03.08.2021 Views

OH LIFE 7 Avril 2024 - essai Bentley Flying Spur Hybride Rechargeable Même le luxe s'électrifie !

#MSC Cruise#Formulaone#Brusselsmotorshow #Magazine Automobile et du Life Style by OH ! LIFE Magazine #Linda Jakson, #Pierre Leclercq #Béatrice FOUCHER, #hypersportscar #luxurylifestyle #luxury #carstagram #carlifestyle #carlove #exoticcars #carswithoutlimits #supercars #carbonfiber #carsociety #deamcars #carporn #passion #share #lovemyjob #fans #autofans #followers #people #automotive#meanrevival#brianadams # thecal #GRYARIS #TOYOTA # Cabrios et Bikinis #TESLA3 #Fiat500Electrique Cabriolet #LEXUS ELECTRIQUE - présentation Peugeot 308, Dacia SPRING, Hyundai, Mercedes Classe C, pages gourmandises, #Obama #Springsteen - bouton configurez votre auto dans les articles d'essais - ESSAI DE LA SEMAINE :#Mercedes GLB, #Audi Q5, #Toyota #MIRAI - #HYUNDAI #TUCSON - SUBARU XV - OPEL MOKKA - TOYOTA YARIS - JAGUAR F_TYPE & MERCEDES CLA 250e - SEAT TARRACO FR + HYUNDAI SANTA FE + Interview des Designers du Land Rover Defender - SUBARU E-BOXER IMPREZA - Back To The Roots, #VW, #Mercedes C111 on road ! #BMW Z8, #MG and Sisters + rubrique Restaurants et Hôtel - NISSAN MICRA - MAZDA 2 (Mild HYBRID) - #McLaren GT, la #Porsche TAYCAN, La WRANGLER DIESEL - Skoda Superb Scout - Vredestein Dacia Logan et Sandero dans les NEWS - Maserati MC20 - Land Rover 90 ! - VW ID.3 avec vidéo - FERRARI ROMA avec vidéo, GLE 53 AMG NEWS, F-TYPE R, avec vidéo AMG GT R avec vidéo Lewis Hamilton - des pubs interactives avec des vidéos - Clics inter-actifs améliorés ! cliquez sur le numéro de semaine pour y aller directement ! Hebdomadaire automobile classé par semaines. La plus récente dans les premières pages, les plus anciennes dans les pages suivantes. Cliquez sur les flèches pour voir les vidéos

#MSC Cruise#Formulaone#Brusselsmotorshow #Magazine Automobile et du Life Style by OH ! LIFE Magazine #Linda Jakson, #Pierre Leclercq #Béatrice FOUCHER,
#hypersportscar #luxurylifestyle #luxury #carstagram #carlifestyle #carlove #exoticcars #carswithoutlimits #supercars #carbonfiber #carsociety #deamcars #carporn #passion #share #lovemyjob #fans #autofans #followers #people #automotive#meanrevival#brianadams # thecal #GRYARIS #TOYOTA # Cabrios et Bikinis #TESLA3 #Fiat500Electrique Cabriolet #LEXUS ELECTRIQUE - présentation Peugeot 308, Dacia SPRING, Hyundai, Mercedes Classe C, pages gourmandises, #Obama #Springsteen - bouton configurez votre auto dans les articles d'essais - ESSAI DE LA SEMAINE :#Mercedes GLB, #Audi Q5, #Toyota #MIRAI - #HYUNDAI #TUCSON - SUBARU XV - OPEL MOKKA - TOYOTA YARIS - JAGUAR F_TYPE & MERCEDES CLA 250e - SEAT TARRACO FR + HYUNDAI SANTA FE +
Interview des Designers du Land Rover Defender - SUBARU E-BOXER IMPREZA - Back To The Roots, #VW, #Mercedes C111 on road ! #BMW Z8, #MG and Sisters + rubrique Restaurants et Hôtel - NISSAN MICRA - MAZDA 2 (Mild HYBRID) - #McLaren GT, la #Porsche TAYCAN, La WRANGLER DIESEL - Skoda Superb Scout - Vredestein Dacia Logan et Sandero dans les NEWS - Maserati MC20 - Land Rover 90 ! - VW ID.3 avec vidéo - FERRARI ROMA avec vidéo, GLE 53 AMG NEWS, F-TYPE R, avec vidéo AMG GT R avec vidéo Lewis Hamilton - des pubs interactives avec des vidéos -
Clics inter-actifs améliorés ! cliquez sur le numéro de semaine pour y aller directement !
Hebdomadaire automobile classé par semaines. La plus récente dans les premières pages, les plus anciennes dans les pages suivantes. Cliquez sur les flèches pour voir les vidéos

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

NOS ESSAIS :<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> <strong>Hybride</strong> !<br />

BMW i4 eDrive 35 - KIA EV9<br />

<strong>Avril</strong> <strong>2024</strong> ver. 1<br />

BENTLEY<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong><br />

V6<br />

<strong>Hybride</strong>


Partout,<br />

comme à la maison<br />

Dormir à la bel<strong>le</strong> étoi<strong>le</strong>. Se réveil<strong>le</strong>r avec <strong>le</strong> murmure de la mer <strong>le</strong> matin.<br />

Découvrir des pays étrangers tout en se sentant constamment comme<br />

à la maison : <strong>le</strong> Volkswagen California 6.1, c’est de la liberté à l’état<br />

brut. Avec son équipement intérieur confortab<strong>le</strong> et ses détails réfléchis,<br />

il transforme chaque trajet en une aventure inoubliab<strong>le</strong>. Savourez votre<br />

indépendance et al<strong>le</strong>z où vous vou<strong>le</strong>z.<br />

Avec tout ce dont vous avez besoin. Découvrez-<strong>le</strong> dans un California Center<br />

où vous serez accueilli par nos experts California passionnés.<br />

#unlockwithcalifornia<br />

Center<br />

7,2 - 8,5 L /100 KM • 189 - 223 G /KM CO 2<br />

(WLTP)*<br />

Louez-<strong>le</strong> dans votre<br />

California Center<br />

Configurez-<strong>le</strong> ici<br />

californiacenters.volkswagen.be<br />

*Contactez votre concessionnaire pour toute information relative à la fiscalité de votre véhicu<strong>le</strong>.<br />

Informations environnementa<strong>le</strong>s (A.R. 19/03/2004) : volkswagen.be<br />

CLIQUEZ SUR LES BOUTONS<br />

Sommaire<br />

DANS LES COULISSES<br />

DU CALENDRIER PIRELLI <strong>2024</strong><br />

<strong>Avril</strong> <strong>2024</strong><br />

Cliquez sur <strong>le</strong>s boutons pour accéder directement aux sujets<br />

GENEVE <strong>2024</strong> - RENAULT 5<br />

+ VOITURE DE L’ANNÉE (EUROPE)<br />

VOITURE DE MONDIALE L’ANNÉE<br />

WORLD WOMEN’S CAR OF THE YEAR<br />

OUVERTURE MCLAREN BRUSSELS<br />

THE CAL CALENDRIER PIRELLI<br />

100 % ELECTRIQUES<br />

AUDI Q8 E-TRON NEW<br />

MERCEDES EQ FAMILY NEW<br />

BMW I4 EDRIVE 35 NEW<br />

ABARTH 500 ELETRICA<br />

SKODA ENYAQ COUPE<br />

OPEL ASTRA ELECTRIQUE<br />

TESLA S & X PLAID<br />

BMW I7<br />

BMW IX1 - ARDENNE ROADS<br />

ROLLS-ROYCE SPECTRE NEW<br />

VOLKSWAGEN iD.BUZZ<br />

MG MARVEL R<br />

POLESTAR 2<br />

VOLVO C40<br />

FORD MUSTANG MACH-E<br />

MAXUS MIFA 9<br />

<strong>OH</strong> ! <strong>LIFE</strong> est édité par Eric HEIDEBROEK<br />

15A rue de la Chapel<strong>le</strong> - B-4280 Merdorp<br />

Tous droits réservés ©<br />

`<br />

Collaborations à la Rédaction :<br />

Christine Beckers - Jean-Louis Desneux - David Gibbons<br />

- Cédric Heidebroek - Pasca<strong>le</strong> Heidebroek - Michel Henry<br />

- Christian Hubert - Char<strong>le</strong>s, & Christiane Mahaux - Benoït Mahaux<br />

CLIQUEZ SUR LES BOUTONS<br />

PHEV<br />

McLaren ARTURA NEW<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> PHEV<br />

DS 4 - 7 - 9 PHEV<br />

RANGE ROVER SPORT PHEV<br />

MERCEDES S580E<br />

RENAULT AUSTRAL PHEV<br />

THERMIQUES<br />

Jaguar F-Type svr vs Stelvio QV<br />

ROLLS ROYCE GHOSTNEW<br />

CLIO E-TECH AUTO-HYBRIDE NEW<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Continental coupé V8<br />

SUBARU CROSSTREK - PRÉSENTATION<br />

TORRES by Ssangyong<br />

BACK TO THE ROOTS<br />

BEDEBULLES & BOOKS<br />

TOURISME<br />

& GOURMANDISES<br />

3


18 mars <strong>2024</strong> Editorial<br />

LA SEMAINE AUTOMOBILE<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

Journaliste AGJPB F05749<br />

Rédacteur en Chef <strong>OH</strong> ! <strong>LIFE</strong><br />

THERMIQUE ?<br />

HYDROGENE ?<br />

ELECTRICITE ?<br />

Notre confrère Pierre DARGE s’exprimait<br />

récemment dans <strong>le</strong> supplément Auto du Vif. Et<br />

son point de vue analytique me semb<strong>le</strong> pertinent,<br />

aussi, je vous en livre ici une synthèse<br />

complétée d’avis et d’évolutions potentiel<strong>le</strong>s.<br />

Pierre DARGE commence fort, n’en déplaisent à<br />

tous ceux qui ne jurent que par <strong>le</strong> thermique.<br />

«Notre amour pour <strong>le</strong> thermique est tout sauf rationnel.<br />

Sa lamentab<strong>le</strong> transformation de l’énergie<br />

thermique en énergie mécanique utilisab<strong>le</strong> en fait<br />

un monstre d’inefficacité puisque la combustion<br />

interne dégage beaucoup trop de cha<strong>le</strong>ur.»<br />

Et il en rajoute une couche en parlant du rendement<br />

d’un moteur à essence qui ne dépasse pas<br />

<strong>le</strong>s 30%. Si l’on tient compte de l’extraction du<br />

pétro<strong>le</strong>, de son traitement et de sa distribution,<br />

<strong>le</strong> rendement chute à seu<strong>le</strong>ment 20%. Le Diesel<br />

est un peu plus performant, mais <strong>le</strong>s thermiques<br />

émettent directement du CO2.<br />

Pour Pierre DARGE, actuel<strong>le</strong>ment l’hydrogène<br />

est <strong>le</strong> comb<strong>le</strong> de l’inefficacité. Et il n’a pas tort !<br />

Car pour produire l’hydrogène, il faut séparer la<br />

molécu<strong>le</strong> d’hydrogène avec de l’é<strong>le</strong>ctricité (actuel<strong>le</strong>ment<br />

en tout cas) en <strong>le</strong> refroidissant à -253°<br />

pour <strong>le</strong> passer à l’état liquide. Ensuite, il faut <strong>le</strong><br />

compresser pour <strong>le</strong> stocker dans des réservoirs<br />

en carbone ultra solides. Et enfin, il faut faire<br />

passer l’hydrogène dans une pi<strong>le</strong> à combustib<strong>le</strong><br />

qui <strong>le</strong> transforme en é<strong>le</strong>ctricité pour alimenter<br />

Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

5


un moteur é<strong>le</strong>ctrique. Et c’est vrai, ce système ne<br />

rejette que de l’eau. Mais c’est tout sauf rationnel.<br />

En 2006 BMW a développé une version hydrogène<br />

de sa Série 7. La 760h ,dont j’ai pu conduire<br />

l’un des 100 exemplaires construits, présentait un<br />

comportement où l’on ne sentait absolument pas<br />

la transition entre l’essence et l’hydrogène, même<br />

si <strong>le</strong> V12 accusait une perte de puissance conséquente<br />

au passage à l’hydrogène.<br />

De l’hydrogène en poudre !<br />

Le problème de l’hydrogène est donc sa fabrication<br />

et ensuite sa transformation en é<strong>le</strong>ctricité.<br />

Aussi, des chercheurs en nanotechnologie à<br />

l’université de Deakin en Australie ont fait une<br />

découverte qui pourrait révolutionner la production<br />

d’hydrogène. Ils utilisent du nitrure de Bore<br />

dans une opération mécano chimique consistant<br />

à placer dans une cuve cylindrique, de la poudre<br />

de Bore avec un mélange de gaz et de lancer des<br />

bil<strong>le</strong>s en acier inoxydab<strong>le</strong> pour percuter la poudre<br />

qui absorbe l’hydrogène contenu dans <strong>le</strong>s gaz.<br />

Ainsi absorbé par <strong>le</strong> nitrure Bore, on peut récupérer<br />

l’hydrogène en <strong>le</strong> chauffant légèrement, sous<br />

vide. Cette formu<strong>le</strong>, est sans doute, la parade au<br />

traitement par cryogénisation qui est extrêmement<br />

énergivore. Et donc, oui, à terme, l’hydrogène<br />

pourrait être une solution et on peut même<br />

imaginer des moteurs thermiques alimentés par<br />

de l’hydrogène en poudre.<br />

L’é<strong>le</strong>ctricité pure est la voie actuel<strong>le</strong> la plus<br />

propre dont l’efficacité de 90% est la plus<br />

pertinente.<br />

<strong>Même</strong> du puits à la roue, la solution é<strong>le</strong>ctrique<br />

demeure la plus propre. Évidemment il n’y a pas<br />

que de bons côtés, l’é<strong>le</strong>ctricité doit être produite<br />

et la production la plus régulière demeure aujourd’hui<br />

la fabrication fossi<strong>le</strong> ou nucléaire. Dans<br />

un cas comme dans l’autre, ce n’est pas idéal<br />

pour la planète.<br />

Batteries...<br />

L’é<strong>le</strong>ctricité est stockée dans des batteries, mais<br />

<strong>le</strong>ur recharge est <strong>le</strong>nte et n’est pas prête à s’accélérer<br />

de façon à ne prendre que quelques minutes.<br />

Sauf si de nouvel<strong>le</strong>s solutions apparaissent<br />

rapidement.<br />

C’est vrai que dans <strong>le</strong>s solutions, il y en a une née<br />

à la l’UCL. El<strong>le</strong> est actuel<strong>le</strong>ment à l’examen, et il<br />

demeure très diffici<strong>le</strong> d’obtenir des informations<br />

sur ces batteries qui fonctionnent au graphite. Il<br />

parait que <strong>le</strong>ur encombrement se contente d’une<br />

hauteur de seu<strong>le</strong>ment 9 cm, que <strong>le</strong>ur poids serait<br />

diminué de moitié au moins.<br />

En plus, ces batteries dites «Tout Solide» ne<br />

seraient plus sujettes aux surchauffes et donc<br />

que <strong>le</strong>s risques d’incendie seraient anihilés. Qu’en<br />

plus, el<strong>le</strong>s se rechargent en seu<strong>le</strong>ment quelques<br />

minutes et offrent des autonomies que même <strong>le</strong>s<br />

thermiques ne peuvent approcher.<br />

D’après nos informations, ces nouvel<strong>le</strong>s batteries<br />

«Tout-Solides» vont révolutionner l’é<strong>le</strong>ctromobilité<br />

à tous <strong>le</strong>s niveaux. Leur coût de fabrication<br />

serait aussi moins é<strong>le</strong>vé. Cependant, il semb<strong>le</strong><br />

que l’industrie ait des difficultés à industrialiser<br />

ces batteries et que la durée de vie serait encore<br />

beaucoup trop courte. On par<strong>le</strong> de 12 à 15 mois<br />

de vie. d’autre part, il est signalé que ces batteries<br />

sont compostab<strong>le</strong>s et que l’on puisse récupérer<br />

<strong>le</strong>s déchets pour en faire des neuves.<br />

Le graphite, on en trouve chez nous et en quantité,<br />

c’est un minerai non-métallique excel<strong>le</strong>nt<br />

conducteur de cha<strong>le</strong>ur et d’é<strong>le</strong>ctricité, naturel<strong>le</strong>ment<br />

rigide et stab<strong>le</strong> même à plus de 3600°. Il<br />

est léger, et chimiquement inactif. Alors, oui, cet<br />

élément pourrait venir renforcer la capacité des<br />

moyens de transport à évoluer vers des solutions<br />

respectueuses de la planète et la limitation de<br />

production de gaz à effet de serre.<br />

L’espoir fait vivre et <strong>le</strong> génie humain aussi !<br />

MINI<br />

HYDROGEN<br />

2007


Zoom<br />

1<br />

Voici la page de départ de votre visite.<br />

Cliquez sur <strong>le</strong>s gros boutons et vous serez dirigés vers la rubrique indiquée.<br />

A chaque rubrique son sommaire, parcourez alors <strong>le</strong>s sujets.<br />

Vous vou<strong>le</strong>z revenir au Zoom, cliquez sur <strong>le</strong> bouton 1,<br />

Vous vou<strong>le</strong>z revenir au sommaire de rubrique, cliquez sur <strong>le</strong> bouton 2<br />

2<br />

By<br />

RACING<br />

By<br />

ACCESSOIRES<br />

By<br />

SUV<br />

Réalisé en collaboration avec Nomade Motorhomes<br />

Ce reportage est lié à la découverte de l’Italie en camping-car pendant quelques jours.<br />

Il est publié dans nos pages tourisme. www.ohlife.one - ong<strong>le</strong>t Tourisme.<br />

8 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.


Index général par marques / modè<strong>le</strong>s<br />

a<br />

BOUTONS<br />

INTERACTIFS<br />

POUR ACCÈS DIRECTS<br />

AUX ARTICLES OU SUJETS<br />

Artic<strong>le</strong>s à paraître<br />

prochainement<br />

ABARTH<br />

ABARTH E<strong>le</strong>ctrique (2023)<br />

ABARTH 695 «131 TRIBUTE» part. 1 (2022)<br />

ABARTH 695 «131 TRIBUTE» part. 2 (2022)<br />

ABARTH 595 SCORPIONEORO (2021)<br />

ALFA ROMEO<br />

ALFA ROMEO TONALE (2023)<br />

ALFA ROMEO STELVIO QV (2023)<br />

ALPINE<br />

ALPINE A110 S (2020)<br />

ALPINE A110 (2018)<br />

AMG<br />

AMG GT BLACK SERIES<br />

AMG GT R<br />

AMG GAMME (2018-2020)<br />

AUDI<br />

Q8 E-TRON CLASSIC & SPORTBACK EV<br />

AUDI Q4 E-TRON ELECTRIQUE<br />

AUDI Q5 SPORTBACK<br />

AUDI Q5 S LINE<br />

BENTLEY<br />

FLYING SPUR HYBRID PHEV<br />

CONTINENTAL GT V8<br />

20 ANS BENTLEY CONTINENTAL GT<br />

10<br />

BMW<br />

BMW i4 35 - 2023 ELECTRIQUE<br />

BMW 225E - 2023 PHEV<br />

BMW i7 - 2023 ELECTRIQUE<br />

iX1 - ARDENNE ROADS 2023 ELECTRIQUE<br />

BMW X5 (2023) HYDROGENE (PROTO)<br />

BMW AU SALON (2023)<br />

BMW IX3 (2022) ELECTRIQUE<br />

BMW 330e TOURING (2022) PHEV<br />

BMW X7 MATCH DES TITANS (2019)<br />

BUGATTI<br />

BUGATTI BOLIDE<br />

BUGATTI CHIRON<br />

CITROEN<br />

CITROEN C5 X (2022) PHEV<br />

CITROEN E-C4 (2022) ELECTRIQUE<br />

CITROEN C5 AIRCROSS (2019) PHEV<br />

CUPRA<br />

CUPRA FORMENTOR (2023) PHEV<br />

CUPRA BORN (2022) ELECTRIQUE<br />

DACIA<br />

DACIA JOGGER (2022)<br />

DACIA SPRING (2022) ELECTRIQUE<br />

DS<br />

DS 4 - PHEV (2023)<br />

DS 7 - PHEV (2023)<br />

DS 9 - PHEV (2023)<br />

FIAT<br />

FIAT 500 ELETTRICA<br />

FORD<br />

MUSTANG MACH-E X ELECTRIQUE<br />

HYUNDAI<br />

HYUNDAI IONIQ5 ELECTRIQUE<br />

HYUNDAI KONA ELECTRIQUE<br />

JAGUAR<br />

Jag F-Type SVR vs ALFA STELVIO QV (2023)<br />

JAGUAR I-PACE 400 ELECTRIQUE<br />

JAGUAR XF BREAK<br />

JAGUAR F-TYPE R<br />

JAGUAR F-TYPE 2 LITRES<br />

JAGUAR F-PACE SVR<br />

JEEP<br />

AVENGER ELECTRIQUE<br />

WRANGLER GLADIATOR<br />

WRANGLER<br />

RENEGADE HYBRID PHEV<br />

KIA<br />

KIA EV6 ELECTRIQUE<br />

KIA SOUL ELECTRIQUE<br />

KIA NIRO PHEV<br />

KIA EV9 ELECTRIQUE<br />

KIA CEED SW PHEV<br />

MAXUS<br />

MIFA 9<br />

MCLAREN<br />

ARTURA PHEV - AU P’TIT GABY<br />

720S SPIDER - A BRUGES<br />

720S COUPE - A LUXEMBOURG<br />

GT V8 prise en main - A UCCLE<br />

GT V8 - À WATERLOO<br />

OUVERTURE MCLAREN BRUSSELS<br />

MERCEDES<br />

MG<br />

NISSAN<br />

OPEL<br />

PEUGEOT<br />

POLESTAR<br />

MERCEDES EQ FAMILY<br />

MERCEDES EQA ELECTRIQUE<br />

MERCEDES EQE 350+ ELECTRIQUE<br />

MERCEDES EQS 580 ELECTRIQUE<br />

MG 5 ELECTRIQUE<br />

MG ZS EV ELECTRIQUE<br />

MG MARVEL R ELECTRIQUE<br />

NISSAN LEAF ELECTRIQUE<br />

NISSAN QASHQAI ELECTRIQUE<br />

NISSAN 123 ELECTRIQUE<br />

OPEL CORSA ELECTRIQUE<br />

OPEL MOKKA ELECTRIQUE<br />

OPEL ASTRA ELECTRIQUE<br />

PEUGEOT E 2008 ELECTRIQUE<br />

POLESTAR 2 (GAMME) ELECTRIQUE


Index général par marques / modè<strong>le</strong>s<br />

a<br />

BOUTONS<br />

INTERACTIFS<br />

POUR ACCÈS DIRECTS<br />

AUX ARTICLES OU SUJETS<br />

Artic<strong>le</strong>s à paraître<br />

prochainement<br />

RENAULT<br />

GENEVE <strong>2024</strong> RENAULT 5 <br />

VW MULTIVAN PHEV<br />

AUSTRAL- E PHEV<br />

MEGANE E-TECH ELECTRIQUE<br />

CLIO E-TECH AUTO HYBRID<br />

ROLLS-ROYCE<br />

GHOST 2023 (4WD SWB)<br />

SPECTRE 2023 ELECTRIQUE<br />

PHANTOM 2012<br />

SKODA<br />

SKODA ENYAQ ELECTRIQUE<br />

SKODA ENYAQ COUPE ELECTRIQUE<br />

SSANGYONG<br />

KORANDO E-MOTION ELECTRIQUE<br />

TORRES<br />

SUBARU<br />

SUBARU CROSSTREK - PRÉSENTATION<br />

TESLA<br />

TESLA S & X PLAID ELECTRIQUE<br />

TESLA 3 (2022) ELECTRIQUE<br />

VOLKSWAGEN<br />

VW I.D-BUZZ SURF ELECTRIQUE<br />

VW I.D-BUZZ CARGO ELECTRIQUE<br />

VW I.D-3 (FIRST) ELECTRIQUE<br />

VW I.D-3 (FACE LIFT) ELECTRIQUE<br />

VW I.D-4 (FIRST) ELECTRIQUE<br />

VW I.D-4 (GTX) ELECTRIQUE<br />

VW I.D-5 (FIRST) ELECTRIQUE<br />

12


GENEVE <strong>2024</strong> ET VOITURE DE<br />

L’ANNÉE (EUROPE)<br />

VOITURE DE MONDIALE L’ANNÉE<br />

WORLD WOMEN’S CAR OF THE YEAR<br />

INTERVIEW FLORIAN HUETTL<br />

CEO OPEL<br />

BENTLEY ENGAGE <strong>2024</strong><br />

ROLLS-ROYCE SPECTRE 2023<br />

CALENDARIO 2022-23-24<br />

CALENDARIO<br />

PIRELLI 2022<br />

By BRYAN ADAMS<br />

MORGAN BELGIUM 2022<br />

OUVERTURE MCLAREN BRUSSELS<br />

14 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci. 15


GENEVE <strong>2024</strong><br />

Pour son centième anniversaire,<br />

<strong>le</strong> Salon de Genève voit <strong>le</strong>s marques <strong>le</strong>s plus en vue, bouder l’événement.<br />

Seuls Renault, Dacia, Isuzu, MG et Pinifarina sont présents, comme «anciens<br />

et fidè<strong>le</strong>s» que rejoignent <strong>le</strong>s Chinois de BeeWay, BYD, Lucyd. A <strong>le</strong>urs côtés,<br />

on trouve des concepteurs rétro, dont ErreErre Fuoriserie qui réssucite des<br />

Alfa Romeo, comme Totem Automobili. Ou encore Kimera qui vient de livrer sa<br />

réplique de la Lancia Evo 037. En somme, un salon bien pauvre pour fêter ses<br />

100 ans. Les marques ont choisi de boycotter <strong>le</strong>s salons automobi<strong>le</strong>s, car pour<br />

el<strong>le</strong>s, ça n’en vaut plus la peine depuis qu’il y a l’internet...<br />

C’est à notre sens une bien mauvaise décision du fait que <strong>le</strong> public a besoin<br />

de voir, toucher, sentir l’Automobi<strong>le</strong>. C’est viscéral, et en plus, ça fait vendre.<br />

On a l’impression que <strong>le</strong>s dirigeants d’aujourd’hui ne savent plus communiquer<br />

que par <strong>le</strong> «net». Comme beaucoup de personnes ne savent plus conduire que<br />

dans PlayStation ou Gran Turismo. Ou encore, comme trop de designers n’ont<br />

jamais tenu un volant entre <strong>le</strong>urs mains ou laissent l’intelligence artificiel<strong>le</strong><br />

composer des postes de conduite tota<strong>le</strong>ment inadaptés, voire dangereux. E.H.


COUP DE BOL<br />

À GENÈVE<br />

Rien n’est jamais fait pour<br />

la désignation du titre de<br />

voiture de l’année octroyée<br />

à Genève sur base d’un<br />

vote de 58 journalistes<br />

automobi<strong>le</strong>s de 22 pays.<br />

C’est <strong>le</strong> Renault Scénic<br />

100% é<strong>le</strong>ctrique qui l’emporte<br />

et Renault a eu <strong>le</strong><br />

nez fin en s’inscrivant au<br />

Salon de Genève. Comme<br />

quoi, la marque française<br />

inscrit une présence historique<br />

et décroche une<br />

distinction symbolique.<br />

Bien vu !<br />

«Certains produits<br />

sont magiques.<br />

Pas besoin de discuter<br />

des semaines, tout <strong>le</strong><br />

monde est toujours<br />

d’accord sur ce qu’il<br />

faut faire. Et fait ce<br />

qu’il faut faire. Il<br />

n’y a pas d’inertie.<br />

Quand <strong>le</strong>s équipes<br />

font revivre<br />

une voiture qui<br />

a laissé de si<br />

bons souvenirs,<br />

el<strong>le</strong>s y mettent<br />

beaucoup<br />

d’amour. C’est bon<br />

signe pour la suite,<br />

car <strong>le</strong> client reconnait,<br />

voit cet amour dans la<br />

voiture.»<br />

PREMIERE MONDIALE<br />

La nouvel<strong>le</strong><br />

Renault<br />

5<br />

Est une citadine<br />

100% é<strong>le</strong>ctrique<br />

positionnée entre<br />

la Clio et la<br />

Twingo. El<strong>le</strong><br />

fait 3,92 m de<br />

long, 1,77 m<br />

de large, et<br />

1,5 m de<br />

haut, sur un<br />

empattement<br />

de 2,54 m qui<br />

augure une<br />

habitabilité<br />

sympa.<br />

E.H.<br />

Luca de Meo,<br />

CEO de Renault Group


MOINS DE<br />

25.000 €<br />

C’est ce que <strong>le</strong> constructeur français annonce pour la<br />

nouvel<strong>le</strong> Renault 5 E-Tech. El<strong>le</strong> s’interca<strong>le</strong> entre la<br />

Twingo é<strong>le</strong>ctrique annoncée à 23.950 euros et la<br />

Zoé affichée à 38.205 euros.<br />

Enfin des caractéristiques raisonab<strong>le</strong>s<br />

La nouvel<strong>le</strong> Renault 5 ne pèse pas plus de<br />

1.500 kg, et sera proposée en 3 puissances :<br />

95 ch, 122 ch et 150 ch.<br />

Si l’on prend en compte <strong>le</strong>s Renault 5 des années<br />

‘80, on constate que <strong>le</strong> rapport poids puissance<br />

d’une R5 TS est de 13 kg par cheval avec ses<br />

810 kg pour 63 ch. Tandis que la nouvel<strong>le</strong> Renault<br />

5 E-Tech de base affiche 95 ch pour 1.350 kg avec la<br />

plus petite batterie (40 kW et 300 km d’autonomie)<br />

et annonce un rapport poids puissance de 14 kg/ch.<br />

En version 52 kW (jusqu’à 400km d’autonomie), l’auto passe à<br />

1.450 kg et son rapport poids puissance passe alors à 13 kg par cheval<br />

soit la même chose que dans <strong>le</strong>s années 80. La version 150 ch, el<strong>le</strong>, affiche<br />

seu<strong>le</strong>ment 9,6 kg/ch ! Renault fait bouger <strong>le</strong>s choses dans <strong>le</strong> bon sens !


75 femmes journalistes<br />

automobi<strong>le</strong>s de 52 pays<br />

sur <strong>le</strong>s 5 continents<br />

choisissent <strong>le</strong>ur<br />

MEILLEURE<br />

VOITURE<br />

DU MONDE<br />

<strong>2024</strong>.<br />

Le monde change et c’est bien !<br />

Depuis toujours mon <strong>le</strong>itmotiv est de dire que 50 % des conducteurs sont des<br />

conductrices. Et on a toujours trouvé dans mes <strong>essai</strong>s <strong>le</strong> point de vue féminin.<br />

Il est vraiment très loin <strong>le</strong> temps où la femme ne choisissait que la cou<strong>le</strong>ur !<br />

Ici avec <strong>le</strong> Women’s Worldwide Car of The Year, quelques 72 collègues ont<br />

fait un choix parmi un pannel de concurrentes impressionnantes, on par<strong>le</strong> de<br />

l’Aston Martin DB12, de la BMW Série 5, de la Kia EV9, de la Volvo EX30 et<br />

de la Volkswagen Amarok.<br />

«La KIA EV9 l’a emporté sur ses riva<strong>le</strong>s parce qu’il s’agit d’un véhicu<strong>le</strong> capab<strong>le</strong><br />

de satisfaire <strong>le</strong>s besoins des consommateurs du monde entier.», a<br />

déclaré Marta Garcia, Présidente exécutive de WWCOTY. Dont acte !


TRAVAILLER CHEZ BENTLEY,<br />

ÇA VOUS PARLE ?<br />

La marque britannique<br />

de <strong>luxe</strong> crée 164 opportunités<br />

de stages pour<br />

<strong>2024</strong> dans sa «Dream<br />

Factory» à Crewe.<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, recherche <strong>le</strong>s ta<strong>le</strong>nts<br />

<strong>le</strong>s plus brillants de l’industrie<br />

pour soutenir sa stratégie<br />

«Beyond100», qui vise à assurer<br />

un <strong>le</strong>adership durab<strong>le</strong> en<br />

matière de mobilité de <strong>luxe</strong>.<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Motors a annoncé aujourd’hui<br />

un nombre record de<br />

postes de stagiaires pour la promotion<br />

<strong>2024</strong>, soit 164 postes.<br />

Plus d’un tiers concernent des<br />

postes en R&D, <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> étant<br />

reconnu comme l’un des<br />

meil<strong>le</strong>urs employeurs pour<br />

la 12e année consécutive.<br />

Les opportunités de carrière<br />

dans l’entreprise pour <strong>le</strong>s<br />

diplômés et <strong>le</strong>s stages industriels<br />

sont disponib<strong>le</strong>s sur<br />

www.bent<strong>le</strong>ycareers.com<br />

dès maintenant, et <strong>le</strong>s candidatures<br />

pour <strong>le</strong>s apprentis<br />

en février de l’année prochaine.<br />

Cette stratégie vise à soutenir<br />

la création de cinq nouvel<strong>le</strong>s<br />

voitures entièrement<br />

é<strong>le</strong>ctriques annoncées dans <strong>le</strong>s<br />

cinq ans à venir, avec à moyen<br />

terme la neutralité carbone<br />

partiel<strong>le</strong> et la neutralité carbone<br />

tota<strong>le</strong> pour l’ensemb<strong>le</strong><br />

des activités d’ici à 2030.<br />

Karen Lange, membre du<br />

conseil d’administration chargé<br />

des ressources humaines<br />

chez <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Motors, a commenté<br />

: «Nos programmes de<br />

Les stagiaires 2023 commencent <strong>le</strong>ur parcours <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

formation ont été mis en<br />

place pour la première fois il<br />

y a plus de 40 Ans Avec Pour<br />

Leitmotiv la formation continue.<br />

Dans une marque prestigieuse,<br />

il faut soutenir <strong>le</strong>s<br />

futurs ta<strong>le</strong>nts, <strong>le</strong>s former aux<br />

exigences du métiers et <strong>le</strong>ur<br />

communiquer l’importance<br />

qu’ils jouent dans <strong>le</strong> façonnement<br />

de l’avenir de <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Motors, marque respectée<br />

et prestigieuse, connue<br />

dans <strong>le</strong> monde entier pour<br />

sa main-d’œuvre hautement<br />

qualifiée».<br />

«Nous recherchons des personnes<br />

ta<strong>le</strong>ntueuses d’horizons<br />

divers pour réaliser nos<br />

ambitions, car nous restons<br />

déterminés à renforcer la diversité<br />

et à offrir des emplois de<br />

qualité dans de nombreux domaines<br />

tant traditionnels que<br />

novateurs.».<br />

Sur <strong>le</strong>s 164 postes pour <strong>2024</strong>,<br />

34 sont des postes d’apprentis<br />

d’une durée de trois ou quatre<br />

ans, 29 sont des postes de diplômés<br />

de deux ans, et 101 sont<br />

des placements industriels de 12<br />

mois. Les autres départements<br />

comprennent la fabrication, la<br />

vente et <strong>le</strong> marketing, la finance<br />

et <strong>le</strong>s ressources humaines.<br />

Vision d’avenir<br />

Voici donc 164 candidats qui<br />

pourront démontrer <strong>le</strong>ur potentiel<br />

et rejoindre <strong>le</strong>s quelques<br />

4.000 employés avec un partage<br />

record de 50/50 entre<br />

hommes et femmes parmi <strong>le</strong>s<br />

nouveaux arrivants. GO<br />

24 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

25


Après PHANTOM, GHOST et WRAITH,<br />

Plume : Benoît MAHAUX & Eric HEIDEBROEK - Capture d’images : Benoît MAHAUX<br />

La famil<strong>le</strong> des Théophanes s’élargi et s’é<strong>le</strong>ctrise avec une nouvel<strong>le</strong> définition du<br />

si<strong>le</strong>nce légendaire de la marque de Goodwood.<br />

Place à la magie, place au surnaturel, voici SPECTRE.<br />

C’est au successeur du Coupé Phantom que revient l’insigne honneur d’ouvrir la voie<br />

à l’é<strong>le</strong>ctrification de la gamme Rolls-Royce. On se souviendra qu’en 2011, la marque<br />

s’était considérab<strong>le</strong>ment avancée dans un projet é<strong>le</strong>ctrifié nommé Rolls-Royce Phantom<br />

102EX. Ce modè<strong>le</strong> disposait déjà d’un système de rechargespar induction, en<br />

plus du système plug-in. Comme quoi déjà en 2011, l’avenir était en train de se dessiner.<br />

Aujourd’hui, c’est lancé, la Rolls-Royce SPECTRE ouvre <strong>le</strong> bal.<br />

26 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

*Théophane vient du grec Théos et Phanos. Il signifie : Dieu et lumineux<br />

27


THE SOUND OF SILENCE<br />

On avait coutume de dire que <strong>le</strong> seul bruit<br />

que l’on entendait dans une Rolls-Royce<br />

était <strong>le</strong> bruit de l’horloge de bord.<br />

Le murmure du V8 de «6 3/4» et la puissance<br />

suffisante se mariant parfaitement aux moquettes<br />

à poils longs, aux cuirs <strong>le</strong>s plus fins<br />

et marquetteries <strong>le</strong>s plus précieuses dans<br />

<strong>le</strong>s bois <strong>le</strong>s plus nob<strong>le</strong>s travaillés par des<br />

artisans triés sur <strong>le</strong> vo<strong>le</strong>t.<br />

La Rolls-Royce au travers de son classicisme<br />

était riche des derniers raffinements,<br />

des toutes dernières technologies, car cela<br />

allait de soi tout naturel<strong>le</strong>ment.<br />

VIVRE AVEC SON TEMPS<br />

A l’ère du grand changement, Rolls-Royce<br />

s’inscrit résolument dans <strong>le</strong> progrès tout en<br />

restant fidè<strong>le</strong> à son image à la fois conservatrice<br />

et novatrice.<br />

La mise au point de la solution é<strong>le</strong>ctrique<br />

la plus raffinée du monde a pris place au<br />

coeur du successeur du coupé Wraith, la<br />

toute nouvel<strong>le</strong> Spectre présentée ce 4 avril<br />

dernier à l’usine de Goodwood.<br />

Notre reporter Benoît MAHAUX est sur place<br />

pour immortaliser cet instant magique. Ce<br />

spécialiste de la photographie professionnel<strong>le</strong><br />

est aussi un amateur éclairé en ma-<br />

28 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

29


tière d’automobi<strong>le</strong>. Et au retour de sa visite<br />

à Goodwood, il nous conte son périp<strong>le</strong> dans<br />

la campagne anglaise.<br />

«A l’aéroport de Heathrow, Matt notre<br />

chauffeur nous attend avec une extraordinaire<br />

Rolls-Royce Cullinan. En fait trois<br />

Rolls-Royce nous attendent, deux Cullinan<br />

un noir profond et un b<strong>le</strong>u é<strong>le</strong>ctrique ainsi<br />

qu’une Ghost blanche aux chromes noirs.<br />

La conduite de ce gros SUV est soup<strong>le</strong> et rapide.<br />

Les 900 Nm V12 de «6 3/4» sont là pour<br />

générer la soup<strong>le</strong>sse et <strong>le</strong> confort royal pour<br />

nous emmener vers <strong>le</strong> Park House Hotel, à<br />

une bonne heure de Londres, au travers des<br />

jolies petites routes du West Sussex où <strong>le</strong>s<br />

haies sont soigneusement taillées autour<br />

de vertes prairies cernées de bocages. Face<br />

à moi tel<strong>le</strong> la figure de proue d’un navire la<br />

Spirit of Extasy ouvre la voie, <strong>le</strong> confort à<br />

plongé <strong>le</strong>s autres passagers dans <strong>le</strong>s bras<br />

de Morphée, bercé par du john Barry sous<br />

<strong>le</strong> ciel étoilé du Cullinan. Notre agréab<strong>le</strong><br />

chauffeur Matt me signa<strong>le</strong> que c’est un<br />

honneur pour lui que ses passagers soient<br />

ainsi emportés.<br />

Oui ! nous sommes comme à la maison,<br />

mieux encore… au salon dans un confortab<strong>le</strong>s<br />

fauteuils en cuirs Connoly, bercés<br />

par la musique. Je comprends mieux la différence<br />

entre une Rolls et d’autres limousines,<br />

c’est incomparab<strong>le</strong>. La sobriété des<br />

boutons et réglages sont fascinants et rien<br />

n’est de trop !<br />

30 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

31


Pas de sophistication pas de digital à outrance,<br />

une vraie voiture comme je <strong>le</strong>s<br />

aimes ! Et dans <strong>le</strong> plus beau des salons, la<br />

vue est imprenab<strong>le</strong>, <strong>le</strong> sentiment de sécurité<br />

nous envahit, et oui, je serai bien Lord où<br />

Pasha dans une autre vie.<br />

Je me mets à rêver et remarque ces<br />

détails de finitions, de cet habillage<br />

réalisé à la façon Haute Couture.<br />

Je me suis fait envoûter, je la vois partout,<br />

discrètement présente ! Oui E<strong>le</strong>anor Velasco<br />

Thornton veil<strong>le</strong> sur moi, des panneaux de<br />

portes à la commande des accessoires, el<strong>le</strong><br />

est présente, merci Char<strong>le</strong>s Sykes !<br />

Rappelons qu’E<strong>le</strong>anor Velasco Thornton (15<br />

<strong>Avril</strong> 1880 – 30 Décembre 1915), artiste anglaise<br />

et modè<strong>le</strong>, est la secrétaire personnel<strong>le</strong><br />

de Lord Montagu, puis sa maîtresse.<br />

El<strong>le</strong> rencontre Char<strong>le</strong>s Sykes, qui fait d’el<strong>le</strong><br />

son modè<strong>le</strong> fétiche, est <strong>le</strong> point de départ<br />

du mythe, la fameuse Spirit Of Extasy.*<br />

LE CADRE EST POSÉ !<br />

Rolls-Royce est depuis 20 ans déjà la propriété<br />

de BMW. Le constructeur de Munich<br />

est propriétaire de la marque automobi<strong>le</strong>, et<br />

l’instal<strong>le</strong> à Goodwood dans une usine flambant<br />

neuve. Le principe de base de BMW<br />

pour Rolls-Royce est d’en préserver l’esprit<br />

essentiel. Et d’y ajouter <strong>le</strong>s éléments <strong>le</strong>s<br />

plus nob<strong>le</strong>s et fiab<strong>le</strong>s issus du savoir-faire<br />

du constructeur bavarois.<br />

La production passe rapidement de 300 à<br />

6.000 voitures par an ! Avec <strong>le</strong> lancement<br />

de la Ghost, la clientè<strong>le</strong> se rajeunit et avec<br />

<strong>le</strong> Cullinan, même <strong>le</strong>s pops stars en veu<strong>le</strong>nt!<br />

En attendant, <strong>le</strong> temps passe vite dans la<br />

conduite coulée de Matt qui gère parfaitement<br />

<strong>le</strong>s routes étroites et tortueuses qui<br />

nous mênent au Park House Hotel et c’est<br />

là que nous serons accueillis par <strong>le</strong> staff de<br />

presse, dînerons et passerons la nuit dans<br />

une atmosphère au confort «so british».<br />

32 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci. *source Motor <strong>le</strong>gend<br />

33


LA RÉVÉLATION<br />

34 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

35


THE SOUND OF ABSOLUTE SILENCE<br />

Aujourd’hui SPECTRE jouit d’un si<strong>le</strong>nce absolu,<br />

c’est la consécration d’une marque qui<br />

voue ses créations à l’exclusive du confort<br />

<strong>le</strong> plus profond. La SPECTRE repose sur une<br />

plateforme intégra<strong>le</strong>ment en aluminium,<br />

comme la Phanthom et <strong>le</strong> Cullinan. El<strong>le</strong> est<br />

solidement renforcée (+/- de 30%) afin de<br />

faire passer quelques choses comme 585 ch<br />

et 900 Nm de coup<strong>le</strong>. Ce n’est pas pour autant<br />

qu’el<strong>le</strong> est légère avec ses 2.975 Kg...<br />

Montée sur des roues de 23 pouces, la<br />

SPECTRE bénéficie de la suspension pneumatique<br />

proactive «Planar». El<strong>le</strong> est capab<strong>le</strong><br />

d’anticiper <strong>le</strong>s qualités des revêtements routiers<br />

et de s’adapter automatiquement pour<br />

préserver <strong>le</strong> confort total dans l’habitac<strong>le</strong>.<br />

Les ingénieurs ont aussi veillé à réduire tous<br />

<strong>le</strong>s bruits de rou<strong>le</strong>ments et de vent, car avec<br />

<strong>le</strong> si<strong>le</strong>nce des moteurs é<strong>le</strong>ctriques, il fallait<br />

augmenter <strong>le</strong>s capacités d’absorptions des<br />

bruits connexes.<br />

Ce grand coupé reprend <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> de la Wraith<br />

(ça veut dire Spectre aussi en anglais) et s’affine<br />

considérab<strong>le</strong>ment. Long de 5,45 m, 2,08<br />

m de large et 1,56 m de haut avec un Cx de<br />

0,25 (!) Avec son empattement de 3,21 m la<br />

SPECTRE accueil<strong>le</strong> 4 passager dans un confort<br />

Royal. SPECTRE est annoncée avec une autonomie<br />

de 520 km et 21,5 kWh aux 100 km.<br />

El<strong>le</strong> peut accélérer de 0 à 100 en 4’’4.<br />

Si Rolls-Royce lance son premier modè<strong>le</strong><br />

é<strong>le</strong>ctrique sous la forme d’un grand coupé,<br />

c’est un clin d’oeil aux nouvel<strong>le</strong>s générations<br />

plus sensib<strong>le</strong>s aux trains de vies dynamiques.<br />

Les limousines suivront en temps uti<strong>le</strong>s.<br />

36 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

37


PURE !<br />

38 39<br />

Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.


