Numéro 2 priN temp S a vriL 20 1 1 - Commune d'Anniviers

anniviers

Numéro 2 priN temp S a vriL 20 1 1 - Commune d'Anniviers

Numéro 2 priNtempS avriL 2011

Jean-Louis Claude

Accident d’avion près du Weisshorn

Le témoignage émouvant

des pompiers

Objectif Reines

Le regard exceptionnel

d’un photographe et d’un écrivain

1

Ecole de Vissoie

Sur les traces des inventeurs


Sommaire

au meNu

Le papillon voletant, je me sens

moi-même une créature

de poussière.

Issa

En hommage aux sinistrés du

tremblement de terre au Japon,

cette édition sera parsemée de

petits haïkus japonais sur le printemps,

l’espoir est l’avenir.

3 L’Edito

4 L’accident

7 Notre histoire.ch

10 Le grand retour des Compagnons

12 Passion reines

14 Rencontre avec deux éleveurs de la vallée

16 L’actu du ski-team Anniviers

17 L’espoir de la Vallée

19 Ski: Famille Wicki à Vercorin

21 L’actu du FC Anniviers

23 L’actu de la commune «Anniv’info»

27 L’actu du HC Anniviers

28 L’actu du montagne-club Anniviers

30 Anniviers Tourisme

34 L’école à l’expo

36 Le coin des plantes

38 Bye bye facteur

40 Plus près des étoiles

42 Trois petits tours et puis reviennent

44 De l’humanitaire à l’engagement associatif

46 Manifestations en Anniviers

47 Petites annonces

2


L’édito

avriL 2011

Le papillon bat des ailes comme s’il

désespérait de ce monde.

Issa

Merci, Chers lecteurs Anniviards !

A vous qui nous lisez, que vous soyez

Anniviards de souche ou non, que

vous soyez amoureux de cette fantastique

vallée ou que vous n’y êtes que

de passage, ce journal dédié aux activités

anniviardes et à ses sociétés est

le vôtre. Depuis quelques années, sous

l’incitation des clubs sportifs, et avec

le soutien des autorités politiques de

la commune, vous avez maintenant

entre les mains un fascicule de qualité

qui va vous parler des activités organisées

dans la vallée et des gens qui la

font vivre.

Au cœur de tout ceci, nous avons

des sociétés culturelles, politiques ou

sportives. « Des sociétés sportives ? Et

pourquoi faire ? », pourraient s’inter-

roger certains… « Et bien justement,

pour former notre jeunesse ! », leur

répondraient d’autres. « Et que fontelles

au fond ? » Ces sociétés, qui profitent

des bienfaits du sponsoring de

ce journal, ont pour but d’optimiser

les compétences au sein de la jeunesse

de la vallée. Que ce soit dans

le ski de compétition, dans le groupe

montagne, parmi les hockeyeurs ou

les footballeurs, tous vont profiter de

votre aide que vous, lecteurs, sponsors

ou tout simplement sympathisants,

pourriez nous accorder.

Les clubs sportifs anniviards sont extrêmement

actifs dans l’encadrement

des jeunes de la vallée. Respecteux des

choix et des talents de chacun, ils les

encadrent, les motivent et bâtissent

www.bellatola.ch

3

avec eux la confiance en soi et leur

avenir. Leur but est de les former et de

les épanouir afin qu’ils puissent aussi

répondre aux attentes de la population.

Ainsi, nos skieurs de compétition

aujourd’hui seront nos futurs professeurs

de skis. Ainsi, nos jeunes du

groupe montagne seront nos futurs

guides. Ainsi, nos jeunes hockeyeurs

et footballeurs sauront apprendre la

rigueur du jeu d’équipe qui va leur

permettre de trouver une place dans

la société. En d’autres termes, avec

votre soutien, cette jeunesse sportive

deviendra nos futurs ambassadeurs

du tourisme dont notre vallée a tant

besoin.

Pour les clubs sportifs

du Val d’Anniviers

Jérôme Bonvin


L’aCCideNt

reportage

Les Anniviards ne sont pas prêts de

l’oublier. Le 11 février dernier, un avion

de tourisme transportant 5 passagers,

s’écrasait par beau temps sur la pointe

de la Forcletta, entre le Val d’Anniviers

et la vallée de Tourtemagne, près

du Weisshorn. Cinq morts, un jeune

couple de Français avec leurs deux

enfants et le pilote. Après la récupération

des corps par la Police Cantonale,

la découpe de l’appareil a été

conduite par des hommes de la vallée,

en collaboration avec la Maison

FXB du Sauvetage et un spécialiste de

l’Office fédérale de l’Aviation Civile.

Une mission parfaitement réussie

sous la responsabilité de Claude Peter,

Commandant des Sapeurs Pompiers

d’Anniviers. Un succès tant dans la

prouesse technique du découpage de

l’avion sur une arrête escarpée que

dans l’attitude digne et courageuse

des secouristes. Un mois après les

faits, nous avons rencontré quatre

pompiers de la vallée qui sont intervenus

sur les lieux du drame. Avec

émotion et pudeur, ils ont accepté de

partager leurs ressentis.

Claude peter, Commandant des sapeurs

pompiers d’anniviers, chef

de région pour le sauvetage 144 et

chargé de sécurité dans la vallée.

« Mes 15 années de sauvetages m’ont

appris à gérer mon stress. Je n’ai pas

le droit de m’angoisser sinon mes

hommes le ressentent et stressent

aussi. Comme j’ai reçu le signal de

l’alarme « Weisshorn », j’ai mis sur pied

une équipe du détachement Ayer/

Zinal et du détachement du Centre.

J’avais également besoin de pompiersguides

et de personnes à l’aise en terrain

difficile. Mon équipe s’est donc

constituée de Claude Melly, guide et

sauveteur spécialisé, de Michel Burgi,

spécialiste en terrain difficile, qui ont

fixé à l’avance une « ligne de vie » à laquelle

se sont accrochés les pompiers

en toute sécurité. Pour la protection

feu, j’ai choisi André Abbé, Frédéric

Pellaz, Etienne Crettaz et Joachim

Beeler. Il y avait ensuite deux spécialistes

de la désincarcération, Fréderic

Epiney et moi-même. J’ai été très fier

de mon équipe parce-qu’ils ont bien

travaillé, ils ont été parfaits et respectueux.

En mission, on ne peut pas

4

Affalé au sol, le cerf-volant

était sans âme.

Kubonta

Un mois après le drame, les confidences de nos pompiers

déconner. Tu ne dois pas penser que le

gamin dans l’avion avait l’âge de ton

fils, mais je crois que chacun de nous

a eu une pensée pour eux…

Cette mission m’a confirmé que j’avais

des types exceptionnels avec moi. Le

jour même du crash, Michel, Claude et

moi avons aidé à l’évacuation des corps

avec l’équipe FXB et la police cantonale.

Le lendemain, nous sommes remontés

avec le reste de l’équipe pour

procéder au découpage de l’avion et

ramener les pièces en plaine. J’ai tenu

à ce que le spécialiste de l’Office fédérale

de l’Aviation Civile soit présent

sur place pour le découpage. Comme

il s’agissait d’un avion à essence, il

restait un risque réel d’explosion pendant

la manoeuvre et je voulais que ce

soit les plus haut gradés (ndlr: Claude

Peter et Fred Epiney) qui s’en chargent

au cas où cela tournerait mal. C’était

normal… J’ai été impressionné par la

virtuosité du pilote de l’hélicoptère,

Philippe Andenmatten qui déposait

avec précision le crochet du treuil

dans les mains de son assistant au

sol! Les pièces ont été déposées sur

un camion qui attendait plus bas à


Mottec. Vous savez, aujourd’hui, je

ne regarde plus les petits avions de la

même manière. »

andré abbé, chef du détachement

du Centre des pompiers d’anniviers

« Je me suis senti toute la journée

en empathie avec le pilote et la famille.

»

« J’ai trouvé que la décision du Commandant

Claude Peter de choisir les

pompiers les plus mûrs était très sage,

vu les circonstances, le terrain escarpé

et le choc émotionnel.

J’ai aussi apprécié les conseils d’Augustin

Rion qui, juste avant d’arriver

sur les lieux du drame, m’avait recommandé

de prendre du recul, de ne pas

prendre personnellement ce qui s’est

passé et de rester centrer sur notre

priorité qui était celle de faire notre

travail le mieux possible.

La météo a joué en notre faveur et

cela nous a beaucoup aidés. Concernant

la découpe de l’avion, l’intervention

n’était pas facile car il y avait des

grosses pièces. Cela a été difficile vu

l’impact de l’accident. Comme c’était

un avion avec un moteur à essence, on

n’a pas pu utiliser des meules ou tout

matériaux risquant de faire des étincelles.

On a donc découpé avec des

pinces hydrauliques. Cela nous a pris

environ trois heures pour détacher les

6 pièces. Et puis, c’était en plein sur

l’arrête de la montagne. On avait 200

m de vide de chaque côté et les guides

ont du nous encorder pour travailler.

C’était émouvant… D’abord, nous

n’avons vu que les débris de l’avion.

Puis en se rapprochant, nous avons du

récupérer quelques restes restes humains,

les corps ayant été descendus

la veille. C’était un choc. Je me suis

senti toute la journée en empathie

avec le pilote et la famille. J’avais le

sentiment qu’ils étaient toujours présents

sur les lieux et nous avons fait

nos manoeuvres avec respect et sans

jamais lever la voix. Nous faisions aussi

attention à nos paroles et échangions

entre nous comme si la famille nous

écoutait. Mais à midi, je dois avouer

qu’on n’a pas pu manger nos sandwichs…

La camaraderie et l’esprit de

groupe m’ont beaucoup aidé à tenir le

choc. C’était très important, à la fin

des opérations, de pouvoir en parler

5

« Je ne regarde plus les petits avions de

la même manière. »

Claude Peter

avec l’équipe. ça m’a permis d’évacuer

mon angoisse. La mission s’est achevée

par un petit repas convivial offert

par la Commune, ce qui nous a permis

de passer à autre chose. La vision du

drame m’est restée à l’esprit encore

une semaine après.

Frédéric pellaz, quartier-maître

au Centre des pompiers d’anniviers

« Au début, je m’imaginais la scène

comme dans le drame de la Cordillère

des Andes où un avion s’était

écrasé en 1972 avec 16 survivants.

J’étais pas bien… J’ai bu deux trois

verres pour me calmer. J’ai pas dormi.

J’avais en plus le souci de l’hélicoptère

et j’ai le vertige. Mais j’étais

heureux d’y aller car je n’avais jamais

vécu une intervention de cette gravité.

Au local, quand on s’est retrouvé

toute l’équipe, on ne s’est plus posé

de questions. Mon appréhension de

rentrer dans l’hélico est passée et je

n’ai plus eu peur du vide. Sur place,

c’était impressionnant car le cockpit

était plié dans tous les sens comme du

papier mâché. Une fois qu’on est dans

l’action, on ne pense plus au reste.


« Nous étions liés comme des frères; on

était en symbiose. »

Frédéric Pellaz

Tout s’est extrêmement bien passé.

Je pensais en permanence à ces gens.

Plus tard, j’ai découvert qu’il n’y en

avait pas un parmi nous qui avait bien

dormi la veille. Cette intervention m’a

apporté de la sérénité par rapport à

mon aptitude à gérer ce genre d’opération.

Nous étions liés comme des

frères; on était en symbiose. Chacun

était à sa place. Cela t’apprend aussi

à reconnaître que la vie ne tient qu’à

un fil. En rentrant, cela m’a confirmé

qu’il n’y avait rien de plus important

que ma famille. J’ai remis en cause les

activités superflues. »

Frédéric epiney,

commandant remplaçant

« La violence du choc était encore

palpable. »

« Ce qui m’a le plus ému, c’est de

savoir qu’il y avait deux enfants et

Jenny Vouardoux

3961 Grimentz

www.anniviers-immobilier.ch

que c’était une famille complète.

J’ai tout de suite eu une pensée pour

mes enfants, âgé de 7 et 4 ans. Sur le

moment, j’ai refoulé certains ressentis

mais j’ai parfaitement capté l’énergie

de la violence du choc. C’était encore

palpable. Les retrouvailles avec ma

famille avaient un autre goût. Cela

a crée un rapprochement qui est encore

toujours d’actualité. C’était une

superbe opération de A à Z. Il y avait

quelque chose de très beau dans la

difficulté de l’intervention. Et cet hélicoptère

au-dessus de nos têtes qui

effectuait des dizaines de rotations

avec des manoeuvres délicates… Et

dire qu’il semblerait que cette famille

était attendue quelques heures plus

tard à une réception avec 200 personnes!

On est si peu de chose, la

vie tourne rapidement et il faut vivre

l’instant présent. Moi qui suis bou-

6

langer, à présent, je mets encore plus

d’amour dans mes pains. »

propos recueillis

par isabelle Bourgeois


Notre hiStoire.Ch

CuLture et patrimoiNe

Adolphe Epiney, gardien

du Petit-Mountet de 1945 à 1960,

avec son chien «Loulou» et son

renard apprivoisé !

«Surtout ne jetez pas vos vieilles photos!»

C’est la supplication de Michel Savioz

(de Vissoie). Il est l’initiateur du

groupe « Vissoie hier et aujourd’hui »

sur l’excellent site internet www.

notrehistoire.ch (plusieurs fois primé)

créé par la Fondation pour la sauvegarde

du patrimoine audiovisuel de la

TSR (FONSAT) – Responsable: Françoise

Clément — Responsable éditorial:

Claude Zurcher — Modération:

Albin Salamin et qui rassemble des

photos, vidéos et textes d’archives

de notre pays extrêmement précieux

pour la sauvegarde du patrimoine

helvétique et notamment celles du

Val d’Anniviers. Une véritable mine de

trésors à laquelle chacun peut apporter

son joyau. Comment? Simplement

en fouillant votre grenier…

Un jour, je suis tombé sur le site de

la TSR consacré aux archives de l’histoire

suisse romande. J’ai découvert

un groupe édité par Albin Salamin sur

« St-Luc hier et aujourd’hui ». Cela m’a

donné l’envie de créer un groupe sur

« Vissoie hier et aujourd’hui ». Au bout

de quelques semaines, Albin Salamin

m’a contacté et m’a proposé de

faire d’autres groupes interactifs sur

le reste de la vallée. Je les ai donc

créés selon les anciennes communes

afin que les gens puissent s’identifier

à une région. J’ai commencé par vider

mes vieux cartons et j’ai pu mettre la

main sur des photos rares et belles de

mes archives familiales, se souvient

Michel. Le succès est immédiat. Michel

reçoit de nombreux documents

7

qu’il scanne et publie avant de les

rendre à leurs propriétaires. Il publie

même des vieux documentaires ou

reportages, de 1900 aux années 70.

« J’ai retrouvé une émission de la TSR

sur la promotion en deuxième ligue

de l’équipe du HC Ayer en 1972! J’ai

également publié un petit conte en

patois écrit par mon père. » La collecte

de ces précieux souvenirs ne se

fait pas sans mal. « Nous avons perdu

beaucoup de documents inestimables

avec la disparition de nos Anciens. Et

le risque, c’est que les jeunes passent

les archives à la poubelle. Une fois, par

hasard, ma mère et moi avons trouvé

dans une décharge le livre des premiers

protocoles de l’alpage de Rouaz.

Ma famille en a fait don à la société


4 copains au Bishorn, en 1949.

