13.07.2015 Views

Etat des lieux des pratiques pédagogiques d'insertion ... - mySchool!

Etat des lieux des pratiques pédagogiques d'insertion ... - mySchool!

Etat des lieux des pratiques pédagogiques d'insertion ... - mySchool!

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgTable <strong>des</strong> matièresAvant-propos.............................................................................................................................. 51. Contexte de l'enquête ............................................................................................................. 61.1. Le contexte européen ...................................................................................................... 61.1.1. Le marché de l'emploi en Europe............................................................................. 61.1.2. La politique européenne en matière de formation et <strong>d'insertion</strong>.............................. 71.2. Le contexte national ........................................................................................................ 81.2.1. Spécificités du marché de l'emploi luxembourgeois................................................ 81.2.2. La politique du gouvernement en matière de formation et <strong>d'insertion</strong>................... 121.3. Les approches scientifiques de la formation et de l'insertion <strong>des</strong> jeunes ...................... 141.3.1. Formation initiale, formation continue, formation <strong>d'insertion</strong>............................... 141.3.2. Qualifications et compétences................................................................................ 151.3.3. Formation et socialisation ...................................................................................... 161.3.3. La transition école - vie active ............................................................................... 172. Démarche et méthodologie................................................................................................... 192.1. Introduction ................................................................................................................... 192.2. Répertorier les dispositifs.............................................................................................. 192.3. Critères de sélection <strong>des</strong> dispositifs .............................................................................. 202.3.1. Les différents types de formation........................................................................... 202.3.2. Limites d'âges <strong>des</strong> jeunes pour cette enquête......................................................... 212.3.3. Qu'est ce qu'un jeune en difficultés ? ..................................................................... 212.3.4. Les frontières de délimitation de l'état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong>.................................................... 222.4. Méthodologie d'enquête ................................................................................................ 243. Présentation <strong>des</strong> dispositifs .................................................................................................. 253.1. Administration de l'Emploi (ADEM) – Service de l'Emploi <strong>des</strong> Jeunes ...................... 263.2. Apprentissage pour adultes ........................................................................................... 333.3. Caritas - Accueil et Solidarité ASBL ............................................................................ 393.4. Centre d'éducation différenciée et de propédeutique professionnelle de Warken ....... 463.5. Centre <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion professionnelle (CIRP) - Jongenheem ASBL -Groupe d'assistance en milieu ouvert (GAMO) -- Aarbechtshellef ASBL.......................... 533.6. Centre National de Formation Professionnelle Continue (CNFPC) – Formations deréinsertion professionnelle pour adultes............................................................................... 593.7. Centres pénitentiaires de Luxembourg et Givenich – Service éducation ..................... 663.8 Classes de jeunes adultes au Lycée Technique <strong>des</strong> Arts et Métiers (LTAM)................ 753.9. Classes de jeunes adultes au Lycée Technique Ecole de Commerce et de Gestion(LTECG) .............................................................................................................................. 803.10. Classes préparatoires au CITP au Centre national de la formation professionnellecontinue (CNFPC)................................................................................................................ 873.11. Co-labor SC................................................................................................................. 963.12. Comité National de Défense Sociale (CNDS) Nei Aarbecht ASBL......................... 1053.13. Coopérations Wiltz ASBL ........................................................................................ 1113.14. Cours d’orientation et d’initiation professionnelles (COIP) au Centre national de laformation professionnelle continue (CNFPC).................................................................... 1173.15. Défi-job ASBL .......................................................................................................... 1263.16. Delta ASBL - Projets "Vélo en ville" et "Aires de jeux" .......................................... 1333.17. Fondation Letzebuerger Kannerduerf - Préformation professionnelle ..................... 1403.18. Formations Agent de fabrication............................................................................... 1473


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.19. Formation aux fonctions d'aide socio-familiale ........................................................ 1553.20. Formations complémentaires .................................................................................... 1653.21. Formations "Pool commerce" ................................................................................... 1733.22. Forum pour l'Emploi ASBL ...................................................................................... 1793.23. Initiativ Rem Schaffen (IRS) ASBL ......................................................................... 1863.24. Institut d’Enseignement Socio-éducatif (IES) <strong>des</strong> Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> deDreiborn/Schrassig............................................................................................................. 1943.25. Inter-Actions ASBL Schläifmillen ............................................................................ 2003.26. Objectif Plein emploi (OPE) ASBL .......................................................................... 2073.27. Päerd's Atelier ASBL ................................................................................................ 2173.28. Polygone SARL......................................................................................................... 2263.29. Proactif ASBL ........................................................................................................... 2333.30. Service de la Formation <strong>des</strong> Adultes (SFA) et son Centre de Langues Luxembourg(CLL).................................................................................................................................. 2403.31. Service National de la Jeunesse (SNJ), Service formation ....................................... 2493.32. Zarabina ASBL ......................................................................................................... 2574. Synthèse du matériel recueilli ............................................................................................ 2674.1. Les formations par le travail (type 1).......................................................................... 2674.2. Les formations <strong>d'insertion</strong> socio-professionnelle (type 2) .......................................... 2704.3. Les formations qualifiantes (type 3)............................................................................ 2715. Conclusions ........................................................................................................................ 2745.1. Conclusions concernant l'aspect quantitatif de l’enquête............................................ 2745.2. Conclusions concernant les aspects formation et qualification................................... 2766. Bibliographie...................................................................................................................... 279Annexe 1 : Questionnaire d’interview ................................................................................... 282Annexe 2 : Liste alphabétique <strong>des</strong> sigles et abréviations....................................................... 283Annexe 3 : Estimation du nombre de personnes pris en charge dans les différents dispositifsau moment de l’enquête ......................................................................................................... 285Annexe 4 : Dates <strong>des</strong> interviews et de validation <strong>des</strong> fiches <strong>des</strong>criptives ............................. 2874


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAvant-proposLe présent rapport, ainsi que l'enquête qui l'a précédé, a été réalisé à la demande du Ministèrede l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS). Cetravail s'inscrit dans le cadre de la pédagogie de la deuxième chance au Luxembourg, maisrépond également à un souci plus vaste.En effet, dans le cadre de discussions nationales concernant <strong>des</strong> dossiers comme l'extensionde l'obligation scolaire, la réforme de l'apprentissage, l'institutionnalisation du chômage social("Economie solidaire"), la mise en place d'une pédagogie de la deuxième chance dans lesstructures existantes, il est vite apparu que la question de la transition de l'école vers la vieactive est fondamentale. Or, dans la perspective d'une transition réussie, la question de laqualification et de la formation est centrale, car c'est elle qui constitue un <strong>des</strong> paramètres lesplus importants qui garantit une insertion professionnelle réussie.Il se fait que dans les dossiers cités plus haut, l'école, institution dispensatrice classique de laformation, n'est pas seule en jeu. Il est apparu d'abord qu'un ensemble d'initiatives privées,semi-publiques et même publiques ont mis en place <strong>des</strong> dispositifs de formation très variés,en dehors de l'école, mais répondant à l'objectif de permettre aux personnes en manque dequalification d'avoir une insertion professionnelle réussie. L'école traditionnelle, ainsi que lesautorités organisatrices, à savoir le MENFPS, ne sont plus seules concernées.Par ailleurs, dans cet espace très hétérogène situé entre l'école et le monde du travail, il estapparu que les formations dispensées traditionnellement par l'école s'avèrent souventinsuffisantes. Là où pour les élèves ayant acquis <strong>des</strong> diplômes reconnus, une périoded'accommodation au monde du travail peut suffire pour garantir une bonne insertion, c'est àune véritable socialisation <strong>des</strong> jeunes les plus démunis en termes de titres scolaires qu'il fautsouvent procéder.Ainsi, au fil <strong>des</strong> vingt à trente dernières années, un foisonnement de dispositifs divers, aussibien publics, que conventionnés ou subventionnés, ont vu le jour et prennent en charge, defaçon variée, le public <strong>des</strong> jeunes en difficultés <strong>d'insertion</strong>. En même temps, on doit constaterque l'ensemble <strong>des</strong> initiatives manque de visibilité, il est très difficile de s'en faire une vued'ensemble et de connaître les spécificités et le champ d'action de chacun <strong>des</strong> dispositifsexistant au Luxembourg. Comment sont structurés les organismes en question, quelles sontles caractéristiques <strong>des</strong> jeunes pris en charge, comment sont-ils encadrés et remotivés, quellessont les formations dispensées, quelles sont les métho<strong>des</strong> didactiques employées, quelles sontles certifications possibles, quel personnel travaille avec ces jeunes ? Autant de questions quiméritent qu’on y consacre une investigation poussée et systématique.En même temps, il y a une absence d'évaluation de la formation dispensée par ces dispositifs,mais celle-ci ne pourrait que s’envisager s'il y a une meilleure connaissance de l'existant.Il est donc apparu opportun de réaliser un état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> le plus complet possible de tous lesdispositifs <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg, un tel travail faisant défaut jusqu'à présent. C'est l'objetdu présent rapport, qui présente pour la première fois une vue d'ensemble et <strong>des</strong> <strong>des</strong>criptionsprécises de ces différents dispositifs.5


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg1. Contexte de l'enquêteAvant de préciser les modalités de l'enquête qui a été faite en vue de cet état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong>, il estnécessaire de mieux cerner le contexte national et international dans lequel ce travail s'inscrit.Cette revue permettra en même temps de clarifier certains <strong>des</strong> concepts qui seront utilisésdans la suite du rapport.1.1. Le contexte européen1.1.1. Le marché de l'emploi en EuropeLa société européenne dans son ensemble est confrontée depuis un certain nombre d'années àune double problématique : elle doit assurer la compétitivité de ses entreprises et elle doitveiller à réduire le chômage 1 .Face à la compétition accrue au niveau mondial, les entreprises sont obligées de s'adapter parl'introduction de nouvelles technologies incorporant une part croissante de connaissances,comme le constate d'ailleurs un rapport de la Commission sur l'accès à la formation continue :"De manière irréversible, le caractère immatériel du travail progresse. Tous les emplois sontmarqués d'une part plus forte et croissante de tâches de conception, de création, de gestion <strong>des</strong>ignes ou de signaux, d'utilisation d'outils intellectuels. Cette tendance constitue un élémentcentral du débat sur l'évolution <strong>des</strong> compétences." 2Cette introduction de nouvelles technologies de production, donnant une large part auxtechnologies de l'information et de la communication, vont de pair avec une modification <strong>des</strong>processus de travail dans les entreprises. "Pour répondre de façon satisfaisante aux exigences<strong>des</strong> clients, elles ont dû s'organiser pour être plus réactives, plus innovantes tant en matière dequalité, de coûts, de délais, de service après-vente. Cette nécessité a conduit à décentraliserles décisions au plus bas niveau possible. Dans ces conditions, les opérateurs, qui étaient,dans l'organisation du travail taylorisée et parcellisée, de simples exécutants de tâchesrépétitives, doivent aujourd'hui être capables de gérer <strong>des</strong> incertitu<strong>des</strong>, <strong>des</strong> événements, <strong>des</strong>dysfonctionnements." 3 Par ailleurs, "les tâches peu qualifiées ne disparaissent pas toutes, et,dans certains cas, elles se développent, mais elles ne sont plus au cœur du processusd'accroissement de l'efficacité globale <strong>des</strong> systèmes économiques." 4Or, la transformation conjointe de l'outil de production et du processus de travail mène à unerationalisation importante du travail, provoquant ainsi, surtout dans le secteur secondaire, unimportant chômage structurel qui ne peut que partiellement être épongé par <strong>des</strong> créationsd'emplois dans le secteur tertiaire, d'autant plus que ce dernier subit les mêmesrationalisations technologiques.1 Voir les analyses toujours valables du texte : Ministère de l'Education Nationale et de la FormationProfessionnelle, Commission Européenne-DG XXII, La relation formation-emploi ou les problèmesliés à l'insertion sur le marché du travail - Texte d'orientation, Conférence de Luxembourg surl'insertion socio-professionnelle <strong>des</strong> 28-29 novembre 1997, Luxembourg, 1997.2 Commission <strong>des</strong> Communautés Européennes, Rapport de la Commission sur l'accès à la formationcontinue dans l'Union (COM (97) 180 final), Luxembourg, OPC, 1997, p. 35.3 Devaud, J.-M., "Un enjeu stratégique pour l'entreprise comme pour les salariés", in : L'orientationface aux mutations du travail, Paris, Syros, 1997, p. 111.4 Perret, B., "L'avenir du travail : <strong>des</strong> tendances contradictoires", in : Le travail, quel avenir ?, Paris,Gallimard, Folio, 1997, p. 31.6


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes plus fragilisés par ces réorganisations sont les personnes non qualifiées, étant donné quel'organisation par tâches définies a tendance à disparaître de plus en plus et que laconcurrence accrue sur le marché du travail pousse les exigences vers le haut. Il s'agit d'unconstat statistique : "Il suffit de regarder le taux de chômage en fonction du niveau de diplômepour constater une liaison évidente : quelle que soit la spécialité, plus le niveau de formationest élevé, moins le risque de chômage est fort". 51.1.2. La politique européenne en matière de formation et <strong>d'insertion</strong>Face à l'ensemble de ces transformations sociales et économiques et face aux défis qu'ilsreprésentent, la Commission européenne a posé un certain nombre de jalons politiques qu'onpeut brièvement passer en revue.D'abord, on peut constater que face à l'ensemble de ces mutations, la Commission a promu unpolitique d'éducation et de formation tout au long de la vie (lifelong learning). Parallèlement,les débats sur l'emploi, liés à la situation économique et à la mondialisation, ont mis aupremier rang la question <strong>des</strong> compétences <strong>des</strong> salariés et de leur progression. Sur la base duLivre blanc - Croissance, Compétitivité, Emploi (1994), le Conseil européen à Essen, endécembre 1994, a placé l'investissement dans la formation comme l'une <strong>des</strong> cinq priorités àpoursuivre.Le programme Leonardo da Vinci (1995-1999, puis 2000-2006 pour la deuxième phase) estun instrument communautaire privilégié pour stimuler l'innovation dans la formationprofessionnelle. Le Fonds Social Européen (FSE) a permis d'investir <strong>des</strong> sommes importantesdans la formation de toutes les catégories de travailleurs, notamment les chômeurs. L'année1996, en tant qu'année européenne de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, aaussi permis de lancer auprès <strong>des</strong> citoyens européens un débat sur la nécessité de faireprogresser leurs compétences tout au long de leur vie et de réaliser ainsi une insertion plusstabilisée. A cette occasion, la Commission a ouvert une nouvelle perspective qui donne unrôle encore plus déterminant au développement de l'accès à la formation : celle de la sociétécognitive, c'est à dire une société de l'information et du savoir. Dans son Livre blanc -Enseigner et apprendre : vers la société cognitive (1995) 6 , la Commission propose dedévelopper l'accès à la formation tout au long de la vie, perspective d'autant plus urgente queles changements dans l'organisation du travail, provoqués notamment par les technologies del'information, rendent indispensable la formation à ces nouveaux outils 7 .Afin d'étendre la notion de formation et d'y inclure l'ensemble <strong>des</strong> formes d'apprentissage, laCommission a proposé la distinction entre éducation formelle, éducation non formelle etéducation informelle. Le but de cette distinction est notamment de promouvoir <strong>des</strong> formes decertification et de validation <strong>des</strong> connaissances et compétences acquises en dehors <strong>des</strong> circuitsde formation traditionnels, mais pouvant améliorer les compétences et l'employabilité d'unepersonne.Dans le cadre de la formation initiale, la question de la deuxième chance éducative 8 à<strong>des</strong>tination <strong>des</strong> jeunes en difficultés a aussi été posée, ainsi que la question <strong>des</strong> modalités et5 Lichtenberger, Y., "L'emploi <strong>des</strong> jeunes", in : Le travail, quel avenir ?, Paris, Gallimard, Folio, 1997,p. 117.6 COM (95) 590 du 29.11.1995.7 Voir aussi : Commission européenne, Vivre et travailler dans la société de l'information : priorité àla dimension humaine - Livre vert, Luxembourg, OPC, 1996.8 Commission Européenne, Livre blanc - Enseigner et apprendre : vers la société cognitive,Luxembourg, OPC, 1995, pp. 65-67.7


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgprises en charge de ce type particulier de mesures. Pour rappel, "il s'agit, pour ces écoles,d'améliorer l'accès aux connaissances en privilégiant le recours aux meilleurs professeurs, aubesoin en payant mieux qu'ailleurs, à <strong>des</strong> rythmes d'enseignements adaptés, à <strong>des</strong> motivationsnouvelles, à <strong>des</strong> stages en entreprise, au matériel multimédia ainsi qu'à la mise en place declasses à effectifs réduits (…). Il s'agit également de refaire de l'école, alors que s'affrontent,dans ces quartiers sensibles, les cadres sociaux et familiaux, un lieu communautaired'animation, en y maintenant, au-delà <strong>des</strong> heures d'enseignement, la présence d'éducateurs." 9La Commission, notamment dans le cadre <strong>des</strong> programmes Socrates et Leonardo da Vinci, etdu Réseau européen <strong>des</strong> villes "Ecoles de la deuxième chance" a apporté un soutien à de telsdispositifs de la deuxième chance, notamment par le cofinancement de projets pilotes, de miseen réseau <strong>des</strong> expériences ainsi que de diffusion <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> <strong>pédagogiques</strong>.1.2. Le contexte national1.2.1. Spécificités du marché de l'emploi luxembourgeoisLe contexte national 10 reflète en partie les gran<strong>des</strong> tendances de l'environnement européen,avec néanmoins <strong>des</strong> particularités du marché de l'emploi luxembourgeois qui sont assezatypiques et qui ont une certaine importance dans le débat sur l'insertion <strong>des</strong> jeunes sansqualification et sans emploi.Certaines spécificités du marché de l'emploi luxembourgeois peuvent être mises en évidence,qui sont dues à sa situation spécifique de petit pays à fort développement du secteur tertiaire(notamment bancaire), à grande stabilité sociale due notamment à la gestion tripartite de tousles dossiers politiques importants et à une grande ouverture du marché de l'emploi sur les troispays voisins.Deman<strong>des</strong> d'emploinon satisfaitesEmploi salariéintérieurIndépendants Frontaliers étrangersentrantsFévrier 1999 5943 225015 16704 74182Août 2002 5584 269049 16903 104190Evolution - 359 + 44034 + 199 + 30008Tableau 1 : Situation de l'emploi au Luxembourg entre février 1999 et août 2002 (Source : STATEC)D'abord, il faut constater que le Luxembourg continue à avoir une croissance nette de l'offred'emplois. Ainsi, comme on peut le voir sur le tableau 1, entre février 1999 et août 2002, on aeu une augmentation de 44034 emplois salariés et de 199 emplois d'indépendants auLuxembourg. Durant la même période, le taux de chômage n'a pratiquement pas bougé,tournant toujours autour de 3 %, la moyenne communautaire étant au cours de l'année 2002d'environ 7,5 %.Sur ces 5000 à 6000 demandeurs d'emploi, il faut compter un certain chômage frictionnel,c'est-à-dire <strong>des</strong> personnes qualifiées, qui ont été licenciées et qui mettent quelques mois àtrouver un nouvel emploi. On peut compter dans cette catégorie les jeunes sortant del’enseignement et qui mettent quelques mois à trouver un emploi. Reste une population d'unpeu plus d'un millier de personnes, demandeurs d'emploi de longue durée (plus d'un an), trèsdifficiles à placer sur le marché de l'emploi (voir tableau 2).9 Ibid, p. 66.10 Je remercie le Professeur Claude Houssemand, du Centre Universitaire de Luxembourg, pour larelecture critique qu'il a fait de ce chapitre.8


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgNombre -1 1-2 2-3 3-6 6-9 9-12 +12 Totalde moisOctobre 2002 1603 863 454 943 676 513 1403 6455Sept 2002 1330 653 480 934 708 493 1324 5922Août 2002 961 676 428 985 702 517 1315 5584Mars 2002 857 639 653 1020 607 383 1246 5405Sept 2001 1042 570 380 797 457 313 1273 4832Tableau 2 : Répartition par durée d'inscription <strong>des</strong> demandeurs d'emploi au Luxembourg(Source : ADEM)Comment expliquer ce phénomène étonnant d'une augmentation très importante de l'offred'emplois, couplée à un nombre quasi constant de demandeurs d'emploi (mais très peu élevécomparé aux pourcentages de nos voisins européens) ? Outre <strong>des</strong> phénomènesdémographiques qui jouent, on voit sur le tableau 1 que l'augmentation du nombre d'emploisest largement compensée par l'apport de main d'oeuvre frontalière 11 .En d'autres termes, l'employeur luxembourgeois a généralement le choix entre une maind'oeuvre luxembourgeoise de plus en plus qualifiée et exigeante sur le type de travail acceptéet une main d'oeuvre étrangère moins exigeante, mais qui reste pour l'ensemble assezqualifiée. On peut faire abstraction ici <strong>des</strong> postes de travail nécessitant <strong>des</strong> personnes quidoivent connaître la langue luxembourgeoise.Restent sur la touche une population d'un peu plus d'un millier de personnes (en ne comptantpas ceux qui sont dans une <strong>des</strong> mesures), dont une partie de jeunes, qui ne trouvent pasd'emplois, parce qu'ils n'ont pas les caractéristiques minimales exigées par un employeur(scolarité, compétences, expérience, comportement) pour prendre le risque de les engager. Cedéficit poussera alors ce dernier à préférer employer une personne frontalière.Dans leur étude sur les demandeurs d'emploi de longue durée au Luxembourg, Hawiltzki,Houssemand et al. ont montré que une au moins <strong>des</strong> quatre caractéristiques sociopsychologiquessuivantes se retrouvait chez trois quarts environ de ces personnes :- 29,5 % <strong>des</strong> demandeurs d'emploi de longue durée ne recherchent pas réellement un emploi;- 38,2 % de ces personnes se jugent inaptes pour un emploi régulier;- 47 % de ces personnes ne réalisent pas ou peu de démarches personnelles pour une insertionprofessionnelle;- 36,5 % de ces demandeurs d'emploi ont une lacune sur au moins deux facteurs de la sphèrepsycho-sociale (facteurs relationnels, présentation physique et projection dans l'avenir) 12 .Les mêmes auteurs ont constaté que 19,4 % de ces personnes cumulaient deux déficits,16,5 % en cumulaient trois et 7,7 % cumulaient les quatre déficits.On peut donc constater qu'il n'y a pas de problème de chômage quantitatif au Luxembourg,mais qu'il y a bien un problème de chômage qualitatif 13 . La particularité <strong>des</strong> demandeursd'emploi de longue durée est que leur profil ne correspond pas à celui souhaité par lesemployeurs, qui choisissent alors de recourir plutôt à de la main d'œuvre étrangère. Ce11 Un autre facteur qui joue est le fait que les frontaliers qui perdent leur emploi au Luxembourgs'inscrivent comme demandeurs d'emploi dans leur pays et ne sont donc pas repris par les statistiquesnationales. Mais il n'existe ni étu<strong>des</strong> ni statistiques sur ce phénomène.12 Hawiltzky, S., Houssemand, C., Kieffer, G., Lanners, Y., Leijten, T., Reiter, R., Enquête sur lechômage de longue durée – Situation actuelle au Luxembourg, ADEM-CEPS, Luxembourg, février1997, pp. 168-175.13 Nottrot, J., "Witschaftlichkeit und soziale Eingliederung : Ergänzung statt Gegensatz", Forum,Luxembourg, mars 1999, pp. 34-39.9


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgproblème du profil ne concerne donc pas seulement le manque de formation ou d'expérienceprofessionnelle, mais comme l'étude de Hawiltzki, Houssemand et al. le suggère, concerneégalement <strong>des</strong> caractéristiques psycho-sociales : ne pas rechercher d'emploi pour diversesraisons, ne pas se sentir apte à un emploi, avoir <strong>des</strong> problèmes relationnels, ne pas avoir uneprésentation physique jugée comme adéquate, ne pas pouvoir se projeter dans le futur.Beaucoup de ces traits peuvent se résumer par un manque de socialisation. Les auteurs del'étude signalent d'ailleurs l'importance de ces facteurs de socialisation, souvent non pris encompte par <strong>des</strong> indicateurs plus traditionnels :"Ces nouvelles informations donnent un éclairage différent <strong>des</strong> demandeurs d'emploi delongue durée en présentant <strong>des</strong> points qui ne sont jamais pris en compte dans d'autres étu<strong>des</strong>mais qui, nous semble-t-il, peuvent être tout aussi, si ce n'est pas plus, importants que <strong>des</strong>critères objectifs et <strong>des</strong>criptifs. Un exemple peut étayer cette réflexion : une personne quicherche un emploi dans le secteur bancaire, qui a <strong>des</strong> qualifications et qui correspond en touspoints aux standards de ce métier (âge, initiatives personnelles, connaissanceslinguistiques...), mais qui présente <strong>des</strong> difficultés dans sa présentation extérieure(vestimentaire, communication...) peut être quelqu'un qui aura <strong>des</strong> problèmes pour trouver unemploi. Si l'on reste au simple constat <strong>des</strong> critères <strong>des</strong>criptifs déjà présentés précédemment,on ne trouve aucune explication plausible au fait que cette personne soit un demandeur delongue durée. Par contre si l'on pousse l'investigation sur les aspects externes de cettepersonne, on peut mettre en relation sa situation avec, par exemple son manque decommunicabilité qui du reste est obligatoire dans la carrière bancaire. Il est évident que cetype de critères est connu par certaines personnes <strong>des</strong> services de l'Administration del'Emploi, personnel du placement par exemple, qui connaissent les demandeurs d'emploi delongue durée et qui peuvent lors <strong>des</strong> entretiens relever certains de ces critères." 14Qu'en est-il plus spécifiquement du chômage <strong>des</strong> jeunes, qui nous intéresse en premier lieudans le cadre de cette enquête ? Le tableau 3 donne une répartition selon l'âge et la durée del'inscription comme demandeur d'emploi en mars 2001, juillet 2001, mars 2002, juillet 2002et septembre 2002. Il faut noter qu'en septembre, le nombre de jeunes demandeurs d'emploiest traditionnellement plus élevé, car il y a beaucoup d'inscriptions de personnes sortant del'école.Les données concernant le chômage de longue durée pour les cinq dates sont synthétiséesdans le tableau 4.14 Hawiltzky, S., Houssemand, C. et al., op. cit., p. 129.10


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgNombre de -1 1-3 3-6 6-9 9-12 +12 TotalmoisAgeSept 2002 -26 598 296 127 81 54 169 132526-30 197 189 150 119 57 90 80231-40 303 347 326 235 152 323 168641-50 183 208 227 174 144 416 135250-60 48 88 102 91 80 309 718+60 1 5 2 8 6 17 39Total 1330 1133 934 708 493 1324 5922Juillet 2002 -26 367 216 157 93 58 164 105526-30 150 169 150 98 42 100 70931-40 268 341 327 235 140 330 164141-50 150 201 239 167 153 417 132750-60 51 78 111 91 76 305 712+60 3 1 6 10 3 18 41Total 989 1006 990 694 472 1334 5485Mars 2002 -26 316 320 163 74 33 135 104126-30 137 216 146 69 35 92 69531-40 224 382 341 199 129 281 155641-50 127 266 267 170 102 416 134850-60 52 101 99 92 82 301 727+60 1 7 4 3 2 21 38Total 857 1292 1020 607 383 1246 5405Juillet 2001 -26 310 161 103 60 61 112 80726-30 114 125 114 65 31 80 52931-40 192 310 229 141 96 339 130741-50 159 213 182 145 103 450 125250-60 56 85 98 84 49 310 682+60 0 3 2 4 2 20 31Total 831 897 728 499 342 1311 4608Mars 2001 -26 275 218 132 64 32 119 84026-30 128 152 118 59 42 88 58531-40 254 307 263 152 123 333 143241-50 144 245 240 131 87 480 132750-60 53 90 100 67 55 312 677+60 0 7 4 6 4 17 38Total 854 1019 855 479 343 1349 4899Tableau 3 : Répartition par âge et durée d'inscription <strong>des</strong> demandeurs d'emploi au Luxembourg(Source : ADEM)On peut voir que les demandeurs d'emploi de 15 à 30 ans représentaient 2127 personnes enseptembre 2002, dont 259 demandeurs d'emploi de longue durée (12,2 %). Rappelons que pardemandeurs d'emploi de longue durée on entend <strong>des</strong> personnes inscrites pendant plus d'un an.Pour la même période, le pourcentage de demandeurs d'emploi de longue durée parmi lespersonnes de 31 ans et plus était de 28,1 %.Les pourcentages sont assez similaires pour les autres dates retenues (voir tableau 4).11


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgToutes durées Longue durée (+12 mois)Sept 2002 15-30 ans 2127 259 (12,2 %)31+ 3795 1065 (28,1 %)Tous âges 5922 1324 (22,4 %)Juillet 2002 15-30 ans 1764 264 (15,0 %)31+ 3721 1070 (28,8 %)Tous âges 5485 1334 (24,3 %)Mars 2002 15-30 ans 1736 227 (13,1 %)31+ 3669 1019 (27,8 %)Tous âges 5405 1246 (23,1 %)Juillet 2001 15-30 ans 1336 192 (14,4%)31+ 3272 1119 (34,2 %)Tous âges 4608 1311 (28,5%)Mars 2001 15-30 ans 1425 207 (14,5 %)31+ 3474 1142 (32,9 %)Tous âges 4899 1349 (27,5 %)Tableau 4 : Demandeurs d'emploi toutes durées et demandeurs d'emploi de longue durée pour lestranches d'âge 15-30 et 31+ au Luxembourg (Source : ADEM)Le pourcentage <strong>des</strong> jeunes demandeurs d'emploi de longue durée représente donc environ lamoitié du pourcentage <strong>des</strong> demandeurs d'emploi de longue durée de 31 ans et plus. Les jeunessont donc globalement moins affectés par le chômage de longue durée, sans que celui-ci soitpour autant négligeable.1.2.2. La politique du gouvernement en matière de formation et <strong>d'insertion</strong>Le gouvernement luxembourgeois, conscient du problème du chômage, a mis en oeuvre uncertain nombre d'instruments pour arriver à intégrer dans un emploi salarié le maximum deces personnes qui sont ou qui risquent de tomber dans le chômage de longue durée. Unepréoccupation majeure dans le cadre de ces mesures a été l'insertion socioprofessionnelle <strong>des</strong>jeunes sans qualification.- Suivant en cela une ligne directrice adoptée par le Conseil européen extraordinaire surl’emploi de Luxembourg en novembre 1997, qui incitait les <strong>Etat</strong>s membres à mettre au point<strong>des</strong> Plans d'action nationale pour l'emploi, le gouvernement a finalisé un tel plan en 1998.Celui-ci s'est trouvé consolidé par la Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre duplan d’action national en faveur de l’emploi 1998 15 . La caractéristique essentielle de ce planest qu’il concerne dans une très large mesure la formation professionnelle. Le PAN secompose d’un ensemble de mesures ayant pour objectif de consolider l’emploi existant,d’augmenter le taux d’activité <strong>des</strong> résidents et le taux d’emploi féminin, et est ciblé sur <strong>des</strong>groupes à risque tels que les jeunes, les demandeurs d'emploi de longue durée ou ceuxrisquant de le devenir. Puisque le taux de chômage actuel au Luxembourg doit être attribuédans une très large mesure au fait qu’il existe une inadéquation entre offre et demanded’emploi, l’accent du PAN est mis principalement sur la mise en œuvre de mesures deformation. Une version annuelle actualisée de ce plan est publiée chaque année.- Lors du Conseil européen de Nice en décembre 2000, les quinze <strong>Etat</strong>s membres ont adopté<strong>des</strong> objectifs de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale et ont chargé les <strong>Etat</strong>s membresde remettre pour le 1er juin 2001, un Plan national d'action contre la pauvreté et l'exclusionsociale (PAN inclusion) traduisant ces objectifs en tenant compte de la situation et <strong>des</strong>priorités nationales. Le Rapport national 2001-2003 sur le Plan national d'action pour15 Mémorial A n° 13 du 23 février 1999.12


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgl'inclusion sociale 16 fut adopté par le Conseil de Gouvernement le 14 juin 2001. Il s'articuleautour de quatre priorités :• faciliter l'accès à <strong>des</strong> emplois stables et de qualité et soutenir l'accès de tous auxressources, aux droits, aux biens et aux services,• prévenir l'exclusion en permettant à chacun d'accéder aux nouvelles technologies del'information et de la communication,• agir en faveur de l'intégration sociale <strong>des</strong> handicapés, <strong>des</strong> personnes qui risquentl'exclusion et <strong>des</strong> enfants,• encourager l'ensemble <strong>des</strong> organismes actifs dans la lutte contre l'exclusion et la pauvretéà coopérer et à développer un esprit de service public.- Le Conseil européen de Lisbonne du 23 et 24 mars 2000 a décidé de réduire de moitié, d'icià l'an 2010, le nombre de personnes de 18 à 24 ans n'ayant accompli que le premier cycle del'enseignement secondaire et ne poursuivant pas de formation. Cet engagement, co-signé parle Luxembourg, engage donc le gouvernement à intensifier l'effort de formation initiale afinde permettre à un nombre croissant d'élèves d'acquérir une qualification scolaire au-delà dupremier cycle de l'enseignement secondaire ou secondaire technique.- Un débat sur l'extension de l'obligation scolaire a également lieu au Luxembourg, quiconcernerait de fait surtout les élèves qui quittent l'école dès la fin de leur scolaritéobligatoire, c'est-à-dire surtout ceux qui ont <strong>des</strong> difficultés d'apprentissage, qui décrochentquand ils ne sont plus obligés de fréquenter l’école et n'ont donc aucune qualification. Unetelle mesure viserait donc à garder plus longtemps à l'école <strong>des</strong> jeunes qui sans cela setrouveraient sur le marché de l'emploi, et donc en risque de devenir chômeur, s'ils ne trouventpas de travail. Il va sans dire qu'un tel maintien de cette catégorie d'élèves à l'école ne sauraitêtre utile que si l'école leur offre une pédagogie adaptée à leurs besoins, qui ne peuvent pasêtre les métho<strong>des</strong> <strong>pédagogiques</strong> classiques, justement inadaptées à ces jeunes 17 .- Une réforme de l'apprentissage est également en discussion actuellement, elle visenotamment à rendre cette formation plus modulaire afin de permettre une intégration aumoins partielle <strong>des</strong> formations <strong>d'insertion</strong> dans le cadre de cet apprentissage.- Par ailleurs, une législation nouvelle sur l'institutionnalisation du chômage social("Economie solidaire") est en cours d'élaboration au Ministère du Travail et de l'Emploi, ellevise à donner un cadre législatif aux différentes initiatives pour l'emploi qui existentactuellement. Les principales lignes de cette législation seraient : financement <strong>des</strong> initiatives(frais de personnel, de matériel et de formation) par <strong>des</strong> conventions cadre avec le Ministèredu Travail et de l'Emploi, garantie de l'<strong>Etat</strong> quant à la solvabilité par le biais de la demande,possibilité pour les communes et pour l'<strong>Etat</strong> d'utiliser une partie de leur budget pour <strong>des</strong>activités <strong>des</strong> initiatives pour l'emploi, répartition équitable <strong>des</strong> demandeurs d'emploi entre lesdifférentes initiatives prise en charge par l'ADEM, création de structures permanentesd'emploi qui fonctionneraient selon les lois du marché et où il n'y aurait plus de limitetemporelle au contrat de travail comme dans beaucoup d'initiatives fonctionnant avec <strong>des</strong>mesures limitées dans le temps (CAT, Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise, Stage de réinsertionprofessionnelle, etc.).16 Plan National d'action pour l'inclusion sociale pour le Grand-duché de Luxembourg - Rapportnational 2001-2003, Luxembourg, 2001.17 Meyers, R. (en collaboration avec Plein, E.), Rapport d'enquête sur les élèves en décrochagescolaire au Luxembourg et susceptibles de rejoindre un dispositif de transition dans le cadre de lapédagogie de la deuxième chance, Rapport pour le MENFPS, Luxembourg, 2001.13


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Lors de la déclaration gouvernementale du 12 août 1999, le gouvernement actuel a préconiséde donner une réalité à l'Ecole de la deuxième chance au Luxembourg. Répondant à unequestion parlementaire du 13-08-2002, Mme le Ministre Anne Brasseur précise néanmoinsdans sa réponse que la ligne de conduite du MENFPS "est de développer et d'appuyer lesnombreux dispositifs qui existent déjà pour ces jeunes, plutôt que de créer une nouvellestructure de formation. La construction d'une Ecole de la 2 e chance regroupant dans unétablissement ces jeunes en difficulté, n'est donc pas envisagée" 18 .- Afin de coordonner et d'impulser les efforts entrepris dans le domaine de la deuxièmechance, un Groupe interministériel de pilotage "Pédagogie de la deuxième chance" a vu lejour en 2001. Ce groupe a notamment suivi l'enquête qui a donné lieu au présent rapport.1.3. Les approches scientifiques de la formation et de l'insertion<strong>des</strong> jeunesL'orientation qu'ont prise les recherches scientifiques sur la formation et sur l'insertionpeuvent également fournir quelques pistes qui permettent de mieux cerner l'objet et lecontexte de cette enquête.1.3.1. Formation initiale, formation continue, formation <strong>d'insertion</strong>Suivant en cela les évolutions du champ de la formation même, les étu<strong>des</strong> scientifiques ont deplus en plus repris à leur compte la tripartition en formation professionnelle initiale, formationprofessionnelle continue et en formation <strong>d'insertion</strong>, même si de nombreux recoupements ourapprochements entre ces trois domaines sont constatés. Elle délaisse d'ailleurs de plus en plus"l'éducation permanente" (ou "éducation populaire"), reléguée dans une perception du tempslibre et <strong>des</strong> loisirs, et donc vue comme secondaire ou moins urgente que l'adaptation aumarché de l'emploi 19 .La formation professionnelle initiale est largement du domaine de l'école. Des auteurs ontsouligné les tensions qui ont existé et qui existent encore entre le monde éducatif et lesystème de production quant aux contenus de l'enseignement : "connaissance universelle"pour tous ou connaissance en fonction "<strong>des</strong> besoins de l'économie" 20 . La formule del'alternance a été proposée comme une solution de compromis majeure 21 .Les formations <strong>d'insertion</strong> sont apparues comme un champ d'action relativement nouveau àpartir <strong>des</strong> années 1970-1980, également en réponse à l'augmentation du nombre de chômeursen Europe et au décalage constaté entre le monde de l'enseignement et le monde du travail.En amont, la notion <strong>d'insertion</strong> ou de transition fait son apparition, en parallèle avec lesdifficultés grandissantes <strong>des</strong> jeunes à trouver un emploi. Les travaux scientifiques passent dela préoccupation d'incorporer les jeunes dans la société en général à celle de l'entrée dans lavie active, et ceci au fur et à mesure que le taux de chômage <strong>des</strong> jeunes augmente en Europe."Le concept <strong>d'insertion</strong> va alors se réduire très rapidement au problème de l'insertion18 Réponse écrite de Madame le Ministre Anne Brasseur du 18 septembre 2002.19 Besnard, P., Liétard, B., La formation continue, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Quesais-je?, 5e édition, 1995, p. 53.20 Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L., Les jeunes et le travail 1950-2000, Paris, PressesUniversitaires de France, 2001, pp. 58-59.21 Ibid, pp. 117-120.14


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgprofessionnelle <strong>des</strong> jeunes. Ce thème devient alors un <strong>des</strong> champs de recherche les plusfréquentés ces vingt dernières années" 22 .Dans la pluralité <strong>des</strong> dispositifs <strong>d'insertion</strong> mis en place (incitation à l'embauche, emploisaidés dans le secteur marchand, travaux d'utilité collective, entreprises <strong>d'insertion</strong>, mises autravail, crédit de formation, etc.), la formation <strong>d'insertion</strong> apparaît comme une stratégie parmiplusieurs autres 23 . En tout cas, ce vaste champ de l'insertion génère également de nouveauxprofils professionnels au niveau <strong>des</strong> formateurs et encadrants, différents de ceux plustraditionnels de l'enseignant (du côté de l'école) ou du placeur <strong>des</strong> administrations de l'emploi(du côté du marché de l'emploi).Quand à la formation professionnelle continue, elle concerne largement les actifs occupésdéjà professionnellement insérés et stabilisés, et ne rentre donc pas dans le cadre de cetteenquête. La prise en charge directe ou indirecte de ces formations par l'entreprise, même si<strong>des</strong> subventions publiques viennent soutenir le processus, en est d'ailleurs l'indicationprincipale.1.3.2. Qualifications et compétencesLa différence entre qualifications et compétences a également été thématisée de façoncroissante dans les étu<strong>des</strong> scientifiques, elle est importante pour l'ensemble <strong>des</strong> actifs, occupésou non, donc aussi pour le public <strong>des</strong> personnes en difficultés <strong>d'insertion</strong>.La notion de compétences a connu ces dernières années un succès considérable, notammentparce qu'elle tente de cerner de façon plus individuelle ce qu'une personne active peut réaliseret comment elle se comporte dans un emploi, alors que la notion de qualification renvoiebeaucoup plus à <strong>des</strong> taxonomies collectives (diplômes, conventions collectives, etc.).Bien qu’il n’y ait pas de consensus en ce qui concerne la définition <strong>des</strong> compétences, uncertain nombre d’auteurs admettent que la compétence est l’ensemble <strong>des</strong> savoirs et savoirfairemobilisés en situation de travail. Selon Jacques Leplat 24 , les principales caractéristiques<strong>des</strong> compétences sont les suivantes :– elles sont finalisées : on est compétent pour une classe de tâches déterminées;– elles sont opérationnelles : il s’agit <strong>des</strong> connaissances mobilisables et mobilisées dansl’action et efficaces pour cette action;– elles sont apprises, soit à travers <strong>des</strong> formations explicites, soit par l’exercice d’uneactivité et leur modalité d’acquisition a <strong>des</strong> effets sur leur structuration;– elles peuvent être aussi bien explicites que tacites (ce qui ne veut pas dire inconscientes),en effet, le sujet n’est pas toujours en mesure d’expliciter les connaissances opérationnellesqu’il met en œuvre dans son action."Il ne faut pas sous-estimer les difficultés que l’on rencontre lorsque l’on cherche à décrire lescompétences de façon scientifique car on doit faire face à la complexité du fonctionnementhumain et aux limites <strong>des</strong> connaissances qui permettent de décrire, d’analyser, et, enfin, dereconnaître ces compétences.Sur un plan scientifique et technique, on peut se demander si on sait définir et analyser lesréalités complexes que sont les compétences, de façon suffisamment précise et si, parconséquent, on est capable de les évaluer au moyen de techniques qui ne sont ni tropsubjectives ni trop arbitraires. (...) Sur un plan social, la mise en place d'une "logique22 Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L., L'insertion <strong>des</strong> jeunes en France, Paris, PressesUniversitaires de France, coll. Que sais-je ?, 2001, p. 23.23 Ibid, pp. 52-66.24Leplat, J., Regards sur l’activité en situation de travail - Contribution à la psychologieergonomique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.15


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgcompétences" dans les entreprises (...) a, entre autres conséquences, de faire basculer laqualification d'une conception collective (les grilles indiciaires attachées aux différentsniveaux de qualification, définis de façon collective, faisant l'objet de négociations salarialesentre organisations syndicales et patronales) à une conception individuelle (la qualificationpouvant alors être négociée au cours de l'entretien annuel d'évaluation du salarié avec sonchef de service), un certain niveau de qualification étant attribué à chaque poste de travail" 25 .Même au niveau <strong>des</strong> compétences de base minimales, c'est-à-dire au niveau de celles quiposent problème chez les publics en difficultés, les recherches semblent montrer que définir,décrire et analyser ces compétences pose certaines difficultés 26 . Mais il faut bien admettre quec'est à ce niveau que la <strong>des</strong>cription (et éventuellement la validation) est la plus facilementconcevable.1.3.3. Formation et socialisationLes approches scientifiques se sont de façon croissante préoccupées de la différenciation entreformation et socialisation, même si cette distinction ne peut être absolue, chacun <strong>des</strong> deuxtermes recoupant en partie l'autre.Pour Pierre Besnard et Bernard Liétard, la formation "est avant tout l'acquisition deconnaissances, de compétences, de qualifications, processus qui se déroule dans le temps,avec <strong>des</strong> moments situés dans un espace social déterminé, voire une alternance entre <strong>des</strong>temps de formation et <strong>des</strong> temps de travail et de repos, ou loisir, à l'intérieur d'une nouvelleproblématique <strong>des</strong> temps sociaux" 27 . Les mêmes auteurs insistent sur les élémentssystématiques suivants qu'on retrouve dans la formation :- l'existence d'un contenu (acquisition de connaissances);- l'importance de la relation suivie "éducateur/éduqué";- l'aspect systématique et organisé de la formation;- le rôle d'un agent "externe", qui oriente et contrôle le processus éducatif. 28La socialisation, quant à elle, se différencie dans chacun de ses aspects de la formation. Il n'ya pas de contenu aussi précisément cernable, il s'agit plutôt de l'acquisition d'habitu<strong>des</strong> et defaçon d'interagir avec l'autre dans toutes les situations de la vie sociale, travail compris. Onn'y a pas une relation suivie, mais un ensemble d'influences venant de plusieurs acteurs quiinteragissent. On distingue d'ailleurs de façon classique en sociologie la socialisation primairedans le milieu familial et à l'école et la socialisation secondaire au travail, dans les groupes depairs et dans la vie associative et sociale. La socialisation n'est pas organisée de façonsystématique, mais se fait de façon diffuse et par imprégnation. Il n'y a pas un agent externequi oriente et contrôle le processus, mais un tissu d'interactions multiples, où la pression dugroupe joue souvent plus que l'influence d'un "éducateur" isolé.La socialisation a déjà une longue tradition d'étude, mais c'est la socialisation au travail qui afait l'objet de recherches intéressantes. Une <strong>des</strong> définitions possibles de la socialisation seraitun "apprentissage individuel et collectif <strong>des</strong> relations de travail qui conditionne à la fois la25Insertion et orientation socio-professionnelles <strong>des</strong> jeunes et <strong>des</strong> adultes peu qualifiés etvalorisation/validation <strong>des</strong> compétences/acquis, document de travail pour la conférence devalorisation du 19 mai 2000, Service de la Formation Professionnelle du MENFPS en collaborationavec l'INETOP, Luxembourg, 2000.26 De Landsheere, V., Faire réussir, faire échouer : la compétence minimale et son éducation, Paris,Presses Universitaires de France, 1988.27 Besnard, P., Liétard, B., La formation continue, op. cit., pp. 3-4.28 Ibid., p. 5.16


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgréussite économique de l'entreprise (organisation) et la reconnaissance salariale et identitaire<strong>des</strong> individus" 29 .En effet, il apparaît que de plus en plus, c'est l'ensemble du comportement et <strong>des</strong> interactionsque l'individu manifeste dans la situation de travail qui prend son importance : flexibilité,communication, initiative personnelle, savoirs informels, compétences sociales, capacités denégociation, etc. En propulsant sur le devant de la scène la notion de compétences, lesemployeurs "exigent en complément <strong>des</strong> savoir-faire, d'indispensables qualités de savoir-êtrequi supposent pour la main-d'oeuvre <strong>des</strong> capacités à travailler ensemble, à comprendre lesbesoins de l'aval, à s'intégrer à son amont, à imaginer, à être à la fois autonome et solidaire" 30 .Plus particulièrement, la notion de compétences sociales a synthétisé l'ensemble de cescomportements attendus en situation de travail 31 .1.3.3. La transition école - vie activeLa transition école - vie active a fait l'objet de très nombreuses recherches, surtout depuis que<strong>des</strong> auteurs ont souligné "l'introuvable relation formation - emploi" 32 . On peut citer à titred'exemples les étu<strong>des</strong> du Centre d'étu<strong>des</strong> et de recherches sur les qualifications (Céreq) enFrance, qui a suivi de façon longitudinale les parcours <strong>des</strong> jeunes dès l'école 33 . D'ailleurs, ilfaut souligner l'absence de telles étu<strong>des</strong> pour le Luxembourg.De ces travaux sur la relation école - vie active on peut retirer quelques conclusions quipeuvent éclairer l’enquête.D'abord, on a constaté une quasi généralisation de l'enseignement, d'une part, du salariat,d'autre part, qui rend aujourd'hui plus visibles les mo<strong>des</strong> de vie qui échappent à ces deuxcatégories.Des statistiques faites en France dans l'immédiat après-guerre ont montré qu'en 1954, sur lesjeunes de 15 à 25 ans, 13 % étaient scolarisés, 3 % étaient à l'armée et 58 % étaient <strong>des</strong> actifsayant un emploi. Ce qui laisse un "reste" de 26 % comprenant toutes sortes de situations"autres" de jeunes travaillant en dehors du rapport salarial 34 . Il s'agit notamment de jeunestravaillant comme appoint dans l'entreprise artisanale ou agricole <strong>des</strong> parents ou du mari (sansavoir le statut de salarié), comme aide familiale à la ferme du mari ou <strong>des</strong> parents, ou encored'apprentis au statut beaucoup plus divers qu'aujourd'hui. Mais même les salariés "classiques"se retrouvaient dans <strong>des</strong> emplois périphériques et peu intégrés, en marge du rapport salarialmoderne.Cinquante ans plus tard, le paysage s'est radicalement modifié : disparition quasi totale de lacatégorie <strong>des</strong> "autres", extension sans précédent de la scolarisation ou du salariat <strong>des</strong> jeunes 35 .A une répartition en trois catégories s'est substituée une différenciation en deux : scolarisé ouactif. Mais les jeunes gardent une place assez marginale, car soumis à un long processus <strong>des</strong>tabilisation professionnelle passant par toutes sortes de situations qu'on a nommé les "formes29 Francq, B., Maroy, C. (Eds.), Formation et socialisation au travail, Bruxelles, De Boeck, coll.Perspectives en éducation, 1996.30 Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L., Les jeunes et le travail 1950-2000, op. cit., p. 95.31 Les compétences sociales - L'accompagnement <strong>des</strong> jeunes en difficulté, Service académiqued'information et d'orientation (SAIO), Reims, 2000.32 Tanguy L. (sous la direction de), L'introuvable relation formation-emploi, Paris, La Documentationfrançaise, 1986.33 Vernières, M. (sous la direction de), L'insertion professionnelle - Analyses et débats, Paris, Ed.Economica, 1997.34 Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L., Les jeunes et le travail 1950-2000, op. cit., pp. 22-23.35 Ibid.17


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgparticulières d'emplois" : intérim, contrat à durée déterminée, travail à temps partiel, emploiaidé, etc., sans oublier le chômage classique <strong>des</strong> "actifs non occupés".Dans l'ancienne situation, les formes "autres" d'intégration sociale recouvraient beaucoup <strong>des</strong>ituations de vie alors considérées comme normales, mais qui étaient non reprises par lesmo<strong>des</strong> d'intégration qui vont aujourd'hui de soi, à savoir le salariat ou l'école. En mêmetemps, <strong>des</strong> formes de marginalité qui pouvaient se cacher dans ces mo<strong>des</strong> de socialisationqu'étaient la ferme ou l'entreprise artisanale, deviennent aujourd'hui plus visibles, moinssocialement acceptées. En même temps, c'est la transition du secteur scolaire au secteur dutravail qui prend toute son importance.A ce niveau, trois tendances fortes se marquent aujourd'hui au niveau du processus <strong>d'insertion</strong>juvénile 36 . D'abord, un brouillage <strong>des</strong> seuils d'installation dans la vie adulte, la sortie del'adolescence ne débouche plus de façon automatique sur l'accès à un statut adulte.Apparaissent ainsi, aussi bien au niveau professionnel qu'au niveau familial, un ensemble <strong>des</strong>ituations intermédiaires et socialement ambiguës.Ensuite, on note un allongement de la période d'accès à la stabilisation professionnelle, qui,depuis la période de croissance <strong>des</strong> "Trente Glorieuses" (1945-1975), est constitué par lecontrat à temps plein et à durée indéterminée (CDI). Or, aujourd'hui, une série de phénomèneséconomiques et sociaux se combinent pour étirer cet événement dans le temps, qui devientl'aboutissement d'un processus qui tend à s'allonger d'année en année pour une proportion dejeunes de plus en plus importante : "concernant plutôt les jeunes les moins qualifiés dans unpremier temps, la stabilisation tardive atteint <strong>des</strong> niveaux de diplôme jusque-là protégés(même si l'ampleur de l'allongement de la transition formation/emploi reste proportionnelle àla hiérarchie <strong>des</strong> formations). Pour certains jeunes cette transition vers la stabilitéprofessionnelle peut prendre plus de cinq ans, voire aller jusqu'à dix ans" 37 .Finalement, la complexification et la diversification <strong>des</strong> parcours d'entrée dans la vie active :quand la stabilisation professionnelle prenait la forme d'un "événement" la simplicitél'emportait et on pouvait décrire un modèle. "Aujourd'hui c'est impossible, tant la diversité <strong>des</strong>parcours qui mènent les jeunes à la stabilité d'emploi est grande (quand cette stabilité estatteinte...). Les programmes d'aide à l'insertion avaient pour objectif, entre autres, de régulercette période de transition professionnelle en institutionnalisant les parcours à l'image <strong>des</strong>programmes proposés. Mais il n'en fut rien et les profils <strong>d'insertion</strong> ne cessent <strong>des</strong>'individualiser" 38 .36 Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L., L'insertion <strong>des</strong> jeunes en France, op. cit., pp. 16-19.37 Ibid, p. 18.38 Ibid, p. 18.18


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Démarche et méthodologie2.1. IntroductionLa revue de la problématique au plan international, au plan national et au plan <strong>des</strong> recherchesscientifiques nous amène au questionnement par rapport à la situation actuelle <strong>des</strong> dispositifs<strong>d'insertion</strong> pour les jeunes en difficultés au Luxembourg.En effet, depuis les années 1970, sous les effets combinés de la crise du pétrole et de la crisede l'acier, un certain chômage structurel s'est installé au Luxembourg, amenant la création demesures et de dispositifs divers afin de juguler ce chômage. On peut citer pour la sidérurgie lamise à la prépension et la Division anti-crise (DAC), cette dernière mesure visant à faireexécuter <strong>des</strong> travaux d'utilité publique par les travailleurs de la sidérurgie.Comme le chômage <strong>des</strong> jeunes a commencé à croître à l'époque, <strong>des</strong> mesures publiques ontégalement été créées afin de favoriser l'insertion <strong>des</strong> jeunes : Division d'auxiliairestemporaires (DAT), Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise, Cours d'orientation et d'initiationprofessionnelles (Règlement grand-ducal de 1984), etc. A la même époque, les premièresinitiatives privées <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion ont vu le jour, souvent <strong>des</strong>tinées surtout auxjeunes sans qualification. De même, on a vu se développer <strong>des</strong> initiatives visant à promouvoirl'insertion professionnelle <strong>des</strong> femmes, notamment <strong>des</strong> femmes rentrantes 39 .Toutes ces mesures ont été développées en concertation ou même sur initiative <strong>des</strong> partenairessociaux, conformément au modèle social luxembourgeois basé sur les accords tripartites.Les dispositifs de formation et <strong>d'insertion</strong> ont donc été une <strong>des</strong> réponses majeures <strong>des</strong>gouvernements successifs, <strong>des</strong> partenaires sociaux et de diverses initiatives privées face à larelative dégradation de la situation de l'emploi. On peut donc se poser de façon légitime laquestion où on en est aujourd'hui quant à l'ensemble <strong>des</strong> dispositifs qui ont progressivementété créés.Or, face à l'augmentation et la diversification de ces dispositifs, on ne peut que s'étonner del'absence d'une étude globale de ceux-ci. On manque d'une vue cohérente et transparente parrapport à l'ensemble de ces <strong>pratiques</strong>, alors même que les décideurs politiques auraientcertainement besoin de telles étu<strong>des</strong> <strong>des</strong>criptives et analytiques.L'objectif de cette enquête était donc de faire un état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> concernant l'ensemble <strong>des</strong>initiatives et mesures pour l'insertion <strong>des</strong> jeunes sans qualification et en difficultés quiexistent actuellement au Luxembourg.2.2. Répertorier les dispositifsUne première démarche était de répertorier d'après <strong>des</strong> critères pertinents les dispositifs quiexistent. Ce travail s'est fait surtout en collaboration avec <strong>des</strong> responsables <strong>des</strong> troisministères suivants :- Ministère du Travail et de l'Emploi (surtout pour le secteur dit subventionné),- Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse (surtout pour le secteur ditconventionné),- MENFPS (surtout pour les institutions publiques dépendant de ce ministère).Pour le système d'enseignement traditionnel (la "première chance"), nous avons un systèmeclairement délimité, hiérarchisé, organisé en sous-ensembles bien définis (enseignement39 Fandel, C., Initiatives publiques et privées d'orientation et <strong>d'insertion</strong> professionnelle, syllabus decours, IEES, Fentange, 2002.19


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgsecondaire, enseignement secondaire technique, régime préparatoire, formation enapprentissage, enseignement supérieur, etc.), sous l'autorité de deux Ministères dont les tâchessont clairement définies, avec un financement, <strong>des</strong> horaires, <strong>des</strong> durées, <strong>des</strong> programmes, <strong>des</strong>adresses et un personnel enseignant clairement identifiable 40 .Les dispositifs <strong>d'insertion</strong> constituent par contre une nébuleuse très hétérogène, plusdifficilement cernable, constituée d'un ensemble d’organismes ayant <strong>des</strong> mo<strong>des</strong>d'organisation, de gestion, de financement très différents, de catégories de personnel moinshomogènes et souvent une visibilité pour le grand public peu claire 41 . Ce qui surtout ne doitpas faciliter la tâche du jeune sans qualification qui voudrait s'y orienter. La multiplication<strong>des</strong> noms et <strong>des</strong> sigles qui existe parfois pour un même dispositif n'est pas pour faciliter latâche.2.3. Critères de sélection <strong>des</strong> dispositifs2.3.1. Les différents types de formationLes dispositifs retenus doivent d'abord avoir une offre de formation régulière, continue et nonponctuelle.Un point qui devait être clarifié était la notion de formation elle-même. Il aurait été peuproductif de ne retenir que les formations donnant droit à un diplôme reconnu par la loi, laplupart <strong>des</strong> institutions actives dans le domaine ne dispensant pas un tel document. Parailleurs, une grande partie de l'offre <strong>des</strong>tinée aux personnes qui participent à <strong>des</strong> mesures<strong>d'insertion</strong> sociale sont largement basés sur la formation par le travail, sans qu'il y aitnécessairement un contenu de formation formalisé, documenté et évalué par <strong>des</strong> critèresexplicites et formalisés. Elles ne remplissent donc pas les conditions définies au point 1.3.3.pour être considérées comme de la formation (un contenu bien défini, une relation continueformateur/formé, l'aspect systématique et organisé de la formation, le rôle d'un agent quioriente et contrôle le processus de formation 42 ).Afin de rendre justice à la multiplicité <strong>des</strong> approches employées sur le terrain pour aider <strong>des</strong>jeunes en difficultés, plusieurs types de formations possibles ont été retenus, un mêmedispositif pouvant d'ailleurs cumuler ces différentes approches.L'offre de formation peut être de trois types (ces trois termes ayant été choisis pour cetteenquête et ne correspondant pas forcément à une terminologie utilisée au Luxembourg) :a) Une formation par le travail (qu'on peut aussi appeler une formation "sur le tas") est uneformation permettant d'apprendre <strong>des</strong> tâches professionnelles spécifiques ainsi que <strong>des</strong>compétences sociales de base.b) Une formation <strong>d'insertion</strong> socioprofessionnelle est une formation construite sur unprogramme de formation défini et donnant droit à une attestation en fonction d'une évaluation.c) Une formation qualifiante est une formation permettant d'obtenir un diplôme ou certificatreconnu par le Ministère de l'Education nationale luxembourgeois. Pour cerner de façon nonarbitraire la notion de diplôme, il faut se référer à la législation luxembourgeoise. La loi sur le40 Il y a <strong>des</strong> <strong>des</strong>criptifs relativement complets, comme la base de données Eurybase de l'Unitéeuropéenne d'Eurydice (http://www.eurydice.org). Voir aussi la brochure de l'Unité Nationaled'Eurydice Luxembourg, L'Education au Luxembourg, Luxembourg, 2000, ou encore la brochured'information Que faire après la 6e année scolaire ?, MENFPS, Luxembourg, 23e édition, 2002.41 Il n'existe à ce jour aucun répertoire systématique, tel par exemple le Bottin social en Belgique, quireprendrait au moins les informations de base pour chacun <strong>des</strong> dispositifs (nom, adresse, numéro detéléphone, public cible, services offerts).42 Besnard, P., Liétard, B., La formation continue, op. cit., pp. 3-4.20


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgsalaire social minimum prévoit comme qualification scolaire minimale le Certificat decapacité manuelle (CCM), le Certificat d'initiation technique et professionnelle (CITP) ou leCertificat d'aptitude technique et professionnelle (CATP) 43 . Le Certificat d'aptitude auxfonctions d'aide socio-familiale a également été retenu, car il est reconnu par un Règlementgrand-ducal spécifique.Par ailleurs, les autres diplômes qui ont une reconnaissance légale sont le diplôme de find'étu<strong>des</strong> de technicien, le diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques, le diplôme de find'étu<strong>des</strong> secondaires, les diplômes de l'enseignement supérieur, les diplômes del'enseignement universitaire, bien que ces diplômes ne seront que très peu concernés dans lecadre de cette enquête.2.3.2. Limites d'âges <strong>des</strong> jeunes pour cette enquêteA partir de quelles limites d'âges vers le bas et vers le haut peut-on parler de jeunes ? Afin dene pas tomber dans l'arbitraire que constituerait une définition non fondée sur les réalitéssociologiques du pays, on peut se référer aux frontières qui interviennent déjà dans ledéroulement d'une "carrière" scolaire, sociale et professionnelle au Luxembourg :- 15 ans, fin de la scolarité obligatoire, possibilité d'être sous Contrat d'auxiliaire temporaire(CAT) ou sous Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise (SIE),- 18 ans, majorité civile,- 25 ans, possibilité d'avoir le Revenu minimum garanti (RMG),- 30 ans, fin de la possibilité d'avoir un CAT ou un Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise.Les limites d'âges allant de 15 à 30 ans paraissaient ainsi judicieuses, à condition de prévoir<strong>des</strong> sous-catégories, vu la grande hétérogénéité de cette population. On peut alors distinguerles trois catégories suivantes :- 15-18 ans,- 19-25 ans,- 26-30 ans.On distinguera également entre une offre réservée aux jeunes et une formation accessible pourtous les âges, jeunes compris.2.3.3. Qu'est ce qu'un jeune en difficultés ?Que recouvre dans le cadre de l’enquête cette notion finalement assez vague de jeune endifficultés ? On peut être en difficultés dans plusieurs domaines et les mo<strong>des</strong> d'interventionpar rapport à ces difficultés sont multiples, dans une société qui de plus en plus privilégiepour chaque problème ou dysfonctionnement un repérage, un étiquetage et un moded'intervention spécifiques, mis en oeuvre par un groupe de spécialistes se basant sur unlangage et <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> spécialisés.On peut en général distinguer différents domaines où peuvent apparaître <strong>des</strong> difficultés : auniveau santé physique (handicap, maladie, lésions, accidents, etc.), santé mentale (maladiementale, dépendances, etc.), progression scolaire (redoublement, échec scolaire, décrochagescolaire, etc.), activité professionnelle (chômage, licenciement, instabilité professionnelle,etc.), dans le domaine relationnel (solitude, séparation, divorce, instabilité relationnelle, etc.)43 Le régime légal du salaire social minimum résulte d'une loi du 12 mars 1973, modifiéesuccessivement par les lois du 27 mars 1981, 24 décembre 1982, 28 mars 1986 et du 28 décembre1988, 24 avril 1991, 12 juin 1991, 26 février 1993 et 23 décembre 1994.21


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgou dans le domaine du comportement (délinquance, violence verbale ou comportementale,manque de compétences sociales, instabilité comportementale, etc.).Chacun de ces domaines peut être concerné par l’enquête, et ne serait-ce que en filigrane,mais il importe de cerner un peu mieux le type de difficultés auquel répondent les dispositifsétudiés.Le public cible <strong>des</strong> mesures et dispositifs dont il est question en détail au chapitre 3, relèventavant tout d'une difficulté <strong>d'insertion</strong> socioprofessionnelle, cette dernière pouvant êtreéventuellement amplifiée par <strong>des</strong> problèmes d'autres ordres (par exemple : santé physique,santé mentale, problèmes relationnels). Or, qu'entend-on par insertion socioprofessionnelle ?Par insertion professionnelle, on entend le processus par lequel un individu, qui n'a jamaisappartenu à la population active, accède à une position relativement stabilisée dans le systèmed'emploi.On doit aussi distinguer insertion et réinsertion. Pour les plus jeunes, il y a souvent unedifficulté <strong>d'insertion</strong>, ils n'ont encore jamais travaillé. La réinsertion concerne les chômeursqui, dans une période antérieure, ont déjà effectué leur insertion et se retrouvent maintenantsur le marché de l'emploi. Plus les demandeurs d'emploi sont âgés, plus le problème peut êtrecelui de la réinsertion.En général, l'insertion professionnelle est plus que jamais la clé majeure de l'insertion sociale,même si la seconde ne se réduit pas à la première, mais a une portée plus large et concernetoutes les relations sociales qu'un individu construit afin de se relier aux autres.La principale caractéristique <strong>des</strong> dispositifs retenus est donc qu'ils travaillent à titre principalavec <strong>des</strong> jeunes qui sont en difficultés dans leur processus <strong>d'insertion</strong> ou de réinsertionsocioprofessionnelle. Cette difficulté <strong>d'insertion</strong> peut être liée à un ou plusieurs facteurs, sansqu'aucun ne constitue une explication suffisante pour cette non-insertion : manque deformation initiale (absence de diplôme scolaire), manque de compétences professionnelles,absence d'expérience professionnelle, problèmes de comportement (manque de compétencessociales, déviance sociale).Une <strong>des</strong> conditions pour être repris dans la liste <strong>des</strong> dispositifs est justement qu'ils soient leplus possibles ouverts à <strong>des</strong> publics en difficultés <strong>d'insertion</strong> et qu'ils ne posent donc pas <strong>des</strong>conditions qui excluent une deuxième fois ce type de public. Il faut néanmoins admettre quece principe ne peut être que approché, la plupart <strong>des</strong> dispositifs ayant <strong>des</strong> critères de sélectionplus ou moins implicites, que ceux-ci soient de l'ordre du domaine comportemental (absencede violence, intégration minimale dans une équipe), médical (pas de maladie ou d'handicapgrave), psychiatrique (absence de maladie mentale invalidante), professionnel ("ne pas avoirdeux mains gauches") ou scolaire (savoir lire et écrire un minimum, par exemple).2.3.4. Les frontières de délimitation de l'état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong>Comment tracer <strong>des</strong> frontières de délimitation précises de l'ensemble de ces dispositifs de ladeuxième chance ?En effet, il aurait été peu judicieux de rassembler dans une même enquête les mesures<strong>d'insertion</strong> pour jeunes en difficultés, les écoles spéciales pour handicapés, l'offre de ladeuxième voie de qualification à <strong>des</strong>tination de personnes socialement et professionnellementdéjà insérées, les centres thérapeutiques, les foyers offrant un abri à <strong>des</strong> personnes sansdomicile fixe, les centres d'information, d'orientation et de conseil n'offrant pas de formation,les activités d'animation et de sensibilisation ponctuelles, les activités de loisir pour jeunesscolairement, professionnellement et/ou socialement insérés.22


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEn fait, seule la première catégorie, à savoir les mesures <strong>d'insertion</strong> pour jeunes en difficultés,nous intéresse dans le cadre de cette enquête, car seules celles-ci concernent à la fois lesjeunes en difficultés <strong>d'insertion</strong> et sont une deuxième chance pour ceux-ci.Les jeunes qui participent ne sont pas intégrés socialement et/ou professionnellement, leurstatut social et juridique est : élève, apprenti, chômeur indemnisé, demandeur d'emploi, CAT,bénéficiaire d'un Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise, bénéficiaire d'une mesure de mise au travail,bénéficiaire d'une indemnité de formation, etc.Voici plus en détail les raisons pour lesquelles les autres types de dispositifs n'ont pas étéretenus, même s'ils peuvent d'une façon ou d'une autre contribuer à l'insertionsocioprofessionnelle de jeunes (et pour lesquels d'autres étu<strong>des</strong> seraient sans doute fortintéressantes).- Les institutions à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> handicapés, surtout celles dépendant du Service del'Education différenciée, n'ont la plupart pas été retenues, car il s'agit d'une "première chanceaménagée" pour <strong>des</strong> jeunes qui souffrent d'un handicap spécifique (sensoriel, physique,mental, psychique) et ont dans la majorité <strong>des</strong> cas déjà été pris en charge dès leur plus jeuneâge. Néanmoins, un certain nombre d'institutions qui prennent en charge à titre principal(Liewenshaff) ou à titre secondaire (Centres d'éducation différenciée et de propédeutiqueprofessionnelle de Warken et Clervaux, Centre d'orthopédagogie et de propédeutiqueprofessionnelle de Walferdange) <strong>des</strong> jeunes à partir de l'adolescence ont été inclus dansl’enquête.- La deuxième voie de qualification (souvent appelés "Cours du soir") du Service de laFormation <strong>des</strong> Adultes (SFA), ainsi les cours de langues du Centre de Langues Luxembourg(qui dépend du SFA) s'adressent dans la majorité <strong>des</strong> cas à <strong>des</strong> personnes qui travaillent et quisont socialement et professionnellement insérés, il ne s'agit donc pas de publics en difficultés.Néanmoins, dans la mesure où une partie de ces formations s'adressent à <strong>des</strong> jeunes endifficultés d'intégration scolaire, <strong>des</strong> réfugiés ou <strong>des</strong> demandeurs d'emploi, ces formations ontété considérées également, mais uniquement pour cette partie de l'offre.- Les centres thérapeutiques (santé mentale, toxicomanie, alcoolisme, etc.), bien quepouvant dans certains cas contribuer à la réinsertion de jeunes en difficultés, ne relèventnéanmoins pas de la logique de formation et n'ont pas été retenus.- Les foyers offrant un abri à <strong>des</strong> personnes sans domicile fixe, n'ayant pas une offre deformation <strong>d'insertion</strong> ou de formation par la remise au travail, n'ont pas été retenus.- Les activités d'animation et de sensibilisation ponctuelles, telles que organisées parexemple par l'Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés (ASTI) et le Service Nationalde la Jeunesse (SNJ), sont, par leur caractère ponctuel, trop peu systématiques pour constituerune deuxième chance de réinsertion après une scolarité déficiente. Ces organismes n'ont doncpas été retenus. En effet, <strong>des</strong> offres qui ne sont pas accessibles en continu, aussi intéressanteset utiles qu'elles puissent être dans <strong>des</strong> cas individuels, ne peuvent pas en règle généraleconstituer une réponse pédagogique globale à la problématique de l'insertion <strong>des</strong> publics dejeunes en difficultés.- Les centres d'information, d'orientation et de conseil tel que l'Action Locale pour Jeunes(ALJ); l'ADEM –Service orientation professionnelle; la Commune de Bettembourg, Service àla Condition féminine; la Commune de Dudelange - Service Emploi; la Commune de Sanem,Service à la Promotion féminine; Femmes en détresse ASBL, Initiativ Rem Schaffen ASBL, leService National de la Jeunesse (SNJ), Zarabina ASBL, etc., jouent incontestablement un rôletrès important, surtout vu la faible transparence et lisibilité <strong>des</strong> dispositifs <strong>d'insertion</strong>.Néanmoins, s'ils n'organisent pas eux-mêmes de la formation (ce qui est le cas pour Initiativ23


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgRem Schaffen, le SNJ et Zarabina, tous les trois repris dans cette enquête), ils ne constituentpas une deuxième chance à proprement parler, tout en en faisant partie en amont ou en aval.- Les activités de loisirs pour jeunes scolairement, professionnellement et/ou socialementinsérés, telles que organisées par le Service National de la Jeunesse (SNJ) ne constituent pasune deuxième chance pour jeunes en difficultés. Néanmoins, un certain nombre d'activités duSNJ relève de la problématique traitée ici, ce pourquoi cet organisme a été repris dans la liste,mais uniquement pour cette partie de son offre de formation.2.4. Méthodologie d'enquêteL'enquête elle-même visait à recueillir et synthétiser selon un schéma commun un maximumd'informations quantitatives et qualitatives sur l'ensemble <strong>des</strong> dispositifs qui ont été étudiés.Deux métho<strong>des</strong> ont été combinées à cet effet :- Un dépouillement systématique a été fait <strong>des</strong> dépliants d'information, <strong>des</strong> rapports d'activitéset <strong>des</strong> sites Internet (dont les adresses sont chaque fois fournies avec la fiche <strong>des</strong>criptive). Cematériel servait surtout à faire un premier repérage <strong>des</strong> dispositifs et aussi à compléteréventuellement les informations fournies de vive voix par les représentants <strong>des</strong> organismes.- La principale source d'information est constituée par les interviews semi-directivesapprofondies à partir d'un questionnaire 44 , 32 interviews ont été réalisées durant la période demars à décembre 2002. Les fiches de présentation rédigées à partir <strong>des</strong> entretiens ont chaquefois été validées par les personnes interviewées et ce sont ces <strong>des</strong>criptifs qui sont repris auchapitre 3. Elles permettent au lecteur d'avoir <strong>des</strong> renseignements précis sur chacun <strong>des</strong>dispositifs, tel qu'il fonctionne aujourd'hui.La dernière étape a consisté à analyser et synthétiser le matériel recueilli, afin d'en extraire lemaximum de sens et de cohérence sous une forme condensée. Il s'agissait de mettre un peud'ordre dans la masse d'informations recueillies : quelles sont les caractéristiques principales,les convergences et les divergences entre les différentes approches qu'on trouve sur leterrain ? C'est cette analyse qu'on trouvera au chapitre 4 et dans les conclusions (chapitre 5).- Pour le comptage <strong>des</strong> jeunes concernés par les différents dispositifs, on a tenté d'avoir leplus possible <strong>des</strong> chiffres en termes de stock (combien de jeunes y a-t-il dans les dispositifs àune date ?), plutôt qu'en termes de flux (quel est le nombre de jeunes qui sont passés par lesdispositifs au cours d'une année ?), afin d'éviter le double comptage. En effet, une participantpeut avoir été dans deux ou plusieurs dispositifs au cours d'une année. Le double comptage aégalement été évité en ne comptant pas les CAT et les Stages <strong>d'insertion</strong> en entreprise (SIE)de l'ADEM, ni les demandeurs d'emploi prenant <strong>des</strong> cours au SFA, ni les élèves de la classepréparatoire au CITP du CNFPC d’Esch-sur-Alzette, car ces derniers sont déjà repris dans lesstatistiques <strong>des</strong> COIP. Par ailleurs, avec cette population cible qui fluctue très fort au cours dutemps, il est difficile d'avoir <strong>des</strong> chiffres précis, tout comptage sera donc forcément d'uneapproximation.44 Voir annexe n° 1.24


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Présentation <strong>des</strong> dispositifsDans les pages qui suivent, on trouvera l'ensemble <strong>des</strong> fiches <strong>des</strong>criptives rédigées sur les 32dispositifs de formation et <strong>d'insertion</strong> à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> jeunes en difficultés dont on disposeactuellement au Luxembourg. Afin de ne pas anticiper la synthèse qui suit au chapitre 4, lesdispositifs ont été présentés par ordre alphabétique.Le contenu de ces fiches <strong>des</strong>criptives n'engage chaque fois que la ou les personnesresponsables <strong>des</strong> dispositifs qui ont été décrits. Le ou les noms <strong>des</strong> personnes qui ont étéinterviewées et qui ont validées la version finale se trouve chaque fois indiqué en débutde fiche.Par ailleurs, le <strong>des</strong>criptif donné représente chaque fois une photo à un moment donné sesituant durant la période qui s'étend entre mars et décembre 2002. Pour chaque dispositifprésenté, les dates d'interview et de validation de la fiche <strong>des</strong>criptive sont données en annexen° 4.A l'intérieur de chaque fiche, le lecteur constatera sans doute <strong>des</strong> redondances d'un paragrapheà l'autre. Ces répétitions n'ont volontairement pas été éliminées, afin de permettre <strong>des</strong> lecturespartielles et/ou transversales <strong>des</strong> fiches.Le questionnaire qui a servi aux entretiens est reproduit en annexe n° 1.25


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.1. Administration de l'Emploi (ADEM) – Service de l'Emploi<strong>des</strong> Jeunes1) Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT)2) Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise (SIE)M. Pierre Schloesser, Délégué à l'emploi <strong>des</strong> jeunestél.: 478-5312; fax: 49 15 20 53 12; e-mail: pierre.schloesser@adem.etat.lu10, rue Bender, L-1229 Luxembourghttp://www.etat.lu/ADEM1. Public ciblea) Limites d’âgePour les deux mesures, ce sont les jeunes ayant fini leur obligation scolaire, qui sont inscrits àl'ADEM comme demandeurs d'emploi et qui ont 30 ans au plus.b) Nombre de jeunes concernésFin de chaque mois, on constate un stock d'environ 1100 à 1200 jeunes qui sont inscrits dansles deux mesures. La plupart <strong>des</strong> participants y restent quelques mois, donc sur une année,cela fait un total d'environ 2500 à 2700 jeunes.En 2001, 2686 jeunes ont bénéficié d’un CAT, dont 1842 jeunes (1007 femmes) ontcommencé durant cette année, les autres contrats ayant débuté en 2000.En 2001, le Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise a concerné 291 jeunes (dont 26 femmes). Sur ceuxci,169 ont débuté leur stage en 2001, les autres ont commencé en 2000.Voici les chiffres pour fin mai 2002 concernant les différentes mesures :Total 15-20 ans 21-25 ans 26-30 ansCAT Privé 289 109 128 52CAT Public 844 268 427 149Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise (inclus 141 40 37 28Stage de préparation en entreprise)TOTAL 1274 417 592 229c) Profil <strong>des</strong> jeunesIl y a tous les profils possibles, cela va de ceux qui n'ont que terminé leur scolarité obligatoirejusque Bac+5. Il s'agit de tous les jeunes qui s'inscrivent à l'ADEM et pour lesquels le placeurne trouve pas tout de suite un emploi. Les deux mesures sont alors une possibilité pour lejeune d'entrer sur le marché du travail. De fait, les jeunes avec une qualification y sont plusrares et trouveront plus rapidement un emploi que ceux qui n'ont que leur scolaritéobligatoire. Environ la moitié <strong>des</strong> jeunes inscrits dans les deux mesures n'ont que la scolaritéobligatoire, ce qui est une proportion semblable à l'ensemble <strong>des</strong> inscrits à l'ADEM.d) Mode de repérage et de recrutementIl s'agit de tous les jeunes qui s'inscrivent à l'ADEM et pour lesquels le placeur ne trouve pastout de suite un emploi. Le placeur peut alors ou bien proposer à la personne de contacter leservice de l'Emploi <strong>des</strong> Jeunes, afin que celui-ci lui propose une mesure, ou bien le Service lecontacte.26


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgCe service cherche <strong>des</strong> places de stage tout au long de l'année et il y a aussi <strong>des</strong> employeursqui lui en proposent. Le service proposera une <strong>des</strong> places qui pourrait correspondre au profildu jeune. Mais il se peut aussi que l'employeur veuille engager un jeune et qu'il profite de lapossibilité <strong>des</strong> mesures pour l'emploi <strong>des</strong> jeunes pour l'engager par ce biais, ce qui estfinancièrement intéressant, même si ce n'est pas la voie prévue officiellement.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLe statut est celui du stagiaire rémunéré. Le CAT prévoit un contrat signé par le promoteur etpar le jeune. Pendant une durée de 3 mois au moins et de 12 mois au plus (en principe), cecontrat donne droit à une indemnité pouvant aller de 80 % du salaire social minimum pourtravailleurs non qualifiés jusqu'au salaire social minimum pour travailleurs qualifiés.S'agissant d'un CAT - secteur privé, le Fonds pour l'emploi rembourse à l'employeur 50 % del'indemnité versée.Pour le Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise, il s'agit d'une mise à disposition, il n'y a pas de contratsigné entre le promoteur et le jeune. Il y a une convention entre l'employeur, la Chambrepatronale ou la Fédération patronale d'une part et l'ADEM d'autre part. Il n'y a donc pas delien contractuel direct entre le jeune et l'entreprise. En fait, l'ADEM reste le patron et peutaussi rappeler à tout moment le jeune. Pendant une durée de 12 mois au plus, le jeune perçoitune indemnité égale à 80 % du salaire social minimum.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe CAT concerne aussi bien le secteur public que le secteur privé. Le Stage <strong>d'insertion</strong> enentreprise ne concerne que le secteur privé.Pour le secteur public, il s'agit souvent d'une possibilité pour contourner le numerus clausus etpour pouvoir avoir assez rapidement du personnel disponible. Il y a donc beaucoup dedeman<strong>des</strong> de la part <strong>des</strong> communes et <strong>des</strong> administrations de l'<strong>Etat</strong>.Pour le secteur privé, il y a une prospection de la part de l'ADEM, qui contacte <strong>des</strong>employeurs. Au début <strong>des</strong> années 1980, c'étaient surtout les industries qui proposaient <strong>des</strong>stages de préparation (ancienne dénomination <strong>des</strong> stages <strong>d'insertion</strong>), et il y a encoreactuellement deux ou trois gran<strong>des</strong> industries qui absorbent le gros <strong>des</strong> stagiaires. Maisd'autres secteurs, comme le secteur bancaire, ont maintenant également recours aux stages<strong>d'insertion</strong>.C'est laissé au choix de l'entreprise privée, quel contrat elle préfère conclure, soit directementavec le jeune (CAT), soit avec l'ADEM, ce qui lie moins l'entreprise (Stage <strong>d'insertion</strong> enentreprise).S'agissant d'un CAT - secteur privé, le Fonds pour l'emploi rembourse à l'employeur 50 % del'indemnité versée.Concernant le pourcentage de promoteurs au niveau du CAT, on a les chiffres suivants pourles 1842 contrats CAT (dont 1007 femmes) débutés en 2001 : 24 % <strong>des</strong> jeunes sont occupéspar <strong>des</strong> ASBL, 6 % par <strong>des</strong> communes, 44 % par l'<strong>Etat</strong>, 26 % par le secteur privé.b) Infrastructure disponibleIl n'y a pas d'infrastructure propre, les jeunes vont travailler dans l'entreprise concernée par lamesure. Quand il y a <strong>des</strong> formations, celles-ci sont organisées en collaboration avec une autreinstitution, par exemple le Centre National de Formation Professionnelle Continue (CNFPC),l'Institut National d’Administration Publique (INAP) ou Inter-Actions ASBL.27


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLe CAT prévoit une durée de 3 mois au moins et de 12 mois au plus (en principe, car il peut yavoir une prolongation au-delà de cette limite). Le Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise a une duréede 12 mois au plus. Le gros de la formation est de la formation sur le tas et dure donc le tempsde la mesure.Les formations spécifiques proposées jusqu'à maintenant par l'ADEM même duraient entreune semaine et un à deux mois, à raison de deux à trois après-midi par semaine.d) Base légale et réglementaireLa Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre du plan d’action national en faveur del’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février 1999).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl n'y a pas d'autre forme de collaboration que la mise à disposition de places de stage.b) Collaboration avec le monde scientifiqueIl y a une collaboration avec le Centre d’Etu<strong>des</strong> de Populations, de Pauvreté et de PolitiquesSocio-Economiques (CEPS) de Differdange. Dans ce cadre, on réalise <strong>des</strong> analysesquantitatives et qualitatives du phénomène du chômage au Luxembourg.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationOn a souvent chez les jeunes sans qualification une difficulté à se situer dans le mondeéconomique, comme si une certaine attitude désinvolte adoptée jadis vis-à-vis de l'écolepouvait être transposée à l'entreprise. D'où diverses formes de fuite (congé maladie,démission, absences) dès qu'un problème se pose sur le lieu du travail. Il y a donc un manquede socialisation chez ces jeunes.Il y a un Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeurs d'emploi (psychologues dutravail, assistants sociaux et éducateurs gradués) qui font un suivi <strong>des</strong> jeunes en difficultés. Ily a un projet pilote dans le domaine <strong>des</strong> bilans <strong>d'insertion</strong> professionnelle, qui consiste àinitier un minimum les jeunes concernés aux réalités du marché du travail.b) Modalités de ces activitésLes bilans <strong>d'insertion</strong> professionnelle se font en groupes d'une douzaine de personnes, il s'agitde profiter de la dynamique du groupe pour stimuler les jeunes. Il y a une quinzaine <strong>des</strong>éances, deux ou trois après-midi par semaine. Il y a aussi <strong>des</strong> personnes extérieures quiviennent présenter le marché du travail. Les thèmes abordés lors de ces séances sontnotamment : les exigences du marché du travail, comment chercher un emploi, commentrédiger un CV, comment se présenter à un entretien d'embauche, etc.).c) Personnel responsable pour ces activitésLe Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeurs d'emploi, comprenant <strong>des</strong>psychologues du travail, <strong>des</strong> assistants sociaux et <strong>des</strong> éducateurs gradués.28


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLe gros de la formation est de la formation sur le tas et consiste à apprendre en faisant et entravaillant.Il n'y a pas de formations spécifiques obligatoires ou systématiques pour tous les jeunes quiparticipent aux deux mesures. Certaines formations sont proposées par l'ADEM, celles-cidoivent être ciblées, mais aussi être assez générales pour que les publics très hétérogènespuissent en profiter. Une formation spécifique pour une ou deux personnes n'est pas possible.Ces dernières années, on a eu les formations suivantes :a) accueil du public, formation réalisée en collaboration avec l'INAP,b) organisation du travail,c) emploi du français dans l'Administration luxembourgeoise, formation plus ciblée vers lesemployés de bureau.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsCelles-ci doivent être spécifiques, mais aussi être assez générales pour que les publics trèshétérogènes puissent en profiter. Des thèmes trop pointus ne peuvent donc pas être traités.Ces dernières années, on a eu les formations suivantes :a) accueil du public, formation réalisée avec l'INAP, a pour objectif d'apprendre auxparticipants comment accueillir <strong>des</strong> clients ou un public;b) organisation du travail, a pour objectif d'apprendre les éléments <strong>pratiques</strong> du marché dutravail;c) emploi du français dans l'Administration luxembourgeoise, formation plus ciblée vers lesemployés de bureau, a pour objectif l'apprentissage du français utilisé dans l'administration.c) Grilles horairesLes formations proposées jusqu'à maintenant duraient entre une semaine et un à deux mois, àraison de deux à trois après-midi par semaine.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLe gros de la formation est de la formation sur le tas, par immersion dans un lieu de travailspécifique. Les jeunes apprennent en travaillant et en faisant, dans le contact et l'interactionavec les collaborateurs et les supérieurs.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsIl y a un encadrement au niveau de l'ADEM, par le Service d'accompagnement personnalisé<strong>des</strong> demandeurs d'emploi (psychologues du travail, assistants sociaux et éducateurs gradués)qui font un suivi <strong>des</strong> jeunes en difficultés.Au niveau de l'encadrement sur le lieu de travail, il est prévu que chaque jeune ait un tuteurqui l'encadre, qui le suit et qui soit l'interlocuteur direct (y compris pour l'ADEM) dansl'entreprise concernée.29


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeurs d'emploi fait un suivi, surtout <strong>des</strong>jeunes en difficultés. Il y a un projet pilote dans le domaine <strong>des</strong> bilans <strong>d'insertion</strong>professionnelle, qui consiste à initier les jeunes concernés aux réalités du marché du travail.Les bilans <strong>d'insertion</strong> professionnelle se font en groupes d'une douzaine de personnes, il s'agitde profiter de la dynamique du groupe pour stimuler les jeunes. Il y a une quinzaine <strong>des</strong>éances, deux ou trois après-midi par semaine. Il y a aussi <strong>des</strong> personnes extérieures quiviennent présenter le marché du travail. Les thèmes abordés lors de ces séances sontnotamment : les exigences du marché du travail, comment chercher un emploi, commentrédiger un CV, comment se présenter à un entretien d'embauche, etc.).Au niveau de l'encadrement par le tuteur sur le lieu de travail, il faut distinguer le secteurpublic du secteur privé.Dans le secteur privé, il y a un encadrement de la part de l'entreprise, qui a un intérêt à ce quele jeune travaille bien et apprenne quelque chose, afin de pouvoir éventuellement l'engagerplus tard.Dans le secteur public, cet encadrement est moins bien assuré. L'ADEM a élaboré un nouveautexte afin qu'un encadrement plus efficace soit assuré dans l'avenir, que le tuteur ait un rôleplus défini et aussi de prévoir une formation brève pour le tuteur.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureNon, pas encore. L'ADEM prévoit un suivi dans l'avenir.8. StagesIl n'y a pas de stages à part, les deux mesures consistant en fait en stages en entreprises.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.30


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsPour le moment, il n'y a pas d'évaluation globale <strong>des</strong> deux mesures. Il y a une évaluation quidoit être faite pour la Commission européenne, selon <strong>des</strong> indicateurs précis.Concernant l'évaluation de l'apprenant, le fait que le jeune ait trouvé un emploi à l'issue de lamesure est un indicateur important.b) Modalités de cette évaluationLe fait que le jeune ait trouvé un emploi à l'issue de la mesure est un indicateur important,mais il n'y a pas encore de statistiques précises, car il faudrait croiser les statistiques del'ADEM avec ceux de la sécurité sociale.Pour le Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise, il y a environ 150 jeunes et l'ADEM est l'employeur,elle connaît donc très bien les entrées et sorties. Il y avait un taux de placement (CDI ouCDD) de 80 % en 2000 et de 66 % en 2001.Pour le CAT dans le secteur privé, le taux de placement est un peu inférieur, mais dépassequand même les 50 %.c) Personnel responsable de cette évaluationSans objet.d) Qualifications possiblesLes jeunes n'obtiennent pas de qualification formelle, mais une initiation sur un lieu de travailqui représente une première expérience professionnelle.e) Certifications possiblesIl n'y a pas de réelle certification, les jeunes reçoivent un certificat de participation, mais quin'énumère pas <strong>des</strong> compétences.10. Personnela) Différents profils du personnelAu niveau de l'ADEM, on a le Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeursd'emploi (psychologues du travail, assistants sociaux et éducateurs gradués).Dans l'entreprise, il y a chaque fois un tuteur pour chaque jeune.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementAu niveau de l'ADEM, les personnels du Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong>demandeurs d'emploi (psychologues du travail, assistants sociaux et éducateurs gradués) ontreçu la formation initiale habituelle de ces professions. L'INAP réalise parfois <strong>des</strong> formationscontinues pour ces agents.Le tuteur dans l'entreprise n'a pas reçu de formation spécifique pour ce rôle.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes personnels du Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeurs d'emploi(psychologues du travail, assistants sociaux et éducateurs gradués) sont recrutés selon lescritères de l'<strong>Etat</strong>.Les tuteurs dans l'entreprise sont choisis par l'entreprise, selon ses propres critères.31


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLes tuteurs en entreprise ont une très grande variété de profils, cela va de l'ouvrier nonqualifié à Bac+5. Ce ne sont pas <strong>des</strong> formateurs à proprement parler, mais <strong>des</strong> personnes decontact. Ils devraient d'abord remplir ce rôle, aussi bien du point de vue du jeune (être lapersonne ressource pour tout ce qui concerne son travail et son insertion dans l'entreprise) quedu point de vue de l'ADEM (faire le lien entre le jeune, l'entreprise et l'ADEM, transmettre<strong>des</strong> informations importantes).32


