30.10.2020 Views

La Voix citoyenne - Édition numéro 3 - Octobre 2020

Journal communautaire du Vieux-Gatineau abordant les aspects communautaires, commerciaux, citoyens et environnementaux.

Journal communautaire du Vieux-Gatineau abordant les aspects communautaires, commerciaux, citoyens et environnementaux.

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Sabine Joanicot, citoyenne

Photo : Marie Séguin et Stéphane Guitard.

Nous avons rencontré

Sabine chez elle, à son

domicile, où elle accueille des

personnes vulnérabilisées par

l’âge ou la maladie : Ma famille,

dit-elle toute souriante, faisant

allusion à sa culture africaine.

Tout au Iong de l’entrevue,

Sabine nous parlera d’entraide,

de respect, d’amour d’autrui.

Madame se présente d’abord

comme une femme noire,

Madame Sabine Joanicot.

africaine, puis elle se ravise,

Je suis une citoyenne du monde, dit-elle, fièrement.

Elle a fait ses études universitaires en France, qu’elle a habité

plusieurs années, avant de s’installer au Canada, en Ontario

d’abord, puis au Québec, à Montréal, et finalement, dans le secteur

du Vieux-Gatineau.

Depuis sa tendre enfance, suivant I'exempIe de sa mère, médecin de

village, instinctivement elle prendra bien soin des plus vulnérables,

souvent bénévolement.

Elle raconte, avec cette fougue qu’on lui connaît, quelques

anecdotes touchantes de personnes qu’elle a accompagnées et

soignées jusqu’en fin de vie. Elle les a aimées tendrement et tous et

toutes l’ont traitée comme leur propre fille. Aujourd’hui, certains de

ses résidents vivent chez-elle depuis plus d’une dizaine d’années.

Comme dans son Afrique natale, rarement on ne prononce les

prénoms, plutôt, mamie, maman, ma fille, papa. Chez Sabine, on rit,

on pleure, on s’obstine, on s’engueule, dit-elle, comme on le fait dans

toutes les familles. Et vlan! Soudainement elle tape fort sur la table

se rappelant qu’une intervenante lui avait dit de ne pas trop

s’attacher à ses résidents.

Sabine a parlé fort pour lui dire qu’elle avait deux chats auxquels elle

était très attachée comme bien d’autres familles le sont aussi pour

Ieurs animaux domestiques : Non Madame! Me détacher de mes

résidents, c’est impossible!

A-t-elle déjà été victime de racisme? Voici sa réponse : Non, je ne

crois pas. Ah, peut-être une fois, oui. J’avais rendez-vous pour un prêt

hypothécaire. Aussitôt arrivée, encore debout dans l’entrée, on me dit

qu’on ne m’accordera pas ce prêt. C’était pour cette maison-ci, pour

réaliser mon rêve de prendre soin des gens à plein temps. J’ai donc

raconté mon histoire dans une autre banque. On m’a écoutée et

accordé le prêt.

Je suis, avec mon mari, propriétaire de cette résidence de soins

depuis seize ans et je travaille en collaboration avec le CISSSO

(Centre intégré de santé et de services sociaux de I'Outaouais).

Pour terminer, elle souhaite des rues avec dos d’âne pour assurer la

sécurité des gens qui participent aux diverses activités des nombreux

organismes communautaires du secteur Vieux-Gatineau.

Par Marie Séguin et Stéphane Guitard.

Pauline Bouchard, directrice de l'AGAP

Pauline Bouchard, directrice

générale de l'AGAP.

L

’été dernier, le journal La Voix

citoyenne rencontrait Pauline

Bouchard, la directrice générale de

l’Association des gens d’affaires et

professionnels (AGAP) du Vieux-

Gatineau. Avec son expérience d’une

douzaine d’années, Pauline en connaît

long sur les enjeux de la revitalisation de

notre quartier. Un quartier dont elle se

sent proche en raison de ses gens. Et aussi de ses grands besoins.

Née dans le village côtier de Pointe-Lebel, Pauline a été initiée très

tôt aux rouages du commerce de détail. Dès l’âge de 13 ans, elle

devenait actionnaire du magasin général de la place! Une astuce que

son père avait imaginée afin d’intéresser

ses trois filles à l’administration de la petite

entreprise familiale. Pauline y travaillait sept

jours sur sept, en dehors des heures de

classe évidemment. On y vendait de tout,

sauf de l’alcool le dimanche, raconte-t-elle.

C’est aussi là qu’elle allait développer son

savoir-faire en relations publiques.

Après un parcours atypique, Pauline a

décidé de s’embarquer pour les Îles

Comores, un archipel de l’océan Indien. En

compagnie de son conjoint, elle y travaillera

pendant quatre ans à faire de la

sensibilisation et de l’accompagnement sur des questions de santé

auprès des populations locales. Expérience qui, semble-t-il, allait lui

donner la piqûre du développement territorial. Et local.

Développer un quartier exige du temps, des habiletés et des

La Voix citoyenne - Octobre 2020 - Page 2

Photo : AGAP.

Photo : site internet de l'AGAP.

L'AGAP est un partenaire majeur pour Merveilles de Sable.

ressources, surtout si la

pauvreté économique y est

installée depuis des

générations. Il est donc

important de valoriser notre

richesse humaine et de

partager nos moyens afin

d’augmenter les chances de

transformation. Pour Pauline, L'AGAP au Bazar de l'emploi 2016.

il va de soi que l’AGAP doit développer et maintenir des liens fertiles

entre les commerces, les entreprises privées, les organismes

communautaires et les résidents et travailleurs du quartier. D’ailleurs,

avec la démarche de revitalisation urbaine intégrée (RUI), l’AGAP se

veut un partenaire reconnu au niveau de la Ville, rappelle Pauline.

Une chose est sûre, si vous participez à Valorifête ou aux Merveilles

de sable, si vous assistez aux activités de

réseautage de l’AGAP ou si vous

fréquentez le Marché Notre-Dame et

Propulsion scène, vous y croiserez

Pauline. Et vous conviendrez que la

réussite de toutes ces activités dépend en

bonne partie des solides échanges qu’elle

sait développer entre les partenaires et

d’une vision du développement local.

Deux aspects que le parcours

professionnel de Pauline semble mettre

en lumière.

Souhaitons que l’AGAP poursuive sur

cette lancée malgré les circonstances contraignantes de la pandémie.

Par Ève Gaboury.

Photo : site internet du CVQ-VG

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!