Supplément Serge Gaudin

sergegaudin

Le Valais de demain, Un engagement de tous les instants

Le Valais de demain,

un engagement

de tous les instants.

Candidat au Conseil d’État, je viens à votre rencontre. Je découvre des femmes

et des hommes attachés à leur terre, dotés d’une énergie remarquable et riches

d’idées prometteuses pour le rayonnement du Valais.

Comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, les petites actions créent

les grands changements. C’est l’authenticité de votre engagement au quotidien

qui me motive à vous représenter au gouvernement cantonal pour qu’ensemble,

nous continuions à entreprendre durablement.

Serge Gaudin

Culture du

service

État et privés doivent travailler ensemble

dans un cadre donné, mais davantage

adapté aux besoins des entreprises

et surtout axé sur la notion de service

aux concitoyennes et concitoyens.

Développement

durable

Hydroélectricité, solaire, bois, autant

de ressources naturelles sur lesquelles

miser pour réussir la transition énergétique

et développer l’économie circulaire.

Société et

générations

Valaisannes et Valaisans du Haut,

du Centre ou du Bas, jeunes ou seniors,

citadins ou montagnards : un seul

territoire, une même mobilisation

des talents, une réussite commune.


Servir

notre Valais

Fort d'une riche expérience professionnelle

et politique, je propose aux Valaisannes

et Valaisans ma candidature pour l'élection

au Conseil d'Etat.

Fier de mes racines, ouvert sur le monde,

maîtrisant l’allemand et l’anglais, j’offre aux

citoyennes et citoyens de notre canton un

profil différent.

Pour Entreprendre. Durablement.

epuis le mois d'août dernier, j'ai appris

à mieux comprendre les problématiques

et les défis futurs du Valais. De Gletsch

à Saint-Gingolph. De la plaine du Rhône

aux vallées latérales. J'y ai rencontré

des femmes et des hommes engagés

pour leur pays, que ce soit des personnalités

actives dans les milieux culturels, sportifs,

associatifs ou politiques ou des dirigeants d’entreprises.

Ces rencontres resteront gravées dans mon cœur.

Ces nombreux échanges m'ont permis de mieux

comprendre les préoccupations des Valaisannes

et des Valaisans et ont abouti à une feuille de route

politique traitant de 6 thématiques importantes

à mes yeux. Sur ces enjeux, j'ai défini trois axes prioritaires

qui me tiennent à cœur : l'entrepreneuriat, la durabilité

et le vivre ensemble.

Au niveau économique, le rôle de l'Etat est de mettre

en place les conditions cadres pour permettre aux

entreprises de se développer. Leur succès est une condition

sine qua non pour développer le sport et la culture, travailler

à l’intégration de tous, pourvoir aux besoins des plus faibles,

afin que nous puissions vivre dans une société solidaire

et responsable. La qualité de la formation de nos jeunes

et les débouchés que nous sommes à même de leur offrir

sont les facteurs clés du succès de demain. Aujourd'hui,

grâce au développement des projets de Lonza dans

le Haut-Valais, notre Canton est positionné sur la carte

du monde des producteurs de vaccin contre le Covid-19.

L'Antenne valaisanne de l'EPFL est citée en référence

pour son dynamisme.

Le Valais doit accélérer sa transformation, en profitant

des bienfaits de la digitalisation, sans oublier ses racines

et la qualité de ses produits agricoles et viti-vinicoles

notamment. Sans oublier son tourisme qui doit poursuivre

sa mue pour répondre aux attentes d'une clientèle toujours

plus exigeante.

Depuis plus de 15 ans, j'ai pu développer au niveau professionnel

des compétences sur la durabilité, l'économie

circulaire et le recyclage. Beaucoup parlent aujourd'hui

de ces thématiques, peu en ont une vraie expertise.

Avec des solutions innovantes et pragmatiques, dans

l'incitation et non dans la contrainte, nous pouvons

effectuer la nécessaire transition énergétique, accélérer

la décarbonisation de notre société, tout en créant

des places de travail et de la valeur ajoutée.

Le Valais doit accélérer

sa transformation, en profitant

des bienfaits de la digitalisation,

sans oublier ses racines.

Je suis également très respectueux de toutes les composantes

de notre Canton, de ses différentes régions, de

la plaine comme de la montagne. N’opposons pas,

mais rassemblons et fédérons. Apprenons à mieux travailler

ensemble, notamment entre le Canton et les Communes,

pour le bien de tous.

Nous avons la chance de bénéficier d'une démocratie

vivante; j'invite chacune et chacun d'entre vous à exprimer

ses idées dans les urnes, dans le respect et la tolérance.

