Schéma régional de l'innovation - Région Bretagne

meito.com

Schéma régional de l'innovation - Région Bretagne

≥ SOMMAIRE

introduction générale 06

diagnostic du système régional d’innovation 11

notre vision de la bretagne innovante de demain 14

plan d’actions (Voir sommaire page suivante) 20

Vue d’ensemble 24

Axe 1 - Renforcer et consolider l’économie

existante par l’innovation 27

Axe 2 - Diversifier l’économie bretonne par l’innovation 51

Axe 3 - Favoriser l’ouverture vers l’extérieur

des entreprises et des autres acteurs

de l’innovation 69

la gouvernance 84

le financement 100

l’évaluation 108

les Annexes 113

3


≥ SOMMAIRE - Détail du plan d’action

27

Axe 1- Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42

43

44

45

46

47

48

49

1.1- Développer la culture d’innovation et partenariale dans les entreprises

1. Communiquer sur l’innovation et ses enjeux

2. Encourager les démarches collaboratives et partenariales auprès des PME

3. Structurer le Réseau breton de l’innovation

4. Renforcer les liens entre l’enseignement supérieur et le tissu économique breton

1.2- Renforcer les compétences internes aux entreprises

5. Soutenir l’« innov’acteur » au sein des entreprises

6. Promouvoir l’intégration de ressources humaines qualifiées dans l’entreprise

1.3- Améliorer l’accompagnement des projets innovants des entreprises

7. Renforcer les compétences en ingénierie de projet au sein du réseau

8. Améliorer le soutien au marketing, à l’industrialisation et à la commercialisation de l’innovation

9. Renforcer le soutien à l’innovation organisationnelle et marketing

1.4- Renforcer les interfaces et collaborations recherche publique / entreprises

10. Multiplier les opportunités de rencontres chercheurs / PME

11. Mettre en œuvre la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de technologies

12. Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

1.5- Développer et accompagner les coopérations inter-entreprises

13.Soutenir et développer l’utilisation des plates-formes

14. Soutenir les réseaux et groupements de PME

4


Axe 2 - Diversifier l’économie bretonne par l’innovation 51

2.1. Anticiper les évolutions pour s’y adapter de manière proactive 55

15. Soutenir et mutualiser les actions d’intelligence économique et de veille 56

16. Structurer les actions d’observation sur l’innovation et le système de soutien en Bretagne 57

2.2- Encourager les démarches fédératives transversales 58

17. Lancer des programmes thématiques transversaux 59

18. Favoriser l’émergence de clusters trans-sectoriels 60

2.3. Favoriser le transfert de technologies et soutenir la création d’activités nouvelles 61

19. Soutenir le transfert de technologies 62

20. Renforcer l’action des Pôles de compétitivité 63

21. Favoriser la création d’entreprises et d’activités innovantes 64

2.4. Diffuser la culture d’innovation dans la société bretonne 65

22. Sensibiliser le grand public, et particulièrement les jeunes, à l’innovation 66

Axe 3- Favoriser l’ouverture vers l’extérieur des entreprises 69

et autres acteurs de l’innovation

3.1. Développer les partenariats à l’étranger des PME innovantes 73

23. Soutenir et mutualiser les actions de veille à l’international 74

24. Renforcer l’accompagnement personnalisé des entreprises dans leurs projets innovants 75

à l’international

25. Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national et international 76

3.2- Inciter les PME, les laboratoires et les structures de soutien à participer 77

à des programmes européens de recherche et d’innovation

26. Sensibiliser et informer les PME, les structures de soutien et les laboratoires 78

sur les opportunités des programmes européens de recherche et d’innovation

27. Soutenir l’ingénierie de projets européens 79

3.3- Créer et développer une image innovante et attractive de la Bretagne à l’international 80

28. Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne innovante 81

29. Ancrer des événements de rayonnement européen et international en Bretagne 82

30. Attirer et conserver les talents en Bretagne 83

5


Introduction au SRI

L’élaboration d’un Schéma régional de l’innovation (SRI)

pour la Bretagne répond à une volonté du Conseil régional

et de l’Etat de doter la région, ses entreprises et ses

acteurs de soutien d’un document de référence en

matière de politique d’innovation. La démarche

correspond également à une exigence forte de

la Commission européenne dans le cadre de

l’approbation du Programme opérationnel

des fonds FEDER 2007-2013.

Qu’est ce que

le SRI ?

Le Schéma régional de l’innovation, document de référence pour

les acteurs de l’innovation bretons, fournit un socle commun dans

lequel est inscrit l’ensemble des actions de soutien à l’innovation

en Bretagne. Il présente également les enjeux et les objectifs

stratégiques sur lesquels se basent les dispositifs de soutien mis

en œuvre. Il établit les modalités de gouvernance de l’innovation en

Bretagne. L’objectif de ce schéma est de mieux répondre aux

besoins des PME en matière d’innovation.

Ce document rappelle tout d’abord les principales caractéristiques

de l’innovation en Bretagne tirées du diagnostic présenté en octobre

2008 et identifie les défis clés que nous devons relever. La vision de

la Bretagne innovante de demain décrit nos ambitions collectives.

Le plan d’actions détaille de façon très opérationnelle les réponses

aux enjeux identifiés pour :

• renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation,

• diversifier l’économie bretonne par l’innovation,

• favoriser l’ouverture vers l’extérieur des entreprises et autres

acteurs de l’innovation.

Les modes de gouvernance, stratégique et opérationnelle, qui

permettront la bonne mise en œuvre des actions inscrites au

Schéma, sont ensuite présentées, ainsi que les modalités

de financement et d’évaluation.

6


Qu’est ce que

l’innovation ?

1

Manuel d’Oslo, Principes directeurs

pour le recueil et l’interprétation des

données sur l’innovation, troisième

édition, OCDE, 2005

L’innovation doit être

appréhendée dans son sens

le plus large et ne saurait

se limiter à la seule

innovation technologique.

En effet, « une innovation est la mise en œuvre d’un produit (bien ou

service) ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une

nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode

organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation

du lieu de travail ou les relations extérieures. » (Manuel d’Oslo 1 )

Le terme d’innovation recouvre ainsi différents champs :

• L’innovation Produit : produit nouveau ou significativement

amélioré. Ces activités touchent directement le marché

et la clientèle de l’entreprise. On invoque alors les

améliorations continues sur les produits existants, ainsi que

les activités de recherche et développement de nouveaux

produits pour lesquels il existe ou non un marché. Ces

activités impliquent donc les stocks de l’entreprise.

• L’innovation Service : service nouveau ou significativement

amélioré. L’innovation dans les services représente un

processus continu et le plus souvent immatériel sur

l’ensemble d’une chaîne de valeur : elle concerne des

concepts améliorés de services, de nouveaux modes de

relations avec les clients, de nouvelles manières d’assurer la

fourniture de prestations.

• L’innovation Procédé : méthode/procédé de production ou

de distribution nouveau ou amélioré. Ces activités touchent

les façons de faire de l’entreprise. Il s’agit donc

essentiellement d’activités sur des actifs intangibles.

• L’innovation dans les équipements : ces activités visent

à améliorer le rendement des équipements en place

(impliquant des actifs intangibles) ou à remplacer les

équipements existants par de nouveaux, plus modernes

et plus efficaces (impliquant des actifs tangibles).

• L’innovation Marketing ou de commercialisation : ces activités

recouvrent la mise en œuvre de nouvelles méthodes de

commercialisation impliquant des changements significatifs

de la conception ou du conditionnement, du placement, de

la promotion ou de la tarification d’un produit.

• L’innovation Organisationnelle et Sociale : elle correspond à

de nouvelles méthodes dans l’organisation des pratiques

et procédures, les relations extérieures de l’entreprise,

l’organisation du travail, la gestion des ressources

humaines, les conditions de travail...

• L’innovation par le design, qui constitue également un facteur

de différenciation dans une compétition internationale

extrêmement vive et qui, plus encore, s’impose dans le

domaine de l’innovation en tant que savoir de conception.

7


Introduction au SRI

(suite)

S’agissant des produits et des procédés, les projets innovants

passent par quatre phases majeures de développement : la

recherche et développement, l’introduction (pré-commercialisation,

industrialisation, mise sur le marché), la croissance, la maturité

(saturation, déclin). Les deux premières phases de développement

sont cruciales pour la PME. Tout d’abord, lors de la conception du

produit, les PME font face à des incertitudes importantes vis à vis

du succès de leurs activités de R&D. Pendant cette phase, le taux

d’échec peut atteindre 70%. La phase d’introduction doit assurer la

production et la commercialisation du produit. A ce stade, le taux

d’échec est compris entre 30 et 50%.

C’est lors des deux dernières phases que l’entreprise doit

rentabiliser le projet innovant. Pendant la croissance, le risque

technologique a presque disparu et le risque commercial est

beaucoup plus faible. Par la suite, le projet entre dans la phase

de maturité. Le risque commercial augmentera à nouveau quand la

menace de réaction des concurrents se concrétisera.

Soulignons finalement que les diverses incertitudes cumulées dans

les premières phases produisent un degré de risque élevé et un

financement des activités innovantes essentiellement par des fonds

propres qui n’engendrent aucune sortie de fonds immédiate (capital

amical, fonds personnels, autofinancement ou appui public).

L’ensemble de ces éléments de définition doit être pris en

compte dans la réalisation de ce schéma. En effet, en fonction

de la nature ou de la phase d’innovation, les enjeux pour

l’entreprise et les soutiens qui pourront être apportés ne sont

pas les mêmes. Cette complexité inhérente au sujet explique

également la multiplicité des acteurs et des métiers de

l’accompagnement. Il convient de la prendre en compte pour

organiser, fédérer et partager afin de mieux répondre aux

besoins de l’entreprise.

8


Un SRI pourquoi ?

L’objectif recherché par l’élaboration

du SRI est de :

> Mieux répondre aux besoins des entreprises,

> Mobiliser l’ensemble des acteurs autour

d’orientations stratégiques partagées ,

> Renforcer la lisibilité du système régional

d’innovation et des objectifs poursuivis,

> Aboutir à un outil utile pour la promotion à

l’international d’une Bretagne innovante

et dynamique.

Les régions d’Europe sont confrontées à de nouveaux enjeux pour

leur développement. L’ouverture des économies européennes a pour

corollaire une concurrence accrue entre territoires. La globalisation

provoque la redistribution des activités : externalisation croissante

des services aux entreprises, délocalisation de certaines activités

industrielles à faible valeur ajoutée mais à forte intensité de main

d’œuvre (comme le textile), de certaines activités de services

(par exemple les centres d’appel), voire de certaines activités de

recherche. La diffusion des technologies de l’information et des

communications accentue ce phénomène, en allégeant la contrainte de

proximité des marchés dans le choix d’implantation des entreprises.

Les régions affrontent cette nouvelle concurrence différemment selon

leur capacité à générer de l’innovation. En effet, dans une économie

ouverte, les facteurs de compétitivité ne résident plus seulement dans

les coûts ou les avantages naturels ou géographiques, mais bien dans

la capacité des entreprises à créer de nouveaux produits et services

répondant aux besoins des marchés et présentant de la valeur ajoutée.

Elles doivent pour cela être capables d’innover non seulement

dans la conception de ces produits et services mais également en

matière de prospection des marchés, d’organisation de la production

et de la distribution, de marketing et de formation. Elles doivent également

trouver à proximité des services de qualité car l’innovation dépend

largement de la qualité des collaborations d’un grand nombre

d’organisations différentes aux compétences complémentaires.

Les secteurs fortement concurrentiels, soumis à l’impératif de

l’innovation, ne sont pas les seuls à être concernés par celle-ci.

L’amélioration de la qualité et de l’efficacité de secteurs moins

exposés (par exemple l’éducation, la santé, les services aux

personnes) passe bien souvent par l’expérimentation de démarches

innovantes et partenariales.

L’optimisation des systèmes d’innovation est un travail de longue

haleine qui s’appuie sur des expérimentations successives. La

région doit donc s’engager dans des politiques de long terme mettant

en place des éléments composant ces systèmes et favorisant une

vision collective de l’innovation comme facteur de développement

régional transversal à toutes les activités : économiques, sociales,

culturelles. L’appropriation générale de cette vision est particulièrement

cruciale pour la stratégie de développement de l’innovation en

Bretagne car elle vise aussi à développer dans la région l’expertise

technologique et sociale, l’esprit d’entreprise, la capacité à exploiter

les nouvelles technologies, mais aussi le goût pour l’innovation.

Consciente de ces enjeux et forte des compétences dont elle dispose

de part la loi du 13 août 2004, la Région Bretagne s’est engagée dans

une forte politique de soutien à l’innovation. Cela s’est notamment

traduit ces dernières années par une nouvelle politique de soutien

aux pôles de compétitivité bretons et par la programmation de plus

de 100M€ de FEDER (Fonds européen de développement régional)

au bénéfice de l’enseignement supérieur, de la recherche et de

l’innovation. La mobilisation importante de ces crédits européens

impliquait la réalisation rapide d’un schéma régional de l’innovation.

9


Introduction au SRI (suite)

Un SRI

comment ?

L’élaboration du SRI a reposé sur l’implication active de l’ensemble

des acteurs de l’innovation : PME, grands groupes, universités,

structures de soutien et institutions publiques.

Engagée par la Région en lien avec l’Etat et sous l’égide de l’Agence

économique de Bretagne, l’élaboration du schéma a été menée par

Bretagne Innovation.

Cinq groupes de travail, dans lesquels toutes les catégories d’acteurs

étaient représentées, ont été organisés. Un groupe s’est concentré

sur la gouvernance du SRI, les quatre autres portaient sur différents

éléments clés du processus d’innovation : culture de l’innovation,

recherche et développement, commercialisation et industrialisation

de l’innovation et des connaissances, internationalisation de

l’innovation. Au total, plus d’une centaine de personnes ont participé

aux groupes de travail qui se sont réunis cinq fois entre octobre

2007 et juin 2008 (voir liste et calendrier en annexe). Une trentaine

d’entreprises ont également participé aux deux autres groupes de

travail organisés spécifiquement pour les PME. Afin d’assurer la

circulation d’informations entre les groupes de travail, ainsi que

la synthèse et le travail de hiérarchisation des conclusions des

groupes, un groupe de synthèse a également été mis en place,

réunissant les membres du comité de suivi et un référent par

groupe de travail. Une plateforme collaborative a été utilisée afin de

partager les documents et stimuler la circulation de l’information, la

perméabilité des groupes et les commentaires des participants.

Un travail de diagnostic, commencé dès 2005, notamment dans le

cadre du projet européen Impactscan, a permis de créer une base

de discussion pour les membres des groupes de travail sur laquelle

ils ont pu construire un état des lieux partagé. En se basant sur celui-ci,

une vision commune et un plan d’actions ont été élaborés et

validés par l’ensemble des membres des groupes de travail. Tous

ces éléments constituent le SRI.

10


Diagnostic du système

régional d’innovation

Le diagnostic global de l’innovation en

Bretagne a été validé par l’ensemble des

acteurs dans le cadre de l’élaboration du SRI

et présenté au Conseil régional lors de sa

session d’octobre 2008. Seules les grandes

lignes de ce document sont reprises ici.

Ce document d’état des lieux initial a

vocation à être complété et mis à jour au fur

et à mesure de la mise en œuvre du schéma.

Pour réaliser le diagnostic du système

régional d’innovation, ont été mobilisés : des

études déjà disponibles (impactscan…), des

moyens en termes de consultance externe

ainsi que des groupes de travail spécifiques

faisant intervenir les acteurs clés régionaux

(notamment sur le financement, les pôles de

compétitivité ou sur certains secteurs tels que

les Biotechnologies, les TIC).

Conformément aux recommandations

du Programme opérationnel FEDER et à

la demande de l’Etat, le guide de diagnostic

élaboré par l’Agence de diffusion

et d’information technologique

(dit « méthode Prager ») a été utilisé. Son but

est d’offrir un cadre commun à la fois simple

et rigoureux pour décrire le système

d’innovation régional. Il amène ainsi

à déterminer les points forts et les points

faibles les plus marquants de la région.

1Les principaux résultats bretons

1 • Eléments statistiques d’ensemble de

l’innovation en Bretagne

Avec plus de 90% d’établissements ayant moins de 10

salariés, l’économie bretonne est caractérisée par une

très forte proportion de très petites entreprises.

Le premier atout de la région en matière d’innovation

réside dans sa population. Les ressources humaines,

fortement qualifiées, sont une des forces de la

Bretagne, même si le très bon niveau d’éducation

de la population ne se traduit pas entièrement sur le

marché du travail breton. L’évolution démographique

est un facteur favorable, tiré autant par l’excédent

naturel de population que par un solde migratoire

positif, gage de son attractivité, notamment vis-à-vis

des autres régions françaises.

La bonne performance en matière de résultat (« output »)

de la Bretagne, apprécié par les dépôts de brevets,

notamment de haute technologie, auprès de l’Office

européen de brevets, a également été soulignée.

En termes de dynamique du système d’innovation, les

indicateurs bretons sont dans la moyenne. Les bonnes

performances de la Bretagne sont surtout rattachées

à la dynamique de sa population et à la forte qualification

de celle-ci. La politique de propriété industrielle est

efficace, y compris sur la haute technologie.

En revanche, les performances sont mitigées en ce qui

concerne le taux d’investissement global et plus encore

celui du secteur manufacturier. Il en est de même pour

les emplois dans les secteurs high-tech qui présentent

un taux de croissance décevant n’accompagnant pas le

niveau moyen de qualification scientifique et technique

de la population. L’analyse de l’attractivité de la

Bretagne sur la scène mondiale est également peu

satisfaisante si l’on compare la situation bretonne par

rapport à celle des autres régions européennes.

Enfin, il faut souligner qu’avec 1,64% du Produit

intérieur brut breton (PIB) consacré à la R&D, la

Bretagne se situe très en deçà des objectifs européens

de Barcelone de 3 %. Cette insuffisance porte notamment

sur la R & D privée. La situation est d’autant plus

problématique que la part des dépenses de R&D dans

le PIB régional a tendance à diminuer depuis 2002.

Les ressources privées consacrées au capital

investissement et à la création-amorçage sont

également faibles, en comparaison des autres régions

européennes.

11


Diagnostic du système

régional d’innovation (suite)

Selon les indices de classification européens,

la Bretagne se place ainsi au 66ème rang des

régions innovantes en Europe (sur 208) et au

5ème rang des régions françaises.

2 • Eléments de description du système

d’innovation en Bretagne

La caractéristique majeure des acteurs de l’innovation

bretons est leur structuration en réseau et leur

répartition sur l’ensemble du territoire. Plus de 90

structures sont impliquées dans le soutien à

l’innovation en Bretagne, 40 d’entre elles sont

membres de Bretagne Innovation et la plupart

contribuent à l’activité du Réseau de diffusion

technologique (RDT). La coordination globale des

acteurs de l’innovation est assurée par Bretagne

Innovation. Le revers de la multitude et de la proximité

territoriale est d’une part une lisibilité perfectible pour

les entreprises, notamment les non-initiées, d’autre

part une articulation et une complémentarité des

actions et un partage d’information également

perfectibles entre les acteurs.

L’offre de soutien technique et technologique aux

PME, basée sur un important réseau de conseillers

technologiques et de Centres d’innovation technologique

(CRITT et Centres Techniques) spécialisés dans des

domaines clés pour la région est reconnue pour sa

qualité et son professionnalisme par les entreprises

utilisatrices du système. Au dede l’expertise

technologique, les points forts de ce réseau sont le

pilotage des projets par le marché et la connaissance

des filières, la coordination de projets collectifs et une

aptitude à travailler en réseau. Un renforcement des

liens avec les organismes de recherche est sans doute

à parfaire pour améliorer la valorisation des résultats de

la recherche. Il est également reconnu que ce réseau

doit être évalué en permanence pour vérifier son

adéquation avec l’évolution des besoins des

entreprises et leur environnement commercial et

concurrentiel.

Le système de soutien est également riche d’une

offre de compétences sur des thématiques

transversales stratégiques basée notamment sur le

transfert de connaissances de grands groupes vers les

PME à travers la démarche thématique des Réseaux

Performance Bretagne et le travail de l’ARACT relatif

aux conditions de travail et à la prévention des risques.

La diffusion de l’action de ces réseaux auprès d’un

plus grand nombre d’entreprises semble cependant

nécessaire.

L’offre de soutien aux jeunes entreprises innovantes

se structure autour des dispositifs d’incubation et des

missions de stimulation et de suivi pré et post-création

des sept technopoles bretonnes. Elles travaillent sur

les bassins d’emploi clés de la région autour des pôles

universitaires et des grandes écoles d’ingénieurs.

L’appui que reçoivent les entreprises est jugé à plus de

80% satisfaisant par les entreprises qui en bénéficient.

Les reproches faits au dispositif sont le manque

de lisibilité et de clarté des aides disponibles.

Schématiquement, les entreprises trouvent un

appui efficace sur les étapes allant de la faisabilité

technico-économique jusqu’au prototype et la

réactivité et le professionnalisme des interlocuteurs

sont appréciés. Par contre, des difficultés sont

fortement ressenties lors des phases d’industrialisation

et de commercialisation de l’innovation (choix de

modèle économique, anticipation des besoins en

compétences, stratégie financière, etc.) Les

entrepreneurs reconnaissent d’ailleurs leur propre

manque de préparation en interne et le manque

d’anticipation relative à ces phases du projet.

Il est aussi à noter un impact plutôt ressenti comme

faible du soutien à l’innovation sur les aspects

« structuration et organisation en interne », « gestion

des ressources humaines et des compétences » et

« exploitation de l’information ».

Au global les entreprises qui ont été accompagnées

dans leur démarche d’innovation sont plutôt satisfaites

mais il y a un véritable enjeu à étendre le champ de

cet accompagnement à un nombre toujours plus grand

de PME (et surtout de TPE). Cette extension passe par

une meilleure diffusion de la culture de l’innovation

mais aussi par une plus grande lisibilité du réseau

d’accompagnement.

3 • Financement de l’innovation

en région

Le Conseil régional est, avec Oséo-Bretagne, un des

principaux financeurs publics de l’innovation sur le

territoire breton (70%). Cette affirmation doit cependant

être pondérée par la prise en compte de politiques

publiques de financement qui demeurent centralisées,

mais ont néanmoins une incidence réelle sur le financement

de l’innovation en région (politique des grands

organismes nationaux de recherche, financement

national des pôles de compétitivité / nouveaux dispositifs

du crédit impôt recherche…). Le poids important de la

Région sur le financement reste un facteur clé de sa

capacité à définir et à mettre en œuvre des stratégies.

12


L’étude spécifique fait sur le financement de l’innovation

en Bretagne met en évidence un continuum

de l’accompagnement globalement satisfaisant

mais perfectible. Les problèmes du financement de

la maturation des projets pour faciliter la

valorisation de la recherche et de l’amorçage pour le

soutien à la création d’entreprise innovante ont plus

particulièrement été soulevés.

2Synthèse des atouts et

des enjeux pour une Bretagne

innovante

L’ensemble des études réalisées dans le cadre du

diagnostic et les réflexions menées par les différents

groupes de travail dans le cadre du SRI

permettent de mettre en lumière les principaux

atouts et faiblesses de la Bretagne en matière

d’innovation.

