06.04.2023 Views

Echo du Seignadou n° 9

Lettre des Fraternités laïques de S. Dominique de la province de Toulouse

Lettre des Fraternités laïques de S. Dominique de la province de Toulouse

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong><br />

Lettre des Fraternités laïques de saint Dominique de la province de Toulouse<br />

Dossier : Jubilé<br />

Saint Thomas d’Aquin<br />

700 ans de sa canonisation<br />

Hiver<br />

Printemps<br />

2022-2023<br />

<strong>n°</strong> 9


SOMMAIRE<br />

Éditorial par Jean-Louis Dulot<br />

Intro<strong>du</strong>ction par Denis Ronfort<br />

Dossier : Jubilés de Saint Thomas d’Aquin<br />

Triple jubilé : 2023-2024-2025<br />

La canonisation de saint Thomas d’Aquin<br />

Homélie pour la solennité de saint Thomas d’Aquin<br />

Lettre à frère Thomas<br />

La vénération des reliques, un culte pour le XXI e siècle ?<br />

Souscription pour le nouveau reliquaire de saint Thomas d’Aquin<br />

In<strong>du</strong>lgences<br />

7 e centenaire de la canonisation de S. Thomas d’Aquin : année 2023<br />

Prière et étude :<br />

Frères en Christ, frères <strong>du</strong> Christ<br />

La session de formation initiale sur la vie fraternelle en images<br />

Feu<br />

Prière pour les défunts et les malades<br />

Prédication :<br />

Laïcs en pèlerinage <strong>du</strong> Rosaire à Ambohitraivo<br />

Partage de Noël au bénéfice des enfants orphelins<br />

Actualités de la province :<br />

Journées provinciales de l’Ascension<br />

Publications<br />

Rencontres avec le Maître de l’Ordre<br />

Lettre des frères d’Ukraine<br />

Une écharpe pour les laïcs dominicains<br />

Marche sur les pas de S. Dominique<br />

La Domistella recherche de nouveaux équipiers<br />

Appel à cotisations 2023<br />

Le carnet<br />

Prier les offices avec nos sœurs moniale et nos frères<br />

À vos plumes<br />

l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

EDITO<br />

Jean-Louis Dulot, responsable provincial<br />

Ensemble, goûtons les fruits de la<br />

Passion<br />

La Passion <strong>du</strong> Christ manifeste la miséricorde<br />

incommensurable de Dieu pour les hommes. C’est pour nous, pêcheurs, que le<br />

Christ a livré son corps et a versé son sang. Par sa résurrection, « il nous ouvre la<br />

vie éternelle » (oraison <strong>du</strong> Jour de Pâques) et nous pouvons déjà goûter ici-bas les<br />

bienfaits de la grâce divine et la joie de la communion des saints.<br />

Notre Province a été particulièrement gâtée ces derniers temps. D’abord, avec<br />

l’ouverture des trois années jubilaires en l’honneur de notre frère vénéré saint<br />

Thomas d’Aquin, où nous commémorerons successivement sa canonisation, sa<br />

mort et sa naissance. Ce triple jubilé nous relie à l’Église triomphante, à ceux<br />

qui nous précèdent dans la vie éternelle, eux qui reposent en Dieu et intercèdent<br />

pour nous qui sommes en chemin. Avec notre frère saint Thomas, cette relation<br />

se fait tangible quand l’une de nos sœurs laïques touche son crâne pour le poser<br />

sur un joli coussin de soie et de coton. La célébration <strong>du</strong> 28 janvier comme les<br />

célébrations qui suivront et la vénération de la précieuse relique qui circule dans<br />

notre Province sont sources de grâces et de joie. Sachons profiter de ces moments<br />

privilégiés !<br />

Un autre frère a parcouru la Province, de l’Église militante celui-là, c’est notre<br />

frère Gérard Timoner, Maître de l’Ordre en visite canonique, accompagné de<br />

ses socii, frère Alain Arnould pour l’Europe et frère Pablo Sicouly pour la<br />

vie intellectuelle. Ce fut l’occasion de chaleureux rassemblements de la famille<br />

dominicaine. Joie de célébrer ensemble notre Seigneur, de réfléchir à notre<br />

vocation commune et de renforcer les liens qui nous unissent.<br />

Dans la continuité de ces rassemblements, je vous donne rendez-vous aux<br />

Journées provinciales <strong>du</strong> 18 au 21 mai.<br />

Joyeuses Pâques à tous !<br />

3<br />

Photo en couverture : «S. Thomas d’Aquin» de Joseph Aubert dans la basilique S t Etienne à Jérusalem<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

4 5<br />

INTRO<br />

La Providence ne manque pas d’humour. En<br />

effet, celui que des étudiants appelaient « le bœuf<br />

muet », n’en finit pas de nous parler et de nous transmettre les<br />

grâces <strong>du</strong> Seigneur. Plus de 700 ans après sa mort, saint Thomas<br />

d’Aquin vient nous visiter. Son nouveau reliquaire a commencé un<br />

long périple et déjà les premières communautés qui l’ont accueilli<br />

peuvent témoigner des grâces reçues. En 2023, nous commençons<br />

la célébration <strong>du</strong> triple jubilé de sa canonisation (1323), de sa mort<br />

(1274) et de sa naissance (1225). L’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> se devait<br />

d’en parler.<br />

Nous ouvrons donc aujourd’hui un dossier spécial sur le Jubilé<br />

2023 avec notamment l’homélie de Mgr J.-L. Bruguès pour la<br />

solennité de S. Thomas d’Aquin.<br />

Dans la rubrique « Actualités de la Province », deux informations<br />

marquantes sont à signaler. Vous trouverez tout d’abord, la<br />

présentation des prochaines Journées Provinciales <strong>du</strong> 18 au 21 mai<br />

et toutes les informations nécessaires pour s’inscrire. Vous aurez<br />

aussi un compte-ren<strong>du</strong> de la visite <strong>du</strong> frère Gérard Timoner, Maître<br />

de l’Ordre, qui à la suite <strong>du</strong> reliquaire de Saint thomas d’Aquin est<br />

venu visiter notre Province.<br />

Nous aurons enfin une intention de prière pour nos défunts et les<br />

malades de la grande famille dominicaine.<br />

Merci à tous les contributeurs !<br />

Les événements et initiatives dans vos fraternités pourront être<br />

publiés dans le prochain numéro. Merci de nous faire parvenir vos<br />

articles.<br />

L’équipe de L’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> vous souhaite une bonne<br />

lecture !<br />

DOSSIER<br />

Denis Ronfort, rédacteur en chef adjoint Triple jubilé 2023-2024-2025<br />

S. Thomas d’Aquin... un lien particulier<br />

avec Toulouse<br />

Thomas d’Aquin ! Son nom résonne partout<br />

dans le monde tant la notoriété de ce dominicain, éminent<br />

philosophe et théologien, reste aujourd’hui prestigieuse. Son œuvre<br />

impressionnante, sa réflexion si contemporaine sur l’homme et le<br />

monde, la foi et la raison, inspirent encore responsables politiques et<br />

universitaires … Une gloire qui rejaillit sur la ville de Toulouse où<br />

il repose depuis 1369, au cœur de l’admirable nef des Jacobins, sous<br />

la couronne tressée des vingt-deux nervures <strong>du</strong> fameux palmier.<br />

Thomas meurt à Fossanova (Italie) en mars 1274. Il s’ensuit<br />

de multiples incidents provoqués par une dispute car les moines<br />

cisterciens chez lesquels il meurt, les frères prêcheurs, le roi de<br />

Naples, les universitaires parisiens, sa famille, tous revendiquent sa<br />

dépouille mortelle. En juin 1368, le pape Urbain V tranche l’affaire.<br />

Ne pouvant donner à Toulouse le corps de saint Dominique, il<br />

confie aux dominicains de Toulouse le corps de saint Thomas<br />

d’Aquin, et motive ainsi sa décision : « L’importance de la ville qui<br />

a vu naître l’Ordre des Prêcheurs, l’université florissante de Toulouse<br />

fondée en 1229 avec le concours des frères dominicains, la beauté de<br />

l’église conventuelle, la dévotion <strong>du</strong> peuple toulousain garante de la<br />

révérence <strong>du</strong>e au célèbre théologien. »<br />

Urbain V ne se trompe pas. La ferveur de la population n’est pas<br />

à démontrer comme le relatent les chroniques de l’époque. De<br />

Naples vers Toulouse, Thomas effectue alors à revers le chemin<br />

précédemment emprunté par Dominique - de Toulouse vers<br />

Bologne - renforçant ce lien mystérieux et indéfectible qui unit<br />

les Dominicains à la Ville Rose, depuis que saint Dominique y<br />

implanta, en 1215, une petite communauté de frères.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

6 7<br />

Mausolée à la gloire<br />

de S. Thomas d’Aquin,<br />

aujourd’hui détruit<br />

L’arrivée de Thomas à Toulouse, le dimanche 28<br />

janvier 1369, est solennelle et grandiose. « Une<br />

foule immense de Toulousains accueille en la chapelle<br />

Notre-Dame <strong>du</strong> Férétra celui que l’on reconnait<br />

comme un saint depuis 1323 et que tout le monde<br />

tient pour un génie et l’accompagne jusque dans la<br />

grande église des frères Prêcheurs. » Deux siècles<br />

plus tard, un mausolée à l’architecture imposante<br />

d’environ quinze mètres de hauteur raconte en cet<br />

ancien couvent des Prêcheurs, l’exaltation de saint<br />

Thomas à Toulouse. De ce monument, inauguré<br />

en juin 1628, totalement détruit à la Révolution<br />

française, subsistent seulement des gravures qui en<br />

décrivent l’aspect.<br />

Aujourd’hui, les reliques - ossements et crâne - de l’un des<br />

plus grands penseurs de l’Humanité, déposées séparément dans<br />

deux simples petits coffres en bois de chêne scellés <strong>du</strong> sceau de<br />

l’Archevêque de Toulouse, étaient conservées sous le maître-autel de<br />

l’église des Jacobins. Il devenait urgent de valoriser et de préserver<br />

cet héritage pour mieux le transmettre aux générations futures.<br />

Évènement exceptionnel … L’Ordre des Prêcheurs célèbre depuis<br />

le 28 janvier dernier et pendant trois ans - de 2023 à 2025 - le triple<br />

Jubilé des 700 ans de la canonisation, des 750 ans de la mort, puis<br />

des 800 ans de la naissance de saint Thomas d’Aquin.<br />

A cette occasion, Les frères dominicains de la Province de<br />

Toulouse, détenteurs des précieuses reliques, ont offert à leur frère<br />

Thomas - pour contenir son chef - un nouveau reliquaire réalisé par<br />

les artistes Augustin Frison-Roche et Louis-Guillaume Piéchaud ;<br />

bref, un « écrin » taillé dans la finesse <strong>du</strong> cristal de roche et <strong>du</strong><br />

jaspe rouge et l’exaltation <strong>du</strong> plus bel or, digne <strong>du</strong> plus célèbre des<br />

docteurs de l’Église, qui leur permettent, enfin, de processionner en<br />

toute respectabilité.<br />

M.O.<br />

Références bibliographiques : Jacques Lavaur, Bernard Montagnes, Augustin<br />

Laffay et Michel Nodé-Langlois<br />

DOSSIER<br />

Jubilé 2023<br />

La canonisation de saint Thomas d’Aquin<br />

Saint Thomas meurt en 1274, sa réputation, qui est déjà grande,<br />

grandit encore, une réputation de sainteté et de génie, ce que le<br />

pape Jean XXII (1316-1334) sanctionnera par une canonisation à<br />

Avignon en 1323. Cet admirateur et lecteur de Thomas, approuve<br />

la démarche de la province de Sicile en 1317 de promouvoir sa<br />

canonisation. Son biographe, Guillaume de Tocco, prieur <strong>du</strong><br />

couvent de Bénévent, avait déjà entrepris plusieurs démarches pour<br />

collationner des informations sur la vie et les miracles <strong>du</strong> saint qu’il<br />

présentera au pape en 1318. Il arrive à<br />

Avignon en août, porteur d’une requête<br />

des grands <strong>du</strong> royaume de Sicile, d’un<br />

dossier de miracles et d’une biographie,<br />

son Ystoria sancti Thomae de Aquino. La<br />

cause est intro<strong>du</strong>ite en septembre 1318<br />

et Tocco dirigea l’enquête à Naples,<br />

province dont dépendait saint Thomas à<br />

sa mort. En 1321 eut lieu, sur ordre <strong>du</strong><br />

pape, une deuxième enquête avec trois<br />

nouveaux délégués, selon une nouvelle<br />

procé<strong>du</strong>re, dont Jean de Naples, un fidèle<br />

de saint Thomas, était le rapporteur. Le<br />

culte, qui apparaît dès la mort <strong>du</strong> saint,<br />

relayé dans tout l’Ordre par la suite, est<br />

soutenu par des cardinaux, membres <strong>du</strong><br />

consistoire avignonnais de 1318, à qui le<br />

pape avait dit : « À lui seul il a plus éclairé<br />

l’Église que tous les autres docteurs ; et<br />

dans ses livres l’homme profite plus en un<br />

Portrait de saint Thomas d’Aquin<br />

Maison Seilhan (Toulouse)<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

8 9<br />

Tableau sur bois attribué<br />

à fr. André Abellon, op<br />

Basilique Saint-Maximin<br />

an, que <strong>du</strong>rant tout le temps de sa vie<br />

dans la doctrine des autres » (1er mars<br />

1318).<br />

Thomas d’Aquin fût proclamé<br />

saint le 18 juillet 1323. La bulle de<br />

canonisation Redemptionem misit fait<br />

état de 300 miracles, ce qui constitue<br />

l’argument majeur d’une canonisation ;<br />

peu de choses, en revanche, sur la<br />

qualité de la doctrine <strong>du</strong> maître en<br />

sacra pagina, autrement dit sur la<br />

doctrine de l’Aquinate et son œuvre.<br />

Le pape souligne cependant, et c’est<br />

inhabituel, dans la considération des<br />

motifs de sainteté, la place de l’étude et<br />

de la prière dans la vie d’un disciple <strong>du</strong><br />

Christ qui est un apôtre, un prêcheur<br />

et un docteur. Saint Thomas, modèle<br />

de fidélité au magistère romain, est<br />

exalté par le pontife dans plusieurs<br />

sermons, pour sa vie pauvre et son<br />

assi<strong>du</strong>ité à l’étude de la Bible, la<br />

recherche de la vérité et l’intelligence<br />

de la foi. Le retentissement de cette<br />

canonisation fut considérable. Ceux<br />

qui nourrissaient encore quelques<br />

préventions <strong>du</strong>rent s’incliner. En 1325,<br />

on annula la condamnation de 1277,<br />

année où l’évêque de Paris avait fait<br />

condamner en bloc toute une série de<br />

propositions, dont on disait qu’elles<br />

atteignaient le maître d’Aquin. Étienne<br />

Bourret, successeur d’Étienne Tempier,<br />

l’auteur de la condamnation de 1277,<br />

reconnaissait que l’acte de canonisation avait pour effet, non<br />

seulement de proposer à la piété des fidèles un modèle de sainteté,<br />

mais, et c’est ici décisif, de promouvoir une doctrine pure de la foi<br />

catholique. Celui qui était déjà désigné par beaucoup comme le<br />

Doctor eximius, ou excelletenssimus, est alors reconnu – dès 1316<br />

pour les dominicains – comme le Doctor communis. Si l’Aquinate<br />

est un saint, sa doctrine aussi est sainte, c’est-à-dire juste et vraie.<br />

Article repro<strong>du</strong>it avec l’aimable autorisation <strong>du</strong> site : https://thomasaquinas-jubileum.org<br />

