Cycle ingénieur - ENSTA ParisTech

ensta.paristech.fr

Cycle ingénieur - ENSTA ParisTech

Une formation

pluridisciplinaire

Cycle ingénieur

École Nationale Supérieure

de Techniques Avancées


Cycle

ingénieur

Former des ingénieurs capables

d’assurer la conception, la réalisation

et la direction de systèmes

complexes, sous des contraintes

économiques fortes et dans un

environnement international.

L’ENSTA ParisTech est un établissement

public de formation d’ingénieurs

et de recherche sous

tutelle du ministre de la défense.

Le campus de l’ENSTA ParisTech à Palaiseau, au cœur de l’Université Paris-Saclay.


Sommaire

n 3 raisons de choisir l’ENSTA ParisTech 2

n L’insertion des diplômés 4

n Notre campus à Palaiseau 6

n Les partenariats 7

L’ENSTA ParisTech au cœur des réseaux nationaux 7

Ingénieur : un métier sans frontière 8

n La recherche appliquée à l’ENSTA ParisTech 10

n La formation 14

Les objectifs pédagogiques 14

L’organisation du cycle ingénieur 16

Le synoptique de la formation 20

La 1 re année : l’acquisition des connaissances de base 22

La 2 e année : les premiers choix 26

La 3 e année : les filières d’approfondissement 29

Les masters et Mastères Spécialisés 40

Le doctorat 41

Les stages et les projets 42

La formation économique, humaine et linguistique 43

Le sport 46

n L’ENSTA ParisTech en pratique 47

Les diverses possibilités d’admission 47

Les contacts 51


3 raisons de choisir

l’ENSTA ParisTech

3 raisons

de choisir

l’ENSTA ParisTech

UNE ÉCOLE GÉNÉRALISTE

PLURIDISCIPLINAIRE

Vraie école généraliste, l’ENSTA ParisTech ouvre sur de très

nombreux domaines professionnels.

En 3 e année, vous aurez le choix entre l’une des 16 filières

d’approfondissement, réparties en 4 grands pôles : Transports

; Énergie et environnement ; Ingénierie mathématique et

ingénierie physique ; Ingénierie des systèmes.

Vous pourrez également suivre l’un de nos 12 masters scientifiques

en double-diplôme avec un établissement français,

parmi lesquels : l’École Centrale Paris, l’Université Pierre et

Marie Curie, l’ENS Cachan, l’Université Panthéon-Sorbonne.

Fidèle à son nom et à sa tradition, l’ENSTA ParisTech a su

conserver sa spécificité technique et sa vocation d’école « d’ingénieurs

systémiers », tout en s’adaptant aux évolutions du

monde industriel et du monde de l’entreprise. La formation pluridisciplinaire

vous prépare à concevoir et à réaliser de grands

projets scientifiques et techniques.

8

Quelques chiffres :

> 16 filières

d’approfondissement

en 3 e année ;

> 18 double-diplômes

internationaux ;

> 12 masters

en double-diplôme

en France ;

> Salaire moyen brut

à l’embauche

en 2013 : 42 000 €.

Ainsi, vous pourrez progressivement construire votre projet au

cours des trois années de scolarité.

UNE ÉCOLE RECONNUE DES EMPLOYEURS

L’ENSTA ParisTech est très bien perçue par les employeurs qui

la classent dans le groupe des meilleures écoles de France.

L’enquête réalisée auprès de la promotion diplômée en 2012 a

révélé que 75 % des étudiants de cette promotion ont été embauchés

avant l’obtention du diplôme. Pour les autres, la durée

moyenne de recherche du premier emploi a été insignifiante.

Pour cette promotion, la rémunération brute moyenne s’élève

à 42 000 € par an. Comme en 2012, les diplômés de l’ENSTA

ParisTech résistent très bien à la crise. Le taux d’embauche

avant diplôme et la rémunération moyenne d’embauche ont

augmenté par rapport à l’année précédente.

Les étudiants de l’ENSTA ParisTech bénéficient du soutien de

grandes entreprises tout au long du cursus à travers des offres

de stages, la participation des entreprises à l’enseignement et à

la recherche, les offres d’emplois aux diplômés.

2 > Cycle ingénieur 2013-2014


Le BdE Conquistador 2012-2013.

UNE GRANDE PLACE À L’INTERNATIONAL

L’École mène une politique internationale volontariste fondée

sur la mise en place d’un réseau stable de partenaires avec

lesquels elle développe et entretient des liens d’échanges

durables, réguliers et réciproques.

La politique de l’École a un double objectif :

n Offrir à ses élèves l’occasion d’effectuer une partie

de leur formation à l’étranger. Un séjour d’au moins 12

semaines (études ou stage) y est obligatoire pour obtenir le

diplôme d’ingénieur de l’ENSTA ParisTech ;

n Permettre à des étudiants étrangers de se former à

l’ENSTA ParisTech.

8

Quelques chiffres :

> 10 mois de stages obligatoires ;

> 12 semaines d’échange obligatoires

à l’international ;

> 430 logements étudiants

sur le campus de l’École ;

> 75 % des stages de 1 re année et 63 %

des projets de recherche de 2 e année sont

effectués à l’international.

Vous aurez la possibilité de suivre l’un des 18 doublediplômes

conclus avec des universités étrangères, dans 13

pays différents et sur 4 continents.

L’ENSTA ParisTech est membre fondateur de ParisTech, elle

est aussi membre des réseaux IDEA League, T.I.M.E. (Top

Industrial Managers for Europe) et ATHENS ; ainsi, de nombreuses

possibilités de mobilités en France et à l’étranger

sont offertes. L’École entretient des accords d’échange avec

plus de 70 universités à travers le monde.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 3


L’insertion

des diplômés

L’insertion

des diplômés

L’ENSTA ParisTech forme des ingénieurs dans tous les domaines

scientifiques et technologiques de pointe de l’industrie et des services.

Les domaines d’études proposés aux élèves de l’ENSTA ParisTech sont très variés et

regroupés en 4 pôles :

n Transport ;

n Énergie et environnement ;

n Ingénierie mathématique et ingénierie physique ;

n Ingénierie des systèmes.

Depuis sa création en 1741, l’ENSTA ParisTech bénéficie d’un savoir-faire et d’une renommée

importante dans le domaine de la mécanique et, en particulier, dans le secteur des

transports (maritime, automobile, ferroviaire, véhicule du futur…). L’École est aussi très présente

et reconnue en ce qui concerne les grands systèmes pour l’énergie et l’environnement,

la simulation et la modélisation ou encore l’ingénierie des systèmes.

DES INGÉNIEURS ACCOMPLIS

L’ENSTA ParisTech propose une formation complète d’ingénieur, fondée sur une solide

base d’enseignements scientifiques et technologiques et une large palette de filières d’approfondissement

en 3 e année, sans oublier les compétences nécessaires dans la vie de

l’entreprise : gestion, droit, langues, culture...

DES DÉBOUCHÉS VARIÉS ET UN ACCÈS À DES MÉTIERS TRANSVERSES

Cette diversité des enseignements se retrouve clairement dans la grande variété des débouchés

constatés à l’issue de la formation, comme le montre le graphique des secteurs

d’activités ci-dessous.

On y retrouve bien entendu les domaines où la renommée de l’ENSTA ParisTech est traditionnellement

établie : les industries des transports (automobile et ferroviaire, constructions

navales et offshore, aéronautique), et le secteur de l’énergie fossile, nucléaire et des énergies

renouvelables. Plus largement, on peut constater que toutes les activités de pointe

sont représentées : les technologies de l’information, celles de l’environnement, ainsi que le

secteur de la banque et de la finance, par exemple.

Secteurs d’activités des jeunes diplômés

(moyenne réalisée sur les promotions 2008 à 2012)

n Enseignement et recherche

n Finance, banque, assurances

n Transports

n Défense

n Édition de logiciels

n Industrie des technologies de

l’information

n Services et conseil

en technologies de l’information

n Autres secteurs

2 %

4 %

4 %

5 %

7 %

9 %

2 % 3% 5 %

8 %

2 %

4 %

3 %

1 %

4 %

n Automobile et ferroviaire

n Naval et offshore

n Aéronautique et espace

n Métallurgie et autres

industries mécaniques

n Industrie chimique,

pharmaceutique, cosmétique

n Industrie de l’environnement

n BTP, construction

n Industrie pétrolière

et gazière

3 %

9 %

10 %

4 %

1 %

10 %

n Énergie électrique

n Ingénierie et industries

de l’énergie

n Ingénierie industrielle

n Études et conseils techniques

n Conseil en stratégie et

management, audit

4 > Cycle ingénieur 2013-2014


Élèves de la filière « génie maritime »

en visite sur le stand DCNS

du salon Euronaval en 2012.

Tous ces métiers requièrent des ingénieurs ayant une excellente

base de connaissances scientifiques, techniques et technologiques.

Cela en fait des débouchés typiques de l’ENSTA

ParisTech. C’est pourquoi les capacités développées par les élèves

de l’École sont très appréciées des grands groupes nationaux et

internationaux. Parmi les partenaires principaux de l’ENSTA Paris-

Tech, citons : Air Liquide, Altran, Areva, Dassault Systèmes, DCNS,

EDF, PSA Peugeot-Citroën, Renault, Safran, Société Générale, Thales,

Veolia Environnement…

Au-delà d’un approfondissement dans un domaine technique donné,

utile pour leur début de carrière, l’ENSTA ParisTech cherche avant tout

à apporter à ses ingénieurs une solide base de connaissances qui leur

permettra d’occuper des fonctions transverses, typiques des métiers

des ingénieurs d’aujourd’hui et de demain. Ainsi, grâce aux larges

compétences acquises, chaque ingénieur pourra évoluer facilement

au sein de l’entreprise qu’il aura choisie, passant s’il le souhaite de

postes techniques (recherche et développement, bureaux d’études) à

des postes d’encadrement et de gestion de projets.

LE 1 ER EMPLOI DES INGÉNIEURS ENSTA PARISTECH

La tendance de fond du marché de l’emploi est porteuse dans le domaine

des hautes technologies. La réputation de l’ENSTA ParisTech

dans les technologies de pointe et les compétences acquises par ses

élèves procurent à ceux-ci un accès privilégié à l’emploi, et rend leur

recrutement moins sensible aux fluctuations d’activité des différents

secteurs et ceci même en temps de crise.

Fonctions des jeunes diplômés

(promotions 2008 à 2012)

n Recherche-développement non informatique

n Recherche-développement en technologies

de l’information et de la communication

n Conception industrielle

n Études, conseil

n Informatique industrielle

n Maîtrise d’ouvrage

n Production, exploitation

n Qualité, sécurité

n Méthodes, contrôle de la production

n Juridique

n Exploitation informatique

n Enseignement, formation

n Commercial

n Audit

n Administration, gestion financière

n Trading

2 %

3 %

3 %

3 %

7 %

2 % 2 %

3 % 1 %

1 %

2 %

1 %

15 %

16 %

26 %

13 %

Cycle ingénieur 2013-2014 < 5


Notre campus à Palaiseau

Notre campus

à Palaiseau

Situé sur la commune de Palaiseau, à

15 km de Paris, le campus de l’ENSTA

ParisTech constitue un cadre unique. Il est

situé sur le campus de l’École polytechnique

(d’une surface de 164 hectares dont

120 hectares d’espaces verts). Il offre sur

6 hectares des infrastructures d’enseignement,

des logements étudiants, des

services de restauration et un éventail exceptionnel

d’installations sportives, dédiés

aux étudiants, enseignants-chercheurs et

personnels qui vivent au quotidien sur le

campus.

UN ENVIRONNEMENT UNIQUE

L’ENSTA ParisTech est située sur le Campus

Paris-Saclay, qui accueille de nombreux

établissements et institutions scientifiques :

organismes publics de recherche (CNRS,

INRA, ONERA, INSERM, CEA...), centres

de recherche privés (Air Liquide, Danone,

Thales R&T, Soleil...), établissements d’enseignement

supérieur (École polytechnique,

Université Paris Sud, Institut d’Optique Graduate

School, HEC, Supelec...).

UN CAMPUS MODERNE

Le campus de l’ENSTA ParisTech est

composé d’un bâtiment École destiné à

l’enseignement, l’administration et l’activité

de recherche ; de cinq bâtiments de

logements pour élèves offrant 430 logements

attribués aux élèves de l’ENSTA

ParisTech. Les bâtiments d’hébergement

pour les étudiants sont implantés au cœur

d’un parc boisé et autour de jardins à

thèmes qui favorisent le calme et l’intimité.

LES LOGEMENTS ÉTUDIANTS

La résidence étudiante de l’ENSTA Paris-

Tech compte 430 logements. Ils sont

meublés, dotés d’une kitchenette équipée

et d’un accès internet haut débit. Chaque

bâtiment de la résidence possède un caractère

particulier représenté par une salle

d’activité (lecture, activités artistiques, TV,

jeux vidéo, billards).

LES INSTALLATIONS

SPORTIVES

La pratique du sport est ainsi vivement

encouragée à l’ENSTA ParisTech.

L’École dispose d’un gymnase, d’installations

sportives couvertes mutualisées

avec l’École polytechnique : une salle de

musculation, 2 piscines de 25 mètres,

2 terrains de volley-ball, 3 terrains de basket-ball

et de hand-ball, 2 murs d’escalade...

Des installations en plein air : un

centre équestre de 30 chevaux, un terrain

de beach volley, une piste d’athlétisme de

400 mètres, un practice de golf, un lac

semi-artificiel, 1 mur d’escalade, 4 terrains

de foot, 3 terrains de rugby, 8 courts de

tennis.

L’École a voulu s’engager fortement sur le

plan de la préservation de l’environnement.

Cette volonté a été récompensée par la

certification haute qualité environnementale

(HQE). Une attention particulière a été portée

sur l’efficience énergétique et le recours

aux énergies renouvelables.

6 > Cycle ingénieur 2013-2014


L’ENSTA ParisTech

au cœur des réseaux nationaux

La participation à ces réseaux constitue un

élément essentiel dans la stratégie de l’École.

L’implication de l’ENSTA ParisTech au sein

de ces réseaux permet de conforter sa notoriété,

d’amplifier les actions de formation et

de recherche en tirant partie de synergies

avec d’autres établissements, de favoriser

entre ses membres des collaborations dans

le cadre de projets de recherche et, enfin, de

donner aux élèves de l’École l’accès à un

éventail plus large d’enseignements.

PARISTECH

L’ENSTA ParisTech est membre fondateur

du pôle de recherche et d’enseignement

supérieur ParisTech. Douze des plus

prestigieuses grandes écoles parisiennes

se sont regroupées au sein de ParisTech.

ParisTech couvre l’ensemble des spectres

des sciences, de la technologie et du management.

Ses écoles membres proposent

une offre complète de formations attractive

au niveau international. Les collaborations

internationales sont un domaine d’action

essentiel pour ParisTech. Son engagement

à l’international se manifeste par de nombreux

partenariats d’enseignement et de

recherche avec d’illustres institutions étrangères.

LE GROUPE ENSTA

L’ENSTA ParisTech et l’ENSTA Bretagne ont

créé le groupe ENSTA en décembre 2010

pour valoriser des formations et des activités

de recherche de haut niveau. Ce groupe

associe deux écoles aux performances reconnues

dans leurs domaines d’expertise :

énergie, transport, génie maritime et grands

systèmes industriels. Le Groupe ENSTA se

positionne notamment comme le leader européen

de la formation au génie maritime, le

développement durable des activités maritimes

étant un enjeu majeur du 21 e siècle.

L’UNIVERSITÉ PARIS-SACLAY

L’Université Paris-Saclay réunit aujourd’hui

23 acteurs de la recherche et de l’enseignement

supérieur autour d’un projet d’excellence

internationale. Elle est engagée dans

la mise en œuvre d’une stratégie scientifique

commune de coopération pour développer

la recherche, la formation et l’innovation et

contribuer au progrès des connaissances,

à l’élaboration de réponses aux questions

sociétales et au développement de l’économie

de la connaissance. L’Université

Paris-Saclay a vocation à accueillir d’autres

établissements d’enseignement supérieur

et de recherche dans les années à venir

(École Centrale Paris, ENS Cachan, Agro

ParisTech…), l’objectif étant de constituer

un campus de renommée internationale.

TRIANGLE DE LA PHYSIQUE

L’ENSTA ParisTech est membre fondateur

du Triangle de la physique. Ce réseau de

recherche à vocation internationale s’est

créé sur le plateau de Saclay et réunit les

grands acteurs du domaine (CEA, CNRS,

université, École polytechnique…).

DIGITEO

En 2011, l’ENSTA ParisTech a rejoint Digiteo,

le premier parc de recherche français

dédié aux Sciences et Technologies de

l’Information et de la Communication (STIC).

Le réseau compte désormais 12 établissements

d’enseignement supérieur et de recherche

pour un périmètre de plus de 2 800

scientifiques.

Les partenariats

!

Les écoles

de ParisTech

> Agro ParisTech

> Arts et Métiers ParisTech

> Chimie ParisTech

> Mines ParisTech

> École des Ponts ParisTech

> École polytechnique

> ESPCI ParisTech

> ENSAE ParisTech

> ENSTA ParisTech

> Institut d’Optique

Graduate School

> Télécom ParisTech

> HEC Paris

www.paristech.org

Cycle ingénieur 2013-2014 < 7


Ingénieur :

un métier sans frontière

La politique internationale de l’ENSTA ParisTech a pour double objectif

de permettre à ses élèves d’effectuer une partie de leur formation à

l’étranger et à des étudiants internationaux de se former à l’École.

UNE OUVERTURE INTERNATIONALE

L’ENSTA ParisTech mène une politique internationale ambitieuse basée sur la mise en place

de relations privilégiées avec des universités étrangères d’excellence. L’École a ainsi signé

des accords d’échange avec plus de 70 universités étrangères partenaires, parmi lesquels

18 accords de double-diplôme.

L’ENSTA ParisTech s’appuie sur des partenariats établis dans le cadre de réseaux mis

en place et animés par ParisTech, en particulier en Chine, au Brésil et en Russie, mais

également en Europe à travers le réseau IDEA League. L’ENSTA ParisTech est membre

du réseau T.I.M.E. et du réseau européen ATHENS pour la « semaine européenne », un

programme de cours intensifs dispensés deux fois par an dans chaque institution membre.

LA MOBILITÉ À L’INTERNATIONAL DES ÉLÈVES INGÉNIEURS

!

Un séjour d’au moins 12 semaines à l’international est obligatoire pour obtenir le

diplôme d’ingénieur de l’ENSTA ParisTech. Cette expérience peut prendre des formes variées,

allant du stage en entreprise à un séjour d’études diplômant ou non-diplômant dans

une université partenaire.