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.2. Apprentissage pour adultesM. Jos Noesen, Secrétaire de la commission consultative,Ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS)tél.: 478-5241; fax: 474116; e-mail: noesen@men.lu29, rue Aldringen, L-1118 Luxembourghttp://www.men.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes limites d'âge sont de 18 à 65 ans. La majorité <strong>des</strong> inscrits ont de fait de 18 à 25 ans.b) Nombre de jeunes concernésDurant l'année scolaire 2001-2002, il y a eu 505 deman<strong>des</strong> d'admission, dont 415 admissionsont été accordées. Sur l'ensemble de celles-ci, 157 personnes ont effectivement commencé unapprentissage pour adultes au début de l'année scolaire 2001-2002, dont une majorité (à savoir112 personnes) avaient entre 18 et 25 ans et donc 45 entre 26 et 30 ans. D'après lesestimations, la grande majorité de ces participants ont terminé leur année scolaire.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa grande majorité de ces personnes ont interrompu l'école à un moment ou un autre de leurcursus, soit à 15 ans à la fin de leur obligation scolaire, soit plus tard au cours d'unapprentissage ou d'une autre formation au lycée technique. Par la possibilité qui leur estmaintenant offerte par le nouveau Règlement grand-ducal du 17 juin 2000, ces personnesveulent de nouveau tenter leur chance pour arriver à décrocher un diplôme par l'apprentissage,soit le Certificat de capacité manuelle (CCM), soit le Certificat d'initiation technique etprofessionnelle (CITP), soit le Certificat d'aptitude technique et professionnelle (CATP).D'après les dires <strong>des</strong> enseignants et <strong>des</strong> entreprises et d'après les résultats scolaires, on peutavancer que la plupart <strong>des</strong> participants sont fortement motivés. Cela vient du fait qu'ils ont unobjectif précis qu'ils ont effectivement choisis, souvent après avoir fait l'expérience que sansdiplôme ils avaient <strong>des</strong> difficultés sur le marché de l'emploi. Ils ont acquis une grandeautonomie de par leurs expériences passées.Mais il y en a aussi un certain nombre d'inscrits qui se font <strong>des</strong> illusions au début, puisdécrochent au bout d'un certain temps, notamment parce qu'ils ont <strong>des</strong> difficultés à seréintégrer dans un système scolaire. Le fait qu'ils sont assez bien payés, surtout si on compareavec ceux qui ont une indemnité d'apprentissage normale, peut attirer <strong>des</strong> candidats qui ne serendent pas compte de l'effort qui est à fournir.d) Mode de repérage et de recrutementLes personnes doivent faire la démarche eux-mêmes, mais on constate que tout le secteursocial et les mesures <strong>d'insertion</strong>, y compris les Cours d'Orientation et d'InitiationProfessionnelles (COIP), essayent de faire entrer leurs publics dans l'apprentissage, et s'ilsremplissent les conditions, dans l'apprentissage pour adultes.Les personnes intéressées font leur demande au service Orientation professionnelle del'Administration de l'Emploi (ADEM), leur dossier est ensuite examiné en commissionconsultative. On constate une augmentation très importante <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> entre la première et33


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgla deuxième année : environ 200 deman<strong>des</strong> la première année scolaire 2000-2001, environ500 la deuxième année 2001-2002.e) Statut <strong>des</strong> jeunesC'est le statut de l'apprenti, avec la différence que c'est le salaire social minimum pourpersonnes non qualifiées (actuellement 1322 euros brut) qui est versé au participant. L'étatrembourse à l'employeur la différence entre l'indemnité d'apprentissage normale et le salairesocial minimum.Il faut noter que l'indemnité d'apprentissage normale est nettement moins élevée que le salairesocial minimum, mais d'après les premiers constats, cette différence n'a pas créé <strong>des</strong>problèmes entre les deux catégories d'apprentis jusqu'à ce jour.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe dispositif est organisé selon le Règlement grand-ducal du 17 juin 2000 et concerne leCCM, le CITP et le CATP. Les personnes désirant faire un apprentissage pour adultes et quiremplissent les conditions (être sorti de l'école depuis au moins 12 mois, être inscrit commedemandeur d'emploi depuis au moins trois mois) font leur demande au service Orientationprofessionnelle de l'ADEM, leur dossier est ensuite examiné en commission consultative.Comme c'est habituellement le cas au Luxembourg, celle-ci a une composition tripartite(Chambres professionnelles, Ministère du Travail et de l'Emploi, Ministère de l'Educationnationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports, conseillers à l'apprentissage). Unefois admis par la commission, les candidats suivent la même démarche que les autresapprentis.Néanmoins, le service Orientation professionnelle de l'ADEM ne met les informationsconcernant les postes d'apprentissage à disposition <strong>des</strong> candidats adultes qu'à partir du 1 eroctobre, afin de donner la priorité aux jeunes.Pour la partie scolaire de la formation, les candidats s'inscrivent dans un lycée techniqueproche de leur domicile, respectivement offrant la formation qu'ils voudraient faire.Normalement, ces personnes sont intégrées dans les classes normales <strong>des</strong> lycées techniques.Si leur nombre le permet, une classe d'adultes peut être créée.D'après l'article 2 du Règlement grand-ducal du 17 juin 2000, <strong>des</strong> apprentissages qui sontorganisés sous filière mixte peuvent être remplacés par <strong>des</strong> modèles <strong>pédagogiques</strong>spécifiques. Il y a deux classes de ce type, organisées en régime concomitant, une classe"horticulture-pépiniériste-paysagiste" au Lycée technique agricole et une classe "employé debureau" au Lycée technique d'Ettelbruck.La gestion de l'apprentissage pour adultes est faite par le MENFPS. Il y a un suivi qui est faitpar les conseillers à l'apprentissage, comme pour l'apprentissage normal.b) Infrastructure disponibleL'infrastructure est celle de l'apprentissage normal.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionDe un an minimum à trois ans. La commission consultative admet les candidats dans l'annéequi correspond à leurs acquis scolaires antérieurs et à leurs expériences professionnellesantérieures, mais un minimum d'une année est toujours exigé. La validation <strong>des</strong> acquis34


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgprofessionnels, qui est prévue par le Règlement grand-ducal (articles 9 et 10), est en coursd'élaboration, mais n'est pas encore appliquée.d) Base légale et réglementaireLa Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre du plan d’action national en faveur del’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février 1999) et le Règlement grand-ducal du 17 juin2000 portant organisation de l'apprentissage pour adultes (Mémorial A n° 55 du 11 juillet2000).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueLa commission consultative est de composition tripartite, comme c'est habituellement le casau Luxembourg. Il y a, comme pour l'apprentissage normal, une collaboration très importantepour la partie formation en entreprise (voir le point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa plupart <strong>des</strong> participants sont fortement motivés. Cela vient du fait qu'ils ont un objectifprécis qu'ils ont effectivement choisis, souvent après avoir fait l'expérience que sans diplômeils avaient <strong>des</strong> difficultés sur le marché de l'emploi.Le fait que <strong>des</strong> personnes adultes se retrouvent dans les mêmes classes que les jeunes de 16,17 ans semble avoir plutôt un effet positif sur ces derniers, en effet les adultes ont déjà unecertaine expérience, ils ont un but bien précis vers lequel ils se dirigent.Mais il y a aussi un certain nombre d'apprentis adultes qui se font <strong>des</strong> illusions au début, puisdécrochent au bout d'un certain temps, notamment parce qu'ils ont <strong>des</strong> difficultés à seréintégrer dans un système scolaire.b) Modalités de ces activitésPour le moment, il n'y a pas d'action spécifique sur la motivation <strong>des</strong> élèves pour lesquels il ya <strong>des</strong> problèmes. Mais une forme d'intervention sera prévue à ce niveau dans les prochainstemps.c) Personnel responsable pour ces activitésA déterminer ultérieurement.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl s'agit du programme de formation prévu pour l'apprentissage normal.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de cette formation est que les personnes puissent acquérir le diplôme CCM, CITPou CATP.35


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Grilles horairesCe sont les mêmes que pour l'apprentissage normal, sauf pour les deux classes citées au point2.a.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesEn général, les métho<strong>des</strong> didactiques sont les mêmes que pour les jeunes qui sont dansl'apprentissage normal.Certains enseignants se sont rendus compte qu'ils ont à faire à une population différente <strong>des</strong>apprentis habituels. Quelques-uns d'entre eux, surtout dans les classes composées uniquementd'adultes, se dirigent vers une approche tenant plus compte du profil de ces apprenants. Parexemple, ils tiennent compte du fait que ces adultes ont déjà <strong>des</strong> connaissances, <strong>des</strong>compétences et <strong>des</strong> expériences professionnelles et que ce sont <strong>des</strong> éléments qu'on peutintégrer de façon positive dans les cours. Ces adultes peuvent apporter <strong>des</strong> informations et <strong>des</strong>stimulations qui peuvent dynamiser la classe et avoir un impact positif sur le groupe.L'enseignant peut utiliser l'adulte comme modèle et comme témoin par rapport au mondeextérieur pour les jeunes apprenants. Il peut aussi partir <strong>des</strong> compétences déjà acquises parces adultes pour construire son enseignement à partir de celles-ci. Mais il reste de trèsimportants efforts à faire pour généraliser une pédagogie <strong>des</strong> adultes à <strong>des</strong>tination de cesapprentis.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsOutre les enseignants du lycée technique (qui sont les mêmes que pour les autres apprentis) etle formateur en entreprise (le patron qui est maître artisan, excepté dans le secteur ducommerce), les personnes sont encadrées par le conseiller à l'apprentissage. Celui-ci a lamême mission qu'en apprentissage normal, c'est à dire suivre le parcours scolaire del'apprenti, défendre ses intérêts, être présent et intervenir durant les conférences d'enseignants,faire le suivi de l'apprenant en entreprise.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureCe suivi est fait par les conseiller à l'apprentissage. Les personnes qui viennent <strong>des</strong> structures<strong>d'insertion</strong> à l'emploi bénéficient souvent d'un suivi propre fait par ces organisations. Lespersonnes qui ont été orientées par l'Action Locale pour Jeunes (ALJ) vers cet apprentissagesont également suivies par cet organisme.Il y a également un suivi global du nouveau dispositif qui est fait par le secrétaire de lacommission consultative, qui est un fonctionnaire du MENFPS.On a constaté pour la première année (2000-2001), que sur les 88 personnes ayant commencéleur apprentissage, il y en avait encore environ 40 à la fin de l'année, ce qui fait 50 %d'abandons. En 2001-2002, il y a eu un pourcentage moins élevé d'abandons.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl n'y a encore que très peu de personnes qui ont terminé leur formation (4 diplômés), ledispositif venant seulement d'être créé. Un suivi <strong>des</strong> personnes ayant terminé leurapprentissage pour adultes sera bientôt mis en place.36


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes personnes qui quittent l'apprentissage avant d'avoir réussi leur formation, sont suivies parl'ADEM, par l'ALJ ou éventuellement par <strong>des</strong> structures <strong>d'insertion</strong> à l'emploi qui les ontorientés vers cette mesure.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> stages est celle de la formation (de un à trois ans). Ces personnes sont dans unsystème concomitant, en alternance, donc la plus grande partie de leur formation est faite sousforme de stage en entreprise. Il n'y a pas d'autres stages.b) Lieux de stageLes entreprises qui acceptent <strong>des</strong> apprentis et remplissent les conditions. Excepté pour lecommerce, il faut qu'il y ait un maître artisan dans l'entreprise, celui-ci étant généralement lepatron.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement <strong>des</strong> stagiaires en entreprise se fait en principe par le patron maître artisan(excepté dans le commerce où il n'y a pas de maître artisan), souvent cette tâche peut êtredéléguée à un ouvrier compagnon (Geselle). C'est le même encadrement que pourl'apprentissage normal.Il y a également un suivi de la formation en entreprise qui est fait par le conseiller àl'apprentissage, comme pour l'apprentissage normal.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation se fait par le patron sous forme d'une note patronale semestrielle qui intervientdans l'évaluation globale de l'apprentissage. C'est la même modalité d'évaluation que pourl'apprentissage normal.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesIl y a un suivi qui est fait par le conseiller à l'apprentissage, comme pour l'ensemble <strong>des</strong>apprentis.f) Lien avec l'ADEMCertains <strong>des</strong> demandeurs d'emploi ont été orientés par les placeurs de l'ADEM versl'apprentissage pour adultes. Par ailleurs, le service Orientation professionnelle de l'ADEMintervient dans la mise en route d'un apprentissage pour adultes. Les personnes qui netrouvent pas de place d'apprentissage dans une entreprise peuvent avoir recours à l'offre de ceservice, comme l'ensemble <strong>des</strong> apprentis. L'ADEM joue le rôle de médiateur entre l'offre et lademande de places d'apprentissage.Après la fin de l'apprentissage adulte, si l'entreprise n'engage pas la personne, l'ADEMintervient pour l'inscrire comme demandeur d'emploi et pour lui trouver éventuellement unemploi.g) Lien avec le marché de l'emploiL'apprentissage pour adultes est, tout comme l'apprentissage normal, une bonne voie d'accèsau marché de l'emploi.37


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAprès la fin de l'apprentissage, si l'entreprise n'engage pas la personne, l'ADEM intervientpour l'inscrire comme demandeur d'emploi et pour lui trouver éventuellement un emploi.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se fait de la même façon que pour l'apprentissage normal : il y a une notepatronale semestrielle et une évaluation scolaire à l'école faite sur base de tests. A la fin de laformation, il y a un examen théorique qui évalue les matières scolaires et un examen pratiquequi évalue les apprentissages <strong>pratiques</strong> faits à l'école et en entreprise.b) Modalités de cette évaluationCette évaluation se fait de façon très scolaire, comme pour l'apprentissage normal.c) Personnel responsable de cette évaluationLes enseignants du lycée technique et le formateur en entreprise (maître artisan / patron) sontresponsables de l'évaluation au cours de la formation. A la fin de celle-ci, une commissiond'examen à composition tripartite évalue aussi bien la théorie que la pratique.d) Qualifications possiblesLe CCM, le CITP ou le CATP peuvent être obtenus par l'apprentissage pour adultes.e) Certifications possiblesLes diplômes officiels CCM, CITP ou CATP peuvent être obtenus par l'apprentissage pouradultes.10. Personnela) Différents profils du personnelCe sont les mêmes catégories de personnels que pour l'apprentissage normal : les enseignantsde l'enseignement secondaire technique (enseignants de l'enseignement général et maîtres decours <strong>pratiques</strong>), le formateur en entreprise, les conseillers à l'apprentissage.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementCe sont les mêmes personnels que pour l'apprentissage normal, ils ont donc été formés demême.Les formateurs en entreprise ont un diplôme de maître artisan dans le domaine artisanaluniquement. Dans cette formation, il y a 20 heures de pédagogie appliquée.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementCe recrutement a été fait selon les critères appliqués aux personnels de l'apprentissage normal.Le recrutement se fait selon les règles du service public.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesPas encore, mais chez certains enseignants <strong>des</strong> tendances et <strong>des</strong> interrogations allant dans cesens se font jour (voir le point 6).38


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.3. Caritas - Accueil et Solidarité ASBLM. René Kneiptél.: 264968-231; fax: 264968-410; e-mail: casasbl@pt.lu3, Dernier Sol, L-2543 Luxembourghttp://www.caritas.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes personnes encadrées doivent avoir 18 ans, il n'y a pas de limite d'âge vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésEnviron 250 personnes passent tous les jours par les structures de Caritas - Accueil etSolidarité. Il y a une forte rotation de cette population, ce qui rend difficile de donner <strong>des</strong>chiffres précis. Ainsi plus de 600 personnes différentes sont passées par exemple par le FoyerUlysse, foyer de nuit pour sans abris disposant de 64 lits.De 18 à 21 ans, il y a encore peu de personnes concernées, la tranche de 21 à 25 ans parcontre est en train d’augmenter. La majorité <strong>des</strong> gens est âgée entre 35 et 60 ans.En prenant comme date de référence le 8 janvier 2003, la situation se présente comme suit :Le nombre de personnes suivies par le personnel du Centre Accueil et Solidarité àBonnevoie était de 293 au total. A part les personnes logeant au Foyer Ulysse, 221 personnesexternes sont suivies, dont 119 ont également leur domicile légal au Foyer.Du point de vue âge, la situation se présente comme suit : 37 personnes sont âgées de 18 à 25ans, 45 sont âgées de 26 à 30 ans, 38 sont âgées de 31 à 35 ans, 159 personnes sont âgéesentre 36 et 60 ans et 13 personnes sont âgées de 61 à 79 ans.De 19 à 25 ans, il y a actuellement 3 personnes qui travaillent et aucune personnes se trouveen mesure pour l'emploi. Pour les 26 à 30 ans, 4 personnes travaillent et 3 se trouvent dansune mesure pour l'emploi. Sur les personnes âgées de 31 à 35 ans, 2 travaillent et aucune ne setrouve en mesure d’emploi. Pour les personnes âgées de 36 à 60 ans, 8 personnes ont unemploi régulier et 16 personnes se trouvent en mesure d’emploi.A partir de 25 ans, les personnes peuvent être occupées dans le cadre du Revenu minimumgaranti (RMG), pour ces personnes on a une problématique un peu différente que pour lesmoins de 25 ans, pour lesquelles existent de fait moins de possibilités d'action. Pour les 135personnes inscrites à la même date (8.1.2003) auprès du Service Régional d’Action Sociale deCaritas Accueil et Solidarité (service compétent pour l’organisation de mesures d’emploi pourles bénéficiaires RMG domiciliés dans un <strong>des</strong> services de l’association), 75 personnes suiventeffectivement une Affectation Temporaire d'Insertion (ATI), 43 sont dispensées et 20 dossierssont en instance.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLes personnes n'ont en général pas de domicile fixe, souvent elles ont quitté le foyer <strong>des</strong>parents de façon conflictuelle. Ensuite, elles sont souvent passées à une forme ou une autre detoxicomanie.Beaucoup de ces personnes proviennent de familles à problèmes, ou bien souvent de homespour enfants. L'origine familiale est généralement celle de mi<strong>lieux</strong> plutôt pauvres. Beaucoupde ces personnes ont habité chez <strong>des</strong> proches ou chez <strong>des</strong> amis par intermittence.39


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLa majorité de ces personnes n'ont terminé que la scolarité obligatoire, sans avoir obtenu dediplôme. Quelques-uns ont fait quelques années de lycée ou de lycée technique au-delà de lascolarité obligatoire, dans <strong>des</strong> cas exceptionnels elles ont le diplôme de fin d'étu<strong>des</strong>secondaires ou secondaires techniques.Environ 10 à 15 % seulement de la population cible ont un travail régulier. Environ 50 % dela population sont reprises dans <strong>des</strong> mesures pour l'emploi, notamment dans le cadre du RMG(à partir de 25 ans).En fait, les personnes de moins de 25 ans sont celles qui sont les moins occupées à un travailrégulier. La formule Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT) ou Stage <strong>d'insertion</strong> en entrepriseest rare, car souvent trop exigeante pour ce type de population, surtout si ces personnes sontobligées de travailler avec <strong>des</strong> clients extérieurs.Pour la majorité de la population cible, la formule de l'emploi régulier, 8 heures par jour, n'esttout simplement pas envisageable, pour <strong>des</strong> raisons de déstructuration personnelle et deproblèmes de santé.Un certain nombre <strong>des</strong> personnes de la population cible sont déjà dans un processus <strong>des</strong>tabilisation (habitations autonomes à l'extérieur, habitations encadrées, logementsautonomes).d) Mode de repérage et de recrutementDeux structures d'accueil sont plus spécialement <strong>des</strong>tinées à accueillir la population <strong>des</strong>bénéficiaires : le Centre de jour "Teistuff" et le Foyer de nuit "Ulysse". Le bouche à oreillejoue beaucoup, notamment dans le quartier de la gare de Luxembourg.Certaines personnes sont orientées par les divers services sociaux. Ces personnes viennent parcontre rarement de la part de l'Administration de l'Emploi (ADEM), car c'est un organismequ'elles ont plutôt tendance à éviter.e) Statut <strong>des</strong> jeunesPour la catégorie de moins de 25 ans, la plupart sont demandeurs d'emploi, mais un certainnombre d'entre eux ne sont mêmes pas inscrits à l'ADEM, ce qui fait qu’elles n'ont aucunstatut professionnel légal.Pour la tranche d'âge à partir de 25 ans, les personnes qui ont un contrat d'ATI dans le cadredu RMG sont à ce titre également inscrits comme demandeur d'emploi.Des contrats CAT ou Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise sont faits parfois aussi, mais c'est assezrare.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifAccueil et Solidarité est une association sans but lucratif (ASBL) qui est membre de laconfédération Caritas, qui regroupe 17 associations. Elle a été fondée en 1992 pourrassembler un certain nombre de structures créées par Caritas à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> publics sansdomicile fixe et/ou chômeurs de longue durée.L'association a aussi bien <strong>des</strong> infrastructures d'accueil et de logement <strong>des</strong> personnes sansdomicile fixe, que <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> où les personnes les plus aptes au travail peuvent avoir une miseau travail et une formation <strong>d'insertion</strong>.Le Service Régional d'Action Sociale (SRAS) a une convention avec le Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, afin de mettre au travail les personnesbénéficiaires de mesures pour l'emploi dans le cadre du RMG.40


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Infrastructure disponibleOutre les infrastructures d'accueil et de logement <strong>des</strong> personnes sans domicile fixe (CentreAccueil et Solidarité, Foyer de nuit "Ulysse", Foyer de jour "Teistuff", etc.), l'associationdispose surtout de trois structures qui permettent la mise au travail et la formation <strong>d'insertion</strong>.- Le Eileringer Wäschbuer (anciennement Atelier buanderie de Hollerich) est une laverieindustrielle, qui est maintenant située dans la Zone industrielle de Ehlerange. C'est unnouveau bâtiment qui vient d'être construit avec la collaboration du Ministère de la Santé, etqui est prévu pour pouvoir occuper entre 30 et 40 personnes à <strong>des</strong> tâches de lavage industrielde linge.- L'Atelier Valeriushaff à Selz (une ancienne ferme qui comporte actuellement unemenuiserie, <strong>des</strong> jardins, l'outillage pour faire <strong>des</strong> travaux au niveau sentiers touristiques etcoupe de bois, etc.) sert actuellement à mettre au travail jusqu’à 15 personnes à <strong>des</strong> tâchesmanuelles. Les bâtiments seront bientôt également rénovés et ils seront alors plus orientésdans le sens de la formation <strong>d'insertion</strong> (empowerment), notamment dans le cadre du projetEQUAL "Réseau pour la réinsertion de personnes marginalisées" (qui comprend le partenariatsuivant : Proactif, Forum pour l'emploi, Caritas Accueil et Solidarité, Centre Emmanuel,ADEM, Diskus ASBL).- Le Kleederatelier à Esch-sur-Alzette, où travaillent quelques personnes qui rassemblent ettrient tous les vieux vêtements collectés par la Caritas et qui, par la suite, sont redistribués ouvendus à <strong>des</strong> prix dérisoires dans les Kleederstuff de la Fondation Caritas à Esch-sur-Alzetteet Diekirch.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée est très variable. Les séjours peuvent aller de 2, 3 jours à quelques années. Le gros<strong>des</strong> personnes reste de 3 à 6 mois environ.d) Base légale et réglementaireCaritas – Accueil et Solidarité se base sur la loi dite ASFT, à savoir la Loi du 8 septembre1998 réglant les relations entre l'<strong>Etat</strong> et les organismes oeuvrant dans les domaines social,familial et thérapeutique (Mémorial A n° 82 du 24 septembre 1998), ainsi que sur les deuxRèglements grand-ducaux du 10 décembre 1998 pris en exécution de cette loi (mêmeMémorial).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueLes différents ateliers exécutent <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> d'entreprises privées ou publiques.b) Collaboration avec le monde scientifiqueDans le cadre du projet EQUAL, une évaluation externe sera faite par le Centre d’Etu<strong>des</strong> dePopulations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques (CEPS) de Differdange.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation au début est quasi nulle, ces personnes ayant souvent perdu tout lien social ettoute habitude de vie un peu régulière.41


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLa première motivation pour venir à Accueil et Solidarité est très terre à terre : être au chaud,dormir dans un lit, manger, se laver, faire sa lessive, etc. C'est à partir de ce point d'appui, quele personnel encadrant peu tenter de les amener progressivement à envisager <strong>des</strong> activités et<strong>des</strong> projets nouveaux.En solutionnant les plus graves problèmes sociaux et personnels, on constate également que lamotivation de faire <strong>des</strong> projets peut progressivement revenir.b) Modalités de ces activitésLa première étape consiste à faire un état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> avec les nouveaux arrivants sur différentsplans : familial, santé physique, santé psychique, dépendances (alcool, drogues), acquisscolaires, expériences professionnelles antérieures, etc. Puis, il s'agit de mettre au point unedémarche adaptée à la personne en question. Au début, ce n’est souvent pas plus que de venirrégulièrement aux rendez-vous avec le psychologue ou l'assistante sociale, participer auxactivités sportives ou culturelles. Pour une personne déjà plus stabilisée, on peut envisager laparticipation à <strong>des</strong> activités plus formatives (empowerment).Il s'agit d'abord de s'assurer que la personne n'aggrave pas sa situation, de résoudre lesproblèmes sociaux et personnels les plus aigus, ensuite on vise à la stabiliser et la faireparticiper à <strong>des</strong> activités un peu plus régulières.c) Personnel responsable pour ces activitésL'intervention se fait par l'équipe, il s'agit d'un travail d'équipe systémique, où chacunintervient en fonction de sa spécialité.Au nouveau de la structure de logement, ce sont surtout <strong>des</strong> éducateurs et <strong>des</strong> éducateursgradués qui travaillent au jour le jour avec cette population.Des assistants sociaux et deux psychologues interviennent également, mais de façon plusglobale.Au niveau <strong>des</strong> chantiers, ce sont surtout <strong>des</strong> éducateurs instructeurs, ayant un Certificatd'aptitude technique et professionnelle (CATP) ou un brevet de maîtrise, qui encadrent cespersonnes.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsPour tous les participants, on essaye d'abord de les structurer un minimum, ne serait-ce qu'enles habituant à un rythme de vie régulier, par exemple prendre un petit déjeuner régulier (iln'y en a plus après 8.30 heures), lire le journal à la Teistuff, participer à quelques activitésjournalières.Pour ceux qui sont plus stabilisés et qui sont occupés dans le cadre d'une mesure, c'est surtoutde la formation sur le tas, les participants apprennent en faisant (learning by doing). Cetteformation se fait dans les ateliers de l'association.Au Eileringer Wäschbuer, les participants récoltent le linge sale <strong>des</strong> maisons de soins, letrient, le lavent, le repassent et le plient, puis le ramènent dans les maisons de soin.Au Valeriushaff, les participants travaillent surtout dans le domaine du bois et de lamenuiserie, ils exécutent <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> externes (aménager <strong>des</strong> sentiers, placer <strong>des</strong>panneaux pour sentiers touristiques, réparer du vieux mobilier, couper <strong>des</strong> arbres, etc.). Lescomman<strong>des</strong> proviennent par exemple <strong>des</strong> communes environnantes, de l'Administration <strong>des</strong>Eaux et Forêts, du Mouvement écologique, etc.42


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAu Kleederatelier à Esch-sur-Alzette, les participants rassemblent et trient tous les vieuxvêtements collectés par la Caritas qui sont redistribués dans les Kleederstuff d'Esch-sur-Alzette et Diekirch.Des activités ciblées sont lancées actuellement dans le cadre du projet EQUAL "Réseau pourla réinsertion de personnes marginalisées", afin d'assurer plus d'actions de formationformalisées. Afin d'améliorer progressivement les compétences professionnelles etpsychosociales <strong>des</strong> personnes, <strong>des</strong> mesures d'empowerment sont proposées aux personnesconcernées. Celles-ci visent, entre autres, à l'acquisition de compétences :- personnelles (hygiène corporelle et vestimentaire, alimentation saine et équilibrée, rythmede vie adapté à la situation professionnelle, etc.),- domestiques (entretien d'un logement, préparation de repas, gestion d'un budget, etc.),- sociales (travail en équipe, relations avec les supérieurs hiérarchiques, respect d'engagementpris vis-à-vis de tiers, amélioration <strong>des</strong> capacités de communication, etc.),- professionnelles de base (maniement et entretien <strong>des</strong> outils de travail, techniques demesurage, notions arithmétiques de base, alphabétisation, etc.).b) Objectifs <strong>des</strong> formationsLes formations ont un triple objectif : stabiliser le comportement <strong>des</strong> participants, développer<strong>des</strong> compétences sociales de base (travail en équipe, relations avec les supérieurshiérarchiques, respect d'engagement pris vis-à-vis de tiers, amélioration <strong>des</strong> capacités decommunication, etc.), apprendre <strong>des</strong> tâches utiles dans <strong>des</strong> occupations manuelles.c) Grilles horairesLes participants qui travaillent ont un horaire hebdomadaire de 40 heures, bien que le rythmede travail est allégé par rapport à une entreprise traditionnelle. Peuvent s'y insérer <strong>des</strong> actionsde formation plus ponctuelles de quelques heures.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLa principale méthode didactique employée avec les personnes qui sont déjà à même detravailler de façon régulière est le learning by doing. Les éducateurs instructeurs travaillentavec les participants, normalement en petites équipes de 4 à 5 personnes par instructeur.Les participants sont motivés par le fait que l'éducateur instructeur travaille avec eux et met lamain à la pâte.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'intervention se fait par l'équipe, il s'agit d'un travail d'équipe systémique, où chacunintervient en fonction de sa spécialité.Au niveau de la structure de logement, ce sont surtout <strong>des</strong> éducateurs et <strong>des</strong> éducateursgradués qui travaillent au jour le jour avec les bénéficiaires.Au niveau <strong>des</strong> chantiers, ce sont <strong>des</strong> éducateurs instructeurs qui encadrent ces personnes.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLes assistants sociaux et les psychologues assurent un suivi <strong>des</strong> participants.43


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesure- Concernant le logement, l'association a prévu un système en étapes, qui vise à donner lapossibilité aux personnes de vivre de façon autonome.La première phase est l'accueil et le logement dans les structures de logement de l'association.Durant une deuxième phase, les bénéficiaires qui sont prêts et qui sont en phase <strong>des</strong>tabilisation, peuvent loger dans <strong>des</strong> maisons du réseau (Reso-Haiser) où ils vivent en petitesunités.La troisième phase comporte <strong>des</strong> logements autonomes à l'extérieur.Un suivi est assuré pendant un temps limité après la sortie, ce n'est pas possible de faire plus,vu le turn over très important de la population.- Concernant le travail, <strong>des</strong> contacts sont pris avec <strong>des</strong> employeurs potentiels, afin de placerles participants <strong>des</strong> ateliers qui pourraient trouver un emploi sur le premier marché du travail.Souvent, une étape intermédiaire par une mesure pour l'emploi extérieure, plus exigeante auniveau du rythme de travail (Objectif plein emploi, Forum pour l'emploi, Proactif, etc.) estnécessaire, avant que la personne puisse s'insérer sur le marché du travail. Les instrumentslégaux, comme le stage en entreprise dans le cadre du RMG, peuvent être utilisés.D'ailleurs, plusieurs dizaines d'anciens participants qui sont assez stabilisés ont été engagéspar l'association même, sous forme d'ATI dans le cadre du RMG, afin d'assurer l'entretien etle nettoyage <strong>des</strong> locaux, <strong>des</strong> installations et du linge.8. StagesIl n'y a pas encore de stages, mais c'est prévu dans l'avenir.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.44


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsIl n'y a pas d'évaluation formalisée de la formation par le travail. Le chef d'équipe donne unfeed-back aux participants sur le travail fourni.b) Modalités de cette évaluationCette évaluation se fait de façon informelle, au jour le jour.c) Personnel responsable de cette évaluationC'est le chef d'équipe qui donne un feed-back sur le travail fourni par les participants.d) Qualifications possiblesLes personnes qui participent se situent généralement au niveau du travail non qualifié.Souvent ils avaient déjà une expérience professionnelle à ce niveau, et c'est considéré commeun succès si l'association arrive à les stabiliser et à les ramener à une insertion sociale auniveau où ils en étaient.e) Certifications possiblesIl n'y a pas de certificat.10. Personnela) Différents profils du personnelLes principales catégories de personnel travaillant avec les personnes du groupe cible sont leséducateurs, les éducateurs gradués, les éducateurs instructeurs, les assistants sociaux, lespsychologues.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs et éducateurs gradués ont suivi la formation habituelle à l'Institut d'Etu<strong>des</strong>Educatives et Sociales (IEES) de Fentange/Livange menant à cette profession.Les éducateurs instructeurs ont soit un CATP, soit un brevet de maîtrise. Ils n'ont pas deformation pédagogique complémentaire. La formation <strong>des</strong> formateurs est d'ailleurs un <strong>des</strong>volets prévus par le projet EQUAL.Les assistants sociaux et les psychologues ont suivi la formation habituelle menant à cesprofessions.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement du personnel de l'association se fait avec la participation active du personneldéjà en place. Souvent, les candidats sont invités à travailler une journée à l'essai, afin de voirsi le candidat est à même de travailler avec ce type de population.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important qu'ils connaissent bien les caractéristiques, l'histoire et l'origine <strong>des</strong> personnesde la population cible avec laquelle ils travaillent.45


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.4. Centre d'éducation différenciée et de propédeutiqueprofessionnelle de Warken 45Mme Simone Van Beesttél.: 817551; fax: 817556; e-mail: ced.warken@ediff.lu77, rue de Welscheid, L-9090 Warkenhttp://www.men.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLe Centre admet <strong>des</strong> jeunes entre 12 et 15 ans, présentant <strong>des</strong> problèmes de comportement, etqui ne peuvent plus rester dans les écoles ordinaires, parce qu'ils y ont trop de difficultés ouen créent trop aux enseignants.b) Nombre de jeunes concernésActuellement, il y a 7 jeunes entre 13 et 17 ans qui présentent <strong>des</strong> problèmes decomportement et d'apprentissage scolaire et qui sont rentrés relativement tardivement,comparé aux autres jeunes qui sont souvent là depuis leur enfance.La population totale du Centre compte actuellement 44 élèves en propédeutique et 54 élèvesen éducation différenciée, cette population allant de 4 à 46 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesAu niveau de l'origine familiale, la plupart de ces jeunes en difficultés proviennent de leurmilieu familial d'origine (et pas d'un foyer), les parents sont souvent divorcés et les jeunesvivent généralement chez leur mère. Les problèmes de comportement semblent souvent liés à<strong>des</strong> problèmes familiaux, or dans les écoles ordinaires il n'y a pas beaucoup de place pour del'intervention psychologique.Au niveau scolaire, la plupart de ces jeunes proviennent du régime préparatoire del'enseignement secondaire technique (EST), parfois ils ont de bons résultats dans un ou deuxmodules, mais ne progressent plus dans un autre.d) Mode de repérage et de recrutementCes jeunes proviennent de différentes écoles, où c'est souvent un psychologue qui a proposéleur transfert. Celui-ci est décidé au niveau de la Commission médico-psycho-pédago-sociale(CMPPS) nationale.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLe statut de ces jeunes est celui d'élève.45 La même possibilité de prise en charge de jeunes en difficultés existe au Centre d'éducationdifférenciée et de propédeutique professionnelle de Clervaux (Katzewee, L-9714 Clervaux, tél.:920354) et au Centre d'orthopédagogie et de propédeutique professionnelle de Walferdange (rue deDiekirch, L-7220 Walferdange, tél.: 33420-345). Pour le moment, il n'y a pas de jeunes bénéficiant decette possibilité dans ces deux centres.46


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe Centre d'éducation différenciée et de propédeutique professionnelle de Warken fait partiedu Service de l'Education différenciée du Ministère de l'Education Nationale, de la FormationProfessionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS). La population qui s'y trouve est très variée :handicap mental avéré et/ou, de plus en plus fréquemment, problèmes de comportement quirendent difficile l'intégration dans les écoles ordinaires.La décision d'admettre <strong>des</strong> jeunes de 12 à 15 ans qui sont en difficultés ailleurs doit être prisepar la CMPPS nationale. Un stage d'observation est prévu, soit avant la décision de laCMPPS, soit après. Ces jeunes y sont intégrés dans les classes, mais ils commencent aussi àtravailler dans les ateliers professionnels (serrurerie, reliure, menuiserie). On y observe lesjeunes pour déterminer dans quel domaine on peut intervenir et où ils peuvent le mieuxapprendre quelque chose.Les jeunes sont actuellement répartis sur quatre groupes différents, ils sont avec les autresélèves afin de profiter du mélange. Ce peut être un groupe de garçons, de filles ou un groupemixte.Les jeunes en question participent aux ateliers professionnels qui sont encadrés par <strong>des</strong>maîtres artisans. Ces ateliers servent soit à apprendre les gestes professionnels (pour ceux quiont <strong>des</strong> capacités d'apprendre), soit ils sont plus occupationnels.Les filles ont surtout <strong>des</strong> cours de ménage, elles aident aux travaux de la cuisine et de lacantine de l'établissement, en vue d'apprendre ces travaux.Les jeunes restent un certain temps au Centre, puis ils rejoignent le premier marché del'emploi ou le marché protégé, ou bien ils intègrent les Cours d’orientation et d’initiationprofessionnelles (COIP) du Centre National de Formation Professionnelle Continue (CNFPC)d'Ettelbruck, après une période de stabilisation.b) Infrastructure disponibleC'est l'infrastructure du Centre qui sert pour le travail avec ces jeunes : salles de classes,ateliers professionnels, atelier de céramique, salle de sports, piscine, salle de kinésithérapie,cuisine et cantine.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionCette durée est très variable, elle peut aller de un à six ans.d) Base légale et réglementaireC'est la base légale de l'Education différenciée du MENFPS.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueNon, sauf pour les stages (voir point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.47


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes jeunes en question sont motivés au début par le fait de pouvoir quitter l'école et decommencer quelque chose de neuf, donc d'en finir avec ce qu'ils ont connu avant.b) Modalités de ces activitésLe fait qu'il s'agit de quelque chose de neuf est utilisé pour stimuler leur motivation. On leurexplique que maintenant il s'agit d'apprendre pour eux personnellement, et pas pour l'école oules parents. La formation va se centrer sur <strong>des</strong> éléments très <strong>pratiques</strong>, dont ces jeunes serendent compte qu'ils auront besoin plus tard.Par ailleurs, il y a <strong>des</strong> sorties (théâtre, musée, cinéma, etc.) qui sont prévues, mais dansl'optique d'augmenter leur autonomie dans la vie de tous les jours.Le fait que le milieu est plus protégé et pousse moins au rendement les sécurise aussi et lesincite souvent à tenter <strong>des</strong> apprentissages nouveaux. Les stages à l'extérieur peuvent aussirelancer leur motivation.c) Personnel responsable pour ces activitésCes jeunes ont un contact régulier avec les éducateurs, les éducateurs gradués, les éducateursinstructeurs (menuisier, serrurier, relieur) et la responsable de la cantine, qui intervient aussidans la formation aux travaux de cantine. Toutes ces personnes ont une influence sur lamotivation de ces jeunes. Dans certaines situations plus particulières, une psychologue peutégalement intervenir de façon plus ponctuelle.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa partie plus scolaire faite en salle de classe comprend les branches suivantes : calculpratique (conversion en euro, formulaires, virements, etc.), langue luxembourgeoise, françaisou allemand (savoir lire et écrire, même si ce n'est pas sans fautes), sciences, éducationphysique, instruction religieuse et atelier de céramique.La partie de la formation qui a lieu dans les ateliers professionnels (serrurerie, reliure,menuiserie) comporte 2 à 8 heures par semaine, où les jeunes apprennent les gestesprofessionnels de base de ces trois domaines. Par ailleurs ils y apprennent aussi à fonctionneren groupe, à être à l'heure, à gérer leur temps, à mettre de l'ordre, etc.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif <strong>des</strong> formations est surtout d'apprendre les gestes professionnels de base afin depouvoir s'insérer sur le marché de l'emploi comme ouvrier non qualifié, mais aussi lescompétences sociales de base (travailler en groupe, suivre <strong>des</strong> consignes, être poli,communiquer, etc.).c) Grilles horairesLes jeunes ont un horaire qui va de 8 à 12 heures et de 13.45 à 15.45 heures; ceux qui sontdéjà au Centre depuis plus longtemps et qui ont déjà plus d'ateliers ont un horaire légèrementdifférent : de 8 à 12 et de 13 à 15.45 heures (mais en étant libres le mardi et le jeudi aprèsmidiainsi que le samedi). Les ateliers professionnels comportent 2 à 8 heures par semaine.48


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> habituellement mises en oeuvre à l'école ne sont pas utilisables avec cettepopulation, c'est très rare qu'on suive un manuel page après page. Avec les jeunes de 13 ansqui ont un niveau scolaire de 2e, 3e ou 4e primaire, il n'est plus possible d'utiliser les manuelsde ces classes aux contenus trop enfantins.On utilise certains manuels allemands, suisses ou canadiens, qui sont souvent mieux adaptés àces jeunes. Les éducateurs et éducateurs gradués responsables de la partie plus scolairedoivent aussi chercher <strong>des</strong> documents dans les journaux ou sur Internet qui sont adaptés à cesjeunes, ce qui représente un gros effort de recherche.Par ailleurs, comme les groupes sont assez restreints (5 à 7 élèves), on peut beaucoup plusindividualiser le processus d'apprentissage.Dans les ateliers, la formation se fait par la pratique : montrer, faire exécuter et répéter lesgestes professionnels de base.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsCes jeunes ont un contact régulier avec les éducateurs et les éducateurs gradués (dans laformation en salle de classe), les éducateurs instructeurs (menuisier, serrurier et relieur dansla formation en atelier professionnel) et la responsable de la cantine, qui intervient aussi dansla formation aux travaux de cuisine et de cantine.Il y a toujours une personne (éducateur ou éducateur gradué) qui est responsable pour unjeune donné et elle est également la personne de contact pour les personnes extérieures,notamment les parents.Dans certaines situations plus particulières, une psychologue peut également intervenir defaçon ponctuelle.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureCe sont les personnes responsables (éducateur ou éducateur gradué) qui réalisent le suivicontinu. Dans certaines situations plus particulières, une psychologue peut égalementintervenir de façon ponctuelle.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureUn certain suivi est assuré après la sortie. Si le jeune est engagé par un employeur, celui-ci estinvité également à garder un certain contact, pour le cas où il aurait une question ou unproblème. Par ailleurs, beaucoup de jeunes sont contents de revenir et de garder le contact.On constate que la plupart <strong>des</strong> jeunes qui quittent le Centre sont engagés dans un contrat detravail à durée indéterminée (CDI). Une partie <strong>des</strong> jeunes sont recrutés par les gran<strong>des</strong>surfaces, soit comme assortisseur d'étalage, soit comme manutentionnaire. Une autre partieest recrutée pour la cuisine et la cantine d'un hôpital ou d'un home pour vieilles personnes.Quelques jeunes rejoignent les COIP du CNFPC d'Ettelbruck, dans la mesure où ils ont réussià se stabiliser et à se structurer, car il y a un niveau d'exigences plus élevé dans cetétablissement.49


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> stages est généralement de trois mois, et durant cette période le jeune resteinscrit comme élève auprès du Centre. Le jeune peut faire un ou plusieurs stages successifs, sic'est nécessaire et utile pour lui.b) Lieux de stageCertains <strong>des</strong> jeunes peuvent faire un ou plusieurs stages si c'est jugé utile pour lui, mais cen'est pas systématique. Il y a différents types de stage, cela peut être sur le marché du travailnormal, ou bien dans un milieu plus protégé (comme le Jardin de Wiltz, les ateliers protégésde la ligue HMC de Redange-sur-Attert), selon les capacités du jeune. Ce sont généralement<strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de stage où la possibilité existe que le jeune soit engagé plus tard.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesLa personne responsable du jeune au Centre prend régulièrement contact avec le lieu de stagepour se renseigner sur son déroulement. C'est aussi la personne que l'employeur va contacterau Centre s'il a une question ou un problème. La psychologue peut aussi intervenir de façonponctuelle. S'il y a un problème majeur, le stage peut aussi être interrompu.Il devient de plus en plus difficile de trouver une personne d'encadrement dans l'entreprisemême, car le personnel est très occupé et n'a plus de temps à consacrer à ce genre de travail.Dans les <strong>lieux</strong> de stage en milieu protégé, il y a par contre toujours au moins une personned'encadrement.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesUne évaluation écrite est faite, en collaboration avec l'employeur ou le chef d'équipe, afin delaisser une trace écrite dans le dossier du jeune. Cela peut notamment servir pour préparer unstage suivant ou un emploi futur.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLa personne responsable du jeune au Centre fait un suivi continu, la psychologue peut aussiintervenir de façon ponctuelle.f) Lien avec l'ADEMNon, c'est plutôt rare.g) Lien avec le marché de l'emploiLe stage auprès d'un employeur peut être une méthode pour placer le jeune sur le marché del'emploi, si le stagiaire fait ses preuves il peut être engagé. C'est un moment privilégié quipermet à la fois au stagiaire et à l'employeur de vérifier dans la pratique qu'un contrat detravail peut convenir aux deux parties.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsChaque année, il y a une évaluation de chacun <strong>des</strong> jeunes, sur base du plan d'étu<strong>des</strong> établi audébut de l'année scolaire. Ce plan d'étu<strong>des</strong> est celui de l'Education différenciée, mais chaque50


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgélève reçoit un plan spécifique pour lui, en fonction de ce qui est d'actualité dans son casspécifique.Ce plan prévoit les acquisitions qui sont prévues pour l'année, aussi bien au niveaucomportement (indépendance, communication, hygiène, développement psychoaffectif,responsabilité personnelle, loisirs), au niveau scolaire (calcul, lecture, écriture) et au niveau<strong>des</strong> ateliers professionnels (serrurerie, reliure, menuiserie, cantine).b) Modalités de cette évaluationLes modalités de cette évaluation dépendent <strong>des</strong> élèves, cela peut prendre la forme de tests, dela consultation du journal de classe, de l'évaluation <strong>des</strong> pièces réalisées en atelier, del'observation en continu du comportement.c) Personnel responsable de cette évaluationLe responsable de l'élève réalise cette évaluation, en collaboration avec l'éducateurinstructeur, la chargée de direction et si besoin avec la psychologue.d) Qualifications possiblesLes jeunes apprennent surtout les gestes professionnels de base afin de pouvoir s'insérer sur lemarché de l'emploi comme ouvrier non qualifié, mais aussi les compétences sociales de base(travailler en groupe, suivre <strong>des</strong> consignes, être poli, communiquer, etc.).e) Certifications possiblesPour le moment, il n'y a pas encore de certificats, ceux-ci sont en cours d'élaboration.10. Personnela) Différents profils du personnelLes personnes qui travaillent en contact direct avec les jeunes sont les éducateurs, leséducateurs gradués, les éducateurs instructeurs. La psychologue intervient de façon plusponctuelle.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs et éducateurs gradués ont généralement fait leurs étu<strong>des</strong> à l'Institut d'Etu<strong>des</strong>Educatives et Sociales (IEES) de Fentange/Livange, mais aussi de façon croissante enBelgique. Certains ont suivi de la formation continue à l'IEES ou à l'Institut Supérieurd'Etu<strong>des</strong> et de Recherches Pédagogiques (ISERP) (certains suivent les cours à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong>futurs enseignants de l'école primaire, sur initiative personnelle et en dehors du travail).D'autres formes de formation continue sont également possibles. Ces formations ne donnentpas droit à <strong>des</strong> rémunérations supplémentaires. Leur durée est très variable.Les éducateurs instructeurs sont <strong>des</strong> maîtres artisans dans un métier, ils n'ont en général pasou très peu profité d'une formation pédagogique complémentaire.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementDepuis 1989, année où l'Education différenciée est passée <strong>des</strong> communes au MENFPS, laprocédure est celle du service public. Il faut aussi que le profil <strong>des</strong> personnes recrutéescorresponde au poste à pourvoir.51


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important que le formateur tienne compte de l'ensemble de la personnalité de ces jeunes.Il faut qu'il respecte une personne dans son entièreté et dans son individualité, il ne s'agit passeulement de transmettre un savoir.52


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.5. Centre <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion professionnelle (CIRP) -Jongenheem ASBL - Groupe d'assistance en milieu ouvert(GAMO) -- Aarbechtshellef ASBLMme Hélène Friedrich, pédagoguetél.: 312241-1; fax: 312241-5019, rue de l'Industrie, L-8069 Bertrange1. Public ciblea) Limites d’âgeLe GAMO accueille <strong>des</strong> jeunes à partir de 15 ans jusque 30 ans.Aarbechtshellef accueille <strong>des</strong> personnes de tout âge à partir de 16 ans, mais ce sont égalementsurtout <strong>des</strong> jeunes.b) Nombre de jeunes concernésActuellement, au 05/09/02, il y a 44 participants au GAMO (10 personnes de 15 à 18 ans, 30personnes de 19 à 25 ans, 4 personnes de 26 à 30 ans) et 15 participants à Aarbechtshellef(dont 1 personne de 15 à 18 ans, 1 personne de 19 à 25 ans, 1 personne de 26 à 30 ans et 12de plus de 30 ans). Il y a 4 personnes qui ont un contrat à durée indéterminée, nonconventionné, dont 3 pour <strong>des</strong> personnes handicapées.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa plupart de ces jeunes ont eu <strong>des</strong> problèmes avec l'école. Très peu d'entre eux ont acquis undiplôme scolaire, la plupart ont arrêté l'école dès la fin <strong>des</strong> neuf ans de scolarité obligatoire.Une partie <strong>des</strong> participants ne sait ni lire, ni écrire ou est très faible à ce niveau.Certains d'entre eux ont eu <strong>des</strong> problèmes de drogue, les problèmes familiaux jouent chez laplupart un très grand rôle.d) Mode de repérage et de recrutementLes jeunes du GAMO proviennent soit <strong>des</strong> homes, soit ils sont recrutés par le bouche àoreille, soit ils sont envoyés par l'Administration de l'Emploi (ADEM). Le jeune reste inscritcomme demandeur d'emploi et peut recevoir <strong>des</strong> assignations de son placeur.Les participants à Aarbechtshellef sont <strong>des</strong> personnes du GAMO qui arrivent au terme de leurcontrat CAT et qui ne peuvent pas encore être intégrés sur le marché du travail.De toute façon, tous les candidats doivent d'abord s'inscrire à l'ADEM, s'ils ne le sont pasdéjà.e) Statut <strong>des</strong> jeunesTous les jeunes qui participent au GAMO ont un statut de CAT.Les participants à Aarbechtshellef ont un contrat à durée déterminée (CDD) auprès de cetteassociation.53


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe GAMO a été mis en place par l'ASBL Jongenheem pour assurer l'insertion <strong>des</strong> jeunes quiprovenaient <strong>des</strong> homes et qui atteignaient l'âge de 15 ans, mais maintenant le GAMOaccueille tous les jeunes en difficultés. Tous les participants à la mesure ont <strong>des</strong> contratsCAT.Aarbechtshellef est une association sans but lucratif propre, fondée par le Jongenheem, leComité National de Défense Sociale (CNDS), Inter-Actions, Femmes en Détresse (FED) etune personne privée. L'association permet de repêcher une partie <strong>des</strong> jeunes qui, arrivés aubout de leur CAT au GAMO, ne sont pas encore en mesure d'intégrer le marché du travail.Elle leur permet d'avoir pendant une durée maximum de deux ans un contrat à duréedéterminée avec Aarbechtshellef, par l'entremise de laquelle ils auront, s'il y a une demanded'entreprises, <strong>des</strong> contrats intérimaires auprès de divers patrons. L'association leur offre aussiun suivi individuel et les prépare à l'insertion sociale et professionnelle. Durant le temps oùles jeunes ne sont pas placés en contrats intérimaires extérieurs, ils travaillent àAarbechtshellef même.Le Centre <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion professionnelle (CIRP) est la structure qui regroupemaintenant le GAMO et Aarbechtshellef.b) Infrastructure disponibleLe CIRP dispose d'abord d'une cuisine et d'une cantine, qui servent à offrir <strong>des</strong> repas auxjeunes et au personnel d'encadrement, et où il y a aussi deux ou trois jeunes qui travaillent.Ensuite il y a cinq ateliers où un certain nombre de travaux relativement simples (mailing,collage, découpage, assemblage, etc.) sont faits en sous-traitance pour diverses firmesluxembourgeoises.Il y a la récolte de vieux vêtements, qui se fait avec une camionnette auprès <strong>des</strong> sites derécoltes répartis dans le pays.La menuiserie permet déjà un travail plus exigeant, par exemple monter <strong>des</strong> équipements pourplaines de jeux en bois, mais ce genre de travail n'est pas accessible à tous les jeunes.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée au GAMO est de un an et demi, c'est à dire la durée d'un CAT.Chez Aarbechtshellef, une durée maximum de deux ans est prévue, ce qui correspond à lalimite légale pour les CDD.d) Base légale et réglementaireLe financement se fait par l'intermédiaire d'une convention avec le Ministère de la Famille, dela Solidarité sociale et de la Jeunesse. Par ailleurs, il y a bien entendu le cofinancement <strong>des</strong>CAT qui se fait par l'ADEM (Ministère du Travail et de l'Emploi).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueUn certain nombre de firmes fournissent du travail à exécuter en sous-traitance par le CIRP.Par ailleurs, on peut citer les entreprises qui prennent <strong>des</strong> jeunes dans le cadre de contrats detravail intérimaire faits avec Aarbechtshellef. Des stages de courte durée peuvent êtreorganisés auprès d'entreprises intéressées (voir point 8).54


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationAu début, la motivation pour travailler est bonne chez la plupart <strong>des</strong> jeunes. Chez une partied'entre eux, elle se maintient, chez d'autres elle diminue. La plupart <strong>des</strong> jeunes n'ont jamaistravaillé avant, et ne se rendent pas compte ce que ça signifie de travailler 40 heures parsemaine, de se lever à 6 heures du matin, à n'avoir plus que deux jours de congé par mois etde limiter les loisirs à la soirée et au week-end, ce qui fait que souvent ils se démotiventrapidement.b) Modalités de ces activitésLa remotivation se fait par les entretiens individuels qui sont faits avec eux, ce qui peut avoirun effet positif ou non. On montre les conséquences si la démotivation va jusqu'à diminuerl'efficacité au travail ou à engendrer <strong>des</strong> absences répétées, cette conséquence pouvant être lanon prolongation du contrat.La dynamique du groupe joue aussi un rôle important, celle-ci pouvant aller dans les deuxsens : tirer les autres en avant ou en arrière.c) Personnel responsable pour ces activitésLa formatrice et les éducateurs sont surtout responsables de ces entretiens.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl y a une formation pratique en menuiserie et en métal, où il s'agit d'apprendre les gestesprofessionnels de base par la pratique.Par ailleurs, une formation plus théorique est prévue en petit groupe, parfois en individuel,qui concerne les bases du droit du travail (ce qu'est un contrat de travail, ce qu'on attend d'euxdans un emploi, comment agir en cas de maladie, se comporter vis-à-vis d'un patron ou <strong>des</strong>collègues, lire une fiche de salaire, postuler à un emploi, rédiger un CV, etc.), la gestionquotidienne de l'argent (par exemple comment sortir de l'endettement dû aux GSM).Parfois, il y a <strong>des</strong> cours de calcul avec quelques jeunes, si ça s'avère nécessaire.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsLa formation sur le tas dans les ateliers porte sur les compétences de base nécessaires danstous les emplois (ponctualité, précision, endurance, etc.), ainsi que sur les compétencessociales de base (collaboration avec les autres, politesse, communication, etc.).L'objectif <strong>des</strong> formations plus théoriques est de transmettre <strong>des</strong> notions de base concernant lasituation de travail, notions qui sont généralement évidentes pour tout le monde, mais quidoivent être répétées souvent avec ces jeunes.Par ailleurs, l'objectif de ces formations est de favoriser un échange entre jeunes, afin de leurpermettre de s'exprimer et de formuler leurs points de vue sur différents sujets.c) Grilles horairesLa grille horaire est de 40 heures de travail guidé par semaine.55


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgDurant la formation plus théorique, les participants sont dispensés du travail. En moyenne, lagrille horaire d'un petit groupe est de deux ou trois heures par semaine.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLa plupart <strong>des</strong> jeunes ont une expérience très négative de l'école, il importe donc de ne pasreproduire <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> qu'ils y ont connu : donc pas de tableau noir, pas de contenus tropthéoriques, etc. Il faut toujours partir de cas concrets (par exemple, comment lire sa proprefiche de salaire, comment rédiger un CV, comment remplir un formulaire, etc.).L'échange entre jeunes et avec les jeunes est aussi très important, afin qu'ils puissents'exprimer.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLes personnes qui travaillent régulièrement avec les jeunes sont : la formatrice, l'éducateurgradué, les éducateurs, les éducateurs-instructeurs et l'assistante sociale.Chaque jeune a une personne de référence précise (un tuteur), choisie parmi l'assistantesociale, l'éducateur gradué et les éducateurs. Si le jeune a un problème ou une question, ils'adressera à cette personne. D'ailleurs, l'ADEM exige que ce tuteur co-signe le contrat CAT.Les éducateurs-instructeurs sont responsables du déroulement réglé du travail au sein <strong>des</strong>ateliers. Ils sont responsables de l'organisation <strong>des</strong> horaires, de l'attribution <strong>des</strong> tâches, ensuiteils sont aussi responsables vis-à-vis <strong>des</strong> entreprises qui sous-traitent du travail. Ceséducateurs-instructeurs montrent le travail à faire et ils collaborent à l'exécution <strong>des</strong> tâches.L'assistante sociale a surtout un rôle d'information et d'orientation (où s'adresser pour obtenirun formulaire, une subvention, une place de crèche, etc.).b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe suivi se fait surtout par l'éducateur gradué, les éducateurs et l'assistante sociale.Chaque jeune a une personne de référence précise (un tuteur), choisie parmi l'assistantesociale, l'éducateur gradué et les éducateurs. Si le jeune a un problème ou une question, ils'adressera à cette personne.L'assistante sociale a surtout un rôle d'information et d'orientation (où s'adresser pour obtenirun formulaire, une subvention, une place de crèche, etc.).c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureLes jeunes quittent le GAMO ou Aarbechtshellef soit parce qu'ils ont terminé leur contrat(c'est la majorité <strong>des</strong> jeunes), soit parce qu'ils ont trouvé un emploi ailleurs. Il n'y a alors plusde base légale pour organiser un suivi. Le suivi qui a lieu éventuellement après se fait sur unebase volontaire, sur demande <strong>des</strong> jeunes, ce qu'ils peuvent toujours faire et ce qui se faitrégulièrement.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesDes stages de durée limitée sont possibles, d'une durée moyenne de deux semaines environ.56


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Lieux de stageCe sont surtout <strong>des</strong> entreprises qui sont intéressées par l'engagement d'un jeune et qui leprennent en stage pendant une durée limitée, afin de vérifier que l'emploi convient à cettepersonne. Ce sont surtout <strong>des</strong> secteurs où <strong>des</strong> ouvriers non qualifiés peuvent être engagés, àsavoir surtout <strong>des</strong> entreprises de production.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesCet encadrement se fait de façon très individuelle par les éducateurs. Il y a une préparationavant le stage, <strong>des</strong> contacts avec l'entreprise et l'éducateur peut aussi se rendre sur place.Par ailleurs, il y a une personne de référence dans la firme, qui est souvent le patron.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesCette évaluation se fait par un dialogue avec le patron et avec le jeune. Cette discussion se faitpar l'éducateur, qui communique les résultats au jeune.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesCe suivi se fait de façon très individuelle par les éducateurs. Il y a une préparation avant lestage, <strong>des</strong> contacts avec l'entreprise et l'éducateur peut aussi se rendre sur place.f) Lien avec l'ADEMIl n'y a pas de lien particulier avec l'ADEM au cours du stage, à part que le CAT continuedurant cette période.g) Lien avec le marché de l'emploiCe stage a d'abord un objectif d'orientation, afin de permettre au jeune de se faire une idéeconcrète d'un emploi, <strong>des</strong> exigences et <strong>des</strong> contraintes d'un travail qu'ils devront probablementfaire toute leur vie. Le stage permet de vivre cette réalité en pratique, qui est difficile àexpliquer uniquement oralement.Ces stages ont aussi pour objectif de placer le jeune dans un emploi, si possible avantl'expiration de son CAT ou de son CDD.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se fait de façon orale, elle est globale et peu formalisée.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation se fait de façon orale, il y a <strong>des</strong> entretiens et <strong>des</strong> échanges avec le jeune, on luicommunique l'appréciation qu'on a de son comportement.c) Personnel responsable de cette évaluationCette évaluation se fait par l'éducateur gradué, les éducateurs et l'assistante sociale.d) Qualifications possiblesLes jeunes apprennent les qualifications de base nécessaires à tout emploi non qualifié(ponctualité, précision, endurance, etc.), ainsi que les compétences sociales (collaborationavec les autres, politesse, communication, etc.).57


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Certifications possiblesIl n'y a pas de certification.10. Personnela) Différents profils du personnelLes personnes qui travaillent régulièrement avec les jeunes sont : une formatrice (pédagogue),un éducateur gradué, trois éducateurs, huit éducateurs-instructeurs et une assistante sociale.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLa formatrice a un diplôme universitaire de pédagogie et une expérience professionnelleantérieure, notamment dans <strong>des</strong> homes.L'assistante sociale, l'éducateur gradué et les trois éducateurs ont les formations initiales dansleur domaine.Les éducateurs-instructeurs (menuisier, cuisinier, etc.) ont un CATP ou un brevet de maîtrisedans leur domaine.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait par le conseil du Jongenheem, en collaboration avec le Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse. Le critère pour être recruté est la formationinitiale correspondant au type de personnel. Ceci dit, le personnel qui travaille actuellementau CIRP y est depuis longtemps et sa formation s'est faite parallèlement au développement del'institution.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesL'attitude positive vis-à-vis de ces jeunes est très importante. Si on voit ces jeunes de façonnégative (par exemple comme paresseux, stupi<strong>des</strong>, ingérables, etc.), on n'arrive à rien dans cemétier.58


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.6. Centre National de Formation Professionnelle Continue(CNFPC) – Formations de réinsertion professionnelle pouradultesM. Armand Fischtél.: 575050-302; fax: 55 93 25; e-mail: armand.fisch@cnfpc.luCNFPC d'Esch-sur-Alzette : 22, rue Henri Koch, BP 371, L-4004 Esch-sur-Alzettehttp://www.cnfpc.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes limites d'âge vont en général de 18 ans vers le haut, en principe il n'y a pas de limite, maisen pratique les participants doivent encore pouvoir se placer sur le marché de l'emploi.b) Nombre de jeunes concernésDurant l'année scolaire 2001-2002, il y a eu pour l'ensemble de ces formations 60 jeunes de18 à 25 ans et environ 30 personnes de 26 à 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLe profil <strong>des</strong> participants varie d'une formation à l'autre. Par exemple, en bureautique (où il ya <strong>des</strong> conditions d'accès assez exigeantes) et dans le cours initiation à l'informatique, lesprofils sont tous venants, cela peut aller de la formation universitaire jusqu'à l'absence totalede qualification.Pour les autres formations, il s'agit en règle générale de personnes pas qualifiées, sans aucuncertificat scolaire.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait selon deux modalités. Soit les personnes contactent eux-mêmes leCNFPC et sont mis sur liste d'attente, soit c'est l'ADEM qui envoie <strong>des</strong> personnes qui seraientsusceptibles de correspondre à une de ces formations.L'Action locale pour jeunes (ALJ) joue également un rôle important auprès <strong>des</strong> jeunes dansl'orientation vers les formations du CNFPC.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes participants doivent être inscrits comme demandeurs d'emploi à l'Administration del'Emploi (ADEM). Les statuts sont : chômeur indemnisé; demandeur d'emploi avec indemnitéde formation du Fonds pour l'emploi; parfois Revenu minimum garanti (RMG) pour certainespersonnes de plus de 25 ans.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLes mesures de réinsertion professionnelle pour adultes comprend les formations suivantes :bureautique (réservée aux femmes rentrantes détentrices au moins d'un CATP en secrétariatou comptabilité ou d'une expérience professionnelle dans le secteur), aide-bureautique(réservée aux femmes rentrantes), aide-serrurier, service-restauration, aide-polyvalente,initiation à l'informatique et soudure.Ces cours sont tous réservés aux personnes inscrites comme demandeurs d'emploi à l'ADEM.59


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAu niveau encadrement, ces formations sont réparties en groupes de formations, comprenantun éducateur gradué qui assure le suivi <strong>des</strong> participants, les formateurs, et pour certainesformations un chef de projet pour la gestion du personnel, du budget et <strong>des</strong> contenus.Les cours ont lieu du lundi au vendredi, et comportent entre 20 et 38 heures de formation.Les participants suivent parfois en parallèle <strong>des</strong> cours de langues au Centre de LanguesLuxembourg, surtout s'ils sont réfugiés ou demandeurs d'asiles.b) Infrastructure disponibleL'infrastructure disponible est celle du CNFPC : ateliers (soudure, informatique, etc.), unecantine scolaire qui sert aussi d'unité d'apprentissage, <strong>des</strong> salles de cours, etc.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée varie selon le type de formation : bureautique (6 mois), aide-bureau (6 mois), ai<strong>des</strong>errurier(une année scolaire), soudure (entrées et sorties permanentes, la durée dépend del'expérience et de la vitesse d'avancement du candidat), aide-polyvalente (deux fois 6 mois),initiation à l'informatique (durée variable, suivant le module choisi), service-restauration (10mois, avec admission sur dossier tout au long de l'année).d) Base légale et réglementaireLe Règlement grand-ducal de 1984 portant création <strong>des</strong> Cours d’orientation et d’initiationprofessionnelles et la Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre du plan d’actionnational en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février 1999).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueDans le cadre <strong>des</strong> mesures de réinsertion professionnelle pour adultes, cette collaboration sefait par les stages (voir point 8).Il faut signaler que le CNFPC a beaucoup de liens avec le monde économique par le biaisd'autres formations (formation continue, formations complémentaires, etc.).b) Collaboration avec le monde scientifiqueCette collaboration se fait par <strong>des</strong> projets Leonardo da Vinci. Il y a eu une collaboration avecle Centre de Recherche Public Henri Tudor (CRP-HT) pour la conception de nouveauxateliers.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> participants peut être très variée selon les cours et les personnes. Elledépend notamment d'un projet professionnel précis chez le participant, ainsi que de la chancede réussir et de trouver un emploi avec les formations qui leur sont offertes.Elle est souvent moins bonne pour les participants jeunes, qui voient parfois ces formationscomme la suite d'échecs scolaires successifs.L'éducateur gradué intervient par le moyen du cours d'éducation sociale, ainsi que par le suiviindividuel <strong>des</strong> apprenants.60


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Modalités de ces activitésLe cours d'éducation sociale est un moyen pour thématiser un certain nombre de problèmesavec les participants (absences, avenir social et professionnel, comment se fixer un butprofessionnel, etc.).Le suivi individuel se fait surtout par <strong>des</strong> entretiens avec les apprenants, où <strong>des</strong> prises deconscience peuvent avoir lieu, sans pour autant faire de la thérapie. L'éducateur graduécollabore aussi avec l'ALJ pour recueillir <strong>des</strong> informations sur les jeunes, et pour le cas où lamesure n'a pas débouché sur un emploi, il continue la collaboration et la communicationd'informations avec l'ALJ.Les formateurs jouent également un rôle important, par le fait qu'ils essaient de structurer leurmatière de façon à intéresser les participants à la formation. Le fait de former les gens en vued'un emploi concret est aussi valorisant et contribue à motiver les participants à la formation.Le psychologue intervient de façon ponctuelle, pour les situations qui sortent du cadre normalde la formation, mais il n'y a en aucun cas une forme ou une autre de thérapie.c) Personnel responsable pour ces activitésL'éducateur gradué joue un rôle important dans la motivation et la remotivation <strong>des</strong> candidats,ainsi que les formateurs. Le psychologue intervient de façon plus ponctuelle.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa formation "Bureautique" porte sur les connaissances indispensables pour travailler dansune administration ou un bureau : informatique, techniques de secrétariat, comptabilité,correspondance, langues.La formation "Aide-bureau" transmet les connaissances de base nécessaires pour travaillercomme aide dans une administration ou un bureau : informatique appliquée, comptabilité,correspondance, langues.La formation "Initiation à l'informatique" est centrée sur l'apprentissage <strong>des</strong> logicielsWindows et Office, ainsi qu'une pratique <strong>des</strong> acquis linguistiques (français, allemand,anglais).La formation "Soudure" est basée de façon très stricte sur quatre fois huit modules de 80heures chacun, mis au point par la Fédération allemande de soudure. C'est une formation depointe dans l'ensemble <strong>des</strong> techniques de soudure.La formation "Service-restauration" transmet de façon très pratique les compétencesnécessaires pour travailler dans une cuisine collective.La formation "Aide-serrurier" est une initiation surtout pratique dans le travail du métal, miseau point avec la Fédération luxembourgeoise <strong>des</strong> serruriers. Il y a un complément de théoriequi est également prévu (<strong>des</strong>sin technique, calcul professionnel, etc.).La formation "Aide-polyvalente" donne les bases du travail dans la fonction d'aide sociofamiliale(communication, guidance sociale, activités créatives, couture, alimentation,puériculture, etc.). Les participants sont formés à l'accompagnement <strong>des</strong> seniors, à l'aide auménage et à la garde d'enfants.Une partie <strong>des</strong> formations ont été retravaillées récemment pour les présenter sous formemodulaire, avec <strong>des</strong> objectifs précis exprimés en termes de compétences, <strong>des</strong> indications decontenu, <strong>des</strong> indications didactiques et la liste du matériel d'enseignement, <strong>des</strong> critèresd'évaluation et une grille d'évaluation par module.61


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de toutes ces formations est clairement de former les participants en vue de leurintégration future sur le marché de l'emploi. Il s'agit donc de leur transmettre les compétencesprofessionnelles et techniques dans un domaine donné qui leur permettront de trouver unemploi.c) Grilles horairesCes cours ont lieu du lundi au vendredi, et comportent entre 20 et 38 heures hebdomadaires,selon les formations.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesOn va toujours de la pratique à la théorie, en tenant plus compte <strong>des</strong> capacités réelles <strong>des</strong>apprenants que d'un programme fixe et immuable. Il ne s'agit surtout pas de constater unenouvelle fois l'échec, ce qui serait très contre-productif.L'apprentissage est toujours centré sur l'action et la pratique. Par exemple, dans la formation"Soudure", la personne passe environ 98 % du temps de formation à souder réellement.D'ailleurs, même s'il y a de la théorie dans cette formation, ce ne sont pas ces capacités quiseront demandées <strong>des</strong> futurs soudeurs dans l'exercice de leur métier, ce ne sont pas eux quichoisiront le métal en fonction de sa résistance, mais ils devront faire la mise en oeuvre de lasoudure avec le matériel qu'on leur indique. C'est surtout cela qui est entraîné au cours de laformation, beaucoup d'apprentissage se fait en faisant et en exerçant les gestes.Par ailleurs, chaque formateur a sa démarche propre, il peut soit montrer d'abord et faireimiter ces gestes, soit il peut laisser essayer par eux-mêmes les apprenants pour corrigerensuite leurs erreurs, etc.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLes formateurs et les éducateurs gradués sont les principales personnes qui encadrent cesapprenants.Les formateurs ont un rôle d'encadrement continu <strong>des</strong> apprenants, ils montrent les gestesprofessionnels, les font avec les personnes et corrigent les erreurs. Dans ce cadre, chaqueformateur a sa démarche particulière.Les éducateurs gradués font un suivi individuel de chacun <strong>des</strong> apprenants.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a <strong>des</strong> réunions de suivi, en partie avec les candidats, entre les formateurs et éducateursgradués pour parler <strong>des</strong> progrès <strong>des</strong> participants.Le psychologue intervient de façon ponctuelle, pour les situations qui sortent du cadre normalde la formation, mais il n'y a en aucun cas une forme ou une autre de thérapie.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureLe CNFPC n'a pas de mission de suivi après la formation. Pour les jeunes, ce suivi est fait parl'ALJ, pour les adultes, c'est surtout l'ADEM qui assure un suivi. Mais il n'y a pour le momentpas de suivi qualitatif précis. Il n'y a d'ailleurs pas non plus de chiffres précis sur le devenir<strong>des</strong> personnes qui sortent <strong>des</strong> formations.62


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgOn a <strong>des</strong> estimations pour certaines formations : pour "Initiation à l'informatique" il y a 60 %de personnes qui travaillent dans ce domaine après 6 mois, pour "Service-restauration"environ 70 % travaillent dans ce domaine après 6 mois.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesIl y a <strong>des</strong> stages de deux à six semaines durant les vacances scolaires pour les formationsuivantes : aide-bureautique, aide-serrurier, service-restauration et soudure.b) Lieux de stageLes <strong>lieux</strong> de stage ont lieu dans le domaine de formation, auprès d'entreprises qui offrent <strong>des</strong>places de stage dans le domaine concerné. Les stages sont préférentiellement organisés auprèsd'entreprises qui seraient éventuellement prêtes à engager les personnes en formation.Les éducateurs gradués ont construit un réseau d'entreprises susceptibles d'offrir <strong>des</strong> places <strong>des</strong>tage, même si la disponibilité <strong>des</strong> firmes pour accueillir <strong>des</strong> stagiaires est très variable.D'ailleurs, un certain nombre de formateurs viennent <strong>des</strong> entreprises, et contribuent à créer età entretenir le réseau de places de stage.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesLes éducateurs gradués et les formateurs ont un contact avec le patron et vont aussi sur place.Il y a un échange entre le patron d'une part, les éducateurs gradués et les formateurs d'autrepart.Un certain nombre de formateurs viennent <strong>des</strong> entreprises, et contribuent à créer et àentretenir le réseau de places de stage.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation du stage se fait par écrit, le patron remplit un questionnaire qu'il communique àl'éducateur gradué.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi se fait par l'éducateur gradué et par le formateur.f) Lien avec l'ADEMIl n'y a pas de lien spécifique avec l'ADEM durant la période de stage, les stagiaires gardentle statut qu'ils ont auprès de l'ADEM durant l'ensemble de la formation.g) Lien avec le marché de l'emploiLes stages sont préférentiellement organisés auprès d'entreprises qui seraient éventuellementprêtes à engager les personnes qui sont en formation. Le stage a alors comme fonction <strong>des</strong>ervir de période d'essai, aussi bien pour le patron que pour l'apprenant. Le stagiaire peutaussi être proposé en stage dans une entreprise précise suite à une offre d'emploi publiée dansla presse.Ce système de placement par le moyen de stages donne de bons résultats dans la plupart <strong>des</strong>formations.63


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation <strong>des</strong> apprenants se fait de façon différente, selon les différents cours.La formation "Soudure" est sanctionnée par un diplôme, il y a un référentiel de compétencesprécis associé aux 32 modules et les compétences sont évaluées par un test.Les cours "Bureautique", "Initiation à l'informatique", "Aide-polyvalente" et "Aide-bureau"sont sanctionnés par un test ou plusieurs tests répartis sur toute la formation.Les formations "Aide-serrurier" et "Service-restauration" sont sanctionnées par un certificatde fréquentation.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation se fait par les formateurs respectifs, selon <strong>des</strong> modalités qui diffèrent d'un coursà l'autre. Dans la formation "Soudure", il y a une commission d'examinateurs externesnommés par la Fédération luxembourgeoise <strong>des</strong> soudeurs, qui comprend <strong>des</strong> ingénieurs ou<strong>des</strong> soudeurs très qualifiés, il y a aussi <strong>des</strong> tests mécaniques <strong>des</strong> pièces réalisées par lescandidats.c) Personnel responsable de cette évaluationL'évaluation se fait par les formateurs respectifs. Dans la formation "Soudure" il y a unecommission d'examinateurs externes nommés par la Fédération luxembourgeoise <strong>des</strong>soudeurs.d) Qualifications possiblesLa formation "Soudure" est sanctionnée par un diplôme reconnu au niveau international.Les cours "Bureautique", "Initiation à l'informatique", "Aide-polyvalente" et "Aide-bureau"sont sanctionnés par un test ou plusieurs tests répartis sur toute la formation.Les formations "Aide-serrurier" et "Service-restauration" sont sanctionnées par un certificatde fréquentation.e) Certifications possiblesVoir le point (d). Ces certificats ne donnent pas droit à un barème légal mais peuventcontribuer à ouvrir la porte d'un emploi dans le domaine de la formation reçue.10. Personnela) Différents profils du personnelLes personnels qui travaillent principalement avec ces apprenants sont les formateurs et leséducateurs gradués.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes formateurs ont une formation qui est au minimum le brevet de maîtrise. Ce ne sont enrègle générale pas <strong>des</strong> enseignants ayant suivi la filière classique auprès de l'<strong>Etat</strong> (Bac+4 etstage pédagogique), mais <strong>des</strong> personnes qui étaient actives dans les entreprises privées et quiont rejoint le CNFPC, où un <strong>des</strong> critères de recrutement est leur compétence professionnelledans un domaine précis et une aptitude pédagogique générale.Les éducateurs gradués ont une formation initiale, en général à l'Institut d'Etu<strong>des</strong> Educativeset Sociales (IEES).64


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl y a une formation continue pour le personnel qui puise dans l'offre du Ministère del'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS) et de l'InstitutNational d'Administration Publique (INAP). La plupart ont suivi le programme Self, unprogramme Siemens de 40 heures environ qui apprend comment organiser un apprentissagecentré sur l'action.Une grande partie de la formation continue se déroule en général durant le temps de travail.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe directeur du Service de la formation professionnelle (SFP) du MENFPS recrute lepersonnel, assisté par le chargé de direction du centre. Les deux critères sont la compétencedans le domaine professionnel et l'aptitude pédagogique.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important que les formateurs ne raisonnent pas en termes d'école, mais agissentconcrètement en termes de lien avec le monde du travail.65


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.7. Centres pénitentiaires de Luxembourg et Givenich – ServiceéducationM. William Schütz, M. Jean-Lou MajerusCentre pénitentiaire de Luxembourg (CPL), Um Kuelebierg, L-5299 Schrassigtél.: 359621-1; fax: 350217; e-mail: josette.schutz@ci.educ.lu; jean-lou.majerus@ci.educ.luCentre pénitentiaire de Givenich (CPG), Maison 9, L-6666 Givenichtél.: 740460-1; fax: 748644http://www.etat.lu/SPSE/givenich.htm1. Public ciblea) Limites d’âgeLe Service éducation offre ses formations à tous les âges.Il y a également <strong>des</strong> mineurs qui sont concernés, vu la situation spécifique du Luxembourg enla matière. Il peut donc y avoir <strong>des</strong> jeunes de moins de 15 ans, même si c'est rare et s'ils nerestent pas longtemps. Les jeunes de 15 à 18 ans sont dans une aile à part, étant donné qu'ilssont mineurs et placés par le Tribunal de la Jeunesse.En pratique, la population cible du Service éducation va de 15 ans vers le haut, sans limited'âge.b) Nombre de jeunes concernésLe Service s'occupe actuellement de 70 à 100 apprenants, dont environ 85 % ont moins de 30ans.9 jeunes font un apprentissage dans les ateliers du Centre pénitentiaire de Luxembourg.Les jeunes mineurs de 15 à 18 ans forment un groupe d'environ 6 à 15 élèves, quasiexclusivement <strong>des</strong> garçons. Ce groupe a un turn over assez rapide, pour cette raison lenombre peut fluctuer assez fort au cours de l'année. En principe, ces jeunes mineursparticipent tous aux cours organisés par le Service éducation.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLe parcours <strong>des</strong> jeunes mineurs de 15 à 18 ans est quasi toujours le même : ce sont <strong>des</strong> jeunesqui se sont déjà fait remarquer par <strong>des</strong> comportements indisciplinés ou délictueux, qui ont eubeaucoup de difficultés à l'école, ont <strong>des</strong> troubles du comportements et proviennent d'unmilieu familial d'origine défavorisée. Souvent ils ont déjà été placés dans les Centres socioéducatifsde l'<strong>Etat</strong> de Dreiborn/Schrassig. S'ils y montrent un comportement très difficile, leTribunal de la Jeunesse les transfère pour raisons disciplinaires au Centre pénitentiaire, oùune section spéciale est prévue pour eux.Les personnes de 18 à 30 ans ont très souvent déjà séjourné à la prison avant leur majorité, dumoins s'il s'agit de résidents luxembourgeois. On retrouve le même profil de personnalité quepour les mineurs. Ils étaient souvent chômeurs ou travailleurs occasionnels avant d'entrer à laprison. Parfois ils n'avaient pas de domicile fixe et/ou étaient impliqués dans <strong>des</strong> trafics dedrogues pour subsister.d) Mode de repérage et de recrutementCes personnes en formation sont volontaires parmi les détenus <strong>des</strong> deux Centrespénitentiaires, surtout celui de Luxembourg.66


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPour <strong>des</strong> raisons de sécurité, les personnes en détention préventive dont le dossier n'est pasclôturé ne peuvent pas participer aux cours.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes jeunes qui sont dans la section <strong>des</strong> mineurs ont été placés par le Tribunal de la Jeunesse.Les personnes majeures sont soit en détention préventive, soit elles purgent leur peine deprison après une condamnation.Les jeunes qui suivent <strong>des</strong> formations du lycée technique peuvent avoir le statut d'élève oud'apprenti dans ce cadre.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe Service éducation intervient dans les Centres pénitentiaires de Luxembourg et deGivenich. Il dépend du Service de la formation professionnelle (SFP) du Ministère del'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS), il doitrespecter la réglementation interne <strong>des</strong> deux Centres pénitentiaires.Il organise pour le moment quatre types de formations : <strong>des</strong> cours ponctuels, <strong>des</strong> cours dulycée technique, <strong>des</strong> cours et encadrement pour l'apprentissage, une aide pédagogique pour lescours à distance organisés par <strong>des</strong> institutions externes.- Les cours ponctuels ont lieu avec les personnes inscrites, et selon les possibilités du Service(enseignants, budget, locaux, possibilité d'horaire, etc.). Ce sont de fait les formations quiconstituent la majeure partie <strong>des</strong> plages horaires <strong>des</strong> formateurs.- Les cours du lycée technique ont lieu au Centre pénitentiaire même, les élèves sont reprissur les listes du Lycée technique Joseph Bech (LTJB) de Grevenmacher, du Lycée techniquede Bonnevoie (LTB) ou du Lycée technique du Centre (LTC) de Luxembourg. Ils reçoiventles mêmes bulletins et certificats que les jeunes qui fréquentent l'enseignement dans le lycéetechnique. La référence à la prison n'apparaît donc pas sur ces documents, ce qui peut faciliterleur intégration future dans la société.- L'apprentissage est organisé en alternance, comme c'est la règle au Luxembourg : unegrande partie pratique de la formation a lieu en atelier avec un contremaître instructeur et <strong>des</strong>cours théoriques sont donnés par un enseignant du Service éducation. Le jeune est repris surles listes d'un <strong>des</strong> lycées techniques cités précédemment. Il a un contrat avec la Chambre <strong>des</strong>métiers ou la Chambre de commerce, la supervision de la formation se fait par un conseiller àl'apprentissage.- Les enseignants donnent une assistance aux personnes qui suivent <strong>des</strong> cours à distanceorganisés par <strong>des</strong> institutions externes.b) Infrastructure disponibleLe Service éducation a <strong>des</strong> bureaux et <strong>des</strong> salles de formation dans les deux Centrespénitentiaires, où il s'intègre en fonction <strong>des</strong> possibilités et <strong>des</strong> locaux disponibles. Quelquessalles sont <strong>des</strong>tinées à la formation, dont une dans l'aile <strong>des</strong> femmes et deux dans la section<strong>des</strong> mineurs.Les ateliers servent en partie pour le travail, en partie pour la formation. Il y a les atelierssuivants : cuisine, typographie, reliure, mécanique automobile, menuiserie, électricité,serrurerie, peinture, façonnage, jardinage, atelier <strong>des</strong> femmes et un atelier de carrelagetravaillant pour une firme privée extérieure. La plupart de ces ateliers travaillent aussi pour<strong>des</strong> comman<strong>des</strong> extérieures. Ces ateliers ont d'abord été créés, parce qu'il est très important67


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgqu'il y ait <strong>des</strong> possibilités d'occupation dans une prison, et aussi pour pouvoir réaliser <strong>des</strong>travaux pour la prison même. Dans le passé, il y a déjà eu quelques formations dans cesateliers, et ces dernières années cela se fait plus systématiquement.La formation en apprentissage a lieu pour le moment dans les ateliers suivants, où il y a <strong>des</strong>possibilités d'infrastructure et <strong>des</strong> maîtres artisans qui sont en mesure de l'assurer : cuisine,typographie, reliure et mécanique automobile.La salle informatique comporte un parc de neuf ordinateurs non reliés à Internet. Pour <strong>des</strong>besoins de formation, il y a moyen de réaliser une simulation d'Internet à partir du serveur quise trouve sur place.La bibliothèque de l'établissement est également à disposition <strong>des</strong> détenus qui font <strong>des</strong>recherches documentaires dans le cadre de leurs formations. Il y a <strong>des</strong> efforts prévus pourrendre cette bibliothèque plus adaptée à la formation.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée <strong>des</strong> formations est très variable. On constate qu'en pratique, les détenus ne terminentpas les formations entamées en prison, une fois qu'ils sont libérés. Ce fait est notamment liéau problème de la rémunération et à l'indemnité d'apprentissage.d) Base légale et réglementaireLa Loi du 27 juillet 1997 portant réorganisation de l'administration pénitentiaire prévoit àl'article 17 que "<strong>des</strong> cours d’enseignement peuvent être dispensés en faveur <strong>des</strong> détenus par<strong>des</strong> enseignants détachés auprès de l’administration pénitentiaire par le ministre del’Education nationale et de la Formation professionnelle, sur avis du procureur général del’<strong>Etat</strong>".La hiérarchie du Service est au MENFPS, il doit respecter la réglementation interne <strong>des</strong> deuxCentres pénitentiaires.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueAu Centre pénitentiaire de Givenich, les détenus en fin de peine ont un régime de semi-libertéet une partie d'entre eux travaillent durant la journée auprès de patrons extérieurs. Mais cesdétenus ne sont que peu intéressés par les formations. Les ateliers ont <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> defirmes extérieures, dont bénéficient indirectement les formations en atelier. Il n'y a pas d'autreforme de collaboration avec le monde économique dans le cadre <strong>des</strong> formations.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon, pas pour le moment, mais ce serait souhaitable qu'il y ait un suivi extérieur concernant levolet formation en prison.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes détenus sont généralement motivés par le fait qu'ils ont du temps et l'occasion de seformer (selon l'idée : "maintenant ou jamais"). Mais ils surévaluent souvent leurs capacitésréelles.68


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Pour les personnes qui veulent faire un apprentissage, la motivation est assez bonne, parcequ'il y a déjà eu une période d'essai et <strong>des</strong> entretiens approfondis qui ont mis leur motivation àl'épreuve.- Il en est de même pour les jeunes qui veulent suivre <strong>des</strong> cours au lycée technique ou quiveulent suivre une formation à distance.- La motivation est la plus fluctuante dans les cours ponctuels (alphabétisation, langues,informatique, formation artistique, formation musicale, etc.), où il y a beaucoup de va-et-vientau niveau <strong>des</strong> présences.Par ailleurs, on constate qu'il y a souvent <strong>des</strong> abandons liés à <strong>des</strong> raisons externes au Serviceéducation (élargissement, concurrence travail/école, dettes, problèmes financiers, etc.).b) Modalités de ces activitésLes formateurs mettent aussi en avant l'argument du temps et de l'occasion qui leur est fourniepar le fait de l'incarcération pour motiver les détenus pour une formation. Mais ils insistentaussi sur la différence de méthodologie avec ce que les jeunes ont connu à l'extérieur, à savoirl'école traditionnelle : un nombre d'élèves réduit et une approche par la pédagogie de laréussite. Ainsi, on met en avant ce qu'ils connaissent plutôt que ce qu'ils ne connaissent pas,on part de leurs acquis pour construire sur ceux-ci, on met l'accent sur la réussite de petitsmodules de formation pour leur faire prendre conscience qu'ils peuvent réussir quelque chose,etc.- Pour les personnes qui veulent faire une formation diplômante en apprentissage, il y a unepériode d'essai en atelier, ainsi que <strong>des</strong> entretiens individuels approfondis, afin de tester leurmotivation. Il y a déjà un certain tri qui se fait par ce moyen.- Pour les jeunes qui veulent entreprendre <strong>des</strong> cours de lycée technique, il y a <strong>des</strong> entretiensindividuels, afin de bien cerner leur motivation.- Pour les personnes qui suivent <strong>des</strong> cours ponctuels, il n'y a qu'une seule méthode qui estefficace : rendre la formation aussi intéressante que possible.c) Personnel responsable pour ces activitésLes formateurs sont les personnes qui sont de fait responsables pour ces ai<strong>des</strong> à la motivation,et il y a deux métho<strong>des</strong> qui sont efficaces : réaliser une sélection pertinente <strong>des</strong> candidatsspécifiquement pour les formations diplômantes; rendre les cours aussi intéressants quepossible pour l'ensemble <strong>des</strong> formations.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl y a différentes formations qui sont offertes aux personnes en détention.- Un certain nombre de cours sont offerts dans <strong>des</strong> domaines de base, nécessaires ou utiles àl'insertion dans la société : alphabétisation, langues (surtout français, allemand, anglais etluxembourgeois), informatique, formation artistique, formation musicale, etc.- Par ailleurs, <strong>des</strong> cours du lycée technique sont donnés jusqu'à la classe de 10e, en fonction<strong>des</strong> deman<strong>des</strong> et <strong>des</strong> possibilités qui peuvent être couvertes par les formateurs du Service.- Les détenus peuvent faire un apprentissage pour le Certificat de capacité manuelle (CCM),le Certificat d'initiation technique et professionnelle (CITP) ou le Certificat d'aptitudetechnique et professionnelle (CATP) dans un <strong>des</strong> métiers qui sont possibles dans les ateliersdu Centre pénitentiaire de Luxembourg.69


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Quelques détenus suivent <strong>des</strong> cours à distance, organisés par exemple par la Chambre <strong>des</strong>Employés Privés - Luxembourg (CEPL), par le Centre National d'Education à Distance(CNED) en France, ou par la Fernuniversität Hagen en Allemagne. Les formateurs du Serviceéducation leur donnent un appui dans ces matières.Un projet important pour l'avenir consiste à prévoir un système de certification, basé sur <strong>des</strong>petits modules de formation, permettant que toutes les tâches apprises au Centre pénitentiairepuissent être certifiées. Souvent, les détenus n'ont pas la capacité pour aboutir à un diplômecomplet et reconnu au plan légal (tel que CCM, CITP, CATP, diplôme de technicien, diplômede fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques, diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires), mais ils peuventavoir <strong>des</strong> acquis partiels. Si ceux-ci sont certifiés, cela leur donnera une base minimale pourtrouver un emploi à leur sortie. Par ailleurs, ces modules pourraient aussi constituer une ou<strong>des</strong> parties d'une formation plus complète.On pourrait aussi envisager une validation <strong>des</strong> compétences acquises antérieurement, afin quecelles-ci puissent également s'inscrire dans une formation plus globale.Il sera important aussi que ces modules correspondent aux besoins du marché de l'emploi afind'éviter que les personnes qui ont réussi une formation (par exemple un CATP), se rendentcompte en sortant de prison que leur savoir-faire est obsolète, parce qu'entre temps latechnique a évolué.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif poursuivi dépend du type de formation.- Pour les cours ponctuels, il s'agit surtout d'apprendre une langue ou l'utilisation del'ordinateur, afin de leur permettre ultérieurement de mieux se réinsérer dans la société. Il y aaussi un aspect de prise en charge, de soutien et d'attention personnalisée (surtout enformation artistique et en formation musicale).- Les cours du lycée technique ont comme objectif d'arriver à une certification reconnue, ou àdéfaut d'améliorer les compétences en calcul, langues, informatique, culture générale, etc.- L'apprentissage vise à leur donner une qualification certifiée dans un métier précis.- Pour les cours à distance, c'est l'obtention d'un diplôme spécifique qui est visé.c) Grilles horairesLe Service éducation est disponible en semaine de 8 heures du matin à 18 heures. Outre leursréunions de service, les formateurs donnent chacun 22 leçons réparties sur ces plageshoraires. Les horaires <strong>des</strong> apprenants sont variables, selon le type de formation. En principe,ceux qui travaillent, participent aux cours plutôt l'après-midi, et ceux qui ne travaillent pas,participent plutôt le matin. Cela pose <strong>des</strong> problèmes d'organisation, de transferts deprisonniers et d'ajustement d'horaires qui ne sont pas toujours faciles à gérer.- Les personnes qui suivent <strong>des</strong> cours ponctuels s'y rendent une à quatre heures par semaine,le reste de la semaine ils ont l'horaire habituel de la prison (cellule, préau, travail en atelier,corvées, etc.).- Les personnes qui suivent <strong>des</strong> cours du lycée technique ont en général entre quatre et huitheures hebdomadaires de cours, ce qui est bien moins qu'au lycée technique. Ces apprenantsdoivent donc travailler de façon plus autonome et une année scolaire est généralement étaléesur deux ans, car le rythme scolaire n'est de fait pas possible en prison.- Les personnes en apprentissage ont l'horaire de travail normal en atelier sous les ordres deleur maître artisan, et elles participent environ deux fois deux heures à <strong>des</strong> cours théoriques.- Pour les personnes qui suivent <strong>des</strong> cours par correspondance, l'horaire est variable et dépendde leur capacité à travailler seuls : certains nécessitent beaucoup, d'autres moins d'aide <strong>des</strong>70


