09.12.2023 Views

Le Paddock du samedi 9 décembre

Toute l'actualité du CHIG !

Toute l'actualité du CHIG !

SHOW MORE
SHOW LESS
  • No tags were found...

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

PADDOCK<br />

Quotidien officiel <strong>du</strong> Concours Hippique International de Genève<br />

présente le<br />

Samedi 9 <strong>décembre</strong> 2023<br />

© CHIG/Soraya Exquis<br />

Steeeeeeeeeeve !<br />

••• Top 10 Rolex IJRC<br />

A-t-il encore besoin de prouver quelque chose ?<br />

Steve Guerdat a remporté hier soir sa troisième<br />

finale <strong>du</strong> Top 10 Rolex IJRC à Genève. Et les<br />

tribunes étaient combles pour soutenir et applaudir<br />

le multiple champion.<br />

<strong>Le</strong> Jurassien était logiquement très ému au moment<br />

de s’exprimer au micro d’Alban Poudret en bord de<br />

piste. Est-il encore utile de préciser à quel point<br />

Genève lui tient à cœur ? «C’est très important<br />

pour moi d’arriver ici avec mes meilleurs chevaux<br />

dans leur meilleure forme. Je veux toujours me<br />

donner à plus de 110%», soufflait-il à l’issue de sa<br />

deuxième manche. Il n’en restait alors que deux<br />

pour potentiellement lui voler la vedette…<br />

<strong>Le</strong> N°1 mondial et tenant <strong>du</strong> titre Henrik von<br />

Eckermann, avec son fantastique King Edward,<br />

s’élançaient pour le doublé. Et Shane Sweetnam,<br />

pour sa première finale, espérait bien créer la<br />

surprise. Ils n’étaient en effet que trois à avoir<br />

déjouer tous les pièges de Gérard Lachat en<br />

première manche. Steve Guerdat, premier des sansfaute<br />

à s’élancer en deuxième manche, jouait avec<br />

le feu et les nerfs <strong>du</strong> public en frôlant les barres et<br />

coupant tous les virages. Son compatriote et ami<br />

Martin Fuchs, malheureux en première manche<br />

avec 8 points, en levait les jambes de nervosité en<br />

même temps que Venard de Cerisy ! Avec un double<br />

sans-faute, le podium était assuré. Henrik von<br />

Eckermann et King Edward, si réguliers d’habitude,<br />

étaient un peu trop gourmands dans le virage près<br />

<strong>du</strong> lac et fautaient sur le vertical. Shane Sweetnam,<br />

quant à lui, chutait à la 5 e place avec deux fautes.<br />

Au final, c’est bien Kent Farrington – oui, encore<br />

lui – qui s’adjugeait la troisième place grâce à une<br />

excellente et rapide deuxième manche avec une<br />

jeune mais talentueuse Greya. En sortant de piste,<br />

l’Américain n’était pourtant pas très optimiste: «Je<br />

ne pense pas que cela suffira pour monter sur le<br />

podium, mais je suis tout de même très heureux<br />

de ma jument, qui a affronté les plus grandes<br />

difficultés de sa carrière ce soir.» Comme quoi, la<br />

chance sourit aux audacieux.<br />

<br />

Aurore Favre<br />

WWW.CHI-GENEVE.CH<br />

#CHIGENEVE


2 En images<br />

Dose d’adrénaline<br />

© CHIG/Soraya Exquis<br />

Priority Lane<br />

Accédez en priorité<br />

au contrôle de sûreté.<br />

Réservation sur<br />

gva.ch/eservices<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023


L’inverse d’un coup de foudre<br />

Ce n’était certainement pas un coup de foudre, entre Janika Sprunger et Orelie. Peut-être<br />

un coup de génie en revanche… Il a fallu un peu de persuasion, pour que Janika décide de<br />

l’essayer, puis attendre les premiers sauts, pour que la Suissesse tombe amoureuse de sa<br />