Tableau <strong>du</strong> Guerchin<br />

Basilique S. Dominique (Bologne)<br />

Les plus belles prières de<br />

saint Thomas d’Aquin<br />

Ph.-M. Margelidon<br />

Artège, 2023 - 12,90 €<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

10 11<br />

DOSSIER<br />

Mgr Jean-Louis Bruguès, o.p.<br />

Homélie pour la solennité de Saint<br />

Thomas d’Aquin le 28 janvier 2023<br />

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel vient à s’affadir, avec quoi le<br />

salera-t-on ? Il n’est plus bon à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux<br />

pieds par les gens.<br />

Vous êtes la lumière <strong>du</strong> monde. Une ville ne se peut cacher, qui est<br />

sise au sommet d’un mont. Et l’on n’allume pas une lampe pour la<br />

mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour<br />

tous ceux qui sont dans la maison. Ainsi votre lumière doit-elle briller<br />

devant les hommes afin qu’ils voient vos bonnes œuvres et glorifient<br />

votre Père qui est dans les cieux.<br />

Mt 5 13-16<br />

Une fois encore, l’Évangile nous a fait entendre l’invitation<br />

solennelle <strong>du</strong> Seigneur à devenir le sel de la terre et la lumière <strong>du</strong><br />

monde. Ce passage appartient au Sermon sur la montagne dont<br />

il constitue une sorte de conclusion : après avoir brossé, avec les<br />

huit béatitudes, le portrait <strong>du</strong> disciple de la loi nouvelle, il fixe son<br />

statut social. Sel de la terre, Lumière <strong>du</strong> monde : ce sont là des titres<br />

redoutables, l’Évangile nous explique pourquoi (si le sel s’affadit…).<br />

Ce sont là aussi des titres prestigieux. Oui, c’est un honneur d’être<br />

baptisé, et cet honneur doit devenir manifeste aux yeux de tous. Je<br />

dis cela avec d’autant plus de force qu’aujourd’hui, empêtrée dans<br />

le choc des scandales et sans cesse forcée à comparaître devant le<br />

tribunal de l’opinion, notre Église semble s’effacer de nos terres de<br />

vieille chrétienté.<br />

Le sel renvoie à la sapidité, à tout ce qui donne <strong>du</strong> goût, donc à<br />

la sagesse. Le disciple <strong>du</strong> Christ aime la vie. Il sait en jouir sous le<br />

regard de Dieu : ce goût, cette joie de vivre, cette sagesse nouvelle,<br />

il lui revient de les faire partager autour de lui. Ce faisant, il<br />

devient une lumière pour le monde. Je n’ai jamais cru qu’il existait<br />

des chrétiens anonymes, je n’ai jamais pensé qu’on pouvait être<br />

chrétien sans le savoir ; le disciple ne se cache pas, ni ne se laisse<br />

confondre avec la masse. Par sa manière d’être — sa sagesse — et sa<br />

manière lumineuse de penser, il refuse les conformismes de toutes<br />

sortes. Que cette différence soit coûteuse, nous le savons tous très<br />

bien, aujourd’hui plus qu’hier : on ne manquera pas de s’étonner<br />

devant un comportement si singulier, on se moquera de lui, on le<br />

critiquera, mais rien ne saurait éteindre la fierté <strong>du</strong> disciple choisi<br />

pour témoigner de l’amour de Dieu.<br />

Sagesse, lumière : ce sont là les mots qui viennent<br />

spontanément à l’esprit quand on parle de saint<br />

Thomas d’Aquin. La première lecture inscrivait le<br />

maître dominicain dans la longue liste des sages qui, à<br />

travers les siècles, ou même les millénaires, ont illustré<br />

la crainte <strong>du</strong> Seigneur. « J’ai prié et l’intelligence m’a<br />

été donnée » : ces paroles auraient pu se trouver sur<br />

les lèvres mêmes de notre saint. En préparant cette<br />

homélie, j’ai voulu relire le décret par lequel, le 25<br />

mai 1727, le pape Benoît XIII érigeait le Studium des<br />

Dominicains de Rome. Il présente la doctrine de celui<br />

qui allait devenir le Docteur commun de l’Église comme une<br />

lumière destinée à éclairer, non seulement l’Église, mais la société<br />

tout entière. 1727 : en plusieurs pays d’Europe, à commencer par<br />

la France, une nouvelle vision de l’homme et <strong>du</strong> monde commence<br />

à naître dans l’intelligentsia, sous l’influence des Encyclopédistes.<br />

La sécularisation fait ses premiers pas. Vers qui se tourne l’Église ?<br />

Non point vers les théologiens <strong>du</strong> moment — on aurait été bien en<br />

peine de les trouver ! —, mais vers un Ancien qui avait anticipé<br />

l’Europe intellectuelle et étudié, puis enseigné à Cologne, Paris,<br />

Orvieto, Rome et finalement Naples.<br />

En ce début de millénaire, alors que la sécularisation s’est imposée<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

12 13<br />

en plusieurs continents, et qu’elle se fait chaque jour plus combative,<br />

il me semble que le réflexe de notre Église doit rester le même :<br />

se tourner, non point vers une référence historique finalement<br />

très éloignée de notre culture, mais vers un maître, au sens absolu<br />

de ce terme, dont le rayonnement transcende les siècles. Nova et<br />

vetera : Thomas d’Aquin eut le génie de s’enraciner dans la tradition<br />

la plus solide (sa connaissance des Pères et sa dette envers saint<br />

Augustin, beaucoup plus forte qu’on ne semblait le reconnaître, en<br />

témoignent), afin de saisir de l’intérieur les enjeux de la modernité.<br />

L’assimilation <strong>du</strong> passé prépare toujours l’avenir. Écoutons-le donc<br />

nous donner deux conseils majeurs pour aujourd’hui.<br />

Premier conseil : ne jamais séparer le travail intellectuel de la vie<br />

d’union à Dieu. Certes, pour saint Thomas, la théologie exerce<br />

une fonction spéculative et systématique bien définie, qui consiste<br />

à proposer une « intelligence » de la foi, à en donner des raisons<br />

certaines ou probables, afin d’éliminer les erreurs. Pour autant, il<br />

ne détache jamais cette perspective immédiate d’une finalité plus<br />

spirituelle qui pourrait se résumer dans un mot : l’élévation de<br />

l’esprit. À propos d’une question trinitaire délicate, saint Thomas<br />

note : « Une telle recherche n’est pas inutile, puisque par elle l’esprit<br />

est élevé pour saisir quelque chose de la vérité » (De potentia,<br />

q. 9, a. 5). Cette élévation est perçue comme l’anticipation, ou<br />

la préparation, de la vision béatifique. Nous restons bien dans la<br />

perspective ouverte par les béatitudes proclamées dans le Sermon<br />

sur la montagne. Voilà pourquoi le travail spéculatif, selon Thomas,<br />

est source de joie. « Il est utile, explique-t-il au début de la Somme<br />

contre les Gentils, que l’esprit humain s’exerce à ces raisons, aussi<br />

faibles […]. Car pouvoir apercevoir quelque chose des réalités les<br />

plus hautes, ne serait-ce que d’un regard faible et limité, procure la<br />

plus grande joie » (SCG I, 8, 49).<br />

Il me semble que ce premier conseil prémunit contre ce que<br />

j’appellerai le risque d’une auto-sécularisation rampante chez ceux<br />

qui ont reçu la charge d’enseigner dans l’Église : en regardant les<br />

« choses d’en haut », comme on mettrait l’objectif d’un appareil<br />

photographique sur l’infini, ces derniers devraient mieux voir<br />

s’ordonner les divers plans de la réalité. Commémorant le centième<br />

anniversaire <strong>du</strong> théologien Hans Urs von Balthasar, en 2005, celui<br />

qui venait d’être élu pape sous le nom de Benoît XVI lui rendait<br />

cet hommage au sein de la Commission théologique à laquelle<br />

j’appartenais : « Il avait profondément compris que la théologie ne<br />

peut se développer que par la prière qui saisit la présence de Dieu et<br />

qui se confie à lui dans l’obéissance. »<br />

Le second conseil que nous laisse le Docteur angélique pourrait<br />

s’exprimer de la manière suivante : « Dépasser le <strong>du</strong>alisme entre<br />

exégèse et théologie. » Résonnent encore les paroles <strong>du</strong> pape défunt :<br />

« Là où l’exégèse n’est pas théologie l’Écriture ne peut être l’âme de<br />

la théologie, et vice-versa là où la théologie n’est pas essentiellement<br />

interprétation de l’Écriture dans l’Église cette théologie perd ses<br />

fondements et sa raison d’être. » Saint Thomas nous donne un<br />

exemple admirable de cette unité entre la méditation de la Parole<br />

de Dieu et la réflexion systématique. La Somme de théologie<br />

propose un va-et-vient constant entre cette Parole, elle-même relue<br />

dans la Tradition et à la lumière <strong>du</strong> Magistère, et la construction<br />

théologique. On se rappelle qu’au Moyen Âge, la première tâche <strong>du</strong><br />

magister en théologie était de commenter l’Écriture tous les jours.<br />

Le titre le plus élevé à l’époque restait celui de Magister in sacra<br />

Pagina ou Doctor sacrae scripturae. Legere, c’est-à-dire commenter,<br />

disputare des questions plus ar<strong>du</strong>es et enfin praedicare : Thomas<br />

nous a laissé ainsi d’admirables commentaires de l’Écriture. Par<br />

exemple, sur la phrase bien connue de Jésus :<br />

« Je suis doux et humble de cœur » (Mt 11, 29), notre Docteur<br />

explique de la manière la plus lumineuse que « toute la loi nouvelle<br />

consiste en ces deux choses : dans la douceur et l’humilité — par la<br />

douceur l’homme s’ordonne au prochain, selon la parole <strong>du</strong> psaume :<br />

“Souviens-toi, Seigneur, de David et de sa grande douceur” (Ps 131,<br />

1) — et par l’humilité il s’ordonne à soi et à Dieu ».<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

14 15<br />

Une émission de télévision, par ailleurs bien faite, s’attachait,<br />

l’été dernier, à faire découvrir les charmes de la Haute-Garonne.<br />

Le sujet m’avait piqué : n’avais-je pas vécu plus de vingt-cinq<br />

ans dans cette région ? La retransmission s’ouvrait sur la visite<br />

des Jacobins de Toulouse, s’interrogeait sur l’origine des doubles<br />

nefs, propres aux églises dominicaines, saluait l’éclat des vitraux,<br />

pourtant quelconques, s’extasiait sur la complexité et la prouesse<br />

technique <strong>du</strong> fameux pilier à douze branches, mais « oubliait » de<br />

mentionner, ne serait-ce qu’en passant, que sous l’autel de cette<br />

même église gisaient les reliques d’un des plus grands penseurs <strong>du</strong><br />

Moyen Âge, un des pères de l’humanisme occidental, un témoin<br />

majeur <strong>du</strong> dialogue entre la foi et la raison, un docteur commun<br />

de l’Église catholique : Thomas d’Aquin. Pas un regard, pas un<br />

mot, l’anecdote au détriment de l’essentiel, voilà le point où nous<br />

sommes parvenus : aveuglement dû au manque de culture, à moins<br />

que ce ne soit le fruit des idéologies à la mode… Évoquant sa<br />

figure, Lacordaire écrivait en 1850 : « Ce grand homme fait peur. »<br />

Aujourd’hui, on préfère taire son nom.<br />

Alors que nous célébrons le septième centenaire de la canonisation<br />

de notre maître, une question ne manque pas de se poser : comment<br />

lui redonner, tout simplement, droit de cité ?<br />

Mgr Jean-Louis Bruguès, o.p.<br />

Cher frère Thomas,<br />

DOSSIER<br />

Adeline de Laportalière,<br />

Fraternité Pier Giorgio Frassati, Toulouse<br />

Lettre à frère Thomas<br />

Cette petite lettre pour vous exprimer toute ma reconnaissance et<br />

surtout ma grande joie d’avoir partagé un tel moment avec vous.<br />

Quand Claire m’a demandé de coudre le coussin <strong>du</strong> nouveau<br />

reliquaire, sur lequel allait reposer votre précieux chef, j’en étais<br />

tout espantée !<br />

J’ai commencé par choisir quelques échantillons de tissu en<br />

fonction des couleurs de la chasse et je suis allée dans l’atelier<br />

d’Augustin Frison-Roche* pour choisir avec lui ce qui conviendrait<br />

le mieux. Dans le bel atelier de l’artiste, per<strong>du</strong> en<br />

pleine campagne, j’ai découvert votre futur écrin<br />

posé sur la table basse, pas tout à fait fini, mais<br />

tenant déjà toute ses promesses. On aurait dit la<br />

Jérusalem céleste avec ses douze portes fermées<br />

par <strong>du</strong> cristal de roche ou de l’opale rouge, ses<br />

proportions carrées, le cuivre peint en rouge et<br />

doré à la feuille d’or. Son toit surtout où étaient<br />

peintes quatre faces faisant référence à l’eucharistie dont vous avez<br />

si bien parlé. Après avoir discuté, nous avons opté pour un coussin<br />

blanc, afin de capter un maximum de lumière et mettre votre crâne<br />

en valeur ; mais hésitant entre <strong>du</strong> doupion de soie et <strong>du</strong> damassé de<br />

coton, j’ai confectionné un coussin avec une face de chaque tissu.<br />

Les frères choisiraient donc en dernier recours.<br />

Enfin, le moment tant atten<strong>du</strong> est arrivé. Le 26 janvier, nous nous<br />

sommes retrouvés à la sacristie <strong>du</strong> couvent de Rangueil. Il y avait<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