Les atouts de la Bretagne

• Des compétences de recherche, des laboratoires

publics et privés, un potentiel R&D de la Bretagne

fort. Une R&D publique reconnue au niveau

international dans ses secteurs d’excellence (TIC,

mer, agro, transport intelligent…) ;

• Quatre secteurs économiques majeurs, dans

lesquels existent des entreprises leaders,

possédant des savoir-faire diversifiés qui ne sont

pas uniquement technologiques ;

• Un niveau d’instruction et de qualification de la

région élevé (ex : une proportion supérieure de

diplômés de l’enseignement supérieur par rapport à

la moyenne européenne et une proportion nettement

inférieure de non diplômés), la qualité des ressources

humaines ;

• Un système de soutien à l’innovation réparti sur

l’ensemble du territoire avec une offre technologique

forte via le réseau des Centres d’innovation

technologique, technopoles et laboratoires, soit

un grand nombre de structures, apportant aux

entreprises un appui dont elles sont satisfaites

(notamment en termes de professionnalisme et de

réactivité) ;

• Une stratégie « réseau » ancienne, forte et mobilisatrice ;

force des réseaux formels et informels : club, etc. ;

historique de mobilisation conjointe des acteurs

locaux, réseau d’entrepreneurs bretons dynamiques ;

• Une forte identité de la Bretagne et une bonne

capacité des bretons à intégrer leurs traditions dans

leurs produits ainsi qu’à innover ;

• Une forte implication de tous les niveaux de

collectivité territoriale.

Les principaux enjeux pour une Bretagne

innovante

• Une portée de l’innovation à élargir et des capacités

de management de l’innovation à renforcer dans les

TPE-PME pour développer la culture de l’innovation et

du partenariat en Bretagne ;

• Une culture de collaboration et de fertilisation

croisée à stimuler et développer pour répondre à

l’insuffisante valorisation des résultats de la

recherche publique dans le tissu économique -

insuffisances dans le transfert de compétences,

connaissances et technologies ;

• Une lisibilité et un accès au système de soutien

à améliorer et un accompagnement des projets à

toutes les étapes du processus d’innovation à

renforcer ;

• Un dispositif de financement à compléter pour

répondre aux lacunes actuelles, notamment pour les

jeunes pousses et la création d’activités nouvelles ;

• Une ouverture à l’international des PME et autres

acteurs de l’innovation à développer ;

• Une image économique de la Bretagne innovante

à construire pour répondre à la faible valorisation

internationale des innovations bretonnes ;

• Une gouvernance opérationnelle du système régional

à conforter, et une gouvernance stratégique à mettre

en œuvre pour renforcer la mobilisation des acteurs,

la visibilité, la cohérence et l’efficacité des actions

définies en commun.

13


Notre vision de la Bretagne

innovante de demain

L’innovation n’est pas un but en soi, elle est une condition du maintien et du

développement de notre prospérité collective.

Dans une économie totalement mondialisée et hyper concurrentielle, face à

une nouvelle répartition mondiale du travail et des compétences dans laquelle

les places sont plus difficiles à prendre ou à conserver, le grand défi pour

l’économie bretonne est celui de la valeur ajoutée. L’innovation en est le

principal déterminant.

Ce défi est d’abord celui des entreprises bretonnes, qui sont les lieux et les

acteurs premiers de l’innovation. C’est ainsi forcément autour de l’entreprise,

de ses attentes, de ses besoins que s’est organisée toute la réflexion pour

l’élaboration du SRI. C’est autour de ses attentes et besoins, tout au long de

son processus d’innovation, que sont organisées les réponses portées par ce

document.

Mais l’innovation est un phénomène complexe, qui ne se décrète pas tant il

résulte d’une conjonction subtile de facteurs internes et externes à

l’entreprise. De fait, au-dedes ressources et méthodes propres à l’entreprise

elle même, contribuent également de manière importante à l’innovation :

• les modes d’organisation des entreprises entre elles,

• les interactions entre les entreprises et leur environnement territorial,

• la qualité des dispositifs de soutien et d’accompagnement,

• les liens avec les sphères de la recherche et de la formation,

• la qualité de la main d’œuvre régionale,

• et plus largement encore, la présence d’une réelle et forte culture de

l’innovation, non seulement chez les acteurs directs du développement

économique, mais au-delà, se diffusant à l’ensemble de la société et

des classes d’âge.

L’innovation, enfin, va bien au-dede la seule sphère technologique pour

intégrer les aspects organisationnels, commerciaux et sociaux.

Par ailleurs le caractère innovant d’une économie régionale n’est pas un état

statique, c’est une dynamique en mouvement permanent, qu’il importe de

conforter et d’accélérer constamment pour anticiper les évolutions mondiales

en perpétuelle accélération. Suivre, en ce domaine, c’est se condamner à se

laisser distancer.

On voit bien combien le défi à relever doit l’être collectivement, avec les PME

bretonnes au cœur du dispositif. Cette très large mobilisation est tout l’enjeu

du schéma régional d’innovation.

Si nous nous sommes engagés dans cette démarche mobilisatrice et exigeante,

c’est que nous avons la conviction que la Bretagne a des atouts pour lui

permettre de se positionner demain parmi les grandes régions innovantes

à l’échelle européenne. Et l’ensemble des orientations et axes d’actions

contenus dans le SRI sont portés par une vision collective et ambitieuse de ce

que nous voulons bâtir et développer : faire de la Bretagne, une grande région

européenne de l’innovation et de la création.

14


Notre vision de la Bretagne,

région européenne innovante et

créative, à l’horizon 2015, c’est :

> Une économie régionale, ayant su mettre en place et

faisant fonctionner un cycle vertueux de développement durable,

qui peut ainsi se décrire : une forte innovation qui permet l’augmentation

de la valeur ajoutée des produits et services, qui assure un meilleur

positionnement sur les marchés mondiaux, qui conduit à une augmentation

du revenu régional et du niveau de vie des personnes, qui favorise une hausse

permanente du niveau de formation, qui induit à son tour une plus forte

innovation etc…

> Une économie régionale innovante, sur les plans technologique,

organisationnel, marketing, social, tournée vers l’anticipation des

évolutions de marché. Des entreprises et des réseaux d’entreprises,

au premier rang desquels les pôles de compétitivité, en capacité de suivre

les tendances, de les anticiper et de savoir se positionner sur les créneaux

dynamiques au plan mondial. Une Bretagne qui connait et sait faire valoir ses

avantages comparatifs réels.

> Un tissu d’entreprises mieux ancrées à leur territoire par le

développement et l’élévation des fonctions de R&D, adossées à des

capacités de production renforcées, sur des créneaux à haute valeur ajoutée,

des petites et moyennes séries.

Des PME très largement sensibilisées aux enjeux de

l’innovation et participant à la montée en gamme de la valeur

ajoutée de l’économie bretonne, chacune à son niveau, des plus

avancées, pouvant participer à des programmes collaboratifs de R&D

(notamment dans le cadre des pôles de compétitivité), jusqu’à celles

qui engagent leurs premières et modestes démarches d’innovation.

Le développement, réussi en 2015, d’un réseau « d’innov’acteurs »

au sein de ces entreprises est un atout déterminant pour les

accompagner dans leur montée en gamme en matière d’innovation.

Un tissu densifié d’entreprises de taille moyenne, fortement

ancrées au territoire, du fait de leur actionnariat majoritairement

familial. Elles sont pour la Bretagne un moteur essentiel pour

l’innovation et la conquête de marchés internationaux.

Des grands groupes qui jouent pleinement l’effet d’entrainement,

de pédagogie et d’accompagnement auprès des PME régionales,

par des programmes et des projets collaboratifs, notamment dans le

15


Notre vision de la Bretagne

innovante de demain (suite)

cadre des pôles de compétitivité. Des grands groupes qui s’engagent

dans des programmes d’innovation ayant un impact réel et identifié

sur le territoire. Des grands groupes ouverts à un dialogue stratégique

avec le territoire et participant ainsi au développement local.

> Notre Bretagne de 2015 aura trouvé un positionnement

dynamique sur les marchés, en s’appuyant à la fois sur ses filières fortes,

sur des relais de croissance nouveaux et, de plus en plus, sur une capacité à

développer de nouveaux produits et services innovants, sur des marchés de

niche, au croisement des filières entre elles.

Une Bretagne qui aura su conforter ses filières fortes (IAA,

ETIC, Automobile, Naval, Tourisme, Construction) par une montée en

gamme de l’innovation dans ses entreprises, un élargissement de la

part des entreprises s’engageant dans des démarches d’innovation,

un affinement de son positionnement sur les marchés, au regard de

ses avantages comparatifs, une amélioration des outils de soutien à

l’innovation dans ces filières.

Une Bretagne qui aura su trouver de nouveaux relais de

croissance dans des secteurs innovants émergents à fort potentiel,

dans des secteurs nouveaux ou des niches de marché porteuses.

Une Bretagne qui aura su valoriser de manière systématique

les croisements de filières pour y trouver les gisements

d’innovation ne pouvant résulter que de la confrontation d’univers

qui ne se rencontrent pas spontanément. En 2015, des dispositifs

d’encouragement et d’accompagnement de ces croissements auront

été mis en place et seront animés dans le cadre de la nouvelle

gouvernance de l’innovation en Bretagne. C’est à ce titre qu’auront

été trouvés des relais de croissance au croisement des filières

économiques traditionnelles et des secteurs émergents et légitimes

en Bretagne comme la culture ou l’environnement.

> Une Bretagne qui aura su trouver dans la mise en œuvre de grands

programmes de mobilisation collective des acteurs de l’innovation,

sur des thématiques transversales et trans-sectorielles, des

« accélérateurs de croissance », au-dedes innovations engagées dans

les filières. Ces programmes seront devenus le cadre d’expression d’une

gouvernance renouvelée de l’innovation, recherchant la transdisciplinarité,

favorisant les synergies collaboratives, défrichant de nouveaux domaines de

développement. Ils seront aussi une marque visible du système breton de

l’innovation et les vecteurs d’une action de promotion et de faire savoir des

compétences bretonnes à l’extérieur.

> C’est un système régional de l’innovation vivant, actif et en

renouvellement permanent, permettant d’exploiter et de valoriser les

idées, les créations, d’où qu’elles viennent et de quelque nature qu’elles soient

: technologiques, marketing, organisationnelle et sociale... Ce renouvellement

permanent sera rendu possible par une activité confortée de valorisation de

la recherche, une capacité à aller chercher les innovations partout où elles

émergent (par un système régional de « courtage en innovation »), la

transformation systématique des opportunités d’essaimage des groupes, par

des démarches proactives auprès d’eux, par le développement d’un dispositif

d’accompagnement à l’émergence de start up.

16


Un système d’innovation en dialogue permanent avec le

système régional de recherche et le système régional de

formation, notamment par des liens renouvelés entre gouvernance de

l’innovation et gouvernance de la recherche.

> C’est une Bretagne innovante et attractive par le

développement d’une image technologique et d’innovation forte,

reposant sur une stratégie de promotion adaptée. Cette image valorisera

notamment les secteurs d’excellence de la Bretagne, en s’appuyant sur ses

pôles de compétitivité et lui assurera une forte reconnaissance mondiale.

Elle permettra d’attirer en Bretagne entreprises, investissements, chercheurs,

étudiants…

> Une Bretagne innovante totalement ouverte à l’international,

inscrite dans les grands réseaux de l’économie de la connaissance : développement

de partenariats internationaux, développement de projets européens,

attraction et échanges de chercheurs et d’étudiants de haut niveau…

> Une Bretagne qui aura su transformer sa capacité créatrice en une

réelle et puissante culture de l’innovation, bien au-dedes acteurs

économiques eux-mêmes. En 2015, la Bretagne aura engagé un travail

important de sensibilisation du grand public aux enjeux de l’innovation,

en privilégiant les jeunes générations, dès le collège. Des actions de

sensibilisation à la culture scientifique et technique et plus largement à

l’esprit d’entreprises et du risque auront été engagées. La population bretonne

dans son ensemble se sera approprié progressivement ses atouts en termes de

création et d’innovation. Un sentiment de fierté bretonne en ce domaine se

sera développé.

> Une Bretagne bénéficiant d’un système de soutien et

d’accompagnement à l’innovation, totalement organisé autour

des besoins et attentes des entreprises, proactif, et conforté par une

gouvernance renouvelée et plus ambitieuse.

Des acteurs de soutien allant au devant des demandes des

entreprises.

Des acteurs de soutien bien positionnés, chacun

sur son cœur de métier, de manière à bien différencier une

première approche de l’entreprise, en termes de sensibilisation et

d’accompagnement sur les premières marches de l’innovation

et les approches plus spécialisées ou plus complexes en termes

d’ingénierie de projet.

Une mise en réseau aboutie de l’ensemble des acteurs de

soutien à l’innovation au sein du RBI, permettant les synergies,

la capitalisation d’information, la transversalité des accompagnements

et « resserrant les mailles du filet » pour s’assurer la moindre

perte d’opportunités. Ce système en réseau assurant à l’entreprise

une réponse adaptée, quelle que soit sa demande et sa situation sur

la chaine de valeur de l’innovation. La qualité de la transmission de

l’information entre acteurs du réseau garantissant à l’entreprise un

effet de « guichet unique ».

17


Notre vision de la Bretagne

innovante de demain (suite)

Des dispositifs d’accompagnement financier des

entreprises complets permettant de répondre à leurs besoins

spécifiques, notamment sur les premières phases d’émergence des

projets : maturation, preuve du concept, amorçage…

> Une gouvernance stratégique de l’innovation permettant

la définition d’axes stratégiques et une adaptation permanente du

système de soutien, le renouvellement des axes stratégiques prioritaires et

l’identification des opportunités nouvelles. Un Comité d’orientation stratégique de

l’innovation, réunissant sous la présidence d’un chef d’entreprise, un nombre

restreint d’acteurs pertinents, assurera à la Bretagne cette mission de

proposition, d’identification de programmes prioritaires et de préconisations

pour l’amélioration du système.

> Une gouvernance opérationnelle assurera le bon fonctionnement

du réseau des acteurs de soutien, au service des entreprises.

> Un dispositif d’évaluation des actions du SRI permettra un

suivi de leur pertinence et permet in itinere une adaptation des réponses

proposées.

> Un dispositif d’index de l’innovation en Bretagne, en lien avec

les grands objectifs de développement durable de la région, permettra un suivi

des grands indicateurs de développement de l’innovation en région, et leur

impact sur la vie économique et sociale. Cet index sera un outil efficace de

sensibilisation et de mobilisation du grand public.

Cette vision n’est pas un rêve, elle est une ambition

collective pour la Bretagne. Partagée par l’ensemble des

acteurs du développement économique et de l’innovation,

elle fixe l’horizon du plan d’action que constitue ce SRI pour

les prochaines années. C’est pour parvenir à la réalisation de

cette vison qu’ont été retenues les propositions d’actions de

ce schéma, c’est au regard de cette vision que pourront être

évaluées les actions conduites, au terme de ces années

qui nous séparent de 2015.

18


Le plan d’actions

Ce plan d’actions est le reflet de notre ambition

et de notre vision pour la Bretagne de demain.

Il se veut opérationnel, réaliste et ambitieux.

Il est le fruit d’une démarche participative

reposant sur des échanges constructifs et

des propositions débattues par plus de 150

participants - institutionnels, acteurs de soutien

et entreprises - lors des 25 réunions des

groupes de travail qui ont eu lieu entre octobre

2007 et juin 2008.

20


1Ce plan s’articule autour de trois axes,

chacun comprenant des fiches actions

regroupées par objectif.

AXE 1

AXE 2

AXE 3

> Le premier axe pose l’innovation au cœur du

renforcement de la compétitivité des entreprises

existantes.

> Le deuxième la met au centre de la diversification de

l’économie par l’émergence de nouvelles activités et la

création de nouvelles entreprises.

> Le troisième axe donne toute sa place à l’ouverture

à l’international des acteurs de l’innovation ; que ce

soit les entreprises ou leurs partenaires : collectivités,

institutions et structures de soutien.

A chaque fiche action sont attachés un chef de file, des

partenaires, une année de démarrage et une première

série d’indicateurs qui sera à consolider dès le lancement

des actions. Le chef de file mobilise les acteurs concernés,

lance, structure et coordonne les initiatives et met en place

les outils de suivi des actions.

21


Le plan d’actions (suite)

2Le plan d’action du SRI est un ensemble

cohérent de réponses aux six enjeux clés

identifiés dans le diagnostic et auxquels

la région doit faire face pour donner corps à la

Bretagne de 2015 dessinée dans la Vision :

> Développer la culture de l’innovation

> Renforcer le lien entre recherche

publique et entreprises

> Améliorer la lisibilité et la qualité de

l’accompagnement des PME

> Assurer le continuum du financement de

l’innovation

> Favoriser l’ouverture à l’international des

PME innovante

> Promouvoir l’image économique

dynamique et innovante de la Bretagne

22


Parmi les 30 fiches actions présentées,

six ont été définies comme des « actions

phares » :

• Structurer le Réseau breton de l’innovation afin

de répondre à la demande des PME d’une porte d’entrée

efficace sur l’offre de soutien permettant un aiguillage

adapté de l’entreprise selon son besoin

• Soutenir l’« innov’acteur » au sein des entreprises

afin de renforcer les capacités de management de l’innovation

au sein des PME régionales

• Créer un Index régional de l’innovation, outil

permettant de fédérer les acteurs publics et privés et

de positionner la Bretagne comme région innovante, en

France et à l’international

• Lancer des programmes transversaux fédérateurs

qui mobilisent les énergies sur des thématiques clés pour

l’économie bretonne de demain et stimulent les démarches

collaboratives

• Créer un fond de maturation et un dispositif

de financement pour la phase d’amorçage des

entreprises innovantes afin de compléter les outils

de financement en haut de bilan

• Soutenir l’ingénierie de projets européens pour

mieux accompagner les porteurs de projet et accroître le

nombre de participations et de coordinations régionales

dans les projets européens de recherche et d’innovation

Le tableau qui suit positionne chacune

des 30 fiches actions selon son axe de

rattachement et le(s) enjeu(x) qu’elle

adresse, et donne ainsi une vue globale

du plan d’action opérationnel. L’enjeu

du renforcement de la gouvernance du

système d’innovation, transversal au

plan d’actions, n’y est pas représenté

mais bénéficie d’un chapitre spécifique.

Les actions phares sont mises en

exergue en couleur rouge.

23


Culture

Collaborations

recherche

publique/entreprises

Lisibilité et

Accompagnement

1. Communiquer sur l’innovation et ses enjeux

[p. 34]

4. Renforcer les liens entre l’enseignement

supérieur et le tissu économique breton

[p. 37]

3. Structurer le Réseau breton de l’innovation

[p. 36]

2. Encourager les démarches collaboratives

et partenariales auprès des PME [p. 35]

10. Multiplier les opportunités de rencontres

chercheurs / PME [p. 46]

5. Soutenir « l’innov’acteur » au sein des

entreprises [p. 39]

3. Structurer le Réseau breton de l’innovation

[p. 36]

11. Mettre en œuvre la Charte de

collaboration des acteurs bretons du

transfert de technologies [p. 47]

7. Renforcer les compétences en ingénierie de

projet au sein du réseau [p. 42]

4. Renforcer les liens entre l’enseignement

supérieur et le tissu économique breton

[p. 37]

12. Soutenir les projets collaboratifs

Recherche / Entreprises [p. 48]

8. Améliorer le soutien du marketing,

de l’industrialisation et de la

commercialisation de l’innovation [p. 43]

AXE 1

6. Promouvoir l’intégration de ressources

humaines qualifiées dans l’entreprise [p. 40]

13. Soutenir et développer l’utilisation des

plates-formes [p. 50]

13. Soutenir et développer l’utilisation des

plates-formes [p. 50]

9. Renforcer le soutien à l’innovation

organisationnelle et marketing [p. 44]

13. Soutenir et développer l’utilisation des

plates-formes [p. 50]

14. Soutenir les réseaux et groupements de PME

[p. 51]

15. Soutenir et mutualiser les actions

d’intelligence économique et de veille

[p. 58]

17. Lancer des programmes thématiques

transversaux [p. 61]

15. Soutenir et mutualiser les actions

d’intelligence économique et de veille

[p. 58]

18. Favoriser l’émergence de clusters

trans-sectoriels [p. 62]

19. Soutenir le transfert de technologies

[p. 64]

16. Structurer les actions d’observation sur

l’innovation et le système de soutien en

Bretagne [p. 59]

AXE 2

22. Sensibiliser le grand public et

particulièrement les jeunes à l’innovation

[p. 68]

20. Renforcer l’action des Pôles de

compétitivité [p. 65]

21. Favoriser la création d’entreprises et

d’activités innovantes [p. 66]

17. Lancer des programmes thématiques

transversaux [p. 61]

18. Favoriser l’émergence de clusters

trans-sectoriels [p. 62]

21. Favoriser la création d’entreprises et

d’activités innovantes [p. 66]

23. Soutenir et mutualiser les actions de

veille à l’international [p. 76]

24. Renforcer l’accompagnement

personnalisé des entreprises dans leurs

projets innovants à l’international [p. 77]

26. Sensibiliser et informer les PME, les

structures de soutien et les laboratoires sur

les opportunités des programmes européens

de recherche et d’innovation [p. 80]

27. Soutenir l’ingénierie de projets européens

[p. 81]

AXE 3


Financement

8. Améliorer le soutien du marketing,

de l’industrialisation et de la

commercialisation de l’innovation [p. 43]

9. Renforcer le soutien à l’innovation

organisationnelle et marketing [p. 44]

12. Soutenir les projets collaboratifs

Recherche / Entreprises [p. 48]

19. Soutenir le transfert de technologies

[p. 64]

20. Renforcer l’action des Pôles

de compétitivité [p. 65]

21. Favoriser la création d’entreprises

et d’activités innovantes [p. 66]

Internationalisation

23. Soutenir et mutualiser les actions

de veille à l’international [p. 76]

24. Renforcer l’accompagnement

personnalisé des entreprises dans leurs

projets innovants à l’international [p. 77]

25. Promouvoir les innovations et les

compétences bretonnes au niveau national

et international [p. 78]

26. Sensibiliser et informer les PME, les

structures de soutien et les laboratoires

sur les opportunités des programmes

européens de recherche et d’innovation

[p. 80]

27. Soutenir l’ingénierie de projets européens

[p. 81]

29. Ancrer des événements de rayonnement

européen et international en Bretagne

[p. 84]

Image

16. Structurer les actions d’observation sur

l’innovation et le système de soutien en

Bretagne [p. 59]

25. Promouvoir les innovations et les

compétences bretonnes au niveau national

et international [p. 78]

28. Mettre en place une stratégie de

communication à l’international de la

Bretagne innovante [p. 83]

27. Soutenir l’ingénierie de projets européens

[p. 81]

29. Ancrer des événements de rayonnement

européen et international en Bretagne

[p. 84]

30. Attirer et conserver les talents en

Bretagne [p. 85]

action phare

Vue d’ensemble

30. Attirer et conserver les talents en

Bretagne [p. 85]


AXE 1 :

Renforcer et consolider l’économie

existante par l’innovation


Renforcer et consolider

l’économie existante par l’innovation

Se différencier, garder ou gagner une longueur d’avance

sur ses concurrents, tel est tout l’enjeu de l’innovation

pour les PME et TPE bretonnes et la clé de leur

compétitivité. Cette différenciation et l’avantage

concurrentiel qui en découle peuvent être obtenus

par l’originalité ou la qualité des produits, services ou

procédés, par leur adéquation aux attentes du marché

voire leur anticipation vis à vis de celles-ci, par la

fiabilité et le choix des modes de distribution et

de production ou encore par la performance des

relations clients ou fournisseurs. Les conditions de

travail, les choix managériaux et d’organisation interne

ont également des répercussions sur la performance

de l’entreprise, en termes de productivité et d’image.

Ces éléments liés à la conduite d’entreprise revêtent

une importance d’autant plus forte que l’on place le

développement durable et la responsabilité sociale

des entreprises en bonne place dans notre Vision de la

Bretagne de 2015.

En ce début du XXIème siècle, il s’agit pour la Bretagne

économique d’entrer de plein pied dans l’économie de

la connaissance. C’est par la captation et l’exploitation

du savoir que les entreprises peuvent tirer leurs

épingles du jeu. Pour cela, elles doivent acquérir

les bons réflexes : anticiper et faire évoluer leurs

compétences, capter l’information stratégique,

s’impliquer dans les « réseaux », se frotter au monde

des laboratoires et des chercheurs, partager leurs

savoir-faire et leurs problématiques pour démultiplier

les opportunités de partenariats, construire des

alliances pour aborder de nouveaux marchés et

intégrer de nouvelles technologies ou connaissances.

