Associatives - Avignon

avignon.fr

Associatives - Avignon

Septembre 2007 - 3

AVIGNON ACTUALITÉ

e tradition et modernité

DE L’ÉGLISE DU XIVÈME SIÈCLE

AUX NOUVEAUX LOGEMENTS D’AGROPARC,

PLUSIEURS VISAGES DE MONTFAVET

AUJOURD’HUI.

Carte

d’identité…

Montfavet, c’est :

- un territoire de

2531 hectares dont environ 700

consacrés aux foins et 700

cultivés pour les fruits et

légumes.

- 13 000 habitants

- 100 associations

dont 22 clubs sportifs

- 4 écoles publiques

(790 élèves) et 1 école primaire

privée

- 1 collège

- 1 lycée agricole

Sur le plan sportif, Montfavet

compte :

- 2 stades, 1 gymnase, 1 piscine,

6 courts de tennis, 2

boulodromes, des terrains de

foot et rugby (La Souvine)

Sur le plan culturel :

- une bibliothèque municipale,

une bibliothèque associative,

une salle polyvalente mise en

service en 2004, une école de

musique associative, créée en

1956, musique officielle de la

Ville d’Avignon.

Sur le plan social :

- une crèche municipale faisant

halte garderie, une haltegarderie

associative, une crèche

associative dans le secteur

d’Agroparc, une crèche gérée

par le centre hospitalier

spécialisé, un centre social

l’Espélido, une antenne du CCAS.

1 marché hebdomadaire se tient

le mardi sur la place de l’Eglise

Des fêtes traditionnelles :

fête de la musique (21 juin), fête

de la St-Jean (24 juin), fête du

14 juillet, fête des foins (dernier

week-end d’août), et des

associations (fête traditionnelle

liée au passé de Montfavet et

dédiée à la coupe des foins),

fête de la transhumance, fête du

Téléthon, fête de Noël et son

marché associatif.

Questions à…

Henri Agu, Maire-Adjoint,

délégué à Montfavet

Comment définiriez-vous Montfavet ?

Montfavet est un mélange de ruralité et de modernité. On y trouve à la fois

une tradition agricole et rurale – comme en témoigne le succès de la fête des

foins, un hommage à nos agriculteurs qui façonnent nos paysages – et un

territoire ancré dans l’innovation avec Agroparc et ses nombreuses

entreprises, ses universités et organismes de formation. Il y a également le

pôle de compétitivité « fruits et légumes » qui fait d’Agroparc le centre économique et

scientifique d’Avignon. Montfavet, ce sont 13 000 habitants qui bénéficient d’un cadre de vie

campagnard à deux pas du centre-ville et des services. Je crois que c’est ce mélange réussi qui

fait de Montfavet un endroit privilégié où beaucoup de foyers souhaitent s’installer.

Comment accompagnez-vous ce développement de Montfavet ?

Il y a de nombreux logements qui se construisent sur Montfavet, autour de la nouvelle salle

polyvalente et du quartier de la gare. Il s’agit de résidences de qualité intégrées dans leur

environnement. C’est une urbanisation réussie, harmonieuse, qui répond au fort besoin de

logements que connaît la Ville d’Avignon et l’agglomération. Cela répond aussi au besoin de

rapprocher les cadres et employés d’Agroparc de leur travail en leur offrant des logements de

qualité autour d’un pôle de services et de commerces. Mais je le répète, cette urbanisation ne se

fait pas au détriment du cadre de vie, on préserve le Montfavet rural que tout le monde aime,

tout en s’adaptant au réalité du monde d’aujourd’hui. Et ceci sans oublier le logement social,

également présent sur Montfavet, avec la rénovation en cours de la cité l’Espélido et celle,

future, des Broquetons.

Quels sont les projets de la Ville ?

Beaucoup de choses ont été faites par la Ville d’Avignon sur Montfavet et je crois que les

Montfavétains ne peuvent que s’en réjouir. Parmi les nombreux projets réalisés, celui des jardins

familiaux, créés sur un terrain municipal le long du chemin de la Sacristie, me tient

particulièrement à cœur. C’est une vraie réussite. C’est à la fois un espace de convivialité et

d’échanges et un lieu de culture qui permet de donner le goût des bons produits à nos enfants.

Parmi les autres réalisations, il y a évidemment tous les travaux d’embellissement qui ont été

réalisés, à l’instar de la rénovation récente du chemin des Sœurs, ainsi que l’entretien de

nombreux espaces et voiries. L’environnement n’est pas oublié avec la création à la fin de

l’année de l’arboretum qui sera implanté sur un terrain municipal situé chemin de la Verdière.

Nous avons également la chance de posséder une église du XIVème siècle. La Ville a fortement

contribué à sa restauration et nous continuerons à rénover les façades de la tour médiévale

jouxtant l’église.

Concernant les programmes résidentiels autour de la gare, cela va nous permettre de

réaménager le chemin des Cèdres fortement emprunté et d’y implanter le collecteur d’eau qui

sera relié à celui du chemin des Sœurs. Nous allons également créer un parking de proximité sur

les terrains délaissés de la SNCF qui va favoriser le transport par voie ferrée.

Il y a aussi l’aménagement très attendu par les parents d’élèves et les riverains de l’école

Sainte-Catherine d’un parking et d’un nouveau pont sur le canal pour faciliter la circulation et le

stationnement. Cela contribuera à améliorer la sécurité des enfants.

Le commerce est également soutenu via des animations. A ce propos, nous travaillons

actuellement avec le Grand Avignon et les TCRA pour qu’il y ait, dès septembre, une liaison entre

le centre-ville de Montfavet et Agroparc afin d’apporter un plus aux commerçants et à la

population.

Une population consultée régulièrement

Montfavet s’est en effet doté d’un comité consultatif qui se réunit tous les trimestres. C’est un

comité qui permet aux conseillers de faire des propositions et aux élus de Montfavet d’informer

sur les projets municipaux. Je tiens d’ailleurs à souligner que tout ce travail ne pourrait se faire

sans toute une équipe d’élus très attachés à ce terroir : Bernadette Rey-Flaud Alphandéry,

Thierry Bourguignon, François Leleu, Jean-Marie Ayme, Brigitte Elias-Sodavalle.

More magazines by this user
Similar magazines