En haut: Urbain Kittel , Joseph Savioz

En bas: André Savioz , Laurent Theytaz

Ce document a obtenu le Prix du

public L’illustré - notrehistoire.ch

2010.

www.lebeausite.ch

Photo prêtée par Guy Genoud, qui représente la classe des filles à l’école de Vissoie, en 1956.

de l’alpage qui a été enchantée », se

réjouit Michel. Outre l’apport de documents,

chacun est invité à identifier,

corriger ou proposer des légendes

sur les photos publiées sur le site. Il

paraît que même les jeunes adorent

ça! « J’ai pu montrer à mes enfants des

photos de leurs grand-parents que je

ne connaissais pas du tout, écrit une

membre. Cela a renforcé le lien entre

eux et leurs aïeuls ». Autre trouvaille:

une photo d’Adolphe Epiney d’Ayer,

alors gardien du Petit Mountet de

1945 à 1960. « Un jour, j’ai reçu le téléphone

d’une dame de 77 ans. C’était

sa fille! Elle m’a dit que, lorsqu’elle

a découvert sur le site cette photo

de son père, elle a eu les larmes aux

yeux », raconte Michel Savioz avant

d’ajouter: « En général, si l’on retrouve

des photos anciennes, c’est surtout

grâce aux gens de l’extérieur tels que

des alpinistes étrangers, des Anglais

par exemple et les premiers touristes

de la vallée, car l’Anniviard, lui, faisait

8

très peu de photos. Il était trop pudique.

D’ailleurs sur les photos antérieures

aux années 40, et ceci comme

partout en Romandie, vous remarquerez

que les gens sont très crispés.

Comme s’ils avaient la trouille de se

faire prendre quelque chose ou voler

leur âme. »

Ainsi, chers lecteurs, lancez-vous si

vous trouvez des boîtes aux trésors

dans votre grenier, n’hésitez pas à

éditer ou à contacter Michel Savioz

(à ne pas confondre avec son homonyme

domicilié à Pinsec!) ou d’autres

membres, qui les publieront sur le site

avant de vous les rendre, comme des

reliques sacrées.

iBg


Photo prise en 1928 par Hélène Brandt (collection Luc Saugy) qui faisait de l’alpinisme

dans le Val d’Anniviers.

La coutume des tapolets et crécelles se pratique les vendredi et Samedi Saint

avant Pâques. Comme les cloches sont traditionnellement à Rome à ce moment,

les jeunes du village les remplacent en frappant des plaques de bois (tapolets ou

tic-tac) aux heures des angélus. Nicole Salamin l’a mis sur immoblog mais il est

presque un peu tard pour identifier ces jeunes gens, car la mémoire s’envole !

9


Le graNd retour deS CompagNoNS

Le reNdez-vouS de L’été

de la Navizence

oyé, oyé bonnes gens! un grand

classique de l’antiquité va se jouer

sur la place de la tour à vissoie du

24 au 26 juin et le 1 er et 2 juillet

2011. «L’illiade» d’alessandro Baricco

et mis en scène par georgio Brasey,

constitue un rendez-vous à ne pas

manquer, en présence d’une dizaine

de comédiens amateur de la vallée

et d’ailleurs.

«Il y a quelque chose de désolé et de

mou dans votre interprétation. Imaginez

Clint Eastwood qui tue, c’est

vachement porteur, c’est intense!

Vous récitez votre texte comme si

vous alliez au cimetière!», déplore

avec humour Georgio Brasey, metteur

en scène professionnel. Eclats de rire

dans la salle communale de Vissoie où

répètent depuis des mois les 13 comédiens

amateurs courageux qui ont osé

mettre leurs talents au service d’une

oeuvre ambitieuse «L’lliade» de Alessandro

Baricco et mis en scène par le

pétillant Georgio Brasey. “Il faut plus

de flots de l’âme”, insiste-t-il auprès

d’une comédienne qui lui répond,

perplexe: «Fais voir un peu toi ce que

c’est que le flots de l’âme?»

Voilà donc le retour en beauté, force

et panache des Compagnons de la Navizence

qui ne s’étaient plus produits

depuis le succès de la pièce «Des sou-

ris et des hommes» de John Steinbeck

et mis en scène par André Schmidt. Le

Comité des Compagnons de la Navizence

constitué de Michel Savioz (de

Vissoie), Simone Salamin et Patricia

Chardon Kaufmann n’y est pas pour

rien... Leur engagement et leur belle

énergie ont permis de donner un nouveau

souffle à cette troupe de théâtre

émérite composée d’une cinquantaine

de membres, essentiellement de la

vallée et qui existe depuis plus de 50

ans. A remercier également l’ancien

président du Comité, Jean-Marc Caloz,

qui a cherché a se faire remplacer

avec pour seul objectif de remettre

sur pied une pièce.

Voilà chose faite avec cette immense

oeuvre qui arrive au pays d’Anniviers.

C’est une chance! L’événement est assez

important pour avoir nécessité la

constitution d’un Comité spécial pour

organiser le spectacle (Gérard Epiney

Président, Nicole Salamin, Nicole

Langgeneger Roux, Manon Voisin),

avec la participation d’une cinquantaine

de bénévoles pour la cantine,

les décors, les costumes, l’éclairage,

la billeterie, sans parler des généreux

comédiens amateurs de la vallée qui

ont donné leur temps et prêté leur

talent. La plupart n’ont jamais joué...

«Cela nous a pris plus d’une année à

trouver un metteur en scène disposé

à monter une pièce dans la vallée,

10

Un monde de douleur et de peines alors

même que les cerisiers sont en fleur.

Issa

loin de tout et avec des amateurs.

Cela valait la peine de persévérer car

le spectacle sera magnifique. J’aime

cette pièce car elle peut représenter

l’histoire actuelle. Elle aide les gens à

s’ouvrir à quelque chose d’universel»,

conclut Michel Savioz.

Quant à l’intention de cette pièce,

«son but est de plaider pour une autre


«Le but de cette pièce est de plaider pour une autre beauté

que celle de la guerre» Georgio Brasey

beauté que celle de la guerre. En ce

qui me concerne, je propose comme

alternative à la guerre, l’acte théâtrale»,

explique Georgio Brasey qui se

dit très heureux de mettre ses compétences

au service des ressources

locales. «Ce qui est un peu plus difficile

à faire passer parmi les comédiens,

c’est la prise de conscience de

la masse de travail et d’investissement

personnel. On ne fait pas un spectacle

comme un partie de Jass!», poursuit

en riant le metteur en scène. Ah ces

indomptables Anniviards…

Certains rôles sont plus complexes

et moins sympathiques comme celui

d’Agamemnon. «J’ai le tempérement

pour!», lâche avec auto-dérision Jean-

Luc Virgilio. Quant à Georges Zufferey,

il incarne Thersite. «C’est la première

fois que je fais du théâtre. J’avais envie

d’oser!» Voilà une très belle manière

de donner vie à cette belle phrase de

René Char: «Imposes ta chance, sers

ton bonheur, vas vers ton risque, à te

regarder, ils s’habitueront.»

11

isabelle Bourgeois

«L’Iliade» d’Alessandro Baricco

et mis en scène par Georgio Brasey

Place de la Tour à Vissoie du 24

au 26 juin et le 1 er et 2 juillet 2011.


paSSioN reiNeS

paSSioNNémeNt

De la corne au sabot… passionnément !

Le photographe suisse Jean-Marie

Jolidon et l’écrivain Jacques Simonin

ont suivi pendant un an et demi

une famille d’éleveurs de vaches de

la race d’Hérens. En plus de l’aspect

spectaculaire des combats, ils

se sont intéressés au travail et à la

vie qui gravite autour des familles.

Cette longue et patiente rencontre a

fait l’objet d’un livre unique, « De la

corne au sabot…passionnément ! »

Depuis quelques années, la vache de

la race d’Hérens enthousiasme et passionne

toujours plus de personnes. Des

journaux, des télévisions ont trouvé,

dans les combats que se livrent ces

bêtes, un sujet ethnologique original

qui fait recette. Les combats qui font

les reines sont restés longtemps confidentiels.

Ils s’exportaient rarement en

dehors des vallées valaisannes. Pour

les éleveurs, les combats trouvaient

naturellement leur place dans la

suite des activités qui les occupaient

tout au long de l’année. Si ceci perdure,

on trouve maintenant des passionnés,

des hommes d’affaires, des

marchands, des originaux parfois qui,

sans être éleveurs, possèdent une ou

plusieurs bêtes de combat. A leur manière,

ils contribuent aussi à la popularité

de la race et à la reconnaissance

des éleveurs, à l’enseigne de la famille

Michellod de Prarreyer dans la Vallée

de Bagnes que les auteurs ont longuement

suivie.

Les événements sont déterminés par

le rythme de vie des animaux et par la

succession des saisons. Il y a un temps

pour vêler, un autre pour mélanger les

bêtes, un troisième pour monter au

mayen, un quatrième pour alper, etc…

A côté de ces pics d’activités, il y a la

répétition quotidienne des besognes,

soigner les bêtes, évacuer les excréments,

traire, abreuver, fabriquer les

12

La vache que j’ai vendue quittant le

village dans la brume.

Hyakuchi

pièces de fromages et le sérac, faucher,

clôturer, se lever tôt et se coucher

tard, résister au froid ou à la

canicule. Toute la famille contribue au

bon fonctionnement de cette fine mécanique.

C’est le troupeau qui permet

à la famille de vivre. La production de

lait et de fromage, la vente de bétail

leur apportent les revenus indispensables.

Les combats qui arrivent naturellement

agrémentent toute la belle

saison et ils apportent à chaque fois

beaucoup d’émotions. Au printemps,

dès leur première sortie dans le pré

devant la ferme, les bêtes se défient.

De ces combats, parfois brefs, sortira

la reine du troupeau. Plus tard, au

mayen et sur l’alpage, cette hiérarchie

pourra être bouleversée.

Jean-Marie Jolidon et Jacques Simonin

ont vu une similitude entre les

hommes et leurs troupeaux face à

un même destin. Pour vivre dans ces


vallées au relief abrupt et au climat

sévère, la lutte est quotidienne. Les

uns et les autres s’accommodent de

ces conditions hostiles, appréciant,

quand c’est possible, quelques rudes

avantages.

Le 24 septembre dernier, le musée de

Bagnes au Châble accueillait les photos

de l’ouvrage intitulé «De la corne

au sabot…passionnément!», soit plus

de 80 œuvres et un choix de très

beaux textes. Les éloges étaient nombreuses.

«Ce reportage de longue haleine m’a

permis de découvrir des coutumes et

des traditions helvétiques que nous

connaissons mal. J’ai été étonné par

l’engouement des gens. Cette tradition

est fédératrice de liens et de rencontres

avec toutes les jalousies que

cela peut créer. Dès qu’il y a un événement

particulier, tous les paysans le

savent dans l’heure qui suit!» raconte

Jean-Marie Jolidon.

Avec cet ouvrage, le photographe

nous communique avec force ce

lien invisible des sentiments entre

l’homme et l’animal. Quand deux noblesses

se rencontrent, le combat est

gagné d’avance.

iBg

Pour commander le livre

(38 francs + frais de port):

Contacter Jean-Marie Jolidon,

Pré Boivin 8, 2740 Moutier

032 493 55 14, jolidon1@bluewin.ch

13


eNCoNtre

avec deux éleveurs de la vallée

meS vaCheS et moi

Eloi Abbe, éleveur passionné, 9 têtes

de bétail, 2 bêtes classées dans le

top 10 à Moiry en 2010.

a quand remonte cette passion?

Je l’ai dans le sang! Cela remonte à

mes ancêtre… J’ai acheté mon premier

veau à l’âge de 15 ans.

Selon toi, quelles sont les 5 secrets

pour faire d’une vache une reine?

Premièrement, il faut aimer les vaches

et s’en occuper avec soin. Par exemple,

j’ai dormi trois nuits de suite à côté de

ma vache Paloma parce qu’elle n’était

pas bien. La vache doit sentir qu’elle

est en sécurité à nos côtés, qu’elle

peut compter sur nous en cas de pépin.

C’est important de leur parler et de les

appeller par leur prénom. Une vache

peut être aussi affectueuse qu’un

animal domestique. Et quand j’ai des

soucis, certaines viennent vers moi et

me lèchent la figure. C’est un phénomène

qu’on ne trouve en principe que

chez les éleveurs. On m’a reproché de

trop les pouponner mais maintenant,

elles donnent des résultats, il faut

savoir patienter. J’ai même soigné les

bêtes de propriétaires «concurrents»

qui avaient été blessées à l’alpage.

C’est ça aimer les bêtes!

Deuxièmement, dans le choix de la

bête, il faut avoir le coup d’oeil.

Troisièmement, il faut préparer la

reine, lui accorder des moments pour

la promener et lui préparer son physique

pendant la période hivernale.

Je sors mes vaches deux fois par

semaine. Quatrièmement, il faut lui

assurer la meilleure santé possible,

qu’elle soit traite convenablement et

agouttée de façon à ce qu’elle n’ait

pas de suites fâcheuses. Et cinquièmement,

il faut assurer la relève de la

reine et lui trouver un bon géniteur et

espérer que cela engendre quelques

femelles.

Selon toi, qu’est-ce qui est le plus

difficile à vivre dans ce monde-là?

Pour moi, le plus dur, c’est le jour où je

dois me séparer de l’une de mes bêtes

(je les appelle mes maîtresses!). Je ne

me sens pas bien. Je m’isole et j’ai les

larmes aux yeux. Par contre, quand

il m’arrive de retourner voir l’une de

mes bêtes à l’étable de son nouveau

propriétaire, elle me reconnait et c’est

une vraie fête!

Quel est l’un de tes plus beaux souvenirs?

Cet hiver, Paloma a fait une fièvre

du lait. On a du la mettre sous perfusion.

Elle était prostrée et amorphe.

14

On avait peur qu’elle meurt. Elle ne se

relevait plus. Puis j’ai eu une idée: je

lui ai mis son veau à côté. Au bout de

quelques minutes, elle s’est relevée

et s’est mise à le lécher. ça a acceléré

la guérison, c’est sûr! Cela m’a

beaucoup touché. Et puis, j’ai reçu le

secret contre les dartes, alors je suis

très heureux de me mettre occasionnellement

au service des éleveurs qui

en ont besoin.

on dit «tel père, tel fils», en est-il

de même dans le rapport éleveurvaches?

Certainement! Un propriétaire ou un

éleveur connu pour faire des coups

tordus possède souvent des vaches

qui ont le même comportement que

lui (par exemple, elles attaquent partout

sauf où il faut, ce n’est pas un

tête-à-tête loyal). Hélas, des vaches

peuvent devenir reine en étant pas

fair-play du tout. C’est pour cela que

personnellement, je préfère avoir une

bête qui n’est pas nécessairement

reine mais qui s’est fait une bonne

place, avec respect et panache.

iBg


Raphaël Zufferey, président du Comité

d’organisation du combat de

reines de Mission.

Deux vaches classées parmi le top

10 à Moiry en 2010, 40 têtes de

bétail.

Comment t’es-tu passionné pour les

vaches?

La passion m’a pris depuis tout petit.

Papa a toujours eu des vaches. Mon

plus beau souvenir, était de faire des

saisons au Mayen des Moyes (Ayer)

avec mon oncle Robert Antille. Cette

ambiance du Mayen, les odeurs, une

tante qui faisait la popote; il y avait

Léonce Faust qui faisait le fromage;

on a pris des bains de petit-lait au feu

de bois… Une autre fois, j’avais 6-7

ans, mon père avait une vache qui

s’appelait Fauvette, c’était une bonne

vache à lait qui se laissait tout faire;

une vache de rêve pour les gamins,

elle se laissait caresser de partout, on

allait par-dessous les tétines!

etre président d’un Comité d’organisation

de combat de reines, cela

consiste en quoi?

D’abord, il faut faire la demande officielle

des combats à la Fédération

d’élevage de la race d’Hérens. Ensuite,

je dois réunir les syndicats de la vallée

et former les Comités respectifs. Le 17

avril à Mission, cela sera le premier

combat dont je suis président mais

c’est le 4ème match auquel je participe

dans le comité d’organisation.

Combien de têtes de bétail possèdes-tu?

J’ai 40 têtes de bétail sur deux exploitations,

32 têtes dont je suis seul à

m’occuper et 8 bêtes en étable communautaire

à St-Jean. Je passe 6

heures par jour à m’occuper de mes

bêtes et 7 heures au restaurant. Heureusement

que je peux compter sur le

soutien de mes parents!