Quelques universités partenaires et universités d’accueil d’étudiants de l’ENSTA ParisTech

(*Accords de double diplôme)

Amériques

> École polytechnique

de Montréal (Canada)*

> University of Toronto

(Canada)

> Georgia Tech (États-Unis)

> UC Berkeley (États-Unis)

> University of Columbia

(États-Unis)

> University of Michigan –

Ann Arbor (États-Unis)

> Universidad de Buenos

Aires (Argentine)

> Universidade de São

Paulo (USP) – Escola

Politécnica (Brésil)*

> Universidade Federal do

Rio de Janeiro – UFRJ

(Brésil)*

> Universidade Estadual

de Campinas –

UNICAMP (Brésil)*

Europe

> Technische Universität

München – TUM

(Allemagne)*

> Technische Universität

Berlin (Allemagne)

> RWTH Aachen (Allemagne)

> Technische Universität

Wien – TUW (Autriche)*

> Universidad Politécnica

de Madrid (UPM) – ETSII

& ETSIT (Espagne)*

> Universitat Politècnica

de Catalunya (UPC)

– ETSEIB & ETSETB

(Espagne)*

> Politecnico di Milano

(Italie)*

> Technische Universiteit

Delft (Pays-Bas)

> University College London

– UCL (Royaume-Uni)

> Royal Institute of

Technology – KTH

(Suède)*

> Czech Technical

University in Prague

(République tchèque)*

> Bauman Moscow State

Technical University

(Russie)*

> Novosibirsk State

University (Russie)*

> Wroclaw University of

Technology (Pologne)*

Afrique & Moyen Orient

> École Mohammadia

d’ingénieurs (Maroc)*

Asie & Océanie

> University of Queensland

(Australie)

> Peking University, Beijing

(Chine)

> Shanghai Jiao Tong

University, Shanghai

(Chine)

> Fudan University,

Shanghai (Chine)

> Tongji University, Shanghai

(Chine)

> Southeast University,

Nanjing (Chine)

> Nanjing University, Nanjing

(Chine)

> Tsinghua University,

Beijing (Chine)

> National University

of Singapore – NUS

(Singapour)*

8 > Cycle ingénieur 2013-2014


Les élèves brésiliens autour du barbecue de printemps.

STAGES À L’INTERNATIONAL

Les quatre stages intégrés dans le cycle ingénieur

peuvent être effectués à l’étranger :

n 1 re année : Stage opérateur. Ce stage

peut être couplé avec un séjour linguistique ;

n 2 e année : Projet de Recherche (PRE) ;

n Entre la 2 e et 3 e année : Stage long pendant

une année de césure optionnelle ;

n 3 e année : Projet de Fin d’Etudes (PFE).

SÉJOURS D’ÉTUDES À

L’INTERNATIONAL

Les élèves ont le choix entre de nombreuses

options pour effectuer un séjour académique

à l’étranger :

n Un ou deux semestres de substitution en

2 e ou en 3 e année ;

n Une année de césure académique entre la

2 e et la 3 e année ;

n Une formation en double-diplôme en 3 e

année.

Les élèves sont suivis par un tuteur qui

assure la cohérence de l’ensemble de la

formation et sont accompagnés par la Direction

des Relations Internationales et des

Partenariats Entreprises.

n La substitution d’un ou deux semestres

permet de suivre un certain nombre de

cours et éventuellement de réaliser un projet

de recherche dans une université étrangère

partenaire en remplacement d’une période

de cours normalement suivie à l’ENSTA

ParisTech.

n L’année de césure académique provient

d’une démarche volontaire d’un élève qui,

entre sa 2 e et sa 3 e année, décide d’étudier

pendant un an à l’étranger. L’élève revient

ensuite à l’École pour achever sa scolarité

avec la 3 e année du cycle ingénieur.

n Le double-diplôme est une formation

longue pendant laquelle un élève part suivre

un cursus complet de 18 à 24 mois dans

un établissement étranger, par exemple un

master aux États-Unis ou un cursus diplômant

dans un établissement européen.

À l’issue de cette période, l’élève reçoit le

diplôme d’ingénieur de l’ENSTA ParisTech

et le diplôme de l’université étrangère.

8

En 2011-2012,

81 % des élèves a

effectué son stage de

1 re année à l’étranger

et 54 % de la

promotion son Projet

de Recherche de

2 e année à

l’international.

ÉLÈVES INTERNATIONAUX À L’ENSTA PARISTECH

À la rentrée 2012, la proportion d’étudiants

internationaux inscrits dans le cycle

ingénieur de l’ENSTA ParisTech s’élevait à

28 %. Leur recrutement se fait principalement

dans le cadre du recrutement coordonné

ParisTech en Chine, au Brésil et en

Russie. L’École accueille également chaque

année des élèves internationaux qui suivent

un programme de formation non-diplômant

en tant qu’auditeur libre.

FILIÈRE TECHNIQUES AVANCÉES : ENSTA PARISTECH – ENIT (TUNISIE)

Un partenariat innovant a été mis en place

en 2010 entre l’ENSTA ParisTech et l’École

Nationale d’Ingénieurs de Tunis (ENIT)

conduisant à la création d’un cursus commun

de formation d’ingénieur d’excellence

en trois ans réalisé en Tunisie et en France.

Les étudiants admis dans la filière « Techniques

Avancées » de l’ENIT suivent à Tunis,

pendant 3 semestres, un programme de formation

identique (mêmes enseignements,

mêmes conditions de validation) à celui

dispensé aux étudiants parisiens du cycle

ingénieur. À l’issue de ces 3 semestres à

Tunis, les étudiants du programme rejoignent

Palaiseau où ils complètent leur

formation à la fin de laquelle ils reçoivent le

diplôme d’ingénieur de l’ENSTA ParisTech

et le diplôme d’ingénieur de l’ENIT.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 9


Synergie

entre enseignement et recherche

La recherche

appliquée à

l’ENSTA ParisTech

Consciente de l’importance de sa mission de recherche, l’École veille à

la qualité de ses liens avec le monde industriel.

Ce lien privilégié avec le monde de l’industrie

ou de l’entreprise est essentiel dans

une école d’ingénieurs. Il est à l’origine de

nouvelles perspectives et problématiques

pour la recherche développée dans ses laboratoires

; il permet d’autre part de faire

évoluer la formation d’ingénieur en intégrant

les besoins du monde industriel.

La formation par la recherche tient une place

importante parmi les outils pédagogiques

mis en œuvre dans la formation d’ingénieur.

La recherche constitue, en effet, un instrument

privilégié pour l’apprentissage de l’approche

inductive qui s’oppose à l’approche

déductive privilégiée par l’enseignement

classique et les classes préparatoires.

!

Des liens importants

existent entre les

laboratoires et le

tissu industriel, dans

la mesure où la

recherche à

l’ENSTA ParisTech,

tout en ayant une

très haut tenue

scientifique, permet

de répondre

directement aux

préoccupations des

industriels.

LA RECHERCHE À L’ENSTA PARISTECH

L’enseignement et la recherche sont structurés

autour d’« unités d’enseignement et

de recherche » (UER), qui ont pour mission

de veiller au maintien de la plus grande

synergie entre ces deux composantes.

Sont ainsi rassemblés sous la même responsabilité

les laboratoires de recherche et

les départements d’enseignement. Parallèlement,

la conception du cycle de formation

des ingénieurs accorde une place

importante à la formation par la recherche

(modules électifs, projet de recherche, liens

étroits avec de nombreux masters, et plus

particulièrement du plateau de Saclay,

compte tenu de la construction de la future

Université Paris-Saclay).

Les thèmes de recherche de ces UER

sont très variés et couvrent l’ensemble

des domaines de formation de l’ingénieur

de l’ENSTA ParisTech. Ils sont représentatifs

du projet pédagogique de l’École. La

recherche à l’ENSTA ParisTech peut présenter

un caractère appliqué. La répartition

entre recherche amont et recherche

contractuelle dépend beaucoup des stratégies

développées par UER.

Les UER sont des structures de recherche

qui entretiennent des relations étroites avec

le réseau académique et le tissu industriel

et qui sont ouvertes aux élèves de l’École.

Les élèves bénéficient dans ce cadre de

l’ensemble des réseaux de recherche auxquels

les UER participent.

Ces liens de recherche, en France et à l’international,

ainsi que la réussite des anciens

élèves de l’ENSTA dans leurs projets de

recherche, facilitent grandement l’obtention

du stage de recherche de 2 e année.

yy Une recherche à la pointe

des techniques avancées. yy

yy Une recherche académique

et industrielle reconnue. yy

10 > Cycle ingénieur 2013-2014


LES UNITÉS D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE

Les unités d’enseignement et de recherche

sont au nombre de six. Elles ont formé plusieurs

structures communes avec d’autres

organismes de recherche.

L’UER DE CHIMIE ET PROCÉDÉS

(UCP)

Deux thématiques sont développées à l’UCP :

le génie des procédés et la chimie organique.

Le groupe « Génie des procédés » possède

de fortes compétences en thermodynamique

et en simulation de procédés. Une

coopération stratégique s’est construite avec

le centre énergie et procédés (CEP) des Mines

ParisTech. Ensemble, l’UCP et le CEP participent

au Labex LaSIPS et, depuis 2011,

le groupe « Génie des procédés » est intégré

dans l’institut Carnot M.I.N.E.S.

De nombreuses études du groupe concernent

le secteur de l’énergie. On peut citer :

n la conception de systèmes à changement de

phase utilisables comme fluides frigoporteurs ;

n l’étude d’un procédé de traitement du gaz

naturel ;

n le développement de nouveaux systèmes

de stockage de gaz, avec application à la séquestration

de gaz à effet de serre et au volet

stockage de la filière hydrogène, ces deux actions

étant développées avec le CEP de Mines

ParisTech en s’appuyant sur les complémentarités

de compétences ;

n l’étude des mécanismes de combustion de

produits issus de la biomasse ou de la conversion

énergétique de la biomasse en gaz de

synthèse.

Les autres applications sont par exemple :

n la modélisation de procédés hydrométallurgiques

;

n la résolution de problèmes environnementaux

dus à la présence de métaux lourds dans

des effluents.

Le groupe « Chimie organique » a développé

une expertise reconnue dans les domaines

de la chimie des isonitriles et de la synthèse

hétérocyclique. Il s’intéresse à la mise au point

de nouvelles réactions multicomposants et a

notamment développé un nouveau couplage

de Ugi impliquant un réarrangement de type

Smiles. En parallèle, le laboratoire développe

des méthodes de synthèse chimique propre

et durable.

L’UER D’INFORMATIQUE ET

D’INGÉNIÉRIE DES SYSTÈMES (U2IS)

Les activités de recherche de l’unité portent

sur les technologies, algorithmiques, logicielles,

matérielles nécessaires pour concevoir, réaliser

et implanter des systèmes intégrant une autonomie

décisionnelle plus ou moins importante

pour des applications potentiellement critiques.

Typiquement, il s’agit de robots, notamment

de surveillance ou d’assistance, de drones,

de systèmes de transport automatiques (véhicules,

trains, métros...). Il s’agit aussi de systèmes

de contrôle-commande automatisé

de processus industriels complexes (centrale

nucléaire…).

Plus spécifiquement, les activités de l’unité

sont structurées autour de trois thèmes forts :

la robotique et la vision embarquée, la sûreté

et la fiabilité des systèmes et enfin l’ingénierie

système.

Le groupe « Robotique et vision » s’intéresse

plus particulièrement aux aspects cognitifs,

c’est-à-dire à la capacité d’un robot

d’analyser et de comprendre une scène, de se

repérer dans un environnement connu ou inconnu,

de comprendre les actions effectuées

par d’autres robots ou par des êtres humains.

À partir de cette analyse, un processus décisionnel

peut être mis en oeuvre permettant au

robot d’effectuer un ensemble d’actions en

toute sécurité, comme explorer un bâtiment,

porter assistance à une personne ou pour un

drone de s’insérer dans le trafic aérien. Le projet

ANR MACSi explore l’apprentissage dans

un cadre social de l’environnement ainsi que

la perception et la reconnaissance des visages

des humains et de leurs émotions. Le projet

ANR PACOM développe un robot d’exploration

des bâtiments, l’objectif étant d’obtenir de

manière complètement autonome une carte

de l’ensemble des objets (table, chaise…)

situés dans un bâtiment..

Le groupe « Sûreté et fiabilité » s’intéresse

tout particulièrement à l’ensemble des techniques

et moyens permettant de s’assurer de

la correction des processus et du bon fonctionnement

des systèmes embarqués dans

des applications critiques, notamment les

Cycle ingénieur 2013-2014 < 11


La recherche

appliquée à

l’ENSTA ParisTech

systèmes de transport (avion, hélicoptère,

drones, trains et métros) et les robots. En

effet, la réalisation d’automatismes de plus

en plus complexes ainsi que l’émergence

de systèmes intégrant une part de plus en

plus importante d’autonomie décisionnelle

impose de nouvelles approches dans le

domaine de la validation et de la qualification

de tels systèmes, afin de garantir un

fonctionnement « sûr » des systèmes. Les

activités du groupe portent essentiellement

sur la validation et vérification conjointe

des plateformes embarquées et du logiciel

s’exécutant sur ces plateformes ainsi que

sur la validation des modèles de contrôlecommande

s’implantant dans de tels systèmes.

Le groupe « Ingénierie des systèmes »,

nouvellement créé, a pour ambition de répondre

à un besoin d’industriels, concrétisé

au travers de la chaire « systèmes complexes

», à laquelle participent trois industriels

et trois grandes écoles d’ingénieurs

(ENSTA ParisTech, École polytechnique,

Télécom ParisTech). L’évolution croissante

de la complexité des projets et produits réalisés

conduit les entreprises à développer

de nouvelles expertises dans la conduite

du développement de ces systèmes. Ces

approches globales ont pour but d’appréhender

et de formaliser la conceptions des

systèmes complexes de manière satisfaisante,

permettant d’une part de s’assurer

au moment de la conception que le système

va effectivement répondre au cahier

des charges du client et d’autre part de

s’assurer durant l’ensemble des phases de

la réalisation et de la vie opérationnelle que

le système vérifie bien l’ensemble des exigences

exprimées, notamment l’ensemble

des exigences en terme de « sûreté de

fonctionnement ».

Ces thèmes participent à la formation par

la recherche dans le cadre des projets

d’élèves de l’ENSTA ParisTech ou d’étudiants

de master. Les liens de l’unité avec

les écoles doctorales (EDX, universités

UPMC et Paris-Sud) permettent également

d’offrir de nombreuses possibilités de sujets

de thèses, souvent dans le cadre des projets

partenariaux.

L’UER DE MATHÉMATIQUES

APPLIQUÉES (UMA)

L’unité de Mathématiques Appliquées est

articulée autour de deux composantes :

Le groupe « Optimisation et commande

» qui développe des outils mathématiques,

algorithmiques et logiciels pour

analyser, commander ou optimiser diverses

classes de systèmes dynamiques déterministes

ou stochastiques apparaissant dans

plusieurs domaines d’applications : automatique,

recherche opérationnelle, finance

quantitative, astrophysique.

Le groupe « Propagation des ondes :

étude mathématique et simulation » est

une unité mixte de recherche ENSTA Paris-

Tech / CNRS / INRIA ayant pour objectif le

développement de méthodes numériques

dans le domaine de la propagation des

ondes de différentes natures (acoustique,

aéroacoustique, élastique, électromagnétique

et hydrodynamique). Les travaux réalisés

ont trait à la modélisation de problèmes

complexes, à l’analyse mathématique des

modèles obtenus, au développement de

méthodes d’approximation et leur analyse

numérique, et à la réalisation de codes de

calcul.

Le laboratoire est affilié à la Fondation

Mathématique Jacques Hadamard (FMJH)

et est membre du Labex LMH et dispose

de moyens expérimentaux de calculs intensifs

(serveurs de calcul, cluster de 100

nœuds de calcul et une machine multi GPU).

L’UER DE MÉCANIQUE (UME)

Les recherches menées à l’unité de mécanique

concernent les structures, les fluides,

leurs couplages et leurs interactions. Elles

comportent à la fois des aspects théoriques

novateurs et des applications concrètes

sur le plan industriel, principalement dans le

domaine de l’énergie, des transports (automobile,

ferroviaire et maritime) et de l’environnement.

L’UME est membre du laboratoire

d’excellence LaSIPS.

Le groupe « Dynamique des fluides et

acoustique » a développé une expertise

reconnue dans trois domaines principaux :

vibrations non linéaires, modélisation des

12 > Cycle ingénieur 2013-2014


sources sonores et turbulence. L’originalité

du groupe est de développer des thèmes

transversaux permettant de mêler ces

compétences. Le groupe a de nombreux

partenaires académiques, tant en France

qu’à l’étranger. Ses principaux partenaires

industriels sont EDF et PSA. Parmi les applications

des sujets de recherche en cours,

on peut citer : la réduction de traînée des

véhicules, le bruit des éoliennes et les énergies

marines renouvelables.

Le groupe « Matériaux et structures »

a des travaux qui concernent deux axes

étroitement liés : les couplages thermomécanique

et multiphysique, la fatigue et

durabilité. Il s’agit plus précisément de la

modélisation des matériaux actifs tels que

les matériaux à mémoire de forme, de la

simulation des procédés de soudage, et de

la prédiction de la fatigue thermomécanique

des matériaux et des structures. Parmi les

principaux partenaires industriels du groupe,

on peut citer AREVA, PSA, Canon et DCNS.

Ces deux groupes sont en train de conclure

une alliance stratégique avec le LAMSID

(UMR CEA-CNRS-EDF) afin de créer une

unité mixte de recherche à compter du 1 er

janvier 2014.

Le groupe « Fluides géophysiques et

océanographie » étudie la circulation

générale océanique (courant et circulation

thermohaline). Il s’intéresse en particulier

aux courants côtiers et au rôle de la bathymétrie

sur leurs instabilités à l’aide d’outils

théoriques, expérimentaux (en laboratoire et

à la mer) et numériques.

Le groupe est particulièrement actif dans

le programme HyMex d’étude du cycle

de l’eau en Méditerranée, qui s’intègre au

« chantier Méditerranée », en collaboration

avec plusieurs autres laboratoires.

L’UER D’OPTIQUE APPLIQUÉE

(LOA)

Ce laboratoire est une unité mixte de recherche

ENSTA ParisTech / CNRS / École

polytechnique (UMR 7639). Son activité

scientifique concerne le développement

d’impulsions lumineuses ultra-courtes (10 -15 s)

et de très forte puissance, la physique de

l’interaction laser-matière et des plasmas

ainsi que la production de faisceaux de

rayonnements (UV, XUV, X, γ) et de particules

énergétiques (électrons, protons).

Les différents groupes de recherche utilisent

ces sources dans des domaines très variés de

la physique et du bio-médical : mise en évidence

des propriétés ultra-rapides de la matière

tels que les transitions de phase ou les

domaines magnétiques, développement de

techniques innovantes de protonthérapie, de

chirurgie des yeux par laser, de transport de

courant électrique de haute puissance sans

contact, de capture et guidage de la foudre,

d’imagerie haute résolution de matière dense.

Le LOA a un partenariat avec le tissu industriel

et sociétal très fort. Il travaille par

exemple avec EADS, la SNCF, Thales,

Amplitudes Technologie, Institut Gustave

Roussy, Hôpital Hôtel Dieu. Il participe à de

nombreux projets de recherche français et

internationaux et fait partie du consortium

européen LASERLAB regroupant les principales

installations laser.

L’UER D’ÉCONOMIE APPLIQUÉE

(UEA)

Cette unité accueille en partie une des

équipes du Centre d’Économie de la Sorbonne

– UMR 8174 CNRS – Université Panthéon-Sorbonne

(axe Institutions).

Ses travaux se situent au-delà du clivage

traditionnel recherche théorique / recherche

empirique. La démarche de l’UER d’économie

appliquée se fonde sur un double

mouvement. Elle vise d’abord l’élaboration

d’outils et de méthodologies destinés à appréhender

la réalité économique et à en proposer

une représentation compréhensible.

Ensuite, la pertinence des outils utilisés

découle de la confrontation de ces cadres

d’analyse issus de l’économie industrielle et

de l’économie publique avec les faits. Il ne

s’agit donc pas d’élaborer des « modèles »

pour leurs qualités formelles intrinsèques,

mais bien pour leur valeur explicative des

faits observés. Elle comporte aussi une dimension

évaluative de différentes politiques

publiques ou stratégies industrielles et des

préconisations qui peuvent en découler.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 13


Les objectifs pédagogiques

La formation

!