Avec plus de 90% d’établissements ayant entre zéro

et neuf salariés, l’économie bretonne est caractérisée

par une très forte proportion de très petites entreprises.

Le tissu économique est marqué une part particulièrement

importante du secteur primaire (agriculture,

chasse, sylviculture et pêche) par rapport aux autres

régions françaises et européennes. Les services à

forte intensité de connaissances sont, quant à eux, peu

représentés. Les principaux secteurs industriels bretons ;

les IAA, les TIC, la construction navale, le nautisme

et la filière automobile ; sont confrontés à de fortes

obligations d’adaptation dans un environnement

technologique et commercial mondialisé et en

mutation. Il est à noter dans ce contexte que le taux

d’investissement par rapport au PIB du secteur

manufacturier breton est inférieur à la moyenne

européenne (de 4 points sur la période 2000-2004).

Le même constat est à dresser en ce qui concerne

les dépenses de R&D rapportées au PIB dans les

entreprises comme dans la recherche publique. Si elle

ne fait rien, la Bretagne risque d’être distancée dans

les prochaines années.

C’est tout un environnement que le SRI veut

optimiser et mobiliser, au côté et avec les entreprises

bretonnes, pour relever collectivement les défis du

renforcement de l’économie bretonne par l’innovation.

L’axe 1 regroupe les actions à mettre en œuvre pour y

parvenir.

Une économie bretonne renforcée parce

qu’innovante, c’est tout d’abord une culture

d’ouverture, de veille et de partenariat

insufflée dans toutes les entreprises

régionales quels que soient leur taille

et leur secteur. Ce sont aussi des entreprises

capables de frapper à la bonne porte.

Tout l’enjeu pour la Bretagne est de mettre le pied

à l’étrier de celles qui n’innovent pas encore. Pour

répondre à cet enjeu, la Bretagne mise sur des actions

renforcées de communication et d’information ciblées

au niveau local et régional (action 1) et sur le travail

de terrain des conseillers du Réseau breton de

l’innovation (RBI) qui auront pour mission notamment

d’aller au devant des entreprises encore peu innovantes

(action 3). Le développement d’une communication

par l’exemple, la diffusion de veilles ciblées et la

mobilisation des nombreux réseaux d’entrepreneurs

seront des éléments clés de la sensibilisation à

l’innovation. Le Portail de l’Innovation en Bretagne

sera un outil privilégié de la mise en avant des porteurs

de projets et de leurs partenaires. Il devra donner

envie d’innover. La coordination d’actions fédératrices

d’envergure au niveau régional comme la Semaine

de l’innovation continuera à être soutenue. Pour

augmenter le nombre de PME qui innovent et sécuriser

leur parcours, la lisibilité globale de l’offre de soutien

à l’innovation en région doit être améliorée. A chaque

étape du projet, les porteurs doivent savoir vers qui

se tourner pour être conseillés et accompagnés ;

28


c’est le défi lancé au Réseau Breton de l’Innovation, à

chacun de ses membres et à sa structure d’animation. La

Bretagne a en effet fait le choix de fonder son système

d’innovation sur le travail en réseau de conseillers

spécialistes et généralistes. Ils sont déployés sur le

territoire dans plus de 80 structures. Ils doivent être

tous capables de renseigner au mieux le porteur de

projet sur l’interlocuteur le plus adapté à son besoin.

Chacun est une porte d’entrée sur l’ensemble des

compétences du réseau. L’optimisation des outils

d’animation de ce réseau doit leur permettre d’aiguiller

encore plus efficacement les porteurs de projets. Au

delà du Portail de l’Innovation en Bretagne qui sera le

principal moyen de diffusion d’informations sur le RBI,

c’est tout un travail de réflexion sur des outils pratiques

qui sera lancé pour expliciter les services de soutien à

l’innovation et les compétences spécialisées du

réseau.

La construction de passerelles entre le monde de

l’enseignement supérieur et secondaire et le monde

de l’entreprise est aussi vue comme une pierre angulaire

du développement de la culture d’innovation en

Bretagne (action 4). C’est un signal fort. Le SRI utilise

toutes les voies pour développer leurs interactions.

Elles doivent permettre d’une part, de préparer et

former les nouvelles générations d’« innov’acteurs »

nécessaires aux entreprises et d’autre part, d’inciter

les PME et TPE à saisir les opportunités d’échanges

de connaissances avec le monde académique.

L’innovation ne peut se concevoir dans l’isolement,

elle se trouve à la croisée des savoir-faire, des

compétences, des disciplines : le partage de savoir

et l’ouverture au travail en partenariat sont

considérés comme des conditions de réussite de

l’innovation. Mais les démarches partenariales ne

s’improvisent pas et peuvent même rebuter les

acteurs les moins expérimentés. En complément des

actions de mise en relation classiques, le SRI mise sur le

renforcement des compétences internes des PME et

le lancement d’actions collectives thématiques pour

encourager les PME réticentes à tenter l’aventure

(action 2). Développer la culture d’innovation c’est

aussi élargir la notion d’innovation : une attention

particulière sera portée dans la réalisation des

différentes actions citées à la prise en compte des enjeux

et des besoins liés à l’innovation organisationnelle

et managériale dans les PME bretonnes.

Une économie bretonne renforcée parce

qu’innovante, ce sont des chefs et

des collaborateurs d’entreprises en

capacité de gérer des projets d’innovation.

C’est de la créativité et des capacités d’organisation et

de pilotage des hommes et des femmes qu’émergent

les projets d’innovation. La Bretagne souhaite aider à

l’élargissement et au renforcement des compétences

de tels « chefs d’orchestre de l’innovation » au sein

des PME bretonnes. Ils devront aussi être capables de

mobiliser des équipes en interne et des partenaires

extérieurs. Une large palette de formations, de la

propriété industrielle aux stratégies de commercialisation

de l’innovation, leur sera proposée. Ces

« innov’acteurs » pourront organiser leur accès

aux veilles technologiques, juridiques et marchés des

centres de ressources bretons. Leur mise en réseau

doit permettre un effet émulateur et multiplicateur

positif pour l’économie régionale. Le renforcement des

compétences dans les PME bretonnes passe aussi

par l’intégration de ressources humaines qualifiées.

Plusieurs dispositifs existent pour aider les PME à

surmonter les problématiques de recrutement de haut

niveau et à tester de nouvelles fonctions. Les PME

bretonnes doivent mieux connaître ces opportunités

(action 4). C’est aussi par le travail en collaboration

avec d’autres entreprises, avec des chercheurs, des

enseignants ou encore des étudiants que les PME

pourront faire monter en puissance leurs compétences

en assimilant connaissances et technologies (actions

2, 10, 11, 12, 13, 14). Elles apprennent également en

continu au contact des conseillers du Réseau qui les

accompagnent.

29


Renforcer et consolider

l’économie existante par l’innovation (suite)

Une économie bretonne renforcée parce

qu’innovante, ce sont des chefs et des

collaborateurs d’entreprises pouvant

s’appuyer sur des professionnels de

l’innovation tout au long de leur projet.

Les PME innovantes pourront s’appuyer sur un conseiller

de référence de leur choix capable de leur apporter,

directement ou indirectement, l’expertise dont elles

ont besoin à chaque étape du projet et ce quelque soit

l’objet de l’innovation : des changements liés à la

nature ou aux modes de production des produits,

services ou procédés aux changements liés aux

modes d’organisation et de management interne de

l’entreprise (action 7). L’accompagnement de

l’innovation marketing et organisationnelle sera

renforcé (action 9). Pour atteindre cet objectif, des

structures sont missionnées sur l’accompagnement

global de projets innovants, de la validation

technico-économique à la mise sur le marché et le

déploiement en interne. Leurs conseillers étofferont

leurs compétences pour notamment mieux soutenir les

PME dans les aspects marketing, commercialisation et

industrialisation de l’innovation (action 8). Ils aideront

les porteurs de projets à prendre en compte les

problématiques multidimensionnelles de l’innovation

dès le départ et à organiser la mise en œuvre des choix

adoptés pour faire aboutir le projet dans les meilleures

conditions. Les conseillers missionnés actualiseront

régulièrement leur connaissances de l’offre publique

et privée de compétences pour l’innovation, qu’elles

soient en Bretagne ou ailleurs.

Une économie bretonne renforcée parce

qu’innovante, ce sont des relations denses

et des collaborations constructives entre la

recherche publique et le tissu des PME et

TPE, et entre les entreprises elles-mêmes,

au croisement des secteurs, des disciplines

et des connaissances.

L’ensemble du RBI continuera à se mobiliser pour

multiplier les opportunités de rencontres entre les

acteurs ; la coordination de temps forts comme la

Semaine de l’innovation sera renforcée (action 10). Les

coopérations interentreprises seront soutenues dans

le cadre global du financement de l’innovation, mais

aussi par le renforcement des actions d’animation de

réseaux de filières ou trans-filières (action 14). Les

plateformes en tant que lieu d’échanges et de

mutualisation d’équipements auront aussi un rôle

à jouer dans l’émergence et la réalisation de projets

collaboratifs entre entreprises (action 13). En Bretagne,

de nombreuses structures participent au transfert

de technologie. Leur activité d’intermédiation est

indispensable, elle peut gagner en efficacité si les

structures travaillent mieux ensemble : c’est tout

l’enjeu de la mise en œuvre de la Charte de

collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologie signé en avril 2007 (action 11). Plusieurs

pistes d’amélioration dans le travail au quotidien et

dans la structuration des relations entre les conseillers

d’entreprises et les chargés de valorisation des

établissements de recherche sont d’ores et déjà en

chantier. Plusieurs outils financiers ont été mis en

place pour aider à la réalisation de projets collaboratifs

en Bretagne.

30


Axe 1

Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

1.1

Développer la culture d’innovation et partenariale

dans les entreprises

Afin de diffuser la culture d’innovation dans l’ensemble du tissu économique breton et

d’augmenter le nombre d’entreprises innovantes, diverses actions seront réalisées, à

commencer par une communication renforcée sur l’innovation, ses enjeux et les processus

à mettre en œuvre. La valeur ajoutée de la démarche et des exemples de réussites doivent

être présentés aux PME afin de les motiver à s’engager dans des projets innovants. Les

démarches collaboratives et partenariales, sources d’interaction et d’innovation, seront

favorisées. Les liens enseignement supérieur-entreprises seront notamment renforcés.

Le réseau breton des conseillers à l’innovation, le RBI, sera structuré afin de répondre au

mieux aux besoins des entreprises et de le rendre plus visible et lisible.

31


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 1

Culture

Communiquer sur l’innovation

et ses enjeux

≥ Objectifs

Accroître le nombre d’entreprises innovantes et favoriser l’émergence de projets

- Promouvoir l’innovation en privilégiant la communication par l’exemple : valoriser les réussites

- Sensibiliser et informer sur des éléments déclencheurs de démarches d’innovation, expliquer pourquoi

et comment innover, informer sur les opportunités

≥ Descriptif

des actions

• Développement des actions de communication régionales coordonnées par Bretagne Innovation

- Pérenniser et faire évoluer les outils existants (Portail de l’innovation, Semaine de l’innovation, Paré

à Innover)

- Renforcer la communication autour des entreprises innovantes (dont témoignages

d’« innov’acteurs »), et des actualités en lien avec l’innovation (partenariats avec la presse

locale et économique, utilisation des « nouveaux » médias…)

- Mobiliser plus largement les entreprises sur les grands événements

• Organisation concertée d’actions collectives et individuelles d’information et de sensibilisation

par les structures de soutien sur leur territoire ou dans leur champ de compétences

• Intégration des enjeux de l’innovation dans les thématiques des réseaux d’entrepreneurs

transversaux

• Diffusion de veilles (technologiques, marchés et juridiques) en direction des entreprises afin

de faciliter l’accès à l’information stratégique

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

Ensemble des acteurs du Réseau breton de l’innovation (RBI)

≥ Indicateurs

Nombre de visites sur le Portail de l’innovation

Nombre de participants à la Semaine de l’innovation, dont entreprises

Nombre de participants aux actions collectives et individuelles et nombre d’actions organisées

Nombre d’entreprises abonnées à des veilles

≥ À lire

également

Fiche action 15 - Soutenir et mutualiser les actions d’intelligence économique et de veille

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne

innovante

Démarrage

2009

Démarrage

32

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 2

Culture

Encourager les démarches

collaboratives et partenariales

auprès des PME

≥ Objectifs

Favoriser l’innovation dans les PME en les encourageant à se tourner vers l’extérieur

et à saisir les opportunités de collaborations et de participations dans des réseaux.

- Mettre le pied à l’étrier des PME peu enclines à innover pour qu’elles initient des démarches

partenariales

- Trouver des solutions à leurs problématiques de développement ou de lancement de nouveaux

produits / services / procédés / modes d’organisation…

≥ Descriptif

des actions

• Sensibilisation des PME bretonnes aux enjeux et aux logiques des démarches collaboratives

et partenariales en s’appuyant sur le Réseau breton de l’innovation

• Promotion de l’offre de formation et de conseil visant à aider les entreprises à trouver

des solutions aux problématiques inhérentes aux accords de consortium et à la propriété

industrielle (INPI, ARIST Ouest, etc.)

• Organisation d’actions collectives thématiques afin de faire émerger un esprit réseau entre

entreprises

• Organisation de rencontres « improbables » notamment durant la Semaine de l’innovation

•Création de bourses d’affaires et d’actions de communication ciblées pour élargir le public

et motiver les PME peu enclines à innover

• Communication sur la « boîte à questions » qui sera créée sur le Portail de l’innovation

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

Ensemble des acteurs du RBI, Pôles de compétitivité, clusters et réseaux d’entreprises

≥ Indicateurs

Nombre d’actions collectives organisées

Nombre d’entreprises participant aux actions collectives, dont nouvelles entreprises

Nombre de bourses d’affaires créées

≥ À lire

également

Fiche action 10 - Multiplier les opportunités de rencontres chercheurs / PME

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 13 - Soutenir et développer l’utilisation des plates-formes

Fiche action 14 - Soutenir les réseaux et groupements de PME

Fiche action 18 - Favoriser l’émergence de clusters trans-sectoriels

Démarrage

2009

33 Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 3

Culture

Structurer le Réseau breton

de l’innovation

Lisibilité

et accompagnement

ACTION PHARE

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Améliorer la stimulation, l’aiguillage et l’accompagnement des entreprises par un réseau

de conseillers, lisible et pro-actif

- Donner corps au concept de « portes multiples pour un réseau unique » et rendre lisible

le système de soutien pour les entreprises

- Entrer en contact avec les entreprises régionales, y compris peu enclines à innover, pour faire

émerger un maximum de projets

- Aider les entreprises à formaliser leurs besoins et y trouver des réponses, tout au long

du processus d’innovation

- Faire travailler ensemble les conseillers des différentes structures de soutien

• Redéfinition des contours et des objectifs du réseau

- Intégrer dans le réseau tous les acteurs spécialistes ou généralistes

- Positionner et animer l’ensemble des acteurs du réseau en fonction de leurs missions et de leurs

compétences

- S’assurer de la reconnaissance mutuelle des compétences des conseillers du RBI

• Réaffirmation des règles de fonctionnement

- Conforter la charte de déontologie et préciser les engagements individuels des conseillers et des

structures partenaires ainsi que les services rendus aux membres

• Amélioration des outils du réseau

- Développer une méthode commune d’« approche personnalisée » ou de « mini audit » de l’entreprise

et de ses projets

- Optimiser l‘intranet et la base de données accessible et alimentée pour et par tous les membres

- Renforcer les formations et les outils d’animation communs adaptés aux missions des membres du

réseau

• Mise en place d’actions de communication auprès des entreprises sur le nouveau réseau

- Faire évoluer les outils existants (Portail de l’innovation, Paré à Innover…)

- Mise en œuvre de nouveaux outils de communication (guide des compétences, « boîte à questions »

sur le Portail de l’innovation…)

Démarrage

2009

≥ Chef de file

≥ Partenaires

≥ Indicateurs

≥ À lire

également

Bretagne Innovation

Ensemble des acteurs du RBI

Nombre de signataires (membres physiques du réseau et structures de rattachement) de la charte de

déontologie

Nombre de nouvelles entreprises visitées

Nombre de participations aux formations

Indicateurs sur la mise en réseau et l’aiguillage

Nombre de connexions sur le site

Nombre de partenaires à la Semaine de l’innovation

Ensemble des fiches actions - la structuration du RBI est une action clé pour la réussite globale du plan

d’actions du SRI

Démarrage34

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 4

Culture

Renforcer les liens entre

l’enseignement supérieur

et le tissu économique breton

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Favoriser la collaboration entre les établissements d’enseignement supérieur et le monde de

l’entreprise par la construction de passerelles

- Sensibiliser les chefs d’entreprise aux opportunités d’innovation générées par des partenariats avec

les établissements d’enseignement supérieur

- Sensibiliser les étudiants et les enseignants aux opportunités et problématiques de l’innovation

- Promouvoir et faciliter l’insertion professionnelle des étudiants dans les PME

• Renforcement des collaborations entre les entreprises et l’Université européenne

de Bretagne (UEB)

- Ouvrir les cursus et faire évoluer l’offre de formation pour qu’elle prenne mieux en compte

les besoins des PME innovantes

- Développer des projets en direction des doctorants en lien avec le Collège Doctoral International

de l’UEB

- Soutenir les « Doctoriales » et développer des sessions sur l’innovation dans le cadre

des « pré-doctoriales »

• Implication des structures de soutien dans le monde académique

- Organiser le dialogue entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises en s’appuyant

sur les structures de soutien de chaque territoire (diffusion des annuaires et des catalogues de

formation initiale renseignant les dates de stages, identification des besoins du tissu économique…)

- Poursuivre et développer les interventions des acteurs de soutien spécialisés dans des modules de

formation liés à leurs expertises

• Renforcement du rôle des entreprises bretonnes dans les cursus de formation

- Quantifier l’implication des entreprises bretonnes dans les formations initiales et continues

- Créer des chaires universitaires d’entreprises

- Renforcer l’intégration de collaborateurs d’entreprises en tant qu’intervenants

• Développement de formations spécifiques accessibles en formation initiale et continue

- Appuyer l‘intégration de modules spécifiques correspondant aux besoins des entreprises

dans les cursus : management de projet innovant en entreprise, gestion de consortium,

gestion de la propriété industrielle…

- Généraliser les options en management de l’innovation pour les étudiants en Master, les ingénieurs

et les doctorants

- Organiser des formations initiales et continues en lien avec les plates-formes technologiques,

notamment avec les IUT

≥ Chef de file

UEB

≥ Partenaires

Ensemble des établissements d’enseignement supérieur

Bretagne Innovation, Conseil régional de Bretagne et collectivités territoriales,

CRITT et Centres techniques, technopoles, Plates-formes technologiques, CCI

≥ Indicateurs

≥ À lire

également

Nombre d’entreprises participant aux Doctoriales

Nombre d’entreprises intervenant dans des formations initiales

Nombre de structures de soutien intervenant dans des formations initiales

Nombre de chaires d’entreprises en Bretagne

Nombre de nouvelles formations mises en place

Fiche action 6 - Soutenir l’intégration de ressources humaines qualifiées dans l’entreprise

35

Démarrage

2009

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

1.2

Renforcer les compétences internes aux entreprises

Mettre en œuvre et réussir des projets d’innovation en entreprises nécessite de disposer des

compétences adéquates en interne. Pour atteindre cet objectif, une personne ressource sur

les problématiques d’innovation au sein des PME bretonnes, l’innov’acteur, sera clairement

identifiée. Des actions d’information, de formation et de mise en réseaux seront organisées

pour ces acteurs en vue d’augmenter la réussite des projets. Parallèlement, l’intégration de

nouvelles ressources humaines sera encouragée et facilitée, notamment par une meilleure

communication et un conseil renforcé sur les dispositifs existants.

36


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 5

Lisibilité

et accompagnement

Soutenir l’« innov’acteur »

au sein des entreprises

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Renforcer le management de l’innovation au sein des PME

- Identifier, former et accompagner une personne ressource dans l’entreprise : l’« innov’acteur »

- Développer une base de données des « innov’acteurs » sur la Bretagne et encourager leur mise en

réseau

• Identification de l’innov’acteur, chef d’orchestre de l’innovation dans l’entreprise

(détecteur, catalyseur, et correspondant dédié)

- Lancer une réflexion sur les modalités de reconnaissance et de valorisation de la fonction

d’innov’acteur dans les PME bretonnes.

- Créer une base de données mutualisée des Innov’acteurs

• Information de l’innov’acteur

- Informer sur les compétences au sein du système de soutien

- Lancer une réflexion sur les modalités de faisabilité d’un accès « à la carte » de l’innov’acteur

aux informations des différentes veilles

• Formation et mise en réseau de l’innov’acteur

- Mettre en place des formations adaptées aux PME sur des compétences particulières,

transversales et stratégiques comme la gestion de projet, la gestion de l’information

(veille, intelligence économique), la gestion de la propriété intellectuelle et des consortiums,

le marketing de l’innovation, la commercialisation de l’innovation, la gestion de projet à

l’international, la gestion des ressources humaines et des compétences …

- Organiser l’animation des innov’acteurs au niveau régional afin de créer des opportunités

de croisements interdisciplinaires et intersectoriels

• Développement d’une communication spécifique d’envergure sur l’initiative innov’acteur

en s’appuyant sur les acteurs du RBI

ACTION PHARE

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

L’ensemble des acteurs du RBI

≥ Indicateurs

Nombre d’innov’acteurs dans la base de données

Nombre d’innov’acteurs participant aux actions de formations et d’animation

≥ À lire

également

Fiche action 3 - Structurer le Réseau breton de l’innovation

Démarrage

2009

37 37

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 6

Culture

Promouvoir l’intégration

de ressources humaines

qualifiées dans l’entreprise

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Contribuer au renforcement de la capacité des PME à innover

- Favoriser le recrutement de personnel de haut niveau et de transfert de compétences entre

recherche - enseignement supérieur et entreprises

• Renforcement de la communication et du conseil sur les dispositifs de soutien relatifs

à l’intégration d’étudiants et de chercheurs au sein des PME

- Régionaux (Intégration de stagiaires en fin d’étude pour introduire des compétences nouvelles,…)

- Nationaux (CIFRE - Convention industrielle de formation par la recherche, Ministère de

l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, …)

- Européens (volet Personnes du 7ème Programme Cadre de Recherche et Développement :

IAPP - Partenariats et passerelles industrie/académie, ITN - Réseau de formation initiale, …)

• Promotion des dispositifs de financement de projets innovants prenant en compte

les coûts relatifs à l’intégration et au développement de compétences

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

L’ensemble des acteurs du RBI, Etat, Conseil régional de Bretagne, UEB

≥ Indicateurs

Nombre d’aides attribuées par dispositifs

Nombre d’entreprises bénéficiaires

Nombre de nouveaux bénéficiaires

Réflexion sur des indicateurs qualitatifs (satisfaction) et d’impact (ex : emplois)

≥ À lire

également

Fiche action 4 - Renforcer les liens entre l’enseignement supérieur et le tissu économique breton

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Démarrage

2009

Démarrage

38

2010


Axe 1

1.3

Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

Améliorer l’accompagnement des projets innovants

des entreprises

Un projet d’innovation comporte systématiquement une part d’incertitude, donc de risque.