16 17<br />

beaucoup de monde et je ne savais pas trop où me mettre. La vieille<br />

boîte en bois a été ouverte et nous avons découvert votre crâne au<br />

milieu d’un grand brocart, puis le nouveau reliquaire a été ouvert<br />

sur la table et votre crâne déposé sur le coussin. Les frères avaient<br />

choisi le côté soie, peut-être parce que c’est une matière plus noble<br />

que le coton. Dans tous les cas, les deux nuances de ton allaient très<br />

bien à votre teint !<br />

Nous avons prié, Mgr Jean-Louis<br />

Bruguès vous a encensé et pendant<br />

tout ce temps, les frères chantaient<br />

les hymnes et les répons de l’office<br />

de votre solennité. Lorsqu’on<br />

nous a demandé de nous avancer,<br />

Augustin et moi, pour fixer votre<br />

chef sur le coussin, je n’en menais<br />

pas large. J’avais <strong>du</strong> mal à voir<br />

le fil transparent et le chas de<br />

l’aiguille me paraissait vraiment<br />

minuscule. J’ai réalisé à cet instant<br />

qu’il me serait difficile d’entrer au paradis parce que même si je<br />

suis bien plus petite qu’un chameau, je ne le suis pas assez pour<br />

entrer dans un si petit trou ! Puis une fois<br />

dans l’action, le temps a semblé s’arrêter<br />

et j’avais l’impression qu’il n’y avait plus<br />

que vous, Jésus nous surplombant sur sa<br />

croix, Augustin et moi. Je n’entendais<br />

même plus les frères qui chantaient :<br />

« Tu as bien écrit de moi, que veux-tu<br />

en retour ? - Rien d’autre que toi ô mon<br />

Dieu ». Je ne sais plus si c’est nous qui<br />

étions au Ciel ou si c’est le Ciel qui est<br />

descen<strong>du</strong> un instant sur la terre. J’étais<br />

tellement heureuse de vous voir de si près<br />

et de vous toucher (un tout petit peu<br />

Fixation <strong>du</strong> crâne sur le coussin<br />

Avec Augustin Frison-Roche<br />

parce que sinon, je me serais fait reprendre) ! En prenant moult<br />

précautions, nous avons fait passer le fil par des petits trous de votre<br />

anatomie et je pense que vous êtes maintenant bien arrimé à mon<br />

joli coussin, fait tout exprès pour vous mon cher frère. J’espère que<br />

vous y serez bien pour voyager et rendre visite à tous ceux qui seront<br />

heureux de vous vénérer.<br />

Alors, merci cher frère Thomas, de m’avoir permis de vivre<br />

ce moment historique que je ne suis pas près d’oublier. Et puis,<br />

comme nous avons vécu une certaine intimité et que nous sommes<br />

maintenant bons amis autant que frère et sœur, j’aimerais vous<br />

demander une faveur : aidez-moi, s’il vous plaît, à devenir toute<br />

petite, si petite que je puisse un jour passer par le trou de ma petite<br />

aiguille, que je garde précieusement sur un coussinet de soie, afin<br />

de vous rejoindre au paradis et voir Notre Seigneur !<br />

En Christ,<br />

Votre petite sœur Adeline<br />

Procession des reliques de saint Thomas<br />

aux Jacobins le 28 janvier 2023<br />

*Augustin Frison-Roche est l’artiste qui a conçu et réalisé le reliquaire,<br />

en collaboration avec Pierre Claverie, menuisier, Francis Bourjot,<br />

lapidaire et Louis-Guillaume Piéchaud, orfèvre.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

18 19<br />

DOSSIER<br />

Hélène Combel<br />

La vénération des reliques, un culte<br />

pour le XXI e siècle ?<br />

Le lancement <strong>du</strong> triple jubilé de Saint Thomas<br />

d’Aquin a été l’occasion d’une très belle cérémonie qui a eu lieu le<br />

28 janvier dernier à Toulouse : une relique, constituée <strong>du</strong> crâne <strong>du</strong><br />

Saint, a été installée dans un nouveau reliquaire.<br />

Nous pouvons nous étonner de cette importance accordée,<br />

encore à notre époque, à une relique. N’y a-t-il pas là une source de<br />

superstition ? Nous ne pouvons qu’être surpris que l’Église, quand<br />

elle canonise un chrétien, constitue encore aujourd’hui des reliques<br />

à partir de ses restes corporels. Or, si elle le fait, c’est que cette<br />

démarche a un sens profond.<br />

Les Saints <strong>du</strong> Ciel nous sont offerts comme des modèles et des<br />

intercesseurs. Comme tout un chacun, ils ont connu les aléas de la<br />

vie. Mais ce qu’ils ont de particulier,<br />

c’est qu’ils ont cherché, avec une<br />

persévérance et une confiance totales,<br />

à s’identifier au Christ par leur prière<br />

et par leurs actes. Et ces actes sont<br />

passés par leur corps, qui était habité<br />

d’une manière toute particulière par<br />

l’Esprit Saint. C’est de cela que nous<br />

témoignons en vénérant leurs reliques,<br />

Crâne de Ste Zdislava, basilique de Jablonné<br />

v Podještědí (Tchéquie)<br />

qui sont des restes de ces corps qui ont<br />

été le Temple <strong>du</strong> Saint Esprit.<br />

Parmi toutes les reliques qui peuvent être constituées, une attention<br />

particulière est traditionnellement accordée au crâne des Saints, car<br />

leur tête est considérée comme le lieu de leur pensée, constamment<br />

tournée vers Dieu. Or, à Toulouse, nous avons le privilège de<br />

pouvoir contempler les restes <strong>du</strong> crâne de saint Thomas. Devant<br />

cette relique, n’hésitons pas à remercier le Saint d’avoir tant apporté<br />

à l’Église – et à nous personnellement aujourd’hui – afin de rendre<br />

notre foi droite et d’enrichir notre relation à Dieu. Merci au Dieu<br />

fidèle de nous avoir donné un tel Docteur pour guider nos pas !<br />

Vénérer des reliques est également une bonne occasion de nous<br />

demander comment nous-même, aujourd’hui, nous respectons<br />

notre corps, et comment, à l’imitation de saint Thomas, nous le<br />

mettons à la disposition de l’Esprit Saint pour qu’il devienne son<br />

Temple. En contemplant la relique qui est<br />

offerte à notre prière, représentons-nous<br />

saint Thomas réfléchissant aux mystères<br />

de Dieu, prenant sa tête entre ses mains,<br />

cette tête qui constitue sa relique, se<br />

frottant le front pour dissiper la fatigue<br />

de l’étude…. et demandons-nous quels<br />

efforts nous faisons concrètement pour<br />

méditer la Parole, comme il l’a fait en<br />

son temps.<br />

Reliques de Ste Marie-Madeleine<br />

en procession à la Sainte-Baume<br />

Vénérer des reliques, c’est aussi affirmer notre foi dans la résurrection<br />

de la chair. Certes, le spectacle de ces ossements décharnés dit la<br />

finitude à laquelle nous sommes tous destinés, ce qui peut être assez<br />

désespérant. Mais que faisons-nous alors de l’espérance qui nous<br />

habite ? Au contraire, soyons dans la plus grande joie ! Ces restes<br />

dépouillés sont ceux de Saints qui, identifiés au Christ dans sa vie,<br />

s’identifieront aussi à lui dans sa mort et dans sa Résurrection.<br />

Les imiter, eux qui ont imité le Christ, c’est affirmer notre foi et<br />

notre espérance dans notre propre résurrection. Le contraste entre<br />

la pauvreté de leurs restes corporels et la gloire à laquelle ils sont<br />

promis dit la grandeur de la puissance <strong>du</strong> Seigneur ! La richesse des<br />

reliquaires manifeste cette foi en la beauté <strong>du</strong> corps glorieux qui est<br />

promis aux Saints, et à nous-mêmes si nous les imitons.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

20 21<br />

DOSSIER<br />

Centenaires de Saint Thomas d’Aquin<br />

Souscription pour le nouveau reliquaire de<br />

saint Thomas d’Aquin<br />

Réalisation majeure de ce centenaire de la canonisation de saint<br />

Thomas, la châsse reliquaire a été dévoilée lors de la messe de la<br />

solennité de saint Thomas d’Aquin le 28 janvier 2023.<br />

Participer à son financement : offrons un reliquaire au crâne de<br />

saint Thomas d’Aquin ! Clic ICI<br />

DOSSIER<br />

Fr. Edourd Divry, couvent de Toulouse<br />

In<strong>du</strong>lgences<br />

L’in<strong>du</strong>lgence est-ce l’attitude ou le caractère d’une personne qui<br />

excuse, qui pardonne les fautes d’autrui ? Pour Dieu ce serait alors<br />

le fait qu’il abstient de punir ou punirait avec peu de sévérité ?<br />

Il s’agit d’autre chose, une réalité ecclésiale, on dit les in<strong>du</strong>lgences :<br />

c’est une réalité de foi en la miséricorde surnaturelle de Dieu qui<br />

n’exclut en rien sa justice.<br />

Vous avez dit in<strong>du</strong>lgences ? Ça existe encore ?<br />

- Ce fut la cause occasionnelle de la Réformation protestante<br />

au XVI e s. L’Église catholique a relevé le défi en se réformant, en<br />

abolissant les in<strong>du</strong>lgences obtenues en contrepartie d’argent et a<br />

restreint leur promulgation en les réservant pratiquement au Saint-<br />

Siège, donc au siège <strong>du</strong> successeur de saint Pierre qui a reçu cette<br />

capacité, le pouvoir dit des clés (cf. Mt 16, 19).<br />

Une in<strong>du</strong>lgence, est-ce une compromission avec le mal moral ?<br />

- Non, il s’agit simplement de la remise d’une peine temporelle.<br />

« Le péché a une double conséquence. Le péché grave nous prive de<br />

la communion avec Dieu, et par là il nous rend incapables de la vie<br />

éternelle, dont la privation s’appelle la “peine éternelle” <strong>du</strong> péché.<br />

D’autre part, tout péché, même véniel, entraîne un attachement<br />

malsain aux créatures, qui a besoin de purification, soit ici-bas, soit<br />

après la mort, dans l’état qu’on appelle Purgatoire. Cette purification<br />

libère de ce qu’on appelle la “peine temporelle” <strong>du</strong> péché » (CEC,<br />

1472). L’in<strong>du</strong>lgence pallie cette purification nécessaire, comme si<br />

on guérissait plus vite à la suite d’une blessure qu’il a fallu de toutes<br />

façons panser.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

22 23<br />

Pratiquement qu’enseigne l’Église sur ces in<strong>du</strong>lgences aujourd’hui ?<br />

- « Tout fidèle peut gagner des in<strong>du</strong>lgences partielles ou plénières<br />

pour lui-même, ou les appliquer aux défunts par mode de suffrage »<br />

(Normes générales, n. 3, Enchiridium, 1999). Le suffrage signifie<br />

une simple intercession, toujours hypothétique selon la volonté<br />

de Dieu. Cette remise de la peine temporelle ne concerne que les<br />

péchés qui ont été remis par la contrition et absous par l’absolution<br />

sacramentelle <strong>du</strong> prêtre.<br />

Comment cela fonctionne-t-il ?<br />

- C’est la réciprocité des mérites : le fidèle qui croit et rejette le<br />

péché ainsi que les fautes vénielles peut bénéficier <strong>du</strong> trésor des<br />

saints, la communication de leurs mérites (cf. 2 Co 1). Les liens dans<br />

un corps fonctionnent par toutes sortes de ligatures et ligaments<br />

(Ép 4, 16 ; Col 2, 19) et chacun peut profiter des biens de chacun<br />

et de tous les saints selon une œuvre définie.<br />

Cmd + d<br />

pour importer une photo dans ce<br />

cadre<br />

L’enfant Jésus et sa Mère entourés de saint<br />

Dominique et de saint Thomas d’Aquin<br />

(Musée de l’Ermitage – Saint-Petersbourg)<br />

Pour l’anniversaire de la<br />

canonisation de saint Thomas<br />

d’Aquin (700e), Rome a-t-elle<br />

spécialement ouvert ce trésor ?<br />

- Oui. L’œuvre in<strong>du</strong>lgenciée<br />

(1) consiste dans la participation<br />

aux processions en l’honneur de<br />

saint Thomas d’Aquin, à tout<br />

acte collectif ou indivi<strong>du</strong>el de<br />

dévotion et de vénération des<br />

reliques de saint Thomas dans<br />

l’église des Jacobins, ou en tout<br />

autre lieu d’exposition et d’ostension (chapelle Cormier).<br />

Pour gagner l’in<strong>du</strong>lgence plénière, en plus d’exclure toute<br />

affection au péché, même véniel, il est requis : 1/ d’accomplir<br />

l’œuvre in<strong>du</strong>lgenciée à peine mentionnée et de remplir les trois<br />

autres conditions : 2/ confession sacramentelle, 3/ communion<br />

eucharistique et 4/ prière aux intentions <strong>du</strong> Souverain Pontife<br />

(1 Pater noster et 1 Ave Maria).<br />

Quand s’appliquera cette in<strong>du</strong>lgence plénière ?<br />

- Le don de l’in<strong>du</strong>lgence plénière est concédé aux frères et<br />

aux fidèles à partir de vendredi 27 janvier 2023 aux vêpres, aux<br />

conditions habituelles et <strong>du</strong>rant un an en s’achevant aux complies<br />

<strong>du</strong> 28 janvier 2024. Les trois conditions habituelles pour les<br />

in<strong>du</strong>lgences à peine énumérées peuvent être remplies plusieurs<br />

jours avant ou après l’accomplissement de l’œuvre prescrite (1) ;<br />

cependant, il convient de recevoir la communion (3) et de prier aux<br />

intentions <strong>du</strong> Souverain Pontife (4) le jour même où l’on accomplit<br />

l’œuvre (1). S’il manque la pleine disposition, ou si l’œuvre requise<br />

n’est pas entièrement exécutée et les trois conditions mentionnées<br />

ne sont pas remplies l’in<strong>du</strong>lgence sera seulement partielle.<br />

In<strong>du</strong>lgence plénière ou partielle, qu’est-ce à dire ?<br />

- L’in<strong>du</strong>lgence plénière dispense d’un passage par un état<br />

douloureux de purification (Purgatoire) ; l’in<strong>du</strong>lgence partielle<br />

ne fait que diminuer la “<strong>du</strong>rée” de la peine. L’in<strong>du</strong>lgence plénière<br />

ne peut être acquise qu’une seule fois par jour ; l’in<strong>du</strong>lgence<br />

partielle peut l’être plusieurs fois. Cependant le fidèle peut obtenir<br />

l’in<strong>du</strong>lgence plénière à l’article de la mort (in articulo mortis) même<br />

s’il a déjà acquis l’in<strong>du</strong>lgence plénière en ce même jour.<br />

L’usage est-il donc limité ?<br />

- Très peu. Chacun agit selon son cœur et sa disponibilité.<br />

Avec une seule confession sacramentelle, on peut acquérir<br />

plusieurs in<strong>du</strong>lgences plénières ; mais avec une seule communion<br />

eucharistique et une seule prière aux intentions <strong>du</strong> Souverain<br />

Pontife, on n’acquiert qu’une seule in<strong>du</strong>lgence plénière.<br />

Comment acquérir une simple in<strong>du</strong>lgence dite seulement<br />

partielle ?<br />

- Une in<strong>du</strong>lgence partielle a été concédée pour 3 ans. Elle<br />

s’étend entre le 28 janvier 2023 et le 31 décembre 2025. L’œuvre<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

24 25<br />

in<strong>du</strong>lgenciée consiste, plus simplement et sans les 3 conditions<br />

évoquées, à dire avec dévotion et à n’importe quel moment devant<br />

les reliques de saint Thomas d’Aquin quelques prières de saint<br />

Thomas, en particulier celles <strong>du</strong> Livret de prières édité à l’occasion<br />

<strong>du</strong> triple centenaire.<br />

Quelle est l’œuvre in<strong>du</strong>lgenciée la plus simple ?<br />

- Le fidèle récite en l’honneur de saint Thomas d’Aquin l’oraison<br />

<strong>du</strong> Missel (ou une autre prière légitimement approuvée) : « Dieu<br />

qui as fait de saint Thomas d’Aquin un modèle admirable par sa<br />

recherche d’une vie sainte et son amour de la science sacrée, accordenous<br />

de comprendre ses enseignements et de suivre ses exemples.<br />

Nous te le demandons par Jésus-Christ ton Fils, notre Seigneur,<br />

qui vit et règne avec Toi dans l’unité <strong>du</strong> Saint-Esprit, Dieu pour les<br />

siècles des siècles. »<br />

Chers frères et sœurs de la Famille dominicaine,<br />

Fête de la Conversion de saint Paul<br />

Goa, Inde, 25 janvier 2023<br />

Prot n. 50/22/677 Jubilé Saint Thomas d’Aquin<br />

Nous célébrons le 18 juillet 2023 le 7 e centenaire de la canonisation de notre vénéré frère saint<br />