EXCENTRIQUE ?<br />

De la fibre optique dans <strong>le</strong> ciel<br />

de toit des Rolls-Royce, c’est<br />

déjà prodigieux, mais en ajouter dans <strong>le</strong><br />

garnissage des portières et des garnitures<br />

latéra<strong>le</strong>s à l’arrière, c’est tout simp<strong>le</strong>ment<br />

extraordinaire, même si Rolls-Royce est<br />

passé maître dans cet art, il y a quand même<br />

plus de 5.000 diodes é<strong>le</strong>ctroluminsecentes,<br />

montées à la main... Pour re<strong>le</strong>ver <strong>le</strong><br />

caractère ultra individualiste des créations<br />

possib<strong>le</strong>s Rolls-Royce ose proposer des<br />

atmosphères <strong>le</strong>s plus origina<strong>le</strong>s. Il est clair<br />

qu’avec la SPECTRE, <strong>le</strong> profil des clients<br />

potentiels s’établit de moderne façon.<br />

40 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

41


Et de toutes manières <strong>le</strong>s Rolls-Royce sont toujours choisies et<br />

personnalisées par <strong>le</strong>urs propriétaires qui d’une façon ou d’autres<br />

<strong>le</strong>s signes de <strong>le</strong>urs envies, qu’el<strong>le</strong>s soient conformiste ou non.<br />

L’excentricité fait parie aussi de ces choix. A ceux qui critiquent<br />

une Rolls «chocolat-b<strong>le</strong>u pâ<strong>le</strong>» <strong>le</strong>s autres répondent que c’est <strong>le</strong>ur<br />

choix et que <strong>le</strong>ur besoin de la revendre - s’il se fait sentir - ne tient<br />

absolument pas compte de <strong>le</strong>urs choix. Nous avons rencontré un<br />

heureux possesseur de plusieurs Rolls, Coupé Wraith, Ghost, etc,<br />

toutes peintes en Vieil Or et Bordeaux. Aucune n’est à vendre,<br />

c’est son plaisir de savourer sa passion pour une marque aussi<br />

emblématique. Il y retrouve une certaine sensualité, <strong>le</strong> sens d’une<br />

qualité inégalée et un sentiment de sérénité rassurante.<br />

SYMBOLIQUE<br />

42 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

43


LA SEULE<br />

OPTION CHEZ<br />

ROLLS-ROYCE<br />

Le distributeur «Franco Britannic Automobi<strong>le</strong>»<br />

du 21 avenue Kléber à Paris disait, en 1978,<br />

que la seu<strong>le</strong> option disponib<strong>le</strong> est la pose<br />

d’un fanion protocolaire sur <strong>le</strong>s ai<strong>le</strong>s avant.<br />

Le distributeur ajoute que «Bien sûr, nous<br />

pouvons équiper votre Rolls-Royce d’un<br />

téléviseur cou<strong>le</strong>urs ou d’un téléphone,<br />

mais jamais de catalogue d’options,<br />

tout est de série, comme <strong>le</strong> si<strong>le</strong>nce<br />

proverbial.<br />

Il ajoute que : «Le jour ou nous<br />

oserions offrir des «options» Rolls-<br />

Royce ne serait - peut-être - plus tout-àfait<br />

Rolls-Royce.» Et il termine par :<br />

«No options, gent<strong>le</strong>men... But the best.»<br />

BESPOKE DEPT...<br />

Si <strong>le</strong>s Rolls-Royce d’aujourd’hui cèdent à la<br />

mode des options, il faut souligner qu’au départ<br />

el<strong>le</strong>s sont ultra-complètes et raffinées. La<br />

marque demeure parfaitement dans son rô<strong>le</strong><br />

en permettant à ses clients de personnaliser<br />

<strong>le</strong>ur Rolls comme il l’entendent.<br />

Et <strong>le</strong> département BESPOKE est là pour comb<strong>le</strong>r<br />

<strong>le</strong> moindre désir. Notre reporter a rapporté<br />

quelques images comme cette paire<br />

d’escarpins à calandre de Rolls-Royce, ou à<br />

la personnalisation de bagageries comme du<br />

célèbre parapluie, ou encore de décorations<br />

de cuirs et boiseries.<br />

44<br />

Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs,<br />

dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.


atteries Lithium-<br />

Ion d’une puissance<br />

conjuguée de 290 kW<br />

(395 ch) et un coup<strong>le</strong><br />

de 800 Nm.<br />

Il n’était pas - encore<br />

- prévu de développer<br />

une version destinée à<br />

la production.<br />

PREMONITION OU SIGNE DES DIEUX ?<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK Capture d’images Rolls-Royce Motor Cy<br />

Nous sommes en mars 2011, Rolls-Royce présente à Genève une<br />

version plutôt inattendue d’une Phantom toute é<strong>le</strong>ctrique, mais<br />

quelque part il fallait s’attendre à une réaction de la part de la<br />

vénérab<strong>le</strong> marque anglaise. C’est que depuis toujours, Rolls-Royce<br />

a été à la pointe de la technologie et au summum du <strong>luxe</strong>.<br />

Il ne pouvait en être autrement.<br />

Voilà ce que nous<br />

écrivions à l’époque. Il<br />

faut croire que Rolls-<br />

Royce est béni des<br />

dieux, où à tout <strong>le</strong><br />

moins eu l’oreil<strong>le</strong> fine.<br />

La 102EX est une Phantom entièrement é<strong>le</strong>ctrique unique<br />

au monde. En 2011, ce modè<strong>le</strong> expérimental servira de banc<br />

d’<strong>essai</strong> pour recueillir des données qui permettront d’orienter <strong>le</strong>s<br />

futures décisions de Rolls-Royce Motor Cars en matière de motorisations<br />

alternatives.<br />

Un programme d’<strong>essai</strong> mondial fut organisé en Europe, au Proche et<br />

au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Nord. Les propriétaires<br />

de Rolls-Royce ont eu la possibilité d’expérimenter cette nouvel<strong>le</strong> technologie<br />

et de donner <strong>le</strong>ur avis comme <strong>le</strong>urs impressions, et de faire part<br />

de <strong>le</strong>urs interrogations directement auprès de Rolls-Royce.<br />

Et Rolls-Royce fait déjà très fort en prévoyant déjà la possibilité de recharge<br />

par induction... Naturel<strong>le</strong>ment, <strong>le</strong>s ingénieurs ont tenu à s’inspirer<br />

des moteurs V12 de 6,75 litres pour ref<strong>le</strong>ter <strong>le</strong>s vraies sensations<br />

d’une Rolls-Royce, aussi deux moteurs é<strong>le</strong>ctriques alimentés par des<br />

46 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs,<br />

47<br />

dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

1 chargeur - 2 - plaque de départ d’induction - 3 - flux d’énergie - 4 récepteur inductif - 5 - transmetteur - 6 - Batteries


So British,<br />

isn’t it !<br />

- Since 1954 -<br />

Morgan Belgium, s’est installé à Rode Saint Genèse,<br />

dans un écrin de verdure, se donnant <strong>le</strong> petit air de la campagne<br />

anglaise de Malvern Link au coeur du Worcestershire<br />

où est née la célèbre marque «Morgan».<br />

C’est en 1954 qu’Albert Stammet, ancien chef d’atelier<br />

chez <strong>le</strong> premier importateur des «Morgan», décide<br />

d’ouvrir son propre garage pour s’occuper des<br />

quelques Morgan alors en circulation. C’est <strong>le</strong> fameux<br />

Garage Albert, un endroit bien connu des passionnés de<br />

la marque car il y a toujours reflété un esprit artisanal et<br />

respectueux dans un sty<strong>le</strong> traditionnel.<br />

L’usine Morgan de Malvern Link a bien compris l’indiscutab<strong>le</strong> charisme des<br />

Stammet comme de <strong>le</strong>ur absolue rigueur de travail. Jean Stammet succèdera à<br />

Albert dès 1982 qui la transmettra à son fils Thomas en 2014.<br />

Depuis, MORGAN Belgium a été repris en décembre 2019 par A<strong>le</strong>xander Otto de<br />

Windisch-Graetz, un entrepreneur passionné et amateur de voitures de courses.<br />

A<strong>le</strong>xander destine Morgan à un avenir brillant. Esprit visionnaire, il repose l’image,<br />

jeune et sportive que <strong>le</strong>s Morgan reflétaient à <strong>le</strong>urs débuts.<br />

48 49


MORGAN BELGIUM S R L<br />

Hal<strong>le</strong>sesteenweg 158 C<br />

1640 Sint - Genesius - Rode<br />

Office : 02 410 64 43<br />

Et maintenant en 2022, la célèbre<br />

marque anglaise s’est installée<br />

dans cet endroit fantastique. Un bel espace<br />

où <strong>le</strong>s morganistes et <strong>le</strong>urs roadsters se retrouvent<br />

à l’occasion de rencontres amica<strong>le</strong>s, de<br />

rallyes et autres animations destinées à partager<br />

de vraies émotions. Les ateliers jouxtent unesal<strong>le</strong><br />

d’exposition et un shop d’accessoires et artic<strong>le</strong>s brandés<br />

qui permettent de jouir p<strong>le</strong>inement de l’esprit Morgan.<br />

En fait <strong>le</strong>s Morgan ont la particularité de vivre dans la<br />

même atmosphère que <strong>le</strong>s Har<strong>le</strong>y Davidson. Chaque voiture<br />

est différente, des accessoires permettent de <strong>le</strong>s singulariser au<br />

fur et à mesure. Les Morgan bonifient au cours des ans, <strong>le</strong>ur propriétaire<br />

sont aux petits soins, tant esthétiques que mécaniques.<br />

A signa<strong>le</strong>r que la concession Morgan Belgium s’est vue décerner par<br />

l’usine anglaise et pour la huitième fois consécutive, l’AWARD du meil<strong>le</strong>ur<br />

dea<strong>le</strong>r européen de l’année. Ceci marque bien <strong>le</strong> sens des va<strong>le</strong>urs de l’équipe .<br />

Configurez<br />

50 Site WEB :<br />

votre Morgan ici :<br />

51


Naissance d’un mythe<br />

On est en 1963, la filia<strong>le</strong> anglaise de Pirelli doit lutter contre une<br />

concurrence loca<strong>le</strong> féroce. Le sport auto est un vecteur fort.<br />

Et pour cause, <strong>le</strong>s Anglais sont des passionnés d’automobi<strong>le</strong>s et de<br />

sports mécaniques, comme <strong>le</strong>s Italiens d’ail<strong>le</strong>urs. Les besoins de<br />

cette clientè<strong>le</strong> éc<strong>le</strong>ctique sont tel<strong>le</strong>ment exigeants que <strong>le</strong>s manufacturiers<br />

<strong>le</strong>s plus importants lancent de dures offensives. Aussi pour<br />

réagir différemment, Pirelli UK décide d’éditer un ca<strong>le</strong>ndrier, mais<br />

pas n’importe <strong>le</strong>quel. Ce doit être ouvrage d’art autant qu’exclusif.<br />

La maison mère à Milan trouve l’idée génia<strong>le</strong> et décide de s’adresser<br />

à Robert Freeman, qui s’est distingué, en 1960, en prenant en photo<br />

Nikita Khrouchtchev au Kremlin pour <strong>le</strong> Sunday Times. Qui plus est, en<br />

1963, l’un des photographes attitrés des Beat<strong>le</strong>s. Pirelli a du flair.<br />

Excusez du peu, <strong>le</strong>s Beat<strong>le</strong>s sont en p<strong>le</strong>ine heure de gloire, <strong>le</strong> Ca<strong>le</strong>ndario<br />

ne pouvait rêver mieux comme parrain dans un pays où la plupart des<br />

écuries de Formu<strong>le</strong> 1 ont vu <strong>le</strong> jour et sont toujours actives aujourd’hui.<br />

Inuti<strong>le</strong> de par<strong>le</strong>r du «buzz» que ça a fait à l’époque !<br />

Depuis lors <strong>le</strong> Ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli était attendu chaque année par des fans<br />

de plus en plus nombreux. Mais Pirelli ne voulait pas en imprimer des centaines<br />

de mil<strong>le</strong>, au contraire, la marque italienne a volontairement limité<br />

ses tirages. Seuls quelques «happy fews» dans chaque pays étaient sé<strong>le</strong>ctionnés<br />

pour <strong>le</strong> recevoir, et ceux-ci étaient plus ou moins nombreux en<br />

fonction des résultats économique du pays. Cette récompense allait même<br />

jusqu’à conditionner la présence du pays à la présentation mondia<strong>le</strong>.<br />

Le Ca<strong>le</strong>ndario est devenu un monument incontournab<strong>le</strong> de l’art<br />

photographique. De très grands noms ont marqués <strong>le</strong>s années.<br />

MAI 1965<br />

Au hasard des années, re<strong>le</strong>vons : Harry Peccinotti (1969), Francis Giacobetti<br />

(1970 et 1971), Sarah Moon (1972), Uwe Ommer (1984), Bert<br />

Stern (1986), Joyce Tennyson (1989), Herb Ritts (1994), Peter Lindbergh<br />

(1996), Annie Leibovitz (2000), Bruce Weber (2003), Patrick Demarchelier<br />

(2005 & 2008), Inez van Lamsweerde et Vindooh Matadin (2007),<br />

Karl Lagerfeld (2011), Helmut Newton (2014), et plus récemment, des<br />

artistes comme Bryan Adams (2022) rejoignent <strong>le</strong>s rangs des ta<strong>le</strong>nts de<br />

la mode et des arts.


Prince Gyasi<br />

Pour <strong>le</strong>s 60 ans<br />

du Ca<strong>le</strong>ndario<br />

Pirelli demeure dans son approche<br />

magique des arts picturaux<br />

et s’inscrit résolument dans<br />

une démarche contemporaine et<br />

visionnaire.<br />

Objectif montrer <strong>le</strong>s différences<br />

de lumières et de cou<strong>le</strong>urs afin<br />

de libérer nos sens au travers<br />

derecherche graphiques intenses<br />

qui si el<strong>le</strong>s paraissent quelques<br />

fois anarchiques, soulignent la<br />

joie de vivre, l’amour du beau.<br />

Prince Gyasi est<br />

né il y a 28 ans, et<br />

s’est fait connaître<br />

grâce à ses oeuvres<br />

VIDEOS EXCLUSIVES<br />

<strong>2024</strong><br />

BACKSTAGE<br />

Par Eric HEIDEBROEK<br />

vibrantes et puissantes.<br />

Il a commencé à 16 ans<br />

avec un smartphone.<br />

Ses images capturent<br />

l’atmosphère et <strong>le</strong><br />

dynamisme de sa communauté<br />

et de sa génération,<br />

tout en visant<br />

à remettre en question<br />

<strong>le</strong>s récits traditionnels<br />

sur l’Afrique, l’élitisme<br />

dans l’art et <strong>le</strong>s idéaux<br />

de beauté centrés sur<br />

l’Occident.<br />

«J’aspirais à devenir un<br />

56 57


peintre abstrait, mais j’ai<br />

trouvé l’amour en créant de<br />

l’art avec mon téléphone»,<br />

a-t-il déclaré à CNN Sty<strong>le</strong><br />

en 2019. «Je ne veux pas<br />

être reconnu comme un<br />

photographe, mais comme<br />

un artiste. La plupart de<br />

mes images ressemb<strong>le</strong>nt<br />

à des peintures parce que<br />

ce sont des œuvres d’art et<br />

non des photographies.»<br />

Gyasi utilise des cou<strong>le</strong>urs<br />

vives et des contrastes marqués<br />

dans ses images, mettant<br />

souvent des rouges,<br />

des b<strong>le</strong>us ou des roses vifs<br />

côte à côte avec la noirceur,<br />

célébrant et soulignant<br />

la beauté de la peau des<br />

Africains noirs tout en présentant<br />

sa maison d’une<br />

manière édifiante et inspirante.<br />

«Je continuerai à<br />

raconter l’histoire des enfants<br />

de Jamestown et du Ghana<br />

en général», a-t-il déclaré à<br />

CNN. «Les gens ont besoin<br />

de connaître notre culture et<br />

notre histoire. son approche<br />

créative unique signifie que<br />

de nombreuses stars du ca<strong>le</strong>ndrier<br />

apparaissent comme<br />

el<strong>le</strong>s n’ont jamais été vues auparavant<br />

- avec des décors et<br />

un sty<strong>le</strong> très imaginatifs.»<br />

59


Love Letters To The Muse<br />

Text and Lay Out by Eric Heidebroek ©<br />

2023<br />

Quand l’équipe du Ca<strong>le</strong>ndario<br />

Pirelli a découvert <strong>le</strong> catalogue<br />

des œuvres d’Emma Summerton,<br />

el<strong>le</strong> a été frappée par la capacité<br />

de cette photographe née en<br />

1970 à mê<strong>le</strong>r <strong>le</strong> réel et <strong>le</strong> surréel,<br />

en créant un monde moderne et<br />

exquis qui est sa signature.<br />

Dès <strong>le</strong> départ Emma Summerton<br />

va se poser des questions :<br />

Qui est la femme<br />

dans mes images ?<br />

D’où vient-el<strong>le</strong> ?<br />

Où veut-el<strong>le</strong> al<strong>le</strong>r ?<br />

Qui aime-t-el<strong>le</strong> ?<br />

Comment aime-t-el<strong>le</strong> ?<br />

Qu’est-ce qui<br />

la pousse ?<br />

Comment<br />

s’imagine-t-el<strong>le</strong><br />

dans ce monde ?<br />

Comment<br />

devient-el<strong>le</strong><br />

l’imagination<br />

d’el<strong>le</strong>-même ?<br />

60 61


Pour Emma Summerton,<br />

ces questions l’on<br />

dirigée vers une ode aux<br />

muses, qui rappelons-<strong>le</strong><br />

sont <strong>le</strong>s neuf fil<strong>le</strong>s de<br />

Zeus et Mnémosyne.<br />

El<strong>le</strong>s désignent <strong>le</strong>s fil<strong>le</strong>s<br />

de la mémoire et de<br />

l’inspiration.<br />

Emma est fascinée par<br />

<strong>le</strong>s femmes qui font des<br />

choses extraordinaires,<br />

créatives, audacieuses<br />

comme <strong>le</strong>s écrivains,<br />

<strong>le</strong>s photographes, <strong>le</strong>s<br />

artistes, <strong>le</strong>s actrices et<br />

toutes cel<strong>le</strong>s qui reflète<br />

<strong>le</strong> féminisme.<br />

Son idée est d’offrir au<br />

Ca<strong>le</strong>ndario 2023 des<br />

femmes de ta<strong>le</strong>nts, des<br />

femmes extraordinaires<br />

et de <strong>le</strong>s intégrer dans<br />

un monde fantastique,<br />

d’où el<strong>le</strong>s ressortent<br />

intemporel<strong>le</strong>s.<br />

Chacune de ces<br />

muses ont des<br />

personnalités fortes.<br />

«Dans mes clichés,<br />

la frontière entre <strong>le</strong><br />

rô<strong>le</strong> que jouent <strong>le</strong>s<br />

mannequins et ce qu’ils<br />

sont réel<strong>le</strong>ment n’est<br />

pas clairement définie<br />

et tout se mélange pour<br />

créer des images qui<br />

chantent <strong>le</strong> réalisme<br />

magique», explique la<br />

photographe.<br />

Le Ca<strong>le</strong>ndario 2023,<br />

28 clichés -14 muses :<br />

Lila Moss<br />

La Voyante<br />

Guinevere Van Seenus<br />

La Photographe<br />

Adwoa Aboah<br />

La Reine<br />

Karlie Kloss<br />

La Techno Savante<br />

Sasha Pivovarova<br />

La Peintre<br />

Emily Ratajkowski<br />

L’Écrivain<br />

Cara De<strong>le</strong>vingne<br />

L’Interprète<br />

Bella Hadid<br />

L’Allégorique<br />

Fantastique<br />

Kaya Wilkins<br />

La Musicienne<br />

Precious Lee<br />

La Conteuse d’Histoires<br />

He Cong<br />

La Sage<br />

Adut Akech<br />

L’Attrapeuse de Rêves<br />

Ash<strong>le</strong>y Graham<br />

La Militante<br />

Lauren Wasser<br />

L’Athlète<br />

63


2022<br />

64 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

65


09:00 janvier<br />

Le Ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli est né en 1964.<br />

C’est devenu avec <strong>le</strong>s année une<br />

institution et seu<strong>le</strong> une poignée de<br />

personnes sont sé<strong>le</strong>ctionnées pour<br />

<strong>le</strong> recevoir, c’est dire s’il est rare<br />

et si Pirelli ne peut se tromper de<br />

photographe !<br />

Cette année, cette mission a été confiée<br />

à Bryan ADAMS ! Oui, <strong>le</strong> chanteur canadien,<br />

qui combine une carrière Rock avec<br />

sa passion pour la photo.<br />

Dans <strong>le</strong> milieu, Bryan ADAMS est apprécié,<br />

son ta<strong>le</strong>nt reconnu par <strong>le</strong>s plus<br />

grands magazines comme Vogue, Vanity<br />

Fair, GQ et Harper’s Bazaar, ainsi que<br />

cel<strong>le</strong>s de son propre magazine d’art, Zoo.<br />

Parmi ses anciens modè<strong>le</strong>s, on compte<br />

Sir Mick Jagger, John Boyega, Amy<br />

Winehouse, Naomi Campbell et bien<br />

d’autres, dont des hommes politiques,<br />

des hommes d’État et même la reine<br />

d’Ang<strong>le</strong>terre, qu’il a photographiée pour<br />

son jubilé d’or en 2002.<br />

Bryan ADAMS a éga<strong>le</strong>ment publié des<br />

livres sur son travail, notamment American<br />

Women (2004), Exposed (2012),<br />

un projet sur <strong>le</strong>s anciens combattants<br />

britanniques b<strong>le</strong>ssés intitulé Wounded :<br />

The Legacy of War (2014), et Home<strong>le</strong>ss,<br />

sorti en 2019.<br />

De l’autre côté de la médail<strong>le</strong> de la créativité,<br />

sa musique, au cours des quatre<br />

dernières décennies, a atteint <strong>le</strong> statut<br />

de numéro un dans plus de 40 pays.<br />

Il compte trois nominations aux Oscars<br />

et cinq nominations aux Golden Globes,<br />

ainsi qu’un Grammy Award, et sortira<br />

son 15e album en 2021.<br />

Premier photographe canadien à photographier<br />

un ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli, il n’est pas<br />

<strong>le</strong> premier musicien à y participer.<br />

Bono, Jennifer Lopez, Sean «Diddy»<br />

Combs, Lil Yachty, Yoko Ono et Patti<br />

Smith sont parmi <strong>le</strong>s artistes qui ont été<br />

photographiés et immortalisés dans <strong>le</strong>s<br />

ca<strong>le</strong>ndriers précédents.<br />

Avec son élégante pochette en forme<br />

d’album, <strong>le</strong> Ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli 2022 a l’air<br />

d’un viny<strong>le</strong> de col<strong>le</strong>ction très prisé.<br />

On the Road,<br />

Le thème était un choix évident pour <strong>le</strong><br />

guitariste et auteur-compositeur-interprète<br />

canadien «parce que la route est<br />

ce que je fais depuis 45 ans», a déclaré<br />

Bryan ADAMS qui a longtemps mené<br />

une activité photographique parallè<strong>le</strong>ment<br />

à sa musique.<br />

Un casting de rêve<br />

Il a photographié un casting étincelant<br />

d’artistes superstars, dont Cher, Iggy<br />

Pop, Jennifer Hudson, St Vincent, Kali<br />

Uchis, Saweetie,Normani, Grimes, Bohan<br />

Phoenix et Rita Ora, pour créer un<br />

voyage visuel spectaculaire à travers<br />

une journée dans la vie d’un musicien<br />

en tournée. L’auteur-compositeur-interprète<br />

et guitariste rejoint <strong>le</strong>s précédents<br />

photographes du Ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli tels<br />

que Helmut Newton, Herb Ritts et Annie<br />

Leibovitz, Patrick demarchelier, Karl Langerfeld,<br />

mais, il est <strong>le</strong> premier à figurer<br />

dans ses pages.<br />

Un 33 tours ?<br />

C’est un emballage approprié pour <strong>le</strong><br />

premier Ca<strong>le</strong>ndrier Pirelli qui non seu<strong>le</strong>ment<br />

se concentre exclusivement sur <strong>le</strong>s<br />

musiciens, mais qui est éga<strong>le</strong>ment photographié<br />

par l’un d’entre eux.<br />

66 67


10:13 fevrier<br />

Saint Vincent<br />

Comment avez-vous trouvé<br />

<strong>le</strong> thème «sur la route» ?<br />

«Pour être honnête, ce n’était pas très diffici<strong>le</strong>,<br />

car je suis sur la route depuis 45 ans.<br />

Quand je l’ai proposé, je me suis dit que<br />

cela avait peut-être été fait avant, car pour<br />

moi, c’est une chose tel<strong>le</strong>ment évidente.<br />

J’ai pensé que la relation symbiotique serait<br />

bonne. L’idée de musiciens qui voyagent et<br />

d’une entreprise qui fabrique des pneus.<br />

C’est logique pour moi. Je pensais que Pirelli<br />

ne trouverait pas que ce n’est pas très<br />

évident, mais, ils ont directement embrayé !<br />

Pouvez-vous décrire comment <strong>le</strong>s photos<br />

racontent l’histoire des tournées, des<br />

concerts et de l’expérience de la route ?<br />

Il serait très, très diffici<strong>le</strong> de résumer tout ce<br />

qui se passe sur la route en quelques jours.<br />

J’ai donc essayé de représenter certains de<br />

ces aspects... par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s musiciens<br />

ne voient jamais vraiment l’avant du bâtiment,<br />

ils voient l’arrière du bâtiment, nous<br />

voyons la porte de la scène, nous voyons<br />

<strong>le</strong>s coulisses, nous voyons <strong>le</strong> sous-sol d’un<br />

bâtiment... vous passez de la porte de la<br />

scène à la porte de la voiture, à la porte<br />

de l’hôtel, à la porte du train et à la porte<br />

du bus, donc il y a un tas de portes, mais<br />

il s’agit toujours de voyager.<br />

C’est la première fois que <strong>le</strong><br />

Ca<strong>le</strong>ndrier aborde la musique et <strong>le</strong>s<br />

musiciens de cette manière et, en tant que<br />

photographe et musicien, vous êtes très<br />

bien placé pour <strong>le</strong> faire.<br />

68 69


10:13 mars<br />

Pouvez-vous nous en par<strong>le</strong>r ?<br />

Je veux dire, vraiment, je suis heureux qu’il se soit concrétisé et qu’il s’inscrive dans<br />

un monde que je comprends. Personnel<strong>le</strong>ment, j’ai été ravi de pouvoir travail<strong>le</strong>r avec<br />

d’autres musiciens et d’avoir la chance de jeter un coup d’œil dans <strong>le</strong>ur monde et de<br />

voir comment ils l’organisent. Vous savez, <strong>le</strong>s choses ont terrib<strong>le</strong>ment changé, et l’image<br />

est devenue une partie incroyab<strong>le</strong>ment importante de ce qui se passe maintenant dans<br />

la musique. Aujourd’hui, un artiste peut complètement changer la façon dont il veut<br />

être représenté sur une seu<strong>le</strong> photo, il en a <strong>le</strong> contrô<strong>le</strong>...<br />

Kali Uchis<br />

70 71


10:42 avril<br />

C’est donc une époque intéressante pour <strong>le</strong>s musiciens, tant sur <strong>le</strong> plan<br />

photographique qu’artistique, car ils peuvent contrô<strong>le</strong>r <strong>le</strong>ur image,<br />

en particulier <strong>le</strong>s femmes.<br />

L’un des aspects de la photo est que l’on ne veut pas que <strong>le</strong>s choses soient norma<strong>le</strong>s.<br />

On veut qu’une image soit mémorab<strong>le</strong> et donc, on <strong>essai</strong>e de créer des choses qui fonctionnent<br />

avec <strong>le</strong> concept «On The Road», mais on veut aussi générer de la fantaisie.<br />

Il faut développer des idées pour obtenir des images atmosphériques et puissantes et cela<br />

ne se fait qu’en collaboration étroite avec <strong>le</strong> directeur créatif du shooting, Dirk Rudolph, qui<br />

travail<strong>le</strong> avec moi depuis 1996. «J’ai compté et nous avons fait quelque chose comme<br />

Saweetie<br />

72 73


14:43 mai<br />

25 décors en deux jours, c’est assez rapide», a déclaré Rudolph après la fin du tournage<br />

à Los Ange<strong>le</strong>s. Les idées d’images changeaient en cours de route ou entre <strong>le</strong>s prises de<br />

vue. Donc, parfois, c’était un processus très spontané, développer des idées, improviser<br />

des idées. Si vous faites cela, vous laissez faire et, à un moment donné, vous regardez<br />

l’écran et voyez une image et vous dites «C’est vraiment bien». Le Ca<strong>le</strong>ndrier contient<br />

éga<strong>le</strong>ment une série d’images de natures mortes qui renforcent l’atmosphère et la sensation<br />

de lieu, ainsi que des photographies à longue exposition conçues pour communiquer<br />

une sensation de mouvement - comme <strong>le</strong>s feux arrière des voitures sur <strong>le</strong> Sunset<br />

Strip, et <strong>le</strong>s lumières du studio de Grimes.<br />

Cher<br />

74 75


15:28 juin<br />

Ce ca<strong>le</strong>ndrier comporte essentiel<strong>le</strong>ment trois niveaux, ajoute Rudolph. Il y a l’artiste, <strong>le</strong>s<br />

photos qui complètent l’histoire et ces images qui sont plus graphiques et expriment <strong>le</strong><br />

mouvement au cours de la journée, <strong>le</strong> mouvement au cours de l’année.»<br />

Pour Bryan ADAMS, <strong>le</strong> lien entre la musique et <strong>le</strong> monde artistique a toujours été vital,<br />

et <strong>le</strong> projet contribue, en partie, à rapprocher <strong>le</strong>s deux.<br />

Normani<br />

Qu’aimeriez-vous que vos photographies communiquent ?<br />

J’espère que <strong>le</strong>s gens apprécient la fantaisie et la réalité que nous avons dépeintes dans<br />

ces quelques images. Ce n’est qu’une coupe transversa<strong>le</strong> de ce qui aurait pu être et,<br />

76 77


18:25 juil<strong>le</strong>t<br />

malheureusement, il n’y a pas l’espace néc<strong>essai</strong>re... il faudrait un livre de chaque personne<br />

pour pouvoir raconter l’histoire, mais c’est un aperçu et c’est un aperçu intéressant<br />

[de] chaque artiste. Deux stars du rock de toutes <strong>le</strong>s décennies ornent <strong>le</strong>s couvertures<br />

du Ca<strong>le</strong>ndrier. Saint-Vincent, alias Annie Clark, posant avec un pic de guitare Pirelli<br />

sur la langue. Dès que j’ai pris la photo, j’ai su qu’el<strong>le</strong> ferait la couverture. Au dos de la<br />

couverture se trouve une photo saisissante d’Iggy Pop, <strong>le</strong> <strong>le</strong>ader des Stooges, <strong>le</strong> torse<br />

peint en argent, en référence à un célèbre look de scène du début des années 1970. Le<br />

ca<strong>le</strong>ndrier présente un éventail éblouissant d’images, à la mesure de la diversité des artistes<br />

qui <strong>le</strong> composent.<br />

Jennifer Hudson<br />

78 79


19:06 août<br />

Un jour dans la vie d’un musicien en tournée<br />

Le mois de février s’intitu<strong>le</strong> «10h13, chambre 29, Château Marmont», où l’on voit St.<br />

Vincent <strong>le</strong> regard pensif, éclairé d’un so<strong>le</strong>il filtré par <strong>le</strong>s stores vénitiens. Mars se dérou<strong>le</strong> à<br />

10h42 et voit Kali Uchis, l’auteur-compositeur-interprète colombo-américaine connue pour<br />

sa musique qui défie <strong>le</strong>s genres, profiter d’un «jour de repos à la piscine», allongée sur un<br />

plongeoir dans une superbe robe émeraude, des bijoux et des talons.<br />

Iggy<br />

Pop<br />

<strong>Avril</strong> passe à 11h38, où <strong>le</strong> rappeur américain Saweetie «quitte l’hôtel Scalinatella» à Capri,<br />

posant dans <strong>le</strong> hall et poussant un imposant chariot de bagages dans une robe argentée<br />

80 81


00:12septembre<br />

dos nu et des talons. En mai, la journée se poursuit avec Cher «entrant dans <strong>le</strong>s coulisses»<br />

à 14 h 43. El<strong>le</strong> s’avance <strong>le</strong> long d’un miroir dans une loge vide du Palace Theatre, dans <strong>le</strong><br />

centre de Los Ange<strong>le</strong>s, et passe son rouge à lèvres sur la vitre. L’artiste américaine de R&B<br />

Normani est la star des pages de juin à 15:28, «se reposant dans <strong>le</strong> bus avant la balance»,<br />

posant dans un lit et à côté d’un bus de tournée.<br />

En juil<strong>le</strong>t, il est 18 h 25 et Jennifer Hudson «arrive sur <strong>le</strong> lieu du concert» dans sa limousine,<br />

avant de jeter un coup d’œil à la scène et de regarder à travers <strong>le</strong>s rideaux la sal<strong>le</strong> vide,<br />

puis de s’asseoir dans sa loge entourée de f<strong>le</strong>urs. Août voit Iggy Pop dans <strong>le</strong>s coulisses une<br />

Grimes<br />

82 83


01:42octobre<br />

heure avant <strong>le</strong> début du spectac<strong>le</strong>. Il pose torse nu, se tortil<strong>le</strong> dans un fauteuil vert et danse<br />

pour la caméra dans <strong>le</strong> sous-sol de la sal<strong>le</strong>.<br />

Après <strong>le</strong> spectac<strong>le</strong><br />

Dans <strong>le</strong>s pages de septembre, il est 00:12 et l’auteur-compositeur-interprète et producteur<br />

canadien Grimes pose en tenue futuriste avec des cheveux roses au milieu d’un<br />

banc d’ordinateurs géants «dans son studio», vêtu d’une robe faite d’éclats de métal.<br />

En octobre, il est 1h42 et <strong>le</strong> rappeur sino-américain Bohan Phoenix «rentre à l’hôtel»,<br />

posant sur <strong>le</strong> Sunset Strip alors que la circulation défi<strong>le</strong>. Pour <strong>le</strong>s pages de novembre,<br />

​Bohan Phoenix<br />

84 85


03:02novembre<br />

c’est «après <strong>le</strong> spectac<strong>le</strong>» et 03:02.<br />

La chanteuse, compositrice et actrice britannique Rita Ora s’allonge dans un bain dans<br />

une robe en cotte de mail<strong>le</strong>s puis arrête la circulation en posant sur des sièges de voiture<br />

au milieu de la rue.<br />

Et dans <strong>le</strong>s pages de décembre, Adams lui-même clôt <strong>le</strong> voyage à 04:12, en route pour<br />

son prochain concert avec sa guitare et dans une voiture classique. Avec seu<strong>le</strong>ment<br />

trois jours de tournage et dix stars à capturer (dont neuf ont été filmées en deux jours),<br />

Bryan ADAMS admet que <strong>le</strong> projet était un défi. «Il serait très, très diffici<strong>le</strong> de résumer<br />

tout ce qui se passe «sur la route» en quelques jours», a-t-il déclaré.<br />

Rita Ora<br />

86 87


04:12decembre<br />

Bryan ADAMS et ses stars<br />

De l’avis des musiciens Rita Ora, Jennifer Hudson et Bohan Phoenix, travail<strong>le</strong>r avec Bryan<br />

a été «incroyab<strong>le</strong>». Grimes, qui est arrivée sur <strong>le</strong> plateau après une nuit stressante et<br />

sans sommeil, a déclaré que Bryan «a tout simp<strong>le</strong>ment rendu <strong>le</strong>s choses très faci<strong>le</strong>s,<br />

très agréab<strong>le</strong>s... il est <strong>le</strong> plus cool, il est super-chill». St. Vincent, alias Annie Clark, une<br />

grande fan de la musique de Bryan, était d’accord, <strong>le</strong> décrivant comme «adorab<strong>le</strong>» et<br />

«un photographe incroyab<strong>le</strong>».<br />

88 89


Of America<br />

Barack OBama<br />

a dit à Bruce Springsteen<br />

«I am The President,<br />

but, you, are<br />

The Boss»<br />

RE-UNITED STATES<br />

& BRUCE<br />

SPRINGSTEEN<br />

JEEP<br />

Barack Obama a cité Bruce Springsteen<br />

dans son discours de remise de la<br />

médail<strong>le</strong> présidentiel<strong>le</strong> de la liberté en<br />

novembre 2016. (Presidential Medal<br />

of Fredom). Un discour mettant en<br />

va<strong>le</strong>ur <strong>le</strong>s oeuvres axées, très souvent,<br />

sur <strong>le</strong>s va<strong>le</strong>urs des USA. Ce n’est dés<br />

lors pas étonnant que Jeep et Bruce<br />

Springsteen se soient associés pour<br />

lancer ce film de deux minutes «The<br />

Midd<strong>le</strong>» qui invite tous <strong>le</strong>s américains<br />

à se regrouper sous la bannière du rêve<br />

américain. Le film a fait une apparition<br />

unique à la télévision lors du «Big<br />

Game» de ce 7 février 2021.<br />

En cliquant sur <strong>le</strong> bouton rouge, vous<br />

90 91<br />

Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.


pouvez <strong>le</strong> voir !<br />

La campagne débute près de 10 ans<br />

jour pour jour après <strong>le</strong> lancement de la<br />

campagne «Imported from Detroit», <strong>le</strong><br />

7 février 2011.<br />

Bruce Springsteen a été intimement impliqué<br />

dans la création de «The Midd<strong>le</strong>» et a travaillé<br />

en étroite collaboration avec <strong>le</strong> réalisateur<br />

Thom Zimny. Il a écrit et produit la partition origina<strong>le</strong><br />

avec Ron Aniello.<br />

Jon Landau a déclaré: «Olivier François et moi<br />

discutons d’idées depuis 10 ans et quand il nous<br />

a montré <strong>le</strong>s grandes lignes de The Midd<strong>le</strong>,<br />

notre réaction immédiate a été : Faisons-<strong>le</strong> !<br />

Notre objectif était de faire quelque chose de<br />

surprenant, pertinent, immédiat et astucieux. Je<br />

pense que c’est exactement ce que Bruce a fait<br />

avec The Midd<strong>le</strong>.»<br />

«De «Imported from Detroit» et «Halftime<br />

in America» à «Farmer», et plus récemment<br />

«Groundhog Day», nous avons cherché à établir<br />

des liens significatifs et émotionnels avec des<br />

millions de téléspectateurs, avec la pertinence<br />

culturel<strong>le</strong> au cœur de notre communication,»,<br />

a déclaré Olivier Francois, directeur marketing<br />

mondial de Stellantis.<br />

«The Midd<strong>le</strong>» est une célébration du 80ème anniversaire<br />

de la marque Jeep et, plus en accord<br />

avec l’actualité récente, est un appel à tous <strong>le</strong>s<br />

Américains à se rassemb<strong>le</strong>r et à rechercher un<br />

terrain d’entente afin de regarder col<strong>le</strong>ctivement<br />

la route vers <strong>le</strong> futur.»<br />

Olivier François ajoute: «Bruce Springsteen a<br />

joué un rô<strong>le</strong> déterminant dans l’élaboration de ce<br />

message commun. Ses expériences et sa perspec-<br />

92 93


tive ont souvent été appelées à comb<strong>le</strong>r un fossé.<br />

Il semb<strong>le</strong> que <strong>le</strong> moment soit venu où un message<br />

comme celui-ci est absolument néc<strong>essai</strong>re.»<br />

Au cours de la dernière décennie, <strong>le</strong>s<br />

marques Jeep, Dodge et Ram ont défini un<br />

message ambitieux dans <strong>le</strong>urs efforts de<br />

campagne lors des «Big Game».<br />

Bruce Springsteen -<br />

Letter To You (Official Video)<br />

Bruce Springsteen<br />

Olivier François<br />

Alors que «Imported from Detroit» parlait du<br />

courage, de l’ingéniosité et de la détermination<br />

de la main-d’œuvre automobi<strong>le</strong> américaine basée<br />

à Detroit en 2011, l’année suivante «Halftime<br />

in America» cherchait à galvaniser <strong>le</strong>s<br />

Américains traversant une période diffici<strong>le</strong>, Clint<br />

Eastwood déclarant: «Ce pays ne peut pas être<br />

assommé d’un seul coup. Nous nous re<strong>le</strong>vons.»<br />

Puis, en 2013, la marque Ram a lancé «Farmer»,<br />

reconnaissant et honorant <strong>le</strong>s agriculteurs américains<br />

à travers <strong>le</strong>s mots emblématiques de la<br />

légendaire personnalité de la radio Paul Harvey.<br />

En cliquant sur <strong>le</strong> bouton rouge vous pouvez voir <strong>le</strong><br />

discours des «Presidential medals of Freedom» et à la<br />

minute1:38 entendre la phrase «I’am the President,<br />

but you are the Boss» !<br />

94 @ Adaptation artistique et rédactionnel<strong>le</strong> : Eric HEIDEBROEK<br />

95


Le Place d’Armes<br />

à Luxembourg-Vil<strong>le</strong><br />

Mini trip en McLaren 720S<br />

coupé, en 2022<br />

Vins Pirard<br />

ou comment<br />

accomoder<br />

Les repas<br />

Hôtel Héritage<br />

à Bruges, en 2021<br />

Mini Trip en McLaren<br />

720 S Spider<br />

Sofitel Le Louise<br />

À Bruxel<strong>le</strong>s, en 2012,<br />

Avec la Rolls-Royce<br />

Phantom<br />

Escapade à Waterloo<br />

en McLaren GT en 2022<br />

Anniversaire<br />

au P’tit Gaby<br />

en McLaren Artura<br />

Restaurant Le 135 (Dolce La Hulpe)<br />

Pascal Marcin aux fourneaux<br />

Photo : Eric HEIDEBROEK<br />

96 97


Toujours sur <strong>le</strong>s routes,<br />

toujours dans <strong>le</strong>s vignes<br />

et dans <strong>le</strong>s caves,<br />

il apprend <strong>le</strong> métier<br />

au contact des vigne rons<br />

et des restaurateurs,<br />

c’est l’éco<strong>le</strong> du terrain,<br />

la meil<strong>le</strong>ure des éco<strong>le</strong>s !<br />

La France bien sùr.<br />

Il commence par <strong>le</strong> Bordelais,<br />

sillonne ensuite l’Alsace,<br />

la Bourgogne, puis <strong>le</strong>s bords<br />

du Rhône et de la Loire,<br />

à la recherche de vignerons<br />

alors inconnus. Suivent<br />

<strong>le</strong> Sud-Ouest, la Provence<br />

et <strong>le</strong> Languedoc, puis<br />

la Mosel<strong>le</strong> et <strong>le</strong> Rhin. Au fil<br />

de ses voyages, <strong>le</strong>s châteaux<br />

<strong>le</strong>s plus prestigieux<br />

comme <strong>le</strong>s maisons <strong>le</strong>s plus secrètes<br />

rejoignent sa maison.<br />

Jacques Pirard fut l’un<br />

des premiers, voire <strong>le</strong> premier<br />

en Belgique, à défendre <strong>le</strong> travail des<br />

plus grands vignerons al<strong>le</strong>mands. Il<br />

fut éga<strong>le</strong>ment<br />

l’un des premiers à s’intéresser<br />

au renouveau du vignob<strong>le</strong> italien.<br />

Jacques Pirard a partagé<br />

ensuite cette passion avec<br />

son fils, Emmanuel, puis<br />

avec son petit-fils, Simon.<br />

Les vins Pirard,<br />

une passionnante histoire de famil<strong>le</strong><br />

En 1945, Jacques Pirard n’a pas 18 ans lorsqu’il crée,<br />

en Belgique, sa société d’importation de vins.<br />

98 99


1<br />

Champagne<br />

pour <strong>le</strong>s huitres<br />

Philipponnat<br />

NON DOSÉ ROYALE RÉSERVE<br />

Sty<strong>le</strong> : Sec et vif<br />

Région : Champagne<br />

Prix : 42,50 €<br />

Simon Pirard :<br />

«Un Champage<br />

non dosé et<br />

<strong>le</strong> blanc <strong>le</strong> plus sec<br />

et <strong>le</strong> plus minéral<br />

possib<strong>le</strong>.<br />

Pour sublimer<br />

<strong>le</strong>s poissons crus<br />

et <strong>le</strong>s fruits<br />

de mer»<br />

2<br />

Blanc pour Homards<br />

Crozes-Hermitage<br />

Sty<strong>le</strong> : tranquil<strong>le</strong><br />

Région : Rhöne<br />

Florent Via<strong>le</strong><br />

Prix : 23€<br />

Simon Pirard : «La chair<br />

délicate mais savoureuse<br />

du homard va nous appe <strong>le</strong>r<br />

à choisir<br />

un blanc sec (pas sucré)<br />

et gras. Un Chardonnay de<br />

Bourgogne serait<br />

<strong>le</strong> plus classique<br />

des accords. Innovons<br />

un peu avec un grand vin<br />

blanc de la vallée<br />

du Rhône.»<br />

3<br />

Saumur Champigny<br />

L’Insolite<br />

Sty<strong>le</strong> : Sec et vif<br />

Région : Loire<br />

Vigneron : Thierry Germain<br />

Prix : 25 €<br />

Simon Pirard :<br />

«un Chenin de Loire<br />

travaillé en biodynamie par<br />

LE maître de<br />

la discipline :<br />

Thierry Germain.<br />

Un très beau moment<br />

de dégustation.»<br />

Pas mal avec<br />

<strong>le</strong>s huitres<br />

4<br />

Blanc de Pacs<br />

PENEDES<br />

Sty<strong>le</strong> : Sec et fruité<br />

Région : Espagne<br />

Thierry Germain<br />

Prix : 25 €<br />

Simon Pirard : «un Chenin<br />

de Loire travaillé en bio dynamie<br />

par LE maître<br />

de la discipline:<br />

Thierry Germain<br />

idéal avec <strong>le</strong>s Saint-Jacques<br />

5<br />

Chorey-Les-Beaune 2020<br />

PIÈCE DU CHAPITRE MONOPOLE<br />

DOMAINE TOLLOT-BEAUT<br />

Sty<strong>le</strong> : Rouge amp<strong>le</strong> et<br />

généreux<br />

Bourgogne<br />

Vigneron : Tollot-Beaut<br />

Prix : 38 €<br />

Simon Pirard :<br />

«Une viande blanche<br />

et goûtue que nous<br />

proposons d’associer à<br />

un pinot noir de Bourgogne.<br />

Choisir de préférence<br />

un Bourgogne rouge «du Sud»,<br />

de la Côte de Beaune (Beaune,<br />

Volnay, Santenay…).<br />

Par exemp<strong>le</strong>: Chorey-<strong>le</strong>s-Beaune<br />

Domaine Tollot-Beaut.»<br />

AVEC UN COQUELET<br />

ou CHAPON FARCI<br />

6<br />

Les Premières<br />

FAUGERES<br />

Sty<strong>le</strong> : Rouge amp<strong>le</strong> et généreux<br />

Région : Languedoc Roussillon<br />

Vigneron : Domaine<br />

Jean-Michel Alquier<br />

Prix : 18,95 €<br />

Simon Pirard : «Un plat très savoureux<br />

avec sa touche sucrée apportée<br />

par <strong>le</strong>s figues<br />

va demander un vin rouge<br />

amp<strong>le</strong> et gorgé de so<strong>le</strong>il.<br />

Choisissons un vin puissant du<br />

Languedoc Roussillon Faugères,<br />

Saint-Chinian, Minervois,<br />

Corbières»<br />

7<br />

Pour <strong>le</strong>s desserts<br />

MURÉ :<br />

<strong>le</strong> Crémant D’Alsace<br />

sty<strong>le</strong> : Bul<strong>le</strong>s, blanc et moel<strong>le</strong>ux<br />

Région : France - Alsace<br />

Vigneron : Domaine Muré<br />

Véronique et Clément Muré<br />

Clos Saint-Landelin<br />

Prix : 17 €<br />

Simon Pirard :<br />

«Avec la glace,<br />

c’est toujours compliqué!<br />

Le froid va quelque peu anesthésier<br />

<strong>le</strong>s papil<strong>le</strong>s<br />

gustatives et <strong>le</strong> vin risque<br />

de passer inaperçu.<br />

Pour <strong>le</strong> côté festif,<br />

resservez un verre de bul<strong>le</strong>s…<br />

Eventuel<strong>le</strong>ment<br />

un demi-sec.»<br />

100 101


Escapade<br />

à Waterloo<br />

Avec <strong>le</strong>s 620 chevaux<br />

de la McLaren GT !<br />

Plume et layout : Eric HEIDEBROEK, Photos : CAMINTER<br />

La Mc Laren GT vous a été présentée il y a deux ans lors<br />

d’une courte prise en main. Cette fois, nous sommes<br />

remontés sur <strong>le</strong>s traces du Duc de Wellington dans la<br />

morne plaine de Waterloo où l’anglais a mis fin aux<br />

campagnes guerrières de l’Empereur Napoléon 1er.<br />

A contrario des 720s Spider et coupé, la GT se veut<br />

plus «Grand Tourisme» en offrant un peu plus de<br />

confort et un espace bagages moins restrictif,<br />

tout en conservant l’esprit originel de la marque<br />

anglaise tournée radica<strong>le</strong>ment vers <strong>le</strong> sport.<br />

102 103


La région où s’est déroulée cette grande batail<strong>le</strong><br />

est fantastique de beauté. Les routes se faufi<strong>le</strong>nt<br />

entre des vallons verdoyants de prairies cernées de<br />

bocages, de fermes, de grandes étendues où l’on<br />

imagine faci<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s<br />

cou<strong>le</strong>urs chatoyantes des<br />

uniformes des armées en lice. De l’artil<strong>le</strong>rie et ses<br />

nuages de fumée, de la cava<strong>le</strong>rie qui charge sabre au<br />

clair. Toute cette épopée est retracée dans <strong>le</strong> nouvel<br />

espace sous terrain du musée.<br />

Régulièrement, Waterloo produit une reconstitution<br />

de la fameuse batail<strong>le</strong> avec de<br />

nombreux figurants, c’est<br />

magique !<br />

LES 4 POINTS D’INTÉRÊTS DU MÉMORIAL DE WATERLOO :<br />

Le Mémorial de la batail<strong>le</strong> de Waterloo en 1815 est un site unique en Belgique qui est à la fois un monument<br />

de commémoration et un musée historique. C’est éga<strong>le</strong>ment et surtout un lieu chargé<br />

d’histoire.<br />

1. Le Musée du Mémorial :<br />

revivez l’histoire de la batail<strong>le</strong> à travers des uniformes, des objets historiques,<br />

des cartes animées, un film 3D inédit…<br />

2. Le Panorama : découvrez l’immense toi<strong>le</strong><br />

historique du panorama, longue de<br />

110 mètres et<br />

haute de 12 m !<br />

Fiche technique<br />

McLaren GT.<br />

Moteur V8 bi-turbos.<br />

4,0 litres<br />

620 ch à 7.500 t/min<br />

630 Nm à 5.500 t/min<br />

Boîte auto 8 rapports<br />

VMax : 325 km/h<br />

0 à 100 : 3,2s<br />

Conso : 12,5 l/100km<br />

Moyenne obtenue<br />

durant l’<strong>essai</strong> :<br />

La plus basse : 10,3 l<br />

La plus haute : 15,6 l<br />

104 105


McLaren GT<br />

L’intérieur spacieux<br />

offre des sièges<br />

très bien rembourrés<br />

et anatomiquement<br />

parfait<br />

quelques soit <strong>le</strong><br />

gabarit.<br />

3. La Butte du Lion :<br />

gravissez <strong>le</strong>s 226 marches pour admirer un<br />

point de vue exceptionnel sur <strong>le</strong> Champ de<br />

Batail<strong>le</strong>.<br />

4. La Ferme d’Hougoumont :<br />

laissez-vous conter l’histoire de « la batail<strong>le</strong><br />

dans la batail<strong>le</strong> » grâce à une installation<br />

multimédia mêlant innovation et mémoire.<br />

1. LE MUSÉE<br />

<strong>Même</strong> si la cellu<strong>le</strong><br />

en carbone est<br />

proche de cel<strong>le</strong><br />

des coupés-ultra<br />

sportifs, chez<br />

McLaren on a<br />

choisi cel<strong>le</strong> de la<br />

GT un peu plus<br />

généreuse. La<br />

planche de bord<br />

adopte aussi un<br />

sty<strong>le</strong> plus cool.<br />

Mais il ne faut<br />

pas s’y tromper<br />

cette auto-là a un<br />

tempéramment de<br />

feu et une tenue de<br />

route incisive.<br />

Moins agressive<br />

(un peu seu<strong>le</strong>ment)<br />

que <strong>le</strong>s<br />

super-sports, la<br />

GT profite de son<br />

empattement<br />

allongé pour offrir<br />

une tenue de cap<br />

extraordinairement<br />

stab<strong>le</strong> sur<br />

<strong>le</strong>s «autobahn» et<br />

dans <strong>le</strong>s longues<br />

courbes qu’el<strong>le</strong><br />

ava<strong>le</strong> à des allures<br />

fantastiques de<br />

sérénité.<br />

Revivez l’expérience de la batail<strong>le</strong> de Waterloo<br />

1815 à l’intérieur du Mémorial grâce à une<br />

scénographique narrative, multi sensoriel<strong>le</strong>,<br />

comprenant des effets spéciaux et décors<br />

immersifs.<br />

À travers des uniformes, des objets historiques,<br />

un film 3D inédit, une maquette géante<br />

de 33 m2, un jeu de piste, découvrez l’histoire<br />

de la célèbre batail<strong>le</strong>.<br />

<br />

• Film 3D de 15 minutes • Maquette de la<br />

batail<strong>le</strong> de 33 m2 • Audioguide FR/NL/EN/D/<br />

IT/ES/CHN/JPN/RU • Accès PMR<br />

<br />

<br />

2. LA BUTTE DU LION<br />

<br />

106 107


McLaren GT... Invitation au voyage<br />

Née d’une demande de la clientè<strong>le</strong> , la GT demeure une<br />

supersport, ses lignes élancées <strong>le</strong> confirment. Avec son arrière<br />

«longue queue» on l’imagine sans peine lancée p<strong>le</strong>ins pots<br />

sur la igne droite des Hunaudières au Mans. Son profil inspire<br />

la performance fluide et aérodynamique. A son bord, <strong>le</strong> confort<br />

permet de rou<strong>le</strong>r sur de longs trajets. La visibilité périphérique<br />

est bien conçue. Bien que <strong>le</strong>s énormes prises d’air latéra<strong>le</strong>s<br />

occupent bien l’espace des rétroviseurs. Sans occulter la visibilité<br />

arrière, ils offrent au regard la musculature puissante de<br />

l’auto. C’est un régal. Contrairement à certaines sportives, <strong>le</strong>s<br />

rétroviseurs sont installés plus bas dans la portière et décalés<br />

vers l’arrière. Intelligent, car ils dégagent la vue vers <strong>le</strong>s<br />

ang<strong>le</strong>s avant tout en étant parfaitement implantés dans l’axe<br />

du regard. Chez McLaren, ce sont des pilotes qui ont géré <strong>le</strong>s<br />

détails de mises au point. Des pilotes qui ont aussi participés<br />

aux réglages des trains roulants. Ainsi la McLaren GT offre un<br />

freinage canon, <strong>le</strong>s freins Carbone Céramique prennentrapidement<br />

la bonne température et la conserve très longtemps<br />

de façon à offrir systématiquement <strong>le</strong>s bonnes prestations. La<br />

GTdispose aussi des trois programmes moteurs et maniabilités<br />

comme dans <strong>le</strong>s Spider et Coupés 720S.<br />

La Butte du Lion est un monument de 40m de hauteur érigé<br />

en 1826 à la demande de Guillaume Ier qui a souhaité marquer<br />

l’endroit présumé où son fils ainé fut b<strong>le</strong>ssé <strong>le</strong> 18 juin 1815. Il<br />

est surmonté d’un lion symbolisant la victoire des monarchies.<br />

En haut des 226 marches, <strong>le</strong> regard embrasse <strong>le</strong> Champ<br />

de la batail<strong>le</strong> de Waterloo 1815. Une tab<strong>le</strong> d’orientation vous<br />

permettra d’appréhender <strong>le</strong>s mouvements des troupes, de<br />

comprendre <strong>le</strong>s formations en carré de l’infanterie, <strong>le</strong>s déploiements<br />

de la cava<strong>le</strong>rie.<br />

3. LE PANORAMA<br />

Le Panorama est un vaste bâtiment circulaire qui abrite la toi<strong>le</strong><br />

réalisée en 1912 par Louis Dumoulin, peintre dont <strong>le</strong> Panorama<br />

fut présenté à l’Exposition universel<strong>le</strong> de Paris en 1900.<br />

Ses dimensions exceptionnel<strong>le</strong>s et son dispositif sonorisé<br />

permettent une immersion tota<strong>le</strong> au cœur de la batail<strong>le</strong>. Vous<br />

serez cerné de toutes parts par <strong>le</strong>s scènes de combat, bruits<br />

de sabres, charges de cava<strong>le</strong>ries et tirs de canons.<br />

• 110m x 12m • Toi<strong>le</strong> de 1912 • Sonorisé • Accès PMR<br />

4. LA FERME D’HOUGOUMONT<br />

Ouverte <strong>le</strong>s week-ends et jours fériés<br />

Dernier témoin de la Batail<strong>le</strong>, cette ferme accueil<strong>le</strong> un<br />

spectac<strong>le</strong> vidéo qui raconte l’histoire de «la batail<strong>le</strong> dans la<br />

batail<strong>le</strong>». Cette Ferme fut <strong>le</strong> cadre de combats meurtriers :<br />

c’est à cet endroit que <strong>le</strong> frère de Napoléon déc<strong>le</strong>ncha l’action.<br />

