrebasse, batterie et… harmonica

qui jazzent !... Et… la magie

opère! Vient ensuite le boogie woogie,

Jay’s Boogie Woogie, un pur plaisir que

partagent allègrement Ken au piano et

Jay, à l’harmonica. Les rires de bon cœur

à la fin de la pièce rendent bien compte

du «surréel plaisir» qu’il y a à faire de la

musique! St-James Infirmary est l’un

des six covers de l’album et Funk In

Your Soul, pour sa part, une des sept

compositions originales. Mediterranean

Blue, une inspiration qui est

venue au musicien alors qu’il traversait

l’Europe à vélo, en direction de la Grèce,

il y a plusieurs années, distille et traîne

ses effluves de mélancolie. Touchant!

Beau! Autres classiques, Sentimental

Journey et Amazing Grace, sont

comme des immortelles, renouvelées!

The Gospel Truth, une autre originale,

fondation contrebasse-batterie, touches

de piano ponctuées d’accents d’orgue et

de lead d’harmonica, bondit, groove,

jubile! Alleluia!... La très populaire Sleep

Walk, jouée originellement à la steel

guitar vers la fin des années 50, est

reprise, ici, à l’harmonica !... C’est

comme si sur ce disque, tout «s’harmonicise»!...

QA&V-TED, août-septembre 2009 59


All Blues de Jay Sewall, un disque qui

mérite que l’on prenne le temps de s’y

arrêter, comme pour y entrer à l’intérieur,

en un voyage particulier et riche!...

Au-delà des apparences, des airs vieillots,

pour retrouver l’essence des sentiments,

des émotions et des mots qui dansent sur

les lignes d’un cahier ou se transforment

en notes, sur une portée! J’espère que

vous y serez! La magie est à l’intérieur!...

À mon avis, le disque le plus personnel et

le plus achevé de Jay Sewall, à ce jour!

CLIO & THE BLUES

HIGHWAY

My First Blues

JOHANSEN’S PRODUCTIONS 2009,

WWW.CLIOMUSIC.CA

Voilà un premier DC pour cette

gagnante du concours de la relève du

Festiblues International de Montréal en

2007, de même que lauréate de deux Lys

Blues en 2008, soit celui attribué par vote

populaire à la «Meilleure artiste relève

de l’année» et celui du «Meilleur spectacle

cabaret de l’année». Pour ce premier

opus, Clio n’a pas lésiné afin d’offrir

à ses fans un album diversifié et de

qualité, tant du côté matériel que du côté

production. Globalement, huit des douze

titres qui couvrent une grande partie du

spectre blues et musiques associées sont

de sa plume, avec la contribution de plusieurs

des musiciens de l’album, pour les

musiques. Les trois autres sélections sont

de Randall Spear et la quatrième venant

parfaire le tout est une reprise. Je crois

donc que l’on peut parler ici d’une

œuvre originale et d’un travail d’équipe,

incluant plus d’une quinzaine de musiciens

et de choristes. Pour son premier

enregistrement, la chanteuse est allée

chercher différents musiciens et instrumentations,

incluant section de cuivres

et orgue B3, afin de graver sur disque ses

rêves et ambitions musicales. Dans Go

Go Go!, une pièce qui insuffle l’énergie

à danser le Charleston des années folles,

Clio-Valérie Nerestant offre une performance

vocale «décontract», naturelle,

et le reste du band entraîné par le jeu

pianistique de Sébastien Champagne, se

paie toute une virée. Falling For You,

qui suit, est une ballade de fort calibre et

poignante, avec tout le lyrisme et les tripes

de la chanteuse qui sont ardemment

60 QA&V-TED, août-septembre 2009

au rendez-vous! L’orgue-compagnon et

la guitare atmosphérique de Shawn Rice

ressortent avec brio dans cette interprétation!

Quel bijou! Le cover Black Coffee

est une pièce chargée d’atmosphère onirique,

embrumée de la slide éthérée

d’André Lavergne et habitée de l’harmonica

fort expressif d’Éric BrotherJohn

Frèrejacques. J’aime bien le R&B Clock

on the Wall, paroles et musique de

Randall Spear, arrangement de

Sébastien Champagne qui s’exécute également

à la B3. Ça groove! Avec le blues,

Oh! Yeah!, Clio revient à un style plus

traditionnel, ponctué du dobro de Shawn

Rice et de l’harmonica de Frèrejacques,

tous à propos! Putting Me Down est une

sélection entraînante et qui a du chien!