Thomas d’Aquin, Docteur de l’Église, et le 7 mars 2024 le 750 e anniversaire de son décès. Nous<br />

nous souvenons avec gratitude qu’en 1974, saint Paul VI a écrit la Lettre apostolique Lumen<br />

Ecclesiae pour commémorer le 7 e centenaire de la mort <strong>du</strong> Docteur angélique.<br />

Afin de faire grandir notre esprit de gratitude envers le Seigneur, Dispensateur de toutes les<br />

grâces, nous avons demandé au Saint-Siège d’accorder une in<strong>du</strong>lgence plénière (voir rescrit<br />

ci-joint) aux fidèles correctement disposés qui participeront aux célébrations eucharistiques<br />

organisées par la Famille dominicaine dans nos églises et écoles, à cette occasion importante<br />

<strong>du</strong> jubilé de la canonisation et de la mort de saint Thomas d’Aquin, ainsi qu’à ceux qui feront<br />

des pèlerinages dans les églises, les sanctuaires et les oratoires placés sous son patronage. Les<br />

célébrations <strong>du</strong> double jubilé auront lieu <strong>du</strong> 28 janvier 2023 au 28 janvier 2025. Vous êtes<br />

invités à délivrer la catéchèse nécessaire à la compréhension <strong>du</strong> sens de l’in<strong>du</strong>lgence et à celle<br />

des conditions prescrites par la Sainte Mère Église pour sa digne réception.<br />

En tant que Docteur de l’Église, saint Thomas reste un modèle et un enseignant d’excellence<br />

pour nous aujourd’hui. Comme le notait saint Paul VI, le Docteur angélique concevait « le<br />

rapport entre tout l’ordre créé et l’ordre des vérités religieuses et surtout <strong>du</strong> message chrétien<br />

» non pas en termes d’opposition, mais d’une certaine harmonie ordonnée : « Puisque la grâce<br />

ne détruit pas la nature, mais la porte à son accomplissement, c’est un devoir pour la raison<br />

naturelle, de servir la foi, tout comme l’inclination naturelle de la volonté obéit à la charité ». 1<br />

En outre, c’est dans une fidélité éprouvée à saint Dominique qui parlait avec Dieu (prière) ou<br />

à propos de Dieu (prédication), que Thomas a énoncé une manière de maintenir en tension<br />

féconde les dimensions contemplative (étude et prière commune) et apostolique de notre vie<br />

dominicaine : « Il est plus beau d’éclairer que de briller seulement ; de même est-il plus beau<br />

de transmettre aux autres ce qu’on a contemplé que de contempler seulement ». 2 Conscients<br />

de cette dimension importante de la spiritualité dominicaine, nos chapitres généraux nous ont<br />

rappelé de toujours maintenir l’harmonie et la synergie entre notre vie dominicaine et notre<br />

mission.<br />

Que notre célébration de ce double jubilé dans la vie de saint Thomas nous pousse à servir<br />

Dieu et l’Église avec un grand dévouement et une profonde humilité – il a dit à Reginald -<br />

« mihi videtur ut palea » tout ce que j’ai écrit me semble être de la paille » ; et de ne chercher<br />

aucune récompense dans ce monde si ce n’est d’être avec Dieu - Domine, non nisi Te, « Seigneur,<br />

rien d’autre que toi. »<br />

Fr. Gerard Francisco Timoner III, OP<br />

Maître de l’Ordre<br />

1 Summa Theologiae, I, q. 1, a. 8, ad 2.<br />

2 Summa Theologiae, II-II, q 188, a. 6, resp.<br />

In<strong>du</strong>lgence plénière accordée le 20 janvier 2023 pour les Jubilés de S. Thomas d’Aquin<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

26 27<br />

DOSSIER<br />

Programme 2023<br />

7 e Centenaire de la canonisation de<br />

S. Thomas d’Aquin<br />

Mai<br />

Exposition à l’ICT (2 mai au 30 juin) : Saint Thomas d’Aquin, Une<br />

sagesse offerte à tous, inaugurée le 2 à 18h par Mgr J.-L. Bruguès,<br />

avec Mgr l’archevêque de Toulouse, le provincial, le recteur et le<br />

vice-recteur et un représentant de la mairie, suivi d’un apéritif.<br />

Samedi 6 et dimanche 7 entre 16h et 18h : Représentation<br />

théâtrale <strong>du</strong> Triomphe de St Thomas d’Henri Ghéon, au couvent<br />

saint Thomas d’Aquin à Rangueil, par les élèves des dominicaines<br />

<strong>du</strong> Saint Esprit (Pontcallec).<br />

Du mardi 9 au vendredi 12 : Colloque universitaire à l’ICT, salle<br />

Tolosa : Se référer à saint Thomas : autorité et tradition, culte et<br />

reliques.<br />

Jeudi 11 à 20h : Concert de l’Ensemble Perrotin le Grand (Sylvain<br />

Dieudonné) à la chapelle des carmélites, ou à l’église Saint-Exupère<br />

à Toulouse.<br />

Dimanche 14 entre 16h et 17h : à la basilique Saint-Sernin, concert<br />

spirituel (Jean Persil) autour de saint Thomas, suivi de la procession<br />

des reliques, puis Vêpres grégoriennes (C. Chantelot), et Messe<br />

Juin<br />

Jeudi 8 à 20h et vendredi 9 à 20h : 2 concerts autour <strong>du</strong> Saint<br />

Sacrement avec Vox Cantoris à l’église Saint-Exupère.<br />

Informations :<br />

Site internet : https://thomas-aquinas-jubileum.org/<br />

Revue thomiste : https://revuethomiste.fr/<br />

Inscriptions Colloque ICT : christian.guallar@ict-toulouse.fr<br />

Faire un don pour les centenaires 2023-2025 (avec reçu fiscal)<br />

• Par internet : https://thomas-aquinas-jubileum.org/faire-un-don<br />

• Par chèque, à l’ordre de ACTA, Couvent Saint-Thomas-d’Aquin<br />

1, impasse H.-D. Lacordaire, 31078 Toulouse Cedex 04<br />

• Par virement : IBAN FR76 1026 8025 2819 5131 020 057<br />

Contact ACTA :<br />

centenairethomasdaquin@gmail.com<br />

Journée <strong>du</strong> 13 mai à Avignon reportée à 2024 !<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

28 29<br />

PRIÈRE & ÉTUDE<br />

Gilles Cappe, fraternité sainte Marguerite de<br />

Città di Castello (Lourdes-Dax)<br />

Frères en Christ, frères <strong>du</strong> Christ<br />

Une Fraternité laïque de saint Dominique est un groupe de fidèles,<br />

géographiquement localisé, réunis par le propos de servir le Christ et<br />

l’Église, selon leur vocation baptismale, dans leur état laïc et suivant<br />

le charisme de saint Dominique. Ils participent spécialement, comme<br />

membres de l’Ordre des Prêcheurs, à la prédication de l’Évangile <strong>du</strong><br />

salut en Jésus Christ, par la prière, l’étude, la vie fraternelle et les<br />

activités apostoliques. Chaque Fraternité veille à son unité par une<br />

charité active, propre à soutenir et faire croître la vie dans le Christ de<br />

ses membres […] (Directoire des Fraternités laïques de S. Dominique<br />

de la province de Toulouse, page 3, § 1).<br />

[Les laïcs dominicains] forment des communautés (Montréal, § 3).<br />

Ils s’efforcent de vivre dans une vraie communion fraternelle, selon<br />

l’esprit des béatitudes. (Livret de vie spirituelle des Fraternités laïques<br />

de S. Dominique de la province de Toulouse, page 20, § 7).<br />

Dès lors, comment servir le Christ et l’Église, en suivant notre<br />

vocation baptismale, et concourir à la prédication de l’Évangile<br />

par la vie fraternelle et les activités apostoliques ? Comment aussi<br />

comprendre que l’un des trois piliers de notre vocation dominicaine,<br />

la vie fraternelle est une nourriture pour notre prédication de<br />

l’Évangile et nos activités apostoliques ?<br />

----<br />

Les écrits <strong>du</strong> Nouveau Testament désignent fréquemment les<br />

disciples de Jésus par le terme frères. Alors que sa mère et ses frères<br />

viennent le chercher, Jésus regarde les disciples assis près de lui et<br />

répond : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de<br />

Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, ma mère. » (Mc 3, 31-35)<br />

Il oppose ainsi à la parenté naturelle un lien spirituel, plus fort,<br />

qui l’unit non seulement aux disciples alors présents, mais à tout<br />

homme faisant la volonté de Dieu. Vivre dans une obéissance à<br />

Dieu en actes, à l’exemple de Jésus et selon sa prédication, fonde<br />

une fraternité nouvelle et véritable entre disciples et avec le Christ.<br />

Être frères en Christ : une relation exigeante<br />

Dès les premiers mots de la 1 re Lettre aux Thessaloniciens<br />

(aux alentours de l’an 50), nous trouvons : « ... frères aimés de<br />

Dieu... » (1, 4) et tout au long de son message, Paul donne à ses<br />

nouveaux coreligionnaires, issus <strong>du</strong> paganisme, le nom de frères.<br />

La 1 re Épître de Pierre va plus loin. En 2, 17, la tra<strong>du</strong>ction de la<br />

Bible de Jérusalem dit « aimez vos frères », mais le texte grec dit :<br />

« aimez la fraternité » - adelphotes -, c’est-à-dire non pas le sentiment<br />

fraternel, ni la vertu morale, mais la communauté des frères. C’est<br />

encore plus clair en 5, 9 : « c’est le même genre de souffrances que<br />

la communauté des frères (littéralement : la fraternité), répan<strong>du</strong>e<br />

dans le monde, supporte... » L’auteur désigne ainsi la totalité des<br />

communautés ecclésiales, réunies moralement en une « fraternité »<br />

qui subit les mêmes persécutions. Notons qu’il existe un autre mot<br />

employé dans la littérature grecque pour dire l’amour fraternel :<br />

philadelphia.<br />

Dans les Évangiles, Jésus considère explicitement ses disciples<br />

comme étant entre eux des frères (Cf. le Sermon sur la Montagne).<br />

On devient enfants de Dieu par une nouvelle naissance, d’eau et<br />

d’Esprit (Jn 3, 5), qui intervient lorsqu’on accueille dans sa vie le<br />

Verbe de Dieu, lorsqu’on croit en lui. On est alors engendré non<br />

d’un désir humain, mais de Dieu (Jn 1, 12-13). C’est donc l’accueil<br />

de la Parole divine incarnée en Jésus qui fait entrer dans la fratrie<br />

des enfants de Dieu. Considérer nos Fraternités comme une famille<br />

de frères et sœurs fils en Christ a plusieurs implications :<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

30 31<br />

En premier lieu, dans une Fraternité, les frères et sœurs sont des<br />

égaux. Paul, citant probablement une formule baptismale, rappelle<br />

que le baptême, par lequel on devient fils de Dieu, rend inopérantes<br />

les différences de statut héritées : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a<br />

ni esclave ni homme libre, il n’y a pas homme et femme, car tous<br />

vous êtes un en Christ Jésus » (Ga 3, 28). Si bien que Paul priera<br />

Philémon d’accueillir son esclave fugitif Onésime non comme un<br />

esclave, mais comme un frère (Phm 15-16). La fraternité en Christ<br />

n’est pas sans conséquence sociale, sans interroger les statuts hérités<br />

et les positions de pouvoir acquises. Matthieu (23, 8-9) insiste sur<br />

ce point : « Vous, ne vous faites pas appeler “Rabbi”, car vous avez<br />

un seul maître et vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la<br />

terre votre “père”, car vous en avez un seul, le Père céleste. » Nous<br />

sommes frères et sœurs parce que disciples d’un unique Rabbi.<br />

Même quand est évoquée une future « hiérarchie », ou <strong>du</strong> moins la<br />

mission particulière confiée à Pierre, Jésus maintient le lien d’abord<br />

fraternel : « Toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères... » (Lc 22,<br />

32).<br />

Ainsi, si certains exercent des fonctions d’enseignement ou de<br />

gouvernement dans une Fraternité, ils ne peuvent à ce titre usurper<br />

l’autorité <strong>du</strong> Christ ou <strong>du</strong> Père qui fonde la fraternité des frères<br />

et sœurs, ni accomplir leur tâche sans l’esprit fraternel qui lie ces<br />

derniers. La con<strong>du</strong>ite doit être digne, humble, douce, patiente<br />

(Eph 4, 1-6).<br />

En deuxième lieu, frères et sœurs en Christ, les membres d’une<br />

Fraternité sont solidaires dans la félicité ou l’épreuve, ainsi qu’en<br />

témoigne le visionnaire de l’Apocalypse : « Moi, Jean, votre frère et<br />

compagnon dans l’oppression, la royauté et la résistance en Jésus »<br />

(1, 9).<br />

En troisième lieu, tout membre d’une Fraternité doit être soucieux<br />

de l’harmonie relationnelle entre frères et sœurs et écarter les<br />

divisions qui affaiblissent (Ga 2, 4).<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

32 33<br />

En quatrième lieu, le pardon, bien sûr. Regardons quelque chose<br />

de plus original, voire paradoxal : la correction fraternelle (Mt 18,<br />

15-17). Il ne s’agit pas d’aller faire des reproches avec suffisance<br />

et orgueil, mais de ne pas se taire devant une insuffisance, dans<br />

une vraie « sollicitude pour le bien <strong>du</strong> frère », comme une marque<br />

d’amour (1 Co 13, 4-8a).<br />

En cinquième lieu, chaque Fraternité veille à son unité (Ph 2, 1-4).<br />

En sixième lieu, la charité évoquée au § 1 <strong>du</strong> Directoire précité.<br />

Deux passages <strong>du</strong> Nouveau Testament intro<strong>du</strong>isent une différence<br />

entre la « charité » et « l’amour fraternel » : « joindre ...à la piété<br />

l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité... » (2 P 1, 7) et<br />

« Que votre charité soit sans feinte...que l’amour fraternel vous<br />

lie d’affection... » (Rm 12, 10). La charité, c’est l’agapè, la vertu<br />

théologale, que nous devons avoir les uns pour les autres. C’est<br />

Dieu lui-même qui vient la mettre en nous par l’Esprit. La charité<br />

est donc plus profonde que le niveau affectif. Pour l’amour fraternel,<br />

nous retrouvons le mot philadelphia, qui désigne une application<br />

plus concrète dans le service <strong>du</strong> prochain et une dimension plus<br />

affective. D’ailleurs Paul emploie pour l’illustrer le mot affection -<br />

philostorgos, qui veut dire plein de tendresse. Peut-être n’est-ce pas<br />

possible d’avoir de la tendresse pour tous nos frères et sœurs, mais<br />

nous pouvons quand même essayer de toujours leur garder notre<br />

cœur ouvert.<br />

En définitive, l’attitude entre frères et sœurs dans la vie fraternelle<br />

est doublement décisive : elle est le critère de vérification de l’amour<br />

que l’on dit porter à Dieu, selon 1 Jn (2, 9-11 ; 3,17 ; 4, 20-21). Elle<br />

est le critère <strong>du</strong> jugement selon Mt 25, 31-45 où le Christ s’identifie<br />

au plus petit des frères auquel on est venu ou non en aide (25, 40).<br />

Être frères <strong>du</strong> Christ, être sanctifiés<br />

Peut-on considérer nos Fraternités comme une famille de frères et<br />

sœurs <strong>du</strong> Christ ?<br />

Faire la volonté de Dieu, c’est vivre à l’exemple <strong>du</strong> Fils de Dieu, et<br />