Ce qui ne devait être, au départ,<br />

qu’une manœuvre de diversion, est devenu <strong>le</strong> point <strong>le</strong> plus<br />

vio<strong>le</strong>nt de la batail<strong>le</strong>. Toute la journée, <strong>le</strong>s assauts français y<br />

furent terrib<strong>le</strong>s et vains.<br />

Route du Lion 1815 - 1420 - Braine-l’Al<strong>le</strong>ud Tel : +32 2 385 19 12 - info@waterloo1815.be<br />

• Balade en voiture à cheval • Histoire de la batail<strong>le</strong><br />

• Spectac<strong>le</strong> vidéo de 25 min<br />

• Pas d’accès PMR<br />

108 109


Ces choix ne s’opèrent que si <strong>le</strong><br />

bouton «ACTIVE» est enc<strong>le</strong>nché. Il<br />

active alors des choix pour la maniabilité<br />

(Handling) entre Comfort,<br />

Sport, Track ou des combinaisons<br />

de choix avec <strong>le</strong>s mêmes modes<br />

opérant sur la puissance. (Power).<br />

En mode Comfort, tant mécanique<br />

que suspensions, la GT se montre<br />

très civilisée tant à l’intérieur qu’à<br />

l’extérieur, bien que dehors on<br />

entend bien que ce n’est pas une<br />

voiture «ordinaire». Combiner <strong>le</strong><br />

mode Handling en Comfort et <strong>le</strong><br />

mode Power en Sport apporte non<br />

seu<strong>le</strong>ment une modification de<br />

l’atmosphère grâce à une musicalité<br />

un peu plus présente et qui<br />

ravit <strong>le</strong>s oreil<strong>le</strong>s comme augmentent<br />

<strong>le</strong>s sensations. Utlisezr<br />

aussi <strong>le</strong> mode Track pour <strong>le</strong> moteur<br />

transforme cette «gentil<strong>le</strong>» GT en<br />

dragster, <strong>le</strong> moteur ne chante plus,<br />

il rugit, la boîte est plus rapide<br />

plus sêche, si en plus vous passez<br />

au mode sport, l’ensemb<strong>le</strong> se<br />

durcit sans être désagréab<strong>le</strong> et<br />

si vous mettez tout en Track, c’est<br />

une projection dans la sportivité<br />

intégra<strong>le</strong>. La GT affiche <strong>le</strong> caractère<br />

McLaren dans toute sa sportivité et<br />

sa maitrise.<br />

Et pourtant vous êtes dans un<br />

coupé supersport spacieux qui sait<br />

vous apporter du confort dans la<br />

rigueur d’une supercar.<br />

110 111


Une McLaren<br />

Au Place d’Armes<br />

Balade au Grand Duché de Luxembourg<br />

Plume @ Eric HEIDEBROEK<br />

Images @ Caminter 2022<br />

112 113


Cinq Étoi<strong>le</strong>s<br />

Au centre vil<strong>le</strong><br />

Le Grand Duché de Luxembourg a ceci de<br />

particulier qu’il est multiculturel.<br />

Centre financier reconnu, il attire des ta<strong>le</strong>nts<br />

de tous pays. Près de 200 nationalités s’y<br />

côtoient au quotidien.<br />

Loin d’être guindé, <strong>le</strong> Grand Duché se la joue détendu,<br />

clair et accueillant. Sa capita<strong>le</strong> donne <strong>le</strong> ton,<br />

l’humain a la priorité. Les transports publics sont,<br />

non seu<strong>le</strong>ment modernes, beaux et propres, mais<br />

aussi, gratuits !<br />

Îlot de charme et de <strong>luxe</strong>, implanté en p<strong>le</strong>in<br />

coeur de la capita<strong>le</strong> <strong>luxe</strong>mbourgeoise, <strong>le</strong><br />

Place d’Armes est <strong>le</strong> refuge idéal des<br />

épicuriens.<br />

Pour être <strong>le</strong> seul Relais & Châteaux du Grand Duché<br />

de Luxembourg, <strong>le</strong> Place D’Armesest à lui seul<br />

un monument de l’hospitalité <strong>luxe</strong>mbourgeoise.<br />

Isolé au centre vil<strong>le</strong>, son accès doit sefaire par <strong>le</strong><br />

piétonnier, en roulant au pas. D’ici peu, l’accès sera<br />

piloté par des bornes automatiques pour <strong>le</strong>squel<strong>le</strong>s<br />

un sésame sera exigé. C’est à la fois un<br />

avantage et un inconvénient, l’accès à l’hôtel en<br />

voiture demeure problématique, mais la garantie<br />

de la tranquilité et l’absence de trafic génèrent une<br />

rare atmosphère de confort et de raffinement.<br />

Le Place d’Arme est structuré par un assemblage<br />

de sept demeures aristocratiques de la capita<strong>le</strong>.<br />

C’est l’architecte Beck et son épouse qui ont eu<br />

l’idée d’associer ces maisons en un seul et unique<br />

bâtiment. On est loin des palaces mondialisés et<br />

par définition...insipides. Ici tout est vrai !<br />

Le Place d’Armes<br />

18, Place d’Armes – L-1136 Luxembourg<br />

00 352 27 47 37<br />

info@hotel-<strong>le</strong>placedarmes.com<br />

www.hotel-<strong>le</strong>placedarmes.com<br />

114 115


En effet, Beck ne s’est pas simplifié la tâche,<br />

il a conservé <strong>le</strong> caractère de chacune des<br />

demeures en <strong>le</strong>s associant par des travées,<br />

des percées, des espaces libres et des éléments<br />

contemporains qui se marient parfaitement<br />

entre eux.<br />

On passe de l’une à l’autre maison par différents<br />

niveaux. A chaque recoins son intimité<br />

artistique, son intimisme, son caractère.<br />

C’est aussi pour ça que l’hôtel offre ce<br />

charme romantique et particulier. On se promène<br />

du baroque au contemporain en glissant<br />

vers <strong>le</strong> classique dans une délicieuse<br />

fluidité.<br />

On retrouve l’émerveil<strong>le</strong>ment des yeux<br />

d’enfants découvrant une grande<br />

maison bourgeoise aux recoins<br />

mystérieux.<br />

Le confort moderne est omniprésent, climatisation,<br />

wifi haut débit, normal dans un cinq<br />

étoi<strong>le</strong>s s’allient au charme cossu et très<br />

bourgeois généré par de nombreux espaces<br />

cosy, ou ouverts comme la grande terrasse<br />

sur <strong>le</strong> toit ou cel<strong>le</strong> encadrée par <strong>le</strong>s murs intérieurs<br />

aux ref<strong>le</strong>ts de seigneurie féoda<strong>le</strong>.<br />

Le Place d’Armes dispose de trois offres<br />

gourmandes pour tous <strong>le</strong>s goûts et toutes<br />

<strong>le</strong>s humeurs. Une brasserie parisienne, avec<br />

ses barres de cuivre et ses velours carmins<br />

vous accueil<strong>le</strong> cha<strong>le</strong>ureusement avec des<br />

mets simp<strong>le</strong>s et raffinés. Le petit-déjeuner<br />

se prend au « Plëss » dans son atmosphère<br />

moderne et dépouillée. Le midi et <strong>le</strong> soir, on<br />

appréciera la cuisine ouverte où s’affairent <strong>le</strong><br />

Chef et sa brigade dans un bal<strong>le</strong>t de gourmande<br />

élégance et gestes précis.<br />

116 117


La vil<strong>le</strong> de Luxembourg offre<br />

un choix de boutiques des plus<br />

raffinées dans une atmosphère<br />

années fol<strong>le</strong>s<br />

118 119


120 121


Modernisme, esthétique d’aujourd’hui et d’avant-hier offrent un<br />

charme de détente et de glamour<br />

Il faut surtout ne pas se contenter de regarder devant ou tout<br />

autour de soi. Il faut aussi se laisser impressionner en <strong>le</strong>vant<br />

<strong>le</strong>s yeux pour admirer la beauté intemporel<strong>le</strong> des façades Art<br />

Nouveau des immeub<strong>le</strong>s anciens.<br />

122 123


124 125


Balades nocturnes<br />

tranquil<strong>le</strong>s.<br />

Jeux de lumières.<br />

Rivalités d’élégances<br />

entre vitrines<br />

126 127


Grandes enseignes, mise en<br />

va<strong>le</strong>ur des bâtiments<br />

de sty<strong>le</strong> Art Nouveau,<br />

rien que pour vos yeux !<br />

128 129


McLaren<br />

720S Coupé<br />

Carbone, élégance, puissance, maîtrise<br />

L’art de générer des voitures d’exception<br />

Plume @ Eric HEIDEBROEK<br />

Images @ Caminter 2022<br />

130 131


L’occasion était trop bel<strong>le</strong> pour réaliser<br />

ce mini-trip au Grand Duché<br />

de Luxembourg, la McLaren 720s<br />

coupé est toute désignée pour visiter<br />

la capita<strong>le</strong> financière bien<br />

connue. On peut choisir de se<br />

rendre à la capita<strong>le</strong> <strong>luxe</strong>mbourgeoise<br />

par l’autoroute ou par <strong>le</strong><br />

chemin des écoliers.<br />

La 720S aime <strong>le</strong>s deux !<br />

Par l’autoroute on peut y al<strong>le</strong>r franchement<br />

à condition de ne pas se<br />

faire prendre ou choisir <strong>le</strong> cruisecontrol<br />

calé sur la vitesse autorisée.<br />

Dans ce cas on sera surpris par<br />

l’autonomie qui peut atteindre plus<br />

de 500 km !<br />

Températures<br />

et pressions des<br />

pneus affichées.<br />

Les Pirelli PZero<br />

doivent être à<br />

température. Sinon...<br />

ils n’accrochent pas !<br />

132 133


Evidemment, dès que l’on titil<strong>le</strong> la<br />

péda<strong>le</strong> de droite l’autonomie fond<br />

comme neige au so<strong>le</strong>il, mais, quel<br />

pied !<br />

Par <strong>le</strong>s petites routes, <strong>le</strong> potentiel<br />

de ce «tout-en-carbone» est démentiel.<br />

La réponse à l’accélérateur<br />

est toujours nette et précise.<br />

Quand on accélère à fond, on est<br />

catapulté jusqu’à 6.500 tours, et en<br />

gardant <strong>le</strong> pied dans <strong>le</strong> phare, on<br />

reçoit une deuxième charge encore<br />

plus forte. Cette auto est vraiment<br />

extraordinaire.<br />

Si el<strong>le</strong> offre de véritab<strong>le</strong> sensations<br />

sportives. El<strong>le</strong> est domptab<strong>le</strong><br />

grace à son équilibre et sa perfection<br />

en matière de trains roulants.<br />

134 135


Pour exploiter <strong>le</strong>s prestations, il faut<br />

al<strong>le</strong>r sur circuit.<br />

Par exemp<strong>le</strong> à Mettet où pour 150<br />

euros vous pouvez faire par<strong>le</strong>r la<br />

poudre sans courir et sans faire<br />

courir de risque à quiconque.<br />

D’ail<strong>le</strong>urs <strong>le</strong>s propriétaires de McLaren<br />

optent souvent pour des cures<br />

de track-days nettement moins<br />

coûteuses et ennuyeuses qu’une<br />

arrestation pour excès de vitesse.<br />

Sur piste, ils équiperont <strong>le</strong>ur supercar<br />

de pneus spéciaux. Chez Pirelli<br />

<strong>le</strong> PZero existe en version «Trofeo»<br />

avec la bande extérieure du profil<br />

presque slick alors que la partie intérieure<br />

comporte trois rainures pour<br />

rou<strong>le</strong>r sous la pluie et être en ordre<br />

avec <strong>le</strong> code de la route. Chez Michelin,<br />

Bridgestone, Continental et Goo-<br />

136 137


dyear des pneus spéciaux track-day<br />

existent aussi. On y reviendra bientôt<br />

dans la rubrique pneus.<br />

720 chevaux 770 Nm<br />

La puissance, <strong>le</strong> coup<strong>le</strong> et <strong>le</strong>s performances<br />

d’utilisation définissent <strong>le</strong> cœur<br />

de la 720S. Le moteur V8 est un 4,0 l,<br />

dopé par deux turbos qui, développe<br />

720 ch à 7 000 tr/min et 770 Nm entre<br />

6.500 et 7.500 t/min. Cette dernière va<strong>le</strong>ur<br />

semb<strong>le</strong> un peu haut perchée côté<br />

régime, mais il faut savoir que 80% du<br />

coup<strong>le</strong> est disponib<strong>le</strong> dès <strong>le</strong>s plus<br />

basses rotations.<br />

C’est dû, entre-autres, au doub<strong>le</strong>ment<br />

des injecteurs, il y en a 16 au lieu de 8,<br />

combinés à la régulation é<strong>le</strong>ctronique<br />

des turbos, permet une réponse massive<br />

et instantannée du V8.<br />

Cela percute <strong>le</strong> 0 à 100 en 2’’8 et <strong>le</strong> 200<br />

en 7’’8 pour une Vmax de 341 km/h.<br />

Rien que ça !<br />

Cet ensemb<strong>le</strong> moteur boîte à sept<br />

rapports automatique génère une<br />

connexion organique entre la voiture<br />

et son conducteur. Magie ponctuée<br />

du démarrage au régime maximum<br />

par la bande-son rageuse et exceptionnel<strong>le</strong><br />

du V8.<br />

138 139


La compétition dans <strong>le</strong> sang.<br />

Si la 720S est parfaitement adaptée<br />

pour repousser <strong>le</strong>s limites sur circuit,<br />

McLaren propose divers équipements<br />

dont une barre de harnais en titane<br />

«MSO Defined».<br />

Réalisée sur mesure pour la 720S, el<strong>le</strong><br />

est placée derrière <strong>le</strong>s sièges pour<br />

ancrer <strong>le</strong>s harnais 6 points spécifiques<br />

pour assumer des performances<br />

extrêmes dans une sécurité<br />

inégalée.<br />

McLaren n’a pas cédé à la facilité en ne<br />

posant une simp<strong>le</strong> direction assistée<br />

é<strong>le</strong>ctrique. Pour <strong>le</strong> constructeur britaniqu<br />

<strong>le</strong> conducteur est strictement au<br />

coeur de la conduite. Il doit bénéficier<br />

de toutes <strong>le</strong>s informations uti<strong>le</strong>s remontées<br />

par <strong>le</strong>s trains roulants comme<br />

de la direction.<br />

Aussi McLaren a créé une direction<br />

é<strong>le</strong>ctro-hydraulique au caractère plus<br />

précis et remontant <strong>le</strong>s informations<br />

du contact avec la route ou la piste en<br />

temps réel.<br />

Sport & Race<br />

Pour la piste, la direction é<strong>le</strong>ctro-hydraulique<br />

entre en symbiose exacerbée<br />

avec <strong>le</strong> système «Active Dynamics»<br />

de la 720S. En plaçant <strong>le</strong> sé<strong>le</strong>cteur<br />

sur «Sport» ou «Track», la 720S se<br />

prépare à l’action sur piste : <strong>le</strong>s ré-<br />

140 141


La fonction<br />

Dessine<br />

La forme.<br />

C’est racé !<br />

142 143


ponses sont affûtées. La puissance<br />

est livrée plus «brute», de même que<br />

<strong>le</strong>s changements de rapports sont<br />

plus secs, dans un sty<strong>le</strong> très voiture<br />

de course. Quand on revient au mode<br />

«Confort» et on passe instantanément<br />

la configuration idéa<strong>le</strong> pour <strong>le</strong>s routes<br />

ouvertes.<br />

Il ne faut pas oublier que <strong>le</strong> confort, est<br />

omniprésent dans cette McLaren 720S<br />

qui ne martyrise jamais ses occupants.<br />

Le confort, comme dans la version<br />

spider est remarquab<strong>le</strong> tout en offrant<br />

<strong>le</strong> maintien indispensab<strong>le</strong> à une<br />

conduite dynamique.<br />

Du carbone en déco,<br />

Du carbone en structure.<br />

Freins carbone céramique<br />

Un ai<strong>le</strong>ron «aéro-frein»<br />

Des performances !<br />

0 à 100 en 2’’9 !<br />

144 145


On pourrait croire que cette 720S est sans reproche...<br />

Mais, par rapport au spider, <strong>le</strong> moteur est<br />

dans l’habitac<strong>le</strong>, plus présent, il ya ajoute sa cha<strong>le</strong>ur...<br />

Le spider dispose de cette petite vitre de lunette<br />

arrière, entre <strong>le</strong>s appuie-tête qui, lorsque la voiture<br />

est couverte, peut s’abaisser, laissant non<br />

seu<strong>le</strong>ment pénétrer un peu de fraicheur, sans<br />

courant d’air s’il vous plait, dans l’habitac<strong>le</strong>, mais<br />

aussi d’avoir la chance de profiter des vocalises<br />

du V8.<br />

Rare, plus exclusive que Lamborghini, Porsche,<br />

Aston Martin ou Ferrari, la McLaren tient son rang.<br />

146 147


Bruges, ou<br />

La Venise du Nord<br />

Moments Dédiés<br />

Au terme d’une semaine de travail acharné, nous décidons de nous changer<br />

<strong>le</strong>s idées et partons à la découverte de la Venise du Nord avec la McLaren<br />

720S Spider pour nous laisser gâter. Plume @ Eric HEIDEBROEK<br />

Images @ Caminter 2021<br />

148 149


Esca<strong>le</strong> à...<br />

l’Hôtel Héritage<br />

Il est près de 19 heures quand nous arrivons à<br />

l’hôtel, la route a été sage et<br />

surtout encombrée. L’autoroute de la Mer, un<br />

vendredi fin d’après midi, se déguste à la sauce…<br />

embouteillages. No stress !<br />

Mais ça n’a pas d’incidence à bord de la Mc Laren 720S<br />

Spider dont <strong>le</strong> V8 ronronne dans notre dos. En effet,<br />

pour une supercar, <strong>le</strong> constat est surprenant, <strong>le</strong> confort<br />

est total. <strong>Même</strong> si <strong>le</strong>s suspensions sont fermes, <strong>le</strong>s irrégularités<br />

de la chaussée sont absorbées sans chocs<br />

désa gréab<strong>le</strong>s. La boîte automatique à 7 rapports<br />

égrenne <strong>le</strong>s vitesses en douceur, la rondeur du V8 de<br />

720 ch et 770 Nm rend cette décapotab<strong>le</strong> très faci<strong>le</strong> à<br />

conduire au quotidien.<br />

Arrivé à Bruges, <strong>le</strong>s petites rues de la Venise du Nord<br />

sont parcourues sur un fi<strong>le</strong>t de gaz, <strong>le</strong> V8 n’est pas discret,<br />

il gronde et sa rondeur à bas régime rebondit soup<strong>le</strong>ment<br />

contre <strong>le</strong>s façades baroques, faisant tourner<br />

bien des têtes en suscitant des surprises émerveillées,<br />

des éclats dans <strong>le</strong>s yeux. Rien à dire, l’auto est bel<strong>le</strong>.<br />

L’arrivée au Relais & Châteaux L’Héritage, où l’on se<br />

gare, est discret quand bien même <strong>le</strong> son rauque et<br />

sourd des échappements interpel<strong>le</strong> directement <strong>le</strong> personnel<br />

d’accueil de l’hôtel. Notre léger bagage est sorti<br />

du coffre avant qui fait quand même 121 litres et sera<br />

conduit dans notre Suite du quatrième étage.<br />

L’accueil est souriant, harmonisé avec la quiétude élégante<br />

des lieux. L’Héritage est un cocon confortab<strong>le</strong> et<br />

relaxant, nous ne tarderons pas beaucoup à nous rendre<br />

compte, qu’en plus, c’est un temp<strong>le</strong> pour gourmets.<br />

L’ascenseur a du charme, il a troqué ses gril<strong>le</strong>s antiques<br />

pour des portes coulissantes garnies d’un poster qui<br />

rappel<strong>le</strong> son lustre d’antan. Si<strong>le</strong>ncieux, ils nous trans-<br />

150 151


porte au quatrième étage où nous attend<br />

notre hôte qui nous conduit à la Suite 43.<br />

Nous sommes sous <strong>le</strong>s toits, <strong>le</strong> plafond est<br />

haut et soutenu par de larges poutres. Les<br />

murs coquil<strong>le</strong> d’oeuf font la liaison avec <strong>le</strong>s<br />

tonalités chaude et rustique des boiseries. La<br />

décoration est très bel<strong>le</strong> époque, <strong>le</strong>s téléphones<br />

du début du sièc<strong>le</strong> dernier sont équipés<br />

de mécanismes modernes et fonctionnent<br />

très bien, en soup<strong>le</strong>sse et rapidement.<br />

Les attentions sont très agréab<strong>le</strong>s, comme la<br />

bouteil<strong>le</strong> de Champagne et quelques délicieux<br />

chocolats, un mini bar rempli avec<br />

soin, une bouteil<strong>le</strong> de vin rouge, un grand<br />

écran, une sono Bose, un iPad, et bien<br />

d’autres éclairages d’ambiance destinés au<br />

bien-être.<br />

Le grand lit est tel<strong>le</strong>ment confortab<strong>le</strong> que<br />

nous avions très envie de <strong>le</strong> ramener chez<br />

nous, mais dans la McLaren... c’est un peu<br />

juste ! Toujours est-il que nous avons découvert<br />

un hébergement délicat, raffiné et très<br />

confortab<strong>le</strong>.<br />

La sal<strong>le</strong> d’eau dispose d’un bain à bul<strong>le</strong>, d’une<br />

douche encastrée accessib<strong>le</strong> par une porte<br />

martellée. La doub<strong>le</strong> vasque dispose d’un<br />

plan en marbre assorti aux tonalités chaudes<br />

et crémeuses de l’ensemb<strong>le</strong>. Tout est conçu<br />

pour offrir l’agrément et <strong>le</strong> confort digne d’un<br />

Relais & Châteaux cinq étoi<strong>le</strong>s.<br />

Pendant que nous nous installons, la McLaren<br />

rejoint, aux mains d’un personnel soigneux,<br />

respectueux et connaisseur, <strong>le</strong> garage<br />

où el<strong>le</strong> dormira, bien à l’abri, dans un<br />

box pour el<strong>le</strong> seu<strong>le</strong>.<br />

Moment gourmand au Mystique<br />

Un dîner gastronomique* à qua tre services<br />

et vins assortis pour un budget de 120€ par<br />

couvert, voilà qui est très correct. Surtout en<br />

regard à l’imagination, à la créativité et à la<br />

Relais & Châteaux Hôtel Heritage<br />

Niklaas Desparsstraat 11<br />

8000 Brugge - Tél : +32 (0)50 444 444<br />

info@hotel-heritage.com<br />

152 153<br />

152


finesse de tous <strong>le</strong>s plats élégamment<br />

présentés. On soulignera<br />

la justesse et l’omniscience<br />

du service, prenant soin<br />

d’expliquer posément <strong>le</strong> choix<br />

des vins assortis, en nous mettant<br />

l’eau à la bouche, à chacun<br />

des plats proposés. Un Grand et<br />

délicieux moment.<br />

S’éveil<strong>le</strong>r après une bonne nuit,<br />

prendre <strong>le</strong> petit déjeuner dans<br />

la sal<strong>le</strong> à manger de l’Héritage<br />

est un moment délicieux. Nous<br />

n’avons pas goûté aux oeufs<br />

pochés sauce mousseline, c’est<br />

bête, mais nous avions commandé<br />

des oeufs au plat, par tra-<br />

* MYSTERY MENU... • 3 services : 59€ p.p. • 3 services vins assortis : 86 € p.p. • 4 services 84 € p.p. • 4 services vins assortis : 120 € p.p.<br />

154 155


Bruges la nuit,<br />

sous la pluie de la fin octobre, est<br />

une vil<strong>le</strong> vivante et agréab<strong>le</strong>.<br />

Ses fières façades éclairées, ses<br />

vitrines scintillantes sont d’un<br />

romantisme inégalab<strong>le</strong>.<br />

156 157


dition... Le service est omniprésent et prévient<br />

chaque désir au moment opportun. La gentil<strong>le</strong>sse,<br />

la politesse et l’élégance multilingue font<br />

plaisir et l’on en jouit, sans modération.<br />

Si en plus, la pluie fait la place au so<strong>le</strong>il,<br />

Bruges apparaît sous un autre jour. Les rues,<br />

scintillantes de lumières sous la pluie nocturne,<br />

cèdent la place à des bâtiments soignés<br />

à l’architecture histori que flamande.<br />

Un ravissement pour <strong>le</strong>s yeux, et, on se promène<br />

en cherchant <strong>le</strong>s détails, <strong>le</strong>s équilibres,<br />

avec en arrière plan, <strong>le</strong> bruit des sabots des<br />

chevaux tirant calèches et visiteurs éblouis<br />

par tant de beautés mises en va<strong>le</strong>ur par un<br />

entretien rigoureux et une valorisation des<br />

abords. La propreté de la vil<strong>le</strong> incite à son respect<br />

et l’ensemb<strong>le</strong> donne envie de s’y attarder.<br />

La Venise du Nord se visite par ses canaux que<br />

traversent de nombreux ponts aux sty<strong>le</strong>s originaux<br />

qui témoignent de l’histoire millénaire de<br />

ARTISANAT D’ART ET ORFÈVRERIE<br />

Bruges est ,bien sûr, une vil<strong>le</strong> touristique et cela<br />

se comprend par ses nombreux attraits. Quelques<br />

artisans peuvent, grâce à el<strong>le</strong>, vivre de <strong>le</strong>ur art,<br />

de <strong>le</strong>ur passion, comme Michiel NEELS et sa fil<strong>le</strong><br />

qui créent des bijoux en argent pour <strong>le</strong> plus grand<br />

bonheur des visiteurs et des locaux qui découvrent<br />

<strong>le</strong>ur<br />

savoir-faire dans <strong>le</strong>ur atelier «Ginkgo», au 21Walp<strong>le</strong>in.<br />

Info : www.zilversmid.be<br />

la vil<strong>le</strong>. Des terrasses, à f<strong>le</strong>ur de canaux,<br />

offrent un moment de détente et de relaxation<br />

sous <strong>le</strong>s doux rayons du so<strong>le</strong>il de l’été<br />

indien.<br />

Avec cet accueil touristique géré de main de<br />

maître par la vil<strong>le</strong>, Bruges offre un rare<br />

confort de découvertes. Les canaux participent<br />

à l’incroyab<strong>le</strong> quiétude de la vil<strong>le</strong>. Par<br />

<strong>le</strong>ur doux chuintement, ils apportent une<br />

158 159


sérénité appréciée en <strong>le</strong>ur temps par <strong>le</strong>s ecclésiastique<br />

qui ont fait de Bruges cette cité<br />

éternel<strong>le</strong>. Le long des canaux, des ouvertures<br />

pratiquées dans <strong>le</strong>s berges servant<br />

autrefois de débarcadère permettant d’approcher<br />

l’onde et d’apprécier <strong>le</strong> passage des<br />

bateaux, la faune aussi et cela ravit <strong>le</strong>s chasseurs<br />

d’images.<br />

Autan,<br />

Bruges se la joue<br />

bourgeoise et animée,<br />

autant el<strong>le</strong> détend<br />

par son<br />

atmosphère idyllique.<br />

En se promenant dans la vil<strong>le</strong> et ses ruel<strong>le</strong>s<br />

historiques, on débouche sur une étendue<br />

d’eau calme et bordée de végétation. En fin<br />

de parcours, un vieux pont de pierres en arcades<br />

rejoint <strong>le</strong>s deux rives qui descendent<br />

vers un endroit apprécié des brugeois.<br />

Le Jardin des Amours est un jardin aussi impressionnant<br />

que <strong>le</strong> parc à la française d’un<br />

grand château. Ce ne sont pas des labyrinthes<br />

verdoyants, incitant à a coquinerie,<br />

mais des chemins de verdures aux doux<br />

feuillages de nombreuses essen ces, des<br />

pelouses soignées.<br />

Ce sont des détours romantiques qui incitent<br />

à la flânerie, à la méditation, au plaisir d’être<br />

ensemb<strong>le</strong> ou d’être deux pendant un moment<br />

privilégié. On y oublie <strong>le</strong>s soucis, on<br />

reste main dans la main dans un état de plénitude<br />

et de détente.<br />

La promenade se termine sur ce délicieux<br />

moment, retour à l’Héritage, notre Relais &<br />

Châteaux pour retrouver cette atmosphère<br />

intimiste qui sait si bien détendre l’esprit et<br />

apporter un bien être bienvenu.<br />

160 161


Découverte du bar pour y déguster<br />

une boisson sans alcool, on<br />

doit reprendre la route! L’atmosphère<br />

est idéa<strong>le</strong> pour rencontrer<br />

des amis, discuter ou prendre<br />

autre chose qu’un soft, en soirée.<br />

La cha<strong>le</strong>ur des meub<strong>le</strong>s en ronce<br />

de noyer, des cuirs façon Chesterfield,<br />

<strong>le</strong> piano à queue préfigurent<br />

des soirées inoubliab<strong>le</strong>s.<br />

C’est un fait, l’Héritage,<br />

Relais & Châteaux sait rece voir et<br />

choyer ses visiteurs.<br />

Conclusion...<br />

Choisir un Relais & Châteaux est<br />

une garantie de services et<br />

d’hospitalité absolument<br />

irréprochab<strong>le</strong>s. Tant au premier<br />

contact que tout au long du<br />

séjour, tout est parfait.<br />

162 163


L’Hôtel Héritage, passionnément<br />

managé par Johan & Isabel<strong>le</strong> Creytens,<br />

efficacement secon dés par<br />

<strong>le</strong>urs équipes, apporte au voyageur<br />

toutes <strong>le</strong>s atten tes de bien-être, de<br />

respect et même plus.<br />

La Mc Laren a été soigneusement<br />

rangée dans un box privé. Pour nous, la<br />

confiance est tota<strong>le</strong> et bien placée.<br />

Au retour vers nos pénates, <strong>le</strong> V8 a pu<br />

chanter un peu, mais toujours avec<br />

«modération»...<br />

Mais quel plaisir cette 720S Spider<br />

Saviez-vous que même la température<br />

des pneus PZero s’affiche au tab<strong>le</strong>au<br />

de bord ?<br />

164 165


Une Rolls-Royce<br />

Essai de 2012<br />

Phantom Mk II<br />

Pose devant <strong>le</strong> Palais Royal !<br />

On est en 2012, <strong>le</strong> temps est à la<br />

pluie, une Rolls-Royce Phantom<br />

MkII Semb<strong>le</strong> quitter naturel<strong>le</strong>ment<br />

<strong>le</strong> Palais Royal, son élégance et<br />

sa stature s’harmonisent avec<br />

l’architecture et <strong>le</strong>s gril<strong>le</strong>s noires<br />

surmontées d’or.<br />

Serait-ce un personnage royal d’Ang<strong>le</strong>terre<br />

d’autant que la limousine est<br />

immatriculée en Grande Bretagne ?<br />

166 167


Non, juste un petit prince qui, visib<strong>le</strong>ment, apprécie <strong>le</strong><br />

si<strong>le</strong>nce et <strong>le</strong> confort de notre anglaise.<br />

Invitation permanente au voyage, la Rolls-Royce<br />

Phantom Serie II soigne ses occupants. Les fauteuils<br />

des places arrière sont séparés par une large conso<strong>le</strong><br />

qui abrite un bar, un frigo et une commande intuitive<br />

pour utiliser <strong>le</strong>s écrans plats intégrés aux tab<strong>le</strong>ttes de<br />

dossier des sièges avant. Les sièges arrière disposent<br />

de réglages é<strong>le</strong>ctriques individuels. S’ils offrent un<br />

confort extraordinaire, ils n’éga<strong>le</strong>nt cependant pas<br />

ceux d’une Maybach 62 qui offrent sa fameuse position<br />

couchette «aviation» appréciab<strong>le</strong> sur longues<br />

distances.<br />

Prendre place à bord de la Phantom ne rend pas <strong>le</strong>s<br />

mêmes impressions qu’à bord d’une Ghost, fut-el<strong>le</strong> à<br />

empattement long.<br />

Si la Ghost est bien une Rolls-Royce, el<strong>le</strong> est aussi plus<br />

moderne et se rapproche, un petit peu, des concepts<br />

qui font <strong>le</strong>s <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>, Mercedes Classe<br />

S, BMW Série 7, Jaguar XJ ou Lexus LS. La Phantom<br />

demeure une reine, une impératrice d’une classe et<br />

d’une nob<strong>le</strong>sse à part, que seu<strong>le</strong> peut prétendre à<br />

rivaliser la défunte <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Mulsanne et aucune autre.<br />

La Phantom est un monument exclusif<br />

et la découvrir, un immense privilège.<br />

Une Rolls-Royce est faite pour durer, ce n’est pas un<br />

banal produit de consommation, ici on est dans un<br />

autre monde, celui de la réel<strong>le</strong> richesse. En effet, si la<br />

Ghost se démocratise en restant sous <strong>le</strong>s 450.000 euros,<br />

la Phantom ne se négocie qu’au dessus du demimillion<br />

d’euros...<br />

La Phantom Série II prend la relève de la Phantom I<br />

née en 2003. En fait, quelques détails cosmétiques la<br />

distingue seu<strong>le</strong>ment. Les phares se dotent d’une ligne<br />

d’éclairage de jour, <strong>le</strong>s optiques rondes s’effacent au<br />

profit de fines ouvertures horizonta<strong>le</strong>s. Les pare-chocs<br />

avant et arrière ont été redessinés et intègrent maintenant<br />

de minuscu<strong>le</strong>s caméras destinées à aider aux<br />

168 169


manœuvres de stationnement. La calandre en acier<br />

chromé est toujours aussi imposante et majestueusement<br />

surmontée de la <strong>Flying</strong> Lady.<br />

Côté «invisib<strong>le</strong>», la nouvel<strong>le</strong> Phantom reçoit une<br />

toute nouvel<strong>le</strong> boîte de vitesse ZF à huit rapports et,<br />

un bouton sport ! Tandis que son moteur offre une diminution<br />

de consommation de l’ordre de 10% qui profite<br />

aussi aux rejets. Toute l’é<strong>le</strong>ctronique de bord reçoit<br />

une mise à jour de ses softwares pour mieux répondre<br />

encore aux besoins d’aujourd’hui, tant en matière de<br />

navi- gation, qu’en connectiques BlueTooth, internet et<br />

autres applications audiovisuel<strong>le</strong>s.<br />

A bord de la Rolls-Royce Phantom Serie II, on entre<br />

dans un cocon de cuirs et de tapis onctueux. Ces matières<br />

finement travaillées offrent un touché extraordinairement<br />

soyeux et confortab<strong>le</strong>. Le <strong>luxe</strong> est présent<br />

partout. La Phantom est <strong>le</strong> porte drapeau du savoirfaire<br />

et des traditions de la grande marque britannique.<br />

Bien que moderne, la Phantom conserve cette<br />

atmosphère harmonieuse que l’on ne trouve plus dans<br />

<strong>le</strong>s voitures actuel<strong>le</strong>s. C’est unique et voulu.<br />

La Ghost est certes luxueuse, mais ne possède<br />

pas <strong>le</strong> charme de la Phantom, c’est délibéré et<br />

jalousement préservé.<br />

Ainsi, quelques commandes paraissent désuètes<br />

alors qu’el<strong>le</strong>s sont ultra-modernes. Comme <strong>le</strong>s tirettes<br />

chromées qui commandent <strong>le</strong>s aérateurs. Ils ne sont<br />

plus mécaniquement liés aux clapets d’ouverture et<br />

fermeture, ces tirettes commandent de minuscu<strong>le</strong>s<br />

moteurs é<strong>le</strong>ctriques qui génèrent un léger délai de<br />

réaction. Le réglage de la climatisation est toujours<br />

commandé par de larges rou<strong>le</strong>ttes aux marquages<br />

rouges et b<strong>le</strong>us. Certes désuets, mais une fois assimilé<br />

<strong>le</strong>ur mode de fonctionnement, ils permettent un<br />

réglage ultra-fin de l’atmosphère de bord. L’ambiance<br />

fait appel à un éclairage indirect usant d’éléments<br />

translucides qui se reflètent dans des miroirs, <strong>le</strong>s<br />

points lumineux étant judicieusement disposés et<br />

permettent la <strong>le</strong>cture comme la relaxation en toutes<br />

circonstances. C’est Versail<strong>le</strong>s.<br />

170 171


Le grand confort et l’absence de bruit<br />

a toujours été la ligne maîtresse des<br />

Rolls-Royce et la Phantom Serie II<br />

n’y déroge pas, au contraire.<br />

La Phantom se démarre à la gauche du volant, comme<br />

dans une Porsche. El<strong>le</strong> n’est pas Key Less, du moins<br />

sur notre exemplaire d’<strong>essai</strong>. Le lanceur du moteur<br />

émet comme un siff<strong>le</strong>ment avant d’entraîner l’embiellage<br />

du V12 de six litres trois quart.<br />

Et oui, BMW a élaboré <strong>le</strong> V12 de la Rolls-Royce en lui<br />

rendant sa mythique cylindrée, dans un douze cylindres<br />

au lieu du célèbre V8 qui distillait une puissance<br />

et un coup<strong>le</strong> «suffisants».<br />

La Phantom n’est pas avare d’informations, son douze<br />

cylindres cube donc 6,75 litres et développe 460 ch à<br />

5350 t/m et 720 Nm à 3500 t/m pour une consommation<br />

de l’ordre de 14,8 litres et des rejets pour 347 gr.<br />

A l’usage, cette consommation est réaliste et l’autonomie<br />

proche des 600 km. En vil<strong>le</strong> <strong>le</strong> bilan passe à<br />

17,5 litres. Dès que l’on sort de la vil<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s 12,8 litres<br />

sont tout à fait objectifs, et ce, sans forcer.<br />

Avec ses lignes imposantes et son gabarit hors<br />

normes, on pourrait s’imaginer qu’el<strong>le</strong> pèse faci<strong>le</strong>ment<br />

ses trois tonnes.<br />

Mais c’est oublier un peu vite que la Phantom est en<br />

aluminium et que grâce à sa technique et son concept<br />

de fabrication, compte tenu de tous ses éléments de<br />

confort, el<strong>le</strong> ne pèse que 2.485 kg !<br />

Une masse et un volume qui se contrô<strong>le</strong>nt aisément<br />

grâce aux excel<strong>le</strong>ntes épures de suspensions et aux<br />

gros freins. Le six trois quart est très discret aux allures<br />

de sénateur que la Rolls encourage.<br />

Il l’est d’autant plus que la nouvel<strong>le</strong> boîte de vitesses<br />

à huit rapports se montre non seu<strong>le</strong>ment onctueuse<br />

mais ultra rapide dans <strong>le</strong> choix judicieux des rapports.<br />

Mais <strong>le</strong>s 460 chevaux et <strong>le</strong>s 720 Nm sont bien présents<br />

dès lors qu’une accélération puissante est néc<strong>essai</strong>re.<br />

172 173


la Phantom bénéficie aussi d’un mode sport (qui ne<br />

dit pas son nom...) qui accélère <strong>le</strong>s passages des rapports<br />

et permet au moteur de monter plus haut dans<br />

<strong>le</strong>s tours. La Phantom est capab<strong>le</strong> d’abattre <strong>le</strong> 0 à 100<br />

en 5’’9 et de croiser à 240 à l’heure sans frémir.<br />

Pour l’heure, la Phantom entre dans Bruxel<strong>le</strong>s, sur un<br />

fi<strong>le</strong>t de gaz, el<strong>le</strong> se dirige vers <strong>le</strong> Sofitel Le Louise installé<br />

en face du bou<strong>le</strong>vard de Waterloo sur l’avenue de<br />

la Toison d’Or.<br />

A deux pas du Quartier Louise, et du Sablon où l’on<br />

trouve ga<strong>le</strong>ries d’arts et antiquaires. Ces artères attirantes<br />

par <strong>le</strong>urs boutiques prestigieuses où de grands<br />

noms, f<strong>le</strong>urissent et bril<strong>le</strong>nt de tous <strong>le</strong>urs feux, Dolce<br />

Gabana, Louis Vuiton, Chanel, Dior, Armani, et pour bien<br />

profiter de toutes ces enseignes tentantes, <strong>le</strong> Sofitel Le<br />

Louise, son confort, son accueil et toutes ses petites<br />

attentions qui vous simplifient confortab<strong>le</strong>ment et<br />

luxueusement la vie. Enfin, tout ça, c’était en 2012 bien<br />

avant que <strong>le</strong>s écolos ne détruisent Bruxel<strong>le</strong>s.<br />

174 175


2012<br />

Hôtel MGal<strong>le</strong>ry Col<strong>le</strong>ction<br />

Le Sofitel Brussels Le Louise a changé de catégorie, il est devenu MGal<strong>le</strong>ry Col<strong>le</strong>ction et a des arguments<br />

mondains et immanquab<strong>le</strong>s qui se marient parfaitement au sty<strong>le</strong> néo-classique de cet endroit magique,<br />

situé en p<strong>le</strong>in coeur de la Capita<strong>le</strong> de l’Europe. Souvent en déambulant sur l’Avenue de la Toison d’Or on<br />

passe devant sans <strong>le</strong> voir, une discrétion de bon alois.<br />

176 177


Cette élégance discrète est seu<strong>le</strong>ment trahie par <strong>le</strong><br />

bal<strong>le</strong>t des voituriers en livrée qui s’occupent de votre<br />

voiture dès votre arrivée. A peine <strong>le</strong>s portes franchies,<br />

<strong>le</strong>s grands escalators et l’atmosphère b<strong>le</strong>utée au<br />

parfum délicat vous emmènent au lobby meublé de<br />

façon aussi origna<strong>le</strong> qu’élégante. On est vil<strong>le</strong> et il y a<br />

de l’espace, de la lumière ainsi qu’un sentiment cossu<br />

bien agréab<strong>le</strong>. L’hôtel cerne une immense terrasse où<br />

l’on n’entend plus <strong>le</strong>s rumeurs de la cité, mais <strong>le</strong> pépiement<br />

des oiseaux et parfois <strong>le</strong> son des cloches de<br />

l’église gothique adjacente. A retenir l’espace réservé<br />

aux amateurs de cigares, à l’extérieur, et protégé des<br />

intempéries comme du froid, c’est chauffé ! Vous êtes<br />

toujours accueillis avec un sourire et de petites attentions<br />

courtoises qui ne vous abandonneront jamais.<br />

C’est la marque de fabrique de Sofitel encore exacerbée<br />

par <strong>le</strong> statut MGal<strong>le</strong>ry.<br />

Dans votre chambre, vous trouverez tout <strong>le</strong> confort<br />

d’un 5 étoi<strong>le</strong>s et surtout la literie «MyBed» brevetée<br />

que vous pouvez même acheter pour chez vous !<br />

178 179


Quand vient l’heure du repas, La Maison Louise, l’ancien<br />

Crystal Lounge, - c’est la cheffe Isabel<strong>le</strong> Arpin qui<br />

vous gâte - vous reçoit jusqu’à 23h. Idéal pour ceux<br />

qui veu<strong>le</strong>nt encore se restaurer après <strong>le</strong> spectac<strong>le</strong>, la<br />

dernière séance au cinéma et profiter de l’hôtel pour<br />

ne pas risquer de prendre <strong>le</strong> volant après un verre<br />

de vin ou un succu<strong>le</strong>nt cocktail. Une réputation de<br />

haute volée car <strong>le</strong>s cocktails sont apprécviés pour<br />

<strong>le</strong>urs variété, <strong>le</strong>ur originalité, <strong>le</strong>urs cou<strong>le</strong>urs et saveurs<br />

extraordinaires. Certains sont tel<strong>le</strong>ment bons qu’ils<br />

peuvent vite créer une super ambiance et même dans<br />

la modération ils offrent <strong>le</strong> sourire et du plaisir.<br />

La Maison Louise n’est pas réservée aux seuls clients<br />

de l’hôtel, il est aussi apprécié pour <strong>le</strong>s réunions ou <strong>le</strong>s<br />

déjeuners privés et/ou d’affaire.<br />

Le Louise Hotel Brussels<br />

40 Avenue de la Toison d Or<br />

1050 BRUXELLES<br />

02/514.22.00<br />

180 181


Le p’tit Gaby a quitté la grand’place de Hannut pour se réfugier quelques<br />

kilomètres plus loin, à Thisnes, dans un cadre élégant, moderne, spacieux et<br />

tranquil<strong>le</strong>. La cuisine est ouverte sur <strong>le</strong> travail du Chef Olivier Leruth dont la<br />

gestuel<strong>le</strong> séduit d’emblée, cela promet !<br />

DÎNER ÉPICÉ<br />

McLaren Artura<br />

Vs Abarth 500E...<br />

182 183


Tel un fauve prêt à bondir, on la décè<strong>le</strong> au travers du<br />

voilage. Les lignes fluides et racées, l’ouverture des<br />

prises d’air marquent <strong>le</strong> besoin de respiration du<br />

fauve. Les phares qui portent la signature en boomerang<br />

de la marque. La McLaren Artura est la première<br />

version hybride qui s’inspire des moteurs V6 hybrides<br />

de la F1. Contrairement à la Formu<strong>le</strong> 1, ce n’est pas <strong>le</strong><br />

1600 cc d’origine Mercedes-Benz qui équipe l’Artura.<br />

C’est un tout nouvel appareil conçu par <strong>le</strong> spécialiste<br />

anglais Ricardo. L’Artura étrenne donc un moteur V6<br />

de 3,0 litres ouvert à 120°, qui accueil<strong>le</strong> en son centre<br />

deux turbos. Les échappements sont greffés à l’extérieur<br />

du V, offrant ainsi une dynamique de fonctionnement<br />

optima<strong>le</strong>. Un moteur é<strong>le</strong>ctrique est intégré à<br />

la boîte de vitesse et agit conjointement avec<br />

<strong>le</strong> thermique sur <strong>le</strong>s roues arrière au travers<br />

d’une boîte robotisée à 8 rapports. Le moteur<br />

é<strong>le</strong>ctrique se charge de la marche arrière.<br />

Bilan : 680 chevaux à 7.500 tours/min (dont<br />

95 ch du moteur é<strong>le</strong>ctrique) et un coup<strong>le</strong><br />

généreux de 720 Nm (dont 166 Nm de l’unité<br />

é<strong>le</strong>ctrique) dès 2.250 t/min.Le poids de l’auto<br />

en ordre de marche est de 1.495 kg, <strong>le</strong>s performances<br />

annoncées sont de 3’’0 pour <strong>le</strong> 0 à<br />

100, 8’’3 pour <strong>le</strong> 0 à 200 et <strong>le</strong> 0 à 300 à l’heure<br />

en seu<strong>le</strong>ment 21’’ et 5 dixièmes.<br />

Et ce n’est pas tout...<br />

184 185


Car l’Artura dispose d’un freinage tout aussi percutant<br />

grâce à ses disques en carbone céramique de<br />

390 mm à l’avant et 380 mm à l’arrière. Les étriers<br />

de frein sont en aluminium forgé monobloc à 6 pistons<br />

à l’avant et 4 pistons à l’arrière. Les distances<br />

de freinage sont aussi incroyab<strong>le</strong>s, de 200 à l’arrêt<br />

comp<strong>le</strong>t, il faut 126 mètres. Pour <strong>le</strong> 100 à 0, il ne faut<br />

que 31 mètres. Et quand on effectue l’exercice, l’Artura ne<br />

dévie pas d’un pouce de la trajectoire. C’est net, précis et<br />

fiab<strong>le</strong>. <strong>Même</strong> si la sonorité du V6 n’a rien de comparab<strong>le</strong><br />

avec cel<strong>le</strong> du V8, <strong>le</strong> V6 bi-turbo chante bien, surtout en<br />

mode «race» où il peut cracher sa rage ! Cette Artura est<br />

particulièrement légère pour une hybride. On se demandait<br />

même où el<strong>le</strong> cachait sa batterie<br />

lithium-ion de 7,4 kWh et (88 kg). El<strong>le</strong> est placée sur <strong>le</strong><br />

plancher, entre l’habitac<strong>le</strong> et <strong>le</strong> moteur central arrière.<br />

Exactement comme dans la Ferrari 296, qui el<strong>le</strong> aussi<br />

adopte un V6 à 120° pour <strong>le</strong>s mêmes raisons d’encombrement<br />

et d’abaissement du centre de gravité, comme pour<br />

la position avantageuse des deux turbos au creux du V.<br />

186 187


Batterie 7,4 kWh Moteur 3 litres V6 à 120°<br />

La McLaren dispose de deux places.<br />

Les sièges sont des monocoques Intégrant <strong>le</strong> dossier<br />

et l’assise intégrés à une coque en carbone en forme<br />

de courbe. La position de conduite est idéa<strong>le</strong>.<br />

On la règ<strong>le</strong> é<strong>le</strong>ctriquement d’avant en arrière afin de<br />

positionner <strong>le</strong> corps, idéa<strong>le</strong>ment, par inclinaisons globa<strong>le</strong>s.<br />

Le réglage en longueur est manuel. Ces coques<br />

sont hyper confortab<strong>le</strong>s. On savait déjà que <strong>le</strong>s McLaren<br />

sont agréab<strong>le</strong>s à utiliser au quotidien, avec l’Artura,<br />

<strong>le</strong>s Anglais ont réussi une nouvel<strong>le</strong> performance qui<br />

se chiffre immédiatement en gain de poids, puisque<br />

moins de mécaniques de confort embarquée.<br />

L’atmosphère généra<strong>le</strong> de l’Artura est sensib<strong>le</strong>ment la<br />

même que dans <strong>le</strong>s 720S et GT à l’exception des instruments<br />

de bords simplifiés eux aussi. Comme dans <strong>le</strong>s<br />

nouvel<strong>le</strong>s 750S ,qui remplacent <strong>le</strong>s 720S, on perd <strong>le</strong><br />

panneau mobi<strong>le</strong> appellé<br />

aussi «Slim Display» des<br />

instruments pour une<br />

structure plus conventionnel<strong>le</strong>.<br />

Les mo<strong>le</strong>ttes de<br />

réglages à droite du volant<br />

pour rég<strong>le</strong>r <strong>le</strong> tempérament moteur<br />

et <strong>le</strong> degré de suspensions comme <strong>le</strong> niveau<br />

d’intervention des aides à la conduite sont remplacées<br />

par à droite un bascu<strong>le</strong>ur<br />

pour <strong>le</strong>s performances<br />

et à gauche<br />

pour <strong>le</strong> handling.<br />

Et <strong>le</strong> moins, que l’on<br />

puisse dire, c’est que<br />

c’est mieux qu’avant, car nettement<br />

plus intuitif. L’écran de conso<strong>le</strong> est plus grand<br />

188 189


et plus ergonomique. On a aussi l’App<strong>le</strong><br />

CarPlay de série, mais filaire. Pratique<br />

avec <strong>le</strong> Coyote, indispensab<strong>le</strong> à bord de<br />

cette hypercar super performante. L’hybridation<br />

apporte trois choses, la discrétion<br />

du mode é<strong>le</strong>ctrique, une consommation<br />

raisonnab<strong>le</strong> et la puissance é<strong>le</strong>ctrique.<br />

A la mise en route, on est, par défaut,<br />

en mode é<strong>le</strong>ctrique. Mais on peut<br />

choisir de faire rugir <strong>le</strong> V6 et de<br />

positionner <strong>le</strong> bascu<strong>le</strong>ur sur<br />

«sport», c’est plus dans la<br />

philosophie McLaren.<br />

Dès <strong>le</strong>s premiers tours<br />

de roues, on apprécie<br />

la docilité de l’auto,<br />

et dès qu’on la sollicite, el<strong>le</strong><br />

retrouve la hargne et la<br />

maestria McLaren.<br />

Le moteur remplit l’atmosphère<br />

de ses rugissements,<br />

<strong>le</strong>s vitesses passent à la<br />

volée, <strong>le</strong> comportement est<br />

redoutab<strong>le</strong>ment efficace. Légère,<br />

l’Artura virevolte d’une<br />

courbe à l’autre et s’applique<br />

à offrir ce pourquoi el<strong>le</strong> est<br />

conçue... Du plaisir !<br />

Les ingénieurs ont<br />

choisi de passer la<br />

régénération uniquement<br />

par la roue libre ou la<br />

décélération et pas par <strong>le</strong>s<br />

freins. Résultat, l’attaque<br />

du freinage est parfaite.<br />

On n’a absolument pas<br />

d’influence de la régénéra-<br />

190 191


tion dans <strong>le</strong> toucher de péda<strong>le</strong> et dans la gestion des freins.<br />