Toutes mes vaches ont un nom, ce ne

sont pas des numéros. J’ai un rapport

personnel avec chacune d’elles. J’en

prends soin. En hiver, ma priorité c’est

le lait. Sur une quinzaine de bêtes qui

vêlent sur l’année, je prépare environ

3 bêtes spécifiquement pour la lutte

(alpage et match).

Qu’est-ce que cela t’apporte dans ta

vie?

Pour moi, c’est une source de revenu,

de plaisir et une grande passion.

Quelle est le rôle de l’argent dans

tout cela?

Une vache qui gagne un match nous

fait gagner une cloche, c’est tout. Par

contre, la vache prend de la valeur et

l’élevage aussi. Toute sa descendance

15

Combat de reines,

le dimanche 17 avril

aux arènes de Mission, dès 9h.

Eliminatoires et finales dès 15h.

220 bêtes inscrites.

Entrée: Fr. 15.-

prend de la valeur de même que la

réputation de l’éleveur. En ayant des

Hérens qui luttent bien, tu peux gagner

de l’argent en vendant du lait et

en vendant une combattante ou de la

descendance.

est-ce que le mérite est le même

pour le riche propriétaire d’une

vache dont il ne s’occupe pas?

Oui, ces gens-là, on en a besoin. Ils

font vivre toute une communauté

d’éleveurs et même les vachers. Grâce

à eux, on peut maintenir le nombre de

vaches d’Hérens en Valais. Si ces gens

arrêtent de nous acheter des vaches,

nous en Anniviers, on peut fermer.

où va les bénéfices des matchs?

Cet argent rémunèrent les Caisses

d’Assurance de bétail. Par exemple,

pour St-Jean, on a une caisse d’assurance

privée et grâce à elle, s’il devait

arriver malheur à l’une de mes vaches,

je pourrais me faire rembourser. En

2010, on a eu six décès de vaches!

iBg


Ski-team aNNivierS

Quel bilan après l’hiver?

Le Cahier du Ski-team aNNivierS

Lors d’une séance de mi-saison

à St-Jean, le comité réuni du

Ski-Team Anniviers a discuté

des performances sportives de

ses poulains. Voici ce qui a résulté

de cette rencontre, plutôt

prometteuse.

Chez les juniors, Amaury Genoud

de Zinal réalise une excellente

saison qui le met aux portes de

l’équipe nationale. On rappelle

ici que le dernier Anniviard en

équipe nationale s’appelle Marc

Chabloz. Coralie Barmaz et Florent

Salamin qui participent

plutôt à des courses FIS B ont

des résultats «satisfaisants». A

noter que les deux sportifs ont

comme objectifs de terminer

leur scolarité avec un diplôme de

commerce, voire une maturité, à

Brigue.

Chez les OJ les plus âgés, Justin Seitz

de Zinal réalise une bonne saison, et

ce même si ses espoirs étaient plus

élevés que ce qu’il réalise effectivement.

A ce jour, c’est le meilleur OJ

Anniviard. Guillaume Revey de Grimentz

a un potentiel certain. Tout

en haut du classement dans sa classe

d’âge, ses entraîneurs espèrent beaucoup

de lui. Aujourd’hui, on lui demande

de se concentrer à 100% sur

le ski et il pourrait ainsi réaliser de

toutes grandes choses. En tous cas,

il en a le potentiel ! Enfin, Mauranne

Etienne se qualifie régulièrement pour

les courses OJ interrégionales.

Chez les OJ plus jeunes, nous avons

un groupe compact avec de très nombreux

jeunes extra-cantonaux. Très

motivés pendant le week-end ou pendant

les vacances scolaires car présents

dans leurs chalets, ces derniers

n’ont malheureusement pas vraiment

l’occasion de skier pendant la semaine.

Dans ce groupe, on signale cependant

les excellentes performances de l’An-

niviarde Juliane Zufferey de Chandolin

en géant, de même que les progrès

très intéressants réalisés par Antoine

Wicki de Vercorin, lequel a clairement

mis la vitesse supérieure depuis qu’il a

rejoint le sport-études à Grône.

Chez les cadets, le Ski Team Anniviers

a la chance d’avoir un groupe compact

de dix compétiteurs nés en 2000, cinq

filles et cinq garçons, qui sont complémentaires

les uns des autres. Ainsi,

alors qu’Eva Etienne de Zinal caracole

tout en haut de la liste des meilleures

Valaisannes, il suffit qu’elle fasse une

chute pour se faire dignement remplacer

sur le podium par Julie Sandoz

ou Andrine Roemer. Chez les garçons,

il en est de même avec Nathan Vionnet

qui peut se voir suppléer par Luka

Wanner ou Paul Fellay. Chez les plus

jeunes, tout va très bien également

avec les excellentes performances de

Kayline et Chloé Theytaz chez les filles

et Corentin Immelé, Nathan Wanner

et Julien Oppliger chez les garçons.

Ainsi, alors que les skieurs Anniviards

et le Centre de Performance 5 de Ski

Valais croyaient avoir une baisse d’effectif

après les années grasses sous

la présidence de Dominique Barmaz,

16

on remarque aujourd’hui que ce n’est

heureusement pas le cas. Dans ces

conditions, le futur s’annonce très intéressant

au niveau des performances

anniviardes.

Affaire à suivre !

Maurice Fellay


L’eSpoir de La vaLLée

Parmi tous les skieurs Anniviards,

le meilleur à l’heure actuelle est

indubitablement Amaury Genoud,

fils de Florence et Jean-Christophe

Genoud, citoyen de Zinal et actuellement

scolarisé à Brig. Pour mieux

le connaître, un petit interview a

été réalisé.

amaury, peux-tu nous raconter ton

parcours?

J’ai tout d’abord eu la chance de naître

dans un milieu favorable. A Zinal depuis

toujours, et aujourd’hui plus que

jamais, les facilités vis-à-vis du sport

que j’ai choisi étaient présentes.

racontes-nous tes premières années

de skieur de compétition?

Il y a un double souvenir. Tout d’abord,

celui de mes amis du ski où je formais

un véritable groupe avec des skieurs

locaux comme Coralie Barmaz, Tamara

Steiner ou Florent Salamin et

ensuite, celui de la scolarité, où j’ai

eu de nombreux amis comme tout le

monde. Malgré le fait que je ne passe

plus beaucoup de jours à Zinal, j’essaie

tant bien que mal de garder des

contacts avec chacun.

Comment s’est déroulée ta scolarité

obligatoire ?

Elle s’est bien déroulée. Même si

j’étais souvent le seul dans ma classe

à avoir cette double vie, à savoir celle

d’écolier et celle de sportif d’élite,

tous furent compréhensifs avec moi, y

compris les autorités scolaires. Cellesci

ont su m’accompagner intelligemment

pour me permettre de suivre un

cursus scolaire normal. Celui-ci me

permet aujourd’hui d’étudier à Brigue

pour obtenir un diplôme puis une maturité

professionnelle de commerce.

et ta vie de sportif d’élite?

Elle s’est déroulée naturellement. Je

dois dire que je dois beaucoup à mon

environnement familial qui a su m’entourer

et m’encourager. En fait, leur

présence a fait que j’ai toujours pu me

consacrer à mon sport en sachant que

mes proches étaient disponibles.

et au niveau sportif?

Même si certains pensaient que je

n’étais pas un spécialiste de l’entraînement

pour la condition physique en

cadet puis en OJ, j’ai toujours participé

aux entraînements du ski-club

tout d’abord, puis de Philippe Indermühle

et de Claude-Alain Art au Ski

Team Anniviers et au Centre de Performance

no 5 de Ski Valais par la

suite. Ce centre regroupe les skieurs

Anniviards et ceux scolarisés dans la

structure sport-étude de Grône. Plutôt

discret et facile à vivre dans le

groupe, j’ai toujours su jouer le rôle

17

d’un des leaders au niveau sportif.

Ainsi, je garde d’excellents souvenirs

de la totalité de mes anciens collègues.

En fait, cette période OJ avec

de nombreux Valaisans au premier

plan national représente une époque

extraordinaire.

Depuis mon arrivée à Brigue où je

côtoie presque quotidiennement un

entraîneur, je suis très suivi. J’ai ainsi

pu augmenter la qualité et la quantité

des entraînements auxquels je

m’astreins. Au niveau physique, je

m’entraîne actuellement beaucoup.

Malgré le fait que j’ai connu une

croissance pubertaire très importante

ces deux dernières années - je mesure

aujourd’hui 183 cm - mes progrès

techniques et physiques sont linéaires

et constants.

où en es-tu dans ta saison de ski?

Pour l’instant, elle est bonne. J’ai amélioré

mes points FIS dans toutes les

disciplines. De plus, j’ai eu la chance

d’ouvrir la course Coupe du Monde

du Lauberhorn et j’ai un bon espoir de

promotion.

Comment est-on promu?

Membre du NLZ (NLZ signifiant centre

national de performance de SwissSki

en allemand), je sais que parmi la

dizaine de Suisses de mon âge et de

mon niveau, certains vont avoir la

chance de pouvoir rentrer dans les

cadres nationaux B et C. J’y ai ma

chance ayant réalisé d’excellents

géants et de très bonnes courses en

vitesse. Je vais prochainement confirmer

en slalom car j’ai réalisé de très

bons entraînements. Ceci dit, même si

je ne suis pas pris, je resterai membre

d’un excellent groupe où je connais

les entraîneurs et où les skieurs de

mon âge sont nombreux. C’est autant

la concurrence entre skieurs que la

compétence des entraîneurs qui fait

monter le niveau.

Comment vis-tu les différentes

disciplines du ski?

J’aime toutes les disciplines. Je m’en-


traîne autant en slalom qu’en géant.

En fait, on nous encourage à nous

améliorer dans les disciplines techniques

avant de nous lancer dans des

épreuves plus spécifiques comme, par

exemple, la descente. Ainsi, il est encore

trop tôt de dire aujourd’hui où je

vais briller car je suis encore en plein

apprentissage.

et la Coupe du monde?

On y pense tous. Mais c’est encore

trop tôt aujourd’hui. Ayant déjà connu

les joies de la participation en Coupe

d’Europe, je sais que je vais y retourner

plus régulièrement l’hiver prochain.

Mais il faudra m’y établir durablement

pour pouvoir songer à l’échelon supérieur.

En fait, la plupart des skieurs

entre en Coupe du Monde la vingtaine

passée. Les cas de Justin Murisier et

de Lara Gut sont des exceptions.

Propos recueillis

par Maurice Fellay

18

Famille Simon Epiney

Grimentz - 027 475 12 42

078 671 11 51 - Vissoie-Anniviers

www.becsdebosson.ch


Ski: FamiLLe WiCki à verCoriN

Une histoire d’amour

Quand deux champions de ski se

rencontrent et tombent amoureux,

c’est le cœur du ski suisse tout entier

qui s’emballe. romaine et denis

Wicki ont aiguisé leur amour depuis

de longues années pour farter les

chances de réussite de nombreux

jeunes champions. et ça a marché!

Après avoir écumé la piste de l’Ours où

son père Gratien y travaillait, la Nendette

Romaine Fournier a monté les

échelons de l’équipe nationale suisse

de ski. Membre de l’équipe ayant représenté

les couleurs helvétiques aux

Championnats du Monde de ski alpin

de 1990 à Salbach, en Autriche, elle

eut la chance d’y côtoyer un certain

Denis Wicki. Celui-ci, entraîneur et

Genevois de son état, était un ancien

coureur en courses FIS. Ce fut, et cela

restera, l’Amour de sa vie, l’amour

avec un grand A. Cet amour s’est

également accompagné d’un grand S

pour Ski. En effet, même si le couple

reprendra rapidement l’entreprise

familiale de menuiserie à Genève, il

cherchera un pied à terre en station

en Valais, afin que les quatre enfants

nés de leur union puissent connaître

un développement harmonieux entre

la montagne et le ski. C’est Vercorin

qu’ils choisiront !

Grâce à la présence d’une école dans

le village, des transports publics

menant facilement à la plaine, et à

la présence d’une nature intacte, ils

purent vivre dans un lieu idyllique.

Tout en étant chef OJ du ski-club La

Brentaz-Vercorin, Denis fera pendant

quelques années le trajet sur Genève.

Il quittera définitivement cette ville

lorsque Pirmin Zurbriggen reprendra

la présidence de Ski Valais en 2005. A

ce moment-là, il accepte le poste de

Chef Alpin de Ski Valais. Dès le départ,

les résultats des poulains de Denis

vont cartonner au niveau national et

tout le monde se rappelle le temps où

les Valaisans représentaient le 50%

des coureurs sur le podium ou dans le

«top ten».

A l’époque, il y avait de nombreux

jeunes de Vercorin. On rappelle ici les

noms de Célien et Luca Devanthéry,

Brice Perruchoud, Sabrina Bonvin,

Raphaël Massy, David Moulin, David

Wicki et Dylan Perruchoud. A noter

que si les deux derniers sont plus que

jamais dans le coup de la compétition

étant membre du NLZ de Brigue, la

plupart des autres occupent encore

une fonction d’entraîneur soit au Ski-

Team Anniviers, soit au Ski-Club La

Brentaz – Vercorin. Après un passage

comme chef Alpin au Centre National

de Performance de Brigue (NLZ), il est

aujourd’hui entraîneur des meilleures

filles valaisannes et romandes.

Son épouse Romaine est omniprésente

dans le Centre de Performance no 5

de Ski Valais qui représente les athlètes

d’Anniviers, Vercorin et Conthey.

Elle y fonctionne comme le bras droit

de Claude-Alain Art, actuel entraîneur

en chef, et également ancien Chef OJ

du Ski-Club La Brentaz - Vercorin.

Romaine, dans sa gentillesse, a su

être reconnue par tous et devenir la

grande confidente des jeunes, et ce

dans un monde qui sait parfois être

très dur. Cette année, elle accompagne

non seulement ses quatre enfants,

tous encore actifs dans le ski de

compétition, mais aussi une trentaine

d’autres jeunes. Avec chaque fois une

remarque positive pour que chaque

skieur puisse s’améliorer jour après

jour dans le difficile apprentissage

qu’est le ski de compétition, elle se

dévoue corps et âme tout en sachant

que le destin de chaque jeune pourra

prendre des chemins différents.

Comme elle sait s’effacer devant le

groupe, l’image qui peut le mieux la

représenter aujourd’hui est celle de

19

la relève du Centre de Performance

no 5 d’Anniviers-Conthey et du Ski

Team Anniviers. Parmi ces groupes,

on signale particulièrement quatre

jeunes prometteurs provenant de

Chalais-Vercorin, et tous élèves de

Romaine Wicki: Solange Perruchoud,

Antoine Wicki, Elyse Hitter et Corentin

Immelé!

Maurice Fellay

Patrick EPinEy

ingénieur Sàrl

ingénieur forestier epfz

Vieux-Bourg

3961 Vissoie

+41 78 60 5 58 50

patrick.epiney@netplus.ch


petiteS QueStioNS

à Christian Caloz, Président du FC Anniviers

Le Cahier du FootBaLL-CLuB aNNivierS

20

Les gens du siècle ne remarquent pas les

fleurs du châtaigniers près du toit.

donnez-nous trois raisons pour avoir envie de suivre les matchs du FC annviers?

D’abord, c’est une excellente opportunité de rencontrer les amoureux du foot qui viennent de toute la vallée. Cela crée

des liens entre villages et générations.

Ensuite, nos jeunes équipes cette année sont spécialement motivées et proposent un très joli jeu. Et c’est important pour

eux de se savoir suivis, soutenus et regardés.

Enfin, il y a une bonne ambiance à la cantine et du Fendant à gogo avec une vue imprenable sur les équipes de foot!

Christian Caloz, avez-vous un «scoop»?