désormais jument N°1.<br />

Complice 3<br />

«<strong>Le</strong>s éleveurs d’Orelie nous ont approchés au CSI<br />

d’Opglabbeek, Henrik (ndlr. von Eckermann) et moi,<br />

pour nous parler d’elle. Je n’étais pas vraiment<br />

convaincue par les vidéos. Mais Henrik a continué à<br />

la suivre et me reparlait régulièrement d’elle. Après<br />

une énième vidéo visionnée, je me suis décidée à<br />

l’essayer. J’ai failli descendre après quelques minutes<br />

à peine ! Elle était loin d’être confortable, regardait<br />

tout, je n’avais pas de sensations. Et puis, nous avons<br />

commencé à sauter. Dès le premier obstacle, elle<br />

a mis ses oreilles en avant, s’est concentrée et m’a<br />

complètement bouleversée.» La première impression<br />

n’était donc pas la bonne. Aujourd’hui, Janika est<br />

pleinement convaincue. L’intelligence et le talent de<br />

la jeune Orelie l’ont poussée à appeler l’une de ses<br />

fidèles propriétaires, Tina Pol. «Elle m’avait déjà<br />

acheté Kinmar Scarlett, l’autre jument que j’ai prise<br />

ici à Genève. Au début, Tina m’a dit non, mais j’ai<br />

insisté, lui ai envoyé aussi les vidéos, et elle a fini par<br />

craquer», sourit la Bâloise. <strong>Le</strong>s petites excentricités de<br />

la jeune jument n’ont pas complétement disparues,<br />

mais sa cavalière compose avec, car elle sait qu’une<br />

fois le N°1 <strong>du</strong> parcours en ligne de mire, Orelie saura<br />

se dépasser.<br />

Début 2022, Orelie rejoint donc les écuries de Janika<br />

Sprunger et de son mari Henrik von Eckermann, aux<br />

Pays-Bas. À force de patience et de travail, la cavalière<br />

de 36 ans transforme un diamant brut en un petit bijou.<br />

Orelie fait ses débuts dans certains des plus beaux<br />

concours <strong>du</strong> monde, où elle fait grande impression.<br />

«C’est une jument très intelligente qui, malgré sa<br />

petite taille, donne tout son cœur lorsqu’elle est en<br />

piste. Je ne m’imaginais jamais revenir si vite au<br />

haut niveau (ndlr. la Bâloise est devenue maman et<br />

est restée éloignée des terrains de concours quelque<br />

mois). Grâce à elle, j’ai l’impression que tout est<br />

possible. Je suis très chanceuse.»<br />

Indéniablement, un couple s’est formé. Janika<br />

Sprunger et Orelie sont désormais quasiment<br />

indissociables. Ce week-end déjà, elles ont prouvé<br />

qu’elles pouvaient surprendre les meilleurs. Avec un<br />

petit point de temps dépassé jeudi dans l’exigeant<br />

Trophée de Genève, puis une jolie 9 e place hier dans<br />

le Prix des Communes Genevoises, sécurisant ainsi<br />

sa qualification pour le Rolex Grand Prix de dimanche,<br />

la paire 100% féminine s’est distinguée. Dans son<br />

box, à l’issue de sa performance hier, Orelie est en<br />

pleine relaxation, profitant de soins bien mérités. Elle<br />

accepte avec plaisir les gratouilles prodiguées par sa<br />

groom, Charlotte, et pointe rapidement les oreilles<br />

en avant lorsque cette dernière va lui chercher une<br />

carotte pour la séance photo. «C’est une vraie jument,<br />

avec le caractère qui va avec, raconte sa groom. Elle<br />

râle souvent, montre beaucoup d’attitude, mais elle<br />

est facile et vraiment attachante. Pour moi, c’est une<br />

véritable guerrière!» La jument de 9 ans a l’œil malin.<br />

La confiance n’était peut-être pas facile à gagner, mais<br />

une fois accordée, elle donne tout pour sa complice.<br />

La paire promet de faire des merveilles à l’avenir. Mais<br />

Janika sait que c’est encore un peu tôt pour savoir<br />

si elle pourra l’emmener à Paris l’été prochain…<br />

«Je dois confirmer quelques bons résultats et lui<br />

offrir une pause bien méritée. Mon programme sera<br />

évidemment fait en fonction, mais si je ne suis pas<br />

sélectionnée, il y aura toujours un plan B», sourit-elle.<br />

Aurore Favre<br />

En quelques mots<br />

Née le 29 juin 2014 (9 ans)<br />

BWP - Belgian Warmblood Studbook (BWP)<br />

Par Emerald et Kandy van het Venushof<br />

(Nabab de Rêve)<br />

Éleveur: Joris Meulemans<br />

Surnom: Lia<br />

Peluche préférée: Dumbo (Janika choisit<br />

un doudou spécifique pour chacune de ses<br />

montures en fonction de son caractère !)<br />

En piste: guerrière<br />

Hors de piste: curieuse, rarement concentrée<br />

PALMARÈS:<br />

5 e <strong>du</strong> GP4* d’Ascona en septembre 2023<br />

Vainqueur de la Coupe des Nations de<br />

Falsterbo en juillet<br />

13 e <strong>du</strong> Rolex Grand Prix de La Baule en juin<br />

4 e <strong>du</strong> GP de St-Gall en juin<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023


4 Découverte<br />

Être seul<br />

sans vraiment l’être…<br />

Découvrir les futures stars de demain. <strong>Le</strong>ur faire prendre de<br />

l’expérience sur l’une des plus belles pistes <strong>du</strong> monde. C’est tout<br />