Je vous remercie toutes et tous de votre soutien.

Bien à vous,

Serge Gaudin

Retrouvez-moi sur les réseaux

ou sur sergegaudin.ch


Economie

et emploi

Pour réussir les mutations du monde

du travail, il faut un État moderne au

service des PME et des indépendants.

es nombreuses discussions que j’ai eues

avec les entrepreneurs aboutissent

au même constat : il y a de nombreuses

attentes vis-à-vis de l’administration

cantonale.

Je souhaite acompagner un changement

de culture d’entreprise, changement que

j’ai moi-même expérimenté avec succès

dans mon parcours professionnel. Ma priorité

sera de mieux développer la notion de service

au client. Cela passera par un allègement des

procédures pour se recentrer sur les besoins

des PME et des indépendants qui attendent

de l’État plus de clarté dans les directives

communiquées, plus de rapidité dans

les prises de décision et plus de flexibilité

dans leur application.

J’ai conscience que

le cadre légal ne cesse

de se complexifier,

mais il ne doit pas

paralyser les échanges

entre les acteurs

du public et du privé,

entre le Canton et les Communes.

Une économie forte se construit d’abord sur

l’union de femmes et d’hommes partageant

Ma priorité sera de

faire naître la notion

de service au client.

une même vision. Le Valais bénéficie de

conditions de travail de bon niveau, mais il

n’échappera pas au choc du coronavirus qui

modifiera notre manière de vivre et aura des

impacts profonds sur le tissu

économique.

Pour assurer la pérennité des

emplois, il faut plus que jamais

faire preuve d’adaptation. Ma

solution passe par un plan de

relance et de soutien aux entreprises pour les

aider à rester compétitives au sein d’un

marché évolutif.

Covid-19 : soutenir efficacement

Plus qu’une mesure d’urgence, le plan d’accompagnement offrira aux

entreprises les moyens de faire face à la crise du coronavirus sur le long terme.

Quelle solution pour l’après Covid et quel

est le but du plan d’accompagnement ?

Pour survivre, certaines entreprises devront

se réorienter tout simplement parce que

leur activité aura disparu. En les accompagnant

sous la forme d’un coaching ciblé,

le Canton peut les inciter à imaginer

un avenir différent.

Quelle forme prendra ce coaching étatique ?

Il s’agit d’utiliser les infrastructures déjà

en place comme, par exemple, l’Antenne

Région Valais romand. Pour plus d’efficacité,

cette dernière devrait par ailleurs n’exister

plus que sous une seule forme pour

l’ensemble du Canton et non pas se décliner

en une version romande et une autre

haut-valaisanne.

Cela sous-entend un État plus interventionniste ?

Non, dans une économie libérale, l’État n’a pas

à dicter aux entreprises la marche à suivre. En

revanche, il peut jouer un rôle de facilitateur

en les accompagnant dans les changements

inévitables qui les attendent et que

la crise du coronavirus a accélérés. Redonnons

de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne,

quel que soit le secteur d’activité concerné.

Comment créer de la valeur ajoutée ?

En favorisant ce qui compose l’ADN du Valais,

à savoir les valeurs de proximité, de convivialité

et d’authenticité. Cela concerne en

particulier le tourisme qui devra se repositionner.

Là encore, le Canton pourra servir

d’interlocuteur privilégié lors de la réflexion

à mener avec l’ensemble des acteurs de cette

branche de première importance pour le Valais.


Développement

durable:

optimiser ce que

l’on a déjà

De la tondeuse à gazon à la voiture électrique en passant par le système

de chauffage, l’électrisation de la société implique une utilisation réfléchie

des ressources naturelles. Le Valais doit s’imposer comme fournisseur

d’énergies renouvelables.

ous allons vers une société

décarbonée. Il y a du pain

sur la planche puisque nous

émettons tout de même

34 milliards de tonnes de CO2

par an. Profitons des richesses dont dispose

le Valais pour en faire le leader de la fourniture

d’énergies renouvelables grâce à une

meilleure exploitation du solaire et de

l’hydroélectricité. Nous réussirons ainsi

doublement notre transition énergétique :

valoriser nos ressources naturelles tout

en développant une autre industrie.

L’essor des nouvelles technologies représente

une formidable opportunité de retrouver notre

âme de pionniers. En assurant près de 30 %

de la production suisse d’électricité d’origine

hydraulique, nous sommes déjà le plus grand

producteur d’hydroélectricité du pays.

Poursuivons nos efforts en matière de

croissance verte en concevant les équipements

indispensables aux modes de consommation

du futur. N’attendons pas que les

véhicules électriques s’imposent pour installer

des bornes de recharge en suffisance.