Oui, une commission étudie actuellement le renouvèlement de la buvette et des vestiaires de Mission. Grâce au soutien

de la commune d’Anniviers, nous allons enfin pouvoir accueillir les équipes dans des conditions décentes. Si tout va

bien, inauguration en 2012.

matChS à domiCiLe – priNtempS 2011

equipe féminine – 4e ligue

23.04.2011 14h00 FC Anniviers – FC Varen

29.05.2011 10h00 FC Anniviers – FC Agarn

05.06.2011 10h00 FC Anniviers – FC Sion 2 Vétroz

1ère équipe – 5e ligue

23.04.2011 16h30 FC Anniviers – FC Noble-Contrée

08.05.2011 10h00 FC Anniviers – FC Evolène

22.05.2011 10h00 FC Anniviers – FC Granges 2

05.06.2011 14h00 FC Anniviers – FC Crans-Montana 3

Juniors C

07.05.2011 10h30 FC Anniviers – FC Bagnes-Vollèges 2

18.05.2011 18h00 FC Anniviers – FC Noble-Contrée

04.06.2011 10h30 FC Anniviers – FC Brig (F)

11.06.2011 10h00 FC Anniviers – FC Châteauneuf

Photo: Christian Caloz

Bashô

Juniors d

09.04.2011 10h30 FC Anniviers – FC Miège

30.04.2011 10h30 FC Anniviers – FC Brig F

14.05.2011 10h30 FC Anniviers – FC Noble-Contrée

28.05.2011 10h30 FC Anniviers – FC Leuk-Susten 2

11.06.2011 13h30 FC Anniviers – FC Chalais 2

Juniors e

09.04.2011 13h30 FC Anniviers – FC Lens-Chermignon

14.05.2011 13h30 FC Anniviers – FC Chermignon-Lens

28.05.2011 13h30 FC Anniviers – FC Leuk-Susten 2

01.06.2011 18h00 FC Anniviers – FC Leukerbad

11.06.2011 16h00 FC Anniviers – FC Salgesch


Le FC aNNivierS Se préSeNte…

Fondé en 1976, le club de la vallée réunit plus de 90 personnes

qui se retrouvent en bonne saison au stade de la Navizence

pour pratiquer leur sport favori. La famille du football est dirigée

par un comité formé de 5 personnes:

Pour les innombrables tâches que doit s’occuper le comité, celui-ci

peut compter sur différentes personnes qui jouent un rôle

important pour la vie du club :

Président Christian Caloz, St-Luc, 079 217 54 68,

direction@funiluc.ch

Vice-président, Steve Schmidt, St-Luc, 079 321 00 49,

steveschmidt@bluewin.ch

Secrétaire, Valérie Naoux, Niouc, 078 760 30 10,

secretariat.fca@gmail.com

Caissier, Marcel Barmaz, Mission, 079 628 97 33,

marcel.barmaz@swisslife.ch

Commission juniors, Raphy Aymon, Les Morands,

078 677 11 81, pino@netplus.ch

pour la saison 2010-2011, cinq équipes du FC anniviers sont

inscrites à l’association valaisanne de Football et participent

aux différents championnats valaisans:

equipe féminine – 4 e ligue

• Entraîneur : Didier Antille – Niouc – 079 366 79 29

Albertini Sophie 16-06-1987 St-Luc

Antille Magali 22-11-1993 Sierre

Antille-Epiney Mélanie 24-12-1984 Niouc

Beaud Augier Muriel 14-10-1977 Mission

Berner Cindy 12-06-1979 Zinal

Bitz Leslie 30-03-1985 Zinal

Burciu Ancuta 30-11-1984 Zinal

Christinet Hanna 05-04-1988 Sion

Cochand Margaux 17-05-1992 Ayer

Emery Isabelle 19-12-1982 Noës

Genoud Nathalie 13-06-1965 Niouc

Gourmelen Virginie 31-12-1980 St-Jean

Massy Aline 21-04-1993 Sierre

Melly Justine 17-02-1985 Ayer

Naoux Charlène 30-10-1991 Mottec

Naoux Valérie 01-05-1977 Niouc

Pouget Dominique 21-11-1978 St-Luc

Salamin Camille 26-05-1992 Veyras

Waltregny Sandra 07-06-1973 Zinal

1 re équipe – 5 e ligue

• Entraîneur : Patrick Genoud – Grimentz – 078 883 67 48

Aase Gabriel 07-09-1993 Ayer

Barillier Philippe 06-06-1983 Zinal

Barmaz Benoît 19-11-1993 Mission

Bonnard Boris 20-01-1988Zinal

Bonnard Gaëtan 05-06-1989 Zinal

Caloz Daniel 28-10-1987 St-Luc

Crettaz Valentin 19-01-1987 St-Jean

21

Da Cruz Domingos Vitor Manuel 29-01-1973 Chandolin

Epiney Jonathan 31-10-1987 Vissoie

Epiney Yves-Laurent 23-10-1985 Vissoie

Genoud Luc 29-01-1988 Grimentz

Genoud Patrick 06-05-1985 Grimentz

Martin Ludovic 03-05-1982 Ayer

Massy Johann 08-07-1988 Vissoie

Melly Michaël 05-04-1983 Zinal

Melly Samuel 20-03-1989 Zinal

Popoff Maxime 04-07-1995 Zinal

Rothen Frédéric 27-11-1989 St-Luc

Solioz Fabian 12-02-1992 Grimentz

Theytaz Adrien 18-11-1984 Zinal

Theytaz Steve 03-12-1988 Grimentz

Vianin Tobias 03-12-1993 Grimentz

Zufferey David 05-05-1982 St-Jean

Zufferey Tanguy 25-05-1987 St-Luc

Juniors C

• Entraîneurs:

Raphy Aymon – Les Morands – 078 / 677 11 81

Stéphane Naoux – Mottec – 079 / 301 29 33

Aymon Kevin 10-08-1998 Les Morands

Da Silva Santos Jorge Miguel 13-09-1997 Mission

Eno Kensley 03-04-1997 Vissoie

Epiney Didier 27-06-1997 Grimentz

Flück Yoann 21-09-1998 Zinal

Guérinel Irwin 24-11-1997 Grimentz

Naoux Steven 02-05-1997 Mottec

Progin Camille 19-01-1997 Grimentz

Progin Ludovic 05-07-1998 Grimentz

Störi Thibaut 17-09-1996 St-Luc

Varone Luc 08-02-1997 Mission

Varone Mailys 12-08-1999 Mission

Vianin Silvio 07-02-1997 Grimentz

Wenger Jessy 11-03-1996 Mission

Zuber Corentin 16-06-1996 Ayer

Juniors d

• Entraîneurs:

Frédéric Salamin – St-Luc – 079 279 88 93

Pierre-Yves Störi – St-Luc – 079 664 45 18

Antille Fabien 20-08-2000 Pinsec

Barmaz Guillaume 24-03-1999 Mission

Bürgi Maël 26-05-1999 Zinal

Dayer Julien 19-10-1998 Vissoie

Dias Paiva Bruno Rafael 27-01-2000 Vissoie

Faust Laurent 30-01-2000 Fang

Fellay Yann 31-01-1999 Grimentz

Flück Théo 20-07-2001 Zinal

Hinnen Ariel 07-05-1999 Zinal

Lochmatter Matteo Zinal

Martins Santos Eduardo Filipe 15-12-1999 Grimentz


Popoff Valentin Zinal

Juniors F & ecole de football

Silva Gomes Tiago 01-08-2000 Grimentz MAIS QUE FAIT • Entraîneurs: LA POLICE ?

Störi Simon 29-06-2000 St-Luc

Louis Epiney – Grimentz – 079 757 71 32

Est-elle vraiment « toujours là quand on Steve ne Schmidt l’attend – St-Luc pas – ,» 079 comme 321 00 49 le dit la

Juniors chanson e ?

Une quinzaine d’enfants commencent leur apprentissage

• Entraîneurs:

du football en se retrouvant une fois par semaine à Mis-

Serafino La Hor réalité – Grimentz est un – 079 peu 738 différente… 24 67 Le citoyen souhaite sion. Les plus une grands police sont transparente placés sous la quand houlette il n’en de Louis a pas

Lino Das besoin Neves – mais Vissoie un – Superman 076 272 22 05 « au garde à vous Epiney » et prêt et participent à voler à son des tournois secours de en Juniors cas de F organisés nécessité.

Antille Un Noah paradoxe 25-12-2002 étrange Pinsec et parfois difficile à vivre par l’Association pour nos fonctionnaires, Valaisanne de Football. parfois malmenés par

Duval Timo les sautes 24-05-2002 d’humeur Grimentz de nos citoyens, quand Steve bien même Schmidt ils s’occupe mettent avec tout beaucoup leur cœur de à patience la tâche.

Herrington Ainsi Sean que 10-09-2001 l’avait écrit Grimentz Gustave Flaubert: « Police des : plus a toujours petits et tort leur donne ». les premières leçons de la

Hor Lorenzo 10-06-2003 Grimentz

Ce qui complique encore la chose, c’est que

conduite

bien évidemment

du ballon.

personne n’a les mêmes besoins

Hor Samuele

au même

04-01-2001

moment

Grimentz

! Tiens donc !

Melly Nathan 04-05-2002 Vissoie

Merci à toutes les personnes qui se dévouent pour le FC

Oliveira Notre Mota Ruben police 24-06-2002 est composée Grimentz de deux agents professionnels Anniviers, merci aux et parents trois auxiliaires et joueurs ! à temps partiel,

Santos pour Borges un Ricardo territoire 26-04-2003 qui va Mission de la plaine du Rhône A bientôt aux plus au hauts bord du sommets terrain de des la Navizence. Alpes.

Schenk Quelques Oliver 30-01-2002 chiffres Zinal :

Silva Pinto Gabriel 23-06-2002 Vissoie

Christian Caloz

100 km de routes cantonales

Président FC Anniviers

300 km de routes communales

3000 places de parc communales et remontées mécaniques

2500 véhicules/jour qui circulent sur la route principale de Sierre.

Les tâches de la police :

65 % Circulation, parcage, accidents, contrôles.

10 % Administration

25 % Autres tâches

Plus de la moitié de l’occupation de la police est donc liée aux véhicules et à leur utilisation.

La voiture est pour la plupart un moyen de locomotion, pour d’autres un objet de loisir et pour

tous, l’indépendance et la liberté.

C’est ainsi que notre police planche sur la meilleure utilisation possible de nos places de parcs.

Chaque village a ses propres besoins et sa géographie ne permet pas toujours de résoudre les

déplacements et le parcage aussi facilement que souhaité.

Les automobilistes pressés de se rendre à la pharmacie, de chercher le courrier à la poste ou tout

simplement de boire un café, doivent se poser raisonnablement la question et se demander si,

pendant ce laps de temps, aussi éphémère soit-il, leur voiture ne gène pas la circulation ou le

parcage des cars portaux.

Plus dangereux encore, l’encombrement de l’espace aux alentours de l’école à l’heure de la

sortie… Les parents qui viennent chercher leurs enfants en voiture ne sont pas toujours

conscients du danger qu’ils créent par leur stationnement sur la chaussée et sur les endroits

utilisés par les piétons.

Enfin, ceux qui pour différentes raisons n’ont pas de place de parc pour leur véhicule, ils

pourraient penser à faire l’effort de marcher quelques minutes pour se rendre au travail ou

rentrer chez eux. Alors soyons attentionnés, respectueux et diplomates les uns avec les autres

car, comme disait Napoléon Bonaparte, « la diplomatie est la police en grand costume ».

22

Augustin Rion


A PROPOS…...

Anniv’ info

Avril 2011

Avril 2011

Numéro 05

numéro 05

LEGISLATURE 2009-2012

législature 2009-2012

La Commune d’Anniviers est la seule commune du district de Sierre en zone de montagne. A ce titre,

elle n’est pas intégrée à l’agglomération Sierre-Crans-Montana dans le cadre du projet fédéral.

Le concept « Agglo » a notamment pour but de favoriser la mobilité douce, d’harmoniser les

règlements en matière d’aménagement du territoire, de densifier les centres, de transférer des zones

à bâtir d’une commune à l’autre avec des mesures de compensation ou de déclasser des zones à bâtir.

Anniviers participe activement à tous les projets de Sierre-Région, y compris lorsque leur utilité n’est

pas démontrée pour notre commune.

Pour ce projet, toutefois, Anniviers ne pouvait pas décemment en faire partie, sauf à nous relier à la

plaine par un chemin de fer de montagne. En se focalisant sur la rive droite, le projet oublie les

particularités liées à une région de montagne plus éloignée du centre.

Le concept prévoit, par exemple, une route de déviation de Sierre par Noës, la suppression du trafic

centre-ville, un centre sportif sur le haut-plateau et à Sierre, une mise en valeur du centre de Congrès

le Régent, une amélioration du funiculaire SMC, une infrastructure culturelle en plaine.

D’autre part, selon le projet du Conseil d’Etat, les communes sont principalement responsables du

financement. Une commune hors périmètre comme Anniviers ne reçoit aucune subvention de la

Confédération pour un projet d’agglomération. Aucune clé de répartition n’est définie par

convention. Une commune doit s’engager pour 15 ans au minimum.

En revanche, Anniviers continuera de bénéficier de la politique régionale.

D’autre part, en 2011, le grand chantier de l’aménagement du territoire a véritablement débuté.

Même si la zone à bâtir devrait pouvoir être maintenue en vertu du contrat de fusion, la tâche sera

délicate, car nous devons intégrer des zones de protection de la nature, des zones de danger, des

équipements pour chaque zone, de nouvelles zones artisanales, un nouveau règlement de

constructions et, en parallèle, un règlement destiné à limiter la construction de résidences

secondaires. A ce propos, la Confédération a donné 3 ans aux cantons pour adopter une législation. A

défaut, un arrêté fédéral bridera l’économie au lieu de la canaliser vers un développement durable, à

savoir, vers des constructions plus étalées dans le temps.

En vue d’associer tout un chacun à ces projets d’avenir, une boîte à idées sera ouverte. Participez-y.

Simon Epiney, Président

DANS CE NUMÉRO

Mot du Président……………….1

Gestion des déchets ....... …….2

Inscription au chômage……..3

Mais que fait la police?..........4

Anniv’ info

23

Photos © : Sierre Anniviers Tourisme


Environnement

Gestion des déchets dans les décharges et déchetteries d’Anniviers

La Commune se trouve confrontée à d’importantes quantités de déchets ménagers et verts

(compostables) à gérer. L’avantage du tri des ordures ménagères n’est plus à démontrer, visant

à minimiser l’impact négatif que ces déchets exercent sur l’environnement et à préserver la

qualité du territoire pour les générations futures. Toute la chaîne, du stockage à l’élimination,

est performante mais n’est rien sans la base : le tri par chaque ménage.

Le Conseil municipal a examiné les améliorations possibles dans le stockage, le tri et

l’élimination des déchets. Au printemps 2010, il a décidé d’adopter une planification en

matière de déchets verts, de déchetteries et de matériaux d’excavation propre.

Cette planification prévoit la création de 3 nouvelles places contrôlées pour le dépôt des

déchets verts et la possibilité, en dix ans, de déposer en décharge environ 200'000 m³ de

matériaux d’excavation propre. Par ailleurs, une nouvelle déchetterie devrait prochainement

voir le jour entre Vissoie et St-Luc, en remplacement, à terme, de celle située aux Landoux à

Vissoie.

Les déchetteries sont accessibles durant les heures d’ouverture définies pour les périodes

hivernale et estivale. Un employé assure le contrôle et vous aiguille au bon endroit afin

d’optimiser le tri des déchets.

Les déchets verts peuvent être éliminés dans toutes les déchetteries, ainsi qu’à la décharge de

Mayoux.