l’objectif d’organiser au CHI de Genève un CSI spécialement<br />

réservé aux cavaliers de moins de 25 ans. À 18 ans à peine, le<br />

Jurassien Gaëtan Joliat est l’un des plus jeunes à avoir la chance<br />

d’y prendre part.<br />

Il n’est certainement pas venu pour rien. Deux<br />

épreuves, deux classements. Et il espère bien encore<br />

s’améliorer dans le Grand Prix Defender ce matin. «Je<br />

suis très content de ma jument, Coriana de Lazerou.<br />

Elle est en pleine forme !» Et pourtant, ce n’était pas<br />

Coriana qui devait fouler la piste de Palexpo. «Nous<br />

sommes malheureusement en quarantaine aux<br />

écuries <strong>du</strong> Cudret. Mes deux chevaux de tête, Nikos<br />

de Laubry et Vérone de Hus Z, sont ainsi confinés à<br />

Neuchâtel jusqu’à mi-<strong>décembre</strong>. J’avais décidé de<br />

mettre Coriana au repos, elle était à la maison à<br />

Delémont depuis quelques semaines.»<br />

Remettons un peu de contexte. Gaëtan Joliat est<br />

donc né à Delémont un beau jour d’été, voilà 18 ans.<br />

Il grandit avec ses parents et sa sœur dans la petite<br />

écurie familiale. Un paddock, un manège et une petite<br />

demi-douzaine de boxes suffisent à leur bonheur.<br />

Loin d’être un métier, c’est une véritable passion<br />

qui anime la famille Joliat. «Mon père s’occupe des<br />

écuries lorsqu’il rentre le soir de son travail. Ma mère,<br />

quant à elle, gère les chevaux, le planning de leurs<br />

sorties, etc.» Si la passion des chevaux coule dans<br />

les veines, les parents de Gaëtan ne souhaitaient<br />

pas pour autant qu’il se lance sérieusement dans<br />

une carrière de cavalier. À force de persuasion –<br />

le jeune homme peut être plutôt têtu, semblerait-il –,<br />

le Jurassien les convainc de le laisser poursuivre sa<br />

voie.<br />

Dans le Jura, pendant la pandémie, un certain Philippe<br />

Guerdat s’ennuie. Entre Delémontains, on se connaît,<br />

on s’entraide, on se soutient toujours. Gaëtan Joliat<br />

profite alors d’un coach de luxe, car le sélectionneur<br />

de l’équipe <strong>du</strong> Brésil vient le conseiller deux fois par<br />

semaine. Après cet apprentissage que beaucoup<br />

envient, le jeune Jurassien s’installe dans les écuries<br />

Balsiger, à Corcelles. Il y débute une formation avec<br />

Thomas Balsiger et profite de ses conseils avisés et<br />

affutés tout en faisant les boxes, s’occupant de jeunes<br />

chevaux entre 4 et 6 ans, d’autres plus expérimentés<br />

aussi, donnant des cours, parfois («ce n’est pour<br />

l’instant pas mon exercice préféré» rit-il).<br />

Mais ce qu’il aime tout particulièrement, ce sont<br />

ces instants avec ses montures. «J’adore sauter, à<br />

la maison ou en concours. Mais j’aime aussi cette<br />

relation que l’on construit avec eux, les voir évoluer,<br />

apprendre de chacun d’eux. Aux écuries, je suis<br />

souvent seul avec eux. Mais en fait, on ne se sent<br />

jamais seul quand on est entourés de chevaux…»<br />

Enfin, entre sa propre famille, ses amis, la famille<br />

Balsiger, ses coéquipiers, Gaëtan ne manque pas de<br />

soutien. Un soutien sans doute précieux pour le suivre<br />

dans ses objectifs, un jour peut-être (sûrement ?), faits<br />

de Coupes des Nations, de championnats d’Europe<br />

jeunes cavaliers et de Grands Prix… A.F.<br />

120<br />

ansd’histoires<br />

Chaque enfant a une histoire à écrire. A<br />

l’Institut International de Lancy, notre objectif<br />

est de travailler et réussir ensemble. Depuis<br />

1903, nous accompagnons les élèves de 3 à<br />

19 ans pour créer leur propre histoire.<br />

Découvrez nos programmes français,<br />

anglais et bilingue sur iil.ch<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023


Portrait 5<br />

<strong>Le</strong>s pieds sur terre,<br />

la tête dans les étoiles<br />

À seulement 24 ans, Harry Charles s’est largement imposé parmi<br />

l’élite <strong>du</strong> jumping. Aux portes <strong>du</strong> Top 10 Rolex IJRC, le jeune<br />