C’est un point capital pour la conduite sportive et aussi pour la<br />

conduite sur route.<br />

C’est aussi pour ça que la McLaren Artura annonce<br />

des distances de freinage aussi courtes et rapides.<br />

192 193


La McLaren Artura réagit comme<br />

toutes <strong>le</strong>s McLaren, el<strong>le</strong> a besoin<br />

d’avoir ses pneus à température<br />

pour être efficace. Et néc<strong>essai</strong>re<br />

pour faire passer à la route<br />

l’ensemb<strong>le</strong> de son potentiel.<br />

Au tab<strong>le</strong>au de bord on a un<br />

graphique qui indique clairement<br />

<strong>le</strong>s températures des pneus. Ce<br />

qui est rare, c’est qu’en plus de<br />

l’indication de la charge de la<br />

batterie du moteur é<strong>le</strong>ctrique, on a<br />

aussi cel<strong>le</strong> de la batterie de 12 Volt<br />

(à gauche sur l’écran du tab<strong>le</strong>au<br />

de bord). qui sert à l’alimentation<br />

194 195


des éléments d’usage courant comme dans<br />

toutes <strong>le</strong>s voitures.<br />

On par<strong>le</strong> des sièges é<strong>le</strong>ctriques, vitres<br />

é<strong>le</strong>ctriques, systèmes d’info divertissement,<br />

tab<strong>le</strong>au de bord, etc.<br />

Au volant, on apprécie <strong>le</strong> caractère soup<strong>le</strong> du V6 bi turbo. Il<br />

apporte à l’Artura une onctuosité agréab<strong>le</strong> au quotidien.<br />

Si l’envie de passer un moment sur piste vous traverse l’esprit,<br />

n’hésitez pas et découvrez <strong>le</strong> réel caractère de l’Artura. Tout passe<br />

par <strong>le</strong>s roues arrière, et l’apport de l’é<strong>le</strong>ctricité permet une réactivité<br />

exceptionnel<strong>le</strong> des accélérations.<br />

Lécher <strong>le</strong>s trajectoires, mettre «<strong>le</strong> pied dans <strong>le</strong> phare»<br />

en sortie de courbe, plonger sur <strong>le</strong>s freins pour<br />

inscrire l’Artura dans <strong>le</strong> virage suivant avec<br />

une précision d’une efficacité diabolique,<br />

apportent <strong>le</strong> rare plaisir des<br />

grands moments.<br />

À droite,<br />

on a l’autonomie<br />

de la batterie<br />

moteur où il reste<br />

12 km sur <strong>le</strong>s 31 km<br />

é<strong>le</strong>ctrifiés de base et 300 km<br />

pour <strong>le</strong> thermique.<br />

A noter que McLaren a bien réussi son<br />

système de régénération, car on récupère<br />

de l’autonomie très rapidement.<br />

Atmosphère sportive, ergonomie parfaite avec un accès aux principa<strong>le</strong>s<br />

commandes plus aisé. L’écran est plus grand et plus convivial, Top !<br />

D’ail<strong>le</strong>urs quand tous <strong>le</strong>s p<strong>le</strong>ins sont faits,<br />

é<strong>le</strong>ctriques et thermiques, et que <strong>le</strong> système<br />

a été réinitialisé, on se surprend à constater<br />

que l’autonomie globa<strong>le</strong> est de 680 km.<br />

Pour une HyperCar,<br />

ce n’est pas fréquent, du tout !<br />

Et maintenant : À tab<strong>le</strong> ! La McLaren nous attend sagement dans<br />

<strong>le</strong> parking protégé du p’tit Gaby. Olivier Leruth a œuvré en cuisine<br />

pour nous préparer de délicieux mets élégamment raffinés.<br />

196 197


Terrasse, jardin, mobilier moderne et stylé, bel<strong>le</strong>s tab<strong>le</strong>s et vaissel<strong>le</strong> assortie.<br />

Accueil diligent, cuisine raffinée, service franc et dynamique !<br />

Ça commence bien. Les papil<strong>le</strong>s s’éveil<strong>le</strong>nt... À Tab<strong>le</strong> !<br />

198 199


Le P’ti Gaby est une<br />

des meil<strong>le</strong>ures tab<strong>le</strong>s<br />

de la région. Olivier<br />

Leruth et son épouse<br />

Sonia ont construit sa<br />

réputation à force de<br />

courage et ténacité.<br />

Le Chef Olivier Leruth<br />

est bien sûr en<br />

cuisine et Sonia son<br />

épouse est en sal<strong>le</strong>.<br />

Ils tiennent cette<br />

enseigne depuis de<br />

longues années.<br />

Au départ, ils<br />

s’étaient installés au<br />

centre de Hannut,<br />

puis progressivement,<br />

ils ont choisi<br />

de se retrouver dans<br />

200 201


un village tranquil<strong>le</strong>, loin de la cohue et des<br />

obligations citadines.<br />

Bien <strong>le</strong>ur en a pris, dans ce nouvel univers,<br />

accessib<strong>le</strong> par tous, même pour <strong>le</strong>s personnes<br />

à mobilité réduite. Tout est plat, large et pratique.<br />

La sécurité, et la sérénité sont de mise,<br />

ainsi, il n’y a pas de risque de vandalisme<br />

gratuit sur votre auto, <strong>le</strong> parking est privé,<br />

propre et bien organisé.<br />

Le restaurant avec sa cuisine ouverte est très<br />

spacieux, la décoration soignée et surtout, il y<br />

fait calme. L’insonorisation est parfaite, pas de<br />

résonnance, tous <strong>le</strong>s sons sont diffus, bien<br />

maîtrisés.<br />

202 203


Le confort, <strong>le</strong> goût, l’intimité se marient pour offrir un moment<br />

d’excel<strong>le</strong>nce. L’ensemb<strong>le</strong> de l’équipe est passionnée par ses<br />

fonctions et partage un sentiment de bien-être avec chaque<br />

convive. N’hésitez pas à en profiter.<br />

C’est idéal pour apprécier<br />

un moment gastronomique.<br />

La carte n’est pas comme un jour<br />

sans fin, au contraire.<br />

El<strong>le</strong> est succincte avec deux<br />

menus. L’un à trois services avec<br />

chacun ses 3 suggestions et<br />

l’autre à 5 services, avec aussi 3<br />

propositions par service. La carte<br />

change au fil des humeurs du<br />

Chef comme des saisons.<br />

Structurée de cette façon, la carte<br />

est un gage de raffinement et<br />

d’organisation.<br />

Deux qualités que l’on retrouve<br />

dans chaque assiette<br />

Horaires<br />

Ouvert du :<br />

Mercredi au Samedi<br />

Le Midi - 12:00 - 14:00<br />

Le Soir - 18:30 - 21:00<br />

Dimanche<br />

Le Midi : 12:00 - 14:00<br />

Le p’tit Gaby<br />

Rue de La Croix Blanche 8A<br />

4280 Thisnes Tél. 019-633 772<br />

www.<strong>le</strong>-ptit-gaby.be<br />

204 205


On aurait préféré un bouton marqué du Scorpion pour activer ou désactiver <strong>le</strong> son du «pot Abarth» à la recherche fastidieuse de cette commande dans <strong>le</strong>s menus. On<br />

apprécie <strong>le</strong> confort des supers gros sièges avant, même si à l’arrière l’espace est compté pour <strong>le</strong>s genoux.<br />

Le graphisme italien dans<br />

toute sa spendeur. La 500<br />

Abarth, full é<strong>le</strong>ctrique, a<br />

beaucoup de charme. Et,<br />

el<strong>le</strong> est bavarde, si, si !<br />

206 207


Version sportive de la Fiat 500 e<strong>le</strong>trica,<br />

l’Abarth 500 propose un look<br />

plus musclé et une finition plus<br />

sportive. Les jupes avant et arrière<br />

ont été modifiées pour donner plus<br />

de musc<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s bas de caisses sont<br />

garni d’une moulure et <strong>le</strong>s roues de<br />

17 ou 18 pouces (en option) en alu<br />

forgé sont spécifiques au Scorpion<br />

é<strong>le</strong>ctrique.<br />

Côté moteur é<strong>le</strong>ctrique, Abarth propose<br />

une augmentation de puissance<br />

et de coup<strong>le</strong>. Ainsi on passe<br />

de 118 à 155 ch et de 220 à 235 Nm.<br />

Un «détail» qui permet à l’Abarth<br />

de passer de 0 à 100 en 7’,’ se trouve<br />

dans <strong>le</strong> rapport de réduction de la<br />

transmission qui passe de 9,6:1 à<br />

10,2:1, ce qui donne des accélérations<br />

un poil plus vives que dans la<br />

500e.<br />

Deux versions sont proposées, la<br />

base et la Turismo. Différences de<br />

finitions où la Turismo offre plus de<br />

détails, mais aussi du bruit !<br />

Oui, Abarth dispose de hautpar<strong>le</strong>urs<br />

casés dans sa jupe arrière.<br />

Ils reproduisent <strong>le</strong> son des versions<br />

essence. Pas mal, mais peut nettement<br />

mieux faire, sans compter que<br />

c’est fatigant à la longue. Il faudrait<br />

que Fiat ail<strong>le</strong> voir chez Mercedes-<br />

Benz et écouter <strong>le</strong> son du nouveau<br />

SUV EQE... Vraiment trop chouette et<br />

pas néc<strong>essai</strong>rement plus cher..<br />

En conclusion cette Abarth se<br />

montre joueuse et confortab<strong>le</strong><br />

même si son autonomie de 300 km<br />

est un peu faib<strong>le</strong>.<br />

208 209


RACING<br />

McLaren dessine des baskets avec âme en carbone pour pilotes<br />

MSC Cruise renouvel<strong>le</strong> son soutien à la Formu<strong>le</strong> 1<br />

210 211


Une chaussure de sport unique en son genre et créée en<br />

partenariat entre APL et McLaren HySpeed se décline en 4<br />

variantes, soit toute blanche, soit noire et blanche soit orange,<br />

soit citron vert. On trouve au centre de cette chaussure une<br />

âme en carbone, intégrée à une silhouette sportive comme une<br />

McLaren...Une paire tourne autour des 600 €. Mais quel<strong>le</strong> classe !<br />

McLaren Dea<strong>le</strong>r<br />

212 213


MSC<br />

Cruise<br />

En F1!<br />

MSC Cruises a annoncé la prolongation<br />

de son partenariat mondial avec Formula 1®<br />

MSC Cruises, compagnie en p<strong>le</strong>in essor, annonce que son partenariat<br />

mondial avec Formula 1® sera prolongé. Cette annonce a eu lieu à<br />

Miami, à la veil<strong>le</strong> du Grand Prix. MSC Cruises continuera donc à être<br />

<strong>le</strong> partenaire officiel de Formula 1® pour <strong>le</strong> segment croisières, jusqu’à<br />

la fin du championnat du monde de la FIA en 2026<br />

L’intérêt croissant pour l’univers<br />

Formula 1® dans <strong>le</strong> monde entier,<br />

et particulièrement dans <strong>le</strong>s marchés<br />

clés pour MSC Cruises, a permis au<br />

partenariat actuel de fournir des<br />

résultats solides pour la compagnie<br />

MSC et son portefeuil<strong>le</strong> de produits.<br />

Le grand succès de la collaboration<br />

entre ces deux marques prestigieuses<br />

a permis à MSC Cruises de s’engager<br />

à activer davantage ce partenariat<br />

grâce à un programme enrichi.<br />

Dans <strong>le</strong> cadre de l’accord, MSC<br />

Cruises positionnera des navires à<br />

quai tout au long de certains weekends<br />

de Grand Prix pour offrir une<br />

expérience d’hospitalité unique, du<br />

circuit au navire. Le premier de ces<br />

week-ends événements aura lieu en<br />

novembre, pour la dernière course de<br />

la saison 2023, à Abu Dhabi.<br />

MSC Virtuosa passera <strong>le</strong> week-end<br />

de Grand Prix à quai, offrant aux<br />

fans de sport automobi<strong>le</strong> des forfaits<br />

d’hébergement, d’hospitalité et de<br />

transport uniques, y compris des<br />

formu<strong>le</strong>s VIP. Ce concept sera enrichi et<br />

déployé dans d’autres destinations, avec<br />

d’autres navires, dès la saison <strong>2024</strong>.<br />

De plus, MSC Cruises est confirmée en<br />

tant que sponsor principal du Grand<br />

214 215


Prix de F1® de Belgique en 2023. Ainsi, la marque<br />

proposera entre autres des animations immersives pour<br />

<strong>le</strong>s spectateurs dans la Fan Zone. D’autres accords de<br />

sponsoring principal seront dévoilés prochainement,<br />

pour d’autres Grand Prix du Championnat du Monde<br />

de F1® <strong>2024</strong>.<br />

À PROPOS DE L’EXPÉRIENCE D’HOSPITALITÉ<br />

MSC CRUISES ET FORMULA 1®<br />

Les fans de Formula 1® peuvent désormais<br />

réserver <strong>le</strong>ur expérience d’hospitalité complète,<br />

de <strong>le</strong>ur hébergement à bord de MSC Virtuosa au<br />

circuit lors du Grand Prix Etihad Abu Dhabi 2023.<br />

Servant d’hôtel flottant tout au long du week-end de<br />

Grand Prix au terminal de croisière d’Abu Dhabi, MSC<br />

Virtuosa offre des cabines confortab<strong>le</strong>s et élégantes,<br />

ainsi que de nombreuses installations incroyab<strong>le</strong>s. Différents<br />

forfaits sont disponib<strong>le</strong>s, combinant l’hébergement,<br />

<strong>le</strong>s bil<strong>le</strong>ts de course et un accès exclusif en coulisses avec F1®<br />

Experiences pour que <strong>le</strong> week-end soit vraiment inoubliab<strong>le</strong>.<br />

FORFAITS<br />

Les forfaits commencent par l’option CABIN ONLY pour tous<br />

ceux qui ont déjà <strong>le</strong>urs bil<strong>le</strong>ts d’accès au circuit ou CABIN +<br />

F1® TICKET qui comprend l’accès à la tribune Grandstand.<br />

Des forfaits haut de gamme sont éga<strong>le</strong>ment disponib<strong>le</strong>s,<br />

comme l’option CABIN + F1® EXPERIENCE qui comprend<br />

des activités emblématiques en bord de circuit ou l’option<br />

exclusive CABIN + F1® PREMIUM HOSPITALITY avec accès<br />

aux espaces d’hospitalité haut de gamme (Turn 1 Suite,<br />

Paddock Club ou Legend), ainsi qu’aux coulisses avec des<br />

activités prisées comme <strong>le</strong> Pit Lane Walk, une visite guidée<br />

du circuit à bord d’un camion plateforme, la rencontre avec<br />

des personnalités de la F1® et bien plus encore.<br />

Un large choix d’hébergements est disponib<strong>le</strong>, tous avec<br />

des formu<strong>le</strong>s demi-pension (petit-déjeuner et dîner), Wi-Fi<br />

gratuit et transferts al<strong>le</strong>r-retour vers <strong>le</strong> circuit.<br />

216 217


RACING<br />

Holidays &<br />

Le terminal de croisière d’Abu Dhabi, où<br />

MSC Virtuosa sera amarré, se trouve à<br />

quelques minutes de route du circuit. En<br />

logeant à bord du navire, <strong>le</strong>s hôtes pourront<br />

profiter des transferts gratuits pour circu<strong>le</strong>r<br />

confortab<strong>le</strong>ment tout au long du week-end.<br />

Pour que <strong>le</strong>s clients puissent profiter<br />

p<strong>le</strong>inement de <strong>le</strong>ur séjour, MSC Virtuosa<br />

restera à quai pendant 4 nuits, du 23 au<br />

27 novembre 2023.<br />

Pierfrancesco Vago,<br />

Président Exécutif de MSC Cruises, a déclaré:<br />

«Formula 1® et MSC Cruises sont d’excel<strong>le</strong>nts<br />

partenaires à de nombreux niveaux.<br />

Notre succès repose d’une part sur <strong>le</strong> travail<br />

d’équipe, mais aussi sur notre engagement<br />

commun pour un changement durab<strong>le</strong>. Nous<br />

souhaitons façonner l’avenir de nos industries<br />

respectives et laisser un héritage durab<strong>le</strong> pour<br />

<strong>le</strong>s générations à venir. Nos deux marques<br />

évoluent en tête de <strong>le</strong>urs industries et contribuent<br />

à un changement durab<strong>le</strong>. Pour toutes<br />

ces raisons, nous nous engageons avec Formula<br />

1® sur <strong>le</strong> long terme à l’échel<strong>le</strong> mondia<strong>le</strong>.<br />

Nous sommes impatients de voir évoluer cette<br />

collaboration si spécia<strong>le</strong> au fil des ans.»<br />

Stefano Domenicali,<br />

Président et Directeur Général de Formula 1 ® :<br />

a déclaré : «Nous sommes ravis de<br />

prolonger notre partenariat avec MSC<br />

Cruises, car nos deux marques partagent<br />

<strong>le</strong> même engagement pour l’innovation et<br />

l’excel<strong>le</strong>nce.<br />

Cette collaboration a déjà fourni des<br />

résultats exceptionnels et nous avons hâte<br />

de renforcer notre relation.<br />

Ensemb<strong>le</strong>, nous continuerons à repousser<br />

<strong>le</strong>s limites et à établir de nouvel<strong>le</strong>s<br />

normes dans <strong>le</strong> domaine du sport et de<br />

l’hospitalité.»<br />

218 219


Dream Cars<br />

ierfrancesco Vago,<br />

résident Exécutif de<br />

SC Cruises,<br />

Stefano Domenicali,<br />

Président et Directeur<br />

Général de Formula 1®<br />

220 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci. 221


BUGATTI CHIRON PUR SPORT<br />

Dream Cars<br />

MERCEDES AMG GT BLACK SERIES<br />

BUGATTI BOLIDE<br />

MERCEDES AMG GT-R<br />

LAMBORGHINI SIAN ROADSTER HYBRidE<br />

Accrochez-vous à vos rêves.<br />

Et à l’asphalte.<br />

ALPINE A110<br />

JAGUAR F-TYPE R - V8 - 575 CH<br />

Le nouveau SportContact 7.<br />

Toute l’efficacité de l’ingénierie al<strong>le</strong>mande.<br />

Prenez la route en toute confiance grâce à une adhérence<br />

remarquab<strong>le</strong> sur route sèche et mouillée.<br />

Une interaction parfaite entre <strong>le</strong> composé ultra soup<strong>le</strong> BlackChili et <strong>le</strong><br />

design ultra rigide pour un plaisir de conduite durab<strong>le</strong> et incomparab<strong>le</strong>.<br />

Conçu sur mesure pour s’adapter à toutes <strong>le</strong>s<br />

catégories de véhicu<strong>le</strong>s afin de vous procurer la<br />

sensation typique d’un SportContact.<br />

POLESTAR 1<br />

DEFENDER V8 525 CHEVAUX<br />

RANGE ROVER SPORT SVR 575 CH<br />

JAGUAR F-PACE SVR 550 CH<br />

223


Alpine A110 S<br />

Essai McLaren 720s spider à Bruges<br />

PORSCHE TAYCAN TURBO S<br />

McLaren 720S Coupe - Mini trip Luxembourg<br />

TESLA PLAid+<br />

McLaren GT Reportage à Waterloo<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Continental GT 20 ANS<br />

McLaren GT prise en main<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Conti GT V8 Azure Coupé<br />

McLaren Artura en voyage gourmand<br />

224<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> Azure V6 Bi-Tuurbo <strong>Hybride</strong>


Louyet Waterloo, Centre de l’Ultime raffinement et du sport éc<strong>le</strong>ctique<br />

McLaren Brussels Waterloo Grand Openning!<br />

Waterloo, <strong>le</strong> 18 janvier <strong>2024</strong>, by Eric HEIDEBROEK<br />

Au tout début, en 2011, McLaren s’est<br />

installé avenue Louise, en p<strong>le</strong>in centre<br />

de Bruxel<strong>le</strong>s. Une superbe vitrine qui<br />

se révé<strong>le</strong>ra très vite un peu trop étroite.<br />

L’idée de s’instal<strong>le</strong>r à Ucc<strong>le</strong> a fait son<br />

chemin, et succès aidant, c’est aussi très<br />

rapidement devenu trop petit.<br />

Lorsque <strong>le</strong> Louyet Group a pris <strong>le</strong>s<br />

commandes en 2021, l’idée d’instal<strong>le</strong>r<br />

McLaren dans un écrin à la tail<strong>le</strong> de son<br />

développement s’est concrétisée. Le<br />

choix s’est directement porté sur une<br />

infrastructure centra<strong>le</strong> et accessib<strong>le</strong> faci<strong>le</strong>ment<br />

de partout tout en étant à la<br />

hauteur du standing de la marque.<br />

Un espace clair et lumineux pour pouvoir<br />

admirer <strong>le</strong>s superbes lignes des voitures<br />

de sport de la marque anglaise, une atmosphère<br />

à tail<strong>le</strong> humaine, une rigueur<br />

presque clinique dans la plus pure application<br />

McLaren instal<strong>le</strong>nt <strong>le</strong>s visiteurs<br />

au coeur de l’ADN de la marque.<br />

Du côté des ateliers, c’est tout aussi<br />

clinique, sols et murs gris ultra-clair,<br />

organisation rigoureuse et sans fail<strong>le</strong>.<br />

En somme des outils qui répondent<br />

précisément aux attentes de chacun. La<br />

clientè<strong>le</strong> qui remet ses joyaux entre <strong>le</strong>s<br />

mains soigneuses et compétentes lors


d’opérations de maintenance ou autres,<br />

se retrouve naturel<strong>le</strong>ment dans son élément,<br />

à la hauteur de ses attentes.<br />

«C’est un minimum, dit Joachim SAS<br />

<strong>le</strong> Directeur Opérationnel de McLaren<br />

Brussels, nous voulons, que tant nos<br />

équipes que nos clients se sentent dans<br />

un environnement propice aux bonnes<br />

relations et à la meil<strong>le</strong>ure réponse attendue<br />

par <strong>le</strong>s propriétaires de McLaren».<br />

Pour cette inauguration, <strong>le</strong> Directeur<br />

du marché de l’Europe de l’Ouest,<br />

McLaren Automotive Ltd Steve ROB-<br />

SON a fait <strong>le</strong> déplacement à Waterloo<br />

et, a déclaré : «Nous sommes heureux<br />

d’accompagner McLaren Automotive<br />

dans ce moment important pour notre<br />

groupe. McLaren Brussels a franchi <strong>le</strong><br />

cap des dix ans d’existence, il était donc<br />

temps de créer un nouveau showroom.<br />

Nous sommes enthousiastes et convaincus<br />

que nous serons en mesure de répondre<br />

aux besoins de nos clients avec<br />

une nouvel<strong>le</strong> gamme de produits :<br />

Artura, 750S Coupé comme Spyder et<br />

la nouvel<strong>le</strong> GTS. Nous nous réjouissons<br />

de l’avenir». Sans compter <strong>le</strong>s productions<br />

spécia<strong>le</strong>s et exclusives souhaitées<br />

par nos clients. Pour ce événement marquant,<br />

McLaren a apporté une pièce<br />

maitresse très rare, une Solus GT.


McLaren Solus GT<br />

Un design inédit, sans contraintes liées aux règ<strong>le</strong>ments de la route et de la course.<br />

Le moteur V10 de 5,2 litres à aspiration naturel<strong>le</strong> de ce modè<strong>le</strong> unique offre un régime qui dépasse<br />

<strong>le</strong>s 10 000 tr/min et génère plus de 840 chevaux. Dans cette machine au design minimaliste qui<br />

pèse moins de 1 000 kg et génère 1 200 kg d’appui aérodynamique, l’expérience et <strong>le</strong>s sensations<br />

sont comparab<strong>le</strong>s à cel<strong>le</strong>s de la conduite d’une Formu<strong>le</strong> 1.<br />

35 exemplaires sont prévus et tous sont déjà vendus. Usage sur piste uniquement.


Rolls-Royce Brussels Waterloo Grand Openning!<br />

Pour Rolls-Royce Brussels, Overijse devenait<br />

aussi trop petit et Waterloo un<br />

centre d’intérêt charismatique, ne fut-ce<br />

que par la victoire de Wellington sur la<br />

morne plaine du Brabant Wallon.<br />

Aussi quand Laurent LOUYET a du choisir<br />

l’implantation de ses deux marques<br />

de super <strong>luxe</strong>, Waterloo s’est naturel<strong>le</strong>ment<br />

imposé comme étant <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur<br />

endroit pour tout <strong>le</strong> monde. Une<br />

atmosphère basée sur <strong>le</strong> corporate de<br />

Rolls-Royce dans <strong>le</strong> Monde, ajoute à ce<br />

<strong>luxe</strong> raffiné une infrastructure pratique,<br />

confortab<strong>le</strong>, et dotée d’un outil technologique<br />

dernier cri pour s’occuper des<br />

détails de maintenance de ces bijoux<br />

roulants. Une façon d’aborder, aussi, <strong>le</strong><br />

futur é<strong>le</strong>ctrifié dont la nouvel<strong>le</strong> Rolls-<br />

Royce Spectre est aujourd’hui l’ambassadrice<br />

de charme.<br />

Ce coupé est l’avenir du célèbre et exceptionnel<br />

Coupé Phantom. Spectre<br />

est 100% é<strong>le</strong>ctrique et en 4 roues motrices.<br />

El<strong>le</strong> développe quelque 585 ch<br />

pour 900 Nm. Qui meuvent en si<strong>le</strong>nce<br />

<strong>le</strong>s 2.975 kg de l’ensemb<strong>le</strong> capab<strong>le</strong> de<br />

pulvériser <strong>le</strong> 0 à 100 en...4’’5. Annoncée<br />

pour 418 km d’autonomie, Spectre<br />

n’utiliserait que 21,5 kWh/100 km. C’est<br />

un somptueux coupé 4 places.


Versus<br />

Il n’est pas indispensab<strong>le</strong> de s’appel<strong>le</strong>r Ferrari,<br />

Lamborghini ou Bugatti pour générer des étincel<strong>le</strong>s dans<br />

<strong>le</strong>s yeux, des battements de coeur déraisonnab<strong>le</strong>s.<br />

Il suffit, parfois, d’initia<strong>le</strong>s magiques particulièrement<br />

rares pour susciter ces moments d’émerveil<strong>le</strong>ments !<br />

Comme chez Alfa Romeo ou un simp<strong>le</strong> trèf<strong>le</strong> à quatre<br />

feuil<strong>le</strong>s doté des inita<strong>le</strong>s «QV» pour Quadrifoglio Verde,<br />

ou chez Jaguar «SVO» pour Special Vehic<strong>le</strong> Operation...


Chez Alfa Romeo, on sait cultiver l’Art de<br />

l’exclusivité tout en stigmatisant la sportivité<br />

de la marque. Ainsi, on se souvient des<br />

Alfa Giulia, des GTA, et autres 75 America.<br />

Mais si la marque de Milan a connu un<br />

énorme passage à vide il y a quelques années,<br />

entre l’Alfasud et la nuova Giullietta,<br />

<strong>le</strong>s Italiens ont dessiné la sculptura<strong>le</strong><br />

8C Competizione suivie de la génia<strong>le</strong> 4C.<br />

Quand la Giulia et <strong>le</strong> Stelvio sont arrivés,<br />

<strong>le</strong>s ingénieurs ont concocté une version<br />

QV qui directement à fait tourner <strong>le</strong>s têtes.<br />

Ces Alfa Romeo là ont remis <strong>le</strong>s pendu<strong>le</strong>s<br />

à l’heure. Non seu<strong>le</strong>ment mécaniquement,<br />

mais aussi esthétiquement. Les Giulia et<br />

Stelvio sont passés par la case musculation.<br />

Les lignes se sont renforcées, <strong>le</strong>s assiettes<br />

abaissées, la stature féline de <strong>le</strong>urs<br />

ancêtres se révè<strong>le</strong>.<br />

Et mécaniquement, Alfa Romeo n’a pas<br />

ressorti son fabu<strong>le</strong>ux V6 avec ses tuyères<br />

d’admission chromées et son inimitab<strong>le</strong><br />

sonorité. On n’est plus dans <strong>le</strong>s années ‘80<br />

et <strong>le</strong>s données ne sont plus aussi libres.<br />

Aujourd’hui, il faut composer avec <strong>le</strong>s<br />

normes Euro6D et donc, laisser l’é<strong>le</strong>ctronioque<br />

et <strong>le</strong>s turbos se charger de bien des<br />

réglages. Mais <strong>le</strong> V6 bi turbo est terrib<strong>le</strong>ment<br />

efficace et à hauts régimes, il chante<br />

joliment, rageusement peut on même affirmer.<br />

Le moteur V6 est un appareil créé et<br />

mis au point par Ferrari. D’une cylindrée de<br />

2,9 litres, il est dopé par deux gros turbos<br />

IHI calés dans <strong>le</strong> col<strong>le</strong>cteur d’admission<br />

placé au centre du V ouvert à 90°. Cette<br />

mécanique affutée par <strong>le</strong>s génies de Maranello,<br />

offre 510 chevaux et 600 Nm disponib<strong>le</strong>s<br />

dès 2.500 tours par minute et la<br />

plage d’utilisation porte jusqu’à 5.500 tours.<br />

La puissance maxi, el<strong>le</strong>, culmine à 6.000


tours par minutes avec une plage d’utilisation<br />

courant jusqu’à 7.000 tours, <strong>le</strong> rupteur<br />

agissant à 7.400 tours... C’est très impressionnant<br />

et explique <strong>le</strong> tempéramment<br />

vio<strong>le</strong>nt de cette mécanique. Il faut savoir<br />

que ce V6 est extrapolé du V8 Ferrari F154<br />

de la California T dont il conserve <strong>le</strong>s cotes<br />

supercarrés (86,5 x 82 mm). La boîte de<br />

vitesse est une ZF à 8 rapports robotisés.<br />

C’est une boîte courte sur <strong>le</strong>s 5 premiers<br />

rapports ce qui génère une vivacité hors<br />

du commun et on atteint très vite <strong>le</strong> rupteur,<br />

surtout en mode Race. L’amortissement<br />

piloté est impeccab<strong>le</strong> quel que soit<br />

<strong>le</strong> mode sé<strong>le</strong>ctionné. Le Stelvio est pénalisé<br />

par rapport à la Giulia par son centre<br />

de gravité plus é<strong>le</strong>vé, mais <strong>le</strong>s trains roulants<br />

offrent une bel<strong>le</strong> homogénéitétant en<br />

usagenormal qu’en usage sportif. Pour ce<br />

qui est des freins, en usage sportif, c’està-dire<br />

quand, ils sont à température, on<br />

appréciera <strong>le</strong>ur efficacité extraordinaire,<br />

en usage courant, on <strong>le</strong>ur préférera <strong>le</strong>s<br />

bons gros disques en acier, ils répondent<br />

plus vite à froid.<br />

Jaguar l’annonce,<br />

c’est la fin du monstre !<br />

Et de proposer depuis près d’un an des<br />

versions anniversaire et autres de sa superbe<br />

F-Type V8. Maintenant, Jaguar propose<br />

3 variantes, chacune est doublée de<br />

sa version cabrio<strong>le</strong>t.<br />

La «300» est une deux litres, à quatre<br />

cylindres en ligne, dopée par un turbo et<br />

développant 300 chevaux. La 450 est une<br />

cinq litres à huit cylindres en V qui développe<br />

450 chevaux tandis que la 575 est<br />

la même avec 575 chevaux et 700 Nm de<br />

coup<strong>le</strong> pour une performance de 3’’7 pour


abattre <strong>le</strong> 0 à 100 km/h. C’est cette version que nous avons mise aux côtés de l’Alfa<br />

Stelvio QV. Deux philosophies différentes, deux concepts antagonistes. Et devant<br />

un tel choix, on est en droit de se poser la question : «Laquel<strong>le</strong> choisir ?». C’est vrai<br />

que la mode est aux SUV, qui plus est ce Stelvio avec ses échappements Akrapovic<br />

dispose d’un charme très attractif. Pourtant quand <strong>le</strong> V8 de la Jaguar se met en route,<br />

il n’y a pas photo, la cylindrées, <strong>le</strong>s huit cylindres tiennent la dragée haute à la fine<br />

horlogerie de Modène. La Jaguar est une véritab<strong>le</strong> GT, son équilibre demande un<br />

apprentissage et une dextérité indispensab<strong>le</strong> à l’exploitation efficace de ses généreuses<br />

prestations. Là où el<strong>le</strong> exige une attention de tous <strong>le</strong>s instants malgré la transmission<br />

intégra<strong>le</strong>, <strong>le</strong> Stelvio pardonne et absorbe grâce aux quatre roues motrices.<br />

Mais incontestab<strong>le</strong>ment, la Jaguar est plus gaie à piloter, son V8 a une musicalité<br />

envoutante, sa réponse à l’accélérateur est puissante et quand on actionne <strong>le</strong> bou-


ton «drapeau à damier» la sonorité est diabolique, <strong>le</strong> punch des 575 chevaux et 700<br />

Nm vous col<strong>le</strong> au siège. Oui, même si la Jaguar date un peu, el<strong>le</strong> a un tempérament<br />

extraordinaire. La version P300 a un gros avantage sur la SVR, c’est son équilibre<br />

fantastique, du essentiel<strong>le</strong>ment à la légèreté de son 4 cylindres et à ses roues arrière<br />

motrices. L’alfa Romeo Stelvio est unique en son genre, il reçoit un équipement intérieur<br />

où <strong>le</strong> carbone fait loi, dans la Jaguar, c’est <strong>le</strong> cuir, il y en a partout et cela f<strong>le</strong>ure<br />

bon <strong>le</strong> Connolly p<strong>le</strong>ine f<strong>le</strong>ur. Dans <strong>le</strong> Stelvio, l’instrumentation digita<strong>le</strong> est d’une approche<br />

réaliste, incroyab<strong>le</strong>. Ainsi, à la page précédente, <strong>le</strong> compte-tour n’est pas en<br />

relief, c’est une image d’une tel<strong>le</strong> finesse qu’on <strong>le</strong> croirait analogique ! Et à la question<br />

«choisir» la réponse est très diffici<strong>le</strong>. Soit on se laisse porter par la nostalgie, soit on<br />

se laisse séduire par <strong>le</strong> carbone, <strong>le</strong> look SUV, <strong>le</strong>s pots Akrapovik, la sonorité à 7.000<br />

tours, la modernité. Ah, quel di<strong>le</strong>mme !


Rolls-Royce<br />

GHOST<br />

Révolutions :<br />

Quatre roues motrices<br />

et Directrices<br />

lume : Eric HEIDEBROEK - Capture d’Images : David GIBBONS & Pasca<strong>le</strong> HEIDEBROEK<br />

La Ghost est née en 2009 pour rajeunir l’image de la<br />

vénérab<strong>le</strong> marque britanique.<br />

Et <strong>le</strong> moins que l’on puisse dire c’est que Rolls-Royce a réussi<br />

son pari au delà, des espérances <strong>le</strong>s plus optimistes.<br />

Découverte de ce bijou contemporain.<br />

244 245


Rolls-Royce a élargi sa gamme en 2009 avec la Ghost, cel<strong>le</strong> qui avait défrayé la chronique<br />

bien avant son lancement et trop rapidement baptisée «Baby Rolls» car el<strong>le</strong> était censée<br />

être une petite Rolls, que certains ont imaginé grande comme une Mercedes Classe E<br />

ou une BMW Série 5, de l’époque soit la tail<strong>le</strong> d’une Classe C ou Série 3 d’aujourd’hui et<br />

surtout, en dessous des 5 m de long…<br />

En fait, ses dimensions sont<br />

plus proches de la Mercedes-<br />

Benz Classe S avec ses 5,18 m<br />

en version courte et 5,30 m en<br />

version longue.<br />

La longueur de la Ghost est de<br />

5,56 m en version courte et<br />

de 5,72 m en version longue,<br />

contre la Phantom qui fait el<strong>le</strong>,<br />

en version courte, 5,77 m et<br />

en longue plus de 6 mètres<br />

sur 1,65 m de haut pour 1,55<br />

m de haut à la Ghost.<br />

On est très loin de la Baby<br />

Rolls imaginée par la Presse<br />

des années 2000.<br />

Par contre la philosophie de<br />

Rolls-Royce se devait d’être<br />

préservée tout en répondant<br />

aux desiderata d’une clientè<strong>le</strong><br />

plus jeune et dynamique. Si la<br />

Phantom conserve <strong>le</strong> charme<br />

immuab<strong>le</strong> de grande dame<br />

anglaise avec certaines raideurs<br />

et une hauteur plus importante,<br />

la Ghost répond plus<br />

précisément aux exigences de<br />

la circulation automobi<strong>le</strong> dynamique<br />

d’aujourd’hui.<br />

En bref, si la Phantom dispose<br />

d’un <strong>luxe</strong> très rare, el<strong>le</strong> prend<br />

son temps. Tandis que la<br />

Ghost se positionne largement<br />

au-dessus des Audi A8, BMW<br />

série 7 et Mercedes Classe S<br />

voire Maybach et même de<br />

son ex-soeur jumel<strong>le</strong>, la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Continental <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>.<br />

Dont vous trouverez l’<strong>essai</strong><br />

dans <strong>le</strong>s pages suivantes.<br />

Avec des lignes plus fluides la<br />

Rolls-Royce Ghost est conçue<br />

pour <strong>le</strong>s déplacements actuels<br />

qui exigent un véhicu<strong>le</strong> maniab<strong>le</strong>,<br />

rapide, aérodynamique<br />

(oui, oui) et avec une autonomie<br />

responsab<strong>le</strong>. C’est ce que<br />

la Ghost remplit parfaitement.


L’idée de Rolls-Royce était<br />

aussi de proposer une voiture<br />

que <strong>le</strong> propriétaire pouvait<br />

conduire à l’instar d’une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

à la connotation plus sportive<br />

étayée par ses succès en<br />

compétition.<br />

de la façon incontournab<strong>le</strong> de<br />

respecter l’esprit Rolls-Royce.<br />

<strong>Même</strong> si sous ces aspects<br />

aristocratiques, se cachent <strong>le</strong>s<br />

toutes dernières technologies<br />

avant-gardistes de l’investisseur<br />

munichois. Ceci dit, on est<br />

loin de la débauche de gadgets<br />

de la nouvel<strong>le</strong> BMW Série<br />

7 qui fait plus penser à un «Lunapark»<br />

qu’à une prestigieuse<br />

limousine de nob<strong>le</strong> lignée.<br />

Easy to Drive<br />

and Royal Attitude<br />

La nouvel<strong>le</strong> Ghost 2023-<strong>2024</strong><br />

se conduit comme un vélo, et,<br />

tourne court avec un rayon de<br />

braquage de seu<strong>le</strong>ment 7 m !<br />

Et ceci même en sachant que<br />

cette Ghost est une quatre<br />

roues motrices et directrices.<br />

Quel<strong>le</strong>s que soient <strong>le</strong>s conditions<br />

de circulation, cette Rolls-<br />

Royce offre une tenue de route<br />

confortab<strong>le</strong> et prévisib<strong>le</strong>. La<br />

douceur de ses suspensions<br />

est révélatrice de l’objectif recherché<br />

: «confort et si<strong>le</strong>nce<br />

légendaire».<br />

La Ghost est la bonne réponse<br />

à la demande de la nouvel<strong>le</strong><br />

clientè<strong>le</strong>, plus jeune d’une<br />

dizaine d’années, qu’el<strong>le</strong> a<br />

conquise par son modernisme<br />

et son respect de la culture du<br />

<strong>luxe</strong> britannique préservée intégra<strong>le</strong>ment<br />

par la Rolls-Royce<br />

Motors Company.<br />

À bord, on trouve<br />

naturel<strong>le</strong>ment l’atmosphère<br />

anglaise de la Dame de<br />

Goodwood.<br />

Le confort et la position de<br />

conduite ne souffrent aucun<br />

compromis. Peut-être que <strong>le</strong>s<br />

non-initiés chercheront <strong>le</strong>urs<br />

marques, mais après quelques<br />

jours, <strong>le</strong>s différentes commandes<br />

s’assimi<strong>le</strong>nt parfaitement.<br />

C’est vrai que <strong>le</strong>s boutons de<br />

chauffages avec <strong>le</strong>urs cerclages<br />

superposés b<strong>le</strong>u et<br />

rouge doivent s’assimi<strong>le</strong>r. Idem<br />

pour <strong>le</strong>s tirettes chromées des<br />

ouïes de ventilation.<br />

Quelques détails surannés<br />

rappel<strong>le</strong>nt <strong>le</strong> conservatisme<br />

des Anglais pour <strong>le</strong>ur vaisseau-amiral.<br />

Et cela fait partie


Une roya<strong>le</strong> attitude dédiée au<br />

confort et au bien être des occupants.<br />

Et si la Ghost se positionne<br />

un bon cran plus bas<br />

que la Phantom, c’est qu’el<strong>le</strong><br />

est conçue pour que son propriétaire<br />

puisse en jouir ail<strong>le</strong>urs<br />

que depuis <strong>le</strong> fauteuil arrière.<br />

Derrière <strong>le</strong> volant tout simp<strong>le</strong>ment.<br />

Et, même, si l’envie lui<br />

prends… de damer <strong>le</strong> pion aux<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Boys.<br />

À l’usage, la Ghost offre une<br />

tenue de route souveraine.<br />

Lourde, bien sûr, mais el<strong>le</strong> ne<br />

sent pas sa masse grâce à son<br />

V12 de 6.75 l développant<br />

571 ch à 5000 t/m mais surtout<br />

aux 800 Nm entre 1600<br />

et 4250 t/m (!) qui passent à<br />

la route par <strong>le</strong>s quatre roues<br />

motrices et directrices qui renforcent<br />

considérab<strong>le</strong>ment la<br />

maniabilité et l’agilité de cette<br />

formidab<strong>le</strong> grosse limousine !<br />

La boîte automatique dispose<br />

de 8 rapports étagés de façon<br />

toujours judicieuse. <strong>Même</strong> si,<br />

Rolls-Royce ne permet pas<br />

d’autres commandes que<br />

«full automatiques» - pas de<br />

pa<strong>le</strong>ttes au volant ni de possibilité<br />

de jouer avec <strong>le</strong> <strong>le</strong>vier de<br />

vitesse, car selon la philosophie<br />

de la marque, la gestion<br />

de la boîte est toujours de réagir<br />

parfaitement d’à-propos.<br />

Cela rappel<strong>le</strong> d’ail<strong>le</strong>urs la<br />

réponse laconique de Rolls-<br />

Royce quand on posait la<br />

question de savoir quel<strong>le</strong><br />

puissance ou combien de<br />

chevaux étaient disponib<strong>le</strong>s :<br />

« Suffisamment ! ».<br />

S’il est vrai que la somptueuse<br />

soup<strong>le</strong>sse d’une Rolls-Royce se<br />

doit d’être naturel<strong>le</strong>, la Ghost<br />

est une voiture moderne qui<br />

ne s’en laisse pas compter.<br />

Et depuis quelques années<br />

déjà, s’il n’y a pas de commande<br />

« SPORT », position<br />

inconvenante dans <strong>le</strong> milieu<br />

Rolls-Royce, il y a bien une commande<br />

« LOW » qui permet<br />

de donner au coup<strong>le</strong>ux V12<br />

une réponse à l’impertinence<br />

quand cela est néc<strong>essai</strong>re.<br />

En effet, sous l’impulsion du<br />

mode « LOW » qui titil<strong>le</strong> malicieusement<br />

<strong>le</strong> coup<strong>le</strong> énorme<br />

et la bel<strong>le</strong> puissance du V12<br />

associés à une sensib<strong>le</strong> accélération<br />

des réactions de la boîte<br />

à 8 rapports surprennent et<br />

confirment un tempérament<br />

vigoureux quand on sollicite<br />

fermement la mécanique.


En cas de besoin, la Ghost<br />

offre alors des accélérations<br />

puissantes avec un exercice<br />

de 0 à 100 expédié en seu<strong>le</strong>ment<br />

4’’8 ! C’est fameux !<br />

limousines de <strong>luxe</strong> dotées de<br />

moteurs à essence aussi prestigieux<br />

et performants.<br />

À bord, on est dans un autre<br />

monde. Les tapis de sol sont<br />

en laine d’Écosse, du Shetland<br />

plus précisément. On n’y<br />

poserait bien <strong>le</strong>s pieds nus, et<br />

même avec des chaussures,<br />

on en remarque la douceur,<br />

l’onctuosité unique. Les cuirs<br />

sont présents partout et d’une<br />

qualité extrême. Quand on <strong>le</strong>s<br />

touche, on remarque immédiatement<br />

une douceur d’une<br />

La position « LOW » implique<br />

aussi une réaction plus directe<br />

des trains roulants, rendant<br />

encore plus précise la<br />

conduite tout en respectant<br />

<strong>le</strong> confort des passagers. Un<br />

« mix » étonnamment réussi<br />

et efficace.<br />

Rien de shocking donc,<br />

juste parfait, « Well Done »<br />

diraient <strong>le</strong>s Anglais !<br />

On pourrait penser qu’avec<br />

de tel<strong>le</strong>s prestations et spécifications<br />

techniques, que la<br />

Ghost est un gouffre à carburant.<br />

Avec son réservoir de<br />

82,5 litres, el<strong>le</strong> dispose d’une<br />

autonomie de 602 km selon<br />

<strong>le</strong> constructeur. Les consommations<br />

annoncées seraient<br />

de 13,7 l/100 km.<br />

Pour notre part nous avons<br />

mesuré une consommation<br />

de l’ordre de 14,2 litres aux<br />

cent kilomètres sans vraiment<br />

nous trainer, et tant pis<br />

si c’est « oh my god ! », <strong>le</strong> plaisir<br />

d’entendre la musique du<br />

V12 quand il envoie la cava<strong>le</strong>rie.<br />

Malgré cette entorse à<br />

la règ<strong>le</strong>, cela représente une<br />

autonomie de 560 km. Ce<br />

qui est très bien et peu courant<br />

dans <strong>le</strong> segment des


incomparab<strong>le</strong> sensualité. Dans<br />

cette version d’<strong>essai</strong>, <strong>le</strong>s boiseries<br />

à pores ouverts au fini délicat<br />

génère une atmosphère<br />

hyper cosy. Il est à remarquer<br />

que dans cette Ghost mise à<br />

notre disposition, que tous <strong>le</strong>s<br />

éléments choisis sont issus du<br />

catalogue des options proposées<br />

par <strong>le</strong> constructeur. Chez<br />

Rolls-Royce, <strong>le</strong> département<br />

«Bespoke» traduit en réalité<br />

<strong>le</strong>s rêves et exigences <strong>le</strong>s plus<br />

fous de ceux qui peuvent se<br />

permettre ces joyaux routiers.<br />

Les détails même sur des versions<br />

«de base» sont hyper


soignés comme ces fi<strong>le</strong>ts<br />

peints à la main qui séparent<br />

<strong>le</strong>s versions à deux coloris...<br />

Le si<strong>le</strong>nce légendaire des<br />

Rolls-Royce est à ce point<br />

peaufiné que parfois, il en<br />

devient assourdissant.<br />

Et quand ce phénomène risque<br />

de perturber <strong>le</strong> client, Rolls-<br />

Royce enlève <strong>le</strong>s 80 kg d’insonorisant<br />

placés dans <strong>le</strong>s bas<br />

de caisse. Et ils sont remplacés<br />

par des caissons de basses !<br />

On voit bien que la clientè<strong>le</strong> est<br />

plus jeune. Si par <strong>le</strong> passé <strong>le</strong>s titulaires<br />

de Rolls-Royce étaient<br />

âgés de plus de cinquante ans,<br />

la Ghost a ramené cette va<strong>le</strong>ur<br />

autour de la petite quarantaine<br />

voir plus jeune grâce aux marchés<br />

émergents comme la<br />

Chine très friande de ces magnifiques<br />

voitures. Raison pour<br />

laquel<strong>le</strong>, des versions «Black<br />

Series» apparaissent avec des<br />

finitions plus «sportives».<br />

En conclusion, la Rolls-Royce<br />

Ghost confirme largement <strong>le</strong><br />

rajeunissement recherché par<br />

la Dame de Goodwood, en<br />

proposant un nouvel Art de<br />

Vivre dans un environnement<br />

luxueux et intimiste doté des<br />

dernières technologies évolutives<br />

sans entrer dans une<br />

débauche de gadgets plus<br />

énervants et inuti<strong>le</strong>s <strong>le</strong>s uns<br />

que <strong>le</strong>s autres. La GHOST est<br />

un exemp<strong>le</strong> d’intelligence et<br />

de modernisme bien adaptés.<br />

Malgré des dimensions spectaculaires, cette<br />

limousine dégage une assurance et une<br />

nob<strong>le</strong>sse universel<strong>le</strong>ment reconnue.<br />

Les ref<strong>le</strong>ts dans la peinture indiquent <strong>le</strong>s<br />

innombrab<strong>le</strong>s étapes indispensab<strong>le</strong>s pour<br />

parvenir à ce niveau d’exception.


258<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Continental<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong><br />

Retour des <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

aux 6 cylindres<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK - Capture d’Images : Pasca<strong>le</strong> et Cédric HEIDEBROEK<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> a créé son premier six cylindres en 1928.<br />

Il succède au quatre cylindres 3 litres des débuts.<br />

C’est un 6 en ligne de 6,5 litres de la célèbre 6½ avec 147 ch<br />

qui évoluera à 6,6 litres et grimpera à 200 chevaux.<br />

Il équipera <strong>le</strong>s fameuses Speed Six, qui remporteront.<br />

deux victoires consécutives au Mans en 1929 et 1930 !<br />

Les premières Continental S1 <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> avaient des 6 cylindres<br />

en ligne de 4,9 litres développant 180 ch et 400 Nm, une énorme<br />

va<strong>le</strong>ur pour l’époque. Le moteur V6 Bi-Turbos de la nouvel<strong>le</strong><br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> n’est donc pas <strong>le</strong> premier six cylindres à prendre place<br />

sous <strong>le</strong> capot d’une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>. Ce qui est nouveau, par contre, c’est<br />

l’adjonction d’une unité é<strong>le</strong>ctrique, réponse moderne à la nouvel<strong>le</strong><br />

mobilité qui s’instal<strong>le</strong> partout.