Les matériaux d’excavation propre (terre et cailloux)

peuvent être déversés à des endroits spécialement

prévus à cet effet, avec l’accord préalable du service

technique. Une fois par an, une récolte de déchets

spéciaux (produits d’entretien ménager, produits

chimiques du jardin et du bricolage,…) est organisée,

au début avril, par Sierre Région.

Aujourd’hui, en Anniviers, les améliorations sont perceptibles. Toutefois, il y a encore des

efforts à faire, notamment en excluant totalement les dépôts de matériaux inertes dans les

différentes décharges, ces derniers étant strictement interdits. (photo : ce qu’il ne faut pas

faire !).

24


Environnement

Gestion des déchets dans les décharges et déchetteries d’Anniviers

Malgré la participation d’entreprises de recyclage, les frais liés à l’’élimination

sélective des déchets et au dépôt des matériaux représentent une part non

négligeable du budget communal. Le montant des taxes permet de respecter

le principe d’autofinancement de la gestion des déchets.

Quantités récoltées en 2010 :

Ordures ménagères : 1589 tonnes Bois triés : 146 tonnes

Papier : 131 tonnes Déchiquetage : 127 tonnes

Verre : 337 tonnes

La production spécifique valaisanne (de déchets urbains et de déchets industriels) ordinaire

est de 473 kg par habitant en 2007.

Sous les ordres du responsable du dicastère environnement de la Commune d’Anniviers, la

gestion des déchets est assurée par le responsable du service technique, M. Olivier Zufferey et

par le responsable de la STEP, M. Dominique Barmaz. Les personnes qui vous accueillent dans

les diverses déchetteries sont MM. Jean-Noël Theytaz et Bernard Salamin. Le ramassage est

assuré par les chauffeurs MM. Grégoire Cotting et Hubert Crettaz.

Les horaires d’ouverture des déchetteries et décharges sont distribués, deux fois par année, en

tout ménage et ils sont en tous temps consultables sur notre site internet www.anniviers.org,

Inscriptions au chômage

Votre contrat de travail se termine prochainement ?

Vous avez reçu une lettre de licenciement ?

Vous avez terminé vos études et peinez à trouver un emploi ?

Vous avez la possibilité de vous inscrire au chômage, cependant vous devez :

Prendre rendez-vous auprès d’un des bureaux communaux d’Anniviers. Nous vous

conseillons de vous annoncer le plus tôt possible, mais au plus tard le premier jour pour

lequel vous demandez des prestations de l’assurance-chômage, sous peine de perdre des

indemnités.

Vous présenter, personnellement, à l’heure du rendez-vous en possession de votre

certificat AVS, d’une pièce d’identité et de votre permis de séjour, si vous êtes de

nationalité étrangère.

Débuter vos recherches d’emploi sans attendre et conserver des copies que vous remettrez

à votre conseiller ORP.

Nous restons à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

25


IN FORMATION MAIS QUE VOTE FAIT PAR LA POLICE CORRESPONDANCE

?

Est-elle vraiment « toujours là quand on ne l’attend pas ,» comme le dit la

chanson A l’occasion ? des votations / élections de ces dernières années, nous avons pu constater que le

vote par correspondance était de plus en plus privilégié par les citoyennes et citoyens (plus de

La

90%

réalité

en Valais).

est un peu différente… Le citoyen souhaite une police transparente quand il n’en a pas

besoin mais un Superman « au garde à vous » et prêt à voler à son secours en cas de nécessité.

Un paradoxe étrange et parfois difficile à vivre pour nos fonctionnaires, parfois malmenés par

les Malheureusement, sautes d’humeur lors de nos des citoyens, dépouillements quand bien nous même dénombrons ils mettent tout passablement leur cœur à de la tâche. votes

Ainsi considérés que l’avait comme écrit nuls Gustave ou pas Flaubert: pris en « Police compte. : a toujours Des oublis tort ou ». des procédures incorrectes en

Ce sont qui la complique cause. encore la chose, c’est que bien évidemment personne n’a les mêmes besoins

au même moment ! Tiens donc !

Notre Dès lors, police nous est profitons composée de de ce deux bulletin agents d’information professionnels pour vous et trois rappeler auxiliaires les points à temps importants partiel,

pour sur lesquels un territoire vous qui devez va de porter la plaine toute du votre Rhône attention aux plus lorsque hauts sommets vous votez des par Alpes. correspondance, à

Quelques chiffres :

savoir :

100 km de routes cantonales

300 km de routes Signer communales impérativement la feuille de réexpédition

3000 places de parc communales et remontées mécaniques

2500 véhicules/jour Ne pas qui mettre circulent plusieurs sur la route enveloppes principale de Sierre. vote se

rapportant au même scrutin, ainsi que plusieurs

Les tâches de la police :

feuilles de réexpédition dans une seule enveloppe de

65 % Circulation, transmission parcage, accidents, (une enveloppe contrôles. de transmission

pour un seul votant).

10 % Administration

25 % Autres tâches

Plus

Mettre

de la moitié

votre enveloppe

de l’occupation

de vote

de la police est donc liée aux véhicules et à leur utilisation.

La voiture (la petite est enveloppe pour la plupart grise) dans un moyen de locomotion, pour d’autres un objet de loisir et pour

tous, l’enveloppe l’indépendance de transmission

et la liberté.

et non pas dans une enveloppe

C’est ainsi que notre police planche sur la meilleure utilisation possible de nos places de parcs.

neutre (non officielle).

Chaque village a ses propres besoins et sa géographie ne permet pas toujours de résoudre les

déplacements et le parcage aussi facilement que souhaité.

Les automobilistes pressés de se rendre à la pharmacie, de chercher le courrier à la poste ou tout

simplement de boire un café, doivent se poser raisonnablement la question et se demander si,

pendant ce laps de temps, aussi éphémère

Timbrer

soit-il,

l’enveloppe

leur voiture

de

ne

transmission

gène pas la

lorsque

circulation

vous

ou

la

le

parcage des cars portaux.

postez, sinon cette dernière ne nous sera pas distribuée.

Plus dangereux encore, l’encombrement de l’espace aux alentours de l’école à l’heure de la

sortie… Les parents qui viennent Ne chercher pas déposer leurs enfants l’enveloppe en voiture de transmission ne sont pas dans toujours les

conscients du danger qu’ils créent boîtes par leur aux stationnement lettres des guichets sur la chaussée de proximité. et sur les endroits

utilisés par les piétons.

L’enveloppe de transmission doit parvenir à la Commune au

Enfin, ceux qui pour différentes raisons n’ont pas de place de parc pour leur véhicule, ils

plus tard le vendredi précédent le jour du scrutin, à

pourraient penser à faire l’effort de

17h00.

marcher quelques minutes pour se rendre au travail ou

rentrer chez eux. Alors soyons attentionnés, respectueux et diplomates les uns avec les autres

car, comme disait Napoléon Bonaparte, « la diplomatie est la police en grand costume ».

Pour que votre voix compte… merci de suivre Augustin ces consignes

Rion

imposées par le droit cantonal

26


hoCkey ok

Le Cahier du hC aNNivierS

Michel, Raphy, Bertrand, Marc, Jean-Yves, Jean-François, Yves,

Paolo, Claudy, David, Jean-Christophe.

Tournoi des légendes: 15 ans du Hockey-Club Anniviers

Un temps magnifique, des joueurs

transcendés, une ambiance du tonnerre,

tous les ingrédients furent

présents pour célébrer comme il se

devait les 15 ans du HC Anniviers.

Tant le tournoi à Vissoie que le repas

et la soirée à Ayer furent empreints de

bonne humeur, d’amitié et de convivialité.

Pour la petite histoire, ce premier

tournoi a été remporté par le HC

Ayer, après une belle finale face au

HC Vissoie… Pour la grande histoire,

près de 140 personnes ont participé

gaiement au repas surprise et à la soirée

endiablée qui suivi. Merci à toutes

et à tous pour votre participation et

votre engagement.

Prochain événement HC Anniviers:

Tournoi Inline à Ayer®, le samedi 21

mai !

patinoire

Le poids des saisons fait son œuvre

sur notre patinoire. Afin de satisfaire

au minima de la ligue en matière de

sécurité, des travaux d’amélioration

seront entrepris durant l’été. Merci à

la Commune pour son soutien dans ce

dossier.

Le monde du hockey suisse

A l’occasion de l’assemblée générale

extraordinaire de la Swiss Ice Hockey

Regio League, les délégués de la Regio

BiLaN de La SaiSoN 2010-2011

27

League ont approuvé les spécifications

du nouveau «modèle d’organisation

Swiss Ice Hockey» sans voix contre.

Les délégués ont soutenu la proposition

du conseil d’administration de

Swiss Ice Hockey d’agir à l’avenir sous

un toit et de faire avancer le hockey

sur glace suisse avec une seule organisation.

Pour une réalisation définitive,

la décision des sociétaires de la

Ligue Nationale Sàrl est encore en

suspens. Les sociétaires de la NL se

prononceront probablement en mai

2011 au sujet du nouveau «modèle

d’organisation Swiss Ice Hockey» et

les modifications qui y sont liées.

Au terme d’une belle saison régulière, tant sur le plan sportif (3ème rang) que sur le plan de la vie du club, le chapitre

des séries finales (ou play-offs pour les nostalgiques des anglicismes…) n’aura duré que 3 matchs. Si les débuts furent

prometteurs avec une victoire face au HC Sion 2, les deux actes suivants laissèrent un goût amer à nos partisans et

à toute notre organisation. Affecté par une liste de blessés, dont le chiffre flirtait avec le premier des nombres, notre

contingent jeta ses dernières forces dans deux belles batailles. Mais face à une équipe sédunoise en pleine confiance, le

salut ne vint pas des Dieux du Hockey, mais se transforma en «au revoir»… Pour l’anecdote, la logique fut respectée et le

HC Lens conserve son trophée de meilleure équipe du groupe 12 de 3 e ligue. Bravo à eux ! Le HC Anniviers vous remercie

pour votre précieux et fidèle soutien et vous dit d’ores et déjà : à la saison prochaine !

Benoît epiney, président du hC anniviers


moNtagNe-CLuB aNNiverS

Le Cahier du moNtagNe-CLuB aNNivierS

Haro sur le camp d’été !

Toujours très actif, le Montagne-Club

Anniviers organise régulièrement

des Camps dans les montagnes de la

région. Des expériences inoubliables

pour les jeunes qui y découvrent solidarité,

courage et confiance en soi.

Les camps proposés par le MCA sont

destinés à des enfants de 6 à 15 ans

et sont organisés dans le Val d’Hérens,

à Vallorcine, sur la rive gauche et la

rive droite du Val d’Anniviers ou dans

le Haut-Valais. Cette année, la joyeuse

équipe d’enfants et d’encadrants se

prépare à vivre une nouvelle expériencel,

près de Kandersteg. Comme à

son habitude, au programme, activités

de montagne, de la grimpe et de la

randonnée à pied. Les jeunes peuvent

aussi s’aventurer sur un parcours dans

les arbres, marcher sur les glaciers ou

pratiquer l’alpinisme. Parmi les fidèles

et bienveillants accompagnateurs,

nous pouvons présenter Stéphanie

Gautier Zufferey, enseignante à Vissoie

et aspirante accompagnatrice, Jérôme

Lambert, aspirant guide de montagne,

Cindy Juvet, éducatrice spécialisée,

Franziska Andenmatten-Zufferey présidente

du MCA qui vient apporter

sont soutien au bon déroulement des

camps et bien entendu le guide Pascal

Zufferey dit « Pasco », pilier incontournable

du MCA. Saluons aussi le cuisinier

Robert Epiney, caissier du club

et son épouse Chantal la cuisinière du

camp «dont nous ne pourrions nous

passer» lance joyeusement Stéphanie.

Les camps durent cinq jours et

accueillent maximum 30 enfants. Ils

sont hébergés dans des colonies ou

des cabanes de montagnes.

« Le but, c’est de faire découvrir aux

enfants de la vallée, la montagne, la

nature, la faune et la flore et toutes

formes d’activité de grimpe, » raconte

Stéphanie jeune maman depuis peu.

« L’année passé, Emma n’avait que six

mois mais elle était déjà la mascotte

du camp! Elle nous accompagnait sur

les sites d’escalade. Les enfants s’en

sont beaucoup occupée, c’était très

touchant. C’est beau la solidarité entre

enfants… » ajoute la jeune femme.

L’ascension glaciaire de l’Allalin à Saas

Fee a été le point d’orgue du camp

en 2010 avec la découverte des marmottes

que les jeunes pouvaient caresser.

« On fait beaucoup d’activités que

les enfants ne feraient pas avec leur

parents comme la traversée du pont de

Niouc ou se lancer sur sa tyrolienne! »

poursuit Stéphanie.

28

La neige a fondu sur une épaule du

grand Bouddha.

Quant au Bisse des Sarrasins, les enfants

sont sacrément fiers de l’avoir

fait. Et puis ce genre de vie intense en

communauté enseigne les valeurs de

solidarité et d’entraide. « Comme on

accueille les enfants de 6 à 15 ans, les

plus grands aident les petits et ils fraternisent

les uns avec les autres.»

Camp d’été 2011

Le prochain camp d’été aura lieu du

18 au 22 juillet à Kandersteg. Il proposera

de nombreuses activités surprises.

Pasco et Stéphanie repartent

« en famille ». « Je me réjouis parce que

nous allons découvrir une nouvelle région,

c’est un nouveau challenge dans

l’organisation et dans la vie en groupe

avec des enfants qui reviennent d’année

en année », se réjouit la jeune

femme.

iBg

renseignements et réservations

Tarif: 300 francs (membres du club) et

350.- pour les non-membres. Tarif régressif

pour les membres d’une même

famille.

Montagne-Club Anniviers:

079 672 80 09


emiSe du mérite SportiF et CuLtureL

and the winner is…

Oyé, oyé bonnes gens! Rendez-vous

le 6 mai prochain à la salle du Forum

de Zinal pour honorer les efforts de

figures de la vallée dans les domaines

sportifs et culturels.

Pour rappel, la Commune d’Anniviers

attribue chaque année différentes distinctions

et mérites afin de récompenser

ou d’encourager toute personne

ou groupement qui s’est distingué

dans le domaine du sport, de l’art, de

la culture ou autres.

Ainsi, les distinctions sportives sont

destinées à un sportif ou à une société

qui s’est distingué sur le plan cantonal,

national ou international. Le

mérite sportif est destiné à un sportif,

un moniteur, un entraîneur, ou à

un dirigeant de société sportive pour

son engagement exemplaire au service

d’une société sportive ou pour le couronnement

de sa carrière.

Quant aux distinctions culturelles,

elles sont destinées à un artiste qui

s’est distingué sur le plan cantonal,

national ou international.

Le mérite culturel, pour sa part, est

destiné à un dirigeant de société

culturelle pour son engagement exemplaire

ou pour le couronnement d’une

carrière culturelle; à une personne qui

a créé une œuvre marquante dans le

domaine artistique (musique, écriture,

peinture, sculpture, etc…); à une personne

dont le talent est reconnu sans

qu’il y ait pour autant une œuvre particulière.

Et enfin, le mérite spécial est destiné

à une personne physique ou morale

ou à un groupe qui s’est distingué de

manière particulière.

Suspens, suspens...

Forages et sciages de béton démolition

Vital Cina, chef de filiale

079 628 17 40 www.diamcoupe.ch

29


aNNivierS touriSme

touriSme

Les rides sur l’eau fondent peu à

peu la glace du lac.

Shiki

Fruit d’une évolution touristique centenaire

Au moment d’écrire cet article destiné

à apporter des précisions sur le

développement d’Anniviers Tourisme

(AT), il m’apparut nécessaire de revenir

sur l’histoire de notre tourisme et

ses multiples évolutions pour mieux

comprendre les choix actuels.

En effet, si nous nous référons uniquement

aux 5 dernières années, le développement

des structures officielles

de notre tourisme fut pour le moins

mouvementé et d’aucuns peuvent

penser que la création d’AT ne constituera

qu’un acte de plus dans une

pièce aux multiples rebondissements.

