La Poste Magazine – 2010 - tessagerster

tessagerster.ch

La Poste Magazine – 2010 - tessagerster

Thomas Hampson, baryton vedette

«J’aime l’esprit de famille et le

respect d’autrui des Suisses.» Page 26

m agazine

L a Poste Suisse bouge

Edition novembre 2010

Envois de Noël Délais de dépôt

et heures d’ouverture de la Poste

durant les fêtes. Page 22

Chefs-d’œuvre en miniature

Page 6

L’originalité des timbres créés par la Poste.


6 Actualité

P assion dentelée

Les timbres émis par La Poste Suisse sont réputés dans le monde entier pour leur qualité et leur design.

Mais comment en choisit-on les sujets, comment se fabrique un timbre? Regard dans les coulisses.

Des vignettes qui sortent du lot: brodés, à l’arôme de chocolat ou à effets lenticulaires, les timbres-poste de La Poste Suisse sont à chaque fois des

chefs-d’œuvre techniques et graphiques (description voir page 8).


magazine novembre 2010 Actualité 7

Texte d’Anja Thomas

L’apparition du timbre-poste en

1840 a marqué une véritable révolution

pour les services postaux. La

nouveauté consistait à faire payer

le port à l’expéditeur, alors que

jusque là il était perçu auprès du

destinataire. D’emblée, les timbres

suisses sont sortis du lot grâce à

leur qualité et à leur design – et ils

perpétuent toujours cette réputation

aujourd’hui. Premier timbre en

broderie, premier timbre aromatisé

au chocolat, premier timbre à effets

lenticulaires: les timbres-poste

suisses ont toujours été à l’avantgarde

de l’innovation. Mais est-ce

bien nécessaire? «L’innovation doit

être directement en rapport avec le

thème du timbre. Nous essayons de

trouver l’équilibre idéal entre la

technique et le motif.» Le lieu de

travail de Kurt Strässle, responsable

Gestion des produits Timbresposte

à La Poste Suisse, mesure

neuf centimètres carrés; il est coloré,

bordé de dentelures et aujourd’hui

le plus souvent autocollant.

Un bien petit espace pour dire

de grandes choses. «Un timbreposte,

c’est tout à la fois un objet

d’usage courant et une œuvre d’art.

Les timbres font l’identité d’un

pays, leur graphisme reflète sa

culture.» Tout biens culturels >


8 Actualité

Le négociant et collectionneur

Jean-Paul Bach, né en 1952, a créé en 1981 une maison de vente aux

enchères de timbres-poste aujourd’hui numéro 1 de la branche en Suisse.

En juin dernier, il a vu passer sous son marteau un Double de Genève

(somme record de 270 000 francs). En bon Bâlois, il quitte parfois ses

timbres pour diriger la clique Privé-Waggis. Œ www.bach-philatelie.ch

02

01

03

06

02

04

05

07

11

09

08

12

14

10

13

Timbres-poste spéciaux de La Poste Suisse:

Innovations en série (pages 6–7)

01 Avec hologramme, Rega, 2002

02 Effet lenticulaire (5 images

superposées), 100 ans du Musée

de la communication, 2007

03 Perforé, Fête fédérale de tir,

2010

04 Roger Federer, seul Suisse

à fi gurer sur un timbre de son

vivant, 2007

05 Jean Tinguely, émission

commune Suisse-France créée

par l’artiste, 1988

06 Avec code tridimensionnel

(BeeTagg) renvoyant à un site

Internet, Suisse Tourisme, 2007

07 Effet optique par impression

multiple montrant le recul des

glaciers, 2009

«4 et 6 de Zurich»

Date d’émission:

1.3.1843

08 Réduction à l’échelle du billet

de cent francs, 100 ans de la

Banque Nationale Suisse, 2007

09 Inscription en Braille, 100 ans

de l’Union centrale suisse pour

le bien des aveugles, 2003

10 En forme de triangle, timbre

Europa 100 ans des scouts, 2007

11 En bois, pour illustrer les matières

premières suisses, 2004

12 Avec parfum de chocolat, 100

ans de CHOCO SUISSE, 2001

13 Timbre-poste courrier A «vivant»,

constitué par 10 000

personnes, inscrit au Livre

Guinness des records, 1996

14 Broderie de St-Gall, première

mondiale, 2000

> qu’ils soient, les timbres doivent

aussi se vendre. Et leurs acheteurs

sont très variés. Il y a d’abord

les clients de la Poste – donc la population.

Qui d’entre nous n’a jamais

mis de côté quelques belles vignettes

pour une occasion spéciale? Par

exemple le superbe «Eiger-Mönch-

Jungfrau» de Bernadette Baltis –

couronné plus beau timbre d’Europe

en 2006. Mais aussi les timbres du

Carnaval de Bâle signés Vetsch, qui

se sont arrachés en quelques heures-.