Pour sa part, Stuck In Memphis, avec ses

accents du Sud, Mississippi-Louisiane,

met en valeur les talents de raconteuse

de l’interprète, secondée à la plume,

pour ce titre, de Doloris Del Rio. My First

Blues de Clio & the Blues Highway est un

premier album solide, diversifié, qui

tient bien la route!… Bonne route

Clio & the Blues Highway!

Rock progressif

par Richard Guay

rguay@quebecaudio.com

IQ Frequency

INSIDEOUT MUSIC, IOMCD 311,

WWW.IQ-HQ.CO.UK

IQ nous propose son neuvième album

studio, après cinq longues années marquées

de déchirements et de perturbations

qui menèrent au départ du membre fondateur

Martin Orford, après 26 ans de bons et

loyaux services. Rappelons que c’est ce dernier,

en compagnie de Mike Holmes, qui,

en 1981 fit le pari audacieux de mettre sur

pied un nouveau groupe de rock progressif,

en cette époque si hostile à ce style musical.

Même s’il est normal dans ce contexte

d’avoir des appréhensions, une seule

écoute du nouvel opus sera suffisante pour

dissiper toute crainte. La musique de IQ,

sans être cérébrale ou élitique, fait toujours

beaucoup de bien, et ce, depuis le premier

album. Sa marque de commerce est

connue: des mélodies profondes et accrocheuses,

un ensemble ludique et réconfor-

tant, une structure harmonique puissante

et des enchaînements qui nous rivent à

notre siège, rien de moins! Le nouveau claviériste

Mark Westworth est à la hauteur de

la situation et respecte l’héritage d’Orford

dont le fantôme plane constamment sur

cette nouvelle mouture. Je dirais même

qu’au début, l’absence de ce dernier passe

inaperçue. Par contre, ses claviers de style

«orgue d’église» si caractéristiques et si

enveloppants manquent parfois cruellement.

En contrepartie, Nicholls, Holmes et

Jowitt prennent plus de place, avec comme

résultat un album plus bavard mais aussi

plus hard, où les guitares tranchantes et la

basse saccadée sont omniprésentes. Le

retour à plusieurs pièces «mi-longues» (8-

12 minutes) comme Ryker Skies et The

Province, est je crois un bon choix, ce format

convenant mieux au style du groupe.

Frequency, à défaut de surprendre, s’inscrit

dans une saine continuité. D’ailleurs,

pourquoi changer ce qui fonctionne si

bien?

MALIBRAN

Trasparenze

ELECTROMANTIC RECORDS,

WWW.ELECTROMANTIC.COM

Huit longues années se sont écoulées

depuis Oltre l’Ignoto que j’avais encensé

dans le numéro d’avril 2002. Admettons

que le cinquième album de Malibran a su

se faire désirer ! Même après tout ce temps,

son grand timonier, Giuseppe Scaravilli

(voix, guitare), a pu encore compter sur ses

fidèles collaborateurs d’antan, Alessio

Scaravilli (batterie, percussions), Giancarlo

Cutuli (flûte traversière, saxophone,

piccolo) et Jerry Litrico (guitare), pour produire

une œuvre remarquable qui ravira

l’amateur de groupes italiens qui sommeille

en vous. D’une stabilité à toute

épreuve, la musique de Malibran nous

entraîne dans un monde connu et sécurisant.

La carte italienne y est jouée à fond de

train. D’abord en ce qui concerne les paroles

; l’abandon, au troisième essai (La Città

sul Lago, 1998), de la langue anglaise

pour celle de Léonard de Vinci, ajoute énormément

de lyrisme et de profondeur à l’ensemble.

Mais aussi pour la structure harmonique

qui favorise les pièces à développement,

courtes, les mélodies romantiques

et le chant, toujours en avant-plan. Le raffinement

y est à son comble et chaque

variation s’accomplit en toute délicatesse,

même lors de passages plus hard. La voix

émotive de Scaravilli et sa flûte enchanteresse

cadrent admirablement bien dans ce

décor digne de la Renaissance. On n’a donc

rien perdu à attendre Trasparenze si longtemps

; encore une fois, Malibran nous

livre un produit classique, sans concession

et d’une authenticité réjouissante.