L’ENSTA ParisTech enseigne

dans une approche

« système »

les différentes

techniques propres

de l’ingénieur : savoir

analyser un problème,

savoir le modéliser, être

capable de proposer des

solutions techniques,

savoir expliquer les

solutions proposées, être

capable de les mettre

en œuvre. Elle l’illustre

dans tous les domaines

traditionnels de

formation de l’ingénieur,

mathématiques,

mécanique, physique,

informatique…, ainsi

que dans un domaine

de spécialisation choisi

par chaque élève. Un

accent particulier est

mis sur l’innovation,

l’entrepreneuriat et la

responsabilité sociale et

environnementale.

Le projet pédagogique de l’ENSTA ParisTech vise à former des

ingénieurs pluridisciplinaires capables d’assurer la conception, la

réalisation et la direction de systèmes complexes, sous des contraintes

économiques fortes et dans un environnement international.

CAPACITÉ D’ADAPTATION ET TRANSVERSALITÉ

Outre la maîtrise et la compréhension des

éléments techniques qui sont enseignées

aux élèves depuis la création de l’École,

l’ENSTA ParisTech a particulièrement mis

l’accent ces dernières années sur l’importance

de la maîtrise de plusieurs langues,

sur une ouverture culturelle et une sensibilisation

aux sciences humaines ainsi que

sur le fonctionnement des entreprises et

de leur environnement. Nous insistons

sur l’esprit d’innovation et d’entrepreneuriat

qui sont des critères de plus

en plus importants pour les industriels

partenaires de l’École.

L’ENSTA ParisTech forme donc des ingénieurs

généralistes à qui l’étendue de leurs

connaissances fondamentales permet non

seulement de prendre en charge des projets

techniques de grande envergure du

début jusqu’à la fin, mais aussi d’évoluer et

de pouvoir s’adapter tout au long de leur

carrière à leur métier d’ingénieur toujours

en pleine mutation. L’École insiste particulièrement

sur l’approche système qui unifie

les approches disciplinaires et permet de

rendre compte de la complexité d’une installation

et de ses différentes composantes.

Dans cette optique, les enseignements

de spécialisation permettent, d’une part,

de donner aux élèves un exemple concret

d’application des connaissances et techniques

fondamentales enseignées dans la

première partie du cursus et, d’autre part,

d’enseigner des techniques et connaissances

que chaque ingénieur pourra développer

et mettre en oeuvre dans son premier

poste.

Le projet pédagogique de l’École est résolument

orienté vers le futur parcours professionnel

: un ingénieur ENSTA ParisTech

déploie toutes ses compétences au bout

de quelques années lorsqu’il exerce un

métier transverse nécessitant justement de

bonnes connaissances dans des domaines

très variés. Comme exemple, on peut citer

les chefs de projet des grands groupes automobile

qui doivent posséder des connaissances

en mécanique, électronique, modélisation

numérique, informatique et, bien

entendu, économie, droit, gestion de personnel,

etc.

yy Acquérir des connaissances générales. yy

yy Une compréhension transversale des

problématiques techniques. yy

LE CORPS PROFESSORAL : DE LA RECHERCHE À L’INDUSTRIE

Afin d’assurer à la fois les enseignements

scientifiques et techniques fondamentaux

et les enseignements relevant de l’industrie

des techniques et technologies de pointe,

l’ENSTA ParisTech s’appuie sur deux catégories

d’intervenants : un corps professoral

permanent et des intervenants extérieurs.

Le corps professoral permanent est composé

d’enseignants-chercheurs travaillant

dans les laboratoires de recherche de

l’École et dont l’activité internationale de

recherche permet d’être à la pointe de l’état

de l’art dans leurs domaines respectifs.

La forte participation des intervenants

extérieurs issus des entreprises est une

des richesses de l’enseignement de

l’ENSTA ParisTech. Elle permet aux élèves

d’être en contact rapidement et fréquemment

avec le monde industriel. Leur expérience

et leur savoir-faire, mis en pratique

au quotidien dans leurs métiers d’ingénieur,

assurent un enseignement parfaitement

en phase avec la réalité et les exigences

actuelles.

L’ENSTA ParisTech fait également appel,

dans le cadre des cours, à des scientifiques

issus d’organismes de recherche français

(CNRS, INRIA, CEA, ONERA, etc.), voire

étrangers. En effet, c’est au sein de ces

grands laboratoires que sont développées

et étudiées les technologies du futur avant

leur transfert vers l’industrie.

14 > Cycle ingénieur 2013-2014


Petites classes pour mise en pratique des concepts et connaissances.

SUIVI PÉDAGOGIQUE ET CURSUS INDIVIDUALISÉS

Tout au long de sa formation, chaque élève

est suivi par un enseignant-chercheur de

l’École. Le rôle de ce tuteur est d’aider

l’élève à définir son parcours de formation

(l’ENSTA ParisTech insiste en effet pour que

chaque élève ait une démarche volontaire)

et de s’assurer de la cohérence de son cursus

en fonction de son projet professionnel.

Chaque unité d’enseignement scientifique

représente 21 heures de cours, généralement

réparties en 7 séances d’une demijournée.

Afin de préserver un juste équilibre entre les

enseignements théoriques et les enseignements

pratiques, chaque séance comprend

un cours magistral d’environ 1 heure pour

toute la promotion, suivi de 2 heures de petites

classes pendant lesquelles les élèves,

par petits groupes, mettent en pratique les

concepts et connaissances qu’ils viennent

d’acquérir. L’École veille également à ce que

la majorité des enseignements soient dispensés

en effectif réduit.

yy Un tuteur suit en moyenne 5 élèves. yy

yy 17 élèves par petites classes. yy

UNE PROMOTION D’ÉTUDIANTS

L’ENSTA ParisTech recrute en 1 re année environ

125 élèves de classes préparatoires

aux Grandes Écoles sur le Concours Commun

Mines Ponts.

Soucieuse de diversifier l’origine de ses

étudiants, l’ENSTA ParisTech admet également

une dizaine d’étudiants titulaires d’une

licence.

Dans ce même esprit, mais cette fois dans le

cadre de l’ouverture à l’international, l’ENSTA

ParisTech s’est associée à l’École Nationale

d’Ingénieurs de Tunis (ENIT) pour ouvrir une

filière de recrutement sur le concours tunisien.

Chaque année depuis la rentrée 2010,

18 élèves par an sont ainsi admis. À la fin de

leurs trois années de cursus, dont 18 mois à

Tunis et 18 mois à Paris, ils obtiennent le diplôme

d’ingénieur des deux établissements.

Sept places supplémentaires sont par ailleurs

ouvertes aux élèves issus des autres filières

de l’ENIT pour intégrer la filière ENIT-TA en

2 e année.

Dans le cadre de l’admission sur titre, l’École

sélectionne une trentaine d’élèves scientifiques

français et étrangers ayant un équivalent

Bac + 4 pour une admission en 2 e année.

Une dizaine d’élèves issus de l’École polytechnique

(polytechniciens civils et ingénieurs

de l’Armement) ou des Écoles Normales

Supérieures rejoignent la 3 e année du cycle

ingénieur.

!

En 2012/2013,

le cycle ingénieur de

l’ENSTA ParisTech

compte 587 étudiants

qui se répartissent de la

manière suivante :

> 155 en 1 re année ;

> 169 en 2 e année ;

> 75 en année de

césure entre la 2 e

et la 3 e années ;

> 160 en 3 e année ;

> 12 en prolongation

de scolarité dans le

cadre d’un doublediplôme

en France

ou à l’étranger ;

> 16 auditeurs libres

français ou étrangers.

> Près de

600 enseignants

vacataires

issus des entreprises

ou d’organismes

de recherche ont donné

des cours

à l’ENSTA ParisTech,

en 2012-2013.

8

Cycle ingénieur 2013-2014 < 15


L’organisation du cycle ingénieur

La formation

LE CYCLE COMPLET EN 3 ANS

2 113 heures de cours

! n

La description du

cursus contenue

dans le présent

document

concerne l’année

universitaire

2013-2014. Le

cursus évolue

légèrement

chaque année

en fonction des

demandes, des

besoins, des

évaluations par

les étudiants et

des évolutions

pédagogiques.

Enseignements scientifiques

et techniques pour tous

n Enseignements scientifiques

et techniques au choix

n Formation économique,

humaine et linguistique

n Droit, économie, gestion

n Culture et communication

n Anglais

n Langues étrangères

autres que l’anglais (peut

être doublé pour ceux qui

choisissent une 3 e langue

étrangère)

669

à

753 h

668 à 752 h

692 h

FORMATION ÉCONOMIQUE, HUMAINE ET LINGUISTIQUE

669 à 753 heures sur les 3 années

138 h

172 h

220 à

304 h

139 h

ENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES POUR TOUS

692 heures de tronc commun scientifique et technique

n Ingénierie système

n Informatique

n Mathématiques appliquées

n Électronique

n Mécanique des solides

n Mécanique des fluides

n Automatique - Optimisation

n Physique

n Chimie

21 h

54 h

42 h

50 h

48 h

63 h

105 h

195 h

114 h

16 > Cycle ingénieur 2013-2014


STAGES D’APPLICATION : 10 MOIS EN MOYENNE

n Stage opérateur : 4 semaines en fin de 1 re année.

n Projet de recherche : 2,5 à 4 mois en fin de 2 e année (à partir de mai).

n Stage long (facultatif) : 1 an entre la 2 e et la 3 e année.

n Projet de fin d’études : 4 à 6 mois en fin de 3 e année (à partir d’avril).

UN CURSUS ÉQUILIBRÉ

Pour former des « ingénieurs généralistes systémiers », finalité de

son projet pédagogique, l’ENSTA ParisTech propose un cursus

équilibré constitué de trois types d’enseignements : « enseignements

scientifiques pour tous », « enseignements scientifiques au

choix » et « formation économique, humaine et linguistique » représentant

chacun environ un tiers du volume total de la formation. Ce

programme se déroule sur trois ans, chaque année étant divisée

en deux semestres.

Ces enseignements sont répartis sur les trois années du cycle,

afin de passer graduellement d’un cursus de tronc commun à un

cursus de spécialisation au choix. L’approfondissement scientifique

s’affine tout au long de la formation tout en gardant une base

scientifique transverse.

En 2 e année, l’élève est amené à suivre au 1 er semestre une voie

parmi les trois proposées :

n Systèmes mécaniques et environnement ;

n Signal, informatique et systèmes ;

n Simulation et ingénierie mathématique.

Le 2 e semestre constitue un enseignement centré sur des thématiques

de recherche et innovation, couplé à un stage de recherche.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 17


La formation

L’ENSTA ParisTech

a des accords

d’échange avec

70 partenaires,

dont 18 accords de

double-diplôme.

La 3 e année est consacrée à des enseignements d’approfondissement

tournés vers les applications industrielles. Elle est organisée

en filières. Le cycle d’ingénieur se conclut par la réalisation du projet

de fin d’études qui se déroule dans des établissements industriels

ou de recherche en France ou à l’étranger.

Tous les cours de l’ENSTA ParisTech sont traduits en crédits ECTS

(European Credit Transfer System – Système européen de transfert

de crédits). Ce système a été introduit par la Communauté Européenne

pour faciliter la reconnaissance académique mutuelle des

cours par des établissements européens et favoriser ainsi la mobilité

étudiante. Une année d’études complète représente 60 crédits,

soit 30 pour un semestre.

LA PERSONNALISATION DU CURSUS

Les élèves de l’ENSTA ParisTech ont de multiples occasions de

personnaliser leur formation. Outre les choix qu’ils sont tous amenés

à réaliser au cours de leur scolarité – langues étrangères,

séminaires de culture, enseignements thématiques, modules de

3 e année… –, ils peuvent, s’ils le désirent et en accord avec la direction

de la formation et de la recherche de l’École, aménager leur

cursus.

18 > Cycle ingénieur 2013-2014


EN 2 e ANNÉE

n Possibilité de poursuivre à l’École des Ponts ParisTech le cycle

master (2 e et 3 e années du cycle ingénieur). Cette possibilité est

offerte aux étudiants des deux écoles depuis l’harmonisation respective

des cursus de 1 re année en 2005. Cette initiative répond à

une volonté commune des deux écoles d’acquérir une meilleure

visibilité auprès du monde académique et des entreprises à l’international,

tout en augmentant le nombre de filières de spécialisation

offertes à leurs étudiants ;

n Possibilité d’effectuer une activité complémentaire de recherche

qui consiste en règle générale en un renforcement du poids du

projet de recherche en substitution à un ensemble de matières.

ENTRE LA 2 e ET LA 3 e ANNÉE, L’ANNÉE DE

CÉSURE : STAGE LONG OU ANNÉE ACADÉMIQUE

n Une année d’immersion dans l’industrie ou « stage long » permettant

la réalisation d’un stage industriel long en France ou à

l’étranger ;

n Une année d’études en France ou à l’étranger à l’issue de laquelle

l’élève achève sa scolarité en effectuant sa 3 e année.

EN 3 e ANNÉE

n Le super-projet : pour les élèves ayant déjà défini leur projet professionnel

avec un industriel ou un laboratoire, il consiste à débuter

le projet de fin d’études à temps partiel dès le début de la 3 e année ;

n Préparation d’un master en double-diplôme en rapport avec un

des parcours de formation de l’École. Certaines filières de 3 e année

sont couplées avec un master délivré par l’université avec qui l’ENSTA

ParisTech a signé un accord de partenariat ou de cohabilitation ;

n Poursuite d’études à l’international ;

n Échanges de programmes, partiels ou totaux avec des écoles

membres de ParisTech ou une école partenaire.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 19


Le synoptique de la formation

La formation

1 re ANNÉE

8

Les descriptifs de chaque module

de cours sont disponibles sur

www.ensta-paristech.fr

Deux langues vivantes au minimum dont l’anglais

Culture et sciences humaines

Droit, économie, gestion

Ingénierie système

TRONC COMMUN SCIENTIFIQUE

Automatique, optimisation et mathématiques appliquées

Optimisation quadratique

Systèmes dynamiques : stabilité et commande

Outils élémentaires d’analyse pour les équations

aux dérivées partielles

Introduction à la discrétisation des équations

aux dérivées partielles

Introduction aux probabilités et aux statistiques

Électronique / Informatique

Traitement du signal

Langage de programmation et algorithmique

Systèmes d’exploitation

Électronique numérique

Outils informatiques pour l’ingénieur

Projet informatique

Introduction à MATLAB

Physique, chimie et mécanique

Mécanique des milieux continus

Élasticité linéaire

Mécanique des fluides incompressibles

Introduction à la chimie moléculaire

Mécanique quantique

Physique statistique

ENSEIGNEMENT THÉMATIQUE AU CHOIX

Astrophysique théorique

Biologie

Intelligence artificielle

Du microscopique au macroscopique (nanosciences)

Modèles micro et macroéconomiques

Mécanique des milieux complexes et hétérogènes

Une vision géométrique de la physique

PÉRIODE D’ÉTÉ :

STAGE OPÉRATEUR FRANCE ET/OU ÉTRANGER

20 > Cycle ingénieur 2013-2014


C Y C L E M A S T e r

2 e ANNÉE

Deux langues vivantes au minimum dont l’anglais

Culture et sciences humaines

Droit, économie, gestion

SEMAINE ATHENS

UN ENSEIGNEMENT DE VOIE AU CHOIX

3 e ANNÉE

Deux langues vivantes au minimum dont l’anglais

Droit, économie, gestion

Projet autonome

SEMAINE ATHENS

16 FILIÈRES D’APPROFONDISSEMENT

Systèmes mécaniques et environnement

+ Solide

+ Fluide

+ Environnement

Signal, informatique et systèmes

+ TIC

+ Systèmes embarqués

+ Mécatronique

Simulation et ingénierie mathématique

+ Mathématiques appliquées

+ Systèmes d’information

+ Mécanique / Physique

SEMESTRE DE FORMATION

PAR LA RECHERCHE

DEUX MODULES ÉLECTIFS

AU CHOIX SUR LES THÉMATIQUES

SUIVANTES

Acoustique

Économie

Imagerie

Informatique

Lasers

Mécanique des solides

Mécanique des fluides

Mathématiques appliquées

Océan

Procédés

À PARTIR DE MAI :

PROJET DE RECHERCHE

Possibilité de suivre les 2 e et 3 e années à l’École

des Ponts ParisTech. Possibilité entre la 2 e et

la 3 e année, d’effectuer une année complète en

entreprise, un semestre d’études à l’étranger

(automne ou printemps) ou une année d’études

à l’étranger.

Pôle « Transport »

Transport automobile et ferroviaire

Systèmes de transport maritime

Véhicule du futur

Pôle « Énergie et environnement »

Systèmes énergétiques

Énergie électronucléaire

Offshore energies engineering

Océan, climat et environnement

Gestion de l’énergie et de l’environnement

Pôle « Ingénierie mathématique

et ingénierie physique »

Optimisation, recherche opérationnelle et commande

Finance quantitative

Modélisation et simulation des systèmes

Ingénierie physique

Pôle « Ingénierie des systèmes »

Architecture et sécurité des systèmes d’information

Robotique et systèmes embarqués

Modélisation et architecture des systèmes

Systèmes de production

POSSIBILITÉ DE MENER UN MASTER

EN PARALLÈLE À L’UNIVERSITÉ

SECOND SEMESTRE :

PROJET DE FIN D’ÉTUDES

Possibilité de suivre la 3 e année dans une

université partenaire à l’étranger : semestre

d’échange, double diplôme.

Possibilité d’effectuer sa 3 e année dans une

école de ParisTech ou une école partenaire :

ISAE, etc.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 21


La 1 re année :

l’acquisition des connaissances

de base

La formation

TRONC COMMUN SCIENTIFIQUE

Suivie par tous les élèves, la formation

scientifique de tronc commun a pour

objectif l’acquisition de connaissances

scientifiques de base dans les disciplines

fondamentales des sciences de

l’ingénieur.

Cette formation vise à fournir au futur ingénieur

la culture scientifique nécessaire pour

appréhender les évolutions scientifiques et

techniques auxquelles il sera confronté. Le

tronc commun scientifique met ainsi l’accent

sur l’ouverture scientifique, la modélisation,

les méthodologies de résolution et la maîtrise

de certains outils fondamentaux. Il est dispensé

durant la 1 re année du cycle d’ingénieur.

LES TRAVAUX EXPÉRIMENTAUX

Les enseignements de tronc commun et

de voies en 2 e année sont illustrés par des

travaux expérimentaux en laboratoire ; c’est

le cas notamment pour les enseignements

de chimie et de mécanique. Ces travaux

expérimentaux s’appuient également sur

des moyens de simulation numérique sur

ordinateur. Les élèves de l’ENSTA ParisTech

sont ainsi confrontés, dès le début de leur

formation, à ces outils dont l’utilisation dans

l’industrie est incontournable.

!

LES ENSEIGNEMENTS DE TRONC COMMUN

AUTOMATIQUE-OPTIMISATION

* Les chiffres entre

parenthèses

correspondent au

nombre de crédits

ECTS accordés

au cours.

La formation de base en automatiqueoptimi

sa tion insiste sur la description des

systèmes linéaires déterministes, continus,

discrets ou échantillonnés, dans les domaines

temporel et fréquentiel, et donne

quelques techniques classiques de résolution

des problèmes ainsi posés.

MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES

La formation de base en mathématiques

vise à donner à tous les élèves les outils

mathématiques nécessaires aux sciences

de l’ingénieur. Elle est consacrée d’une part

à l’analyse mathématique et d’autre part à

l’étude et la modélisation des phénomènes

aléatoires.