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgformateurs. Dans ces cours, il est d'ailleurs important de responsabiliser les participants etqu'ils soient capables ou apprennent à travailler seuls.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesPour les jeunes de 15 à 18 ans, il est important de ne pas utiliser la même didactique que cellequ'ils ont connue à l'école, sinon il y a trop de réminiscences et de refus, car à ce niveau ilsont connu surtout l'échec. Même si c'est habituel que ces jeunes s'attendent à ces métho<strong>des</strong> audébut. Par ailleurs, ils ne sont pas en mesure de s'adapter au niveau d'exigence del'enseignement ordinaire.Ces points valent également pour la plupart <strong>des</strong> détenus majeurs.Il faut utiliser <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> plus vivantes, plus adaptées à <strong>des</strong> adultes ou à <strong>des</strong> quasi-adultes,qui font appel à une certaine autonomie et responsabilisation de l'apprenant, et qui font appelà du matériel adapté aux adultes. Par exemple, on peut apprendre à lire à partir d'articles dejournaux, plutôt qu'à partir de livres scolaires.Il est important que le formateur n'infantilise pas les apprenants et qu'il les respecte, y comprisen partie dans leur ignorance.Chez les adultes, on constate aussi que les différences de niveaux sont encore plusimportantes que chez les élèves à l'école, il faut donc pouvoir en tenir compte par unepédagogie différentielle.En prison, il est aussi particulièrement important que le formateur ne se laisse pas solliciterpar <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> extérieures à la formation, de telles deman<strong>des</strong> lui étant régulièrementadressées. Parfois il est possible de prendre appui sur certains souhaits du détenu (écrire aujuge <strong>des</strong> peines par exemple) pour susciter de la formation (apprendre à écrire une lettre àl'ordinateur, dans l'exemple cité).7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement <strong>des</strong> apprenants se fait par les formateurs du Service éducation et par lesformateurs <strong>des</strong> ateliers.Les formateurs du Service encadrent les jeunes durant les cours.Les formateurs <strong>des</strong> ateliers les encadrent durant leur travail et leur formation en atelier.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe Service psychosocial <strong>des</strong> Centres pénitentiaires s'occupe plus de l'aspect social etpsychothérapeutique au cours de la détention. Il n'est pas outillé pour le suivi au plan éducatif.Un conseiller à l'apprentissage suit les personnes qui se sont engagés dans cette voie deformation.Pour le CPL et le CPG, l'Administration de l'Emploi (ADEM) peut réaliser une orientationprofessionnelle, à cet effet il y a une collaboration avec le Berufsinformatiouns-Zentrum(BIZ).Les détenus en semi-liberté du CPG peuvent avoir recours à tous les services de l'ADEM(mesures sociales, stages, orientation professionnelle, etc.).71


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl n'y a pas de moyen juridique pour faire un suivi après la sortie. Un tel suivi ne peut avoirlieu que sur une base volontaire, si l'ancien détenu contacte le Service, ce qui est rare, cespersonnes préférant généralement ne pas se rappeler leur passé en prison.On constate aussi qu'en pratique, les détenus ne terminent pas les formations entamées enprison, une fois qu'ils sont libérés.Il n'y a pas de chiffres concernant le parcours ultérieurs <strong>des</strong> personnes qui ont participé à uneformation.8. StagesIl n'y a pas de possibilités de faire <strong>des</strong> stages, même si au Centre pénitentiaire de Givenich, oùles détenus ont un régime de semi-liberté, une partie d'entre eux travaillent durant la journéeauprès de patrons extérieurs. Mais il s'agit de travail salarié et pas de stages et ces détenussont de fait peu intéressés par les formations.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsCette évaluation dépend du type de formation.- Pour les cours ponctuels (alphabétisation, langues, informatique, formation artistique,formation musicale, etc.), il y a <strong>des</strong> tests. Pour les cours de langues, ce sont les mêmesévaluations que celles du Centre de langues Luxembourg.- Les cours du lycée technique sont évalués par les tests du lycée technique certifiant lesrésultats par les bulletins et diplômes correspondants.- L'apprentissage (CCM, CITP, CATP) est évalué comme à l'extérieur de la prison. Il y a lestests pour les matières scolaires et une note qui est donnée par le formateur de l'atelier.- Pour les cours à distance, il y a <strong>des</strong> examens qui sont prévus par ces cours mêmes.72


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Modalités de cette évaluation- Pour les cours ponctuels, les tests sont faits par les formateurs de ces cours. Pour les coursde langues, ce sont les mêmes évaluations que celles du Centre de langues.- Les cours du lycée technique sont évalués par les tests qui sont en général faits par lesformateurs du Service. Le bulletin du lycée technique est signé par le directeur de cetétablissement.- L'apprentissage est évalué comme à l'extérieur de la prison. Il y a les tests pour les matièresscolaires faits par les formateurs du Service et une note qui est donnée par le formateur del'atelier.- Les cours à distance sont évalués selon les modalités prévues par ces cours.c) Personnel responsable de cette évaluation- Pour les cours ponctuels, les tests sont faits par les formateurs de ces cours. Pour les coursde langues, ce sont les formateurs détachés du Centre de langues ou du Service de laFormation <strong>des</strong> Adultes (SFA).- Les cours du lycée technique sont évalués par les tests qui sont en général faits par lesformateurs du Service éducation.- L'apprentissage est évalué par les formateurs du Service éducation et par le formateur del'atelier.- Les cours à distance sont évalués selon les modalités prévues par ces cours.d) Qualifications possiblesVoir ci-après.e) Certifications possibles- Pour les cours ponctuels (langues et informatique surtout), il y a <strong>des</strong> certificats de présencepour les participants réguliers. Ces certificats reprennent aussi la liste <strong>des</strong> matières qui ont étévues. Dans certains cas, <strong>des</strong> certifications standardisées faites par le Centre de languespeuvent être données aux participants aux cours de langues qui ont progressé.- Pour les cours et apprentissages du lycée technique, les élèves reçoivent les mêmes bulletinset certificats que les jeunes qui fréquentent l'enseignement dans le lycée technique même, laréférence à la prison n'apparaît donc pas sur ces documents.- Les personnes qui suivent les cours à distance peuvent acquérir les certificatscorrespondants en réussissant les examens.10. Personnela) Différents profils du personnelUn chargé de mission dirige le service, il est de formation instituteur, mais assure <strong>des</strong> tâchesd'organisation et de coordination du Service.Les formateurs du Service éducation <strong>des</strong> Centres pénitentiaires (CPG, CPL) sont : uninstituteur, sept chargés d'éducation à tâche enseignante et un chargé d'éducation responsablede la bibliothèque et de l'animation culturelle.De plus, on a l'intervention de chargés de cours du SFA (en <strong>des</strong>sin, théâtre, espagnol, etc.).Les contremaîtres instructeurs <strong>des</strong> ateliers cuisine, typographie, reliure et mécaniqueautomobile assurent les apprentissages.73


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes instituteurs ont eu une formation initiale dans ce métier au Luxembourg.Le coordinateur (chargé de mission) du Service a fait une formation complémentaire d'un anconcernant les enfants à troubles du comportement à l'Ecole Normale de Lyon. Il a parailleurs une expérience professionnelle de Directeur adjoint dans le domaine <strong>des</strong> enfants etadultes handicapés mentaux, de chargé de direction d'un Centre d'éducation différenciée et deDirecteur du Centre socio-éducatif de l'<strong>Etat</strong> à Schrassig (jeunes filles mineures placées surdécision du Tribunal de la Jeunesse).L'autre instituteur a <strong>des</strong> expériences professionnelles dans l'alphabétisation et en tantqu'enseignant du régime préparatoire.Les chargés d'éducation ont au minimum un diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires. Un <strong>des</strong>chargés d'éducation est ingénieur agronome et travaille au Centre pénitentiaire de Givenich,où la ferme sert pour le travail <strong>des</strong> détenus. Un autre chargé d'éducation a une formationartistique de niveau universitaire.Les contremaîtres instructeurs sont <strong>des</strong> maîtres artisans qui ont la même formation que ceuxqui interviennent dans les apprentissages dans les entreprises.Les formateurs participent sur leur demande à <strong>des</strong> séances de formation continue diverses,selon leurs besoins et leurs centres d'intérêt.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementCe sont les critères du service public qui sont d'application.Les chargés d'éducation ont été recrutés sur les listes de candidats du MENFPS, en fonctionde leurs affinités et <strong>des</strong> besoins <strong>des</strong> postes à pourvoir aux Centres pénitentiaires. Mais, lenombre de personnes voulant enseigner en prison n'est pas très grand, la représentation queles gens de l'extérieur ont de ce travail étant assez négative.La plupart <strong>des</strong> contremaîtres instructeurs viennent encore de l'ancienne prison du Grund etsont déjà en fonction depuis assez longtemps.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesOn ne peut pas appliquer la même méthodologie que dans l'enseignement secondaire ou dansl'enseignement secondaire technique. Il est important de ne pas utiliser la même didactiqueque celle que les détenus ont connu à l'école, sinon il y a trop de réminiscences et de refus, carà ce niveau ils ont connu surtout l'échec.Le processus de sélection au début est aussi important, ce qu'on ne peut pas faire dansl'enseignement traditionnel : il est inutile de lancer <strong>des</strong> personnes dans <strong>des</strong> formations, si lesbases n'existent pas au niveau de leur motivation de réussir.74


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.8 Classes de jeunes adultes au Lycée Technique <strong>des</strong> Arts etMétiers (LTAM)M. Norbert Jacobs, Directeur du LTAMtél.: 467616-205; fax: 472991; e-mail: norbert.jacobs@ltam.lu19, rue G. Schneider, L-2522 Luxembourghttp://www.ltam.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes jeunes devaient avoir la majorité légale, c'est-à-dire 18 ans. La très grande majorité avaitentre 18 et 22 ans.b) Nombre de jeunes concernésEnviron 20 jeunes ont commencé cette classe de jeunes adultes en 10e. Sur ceux-ci, on peutestimer que environ deux tiers ont progressivement arrêté, ont échoué ou ont été exclus. Untiers de ces jeunes adultes arrivera donc probablement au diplôme de technicien à l'issue de la13e.c) Profil <strong>des</strong> jeunesSauf exception très rare, il s'agissait de jeunes adultes ayant déjà doublé plusieurs fois, quiavaient déjà essayé plusieurs parcours scolaires, et qui avaient souvent un curriculum vitaeembrouillé.La motivation de ces jeunes était dans l'ensemble très faible, c'était pour beaucoup d'eux unnouvel essai après beaucoup d'autres. Par ailleurs, la section artistique attire parfois <strong>des</strong> élèvesqui ont très peu le sens <strong>des</strong> réalités, qui sont peu énergiques, peu déterminés à réussir, ce quiétait le cas de la majorité de ces élèves.Quelques-uns de ces élèves présentaient <strong>des</strong> problèmes de comportement importants, ce qui afinalement rendu nécessaire leur exclusion de l'établissement.d) Mode de repérage et de recrutementLa moitié environ <strong>des</strong> jeunes adultes a été recrutée au sein du LTAM, parmi les élèves de 18ans et plus. L'autre moitié <strong>des</strong> participants venait de l'extérieur de l'établissement.e) Statut <strong>des</strong> jeunesCes jeunes avaient le statut d'élèves, mais ils devaient signer une convention avec la directionde l'école, qui reprenait à la fois les droits et devoirs de l'école et du jeune.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifDurant trois années scolaires successives, une ou deux classes de jeunes adultes ontfonctionné au LTAM, avec l'autorisation du Ministère de l'Education Nationale, de laFormation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS). La première année il y avait une 10e, ladeuxième année une 10e et une 11e, puis la troisième année une 11e , chaque fois <strong>des</strong> classesartistiques du régime de la formation du technicien. Ces classes ne comprenaient que <strong>des</strong>jeunes majeurs au moment du début de l'année scolaire.75


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgL'expérience a été arrêtée, car la plupart <strong>des</strong> élèves ont dû être exclus ou ont échoué au planscolaire. A partir de la 12e, les élèves motivés qui étaient restés ont été intégrés dans lesclasses normales au LTAM. Ces élèves ont maintenant souvent un rôle de modèle et demoteur dans leur classe, car ils sont nettement plus âgés et plus mûrs que les autres élèves.b) Infrastructure disponibleIl y a <strong>des</strong> salles de classe qui sont les mêmes que pour l'ensemble du LTAM, ainsi quel'ensemble de l'infrastructure de l'établissement.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa classe de jeunes adultes a duré deux années scolaires, la 10e et la 11e. Les élèves rescapésont alors rejoint une 12e normale où ils peuvent continuer jusqu'au diplôme de technicien.d) Base légale et réglementaireL'article 30 de la Loi du 4 septembre 1990 portant réforme de l'enseignement secondairetechnique et de la formation professionnelle continue. Cet article stipule que <strong>des</strong> élèvesmajeurs de 18 ans et plus peuvent avoir un enseignement adapté à leur maturité.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueNon, excepté le stage habituel que les élèves rescapés font en 12e avec les autres élèves.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> ces élèves était dans l'ensemble très faible, ces élèves n'avaient pour laplupart pas d'objectif de formation et étaient peu déterminés à réussir. La principale action quia été tentée a été une plus grande ouverture sur le monde extérieur.b) Modalités de ces activitésLa principale action qui a été menée a été une plus grande ouverture sur le monde extérieur,notamment dans le domaine artistique qui s'y prête bien (expositions, musées, y compris àl'étranger). Mais ces activités n'ont pas donné les résultats escomptés.c) Personnel responsable pour ces activitésLes enseignants et le régent.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLes contenus ont été aménagés en fonction de leur âge, surtout dans l'enseignement <strong>des</strong>langues où <strong>des</strong> contenus et <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> d'enseignement adaptées à leur âge étaient mis enoeuvre.76


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Objectifs <strong>des</strong> formationsLe principal objectif était d'amener les jeunes vers l'intégration dans une classe normale, afinqu'ils puissent poursuivre leur formation initiale jusqu'au diplôme de technicien.c) Grilles horairesLes grilles horaires étaient celles <strong>des</strong> classes normales du lycée technique.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> étaient laissées à l'appréciation <strong>des</strong> enseignants. Ceux-ci on fait <strong>des</strong> efforts pouradapter les contenus à l'âge <strong>des</strong> élèves, notamment par l'essai de métho<strong>des</strong> plus actives et parune diminution de l'enseignement frontal. Mais ces essais n'ont pas portés leurs fruits, surtoutà cause du manque de motivation de la plupart <strong>des</strong> élèves.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLes élèves étaient encadrés par le directeur du LTAM, le régent de la classe et les enseignantstitulaires de la classe en question.Une séance de préparation spécifique ("Séminaire d'initiation à la formation et àl'établissement") de deux demi-journées a été organisée au début de l'expérience à <strong>des</strong>tinationde ces élèves. Le programme était le suivant : accueil <strong>des</strong> élèves par le directeur, présentationet signature de la convention, communication de l'horaire, premier contact avec le régent,présentation <strong>des</strong> programmes et <strong>des</strong> critères de promotion, présentation du marché de l'emploipar un chargé de cours travaillant également à l'extérieur ou par un représentant du secteurprofessionnel, visite guidée de l'établissement.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureCes jeunes ont pu profiter, comme tous les élèves de l'enseignement secondaire et secondairetechnique, du Service de psychologie et d'orientation scolaires (SPOS).c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureSur ceux qui ont commencé la classe de jeunes adultes, on peut estimer qu'un tiers environarrivera jusqu'au diplôme de technicien.Le suivi ultérieur prévu pour ceux qui ont abandonné ou ont échoué consistait en ce que leLTAM s'est chargé de leur trouver une autre classe ou une place d'apprentissage.8. StagesIl n'y avait pas de stages spécifiques pour les classes de jeunes adultes. Les élèves qui sontarrivés en 12e sont maintenant dans une classe ordinaire où ils font les stages prévus pour cesclasses.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.77


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se faisait par <strong>des</strong> tests (devoirs en classe) et les dossiers sur un thème artistique,ces notes étaient synthétisées dans les bulletins trimestriels, comme pour les autres élèves duLTAM.b) Modalités de cette évaluationCette évaluation s'est faite comme pour les autres élèves du LTAM, par le biais de tests(devoirs en classe) et de dossiers artistiques.c) Personnel responsable de cette évaluationLes enseignants du lycée technique, comme pour les autres élèves.d) Qualifications possiblesLe but de l'expérience était d'amener ces jeunes au diplôme de technicien dans le domaineartistique.e) Certifications possiblesLe but de l'expérience était d'amener ces jeunes au diplôme de technicien dans le domaineartistique.10. Personnela) Différents profils du personnelLes enseignants étaient les mêmes que pour les autres élèves du LTAM, on a cherchéseulement à proposer ces classes à <strong>des</strong> enseignants expérimentés, ouverts et motivés,particulièrement en ce qui concerne le régent de la classe de jeunes adultes.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLa formation initiale de ces enseignants était la même que pour tous les enseignants del'enseignement secondaire et secondaire technique. Il n'y avait pas de formation continue78


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgspécifique, mais ces enseignants pouvaient faire usage de l'offre de formation continue qui estofferte par le MENFPS.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes enseignants étant les mêmes que pour les autres élèves, le recrutement s'est fait sur lesmêmes critères du service public.Il y a <strong>des</strong> critères de motivation personnelle, d'ouverture, de flexibilité et d'expériencepersonnelle qui sont intervenus dans la sélection <strong>des</strong> enseignants prenant en charge les classesde jeunes adultes et dans la sélection du régent de ces classes. En même temps, cesenseignants ne devaient pas être trop âgés. Ce choix s'est fait par le directeur du LTAM qui aproposé ces classes à ces enseignants.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLe profil de ce formateur doit être proche de celui qui donne <strong>des</strong> cours du soir à <strong>des</strong> adultes. Ildoit être prêt à enseigner beaucoup plus d'égal à égal, à adapter son enseignement à l'âge <strong>des</strong>es élèves, à travailler avec <strong>des</strong> adultes qui ont une vision assez claire de leur objectif (c'estd'ailleurs ce qui n'a pas fonctionné pour la majorité de ces élèves).79


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.9. Classes de jeunes adultes au Lycée Technique Ecole deCommerce et de Gestion (LTECG)Mme José Frideres-Poos, Directrice du LTECGtél.: 2604-5303; fax: 2604-5105; e-mail: jose.frideres@education.lu21, rue Marguerite de Brabant, L-1254 Luxembourghttp://www.ltecg.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeIl n'y a en principe pas de limite d'âge, mais en pratique les participants ont entre 18 et 27 ans,la plupart se situant dans le créneau 19-22 ans.b) Nombre de jeunes concernésLa première année scolaire où ce système a été organisé, c'est-à-dire en 1999-2000, il y avaitune seule classe, la deuxième année il y avait déjà deux classes et cette année il y en a trois, àsavoir une classe de 11 e et deux classes de 12 e .Dans la classe de 11 e il y en a actuellement 27 élèves, et dans les deux classes de 12 e , oncompte 50 élèves.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa plupart de ces jeunes adultes ont eu un ou plusieurs échecs dans l'enseignement secondaireou secondaire technique, et ils ont été réorientés en fonction de cet échec. Ou bien ils ont étérefusés/écartés et n'ont plus la possibilité de continuer leur scolarité antérieure. Parfois ce sont<strong>des</strong> jeunes qui étaient mal orientés, notamment dans le domaine <strong>des</strong> professions de santé, quiavaient déjà bien avancé dans leur scolarité et puis ont été bloqués par l'une ou l'autre matièreet ne pouvaient pas avoir de diplôme.Il peut également arriver que, dans le lycée technique, un jeune soit bloqué par <strong>des</strong> matièrescomme la physique ou la chimie et n'arrive plus à progresser.Quelques-uns de ces jeunes adultes ont déjà travaillé, ou avaient essayé un apprentissage ouétaient entrés à l'armée, mais cela ne leur convenait pas.Ces jeunes adultes ont donc fait beaucoup de détours, ils ont parfois cumulé trois à quatreéchecs, ils sont donc relativement âgés et ont souvent un sentiment de dévalorisation. Ils sontaussi en général trop âgés pour entrer dans un apprentissage (aucun patron ne voudrait d'eux)ou pour entrer dans une 10 e professionnelle.Une caractéristique très importante de ce public est le fait qu'ils ne savent souvent plus sestructurer au niveau du travail quotidien et <strong>des</strong> apprentissages, parce que l'habitude s'estperdue au fil <strong>des</strong> années.Néanmoins, cela reste une population relativement privilégiée, dans l'ensemble ce sont <strong>des</strong>élèves assez intelligents, qui ont le bagage intellectuel pour accéder à un bac technique. Ilsprésentent aussi un certain intérêt humain parce qu'ils ont déjà fait beaucoup d'expériences.Par ailleurs, dans leur biographie personnelle, il y a toujours un moment assez précis où ilsont décroché, soit pour <strong>des</strong> raisons liées à une branche (par exemple les mathématiques ouune <strong>des</strong> langues dans l'enseignement secondaire), soit parce qu'ils se sont trompésd'orientation scolaire (comme dans les professions de santé).80


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl y a souvent eu une forme de laisser-aller de la part du milieu familial d'origine ou parfoisaussi un excès d'autoritarisme. Par ailleurs, même si ces élèves sont <strong>des</strong> adultes, ils viventquasiment encore tous chez leurs parents.d) Mode de repérage et de recrutementLe bon encadrement et le suivi bien organisé <strong>des</strong> élèves de ces classes ont favorisé le boucheà oreille dans les différents établissements, particulièrement dans ceux du CampusGeesseknäppchen, mais aussi dans ceux du reste du pays. Des brochures d'information ontégalement été diffusées dans les différents lycées et lycées techniques, ce qui fait quel'expérience est maintenant bien connue.e) Statut <strong>des</strong> jeunesCes jeunes ont le statut d'élèves, mais ils doivent signer une convention avec la direction del'école, qui reprend à la fois les droits et devoirs de l'école et du jeune.L'école s'engage à les traiter comme <strong>des</strong> adultes, à adapter les contenus à un niveau d'adultessi c'est possible, à fournir une formation accélérée, à assurer un accompagnement vers uneautre solution (travail, autre formation, apprentissage, etc.) si le dispositif "jeunes adultes" neconviendrait pas pour l'une ou l'autre raison.Le jeune s'engage quant à lui à respecter le règlement, à venir à l'heure tous les jours, àassister aux cours, à faire régulièrement ses devoirs à domicile, à travailler en vue d'uneréussite au cours de chacun <strong>des</strong> trois trimestres, etc.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe LTECG n'a traditionnellement qu'un enseignement dans le domaine commerce et gestion,ceci dans le régime technique, allant de la 10 e jusqu'à la 13 e et se terminant par un bactechnique. L'établissement accueille donc en permanence <strong>des</strong> élèves venant d'autresbâtiments. Ceux-ci entrent en 10 e , 11 e ou 12 e , mais on s'est rendu compte que l'intégration <strong>des</strong>élèves venant <strong>des</strong> lycées et lycées techniques créait beaucoup de problèmes. D'où le projet"jeunes adultes", mis au point avec le Ministère de l'Education Nationale, de la FormationProfessionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS) et créé afin de mieux structurer l'intégration de ces"entrées collatérales".Le projet vise à permettre à <strong>des</strong> jeunes adultes, ayant déjà accompli une scolarité partielleailleurs ou ayant déjà travaillé, à réintégrer l'enseignement de jour, avec l'objectif d'arriver leplus rapidement possible à un diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques ("bactechnique") dans le domaine commercial. Cette possibilité est particulièrement intéressanteparce qu'on a constaté que ce diplôme permettait encore facilement aux jeunes de trouver unemploi sur le marché du travail luxembourgeois.Les jeunes qui sont admis doivent déjà avoir été inscrits à la classe antérieure à la classe dejeunes adultes dans laquelle ils entrent. Donc, pour entrer en 11 e , ils doivent avoir été inscritsà une 10 e du lycée technique ou une 4 e du lycée; pour entrer en 12 e , ils doivent avoir été en11 e du lycée technique ou en 3 e du lycée. On les accueille au niveau où ils ont buté sur unéchec et on les fait passer dans la classe suivante, ce qui les motive très fort, car ils n'ont pasl'impression de perdre encore une année. Au contraire, ils se voient progresser.Il y a une admission conditionnelle de l'élève, qui devient définitive au bout du premiertrimestre. Par ailleurs, le jeune doit obligatoirement réussir la première année, sinon il estexclu, sauf exception et après délibération du conseil de classe. Après la réussite de la81


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgpremière année, le jeune est considéré comme un élève normal et n'est plus signalé comme"jeune adulte". Mais ces élèves restent néanmoins ensemble dans les mêmes classes, ce quileur plaît d'ailleurs beaucoup.b) Infrastructure disponibleL’infrastructure et les salles de classe qui sont les mêmes que pour les autres élèves del'établissement.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa classe <strong>des</strong> jeunes adultes dure une année scolaire (la 11 e ou la 12 e ), après cela les jeunesont les mêmes modalités de formation que les autres classes du LTECG, mais ils restentnéanmoins ensemble jusqu'au bac technique.d) Base légale et réglementaireIl n'y a pas de base légale ou réglementaire, ce qui rendrait d'ailleurs la formule trop peuflexible. Il y a un accord écrit avec le MENFPS, ce qui implique <strong>des</strong> moyenscomplémentaires, car il y a plus d'heures de cours réguliers et il y a <strong>des</strong> cours d'appuispécialement prévus pour ces jeunes adultes. La suite du projet est donc subordonnée àl'accord annuel du MENFPS.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCelle-ci se fait surtout par les stages (voir point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiquePas pour le moment.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes jeunes ont eu dans la plupart <strong>des</strong> cas <strong>des</strong> échecs et ils en gardent un sentiment dedévalorisation. En même temps, leur motivation est très grande, entre autre parce que c'estleur dernière chance d'avoir un diplôme, à savoir le bac technique.Le fait de leur permettre d'avoir en un temps relativement bref accès à ce diplôme lesrevalorise beaucoup. Mais c'est surtout l'encadrement et le suivi très proche (voir aussi point7), surtout réalisé par le régent, mais aussi par la direction, les autres enseignants et le Servicede psychologie et d'orientation scolaires (SPOS), qui les remotive beaucoup.Des mesures d'appui sont organisées par l’école dans les branches où il y a une difficulté.Depuis cette année scolaire il y a aussi l'appui réciproque entre les jeunes, ceux qui sont plusforts dans une branche particulière aidant les plus faibles.b) Modalités de ces activitésDifférents éléments contribuent à motiver fortement les jeunes. D'abord, le fait que ces jeunesprennent contact avec de nouvelles branches, encore vierges de tout échec antérieur, commela comptabilité ou l'économie. Ensuite, le fait d'avoir au début <strong>des</strong> tests réussis, ce qui est larègle pour ces nouvelles matières, alors que les années précédentes ils ont toujours connul’échec ou étaient à la limite de l'échec.82


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPar ailleurs, il y a tout un travail qui est nécessaire pour leur réapprendre à étudier et àtravailler régulièrement, à venir tous les jours à l'heure, à avoir leur matériel scolaire aveceux, à faire régulièrement leurs devoirs à domicile, etc. Cela se fait par le rappel fréquent <strong>des</strong>règles. Il y a un encadrement plus régulier que pour les autres élèves, ce qui leur donneégalement le sentiment que quelqu'un s'intéresse à eux et les aide concrètement.Il y a aussi un contact très étroit avec les parents ou autres personnes responsables,notamment parce que les problèmes de ces jeunes sont souvent importés du milieu familiald'origine. Le but de ces contacts est d'amener les parents à aider le jeune à acquérir unecertaine régularité dans le travail, mais aussi de leur permettre de croire de nouveau en uneréussite possible de leur enfant.c) Personnel responsable pour ces activitésLes enseignants jouent le principal rôle dans le travail de motivation. Ces personnes sontvolontaires pour enseigner dans ces classes, ce qui ne pose en général pas de problèmes, carelles vivent cette expérience comme un défi très stimulant.Des enseignants particulièrement motivés sont choisis pour assumer la régence. Ce sontd'ailleurs en général ceux qui doivent retravailler une matière à partir de zéro, par exemple lacomptabilité ou l'économie, et qui voient donc ces élèves tous les jours. Ils les connaissentdonc particulièrement bien.La directrice du LTECG a un premier entretien individuel avec tous les jeunes et elle suitégalement leur parcours tout au long de l'année.Ces jeunes profitent également, comme tous les élèves de l'enseignement secondaire etsecondaire technique, <strong>des</strong> services du SPOS.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsC'est le programme officiel de la 11 e ou de la 12 e , mais avec plus de suivi, un enseignementplus intensif et avec plus d'heures pour les matières comme la comptabilité, où il y a <strong>des</strong>retards par rapport aux autres élèves.Souvent, ces élèves ont une certaine avance en langues, ce qui permet d'introduire durant cescours d'autres notions de culture générale. Parfois il faut néanmoins prévoir <strong>des</strong> rappels enorthographe et grammaire, car il y a souvent eu d'importants oublis à ces niveaux.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif est d'arriver au niveau de la fin d'une 11 e ou d'une 12 e normale au bout de l'année,afin de permettre à ces jeunes de continuer en 12 e ou en 13 e selon le même rythme que lesautres élèves.c) Grilles horairesLa grille horaire est aménagée dans ce sens que certains cours sont traités en un nombre plusimportant d'heures, ces jeunes viennent donc de fait plus de temps à l'école (35 heures au lieude 30).83


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> didactiques sont choisies par l'enseignant. Le fait que ces jeunes sont plus âgéspermet souvent de travailler un peu différemment, de les responsabiliser plus. La situation estun peu semblable à celle <strong>des</strong> adultes qui suivent <strong>des</strong> cours du soir.Néanmoins un soin particulier est accordé à une méthode de travail disciplinée, comme parexemple la tenue de cahiers propres, la nécessité d'avoir son matériel scolaire avec soi, defaire régulièrement les devoirs à domicile, etc.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL’encadrement est beaucoup plus systématique que pour les autres élèves.Un contact très étroit est entretenu avec les parents ou autres personnes responsables,notamment parce que les problèmes de ces jeunes sont souvent importés du milieu familiald'origine. Le but de ces contacts est d'amener les parents à aider le jeune à acquérir unecertaine régularité dans le travail.Il y a beaucoup d'entretiens individuels avec ces élèves, surtout faits par le régent, qui connaîtl'histoire de vie de ces jeunes.Un nombre plus important de conseils de classe sont organisés avec les enseignants de cesélèves, et en novembre il y a une réunion conjointe <strong>des</strong> enseignants, <strong>des</strong> parents et <strong>des</strong> élèves.Le but <strong>des</strong> contacts avec les parents, qui espèrent souvent de façon désespérée que leursenfants pourront enfin avoir un diplôme, est aussi de les réconforter dans la perspective de laréussite <strong>des</strong> jeunes.Par ailleurs, il y a une orientation vers la vie active ou vers une formation alternative qui estproposée au jeune, si celui-ci n'est pas en mesure de remplir ses obligations.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la formationCes jeunes profitent, comme tous les élèves de l'enseignement secondaire et secondairetechnique, <strong>des</strong> services du SPOS.La directrice du LTECG suit également de très près le parcours de tous les élèves tout au longde l'année.Le LTECG s'engage à assurer un accompagnement vers une autre solution (travail, autreformation, apprentissage, etc.) si la formule "jeunes adultes" ne convenait pas pour l'une oul'autre raison.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la formationEnviron 75 % <strong>des</strong> jeunes qui commencent les classes de jeunes adultes réussissent à avoir lebac technique, ce qui correspond environ au taux de réussite <strong>des</strong> autres élèves. Il n'y a pas <strong>des</strong>uivi systématique après la sortie, mais ces jeunes sont toujours très contents de revenir envisite au LTECG.Après leur bac technique, ils continuent très souvent à faire <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> supérieures, et onconstate qu'ils sont aussi capables que les autres diplômés du LTECG.84


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg8. StagesA partir de l’année scolaire 2002-2003, le stage en classe de 12 e est remplacé par un projetque les élèves réalisent sous la guidance d’un tuteur pendant l’année scolaire. Les objectifs àatteindre et les modalités d’exécution sont les mêmes que pour les autres élèves.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsCette évaluation se fait par les bulletins trimestriels et par l'examen de fin d'étu<strong>des</strong>secondaires techniques ("bac technique").b) Modalités de cette évaluationCette évaluation se fait comme pour les autres élèves du LTECG, par le biais de tests (devoirsen classe) et de l'examen de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques ("bac technique").c) Personnel responsable de cette évaluationLes enseignants du lycée technique, comme pour les autres élèves.d) Qualifications possiblesLes jeunes peuvent avoir un diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques ("bac technique")dans le domaine commercial.e) Certifications possiblesLes bulletins sont identiques à ceux <strong>des</strong> autres élèves, il en est de même pour le bactechnique. Aucun <strong>des</strong> certificats (bulletins et diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires techniques)ne mentionne le fait que ces jeunes sont entrés par le système <strong>des</strong> classes de jeunes adultes, cequi ne les handicape donc pas ultérieurement pour la recherche d'un emploi.85


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg10. Personnela) Différents profils du personnelLes enseignants sont les mêmes que pour les autres élèves du LTECG, on cherche seulementà sélectionner <strong>des</strong> enseignants particulièrement motivés.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLa formation initiale de ces enseignants est la même que pour tous les enseignants del'enseignement secondaire et secondaire technique.Par ailleurs, les enseignants prenant en charge les classes de jeunes adultes font un usage trèsintensif de l'offre de formation continue qui leur est offerte par le MENFPS.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes enseignants étant les mêmes que pour les autres élèves, le recrutement est fait selon lesmêmes critères du service public.Des critères de motivation personnelle interviennent cependant dans la sélection <strong>des</strong>enseignants prenant en charge les classes de jeunes adultes et dans la sélection <strong>des</strong> régents deces classes. Ce choix se fait par la directrice du LTECG.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesUne spécificité s’est dégagée par la pratique : l’ouverture d’esprit pour entrer en contact avecces élèves, la patience qui est souvent nécessaire, la prise de conscience qu'il s'agiteffectivement d'adultes et pas d'enfants.86


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.10. Classes préparatoires au CITP au Centre national de laformation professionnelle continue (CNFPC)Mme Bernadette Emering,M. Gilbert Graf,CNFPC d'Esch-sur-Alzette : 22, rue Henri Koch, BP 371, L-4004 Esch-sur-Alzettetél.: 558987-1; fax: 55 93 25; e-mail: bernadette.emering@cnfpc.lu; gibgraf@pt.luhttp://www.cnfpc.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes jeunes doivent avoir terminé leur scolarité obligatoire, c'est-à-dire avoir au moins 15 ans.La majorité <strong>des</strong> inscrits ont entre 15 et 18 ans.b) Nombre de jeunes concernésLa première année 1999-2000, on a constitué un groupe de 14 élèves issus du Lycéetechnique d'Esch-sur-Alzette (LTE), du Lycée technique Mathias Adam (LTMA) deDifferdange et du Lycée technique Nic Biever (LTNB) de Dudelange. La deuxième année, leLycée technique du Centre (LTC) s'est joint à l'expérience et il y a eu en tout 26 élèves. Latroisième année (2001-2002), il y en a eu 46, ce qui a fait déjà deux groupes (dansl'enseignement général).c) Profil <strong>des</strong> jeunesCes jeunes viennent du régime préparatoire, ils ont 15, 16 ou 17 ans, et il leur manque un oudeux modules dans les branches qui sont données sous forme modulaire, à savoir lesmathématiques, le français et l'allemand, pour faire une demande d'admission à unapprentissage débouchant sur un Certificat d'initiation technique et professionnelle (CITP).La plupart <strong>des</strong> jeunes proviennent d'un milieu socialement défavorisé. Il s'agit souvent d'unmilieu d'ouvriers à faibles revenus ou de demandeurs d'emploi, avec <strong>des</strong> conditions familialesinstables ou précaires. Ces jeunes n'ont généralement pas de projet d'avenir bien défini.Le parcours scolaire typique est souvent constitué d'échecs scolaires, avec redoublement déjàà l’école primaire, puis entrée au régime préparatoire de l’enseignement secondaire technique(EST), où ils ont progressé, mais pas tout à fait assez pour avoir accès au CITP.d) Mode de repérage et de recrutementLa plupart sont recrutés par l'intermédiaire <strong>des</strong> lycées techniques et de l'Action Locale pourJeunes (ALJ), une structure dépendant du Ministère de l'Education nationale, de la Formationprofessionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS) qui assure le suivi <strong>des</strong> jeunes en difficultés durantleur transition de l'école à la vie active.Ce sont <strong>des</strong> jeunes du régime préparatoire de plus de 15 ans à qui manquent un ou deuxmodules pour faire une demande d'admission au CITP. Il y a aussi un recrutement en internedans les Cours d’orientation et d’initiation professionnelles (COIP) du CNFPC, parmi lesjeunes déjà inscrits dans les COIP, qui travaillent bien en atelier et auxquels manquentquelques modules pour faire une demande d'admission au CITP. L'Administration de l'Emploi(ADEM) envoie également <strong>des</strong> candidats.Tous les jeunes doivent être inscrits à l'ADEM comme demandeurs d'emploi, mais durant lapériode de formation, l'ADEM ne les assignera pas, dans la mesure où ils sont préparés auCITP. La collaboration avec l'ADEM est donc très importante.87


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesComme les autres inscrits <strong>des</strong> COIP, les apprenants ne sont pas rémunérés les trois premiersmois (durant la "phase d'orientation"), puis ils ont une indemnité de formation durant la"phase d'initiation".Ils ont en fait le statut de stagiaire rémunéré, bien que ce statut n'a pas de base légale dans ledroit du travail au Luxembourg. Ils ne sont ni élèves, ni apprentis, ils reçoivent une indemnitéde formation du Fonds pour l'emploi, qui est assez élevée (entre 320 et 450 euros pour lesjeunes de 15 à 18 ans, et 570 euros au-delà de 18 ans), si on compare avec un contratd'apprentissage qui est nettement moins bien rémunéré.Si les jeunes restent une deuxième année scolaire, ils ont le statut de chômeur indemnisédurant cette année.Les participants sont donc inscrits à l'ADEM, ont le statut de stagiaire rémunéré qui leurpermet de recevoir l'indemnité de formation. Ainsi ils ont la plus-value <strong>des</strong> COIP et la plusvaluede l'EST, tout en pouvant être préparés à l'entrée ultérieure dans un apprentissage CITPou éventuellement un Certificat de capacité manuelle (CCM), si le CITP n'est pas possible.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifA l'origine de ce projet, le Lycée technique d'Esch-sur-Alzette a fait une démarche auprès duMENFPS, signalant que dans son régime préparatoire il y avait beaucoup de jeunes de 15, 16ou 17 ans à qui manquaient un ou deux modules (dans les branches qui sont données sousforme modulaire : mathématiques, français et allemand) pour faire une demande d'admissionà un apprentissage CITP. Donc, ces jeunes devraient rester une année scolaire entière pourterminer le ou les modules qui leur manquaient.L'idée était de les prendre en charge par l'intermédiaire du CNFPC en leur proposant un butprécis à atteindre, à savoir l'entrée au CITP. Il y a un tutorat, une pédagogie individualisée etune initiation professionnelle complémentaire afin de leur permettre de finir en même tempsles modules qui leur manquent, de bénéficier d'un encadrement socio-pédagogique etpsychopédagogique et d'avoir une première initiation professionnelle concrète et pratique(ateliers et stages).Cette initiation professionnelle leur facilite l'entrée ultérieure sur le marché du travail, car ilsont une première expérience pratique, cette dernière faisant défaut au lycée technique.Dans les ateliers, les jeunes <strong>des</strong> classes préparatoires au CITP sont regroupés avec les autresjeunes <strong>des</strong> COIP.Durant les vacances scolaires, <strong>des</strong> stages sont organisés par l'ADEM, en collaboration avec unéducateur gradué. On essaie après l'obtention <strong>des</strong> modules manquants de trouver une placed'apprentissage CITP dans les domaines professionnels où les jeunes ont fait leurs stages.Si on s'occupe prioritairement et par une méthode individualisée <strong>des</strong> quelques modulesmanquants, on a de meilleurs résultats avec ces jeunes que s'ils sont laissés dans une grandeclasse du régime préparatoire de l'EST, où ils sont obligés de refaire aussi toutes les autresmatières scolaires.Au-delà <strong>des</strong> modules qui leur manquent, ces jeunes bénéficient aussi d'un enseignementgénéral en communication orale et écrite et en calcul, afin qu'ils ne perdent pas les acquisscolaires <strong>des</strong> années précédentes. Il y a aussi <strong>des</strong> cours en éducation sociale, qui est unebranche importante, parce qu'elle permet d'aider les jeunes à se situer par rapport à leur avenirsocial et professionnel.88


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Infrastructure disponibleC'est l'infrastructure du CNFPC d'Esch-sur-Alzette, qui sert aussi pour l'ensemble <strong>des</strong> COIP.Il y a <strong>des</strong> ateliers, <strong>des</strong> salles de classes, <strong>des</strong> salles informatiques, <strong>des</strong> salles de réunion. Lesateliers du centre d'Esch-sur-Alzette ont été créés prioritairement pour organiser de laformation professionnelle continue à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> actifs occupés et <strong>des</strong> entreprises. Cesateliers sont très sophistiqués, spacieux et bien équipés par <strong>des</strong> outillages et <strong>des</strong> machineshypertechnologiques, mais ils sont difficiles à convertir en ateliers pour publics en difficultés.Il faut préciser que les locaux du CNFPC sont équipés de façon prioritaire en vue de laformation professionnelle.Il y a les ateliers suivants pour les jeunes <strong>des</strong> classes préparatoires au CITP : métal, cuisine,coiffure, électricité, vente, couture, bâtiment, bois, mécanique, peinture, usinage, atelierspolyvalents.Il n'y a pas d'infrastructure sportive, ce qui est un problème au niveau <strong>des</strong> possibilités<strong>pédagogiques</strong>, car ces jeunes auraient besoin d'activités physiques et d'apprendre lacollaboration en groupe, ce qui pourrait se faire par le biais du sport.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLes parcours de formation sont assez courts, dès que les participants ont acquis les modulesqui leur manquent, on essaye de les placer en apprentissage CITP (ou à défaut, en CCM oudans un emploi non qualifié). La durée de base de la formation est d'une année scolaire. Unedeuxième année est éventuellement possible, mais leur statut change alors et ils reçoiventl'indemnité de chômage de l'ADEM.d) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet; du Règlement grand-ducalde 1984 portant création <strong>des</strong> Cours d’orientation et d’initiation professionnelles; de la Loi du4 septembre 1990 portant réforme de l'enseignement secondaire technique et de la formationprofessionnelle continue (modifiée par la Loi du 12 février 1999 concernant la mise en oeuvredu plan d’action national en faveur de l’emploi).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl est laissé à l'initiative <strong>des</strong> formateurs individuels ou <strong>des</strong> éducateurs gradués, quels contactsils établissent avec l'extérieur, notamment avec le monde économique.Dans les classes préparatoires CITP, ce sont généralement les éducateurs gradués quicontactent directement les entreprises pour trouver <strong>des</strong> places de stages et d'apprentissagepour les apprenants, en collaboration avec l'ADEM. Il y a une complémentarité dans cetterecherche, certaines places sont trouvées par les éducateurs gradués, d'autres par l'ADEM.b) Collaboration avec le monde scientifiqueIl n'y a pas d'assistance scientifique sur le terrain même, quand il y en a une, elle passe par leService de la formation professionnelle (SFP) du MENFPS.89


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationCe qui est très important pour la motivation de ces jeunes, c'est le fait d'avoir un but précis etréalisable, ce qui est un avantage par rapport au régime préparatoire. La motivation dépendaussi de la dynamique de groupe, ainsi que de l'entente avec le formateur de l'atelier.Le suivi individuel <strong>des</strong> jeunes est une activité qui sert à les remotiver. Des cours d'appui sontassurés de façon très régulière par les éducateurs gradués. Par ailleurs, la didactiqueindividualisée et différenciée mise en œuvre par les formateurs est un élément essentiel de laremotivation.L'éducation sociale est également une activité de remotivation importante.b) Modalités de ces activitésLe suivi individuel consiste en entretiens individuels et de groupe avec tous les jeunesconcernés, ainsi qu'en contacts avec les parents et les patrons.Les jeunes peuvent se présenter à tout moment avec leurs questions et problèmes. Il y a uneobservation régulière de leur comportement dans les groupes et les jeunes sont contactés siquelque chose ne fonctionne pas bien.Il y a la possibilité de changer un jeune de groupe, si la dynamique de ce groupe ne luiconvient pas, ce qui est plutôt rare. Dans l'ensemble, la dynamique du groupe est plutôtencourageante pour les jeunes, car ils voient la progression <strong>des</strong> autres et réalisent que c'estaussi possible pour eux.Les cours d'éducation sociale permettent de travailler sur la façon qu'a le jeune de se situerpar rapport à son avenir social et professionnel, et donc à l'aider à se fixer un objectif précis.c) Personnel responsable pour ces activitésLes éducateurs gradués sont principalement responsables de ces activités de suivi individuel,parfois ce sont les formateurs de l'enseignement professionnel ou de l'enseignement généralqui interviennent, selon la situation qui se présente.Le cours d'éducation sociale est donné par <strong>des</strong> éducateurs gradués.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl y a d'abord les contenus <strong>des</strong> modules du régime préparatoire de l'EST que les jeunes n'ontpas encore réussi (mathématiques, français, allemand). Cette partie de la formation est trèsindividualisée et dépend de chaque jeune en particulier. Les formateurs s'occupentspécifiquement <strong>des</strong> déficits <strong>des</strong> jeunes dans les modules, quatre à huit heures par semaine,tandis que pour le reste, les jeunes suivent les mêmes formations dans les ateliers que lesautres apprenants <strong>des</strong> COIP.Il y a les unités d'apprentissage technique dans les domaines professionnels suivants : métal,cuisine, coiffure, électricité, vente, couture, bâtiment, bois, mécanique, peinture, usinage,ateliers polyvalents, etc. La majorité de ces branches ont été retravaillées ces dernières annéespour être disponible sous forme modulaire, avec <strong>des</strong> objectifs précis exprimés en termes decompétences, <strong>des</strong> indications de contenu, <strong>des</strong> indications didactiques et la liste du matérield'enseignement, <strong>des</strong> critères d'évaluation et une grille d'évaluation par module.Ces apprenants bénéficient aussi d'un enseignement général en communication orale et écriteet en calcul, afin qu'ils ne perdent pas les acquis scolaires <strong>des</strong> années précédentes.90


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl y a également <strong>des</strong> cours en éducation sociale, qui est une branche importante, parce qu'ellepermet d'aider les jeunes à se situer par rapport à leur avenir social et professionnel.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de la formation dans les modules du régime préparatoire (mathématiques, français,allemand) est de réussir ces unités d'apprentissage qui leur manquent et de les certifier,comme dans l'EST, et que les éducateurs gradués puissent ensuite les placer dans unapprentissage CITP (ou à défaut, dans un CCM ou un emploi non qualifié).L'objectif <strong>des</strong> ateliers et <strong>des</strong> stages est de leur fournir une première initiation professionnelleconcrète et pratique, qui leur bénéficiera durant leur apprentissage et au moment où ils aurontun emploi.c) Grilles horairesLes grilles horaires sont calquées sur le rythme scolaire de l'enseignement secondaire etsecondaire technique. La grille journalière va de 8 à 16, en règle générale. Les groupes COIPont un horaire hebdomadaire qui varie de 28 à 36 heures, selon l'atelier.Les unités de formation durent deux leçons de 50 minutes, avec une pause durant la matinéeet une durant l'après-midi.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesIl y a deux formateurs (chargés de cours) très motivés, qui essaient par l'intermédiaire dututorat à faire assimiler la matière <strong>des</strong> modules manquants en formation générale. Cesformateurs sont mis à disposition à temps partiel par les lycées techniques pour donner cescours, ce qui leur permet d'avoir à la fois une expérience du régime préparatoire du lycéetechnique et du CNFPC.Ces formateurs s'occupent spécifiquement <strong>des</strong> déficits dans les modules, quatre à huit heurespar semaine. Leur méthode est surtout basée sur le travail individuel, sur la valorisation <strong>des</strong>jeunes, sur la remotivation.La méthode didactique est très individualisée, notamment parce qu'il n'y a pas d'homogénéitédans le groupe. En fait, on peut distinguer grosso modo deux types de jeunes.- D'abord, ceux qui sont dans une attitude de refus par rapport à l'école, cette attitude étantdue à leurs expériences antérieures. Ce sont ceux qui finalement vont avancer le plusrapidement, car leur refus de l'école n'est plus nourri, étant donné qu'ils sont dans unesituation différente de ce qu'ils ont connu (ils ont un nouveau statut qui n'est plus celuid'élève, ils reçoivent une indemnité de formation, ils sont beaucoup plus traités en adultesresponsables, ils savent qu'ils ont un objectif précis qui peut être atteint assez vite, cet objectifdébouche concrètement sur une perspective professionnelle, ils savent aussi qu'ils ne devrontpas rester plus longtemps que jusqu'à l'atteinte de ce but et qu'ils ne devront pas finir <strong>des</strong>années comme au lycée technique). La démarche consistera dès le départ à repérer ces jeuneset à les aider en fonction de leur problématique.- Ensuite, la grande majorité <strong>des</strong> inscrits, qui sont simplement plus lents et à qui il faut plus detemps. Au lycée technique, ceux-ci ont souvent connu <strong>des</strong> situations difficiles. La dernièretendance est d'ailleurs parfois renforcée par le régime modulaire, où les élèves sontquelquefois laissés à eux-mêmes, avec la conséquence qu'ils n'arrivent pas à accrocher à leurtravail. C'est pourquoi, ces jeunes ne veulent plus se confronter de façon structurée avec <strong>des</strong>contenus et <strong>des</strong> tâches.91


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgSurtout avec ces apprenants plus lents, on adopte une démarche consistant à capter leurattention à tous par <strong>des</strong> tâches faites en commun (et ne pas les laisser s'ennuyer dans leurcoin). Il y a toujours une tâche collective, un scénario collectif en cours qui concerne tous lesapprenants, au cours duquel il y a une médiation par le langage, ce qui aide aussi à formerleurs compétences linguistiques. Même si on n'arrive pas à avoir leur attention 100 % dutemps, on essaiera toujours de les ramener à cette attention. Dans cette démarche, le visueljoue un rôle important (montrer, <strong>des</strong>siner, écrire, schématiser, etc.).Par la répétition, par une implication régulière <strong>des</strong> apprenants, par un respect de leur rythmeindividuel, ces jeunes finissent en grande majorité par assimiler la matière <strong>des</strong> modules quileur manquent.Quand le jeune fait une erreur, par exemple en calcul, on revient un peu en arrière, on corrigeet on progresse de nouveau, ce qui permet d'éviter que le jeune décroche et perde alorsbeaucoup de temps et d'énergie. Lors de ces échanges en groupe, il y a également unevalorisation du jeune, le fait de se trouver seul devant les autres les incite à continuer leursefforts.On introduit aussi un peu de compétitivité, mais en évitant que le jeune se sente ridicule s'iln'y arrive pas. Les aspects ludiques sont aussi importants pour favoriser l'attention : parexemple, en calcul, on peut jouer le rôle de vendeur de magasin et profiter de ces situationspour montrer et exercer <strong>des</strong> calculs de prix.Par ailleurs, il importe de faire le lien avec les professions futures <strong>des</strong> jeunes (celles verslesquelles déboucheront leur CITP ou leur CCM). En effet, le calcul, le français et l'allemandsont très importants dans ces professions, et il importe de le leur montrer régulièrement.En dehors de ces cours de formation générale, les jeunes suivent la même formation dans lesateliers que les autres apprenants <strong>des</strong> COIP. C'est là qu'ils reçoivent une initiationprofessionnelle concrète, où ils voient aussi concrètement dans l'atelier ce qu'ils réussissent àfaire, ce qui est très valorisant pour eux.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsIl y a à la fois un encadrement didactique individualisé par les formateurs et les éducateursgradués dans les cours et un encadrement socio-pédagogique <strong>des</strong> apprenants par leséducateurs gradués.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a un encadrement didactique individualisé réalisé par les formateurs et les éducateursgradués dans les branches modulaires et dans le cours d'éducation sociale.Il y a un encadrement socio-pédagogique et administratif <strong>des</strong> apprenants, qui est pris encharge par les éducateurs gradués. Ces derniers s'occupent surtout <strong>des</strong> problèmespsychologiques et sociaux <strong>des</strong> jeunes : problèmes avec le milieu familial, avec les institutions,avec l'ADEM, avec les patrons.Le psychologue du CNFPC fait un suivi de tous les groupes de jeunes, participe aux réunionsde bilan et joue le rôle d'intermédiaire en cas de problèmes individuels graves.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureL'objectif principal de la formation est d'arriver à ce que les jeunes débutent un apprentissageCITP, éventuellement un CCM ou un emploi.92


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl y a un suivi ponctuel qui est fait par les éducateurs gradués du CNFPC et un suivisystématique qui est réalisé par l'ALJ. Une fois intégrés dans un apprentissage, les jeunes sontencore suivis pendant deux ans par l'ALJ.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesEn général, cette durée est de deux semaines, pas plus souvent que trois fois durant toute laformation, qui dure de un à deux ans maximum. Des stages supplémentaires peuvent êtreorganisés, mais uniquement s'il y a une perspective concrète d'embauche pour le jeune.Les stages ont généralement lieu pour environ ¾ pendant les vacances scolaires et pour ¼durant la période scolaire.b) Lieux de stageCes jeunes font le même type de stage que l'ensemble <strong>des</strong> inscrits aux COIP. Ce sont surtout<strong>des</strong> entreprises privées, mais aussi <strong>des</strong> ASBL, qui offrent <strong>des</strong> places de stage. Tous lessecteurs sont concernés, mais on essaie prioritairement d'organiser le stage dans le domaineoù le jeune a déjà suivi un atelier et surtout dans le domaine où il compte entreprendre sonCITP ou CCM.Ces stages ont de fait plutôt un caractère d'orientation et de sélection qu'un caractère deformation. Les stages ont en principe un caractère actif, l'accent est mis sur le travail concretdu stagiaire. L'accent est aussi mis sur le développement et la mise en pratique <strong>des</strong>compétences sociales (politesse, régularité, coopération, discipline, respect <strong>des</strong> règles,justification <strong>des</strong> absences, etc.).En général, le patron ne rémunère pas les stagiaires, les apprenants continuent à toucherl'indemnité de formation du Fonds pour l'emploi qu'ils reçoivent tout au long de leurinscription aux COIP. Il y a une convention de stage qui est conclue entre le jeune et lepatron. Pour les mineurs, il faut y joindre une autorisation parentale. Cette convention n'a pasde base légale, car elle n'est pas prévue dans le droit du travail, ce dernier ne prévoit pas lestatut de stagiaire rémunéré. Mais cette convention fournit quand même un minimum deprotection en cas de problèmes.Il n'y a pas de programme de formation en entreprise. Il y a une concertation entre l'éducateurgradué et le patron afin de clarifier les tâches que le stagiaire est en mesure de faire au coursdu stage.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesEn principe, l'éducateur gradué du CNFPC fait un suivi <strong>des</strong> stages en concertation avec leformateur en entreprise. Ce suivi se fait surtout par téléphone, l'éducateur gradué se rend surplace selon la situation. Dans les classes préparatoires CITP, ce genre de suivi est systématisé.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesIl y a une évaluation <strong>des</strong> stages qui est faite par une grille d'évaluation remplie par le patron etpar un entretien avec le même patron faite par l'éducateur gradué. Les résultats sontcommuniqués oralement et par écrit au stagiaire.93


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Suivi <strong>des</strong> stagiairesEn principe, l'éducateur gradué du CNFPC fait un suivi <strong>des</strong> stages en concertation avec leformateur en entreprise. Ce suivi se fait surtout par téléphone, l'éducateur gradué se rend surplace selon la situation. Dans les classes préparatoires CITP, ce genre de suivi est systématisé.f) Lien avec l'ADEMIl y a une concertation avec l'ADEM pour chaque stage qui est organisé, cela se faitsystématiquement. L'ADEM signale <strong>des</strong> places de stage, et ce sont les éducateurs gradués quicontactent ensuite directement les entreprises pour l'organisation concrète du stage.Par ailleurs, d'autres stages sont organisés à l'initiative <strong>des</strong> éducateurs gradués.g) Lien avec le marché de l'emploiLe but est d'insérer le jeune sur le marché de l'emploi par l'intermédiaire du diplôme CITP ouéventuellement CCM, ce qui lui donne de meilleures chances que s'il n'a pas de certificatreconnu.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation <strong>des</strong> modules de l'enseignement général se fait selon les critères du régimepréparatoire de l'EST. Quand les jeunes ont réussi les modules qui leur manquaient, ceux-cileur sont certifiés.Une évaluation selon les critères du CNFPC est faite pour les formations en atelier.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation <strong>des</strong> modules se fait selon les critères du régime préparatoire de l'EST, le jeunedoit obtenir 60 % <strong>des</strong> points aux tests nationaux prévus à cet effet.L'évaluation <strong>des</strong> formations en atelier se fait deux fois par année scolaire et est communiquéepar écrit aux candidats. Les branches qui existent sous forme modulaire sont évaluées selonles grilles d'évaluation de ces modules de formation. Pour les branches qui n'ont pas encoreété réformées sous forme modulaire, un bilan est établi, basé sur les présences, lacollaboration, le comportement et sur une appréciation globale <strong>des</strong> compétences.c) Personnel responsable de cette évaluationPour l'enseignement général, c'est le formateur de la branche qui est responsable de cetteévaluation.Pour la formation en atelier, ce sont les formateurs de l'enseignement professionnel de cesateliers qui font l'évaluation.d) Qualifications possiblesLes qualifications qui peuvent être acquises sont dans les domaines professionnels suivants :métal, cuisine, coiffure, électricité, vente, couture, bâtiment, bois, mécanique, peinture,usinage, etc.Il s'agit dans chacun de ces domaines d'une initiation de base, acquise sur le tas, certifiée soitpar <strong>des</strong> certificats de fréquentation, soit par <strong>des</strong> certificats de formation, selon les branches.94


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Certifications possiblesQuand les jeunes ont réussi les modules de l'enseignement général qui leur manquaient, ceuxcileur sont certifiés, comme dans l'EST.Les éducateurs gradués essayent de les placer dans un apprentissage CITP (ou à défaut dansun CCM), où les jeunes peuvent continuer leur parcours de formation jusqu'à obtention de cecertificat.Environ 90 % <strong>des</strong> jeunes de ces classes préparatoires réussissent effectivement ces modules,et de ceux-là, environ 60 à 70 % trouvent une place d'apprentissage CITP.10. Personnela) Différents profils du personnelIl y a <strong>des</strong> formateurs de l'enseignement général, de l'enseignement professionnel, <strong>des</strong>éducateurs gradués, une assistante sociale, un psychologue.Pour les cours de l'enseignement général, deux chargés de cours de l'EST sont mis àdisposition à temps partiel par les lycées techniques pour donner ces cours.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLa formation de ces personnels est la même que pour les COIP en général.Il y a un examen probatoire pour devenir employé à durée indéterminée, et une offre de coursspéciaux (problématique spécifique <strong>des</strong> jeunes, didactique, comment construire un cours, etc.)existe pour la préparation de cet examen.Avec les formateurs du Centre de Langues Luxembourg, un cours commun de six week-endssur la formation <strong>des</strong> adultes a été organisé durant l'année scolaire 2000-2001.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementCe sont les mêmes critères que pour les COIP en général. Le directeur du SFP du MENFPSrecrute le personnel, assisté par le chargé de direction du centre.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important de confronter les jeunes avec leurs responsabilités, à amener les jeunes àprendre leurs décisions, à préciser leurs projets et à mettre en oeuvre les moyens concretspour les atteindre.95


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.11. Co-labor SCM. Paul Delaunois, gérant105, route d’Arlon, L-1140 Luxembourgtél.: 447883; fax: 459245; e-mail: co-labor@team.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeIl y a <strong>des</strong> personnes à partir de 15 ans, sans limite d'âge vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésLa plupart <strong>des</strong> personnes en formation chez Co-Labor sont <strong>des</strong> jeunes. Entre 25 et 30personnes sont engagées en moyenne par an, dont la plupart ont entre 15 et 30 ans. De fait, onprend en charge différents groupes de jeunes.- En apprentissage, il y a 10 jeunes, âgés de 15 ans et plus.- La formation plus socioprofessionnelle, faite sur le tas, concerne deux groupes : celui <strong>des</strong>jeunes en rupture scolaire, d'âge 15 à 18 ans, qui compte 5 personnes; et celui <strong>des</strong> 19-25 ans,qui sont recrutés après <strong>des</strong> années d'inactivité ou de travail irrégulier et qui compte 20 jeunes.- Grenge Kuerf est une formation de six mois réservée aux femmes à partir de 18 ans,subventionnée par le Fonds social européen (FSE) et elle compte 8 participantes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesCe sont surtout <strong>des</strong> jeunes qui sont en rupture scolaire, professionnelle, familiale ousentimentale. Leurs acquis scolaires sont en général très faibles. Souvent, ces personnes sontrestées en inactivité pendant plusieurs mois. Ce sont aussi <strong>des</strong> jeunes qui signalent qu'ils ont<strong>des</strong> problèmes, c'est d'ailleurs un <strong>des</strong> critères de sélection pour être admis.d) Mode de repérage et de recrutementLe principal circuit de recrutement est le bouche à oreille entre jeunes et entre familles. Il y adéjà vingt ans d'activités et donc aussi une certaine notoriété dans le circuit social.Ensuite, le recrutement se fait par l'intermédiaire <strong>des</strong> autres services sociaux, dont les centresmédico-sociaux, les autres structures <strong>d'insertion</strong>, etc. L'Administration de l'Emploi (ADEM)envoie quelques personnes, mais c'est plutôt rare.Il y a un entretien de recrutement individuel, auquel se présentent chaque année entre 150 et200 personnes, dont environ 50 à 60 qui ne sont même pas inscrites à l'ADEM. Mais lesjeunes recrutés par Co-Labor y seront de toute façon envoyés afin qu'ils s'inscrivent s'ils ne lesont pas déjà.Un certain nombre de critères de sélection sont en général appliqués : les candidats doiventmanifester qu'ils ont <strong>des</strong> difficultés, la structure Co-Labor doit pouvoir leur apporter quelquechose (par exemple, pour les toxicomanes actifs, cela ne marchera pas, il faut qu'ils soientd'abord passés par un centre thérapeutique), les jeunes doivent être capables de s'intégrer dansle monde du travail, et ensuite il y a aussi l'urgence sociale dont on tient compte.e) Statut <strong>des</strong> jeunesDans le groupe cible, il y a quatre statuts possibles, dont le troisième ne concerne pas lesjeunes.- En apprentissage, les participants ont le statut d'apprenti.96


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Dans la formation socioprofessionnelle pour jeunes en rupture scolaire ou après une périoded'inactivité, ils ont un Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT) par l'intermédiaire de l'ADEM.- Pour les bénéficiaires âgés de plus de 30 ans, ils ont la possibilité d’un contrat de stage deréinsertion professionnelle (SRP) par l’intermédiaire de l’ADEM.- Après l'apprentissage, le CAT ou le SRP, ils peuvent aussi devenir salariés de Co-Labor.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifCo-Labor est une société coopérative (SC), qui dispose d'un capital ouvert, avec <strong>des</strong> parts d'unfaible montant (12 Euros) pour permettre aux travailleurs de devenir membres. Il y a à peuprès 200 membres et l'aspect démocratique est très important. L'assemblée générale désigneun conseil d'administration de 11 personnes pour deux ans, dont la moitié peuvent être <strong>des</strong>salariés de l’entreprise, celui-ci prend les décisions d'orientation et nomme le gérant et uncomité de direction. Il y a actuellement en tout 85 salariés.C'est une entreprise fonctionnant globalement avec les mêmes critères qu'une entreprisetraditionnelle, mais qui, d'une part, offre la moitié de ses emplois à une population qui est endifficulté sur le marché de l'emploi et qui, d'autre part, bénéficie d'un soutien de l'<strong>Etat</strong>. L'autremoitié du personnel est constituée de travailleurs qualifiés, souvent <strong>des</strong> frontaliers.Les principaux secteurs d'activités sont le jardinage et les espaces verts. Il y a un responsablepar secteur.Il y a en fait plusieurs formules qui sont pratiquées avec les participants.- Il y a d'abord une formation en apprentissage avec <strong>des</strong> jeunes qui ont eu <strong>des</strong> difficultésscolaires particulières ou qui ont eu <strong>des</strong> difficultés à trouver un patron. L'apprentissage adultea permis d'augmenter le nombre de bénéficiaires, car il a permis de remettre <strong>des</strong> jeunes enapprentissage.- Il y a l'accompagnement socioprofessionnel pour les jeunes qui sont en rupture scolaire,âgés en général de 15 à 18 ans, et pour le groupe <strong>des</strong> 18-25 ans, qui viennent après <strong>des</strong> annéesd'inactivité ou de travail irrégulier. Ici, l'objectif est surtout de les stabiliser dans l'activitérégulière et dans leur situation sociale en général.- La formation Grenge Kuerf est une formation pour femmes à partir de 18 ans, subventionnéepar le FSE.b) Infrastructure disponibleA Luxembourg, un terrain et une maison sont loués par l'<strong>Etat</strong> pour une somme symbolique.S'y trouvent notamment une pépinière, un hangar avec atelier, un magasin de fleurs et unmagasin d'outillage. A Howald, une maison est louée pour les activités de formation. ABeggen, il y a un hangar et un terrain d'un hectare et demi pour la culture de légumes.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa formation FSE Grenge Kuerf pour les femmes est un parcours défini de six mois.Il n'y a pas de limite temporelle aux autres mesures, sauf absence de collaboration <strong>des</strong>participants, ceci pour ne pas contribuer au carrousel social, qui consiste à ce que lespersonnes passent d'une structure à l'autre à la fin de leurs différents contrats.Les personnes restent en moyenne de deux ans et demi à trois ans. La plupart <strong>des</strong> échecs ontlieu dans les trois premiers mois, si les participants tiennent pendant cette durée, en général,ils vont jusqu'au bout.97


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Base légale et réglementaireLe Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse subventionne quatrecontrats de travail à temps plein. Il y a une convention avec le Ministère du Travail et leMinistère de l'Environnement qui mettent à disposition un certain volume de travail pourl’Administration <strong>des</strong> Eaux et Forêts, avec comme contrepartie l'obligation d'accueillir aumoins dix demandeurs d'emploi dans ce cadre.Il y a aussi <strong>des</strong> projets européens, dont un projet Leonardo da Vinci ("Réseau pour lareconnaissance européenne <strong>des</strong> savoirs-faire").Globalement, 85 % du budget provient <strong>des</strong> ressources commerciales, 12 % de l'<strong>Etat</strong>, 3 % de laCommission européenne et du FSE.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCo-Labor est d'abord un acteur économique, il y a donc forcément <strong>des</strong> relations decollaboration (fournisseurs, clients, etc.). Et puis il y a une collaboration pour les stages (voirpoint 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueDans le cadre du projet européen European Social Exchange and Travel Agency (ESTRA), unaccompagnement par les services de sociologie de l'université de Trêves et de l'université deLiège a été fait.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationIl n'y a pas de réponse générale. La motivation du jeune au point de départ peut varier de 0 à100. Quand elle est 0, il ne viendra de toute façon pas ou cela va être l'échec dans les troispremiers mois.Quand le processus est entamé, la motivation dépend surtout de la considération donnée par lechef d'équipe, ce qui est un facteur très individuel.Un poids important est mis sur l’encouragement de la personne à développer sa personnalitéet ses capacités professionnelles ainsi que le sens <strong>des</strong> responsabilités tant au niveauprofessionnel que de sa vie sociale. Il s’agit d’un processus dynamique soutenu par lesrelations personnelles.b) Modalités de ces activitésLe facteur sur lequel on va surtout jouer, c'est de mettre le bénéficiaire avec un chef d'équipeavec qui il va s'entendre. Il y a 15 chefs d'équipe de personnalités très variées, et on essaierade faire le bon choix en se basant sur les impressions laissées lors <strong>des</strong> premiers entretiens. Laconsidération joue plus que l'argent, et cela est un facteur très individuel. Le travail sur lamotivation se fait donc principalement par le relationnel, surtout par le chef d'équipe.D'autre part, il y a l'intervention sur la difficulté sociale, faite par le service social. Il y a untravail sur ce que la personne considère comme sa plus grande difficulté, afin d'alléger cefardeau qui bloque la motivation à aller de l'avant.Le travail social se focalise sur <strong>des</strong> interventions en période de crise, mais surtout sur untravail à long terme visant à stabiliser le développement de la personnalité.98


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Personnel responsable pour ces activitésLe chef d'équipe joue un rôle important dans le dialogue avec le jeune, de même que lecomité de direction, le gérant, le responsable du secteur, le service social (deux assistantessociales). Ces dernières ont un rôle important dans le suivi au niveau social (logement,drogues, problèmes administratifs, relationnels, familiaux, psychologiques, etc.).5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- Pour les formations socio-professionnelles, les activités de jardinage et d'espaces verts sontl'outil pour faire acquérir un certain nombre de compétences de base, comme la ponctualité, lapersévérance dans l’activité, la qualité du travail effectué mais également les relationssociales avec les collègues de travail. Ensuite, il y a de la formation qualifiante sur le métier,mais c'est un domaine qui en soit n'intéresse pas la plupart <strong>des</strong> jeunes, qui ne veulent pasdevenir jardiniers. On les fait alors transiter par <strong>des</strong> activités qui pourront leur être utiles pourleur parcours ultérieur (par exemple par le point de vente pour leur permettre d'acquérir lescompétences utiles dans n'importe quel magasin).- Pour les jeunes en apprentissage, il y a également un suivi au niveau de la scolarité, <strong>des</strong>cours d'appui à la formation scolaire sont donnés durant trois heures par semaine par uningénieur agronome qui a travaillé auparavant au Lycée technique agricole (LTA)d'Ettelbruck.- Pour la formation Grenge Kuerf, il s'agit d'une formation de six mois en horticulture donnéeen trois phases. Durant la première phase, les stagiaires travaillent dans les différents secteursde Co-Labor : magasin de fleurs, pépinières, vente de fruits et légumes, etc. Pendant troismois, on organise <strong>des</strong> ateliers <strong>pédagogiques</strong> sur l'alimentation biologique, la préparation <strong>des</strong>menus, le maraîchage biologique, les exigences du métier. Ces ateliers sont tenus par uneformatrice en maraîchage biologique. Les deux derniers mois sont consacrés à <strong>des</strong> stages enentreprise.b) Objectifs <strong>des</strong> formations- Pour les jeunes en apprentissage, l'objectif est de leur faire acquérir le diplôme,éventuellement de ramener les jeunes dans le circuit de l'apprentissage par le biais del'apprentissage adulte. On va être attentif à ce qu'ils transitent par l'ensemble <strong>des</strong> activités deCo-Labor. Pour ces jeunes en apprentissage, il y a également un suivi au niveau de lascolarité, <strong>des</strong> cours d'appui à la formation scolaire sont organisés.- L'objectif de la formation Grenge Kuerf est de former <strong>des</strong> vendeuses fruits et légumes, <strong>des</strong>vendeuses pépiniéristes, <strong>des</strong> vendeuses en épicerie, avec un certificat reconnu.- L'objectif principal <strong>des</strong> autres formations plus socio-professionnelles est d'amener lesparticipants à un niveau d'employabilité. Il s'agit de faire acquérir les règles essentielles dutravail : être à l'heure, prévenir quand on est malade, aller voir un médecin et se faire établirun certificat, envoyer le certificat à la caisse de maladie et à l'employeur, etc.Ensuite, il s'agit de donner aux jeunes <strong>des</strong> atouts pour réussir, par exemple le permis deconduire. L'objectif est de renforcer leur expérience dans les activités que les jeunes veulentfaire plus tard. Ainsi, ils vont transiter par les équipes d'aménagement, d'entretien, de taille, devente, par la pépinière, etc. On les fait par exemple transiter par un <strong>des</strong> points de vente s'ilsdésirent travailler plus tard dans la distribution.99


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Grilles horairesC'est l'horaire de travail normal au Luxembourg, à savoir 40 heures par semaine.Pour la formation Grenge Kuerf, il s'agit d'un horaire aménagé : 20 heures durant la premièrephase, 30 heures pendant la deuxième phase, et puis durant la troisième phase de stage ce sera40 heures par semaine.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utilisées- Pour l'apprentissage, il y a un cours d'appui en petit groupe, le vendredi après-midi duranttrois heures. Ce sont <strong>des</strong> cours qui donnent l'aide la plus individualisée possible là où il y a<strong>des</strong> besoins. Il y a <strong>des</strong> possibilités d'exercice et de mises en pratique plus poussées qu'en sallede classe. Par exemple, quand il y a un problème avec les surfaces, on peut aller sur le terrainet mesurer, etc. Pour la partie formation professionnelle de l'apprentissage, les jeunestravaillent par pério<strong>des</strong> de six mois dans les différents secteurs de l'entreprise, de façon à cequ'ils aient fait le parcours complet au bout <strong>des</strong> trois ans. Là ils apprennent sur le tas, avec lechef d'équipe.- Pour la formation Grenge Kuerf, c'est surtout axé sur la dynamique de groupe, qui se passeen petit groupe de six à huit femmes. Chacune <strong>des</strong> participantes prend la responsabilité pourl'une ou l'autre tâche individuelle qu'elle fera pour l'ensemble du groupe. Elles apprennent enfaisant, en jardinant, en cuisinant, en allant travailler au point de vente, etc. Chaque semaine,une participante présente un fruit ou un légume aux autres, et elle le fait à sa manière. Il y a<strong>des</strong> discussions de groupe où chacune a un rôle particulier, qui change d'une séance à l'autre.- Pour la formation socioprofessionnelle <strong>des</strong> salariés, c'est une méthode individualisée deformation aux qualités d'employabilité. La didactique est basée sur le relationnel, ladiscussion, la remise au point, la démonstration suivie d'exécution. Les gens sont sur lechantier et travaillent, et le personnel d'encadrement fait que cela se passe le mieux possible.Il faut aussi tenir compte de la dynamique de groupe qui s’instaure dans l’équipe de travail (2à 5 personnes) et qui à un effet bénéfique sur le comportement.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenants- Pour les jeunes qui sont en apprentissage, il y a un encadrement scolaire tous les vendredisaprès-midi durant trois heures. Il s'agit notamment de combler les lacunes là où il y en a. Pourla partie formation professionnelle de l'apprentissage, les jeunes travaillent dans les différentssecteurs de l'entreprise, encadrés par les chefs d'équipe.- Les salariés en formation socioprofessionnelle sont principalement encadrés par les chefsd'équipe, qui travaillent avec eux, ils établissent une relation avec eux et leur montrentcomment faire. Le service social, les responsables de secteur et le gérant travaillent de concertpour uniformiser les mesures d’encadrement et restent très disponibles pour les bénéficiaires.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesure- Pour les jeunes en apprentissage, il y a <strong>des</strong> contacts réguliers avec le Lycée techniqueagricole, toutes les deux ou trois semaines, ces jeunes suivant tous la partie scolaire de leurapprentissage dans ce lycée technique. Le but de ces contacts est de suivre leur progressionscolaire.100


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Il y a un suivi au niveau social qui est fait par l'assistante sociale, d’une intensité variablesuivant les besoins.- Il y a le suivi professionnel qui est surtout pris en charge par le chef d'équipe au niveaujournalier.- Un projet global est discuté avec la personne et un système d’évaluation semestriel est misen place.Environ 30 % <strong>des</strong> personnes ne passent pas le cap <strong>des</strong> trois mois, pour différentes raisons (lapersonne peut ne pas être capable d'être sur le marché du travail, elle peut avoir trop deproblèmes personnels nécessitant plutôt un suivi thérapeutique, etc.).Ces 30 % retournent dans les circuits parallèles, la drogue, parfois la prison, une faible partieest réorientée vers d'autres services sociaux ou d'autres mesures pour l'emploi ou vers <strong>des</strong>prises en charge thérapeutiques.Parmi les jeunes qui passent ce cap <strong>des</strong> trois mois, il y a 95 % de réussite. Ce qui fait à peuprès 67 à 68 % de réussite globale (c'est à dire un CDI qui continue encore après six mois).c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesurePendant six mois, l'assistante sociale fait le suivi de la personne qui quitte. Il s'agit d'uncontact régulier, dépendant de la situation, de la personne et de sa demande. Si ça se passebien chez le nouvel employeur, l'assistante sociale va passer environ une ou deux fois, si ça sepasse moins bien, elle le fera plus souvent.Il y a aussi la garantie que si le nouvel emploi ne convient pas, la personne est reprise à Co-Labor, à condition qu'elle continue à chercher un nouvel employeur.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesSouvent ce sont <strong>des</strong> stages d'initiation de deux semaines.Dans le cadre de la formation Grenge Kuerf, il est prévu que toutes les participantes fassentun ou deux stages durant les deux derniers mois, surtout dans le secteur de la distribution.b) Lieux de stageCes stages sont surtout <strong>des</strong>tinés aux personnes qui, à la fin de leur parcours, veulent travaillerdans d'autres secteurs que le jardinage et les espaces verts. Il y a <strong>des</strong> stages dans <strong>des</strong> secteurscomme le bâtiment, les services, la distribution, etc. Ces placements peuvent éventuellementdéboucher sur un emploi.Depuis 1998, il y a la possibilité de faire <strong>des</strong> stages à l'étranger, dans <strong>des</strong> entreprisestraditionnelles de tous secteurs (production, grande distribution, vente, services, etc.), par lebiais du réseau European Social Exchange and Travel Agency (ESTRA). Ce sont <strong>des</strong> séjoursd'une durée généralement inférieure à un mois.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesEn général, les participants expriment le désir de faire tel ou tel stage, et Co-Labor noue lescontacts nécessaires. Pendant la durée du placement, il y a un suivi avec la personne au moinsdeux fois par semaine et avec le lieu du stage au moins une fois par semaine, généralementsur place. Dans le lieu de stage, une personne de contact encadre plus spécifiquement le jeuneen question.101


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesIl y en a une, mais elle n'est pas forcément formalisée. Il y a un entretien individuel avecl'assistante sociale qui supervise le parcours <strong>d'insertion</strong>.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesPendant la durée du stage, il y a un suivi avec la personne au moins deux fois par semaine etavec le lieu du stage au moins une fois par semaine, généralement sur place. Dans le lieu <strong>des</strong>tage, il y a une personne de contact qui s'occupe du jeune.f) Lien avec l'ADEMDes contacts réguliers sont entretenus avec les personnes qui sont en charge du Service del'Emploi <strong>des</strong> jeunes (contrat CAT), pour la formation adulte respectivement l’apprentissageadulte et plusieurs tentatives de relations ont été établies dans le cadre du programme derecherche active d’emploi du service social de Co-Labor.g) Lien avec le marché de l'emploiL'objectif du stage est de placer le jeune sur le marché de l'emploi traditionnel, non protégé.Dans la majorité <strong>des</strong> cas, cela se passe d'ailleurs comme ça, les stages aboutissant dans laplupart <strong>des</strong> cas à un contrat de travail.Le service social a développé un programme de recherche active d’emploi (rédaction du CV,établissement d’une lettre de recommandation par les services de Co-Labor, entretienindividualisé pour mesurer les compétences, limites et désirs, recherche spontanée et suivantles annonces).9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenants- Il y a un système d'évaluation trimestriel pour les apprentis.- Pour la formation socioprofessionnelle sur le tas, c'est au moins une fois par an, pour lespersonnes un peu plus difficiles, ce sera deux fois par an.- Pour la formation Grenge Kuerf, qui est certifiée, il y un système d'évaluation par module,faite par la formatrice.b) Modalités de cette évaluation- Pour les apprentis, c'est le système d'évaluation prévu par la loi et en plus il y a uneévaluation individualisée comme pour les bénéficiaires de la formation sur le tas.- Pour la formation socioprofessionnelle sur le tas, il y une évaluation qui se fait parl'intermédiaire d'une fiche. L'évaluation se fait en entretien individuel avec la personneconcernée, avec le chef d'équipe, le responsable de secteur et l'assistante sociale. L'objectif estde permettre au bénéficiaire de s'auto-évaluer au mieux.- Pour la formation Grenge Kuerf, qui est certifiée, il y a <strong>des</strong> tests par module : lesparticipantes préparent une activité, la présentent aux autres et à la fin du module un test écrita lieu.c) Personnel responsable de cette évaluation- Pour les jeunes en formation socioprofessionnelle, c'est le chef d'équipe, le responsable <strong>des</strong>ecteur et l'assistante sociale.102


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Pour la formation Grenge Kuerf, c'est la formatrice qui est responsable de la formation quifait aussi l'évaluation.d) Qualifications possibles- Pour les formations socio-professionnelles faites sur le tas, il y a acquisition de compétencesprofessionnelles de base (ponctualité, persévérance, etc.) et de savoir-faire dans certaindomaine (jardins et espaces verts), mais la plupart ne vont pas continuer dans ce secteur. D'oùl'importance de compétences clés qui sont transférables dans d'autres secteurs, par exemple :acquisition du permis de conduire, utilisation de machines, etc.e) Certifications possibles- Pour l'apprentissage, il y a la possibilité d'obtenir le diplôme officiel.- Pour les formations socio-professionnelles sur le tas, il n'y a pas de certificat, mais il y a lecertificat de travail attestant d'une expérience professionnelle et une lettre de recommandationdécrivant les compétences acquises et les activités réalisées.- La formation Grenge Kuerf, qui est subventionnée par le FSE, est certifiée, et ce certificatest reconnu par le Ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong>Sports (MENFPS).10. Personnela) Différents profils du personnelUn gérant, les chefs de secteur (ingénieur, architecte paysagiste, ..), deux assistantes socialesdont une diplômée en socio-pédagogie, une comptable, un juriste, deux secrétaires, 15 chefsd'équipe et la formatrice Grenge Kuerf. A tous les niveaux, ce sont <strong>des</strong> professionnels avecune expérience antérieure et avec une sensibilité sociale.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementDans l'ensemble, à tous les niveaux, ce sont <strong>des</strong> professionnels avec une expérience antérieureet avec une sensibilité sociale.Le gérant a une formation d'ingénieur. Dans les grands secteurs d'activités, ce sont <strong>des</strong>architectes paysagistes ou <strong>des</strong> ingénieurs horticoles. Il y a deux assistantes sociales dont unesocio-pédagogue, une comptable, un juriste, deux secrétaires.Les 15 chefs d'équipe sont <strong>des</strong> jardiniers qualifiés ayant une expérience professionnelleantérieure.La formatrice de la formation Grenge Kuerf est agronome de formation et elle a fait plusieursstages complémentaires de pédagogie.On engage aussi du personnel d'encadrement qui n'a pas encore d'expérience professionnelleau moment de l'engagement, mais alors ils seront formés à leur tâche. Ils seront égalementenvoyés en stage dans d'autres entreprises. Ils ne seront pas chef d'équipe d'emblée.L’objectif poursuivi est de constituer une réelle équipe interdisciplinaire dans laquelle lesaspects économiques sont représentés par <strong>des</strong> professionnels <strong>des</strong> métiers concernés et lesaspects éducatifs par <strong>des</strong> personnes ayant différentes formations dans le domaine social.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementPour les employés, la présélection se fait par le gérant et une sélection finale est faite par leConseil d'administration.103


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPour les chefs d'équipe, il y a un entretien préliminaire avec l'assistante sociale et puis il y aune sélection finale par le Comité de direction.Pour le personnel stable, on veille à ce que ces personnes soient qualifiées, qu'elles aient del'expérience et qu'elles aient également une certaine ouverture sociale.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesCes formateurs doivent être <strong>des</strong> professionnels avec de l'expérience, et s'ils n'en ont pas, on vales former, ne pas les faire chef d'équipe d'emblée, les envoyer en stage dans d'autres secteursde l’entreprise voire dans d’autres entreprises. Par ailleurs, il faut une certaine ouvertured'esprit, une sensibilité sociale et un grand respect pour les personnes.C'est aussi très précieux d'avoir <strong>des</strong> personnes de profils très différents, afin de pouvoir jouersur cette diversité. Par exemple, un chef d'équipe qui a un certain degré de roublardise peuttrès bien faire le pont pour les ex-détenus, qui se sentent plus à l'aise avec quelqu'un qui est unpeu comme eux, mais pas trop.104


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.12. Comité National de Défense Sociale (CNDS) Nei AarbechtASBLM. Jean-Paul Klein, responsabletél.: 33 27 55-1; fax: 33 37 19; e-mail: neiaarb@pt.luBP 14, L-7205 Lorentzweiler7, rue de l'Alzette, L-7351 Helmdange1. Public ciblea) Limites d’âgeIl y a un minimum de 18 ans qui est exigé, en principe il n'y a pas de limite vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésLes jeunes représentent la moitié environ de ceux qui sont dans la mesure. Il y a 25 jeunes,dont 23 personnes de 18 à 25 ans et 2 personnes ayant entre 26 et 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa grande majorité n’a que terminé la scolarité obligatoire, sans certificat. Certains ont arrêtéleur apprentissage juste avant l'examen final. Il y a à peu près autant de garçons que de filles.Comme il y a très peu de contact avec les familles, il n'est pas possible de décrire l'originefamiliale de ces jeunes.Leur aptitude au travail est très peu développée, d'ailleurs la plupart ne savent pas du touttravailler, et surtout pas seul. Donc ils doivent travailler en groupe, ce qui s'accompagne debeaucoup de bavardage. Ils manquent en général de compétences de base (ponctualité,endurance, précision, etc.) et de compétences sociales (politesse, capacité de coopérer, suivreles instructions, etc.).Souvent, les jeunes rejettent l'autorité <strong>des</strong> contremaîtres. Les jeunes qui ont déjà eu <strong>des</strong>problèmes avec la justice sont les plus difficiles : il y a une attitude systématique de remise encause <strong>des</strong> instructions.Le rapport à l'argent est souvent peu réaliste. Ainsi, le lien entre le travail fourni et le salaireest très mal perçu, comme s'ils avaient d'emblée droit à cet argent, sans l'obligation de fournirune certaine prestation, ou au moins d'avoir l'obligation d'être présents. Par ailleurs, ils fontsouvent <strong>des</strong> dépenses sans rapports avec leurs revenus (GSM, déplacements systématiques envoitures vers le lieu de travail, etc.) Beaucoup de jeunes sont aussi endettés (factures GSM,voitures, loyers non payés, etc.).d) Mode de repérage et de recrutementLa plupart <strong>des</strong> jeunes sont envoyés par le Service de l'Emploi <strong>des</strong> Jeunes de l'Administrationde l'Emploi (ADEM). D'autres viennent par le bouche à oreille, d'autres encore sont envoyéspar la Caritas, notamment <strong>des</strong> jeunes sans domicile.e) Statut <strong>des</strong> jeunesTous les jeunes ont un Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT) par l'intermédiaire de l'ADEM.105


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe CNDS est une ASBL qui a quatre branches, qui sont relativement indépendantes : NeiAarbecht, le Foyer de l'Entraide (au nord), le Service de consultation drogues à la gare("Camionnette") et le Foyer Neiers à Moutfort et bientôt à Diekirch.A Nei Aarbecht, on essaie d'offrir le maximum de corps de métiers (cuisinier, boucher,tourneur, mécanicien, chauffeur, menuisier, maçon, etc.), afin que tous les jeunes puissenttrouver <strong>des</strong> occupations qui leur conviennent.b) Infrastructure disponibleComme on essaie d'offrir le maximum de corps de métiers, il y a une infrastructure assezvariée.Il y a d'abord les gran<strong>des</strong> halles à Helmdange qui servent d'ateliers et de point de vente.L'atelier métal et le garage sont prévus pour faire <strong>des</strong> réparations, de la soudure et <strong>des</strong>assemblages, de l'entretien vélo, l'entretien <strong>des</strong> trois camions qui recueillent les encombrantschez les personnes privées, etc.Dans la menuiserie, on répare les meubles d'occasion recueillis chez <strong>des</strong> particuliers pour lesrendre prêts à la vente, mais on y fabrique aussi tout ce qui est nécessaire pour les ateliers.A Luxembourg, il y a un atelier électricité, où tout le matériel électroménager, vidéo,informatique, etc., recueilli chez <strong>des</strong> particuliers, est réparé, vérifié et apprêté pour la vente.Dans l'atelier démontage, tout ce qui n'est plus vendable est séparé en ses constituants bois,métal et verre.Le magasin à Helmdange permet de revendre pour un prix peu élevé <strong>des</strong> meubles, <strong>des</strong>ustensiles de cuisine, de l'électroménager, <strong>des</strong> livres, etc., ce qui permet d'avoir <strong>des</strong> revenuspour financer l'entreprise. Par ailleurs, ce système permet aussi à <strong>des</strong> personnes ayant peu demoyens (réfugiés, pauvres, etc.) d'équiper leur ménage et d'élever leur niveau de vie.Mais il n'y a pas de commerce (au sens de acheter pour revendre), ni de réparations pour <strong>des</strong>particuliers.Sur la route de Luxembourg à Helmdange, il y a aussi un foyer pour loger certains jeunes, unecuisine et une cantine (à la fois pour la remise au travail et pour nourrir les personnes quitravaillent à Nei Aarbecht).A Luxembourg, la Vollekskichen est une cantine et qui sert aussi à la remise au travail.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionCette durée dépend du contrat CAT. Il y a d'abord un premier contrat de trois mois, qui sert detest. Puis il y a une prolongation de neuf mois pour aboutir à un an. Pendant cette durée,l'ADEM peut trouver un emploi au jeune. Souvent il y a encore une prolongation de six mois,si le jeune n'a rien trouvé d'autre. Donc, 18 mois est le maximum à Nei Aarbecht, d'ailleurs,au bout d'un an, le jeune a droit éventuellement au chômage.d) Base légale et réglementaireIl y a une convention surtout avec le Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de laJeunesse, mais aussi avec le Ministère du Travail et de l'Emploi et avec la Ville deLuxembourg.106


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueNon, il n'y a pas de commerce, ni de réparations pour <strong>des</strong> particuliers. Tout de ce qui estvendu est reçu gratuitement. Il n'y a pas de stage extérieur, faute de personnel pour prendre encharge une telle démarche.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa principale motivation est constituée par le salaire mensuel. La motivation à travailler esten général faible. On intervient le plus possible comme dans une entreprise normale, quand ily a un manque d'assiduité au travail.b) Modalités de ces activitésOn intervient comme dans une entreprise normale, quand il y a un manque d'assiduité autravail, parce que c'est justement à ce travail en entreprise auquel ils doivent être préparés.Donc il y a <strong>des</strong> avertissements de la part du contremaître ou du responsable, parfoisl'éducateur a <strong>des</strong> entretiens plus approfondis avec les jeunes. Il n'y a pas d'entraînementspécifique à la motivation. Il n'y a en principe pas d'accompagnement psycho-social, car untel n'existe pas non plus dans une entreprise traditionnelle.c) Personnel responsable pour ces activitésIl y a un éducateur, qui parle de temps en temps avec les jeunes, mais il n'y a en principe pasd'accompagnement psycho-social, car un tel n'existe pas non plus dans une entreprisetraditionnelle.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl n'y a pas de formation formalisée. La principale formation, c'est l'entraînement au travailquotidien, ce qui comporte la ponctualité, l'obéissance, le respect <strong>des</strong> règles, etc. L'avantagede Nei Aarbecht, c'est que presque toutes les activités comportent <strong>des</strong> contraintes temporellesprécises. Par exemple, les camions doivent partir à 9.30 heures, le magasin doit ouvrir à 10heures, la cuisine doit avoir fini les repas à 12 heures, le nettoyage doit être terminé à 19.30heures.Par ailleurs, il y a un apprentissage de gestes techniques élémentaires que les jeunes font aufur et à mesure dans les différentes occupations qui sont possibles à Nei Aarbecht. On essaied'offrir le maximum de corps de métiers (cuisinier, boucher, tourneur, mécanicien, chauffeur,menuisier, maçon, etc.), afin que tous les jeunes puissent trouver <strong>des</strong> occupations qui leurconviennent.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsLe principal objectif est d'entraîner les jeunes au travail régulier, basé sur <strong>des</strong> échéancestemporelles.107