L’extrême rapidité à laquelle le tourisme

mondial s’est développé ces

dernières décennies oblige les professionnels

de cette branche à s’adapter

continuellement et à innover, sous

peine de passer de premier de classe

à bon dernier en quelques années.

Comme dans toute évolution, des essais,

des tâtonnements, des retours en

arrière et des échecs relatifs ponctuent

notre développement touristique.

Cependant, en analysant les actes

précédents, une entité ressort systématiquement

comme étant la plus

unie et la plus apte à développer des

collaborations fortes, constructives et

durables: Anniviers dans les délimitations

de la nouvelle commune. De

fait, les choix actuels découlent d’une

histoire que nous héritons et que nous

continuons à écrire, afin d’offrir à nos

enfants ce que nos précurseurs audacieux

nous ont offert: la possibilité de

vivre et de travailler dans cette vallée

magnifique et unique.

L’histoire

Agé de plus de 150 ans, le tourisme

anniviard s’est développé au fil des

tendances et des attentes de nos

hôtes, de la construction des premiers

hôtels au développement des remontées

mécaniques, en passant par la

création de nombreux services à la

clientèle et des Sociétés de Développement.

Les Anniviards ont, au fil des

années, mis en place les outils nécessaires

au bon fonctionnement et à la

pérennisation de cette branche économique

qui allait s’imposer en Anniviers.

Loin de l’image que certains ont

pu avoir des montagnards, les Anniviards

ont su être visionnaires et précurseurs

dans nombre de domaines,

notamment en ce qui concerne les

structures touristiques officielles.

Le premier pas fut l’avènement des

30

Sociétés de Développement (SD) au

début du siècle passé, offrant ainsi un

cadre et des moyens aux précieuses

initiatives des personnes bénévoles

motivées par le développement touristique

de leur lieu de vie.

Dans les années 1960, la création

des Offices du Tourisme (OT), leurs

organes opérationnels axés sur l’accueil,

l’information et l’animation, fut

la suite logique d’un développement

qui rendit la professionnalisation de

certaines tâches nécessaire.

En parallèle, la Fédération des Sociétés

de Développement du Val d’Anniviers

a vu le jour, regroupant les SD

d’Anniviers et de Vercorin pour effectuer

des actions de promotion communes,

en partenariat avec les SD de

Sierre-Salgesch, de Crans-Montana

et de Loèche-Les-Bains. Active durant

une vingtaine d’années, sa cohésion

s’étiola avec l’émergence de divergences

de visions touristiques et politiques.

Afin de ne pas renoncer aux avantages

de collaborations fructueuses et de

les développer, les Anniviards créèrent

AIDA (Association des Intérêts D’Anniviers)

dans les années 1980. AIDA

intégrait divers domaines dans une


Simon Wiget, directeur d’Anniviers Tourisme

gestion et une promotion commune,

vision qui s’avéra malheureusement

trop ambitieuse pour survivre dans le

long terme.

L’évolution de la branche touristique

d’AIDA mena à la création de

Sierre-Anniviers Tourisme (SAT) au

début des années 2000. Cette opération

répondait à la nécessité de

s’unir pour avoir un marketing suffisamment

fort à une époque où la

concurrence touristique se voit dopée

par des déplacements de plus en plus

faciles et bon marchés, de même que

par l’émergence de nombreuses destinations

touristiques partout dans

le monde. Ce développement de la

branche touristique compliqua encore

le travail des OT dont les tâches

s’étoffaient chaque année, au point

de péjorer la qualité de leur travail de

base. Ainsi, SAT les déchargea de certaines

tâches administratives et instaura

une certaine coordination.

Dans le but de réaliser des économies

d’échelle, une collaboration administrative

avec Sion Région se développa

et l’association Cœur du Valais vit le

jour, regroupant des aspects de gestion

de SAT et de Sion Région Tourisme.

La mode étant au tourisme de destination

et une nouvelle loi sur le tourisme

ambitieuse pointant le bout de

son nez, un amalgame inapproprié fut

fait entre cette structure initialement

administrative et une hypothétique

destination qui n’a jamais vu le jour.

La restructuration de notre tourisme

Plusieurs éléments ont accéléré la

réorganisation de notre tourisme.

- Les adaptations ponctuelles ayant

atteint leurs limites, une restructuration

importante était devenue nécessaire.

- La création de la nouvelle commune

d’Anniviers démontra une fois de plus

l’unité des Anniviards et la volonté

d’avancer ensemble.

- Le refus de la loi sur le tourisme

scella définitivement toute volonté

étatique d’imposer des solutions artificielles

aux acteurs du tourisme, laissant

ces derniers s’organiser en fonction

de leurs besoins réels.

- Le résultat de l’audit réalisé pour SAT

et étendu aux structures touristiques

d’Anniviers fit ressortir plusieurs éléments

clés, avec des aspects à maintenir

ou à développer, d’autres à corriger

et enfin certains à abandonner.

Il s’est avéré nécessaire de décharger

les OT et les SD des lourdeurs administratives

qui péjoraient leur travail

quotidien et de mettre en place une

gestion de l’opérationnel touristique

centralisée au niveau d’Anniviers,

avec une entité faîtière forte. Anniviers

Tourisme a ainsi été créée en

novembre 2010, avec les missions suivantes

:

- Supervision et coaching des OT de

Chandolin, Grimentz/St-Jean, St-Luc

et Ayer/Zinal;

- Développement de stratégies touristiques

en collaboration avec la Commission

Tourisme de la Commune;

- Lien avec les autorités, les SD et

avec SAT;

- Supervision du marketing partenaires;

- Création de produits, en collaboration

avec SAT;

- Gestion des ressources humaines, de

l’administration, des finances et de la

qualité;

- Coordination de l’accueil, de l’information

et de l’animation.

Le Comité d’AT est composé de représentants

de toutes les SD d’Anniviers,

de la Commune et des Remontées

Mécaniques d’Anniviers (RMA).

Le bureau d’AT se trouve à Vissoie, audessus

de la Poste. Il est occupé par

le directeur d’AT, son responsable des

ressources humaines et de l’adminis-

31

tration, de même que par le rédacteur

web des RMA et prochainement d’un

secrétariat. Le personnel des OT est

désormais géré par AT, mais il reste

affecté dans les divers OT d’Anniviers.

Cette réorganisation permet dorénavant

aux OT de se concentrer sur leurs

missions initiales: l’accueil, l’information

et l’animation, tout en étant déchargés

d’un maximum de tâches administratives.

Ils assurent également

le lien opérationnel courant avec nos

partenaires et les SD.

Le travail des des SD et leurs liens

privilégiés avec nos partenaires touristiques,

les sociétés locales, la population

et les bénévoles constituent des

bases fortes de notre système touristique.

La nouvelle organisation touristique

leur permet de se recentrer sur

ces aspects de cohésion, de même que

sur l’animation locale, en collaboration

avec les OT.

SAT, quant à elle, se recentre sur les

tâches qu’elle a toujours très bien

réalisées : le marketing externe, les

relations avec la presse et les tour

operators, le call center et la centrale

d’information, en collaboration avec

Vercorin et Sierre-Salgesch & environs.

Le présent

La mission première du team d’AT

dès ses premiers jours d’activité fut

de veiller au bon fonctionnement des

OT, afin de garantir la qualité de leurs

prestations à l’approche de la saison

hivernale. L’implication des comités

des SD et de leurs représentants

au sein du comité d’AT permet une

transition en douceur, facilitée par le

maintien du personnel en place.

Un travail important a été réalisé

en amont par les comités des SD, la

Commune et l’expert M. Fischer, afin

de définir les lignes directrices et les

fondements d’AT.

Sa mise en œuvre opérationnelle représente

un travail conséquent qui a

débuté par une analyse du fonctionnement

de chaque OT, afin de définir

les axes de développement et les priorités.

Tout le personnel d’AT est mobilisé

autour de ce projet fédérateur

pour lequel la mise en place d’une


gestion de qualité et d’une vision à

l’échelle de la vallée est nécessaire.

Avant de créer des nouveautés, notre

but est d’améliorer la qualité de nos

prestations existantes et d’apprendre

à avancer ensemble. Nous avons créé

des groupes de travail dont les buts

sont de mettre en place des processus

unifiés et axés sur la qualité, en

se basant sur les expériences acquises

dans les quatre OT et la systématique

de Valais Excellence.

En parallèle de la gestion courante de

l’existant, nous nous sommes donnés

une année pour mettre en place un

fonctionnement opérationnel efficace.

Nous profitons d’une dynamique

exceptionnelle en Anniviers qui nous

permet de développer une vision de

notre futur au niveau de la vallée et

de poursuivre l’écriture de l’histoire de

notre tourisme.

Cette histoire est celle de tous les

Anniviards, le tourisme étant notre

moyen commun de vivre en Anniviers.

Un de nos atouts fondamentaux

est la forte implication des habitants

de notre vallée dans les nombreuses

animations et manifestations que

nous co-organisons, apportant une

dynamique et un caractère unique qui

nous différencie de nos concurrents.

Cette restructuration nous apporte

des nouvelles opportunités d’avancer

ensemble, j’espère de tout cœur que

notre tourisme pourra continuer à

32

bénéficier de votre motivation et de

votre implication.

Je souhaite ainsi longue et belle vie à

notre tourisme et je vous transmets

les meilleures salutations de tout le

team d’Anniviers Tourisme.

www.prilet.ch - 027 475 11 55

Simon Wiget, directeur d’at


Boutique

Les Rochers

Barmaz Josiane

3961 Zinal

027 475 14 13

Vissoie - 027 475 18 77

SOLUTIONS IMMOBILIÈRES

Achat | Vente | Location | Gestion immobilière

Kathy Berset Solioz | Les Alisiers | CH-3961 St-Luc | T. +41 (0)27 475 45 00 | info@afim.ch

33


L’éCoLe à L’expo

eduCatioN

L’enfant bouche bée qui contemple

des fleurs qui tombent est un

Bouddha.

Kubutsu

«Les inventeurs ont eu de bonnes idées !»

Quand la science rencontre les jeunes

de vissoie, le cocktail est explosif !

Cette année, le centre scolaire d’anniviers

met l’accent sur les sciences.

Comment ça marche ? a quoi ça sert ?

ainsi, les élèves des classes de 1 re , 2 e

et 3 e primaires se sont rendus à la

heS-So valais de Sion pour découvrir

l’exposition « manivelles et roues

dentées ». après leur visite, nous leur

avons demandé ce que les inventions

ont changé dans leur vie. voici un

échantillon délicieux de quelques

réponses de nos enfants. merci à

geneviève Constantin, directrice de

l’ecole de vissoie, aux enseignants

Fabrice Ballestraz (1p-2p), Frédéric

zuber (3p ) et Bernadette vouardoux

(1p) pour leur collaboration enthousiaste.

de quelles manières des petits trucs

ingénieux peuvent-ils changer notre

vie ?

- La ceinture de sécurité a permis

d’éviter des morts sur la route.

- Le téléphone nous permet d’atteindre

les secours rapidement, on

peut organiser des rendez-vous à distance.

- Ces petits trucs nous simplifient la

vie, évitent de graves blessures en cas

d’accident, nous sécurisent et améliorent

notre vie de tous les jours.

peux-tu donner quelques exemples

de petits trucs ingénieux qui ont

changé la vie de nos ancêtres ?

- Avec le téléphone, ils ont pu appeler

des gens sans marcher des kilomètres.

- La vis d’Archimède pour puiser

l’eau du Nil.

- Le système d’alarme pour les barrages.

- La clé adaptée à sa serrure grâce à

ses dents.

- Le système pour transporter de

lourdes pierres ou troncs d’arbres qu’ils

faisaient rouler sur des rondins.

34

donnez-nous quelques exemples de

petits trucs ingénieux qui ont changé

votre vie ?

- Le système d’alarme protège certains

objets des voleurs.

- La voiture nous permet de nous déplacer

sans se fatiguer.

- Avec le vélo, on peut faire des courses

avec les copains. C’est une grande

amélioration par rapport au tricycle

surtout pour les descentes !

- La ceinture de sécurité.

a ton avis, comment naît l’idée

d’une invention dans la tête d’un

inventeur ?

- Par exemple, il en a marre de vider

toujours la poubelle, alors il invente

une poubelle qui brûle les déchets automatiquement.

- Dans une école, pour que les élèves

voient mieux, il invente le tableau…

- Parce que quelqu’un a dit à l’inventeur

qu’il a un problème et l’inventeur


essaie de trouver une solution.

- En réfléchissant beaucoup et puis il

fait des plans.

- Pour améliorer la sécurité dans sa

vie de tous les jours, l’homme doit

chercher des trucs comme les essuieglaces

ou bien les ceintures de sécurité.

Quelle est l’invention qui te semble

la plus pratique ou la plus indispensable

?

- La perceuse qui nous permet de faire

des trous sans se fatiguer.

- La serrure pour pas que les voleurs

nous prennent de l’argent, et que l’on

devienne pauvre.

- L’eau du robinet, car si on a soif, on

peut aller boire.

- Le tapis vibrant qui permet de porter

des petites choses.

- Le camion pour transporter de grosses

marchandises sans devoir marcher

avec un âne.

- L’avion pour transporter beaucoup

de gens à la fois.

- La vis d’Archimède.

- La clé et la roue du vélo.

- L’électricité et les alternateurs.

- Le tapis vibrant.

« Il faudrait inventer une machine qui nous dit

35

Du 2 au 6 mai, ce sont les classes

de 4 e , 5 e , 6 e primaires et celles du

cycle d’orientation qui se laisseront

guider sur le chemin des sciences

grâce à une collaboration exceptionnelle

avec l’EPFL. Durant toute

une semaine, le « Bus des sciences

de l’EPFL » sera en Anniviers pour

offrir aux élèves des expériences

et des découvertes passionnantes.

Le mercredi 4 mai dès 13h30, la

population d’Anniviers sera invitée

à profiter d’un après-midi portes

ouvertes. Alors, à vos agendas et

vive la science !

Site internet de l’exposition:

http://www.hevs.ch/pub/PortesOuvertes/Default.aspx

Et dossier pédagogique à la même

adresse…

toujours la vérité et des motos volantes pour éviter les bouchons. »

www.virage.ch


Le CoiN deS pLaNteS

Nature et BieN-être

Cure printanière

L’hiver tire à sa fin (malgré une saison

qui se prolonge…) et l’arrivée du printemps

avec ses premiers bourgeons

nous réjouit. L’hiver devrait être un

moment privilégié pour accorder du

repos à notre organisme. La nature,

elle, vit au ralenti, la flore est léthargique

et certains animaux hibernent.

Seul l’homme continue ses activités

trépidantes, quelquefois à ses dépens.

Autrefois, nos grands-parents savaient

s’ajuster au rythme des saisons,

leur mode de vie le leur permettait.

S’ajoutent à ce stress, les périodes

de fête et les rigueurs de l’hiver qui

imposent à notre corps certains excès

alimentaires, qui mettent ses capacités

d’élimination à contribution. Les

toxines s’accumulent et c’est notre

santé à long terme qui en pâtit, avec

les « patraqueries » de fin d’hiver, et

son lot de petits symptômes, fatigue,

manque d’énergie, et un sommeil

quelquefois perturbé. En plus de cette

alimentation déséquilibrée, l’abus de

délicieux nectars et le manque d’exercice

physique contribuent certes à ces

symptômes d’encrassement

Comment éliminer ces excès

de toxines ?

Le premier conseil est de boire de 1,5

à 2 litres d’eau par jour. Une recommandation

qui, si elle est respectée,

assure une bonne hydratation du

corps, un apport en minéraux, et une

bonne élimination des déchets organiques.