Les PME bretonnes doivent pouvoir s’appuyer sur un réseau public de conseil capable de

les soutenir tout au long du processus d’innovation, et sur un dispositif de financement, pour

diminuer ce risque. Les phases de marketing, d’industrialisation et de mise sur le marché

de l’innovation, points faibles des PME bretonnes identifiés dans le diagnostic, feront l’objet

d’une attention particulière et un soutien spécifique sera organisé sur ces thématiques. De

plus, les innovations visant à l’amélioration des performances dans l’organisation interne, la

stratégie marketing et les processus de management et de commercialisation de l’entreprise

seront encouragées afin de diffuser ce type d’innovation dans les entreprises régionales.

Démarrage

2009

Démarrage

2010

39


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 7

Lisibilité

et accompagnement

Renforcer les compétences

en ingénierie de projet au sein

du réseau

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Faire aboutir les projets en sécurisant le parcours d’innovation des PME bretonnes

- Offrir aux PME et aux créateurs d’entreprises innovantes un accompagnement optimisé intégrant les

aspects commercialisation et industrialisation de l’innovation

• Développement des outils et des compétences au sein des structures missionnées sur

l’accompagnement de l’entreprise sur l’ensemble du processus d’innovation

- Mise en place de formations des conseillers leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires

pour évaluer, anticiper et aider au pilotage des différentes étapes du projet d’innovation

- Développement de la connaissance par les conseillers des spécialistes pouvant accompagner

l’entreprise sur les différentes étapes du processus d’innovation

- Création d’outils de travail mutualisés

• Structuration et animation des conseillers chargés de l’accompagnement au sein du Réseau

breton de l’innovation

- Identifier au sein du RBI les personnes spécialistes de l’ingénierie de projet

- Développer le travail en réseau des conseillers missionnés sur l’accompagnement de projets

innovants et la (re)connaissance mutuelle de leurs compétences

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

CRITT, Technopoles, Oseo, Creativ, Centres techniques

≥ Indicateurs

Nombre de projets accompagnés

Nombre d’entreprises accompagnées

Nombre de journées d’information ou de formation suivies par les conseillers des structures

missionnées

≥ À lire

également

Fiche action 3 - Structurer le Réseau breton de l’innovation

Fiche action 8 - Améliorer le soutien au marketing, à l’industrialisation et à la commercialisation de

l’innovation

Fiche action 11 - Mettre en œuvre la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologies

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 21 - Favoriser la création d’entreprises et d’activités innovantes

Fiche action 24 - Renforcer l’accompagnement personnalisé des entreprises dans leurs projets

innovants à l’international

Fiche action 27 - Soutenir l’ingénierie de projets européens

Démarrage

2009

40 40

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 8

Financement

Lisibilité

et accompagnement

Améliorer le soutien

au marketing,

à l’industrialisation

et à la commercialisation

de l’innovation

≥ Objectifs

Faire aboutir les projets innovants en soutenant les phases de marketing, d’industrialisation et de

lancement sur le marché de l’innovation

- Apporter conseils et expertises aux PME innovantes sur ces phases spécifiques, leur permettant de les

anticiper, de les préparer et de les mettre en œuvre dans les meilleures conditions

- Faciliter l’accès des PME au financement bancaire sur ces étapes

≥ Descriptif

des actions

• Identification, renforcement et communication sur l’offre d’accompagnement sur les phases

d’industrialisation et de commercialisation

- Renforcer les compétences, grâce à la formation des conseillers des structures missionnées sur

l’ingénierie de projet innovant

- Renforcer la connaissance de l’offre privée de soutien sur ces aspects et ces phases du projet

d’innovation

• Renforcement et promotion des dispositifs d’aide au financement des phases marketing et

commercialisation de l’innovation

- soit dans le cadre de financement global de projets innovants.

- soit dans le cadre de financement bancaire spécifique et ciblés

• Réflexion sur l’aide au financement des problématiques de marketing et

de commercialisation de l’innovation

- Réaliser une analyse approfondie des difficultés rencontrées par les entreprises sur ces phases et

étudier la faisabilité et les modalités d’une aide globale

• Amélioration de l’aide au financement de la phase d’industrialisation

- Réaliser un état des lieux des mécanismes d’aides alimentées par des fonds publics et des fonds

privés

- Renforcer l’accompagnement des porteurs de projet dans la levée de fonds privés

≥ Chef de file

Financeurs

≥ Partenaires

COSI, ensemble des acteurs du RBI, Bretagne Innovation

≥ Indicateurs

Nombre d’entreprises accompagnées sur ces problématiques

≥ À lire

également

Fiche action 7 - Renforcer les compétences en ingénierie de projet au sein du réseau

Démarrage

2009

41 41

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 9

Financement

Renforcer le soutien

à l’innovation organisationnelle

et marketing

Lisibilité

et accompagnement

≥ Objectifs

Accompagner et accroître le nombre d’innovations organisationnelles/sociales et marketing au

sein des entreprises

Sont ciblés dans cette action des projets d’entreprise visant l’amélioration des performances dans

l’organisation interne, la stratégie marketing et les processus de management et de commercialisation

de l’entreprise.

≥ Descriptif

des actions

• Réflexion approfondie sur l’offre d’accompagnement sur ces types d’innovation,

notamment pour mieux connaître l’offre privée et détecter les manques par rapport

aux besoins des entreprises

• Identification et développement des compétences spécialisées dans le réseau de soutien

- Identifier les structures d’accompagnement pertinentes

- Renforcer les compétences des conseillers par des formations appropriées

• Lancement d’actions collectives filières ou trans-filières pour répondre aux problématiques

des entreprises dans les domaines de l’innovation organisationnelle et marketing, telles

celles engagées dans le champ du marketing avec des entreprises de l’industrie agro-alimentaire,

ou dans le cadre du Programme Nutrition Santé

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

Ensemble des structures du RBI ou des structures spécifiquement missionnées (CRES…)

≥ Indicateurs

Nombre de formations organisées

Nombre de conseillers formés

Nombre d’entreprises ayant bénéficié d’un accompagnement individuel

Nombre d’entreprises participant à des actions collectives spécifiques

≥ À lire

également

Fiche action 7 - Renforcer les compétences en ingénierie de projet au sein du réseau

Démarrage

2009

Démarrage

2010

42 42


Axe 1

Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

1.4

Renforcer les interfaces et collaborations recherche

publique / entreprises

Source de nombreuses innovations potentielles, le transfert de technologies et de

connaissances des unités de recherche publiques régionales vers les entreprises bretonnes

doit être développé. En effet, de nombreuses barrières existent encore à ce type de

collaboration, à commencer par une culture et un langage différents. C’est pourquoi, diverses

actions sont mises en œuvre visant à provoquer des rencontres entre chercheurs et

entrepreneurs sur des problématiques communes afin de favoriser le dialogue et l’échange

de points de vue. Une plus grande synergie entre les acteurs de soutien sera recherchée

par la mise en œuvre de la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologies pour le développement économique régional. Elle permettra d’optimiser les

retombées économiques en Bretagne de la valorisation des résultats issus de la recherche

publique régionale. Les conditions d’une politique concertée entre financeurs sur les priorités

en terme de soutien aux projets collaboratifs recherche/entreprises seront mises en place.

43


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 10

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Multiplier les opportunités

de rencontres chercheurs / PME

≥ Objectifs

Encourager les fertilisations croisées entre PME et chercheurs

- Croiser les offres et demandes de technologies et de connaissances afin de faire émerger des projets

communs de recherche et d’innovation

- Permettre aux PME et aux laboratoires de se rencontrer et d’échanger sur leurs compétences et leurs

problématiques respectives

≥ Descriptif

des actions

• Promotion et développement de rencontres ponctuelles ou régulières, correspondant aux

problématiques des entreprises et des laboratoires, dans un cadre concerté :

- Développer des initiatives type « Cercles de l’innovation », « Matinales », …

- Conforter le rôle des commissions des Pôles de compétitivité comme lieu de dialogue

- Créer des actions types « Amphi Défi » (manifestations pendant lesquelles les entreprises présentent

leurs problématiques aux chercheurs)

• Organisation de journées techniques dédiées à des problématiques communes, voire mise en

place de « places de marché » des technologies et des compétences sur des thématiques majeures

avec une double entrée offre et demande

• Développement des visites sur site (visite des laboratoires par les entreprises et vice versa),

notamment pour des clubs et réseaux d’entreprises

• Organisation de rencontres annuelles thématiques dans le cadre de la Semaine de l’innovation

• Mutualisation et diffusion des informations sur les différentes manifestations à destination

des PME via le Portail de l’innovation

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

L’ensemble des acteurs du RBI, UEB, les Pôles de compétitivité

≥ Indicateurs

Nombre d’actions organisées

Nombre de participations (laboratoires/entreprises/autres)

≥ À lire

également

Fiche action 11 - Mettre en œuvre la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologies

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Démarrage

2009

Démarrage

44

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 11

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Mettre en œuvre la Charte de

collaboration des acteurs bretons

du transfert de technologies

≥ Objectifs

Renforcer le transfert de technologies et de connaissance par une plus grande synergie

entre les acteurs de soutien

- Favoriser les échanges croisés entre unités de recherche publique et entreprises par la mise en œuvre

des principes de « La Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de technologies pour le

développement économique régional » signée le 3 avril 2007.

≥ Descriptif

des actions

La charte définit des principes généraux d’actions partagés à appliquer tout au long de la chaîne du

transfert de technologies, de l’identification jusqu’à l’ingénierie des projets :

le respect de la confidentialité par tous, une organisation en mode projet et la formalisation des flux

d’informations réciproque entre acteurs.

La mise en œuvre de la charte impose :

• Le partage de l’information sur les projets et les visites réalisées par les chargés de

valorisation et les conseillers technologiques ou en innovation

• La mutualisation de bases de données et d’outils d’informations

- Constituer une base de données des unités de recherche visitées

- Alimenter la base de données des entreprises du RBI

- Réaliser et/ou actualiser la liste des outils existants pour le recensement des compétences

(annuaires, bases de données, répertoires…)

- Recenser et coordonner les actions de rapprochement laboratoires / entreprises organisées sur le

territoire

- Mettre en place progressivement des fiches équipements / prestations des unités de recherche,

voire des contrats-types

• L’implication croisée des acteurs signataires dans les missions de chacun

- Associer Bretagne Valorisation aux appels à projets gérés par les CRITT

- Faire participer les conseillers technologiques et les conseillers en innovation à la formulation et

à la validation des offres des unités de recherche en termes technico-économiques

- Proposer les offres de technologies de Bretagne Valorisation prioritairement en région via les CRITT,

les Centres techniques, et les technopoles

- Impliquer Bretagne Valorisation dans les projets issus d’une demande d’entreprise traitée

par les conseillers en innovation

• La mise en place de réunions de bilans et d’indicateurs

• La valorisation de la contribution de tous les acteurs aux projets lors des phases

d’aboutissement

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

UEB, CRITT, Centres techniques, technopoles, Arist Ouest, Breizpack

≥ Indicateurs

A définir

≥ À lire

également

Fiche action 10 - Multiplier les opportunités de rencontres chercheurs / PME

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 21 - Favoriser la création d’entreprises et d’activités innovantes

45

Démarrage

2009

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 12

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Soutenir les projets

collaboratifs

Recherche / Entreprises

Financement

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Encourager les partenariats entreprises/recherche publique sous la forme de projets de recherche

industrielle grâce à une politique concertée au niveau régional

Réduire la distance entre le monde de la recherche publique et celui de l’industrie

Il s’agit de mettre en place une concertation entre financeurs sur des priorités, soit thématiques,

soit de Pôles, soit de Programmes, intégrant notamment les éléments suivants :

• Optimisation des dispositifs de soutien et d’accompagnement contribuant à la réalisation

de projets collaboratifs

- les aides aux projets collaboratifs régionaux, y compris les appels à projets pilotés par les CRITT

- le soutien aux projets entre les centres techniques et les laboratoires de recherche (fonds de

ressourcement)

- le soutien aux projets collaboratifs, notamment des Pôles de compétitivité

- les aides au partenariat technologique

- etc.

• Accompagnement des projets par des conseillers identifiés et missionnés sur l’ingénierie de

projets collaboratifs

- Assurer la mise en relation

- Appuyer le montage du projet et du consortium

- Conseiller quant aux problématiques de propriété intellectuelle

- Accompagner le management du projet

• Sensibilisation des acteurs de la recherche, y compris le CCRRDT, aux grands enjeux

économiques des filières clés de l’économie bretonne et développement des liens entre

les « sociétés savantes » et le monde économique régional.

≥ Chef de file

Conseil Régional de Bretagne

≥ Partenaires

Les financeurs, CRITT, Pôles de compétitivité, technopoles, UEB, les membres du CCRRDT,

Centres techniques, Bretagne Innovation

≥ Indicateurs

A définir

≥ À lire

également

Fiche action 7 - Renforcer les compétences en ingénierie de projet au sein du réseau

Fiche action 11 - Mettre en œuvre la Charte de collaboration des acteurs bretons

du transfert de technologies

Fiche action 17 - Lancer des programmes thématiques transversaux

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Démarrage

2009

Démarrage

46

2010


Axe 1

Renforcer et consolider l’économie existante par l’innovation

1.5

Développer et accompagner les coopérations

inter-entreprises

L’innovation peut émerger du travail collaboratif entre laboratoires de recherche et

entreprises, mais également des partenariats entre entreprises, par l’échange d’idées et

la recherche de solutions communes à des problématiques partagées. Ces collaborations

inter-entreprises peuvent prendre diverses formes, et notamment s’organiser autour d’une

utilisation mutualisée de plates-formes techniques et de recherche. Le soutien aux réseaux

d’entreprises existants sera renforcé et des actions spécifiques seront organisées afin de

faciliter et multiplier les rencontres entre entreprises.

47


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 13

Culture

Soutenir et développer

l’utilisation des plates-formes

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

≥ Objectifs

Encourager les projets collaboratifs interentreprises par l’utilisation mutualisée d’équipements

techniques et de recherche

- Développer des installations et des supports techniques de pointe accessibles aux PME pour la

réussite des projets collaboratifs de R&D (plates-formes de test, d’analyse, d’expérimentation)

≥ Descriptif

des actions

Les plates-formes sont des ensembles cohérents d’équipements techniques et de recherche.

Elles sont des lieux de soutien à la réalisation de projets collaboratifs et de mutualisation des coûts.

Elles sont aussi des lieux de formation et de transfert de connaissances entre chercheurs,

ingénieurs, collaborateurs d’entreprise, étudiants, etc.

• Soutien aux plates-formes existantes

- Encourager une offre complète de services par les plates-formes, complémentaire de l’offre privée

- Soutenir les projets collaboratifs entre les entreprises et les laboratoires impliquant les plates-formes

au titre de la formation, de l’expérimentation, du développement technologique…

- Mener une réflexion régionale sur les modèles économiques des plateformes

- Maintenir et développer le soutien aux plateformes et à leurs équipements

• Lancement d’une étude et formulation d’axes d’amélioration

- Réaliser un diagnostic précis de l’offre

- Analyser et répondre aux besoins non satisfaits ou émergents des PME en matière de plates-formes

≥ Chef de file

Conseil Régional de Bretagne

≥ Partenaires

Organismes porteurs (centres de recherche, établissements d’enseignement secondaire et supérieur,

etc.), GIS, GIP, associations, Centres techniques, Plates-formes technologiques, etc.

≥ Indicateurs

Nombre d’entreprises, dont PME, fréquentant la plates-forme

Nombre de contrats, volume d’affaires, dont avec des PME

Nombre de projets collaboratifs utilisant la plates-forme

Nombre de projets individuels utilisant la plates-forme

≥ À lire

également

Fiche action 4 - Renforcer les liens entre l’enseignement supérieur et le tissu économique breton

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 14 - Soutenir les réseaux et groupements de PME

Démarrage

2009

48 48

Démarrage

2010


Axe 1

Renforcer et consolider

l’économie existante par

l’innovation Action n° 14

Culture

Soutenir les réseaux

et groupements de PME

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Provoquer et favoriser les échanges interentreprises au sein d’une filière ou dans

des démarches trans-sectorielles et trans-filières

• Pérennisation et renforcement des réseaux d’entreprises existants

- Soutenir les actions d’animation de réseaux d’entreprises identifiés afin de les inscrire dans la durée :

en fin de ligne identification des compétences, actions de veille, identification de concepts innovants,

organisation de rencontres notamment inter-filières, soutien à l’émergence et à la structuration de

projets collectifs, de partenariats de PME et soutien à la valorisation d’offres de savoir-faire mutualisés

- Clarifier les missions des animateurs et définir des indicateurs de leurs actions

- Soutenir les projets collectifs issus des réseaux

• Aide à l’échange entre entreprises

- Organiser la rencontre entre PME pour valoriser leurs savoir-faire complémentaires et confronter

l’expression de besoins d’innovation (technologiques ou non) et de recherche communs

- Développer les relations PME – grands groupes en Bretagne

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

CRITT, Centres techniques, technopoles, Chambres consulaires (CCI, CMA), Pôles de compétitivité, etc.

≥ Indicateurs

Cartographie des réseaux et des groupements

Données sur leurs modalités d’animation et les projets collectifs qui en sont issus

≥ À lire

également

Fiche action 2 - Encourager les démarches collaboratives et partenariales auprès des PME

Fiche action 5 - Soutenir l’« innov’acteur » au sein des entreprises

Fiche action 18 – Favoriser l’émergence de clusters trans-sectoriels

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Démarrage

2009

49 49

Démarrage

2010


AXE 2 :

Diversifier l’économie bretonne

par l’innovation


Diversifier l’économie bretonne

par l’innovation

La compétitivité de l’économie bretonne repose

sur le développement et le renforcement de ses

compétences et de ses domaines d’excellence actuels,

mais aussi sur sa capacité à se faire une place dans

les futures niches porteuses de l’économie mondiale.

Ainsi, la diversification par l’innovation passera par de

nouveaux relais de croissance basés sur l’innovation,

dans des domaines à fort potentiel. Pour cela, il s’agit

de disposer d’outils de suivi de l’économie et de veille

efficaces, de soutenir l’émergence des secteurs d’avenir,

ainsi que toutes les démarches potentiellement

porteuses de la croissance de demain : création de

synergies et croisement d’acteurs, émergence d’activités

nouvelles, création d’entreprises innovantes, etc.

Dans le cadre du diagnostic, il a été mis en exergue

que les services à forte intensité de connaissances et

les industries manufacturières de haute et moyenne

haute technologie sont peu présents dans l’économie

bretonne par rapport à la moyenne française et

européenne. Le taux de croissance de la part des

emplois dans les secteurs de haute technologie dans

l’emploi total a diminué de 1,17% par an entre 1996

et 2006. Avec 1,64% du PIB breton consacré à la R&D,

la Bretagne se situe très en deçà des objectifs de

Barcelone, et la part des dépenses de R&D dans le

PIB régional a tendance à diminuer depuis 2002. Les

ressources privées consacrées au capital investissement

et à la création-amorçage sont également

faibles, en comparaison d’autres régions européennes.

Pour diversifier notre économie par l’innovation, il

faudra notamment s’appuyer sur nos atouts actuels.

En effet, l’économie régionale diversifiée de demain

trouvera en grande partie ses racines dans les activités

de R&D d’aujourd’hui. Or, un des principaux atouts de

la Bretagne innovante est de pouvoir compter sur un

socle de recherche et des pôles d’excellence reconnus.

Un des enjeux clés sera donc de parvenir à valoriser

davantage les résultats de cette recherche sur le

territoire régional, notamment par la création de jeunes

pousses. La stimulation, l’accompagnement et le

financement du transfert de technologies et de

connaissances sous toutes ses formes peuvent être

améliorés par une plus grande synergie des réseaux

de soutien et une amélioration des dispositifs de

financement.

Une économie dynamique tournée vers l’avenir prend

aussi ses racines dans une activité de prospective

et de veille efficace. Les activités d’intelligence

économique et les capacités d’exploitation de la

veille doivent être renforcées dans les entreprises

bretonnes, mais aussi au niveau des instances

politiques et décisionnelles régionales.

Par les actions inscrites à l’Axe 2 du plan d’actions du

SRI la Bretagne se donne les moyens de répondre à

ces enjeux.

Une économie bretonne diversifiée parce

qu’innovante, ce sont des acteurs qui

anticipent les évolutions pour en tirer avantage.

Ce sont des entreprises capables d’exploiter

l’information stratégique, marché, technologique et

réglementaire, pour se projeter vers l’avenir et saisir

ou se créer des opportunités de développement. Ce

sont des conseillers d’entreprises qui développent des

activités de ressourcement et de veille pour être à

même de guider les entreprises. Au niveau politique,

ce sont aussi des décideurs et des financeurs

qui s’appuient sur des données prospectives et de

bilan pour faire des choix. L’activité d’intelligence

économique et de veille au bénéfice des différents

acteurs doit être mieux organisée et mutualisée

sur le territoire breton (action 15). Tout l’enjeu est

d’aboutir à une exploitation plus efficace des travaux

réalisés par les différents acteurs concernés, et

en premier lieu les PME. Au delà d’actions de

sensibilisation sur les enjeux de la veille, un

accompagnement individuel concret sur la mise

en place d’outils de collecte et de traitement sera

proposé aux PME par le réseau de soutien. Le Portail

de l’intelligence économique explicite l’ensemble des

dispositifs de veille à leur disposition. Le Comité

d’orientation et de pilotage de l’Intelligence

Economique au sein de l’Agence économique de

Bretagne renforcera la mutualisation des travaux

de veille et coordonnera la réalisation d’études

prospectives sur des filières ou des thématiques

clés pour l’avenir de la région.

Les capacités de veille et de projection doivent

également concerner l’innovation et le système de

soutien en tant que tels afin d’être capable de porter un

regard critique, objectif et chiffré sur nos performances

et nous positionner par rapport à d’autres régions

françaises et européennes. Structurer des

actions d’observation sur l’innovation au

niveau régional doit nous permettre de construire

des outils d’aide à la décision pour améliorer les

services d’appui aux PME (action 16). Cette observation

reposera notamment sur le suivi des actions

inscrites au SRI (voir le chapitre évaluation).

52


Une économie bretonne diversifiée parce

qu’innovante, ce sont des entreprises,

des laboratoires publics, des centres de

ressources et des financeurs mobilisés dans

des démarches collectives transversales.

L’émergence et la structuration des secteurs et

niches d’avenir pour la Bretagne seront encouragées

par la conduite de programmes thématiques

transversaux, qui tireront leur efficacité de la

participation active de tous les acteurs concernés

par les domaines en jeu, qu’ils soient scientifiques,

académiques, économiques, institutionnels ou

financiers (action 17). Ces programmes stimuleront le

croisement des problématiques et des potentiels entre

les filières, les secteurs et les disciplines concernés.

Ils mobiliseront également les moyens nécessaires

au développement et à la concrétisation économique

des sujets de collaborations les plus prometteurs.

Dans le cadre de ces programmes, les efforts de veille,

d’animation de réseaux et de formation seront

mutualisés sur des objectifs communs. Le Comité

d’Orientation Stratégique de l’Innovation sera

l’instance d’identification, de validation, et de suivi des

programmes transversaux.

Le travail en partenariat sur des projets trans-filières

et trans-secteurs peut également prendre la forme de

clusters marchés ayant pour objectif la conquête de

nouveaux marchés, notamment à l’international (action

18). L’animation de ces « clusters » répondra aux

besoins des entreprises dans la construction de leurs

projets collectifs.

Une économie bretonne diversifiée parce

qu’innovante, ce sont des entreprises

développant des projets avec les laboratoires

publics et des jeunes pousses, notamment

issues de la recherche.