ROSWELL SIX

Terra Icognita : Beyong the

Horizon

PROGROCK RECORDS, PRR 720,

WWW.PROGROCKRECORDS.COM;

WWW.MYSPACE.COM/ROSWELLSIX

Roswell Six est un projet collectif parrainé

par la compagnie de disques

Progrock Records qui désirait réunir plusieurs

de ses «poulains» importants dans

un album concept. Cette pratique n’est pas

nouvelle. En fait, la recette est simple: il

faut d’abord trouver une toile de fond

solide qui se prête bien au rock progressif.

Ici, on opte pour un roman de science- fiction

de Kevin J. Anderson, où il est question

de navigateurs qui découvrent une terre

inconnue peuplée de monstres et de toutes

sortes de créatures peu recommandables.

Par la suite, on élabore une trame musicale

fleuve conçue pour bien servir le texte

et les émotions qui s’en dégagent. Ces projets

sont rarement des œuvres éclectiques,

cérébrales et à forte personnalité; avec

autant d’artistes d’origines diverses, on ne

peut que privilégier une structure simple,

accessible et dont la mission première est

de divertir le plus grand nombre de mélomanes

possibles. Le résultat obtenu ici est

très réjouissant. La facture est énergique,

assez hard mais de très bon goût. Les pièces

sont très bien structurées et les mélodies

accrocheuses couvrent toute une gamme

d’émotions. L’équipe de protagonistes est

imposante et prestigieuse avec ses quatre

solistes dont James LaBrie, Michael Sadler

et Lana Lane et des musiciens tels Erik

Norlander, le principal compositeur, David

Ragsdale et Martin Orford. Terra Icognita:

Beyong the Horizon est un produit accessible,

délicieusement envahissant et qui

offre des heures de plaisir coupable!


CANTINA SOCIALE

Cum Lux

ELECTROMANTIC MUSIC, ARTP 503,

WWW.CANTINA-SOCIALE.COM;

WWW.ELECTROMANTIC.COM;

WWW.MYSPACE.COM/WWWMYSPACE-

COMCANTINASOCIALE

Un autre album que l’on n’attendait

plus! Il y a sept ans, j’avais été sidéré par

Balene (voir no Octobre 2002) et je brûlais

d’impatience de constater où cette jeune

formation mixte (3 femmes et 4 hommes)

en était rendue. À mi-chemin entre un

groupe traditionnel de rock progressif et

une troupe d’opérette moderne, Cantina

Sociale propose une musique dépareillée,

teintée d’atmosphères surréalistes, de rythmes

jazzés, le tout reposant sur une solide

base progressive classique et passablement

baroque. Les structures harmoniques sont

complexes, osées, inhabituelles et d’inspirations

éclatées. On s’en doute, la facilité ici

n’est pas de mise. Sept musiciens exceptionnels

qui touchent pratiquement à tous

les instruments possibles se partagent une

scène énorme, d’où fusent en même temps

accords tordus, mélodies romantiques et

parfois, rythmes endiablés. Les guitares

sont en constante conversation avec les

saxophones et les claviers, ce qui crée une

atmosphère électrisante. La voix théâtrale

d’Iano Nicolò, accentuée par ses paroles

italiennes, est à la fois chantée et parlée,

ajoutant à l’exquis climat de confusion qui

nous envahit. La pièce titre dure 20 minutes

et constitue un délice. On l’aura compris,

Cum Lux est une autre œuvre d’exception,

originaire d’un pays renommé

pour son sens de l’esthétisme et qui

conviendra aux mélomanes les plus

exigeants.

Musique du Monde

par Nathalie Fredette

nfredette@quebecaudio.com

DUOUD

Ping Kong

WORLD VILLAGE/SRI, WVF 479025

En 2003, ils avaient volé la vedette à

Natasha Atlas dont ils assuraient la première

partie au Spectrum de Montréal, en

nous éblouissant avec leurs échanges vifs et

virtuoses au oud acoustique et électrique.

Le jeu de Jean-Pierre Smadja, musicien

d’origine tunisienne, et de Medhi Haddab,

d’origine algérienne, avait fait forte

impression, c’est le moins qu’on puisse

dire. Aujourd’hui, Ping Kong les rassemble

sur disque pour une troisième fois (après

Wild Serenade et Sakat) pour un set tout

aussi enlevé que les précédents. Pour cette

nouvelle joute, tous les coups sont permis

-coups rapides ou lents, smashs ou amortis.