Paul reconnaît dans la fraternité ainsi constituée un don de Dieu :<br />

« Car ceux que Dieu a d’avance connus, il les a aussi prédestinés<br />

à être conformes à l’image de son Fils afin qu’il soit le premier-né<br />

d’une multitude de frères » (Rm 8, 29).<br />

Cette grâce de Dieu est aussi, pour l’Épître aux Hébreux, un choix<br />

assumé par le Christ en faveur des hommes. Parce qu’ils ont même<br />

origine, le Christ n’a pas honte d’appeler frères ceux qu’il sanctifie<br />

(He 2,11) ; c’est pourquoi il a accepté d’endosser la condition<br />

humaine en toutes choses, jusqu’à la souffrance, pour guider ses<br />

frères à la gloire qui est l’achèvement de leur vocation humaine (2,<br />

10-18).<br />

Cela n’est pas facile à comprendre, et il faut se référer à He 5, 7-10,<br />

pour saisir que Jésus nous rejoint jusqu’au fond de notre condition,<br />

y compris la détresse et la mort, pour transformer celles-ci en<br />

moyen de guérison. Comment ? Par le lien fraternel entre Lui et<br />

nous : car le sanctificateur et les sanctifiés ont tous même origine.<br />

C’est pourquoi il ne rougit pas de les appeler frères.<br />

La vie fraternelle nourrit-elle notre vie apostolique ?<br />

Empruntons au frère Norbert-Marie Sonnier ce beau texte publié<br />

in Lumières dans la Bible (21 octobre 2022) : Avant de passer de<br />

ce monde au Père, Jésus priait ainsi : « Je ne prie pas pour que tu<br />

les retires <strong>du</strong> monde, mais pour que tu les gardes <strong>du</strong> Mauvais. Ils<br />

n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens<br />

pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. De<br />

même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés<br />

dans le monde. Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils<br />

soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. » (Jn 17, 15-19)<br />

« Ainsi, Jésus, envoyé par son Père dans le monde des hommes,<br />

a accompli totalement cette mission. Pour autant, cette mission a<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

34 35<br />

besoin d’être poursuivie, actualisée dans l’histoire des hommes.<br />

[…] L’effusion de l’Esprit nous configure au Christ. La vie qui nous<br />

est communiquée provient de Dieu, puissance sanctifiante s’il en<br />

est ! Or la vie fraternelle nous nourrit. Elle nous permet d’éprouver<br />

la force de la présence de l’Esprit saint. Cette présence nous<br />

transforme de l’intérieur en nous faisant communier à la vie même<br />

de Dieu. Comme Jésus l’a éprouvée dans sa relation au Père, nous<br />

expérimentons en nous la vérité de Dieu en recevant sa vie. Vérité de<br />

ce que nous avons a à annoncer et à témoigner. Mais aussi, épreuve<br />

de vérité sur nous-même, conséquence de la présence agissante de<br />

l’Esprit de vérité et de sainteté. L’évangile que nous annonçons fait<br />

œuvre d’évangélisation en nous. Ainsi nous sommes sanctifiés par<br />

la vérité de Dieu que nous annonçons ».<br />

Ainsi, la vie fraternelle en Fraternité qui est « propre à soutenir et<br />

faire croître la vie dans le Christ de ses membres », en accompagnant<br />

notre relation à Dieu, nous permet d’être frères et sœurs en Christ<br />

et frères et sœurs <strong>du</strong> Christ voués à l’œuvre de la prédication.<br />

Extraits de l’intro<strong>du</strong>ction à la session de formation initiale « La vie<br />

fraternelle <strong>du</strong> laïc dominicain et sa vie dans l’Ordre des Prêcheurs »,<br />

qui a eu lieu au monastère sainte Marie de Prouilhe – Fanjeaux <strong>du</strong> 11<br />

au 13 novembre 2023.<br />

PROCHAINE SESSION DE FORMATION INITIALE<br />

« LA VIE DE PRIÈRE DU LAÏC DOMINICAIN »<br />

2 AU 5 NOVEMBRE 2023<br />

MONASTÈRE SAINTE MARIE DE PROUILHE<br />

FANJEAUX<br />

PRIÈRE<br />

Estelle Blaize<br />

Fraternité S. Dominique (Prouilhe)<br />

Feu<br />

Si le Seigneur le soir me donne un ciel de feu<br />

Il me faut regarder c’est un cadeau de Dieu<br />

Le ciel qui s’illumine aux dernières heures <strong>du</strong> jour<br />

Qui joue sa partition de rose et de safran<br />

N’est-il pas la promesse d’un tourbillon d’amour<br />

De ses bras accueillants où prennent fin nos tourments<br />

Si le Seigneur me donne une parole à lire<br />

Un psaume à méditer un rite à accomplir<br />

N’est-ce pas le chemin qui mène vers le Dieu<br />

D’Abraham de Moïse d’Elie et de Matthieu<br />

Vers les verts pâturages la source qui ne s’épuise<br />

Des rires des enfants <strong>du</strong> souffle de l’eau vive<br />

Si le Seigneur me donne à partager la route<br />

Du mendiant <strong>du</strong> migrant de l’armée en déroute<br />

Du juif, <strong>du</strong> musulman ou <strong>du</strong> manifestant<br />

Du malade <strong>du</strong> vieillard <strong>du</strong> jeune <strong>du</strong> bien portant<br />

Reconnaîtrai-je son fils en chacun des visages<br />

Verrai-je dans leurs yeux transparaître son message<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

36 37<br />

PRIÈRE<br />

Vivre une authentique communion fraternelle<br />

Invitation à la prière pour nos frères<br />

et sœurs défunts ou malades<br />

Vivre une authentique communion fraternelle selon l’esprit<br />

des Béatitudes<br />

Les membres des Fraternités laïques de saint Dominique s’efforcent<br />

de vivre une authentique communion fraternelle, selon l’esprit des<br />

Béatitudes, qui doit se manifester en toute circonstance par des<br />

œuvres de miséricorde […], en particulier avec les pauvres et les<br />

malades ; ainsi qu’en offrant des prières pour les défunts, afin que<br />

tous soient une seule âme et un seul cœur en Dieu. (Ac 4,32)<br />

Source : Règle des Fraternités laïques de S. Dominique (page 7, § 8) et Livret de<br />

vie spirituelle des Fraternités laïques de S. Dominique de la province de Toulouse<br />

(page 20, § 7).<br />

Chaque Fraternité ou groupe fraternel et chacun de ses membres<br />

gardent le souci d’une prière régulière et fervente pour le repos<br />

de ses membres défunts, ainsi que pour celui des autres membres<br />

défunts de l’Ordre des Prêcheurs. À la date <strong>du</strong> 8 novembre, en<br />

communion avec tout l’Ordre, chaque laïc dominicain assistera,<br />

quand cela lui sera possible, à la messe célébrée pour les défunts<br />

de l’Ordre. En outre, chaque Fraternité ou groupe fraternel fera<br />

célébrer au moins une messe de suffrage par an pour les membres<br />

défunts des Fraternités, à laquelle ses membres assisteront.<br />

Lors <strong>du</strong> décès d’un laïc dominicain, les membres de sa Fraternité<br />

réciteront l’Office des défunts.<br />

Source : Directoire des Fraternités laïques de S. Dominique de la province de<br />

Toulouse (pages 11-12, § 21).<br />

Assumons la règle par un jugement de sagesse non comme<br />

esclaves de la loi, mais comme libres sous la grâce<br />

Les laïcs dominicains qui font la promesse solennelle de vivre<br />

selon l’esprit de S. Dominique et la forme de vie indiquée par la<br />

règle s’adonnent à l’apprentissage de celle-ci. Pour ne pas négliger le<br />

don qui est en nous (1 Tm 4, 14), un apprentissage est nécessaire. Il<br />

ne s’agit pas simplement d’être instruit de la règle approuvée pour<br />

nos Fraternités par l’Église ou de méditer l’exemple offert à notre<br />

imitation par notre Père et nos aînés dans l’Ordre : il s’agit d’acquérir<br />

une intelligence aiguë de notre vocation (Ps 119, 34.73.144) et<br />

d’ « apprendre à exceller dans la pratique <strong>du</strong> bien pour faire face<br />

aux nécessités pressantes » de l’heure (Tt 3, 11). Or cela ne va pas<br />

sans une expérience approfondie de la vie dominicaine et sans un<br />

continuel exercice […] Les prescriptions de cette règle n’obligent<br />

pas au point d’entraîner pour qui les transgressent une faute devant<br />

Dieu. [A l’exemple des frères, les laïcs dominicains] les assument<br />

par un jugement de sagesse non comme esclaves sous la loi, mais<br />

comme libres sous la grâce.<br />

Source : Livret de vie spirituelle précité (pages 32-33, § 13-14).<br />

Prions pour les frères et sœurs défunts<br />

Portion <strong>du</strong> peuple des baptisés en<br />

marche vers Dieu, l’Ordre chemine<br />

précédé des saints frères et sœurs qui sont<br />

déjà pleinement associés à la gloire <strong>du</strong><br />

Christ et de ceux qui, selon l’expression<br />

de la Constitution conciliaire Lumen<br />

Gentium « sont encore en état de<br />

purification ». C’est d’eux que nous<br />

sommes invités à « avoir le souci d’une<br />

prière régulière et fervente ».<br />

Source : Propre de l’Ordre des Prêcheurs, Missel des fidèles, 1999, pp. 596-597)<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

38 39<br />

Petite litanie à adapter selon la vie <strong>du</strong> défunt<br />

o Toi qui a ren<strong>du</strong> les morts à la vie, accorde la vie éternelle à<br />

notre frère/sœur, nous t’en prions.<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

o Tu as régénéré N. dans l’eau <strong>du</strong> baptême et tu lui as souvent<br />

renouvelé la grâce de tes sacrements, donne-lui en plénitude la vie<br />

des enfants de Dieu, nous t’en prions .<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

o Tu l’as nourri de ton Corps et de ton Sang, reçois-le/la à la table<br />

de ton Royaume, nous t’en prions.<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

o Tu l’as appelé à se consacrer entièrement à toi dans la prière et<br />

le désir <strong>du</strong> salut des âmes, fais resplendir sur elle la lumière de ton<br />

visage, nous t’en prions. Tu l’as appelé à se donner généreusement<br />

dans …<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

o Tu l’as con<strong>du</strong>it-e à travers les peines et les épreuves jusqu’à<br />

l’océan de ta paix, donne-lui maintenant d’aider ceux qu’il/elle a<br />

aimés à cheminer vers toi, nous t’en prions.<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

o Toi qui as connu la mort par amour pour nous et en as triomphé<br />

pour que nous ayons la plénitude de ta vie, affermis nos cœurs dans<br />

l’espérance, nous t’en prions.<br />

+ Dieu d’amour, exauce-nous<br />

Source : prière pour les défunts (moniales-op.ch)<br />

Prions pour les frères et sœurs malades<br />

Seigneur Jésus-Christ, Sauveur <strong>du</strong> Monde,<br />

Tu es passé partout en faisant le bien.<br />

Tu es allé visiter les malades<br />

pour les réconforter et les aider...<br />

Nous Te prions aujourd’hui pour N….<br />

Pardonne-lui ses péchés<br />

et donne-lui courage dans sa maladie.<br />

Souviens-toi de lui/elle et apporte-lui ton secours dans son épreuve.<br />

Source : prières pour les malades - Monastère des Dominicaines (moniales-op.ch)<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

40 41<br />

PRÉDICATION<br />

Lina Radert, Responsable de la fraternité S.<br />

Dominique de Tananarive (Madagascar)<br />

Laïcs en pèlerinage <strong>du</strong> Rosaire <strong>du</strong> mois<br />

d’octobre à Ambohitraivo<br />

Les laïcs dominicains animent ces pèlerinages et font connaître<br />

le message de la Vierge Marie. Ces pèlerinages rassemblent des<br />

trentaines de membres en provenance <strong>du</strong> centre-ville. Le Monastère<br />

bénédictin Masina Maria à Ambohitraivo connaît plusieurs fois<br />

par an des heures de ferveur intense à l’occasion des Pèlerinages.<br />

Des chrétiens arrivent des quatre coins <strong>du</strong> pays et même d’autres<br />

continents pour vénérer la Sainte Marie.<br />

Ce pèlerinage <strong>du</strong> mois d’octobre dernier est aussi l’occasion de<br />

retrouvailles des laïcs dominicains.<br />

Vierge Marie, mets-nous sur la bonne route, donne-nous ta belle<br />

chance et donne-nous la santé. Et quiconque pense <strong>du</strong> mal de nous,<br />

change son cœur pour qu’il en pense <strong>du</strong> bien.<br />

PRÉDICATION<br />

Fraternité saint Dominique de Tananarive<br />

(Madagascar)<br />

Partage de Noël au bénéfice des enfants<br />

orphelins <strong>du</strong> quartier de Soavimbahoaka<br />

En cette période de fête de la Nativité, la fraternité laïque<br />

dominicaine Saint Dominique de Tananarive a initié une action<br />

caritative d’une donation issue de plusieurs mois de collecte des<br />

pro<strong>du</strong>its de première nécessité (PPN) au bénéfice des pensionnaires<br />

de l’orphelinat des Sœurs Soa Marie Adelaïde dans le quartier de<br />

Soavimbahoaka Antananarivo, le 17 décembre dernier.<br />

Les 58 enfants recueillis dans les orphelinats ont tous un parcours<br />

de vie compliqué, ils sont :<br />

- Orphelins, de père et/ou de mère,<br />

- Enfants déscolarisés.<br />

Et leurs profils peuvent varier avec le contexte social, économique<br />

ou politique :<br />

- Enfants victimes de la guerre sociale,<br />

- Enfants victimes de catastrophes naturelles,<br />

- Enfants de la rue ...<br />

Notre fraternité avec quelques enfants de<br />

l’orphelinat à Soavimbahoaka<br />

« Ensemble, donner à ces orphelins l’amour, le sourire, l’espoir et<br />

une seconde chance ».<br />

Les pèlerins dominicains à Amboitrahivo<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

42 43<br />

Participation aux frais :<br />

ACTUALITÉS Frais d’inscription : 40 € par personne ;<br />

Jean-Louis Dulot, responsable provincial<br />

Journées provinciales <strong>du</strong> 18 au 21<br />

mai 2023<br />

Le dernier Chapitre de juillet 2021 a demandé que soient<br />

organisées des sessions de formation à l’échelon provincial afin<br />

de vivre ensemble des temps de prière, d’étude et de convivialité<br />

fraternelle (Cf. Actes, motion 3). C’est pourquoi nous avons<br />

organisé les Journées provinciales qui se dérouleront <strong>du</strong>rant le weekend<br />

de l’Ascension. Les thèmes qui y seront abordés rejoignent les<br />

préoccupations exprimées par le Chapitre dans la motion 5 : « Les<br />

champs prioritaires de la prédication » (Cf. Actes).<br />

Le frère Eric de Clermont-Tonnerre nous parlera de la prédication<br />

des laïcs. Nous réfléchirons en atelier sur des sujets comme : Asile<br />

et fraternité, Gnoses et manichéismes d’aujourd’hui, Fin de vie. Des<br />

ateliers « fonctions » seront aussi proposés pour partager sur le rôle<br />

des Responsables de fraternités et groupes fraternels, des assistants<br />

religieux, des parrains et marraines.<br />

Elles seront aussi l’occasion de pèlerinages sur les pas de saint<br />

Dominique de Prouilhe à Fanjeaux et sur les traces <strong>du</strong> père<br />