Il faut envisager une alimen-

fam. Zuffrey 3961 St-jean 12 sortes de fondues salle de banquets

027/475.13.03 lagougra.ch

menu anniviard sur réservation

36

« Pour le cœur

qui ne doute pas

les blanches fleurs du prunier »

Mokuin

tation mieux équilibrée, en diminuant

l’apport de graisses animales et aliments

sucrés, en augmentant l’apport

de sucres lents riche en fibres, de légumes

et fruits (5 portions par jour),

et en utilisant l’huile d’olive ou de

colza, bénéfiques pour note cholestérol

et nos artères.

En complément d’une alimentation

saine, un drainage de l’organisme,

« une cure de printemps » comme on

l’appelle, serait souhaitable. Elle permet

d’éliminer les toxines accumulées

en suivant une cure dépurative qui

stimule les organes chargés de cette

mission, comme le foie, les reins, l’estomac,

la vésicule biliaire, le pancréas,

le colon, la vessie et la peau.

Il y a toujours la traditionnelle cure de


sève de bouleau qui a des propriétés

drainantes et diurétiques: ce produit

pur et frais, se prend à raison d’1 verre

par par jour pendant 21 jours.

On peut faire aussi boire en plus

grande quantité un mélange de tisanes,

aux vertus dépuratives, diurétiques,

laxatives, sudorifiques et

toniques. Certaines plantes sont particulièrement

indiquées, comme la

pensée sauvage (Viola tricolor). Cette

fleur, emblème du souvenir, aux fleurs

panachées de violet, jaune et blanc,

pousse dans les herbages de nos montagnes.

Ce sont les parties aériennes

de la plante qui sont utilisées. On la

prescrit aussi dans le traitement d’affections

cutanées, tels que urticaires,

eczémas et démangeaisons. Il est recommandé

lorsqu’on boit une tasse,

d’imbiber une compresse de cette infusion

pour l’appliquer sur l’épiderme

à traiter.

Elle est souvent associée à l’ortie (Urtica

dioica) et au trèfle des prés (Trifolium

pratense) qui ont les mêmes

propriétés.

Connue pour ses feuilles irritantes,

l’ortie Ortie dioïque (Utica dioica) ou

grande ortie est l’exemple de mauvaise

herbe précieuse. Riche en fer, calcium

et silice et vitamine C, c’est un légume

tonique qu’on mange bien volontiers

en soupe aux recettes variées.

Conseil diététique

Pour augmenter l’absorption du fer

d’origine végétal, comme on le trouve

dans l’ortie, il suffit de l’accompagner

de vitamine C, sous forme de jus

d’orange ou d’un filet de citron. En

effet, le fer d’origine végétal est moins

bien absorbé que le fer d’origine animal…

Les feuilles sont utilisées sous forme

d’infusion comme anti-inflammatoire

et analgésique des douleurs articulaires.

Pour son effet diurétique léger,

on la préconise pour drainer l’organisme.

Les racines s’utilisent sous

forme de teinture comme traitement

adjuvant de l’hypertrophie de la prostate.

Le trèfle des prés (Trifolium pratense)

porte des fleurs rouge profond qui se-

lon la médecine médiévale, indiquaient

ses vertus de dépuratif du sang. On

utilise ses fleurs comme laxatif doux.

Pour le drainage du foie, trois plantes

ont un effet approprié. Il s’agit du pissenlit

(Taraxacum officinale). Pourtant

considéré comme une mauvaise herbe,

le pissenlit possède de nombreuses vertus

médicinales. C’est une des plantes

les plus polyvalentes. Tout le monde

se réjouit de manger la traditionnelle

salade de dent-de-lion pascale, ses

fleurs sont également utilisées pour la

préparation de la « cramaillote », gelée

de fleurs de pissenlit ou de gâteaux.

Sous forme de teinture, la racine

exerce une action bénéfique sur l’estomac,

le foie et le pancréas en augmentant

les sécrétions digestives. Elle

favorise la détoxication du foie. Ses

feuilles ont un effet diurétique utilisé

en cas de rétention d’eau et d’hypertension

sous forme d’infusion.

Le chardon-Marie (Silybum marianum,

Carduus marianus) aux fleurs couleur

pourpre a fait l’objet de nombreuses

études scientifiques. Ses graines

contiennent une substance très active,

la silymarine, qui protège le foie des

substances toxiques (abus d’alcool,

prise de médicaments..), et stimule la

sécrétion biliaire.

Quant à l’artichaut (Cynara scolymus),

ce sont surtout ses feuilles qui sont

utilisées à des fins médicinales. Elles

augmentent l’élimination de la bile,

facilite la digestion et favorisent la

baisse du cholestérol.

Ces plantes peuvent se prendre sous

forme d’un mélange de teintures pour

un drainage hépatique.

mélange de teintures: 20 à 30 gouttes

3 fois par jour dans un verre d’eau,

pour drainage hépatique et protection

du foie.

Taraxacum officinale

(pissenlit): 50 ml

Carduus marianus

(chardon –Marie): 50 ml

Cynara scolymus (artichaut): 50 m

en aromathérapie, 1 goutte suffit…

Ajouter 1 goutte d’essence de céleri

(Apium graveolens) ou 1 goutte d’essence

de livèche, de « lapia » (Levisti-

37

cum officinale) dans votre huile, avant

d’apprêter votre sauce à salade pour

stimuler vos fonctions hépatiques et

rénales.

Quelques règles de cueillettes:

Ne cueillir que les plantes identifiées.

7 % des intoxications sont dues aux

plantes.

Ne jamais cueillir une plante rare ou

protégée.

Ne jamais cueillir une trop grande

quantité au même endroit et éviter de

déraciner une plante.

Eviter les lieux proches de cultures où

il est probable de trouver des engrais

chimiques, des insecticides et des pesticides.

Ne pas cueillir au bord des routes à

cause des gaz d’échappement et de la

pollution.

Bon regain d’énergie printanière…

Anne-Françoise Evequoz

Griment 027 475 18 55


Bye Bye FaCteur!

départ

Le célèbre facteur d’Anniviers, Tarçis Ançay quitte Anniviers

Champion suisse de marathon de

2008 à 2010, sept fois Champion

valaisan de 10’000m, Champion

du monde master 2009, vainqueur

de la course Sierre-zinal en 2006

et Champion suisse 10km vétéran

2010, le petit facteur d’anniviers ne

peut susciter que notre admiration.

outre ses performances sportives

exceptionnelles, sont aussi à saluer

son enthousiasme, sa générosité

et sa grande gentillesse auprès des

clients de La poste qu’il a servis pendant

21 ans dont dix années dans le

val d’anniviers. « une offre qui ne se

refuse pas », nous dit-il, nous l’arrache

de la vallée pour Sion où une

belle reconversion professionnelle

l’attend. Nous serons nombreux à le

regretter et nous lui souhaitons tout

le meilleur du monde.

pourquoi avez-vous décidé de quitter

La poste après 21 ans de bons et

loyaux services?

Je quitte la poste car on m’a fait une

proposition qui ne se refuse pas, travailler

dans ce qui me passionne le

plus, la course à pied. Je serai gérant

d’un magazin dédié à la course à pied

à Sion et qui ouvrira ses portes à la fin

de l’année. Et puis j’ai un peu besoin

de ranger les baskets, de vivre plus

calmement, en me rendant plus dis-

ponible pour ceux que j’aime. Ne plus

courir quoi! (rire)

Qu’est-ce que votre métier de facteur

d’annviers vous a apporté?

Cela m’a permis de réaliser un rêve

qui était de travailler dans un petit

bureau de poste à la montagne. En

plus, quand je suis arrivé dans la vallée,

je n’étais qu’un simple footballeur.

Comme je désirai rester dans une certaine

élite quelque soit le sport, j’avais

décidé de m’orienter vers la course à

pied qui était pour moi, quand même,

une évidence, compte tenu de la notoriété

de la fameuse course Sierre-

Zinal. Avec les horaires qui m’avaient

été accordés, j’avais le temps pour

faire un entraînement de qualité. De

plus, en 2006, la Poste a décidé de me

soutenir dans mon projet olympique

afin de réaliser les minimas pour les

JO de Pékin. Malheureusement, plusieurs

blessures ont compromis ces

projets. Cela restera pour moi une

merveilleuse aventure car elle m’a

permis de pousser mes limites le plus

loin possible et de beaucoup rêver.

Quel la première chose qui vous a

marqué quand vous avez commencé

votre activité de facteur dans le val

d’anniviers?

Franchement, c’était la gentillesse et

38

l’accueil chaleureux que certains Anniviards

m’ont fait. Une fois, j’ai eu le

temps de m’arrêter au café de Pinsec

et la propriétaire des lieux, Ida Savioz

m’a dit ces mots: «On te souhaite la

bienvenue et, comme on dit au curé,

que tu restes le plus longtemps possible!»…

Dommage que cette maxime

ne soit plus d’actualité aujourd’hui…

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à

vivre pour vous dans la vallée?

Je n’ai qu’un seul mauvais souvenir.

Comme chasseur, quand on débarque

dans le Val d’Anniviers, on devient

vite un concurrent… Et j’ai été victime

d’une campagne de dénigrement

incroyable de la part de certains

Anniviards parce que quelques jeunes

chasseurs d’Ovronnaz de ma connaissance

(sans aucun lien de parentée

contrairement à ce qui a été raconté)

étaient venus chasser dans la Vallée

sans aucune malveillance. Cela m’a

fait beaucoup de peine parce que du

jour au lendemain, certains ne me saluaient

plus. J’aurais vraiment préféré

un peu de franchise et que l’on vienne

s’adresser directement à moi au lieu

de valider des racontards. D’une manière

générale, j’ai besoin de franchise

et de transparence.


Comptez-vous garder un lien étroit

avec le val d’anniviers?

Bien sûr! D’une part, j’y laisse une

partie de ma famille, ma fille Vanina.

D’autre part, j’ai plusieurs amis avec

qui j’ai tissé des liens serrés. Ensuite,

parce que mon objectif est de participer

une dernière fois à la course

Sierre-Zinal. Cela me fera toujours très

plaisir de rencontrer des Anniviards

que j’ai appris à apprécier et dont certains

vont beaucoup me manquer…

Que pensez-vous avoir laissé de vous

dans la vallée?

J’espère que les gens garderont le souvenir

d’un facteur passionné par son

métier, par les gens et par la course

à pied. Je pars avec le coeur gros car

quand je suis arrivé ici, j’étais sûr que

c’était pour y poser mes valises pour

de bon…

Qu’attendez-vous de votre nouvelle

vie?

J’espère simplement retrouver un peu

de calme après toutes ces années de

folie, de nouveaux défis et rêves. Les

rêves, c’est toujours ce qui m’a fait

avancer. Et j’aimerais transmettre ce

message à tous les parents: n’empêchez

jamais vos enfants de vivre leurs

rêves car ce sont eux qui permettent

de croire en soi. Enfin, je souhaite

beaucoup de bonheur et de joie à tous

les habitants de la vallée. Beaucoup

ignorent encore la chance qu’ils ont

d’habiter dans une région aussi belle…

Propos recueillis

par isabelle Bourgeois

www.sivacolor.ch

39


Lever LeS yeux pLuS prèS deS étoiLeS

Eric Bouchet et la lunette

de 152 mm de diamètre

Avez-vous déjà connu l’expérience

d’une visite commentée des merveilles

du ciel anniviard ? A deux pas de chez

vous, l’Observatoire François-Xavier

Bagnoud (OFXB) vous offre cette

chance extraordinaire! Des spécialistes

vous attendent pour vous guider

dans un parcours initiatique ouvert à

tous à travers le cosmos. Vous y vivrez

une expérience à la fois poétique,

scientifique et ludique, où chacun

pourra y trouver la réponse aux questions

simples mais fondamentales

que l’humanité se pose depuis des

millénaires. Quelle est la place de la

Terre dans le système solaire? La vie

existe-t-elle ailleurs dans l’Univers?

Que sait-on aujourd’hui de l’évolution

des planètes, des étoiles, des galaxies?

Une instrumentation moderne vous

attend à l’OFXB, pour observer les

profondeurs du ciel nocturne. De jour,

une vue détaillée du Soleil, fortement

agrandie et projetée sur écran,

vous sera offerte ; vous y verrez les

fameuses taches sur la surface, qui

témoignent de l’existence du cycle

solaire, preuve que notre astre du

jour est une étoile variable qui pilote

à distance les instabilités du climat

terrestre. Après quelques années

calmes, le Soleil se «réveille» en 2011

et montre de nouvelles taches. C’est

donc le bon moment pour venir profiter

des observations faites à l’OFXB.

En cas de météo peu favorable (cela

arrive même en Anniviers !), un système

de projection ingénieux vous

fera découvrir depuis la salle de l’Observatoire

le cosmos en trois dimensions

grâce à des lunettes spéciales.

Les projections 3D se développent

actuellement, mais l’OFXB a été précurseur

dans ce domaine puisque cet

équipement de pointe a été mis en

place en 2005 déjà.

L’OFXB est installé depuis 1995 dans le

Val d’Anniviers, à Tignousa au-dessus

de St-Luc. C’est une superbe et originale

réalisation, fruit de l’imagination

et de la volonté de ses deux concepteurs

principaux Jean-Claude-Pont

et Georges Meynet, qui avaient déjà

créé en 1989 le Sentier des Planètes.

Ce parcours de six kilomètres le long

d’un des balcons anniviards, emprunte

depuis Tignousa le tracé de la course

Sierre-Zinal, en direction, et au-delà,

de l’hôtel Weisshorn.

L’OFXB existe grâce aux soutiens des

instances politiques, des organismes

touristiques et de fondations privées,

qui ont bien compris le rôle de pro-

40

motion que jouent l’Observatoire et

son Chemin des Planètes. L’OFXB, par

sa seule présence, contribue à donner

une image touristiquement positive

à la région: si un observatoire a été

établi là, c’est que la météo est favorable!

Il donne aussi de la vallée une

image complémentaire à celle des

activités touristiques standards (le ski

par exemple). C’est une approche de

type « tourisme doux » qui permet de

diversifier l’offre faite aux visiteurs.

De plus, l’OFXB contribue par son

rayonnement à faire venir en Valais

des visiteurs qui font vivre les divers

acteurs du tourisme, hôtels, locations

de chalets et d’appartements, restaurants,

commerces, remontées mécaniques.

L’OFXB joue un rôle reconnu dans la

transmission des connaissances scientifiques,

en particulier astronomiques,

en Valais. C’est de plus un centre qui

contribue à assurer un rayonnement

international au canton, attesté par

le grand nombre de visiteurs, et par

les nombreux articles ou émissions de

radio ou de télévision qui paraissent

régulièrement dans les divers média.

Toute visite de l’OFXB est un moment

inoubliable de réflexion et de discussion

entre spécialistes et grand public.


Les activités principales de l’oFxB

sont: Des séances d’observation de

nuit, à l’aide du télescope ou à l’œil

nu. Des séances d’observation de jour,

sur le Soleil principalement.

L’utilisation du système de projection

3D, en particulier en cas de mauvaises

conditions météorologiques.

Des parcours, parfois accompagnés,

sur le Sentier des Planètes.

Des ateliers astronomiques pour des

classes, ou pour des jeunes gens sélectionnés

sur dossier.

Des grandes soirées astronomiques

complétées par des conférences données

par des astronomes professionnels.

A bientôt donc !

gilbert Burki, président du Conseil

de Fondation de l’oFxB

Les visites à l’oFxB

Pour les visites publiques, consultez

les dates sur le site www.ofxb.ch, ou

dans le journal Les 4 Saisons d’Anniviers.

Les inscriptions sont à faire par

e-mail (info@ofxb.ch), par téléphone

(079 304 80 59, 027 475 58 08) ou

à l’Office du Tourisme de St-Luc (027

475 14 12). Les autres Offices du Tourisme

de la vallée donnent aussi des

renseignements.

Des visites de groupes constitués

peuvent aussi être organisées, à

d’autres dates que celles données

sur le site internet. Inscriptions aux

mêmes contacts.