Plus vite nous créerons les conditions

favorables à une mobilité plus respectueuse

de l’environnement, plus vite nous motiverons

les citoyennes et citoyens à modifier leurs

comportements.

L’économie circulaire,

seule garante d’un

développement

durable.

Quant au solaire, nous devons aller beaucoup

plus loin que simplement encourager les

privés à investir dans cette énergie à travers

les divers soutiens financiers existants. Nous

devons pouvoir maîtriser l’ensemble de la

chaîne en lui procurant de la valeur ajoutée.

Dans ce cas précis, cela comprend non

seulement la pose généralisée de panneaux

solaires, mais également leur fabrication sur

place, leur distribution et leur recyclage. Cela

illustre bien comment densifier l’économie

circulaire, seule garante d’un développement

durable profitable à tout le Valais.

3 mesures

concrètes

Faire évoluer la mobilité et

la flexibilité professionnelle

La densification d’un territoire est

étroitement liée aux activités économiques.

Pour les régions périphériques

comme le Valais, le travail à distance

présente l’avantage de fusionner les

traditionnels lieux de vie : domicile,

travail, loisirs. Il offre plus de souplesse

d’organisation, mais surtout, il réduit la

pression exercée sur les zones urbaines

en diminuant la mobilité et les tensions

sur l’immobilier. Ceci tout en permettant

aux travailleurs de rester vivre dans leur

région d’attache et d’investir dans

l’économie de proximité.

Privilégier les circuits courts

Les circuits courts limitent directement

la pollution liée au transport des

produits. Exemple concret sur lequel

travailler : la filière du bois. Nous

importons une partie de cette matière

première alors que nous pourrions mieux

l’exploiter. Régénérons nos forêts en

utilisant les déchets pour le chauffage

et le bois valaisan pour nos constructions.

Concrétiser l’agenda 2030

de la durabilité

En réalisant au quotidien des actions

concrètes de développement durable,

les personnes du terrain possèdent

les compétences clés pour déterminer

les axes d’intervention possibles. À l’État

ensuite d’analyser les mesures proposées

et d’ajuster les objectifs et le cadre légal.


Fédérer.

Un Valais à la

fois multiple

et unique

Le Valais forme une seule entité. Faisons preuve

de plus de cohérence dans l’aménagement du

territoire en le considérant sur le plan régional

plutôt que communal et remettons le goût de

vivre ensemble au centre de nos vies.

e veux redonner sa place à chaque citoyenne

et chaque citoyen : jeune ou senior, citadin ou

montagnard, Valaisan du Haut, du Centre ou du

Bas. Je crois à la solidarité d’utilisation du

territoire pour éviter le gaspillage de ce dernier.

Je défends un aménagement

régional et non pas communal.

Lorsque cela n’est pas nécessaire, évitons

de doubler les entités. Unifions nos forces en

pensant de façon plus globale. Optons pour

une vision transversale des problèmes, mais

surtout des solutions. Le Valais, c’est un seul

canton, dépassons les barrières !

D’une façon similaire, rapprochons les générations qui ont

tout intérêt à partager leurs savoir-faire et leur savoir-être.

Optons pour

une vision

transversale.

La création d’un service intergénérationnel pourrait être

une première étape vers la réunion des préoccupations

des uns et des autres. Dans le même ordre d’idée, je suis

favorable à une approche intégrée de la santé qui inclut les

hôpitaux, les cabinets médicaux, les EMS, les maisons de

santé, etc. Une fois que la crise du Covid-19 sera

passée, une planification sanitaire digitalisée,

suprarégionale et interprofessionnelle me paraît

indispensable. La centralisation des données rendra

leur gestion plus efficace, notamment en supprimant

des tâches administratives et la répétition

inutile d’examens ou d’analyses.

La ligne directrice de mon engagement se résume à faire

preuve de plus de cohérence entre l’action de l’État et les

besoins de la population.

Formation et innovation : intensifier les liens entre

la recherche appliquée et le partenariat industriel

L’innovation s’avère un enjeu fondamental. Investir dans

ce domaine, c’est garantir l’avenir professionnel des plus

jeunes, mais aussi préserver les emplois actuels. Le Canton

a posé les bases d’une formation hautement qualifiée

grâce à l’existence de la HES-SO et la venue de l’EPFL.

Il est important d’industrialiser la recherche appliquée

en stimulant les liens entre le monde académique

et le tissu économique valaisan.