homme mesure le chemin accompli depuis quelques années.<br />

Et pourtant, son cœur a longtemps balancé entre équitation<br />

et golf ! Pour notre plus grand plaisir, il a choisi les chevaux…<br />

Harry Charles n’est pas que le fils de… Depuis<br />

plusieurs années déjà, le digne successeur <strong>du</strong><br />

champion olympique par équipe de 2012 à Londres,<br />

Peter Charles, a largement prouvé tout son talent et<br />

son attachement à l’équipe nationale. Membre <strong>du</strong><br />

collectif britannique aux Jeux Olympiques de Tokyo<br />

en 2021 et aux championnats <strong>du</strong> monde de Herning<br />

en 2022, pilier de l’Union Jack sur bon nombre<br />

de Coupes des Nations, notamment en finale à<br />

Barcelone cette année, le jeune prodige n’est pas le<br />

cavalier d’un seul cheval, loin s’en faut ! Ses écuries<br />

comptent aujourd’hui un sacré piquet de montures de<br />

Grand Prix: Balou <strong>du</strong> Reventon, Romeo 88, Casquo<br />

Blue, Aralyn Blue, Billabong <strong>du</strong> Roumois ou encore<br />

Sherlock, entre autres, l’accompagnent sur les plus<br />

belles pistes <strong>du</strong> monde. «J’ai la chance de monter<br />

des chevaux fabuleux et de pouvoir compter sur de<br />

fantastiques propriétaires. Mes chevaux sont heureux<br />

et aiment leur job. Je parviens à les préserver pour ne<br />

pas les faire trop sauter. Ces trois dernières semaines<br />

ont vraiment été bonnes en termes de résultats. Cela<br />

donne naturellement confiance et me motive.»<br />

<strong>Le</strong> Britannique s’est d’ores et déjà illustré sur la piste<br />

<strong>du</strong> Concours Hippique International de Genève jeudi<br />

soir en terminant deuxième <strong>du</strong> Trophée de Genève sur<br />

son fidèle Romeo 88. Une bonne entrée en matière<br />

pour le 13 e cavalier <strong>du</strong> classement mondial – 1 er de<br />

la ranking des moins de 25 ans –, le pilote faisant<br />

montre d’une régularité et d’un savoir-faire presque<br />

insolents <strong>du</strong> haut de ses 24 printemps. Demain, pour<br />

le Rolex Grand Prix, il misera sur sa toute bonne Aralyn<br />

Blue pour corriger une lacune dans son palmarès: un<br />

résultat de taille dans une étape <strong>du</strong> Rolex Grand Slam.<br />

«Elle a débuté les Grands Prix Coupe <strong>du</strong> monde cette<br />

année. Si je fais sans faute demain sur le tour initial,<br />

elle aura vraiment une chance de se démarquer au<br />

barrage, car c’est une jument très rapide. Peut-être<br />

a-t-elle moins d’expérience que Romeo ou Casquo<br />

Blue, mais j’aime le feeling que je ressens sur son<br />

dos. Elle a aussi bénéficié d’un petit break il y a<br />

peu. Je vous dirai dimanche soir si c’était une bonne<br />

décision !»<br />

L’IMPORTANCE DU CERCLE FAMILIAL<br />

Malgré ses nombreux classements et son rôle au sein<br />

de l’équipe britannique, le jeune homme garde les<br />

pieds sur terre et fait preuve d’une grande maturité.<br />

Son système, basé autour de la famille, lui convient<br />

parfaitement. «J’ai la chance d’être aidé par mon<br />

père, qui est un excellent entraîneur et manager, et<br />

je bénéficie d’une super équipe en concours et à la<br />

maison. Nous échangeons tous les jours ensemble.<br />

Mon père m’accompagne un peu moins en compétition<br />

ces temps-ci afin de suivre mes sœurs, également<br />

cavalières. Il me laisse davantage m’auto-gérer.»<br />

Outre la farouche envie d’intégrer le Top 10 et de<br />

pouvoir prendre part à cette mythique épreuve <strong>du</strong><br />

CHI de Genève, le viseur d’Harry Charles est pointé<br />

vers les Jeux Olympiques de Paris 2024. Si Balou <strong>du</strong><br />

Reventon est son premier choix dans son scénario<br />

rêvé, il laisse également échapper le nom de Romeo,<br />

cheval très régulier et aguerri dans les grandes<br />

épreuves. «Quant à Sherlock, qui sera encore jeune<br />

l’an prochain, il m’a prouvé ses qualités la semaine<br />

dernière en remportant le Grand Prix Coupe <strong>du</strong> monde<br />

de La Corogne. J’ai réalisé une année presque blanche<br />

avec lui au top niveau, car j’ai voulu lui laisser <strong>du</strong><br />

temps. Mais il a certainement le talent pour une telle<br />

échéance. Si ce n’est pas pour l’année prochaine, Los<br />

Angeles pour sûr», affirme-t-il. Élémentaire, mon cher<br />

Watson…<br />

Sophie <strong>Le</strong>beuf<br />

Hors sujet<br />

Si vous étiez un animal ?<br />

Un oiseau pour pouvoir voler.<br />

Printemps, été, automne ou hiver ?<br />

L’hiver.<br />

Que feriez-vous si vous n’étiez pas<br />

cavalier ?<br />

Golfeur professionnel. Petit, j’y jouais<br />

énormément avec mon père. Parfois, je me<br />

dis que ce serait tellement plus simple de<br />

m’occuper de clubs de golf ! Mais les chevaux<br />

et les Grands Prix me manqueraient trop.<br />

<strong>Le</strong> cheval que vous rêveriez de monter ?<br />

Sans hésitation Explosion W (Ben Maher).<br />

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?<br />

J’espère avoir une gentille famille avec un ou<br />

deux enfants. Des médailles olympiques et de<br />

super chevaux dans mes écuries.<br />

PENSION • COACHING • VALORISATION<br />

Route de Chancy 439 • 1285 Athenaz • info@ecurie-avusy.ch<br />

ecurieavusy • @ecurieavusy<br />

PIERRE KOLLY<br />

+41 79 216 87 28 • kolly17@bluewin.ch<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023