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEnsuite, il s'agit de leur apprendre le maximum de gestes techniques élémentaires dans lesdifférentes occupations, ce qui leur servira ultérieurement.c) Grilles horairesC'est l'horaire de travail normal d'une entreprise, à savoir 40 heures par semaine.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesIl s'agit d'un entraînement au travail régulier. Les contremaîtres montrent les gestestechniques à faire et les exécutent avec les jeunes.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsIl y a d'abord un encadrement au niveau <strong>des</strong> finances <strong>des</strong> jeunes. Pour ceux qui sontvolontaires, une gestion de leur argent est réalisée par le responsable de Nei Aarbecht : unepartie de leur salaire est versé sur un compte, à partir duquel les dépenses courantes sontpayées (loyer, nourriture, remboursement <strong>des</strong> dettes, etc.). Par ailleurs, leur salaire est verséen deux fois, et sur le deuxième virement, on retient l'argent de la caisse de maladie jusqu'àremboursement de ces sommes, afin d'éviter que l'ASBL soit lésée si le jeune n'envoie pas soncertificat à la caisse. Par ailleurs, les journées non prestées sans raison valable doivent êtrerattrapées, sinon elles ne sont pas payées.Tous les pourboires sont mis dans une caisse commune et cette somme est distribuée selon lenombre d'heures prestées. Nei Aarbecht y ajoute la même somme sous forme de bons devêtements, mais ceux-ci ne sont donnés que pour les mois où les jeunes n'ont pas d'absencessans excuses. Ce qui sert à les entraîner à une certaine régularité au travail.On n'essaie pas d'avoir de contact avec les familles, afin que celles-ci n'infantilisent pas lejeune.Par ailleurs, le principal encadrement se fait par les contremaîtres, au cours du travailquotidien.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureL'éducateur réalise un suivi au cours de la mesure. Ce suivi ne consiste pas à les bercer debelles paroles, mais à leur rappeler régulièrement et de façon ferme quels sont leurs devoirs.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl n'y a pas de suivi après la mesure, faute de personnel. Certains <strong>des</strong> anciens préfèrentcontinuer à laisser gérer leur argent par Nei Aarbecht, qui joue alors un peu le rôle de banque.A la Vollekskichen à Luxembourg, beaucoup d'anciens reviennent pour manger ou pourgarder le contact, parce qu'ils s'y sentent bien.8. StagesIl n'y a pas de stages externes.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.108


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsIl n'y a pas d'évaluation formalisée, faute de personnel pour le faire. D'ailleurs, cela ne sert àrien de mettre <strong>des</strong> croix de 1 à 5 sur une feuille et de la mettre dans un dossier.Il y a une évaluation continue, qui est communiquée au jeune au fur et à mesure. Il y a aussiune évaluation globale au bout <strong>des</strong> trois premiers mois, faite par le psychologue/responsable,l'éducateur et les contremaîtres qui ont travaillé avec le jeune: la prolongation du contrat sefait si cette évaluation est positive.b) Modalités de cette évaluationIl n'y a pas d'évaluation formalisée. L'évaluation est globale, sur base de l'appréciation faitepar le psychologue/responsable, l'éducateur et les contremaîtres qui ont travaillé avec lejeune.c) Personnel responsable de cette évaluationLe psychologue/responsable, l'éducateur et les contremaîtres qui ont travaillé avec le jeune.d) Qualifications possiblesIl n'y a pas de formation à un métier spécifique, mais acquisition de compétences de base(ponctualité, régularité, précision, endurance, etc.) et de compétences sociales (travail enéquipe, obéissance, politesse, etc.). Par ailleurs, les jeunes apprennent <strong>des</strong> gestes techniquesélémentaires dans les différentes occupations possibles à Nei Aarbecht, ce qui leur serviraultérieurement.e) Certifications possiblesIl n'y a pas de certificat, excepté le certificat de travail.109


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg10. Personnela) Différents profils du personnelLe responsable est psychologue.Il y a un éducateur qui travaille 30 heures. Une autre éducatrice est gérante à la Vollekskichen.Les contremaîtres sont les suivants : un menuisier, un mécanicien, trois électriciens, untourneur, un boucher qui cuisine aussi, deux cuisiniers, deux chauffeurs, deux vendeuses.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe responsable a une formation de psychologue.Les contremaîtres ont en général un CATP ou sont maîtres-artisans. Il n'y a pas de formationcontinue du personnel.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait par le responsable, sur base d'annonces publiées dans la presse et aprèsun entretien.Le principal critère de recrutement est la capacité à s'occuper de ces jeunes à problèmes.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLa principale spécificité est la capacité à s'occuper de ces jeunes à problèmes. Ce qui estimportant, c'est de transmettre avec fermeté les règles du travail en entreprise, pas de bercerles jeunes de belles paroles.110


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.13. Coopérations Wiltz ASBLM. Christoph Bufler, Responsable du service social et éducatiftél.: 959205-1; fax: 959208; e-mail: cooperat@pt.lu10, rue de la Montagne, L-9538 Wiltzhttp://www.cooperations.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeCoopérations travaille avec plusieurs groupes cibles (personnes handicapées, personnes ayantfait <strong>des</strong> séjours psychiatriques, détenues en semi-liberté, chômeurs de longue durée), maisparmi la partie de la population non handicapée, seuls les jeunes en Contrat d'auxiliairetemporaire (CAT) ont de fait moins de 30 ans. Pour ces jeunes, Coopérations représente doncune "deuxième chance".Pour les jeunes en contrat CAT, il n'y a pas de limites d'âge autre que celles <strong>des</strong> CAT même(de 15 à 30 ans).b) Nombre de jeunes concernésIl y a quatre personnes qui ont un contrat CAT actuellement.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLes jeunes en contrat CAT ont souvent un niveau scolaire très bas, en général juste les neufannées de la scolarité obligatoire, ou s'ils ont fait plus, ils n'ont pas obtenu de diplôme.Leur origine socio-familiale a en général été difficile. Souvent ils vivent encore chez lesparents.Les compétences sociales sont peu développées, et souvent la ponctualité, la régularité, lamotivation au travail, etc., leur manquent. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils peuventdéjà avoir perdu un emploi antérieur.Il y a souvent une image de marginal qui leur colle à la peau et dont ils ont beaucoup de mal àsortir, surtout dans l'environnement très transparent d'une petite ville.d) Mode de repérage et de recrutementLa majorité <strong>des</strong> jeunes est adressée par l'Administration de l'Emploi (ADEM). Le bouche àoreille peut également jouer, ce qui fait que certains jeunes s'adressent directement àCoopérations, ce sont d'ailleurs ceux qui sont les plus motivés.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLe statut <strong>des</strong> jeunes jusque 30 ans (en faisant abstraction <strong>des</strong> handicapés) est celui dedemandeur d'emploi en contrat CAT.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifCoopérations est une association sans but lucratif (ASBL), qui a un conseil d'administration,un chargé de direction et deux attachés à la direction. Un attaché à la direction est responsabledu domaine de l'orientation professionnelle. L’autre attaché est responsable du programme111


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgculturel. L'équipe encadrante et administrative comporte environ 15 personnes. La populationcible compte environ 45 personnes, elle comporte en gros six groupes :- les personnes handicapées mentales,- les personnes handicapées mentales ayant fait <strong>des</strong> séjours psychiatriques,- les femmes détenues en régime de semi-liberté,- les femmes rentrantes,- les chômeurs de longue durée touchant le Revenu minimum garanti (RMG),- les jeunes en contrat CAT.Parmi la population non handicapée, seule le dernier groupe comporte <strong>des</strong> jeunes de 15 à 30ans.Coopérations est une entreprise socioculturelle sans but lucratif qui intervient dans le domainede la culture, de la formation et de l’intégration sociale. Conçus dans la durée, les multiplesprogrammes de Coopérations favorisent le développement au niveau individuel et local. Lesprogrammes sont <strong>des</strong> services dont font usage <strong>des</strong> personnes de niveaux sociaux, intellectuelsou culturels très divers.Le programme "Orientation professionnelle" est tout particulièrement <strong>des</strong>tiné à <strong>des</strong> personnesexclues ou menacées d'exclusion du marché de l'emploi (personnes handicapées, personnesayant fait <strong>des</strong> séjours psychiatriques, chômeurs de longue durée, etc.). Dans ce cadre,Coopérations a mis en place plusieurs ateliers, qui servent aussi bien à réaliser <strong>des</strong> travauxpour les projets culturels et artistiques de Coopérations, qu'à insérer et former ces personnesmenacées d'exclusion sociale.- L’atelier jardin qui prend en charge notamment l'entretien du Jardin de Wiltz, un jardinpublic qui attire un nombre croissant de visiteurs et de touristes. Cet atelier offre laformation dans le domaine de l’entretien d’espaces verts.- L'atelier restauration, qui prend en charge la cantine <strong>des</strong>tinée aux participants, aupersonnel d'encadrement et aux visiteurs (40 à 100 couverts tous les jours). Cet atelierpermet d'apprendre la cuisine et le service à table.- L'atelier service technique, qui prend en charge un grand nombre de tâches <strong>pratiques</strong>,selon les besoins de Coopérations (réparations, constructions, aide à l'organisationd'événements comme la "Joyeuse entrée" du Grand-duc et de la Grande-duchesse à Wiltz,<strong>des</strong> expositions, <strong>des</strong> "installations" artistiques, etc.).- Deux ateliers artistiques permanents, organisant diverses activités (production artistique,ateliers créatifs, expositions, "installations", etc.).b) Infrastructure disponibleL'infrastructure comporte plusieurs maisons à Wiltz. On y trouve notamment un ateliercuisine, un atelier service technique, un atelier jardin, deux ateliers artistiques, <strong>des</strong> salles deréunion, <strong>des</strong> bureaux. Ces infrastructures servent aussi bien à réaliser de la formation qu'àorganiser <strong>des</strong> événements ou à réaliser les activités techniques nécessaire aux projets deCoopérations.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée <strong>des</strong> parcours est très variable, dépendant surtout du groupe cible. Les handicapésmentaux restent le plus longtemps, car l'entrée sur le marché du travail est très difficile poureux. Pour les détenues en semi-liberté, elles arrivent en général un an avant leur mise enliberté, mais elles peuvent encore rester après cette date.Pour les CAT, la durée est au maximum d'un an, durée définie par le contrat.112


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Base légale et réglementaireUne partie du financement se fait par le Fonds Social Européen (FSE) (projet "Relais socioculturel").Il y a aussi <strong>des</strong> conventions avec le Ministère du Travail et de l'Emploi, leMinistère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS),le Ministère de la Culture, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, la Commune de Wiltz, l'ADEM, etc.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl y a une collaboration avec différentes entreprises privées pour l'organisation de stages (voirpoint 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueIl y a <strong>des</strong> réseaux de collaboration dans le domaine "l'Art dans un contexte social", où seretrouvent <strong>des</strong> universités ou <strong>des</strong> académies.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> jeunes est souvent faible, par exemple <strong>des</strong> jeunes viennent de la part del'ADEM sans savoir quel est le travail qui est proposé. Beaucoup de jeunes sont contentsd'avoir un salaire, mais n'ont pas beaucoup d'idées concernant ce qu'ils vont faire et quels sontleurs projets après la fin de l'année. Il faut donc un travail régulier sur la motivation.On constate aussi qu'une partie <strong>des</strong> jeunes est plutôt passive, l'autre partie a plutôt tendance àvouloir tester les limites <strong>des</strong> encadrants et de les pousser à bout.b) Modalités de ces activitésIl est donc important de leur rappeler régulièrement de penser à leur avenir professionnel, defaire <strong>des</strong> projets, d'améliorer leurs compétences.Par ailleurs, les travaux à réaliser sont <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> réelles, venant de clients extérieurs, ouce sont <strong>des</strong> travaux (faire la cuisine, servir <strong>des</strong> repas, etc.) où il faut qu'il y ait <strong>des</strong> résultatstangibles. Il est important que les jeunes puissent prendre en charge <strong>des</strong> travaux réels et qu'onleur fasse confiance dans ce sens, même s'il y a une pression à ce que ces travaux soient viteterminés. La confiance qui est à construire est importante, même s'il y a parfois un peu decasse, on continue à leur faire confiance.Certains projets effectués par l'atelier technique sont documentés sous forme de photos oud'une exposition qui sont affichées dans les locaux de Coopérations, ce qui entretient lamotivation <strong>des</strong> jeunes, leurs réalisations ayant une certaine visibilité pour les autres.c) Personnel responsable pour ces activitésLes formateurs chefs d'ateliers sont en première ligne pour tout ce qui concerne le travail aujour le jour sur la remotivation et les problèmes qui peuvent apparaître.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa formation comporte trois grands domaines.113


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Les compétences <strong>pratiques</strong> : au niveau de la cuisine (préparer les repas, préparer <strong>des</strong>boissons, faire la mise en place et le service, etc.), au niveau du service technique, où lestâches sont très variées (préparer un cortège, construire <strong>des</strong> murs, préparer <strong>des</strong> "installations"artistiques, peindre une rampe d'escalier, préparer de la soudure, faire <strong>des</strong> réparations, etc.) etau niveau <strong>des</strong> ateliers jardin (entretien de jardins et d'espaces verts).- Les connaissances plus théoriques (sécurité au travail, droit du travail, recherche d'unemploi, rédaction de CV et de lettres de candidatures, etc.).- Les compétences sociales dans le cadre <strong>des</strong> situations professionnelles.Les participants ont un certain choix entre les différents ateliers, selon leurs affinités et leursprojets d'avenir.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de la formation est en fait surtout l'acquisition de compétences sociales.Par ailleurs, l'objectif est l'acquisition de compétences professionnelles générales qui sontutiles dans tous les travaux manuels, mais qui sont relativement indépendants du domaineprofessionnel (exactitude, régularité, endurance, etc.).c) Grilles horairesLes personnes en CAT ont un horaire de 40 heures hebdomadaires. Il y a chaque jour uneréunion d'organisation au début et une réunion de bilan à la fin de la journée de travail.Quelques heures par semaine sont consacrées à de la formation plus théorique (sécurité autravail, droit du travail, recherche d'un emploi, rédaction de CV et de lettres de candidatures,etc.).6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesL'essentiel de la formation se fait par le travail, c'est du learning by doing. Les formateurstravaillent avec les jeunes, leur montrent les tâches à faire et suivent le déroulement <strong>des</strong>travaux.Les apprenants font <strong>des</strong> tâches qui ont une utilité et une visibilité réelle, il y a donc aussi unecertaine demande et pression qui vient <strong>des</strong> usagers (par exemple, à midi, les repas doivent êtreprêts). Il ne s'agit donc pas d'exercices scolaires ou de réalisations de pièces qui sont jetéesaprès finalisation.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement au jour le jour <strong>des</strong> jeunes se fait par les formateurs.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureUn suivi plus ponctuel est fait par le responsable du service social et éducatif.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureLa possibilité de faire un suivi après le départ du jeune dépend surtout de la façon dont lejeune a quitté l'association. Pour ceux qui partent en claquant la porte, il n'y a en général plusmoyen de faire un suivi. Il y a plus d'information concernant ceux qui ont quitté pour un114


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgemploi ou pour un apprentissage, il y a encore <strong>des</strong> contacts ou <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> d'aide après leurdépart.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesPour les jeunes qui sont en CAT, il peut y avoir <strong>des</strong> stages à l'extérieur de deux semainesenviron.b) Lieux de stageLe but de ces stages est d'apprendre à connaître d'autres <strong>lieux</strong> de travail, éventuellement avantde s'engager dans un apprentissage d'un certain type ou de postuler un emploi dans undomaine particulier.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesIl y a en général au moins une personne dans l'entreprise d'accueil qui encadre le jeune aucours du travail.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation se fait par un entretien avec le stagiaire, qui porte sur le bilan de l'expérience(difficultés, acquis, recommandations, prolongements éventuels, etc.), mais il n'y a pas deforme standardisée pour évaluer le stage. Dans les meilleurs <strong>des</strong> cas, la personne passe tout <strong>des</strong>uite au nouvel employeur, ce qui rend inutile toute évaluation.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLes stages sont trop courts pour prévoir un suivi spécifique. Il y a <strong>des</strong> contacts de personnesde Coopérations avec le jeune au cours de sa période de stage.f) Lien avec l'ADEML'ADEM est informé du stage, qui a lieu dans le cadre du CAT déjà organisé en collaborationavec cette administration.g) Lien avec le marché de l'emploiL'objectif de ces stages est notamment de permettre aux jeunes de s'orienter sur le marché del'emploi, et éventuellement de se faire engager par un employeur.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsCertains projets effectués par l'atelier technique sont documentés par le jeune sous forme d'undossier, avec l'aide du formateur.b) Modalités de cette évaluationLa procédure adoptée, les différentes étapes et le produit final d'un projet auquel le jeune acollaboré sont documentés dans un dossier, qui peut ensuite être une aide pour trouver unemploi.115


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Personnel responsable de cette évaluationLe formateur aide le jeune à réaliser son dossier de documentation.d) Qualifications possiblesLes jeunes apprennent surtout les compétences sociales qui sont nécessaires dans toutesituation de travail. Par ailleurs, ils apprennent un certain nombre de compétences de basedans certains domaines professionnels (cuisine, cantine, jardins, espaces verts, peinture,soudure, maçonnerie, etc.).e) Certifications possiblesIl n'y a pas de certification pour les jeunes de Coopérations en contrat CAT. Néanmoins, lecertificat de travail à la fin du contrat atteste d'une expérience professionnelle.10. Personnela) Différents profils du personnelLes formateurs chefs d'atelier ont <strong>des</strong> compétences professionnelles (un cuisinier, deuxserruriers, un jardinier, un informaticien) et travaillent comme formateurs.Deux artistes ont un poste en commun dans l'atelier artistique qui est en cours de mise enplace.Le responsable pour le service social et éducatif supervise les formateurs et est la personne decontact pour les travailleurs sociaux et pour les institutions externes.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe formateur en cuisine a un Certificat d'aptitude technique et professionnelle (CATP) encuisine. Les deux formateurs en serrurerie ont un CATP en serrurerie. Le formateur enjardinage a un CATP en jardinage. Le formateur d’un <strong>des</strong> deux ateliers artistiques a uneformation initiale en informatique. Les deux artistes qui animent le deuxième atelier artistiqueont fait une formation complémentaire en thérapie par l'art. Ces personnes n'ont pas deformation pédagogique spécifique, mais ils ont une expérience professionnelle dans leurdomaine technique.Le responsable pour le service social et éducatif a un diplôme universitaire de sociologie etd'économie, il a une expérience professionnelle de travail avec <strong>des</strong> handicapés.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait par la direction.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLes formateurs doivent respecter les participants en tant qu'être humains, avec leurs désirs,leurs manières de voir et leurs comportements à eux. Il y a un travail sur soi-même à faire defaçon régulière, il faut donc pouvoir se remettre en cause.Un certain enthousiasme pour son métier est certainement très important pour intéresser etmotiver les autres à acquérir les mêmes compétences.116


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.14. Cours d’orientation et d’initiation professionnelles (COIP)au Centre national de la formation professionnelle continue(CNFPC)M. Carlo Welfring, Chargé de mission MENFPStél.: 478-5234; fax: 474116; e-mail: welfring@men.lu29, rue Aldringen, L-2926 LuxembourgCNFPC d'Esch-sur-Alzette : 22, rue Henri Koch, BP 371, L-4004 Esch-sur-AlzetteCNFPC d'Ettelbruck : rue Jean-Pierre Thill - Zone Industrielle, L-9085 Ettelbruckhttp://www.cnfpc.lu1. Public ciblea) Limites d'âgeLes jeunes doivent avoir terminé leur scolarité obligatoire, c'est-à-dire avoir au moins 15 ans.La majorité <strong>des</strong> inscrits ont entre 15 et 18 ans, quelques-uns ont plus, jusque 22 ans. Celavient du fait qu'on accepte quasi tous les jeunes qui remplissent la condition d'âge minimal.b) Nombre de jeunes concernésLes COIP ont lieu dans les deux sites du CNFPC, un à Esch-sur-Alzette et un à Ettelbruck. AEsch-sur-Alzette, il y a eu durant l’ensemble de l’année 2001 environ 250 inscriptions dejeunes de 15 à 18 ans aux COIP, à Ettelbruck il y en a eu 150. Ces chiffres représentent uneestimation maximale, dans la mesure où seulement environ une bonne moitié (200 à 250) deces 400 jeunes fréquentent effectivement les cours de façon assidue. Il y a beaucoupd'abandons et d'apprenants très irréguliers.Si on considère <strong>des</strong> chiffres en termes de stock, on constate que fin de l’année 2002, il y avait120 jeunes de 15 à 18 ans au CNFPC d’Esch-sur-Alzette et 95 de la même tranche d’âge auCNFPC d’Ettelbruck, ce qui fait un total de 215 jeunes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa plupart <strong>des</strong> jeunes <strong>des</strong> COIP proviennent d'un milieu socialement très défavorisé. Il s'agitsouvent d'un milieu à faibles revenus ou de demandeurs d'emploi, il y a souvent <strong>des</strong>conditions familiales instables et précaires.Le parcours scolaire typique est constitué d'échecs scolaires successifs, avec redoublementdéjà à l’école primaire, puis entrée au régime préparatoire de l’enseignement secondairetechnique (EST), où ces jeunes n'ont pas beaucoup évolué au niveau <strong>des</strong> apprentissagesscolaires.La très grande majorité de ces jeunes a quitté l'école sans aucune certification et ne remplitpas les conditions d'accès à un apprentissage. Certains d'entre eux, remplissant les conditions,ont essayé un tel apprentissage, mais l'ont arrêté.Il y a eu pour certains un essai dans une activité professionnelle, mais celle-ci ne les a passatisfaisait ou ils ont été licenciés pour manque de qualification ou pour <strong>des</strong> problèmes demanques de compétences sociales.117


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Mode de repérage et de recrutementTous les jeunes doivent être inscrits par l'intermédiaire de l'Administration de l'Emploi(ADEM). Ils doivent y être inscrits comme demandeurs d'emploi, mais durant la période deformation aux COIP, l'ADEM ne les assignera pas, dans la mesure où on a justementconsidéré qu'ils n'étaient pas aptes pour le marché de l'emploi. La collaboration avec l'ADEMest donc très importante.Par ailleurs, les jeunes sont très souvent recrutés par l'intermédiaire de l'Action Locale pourJeunes (ALJ), une structure dépendant du Ministère de l'Education Nationale, de la FormationProfessionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS) et qui fait le suivi <strong>des</strong> jeunes en difficultés durantleur transition de l'école à la vie active. Certains sont recrutés par l'intermédiaire <strong>des</strong> lycéestechniques et quelques-uns se présentent spontanément pour s'inscrire.En principe, chaque jeune est accepté, on ne peut pas refuser quelqu'un, sauf s'il a un graveproblème de santé, de drogue ou d'alcool. Les jeunes sont tous volontaires.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes apprenants ne sont pas rémunérés les trois premiers mois (durant la "phased'orientation"), ceci afin d'empêcher que <strong>des</strong> jeunes s'inscrivent uniquement pour l'argent, puisils ont une indemnité de formation durant la "phase d'initiation".Ils ont en fait le statut de stagiaire rémunéré, bien que ce statut n'a pas de base légale dans ledroit du travail au Luxembourg. Ils ne sont ni élèves, ni apprentis, ils reçoivent une indemnitéde formation du Fonds pour l'emploi, qui est assez élevée (entre 320 et 450 euros pour lesjeunes de 15 à 18 ans, et 570 euros au-delà de 18 ans), si on compare avec un contratd'apprentissage qui est nettement moins bien rémunéré. Le but est de leur permettre depouvoir aussi aider financièrement leur famille, étant donné qu'ils proviennent souvent d'unmilieu social défavorisé.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifIl s'agit d'une structure publique, étatique, et le personnel a soit le statut de fonctionnaire, soitle statut d'employé d'<strong>Etat</strong>. Il n'y a pas de conseil d'administration.Le chargé de direction de chaque établissement est responsable de la gestion administrative etpédagogique de son centre, mais il est subordonné au directeur du Service de la formationprofessionnelle (SFP) du MENFPS.Les fonds sont étatiques (surtout MENFPS), et il y a un cofinancement pour les mesures antichômagepar le Ministère du Travail et de l'Emploi et le Fonds social européen (FSE).Les groupes d'apprenants sont de taille très variable, dépendant de beaucoup de facteurs, çapeut aller de 5 à 18 jeunes.En principe, la phase d'orientation a souvent lieu d'octobre à décembre, à partir de janvierjusque juillet, les jeunes sont dans la phase d'initiation, puis ils devraient entrer en stagedurant les vacances d'été, puis être placés et entrer dans la vie active.Mais en pratique, certains continuent durant la phase d'orientation de l'année suivante, parcequ'ils veulent encore rester ou parce qu'il n'ont pas trouvé de débouché. Ce qui pose unproblème, car comme il n'y a pas vraiment de concept de pédagogie individualisée, ces jeunesrisquent de refaire ce qu'ils ont déjà fait l'année précédente. Parfois on essaye de les dirigerplutôt vers les ateliers qu'ils n'ont pas fréquentés l'année précédente, mais ce n'est pas toujoursfaisable en pratique.118


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgDurant l'année scolaire, il est toujours possible que de nouveaux jeunes rejoignent lesgroupes. On essaye d'intégrer les nouveaux arrivants dans les ateliers existants.Les vacances sont celles <strong>des</strong> écoles, durant celles-ci les jeunes sont soit chez eux, soit ils font<strong>des</strong> stages. En principe, les jeunes devraient faire <strong>des</strong> stages durant les vacances, mais si on netrouve pas de lieu de stage, ils restent chez eux : il n'y a pas d'activités prévues pour eux ausein du CNFPC. On constate qu'environ deux tiers <strong>des</strong> apprenants font effectivement un stagedurant les vacances scolaires.b) Infrastructure disponibleDans les deux centres il y a <strong>des</strong> salles de classes, <strong>des</strong> salles de réunion, <strong>des</strong> sallesinformatiques, <strong>des</strong> ateliers. Les ateliers du centre d'Esch-sur-Alzette ont été créésprioritairement pour organiser de la formation professionnelle continue à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong>actifs occupés et <strong>des</strong> entreprises. Ces ateliers sont très sophistiqués, spacieux et bien équipéspar <strong>des</strong> outillages et <strong>des</strong> machines hypertechnologiques, mais ils sont difficiles à convertir enateliers pour publics en difficultés. Il y a les ateliers suivants : métal, maçonnerie, jardinage,cuisine, service, coiffure, électricité, vente, couture, bâtiment, bois, mécanique, peinture,usinage, électrotechnique et depuis peu une usine-école, etc.Il n'y a pas de centres de ressources, ni à Esch-sur-Alzette, ni à Ettelbruck, ce qui est un grandproblème pour la pédagogie. Ceci est lié au fait qu'une didactique spécifique pour jeunes endifficultés d'apprentissage (comment donner cours, comment évaluer, etc.) fait en grandepartie défaut, il y a surtout un encadrement socio-pédagogique.Il n'y a pas d'infrastructure sportive, ni à Esch-sur-Alzette, ni à Ettelbruck, ce qui est un grandproblème au niveau <strong>des</strong> possibilités <strong>pédagogiques</strong>.Il faut préciser que le CNFPC est orienté de façon prioritaire en vue de la formationprofessionnelle, et pas en vue de la formation générale ou de l'apprentissage de la citoyenneté.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée de base de la formation est d'une année scolaire, parfois deux ans, mais c'est unmaximum. Après la fin de la première année de formation, on ne peut pas mettre les jeunes àla rue, s'ils n'ont pas de travail et s'ils ne peuvent s'insérer dans une autre mesure ou s'inscriredans un apprentissage. Ainsi les jeunes optent pour une prise en charge ultérieure aux COIP.Mais on ne les garde jamais plus de deux ans, s'ils ne sont pas encore insérés à ce moment, ilsdevront trouver éventuellement une place sur le deuxième marché de travail, c'est-à-dire lesactivités organisées par <strong>des</strong> Associations sans but lucratif (ASBL), protégées etsubventionnées par l'<strong>Etat</strong>, visant à donner une occupation et une insertion aux publicsmarginalisés.d) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet; du Règlement grand-ducalde 1984 portant création <strong>des</strong> Cours d’orientation et d’initiation professionnelles; de la Loi du4 septembre 1990 portant réforme de l'enseignement secondaire technique et de la formationprofessionnelle continue.119


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueA Ettelbruck, il y a parfois de la formation continue à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> entreprises qui prennentles jeunes en stage, ce qui crée un lien plus étroit avec ces entreprises. Il est laissé à l'initiative<strong>des</strong> formateurs individuels ou <strong>des</strong> éducateurs gradués, quels contacts ils établissent avecl'extérieur, notamment avec le monde économique.b) Collaboration avec le monde scientifiqueIl n'y a pas d'assistance scientifique sur le terrain même, quand il y en a une, elle passe par leSFP du MENFPS.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationAprès l'inscription, il y a un entretien avec le jeune, qui est fait par un éducateur gradué duCNFPC. Celui-ci lui présente l'institution, les règles de fonctionnement, les différentespossibilités de formation qui sont offertes. Ensuite il y a une visite <strong>des</strong> installations. Puis lejeune commence les trois mois de phase d'orientation, durant laquelle il parcourt tous lesateliers afin de pouvoir se faire une idée concrète de l'ensemble <strong>des</strong> possibilités.La remotivation et la resocialisation sont essentiellement tentées par le biais du travail. Auniveau de la pédagogie et de la didactique, les concepts de remotivation et de (re)socialisationont été moins développés. Cela vient en partie du fait que la philosophie <strong>des</strong> COIP a toujoursété de préparer les jeunes le plus rapidement possible au travail.Les jeunes ne sont pas toujours à la hauteur <strong>des</strong> exigences du travail, ce qui peut lesdécourager encore plus et pour ces raisons on a <strong>des</strong> problèmes de comportement avec certainsd'entre eux.b) Modalités de ces activitésLa remotivation et la resocialisation sont essentiellement tentées par le biais du travail. Lesactivités allant dans ce sens ne sont pas prévues à part, mais sont faites par l'initiationconcrète au travail dans les domaines professionnels qui sont offerts. En faisant les tâchesqu'on lui propose, le jeune apprend et réussit quelque chose de concret, ce qui lui donne unsentiment nouveau de réussite, ce qui de nouveau augmente sa motivation à continuer.Par l'intermédiaire du travail dans les ateliers et puis dans les stages, on essaie aussi de former<strong>des</strong> compétences sociales chez ces jeunes : arriver à l'heure, s'habiller de façon correcte, êtrepoli avec les formateurs, les autres apprenants, les patrons, les collègues et les clients,travailler de façon régulière, respecter les règles, etc.Il n'y a pas d'entraînement personnel à la remotivation, pas d'exercices de resocialisationspécifiques.c) Personnel responsable pour ces activitésLe travail de remotivation par le travail se fait par les formateurs. Il n'y a pas d'activitésspécifiques de remotivation et de resocialisation, qui seraient faites à part.120


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsIl faut distinguer entre unités d'apprentissage technique et unités d'apprentissage général etsocial.On a les unités d'apprentissage technique dans les domaines professionnels suivants : métal,bois, maçonnerie, jardinage, cuisine, service, coiffure, mécanique automobile, peinture aupistolet, électricité, vente, couture.De plus, on a les unités d'apprentissage général et social suivantes : éducation sociale,communication orale et écrite, calcul.En règle générale, on a un formateur pour un domaine professionnel ou un domaine deformation générale et sociale.A titre d'exemple, on a l'unité d'apprentissage "Aide-restauration Service", qui est subdiviséeen sept modules : "Le mobilier, le matériel et le linge de restaurant", "La mise en place", "Lesdifférentes métho<strong>des</strong> de service", "Le débarrassage", "Les gestes professionnels", "Les vins","Les règles de service".Pour l'ensemble de l'unité d'apprentissage, il y a un manuel de l'enseignant, contenant lesobjectifs de chaque module (un objectif général, <strong>des</strong> objectifs spécifiques au niveauconnaissances, <strong>des</strong> objectifs spécifiques au niveau aptitu<strong>des</strong>, <strong>des</strong> objectifs spécifiques auniveau attitu<strong>des</strong>), les indications de contenu, les indications didactiques et la liste du matérield'enseignement, <strong>des</strong> critères d'évaluation et une grille d'évaluation par module.Il y a aussi un manuel de l'apprenant, ce dernier contenant tous les contenus enseignésexposés de façon systématique.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de chaque cours est de transmettre <strong>des</strong> compétences, du savoir et du savoir-être.A titre d'exemple, on peut donner les objectifs à atteindre par le premier module "Le mobilier,le matériel et le linge de restaurant" de l'unité d'apprentissage "Aide-restauration Service".Objectif général : Les participants apprendront à identifier le mobilier, le matériel et le lingeutilisés en restauration.Objectifs spécifiques – Connaissances : Les participants seront capables: d'identifier lesdifférentes pièces du mobilier, du matériel et du linge; de différencier les formes etd'énumérer leurs avantages; de définir la fonction ainsi que l'utilisation de chaque pièce; dedéterminer les couverts pour un met proposé; de déterminer la mise en place pour certainespièces; de connaître les règles d'entretien de certaines pièces.Objectifs spécifiques – Aptitu<strong>des</strong> : Les participants seront capables: d'appliquer les différentespièces pendant le service pratique; d'appliquer les règles d'entretien de certaines pièces;d'appliquer la mise en place de certaines pièces de mobilier.Objectifs spécifiques – Attitu<strong>des</strong> : Les participants seront capables: de manipuler lesdifférentes pièces avec soin et exactitude; de respecter les règles élémentaires d'hygiène et depropreté; d'adopter une approche "service au client"; de respecter les règles de bonneconduite.c) Grilles horairesLes grilles horaires sont calquées sur le rythme scolaire de l'enseignement secondaire etsecondaire technique. La grille journalière va de 8 à 12 et de 13 à 17, en règle générale. Lesgroupes COIP ont un horaire hebdomadaire qui varie de 28 à 36 heures. Les unités deformation durent deux heures, avec une pause durant la matinée et une durant l'après-midi.121


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgUne formation d'une année comporte en général six à dix modules, cela dépend <strong>des</strong> domaines.L'enseignement technique comporte environ 24 heures par semaine, l'enseignement général etsocial 12 heures. Un module dure en moyenne 3 à 4 semaines.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLa principale démarche pédagogique utilisée est le travail de groupe en atelier. La démarchetypique est l'explication à l'ensemble du groupe, suivi de travaux <strong>pratiques</strong> individuels ou enpetits groupes.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLa principale démarche pédagogique utilisée est le travail de groupe en atelier : explication àl'ensemble du groupe, suivi de travaux <strong>pratiques</strong> individuels ou en petits groupes. On chercheà créer un lien étroit entre la pratique et les quelques notions de théorie.Chaque formateur doit travailler de façon très autonome, une concertation pédagogique entreles formateurs n'est pas prévue.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a un encadrement socio-pédagogique et administratif <strong>des</strong> apprenants, qui est pris encharge par les éducateurs gradués. Ces derniers s'occupent surtout <strong>des</strong> problèmespsychologiques et sociaux <strong>des</strong> jeunes : problèmes avec le milieu familial, avec les institutions,avec l'ADEM, avec les patrons.Ce qui fonctionne moins bien c'est l'accompagnement au niveau <strong>des</strong> problèmesd'apprentissage, il n'y a pas d'appui réel au niveau de la didactique.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureL'objectif principal de la formation est d'arriver soit à placer les jeunes dans un emploi, soit àles intégrer sur le deuxième marché de l'emploi, soit à les faire débuter un apprentissage.Il y a un suivi concernant ces trois possibilités qui est fait par les éducateurs gradués duCNFPC. Une fois intégrés dans une de trois possibilités, les jeunes sont encore suivis pendantdeux ans par l'ALJ. Par contre, ceux qui quittent les COIP au bout de deux ans sans avoirtrouvé aucune insertion, ne sont de fait plus suivis par le CNFPC, mais le sont encore parl’ALJ.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesEn général, cette durée est de deux semaines, pas plus souvent que trois fois durant toute laformation, qui dure de un à deux ans maximum. Les stages ont généralement lieu pourenviron ¾ pendant les vacances scolaires et pour ¼ durant la période scolaire.b) Lieux de stageCe sont <strong>des</strong> entreprises privées ou <strong>des</strong> ASBL, ces dernières représentant en fait le deuxièmemarché du travail. Les entreprises sont surtout motivées par l'espoir de trouver un travailleurqu'elles pourront engager après le stage, si le stagiaire s'avère être quelqu'un qui travaille bien.122


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgTous les secteurs sont concernés, mais on essaie prioritairement d'organiser le stage dans ledomaine où le jeune a été formé. Si ce n'est pas possible, on essaye dans un autre secteur.Ces stages ont de fait plutôt un caractère d'orientation et de sélection qu'un caractère deformation. L'accent est aussi mis sur le développement et la mise en pratique <strong>des</strong> compétencessociales.En général, le patron ne rémunère pas les stagiaires. Il n'y a pas de véritable contrat de stagequi est conclu entre le jeune et le patron, il y a seulement un formulaire qui est rempli. Celuicin'a pas de base légale, car il n'est pas prévu dans le droit du travail, ce dernier ne prévoitpas le statut de stagiaire rémunéré.Il n'y a pas de programme de formation en entreprise. Il n'y a pas de rémunération directe, lesapprenants continuent à toucher l'indemnité de formation du Fonds pour l'emploi qu'ilsreçoivent tout au long de leur inscription aux COIP. Ceux qui ne font pas de stage nereçoivent pas cette indemnité pendant cette durée, afin qu'il y ait une incitationsupplémentaire à faire un stage.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesEn principe, l'éducateur gradué du CNFPC fait un suivi <strong>des</strong> stages en concertation avec leformateur en entreprise. Durant le premier stage, ce suivi se fait par téléphone, et lors dudeuxième, l'éducateur gradué se rend sur place. Mais malheureusement, ce genre de suivi n'estpas encore complètement systématisé.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesIl n'y a pas de critères d'évaluation <strong>des</strong> stages et pas d'objectifs précis. Et donc il n'y a pasd'évaluation formative <strong>des</strong> stages. Parfois il y a une évaluation très sommaire du genre "bien"ou "pas bien", faite par le formateur, et qui est communiquée oralement au stagiaire.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesEn principe, l'éducateur gradué du CNFPC fait un suivi <strong>des</strong> stages en concertation avec leformateur en entreprise. En général, durant le premier stage, ce suivi se fait par téléphone, etlors du deuxième, l'éducateur gradué se rend sur place. Mais malheureusement, ce genre <strong>des</strong>uivi n'est pas encore complètement systématisé.f) Lien avec l'ADEMIl y a en principe une concertation avec l'ADEM pour chaque stage qui est organisé, mais celan'est pas toujours appliqué. L'ADEM peut signaler <strong>des</strong> places de stage, mais dans la majorité<strong>des</strong> cas, ce sont les éducateurs gradués qui contactent directement les entreprises.g) Lien avec le marché de l'emploiL'objectif principal de la formation est d'arriver soit à placer les jeunes dans un emploi, soit àles intégrer sur le deuxième marché de l'emploi, soit à les faire débuter un apprentissage.Le lien avec le marché de l'emploi se fait surtout par les stages, le but est notamment que lejeune se fasse engager par l'entreprise. Les entreprises sont d'ailleurs surtout motivées parl'espoir de trouver un travailleur qu'elles pourront engager après le stage, si le stagiaire s'avèreêtre quelqu'un qui travaille bien.123


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsJusqu’à peu il n’y avait pas de véritable évaluation précise, basée sur <strong>des</strong> critères explicites,<strong>des</strong> apprenants.b) Modalités de cette évaluationIl y a un suivi et un accompagnement continu au cours de la formation. Il y a une évaluationformatrice durant le parcours, faite par les formateurs, qui débouche sur un feed-back oral quiest fait à l'apprenant concernant ses forces et faiblesses.L'évaluation par le formateur peut être orale, ou basée sur l'observation <strong>des</strong> travaux réalisés,et chez les plus forts, cela peut prendre la forme d'un écrit, par exemple un questionnaire àchoix multiple.D'autre part, ce n'est que récemment qu'on a introduit les notions de référentiels decompétences et de référentiels de formation, ce qui permet d'avoir une vue sur ce qu'il faudraitconcrètement évaluer. Tout ce processus est encore en cours, cela vient d'être mis en place parle biais de la mise au point de modules.Il y a un projet qui est en train de mettre en place <strong>des</strong> critères d'évaluation précis de chaquemodule, repris sur une grille d'évaluation graphique en "toile d'araignée".c) Personnel responsable de cette évaluationL'évaluation est faite par le formateur du groupe.d) Qualifications possiblesLes qualifications qui peuvent être acquises sont dans les domaines professionnels suivants :métal, bois, maçonnerie, jardinage, cuisine, service, coiffure, mécanique automobile, peintureau pistolet, électricité, vente, couture. Il s'agit dans chacun de ces domaines d'unequalification de base, acquise sur le tas, non certifiée.e) Certifications possiblesIl y a un certificat de fréquentation et un certificat d'assiduité, mais qui ne permet pas en soide trouver plus facilement un emploi ou de gagner plus d'argent dans une activité. Cecertificat documente la présence de l'apprenant dans le dispositif, et pas plus.10. Personnela) Différents profils du personnelIl y a <strong>des</strong> formateurs de l'enseignement général, de l'enseignement professionnel, <strong>des</strong>éducateurs gradués, <strong>des</strong> assistants sociaux, <strong>des</strong> psychologues.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués, les assistants sociaux, les psychologues doivent avoir le diplôme deformation initiale usuel qui est demandé dans le service public.Les formateurs de l'enseignement professionnels doivent avoir un diplôme de maître-artisan,mais ils n'ont pas de formation pédagogique spécifique. Les formateurs de l'enseignementgénéral doivent avoir au moins le diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires ou secondairestechniques, mais ils n'ont en général pas de formation technique ni de formation <strong>pédagogiques</strong>pécifiques.124


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl n'y a pas formation spécialisée <strong>des</strong> différentes catégories de personnels (préparation autravail spécifique, stage d'entrée, etc.). En fait, il n’y a aucune formation initiale dans ledomaine de la pédagogie.Ces deux dernières années, on a essayé d'introduire de la formation continue, parce qu'on s'estrendu compte qu'il y avait un manque bien réel. Mais celle-ci n'est pas structurée de façoncohérente : les formations sont annoncées et puis les personnes intéressées s'inscrivent. Cesformations peuvent être dans le domaine pédagogique ou bien dans un domaine professionnelspécifique.Ces formations ont lieu soit dans le centre même, soit les personnes s'inscrivent à <strong>des</strong>formations à <strong>des</strong>tination de tous les enseignants organisées par le Service de la Coordinationde la Recherche et de l'Innovation <strong>pédagogiques</strong> (SCRIPT) du MENFPS, soit les personness'inscrivent selon leurs intérêts et selon les informations dont ils disposent quelque part àl'extérieur.La durée est variable. Les formations ont lieu en principe durant le temps de travail et lespersonnes sont volontaires pour y participer. Il y a <strong>des</strong> formateurs externes et <strong>des</strong> organismesde formation externes pour former les formateurs et le personnel d'encadrement.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe directeur du SFP du MENFPS recrute le personnel, assisté par le chargé de direction ducentre respectif.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl y a un réel déficit au niveau de la professionnalité <strong>des</strong> formateurs : formation initialesouvent insuffisante dans le domaine technique, absence de formation pédagogique initiale,très peu de formation continue. Chaque formateur est un peu laissé à lui-même. La difficultévient d'une situation institutionnelle où il y a certains déficits : pas de centre de ressources,manque de concept de la formation de jeunes adultes, pas d'accent suffisant mis sur ladidactique, et particulièrement sur la didactique <strong>des</strong> adultes.125


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.15. Défi-job ASBLM. Guy Maret, Chef de projettél.: 749494; fax: 740708; e-mail: guy.maret@apgiv.etat.luMaison 9, L-6666 Givenichhttp://www.ong-defi.luhttp://www.etat.lu/SPSE/givenich.htm1. Public ciblea) Limites d’âgeEn principe, le dispositif Défi-job est accessible à partir de 18 ans, sans limite d'âge vers lehaut.b) Nombre de jeunes concernésOn constate que le public du Centre pénitentiaire est de plus en plus jeune. Néanmoins, Défijobn'a actuellement que deux personnes de moins de 30 ans sous contrat, toutes les autressont plus âgées. Il est de fait très difficile de travailler avec les jeunes, car la motivation àfaire <strong>des</strong> efforts ou à s'en sortir est souvent inexistante.Le programme <strong>d'insertion</strong> professionnelle et sociale qui sera complètement opérationnel àpartir de 2003 prévoit une intervention croissante en direction <strong>des</strong> jeunes, notamment pouraider à prévenir la récidive.Le programme s'adresse en principe à <strong>des</strong> personnes de tout âge.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa population <strong>des</strong> Centres pénitentiaires est très variée, notamment du point de vue de leurscolarité.Le profil <strong>des</strong> jeunes qui sont en prison est très particulier. Souvent leur ressort est cassé, ilssont souvent physiquement diminués par l'usage de drogues. Ils n'ont pas de conscience réellede leur souffrance et ils n'ont souvent pas de demande concernant un changement de leur vie.La récidive est d'ailleurs fréquente.Il est souvent plus facile de travailler avec <strong>des</strong> personnes plus âgées, qui ont déjà fait pluslongtemps l'expérience que le style de vie délinquant est une impasse.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait principalement parmi la population de justiciables. Le principal critèrede recrutement est la volonté de participer activement au programme <strong>d'insertion</strong>professionnelle et sociale.e) Statut <strong>des</strong> jeunesQuand les personnes travaillent dans une mesure <strong>d'insertion</strong> à l'extérieur (Co-Labor, Objectifplein emploi, Polygone, etc.) elles ont le statut de stagiaire. Quand elles sont engagées parDéfi-job, elles ont un statut d'ouvrier non qualifié ou qualifié (si possible avec un contrat àdurée déterminée - CDD, sinon de travailleur intérimaire).126


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifDans l'institution CPG, il y a en fait trois types de formation :- la formation sur le tas organisée par le CPG dans ses installations ou à l'extérieur, il s'agitde travail manuel non qualifié, mais avec <strong>des</strong> exigences allégées par rapport à un travailsalarié normal;- les cours organisés par les chargés de cours du Service psycho-socio-éducatif du CPG(alphabétisation, langues, communication, informatique, etc.), ces cours sont organisés surune base volontaire;- le programme <strong>d'insertion</strong> professionnelle et sociale de Défi-job, qui comprend deuxéléments : la mise au travail auprès d'employeurs externes <strong>des</strong> détenus qui n'ont pas lestatut de semi-liberté et qui ne peuvent donc pas sortir sans l'encadrement de l'association;le projet d'une structure modulaire de formation, cette dernière étant en cours definalisation et sera en place en 2003.Défi-job s'intègre donc dans le cadre du CPG, qui est une ancienne ferme qui a été reconvertieen centre pénitentiaire ouvert. Cette prison prend en charge les détenus qui sont en semiliberté,ces détenus pouvant travailler à la ferme et dans les infrastructures du CPG, ou bienauprès d'employeurs externes.Défi est une association sans but lucratif qui a été fondée en 1991. Défi-job est une nouvelleASBL qui a été créée pour <strong>des</strong> raisons de professionnalisation, afin de pouvoir faire unenouvelle convention avec le Ministère de la Justice. Ce document décrit la collaboration entrele CPG et Défi-job et prévoit la prise en charge <strong>des</strong> frais du personnel encadrant et <strong>des</strong> fraisde transport <strong>des</strong> détenus vers leurs <strong>lieux</strong> de travail.Une deuxième convention est en cours d'élaboration avec le Ministère du Travail et del'Emploi, elle prendra en charge les frais d'encadrement technique, les frais de formation,certains points <strong>des</strong> frais de salaires et <strong>des</strong> frais de matériel.Défi-job a un conseil de 19 membres ainsi qu'un comité de cinq personnes qui se réunissentune fois par mois. L'association a un chef de projet et une secrétaire. Les autres collaborateursfont partie du CPG ou sont <strong>des</strong> formateurs externes rémunérés à la prestation.L'association Défi-job peut engager les personnes qui ne sont pas officiellement en semilibertéavec un contrat de travail, mais dorénavant elle peut le faire aussi après leur sortie dela prison, ce qui est un moyen pour éviter la récidive. Durant cette période d'engagement, ilssont à la fois mis au travail auprès de mesures <strong>d'insertion</strong> ou bien auprès de patrons externes(sous la forme de prêt de main d'oeuvre), et ils bénéficient d'une formation (prévue par undeuxième contrat, qui s'intitule le contrat d'encadrement social).Ce volet formation est en cours d'élaboration et sera complètement opérationnel en 2003.b) Infrastructure disponibleL'ASBL a deux bureaux et une salle de réunion au CPG et les ateliers de ce centre sont à sadisposition pour organiser de la formation.Par ailleurs, une maison à Sanem est mise partiellement à sa disposition par l'Administration<strong>des</strong> Bâtiments Publics, elle est en cours de rénovation pour y établir un bureau de Défi-job,<strong>des</strong> salles de formation <strong>des</strong>tinées à la formation <strong>des</strong> formateurs et quelques logements pour lesanciens détenus qui participent au programme.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLes formations prévues dureront en règle générale entre quatre mois et demi et six mois.127


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Base légale et réglementaireIl y a une convention avec le Ministère de la Justice et une autre est en cours d'élaborationavec le Ministère du Travail et de l'Emploi.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueLes clients sont <strong>des</strong> entreprises du premier marché de l'emploi, auprès <strong>des</strong>quelles undémarchage a lieu afin d'arriver à placer <strong>des</strong> personnes pour du travail (sous la forme du prêtde main d'oeuvre). Ces entreprises sont choisies de préférence parmi celles où existe lapossibilité d'un engagement ultérieur de la personne.b) Collaboration avec le monde scientifiquePas pour le moment.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationIl y a tout un travail de conviction pour motiver les détenus à participer au programme.On constate que la motivation <strong>des</strong> personnes qui sont dans une mesure <strong>d'insertion</strong> à l'extérieurest généralement bonne, car il y a déjà eu une démarche personnelle de leur part pour yparticiper.b) Modalités de ces activitésOn essaie de convaincre la personne de l'importance de la formation, notamment pour leurinsertion future dans la société, sans toujours leur rappeler leur déficits pour autant.Par ailleurs, la régularité de l'horaire de travail et du salaire est un élément très important quientretient leur motivation.c) Personnel responsable pour ces activitésLe chef de projet de Défi-job assure principalement ce rôle dans la remotivation, par le moyend'entretiens réguliers.Mais la règle générale est que c'est une personne en qui le détenu a confiance quis'entretiendra de préférence avec lui (éducateur gradué ou chargé d'éducation du Servicepsycho-socio-éducatif, gardien, maître artisan, etc.), en concertation avec le chef de projet.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsPour le moment, outre la formation sur le tas, les formations plus théoriques sont encore assezrares et très orientées vers l'initiation professionnelle (par exemple : la sécurité au travail).Dès 2003, <strong>des</strong> modules de formation seront offerts comprenant trois volets :- formation sociale (hygiène personnelle, comportement envers soi et autrui, organisationpersonnelle, autocritique, patience, motricité, logement);- formation générale (cours de langues, cours d'alphabétisation, cours d'informatique, coursde comptabilité, cours de bureautique, cours individuels);128


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- formation professionnelle (éthique sociale et professionnelle, cours de Premier Secours,permis de conduire, conférence de sécurité générale, droit du travail, administration del'emploi, action syndicale, demande d'emploi et CV, entretien d'embauche, choix del'employeur, gestion de budget personnel, lutte contre le surendettement, fiche de salaire,cours théoriques pour différents corps de métier tel que la serrurerie, la menuiserie, lejardinage, l'horticulture, l'agriculture, la cuisine, etc.).b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de ces formations est de rendre les participants aussi autonomes que possible et deleur apprendre à assumer une activité professionnelle et une insertion sociale. Il est importantque les anciens détenus arrivent à avancer dans la vie sans qu'il y ait <strong>des</strong> encadrants qui lessuivent à tout moment.c) Grilles horairesLes participants n'ont plus l'habitude de suivre <strong>des</strong> cours selon un horaire régulier. Les phasesde formation sur le tas prendront le gros du temps, et environ 8 heures de formationhebdomadaires en salle sont prévus.Au niveau grille horaire, ce sera variable et organisé en fonction <strong>des</strong> cas individuels, lesformations elles-mêmes ne pourront pas dépasser quatre heures par jour pour la grandemajorité <strong>des</strong> participants.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLe plus important, c'est que ce qui a été appris dans un cours ou au cours d'une conférencesoit assez vite appliqué sur le terrain, afin que ces compétences puissent s'incorporer chez lesparticipants.Ces participants pouvant aussi être remis en liberté assez vite, il importe donc de leur faireacquérir <strong>des</strong> compétences <strong>pratiques</strong> le plus rapidement possible. Il est aussi essentiel de lesmotiver à continuer le programme, s'ils sont éventuellement remis en liberté.Les métho<strong>des</strong> didactiques seront aussi amenées en partie par les formateurs <strong>des</strong> partenairesexternes (Centre national de la formation professionnelle continue - CNFPC, Chambresprofessionnelles, ASBL, etc.) et dépendront d'eux. Ces formateurs sont déjà spécialisés enformation professionnelle et en formation continue.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLe chef de projet de Défi-job assure l'encadrement pour tout ce qui est problèmes sociaux(recherche de logements, papiers officiels, etc.) ou problèmes de toxicomanie (par exemple :recherche de personnes ou de centres pouvant assumer le volet thérapie).Pour tout ce qui est encadrement au travail, cela est mis en place en collaboration avec lepatron de l'entreprise, ce qui suppose un important travail de clarification avant le placement,notamment en ce qui concerne la nécessité d'une approche spécifique avec la population cible.Il est notamment important pour la personne encadrante dans l'entreprise de pouvoir prévoirun éventuel passage à l'acte et de l'informer comment le prévenir et comment réagir.129


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEn ce qui concerne l'encadrement <strong>des</strong> participants aux mesures <strong>d'insertion</strong> externes, celui-ciest pris en charge par le personnel qui assume déjà ce rôle dans ces organisations et qui a déjàune expérience avec ce type de population plus difficile.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe groupe de pilotage de Défi-job (chef de projet, représentants de l'administration du CPG,éducateurs gradués, chargés d'éducation, etc.) fait un suivi <strong>des</strong> participants au dispositif.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureUn suivi après la mesure est prévu, en collaboration étroite avec l'Administration de l'Emploi(ADEM). Le projet est de garder le contact avec l'ex-détenu et avec son employeur, enproposant de jouer le cas échéant un rôle de médiateur. Il faut remarquer qu'un tel rôle nepourra être assuré que si toutes les parties y consentent, Défi-job n'ayant bien entendu pas demoyens légaux pour imposer un tel suivi.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> stages sera très individuelle, dépendant du participant et <strong>des</strong> employeursintéressés. On peut prévoir que ce seront en général <strong>des</strong> pério<strong>des</strong> de quelques semaines. Ilpeut être intéressant que les participants aient fait plusieurs expériences, mais uniquement siça convient à la personne. Ce serait contre-productif pour quelqu'un qui sera le plus stabiliséen travaillant à un seul endroit, de lui faire faire une multitude d'expériences. Donc, <strong>des</strong>pério<strong>des</strong> plus longues sont également envisageables.b) Lieux de stageDifférentes solutions sont possibles, en fonction de la personne individuelle. On peutenvisager une mise au travail de plusieurs mois auprès d'un même employeur, ou plusieursstages à différents endroits.Les <strong>lieux</strong> de stage sont trouvés par prospection, en fonction <strong>des</strong> possibilités. Il s'agit engénéral de travail non qualifié dans différents domaines.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement sur le lieu de travail se fait par l'employeur ou son représentant.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesDes documents sont en cours d'élaboration pour évaluer le comportement social etprofessionnel <strong>des</strong> stagiaires. Cette évaluation se fera par l'employeur ou par son représentantdans l'entreprise. Il est important que cette évaluation soit aussi variée et précise que possible.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe groupe de pilotage (chef de projet, représentants de l'administration du CPG, éducateursgradués, chargés d'éducation, etc.) fait un suivi de tous les participants.f) Lien avec l'ADEMLes stagiaires seront inscrits comme demandeurs d'emploi à l'ADEM, et il est important quele placeur puisse se faire une image précise de la personne, afin que celui-ci puisse le caséchéant proposer un emploi adapté à la personne.130


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgg) Lien avec le marché de l'emploiLe but <strong>des</strong> stages est l'insertion professionnelle, si possible auprès de l'employeur où leparticipant a fait le stage. Toute expérience, même si elle ne débouche pas tout de suite sur unemploi, est précieuse et peut contribuer à former et stabiliser le participant.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation finale prendra le plus possible la forme d'un bilan de compétences.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation finale, qui prendra le plus possible la forme d'un bilan de compétences, sera faiteen collaboration avec l'ADEM, le groupe de pilotage, et si possible avec l'entreprise où lapersonne a travaillé pendant une certaine durée.Cette évaluation sera basée sur plusieurs groupes d'informations pour donner une image aussicomplète que possible de la personne : résultats scolaires, résultats au cours de la formationsociale, générale, et professionnelle, comportement social au CPG, comportement social autravail, compétences professionnelles sur le lieu de travail, etc.Par ailleurs, cette évaluation sera tenue en compte par le parquet pour décider d'uneéventuelle libération conditionnelle.c) Personnel responsable de cette évaluationL'évaluation finale sera faite en collaboration avec l'ADEM, le groupe de pilotage, et sipossible avec l'entreprise où la personne a travaillé pendant une certaine durée.d) Qualifications possiblesLes participants apprennent à travailler de façon régulière dans <strong>des</strong> emplois non qualifiés.e) Certifications possiblesLes participants recevront une attestation de participation, reprenant les éléments de leurbilan. Ce certificat pourra aider à un engagement dans une entreprise, mais ne donnera pasdroit à un barème légal. La certification est moins importante que de donner le goût de laformation à <strong>des</strong> personnes qui l'ont complètement perdu.10. Personnela) Différents profils du personnelLe chef de projet est de formation commerciale, il était indépendant, puis est entré dans cetteprofession.Les différents formateurs sont soit les chargés de cours du Service psycho-socio-éducatif duCPG ou bien <strong>des</strong> formateurs externes (CNFPC, Chambres professionnelles, etc.).Au niveau de la formation sur le tas auprès <strong>des</strong> mesures <strong>d'insertion</strong> ou <strong>des</strong> entreprises, ce sontles artisans chefs d'équipes qui interviennent.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes formateurs ont <strong>des</strong> formations très diverses, dépendant du domaine de formation.131


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes artisans chefs d'équipes sont en général soit maîtres instructeurs, soit ils ont un brevet demaîtrise ou un Certificat d'aptitude technique et professionnelle (CATP).c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe principal critère de recrutement <strong>des</strong> formateurs est leur compétence dans le domaine deformation et être disposé à se déplacer au CPG, les formations devant avoir lieu sur place.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est plus facile pour <strong>des</strong> formateurs d'entreprise que pour <strong>des</strong> enseignants de prendre encharge ce type de formation, car ils sont plus habitués à travailler avec <strong>des</strong> adultes et pluscentrés sur la pratique.132


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.16. Delta ASBL - Projets "Vélo en ville" et "Aires de jeux"Mme Chantal Fandel,Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS)29, rue Aldringen, L-2926 Luxembourgtél.: 478-5235; fax: 474116; e-mail: fandel@men.luDelta ASBL8, rue Bisserwee, L-1238 Luxembourgtél.: 4796-2383; fax: 22 27 521. Public ciblea) Limites d’âgeLes jeunes doivent avoir terminé leur obligation scolaire, ils doivent donc avoir au moins 15ans, mais il y a une ouverture vers le haut. La grande majorité a moins de 20 ans.D'ailleurs, s'il y a <strong>des</strong> personnes un peu plus âgées, cela peut avoir un effet positif sur legroupe et sur les plus jeunes.b) Nombre de jeunes concernésEn 2001, il y a eu en tout 33 stagiaires, dont quasi tous entre 15 et 30 ans. Il y a eu 19 jeunesde 15 à 18 ans, 5 participants de 19 à 25 ans, 4 personnes de 26 à 30 ans et 5 personnes deplus de 30 ans.Ponctuellement, il y a une capacité d'environ 10 personnes au projet Vélo en ville et d'environ10 personnes au projet "Aires de jeux" à la Schläifmillen, ce qui fait une capacité totale de 20participants.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa plupart <strong>des</strong> jeunes n'ont pas de certification scolaire, ils ont juste fini les 9 années de lascolarité obligatoire. Beaucoup d'entre eux ont interrompu une formation ou un emploi.La plupart ont <strong>des</strong> difficultés au niveau de leur personnalité et/ou de leur origine sociale, maisles cas les plus difficiles (handicapés, personnes nécessitant un suivi thérapeutique) ne sontpas acceptés.Une partie <strong>des</strong> jeunes sort de l'école et vient de terminer la scolarité obligatoire. Les autresparticipants ont perdu leur emploi ou étaient sans emploi pendant un certain temps, mais ilsmanifestent <strong>des</strong> intérêts au plan technique ou au plan vente.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait d'abord par le biais du Service Placement de l'Administration del'Emploi (ADEM). Il y a de bons contacts avec les placeurs, régulièrement <strong>des</strong> actions depromotion collective ont lieu auprès de l'ADEM. Ensuite il y a <strong>des</strong> entretiens individuels del'agent socio-éducatif (pédagogue) et <strong>des</strong> instructeurs de Delta avec les candidats.L'autre moyen d'information est l'Action Locale pour Jeunes (ALJ). Néanmoins, toutrecrutement se fait par l'intermédiaire de l'ADEM.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes participants gardent leur statut de demandeur d'emploi indemnisé ou de bénéficiaire duRMG. S'ils n'ont pas droit au chômage, ils sont inscrits par le biais du Service de la formation133


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgprofessionnelle (SFP) et reçoivent alors une indemnité de formation identique à celle <strong>des</strong>participants aux cours du Centre national de la formation professionnelle continue CNFPC).2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifL'ASBL Delta est surtout portée par <strong>des</strong> organismes d'<strong>Etat</strong>, à savoir actuellement le MENFPS,le Ministère du Travail et de l'Emploi (MTE), le Ministère du Tourisme, la Ville deLuxembourg, le Syndicat d'Initiatives et l'ASBL Inter-Actions.Delta a engagé le personnel, gère l'aspect commercial <strong>des</strong> projets et constitue l'organisme àl'intérieur duquel les partenaires se concertent. Le Ministère du Travail et de l'Emploi payel'indemnité de formation <strong>des</strong> participants concernés.L'ASBL Delta a commencé en 1990 avec le prêt de vélos, mais comme celui-ci n'était pastoujours possible vu la météo changeante, il y a eu un deuxième projet "Aires de jeux", situédans une partie de la Schläifmillen, et qui consiste à entretenir et poser le matériel sur les airesde jeux de la Ville de Luxembourg. Les deux projets font un tout, les jeunes passant de l'un àl'autre selon les possibilités.En décembre à janvier, les jeunes sont recrutés pour le projet Vélo en ville, ils reçoiventd'abord une initiation (vélos, peinture, métal, calcul) pour être prêts vers Pacques, quanddébute la location <strong>des</strong> vélos. A la Schläifmillen, il est plus facilement possible de faire débuterles participants en continu.En 2001, 1786 personnes ont profité du service location, avec un total de 10311 heures delocation. Durant la même année, 2658 heures de travail ont été dispensées pour les travauxd'entretien <strong>des</strong> aires de jeux de la Ville de Luxembourg.b) Infrastructure disponibleIl y a une maison de deux étages et d'un appartement annexe au Bisserwee, à Luxembourg,qui abrite le projet Vélo en ville (maintenance, réparation et location <strong>des</strong> vélos).Ensuite, il y a un atelier à la Schläifmillen, qui sert à réparer et rénover le matériel <strong>des</strong> aires dejeux, mais aussi à peindre au pistolet et à dispenser la préformation <strong>des</strong> stagiaires du servicede location.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionPour la plupart, il s'agit d'une transition, donc la durée ne doit pas être trop longue. Enprincipe, la durée du parcours est d'un an.Parfois c'est un peu plus, <strong>des</strong> participants sont gardés plus longtemps s'ils n'ont pas trouvé dedébouché, jusqu'à deux ans.Parfois c'est un peu moins, notamment un certain nombre de jeunes quittent déjà en septembrepour un apprentissage ou un apprentissage pour adultes.d) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet; loi modifiée notamment parla Loi du 12 mai 1987.On peut aussi citer la Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre du plan d’actionnational en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février 1999).Il y a une convention de Delta avec la Ville de Luxembourg, ainsi qu'une convention annuelleavec le MENFPS et le MTE.134


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueUn magasin de vélos et un atelier de mécanique ont aidé surtout au début du projet,notamment à cerner les besoins et les contenus de formation. Les instructeurs contremaîtresviennent du secteur vélos et mécanique et ont apporté leurs compétences et leur réseau dedébouchés.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> jeunes est marquée au début par les échecs passés et par les déceptionsdues au fait qu'ils n'ont souvent pas trouvé d'emploi pendant tout un temps. La motivation estentretenue par le travail concret et les contacts sociaux.b) Modalités de ces activitésLa motivation est soutenue par le fait que ces jeunes ont la possibilité de faire <strong>des</strong> activitésqui servent réellement (par exemple : réparer, entretenir et louer <strong>des</strong> vélos à <strong>des</strong> personnes quisont satisfaites du service reçu; réparer les installations <strong>des</strong> aires de jeux qui étaient cassées),on ne fait donc pas faire <strong>des</strong> exercices sans utilité pour personne.L'intérêt concret pour le vélo peut aussi être un moteur très intéressant de la motivation. Parailleurs, il y a <strong>des</strong> relations sociales <strong>des</strong> participants entre eux et <strong>des</strong> participants avec lequartier du Bisserwee.Des rencontres avec l'ASBL Coopérations Wiltz ont été organisées, celle-ci travaille auniveau artistique avec <strong>des</strong> handicapés. Les jeunes ont été beaucoup motivés par le fait de voirque d'autres personnes ont plus de difficultés qu'eux.Une fois par semaine, deux heures sont consacrées à <strong>des</strong> activités sportives (sorties en vélo)ou culturelles.c) Personnel responsable pour ces activitésCe sont surtout les instructeurs contremaîtres et l'agent socio-éducatif qui les motivent par lesactivités de travail quotidiennes et par leur rôle d'animateur.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsDurant la phase d'initiation, les participants apprennent l'entretien, la réparation, le démontageet le remontage d'un vélo, à connaître les outils plus ou moins complexes pour travailler sur<strong>des</strong> vélos, à connaître les couleurs avec leurs décapants, la gestion <strong>des</strong> déchets mécaniques etchimiques, la sécurité au travail, les travaux sur du métal, le magasinage <strong>des</strong> vélos et <strong>des</strong>pièces de rechange, à organiser le prêt <strong>des</strong> vélos avec la gestion du téléphone, <strong>des</strong>réservations, <strong>des</strong> divers contacts avec la clientèle, de la caisse, etc.Par la suite, ces apprentissages sont consolidés et exercés sur le tas, par la pratiquequotidienne.135


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPar ailleurs, une partie <strong>des</strong> jeunes sont préparés à l'apprentissage ou à l'apprentissage pouradultes.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif premier est que les jeunes développent <strong>des</strong> compétences indispensables dans toutesituation de travail : être à l'heure, persévérer dans l'effort, être régulier, collaborer avec lesinstructeurs et les collègues, être poli avec les clients, signaler un cas de maladie, produire lescertificats nécessaires, etc.Ensuite, il s'agit d'acquérir les compétences dans le domaine entretien, réparation et locationde vélos, entretien et réparation <strong>des</strong> équipements <strong>des</strong> aires de jeux.Delta prévoit de réaliser un découpage en modules de l'ensemble <strong>des</strong> contenus de laformation, ce qui devrait se laisser faire assez bien. Ce sera la tâche de la pédagogue (agentsocio-éducatif). Ce découpage aura aussi l'avantage que ce ne sont pas toujours les mêmespersonnes à qui les instructeurs demanderont certaines opérations, parce qu'ils savent queceux-ci maîtrisent ces gestes, mais cela les incitera à passer en revue l'ensemble duprogramme avec tous.c) Grilles horairesIl y a un peu moins que les 40 heures habituelles dans une situation de travail, parce qu'onlaisse du temps aux participants pour gérer leurs papiers, se présenter à un emploi, passerrégulièrement à l'ADEM, etc.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesCertains apprentissages sont faits par la réalisation de pièces, par le démontage et leremontage, l'exercice sur <strong>des</strong> tâches <strong>pratiques</strong>. Il y a une utilisation régulière <strong>des</strong> revues devélo, notamment pour apprendre à connaître les derniers modèles.La démarche est toujours : montrer les gestes, expliquer, faire imiter, exercer les gestes parune pratique répétée, fabriquer ou monter (découper, souder, visser, peindre au pistolet) <strong>des</strong>pièces.Un moyen didactique qui est très employé, c'est l'utilisation de check-lists pour ne rien oublierdans une démarche précise. La didactique utilisée est très individuelle et dépend <strong>des</strong> capacitéset <strong>des</strong> acquis antérieurs <strong>des</strong> participants, il faut partir d'un encadrement très étroit pour lesautonomiser peu à peu. L'objectif est de les amener progressivement à prendre en chargel'ensemble <strong>des</strong> tâches afférentes à la location <strong>des</strong> vélos ou à la réparation <strong>des</strong> équipementsd'aires de jeux.Durant la phase d'initiation, de décembre-janvier à Pacques, il y a aussi <strong>des</strong> explicationsdonnées en petit groupe, mais toujours centrées sur le travail en atelier.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement est fait par les instructeurs contremaîtres, qui travaillent durant toute lasemaine avec les jeunes. Ces instructeurs sont assistés par la pédagogue, qui a <strong>des</strong> réunionsd'encadrement hebdomadaires avec les stagiaires.136


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a <strong>des</strong> réunions de supervision régulières de la pédagogue avec les instructeurs, durantlesquelles sont passés en revue tous les problèmes <strong>pédagogiques</strong> ou de comportement quipeuvent se présenter avec les jeunes. Le but de ces réunions est de discuter avec lesinstructeurs et de les conseiller dans leurs démarches <strong>pédagogiques</strong>.Il y a aussi <strong>des</strong> réunions régulières avec l'ensemble <strong>des</strong> jeunes, où ceux-ci peuvent soumettretoutes les questions qui les préoccupent.Par ailleurs, il y a un suivi individuel qui est fait par la pédagogue, où ce sont surtout lesproblèmes sociaux (logement, indemnité de formation, problèmes financiers, hygiène, etc.)qui sont évoqués.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl n'y a pas de suivi systématique pendant une longue durée, excepté durant la phase detransition vers un emploi. Ce suivi est fait par la pédagogue et par les instructeurs (surtout sices derniers ont joué le rôle d'intermédiaires pour trouver l'emploi en question).Il devient de plus en plus difficile de suivre ces jeunes, parce qu'ils ont tous <strong>des</strong> GSM et pasde téléphone fixe. Or, ils changent souvent de numéro, ce qui fait qu'on n'arrive plus qu'à lescontacter très difficilement. Certains jeunes recontactent Delta sporadiquement, et le messageest de toute façon qu'ils peuvent reprendre contact quand ils le désirent.Par ailleurs, il y a un suivi qui est fait par l'ADEM.Il y a <strong>des</strong> statistiques de sortie pour la période de 1990 à 2001 et portant sur 218 participants.De ceux-ci, 47 % sont sortis pour un emploi, 19 % sans emploi, 4 % pour le CNFPC, 9 %pour d'autres possibilités, 22 % sans information.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée est variable, de deux à quatre semaines, parfois jusqu'à six semaines s'il y a laperspective d'un engagement.b) Lieux de stageLes stages sont organisés de façon flexible. Les <strong>lieux</strong> de stage sont dans le secteur du vélo,dans les gran<strong>des</strong> surfaces, ainsi que dans toute entreprise susceptible d'offrir un emploi aujeune.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement se fait par l'instructeur et la pédagogue. L'indemnité de formation continue àêtre versée durant le stage, et l'entreprise communique régulièrement les présences ouabsences du candidat. Il y a une intervention immédiate de l'instructeur ou de la pédagogue encas d'absence anormale du stagiaire.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesIl n'y a pas d'évaluation formelle du stage, ni de rapport de stage, vu que le stage a surtout unefinalité d'orientation et de placement.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi est fait par l'instructeur et/ou la pédagogue, le contrôle <strong>des</strong> présences/absences jouantun grand rôle.137


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgf) Lien avec l'ADEMLe lien avec l'ADEM reste le même que durant le reste du parcours.g) Lien avec le marché de l'emploiL'objectif du stage est d'assurer une orientation et surtout un placement du candidat, le butn'est pas tellement qu'il puisse apprendre quelque chose sur le lieu de stage qu'il ne pourraitpas apprendre à Delta même, surtout que l'association a déjà une organisation proche d'uneentreprise.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsDelta prévoit dans l'avenir proche de formaliser beaucoup plus cette évaluation, en rapportavec la reconstruction sous forme de modules de l'ensemble de la formation.b) Modalités de cette évaluationPour le moment, l'évaluation est plutôt informelle est globale.Quand l'ensemble de la formation sera retranscrite sous forme de compétences et divisée enmodules, il sera possible d'évaluer de façon précise chaque ensemble de compétences.c) Personnel responsable de cette évaluationLes instructeurs et l'agent socio-éducatif sont responsables de l'évaluation.d) Qualifications possiblesIl n'y a pas apprentissage d'un métier bien défini, mais acquisition de compétencesprofessionnelles de base, apprises à travers l'entretien et la location de vélos, ainsi qu'à traversl'entretien et la réparation du matériel <strong>des</strong> aires de jeux.e) Certifications possiblesDelta donne un certificat de participation, qui reprend de façon sommaire à quoi ils ontparticipé. Il n'y a pas d'indications concernant leur comportement individuel et social.Mais Delta voudrait aller dans le sens d'une certification plus précise en fonction del'évaluation <strong>des</strong> compétences techniques apprises dans chacun <strong>des</strong> modules, évaluation faiteen fonction de critères définis d'avance. Ce sera donc une certification de ce que le jeune saitfaire réellement.10. Personnela) Différents profils du personnelIl y a quatre instructeurs contremaîtres qui assurent la formation, l'encadrement et même enpartie le placement <strong>des</strong> participants.Une pédagogue (agent socio-éducatif) collabore 10 heures par semaine aux deux projets.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes quatre instructeurs ont le profil suivant : un CATP en mécanique automobile et unelongue expérience antérieure dans un magasin de vélos; un CAP (ancienne dénomination duCATP) en peinture/carrosserie/débosselage et une longue expérience professionnelle138


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgantérieure dans le secteur vélo; un brevet de maîtrise en mécanique métal; une formationsocio-éducative.Les instructeurs se forment de façon continue au plan technique. Il y a une formationpédagogique informelle qui est faite par la pédagogue, celle-ci sera plus formalisée dansl'avenir.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes instructeurs ont été recrutés par l'ASBL Delta, en collaboration avec l'ensemble <strong>des</strong>partenaires du projet. Ce sont chaque fois <strong>des</strong> demandeurs d'emploi inscrits à l'ADEM qui ontété recrutés.Les critères étaient surtout la disponibilité pour travailler avec <strong>des</strong> jeunes en difficultés etaussi une affinité avec le monde du vélo.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important que le formateur connaisse bien le domaine technique dans lequel il forme, cequi est particulièrement le cas quand on travaille avec <strong>des</strong> adultes, sinon on n'est pas pris ausérieux. Ensuite, il faut pouvoir expliquer et montrer aux autres ce qu'on connaît et ce qu'onsait faire. Il faut aussi avoir une certaine sérénité et un certain respect par rapport à lasituation de ces apprenants, même s'ils se comportent parfois de façon infantile.139


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.17. Fondation Letzebuerger Kannerduerf - PréformationprofessionnelleM. Schmalen Nico, pédagogue curatiftél.: 329003-23; fax: 329940; e-mail: villagesos@kannerduerf.lurue Hermann Gmeiner, L-7534 Merschhttp://www.kannerduerf.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes jeunes doivent avoir terminé leur scolarité obligatoire de neuf années au moment del'admission. En principe, il n'y a pas de limite d'âge qui a été posée, la décision se prenant aucas pour cas, mais en pratique les limites pour une admission sont entre 15 et 18 ans. Au-delà,une intégration dans la préformation professionnelle devient plus difficile.b) Nombre de jeunes concernésIl y a deux groupes, un de jeunes filles et un de jeunes hommes, chacun comportant aumaximum quatre participants.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLes jeunes qui sont admis à la préformation professionnelle du Kannerduerf ont, suite à leurhistoire personnelle, <strong>des</strong> retards scolaires ou moteurs, <strong>des</strong> problèmes de comportement qui neleur permettent pas de suivre une scolarité, un apprentissage ou de garder un emploi.Une condition d'admission est que ces jeunes doivent être dans un foyer ou bien bénéficierd'un suivi éducatif et psycho-social régulier. En effet, ces jeunes en préformation ont de tellesdifficultés de personnalité et d'instabilité émotionnelle qu'un tel suivi est indispensable, enparallèle à la formation.Au plan cognitif, on constate souvent de gran<strong>des</strong> difficultés de compréhension. Les résultatsscolaires ont souvent été assez mauvais, la plupart proviennent du régime modulaire où ils ontréussi dans le meilleur <strong>des</strong> cas quelques modules. En général, il y a aussi un rejet de l'école etde son mode de fonctionnement.Au niveau du comportement, il y a souvent <strong>des</strong> gran<strong>des</strong> instabilités au niveau de lamotivation, ainsi qu'une endurance à la tâche peu développée. On peut citer également : ladifficulté d'arriver à temps au travail, d'admettre <strong>des</strong> critiques, d'être poli avec les supérieurs,etc. Des formes de délinquance sont parfois rencontrées également.Au niveau de leur personnalité, il y a souvent une orientation vers l'échec, ces jeunes ont uneimage d'eux-mêmes très dévalorisée et ils sont peu à même de supporter <strong>des</strong> tensionspsychiques. Par ailleurs, ils ont généralement connu <strong>des</strong> blessures émotionnelles trèsprofon<strong>des</strong>, qui les empêchent de s'investir à fond dans <strong>des</strong> acquisitions scolaires ou <strong>des</strong>apprentissages. Leur famille d'origine est souvent perturbée.d) Mode de repérage et de recrutementDans la plupart <strong>des</strong> cas, ce sont les centres d'accueil qui font une demande. Un entretiend'admission est organisé entre le pédagogue du Kannerduerf et l'agent éducatif du foyer, pourconfronter l'offre d'encadrement et de formation avec le profil du jeune. Si la voie scolairetraditionnelle (l'apprentissage CITP par exemple) n'est pas jugée possible, il y a uneadmission, à condition qu'il y ait une place libre.140


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesLes jeunes ont un contrat de travail comme travailleur non qualifié ce qui leur permet decotiser toutes formes de participations confondues. Il leur reste l'équivalent de l'indemnitéd'apprentissage, ce qui rend leur situation semblable à celle d'autres jeunes de leur âge.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe Letzebuerger Kannerduerf est une fondation qui fait partie du réseau international <strong>des</strong>villages d'enfants créés par Hermann Gmeiner. Le Lëtzebuerger Kannerduerf admet <strong>des</strong>enfants jusqu'à 8 ans, et est toujours basé sur quatre piliers : un petit groupe mixte d'enfantsqui vit ensemble, une mère d'accueil qui vit tout le temps avec les enfants, une maisonunifamiliale, un village composé de 6 à 15 de ces maisons.La préformation professionnelle est <strong>des</strong>tinée à <strong>des</strong> jeunes à partir de 15 ans, qui peuvent soitdéjà vivre au Kannerduerf, soit provenir de l'extérieur. Quand ils viennent de l'extérieur, ilsdoivent soit être dans un foyer, soit, s'ils vivent dans leur famille d'origine, ils doiventbénéficier d'un suivi éducatif et psycho-social par un professionnel.La préformation se présente d'emblée comme un système différent de l'école, les jeunes ontun contrat de travail et ils travaillent pour le salaire, tout en apprenant différentes tâches sur letas. Quand ils ont <strong>des</strong> difficultés à tenir le coup durant huit heures, on commence par cinq ousix heures, pour se rapprocher progressivement de la journée de travail habituelle d'un salarié.b) Infrastructure disponibleC'est l'infrastructure du Kannerduerf qui sert pour les besoins de la formation : un ateliermenuiserie, un atelier peinture, un atelier métal/soudure, les jardins, les pelouses, lesplantations, une grande cuisine, plusieurs petites cuisines, une laverie, etc. Les travauxexécutés servent ainsi à l'ensemble du Kannerduerf.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée du parcours varie entre une et quatre années, selon la situation de départ du jeune.d) Base légale et réglementaireUne convention concernant l'ensemble <strong>des</strong> activités du Kannerduerf a été signée avec leMinistère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse. Il y a une conventionspécifique pour la préformation professionnelle.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueUne collaboration existe surtout pour l'organisation <strong>des</strong> stages en cours et en fin de formation(voir point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.141


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation de ces jeunes est très fluctuante, ce qui explique d'ailleurs en partie pourquoi ilssont en préformation professionnelle au Kannerduerf et pas auprès d'un employeur sur lepremier marché de l'emploi. Il faut donc un travail quasi quotidien pour stimuler cettemotivation.b) Modalités de ces activitésUn entretien a lieu avec le jeune avant qu'il commence la préformation professionnelle, aucours duquel on lui explique ce qui lui est offert et ce qui est attendu de lui. Notamment, onlui explique que cette préformation n'est pas une école, qu'il reçoit un salaire régulier, et qu'enéchange on attend une certaine assiduité et un certain rendement, même s'il n'a pas tous lesjours envie de travailler.Tout le processus de remotivation prend du temps. Il est très important que ces jeunes aient uncadre assez stable, mais aussi qu'ils travaillent avec un personnel qui est très conscient deleurs difficultés spécifiques. Le personnel doit être à la fois très ferme, mais ne pas les blesserencore une fois ou diminuer l'estime déjà faible que ces jeunes ont d'eux-mêmes.Une observation régulière du comportement est mise en oeuvre : elle concerne surtout laponctualité, l'exactitude du travail, le respect vis-à-vis du supérieur et <strong>des</strong> collaborateurs,parfois aussi la prise alimentaire régulière à midi, etc. Ces comportements sont évalués par<strong>des</strong> couleurs (successivement, en allant du meilleur au plus mauvais, le jaune, l'orange, levert, le rose, le noir). Le résultat est indiqué sur un tableau qui est affiché, les couleurs jaune,orange, vert donnent <strong>des</strong> points supplémentaires, le noir en fait perdre. Ce système permet auxparticipants de gagner un peu plus d'argent, jusqu'à 25 euros d'argent de poche par mois aumaximum, mais c'est aussi un moyen très parlant pour eux de s'auto-évaluer. Tous les soirs,les chefs d'équipe se réunissent avec les jeunes et leur communiquent leur évaluation de lajournée. Au cours de cette réunion, il y a aussi un échange de vues sur le déroulement de lajournée et sur l'évaluation du comportement.Quand il y a <strong>des</strong> problèmes de motivation plus graves, le pédagogue prend en charge <strong>des</strong>entretiens spécifiques sur ce point avec le jeune.c) Personnel responsable pour ces activitésLes chefs d'équipes (qui sont <strong>des</strong> maîtres-artisans avec formation pédagogique spécifique parle Ministère de l'Education Nationale) sont les premiers responsables du travail deremotivation au jour le jour. La personnalité de ces personnes est extrêmement importantepour ces jeunes, afin qu'ils puissent prendre modèle sur eux.Le pédagogue intervient de façon plus ponctuelle, il supervise également le travail <strong>des</strong> chefsd'équipe en deuxième ligne.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLe point le plus important, c'est l'acquisition de compétences professionnelles générales, quisont nécessaires aussi bien chez un électricien, un menuisier, un peintre, etc. Les jeunesdoivent donc apprendre la régularité, la ponctualité, l'endurance, la vitesse d'exécution, etc.Ces compétences sont apprises dans les différents domaines de formation.142


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPar ailleurs, un certain nombre de domaines de travail (bois, peinture, métal, entretien <strong>des</strong>pelouses, jardins et plantations, entretien du linge, cuisine, cantine, etc.) sont parcourus avecle jeune afin de lui donner une initiation aux gestes professionnels de base de ces domaines.Le contenu <strong>des</strong> formations est détaillé dans un catalogue reprenant tous les gestes essentielsd'un travail à faire.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsLe principal objectif est l'acquisition de compétences professionnelles générales (la régularité,la ponctualité, l'endurance, etc.) nécessaires dans tout travail.Un deuxième objectif de la formation est d'apprendre aux jeunes les gestes professionnels debase dans les différents domaines, mais aussi de les intéresser plus spécifiquement à un de cesmétiers afin de leur chercher <strong>des</strong> places de stage et/ou un emploi à l'extérieur dans cedomaine.c) Grilles horairesEn général, les jeunes commencent avec un horaire hebdomadaire de 30 heures (de 9 à 12 etde 13 à 16). Peu à peu, l'horaire journalier est augmenté, jusqu'à arriver progressivement aux40 heures hebdomadaires.Le chef d'équipe organise les travaux en fonction <strong>des</strong> possibilités et <strong>des</strong> besoins. Il y aégalement un rythme saisonnier qui s'est dégagé, en été, il y a plus de travaux d'extérieur, enautomne et en hiver, ce sont les travaux en atelier qui prédominent. La peinture et les petitesréparations dans les maisons sont faites tout au long de l'année.La formation fonctionne toute l'année, sans tenir compte du rythme scolaire.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesL'essentiel de la formation se fait par le travail, c'est du learning by doing. On part <strong>des</strong>compétences que les jeunes ont effectivement au début, on commence donc par les évaluer,ensuite on construit sur ce qu'ils connaissent. On voit s'ils sont prêts et intéressés à apprendre,comment on peut le leur apprendre le plus rapidement possible, etc.On commence à leur faire faire <strong>des</strong> tâches simples (par exemple nettoyer un sol), puis on vaprogressivement vers <strong>des</strong> tâches plus difficiles (nettoyer une fenêtre), puis <strong>des</strong> tâches pluscomplexes, où ils doivent déjà planifier par eux-mêmes (entretenir une pièce en faisantl'ensemble <strong>des</strong> tâches qui doivent être faites).Il est aussi important que la formation se fasse en situation la plus proche possible d'un lieu detravail normal, afin de pouvoir faire <strong>des</strong> tâches qui ont une visibilité et une reconnaissance parles autres. Le travail doit aussi le plus possible se faire comme dans un emploi normal, avec<strong>des</strong> exigences quant aux délais et quant à la qualité <strong>des</strong> prestations fournies.Les notions théoriques leur sont transmises pendant l'exécution de la tâche et en partant decelle-ci.Les jeunes font également une ou deux fois par semaine un petit rapport sur ce qu'ils ont fait,s'ils savent écrire assez bien pour pouvoir le faire. Ces rapports leur servent aussi bien àprendre conscience de ce qu'ils ont fait qu'à mémoriser et à pouvoir consulter leurs notes plustard s'ils refont la même tâche ou une tâche similaire.Les buts à atteindre pendant une année de formation sont fixés individuellement. Ainsi deuxjeunes peuvent réussir une année de formation tout en étant à un niveau de formationdifférent.143


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement au jour le jour au Kannerduerf se fait par les trois chefs d'équipe. Lepédagogue intervient plutôt en deuxième ligne pour le suivi régulier.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe pédagogue intervient surtout pour le suivi <strong>des</strong> jeunes, en étroite collaboration avec lesagents éducatifs du foyer où vit le jeune.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesurePour les jeunes qui sont arrivés au point de pouvoir travailler huit heures par jour et qui sontjugés aptes à fonctionner dans une entreprise, on cherche un employeur, en collaboration avecl'Administration de l'Emploi (ADEM), pour organiser un Contrat d'auxiliaire temporaire(CAT). Si le premier CAT ne marche pas, le jeune peut encore éventuellement revenir auKannerduerf.L'orientation et le suivi de la formation se font également en collaboration avec la Chambre<strong>des</strong> métiers.La plupart <strong>des</strong> jeunes hommes quittent le Kannerduerf pour un emploi salarié sur le premiermarché de l'emploi, comme travailleur non qualifié travaillant au salaire minimum. Cesplacements auprès d'un employeur sont de fait moins fréquents pour les jeunes filles, pourdiverses raisons. Les parcours ultérieurs <strong>des</strong> jeunes peuvent être très variés, un échec peutéventuellement être formateur aussi. Par ailleurs, les fruits du travail fait avec ces jeunes nesont pas toujours visibles tout de suite.Concernant le suivi <strong>des</strong> jeunes après leur sortie, on constate qu'une partie <strong>des</strong> jeunes veulentun tel suivi, d'autres ne le souhaitent pas, surtout parce qu'ils ne veulent pas se rappeler tout cequi concerne leur période "dans les homes", auxquels le Kannerduerf est alors assimilé à leursyeux.En règle générale, <strong>des</strong> coups de fil sont donnés par le pédagogue à l'employeur pour serenseigner sur le devenir du jeune, mais il n'y a plus beaucoup de possibilités d'interveniraprès le départ <strong>des</strong> jeunes du Kannerduerf, s'ils ne le souhaitent pas explicitement.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesSi les jeunes sont jugés aptes, un premier stage de six semaines peut être organisé.b) Lieux de stageAu cours de la deuxième année, un stage de six semaines en entreprise peut être organisé, siles jeunes en sont capables. Ce sont généralement <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de stage dans la région, commepar exemple dans un centre pour aveugles, un home pour vieilles personnes, etc.L'objectif du stage est que les jeunes se rendent compte de la réalité concrète d'un emploi (parexemple travailler huit heures dans la laverie d'un home pour vieilles personnes, ou nettoyertoute la journée <strong>des</strong> couloirs avec une équipe de nettoyage, etc.).144


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSur le lieu de stage même, le jeune est encadré par les personnes qui travaillent avec lui. Parailleurs, il y a un contact régulier du pédagogue avec le lieu de stage.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation se fait en partant de l'avis <strong>des</strong> personnes de l'entreprise avec lesquelles le jeune atravaillé. On évalue la régularité, l'intensité de l'effort, l'adaptation au travail et à l'équipe, lecomportement général, le contact avec les autres, etc. On demande aussi à l'employeur ou auchef d'équipe du lieu de stage s'il pourrait s'imaginer de continuer à travailler avec le jeune, cequi devrait encore être appris, etc. Ce feedback sert aussi dans la suite de la formation.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesIl y a un contact régulier du pédagogue avec le lieu de stage.d) Lien avec l'ADEMIl n'y pas de lien avec l'ADEM dans le cadre de ces stages, où le recrutement et le contact sefont directement par le Kannerduerf. Par contre, il y a une excellente collaboration avecl'ADEM au niveau de l'établissement <strong>des</strong> CAT.e) Lien avec le marché de l'emploiCes stages de six semaines sont une préparation pour entrer plus tard sur le marché del'emploi, mais il ne s'agit pas encore de faire engager le jeune par cet employeur particulier.Cette démarche se fera plus tard, par le biais de contrats CAT.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsDeux évaluations par le biais de tests ont lieu par an, et les jeunes doivent réussir ces testspour passer à l'année suivante et pour ainsi gagner un peu plus.b) Modalités de cette évaluationLe gros de l'évaluation porte sur <strong>des</strong> tâches <strong>pratiques</strong> (cuisiner un plat, servir à table, repasserdu linge, nettoyer une pièce, réparer un vélo, etc.), le temps imparti dépend de la capacité dujeune et la vitesse d'exécution est également évaluée. Les compétences sociales et le savoirêtresont pris en compte. Quelques questions théoriques sont aussi évaluées (par exemple surla sécurité, l'hygiène, les différents types de linge, un peu de calcul lié aux achats, etc.).c) Personnel responsable de cette évaluationLes chefs d'équipe et le pédagogue élaborent ensemble les tests. Les critères d'évaluation et lenombre de points attribués à une tâche demandée sont fixés à l'avance, afin d'éviter lesappréciations trop subjectives.d) Qualifications possiblesLes jeunes apprennent les compétences professionnelles générales, transférables dans tous lesmétiers artisanaux, comme la régularité, la ponctualité, l'endurance, la vitesse d'exécution, etc.Ensuite, ils apprennent aussi les gestes professionnels de base dans différents domaines(surtout peinture, métal, jardins, pelouses et plantations pour les jeunes hommes; cuisine etlaverie pour les jeunes filles).145