ÉLECTRONIQUE

La formation de base en électronique propose

des enseignements traitant des fondements

de l’électronique numérique qui

se prolongent par une introduction aux

méthodes de modulation et codage.

Optimisation quadratique (1,75)*

Équations différentielles et introduction

à l’automatique (1,75)

Introduction aux probabilités

et aux statistiques (3,5)

Outils élémentaires d’analyse pour les

équations aux dérivées partielles (1,75)

Introduction à la discrétisation des

équations aux dérivées partielles (1,75)

Traitement du signal (2,5)

Électronique numérique (2,5)

22 > Cycle ingénieur 2013-2014


INFORMATIQUE

La formation de base en informatique est

consacrée à l’acquisition des connaissances

scientifiques, techniques et méthodologiques

permettant aux futurs ingénieurs

de dominer les outils informatiques actuels

ou à venir et de participer efficacement à

la réalisation de projets informatiques, tant

comme maître d’œuvre que comme maître

d’ouvrage.

Informatique pour l’ingénieur (1,25)

Langage de programmation

et algorithmique (3,5)

Introduction à MATLAB (1,75)

Systèmes d’exploitation (1,75)

Projet informatique (1,75)

MATÉRIAUX ET STRUCTURES

La formation de base en mécanique des matériaux

et des structures a pour objet de fournir

aux élèves les méthodes et techniques utilisées

pour l’étude des solides. On développe

plus particulièrement le cas de l’élasticité

linéaire, tout en proposant des formalismes

adaptés aux cas généraux et en présentant

d’autres types de comportement.

Mécanique des milieux continus (1,75)

Élasticité linéaire (1,75)

MÉCANIQUE DES FLUIDES

La formation de base en mécanique des

fluides doit fournir aux élèves les outils nécessaires

pour appréhender l’étude de phénomènes

de transport.

Mécanique des fluides incompressibles

(3,5)

PHYSIQUE-CHIMIE

La formation de base dans ces disciplines

permet aux élèves d’une part d’acquérir

les connaissances fondamentales en physique

et d’autre part d’appréhender les

démarches intellectuelles spécifiques de la

chimie et des sciences du vivant, en donnant

un éclairage sur des sujets trouvant

de multiples applications dans l’industrie et

dans notre environnement quotidien.

Mécanique quantique (3,5)

Physique statistique (1)

Introduction à la chimie moléculaire (1,75)

Cycle ingénieur 2013-2014 < 23


La formation

LES ENSEIGNEMENTS THÉMATIQUES

Les enseignements thématiques permettent

de compléter le tronc commun

scientifique par une formation approfondie

sur des sujets scientifiques de

pointe, délibérément tournés vers les

préoccupations actuelles des laboratoires

de recherche appliquée.

Véritables enseignements d’ouverture, leur

objectif est de donner un exemple d’application

dans un domaine scientifique. Pour

beaucoup d’élèves, ils sont l’occasion de

découvrir un domaine scientifique ou technique

s’éloignant des considérations académiques

classiques. Ces enseignements

optionnels d’approfondissement sont

constitués d’un ensemble cohérent correspondant

à 6 ECTS.

ASTROPHYSIQUE THÉORIQUE

Responsable : Jérôme PEREZ

De l’étude des propriétés électromagnétiques

des étoiles à la cosmologie, en

passant par la mécanique céleste et la

dynamique des galaxies, cet enseignement

thématique est une introduction aux théories

modernes de l’astrophysique. L’un des

objectifs de ces cours est évidemment le

développement de la culture scientifique.

Cet aspect important de l’enseignement

thématique d’astrophysique théorique ne

doit cependant pas masquer le fait que de

nombreuses notions fondamentales de la

physique mathématique seront, le moment

venu, présentées en détail (magnétohydrodynamique,

dynamique analytique, théorie

cinétique, géométrie différentielle…).

BIOLOGIE

Responsable : Laurent EL KAÏM

Le défi de cet enseignement consiste à

mettre en relief les concepts les plus importants

gérant les systèmes vivants. Il faut

intégrer l’ensemble des données moléculaires

nécessaires à la compréhension de

l’économie d’une cellule et d’un organisme

vivant.

Partant des connaissances moléculaires sur

l’ADN, l’ARN et les protéines, l’organisation

de systèmes moléculaires complexes sera

abordée ainsi que quelques applications

importantes pour l’ingénieur et le domaine

industriel.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Responsable : David FILLIAT

Abordant l’informatique sous un angle original,

ce module s’intéresse aux fonctions

cognitives : acquisition, représentation,

manipulation des connaissances, et surtout

aux techniques de résolution qui en découlent.

L’une des unités est consacrée à l’évolution

artificielle : où l’on s’aperçoit que la

nature elle-même, dans le monde du vivant,

possède une certaine forme d’intelligence

qui permet de trouver encore d’autres passages

entre la représentation formelle d’un

problème et sa résolution effective.

24 > Cycle ingénieur 2013-2014


DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE (NANOSCIENCES)

Responsable : Davide BOSCHETTO

L’objectif de cet enseignement est de permettre

aux élèves d’acquérir les connaissances

pour aborder le monde des nanotechnologies.

Cette science des matériaux

de l’ultra-petit joue un rôle important

aussi bien en recherche fondamentale que

technologique grâce au fort potentiel d’applications

multidisciplinaires allant de la médecine

à la micro-informatique ou des travaux

publics à l’industrie textile.

MÉCANIQUE DES MILIEUX COMPLEXES ET HÉTÉROGÈNES

Responsable : Anne-Lise GLOANEC

Dans la continuité des cours de mécanique

du solide du tronc commun, ce module

montre comment la mécanique aujourd’hui

est capable de modéliser de plus en plus finement

les milieux réels qui forment notre

environnement quotidien. Ces connaissances

sont aujourd’hui utilisées dans un

grand nombre d’applications (médecine et

biomécanique, application des polymères,

océanographie et environnement, transports,

statique et dynamique de structures

diverses…).

UNE VISION GÉOMÉTRIQUE DE LA PHYSIQUE

Responsable : Frédéric JEAN

Ce module s’adresse aux élèves qui souhaitent

découvrir les fondements de la représentation

moderne de la physique. De

fait, l’extraordinaire développement de la

physique au XX e siècle est essentiellement

le fruit de sa formulation géométrique. C’est

sous le jour unificateur de la géométrie différentielle

moderne que nous redécouvrirons

la mécanique, l’électromagnétisme, la gravitation

et que nous aborderons les systèmes

dynamiques et les systèmes commandés,

avec des applications à l’automatique et à

la robotique.

MODÈLES MICRO ET MACROÉCONOMIQUES

Responsable : Richard LE GOFF

Ce module est une initiation permettant la

découverte argumentée mathématiquement

de tous les modèles clés, micro et

macroéconomiques, ainsi que de quelques

éléments de théorie des jeux. Il permet une

prise de distance réflexive sur les hypothèses,

les déductions et les résultats de

ces modèles et facilite la poursuite d’études

en sciences économiques.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 25


La formation

La 2 e année : les premiers choix

Le cycle de spécialisation de la formation ingénieur est formé des 2 e et

3 e années du cycle complet. Il constitue la phase d’approfondissement

des connaissances. Chaque élève, par ses choix successifs, oriente progressivement

sa formation en fonction des savoirs et des compétences à

acquérir pour son projet professionnel.

LES ENSEIGNEMENTS DES VOIES

La 2 e année débute par des enseignements

se divisant en 3 voies entre lesquelles

l’élève est appelé à choisir en

fonction de ses centres d’intérêt et de

son projet professionnel.

En vue d’une spécialisation, des variantes

sont proposées dans chacune des voies.

VOIE SIS : SIGNAL,

INFORMATIQUE ET SYSTÈMES

La voie « Signal, informatique et systèmes »

constitue une formation aux sciences et

technologies de l’information, ainsi qu’à

d’autres disciplines avec lesquelles l’interaction

peut être forte. La formation est

ciblée vers différentes classes de systèmes

et donne ainsi lieu à trois variantes.

La variante SIS/TIC vise les systèmes

d’information, désormais au cœur de la vie

de l’entreprise pour en supporter le fonctionnement

général (gestion, aide à la décision…)

ou pour contribuer directement à sa

valeur ajoutée (logistique, service…). Très

informaticienne, dans un esprit fondamental

toutefois, cette variante traite aussi de communication.

La variante SIS/Emb s’intéresse à des

systèmes numériques couplés avec le

monde physique, via des capteurs et/ou

des actionneurs, mettant en jeu une informatique

embarquée. Ces systèmes, produits

de consommation ou équipements industriels,

caractérisés par un certain degré

d’intelligence, relèvent de la robotique au

sens large du terme, d’où une place importante

faite à l’automatique.

La variante SIS/Méca s’intéresse à la

conception de systèmes mécatroniques,

c’est-à-dire à l’intégration de composants

mécaniques, électrotechniques, électroniques

et informatiques fonctionnant de

concert au sein d’un même équipement.

Cette variante, qui partage de nombreux

cours avec la précédente, s’intéresse à la

mécanique dans ses aspects dynamiques.

VOIE SIM : SIMULATION ET

INGÉNIERIE MATHÉMATIQUE

La voie « Simulation et ingénierie mathématique

» permet aux élèves d’acquérir des

outils mathématiques et des méthodes numériques

pour la modélisation, la simulation

et la décision. Des applications de natures

très diverses sont étudiées, mais l’accent

est mis sur les modèles et les structures mathématiques

sous-jacentes ainsi que sur les

méthodes numériques de résolution. Cette

voie est d’abord destinée à ceux qui sont

intéressés par les spécialités de l’ingénierie

mathématique – automatique, optimisation,

recherche opérationnelle, modélisation et

simulation des systèmes déterministes ou

stochastiques – ou par des domaines d’application

spécifiques :

n variante SIM/Méca : ouverture vers la

mécanique ou la physique ;

n variante SIM/SI : ouverture vers les systèmes

d’information.

26 > Cycle ingénieur 2013-2014


yy 70 % des élèves

font leur projet

de recherche à

l’international. yy

VOIE SME : SYSTÈMES

MÉCANIQUES ET CHIMIQUES

La voie « Systèmes mécaniques et

chimiques » apporte un socle commun de

connaissances en mécanique et en modélisation

numérique, tout en offrant un enseignement

expérimental sur un thème au

choix. La voie SME s’articule autour de trois

variantes. Les variantes solides et fluides,

très proches au 1 er semestre, mettent l’accent

sur l’interaction fluide structure.

La variante « Solides » initie les élèves à la

formulation et à la résolution des problèmes

de dimensionnement des structures. L’accent

est mis sur la modélisation des matériaux

non linéaires, sur la dynamique. On

s’intéresse également à la prédiction de

l’amorçage et à la propagation des fissures.

La maîtrise de ces outils est importante

pour divers domaines de pointe : énergie

nucléaire, transport terrestre et naval, aéronautique,

etc.

La variante « Fluides » aborde les transferts

thermiques et turbulents ainsi qu’une

LE PROJET DE RECHERCHE

Le projet de recherche s’appuie sur une expérience

d’activités de recherche. Son objectif

est de permettre aux élèves de réaliser

durant leur formation une activité privilégiant

l’esprit d’initiative, le sens de l’innovation et

la démarche inductive.

Durant les 2,5 à 4 mois que dure cet enseignement,

les élèves réalisent un projet

de recherche en laboratoire à temps complet.

Les projets peuvent être réalisés au

sein d’équipes de recherche appartenant

à des laboratoires de l’École ou partenaires

de l’École, académiques ou industriels, en

France ou à l’étranger. Le sujet du projet et

le choix de l’équipe d’accueil sont laissés

à l’initiative des élèves en liaison avec les

enseignants-chercheurs de l’École.

introduction aux fluides réactifs conduisant

à une meilleure compréhension des écoulements

dans les situations industrielles ou

géophysiques. Les outils développés permettent

d’appréhender des thématiques diverses

: aérodynamique externe ou interne

dans les moteurs, les problèmes énergétiques,

le transport maritime…

La variante « Environnement » quant

à elle présente des théories et outils de la

mécanique des fluides et de la chimie utiles

pour l’étude des fluides environnementaux

naturels ou industriels.

LE SEMESTRE DE FORMATION

PAR LA RECHERCHE

Le 2 e semestre du cycle master propose

un enseignement académique et par projet

permettant à tout élève du cycle ingénieur

d’exercer une activité de recherche.

Ce semestre est constitué de deux demimodules

électifs, enseignements scientifiques

au choix, représentant 84 heures au

total, et d’un projet de recherche.

La première période du projet de recherche

permet à chaque élève de définir clairement

l’objectif de son étude (bibliographie, mise à

niveau des connaissances, premières expériences).

Le projet de recherche se termine par une

soutenance devant un jury. Dans le cadre

d’un aménagement personnalisé de cursus,

le projet de recherche peut être renforcé par

une activité complémentaire de recherche,

qui donne lieu à une dispense de certains

cours.

!

ATHENS est

un programme

d’échange de

10 jours, proposé

en novembre aux

élèves des écoles

de ParisTech et

aux étudiants

d’un ensemble

d’universités

européennes

constituant le réseau

ATHENS.

Créé dès 1996,

ce programme

rassemble chaque

année 3 000

étudiants dont plus

de 800 suivent une

session dans un autre

pays du réseau.

Ce programme

comprend un cours

d’une semaine

à choisir parmi

l’ensemble de ceux

qui sont offerts par

les partenaires, ainsi

qu’un programme

d’activités culturelles

organisé par

l’université hôte.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 27


La formation

Le semestre de formation par la recherche

peut également se dérouler à l’étranger au

sein d’une université partenaire. Le séjour

comportera une activité de recherche et

des enseignements d’accompagnement.

Quelques sujets de projet de recherche en

laboratoire :

n Étude de l’impact des régulations fluviales

sur les écosystèmes des cours d’eau

(SINTEF Energy Research, Norvège) ;

n Simulation numérique de la traversée

d’un choc à travers une mousse aqueuse

(CMLA – Centre de Mathématiques et de

Leurs Applications) ;

n Conception de tubes hybrides pour applications

pétrolières haute pression (IFP –

Institut Français du Pétrole) ;

n Recherche sur un dispositif post-opératoire

permettant la mesure de l’angle formé

par le genou du patient (Centre Automatique

et Systèmes – Mines ParisTech) ;

n Étude de l’interaction laser-matière sur les

mouvements de vibration cohérents associés

aux plans d’atomes de carbone dans

le graphène multicouche (Columbia University,

États-Unis).

n Développement d’un logiciel de navigation

pour robot d’assistance aux personnes

handicapées (University Kyushu, Japon) ;

LES MODULES ÉLECTIFS

Les modules électifs constituent un premier

pas vers la spécialisation et annoncent les

enseignements d’approfondissement de

3 e année.

Les élèves doivent choisir deux demimodules

électifs, certains d’entre eux étant

obligatoirement couplés, ou représentant

un module complet.

n Économie appliquée et innovation

Management, stratégies industrielles et

innovation ;

Économie de l’énergie et de l’environnement.

n Imagerie

n Mécatronique

Énergie et motricité.

n Mathématiques appliquées

Modèles stochastiques pour la finance ;

Méthodes numériques probabilistes ;

Jeux, graphes et recherche opérationnelle ;

Théorie spectrale des opérateurs

auto-adjoints et applications aux guides

optiques.

n Océano-météo

Climat.

n Procédés

Matériaux et photovoltaïque ;

Matériaux innovants.

n Informatique

Principes des langages de programmation ;

Tests, preuves et validation des logiciels.

n Lasers

Physique des lasers et optique ultra-rapide ;

Optique de Fourier et holographie.

n Mécanique

Acoustique ;

Mécanique non linéaire et couplage ;

Modèles numériques de la dynamique

des fluides ;

Fluides réels et modélisation ;

Instabilités hydrodynamiques et chaos.

28 > Cycle ingénieur 2013-2014


La 3 e année :

les filières

d’approfondissement

La 3 e année du cycle d’ingénieur de l’EN-

STA ParisTech est consacrée à des enseignements

d’approfondissement. L’étudiant

choisit une filière d’approfondissement parmi

les 16 proposées ; les parentés entre les

outils et méthodes mis en œuvre, ainsi que

les secteurs industriels d’application, permettent

de ranger ces filières en 4 pôles :

Transports, Énergie et environnement, Ingénierie

mathématique et physique, et Ingénierie

des systèmes.

L’objectif de ces filières est double :

n donner à l’élève ingénieur l’occasion de

mettre en application les enseignements

reçus en 1 re et 2 e années ;

n préparer l’élève à un premier métier dans

un des domaines de formation de l’École.

L’accent est mis d’une part sur l’approfondissement

des compétences scientifiques

sur des thèmes choisis par l’élève, d’autre

part sur l’acquisition de connaissances spécifiques

à un métier donné.

À l’issue de leur 3 e année, les élèves doivent

être en mesure de participer, dans le secteur

qu’ils ont choisi, à la conception, la réalisation

ou la direction de systèmes industriels

complexes nécessitant l’intégration de technologies

multiples.

L’ORGANISATION MODULAIRE

DES FILIÈRES

Chaque filière est constituée d’un ensemble

de modules d’enseignement, certains imposés,

d’autres au choix.

En règle générale, l’élève doit choisir un

module A, un module B, un module C et un

module D (représentant chacun 84 heures

d’enseignement) en tenant compte de la

composition de référence indiquée dans le

tableau donné en pages 38 et 39.

Il est toutefois envisageable, au cas par cas,

de négocier des cursus originaux dans lesquels

un des modules est emprunté à une

autre filière (chacun de ces modules correspondant

à un créneau horaire hebdomadaire

donné, un module A ne peut être

remplacé que par un autre module A, etc.).

La 3 e année est complétée par deux enseignements

particuliers : la semaine ATHENS

et la semaine de milieu. Cette dernière

consiste en un voyage d’études pendant

lequel les élèves visitent des sites industriels

et rencontrent des ingénieurs dans leur environnement

de travail.

Une formation optionnelle est également

proposée au mois d’avril : la formation

innovation, management, entrepreneuriat

(FIME).

LE PROJET AUTONOME DE

3 E ANNÉE

Le projet de 3 e année, qui fait suite au cours

de gestion de projet, permet de conforter les

compétences liées à la conception et au développement

en s’appuyant sur le travail en

équipe et les connaissances scientifiques,

techniques, économiques et organisationnelles

acquises au cours de la formation.

Durant ce projet qui s’étend de septembre

à mars, les élèves, par équipe de quatre

au minimum, choisissent librement un projet,

en définissent le cahier des charges, se

renseignent sur les produits potentiellement

concurrents existants, s’assurent de la faisabilité,

développent une étude technique

et réfléchissent aux aspects économiques,

design, juridiques, etc. Les élèves sont ainsi

confrontés aux acquis de leur formation

ainsi qu’aux difficultés liées à la gestion d’un

projet en total autonomie.

Chaque équipe est accompagnée de façon

ponctuelle par un encadrant académique ou

industriel. Ce projet est crédité de 4 ECTS et

est validé à l’aide d’une soutenance et d’un

rapport.

ÉCONOMIE APPLIQUÉE

Un ingénieur ENSTA ParisTech se doit, outre

son excellent niveau scientifique, de comprendre

les problématiques économiques,

sociales et humaines de son environnement

professionnel.

Au cours de la 3 e année, à la suite du cours

de gestion de projet, chaque étudiant suit

un cours d’économie appliquée où il met

en pratique les connaissances acquises en

1 re et 2 e années dans un secteur proche de

son futur métier.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 29


La formation

Le pôle « Transports » est un secteur très demandeur de technologies

nouvelles. C’est également un secteur qui exige de s’adapter à l’évolution

rapide de la technologie des transports. La France est à la pointe dans

ce domaine ; la qualité des moyens de transports ferroviaires français,

son industrie automobile et navale en sont une preuve indiscutable. Les

trois filières de ce pôle font appel, pour leurs besoins pédagogiques,

à plusieurs outils et domaines d’études : informatique, électronique et

surtout mécanique.