P R E M I E R M E N S U E L H I P P I Q U E D E S U I S S E R O M A N D E<br />

6 Au programme<br />

Présenté par<br />

<br />

09H45<br />

Credit Suisse Coupe<br />

<strong>du</strong> Jockey Club<br />

Épreuve de relais au chronomètre<br />

Saut par équipe<br />

Sponsor Principal<br />

<br />

11H30<br />

Grand Prix Defender<br />

Barème A au chronomètre avec un barrage au chronomètre (145 cm)<br />

Saut CSI U25<br />

Sponsors Officiels<br />

<br />

14H00<br />

Spectacle<br />

Marie Barcelo et Pierre-Antoine Chastang en attraction sur la grande piste<br />

Attraction<br />

Sponsors<br />

<br />

14H15<br />

Coupe de Genève<br />

ÉPREUVE DE COMBINAISONS<br />

Barème A au chronomètre avec un barrage au chronomètre (160 cm)<br />

Saut CSI 5*<br />

Partenaires Institutionnels<br />

<br />

17H30<br />

FEI Driving World Cup TM<br />

PRÉ-QUALIFICATIVE<br />

Barème C en deux manches<br />

Attelage<br />

Partenaires Média & Broadcast<br />

<br />

19H30<br />

Prix <strong>du</strong> Rhône<br />

GRANDE CHASSE – Barème C (145 cm)<br />

Saut CSI 5*<br />

Partenaires Officiels<br />

<br />

21H10<br />

Jubilé<br />

<strong>Le</strong>s 10 ans <strong>du</strong> Rolex Grand Slam of Show Jumping<br />

Cérémonie<br />

Sponsors Médias<br />

<br />

21H40<br />

Credit Suisse Challenge<br />

Barème A au chronomètre (155 cm)<br />

Saut CSI 5*<br />

Tout le programme détaillé sur www.chi-geneve.ch<br />

Fournisseurs Officiels<br />

<br />

Impressum<br />

Quotidien officiel <strong>du</strong> Concours Hippique International de Genève<br />