Les échanges sont brillants et musclés.

Témoins de cette joute et y participant: le

doué Cyril Atef de Bumcello, l’extraordinaire

chanteuse mauritanienne Malouma

et Bruno Ferrier, en voix sur Oud Art Corps.

Souvent soutenues par les rythmes électroniques

ou rock, voire heavy metal, qui

amènent cet instrument sur des terrains

d’ordinaire peu fréquentés, les compositions

de Duoud explorent des avenues inattendues.

Des sonorités et des textures

contemporaines enveloppant un instrument

bien ancré dans la tradition, voilà de

quoi en étonner et en séduire plus d’un. Au

premier chef, l’auteure de ces lignes.

OKTOECHO

Oktoecho

ELYXIUM / SRI, MV007

L’ancienne formation Zeugma reprend

vie, sous le nom de Oktoecho, ainsi qu’en

témoigne le récent disque éponyme. Fondé

par la directrice artistique et compositrice,

Katia Makdissi-Warren, ce groupe à géométrie

variable propose une rencontre

entre les musiques occidentale et arabe des

plus fécondes. Entre les musiques savantes

classique et contemporaine, les improvisations

plus libres soutenues par des sonorités

et des rythmes parfois jazz, les échanges

sont nombreux. Chacune des pièces offre

des avenues riches et pertinentes. Les arrangements

élégants et raffinés, modernes et

complexes, en séduiront plus d’un.

Saluons les métissages convaincants proposés

par ces musiciens de talent et, de

toute évidence, inspirés. Puisse l’écho de

cette musique gracieuse se répercuter à

l’infini, par-delà les frontières de toutes sortes.

ARTISTES DIVERS

Italia

PUTUMAYO WORLD MUSIC,

PUT 290-2

L’étiquette Putumayo présente une

compilation, regroupant différents chanteurs

italiens contemporains. Même si elle

ne possède pas le charme délicieusement

suranné de la précédente compilation,

Italian Café, cette Italia légère se laisse

agréablement écouter. Marquées d’accents

de samba, de swing, de tango, de reggae, les

11 pièces rassemblées ici sauront détendre

et faire bouger les auditeurs amateurs de

balades latines. Aux côtés des Giorgio Conte

et Gianmaria Testa, on trouve ça et là des

noms moins connus de ce côté-ci de

l’Atlantique : Simone Lo Porto,

Rossomalpelo, Lu Colombo & Maurizio

Geri Swingtet, Alessandro Mannarino, etc.

Mentionnons aussi la présence d’un autre

interprète, assurément mieux connu de

nous que des Italiens: Marco Calliari, avec

son Americano chaloupé et rétro à souhait.

BA CISSOKO

Séno

STERNS AFRICA / SRI, STCD1108

Ba Cissoko, chanteur, compositeur et

joueur de kora guinéen, leader du groupe

qui porte son nom, nous arrive avec un

troisième album: Séno. Le disque allie avec

grâce tradition et modernité, comme peut

d’entrée de jeu, le laisser supposer l’heureux

mariage entre kora acoustique et kora

électrique. Cela, en dépit du fait que les

deux disques précédents étaient résolument

plus électriques. Ici, l’équilibre est parfait et

témoigne de la maturité de ce groupe qui

entremêle parfaitement instruments

modernes et traditionnels, en faisant intervenir

aussi bien kora et guitares électriques

que kora, balafon, calebasse et djembé traditionnels.

Jeune dans l’esprit, en même

temps que respectueux de la longue et

noble tradition mandingue.

KIMI DJABATÉ

Karam

CUMBANCHA, CMB-CD-12

Avec Karam, l’étiquette Cumbancha

lance sa série Cumbancha Discovery,

série qui s’annonce prometteuse si l’on en

juge par cette première proposition.

L’heureux élu, auteur de ce Karam, est

Kimi Djabaté, jeune chanteur et joueur de

balafon, originaire de Guinée-Bissau, installé

à Lisbonne depuis une quinzaine

d’années. Après un premier disque qu’il a

lui-même réalisé et des collaborations

auprès d’artistes de la trempe de Mory

Kanté et Waldemar Bastos, Djabaté offre ici

15 pièces douces et mélodieuses, portées

par ce xylophone africain nommé balafon.