Les interactions entre la recherche publique et les

PME sont au cœur du plan d’actions du SRI. Elles

sont primordiales aussi bien pour consolider les

entreprises existantes que pour faire émerger les

activités clés pour la compétitivité future de la

Bretagne. Les actions de l’axe 2 (actions 19, 20 et 21)

s’appuient et font écho tout naturellement à plusieurs

actions de l’axe 1 (actions 10, 11, 12). La valorisation des

résultats de la recherche publique dans le tissu

économique breton est bien un élément central de

la politique d’innovation et c’est le résultat d’une

alchimie complexe. De l’identification des potentiels de

collaboration à leur concrétisation, les acteurs bretons

du transfert de technologies unissent leurs efforts au

coté des chercheurs et des entrepreneurs pour la faire

aboutir (action 19). Leur engagement dans la mise en

œuvre de la Charte de collaboration signée en 2007

doit permettre d’augmenter le nombre de contrats

entre laboratoires publics et PME bretonnes et le

nombre de créations d’entreprises issues de la

recherche sur le territoire. Les Pôles de compétitivité

bretons jouent également un rôle majeur dans le

rapprochement entre les établissements d’enseignement

supérieur et de recherche et les entreprises. Leurs

actions visant le lancement de projets collaboratifs

mais aussi le développement de nouvelles formations

initiales et continues seront renforcées (action 20).

L’appui de la région au transfert de technologies se

traduit également par des avancées en matière d’aide

au financement. Pour accompagner la phase de preuve

du concept dans les laboratoires publics et privés, un

fonds de maturation sera créé. Il vient notamment

compléter en amont les dispositifs d’appels à projets

régionaux visant à faire sortir des laboratoires des

idées de produits, procédés ou services répondant

à des problématiques d’entreprises bretonnes.

Des moyens continueront à être investis dans le

développement d’expérimentations en grandeur

quasi-réelle pour entériner la faisabilité des idées

d’innovations. Pour soutenir le lancement de jeunes

pousses, un dispositif de financement pour la

phase d’amorçage des entreprises innovantes

est également créé. Parallèlement, le dispositif d’accompagnement

des créateurs d’entreprise innovante

est renforcé. Il s’appuie sur un réseau de conseillers spécialisés

sur tout le territoire et sur l’incubateur Emergys.

Un bon manager et des compétences commerciales sont

essentiels pour la réussite des jeunes entreprises. Cet

aspect est souvent une faiblesse des projets de

création issus de la recherche. Des réponses à cette

problématique devront être étudiées dans le cadre de

l’accompagnement personnalisé mais aussi dans le

cadre de l’évolution des formations initiales et

continues des ingénieurs et doctorants. Pour

favoriser la création d’entreprises innovantes, l’activité

d’essaimage dans les grands groupes fera également

l’objet d’une attention particulière de la part des

structures de soutien et des financeurs. Les opportunités

de création d’entreprise par cette voie seront mieux

détectées et les projets mieux soutenus (action 21).

53


Diversifier l’économie bretonne

par l’innovation (suite)

Une économie bretonne diversifiée parce

qu’innovante, c’est enfin une société toute

entière ouverte à la nouveauté.

L’innovation peut faire peur ; pire on peut lui être

indifférent. Faire de l’innovation un objet de débat, la

porter sur la place publique est un objectif important

du SRI (action 22). C’est surtout en la donnant à voir,

en vulgarisant les résultats de la recherche ou en

matérialisant l’activité des entreprises innovantes que

les acteurs de l’innovation parviendront à intéresser

le grand public. Ce sont aussi des partenariats à

consolider et de nouvelles collaborations à construire.

Les acteurs de l’innovation travailleront notamment

avec les jeunes, porteurs de l’innovation de demain,

que ce soit dans le cadre des établissements

scolaires ou avec les centres et les associations actifs

dans la diffusion de la culture scientifique et technique.

La Semaine de l’Innovation et le Portail de l’Innovation

en Bretagne doivent également évoluer et s’étoffer

pour renforcer leur rôle de vitrine des innovations

bretonnes à destination du grand public.

54


Axe 2

Diversifier l’économie bretonne par l’innovation

2.1

Anticiper les évolutions pour s’y adapter

de manière proactive

La création d’activités nouvelles passe avant tout par une bonne anticipation des

marchés futurs permettant un positionnement précoce sur les niches porteuses. La veille et

l’intelligence économique représentent alors des outils stratégiques. Leur mutualisation au

sein du COPIE sera recherchée et les actions de soutien vis-à-vis des PME renforcées. Une

attention particulière sera portée aux informations liées à l’innovation en Bretagne, avec la

structuration, au sein de Bretagne Innovation, d’une mission d’observation. Celle-ci devra

mutualiser les travaux effectués par les autres structures, mener des analyses

complémentaires et construire l’Index régional de l’innovation. Ce dernier sera un document

de référence pour le suivi d’indicateurs clés, permettant de positionner la Bretagne dans

son environnement national et européen. Comme les autres études et analyses réalisées,

il servira d’outil d’aide à la décision pour le COSI.

55


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 15

Culture

Soutenir et mutualiser

les actions d’intelligence

économique et de veille

Lisibilité

et accompagnement

≥ Objectifs

Doter la Bretagne de capacités prospectives qui lui permettent d’anticiper les mutations

économiques, technologiques et sociétales

- Donner un accès simple à une information stratégique de qualité aux acteurs de l’innovation

(entreprises, acteurs de soutien, financeurs)

- Renforcer la capacité des PME bretonnes à exploiter cette veille pour mieux s’adapter, anticiper et saisir

les opportunités générées par les évolutions des marchés, des technologies, des réglementations…

≥ Descriptif

des actions

• Montée en puissance du Comité d’Orientation et de Pilotage de l’IE en Bretagne (COPIE)

réunissant l’ensemble des acteurs régionaux de l’IE et de veille, qu’elle soit technologique,

juridique ou marchés, qui aura pour mission de :

- Développer les services du Portail de l’IE en Bretagne à destination des entreprises : annuaire des

prestataires publics et information sur les dispositifs en cours (diagnostics, formations, initiatives ...)

- Elaborer des dispositifs de veille mutualisés à destination des pôles, clusters et regroupements

d’entreprises par filière

- Mutualiser les travaux d’intelligence économique territoriale (observatoires)

- Lancer des études prospectives sur les grandes filières de l’économie bretonne et les thématiques

clés des Programmes transversaux, identifier les comptes clés à suivre pour anticiper les mutations

économiques et détecter les opportunités

• Soutien aux actions en direction des PME

- Réaliser des prédiagnostics et diagnostics IE dans le cadre du « Programme IE PME Bretagne »

- Soutenir les actions de sensibilisation et de formation individuelles et collectives, notamment

par filière

- Accompagner de façon personnalisée la structuration de fonction veille/IE et la maîtrise des outils

- Soutenir les actions d’observation et de suivi sur les pratiques de veille des entreprises bretonnes

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Pôles de compétitivité, Chambres consulaires, Arist Ouest, CRITT, Centres techniques, Bretagne International,

Bretagne Innovation, Agences de développement, INPI, etc

≥ Indicateurs

Nombre de connexions sur le Portail de l’IE

Nombre d’entreprises participant aux actions de sensibilisation

Nombre d’entreprises participant à des formations

Nombres d’entreprises accompagnées individuellement

Nombre d’entreprises qui ont bénéficié des pré-diagnostics et diagnostics et analyse des suites

données

≥ À lire

également

Fiche action 1 - Communiquer sur l’innovation et ses enjeux

Fiche action 5 - Soutenir l’« innov’acteur » au sein des entreprises

Fiche action 23 - Soutenir et mutualiser les actions de veille à l’international

Démarrage

2009

56 56

Démarrage

2010


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 16

Image

Lisibilité

et accompagnement

Structurer les actions

d’observation sur l’innovation

et le système de soutien

en Bretagne

≥ Objectifs

Améliorer le système régional de soutien à l’innovation par la mise en place d’outils d’aide à la

décision

- Suivre l’évolution de l’innovation en Bretagne

- Connaître les besoins actuels des entreprises et anticiper leurs besoins futurs afin d’adapter l’offre de

soutien

- Assurer la remontée d’informations sur les activités des acteurs du système de soutien et les moyens

mis en œuvre

≥ Descriptif

des actions

• Collecte et analyse des données sur l’innovation en Bretagne

- Organiser la collecte et l’analyse des indicateurs sur les actions du SRI et agréger ces données à

l’échelle régionale. L’ensemble des structures interfaces et des financeurs concernés sera associé à la

phase d’analyse et d’interprétation des données.

• Réalisation d’études complémentaires sur l’innovation et son environnement

Exemples :

- Mener des enquêtes spécifiques auprès des PME bretonnes

- Analyser le « trading de technologie et d’innovation » (définition du métier, analyse des pratiques

en région, des modèles économiques, des acteurs publics, parapublics et privés, de l’offre de

compétences, etc.)

• Mutualisation des travaux des différents observatoires en Bretagne concernant l’innovation

et son environnement

- Identifier les structures et les personnes « ressources » dans les divers domaines concernés (IAA, Santé,

TIC, formations professionnelles, observatoires des CCI…)

- Exploiter et diffuser les données et études existantes sur l’innovation

• Mise en œuvre d’actions de benchmarking sur les pratiques et politiques de soutien à

l’innovation dans d’autres régions françaises et européennes

• Création d’un Index régional de l’innovation

Il s’agira d’un document de référence sur l’évolution de l’innovation en Bretagne permettant le

positionnement de la région dans son environnement national et européen.

ACTION

PHARE

• Diffusion de l’information auprès du COSI, des financeurs, du système de soutien, des entreprises

et du grand public

Les outils utilisés seront notamment diffusés via le Portail de l’innovation pour les entreprises, et l’extranet

du RBI pour les conseillers du réseau.

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

L’ensemble des acteurs du RBI et financeurs

≥ Indicateurs

Mise en place et suivi de l’Index régional de l’innovation

Collecte des données sur les actions du SRI

≥ À lire

également

Fiche action 1 - Communiquer sur l’innovation et ses enjeux

Fiche action 3 - Structurer le Réseau breton de l’innovation

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne

innovante

Démarrage

2009

57 57

Démarrage

2010


Axe 2

Diversifier l’économie bretonne par l’innovation

2.2

Encourager les démarches

fédératives transversales

La diversification de l’économie régionale passe par l’émergence de projets d’innovation

prometteurs à la croisée des secteurs, des filières et des disciplines. Afin de favoriser

l’émergence et la structuration des secteurs d’avenir, des programmes transversaux

seront mis en place sur des thématiques fédératrices trans-sectorielles ou trans-filières.

Des actions de soutien seront également menées à destination des clusters émergents

orientés marchés.

58


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 17

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Lancer des programmes

thématiques transversaux

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Soutenir l’émergence et la structuration des secteurs d’avenir pour la Bretagne

Un programme transversal est un ensemble structurant et cohérent d’actions de soutien à l’innovation

sur une thématique précise et trans-sectorielle ou trans-filière. Il se concrétise dans un programme

itératif pluriannuel, et fédère l’ensemble des acteurs d’appui et leurs réseaux concernés (entreprises

et laboratoires). Le programme a pour finalité de croiser les problématiques et les potentiels afin

d’identifier et de donner des moyens de développement et de concrétisations économiques aux sujets

de collaboration les plus prometteurs.

• Identification, validation et suivi des programmes

- Identifier des thématiques transversales : le COSI identifie les thématiques transversales sur la base

de l’analyse des travaux de groupes de réflexion dont il peut avoir l’initiative. Le COSI fait des

recommandations à l’intention des financeurs.

- Elaborer et valider le contenu des programmes : le travail de maturation nécessaire à la construction du

contenu des programmes sera réalisé en association avec les entreprises et acteurs concernés.

- Assurer le suivi : une revue annuelle de programme sera organisée et le pilote en présentera une

synthèse et un bilan au COSI et aux financeurs. A chaque programme seront associés des objectifs

stratégiques et opérationnels auxquels correspondront des indicateurs d’activité et d’impact.

• Contenu attendu des programmes transversaux

Les actions seront une déclinaison des dispositifs présentés dans le SRI, renforcés ou aménagés selon

les spécificités du programme :

- actions de structuration et d’animation de réseau transversales

- actions de veille collective mutualisée

- actions de soutien et de financement de projets innovants

- actions de formation

- mise en place d’outils spécifiques (ex : plates-formes)

- actions spécifiques de promotion de l’innovation à l’international

Les entreprises, les laboratoires et l’ensemble des acteurs concernés seront identifiés, leurs marchés

et leurs stratégies de développement analysés. Des groupes de travail les rassemblant doivent permettre

d’identifier les forces et faiblesses régionales par rapport aux marchés d’aujourd’hui et de demain et

de définir des stratégies d’alliances et d’avenir. Les chaînons manquants dans l’offre de soutien

régional seront identifiés et des actions seront initiées pour les combler. Une stratégie commune de

communication interne et externe sera établie.

La qualité de la gouvernance du programme sera un critère important dans la sélection.

ACTION PHARE

≥ Chef de file

COSI

≥ Partenaires

L’ensemble des acteurs concernés

≥ Indicateurs

A définir selon le programme

≥ À lire

également

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 13 - Soutenir et développer l’utilisation des plates-formes

Fiche action 14 - Soutenir les réseaux et groupements de PME

Fiche action 15 - Soutenir et mutualiser les actions d’intelligence économique et de veille

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne innovante

Démarrage

2009

59

Démarrage

2010


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 18

Culture

Favoriser l’émergence

de clusters trans-sectoriels

Lisibilité

et accompagnement

≥ Objectifs

Faire émerger des projets collectifs de clusters orientés marché

≥ Descriptif

des actions

Les marchés visés doivent être internationaux, et les actions à conduire doivent avoir des résultats

financiers positifs pour les entreprises dans les trois années qui suivent le lancement du projet. Ces

actions doivent être construites par les entreprises, au service de leur développement, en intégrant

diverses entreprises se situant le long d’une chaîne de valeur dépendant des marchés visés. L’objet de

ces clusters est la création de produits/services en adéquation avec les marchés ciblés, d’une qualité

supérieure à celle qui serait réalisée dans une action atomisée. Ce travail en chaîne de valeur a pour

objectif de créer des chaînes de connaissances trans-sectorielles, par la mise en réseau d’acteurs.

• Soutien à l’animation des clusters émergents

- Organiser le recrutement d’animateurs de clusters adaptés aux besoins spécifiques de chacun

- Encadrer et suivre les animateurs pendant la phase d’émergence (portage administratif, formation,

transfert de compétences entre animateurs, construction d’une dynamique d’échanges entre

animateurs, …)

- Assurer un soutien aux projets (suivi méthodologique pour l’émergence, veille et intelligence

économique, communication, export et international, analyse stratégique)

• Lancement des actions construites par les clusters

- Positionnement de l’action du cluster sur un marché émergent pertinent au regard des entreprises

bretonnes et de leurs atouts : ce positionnement se fait par une analyse des marchés visés et des

technologies clés détenues pouvant en faciliter l’accès

- Construction, avec ces entreprises, d’un premier projet business collectif pouvant être réalisé dans

les trois ans ; ce projet doit être validé par les entreprises. Il fait l’objet d’un cahier des charges.

- Rédaction d’un contrat d’objectifs

- Mise en place d’une gouvernance partagée, définition des règles de fonctionnement de la structure

porteuse du cluster

- Négociation des apports financiers privés et publics et lancement de la phase de mise œuvre sur

les deux ans et demi restant

- Construction de variables d’évaluation du travail conduit

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Conseil régional de Bretagne, DRIRE, OSEO, Clusters locaux, CRITT, Centres techniques, technopoles,

Chambres consulaires, agences de développement, experts locaux académiques travaillant sur les

problématiques abordées, etc.

≥ Indicateurs

Nombre d’entreprises impliquées dans les projets de clusters, notamment en fin de phase d’émergence

A définir par l’animateur avec les entreprises en ce qui concerne les indicateurs de succès au-dede

la phase d’émergence

Démarrage

2009

≥ À lire

également

Fiche action 2 - Encourager les démarches collaboratives et partenariales auprès des PME

Fiche action 14 - Soutenir les réseaux et groupements de PME

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Fiche action 25 – Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national

et international

Démarrage

2010

60


Axe 2

Diversifier l’économie bretonne par l’innovation

2.3

Favoriser le transfert de technologies

et soutenir la création d’activités nouvelles

Le transfert de technologies et de connaissances des laboratoires de recherche vers les

entreprises régionales constitue une des sources possibles de création d’activités nouvelles.

De nombreuses actions de soutien sont et seront mises en œuvre, à commencer par

l’application de la Charte des acteurs régionaux de transfert de technologies, la création

d’un fonds de maturation ou la pérennisation des appels à projets des CRITT. L’action des

Pôles de compétitivité, lieux d’émergence de projets collaboratifs innovants et donc

de potentielles activités nouvelles, sera soutenue. De manière générale, la création

d’entreprises et d’activités innovantes sera favorisée, notamment par le renforcement de

l’accompagnement par les conseillers du Réseau breton de l’innovation.

61


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 19

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Soutenir le transfert

de technologies

Financement

≥ Objectifs

Valoriser les connaissances, compétences et résultats des laboratoires de recherche bretons

au sein du tissu économique régional

- Faciliter l’accès des entreprises bretonnes aux technologies innovantes issues des laboratoires de

recherche publics et privés

- Soutenir la phase de maturation des projets

≥ Descriptif

des actions

• Application de la Charte des acteurs régionaux de transfert de technologies

ACTION PHARE

• Soutien à la phase initiale de R&D, validation du concept

- Créer un fonds de maturation

Il s’agit d’amener des technologies émergentes à un stade de développement suffisamment avancé

pour favoriser leur transfert vers l’industrie ou la création d’entreprises. Le but est de permettre

aux laboratoires publics et privés de consolider la preuve de concept de leurs inventions, d’étayer la

validation de méthodes, de réaliser un prototype ou des essais in vitro/in vivo. Une attention particulière

sera portée à l’articulation de ce fonds avec les dispositifs existants en matière de transfert de

technologies et de soutien à l’incubation.

- Pérenniser les appels à projets des CRITT

Il s’agit de faire sortir des laboratoires des idées de produits et/ou de services répondant à des besoins

d’entreprises et d’assurer le transfert de technologies sur le territoire

• Création d’un fonds de ressourcement des Centres techniques avec les laboratoires de

recherche

• Développement d’expérimentations en grandeur quasi-réelle

Celles-ci associeraient les PME, les grands groupes, les laboratoires et d’autres acteurs (monde

hospitalier, collectivités, etc.) dans le but de prouver la faisabilité d’un nouveau produit/procédé et de

nouveaux usages des technologies.

≥ Chef de file

Conseil régional de Bretagne

≥ Partenaires

UEB, CRITT, Centres techniques, technopoles

≥ Indicateurs

A définir

Démarrage

2009

≥ À lire

également

Fiche action 11 - Mettre en œuvre la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologies

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 17 - Lancer des programmes thématiques transversaux

Fiche action 20 - Renforcer l’action des Pôles de compétitivité

Fiche action 21 - Favoriser la création d’entreprises et d’activités innovantes

Fiche action 24 - Renforcer l’accompagnement personnalisé des entreprises dans leurs projets

innovants à l’international

62 62

Démarrage

2010


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 20

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Renforcer l’action des Pôles

de compétitivité

Financement

≥ Objectifs

Renforcer la compétitivité régionale par le rapprochement des acteurs au sein des Pôles de

compétitivité

≥ Descriptif

des actions

• Soutien à la mission des Pôles de compétitivité

- Pérenniser et renforcer les actions de promotion et communication des Pôles

▪ Accompagnement de missions et salons organisés avec la collaboration des organismes

d’accompagnement à l’international

▪ Réalisation de colloques internationaux en France et à l’étranger

- Développer de nouvelles formations initiales et continues axées sur les thématiques des Pôles

de compétitivité

- Soutenir l’animation de la communauté d’acteurs

▪ les entreprises et laboratoires au sein d’un Pôle, avec le soutien des interfaces

▪ les Pôles entre eux

- Organiser et partager la réflexion stratégique sur les enjeux communs des acteurs des Pôles

• Soutien aux projets collaboratifs labellisés

- Pérenniser le soutien financier des collectivités, ciblé vers les PME régionales et les structures

de recherche

- Animer les interfaces en charge de l’ingénierie des projets labellisés

≥ Chef de file

Conseil Régional de Bretagne + Etat

≥ Partenaires

Pôles de compétitivité, CRITT, Centres techniques, technopoles, Bretagne International,

CCI international

≥ Indicateurs

Nombre d’adhérents (dont PME)

Nombre de créations d’activités nouvelles

Nombre d’emplois de R&D mobilisés, part des PME dans le nombre d’emplois de R&D mobilisés

Nombre de projets labellisés

Montant de la R&D labellisée

Part des PME dans les dépenses et financements de R&D

≥ À lire

également

Fiche action 10 - Multiplier les opportunités de rencontre chercheurs / PME

Fiche action 13 - Soutenir et développer l’utilisation des plates-formes

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 21 - Favoriser la création d’entreprises et d’activités innovantes

Fiche action 25 - Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national

et international

Démarrage

2009

63 63

Démarrage

2010


Axe 2

Diversifier l’économie

bretonne par l’innovation Action n° 21

Lisibilité

et Accompagnement

Collaborations

entre recherche

publique / entreprises

Favoriser la création

d’entreprises

et d’activités innovantes

Financement

≥ Objectifs

Développer un environnement propice à l’émergence de jeunes pousses et à leur pérennisation

ainsi qu’à la diversification des PME par le développement d’activités innovantes

ACTION

PHARE

≥ Descriptif

des actions

Soutenir la création d’entreprises innovantes

• Renforcement de l’accompagnement du créateur d’entreprise innovante

- Pérenniser les missions et renforcer les compétences d’appui aux porteurs de projets de création

d’entreprise innovante (ante et post-création)

- Optimiser et communiquer sur les outils financiers qui favorisent la construction des projets et

sécurisent le parcours des porteurs

- Renforcer la coopération entre les conseillers des différentes structures de soutien afin que le porteur

ait accès aux expertises nécessaires tout au long du processus, de l’incubation à la mise sur le marché

- Assurer l’accompagnement sur les aspects marketing, commercialisation et industrialisation de l’innovation

- Renforcer le recours au tutorat et au parrainage par des seniors et des chefs d’entreprise

• Soutien à l’incubateur régional Emergys

• Création d’un dispositif de financement pour la phase d’amorçage des entreprises innovantes

• Appui à l’essaimage dans les grands groupes

- Développer et structurer les relations avec les grands groupes afin de détecter les opportunités

d’essaimage et les porteurs potentiels

- Communiquer sur les intérêts et les bonnes pratiques de l’essaimage

- Communiquer sur le fonds de maturation qui sera accessible aux porteurs de projet d’essaimage

• Soutien à la formation au « management de l’innovation » des ingénieurs, doctorants et postdoctorants

• Analyse et optimisation des programmes d’investissement immobilier au profit de l’incubation

et de l’hébergement des jeunes entreprises innovantes (hôtels d’entreprises)

Démarrage

2009

Démarrage

2010

64

≥ Chef de file

≥ Partenaires

≥ Indicateurs

≥ À lire

également

Soutenir les activités innovantes dans les PME existantes

• Amélioration de l’accompagnement des projets d’activités innovantes dans les PME existantes

grâce à un réseau renforcé de conseillers missionnés sur l’ingénierie globale de projet

innovant

Cette amélioration repose notamment sur la mise en œuvre de tout un ensemble d’actions décrites

dans l’axe 1.

- Les actions sur le renforcement de l’accompagnement de projet

- Les actions sur la promotion des projets collaboratifs

Bretagne Innovation

technopoles, Emergys, sociétés financières, Bretagne Entreprendre, Oseo, Etat, CRITT, APCE,

Pôles de compétitivité

Nombre de créations d’entreprises innovantes

Nombre d’emplois créés sur 3 ans

Taux de survie à 3 et 5 ans

Nombre de projets d’essaimages / Nombre de créations effectives

Analyse des indicateurs des technopoles et d’Emergys

Fiche action 4 - Renforcer les liens entre l’enseignement supérieur et le tissu économique breton

Fiches actions 7 à 9 - Améliorer l’accompagnement des projets innovants des entreprises

Fiches actions 10 à 12 - Renforcer les interfaces et collaborations recherche publique / entreprises

Fiches action 13 et 14 - Développer et accompagner les coopérations inter-entreprises


Axe 2

Diversifier l’économie bretonne par l’innovation

2.4

Diffuser la culture d’innovation

dans la société bretonne

La diffusion de la culture d’innovation dans l’ensemble de la société bretonne, et en

particulier auprès des jeunes, est gage d’ouverture d’esprit, de créativité et de capacité future

à concevoir et mettre en œuvre des projets innovants, notamment dans de nouvelles niches

et secteurs d’avenir. Pour ce faire, diverses actions seront engagées afin de sensibiliser les

citoyens bretons à l’innovation.