Partenaire de cœur<br />

<br />

COMMUNICATION CHIG: Patrick Favre<br />

RÉDACTION: Aurore Favre, Sophie <strong>Le</strong>beuf<br />

PHOTOGRAPHIE: Soraya Exquis, Bertille Fonteneau, Fabienne Bujard,<br />

Joseph Carlucci, Raphaël Dufour<br />

MISE EN PAGE: Emilie Lacroix (PIM Sportsguide SA)<br />

IMPRESSION: Atar Roto Presse SA - 1214 Vernier<br />

Happy 10 years<br />

of Air China Direct Flight<br />

Geneva — Beijing<br />

4 flights/week<br />

Monday / Thursday / Friday / Saturday<br />

www.airchina.ch<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023


En marge 7<br />

Attraction <br />

Parenthèse enchantée<br />

Rendez-vous est pris cet après-midi à 14h00 avec les artistes<br />

Marie Barcelo, Pierre-Antoine Chastang et le beau gris Verdi<br />

sur la grande piste <strong>du</strong> Concours Hippique International de<br />

Genève pour leur numéro «Tentation»…<br />

Retrouvailles <br />

Dès les premières minutes en leur compagnie,<br />

la complicité entre la dresseuse et le voltigeur<br />

transparaît au premier regard échangé. Puis une<br />

confiance absolue transcende sur la piste avec<br />

Verdi, le troisième membre de ce trio d’artistes<br />

iconoclastes. «Ce numéro a évolué au fil des ans. Au<br />

départ, il s’agissait simplement de voltige, puis nous<br />

y avons ajouté de la danse, des portés acrobatiques<br />

et, enfin, une dimension aérienne avec des sangles<br />

depuis deux ans, puisque Pierre-Antoine vient <strong>du</strong><br />

Cirque <strong>du</strong> Soleil. De là est né ce numéro «Tentation»<br />

dans lequel nous voulions évoquer notre relation<br />

amoureuse, mais également mettre en scène un vrai<br />

trio avec Verdi. C’est ce cheval qui nous a inspiré ce<br />

numéro. Nous pouvons tout nous permettre avec lui»,<br />

s’enthousiasme l’acrobate-danseuse.<br />

Marie et Pierre-Antoine ne tarissent pas d’éloges<br />

envers leur complice: «Verdi évolue depuis 10 ans<br />

avec nous. Il est très fort, porteur, donc nous pouvons<br />

nous permettre de voltiger à deux sur son dos. Mais le<br />

plus exceptionnel reste son mental. Il n’a peur de rien<br />

et se prête volontiers, et sans réserve, à toutes nos<br />

expériences. Il a un cœur immense et est également<br />

excellent en dressage et figures de haute école.» Si ce<br />

numéro est né de leur relation avec ce cheval de cœur,<br />

leurs créations sont la plupart <strong>du</strong> temps construites<br />

autour des tempéraments et particularités de chaque<br />

cheval de la compagnie. «Mais parfois, tout part d’une<br />

image ou d’une musique», nuancent-ils.<br />

L’un et l’autre se complètent sur scène, s’enrichissent<br />

mutuellement dans leur savoir-faire et ne cessent de se<br />

projeter vers l’avenir. Mais si tout semble d’une fluidité<br />

et d’une légèreté éthérée en piste, cette grâce est le<br />

résultat d’heures incalculables de préparation. «Nous<br />