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgL'adaptation et la spécialisation de la formation en fonction du sexe est due aux nécessités <strong>des</strong>'adapter aux réalités du marché du travail pour une population déjà difficile à placer et nedécoule pas de préjugés sexistes.e) Certifications possiblesUn bilan reprenant les connaissances et compétences acquises au cours de la formation estdécerné par les chefs d'équipe à la fin de la période de formation. Il s'agit en fait d'un rapportde fin de formation, qui inclut également un avis d'orientation pour la suite, en fonction <strong>des</strong>compétences acquises.10. Personnela) Différents profils du personnelL'encadrement <strong>des</strong> jeunes hommes (préformation type ''atelier'') est assuré par deux maîtresartisansavec formation pédagogique spécifique.L'encadrement <strong>des</strong> jeunes filles (préformation type ''ménager'') est assuré par une dame qui aun diplôme d'aide socio-familiale et une grande expérience de travail en économiedomestique.Le pédagogue intervient pour les deux groupes (un peu plus pour le groupe <strong>des</strong> jeunes filles),il met au point les conceptions <strong>pédagogiques</strong> et la remotivation, il conseille les formateurs etmaintient le contact avec les agents éducatifs <strong>des</strong> foyers où logent les jeunes.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes deux maîtres-artisans sont détenteurs d'un brevet de maîtrise. Ils ont obtenu la formationcomplémentaire en pédagogie <strong>des</strong> chefs d'ateliers <strong>des</strong> lycées techniques.Deux journées de formation continue sont prévues pour ces personnes au Kannerduerf même,par exemple sur <strong>des</strong> thèmes comme la violence, les drogues, les traumatismes psychiques, letravail avec le génogramme, etc. D'autre formations peuvent être choisies parmi celles quisont offertes par exemple par l'Entente <strong>des</strong> foyers du jour, la Caritas, le Kannerschlass, leMinistère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, SOS Villages d'enfants, etc.,à raison de 40 heures par an.Le pédagogue a fait une formation universitaire en pédagogie curative clinique (handicapmental d'origines biologique et socio-culturelle et troubles du comportement) et enpsychologie clinique.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait par le directeur du Letzebuerger Kannerduerf.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLa transmission de savoirs joue beaucoup moins que par exemple dans un lycée ou un lycéetechnique. Ce qui est certainement important, c'est que ces formateurs soient <strong>des</strong> personnesqui ont une personnalité forte, qui se connaissent bien eux-mêmes, qui sont très compétentsdans ce qu'ils apprennent aux jeunes. Par ailleurs, ils doivent pouvoir s'adapter à ce public, nepas prendre les conflits de façon personnelle, être en mesure de supporter beaucoup detensions, avoir une certaine autorité, savoir donner une structure aux jeunes et aussi connaîtreles réalités concrètes du monde du travail.146


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.18. Formations Agent de fabrication- M. Armand Fischtél.: 575050-302; fax: 55 93 25; e-mail: armand.fisch@cnfpc.luCNFPC d'Esch-sur-Alzette : 22, rue Henri Koch, BP 371, L-4004 Esch-sur-Alzettehttp://www.cnfpc.lu- M. Gary Tunschtél.: 478-6120; fax: 478-6325; e-mail: gary.tunsch@mt.etat.luMinistère du Travail et de l'Emploi26, rue Sainte-Zithe, L-2939 Luxembourghttp://www.etat.lu/MT1. Public ciblea) Limites d’âgeLa seule limite d'âge est vers le bas, elle est de 15 ans, il faut que les candidats aient terminéleur scolarité obligatoire. Mais il va de soi que les candidats doivent encore pouvoir se placersur le marché de l'emploi et ne doivent pas être trop âgés. La moyenne d'âge tourne autour de25 à 30 ans. Il y a peu de participants très jeunes.b) Nombre de jeunes concernésJusqu'à présent, il y a eu sept formations d'environ 12 personnes chaque fois, sur une périodede deux ans, ce qui fait en tout 80 personnes ou environ 40 personnes par an.La quasi-totalité <strong>des</strong> participants avaient de 15 à 30 ans, deux participants avaient plus de 30ans.Il y a eu durant ces deux années 10 personnes de 15 à 18 ans, 62 personnes de 19 à 25 et 6 de26 à 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesIl s'agit de candidats qui n'ont jamais travaillé pendant une assez longue période à un mêmeendroit. La plupart n'ont aucun certificat scolaire, généralement ils ont arrêté l'école avantd'avoir un diplôme. Souvent ils ont fait toutes sortes de petits boulots, et n'ont alors pasd'ancienneté dans une entreprise.On compte plus de personnes avec un manque de qualification professionnelle qu'avec <strong>des</strong>problèmes sociaux ou personnels graves, ce qui vient d'ailleurs partiellement du mode <strong>des</strong>élection à l'entrée.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait à l'Administration de l'Emploi (ADEM), parmi les demandeursd'emploi, sur base de quelques critères simples : disponibilité de travailler par équipes et leweek-end, être mobile, avoir un minimum de capacités manuelles, l'absence de casierjudiciaire, l'absence de problèmes personnels trop importants, etc.L'ADEM leur propose cette formation comme une possibilité de sortir du chômage. Il y a unesélection <strong>des</strong> candidats qui se fait sur base d'ateliers d'information et d'entretiens individuelsorganisés par les consultants de l'ADEM.147


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesLes personnes gardent le statut qu'ils ont avant la formation, qui peut être demandeur d'emploiindemnisé ou non indemnisé. Les demandeurs d'emploi non indemnisés reçoivent l'indemnitéde formation du Fonds pour l'emploi. Durant la durée de la formation, l'ADEM ne lesassignera pas.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifL'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi; 2.réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet, permet d'organiser <strong>des</strong> courspour chômeurs. Sur base de cette loi, il y a une convention entre le Ministère du Travail et del'Emploi, le Ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports(MENFPS) et la Fédération <strong>des</strong> Industriels Luxembourgeois (FEDIL).Le Ministère du Travail est responsable de la sélection <strong>des</strong> candidats demandeurs d'emploi,ainsi que de garantir l'indemnisation <strong>des</strong> participants et leur suivi pendant et après laformation, par l'intermédiaire de l'ADEM. Le MENFPS certifie la formation et met àdisposition l'infrastructure et les formateurs du Centre National de Formation ProfessionnelleContinue (CNFPC). La FEDIL organise les contacts avec les entreprises industrielles, surtoutpour l'embauche <strong>des</strong> candidats après la formation.Il y a une sélection <strong>des</strong> candidats qui se fait sur base d'ateliers d'information et d'entretiensindividuels organisés à l'ADEM, faite par les consultants de l'ADEM. La formation estorganisée en groupes de 12 personnes, en collaboration avec <strong>des</strong> entreprises de la FEDIL(ARBED/ARCELOR, Dupont de Nemours, Good Year), et donc à l'exclusion <strong>des</strong> entreprisesartisanales ou de commerce. Mais ces agents ne sont pas formés spécifiquement pour lesentreprises participantes, ils sont formés de façon polyvalente et pourront travailler dansn'importe quelle entreprise, y compris artisanale ou commerciale.La Protection Civile participe aussi, car il y a <strong>des</strong> cours de secouriste.b) Infrastructure disponibleL'infrastructure utilisée est celle du CNFPC et du Centre de formation del'ARBED/ARCELOR à Differdange.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionAu début, la formation durait quatre mois, durée qui vient d'être ramenée à 14 semaines. Cetteréduction est due à l'allégement du programme, celui-ci ayant été conçu de façon tropexigeant et trop théorique au début de la mesure.e) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet. Cette loi permet d'organiser<strong>des</strong> cours pour chômeurs. On peut citer aussi la Loi du 12 février 1999 concernant la mise enœuvre du plan d’action national en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février1999).148


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl y a une collaboration par le biais de la FEDIL et de ses membres, qui sont tous informés dudispositif de formation. Cette collaboration inclut aussi <strong>des</strong> visites d'entreprises de la FEDIL.Les formateurs proviennent en majeure partie du CNFPC, l'autre partie provenant del'ARBED/ARCELOR (notamment pour la partie permis pontier et hydraulique/pneumatique)ou d'autres entreprises de la FEDIL.L'organisation de stages en entreprise durant la formation serait utile, mais n'a pas été possiblede par la situation <strong>des</strong> entreprises.Le contact avec le monde économique se fait aussi par le biais <strong>des</strong> consultants de l'ADEM.Leur rôle général est de donner un maximum de réalisme aux contacts entre l'ADEM et lemonde économique. Leur rôle dans la formation Agent de fabrication est l'encadrement et lesuivi <strong>des</strong> candidats.b) Collaboration avec le monde scientifiquePas pour le moment.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> participants est très variable, il y a eu <strong>des</strong> groupes où la motivation étaittrès forte, et d'autres où elle l'était beaucoup moins.La dynamique de groupe joue également. Le mélange de différents âges peut être intéressant,les personnes ayant déjà travaillé amenant leur historique professionnel.b) Modalités de ces activitésLes consultants de l'ADEM et les formateurs du CNFPC et <strong>des</strong> entreprises ont un rôle à jouerdans la motivation et la remotivation, ils ont l'avantage de bien pouvoir faire le lien avec lavie et les réalités <strong>des</strong> entreprises.Par ailleurs, les apprenants qui ont un formateur provenant d'une entreprise spécifique sontplus motivés à bien travailler, afin de pouvoir éventuellement intégrer cette entrepriseultérieurement.Les éducateurs gradués du CNFPC assurent un suivi <strong>des</strong> personnes en formation.c) Personnel responsable pour ces activitésLes consultants de l'ADEM, les formateurs du CNFPC et <strong>des</strong> entreprises, ainsi que leséducateurs gradués du CNFPC.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLe contenu est le résultat d'un groupe de travail CNFPC – panel d'entreprises de la FEDIL.C'est ce programme qui est appliqué pour chaque formation. Celui-ci donne une initiationgénéraliste à un éventail de domaines : connaissances théoriques de base (calculprofessionnel, arithmétique, introduction à la physique, introduction à la chimie, hydrauliqueet pneumatique), travailler en équipe (le savoir-vivre en entreprise), protection del'environnement, usine-école (il s'agit d'une ligne de production d'une trentaine de mètres en149


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgmodèle réduit), droit du travail, lutte contre les incendies, sécurité au travail, manutentionmanuelle, permis cariste, permis pontier, brevet secouriste, ainsi que 4 à 6 visitesd'entreprises.Il n'y a pas de formation pointue à un métier, ni d'initiation aux spécificités <strong>des</strong> différentesentreprises. Cette dernière peut être fournie ultérieurement dans l'entreprise concernée quiengagera le candidat.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de cette formation est d'initier les intéressés au métier d'agent de fabrication (oud'agent de production) dans le domaine de l'industrie et de leur faciliter un accès rapide à unemploi non qualifié, par exemple au travail sur une ligne de production. Ils auront acquis lesbases de la sécurité au travail et du droit du travail, ainsi que les permis de cariste, de pontieret de secouriste.Il s'agit de permettre aux candidats de prendre pied dans une entreprise au niveau de base. Cesera ultérieurement aux candidats à consolider cette base par l'expérience professionnelle, laformation sur le tas dans l'entreprise et par la formation continue.c) Grilles horairesLa grille horaire est flexible et dépend notamment de la disponibilité <strong>des</strong> formateurs.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes cours ont lieu dans les locaux du CNFPC ou du Centre de formation del'ARBED/ARCELOR. Les métho<strong>des</strong> didactiques mises en oeuvre dépendent de chaqueformateur. L'approche dépend aussi beaucoup <strong>des</strong> acquis antérieurs <strong>des</strong> participants.On va toujours de la pratique à la théorie, en tenant plus compte <strong>des</strong> capacités réelles <strong>des</strong>apprenants que d'un programme fixe et immuable. Le formateur s'adapte au niveau du groupequ'il a en formation.Un bon exemple pour illustrer les métho<strong>des</strong> didactiques est celui du cours d'introduction à lachimie. C'est une matière avec laquelle beaucoup <strong>des</strong> apprenants ont déjà été confronté aulycée technique, mais d'une façon très théorique et scolaire (formules, équilibration <strong>des</strong>réactions, etc.). Il y a donc souvent une certaine appréhension par rapport à cette matière.Au cours de chimie intégré dans la formation Agent de fabrication, il s'agit d'apprendre lesbases de ce qui est utile en entreprise (les différentes huiles, les graisses pour moteurs, lesproduits pétroliers, les produits de nettoyage, les gaz techniques, les produits synthétiques, lesaci<strong>des</strong> et les bases, les mélanges, la distillation, la combustion, les formules <strong>des</strong> principauxproduits employés en entreprise, la protection de l'environnement, etc.). Comme pour lesautres matières, ce programme a été élaboré en collaboration avec la FEDIL pourcorrespondre aux besoins du travail en entreprise (surtout la supervision et l'entretien demachines).Au cours de chimie, le formateur ne dit pas d'emblée ce qu'il est important de comprendre,mais le fait découvrir par <strong>des</strong> expériences concrètes qu'il montre aux élèves. L'aspect visueljoue un rôle très important, et ce dans l'attention d'abord, le fait que quelque chose de <strong>pratiques</strong>e passe devant eux les aide à se concentrer durant une certaine durée. Ensuite, lacompréhension se fait en suivant le processus qui est montré, et pas par un savoir qui leur estprésenté de façon scolaire et livresque. La mémorisation vient ensuite, ce que les participantsont vu et compris par eux-mêmes se mémorise beaucoup plus facilement. Pour favoriser une150


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgfixation à plus long terme, le formateur peut aussi faire noter par écrit ce qui vient d'êtrecompris. Mais il ne note pas tout au tableau, comme c'est souvent fait au lycée technique,parce que ça prendrait beaucoup trop de temps, et c'est aussi très ennuyeux pour ce typed'apprenants. Donc, on leur distribue par exemple un texte à espaces vi<strong>des</strong>, qu'ils remplissenten y introduisant tous les éléments qu'ils viennent de comprendre par eux-mêmes. Ces fichesleur serviront aussi d'aide-mémoire ultérieurement. Ils voient aussi d'emblée à quoi le savoirmémorisé peut servir dans leur pratique professionnelle, parce que cela leur est concrètementmontré au cours <strong>des</strong> démonstrations.En général, on évite toujours dans l'ensemble <strong>des</strong> cours de cette formation de présenter <strong>des</strong>principes théoriques seuls, car cela ne susciterait pas beaucoup d'intérêt et de compréhension.Donc on essaie plutôt de partir de cas vécus que les participants peuvent éventuellementprésenter seul ou en groupe, afin d'arriver à en déduire <strong>des</strong> principes plus généraux. C'estl'implication pour le cas concret du candidat qui sera mis en évidence (par exemple : quel seramon contrat de travail et non <strong>des</strong> principes généraux de droit du travail).La formation ne doit pas être académique ou scolaire, mais interactive et communicative.Par contre, il faut être très prudent avec l'utilisation de jeux de rôles avec une populationdéfavorisée, car ces personnes ne veulent pas quitter leur identité propre à laquelle ils tiennentbeaucoup, ou alors ils jouent le rôle de l'autre (par exemple du patron) de façon caricaturale etabsurde. Il est dangereux aussi de vouloir mettre en oeuvre <strong>des</strong> jeux de rôle avec <strong>des</strong>populations à ethnicités multiples, car on ne sait pas ce qu'on peut déclencher (il y a unehiérarchie subtile et implicite dans les perceptions que les différents groupes ont les uns <strong>des</strong>autres et c'est risqué de la mettre en cause par <strong>des</strong> jeux).Ce qui peut être très intéressant, ce sont <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> de cas : on prend une situationprofessionnelle concrète et on la discute en petit groupe et entre les différents groupes. Cessituations peuvent alors être utilisées pour arriver à <strong>des</strong> lignes de conduite plus générales.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLe consultant de l'ADEM est une personne de contact importante. Les formateurs du CNFPCet <strong>des</strong> entreprises encadrent les apprenants au cours <strong>des</strong> formations. Les éducateurs graduésdu CNFPC assurent un suivi <strong>des</strong> personnes en formation.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe consultant de l'ADEM est la personne qui assure le suivi régulier <strong>des</strong> apprenants pendantla mesure. Il a <strong>des</strong> entretiens réguliers avec les candidats avant, pendant et après la formation.Les éducateurs gradués du CNFPC assurent un suivi <strong>des</strong> personnes en formation.Durant la formation, il y a un groupe de travail consultants-formateurs, qui peut décider d'uneréorientation du candidat, si pour une raison ou une autre il ne correspond pas aux exigencesd'un poste d'agent de fabrication. Ce groupe parle aussi <strong>des</strong> compétences sociales de base <strong>des</strong>candidats et peut en tenir compte.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureLa plupart <strong>des</strong> candidats (environ 8 ou 9 sur 10) ont les présences requises pour pouvoirrecevoir le certificat de participation. Les consultants de l'ADEM continuent le suivi <strong>des</strong>candidats après la formation, par le biais de l'affiliation de l'ADEM. Ce suivi a lieu au moinsaussi longtemps que le candidat n'a pas trouvé d'emploi, c'est le consultant et non le placeurde l'ADEM qui est responsable de la recherche d'un emploi.151


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgDe fait, la plupart <strong>des</strong> candidats trouvent assez vite un emploi suite à la formation, mais il n'ya pas encore pour le moment de chiffres précis.On constate que la très grande majorité <strong>des</strong> personnes ayant terminé leur formation trouventun emploi en tant qu'agent de fabrication.8. StagesL'organisation de stages en entreprise durant la formation serait utile, mais n'a pas été possiblede par la situation <strong>des</strong> entreprises. On peut avoir recours à d'autres formules de stage, encomplément à la formation.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation <strong>des</strong> apprenants se fait par les formateurs.b) Modalités de cette évaluationIl y a trois modalités d'évaluation : une évaluation en continu (présences, participation active,etc.); <strong>des</strong> tests qui portent sur la matière enseignée pour les cours plus théoriques; <strong>des</strong> testsstandardisés pour les trois permis (permis cariste, permis pontier, brevet secouriste).c) Personnel responsable de cette évaluationLes formateurs du CNFPC et <strong>des</strong> entreprises responsables pour les cours donnés.d) Qualifications possiblesLes participants reçoivent <strong>des</strong> certificats de participation <strong>des</strong> cours suivis, ces certificatsreprenant la synthèse de ce qui a été vu durant ces cours, ainsi que les heures de participation.152


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes candidats font en même temps le permis cariste, le permis pontier et le brevet secouristede la Protection Civile.Le certificat de participation ne donne pas de qualification dans un métier précis et ne donnepas droit à un barème légal, mais contribue dans la grande majorité <strong>des</strong> cas à ouvrir la ported'un emploi non qualifié dans une entreprise.e) Certifications possiblesLes participants reçoivent <strong>des</strong> certificats de participation <strong>des</strong> cours suivis, ces certificatsreprenant la synthèse de ce qui a été vu aux cours. Le permis cariste, le permis pontier et lebrevet secouriste de la Protection Civile sont également acquis par la formation, ces certificatsayant une grande utilité dans les entreprises.Ce certificat a une excellente renommée dans les entreprises, notamment parce qu'il est portépar la FEDIL.10. Personnela) Différents profils du personnelLes consultants de l'ADEM font la sélection et le suivi <strong>des</strong> candidats de la formation. Leurrôle général à l'ADEM est de donner le maximum de réalisme aux contacts entre l'ADEM etle monde économique.Les formateurs du CNFPC donnent les cours dans les domaines où il y a déjà <strong>des</strong> formationsdans ce centre, ce qui est le cas la plupart du temps.Les formateurs d'entreprise prennent en charge <strong>des</strong> formations pour lesquelles le CNFPC n'apas de formateur ou d'infrastructure spécifique (notamment pour la partie permis pontier ethydraulique/pneumatique). Le formateur de la Protection Civile donne la formation <strong>des</strong>ecouriste.Les éducateurs gradués du CNFPC font un suivi <strong>des</strong> personnes en formation.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes consultants de l'ADEM sont <strong>des</strong> personnes provenant <strong>des</strong> services du personneld'entreprises privées et qui sont temporairement détachées à l'ADEM. Ils ne sont pasfonctionnaires.Les formateurs du CNFPC ont une formation qui est au minimum le brevet de maîtrise. Ce nesont en règle générale pas <strong>des</strong> enseignants ayant suivi la filière classique auprès de l'<strong>Etat</strong>(Bac+4 et stage pédagogique), mais <strong>des</strong> personnes qui étaient actives dans les entreprisesprivées et qui ont rejoint le CNFPC, où un <strong>des</strong> critères de recrutement est leur compétenceprofessionnelle dans un domaine précis et une aptitude pédagogique générale.Les éducateurs gradués ont une formation initiale, en général à l'Institut d'Etu<strong>des</strong> Educativeset Sociales (IEES).Il y a une formation continue pour les formateurs et éducateurs gradués du CNFPC qui puisedans l'offre du MENFPS et de l'Institut National d'Administration Publique (INAP).Les formateurs d'entreprise proviennent <strong>des</strong> département formation <strong>des</strong> entreprises, ils suiventla formation continue de leur entreprise d'origine.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes consultants de l'ADEM sont délégués par leur entreprise d'origine. Il en est de même pourles formateurs <strong>des</strong> entreprises. C'est l'entreprise qui a fixée les critères de recrutement.153


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes formateurs et éducateurs gradués du CNFPC sont recrutés par le directeur du Service dela formation professionnelle (SFP) du MENFPS, assisté par le chargé de direction du centre.Les deux critères sont la compétence dans le domaine professionnel et l'aptitude pédagogique.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important de s'adapter à la population cible, qui peut être très variable. Les apprenantssont tous déjà sortis de l'enseignement traditionnel, et ne veulent pas de métho<strong>des</strong> scolaires. Ilest important que les formateurs soient capables de transmettre les règles du monde du travail.154


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.19. Formation aux fonctions d'aide socio-familialeM. Marc Meyers, Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunessetél.: 478-6541; fax: 241888; e-mail: marc.meyers@fm.etat.lu12-14, avenue Emile Reuter, L-2420 Luxembourg1. Public ciblea) Limites d’âgeLes limites d'âge vont de 18 ans vers le haut, sans limite d'âge. L'âge <strong>des</strong> personnes ayant faitune demande jusqu'à maintenant (septembre 2002) variait de 18 à 59 ans.b) Nombre de jeunes concernésActuellement (septembre 2002), il y a 40 participants de 18 à 30 ans, sur un total de 237personnes qui suivent actuellement la formation. Il y a donc <strong>des</strong> stagiaires de tout âge qui sonten formation et les jeunes constituent une minorité sur l'ensemble <strong>des</strong> stagiaires.A la même période, on compte 204 personnes qui ont terminé avec succès la formation, dont30 jeunes ou jeunes adultes de 18 à 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesGénéralement, les participants n'ont pas dépassé le niveau de la scolarité obligatoire.Beaucoup d'entre eux ont arrêté au cours de leur parcours au lycée ou au lycée technique.Un certain nombre de personnes ont un Certificat d'aptitude technique et professionnelle(CATP) d'auxiliaire économe, mais les prestations <strong>des</strong> personnes de cette qualification ne sontpas remboursées par l'assurance dépendance (Pflegeversicherung). Ces personnes sont doncquasi obligées d'acquérir une qualification complémentaire.D'autres stagiaires ont fait antérieurement une formation qualifiante à l'étranger, mais nonreconnue au Luxembourg, ils suivent donc la formation pour avoir une qualification reconnueau Grand-Duché.On compte aussi quelques femmes rentrantes, mais la grande majorité de celles-ci ont déjàplus de 30 ans.Les participants n'ont en général pas de problèmes de personnalité ou de problèmes sociauximportants, c'est plutôt le manque de qualification qui est leur principal obstacle dans la vieprofessionnelle.Une certaine sélection est opérée de fait par les employeurs à l'entrée, ce qui a pourconséquence que <strong>des</strong> candidats trop peu à même de travailler avec <strong>des</strong> personnes ayant besoind'aide n'entament pas la formation.95 à 97 % <strong>des</strong> personnes ayant fait une demande de participation à la formation sont <strong>des</strong>femmes.d) Mode de repérage et de recrutementLes conditions d'accès à la formation sont :- être âgé de 18 ans au moins,- comprendre et arriver à s'exprimer dans au moins deux <strong>des</strong> langues usuelles au Luxembourg,dont le luxembourgeois,- être soutenu formellement dans sa demande par le service employeur,- se soumettre à un entretien d'admission afin de clarifier ses besoins de formation et sadisponibilité de participation active,155


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- présenter un extrait du casier judiciaire, qui ne doit pas être vierge (mais on demande <strong>des</strong>explications supplémentaires ainsi que le soutien du patron s'il ne l'est pas).La formation s'adresse d'abord à <strong>des</strong> personnes qui depuis deux ans au moins exercent <strong>des</strong>fonctions d'aide socio-familiale. L'expérience professionnelle au sein d'un service employeurpeut être remplacée par <strong>des</strong> formations professionnelles antérieures, <strong>des</strong> expériencesprofessionnelles similaires ou <strong>des</strong> expériences acquises dans l'exercice de fonctionsfamiliales, un stage de qualification préalable agrée par la commission.Les stagiaires qui exercent les fonctions d'aide socio-familiale hors du cadre d'un serviceemployeur doivent être soutenus dans leur demande et dans leur démarche de formation parun ou plusieurs experts du travail médico-socio-familial.La plupart <strong>des</strong> participants commencent la formation en ayant déjà un emploi dans le secteurde l'aide aux personnes. Suite à la loi dite ASFT du 8 septembre 1998, qui impose <strong>des</strong> critèresaux associations qui s'occupent de personnes dépendantes (enfants, homes pour enfants,crèches, jeunes, vieilles personnes, handicapés, etc.), et suite à l'introduction de l'assurancedépendance à partir du 01.01.1999, beaucoup de personnes qui travaillaient déjà dans lesecteur mais n'avaient pas de qualification ont été obligées de se former. La formation auxfonctions d'aide socio-familiale a connu un accroissement très important <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> àpartir de ce moment.Il y a aussi <strong>des</strong> participants demandeurs d'emploi, pour lesquels le fait de vouloir s'inscrire àla formation est un atout pour être engagé par un employeur du secteur médico-socio-familial.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes participants ont, auprès de leur employeur, un contrat de travail à durée déterminée(CDD) ou à durée indéterminée (CDI), ainsi qu'un certain nombre de contrats d'AffectationTemporaire d'Insertion (ATI) touchant le Revenu minimum garanti (RMG).Dans le secteur public, les personnes en formation améliorent déjà leur barème salarial parrapport au travailleur non qualifié dès le début de la formation.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe Règlement grand-ducal du 21 mai 1999 instituant une formation aux fonctions d'ai<strong>des</strong>ocio-familiale organise de façon assez précise l'ensemble du dispositif de formation.Une commission de formation comprend deux représentants du Ministère de l'EducationNationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS), deux représentants duMinistère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, un représentant duMinistère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, un représentant duMinistère du Travail et de l'Emploi, au moins six représentants d'associations et de servicesoeuvrant dans le domaine médico-socio-familial, ainsi que <strong>des</strong> experts du même domaine.Elle fixe les gran<strong>des</strong> orientations de la formation (contenus <strong>des</strong> formations, structuration <strong>des</strong>cours, modalités d'évaluation <strong>des</strong> apprenants, etc.).Au Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, un service s'occupe de lagestion <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> et <strong>des</strong> dossiers. Le Service de la Formation professionnelle (SFP) duMENFPS organise les cours dans le cadre du Centre National de Formation ProfessionnelleContinue (CNFPC) d'Ettelbruck et d'Esch-sur-Alzette.La Croix Rouge, Hellef Doheem, CLAIRE ASBL, l'Association <strong>des</strong> Parents d'EnfantsMentalement Handicapés (APEMH) et l'Etablissement public SERVIOR organisentégalement la formation, d'après une convention signée avec le MENFPS qui prévoit que ces156


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgorganismes prennent en formation 16 personnes de leur personnel et 8 personnes extérieures.Néanmoins, la plupart de ces formations ont également lieu au CNFPC, parfois dans leslocaux <strong>des</strong> organismes.Il y a actuellement 7 coordinateurs pour organiser et coordonner le travail de la formation.Les entretiens d'admission à la formation sont organisés en collaboration entre le Ministère dela Famille et le MENFPS.La formation est organisée par groupes de 24 stagiaires. Dès la fin d'une formation, unnouveau groupe est constitué. Le budget permet actuellement 10 formations simultanées.Une session d'examen est organisée par les deux services responsables du Ministère de laFamille et du MENFPS à la fin de chaque cycle de formation.b) Infrastructure disponibleLa principale infrastructure disponible est constituée par les salles et le matériel <strong>des</strong> deuxétablissements du CNFPC d'Ettelbruck et d'Esch-sur-Alzette. Certains objets comme <strong>des</strong> lits,<strong>des</strong> chaises roulantes, <strong>des</strong> mannequins en plastic sont empruntés ou ont été achetés pour lesbesoins de la formation.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée de la formation est a peu près de deux ans et deux mois. Elle n'est pas liée auxannées scolaires traditionnelles, néanmoins la formation s'interrompt durant les vacancesd'été.Une formation accélérée de six mois est prévue pour les stagiaires ayant fait à l'étranger ou auLuxembourg une formation similaire (Staatlich anerkannter Altenpfleger en Allemagne,auxiliaire familial et sanitaire en Belgique, CATP d'auxiliaire économe au Luxembourg), maisnon reconnue pour l'assurance dépendance au Luxembourg. La commission de formationaccorde alors une dispense de cours.d) Base légale et réglementaireLa formation aux fonctions d'aide socio-familiale a été instituée par les deux textes suivants :- Règlement ministériel du 10 octobre 1996 instituant une formation aux fonctions d'ai<strong>des</strong>ocio-familiale (Mémorial A n° 80 du 21 novembre 1996 ), remplacé par le Règlement grandducaldu 21 mai 1999 instituant une formation aux fonctions d'aide socio-familiale (MémorialA n° 129 du 9 octobre 1999).Les deux textes suivants donnent une reconnaissance légale du barème <strong>des</strong> détenteurs duCertificat d'aptitude aux fonctions d'aide socio-familiale :- Règlement grand-ducal du 29 décembre 1998 portant déclaration d'obligation générale de laconvention collective de travail pour les ouvriers du Secteur d'Aide et de Soins et du SecteurSocial (Mémorial A n° 3 du 19 janvier 1999).- Arrêté du Gouvernement en Conseil du 10 novembre 2000 portant approbation du contratcollectif <strong>des</strong> ouvriers de l'<strong>Etat</strong> du 27 octobre 2000 ainsi que le Texte coordonné du contratcollectif <strong>des</strong> ouvriers de l'<strong>Etat</strong> (Mémorial A n° 125 du 12 décembre 2000).Les deux textes suivants ont joué un rôle important dans l'essor de la formation :- Loi du 19 juin 1998 portant introduction d'une assurance dépendance (Mémorial A n° 48 du29 juin 1998).- La Loi dite ASFT, à savoir la Loi du 8 septembre 1998 réglant les relations entre l'<strong>Etat</strong> et lesorganismes oeuvrant dans les domaines social, familial et thérapeutique (Mémorial A n° 82du 24 septembre 1998).157


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueUne collaboration se fait avec les entreprises publiques et privées du secteur médico-sociofamilial(crèches, foyers pour enfants, centres pour handicapés, foyers pour vieilles personnes,hôpitaux, etc.). Les employeurs sont largement représentés dans la commission de formation.Beaucoup d'efforts sont faits par la commission et par les deux services responsables duMinistère de la Famille et du MENFPS pour adapter la formation aux besoins du domainemédico-socio-familial. Des professionnels de ce secteur sont également mis à contributionpour coordonner les formations, pour donner les cours, pour organiser les supervisions et pourêtre tuteurs (patrons de stage).b) Collaboration avec le monde scientifiquePas pour le moment.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> stagiaires est en général très bonne. Ce qui les motive, c'est aussi bien laperspective d'apprendre quelque chose de nouveau, que d'obtenir un certificat reconnu,donnant droit à un remboursement <strong>des</strong> prestations par l'assurance dépendance et permettantun avancement dans la carrière et donc aussi un avantage financier.Par ailleurs, un certain nombre de personnes font la formation pour changer de métier et pourpouvoir travailler dans le secteur social et d'aide aux personnes. Cela peuvent être d'anciensartisans, secrétaires, dactylos, mais aussi <strong>des</strong> étrangers ayant fait une formation universitaire àl'étranger non reconnue au Luxembourg.b) Modalités de ces activités- Chaque stagiaire a un tuteur (ou patron de stage) sur son lieu de travail, qui l'aide à faire lelien entre la théorie et la pratique quotidienne sur le lieu de travail. Il donne également unappui et un soutien à la motivation, et signale d'éventuels problèmes et chutes de motivation.Il est conseillé au tuteur d'avoir <strong>des</strong> entretiens réguliers (au moins deux fois par an, une foispar semestre) avec le stagiaire. Ces entretiens peuvent avoir lieu sur <strong>des</strong> points indiqués dansla grille d'évaluation et/ou sur les thèmes suivants : motivation, difficultés rencontrées aucours de la formation, relation avec les formateurs, difficultés rencontrées sur le terrain, miseen oeuvre <strong>des</strong> principes de la formation, réalisation du dossier de formation, etc.- Par ailleurs, <strong>des</strong> séances de supervision régulières sont faites par <strong>des</strong> superviseurs (qui sonten général <strong>des</strong> psychologues), en groupes de 12 participants, cette supervision permettantaussi d'intervenir sur la motivation, si nécessaire.- Le coordinateur de la formation joue également un rôle dans le suivi de la motivation <strong>des</strong>stagiaires, par ses contacts fréquents avec les participants il est amené à se rendre compted'éventuelles fluctuations de motivation.- Les formateurs jouent également un rôle par le fait qu'ils essaient de rendre leurs cours aussiintéressants et vivants que possible, et par le fait que ce sont <strong>des</strong> personnes du secteur quipeuvent toujours rattacher ce qu'ils enseignent avec la pratique quotidienne dans lesinstitutions.158


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Personnel responsable pour ces activitésLes tuteurs (patrons de stage), les superviseurs, les coordinateurs et les formateurs jouent,chacun à leur façon, un rôle important dans la motivation <strong>des</strong> stagiaires.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLe contenu de la formation est fixé dans les gran<strong>des</strong> lignes par le Règlement grand-ducal du21 mai 1999. La formation a un tronc commun, comprenant une section sur la déontologieprofessionnelle, la psychohygiène et la supervision, une section sur la communication, unesection sur l'économie familiale et une section sur l'assistance, l'aide et les soins.La formation prévoit aussi un module de spécialisation comprenant quatre options :1) encadrement direct - enfant et famille, pris en charge par le Service National de la Jeunesse(SNJ);2) encadrement direct - handicap et maladie, pris en charge par l'APEMH;3) encadrement direct - personne âgée;4) assistance polyvalente, accueil téléphonique et/ou administratif, ai<strong>des</strong> diverses.La formation comprend également une supervision professionnelle sur le lieu de travail.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif principal est de préparer les stagiaires à exécuter de façon optimale le travailpratique qu'ils font au jour le jour avec les personnes avec lesquelles ils travaillent.Il s'agit aussi de leur apprendre à se gérer eux-mêmes dans <strong>des</strong> tâches impliquant une grandecharge de travail et un certain stress.c) Grilles horairesLa formation a lieu en dehors du temps de travail, en général une après-midi par semaine, de14.00 à 18.00 heures. En principe, c'est toujours la même après-midi qui est prévue pour laformation. Les stagiaires rattrapent éventuellement à un autre moment les heures prises sur letemps de travail.Actuellement, les réflexions <strong>des</strong> organisateurs vont dans le sens d'étendre la formation à unejournée complète par semaine, car la fatigue après une matinée de travail peut être importante.Quant aux séances périodiques de supervision, elles prennent actuellement déjà une journéecomplète.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> didactiques dépendent très fort <strong>des</strong> différents formateurs.Il s'agit certainement d'une pédagogie d'adultes, car il est important de prendre en compte levécu et les expériences professionnelles <strong>des</strong> stagiaires.Toutes les métho<strong>des</strong> didactiques sont envisageables, du moment qu'elles sont focalisées versle concret. Des métho<strong>des</strong> très <strong>pratiques</strong> sont certainement employées dans les coursd'entraînement à la communication, d'entraînement aux soins, Heben und Tragen (commentsoulever et porter <strong>des</strong> personnes) ainsi que la formation au brevet secouriste.Par contre, les cours de psychologie sont souvent donnés de façon un peu plus théorique, maislà aussi cela dépend très fort du formateur.159


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEn général, les éléments plus théoriques sont censés être mis en pratique sur le lieu de travail,en collaboration avec le tuteur (patron de stage).Les formateurs sont également tenus à fournir <strong>des</strong> supports didactiques (textes, photocopies,schémas, documentation, etc.) en appui de leurs cours.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement se fait par le tuteur (patron de stage) sur le lieu de travail, celui-ci travailleavec le stagiaire et établit avec lui le plus possible le lien entre la théorie et la pratique. Letuteur garde même un rôle après la fin de la formation, il peut continuer à encadrer le stagiairesur le lieu de travail ou éventuellement l'envoyer dans d'autres formations.Les différents formateurs encadrent les stagiaires au moment <strong>des</strong> cours, ils sont disponiblespour toute question qui peut se poser au participant.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe coordinateur de la formation joue un rôle dans l'organisation pratique de la formation. A cetitre, il fait également un certain suivi <strong>des</strong> stagiaires.Les superviseurs se réunissent à intervalles réguliers avec chaque fois un demi-groupe (12stagiaires) afin de passer en revue tous les problèmes qui peuvent se poser au niveau <strong>des</strong>cours, de la mise en pratique, du travail dans l'institution qui emploie le stagiaire, etc.Les deux services concernés du Ministère de la Famille et du MENFPS interviennentrégulièrement pour évaluer le déroulement <strong>des</strong> cours et la bonne intégration <strong>des</strong> différentsstagiaires dans la formation.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl n'y a plus de suivi systématique de la part du Ministère de la Famille ou du MENFPS. Lesanciens stagiaires déjà certifiés ont la possibilité de faire un autre module de spécialisation,sans qu'ils soient obligés de repasser l'examen.D'ailleurs, toutes ces personnes ont de fait un emploi en fin de formation, soit ils gardent celuiqu'ils avaient en cours de formation ou ils en changent.Le Service National d'Action Sociale (SNAS) continue à faire un suivi <strong>des</strong> personnes quitravaillent en contrat ATI, par exemple dans <strong>des</strong> homes pour vieilles personnes.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesUn stage de 80 heures est obligatoire dans le cadre de la formation. La période de stage se faiten continu, donc en général cela correspond à deux semaines à temps plein, sauf si le type detravail dans l'institution d'accueil ne le permet pas. Alors le stage sera un peu plus étendu dansla durée.b) Lieux de stageCe stage a lieu obligatoirement dans une institution différente et dans un domaine différent decelui où le stagiaire travaille habituellement. Le but de ce stage est d'élargir l'horizon dustagiaire, afin de lui permettre de vivre de l'intérieur une autre situation de travail que celle oùil est habitué de travailler.160


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLa loi prévoit que cette période de stage doit être faite durant le temps de travail, l'employeurcontinue donc à payer le travailleur durant le stage.Le stage peut être fait à l'étranger, si le tuteur s'est renseigné sur l'institution en question.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesLe tuteur (patron de stage) du stagiaire continue l'encadrement du stagiaire, mais il y aégalement une personne responsable dans l'institution d'accueil. Cette personne est égalementla personne de contact dans l'institution et elle fait l'évaluation du stage.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesLa personne de contact qui est responsable du stagiaire dans l'institution d'accueil fait uneévaluation du stagiaire, sur base d'une grille reprenant les attitu<strong>des</strong> générales, les attitu<strong>des</strong>sociales et les attitu<strong>des</strong> vis-à-vis du travail. Le responsable du service signe également cedocument. Celui-ci n'entre pas dans l'évaluation finale de la formation, mais sert surtout aufeed-back à <strong>des</strong>tination du stagiaire.Le stagiaire fait également un rapport de stage, qui est joint au dossier, tout comme la grilled'évaluation du stage. Au cours de l'examen final, <strong>des</strong> questions pourront être posées austagiaire concernant ce stage.Le stage doit avoir été terminé avant que le stagiaire puisse être admis à l'examen.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe principal contrôle qui est fait est de vérifier que le stagiaire a fait le stage, celui-ci étantégalement une condition pour être admis à l'examen.f) Lien avec l'ADEMNon.g) Lien avec le marché de l'emploiLe stage peut être une occasion pour le stagiaire de connaître un autre emploi, vers lequel ilpeut se diriger durant ou après la formation. Le stagiaire peut se rendre compte au cours dustage que ce travail lui convient particulièrement bien, ou bien l'employeur peut avoir un euune bonne impression du stagiaire. Une personne en ATI peut par ce biais avoir la possibilitéde trouver un emploi régulier.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se fait par un examen, aussi bien pratique que théorique, qui a lieu à la fin de laformation et comporte plusieurs parties.b) Modalités de cette évaluationEn cours de formation, <strong>des</strong> tests réguliers sont faits afin de diminuer l'angoisse <strong>des</strong> candidatspar <strong>des</strong> épreuves régulières, mais aussi de permettre une auto-évaluation <strong>des</strong> candidats encours de formation.Une grille d'évaluation est complétée par le tuteur semestriellement ou en cas de changementde service du stagiaire. Cette grille comporte <strong>des</strong> points portant sur la communication(capacité d'entrer en relation avec le client, capacité de faire <strong>des</strong> suggestions et critiquespertinentes, politesse et tact, etc.), les qualités professionnelles dans l'aide concrète (exécution161


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgcorrecte du plan de travail, transmission <strong>des</strong> informations recueillies sous réserve du secretprofessionnel, etc.), l'hygiène et la propreté (propreté du lieu de travail, tenue professionnelleadaptée et soignée, etc.), les compétences personnelles (investissement professionnel, sens dela responsabilité, discrétion, esprit d'équipe, etc.).La même grille utilisée comme grille d'auto-évaluation est également remplie par le stagiaireaux mêmes moments. Ces grilles sont jointes au dossier de formation du stagiaire et sont vuespar le jury au moment de l'épreuve dossier de l'examen.L'examen à la fin de la formation comporte différentes parties :a) une épreuve écrite ou orale portant sur les notes succinctes d'une partie <strong>des</strong> matièresenseignées (une matière du tronc commun, une autre du module de spécialisation);b) une épreuve pratique en rapport avec l'activité professionnelle du stagiaire; le contenu del'épreuve est déterminé par les organisateurs (soins sur mannequin, entretien, observation <strong>des</strong>"clients", etc.);c) une épreuve de compréhension de texte et d'expression orale consistant en un entretienavec le jury sur un document remis au candidat vingt minutes avant l'épreuve; le contenu dutexte porte sur <strong>des</strong> sujets abordés en cours de formation; il est rédigé, selon le souhait ducandidat, soit en allemand, soit en français;d) un entretien avec le jury et le patron de stage à partir du dossier de formation assemblé toutau long de la formation; ce dossier comprend les notes prises au cours, les documents detravail, la grille d'évaluation qui a été complétée tout au long de la formation, le rapport <strong>des</strong>tage, la grille d'évaluation du stage, <strong>des</strong> documents, photos, articles de journaux ayant trait àla formation d'aide socio-familiale.Pour réussir, le candidat doit obtenir 50 % dans chaque matière.Une épreuve supplémentaire peut être proposée au candidat s'il n'a pas réussi une matière,généralement cet examen a lieu environ six mois plus tard. Une aide concrète par le tuteur à lapréparation de cette deuxième session d'examen est prévue.En cas d'échec en deux matières, l'examen est considéré comme non réussi.Jusqu'à maintenant, aucun <strong>des</strong> stagiaires ayant échoué à l'examen n'a voulu reprendre laformation. Il ne s'agit que de quelques rares candidats, peu à même de travailler pratiquementavec <strong>des</strong> personnes nécessitant de l'aide.c) Personnel responsable de cette évaluationL'examen est organisé par les deux services responsables du Ministère de la Famille et duMENFPS. Le jury d'examen doit comporter au moins un représentant de chacun de ces deuxministères, ainsi que <strong>des</strong> formateurs, dont généralement un titulaire de la matière évaluée.Le jury décide de la réussite ou de l'échec du candidat à l'examen. Il peut proposer <strong>des</strong>épreuves supplémentaires aux candidats qui ont échoué. Il est tenu de motiver formellementses décisions.d) Qualifications possiblesLa formation permet d'acquérir une qualification d'aide socio-familiale, attestée par leCertificat d'aptitude aux fonctions d'aide socio-familiale. Ce certificat est reconnu par leMENFPS, qui enregistre les détenteurs de ce certificat.Ce certificat donne droit à un barème salarial spécifique, fixé par un texte légal, aussi biendans le secteur public (Arrêté du Gouvernement en Conseil du 10 novembre 2000 portantapprobation du contrat collectif <strong>des</strong> ouvriers de l'<strong>Etat</strong> du 27 octobre 2000; Texte coordonné ducontrat collectif <strong>des</strong> ouvriers de l'<strong>Etat</strong>, Mémorial A n° 125 du 12 décembre 2000) que dans lesecteur privé (Règlement grand-ducal du 29 décembre 1998 portant déclaration d'obligation162


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourggénérale de la convention collective de travail pour les ouvriers du Secteur d'Aide et de Soinset du Secteur Social, Mémorial A n° 3 du 19 janvier 1999).Par ailleurs, ce certificat permet à l'employeur employant ces personnes de faire rembourserses prestations par l'assurance dépendance.e) Certifications possiblesLe certificat décerné à l'issue de la formation, après réussite de l'examen, est le Certificatd'aptitude aux fonctions d'aide socio-familiale.10. Personnela) Différents profils du personnel- Les tuteurs (patrons de stage) doivent remplir les conditions suivantes :1) travailler au moins à mi-temps dans le secteur médico-social ou socio-éducatif,2) avoir une expérience minimum de 5 ans dans le secteur,3) avoir suivi une formation professionnelle sanctionnée par un diplôme correspondant aumoins au diplôme d'infirmier ou d'éducateur (exception possible avec l'accord de lacommission),4) garantir une disponibilité régulière pour accompagner et guider le stagiaire (le tuteur peutse faire seconder par d'autres professionnels du service),5) de préférence être employé ou collaborateur du service employeur du stagiaire.En pratique, ce sont <strong>des</strong> infirmiers, <strong>des</strong> infirmiers gradués, <strong>des</strong> éducateurs, <strong>des</strong> éducateursgradués, <strong>des</strong> assistants sociaux, <strong>des</strong> psychologues, <strong>des</strong> ergothérapeutes, etc., ce doit être uneprofession qualifiée reconnue. Ils proviennent donc obligatoirement du secteur médico-sociofamilial,mais ils n'ont pas de formation pédagogique spécifique.- Les formateurs proviennent dans la très grande majorité <strong>des</strong> cas du secteur médico-sociofamilial,où ils ont acquis une expérience de travail avec les différentes populationsconcernées. Leurs professions sont très diverses : ouvriers, infirmiers, infirmiers gradués,éducateurs, éducateurs gradués, assistants sociaux, psychologues, ergothérapeutes,sexologues, etc. L'important est qu'ils aient une expérience et <strong>des</strong> compétences dans ledomaine de formation, qu'ils aient la capacité d'apprendre quelque chose aux stagiaires.En général, les formateurs n'ont pas de formation pédagogique spécifique, les organisateursessaient de trouver sur le terrain les personnes qui ont de l'expérience professionnelle et ladisponibilité. Ils doivent également avoir la capacité de transmettre leurs compétences auxautres, sans qu'ils l'aient nécessairement appris dans une formation.- Les 7 coordinateurs ont comme mission d'établir les horaires, de recruter les formateurs,d'établir les contacts avec les formateurs et les stagiaires, de faire circuler l'information, decontrôler les présences, de vérifier que les stages aient lieu, de superviser le travail <strong>des</strong>formateurs. Ils ont également <strong>des</strong> professions très variées (psychologues, infirmiers,pédagogue, etc.).- Les superviseurs sont en général <strong>des</strong> psychologues ou <strong>des</strong> professionnels qui sont à même <strong>des</strong>uperviser du personnel.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes formateurs et le personnel d'encadrement ont d'abord une formation initiale dans leurprofession (infirmiers, infirmiers gradués, éducateurs, éducateurs gradués, assistants sociaux,psychologues, ergothérapeutes, etc.).163


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIls ont une bonne expérience professionnelle dans le domaine médico-socio-familial et ils ontégalement été recrutés sur base de leur capacité à communiquer leur savoir et leur savoir-faireaux autres.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe coordinateur de la formation recrute les formateurs qui donnent les cours, sur base de leurcompétence, de leur expérience pratique et de leur capacité à pouvoir apprendre quelquechose aux autres.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesCes formateurs doivent pouvoir prendre référence sur les exemples concrets qu'ils vivent ouqu'ils ont vécu eux-mêmes dans leur pratique dans le domaine de l'aide aux personnes.164


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.20. Formations complémentaires- M. Armand Fischtél.: 575050-302; fax: 55 93 25; e-mail: armand.fisch@cnfpc.luCNFPC d'Esch-sur-Alzette : 22, rue Henri Koch, BP 371, L-4004 Esch-sur-Alzettehttp://www.cnfpc.lu- M. Gary Tunschtél.: 478-6120; fax: 478-6325; e-mail: gary.tunsch@mt.etat.luMinistère du Travail et de l'Emploi26, rue Sainte-Zithe, L-2939 Luxembourghttp://www.etat.lu/MT1. Public ciblea) Limites d’âgeLes limites d'âge dépendent de l'entreprise contractante, l'âge ne peut pas être inférieur à 15ans, les candidats devant toujours avoir terminé leur scolarité obligatoire.b) Nombre de jeunes concernésLa majorité <strong>des</strong> participants sont <strong>des</strong> jeunes et jeunes adultes de moins de 30 ans.Pour l'année 2001, 9 formations complémentaires ont été organisées et 78 candidats onteffectivement commencé ces formations, la grande majorité ayant entre 18 et 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLe profil de ces apprenants est très variable et dépend de la demande de l'employeur. Celapeut être <strong>des</strong> personnes qualifiées avec une expérience professionnelle, ayant perdu leuremploi et cherchant à se faire réembaucher; <strong>des</strong> décrocheurs de l'école secondaire ou d'unapprentissage; <strong>des</strong> jeunes sans qualification ayant quelques problèmes personnels (mais pastrop, sinon ils ne seront pas sélectionnés par l'entreprise); <strong>des</strong> femmes rentrantes, etc. Lesparticipants proviennent de fait souvent de nationalités très diverses.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait à l'Administration de l'Emploi (ADEM), parmi les demandeursd'emploi. Un atelier d'information est organisé à <strong>des</strong>tination de ces demandeurs, oùl'entreprise se présente et propose son offre de formation. Si parmi les candidats potentielschoisis par l'ADEM, un minimum de huit personnes est sélectionné par l'entreprise, laformation est effectivement organisée.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes personnes ont différents statuts. Une partie garde le statut qu'ils ont avant la formation,qui peut être demandeur d'emploi indemnisé ou non indemnisé. Les demandeurs d'emploi nonindemnisés reçoivent l'indemnité de formation du Fonds pour l'emploi. Durant la durée de laformation, l'ADEM ne les assignera pas.En cas de besoin, l'indemnité de chômage est prolongée pour la durée de la formation.Une partie <strong>des</strong> participants n'ayant pas dépassé l'âge de 30 ans passe en Stage de préparationen entreprise (SP), durant lequel l'employeur paye 50 % de l'indemnité de chômage complet.C'est à la fin de la période de formation que le candidat reçoit un contrat de travail CAT, CDDou CDI.165


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifCes formations sont très flexibles et dépendent de la demande d'une entreprise ou d'unefédération d'entreprises. Ces entreprises font une demande concernant leur besoin de maind'oeuvre avec un profil précis.Si la formation est réalisable et si <strong>des</strong> formateurs peuvent être trouvés, un atelierd'information est organisé à l'ADEM à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> demandeurs d'emploi, où l'entreprise seprésente et propose son offre de formation. Si parmi les candidats potentiels choisis parl'ADEM, un minimum de huit personnes est sélectionné par l'entreprise, la formation esteffectivement organisée.Une convention est alors signée entre l'entreprise, le Ministère du Travail et de l'Emploi, ainsique le Ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports(MENFPS). Cette convention précise les conditions d'accès fixées par l'entreprise(hommes/femmes, casier judiciaire vierge, prérecquis, connaissances de langues, âge, etc.), lecontenu de la formation, la durée et les responsabilités respectives.Concernant le contenu de la formation, il y a une consultation entre l'entreprise et le CNFPCpour fixer un cahier <strong>des</strong> charges commun. Ce dernier peut éventuellement exigerl'intervention de formateurs externes, le CNFPC jouant alors un rôle d'organisateur.Ensuite, une procédure de sélection est organisée avec l'entreprise concernée. Celle-ci estimportante, car le but de la formation est que l'entreprise engage les personnes. La conventionprécise que les candidats ayant réussi la formation ont une priorité d'embauche, parfois laconvention donne même une garantie d'embauche.b) Infrastructure disponibleL'infrastructure utilisée est en règle celle du Centre National de Formation ProfessionnelleContinue (CNFPC) ou celle de l'entreprise, si cette dernière préfère que la formation ait lieuchez elle. La formation comprend toujours <strong>des</strong> stages en entreprises, soit avant, pendant ouaprès la formation à proprement parler.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée est variable et dépend de la demande de l'entreprise. Les formations qui ont déjà étéorganisées jusqu'à présent allaient de trois semaines à quatre mois. Il est difficile d'organiser<strong>des</strong> durées plus longues, car ces formations sont très proches du travail salarié, et lesparticipants n'accepteraient pas de se contenter de l'indemnité de formation pendant une duréetrop longue, alors qu'ils côtoient tous les jours <strong>des</strong> salariés faisant un travail similaire.d) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet. Cette loi permet d'organiser<strong>des</strong> cours pour chômeurs. On peut citer aussi la Loi du 12 février 1999 concernant la mise enœuvre du plan d’action national en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février1999).166


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCette collaboration est à la base même du dispositif, puisque la formation est organisée surmesure pour une entreprise particulière, qui s'engage à donner une priorité d'engagement auxcandidats ayant réussi la formation. L'entreprise peut éventuellement organiser la formationdans ses locaux et organise toujours <strong>des</strong> stages avant, durant ou après la formation (voir point8).Une formation pour une fédération d'entreprises particulière peut en principe également êtreorganisée.b) Collaboration avec le monde scientifiqueUne collaboration suivant les besoins peut avoir lieu.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes personnes qui commencent la formation sont bien motivées, surtout par la perspective detravailleur dans telle ou telle entreprise précise. Ils sont encadrés par les placeurs et par leséducateurs gradués de l'ADEM, ainsi que par les formateurs. Les éducateurs gradués duCNFPC font également un suivi <strong>des</strong> personnes en formation.b) Modalités de ces activitésIls sont encadrés par les placeurs et par les éducateurs gradués de l'ADEM, qui assurent unsuivi régulier. Les formateurs encadrent également les candidats et ont un rôle important àjouer dans leur motivation. Les éducateurs gradués du CNFPC font également un suivi <strong>des</strong>personnes en formation.Par ailleurs, c'est la formule en étapes <strong>d'insertion</strong> progressive dans le travail (d'abordformation, puis alternance formation-stages, puis stages, puis contrat de travail normal) quimaintient le niveau de motivation chez les participants, car ils ont l'impression de serapprocher continuellement d'un emploi réel et de ne pas devoir subir de la formation pour laformation.c) Personnel responsable pour ces activitésIls sont encadrés par les placeurs et par les éducateurs gradués de l'ADEM, les éducateursgradués du CNFPC, ainsi que par les formateurs.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsCe contenu est uniquement déterminé par l'entreprise demanderesse et peut être très variable.Les contenus sont également présentés de façon variable, pouvant aller de modulescomplètement rédigés pour <strong>des</strong> entreprises qui ont déjà une culture de la formation continue àquelques intitulés simples pour d'autres firmes qui n'ont pas une telle culture.Concernant le contenu de la formation, il y a un accord CNFPC – entreprise. La formationsera éventuellement prise en charge par le formateur de l'entreprise même ou par un formateurexterne.167


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgL'implication <strong>des</strong> formateurs de l'entreprise concernée est particulièrement intéressante pour<strong>des</strong> formations techniques très pointues, adaptées à l'entreprise spécifique qui demande laformation, car c'est une garantie que ces formations seront sur mesure pour l'entreprise quiengagera les candidats.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif de ces formations est de donner une formation précise aux participants afin de leurpermettre un accès rapide à un emploi particulier dans une entreprise particulière.c) Grilles horairesLes grilles horaires sont variables, selon le type de formation. Toutes les formules sontenvisageables et comprennent toujours <strong>des</strong> pério<strong>des</strong> de stage dans l'entreprise. Mais il fautéviter d'avoir <strong>des</strong> journées ou <strong>des</strong> semaines de formation trop longues, parce que ce n'est engénéral pas possible avec ce genre de population.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesCes métho<strong>des</strong> sont variables. En règle générale, le bagage professionnel minimal (élémentsthéoriques et <strong>pratiques</strong>) est donné avant l'entrée en stage du candidat, ce qui a pour but de lesvaloriser dans l'entreprise d'accueil.En général, il y a un maximum de formation pratique, si possible sur le lieu de travail.Il importe d'adapter les métho<strong>des</strong> didactiques à la population spécifique <strong>des</strong> demandeursd'emploi. Il importe notamment d'éviter une approche académique ou trop théorique. Leformateur ne peut pas partir d'emblée de l'idée que les participants seront motivés, disciplinés,collaborants, impliqués, etc. (comme c'est en principe le cas en formation continue).Il est impératif d'éviter qu'il y ait trop de théorie, ou qu'il y ait <strong>des</strong> blocs de théorie trop longs.Il faut intercaler les éléments plus <strong>pratiques</strong> entre les parties plus théoriques. Le pland'organisation prévoit toujours qu'il n'y ait pas <strong>des</strong> journées de formation trop longues. On faitalterner théorie, pratique, visites d'entreprises, stages en entreprises, etc., afin qu'il y aitsuffisamment de variété et qu'il n'y ait pas de blocs de théorie trop importants.Il importe aussi qu'il y ait <strong>des</strong> réunions de suivi pour échanger sur les problèmes qui sontapparus, sur les questions que les participants se sont posées, et aussi pour donner un feedbacksur le déroulement de la formation.Il y a une certaine alternance entre formations et stages, les stages prenant progressivement deplus en plus de place. A la fin de la mesure, c'est le contrat de travail normal qui prend larelève. Cette alternance maintient l'intérêt et la motivation, et évite que les participants aientl'impression de faire de la formation pour la formation, sans lien avec une perspectivepratique. L'alternance permet aussi de renforcer le rapport avec l'entreprise, ce qui stabilise leparticipant et crée un lien avec la pratique professionnelle.Par ailleurs, il est important que les participants soient considérés comme <strong>des</strong> adultes, doncque leur opinion compte et est prise en considération.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLes apprenants sont encadrés par les formateurs et éducateurs gradués du CNFPC (ou par lesformateurs en entreprise), ainsi que par les placeurs et par les éducateurs gradués de l'ADEM.168


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPour chacune <strong>des</strong> formations, il y a un groupe de travail comprenant le responsable del'entreprise, le représentant du Service de la formation professionnelle (SFP) ou lereprésentant du CNFPC, le représentant du Ministère du Travail et de l'Emploi, les placeurs etéducateurs gradués de l'ADEM.Le chef de projet du CNFPC fédère les formateurs et les encadrants, il gère les aspects<strong>pédagogiques</strong>, financiers et les rapports avec les partenaires.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe groupe de travail se réunit une fois par mois pour faire le suivi <strong>des</strong> participants, pouréventuellement les réorienter et aussi pour trouver de nouveaux créneaux de formation.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureSi les apprenants ne trouvent pas d'emploi à la fin de la formation, ils gardent le contact avecle placeur et avec l'éducateur gradué de l'ADEM. S'il y a un problème particulier, il peut êtrevu par le Service d'accompagnement personnalisé <strong>des</strong> demandeurs d'emploi de l'ADEM(comprenant <strong>des</strong> psychologues du travail, <strong>des</strong> assistants sociaux et <strong>des</strong> éducateurs gradués)qui fait un suivi <strong>des</strong> personnes en difficultés.Il y a un suivi à la fin de l'année, afin de faire le bilan de l'ensemble de l'année écoulée.Ainsi, la situation <strong>des</strong> 78 personnes ayant commencé les 9 formations complémentairesorganisées en 2001 se présente comme suit au 31 décembre 2001 :- 11 travaillent dans l'entreprise formatrice;- 13 poursuivent une mesure dans le cadre du stage <strong>d'insertion</strong> auprès de l'entrepriseformatrice;- 9 poursuivent une mesure dans le cadre du stage de réinsertion professionnelle (SRP) auprèsde l'entreprise formatrice;- 3 poursuivent une mesure dans le cadre du CAT auprès de l'entreprise formatrice;- 11 ont trouvé une occupation salariée auprès d'un autre employeur;- 6 poursuivent une mesure dans le cadre du CAT auprès d'un employeur du secteur public;- 1 poursuit une mesure dans le cadre du CAT auprès d'un employeur du secteur privé;- 2 poursuivent une mesure de mise au travail dans le cadre du chômage;- 3 ont commencé une nouvelle formation;- 8 sont inscrits à l'Administration de l'Emploi;- 2 se trouvent dans une mesure spéciale;- 8 candidats ne sont enregistrés ni auprès de l'Administration de l'Emploi, ni auprès duCentre d’Affiliation de la Sécurité Sociale;- 1 a quitté le pays (E 303).8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> stages est variable, selon la formation, en général plutôt de courte durée. Cesstages peuvent avoir lieu avant, pendant ou après la formation.En général, c'est la formule en étapes <strong>d'insertion</strong> progressive dans le travail (d'abord formation,puis alternance formation-stages, puis stages, puis contrat de travail normal) qui estd'application, sauf si une entreprise veut que le candidat ait déjà vu l'ensemble de la formation169


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgavant de l'avoir sur le lieu d'intervention (ce qui est le cas pour les formations d'agents <strong>des</strong>écurité, ces candidats devant connaître l'ensemble <strong>des</strong> procédures de sécurité avant depouvoir entrer en stage).b) Lieux de stageLa formation comprend toujours <strong>des</strong> pério<strong>des</strong> de stage auprès de l'entreprise qui a demandé laformation. Ces stages ne sont jamais organisés dans une autre entreprise, car on cherche àétablir une identification précoce du stagiaire avec l'entreprise qui en principe l'engagera, s'ilréussit la formation.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement <strong>des</strong> stagiaires se fait par la personne de référence dans l'entreprise et par leformateur du CNFPC. Les modalités d'encadrement sont différentes d'un stage à l'autre et sontprévues au moment de la négociation initiale de la formation.Au cours <strong>des</strong> stages, les stagiaires, qui en général sont éclatés sur les différents <strong>lieux</strong> de stage,reviennent régulièrement au CNFPC où un encadrement est prévu en groupe par lesformateurs. Cet encadrement permet de donner à la fois l'appui du formateur et de faire jouerla dynamique du groupe. Le feed-back donné par le responsable en entreprise est égalementthématisé lors de ces réunions, notamment pour pouvoir rectifier le tir à temps et éviter qu'unstagiaire ne soit pas engagé par l'entreprise.S'il y a <strong>des</strong> problèmes particuliers au cours du stage, c'est également l'éducateur gradué del'ADEM qui est la personne responsable. Cet éducateur gradué se rend d'ailleurs dansl'entreprise durant le stage. Durant chaque formation, un éducateur gradué est présent une oudeux heures dans l'entreprise pour parler avec le candidat.Les éducateurs gradués du CNFPC assurent également un suivi <strong>des</strong> candidats.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation finale est surtout faite par l'entreprise, car c'est elle qui a <strong>des</strong> besoins en maind'oeuvre d'un certain profil et qui doit engager le candidat à la fin de la mesure.L'ARBED/ARCELOR prévoit un système d'évaluation très formalisé, comprenantl'évaluation <strong>des</strong> compétences techniques et <strong>des</strong> compétences sociales.Il y a une discussion de l'évaluation qui est faite par le groupe de suivi, et qui permet parfoisde relativiser ou d'infléchir la première appréciation.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi est fait par l'éducateur gradué de l'ADEM, qui se rend sur place, et par le groupe detravail.Il y a aussi un suivi qui est fait par le formateur, que le stagiaire rencontre régulièrement auCNFPC durant la période de stage. Les éducateurs gradués du CNFPC assurent également unsuivi <strong>des</strong> candidats.Le chef de projet du CNFPC fédère les formateurs et les encadrants, il gère les aspects<strong>pédagogiques</strong>, financiers et les rapports avec les partenaires.f) Lien avec l'ADEMLe lien se fait par l'éducateur gradué et par le placeur de l'ADEM.170


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgg) Lien avec le marché de l'emploiL'objectif du stage est de faire connaître concrètement l'entreprise qui a demandé la formationau candidat, et aussi de préparer l'engagement futur par cette entreprise précise.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se fait par formateur à l'entreprise et le groupe de travail. Un échec est possible,mais la non-réussite est plus rare qu'un abandon en cours de formation.b) Modalités de cette évaluationCette évaluation se fait par une discussion informelle dans le groupe de travail. En dernierressort, c'est l'entreprise qui décide de l'évaluation, celle-ci étant en lien direct avecl'engagement du candidat.Parfois les entreprises font une évaluation plus formalisée par le biais de fiches d'évaluation(reprenant un relevé <strong>des</strong> compétences techniques et <strong>des</strong> compétences sociales).c) Personnel responsable de cette évaluationCette évaluation se fait en général par le groupe de travail.Dans les entreprises qui font une évaluation plus formalisée, c'est le formateur qui estresponsable de celle-ci.d) Qualifications possiblesOn est dans une logique <strong>d'insertion</strong> et d'initiation professionnelle, et non de qualification. Lesacquis <strong>des</strong> formations se situent en général au niveau <strong>des</strong> métiers non qualifiés.e) Certifications possiblesUn certificat de participation est toujours délivré. Ce certificat ne donne pas de qualificationdans un métier précis et ne donne pas droit à un barème légal, mais peut contribuer à ouvrir laporte d'un emploi non qualifié dans une entreprise (celle qui a demandé la formation ou àdéfaut, une autre entreprise).10. Personnela) Différents profils du personnelLes différentes catégories impliquées sont :- les éducateurs gradués de l'ADEM,- les placeurs de l'ADEM,- les formateurs du CNFPC,- les formateurs en entreprise,- les formateurs externes recrutés de façon ponctuelle si nécessaire,- les éducateurs gradués du CNFPC.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués et les placeurs de l'ADEM sont <strong>des</strong> fonctionnaires de l'<strong>Etat</strong> recrutésselon les critères du service public.Les formateurs du CNFPC sont ceux qui travaillent habituellement dans cette institution. Ilsont une formation qui est au minimum le brevet de maîtrise. Ce ne sont en règle générale pas171


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg<strong>des</strong> enseignants ayant suivi la filière classique auprès de l'<strong>Etat</strong> (Bac+4 et stage pédagogique),mais <strong>des</strong> personnes qui étaient actives dans les entreprises privées et qui ont rejoint leCNFPC, où un <strong>des</strong> critères de recrutement est leur compétence professionnelle dans undomaine précis et une aptitude pédagogique générale.Les formateurs en entreprise sont recrutés par l'entreprise en question, selon ses critères. Leurformation est très variable. Ils suivent la formation continue de leur entreprise d'origine, s'il yen a une. Il y a une préparation spécifique de ces formateurs au travail avec la populationcible qui est faite par le CNFPC, car cette population est très différente de cellehabituellement rencontrée en formation continue en entreprise (ces derniers étant en généralmotivés, actifs, collaborants, disciplinés et conscients de l'enjeu de la formation; profil qu'onne peut pas attendre <strong>des</strong> participants aux formations pour demandeurs d'emploi). Il importenotamment d'éviter une approche académique ou trop théorique.Les formateurs externes ont <strong>des</strong> formations très variables.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués et les placeurs de l'ADEM sont <strong>des</strong> fonctionnaires de l'<strong>Etat</strong> recrutésselon les critères du service public.Les formateurs en entreprise sont recrutés par l'entreprise en question, selon ses proprescritères.Les formateurs du CNFPC sont recrutés par le directeur du Service de la formationprofessionnelle (SFP) du MENFPS, assisté par le chargé de direction du centre. Les deuxcritères sont la compétence dans le domaine professionnel et l'aptitude pédagogique.Les formateurs externes sont recrutés sur le marché de la formation continue, au Luxembourgou à l'étranger, selon les besoins de la formation complémentaire à organiser.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important de s'adapter à la population cible, qui peut être très variable. Les apprenantssont souvent réfractaires aux métho<strong>des</strong> scolaires. Il est important que les formateurs soientcapables de transmettre les règles du monde du travail.172


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.21. Formations "Pool commerce"M. Georges Kirsch, Inspecteur de direction ADEMM. Roger Thoss, Consultant ADEM, Secteur Commerce, Horescatél.: 478-5300; fax: 40 61 41; e-mail: georges.kirsch@adem.etat.lu; roger.thoss@adem.etat.luAdministration de l'Emploi (ADEM)10, rue Bender, L-1229 Luxembourghttp://www.etat.lu/ADEM1. Public ciblea) Limites d’âgeLa limite d'âge vers le bas est de 18 ans, un permis de conduire étant considéré comme un <strong>des</strong>prérecquis pour faire cette formation, ce permis étant souvent indispensable dans le secteur ducommerce. Il n'y a pas de limite d'âge vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésDouze formations environ sont organisées par an, elles sont <strong>des</strong>tinées chaque fois à un groupede 12 à 14 personnes, ce qui fait environ 150 participants. A peu près 75 % <strong>des</strong> participantsont moins de 30 ans, ce qui fait environ 113 participants.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa formation "Pool commerce" s'adresse de préférence à <strong>des</strong> demandeurs d'emploi qui ontdéjà une petite expérience dans le domaine de la vente, ou elle peut éventuellement s'adresserà <strong>des</strong> femmes rentrantes. Par ailleurs, un minimum d'expérience professionnelle est jugénécessaire.La plupart <strong>des</strong> jeunes ont fait les neuf années de l'obligation scolaire, parfois un peu plus.Au niveau de l'origine sociale, il n'y a pas de profil spécifique, on a à faire à <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> trèsvariés.d) Mode de repérage et de recrutementLa sélection <strong>des</strong> candidats se fait par le biais d'ateliers d'information organisés par les servicesde placement de l'ADEM (et, sur demande, avec les responsables RH du secteur Commerce).Environ 40 à 50 personnes correspondant au profil sont invitées, une présentation <strong>des</strong>différents métiers du supermarché ou de la vente (réassort, vente, caisse, accueil) est faite.Les personnes qui sont intéressées et motivées sont alors sélectionnées pour la formation. Lesprincipaux critères sont : être à la recherche d'un emploi à temps plein ou partiel, être disposéà travailler en contact direct avec la clientèle, parler couramment le luxembourgeois, être enpossession d'un permis de conduire et d'une voiture, accepter un horaire de travail flexible etêtre prêt à travailler le samedi, le dimanche et les jours fériés.Il est important que les participants soient volontaires et que la motivation de s'engager vienned'eux, s'il y avait une contrainte, la formation ne serait pas très profitable aux participants.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes participants sont demandeurs d'emploi inscrits à l'ADEM et le restent durant la période dela formation. Ceux qui sont indemnisés, continuent à l'être durant la formation. Pour ceux quine le sont pas, on n'a pas prévu d'indemnité de formation, ce parcours étant assez court.173


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe dispositif a été mis en place sur demande du patronat, à savoir de la ConfédérationLuxembourgeoise du Commerce (CLC), au moment de la Loi sur le congé parental. Lesecteur du Commerce employant beaucoup de femmes était plus concerné par ce congéparental, et l'idée était de créer un "pool" alimentée par la formation, c'est-à-dire une réservepour pouvoir remplacer les femmes durant leur congé parental. Mais en pratique, ce n'est pasresté un véritable pool, car les patrons ont tendance à engager définitivement les personnescompétentes et dynamiques.Une convention de coopération a été signée entre le Ministère du Travail et de l'Emploi,l'ADEM et la CLC. Le Ministère finance le dispositif, l'ADEM fournit la population cible etla CLC représente les employeurs susceptibles d'engager le personnel formé.La formation est organisée environ 12 fois par an, sur une durée de six jours plein tempschaque fois, dans les locaux de formation de la Chambre de Commerce, avec <strong>des</strong> formateursexternes.A la fin de la formation, l'ADEM reprend le suivi et assigne les candidats susceptibles d'êtreengagés par <strong>des</strong> employeurs du secteur Commerce.b) Infrastructure disponibleDes locaux de formation sont mis à disposition par la CLC à la Chambre de Commerce.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée de la formation est de six jours plein temps.d) Base légale et réglementaireIl s'agit de l'article 33 de la Loi du 30 juin 1976 portant: 1. création d'un fonds pour l'emploi;2. réglementation de l'octroi <strong>des</strong> indemnités de chômage complet. Cette loi permet d'organiser<strong>des</strong> cours pour chômeurs. On peut citer aussi la Loi du 12 février 1999 concernant la mise enœuvre du plan d’action national en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février1999).Une convention de coopération a été signée entre le Ministère du Travail et de l'Emploi,l'ADEM et la CLC.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCette collaboration est essentielle et elle est à la base même de cette formation, qui a étéinitiée sur demande du patronat. Cette collaboration se fait par le biais de la CLC, quiregroupe les entreprises qui engagent les personnes qui ont fait cette formation.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.174


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> candidats qui débutent la formation est généralement bonne, parce que laparticipation se fait sur base volontaire et qu'il y a une sélection <strong>des</strong> candidats les plusmotivés. Les ateliers d'information jouent un rôle important dans la motivation <strong>des</strong> candidats.b) Modalités de ces activitésAu cours <strong>des</strong> ateliers d'information, les candidats sont motivés par les chiffres d'embauchequ'on leur communique et par la <strong>des</strong>cription du contenu de la formation qu'on leur donne.Il y a un travail sur la motivation au cours de la formation même, par le fait que lesparticipants sont amenés à rafraîchir tout un ensemble de notions de base qu'ils connaissaientpeut-être mais qu'ils avaient perdu de vue.Au cours de la formation, les formateurs sont amenés à repérer les personnes qui seraientdémotivées, afin de leur offrir une aide sous forme d'entretien.c) Personnel responsable pour ces activitésLes placeurs et le consultant Commerce/Horesca de l'ADEM jouent leur rôle au cours del'atelier d'information, et au cours de la formation, les formateurs jouent le principal rôle deremotivateur, si c'est nécessaire.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLes contenus traités sont les suivants : accueil, communication verbale et non-verbale, gestion<strong>des</strong> conflits dans les situations d'accueil et de vente, traitement <strong>des</strong> réclamations, hygiène,motivation, travail en équipe, organisation du travail, concentration et calcul élémentaire.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsLa formation prépare les candidats à <strong>des</strong> postes disponibles dans la vente, le réassort et lesdomaines caisse et accueil.c) Grilles horairesLa formation a lieu de 8.30 à 12.00 heures et de 13.00 à 17.00 heures. Les formateurss'organisent pour alterner les différents modules au cours <strong>des</strong> six jours.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesUn support papier est fourni aux participants, qui leur permet de se remémorer <strong>des</strong> élémentsen temps voulu. Les jeux de rôles peuvent être utilisés, c'est un bon moyen pour mettre enscène <strong>des</strong> situations de façon vivante et d'apprendre par ce biais. Les participants sont amenésà préparer de petits projets et à les présenter au groupe, ce qui les incite à dépasser <strong>des</strong>inhibitions à se mettre en scène et à parler devant le groupe. Certains aspects comme l'hygiènesont traités de façon plus théorique, par <strong>des</strong> exposés faits par les formateurs.175


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement avant la formation se fait surtout par les placeurs et le consultantCommerce/Horesca de l'ADEM.L'encadrement au cours de la formation se fait par les formateurs externes.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLes candidats peuvent continuer à avoir recours aux services d'accompagnement de l'ADEM.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureAu moment de la remise <strong>des</strong> diplômes, le consultant Commerce/Horesca est présent pourconseiller les candidats concernant la démarche à faire pour trouver un emploi (se rendre à unassignement, se présenter auprès d'un patron, postuler un emploi, etc.).A la fin de la formation, l'ADEM assigne les candidats susceptibles d'être engagés par <strong>des</strong>employeurs du secteur Commerce.Après la formation, <strong>des</strong> ateliers de présentation sont également faits à l'ADEM avec lesprincipaux employeurs du secteur Commerce, afin de présenter ces demandeurs d'emploi auxemployeurs et de leur permettre de faire <strong>des</strong> choix parmi les personnes candidates.D'après le dernier bilan qui a été fait par l'ADEM, 66,25 % <strong>des</strong> participants à la formationavaient trouvé un emploi endéans les quatre à six semaines après la fin de la formation. Pourles autres candidats, la durée de placement est un peu plus longue, mais il n'est jamais arrivéqu'un candidat devienne chômeur de longue durée.Par ailleurs, le suivi de l'ADEM continue après la formation, jusqu'à obtention d'un emploi.8. StagesIl n'y a pas de stages au cours de cette formation.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.176


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsIl n'y a pas de tests ou d'évaluation formelle. Les présences sont contrôlées et les candidatsdoivent participer jusqu'à la fin pour avoir le certificat de participation de la CLC.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation se fait par le contrôle <strong>des</strong> présences.c) Personnel responsable de cette évaluationLe contrôle <strong>des</strong> présences se fait sur le site de la Chambre de Commerce, où se font lesformations.d) Qualifications possiblesLa formation prépare les candidats à <strong>des</strong> postes disponibles dans la vente, le réassort et lesdomaines caisse et accueil. Ce sont <strong>des</strong> postes rémunérés soit au niveau du salaire socialminimum, soit suivant convention collective.e) Certifications possiblesLes participants qui ont suivi la formation reçoivent un certificat de participation délivré parla CLC. Ce certificat n'a pas de statut légal et ne donne pas droit à un barème légal, mais ilpermet au détenteur de trouver un emploi dans le secteur Commerce, ce qui fonctionne parcequ'il est connu et soutenu auprès <strong>des</strong> employeurs.10. Personnela) Différents profils du personnelLes placeurs et le consultant Commerce/Horesca de l'ADEM interviennent dans la sélection,l'encadrement et le suivi <strong>des</strong> candidats.Les formateurs sont <strong>des</strong> formateurs externes, qui appartiennent à deux sociétés spécialiséesdans ce domaine, Etu<strong>des</strong> et Formation et Sales-training.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes consultants de l'ADEM sont <strong>des</strong> personnes provenant <strong>des</strong> services du personneld'entreprises privées et qui sont temporairement détachées à l'ADEM. Ils ne sont pasfonctionnaires. Leur rôle général est de donner le maximum de réalisme aux contacts entrel'ADEM et le monde économique.La formation <strong>des</strong> formateurs externes est très variable.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes consultants <strong>des</strong> entreprises de l'ADEM sont délégués par leur entreprise d'origine.Les formateurs ont été recrutés sur base de leurs compétences et de leur expérience dans ledomaine de la formation, mais aussi parce qu'ils bénéficient d'une bonne réputation auprès <strong>des</strong>employeurs du secteur Commerce.Ces formateurs devaient également être prêts à assumer la formation tout au long de l'année,ce qui exige une certaine disponibilité.177


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesCes formateurs doivent avoir une certaine efficacité dans leur approche avec ces personnes etavoir démontré ce savoir-faire avec <strong>des</strong> publics d'adultes.178


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.22. Forum pour l'Emploi ASBLMme Gaby Wagner, Coordinatrice de l'équipe socio-éducativetél.: 804885-1; fax: 807523; e-mail: gwagner@fpe.lu20, route d'Ettelbruck, L-9230 Diekirchhttp://www.fpe.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes personnes encadrées doivent avoir 18 ans, il n'y a pas de limite d'âge vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésEn 2001, le nombre de personnes encadrées s'élevait à 98, dont 41 personnes de 19 à 25 ans et16 personnes de 26 à 30 ans.Sur ce nombre, 70 personnes entre 18 et 30 ans ont été engagées au Forum pour l'Emploi sousforme de Contrats d'auxiliaires temporaires (CAT).c) Profil <strong>des</strong> jeunesSur les 98 personnes encadrées de l'année 2001, 67 étaient Luxembourgeois, 15 Portugais etles 16 restants se répartissaient sur 9 autres nationalités.La majeure partie <strong>des</strong> demandeurs d'emploi a un niveau scolaire très bas. Beaucoup d'entreeux ont uniquement fréquenté l'école primaire. Un grand nombre a arrêté les étu<strong>des</strong> après uneneuvième ou dixième technique non réussie et ne peut dès lors pas accéder à unapprentissage.Une minorité détient pourtant un brevet de maîtrise, un Certificat d'aptitude technique etprofessionnelle (CATP), un Certificat d'initiation technique et professionnelle (CITP) ou undiplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires ou secondaires techniques. Il s'agit là de personnes qui setrouvent au Forum pour l'Emploi suite à <strong>des</strong> problèmes personnels.La très grande majorité <strong>des</strong> personnes encadrées n'étaient pas mariées (célibataires oudivorcées).Environ 65 % <strong>des</strong> jeunes occupés au Forum pour l'Emploi n'ont pas de permis de conduire.Ceci est dû au fait qu'ils ont <strong>des</strong> problèmes à comprendre la théorie. D'autre part, ils ont <strong>des</strong>problèmes à financer soit le permis, soit la voiture en cas de réussite.Un autre problème est le manque de discipline dans la vie <strong>des</strong> jeunes. De temps en temps ilsmanquent au travail sans excuse. Ils oublient parfois d'envoyer les certificats de maladie à laCaisse de Maladie, ce qui a pour conséquence qu'ils ne sont pas remboursés.Les jeunes n'ont souvent pas de réserves financières, ce qui entraîne qu'ils n'ont pas lesmoyens de payer les cautions nécessaires pour la location d'un appartement. Ils font <strong>des</strong>crédits bancaires, ce qui amène au surendettement.Quelques-uns sont très jeunes et déjà parents et sont souvent débordés par l'éducation de leurspropres enfants. En 2001, 3 <strong>des</strong> 32 femmes étaient enceintes.Les problèmes liés à la consommation de drogues et d'alcool ne sont pas non plus à négliger.Souvent on rencontre plusieurs problèmes chez les mêmes personnes.d) Mode de repérage et de recrutementLes personnes recrutées doivent être obligatoirement inscrites à l'Administration de l'Emploi(ADEM). Des réunions d'information sont organisées régulièrement auprès <strong>des</strong> servicesrégionaux de Diekirch et de Wiltz.179


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgL'ADEM fait une première sélection parmi les personnes inscrites sur ses fichiers dedemandeurs d'emploi, et convoque chaque fois une trentaine de personnes environ.Une commission d’embauche, composée de deux éducateurs gradués, réalise <strong>des</strong> interviewsde recrutement avec <strong>des</strong> demandeurs d'emploi inscrits auprès de l'ADEM. Son rôle consisteessentiellement à expliquer le travail qui sera à faire et d'évaluer la motivation <strong>des</strong>demandeurs d'emploi. Il importe que le travail proposé convienne à la personne, sinon il y aun risque de décrochage. Les critères de recrutement sont peu exigeants, étant donné qu'ils'agit d'un public en difficulté.e) Statut <strong>des</strong> jeunesDurant l'année 2001, 70 personnes entre 18 et 30 ans ont été engagées sous forme de CAT.Ces salariés restent inscrits comme demandeurs d'emploi auprès de l'ADEM.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe Forum pour l'Emploi est une association sans but lucratif (ASBL) qui a été fondée en mars1998 sur l'initiative du LCGB et <strong>des</strong> deux groupes "Liaisons Entre Actions de Développementde l'Economie Rurale" (LEADER) Redange-Wiltz et Clervaux-Vianden dans l'optique decontribuer à la minimisation du chômage. Il est géré par un conseil d'administration de 5membres.Le Forum pour l'Emploi est une <strong>des</strong> deux initiatives du LCGB qui est surtout responsablepour le territoire de la circonscription Nord du pays afin de minimiser le chômage <strong>des</strong> jeunes,le chômage de longue durée et le chômage <strong>des</strong> personnes âgées.Le Forum pour l'Emploi a comme mission d'encadrer et de promouvoir <strong>des</strong> initiatives enfaveur de l'emploi au niveau local. Son but est de sortir les demandeurs d'emploi difficilementà placer de leur isolation, d'aider à leur intégration dans le monde du travail et de les amenervers un fonctionnement normal sur le marché de travail.Une autre initiative, Proactif ASBL dont le siège social se trouve à Hamm, est responsablepour les mêmes initiatives dans les autres régions du Luxembourg.L'organigramme de l'association comporte trois volets.- Le volet administratif, qui s'occupe de toute la gestion administrative et financière au jour lejour.- Le volet technique est assuré par un agent de développement, qui est la personne de contactpour les porteurs de projets potentiels (communes, ASBL, syndicats d'initiative, syndicatsintercommunaux, etc.). Trois contremaîtres veillent à la réalisation <strong>des</strong> projets. Les 15 chefsd'équipe exécutent les travaux sur le terrain, en collaborant avec les demandeurs d'emploi, unchef d'équipe encadrant un groupe de 4 à 5 ouvriers.- Le volet socio-éducatif et de formation. Le rôle <strong>des</strong> éducateurs gradués consiste à être lespersonnes de confiance <strong>des</strong> jeunes. Ils organisent également <strong>des</strong> formations, soit pour lesjeunes, soit pour les chefs d'équipe.L'association met en œuvre un certain nombre de projets, qui permettent d'offrir <strong>des</strong> servicesutiles aux particuliers, aux communes, aux syndicats intercommunaux, aux associations, auxadministrations publiques. Le plus connu est le Service aux Citoyens (SAC), qui réalise <strong>des</strong>travaux de jardinage, de nettoyage, de réparation, d'entretien et d'aménagement.En même temps, ces projets permettent de mettre au travail un nombre croissant dedemandeurs d'emploi, de leur offrir de la formation par le travail, ainsi que <strong>des</strong> formationssociales, et de les préparer à une insertion sur le marché de l'emploi.180


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Infrastructure disponibleLe siège social se trouve à Diekirch dans les locaux de l'ancienne fabrique Mapré.Une annexe du Forum pour l'Emploi, plus particulièrement pour le Service aux Citoyens, aété implantée début janvier 2000 à Colpach-Bas. Il est prévu de transférer cette annexe aucourant de l'an 2002 à Beckerich.Depuis mai 2001 une deuxième annexe fonctionne à Hosingen.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa moyenne de placement varie entre 8,9 mois pour les femmes et 6,3 mois pour les hommes.Il faut pourtant remarquer que les personnes qui restent plus longtemps au Forum pourl'Emploi sont plus stables au point de vue poste de travail. On a remarqué que surtout leshommes qui ont été placés après une période de 1 à 4 mois ont vite perdu leur poste de travail.On a constaté également que les jeunes doivent être encadrés pendant une période plus longueavant leur réinsertion sur le marché de l'emploi.d) Base légale et réglementaireLe financement du Forum pour l'Emploi se fait à 75 % par le Fonds pour l'Emploi, c'est à direpar le Ministère du Travail et de l'Emploi, et à 25 % par <strong>des</strong> moyens propres. Ces derniersproviennent surtout <strong>des</strong> prestations fournies par l'association.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueD'abord, les différents projets peuvent exécuter <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> pour <strong>des</strong> entreprises privéesou publiques.Il y a aussi une collaboration avec <strong>des</strong> entreprises pour le placement <strong>des</strong> jeunes en un emploirégulier, Forum pour l'emploi essaie de faire un placement personnalisé auprès <strong>des</strong>employeurs.Par ailleurs, il y a <strong>des</strong> négociations en cours avec certaines fédérations professionnelles. Lesmodalités concrètes dépendent de la fédération, car le type et les pério<strong>des</strong> d'activités varientd'une branche à l'autre.En peinture, on évitera les grands chantiers, mais on se concentrera sur les petits travaux, quisouvent intéressent moins les professionnels.Il y a une convention en cours d'élaboration avec la Fédération <strong>des</strong> horticulteurs, afin de fixerles travaux qui peuvent être faits par les participants de Forum pour l'Emploi et comment unecoopération peut se faire en période de pics d'activité.b) Collaboration avec le monde scientifiqueDans le cadre du projet EQUAL "Réseau pour la réinsertion de personnes marginalisées"(partenariat : Proactif, Forum pour l'Emploi, Caritas Accueil et Solidarité, Centre Emmanuel,ADEM, Diskus ASBL), une évaluation externe sera faite par le Centre d’Etu<strong>des</strong> dePopulations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques (CEPS) de Differdange.181


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa principale motivation <strong>des</strong> jeunes au début est d'avoir un emploi et une rémunération. Uneconfusion s'établit d'ailleurs parfois dans leur esprit, ils ne comprennent pas tout de suite quecela ne peut être qu'une phase transitoire.b) Modalités de ces activitésLe travail sur la motivation se fait surtout avec les chefs d'équipe, qui essaient de mettre enoeuvre <strong>des</strong> projets intéressants.Par ailleurs, les participants sont régulièrement suivis par les éducateurs gradués. Leur rôleconsiste à être les personnes de confiance <strong>des</strong> jeunes. Au moment de leur recrutement, ceux-cifont un bilan de leur passé, de leurs acquis scolaires et professionnels et les remotivent en vued'une formation et d'une insertion. Lors de ce premier entretien, ils déterminent avec eux leurprofil, leurs intérêts, leurs problèmes, et ils leur proposent <strong>des</strong> activités et <strong>des</strong> formations quisont possibles, aussi bien <strong>des</strong> formations techniques que <strong>des</strong> formations sociales.c) Personnel responsable pour ces activitésLes chefs d'équipe, ainsi que les éducateurs gradués sont les principaux responsables dutravail sur la motivation.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa majorité du temps se passe sur le lieu de travail, cette mise au travail étant déjà uneformation (respect <strong>des</strong> horaires, respect <strong>des</strong> consignes, respect de l'autorité, exécution d'untravail de façon propre et régulière, etc.).Le Forum pour l'Emploi a organisé diverses formations en collaboration avec le CentreNational de Formation Continue (CNFPC) d'Ettelbruck :- formation technique pour la débroussailleuse,- formation sur le tressage de branches de saule.Des formations sociales ont été organisées par les éducateurs gradués en collaboration avec leService National de la Jeunesse (SNJ) aux thèmes suivants :- les drogues, le sida et les maladies,- les droits et les devoirs du citoyen,- la communication, les compétences et les conflits,- les stratégies et entretiens d'embauche,- l'Euro,- le Planning familial.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif global <strong>des</strong> formations du Forum pour l'Emploi est l'insertion socio-professionnelle<strong>des</strong> demandeurs d'emploi sur le premier marché du travail.- L'objectif de la formation par le travail est d'acquérir les compétences professionnelles debase (respect <strong>des</strong> horaires, respect <strong>des</strong> consignes, respect de l'autorité, exécution d'un travailde façon propre et régulière, etc.), ainsi que les compétences sociales de base (gestion del'agressivité, affirmation de soi, gestion <strong>des</strong> conflits, collaboration, etc.) qui sont nécessairespour être engagé dans un emploi.182