L’association des amis de l’oFxB

(aaoFxB)

Si vous voulez soutenir « votre » Observatoire,

vous pouvez aussi devenir

membre de l’AAOFXB, qui compte

actuellement plus d’une centaine de

membres. Votre contribution permettra

de réduire les charges de l’Observatoire,

et donc le coût des séances

demandé aux visiteurs. Les Amis de

l’OFXB témoignent ainsi par leur engagement

d’un soutien large à l’activité

astronomique dans le Val d’Anniviers,

devenu en 15 ans la Commune

des Etoiles.

Les adhésions à l’AAOFXB peuvent se

faire sur le site internet (www.ofxb.

ch), par e-mail (info@ofxb.ch), par

téléphone (079 304 80 59), par courrier

(OFXB, 3961 St-Luc), ou sur place

à l’OFXB.

41

evénements astronomiques

à ne pas manquer en 2011

- Une éclipse totale de Lune, visible

partiellement le soir au lever de Lune.

- Le maximum de l’essaim des Perséides

(étoiles filantes) le 12 août.

Cet événement annuel donne lieu depuis

une dizaine d’années à une

«fête» internationale, relayée souvent

par la TV française. C’est l’occasion de

nombreuses rencontres entre les astronomes

et le public. Une soirée sera

organisée à l’OFXB autour de

cette date, plus probablement entre le

4 et le 7 août.

Henri Théoduloz 079 204 27 15

Emerson Maffucci 079 310 66 36

ST-Luc

Azimut

Pub 027 475 33 95

3961 Vissoie

t. 027 475 32 70 - f. 027 475 32 32

impv@bluewin.ch

&

t. 027 323 55 30 - f. 027 323 62 66

www.constantinsa.ch

L’imprimerie l’imprimerie n’est pas responsable n’est de la qualité pas de certains responsable logos, ainsi que des textes. de la qualité de certains logos ainsi que des textes


troiS petitS tourS et puiS revieNNeNt...

iNSoLite

Saviez-vous qu’il existe dans la vallée

un passionné de petits trains qui

a transformé son jardin en un merveilleux

mini parcours ferroviaire à

faire rêver petits et grands? rencontre

avec olivier Jouenne, un jeune

grand-papa que l’on aurait tous rêvé

d’avoir, même les filles!

depuis quand est venu cette passion

des trains?

J’avais 5 ans quand j’ai reçu mon premier

train électrique. A l’époque, j’avais

quand même déjà construit un réseau

d’une vingtaine de mètres carré! Mon

grand-père m’avait aidé à installer ma

première planche pour poser les rails.

Et puis les petits trains ont grandi et

j’ai passé au réel. J’ai travaillé 25 ans

aux Chemins de Fer Français, comme

éléctro-mécanicien sur de vrais trains!

Quand avez-vous décidé de transformer

votre jardin en parc d’attraction?

Quand j’ai quitté mes parents, j’ai arrêté

les petits trains et tout mis dans

des cartons pendant des années. En

arrivant dans la vallée, en 2003, j’ai

décidé de ressortir mes trains, pour

les vendre. Je n’avais pas de place et

pas de local… Et puis un jour, je me

suis mis à regarder le terrain autour

de mon chalet… Et vous connaissez la

suite!

J’ai vendu tous mes petits trains aux

enchères pour m’acheter mon premier

gros train avec des rails. Puis j’ai commencé

à mettre les rails dans la pelouse

et me suis mis à faire les décors,

les ponts, les viaducs, les tunnels, tout

fait maison! J’ai détruit un talus pour

en faire une montagne percée de tunnels

et de galeries! Mon petit local qui

était un atelier est devenu un dépôt

de train et mon jardin est devenu une

curiosité locale dans le val d’Anniviers.

Je l’ai ouvert au public en 2010.

de quoi se compose ce petit bijou

roulant?

Pour l’instant, il y a 188 mètres de

voies, une dizaine de trains, 7 tunnels

superposés dans le talus dont une

42

galerie de 7m50 de long! D’ailleurs,

une fois, j’ai trouvé un bout de pain

au milieu de cette galerie, comme par

hasard... Il avait été apporté par une

fouine. Pour l’attraper, j’ai du mettre

bout à bout deux tuyaux d’aspirateur

et envoyer tout ça dans le tunnel!

Il y a aussi 1m60 de dénivelé, 2 gares

et un seul chef de gare, c’est moi! Tout

fonctionne sans fil, avec une télécommande.

La régularisation des trains

se fait par des feux et des décodeurs.

Les wagons sont éclairés et tournent

même la nuit, c’est un son et lumière!

Cela fait 5 ans qui je m’y attèle… Et ce

n’est pas fini!

vous n’allez quand même pas raser la

maison du voisin?

(Rires) Mais non, bien sûr! Je vais juste

aménager la terrasse au-dessus de

mon garage! J’ai le projet de compléter

le décor et ajouter 50 mètres carré

pour y accueillir une montagne et un

téléphérique! Mais je ne commence

pas avant 2012. Il faut que je finisse

d’abord quelques retouches sur le circuit

actuel.


Comment réagissent les visiteurs?

Les enfants ne savent plus où donner

de la tête! Ils ont des yeux ronds

comme des billes! Mon petit-fils de 3

ans court partout et j’en ai fait un fada

des trains! Un futur cheminot! L’année

passée, je lui ai donné son premier

train et depuis, il ne décroche plus…

passionné par les trains depuis votre

enfance, comment avez-vous réussi à

vous faire une place dans le monde

des « vrais » trains?

J’ai toujours rêvé de travailler dans

les chemins de fer et je l’ai réalisé par

hasard. En assurant ma voiture! L’assureur

avait un cousin qui bossait aux

chemins de fer. Lors de notre premier

rendez-vous pour discuter de mon

contrat d’assurance (j’avais 17 ans), il

m’a demandé ce que je voulais faire

plus tard. «Trains», je lui ai répondu. Il

a téléphoné devant moi à son cousin

qui était chef magasinier aux Chemins

de Fer Français et huit jours plus tard,

j’étais convoqué et engagé. Ah le hasard

fait bien les choses…

a part les petits trains, avez-vous

une autre activité dans la vallée?

J’ai été électricien chez Gaby Solioz

pendant plusieurs années. Maintenant,

j’ai repris l’agence Immobilier Vacances

Locations à St-Luc et Chandolin.

Comme je suis fou de bricolage, j’ai

ouvert un atelier d’homme à tout faire

«Atelier services» qui va avec l’agence.

Je fais toutes les petits réparations, des

43

robinets qui fuient, en passant par les

clôtures, l’électricité ou changer les

postes de télé! Je ne peux pas m’arrêter

de faire quelque chose!

propos recueillis par iBg

Ouvert d’avril à septembre

Entrée gratuite

Horaires et visites sur demande:

079 402 49 88

3961 St-Luc 027 475 32 15

www.immobilier-vacances.ch


de L’humaNitaire à L’eNgagemeNt aSSoCiatiF

eNgagemeNt

Michel Minnig, Sophie et leur fille

A Vercorin, des anciens collaborateurs

du CICR partagent leur joyeuse

et succulente humanité en créant

une nouvelle association, La Véranda.

Tous deux collaborateurs auprès du

CICR pendant de longues années,

Sophie et Michel Minnig ont marqué

l’histoire de l’Institution. Souvenezvous,

Michel fut le principal médiateur

dans la prise d’otages à l’ambassade

du Japon, à Lima au Pérou en 1996,

au cours de laquelle 369 personnes

avaient été retenues en otages. Quant

à Sophie, elle a d’abord travaillé pendant

20 ans au CICR en Afrique, en

Amérique Latine, en ex- Yougoslavie,

en Russie et au Moyen-Orient ou de

par sa spécialisation en droit international

humanitaire et en droit de

l’homme elle s’est consacrée à la protection

des détenus et des personnes

déplacées par les conflits. Au cours de

ses années, ces tragédies humaines lui

ont enseignée que seule une transformation

personnelle profonde permet

de dépasser les haines et les

rivalités en évitant également de les

transmettre aux générations futures.

Sophie s’est formée à la Fondation de

Naturopathie à Buenos Aires dans les

techniques millénaires de la médecine

chinoise et du Qi Kung.

Tous deux amoureux des humains, de

la vie et de la gastronomie (Michel est

un passionné de cuisine et un cordon

bleu réputé), ils ont mis leur expérience

au service de ceux qui, dans

la vallée, souhaitent s’ouvrir à autres

choses.

« L’Association La Véranda est née du

désir de créer un espace d’échange, de

partage et de créativité, raconte So-

44

phie. Elle a été fondée à Vercorin au

début de cette année et ses membres

fondateurs, dont plusieurs anciens

délégués du CICR, ont eu envie de

continuer à réfléchir ensemble sur des

thèmes d’actualité. Ils ont également

souhaité mettre à profit la diversité

et la richesse de leurs expériences

personnelles et professionnelles pour

proposer des activités créatives et de

développement personnel ».

Ainsi, les activités proposées sont aussi

diverses que les intérêts et le parcours

de ses membres fondateurs.

En voici quelques exemples:

• les soirées à thème sur la découverte

de pays et leur art culinaire,

la dernière en date a été consacrée

au Moyen-Orient qui ne pouvait pas

mieux tomber avec la venue du « Prin


temps arabe » et son aspiration aux

droits fondamentaux, à la démocratie

et à la dignité. Un expert du Moyen-

Orient, Michel Cagneux, était venu

partager sa vision de ces changements

historiques devant un public captivé.

• les activités de développement personnel

et de bien-être avec l’organisation

de stages de QI Gong et

découverte des plantes, de même que

proposition de stages de massages

(shiatsu) les stages créatifs (théâtre,

clown, danse africaine, contes etc.)

• les causeries apéritives sur des sujets

divers (accompagnement aux mourants,

éclairage sur la psychosomatique,

récits de voyage ou autres).

La Véranda réunit à la fois des personnes

du village de Vercorin et de la

région mais également des membres

venus de l’extérieur dans une idée de

synergie et de convivialité. Décidément,

cette petite vallée est truffée de

grandes initiatives, non?

iBg

L’Association « La Véranda » est heureuse

d’inviter à Vercorin, le samedi 16

avril, de 18-000-20.00, JUANA CAL-

FUNAO, Cheffe Mapuche (les gens de

la terre) de la communauté indigène

Juan Paillalef au sud du Chili. Détenue

pendant 5 ans au sud du Chili en raison

de son combat en faveur de son

peuple, Juana viendra parler du peuple

mapuche, de sa cosmovision et de sa

médecine traditionnelle. Elle parlera

également de son expérience personnelle

comme cheffe et représentante

d’une communauté mapuche. Entrée

libre et débat suivi d’un apéritif.

Renseignements:

Sophie Graven Minning

sgraven@bluewin.ch

45

Vercorin, samedi 16 avril

JUANA CALFUNAO

Cheffe Mapucha Parlera

de son expérience personnelle

comme cheffe et représentante

d’une communauté mapuche


maNiFeStatioNS eN aNNivierS

dans toutes les stations

Jusqu’à fin avril Animations hebdomadaires - Renseignement dans les OT

17.04.2011 Match de Reines Mission

22 au 24 avril 2011 Jeux de Pâques à travers le village Zinal

25.04.2011 Spectacle de marionnettes Sorebois

25.05.2011 Journée de nettoyage des musées Ayer

22-23.05.2011 Tournoi Inline Ayer

Mi juin Inalpe Nava

19.06.2011 Cuisine sauvage avec Sylvie Zinal

23.04.2011 Ateliers décoration des œufs de Pâques St-Luc

23.04.2011 Concert «Les Tontons Baston» St-Luc

24.042011 Arrivée du apin de Pâques et course aux œufs St-Luc

29.04.2011 Ultimates Days St-Luc

04.06.2011 Journée Suisse des moulins St-Luc

Mi-juin Inalpe Roua

18-19.06.2011 Nuit de la randonnée St-Luc

24.04.2011 Atelier de décoration des œufs de Pâques Chandolin

25.04.2011 Arrivée du lapin de Pâques, couses aux œufs

et concours à la cuillère Chandolin

04.06.2011 Journée Suisse des Moulins Chandolin

mi-juin Inalpe Chandolin

18-19.06 Nuit de la Randonnée Chandolin

15.04.2011 Fondue Lune Bendolla

22.04.2011 Cortège des crécelles Grimentz

23.04.2011 Waterslide Contest Bendolla

23.04.2011 Cortège crécelles

+ atelier de décoration des œufs de Pâques Grimentz

24.04.2011 Course aux œufs Grimentz

25.04.2011 Gala des saveurs d’Anniviers Grimentz

30.04.2011 ULTIMATES DAYS Grimentz

04.06.2011 Journée des moulins Grimentz

mi-juin Inalpe Avoin

24-26.06.2011 L’Illiade des Compagnons de la Navizence Vissoie

01-02.07.2011 L’Illiade des Compagnons de la Navizence Vissoie

23.04.2011 Journée de travail Niouc

24.04.2011 Fête de Pâques Niouc

19.06.2011 Fête du village Niouc

24.04.2011 Pâques - Atelier et démonstration de parapente Vercorin

25.04.2011 Challenge Virages Sport Vercorin

05.06.2011 Slow Up Vercorin

46


Impressum «Les 4 Saisons d’Anniviers»

Comité de rédaction:

Marc Genoud (Conseiller communal)

Benoît Epiney (Présient HC Annviers)

Jérôme Bonvin (Président Ski-Team Anniviers)

Christian Caloz (Président FC Anniviers)

Pascal Zufferey (Montagne-Club Anniviers)

Paolo Marandola

rédactrice en chef et graphisme: Isabelle A. Bourgeois

photos: Anne-Lise Bourgeois, Jean-Louis Claude et les Clubs de Sport Anniviers

Logo du journal: Alain-Yan Mohr

mise en page et impression: Imprimerie de la Vallée, Vissoie-Anniviers

remerciements: Commune d’Anniviers et tous les annonceurs

mode de parution: trimestrielle

Des journaux sont à disposition dans les différents offices du tourisme d’Anniviers

et de Vercorin ainsi que dans les bureaux communaux d’Anniviers.

47

Les petites annonces

gratuites de la saison

• A vendre, métier à tisser Modèle

Künzler - 170 x 110 x 135 cm

(haut) 140 cm: 2x 60 / 1x 50 /

1x40 120 cm: 1x 30, Banc + accessoires,

Prix à discuter Mme Zehnder,

3961 St. Luc, 079 517 49 17 / 056

223 23 40

• A vendre, 4 roues d’hiver pour

Subaru Forester, 4 jantes Subaru en

acier montées de pneus Hankook cIe

Bear w 440, dimension 205/70 R15

96T utilisées seulement 1 hiver env

75%. Prix: 480 CHF, à discuter.

Jeune femme (langue maternelle

néerlandais) cherche travail secrétariat,

comptabilité et accueil clientèle.

076 269 92 02.

• A vendre, Bois de feu. De 120 à

220 le stère, selon qualité.

079 693 05 18.

• Cherche retraité(e) correcteur

bénévole pour venir en support à la

relecture des 4 saisons d’Anniviers.

Contacter la rédaction

079 286 18 82

• Pour découvrir les créations Santé

Autonomie Solidarité, Itinéraire

Santé propose « Rêve de Mobilité

II » au CMS de Sierre le samedi 7

mai 2011, suivi en juin de « Rêve de

Mobilité III » en Anniviers Renseignements

: 0041 79 342 36 74 ou

www.itineraire-sante.com

• Initiation aux fondamentaux de

la mycologie. Cours théoriques et

pratiques donnés par M. Jean-Luc

Tordeur, membre de l’Association

Cantonale Valaisanne de Mycologie.

Pour les personnes intéressées,

s’adresser à Anne-Françoise Evéquoz,

à la pharmacie d’Anniviers.

Nombre de places limitées.

Envoyer vos annonces,

votre courrier

et vos idées d’articles à:

4saisons@planetpositive.org

Prochaine parution: juillet

More magazines by this user
Similar magazines