Après avoir testé la Continental<br />

GT V8 en finition<br />

Azure, vient <strong>le</strong> moment de<br />

tester la <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> qui<br />

troque son V8 pour un V6.<br />

Mais pas n’importe <strong>le</strong>quel,<br />

c’est un appareil issu du<br />

Groupe Volkswagen auquel<br />

appartiennent Lamborghini,<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, Porsche, et<br />

Audi pour ne citer que <strong>le</strong>s<br />

plus prestigieux. Et dans<br />

ces marques, <strong>le</strong>s deux al<strong>le</strong>mandes<br />

proposent un V6<br />

hybride, bi-Turbo cubant 3<br />

litres et assisté par une unité<br />

é<strong>le</strong>ctrique développant au<br />

final quelque 544 chevaux<br />

et 750 Nm. La répartition<br />

s’effectuant en une va<strong>le</strong>ur<br />

de 416 chevaux et 550 Nm<br />

pour l’unité thermique et<br />

136 ch pour 400 Nm issus<br />

du moteur é<strong>le</strong>ctrique. Toute<br />

cette cava<strong>le</strong>rie passe à la<br />

route par <strong>le</strong>s quatre roues<br />

motrices avec l’aide d’une<br />

boîte de vitesse robotisée à 8<br />

rapports fabriquée par ZF.<br />

Et donc, cette <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> annonce<br />

des consommations<br />

très faib<strong>le</strong>s avec 3,3 litres<br />

aux cent et 75 g/km de rejets<br />

CO2.<br />

À l’usage, cette grande et<br />

lourde berline tourne autour<br />

des 10-13 litres aux cent<br />

kilomètres, soit des consommations<br />

sensib<strong>le</strong>ment<br />

proches de cel<strong>le</strong>s du V8.<br />

0,0 LITRES AUX 100...<br />

Côté autonomie, avec <strong>le</strong><br />

réservoir de 80 litres et la<br />

batterie de 18 kWh, on peut<br />

tab<strong>le</strong>r sur une autonomie de<br />

600 kilomètres. Maintenant,<br />

en usage quotidien, la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

<strong>Hybride</strong> peut aussi faire<br />

<strong>le</strong> job, uniquement à l’é<strong>le</strong>ctricité,<br />

sur <strong>le</strong>s petits trajets.<br />

Et à ce moment-là, on a une<br />

consommation d’essence de<br />

0 litre aux cent...<br />

Côté performances, la<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> <strong>Hybride</strong> doit<br />

faire avec <strong>le</strong> V6.<br />

Une machine qui est plus<br />

vive, qui a besoin de mouliner<br />

plus pour réagir, là<br />

où <strong>le</strong> V8 envoie tout dans<br />

un grondement soup<strong>le</strong> et<br />

puissant. C’est vrai qu’à<br />

haut régime <strong>le</strong> V6 offre une<br />

musicalité métallique qui a<br />

son charme. Mais n’éga<strong>le</strong><br />

jamais la musicalité du V8.<br />

C’est comme ça.<br />

260


<strong>Même</strong> si la puissance globa<strong>le</strong><br />

de l’hybride est très<br />

proche, à 6 chevaux près,<br />

des 550 ch du V8, si <strong>le</strong>s 750<br />

Nm sont plus bas que <strong>le</strong>s<br />

770 Nm du V8, el<strong>le</strong> n’arrive<br />

pas à tac<strong>le</strong>r <strong>le</strong> V8 sur l’exercice<br />

du 0 à 100 en laissant<br />

<strong>le</strong> V8 l’emporter de 2 petits<br />

dixièmes de secondes. En<br />

cause, la V8 (4,1 sec) est<br />

plus légère de 250 kg avec<br />

ses 2.255 kg contre <strong>le</strong>s<br />

2.505 kg de la V6 hybride<br />

(4,3 sec). On aurait pu<br />

penser qu’avec <strong>le</strong>s 400 Nm<br />

du moteur é<strong>le</strong>ctrique que<br />

ces différences puéri<strong>le</strong>s,<br />

auraient été à l’avantage du<br />

V6 PHEV... Mais peut-être<br />

faut il voir là un choix délibéré<br />

de laisser la manche au<br />

V8. Toujours est - il que ces<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> Azure tant en<br />

V8 qu’en V6 en imposent<br />

par <strong>le</strong>ur allure souveraine.<br />

Leur finition est extraordinaire<br />

et soignée. On sent <strong>le</strong><br />

travail bien fait, l’artisanat<br />

historique se profi<strong>le</strong> dans<br />

de nombreux détails, même<br />

s’il y a quelques petites<br />

choses qui nous ont perturbés<br />

dans cette prise en<br />

main. Ce sont <strong>le</strong>s garnitures<br />

en relief des panneaux de<br />

porte en damier. Bien que<br />

garni de cuir très fin, <strong>le</strong><br />

relief est très dur et répercute<br />

des bruits parasites et<br />

de rou<strong>le</strong>ment.<br />

<strong>Même</strong> constat pour l’isolation<br />

du compartiment à<br />

bagages qui se révè<strong>le</strong> insuffisante<br />

dès lors que l’on<br />

abaisse l’accoudoir central<br />

arrière. C’est inattendu à ce<br />

niveau de produit.<br />

Peut-être était-ce dû à<br />

l’exemplaire mis à notre<br />

disposition.<br />

Toujours est-il qu’après<br />

notre <strong>essai</strong> de la Rolls<br />

Royce Ghost, la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

apparaît moins si<strong>le</strong>ncieuse<br />

sans compter avec ses<br />

bruits aérodynamiques. En<br />

somme, la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est un<br />

cran en dessous de la Rolls<br />

qui est, quand même, un<br />

cran au-dessus, mais surtout<br />

100.000 € plus chère.<br />

Au niveau du confort, <strong>le</strong>s<br />

sièges offrent un maintien<br />

plus sportif et plus homogène.<br />

À l’arrière, <strong>le</strong> confort<br />

est indiscutab<strong>le</strong>ment de<br />

262


grande qualité. C’est que<br />

cette <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> même en<br />

version limousine conserve<br />

l’essence même de son<br />

ADN. La conduite sportive.<br />

Et on remarque que si <strong>le</strong><br />

mode «comfort» est un peu<br />

trop soup<strong>le</strong>, dès que l’on<br />

passe en mode «Sport» la<br />

suspension se raidit suffisamment<br />

pour offrir un<br />

meil<strong>le</strong>ur contrô<strong>le</strong> du roulis<br />

et du tangage. On apprécie<br />

grandement cette attitude<br />

routière même avec <strong>le</strong>s immenses<br />

roues de 22 pouces!<br />

Testée dans des conditions<br />

météorologiques dantesques,<br />

avec de très grosses pluies<br />

sur un parcours autoroutier,<br />

réalisé à (très) bonne allure,<br />

on a constaté un comportement<br />

sûr et précis, des qualités<br />

de freinages et d’aptitudes<br />

en courbes sidérantes<br />

d’efficacité pour une aussi<br />

grosse voiture.<br />

Spacieuse, la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> PHEV<br />

offre deux visages.<br />

Celui d’être conçue pour<br />

être conduite comme celui<br />

d’être faite pour se laisser<br />

conduire. Dans <strong>le</strong>s deux<br />

cas, <strong>le</strong> plaisir de voyager en<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> est évident.<br />

Certes, si la <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> est<br />

montée en grade dès l’arrêt<br />

naturel de la Mulsanne,<br />

produite de 2009 à 2020,<br />

el<strong>le</strong> ne prétend absolument<br />

pas prendre la place de la<br />

Mulsanne, c’est très clair.<br />

CONCLUSIONS<br />

Comparer la Continental<br />

GT V8 avec la <strong>Flying</strong><br />

<strong>Spur</strong> n’est pas raisonnab<strong>le</strong>.<br />

D’une part, la GT est un<br />

gros coupé sportif et très<br />

cossu, plus d’ail<strong>le</strong>urs que<br />

la <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>. C’est dù à<br />

son ADN natif. Inimitab<strong>le</strong><br />

même dans la concurrence<br />

la plus proche, car chez<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, on a des racines<br />

sportives qui ne cadrent pas<br />

néc<strong>essai</strong>rement avec l’ultra<br />

<strong>luxe</strong> d’une <strong>Flying</strong> Lady.<br />

La <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> respire une<br />

qualité de vie dynamique<br />

et moderne. On ne peut la<br />

comparer qu’à la BMW<br />

Série 7 qui se veut plus gadgets<br />

et infotainments en tout<br />

genre à destination d’une<br />

génération de geeks ?<br />

264


Ce que la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> <strong>Flying</strong><br />

<strong>Spur</strong> n’est absolument pas.<br />

La <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong> est une<br />

grande routière, assez classique,<br />

mais dynamique et<br />

efficace avec un ADN sportif<br />

marqué.<br />

El<strong>le</strong> conserve et entretient<br />

l’héritage des traditions britaniques<br />

et perpétue la différence<br />

d’avec la grande dame<br />

de Goodwood en offrant, un<br />

confort et des attentions raffinés,<br />

mais aussi et surtout<br />

un comportement routier<br />

exemplaire marquant ainsi<br />

une grande différence !


<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong><br />

1957<br />

Née avec un<br />

Six Cylindres !<br />

Ce moteur 6 cylindres en ligne de 4,9 litres<br />

développe 180 ch, et surtout, 400 Nm de coup<strong>le</strong>,<br />

une véritab<strong>le</strong> performance pour l’époque.<br />

Ce sont <strong>le</strong>s carrossiers H.J. Mulliner,<br />

qui ont eu l’idée de proposer<br />

une carrosserie à quatre portes<br />

sur <strong>le</strong> châssis du coupé Continental,<br />

et l’ont baptisée <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>.<br />

On est alors en 1957.<br />

268 269


Le six en ligne de la<br />

première <strong>Flying</strong><br />

<strong>Spur</strong> est un atmosphérique<br />

issu des<br />

moteurs de course<br />

des voitures de<br />

l’époque. Auréolé<br />

de gloires et de victoires,<br />

cet appareil


offrait des prestations<br />

routières de qualité et <strong>le</strong><br />

châssis de la Continental<br />

à deux portes générait des<br />

aptitudes routières très<br />

appréciées d’une clientè<strong>le</strong><br />

fortunée capab<strong>le</strong> de s’offrir<br />

un tel bijou.<br />

Il faut savoir qu’à l’époque<br />

la berline <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Série<br />

S standard, carrossée en<br />

usine, coûtait 3 295 £, <strong>le</strong>s<br />

propriétaires devaient être<br />

sérieusement fortunés<br />

pour payer plus du doub<strong>le</strong><br />

pour une version H.J. Mulliner<br />

ou Park Ward.<br />

Entre 1955 et 1959, 432<br />

Continental de série S<br />

ont été carrossées par des<br />

carrossiers spécialisés,<br />

dont 217 par H.J. Mulliner.<br />

Au cours de la même<br />

période, l’usine a produit<br />

2 927 berlines à carrosserie<br />

standard.<br />

LA CONTINENTAL<br />

FLYING SPUR<br />

À QUATRE PORTES<br />

La plupart des Continental<br />

de la série S étaient des<br />

modè<strong>le</strong>s à deux portes,<br />

mais H.J. Mulliner a eu<br />

272


l’intuition qu’il existerait<br />

un marché restreint mais<br />

exigeant pour une Continental<br />

à quatre portes<br />

carrossée, en alternative à<br />

cel<strong>le</strong> à quatre portes proposée<br />

par l’usine.<br />

Leur conception était<br />

équilibrée et élégante,<br />

avec suffisamment d’espace<br />

pour quatre personnes.La<br />

nouvel<strong>le</strong> quatre<br />

portes a été baptisée par<br />

Arthur Talbot Johnstone,<br />

directeur général de H.J.<br />

Mulliner, d’après l’emblème<br />

héraldique de sa<br />

famil<strong>le</strong>, <strong>le</strong> Clan Johnstone<br />

des Scottish Borders.<br />

Le premier exemplaire<br />

arborait même la mascotte<br />

de l’éperon du clan<br />

Johnstone sur sa calandre.<br />

Après <strong>le</strong> succès de la H.J.<br />

Mulliner <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>, <strong>le</strong><br />

carrossier James Young<br />

a éga<strong>le</strong>ment proposé son<br />

interprétation sur mesure<br />

d’une quatre portes.<br />

PRÉSENTATION DE<br />

LA S1 FLYING SPUR<br />

ISSUE DE LA<br />

LINEAGE COLLECTION<br />

DE BENTLEY<br />

La Continental <strong>Flying</strong><br />

<strong>Spur</strong> S1 de la Lineage<br />

Col<strong>le</strong>ction de <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est<br />

un modè<strong>le</strong> H.J. Mulliner<br />

de 1958 doté d’un moteur<br />

à six cylindres en ligne<br />

274


de 4,9 litres développant<br />

180 chevaux, de cou<strong>le</strong>ur<br />

noire avec intérieur gris.<br />

Cet exemplaire est équipé<br />

de la boîte de vitesses<br />

automatique et de l’air<br />

conditionné disponib<strong>le</strong> en<br />

option. El<strong>le</strong> coûtait à l’origine<br />

8.034 £, soit environ<br />

dix fois <strong>le</strong> salaire moyen<br />

britannique de l’époque.<br />

El<strong>le</strong> a été commandée<br />

par la société d’ingénierie<br />

Guest, Keen and Nett<strong>le</strong>fold,<br />

basée à Birmingham<br />

- probab<strong>le</strong>ment comme<br />

véhicu<strong>le</strong> de fonction du<br />

président Sir William<br />

Peacock -, avant de passer<br />

dans la famil<strong>le</strong> Peacock en<br />

1964.<br />

El<strong>le</strong> est légèrement patinée<br />

mais en excel<strong>le</strong>nt état<br />

et a inspiré l’équipe de<br />

designers de Crewe lors<br />

de la création de la <strong>Flying</strong><br />

<strong>Spur</strong> d’aujourd’hui.<br />

On retrouve sur l’interprétation<br />

moderne de<br />

la nouvel<strong>le</strong> <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>,<br />

<strong>le</strong> galbe des ai<strong>le</strong>s arrière<br />

ainsi que <strong>le</strong> tombant de la<br />

mal<strong>le</strong> de coffre. La posture<br />

généra<strong>le</strong> de la carrosserie<br />

posée sur <strong>le</strong> train arrière,<br />

comme <strong>le</strong> redressement<br />

altier de l’habitac<strong>le</strong> éclairé<br />

par une large baie de parebrise<br />

en prolongation<br />

directe du long capot sur<br />

<strong>le</strong>quel se dresse fièrement<br />

<strong>le</strong> «B» ailé.<br />

Et aujourd’hui ce «B» ailé<br />

est motorisé et assorti<br />

d’un éclairage cristalin qui<br />

génère un effet exclusif<br />

(voir la vidéo en cliquant<br />

sur <strong>le</strong> bouton). Le tout est<br />

traité de façon iconique<br />

dépourvu d’exhubérence.<br />

Quand on observe ces<br />

deux limousines séparées<br />

par 66 années, on reconnait<br />

immédiatement la<br />

filiation. Il faut dire que<br />

276


<strong>le</strong>s designers belges qui se sont<br />

succédé à la naissance de la Continental<br />

GT et au développement<br />

de la <strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong>, Dirk Van Braecke<strong>le</strong>t<br />

et Luc Donckerwolke ont<br />

réussit à générer trois modè<strong>le</strong>s<br />

extraordinairement bien dessinés<br />

et homogènes. Trois versions,<br />

évidemment quand on ajoute <strong>le</strong><br />

cabrio<strong>le</strong>t qui lui aussi a un look<br />

fabu<strong>le</strong>ux et indémodab<strong>le</strong>.<br />

Car c’est cela qui se manifeste<br />

dans <strong>le</strong> design des <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, c’est<br />

indémodab<strong>le</strong> et toujours extrêmement<br />

valorisant. Côté confort, on<br />

constate que <strong>le</strong> coupé se montre<br />

plus confortab<strong>le</strong> que la berline, à<br />

l’avant. A l’arrière <strong>le</strong> confort est<br />

royal dans la berline et un peu plus<br />

confiné dans <strong>le</strong> coupé. La façon est<br />

artisana<strong>le</strong>, surtout dans <strong>le</strong> traitement<br />

des matières nob<strong>le</strong>s de l’habitac<strong>le</strong><br />

qui offre un charme inaltérab<strong>le</strong><br />

et intemporel, bien dans<br />

l’esprit des lignées compétitives de<br />

la marque.<br />

FICHES TECHNIQUES<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Continental S1<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong><br />

1958<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Continental<br />

<strong>Flying</strong> <strong>Spur</strong><br />

2023 PHEV<br />

Longueur: 5,39 m<br />

Largeur: 1,90 m<br />

Empattement:3,12 m<br />

Hauteur: 1,63 m<br />

Poids: 1.880 kg<br />

Moteur:<br />

6 Cylindres en ligne<br />

Cylindrée: 4,9 l<br />

Puissance:<br />

180 ch / 400 Nm<br />

VMax: 195 km/h<br />

0 à 100: 13,1 s<br />

Longueur: 5,31 m<br />

Largeur: 1,98 m<br />

Empattement:3,20 m<br />

Hauteur: 1,49 m<br />

Poids: 2.505 kg<br />

Moteur thermique:<br />

V6T 410 ch / 550 Nm<br />

Moteur é<strong>le</strong>ctrique :<br />

134 ch / 400 Nm<br />

Puissance combinée:<br />

536 ch / 750 Nm<br />

VMax: 285 km/h<br />

0 à 100: 4,3 s


<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Continental<br />

GT Azure<br />

Indémodab<strong>le</strong><br />

et luxueux coupé<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK - Capture d’Images : Pasca<strong>le</strong> HEIDEBROEK<br />

La Continental GT est née en 2003 et a déjà 20 ans.<br />

Les lignes sont, à la base, tel<strong>le</strong>ment réussies et l’évolution du<br />

modè<strong>le</strong> est tel<strong>le</strong>ment subti<strong>le</strong> que cette quatrième génération<br />

affiche une allure encore plus puissante tout en restant dans<br />

<strong>le</strong>s canons de la Continental GT.<br />

C’est une marque de profond respect que tient <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

envers sa fidè<strong>le</strong> clientè<strong>le</strong>.<br />

Une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est et reste toujours une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>.<br />

280 281


<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est une marque au tempérament<br />

sportif bien ancré dans<br />

ses gènes. Depuis ses origines,<br />

la compétition est son <strong>le</strong>itmotiv.<br />

Mais pas seu<strong>le</strong>ment, cette auto<br />

affiche clairement son statut.<br />

C’est une voiture représentative<br />

d’un sty<strong>le</strong> de vie.<br />

Non seu<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s designers<br />

belges à la base de son concept<br />

sont parvenus à lui donner cette<br />

allure de gros coupé luxueux et<br />

sportif qu’aucun autre constructeur<br />

n’a jamais su interpréter et<br />

pérenniser<br />

Cette quatrième génération<br />

conserve l’essentiel de sa structure<br />

graphique tout en la mettant<br />

au goût du jour avec<br />

ta<strong>le</strong>nt. Si l’on doit distinguer<br />

une structure vraiment différente,<br />

c’est à l’intérieur ou<br />

<strong>le</strong>s deux vagues séparant <strong>le</strong><br />

conducteur du passager se<br />

sont effacées pour offrir une<br />

structure linéaire, toute aussi élégante.<br />

Pour <strong>le</strong> reste, <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est fidè<strong>le</strong> à<br />

ses choix visib<strong>le</strong>s. Par exemp<strong>le</strong> <strong>le</strong>s<br />

fameuses tirettes chromées pour<br />

la commande des ouïes de ventilation.<br />

C’es tout simp<strong>le</strong>ment d’un<br />

chic irrésistib<strong>le</strong> comme <strong>le</strong> cerclage<br />

gravé des différents indicateurs<br />

et commandes.<br />

Le costaud, <strong>le</strong> puissant demeurent<br />

bien présents, <strong>le</strong>vier de<br />

commande de boîte avec <strong>le</strong> «B»<br />

central, <strong>le</strong> volant sport, tout cela<br />

indique clairement que l’on est<br />

dans une vraie voiture.<br />

282 283


Et <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> n’a pas cédé impulsivement au<br />

chant des sirènes é<strong>le</strong>ctroniques. Bien sûr, son<br />

écran est immense et touchscreen, mais des<br />

commandes classiques demeurent. Certes, tout<br />

n’y est pas, mais l’amateur éclairé, conducteur<br />

de <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, n’en est pas gêné.<br />

Car ce qui l’intéresse est ail<strong>le</strong>urs. Comme l’atmosphère<br />

de l’habitac<strong>le</strong> full-cuir, façonné manuel<strong>le</strong>ment,<br />

<strong>le</strong>s harmonies, <strong>le</strong>s détails et, cet<br />

écran qui disparaît pour faire place à trois cadrans<br />

ou à une surface lisse, en alu bouchonné<br />

dans cette finition.<br />

On est dans un autre monde, un monde ou se<br />

cotoyent <strong>le</strong> sport et l’élégance.<br />

Car la Continental GT ne renie pas ses origines.<br />

El<strong>le</strong> peut se révé<strong>le</strong>r bourgeoise sur la position<br />

«Comfort» qui rend <strong>le</strong> V8 bi-Turbo discret et<br />

hyper soup<strong>le</strong> sans oublier la douceur des suspensions<br />

qui s’apparentent, alors, à cel<strong>le</strong>s<br />

d’une limousine. En position «B», c’est <strong>le</strong> mode<br />

<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> avec ses traditions sportives. Et donc<br />

<strong>le</strong>s suspensions sont plus directes, <strong>le</strong> volant<br />

qui répond aussi plus fermement. Le moteur<br />

change de tonalité en devenant plus rauque, la<br />

boîte passe <strong>le</strong>s rapports un peu plus vite.<br />

Le «B» c’est <strong>le</strong> mode gent<strong>le</strong>man driver mais<br />

pas encore <strong>le</strong> mode «Sport». Quand ce dernier<br />

284 285


est sé<strong>le</strong>ctionné, <strong>le</strong> moteur rugit en offrant une<br />

rumeur plus forte, des claquements au rétrogradages<br />

affirment <strong>le</strong> tempérament sportif,<br />

mais pas aussi bruyamment qu’un V8 AMG. Ici,<br />

on reste très «classe» mais on annonce clairement<br />

la cou<strong>le</strong>ur. Cette <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est la digne<br />

descendante des vainqueurs des 24 heures<br />

du Mans. Ses suspensions passent d’un mode<br />

ferme à un mode super sport. Les trains roulant<br />

révè<strong>le</strong>nt <strong>le</strong>s épures sportives, <strong>le</strong>s tarages<br />

de la suspension pilotée sont issus de l’expérience<br />

en compétition générés pars <strong>le</strong>s «<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

Boys» qui sillonnent <strong>le</strong>s circuit à bord des<br />

Continental GT du championnat GT. El<strong>le</strong>s sont<br />

redourtab<strong>le</strong>s et sont craintes par l’ensemb<strong>le</strong><br />

du plateau. Ces Conti GT sont bien nées !<br />

Leur seu<strong>le</strong> riva<strong>le</strong> connue est peut-être une Aston<br />

Martin DB 12 qui est un coupé 4 places<br />

mais moins spacieux que la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>. Par contre<br />

côté image ce n’est pas mal non plus.<br />

Ce qui demeure agréab<strong>le</strong> avec une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>,<br />

c’est <strong>le</strong> fait que l’on retrouve faci<strong>le</strong>ment<br />

ses marques. On retouve <strong>le</strong>s impressions de<br />

conduite voulue par <strong>le</strong>s concepteurs du premier<br />

modè<strong>le</strong> Continental GT. Atmosphère,<br />

remontées des trains roulants, ambiance<br />

de bord, touché de route, sont toujours bien<br />

présent, même au fil des évolutions. En effet,<br />

cette <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Conttinental GT est moderne et<br />

au cours des générations el<strong>le</strong> s’est modifiée,<br />

remodelée, adaptée. Tout y passe, de la struc-<br />

286 287


ture, tous <strong>le</strong>s éléments sont nouveaux, <strong>le</strong>s réglages<br />

affinés, pour répondre aux besoins de<br />

plus en plus pointus des normes européennes<br />

et mondia<strong>le</strong>s.<br />

Résultat<br />

Un gros coupé p<strong>le</strong>in de coup<strong>le</strong> et fort de 550<br />

chevaux avec une tenue de route stab<strong>le</strong>, précise<br />

et incisive à la demande. Le résultat de toutes<br />

ces améliorations, au fil des générations et du<br />

temps est qu’incontestab<strong>le</strong>ment la Continental<br />

GT s’est améliorée, avec par exemp<strong>le</strong> <strong>le</strong> blind<br />

assist et autres aides à la conduite.<br />

Mais ces aides ne sont pas intrusives contrairement<br />

à tant d’autres voitures où el<strong>le</strong>s sont<br />

particulièrement désagréab<strong>le</strong>s. Chez <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>,<br />

surtout en Continental GT, on veut conduire et<br />

cette auto <strong>le</strong> demande. Pourtant, si el<strong>le</strong> déborde<br />

de disponibilité, on constate qu’el<strong>le</strong> n’incite pas<br />

aux débordements intempestifs. C’est une auto<br />

qui joue la carte du <strong>luxe</strong> débonnaire et qui garde<br />

en réserve cette vigueur, cette précision et sportivité<br />

qui plaisent aux conducteurs avertis.<br />

Ce gros coupé offre quatre vraies places même<br />

si l’espace réservé aux genoux des passagers<br />

arrière est un peu juste surtout quand <strong>le</strong>s plus<br />

de 1,85 m s’instal<strong>le</strong>nt à l’avant et prennent<br />

toutes <strong>le</strong>urs aises. Sinon, on peut dire que<br />

même <strong>le</strong>s baquets arrière sont très confortab<strong>le</strong>s<br />

et maintiennent bien.<br />

La qualité de la sonorisation est impressionnante.<br />

Les basses vibrent dans toute l’auto et<br />

se relaient dans <strong>le</strong>s assises, c’est très impressionnant<br />

et on n’a pas besoin de mettre <strong>le</strong><br />

volume à fond pour ressentir ces impressions.<br />

288 289


<strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Continental GT<br />

Finition Azure (Luxe)<br />

Moteur 4.0 L - V8 Bi-Turbo<br />

550 ch à 6.000 t/min<br />

770 Nm à 2.000 t/min<br />

4x4 permanent - 2.125 kg<br />

318 km/h - 0 à 100 : 4’’<br />

12 à 14 l/100 - CO2 275gr<br />

Autonomie : 680 km<br />

L 4,85 x l 1,95 x h 1,40 m<br />

Coffre 258 litres<br />

290 291


Walter Owen <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>, n’aime<br />

pas son prénom «Walter» et<br />

préférait qu’on <strong>le</strong> prénomme<br />

«Wo». Voilà un trait de caractère<br />

qui marquera sa vie.<br />

BENTLEY<br />

La Conti GT<br />

A 20 ans<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK<br />

En 1919, W.O. <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> crée la<br />

société qui produira dès 1920<br />

la première <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>. Cette<br />

voiture sera mue par un<br />

quatre cylindres de 3 litres.<br />

Performante, cette <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

sera allignée dans de nombreuses<br />

épreuves et ses descendantes<br />

poursuivront cette<br />

voie jusqu’à gagner cinq fois<br />

<strong>le</strong>s 24 heures du<br />

Mans.<br />

W.O. <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> assouvira ses<br />

ambitions en mélant étroitement<br />

<strong>luxe</strong> et performance,<br />

choses que l’on retrouve<br />

aujourd’hui au travers des<br />

productions de la marque.<br />

Et c’est un belge !<br />

Qui a dirigé <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> de la <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> de la renaissance,<br />

Dirk van Braeckel. Et <strong>le</strong> moins que l’on puisse dire,<br />

c’est que <strong>le</strong>s lignes choisies sont indémodab<strong>le</strong>s.<br />

292<br />

293


A la fin des années ‘90, <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> et<br />

Rolls-Royce sont à vendre et <strong>le</strong>s<br />

marques sont très disputées par <strong>le</strong>s<br />

Groupes BMW et Volkswagen.<br />

BMW emporte Rolls-Royce, et Land<br />

Rover - pour pas longtemps - tandis<br />

que Volkswagen acquiert <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>.<br />

de pointe, une maîtrise des performances et un<br />

<strong>luxe</strong> néc<strong>essai</strong>re. La structure héritée, fait de la<br />

Conti GT une quatre roues motrices.<br />

Sa mise au point se réalise en moins de quatre<br />

ans, une prouesse technique et esthétique<br />

soulignée par la presse internationa<strong>le</strong> lors de<br />

la présentation de ce magnifique<br />

coupé au Mondial de Paris en<br />

Le belge Dirck van Braeckel, ta<strong>le</strong>ntueux<br />

designer reçoit la mission de<br />

créer un modè<strong>le</strong> qui va relancer<br />

la marque d’une façon magistra<strong>le</strong><br />

en créant une voiture prenant en<br />

compte <strong>le</strong>s lignes sportives des<br />

coupés légendaires de la marque.<br />

La <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Continental GT !<br />

Cette nouvel<strong>le</strong> voiture est un<br />

coupé à quatre vraies places.<br />

Il se veut, confortab<strong>le</strong> et<br />

sportif. Le moteur est <strong>le</strong><br />

fameux W12, et la base roulante<br />

est cel<strong>le</strong> de la limousine<br />

Phaeton de Volkswagen.<br />

Des éléments fiab<strong>le</strong>s et<br />

concrets qui permettent<br />

de créer ce modè<strong>le</strong><br />

extraordinaire tout en respectant<br />

la tradition inspirée<br />

par W.O. <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>. Ceci fait en<br />

y associant une technologie<br />

294 295


septembre 2003. Le succès est immédiat, Dirck<br />

van Braeckel a signé une ligne râblée, puissante,<br />

qui demeure encore aujourd’hui, soit 20 ans plus<br />

tard, toute aussi actuel<strong>le</strong> qu’a sa naissance, nonobstant<br />

l’intégration de signatures lumineuses<br />

marquant <strong>le</strong>s époques traversées. Ce n’est que<br />

depuis <strong>le</strong> Salon de Francfort 2017 que <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong><br />

a présenté un restylage plus marqué, mais qui<br />

ne touche pas à la ligne généra<strong>le</strong> de l’auto. On<br />

remarque seu<strong>le</strong>ment un très léger effilage de<br />

la partie fronta<strong>le</strong> et un agrandissement de la<br />

calandre, afin de col<strong>le</strong>r à la mode actuel<strong>le</strong>. On<br />

remarquera que <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> n’a pas cédé à l’exagération,<br />

<strong>le</strong> sty<strong>le</strong> demeure très homogène.<br />

C’est à l’intérieur que <strong>le</strong>s modifications sont plus<br />

percutantes. Finies <strong>le</strong>s deux arcades qui séparaient<br />

<strong>le</strong> poste de pilotage de celui du passager,<br />

place à une structure linéaire. Le meub<strong>le</strong> de bord<br />

plus sobre qui augmente l’impression<br />

d’espace, arrivée d’une instrumentation<br />

digita<strong>le</strong> et de<br />

quelques éléments<br />

«touchscreen»<br />

296 297


peu perturbants, beaucoups de<br />

fonctions restent classiques. On<br />

apprécie <strong>le</strong>s commandes d’ouverture<br />

/ fermetures des aérateurs<br />

par des tiges chromées qui<br />

auraient pu être en métal...<br />

Dans l’Azure testée au cours<br />

de cette prise en main, la déco<br />

en alu bouchonné est sportive<br />

à souhait, il manque juste une<br />

touche de réalité métallique et<br />

de relief car <strong>le</strong> touché est un peu<br />

trop vernis. Sur certains modè<strong>le</strong>s<br />

disponib<strong>le</strong>s, des intérieurs en<br />

bois nob<strong>le</strong>s reflétent l’image<br />

298 299


cossue que l’on aime retrouver<br />

dans une <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong>. Tout comme<br />

la finition et <strong>le</strong>s coordonnés de<br />

coloris, comme ici, par exemp<strong>le</strong>,<br />

l’assortiment aussi luxueux que<br />

classique, typiquement «So British».<br />

Ces boiseries en ronce de<br />

noyer, avec marqueterie de peuplier<br />

s’associent aux cuirs vert<br />

chasseur et cognac. Le volant<br />

adopte <strong>le</strong> même mariage.<br />

C’est incontestab<strong>le</strong>, <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> a <strong>le</strong><br />

chic pour marier <strong>le</strong>s finitions et<br />

donner un cachet élégant et intemporel,<br />

tout en restant sportif!<br />

Quelques chromes, et touches<br />

300 301


de piano black soulignent <strong>le</strong><br />

raffinement qui se dégage de<br />

l’ensemb<strong>le</strong>.<br />

Sur la route<br />

Quelques mots pour par<strong>le</strong>r des<br />

premières sensations au volant<br />

de la GTC «Azure».<br />

La version décapotab<strong>le</strong> de la<br />

Continental GT peut recevoir la<br />

finition Azure au caractère plutôt<br />

cosy et luxueux..<br />

Equipée d’un V8 de 4 litres,<br />

dopés par deux turbos, capab<strong>le</strong>,<br />

avec 550 ch et 770 Nm, de<br />

passer de 0 à 100 km/h en seu<strong>le</strong>ment<br />

quatre secondes. Tout en<br />

pouvant pointer à 318 km/h.<br />

La <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> Azure V8 a consommé<br />

quelques 11,6 litres de super aux<br />

cent km sur l’itinéraire d’<strong>essai</strong>s<br />

incluant des routes sinueuses<br />

à souhait. Oui, car la Continental<br />

GT aime <strong>le</strong>s routes qui<br />

font par<strong>le</strong>r son architecture et<br />

ses cylindres. Le comportement<br />

de l’Azure est sidérant d’efficacité,<br />

virages à plat, motricité<br />

impressionante et stabilité à<br />

toute épreuve.Tout cela dans<br />

l’harmonieuse musique des huit<br />

cylindres. L’autonomie est annoncée<br />

entre 744 et 796 km, pour<br />

notre part, comptez sur 650 kilomètres<br />

en y incluant quelques<br />

accélérations qui font du bien.<br />

Rou<strong>le</strong>r en <strong>Bent<strong>le</strong>y</strong> est un art de<br />

vivre basé sur <strong>le</strong> ta<strong>le</strong>nt de nombreux<br />

gent<strong>le</strong>men’s driver qui ont<br />

construit son histoire.<br />

302 303


POLESTAR 1 Quel profil !<br />

Rendre à César...<br />

Po<strong>le</strong>star 1 est né chez Volvo.<br />

Présenté au Salon de Francfort en 2013<br />

sous <strong>le</strong> nom de Volvo Concept Coupe, il a de suite séduit<br />

et on comprend pourquoi quand Po<strong>le</strong>star, la division sportive<br />

de Volvo, est devenue une marque à part entière que son<br />

premier modè<strong>le</strong>, <strong>le</strong> Po<strong>le</strong>star 1, issu du «Concept Coupe»,<br />

devienne <strong>le</strong> porte-drapeau de la nouvel<strong>le</strong> marque !<br />

« Pensez à la puissante sérénité d’un lion.<br />

Nul besoin, pour lui, de rôder pour imprégner<br />

l’atmosphère de son charisme et susciter <strong>le</strong> respect.<br />

<strong>Même</strong> couché, il montre sans la moindre difficulté tout ce<br />

dont il est capab<strong>le</strong>, » s’amuse Thomas Ingenlath,<br />

Vice-président senior chargé du Design de Volvo Car Group.<br />

304<br />

305


Produite à seu<strong>le</strong>ment 1.500<br />

exemplaires pour <strong>le</strong> monde entier,<br />

la Po<strong>le</strong>star 1 est née «Col<strong>le</strong>ctor».<br />

El<strong>le</strong>s sont toutes* vendues, et<br />

sont hyper rare en deuxième<br />

main. Quand bien même si l’une<br />

d’el<strong>le</strong> est à vendre, c’est à un<br />

prix nettement supérieurs aux<br />

155.000 € de départ. Normal, la<br />

rareté génère la demande. Mais<br />

ce n’est pas tout, bien sur el<strong>le</strong><br />

est bel<strong>le</strong>, large, basse, avec ses<br />

roues de 21 pouces aff<strong>le</strong>urant <strong>le</strong>s<br />

arches de roues, mais sa carrosserie<br />

et une partie de son châssis<br />

est en carbone. Un matériaux<br />

plus aisément travaillab<strong>le</strong> pour<br />

produire des lignes et des formes<br />

inédites.<br />

Pourquoi une supercar ?<br />

D’abord pour sa puissance de<br />

610 chevaux et 1.000 Nm... fournis<br />

par <strong>le</strong> 4 cylindres de 2 litres<br />

boosté par un turbo, et, un compresseur<br />

é<strong>le</strong>ctrique qui souff<strong>le</strong><br />

dans <strong>le</strong>s turbos afin de supprimer<br />

<strong>le</strong> temps de réponse dù au lancement<br />

des turbines.<br />

Cet appareil développe 320 ch.<br />

Mais ce n’est pas tout, entre <strong>le</strong><br />

bloc moteur en aluminium et la<br />

boite automatique à 8 rapports,<br />

<strong>le</strong>s ingénieurs ont intégré un moteur<br />

é<strong>le</strong>ctrique de 55 ch qui fait<br />

office de démarreur et de booster.<br />

Et pour compléter la chaine de<br />

306<br />

307


puissance, chaque roue<br />

arrière reçoit un moteur<br />

é<strong>le</strong>ctrique de 116 chevaux.<br />

Ce qui présente<br />

une puissance tota<strong>le</strong> de<br />

610 chevaux et un coup<strong>le</strong><br />

global de 1.000 Newtonmètre.<br />

La Po<strong>le</strong>star 1 est<br />

donc une quatre roues<br />

motrices.<br />

Véritab<strong>le</strong> SuperCars<br />

des temps modernes, la<br />

Po<strong>le</strong>star 1 est une plugin-hybride<br />

dotée de la<br />

doub<strong>le</strong> prise de charge, ce<br />

qui expédie <strong>le</strong>s recharges<br />

en 1 heure à peine sur <strong>le</strong>s<br />

bornes rapides de minimum<br />

55 kW.<br />

Les batteries sont installées<br />

au centre de l’auto et<br />

à l’arrière, un peu comme<br />

un châssis poutre, voyez<br />

avec la vue du coffre et <strong>le</strong>s<br />

images de la chaine de fabrication,<br />

comment Volvo<br />

a positionné <strong>le</strong>s sets de<br />

batteries, c’est judicieux.<br />

308 309


Les batteries sont réparties en deux packs<br />

distincts et <strong>le</strong>ur capacité tota<strong>le</strong> est de 34 kWh.<br />

Ainsi équipée, la Po<strong>le</strong>star 1 dispose d’une autonomie<br />

é<strong>le</strong>ctrique de 150 km. C’est la Plug-in-<br />

<strong>Hybride</strong> disposant de la plus grande autonomie<br />

é<strong>le</strong>ctrique du marché, à l’heure actuel<strong>le</strong>. La<br />

Mercedes Classe S580e dispose d’une autonomie<br />

é<strong>le</strong>ctrique de 125 kilomètres, autonomie<br />

généreuse qui prend place progressivement<br />

dans tous <strong>le</strong>s modè<strong>le</strong>s PHEV de la marque<br />

à l’étoi<strong>le</strong>. Par contre, la Po<strong>le</strong>satr 1 ne gère<br />

pas aussi bien ses consommations que la<br />

Mercedes S580e. En effet, nous avons re<strong>le</strong>vé<br />

une consommation mixte de 6,5 à 8,5 litres<br />

aux cent à bord de la Po<strong>le</strong>star 1. Ce qui<br />

pour une auto de plus de 2.300 kg offrant<br />

610 chevaux et des performances annoncées de<br />

4’’2 pour <strong>le</strong> 0 à 100 et de 250 km/h auto limité est<br />

assez exceptionnel !<br />

L’intérieur de Po<strong>le</strong>star 1 est digne des supercars.<br />

Mais la tendance vers <strong>le</strong>s vraies GT prédomine. On<br />

y trouve une planche de bord sobre et élégante,<br />

garnie de cuir grené, <strong>le</strong> carbone est omniprésent,<br />

310 311


et l’aluminium vient rehausser <strong>le</strong>s détails comme<br />

<strong>le</strong>s bel<strong>le</strong>s gril<strong>le</strong>s de haut-part<strong>le</strong>urs Bowers & Wilkins<br />

dans <strong>le</strong>s panneaux de portes. Le crystal orne<br />

<strong>le</strong> <strong>le</strong>vier de la boîte de vitesse, <strong>le</strong> cuir Nappa<br />

complète <strong>le</strong> sentiment d’exclusivité qui se dégage<br />

de ce somptueux coupé. Le confort à bord<br />

n’est pas que visuel, il est aussi corporel. Les<br />

sièges sont bien dessinés et <strong>le</strong>ur ergonomie à<br />

multiréglages é<strong>le</strong>ctriques mémorisab<strong>le</strong>s, permettent<br />

de longues étapes bien agréab<strong>le</strong>s.<br />

Les lignes ont dues au styliste Thomas<br />

Ingenlath, Vice-président senior chargé du<br />

Design de Volvo Car Group. Et oui, c’est<br />

bien une Volvo avec tous <strong>le</strong>s avantages qui<br />

en décou<strong>le</strong>nt. Les bouc<strong>le</strong>s de ceintures sont<br />

embossées «Since 1959» pour célébrer l’invention<br />

de Nils Bohlin, ingénieur chez Volvo, qui en 1959,<br />

crée la ceinture à 3 points qui améliore considérab<strong>le</strong>ment<br />

la retenue du corps en cas de choc, tout<br />

en pouvant être bouclée d’une seu<strong>le</strong> main.<br />

A remarquer que Volvo a directement libéré <strong>le</strong> brevet<br />

et l’a offert gratuitement aux autres construc-<br />

312 313


teurs, car la priorité de la marque suédoise a toujours été la sécurité. Et cette<br />

trouvail<strong>le</strong> se devait d’être à l’usage de tous. Depuis, la ceinture à trois points a<br />

sauvé des millions de vies.<br />

La Po<strong>le</strong>star 1 est une voiture unique, de par sa conception aussi. El<strong>le</strong> reçoit une<br />

carrosserie, une structure en carbone et des renforts en carbone disposés aux<br />

points clés, ce qui la rend particulièrement rigide et augmente encore la sécurité.<br />

314 315


SUR LA ROUTE<br />

Trouver sa place à bord de la Po<strong>le</strong>star 1 est assez faci<strong>le</strong>.<br />

Les nombreux réglages, des sièges, et du volant permettent<br />

de se positionner efficacement pour conduire.<br />

Ensuite, la mise en route est simp<strong>le</strong> par un quart de<br />

tour à droite du bouton START sur la conso<strong>le</strong>, celui qui<br />

rou<strong>le</strong> en Volvo est en terran connu. Par contre, l’ergonomie<br />

de l’infotainement de l’écran central comme<br />

de celui du tab<strong>le</strong>au de bord gagnerait sérieusement à<br />

évoluer vers plus de simplicité, gage de sécurité.<br />

La Po<strong>le</strong>star 1 commence en full é<strong>le</strong>ctrique,<br />

douceur, soup<strong>le</strong>sse et facilité d’usage posent<br />

directement <strong>le</strong>s règ<strong>le</strong>s. Cool, c’est tout. Pourtant<br />

<strong>le</strong>s suspensions disposent d’amortisseurs<br />

Ölins Dual Flow Valges à réglage manuel et de<br />

freins Akebono à 6 pistons. On remarque immédiatement<br />

<strong>le</strong>s réglages sportifs, presque compétitions<br />

des trains de rou<strong>le</strong>ment, surtout à l’avant<br />

où <strong>le</strong>s gros pneus avant rippent sur <strong>le</strong> sol lors<br />

des manoeuvres. On sent que «ça col<strong>le</strong>» et<br />

c’est vraiment <strong>le</strong> cas, surtout quand <strong>le</strong> rythme s’accélère.<br />

Po<strong>le</strong>star 1 est une GT dans sa première approche,<br />

fluide, confortab<strong>le</strong>, usant du coup<strong>le</strong> généreux et instantanné<br />

des moteurs é<strong>le</strong>ctriques, el<strong>le</strong> fi<strong>le</strong> soup<strong>le</strong>ment sur<br />

un fi<strong>le</strong>t de «gaz».<br />

316 317


Si l’on insiste sur l’accélérateur, el<strong>le</strong> se transforme en<br />

super sportive très dynamique. On sent très bien que<br />

<strong>le</strong>s épures de suspensions ont été étudiées par des<br />

pros de la tenue de route ultra sportive, normal, c’est<br />

une Po<strong>le</strong>star !<br />

Dynamique, précise, rigoureuse, el<strong>le</strong> adopte un comportement<br />

sans surprise et surtout très efficace. Le freinage<br />

confié à des disques carbone céramique, est des<br />

plus puissants dans <strong>le</strong>s freinages rapides et nombreux.<br />

Surtout quand <strong>le</strong>s disques sont bien chauds. A froid,<br />

il faut toujours veil<strong>le</strong>r à anticiper, et quand il p<strong>le</strong>ut ou<br />

qu’il neige, veil<strong>le</strong>r à, de temps à autres, à actionner la<br />

péda<strong>le</strong> pour assurer un essuyage des disques et rendre<br />

<strong>le</strong> freinage plus direct. Sinon, il suffit de freiner fermement<br />

pour obtenir <strong>le</strong> ra<strong>le</strong>ntissement <strong>le</strong> plus efficace.<br />

En cas de conduite sportive, on reconnaitra que<br />

<strong>le</strong> quatre cylindres de 2 litres émet une bel<strong>le</strong><br />

sonorité assez rauque. Ce n’est pas cel<strong>le</strong> d’un<br />

V6 ou d’un V8, mais ça <strong>le</strong> fait, ça ne dénote pas.<br />

On est à bord d’une voiture bien conçue et dont<br />

la boîte automatique fait <strong>le</strong> job de bel<strong>le</strong> façon.<br />

Certes, si l’on se contente du mode «cool» on<br />

constatera son caractère paisib<strong>le</strong>, et une boîte<br />

qui n’anticipe pas assez vite. Mais c’est tout<br />

<strong>le</strong> contraire en mode sport et surtout quand on<br />

«attaque», <strong>le</strong>s pa<strong>le</strong>ttes font réagir la boîte à propos<br />

et dès que ça se bouscu<strong>le</strong>, on peut vraiment compter<br />

sur la vélocité des moteurs et la précision du châssis<br />

comme des suspensions.<br />

INCOMPARABLE... Mais vrai !<br />

Ce gros coupé, est incomparab<strong>le</strong>, si ce n’est, par<br />

exemp<strong>le</strong>, à l’Aston Martin DB, la Maserati Gran<br />

Turismo, la Mercedes Classe S Coupe, la McLaren GT,<br />

la BMW Série 8 Coupe, la bent<strong>le</strong>y Continental GT V8,<br />

mais seu<strong>le</strong> la Po<strong>le</strong>star 1 est dores et déjà un col<strong>le</strong>ctor,<br />

puisque seu<strong>le</strong>ment 1.500 exemplaires ont été vendus.<br />

Et si d’aventure, vous en voyez passer une, faites un<br />

voeux et immortalisez là dans votre GSM !<br />

318 319


La McLaren 720S est la Supercar<br />

la plus légère et la plus puissante... à la tonne !<br />

par Eric HEIDEBROEK<br />

Le 15 octobre 2021<br />

320<br />

321


McLaren 720S<br />

La plus puissante à la tonne<br />

C’est une nouvel<strong>le</strong> norme, qui va encore<br />

s’accentuer dans <strong>le</strong>s prochaines années<br />

avec l’arrivée des supercars hybrides plugin,<br />

plus encore avec <strong>le</strong>s full é<strong>le</strong>ctriques aux<br />

lourdes batteries, et, ainsi devenir une<br />

nouvel<strong>le</strong> référence.<br />

En effet, 720 ch pour 1.332 kg, soit un rapport<br />

540 ch par tonne, c’est plus que <strong>le</strong>s<br />

514 ch par tonne de la Ferrari F8 Roadster<br />

affichant <strong>le</strong>s mêmes va<strong>le</strong>urs de puissance<br />

que la McLaren, soit : 720 ch et 770 Nm de<br />

coup<strong>le</strong> tirés d’un V8 turbo de 4 litres.<br />

Once Upon A Time...<br />

Bruce McLaren est né à Auckland (Nouvel<strong>le</strong><br />

Zélande) <strong>le</strong> 30 août 1937. Passionné<br />

de sports automobi<strong>le</strong>s, Bruce commence<br />

sa carrière en F1 en 1958, au Grand Prix<br />

d’Al<strong>le</strong>magne où il termine 5e, et est directement<br />

engagé comme pilote officiel<br />

du team Cooper. En 1959, il gagne <strong>le</strong> GP<br />

des USA, il n’a que 22 ans ! Un record<br />

qu’il détiendra pendant 44 ans, jusqu’à<br />

ce que Fernando Alonso <strong>le</strong> détrône en<br />

2003 ! En 1960, Bruce sera 2e au championnat<br />

du Monde de F1 juste derrière<br />

son équipier, Jack Brabham.<br />

En 1963, Bruce McLaren, crée la Bruce<br />

McLaren Motor Racing Ltd, pour engager<br />

des voitures de courses dans divers championnats<br />

comme la CanAm et la Tasman<br />

322<br />

323


John BARNARD<br />

Bruce McLaren<br />

Ron DENNIS<br />

Series dont il sera champion en<br />

1967 et 1969. En 1966 Bruce produit<br />

ses premières Formu<strong>le</strong> 1 et<br />

dans la fpulée commence à produire<br />

une voiture d’endurance.<br />

A l’époque, la rég<strong>le</strong>mentation exigeait<br />

la construction de 50 voitures à des fins<br />

d’homologation. Les exigences d’homologation,<br />

auront raison de ses ambitions.<br />

McLaren décide alors de créer sa propre<br />

voiture de route, évidemment, la plus rapide<br />

du monde! L’idée était d’en produire<br />

250 par an. Il demande à Gordon Coppuck<br />

de dessiner la MGT dont seu<strong>le</strong>ment deux<br />

exemplaires seront construits. Une superbe<br />

auto, aujourd’hui propriété d’un col<strong>le</strong>ctionneur<br />

américain. Bruce McLaren utilisera <strong>le</strong><br />

prototype MGT immatriculé «OBH 500H»<br />

jusqu’à sa mort à Goodwood <strong>le</strong> 2 juin 1970.<br />

324<br />

325


La passion de Bruce McLaren perdure<br />

après sa disparition. Dès 1973, <strong>le</strong>s Formu<strong>le</strong><br />

1 McLaren sont compétitives, et<br />

menées de mains de maitres par de supers<br />

pilotesdont, Jochen Mass, Emerson<br />

Fittipaldi, Denis Hulme ou James Hunt.<br />

Quand en 1980, Ron Dennis reprend<br />

l’écurie, avec John Barnard comme ingénieur<br />

en chef, c’est pour mener McLaren<br />

au firmament de ses heures de gloire,<br />

avec des Champions comme Watson,<br />

Lauda, Prost, Senna, Hakinnen, Berger,<br />

Räikkönen, Hamilton, Button, et bien<br />

d’autres.<br />

326<br />

Cellu<strong>le</strong> en carbone REVOLUTION !<br />

En 1981, John Barnard, ingénieur en<br />

chef, crée une coque en carbone qui<br />

dès 1986 va mener la vie dure à tous<br />

<strong>le</strong>s teams de formu<strong>le</strong> 1. Cette épure est<br />

tel<strong>le</strong>ment efficace, qu’el<strong>le</strong> sera adoptée,<br />

deux ans plus tard, par toutes <strong>le</strong>s écuries<br />

de F1. Après que McLaren ait démontré<br />

la supériorité de son châssis en rafflant<br />

victoires et titres mondiaux.<br />

Poussée par ses succès en F1, l’équipe<br />

dirigeante du groupe McLaren, composée<br />

de Mansour Ojjeh, Ron Dennis, décide<br />

de se lancer. Le chef de projet est<br />

Gordon Murray et <strong>le</strong> design est créé par<br />

Peter Stevens. Une usine toute neuve est<br />

construite à Woking, face au siège de<br />

McLaren et une société est créée spécia<strong>le</strong>ment<br />

en 1989 : McLaren Cars Ltd.<br />

Un retour au rêve de Bruce McLaren,<br />

mais avec cette fameuse coque en carbone<br />

qui mijote dans la tête de Ron Dennis<br />

depuis 1981.<br />

Construites entre 2011 et 2014, et produite à 3.508<br />

unités, la McLaren MP4-12C, sera<br />

appelée McLaren 12C, en 2012.<br />

Le moteur est un V8 ouvert<br />

à 90°, dopé par deux turbos<br />

et cubant 3.799 cc.<br />

Il développe de 600 à<br />

625 ch et 600 Nm transmis<br />

aux roues arrière par<br />

une boite robotisée à<br />

7 rapports.<br />

Pesant 1.375 kg el<strong>le</strong> accélère<br />

de 0 à 100 en 2’’9 et<br />

pointe à 330 à l’heure.<br />

El<strong>le</strong> existera en coupé<br />

et en spider.<br />

Dimensions en mètres :<br />

L : 4,50 x l : 1,90 et h : 1,20.<br />

Construites entre 1993 et 1998,<br />

il faut près de quatre mois pour<br />

en construire une. La première McLaren<br />

F1 de route fut produite à 106 exemplaires dont<br />

64 de route, <strong>le</strong>s autres étant destinées à la compétition<br />

ou aux développements. Longue de 4,28, large de 1,82 m et haute<br />

de 1,14 m sur un empattement de 2,72 m, el<strong>le</strong> ne pèse que 1.142 kg. Son<br />

habitac<strong>le</strong> comporte 3 places fronta<strong>le</strong>s, cel<strong>le</strong> du conducteur au centre, <strong>le</strong>s deux<br />

autres en retrait. La mécanique centra<strong>le</strong> arrière en position<br />

longitudina<strong>le</strong> est <strong>le</strong> V12 BMW cubant 6 litres porté à<br />