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Les formations techniques et sociales ont de plus pour objectif d'approfondir cescompétences de base, afin que la personne puisse être engagée plus facilement dans unemploi.c) Grilles horairesLes participants ont l'horaire de travail normal (40 heures/semaine), mais durant ce tempsviennent s'intégrer les diverses formations de courte durée (une demi-journée ou une journée).Un total de 5 jours de formations techniques et 14 jours de formations sociales a eu lieu aucourant de l'an 2001. Au cours de cette année, les formations ont occupé 2 % <strong>des</strong> heures detravail.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLors de la formation par le travail, qui est faite sous la direction <strong>des</strong> chefs d'équipe,l'apprentissage se fait en travaillant, aussi bien au niveau du comportement général que <strong>des</strong>techniques professionnelles.Les formations sociales ont lieu en groupe assez réduit de 10 à 15 personnes, et ce sont engénéral les personnes qui sont ensemble dans une équipe de travail (mais sans le chefd'équipe, pour <strong>des</strong> raisons de confidentialité), ce qui maintient une certaine dynamique. Unorateur présente le sujet, et on essaie de faire une pédagogie active (débats,questions/réponses, mises en situation, jeux de rôles, etc.). Un éducateur gradué de Forumpour l'Emploi participe toujours à ces formations pour garder le lien avec l'association.La didactique employée dans les formations techniques est variable et dépend beaucoup duformateur. Mais en règle générale, l'accent est mis sur la mise en pratique concrète.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsSur chacun <strong>des</strong> sites, il y a une hiérarchie : contremaîtres et chefs d'équipe. Quand il y a unproblème avec un <strong>des</strong> membres du personnel encadrant, le participant peut consulter l'échelonsupérieur.Les éducateurs gradués sont présents pour faire un suivi tout au long du parcours <strong>des</strong> jeunes.Leur rôle est d'être les personnes de confiance <strong>des</strong> jeunes.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a un encadrement au jour le jour par les chefs d'équipe, qui travaillent avec eux de façonrégulière.Les bénéficiaires sont aussi régulièrement suivis par les éducateurs gradués. Lors du premierentretien qui est aussi l'entretien d'embauche, ils déterminent avec eux leur profil, leursintérêts, leurs problèmes, et ils leur proposent <strong>des</strong> activités et <strong>des</strong> formations qui sontpossibles, aussi bien <strong>des</strong> formations techniques que <strong>des</strong> formations sociales.Par la suite, il y a un suivi ponctuel, à la demande, quand il y a un problème qui est détecté, engénéral par le chef d'équipe, qui est un bon intermédiaire entre les bénéficiaires et l'équipe <strong>des</strong>éducateurs gradués. Des rencontres périodiques sont également organisées, pour vérifier avecle participant l'état d'avancement de son projet. Quand une certaine stabilisation est acquise,c'est la recherche active d'une emploi qui commence, en collaboration avec l'ADEM, maisaussi par contact direct avec <strong>des</strong> entreprises. Dans ce contexte, l'éducateur gradué organise une183


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgrencontre avec un employeur particulier. Forum pour l'Emploi essaie de faire un placementpersonnalisé auprès d'un employeur, avec lequel il y aura un entretien présentant le profil dujeune, y compris ses difficultés, le contexte d'où il vient, ses acquis, etc.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureAu courant de l'année 2001, 30 personnes ont été placées, dont 20 hommes et 10 femmes. 28personnes, dont 10 femmes, ont trouvé un emploi dans le secteur privé. Les deux autrespersonnes ont trouvé un nouvel emploi dans le secteur public. Aucun placement n'a eu lieudans le secteur communal.Il faut remarquer que les personnes qui restent plus longtemps au Forum pour l'Emploi sontplus stables au point de vue poste de travail. On a remarqué que surtout les hommes qui ontété placés après une période de 1 à 4 mois ont vite perdu leur emploi.On a constaté également que les jeunes doivent être encadrés pendant une période plus longueavant leur réinsertion sur le marché de travail.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsLe projet EQUAL "Réseau pour la réinsertion de personnes marginalisées" est en train demettre sur pied une méthode de bilan de compétences, qui sera utilisée pour évaluerl'ensemble <strong>des</strong> personnes qui passent par Forum pour l'Emploi.En attendant, l'évaluation se fait de façon permanente et globale, avec feed-back au jeune.184


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Modalités de cette évaluationCette évaluation prendra la forme d'un bilan de compétences reprenant surtout les pointssuivants : formation professionnelle, expérience professionnelle, compétences techniques,compétences sociales.c) Personnel responsable de cette évaluationCes bilans de compétences sont développés actuellement en partenariat avec l'ADEM.d) Qualifications possiblesLes apprenants acquièrent les compétences nécessaires à tout travail (ponctualité, respect <strong>des</strong>consignes, respect de l'autorité, exécution d'un travail de façon propre et régulière, règles <strong>des</strong>écurité et d'hygiène, etc.). Les compétences sociales de base (gestion de l'agressivité,affirmation de soi, gestion <strong>des</strong> conflits, collaboration, etc.) sont également entraînées.D'autre part, ils apprennent à manier les outils de travail, en fonction de leur lieu de mise autravail (bâtiment, environnement, etc.). Tous les bénéficiaires reçoivent également uneformation "Permis de conduire Internet" (3 x 5 heures).e) Certifications possiblesDes certificats de participation sont délivrés pour les cours suivis auprès du CNFPC. A terme,Forum pour l'Emploi prévoit de tels certificats pour l'ensemble de ses formations.Des certificats sont remis en collaboration avec le SNJ pour les formations sociales.10. Personnela) Différents profils du personnelOn compte différents profils de personnes encadrantes qui travaillent directement avec lesbénéficiaires : les éducateurs gradués, les contremaîtres, les chefs d'équipe.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués ont en général suivi la formation initiale à l'Institut d'Etu<strong>des</strong>Educatives et Sociales (IEES) de Fentange/Livange.Les contremaîtres et les chefs d'équipe ont une formation de CATP ou de brevet de maîtrise.Ils sont également formés par Forum pour l'Emploi pour prendre en charge la population cible(gestion de conflits, dépendances, SIDA, etc.) et pour être en mesure de répondre auxsituations diverses qui peuvent se présenter.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués sont recrutés par le Forum pour l'Emploi auprès <strong>des</strong> personnesdisponibles déclarées auprès de l'ADEM, en règle générale une expérience professionnelleavec <strong>des</strong> personnes en difficultés est considérée comme un avantage.Les contremaîtres et les chefs d'équipe sont également recrutés par le Forum pour l'Emploiauprès <strong>des</strong> personnes disponibles déclarées auprès de l'ADEM, en précisant aux personnes letype de travail à faire et les conditions particulières.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesEn règle générale, une expérience professionnelle avec <strong>des</strong> personnes en difficultés estconsidérée comme un avantage. Il est important que les formateurs et les encadrantscomprennent bien le type de population avec laquelle ils travaillent et sachent s'y adapter.185


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.23. Initiativ Rem Schaffen (IRS) ASBLMme Louise Senninger, Chargée de directiontél.: 250249; fax: 253633; e-mail: irs@pt.lu110, avenue Gaston Diderich, L-1420 Luxembourghttp://www.remschaffen.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeIl n'y a en principe pas de limite d'âge pour les consultations et les séminaires. Pour laformation "Aide au cabinet médical", les participantes doivent obligatoirement avoir terminéla scolarité obligatoire, et donc avoir au moins 15 ans.b) Nombre de jeunes concernésEnviron 10 % <strong>des</strong> personnes contactant l'IRS ont moins de 30 ans (chiffre de 2001). Cela estdû à l'objectif initial de l'Initiativ Rem Schaffen (IRS), qui était d'aider à la réinsertion <strong>des</strong>femmes rentrantes, or celles-ci ont rarement moins de 30 ans. Entre-temps, les objectifs del'association se sont élargis à toutes les femmes à la recherche d'un emploi.Pour la formation "Aide au cabinet médical", on constate que jusqu'à présent, aucune femmede moins de 30 ans n'a participé à cette formation, bien que cette dernière soit ouverte à toutâge. Cela est dû en partie au fait qu'au cours <strong>des</strong> consultations, on essaie plutôt d'orienter <strong>des</strong>femmes très jeunes vers une formation scolaire, une formation en apprentissage ou enapprentissage pour adultes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLe profil <strong>des</strong> femmes de moins de 30 ans est en gros le même que celui <strong>des</strong> plus âgées. Leproblème général de ces personnes est leur manque de qualification. Ainsi, d'après lesstatistiques de l'IRS, 64 % <strong>des</strong> femmes n'ont aucun certificat scolaire (chiffre 2001). L'IRSaccueille <strong>des</strong> femmes de tout âge, de toute nationalité et de tout niveau de formation.Différentes catégories de femmes font appel aux services de l'association pour être aidéesdans leur recherche d'un emploi : <strong>des</strong> femmes rentrantes, <strong>des</strong> femmes divorcées, <strong>des</strong> femmesqui n'ont jamais travaillées, ou qui ont perdu leur emploi. L'IRS conseille et aide aussi leshommes qui la consultent pour les mêmes problèmes, mais les formations sont réservées auxfemmes.Pour la formation "Aide au cabinet médical", on constate <strong>des</strong> différences d'acquis scolairesimportants, pouvant aller de 9 années d'école primaire (d'avant la création du régimepréparatoire) au diplôme de fin d'étu<strong>des</strong> secondaires.d) Mode de repérage et de recrutementEnviron 45 % <strong>des</strong> femmes qui se présentent déclarent qu'elles ont été intéressées par <strong>des</strong>reportages dans les média. Un certain nombre de femmes sont adressées par l'Administrationde l'Emploi (ADEM). Pour beaucoup d'autres, ce sont <strong>des</strong> agents du secteur médico-social(médecins, avocats, assistants sociaux, etc.) qui ont conseillé l'association aux femmes.e) Statut <strong>des</strong> jeunes- Les participantes aux séminaires ont généralement le statut de demandeuse d'emploi,indemnisée ou non.186


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Les statut <strong>des</strong> participantes à la formation "Aide au cabinet médical" est celui dedemandeuse d'emploi. Les demandeuses d'emploi indemnisées gardent ce statut et continuentd'avoir l'indemnité de chômage, les demandeuses d'emploi non indemnisées reçoivent uneindemnité de formation du Fonds pour l'emploi.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifInitiativ Rem Schaffen est une ASBL qui a trois bureaux, à Luxembourg, Esch-sur-Alzette etEttelbruck, celui de Luxembourg ayant la plus grande capacité. Les services offerts sont lesmêmes dans les trois villes.- Les consultations individuelles, accompagnements, orientations et conseils sont lesprincipales activités, qui ont lieu dans ces trois centres.- Ensuite il y a <strong>des</strong> séminaires de courte durée ("Un nouveau départ" : 18 heures; "Réussir larecherche d'un nouvel emploi" : 7 heures) qui sont organisés dans les trois villes. Ceux-ci ontcomme thème la recherche d'un emploi et la démarche à suivre pour se réinsérer commefemme rentrante sur le marché de l'emploi.- La formation professionnelle réservée aux femmes "Aide au cabinet médical" est organiséedans le cadre du Fonds Social Européen (FSE). Elle dure 6 mois à raison de 25 à 30 heureshebdomadaires, est réservée à 12-15 personnes et a lieu exclusivement à Luxembourg. Leprogramme de la formation a été mis au point en collaboration avec le Cercle <strong>des</strong> médecinsgénéralisteset avec le Service de la Formation professionnelle (SFP) du Ministère del'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS).Pour avoir accès à la formation, il faut être inscrite comme demandeuse d'emploi (indemniséeou non) à l'ADEM. Il n'y a pas de prérecquis scolaires formels qui sont exigés. Une premièrephase de sélection est faite par un test, pour s'assurer que les candidates ont <strong>des</strong> connaissancesde base suffisantes pour s'exprimer par oral en luxembourgeois, et par écrit en français et enallemand. Il y a aussi une séance d'entretien en groupe, avec <strong>des</strong> médecins, afin de vérifier lesaptitu<strong>des</strong> minimales à exercer cette activité professionnelle. L'Association <strong>des</strong> médecins etmédecins-dentistes et le Cercle <strong>des</strong> médecins-généralistes mettent à disposition <strong>des</strong>formateurs, ainsi que <strong>des</strong> places de stages en cabinet médical. D'autres formateursproviennent du Service incendie de la Ville de Luxembourg, ou ont été recrutés parmi lesformateurs indépendants.b) Infrastructure disponibleL'IRS a trois bureaux, à Luxembourg, Esch-sur-Alzette et Ettelbruck, mis à disposition par lestrois communes respectives. L'IRS ne dispose pas de salles de formation dans ces locaux. Dessalles sont mises à disposition par le Lycée Aline Mayrisch ou sont louées en différentsendroits, selon les besoins et les possibilités.L'IRS dispose d'un poste à plein temps et de trois personnes engagées chacune à quart temps.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertion- Les séminaires de courte durée durent de 7 à 18 heures réparties sur quelques séances.- La formation "Aide au cabinet médical" dure six mois, dont un mois de stage pratique encabinet médical.d) Base légale et réglementaireIl n'y a pas de base légale ou réglementaire spécifique pour IRS.187


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl y a une convention avec le Ministère de la Promotion féminine, qui finance un poste detravail. Une subvention financière de la commune d'Esch-sur-Alzette couvre une partie <strong>des</strong>postes dans cette ville, le reste étant financé par la convention. Les bureaux dans les troisvilles sont mis à disposition par les trois communes.La formation professionnelle "Aide au cabinet médical" est financée par un projet européendans le cadre du FSE, en collaboration avec le Ministère du Travail et de l'Emploi, l'ADEM,le SFP du MENFPS, Co-Labor, l'Association <strong>des</strong> médecins et médecins-dentistes et le Cercle<strong>des</strong> médecins-généralistes.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueL'IRS a la possibilité d'organiser <strong>des</strong> stages d'orientation de deux semaines dans uneentreprise (voir point 8).Par ailleurs, l'IRS reçoit un nombre croissant d'annonces de postes vacants de la part <strong>des</strong>employeurs. Ces postes concernent principalement <strong>des</strong> travaux domestiques et <strong>des</strong> gar<strong>des</strong>d'enfants. Pour répondre à une vacance de poste, l'IRS établit avec l'employeur un profil,recherche <strong>des</strong> candidates, contacte les clientes et assure le suivi de l'action jusqu'à unengagement et même au-delà.b) Collaboration avec le monde scientifiquePour la formation "Aide au cabinet médical", il y a une collaboration régulière avecl'Association <strong>des</strong> médecins et médecins-dentistes et le Cercle <strong>des</strong> médecins-généralistes.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation <strong>des</strong> femmes qui débutent la formation "Aide au cabinet médical" est très bonneau début et reste très bonne durant les six mois. Ceci est dû au fait que la plupart <strong>des</strong>personnes viennent de leur propre initiative et qu'une sélection assez sévère a été faite parmiles candidates. Par ailleurs, les participantes sont motivées par le fait de trouver un emploi, etelles savent qu'avec le peu de qualification qu'elles ont, elles auraient très difficile d'entrouver un de ce type.La formation a été organisée deux fois jusqu'à maintenant, et il n'y a pas encore eu d'abandonen cours de route. Toutes les candidates ont réussi les tests finaux et la participation aux courstourne autour de 95 %.Il y a aussi un intérêt très grand pour la formation, ce qui se remarque par le nombre decandidatures (80 la première année, 50 la deuxième année, pour 12 à 15 places disponibles),ce nombre permettant aussi de faire une sélection <strong>des</strong> candidates.b) Modalités de ces activitésLa motivation <strong>des</strong> candidates à la formation "Aide au cabinet médical" étant très bonne touteau long de la formation, il n'y a pas d'intervention spécifique sur ce facteur. Les consultationsindividualisées de l'IRS sont à disposition <strong>des</strong> participantes en cas de problèmes <strong>pratiques</strong> oude questions spécifiques. Il y a également un suivi en groupe qui est réalisée par uneformatrice pédagogue tout au long de la formation, celui-ci porte surtout sur lacommunication et la dynamique du groupe.188


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Personnel responsable pour ces activitésLa motivation <strong>des</strong> candidates étant très bonne toute au long de la formation "Aide au cabinetmédical", il n'y a pas d'intervenant spécifique sur ce facteur de la motivation. On peutnéanmoins citer les conseillères de l'IRS et la formatrice pédagogue qui assure un suivi encommunication.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- Les séminaires de courte durée portent sur la recherche d'un emploi et sur comment seréinsérer sur le marché du travail. Des éléments <strong>pratiques</strong> (lettres, CV, entretien deprésentation, organisation de la vie familiale et de la vie professionnelle, la confiance en soi etla communication, etc.) sont traités en groupes de 8 à 12 personnes.- La formation "Aide au cabinet médical" prévoit 350 à 400 heures de cours théoriques et 80 à100 heures de stage pratique dans un cabinet médical. Les cours portent sur les thèmessuivants : secrétariat et assistance administrative, informatique (Word, Excel, e-mail), lesystème de sécurité sociale luxembourgeois, spécificités de la profession (hygiène,comportement social), langues (français oral et écrit, allemand oral et écrit, la connaissancedu luxembourgeois étant un prérecquis).b) Objectifs <strong>des</strong> formations- L'objectif <strong>des</strong> séminaires de courte durée est d'aider les femmes à se placer ou à se replacersur le marché de l'emploi, éventuellement après une période d'inactivité ou de chômage.- L'objectif de la formation "Aide au cabinet médical" est de former <strong>des</strong> personnes quipeuvent faire l'accueil et le travail de secrétariat dans un cabinet médical.c) Grilles horaires- Les séminaires durent de 7 à 18 heures réparties sur quelques séances ("Un nouveaudépart" : 6 fois 3 heures; "Réussir la recherche d'un nouvel emploi" : 2 fois 3 ½ heures).- La formation "Aide au cabinet médical" dure 6 mois à raison de 25 à 30 heureshebdomadaires (tous les matins, les lundi, mercredi et vendredi aussi l'après-midi).6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> dépendent du formateur et de la matière. Certains cours sont plus théoriques,mais la plupart intègrent beaucoup d'éléments <strong>pratiques</strong>, <strong>des</strong> exercices, <strong>des</strong> mises en situation,<strong>des</strong> jeux de rôles, etc.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLes formateurs encadrent principalement les apprenantes au cours de la formation "Aide aucabinet médical".L'encadrement durant le mois de stage est réalisé par le ou les médecins du cabinet médical. Ily a également un maître de stage médecin, qui assure un encadrement individualisé de lastagiaire durant le stage.189


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesure- Pour les séminaires, un suivi est réalisé par les consultations individualisées de l'IRS,auxquelles les participantes peuvent avoir recours en cas de deman<strong>des</strong> spécifiques.- Au début de la formation "Aide au cabinet médical", il y a une phase de préparation de deuxsemaines, au cours de laquelle une formatrice (pédagogue) travaille la communication dans legroupe et la gestion du temps personnel (ce qui est très important pour <strong>des</strong> personnes n'ayantplus été dans une activité professionnelle depuis <strong>des</strong> années). Ensuite, la même formatricecontinue le suivi au niveau de la communication dans le groupe et concernant les aspects<strong>pédagogiques</strong> tout au long de la formation. Durant le stage en cabinet médical, un médecinmaître de stage suit la candidate.Un suivi portant sur les problèmes <strong>pratiques</strong>, administratifs et sociaux est également réalisépar les consultations individualisées de l'IRS. Ce suivi comprend notamment la recherche deplaces de stage ou d'emplois.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesure- Pour les séminaires, un suivi est réalisé par les consultations individualisées de l'IRS,auxquelles les participantes peuvent avoir recours pour continuer la recherche d'un emploi, oupour les difficultés éventuelles au début ou en cours d'un travail.- Pour la formation "Aide au cabinet médical", l'IRS donne une aide pour la recherche d'unemploi dans les cabinets médicaux. Le contact par téléphone ou par entretien dans les locauxde l'IRS continue surtout avec les femmes qui n'ont pas encore trouvé d'emploi.Sur les 27 participantes <strong>des</strong> deux premières promotions de la formation "Aide au cabinetmédical", 20 travaillaient en date du 25/06/02.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stages- L'association a la possibilité d'organiser <strong>des</strong> stages d'orientation non rémunérés de deuxsemaines dans une entreprise. C'est une formule qui permet à <strong>des</strong> candidates à la recherched'un emploi de se faire une idée concrète d'un poste de travail qui l'intéresse.- La formation "Aide au cabinet médical" prévoit un mois de stage dans un cabinet médical.b) Lieux de stage- Les stages d'orientation peuvent avoir lieu dans n'importe quelle entrepriseluxembourgeoise. En pratique, il s'agit surtout de secteurs comme la vente, la coiffure, lesecrétariat, les soins aux personnes, etc. Il s'agit de stages d'orientation, qui permettent auxcandidates de mieux évaluer leur intérêt pour le type de travail qui est demandé sur le lieu <strong>des</strong>tage, soit avant de commencer une formation (CITP, CATP, etc.), soit avant de signer uncontrat de travail. Ces <strong>lieux</strong> de stage sont recherchés à la carte pour les candidates, enfonction de leurs deman<strong>des</strong>.- La formation "Aide au cabinet médical" prévoit un mois de stage dans un cabinet médical.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiaires- L'IRS a contracté une assurance accident spécifique pour ces stages d'orientation de deuxsemaines, assurance qui couvre les risques sur le lieu de travail. Par ailleurs, l'IRS a lapossibilité de fournir une aide financière pour le cas où il y aurait de gros frais (garded'enfants, par exemple). Avant le début du stage, il y a un accord oral avec le patronconcernant les tâches du stagiaire. Dans l'entreprise, il y a une personne de contact quiencadre la stagiaire.190


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Pour la formation "Aide au cabinet médical", il y a un encadrement par le ou les médecinsdu cabinet où la stagiaire fait son stage. Par ailleurs, il y a un suivi régulier réalisé par un <strong>des</strong>maîtres de stage qui sont engagés à cet effet dans le cadre de la formation. Celui-ci estégalement médecin, mais ce n'est pas celui qui emploie la stagiaire.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiaires- Il y a une évaluation du stage d'orientation qui se base sur le feed-back de la stagiaire et dela personne responsable en entreprise.- Pour la formation "Aide au cabinet médical", l'évaluation de la stagiaire se fait par le rapportde stage de la candidate (qui est évalué par le maître de stage) et par l'avis général du maîtrede stage.e) Suivi <strong>des</strong> stagiaires- Dans l'entreprise, il y a une personne de contact qui encadre la stagiaire. Le suivi est réalisépar les consultations individualisées de l'IRS.- Pour la formation "Aide au cabinet médical", le suivi est réalisé par le médecin maître <strong>des</strong>tage. Il y a également les consultations individualisées de l'IRS et le suivi de groupe par laformatrice (pédagogue) qui continuent.f) Lien avec l'ADEM- Il n'y a pas de lien spécifique avec l'ADEM pour les stages d'orientation de courte durée. Lesparticipantes sont invitées à s'inscrire à l'ADEM, si elles ne le sont pas déjà.- Pour la formation "Aide au cabinet médical", le lien avec l'ADEM reste le même que pourl'ensemble de la formation. Les stagiaires gardent leur statut (demandeuse d'emploiindemnisée ou recevant l'indemnité de formation du Fonds pour l'emploi).g) Lien avec le marché de l'emploi- L'insertion sur le marché de l'emploi est un <strong>des</strong> principaux objectifs <strong>des</strong> stages d'orientation.Pour une partie <strong>des</strong> stagiaires, le stage débouche sur la signature d'un contrat de travail avecl'entreprise.- Pour la formation "Aide au cabinet médical", le stage est une préparation à l'insertion futuresur le marché de l'emploi. Il peut y avoir un contrat de travail avec le médecin ou le cabinetauprès duquel le stage a eu lieu.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation finale de la formation "Aide au cabinet médical" est basée sur le rapport de stageécrit par la candidate, l'avis du maître de stage, le test <strong>des</strong> compétences en informatique, untest combiné sur les cours dispensés par les médecins formateurs, le test du brevet <strong>des</strong>ecouriste.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation globale de la formation "Aide au cabinet médical" se fait par l'évaluation durapport de stage, l'avis du maître de stage, les résultats aux différents tests.191


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Personnel responsable de cette évaluationPour la formation "Aide au cabinet médical", ce sont le maître de stage et les différentsformateurs qui sont responsables de cette évaluation.d) Qualifications possiblesVoir ci-après.e) Certifications possiblesLe certificat "Aide au cabinet médical" est établi par le SFP du MENFPS, sur base <strong>des</strong>présences et <strong>des</strong> réussites. Ce certificat ne permet pas de revendiquer un barème légal. Onconstate néanmoins en pratique que les détentrices ne commencent jamais à travailler auniveau du salaire minimum, mais 10 à 15 % au-<strong>des</strong>sus de ce seuil.10. Personnela) Différents profils du personnelLes formateurs de la formation "Aide au cabinet médical" ont différents profils : médecins,pompiers professionnels, médecins experts du Centre Commun de la Sécurité sociale,formateurs en informatique, formateurs indépendants spécialisés en communication, etc.Les maîtres de stage sont <strong>des</strong> médecins.Les conseillères de IRS ont différents profils : licenciée en sciences économiques, éducatricegraduée, bac et bac+2. La variété <strong>des</strong> profils et <strong>des</strong> expériences professionnelles antérieuresest une valeur ajoutée créant une équipe multitalents.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLa formation <strong>des</strong> formateurs ("Aide au cabinet médical") est très diverse et dépend de leurprofil spécifique. Ils ont une formation initiale dans leur spécialité.Certains formateurs ont une formation pédagogique spécifique : le formateur en informatique,les pompiers professionnels de la Ville de Luxembourg.La formation continue <strong>des</strong> conseillères se fait soit par initiative individuelle (cours du soir),soit par la supervision de l'équipe.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement <strong>des</strong> formateurs de la formation "Aide au cabinet médical" se décide au cas parcas, en fonction du cours à donner, en collaboration avec différents organismes concernés parla formation (Cercle <strong>des</strong> médecins-généralistes, SFP du MENFPS, formateurs du Serviceincendie de la Ville de Luxembourg).Les principaux critères sont les compétences dans le domaine de formation, une expérienceprofessionnelle dans le domaine et aimer travailler avec <strong>des</strong> adultes.Les critères d'engagement <strong>des</strong> conseillères sont l'expérience antérieure et l'intérêt de travailleravec <strong>des</strong> adultes.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl est important de prévoir une responsabilisation importante <strong>des</strong> apprenants. Il est égalementtrès important de pouvoir donner une aide spécifique à <strong>des</strong> personnes adultes qui n'ont plustravaillé ou étudié depuis <strong>des</strong> années, afin que ces personnes puissent assimiler les contenusthéoriques indispensables à leur futur métier. Il est aussi important que le formateur puisse192


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgs'adapter à <strong>des</strong> publics de niveaux de connaissances très différents, ce qui est moins le casdans une classe de lycée ou de lycée technique.193


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.24. Institut d’Enseignement Socio-éducatif (IES) <strong>des</strong> Centressocio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> de Dreiborn/SchrassigM. Marc Bichler, éducateur gradué et coordinateur de l'IES47, rue d'Oetrange, L-5360 Schrassigtél.: 355055-1; 760565-1; fax 76 81 811. Public ciblea) Limites d’âgeIl s'agit de jeunes de 0 à 18 ans, placés par le Tribunal de la Jeunesse. Il y a la possibilité d'unprolongement au-delà de 18 ans, sur demande du jeune ou du Tribunal de la Jeunesse. Lagrande majorité du public cible est constitué de jeunes de 15 à 18 ans.b) Nombre de jeunes concernésEn 2001, il y avait en tout 107 jeunes qui sont passés par l'IES. Un turn over assez importantpeut être constaté au niveau <strong>des</strong> effectifs.Voici la situation au 23 mai 2002 dans les Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> :- 50 garçons (environ 2/3 sont scolarisée au IES; 13 sont en situation de fugue, les autres sontscolarisés à l'extérieur, sont inscrits au Centre National de Formation ProfessionnelleContinue (CNFPC), suivent une mesure de mise au travail ou travaillent chez un patron);- 38 filles (environ la moitié d'eux sont scolarisées au IES, 9 sont en situation de fugue, lesautres sont scolarisées à l'extérieur ou travaillent chez un patron).Cela fait un peu plus que la moitié <strong>des</strong> jeunes qui sont scolarisés à l'IES (50 jeunes) et 21 quisont en situation de fugue.c) Profil <strong>des</strong> jeunesIl s'agit de jeunes de différents niveaux scolaires placés par le Tribunal de la Jeunesse. Unegrande majorité a cependant un très faible niveau scolaire. Toutes les catégories sociales sontreprésentées. Le profil psychologique varie : à un extrême on a <strong>des</strong> jeunes qui sont placéspour les protéger de la violence <strong>des</strong> parents, à l'autre extrême ce sont <strong>des</strong> jeunes délinquants.Un certain nombre de jeunes ont été placés parce qu'ils n'allaient plus à l'école, alors qu'ilsétaient encore en âge d'obligation scolaire.d) Mode de repérage et de recrutementIl n'y a qu'un seul mode de recrutement, c'est le placement par le Tribunal de la Jeunesse.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes jeunes ont un statut d'élèves de l'enseignement secondaire technique, parfois del'enseignement primaire, mais c'est plus rare.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositif- Les Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> de Dreiborn/Schrassig dépendent du Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse.- Il y a une Commission de surveillance et de coordination (le Président est du Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, un représentant du Ministère de l'Education194


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgNationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports, un représentant du Ministère de laJustice).- Il y a un Directeur général, un Directeur pédagogique et thérapeutique, les responsables <strong>des</strong>différents Services (IES, deux internats, Service psycho-social, Administration).- Pour l'IES, un éducateur gradué est responsable pour l'organisation et la gestion.b) Infrastructure disponible- Deux internats (Dreiborn et Schrassig) fonctionnent.- L'IES, qui est situé à Dreiborn, dispose <strong>des</strong> salles de classe pour l'enseignement général et<strong>des</strong> ateliers. Une scolarisation extérieure dans les lycées techniques peut se faire avec l'accorddu Tribunal de la Jeunesse.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée est très variable. Le maximum est en principe jusqu'à 18 ans. La durée n'estnullement liée au parcours de formation, mais dépend exclusivement du temps de placementpar le Tribunal de la Jeunesse. En moyenne, les jeunes restent environ 8 mois, la tendanceétant de les laisser terminer l'année scolaire en cours, ce qui allonge parfois un peu leparcours.d) Base légale et réglementaireL'IES a été créé par le Règlement grand-ducal du 3 septembre 1995 instituant un institutd'enseignement socio-éducatif auprès <strong>des</strong> centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong>.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl y a une collaboration avec l'ADEM, certains patrons d'entreprise et les mesures de mise autravail. On essaye de placer les jeunes dans ces mesures (Forum pour l'emploi, JongenheemGAMO, Inter-Actions Schläifmillen, etc.) où ils ont un Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT),ou bien de les placer dans un emploi chez un patron, même s'ils restent loger dans lesinternats.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formation- Un accueil à l'internat est organisé pendant deux jours avant de fréquenter <strong>des</strong> cours.- Il y a une possibilité d'activités sportives en petit groupe pour maîtriser la situation de crisedans laquelle presque tous les jeunes se trouvent quand ils arrivent dans un <strong>des</strong> deux internatset pour les stabiliser.- Des entretiens personnalisés ont lieu avec les jeunes, par les psychologues et assistantssociaux du Service psycho-social, par le responsable éducatif de l'internat, par le coordinateurde l'IES.- Des tests de positionnement d'entrée sont faits qui aboutissent à l'élaboration d'un parcoursscolaire. On fait un bilan de leurs acquis scolaires et de leurs capacités professionnelles.195


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Chaque élève dispose d'un projet pédagogique et socio-thérapeutique établi après unepériode d'observation. L'exécution de ce projet est réalisée par l'IES et par l'internat.b) Modalités de ces activités- Durant la formation, un cours de "vie d'adolescence" est organisé, qui a lieu une fois parsemaine. Les jeunes peuvent choisir trois thèmes qui les préoccupent parmi une liste qui leurest proposée (violence, sexualité, SIDA, mort, etc.).- Un atelier créatif permet <strong>des</strong> activités artistiques (Konschtatelier).- Des activités sportives sont également prévues en petit groupe pour maîtriser la situation decrise et pour stabiliser les jeunes.c) Personnel responsable pour ces activitésDifférentes catégories de personnel sont responsables de ces activités : les éducateursgradués, l'éducateur, les chargés d'éducation, les contre-maîtres-instructeurs, l'instituteur, lemoniteur sportif.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- Un enseignement général avec un programme de l'enseignement secondaire technique(modulaire, 7 e technique, 8 e technique, 7 e ADAPT, 8 e polyvalente) est organisé.- Ensuite, il y a <strong>des</strong> travaux dans <strong>des</strong> ateliers (jardinage, menuiserie, chauffage-sanitaire,boulangerie-cuisine, maçonnerie, peinture, ferme Bauerenhaf, mécanique). Ces formationssont organisées de façon modulaire, soit en se servant <strong>des</strong> modules <strong>des</strong> COIP du CNFPC, soità l'aide de modules mis au point par l'IES. Ces derniers partent toujours d'un produit fini (parexemple : une chaise d'enfant, un cendrier, un chandelier, etc.). Le module décompose lesdifférentes étapes du processus. Soit on répète <strong>des</strong> étapes, soit on augmente le niveau dedifficulté, la démarche visant à éviter la monotonie en variant les activités au maximum.- Des activités sportives sont organisées, qui jouent un rôle de socialisation et de stabilisation.- La recherche d'un travail fait aussi partie de la formation (le cours "vie professionnelle"enseigne les différentes démarches à faire par un jeune pour être embauché).b) Objectifs <strong>des</strong> formationsIl y plusieurs objectifs :- d'abord, les mêmes objectifs que l'enseignement traditionnel,- ensuite, donner une initiation et une formation professionnelle,- favoriser une intégration sociale <strong>des</strong> jeunes,- il y a également une mission de garde et de protection,- les formations visent aussi à développer <strong>des</strong> compétences sociales.c) Grilles horairesDu lundi au vendredi de 8.00 heures à 16.00 heures. Il s'agit <strong>des</strong> grilles horaires <strong>des</strong> classestraditionnelles de l'enseignement secondaire technique.196


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> didactiques sont d'abord celles de l'enseignement secondaire technique :enseignement frontal, exercices dirigés, ateliers, etc.Un certain nombre de jeunes ne font que de la formation en atelier, les tâches leurs sontmontrées, ils les exécutent et les répètent pour en acquérir la maîtrise.Il y a une offre complémentaire d'un système d'options pour tous les élèves, trois après-midipar semaine (18 options sont possibles : différents ateliers, activités sportives, communicationsociale, coiffure, etc.).7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement a lieu en groupe et individuellement. A l'IES, ce dernier se fait par le régent dela classe ou par le régent qui a en charge l'ensemble <strong>des</strong> ateliers; à l'internat cela se fait par le"répondant", c'est-à-dire la personne de contact privilégiée au sein de l'internat.Une réunion du personnel (le personnel scolaire, une ou deux personnes du Service psychosocial,le coordinateur de l'IES) se tient le matin et l'après-midi, afin de discuter lefonctionnement au jour le jour, les problèmes qui se posent et les solutions à apporter.Toutes les trois semaines, une assemblée plénière a lieu (les mêmes plus le Directeurpédagogique et thérapeutique), qui discute de façon plus globale la situation <strong>des</strong> jeunes.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe suivi se fait par le Service psycho-social (psychologues et assistants sociaux). Il y a uncontact régulier et individuel avec chaque jeune. Le jeune peut aussi faire la demande d'avoirun entretien avec le psychologue ou l'assistant social.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureCe suivi se fait également par le Service psycho-social. Quand le jeune est repris par unemesure, c'est celle-ci qui assure plutôt le suivi. Si le jeune retourne chez les parents, uncontrat avec le jeune et le Tribunal de la Jeunesse prévoit <strong>des</strong> contacts réguliers.En 2001, il y avait en tout 107 jeunes qui sont passés par l'IES. A la sortie, environ un tiersessaie un apprentissage, un tiers entre dans une mesure CAT, un dernier tiers continue àl'école.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesMême durée <strong>des</strong> stages que dans le système scolaire extérieur, c'est-à-dire une ou deuxsemaines.b) Lieux de stageLes stages ont lieu dans <strong>des</strong> entreprises. Celles-ci sont choisies en fonction de la proximitégéographique et de la possibilité ultérieure que le jeune puisse y avoir une placed'apprentissage ou un emploi.197


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgSi ce n'est pas possible de trouver un patron ou si le jeune est jugé pas assez mûr pour unstage à l'extérieur, le stage se fait dans les ateliers de l'IES, en attendant de pouvoir envisagerultérieurement un stage dans une entreprise.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement <strong>des</strong> stagiaires se fait par les régents. Celui-ci cherche le lieu de stage, seprésente avec le jeune le premier jour, ensuite il lui rendra visite sur place au moins une foisdurant le stage.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation <strong>des</strong> stages se fait par les régents, par l'intermédiaire de fiches d'évaluation. Onévalue les compétences clés (ponctualité, politesse, précision, etc.) et les capacités techniquesau travail.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi se fait par les régents.f) Lien avec l'ADEMIl n'y a pas de lien direct avec l'ADEM pour les stages. Néanmoins, ceux-ci sont souvent faitsen vue d'un CAT ultérieur, où l'ADEM intervient.g) Lien avec le marché de l'emploiCelui-ci se fait par les entreprises. Les <strong>lieux</strong> de stage servent surtout à trouver une placed'apprentissage ou éventuellement un lieu de travail dans le cadre d'une mesure CAT.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenants- Pour l'enseignement scolaire, les tests traditionnels prévus pour l'enseignement secondairetechnique sont organisés, qui évoluent les apprentissages scolaires.- La formation en ateliers se faisant sous forme de modules, il y une évaluation par <strong>des</strong>graphiques "en toile d'araignée". Par ailleurs, une évaluation semestrielle a lieu, qui se faitsous forme de bilan global. Ce bilan donne droit à une certification du nombre d'heuresprestées par atelier et à un dossier personnel. Il s'agit d'un certificat de participation quiindique la durée et la nature <strong>des</strong> tâches effectuées.b) Modalités de cette évaluation- Pour l'enseignement scolaire, cela se fait de manière trimestrielle, comme dans l'ensemble del'enseignement secondaire technique, par le biais <strong>des</strong> tests traditionnels notés de 0 à 60. Cetteévaluation donne lieu à un bulletin scolaire, délivré par le Lycée Technique Joseph Bech(LTJB) de Grevenmacher.- Pour la formation en ateliers, il y une évaluation semestrielle, qui se fait sous forme de bilanglobal. Ce bilan donne droit au certificat de participation cité au point (a) ci-<strong>des</strong>sus.c) Personnel responsable de cette évaluationL'évaluation se fait par le régent (qui peut être le régent d'une classe ou le régent responsablede tous les ateliers) et par le Conseil de classe. Ce dernier rassemble en fait tout le personnelscolaire de l'IES.198


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Qualifications possiblesLa principale qualification possible est l'accès à une formation en apprentissage à l'extérieur,ou bien l'accès à un travail sous forme de mesure CAT, surtout si la personne a atteint lamajorité et qu'il devient difficile d'envisager encore deux ou trois années de cours pour cejeune.e) Certifications possiblesLes jeunes reçoivent les bulletins scolaires traditionnels de l'enseignement secondairetechnique.Les bilans semestriels globaux donnent droit à une certification du nombre d'heures prestéespar atelier et un dossier personnel. Il s'agit d'un certificat de participation qui indique la duréeet la nature <strong>des</strong> tâches effectuées.10. Personnela) Différents profils du personnel- Un instituteur.- Six contremaîtres instructeurs. Ceux-ci ont un brevet de maîtrise.- Deux chargés d'éducation (sport, cours scolaires).- Un chargé de cours (éducation artistique).- Trois éducateurs gradués.- Un éducateur à mi-tâche.- Un moniteur sportif.- Deux ouvriers qui encadrent les jeunes dans les ateliers (Bauerenhaf, mécanique).b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes Centres socio-éducatifs organisent une formation continue pour leur personnel. Il y a 24heures par an de formation continue obligatoire (sauf pour les stagiaires), les personnespeuvent faire plus de façon volontaire, jusque 50 à 60 heures environ.La majorité de ces heures ont lieu durant le temps de travail.Les personnes choisissent <strong>des</strong> cours parmi un programme établi par le directeur pédagogique(sujets abordés : drogue, maladies sexuellement transmissibles, résolution de conflits avec lesjeunes, etc.). Par ailleurs, ceux qui le souhaitent, peuvent faire <strong>des</strong> formations à l'InstitutNational d'Administration Publique (INAP), par exemple en informatique.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait selon les règles de recrutement <strong>des</strong> services publics, par le biais d'unconcours de fonctionnaire. Si celui-ci ne donne pas de candidatures, on engage <strong>des</strong> employésde l'<strong>Etat</strong>, qui peuvent aussi être <strong>des</strong> étrangers, du moment qu'ils maîtrisent les trois languesusuelles du pays. Il n'y a pas d'autres critères de recrutement.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl ne s'agit pas d'une formation pour adultes, mais d'une formation pour élèves.199


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.25. Inter-Actions ASBL Schläifmillen9, route de Thionville, L-2611 LuxembourgM. Jan Nottrottél.: 492660, fax: 492659, e-mail: iaf.direction@cmdnet.luSchläifmillen6, rue Godchaux, L-1634 Luxembourgtél.: 434807, fax: 426563, e-mail: schlaifmillen@vo.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeDe 18 à 29 ans, la plupart de 18 à 25 ans. Il n'y a pas de jeunes en <strong>des</strong>sous de 18 ans.b) Nombre de jeunes concernésIl y a une capacité de 30 jeunes par cycle de six mois, comme il y a deux cycles par an, celafait environ 60 jeunes sur une année.c) Profil <strong>des</strong> jeunesOn dispose de données statistiques, qui sont les moyennes calculées sur les années 1994 à2000. Dans l'ensemble, il s'agit d'une population qui cumule les problèmes de différentsordres.Environ 70 % <strong>des</strong> jeunes n'avaient pas dépassé l'obligation scolaire de 9 ans, et n'avaient pasde certificat scolaire.Environ 20 % ont fait de la prison, 10 % ont eu d'autres condamnations, ce qui fait pour 30 %un passé institutionnel au plan de la justice.Environ 50 % ont eu l'une ou l'autre forme de dépendance (alcool ou drogues).50 % habitaient dans la famille d'origine, 15 % vivaient seul, 5 % étaient sans domicile fixe et7 % vivaient dans un foyer d'accueil.La plupart étaient <strong>des</strong> hommes, mais les dernières années il y a aussi un nombre croissant defemmes.d) Mode de repérage et de recrutementLa plupart <strong>des</strong> jeunes sont recrutés par l'intermédiaire de l'Administration de l'Emploi(ADEM). Quelques jeunes contactent par l'intermédiaire de l'Action Locale pour Jeunes(ALJ) et quelques-uns viennent du Centre national de la formation professionnelle continue(CNFPC) d'Esch-sur-Alzette ou d'Ettelbruck, où ils ont déjà suivi les Cours d’orientation etd’initiation professionnelles (COIP). Ceux qui prennent contact de leur propre initiative sontplutôt rares.De toute façon, quelle que soit le mode de prise de contact, le jeune est toujours d'abordenvoyé à l'ADEM pour qu'il s'inscrive comme demandeur d'emploi, s'il ne l'est déjà.e) Statut <strong>des</strong> jeunesTous les jeunes qui sont à la Schläifmillen ont un Contrat d'auxiliaire temporaire (CAT) parl'intermédiaire de l'ADEM. Ils sont donc rémunérés par ce biais.200


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifInter-Actions participe à 85 % à Polygone SARL, qui est une entreprise fonctionnant selon lescritères du marché, sans subventions. On a constaté qu'une telle structure n'est pas adaptée àun certain nombre de jeunes qui n'ont pas les compétences nécessaires pour travailler dansune entreprise compétitive, même si celle-ci met en oeuvre <strong>des</strong> critères de tolérance pluslarges (mais on peut être licencié). Inter-Actions a alors mis en place une structure qui peutfonctionner en aval, la Schläifmillen, qui elle est subventionnée à 100 %.Le noyau du dispositif est la formation sur le tas en maçonnerie, accompagnée <strong>des</strong> coursthéoriques qui sont nécessaires à la pratique. Les jeunes reçoivent donc surtout une initiationau travail. Il y a une intégration progressive par le travail productif, après laquelle ils peuventrejoindre Polygone ou toute autre entreprise non subventionnée.Il y a un accompagnement social par le Service de consultation socio-pédagogique, un servicespécialisé qui est séparé <strong>des</strong> autres fonctions d'Inter-Actions.b) Infrastructure disponibleLa Schläifmillen est une ancienne entreprise de polissage du métal, intégrée plus tard dansune fabrique de tissus. En 1986, la Ville de Luxembourg a mis à disposition de Inter-Actionsles anciens hangars de stockage de la laine afin d'y établir un projet d'intégration sociale pourjeunes chômeurs. Durant les premières années, le projet a fonctionné sur l'objectif de remiseen état les locaux, ce qui est en gros terminé maintenant.L'infrastructure principale est constituée par l'atelier de maçonnerie. Par ailleurs, il y a unatelier de démontage de déchets électroniques, un atelier de formation à l'informatique et unatelier d'initiation au travail de bureau. Ces ateliers permettent aux jeunes de s'entraîner.La Ville de Luxembourg met aussi à disposition de petits chantiers sur ses propresinfrastructures, où les jeunes font <strong>des</strong> travaux "réels".c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée du parcours est en règle générale de six mois, exceptionnellement les jeunes peuventrester jusque douze mois.d) Base légale et réglementaireLa Schläifmillen est surtout subventionnée par l'intermédiaire d'une convention avec leMinistère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse. Il y a aussi <strong>des</strong> subventionsde la Ville de Luxembourg, et pour le projet Forward, du Ministère du Travail et de l'Emploi(Fonds social européen).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCette collaboration se fait surtout par les stages en entreprise (voir le point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.201


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa plupart <strong>des</strong> entrants à la formation ont une motivation économique, ils ont besoin d'argent.Cette motivation est une bonne base de départ, mais elle est contrecarrée par une série deproblèmes que ces jeunes ont accumulé : passé institutionnel, problèmes financiers, problèmede logement, problèmes familiaux, toxicomanie, etc. La difficulté essentielle pour eux n'estpas de commencer, mais de persévérer dans l'effort pendant les six mois, ce qui pose unproblème de motivation important.Il y a donc une intervention au niveau <strong>des</strong> paramètres sociaux par le Service de consultationsocio-pédagogique, afin d'alléger le poids de ces problèmes.b) Modalités de ces activitésLe Service de consultation socio-pédagogique intervient au niveau <strong>des</strong> problèmes sociauxdurant tout le parcours. Par ailleurs, il y a un soutien par les activités sportives obligatoires oùchacun participe selon ses capacités physiques, ces exercices améliorent la force mentale <strong>des</strong>jeunes. Il y a aussi un renforcement de la motivation par le travail lui-même, par la réussiteconcrète au niveau d'une activité. Il y a <strong>des</strong> certifications partielles, <strong>des</strong> présentations que lesjeunes peuvent faire eux-mêmes de quelque chose qu'ils ont réalisé, etc., ce qui peut aussi lesvaloriser.c) Personnel responsable pour ces activitésLe Service de consultation socio-pédagogique intervient au niveau <strong>des</strong> problèmes sociauxdurant tout le parcours. Par ailleurs, les formateurs de la Schläifmillen jouent un rôle <strong>des</strong>outien au jour le jour.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa formation porte surtout sur les techniques de bâtiment et de maçonnerie. Elle est construitede façon modulaire. Il y a 120 heures de cours théoriques à un niveau de base (sécurité autravail, droit du travail, outillage, poids et mesures, <strong>des</strong>sin technique, construction demaquettes, initiation à l'utilisation de l'ordinateur, <strong>des</strong>sin assisté par ordinateur, etc.) et 936heures de pratique (maçonnerie, bois, échafaudages, coffrage, finition, etc.). Cette pratique alieu en atelier ou sur un petit chantier à l'extérieur (surtout pour la Ville de Luxembourg aveclaquelle existe une collaboration). Il y a également un entraînement à la recherche active d'unemploi.Ensuite, il y a aussi un atelier de démontage de déchets électroniques (projet Forward financépar le Fonds social européen, partenaires : Inter-Actions, ADEM, Heintz Van Landewyck,Ville de Luxembourg, DuPont de Nemours), où les participants apprennent à démonter <strong>des</strong>appareils qui ne sont plus utilisés.Il y a un atelier de PC, où les jeunes reçoivent une initiation aux nouvelles technologies.Pour les femmes, il y a une initiation au travail de bureau dans le cadre du projet Forward(travail en back office, photocopies, initiation à l'ordinateur et aux nouvelles technologies,etc.).202


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Objectifs <strong>des</strong> formationsIl s'agit surtout d'une initiation progressive au travail productif. L'objectif premier est que lesjeunes développent <strong>des</strong> compétences indispensables dans toute situation de travail : être àl'heure, persévérer dans l'effort, être régulier, collaborer avec les patrons et les collègues, etc.Les jeunes apprennent à se structurer dans une situation de travail, cette structuration faisantjustement souvent défaut à cette population de jeunes. Cette compétence une fois acquise,celle-ci peut être transférée à d'autres situations de travail. L'objectif final est l'intégration dujeune au marché du travail non protégé.c) Grilles horairesIl y a <strong>des</strong> grilles horaires hebdomadaires qui font alterner le travail pratique avec <strong>des</strong> séancesde formation plus théorique. Il y a 36 heures de présence hebdomadaire.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes formations consistent en une initiation progressive au travail productif. Il s'agit donc delearning by doing. Cette initiation se fait par un accompagnement individualisé. Les tâchessont montrées aux jeunes, qui les exécutent ensuite eux-mêmes, en atelier ou sur un chantier.Les formateurs travaillent avec eux tout au long de l'exécution <strong>des</strong> tâches.Par ailleurs, il y a aussi <strong>des</strong> formes d'enseignement plus théorique. Il s'agit de cours théoriquesqui sont nécessaires à la pratique (sécurité au travail, droit du travail, outillage, poids etmesures, <strong>des</strong>sin technique, construction de maquettes, initiation à l'utilisation de l'ordinateur,<strong>des</strong>sin assisté par ordinateur, etc.). Les exposés sont toujours accompagnés d'exercices<strong>pratiques</strong>, et sont donnés à <strong>des</strong> groupes de huit jeunes environ.Les stages en entreprises sont aussi un élément didactique important.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement se fait d'abord par les différents formateurs, qui mettent toujours la main à lapâte et participent au travail. Il y a une relative individualisation de cet encadrement.Ensuite, il y a l'encadrement social réalisé par le Service de consultation socio-pédagogique.Chaque jeune a une personne de contact précise dans ce service pour l'accompagnementsocial tout au long de la formation et jusque douze mois après sa sortie.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe Service de consultation socio-pédagogique fait un suivi régulier pendant la mesure.Chaque jeune a une personne de contact précise dans ce service pour l'accompagnementsocial tout au long de sa formation.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureIl y a trois suivis ponctuels après la mesure : à la sortie, six mois après la sortie, douze moisaprès la fin. Douze mois après la sortie, environ la moitié <strong>des</strong> jeunes sont dans un emploistable, un peu moins pour la formation maçonnerie, un peu plus pour la formation Forward.Après six mois, on a eu en 2001 les résultats suivants : sans emploi 39 %, autre mesure 7 %,formation reconnue (CATP, CCM) 3 %, CDD 16 %, CDI 35 %. Les trois dernières catégoriestotalisent donc 54 %.203


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAprès douze mois, on a eu en 2001 les résultats suivants : sans emploi 19 %, autre mesure29 %, formation reconnue 2 %, CDD 14 %, CDI 36 %. Les trois dernières catégoriestotalisent donc 52 %.Il y a une réorientation <strong>des</strong> effectifs entre 6 et 12 mois "post-structure", avec diminution <strong>des</strong>sans emploi qui se fait surtout au bénéfice <strong>des</strong> autres mesures <strong>d'insertion</strong>.Le Service de consultation socio-pédagogique fait un suivi régulier pendant douze mois, quise fait soit par contact téléphonique, soit par contact direct. Ces contacts ont lieu une fois parmois. On constate que souvent les jeunes trouvent un emploi, le reperdent, puis se fixent dansun travail après quelques mois, d'où l'importance de ce suivi pour les stabiliser.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesIl y a deux stages de courte durée, de une à deux semaines chacun.b) Lieux de stageCes stages ont lieu dans <strong>des</strong> entreprises privées traditionnelles, contactées par le Service deconsultation socio-pédagogique. Certains jeunes font <strong>des</strong> stages chez Polygone.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesAvant le stage, il y a une préparation à l'atelier, soit par un formateur, soit par la personne duService de consultation socio-pédagogique qui est responsable de l'accompagnement dujeune. Chaque jeune a une personne de contact précise dans ce service pourl'accompagnement social.Cette personne est en rapport, soit directement, soit par téléphone, avec la personneresponsable du jeune dans l'entreprise, qui est la personne de contact qui s'occupeconcrètement du jeune.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesIl y a une évaluation écrite du stage à la fin, qui est faite sur base d'une grille d'évaluation quia été développée à la Schläifmillen. Cette évaluation se fait aussi avec la personne dansl'entreprise qui était le contact. Elle peut se faire en deux fois : après une semaine et aprèsdeux semaines de stage.Les principaux critères évalués par ce questionnaire sont : la ponctualité, l'endurance, lavitesse d'exécution. D'autres critères sont : la présentation générale, la politesse, ledynamisme, la patience, la discipline, le fait d'être coopératif, le fait d'être attentif auxremarques, le contact avec les collègues, le contact avec les clients, la motivation au travail, laprise d'initiative, la concentration, la compréhension <strong>des</strong> instructions, l'organisation, laconnaissance <strong>des</strong> outils, la propreté au poste de travail, la qualité du travail exécuté.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesChaque jeune a une personne de contact précise dans ce service pour l'accompagnementsocial. Cette personne est en relation, soit directement, soit par téléphone, avec la personneresponsable de l'entreprise.Il y a également une personne de contact dans l'entreprise, qui s'occupe concrètement dujeune.204


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgf) Lien avec l'ADEMLes jeunes continuent leur CAT durant les stages.g) Lien avec le marché de l'emploiLe lieu de stage peut devenir un futur lieu de travail, ce qui arrive d'ailleurs assez souvent. Lestage est une initiation pratique au monde du travail, pour le patron cela peut être un mode derecrutement. Les jeunes aboutissent ainsi dans une grande variété d'entreprises (production,commerce, manutention, services, etc.).9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation se fait par le Service de consultation socio-pédagogique à la fin du parcours <strong>des</strong>ix mois, et durant l'année qui suit le départ. Il y a trois suivis ponctuels après la mesure : à lasortie, six mois après la sortie, douze mois après la fin. L'évaluation se fait donc par le suividu parcours ultérieur du jeune, c'est ce qui donne la meilleure indication de la réussite ou del'échec de la formation.Au moment de la sortie, on regarde où vont les jeunes : emploi CDI, emploi CDD, contratd'apprentissage, formation reconnue, formation non reconnue, chômage, absence de toutprojet professionnel, etc.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation se fait par le suivi du parcours ultérieur du jeune, c'est qui donne la meilleureindication de la réussite ou de l'échec de la formation.c) Personnel responsable de cette évaluationLes quatre personnes responsables du Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions.d) Qualifications possiblesLes jeunes apprennent à travailler, les uns plus dans le secteur bâtiment, les autres plus dansle secteur bureau (projet Forward). Mais le but principal n'est pas de former <strong>des</strong> personnesayant un profil professionnel précis dans ces domaines, mais <strong>des</strong> personnes ayant globalementacquis la capacité de travailler.Ils acquièrent un ensemble de compétences de base ou de compétences clés (ponctualité,endurance, vitesse d'exécution, persévérance, etc.) qui sont transférables à d'autres situationsde travail n'exigeant pas <strong>des</strong> compétences techniques pointues. Les jeunes peuvent donctravailler dans d'autres secteurs (production, commerce, manutention, services, etc.).Par ailleurs, ils acquièrent <strong>des</strong> compétences sociales nécessaires dans toutes les situationsprofessionnelles (politesse, présentation générale, coopération, propreté, etc.).Les jeunes reçoivent aussi un soutien pour obtenir le permis de conduire, ce qui est souventune condition importante pour trouver un emploi. Il y a un système de crédit interne, et uneauto-école donne <strong>des</strong> cours gratuits.e) Certifications possiblesIl y a un certificat de participation, mais qui n'est pas officiellement reconnu.205


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg10. Personnela) Différents profils du personnelLe responsable de la Schläifmillen est un pédagogue diplômé.Il y a deux techniciens qui sont formateurs et accompagnateurs, surtout dans le domaine dudémontage de déchets électroniques. Il y a un maçon qui joue le rôle de formateur etd'accompagnateur dans le domaine de la maçonnerie. Dans le projet Forward, il y a uneformatrice et une assistante sociale.Les formateurs travaillent toujours pratiquement avec les jeunes durant l'exécution <strong>des</strong> tâches.Au Service de consultation socio-pédagogique, il y a deux psychologues, un assistant social etune éducatrice graduée.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe pédagogue diplômé a une formation d'une université allemande dans ce domaine.Les formateurs ont une compétence technique (techniciens, maître-maçon, bureautique) etune expérience de travail.Les personnes du Service de consultation socio-pédagogique ont la formation habituelle deces professions (psychologue, assistant social, éducateur gradué).Il y a <strong>des</strong> formations externes d'une ou deux journées par an, il s'agit d'un suivi par un institutallemand, les problèmes spécifiques qui apparaissent au cours de l'année sont travaillés. Il y aégalement une journée annuelle de suivi en interne.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe responsable faisait partie du Service de consultation socio-pédagogique et a été transféré àla Schläifmillen, sur base de sa formation initiale, de son expérience dans le domaine(notamment avec <strong>des</strong> détenus), ainsi que de sa personnalité.Ce qui est un critère important pour le recrutement du personnel, c'est une connaissancepratique du monde économique qui complète la formation initiale, la volonté de mettre lamain à la pâte au niveau du travail manuel, un type de personnalité adapté à ces jeunes, ainsiqu'une expérience dans le domaine social.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesCe formateur doit surtout avoir une connaissance de la vie à l'extérieur de l'école, surtout de lavie économique et commerciale. En même temps, il doit avoir une compréhension de lasituation spécifique <strong>des</strong> jeunes en difficultés avec lesquels il doit travailler.206


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.26. Objectif Plein emploi (OPE) ASBLMme Anne Da Rin, Responsable formationM. Thierry van Ingelgom, Service formationMme Elena Herrera Calvo, Service formationtél.: 53 04 45 0; fax: 53 04 45 511; e-mail: info@ope.lu1, rue du Moulin, L-3801 Schifflangehttp://www.ope.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes limites d'âge vont de 15 ans vers le haut, donc ce sont tous les âges après la scolaritéobligatoire qui sont concernés.b) Nombre de jeunes concernésIl y a trois types de carrière au réseau OPE, la carrière inférieure, la carrière moyenne et lacarrière supérieure. Dans la carrière inférieure on retrouve tous les stagiaires qui n'ont pas deresponsabilité d'encadrement, les carrières moyennes et supérieures concernent surtout lesencadrants.En ce qui concerne la carrière inférieure, on constate qu'au 31/12/2000, il y avait un effectifde 253 personnes. Durant l'année 2001, 414 personnes ont été engagées, ce qui fait un fluxtotal de 667 personnes pour l'année 2001 (50 femmes et 617 hommes). La moyenne d'âge deces personnes en carrière inférieure était de 31 ans. La durée de leur contrat était en moyennede 8,2 mois. A la fin de l'année, c'est-à-dire au 31/12/2001, il y avait 306 personnes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesOPE ne veut pas se limiter aux publics en difficultés, donc tout citoyen qui est à la recherched'un emploi peut faire appel à elle. Le terme de public cible ne convient pas, car on considèreque toutes les personnes participantes sont <strong>des</strong> salariés d'un même réseau.Au niveau de la qualification <strong>des</strong> 667 participants (de tout âge) qui sont passés par le réseauau niveau de la carrière inférieure en 2001, on avait 4 personnes (0,6 %) qui avaient fait <strong>des</strong>étu<strong>des</strong> supérieures (baccalauréat et après), 163 personnes (24,4 %) avaient fait <strong>des</strong> étu<strong>des</strong>moyennes ou qualifiantes (cette catégorie regroupe tous ceux qui ont fait plus que la scolaritéobligatoire, qu'ils aient un diplôme ou non), 500 personnes (75 %) avaient fait <strong>des</strong> étu<strong>des</strong>élémentaires, c'est-à-dire les 9 années de scolarité obligatoire. Pour le groupe <strong>des</strong> 15-30 ans,les proportions sont à peu près les mêmes.Au niveau <strong>des</strong> carrières inférieures, beaucoup n'ont pas encore d'expérience professionnelle,mais s'ils sont déjà un peu plus âgés, ils ont souvent déjà travaillé au moins une fois dans leurpassé. Ils ont quitté leur emploi pour différentes raisons (les mêmes que sur le marché del’emploi "traditionnel").Au niveau social, on ne remarque pas de profil type. Cependant, on note parmi beaucoup <strong>des</strong>tagiaires un certain rejet du système scolaire traditionnel et de son type de fonctionnement.Le manque de permis de conduire (c'est surtout le cas dans les carrières inférieures) estégalement un élément important, car c’est souvent un obstacle pour trouver un emploi. Cemanque provient de la difficulté de faire face aux coûts relativement élevés de ce permis.207


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait en collaboration avec l'Administration de l'Emploi (ADEM) quiconvoque les demandeurs d'emploi enregistrés, avec l’agent de développement responsable duprojet et mandaté par le Centre d’Initiative et de Gestion Local (CIGL), à <strong>des</strong> réunionsd'information concernant ledit projet. Des entretiens d'embauche sont ensuite organisés avecles personnes qui se déclarent intéressées, au cours <strong>des</strong>quels on évalue le profil de la personneet surtout son intérêt et sa motivation à travailler dans le projet concret qui a été mis en place.Le bouche à oreille joue également au niveau local. D'autre part, les acteurs locaux qui sontprésents dans le conseil d'administration d'une <strong>des</strong> associations du réseau (CIGL) inviterontaussi <strong>des</strong> demandeurs d'emploi à se présenter pour les projets. Un certain nombre decandidatures spontanées sont aussi directement adressées à OPE.Les agents de développement feront ensuite le recrutement <strong>des</strong> participants et lancerontconcrètement le projet sur le terrain.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes statuts <strong>des</strong> participants sont les suivants : quelques apprentis (apprentissage <strong>des</strong> adultes),<strong>des</strong> Contrats d'auxiliaire temporaire (CAT) d'une durée pouvant aller jusqu’à 18 mois, <strong>des</strong>contrats à durée déterminée (CDD) et quelques contrats à durée indéterminée (CDI).Sur le flux de 667 personnes en 2001 en carrière inférieure, on comptait 6 CDI (1 %), 408CDD (61,1 %), 1 CDR (0,1 %) et 252 CAT (37,8 %).2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifL'ASBL Objectif Plein Emploi a deux administrateurs délégués, un comité de direction etquatre départements.- L'administration s'occupe de toute la gestion administrative et financière.- Le département technique est en charge de la planification et mise en oeuvre <strong>des</strong> projetstechniques.- Le département consulting : formation, communication et informatique, développement <strong>des</strong>personnes, c'est-à-dire accompagnement et soutien <strong>des</strong> travailleurs (Service information etassistance - SIA).- Le département développement local (création, développement et promotion dudéveloppement local).L'association OPE fédère un ensemble d'associations qui ont été créées au niveau local, cesont les CIGL (Centre d'Initiative et de Gestion Local), quand cela concerne une commune (ily en a une quarantaine actuellement), les CIGR (Centre d'Initiative et de Gestion Régional),quand cela concerne plusieurs communes, et les CIGS (Centre d'Initiative et de GestionSectoriel) quand cela concerne un secteur spécifique.Au niveau de l'ensemble du réseau, il y a trois types de carrière, la carrière inférieure, lacarrière moyenne et la carrière supérieure. Dans la carrière inférieure on retrouve tous lesstagiaires qui n'ont pas de responsabilité d'encadrement, la carrière moyenne comporte lesencadrants de premier niveau (chef d'équipe, assistant technique, agent technique, etc.), lacarrière supérieure concerne les encadrants de niveau supérieur (formateurs, concepteurs deprojet, agents de développement local, etc.).Un <strong>des</strong> objectifs du réseau est de créer <strong>des</strong> emplois au niveau local, avec <strong>des</strong> activités quipeuvent répondre à <strong>des</strong> besoins émergeants qui ne sont pas forcément pris en charge par lemarché (services de proximité, aménagement du territoire, aménagement d'aires de jeux ou de208


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgrepos, création de mobilier urbain, recyclage, etc.). La démarche consiste d'abord àsensibiliser au niveau local tous les acteurs locaux (élus, partenaires sociaux, associations,citoyens, etc.), qui peuvent se retrouver dans les associations. Ensuite, <strong>des</strong> activités concrètessont projetées, qui devront en même temps améliorer la qualité de vie <strong>des</strong> citoyens et prendreen compte les besoins <strong>des</strong> salariés du réseau en terme notamment de formation. Ensuite, il y aun recrutement parmi les demandeurs d'emploi afin de mettre en oeuvre ces deux objectifs quisont liés dans la philosophie de l'économie solidaire.b) Infrastructure disponibleOPE a une grande maison à Schifflange, qui comporte deux salles de formation. Par ailleurs,la salle communale peut également être utilisée en location.Actuellement, le réseau dispose de quatre agences régionales, une à Bonnevoie, une àRumelange, une à Wiltz et une à Remich.Le Centre National de Formation Professionnelle Continue (CNFPC) d'Esch-sur-Alzette metà disposition <strong>des</strong> salles pour certaines formations (notamment pour le stage depréqualification aux fonctions d'aide socio-familiale). Par ailleurs, un certain nombre de sallespeuvent être louées au niveau local pour organiser <strong>des</strong> formations.OPE recoure également au savoir-faire <strong>des</strong> entreprises privées pour organiser et dispensercertaines formations (par exemple, formation à la conduite d’engins de chantier).c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/<strong>d'insertion</strong>La durée est variable. Pour la carrière inférieure, la durée moyenne de participation jusqu'audépart était, en 2001, de 8,2 mois.d) Base légale et réglementaireUne législation spécifique pour l’économie sociale et solidaire est en cours d'élaboration auMinistère du Travail et de l'Emploi (MTE), en collaboration avec les partenaires sociaux.Pour l’instant, un accord oral tacite avec ce ministère prévoit que chaque poste créé au niveaulocal est pris en charge à 25 % par les communes et à 75 % par le MTE.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl y a une collaboration étroite avec les entreprises privées, celles-ci pouvant apporter <strong>des</strong>moyens importants en outils, infrastructures et savoir-faire, qui permettent d'organisercertaines formations répondant aux besoins <strong>des</strong> salariés du réseau. Une collaboration dedifférents types se met en place au niveau <strong>des</strong> projets. Par exemple, dans le cadre de la miseen œuvre <strong>des</strong> projets initiés par un CIG, les entreprises locales amenées à y participer ferontprofiter les salariés de leur savoir-faire sous forme de formation "learning by doing".b) Collaboration avec le monde scientifiqueIl y a de nombreuses formes de collaboration. OPE participe depuis <strong>des</strong> années à <strong>des</strong> réseauxeuropéens regroupant <strong>des</strong> initiatives locales pour l'emploi, et on retrouve dans ces réseaux <strong>des</strong>partenaires universitaires.Par exemple, un projet de formation transfrontalier d'agents de développement locaux est encours d'élaboration, il comporte <strong>des</strong> partenaires comme l'université de Nancy, l'université deMetz, le Centre Universitaire de Luxembourg.209


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPar ailleurs, le Centre de Recherche et d'Information sur la Démocratie et l'Autonomie -Laboratoire de Sociologie du Changement <strong>des</strong> Institutions (CRIDA/LSCI) de Paris a réaliséen 2002 une étude sur les activités de développement local de l'OPE.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation principale <strong>des</strong> participants est de trouver de l'emploi et d'avoir un salaire. Lamotivation de se former et d'acquérir <strong>des</strong> compétences nouvelles n'est pas très présente audépart.L'intervention de OPE commence par montrer aux participants ce que l'association peut leurproposer. En partant de leur vision d'avenir de ce qu'ils veulent faire au niveau professionnel,par exemple dans deux ans, on peut leur proposer <strong>des</strong> formations pour acquérir lescompétences nécessaires pour y arriver.b) Modalités de ces activitésC'est aussi le rôle du chef d'équipe, qui vit et travaille toute la journée avec le participant, quiva de façon régulière faire prendre conscience au stagiaire que certaines formations sontnécessaires. Des métho<strong>des</strong> <strong>pédagogiques</strong> adaptées sont de mise et les formateurs OPEaccordent beaucoup de temps et de réflexion au choix et à la préparation de celles-ci, afind’atténuer au maximum les appréhensions <strong>des</strong> participants dues à leurs mauvaises expériencesde scolarité ou de formation faites par le passé. Si une première formation a été vécuepositivement par le participant, alors on peut continuer à travailler sur leur motivation pourleur ouvrir de nouvelles perspectives.D’autre part, dans le cadre du régime de l'apprentissage pour adultes, OPE peut former lescandidats aux CATP jardinier et informatique.Les évaluations font partie intégrante de la formation, elles permettent de juger du degré <strong>des</strong>atisfaction du participant mais aussi d’assurer le transfert <strong>des</strong> connaissances acquises.Les stagiaires reçoivent également une attestation de participation, afin de les valoriser et deles encourager dans leur processus d’apprentissage.Le fait que les participants soient dans une activité professionnelle, qu'ils aient donc unecertaine responsabilité et fassent <strong>des</strong> travaux qui ont une visibilité et une utilité, influenceégalement très positivement leur motivation.c) Personnel responsable pour ces activitésLe processus de formation de l'apprenant est de fait réparti sur toute une équipe : le chefd'équipe, l'agent de développement local, le formateur, le travailleur social du SIA et même lapersonne qui est chargée du secrétariat et de l'accueil interviennent de manière diverses, enassurant <strong>des</strong> rôles de relais, de remotivation, de soutien, etc.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations"Learning by doing" : au sein du réseau OPE, le travail lui-même est considéré commeformateur. L'activité quotidienne sur les chantiers est la principale formation. Elle l'estd'abord au niveau du développement personnel <strong>des</strong> participants (confiance en soi, savoircommuniquer, capacité de travailler en équipe, respect <strong>des</strong> autres, respect <strong>des</strong> horaires, suivreles consignes <strong>des</strong> supérieurs, etc.).210


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEnsuite, ce travail quotidien est formateur au niveau <strong>des</strong> différentes compétences techniques,notamment sur les différents chantiers du réseau ou sur les chantiers d'entreprises partenairesqui sont mis à profit pour organiser de la formation par le travail.Tous les grands domaines concernés par les projets du réseau donnent lieu à formation :l'ingénierie technique et écologique, l'environnement, la construction, les espaces verts,l'élagage <strong>des</strong> arbres, les métiers artisanaux, l'horticulture, l'horticulture-jardinage, leramassage et recyclage <strong>des</strong> déchets, la menuiserie, la mécanique automobile, l'électricité, laserrurerie, la sérigraphie, etc.Certains participants peuvent s'engager dans la voie d'un apprentissage CCM (pépiniéristepaysagiste)ou CATP (pépiniériste, pépiniériste-paysagiste, maçonnerie) en bénéficiant <strong>des</strong>ressources et de l'encadrement de OPE.OPE organise un stage de pré-qualification pour la formation aux fonctions d'aide sociofamilialed'une durée d'un an. Ce stage s'inscrit dans le cadre de la formation de deux ansorganisée par le Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, qui donnedroit à un certificat reconnu par la loi.Au niveau <strong>des</strong> nouvelles technologies, à travers les Multimédiastuff, <strong>des</strong> cours d'initiation àl'informatique sont organisés au niveau local. Un CATP d'informaticien qualifié est égalementorganisé dans ce domaine.Dans le domaine de la gestion administrative et comptable, les formations en secrétariat ontlieu, en collaboration avec les chambres professionnelles.Une formation intitulée "accompagnement au permis de conduire" est organisée : elle proposeune aide individualisée et en groupe pour réussir la partie théorique du permis de conduire, cepermis étant un atout sur le marché de l'emploi.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif <strong>des</strong> différents types de formation est de faire évoluer les compétences sociales etprofessionnelles <strong>des</strong> participants, de leur donner <strong>des</strong> compétences et qualifications utiles parrapport au marché de l'emploi luxembourgeois et de leur permettre ainsi une insertionsocioprofessionnelle dans un emploi stable.c) Grilles horairesLes participants qui travaillent dans le réseau ont la grille horaire normale d'un salarié auLuxembourg, qui est de 40 heures (en général de 8 heures à 17 heures). La majorité de laformation par le travail s'intègre dans cette grille.Les diverses formations qui ne sont pas de la formation sur le tas s'intègrent dans la plupart<strong>des</strong> cas à l'intérieur de cette grille, du moment qu'elles répondent à l'objectif de formation dutravailleur. Si ce sont <strong>des</strong> cours du soir, ils sont en général rattrapés sur l'horaire de la journée.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesCertains participants ont <strong>des</strong> appréhensions quant au système scolaire et à son fonctionnementhabituel, donc il faut prévoir avec eux <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> didactiques et <strong>pédagogiques</strong> qui sontdifférentes de celles qu'ils ont connues à l'école.Les formations sont basées sur la méthode du "learning by doing", c'est-à-dire l'apprentissagepar la pratique. Cette méthode est particulièrement pertinente pour la population de OPE, carla plupart <strong>des</strong> participants ne possèdent pas suffisamment de bases et l'enseignementtraditionnel n'est pas adapté à leurs manières d'apprendre.211


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes cours de formation organisés au niveau <strong>des</strong> carrières inférieures sont élaborés sur mesureavec <strong>des</strong> supports <strong>pédagogiques</strong> adaptés. Le principe qui est adopté est que la pratique etl'activité sont la base qui permet d'accéder à la théorie. On utilisera, entre autres métho<strong>des</strong><strong>pédagogiques</strong>, <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> de cas, <strong>des</strong> situations concrètes, <strong>des</strong> jeux de rôles, <strong>des</strong> exercicesstimulant l’interactivité et la participation, <strong>des</strong> enregistrements vidéo, <strong>des</strong> images visuelles,etc.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL’encadrement de l'apprenant est de fait réparti sur toute une équipe : le chef d'équipe, l'agentde développement local, le formateur, le travailleur social du SIA et même la personne qui estchargée du secrétariat et de l'accueil interviennent de manière diverses, en assurant <strong>des</strong> rôlesde relais, de remotivation, de soutien, etc.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureEn ce qui concerne les deman<strong>des</strong> d’informations et/ou d’ai<strong>des</strong> diverses <strong>des</strong> salariés, le servicesocial d’OPE (Service d’Information et Assistance) peut intervenir à leur demande durant leurparcours.Le SIA est un lieu d’information, d’accueil et d’écoute pour toute personne du réseau OPE,sans distinction de statuts, de missions ou de niveaux de carrières, désireuse d’exprimer sesdifficultés, d’être écoutée et/ou accompagnée dans sa recherche de solutions. La personnepeut s’adresser au SIA en toute confiance : les intervenants du SIA ne jugent pas, ni nesanctionnent et ils sont liés par le secret professionnel. Le SIA utilise les moyensinstitutionnels (les services, la politique de l’entreprise, etc.) ainsi que les potentialités <strong>des</strong>individus ou <strong>des</strong> groupes, dans le but d'améliorer leur bien-être tout en suscitant leurautonomie. Le SIA donne un avis consultatif à toute personne du réseau (et extra réseau) quile sollicite, selon le respect <strong>des</strong> principes philosophiques de l’entreprise. Le SIA s’efforce deprésenter une analyse objective d’une situation présentée par les personnes et c’est en adultesresponsables que ces dernières portent leur choix final sur les réponses, les solutions et lesmoyens d’actions préconisés par le SIA. Le SIA n’intervient que sur demande explicite de lapersonne.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureCes suivis sont faits à la demande, soit que les personnes aient besoin d'un renseignement,d'une aide ou d'un contact.La majeure partie <strong>des</strong> personnes qui ont trouvé un emploi en sortant du réseau a abouti dans lesecteur de la production industrielle.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLes stages à l'extérieur ont <strong>des</strong> durées variables en fonction <strong>des</strong> besoins <strong>des</strong> différents acteursimpliqués (salariés et entreprises). Ces stages font tous l’objet d’une convention spécifiqueentre le CIG dont est issu le salarié et l’entreprise/patron qui l’accueille.212


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Lieux de stageLes stages sont d'abord un moyen permettant au stagiaire de découvrir un milieuprofessionnel particulier. Généralement, ces stages ont lieu dans une entreprise qui voudraitengager une personne, mais qui avant cela voudrait tester si la personne convient au profildemandé. D’autre part, la personne elle-même a l’occasion de voir si cet emploi proposéconvient à son désir professionnel.C'est une relation gagnant-gagnant, où l'entreprise peut recruter du personnel et où le réseauOPE peut se faire connaître, montrer son savoir-faire et lancer de nouveaux projets locaux.Les stages peuvent être rémunérés par le CIGL, le CIGS ou le CIGR ou faire l’objet d’un prêtde main-d’œuvre, dans ce cas les heures prestées seront facturées à l’entreprise qui accueille(voir ci-après). Les <strong>lieux</strong> de stage sont recrutés dans le secteur privé, dans le secteur public oudans le secteur associatif.Un autre instrument qui est utilisé, c'est le prêt de main d'oeuvre : un participant qui a <strong>des</strong>compétences dans un domaine est prêté à une entreprise (c'est l'entreprise qui rémunère alorsle travailleur) afin de lui permettre de mettre en pratique ces compétences dans un domained'activité. OPE veille toujours à ce que cette formule soit surtout une passerelle vers l'emploipour les stagiaires, ça ne doit pas devenir du travail intérimaire rentable pour l'employeur,mais sans perspective d'embauche pour le stagiaire.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesAu niveau du CIGL, du CIGS ou du CIGR, l’agent de développement est impliqué dans lesuivi de l’évolution du stagiaire. Au niveau du centre de ressources, un concepteur deformation ainsi qu’un intervenant d’action sociale peuvent également intervenir. Au niveau del'entreprise d'accueil, un tuteur d'entreprise est chaque fois choisi et nommé, afin d'avoir unepersonne de contact et de référence, qui renvoie les listes de présence et donne un feedbacksur le comportement du stagiaire.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesÀ la fin du stage, les différents acteurs procèderont à une évaluation finale et le tuteurfournira une évaluation du stagiaire sur base d'une fiche d'évaluation.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesVoir point (c) ci-<strong>des</strong>sus.f) Lien avec l'ADEMLe service formation peut fournir à l'ADEM un historique de toutes les formations que lesparticipants ont fait dans le réseau OPE. Ce qui permet de mettre en évidence les compétencesdéjà acquises.g) Lien avec le marché de l'emploiLes stages et le prêt de main d'oeuvre sont <strong>des</strong> instruments privilégiés d'accès au marché del'emploi. Ces deux formules permettent à la fois au stagiaire et à l'employeur de vérifier dansla pratique qu'un contrat de travail peut convenir aux deux parties.213


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsOPE est très prudent concernant la méthode d’évaluation <strong>des</strong> stagiaires, car il est important dene pas les remettre encore dans <strong>des</strong> situations d'échec par <strong>des</strong> systèmes d'évaluation de typescolaire, surtout ceux qui ont déjà connu <strong>des</strong> échecs à l'école. Des évaluations de type testsont lieu, mais en évitant de travailler avec <strong>des</strong> points et en privilégiant <strong>des</strong> appréciations plusqualitatives.D’autre part, les apprenants évaluent eux aussi la formation : l’intervention du formateur(qualités <strong>pédagogiques</strong>, interactivité, documents/supports écrits, etc.), la pertinence du thème,les salles de formation, etc.b) Modalités de cette évaluationDans l'ensemble, l'évaluation est plus pratique que théorique. Après chaque action deformation, le formateur donne un feedback aux participants du groupe, à chaud, à la fin de laformation. Ensuite, le formateur réalise une évaluation écrite, sur base d'une fiche, où lamotivation, la participation active et la mise en pratique <strong>des</strong> notions apprises sont évaluées.Le participant reçoit également un feedback de cette évaluation écrite.Ceci vaut aussi bien pour les formateurs internes que pour les formateurs externes.Il y a aussi <strong>des</strong> évaluations <strong>pratiques</strong>, par exemple en mécanique, en serrurerie, en électricité,en menuiserie, où il est demandé au participant de réaliser un travail pratique. Le formateur,le tuteur et l'organisateur-responsable de la formation constituent le jury qui évalue si lestagiaire a bien maîtrisé son travail.L'évaluation peut aussi se faire en groupe. Par exemple, pour la formation d'un an de chefsd’équipes, l'évaluation de groupe consiste à demander aux participants de réaliser ensembleun chantier fictif, en utilisant tous les thèmes abordés au cours de la formation.c) Personnel responsable de cette évaluationLes formateurs aussi bien internes que externes sont les principaux évaluateurs.d) Qualifications possiblesVoir ci-après.e) Certifications possiblesElles sont variables, les formations donnent lieu à trois types de certificats.- Des certificats de participation, qui sont établis pour chaque formation dans les domaines del’ingénierie technique et écologique, <strong>des</strong> services aux personnes et à la collectivité, dusecrétariat et de l’administration, <strong>des</strong> nouvelles technologies, du développement personnel.- Des certificats de formations, qui sont établis pour les formations qui ont lieu intra ou extraréseau OPE (communication, langues, Premiers secours, etc.). Certains certificats sontspécifiques à un domaine d'activité (permis cariste, certificat de conduite d'engins de chantier,etc.). Le permis de conduire informatique européen peut aussi être acquis.- Des diplômes officiels de différents niveaux, à savoir le CCM (pépiniériste-paysagiste) et leCATP (pépiniériste, pépiniériste-paysagiste, maçonnerie, informaticien), OPE organisant lapartie pratique en entreprise de ces formations en alternance. OPE contribue, parl'organisation d'un stage de pré-qualification pour la formation aux fonctions d'aide sociofamilialed'une durée d'un an, à l'obtention du certificat d'aptitude aux fonctions d'aide sociofamiliale.214


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg10. Personnela) Différents profils du personnelLes agents de développement local sont <strong>des</strong> créateurs et <strong>des</strong> organisateurs de projetsrépondant aux besoins inassouvis au niveau local.Les chefs d'équipe peuvent avoir <strong>des</strong> profils très différents. Ils ont toujours <strong>des</strong> compétencesau niveau technique, au niveau de la gestion de l'équipe, de la communication et dans le suivi<strong>des</strong> participants.Les formateurs sont spécialisés dans différents domaines techniques : maçonnerie, métiersartisanaux, jardinage, etc.Le SIA dispose d’une équipe pluridisciplinaire composée de quatre "intervenants d’actionsociale". Les membres de l’équipe sont tous, grâce à leurs formations individuelles et leursexpériences professionnelles, <strong>des</strong> praticiens <strong>des</strong> relations humaines (assistants sociaux,éducateurs gradués, animateurs socio-culturels). Ils sont <strong>des</strong> révélateurs <strong>des</strong> besoins humainset sont <strong>des</strong> agents de changement social. Ces agents sont également formateurs audéveloppement personnel (ateliers recherche d'emploi, communication, gestion de conflits,négociation, motivation, image de soi, droit du travail, gestion du budget, etc.).Les concepteurs et gestionnaires de formation du Service formation s'occupent surtout de laconception, du suivi et du développement de formations (analyse <strong>des</strong> besoins, création d'uneformation, élaboration <strong>des</strong> contenus et <strong>des</strong> démarches <strong>pédagogiques</strong>, recrutement <strong>des</strong>formateurs, éventuellement achat d'une formation à l'extérieur, etc.).b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes formateurs sont qualifiés dans un domaine particulier, certains disposent d’un brevet demaîtrise. Les concepteurs et gestionnaires de formation ont <strong>des</strong> diplômes universitaires(pédagogie, psychologie, etc.).Régulièrement, ces intervenants mettent à jour leur connaissances et augmentent leurscompétences professionnelles en participant à différents modules de formationprofessionnelle continue.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes besoins émergeants de personnel de formation et d'encadrement sont repéréscollectivement par l'équipe. Après accord du conseil d'administration, le profil decompétences de la personne est déterminé en équipe. Puis, le profil souhaité est publié eninterne, afin de vérifier si parmi le personnel faisant déjà partie du réseau quelqu'un seraitintéressé par le poste. S'il y a <strong>des</strong> candidatures internes, <strong>des</strong> entretiens ont lieu. L'objectif estde voir si une personne peu commencer d'office ou si le cas échéant ce serait possible de laformer au niveau d'éventuelles lacunes qu'elle aurait encore par rapport au profil souhaité.La promotion interne est très valorisée au niveau de OPE, car ces personnes connaissent déjàle réseau, ses objectifs et sa façon de travailler, elles partagent la philosophie de l'économiesolidaire et du travail fait dans l'intérêt général.S'il n'y a pas de candidat ou pas de candidat ayant les compétences nécessaires, l'ADEM estavertie et une annonce est publiée. Des entretiens ciblés sur les compétences sont organisésavec les différents candidats et le recrutement se fait sur base de ce profil de compétences.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesOPE va privilégier lors du recrutement un formateur qui a déjà une expérience avec <strong>des</strong>adultes et qui a <strong>des</strong> notions <strong>pédagogiques</strong> adaptées à ce public.215


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIl faut aussi que ce soient <strong>des</strong> formateurs capables de faire oeuvre de créativité en innovantpar rapport aux métho<strong>des</strong> scolaires traditionnelles.216


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.27. Päerd's Atelier ASBLM. Jean Fetz, PrésidentBP 2788, L-1027 Luxembourgtél.: 48 08 96, fax: 48 34 28, e-mail: paerds@pt.luCentre Propédeutique et Professionnel "Liewenshaff "M. Yves Weisen, Chargé de direction32, Duerfstrooss, L-9165 Merscheidtél.: 89 94 20; 26 88 92 05; fax: 89 94 23; e-mail: liewenshaff@pt.luhttp://www.liewenshaff.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes jeunes, garçons et filles, sont admis au plus tôt après l'obligation scolaire de neuf ans. Ilspeuvent faire une demande pour un projet quand ils ont entre 15 et 19 ans. La durée du projetest normalement de trois ans, ce qui met une limite d'âge vers le haut de 22 ans environ.Néanmoins il n'y a pas de limites rigi<strong>des</strong>, tout dépend <strong>des</strong> cas individuels.b) Nombre de jeunes concernésEn ce moment (juin 2002), 12 jeunes ont entre 15 et 18 ans et 4 participants sont un peu plusâgés. En théorie, le projet comporte une capacité d'accueil allant de 15 à 18 jeunes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLes jeunes qui sont pris en charge au Liewenshaff ont tous comme caractéristique distinctived'avoir <strong>des</strong> problèmes de comportement. Souvent, ils sont déjà passés par d'autres structuresde prise en charge, qui n'ont pas constitué une solution pour eux. Ces jeunes ont souvent déjàune série d'échecs derrière eux (au niveau de l'école, de l'activité professionnelle, de mesurede réinsertion, <strong>des</strong> Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> de Dreiborn/Schrassig, <strong>des</strong> Coursd’orientation et d’initiation professionnelles - COIP, etc.). Le Centre Propédeutique etProfessionnel Liewenshaff apparaît souvent comme une dernière chance pour eux.Ce sont <strong>des</strong> jeunes qui sont en général trop difficiles pour être accueillis dans <strong>des</strong> groupes deplus grande taille et qui ont besoin d'un accompagnement très individualisé.Le niveau scolaire va de l'analphabétisme complet à la réussite de quelques modules dans lerégime préparatoire. La plupart <strong>des</strong> jeunes a juste terminé les neuf années de la scolaritéobligatoire, sans aucun diplôme.Le passé de ces jeunes a souvent été très chaotique (problèmes avec la justice, vols,vandalisme, toxicomanie, problèmes avec la famille, problèmes avec le foyer, etc.).Par ailleurs, un certain nombre de ces jeunes présentent plutôt un profil d'éternelle victime,donc ce sont ceux qui servent régulièrement de boucs émissaires aux autres.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement se fait sur une base volontaire, le seul critère étant l'existence de problèmes decomportement sous une forme ou une autre. Il n'y a pas de prérecquis scolaire. Le contact sefait surtout par le biais de professionnels du secteur psycho-socio-médico-éducatif : assistantssociaux, écoles, Services de Psychologie et d'Orientation Scolaires (SPOS), centres médicaux,Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong>, maisons de jeunes, etc.217


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgUn autre mode de recrutement est constitué par le fait que les média parlent régulièrement duprojet, soit du volet insertion, soit de tout le volet <strong>des</strong> activités culturelles et artistiques(expositions, concerts, animations, marché de Noël, etc.), ce qui suscite de nouvellesdeman<strong>des</strong>.Les deman<strong>des</strong> d'admission <strong>des</strong> jeunes sont examinées par une Commission médico-psychopédago-sociale(CMPPS) propre au projet, comprenant un médecin, un psychologue, unpédagogue et un assistant social, qui sont tous extérieurs à l'ASBL. Si cette commissionreconnaît le fait qu'il y a bien un réel problème de comportement et donne son feu vert, lejeune fait une visite guidée avec les parents ou avec l'assistant social, l'éducateur, l'instituteur,etc. Si le jeune marque son intérêt, il fait une demande par écrit à la CMPPS, qui fera unentretien avec le jeune et qui décidera alors de son admission à la période d'essai.Dès qu'il y a une place, le jeune fait un stage d'observation de cinq semaines, où il est intégréà titre d'essai dans le groupe, où il participe au travail dans les cinq modules (cuisine,agriculture, horticulture, atelier fer et nettoyage industriel) et aux formations générales (lire,écrire, calculer, etc.).Après ces cinq semaines, un rapport est rédigé à <strong>des</strong>tination de la CMMPS, qui décidera d'uneadmission définitive en tant qu'élève. A ce moment de la discussion, d'autres éventualités(école, COIP, Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong>, etc.) sont également envisagées afin dedéterminer si le Liewenshaff est effectivement la meilleure solution pour le jeune.Le recrutement peut se faire tout au long de l'année et n'est pas nécessairement lié à l'annéescolaire. En effet, vu les caractéristiques de ces jeunes, il ne serait pas opportun de les faireéventuellement attendre <strong>des</strong> mois avant de pouvoir les admettre.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes jeunes ont un statut d'élève, les parents continuent à recevoir les allocations familiales.Les jeunes reçoivent une indemnité (175 euros la première, 225 la deuxième et 250 latroisième année) qui leur permet notamment d'apprendre à gérer l'argent.Leur séjour leur est toujours présenté comme du travail, les jeunes reçoivent par exemple unefeuille de paie, ce qui contribue à les préparer à une insertion professionnelle future. Laprogression dans le montant du salaire les valorise également et est pour eux un incitant àcontinuer.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe projet Liewenshaff a été initié par Päerd's Atelier ASBL, qui est une association sans butlucratif. Le conseil d'administration de l'ASBL décide les gran<strong>des</strong> orientations.L'association a une convention avec le Service de l'Education différenciée du Ministère del'Education nationale, de la Formation professionnelle et <strong>des</strong> Sports (MENFPS) lui donnant lestatut de Centre propédeutique, quoique Liewenshaff reste une structure privée et ne fait paspartie de la structure officielle de l'Education différenciée, elle fait partie du secteurconventionné. Il s'agit donc d'une structure parastatale qui prend en charge <strong>des</strong> jeunes qui ont<strong>des</strong> problèmes de comportement, mais uniquement sur une base volontaire.Le personnel est subdivisé en trois groupes. Le personnel éducatif comprend <strong>des</strong> éducateursgradués, avec un chargé de direction et un chargé de direction adjoint. C'est cette équipe quigère le projet. Les éducateurs instructeurs sont <strong>des</strong> professionnels (maîtres artisans) en chargede la formation dans le cadre <strong>des</strong> cinq modules. Les ouvriers (qui sont parfois d'anciensélèves) assurent le fonctionnement et l'entretien de l'infrastructure, le soin aux animaux, etc.218