nous entraînons énormément. D’abord nous répétons<br />

les figures au-dessus d’un tapis, à faible hauteur,<br />

pour pouvoir ensuite nous exercer en toute sécurité<br />

à 15 mètres <strong>du</strong> sol», explique Pierre-Antoine. Et<br />

le résultat est époustouflant ! Mêlant poésie et<br />

technicité, performances acrobatiques et danses<br />

aériennes, envol et galop, les trois artistes nous<br />

emmènent entre ciel et terre. Un moment de pure<br />

magie au cœur de Palexpo, à découvrir absolument.<br />

À NOTER<br />

Marie, Pierre-Antoine et Verdi présenteront également<br />

leur numéro dimanche à 12h15 sur la grande piste.<br />

Et ils s’illustreront avec d’autres figures sur la piste<br />

attractions tout au long <strong>du</strong> week-end. S.L<br />

Parmi les plus<br />

fidèles<br />

© Scoopdyga<br />

Il est rare, voire impossible, qu’il manque une seule<br />

édition <strong>du</strong> CHI de Genève. Multimédaillé par équipe<br />

et en indivi<strong>du</strong>el aux JO, championnats <strong>du</strong> monde et<br />

d’Europe, Jeroen Dubbeldam fait sans aucun doute<br />

partie des noms qui ont marqué son sport. À 50 ans,<br />

le témoignage Rolex a toujours la même envie, la<br />

même passion, les mêmes étoiles dans les yeux<br />

lorsqu’il parle de Genève, de la compétition et des<br />

chevaux en général. «Cette année, j’accompagne<br />

mon élève, Daniel Coyle. Cela fait maintenant 6<br />

ou 7 ans qu’il travaille avec nous, et je suis très<br />

content de ses premiers tours ici», rapporte-t-il.<br />

La vérité, c’est que le Néerlandais n’a pas vraiment<br />

besoin d’excuse pour venir à Genève. C’est un<br />

événement qu’il ne rate jamais. Il a d’ailleurs<br />

régulièrement brillé en tant que cavalier sur la<br />

piste de Palexpo, et espère bien revenir, un jour,<br />

qui sait dans ce rôle. Peut-être l’an prochain ?<br />

«Je crois beaucoup en Investment, un jeune étalon<br />

de 10 ans, poursuit-il. Il a d’ailleurs très bien sauté<br />

à Bois-le-Duc cette année, se classant 4 e de la<br />

qualificative pour le Rolex Grand Prix. J’ai préféré<br />

renoncer au GP, car je pense qu’il n’était pas encore<br />

prêt. Chez moi, ce sont les chevaux qui me donnent<br />

leur planning, pas l’inverse. C’est pour cela que je<br />

ne me fixe jamais d’objectifs, je préfère attendre<br />

de voir ce qu’ils peuvent me donner, ne jamais leur<br />

forcer la main…» OR 2<br />

Prendre soin de vous<br />

comme si c’était nous<br />

À l’Hôpital de La Tour, nos patients bénéficient de<br />

soins multidisciplinaires et complets, ainsi que d’un<br />

soutien personnalisé, <strong>du</strong> diagnostic au traitement et<br />

jusqu’au suivi. Notre équipe de spécialistes exerçant<br />

sur le même campus nous permet d’offrir le meilleur<br />

traitement possible pour chaque pathologie.<br />

Pour en savoir plus:<br />

PADDOCK | SAMEDI 9 DÉCEMBRE 2023

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!