apprentissage de la lecture - IEN des Mureaux

ien.mureaux.ac.versailles.fr

apprentissage de la lecture - IEN des Mureaux

Inspection des Mureaux

Sylvie Amador, IEN

Point théorique sur l'apprentissage de la lecture

Avant l'apprentissage systématique : les compétences à installer en maternelle,

d'après Gérard Chauveau


les préalables.

Pour pouvoir entrer sereinement dans l'apprentissage de la lecture, l'enfant doit pouvoir

répondre à 3 questions :

1 – à quoi ça sert l'écrit (question culturelle)

2 – comment ça fonctionne l'écrit, le passage de l'oral à l'écrit ( question linguistique)

3 – comment s'y prendre pour lire, quelles stratégies pour apprendre (question stratégique)

Il est indispensable de discuter de ces différents points avec les enfants dès la maternelle pour

faire émerger les représentations erronées sur ce qu'est l'acte de lire et commencer à leur

donner un vrai projet de lecteur.


les 3 phases de l'évolution de l'apprenti-lecteur avant son entrée au CP.

1 – phase pragmatique : l'enfant est un consommateur heureux, il aime regarder les livres, il

apprécie qu'on lui lise des histoires.

2 – phase compréhensive : l'enfant devient un observateur curieux, il commence à se poser

des questions sur l'écrit, sur l'activité du lecteur.

3 – phase projective : l'enfant se construit un projet de lecteur. S'il peut donner 4 ou 5 bonnes

raisons culturelles ou fonctionnelles d'apprendre à lire, c'est qu'il est prêt pour cet

apprentissage.

1


Le processus de lecture, d'après Roland Goigoux.

Il y a trois niveaux de traitements du texte écrit, en interaction :

1 – à un premier niveau, l'identification des mots, le lecteur doit identifier les mots écrits,

c'est-à-dire leur attribuer une première signification.

Pour identifier un mot écrit isolé, le lecteur a deux solutions :

- soit il connaît déjà ce mot, il l'a déjà rencontré plusieurs fois et en possède une trace en

mémoire : dans ce cas, il reconnaît le mot grâce à un processus de reconnaissance visuelle

(orthographique), on parle d'adressage.

- soit il ne reconnaît pas le mot et doit le convertir dans sa forme orale dans un premier temps,

en procédant à la mise en correspondance entre graphèmes et phonèmes (déchiffrage), il s'agit

de l'opération d'assemblage phonologique qui passe d'abord par la reconnaissance auditive du

mot.

Mot écrit

Reconnaissance visuelle directe (1)

Mot identifié,

retrouvé dans le lexique mental

déchiffrage reconnaissance auditive (2)

Mot oralisé, déchiffré

Dans le lexique mental, les mots sont représentés sous trois formes :

- orthographique

- phonologique

- sémantique

voie 1 : directe, rappel immédiat, par la voie orthographique, du mot déjà mis en mémoire

dans le lexique mental

voie 2 : indirecte. Le mot est inconnu à l'écrit, donc obligation de le déchiffrer dans un

premier temps pour faire ensuite appel à la forme phonologique du mot qui est en mémoire.

Dans les deux cas, les deux autres formes du mot du lexique mental sont activées également.

2


2 – à un second niveau, le lecteur doit construire la signification des groupes de mots, puis des

phrases, c'est le niveau des micro-traitements. Le lecteur a à traiter les marques de

ponctuation, les connecteurs logiques, établir les relations entre les phrases, traiter les

anaphores.

3 – à un troisième niveau, celui des macro-traitements, le lecteur doit construire la

représentation mentale de l'ensemble du texte, il doit être capable d'en extraire les idées

principales, le paraphraser ou le résumer, il doit être capable de se représenter la situation

décrite.

Lorsque l'apprenti-lecteur consacre à l'identification des mots (1 er niveau) l'essentiel de ses

ressources cognitives, il ne lui en reste pas suffisamment pour mener à bien les activités de

compréhension proprement dites. Chez le lecteur expert, l'identification des mots est très

rapide car fortement automatisée, il peut consacrer sa capacité de traitement cognitif aux

autres niveaux.

Ressources cognitives allouées à chacun des trois niveaux de traitements

Macro-traitements

Macro-traitements

Micro-traitements

Macro-traitements

Identification des mots

Identification des mots

Micro-traitements

Identification des mots

Apprenti lecteur

lecteur expert

La compréhension :


Le lecteur doit pouvoir répondre à des questions littérales : la réponse se trouve à un

endroit précis du texte.

Il doit aussi répondre à des questions inférentielles :

- inférences de liaison : il faut établir une liaison entre plusieurs informations du

texte

- inférences interprétatives : faire le lien avec ses connaissances antérieures.

Facteurs favorisant la compréhension :

connaissances encyclopédiques nombreuses

qualité des traitements linguistiques

degré d'automatisation des processus d'identification des mots

conscience des procédures à mettre en œuvre : ralentir la vitesse de lecture, revenir en

arrière, procéder à des intégrations sémantiques successives, ne pas retenir les mots

lus, mais le sens du contenu, etc.

3

More magazines by this user
Similar magazines