672 ch à 7.400 t/min et 651 Nm à 5.400 t/min,<br />

transmis aux roues arrière par une<br />

boîte manuel<strong>le</strong> à 6 rapports. Les<br />

performances sont hallucinantes<br />

encore aujourd’hui :<br />

0 à 100 en 3’’4, et<br />

391 km/h !<br />

327


En Formu<strong>le</strong> Un,<br />

<strong>le</strong> point fort de<br />

la technologie carbone,<br />

apportait de très<br />

nombreux avantages<br />

en matière de rigidité,<br />

de sécurité et de poids !<br />

En somme, McLaren a<br />

révolutionné la F1.<br />

Dans la conception des supercars, il y a<br />

très peu de marques qui construisent<br />

<strong>le</strong>urs supercars à partir d’une monocoque<br />

en carbone, et, une seu<strong>le</strong>,<br />

McLaren qui ne produit que des supercars<br />

à monocoque en carbone.<br />

Parmis <strong>le</strong>s supercars «de série» on<br />

éping<strong>le</strong> la Lamborghini Aventador<br />

qui n’évolue pas dans <strong>le</strong> segment<br />

des McLaren, la Porsche 918 a éga<strong>le</strong>ment<br />

une monocoque en carbone.<br />

McLaren Cars a 10 ans !<br />

Avec près de 100 distributeurs<br />

sur 40 marchés dans<br />

<strong>le</strong> monde et plus de 20.000<br />

supercars livrées, McLaren<br />

affiche un excel<strong>le</strong>nt bilan et<br />

s’apprête donc à performer<br />

dans la prochaine décade.<br />

«McLaren Automotive a de<br />

nombreuses raisons de se réjouir<br />

à l’aube de sa deuxième<br />

décennie. Nous continuons à<br />

nous appuyer sur l’histoire de McLaren,<br />

tout en étant à l’avant-garde des<br />

nouvel<strong>le</strong>s technologies et en adoptant<br />

p<strong>le</strong>inement l’é<strong>le</strong>ctrification avec<br />

la nouvel<strong>le</strong> McLaren <strong>Hybride</strong> Plug-in<br />

«Artura», qui reçoit un tout nou-<br />

328 329


veau V6 de 3,0 litres biturbo, ouvert<br />

à 120° assisté d’un moteur é<strong>le</strong>ctrique<br />

compact à flux axial de 95 ch.<br />

La puissance combinée de 680 ch<br />

et 720 Nm, transmise par une nouvel<strong>le</strong><br />

boîte de vitesses à huit rapports<br />

permet une accélération fulgurante<br />

de 0 à 100 km/h en 3’’ grâce à son<br />

poids plumes d’à peine 1.498 kg. El<strong>le</strong><br />

ne consommerait que 4,8 l/100 et ne<br />

rejetterais que 129g de CO 2 ...<br />

A découvrir bientôt en ces pages.<br />

McLaren 720 s spider<br />

Sculptée par <strong>le</strong> vent, la 720s est dédiée<br />

à l’efficacité, à la précision, aux<br />

portances aérodynamiques. Ainsi,<br />

si vous spartez du creux formé par<br />

l’ai<strong>le</strong> avant et <strong>le</strong> capot, qui se cintre<br />

et s’ouvre en tobogan <strong>le</strong> long de<br />

la portière pour s’engloutir dans<br />

l’ouïe sous la vitre de custode, vous<br />

suivrez <strong>le</strong> trajet de l’air qui s’en va<br />

alimenter et refroidir <strong>le</strong> moteur de<br />

4 litres, V8 bi-Turbo de 720 ch et<br />

770 Nm entre 5.500 et 6.500 t/min.<br />

Autres ouïes, cel<strong>le</strong>s dans <strong>le</strong> carter<br />

des phares qui canalysent l’air pour<br />

refroidir <strong>le</strong>s freins, et générer un effet<br />

de sol qui augmente avec la vitesse.<br />

Tout est pensé pour optimaliser<br />

l’efficacité sportive de la 720S.<br />

El<strong>le</strong> n’a pas que <strong>le</strong> look, Coco !<br />

C’est l’auto comme la voulait Bruce<br />

McLaren, la plus rapide du monde !<br />

Peut-être pas, mais l’une d’el<strong>le</strong>s et<br />

sans doute mieux, car on peut l’utiliser<br />

tous <strong>le</strong>s jours sans problème<br />

330 331


332<br />

tel<strong>le</strong>ment el<strong>le</strong> est homogène.<br />

Quand on <strong>le</strong> met en<br />

route, <strong>le</strong> V8 Bi-turbo tonne<br />

dans votre dos, avec cette<br />

sonorité rauque et sourde qui<br />

anime par une légère vibration<br />

<strong>le</strong> mouvement alternatif des huit<br />

pistons et vous procure déjà des<br />

impressions incroyab<strong>le</strong>s.<br />

La voiture démarre avec soup<strong>le</strong>sse et<br />

sans agressivité, on sent la parfaite maitrise<br />

de la soup<strong>le</strong>sse mécanique du 8 cylindres.<br />

Après quelques kilomètres à moyens<br />

régimes pour que <strong>le</strong>s fluides et <strong>le</strong>s gommes<br />

atteignent <strong>le</strong>s températures idéa<strong>le</strong>s de fonctionnement,<br />

<strong>le</strong> rythme peut s’accélérer. Entretemps<br />

on aura pris<br />

conscience de<br />

l’environnement<br />

et de la maniabilité<br />

du roadster. Cette 720s<br />

se conduit doci<strong>le</strong>ment et<br />

sans à-coup. On vous <strong>le</strong> disait,<br />

la McLaren 720s est à l’aise dans<br />

<strong>le</strong> trafic et <strong>le</strong>s conditions norma<strong>le</strong>s de<br />

circulation. Il n’empêche qu’il est impératif<br />

de bien gérer <strong>le</strong> pied droit, car la mécanique est<br />

tel<strong>le</strong>ment «fluide» que <strong>le</strong> compte-tours, et son copain<br />

<strong>le</strong> compteur, se laissent faci<strong>le</strong>ment tenter de grimper<br />

dans <strong>le</strong>s tours et chasser <strong>le</strong>s kilomètres à l’heure.<br />

Donc une fois à température, on peut commencer à apprécier <strong>le</strong> tempérament volcanique<br />

de la 720s. Le V8 use et se ressert de la souff<strong>le</strong>rie de ses deux turbos, <strong>le</strong>s accé-<br />

333


Le tab<strong>le</strong>au de bord pivote automatiquement en mode<br />

TRACK, sinon, vous pouvez <strong>le</strong> bascu<strong>le</strong>r à l’envi.<br />

lérations sont époustouflantes.<br />

C’est pur, c’est<br />

fort, c’est puissant ! Mais<br />

l’accélération se divise en<br />

deux poussées. La première<br />

vous arrache du sol<br />

en vous plaquant au dossier,<br />

pied dans <strong>le</strong> phare,<br />

vous maintenez la pression<br />

quand à 5.500 tours<br />

une nouvel<strong>le</strong> pression<br />

s’ajoute à cel<strong>le</strong> qui vous<br />

col<strong>le</strong> au siège et là, c’est<br />

très impressionnant.<br />

C’est une deuxième<br />

poussée régulière et qui génère une décharge,<br />

une sensation extraordinaire.<br />

Evidemment, on n’en n’était qu’aux préliminaires.<br />

Les vitesses atteintes n’impressionnent<br />

pas tel<strong>le</strong>ment, un conducteur<br />

habitué aux supercars sera d’ail<strong>le</strong>urs<br />

surpris par la qualité de<br />

l’amortissement et de<br />

la gestion de l’effet de<br />

vitesse. La voiture demande<br />

votre attention<br />

et cela lui suffit.<br />

Côté maniabilité, <strong>le</strong>s premiers<br />

kilomètres effectués<br />

ont permis de sentir<br />

la précision, la rigueur et<br />

la qualité des trains roulants.<br />

Les freins répondent parfaitement<br />

présent dans toutes <strong>le</strong>s situations,<br />

et lors des gros freinages, ils reçoivent<br />

l’assistance du gros ai<strong>le</strong>ron arrière qui joue<br />

à l’aérofrein. Et ce n’est pas du bluff.<br />

Et <strong>le</strong> toit ? En 11’’ il est rangé sans bruit, la<br />

lunette arrière s’abaisse é<strong>le</strong>ctriquement.<br />

334<br />

335


Pirelli équipe la<br />

McLaren Artura de<br />

pneus connectés !<br />

Signe des temps, <strong>le</strong>s<br />

roues donnaient déjà<br />

des informations comme<br />

la surveillance de la<br />

pression des pneus.<br />

Pirelli en rajoute une<br />

couche avec des pneus<br />

équipés de capteurs<br />

capab<strong>le</strong>s de dialoguer<br />

avec la voiture.<br />

Sur la 720S Spider testée<br />

dans ces pages la<br />

pression des pneus est<br />

naturel<strong>le</strong>ment contrôlée,<br />

mais en plus, on<br />

dispose de la température<br />

des pneus.<br />

Au tab<strong>le</strong>au de bord, un<br />

graphique représente la<br />

silhouette de la 720 S<br />

avec des rectang<strong>le</strong>s aux<br />

4 ang<strong>le</strong>s représentant<br />

<strong>le</strong>s pneus. Froids, <strong>le</strong>s<br />

pneus son colorés en<br />

b<strong>le</strong>u, chauds, ils sont<br />

noirs et la température<br />

s’inscrit en regard<br />

de chaque roue, tout<br />

comme la pression.<br />

Les ingénieurs de Pirelli,<br />

en étroite collaboration<br />

avec McLaren ont développé<br />

pour la nouvel<strong>le</strong><br />

Artura, des PZero sur<br />

mesure, 235/35ZR19 à<br />

l’avant et 295/35R20 à<br />

l’arrière. Et ce n’est pas<br />

la seu<strong>le</strong> synergie entre<br />

<strong>le</strong>s ingénieurs.<br />

La Pirelli Cyber Tyre<br />

Technology<br />

La nouvel<strong>le</strong> McLaren Artura<br />

est la première voiture de<br />

série a utiliser cette technologie.<br />

La Cyber Tyre Tech.<br />

offre une volée d’informations.<br />

Des capteurs sont<br />

incorporés à la carcasse<br />

et communiquent avec un<br />

logiciel créé par Pirelli intégré<br />

à l’é<strong>le</strong>ctronique de la<br />

voiture.<br />

Les infos disponib<strong>le</strong>s sont,<br />

par exemp<strong>le</strong>, <strong>le</strong> type de<br />

pneu (hiver ou été), la<br />

pression prescrite, l’indice<br />

de charge et de vitesse.<br />

Ça c’est pour <strong>le</strong> statique.<br />

Mais <strong>le</strong> plus extraordinaire<br />

ce sont <strong>le</strong>s infos re<strong>le</strong>vées<br />

en temps réel pendant la<br />

336<br />

337


conduite. Comme la température des<br />

pneus, la pression et même la profondeur<br />

des sculptures. Les capteurs<br />

détectent et a<strong>le</strong>rtent quand la vitesse<br />

maxima<strong>le</strong> supportée par <strong>le</strong>s pneus est<br />

atteinte ! Pratique quand on dispose de<br />

pneus hiver à vitesse limitée.<br />

C’est vital en matière de sécurité.<br />

Les PZERO de l’Artura ont une bande<br />

de rou<strong>le</strong>ment asymétrique, qui offre<br />

d’excel<strong>le</strong>ntes performances de freinage<br />

pour garantir <strong>le</strong> contrô<strong>le</strong> de la voiture<br />

dans toutes <strong>le</strong>s conditions, en particulier<br />

sur <strong>le</strong> mouillé.<br />

Le système Cyber Tyre de Pirelli représente<br />

l’avenir des pneus : il est capab<strong>le</strong><br />

de donner aux voitures un sens du toucher<br />

en <strong>le</strong>ur permettant d’identifier ou<br />

de prévoir des situations potentiel<strong>le</strong>ment<br />

dangereuses, tel<strong>le</strong>s que la perte<br />

d’adhérence et l’aquaplaning, ce qui<br />

signifie que l’é<strong>le</strong>ctronique de la voiture<br />

pourra intervenir rapidement.<br />

L’évolution de cette technologie passera<br />

par la 5G qui échangera sur l’état<br />

des routes avec <strong>le</strong>s autres véhicu<strong>le</strong>s...<br />

(E.H.)<br />

338 339


McLaren<br />

Le Grand<br />

Tourisme vu<br />

par McLaren<br />

par Eric HEIDEBROEK<br />

McLaren GT<br />

Afin de répondre aux envies d’une clientè<strong>le</strong><br />

avide de supercars ultra sportives<br />

et qui apprécie aussi plus de confort et<br />

d’aspects pratiques, McLaren propose sa<br />

première Grand Tourisme.<br />

Une voiture qui garde tout de la berlinette<br />

ultra sportive et qui ajoute un volume de<br />

coffre capab<strong>le</strong> d’emporter un sac de golf.<br />

Mais pas seu<strong>le</strong>ment. Cette GT doit aussi<br />

permettre de voyager confortab<strong>le</strong>ment<br />

sur de longues distances, ou pouvoir<br />

s’utiliser au quotidien.<br />

C’est là qu’intervient la McLaren GT, sa<br />

ligne allongée donne l’allure à ce coupé<br />

sportif d’être prêt à affronter la ligne<br />

droite des Hunaudières du célébrisime<br />

circuit des 24 heures du Mans, grâce à<br />

sa longue queue et à son empattement<br />

étendu. Malgré son léger embourgeoisement,<br />

la GT rappel<strong>le</strong> son caractère ultrasportif<br />

par ses énormes prise d’air arrière<br />

très présentes dans <strong>le</strong>s rétros.<br />

Cette McLaren est un composé d’éléments<br />

repris sur des modè<strong>le</strong>s ultra sportifs afin de<br />

trouver <strong>le</strong> compromis idéal pour une Grand<br />

Tourisme digne de ce nom.<br />

Tout d’abord, la base de l’auto est la fameuse<br />

cellu<strong>le</strong> monocoque nommée Monocell<br />

II-T en carbone épaulée à l’arrière<br />

comme à l’avant d’une structure en aluminium<br />

à déformation progressive en cas<br />

340<br />

341


de choc. Ainsi équipée la McLaren<br />

GT protège bien ses occupants.<br />

Ces cellu<strong>le</strong>s en carbone et structures<br />

alus, sont communes aux modè<strong>le</strong>s<br />

«Sport», c’est dire si la rigidité et <strong>le</strong>s<br />

performances sont au rendez-vous.<br />

Pour <strong>le</strong>s suspensions, McLaren a<br />

choisi <strong>le</strong>s épures de la version «Super<br />

Sport» ce qui procure, grâce à une<br />

ingénierie pointue et des réglages<br />

originaux, une composante confort<br />

qui permet d’abattre <strong>le</strong>s kilomètres.<br />

Du côté moteur, on retrouve <strong>le</strong><br />

V8 de quatre litres dopé par deux<br />

turbos, il vient de la 720S dégonflé<br />

à 620 ch et 630 Nm. Le coup<strong>le</strong><br />

profite d’une nouvel<strong>le</strong> courbe plus<br />

ronde et la boîte de vitesses 7 automatique<br />

apporte tout <strong>le</strong> feeling<br />

attendu en mode «normal».<br />

Fragrances et cuirs p<strong>le</strong>ine f<strong>le</strong>ur<br />

A l’intérieur, dès l’ouverture de la<br />

portière, en élitre, majestueuse et<br />

remarquab<strong>le</strong>, on a <strong>le</strong> nez flatté par<br />

cette délicieuse fragrances de cuirs<br />

riches et nob<strong>le</strong>s.<br />

Du Connoly, <strong>le</strong> plus fin, <strong>le</strong> plus chic<br />

vous accueil<strong>le</strong> et votre regard se<br />

pose directement sur <strong>le</strong>s coutures,<br />

à la façon artisana<strong>le</strong> et digne des<br />

plus grands peaussiers. Le travail<br />

est minutieux, <strong>le</strong> toucher extrèmement<br />

soup<strong>le</strong> et doux. Tout ce qui se<br />

touche et se voit est orné de matière<br />

nob<strong>le</strong> et soft touch, même <strong>le</strong><br />

carter couvrant l‘arrière du volant.<br />

Aucune faute.<br />

Les sièges sont voulus confortab<strong>le</strong>s<br />

et conservent un maintien sportif.<br />

La GT est d’abord une supercars.<br />

Il ne faut pas l’oublier.<br />

Cette McLaren GT se conduit du<br />

bout des doigts, el<strong>le</strong> absorbe correctement<br />

<strong>le</strong>s mauvaises routes de<br />

la capita<strong>le</strong> de l’Europe pourvues<br />

de nombreuses bosses, trous, gros<br />

342<br />

343


pavés et autres irrégularités désagréab<strong>le</strong>s.<br />

Pour <strong>le</strong>s autres routes,<br />

<strong>le</strong> mariage suspension «Super<br />

Sport» apporte un confort correct<br />

et surtout assez ferme. Là où l’on<br />

appréciera, en p<strong>le</strong>in, <strong>le</strong> vrai confort<br />

de la GT, c’est sur <strong>le</strong>s bel<strong>le</strong>s routes<br />

des Ardennes et sur <strong>le</strong>s autobahn<br />

al<strong>le</strong>mandes. C’est là que <strong>le</strong> V8 peut<br />

s’éveil<strong>le</strong>r et procurer <strong>le</strong>s vraies sensations<br />

de la McLaren GT.<br />

A l’arrière, l’espace dédié<br />

au coffre s’étend au dessus<br />

du V8 et a été prévu au départ<br />

pour transporter un sac de golf.<br />

Ce qui veut dire que l’on peut<br />

sans problème partir en amoureux<br />

avec <strong>le</strong>s bagages appropriés, ou<br />

des sacs de sport.<br />

Ajoutons que la GT, offre deux grands<br />

coffres. Le premier à l’avant est<br />

profond et fait ses<br />

150 l.<br />

344 345


Dans cette McLaren qui respire <strong>le</strong> <strong>luxe</strong> et<br />

l’élégance, <strong>le</strong> sport demeure omniprésent.<br />

Pourtant on remarque que de nombreux<br />

éléments <strong>le</strong> rappel<strong>le</strong>nt tout en étant élégamment<br />

revêtus de matières riches et<br />

délicates. Le point <strong>le</strong> plus délicat des McLaren<br />

- à <strong>le</strong>ur début - était l’écran tacti<strong>le</strong> de la<br />

conso<strong>le</strong> centra<strong>le</strong> qui était fort étroit, affublé<br />

de caractères fins et exigeant trop d’attention<br />

en matière de lisibilité. Dans la GT, ce<br />

problème n’existe pas, l’écran est haut et<br />

suffisament large tout en étant effilé. C’est<br />

un beau produit. Il reste à voir comment il<br />

se comporte par so<strong>le</strong>il rasant.<br />

La GT se démarque des «Sport» et «super<br />

sport» par sa ligne allongée d’une très rare<br />

élégance. C’est une stricte deux places, la<br />

nob<strong>le</strong>sse de sa mécanique V8 Bi-turbos à<br />

la sonorité revue pour apporter une atmosphère<br />

à la fois feutrée et puissante. Cette<br />

McLaren GT n’est pas à proprement par<strong>le</strong>r<br />

un «Pullman» car el<strong>le</strong> est avant tout une<br />

supercar avec ses avantages et inconvénients.<br />

Avec ses choix technologiques, el<strong>le</strong><br />

se montre incisive sur routes et autoroutes.<br />

Dans <strong>le</strong>s lacets el<strong>le</strong> a moins de maniabilité<br />

que ses soeurs Sport et Pure Sport mais ne<br />

s’en laisse pas conter pour autant. Bien finie,<br />

riches de matières luxueuses, la McLaren GT<br />

est une GT à l’ancienne en ce sens que la<br />

priorité va au comportement et à la réponse<br />

moteur, <strong>le</strong> confort est moins spartiate que<br />

dans une super sport, <strong>le</strong> moteur plus soup<strong>le</strong><br />

n’en demeure pas moins très vif et efficace<br />

grâce à sa bonne boite automatique..<br />

McLaren GT<br />

V8 bi-turbo 4,0 l<br />

620 ch @ 7500 t/m<br />

630 Nm @ 5500 t/m<br />

7 vitesses automatique<br />

3 modes Actifs<br />

• comfort<br />

• sport<br />

• track<br />

0 - 100 = 3’’2<br />

326 km/h<br />

11,9 l/100 km<br />

201.500 €<br />

346<br />

347


PORSCHE<br />

TAYCAN<br />

761 ch<br />

1050 Nm<br />

0 à 100<br />

en 2’’8 !<br />

Par Eric HEIDEBROEK<br />

Oui, cette Porsche TAYCAN Turbo S<br />

est bien une supercar. Son look typé,<br />

ses performances et son comportement<br />

la font entrer par la grande<br />

porte dans <strong>le</strong> segment.<br />

La fée é<strong>le</strong>ctricité s’est penchée sur <strong>le</strong> berceau<br />

de la Taycan. Cette nouvel<strong>le</strong> Porsche<br />

est une digne descendante de la marque<br />

de Zuffenhausen. Et plus encore que vous<br />

ne l’imaginez !<br />

Ferdinand Porsche à 18 ans en 1893 et<br />

commence sa carrière chez «Bela Egger<br />

& Co» à Vienne. C’est une compagnie<br />

d’é<strong>le</strong>ctricité pour laquel<strong>le</strong> il invente<br />

et développe un moteur-roue é<strong>le</strong>ctrique<br />

intégré dans <strong>le</strong> moyeu. A 22 ans il est débauché<br />

par «Jacob-Lohner et Co» pour<br />

construire une voiture é<strong>le</strong>ctrique. Il présentera<br />

la première «Lohner-Porsche» en<br />

1898. Ce véhicu<strong>le</strong> est propulsé par deux<br />

348<br />

349


350<br />

«moteur-roue». Il dépose <strong>le</strong> brevet<br />

en 1900 et dans la foulée expose la<br />

Lohner-Porsche à la foire universel<strong>le</strong><br />

de Paris, où, el<strong>le</strong> sera baptisée «La<br />

toujours Contente»! On se demande<br />

bien pourquoi...<br />

Chassez <strong>le</strong> naturel...<br />

Il revient au galop !<br />

C’est étonnant comme plus de<br />

100 ans après cette création<br />

<strong>le</strong>s inventions de Ferdinand<br />

Porsche reviennent au galop de<br />

son cheval cabré sur son blason<br />

doré. Non seu<strong>le</strong>ment pour ré-<br />

pondre aux besoins de réduire <strong>le</strong>s émissions<br />

perturbant <strong>le</strong> climat, mais aussi<br />

annoncer aux concurrents et convaincre<br />

un certain Elon Musc qu’il ne sera plus<br />

tout seul à jouer dans <strong>le</strong> créneau é<strong>le</strong>ctrique<br />

de haut niveau.<br />

MISSION E<br />

Porsche se devait d’apporter son grain<br />

de sel. Le prototype Porsche Mission E,<br />

présenté en 2015 à Francfort, donnait <strong>le</strong><br />

«la» à la nouvel<strong>le</strong> partition du ténor al<strong>le</strong>mand<br />

de la voiture de sport. Les lignes<br />

ont tout de suite séduit et sont pratiquement<br />

reprises tel<strong>le</strong>s quel<strong>le</strong> dans la<br />

version industrialisée nommée Taycan.<br />

On remarque que <strong>le</strong>s lignes se sont<br />

adaptées aux besoins de l’espace néc<strong>essai</strong>re<br />

à quatre passsagers et que <strong>le</strong>s<br />

portes antagonistes ont fait place à des<br />

portières norma<strong>le</strong>s.<br />

351


TAYCAN<br />

Dans tous <strong>le</strong>s cas, <strong>le</strong>s lignes sont parfaitement<br />

dans <strong>le</strong> ton Porsche, <strong>le</strong> profil<br />

reprenant <strong>le</strong>s lignes de vitrage des 911,<br />

<strong>le</strong>s ai<strong>le</strong>s gonflées et arrondies de l’avant<br />

courent vers <strong>le</strong>s hanches puissantes de<br />

l’arrière. Les phares dénotent, tandis que<br />

<strong>le</strong>s magnifiques roues de 21’’ épousent<br />

<strong>le</strong>s arches de roue à la perfection.<br />

L’auto exprime, de quelque ang<strong>le</strong> que ce<br />

soit, la puissance et la maitrise. En noir,<br />

el<strong>le</strong> absorbe <strong>le</strong>s éléments de pare-chocs<br />

mat comme <strong>le</strong>s ouvertures sous la lame<br />

avant. En blanc, el<strong>le</strong> reflète une élégance<br />

absolue. La ligne est réussie, <strong>le</strong>s volumes<br />

équilibrés et parfaitement orchestrés apportent<br />

l’effet musclé recherché.<br />

Quand une voiture<br />

est bel<strong>le</strong> en blanc, c’est<br />

qu’el<strong>le</strong> est réussie !<br />

Le designer Claude Lobo (1943-2011) a<br />

travaillé pendant 32 ans à la Ford Motor<br />

Cy. C’est lui qui a dessiné, entre autres,<br />

<strong>le</strong>s Ford Capri, <strong>le</strong>s Mercury Cougar, la<br />

Ka, la Puma, la Focus «voiture de l’année<br />

en 1999» et il a été élu «Designer de<br />

l’année» en 1998, c’est quelqu’un ! Lors<br />

de la présentation internationa<strong>le</strong> de la<br />

Puma en 1997, il était présent et m’a dit:<br />

«Quand une voiture est bel<strong>le</strong> en blanc,<br />

c’est qu’el<strong>le</strong> est réussie» !<br />

Et d’énoncer des modè<strong>le</strong>s divers, comme<br />

la Ford GT40, la Mustang, la Citroën SM,<br />

la Peugeot 504, la Ferrari 308, une Daytona<br />

ou ...la Porsche 911 !<br />

Et bien, je pense qu’il aurait beaucoup<br />

aimé cette Taycan. La seu<strong>le</strong> chose qui me<br />

perturbe, c’est la forme des phares. Ils<br />

sont rectangulaires et un peu bulbeux. Et<br />

même s’ils disposent de la signature lumineuse<br />

à quatre points, cette démarche<br />

est curieuse et inatendue. C’est vrai aussi<br />

que <strong>le</strong>s phares des 996 et Boxster ont<br />

aussi défrayés la chronique., mais ont<br />

aussi connu une mise à jour qui <strong>le</strong>s a obligés<br />

à rentrer dans <strong>le</strong> rang...<br />

En tous cas, on a évité <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> étiré des<br />

grands blocs optiques des Ferrari 458 !<br />

Malgré tout, la Taycan se reconnaît immédiatement<br />

comme une Porsche et<br />

c’est là l’essentiel.<br />

Plus important encore,<br />

l’atmosphère intérieure...<br />

Là, aucun doute possib<strong>le</strong>, on est bien dans<br />

une Porsche même si tout est digital. C’est<br />

<strong>le</strong> nouveau monde de Porsche.<br />

352 353


La marque est fière de son combiné d’instruments<br />

digitaux. L’écran épouse une jolie<br />

courbe bien dans l’esprit des tab<strong>le</strong>aux<br />

de bord Porsche de la grande époque 911.<br />

Et oui, vous avez remarqué !<br />

Il n’y a plus de compte-tours, mais <strong>le</strong>s<br />

trois grands cerc<strong>le</strong>s, dont <strong>le</strong> central affiche<br />

un grand tachimètre, parfaitement<br />

dans l’esprit de la marque. Et vous pouvez<br />

configurer <strong>le</strong>s informations <strong>le</strong>s plus importantes<br />

pour votre façon de conduire.<br />

Après quelques tâtonnements, j’ai choisi<br />

pour l’écran de gauche <strong>le</strong>s informations<br />

de trajets, c’est à dire consommations<br />

moyennes, distance parcourue, autonomie,<br />

etc. Celui du milieu, l’indication de<br />

vitesse et <strong>le</strong>s informations instantannées<br />

de puissance et régénération. L’écran de<br />

droite indiquait <strong>le</strong>s différents modes utilisés.<br />

Mais il est vrai qu’une aussi brève prise<br />

en main avec aussi peu d’informations<br />

techniques, on ne peux décemment pas<br />

préciser quel<strong>le</strong>s sont <strong>le</strong>s indications <strong>le</strong>s<br />

plus uti<strong>le</strong>s au quotidien dans un véhicu<strong>le</strong><br />

aussi nouveau et doté de technologies<br />

peu usuel<strong>le</strong>s à l’heure d’aujourd’hui.<br />

Mais, comme <strong>le</strong> précise Bernard Van Bellingen,<br />

attaché de presse Porsche Import,<br />

«cette auto a tel<strong>le</strong>ment de nouveautés,<br />

de fonctions et d’équipements qu’il faut<br />

au moins deux heures pour en expliquer<br />

<strong>le</strong> principal. D’ail<strong>le</strong>urs, poursuit-il, c’est<br />

à l’usage que <strong>le</strong> propriétaire adaptera<br />

quel<strong>le</strong>s informations lui seront uti<strong>le</strong>s et<br />

quels systèmes il préfèrera utiliser.»<br />

Dans la Porsche Taycan <strong>le</strong>s écrans sont<br />

nombreux, on peut même en avoir un de<br />

plus, en option, juste pour <strong>le</strong> convoyeur.<br />

Cet écran permet de tout voir, de tout<br />

contrô<strong>le</strong>r, et c’est uti<strong>le</strong> quand on voyage<br />

et que <strong>le</strong> convoyeur participe activement<br />

au déroulé du trajet. On est loin, très loin<br />

en avant de la grande concurrente américaine<br />

et son écran géant. Chez Porsche<br />

on a compris qu’il ne faut pas distraire <strong>le</strong><br />

conducteur, la technologie, oui, mais pas<br />

au prix de la sécurité.<br />

Chez Porsche on conduit !<br />

On ne chipote pas !<br />

Les commandes usuel<strong>le</strong>s principa<strong>le</strong>s se<br />

manoeuvrent de manière classique et instinctive<br />

par des commutateurs normaux.<br />

Porsche est au top de la technologie et<br />

sait aussi qu’un mix intelligent entre <strong>le</strong>s<br />

commandes sensitives et analogiques est<br />

indispensab<strong>le</strong> pour une conduite en<br />

354<br />

355


toute sécurité. D’ail<strong>le</strong>urs l’ergonomie<br />

dans cette nouvel<strong>le</strong> sportive à quatre<br />

places est bien dans l’esprit rationnel de<br />

Porsche.<br />

Habitac<strong>le</strong> tendu de cuirs et<br />

de matéraux de qualité supérieure.<br />

Côté habitac<strong>le</strong>, <strong>le</strong>s sièges Porsche sont<br />

fermes et costauds. Ils maintiennent<br />

confortab<strong>le</strong>ment, à la façon d’une main<br />

de fer dans un gant de velours. Les réglages<br />

tout azimuts permettent de trouver<br />

la bonne position au volant. Un volant<br />

multi-fonctions dont <strong>le</strong> maniement est<br />

faci<strong>le</strong>ment assimilé. La finition est d’un<br />

niveau ultra é<strong>le</strong>vé, comme attendu chez<br />

Porsche. Les cuirs de notre voiture d’<strong>essai</strong>s<br />

sont en fine f<strong>le</strong>ur, <strong>le</strong> ciel de toit en alcantara.<br />

L’ensemb<strong>le</strong> présente une qualité de<br />

fabrication irréprochab<strong>le</strong>.<br />

A l’arrière, et au premier abord on a<br />

l’impression que l’on va être à l’étroit,<br />

pourtant <strong>le</strong>s deux places sont agréab<strong>le</strong>s<br />

et confortab<strong>le</strong>s. Le dossier est assorti de<br />

contreforts qui offrent un maintien rigoureux<br />

dans <strong>le</strong>s virages.<br />

Avec l’option toit panoramique vitré, on<br />

gagne 5 à 6 cm en hauteur d’assise, ce<br />

qui est très apprécié par <strong>le</strong>s grands gabarits.<br />

Les caves à pieds sont bienvenues<br />

car larges et profondes. Intercalées entre<br />

deux rangs de batteries, el<strong>le</strong>s sont étudiées<br />

pour palier à la hauteur de caisse<br />

de seu<strong>le</strong>ment 1,38 m !<br />

Astucieux !<br />

Le, ou plutôt, <strong>le</strong>s coffres sont bien calibrés.<br />

A l’avant on a celui qui ressemb<strong>le</strong><br />

aux 911 mais avec une contenance de 81<br />

litres (!) et l’arrière offre 366 litres avec<br />

un accès faci<strong>le</strong>. On ne doit pas oublier<br />

que l’on est dans une véritab<strong>le</strong> voiture de<br />

sport, une supercar, en plus.<br />

Côté mensurations,<br />

la Taycan frô<strong>le</strong><br />

<strong>le</strong>s 5 mètres (4,96 m)<br />

pour 2 de large (gloups !)<br />

et 1,38 de haut.<br />

Autant <strong>le</strong> dire d’emblée, la Taycan en impose<br />

par sa musculature et la puissance de<br />

son dessin. Et dans ce cas, on peut affirmer<br />

que <strong>le</strong> ramage vaut <strong>le</strong> plumage !<br />

Côté poids, la Taycan ne fait pas dans<br />

la dentel<strong>le</strong>, mais n’affiche que 2.295 kg<br />

contre 2.350 kg à la Tesla S P100D de<br />

613 ch et 980 Nm. C’est proche certes,<br />

mais la Porsche a des freins en céramique<br />

de 420 mm (épaisseur 40 mm) à l’avant<br />

(355 mm à la Tesla) et 410 mm (épaisseur<br />

32 mm) à l’arrière contre 365 mm à la Tesla<br />

P100D.<br />

Ce qui est très impressionnant, c’est la<br />

tail<strong>le</strong> des pinces de freins de la Porsche.<br />

Les étriers avant comportent 10 pistons<br />

et 4 à l’arrière. Autant dire que <strong>le</strong> freinage<br />

de ce monstre est vraiment efficace<br />

autant qu’endurant !<br />

Chez Porsche on sait ce que freiner veut<br />

dire dès lors qu’on annonce des accélérations<br />

de 0 à 100 en 2’’8 et à 200 en 9,3<br />

secondes... et une Vmax de 260 km/h. Des<br />

temps approchés par l’américaine avec<br />

2’’9 et 11’’4 avec une Vmax de 240 km/h.<br />

Evidemment la Tesla offre une autonomie<br />

de 593 km annoncés, et on sait<br />

356<br />

357


qu’avec cette marque <strong>le</strong>s annonces<br />

tiennent la route. Ça rassure et c’est un<br />

avantage de tail<strong>le</strong> !<br />

La Taycan Turbo S, el<strong>le</strong>, annonce quelques<br />

413 km pour une autonomie mesurée de<br />

350 km. Il faut bien avouer que la tenue<br />

de route, l’agilité et <strong>le</strong> comportement dynamique<br />

de la Porsche sont autant d’arguments<br />

pour user de la bonne volonté<br />

des moteurs é<strong>le</strong>ctriques. Et par là de réduire<br />

l’autonomie... Sans oublier <strong>le</strong> petit<br />

«mode» magique, qui distil<strong>le</strong> une sonorité<br />

Porsche envoutante diffusée par des haut<br />

par<strong>le</strong>urs, tant à l’intérieur qu’à… l’extérieur.<br />

C’est discret mais, ça <strong>le</strong> fait, notamment<br />

avec <strong>le</strong> fameux «coup de gaz» au<br />

rétrogradage !<br />

Bien sur, on va vous ressortir qu’avec une<br />

é<strong>le</strong>ctrique il faut changer son mode de<br />

conduite, anticiper plus, rou<strong>le</strong>r avec un<br />

oeuf sous <strong>le</strong> pied droit, etc.<br />

Mais cette Porsche Taycan a d’autres<br />

arguments à présenter. El<strong>le</strong> veut vivre la<br />

route et pour cela offre son incontestab<strong>le</strong><br />

plaisir de conduire, son sentiment de solidité<br />

et de maitrise.<br />

Si l’adversaire à encore un coup d’avance,<br />

l’écart vient de prendre un méchant coup<br />

dans l’ai<strong>le</strong>. Et si Porsche est arrivé à rivaliser<br />

de très près avec la star américaine, il<br />

va falloir que la marque al<strong>le</strong>mande se prépare<br />

à re<strong>le</strong>ver <strong>le</strong> défi de la Tesla S «Plaid»<br />

qui annonce déjà une autonomie de 840<br />

km, mais surtout une Vmax de 320 km/h,<br />

un 0 à 100 en 2’’1 grâce à trois moteurs.<br />

Les prochaines années promettent de<br />

singuliers combats, où l’autonomie (avec<br />

la vitesse de recharge qui va avec, car il<br />

ne suffit pas de doub<strong>le</strong>r <strong>le</strong>s batteries pour<br />

doub<strong>le</strong>r l’autonomie et par conséquent<br />

la durée de rechargement... ben oui).<br />

Les accélérations, la vitesse de pointe, <strong>le</strong>s<br />

réductions de poids, ils sont nombreux<br />

<strong>le</strong>s paramètres à modéliser. Porsche a<br />

de bons atouts, <strong>le</strong>s américains un peu<br />

d’avance. Le défi est bien lancé !<br />

GO !<br />

358<br />

359


Tesla<br />

S PLAid+<br />

0 à 100 en 2’’1 !<br />

Cel<strong>le</strong> qui va dégouter<br />

tous <strong>le</strong>s autres !<br />

par Eric HEIDEBROEK<br />

322 km/h !<br />

1.100 chevaux !<br />

Autonomie<br />

840 km !<br />

Faut pas énerver Elon !<br />

C’est vrai que la Tesla S commençait à<br />

prendre des rides. Si au début la ligne<br />

n’était pas extraordinaire, <strong>le</strong> lifting de la<br />

Plaid apporte un plus de modernité. On<br />

remarque aussi que la troisième vitre latéra<strong>le</strong><br />

s’approche du sty<strong>le</strong> …Porsche.<br />

Ceux qui ont cru que Tesla n’irait pas loin<br />

se sont copieusement trompés.<br />

Et s’en mordent <strong>le</strong>s doigts tant la marque<br />

a du succès et qu’il est amp<strong>le</strong>ment mérité.<br />

On se croirait revenu au début du sièc<strong>le</strong> de<br />

l’automobi<strong>le</strong>. Ou chaque période voyait<br />

tomber des records. C’est ce qui est formidab<strong>le</strong><br />

dans l’approche d’Elon Musk. Il<br />

a pensé et développé son concept, a pris<br />

tous <strong>le</strong>s risques, subit <strong>le</strong>s moqueries... et<br />

pendant ce temps là, il a pris une avance<br />

considérab<strong>le</strong>, n’en déplaisent aux ténors<br />

du marchés automobi<strong>le</strong>.<br />

Mais ce n’est pas que<br />

de cela que l’on<br />

doit par<strong>le</strong>r.<br />

360<br />

361


La nouvel<strong>le</strong> S<br />

commence avec<br />

la «S» Plaid !<br />

Beaucoup de changements<br />

ont été opérés à bord de<br />

la S. Surtout à l’intérieur.<br />

L’habitac<strong>le</strong> a été complètement<br />

remanié en tenant<br />

compte des critiques.<br />

Une évolution stylistique<br />

avec une planche de bord<br />

épurée et un volant qui fait<br />

penser aux commandes<br />

d’une F1 ou d’un avion de<br />

chasse ! Un nouvel écran de<br />

17 pouces avec une résolution<br />

de 2200 x 1300 pixels !<br />

Ce qui gène <strong>le</strong> plus c’est<br />

que Tesla joue la carte de<br />

la connectivité à outrance.<br />

Dans sa documentation <strong>le</strong><br />

constructeur annonce que<br />

cet écran est <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur à<br />

contemp<strong>le</strong>r... ah oui et la<br />

route alors ? Il annonce<br />

éga<strong>le</strong>ment une capacité de<br />

10 Téras pour <strong>le</strong>s jeux embarqués,<br />

une compatibilité<br />

avec <strong>le</strong>s manettes de jeux...<br />

On va où là ?<br />

Si la Plaid est compatib<strong>le</strong><br />

avec l’Autopilot qui permet<br />

à la voiture de tenir une<br />

trajectoire, d’accélérer et<br />

de freiner dans sa voie une<br />

surveillance active dans <strong>le</strong>s<br />

moments <strong>le</strong>s plus pénib<strong>le</strong>s<br />

de la conduite comme<br />

<strong>le</strong>s embouteillages. Mais<br />

362<br />

363


comme <strong>le</strong> constructeur <strong>le</strong> précise,<br />

la voiture n’est pas une sal<strong>le</strong> de<br />

jeux, alors quoi ?<br />

Par contre un système audio de<br />

960 Watts passant par 22 hautpar<strong>le</strong>urs<br />

ça compense l’absence<br />

de bruit...<br />

La «S» conserve ses deux coffres<br />

à bagages de grande capacité.<br />

El<strong>le</strong> passe à 5 places et <strong>le</strong>s dossiers<br />

se rabattent à plat, c’est<br />

énorme l’espace disponib<strong>le</strong> à<br />

bord. Les sièges arrière reçoivent<br />

un nouveau profilage pour maintenr<br />

correctement 3 passagers<br />

qui disposent de plus d’espaces<br />

pour <strong>le</strong>s jambes ainsi qu’en hauteur.<br />

Il y a même un accoudoir<br />

central escamotab<strong>le</strong> pourvu d’un<br />

rangement incluant un système<br />

de recharge par induction pour<br />

gsm. L’avancée de la conso<strong>le</strong><br />

centra<strong>le</strong> propose aux passagers<br />

arrière un écran pour jouer avec<br />

une tab<strong>le</strong>tte. Pour <strong>le</strong> confort<br />

des occupants la clim est une<br />

automatique tri-zone avec filtration<br />

HEPA. Les sièges avant<br />

conservent <strong>le</strong>ur ventilation et <strong>le</strong><br />

chauffage assise et dossier.<br />

364 365


La Plaid est mue par trois moteurs é<strong>le</strong>ctriques développant<br />

1.020 chevaux. Avec cette puissance el<strong>le</strong> accélère<br />

en 2,1 secondes pour passer de 0 à 100 km/h ce n’est<br />

pas un départ arrêté puisque la mesure est prise en<br />

dehors du lancement qui prend 30 centimètres mais<br />

peut-être aussi quelques millisecondes.<br />

El<strong>le</strong> est capab<strong>le</strong> de pointer à 322 km/h. Mais <strong>le</strong> plus<br />

impressionnant c’est que Tesla ajoute que <strong>le</strong>s nouvel<strong>le</strong>s<br />

«S» Plaid peuvent réaliser des accélérations répétées<br />

avec des performances constantes. De plus, Tesla a<br />

conçu une architecture thermique des modu<strong>le</strong>s et du<br />

pack batterie capab<strong>le</strong>s d’assurer une recharge plus<br />

rapide et offrant plus de puissance et d’endurance<br />

quel<strong>le</strong>s que soient <strong>le</strong>s conditions.<br />

La PLAid + offre el<strong>le</strong> plus de 1.100 chevaux, abat <strong>le</strong><br />

400 m en moins de 9 secondes, <strong>le</strong> 0 à 100 en moins<br />

de 2,1 secondes et s’offre aussi une autonomie de 840<br />

kilomètres. Comme la Plaid «norma<strong>le</strong>», <strong>le</strong>s moteurs<br />

ont des rotors à piste carbone, et <strong>le</strong> contrô<strong>le</strong> du coup<strong>le</strong><br />

est vectoriel. La puissance passe par <strong>le</strong>s quatre roues.<br />

Avec <strong>le</strong> coefficient de traînée aérodynamique <strong>le</strong> plus<br />

faib<strong>le</strong> au monde et une efficience inégalée, la Model S<br />

est dessinée pour la vitesse et l’autonomie. Combinés<br />

à un chassis et une carrosserie plus large, <strong>le</strong>s performances<br />

routières paraissent impressionnantes, surtout<br />

quand on connaît déjà <strong>le</strong>s qualités dynamiques des<br />

produits de la marque.<br />

Lors de nos précédents <strong>essai</strong>s nous avions souligné <strong>le</strong><br />

confort rare, dans <strong>le</strong>s voitures é<strong>le</strong>ctrique, de partir sans<br />

crainte de tomber en panne de courant. Avec des autonomies<br />

de 628 à 840 km, et un temps de recharges diminué<br />

de 25% grâce à une meil<strong>le</strong>ure gestion de la charge,<br />

on dépasse de loin toutes <strong>le</strong>s productions d’aujourd’hui !<br />

Nouvel<strong>le</strong> Tesla «S»<br />

La Plaid coûte 119.990 euros (autonomie 628 km)<br />

La Plaid + coûte 139.990 euros (autonomie 840 km)<br />

Tesla S «Grande Autonomie» coûte 89.990 euros.<br />

(autonomie : 663 km, 0 à 100 en 3’’2 et Vmax : 250.)<br />

366 367


AMG GT<br />

BLACK<br />

SERIES<br />

730 CH !<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

10<br />

BLACK SERIES, c’est <strong>le</strong> nom des versions<br />

ultimes dans <strong>le</strong>s modè<strong>le</strong>s AMG, <strong>le</strong>s premiers<br />

modè<strong>le</strong>s sont apparus e 2006.<br />

La GT entre dans ce monde encore plus<br />

exclusif. Et pour son modè<strong>le</strong> phare, AMG<br />

n’y va pas par quatre chemins.<br />

Le V8 de la GT est toujours boosté par<br />

deux gros turbos incrustés au coeur<br />

du V et <strong>le</strong>s sorciers<br />

d’Affalterbach l’ont<br />

poussé à 730 ch et<br />

800 Nm !<br />

Le cahier des<br />

charges<br />

stipulait :<br />

nettement<br />

plus de puissance<br />

que sur<br />

<strong>le</strong> modè<strong>le</strong> de<br />

pointe<br />

de la gamme AMG GT, une réactivité et<br />

une agilité en hausse, d’excel<strong>le</strong>ntes montées<br />

en régime - <strong>le</strong>s qualités requises exigeaient<br />

un traitement de choc prenant<br />

la forme d’un nouveau vi<strong>le</strong>brequin plat.<br />

«Avec <strong>le</strong> nouveau GT Black Series, nous<br />

avons ajouté un joyau automobi<strong>le</strong> à<br />

notre programme riche en tradition créé<br />

en 2006. La sixième variante de ce<br />

modè<strong>le</strong> marque un nouveau<br />

temps fort dans l’histoire<br />

d’AMG et démontre<br />

avec brio<br />

<strong>le</strong>s compétences<br />

exceptionnel<strong>le</strong>s<br />

du site<br />

d’Affalterbach<br />

en matière de<br />

développement.<br />

Je suis<br />

fier de l’équipe<br />

et de sa capacité à réaliser une supersportive<br />

d’exception appelée à occuper la<br />

tête de notre famil<strong>le</strong> de modè<strong>le</strong>s GT très<br />

appréciés du public. Le GT Black Series<br />

affiche une puissance, une esthétique et<br />

une dynamique de marche de très<br />

368<br />

369


haut niveau. Ce projet clôt de la plus bel<strong>le</strong><br />

des manières mon activité chez AMG et<br />

j’en suis extrêmement reconnaissant»,<br />

confie Tobias Moers, Directeur général<br />

de Mercedes-AMG GmbH.<br />

Un nouveau moteur...<br />

Les moteurs V8 d’AMG disposent d’un<br />

vil<strong>le</strong>brequin «cross plane» avec une disposition<br />

à 90° des manetons des quatre<br />

paires de cylindres. L’échappement est<br />

tourné vers <strong>le</strong> centre du V qui accueil<strong>le</strong><br />

<strong>le</strong>s deux gros turbos. Sonorité typique,<br />

puissance et soup<strong>le</strong>sse sont des avantages<br />

bien connus des AMG GT. La Black<br />

Series passe au vi<strong>le</strong>brequin à plat «flat<br />

plane». L’allumage passe d’une rangée<br />

de cylindres à l’autre, ce qui améliore<br />

encore <strong>le</strong> renouvel<strong>le</strong>ment des gaz. La séquence<br />

d’allumage caractéristique avec<br />

calage du vi<strong>le</strong>brequin à 180° est 1-8-2-7<br />

4-5-3-6. Dans <strong>le</strong> système d’échappement<br />

et côté admission, il en résulte des colonnes<br />

de gaz à progression régulière par<br />

oscillation dont <strong>le</strong>s résonances peuvent<br />

être faci<strong>le</strong>ment utilisées pour accroître la<br />

puissance. Son principal avantage : une<br />

agilité et une réactivité encore en hausse.<br />

Le nouveau moteur du GT Black Series<br />

est certes dérivé du moteur V8 biturbo<br />

AMG de 4,0 litres avec lubrification par<br />

carter sec, mais il s’est vu attribuer <strong>le</strong><br />

nouveau code interne M178 LS2 en raison<br />

des nombreuses modifications dont<br />

il a fait l’objet. Il délivre 730 ch à 6 700-<br />

6 900 tr/min et fournit un coup<strong>le</strong> maxi<br />

de 800 Nm à 2 000-6 000 tr/min.<br />

Les deux turbos Twin-Scroll sont montés<br />

sur rou<strong>le</strong>ments et dotés de turbines<br />

élargies pour amener jusqu’à 1.100 kg<br />

d’air par heure. A titre de comparaison,<br />

<strong>le</strong> débit est de 900 kg/h sur l’AMG GT R.<br />

Le régime maximal de 7 000 tr/min n’est<br />

pas critique, à partir de 7 200 tr/min, <strong>le</strong><br />

régime est bridé. Les refroidisseurs d’air<br />

de suralimentation surdimensionnés<br />

veil<strong>le</strong>nt à ce que la température reste<br />

dans la meil<strong>le</strong>ure plage possib<strong>le</strong>.<br />

Ce nouveau moteur a une nouvel<strong>le</strong> voix,<br />

pratiquement unique. L’accélération de<br />

0 à 100 est scotchée en 3’’2 et <strong>le</strong>s 200<br />

à l’heure sont avalés en moins de 9’’ !<br />

L’AMG GT Black series tape <strong>le</strong>s 325 à<br />

l’heure, sur certaines autobahn, bien sur!<br />

La boîte de vitesse est posée sur l’essieurx<br />

arrière, et l’axe de transmission<br />

(transax<strong>le</strong>) est en carbone, préféré à l’aliminium<br />

pour une question de poids et<br />

de rigidité torsionnel<strong>le</strong>. Il ne pèse que<br />

13,9 kg. La boîte à doub<strong>le</strong> embrayage<br />

Speedshift DCT 7 a été modifiée pour<br />

encaisser <strong>le</strong>s 800 Nm et <strong>le</strong>s régimes é<strong>le</strong>vés.<br />