Lacordaire à Sorèze.<br />

Pour la veillée <strong>du</strong> jeudi soir, nous partagerons des nouvelles des<br />

fraternités. Pour cela, nous demandons aux fraternités et groupes<br />

fraternels, même et surtout ceux qui ne peuvent pas être présents<br />

comme ceux de l’Océan Indien et des Antilles, de préparer une<br />

courte présentation (photos ou vidéo) illustrant la vie de leur<br />

fraternité […].<br />

Dates : <strong>du</strong> jeudi 18 mai (fête de l’Ascension) au dimanche 21 mai<br />

Lieu : Prouilhe. Hébergement au monastère de Prouilhe et dans<br />

les environs (Fanjeaux, Villasavary)<br />

Programme : voir ci-après.<br />

Hébergement en pension complète : 46 € par jour et par personne,<br />

soit 184 € pour le week-end complet avec le dîner et la nuit <strong>du</strong><br />

mercredi 17 mai ; 138 € pour 3 jours ;<br />

Repas sans hébergement : 13 € / repas ;<br />

Draps : 6,50 € par personne ;<br />

Pour s’inscrire : Formulaire en ligne en cliquant ICI ou en<br />

remplissant la fiche que chacun a reçu par courriel et en la renvoyant<br />

à Jérôme Rajoely, notre secrétaire provincial.<br />

Pour des raisons d’organisation, vos inscriptions sont très vivement<br />

souhaitées avant le 10 avril 2023 !<br />

Si vous êtes regardant dans une fraternité et motivé par ces<br />

Journées provinciales, inscrivez-vous et vous serez mis en liste<br />

d’attente. Cette liste sera débloquée en fonction des capacités<br />

d’hébergement restantes à la clôture des inscriptions.<br />

Les personnes en couple peuvent venir avec leur conjoint et leurs<br />

jeunes enfants à condition de le signaler lors de l’inscription afin de<br />

leur réserver les logements adéquats. Conjoints et enfants pourront<br />

profiter des visites à Fanjeaux et Sorèze.<br />

J’espère vous retrouver nombreux à Prouilhe pour fêter<br />

ensemble la fête de l’Ascension de notre Seigneur Jésus-Christ et<br />

vivre ces journées fraternelles dans la joie et la bonne humeur !<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

44 45<br />

ACTUALITÉS<br />

Conseil de formation, FLD Province de Toulouse<br />

Programme des journées provinciales<br />

20h30 Les nouvelles des fraternités/Présentations préparées par<br />

les fraternités<br />

Temps de prière pour nos fraternités (chapelet)<br />

21h30 Complies<br />

Vendredi 19 mai<br />

Monastère Sainte-Marie de Prouilhe - Fanjeaux<br />

18 - 21 mai 2023<br />

Mercredi 17 mai<br />

16h30 à 18h45 Accueil<br />

17h30 Vêpres avec les moniales<br />

19h00 Dîner<br />

20h30 Complies / Vigiles de l’Ascension avec les moniales<br />

Jeudi 18 mai<br />

Ascension <strong>du</strong> Seigneur<br />

07h30 Petit-déjeuner<br />

08h30 Laudes<br />

09h00 Accueil<br />

10h00 Messe de l’Ascension<br />

11h30 Intro<strong>du</strong>ction aux Journées provinciales<br />

12h45 Déjeuner<br />

15h00 Départ pour Fanjeaux (à pied ou en voiture, au choix)<br />

Visite (maison Saint-Dominique, couvent, <strong>Seignadou</strong>, …)<br />

Vêpres à Fanjeaux<br />

18h00 Retour à Prouilhe<br />

19h00 Dîner<br />

07h30 Petit-déjeuner<br />

08h30 Laudes<br />

09h00 La prédication des laïcs, partie 1<br />

09h45 Pause<br />

10h15 La prédication des laïcs, partie 2<br />

11h30 Messe<br />

12h45 Déjeuner<br />

14h45 Ateliers thématiques<br />

15h45 Ateliers thématiques<br />

16h45 Pause<br />

17h15 Fonctionnement de la Province<br />

18h15 Vêpres<br />

19h00 Dîner<br />

20h30 Veillée conviviale<br />

21h30 Complies<br />

Samedi 20 mai<br />

07h30 Petit-déjeuner<br />

08h30 Laudes<br />

09h00 Ateliers « fonction »<br />

11h00 Rencontre avec nos sœurs moniales<br />

11h30 Messe<br />

12h45 Déjeuner<br />

14h30 Départ pour Sorèze et visite<br />

Vêpres à l’église / tombe <strong>du</strong> père Lacordaire<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

46 47<br />

17h30 Retour à Prouilhe<br />

18h30 Temps libre<br />

19h00 Dîner<br />

21h00 Complies / Vigiles avec les moniales<br />

Dimanche 21 mai<br />

3e dimanche <strong>du</strong> temps ordinaire<br />

07h30 Petit-déjeuner<br />

08h30 Laudes<br />

09h00 Les nouvelles <strong>du</strong> Conseil / avancées depuis le Chapitre<br />

10h00 Messe<br />

11h00 Pause<br />

11h30 Les nouvelles <strong>du</strong> Conseil / avancées depuis le Chapitre<br />

12h45 Déjeuner<br />

14h00 Fin<br />

Publications<br />

Ce qu’en dit l’éditeur<br />

Pour préparer les ateliers des Journées provinciales, voici une sélection<br />

d’ouvrages thématiques consacrés à l’asile à la lumière de la fraternité<br />

et à la fin de vie, ainsi que les exhortations apostoliques traitant <strong>du</strong><br />

gnosticisme et <strong>du</strong> pélagianisme actuels.<br />

J’étais étranger et vous m’avez accueilli<br />

Enzo Bianchi, Lessius, 2008<br />

Dans nos pays d’Europe et de vieille chrétienté, la<br />

question de l’étranger, de l’immigré et <strong>du</strong> réfugié se fait<br />

chaque jour plus pressante. Aux chrétiens d’Europe, le<br />

Prieur de Bose rappelle avec force que les chrétiens se<br />

sont toujours compris eux-mêmes comme « pèlerins et<br />

étrangers « dans l’histoire, et jusque dans leurs patries. […] Aux<br />

textes de la grande tradition patristique et <strong>du</strong> Nouveau Testament,<br />

l’auteur joint la voix de l’Ancien Testament, qui engage le peuple<br />

d’Israël à ne jamais oublier qu’il fut lui-même un étranger. […]<br />

S’il y a, dès lors, à rencontrer celui qui vient d’ailleurs, c’est parce<br />

que les hommes sont tous étrangers, à eux-mêmes et aux autres, et<br />

appelés à s’accueillir.<br />

Migrants et réfugiés. La sollicitude de l’Eglise<br />

Pape François, Salvator, 2017<br />

Message pour la journée mondiale <strong>du</strong> migrant et <strong>du</strong><br />

réfugié le 14 janvier 2018 dans lequel le pape fait vingt<br />

propositions pour améliorer l’accueil et de protection<br />

des personnes par les autorités politiques et les sociétés<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

48 49<br />

civiles dans le monde. Avec des commentaires sur les positions de<br />

l’Eglise sur les politiques migratoires, et sur les propositions <strong>du</strong><br />

pape.<br />

Devoir mourir, digne et libre<br />

Emmanuel Hirsch, Cerf, 2023<br />

L’euthanasie est-elle la seule réponse face à la perte<br />

d’autonomie, aux maladies chroniques ou aux handicaps<br />

évolutifs ? Au nom <strong>du</strong> « droit de mourir dans la dignité et<br />

dans la liberté », devons- nous aller plus loin que les soins<br />

palliatifs ? Ne faudrait-il pas plutôt œuvrer pour le droit<br />

de vivre sa vie jusqu’à son terme en société, et non de<br />

mourir de manière anticipée ? Face aux défis posés à la société tout<br />

entière par les situations de handicap sévère ou les dépendances<br />

liées au grand âge, l’urgence est-elle de légiférer pour faciliter le<br />

recours à une forme de suicide médicalement assisté ? […] Alors que<br />

le Parlement envisage une évolution de la législation, Emmanuel<br />

Hirsch, s’appuyant sur de nombreux témoignages, s’interroge sur<br />

notre confrontation à la finitude humaine et argumente en faveur<br />

d’une démarche démocratique exigeante en termes de respect et de<br />

justice. Un ouvrage salutaire et fondamental pour comprendre les<br />

enjeux <strong>du</strong> débat actuel.<br />

L’euthanasie : <strong>du</strong> débat social à la réflexion<br />

théologique et pastorale<br />

A<strong>du</strong>el Joachin, Cerf, 2019<br />

Une réflexion sur l’euthanasie associant anthropologie,<br />

sociologie, philosophie, théologie, politique et éthique.<br />

L’auteur souligne les divisions qu’elle suscite au sein des<br />

sociétés comme des familles, en raison <strong>du</strong> fait qu’elle<br />

n’interroge pas uniquement la mort mais aussi la vie et les<br />

valeurs tout en obligeant l’indivi<strong>du</strong> à porter un autre regard sur sa<br />

propre existence et sa condition humaine.<br />

Gnosticisme et Pélagianisme actuels<br />

Dès son exhortation apostolique Evangelii Gaudium en 2013, le<br />

pape François dénonçait dans le gnosticisme « une foi renfermée<br />

dans le subjectivisme, où seule compte une expérience déterminée<br />

ou une série de raisonnements et de connaissances que l’on<br />

considère comme pouvant réconforter et éclairer » (§ 94). Le sujet<br />

a été de nouveau abordé en février 2018 dans la lettre Placuit Deo<br />

de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (§ 2-4). En mars<br />

2018, enfin, le pape François a consacré une partie entière de son<br />

exhortation apostolique sur la sainteté, Gaudete et Exsultate, à la<br />

dénonciation <strong>du</strong> gnosticisme et <strong>du</strong> pélagianisme actuels, vus comme<br />

« deux ennemis subtils de la sainteté ». Pour le pape, « les cœurs de<br />

nombreux chrétiens, peut-être sans qu’ils s’en rendent compte, se<br />

laissent sé<strong>du</strong>ire par ces propositions trompeuses » (§ 35-62).<br />

Non à la mondanité spirituelle : Evangelii Gaudium<br />

94. Cette mondanité peut s’alimenter spécialement de gnosticisme<br />

et <strong>du</strong> pélagianisme deux manières profondément liées entre<br />

elles. L’une est l’attrait <strong>du</strong> gnosticisme, une foi renfermée dans le<br />

subjectivisme, où seule compte une expérience déterminée ou une<br />

série de raisonnements et de connaissances que l’on considère comme<br />

pouvant réconforter et éclairer, mais où le sujet reste en définitive<br />

fermé dans l’immanence de sa propre raison ou de ses sentiments.<br />

L’autre est le néo-pélagianisme autoréférentiel et prométhéen de<br />

ceux qui, en définitive, font confiance uniquement à leurs propres<br />

forces et se sentent supérieurs aux autres parce qu’ils observent des<br />

normes déterminées ou parce qu’ils sont inébranlablement fidèles<br />

à un certain style catholique justement propre au passé. C’est<br />

une présumée sécurité doctrinale ou disciplinaire qui donne lieu<br />

à un élitisme narcissique et autoritaire, où, au lieu d’évangéliser,<br />

on analyse et classifie les autres, et, au lieu de faciliter l’accès à<br />

la grâce, les énergies s’usent dans le contrôle. Dans les deux cas,<br />

ni Jésus-Christ, ni les autres n’intéressent vraiment. Ce sont les<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

50 51<br />

manifestations d’un immanentisme anthropocentrique. Il n’est pas<br />

possible d’imaginer que de ces formes ré<strong>du</strong>ctrices de christianisme,<br />

puisse surgir un authentique dynamisme évangélisateur.<br />

Voir : Evangelii Gaudium, 24 novembre 2013 | François (vatican.<br />

va)<br />

Gnosticisme et pélagianisme actuels, deux ennemis subtils de<br />

la sainteté<br />

35. Dans ce cadre, je voudrais attirer l’attention sur deux<br />

falsifications de la sainteté qui pourraient nous faire dévier <strong>du</strong><br />

chemin : le gnosticisme et le pélagianisme. Ce sont deux hérésies<br />

apparues au cours des premiers siècles <strong>du</strong> christianisme mais qui<br />

sont encore d’une préoccupante actualité. […] En elles s’exprime<br />

un immanentisme anthropocentrique déguisé en vérité catholique.<br />

Voyons ces deux formes de sécurité, doctrinale ou disciplinaire, qui<br />

donnent lieu à « un élitisme narcissique et autoritaire, où, au lieu<br />

d’évangéliser, on analyse et classifie les autres, et, au lieu de faciliter<br />

l’accès à la grâce, les énergies s’usent dans le contrôle. Dans les deux<br />

cas, ni Jésus-Christ ni les autres n’intéressent vraiment ».<br />

Voir chapitre 2 § 35-62 : Gaudete et Exsultate, 19 mars 2018<br />

(vatican.va)<br />

L’incidence des transformations culturelles contemporaines sur le<br />

sens <strong>du</strong> salut chrétien<br />

Voir § 2-4 in Placuit Deo. 22 février 2018 (vatican.va).<br />

Publication des livrets de la Province<br />

La Règle des Fraternités laïques de S. Dominique, le Directoire et<br />

le Livret de vie spirituelle des laïcs OP de la province de Toulouse<br />

ont été publiés (3 livrets).<br />

La Règle présente la constitution fondamentale <strong>du</strong> laïcat<br />

dominicain.<br />

Le Directoire des Fraternités laïques de S. Dominique de la<br />

province de Toulouse, adopté par le chapitre de juillet 2021, a été<br />

approuvé par le Maître de l’Ordre le 27 janvier 2022 et promulgué<br />

par le Prieur provincial le 22 février 2022.<br />

Le Livret de vie spirituelle, adopté également lors <strong>du</strong> chapitre<br />

2021, a été approuvé par le Prieur provincial le 22 décembre 2022.<br />

Est également paru le Guide <strong>du</strong> responsable de fraternité.<br />

*****<br />

Si le Directoire établit les conditions légales de la vie des laïcs<br />

dominicains de la Province, le Livret de vie spirituelle a pour but<br />

d’éclairer la vie de ceux-ci. Le premier donne le cadre de la vie<br />

laïque dominicaine, le second s’attache au fond. Tout pétri de la<br />

Parole de Dieu, ce Livret de vie spirituelle nous donne à contempler<br />

l’exemple des saints de l’Ordre. Il est un vibrant appel à la sainteté<br />

pour servir l’Église. Le chemin pour y parvenir passe par les trois<br />

voies de la spiritualité de l’Ordre : l’exigence de la vérité qui se tra<strong>du</strong>it<br />

par l’étude, la prière, la vie fraternelle. Il souligne les exigences et<br />

surtout la grâce que nous confère notre appartenance à l’Ordre,<br />

étant « admis à participer à la vie religieuse et apostolique des frères<br />

Prêcheurs », « selon les possibilités de notre état ». Il éclaire notre<br />

engagement : oblation, consécration, profession et conversion,<br />

notre vocation de laïcs dans l’Ordre des Prêcheurs, au service <strong>du</strong><br />