Défi majeur pour les entreprises : la numérisation de

leurs services. Si les plus grandes d’entre elles bénéficient

des moyens leur permettant de se conformer aux nouvelles

exigences, c’est beaucoup plus compliqué pour les PME

et les indépendants. La mise à leur disposition d’une

plateforme d’aide à la digitalisation constituerait

une alternative intéressante. Elle pourrait se concrétiser

par le biais des instituts de formation et offrirait

aux étudiants une occasion supplémentaire de mettre

leurs connaissances en pratique.


Ils en

parlent

Je vote Serge Gaudin pour l’homme

authentique, engagé et décideur,

amoureux de la nature et du Valais. Au

travers de son expérience professionnelle

il a prouvé que ses convictions politiques

sont réalistes et surtout proches des

attentes de beaucoup aujourd’hui :

développer une économie et des

synergies locales, mutualiser nos

compétences « made in Valais » tout

en respectant l’environnement, en

préservant les richesses de notre

belle nature et nos valeurs

valaisannes. Le tout au service du

progrès et d’une société meilleure.

Sympathique, positif et collégial, Serge est

sans doute l’homme de la situation, le lien,

dans cette société polarisée et je lui

souhaite plein succès pour sa campagne

au Conseil d’Etat.

Christophe Bonvin

Neurologue, Directeur de l’Unité

cérébrovasculaire à l’Hôpital du Valais

Je vote Serge Gaudin car dans sa vie

professionnelle, c’est un homme fort et

engagé. Proche et à l’écoute des gens,

il a également de vraies valeurs qu’il

défend avec passion et conviction.

Sensible à la nature en pratiquant la

montagne, il a su garder le goût de

l’essentiel. Je lui souhaite plein

succès dans sa candidature au

Conseil d’Etat.

Valérie Pellissier

Sportive, passionnée de montagne

Je vote Serge Gaudin car je crois en son

programme qui allie économie, innovation

et durabilité. Il défend que la

prospérité et le maintien de notre

confort de vie passent par un

système sociétal qui n’oppose pas

Entreprises et Environnement mais

qui les associe pour créer richesse et

valeur ajoutée. Son expérience dans

le domaine du recyclage et dans la

conduite d’une grande entreprise est

un véritable plus pour le Valais.

Carole Melly-Basili

Présidente du Conseil de la magistrature

Je vote Serge Gaudin pour sa vision

entrepreneuriale et durable, de

précieux atouts pour la gestion de

notre canton.

Sylvain Dumouln

Président de Savièse

Je voterai Serge Gaudin avec conviction. Il

a pour lui la jeunesse et le dynamisme,

des compétences et une expérience

professionnelles de très haut niveau,

l’ouverture sur l’extérieur et une

connaissance approfondie de notre

canton. Homme d’action et

d’innovation, il agira concrètement

pour concilier l’économie et la

nature. Homme de contact et

d’engagement, il œuvrera pour le bien

des Valaisannes et des Valaisans, avec

sincérité et dans le respect de nos valeurs.

Françoise Gianadda

a. Cheffe du service cantonal

de la population et des migrations

J’ai rencontré Serge la première fois par

ses fonctions chez Novelis. Depuis une

dizaine d’années nous avons eu l’occasion

d’échanger sur l’économie, la politique,

notre société. Serge est un homme

passionné, humble et respectueux

des autres. Ses qualités humaines

s’associent à des qualités professionnelles

indéniables. Comme on

dit par chez nous, « il bosse à l’usine »,

il connaît les machines, les alliages, le

business à l’international, mais plus

que tout, Serge sait à quel point c’est le

travail des gars qui fait la réussite de tout

projet. En cela, je peux le dire, c’est un

juste et bon leader.

Pierre Berthod

Président de Sierre

impressum

GRAPHISME ET ILLUSTRATION impactmedias

TEXTES Sylvie Chevalier, Forcoms PHOTO Sedrik Nemeth, DR

IMPRESSION Centre d’Impression Romand, Monthey

DIFFUSION Messageries du Rhône.

Imprimé et réalisé en Valais.


Serge Gaudin

Parcours de vie

1998

Grande année

J’épouse Erika après avoir obtenu mon master en

Génie Mécanique de l’EFPL de Lausanne. En 2002 et

2004, nous avons la grande joie de devenir parents

de nos deux filles Carline et Lorie. Toutes mes

aventures professionnelles n’auraient pas été

possibles sans le soutien de ma famille qui m’a

toujours suivi en Suisse et à l’étranger. Merci à elle.

2007

Expérience internationale

Je pars pour une aventure en France où j’acquiers

de nouvelles compétences dans l’utilisation des

ressources, avec le recyclage. Cette expérience

très formatrice me fait découvrir une culture

professionnelle très différente de la nôtre,

mais très enrichissante.