Les rapports ont été adaptés pour<br />

offrir plus de réactivité sans générer de<br />

réactions parasites.<br />

Le lien de parenté avec <strong>le</strong>s voitures<br />

de course AMG GT3 et AMG GT4 est<br />

visuel<strong>le</strong>ment et techniquement plus<br />

évident que jamais.<br />

Le nouveau capot moteur en carbone<br />

avec deux grandes sorties d’air composées<br />

de surfaces en carbone est lui aussi<br />

emprunté au sport automobi<strong>le</strong>. Les<br />

grandes sorties d’air dirigent l’air chaud<br />

évacué par <strong>le</strong> bloc radiateur en position<br />

oblique hors du compartiment moteur.<br />

Cette technologie, el<strong>le</strong> aussi directement<br />

issue de la compétition automobi<strong>le</strong>, accroît<br />

la portance négative.<br />

370<br />

371


Bolide<br />

By Bugatti<br />

Adaptation du communiqué<br />

par Eric HEIDEBROEK<br />

Quand Bugatti, tel un phénix s’est<br />

re<strong>le</strong>vé, <strong>le</strong>s ingénieurs et designers<br />

ont reçu un cahier des charges à<br />

la fois ambitieux et offrant aux<br />

créateurs une amp<strong>le</strong>ur technique<br />

tel<strong>le</strong>ment énorme que<br />

seul <strong>le</strong> ta<strong>le</strong>nt d’Ettore Bugatti<br />

devait être égalé. Cette<br />

ambition remonte à la riche<br />

histoire de Bugatti et à sa<br />

tradition de course dans<br />

<strong>le</strong>s années 1920 et 1930,<br />

mais fait en même temps<br />

référence à sa volonté de<br />

repousser <strong>le</strong>s limites de la<br />

technique.<br />

Le Bolide1<br />

Bugatti est <strong>le</strong><br />

concept de véhicu<strong>le</strong><br />

<strong>le</strong> plus extrême dans<br />

l’histoire récente<br />

de la marque<br />

de <strong>luxe</strong> française.<br />

«Quand forme rime avec performance»<br />

372<br />

373


Son développement (en<br />

accord avec <strong>le</strong>s va<strong>le</strong>urs de<br />

la marque : excel<strong>le</strong>nce, courage,<br />

attachement) constitue<br />

une inspiration en soi.<br />

La nouvel<strong>le</strong> hypersportive<br />

répond à l’une des grandes<br />

questions comme...<br />

«Que se passerait-il si<br />

Bugatti construisait un<br />

véhicu<strong>le</strong> ultraléger autour<br />

de son légendaire moteur<br />

W16 de 8,0 litres sans<br />

fixer de limites au rapport<br />

poids/puissance ?»<br />

Le résultat est <strong>le</strong> concept<br />

meme du véhicu<strong>le</strong> extrême,<br />

rapide, ultra léger et dénué<br />

de compromis. Le moteur<br />

W16 de Molsheim offre 1.850<br />

ch et atteint quasiment <strong>le</strong>s<br />

va<strong>le</strong>urs d’une Formu<strong>le</strong> 1.<br />

La vitesse de pointe dépasse<br />

nettement 500 km/h, sans<br />

que <strong>le</strong> véhicu<strong>le</strong> ne perde sa<br />

maniabilité et son agilité<br />

maxima<strong>le</strong>s.<br />

374 375


Le designer Nils Sajonz<br />

a joué un rô<strong>le</strong> clé dans<br />

la création du Bolide.<br />

Sajonz a commencé en<br />

2015 comme stagiaire<br />

au sein de l’équipe de<br />

design de Bugatti et a<br />

rédigé son travail de fin<br />

d’études sur une étude<br />

de conception Bugatti<br />

pour <strong>le</strong> sport automobi<strong>le</strong><br />

autonome. Pendant<br />

<strong>le</strong>s années suivantes,<br />

Sajonz a participé à la<br />

conception d’une série<br />

de modè<strong>le</strong>s en édition<br />

limitée, comme la Divo2,<br />

dévoilée en 2018, ainsi<br />

que La Voiture Noire3 et<br />

Centodieci4, qui ont fêté<br />

<strong>le</strong>ur première mondia<strong>le</strong><br />

en mars et août 2019.<br />

Faisant partie d’une<br />

équipe de cinq personnes,<br />

Sajonz a participé<br />

à la conception du<br />

Bolide cette année et a<br />

récemment été nommé<br />

Head of Special Projects<br />

au sein de l’équipe de<br />

design de Bugatti.<br />

«Le travail sur <strong>le</strong> design<br />

du Bolide est une expérience<br />

unique», déclare<br />

Sajonz. «Le Bolide démontre<br />

toute la puissance<br />

de notre équipe de<br />

design et incarne notre<br />

ligne directrice. El<strong>le</strong> est<br />

extrême, radica<strong>le</strong>, bien<br />

dans l’air du temps et<br />

incarne toutes <strong>le</strong>s va<strong>le</strong>urs<br />

de Bugatti. Dans l’équipe<br />

nous sommes constamment<br />

à la recherche de<br />

d’inspirations nouvel<strong>le</strong>s»<br />

Cette expérience en<br />

tant que designer dans<br />

<strong>le</strong> développement de<br />

petites séries, de véhicu<strong>le</strong>s<br />

uniques et de<br />

concept cars fait de Sajonz<br />

la personne idéa<strong>le</strong><br />

pour son nouveau<br />

poste.<br />

Il répond directement<br />

au directeur du design<br />

de Bugatti, Achim Anscheidt.<br />

376 377


Bolide<br />

By Bugatti<br />

378 379


380 381


«Avec <strong>le</strong> Bolide,<br />

nous avons osé réaliser<br />

une expérience de l’extrême.<br />

Au cours de nos 110 ans<br />

d’existence, il n’y a pas eu de<br />

modè<strong>le</strong> comparab<strong>le</strong>, avec un<br />

concept aussi minimaliste,<br />

imaginé exclusivement<br />

autour de la propulsion»,<br />

déclare Stephan Winkelmann,<br />

Président de Bugatti.<br />

«El<strong>le</strong> développe jusqu’à 1 850 ch<br />

sur seu<strong>le</strong>ment 1 240 kg, ce qui<br />

correspond à un rapport<br />

poids-puissance<br />

d’à peine<br />

0,67 kg<br />

par cheval !<br />

C’est du<br />

jamais vu !<br />

Faire un tour<br />

en Bolide<br />

équivaut à<br />

une chevauchée<br />

sur un bou<strong>le</strong>t<br />

de canon.»<br />

382 383


La B ugatti<br />

Chiron<br />

Pur Sport<br />

fait son<br />

Tour d’Europe<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

1<br />

Présentée en mars dernier, en p<strong>le</strong>in crise<br />

sanitaire, la marque française a décidé<br />

de satisfaire la curiosité de ses afficionados<br />

au travers de l’Europe en présentant<br />

la Chiron Pur Sport dans <strong>le</strong>s vil<strong>le</strong>s européennes<br />

de son réseau.<br />

La Bugatti Chiron Pur Sport est<br />

une variante plus sportive encore !<br />

Son poids est baissé de 50 kg, avec notamment<br />

la suppression de l’ai<strong>le</strong>ron arrière<br />

à commande hydraulique, remplacé<br />

par un plateau de 1,90 de large !<br />

Ainsi après Paris, Londres et Hambourg<br />

où <strong>le</strong> Groupe Kamps distribue la marque<br />

depuis 2009 sur la partie Nord de<br />

l’Europe incluant la Scandinavie,<br />

la voici à Düsseldorf,<br />

métropo<strong>le</strong> industriel<strong>le</strong><br />

et hyper<br />

technologique<br />

d’Al<strong>le</strong>magne. La<br />

concession de<br />

Düsseldorf est<br />

dirigée par <strong>le</strong><br />

Comte Guido<br />

von Spee.<br />

Pour accentuer encore l’agilité et la tenue<br />

de route, Michelin a concoté une nouvel<strong>le</strong><br />

variante de ses pneus hautes performances,<br />

Sport Cup 2, la tail<strong>le</strong><br />

de ces boudins est de<br />

283/30/20 à l’avant<br />

et de 355/25/21 à<br />

l’arrière.<br />

Les mélanges<br />

chimiques intervenant<br />

dans<br />

<strong>le</strong>s mélanges<br />

de matériaux<br />

dans la gomme offrent une adhérence<br />

impressionnante même à vitesse é<strong>le</strong>vée<br />

en courbes. La transmission aux quatre<br />

roues a fait l’objet d’un nouveau développement,<br />

<strong>le</strong>s rapports ont été rapprochés,<br />

donnant une vigueur et une<br />

célérité qui permettent d’augmenter <strong>le</strong>s<br />

performances, tant en accélérations pures<br />

qu’en reprises tel<strong>le</strong>ment <strong>le</strong>s 1500 chevaux<br />

du W16 sont exploitab<strong>le</strong>s de façon<br />

plus intense. Le régime du 16 cylindres<br />

passe à 6.900 tpm contre 6.700 dans la<br />

version Chiron «classique». Au final, la<br />

Chiron Pur Sport accélère jusqu’à DEUX<br />

secondes plus vite de 60 et 120 à l’heure<br />

que la Chiron «Classique» qui n’est pas<br />

à proprement par<strong>le</strong>r un escargot dans<br />

l’exercice ! Rappelon s que <strong>le</strong> W16 cube 8<br />

384<br />

385


1500 ch<br />

1600 Nm<br />

420 km/h<br />

60 ex.<br />

3 millions<br />

d’Euros<br />

0 à 100 en 2’’04<br />

litres, développe 1500 chevaux et ...1600<br />

Nm. Bugatti annonce aussi : «La p<strong>le</strong>ine<br />

puissance est ajustée dès 350 km/h en<br />

raison du rapport global de vitesse plus<br />

court et la déportance accrue». On <strong>le</strong>s<br />

croit sur paro<strong>le</strong> !<br />

Une nouvel<strong>le</strong> structure de châssis<br />

Une nouvel<strong>le</strong> structure de châssis avec<br />

des ressorts plus raides, une stratégie de<br />

réglage orientée performance des amortisseurs<br />

adaptatifs et des va<strong>le</strong>urs de carrossage<br />

modifiées assurent un comportement<br />

encore plus dynamique dans <strong>le</strong>s virages.<br />

Ce qui saute immédiatement aux yeux, ce<br />

sont <strong>le</strong>s nouvel<strong>le</strong>s aéro-jantes en option.<br />

La jante en magnésium, allégée de<br />

quatre kilos, avec ai<strong>le</strong>s aérodynamiques<br />

en option, apporte une parfaite ventilation<br />

des roues et assure éga<strong>le</strong>ment une<br />

meil<strong>le</strong>ure aérodynamique. Le poids à vide<br />

est réduit par une diminution de poids<br />

de 16 kilos au total, mais <strong>le</strong>s masses non<br />

suspendues abaissent el<strong>le</strong>s aussi <strong>le</strong> poids<br />

des jantes déjà légères de Bugatti. La<br />

Pur Sport se faufi<strong>le</strong> ainsi presque légèrement<br />

sur <strong>le</strong>s routes. Le nouveau mode<br />

de conduite Sport+ passe ensuite en ESP<br />

pour une expérience de conduite plus<br />

saisissante sur route sèche et permet au<br />

conducteur de s’écarter de la ligne idéa<strong>le</strong><br />

pour effectuer de légers drifts.<br />

Un design plus pointu<br />

La nouvel<strong>le</strong> Chiron Pur Sport se différencie<br />

des autres modè<strong>le</strong>s de Chiron éga<strong>le</strong>ment<br />

par ses lignes. Sur l’avant, la version<br />

agi<strong>le</strong> dans <strong>le</strong>s virages se distingue<br />

par <strong>le</strong>s entrées d’air largement écartées<br />

et par <strong>le</strong> fer à cheval élargi sur un spoi<strong>le</strong>r<br />

plus long. Les lignes de la crête se des-<br />

sinent dans <strong>le</strong>s entrées d’air des gardeboues<br />

avant. La Chiron Pur Sport propose<br />

une peinture en option. La partie<br />

inférieure du véhicu<strong>le</strong> conserve alors son<br />

revêtement carbone, ce qui lui confère<br />

un aspect plus plat. À l’arrière dominent<br />

l’ai<strong>le</strong>ron fixe et un plus grand diffuseur.<br />

À l’intérieur, Bugatti a largement utilisé<br />

l’Alcantara pour économiser <strong>le</strong> poids et<br />

pour assurer une meil<strong>le</strong>ure adhérence.<br />

Les coutures de cou<strong>le</strong>urs contrastées aux<br />

points de croix et un motif dynamique<br />

imprimé dans l’Alcantara offrent des<br />

touches de cou<strong>le</strong>ur.<br />

Bugatti démarrera la fabrication de la<br />

Chiron Pur Sport au deuxième semestre<br />

2020. Le modè<strong>le</strong> est limité à 60 exemplaires<br />

avec un prix unitaire de 3 millions<br />

d’euros hors taxes.<br />

Fiche technique<br />

Moteur 16 Cylindres en W<br />

Cylindrée: 8.0L W16 Turbo<br />

Puissance: 1500 ch à 6900 tr/min<br />

Coup<strong>le</strong>: 1600 Nm à 2000 tr/min<br />

Boite de vitesse : Automatique<br />

Transmission: 4x4<br />

Vmax: 420 km/h<br />

Consommation<br />

Vil<strong>le</strong> : 35.20<br />

Hors Vil<strong>le</strong> : 15.20<br />

Moyenne : 22.50 L/100 km<br />

Autonomie optima<strong>le</strong>: 658 Km<br />

Autonomie moyenne: 444 Km<br />

Accélération (0 à 100km): 2.5 s<br />

Rejet de Co2: 516 g/km<br />

Poids : 1945 kg<br />

Réservoir : 100 litres<br />

Pneus:<br />

Avant : 285/35R20 - Arriere : 355/25R21<br />

Dimension (L/l/h):<br />

Longueur : 4.54 - Largeur : 2.04<br />

Hauteur : 1.21<br />

Volume du coffre : 120 Litres<br />

Prix : 3,63 millions euros<br />

386<br />

387


La L amborghini<br />

Sián Roadster<br />

<strong>Hybride</strong> V12<br />

819 chevaux<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

Lamborghini n’arrête pas de sortir<br />

des sentiers battus et se met à la<br />

page en présentant ce 8 juil<strong>le</strong>t 2020<br />

la Sián Roadster hybride.<br />

C’est vrai que ce bijou est réservé aux<br />

ultra-riches dont seuls 63 peuvent se l’offrir.<br />

Mais pour <strong>le</strong> reste du monde, il faut<br />

reconnaître que <strong>le</strong>s lignes sont épurées et<br />

transcendent l’esprit Lamborghini comme<br />

jamais. Les traits vifs, <strong>le</strong>s lignes angulaires<br />

sont d’un avantgardisme acéré. La philosophie<br />

de la Vitesse est exacerbée par<br />

des effets aérodynamiques pointus, par<br />

l’usage de matériaux légers et rigides<br />

comme <strong>le</strong> carbone.<br />

«Le Sián Roadster incarne l’esprit de<br />

Lamborghini», déclare Stefano Domenicali,<br />

président-directeur général d’Automobili<br />

Lamborghini.<br />

«Il est l’expression d’un<br />

design à couper <strong>le</strong> souff<strong>le</strong><br />

et de performances extraordinaires,<br />

mais il incarne surtout des technologies<br />

futures importantes. Le groupe motopropulseur<br />

hybride original du Sián<br />

annonce la direction des Lamborghini<br />

supersport, et <strong>le</strong> Sián Roadster affirme <strong>le</strong><br />

sty<strong>le</strong> de vie ultime de Lamborghini alors<br />

que nous nous dirigeons vers un avenir<br />

exigeant de nouvel<strong>le</strong>s solutions.»<br />

Sián<br />

veut dire FLASH en dia<strong>le</strong>cte bolognais<br />

Lamborghini se plie aux nouvel<strong>le</strong>s exigeances<br />

écologiques et inscrit ce nouveau<br />

modè<strong>le</strong> dans l’hybridation légère.<br />

Le V12 est assorti d’un moteur<br />

388<br />

389


ectrique placé dans<br />

oîte de vitesse autoue.<br />

L’appareil fonctionne<br />

une tension de 48 Volt<br />

développe 34 chevaux. Il offre<br />

une réponse immédiate.<br />

Il sert aussi à réaliser<br />

stockent dix fois la<br />

puissance d’une batterie<br />

Lithium-Ion.<br />

Situé dans la cloison entre <strong>le</strong><br />

cockpit et <strong>le</strong> moteur, il<br />

assure une réparti<strong>le</strong>s<br />

manoeuvres<br />

à basse vitesse. Plus<br />

impressionnant encore<br />

Lamborghini a mis au point une<br />

technologie inédite de «supercondensateurs»<br />

qui<br />

390<br />

poids / puissance<br />

de 1kg / ch. Le flux de<br />

puissance symétrique assure<br />

la même efficacité dans <strong>le</strong>s<br />

cyc<strong>le</strong>s de charge et de<br />

décharge et reprétion<br />

parfaite du<br />

poids. Trois fois plus<br />

puissant qu’une batterie<br />

de même poids et trois fois<br />

plus léger qu’une batterie<br />

produisant la même<br />

sente<br />

la solution hybride la<br />

plus légère et la plus efficace<br />

du moment.<br />

puissance, <strong>le</strong> système<br />

é<strong>le</strong>ctrique avec<br />

supercondensateur et son<br />

moteur ne pèse que 34 kg,<br />

offrant ainsi un remarquab<strong>le</strong><br />

rapport<br />

391


Avec ses 819 ch, la<br />

Sián Roadster grimpe à<br />

350 à l’heure<br />

et abat <strong>le</strong> 0 à 100 en 2’’9 !<br />

Grâce à l’hybridation légère,<br />

<strong>le</strong> V12 profite<br />

du complément<br />

de coup<strong>le</strong> instantané<br />

anihilant <strong>le</strong>s «mouvements<br />

saccadés inconfortab<strong>le</strong>s» (sic).<br />

A l’intérieur <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> ultramoderne<br />

marie <strong>le</strong><br />

carbone, <strong>le</strong>s cuirs et<br />

l’Alcantara, rien n’est<br />

trop chic et la<br />

personnalisation va un cran<br />

plus loin avec <strong>le</strong>s bouches<br />

d’aération produites<br />

via impression 3D permettent<br />

d’incruster<br />

<strong>le</strong>s initia<strong>le</strong>s du client !<br />

Prix: 2 millions €.<br />

392 393


Voici ce...<br />

VROAAAR<br />

qui manque cruel<strong>le</strong>ment<br />

aux é<strong>le</strong>ctriques<br />

394<br />

L’AUTOMOBILE D’AUJOURD’HUI C’EST AUSSI DES MOTEURS ET DE PRÉFÉRENCE, LES GROS !<br />

PLUME : ERIC HEIDEBROEK • CAPTURE D’IMAGES : CONSTRUCTEURS ET AUTRES. AMG EN PROPOSE UNE GAMME VROMBISSANTE ET EXHALTANTE. 395


Mercedes-Benz voulait sa supercar,<br />

et c’est la SLS avec ses portes<br />

papillon qui a succédé à l’AMG<br />

McLaren au V8 tonitruant.<br />

La SLS AMG avait aussi une allure<br />

terrib<strong>le</strong> mais el<strong>le</strong> n’avait pas la<br />

maniabilité d’une Porsche.<br />

Et ça, ça ne plaisait pas aux<br />

ingénieurs.<br />

L’AMG GT coupé existe en 4 versions, et<br />

en deux pour la GT 4 portes V8, <strong>le</strong>s 63<br />

et 63s ce coupé quatre portes est aussi<br />

disponib<strong>le</strong> en version V6, la 53 AMG.<br />

La GT est proposée à partir de 130.922 €<br />

dont <strong>le</strong> V8 bi Turbo offre 476 ch (274 g<br />

et 12,1 l/100), la GT S à 150.403 € avec<br />

522 ch, (276 g/km et 12,2l/100km),<br />

la GTC à 162.866 € de 557 ch (291 g et<br />

12,8 l/100) et la fabu<strong>le</strong>use GT-R à 180.411<br />

€ de 585 ch et 290g pour 12,8 l/100.<br />

Le Roadster AMG GT reprend ces déclinaisons,<br />

même la GT-R ! moyennant un<br />

supplément d’environ 14.000 €.<br />

Si la ligne est musclée et parfaitement<br />

équilibrée, <strong>le</strong> re-stylage de mi-vie ne<br />

concerne pratiquement que des détails<br />

comme la signature lumineuse légèrement<br />

retouchée.<br />

A l’intérieur aussi il fallait bien faire<br />

quelque chose et au lieu des boutons<br />

ronds, on passe aux carrés. On aurait<br />

mieux fait d’avancer la commande de la<br />

boîte automatique car il faut toujours al<strong>le</strong>r<br />

la chercher loin derrière <strong>le</strong> coude pour<br />

la manipu<strong>le</strong>r.<br />

Ceci n’enlève rien du tout au caractère de<br />

cette super car. Que ce soit avec la GT de<br />

476 ch qui offre beaucoup de plaisir ou<br />

avec la GT-R qui crache ses 585 ch avec<br />

hargne, et qui demande à son conducteur<br />

de vraies aptitudes de conduite<br />

sportive pour en exploiter toutes <strong>le</strong>s ressources.<br />

Aussi chez AMG ont-ils mis en chantier<br />

une réponse à Porsche, à BMW, à<br />

Audi et même à Ferrari comme à Lamborghini.<br />

L’AMG GT est née et a directement<br />

remis <strong>le</strong>s pendu<strong>le</strong>s à l’heure sur<br />

tous <strong>le</strong>s circuits du monde.<br />

Cette AMG GT a <strong>le</strong>s dimensions d’une<br />

911, mais conserve son moteur avant,<br />

placé derrière <strong>le</strong> train directeur.<br />

Son moteur est dopé par deux gros turbos<br />

implantés dans <strong>le</strong> creux du V8 de 4,0<br />

litres. Son carter sec lui permet d’abaisser<br />

encore son centre de gravité et offre<br />

ainsi un équilibre redoutab<strong>le</strong> tant sur<br />

piste que sur route.<br />

L’AMG GT-R est une voiture conçue par<br />

des pilotes pour que son propriétaire<br />

puisse en profiter largement tous <strong>le</strong>s<br />

jours sur la route et sur piste <strong>le</strong>s weekends.<br />

Cette AMG GT est passionnante et<br />

sûre à conduire. La GT-R est une voiture<br />

aussi polyva<strong>le</strong>nte qu’une Porsche 911. A<br />

l’aise partout, el<strong>le</strong> rou<strong>le</strong> sur un fi<strong>le</strong>t de<br />

gaz aux vitesses imposées. S’il y a une<br />

zone «30» et même «20» el<strong>le</strong> se déplace<br />

sans chauffer, sans secousse tant el<strong>le</strong> est<br />

bien réglée. Dès que la route <strong>le</strong> permet,<br />

el<strong>le</strong> n’hésite pas à faire chanter son V8.<br />

Un appareil posé très bas sur <strong>le</strong> chassis,<br />

derrière<strong>le</strong>s roues avant pour offrir un<br />

équilibre extraordinaire.<br />

396<br />

397


Et la GT-R offre sur <strong>le</strong>s petites routes de l’Eifel<br />

des vocalises fabu<strong>le</strong>uses et une tenue<br />

de route à l’attaque des virages impressionnante.<br />

On observe une maniabilité et<br />

un tempéramment joueur qui s’affine à<br />

mesure que <strong>le</strong> rythme augmente... Mais,<br />

nous n’avons pas touché au petit bouton<br />

jaune qui permet de rég<strong>le</strong>r l’anti-patinage<br />

et l’ESP jusqu’à une suppression complète,<br />

ça, non, non, nous laissons ça aux<br />

vrais pilotes. Sur <strong>le</strong>s «autobahns» où c’est<br />

encore permis, la GT-R est une vraie fusée<br />

qui par rapport à la CLS est d’une stabilité<br />

extraordinaire malgré son long capot.<br />

Annoncées avec des consos de 12,8 litres<br />

aux cent, nous sommes parvenus à descendre<br />

sous <strong>le</strong>s 10,5l (!) mais aussi, passer<br />

au-dessus des 17 litres...<br />

398 399


JAGUAR F-TYPE «R»<br />

Tout droit sortie<br />

de l’Usine et en jaune<br />

avec son V8, el<strong>le</strong> en jette !<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

C’est la version la plus musclée<br />

de la gamme F-TYpe, son V8<br />

compressé développe 575 ch !<br />

Il faut savoir que la F-Type n’aura plus<br />

de V6. Deux mécaniques sont retenues,<br />

<strong>le</strong> fabu<strong>le</strong>ux 4 cylindres deux litres turbo,<br />

né avec 300 chevaux, il passe maintenant<br />

à... 400 ch et pulvérise <strong>le</strong> 0 à 100 en 5’’7<br />

pour une Vmax de 250 km/h ! Ensuite on<br />

arrive directement au V8, toujours compressé<br />

par un compresseur Rooths. Le<br />

plus sage cube 5 litres et offre 450 chevaux<br />

pour un 0 à 100 en 4’’6... Vmax<br />

annoncée, 285 km/h<br />

La version qui nous intéresse est la fameuse<br />

«R» dont <strong>le</strong> 5,0 litres toujours compressé,<br />

sort 575 chevaux et abat <strong>le</strong> 0 à 100 en<br />

3’’7... Vmax annoncée : 300 à l’heure !<br />

JAUNE !<br />

Dans sa livrée jaune, el<strong>le</strong> affirme <strong>le</strong> coup de<br />

crayon de crayon de Ian Callum. Ce designer<br />

est un génie ! Toutes <strong>le</strong>s Jaguar sorties<br />

de son imagination sont restées actuel<strong>le</strong>s.<br />

El<strong>le</strong>s ne vieillissent pas, et surtout, el<strong>le</strong>s vieillissent<br />

bien. <strong>Même</strong> certaines d’entre el<strong>le</strong>s<br />

ont défrayé la chronique, surpris la clientè<strong>le</strong>.<br />

Le maître a toujours eu ce «je ne sais quoi»<br />

28<br />

400<br />

401


qui crée l’intemporalité. C’est tel<strong>le</strong>ment<br />

bien dessiné dès <strong>le</strong> départ, qu’il est diffici<strong>le</strong><br />

d’apporter beaucoup plus en milieu de vie.<br />

Et pourtant, un petit coup de maquillage, en<br />

lui étirant <strong>le</strong>s yeux, lui élargissant <strong>le</strong> visage,<br />

un capot moteur plus enveloppant, plus<br />

musclé, augmente sa présence. A l’arrière,<br />

on redessine <strong>le</strong>s feux en <strong>le</strong>ur tirant un trait<br />

droit à la place des arrondis, et c’est pratiquement<br />

tout ce qui se voit. A l’intérieur<br />

aussi, <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> n’a pas changé. Les instruments<br />

analogiques ont fait place à du «tout<br />

digital» c’est à la mode, et ce n’est pas trop<br />

déroutant. La platine de l’écran central a<br />

gagné en ergonomie, <strong>le</strong> coeur é<strong>le</strong>ctronique<br />

est modifié pour plus de précisions et de rapidité.<br />

L’App<strong>le</strong> Car Play fonctionne parfaitement<br />

et en mode «touch screen», s’il vous<br />

plait. Le connaisseur retrouvera très vite ses<br />

marques. Du côté des finitions, l’habitac<strong>le</strong><br />

est garnis de matières nob<strong>le</strong>s et douces au<br />

toucher. Le maintien dans <strong>le</strong>s bons sièges<br />

sport est de qualité, <strong>le</strong> confort est typique<br />

du modè<strong>le</strong>. D’excel<strong>le</strong>nts points donc.<br />

402<br />

403


Et cela confirme que cette F-Type est très<br />

bien née. Quand nous avons découvert <strong>le</strong>s<br />

premières F-Type, nous avions immédiatement<br />

été conquis par <strong>le</strong>s trains roulants.<br />

Que ce soient avec <strong>le</strong>s V6 aux suspensions<br />

«métalliques» ou à cel<strong>le</strong>s Magnetic Ride de<br />

la V8. Et dans <strong>le</strong> cas présent, cette V8 R<br />

de 575 chevaux reçoit des réglages spécifiques<br />

à son regain de puissance.<br />

Le gros V8 de 5 litres pèse toujours autant sur<br />

<strong>le</strong> train avant, la boîte pont posée sur <strong>le</strong> train<br />

arrière équilibre l’ensemb<strong>le</strong> offrant un comportement<br />

précis et rigoureux à ce coupé très<br />

dynamique. N’est pas supercar qui veut !<br />

Chez Jaguar <strong>le</strong> V8 gronde et prend des<br />

tours avec aisance, pourtant celui du Range<br />

Sport SVR a des intonnations beaucoup<br />

plus rauques et donne plus de voix. La Jaguar<br />

semb<strong>le</strong> plus policée, moins tape à l’oeil<br />

du côté de la sonorité, même en mode sport<br />

et malgré <strong>le</strong>s pétarades en déscélération.<br />

La boîte à 8 rapports égrenne <strong>le</strong>s vitesses<br />

avec rapidité et précision. On retrouve <strong>le</strong>s<br />

lois dictées par Jaguar, pi<strong>le</strong> au moment où<br />

vous al<strong>le</strong>z appuyer sur la pa<strong>le</strong>tte, la boîte<br />

change de rapport. Comme si el<strong>le</strong> avait entendu<br />

votre intention.<br />

Choisir une cou<strong>le</strong>ur pour une auto est souvent<br />

un choix rationnel. Mais pour celui qui<br />

peut s’offrir un tel bijou, oser une cou<strong>le</strong>ur<br />

qui plait, autre que toutes <strong>le</strong>s teintes subti<strong>le</strong>s<br />

entre <strong>le</strong> gris clair et <strong>le</strong> noir, donnera d’office<br />

une plus value. Cette jag est un objet d’art !<br />

404<br />

405


Alpine<br />

A110<br />

La Légende réssuscitée !<br />

ELLE A FAIT VIBRER LE MONDE DU RALLYE<br />

PENDANT DES ANNEES,<br />

L’A110 EST UN SYMBOLE PUISSANT<br />

DE LA SPORTIVITE À LA FRANÇAISE.<br />

RENAULT L’A RENDUE À LA VIE ET CE,<br />

DE MANIERE MAGISTRALE.<br />

ET LA MAXIME DISANT QUE :<br />

«L’ESSAYER C’EST L’ADOPTER «<br />

EST PLUS QUE JAMAIS UNE... REALITÉ !.<br />

PLUME : ERIC HEIDEBROEK • CAPTURE D’IMAGES : CONSTRUCTEURS.<br />

Entre <strong>le</strong>s photos et la<br />

réalité, et surtout dans <strong>le</strong><br />

cas de la nouvel<strong>le</strong> ALPINE,<br />

il y a souvent un monde !<br />

Autant <strong>le</strong>s photos donnent l’impression que<br />

l’A110 est une petite auto. Autant quand on<br />

la voit en vrai, el<strong>le</strong> affirme une présence et une<br />

musculature impressionnantes. El<strong>le</strong> est la version<br />

moderne de son aieu<strong>le</strong> la fabu<strong>le</strong>use A110,<br />

et reprend en plus des passages de roues gonflés<br />

- certes pas autant - que la version Groupe<br />

4 de la grande époque. Très élégante, cette<br />

véritab<strong>le</strong> berlinette est finement dessinée.<br />

C’est là une gageure réussie.<br />

Réussies aussi, <strong>le</strong>s grandes roues qui s’intègrent<br />

parfaitement dans <strong>le</strong>s passages de roues offrant<br />

un équilibre graphique soigné. Si <strong>le</strong>s<br />

roues sont grandes, on est quand même en 18<br />

pouces, <strong>le</strong>s largeurs ne sont pas extraordinaires,<br />

avec du 235 à l’arrière et du 205 à<br />

l’avant, mais chaussées de Michelin Pilot<br />

Sport 2 pour répondre aux performances induites.<br />

Renault n’a pas lésiné sur <strong>le</strong>s détails et<br />

<strong>le</strong>s capacités de sa nouvel<strong>le</strong> sportive.<br />

406<br />

407


Sa structure en aluminium modère son poids à<br />

seu<strong>le</strong>ment 1.103 kg. Placé en position centra<strong>le</strong><br />

arrière un appareil à quatre cylindres de 1.800<br />

cc, dopé par un turbo développe 252 ch. à<br />

6.000 tours et 320 Nm à 2.000 tours. Cette<br />

force passe aux roues arrière par la boîte de vitesse<br />

robotisée EDC7.<br />

Ce petit 4 pattes aime prendre des tours et<br />

grimpe allègrement à 7.000 tours.<br />

Et ,en mode «track» <strong>le</strong> rupteur envoie des<br />

flashs rouges au «pilote» pour qu’il change de<br />

rapport. Changements de rapports qui s’effectuent<br />

en 260 millisecondes, c’est presque de<br />

l’instantané et aussi direct qu’une très bonne<br />

boîte DSG de Volkswagen, l’un des <strong>le</strong>aders en<br />

la matière. C’est top!<br />

Bien calé dans <strong>le</strong>s sièges baquets Sabelt, on est<br />

au coeur d’un environnement simp<strong>le</strong> et clair,<br />

avec <strong>le</strong> petit volant en cuir, avec méplat, qui<br />

tombe bien en main. On se sent tout de suite<br />

en confiance.<br />

Certes <strong>le</strong>s grands cadrans cerclés de chromes<br />

de l’aïeu<strong>le</strong> A110 n’auraient pas choqué dans<br />

cette jolie auto. Mais bon, il faut faire avec son<br />

temps et accepter <strong>le</strong>s écrans modulab<strong>le</strong>s<br />

408<br />

409


en fonction des programmes. Ils ne sont pas<br />

vilains, ni inuti<strong>le</strong>s. Et en plus <strong>le</strong> design n’est pas<br />

mal du tout, au point que l’on se croirait dans<br />

une auto de course, surtout en mode «track».<br />

Tout respire la compétition et <strong>le</strong> sport, L’aluminum,<br />

<strong>le</strong> carbone, <strong>le</strong>s cuirs matelassés à l’ancienne,<br />

l’habillage de la planche de bord et de<br />

la conso<strong>le</strong> centra<strong>le</strong> de cuirs fins aux surpiqûres<br />

contrastées, en b<strong>le</strong>u pour certaines versions,<br />

en orange pour la version «S», etc.<br />

Sur la route<br />

L’Alpine A110 est posée sur la route de façon<br />

très équilibrée. Ses suspensions sont à doub<strong>le</strong><br />

triangulation à l’avant comme à l’arrière. Voiture<br />

moderne, l’A110 dispose d’aides à la<br />

conduite. Le setup est typé sport, mais l’intelligence<br />

veil<strong>le</strong> au grain, pour <strong>le</strong> cas où vous seriez<br />

emporté par votre fougue. Ces assistances à la<br />

conduite ne sont pas trop intrusives en conduites<br />

norma<strong>le</strong> et sportive et <strong>le</strong> sont de moins en<br />

moins dès lors que l’on passe dans <strong>le</strong>s modes<br />

plus radicaux comme <strong>le</strong> mode «Track».<br />

Ce dernier mode laisse beaucoup de latitudes,<br />

mais intervient juste avant la gaffe. Mais bon, si<br />

on y va trop fort, il ne faut pas espérer un mirac<strong>le</strong>.<br />

Les lois de la physique, vous vous rappe<strong>le</strong>z ?<br />

410<br />

411


ALPINE<br />

A110 «S»<br />

En 2020 Alpine sortit<br />

la A 110 s avec 292 ch !<br />

Plume Eric HEIDEBROEK - Images Alpine Relations Publiques<br />

Si aujourd’hui l’Alpine A110 s offre 300 chevaux à 6.300 tours,<br />

la première du nom el<strong>le</strong> en développait 292 ch à 6.400 tours.<br />

Nous reviendrons plus tard sur la nouvel<strong>le</strong> version 300 chevaux<br />

avec un titre du sty<strong>le</strong>…<br />

«Pour quelques chevaux de plus»<br />

En fait exactement huit.<br />

412<br />

413


Quand Alpine a sorti la version « S » en<br />

2020, sur base d’un prototype présenté aux<br />

24 heures du Mans 2019, la marque annonçait<br />

une augmentation de 40 chevaux par<br />

rapport à l’A110 « de base ».<br />

Le quatre cylindres 1800 cc turbo passe<br />

à 292 chevaux et 320 Nm pour un poids<br />

de 1.114 kg. Les performances annoncées<br />

font état d’un 0 à 100 en 4,4 secondes et<br />

une vitesse maximum de 260 km/h.<br />

L’Alpine A110S se différencie par quelques<br />

détails. D’abord, <strong>le</strong>s roues de 18 pouces en<br />

alu forgé, cou<strong>le</strong>ur titane de chez « Fuschs ».<br />

Fuschs, ça ne vous rappel<strong>le</strong> rien ?<br />

Mais oui, bien sûr, <strong>le</strong>s roues alu de la Porsche<br />

911 ! Un autre mythe !<br />

Les étriers de freins sont oranges comme<br />

beaucoups de détails qui galvanisent la symbolique<br />

de la version « S ». Le drapeau français<br />

que l’on retrouvait à la base du montant<br />

« C » est remplacé par un logo en carbone<br />

et orange. La teinte de la voiture d’<strong>essai</strong> était<br />

en gris foncé mat, <strong>le</strong>s chromes sont passés au<br />

noir mat aussi. Et l’assise généra<strong>le</strong> de l’auto<br />

est plus ramassée, plus sportive encore ,car,<br />

abaissée de 4 mm.<br />

A l’intérieur, on retrouve des baquets Sabelt<br />

cuir / alcantara surpiqués d’un fil orange,<br />

414<br />

415


que l’on retrouve sur <strong>le</strong> volant cuir / alcantara<br />

et un peu partout dans l’auto. Le ciel<br />

de toit noir est réalisé dans un matériaux<br />

appelé Dynamica et qui ressemb<strong>le</strong> à de l’alcantara.<br />

Ce matériau habil<strong>le</strong> <strong>le</strong>s panneaux<br />

de portes et <strong>le</strong>s pare-so<strong>le</strong>il. Le tout dégageant<br />

une atmosphère bien agréab<strong>le</strong>.<br />

La planche de bord est garnie de cuir fin,<br />

comme dans une Jaguar F-Type, la structure<br />

carbone de la conso<strong>le</strong> centra<strong>le</strong> est un plus.<br />

C’est très chic !<br />

Côté performances, Alpine n’a pas lésiné sur<br />

<strong>le</strong>s améliorations. Si <strong>le</strong> poids est identique,<br />

<strong>le</strong>s 292 chevaux s’obtiennent 400 tours plus<br />

haut soit à 6.400 tours et si <strong>le</strong> coup<strong>le</strong> de<br />

320 Nm est identique, sa plage d’exploitation<br />

gagne 1.400 tours à hauts régimes.<br />

Côté freinage, la « S » bénéficie des gros<br />

freins Brembo. La suspension reçoit de nouveaux<br />

ressorts hélicoïdaux 50% plus fermes<br />

et <strong>le</strong>s barres anti-roulis ont doublé en rigidité.<br />

Les pneus sont des Michelin Pilot Sport 4<br />

au marquage réservé à cette Alpine, «DR1».<br />

La tail<strong>le</strong> change aussi, à l’avant on passe à du<br />

235/40/18 et à l’arrière c’est du 245/40/18,<br />

contre 205 et 215 sur la version de base.<br />

416<br />

417


En route.<br />

Mise en route, <strong>le</strong> 4 pattes s’ébroue rondement<br />

dans votre dos, l’échappement sport<br />

ajoute une tonalité plus rauque encore. La<br />

boîte robotisée à 7 rapports vient de chez<br />

Getrag, qualité et efficacité.<br />

Marche arrière, <strong>le</strong> fond des compteurs<br />

passe en mode écran de la caméra de recul,<br />

spécial, certes, mais ça <strong>le</strong> fait très bien !<br />

Au passage, on note que <strong>le</strong>s baquets sont<br />

très agréab<strong>le</strong>s, ils maintiennent bien <strong>le</strong><br />

corps et sont confortab<strong>le</strong>s. Evidemment <strong>le</strong>s<br />

réglages sont limités, mais on trouve aisément<br />

sa position de conduite idéa<strong>le</strong>.<br />

C’est <strong>le</strong> principal.<br />

Comme l’Alpine A110, l’auto se conduit très<br />

faci<strong>le</strong>ment, et si l’on retrouve <strong>le</strong> comportement<br />

sùr et précis on note une différence<br />

d’amortissement dans <strong>le</strong> sens d’une augmentation<br />

de la fermeté. Et cela reste bien<br />

dans l’esprit Alpine. Grâce à l’augmentation<br />

de puissance, au kit de freinage hautes<br />

performances, et à l’échappement sport on<br />

découvre <strong>le</strong> tempérament rageur du quatre<br />

cylindres de cette jolie berlinette. Son agilité<br />

418<br />

419


enforcée s’apprécie dans <strong>le</strong>s petites routes<br />

sinueuses où l’Alpine « S » de dé<strong>le</strong>cte des<br />

enchainements rapides avec une aisance<br />

incroyab<strong>le</strong>. Joueuse, dynamique, stab<strong>le</strong> et<br />

précise, Alpine renoue parfaitement avec la<br />

passion de son créateur Jean Rédelé. L’Alpine,<br />

prévient toujours son conducteur, non<br />

je n’ai pas écrit pilote, quand el<strong>le</strong> offre de<br />

légères dérives du train arrière parfaitement<br />

maîtrisab<strong>le</strong>s à l’accélérateur. Les plus gros<br />

pneus et la suspension re-calibrée recu<strong>le</strong>nt<br />

<strong>le</strong> seuil de dérive, mais ça <strong>le</strong> fait vraiment<br />

bien. Lors de tests sur <strong>le</strong> circuit Ascari près<br />

de Ronda avec des pneus Goodyear Eag<strong>le</strong><br />

F1, l’instructeur nous a montré avec quel<strong>le</strong><br />

docilité l’Alpine pouvait aborder <strong>le</strong>s courbes<br />

<strong>le</strong>s plus techniques avec l’efficacité et <strong>le</strong><br />

contrô<strong>le</strong> voulu. Une sacrée bonne auto !<br />

Pour conclure l’<strong>essai</strong> de cette Alpine A110<br />

«S» cette version apporte <strong>le</strong> «plus» attendu<br />

par <strong>le</strong>s passionnés, mais depuis lors, une version<br />

allégée encore plus sportive vient d’être<br />

présentée, l’Alpine «R» plus légère et sans<br />

doute plus spartiate. Mais qui répond aux<br />

420<br />

421


desiderata d’une catégorie<br />

de personnes fanas des trackdays,<br />

où ils peuvent exploiter<br />

p<strong>le</strong>inement <strong>le</strong>s capacités de<br />

<strong>le</strong>ur Alpine avec un maximum<br />

de sécurité et surtout<br />

sans se mettre en<br />

porte-à-faux avec la<br />

maréchaussée.<br />

Mais on doit reconnaître<br />

que Alpine a réussi un<br />

tour de force impressionnant<br />

que celui de fournir une berlinette<br />

p<strong>le</strong>ine de charisme et<br />

de saveurs. Cette voiture de<br />

sport légère et performante<br />

est un réel régal. Et, en plus,<br />

on peut l’utiliser au quotidien<br />

et constater qu’en roulant<br />

«norma<strong>le</strong>ment» on peut,<br />

sans difficulté, ne consommer<br />

que… 6,2 l/ 100 km.<br />

Et si on exploite son potentiel,<br />

8-9 litres, c’est relativement<br />

peu pour une sportive.<br />

A110-R<br />

L’Alpine A110 R est la dernière<br />

en date, el<strong>le</strong> a l’indice<br />

«R» comme Radica<strong>le</strong>. El<strong>le</strong><br />

perd 35 kilos, est capab<strong>le</strong><br />

de pointer à 285 km/h et<br />

d’abattre <strong>le</strong> 0 à 100 en 3’’9<br />

et <strong>le</strong> kilomètre en 21’’9.<br />

Une édition rare de seu<strong>le</strong>ment<br />

32 exemplaires pour<br />

<strong>le</strong>s 32 victoires en F1 de<br />

Fernando Alonso est même<br />

disponib<strong>le</strong>.<br />

422 423


LES<br />

SPOrTIVES<br />

ABARTH 595 (2022)<br />

131 TRIBUTE<br />

ABARTH 595 (2020)<br />

SCORPIONEORO<br />

AMG GAMME<br />

E53 - CLS 53 - CLA 45<br />

JAGUAR F-TYPE P300<br />

424 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci. 425


Âmes<br />

SENSIBLES,<br />

s’abstenir !<br />

Marre des voitures insipides ?<br />

Vous al<strong>le</strong>z adorer l’Abarth 595 «131 Tribute»<br />

Plume @ Eric HEIDEBROEK - Images @ Caminter 2022<br />

426 427


Les voitures d’aujourd’hui sont<br />

devenues tel<strong>le</strong>ment civilisées tel<strong>le</strong>ment<br />

auto-régulées qu’el<strong>le</strong>s en<br />

deviennent tota<strong>le</strong>ment insipides<br />

mêmes quand el<strong>le</strong>s sont ultra<br />

bien équipées. Chez Abarth, on<br />

continue sur sa lancée, la nouvel<strong>le</strong><br />

version «131 Tribute» met<br />

en avant l’extraordinaire potentiel<br />

d’une légende des rallye la<br />

Fiat 131Abarth qui a remporté <strong>le</strong><br />

Championnat du monde des<br />

Rallyes.<br />

Aussi quoi de mieux que de<br />

prendre <strong>le</strong> plus fun des caractères<br />

Abarth avec <strong>le</strong> moteur de<br />

180 chevaux, placer des sièges<br />

baquets hyper confortab<strong>le</strong>s et<br />

au soutien incomparab<strong>le</strong>.<br />

Il faut la boîte manuel<strong>le</strong> à 5 rapports<br />

pour faire vivre la mécanique<br />

affutée, en prenant d’office<br />

l’habitude d’appuyer sur la<br />

428<br />

429


petite touche avec un Scorpion.<br />

Et là ça pique !<br />

L’Abarth offre une tonalté caverneuse,<br />

une réponse à l’accélérateur<br />

instantannée, et Des...vibrations,<br />

il faut <strong>le</strong>s vivre tant el<strong>le</strong>s<br />

sont vraie ! C’est magique !<br />

Abarth n’a pas fait dans la dentel<strong>le</strong><br />

avec la 131 Tribute. El<strong>le</strong> a<br />

des freins d’enfer, une suspension<br />

ferme et précise. On ne<br />

conduit pas une Abarth 131 Tribute,<br />

on la pilote. Alors là où <strong>le</strong>s<br />

italiens ont fait fort, c’est dans la<br />

finition. Et ce tant à l’intérieur<br />

qu’à l’extérieur. C’est beau, bien<br />

réalisé et incomparab<strong>le</strong>.<br />

A l’extérieur ce b<strong>le</strong>u est tout<br />

simp<strong>le</strong>ment pétillant. Les arches<br />

de roues sont rehaussée d’une<br />

garniture en piano black, et que<br />

dire des 4 échappements ? TOP !<br />

430 431


7/21<br />

51<br />

ABARTH 5 9 5 Scorpioneoro<br />

par Eric HEIDEBROEK<br />

Fiat a vraiment bien fait de<br />

relancer Abarth, surtout avec<br />

la 500 qui ne pouvait décemment<br />

pas revivre sans la fabu<strong>le</strong>use<br />

griffe de Carlo Abarth.<br />

Abarth chez Fiat c’est un peu<br />

comme AMG chez Mercedes,<br />

ou «M» chez BMW.<br />

Chez Abarth, on propose<br />

non seu<strong>le</strong>ment une gamme<br />

entièrement à part avec des<br />

équipements exclusifs mais<br />

aussi des moteurs retravaillés<br />

et des trains roulants adaptés<br />

aux nouvel<strong>le</strong>s perfromances.<br />

<strong>Même</strong> pour <strong>le</strong>s moins puissantes<br />

propositions qui commencent<br />

quand même à 145<br />

chevaux d’un quatre cylindres<br />

turbo compressé de 1400 cc.<br />

Abarth va jusqu’à en tirer plus<br />

de 180 chevaux dans <strong>le</strong>s 595<br />

Competizione et Esseesse.<br />

La 595 Scorpioneoro reçoit<br />

la version 165 chevaux qui<br />

offre un coup<strong>le</strong> de 230 Nm<br />

à 2.250 t/min. Son turbo est<br />

un Garrett GT 1446 comme<br />

432<br />

433


dans <strong>le</strong>s Esseesse et la Competizione. Les<br />

trains roulant sont à l’avant des McPherson<br />

avec barre antiroulis et à l’arrière un essieu<br />

de torsion avec une barre antiroulis aussi.<br />

La suspension sport Koni FSD est de série.<br />

Mais la 595 Scorpioneoro est une série limitée<br />

avec une finition et des équipements<br />

qui en font un col<strong>le</strong>ctor puisqu’il n’en sera<br />

fabriqué que 200 exemplaires.<br />

Ce qui frappe <strong>le</strong> plus dans cette auto, c’est<br />

la qualité des cuirs et de la finition. Abarth<br />

démontre avec ce modè<strong>le</strong> toute la finesse et<br />

l’élégance sportive qui en font un véritab<strong>le</strong><br />

bijou. Ceci en plus de sa teinte exclusive<br />

noire et or, bien qu’el<strong>le</strong> soit aussi disponib<strong>le</strong><br />

en Podium Blue, Racing White et Record<br />

Gray. Les roues de 17’’ sont dorée.<br />

Quant à la conduite, on retrouve la magie<br />

d’une sonorité envoutante, et d’un caractère<br />

sportif bien ancré. Bien sur la suspension est<br />

ferme, mais c’est au bénéfice de la qualité<br />

de la tenue de route. Côté consommation,<br />

on reste dans <strong>le</strong> raisonnab<strong>le</strong> avec 5,7l litres<br />

aux 100, avec la boîte robotisée. Petit détail<br />

pour ceux qui savent comment la faire<br />

marcher sans à-coup, il faut l’utiliser comme<br />

cel<strong>le</strong> des smart, et là on en tire <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur !<br />