Christ et de son Église !<br />

Extraits de la préface <strong>du</strong> livret de vie spirituelle par Jean-Louis Dulot, responsable<br />

provincial<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

52 53<br />

ACTUALITÉS<br />

Province de Toulouse<br />

Rencontres avec le Maître de l’Ordre<br />

Le frère Gérard Francisco Timoner III, Maître de<br />

l’Ordre, accompagné en visite canonique dans la province de Toulouse<br />

par le frère Alain Arnould, socius pour l’Europe, et le frère Pablo<br />

Carlos Sicouly, socius pour la Vie intellectuelle, a réuni dimanche<br />

26 mars 2023 au couvent de la Vierge <strong>du</strong> Rosaire à Bordeaux une<br />

délégation provinciale des Fraternités laïques dominicaines et des<br />

moniales de Dax, ainsi qu’une sœur apostolique. Bon nombre de laïcs<br />

dominicains bordelais étaient aussi présents. Après un rapide tour de<br />

table, Jean-Louis Dulot, responsable provincial, a présenté sous la<br />

forme d’un diaporama Swot – diffusé dans les Fraternités depuis - une<br />

analyse des menaces et faiblesses mais aussi des opportunités et forces de<br />

nos Fraternités. Après un exposé de la prieure <strong>du</strong> couvent de Dax et de<br />

la sœur apostolique, le frère Gérard a pris la parole. Voici des extraits de<br />

sa réponse* aux questions suivantes qui lui<br />

ont été posées : Quelle est la plus grande joie<br />

<strong>du</strong> Maître de l’Ordre ? Quelle est la place<br />

des laïcs dominicains dans l’Ordre et dans<br />

le monde ? Comment voit-il l’articulation<br />

entre les trois branches de l’Ordre : frères,<br />

moniales et fraternités laïques, en vue de la<br />

prédication ?<br />

Présentation des laïcs de la Province<br />

par Jean-Louis Dulot<br />

La joie de l’Évangile<br />

La plus grande joie <strong>du</strong> Maître de<br />

l’Ordre est la joie de tout dominicain,<br />

celle d’Evangelii Gaudium, la joie de<br />

l’Évangile. Lorsque nous voyageons et<br />

visitons la famille dominicaine dans<br />

le monde, nous pouvons voir les œuvres<br />

bonnes que fait le Seigneur dans la vie réelle.<br />

Lorsque nous sommes au Couvent de Sainte-<br />

Sabine à Rome, nous traitons d’importantes<br />

questions et même des problèmes, et il est<br />

tentant de ne voir que les choses négatives<br />

dans l’Ordre et dans l’Église. Mais lorsque<br />

l’on visite les frères et les sœurs dans le<br />

concret de leur vie, comme à l’occasion de<br />

la rencontre d’aujourd’hui, nous voyons<br />

des visages de la joie de l’Évangile. Et nous<br />

entendons également les récits encourageants<br />

et enthousiasmants de leurs ministères et de<br />

leurs apostolats. Ce sont des rappels précieux<br />

de la présence de la Grâce <strong>du</strong> Seigneur dans<br />

notre monde. C’est cela la grande joie <strong>du</strong> Maître de l’Ordre !<br />

Intervention de frère Gérard<br />

Il est important pour nous de prendre conscience de cela : à<br />

Rome, par exemple, beaucoup de gens viennent pour voir le<br />

pape, et quand le pape arrive et se montre, la foule est revigorée,<br />

pleine d’énergie. Il y a quelques années, ma sœur et sa famille ont<br />

demandé à participer à une audience <strong>du</strong> pape. Quand le pape est<br />

arrivé, ils étaient enthousiastes et concentrés sur les actes et les<br />

paroles <strong>du</strong> pape. J’ai dit à ma sœur, si seulement tu savais quels sont<br />

les problèmes <strong>du</strong> pape ! Mais quand le pape voit la foule des fidèles,<br />

il est lui aussi revigoré et plein d’énergie.<br />

Nous ne sommes que des instruments de l’œuvre de Dieu<br />

Là est notre rôle, comme chrétiens, dans notre monde aujourd’hui,<br />

de nous demander comment nous pourrions revigorer, non le pape,<br />

mais le monde qui nous voit. Si le pape est revigoré, confirmé et<br />

soutenu dans la foi en voyant de si nombreux fidèles qui sont là<br />

unis dans la prière, combien plus les personnes de la vie ordinaire<br />

peuvent être revigorées en nous voyant. Peut-être que vous ne vous<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

54 55<br />

en rendez pas compte, mais nous avons la capacité d’annoncer<br />

l’Évangile par des voies qui sont insoupçonnées. Un frère qui<br />

participait au pèlerinage <strong>du</strong> Rosaire à Lourdes racontait, qu’après<br />

une célébration, il s’est approché de deux policiers pour les remercier<br />

de leur service de sécurité au Sanctuaire. Ces deux policiers se<br />

tenaient à la périphérie, et surveillaient de loin la foule. Et les<br />

policiers ont demandé à ce frère de les bénir, mais à l’écart, dans<br />

un endroit discret à l’abri des regards de la foule. Les personnes qui<br />

sont à la périphérie, qui ne prennent pas part à la célébration, sont<br />

également évangélisées, et je pense qu’il est important pour nous<br />

d’en avoir conscience. Prêcher l’Évangile n’est pas notre œuvre,<br />

nous ne sommes que des instruments. Et donc nous ne pouvons<br />

pas dire que ce que nous faisons n’a pas d’effet, parce que c’est<br />

avant tout l’œuvre <strong>du</strong> Seigneur, et nous devons nous en souvenir.<br />

Ce qui semble être sans importance, insignifiant, inefficace, qui<br />

sait ce qu’en sont vraiment les effets ? Nous ne sommes que des<br />

instruments de l’œuvre de Dieu.<br />

Quelle est la place de des laïcs dominicains dans l’Ordre ?<br />

Dans le monde ?<br />

Abordons maintenant la question des laïcs dans notre monde et<br />

dans la famille dominicaine. Permettez-moi de commencer avec<br />

cette histoire, celle d’un évêque nouvellement ordonné. Il montre<br />

à sa mère son bel anneau épiscopal. Et sa mère lui dit : « Mon<br />

fils, c’est un très bel anneau mais souviens-toi, sans mon anneau<br />

matrimonial, tu n’es rien ! ». C’est pourquoi le cléricalisme dans<br />

notre monde est vraiment une folie, parce que nous sommes<br />

tous membres <strong>du</strong> Corps <strong>du</strong> Christ. L’Église est une communion<br />

ordonnée. En d’autres termes nous ne pouvons comparer le rôle de<br />

chaque membre de l’Église, parce que chacun est important pour<br />

la totalité <strong>du</strong> Corps <strong>du</strong> Christ. La mère <strong>du</strong> prélat a raison, mais<br />

nous avons aussi besoin de ministres ordonnés. D’un autre côté, le<br />

ministère ordonné est privé de sens si tout le monde dans l’Église<br />

est ordonné. C’est une question de complémentarité, dans une<br />

Église qui est une communion ordonnée.<br />

Quelle est la place <strong>du</strong> laïcat dominicain dans la famille<br />

dominicaine ? Quelques statistiques : [la famille se compose] de<br />

5247 frères, d’environ 2500 moniales contemplatives, de plus de<br />

19 000 sœurs apostoliques, de plus de 400 membres des fraternités<br />

sacerdotales, et de… 124 000 laïcs dominicains. Il y a enfin le<br />

mouvement de la jeunesse dominicaine dont l’effectif est difficile à<br />

calculer parce qu’il varie presque chaque mois… !<br />

Dans sa lettre Praedicator Gratiae<br />

[adressée au Maître de l’Ordre<br />

à l’occasion <strong>du</strong> 8e centenaire <strong>du</strong><br />

Dies Natalis de notre père saint<br />

Dominique], le pape François<br />

énumère et identifie toutes les<br />

branches de la famille dominicaine.<br />

Il va même jusqu’à dire – c’est la<br />

première fois qu’un pape le dit – que<br />

tous les états de vie que l’on peut<br />

trouver dans l’Église sont en fait<br />

présents dans l’Ordre. En résumé, la famille dominicaine est un<br />

microcosme de l’Église Universelle. Autrement dit, la question de<br />

la place <strong>du</strong> laïcat dominicain dans l’Ordre est exactement la même<br />

question que celle des laïcs dans l’Église universelle.<br />

Rencontre au couvent de Montpellier<br />

S’il y a plus de 100 000 laïcs dominicains dans l’Ordre, cela<br />

signifie que la majorité de la prédication dominicaine dans notre<br />

monde est une prédication faite par des laïcs. Je ne minimise<br />

pas l’importance de la prédication faite dans un cadre liturgique<br />

par les ministres ordonnés dans l’Église mais je voudrais faire<br />

remarquer l’importance d’une prédication hors de la liturgie.<br />

L’Église à travers les âges a reconnu l’importance de ces formes<br />

de prédication. Un maître important dans l’Église, un docteur de<br />

l’Église, est Catherine de Sienne qui est une laïque dominicaine.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

56 57<br />

Il y a dans un monastère en Espagne un magnifique tableau de<br />

sainte Catherine de Sienne, en chaire, prêchant au pape et à des<br />

cardinaux tout ouïe. C’est un ancien tableau, ce qui veut dire que<br />

depuis longtemps, on reconnaît le rôle de la prédication des laïcs.<br />

Nous, les frères dominicains ordonnés, nous avons une prédication<br />

importante qui est l’homélie, mais notre Ordre n’est pas un Ordre<br />

d’homélistes, c’est un Ordre de Prêcheurs. Et je crois que c’est le<br />

génie de saint Dominique : la prédication est un charisme, c’est-àdire<br />

d’après la théologie de l’Église, un don reçu de l’Esprit Saint<br />

pour la construction <strong>du</strong> Corps <strong>du</strong> Christ qu’est l’Église.<br />

Les Dominicains ne sont pas les seuls à prêcher. Mais nous les<br />

Dominicains, grâce à saint Dominique qui a reçu le charisme de la<br />

prédication, nous rappelons à l’Église l’importance de la prédication<br />

de la parole de Dieu dans le monde. Il y a une congrégation, dont<br />

j’ai oublié le nom exact, qui prend soin des malades. C’est son<br />

charisme. Mais cela ne signifie pas que c’est la seule à le faire. Elle<br />

rappelle au monde et à l’Église que prendre soin des malades est<br />

une œuvre de charité importante. Ça, c’est la prédication.<br />

Et les saints de l’Ordre sont des icônes qui nous montrent les<br />

différentes formes de la prédication. Comme l’a mentionné le<br />

pape François, dans la lettre Praedicator Gratiae, les enseignements<br />

de saint Thomas d’Aquin, d’Albert le Grand sont des formes de<br />

prédication, mais également les peintures de Fra Angelico, les<br />

écrits de sainte Catherine de Sienne, les œuvres de charité de saint<br />

Martin de Porrès, de sainte Rose de Lima, de saint Jean Macias ou<br />

la vie simple dans le monde de Pier Giorgio Frassati. Dans notre<br />

monde aujourd’hui, les citoyens ont tendance à associer la politique<br />

ou les politiciens à la corruption et c’est la raison pour laquelle il est<br />

important de promouvoir la cause en béatification de Giorgio La<br />

Pira, le saint maire de Florence afin de montrer au monde que le<br />

service de gouvernement est une voie de sainteté, que le service à la<br />

société est une façon de prêcher. Voilà pour les laïcs dominicains.<br />

Comme le pape nous invite à le faire, là où nous sommes, nous<br />

sommes tous des disciples missionnaires comme Giorgio la Pira ou<br />

Pier Giorgio Frassati. Nous devons en être conscients.<br />

J’ai omis un élément statistique : dans l’Ordre, il y a 389 béatifiés<br />

et saints et nous avons seulement 365 jours dans l’année…Une des<br />

béatifications récentes dans l’Ordre est celle d’une moniale [Isabella<br />

Sánchez Romero, en religion : Ascensión de San José], qui a été<br />

martyrisée pendant la guerre civile espagnole […]<br />

En conclusion de son intervention, le frère Gérard, Maître de<br />

l’Ordre, a remercié Jean-Louis Dulot, responsable provincial, de lui<br />

avoir présenté une analyse des menaces et faiblesses des Fraternités<br />

de la Province de Toulouse mais aussi des forces et opportunités pour<br />

les vaincre, et de lui avoir remis un exemplaire des livrets (Règle,<br />

Directoire et Livret de vie spirituelle) et de l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong>. Il<br />

a souhaité que ces documents puissent être partagés avec d’autres<br />

Chapitres de laïcs dominicains de par le monde. Il a dit aussi que<br />

notre présence à proximité des lieux saints dominicains (maison<br />

Seilhan, Fanjeaux, Prouilhe, …) était une réalité enviable. Il nous<br />

a invité à réfléchir à la question de savoir comment la partager avec<br />

les autres laïcs dominicains dans le monde.<br />

Fr. Gérard Timoner<br />

III, Maître de l’Ordre<br />

des Prêcheurs<br />

Fr. Pablo Sicouly,<br />

socius pour la vie<br />

intellectuelle<br />

Fr. Arnaud Arnould,<br />

socius pour l’Europe<br />

*D’après une transcription de l’intervention à Bordeaux le 26 mars 2023 de frère<br />

Gérard Francisco Timoner III, Maître de l’Ordre, tra<strong>du</strong>ite de l’anglais par Jérôme<br />

Rajolely, secrétaire provincial.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

58 59<br />

À l’issue de la rencontre à Bordeaux, le frère Pablos Carlos Sicouly,<br />

socius pour la Vie intellectuelle, et le frère Alain Arnould, socius pour<br />

l’Europe, ont demandé que l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> soit diffusé dans toutes<br />

les provinces francophones et archivé à la Curia Generalitia. Ils ont<br />

aussi envisagé de faire tra<strong>du</strong>ire en anglais le Livret de vie spirituelle. Ils<br />

ont été également sensibilisés au sein de la Curie par le projet d’écharpe<br />

<strong>du</strong> laïc dominicain.<br />

Frères, sœurs et laïcs autour de frère Gérard à Bordeaux.<br />

Messe <strong>du</strong> 1 er avril au couvent de Toulouse<br />

Au cours de son séjour dans la province de Toulouse, les laïcs<br />

dominicains ont pu partager un repas avec le frère Gérard le samedi<br />

25 mars au couvent de Montpellier et le samedi 1er avril, un repas a<br />

réuni après la messe au couvent de Toulouse les frères, les moniales de<br />

Prouilhe, les sœurs apostoliques de la région toulousaine et de nombreux<br />

laïcs dominicains des fraternités de Toulouse, Prouilhe-Fanjeaux et<br />

Lourdes-Dax.<br />

Déjeuner au couvent de Montpellier<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