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgEn dehors de ces trois groupes, une assistante sociale, une institutrice et une psychologueinterviennent à temps partiel.La formation, qui est à la fois pratique et théorique, est assurée en concertation entre leséducateurs gradués, les éducateurs instructeurs et l'institutrice.Les élèves peuvent être internes (maximum 7 jeunes, internat ouvert pendant la semaine etdurant la période scolaire) ou bien externes. Il y a quelques studios à l'extérieur, où <strong>des</strong> jeunespeuvent vivre durant la phase de transition pendant laquelle ils travaillent déjà à l'extérieur,avant de quitter définitivement le dispositif.Par ailleurs, l'association organise toute une série d'autres activités, mais qui sont toujoursutilisées pour permettre aux jeunes de travailler, d'apprendre, de mettre en pratique ce qu'ilsont appris et de trouver <strong>des</strong> débouchés pour leurs produits. Il s'agit d'activités culturelles(concerts, expositions, marchés de Noël), touristiques (gîte d'étape, colonies de vacances),sociales (stages et séminaires) et productives (agriculture, horticulture, nettoyage industriel).b) Infrastructure disponibleLa principale infrastructure disponible est la ferme Liewenshaff (souvent encore appeléePäerd's Atelier) à Merscheid, qui a été transformée au fil <strong>des</strong> ans en un centre multi-usages(lieu de vie; centre de formation et <strong>d'insertion</strong>; centre d'activités culturelles et de loisirs; gîted'étape; lieu de stages et de séminaires; entreprise agricole, horticole et d'élevage d'animaux).Les <strong>lieux</strong> comprennent notamment : un internat pour sept élèves, une salle de séjour, unecuisine, un restaurant, les ateliers de ferronnerie, un hangar, un laboratoire pour nettoyageindustriel, <strong>des</strong> écuries pour les six chevaux de traits, un cheval de voltige et deux poneys, <strong>des</strong>locaux pour les différents autres animaux (âne, poules, cochons, din<strong>des</strong>, etc.) un jardin, <strong>des</strong>prairies, <strong>des</strong> bois.Le Liewenshaff est situé dans un tout petit village, sans cafés ni magasins, le bus passe deuxfois par jour. Cet isolement relatif a également un effet positif sur les jeunes.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée est en principe de trois ans, sans que celle-ci soit fixée de façon rigide. Tout dépend<strong>des</strong> cas individuels.d) Base légale et réglementaireLa principale convention a été signée avec le Service de l'Education différenciée du MENFPSlui donnant le statut de Centre propédeutique, quoique Liewenshaff reste une structure privéeet ne fait pas partie de la structure officielle de l'Education différenciée. Elle fait partie dusecteur conventionné.Diverses autres conventions ont été conclues avec le Ministère de la Famille, de la Solidaritésociale et de la Jeunesse; le Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développementrural; le Ministère de la Culture, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueCette collaboration se fait surtout pour l'organisation de stages externes (voir point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiquePas encore, mais c'est prévu dans l'avenir.219


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationAu début, la motivation <strong>des</strong> jeunes est très minimale, surtout s'ils ont l'impression d'avoir étépoussés par les parents ou par le foyer. Le principal problème qui apparaît alors estl'absentéisme, qui se manifeste surtout le lundi matin.b) Modalités de ces activitésFace à l'absentéisme, la principale stratégie est d'aller chercher le jeune là où il est (gran<strong>des</strong>surfaces, cafés, gares, famille d'origine, etc.). On emploie souvent <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> nonorthodoxes, rapi<strong>des</strong>, non bureaucratiques et à l'exclusion d'autres instances externes, car lesmoyens dits "normaux" ont déjà tous été essayés sans succès avec ces jeunes.Par ailleurs, le personnel encadrant entretient un contact très étroit avec le jeune, et lasituation très isolée de la ferme ne permet pas beaucoup d'échappatoires vers l'extérieur. Cetencadrement très proche confronte le jeune avec <strong>des</strong> limites, ce qui fait que souvent il serestructure et se sent aussi pris plus au sérieux. Le jeune sent qu'on s'occupe de lui et qu'ons'intéresse à lui.Avec les jeunes qui ont plus un profil de victime ou de bouc émissaire, l'équipe prendsystématiquement au sérieux leurs plaintes et intervient pour les rétablir dans leurs droits s'il ya lieu, ce qui les aide à sortir progressivement de ce rôle invalidant.Par ailleurs, un suivi individuel, à la demande du jeune, se fait avec l'assistante sociale ou lapsychologue. Un premier entretien obligatoire a lieu pour connaître ces deux personnes, pourperdre l'inhibition de s'adresser à elles. Après cette première rencontre, le suivi est volontaire,il s'agit pour le jeune d'avoir une personne de référence avec laquelle il peut parler, qui ne faitpas partie du déroulement quotidien de l'institution et qui maintient la confidentialité de ce quiest exprimé au cours de l'entretien.c) Personnel responsable pour ces activitésOn agit de façon rapide, non bureaucratique, si possible à l'exclusion d'autres instancesexternes (juges, police, etc.). Donc, ce sont soit les éducateurs gradués, soit les éducateursinstructeurs qui interviennent, selon les cas individuels.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa majeure partie du temps se passe en travail pratique, dans les infrastructures del'association. Une initiation professionnelle se fait par le biais de cinq modules (Atelier de fer,Horticulture, Agriculture et animaux, Restauration et gîte d'étape, Hygiène et nettoyageindustriel) qui sont organisés dans le cadre <strong>des</strong> infrastructures du Liewenshaff. Les jeuneschoisissent un <strong>des</strong> cinq modules.- Le module "Atelier de fer" vise à faire acquérir les compétences de base dans le travail dumétal (découpe, soudure, serrurerie, etc.). Les objets fabriqués sont par exemple : <strong>des</strong>chandeliers, <strong>des</strong> grillages, <strong>des</strong> rampes d'escalier, <strong>des</strong> objets décoratifs divers, etc.). Ces objetsservent soit à l'usage propre du jeune, soit à améliorer l'infrastructure du Liewenshaff, soitparfois à être échangés avec d'autres associations sociales. Le but de cette dernière possibilitén'est pas de faire du bénéfice, mais de valoriser le travail du jeune.- Le module "Horticulture" porte sur <strong>des</strong> activités comme les travaux dans les bois, l'entretiende pelouses et de potagers, l'entretien <strong>des</strong> outils, le travail dans la serre, le compost et le220


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg"mulch", la culture et la récolte de légumes, l'aménagement <strong>des</strong> jardins. Les récoltes sont<strong>des</strong>tinées à la cuisine, et le jeune voit ainsi l'utilité pratique de son travail.- Le module "Agriculture et animaux" comporte le soin donné aux animaux (surtout leschevaux, dont le contact semble avoir un effet thérapeutique), l'usage et l'entretien <strong>des</strong>machines agricoles, le travail à la ferme, la culture <strong>des</strong> champs, l'offre de tourisme à lacampagne. Les activités permettent de produire <strong>des</strong> aliments pour la cuisine, pour les coloniesde vacances et à organiser <strong>des</strong> activités touristiques avec les visiteurs.- Le module "Restauration et gîte d'étape" vise à faire apprendre la préparation <strong>des</strong> repas,l'hygiène alimentaire, le service à table, le nettoyage et le rangement du matériel de cuisine.Les apprentissages se font en lien direct avec le jardin et la ferme.- Le module "Hygiène et nettoyage industriel" porte sur les produits d'entretien, les machinesde nettoyage et leurs accessoires, l'entretien <strong>des</strong> locaux, le nettoyage industriel, l'hygiène et lasécurité.Des formations générales (lire, écrire, calculer, éducation civique, connaissances générales,etc.) sont également organisées par une institutrice, qui travaille de façon très individualisée,en fonction <strong>des</strong> acquis et du rythme de progression <strong>des</strong> jeunes.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif principal de la formation est l'amélioration et la stabilisation du comportement <strong>des</strong>jeunes, aussi bien au niveau du comportement social que du comportement professionnel. Ilsapprennent par exemple la ponctualité, la régularité, la précision, le rythme de travail,l'initiative à la tâche, la motivation, la collaboration avec les autres, l'obéissance aux règles,etc.L'objectif <strong>des</strong> formations générales (lire, écrire, calculer) est également de donner <strong>des</strong> bases àune future intégration sociale et professionnelle. Le but final est de former <strong>des</strong> personnes quipourront intégrer un emploi salarié de travailleur non qualifié, dans <strong>des</strong> conditions normales.c) Grilles horairesLa prise en charge <strong>des</strong> jeunes se fait durant la période scolaire (en semaine à l'exclusion duweek-end, durant les pério<strong>des</strong> de scolarité à l'exclusion <strong>des</strong> vacances scolaires - sauf pourceux qui font un stage en interne).Les jeunes ont l'horaire de travail normal (environ 40 heures par semaine), de 9.00 à 17.30heures, dans les différents ateliers, le jardin, les bois ou sur les champs.Durant quelques heures par semaine, ils participent aux formations générales données parl'institutrice.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesDans les ateliers et autres <strong>lieux</strong> de travail, les métho<strong>des</strong> sont simples : montrer, faire, imiter,répéter jusqu'à la maîtrise <strong>des</strong> gestes. Mais il y a de fait aussi beaucoup de théorie quiintervient durant la formation, par exemple si on veut couper un morceau de métal en deuxpièces égales, on fait calculer la longueur avant. Autre exemple, le travail avec le métalimplique de connaître les noms <strong>des</strong> différents métaux, le travail en nettoyage industrielnécessite la connaissance <strong>des</strong> différents produits chimiques. Donc, il y a le plus possible unlien qui est établi entre la théorie et la pratique, mais en partant surtout de la pratique.L'avantage de ces apprentissages quotidiens en atelier, c'est que le jeune ne les perçoit pascomme de l'école et que les vieux schémas de rejet ne sont plus activés. Il apprend un peu sans221


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgse rendre compte qu'il apprend, puis progressivement il y prend goût et veut progresser.Chaque fois qu'il réussit quelque chose de visible pour lui et les autres, cela renforce sonsentiment de compétence.Un élément positif très important est aussi le fait qu'on ne produit en principe pas d'objet quiva ensuite à la poubelle, comme c'est encore souvent le cas à l'école. Les réalisations <strong>des</strong>jeunes servent au Liewenshaff, sont utilisés par eux-mêmes ou sont même parfois vendus surle bazar (kermesse, fête de Noël, etc.). Tout cela valorise le jeune.Les formations générales données par l'institutrice sont organisées en individuelle ou en petitgroupe de deux ou trois élèves. Il s'agit donc de métho<strong>des</strong> très individualisées, adaptées auxacquis et à la progression <strong>des</strong> élèves. L'institutrice adapte également les contenus enseignés enfonction <strong>des</strong> besoins qui émergent dans les modules (par exemple la division porte sur ladécoupe de barres de fer, etc.). Elle travaille aussi beaucoup avec l'ordinateur, ce qui est unélément neuf et donc intéressant pour les jeunes. Certains contenus ont également un lien avecl'insertion socio-professionnelle (remplir <strong>des</strong> virements, lire une fiche de paie, rédiger un CV,etc.).7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL'encadrement se fait au jour le jour par les éducateurs instructeurs, sur les différents <strong>lieux</strong> detravail.Les éducateurs gradués interviennent surtout pour tout ce qui est encadrement éducatif.L'institutrice prend en charge <strong>des</strong> formations générales dans les matières scolaires (lire, écrire,calculer, éducation civique, connaissances générales, etc.).b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureUn suivi individuel à la demande du jeune se fait avec l'assistante sociale ou la psychologue.Un premier entretien obligatoire a lieu pour connaître ces deux personnes, pour perdrel'inhibition de s'adresser à elles. Après cette première rencontre, le suivi est volontaire, ils'agit pour le jeune d'avoir une personne de référence avec laquelle il peut parler, qui ne faitpas partie du déroulement quotidien de l'institution et qui maintient la confidentialité de ce quiest dit.La CMMPS joue également un rôle de suivi important, parce que c'est une instance externe,qui peut amener de nouvelles idées et qui jette un regard extérieur sur le fonctionnementquotidien de l'institution.On constate qu'en pratique, environ 70 à 80 % <strong>des</strong> jeunes qui commencent leur parcours auLiewenshaff, vont effectivement jusqu'au bout.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureUn suivi est organisé par l'assistante sociale après la sortie <strong>des</strong> jeunes. Environ 30 à 40 jeunesont jusqu'à présent fait le parcours complet au Liewenshaff. Il n'y a pas de chiffres précisconcernant leur devenir ultérieur, mais la plupart reprennent contact de temps en temps.Chaque année environ 3 à 4 jeunes sont placés sur le premier marché de l'emploi commeouvriers non qualifiés, avec <strong>des</strong> contrats de travail tout à fait normaux. Quelques anciensélèves ont intégrés un apprentissage pour le Certificat d'initiation technique et professionnelle(CITP) ou le Certificat de capacité manuelle (CCM).222


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> stages varie d'un jour à deux mois, l'objectif étant d'augmenter progressivementla longueur <strong>des</strong> stages. Il y a d'abord <strong>des</strong> stages internes de durée croissante, puis <strong>des</strong> stagesexternes. Cette progression sert à éviter les échecs et à habituer les jeunes à <strong>des</strong> phasesd'autonomie de plus en plus longues (par exemple : faire la cuisine pour une soirée, puispendant les vacances de la Pentecôte, puis une semaine à l'extérieur, puis un mois àl'extérieur).b) Lieux de stageDes stages internes sont organisés au cours de la deuxième année, durant les vacancesscolaires, dans les infrastructures du Liewenshaff. Le but de cette organisation de stagesdurant les vacances est de les habituer à un rythme de travail plus soutenu, afin de les prépareraux horaires de travail normaux. Durant ces stages, il s'agit de travailler à l'accueil depersonnes externes qui viennent pour <strong>des</strong> colonies de vacances ou <strong>des</strong> fêtes. Les stagesinternes sont rémunérés comme étudiants.Si ce stage a réussi, un stage externe est organisé à la fin de la deuxième ou au cours de latroisième année. Les <strong>lieux</strong> de stage sont recherchés si possible en fonction du module qui aété fait, mais peuvent également être sans lien avec ce module.Il y a aussi beaucoup de bouche à oreille qui joue dans la recherche de places de stages. Cesont souvent <strong>des</strong> patrons qui sont socialement engagés.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement se fait par l'éducateur instructeur responsable du module et par une éducateurgradué, qui se rendent sur place avec le jeune. Il y a <strong>des</strong> entretiens de l'éducateur instructeuravec le patron, afin de préciser les tâches possibles durant le stage. L'assistante sociale clarifieles questions sociales, et finalise le contrat. Des contacts téléphoniques entre le patron etl'éducateur gradué sont possibles tout au long du stage, afin de rendre possible uneintervention rapide en cas de nécessité.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesUne fiche d'observation est remplie une fois par semaine, celle-ci reprend <strong>des</strong> éléments decomportement social et d'efficacité professionnelle.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi qui est prévu tout au long du parcours de trois ans continue durant la période <strong>des</strong>tage.f) Lien avec l'ADEMCertaines places de stage sont parfois communiquées par l'ADEM, mais c'est rare, car lesjeunes en question ne sont pas faciles à placer.g) Lien avec le marché de l'emploiLe but <strong>des</strong> stages est surtout de placer le jeune comme ouvrier non qualifié sur le premiermarché de l'emploi.Un patron peut avoir intérêt à engager ce type de jeune, parce qu'il sera en mesure de faire uncertain travail (soudure par exemple) pour lequel il devrait payer beaucoup plus cher un223


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgouvrier avec un Certificat d'aptitude technique et professionnelle (CATP). En même temps, auLiewenshaff, les jeunes ont appris une certaine flexibilité qui peut être appréciée par unemployeur.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsUn rapport annuel de chaque jeune est établi. Ce rapport indique les objectifs, l'évolution dujeune, un diagnostic psycho-social, un curriculum vitae, un bilan <strong>des</strong> acquis de formation danschacun <strong>des</strong> modules selon un ensemble de critères d'évaluation mis au point au Liewenshaff(par exemple : sait le faire avec l'aide de l'instructeur, sait le faire seul, etc.).b) Modalités de cette évaluationCe rapport est préparé au cours d'une réunion collective de toute l'équipe (éducateurs gradués,éducateurs instructeurs, psychologue, assistante sociale), l'évaluation <strong>des</strong> compétencestechniques étant fait à part par l'éducateur instructeur, selon son appréciation personnelle dutravail du jeune.c) Personnel responsable de cette évaluationToute l'équipe, excepté pour l'évaluation technique qui est faite par l'éducateur instructeur.d) Qualifications possiblesIl s'agit de former <strong>des</strong> personnes qui pourront intégrer un emploi salarié de travailleur nonqualifié, dans <strong>des</strong> conditions normales. Pour une minorité de jeunes, la possibilité d'unepréparation à un apprentissage CCM ou CITP existe également.e) Certifications possiblesIl y a un certificat de participation qui est établi par le Liewenshaff. Ce certificat n'a pas devaleur légale, mais documente les acquis du jeune. Ce document reprend la durée, le modulequi a été suivi et un bilan détaillé selon les critères d'évaluation.10. Personnela) Différents profils du personnelLes personnes qui travaillent de façon régulière avec les jeunes sont : les trois éducateursgradués, les cinq éducateurs instructeurs qui sont en charge de la formation <strong>des</strong> modules(cuisinier, paysagiste, serrurier, technicien), l'institutrice, la psychologue, l'assistante sociale,ainsi que les ouvriers.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués, l'institutrice, la psychologue et l'assistante sociale ont eu la formationinitiale habituelle de ces professions.Les éducateurs instructeurs ont un brevet de maîtrise, ceux qui sont les plus anciens ont faitl'ancienne formation "éducateur instructeur" du MENFPS.Il y a une formation continue du personnel qui est organisée en interne. Par ailleurs, lepersonnel est supervisé trois fois une semaine par an par un formateur du Centre de Formationpour Adultes de Marseille (France).224


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLe contrat de travail prévoit également 40 heures de formation continue externe par an, cesheures étant choisies parmi les formations organisées à l'extérieur, en fonction <strong>des</strong> besoins dupersonnel et de l'institution.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement se fait par le comité restreint de l'ASBL, avec un représentant du MENFPS(Service de l'Education différenciée). Le critère principal est, outre la formation initiale dansla profession recherchée, la disposition de travailler avec un public de jeunes en difficultés.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl faut avoir un esprit ouvert pour changer quelque chose, ne pas être braqués sur <strong>des</strong> horairesstricts, être prêt à travailler dans un cadre moins structuré et plus exigeant. Le formateur doitaussi être prêt à payer de sa personne, car c'est un travail qui peut souvent interpeller lapersonne au niveau le plus personnel.225


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.28. Polygone SARLM. Pascal Jacquet, responsable du personneltél.: 492005-1; fax: 40 57 61; e-mail: polygone@pt.lu16, route de Thionville, L-2610 Luxembourghttp://www.polygone.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeIl y a une limite d'âge vers le bas qui est de 18 ans, mais en principe pas vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésIl y a environ 60 personnes qui constituent actuellement, en date du 15/07/02, la populationcible. Pour cette population, il y a trois types de contrats qui sont possibles :- 20 jeunes ont <strong>des</strong> contrats d'auxiliaires temporaires (CAT) de 6 mois, ce sont <strong>des</strong> personnesde 18 à 30 ans inscrites depuis au moins un mois à l'Administration de l'Emploi (ADEM);- 3 personnes sont en stage de réinsertion professionnelle (SRP) de 12 mois, cela concernetous <strong>des</strong> personnes de plus de 30 ans inscrites depuis au moins trois mois à l'ADEM;- 37 personnes ont <strong>des</strong> contrats à durée déterminée (CDD), qui concernent <strong>des</strong> personnes detous âges; une partie (20 personnes) est constituée de jeunes et jeunes adultes de 18 à 30 ans,mais qui ne remplissent pas ou plus les conditions pour un CAT ou un stage <strong>d'insertion</strong> enentreprise (SIE).Les personnes de 18 à 30 ans totalisent donc 40 personnes actuellement.Sur l'année 2001, cela fait environ 95 personnes de 18 à 30 ans. Il y en a un peu plus, un peumoins, selon les années.Pour l'année 2001, la société Polygone a traité globalement 185 dossiers, à savoir pour lapopulation-cible 122 personnes différentes, réparties de la façon suivante :- CAT 18,91 %, soit 35 personnes de moins de 30 ans;- SRP 10,81 %, soit 20 personnes de plus de 30 ans;- CDD 36,21 %, soit 67 personnes.c) Profil <strong>des</strong> jeunesLe passé scolaire de ces jeunes se réduit pour 90 % d'entre eux à la fin de la scolaritéobligatoire de 9 ans. On note que le niveau <strong>des</strong> acquis scolaires et <strong>des</strong> capacitésprofessionnelles <strong>des</strong> personnes engagées à Polygone s'est amélioré durant les dix dernièresannées.On constate que beaucoup de jeunes vivent encore chez leurs parents.d) Mode de repérage et de recrutementLa très grande majorité <strong>des</strong> jeunes sont recrutés par le biais de l'Administration de l'Emploi(ADEM), où Polygone organise <strong>des</strong> ateliers d'embauche. L'entreprise est présentée auxpersonnes susceptibles d'être recrutées, et celles qui sont intéressées sont revues le lendemainen entretien individuel d'embauche à Polygone.La deuxième source de recrutement, ce sont les candidatures spontanées et la troisième, cesont principalement <strong>des</strong> associations actives dans le secteur social (office social, centremédico-social, association <strong>d'insertion</strong>, etc.).226


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesLes jeunes sont soit en CAT de 6 mois ou en CDD.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifL'ASBL Inter-Actions a créé la société Polygone, en collaboration avec l'ASBL ComitéNational de Défense Sociale (CNDS). Polygone fonctionne comme une entreprise privée,sous la forme d'une société à responsabilité limitée (SARL). Toute société privée a le droitd'engager <strong>des</strong> CAT et <strong>des</strong> Stages de réinsertion professionnelle au Luxembourg, et c'est enfait la seule aide publique dont Polygone dispose.La particularité de Polygone, c'est que les personnes engagées sur un contrat bénéficient del'accompagnement social du Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions. Il n'ya aucune subvention ou de postes conventionnés de la part de l'<strong>Etat</strong>, la société doit sepositionner sur le marché et faire <strong>des</strong> bénéfices (c'est-à-dire le solde du chiffre d'affaire moinsles coûts de production; salaires et factures <strong>des</strong> fournisseurs) pour payer ses salariés et sesfournisseurs.Sur les 108 salariés actuels (au 15/07/02), 54 sont <strong>des</strong> encadrants ayant un CDI et 60constituent la population cible, bénéficiant de CAT, Stages de réinsertion professionnelle etde CDD. Sur ces derniers, on compte environ 40 jeunes et jeunes adultes de 18 à 30 ans.Polygone a une structure pyramidale avec un gérant à la tête de l'entreprise, puis unresponsable facturation et analyses, un responsable de la comptabilité, un responsabletechnique, un responsable commercial et un responsable du personnel.La tâche du gérant consiste à veiller à ce que Polygone réalise ses deux objectifs : générer unbénéfice économique en vue de garantir la pérennité de l'entreprise; créer <strong>des</strong> emplois pourdemandeurs d'emploi difficiles à placer et favoriser leur intégration sur le premier marché dutravail.b) Infrastructure disponibleL'activité de base consiste en déblayage, démolition et nettoyage de chantiers. Ensuite, il y ala location <strong>des</strong> toilettes de chantier, la location de bâtiments modulaires, l'entretien d'espacesverts, la revalorisation de déchets, la <strong>des</strong>truction de documents confidentiels (archives) etrécemment le streetlaser (machine à enlever les chewing gum sur les trottoirs).La formation sociale et technique se fait toujours à l'atelier Schläifmillen (6, rue Godchaux, L-1634 Luxembourg), en collaboration avec Inter-Actions.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionSoit les participants restent quelques jours ou quelques semaines, et ils arrêtent, soit ils restentde un an à 18 mois. Une fois qu'ils ont passé le cap <strong>des</strong> deux premiers mois, en général lesrésultats sont bons, c'est-à-dire qu'ils se stabilisent et qu'ils partiront pour un autre travail ouun apprentissage au bout de leur parcours.d) Base légale et réglementairePolygone n'a aucune subvention ni convention. L'aide principale est constituée par lescontrats CAT et les Stages de réinsertion professionnelle, mais ce sont <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> dont touteentreprise peut bénéficier au Luxembourg.227


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiquePolygone est un acteur économique, il y a donc <strong>des</strong> relations de collaboration (fournisseurs,clients, etc.). Et puis il y a une collaboration pour les stages (voir point 8).b) Collaboration avec le monde scientifiqueEn ce moment, il n'y en a pas.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationCes jeunes ont un problème personnel important par rapport à leur succession d'échecs dans lepassé. Ce qui crée une difficulté par rapport au fait de devoir encore réessayer dans uneentreprise et de devoir faire ses preuves. Mais la motivation pour travailler afin de gagner del'argent est en général bonne. La motivation peut aussi dépendre de facteurs familiaux (vivrechez les parents et perdre son emploi peut être moins dramatique que si on vit seul avec unloyer à payer).b) Modalités de ces activitésIl y a un suivi régulier fait par le Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions,où deux psychologues, un assistant social et un éducateur gradué sont disponibles. Il y a <strong>des</strong>entretiens réguliers et une intervention sur les problèmes personnels et sociaux. A certainsmoments, les jeunes sont libérés du travail pour avoir un rendez-vous avec l'accompagnateur.Le Service fait également <strong>des</strong> permanences chez Polygone le soir, où ils échangent avec lesjeunes et avec les chefs d'équipe.Les jeunes peuvent prendre un congé social, c'est-à-dire un congé pris sur demande dutravailleur social et de la personne concernée. Les participants ont droit à six jours de congésocial sur la durée du parcours, ce congé peut être fractionné.c) Personnel responsable pour ces activitésLes deux psychologues, l'assistant social et l'éducateur gradué du Service de consultationsocio-pédagogique d'Inter-Actions.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- La première et plus importante formation est faite par le travail de tous les jours, surtout ladémolition et le déblayage, qui sont <strong>des</strong> activités très physiques. C'est une formation sur le tasqui leur permet d'apprendre ce qui devrait déjà être acquis, mais ne l'est pas : venir à l'heure,se présenter de façon correcte, respecter l'autorité, être là tous les jours, apprendre la duretéphysique du travail, connaître les droits et les devoirs d'un salarié. Ensuite, il y al'apprentissage du travail en équipe sur un chantier, sous la direction d'un chef d'équipe.- Il y a une formation sociale et technique, en collaboration avec Inter-Actions. Les salariéssont libérés pendant quatre jours (32 heures) durant laquelle ils bénéficient de cette formation,qui a lieu en groupes de 8 à 10 personnes. Toutes les personnes en contrat à Polygone ypassent au moins une fois. Dans la formation technique, on aborde l'aspect sécurité au travailet un thème bien précis (par exemple, comment monter un échafaudage, comment utiliser <strong>des</strong>228


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgmachines de chantier - par exemple une tronçonneuse). L'aspect social est plus centré sur larecherche de travail, ainsi que les droits et devoirs <strong>des</strong> salariés (par exemple, que faire en casde maladie, comment se présenter devant un employeur, comment rédiger un CV, etc.).- Ensuite il y a la possibilité de stages-formation de deux semaines dans une autre entreprise,dès le moment où il y a accord avec le Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions sur le fait que la personne peut rejoindre le marché de l'emploi traditionnel (voir point8).b) Objectifs <strong>des</strong> formations- L'objectif de la formation sur le tas est d'acquérir <strong>des</strong> compétences de base (ponctualité,précision, endurance, etc.), <strong>des</strong> compétences sociales (travailler en équipe, respecter l'autorité,collaborer avec d'autres, être poli, etc.) ainsi que <strong>des</strong> compétences techniques diverses dans ledomaine <strong>des</strong> chantiers.- L'objectif de la formation sociale et technique est surtout de donner la base de la législationsociale concernant le travail et de connaître les fondements de la sécurité au travail.c) Grilles horairesC'est l'horaire de travail normal au Luxembourg, à savoir 40 heures par semaine (de 8.00 à12.00 heures et de 12.30 à 16.30 heures).Pour la formation sociale et technique, quatre journées successives (32 heures) sont prévues.Le premier jour, les aspects d'information sont abordés (les droits et les devoirs du salarié). Ledeuxième et troisième jours, sont consacrés à l'utilisation pratique <strong>des</strong> outils de chantier,toujours sous un angle sécuritaire et de l'apprentissage de l'utilisation correcte. Le quatrièmejour est généralement réservé à la découverte de la vie en entreprise par le biais d'une visite.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesPour la formation sur le chantier, c'est le chef d'équipe qui montre le travail et le fait avec lesjeunes.Pour la formation sociale et technique de 32 heures, l'accent est mis sur l'expression et laparticipation <strong>des</strong> jeunes. Les jeunes doivent s'exprimer sur ce qu'ils veulent faire, ouéventuellement sur <strong>des</strong> problèmes de société. Pour la formation technique, le formateurmontre le maniement <strong>des</strong> outils, puis chaque jeune a son poste de travail où il peut s'exercerlui-même.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsLe matin, le responsable du planning prévoit l'affectation <strong>des</strong> jeunes à <strong>des</strong> chantiers. Le jeunereste toute la journée avec son chef d'équipe. Celui-ci encadre le travail, mais il a aussi le rôlede contact avec le client et avec le responsable technique qui vient voir tous les jourscomment évolue le chantier.Au début et à la fin de la journée, les jeunes peuvent se rendre au Service du personnel pourtout ce qui est administratif et pour tout ce qui concerne le lien avec le Service de consultationsocio-pédagogique d'Inter-Actions.229


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes jeunes font parfois <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> de changement d'affectation auprès du Service dupersonnel, mais ces deman<strong>des</strong> sont traitées avec le minimum de flexibilité, l'encadrement sefait en principe selon les mêmes règles que dans une entreprise traditionnelle.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureLe Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions fait un accompagnement socialrégulier. A certains moments, les jeunes sont libérés du travail pour avoir un rendez-vousavec l'accompagnateur, pour résoudre un problème personnel ou social. Le Service faitégalement <strong>des</strong> permanences chez Polygone le soir, où ils échangent avec les jeunes et avec leschefs d'équipe.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureLes travailleurs sociaux d'Inter-Actions continuent leur travail d'accompagnement pendant 12mois après le départ de Polygone. Une évaluation est faite à la sortie de Polygone, 6 mois plustard et 12 mois plus tard. On a constaté que 34,40 % <strong>des</strong> jeunes engagés à Polygone trouventun emploi à leur sortie ou trouvent une place en apprentissage.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesIl y a la possibilité de stages-formation de deux semaines dans une autre entreprise, dès lemoment où il y a accord avec le Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actionssur le fait que la personne peut rejoindre le marché de l'emploi traditionnel.Durant l'année 2001, il y a eu 500 heures de stages extérieurs pour le personnel de Polygone.b) Lieux de stageCes stages sont fait dans <strong>des</strong> entreprises traditionnelles diverses (construction, échafaudages,nettoyage, électricité, sécurité, etc.), qui offrent <strong>des</strong> postes de travail généralement nonqualifiés.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesPendant les deux semaines, les stagiaires continuent à être payés, mêmes s'ils vont travaillerdans une autre entreprise. Le stage sert en fait à tester l'insertion du jeune dans un emploitraditionnel. Le lieu de stage est négocié entre l'accompagnateur social d'Inter-Actions et lejeune. Il y a une personne de contact dans l'entreprise qui est la personne de référence pourPolygone, pour l'accompagnateur social d'Inter-Actions et pour le jeune.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSi le stage est concluant dans l'entreprise, le jeune peut être engagé immédiatement, carPolygone libère immédiatement son salarié pour ne pas être un frein à une embauche. Si lestage n'est pas concluant, le jeune peut revenir à Polygone. Il y a un rapport qui est établi parl'entreprise d'accueil et qui est remis au Service de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions. Ce rapport n'est pas envoyé à Polygone. Ce document évalue les compétences et lecomportement du jeune qui a fait le stage.230


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi est fait par l'accompagnateur social du Service de consultation socio-pédagogiqued'Inter-Actions. En 2001, il y a eu 60 % de ces stages qui ont débouché sur un emploi ou unapprentissage (contre 31,4 % pour l'ensemble <strong>des</strong> contrats).f) Lien avec l'ADEMLe jeune continue à bénéficier de son CAT, en accord avec l'ADEM.g) Lien avec le marché de l'emploiLe stage est une façon d'entrer sur le marché de l'emploi traditionnel. L'objectif premier <strong>des</strong>stages est le placement dans une entreprise traditionnelle.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsPour les quatre jours de formation sociale et technique, le formateur remplit une fichetechnique, évaluant le savoir-faire (comportement professionnel, motivation professionnelle)et le savoir-être (comportement, coopération, discipline, ponctualité, etc.) du jeune, qui estremise au responsable du personnel de Polygone.Pour le stage externe, il y a un rapport établi par l'entreprise d'accueil et qui est remis auService de consultation socio-pédagogique d'Inter-Actions. Il évalue les compétences et lecomportement du jeune qui a fait le stage.L'accompagnateur social d'Inter-Actions fait une évaluation globale du jeune, parl'intermédiaire d'une fiche de parcours.b) Modalités de cette évaluationPour les quatre jours de formation sociale et technique, le formateur remplit une fichetechnique.Pour le stage externe, il y a un rapport établi par l'entreprise d'accueil.L'accompagnateur social d'Inter-Actions fait une évaluation globale du jeune, parl'intermédiaire d'une fiche de parcours.c) Personnel responsable de cette évaluationPour les quatre jours de formation sociale et technique, c'est le formateur.Pour le stage externe, c'est la personne de contact dans l'entreprise, en relation concertée avecl'accompagnateur d'Inter-Actions.Pour l'ensemble de la mesure, c'est l'accompagnateur social d'Inter-Actions, en collaborationavec le chef d'équipe.d) Qualifications possiblesLes jeunes acquièrent <strong>des</strong> compétences de base (ponctualité, précision, endurance, etc.) et <strong>des</strong>compétences sociales (travailler en équipe, respecter l'autorité, collaborer avec d'autres, êtrepoli, etc.).Ensuite, il y a <strong>des</strong> qualifications dans le domaine <strong>des</strong> chantiers. Il ne s'agit pas d'apprendre unmétier pointu, mais sur un chantier on apprend beaucoup de compétences diverses dansplusieurs domaines (déblayage, construction, carrelage, électricité, soudure, etc.).231


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Certifications possiblesNon, sauf le certificat de travail à la fin du contrat, qui peut mentionner, à la demande dujeune, les 32 heures de formation sociale et technique.Actuellement, Polygone met au point un système d'évaluation <strong>des</strong> compétences de tout lepersonnel. Cette évaluation est réalisée au moment de l'entrée, et peut s'enrichir au fur et aumesure. Le but de cette évaluation est double : documenter toutes les compétences acquisesdans le passé, notamment au cours <strong>des</strong> emplois antérieurs, afin de les révéler aux jeunes; etaussi de renseigner les responsables techniques sur ce que les jeunes savent faire afin de lesaffecter au mieux sur les chantiers.Il y a le projet de constituer un document qu'on remettrait au jeune à la fin de son contrat etqui reprendrait le détail de ces compétences.10. Personnela) Différents profils du personnelLes principaux intervenants au niveau de la formation sont :- le responsable du personnel,- les chefs d'équipes,- les accompagnateurs sociaux d'Inter-Actions (deux psychologues, un assistant social et unéducateur gradué),- le formateur de la Schläifmillen.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrement- Le responsable du personnel est assistant social, il a travaillé dans le service du personneld'une compagnie de bus, puis à Inter-Actions, avant de rejoindre Polygone.- Les accompagnateurs sociaux d'Inter-Actions sont deux psychologues, un assistant social etun éducateur gradué.- Le responsable de la Schläifmillen est pédagogue diplômé; le formateur est détenteur d'unCAP et a également une formation en sécurité au travail.- Les chefs d'équipe ont en général <strong>des</strong> CATP (carreleur, électricien, bâtiment, soudure) et/ouune bonne expérience professionnelle. Ils suivent diverses formations ponctuelles (premierssecours, sécurité au travail, etc.) durant le travail, faites avec <strong>des</strong> formateurs professionnelsextérieurs, selon les besoins qui se font sentir.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementC'est le responsable du personnel qui recrute après un entretien.Pour le recrutement <strong>des</strong> chefs d'équipe, on définit l'objectif de Polygone. Les chefs d'équipedoivent avoir une bonne compétence technique et aussi une bonne sensibilité au niveaupédagogique, on insiste sur les difficultés qu'ils pourront avoir à certains moments avec <strong>des</strong>personnes instables, réactionnelles, qui ne resteront qu'une durée déterminée, etc.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl faut avoir la conscience de travailler avec <strong>des</strong> adultes, pas avec <strong>des</strong> enfants ignorants. Letravail doit être basé à la fois sur la confiance et la rigueur. Il faut savoir donner pendant uncertain temps, mais il faut aussi savoir attendre beaucoup du jeune. Il faut beaucoup derespect, surtout pour ces jeunes là, mais il faut attendre beaucoup de rigueur d'eux également.232


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.29. Proactif ASBLM. Robert Schadeck, Administrateur déléguéM. Alain Lenertz, Chargé de directionMme Anne Estgen, Chargée d'étu<strong>des</strong>tél.: 264290-1; fax: 264290-30;e-mail: rschadeck@proactif.lu; alenertz@proactif.lu; aestgen@proactif.lu3, rue <strong>des</strong> Peupliers, L-2328 Luxembourghttp://www.proactif.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes personnes encadrées doivent avoir 18 ans, il n'y a pas de limite d'âge vers le haut.Quelques ouvriers ont moins de 18 ans mais ces cas restent minoritaires (7 cas en 2 ans).b) Nombre de jeunes concernésEn 2000 et 2001, le nombre de personnes encadrées s'élevait à 217, dont environ 100personnes de 18 à 25 ans et environ 40 personnes de 26 à 30 ans.c) Profil <strong>des</strong> jeunesSur les 217 personnes encadrées <strong>des</strong> années 2000 et 2001, 134 étaient Luxembourgeois, 46Portugais et les 37 restants se répartissaient sur 9 autres nationalités.La très grande majorité (environ 85 %) n'avait pas de diplôme scolaire.La très grande majorité <strong>des</strong> personnes encadrées n'étaient pas mariées (célibataires oudivorcées).Ce sont en général <strong>des</strong> personnes qui cumulent différents problèmes (faible niveau scolaire,dépendances, surendettement, milieu social d'origine perturbé, etc.). Le surendettement est unproblème grave chez bon nombre de ces personnes, car il rend difficile une insertion (saisiessur salaires, problèmes de logement, insécurité dans la planification du futur, etc.).Le manque de permis de conduire est également un élément important car c’est souvent unobstacle pour trouver un emploi.d) Mode de repérage et de recrutementLes personnes recrutées doivent être obligatoirement inscrites à l'Administration de l'Emploi(ADEM). Des réunions d'information sont organisées tous les 15 jours ou tous les mois auprèsde cette institution. Cette dernière fait une première sélection parmi les personnes inscrites surces fichiers de demandeurs d'emploi, et convoque chaque fois une trentaine de personnesenviron.Une commission d’embauche, composée d’un éducateur, d’un psychologue et d’uncontremaître, réalise <strong>des</strong> interviews de recrutement avec <strong>des</strong> demandeurs d'emploi inscritsauprès de l'ADEM. Son rôle consiste essentiellement à expliquer le travail qui sera à faire. Ilimporte que le travail proposé convienne à la personne, sinon il y a un risque de décrochage.Les critères de recrutement sont peu exigeants, étant donné qu'il s'agit d'un public endifficulté.233


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesLes personnes encadrées ont en général un statut d’ouvrier avec contrat à durée déterminée(CDD), selon la formule 3, 9 et 12 mois, de 2 ans maximum, selon la loi. En général, lespersonnes reçoivent le salaire social minimum.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifProactif et le Forum pour l’Emploi sont <strong>des</strong> ASBL fondées pour la réinsertion <strong>des</strong> chômeursdifficiles à placer créées par le syndicat chrétien Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschafts-Bond (LCGB). Proactif couvre le centre, l'est et le sud du pays, tandis que Forum pourl'Emploi est présent au Nord. Il y a une collaboration très active entre les deux associations,notamment dans le cadre de projets européens EQUAL.L'association est gérée par un Conseil d'administration, représenté par un administrateurdélégué. En outre, les principales personnes responsables sont : le chargé de direction et sonremplaçant, le responsable pour le social, le responsable de la comptabilité, deux responsablespour les étu<strong>des</strong>. L'organigramme du personnel encadrant compte en outre 3 éducateursgradués, 46 employés, 9 détenteurs d'un brevet de maîtrise, 17 CATP et 2 CCM.b) Infrastructure disponibleJusqu'à présent, Proactif a loué l'intégralité de son infrastructure, ce qui a l'avantage d'unecertaine flexibilité.L'association dispose de son site principal pour tout ce qui est technique à Hamm (près deLuxembourg ville). Il n'y a pas encore d'ateliers propres à Proactif, car les travaux se font surles sites <strong>des</strong> clients. Un atelier de menuiserie est en cours de mise en place.L'administration et la comptabilité <strong>des</strong> deux ASBL sont situées à Dumontshaff (Schifflange).Au Fond-de-Gras, il y a un site de restauration de matériel ferroviaire de la Commune dePétange qui emploie 22 personnes et qui sera encore développé dans le futur. Cette activitésert en même temps de possibilité de formation.A Differdange, <strong>des</strong> ateliers sont mis à disposition dans les locaux de l'ARBED/ARCELOR.Un site régional plus grand est situé à Born, où le parc <strong>des</strong> voitures de Proactif est entretenu,et en même temps c'est également une possibilité de formation.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée est très variable. En principe, Proactif offre un contrat pouvant aller jusqu'à 2 ans,mais pour certaines personnes, une durée plus courte suffit pour se stabiliser et pour rejoindrele premier marché du travail. On constate un délai de placement moyen de 7 mois environ.d) Base légale et réglementaireActuellement, Proactif reçoit une subvention du Fonds pour l'emploi du Ministère du Travailet de l'Emploi, qui couvre 75 % <strong>des</strong> frais pour les mesures sociales de réinsertion. Unenouvelle législation est en cours d'élaboration au ministère, qui permettra de faire <strong>des</strong>conventions.234


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueIl y a <strong>des</strong> négociations en cours avec certaines fédérations professionnelles. Les modalitésconcrètes dépendent de la fédération, car le type et les pério<strong>des</strong> d'activités varient d'unebranche à l'autre.Par exemple, Proactif essaie de mettre à disposition <strong>des</strong> jeunes à <strong>des</strong> moments où il y a <strong>des</strong>pics d'activité - ce qui profite aussi bien aux entreprises du secteur qu'aux jeunes - et de ne pasfaire de travaux durant la période creuse et donc d'organiser les formations surtout à cemoment.En peinture, on évitera les grands chantiers, mais on se concentrera sur les petits travaux, quisouvent intéressent moins les professionnels.Il y a une convention en cours d'élaboration avec la Fédération <strong>des</strong> horticulteurs, afin de fixerles travaux qui peuvent être faits par les participants de Proactif et comment une coopérationpeut se faire en période de pics d'activité.Il y a aussi une collaboration avec <strong>des</strong> entreprises pour le placement <strong>des</strong> jeunes en un emploirégulier, Proactif essaie de faire un placement personnalisé auprès <strong>des</strong> employeurs.b) Collaboration avec le monde scientifiqueDans le cadre du projet EQUAL "Réseau pour la réinsertion de personnes marginalisées"(partenariat : Proactif, Forum pour l'emploi, Caritas Accueil et Solidarité, Centre Emmanuel,ADEM, Diskus ASBL), une évaluation externe sera faite par le Centre d’Etu<strong>des</strong> dePopulations, de Pauvreté et de Politiques Socio-Economiques (CEPS) de Differdange.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa principale motivation <strong>des</strong> jeunes au début est d'avoir un emploi et une rémunération. Uneconfusion s'établit d'ailleurs parfois dans leur esprit, ils ne comprennent pas tout de suite quecela ne peut être qu'une phase transitoire.b) Modalités de ces activitésLe travail sur la motivation se fait surtout avec les chefs d'équipe et de colonne, qui essaientde mettre en oeuvre <strong>des</strong> projets intéressants. Par exemple, au Fond-de-Gras, le projet deréhabilitation du site est une réalisation très concrète, à vocation touristique, ce qui motive lesusagers à participer.Par ailleurs, les usagers sont régulièrement suivis par les éducateurs gradués. Au moment deleur recrutement, ceux-ci font un bilan de leur passé, de leurs acquis scolaires etprofessionnels et les remotivent en vue d'une formation et d'une insertion. Lors de ce premierentretien, ils déterminent avec eux leur profil, leurs intérêts, leurs problèmes, et ils leurproposent <strong>des</strong> activités et <strong>des</strong> formations qui sont possibles, aussi bien <strong>des</strong> formationstechniques que <strong>des</strong> formations sociales.c) Personnel responsable pour ces activitésLes chefs d'équipe et de colonne, ainsi que les éducateurs gradués sont les principauxresponsables du travail sur la motivation. Le personnel encadrant (chefs d’équipe,contremaîtres, éducateurs…) est également formé. La formation <strong>des</strong> formateurs a trait auxproblèmes liés à la réalisation pratique du travail (premiers secours, sécurité, matériel…), aux235


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgtechniques de communication (gestion <strong>des</strong> conflits, communication) et aux problématiques dupublic (drogues, maladies sexuelles, …). L’objectif de ces formations est de leur offrir <strong>des</strong>outils pour gérer le travail au quotidien, face aux jeunes/bénéficiaires qui vivent <strong>des</strong>problématiques psychosociales diverses.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsLa majorité du temps se passe sur le lieu de travail, cette mise au travail étant déjà uneformation (respect <strong>des</strong> horaires, respect <strong>des</strong> consignes, respect de l'autorité, exécution d'untravail de façon propre et régulière, etc.).Par ailleurs, il y a aussi bien <strong>des</strong> formations techniques (coupe d'arbres, entretien detronçonneuses, abattement d'arbres, maçonnerie, soudure, ménage, etc.) que <strong>des</strong> formationssociales (métho<strong>des</strong> de communication, résolution de conflits, SIDA, dépendances,surendettement, connaissance de soi, affirmation de soi, rédaction d'un CV et d'une lettre demotivation, etc.). L'objectif à terme étant que chacune <strong>des</strong> personnes qui sont passées àProactif ait fait un certain nombre de formations, en fonction de leur projet personnel.Les formations sont organisées en règle générale en collaboration avec d'autres associations etstructures (Centre National de Formation Professionnelle Continue - CNFPC, lycéestechniques, Action locale pour jeunes - ALJ, Jugend & Drogenhellef, ADEM, ServiceNational de la Jeunesse - SNJ, etc.). L'équipe éducative fixe le contenu de la formation, etcherche <strong>des</strong> collaborations externes pour la mise en oeuvre concrète.Tous les usagers reçoivent également une formation "Permis de conduire Internet" (3 x 5heures), qui donne les base du maniement d'un ordinateur, de la consultation sur Internet et del'usage du courrier électronique.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsL'objectif global <strong>des</strong> formations de Proactif est l'insertion socio-professionnelle <strong>des</strong>demandeurs d'emploi sur le premier marché du travail.- L'objectif de la formation par le travail est d'acquérir les compétences professionnelles debase (respect <strong>des</strong> horaires, respect <strong>des</strong> consignes, respect de l'autorité, exécution d'un travailde façon propre et régulière, etc.), ainsi que les compétences sociales de base (gestion del'agressivité, affirmation de soi, gestion <strong>des</strong> conflits, collaboration, etc.) qui sont nécessairespour être engagés dans n'importe quel travail, même non qualifié.- Les formations techniques et sociales ont de plus pour objectif d'approfondir cescompétences de base, afin que la personne puisse être engagée plus facilement dans unemploi.c) Grilles horairesLes participants ont l'horaire de travail normal (40 heures/semaine), mais durant ce tempsviennent s'intégrer les diverses formations de courte durée (une demi-journée ou une journée).6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLors de la formation par le travail, qui est faite sous la direction <strong>des</strong> chefs d'équipe et decolonne, l'apprentissage se fait en travaillant, aussi bien au niveau du comportement généralque <strong>des</strong> techniques professionnelles.236


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes formations sociales ont lieu en groupe assez réduit de 10 à 15 personnes, et ce sont engénéral les personnes qui sont ensemble dans une équipe de travail (mais sans le chef d'équipeou de colonne, pour <strong>des</strong> raisons de confidentialité), ce qui maintient une certaine dynamique.Un orateur présente le sujet, et on essaie de faire une pédagogie active (débats,questions/réponses, mises en situation, jeux de rôles, etc.). Un éducateur gradué de Proactifparticipe toujours à ces formations pour garder le lien avec l'association.La didactique employée dans les formations techniques est variable et dépend beaucoup duformateur. Mais en règle générale, l'accent est mis sur la mise en pratique concrète.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsSur chacun <strong>des</strong> sites de Proactif, il y a une hiérarchie : responsable de site, contremaîtres,chefs d'équipe, chefs de colonne. Quand il y a un problème avec un <strong>des</strong> membres dupersonnel encadrant, l’usager peut aller consulter l'échelon supérieur.Les éducateurs gradués sont présents pour faire un suivi tout au long du parcours <strong>des</strong> jeunes.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureIl y a un encadrement au jour le jour par les chefs d'équipe (ou chefs de colonne), quitravaillent avec eux de façon régulière.Les usagers sont aussi régulièrement suivis par les éducateurs gradués. Lors du premierentretien qui est aussi l'entretien d'embauche, ils déterminent avec eux leur profil, leursintérêts, leurs problèmes, et ils leur proposent <strong>des</strong> activités et <strong>des</strong> formations qui sontpossibles, aussi bien <strong>des</strong> formations techniques que <strong>des</strong> formations sociales.Par la suite, il y a un suivi ponctuel, à la demande, quand il y a un problème qui est détecté, engénéral par le chef d'équipe ou de colonne, qui est un bon intermédiaire entre les usagers etl'équipe <strong>des</strong> éducateurs gradués. Des rencontres périodiques sont également organisées, pourvérifier avec l’usager l'état d'avancement de son projet. Quand une certaine stabilisation estacquise, c'est la recherche active d'une emploi qui commence, en collaboration avec l'ADEM,mais aussi par contact direct avec <strong>des</strong> entreprises. Dans ce contexte, l'éducateur graduéorganise une rencontre avec un employeur particulier. Proactif essaie de faire un placementpersonnalisé auprès d'un employeur, avec lequel il y aura un entretien présentant le profil dujeune, y compris ses difficultés, le contexte d'où il vient, ses acquis, etc.a) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureUn suivi est organisé autant que possible après le départ <strong>des</strong> personnes. En général, unepersonne qui perd son emploi revient chez Proactif, dans certains cas il est repris, dansd'autres pas. Des facteurs de motivation et de pronostic d'avenir interviennent dans cettedécision.Sur les trois années 2000-2002, plus d’une centaine de personnes ont trouvé un emploi, dontune large majorité dans le secteur privé. La plupart <strong>des</strong> contrats de travail sont à duréedéterminée, plus rarement à durée indéterminée. On constate un délai de placement moyen de7 mois environ.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesLa durée <strong>des</strong> placements varie de un mois à 12 mois.237


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Lieux de stageDes stages se font :- en interne (placement dans les bureaux administratifs de Proactif),- en externe (placement temporaire dans <strong>des</strong> entreprises pour apprendre le métier, parfois enparallèle avec <strong>des</strong> formations organisées au CNFPC).c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesL'encadrement <strong>des</strong> stagiaires en interne est assuré par les chefs d'équipe de Proactif.En externe, il est généralement assuré par le personnel de l'entreprise (à l'exception <strong>des</strong> stagesdans une entreprise particulière où un <strong>des</strong> chef d'équipe de Proactif travaille directement avecles stagiaires).d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL'évaluation <strong>des</strong> stagiaires est faite conjointement par la personne responsable <strong>des</strong> placementsen interne et externe, l'éducateur et le responsable du lieu de stage.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi est assuré par la personne responsable <strong>des</strong> placements en interne et externe. Elle estassistée par <strong>des</strong> éducateurs qui assurent le suivi au niveau social, au plan motivation et gestion<strong>des</strong> conflits.f) Lien avec l'ADEML'ADEM aide à rechercher <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de stage.g) Lien avec le marché de l'emploiLe stage est un moyen pour connaître le marché de l'emploi et de prévoir un placement à unemploi. On organise avec l'ADEM la recherche de possibilités de placement en fin de stage.Certains <strong>des</strong> stages sont conclus par <strong>des</strong> embauches dans l'entreprise.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsLe projet EQUAL "Réseau pour la réinsertion de personnes marginalisées" est en train demettre sur pied une méthode de bilan de compétences, qui sera utilisée pour évaluerl'ensemble <strong>des</strong> personnes qui passent par Proactif.En attendant, l'évaluation se fait de façon permanente et globale, avec feed-back au jeune.b) Modalités de cette évaluationCette évaluation prendra la forme d'un bilan de compétences reprenant surtout les pointssuivants : formation professionnelle, expérience professionnelle, compétences sociales.c) Personnel responsable de cette évaluationCes bilans de compétences sont développés actuellement en partenariat avec l'ADEM, qui àterme fera ces bilans.238


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Qualifications possiblesLes apprenants acquièrent les compétences nécessaires à tout travail (ponctualité, respect <strong>des</strong>consignes, respect de l'autorité, exécution d'un travail de façon propre et régulière, règles <strong>des</strong>écurité et d'hygiène, etc.). Les compétences sociales de base (gestion de l'agressivité,affirmation de soi, gestion <strong>des</strong> conflits, collaboration, etc.) sont également entraînées.Ensuite, ils apprennent à manier les outils de travail, en fonction de leur lieu de mise autravail (bâtiment, environnement, administration, etc.). Tous les usagers reçoivent égalementune formation "Permis de conduire Internet" (3 x 5 heures).e) Certifications possiblesDes certificats de participation sont délivrés pour les cours suivis auprès du CNFPC. A terme,Proactif prévoit de tels certificats pour l'ensemble de ses formations.10. Personnela) Différents profils du personnelOn compte différents profils de personnes encadrantes qui travaillent directement avec lesusagers : les éducateurs gradués, les chefs de site, les contremaîtres, les chefs d'équipe, leschefs de colonne.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués ont en général suivi la formation initiale à l'Institut d'Etu<strong>des</strong>Educatives et Sociales (IEES) de Fentange/Livange.Les chefs de site, contremaîtres, chefs d'équipe et chefs de colonne ont une formation deCATP ou de brevet de maîtrise. Ils sont également formés par Proactif pour prendre en chargela population cible (gestion de conflits, dépendances, SIDA, etc.) et pour être en mesure derépondre aux situations diverses qui peuvent se présenter.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués sont recrutés par le biais de l'ADEM, en règle générale uneexpérience professionnelle avec <strong>des</strong> personnes en difficultés est considérée comme unavantage.Les chefs de site, contremaîtres, chefs d'équipe et chefs de colonne sont également recrutéspar le biais de l'ADEM, en précisant aux personnes le type de travail à faire et les conditionsparticulières.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesEn règle générale, une expérience professionnelle avec <strong>des</strong> personnes en difficultés estconsidérée comme un avantage. Il est important que les formateurs et les encadrantscomprennent bien le type de population avec laquelle ils travaillent et sachent s'y adapter.239


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.30. Service de la Formation <strong>des</strong> Adultes (SFA) et son Centre deLangues Luxembourg (CLL)M. Alex Werné, Directeur du SFAM. Guy Bentner, Directeur-adjoint, Chargé de la direction du Centre de Langues- Service de la Formation <strong>des</strong> Adultes (SFA)29, rue Aldringen, L-2926 Luxembourgtél.: 478-5152; fax: 478-5155; e-mail: werne@men.luhttp://www.men.lu- Centre de Langues Luxembourg (CLL)21, boulevard de la Foire, L-1528 Luxembourgtél.: 26.44.30-1; fax: 26.44.30-30; e-mail: directeur@cll.luhttp://www.cll.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLes apprenants doivent avoir dépassé la scolarité obligatoire, donc avoir 16 ans et plus, il n'ya pas de limite d'âge vers le haut.b) Nombre de jeunes concernésSur l'ensemble <strong>des</strong> 11.360 personnes qui sont passées en 2001-2002 par les cours du SFA, onpeut estimer qu'environ 1500 personnes sont <strong>des</strong> personnes en difficultés d'intégration socialeet professionnelle (dont 24 jeunes immigrants primo-arrivants et 69 illettrés). Il n'y a pas dechiffres précis pour les demandeurs d'emploi et pour les réfugiés.Une partie de cette population en difficultés est constituée de jeunes, pour lesquels l'offre deformation du SFA peut être ou faire partie d'une deuxième chance.c) Profil <strong>des</strong> jeunes- Une ou deux classes d’accueil pour jeunes immigrants primo-arrivants qui ne peuvent pasentrer au lycée technique, parce qu'ils ont une déficience en français ou en allemand au Centrede Langues Luxembourg. Actuellement il y a 24 jeunes personnes entre 15 et 20 ansd’origines et de cultures très diverses. Il y a une filière francophone, c'est-à-dire une classe oùles jeunes apprennent en un an le français et un peu moins d'allemand, et une filièregermanophone, c'est-à-dire une classe où ils apprennent en un an surtout de l'allemand et unpeu moins de français. Cette formation est très intensive, à savoir de 32 heures par semaine(20 heures de cours de langue, 12 heures de cours à option). Après réussite de cette année, lesjeunes sont placés dans un lycée technique où ils peuvent continuer leur scolarité normale.- Un total de 69 adultes entre 20 et 45 ans d'illettrés, luxembourgeois ou étrangers : ces coursont lieu à Walferdange (ISERP) et au Lycée technique de Bonnevoie (Centre CulturelPopulaire de Bonnevoie – Volleksbildungsverein).- Par ailleurs, dans l'ensemble <strong>des</strong> cours du soir organisés par le SFA en collaboration avec leslycées, les lycées techniques, les communes et les ASBL, et qui sont habituellementfréquentés par <strong>des</strong> personnes qui travaillent, on trouve aussi de façon sporadique <strong>des</strong>demandeurs d'emploi, en général envoyés par l’Administration de l'Emploi (ADEM). Unebonne partie d'entre eux sont <strong>des</strong> jeunes. Leur chance de trouver un emploi au Luxembourg240


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgétant faible à cause du fait qu'il y a l'une ou l'autre langue qu'ils ne maîtrisent pas, l'ADEMleur a conseillé de suivre <strong>des</strong> cours de langues. Ils ont souvent un très faible degré de scolaritéet leur seule motivation de suivre les cours est de trouver un emploi le plus rapidementpossible. Au CLL <strong>des</strong> cours spéciaux sont organisés pour eux, combinant <strong>des</strong> élémentsd’apprentissage d’une langue (généralement le français ; rédiger un CV, participer à unentretien d’embauche, …) et d’informatique (initiation au PC, travailler avec MS Office,…).- Une autre population-cible est constituée par les réfugiés, de tout âge et de tout profil, quiont une difficulté d'intégration sociale au Luxembourg à cause de leurs déficits au niveau <strong>des</strong>langues usuelles du pays. Ils suivent <strong>des</strong> cours soit au Centre de Langues (10 heures parsemaine), soit dans les localités où ces réfugiés sont concentrés. En général, ils apprennent lefrançais, cette langue pouvant aussi leur servir s'ils retournent dans leur pays (ce qui ne seraitpas le cas du luxembourgeois).d) Mode de repérage et de recrutementIls sont de toute façon tous volontaires, excepté les personnes envoyées par l'ADEM pourlesquels les cours de langues font partie d'une mesure de placement.Les demandeurs d’emploi sont en général envoyés par l'ADEM, s'ils ne sont pas inscritsdans une telle mesure, il n'y a pas d'obligation.Les réfugiés ont souvent eu le conseil de suivre <strong>des</strong> cours de langues par le Ministère de laFamille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse, mais ils sont également volontaires.e) Statut <strong>des</strong> jeunesIls sont de toute façon tous volontaires, excepté les personnes envoyées par l'ADEM pourlesquels les cours de langues font partie d'une mesure de placement.Les immigrés primo-arrivants sont <strong>des</strong> enfants d’immigrés rattrapant leur manque decompétences de communication dans les langues usuelles du pays pour pouvoir intégrerl'enseignement secondaire ou l'enseignement secondaire technique, ils ont un statut d'élèveavec les mêmes avantages que pour les autres élèves.Les personnes qui suivent les formations pour illettrés n'ont pas de statut particulier.Les demandeurs d'emploi fréquentent les cours en tant que mesure de placement, ils ontdonc le statut de la mesure même (demandeur d'emploi, CAT, Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise,etc.).Les personnes réfugiées ont le statut de réfugiés politiques ou de demandeurs d’asile.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe SFA et le Centre de Langues Luxembourg sont une structure d'<strong>Etat</strong> (Loi du 19 juillet 1991portant création d'un Service de la formation <strong>des</strong> adultes et donnant un statut légal au Centrede langues Luxembourg). Le financement se fait par le budget de l’<strong>Etat</strong>.La loi donne un certain nombre de missions au service : organiser <strong>des</strong> cours du soir endeuxième voie de qualification, <strong>des</strong> cours d'alphabétisation, <strong>des</strong> cours de langues dans leslycées, les communes et au Centre de Langues. Le Règlement grand-ducal du 31 mars 2000permet au SFA de collaborer avec le secteur local, du moment que celui-ci n'a pas de butlucratif, ce sont donc surtout les communes et les ASBL qui sont concernées.Le Centre de Langues a comme mission d'organiser <strong>des</strong> cours de langues. Les cours organiséssont actuellement : français, luxembourgeois, anglais, allemand, espagnol, italien, portugais,néerlandais, d'autres cours pouvant être organisés sur demande.241


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLe directeur et le directeur-adjoint du CLL sont ceux du SFA, le directeur-adjoint étantd'office chargé de la direction du Centre de Langues. Il y a depuis peu une attachée à ladirection.Le Centre de Langues Luxembourg organise essentiellement <strong>des</strong> cours de langues pouradultes, seulement accessoirement pour jeunes en difficultés.b) Infrastructure disponibleAu Centre de Langues Luxembourg, il y a trois salles de réunion, 27 salles de classes, deuxsalles informatiques, une cafétéria pour le personnel et les apprenants, une cuisine, un centrede ressources pour les élèves (8000 documents imprimés, audio, vidéo et informatique), unebibliothèque pour les enseignants et une salle polyvalente. Chaque salle de cours est équipéeavec du matériel vidéo et audio, ainsi qu'avec un projecteur overhead.Le SFA a ses bureaux au MENFPS et dispose du personnel suivant : un directeur, uninspecteur, un rédacteur, une employée et un rédacteur-stagiaire. Le SFA utilise lesinfrastructures <strong>des</strong> lycées et lycées techniques pour l’organisation <strong>des</strong> cours autres que ceuxdu CLL.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLes cours sont organisés par semestres. En général, la durée <strong>des</strong> formations peut varier entrecinq semaines et cinq années, selon la volonté du client qui arrête son apprentissage quand ilestime que ses objectifs sont atteints.La durée est en principe de un à deux semestres pour les classes d’accueil, ce qui suffit pourla plupart <strong>des</strong> élèves pour les intégrer dans un lycée ou un lycée technique.Pour les groupes d'illettrés, la durée est variable, dépendant de la progression <strong>des</strong>participants, ce qui fait en moyenne de six mois à un an.Pour les demandeurs d'emploi qui sont dans une mesure, il y a la limite de temps de lamesure elle-même, mais on constate surtout que la plupart <strong>des</strong> participants ne continuent pasles cours dès qu'ils ont trouvé un emploi, ce qui est dommage.d) Base légale et réglementaireLa Loi du 19 juillet 1991 portant création d'un Service de la formation <strong>des</strong> adultes et donnantun statut légal au Centre de langues Luxembourg, complétée par une série de Règlementsgrand-ducaux, dont les plus importants sont le Règlement grand-ducal du 6 avril 1999 fixantl'organisation pédagogique et administrative du Centre de langues Luxembourg et leRèglement grand-ducal du 31 mars 2000 ayant pour objet 1) de fixer les modalités <strong>des</strong>contrats conventionnant <strong>des</strong> cours pour adultes et les conditions d'obtention d'un label dequalité et d'une subvention (…).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueLe SFA peut répondre à toute demande d’organisation de cours émanant d’un service public.La base légale du SFA ne lui permet cependant pas, à l’heure actuelle, d’organiser <strong>des</strong> courssur mesure pour les entreprises privées : les intéressés issus de ces entreprises sont admis dansles cours “normaux”, même si l’entreprise règle le droit d’inscription pour eux.242


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Collaboration avec le monde scientifique- Par le biais <strong>des</strong> experts externes assurant la formation continue, qui est obligatoire au Centrede Langues et va l'être pour l'ensemble du personnel enseignant du SFA. Ces experts sontrecrutés en fonction de leur compétence scientifique dans le domaine concerné. Pour lerecrutement de ces experts, il y a une collaboration avec <strong>des</strong> instituts comme le Goethe-Institut en Allemagne ou le British Council au Royaume-Uni.- Dans le cadre de projets de recherche nationaux et de projets de coopération européens.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLa motivation de tous ceux qui appartiennent aux différents publics cibles énumérés et quiviennent dans les cours de langues est très grande (excepté pour les demandeurs d'emploi).Ces personnes viennent souvent en désespoir de cause, parce qu'ils se rendent compte quesans les compétences en langues ou en informatique, ils auront toujours <strong>des</strong> problèmes<strong>d'insertion</strong>.Il y a rarement <strong>des</strong> problèmes de motivation graves, la plupart venant avec un objectif, etquand ils ont atteint cet objectif, ils partent.Pour ceux qui ont une certaine démotivation, il y a une remotivation au cours <strong>des</strong> activités<strong>pédagogiques</strong> de tous les jours. On essaie de leur transmettre un certain plaisir del'apprentissage. Les cours sont organisés de façon à répondre le mieux aux besoins <strong>des</strong>participants, ce qui est rendu possible par le fait qu'il n'y a pas de programmes fixes, et ils sontorganisés de façon à faire acquérir la langue comme une compétence communicative quiouvre <strong>des</strong> portes, et pas comme un ensemble de règles grammaticales par lesquelles ils sontécrasés.b) Modalités de ces activitésCes activités se font par l’enseignant en classe. Il s'agit d'un encouragement personnel parexposition à <strong>des</strong> expériences de communication positives.c) Personnel responsable pour ces activitésL’enseignant en classe.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formationsAu Centre de Langues il y a uniquement <strong>des</strong> cours de langue et accessoirement <strong>des</strong> coursd'informatique intégrés à l'apprentissage <strong>des</strong> langues pour les demandeurs d'emploi.Pour l'ensemble du SFA, il y a une grande variété de cours, notamment les cours qui sontnécessaires pour accéder aux diplômes de fin d'étu<strong>des</strong> de l'enseignement secondaire etsecondaire technique. Mais ceux-ci sont en général peu fréquentés par les groupes ciblescités, mais surtout par <strong>des</strong> personnes à la recherche d’une amélioration de leur statutprofessionnel.b) Objectifs <strong>des</strong> formationsDans les cours de langues, on vise le développement de compétences de communication par<strong>des</strong> mises en situation. Il y a un tableau à 10 niveaux de difficulté croissante pour chacune <strong>des</strong>quatre compétences "écouter", "parler", "lire" et "écrire". Par exemple, pour la compétence"parler", le niveau 1 est : " L’apprenant est capable de produire, avec l’aide d’un interlocuteur,243


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg<strong>des</strong> phrases simples et isolées dans <strong>des</strong> situations prévisibles de la vie courante". Le niveau 10est formulé de la façon suivante : "L’apprenant est capable de se livrer à un commentairecomposé et au développement détaillé d’une idée personnelle dans une langue soutenue".Dans un bref avenir, les six niveaux de compétences définis par le Conseil de l’Europe etrepris par ALTE (Association of Language Testers in Europe) seront adaptés pourl’organisation <strong>des</strong> cours.Les cours d’informatique ont surtout pour objectif de faire acquérir aux adultes le maniementde base <strong>des</strong> logiciels les plus usuels et de contribuer à l’éducation aux médias. Les cours pouravancés préparent aux permis de conduire informatique européen.c) Grilles horairesAu CLL, les cours fonctionnent par semestres, chaque semestre ayant trois sessions, et lecalendrier scolaire luxembourgeois concernant les vacances est d'application.Il y a les types de cours de langues suivants :- classes d’accueil pour jeunes immigrants primo-arrivants (20 + 12 heures par semaine),- classes ADEM pour demandeurs d'emploi (16 heures par semaine),- cours intensifs (10 heures par semaine), on y trouve notamment les réfugiés,- cours accélérés (6 heures par semaine),- cours de perfectionnement (4 heures par semaine),- cours spéciaux (2 heures par semaine).Le rythme de démarrage de nouveaux groupes est pour les débutants de deux fois par an(donc une fois par semestre) et pour les non-débutants de six fois par an.La durée <strong>des</strong> formations varie entre cinq semaines et cinq années, selon la volonté du clientqui arrête son apprentissage quand il estime que ses objectifs sont atteints. Il n'y a aucunecontrainte ni pour la durée, ni pour la fréquence, ni pour la plage horaire (excepté lespersonnes envoyées par l'ADEM pour lesquels les cours de langues font partie d'une mesurede placement).Les cours organisés par le SFA dans les lycées et les administrations communales sont surtout<strong>des</strong> cours du soir ou de week-end : 2 à 6 heures par semaine.Les cours de deuxième voie de qualification préparant aux examens de l'enseignementsecondaire et de l'enseignement secondaire technique sont organisés à raison de 15 à 18heures par semaine.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesL’indépendance par rapport aux programmes officiels luxembourgeois permet un degré deflexibilité méthodologique proche <strong>des</strong> besoins du "client" (learner-centered), qui est un adulteet qui est donc responsable de son propre apprentissage. Les clients ont en général reconnuleurs besoins par divers moyens et ils voudraient que ces besoins soient satisfaits le plusrapidement possible.La compétence communicative en langues est plus importante que les règles grammaticales,qui sont toujours subordonnées à la pratique concrète de la langue. Les participants doiventavoir le plus rapidement possible <strong>des</strong> expériences de succès dans la communicationlangagière, ils ne doivent pas être tout le temps confrontés avec leurs éventuelles fautes degrammaire, comme c'est couramment fait dans l'enseignement. Par exemple, l'apprenant doitapprendre à se présenter, à engager un conversation, à comprendre la radio et la télévision, àlire un journal, etc.244


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgOn constate d'ailleurs que les participants ont toujours un minimum de connaissances de lalangue quand ils viennent suivre un cours. Ainsi, dans le cadre d'un modèle pédagogique deconstruction collaborative du savoir, on constate que dans un groupe il y a toujours quelqu'unqui connaît déjà quelque chose, et on peut alors construire progressivement sur ces éléments.Par exemple, les participants commencent par dire leur nom, se présenter brièvement, à direoù ils travaillent, etc. On peut aller ainsi vers de plus en plus de complexité.En luxembourgeois, il est important de donner aux gens la capacité de comprendre et <strong>des</strong>’exprimer dans <strong>des</strong> situations de la vie quotidienne sociale et professionnelle.Pour les participants aux cours de langues, on constate que les quatre compétences ont unordre d'importance qui est celui-ci : écouter, parler, lire et écrire. L'écrit a donc le moinsd'importance, contrairement a ce qui est considéré comme norme à l'école. Au début <strong>des</strong> coursde langues, l'écrit sert surtout comme point d'appui pour la mémorisation, puis il prendprogressivement plus d'importance.Ces considérations sont particulièrement valables pour les publics en difficultés, il y a unaccent particulier sur le renforcement de l’encadrement pédagogique, une méthode trèscommunicative, une motivation surtout par le succès.En général, il y a une combinaison de différents éléments didactiques (travail individuel,travail en groupe, jeux de rôles, audio-visuel, multi-média, Internet, etc.).- Pour la formation à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> illettrés organisée par le SFA, il s'agit plutôt d'une plagehoraire que d'un cours. Pendant <strong>des</strong> plages horaires prédéfinis, les enseignants se tiennent àdisposition pour un encadrement individuel. La démarche consiste à apprendre d'abord surordinateur, puis d'écrire à la main, car c'est plus facile au niveau de la psychomotricité fine detaper sur un clavier. Une approche orientée projet est adoptée : chaque année, les adultesrédigent un livre sur un sujet qui les préoccupe, ce livre étant ensuite "publié".- La formation à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> demandeurs d'emploi a la particularité que ces derniersapprennent à la fois la langue et l'utilisation de l'ordinateur. D'abord, les deux apprentissagesse laissent très bien combiner. Ensuite, une de leur difficulté de trouver un emploi vient dufait qu'ils ne savent pas se servir d'un ordinateur, alors on leur apprend par exemple à rédigerleur CV sur ordinateur. L'apprentissage <strong>des</strong> langues orales est conçu de telle façon que cespersonnes puissent assumer un entretien d'embauche dans la langue qui leur est enseignée, ilsdoivent aussi pouvoir écrire une demande d'emploi et un CV, l'écrit a donc ici une certaineimportance.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsL’encadrement socio-éducatif <strong>des</strong> apprenants est totalement inexistant faute de pouvoirrecruter du personnel qualifié et c'est un manque très important. L'éducation <strong>des</strong> adultes a étégreffée sur le modèle du lycée, donc l'engagement d'enseignants est possible, maisl'engagement d'autres catégories de personnel est très difficile. Surtout <strong>des</strong> socio-pédagoguesseraient très importants pour réaliser un encadrement <strong>des</strong> apprenants et pour les aider àidentifier et à préciser leurs besoins au début <strong>des</strong> formations. Souvent, <strong>des</strong> personnes viennentau SFA avec <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> complètement irréalistes (<strong>des</strong> illettrés qui veulent avoir le diplômede fin d'étu<strong>des</strong> secondaires par exemple), et ce serait le travail d'un conseiller pédagogique deles aider à arriver à une demande réaliste et de développer un projet personnel de formationavec les candidats. Ensuite ce serait le rôle de ce conseiller pédagogique de les encadrer et deles suivre périodiquement tout au long de leur formation.245


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureL’encadrement socio-éducatif <strong>des</strong> apprenants est totalement inexistant faute de pouvoirrecruter du personnel qualifié. Cela entraîne également le fait qu'il n'y a pas de connaissancessuffisantes sur le profil et le devenir <strong>des</strong> personnes apprenantes. Ce qui fait aussi qu'onmanque de moyens pour adapter les métho<strong>des</strong> <strong>pédagogiques</strong> aux profils <strong>des</strong> apprenants, caron ne les connaît pas suffisamment.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureAucun suivi ne peut être réalisé par le SFA après la formation.8. StagesIl n'y a pas de stages pour les apprenants.a) Durée <strong>des</strong> stagesSans objet.b) Lieux de stageSans objet.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesSans objet.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesSans objet.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesSans objet.f) Lien avec l'ADEMSans objet.g) Lien avec le marché de l'emploiSans objet.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsIl y a <strong>des</strong> bilan de fin de semestre et la possibilité de passer <strong>des</strong> examens ALTE (Associationof Language Testers in Europe) (www.alte.org). Ce dernier point est particulièrementintéressant pour les groupes cibles cités, en particulier pour les réfugiés, car ce système leurpermet d'avoir une certification éventuellement reconnue dans leur pays d'origine s'ils yretournent.En fait, il y a quatre niveaux de certification qui sont possibles:- au niveau le moins exigeant, on peut donner un certificat de participation (si le participant aassisté à 70 % <strong>des</strong> cours au moins), mais qui ne dit rien sur les compétences réelles;- on peut aussi donner un bilan de compétences décrivant les niveaux de compétence et <strong>des</strong>avoir atteints;246


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- pour ceux qui suivent la deuxième voie de qualification, ils font les tests et les examens quisont d'usage pour les élèves de l'enseignement ordinaire;- les examens en langues qui sont organisés par <strong>des</strong> organismes internationaux reconnus,comme par exemple les examens University of Cambridge en anglais, ceux du Goethe-Instituten allemand, ceux de l'Alliance Française de Paris en français, etc., ainsi que les examens enluxembourgeois organisés par le SFA sur base légale; toutes ces associations se sontregroupées dans ALTE, dont le but est d'accorder les niveau d'examens entre les différenteslangues.Au niveau informatique, les apprenants sont préparés au permis de conduire informatiqueeuropéen, ce qui est également un certificat en train d'être reconnu au niveau international.C'est une possibilité intéressante pour les demandeurs d'emploi.La participation aux examens en question est toujours volontaire.b) Modalités de cette évaluationL'évaluation <strong>des</strong> cours de langues au Centre de Langues est exclusivement formative,mesurant les progrès en compétence de communication par simulation de jeux de rôles. Il n'ya pas d'évaluation certificative dans les cours mêmes.c) Personnel responsable de cette évaluationLes enseignants.d) Qualifications possiblesAu Centre de Langues, les apprenants peuvent apprendre tous les niveaux <strong>des</strong> différenteslangues enseignées, et ils peuvent apprendre l'utilisation courante de l'ordinateur.e) Certifications possiblesVers la fin de l’année scolaire, il peut y avoir une passation d’examens en languescorrespondant aux échelons A1, A2 (débutants), B1, B2 (intermédiaire), C1, C2 (avancés) deALTE. Dans les faits, les groupes cibles cités sont surtout intéressés par les niveaux B1 et B2.En informatique, les participants peuvent acquérir le permis de conduire informatiqueeuropéen, qui est en train de devenir un certificat reconnu au niveau international.10. Personnela) Différents profils du personnelAu Centre de Langues, il y a une seule catégorie : <strong>des</strong> enseignants de langues. Ce sont enpartie <strong>des</strong> enseignants <strong>des</strong> lycées et lycées techniques, qui sont <strong>des</strong> fonctionnaires nommés, etqui travaillent à temps complet ou à temps partiel au Centre de Langues.Mais environ 75 % <strong>des</strong> enseignants sont <strong>des</strong> chargés de cours qui sont recrutés par ladirection, et qui doivent disposer de sérieuses connaissances en didactique <strong>des</strong> langues ou enpédagogie <strong>des</strong> adultes.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementDans la très grande majorité <strong>des</strong> cas, il s'agit d'une formation de niveau Bac + 4. On appliqueles dispositions légales pour l’entrée en fonction auprès de l’<strong>Etat</strong>.Les chargés de cours sont recrutés à condition d'avoir une formation spéciale en didactique<strong>des</strong> langues ou en pédagogie <strong>des</strong> adultes.247


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAu Centre de Langues, la formation continue est obligatoire et intégrée dans la tâche (deuxsemaines par an au début de chaque semestre), cette disposition va être étendue à l'ensembledu personnel enseignant du SFA. La formation est assurée soit par les membres du corpsenseignant qui ont acquis une compétence dans un domaine spécial, soit par <strong>des</strong> expertsexternes invités.Voir aussi le projet CoVA (http://cova.formation.lu) : il s'agit d'une plate-forme Internet demise en commun de bonnes <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> pour tous les enseignants du Centre deLangues et prochainement pour l'ensemble du corps enseignant du SFA. On a en effetconstaté que les formations ponctuelles ne suffisent pas et qu'il est important de pouvoirdévelopper en commun et d'échanger <strong>des</strong> outils et <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> nouvelles.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementOn applique les dispositions légales pour l’entrée en fonction auprès de l’<strong>Etat</strong> qui sont envigueur pour les enseignants du secondaire. Ainsi, <strong>des</strong> enseignants peuvent faire un stagepédagogique et rentrer dans les dispositions légales pour être fonctionnaire. Eventuellementils peuvent se faire muter dans un lycée ou lycée technique. De même, <strong>des</strong> enseignants d'unlycée ou lycée technique peuvent faire une demande de mutation pour enseigner au SFA, maisce ne sont pas toujours ceux qui ont le plus de compétences en didactique <strong>des</strong> adultes.La direction du SFA estime que les dispositions de recrutement du personnel enseignant pourl'enseignement secondaire et l'enseignement secondaire technique ne sont guère adaptées auxbesoins de la formation <strong>des</strong> adultes – d’où l’importance accordée à la formation continue et lesouci de la direction de définir un profil du formateur <strong>des</strong> adultes (projet en cours de route).Les chargés de cours sont recrutés à condition d'avoir une formation spéciale en didactique<strong>des</strong> langues ou en pédagogie <strong>des</strong> adultes.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLa pédagogie doit le plus possible tenir compte de l'apprenant adulte en tant que responsablede son propre apprentissage. La seule méthodologie efficace est celle de la constructioncollaborative du savoir et l’approche communicative d’apprentissage <strong>des</strong> langues.Le formateur d'adultes en langues doit avoir une solide connaissance en didactique de lalangue qu'il veut enseigner et en pédagogie <strong>des</strong> adultes, il doit aussi connaître l'environnementéconomique et social pour pouvoir s'adapter aux besoins <strong>des</strong> apprenants adultes.248


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.31. Service National de la Jeunesse (SNJ), Service formationM. Claude Bodeving, Psychologue/Attaché de Gouvernement, Responsable du Serviceformation et de la Coordination régionaletél.: 478-6469; fax: 464186; e-mail: claude.bodeving@snj.lu1, rue de la Poste, L-2346 Luxembourghttp://www.snj.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLa limite d'âge pour les Contrats d'auxiliaires temporaires (CAT) de délégués à l'informationdans les Points d'Information Communaux (PIC) et pour les CAT-animateurs dans lesmaisons de jeunes est de ne pas avoir dépassé l’âge de 30 ans accomplis. C’est la limite d'âgelégale pour un CAT.b) Nombre de jeunes concernés- Environ 60 jeunes de 19 à 25 ans sont annuellement en contrat CAT de délégués àl'information PIC. La tendance est nettement croissante, car les PIC deviennent de plus enplus nombreux.- Les CAT-animateurs dans les maisons de jeunes sont une quinzaine actuellement, âgésentre 19 et 25 ans. Là aussi leur nombre a tendance à croître, ce qui est dû à la demandecroissante <strong>des</strong> maisons de jeunes d’embaucher un jeune sous contrat CAT.c) Profil <strong>des</strong> jeunes- Dans le cadre du projet délégués à l'information PIC, qui est organisé dans les maisons dejeunes, les participants en CAT sont généralement <strong>des</strong> personnes défavorisées et/ou ayant <strong>des</strong>difficultés <strong>d'insertion</strong>. La plupart d'entre eux ont quitté le lycée technique entre la 9e et la 11eet n'ont pas de certificat professionnel (CATP par exemple). Pour pouvoir travailler commedélégué à l'information, ils doivent néanmoins avoir <strong>des</strong> compétences minimales en écriture,vu qu'ils doivent pouvoir transmettre en partie de l'information par écrit.Des universitaires qui ne trouvent momentanément pas d'autre emploi sont également parfoisreprésentés, mais c'est plutôt rare. La mesure n'est d'ailleurs pas vraiment <strong>des</strong>tinée à cettepopulation.- Les CAT-animateurs sont également <strong>des</strong> jeunes défavorisés et/ou ayant <strong>des</strong> difficultés<strong>d'insertion</strong>, mais général ils ont un niveau scolaire plus bas.d) Mode de repérage et de recrutementLa plupart <strong>des</strong> stagiaires délégués à l'information PIC et CAT-animateurs sont envoyés parl'Administration de l'Emploi (ADEM), ces jeunes sont alors engagés après accord de lacoordinatrice régionale du SNJ et de l'éducateur gradué de la maison de jeunes concernée.L'autre partie <strong>des</strong> candidats est constituée de personnes recrutées par le biais <strong>des</strong> maisons dejeunes (sur proposition de l’éducateur ou de l'ASBL gestionnaire), qui doivent s'inscrire àl'ADEM s'ils ne le sont pas encore, puis, après être inscrits depuis un mois au moins commedemandeurs d’emploi auprès <strong>des</strong> bureaux de placement de l’ADEM, sont engagés commeCAT.249


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Statut <strong>des</strong> jeunesLes stagiaires délégués à l'information PIC et CAT-animateurs <strong>des</strong> maisons de jeunes sont<strong>des</strong> demandeurs d'emploi avec un contrat CAT.2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifLe SNJ est un service du Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse.C'est une structure <strong>des</strong>tinée à constituer pour les jeunes un organisme de contact, de soutien,de formation et d’information (loi du 27 février 1984). Le SNJ comprend un service centralde direction, de formation, d’information et d’animation ainsi que <strong>des</strong> services régionaux(Service coordination régionale nord/est, centre, sud). Ce dernier intervient surtout dans lamise en oeuvre du plan d’action national en faveur de l’emploi (PAN).Une collaboration étroite est organisée avec l'ADEM concernant les contrats CAT où le SNJest promoteur. Il s'agit d'une soixantaine de contrats avec <strong>des</strong> jeunes qui travaillent dans lesdifférentes maisons de jeunes. Deux formules existent actuellement pour ces CAT dans lesmaisons de jeunes, à savoir les délégués à l'information PIC et les CAT-animateurs.- Les délégués à l'information PIC.L'objectif <strong>des</strong> PIC est de rassembler de l'information dans la commune et de la transmettreaux autres jeunes, dans le cadre <strong>des</strong> maisons de jeunes. Il y a actuellement une vingtaine deces PIC sur tout le territoire du pays.Dans ce projet, <strong>des</strong> tuteurs encadrent et suivent régulièrement les stagiaires CAT. Ces tuteurssont d’une part les éducateurs gradués <strong>des</strong> maisons de jeunes et d'autre part les éducatricesgraduées de la coordination régionale. Des formations formelles sont prévues (voir point 5).- Les CAT-animateurs. Ceux-ci assistent les éducateurs gradués dans l'animation <strong>des</strong>maisons de jeunes. Dans ce projet, les mêmes éducateurs gradués <strong>des</strong> maisons de jeunes et dela coordination régionale encadrent et suivent les stagiaires. Des formations formelles sontégalement prévues (voir point 5).Trois autres formations sont organisées (ou organisées en collaboration) par le SNJ.- La formation aide-junior s'inscrit dans la formation aux fonctions d'aide socio-familiale(pour tous les détails voir la fiche Formation aux fonctions d'aide socio-familiale dans leprésent rapport). Il s'agit du tronc commun et d'un <strong>des</strong> quatre modules de spécialisation :"option encadrement direct - enfant et famille", ce dernier étant pris en charge par le SNJ. Cemodule de spécialisation comporte au moins 110 heures à raison de 4 heures par semaine. Ils'agit d'une formation de deux ans en cours d'emploi.Deux années d'expérience professionnelle dans le secteur de l'aide socio-familiale sontexigées, cette durée pouvant avoir été complétée en partie par un contrat CAT, notamment parles CAT délégués à l'information PIC ou CAT-animateurs.Actuellement, 5 ai<strong>des</strong>-junior en formation, âgés de 19 à 25 ans, travaillent dans les maisonsde jeunes et 4 participent à la formation. Les éducateurs gradués de la maison de jeunes sontles tuteurs de ces stagiaires "aide-junior".Les détenteurs de ce Certificat d'aptitude aux fonctions d'aide socio-familiale ayant réussi letronc commun et le module de spécialisation "option encadrement direct - enfant et famille"ont la possibilité de travailler dans une maison de jeunes et la fonction exercée peut êtredésignée comme aide-junior.- Une formation "Activation du développement vocationnel et personnel en maisons dejeunes" est organisée en collaboration entre Inter-Actions, l'ADEM et le SNJ. Ce projet esten cours d'élaboration. L'objectif est de donner aux jeunes les informations et les outils de250


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgréflexion sur eux-mêmes et sur leur environnement pour qu'ils puissent se forger un projetprofessionnel et être à même de mettre celui-ci en application.- Une formation socio-éducative est organisée par le SNJ pour les ouvriers sous contrat deCAT-PR de l'ASBL Forum pour l'Emploi. Ce projet a entre autres comme objectif d'améliorerles capacités sociales et personnelles (s'adapter et s'intégrer à la vie sociale) et de développeret valoriser l'engagement personnel dans le travail. Y collaborent également : Médecins sansFrontières/Solidarité Jeunes, Planning Familial, Aidsberodung Croix-Rouge, Centre deMédiation et l'ADEM.b) Infrastructure disponible- La formation <strong>des</strong> délégués à l'information PIC a lieu dans la majorité <strong>des</strong> cas dans leCentre de formation d’Eisenborn du SNJ. Le lieu de travail du jeune sous contrat CAT est lamaison de jeunes où il y a un PIC, actuellement il y en a une vingtaine.L'infrastructure de la maison de jeunes comporte en général une maison avec une salled'accueil, <strong>des</strong> jeux, <strong>des</strong> ordinateurs, <strong>des</strong> salles de réunion et d’animation.L’infrastructure du centre d’Eisenborn comporte trois gran<strong>des</strong> salles de réunion, <strong>des</strong> dortoirs,une salle avec ordinateurs et une cantine.- La formation <strong>des</strong> CAT-animateurs bénéficie également de l'infrastructure du Centre deformation d’Eisenborn.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertionLa durée <strong>des</strong> formations de délégué à l'information PIC et de CAT-animateurs est variableet dépend de la durée du CAT (qui est de 3 mois plus 9 mois). Dans les meilleurs cas, lesCAT ne durent pas un an, car le jeune a trouvé un emploi sur le premier marché de l'emploi.- La formation formelle de délégué à l'information PIC en elle-même dure environ 110heures intégrées dans le cadre de l'horaire de travail normal.- Les formations ponctuelles et supervisions organisées à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> CAT-animateurscomportent quelques dizaines d'heures également intégrées dans le cadre de l'horaire detravail normal.d) Base légale et réglementaireOn peut citer la Loi du 27 février 1984 portant création d'un Service National de la Jeunesse(Mémorial A 1984, p. 247) et la Loi du 12 février 1999 concernant la mise en œuvre du pland’action national en faveur de l’emploi 1998 (Mémorial A n° 13 du 23 février 1999).Pour la formation aide-junior, il s'agit du Règlement grand-ducal du 21 mai 1999 instituantune formation aux fonctions d'aide socio-familiale (Mémorial A n° 129 du 9 octobre 1999).Des accords de coopération existent avec l’Action Locale pour Jeunes (ALJ) et le Centre dePsychologie et d'Orientation Scolaires (CPOS).3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueNon.b) Collaboration avec le monde scientifiqueNon.251


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes délégués à l'information PIC et les CAT-animateurs sont en général bien motivés pourtravailler dans une maison de jeunes, car souvent ils ont déjà eu beaucoup de contacts avecces institutions (en tant qu’animateurs bénévoles par exemple). Les CAT-animateurs sontgénéralement plus proches <strong>des</strong> jeunes qui fréquentent ces maisons (concept d’éducation pargroupe de pairs), tandis que les délégués à l'information PIC aspirent parfois à <strong>des</strong> professionssocialement plus reconnues.La motivation à la formation formelle elle-même est plus variable, surtout vu que les jeunesstagiaires ont au début l'impression que cela leur rappelle l'école, par rapport à laquelle ils onten général un certain rejet.b) Modalités de ces activitésAu cours <strong>des</strong> formations de délégués à l'information PIC et de CAT-animateurs, onintervient dès le début par rapport à cette fausse impression que les jeunes stagiaires peuventavoir d'être à l'école, en leur expliquant qu'ils sont au centre de cette formation, qu'ils ont leurmot à dire et que leurs expériences peuvent sans problème être introduites (principe departicipation active) et qu’il ne s’agit pas d’une formation dans le cadre de l’éducationformelle. On leur montre qu'il s'agit de formation basée sur l'expérience.Afin de répondre aux exigences d’une formation qui d’une part se veut être une préparation àun travail complexe à tâches très hétérogènes et d’autre part est un important dispositif del’insertion socio-professionnelle <strong>des</strong> jeunes, la formation fait appel au concept du learning bydoing.La formation confère aux participants <strong>des</strong> connaissances théoriques et <strong>pratiques</strong> de base pourtravailler dans une maison de jeunes et entend mobiliser <strong>des</strong> compétences sociales etpersonnelles pour améliorer les chances d’insertion professionnelle (mobilisation <strong>des</strong>ressources intrapersonnelles).Par ailleurs, on évite les évaluations dévalorisantes, car c'est ce qu'ils ont souvent connuavant. S'il y a critique, elle doit être formulée dans un esprit et un cadre qui permet auxstagiaires de l'accepter et donc d'en tirer profit.c) Personnel responsable pour ces activitésAu cours <strong>des</strong> formations de délégués à l'information PIC et de CAT-animateurs, lestuteurs, à savoir les éducatrices graduées de la coordination régionale du SNJ jouent leprincipal rôle dans le travail sur la motivation.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- Pour les délégués à l'information PIC, le gros de la formation se fait par l'expérienceconcrète du travail dans la maison de jeunes et on essaye de conférer aux participants <strong>des</strong>compétences personnelles et sociales et <strong>des</strong> aptitu<strong>des</strong> de travail en se basant sur laméthodologie de l'éducation non formelle. Une formation par modules est organisée. Celle-civise aussi bien à initier les stagiaires à leurs tâches dans les PIC (rassembler et transmettrel'information), qu'à leur donner une formation plus générale.Les cinq modules sont les suivants :252