434<br />

435


Je m’en souviens comme si<br />

c’était hier, nous sommes<br />

en 2011, à Gaydon dans <strong>le</strong><br />

Warwickshire.<br />

Iann Calum nous attend pour<br />

nous révé<strong>le</strong>r sa toute dernière<br />

création, un prototype nommé<br />

CX-16 qui sera présenté à<br />

Francfort quelques semaines<br />

plus tard et préfigurant la Jaguar<br />

F-Type coupé. Après un<br />

exposé, des illustrations vient<br />

un grand moment...<br />

Les tentures de la sal<strong>le</strong> de<br />

conférence s’ouvrent sur une<br />

vaste cour. Tout au bout, un vo<strong>le</strong>t<br />

s’ouvre et la F-Type dans un<br />

coloris clair, légèrement b<strong>le</strong>uté<br />

évolue avec grâce devant nos<br />

yeux avides de découvrir ce<br />

dessin si pur, si sportif, d’une<br />

simp<strong>le</strong> élégance britanique.<br />

JAGUARF-TYPE P300<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

51<br />

En 2012, la version définitive<br />

est présentée à Paris. Quatre<br />

moteurs sont proposés, deux<br />

V6 de 3 litres à compresseurs<br />

l’un de 340 ch et 450 Nm<br />

l’autre de 380 ch et 460 Nm.<br />

Deux V8 de 5 litres compressés,<br />

l’un de 450 ch et 580 Nm<br />

et la version S qui offre 495 ch<br />

et 625 Nm.<br />

En 2017, quelques détails cosmétiques<br />

comme l’apparition<br />

de LED et de sièges différents<br />

apparaissent de même qu’une<br />

version 400 ch avec 460 Nm<br />

vient chapeauter la gamme<br />

des V6. C’est en 2017 aussi<br />

que l’on découvre la version<br />

436<br />

437


deux litres à 4 cylindres turbo. Downsizing?<br />

Oui et non ! En fait cette version a été présentée<br />

au Danemark et tous <strong>le</strong>s journalistes<br />

présents ont flashé sur ce modè<strong>le</strong> ! En fait<br />

<strong>le</strong>s 300 ch et <strong>le</strong>s 400 Nm profitent de la<br />

conception légère de la F-Type. Son comportement<br />

est un régal ! Joueur, équilibré,<br />

efficace, ce moteur donne entière satisfaction.<br />

Les poids sont parfaitement balancés<br />

entre <strong>le</strong>s trains avant et arrière. La voiture se<br />

pilote avec précision et efficacité. Au terme<br />

de la première journée d’<strong>essai</strong>s tous <strong>le</strong>s<br />

journalistes étaient sous <strong>le</strong> charme. Peu de<br />

voitures modernes sont capab<strong>le</strong>s de procurer<br />

ces sentiments. Le plus bluffant est sans<br />

conteste <strong>le</strong>s performances et la sonorité de<br />

cet appareil «ingenium P300» qui ne trahit<br />

jamais son architecture à quatre cylindres<br />

«seu<strong>le</strong>ment». Mais côté performances, si la<br />

Vmax «n’est que» de 250 à l’heure, <strong>le</strong> 0<br />

à 100 est abattu en 5’’7 comme la V6 de<br />

340 ch tout en rendant 0’’2 à la 380 ch !<br />

Et, la consommation demeure sous <strong>le</strong>s 7,1 l<br />

contre 9,8 l aux V6 et …oublions <strong>le</strong>s V8.<br />

438<br />

439


Gamme<br />

AMG<br />

Des Autos Magiques<br />

A L’HEURE DES RESTRICTIONS EN TOUS GENRES,<br />

QUELQUES CONSTRUCTEURS<br />

RÉUSSISSENT A ASSOUVIR LA SOIF<br />

DE PLAISIRS DE QUELQUES-UNS.<br />

IL FAUT EN PROFITER...<br />

MAINTENANT !<br />

• PLUME : ERIC HEIDEBROEK<br />

• CAPTURE D’IMAGES :<br />

DAIMLER<br />

Mercedes-Benz a lancé, en 2016 une<br />

gamme AMG Sport. Certes, avec un V6 de<br />

3.0 litres à la cartographie remaniée qui<br />

animait la E43 AMG Sport et cel<strong>le</strong>-ci n’a<br />

pas réussi à convaincre.<br />

En cause, ce petit quelque<br />

chose qui manque dans une<br />

AMG, <strong>le</strong>s vibrations et<br />

une vigueur intense.<br />

7<br />

Chose atteinte aujourd’hui dans la E53<br />

AMG et autres déclinaisons qui sont de<br />

parfaits relais aux gros V8<br />

bi-turbos des AMG<br />

63 et 63S.<br />

440<br />

LA CLASSE E AMG 53 EN<br />

VERSION COUPÉ EST UN<br />

AGRÉABLE MONSTRE.<br />

Par rapport à une 63 ou 63S, on la reconnaît<br />

à ses quatre échappements ronds d’où<br />

s’échappe un son rauque et puissant. Ça n’a rien<br />

à voir avec <strong>le</strong> V8 des 63 (575 ch) et 63S (612 ch) mais<br />

ça <strong>le</strong> fait, et bien même. Accouplée à une transmission<br />

4Matic+ (4x4) à l’é<strong>le</strong>ctronique poussée, la E53 offre des performances<br />

et une tenue de route fantastiques. La rage du six en<br />

ligne de 3,0 l affiche 429 ch plus 21 ch délivrés par un moteur<br />

couronne é<strong>le</strong>ctrique placé entre <strong>le</strong> bloc moteur et la boîte de vitesses<br />

automatique à 9 rapports. L’assistance é<strong>le</strong>ctrique, en 48 Volt, intervient<br />

dans <strong>le</strong>s phases <strong>le</strong>s plus coûteuses en consommation, comme <strong>le</strong><br />

démarrage et <strong>le</strong>s grosses accélérations.<br />

441


Ceci réduit <strong>le</strong>s émissions et augmente la<br />

vélocité. Le 0 à 100 est abattu en 4’’6 !<br />

On apprécie <strong>le</strong> comportement sportif de<br />

ce Coupé Classe E53 AMG dont on a soigné<br />

<strong>le</strong>s épures et <strong>le</strong> set-up des suspensions,<br />

qui, associés à la nouvel<strong>le</strong> vigueur<br />

du six en ligne assurent des prestations de<br />

haut vol que l’on ne connaissait pas avec<br />

<strong>le</strong>s première générations, pourtant forte<br />

de 401 ch. L’atmosphère intérieure de la<br />

E53 AMG est des plus riches. Les matières,<br />

<strong>le</strong> design, tout respire la qualité et<br />

la signature Mercedes-Benz.<br />

442<br />

LA CLS AMG 53<br />

«LE» COUPÉ 4 PORTES !<br />

Plus typée confort, la CLS 53 AMG n’en<br />

délaisse pas <strong>le</strong> comportement sportif<br />

digne d’une AMG.<br />

Certes, comme la E53 AMG, el<strong>le</strong> ne reçoit<br />

pas la calandre à barres vertica<strong>le</strong>s<br />

(du moins dans <strong>le</strong>s millésimes 2020) ni<br />

<strong>le</strong>s échappements à sorties carrées. Mais<br />

el<strong>le</strong> dispose aussi du six cylindres en ligne<br />

de 3,0 litres porté à 435 chevaux pour<br />

520 Nm dès 1800 t/min avec quatre<br />

grosses tuyères d’échappement rondes,<br />

du plus bel effet.<br />

Un peu plus lourde que <strong>le</strong> Coupé, el<strong>le</strong> se<br />

défend bien. Comme <strong>le</strong> coupé, el<strong>le</strong> dispose<br />

d’une assistance é<strong>le</strong>ctrique en 48<br />

Volt qui modu<strong>le</strong> sa consommation autour<br />

des 10 litres aux cent et lui assure<br />

une accélération de 0 à 100 en ...4’’5 !<br />

C’est un dixième de mieux que <strong>le</strong> coupé<br />

E43AMG. Ah ces set-ups personnalisés !<br />

Les suspensions et la transmission 4Matic+<br />

sont calibrées par <strong>le</strong>s ingénieurs<br />

d’AMG qui ont apporté une plus grande<br />

précision et une réponse plus directe des<br />

trains roulants aux sollicitations du<br />

conducteur et ce, selon <strong>le</strong> mode choisi. Il<br />

est évident qu’en mode Sport et surtout<br />

Sport+ que <strong>le</strong>s réactions quittent <strong>le</strong> mode<br />

confort pour une plus grande efficacité<br />

et un amortissement plus ferme.<br />

En cela, la CLS 53 AMG s’approche de la<br />

pureté du label prestigieux des AMG pur<br />

jus que sont <strong>le</strong>s V8.<br />

443


RÉVÉLATION !<br />

LA CLASSE CLA 45S<br />

AMG EST UNE VRAIE<br />

AMG ET DÉVELOPPE<br />

421 CHEVAUX!<br />

Quand on aborde la CLA AMG<br />

sedan on se trouve devant une<br />

ligne parfaitement équilibrée.<br />

Son look n’est pas équivoque,<br />

c’est une GT !<br />

A bord, l’atmosphère est signée AMG<br />

dans <strong>le</strong> contexte Mercedes-Benz, c’est<br />

à dire clair, précis, efficace et sportif.<br />

<strong>Même</strong> si règne en maître <strong>le</strong> sty<strong>le</strong> que<br />

Mercedes-Benz a dessiné pour ses compactes.<br />

Le coup de crayon est véritab<strong>le</strong> un<br />

coup de maître !<br />

Non seu<strong>le</strong>ment cette CLA est jolie, la version<br />

AMG 45S apporte en plus des touches<br />

sportives comme la fameuse calandre à<br />

barres vertica<strong>le</strong>s, <strong>le</strong>s énormes prises d’air<br />

de part et d’autre ainsi que <strong>le</strong>s 4 tubulures<br />

d’échappements de formes carrées,<br />

tous ces signes qui marquent l’appartenance<br />

au TOP de la gamme AMG.<br />

Le moteur, signé, est un deux litres turbo.<br />

Et <strong>le</strong> sorcier d’Affalterbach en tire 421 ch<br />

et un coup<strong>le</strong> de 500 Nm ! Imaginez seu<strong>le</strong>ment<br />

qu’en 1970 on espérait atteindre<br />

<strong>le</strong>s 100 chevaux au litre, et maintenant<br />

on en est à 210,5 au litre grâce aux turbos,<br />

bien sur, mais à l’époque on osait pas<br />

<strong>le</strong>s pressions d’aujourd’hui !<br />

Avec en prime une fiabilité extraordinaire<br />

et un répondant direct et soup<strong>le</strong>. A<br />

l’époque un moteur de 100 ch au litre<br />

était un moteur de course hyper pointu<br />

avec sa puissance et son coup<strong>le</strong> disponib<strong>le</strong>s<br />

sur une plage de régime ultra<br />

courte. Ici, on a des chevaux et du coup<strong>le</strong><br />

tout <strong>le</strong> temps. L’auto est d’une stabilité<br />

et d’une efficacité redoutab<strong>le</strong>s.<br />

On la voit ici sur <strong>le</strong> Nurburgring en<br />

p<strong>le</strong>in appui, jouissant d’une attitude<br />

performante indiscutab<strong>le</strong>.<br />

Cette auto est tel<strong>le</strong>ment agréab<strong>le</strong><br />

à conduire et à utiliser qu’el<strong>le</strong><br />

n’incite absolument pas aux grands<br />

excès, on sait que l’on a de la réserve<br />

et c’est très bien.<br />

En mode «confort» on jouit d’une<br />

berline familia<strong>le</strong> agréab<strong>le</strong> et dynamique.<br />

Dans <strong>le</strong>s modes Sport et Sport+<br />

on a des réactions ultra-sportives et une<br />

sonorité qui s’impose comme un <strong>le</strong>itmotiv.<br />

En mode «RACE» <strong>le</strong> ton change, <strong>le</strong><br />

deux litres est encore plus rageur, la boîte<br />

de vitesse, <strong>le</strong>s freins, <strong>le</strong>s suspensions deviennent<br />

explosifs. Les limites sont reculées,<br />

mais restent abordab<strong>le</strong>s.<br />

Un seul mot pour qualifier cette CLA 45s :<br />

Génia<strong>le</strong> !<br />

444<br />

445


MONSTERS<br />

LAND ROVER<br />

DEFENDER V8 535 CH<br />

RANGE ROVER SPORT<br />

SVR 575 CH<br />

JAGUAR F-PACE SVR<br />

4 x 4<br />

446<br />

Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci. 447


LAND ROVER<br />

Quand DEFENDER<br />

rime avec «Dragster»<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

!<br />

Nous vous l’avons déjà<br />

présenté en version 4 cylindres<br />

essence de 2 litres et 240 ch,<br />

dans sa version longue, <strong>le</strong> 110.<br />

Vous trouverez bientôt la<br />

version courte «90» avec <strong>le</strong> six<br />

cylindres en ligne de 3 litres<br />

et 300 ch. Ici, nous sommes<br />

en présence du fameux V8<br />

de 5 litres à compresseur qui<br />

développe pour la bonne<br />

forme quelques 525 ch...<br />

Le nouveau Defender V8 Carpathian<br />

Edition de notre <strong>essai</strong> est l’expression<br />

ultime de la performance, de la durabilité<br />

et du design, et représente <strong>le</strong> summum<br />

de la gamme Defender.<br />

Exclusivement peint en Gris Carpates,<br />

mat, <strong>le</strong> capot, <strong>le</strong> toit, et la porte arrière<br />

sont peint en Noir brillant.<br />

Parmi <strong>le</strong>s autres points forts visuels,<br />

citons <strong>le</strong> badge V8 dans <strong>le</strong> bas des portières<br />

(un peu trop discret...), <strong>le</strong>s œil<strong>le</strong>ts<br />

d’attelage noir satiné, <strong>le</strong>s optiques<br />

de phares aux carters noirs brillant, la<br />

calandre assortie, et <strong>le</strong>s toutes grandes<br />

roues de 22 pouces en noir satiné sans<br />

oublier <strong>le</strong>s étriers de frein b<strong>le</strong>u xénon<br />

exclusivements destinés aux V8. Petit<br />

détail de raffinement, <strong>le</strong>s feux arrière<br />

448 449


TURN ME ON<br />

PUSH THE RED<br />

ont un look grisé mat du plus bel effet.<br />

Evidemment de l’arrière ce sont <strong>le</strong>s<br />

quatre gros échappements chromés et<br />

la grosse marmite inox qui annoncent<br />

la cou<strong>le</strong>ur !<br />

Et quel<strong>le</strong> cou<strong>le</strong>ur ! Vous avez regardé la<br />

vidéo ? Ce V8 d’anthologie offre une<br />

cou<strong>le</strong>ur musica<strong>le</strong> des plus exhaustive...<br />

Mais on reste un peu sur sa faim car il<br />

y a comme un goût de trop peu.<br />

A la mise en route il semb<strong>le</strong> un peu<br />

trop discret, sans doute pour ne pas<br />

faire peur. Dès <strong>le</strong>s premiers mètres <strong>le</strong><br />

gros Defender 90 semb<strong>le</strong> léger, léger,<br />

on dirait une bal<strong>le</strong>rine, (de 2550 kg,<br />

quand même). Quand on prend la<br />

fiche technique, <strong>le</strong> 90 fait 4583 mm de<br />

long pour 2008 mm de large et 1969<br />

mm de haut. l’empattement est de<br />

2587 mm et <strong>le</strong> réservoir peut contenir<br />

jusqu’à 90 litres.<br />

Côté moteur on a un V8 de 5 litres,<br />

d’origine Ford développant 525 chevaux<br />

de 6.000 à 6.500 tours et 625 Nm<br />

de 2.500 à 5.500 tours. Cette cava<strong>le</strong>rie<br />

passe à la route par l’intermédiaire<br />

d’une excel<strong>le</strong>nte boîte à 8 rapports<br />

et <strong>le</strong>s grosses roues de 22 pouces. La<br />

consommation annoncée par Land<br />

Rover est de 14,6 litres aux cent et <strong>le</strong>s<br />

rejets de 330 gr/km. (moyenne de l’<strong>essai</strong><br />

: 16,5l aux cent km)<br />

450 451


Avec tout ça on s’étonne d’enfumer <strong>le</strong> 0 à<br />

100 en 5’’2 et de taper <strong>le</strong>s 240 en Vmax...<br />

DEFENDER DRAGSTER<br />

On peut rou<strong>le</strong>r son petit bonhomme de<br />

chemin avec <strong>le</strong> Defender V8, <strong>le</strong> système<br />

d’échappement n’a pas de mode «actif»<br />

c’est ce qui modère la voix du V8 compressé.<br />

La boîte de vitesse égrenne ses<br />

rapports en soup<strong>le</strong>sse et la consommation<br />

peut descendre sous <strong>le</strong>s va<strong>le</strong>urs indiquées<br />

par <strong>le</strong> constructeur, nous avons mesuré un<br />

minimum de 12,1 litres aux cent en cruise<br />

control à 125 km/... Ça, c’était avant d’enfoncer<br />

<strong>le</strong> pied droit...<br />

Car à ce moment là, <strong>le</strong> DEFENDER V8 se<br />

cabre comme un hors-bord dans <strong>le</strong> rugissement<br />

des huit cylindres. La musique est<br />

presque heavy metal, ça doit être du à la<br />

sortie inox...<br />

En mode sport, la rigueur du comportement<br />

est sidérante pour un bahut aussi<br />

encombrant et haut sur pattes. Et <strong>le</strong>s freins<br />

Brembo qui nous avaient épatés, Philippe<br />

de Barsy (†) et moi lors d’une spécia<strong>le</strong> espagno<strong>le</strong><br />

dégringolée, au volant du premier<br />

Range Sport, à fond <strong>le</strong>s manettes aux mains<br />

expertes de Philippe. En bas de la spécia<strong>le</strong>,<br />

Philippe s’était exclamé «et bien mon vieux,<br />

ça, ce sont des freins ! Et ils n’ont même pas<br />

eu chaud !» Fort de cette expérience, <strong>le</strong> DE-<br />

FENDER V8 offre un comportement cultivé<br />

et très sécurisant, il ne faut pas perdre de<br />

vue <strong>le</strong> gabarit et adapter la prise de courbes<br />

en connaissance de cause. Le seul concurrent<br />

demeure <strong>le</strong> Classe G AMG 63s et il<br />

reste quand même diffici<strong>le</strong> à battre, certes,<br />

son V8 gronde plus fort, il boit moins, il<br />

passe aussi partout, mais moins aisément<br />

et il est aussi beaucoup plus cher.<br />

452 453


L’ADN 4x4 du Defender V8 est préservé même si s’ajoute <strong>le</strong> nouveau programme<br />

dynamique du Terrain Response spécifique au V8. Ce programme<br />

permet d’exploiter <strong>le</strong> caractère explosif du V8 de 525 chevaux. Le système<br />

équilibre la tenue de route sur l’asphalte et... <strong>le</strong>s surfaces meub<strong>le</strong>s.<br />

Comme remarqué dès <strong>le</strong>s premiers mètres <strong>le</strong> DF V8 joue allègrement sous<br />

tous <strong>le</strong>s ang<strong>le</strong>s. Sur la route il adopte une attitude agréab<strong>le</strong>ment sure et<br />

précise et dans <strong>le</strong> terrain, il est capab<strong>le</strong> des franchissements <strong>le</strong>s plus sévères<br />

avec l’extraordinaire soup<strong>le</strong>sse que <strong>le</strong> V8 lui offre, sur un fi<strong>le</strong>t de gaz.<br />

454 455


À l’intérieur, <strong>le</strong> Defender V8 est équipé de sièges<br />

garnis d’un cuir Windsor Ebony unique avec des<br />

accents en suédine Miko et en Robustec, chacun<br />

portant une étiquette Ebony unique, tandis que la<br />

poutre transversa<strong>le</strong> apparente du Defender a une<br />

finition noire satinée spécia<strong>le</strong>. Le volant à quatre<br />

branches est rehaussé d’une jante en Alcantara et<br />

de pa<strong>le</strong>ttes de changement de vitesse tacti<strong>le</strong>s en<br />

chrome satiné, qui sont uniques aux modè<strong>le</strong>s V8.<br />

Le cuir recouvre <strong>le</strong> boîtier de l’airbag et <strong>le</strong> <strong>le</strong>vier<br />

de vitesse, tandis que <strong>le</strong>s plaques de sol éclairées<br />

sont complétées par une inscription V8.<br />


SVR<br />

Range Rover Sport<br />

Carbone plus V8 compressé<br />

& 575 chevaux !<br />

Il vire à plat et grimpe aux arbres !<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

Chez Land Rover, on a peur de rien.<br />

Les Range Rover sont <strong>le</strong>s stars du offroad.,<br />

comme du bitume. C’est incroyab<strong>le</strong><br />

ce que l’on arrive à faire avec un<br />

Range. <strong>Même</strong> équipé de pneus routiers,<br />

<strong>le</strong>s Range Rover passent partout dans un<br />

confort et une élégance inouïs.<br />

Dotés de mécaniques musclées et nob<strong>le</strong>s,<br />

de gros V6 turbos, de gros V8 compressés,<br />

ils appel<strong>le</strong>nt ça «supercharged», ces mastodondes<br />

de franchissement et de confort<br />

sont des incontournab<strong>le</strong>s du <strong>luxe</strong> anglais.<br />

A bord on retrouve <strong>le</strong> savoir-faire typique<br />

des produits manufacturés en Ang<strong>le</strong>terre.<br />

Finesse, matériaux<br />

nob<strong>le</strong>s de haute qualité, cuirs<br />

soup<strong>le</strong>s et doux, surpiqûres<br />

délicates, précision des ajustages, tout respire<br />

la perfection à bord.<br />

Eléments de confort supplémentaire, <strong>le</strong><br />

doub<strong>le</strong> écran de la conso<strong>le</strong> centra<strong>le</strong> très<br />

ergonomique et pratique. C’est rare. Le<br />

tab<strong>le</strong>au de bord est aussi digital et très clair<br />

d’usage. Contrairement aux Range Rover<br />

Sport «ordinaire», <strong>le</strong>s sièges ne sont pas des<br />

fauteuils clubs mais ici, quatre sièges sports<br />

sty<strong>le</strong> Récaro accueil<strong>le</strong>nt <strong>le</strong>s passagers. Dans<br />

l’exemplaire de l’<strong>essai</strong>, cuirs blancs et noirs<br />

0 à 100<br />

en 4’’5<br />

575 ch<br />

700 Nm<br />

458 459


Le capot moteur du Range Rover Sport SVR est en carbone !<br />

Le carter du gros V8 est en carbone aussi !<br />

que l’on retrouve sur <strong>le</strong>s contre-portes, la<br />

planche de bord, tant en recouvrement supérieur<br />

qu’inférieur. Quelques touches de<br />

carbone et d’aluminium finissent de donner<br />

<strong>le</strong> ton, juste avant que l’on enfonce <strong>le</strong><br />

bouton «START» qui réveil<strong>le</strong> dans un grondement<br />

sourd et puissant <strong>le</strong>s huit cylindres<br />

compressés. Cubant quelque 5.000 cc, <strong>le</strong><br />

gros V8 d’origine américaine, développe<br />

575 ch pour un coup<strong>le</strong> de 700 Nm.<br />

Le «glouglou» caractéristique de ce gros<br />

V8 U.S.revisité à la sauce anglaise est amplifié<br />

par des réglages affinés. C’est une<br />

mécanique qui par<strong>le</strong> aux<br />

tripes. Il tonne rauque, offre<br />

une vibration puissante et<br />

n’attend que <strong>le</strong> pied droit<br />

écrase la péda<strong>le</strong>.<br />

Le Range Sport a déjà un excel<strong>le</strong>nt<br />

système de freinage<br />

460 461


462 463


avec du Brembo en option, dans <strong>le</strong> SVR,<br />

il est renforcé et redimmentionné. Les suspensions<br />

disposent de nouveaux réglages<br />

plus pointus. C’est tel<strong>le</strong>ment au point qu’en<br />

courbe, <strong>le</strong> Range Sport SVR vire à plat à<br />

des vitesses ahurissantes pour un SUV de<br />

cette tail<strong>le</strong> et de ce poids ! Seul l’Urus de<br />

Lamborghini est plus vif. Mais dans <strong>le</strong> terrain,<br />

<strong>le</strong> Range Sport SVR lui met une valise<br />

! Le Range Sport SVR conserve toutes <strong>le</strong>s<br />

qualités de tous <strong>le</strong>s Range Rover grâce à<br />

son système Terrain-Response évolué. Il<br />

passe partout avec des pneus capab<strong>le</strong> d’atteindre<br />

<strong>le</strong>s 250 à l’heure... Le V8 offre des<br />

464 465


accélérations extraordinaires, <strong>le</strong> gros 5<br />

litres n’est jamais à court de souff<strong>le</strong>.<br />

Le maintien dans <strong>le</strong>s sièges sport est<br />

terrib<strong>le</strong>ment bon. On n’est pas balloté<br />

d’un côté à l’autre en usage sportif. Ce<br />

SUV est royal sur la route, caopab<strong>le</strong> de<br />

fi<strong>le</strong>r aux allures léga<strong>le</strong>s et en bon père<br />

de famil<strong>le</strong> sur un fi<strong>le</strong>t de gaz en profitant<br />

des 700Nm du V8 comme il passera<br />

partout en hors piste et aux sports<br />

d’hiver. Sur <strong>le</strong>s autoroutes al<strong>le</strong>mandes,<br />

il offre <strong>le</strong> meil<strong>le</strong>ur de ses performances,<br />

de son excel<strong>le</strong>nte stabilité comme de<br />

sa sureté permanente.<br />

Tianmen Road<br />

Land Rover a demandé au pilote de<br />

course Jaguar, Ho-Pin TUNG de s’attaquer<br />

aux 11,3 km et 99 virages de<br />

la route de Tianmen. L’italien Fabio<br />

Barone au volant d’une Ferrari 458<br />

Italia modifiée avait réalisé <strong>le</strong> trajet en<br />

10 minutes et 31 secondes. Le Range<br />

Rover Sport SVR a battu <strong>le</strong> record en 9<br />

minutes et 51 secondes...<br />

Le Range Rover Sport dispose d’éléments<br />

en carbone, comme son capot<br />

moteur. Ces recherches d’allégements<br />

permettent d’abaisser <strong>le</strong> poids, mais<br />

aussi d’améliorer l’efficacité de l’ensemb<strong>le</strong><br />

de l’auto.<br />

La consommation du Range Rover<br />

Sport tourne autour des 16 - 17 litres<br />

aux cent, pour un véhicu<strong>le</strong> capab<strong>le</strong> de<br />

passer 2.450 kg de 0 à 100 en 4’’5, de<br />

pointer à 280 à l’heure et dont <strong>le</strong> prix<br />

de base tourne autour des 135.000<br />

euros, demeure dans la norme de ce<br />

luxueux véhicu<strong>le</strong> hyper agréab<strong>le</strong> doté<br />

d’un indiscutab<strong>le</strong> tempéramment...<br />

466 467


JAGUAR F-PACE<br />

SVR<br />

V8 5. 0 l<br />

compressé<br />

550<br />

Chevaux !<br />

Eric HEIDEBROEK<br />

Un SUV très sportif<br />

& spartiate.<br />

Jaguar comme Land Rover aime<br />

<strong>le</strong>s gros V8. Toute sa gamme à<br />

l’exception del’E-Pace et la i-Pace<br />

a pu ou peut recevoir ce fabu<strong>le</strong>ux<br />

moteur huit cylindres. Ici, <strong>le</strong>s ingénieurs<br />

du service SVO on calé <strong>le</strong><br />

gros 5 litres sous <strong>le</strong> capot de la<br />

F-Pace, avec un chausse-pieds, la<br />

place disponib<strong>le</strong> surtout en hauteur<br />

étant un peu «limite» sans<br />

devoir en changer <strong>le</strong> couverc<strong>le</strong> par<br />

un plus bombé. Deux ouies de refroidissement<br />

viennent renforcer<br />

<strong>le</strong> look sauvage de ce gros chat<br />

ultra puissant.<br />

550 chevaux 680 Nm de coup<strong>le</strong><br />

Cette force passe aux quatre<br />

roues par l’intermédiaire d’une<br />

bonne boîte automatique ZF à 8<br />

rapports. Avec un poids à vide de<br />

2.070 kg et une tel<strong>le</strong> puissance<br />

sous <strong>le</strong> capot, <strong>le</strong>s anglais ont<br />

doté <strong>le</strong> F-Pace de freins de bonne<br />

tail<strong>le</strong>. A l’avant on a des étriers à<br />

4 pistons qui pincent des doub<strong>le</strong><br />

disques de 395 mm et à l’arrière<br />

c’est une machoire flottante avec<br />

un simp<strong>le</strong> piston qui mord dans<br />

un doub<strong>le</strong> disque de 396 mm...<br />

Du costaud !<br />

SEMAINE<br />

24<br />

Posé sur des suspensions adaptatives<br />

à plusieurs modes, <strong>le</strong> F-Pace<br />

est doté d’un intérieur luxueux et<br />

sportif. Les sièges avant sont dotés<br />

d’appuie-tête intégrés. Les cuirs<br />

sont bien évidemment très fins et<br />

un décors matelassé garnis la partie<br />

centra<strong>le</strong> des assises et dossiers.<br />

468 469


470 471


472 473


Le V8 Jaguar a des origines<br />

américaines, et<br />

cela s’entend directement,<br />

mais à l’instar<br />

des différences d’accent<br />

entre l’anglais<br />

et l’américain, <strong>le</strong> V8<br />

géré par <strong>le</strong>s anglais<br />

a son propre caractère<br />

proche des V8<br />

Cosworth de la grande<br />

époque de la F1. Et du<br />

caractère sous la péda<strong>le</strong>,<br />

<strong>le</strong> Jaguar F-Pace<br />

SVR en a.<br />

Par rapport à un Range<br />

SVR auquel il rend 25<br />

chevaux, <strong>le</strong> F-Pace se<br />

montre moins policé,<br />

plus brutal, plus sportif.<br />

Il a un tempéramment<br />

Jaguar bien calé<br />

dans <strong>le</strong>s sièges sports.<br />

Les changements de<br />

rapports dans <strong>le</strong> mode<br />

«sport» sont plus secs,<br />

plus incisifs, <strong>le</strong>s accélérations<br />

sont décoiffantes<br />

avec un 0 à 100<br />

abattu en 4’’3 et une<br />

Vmax de 283 km/h !<br />

Mais ce qui surprend<br />

toujours chez Jaguar,<br />

c’est que la boîte passe<br />

<strong>le</strong> rapports que vous<br />

vouliez sé<strong>le</strong>ctionner,<br />

juste au moment où<br />

vous posez <strong>le</strong> doigt sur<br />

la pa<strong>le</strong>tte !<br />

Et ça c’est magique !<br />

474 475


MATCH DES TITANS<br />

CADILLAC ESCALADE<br />

BMW X7-MERCEDES GLS<br />

ESSAIS PORSCHE MACAN T<br />

ESSAIS AUDI Q5 SPORTBACK<br />

ESSAIS AUDI Q5 SLINE<br />

ESSAIS HYUNDAI TUCSON<br />

ESSAIS JAGUAR F-PACE SVR<br />

ESSAIS JEEP WRANGLER<br />

ESSAIS JEEP GLADIATOR<br />

ESSAIS LAND ROVER FAMILY<br />

RANGE ROVER CLASSIC D350<br />

RANGE SPORT PHEV 400<br />

DEFENDER V8<br />

DEFENDER 130 D300<br />

ESSAIS LAND ROVER<br />

DEFENDER 110<br />

INTERVIEW DESIGNERS<br />

NEW DEFENDER<br />

PRESENTATION STATIQUES<br />

ESSAIS RANGE ROVER LWB 2021<br />

ESSAIS MERCEDES GLE 53<br />

ESSAIS MERCEDES GLB<br />

ESSAIS RENAULT AUSTRAL-E<br />

ESSAIS SEAT TARRACO<br />

ESSAIS SSANGYONG TORRES<br />

ESSAIS SUBARU FORESTER<br />

PRESENTATION SUBARU CROSSTREK<br />

ESSAIS SUZUKI JIMNY<br />

NEW RANGE ROVER 2022<br />

NEW RANGE SPORT 2022<br />

Les<br />

SUV<br />

476 Un lien ne fonctionne pas, ou renvoie ail<strong>le</strong>urs, dites <strong>le</strong> nous, on corrige. Merci.<br />

477


ACTUALITE<br />

Les SUV<br />

Pas beaucoup plus<br />

long, mais plus haut !<br />

@ Eric HEIDEBROEK - Photos © CAMINTER - PR<br />

Les SUV sont décriés par quelques<br />

individus. Ils sont appréciés par de<br />

(très) nombreux autres...<br />

Les grincheux, <strong>le</strong>s consièrent comme<br />

envahissants, polluants, effrayants et<br />

j’en passe. Les fans eux <strong>le</strong>s trouvent<br />

plus sécurisants d’emplois et assez<br />

sexys, d’où <strong>le</strong>ur succès.<br />

Pour répondre aux grincheux, s’il<br />

est vrai que <strong>le</strong> volume des SUV est<br />

imposant, <strong>le</strong>urs dimensions globa<strong>le</strong>s<br />

ne sont pas plus importantes<br />

qu’une compacte, pour <strong>le</strong>s SUV<br />

compacts, qu’une berline moyenne<br />

pour <strong>le</strong>s SUV moyens et qu’une<br />

limousine pour un grand SUV. La<br />

seu<strong>le</strong> constante qui change, c’est la<br />

hauteur, et c’est cela qui effraye <strong>le</strong>s<br />

grincheux... Et, qui ravit <strong>le</strong>s fans.<br />

En effet, cette hauteur permet une<br />

meil<strong>le</strong>ure visibilité périphérique.<br />

Un élément qui augmente la sécurité<br />

de tous, car une meil<strong>le</strong>ure visibilité<br />

permet de mieux anticiper <strong>le</strong>s<br />

risques d’accidents.<br />

Dire que <strong>le</strong>s SUV sont plus voraces<br />

en énergie et donc rejettent plus<br />

de CO2, ça l’est surtout sur voies rapides<br />

du fait de <strong>le</strong>ur moins bon coéfiscient<br />

aérodynamique. Par contre<br />

en vil<strong>le</strong> ou en agglomération, ça ne<br />

compte pas. Ils sont pratiquement<br />

au même niveaux que <strong>le</strong>s berlines<br />

correspondantes, à toute puissance<br />

éga<strong>le</strong>. Cette remarque est valab<strong>le</strong><br />

pour <strong>le</strong>s SUV à deux roues motrices.<br />

Les versions 4 roues motrices accusent<br />

<strong>le</strong> surpoids et l’entrainement<br />

de <strong>le</strong>ur technologie 4x4. CQFD.<br />

4,94 m<br />

4,88 m<br />

478 479


SUBARU CROSSTREK<br />

Le successeur du SV Boxer 4 x 4 se peaufine !<br />

Les Subaru sont <strong>le</strong>s<br />

stars de marchés spécifiques<br />

où el<strong>le</strong>s excel<strong>le</strong>nt<br />

par <strong>le</strong>urs prestations exceptionnel<strong>le</strong>s.<br />

Les pays<br />

nordiques comme la<br />

Norvège, la Finlande, <strong>le</strong><br />

Danemark ou la Suède<br />

mais aussi la Suisse,<br />

l’Autriche et l’Al<strong>le</strong>magne,<br />

ou encore <strong>le</strong> nord de<br />

l’Italie sont friants de la<br />

technologie maitrisée<br />

par Subaru.<br />

On par<strong>le</strong> ici de moteurs<br />

boxer et de transmissions<br />

intégra<strong>le</strong>s permanentes.<br />

C’est grâce à<br />

ces aspects techniques<br />

que la marque japonaise<br />

s’est distinguée<br />

en rallye WRC pendant<br />

des années damant<br />

<strong>le</strong> pion aux ténors des<br />

époques, Audi Quattro,<br />

Lancia Integra<strong>le</strong>, Peugeoty<br />

et Citroën WRC,<br />

en somme Subaru est<br />

non seu<strong>le</strong>ment un des<br />

précurseurs des quatre<br />

roues motrices, mais <strong>le</strong><br />

quatre cylindres à plat<br />

augmentait son équi-<br />

480 481


libre par l’abaissement de<br />

son centre de gravité. Et<br />

<strong>le</strong> solide moteur 2 litres<br />

super puissant. Ici dans <strong>le</strong><br />

Crosstrek, la puissance<br />

est raisonab<strong>le</strong>, avec 136<br />

chevaux qui passent aux<br />

quatre roues motrices<br />

par une sage et technologique<br />

et préférée des<br />

ingénieurs, la boite de<br />

vitesse à variation continue<br />

(CVT). Pas la meil<strong>le</strong>ure<br />

pour <strong>le</strong>s sesnations<br />

de conduite mais d’une<br />

réel<strong>le</strong> efficacité dans <strong>le</strong>s<br />

conditions diffici<strong>le</strong>s des<br />

pays nordiques.<br />

Subaru a modifié pas<br />

mal de choses à bord de<br />

l’auto, comme <strong>le</strong>s sièges<br />

ergonomiques. Une<br />

Subaru c’est aussi beaucoup<br />

d’astuces, comme<br />

<strong>le</strong> fait de placer <strong>le</strong>s gros<br />

rétroviseurs sur <strong>le</strong>s portières<br />

afin d’augmenter la<br />

visbilité. Ou encore l’é<strong>le</strong>ctro-démarreur<br />

qui aide au<br />

démarrage ou à la reprise<br />

par une assistance é<strong>le</strong>ctrique,<br />

très uti<strong>le</strong> aussi sur<br />

sol glissant et pour améliorer<br />

la consommation.<br />

Bientôt à l’<strong>essai</strong> dans nos<br />

pages.<br />

482 483


Ssangyong<br />

TORRES<br />

Il a <strong>le</strong> look des SUV<br />

qu’on aime !<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK - Capture d’Images : Pasca<strong>le</strong> HEIDEBROEK<br />

Le Torres est un nouvel SUV qui répond aux désirs cachés<br />

de chacun. Il a un look super étudié, avec un profil de Range<br />

Rover Evoque, un visage de Jeep Grand Cherokee, des feux<br />

arrière de Range Rover Classic et un intérieur aux lignes<br />

pures et élégantes. Il existe en deux roues motrices et en 4x4.<br />

Notre version d’<strong>essai</strong> est une deux roues motrices à boîte<br />

automatique à 6 rapports et sa mécanique est <strong>le</strong> 4 cylindres<br />

turbo essence de 1,5 litre, offrant 163 ch et 280 Nm.<br />

484 485


Le constructeur coréen<br />

Ssangyong a été repris par<br />

KGM, coréen lui aussi,<br />

mais <strong>le</strong> Torres a été conçu<br />

avant la reprise. Et donc,<br />

il s’appel<strong>le</strong> toujours Ssangyong<br />

et en porte aussi <strong>le</strong><br />

fameux logo ailé.<br />

Il ne fait aucun doute<br />

que ce Torres va s’ouvrir<br />

comme <strong>le</strong> Duster et avant<br />

lui <strong>le</strong> Defender sur une<br />

image de marque forte<br />

qui lui restera, quand on<br />

par<strong>le</strong>ra de lui on dira «un<br />

Torres». Son design est<br />

tel<strong>le</strong>ment rempli de traces<br />

de sty<strong>le</strong>s rappelant autant<br />

de stars des SUV qu’il ne<br />

peut que réussir à créer<br />

son propre créneau. Il<br />

s’inscrit dans celui occupé<br />

par <strong>le</strong> BMW X3, du Volvo<br />

XC60 ou du Skoda Kodiac<br />

par ses dimensions.<br />

Il affiche une longueur de<br />

4,7 m sur une largeur de<br />

1,90 m et une hauteur de<br />

1,70 m. Son empattement<br />

est dans la moyenne, 2,68<br />

m. Son look est agrémenté<br />

de détails comme<br />

<strong>le</strong> drô<strong>le</strong> de couverc<strong>le</strong> sur<br />

<strong>le</strong> hayon qui fait semblant<br />

d’être un couverc<strong>le</strong><br />

de roue de secours, ou<br />

encore ces poignées près<br />

la baie de pare-brise,<br />

voire ce capuchon rouge<br />

carmin métallisé dans <strong>le</strong><br />

parechoc avant. On aime<br />

aussi <strong>le</strong>s passages de roue<br />

gonflés avec une poursuite<br />

des courbes dans<br />

<strong>le</strong>s portières. Des détails<br />

que l’on remarque aussi<br />

à l’intérieur, où <strong>le</strong> Torres<br />

affiche une zen attitude<br />

très sobre. Dans notre version<br />

d’<strong>essai</strong>s, la planche<br />

de nord est recouverte<br />

d’un matériaux d’aspect<br />

486 487


cuir, soigneusement posé<br />

et fini. Comme tout dans<br />

l’habitac<strong>le</strong>, la finition est<br />

techniquement parfaite.<br />

A l’usage, <strong>le</strong> Torres se<br />

montre faci<strong>le</strong> à conduire,<br />

<strong>le</strong> 1500 de 163 chevaux se<br />

joue aisément des 1500 kg<br />

et s’offre des consommations<br />

en dessous de cel<strong>le</strong>s<br />

intrusives, mais <strong>le</strong> Torres<br />

dispose d’un bouton au<br />

volant qui coupe <strong>le</strong> laneassist<br />

et là c’est très bien.<br />

Torres dispose de deux<br />

écrans, l’un pour <strong>le</strong><br />

conducteur, c’est digital et<br />

<strong>le</strong>s informations de base<br />

sont assez complètes.<br />

Pour l’écran central on a<br />

figurant dans <strong>le</strong> catalogue<br />

du constructeur.<br />

Nos <strong>essai</strong>s ont démontré<br />

une moyenne de 7,9 l aux<br />

cent kilomètres contre <strong>le</strong>s<br />

8,5 litres annoncés. Certes<br />

ce n’est pas un foudre de<br />

guerre, il offre un comportement<br />

sûr et aisé, <strong>le</strong>s aides<br />

à la conduite sont assez<br />

des boutons et du touchscreen.<br />

Ce n’est pas encore<br />

parfait mais on s’y habitue<br />

assez vite. En deux<br />

roues motrices, évitez <strong>le</strong>s<br />

chemins de campagne et<br />

la boue, sinon avec <strong>le</strong>s<br />

bons pneus hiver, des Vredestein<br />

snowtrack pro, la<br />

neige ne lui fait pas peur<br />

du tout.<br />

488 489


SUZUKI<br />

JIMNY<br />

GREEN<br />

SUPER<br />

FUN<br />

La route n’est pas<br />

- vraiment -<br />

sa tasse de thé, car lui,<br />

il grimpe aux arbres<br />

Plume : Eric HEIDEBROEK - Capture d’Images : Pasca<strong>le</strong> HEIDEBROEK<br />

490 491


Si vous aimez vraiment <strong>le</strong>s autos,<br />

prenez donc <strong>le</strong> volant d’un Jimny de<br />

Suzuki et redécouvrez ave délices<br />

<strong>le</strong>s joies de vraies automobi<strong>le</strong>s.<br />

Des autos qui vibrent,<br />

qui chantent, qui remuent<br />

qui secouent, qui sentent la route<br />

comme <strong>le</strong>s chemins, qui n’aiment<br />

pas spécia<strong>le</strong>ment <strong>le</strong> bitume lisse et<br />

banal, mais qui préfèrent <strong>le</strong>s petits<br />

chemins, la boue, <strong>le</strong>s ornières,<br />

pour crapahuter du haut de <strong>le</strong>ur<br />

petit millier de kilogrammes et<br />

s’apprêter à grimper aux arbres...<br />

Saluez <strong>le</strong> Suzuki Jimny dernier du<br />

nom semb<strong>le</strong> - t - il ...<br />

Le Jimny n’a jamais eu qu’une concurrente,<br />

la Fiat Panda 4x4. Mais depuis<br />

qu’el<strong>le</strong> a grossi, la Panda n’est plus<br />

aussi agi<strong>le</strong>... Tandis que <strong>le</strong> Jimny garde<br />

son petit corps d’athlète rompu à<br />

toutes <strong>le</strong>s disciplines.<br />

Bon, c’est vrai qu’il est devenu encore<br />

plus spartiate avec son passage à la<br />

version utilitaire à deux places.<br />

En effet, ce baroudeur conpact de seu<strong>le</strong>ment<br />

3,64 de long n’est plus disponib<strong>le</strong><br />

qu’en version utilitaire. Ceci pour,<br />

semb<strong>le</strong>t-il des raisons fisca<strong>le</strong>s. En effet,<br />

avec une consommation annoncée<br />

de 7,7 litres aux cent qu’il est faci<strong>le</strong><br />

de réaliser, sans tricher, <strong>le</strong> malus fiscal<br />

est indécent pour un si petit véhicu<strong>le</strong>.<br />

Aussi et si vous pouvez <strong>le</strong> passer en<br />

frais professionnels, il ne vous coûtera<br />

pas grand chose pour travail<strong>le</strong>r.<br />

Vous avez un job qui vous entraine<br />

dans des endroits diffici<strong>le</strong>s d’accès<br />

492 493


et vous aimeriez disposer d’un bon gros<br />

mètre cube pour transporter votre néc<strong>essai</strong>re,<br />

<strong>le</strong> Jimny est fait pour vous.<br />

Maintenant, si c’est pour <strong>le</strong> fun, <strong>le</strong>s taxes<br />

sont vite oubliées grâce au plaisir de crapahuter<br />

avec une aisance diabolique. Le<br />

plus impressionnant quand on monte à<br />

bord du Jimny, c’est son accueil d’un rare<br />

classicisme. Tout y est simp<strong>le</strong>, bien positionné,<br />

pratique et solide. Le sty<strong>le</strong> est<br />

technique, presque rugueux. On est loin<br />

des sty<strong>le</strong>s alambiqués, on est dans du<br />

vrai ! Côté moteur, <strong>le</strong> petit 1500 à quatre<br />

pattes offre un timbre très sympathique.<br />

Il a peu de poids à mouvoir et de ce fait,<br />

offre une tonicité impressionnante. Hyper<br />

cool à bas régime, il est toujours volontaire<br />

et doux.<br />

Quand on <strong>le</strong> sollicite, et envoie <strong>le</strong> comptetour<br />

dans <strong>le</strong> rouge, il montre clairement<br />

sa hargne et sa vigueur dans une musique<br />

des années ‘80-’90. Le pied, quoi !<br />

Peu de mécaniques peuvent offrir ce tempérament<br />

actuel<strong>le</strong>ment, sauf peut-être<br />

<strong>le</strong> nouveau quatre cylindres, deux litres<br />

Mercedes-Benz que nous avons testé<br />

dans <strong>le</strong> GLC 200, mais on est alors dans<br />

une gamme de prix stratosphérique.<br />

Toujours est-il que ce petit moteur 1500<br />

développe 102 ch qui passent aux 4<br />

roues quand on <strong>le</strong> demande. C’est vrai<br />

que sur routes, et pire sur autoroutes <strong>le</strong><br />

Jimny doit être tenu en laisse. Non seu<strong>le</strong>ment,<br />

il n’aime pas rou<strong>le</strong>r droit, mais en<br />

494 495


496 497


plus à 120-130, il mouline en p<strong>le</strong>urant un<br />

sixième rapport qui <strong>le</strong> soulagerait un tant<br />

soit peu. Mais sur ses terrains de prédi<strong>le</strong>ction,<br />

<strong>le</strong> Jimny est un véritab<strong>le</strong> acrobate.<br />

Et on peut accréditer indiscutab<strong>le</strong>ment<br />

<strong>le</strong>s mots du constructeur au sujet<br />

de sa structure : «Un châssis taillé pour<br />

<strong>le</strong> OFF-ROAD» Quatre fondamentaux<br />

permettent de définir <strong>le</strong> Suzuki Jimny<br />

comme un authentique tout terrain : un<br />

châssis échel<strong>le</strong>, des porte-à-faux réduits,<br />

des suspensions avec ressorts<br />

hélicoïdaux à larges débattements et<br />

4 roues motrices avec boîte de transfert<br />

et réducteur. Le châssis échel<strong>le</strong> est<br />

la base de la structure du Suzuki Jimny<br />

depuis l’origine. El<strong>le</strong> offre une grande résistance<br />

à la torsion et s’adapte aux environnements<br />

<strong>le</strong>s plus diffici<strong>le</strong>s.<br />

Le Jimny dispose de 3 ang<strong>le</strong>s (d’attaque,<br />

ventral et de fuite) très ouverts ainsi<br />

qu’une garde au sol généreuse<br />

qui permettent<br />

d’appréhender <strong>le</strong>s pentes<br />

abruptes, <strong>le</strong>s descentes raides<br />

et <strong>le</strong>s obstac<strong>le</strong>s sans risque.<br />

Sans oublier que <strong>le</strong> Jimny dispose<br />

d’un mécanisme de régulation de la traction<br />

intégra<strong>le</strong> appelé AllGrip PRO que<br />

l’on utilise dans des conditions diffici<strong>le</strong>s.<br />

Il faut sé<strong>le</strong>ctionner avec <strong>le</strong>s <strong>le</strong>viers adéquats,<br />

la boîte de transfert en mode 4L<br />

pour bénéficier d’une vitesse d’évolution<br />

<strong>le</strong>nte en 4 roues motrices et profiter p<strong>le</strong>inement<br />

du coup<strong>le</strong> moteur. Sur un terrain<br />

plat ou une route enneigée, il suffit d’activer<br />

<strong>le</strong> mode 4H pour une conduite plus<br />

adaptée. Sur route goudronnée, <strong>le</strong> mode<br />

2H (2 roues motrices) offre une conduite<br />

plus fluide, plus si<strong>le</strong>ncieuse et plus économe<br />

en carburant. En retrouvant «LE»<br />

plaisir de conduire cette Jimny dépourvue<br />

de l’aseptisation et de la surassistance<br />

498 499


Vous pouvez<br />

configurer votre<br />

Jimny sur <strong>le</strong> site<br />

Al<strong>le</strong>mand, <strong>le</strong>s<br />

ne sont pas <strong>le</strong>s<br />

même qu’en<br />

Belgique.<br />

Mais nettement<br />

moins é<strong>le</strong>vés<br />

qu’en Hollande...<br />

Ce modè<strong>le</strong> est<br />

actuel<strong>le</strong>ment<br />

indisponib<strong>le</strong><br />

en Belgique<br />

contemporaine, nous avons consommé<br />

sans faire plus attention que ça 7,9 litres<br />

aux cent alors que Suzuki annonce courageusement,<br />

7,7 litres...<br />

Et là, bravo, car pour descendre <strong>le</strong> CO2,<br />

ils auraient pu générer grâce à un cinquième<br />

rapport nettement plus allongé<br />

des va<strong>le</strong>urs qui ne seraient pas attei-<br />

gnab<strong>le</strong>s en usages courants. À noter<br />

que <strong>le</strong> Jimny dispose d’une flopée de<br />

fonctions en plus du lane assist et autres<br />

éléments à la mode, d’un «high beam<br />

assist» (Assistance des feux de route)<br />

de top qualité/efficacité. Quel bonheur<br />

que cette simplicité et ces innovations,<br />

tel<strong>le</strong>ment surprenantes dans ce Jimny !<br />

500 501


Renault<br />

voit juste<br />

avec<br />

AUSTRAL-E<br />

La Griffe Alpine<br />

signe <strong>le</strong>s nouveaux modè<strong>le</strong>s<br />

Plume @ Eric HEIDEBROEK<br />

Images @ Caminter 2022<br />

502 503


«Les finitions<br />

AMG Line,<br />

Msty<strong>le</strong>, SLine<br />

ne sont plus <strong>le</strong>s<br />

seu<strong>le</strong>s à refléter<br />

une image<br />

forte, l’Esprit<br />

Alpine s’impose<br />

naturel<strong>le</strong>ment»<br />

Renault et Alpine, c’est une<br />

longue histoire de passions et<br />

de sportivité.<br />

C’est très intelligent de la part de<br />

Renault d’utiliser ce patrimoine<br />

qui dessine naturel<strong>le</strong>ment une<br />

image très forte pour ses<br />

produits.<br />

Pour crédibiliser sa démarche, Renault<br />

passe à la vitesse supérieure,<br />

en s’obligeant à parfaire ses propositions.<br />

On est, et ce directement,<br />

agréab<strong>le</strong>ment séduit par la<br />

qualité et <strong>le</strong> choix des équipements<br />

de cette ligne Esprit Alpine.<br />

Notre <strong>essai</strong> s’est réalisé à bord de<br />

la version AUSTRAL-E une version<br />

hybride auto-rechargeab<strong>le</strong>. Et <strong>le</strong><br />

moins que l’on puisse dire c’est<br />

que nous avons été étonnés par la<br />

faib<strong>le</strong> consommation de ce SUV<br />

504 505


de bonne tail<strong>le</strong>. A peine 5,6 litres<br />

d’essence aux 100 km. C’est peu et<br />

l’autonomie annoncée force <strong>le</strong><br />

respect avec quelques 830 km. Le<br />

sty<strong>le</strong> développé par Renault pour<br />

ses nouveaux modè<strong>le</strong>s, lancé par<br />

la superbe Megane dont nous<br />

avons testé la version 100% é<strong>le</strong>ctrique<br />

et avions appréciés <strong>le</strong> sty<strong>le</strong><br />

élancé de son profil, la finesse de<br />

ses pahares et l’élégance de son<br />

habitac<strong>le</strong>.<br />

Des traits que l’on retrouve dans<br />

cet Austral-E. Avec la ligne ESPRIT<br />

ALPINE, ce design est mis en va<strong>le</strong>ur<br />

par un revêtement en «Alacantara<br />

® sur <strong>le</strong>s côtés des sièges et<br />

<strong>le</strong>s appuie-tête, tandis que <strong>le</strong><br />

centre du dossier et de l’assise est<br />

dans une matière jouant <strong>le</strong>s stries<br />

d’un effet carbone en y ajoutant<br />

une structure synthétique.<br />

Bien vu et très bien réalisé.<br />

D’ail<strong>le</strong>urs l’esprit chauvin* se vérifie<br />

par l’insertion dans une couture<br />

du dossier des sièges d’un<br />

drapeau français. Comme dans <strong>le</strong>s<br />

Volvo, qui el<strong>le</strong>s arborent <strong>le</strong>s cou<strong>le</strong>urs<br />