65


Axe 2

Favoriser l’ouverture vers

l’extérieur des entreprises

et des autres acteurs de

l’innovation Action n° 22

Culture

Sensibiliser le grand public,

et particulièrement les jeunes,

à l’innovation

≥ Objectifs

Développer une image positive et dynamique de l’innovation en Bretagne et des innovations

bretonnes en particulier

- Communiquer sur les usages et les répercussions des innovations dans la vie de tous les jours pour

les rendre tangibles

- Impliquer les publics dans une démarche d’innovation, les rendre acteurs de l’innovation

≥ Descriptif

des actions

• Développement de nouveaux partenariats selon les cibles choisies pour mettre en place des

actions de sensibilisation communes dans les différents territoires bretons, notamment en

lien avec des événements existants.

Exemples de partenaires :

- les CCSTI (Centres de Culture Scientifique Technique et Industrielle) bretons

- les établissements d’enseignement du primaire, du secondaire et de l’enseignement supérieur

• Mise en place de concours d’idées innovantes dans les lycées, les écoles, les collèges

Les meilleures idées pourraient être valorisées afin qu’elles deviennent de vrais projets.

• Donner une dimension grand public à la Semaine de l’i nnovation ou à une journée spécifique

de cette semaine

• Renforcement de la communication sur les innovations bretonnes sur le Portail de l’Innovation,

développement de la promotion du Portail au dedes acteurs du soutien à l’innovation

• Promotion de l’Index régional de l’Innovation auprès du grand public

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

CCSTI, Rectorat, Etablissements d’enseignement primaire et secondaire, établissements

d’enseignement supérieur, associations concernées, l’ensemble des acteurs du RBI

≥ Indicateurs

A définir

≥ À lire

également

Fiche action 1 - Communiquer sur l’innovation et ses enjeux

Fiche action 16 - Structurer les actions d’observation sur l’innovation et le système de soutien en

Bretagne

Démarrage

2009

66 66

Démarrage

2010


AXE 3 :

Favoriser l’ouverture vers l’extérieur

des entreprises et des autres acteurs

de l’innovation


Favoriser l’ouverture vers l’extérieur

des entreprises et autres acteurs

de l’innovation

Dans une économie mondialisée, l’environnement

international doit être intégré très tôt dans la stratégie

d’innovation des entreprises. Cet environnement est

autant sources de menaces et de contraintes que

vivier d’opportunités pour les entreprises qui savent

saisir leur chance. Le développement à l’international

des PME bretonnes peut prendre plusieurs formes. Il

peut s’agir de projets transnationaux de recherche et

développement, de transferts de connaissances et de

technologies (acquisition de technologies étrangères/

ventes de technologies à l’étranger), d’implantations

à l’étranger, ou encore d’import-export et d’alliances

commerciales pour la distribution de produits,

procédés et services innovants.

Nous ne disposons pas de chiffres détaillés nous

permettant de porter un regard précis et complet sur

les activités à l’international des entreprises innovantes

bretonnes. Mais les acteurs de l’innovation s’accordent

sur plusieurs faiblesses dans les relations de la

Bretagne avec l’extérieur. Globalement, l’export et

l’échange avec des partenaires étrangers, s’ils sont

envisagés, sont encore trop souvent perçus comme

un risque trop grand à prendre par les PME pourtant

potentiellement concernées. Les PME sont dans

leur ensemble peu enclines à sortir des frontières

nationales par méconnaissance des marchés et

des opportunités mais aussi à cause de freins plus

pragmatiques comme le manque de maîtrise des

langues étrangères. L’attractivité de la région peut

également être améliorée. La région n’est pas connue,

ni reconnue, comme une région innovante et dynamique

économiquement par les investisseurs étrangers et les

potentiels partenaires commerciaux et technologiques.

La Bretagne n’a, en effet, pas su valoriser ses atouts

pour développer une image de marque économique et

d’innovation percutante et claire à l’international.

Si nous analysons la participation des acteurs bretons

aux projets de recherche et d’innovation européens,

nous constatons que les laboratoires publics sont

plutôt bien représentés dans les réseaux européens.

Cependant, la Bretagne ne représente que 5% de la

participation française dans le Programme cadre de

recherche et développement de l’Union européenne

aussi bien en termes de nombre de projets qu’en

termes de contribution financière. Les PME bretonnes ne

captent que 4,1% de ces 5%. Les entreprises bretonnes

qui innovent le font très peu avec des partenaires de

recherche et développement européens.

Pour mesurer la dynamique économique et d’innovation

d’une région, il est également intéressant de pouvoir

analyser son pouvoir d’attraction vis à vis des

investissements et des talents étrangers. L’analyse

des emplois créés par les investissements directs

étrangers, par rapport à l’emploi total des différentes

régions européennes, entre 2003 et 2006, montre que

la Bretagne, ainsi que la France en général, se situent

en dessous des performances moyennes européennes.

Les investissements étrangers d’aujourd’hui sont

largement conditionnés par l’offre de la région

d’implantation en termes de recherche publique et

privée et de partenariats inter-entreprises, ainsi que

par son potentiel de croissance de la production et de

la demande.

L’enjeu de l’internationalisation de l’innovation est

majeur pour la région Bretagne. Elle doit trouver sa

place dans ses sphères d’influence traditionnelles

mais aussi dans une Europe élargie à 27. L’axe 3

rassemble différentes actions structurantes et de

terrain pour faire face à ces enjeux. Elles ne pourront

aboutir qu’avec un important pré-requis dans

l’évolution de l’organisation globale actuelle du

dispositif de soutien : pour renforcer la présence

des acteurs bretons sur la scène internationale, les

différents réseaux d’acteurs doivent se croiser. Il est

nécessaire que le travail en commun soit renforcé

pour améliorer l’offre de services aux PME et aux

laboratoires. Ce pré-requis concerne aussi bien les

partenaires de l’innovation des PME (les membres

et la structure de coordination du Réseau Breton de

l’Innovation), les spécialistes du développement à

l’international des entreprises (Bretagne International,

CCI international), l’Agence économique de Bretagne,

notamment dans ses missions sur l’attractivité du

territoire, que les acteurs du tourisme d’affaires pour

certains dossiers clés. Des réseaux qui combinent

innovation et international existent déjà depuis

plusieurs années tels que les réseaux NOE* et

Entreprise Europe Ouest**. Ils sont partenaires pour la

mise en œuvre d’un grand nombre d’actions de l’Axe 3.

1

Principal instrument de l’UE pour financer

et orienter la recherche et l’innovation

70


Une Bretagne innovante à l’international, ce

sont des PME qui développent des projets

avec des partenaires étrangers.

Avoir accès, analyser et rebondir sur l’information

stratégique est indispensable pour être capable de

saisir les opportunités et de minimiser les risques

(action 23). En Bretagne plusieurs structures réalisent

et diffusent des veilles à l’international : sur les

tendances des marchés, les technologies, les appels

à projet ou encore l’environnement juridique. Toutes

ces initiatives doivent être mutualisées afin d’optimiser

la diffusion de l’information auprès des entreprises.

Une réflexion particulière sera portée sur les moyens

de collecter, traiter et capitaliser intelligemment

l’information issue de personnes ressources encore

peu mises à contribution comme les étudiants bretons

effectuant des stages à l’étranger. Les structures qui

portent des actions de prospection à l’international

partagent d’ores et déjà leurs informations et

collaborent sur des projets communs dans le cadre

du Comité d’orientation et de suivi des projets d’investissement

(COSPI) animée par l’Agence économique

de Bretagne. Les PME doivent également être

accompagnées individuellement dans leur démarche

à l’international. Les services d’accompagnement

qui leur sont proposés gagneront en efficacité grâce

à un véritable travail en réseau des spécialistes de

l’international et des spécialistes de l’innovation (action

24). Cet accompagnement sera multiforme afin de

faciliter l’internationalisation des entreprises innovantes :

diagnostic, analyse des capacités financières et

humaines, études de faisabilité, conseil sur les voies

les plus adaptées, recherche de partenaires, recherche

de financement, soutien à « l’atterrissage » sur le sol

étranger. D’ores et déjà, les moyens mutualisés du

réseau EEN** permettent aux PME bretonnes d’avoir

accès à une bourse d’offres et de demandes de

technologies transnationales et à un suivi personnalisé.

Ces initiatives communes seront encouragées et

soutenues. Le dispositif Volontaire International en

Entreprise (VIE) sera aussi un outil à promouvoir en

direction des PME bretonnes. Encourager l’internationalisation

de l’innovation c’est aussi soutenir le

renforcement des capacités internes des PME :

le soutien à l’« innov’acteur » inclura des formations

spécifiques sur les éléments à maîtriser à l’international

: propriété industrielle, expertise juridique

sur les partenariats et le commerce de technologie

transnationaux, etc. Aider les PME à se faire référencer

au niveau international et à gagner en notoriété sur les

conventions d’affaires et les salons internationaux fera

également partie du soutien à l’internationalisation de

l’innovation. C’est également un élément important de

la construction d’une image économique dynamique de

la Bretagne (actions 25 et 28).

Une Bretagne innovante à l’international,

ce sont des PME, des laboratoires et

des structures de soutien présents dans

les programmes européens de recherche

et d’innovation.

Il s’agit de mettre le pied à l’étrier des entrepreneurs

et des chercheurs qui ne connaissent pas encore les

opportunités des appels à projets européens. Les

actions ciblées de sensibilisation et d’information

continueront à être soutenues (action 26). A moyen ou

long terme, toutes les structures de soutien devront

pouvoir informer et conseiller les PME, avec lesquelles

elles sont en contact, sur les programmes européens

qui peuvent les concerner. Leurs conseillers sont une

force de frappe essentielle pour toucher un maximum

d’entreprises innovantes. Des formations et des

outils spécifiques seront développés à leur attention.

Accroître le nombre de participations et de coordinations

de projets passera également par le

soutien à un service d’ingénierie de

projet européen professionnel au bénéfice

des laboratoires publics et des PME (action

27). En Bretagne, ces services d’accompagnement

existent déjà. Ils seront renforcés et travailleront

en complémentarité avec les consultants privés

spécialistes du montage de projets européens. Leur

travail en réseau dans le cadre de NOE élargit la

portée de leurs actions et renforce leur impact ; il sera

conforté. Il est à noter que les laboratoires publics et

les grands groupes coordinateurs ou partenaires de

projets européens seront tout particulièrement

mobilisés pour mieux valoriser les savoir-faire des PME

bretonnes innovantes dans leurs projets et contribuer

ainsi à leur intégration dans les réseaux européens.

* Les membres du réseau NOE sont OSEO innovation, Bretagne Innovation, CRCI, Technopôle Brest Iroise, Technopole Quimper Cornouaille,

CNRS, ENSC Rennes, INRA, INRIA/IRISA, Mission pour le développement européen de la recherche en Bretagne, UEB

** Les membres d’Entreprise Europe Ouest, le réseau EEN en Bretagne et Pays de la Loire, sont la Chambre régionale de commerce et

d’industrie de Bretagne (coordination), la Chambre régionale de commerce et d’industrie des Pays de la Loire, OSEO Innovation (Bretagne

et Pays de la Loire), Bretagne Innovation

71


Favoriser l’ouverture vers l’extérieur

des entreprises et autres acteurs

de l’innovation (suite)

Une Bretagne innovante à l’international,

ce sont des facteurs d’attractivité mis en

valeur dans une image dynamique et forte

de la région.

Une stratégie de communication à l’international

pour la Bretagne innovante sera mise en place avec

le concours de l’ensemble des membres du réseau

de soutien. Elle clarifiera le positionnement de la

région sur le marché des investissements, des

connaissances et des compétences de haut niveau.

Ce sera un outil important pour mobiliser les relais

autour de messages clés et d’un argumentaire solide

pour « vendre » la Bretagne à l’extérieur. Les projets

et les savoir-faire des entreprises et des laboratoires

bretons seront les premiers matériaux de cette

stratégie, elle diffusera également les valeurs sur

lesquelles la politique d’innovation de Bretagne est

bâtie (action 28). L’Index régional de l’innovation

contribuera à la construction de l’image innovante de

la Bretagne. Le suivi dans le temps des résultats de

l’Index permettra d’avoir une vue macro-économique

des performances régionales en matière économique

et d’innovation (action 16). Il s’appuiera notamment

sur des données comparables avec d’autres régions

françaises et européennes. Référentiel partagé au

niveau régional, il sera aussi un outil de mobilisation

des acteurs publics et privés de l’innovation et un

instrument pédagogique en direction du grand public.

La région Bretagne ambitionne également d’être

identifiée comme une région de référence sur des

thématiques sélectionnées à travers l’organisation

sur son territoire d’un ou plusieurs événements

récurrents d’envergure international. Des manifestations

de ce type, portées par des collectifs d’acteurs privés

et publics, existent déjà. L’enjeu est de mieux les

valoriser et mieux les soutenir. La Bretagne s’en

donnera les moyens en développant une véritable

expertise d’ingénierie événementielle et en réunissant

autour de la table financeurs et acteurs de l’innovation,

de l’international et du tourisme d’affaire afin qu’ils

travaillent ensemble sur les questions d’infrastructures

et la construction d’une offre commerciale globale

(action 29). L’investissement dans une image innovante

de la Bretagne ira de pair avec le travail de prospection

de chaque acteur dans son domaine de compétence

pour attirer les talents de niveau international en

Bretagne, chercheurs, cadres et chefs d’entreprises,

doctorants. Pour les attirer et les garder sur le territoire,

la Bretagne doit faire valoir ses atouts en termes

d’environnement de travail et de qualité de vie

(action 30). Cet environnement favorable fera l’objet

d’une attention particulière afin d’être conservé et

renforcé. Les collectivités et les acteurs économiques

devront réfléchir aux infrastructures d’accueil et à

des offres de services spécifiques. Il sera également

pertinent d’initier des programmes d’échanges en

lien avec l’innovation dans le cadre des jumelages

internationaux des villes bretonnes et de la Région,

aujourd’hui surtout culturels et institutionnels.

72


Axe 3

Favoriser l’ouverture vers l’extérieur des entreprises

et autres acteurs de l’innovation

3.1

Développer les partenariats à l’étranger

des PME innovantes

Le soutien à l’internationalisation des entreprises innovantes passe notamment par

un accompagnement de leurs partenariats à l’étranger. La mise en œuvre des projets

d’internationalisation des PME sera facilitée par un accompagnement personnalisé par

les différentes structures de soutien dans le cadre d’un travail en réseau renforcé. Afin de

multiplier les opportunités de créer des collaborations hors région et de leur donner une

plus grande visibilité, des actions de promotion des innovations et des compétences des

entreprises seront menées tant au niveau national qu’international. Par ailleurs, afin

d’identifier les partenariats et les marchés potentiels, les activités de veille et d’intelligence

économique permettant d’accéder et d’exploiter l’information stratégique au niveau

international seront soutenues.

73


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 23

Internationalisation

Soutenir et mutualiser

les actions de veille

à l’international

Culture

≥ Objectifs

Permettre aux PME innovantes de se développer à l’international grâce à une veille efficace

Toutes les dimensions de la veille à l’international peuvent concourir au développement et au succès

des démarches d’innovation des entreprises bretonnes (marchés, technologique, juridique)

≥ Descriptif

des actions

• Organisation de la collecte, du traitement et de l’exploitation de l’information en provenance

de personnes ressources à l’étranger

▪ les stagiaires bretons à l’étranger et leur tuteur dans les entreprises d’accueil

▪ les étudiants étrangers en Bretagne

Une réflexion préalable avec les acteurs concernés sera organisée afin d’identifier les modalités de

collecte, de centralisation et de mutualisation.

▪ les acteurs bretons portant des actions avec des partenaires étrangers

- Recenser, dans le cadre du Comité d’orientation et de suivi des projets d’investissements– COSPI, les

actions de promotion/prospection à l’international des acteurs bretons de l’innovation

- Rechercher la mutualisation des initiatives

- Organiser et valoriser les retours d’expérience et mutualiser l’information

- Organiser des éléments de langage communs

▪ la diaspora bretonne (cadre d’entreprises à l’étranger)

• Pérennisation du site Interex-Bretagne – Plateforme gratuite d’information sur les tendances

des marchés internationaux

Développer et communiquer sur son contenu et sa gamme de services en ligne à destination

des entreprises bretonnes

• Renforcement et mutualisation des outils de veille de Bretagne International et des acteurs

du réseau EEN**

- Mettre en place de réunions communes et régulières

- Mutualiser des newsletters ou autres supports de diffusion auprès des entreprises

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Structures bretonnes membres du Réseau EEN

Bretagne International, Oseo, Etablissements d’enseignement supérieur (cellules relations internationales),

CROUS, Ubi France, CCI international

CRITT, Centres techniques, technopoles et toute autre structure de soutien à l’innovation développant

des actions à l’international, Conseils généraux, Conseil régional de Bretagne

≥ Indicateurs

Nombre de PME bénéficiaires des outils de veille

Suivi des connexions sur la plateforme Interex-Bretagne

Mise en place d’outils ou procédures de remontées et traitement de données

des personnes ressources ciblées

Nombre de PME qui exportent

Démarrage

2009

Démarrage

2010

74

≥ À lire

également

Fiche action 15 - Soutenir et mutualiser les actions d’intelligence économique et de veille

Fiche action 24 - Renforcer l’accompagnement personnalisé des entreprises dans

leurs projets innovants à l’international

Fiche action 26 - Sensibiliser et informer les PME, les structures de soutien et les laboratoires

sur les opportunités des programmes européens de recherche et d’innovation


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 24

Internationalisation

Lisibilité

et accompagnement

Renforcer l’accompagnement

personnalisé des entreprises

dans leurs projets innovants

à l’international

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Augmenter le nombre d’entreprises concrétisant des projets innovants à l’international

Aider les PME à valoriser leurs savoir-faire, à acquérir des compétences ou des technologies

développées à l’étranger et à investir les marchés étrangers pour accroître leur compétitivité

• Renforcement du travail en réseau entre interfaces de soutien à l’innovation et à l’international

- Créer des liens entre les chargés d’affaires spécialistes de l’international et les chargés de mission en

charge de l’innovation et de la recherche

- Développer le croisement des bases de données d’entreprises et de laboratoires

- Organiser des actions communes sur des thématiques ciblées (conventions d’affaires, bourses de

technologies, délégations à l’étranger)

• Développement des services personnalisés pro-actifs pour l’accompagnement du transfert de

technologies et de connaissances à l’international

- Renforcer et capitaliser sur les outils du réseau EEN, notamment en ce qui concerne le croisement des

offres et demandes de technologies transnationales

- Faire une analyse du « trading de technologie et d’innovation à l’international »

• Soutenir et communiquer sur les Volontaires Internationaux en Entreprise (VIE)

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Structures bretonnes membres des réseaux EEN et NOE

Bretagne Innovation, Bretagne International, DRCE, CCI International, Collectivités

≥ Indicateurs

Nombre de PME accompagnées dans l’internationalisation de leur innovation

Nombre d’actions et manifestations co-organisées

Mise en place d’une analyse sur le métier de trading international de technologies et d’innovation

≥ À lire

également

Fiche action 16 - Structurer les actions d’observation sur l’innovation et le système de soutien en

Bretagne

Fiche action 19 - Soutenir le transfert de technologies

Fiche action 23 - Soutenir et mutualiser les actions de veille à l’international

Fiche action 25 - Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national et

international

Démarrage

2009

75 Démarrage

2010


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 25

Internationalisation

Promouvoir les innovations

et les compétences bretonnes au

niveau national et international

Image

≥ Objectifs

Renforcer la visibilité nationale et internationale des entreprises innovantes

- Elargir les marchés et développer de nouveaux partenariats pour les entreprises bretonnes

≥ Descriptif

des actions

• Appui à la participation des entreprises bretonnes à des salons innovants nationaux

et internationaux

- Adapter le soutien à la présence sur les salons, au vu des travaux de veille menés, grâce aux outils et

aux lieux de mutualisation et de coordination existants

- Soutenir les actions collectives avec des stands communs pour la Bretagne

• Appui à la participation des entreprises bretonnes aux conventions d’affaires et aux bourses

de technologies internationales

• Soutien au lobbying concerté auprès des institutions nationales et internationales en charge

du référencement d’entreprises (annuaires sectoriels, cartographies spécialisées, etc.)

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Bretagne International, Bretagne Innovation, CCI international, Ubifrance, Centres techniques, CRITT,

technopoles, Pôles de compétitivité, structures bretonnes membres du réseau EEN

≥ Indicateurs

Nombre d’entreprises innovantes participant aux salons ou conventions

≥ À lire

également

Fiche action 24 - Renforcer l’accompagnement personnalisé des entreprises dans leurs

projets innovants à l’international

Fiche action 27 - Soutenir l’ingénierie de projets européens

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de

la Bretagne innovante

Fiche action 29 - Ancrer des événements de rayonnement européen et international en Bretagne

Démarrage

2009

Démarrage

76

2010


Axe 3

3.2

Favoriser l’ouverture vers l’extérieur des entreprises

et autres acteurs de l’innovation

Inciter les PME, les laboratoires et les structures

de soutien à participer à des programmes

européens de recherche et d’innovation

La participation des acteurs bretons aux programmes de recherche et d’innovation de l’Union

Européenne est un moyen de concevoir et mettre en œuvre à l’échelle européenne leurs

projets innovants, mais également de se créer un réseau de partenaires aptes à leurs ouvrir

de nouveaux marchés. Pour développer cette participation, de nombreux efforts restent

à faire, en particulier vis à vis des PME qui présentent un taux d’implication relativement

faible. Diverses actions de sensibilisation et d’informations seront organisées, en particulier

dans le cadre du réseau NOE et via le Portail de l’Innovation. En complément, les structures

d’interface seront mieux formées aux projets européens afin de mieux relayer l’information

après des PME. L’accompagnement individuel des acteurs désireux de participer aux

programmes européens sera également renforcé.