Elles sont enjolivées encore par les notes

fluides et gracieuses de la kora. Du beau

travail.

CULTURE

MUSICAL CLUB

Shime !

WORLD VILLAGE / SRI, 468080

Du sud-est du continent africain, au

large de la Tanzanie, nous arrive une

musique séduisante, fruit d’un métissage

des cultures africaines, arabes et indiennes:

le taarab. Sur Shime, elle nous est offerte

par le Culture Musical Club, une des plus

importantes formations de Zanzibar, fondée

en 1956. S’y rencontrent oud, accordéon,

violon, quanoun et derbouka, portés

par les voix des solistes masculins et féminins

et un poignant chœur de femmes. Un

disque inspiré, beau et mélancolique, traversé

de part en part par l’émotion.

Les Vinyles

par Alain Jardel

ajardel@quebecaudio.com

BOB MARLEY

Legend

180 g

S’il y a un album de reggae à posséder,

c’est bien celui-là. Un incontournable! Un

classique! Un chef d’œuvre, ni plus, ni

moins. Décédé en 1981 à l’âge de 36 ans,

Bob Marley fait maintenant partie des

grands compositeurs de l’histoire de la

musique… Pardon! Des plus grands, au

QA&V-TED, août-septembre 2009 61


même titre que Dylan, les Beatles, et j’en

passe. Sorti le 8 mai 1984 sur étiquette Tuff

Gong, il s’agit de l’album de reggae le plus

populaire au monde. Pas surprenant si on

considère le nombre de copies vendues

depuis sa parution car Legend contient

plusieurs de ses meilleures chansons, telles

que Is This Love, Get Up Stand Up, la version

originale de I Shot The Sheriff, reprise

de belle façon par Clapton, mais aussi

Redemption Song, tout simplement irrésistible,

sans oublier la très dansante Could

You Be Love que tous les DJ du monde ont

fait jouer. Il est à noter que cette réédition

contient deux chansons de plus: Easy

Shanking et Punky Reggae Party.

Mentionnons aussi la superbe pochette et la

qualité sonore, le tout, à bon prix. Vite, le

volume 2!

PAT METHENY

Day Trip /Tokyo Day Trip Live

3 LPS 180 g PLUS 2 CD

Pour vous dire franchement, les derniers

albums de Pat Metheny m’avaient

laissé indifférent. Mais… surprise! Ce triple

album arrivant de nulle part, grâce à la

prestigieuse étiquette Nonesuch, nous

ramène le Metheny que j’ai aimé, celui du

début de sa carrière lorsqu’il endisquait sur

ECM, avec des opus tels que Bright Size

Life. À l’époque, il était accompagné, en

trio, de Jaco (basse) et de Bob Moses (batterie).

Un retour aux sources donc pour l’excellent

guitariste, accompagné ici par

Christian McBride (basse) et Antonio

Sanchez (batterie). À l’origine, l’album

était sorti le 29 janvier 2008, sous le titre

Day Trip, et contenait 10 pièces enregistrées

le 19 octobre 2005. La réédition vinyle

en contient cinq de plus. Wow! Quelle performance

pour ce trio, bien qu’on puisse

62 QA&V-TED, août-septembre 2009

toutefois reprocher à Metheny son côté

technique et un peu froid. Mais sur certains

morceaux, Day Trip nous plonge dans un

jazz plus chaleureux, grâce à McBride et

Sanchez. Une belle surprise, donc. Un tour

de force à couper le souffle. Avec un son

fantastique! De même pour la pochette. En

outre, on retrouve deux disques compacts

contenant les mêmes enregistrements. Et

bien…, je n’en reviens tout simplement

pas.