Ou encore de belles roses Pro Juventute

pour écrire à la grand-mère –

sans oublier la princesse Lillifee

pour sa petite-fi lle. Bref, les thèmes

des émissions sont aussi divers que

les goûts du public. Ce qui ne plaît

pas toujours aux collectionneurs

purs et durs. Les philatélistes: voilà

l’autre des principaux groupes

cibles.

Un hobby coûteux

Un homme grisonnant, casanier, à

l’esprit conservateur – pour beaucoup,

le portrait typique du philatéliste.

Une ribambelle de clichés que

Jean-Paul Bach s’empresse de battre

en brèche. Le négociant, commissaire-priseur,

expert et courtier en

timbres est jovial, dynamique et ne

tient jamais en place. Il parcourt

chaque année des milliers de kilomètres

pour acheter des timbres ou

conseiller les propriétaires – ou, souvent,

les héritiers – d’une collection

désireux d’en tirer le meilleur prix.

On ne trouve plus vraiment de

pièces de grande valeur de nos jours.

Notre homme doit pourtant vivre de

sa passion, tout dispendieuse qu’elle

soit. Lui-même collectionne plus

spécialement les Colombe de Bâle.

Le fameux timbre cantonal bâlois à

2½ centimes est, après les 4 et 6 de

Zurich et le Double de Genève, le

troisième timbre sorti en Suisse, et le

cinquième au monde. Emise en

1845, avant même la fondation de la

Poste fédérale, la Colombe de Bâle

est non seulement le premier timbre

multicolore et en relief, mais aussi le

premier à avoir acquis un véritable

statut de star.

Rien d’étonnant donc à ce que

Jean-Paul Bach soit littéralement

tombé amoureux du petit volatile,

qu’il lui ait consacré un livre unanimement

salué par les spécia -

listes, et qu’il en ait fait le fl euron de

sa collection personnelle. Les yeux

brillants, il nous ouvre l’un de ses

albums. Elles sont là, les fameuses

petites vignettes, superbes et délicates,

trésors discrets et chers –

45 000 francs la pièce tout de même!

«Ah, le Viagra des philatélistes!»,


magazine novembre 2010 Actualité 9

s’enfl amme notre interlocuteur. Il se

dit d’ailleurs dans le milieu que la

collection Bach serait la plus belle et

la plus précieuse au monde s’agissant

des Colombe de Bâle. Mais combien

vaut-elle? Le Bâlois sourit fi nement:

«Ce que j’y ai mis comme passion,

ça n’a pas de prix – surtout

pour un collectionneur. Les chi� res,

je les laisse aux comptables.»

Sélection soignée

En tant que président de l’Association

suisse des négociants en philatélie

(ASNP), Jean-Paul Bach est

membre de droit du jury de sélection

des timbres-poste de La Poste Suisse.

C’est à cet organe qu’il revient de

choisir lesquels des projets de

timbres seront fi nalement émis.

Mais avant cela, en amont, l’équipe

de Kurt Strässle à la Poste a déjà accompli

l’essentiel du travail. Les

timbres émis cette année étaient en

discussion depuis 2008 déjà. Certaines

émissions, comme les timbres

Pro Patria et Pro Juventute, sont des

jalons fi xes du programme annuel.

Une fois le choix des thèmes arrêté,

c’est le directeur général de la Poste

qui a le dernier mot. Les artistes

peuvent alors être mandatés ou invités

à participer à un concours.

Leurs projets sont soumis au jury

des timbres-poste, au sein duquel

sont représentés, outre la Poste et

l’ASNP, également la Fédération des

Sociétés philatéliques suisses (FSPS),

le Musée de la communication, la

Commission fédérale des beauxarts,

et le cas échéant les associations

demanderesses.

La Poste Suisse émet chaque année

une quarantaine de timbres en

moyenne, pour une valeur nominale

globale inférieure à 60 francs.

Pour les timbres-poste spéciaux, le

tirage est déterminé à l’avance. Et,

une fois la période de vente écoulée,

les invendus sont systématiquement

détruits. Quels sont les sujets qui se

vendent le mieux? Les timbres Pingu

et Alinghi ont très bien marché, par

exemple – mais surtout celui consacré

à Roger Federer, parti à 5,6 millions

d’exemplaires. Pourtant le sujet

n’allait pas de soi: il faut savoir

qu’une ordonnance du DETEC stipule

que seules les personnalités

décédées peuvent faire l’objet d’un

timbre. «Mais Roger Federer est un

sportif exceptionnel, il valait donc

bien une exception.» Kurt Strässle

s’en justifi e: «Il ne faudrait surtout

pas y voir un précédent. Le tennisman

bâlois a gravé son nom au plus

haut sommet de l’histoire du sport,

c’est une personnalité qui restera

dans la mémoire de notre >

«Double de Genève»

Date d’émission:

30.9.1843

«Colombe de Bâle»

Date d’émission:

1.7.1845

Photos: Cédric Widmer; Source: Musée de la communication

De 600 à 300 millions de timbres

Ces quinze dernières années, le tirage annuel des timbres-poste suisses a

diminué de moitié, pour passer de 600 millions à environ 300 millions. Le

chiffre d’affaires de ce secteur s’établit actuellement à environ 420 millions

de francs (2009), dont environ 20 millions grâce aux philatélistes et autres

collectionneurs. Le recul de la vente des timbres-poste va de pair avec

la baisse générale du volume du courrier, à l’heure où les médias électroniques

se substituent de plus en plus à la lettre traditionnelle. Internet offre

toutefois aussi de nouvelles possibilités d’affranchissement: WebStamp,

le timbre électronique de la Poste. Jusqu’à la mi-2010, 160 000 clients se

sont déjà enregistrés en ligne et plus de 25 millions de WebStamps ont

été créés. DL

Le spécialiste

Kurt Strässle, Kurt Strässle, né en 1958, est depuis 1999 responsable de

la conception des timbres à la Poste. Photographe et graphiste de formation,

passionné de culture, marier harmonieusement excellence technique et

exigence artistique est son credo permanent, qui se refl ète dans «ses»

timbres. Πwww.poste.ch/philatelie


10 Actualité

> pays.» Les thèmes des timbres

refl ètent bel et bien les idoles de leur

époque.

Une production complexe

«Jeanne Hersch me plaît pour sa clarté.

J’aime les choses simples!», explique

Tessa Gerster, qui a créé le

timbre émis en septembre en hommage

à la philosophe genevoise

(1910-2000). Comment la jeune

femme a-t-elle approché la grande

dame qui s’est battue pour la liberté

et la dignité de l’homme? «Je procède

toujours de la même manière. Je fais

des recherches sur le support puis

sur le sujet», indique la graphiste de

30 ans, qui possède un atelier de

communication visuelle à Lausanne.

Elle a lu des livres de et sur la

philosophe. Elle a regardé des vidéos

afi n de se familiariser avec la

gestuelle de Jeanne Hersch puis a

choisi pour son esquisse une photo

en noir et blanc, un instantané. Aux

yeux de Tessa Gerster, la posture refl

ète la pensée de celle qui aimait la

controverse: «Elle regarde en arrière,

vers le vécu, tout en restant

résolument tournée vers l’avenir.

Son esprit vif et sa quête intérieure

sont palpables, le mouvement et la

profondeur se rejoignent».

Tessa Gerster dessine tout

d’abord à la main puis travaille avec

des logiciels de graphisme. Elle imprime

régulièrement les versions au

format original et vérifi e leur e� et.

Elle joue avec l’ombre et la lumière.

Et avec la couleur. «Le fuchsia est

une couleur moderne, de notre

temps. De par sa contemporanéité, il

souligne le fait que le propos de

Jeanne Hersch reste très actuel et

pertinent», indique la talentueuse

artiste. Son vernis à ongles est de la

même couleur.

Leçons de la folie Panini

Haute qualité et innovation ne su� -

sent plus: le nombre des abonnements

aux timbres-poste est en

constante régression. Le timbreposte

a-t-il encore un avenir comme

objet de collection? «Absolument»,

Jean-Paul Bach en est convaincu. Il

prend à témoin les épisodiques

ruées sur les vignettes de footballeurs

Panini. «La Poste rivalise

d’imagination pour intéresser les

jeunes», reconnaît l’avisé négociant,

mais elle doit faire encore plus d’efforts.

L’inspiration est peut-être

à chercher outre-Atlantique. «Les

Américains sortent des feuilles de

cent timbres avec des astronautes,

des présidents, des chefs indiens.

Mais allez donc trouver une centaine

d’Indiens en Suisse...» n

«Helvetia assise»

ou «Strubeli»

Date d’émission:

dès 1854

«Helvetia assise

dentelée»

Date d’émission:

dès 1862

«Helvetia debout»

Date d’émission:

dès 1882

La graphiste

Tessa Gerster, Tessa Gerster, née en 1980, a terminé ses études à l’Ecole

romande d’art et de communication à Lausanne en 2006. On lui doit les

timbres Pro Juventute sur le thème de l’argent et des enfants. C’est également

elle qui a conçu l’édition 2011 du calendrier familial de la fondation.

Elle vit et travaille à Lausanne. Œ www.tessagerster.ch

Des images qui tiennent

Le Musée de la communication à Berne, une fondation

de la Poste et de Swisscom, possède

une des plus importantes collections philatéliques

au monde ouverte au public. Une grande partie

des timbres-poste sont présentés dans l’exposition.

Les curateurs misent sur la force de l’image

en permettant au public de voir de près les petites vignettes. Les visiteurs

y découvrent un univers aux multiples facettes, dans un tour d’horizon

complet des réalités suisses. Une approche ludique est assurée grâce à

l’installation permettant à chacun de créer son propre timbre-poste. Les

pièces les plus marquantes sont le légendaire bloc de 15 de la fameuse

Colombe de Bâle ainsi que la collection unique de variantes des Helvetia

debout et Helvetia assise. AT

Informations

Πwww.mfk.ch

Photo: Cédric Widmer; Source: Musée de la communication, Lisa Schäublin

Similar magazines