LES FILIÈRES DU PÔLE « TRANSPORTS »

!

Quelques postes

occupés par de

jeunes diplômés

> Ingénieur méthodes

chez Volvo

> Ingénieur

constructions

neuves chez DCNS

> Ingénieur

développement

chez Veritas

> Chef bureau

d’études conception

chez Safran

> Ingénieur

en aéroélasticité

chez EADS

Airbus France

> Architecte naval

chez SAIPEM

FILIÈRE « TRANSPORT

AUTOMOBILE ET FERROVIAIRE »

Responsable : Ziad MOUMNI

Aujourd’hui, le transport doit évoluer vers

une « mobilité durable », respectueuse de

l’environnement. Cette mutation nécessite

des ingénieurs capables de suivre les

avancées technologiques de plus en plus

rapides et de se plier aux exigences de la

concurrence.

La filière « transport automobile et ferroviaire

» fait appel à plusieurs outils et domaines

d’étude (mécanique, mathématique

et informatique). Le programme de cette

filière comporte deux types d’enseignements

: des cours scientifiques qui couvrent

tous les aspects nécessaires à la réalisation

et à la maîtrise de projets complexes, et

des cours pratiques qui permettent d’initier

les élèves aux techniques automobiles,

aux moteurs, au transport ferroviaire et à la

mécanique du pneu. Pour l’ensemble des

cours, des liens aussi étroits que possible

sont créés avec l’industrie.

Les ingénieurs ENSTA ParisTech issus

de cette filière occupent des places

de choix dans des grandes entreprises

nationales telles que la SNCF, Alstom,

PSA, Renault, Michelin, Airbus, EADS, et

également internationales, par exemple

Volvo.

FILIÈRE « SYSTÈMES DE

TRANSPORT MARITIME »

Responsable : Marica PELANTI

Soutenu par un développement constant, le

transport maritime est un enjeu majeur de

l’économie actuelle et future : plus de 90 %

du transport mondial – de marchandises ou

de personnes – s’opère par voie maritime.

Avec ses sous-systèmes et ses interfaces,

une structure en mer telle que navire rapide,

porte-avions, paquebot, voilier de course,

sous-marin ou encore drone, est l’exemple

par excellence de systèmes pour lesquels

l’ENSTA ParisTech forme des ingénieurs

depuis plus de deux siècles et demi ; un

ensemble complexe qui nécessite innovation

et techniques de pointe, et alliant à la

fois un bagage conceptuel poussé et une

approche système.

La filière « systèmes de transport maritime

» forme des ingénieurs aptes à

concevoir l’architecture de systèmes

navals avec une véritable vision d’ensemblier

: compétences techniques en

hydrodynamique navale et en dynamique

des structures, intégration des problèmes

liés à la production d’énergie à bord, des

principes sous-jacents à la sécurité des

systèmes navals et de l’approche suivie par

la réglementation. L’accent est particulièrement

mis sur une mise en perspective dans

le cadre des grandes évolutions futures

telles que l’éco-conception ou encore l’intégration

de systèmes intelligents.

Cette formation, reconnue par la prestigieuse

Royal Institution of Naval Architects,

est conçue en étroite relation avec

les professionnels du secteur maritime.

30 > Cycle ingénieur 2013-2014


FILIÈRE « SYSTÈMES VÉHICULE DU FUTUR »

Responsable : Alexander GEPPERTH

Dans le domaine des véhicules, l’avènement des TIC a profondément

modifié les attentes des utilisateurs ainsi que les méthodes

de conception, qu’il s’agisse des voitures ou des transports ferroviaires.

Cette révolution est déjà bien entamée, mais elle prendra

toute sa dimension dans la décennie à venir et au-delà.

Ce véhicule nouveau dit « intelligent » sera doté d’un ensemble

de capteurs et d’un ensemble d’outils de communication avec

les infrastructures lui permettant de se mouvoir de manière autonome

ou au contraire de prévenir, d’assister et/ou de remplacer le

conducteur dans des situations extrêmes. Il intégrera également

de façon déterminante les enjeux environnementaux dont il est

partie prenante.

La filière « systèmes véhicule du futur » a été conçue en partenariat

étroit avec le monde industriel et celui de la recherche,

dans le but de former les ingénieurs à ces nouvelles technologies

et leur apporter la vision transverse indispensable pour

ap préhender l’ensemble des problématiques complexes des

systèmes véhiculaires futurs. Elle est pour cela constituée de

modules couvrant la conception et la sûreté de fonctionnement

des systèmes embarqués, la mécatronique des capteurs, des

moteurs et actionneurs, la gestion intelligente de l’énergie et l’interfaçage

du véhicule avec les personnes et avec les infrastructures.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 31


La formation

Le pôle « Énergie et environnement » est résolument tourné vers les

milieux industriels car la production et la maîtrise de l’énergie sont des

enjeux majeurs du monde de demain aussi bien en termes économiques

qu’environnementaux. Si la modélisation et la gestion des opérations

industrielles y sont abordées de manière générale, deux axes ont été plus

particulièrement privilégiés : le domaine énergétique avec notamment la

filière électronucléaire, et l’environnement. Ces domaines se déclinent

dans des filières mêlant industrie et connaissance des milieux naturels.

LES FILIÈRES DU PÔLE « ÉNERGIE ET ENVIRONNEMENT »

FILIÈRE « SYSTÈMES

ÉNERGÉTIQUES »

Responsable : Laurent EL KAÏM

Croissance de la population, contraintes

environnementales et diminution des ressources

ont fait de la production d’énergie

une thématique centrale sur le plan sociétal

et industriel. La filière « Systèmes énergétiques

: innovation et optimisation des procédés

» s’intéresse aux aspects industriels

de la production d’énergie en présentant

une approche « procédés ». Pour répondre

aux défis posés par le secteur, l’amélioration

de l’efficacité des procédés existants

par les techniques classiques du Génie des

Procédés n’est plus suffisante et de nouvelles

filières énergétiques doivent être étudiées

(énergies renouvelables, filière hydrogène...).

Après une présentation des techniques du

Génie des Procédés associant la présentation

des méthodes et leur mise en œuvre

dans le cadre de l’optimisation de procédés

complexes, les modules aborderont les

filières de production traditionnelles (filières

pétrolière et gazière) avant de traiter de

façon très complète des sources énergétiques

renouvelables (photovoltaïque, biocarburants...)

ou des filières en pleine évolution

technique comme la filière hydrogène.

Enfin, nous montrerons comment les

techniques acquises en Génie des Procédés

peuvent s’appliquer à d’autres

secteurs industriels comme le secteur

de l’environnement, avec notamment les

avancées en termes de capture de CO 2

et celui du traitement des déchets.

FILIÈRE « ÉNERGIE

ÉLECTRONUCLÉAIRE »

Responsables : Olivier ALBERT et

Jean BOISSON

CCette filière prépare les étudiants à l’ensemble

des métiers du secteur nucléaire :

recherche et développement (conception

des réacteurs de génération 4, amélioration

des réacteurs actuels), conception en bureau

d’études (calcul de cœur, dimensionnement

mécanique et thermohydraulique),

production (conduite de réacteur, gestion

de la distribution électrique), maintenance,

démantèlement, sûreté (établissement et

mise en œuvre de la règlementation, cycle

du combustible, gestion des déchets).

La formation s’appuie sur des bases

théoriques fortes (notamment en neutronique,

thermohydraulique, mécanique

des solides et des fluides) et des

enseignants issus du monde industriel

(AREVA, EDF...), ainsi que sur un réseau

d’anciens élèves présents dans tous

les domaines d’activités du secteur.

L’ensemble de la formation donne ainsi

aux étudiants une bonne vision des différents

métiers de la filière nucléaire et

des enjeux sociétaux de la production

d’énergie nucléaire.

FILIÈRE « OFFSHORE

ENERGIES ENGINEERING »

Responsable : Cyril TOUZÉ

Cette filière forme des ingénieurs pour

l’exploitation des ressources énergétiques

en mer, des hydrocarbures aux énergies

renouvelables. Les zones maritimes fournissent

plus de 30 % des hydrocarbures

consommés. Leur exploitation se développe

dans des conditions de plus en plus

extrêmes – ultra grandes profondeurs, états

de mer difficiles ou conditions climatiques

rigoureuses – nécessitant des études innovantes.

En parallèle, avec 20 % de l’énergie

consommée devant être issue de sources

renouvelables à l’horizon 2020, l’exploitation

émergente des énergies marines telles que

courants, marées, vagues, vents, température,

salinité ne va cesser de s’accélérer.

La filière fournit un bagage conceptuel

poussé et développe une approche visant

à initier à la gestion de projet en abordant

la structure en mer sous la forme d’un système

qui nécessite une approche globale

des problèmes rencontrés, de l’avant-projet

à la réalisation. La filière forme également

les élèves à appréhender les change-

32 > Cycle ingénieur 2013-2014


ments futurs dans le domaine de l’énergie

et à répondre aux défis de demain en étant

capable de déterminer le potentiel énergétique

d’une zone maritime avec la prise en

en compte de toutes les sources envisageables,

dans un cadre économique, politique,

écologique et citoyen.

Cette filière « Offshore Energies Engineering

» – proposée en anglais et reconnue

par la prestigieuse Royal Institution of

Naval Architects – est conçue en étroite

relation avec les professionnels du secteur

maritime.

FILIÈRE « OCÉAN, CLIMAT

ET ENVIRONNEMENT »

Responsable : Laurent MORTIER

Cette filière s’adresse aux futurs ingénieurs

et chercheurs dans les nombreux métiers

de l’environnement et du climat, depuis

l’échelle planétaire jusqu’à l’échelle locale

et des unités de productions industrielles.

Les interactions entre le climat et l’environnement

sont étudiées à ces différentes

échelles spatio-temporelles en mettant l’accent

sur l’eau et le milieu marin, et sur l’impact

des activités humaines (pollution), dans

le contexte des contraintes économiques et

règlementaires liées à la gestion du milieu.

Un socle de connaissance en dynamique

des fluides géophysiques est présenté

pour aborder les méthodes de modélisation

numérique usuelles en sciences de l’environnement,

notamment la modélisation

climatique et l’assimilation de données. On

aborde également l’étude des processus

dynamiques, physiques et biogéochimiques

dans le milieu côtier qui régissent l’évolution

naturelle de la morphologie du littoral

et la qualité de l’eau. Des cours de gestion

de l’environnement présentent ensuite les

réponses actuelles et les enjeux futurs liés

aux problématiques de qualité de l’eau et

d’aménagement du milieu littoral et côtier.

Les débouchés sont assurés dans les

grandes entreprises, mais aussi les PME,

notamment pour les services climatiques

en plein essor actuellement, les établissements

publics de recherche français

et étrangers (CNRS, IFREMER, ...) et les

collectivités territoriales.

FILIÈRE « GESTION DE L’ÉNER-

GIE ET DE L’ENVIRONNEMENT»

Responsable : Didier DALMAZZONE

Cette filière a pour but de former les étudiants

à la gestion des ressources énergétiques

et des problèmes d’environnement.

Elle est axée d’une part vers les technologies

de l’environnement et de l’énergie dans

le domaine pétrolier, les nouvelles énergies,

le génie électronucléaire, la gestion des déchets,

le climat, et d’autre part vers l’appropriation

des outils de l’optimisation et de la

recherche opérationnelle qui permettent,

par exemple, de maîtriser le coût global

d’installation d’un parc d’éoliennes, ou celui

d’exploitation et de dimensionnement des

réseaux de gaz ou électricité, ou encore

d’intervenir efficacement sur les marchés.

Les débouchés sont assurés, en particulier

dans les grandes entreprises du secteur.

Une forte orientation industrielle est donnée

grâce à la présentation de cas concrets, à

l’intervention de professionnels, à des visites

de sites et à des études de cas. L’autre partie

des cours est consacrée aux aspects

mathématiques et technologiques : simulation,

modélisation des flux, modèles, outils

et logiciels d’optimisation, techniques de

l’industrie pétrolière ou des nouveaux réacteurs

nucléaires…

Selon les choix des modules, il est possible

de choisir une coloration plus énergie

ou plus environnement / management.

!

Quelques postes

occupés par de

jeunes diplômés

> Ingénieur procédés

chez Air Liquide

> Ingénieur sûreté en

CNPE chez EDF

> Ingénieur d’études

neutroniques

chez AREVA NP

> Ingénieur de

production chez

AIRBUS

> Spécialiste

logistique/

approvisionnement

chez Toyota

> Ingénieur terrain

exploitation pétrolière

chez Schlumberger

Cycle ingénieur 2013-2014 < 33


La formation

!

Quelques postes

occupés par de

jeunes diplômés

> Ingénieur

développement

chez Air France

> Ingénieur étude

amont algorithme

chez THALES

> Ingénieur R&D

au CEA

> Structureur

de produits dérivés

chez HSBC

> Trader chez CALYON

> Ingénieur chargé

d’affaires à

la Société Générale.

Le pôle « Ingénierie mathématique et ingénierie physique »

regroupe quatre filières orientées par une forte composante mathématique

ou physique. Il s’appuie en grande partie sur l’unité de mathématiques

appliquées. Les débouchés des étudiants formés dans ces spécialités

portent à la fois sur tous les métiers liés à la modélisation mathématique

et physique dans des secteurs d’activités très diversifiés, que ce soit dans

le domaine académique ou industriel.

LES FILIÈRES DU PÔLE « INGÉNIERIE MATHÉMATIQUE ET

INGÉNIERIE PHYSIQUE »

FILIÈRE « OPTIMISATION,

RECHERCHE OPÉRATIONNELLE

ET COMMANDE »

Responsable : Pierre CARPENTIER

Cette filière forme les futurs ingénieurs

capables de concevoir et d’utiliser des modèles

mathématiques en vue de commander

et d’optimiser des systèmes très variés,

comme ceux que l’on rencontre dans les

domaines de l’énergie et des transports.

Elle s’appuie sur un niveau scientifique élevé

afin de résoudre les problèmes concrets

que l’on rencontre dans l’industrie et les

services.

Ses principaux débouchés sont les

départements de type R&D de grandes

entreprises, comme par exemple EDF,

Air France, CNES et PSA. De par sa pluridisciplinarité,

elle est aussi une filière

de choix pour les élèves attirés par les

secteurs du conseil et de l’audit. La formation

repose sur l’approfondissement des

connaissances acquises en 1 re et 2 e années

en optimisation (combinatoire et continue)

et en commande. Elle est complétée au

choix par une présentation des méthodes

de la statistique, des principes permettant

la maîtrise du développement logiciel ou

encore des outils d’analyse des systèmes

de production. Cette filière peut s’adapter

à des profils particuliers d’ingénieur (ouverture

vers le management ou la robotique).

Enfin, pour les élèves les plus motivés

par les aspects scientifiques, il est

recommandé de coupler la filière avec

un master universitaire en optimisation,

en recherche opérationnelle ou en commande.

FILIÈRE « FINANCE

QUANTITATIVE »

Responsable : David LEFÈVRE

L’objectif de cette filière est de former des

spécialistes de haut niveau en ingénierie

financière avec une excellente base scientifique,

algorithmique et informatique. Le

cursus proposé fournit également la base

des connaissances nécessaires à une carrière

orientée vers la recherche en analyse

stochastique avec une spécialisation en

économie et finance.

Le parcours en finance à l’ENSTA ParisTech

se distingue par un niveau élevé en mathématiques

appliquées. En complément, tous

les élèves suivent obligatoirement un master

recherche à l’université, en particulier le

master MMMEF (Modélisation et Méthodes

Mathématiques en Économie et Finance) de

l’université Paris I Panthéon-Sorbonne avec

lequel l’ENSTA ParisTech est cohabilitée.

FILIÈRE « MODÉLISATION ET

SIMULATION DES SYSTÈMES »

Responsable : Marc LENOIR

La modélisation et la simulation sont deux

activités complémentaires situées au carrefour

entre la science et la haute technologie

(électronique, nucléaire, aérospatiale…).

Leur mise en œuvre repose sur plusieurs

disciplines que sont la physique et la mécanique,

les mathématiques appliquées et le

calcul scientifique. L’identification des variables

pertinentes et des équations qu’elles

vérifient sont du ressort de la physique.

C’est sur les mathématiques que repose

l’analyse de ces équations et des propriétés

qualitatives de leurs solutions, tandis

que l’analyse numérique permet d’étudier

la capacité des algorithmes numériques à

en fournir une approximation quantitative.

La mise en pratique de ces algorithmes fait

souvent appel à des calculateurs massivement

parallèles particulièrement puissants,

dont la programmation nécessite des

connaissances en informatique.

34 > Cycle ingénieur 2013-2014


La filière « modélisation et simulation des

systèmes » propose un ensemble de quatre

modules respectivement dédiés aux algorithmes

numériques pour les calculateurs

parallèles, au calcul hautes performances, à

la propagation et à la diffraction des ondes,

et aux méthodes numériques pour la résolution

des problèmes de la physique.

Cette filière est couplée avec le master

« simulation et modélisation », dont elle

est partie intégrante, porté par l’ENSTA

ParisTech, en partenariat avec l’UVSQ,

Paris Diderot, Centrale Paris, l’INSTN et

l’ENS Cachan.

Dans le cadre d’un parcours plus théorique,

il est également possible de suivre

en parallèle le master « mathématiques

de la modélisation » de l’UPMC.

Les industries de haute technologie et les

centres de recherche industriels ou universitaires

en sont les débouchés naturels, en

particulier dans les domaines du transport

et de l’énergie.

FILIÈRE « INGÉNIERIE

PHYSIQUE »

Responsable : Jérôme PEREZ

Les objectifs de cette filière sont multiples :

n permettre d’acquérir une culture scientifique

solide en physique moderne ouverte

sur les interfaces de cette discipline avec

d’autres domaines scientifiques ;

n initier les étudiants aux pratiques de la

physique tant théoriques qu’expérimentales,

dans leurs aspects les plus actuels ;

n faire prendre conscience aux étudiants

que les développements actuels ou prévisibles

de nombreux domaines technologiques

reposent sur des avancées récentes

en physique fondamentale et appliquée ;

n préparer les étudiants aux formations

complémentaires scientifiques ou technologiques,

notamment des M2 de physique

spécialisés (physique théorique, astrophysique,

physique des particules…).

La filière est construite sur la base des enseignements

d’approfondissement en physique

de l’École polytechnique organisés

autour de 5 thématiques :

n des particules aux étoiles : interactions

fondamentales et constituants élémentaires ;

n photons et atomes lasers, optique, plasmas

;

n de l’atome au matériau : matière condensée,

matière molle et matériaux fonctionnels ;

n physique pour l’optique et les nanosciences

;

n physique des hautes énergies.

Ces enseignements sont complétés par des

modules complémentaires issus du catalogue

de cours de 3 e année de l’ENSTA.

Même si le débouché naturel de cette

filière peut être un M2 spécialisé en physique

et/ou une thèse suivie d’un parcours

académique ou dans des milieux

technologiques et industriels, de nombreuses

possibilités professionnelles

dans le domaine de l’ingénierie physique

sont envisageables à plus court terme

(nanotechnologies, cryogénie, mesures

physiques, géodésie, etc.).

Cycle ingénieur 2013-2014 < 35


La formation

!