2010

Patrouille des Glaciers

Je fais ma première Patrouille des Glaciers depuis

Zermatt. Le sens de l’effort, la persévérance et l’esprit

de cordée sont des valeurs qui me correspondent

parfaitement.

2015

Patrouille

des Aiguilles Rouges

Avec des amis, nous créons la « Patrouille des

Aiguilles Rouges », une course de ski-alpinisme entre

Arolla et Evolène. J’en suis le coprésident. Nous

voulons faire découvrir aux amoureux de la

montagne un cadre unique « au cœur des glaciers »

et proposer un projet sportif ambitieux avec les

professionnels de la montagne que sont les guides.

1973

Naissance à Sion

Fils d’hôteliers, je grandis dans les murs de l’hôtel

familial à Evolène avec ma sœur et mon frère. Une

période où il a fallu se retrousser les manches, riche

en rencontres, et qui développera ma culture de

servir au mieux les clients.

2002

Alusuisse

Après quelques années d’expérience dans l’automation

et l’ingénierie à Zurich, j’obtiens mes premières

responsabilités de management dans le service de la

conception et de la fabrication des outillages de

presse chez Alusuisse à Sierre.

2009

Novelis

A 36 ans, je retrouve le Valais en prenant la direction

de la nouvelle fonderie Novelis à Sierre. L’entreprise

investit fortement dans de nouveaux procédés

uniques au monde en lien avec l’économie circulaire.

2013

Communales

C’est le début d’une belle expérience à l’exécutif

d’Evolène où je deviens conseiller communal. Durant

ces huit années, désireux de développer le tourisme

durable dans le Val d’Hérens, ma priorité a été de

dynamiser l’offre touristique et de donner des

capacités financières à l’entité.

2017

Directeur Europe

Après plus de quinze années dans la gestion

opérationnelle de sites industriels, je suis nommé

directeur européen de la stratégie et approvisionnement

métal de Novelis. La stratégie consiste à

réduire significativement l’empreinte CO2.

2020

Candidat au Conseil d’Etat

Je vis entre le Valais et Zurich où j’ai été nommé vice-président

européen de la stratégie métal et du recyclage de Novelis.

Je deviens également membre du Conseil de durabilité

de la société.

En septembre, je décide de me mettre à disposition des

Valaisannes et des Valaisans en devenant officiellement

candidat au Conseil d’Etat valaisan.


Zämustah. Ensemble.

Le 7 mars prochain, soyons unis autour des

candidats des listes C au Grand Conseil et au

Conseil d'Etat (liste n°2). C'est Ensemble que

nous pourrons continuer à nous engager pour le

Valais de demain.

Ensemble pour le Conseil d’Etat

Avec Christophe Darbellay et Roberto Schmidt, nous

présentons trois personnalités qui peuvent constituer la

base d'une équipe gagnante pour le Valais de demain.

Nous sommes issus des trois régions du Canton, et

proposons à la population trois profils différents, mais

complémentaires.

Le travail effectué par Christophe Darbellay et Roberto

Schmidt notamment dans le cadre de la crise du Covid-19

place le Valais dans le peloton de tête des cantons les plus

dynamiques et proactifs dans l'aide accordée aux acteurs

économiques qui souffrent de cette situation. Grâce au

travail effectué ces dernières années, le Valais peut être

considéré comme un pionnier en matière d'innovation.

Poursuivons sur cette lancée !

Merci de votre soutien à la liste no2, la liste des candidats

des partis C !

Ensemble pour le Grand Conseil

86 personnalités issues du PDC du Valais romand se

lancent dans l’élection à la députation ou à la suppléance;

parmi les candidates et candidats qui ont choisi de mettre

leurs compétences au service de notre Canton, nous

pouvons relever la réjouissante progression du nombre

de femmes sur les listes, représentant même 55% pour

les candidatures à la suppléance.

Ces femmes et ces hommes qui s'engagent dans la course

au Grand Conseil jouent un rôle central dans notre système

démocratique : ils représentent le peuple, leur région.

Ce rôle de lien entre le politique et la population est à mon

sens essentiel pour la cohésion cantonale et la défense de

nos valeurs.

Merci aux 110 députées, députés, suppléantes et

suppléants, en comptant nos cousins Jaunes et Noirs du

Haut-Valais pour leur engagement lors de cette législature,

et surtout merci pour votre soutien à nos candidates et

candidats à l'Election au Grand Conseil !

Roberto Schmidt Serge Gaudin Christophe Darbellay

Election au Conseil d‘Etat 2021

Similar magazines