77


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 26

Internationalisation

Lisibilité

et accompagnement

Sensibiliser et informer les PME,

les structures de soutien et les

laboratoires sur les opportunités

des programmes européens de

recherche et d’innovation

≥ Objectifs

Accroître le nombre de participations régionales aux programmes européens liés à la recherche

et l’innovation

Faire connaître les opportunités de développement en assurant une sensibilisation et une diffusion de

l’information sur tout le territoire breton

≥ Descriptif

des actions

• Soutien aux actions portées par le réseau NOE pour les PME et les laboratoires

- Sessions d’information organisées conjointement sur des cibles précises, des instruments et

des programmes (ex : 7eme PCRD Coopération, People…), des thématiques (ex : Santé, SHS.…)

- Actions de veille mutualisée

- Organisation et diffusion des recherches de partenaires

• Développement d’actions spécifiques pour les conseillers des structures de soutien afin qu’ils

soient des vecteurs d’« Europe » auprès des entreprises

- Organiser des journées d’information sur les opportunités européennes, et de formation sur des

instruments ou des programmes précis

- Développer une boite à outils / un guide pratique des programmes européens

- Fédérer les acteurs d’accompagnement agissant dans un même secteur (ex : TIC, Biotechs,

agroalimentaire) pour organiser une veille thématique et diffuser le plus rapidement possible

les opportunités de projets

- Travailler en lien avec le Bureau de représentation à Bruxelles

- Dans le cadre des Pôles de compétitivité en particulier, développer des échanges sur les opportunités

européennes afin que les financements européens puissent être davantage sollicités pour les projets

pouvant être traités dans le cadre de consortium européens. Rechercher l’effet de levier financements

régionaux/ financements nationaux/ financements européens

• Développement de la rubrique « Europe » sur le Portail de l’innovation

- Renforcer la communication sur les appels à projets, les résultats des veilles et l’actualité des réseaux

NOE et EEN (journées d’information et de formation…)

≥ Chef de file

Bretagne Innovation

≥ Partenaires

Structures bretonnes membres des réseaux NOE et EEN

Ensemble des acteurs du RBI

Les Pôles de compétitivité

Le bureau de représentation à Bruxelles

≥ Indicateurs

Nombre de sessions d’information mises en place

Nombre de participants à ces sessions (entreprises, structures interfaces, laboratoires)

Nombre d’entreprises/structures interfaces/laboratoires destinataires des veilles sur les programmes

européens

Démarrage

2009

≥ À lire

également

Fiche action 23 - Soutenir et mutualiser les actions de veille à l’international

Fiche action 27 - Soutenir l’ingénierie de projets européens

Démarrage

2010

78


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 27

Internationalisation

Soutenir l’ingénierie

de projets européens

Lisibilité

et accompagnement

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Accroître le nombre de participations et de coordinations régionales aux projets européens de

recherche et d’innovation

- Aider à l’intégration des PME bretonnes dans des projets européens en s’appuyant sur les laboratoires

publics et les grandes entreprises de Bretagne porteurs ou partenaires de projets et en assurant une

plus grande réactivité du territoire breton aux recherches de partenaires et de coordinateurs étrangers

- Développer et renforcer les compétences en accompagnement de projets européens

• Soutien au dispositif existant pour les laboratoires de recherche publique, dans le cadre de l’UEB

- Organiser une veille sur les appels et les programmes

- Former les équipes de recherche au montage et à la coordination de projets

- Aider au montage de consortium et à la structuration du projet

- Valoriser les compétences bretonnes pour les recherches de partenaires de consortiums étrangers

• Structuration et soutien en direction des PME et des interfaces

- Valoriser et optimiser les dispositifs de soutien existants

- pré-diagnostics

- sessions de formation à la gestion et la coordination de projets européens

- aide au financement (étude de faisabilité, soutien à la préparation de projets, accès aux

consultants spécialisés)

- Développer des actions de formation spécifiques pour les membres du réseau de soutien afin qu’ils

puissent conseiller et aiguiller les PME dans leurs projets européens jusqu’au passage de relai aux

consultants privés

- Mettre en place des outils d’appui au montage de projet et une méthodologie de gestion de projets

européens

- Structurer une veille par secteur/ filière en s’appuyant sur les interfaces

• Mutualisation des actions de soutien au niveau régional dans le cadre du réseau NOE

- Organiser des formations à destination des chercheurs et des entreprises

- Mettre en relation les laboratoires publics et les grands groupes bretons porteurs ou partenaires de

projets européens avec les PME régionales afin de favoriser une participation conjointe à des projets

ACTION PHARE

≥ Chef de file

Pour les actions en direction des laboratoires publics : Mission pour le développement européen de la

recherche en Bretagne (UEB)

Pour les actions en direction des PME et des structures interfaces : Bretagne Innovation

≥ Partenaires

Structures bretonnes membres des réseaux NOE et EEN

Ensemble des acteurs du RBI, Pôles de compétitivité, Bureau de représentation à Bruxelles

≥ Indicateurs

Nombre d’interventions personnalisées dans les laboratoires, les entreprises, les interfaces

Nombre de structures interfaces qui ont accompagné des porteurs de projets européens

Nombre de projets déposés en tant que coordinateur / en tant que partenaire

Nombre de projets retenus en tant que coordinateur / en tant que partenaire

Nombre de participations (une participation correspond à une inscription dans un consortium)

Taux de participation de la Bretagne dans les projets européens

≥ À lire

également

Fiche action 12 - Soutenir les projets collaboratifs Recherche / Entreprises

Fiche action 23 - Soutenir et mutualiser les actions de veille à l’international

Fiche action 25 - Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national et

international

Fiche action 26 - Sensibiliser et informer les PME, les structures de soutien et les laboratoires sur les

opportunités des programmes européens de recherche et d’innovation

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne

innovante

79

Démarrage

2009

Démarrage

2010


Axe 3

3.3

Favoriser l’ouverture vers l’extérieur des entreprises

et autres acteurs de l’innovation

Créer et développer une image innovante

et attractive de la Bretagne à l’international

La création d’une image économique et innovante de la Bretagne grâce à la mise en place

d’une stratégie concertée de communication à l’international est un levier essentiel pour

l’internationalisation de l’innovation bretonne. Elle doit faciliter l’accès des acteurs

bretons à des interlocuteurs étrangers et attirer investisseurs et talents d’autres régions

en Bretagne. L’organisation d’événements d’envergure européenne, voire mondiale, sur le

territoire permettra également de mieux communiquer sur les atouts bretons. Des dispositifs

et des actions spécifiques seront mis en œuvre sur le terrain afin d’attirer, mais aussi de

conserver, chercheurs, chefs d’entreprises, cadres, étudiants et personnels qualifiés.

80


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 28

Image

Mettre en place une stratégie de

communication à l’international

de la Bretagne innovante

≥ Objectifs

Renforcer l’attractivité régionale pour les investisseurs et les talents étrangers

Faire connaître les domaines d’excellence, améliorer leur intégration dans les réseaux internationaux et

développer toutes les formes de partenariats

≥ Descriptif

des actions

• Définition d’un positionnement de la Bretagne innovante sur le « marché » de l’investissement

et des flux de matière grise autour de ses atouts spécifiques, de ses valeurs propres et d’objectifs

stratégiques

• Définition des cibles de la communication en segmentant ce marché

• Rédaction et mise en œuvre d’un plan de communication opérationnelle comprenant les 3

axes suivants :

- « Communication sur les projets » : communiquer sur les entreprises et les projets innovants les plus

performants

• Développer les relations avec les correspondants de la presse étrangère en France et systématiser

les contacts presse lors de déplacements à l’étranger

• Développer d’autres supports de diffusion (sites internet, parutions, plaquette)

- « Communication stratégique » : communiquer sur l’ambition et la volonté régionales vis-à-vis de l’innovation,

notamment à partir des outils privilégiés que sont le Schéma régional de l’innovation et l’Index

régional de l’innovation

- « Communication sur la performance » : communiquer sur la performance de la Bretagne en tant que

territoire d’innovation (classement, statistiques…)

• Utiliser le bilan des actions SRI et l’Index régional de l’innovation

• Créer un « manuel » des arguments de promotion de la Bretagne innovante à destination de

ses relais (partenaires, entreprises, étudiants, chercheurs…) pour en faire des « ambassadeurs

» de la Bretagne innovante

• Analyser l’impact de l’action afin de contrôler les résultats et envisager des réajustements

des objectifs et des moyens

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Bretagne International, Bretagne Innovation, CCI International, Collectivités territoriales, Ensemble des

acteurs du RBI

≥ Indicateurs

Adoption et mise en place de la stratégie et du plan d’actions

Mise en place d’indicateurs d’impact

≥ À lire

également

Fiche action 16 - Structurer les actions d’observation sur l’innovation et le système de soutien en

Bretagne

Fiche action 17 - Lancer des programmes thématiques transversaux

Fiche action 25 - Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national et

international

Fiche action 29 - Ancrer des événements de rayonnement européen et international en Bretagne

Fiche action 30 - Attirer et conserver les talents en Bretagne

Démarrage

2009

81

Démarrage

2010


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 29

Internationalisation

Ancrer des événements

de rayonnement européen

et international en Bretagne

Image

≥ Objectifs

≥ Descriptif

des actions

Faire que la Bretagne soit identifiée au niveau international comme une région de référence

dans ses domaines d’excellence

- Accueillir des rendez-vous récurrents qui attirent des investisseurs et des partenaires potentiels pour

les entreprises bretonnes

• Renforcement des capacités d’ingénierie événementielle

- Créer une capacité de prospection pro-active pour identifier et accueillir de grandes manifestations

internationales, à l’instar de grandes métropoles ayant structuré leur offre et disposant de ressources

dédiées

- Réfléchir et développer des réponses aux questions liées à la logistique et aux infrastructures d’accueil

(hôtels, palais des congrès)

- Travailler sur le « package » commercial à développer pour de tels événements

- Réfléchir et mettre en œuvre des moyens et des modes de fidélisation de tels événements sur le

territoire

• Identification et sélection de quelques thématiques clés pour la Bretagne sur lesquelles

concentrer les efforts en cohérence avec la stratégie de communication adoptée pour la Bretagne

innovante à l’international

• Concrétisation des opportunités sur différents formats d’événements : colloques, conférences,

séminaires, salons, conventions d’affaires

Plusieurs pistes doivent être explorées :

- des rapprochements avec les sociétés savantes, les écoles d’été

- des réponses aux appels d’offres internationaux sur l’organisation d’événements

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Bretagne International, Bretagne Innovation, acteurs du tourisme d’affaires, collectivités territoriales,

structures bretonnes membres des réseaux NOE et EEN, Pôles de compétitivité, Ensemble des acteurs

du RBI

≥ Indicateurs

Sélection des thématiques

Sélection des manifestations sur lesquelles travailler

Organisation d’événements

≥ À lire

également

Fiche action 25 – Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national et

international

Fiche action 28 – Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne

innovante

Fiche action 30 – Attirer et conserver les talents en Bretagne

Démarrage

2009

Démarrage

82

2010


Axe 3

Favoriser l’ouverture

vers l’extérieur des

entreprises et autres

acteurs de l’innovation Action n° 30

Internationalisation

Attirer et conserver

les talents en Bretagne

Image

≥ Objectifs

Capter durablement les meilleures ressources humaines au niveau international dans les

domaines d’excellence de la région afin d’enrichir le potentiel de recherche et d’innovation breton

- Favoriser l’implantation et l’intégration de nouvelles compétences et de nouveaux projets en Bretagne

- Conserver les talents en créant un environnement attractif

≥ Descriptif

des actions

• Mobilisation des acteurs économiques, des acteurs de la recherche et des acteurs du soutien

à l’innovation

- Sensibiliser les acteurs à l’importance d’attirer des talents via leur réseau et dans leur champ

de compétences

- Organiser les moyens d’une prospection pro-active de ces talents

• Amélioration des conditions d’accueil des étudiants, chercheurs, ingénieurs, cadres

étrangers et de leurs familles

- Développer les infrastructures et les offres de service (Ex : « maisons internationales » à Brest et

Rennes planifiées dans le Contrat de Projets Etat-Région)

• Soutien aux chaires internationales de recherche

• Promotion des échanges de chercheurs publics et privés (Exemple programme Personnes du

7 ème PCRD qui organise le financement européen de la mobilité transrégionale des chercheurs)

• Structuration de programmes en lien avec l’innovation et la recherche dans le cadre des

initiatives de jumelages internationaux des collectivités bretonnes, et dans les réseaux

transrégionaux des institutions et des structures de soutien (Commission Arc Atlantique,

Réseau transnational Atlantique des partenaires économiques et sociaux, Réseau des régions

innovantes d’Europe, etc.)

• Capitalisation sur la présence d’étudiants et de chercheurs étrangers en région en créant un

lien particulier entre eux et la Bretagne en entretenant des relations avec eux de manière continue

et sur le long terme

≥ Chef de file

Agence économique de Bretagne

≥ Partenaires

Bretagne International, UEB, grandes écoles, collectivités territoriales,

agences de développement, Etat

≥ Indicateurs

A définir lors du lancement de l’action

≥ À lire

également

Fiche action 6 - Promouvoir l’intégration de ressources humaines qualifiées dans l’entreprise

Fiche action 25 - Promouvoir les innovations et les compétences bretonnes au niveau national

et international

Fiche action 28 - Mettre en place une stratégie de communication à l’international de la Bretagne

innovante

Fiche action 29 - Ancrer des événements de rayonnement européen et international en Bretagne

Démarrage

2009

Démarrage

2010

83


La gouvernance

1

Le constat

Un système régional de l’innovation complexe et souvent

qualifié de peu lisible par les entreprises.

Plus de 90 structures d’interface dont les compétences sont

reconnues par les entreprises qui bénéficient de leur

accompagnement mais insuffisamment connues de la grande

majorité des PME.

Des métiers parfois difficiles à définir.

Des politiques de soutien à l’innovation portées par

différentes entités publiques ou privées à des échelles de

territoire différentes (européenne, nationale, régionale,

infra-régionale).

Pour autant, cette diversité est une richesse. Elle est le

résultat d’une histoire construite sur la réalité du modèle

économique breton. Elle peut devenir une force si l’on

parvient à organiser la coordination des acteurs au sein d’une

gouvernance efficace du système régional de l’innovation.

Hermine de la gouvernance

stratégique

COSI

Hermine de la gouvernance

opérationnelle

BI

AEB

BI

Financeurs

RBI

Structures

d’accompagnement

Structures

de diffusion

Une stratégie…

… et un réseau breton de l’innovation (RBI)…

84


2Notre objectif

Une stratégie et un réseau breton de l’innovation

lisible et efficace au service des entreprises pour

faire de la Bretagne une région européenne de

l’innovation et de la création.

Ceci suppose une mise en cohérence des actions

et une coordination des acteurs régionaux au

sein d’un même système de l’innovation, dans le

respect des missions et des responsabilités de

chacun, pour assurer la mise en œuvre opérationnelle

et optimale de stratégies définies de façon collective

et partagée.

Ainsi, la gouvernance du système régional de

l’innovation doit s’exercer à deux niveaux différents :

> Une gouvernance stratégique qui doit permettre

ainsi la définition d’orientations stratégiques et l’adaptation

permanente du système de soutien, en tenant compte

des modalités de financements et de mise en œuvre

opérationnelle.

Hermine de la mise en

oeuvre opérationnelle

> Une gouvernance opérationnelle qui doit assurer,

sur la base des orientations stratégiques fixées et

des financements disponibles, la coordination de

l’ensemble des structures qui, au sein du réseau

breton de l’innovation, assure des missions de diffusion

ou d’accompagnement auprès des entreprises.

BI

RBI

Le fonctionnement du système n’est bien évidemment

pas linéaire et uniquement descendant. En effet,

dans une logique d’évaluation continue, notamment

des actions prévues par ce schéma régional de

l’innovation, la gouvernance stratégique devra tenir

compte des impacts constatés de la mise en œuvre des

choix retenus.

Entreprises

… au service des entreprises

85


La gouvernance stratégique

Comité d’orientation

stratégique de l’innovation

(COSI)

AEB

Financeurs

Bretagne

Innovation

La gouvernance stratégique repose sur un

triptyque qui lie nécessairement définition

de la stratégie, financement et modalités de

mise en œuvre.

L’Agence économique de Bretagne est au

cœur de ce triptyque, sa mission étant de

« faire advenir » la vision que l’on souhaite

construire avec la participation de tous.

Pour ce faire, l’AEB s’appuie sur :

- le Comité régional d’orientation stratégique

de l’innovation (COSI), clé de voute de la

définition de la stratégie en lien avec l’Etat

et présidé par un chef d’entreprise

- la coordination des financeurs autour

notamment de la Région (en lien avec le

B15) et d’Oseo, principaux financeurs de

l’innovation en Bretagne,

- Bretagne Innovation dont le rôle est

d’assurer la coordination opérationnelle de

l’ensemble des acteurs au sein du Réseau

breton de l’innovation (RBI).

86


1

Nos convictions

Les travaux d’élaboration du diagnostic, les débats

au sein des groupes de travail comme le regard

porté sur des exemples étrangers de régions

innovantes mettent en relief plusieurs convictions :

L’innovation est d’abord et avant tout de la

responsabilité des entreprises et dépend donc

des stratégies décidées et mises en œuvre à leur

échelle. Pour autant, l’observation de modèles

étrangers démontre l’utilité déterminante de

stratégies collectives mobilisatrices dont l’initiative

ne peut relever des seuls acteurs privés.

L’échelle régionale est, au plan local, en synergie

avec les orientations nationales et européennes,

le bon échelon de définition et de conduite d’une

stratégie d’innovation.

La mobilisation de tous les acteurs autour

d’orientations fortes et clairement affichées est

un atout déterminant d’efficacité, la stratégie

d’innovation ne pouvant être celle de telle ou telle

autorité publique, mais devant être le résultat

d’une ambition partagée.

Cette mobilisation doit viser large, en commençant

par les entreprises, bien entendu, mais

en touchant aussi les acteurs de la recherche,

de l’enseignement, les collectivités publiques

et l’ensemble des intervenants du système de

soutien à l’innovation. Au-delà, la mobilisation doit

rechercher la sensibilisation du grand public aux

enjeux fondamentaux de l’innovation.

Une stratégie de l’innovation doit enfin, pour

être efficace et susciter une large adhésion dans

l’action, reposer sur la logique de projet, seule

capable d’entraîner dans un même objectif des

acteurs divers, par ailleurs inscrits dans des

cloisonnements verticaux.

2

Les objectifs d’une gouvernance

stratégique

Ces convictions conduisent à l’affirmation d’un

besoin de gouvernance dont les objectifs sont ainsi

définis :

Construire et faire partager une ambition

collective,

Rechercher les meilleures synergies dans

l’action,

Tracer des orientations en perpétuel renouvellement

pour anticiper les évolutions de l’environnement

et adapter les réponses aux besoins,

Assurer la convergence entre acteurs et

actions dont les intérêts et les préoccupations

ne sont pas, initialement, les mêmes, développer

toutes les logiques de croisements intersectoriels

et interdisciplinaires,

Traduire l’ambition collective dans une image

valorisante de la région et de son système

d’innovation, auprès des entreprises, des acteurs

de l’innovation, du grand public, de l’international.

En négatif, la gouvernance ne doit être ni un

exercice de planification rigide ni un cadre de

tutelle.

En outre, il n’est de stratégie efficace sans

les financements nécessaires à une mise en

œuvre opérationnelle coordonnée. Il n’est de mise

en œuvre opérationnelle qui ne s’inscrive dans

une stratégie visible et partagée. Il n’est, enfin, de

gouvernance qui ne s’appuie sur des outils de

suivi et d’évaluation dont les objectifs sont tout

autant de permettre une adaptation permanente

de la stratégie et des dispositifs opérationnels,

que de structurer une communication forte sur les

objectifs comme sur les résultats. L’inscription

de cette gouvernance au sein de l’Agence économique

de Bretagne, doit assurer cette nécessaire

cohérence entre stratégie, financement, mise en

œuvre opérationnelle et suivi-évaluation.

87


La gouvernance stratégique (suite)

3

Clé de voûte de la définition de

la stratégie : le COSI

Afin d’assurer la participation de chacun des

acteurs et notamment des entreprises dans

la définition de la stratégie, il est proposé de

constituer une instance : le Comité d’orientation

stratégique de l’innovation (COSI).

Les missions du COSI

1 - Etre un lieu de débat et de réflexion prospective

autour des problématiques de l’innovation. A ce titre,

le COSI devra être le lieu de convergence des activités

de veille conduites par les uns et les autres, de travaux

exploratoires et prospectifs sur des technologies,

des marchés, des expériences innovantes et présentant

un potentiel pour la Bretagne. Le COSI pourra

demander des analyses et études complémentaires

afin de proposer des thématiques d’avenir pour

l’innovation régionale.

2 - Etre le lieu de constitution et de formalisation de

l’ambition collective régionale dans le domaine de

l’innovation. Le COSI devra formaliser cette ambition

et la valoriser pour s’assurer de sa large appropriation

par les acteurs et de sa diffusion très au-de

des frontières bretonnes. Le COSI aura aussi la

responsabilité de faire vivre le SRI dans la durée.

Il s’agira d’abord de le compléter dans sa partie

contenu thématique, par la précision des domaines

sur lesquels la Bretagne souhaite se positionner,

notamment par l’identification des grands

programmes transversaux. Il sera aussi le lieu de

l’adaptation de la stratégie régionale, au regard de

l’évolution des marchés et des attentes, mais aussi

à la lumière des travaux d’évaluation qui lui seront

présentés.

3 - Etre une force de proposition pour les décideurs

et les acteurs de l’innovation.

Ces propositions seront de plusieurs natures.

> Des propositions d’orientations stratégiques

d’une part. Il appartiendra au COSI, par le travail

d’étude, de veille et de réflexion, de proposer les

grandes thématiques d’innovation pouvant structurer

la stratégie.

> Des programmes transversaux d’autre part, sous

forme de projets fédérateurs. Il lui appartiendra

d’identifier des grands programmes et de

proposer leur lancement après identification des

thèmes, et validation de leur potentiel pour la

Bretagne.

> Des propositions d’évolution des dispositifs

et des outils enfin, au regard des travaux

d’évaluation. Il appartiendra au COSI de pointer

les manques éventuels, les dysfonctionnements,

les évolutions nécessaires, aussi bien dans le

système régional de soutien à l’innovation, que

dans les différents outils de financement et

d’appui existants.

Ces différents types de propositions seront

transmis au bureau et Conseil d’administration

de l’Agence économique de Bretagne et aux

financeurs pour approbation avant d’être

présentés, pour leur mise en œuvre, aux acteurs

de l’innovation.

4 - Etre un espace de suivi et d’évaluation des

résultats de la stratégie d’innovation. Le COSI

sera le lieu de convergence des outils et

résultats des évaluations qui devront être

conduites, portant sur la stratégie d’une part,

sur sa mise en œuvre d’autre part. Il en fera

l’analyse et en tirera des conclusions prenant

la forme de propositions d’évolution de la stratégie,

du système de soutien ou des dispositifs

d’accompagnement. Le COSI est par ailleurs le

pilote de l’élaboration et du suivi de l’Index

régional de l’innovation, dispositif de suivi des

indicateurs macroéconomiques de l’innovation

en Bretagne, dans toutes ses dimensions liées au

développement durable.

88


Une instance restreinte

Le COSI sera une instance de travail. Elle sera donc

restreinte ; composée de moins de vingt personnalités choisies

et désignées intuitu personae pour la plupart. Elle n’a pas

vocation à être une structure représentative. Elle sera constituée

pour moitié de personnalités issues du monde de l’entreprise,

témoignant d’une forte expérience de l’innovation et d’un

engagement fort au service de l’intérêt général.

Sa composition sera la suivante :

> Huit personnalités du monde de l’entreprise

> Un représentant des services de l’Etat en Région

> Deux élus régionaux

> Deux membres issus du monde de la recherche

> Deux membres en lien avec les structures d’interfaces

de l’innovation

> Un universitaire de reconnaissance internationale

La présidence du COSI sera exercée par un représentant de

l’entreprise.

Le COSI s’inscrira naturellement au sein de l’AEB, lieu de

gouvernance du développement économique dans son ensemble.

Le lien permanent entre stratégie de l’innovation et stratégie

de développement économique régionale sera ainsi assuré.

Par ailleurs, le COSI n’étant qu’une instance de proposition et

de réflexion prospective, il a vocation à présenter ses travaux

pour validation devant le bureau et le conseil d’administration

de l’Agence.

Le COSI invite à ses réunions, en tant que de besoin les

organismes ou acteurs qu’ils souhaitent en fonction des points

à son ordre du jour.

Un lien fort devra par ailleurs être assuré avec l’amont, c’està-dire

la recherche. Outre la présence de deux membres

issus de la recherche dans la composition du COSI, un

dialogue permanent devra être organisé et alimenté entre le COSI

et le CCRRDT. Les modalités de ce dialogue devront être précisées.

Enfin, l’Agence et Bretagne innovation s’organiseront pour

assurer d’une part le secrétariat du COSI. Le directeur général

de la Région en charge de l’innovation assiste aux réunions du

COSI.