Quelques postes

occupés par de jeunes

diplômés

> Ingénieur

système embarqué

chez Thales

> Chef de projet

chez General Electric

> Ingénieur de recherche

chez Aldebaran Robotics

> Chef de projet

chez EADS Astrium

> Ingénieur-acheteur

chez Sagem

> Ingénieur R&D,

Designer hardware/digital

chez STMicroelectronics

> Ingénieur système

chez Siemens

Transportations Systems

Le pôle « Ingénierie des systèmes » regroupe quatre filières orientées

par une approche résolument tournée vers les systèmes. Il s’appuie en

grande partie sur l’unité d’informatique et d’ingénierie des systèmes, mais

se caractérisent surtout par une approche résolument transverse. Ces

formations ouvrent à la fois sur tous les métiers du monde des systèmes

technologiques innovants présents dans de nombreux domaines, et

également au monde de la production.

LES FILIÈRES DU PÔLE « INGÉNIERIE DES SYSTÈMES »

FILIÈRE « ARCHITECTURE ET

SÉCURITÉ DES SYSTÈMES

D’INFORMATION »

Responsable : Michel MAUNY

Pour l’entreprise, les systèmes d’information

(SI) qui permettent de traiter, d’acheminer

et de sécuriser des données représentent

un enjeu à la fois stratégique,

économique, technique et humain. En facilitant

la prise de décision, un SI bien conçu

peut permettre d’obtenir des avantages

concurrentiels importants et durables. Les

coûts prohibitifs de refonte d’applications

informatiques imposent d’optimiser les

choix et les architectures de systèmes et

de prendre en considération la pérennité de

l’offre des constructeurs.

La filière « architecture et sécurité des systèmes

d’information » intègre les concepts

essentiels des SI afin de permettre aux

ingénieurs de maîtriser les techniques et

les méthodes permettant de concevoir, de

gérer et d’assurer l’évolutivité, l’interopérabilité

et la sécurité des SI dans leur globalité.

La finalité de la filière est de former de

futurs architectes des SI, consultants en

SI ou chefs de projets informatiques se

distinguant par une excellente maîtrise des

techniques couramment utilisées, en particulier

celles permettant de sécuriser les SI

contre les différentes agressions auxquelles

ils peuvent être soumis.

FILIÈRE « ROBOTIQUE ET

SYSTÈMES EMBARQUÉS »

Responsables : David FILLIAT et

Omar HAMMAMI

Les systèmes embarqués et la robotique

représentent un enjeu technologique et

économique majeur. Ils sont au cœur des

stratégies industrielles au niveau français

(IRT SystemX, pôles de compétitivité Systematic,

Minalogic, AsTech, Aerospace Valley,

CAP’TRONIC) et européen (ARTEMIS,

EURON) et représentent une des forces

technologiques et industrielles européennes

au niveau mondial. La pénétration rapide,

régulière et systématique de l’électronique

et de l’informatique embarquée dans des

systèmes très variés (automobile – 40 %

du coût de la conception ; aviation – fly by

wire ; défense ; électronique grand public et

nomade (smartphone)) avec des applications

intégrant de plus en plus d’intelligence

(perception, analyse et interaction avec l’environnement)

en font un thème passionnant

pour l’ingénieur interdisciplinaire.

La filière offre deux variantes permettant

d’orienter la formation plus fortement

sur les systèmes embarqués et mécatroniques

ou sur la robotique et les problématiques

de perception et d’interaction

avec l’utilisateur. Les intervenants de

cette filière proviennent de l’industrie et

des grands laboratoires de recherche du

Plateau de Saclay.

La variante Systèmes embarqués présente

la théorie et les méthodes de conception,

de modélisation et de validation des

systèmes embarqués très largement utilisées

dans l’industrie du semiconducteur

(ex. STMicroelectronics) et les grands systémiers

(ex. Thalès, EADS, Safran, Valeo).

Une forte composante pratique basée sur

des systèmes à base de cartes électroniques

et des outils logiciels de CAO professionnels

utilisés dans l’industrie renforcent

la préparation et l’intégration rapide à des

stages de PFE.

La variante Robotique possède également

une importante composante pratique

à travers l’expérimentation avec des

robots ou de séances pratiques de traitement

d’images. Elle présente à la fois des

approches utilisées dans de nombreux domaines

de l’industrie (méthodes de localisation,

de filtrage, de détection visuelle) et des

connaissances à la pointe de la recherche

académique (interaction homme-robot,

apprentissage).

36 > Cycle ingénieur 2013-2014


FILIÈRE « MODÉLISATION ET

ARCHITECTURE DES SYSTÈMES »

Responsable : Alexandre CHAPOUTOT

L’industrie réalise des produits de plus

en plus complexes essentiellement pour

répondre aux demandes croissantes de

nouvelles fonctionnalités par les utilisateurs.

La conception de ces produits ou systèmes

complexes nécessite une méthodologie

capable de prendre en compte l’ensemble

des contraintes associées au développement

et à l’évolution de ceux-ci. L’ingénierie

système répond à ce besoin en définissant

une démarche méthodologique générale

et multidisciplinaire dont l’objectif est de

concevoir, faire évoluer et vérifier un système

apportant une solution économique et

performante aux besoins client, en satisfaisant

l’ensemble des parties prenantes. Afin

de mener à bien la réalisation d’un projet,

l’ingénieur système s’appuie sur les outils

de modélisation et de simulation. Ces outils

sont indispensables à la prise de décisions

à toutes les étapes du cycle de conception

des systèmes.

La filière « Ingénierie des systèmes –

simulation multi-physique » a pour objectif

de former les futurs ingénieurs qui

auront pour rôle la définition de l’architecture

système composée d’éléments

de physique distincts. Elle est spécifiquement

orientée vers la conception de systèmes

aéronautiques et maritimes. Dans

ces domaines, les outils de modélisation et

de simulation nécessitent une adaptation

non triviale pour prendre en compte l’hétérogénéité

des composants du système,

en particulier, pour gérer efficacement les

problèmes d’interface entre les différentes

physiques.

Cette filière s’appuie sur les enseignements

d’ingénierie système dispensés

dans le cadre du Master PMAS (Master

Parisien de Modélisation et d’Architecture

des Systèmes).

FILIÈRE « SYSTÈMES DE

PRODUCTION »

Responsables : Romain MONCHAUX et

Kim PHAM

Cette filière prépare les ingénieurs à la

conduite des systèmes industriels avec

pour objectifs d’améliorer la qualité des

produits et les performances des flux

industriels.

Ces derniers peuvent être le circuit logistique,

la gestion des stocks, les ateliers de

production. La gestion des coûts, l’optimisation

du cahier des charges, la sélection

des fournisseurs, le lean manufacturing, les

leviers de réduction de coûts et les techniques

de négociation sont abordés. L’accent

est également mis sur les aspects de

sécurité et de normes environnementales.

Les intervenants sont des consultants pour

des grands groupes industriels ou des industriels

du secteur.

Ces méthodes industrielles sont applicables

à toute entreprise de production de produits

en moyennes ou grandes séries telles que

les industries du transport, de la fabrication

de produits de luxe et de la production des

matières premières.

La conception des produits est abordée

à travers la présentation des procédés de

fabrication, les méthodes de dimensionnement

et les outils de conception CAO. Ces

compétences permettent à l’ingénieur de

production de faire le lien entre la conception

et l’industrialisation du produit. La filière

permet d’accéder à des postes en production,

en méthode (industrialisation des produits),

en qualité, en achats, en gestion des

flux (logistique) en bureau d’études.

!

Quelques postes

occupés par de

jeunes diplômés

> Ingénieur méthodes

chez Volvo

> Ingénieur

constructions neuves

chez DCNS

> Ingénieur

développement

chez Veritas

> Chef bureau

d’études conception

chez Safran

> Ingénieur en

aéroélasticité chez

EADS Airbus France

> Architecte naval

chez SAIPEM

Cycle ingénieur 2013-2014 < 37


3 e année :

les filières d’approfondissement

de l’ENSTA ParisTech

La formation

Pôle « transports »

n Transport automobile et ferroviaire

Ziad MOUMNI

n Systèmes de transport maritime

Marica PELANTI

n Véhicule du futur

Alexander GEPPERTH

Module A

A11 - Conception des systèmes mécaniques

A13 - Interaction des fluides-structures

A2 - Hydrodynamics for maritime engineering

A7 - Interaction et environnement

Module B

B2 - Modélisation numérique en mécanique

des fluides

B8 - Modélisation numérique des structures

B11 - Structures for maritime engineering

B6 - Logiciel embarqué

Pôle « énergie et environnement »

n Systèmes énergétiques

Laurent EL KAÏM

n Océan, climat et environnement

Laurent MORTIER

A5 - Génie des procédés

A12 - Eau et traceur dans les milieux naturels

A4 - Dynamique de l’océan

B3 - Optimisation des procédés et production

d’énergie

B10 - Hydraulique et sédimentologie marines

n Énergie électronucléaire

Olivier ALBERT et Jean BOISSON

n Offshore Energies Engineering

Cyril TOUZÉ

n Gestion de l’énergie

et de l’environnement

Didier DALMAZZONE

A3 - Thermohydraulique

A13 - Interactions fluides-structures

A2 - Hydrodynamics for maritime engineering

A9 - Optimisation avancée

Pôle « ingénierie mathématique et ingénierie physique »

n Optimisation, recherche opérationnelle

et commande

Pierre CARPENTIER

A8 - Optimisation continue

B2 - Modélisation numérique en mécanique

des fluides

B8 - Modélisation numérique des structures

B11 - Structures for maritime engineering

B4 - Information, décision, organisation

et management

B10 - Hydraulique et sédimentologie marines

B4 - Information, décision, organisation

du management

B7 - Commande des systèmes

n Finance quantitative

David LEFÈVRE

S01 - Mathématiques financières

S02 - Mathématiques de la décision

Master obligatoire : Modélisation et Méthodes Mathématiques en Économie et Finance (co-habilité avec Paris

(en partenariat avec Université Pierre et Marie Curie).

n Modélisation et simulation des systèmes

Marc LENOIR

n Ingénierie physique

Jérôme PEREZ

Pôle « Ingénierie des systèmes »

A1 - Parallélisme et calcul réparti

A13 - Interactions fluides-structures

B2 - Modélisation numérique en mécanique

des fluides

B7 - Commande des systèmes

B13 - High performance computing

Programme d’approfondissement de 3 e année de l’École polytechnique en physique : Des particules aux étoiles ;

matière molle ; Matériaux fonctionnels ; Physics for optics and nanosciences ou Physique des hautes énergies.

n Systèmes d’information

Michel MAUNY

n Robotique et systèmes embarqués

David FILLIAT et Omar HAMMAMI

n Modélisation et architecture des systèmes

Alexandre CHAPOUTOT

n Systèmes de production

Romain MONCHAUX et Kim PHAM

A6 - Sécurité et protection de l’information

A7 - Interaction et environnement

A14 - Systèmes embarqués

A16 - Fondements de l’ingénierie et

de l’architecture des systèmes

A5 - Génie des procédés

A9 - Optimisation avancée

A11 - Conception des systèmes mécaniques

B9 - Génie logiciel

B6 - Logiciel embarqué

B14 - Management de la conception des systèmes

B3 - Conception et gestion des procédés industriels

B4 - Information, décision, organisation

et management

38 > Cycle ingénieur 2013-2014


Module C

Module D

C11 - Sciences des matériaux et leurs applications

C2 - Hybridation

D3 - Systèmes de transport

C6 - Gestion de l’énergie et sûreté

D1 - Project management in maritime engineering

C2 - Hybridation

D2 - Mécatronique

C4 - Énergies renouvelables

C12 - Physique des réacteurs nucléaires-neutronique

C3 - Modélisation et simulation numérique

pour les sciences de l’environnement

C4 - Énergies renouvelables

C11 - Sciences des matériaux et leurs applications

C12 - Physique des réacteurs nucléaires-neutronique

D6 - Management de l’environnement

D6 - Management de l’environnement

D13 - Gestion de l’environnement côtier

D5 - Génie électronucléaire

C8 - Offshore energy ressources

D1 - Project management in maritime engineering

C4 - Énergies renouvelables

C9 - Optimisation combinatoire

et recherche opérationnelle

D5 - Génie électronucléaire

D6 - Management de l’environnement

C9 - Optimisation combinatoire et recherche

opérationnelle

C10 - Robotique autonome

D4 - Systèmes de production

D7 - Statistiques

D10 - Architecture logicielle

Panthéon-Sorbonne) ou Probabilité et Finance

D7 - Statistiques

C7 - Analyse physique et mathématique de

la propagation des ondes

C12 - Physique des réacteurs

nucléaires-neutronique

D11 - Analyse physique et simulation

des phénomènes de transports

Photons et atomes : lasers, optique et plasmas ; De l’atome au matériau : matière condensée,

Plus 4 à 6 cours à choisir parmi toutes les filières proposées.

C1 - Architecture des systèmes d’information

C10 - Robotique autonome

C5 - Fondements de la modélisation et

de la simulation physique

D10 - Architecture logicielle

D2 - Mécatronique

D9 - Perception et interaction

D14 - Systèmes multi-physiques

C14 - Systèmes de production 1 D4 - Systèmes de production 2

Cycle ingénieur 2013-2014 < 39


Les masters et Mastères Spécialisés

L’ENSTA ParisTech entretient des partenariats privilégiés avec certains établissements

proposant des masters, en particulier dans le cadre de filières de

3 e année. L’École propose aussi des Mastères Spécialisés.

La formation

!

En 2012/2013,

82 élèves ont choisi

d’effectuer, en

parallèle de leur

filière de 3 e année,

un master à

l’université.

LES MASTERS

Les élèves de 3 e année bénéficient d’un

aménagement de cursus pour suivre un

master en parallèle. Ces formations sont réalisées

en co-habilitation (double-diplôme)

ou en partenariat :

> Sciences mécaniques

n « Dynamique des structures et systèmes

couplés », École Centrale Paris, co-habilitation

;

n « Mécanique et Ingénierie des Systèmes

», parcours TACS, UPMC, cohabilitation

;

n « Mécanique des fluides et énergétique »,

UPMC, co-habilitation ;

n « Acoustique », UPMC, co-habilitation.

> Climat et environnement

n « Océan, atmosphère, climat et observations

spatiales », UPMC, co-habilitation ;

n « Énergétique et environnement »,

UPMC, co-habilitation ;

n « Sciences et politiques de l’environnement

», Sciences Po Paris, partenariat ;

n « Interaction Climat Environnement et

Télédétection », UVSQ, partenariat.

> Mathématiques

n « Modélisation et Simulation », UVSQ,

INSTN, co-habilitation ;

n « Modélisation et méthodes mathématiques

en économie et finance », Université

Paris 1 Panthéon-Sorbonne, cohabilitation ;

n « Analyse Numérique et Équation aux

Dérivées Partielles », UPMC, partenariat ;

n « Mathématiques Vision Apprentissage »,

ENS Cachan, partenariat ;

n « Probabilité et Finances », UPMC, École

polytechnique, partenariat.

> Science et technologie de l’information

et de la communication

n « Composants et systèmes électroniques

pour les télécommunications » et

n « Systèmes électroniques embarqués et

informatique industrielle », Université Paris-

Sud, co-habilitation.

> Informatique

n « Intelligence artificielle et décision »,

UPMC, partenariat ;

n « Master parisien de recherche opérationnelle

», CNAM, École polytechnique,

co-habilitation.

> Économie, conseil

n « Conseil en Organisation Stratégie et

Système d’Information », Université Panthéon-Sorbonne,

partenariat ;

n « Économie du développement durable,

de l’environnement et de l’énergie », Université

Paris Ouest Nanterre La Défense, cohabilitation.

LES MASTÈRES SPÉCIALISÉS

Ces cursus sont ouverts en formation initiale

à des étudiants titulaires d’un diplôme

bac + 5, ou en formation continue à des

personnes ayant un diplôme bac + 4, avec

une expérience professionnelle au minimum

de 3 ans.

n MS Génie Maritime : transport,

énergie, développement durable

Responsable : Marica PELANTI

n MS Architecture et Sécurité des

Systèmes d’Information

Responsable : Michel MAUNY

n MS Capteur, Géolocalisation et

Navigation

Responsable : Bruno GELLER

n MS Ingénierie des Véhicules

Électriques

Responsable pour l’ENSTA ParisTech :

Ziad MOUMNI.

40 > Cycle ingénieur 2013-2014


Le doctorat

Le doctorat (ou thèse) est une première expérience professionnelle aboutissant

à un diplôme, au cours de laquelle l’étudiant effectue un travail de

recherche original dans un laboratoire sous la direction d’un directeur de

thèse.

LE DOCTORAT

Le doctorant doit, au préalable, trouver un

financement auprès d’un organisme de

recherche, du Ministère de l’Enseignement

Supérieur ou d’une entreprise. Il doit s’inscrire

ensuite auprès d’une École Doctorale.

Dans le cadre de la nouvelle Université Paris-Saclay,

le doctorat deviendra le diplôme

phare.

ÉCOLE DOCTORALE (EDX ET

DIPLÔME)

L’ENSTA ParisTech et l’École polytechnique

sont co-accréditées dans l’école doctorale

commune ED 447 (EDX). Celle-ci effectue

le suivi administratif pour la plupart des

thèses de l’ENSTA ParisTech : contrat doctoral,

inscriptions, réinscriptions, journées

d’accueil, doctoriales, soutenances.

Le paysage des écoles doctorales sera profondément

remanié sur le Campus Paris-

Saclay à partir de 2015, avec l’apparition

d’écoles doctorales soit disciplinaires soit

interdisciplinaires.

LA THÈSE : UN PASSEPORT

POUR L’INTERNATIONAL

Dans les pays fortement présents sur le

plan scientifique, le doctorat (ou PhD) est le

diplôme de référence sans lequel il n’est pas

envisageable d’exercer un métier relevant

de la recherche. De ce fait, il y a de plus en

plus d’ingénieurs-docteurs dans l’industrie,

qui est consciente des apports de cette formation

et favorise ce type recrutement.

Par ailleurs, les carrières internationales se

multipliant, les étudiants français, qui envisagent

de faire de la recherche avec un passage

à l’international, doivent obtenir une

thèse.

DOCTEURS ET ENTREPRISES

En France, la plupart des grandes entreprises

(Renault, PSA, EDF, Areva, SNCF,

Thales, EADS,…) ont une activité de recherche

importante et des laboratoires

internes, dont certains en cotutelle avec le

CNRS. Ils encadrent des thèses en partenariat

avec des laboratoires publics, et recrutent

régulièrement des docteurs. Le profil

recherché correspond au besoin d’expertise

interne de haut niveau dans les entreprises.

QUELQUES CHIFFRES

n Au 1 er janvier 2013, 93 doctorants étaient

présents dans les laboratoires ;

n 23 thèses ont été soutenues en 2012 ;

n 29 nouveaux doctorants ont débuté une

thèse à l’ENSTA ParisTech en octobre 2012 ;

n 5 ans après la thèse, les emplois des

docteurs se répartissent équitablement

entre les emplois publics (enseignement,

recherche académique) et emplois privés

(recherche et développement en entreprises).

!

Contact et

informations

Antoine Chaigne,

adjoint au directeur de

la formation et de la

recherche, chargé de

la formation doctorale.

antoine.chaigne@

ensta-paristech.fr

Cycle ingénieur 2013-2014 < 41


Les stages et les projets

La formation

!

Tous les stages

proposés dans le

cycle d’ingénieur de

l’ENSTA ParisTech

peuvent être

réalisés à l’étranger,

en laboratoire, en

entreprise ou dans

l’industrie.

8

Un élève passe en

moyenne 10 mois

en stage au cours

de sa formation

d’ingénieur.