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg1) L'accueil (l'information généraliste, l'organisation pratique de l'accueil, l'entretien en face àface, l'entretien non-directif, la communication, le conseil, etc.).2) Les grands domaines de l'information <strong>des</strong> jeunes (le secteur Jeunesse au Luxembourg, lesdroits et devoirs <strong>des</strong> jeunes, le système scolaire, etc.).3) Le programme européen "Jeunesse" (initiatives de groupes, le Service volontaire, lescritères et formulaires <strong>des</strong> projets européens, etc.).4) La recherche de l'information (les outils de recherche comme la presse, les brochures, lescatalogues, les CD-ROM et Internet, etc.).5) L'information active <strong>des</strong> jeunes (Infobus, Infojeu, élaboration de projets, démarchesadministratives, correspondance, publicité, animation, etc.).- Pour les CAT-animateurs, le gros de la formation se fait également par l'expérienceconcrète du travail dans la maison de jeunes (éducation non formelle). Des formationsponctuelles sont organisées (par exemple sur la cohabitation interculturelle, la gestion <strong>des</strong>conflits, etc.). Des supervisions régulières par le psychologue du SNJ sont également prévues.Actuellement, le SNJ est en train d'élaborer un programme de formation modulaire completpour les CAT-animateurs.- La formation socio-éducative à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> ouvriers de Forum pour l'emploi, prise encharge par le SNJ, a un caractère modulaire. Voici le détail de ces modules.Module 1 : Santé (corps, prévention, sida, dépendances, etc.).Module 2 : Communication (métho<strong>des</strong> de communication, problèmes, règles decommunication positive, etc.).Module 3 : Conflits (types de conflits, gestion <strong>des</strong> conflits, etc.).Module 4 : Compétences personnelles (connaissance et affirmation de soi, construction d'unprojet personne, budget personnel, etc.).Module 5 : Planification de carrière (expériences professionnelles, désirs de métier, facteursde réussite, CV, lettre de motivation, entretien d'embauche, etc.).Module 6 : Droits et devoirs (droit du travail, droit pénal, droit familial, droit civil, actes de lavie courante, etc.).b) Objectifs <strong>des</strong> formations- L'objectif de la formation de délégué à l'information PIC ou de CAT-animateurs estd'abord d'initier les jeunes stagiaires à leurs tâches dans les maisons de jeunes (rassembler ettransmettre l'information dans les PIC; assurer l'animation de la maison de jeunes).Par ailleurs, il s'agit de leur donner une formation plus générale (compétences sociales etpersonnelles, comme par exemple la capacité de communiquer, de gérer <strong>des</strong> conflits, lacréativité et la capacité d'initier de nouveaux projets).Il s'agit surtout de rendre le stagiaire apte à s'intégrer sur le premier marché du travail.- Les objectifs éducatifs de la formation socio-éducative à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> ouvriers de Forumpour l'emploi sont : développer <strong>des</strong> capacités sociales et personnelles (s'adapter et s'intégrer àla vie sociale), développer et valoriser l'engagement personnel dans le travail, donner auxparticipants la possibilité de découvrir leurs compétences et talents, développer une confianceen leurs compétences, développer une confiance en soi. Les objectifs sociaux de la formationsont : la socialisation ou la resocialisation (remise dans un fonctionnement social normal), lamotivation du jeune pour s'intégrer à la société, la réinsertion sur le marché de l'emploi.c) Grilles horairesLes délégués à l'information PIC et CAT-animateurs en contrat CAT ont un horaire detravail normal de 40 heures. Les formations sont intégrées dans cet horaire, en règle générale253


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc'est environ une semaine par mois. Pour la formation de délégués à l'information PIC, ils’agit en total d’environ 110 heures.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesLes métho<strong>des</strong> actives et la participation <strong>des</strong> stagiaires dans les formations de délégués àl'information PIC et de CAT-animateurs sont très importantes. Beaucoup de temps estconsacré à la possibilité que le jeune puisse donner ses opinions et ses idées. Il n'y a pas dethéorie pour la théorie, mais la formation se passe par <strong>des</strong> mises en situation, <strong>des</strong> exercices<strong>pratiques</strong>, l’échange d’expériences, etc.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsDans le cadre <strong>des</strong> projets délégués à l'information PIC et CAT-animateurs, le contrat CATprévoit toujours deux tuteurs, à savoir deux éducateurs gradués, qui encadrent et suivent lestagiaire.L'éducateur gradué de la maison de jeunes est engagé par l'ASBL qui gère l'établissement, ilintervient surtout au niveau de l'encadrement quotidien du stagiaire. L'éducateur gradué de lacoordination régionale du SNJ s'occupe plus du volet formation, contacte régulièrement lesstagiaires, établit leur plan de travail, établit leurs horaires, fait un suivi de leur travail, donneune aide concernant l’intégration dans le marché de l’emploi, réalise <strong>des</strong> concertations avecl’éducateur gradué de la maison de jeunes, etc.b) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureDans le cadre <strong>des</strong> projets délégués à l'information PIC et CAT-animateurs, l'éducateurgradué de la coordination régionale du SNJ fait un suivi régulier du stagiaire, en ce quiconcerne les problèmes administratifs et sociaux, le contrat, l'hébergement et de placement duparticipant sur le premier marché de l'emploi, etc.c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesurePour les projets délégués à l'information PIC et CAT-animateurs, le SNJ ne fait plus <strong>des</strong>uivi après la fin du contrat CAT.Un certain nombre de ces jeunes s'engagent dans <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> d'éducateur en cours d'emploi enBelgique, ou s'engagent dans la formation aide-junior du SNJ. Concernant le marché del'emploi, les débouchés sont très variables et dépendent aussi du niveau antérieur du stagiaire.La plupart sont insérés sur le premier marché de l'emploi.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesPour les participants à la formation de délégué à l'information PIC, un stage d'une semaine alieu à l'ASBL Centre Information Jeunes (CIJ).b) Lieux de stagePour les participants à la formation de délégué à l'information PIC, un stage d'une semaine alieu au CIJ.254


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgc) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesLes stagiaires délégués à l'information PIC continuent à être encadrés par les éducateursgradués de la coordination régionale du SNJ. Un encadrement spécifique a également lieu auCIJ.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesUne évaluation du stage <strong>des</strong> délégués à l'information PIC ayant lieu au CIJ est faite sur based'une grille d'évaluation.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLes stagiaires délégués à l'information PIC continuent à être suivis par les éducateursgradués de la coordination régionale du SNJ.f) Lien avec l'ADEMIl n'y a pas de lien spécifique pour ce stage au CIJ <strong>des</strong> délégués à l'information PIC, maisl'ADEM est informée.g) Lien avec le marché de l'emploiLe stage <strong>des</strong> délégués à l'information PIC permet de connaître un autre lieu de travail quipourrait être un futur emploi pour le stagiaire.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsPour les participants à la formation de délégué à l'information PIC, une évaluation du stageau Centre Information Jeunes est faite sur base d'une grille d'évaluation. Par ailleurs, uneévaluation de chacun <strong>des</strong> modules de la formation a lieu.b) Modalités de cette évaluationPour les participants à la formation de délégué à l'information PIC et CAT-animateurs,une évaluation globale de chacun <strong>des</strong> modules de la formation a lieu à la fin de ces modules(évaluation sommative par les participants ainsi que rapports rédigés pour chaque session deformation par les participants).c) Personnel responsable de cette évaluationPour les participants à la formation de délégué à l'information PIC, l'évaluation de laformation se fait par la cellule de coordination régionale du SNJ (psychologue et éducateursgradués).d) Qualifications possibles- La formation de délégué à l'information PIC permet de se qualifier comme délégué àl'information du PIC.- Les CAT-animateurs apprennent les bases de l'animation d'une maison de jeunes ainsi queles métho<strong>des</strong> utilisées dans le cadre du travail de jeunesse.255


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourge) Certifications possibles- Un certificat de formation du SNJ est décerné aux délégués à l'information PIC et auxCAT-animateurs ayant terminé la formation, ce certificat reprend sur une page l'intitulé <strong>des</strong>modules. Ce certificat n'a pas de valeur légale et n'est pas reconnu officiellement par leMENFPS, mais peut aider à trouver un emploi dans le secteur. Il ne permet pas au détenteurde revendiquer un barème légal.- Un certificat de formation est décerné aux participants à la formation socio-éducative à<strong>des</strong>tination <strong>des</strong> ouvriers de l'ASBL Forum pour l'emploi (certificat délivré par le SNJ etForum pour l’emploi).10. Personnela) Différents profils du personnelLes éducateurs gradués <strong>des</strong> maisons de jeunes encadrent les stagiaires délégués àl'information PIC ou CAT-animateurs au jour le jour.Les éducateurs gradués et le psychologue de la coordination régionale du SNJ assurent lesformations de délégué à l'information PIC ou de CAT-animateurs, mais <strong>des</strong> formateursexternes (par exemple du CIJ, de la Computerschoul, du Centre de Médiation, <strong>des</strong> Services dePsychologie et d'Orientation Scolaires - SPOS) interviennent également.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes éducateurs gradués ont en général suivi la formation initiale à l'Institut d'Etu<strong>des</strong>Educatives et Sociales (IEES) de Fentange/Livange. Le psychologue a une formationuniversitaire en psychologie ainsi qu’une formation psychothérapeutique (approche Rogers).Ces personnels n'ont pas de formation complémentaire en pédagogie ou dans le domaine de lajeunesse. Par contre, ces personnes suivent régulièrement de la formation continue dans ledomaine, par exemple aux Centres européens de la jeunesse à Strasbourg ou Budapest(Conseil de l’Europe) ou à l'Institut National d'Administration Publique (INAP).c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLe recrutement <strong>des</strong> formateurs se fait sur base d’entretiens avec les structures respectives.d) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesLes métho<strong>des</strong> actives et la participation <strong>des</strong> stagiaires sont très importantes. Les stagiairesdoivent être au centre de la formation, avoir leur mot à dire et pouvoir introduire leursexpériences. Il importe aussi que la formation soit basée sur l'expérience. Beaucoup de tempsdoit être consacré à la possibilité que le stagiaire puisse donner ses opinions et ses idées.L’approche est caractérisée par les métho<strong>des</strong> utilisées par l’éducation non formelle :- elle est basée sur l’apprentissage,- on favorise les interactions entre les dimensions cognitives, affectives et <strong>pratiques</strong> del’apprentissage,- il y a une approche participative basée sur l’égalité entre le formateur et l’apprenant,- l’apprentissage est considéré comme processus qui dure pendant toute une vie,- on apprend en créant,- il y a un environnement démocratique,- on favorise une approche collective et individuelle de l’apprentissage.256


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg3.32. Zarabina ASBLMme Marcelle Jemming, Responsable de l'orientation professionnelleMme Carole Munhowen, Responsable de la formation professionnelletél.: 26551213; 26551773; 26551774; fax: 26551214; e-mail: zarabin@education.lu27, rue Emile Mayrisch, L-4240 Esch-sur-Alzettehttp://www.zarabina.lu1. Public ciblea) Limites d’âgeLe public cible de Zarabina est constitué actuellement de femmes qui sont âgées entre 23 et53 ans.Il n'y a en principe pas de limites d'âge après la fin de la scolarité obligatoire.b) Nombre de jeunes concernésEn pratique, en 2001, 5 % de celles qui ont consulté avaient moins de 20 ans et 11-12 %avaient entre 20 et 30 ans. Donc, la plupart <strong>des</strong> femmes qui contactent Zarabina ont plus de 30ans. Le groupe cible de Zarabina est constitué en principe par <strong>des</strong> femmes adultes (environ 25à 45 ans), notamment parce qu'il y a d'autres associations comme l'Action Locale pour Jeunes(ALJ) qui peuvent déjà conseiller <strong>des</strong> personnes plus jeunes. Par ailleurs, les femmesrentrantes ou les femmes qui désirent se réorienter professionnellement ont souvent plus de 30ans.Quand il y a <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> de femmes jeunes, elles ne sont pas refusées, mais elles sontparfois réorientées (par exemple vers l'ALJ ou en leur conseillant un apprentissage pouradultes, si c'est possible).c) Profil <strong>des</strong> jeunesLa plupart <strong>des</strong> jeunes femmes qui viennent pourraient faire une forme d'apprentissage, parcequ'elles ont les prérecquis scolaires.La plupart ont déjà un enfant, ce qui exige une bonne préparation et orientation avant decommencer une formation. La phase de planification du futur parcours professionnel doit êtretrès bien préparée.d) Mode de repérage et de recrutementLe recrutement est facilité par le fait que les médias parlent assez fréquemment de Zarabina,ce qui est dû au travail de presse de l'association. Il y a aussi une annonce régulière danscertains journaux. Pour la formation Bürokommunikation und Bürotechnik (Communicationbureau et technique bureau), certaines <strong>des</strong> femmes sont adressées par l'Administration del'Emploi (ADEM).Il y a aussi beaucoup de bouche à oreille qui joue. Cela vaut surtout pour les plus jeunes, quiviennent de fait rarement par l'ADEM.e) Statut <strong>des</strong> jeunesLes femmes qui participent aux formations de Zarabina sont demandeuses d'emploi etreçoivent une indemnité de chômage ou une indemnité de formation. Il n'y a pas beaucoup deformations en cours d'emploi (excepté la formation Nettoyage qui dure une semaine), ce qui257


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgs'explique par le fait que le financement de ces actions provient du Fonds Social Européen(FSE).2. Structure et organisationa) Organisation du dispositifZarabina est une association sans but lucratif qui travaille pour l'égalité <strong>des</strong> chances <strong>des</strong>femmes dans le domaine socioprofessionnel. Une partie <strong>des</strong> membres du conseild'administration sont aussi les collaboratrices engagées pour le travail quotidien. Il y aactuellement 12 collaboratrices, dont 10 à temps partiel. L'association compte entre autresdeux responsables de la gérance, deux responsables pour l'orientation professionnelle et uneresponsable pour la formation professionnelle. En plus, il y une responsable pour le projet“Teleworking – Telelearning” et une pour le projet “Mentoring Macht Erfolg”.- La plupart <strong>des</strong> femmes prennent d'abord contact avec Zarabina pour les consultationsindividuelles dans le domaine du travail (chômage, insatisfaction dans un emploi,réorientation professionnelle, retour à la vie active, projet professionnel, etc.) et de laformation continue.- Une deuxième offre dans ce contexte est l’assistance et l’accompagnement pendant larecherche d'un emploi par la “Bourse Emploi” (Jobbörse).- La troisième formule qui peut être proposée aux femmes, c'est un cours d'orientation de cinqsemaines, afin de déterminer plus précisément leur profil professionnel et les possibilités quien découlent sur le marché de l'emploi, afin de pouvoir s'y orienter de façon ciblée.- Par ailleurs, les femmes qui ont suivi une ou plusieurs de ces trois possibilités peuventéventuellement aussi participer aux formations organisées par Zarabina. Ce ne sontnéanmoins pas les seules <strong>des</strong>tinataires, d'autres circuits de recrutement étant possibles.La formation Nettoyage, qui dure une semaine, est organisée en collaboration avec lescommunes avec lesquelles Zarabina a une convention spéciale, à savoir Clemency, Steinfort,Dudelange, Roeser et Esch-sur-Alzette. Elle a d'abord été <strong>des</strong>tinée au personnel de nettoyage<strong>des</strong> cinq communes, puis elle a été organisée à <strong>des</strong>tination d'entreprises privées ou publiques.La formation Bürokommunikation und Bürotechnik est la formation la plus longue et la plusexigeante, elle dure 10 mois à temps plein. Elle s'adresse à <strong>des</strong> femmes rentrantes, auxfemmes sans emploi, aux bénéficiaires du Revenu minimum garanti (RMG) ou encore auxfemmes qui veulent changer leur orientation professionnelle. La sélection se fait parmil'ensemble <strong>des</strong> candidatures, dont certaines ont été obtenues par l'intermédiaire de l'ADEM.La motivation est un <strong>des</strong> principaux critères de sélection, il n'y a en principe pas de critèresd'admission scolaires.L'équipe de Zarabina se concerte régulièrement pour connaître le parcours de toutes lesfemmes qui viennent en consultation et/ou en formation et pour discuter et envisager lesmeilleures possibilités pour ces personnes (orientation, formation, recherche d'un emploi,réorientation, retour à la vie active, etc.).b) Infrastructure disponibleL'infrastructure disponible est la grande maison à Esch-sur-Alzette, comprenant unsecrétariat/accueil, plusieurs bureaux, un bureau de consultation qui peut servir de local <strong>des</strong>éminaires, une salle informatique.L'annexe à l'arrière de la maison comporte une pièce de formation modulaire permettant ungrand nombre de réaménagements en fonction <strong>des</strong> besoins, une salle de récréation et de258


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgséjour, une salle informatique équipée de 12 ordinateurs reliés à un grand écran de projection,une salle de séminaires et de ressources.c) Durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertion- Le cours d'orientation dure cinq semaines.- La formation Nettoyage dure une semaine.- La formation Bürokommunikation und Bürotechnik bureau dure 10 mois à temps partiel (28heures par semaine).d) Base légale et réglementaireLe financement se fait par un projet du FSE (axe 1 : prévention du chômage et politiquesactives de l'emploi; mesure 2 : activation <strong>des</strong> demandeurs d'emploi), et donc parl'intermédiaire du Ministère du Travail et de l'Emploi.Il y a aussi <strong>des</strong> conventions spéciales avec les communes de Clemency, Steinfort, Dudelange,Roeser et Esch-sur-Alzette.3. Collaboration avec le monde économique et scientifiquea) Collaboration avec le monde économiqueUne collaboration avec <strong>des</strong> entreprises a lieu pour mieux répondre à une demande deformation.Un stage individuel dans une entreprise peut être organisé dans le cadre <strong>des</strong> consultations.Des stages en entreprise sont prévus dans le cadre <strong>des</strong> formations (voir point 8).Par ailleurs, il y a <strong>des</strong> contacts avec <strong>des</strong> entreprises auprès <strong>des</strong>quelles les participantespostulent à la fin de leur formation, ce qui permet de préciser et de confirmer à l'employeurpotentiel les compétences de ces femmes.b) Collaboration avec le monde scientifiqueUne collaboration au niveau de l'échange d'expertise a lieu régulièrement avec le DeutschesInstitut für Erwachsenenbildung (DIE) de Francfort, la société Gesellschaft fürAusbildungsforschung und Berufsentwicklung (GAB) de Munich et la société CH-Q,Programme suisse de qualification pour le parcours professionnel de Zurich.4. Remotivationa) Activités de remotivation avant et durant la formationLes femmes qui s'adressent à l'association, souvent à partir de ce qu'elles ont lu dans lesmédias, ont déjà l'objectif de retourner à une activité professionnelle, elles sont donc déjàassez fortement motivées.Parfois, il y a un problème quand il s'agit de passer concrètement du désir à la pratique, et làl'entretien permet de clarifier ce que la personne est réellement prête à investir.En particulier, la motivation pour la formation Bürokommunikation und Bürotechnik doit êtreimportante avant de s'engager dans ce parcours. Il faut déjà qu'il y ait une très fortedisposition au changement personnel au début, la disponibilité à se remettre en cause,éventuellement à réviser <strong>des</strong> attitu<strong>des</strong> passées qui peuvent avoir mené à <strong>des</strong> licenciementssuccessifs.259


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Modalités de ces activitésC'est par les entretiens que les conseillères clarifient la motivation de la participante et ce quiest concrètement possible. Les entretiens successifs aident ces femmes à abandonner sinécessaire <strong>des</strong> rêves irréalistes et de se rapprocher de ce qui est réellement possible. Il peutarriver que les entretiens sont interrompus, et que les personnes ne reviennent que quelquestemps après, mais en général elles reviennent, et alors un supplément de travail et declarification peut toujours être fait.En général, on constate que pour les femmes plus jeunes, l'encadrement socio-pédagogiquedoit être encore plus précis et différencié. Plus encore que pour les femmes plus âgées, uneclarification et un rappel constant doivent être faits par rapport aux engagements précis quiont été pris (choisir une orientation précise, postuler à une place de stage, faire un stage,chercher un emploi, faire <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> d'emploi spontanées, répondre à <strong>des</strong> annonces, etc.).A travers toutes ces démarches, il s'agit de trouver avec les femmes concernées le désir précisqui sera le stimulant permanent pour aller vers quelque chose de concret au planprofessionnel. C'est quand ce point précis est trouvé qu'il sera possible de proposer quelquechose et de fournir une aide efficace.Ce point de la motivation est surtout clarifié lors <strong>des</strong> consultations qui précèdent l'inscriptionà la formation Bürokommunikation und Bürotechnik. Il y a une semaine de prise deconnaissance avant le début de la formation à proprement parler, où les exigences de cescours sont encore une fois précisées et où la motivation est encore une fois testée.Cette formation est un tout, à la fois formation de compétences techniques, personnelles etsociales, et ces trois aspects sont travaillés tout au long du parcours. C'est la progressionconstante dans l'acquisition de compétences qui entretient et stimule la motivation. Ladynamique de groupe est également un facteur important, sur laquelle les conseillèresinterviennent de façon continue.L'encadrement socio-pédagogique est très étroit tout au long de la formation. Mais il y a aussiun suivi au niveau <strong>des</strong> heures de présence (80 % sont exigés) afin d'avoir un élément deréalité avec lequel on peut confronter les participantes, si la motivation en venait à flancherpendant une certaine période.c) Personnel responsable pour ces activitésLes conseillères de Zarabina sont les principales responsables pour le travail de la motivationet de la remotivation. Mais les formateurs ont également un rôle important à jouer.5. Formationsa) Contenus <strong>des</strong> formations- Le cours d'orientation est une démarche personnelle et professionnelle d'orientation, qui sebase sur l’identification <strong>des</strong> ressources acquises pendant la vie professionnelle et nonprofessionnelleet la définition d’un profil personnel pour arriver à définir un projetprofessionnel. Les femmes reçoivent <strong>des</strong> informations sur les différents métiers et leursexigences actuelles, ainsi que sur la formation continue et les conditions d’accès.- La formation Nettoyage est une formation en cours d'emploi qui porte sur les techniques etles produits de nettoyage, mais elle comporte aussi une réflexion sur les tâches, le statut et lerôle <strong>des</strong> femmes de nettoyage (compétences méthodiques, organisation de travail,compétences sociales et personnelles, travail en équipe, communication).- La formation Bürokommunikation und Bürotechnik s'adresse chaque année à un groupe de12 femmes. Elle comporte une formation de base dans la gestion et l’assistance du secrétariat260


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgsuivi de deux spécialisations, l’une en “assistante en informatique” (EDV-Assistentin mitSchwerpunkt kaufmännische Tätigkeiten/Buchhaltung), l’autre en “assistante de projets enconception de pages Web” (Projektassistentin für Web<strong>des</strong>ign und Webentwicklung). Laformation de base porte sur l’utilisation efficace de l'informatique, la prise en charge de lagestion administrative de projets, l’utilisation professionnelle du téléphone, le selfmanagement,l'utilisation et l’entretien <strong>des</strong> machines de bureau, la correspondanceprofessionnelle en français et en allemand, l'apprentissage <strong>des</strong> langues, la gestion du stresspersonnel.A partir de mai ou juin, la formation continue en deux équipes, la première approfondissantles langues étrangères et la comptabilité, la seconde se spécialisant dans le domaine duWeb<strong>des</strong>ign.Dans l'orientation "Assistante en informatique", on a un approfondissement en comptabilité (ycompris la comptabilité assistée par ordinateur), en langues étrangères et de l'utilisation debanques de données Access.L'orientation "Assistante de projet en conception de pages Web" approfondit le marketinggénéral, le marketing Internet, la mise en pages HTML, Flash et Javascript, ainsi quel'utilisation de Access. Les langues étrangères (français, allemand, anglais) sont approfondiesjusqu'à la fin de la formation.En même temps que les compétences techniques, ce sont les compétences personnelles etsociales qui sont entraînées tout au long de la formation, en étroite interrelation.b) Objectifs <strong>des</strong> formations- L'objectif du cours d'orientation est d'aider les participantes à déterminer plus précisémentleur profil professionnel et les possibilités qui en découlent sur le marché de l'emploi, puis <strong>des</strong>'orienter dans une voie professionnelle.- L'objectif de la formation Nettoyage est de donner un complément de compétences à <strong>des</strong>femmes de nettoyage qui ont déjà un emploi dans ce secteur ou qui sont intéressées àl’intégrer.- L'objectif de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik est de qualifier <strong>des</strong> femmesqui ont déjà travaillé dans le domaine du secrétariat, qui ont déjà une certaine expérience dansce domaine et qui ont décidé de retourner dans ce secteur ou de s'y réorienter.c) Grilles horaires- Le cours d'orientation dure plus ou moins 170 heures réparties sur 5 semaines (dont 2semaines de cours de base en informatique).- La formation Nettoyage se compose de différents modules, dont un module comporte unesemaine (30 heures de formation).- La formation Bürokommunikation und Bürotechnik se fait en 1200 heures/année, 28 heureshebdomadaires (de 9 heures du matin à 15 heures de l’après-midi, les mardi et jeudi jusqu’à14 heures), mais les femmes qui s’engagent vraiment à fond vont travailler de fait bien plusque cela.6. Métho<strong>des</strong> didactiquesa) Métho<strong>des</strong> didactiques utiliséesPour toutes les formations, l'enseignement frontal est évité, on a à faire à un public d'adultespour lesquels cette méthode n'est pas adaptée.261


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPar ailleurs, le principe de l'individualisation de la formation est appliqué, notamment parceque les participantes ont toutes <strong>des</strong> acquis antérieurs différents. L'autoformation joue un grandrôle dans ce cadre, c'est une façon d'individualiser les apprentissages, de renforcerl'autonomie <strong>des</strong> apprenantes et de les amener à s'exercer individuellement ou en petit groupe.- Des exercices biographiques sont employés systématiquement dans le cours d'orientation, ils'agit de mobiliser toute la biographie personnelle et professionnelle de la femme pour l'aiderà se réorienter. Il est très important que les participantes apprennent à se poser <strong>des</strong> questionssur leur parcours professionnel (d'où est-ce que je viens, qu'est ce que je sais faire, qu'est ceque je veux faire maintenant, où veux-je en être dans cinq ans ?, etc.). Les métho<strong>des</strong>employées sont <strong>des</strong> exposés courts, <strong>des</strong> discussions dirigées et <strong>des</strong> travaux de groupe.- Au cours de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik, les métho<strong>des</strong> didactiquesemployées sont entre autres : <strong>des</strong> entretiens, <strong>des</strong> exposés courts, parfois <strong>des</strong> exposés pluslongs, <strong>des</strong> discussions dirigées, <strong>des</strong> travaux de groupe, la gestion de projets concrets enentreprise d’apprentissage.La méthode de travail pédagogique par projets est essentielle pour réaliser la relation théoriepratique.A partir d'étu<strong>des</strong> de cas concrets, une équipe doit arriver à un résultat tangible. Uneentreprise d'apprentissage a été fondée, comprenant différents départements avec différentesresponsabilités. Un projet sera situé dans un de ces départements, avec <strong>des</strong> objectifs précis quidoivent être atteints, par le moyen d'instruments comme Word, Excel, <strong>des</strong> grilles de gestiondu temps, <strong>des</strong> outils d'organisation d'un secrétariat, etc.Le travail en petits groupes est une <strong>des</strong> composantes essentielles de la formation.Les images et graphismes possibles sont utilisés, par exemple sur l'écran de projection, par lemoyen du rétroprojecteur, par le système Metaplan, etc.Les participantes reçoivent aussi du matériel de formation présenté par écrit dès le premierjour de la formation.Une supervision du processus <strong>des</strong> travaux de groupes est fréquemment utilisée pour faire lepoint à un moment donné de l'état d'avancement du travail, mais aussi pour analyser ladynamique de groupe qui joue entre les participantes. Le rôle du feed-back est extrêmementimportant. Les apprenantes s'auto-évaluent de façon régulière par écrit, avec les critères queles formateurs leurs donnent pour chacune <strong>des</strong> branches. Ces avis sont repris en groupe, lesformateurs donnent leur feed-back de façon orale et écrite, au plan technique,méthodologique, personnel et social. Une discussion finale sert à confronter les points de vue.7. Encadrementa) Métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenantsAu cours de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik, l'encadrement se fait aussibien par les formateurs (qui sont en grande partie <strong>des</strong> formateurs externes) et les responsablesde Zarabina (qui participent en général aussi en tant que formatrices). Cet encadrement esttrès proche, individualisé, et porte sur les aspects techniques, méthodologiques, personnels etsociaux. Un grand soin est porté à la gestion de la dynamique du groupe au cours de laformation.Les formateurs encadrent les participantes durant leur cours. Des réunions d'équipe ont lieuavec les responsables de Zarabina afin de faire régulièrement le point sur l'état d'avancementde chacune <strong>des</strong> apprenantes. Des entretiens individuels ont lieu avec les participantes s'il y a<strong>des</strong> problèmes, <strong>des</strong> questions ou <strong>des</strong> difficultés.262


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgb) Suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesureSur l'ensemble <strong>des</strong> formations suivies par <strong>des</strong> femmes à Zarabina, il n'y a que très peu dedécrochages (environ 1 %).c) Suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesureUn suivi est garanti pour toutes, si besoin, un an après la formation.Vers la fin de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik, 50 % <strong>des</strong> diplômées sontsous contrat de travail, l’autre moitié 2 à 3 mois après la fin de la formation, toutes sur lepremier marché de l’emploi.Une évaluation après cinq années d'organisation de la formation indique que toutes lesfemmes sont en emploi, elles sont toutes très satisfaites, ont <strong>des</strong> ambitions bien claires depromouvoir et de faire carrière. Certaines sont contentes de ce qu’elles ont atteintprofessionnellement.8. Stagesa) Durée <strong>des</strong> stagesChaque année de formation en Bürokommunikation und Bürotechnik inclut six semaines <strong>des</strong>tage en entreprise auprès d’entreprises privées.b) Lieux de stageLes stage en entreprise ont lieu auprès d’entreprises privées qui sont <strong>des</strong> petites et moyennesentreprises (PME). Les <strong>lieux</strong> de stage sont organisés par Zarabina.c) Encadrement <strong>des</strong> stagiairesDeux journées de réflexion de stage ont lieu pour garantir l’échange avec les stagiaires.L’initiative propre <strong>des</strong> participantes est désirée et reconnue, de façon à ce que les stagiairespuissent le plus en profiter à partir de leurs compétences professionnelles, méthodiques etsociales.d) Evaluation <strong>des</strong> stagiairesL’évaluation <strong>des</strong> stagiaires se fait de la part <strong>des</strong> entreprises et de la part de Zarabina (journéesde réflexion). Elle se fait sur base d’une grille d’évaluation <strong>des</strong> compétences professionnelles,méthodiques et sociales. Un certificat de stage qualifié est remis aux stagiaires de la part <strong>des</strong>patrons de stage.e) Suivi <strong>des</strong> stagiairesLe suivi <strong>des</strong> stagiaires se fait par Zarabina, notamment par la responsable du projet.f) Lien avec l'ADEMLe recrutement et la démarche d’embauche se font partiellement en coopération avecl’ADEM. L’ADEM présélectionne les candidates, Zarabina décide sur la participation. Deplus, Zarabina assure en majeur partie l'embauche <strong>des</strong> diplômées auprès <strong>des</strong> entreprises, etcela sur base du profil bien connue de chacune <strong>des</strong> candidates.g) Lien avec le marché de l'emploiZarabina assure en majeur partie l'embauche <strong>des</strong> diplômées auprès <strong>des</strong> entreprises, et cela surbase du profil bien connue de chacune <strong>des</strong> candidates. Les échanges de vue entre entreprises263


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourget Zarabina se font durant toute l’année, plus précisément encore en pério<strong>des</strong> de préparationde stages et d’embauche.9. Evaluation et certificationa) Evaluation <strong>des</strong> apprenantsL'évaluation de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik se fait de façon continue,selon trois niveaux de réussite : apprentissage pleinement acquis, apprentissage partiellementacquis, formation complémentaire nécessaire.b) Modalités de cette évaluationAu cours de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik, les apprenantes s'autoévaluentde façon régulière par écrit, avec les critères que les formateurs leurs donnent pourchacune <strong>des</strong> branches. Ces avis sont repris en groupe, les formateurs donnent leur feed-backde façon orale et écrite, au plan technique, méthodologique, personnel et social. Unediscussion finale sert à confronter les points de vue.Dans la certification de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik, on retient lesniveaux : très bien, bien, assez bien, satisfaisant, et ces résultats dépendent de la façon dontles apprenantes ont de façon régulière fait les acquisitions nécessaires au plan technique,méthodologique et social, et ce point est discuté chaque fois dans l'équipe.c) Personnel responsable de cette évaluationL'évaluation de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik se fait par les formateurs,qui donnent <strong>des</strong> avis, les responsables donnent une appréciation finale qui sera reprise sur lecertificat, reconnu par le Ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelleet <strong>des</strong> Sports (MENFPS).d) Qualifications possibles- Pour la formation Nettoyage, les participantes acquièrent <strong>des</strong> compétences dans le domainedu nettoyage.- La formation Bürokommunikation und Bürotechnik forme <strong>des</strong> assistantes en informatique et<strong>des</strong> assistantes en création de pages Web. Ces femmes sont capables, à l'issue de la formation,de tenir un secrétariat (en se servant <strong>des</strong> outils informatiques) ou de gérer la conception, lacréation et la mise à jour de pages Web (en se servant de tous les outils multimédia existants).e) Certifications possibles- Pour la formation Nettoyage, on donne un certificat de participation, qui reprend lescompétences techniques, méthodologiques et sociales qui ont été acquises.- Le certificat de la formation Bürokommunikation und Bürotechnik qui est décerné reprendles points suivants : les différentes branches, les heures de formation, les niveaux atteints (trèsbien, bien, assez bien, satisfaisant), ces résultats dépendant de la façon dont les apprenantesont de façon régulière fait les acquisitions nécessaires au plan technique, méthodologique etsocial.Les cours de langues qui ont été faits dans un centre de formation en langues sont certifiés parce centre, d'après ses critères d'évaluation, et ces résultats sont encore une fois repris sur lecertificat.Ce certificat a été mis au point en collaboration avec le MENFPS et est reconnu par lui.264


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg10. Personnela) Différents profils du personnelOn a deux profils de personnel qui interviennent : les conseillères/formatrices de Zarabina etles formateurs externes.b) Formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes responsables de l’orientation et de la formation professionnelle sont <strong>des</strong> professionnellesdu secteur éducatif et pédagogique avec une expérience dans le travail avec <strong>des</strong> jeunes endifficultés et/ou avec <strong>des</strong> femmes dans la consultation et dans la formation.Zarabina a deux responsables de la gérance, dont une psychologue du travail et <strong>des</strong>organisations. Elles ont une expérience et un engagement de longue date dans les sujetsconcernant l’égalité de chances en emploi et en formation pour femmes, ainsi qu’en viepolitique et sociale. Entre autres, elles font le contrôle, le suivi et l’évaluation de la qualité <strong>des</strong>projets.Une <strong>des</strong> responsables de gérance est psychologue du travail et intervient comme formatricedans la formation Bürokommunikation und Bürotechnik.Les formatrices et les formateurs sont <strong>des</strong> spécialistes du cours qu'ils donnent. Ils ont uneexpérience de travail concrète dans le domaine qu'ils enseignent et sont actuellement actifssur le terrain.Les formatrices et les formateurs en informatique et multimédia sont <strong>des</strong> formateurs externesspécialisés dans ces domaines, notamment de la firme allemande Prokoda de Saarbrücken, quiest très compétente pour l'intégration <strong>des</strong> compétences techniques, méthodologiques etsociales dans les formations informatiques.Les formatrices et les formateurs en langues sont toujours <strong>des</strong> personnes qui enseignent leurlangue maternelle, parce qu'il y a aussi une certaine transmission culturelle qui passe par lalangue.c) Recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrementLes formatrices/formateurs doivent être actifs dans la vie économique et dans le domainequ'ils enseignent, afin d'être au courant de ce qui se passe dans l'entreprise et de pouvoirtransmettre quelque chose de leur expérience concrète. Par ailleurs, elles doivent être enmesure de faire l'intégration <strong>des</strong> compétences techniques, méthodologiques et sociales dansleurs cours de formation.Certaines compétences sociales sont exigées, telles qu’une grande flexibilité et tellesqu’assumer plusieurs rôles (pouvoir être tour à tour conseillère, observatrice, experte,formatrice, évaluateur, personne d'autorité, accompagnatrice, etc.), de réaliser un échangeavec les participantes, d'être disposé à <strong>des</strong> changements, de se remettre régulièrement enquestion, d'avoir le plaisir de travailler avec <strong>des</strong> personnes très différentes, de se confronteraussi à <strong>des</strong> situations parfois plus compliquées, etc.Il est important aussi que les formatrices et les formateurs respectent les critères de qualité(clarification <strong>des</strong> objectifs, rendre la formation transparente, préciser les critères d'évaluationde la formation dès le début, savoir planifier la formation au jour le jour en fonction <strong>des</strong>objectifs généraux et <strong>des</strong> objectifs spécifiques).265


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgd) Spécificités <strong>des</strong> formateurs en tant que formateurs d'adultesIl y a un certain nombre de caractéristiques qui sont très importantes, mais en fait lesenseignants de l'enseignement secondaire et secondaire technique devraient sans doute lesavoir aussi.On peut citer : le respect <strong>des</strong> ressources personnelles et professionnelles, la mise en valeur <strong>des</strong>ressources et non prioritairement <strong>des</strong> déficits, ne pas croire que l'on détient la vérité absolue,admettre qu'il puisse y avoir différents chemins pour arriver à un résultat bien défini, ladisponibilité <strong>des</strong> formateurs/formatrices de se mettre en cause et la disponibilité à apprendrede nouvelles méthodologies. Le formateur/la formatrice doit intérioriser qu'il a à faire avec<strong>des</strong> personnes qui ont déjà un ensemble d'expériences et de ressources.266


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg4. Synthèse du matériel recueilliAfin de synthétiser la <strong>des</strong>cription <strong>des</strong> dispositifs, la méthode typologique a été employée.Celle-ci consiste à dégager quelques types (ou idéal-types selon les termes du sociologueallemand Max Weber) qui permettent d'accroître l'intelligibilité du réel.Ainsi, d'après Weber, "on obtient un idéal-type en accentuant unilatéralement un ou plusieurspoints de vue et en enchaînant une multitude de phénomènes donnés isolément, diffus etdiscrets, que l'on trouve tantôt en grand nombre, tantôt en petit nombre et par endroits pas dutout, qu'on ordonne selon les précédents points de vue choisis unilatéralement, pour former untableau de pensée homogène." 46L'ensemble <strong>des</strong> dispositifs <strong>d'insertion</strong> à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> jeunes en difficultés peuvent seregrouper en trois types : les formations par le travail, les formations <strong>d'insertion</strong> socioprofessionnelleet les formations qualifiantes.Chacun de ces types aurait un certain nombre de caractéristiques typiques sur un assez grandnombre de points, qui en font <strong>des</strong> groupes relativement cohérents et distinctifs.Le caractère schématique de cette typologie (comme de toute typologie d'ailleurs) ne permetpas une attribution parfaite de tous les dispositifs analysés aux trois types. Certains dispositifsne rentrent pas exactement dans une <strong>des</strong> catégories, d'autres sont un peu à cheval sur deuxtypes, d'autres encore cumulent en leur sein <strong>des</strong> formations de deux, parfois trois types (maisdans ce dernier cas, les acteurs de terrain déclarent eux-mêmes qu'ils font "différenteschoses"). C'est l'intelligibilité globale de l'ensemble <strong>des</strong> dispositifs qui est renforcée, pas laclassification parfaite de chaque dispositif pris isolément.Au vu <strong>des</strong> considérations qui précédent et au vu de l'analyse <strong>des</strong> entretiens effectués, on s'estlimité dans la synthèse qui suit à 10 indicateurs importants : prérecquis, statut de l'apprenant,profil de l'apprenant, activités de remotivation, <strong>des</strong>cription de la formation (contenus etmétho<strong>des</strong>), suivi, stages, formateurs, qualification/certification, débouchés.4.1. Les formations par le travail (type 1)Il s'agit de formation "sur le tas" permettant d'apprendre <strong>des</strong> tâches professionnellesspécifiques ainsi que <strong>des</strong> compétences sociales de base.Les dispositifs concernés sont les suivants :- Caritas - Accueil et Solidarité ASBL- Centre <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion professionnelle (CIRP) - Jongenheem - GAMO –Arbechtshellef ASBL- Centre d'éducation différenciée et de propédeutique professionnelle de Warken- Co-Labor SC- Comité national de défense sociale (CNDS) - Nei Aarbecht ASBL- Coopérations Wiltz ASBL- Défi-job ASBL- Delta ASBL - Projets "Vélo en ville" et "Aires de jeux"- Fondation Letzebuerger Kannerduerf- Forum pour l'Emploi ASBL- Inter-Actions Schläifmillen ASBL- Objectif plein emploi ASBL46 Weber, M., Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1968, p. 89.267


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Paerdsatelier ASBL- Polygone SARL- Proactif ASBL- Service National de la Jeunesse (SNJ) (délégués à l'information PIC, CAT-animateurs).Voici les principales caractéristiques <strong>des</strong> dispositifs de type 1 :1) PrérecquisEn général, ce type de dispositif n'exige pas de prérecquis scolaires. Le comportement généraldoit permettre une intégration minimale dans une équipe de travail.2) Statut de l'apprenantLe statut est souvent celui du demandeur d'emploi, celui-ci pouvant prendre la forme d'unCAT ou d'un Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise (SIE). Certains dispositifs peuvent aussi conclure<strong>des</strong> CDD. Les dispositifs <strong>d'insertion</strong> rencontrés au cours de l'enquête étaient surtout <strong>des</strong>entreprises avec un <strong>des</strong> statuts suivants : association sans but lucratif (ASBL), sociétécoopérative (SC) ou société à responsabilité limitée (SARL). Différentes formes d'ai<strong>des</strong>publiques existent : conventions, subventions, projets européens (surtout le Fonds SocialEuropéen) ou mise à disposition de stagiaires (CAT, Stage <strong>d'insertion</strong> en entreprise).3) Profil de l'apprenantCe type de dispositif recrute donc surtout une population qui n'a qu'une scolarité minimale, nedépassant dans la majorité <strong>des</strong> cas pas les neuf années de la scolarité obligatoire (assortiessouvent de redoublements). Ces jeunes proviennent souvent, mais pas exclusivement, durégime préparatoire de l'enseignement secondaire technique. Ils n'ont donc en général niqualification ni certification scolaire. Ils cumulant souvent une série de problèmes d'originediverses (origine sociale difficile, parcours scolaire chaotique, problèmes de comportement,problèmes de personnalité, manque de compétences sociales, manque de structuration,problèmes de drogues, parfois problèmes avec la justice, etc.), sans que ce soit nécessairementle cas.Du point de vue de leur "employabilité", cette population cumule donc en règle générale unmanque de formation initiale avec un déficit au niveau <strong>des</strong> compétences professionnelles debase (endurance, régularité, précision, etc.) et <strong>des</strong> compétences sociales de base (respect del'autre dans l'interaction, capacité de communiquer, capacité de collaborer avec d'autres, etc.).4) Activités de remotivationC'est le type de population où la motivation à la formation est la plus déficitaire, duenotamment à une série de facteurs qui sont régulièrement nommés : prégnance de problèmessociaux, financiers, familiaux ou relationnels importants absorbant une partie de l'énergie deces jeunes, problèmes de dépendance et/ou de toxicomanie, répulsion vis-à-vis d'un travailrégulier et suivi, expérience négative de l'école engendrant une forme de rejet vis-à-vis detoute forme d'apprentissage, manque d'habitude de la discipline, du travail et de l'effort, etc.La principale forme de la motivation qu'on trouverait chez ces jeunes serait celle de recevoirune indemnité de formation ou un salaire.Un important travail doit donc en général être réalisé sur la remotivation de ces jeunes, cetravail prenant très souvent la forme d'un rappel constant <strong>des</strong> règles et d'une habituationprogressive aux contraintes d'une vie régulière (par exemple, seul le travail effectivementpresté est payé), ces métho<strong>des</strong> plus coercitives amenant progressivement une habitude dutravail. C'est également le fait même de pouvoir produire, par opposition à l'école, quelquechose de concret qui peut être vu par d'autres, est utile et peut être utilisé, qui constitue unfacteur de motivation important pour ces jeunes.268


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg5) Formation (contenus et métho<strong>des</strong>)Une très large partie de la formation se fait par le travail quotidien sur <strong>des</strong> chantiers ou dans<strong>des</strong> ateliers, selon le rythme de travail proche d'un emploi normal, mais avec néanmoins <strong>des</strong>adaptations diverses, surtout au niveau rythme de travail, durée de la journée de travail,assiduité à la tâche, encadrement, etc.Les tâches à exécuter dans ce cadre relèvent d'occupations non qualifiées, dans <strong>des</strong> domainescomme la menuiserie, la ferronnerie, le jardinage, l'aménagement d'espaces verts, la coupe<strong>des</strong> arbres, l'imprimerie, la maçonnerie, le déblayage de chantiers, la cuisine, le service, lapeinture, la mécanique, l'entretien de machines, la manutention, etc. Les participantsapprennent en faisant (learning by doing).La formation est essentiellement une formation aux compétences professionnelles de base(ponctualité, régularité, assiduité, persévérance, précision, exécution <strong>des</strong> directivestechniques, etc.) et <strong>des</strong> compétences sociales de base (politesse, obéissance, présentation <strong>des</strong>oi correcte, travail en équipe, etc.)Il n'y a donc pas de formation qualifiante à un métier pointu, mais acquisition de compétencesgénérales dans <strong>des</strong> domaines professionnels non qualifiés (bois, métal, bâtiment, jardinage,vente, cuisine, service, peinture, etc.). Un peu de formation plus théorique est souvent prévueégalement, mais sans que celle-ci dépasse généralement quelques heures à quelques journéespar an. Elle est toujours transmise par l'exemple concret et par l'exercice pratique.On souligne régulièrement dans les entretiens l'importance de la socialisation au travail(compétences sociales de base, régularité, assiduité, sécurité au travail, obéissance,collaboration, respect <strong>des</strong> règles, etc.).6) SuiviLe suivi qui est généralement assuré est surtout de type social, il consiste à aider lesparticipants au niveau de leur démarches administratives, mais aussi à les aider à sepositionner au niveau social (orientation professionnelle, recherche d'un emploi, rédactiond'un CV et de lettres de candidatures, recherche de centre thérapeutique, problèmes médicaux,gestion de l'argent et <strong>des</strong> dettes, etc.). Ce suivi est réalisé ponctuellement par <strong>des</strong> éducateurs,<strong>des</strong> éducateurs gradués, <strong>des</strong> assistants sociaux ou plus rarement par <strong>des</strong> psychologues, doncsurtout par professionnels du domaine social 47 .7) StagesLes stages dans d'autres entreprises sont <strong>des</strong> stages d'orientation et de placement en vue d'unemploi particulier, non qualifié, chez un employeur particulier. Le but de ces stages est que lejeune puisse s'orienter sur le marché du travail et surtout qu'il réussisse à trouver un emploi(CDI, CDD).8) FormateursL'encadrement au travail, qui représente donc la majeure partie de la formation, se fait par <strong>des</strong>ouvriers, <strong>des</strong> techniciens, <strong>des</strong> chefs d'équipe ou <strong>des</strong> chefs de chantier. Ceux-ci ont souvent,mais pas toujours, un CATP ou un brevet de maîtrise et/ou ils ont une certaine expérienceprofessionnelle dans le domaine de travail. Cette expérience peut avoir été acquise entravaillant sur le premier marché de l'emploi, mais peut aussi avoir été acquise auprès depublics en difficultés. En tout cas, il est très important que ces encadrants aient une sensibilitéspécifique pour les publics, jeunes ou moins jeunes, de personnes en difficultés <strong>d'insertion</strong>.47 Pour une analyse du secteur socio-éducatif au Luxembourg, voir : Ant, M., Pint, M., Etude sur lesdeman<strong>des</strong> en qualification du secteur socio-éducatif, étude pour le Ministère de la Culture, del'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Luxembourg, 2001.269


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes principaux formateurs ont un profil de maîtres artisans ou d'artisans expérimentés. Il n'onten général pas eu de formation pédagogique spécifique, ou alors une formation pédagogiqueminimale (pour rappel, les formateurs en entreprise qui ont un diplôme de maître artisan ont,dans le cadre de cette formation, un cours de 20 heures de pédagogie appliquée).9) Qualification et certificationEn général, ce type de dispositif décerne une attestation de participation ou d'assiduité sansvaleur légale (le certificat de travail peut en tenir lieu).10) DébouchésCe type de document ne donne pas droit à un barème légal mais peut contribuer à ouvrir laporte d'un emploi non qualifié dans <strong>des</strong> domaines variés. Cet emploi peut souvent être endehors du domaine de la formation reçue (par exemple quelqu'un qui a été formé au jardinagese retrouve dans une grande surface), ce qui montre l'importance <strong>des</strong> compétencesprofessionnelles de base qui peuvent être transférées d'un poste à un autre.4.2. Les formations <strong>d'insertion</strong> socio-professionnelle (type 2)Dans ce cas de figure, il s'agit de formations se basant sur un programme de formation définiet donnent droit à une attestation en fonction d'une évaluation.Les dispositifs concernés sont les suivants :- Centre National de Formation Professionnelle Continue (CNFPC) – Formations deréinsertion professionnelle pour adultes- Co-labor SC (formation Grenge Kouerf)- Cours d’orientation et d’initiation professionnelles (COIP) au Centre national de laformation professionnelle continue (CNFPC)- Formation "agent de fabrication"- Formations complémentaires- Formations "Pool commerce"- Initiativ Rem Schaffen ASBL (formation "Aide au cabinet médical")- Zarabina ASBL (formation Communication bureau et technique bureau).Voici les principales caractéristiques <strong>des</strong> dispositifs de type 2 :1) PrérecquisCe type de formation n'exige généralement pas de prérecquis scolaires officiels, néanmoins<strong>des</strong> prérecquis plus ou moins explicités sont exigés au niveau de la lecture, de l'écriture, deconnaissances <strong>des</strong> langues, du comportement social. Ces prérecquis interviennent souvent defait dans le processus de sélection <strong>des</strong> candidats, qui peut dans certains cas être très sélectif etcomporter <strong>des</strong> exigences de motivation importantes.2) Statut de l'apprenantLe statut est souvent celui d'un demandeur d'emploi continuant à recevoir l'indemnité dechômage ou recevant une indemnité de formation du Fonds pour l'emploi.3) Profil de l'apprenantConcernant le profil <strong>des</strong> participants, on peut noter que les compétences professionnelles debase (ponctualité, régularité, assiduité, précision, exécution <strong>des</strong> directives techniques, etc.) etles compétences sociales de base (politesse, obéissance, présentation de soi correcte, travailen équipe, etc.) sont déjà acquises en grande partie avant la formation. Par ailleurs, ce sontsouvent <strong>des</strong> personnes ayant eu une interruption dans leur parcours dit normal (c'est270


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourgnotamment le cas <strong>des</strong> femmes dites "rentrantes", bien qu'il faut noter que celles-ci ontrarement en-<strong>des</strong>sous de 30 ans).4) Activités de remotivationLa motivation <strong>des</strong> participants à ces formations est généralement bonne au départ, facteur quiest souvent à voir en lien avec une forte sélection à l'entrée, sélection au cours de laquelle lefacteur de la motivation joue forcément un rôle. La motivation est maintenue par laperspective future d'une insertion sur le marché du travail.5) Formation (contenus et métho<strong>des</strong>)La formation se fait par une didactique planifiée, qui prévoit <strong>des</strong> objectifs, <strong>des</strong> métho<strong>des</strong>didactiques, <strong>des</strong> critères d'évaluation qui précisent l'atteinte <strong>des</strong> objectifs et une évaluationfinale selon ces critères. La part de formation "sur le tas" est nettement plus limitée etréservée aux éventuelles pério<strong>des</strong> de stages, encore que ces derniers servent prioritairement àfaire le lien entre ce qui a été appris au cours <strong>des</strong> formations plus théoriques et la pratique enentreprise.La formation se fait par <strong>des</strong> formateurs spécialisés dans le domaine de formation et/ou ayantune expérience professionnelle dans le domaine. La formation qualifie à un métier spécifique,mais sans diplôme officiel donnant droit à un barème légal (type CCM, CITP, CATP, diplômede technicien, bac technique, etc.). Ces certificats ont souvent une valeur reconnue sur lemarché du travail qui permet aux détenteurs de toucher dès le début de leur carrière un salairesupérieur au salaire social minimum.6) SuiviUn suivi social et didactique est assuré par <strong>des</strong> éducateurs gradués, <strong>des</strong> assistants sociaux ou<strong>des</strong> psychologues. Ce suivi combine souvent l'intervention sur les problèmes d'apprentissageet sur les problèmes sociaux, sur la dynamique de groupe, les facteurs de motivation.7) StagesSi <strong>des</strong> stages sont prévus, alors ce sont <strong>des</strong> stages de qualification et de placement, ilspermettent à la fois aux participants de mettre en oeuvre ce qu'ils ont appris au cours <strong>des</strong>formations plus théoriques, de perfectionner leur acquis, de s'orienter sur le marché du travailet de tenter de se faire engager dans un emploi sur le premier marché du travail quicorrespond à la formation reçue.8) FormateursLes formateurs sont spécialisés dans le domaine et/ou ils ont une expérience pratique dans ledomaine. Ils n'ont généralement pas reçu de formation pédagogique spécifique.9) Qualification et certificationUn certificat de formation est généralement délivré suite à évaluation critériée <strong>des</strong>apprentissages réalisés et du stage. Ceci vaut tout particulièrement pour les formations assezlongues (quelques mois). Ce certificat ne donne pas droit à un barème légal, mais ils ontsouvent une valeur reconnue sur le marché du travail qui permet aux détenteurs de toucherdès le début de leur carrière un salaire supérieur au salaire social minimum.10) DébouchésLes débouchés sont généralement dans le domaine de formation, le certificat pouvantcontribuer à ouvrir la porte d'un emploi dans le domaine de la formation reçue.4.3. Les formations qualifiantes (type 3)Ici, il s'agit de formations permettant d'obtenir un diplôme ou un certificat officiel duMENFPS et qui donne droit à un barème salarial légal.271


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgLes dispositifs concernés sont les suivants, le diplôme obtenu (ou l'entrée dans la formationmenant au diplôme) est chaque fois cité entre parenthèses :- Apprentissage pour adultes (CCM, CITP, CATP)- Classes de jeunes adultes au LTECG (bac technique)- Classes de jeunes adultes au LTAM (diplôme de technicien)- Classe préparatoire au CITP (entrée au CITP)- Centres pénitentiaires - Service éducation (cours du lycée technique) (bulletins scolaires dulycée technique, CCM, CITP, CATP)- Formation aux fonctions d'aide socio-familiale (Certificat d'aptitude aux fonctions d'ai<strong>des</strong>ocio-familiale)- Institut d’Enseignement Socio-éducatif (IES) <strong>des</strong> Centres socio-éducatifs de l'<strong>Etat</strong> deDreiborn/Schrassig (bulletins scolaires du lycée technique)- Service de la Formation <strong>des</strong> Adultes (SFA) et son Centre de Langues Luxembourg (CLL)(accès au lycée ou lycée technique pour jeunes primo-arrivants) 48 .Voici les principales caractéristiques <strong>des</strong> dispositifs de type 3 :1) PrérecquisCes dispositifs, qui sont d'ailleurs quasi tous organisés dans le cadre de l'Education nationale(pour la formation aux fonctions d'aide socio-familiale, il s'agit conjointement du Ministère dela Famille et du MENFPS) exigent généralement <strong>des</strong> prérecquis scolaires (en général il s'agitde la classe avant celle où les participants débutent). En fait, les apprenants continuentsouvent leur scolarité après une interruption d'une certaine durée, qui peut être très variable,et réintègrent le cursus scolaire plus ou moins là où ils ont quitté, mais avec un encadrementet une méthodologie adaptés à leur âge plus avancé et/ou à leur profil particulier.2) Statut de l'apprenantLe statut scolaire <strong>des</strong> participants correspond en général à la prise en charge par l'Educationnationale : c'est celui d'apprenti ou d'élève.3) Profil de l'apprenantLa population cible est constituée par <strong>des</strong> jeunes ou <strong>des</strong> jeunes adultes ayant arrêté leurscolarité et/ou leur apprentissage à un moment donné, pour <strong>des</strong> raisons diverses. Le profil deces personnes est celui de jeunes assez aisément scolarisables, avec <strong>des</strong> compétencesprofessionnelles de base (ponctualité, régularité, assiduité, précision, exécution <strong>des</strong> directivestechniques, etc.) et les compétences sociales de base (politesse, obéissance, présentation <strong>des</strong>oi correcte, travail en équipe, etc.) sont déjà acquises dans les gran<strong>des</strong> lignes, et ne doiventdonc pas encore être acquises par un entraînement minutieux. Ceci vaut également pour lesquelques détenus <strong>des</strong> Centres pénitentiaires qui font un apprentissage ou qui suivent <strong>des</strong> coursà distance pour acquérir un diplôme.4) Activités de remotivationLa motivation <strong>des</strong> candidats est généralement bonne, cela vient du fait qu'ils ont un objectifprécis qu'ils ont effectivement choisi, souvent après avoir fait l'expérience que sans diplômeils avaient <strong>des</strong> difficultés sur le marché de l'emploi. La motivation est maintenue par laperspective du diplôme comme "deuxième chance" sur le marché de l'emploi.48 On peut aussi citer les certificats en luxembourgeois dispensés par le SFA sur base légale, ceux-ciconstituant une qualification partielle sur le marché de l'emploi luxembourgeois.272


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg5) Formation (contenus et métho<strong>des</strong>)La formation se fait généralement en milieu scolaire et/ou en alternance, mais selon <strong>des</strong>métho<strong>des</strong> plus ou moins adaptées à ce public de personnes plus adultes (par opposition auxjeunes qui sont scolarisés dans les classes ordinaires <strong>des</strong> lycées techniques).6) SuiviLe suivi de ces jeunes, si suivi il y a, est surtout de nature didactique, il y a une aide et unencadrement régulier au niveau de la progression scolaire <strong>des</strong> apprenants. Ce suivi peut être,selon les cas, fait par un conseiller à l'apprentissage, un éducateur gradué ou un enseignantparticulièrement sensibilisé à la problématique de ces personnes.7) StagesS'il y a <strong>des</strong> stages, ce sont <strong>des</strong> stages de qualification qui s'inscrivent dans le cadre duprogramme de formation et visent à approfondir et à concrétiser sur le terrain ce qui a étéappris dans <strong>des</strong> cours plus théoriques. Ceci est surtout le cas de l'apprentissage, et surtout del'apprentissage pour adultes.8) FormateursL'encadrement et la formation se fait par <strong>des</strong> enseignants de l'Education nationale sensibilisésà ce public de jeunes adultes. Ces enseignants (instituteurs, enseignants de l'EST ou de l'ES)ont suivi la formation pédagogique qui mène à leur profession.9) Qualification et certificationIl s'agit pour les dispositifs qui ont été énumérés d'une formation qualifiante à un métier aveccertificat officiel donnant droit à un barème légal (CCM, CITP, CATP, diplôme de technicien,bac technique, Certificat d'aptitude aux fonctions d'aide socio-familiale) dans le domainespécifique du diplôme acquis.10) DébouchésLes débouchés sont dans la profession qualifiée à laquelle mène le diplôme en question.273


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg5. ConclusionsAu terme de cet état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong>, quelles sont les principales observations et conclusions qu'onpeut avancer sur la situation <strong>des</strong> dispositifs d’insertion au Luxembourg ?D'abord, une conclusion tout à fait générale peut être tirée. Au niveau de la problématique del'insertion <strong>des</strong> jeunes, on retrouve au Luxembourg beaucoup de tendances européennes :transformation du marché de l'emploi et de ses exigences en termes de compétencestechniques et de compétences sociales; allongement et complexification du parcoursformation-emploi; précarisation de la situation <strong>des</strong> jeunes sans qualification; importance <strong>des</strong>mesures et <strong>des</strong> dispositifs <strong>d'insertion</strong> pour l'emploi <strong>des</strong> jeunes; mise en évidence d'uneformation <strong>d'insertion</strong>, à coté de la formation initiale et de la formation continue.5.1. Conclusions concernant l'aspect quantitatif de l’enquête1. Une conclusion importante concerne le nombre de jeunes concernés par les dispositifsétudiés. Or, un décompte précis de ces participants pose une série de problèmes, qui ontnécessité quelques approximations.- D’abord, les dispositifs eux-mêmes font <strong>des</strong> statistiques selon <strong>des</strong> critères qui peuvent êtretrès variables. Le décompte peut se faire selon la technique <strong>des</strong> flux (le nombre departicipants au cours d’une année, c’est la méthode choisie par exemple par le CNFPC) ouselon la méthode <strong>des</strong> stocks (le nombre de participants à un moment donné, c’est la démarchepréconisée par l’ADEM). Le décompte en termes de stock a été choisi ici, car cette méthodeévite le double comptage. En effet, au cours d’une année, <strong>des</strong> jeunes peuvent participer àdeux, voire plusieurs mesures. Ajouter les chiffres en termes de flux donnés par plusieursdispositifs mènerait forcément à une surestimation du nombre de personnes concernées.- D’autre part, pour un certain nombre de dispositifs qui ont fourni uniquement <strong>des</strong> chiffres entermes de flux, une transposition approximative en termes de stocks a dû être faite. Cetteestimation induit un degré d'incertitude qui reste gérable dans le cadre d'une approximation.- Le double comptage a également été évité en ne comptant pas les CAT et les Stages<strong>d'insertion</strong> en entreprise (SIE) de l'ADEM, car une partie de ceux-ci se retrouvent dans lesdispositifs présentés dans ce rapport. On a donc fait le choix de ne pas compter les CAT etSIE qui ne sont pas repris dans un <strong>des</strong> dispositifs présentés ici. En effet, on n'a pasd'informations sur le type de formation et d'accompagnement que ces personnes reçoiventauprès de leur employeur.- Les demandeurs d'emploi prenant <strong>des</strong> cours au SFA n’ont pas été comptabilisés non plus,car ceux-ci sont en partie également présents dans les mesures étudiées. On a procédé demême pour les élèves de la classe préparatoire au CITP du CNFPC d’Esch-sur-Alzette, carceux-ci sont déjà repris dans les statistiques <strong>des</strong> COIP.- Par ailleurs, pour un certain nombre de dispositifs, les chiffres n’étaient pas disponibles dansles trois catégories d'âge de l’enquête (15-18 ans, 19-25 ans, 26-30 ans) mais ont été fournisdans d'autre catégories (exemples : de 13 à 17 ans, de 15 à 20, etc.) et <strong>des</strong> interpolations ontdû être faites par la méthode de la règle de trois.- Une dernière imprécision provient du mode de l’enquête même, qui était surtout qualitative.Les différents dispositifs ont été vus sur une période de plusieurs mois, les chiffres n’ont doncpas été recueillis à la même date pour tous les dispositifs. Ce dernier point n’entraînenéanmoins qu’un faible biais.274


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Par ailleurs, avec cette population cible qui fluctue très fort au cours du temps, il est difficiled'avoir <strong>des</strong> chiffres précis, il s'agit donc forcément d'une approximation 49 . Pour avoir <strong>des</strong>chiffres vraiment précis et scientifiquement fondés, il faudrait faire <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> longitudinales,prenant comme point de référence les numéros de matricule, afin qu'aucune ambiguïté nesubsiste sur les âges et les limites d'âge. Une telle démarche n’est pas faite actuellement auLuxembourg.En tenant compte de tous ces éléments, on peut avancer que l'ensemble <strong>des</strong> dispositifs deformation et <strong>d'insertion</strong> présentés dans ce rapport concernait au moment de l’enquête :- 351 jeunes de 15 à 18 ans (la majorité de cette population, à savoir 215 jeunes, se trouvantdans les COIP du CNFPC);- 703 personnes de 19 à 25 ans;- 219 personnes âgées de 26 à 30 ans.Ce qui fait un total de 1273 personnes de 15 à 30 ans. Pour les détails, on peut se rapporter àl'annexe n° 3.2. Par ailleurs, on peut se demander quel est le nombre de jeunes de la tranche d’âgeparticulièrement sensible de 15 à 18 ans qui ne sont ni en situation d’être scolarisés(apprentissage compris) ni en situation d’emploi normal (CDD ou CDI, les mesures pourl'emploi n'étant pas comptés comme emplois). Cette population serait potentiellementsusceptible de bénéficier de mesures d'accompagnement, de formation et <strong>d'insertion</strong>. Parailleurs, il s’agit de la population qui serait en priorité concernée par l’éventuelle extension del’obligation scolaire évoquée au point 1.2.2.- On peut d’abord noter que selon l’ADEM, on avait en date du 09.01.2003 un nombre de 320jeunes de cette tranche d’âge inscrits comme demandeurs d'emploi ne participant à aucunemesure et qu'on peut donc ajouter à notre chiffre de 351, ce qui ferait un total de 671 jeunes.Par ailleurs, on peut estimer qu’il y a un certain nombre de jeunes non scolarisés et netravaillant pas, mais qui ne sont pas inscrits à l’ADEM (en allemand Dunkelziffer). Certainsspécialistes du terrain estiment ce chiffre à 10 % de ceux qui sont repérés, il faudrait doncajouter 67 jeunes à ceux qu’on a déjà comptés précédemment. On aurait ainsi un nombre de738 jeunes qui ne seraient ni en situation d’emploi normal, ni scolarisés, et donc susceptiblesde bénéficier de diverses mesures d'accompagnement, de formation et <strong>d'insertion</strong>.- Si on considère maintenant les seuls chiffres de l'ADEM pour la date indiquée (09.01.2003),on aurait 320 + 259 = 579 jeunes inscrits; chiffre auquel on pourrait ajouter 10 % (c'est à dire58 jeunes) "non repérés", ce qui donnerait un nombre total de 637 jeunes.- La différence entre les deux chiffres (637 pour l’ADEM et 738 pour l'estimation du présentrapport) peut assez largement s’expliquer par le fait que 87 jeunes de 15 à 18 ans faisant parti<strong>des</strong> dispositifs décrits dans ce rapport ont un statut d’élève, et ne sont donc pas repris dans lesmesures de l’ADEM.On peut conclure que la présente enquête a retracé l’intégralité de l’échantillon <strong>des</strong> personnesde 15 à 18 ans comptabilisées par l’ADEM dans les différentes mesures.49 Le problème n'est pas propre au Luxembourg. Dans un article récent, <strong>des</strong> chercheurs français duCéreq soulignent l'impossibilité de quantifier en France le nombre de jeunes sans qualification, pour<strong>des</strong> raisons en partie similaires à celles qui viennent d'être citées : "Au-delà <strong>des</strong> jeunes non repérés,parce qu'inscrits dans aucun fichier, ces sources posent une difficulté de recoupement liée à la fois à unrisque de double inscription, à un problème de comptage entre <strong>des</strong> stocks et <strong>des</strong> flux mais aussi de ladisponibilité de l'information sur le niveau de formation, l'appariement théorique entre les dispositifs etles niveaux étant rarement réalisé." (Canals, V., Checcaglini, A., Les jeunes sans qualification:questions et métho<strong>des</strong>, Document n° 168, coll. Observatoire, Marseille, CEREQ, 2002).275


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgUne dernière remarque s'impose dans le cadre du débat sur une éventuelle extension del'obligation scolaire au Luxembourg. Dans les structures scolaires existantes, il y a égalementun certain nombre de jeunes de 15 à 18 ans, mais qui n'y progressent plus au plan <strong>des</strong>apprentissages. Ce public, même s'il ne fait pas partie <strong>des</strong> 738 jeunes comptabilisés plus haut,devraient être ajoutés à ceux qui sont concernées par cette extension et surtout par lesmétho<strong>des</strong> d'accompagnement qui devraient être prises pour les jeunes en difficultés. Même enfaisant partie <strong>des</strong> jeunes encore scolarisés, ils font néanmoins partie du public susceptible debénéficier de mesures <strong>d'insertion</strong>, de formation et de prise en charge adaptées à un public endifficultés.5.2. Conclusions concernant les aspects formation et qualification1. Contrairement au système d'éducation nationale très formalisé (accès, structures, parcours,profil <strong>des</strong> enseignants, évaluations, diplômes, durées, etc.), nous sommes en présence d'unegrande hétérogénéité <strong>des</strong> structures, <strong>des</strong> publics cibles, <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> et <strong>des</strong> qualificationspossibles, dispositifs construits progressivement par l'expérience. On doit noter aussi unecertaine opacité de ces dispositifs, un manque de clarté et de visibilité globale de l'ensemblede ces dispositifs, ce qui ne doit pas faciliter le tâche du jeune sans qualification qui voudraits'y orienter. Cela montre aussi l'importance <strong>des</strong> organismes d'information, d'orientation et deconseil déjà cités au point 2.3.4.2. A l’encontre <strong>des</strong> tendances majeures citées au tout début <strong>des</strong> conclusions, une spécificité dela situation luxembourgeoise est que le problème rencontré par les jeunes en difficulté<strong>d'insertion</strong> est surtout celui d'un problème de profil (manque de formation combiné à unmanque de socialisation), plus qu’un problème de manque d’emplois. En effet, on a vu quejusqu’à présent, le nombre d’emplois créés dépasse le nombre de demandeurs d'emploi, ledéficit étant comblé par l’apport de travailleurs étrangers. Ce fait ouvre aussi la perspectivequ'il n'y a en principe pas de limite qui vient du marché de l'emploi même à l'insertion <strong>des</strong>jeunes non encore insérés.3. Trois types de dispositifs de formation à <strong>des</strong>tination <strong>des</strong> jeunes sans qualification ou endifficultés ont pu être mis en évidence : les formations par le travail, les formations <strong>d'insertion</strong>socio-professionnelle, les formations qualifiantes.Chacun de ces dispositifs a une logique de fonctionnement propre, une certaine cohérence enfonction du profil du groupe cible, <strong>des</strong> objectifs visés et de la démarche socio-pédagogiqueadoptée. Aucun de ces trois types n'est a priori meilleur que l'autre, chacun correspond à <strong>des</strong>possibilités de travail avec une certaine partie du groupe cible. En fait, chacun <strong>des</strong> trois typesde dispositifs est adapté à un public spécifique, qui peut être très différent d'un type à l'autre.Le jeune qui "apprend à travailler" dans une entreprise faisant de travaux d'entretien de parcsaprès avoir redoublé deux fois à l'école et qui sait à peine lire et écrire est probablement assezdifférent de celui qui prépare un CATP pépiniériste-paysagiste par la voie de l'apprentissagepour adultes.4. Les dispositifs <strong>d'insertion</strong> sont plus ou moins proches de l'école ou du monde del'entreprise.- Le type 1 (formation par le travail) est le plus proche de l'entreprise, il réalise de façon laplus immédiate la transition pour un public en difficultés <strong>d'insertion</strong>, il s'agit d'ailleurs plus<strong>des</strong> dispositifs de transition que de "deuxième chance" à proprement parler.276


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg- Le type 2 (formation d’insertion socio-professionnelle) est intermédiaire entre les deux; dutype 1 elle a le souci du placement du participant sur le marché de l'emploi, donc très tournévers les exigences et les critères <strong>des</strong> entreprises et du monde du travail; du type 3, il a le soucid'une didactique planifiée en vue d'optimiser un processus d'apprentissage.- Le type 3 (formation qualifiante) est proche ou intégré à l'école, il permet d'acquérir <strong>des</strong>diplômes ou certificats légalement reconnus, c'est ici que la formation pédagogiquetraditionnelle <strong>des</strong> formateurs est la plus fréquente. C'est aussi celui qui est le plus proche depar son public, ses institutions et ses métho<strong>des</strong>, de ce qu'on appelle au Luxembourg la"deuxième voie de qualification". Avec le type 3, nous avons le plus à faire avec ce qu'onpourrait appeler une "Ecole de la deuxième chance" au sens du Livre blanc de la Commission,qui, rappelons le, devait d'abord être une école (quitte a ce qu'on prévoyait aussi <strong>des</strong> stages) 50et pas une entreprise de formation par le travail.Il est donc important de garder en vue cette interpénétration entre formation et insertion. Laformation et l'insertion interviennent de façon combinée, quoique la combinaison ne soit pasla même pour les trois types de dispositifs.5. Il est intéressant de confronter les trois types de dispositifs aux critères d’une formationselon Pierre Besnard et Bernard Liétard 51 cités au point 1.3.3. : un contenu de formation biendéfini, une relation continue formateur/formé, l'aspect systématique et organisé de laformation, le rôle d'un agent "externe" qui oriente et contrôle le processus de formation.Pour le type 1 (formation par le travail), le critère du contenu de formation bien défini n’estque partiellement rempli, le contenu consistant souvent en ce qui se présente comme travaux,généralement pour un client externe.On peut aussi examiner le critère de la relation continue formateur/formé, cette relationpouvant être avec un formateur ou un agent de suivi (éducateur, éducateur gradué, assistantsocial, etc.) : cette relation continue est ici en général le fait d'un chef de chantier qui encadreles jeunes au cours <strong>des</strong> travaux. L’intervention <strong>des</strong> agents de suivi est plus ponctuelle.Si on confronte le type 1 au critère de l'aspect systématique et organisé de la formation, onconstate que celle-ci est peu systématique et se fait en fonction <strong>des</strong> nécessités du travail surchantier, en fonction <strong>des</strong> comman<strong>des</strong> externes. Rappelons qu'il s'agit dans la plupart <strong>des</strong> casde travaux non qualifiés.Y a-t-il un agent "externe" qui oriente et contrôle le processus de formation ? C’est très peu lecas, ce qui est logique vu que le contenu de formation est lui-même peu défini.Pour le type 2 (formation d’insertion socio-professionnelle), le contenu de formation est plusdéfini, car il s'agit d'un programme de formation, qui peut être ou non construit de façonmodulaire.La relation formateur/formé est plus continue, elle concerne aussi bien le formateur àproprement parler que l’agent de suivi.L'aspect organisé de la formation est plus ou moins systématique, dépendant du caractère plusou moins élaboré du programme de formation lui-même.Le contrôle d'un agent "externe" qui oriente et contrôle le processus de formation est variable,plus ou moins organisé, et dépend du caractère plus ou moins formalisé du contenu deformation.50 Commission Européenne, Livre blanc - Enseigner et apprendre : vers la société cognitive, op. cit.,pp. 65-67.51 Besnard, P., Liétard, B., La formation continue, op. cit., p. 5.277


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgPour le type 3 (formation qualifiante), le contenu de formation est défini par un programmede formation, qui est celui qui mène au diplôme ou au certificat légal.La relation continue formateur/formé est surtout le fait de l'enseignant, cette relation se faitsurtout par <strong>des</strong> enseignants de l’enseignement secondaire technique plus particulièrementsensibilisés à cette population, le rôle <strong>des</strong> agents d’encadrement étant en général plus limité.L'aspect systématique et organisé de la formation provient du fait que les contenus sont engénéral ceux de l’enseignement secondaire technique ou inspirés de ceux-ci.Qu’en est-il du rôle d'un agent "externe" qui oriente et contrôle le processus de formation ?C’est le cas pour le type 3, puisque il s’agit en règle générale de programmes del’enseignement secondaire technique qui connaissent le contrôle direct du MENFPS.278


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg6. Bibliographie• Administration de l'Emploi (2002), Rapport d'activité 2001, Luxembourg.• Ant, M., Besnard, P., Charlier, E., Cherqui, I., Collot, A., Dejean, K., Donnay, J.,Housemand, C., Hülshoff, T., Kerger, L., Lenert, J., Martin, R., Meyers, R., Sorel, M.,Welfring, C. (2000), Analyse de l'offre et de la demande dans le domaine de la formation <strong>des</strong>formateurs dans la grande région Luxembourg-Lorraine-Wallonie-Rhénanie - <strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong>et recommandations - Rapport de synthèse final, programme Leonardo da Vinci, Luxembourg.• Ant, M., Pint, M. (2001), Etude sur les deman<strong>des</strong> en qualification du secteur socioéducatif,étude pour le Ministère de la Culture, de l'Enseignement Supérieur et de laRecherche, Luxembourg.• Bajoit, G., Digneffe, F., Jaspard, J.-M., Nollet de Brauwere, Q. (éds) (2000), Jeunesse etsociété, Bruxelles, De Boeck.• Besnard, P., Liétard, B. (1995), La formation continue, 5 e édition, Paris, PressesUniversitaires de France, coll. Que sais-je ?.• Blanchard, S. (2001), "Apprentissages, sentiments d’efficacité personnelle, intérêts, choixscolaires et professionnels", Revue du CERFOP, n° 16.• Bourgeois, E., Nizet, J. (1997), Apprentissage et formation <strong>des</strong> adultes, Paris, PressesUniversitaires de France, coll. L'éducateur.• Canals, V., Checcaglini, A. (2002), Les jeunes sans qualification: questions et métho<strong>des</strong>,Document n° 168, coll. Observatoire, Marseille, CEREQ.• Centre INFFO (1998), La formation et l'emploi, Dossier documentaire, Paris, CentreInffo.• Collectif (1997), Le travail, quel avenir ?, Paris, Gallimard, coll. Folio.• Collectif (1997), L'orientation face aux mutations du travail, Paris, Syros.• Commission Européenne (1995), Enseigner et apprendre - Vers la société cognitive, Livreblanc, Luxembourg, Office <strong>des</strong> publications officielles <strong>des</strong> Communautés européennes.• Commission Européenne (1997), Groupe de réflexion sur l'éducation et la formation -Rapport - Accomplir l'Europe par l'éducation et la formation, Luxembourg, Office <strong>des</strong>publications officielles <strong>des</strong> Communautés européennes.• Commission Européenne (1996), Vivre et travailler dans la société de l'information :priorité à la dimension humaine - Livre vert, Luxembourg, OPC.• De Landsheere, V. (1988), Faire réussir, faire échouer : la compétence minimale et sonéducation, Paris, Presses Universitaires de France.• Dubar, C. (1996), La formation professionnelle continue, 3 e édition, Paris, La Découverte,coll. Repères.• Dubar, C. (1991), La socialisation, construction <strong>des</strong> identités sociales et professionnelles,Paris, Armand Colin.• Ecole de la Deuxième Chance de Marseille (1999), Projet 1999 – Présentation générale,Marseille.• European Commission, Directorate-General of Education and Culture (2000), "SecondChance Schools" – Summary Report on the Evaluation of the European Pilot Schools, Berlin.• European Commission, Directorate-General of Education and Culture (2001), SecondChance Schools – The Results of a European Pilot project, Report, Brussels.• Fandel, C. (2002), Initiatives publiques et privées d'orientation et <strong>d'insertion</strong>professionnelle, syllabus de cours, IEES, Fentange.• Francq, B., Maroy, C. (Eds.) (1996), Formation et socialisation au travail, Bruxelles, DeBoeck, coll. Perspectives en éducation.279


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg• Hardy, J.-P. (1999), Guide de l'action sociale contre les exclusions, Paris, Dunod.• Hawiltzky, S., Houssemand, C., Kieffer, G., Lanners, Y., Leijten, T., Reiter, R. (1997),Enquête sur le chômage de longue durée – Situation actuelle au Luxembourg, ADEM-CEPS,Luxembourg.• Insertion et orientation socio-professionnelles <strong>des</strong> jeunes et <strong>des</strong> adultes peu qualifiés etvalorisation/validation <strong>des</strong> compétences/acquis (2000), document de travail pour laconférence de valorisation du 19 mai 2000, Service de la Formation Professionnelle duMENFPS en collaboration avec l'INETOP, Luxembourg.• Institut de la Méditerranée (1997), L'École de la deuxième chance, Actes du colloque deMarseille, La Tour-d'Aigues, Editions de l'Aube.• Kollwelter, R. (1998), Contre le chômage et l'exclusion par l'éducation et la formation -Pour une Ecole de la Deuxième Chance au Luxembourg, Rapport d'une missionparlementaire, Luxembourg.• Kollwelter, R. (2000), L’Ecole de la Deuxième Chance de Marseille, rapport,Luxembourg.• Les compétences sociales - L'accompagnement <strong>des</strong> jeunes en difficulté (2000), Serviceacadémique d'information et d'orientation (SAIO), Reims.• Liénard, G. (éd) (2001), L'insertion : défi pour l'analyse, enjeu pour l'action, Sprimont,Mardaga.• Lieury, A., Fenouillet, F. (1996), Motivation et réussite scolaire, Paris, Dunod.• Meyers, R. (en collaboration avec Plein, E.), (2001) Rapport d'enquête sur les élèves endécrochage scolaire au Luxembourg et susceptibles de rejoindre un dispositif de transition dansle cadre de la pédagogie de la deuxième chance, Rapport pour le MENFPS, Luxembourg.• Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse (2002), Rapportd'activité 2001, Luxembourg.• Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse (2002), Rapportd'activité 2001 – Jeunesse, Luxembourg.• Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle, CommissionEuropéenne-DG XXII (1997), La relation formation-emploi ou les problèmes liés àl'insertion sur le marché du travail - Texte d'orientation, Conférence de Luxembourg surl'insertion socio-professionnelle <strong>des</strong> 28-29 novembre 1997, Luxembourg.• Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (2002),L'éducation et la formation tout au long de la vie au Luxembourg – Enquête sur le taux departicipation aux mesures d'éducation et de formation tout au long de la vie 1998-2000,Luxembourg.• Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (2001),Mémorandum sur l'éducation et la formation tout au long de la vie, Luxembourg.• Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (2002),Que faire après la 6e année scolaire ?, 23e édition, Luxembourg.• Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> Sports (2002),Rapport d'activité 2001, Luxembourg.• Ministère du Travail et de l'Emploi (2002), Rapport d'activité 2001, Luxembourg.• Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L. (2001), Les jeunes et le travail 1950-2000,Paris, Presses Universitaires de France.• Nicole-Drancourt, C., Roulleau-Berger, L. (2001), L'insertion <strong>des</strong> jeunes en France, Paris,Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?.280


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au Luxembourg• Nottrot, J. (1999), "Witschaftlichkeit und soziale Eingliederung : Ergänzung stattGegensatz", Forum, Luxembourg, mars 1999, pp. 34-39.• Perrenoud, P. (2001), Développer la pratique réflexive dans le métier d'enseignant, Paris,ESF.• Plan National d'action pour l'inclusion sociale pour le Grand-duché de Luxembourg -Rapport national 2001-2003, Luxembourg, 2001.• Otten, H., Wirtgen, G. (2001), Rapport national sur la jeunesse au Luxembourg,Luxembourg, CeSiJe, Ministère de la Famille, de la Solidarité Sociale et de la Jeunesse.• Schwartz, B. (1981), L'insertion professionnelle et sociale <strong>des</strong> jeunes - Rapport auPremier ministre, Paris, La Documentation française.• Roulleau-Berger, L., Gauthier, M. (sous la direction de) (2001), Les jeunes et l'emploidans les villes d'Europe et d'Amérique du Nord, La Tour d'Aigues, Ed. de l'Aube.• Tanguy, L. (sous la direction de) (1986), L'introuvable relation formation-emploi, Paris,La Documentation française.• Unité européenne d'Eurydice (1997) (coordination et rédaction : Delhaxhe, A. etMeyers, R.), Mesures prises dans les <strong>Etat</strong>s membres de l'Union européenne en faveur <strong>des</strong>jeunes sortis du système éducatif sans qualification, Bruxelles.• Unité Nationale d'Eurydice Luxembourg (2000), L'Education au Luxembourg,Luxembourg.• Van Haecht, A. (1986), "Ecole, entreprise et transition professionnelle", La RevueNouvelle, n° 9, Bruxelles, pp. 173-183.• Vernières, M. (sous la direction de) (1997), L'insertion professionnelle - Analyses etdébats, Paris, Ed. Economica.281


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAnnexe 1 : Questionnaire d’interview1. Public cible1.1. Quelles sont les limites d’âge du public cible ?1.2. Quel est le nombre de jeunes concernés ?1.3. Quel est en général le profil de ces jeunes ?1.4. Quel est le mode de repérage et de recrutement de ces jeunes ?1.5. Quel est le statut <strong>des</strong> jeunes concernés ?2. Structure et organisation2.1. Quelle est l’organisation de votre dispositif ?2.2. De quelle infrastructure disposez-vous ?2.3. Quelle est la durée <strong>des</strong> parcours de formation/insertion ?2.4. Quelle est votre base légale et réglementaire ?3. Collaboration avec le monde économique et scientifique3.1. Quelle collaboration avez-vous avec le monde économique ?3.2. Quelle collaboration avez-vous avec le monde scientifique ?4. Remotivation4.1. Quelles activités de remotivation avez-vous avant et durant la formation ?4.2. Quelles sont les modalités de ces activités ?4.3. Quel est le personnel responsable pour ces activités ?5. Formations5.1. Quels sont les contenus <strong>des</strong> formations dispensées ?5.2. Quels sont les objectifs <strong>des</strong> formations dispensées ?5.3. Quelles sont les grilles horaires ?6. Métho<strong>des</strong> didactiques6.1. Quelles sont les métho<strong>des</strong> didactiques utilisées ?7. Encadrement7.1. Quelles sont les métho<strong>des</strong> d'encadrement <strong>des</strong> apprenants ?7.2. Quel est le suivi <strong>des</strong> apprenants pendant la mesure ?7.3. Quel est le suivi <strong>des</strong> apprenants après la mesure ?8. Stages8.1. Quelles est la durée <strong>des</strong> stages ?8.2. Quels sont les <strong>lieux</strong> de stage ?8.3. Quel encadrement <strong>des</strong> stagiaires faites-vous ?8.4. Quelle évaluation faites-vous <strong>des</strong> stagiaires ?8.5. Quel est le suivi ?8.6. Y a-t-il un lien avec l'ADEM ?8.7. Quel est le lien avec le marché de l'emploi ?9. Evaluation et certification9.1. Quelle évaluation <strong>des</strong> apprenants mettez-vous en œuvre ?9.2. Quelles sont les modalités de cette évaluation ?9.3. Quel est le personnel responsable de cette évaluation ?9.3. Quelles sont les qualifications possibles ?9.4. Quelles sont les certifications possibles ?10. Personnel10.1. Quels sont les différents profils du personnel ?10.2. Quelle est formation <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrement ?10.3. Comment se fait le recrutement <strong>des</strong> formateurs et du personnel d'encadrement ?10.4. Quelles sont les spécificités de vos formateurs en tant que formateurs d'adultes ?282


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAnnexe 2 : Liste alphabétique <strong>des</strong> sigles et abréviationsADEM - Administration de l'EmploiALJ - Action Locale pour JeunesALTE - Association of Language Testers in EuropeASBL - Association Sans But LucratifATI - Affectation Temporaire d'InsertionBIZ - Berufsinformatiouns-ZentrumCAP - Certificat d'Aptitude ProfessionnelleCAT - Contrat d'Auxiliaire TemporaireCATP - Certificat d'Aptitude Technique et ProfessionnelleCCM - Certificat de Capacité ManuelleCDD - Contrat à Durée DéterminéeCDI - Contrat à Durée IndéterminéeCEPL - Chambre <strong>des</strong> Employés Privés - LuxembourgCEPS - Centre d’Etu<strong>des</strong> de Populations, de Pauvreté et de Politiques Socio-EconomiquesCH-Q - Programme suisse de qualification pour le parcours professionnelCIGL - Centre d'Initiative et de Gestion LocalCIGR - Centre d'Initiative et de Gestion RégionalCIGS - Centre d'Initiative et de Gestion SectorielCIJ - Centre Information JeunesCIRP - Centre d'Insertion et de Réinsertion ProfessionnelleCITP - Certificat d'Initiation Technique et ProfessionnelleCLC - Confédération Luxembourgeoise du CommerceCLL - Centre de Langues LuxembourgCMPPS - Commission médico-psycho-pédago-socialeCNDS - Comité National de Défense SocialeCNED - Centre National d'Education à Distance (France)CNFPC - Centre National de Formation Professionnelle ContinueCOIP - Cours d’Orientation et d’Initiation ProfessionnellesCPG - Centre Pénitentiaire de GivenichCPL - Centre Pénitentiaire de LuxembourgCPOS - Centre de Psychologie et d'Orientation ScolairesCRIDA/LSCI - Centre de Recherche et d'Information sur la Démocratie et l'Autonomie -Laboratoire de Sociologie du Changement <strong>des</strong> Institutions (France)CRP-HT - Centre de Recherche Public Henri TudorDAC - Division Anti-CriseDAT - Division d'Auxiliaires TemporairesDIE - Deutsches Institut für Erwachsenenbildung (Allemagne)ES - Enseignement SecondaireEST - Enseignement Secondaire TechniqueESTRA - European Social Exchange and Travel AgencyFED - Femmes En DétresseFEDIL - Fédération <strong>des</strong> Industriels LuxembourgeoisFSE - Fonds Social EuropéenGAB - Gesellschaft für Ausbildungsforschung und Berufsentwicklung (Allemagne)GAMO - Groupe d'Assistance en Milieu Ouvert283


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgIEES - Institut d'Etu<strong>des</strong> Educatives et SocialesIES - Institut d’Enseignement Socio-éducatifINAP - Institut National d'Administration PubliqueIRS - Initiativ Rem SchaffenISERP - Institut Supérieur d'Etu<strong>des</strong> et de Recherches PédagogiquesLCGB - Lëtzebuerger Chrëschtleche Gewerkschafts-BondLEADER - Liaisons Entre Actions de Développement de l'Economie RuraleLTA - Lycée Technique AgricoleLTAM - Lycée Technique <strong>des</strong> Arts et MétiersLTB - Lycée Technique de BonnevoieLTC - Lycée Technique du CentreLTE - Lycée Technique d'Esch-sur-AlzetteLTECG - Lycée Technique Ecole de Commerce et de GestionLTJB - Lycée Technique Joseph BechLTMA - Lycée Technique Mathias AdamLTNB - Lycée Technique Nic BieverMENFPS - Ministère de l'Education Nationale, de la Formation Professionnelle et <strong>des</strong> SportsMTE - Ministère du Travail et de l'EmploiOPE - Objectif Plein EmploiPAN - Plan d’action national en faveur de l’emploiPIC - Point d'Information CommunalPME - Petite et Moyenne EntrepriseRMG - Revenu Minimum GarantiSAC - Service aux CitoyensSARL - Société à responsabilité limitéeSC - Société CoopérativeSFA - Service de la Formation <strong>des</strong> AdultesSFP - Service de la Formation ProfessionnelleSIA - Service Information et AssistanceSIE - Stage d'Insertion en EntrepriseSNAS - Service National d'Action SocialeSNJ – Service National de la JeunesseSP - Stage de préparation en entrepriseSPOS - Service de Psychologie et d'Orientation ScolairesSRAS - Service Régional d'Action SocialeSRP - Stage de Réinsertion Professionnelle284


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> <strong>pratiques</strong> <strong>pédagogiques</strong> <strong>d'insertion</strong> au LuxembourgAnnexe 3 : Estimation du nombre de personnes pris en charge dans les différents dispositifs aumoment de l’enquêtePour une explicitation <strong>des</strong> métho<strong>des</strong> d’estimation utilisées le cas échéant, voir le point 5.1. Les dates d'interview et de validation <strong>des</strong> fiches<strong>des</strong>criptives sont données en annexe n° 4.Dispositif 15-18ansDontélèvesDontCAT19-25ansDontCAT26-30ansDontCATTotal DontCAT1 ADEM – Service de l'Emploi <strong>des</strong> Jeunes - - - -2 Apprentissage pour adultes 0 0 112 0 45 0 157 03 Caritas - Accueil et Solidarité ASBL 0 0 3 0 7 0 10 04 Centre d'éducation différenciée et de propédeutique 3 3 0 0 0 0 0 3 0professionnelle de Warken5 Centre <strong>d'insertion</strong> et de réinsertion professionnelle 11 10 31 30 5 4 47 44(CIRP) ASBL6 CNFPC – Formations de réinsertion professionnelle 0 0 6