60 61<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

62 63<br />

ACTUALITÉS<br />

Actes <strong>du</strong> Chapitre 2021<br />

Une écharpe pour les laïcs dominicains<br />

Le projet d’une écharpe de laïc dominicain, approuvé par le<br />

chapitre célébré en juillet 2021, est maintenant finalisé.<br />

Cette écharpe sera un signe distinctif des laïcs dominicains des<br />

provinces de Toulouse et de France lors des manifestations publiques<br />

organisées par la famille dominicaine : célébrations, processions,<br />

professions et ordinations dans l’Ordre, … le Promoteur général<br />

<strong>du</strong> laïcat dominicain doit en faire la promotion. Cette écharpe<br />

pourrait ainsi devenir un signe universel d’appartenance des laïcs<br />

dominicains à l’Ordre.<br />

L’écharpe est réservée aux profès définitifs,<br />

qui la reçoivent à leur profession.<br />

[Dans le rituel, on remet les livrets (Règle,<br />

Directoire, livret de vie spirituel) aux<br />

entrants, la croix dominicaine aux profès<br />

temporaires, l’écharpe aux profès définitifs]<br />

L’écharpe est de couleur blanche,<br />

apparemment unie, et présente, en fait,<br />

en filigrane, blanc sur blanc, un tissage<br />

jacquard <strong>du</strong> blason de l’Ordre. Les couleurs<br />

dominicaines apparaissent à la base de<br />

l’écharpe, sur un des côtés, au cœur d’une<br />

bor<strong>du</strong>re noire, dans l’écu de l’Ordre gironné<br />

de noir et de blanc, avec sa croix fleurdelysée<br />

entourée de la devise « Laudare, benedicere, prædicare ». Enfin,<br />

telle la création d’un grand couturier, la griffe élégante de discrétion<br />

de l’Ordre des Prêcheurs, « Ordo Praedicatorum », signe en latin,<br />

langue compréhensible partout dans le monde, un ensemble d’une<br />

noble simplicité.<br />

M.O.<br />

Dimensions : 40 cm x 175 cm<br />

Composition : mélange de matières naturelles certifié avec<br />

teintures non nocives : 55% Coton, 15% soie, 30% Modal (obtenu<br />

à partir de la cellulose <strong>du</strong> bois de hêtre, le modal est une fibre douce<br />

et élégante, même après plusieurs lavages).<br />

Réalisation :<br />

Une toute petite entreprise familiale lyonnaise pour une fabrication<br />

française et héritière d’un savoir-faire familial. Cette famille exerce<br />

le métier de tisserand de génération en génération depuis 1790,<br />

dans la plus pure tradition <strong>du</strong> tissage Jacquard. Cet atelier artisanal<br />

lyonnais, labellisé EPV, «Entreprise <strong>du</strong> patrimoine vivant», assure<br />

de bout en bout de la chaîne de pro<strong>du</strong>ction, un contrôle de qualité<br />

à la main, pièce après pièce. Son objectif reste, en effet, de tisser des<br />

écharpes haut de gamme de la meilleure qualité possible.<br />

Prix de base : 30 €<br />

Prix de soutien à la Province : 35 € ou plus.<br />

Une souscription est ouverte :<br />

Merci à chaque responsable de fraternité ou groupe fraternel de<br />

renvoyer le bon de commande, qui lui a été adressé, accompagné<br />

<strong>du</strong> paiement à la trésorière provinciale.<br />

© Crédit photos : La Fabrique d’écharpe, atelier Lyonnais<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

64 65<br />

ACTUALITÉS<br />

Monastère Sainte Marie (Prouilhe)<br />

Pèlerinage sur les pas de S. Dominique<br />

9-10-11 août 2023<br />

S. Dominique a prêché en Occitanie et voyagé<br />

inlassablement de Caleruega à Rome et Bologne. Au Moyen-âge,<br />

les voyages étaient épuisants. Et les compagnons de route de S.<br />

Dominique rapportent que si « on l’entendait gémir et soupirer,<br />

où qu’il se trouvât, il parlait sans cesse de Dieu ou avec Dieu, et il<br />

exhortait ses frères à faire de même ».<br />

Nos sœurs moniales <strong>du</strong> monastère Sainte Marie de Prouilhe vous<br />

proposent en partenariat avec les laïcs dominicains de marcher sur<br />

les pas de notre père Dominique autour de Fanjeaux,<br />

Montréal et Laurac-le-Grand les 9-10-11 août 2023. Ce<br />

pèlerinage doit en quelque sorte – à son exemple – nous<br />

éprouver, physiquement et spirituellement. C’est le sens<br />

de la proposition de nos sœurs moniales pour découvrir<br />

la présence de Dieu sur les chemins parcourus par notre<br />

père Dominique. Cette marche de pèlerinage suivra le<br />

Tri<strong>du</strong>um dominicain au monastère.<br />

Programme prévisionnel<br />

Jour 1 : mercredi 9 août – Prouilhe – Fanjeaux par les<br />

Tisseyres<br />

7h45 : départ à pied de Prouilhe, puis laudes ou temps de prière<br />

à la maison Saint Dominique<br />

11h00 : redescente à Prouilhe par le chemin de la Rempardière et<br />

la Croix <strong>du</strong> Sicaire<br />

11h30 : messe au monastère, puis déjeuner suivi l’après-midi d’un<br />

enseignement par le frère OP accompagnateur<br />

17h30 : vêpres à Prouilhe<br />

20h40 : complies et vigiles<br />

Jour 2 : jeudi 10 août – Montréal – Stèles et retour à Montréal<br />

par GR 78 et variante<br />

6h00 : départ en voiture jusqu’à Montréal avec<br />

les voitures des pèlerins<br />

6h30 : marche (stèles des Epis et de l’Orage,<br />

fontaine Saint Dominique) – laudes ou temps<br />

de prière au cours de la marche<br />

10h45 : retour à Prouilhe dans les voitures des<br />

pèlerins<br />

11h30 : messe au monastère, puis déjeuner suivi<br />

l’après-midi d’un enseignement par le frère OP accompagnateur<br />

17h30 : vêpres à Prouilhe<br />

20h40 : complies et vigiles<br />

Jour 3 : vendredi 11 août – Prouilhe – Laurac-le-Grand<br />

6h00 : départ à pied de Prouilhe à Laurac-le-Grand – laudes ou<br />

temps de prière au cours de la marche<br />

10h15 : retour à Prouilhe (navette de voitures)<br />

11h30 : messe au monastère, puis déjeuner suivi l’après-midi d’un<br />

enseignement par le frère OP accompagnateur<br />

17h30 : vêpres et envoi<br />

Les pèlerins sont guidés par un laïc OP et accompagnés<br />

spirituellement par un frère OP. Les horaires sont calculés en<br />

fonction des températures estivales et des temps de marche.<br />

Inscrivez-vous dès maintenant : accueil@prouilhe.com<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

66 67<br />

ACTUALITÉS<br />

Comité de pilotage*<br />

La Domistella recherche de nouveaux<br />

équipiers<br />

Oyez, oyez !<br />

Amoureux des chemins et <strong>du</strong> charisme de S. Dominique,<br />

devenez équipiers de la Via Domistella !<br />

Ce beau projet d’un chemin sur les pas de S. Dominique<br />

nécessite des compétences dont vous êtes peut-être dotés... ou que<br />

vous avez envie de déployer sur le terrain ou au bureau, le tout<br />

dans une ambiance fraternelle et dynamique !<br />

• Marches de repérage : Fanjeaux-St-Bertrand-de-Comminges ;<br />

Ste-Baume-Montpellier ; Montpellier-Toulouse via Sorèze ;<br />

• Ateliers d’écriture ;<br />

• Formation au logiciel de cartographie iPhiGéNie ;<br />

• Connaissances en histoire et histoire de l’art ;<br />

• Exégèse biblique appliquée au chemin ;<br />

• Histoire de l’Ordre et textes dominicains contemporains, etc.<br />

Laïcs de Saint Dominique ou proches pèlerins,<br />

vous souhaitez participer à cette aventure,<br />

prenez contact avec nous sur fld.domistella@gmail.com<br />

Vous êtes les bienvenus !<br />

A paraître :<br />

Montpellier-Fanjeaux-Toulouse, via les abbayes de l’Aude.<br />

* Comité de pilotage : Gilles Cappe (sous la dir. de), Fr. Renaud Silly<br />

(assistant pédagogique), Nathalie Baudin, Brigitte Berrut, Anne<br />

Chevillard-Maubuisson, Marie-Hélène Chevrier (province de<br />

France), Marinette Ouensanga, Cosima Thuillier.<br />

ACTUALITÉS<br />

Adeline de Laportalière, trésorière provinciale<br />

Appel à cotisations 2023<br />

Je profite de la parution de l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> pour rappeler<br />

l’appel à cotisations que vos repsonsables de fraternité vous ont déjà<br />

adressé. Vous savez tous que cet effort est indispensable au bon<br />

fonctionnement de notre province.<br />

Ces cotisations sont les seules ressources de la province pour faire<br />

face aux différentes dépenses : honoraires <strong>du</strong> promoteur provincial,<br />

mise en œuvre des décisions <strong>du</strong> Chapitre, frais de l’équipe<br />

provinciale, formation, organisation des journées provinciales,<br />

pèlerinage <strong>du</strong> Rosaire, communication, cotisations internationales,<br />

etc.<br />

Voici le montant des cotisations (à régler avant le 31 mai 2023) :<br />

- cotisation indivi<strong>du</strong>elle : 46€<br />

- cotisation pour les couples : 79€<br />

Ces cotisations sont à adresser à votre responsable de fraternité qui<br />

les groupera pour me les faire parvenir ensuite.<br />

Je vous remercie de votre générosité et que Notre Seigneur vous<br />

comble de ses bienfaits et de sa grâce tout au long de cette année !<br />

Contact : fld.tresorerie.toulouse@gmail.com<br />

© Via Domistella et Domistella®. Tous droits réservés FFLD Province de Toulouse.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

68 69<br />

Le Carnet<br />

Entrées en fraternité<br />

Le 10 décembre 2022, ont fait leur entrée en fraternité Cristina<br />

Riches ; Estelle Blaize et Anne Christine Jourdan, au sein de la<br />

fraternité saint Dominique de Prouilhe, Fanjeaux.<br />

Le 18 février 2023, a fait son entrée en fraternité Marie-France<br />

Castel, au sein de la fraternité Notre Dame <strong>du</strong> Rosaire, Bordeaux.<br />

Professions solennelles<br />

Le 10 décembre 2022 a fait profession solennelle Marie-Noëlle<br />

Dulot, de la fraternité Pier Gorgio Frassati, Toulouse.<br />

Le 31 décembre 2022 a fait profession solennelle Sylvie Paya, <strong>du</strong><br />

groupe fraternel Jean-Joseph Lataste, Saint-Denis (La Réunion).<br />

Le 21 janvier 2023 a fait profession solennelle Joëlle Sanson, de la<br />

fraternité Saint Thomas d’Aquin, Bordeaux.<br />

Le 27 janvier 2023 a fait profession solennelle Marie-Neige<br />

Denage, <strong>du</strong> groupe fraternel Jean-Joseph Lataste, Saint-Denis (La<br />

Réunion).<br />

Élections<br />

Le 14 janvier 2023, Marie-Andrée Nebra, de la fraternité Notre<br />

Dame <strong>du</strong> Rosaire, Bordeaux, a été élue Conseillère régionale pour<br />

le Sud-Ouest.<br />

Le 27 février 2023, le Maître de l’Ordre a confirmé l’élection de<br />

Sébastien Milazzo de la province de France comme coordinateur<br />

de l’ICLDF (Internationalis Consilium Laicorum Ordinis<br />

Praedicatorum). L’élection de Sébastien Milazzo comme président<br />

<strong>du</strong> Conseil européen des Fraternités laïques de saint Dominique<br />

avait été précédemment confirmé par le Maître de l’Ordre le<br />

7 novembre 2022.<br />

Nomination<br />

Le 25 février 2023, le frère Denis Bissuel a été nommé (1 er mandat)<br />

par le chapitre provincial des frères de la province de Toulouse,<br />

célébré à Nice <strong>du</strong> 28 décembre 2022 au 18 janvier 2023, promoteur<br />

provincial <strong>du</strong> laïcat dominicain (Actes <strong>n°</strong> 29, p. 11).<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


| l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> |<br />

70 71<br />

Prier les o ffices avec nos frères<br />

et nos sœurs moniales<br />

Si vous habitez près d’un couvent ou d’un monastère de notre<br />

Ordre, n’hésitez pas à vous joindre aux frères ou aux moniales pour<br />

célébrer l’office. Et si c’est trop loin ou trop compliqué pour vous,<br />

l’office divin célébré en communauté s’invite chez vous !<br />

Vêpres<br />

Tous les soirs, à 19h, les frères de Toulouse transmettent<br />

l’office des vêpres en ligne sur leurs chaînes Youtube et<br />

Facebook, et l’office des vigiles le samedi soir à 20h30.<br />

Diffusion en direct sur Youtube - Province dominicaine de Toulouse<br />

ou https://www.facebook.com/Dominicains.Prov.De.Toulouse/<br />

À vos plumes !<br />

L’Écho <strong>du</strong> eignadou<br />

Prochaine parution : Été 2023<br />

Pour s’enrichir des événements, des peines et joies vécus en<br />

fraternités et aussi de vos initiatives apostoliques pour porter<br />

l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde, l’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong> a besoin de<br />

vous. Vous souhaitez publier :<br />

avis d’élection/nomination (150 signes* max.)<br />

avis d’entrée en fraternité/profession temporaire ou solennelle/<br />

décès (300 signes* max.)<br />

annonce d’un événement (300 signes* max.)<br />

article/compte-ren<strong>du</strong> d’événement (1500 signes* max.)<br />

SVP nous consulter pour toute demande d’insertion supérieure<br />

à 1500 signes*<br />

S<br />

*Le nombre de signes ou de caractères se décompte espaces compris.<br />

Et pour suivre les actualités des couvents et monastères sur le<br />

territoire de la Province de Toulouse, connectez-vous !<br />

Couvents (frères)<br />

Bordeaux<br />

Montpellier<br />

Marseille<br />

Sainte-Baume<br />

Nice<br />

La Réunion<br />

Haïti<br />

Monastères (moniales)<br />

Dax<br />

Lourdes<br />

Prouilhe<br />

Saint-Maximin<br />

La Réunion<br />

Abonnez-vous à :<br />

Concorde<br />

Informations dominicaines internationales - IDI<br />

European Council of Lay Dominican Fraternities – ECLDF<br />

(Agora)<br />

Pour s’abonner à CONCORDE, écrire au Secrétariat provincial des<br />

Dominicains, 1 impasse Lacordaire, BP 84102, 31078 Toulouse Cedex<br />

4, en précisant vos Nom, Prénom, Adresse, Code postal, Ville, Mail.<br />

Abonnement annuel version papier : 25 €, version électronique : libre<br />

offrande. Paiement par chèque à l’ordre de Concorde.<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde<br />

Porter l’Évangile au cœur <strong>du</strong> monde


Fraternités laïques de saint Dominique<br />

Province de Toulouse<br />

L’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong>, nouvelle série, <strong>n°</strong> 9<br />

Responsable de la publication : Jean-Louis Dulot<br />

Responsable de la rédaction : Gilles Cappe<br />

Adjoints : François Latrèche, Denis Ronfort,<br />

Adeline de Laportalière (conception)<br />

Secrétariat de rédaction : Mélanie Coelho,<br />

Yvonne Gougis, Elisabeth Le Lann<br />

Documentation : François Mertz<br />

Réseaux sociaux : Laurent Vicente<br />

Crédits photographiques : FLD – Province de Toulouse<br />

La Fabrique d’écharpe<br />

© 2023 L’Écho <strong>du</strong> <strong>Seignadou</strong>. Tous droits réservés.<br />

fld.echoseignadou@gmail.com<br />

Tél. : 07 86 58 38 61

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!