Exemples de stages

opérateurs proposés :

> Argentine :

imprimerie Latin Grafica

(Buenos Aires)

> Chine :

Le Méridien (Qingdao)

> Autriche :

banque Austria (Vienne)

> États-Unis :

Intelligence Consulting

(Salem)

> Russie :

Caritas (Omsk)

Le rôle des stages en entreprise est crucial dans la formation des élèves

ingénieurs. Un stage est un moyen irremplaçable de mettre en pratique

ses connaissances et compétences et de prendre contact avec le milieu

professionnel, d’en appréhender la diversité, les préoccupations et les

nécessités.

UN STAGE À CHAQUE ANNÉE DU CURSUS

Conçus en lien étroit avec les enseignements,

trois stages obligatoires ponctuent

le cycle ingénieur.

n Le stage opérateur est un stage d’exécutant

d’une durée de 4 semaines minimum

qui se déroule en entreprise, de préférence

dans l’industrie, en fin de première année. Il

vise à donner aux élèves un premier aperçu

de la vie en entreprise et de sa structure, en

les plaçant au bas de l’échelle hiérarchique,

dans un environnement qui ne leur est pas

familier. Cette première expérience permet

ainsi de prendre conscience d’un milieu

professionnel différent de celui qu’ils cotoient,

d’appréhender les conditions de travail

du personnel chargé des tâches d’exécution,

l’importance des rapports humains,

les enjeux des structures hiérarchiques, les

différentes méthodes d’encadrement, la difficulté

de la circulation de l’information et la

complexité du tissu social formant l’entreprise.

Ce stage fait parfois suite, lorsqu’il se

déroule à l’étranger, à un stage linguistique

dans ce pays. Ce stage est évalué dans le

cadre du stage de communication en début

de 2 e année.

n Le projet de recherche est un stage

visant à développer l’approche inductive

chez les élèves. Chaque élève, sous le tutorat

d’un enseignant-chercheur de l’École,

choisit un sujet de recherche qu’il réalisera

dans un laboratoire en milieu académique

ou industriel. Ce projet, d’une durée de 2,5

à 4 mois, finalise la 2 e année du cycle ingénieur.

Il fait l’objet d’une soutenance et d’un

rapport.

n Le projet de fin d’études (PFE) clôt

le cycle ingénieur et constitue le dernier

semestre de la 3 e année. D’une durée minimale

de 4 mois, il est généralement réalisé

en entreprise. Pendant ce stage, les élèves

doivent, d’une part, mettre en application

les enseignements qu’ils ont acquis tout au

long de leur scolarité et, d’autre part, assurer

le travail d’un ingénieur débutant en réalisant

un projet dans lequel leur contribution

personnelle est clairement identifiable. Le

projet de fin d’études fait l’objet d’une soutenance

devant un jury composé de professeurs

et de personnalités extérieures, parmi

lesquelles un représentant de l’entreprise

d’accueil, même s’il est également effectué

au titre d’un master en parallèle à la troisième

année. Il peut se prolonger au-delà

de la soutenance si l’élève et l’entreprise en

conviennent. Pour beaucoup d’élèves, ce

stage est l’illustration de ce que sera leur

premier métier dès la sortie de l’École.

Pour le projet de recherche et le projet de

fin d’études, les élèves sont suivis par deux

personnes :

n un enseignant-chercheur de l’École qui

aide l’élève à définir son sujet de stage et

s’assure de son bon déroulement ;

n un responsable scientifique ou directeur

de stage, qui accueille l’élève dans l’entreprise

ou le laboratoire et l’encadre au quotidien.

LES STAGES OPTIONNELS

Outre les stages prévus au sein du cursus,

les élèves volontaires peuvent effectuer des

stages d’été durant lesquels ils peuvent

occuper un poste d’assistant ingénieur, en

laboratoire ou en entreprise, en France ou

à l’étranger.

Il est également possible d’effectuer un

stage long en entreprise, d’une durée comprise

entre dix et douze mois, pendant lequel

le stagiaire occupe un emploi de cadre

débutant. Situé entre la 2 e et la 3 e année du

cycle ingénieur, ce stage est une véritable

expérience professionnelle qui permet aux

élèves volontaires d’affirmer leur goût pour

un secteur d’activité avant de choisir leurs

enseignements d’approfondissement de 3 e

année.

42 > Cycle ingénieur 2013-2014


La formation économique,

humaine et linguistique

DROIT, ÉCONOMIE, GESTION

La formation de base en droit, économie et

gestion a pour ambition de donner au futur

ingénieur les connaissances et la culture

lui permettant d’être un acteur lucide et

responsable de la société dans son métier

comme dans sa vie quotidienne. Elle doit

aussi permettre à ceux qui le souhaitent

d’approfondir leurs connaissances notamment

en préparant un master d’économie

internationale (spécialité conseil en organisation,

stratégie et systèmes d’Information)

ou un doctorat en sciences économiques à

l’Université Panthéon-Sorbonne.

Elle s’adresse à tous les élèves. Les cours

organisés par l’UER d’économie appliquée

présentent les fondements théoriques et

s’appuient autant que possible sur des

exemples et des études de cas.

LES ENSEIGNEMENTS DE 1 RE

ET 2 E ANNÉES

n Introduction à l’économie contemporaine :

institutions, faits, concepts et théories ;

n Comptabilité et analyse financière de l’entreprise

;

n Étude de l’organisation, de la gestion et de

la stratégie d’une entreprise réelle ;

n Droit public et privé ;

n Management de projets ;

n Management stratégique et entreprenariat

innovant (demi-module électif) ;

n Gestion de l’innovation et droit de la propriété

intellectuelle (demi-module électif) ;

n Économie de l’environnement et de l’énergie

(demi-module électif).

La formation économique, humaine et linguistique

occupe une large place dans le

cursus de l’ENSTA ParisTech. Elle vise à développer

l’ouverture sur la vie économique,

la connaissance des cultures étrangères

et la capacité à communiquer. Il s’agit de

donner aux élèves la possibilité de s’ouvrir

à l’altérité : autres langues, autres cultures,

autres formes de savoir et de pensée, autres

appréhensions du monde, indispensables

dans un environnement mondialisé, mais

aussi face au risque d’uniformisation technocratique

et publicitaire et aux mirages du

« village planétaire ». Elle recouvre l’économie,

le droit et la gestion, l’apprentissage

des langues étrangères, des séminaires

culturels, des stages de communication et

d’expression, des conférences et des débats

sur les grandes problématiques scientifiques

actuelles et des ateliers artistiques.

Entre 608 à 692 heures de cours, dont plus

de 300 heures de langues étrangères, sont

consacrées à cette formation durant les

trois années du cycle ingénieur.

LES ENSEIGNEMENTS DE

3 E ANNÉE

Cette formation de tronc commun est complétée

en 3 e année par un enseignement

obligatoire : gestion des ressources humaines

et management interculturel, et par

un enseignement optionnel à choisir parmi

les cours suivants :

n Économie de l’entreprise ;

n Management, décision économique et

négociation ;

n Économie de l’énergie 2 ;

n Économie de l’environnement 2 ;

n Économie bancaire et financière ;

n Économie de la mobilité ;

n Économie, droit et stratégie de la mer ;

n Un enseignement de sciences économiques

du master 1 de l’UFR d’économie

de l’Université Panthéon-Sorbonne.

Pendant la période dédiée aux projets autonomes

sont organisées 40 h de conférences

sur la conception innovante, l’entrepreneuriat

et la gouvernance de l’entreprise.

Pour les élèves qui le souhaitent, la 3 e année

comprend un module de 140 h concentrées

avant le projet de fin d’études appelé Formation

à l’Innovation, au Management et à

l’Entrepreneuriat (FIME). Ce module introduit

une pédagogie fondée sur le reengineering

des projets autonomes pour révéler

leurs potentiels de valorisation économique.

8

Cours FIME

> Entrepreneuriat /

intrapreneuriat ;

> Gestion

de l’innovation ;

> Analyse de marché

et positionnement

stratégique ;

> Stratégie et

performance des

entreprises : cas et

visites industrielles ;

> Gestion

d’entreprises en

environnement

incertain : conférences

et simulation ;

> Gestion des

risques industriels ;

> Communication

et leadership ;

> Intelligence

économique ;

> Financement des

projets industriels

Cycle ingénieur 2013-2014 < 43


La formation

!

73 étudiants de

l’ENSTA ParisTech

ont bénéficié d’un

stage linguistique

en 2012

> 19 en espagnol

(Argentine)

> 22 en japonais

(Japon)

> 15 en russe

(Russie)

> 2 en portugais

(Brésil)

> 8 en chinois

(Chine)

> 3 en italien

(Italie)

> 4 en arabe

(Tunisie)

Cours d’anglais

proposés

en 2 e et 3 e années

> Anglais des affaires

> Communication

orale

> Problèmes

contemporains

> Littérature

anglo-saxonne

> Cultures urbaines

américaines

> Pensée critique

et sciences

humaines

> Pratique théâtrale

> Atelier d’écriture

LANGUES ÉTRANGÈRES

L’enseignement répond à un double objectif.

Il s’agit d’abord de renforcer les compétences

linguistiques indispensables à

l’ingénieur dans le contexte mondial d’aujourd’hui,

par l’étude de l’anglais et d’une

ou deux autres langues étrangères. Mais les

cours, organisés par petits groupes, comportent

aussi une forte dimension culturelle

et une ouverture sur les civilisations étrangères,

que prolongent des stages linguistiques

organisés par l’École.

L’enseignement de l’anglais (172 heures

au total) est fondé sur cette double articulation.

La nécessité de maîtriser la langue

des échanges internationaux n’est plus

à démontrer. Elle se traduit par l’exigence

d’un niveau minimum requis de 785 points

au TOEIC (Test of English for International

Communication) pour lequel est organisée

une préparation.

En 1 re année, les cours, qui font appel à

des supports variés (presse, vidéo, textes

littéraires…), sont consacrés au renforcement

des compétences de base. En 2 e et

3 e année, les élèves, qui reçoivent tous une

formation à l’anglais professionnel, ont le

choix entre plusieurs enseignements plus

spécifiques à connotation culturelle.

Outre les langues les plus répandues de

l’espace européen (allemand, espagnol,

italien, même français pour les élèves étrangers),

les élèves peuvent étudier l’arabe,

le chinois, le japonais le russe. Nombre

d’entre eux débutent à l’ENSTA ParisTech

une de ces langues « rares ».

STAGES LINGUISTIQUES

À L’ÉTRANGER

L’ENSTA ParisTech organise des stages linguistiques

d’été de deux à trois semaines,

qui permettent la consolidation des bases

acquises dans l’année et l’immersion dans

une culture étrangère. Le stage linguistique

est généralement prolongé par un stage dit

« opérateur » dans le pays retenu. Une large

gamme de stages opérateurs au Japon, en

Chine, en Russie, en Argentine et en Italie

est proposée.

44 > Cycle ingénieur 2013-2014


Table ronde « Les scientifiques, shérifs ou hors-la-loi ? », en mars 2013, avec de gauche à droite :

Roland Lehoucq, Étienne Klein, Céline Curiol, Jean Claude Ameisen et Cédric Villani.

CULTURE

L’ENSTA ParisTech intègre pleinement

au cursus un enseignement de culture

générale, qui occupe trois heures tous les

quinze jours les deux premières années.

Animé par des spécialistes, il vise à donner

un aperçu des problématiques du monde

contemporain, une ouverture sur les disciplines

des lettres, des arts et des sciences

humaines, et à développer, par des exposés

ou des mémoires, la capacité à s’approprier

d’autres langages, pour favoriser la curiosité

et le recul critique.

Avec le département « Enseignement

culture et communication », les élèves sont

invités à concevoir, organiser et animer deux

grands événements annuels :

n Une table ronde, sur un thème liant la

science et les autres domaines, avec des

intervenants prestigieux (à titre d’exemple :

Jean Claude Ameisen, Étienne Klein, André

Comte-Sponville, Jonny Wilkinson…) ;

n Un concours de nouvelles destiné aux

étudiants de ParisTech et du campus Paris-

Saclay ainsi qu’au grand public. L’édition de

2013 : « Hors-la-loi : quand la pomme ne

tombe plus » avait pour président du jury

Cédric Villani. Ce concours, doté de nombreux

prix, est notamment en partenariat

avec Sciences et avenir et le CEA.

1 RE ANNÉE :

DEUX SÉMINAIRES AU CHOIX

n Atelier d’écriture (littérature) ;

n Atelier du regard (cinéma) ;

n La Bible et les Arts ;

n Civilisation latino-américaine ;

n Création et innovation en art et en science ;

n Esthétique musicale ;

n Études théâtrales ;

n Histoire de l’art ;

n Histoire du genre : masculin/féminin en

France depuis 1848 ;

n Histoire et théorie du cinéma ;

n Lire et comprendre l’architecture de nos

villes.

2 E ANNÉE :

DEUX SÉMINAIRES AU CHOIX

n Anthropologie ;

n Épistémologie ;

n Géopolitique du monde contemporain ;

n Géopolitique du Moyen-Orient ;

n Géopolitique de l’Inde ;

n Histoire et philosophie des techniques ;

n Introduction à la psychanalyse ;

n Philosophie et religions du Livre ;

n Philosophie orientale ;

n Sociologie des organisations.

COMMUNICATION ET FORMATION HUMAINE

Pendant une semaine, les élèves de 1 e

année bénéficient d’un enseignement d’initiation

aux techniques de la communication.

Le stage comporte une formation à la prise

de parole en public, à l’argumentation, au

travail en équipe, ainsi qu’un entraînement au

curriculum vitæ et à la lettre de motivation.

En 2 e année, cette formation est complétée

par une semaine durant laquelle est élaborée

une réflexion critique ayant pour sujet le

stage opérateur effectué au cours de l’été

précédent. Cet enseignement se conclut

par un entretien individuel de valorisation

d’expérience, mené par un responsable de

ressources humaines.

Les élèves admis sur titres en 2 e année

bénéficient aussi d’un stage d’initiation aux

techniques de la communication.

Enfin, en 3 e année, les élèves se voient proposer

un programme de stages à la carte :

formation aux techniques de recrutement,

au leadership, perfectionnement en communication

orale.

L’École donne également aux élèves la

possibilité de participer à des ateliers d’art

dramatique ou d’improvisation animés par

des professionnels, ou de suivre une formation

musicale (piano, guitare classique...).

Chaque début d’année, un concert public

est donné par les élèves (association

OcTAve) et anciens élèves de l’École au profit

d’enfants en difficulté.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 45


La Team Total

avec le club de voile ENSTAquet

lors de la course croisière EDHEC 2013.

La formation

Le sport

L’équilibre est un maître mot à l’ENSTA ParisTech.

!

Le Bureau des Sports,

avec le soutien de

L’ENSTA ParisTech

organise chaque

année un grand

tournoi de rugby à 7

« 7 à Paris »,

ainsi que le

Tournoi Individuel des

Techniques Avancées

(TITAN).

On retrouve cet équilibre aussi bien dans la structuration de l’enseignement,

équilibre sophistiqué d’enseignements scientifiques et

techniques de base, d’enseignements optionnels d’approfondissement

et d’enseignements économiques, humains et linguistiques,

que dans la formation des élèves, équilibre harmonieux d’enseignements

dispensés par l’École, d’activités associatives et de pratique

du sport.

UN ÉLÉMENT D’ÉQUILIBRE FONDAMENTAL

A l’ENSTA ParisTech dans le cadre de l’enseignement, la pratique

de sport encadrée est obligatoire en 1 re et 2 e année, et optionnelle

en 3 e année. Elle est coordonnée par un professeur d’éducation

physique et sportive.

yy Deux demi-journées consacrées

au sport ou aux activités associatives. yy

Cette pratique est centrée sur l’acquisition et le développement

des qualités physiques, d’un esprit d’équipe, de persévérance et

de dépassement de soi ainsi que sur l’appropriation des savoir-faire

techniques individuels et collectifs dans chaque discipline.

L’emploi du temps réserve deux demi-journées par semaine à la

pratique du sport : le lundi après-midi est consacré à son enseignement

et le jeudi après-midi aux compétitions universitaires.

Les disciplines sportives proposées à l’enseignement sont chacune

encadrées par un enseignant vacataire diplômé.

n Aïkido ; n Badminton ;

n Basket-ball ; n Équitation ;

n Escalade ; n Escrime ;

n Football ; n Hand-ball ;

n Natation ; n Rugby ;

n Tennis ; n Tennis de table ;

n Volley-ball.

Les élèves peuvent aussi pratiquer d’autres disciplines par le biais

du bureau des sports de l’ENSTA : voile, musculation, karting, plongée

sous-marine, ski,…etc.

Enfin, l’ENSTA ParisTech incite ses élèves à participer aux événements

sportifs organisés par les autres Grandes Écoles. Parmi eux,

on peut citer :

n Tournoi ParisTech ;

n Course Croisière EDHEC (voile) ;

n Trophée de l’Ile Pelée (voile) ;

n TGSED : Tournoi des Grandes Écoles de la Défense ;

n TOSS : Tournoi omnisport de Supélec ;

n Raid École Centrale Paris.

46 > Cycle ingénieur 2013-2014


Les diverses possibilités

d’admission

1 RE ANNÉE

ADMISSION PAR CONCOURS

> LE CONCOURS COMMUN

MINES-PONTS, FILIÈRES MP, PC

ET PSI

Le concours est commun à l’ENSTA Paris-

Tech et à dix autres écoles.

Le concours est ouvert aux étudiants civils

français et étrangers des filières MP, PC et

PSI des classes préparatoires scientifiques

aux Grandes Écoles (« classes prépas », à

Bac + 2).

Pour plus de renseignements :

http://minesponts.scei-concours.org

> BANQUE FILIÈRE PT / TSI

Des places sont également offertes dans la

filière « physique et technologie » (PT) par la

voie de la Banque filière PT ainsi que dans

la filière « technologie et sciences industrielles

» (TSI) par la voie du concours d’admission

à l’École Centrale Paris.

Le secrétariat général du concours commun

Mines-Ponts peut être contacté au :

37-39, rue Dareau - 75014 Paris

Tél. : 01 45 81 72 72.

Courriel :

minesponts@telecom-paristech.fr

L’inscription s’effectue sur internet jusqu’à

début janvier. Les résultats des précédentes

sessions du concours sont disponibles sur

le site du concours commun :

www.scei-concours.fr

LA FILIÈRE ENIT-TA

L’ENSTA ParisTech, en association avec

l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis

(ENIT), recrute également sur le concours

national tunisien, dans une filière spécifique

ENIT-TA. Les étudiants de ce programme

suivent à Tunis pendant trois semestres un

programme identique à celui du cycle ingénieur

de l’ENSTA ParisTech, avant de venir

en France poursuivre leur formation dans le

cursus classique de l’ENSTA ParisTech. À

Tunis, les cours sont donnés par des enseignants-chercheurs

de l’ENIT et de l’ENSTA

ParisTech. À la fin de leurs trois années

de formation, les étudiants obtiennent les

diplômes d’ingénieur des deux établissements.

ADMISSION « SUR TITRE »

EN 1 RE ANNÉE POUR LES TITU-

LAIRES D’UNE LICENCE (BAC+3)

OU ÉQUIVALENT - TITRES FRAN-

ÇAIS OU ÉTRANGERS

Cette voie est ouverte depuis la rentrée 2006

aux titulaires d’une licence scientifique.