FRANK ZAPPA

Hot Rats

CLASSIC RECORDS, 200 g

Quel plaisir pour moi que de faire la

critique d’un de mes albums préférés de

tous les temps. Enregistré pendant

l’été 1969 et sorti le 10 octobre de la même

année, Hot Rats est le premier disque de

Zappa sans les Mothers. Pour cet album

presque tout instrumental, il s’était entouré

de musiciens formidables, dont Jean-Luc

Ponty, Shuggy Otis, Captain Beefheart,

Lowell George (eh oui, le gars de Little

Feat), Sugarcane Harris, Ian Underwood, et

j’en passe. Considéré par plusieurs comme

le premier disque de jazz rock de l’histoire

de la musique (c’est discutable), Hot Rats

est un petit chef-d’œuvre, avec des arrangements

hallucinants et une énergie qui laissent

bouche bée. Des six compositions de

Zappa, Willie The Pimp vaut à elle seule

l’achat du disque. Pourquoi? Pour la voix

de Captain Beefheart et, surtout, pour le

solo de guitare de Zappa, un de ses meilleurs

et aussi un des plus grands de l’histoire,

selon moi. Magistral! Rien de moins.

Une montagne de riffs dévastateurs trempés

dans le blues. Et que dire de la pièce qui

ouvre l’album, Peaches In Regalia, un

classique qu’on pourrait même qualifier de

jazz moderne ? Et de The Gumbo

Variations, avec des arrangements des plus

complexes? Quel délice pour les oreilles!

Détail intéressant, Zappa a enregistré ce

disque sur une console 16 pistes, une première

à l’époque.

Disponible en format 150 g, pour cette

réédition, le mastering a été effectué sous

la supervision de Gail Zappa et de Bernie

Grundman. Les audiophiles en auront

donc pour leur argent; 47 minutes et

5 secondes de musique sublime, composée

par un génie et un des plus grands guitaris-

tes. Pour ceux que cela intéresserait, l’édition

en disque compact de 1987 contient

des versions différentes du disque vinyle

original, ce qui n’a pas plu à tout le

monde. Et malgré bien des rumeurs, la fille

sur la pochette n’est pas Ruth Underwood,

mais plutôt Miss Christine qui faisait partie

des GTO’s, un groupe de filles de l’époque

dont Zappa était le producteur. Autre fait

intéressant, Hot Rats s’est classé à la

173e position sur 200 au Billboard de 1969.

Incroyable mais vrai. Peu importe. Comme

le disait Zappa: «Ce disque est un film

pour vos oreilles». Bon cinéma!

Répertoire des annonceurs

AMX Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 3

Arcam . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 55

Audio d’Occasion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pages 15, 21

Audiolight . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pages 15, 56

Audioville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 52

AuDIYo.com . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 51

Brosseau Audio-Vidéo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 15

Cambridge Audio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 63

Ciné Consulte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 50

Classé Audio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 41

Codell Audio . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 28

CORA Stéréophonie et cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 54

Coup de foudre audio vidéo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 38

Elac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 49

Exact audio vidéo cinéma . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48

Galerie Audio Vidéo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 25

Kébec•Son . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 64

MCM Acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 26

MonInstallateur.com . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 45

Multi Eletronique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pages 15, 33

NAD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . pages 6 - 7

Optoma Technology . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 35

Radio St-Hubert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 15

Samsung . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 5

Sennheiser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 53

Sensation Musicale Hi-Fi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 15

Sharp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 29

Son • Or • Filtronique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 37

Studio 1006 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 48

Totem Acoustic . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 2

Verity . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 19

XLO Electric . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 23


NOUVEAUX

MODÈLES

Les nouveaux Azur sont arrivés!

Il est temps d’amener votre

musique au prochain niveau…

Quand Cambridge Audio a lancé sa gamme Azur, elle a créé

quelques remous.

Aujourd’hui, Cambridge Audio remet çà avec la nouvelle série

650! Complètement redessinée, aussi bien esthétiquement que

techniquement, ces nouveaux modèles excitants se concentrent

sur nos principes les mieux gardés : performance sonore explosive,

valeur incroyable et design à l’épreuve du temps.

Peu importe la musique qui vous attire et votre façon de l’écouter,

nous vous garantissons que nous y avons investi toute notre

passion pour en retirer le maximum.

Les avantages sont plus faciles à ressentir

qu’à expliquer, alors allez visiter

www.cambridge-audio.com/newazur pour

découvrir le spécialiste Cambridge Audio le

plus près de chez vous.

www.cambridge-audio.com

Vous pensez brancher un PC, Mac ou lecteur

de musique numérique à votre chaîne hi-fi?

Alors, vous ne pouvez faire mieux que

l’incroyable DacMagic de Cambridge Audio.

votre musique + notre passion

Cambridge Audio est distribué par Plurison - www.plurison.com - 866 271 5689

More magazines by this user
Similar magazines