La procédure de recrutement se fait en

commun avec quatorze écoles (Arts &

Métiers ParisTech, Chimie ParisTech, École

des Mines de Nancy, École des Mines de

Saint-Étienne, École des Ponts ParisTech,

École polytechnique, ENSAE ParisTech,

ENSTA ParisTech, ESPCI ParisTech, Institut

d’Optique Graduate School, ISAE-Supaéro,

Mines ParisTech, Télécom Bretagne, Télécom

ParisTech), en mutualisant la saisie des

dossiers de candidature et les épreuves

scientifiques. Après dépôt du dossier de

candidature, les étudiants sont appelés à

des épreuves écrites scientifiques. Les candidats

retenus passent ensuite une série

d’entretiens pour les formations auxquelles

ils postulent. À l’issue de ces épreuves et

de ces oraux, seuls les étudiants ayant obtenu

de très bons résultats et faisant preuve

d’une réelle motivation seront retenus pour

admission.

Les élèves intégrant l’École par cette voie

suivent exactement le même cursus que

ceux issus du concours commun Mines-

Ponts.

Pour plus d’informations :

http://admission.gei-univ.fr

L’ENSTA ParisTech

en pratique

!

Les places mises au

concours en 2013

en 1 re année :

> MP : 53

> PC : 28

> PSI : 41

> PT : 3

> TSI : 1

> ENIT-TA : 18

> Admission sur titre :

8 titulaires d’une

licence

8

Pour plus de détail :

www.ensta-paristech.fr

Cycle ingénieur 2013-2014 < 47


L’ENSTA ParisTech

en pratique

!

Dossiers de

candidature

Les dossiers

de candidature

pour l’admission

sur titre

en cycle ingénieur

sont accessibles

à compter

de fin janvier sur :

www.ensta-paristech.fr

ADMISSION « SUR TITRE »

DES CANDIDATS DE LA NATIO-

NAL UNIVERSITY OF SINGAPORE

(DOUBLE-DIPLÔME)

Une procédure spécifique d’admission sur

titre en 1 re année existe dans le cadre de

l’accord signé en 2012 entre l’ENSTA Paris-

Tech et la National University of Singapore

(NUS).

Les étudiants sélectionnés par la NUS pourront

être proposés pour une candidature à

2 E ANNÉE

ADMISSION « SUR TITRE »

POUR LES ÉTUDIANTS AYANT

VALIDÉ UNE 1 RE ANNÉE DE MAS-

TER (BAC+4) OU ÉQUIVALENT

– TITRES FRANÇAIS OU ÉTRAN-

GERS

Cette voie est ouverte :

n Aux masters 1 dans de nombreuses

disciplines, notamment mathématiques,

mathématiques appliquées, physique, physique

et applications, mécanique, électronique

(EEA), chimie, génie chimique et environnement

;

n Aux ingénieurs diplômés de certaines

Grandes Écoles ;

n Aux détenteurs de titres étrangers équivalents.

Les candidats saisissent en ligne leur dossier

de candidature pour les formations

de 14 écoles (Arts & Métiers ParisTech,

Chimie ParisTech, École des Mines de

Nancy, École des Mines de Saint-Étienne,

École des Ponts ParisTech, École polytechnique,

ENSAE ParisTech, ENSTA ParisTech,

ESPCI ParisTech, Institut d’Optique Graduate

School, ISAE-Supaéro, Mines Paris-

Tech, Télécom Bretagne, Télécom Paris-

Tech). Les candidats dont le dossier est

retenu sont appelés à passer des épreuves

écrites mutualisées pour l’ensemble des

écoles. Les candidats retenus passent

ensuite une série d’entretiens pour les formations

auxquelles ils postulent.

À l’issue de ces différentes épreuves, seuls

les étudiants ayant obtenu de très bons

résultats peuvent prétendre à l’admission.

Les élèves admis sur titre suivent les 2 e et

3 e années du cycle normal sans aménagement

particulier.

l’ENSTA ParisTech pour y suivre la 1 re et la

2 e années du cursus ingénieur. Leur dossier

sera examiné par un jury d’admission qui se

prononcera sur leur intégration.

Les étudiants ainsi admis, suivent les deux

premières années du cursus ingénieur de

l’ENSTA ParisTech, puis retournent à la

NUS pour y préparer leur diplôme de MSc

ou de PhD. C’est à la fin de leurs études à

la NUS qu’ils obtiendront le diplôme de la

NUS et le diplôme d’ingénieur de l’ENSTA

ParisTech.

Un stage de préformation de 2 semaines

environ, principalement consacré à une

remise à niveau en informatique, calcul

scientifique et mécanique et un stage de

communication, est organisé à leur intention

juste avant la rentrée.

Pour plus d’informations :

https://admission.gei-univ.fr

CANDIDATS ISSUS DE LA

« PASSERELLE » ENIT

L’accord avec l’ENIT prévoit un recrutement

complémentaire pour une admission en 2 e

année. Les candidats doivent être inscrits

en 1 re année du cursus ingénieur dans une

des filières de l’ENIT autres que la filière

ENIT-TA : génie industriel, génie mécanique,

génie civil, télécom, informatique, génie

électrique, hydraulique. La sélection s’opère

sur dossier, avec des examens basés sur

des cours complémentaires dits « de passerelle

» et un entretien de motivation. Les

candidats retenus rejoignent les élèves de la

filière ENIT-TA en 2 e année. Ils obtiennent le

diplôme d’ingénieur de leur filière d’origine à

l’ENIT (chaque filière conduit à un diplôme

d’ingénieur spécifique) ainsi que le diplôme

d’ingénieur de l’ENSTA ParisTech.

ADMISSION « SUR TITRE »

D’ÉTUDIANTS INTERNATIONAUX

Plusieurs voies d’admission sur titre en 2 e

année du cycle ingénieur existent pour les

étudiants internationaux. Ces procédures

s’adressent à des étudiants ayant complété

entre 3 et 4 années (entre 180 et 240 crédits

ECTS, selon les accords) d’études supérieures

scientifiques en France ou à l’étranger

avant le début des cours à l’ENSTA ParisTech.

48 > Cycle ingénieur 2013-2014


Les candidats doivent avoir une connaissance

du français suffisante et auront l’obligation,

à partir de la rentrée 2013, de prouver

qu’ils ont l’équivalence du niveau A2

du test de compétences en français (TCF)

avant leur entrée à l’École. Ils sont très fortement

encouragés à suivre les semaines de

stage intensif de français au cours des mois

de juillet et août, l’objectif étant de préparer

les étudiants afin qu’ils puissent suivre les

cours de l’ENSTA ParisTech dans les meilleures

conditions possibles.

> RECRUTEMENTS COORDONNÉS

PARISTECH

Les 12 écoles de ParisTech s’associent

pour coordonner le recrutement dans des

programmes Ingénieurs d’excellence. Ce

programme d’admission ambitieux de ParisTech

vise à attirer les meilleurs étudiants

internationaux en sciences de l’ingénieur.

L’admission de candidats en 2 e année du

cycle ingénieur, via le programme de recrutement

ParisTech, s’adresse à des étudiants

brésiliens, chinois et russes issus d’universités

partenaires et obéit aux impératifs suivants

:

n Les candidats doivent être présélectionnés

par leur université ;

n Après leur candidature en ligne, un premier

tri des candidats est effectué d’après

leur dossier ;

n Les candidats déclarés éligibles sont

convoqués pour un test scientifique, sauf

cas particulier des candidats brésiliens de

l’USP-Poli (accord spécifique avec l’ENSTA

ParisTech) ;

n À l’issue du test, les candidats retenus

passent un entretien de motivation ;

n Chaque école détermine alors la liste des

candidats admissibles ;

n Les candidats classent alors par ordre de

préférence les écoles pour lesquelles ils sont

admissibles ;

3 E ANNÉE

n Chaque candidat ne se verra proposer

qu’une seule admission en fonction de ses

préférences et des résultats des jurys d’admission

des différentes écoles.

Pour plus d’informations :

www.paristech.fr

> UNIVERSITÉ PARTENAIRE

(ACCORDS DE DOUBLE-DIPLÔME)

Dans le cas d’une université partenaire autre

que celles participant à la campagne de recrutement

ParisTech, les étudiants désirant

candidater à l’ENSTA ParisTech doivent faire

les démarches nécessaires auprès du service

international de leur université d’origine

qui transmettra le dossier de candidature

complété à la direction des relations internationales

et des partenariats d’entreprises

ou au service de la scolarité. Ce dossier sera

examiné par un jury qui se prononcera sur

leur intégration. Les candidats sont dispensés

de venir passer l’entretien de sélection,

mais un entretien par visio-conférence peut

leur être proposé.

> UNIVERSITÉ NON PARTENAIRE

Dans le cas d’une université non partenaire

(candidats indépendants), les étudiants

doivent alors postuler à titre individuel en

renvoyant au service scolarité de l’ENSTA

ParisTech leur dossier de candidature complété.

Celui-ci sera examiné par un jury

qui se prononcera sur leur admission. Les

candidats sont également dispensés de

venir passer l’entretien de sélection mais un

entretien et des tests par visio-conférence

peuvent leur être proposés.

LES AUTRES ADMISSIONS

Les officiers français ou étrangers sont

admis sur titre en 2 e année après examen

probatoire.

ADMISSION DES

POLYTECHNICIENS ET

DES NORMALIENS EN 3 E ANNÉE

Les élèves issus de l’École polytechnique

peuvent être admis à l’ENSTA ParisTech en

école d’application. Ils suivent un cycle spécifique

auquel s’ajoutent les enseignements

de 3 e année. Ce cursus est également ouvert

aux élèves des Écoles Normales Supérieures

titulaires de l’agrégation.

LES AUTRES ADMISSIONS

Les ingénieurs de l’Armement, recrutés à la

sortie de l’École polytechnique, sont admis

de droit.

Cycle ingénieur 2013-2014 < 49


L’ENSTA ParisTech

en pratique

!

Service

de la scolarité

Le service de la scolarité

est à la disposition

des candidats pour

tout renseignement

concernant les aspects

pratiques de leur admission

en cycle ingénieur

et en mastères spécialisés

(admission, droits

d’inscription

et frais de scolarité, etc.)

ou en tant qu’auditeurs.

> Renseignements,

demande de documents,

admissions, bourses,

diplômes

Tél. : 01 81 87 19 10

Courriel à :

scolarite@ensta-paristech.fr

!

Association

des anciens élèves

Tél. : 01 81 87 21 50

www.ensta.org

AUDITEURS LIBRES

ÉTUDIANTS EN SÉJOUR

D’ÉTUDES NON DIPLÔMANT

Les étudiants en cours d’études d’ingénieur

au sein d’une école ou d’une université

française ou étrangère avec qui l’ENSTA

ParisTech a signé des accords de partenariat

peuvent venir suivre des modules de

cours en 2 e ou 3 e année avec le statut d’auditeur

libre. La demande d’admission doit

être formulée par l’établissement d’origine.

INFORMATIONS

ORGANISATION ET SUIVI DES

STAGES

> Stages, insertion professionnelle

Tél. : 01 81 87 19 20

stages@ensta-paristech.fr

DOSSIERS DE CANDIDATURE

Les dossiers de candidature pour l’admission

sur titre en cycle ingénieur pour

les auditeurs libres et pour l’admission

en mastères spécialisés sont accessibles

sur le site internet de l’École :

www.ensta-paristech.fr

CONDITIONS DE SCOLARITÉ

DU CYCLE INGÉNIEUR

Les droits d’inscription s’élèveront à

1 100 € pour l’année scolaire 2013/2014.

Tous les élèves de l’ENSTA ParisTech

de plus de 20 ans ou atteignant leur 20 e

anniversaire au cours de l’année scolaire

considérée sont obligatoirement affiliés

au régime étudiant de la Sécurité sociale

(environ 200 € par an). L’ENSTA ParisTech

demande par ailleurs à chaque élève de

contracter une assurance responsabilité

civile et conseille d’adhérer à une mutuelle

étudiante (de 90 à 280 € par an suivant les

prestations). Pour leurs repas, les élèves

de l’ENSTA ParisTech auront accès au restaurant

de l’École polytechnique, situé à

proximité immédiate de l’École, où un tarif

préférentiel leur est accordé et à la cafétéria

de l’École.

La durée du séjour à l’École peut être d’un

semestre ou d’une année. L’ENSTA Paris-

Tech, l’étudiant et son université d’origine

choisissent d’un commun accord les cours

suivis et ceux-ci seront ensuite comptabilisés

dans le cursus de l’étudiant. Les auditeurs

ayant terminé avec succès une première

année à l’ENSTA ParisTech peuvent ensuite

candidater pour une admission sur titre.

Dans le cas d’une admission, ils sont titularisés

pour compléter le cursus déjà réalisé.

CONDITIONS DE SCOLARITÉ

DES MASTÈRES SPÉCIALISÉS

Les droits d’inscription et les frais de scolarité

dépendent du mastère spécialisé envisagé.

Les tarifs sont accessibles sur le site

internet de l’École :

www.ensta-paristech.fr

VIE ÉTUDIANTE, LOGEMENTS

Depuis septembre 2012, l’École propose

430 logements neufs (avec coin cuisine)

aux élèves dans la résidence nouvellement

construite et continue par ailleurs de disposer

de logements pour ses élèves à la Cité

Internationale Universitaire de Paris. À titre

d’information, en 2012/2013, le montant

du loyer à la charge de l’étudiant se montait

à environ 200 € montant moyen charges

comprises et APL déduits.

> Département de la vie étudiante et

des logements

Tél. : 01 87 18 17 73

logement@ensta-paristech.fr

> Vie étudiante, diversité

Tél. : 01 81 87 18 74

xavier-txabi.bertrand@ensta-paristech.fr

ASSOCIATION DES ANCIENS

ÉLÈVES : ENSTA PARISTECH

ALUMNI

Dès son arrivée à l’École, chaque élève

est membre de droit de l’association et

ceci gratuitement jusqu’à l’obtention du

diplôme.

50 > Cycle ingénieur 2013-2014


Les contacts

Les adresses électroniques sont toutes de la forme :

prénom.nom@ensta-paristech.fr (sans accents et en minuscule).

DIRECTION

Directrice

Élisabeth Crépon

Tél. : 01 81 87 17 41

Directeur adjoint

Arnaud Reichart

Tél. : 01 81 87 17 42

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Secrétaire général

Lise Guénot

Tél. : 01 81 87 17 50

secretariat-general@ensta-paristech.fr

DIRECTION DU

DÉVELOPPEMENT ET

DE LA COMMUNICATION

Directrice

Florence Tardivel

Tél. : 01 81 87 17 70

developpement@ensta-paristech.fr

communication@ensta-paristech.fr

evenementiel@ensta-paristech.fr

DIRECTION DES RELATIONS

INTERNATIONALES ET DES

PARTENARIATS D’ENTREPRISES

Directeur

Sylvain Ferrari

Tél. : 01 81 87 17 60

international@ensta-paristech.fr

relations-exterieures@ensta-paristech.fr

DIRECTION DE LA FORMATION

ET DE LA RECHERCHE

Directrice

Isabelle Tanchou

Tél. : 01 81 87 19 00

dfr@ensta-paristech.fr

Directeur adjoint – Cycle ingénieur

Thomas Loiseleux

Tél. : 01 81 87 19 01

dfra@ensta-paristech.fr

Directeur adjoint – Cycle masters et

Mastères Spécialisés

Philippe Meyne

Tél. : 01 81 87 19 02

Adjoint au directeur pour le doctorat

Antoine Chaigne

Tél. : 01 69 31 99 93

Service ressources administratives et

financières

Richard Gilquart

Tél. : 01 81 87 19 30

Scolarité

Isabelle Badrinath

Tél. : 01 81 87 19 11

scolarite@ensta-paristech.fr

Organisation et suivi des stages

Brigitte Laurence

Tél. : 01 81 87 19 20

stages@ensta-paristech.fr

Centre de documentation multimédia

Sophie Chouaf

Tél. : 01 81 87 19 45

documentation@ensta-paristech.fr

UNITÉS D’ENSEIGNEMENT ET

DE RECHERCHE

Chimie et procédés – UCP

Walter Fürst

Tél. : 01 81 87 19 90

Informatique et Ingénierie

des Systèmes – U2IS

Bruno Monsuez

Tél. : 01 81 87 20 30

Mathématiques appliquées – UMA

Éric Lunéville

Tél. : 01 81 87 21 00

Mécanique – UME

Antoine Chaigne

Tél. : 01 69 31 99 93

Optique appliquée – LOA

Antoine Rousse

Tél. : 01 69 31 97 09

Économie appliquée – UEA

Richard Le Goff

Tél. : 01 81 87 19 50

Cycle ingénieur 2013-2014 < 51


L’ENSTA ParisTech

en pratique

DÉPARTEMENT

D’ENSEIGNEMENT

Culture et communication

Laurence Decréau

Tél. : 01 81 87 19 03

Langues

Jean-Philippe Maucuit

Tél. : 01 81 87 19 04

Éducation physique et sportive

Jean-Pierre Barizzi

Tél. : 01 81 87 19 05

ENSEIGNANTS-CHERCHEURS

Unité d’enseignement et de recherche

> Olivier Albert

Tél. : 01 69 31 97 85–––––––––––––––LOA

> Jean Boisson

Tél. : 01 69 31 99 24–––––––––––––– UME

> Davide Boschetto

Tél. : 01 69 31 97 80–––––––––––––– LOA

> Pierre Carpentier

Tél. : 01 81 87 21 10–––––––––––––– UMA

> Alexandre Chapoutot

Tél. : 01 81 87 20 71––––––––––––––– UEI

> Didier Dalmazzone

Tél. : 01 81 87 20 00–––––––––––––– UCP

> Laurent El Kaïm

Tél. : 01 81 87 20 20–––––––––––––– UCP

> David Filliat

Tél. : 01 81 87 20 34––––––––––––––– UEI

> Benoît Geller

Tél. : 01 81 87 20 70––––––––––––––– UEI

> Alexander Gepperth

Tél. : 01 81 87 20 41––––––––––––––– UEI

> Anne-Lise Gloanec

Tél. : 01 69 31 97 50–––––––––––––– UME

> Omar Hammami

Tél. : 01 81 87 20 33––––––––––––––– UEI

> Frédéric Jean

Tél. : 01 81 87 21 11–––––––––––––– UMA

> David Lefèvre

Tél. : 01 81 87 21 13–––––––––––––– UMA

> Richard Le Goff

Tél. : 01 81 87 19 50–––––––––––––– UEA

> Marc Lenoir

Tél. : 01 81 87 21 15–––––––––––––– UMA

> Michel Mauny

Tél. : 01 81 87 20 32–––––––––––––– UMA

> Romain Monchaux

Tél. : 01 69 31 97 66–––––––––––––– UME

> Laurent Mortier

Tél. : 01 44 27 72 75–––––––––––––– UME

> Ziad Moumni

Tél. : 01 69 31 92 24–––––––––––––– UME

> Marica Pelanti

Tél. : 01 69 31 98 19–––––––––––––– UME

> Jérôme Perez

Tél. : 01 81 87 21 14–––––––––––––– UMA

> Kim Pham

Tél. : 01 69 31 97 43–––––––––––––– UME

> Cyril Touzé

Tél. : 01 69 31 97 34–––––––––––––– UME

52 > Cycle ingénieur 2013-2014


Les participants du « Consulting Meeting » organisé par l’association BEST, le 26 octobre 2012.

ENSTA ParisTech

Réalisation : pôle graphique DDC de l’ENSTA ParisTech

Impression : ESTIMPRIM

Crédits photos :

B. Rimboux, K. Sartori, thinkstocks, P. Fretault, B. Desprez, P. Delance,

BEST, BDE Conquistador, A. Quenette, F. Tardivel.

Mai 2013


École Nationale Supérieure

de Techniques Avancées

www.ensta-paristech.fr

Accédez au site web

de l’ENSTA ParisTech.

Suivez-nous :

Notre page ENSTA ParisTech

@ENSTAParisTech

More magazines by this user
Similar magazines