89


La gouvernance stratégique (suite)

4

La coordination des financeurs autour de la

Région « chef de file » en lien notamment

avec OSEO et le B15

Les orientations stratégiques proposées par le COSI ne

seront efficaces que si elles trouvent les moyens

financiers de leur mise en œuvre. En ce sens, la gouvernance

stratégique doit prévoir un lien étroit, dans le respect des

missions et des responsabilités de chacun, entre le COSI et les

instances de financement de l’innovation en Bretagne.

L’importance de la coordination des acteurs du financement

Ces instances de financement sont multiples. En dehors de

financements purement privés, les politiqueseuropéennes,

nationales, régionales ou infra régionales contribuent chacune à

des niveaux différents au financement de l’innovation.

Tous ces financements ne sont pas décidés en région. Une part des

actions de soutien à l’innovation relève en effet de choix pris en

dehors de l’espace régional. On peut citer à titre d’exemple le

crédit impôt recherche, politique fiscale nationale ayant un

impact important sur les capacités de financement de la R&D

dans l’entreprise. Sur ce type de financement les possibilités

d’influence régionale, ne seront qu’indirectes. Les propositions

et les résutats d’évaluation présentés par le COSI pourront

néanmoins alimenter les actions de lobbying éventuellement

à mener.

En revanche, pour ce qui est des politiques de soutien à l’innovation

décidées et mises en œuvre directement au niveau régional, une

coordination renforcée entre les propositions du COSI et les décisions

des financeurs doit être envisagée.

Budget Innovation en Bretagne

en 2006 (hors CIR) :

répartition par type de financeur

Oseo

31%

DRIRE

1%

CRCI

4%

agglo

7%

CG

8%

DRRT

(hors CIR)

11%

CRB

38%

Source : Etat des lieux de l’innovation en Bretagne, Diagnostic du SRI

90


Le rôle de la Région chef de file en lien avec le B15

et OSEO

La Région et Oséo jouent un rôle déterminant dans le

financement de l’innovation à l’échelle régionale. En

effet, il ressort des éléments financiers du diagnostic

qu’ils assurent près de 70% de ces financements en

Bretagne.

En outre, la Région est responsable de la gestion

déléguée des fonds FEDER largement ciblés vers la

compétitivité des territoires et donc sur l’innovation.

A ce titre, elle a la charge de la mise en œuvre des

éléments du programme opérationnel FEDER (plus

de 100M€ d’ici 2013) dédiés à l’innovation. Cette

mission est assurée en étroite coopération avec l’Etat

et l’ensemble des collectivités de la commission de

régionale de programmation européenne (CRPE).

Les modalités de la coordination financière

permettant d’assurer la prise en compte des

orientations du COSI.

Les actions menées par la Région et Oseo en

faveur de l’innovation en Bretagne sont coordonnées

dans le cadre d’une convention. Dans un souci de

mise en cohérence avec le SRI, cette convention sera

revue rapidement. Elle précisera les conditions dans

lesquelles seront pris en compte le plan d’action du SRI

et les orientations stratégiques fixées par le COSI.

Les financeurs veilleront notamment, conformément

aux engagements pris dans le SRI à assurer un continuum

du financement de l’innovation, de la valorisation de la

recherche jusqu’aux phases de mise sur le marché ou

de développement (voir chapitre financement).

Par ailleurs, en tant que « chef de file », la Région

assure dans le cadre du B15 la coordination des

politiques de développement économique menées sur

le territoire régional, y compris dans le domaine de

l’innovation. Cette coordination est déjà engagée sur

la mise en œuvre du Contrat de projets Etat-Région

et des programmes opérationnels FEDER ou du

financement des projets des pôles de compétitivité. Elle

sera systématiquement complétée par des travaux de

coordination sur la base des préconisations du COSI.

La Région assurera au bureau de l’Agence économique

de Bretagne le relais de la position des financeurs

régionaux.

5Cheville ouvrière du SRI

en charge de sa mise en œuvre

opérationnelle : Bretagne

Innovation (BI)

La gouvernance stratégique doit pouvoir s’appuyer

sur une structure de coordination pour l’animation du

RBI, la mise en œuvre du plan d’actions du SRI et des

propositions du COSI. Cette activité de gouvernance

opérationnelle est confiée à Bretagne Innovation qui

sera ainsi renforcée dans son rôle de coordination et

d’animation du réseau de soutien à l’innovation au sein

de l’Agence Economique de Bretagne. Elle deviendra

« la maison de l’innovation » regroupant l’ensemble

des acteurs de soutien à l’innovation dans les PME.

C’est en effet autant par l’animation qui sera mise

en place que par les décisions prises par le COSI que les

grands axes stratégiques régionaux s’organiseront.

Bretagne Innovation au cœur de l’ensemble du

système régional de l’innovation devra assurer une

triple mission.

1 - Diffuser : BI devra en effet assurer la diffusion

dans un premier temps du SRI lui-même puis des

décisions stratégiques arrêtées sur la base des

propositions du COSI. Cette diffusion visera d’une part

les acteurs du système régional de l’innovation mais

d’autre part et surtout les entreprises elles-mêmes.

2 - Animer : BI devra également animer l’ensemble du

RBI afin d’assurer la mise en œuvre des orientations

stratégiques et de susciter un flux régulier d’échange

et une dynamique permanente d’innovation au sein de

ce réseau.

3 - Informer : BI devra enfin être en mesure de

fournir les éléments nécessaires à l’évaluation globale

du système régional d’innovation qui viendra. Elle

devra ainsi réunir, pour le compte du COSI, les

indicateurs nécessaires à l’évaluation de la mise en

œuvre et de la stratégie dont les objectifs sont tout

autant de permettre une adaptation permanente, que

de structurer une communication forte sur les objectifs

comme sur les résultats.

Le bilan annuel des aides, produit par la Région en

application de la loi du 13 août 2004 sur l’ensemble

des aides accordées par les collectivités en Bretagne en

faveur de l’innovation, viendra alimenter les réflexions

du COSI. Il sera le cas échéant complété par un bilan

des aides accordées par l’Etat ou ses établissements.

91


La gouvernance opérationnelle

Bretagne Innovation

RBI

Structures

d’accompagnement

Structures

de diffusion

BI

RBI

Entreprises

La gouvernance opérationnelle doit permettre

d’assurer, sur la base des orientations stratégiques,

la coordination de l’ensemble des

structures qui, au sein du Réseau breton de

l’innovation (RBI), assurent des missions de

diffusion ou d’accompagnement auprès des

entreprises.

En effet, dans le souci d’un continuum

efficace et lisible du soutien aux entreprises,

il convient de coordonner l’ensemble des

acteurs, chacun dans leur métier, au sein

d’un réseau unique.

Bretagne Innovation est en charge de la

coordination des acteurs et de l’animation du

réseau.

Au sein du RBI chaque structure assure, en

lien avec l’ensemble du réseau, les missions

de diffusion ou d’accompagnement dont elle

a la charge. Cette différenciation des métiers

permet à l’entreprise de trouver facilement le

soutien dont elle a besoin à chaque phase de

son processus d’innovation.

L’ensemble du système et de sa gouvernance

n’a pour seul objectif que d’apporter une

réponse optimale aux besoins des PME

bretonnes.

92


1

Nos convictions

Aujourd’hui, le système régional apparaît

complexe. Il est considéré par les entreprises

utilisatrices des services comme plutôt efficace

mais peu lisible. L’idée de confier une mission

plus importante à Bretagne Innovation s’est

imposée au fil des réflexions communes, afin

que cette structure devienne la « maison de

l’innovation ».

La mise en cohérence et l’animation des

instruments de l’innovation est un élément

essentiel pour l’efficacité de la politique

régionale d’innovation. La réussite des filières,

des clusters, des pôles de compétitivité, des

incubateurs et autres dépend de la richesse et de

l’intensité des liens existants entre les grandes

entreprises, les PME, les organisations et les

laboratoires universitaires de recherche ; de la

capacité de ces liens à susciter un flux régulier

de nouveaux projets et, de la dynamique permanente

d’innovation dans les PME qui se créera à

terme.

2

Les objectifs d’une gouvernance

opérationnelle

La gouvernance opérationnelle du SRI doit

rassembler l’ensemble des structures de soutien

à l’innovation, les organiser et les animer, pour

traiter les principaux défauts identifiés dans le

diagnostic et en premier lieu le problème de

lisibilité pour les clients (les entreprises).

Elle doit mettre en place :

un fonctionnement proche d’une « entrée unique »

sur le réseau, qui assure que n’importe quel

point d’entrée donne accès à l’ensemble des

compétences dont l’entreprise pourrait avoir

besoin,

un accompagnement de l’innovation au sens le

plus large,

une optimisation du fonctionnement en réseau,

et la création de passerelles entre les acteurs

pour accompagner et soutenir un nombre plus

important d’entreprises.

Cette dynamique se construit d’une manière

quotidienne avec des « intermédiaires » dans

l’économie de la connaissance (conseillers

technologiques, conseillers consulaires, conseillers

privés ou publics de toute nature) qui facilitent

la circulation des idées. Les résultats ne

s’apprécient que dans le long terme, mais en tous

cas la rigueur managériale est indispensable

pour éviter des dérives bien naturelles du système.

L’importance accordée à ces moyens de « travail

en réseau » ne doit pas être sous-estimée.

93


La gouvernance opérationnelle (suite)

3La structuration du Réseau Breton

de l’innovation : faire de la multiplicité

des acteurs un atout pour l’innovation

en Bretagne

La capacité à faire travailler ensemble toutes ces structures et

ces acteurs de soutien à l’innovation dans un système lisible

et cohérent est une des clés de réussite du SRI, c’est une des

conditions pour que le plan d’actions du SRI se concrétise sur le

terrain et porte ses fruits.

Le Réseau breton de l’innovation sera le réseau de l’ensemble

des interlocuteurs des PME bretonnes dans leur processus

d’innovation, qu’ils soient conseillers généralistes du développement

d’entreprises ou conseillers spécialisés dans une discipline

ou une compétence particulière.

> Un RBI pourquoi ?

Ce réseau unique doit être en mesure d’accompagner l’entreprise

sur l’ensemble de son processus d’innovation. Il doit, en tout premier

lieu, faciliter l’accès à la première marche de l’innovation

pour les entreprises éloignées de la démarche.

94


Le graphique ci-après présente schématiquement

le positionnement de chacun des acteurs au sein

du RBI en lien avec les différents besoins des PME

dans leur processus d’innovation.

> Un RBI comment ?

Le RBI est un réseau unique mais regroupe

des métiers multiples. Pour que ce réseau soit

efficace il faut que :

les missions, métiers, et objectifs de chaque

conseillers et de leurs structures de rattachement

soient clairement identifiés,

les acteurs travaillent ensemble en réseau, avec

une reconnaissance partagée des compétences

et métiers des autres,

toutes les compétences nécessaires à l’accompagnement

des PME bretonnes sur l’ensemble de la

chaîne de l’innovation (de l’idée à la mise sur le

marché ou l’intégration en interne) soient présentes

dans le réseau.

En effet, au sein du RBI, les rôles, les missions

et les métiers de chaque type de structures

et donc de conseillers seront bien définis. Les

travaux importants menés avec l’ensemble des

acteurs dans le cadre de l’élaboration du SRI ont

permis de dégager différents types de missions par

catégories d’acteurs (voir le code couleur sur le

graphique)

> Certains acteurs interviennent principalement

sur la diffusion et la stimulation de l’innovation.

> D’autres ont des objectifs d’accompagnement

des projets d’innovation dans la durée sur l’ensemble

du processus.

> D’autres encore sont davantage concernés par

le conseil ciblé sur des phases ou des domaines

spécifiques du processus d’innovation.

Les missions et métiers de ces acteurs sont

définis par catégorie de structures de rattachement

dans des fiches jointes en annexe.

Il convient de noter que certaines actions, transversales

à l’accompagnement du processus d’innovation dans

les entreprises, sont traitées ailleurs dans le SRI et ne

sont donc pas reprises dans ce graphique :

l’animation de filière, l’animation du territoire.

l’animation de réseaux

le financement et la gestion des aides

le soutien à l’émergence de projets collaboratifs

de type pôles de compétitivité ou clusters,…..

95


Besoins/Processus d’innovation dans l’entreprise

S’informer

Trouver l’idée

Analyser le potentiel

Valider

Evaluer

Formaliser

Structurer

Organiser

Monter l’équipe

Trouver

les partenaires

Mise en relation

Réseaux

Veille IE

Créativité

Gestion de la connaissance

Métiers/missions des structures

Sensibiliser

Détecter

Conseiller

Auditer

Informer

Valider l’idée

(faisabilité)

Evaluer

Formaliser

Trouver

les partenaires

Mettre en relation

Diffuser

Ch. de commerce et d’industrie

Ch. de métiers et de l’artisanat

Ch. d’agriculture

Agences de dév. éco

Plates-formes

technologiques

INPI

Entreprise

Europe Ouest

ARACT, Réseaux PB+, Jessica France

ARIST/CRCI

Centres Techniques

CRITT, Technopoles,

Oseo, CREATIV

96

DIFFUSION


Développer

Créer

Mettre en oeuvre

Produire

industrialiser

Intégrer

Exploiter

Commercialiser

Valoriser

Rentabiliser

Expertises spécialisées, Equipements

Ingénierie de projet (montage, pilotage, protection de l’innovation)

Gestion des ressources humaines et compétences, Formation

Développer

Mettre en oeuvre

Aider à l’exploitation

Commercialisation

Valorisation

Aider à l’exploitation

Commercialisation

Valorisation

Accompagner

Plates-formes

technologiques

Services

de valorisation

INPI

ARIST/CRCI

Entreprise Europe

Ouest

Bretagne international

CCI International

Ingénierie de projets innovants

Transfert de technologie

Création/Incubation

Centres Techniques

Sensibilisation/aiguillage

Généralistes

du développement

d’entreprise

Conseils ciblés

CRITT, Technopoles,

Oseo, CREATIV

Accompagnement

Conseillers spécialisés

Accompagnement

sur l’ensemble

du processus/de la chaîne

Spécialistes

de l’ingénierie de projet


La gouvernance opérationnelle (suite)

BI assure ainsi, au titre de la gouvernance

opérationnelle une triple mission :

4L’animation du Réseau breton

de l’innovation : le rôle central

de Bretagne Innovation dans la

gouvernance opérationnelle

L’objectif est de faire de Bretagne Innovation

la « Maison de l’innovation en Bretagne » pour

l’ensemble des structures de soutien et

des financeurs de l’innovation en Bretagne.

L’association animera et rendra lisible le Réseau

Breton de l’Innovation. Il faut que les PME puissent

y trouver des solutions pour innover plus et innover

mieux.

Le rôle principal de Bretagne Innovation est

d’animer le système régional de l’innovation et de

coordonner le Réseau Breton de l’Innovation (RBI),

pour autant elle ne devra pas se substituer aux

organismes qu’elle anime. BI doit s’appuyer sur les

membres du RBI pour donner corps au SRI.

Au-dede ses missions historiques visant à mettre

en valeur l’ensemble de ses partenaires, à

rendre lisible l’action de toutes les structures qui

composent le système régional de l’innovation,

à communiquer, BI doit mobiliser les conseillers

d’entreprises et leurs structures pour mener à

bien le plan d’actions du SRI. Différents volets

demanderont une coordination et des actions

fédératrices renforcées qui seront assurées par BI,

affichée comme chef de file de ces actions.

BI joue en outre un rôle important de relais

d’information pour les structures de gouvernance stratégiques.

Via les acteurs du RBI, elle sera en effet en

mesure de fournir au COSI et aux financeurs des

informations sur l’innovation en Bretagne et sur les

besoins des entreprises.

> Animer et fédérer les structures et acteurs de

soutien :

Bretagne Innovation doit animer les structures

du RBI, ainsi que les personnes physiques

membres qui participent à la vie du réseau. Pour

réaliser une animation renforcée l’association

doit être force de propositions lors de la définition

des missions des structures de soutien et être en

mesure de suivre la réalisation des actions inscrites

au SRI.

L’adhésion au RBI devra se faire sous forme d’un

engagement conventionnel à respecter les règles de

fonctionnement du réseau. Cette convention n’aura

pas nécessairement de contrepartie financière. Pour

leur part, les acteurs du RBI s’engagent à participer

aux enjeux collectifs, à partager des informations

non-confidentielles concernant le suivi des entreprises,

et à renvoyer les entreprises vers la structure la

plus appropriée. BI s’engage à assurer un certain

nombre de prestations et de services au bénéfice

de ces membres (association à la vie du réseau,

le Portail de l’innovation, Semaine de l’innovation,

formations pour faire évoluer les compétences de

leurs équipes). Pour certains dispositifs d’accompagnement

financiers des entreprises, certains

participants pourront être «prescripteurs».

En tant qu’animateur Bretagne Innovation devra en

outre renforcer l’efficacité du RBI notamment par

la mise en place d’outils partagés pour faciliter le

travail en réseau, multiplier le nombre d’entreprises

rencontrées et optimiser l’accompagnement qui s’en

suit. BI devra par ailleurs soutenir le développement

des compétences des acteurs de terrain (formations,

informations, identification de bonnes pratiques…),

voire être source de propositions pour la définition et

l’évolution des missions d’intérêt général des

structures impliquées dans la mise en œuvre du

Schéma régional de l’innovation.

98


BI soutiendra l’émergence et la structuration

des secteurs d’avenir par la coordination des

programmes transversaux identifiés par le COSI.

> Diffuser et communiquer notamment pour les

entreprises

Il s’agit de mieux faire connaître l’innovation et

le réseau breton de soutien à l’innovation pour

permettre à toute entreprise de trouver la réponse

à ses besoins.

Bretagne Innovation portera des actions régionales

pour :

rendre visible et cohérent le Réseau breton de

l’innovation, porte d’entrée sur l’ensemble des

actions et des acteurs de soutien de l’innovation,

valoriser les réussites et apprendre des échecs

des entreprises innovantes,

valoriser les actions de l’ensemble des structures

de soutien pour mieux les faire connaître,

développer des actions fédératrices au niveau

régional telles que la Semaine de l’innovation ou

Paré à innover

Ces actions viseront à développer la culture de

l’innovation en Bretagne et à étendre ainsi le

nombre d’entreprises qui innovent. Elles devront

également permettre d’étendre la notion d’innovation

bien au-dede l’innovation technologique pour

inclure l’innovation organisationnelle, managériale,

sociale.

> Suivre la mise en œuvre du plan d’action du

SRI et contribuer à développer l’image d’une

Bretagne innovante.

Dans ce cadre Bretagne Innovation participera à

la collecte des indicateurs d’activité et d’impact

relatifs à la mise en œuvre des actions de soutien

inscrites au SRI et organise la remontée de ces

information. BI aura en outre à répondre aux

sollicitations du COSI et à formuler, le cas échéant,

des propositions d’amélioration en fonction des

résultats constatés.

Pour assurer l’ensemble de ces missions BI

devra veiller à une juste représentation de

l’ensemble des acteurs de l’innovation dans les

différents collèges de l’association. Le mode de

fonctionnement clarifié de l’association est en

effet, en lui-même, une condition majeure du

succès de la gouvernance opérationnelle du SRI.

Les statuts de BI devront être revus au plus vite

pour donner corps au concept de « maison de

l’innovation ».

Le SRI ne créée ainsi aucune nouvelle

structure, il vise à clarifier le rôle et à

faire évoluer des structures existantes

au sein de la « maison de l’innovation »

qu’est Bretagne Innovation. Il révèle

l’importance du travail sur la culture de

l’innovation, surtout dans une Région

90% des entreprises ont moins de 10

salariés. Il présuppose que la culture de

l’innovation est partenariale (des laboratoires

aux entreprises en passant par les structures

interfaces). Enfin il nous rappelle qu’aude

de notre tradition régionale du travail

en réseau, il est important de travailler en

réseau en Europe et au plan international.

Par ailleurs, afin de contribuer à la construction

et au développement d’une image économique

innovante de la Bretagne à l’extérieur en lien

notamment avec Bretagne International, au

sein de l’Agence économique de Bretagne, BI

participa à l’établissement de l’Index régional de

l’Innovation (ces actions sont développées

davantage au chapitre « Evaluation »).

99


Financement

1Le constat

Le fondement de la politique de l’innovation

repose sur une chaîne de valeur de l’innovation

qui va de la valorisation de la recherche jusqu’à

la création d’activités nouvelles. Les instances de

financement de l’innovation sont multiples. En

dehors de financements purement privés, les

politiques européennes, nationales, régionales ou

infra régionales contribuent chacune à des niveaux

différents au financement de l’innovation. Une

part des actions de soutien à l’innovation relève

ainsi de choix pris en dehors de l’espace régional

(le crédit impôt recherche, la politique des grands

organismes nationaux de recherche…).

Ce chapitre porte cependant principalement sur les

financements décidés et mis en œuvre en région :

ceux sur lequel les acteurs du territoire moteur dans

l’élaboration du SRI ont une influence directe.

Au plan régional, avec l’élaboration d’un SRI, la

Bretagne entend poursuivre et confirmer son image

de région active et volontariste dans l’innovation.

Les études menées sur le financement de l’innovation

montrent que le Conseil régional est, avec OSEO

Bretagne, le principal financeur public de l’innovation

(plus de 70 % du total) sur le territoire breton. Ce

poids important donne au Conseil régional, en lien

avec les autres financeurs publics, une légitimité et

une responsabilité de premier plan dans le pilotage

et le suivi des résultats du SRI.

L’étude sur les outils financiers de l’entreprise

innovante menée dans le cadre des travaux

d’élaboration du SRI par Katalyse et CM International

met en évidence les forces et les faiblesses des

dispositifs de soutien. Elle souligne la complémentarité

d’un certain nombre d’outils et de dispositifs de

soutien en Bretagne mais met en évidence également

des manques à combler. Ils concernent plus

particulièrement :

les besoins pour la valorisation des résultats des

travaux de recherche et la maturation des projets,

l’insuffisance de « l’offre de financement » en

phase d’amorçage,

le besoin de structuration et d’accompagnent en

ressources humaines (formation ou accompagnement

des porteurs de projets),

les difficultés rencontrées au stade de la

commercialisation,

le manque de lisibilité des dispositifs d’aides.

Les besoins d’accompagnement sont différents

selon les phases de vie d’un projet ou des

entreprises mais aussi selon le type et l’intensité

de l’innovation. L’étude menée sur le financement

des entreprises innovantes dans le cadre de

l’élaboration du SRI fait apparaître des priorités

différentes selon les formes d’accompagnement, le

stade de maturité et le type d’innovation.

100


3 formes d’accompagnement financier

SECTEURS D’ACTIVITÉS

Financement de l’entreprise innovante

Amorçage

Capital risque

Capital développement…

Opérateurs privés et publics

Aides immatérielles et approche ciblée

du soutien à l’innovation

Exemples : étude de marché, recrutement de

cadres, coaching des porteurs…

Aides et dispositifs publics

pour l’essentiel

OUTILS FINANCIERS…..

3 angles principaux pour appréhender

la problématique

≥ Formes d’intervention

≥ Stade de maturité du projet

≥ Type d’innovation concernée

+ approche sectorielle

Aide et financement au développement

économique

Aides à l’immobilier, aide à l’emploi….

> Bénéficiant également aux entreprises

innovantes….

Stade de maturité

Ante-création (incubation)

Création

Développement

Transmission

Type d’innovation

Dominante technologique

Orientée service

Prioritaire

Important

Hors champs

101


Financement (suite)

3Les modalités

de financement des différentes

phases de l’innovation

2

Notre objectif

Notre objectif est d’assurer le continuum du

financement des différentes phases de l’innovation

(du projet à la commercialisation, du laboratoire à

l’entreprise). Il doit en effet exister un continuum

du financement en parallèle de l’accompagnement

des projets assuré par le RBI (voir gouvernance).

La majeure partie de ce financement doit être

assurée naturellement par des acteurs privés

(banques, entrepreneurs…) notamment dans

la phase aval des projets. En revanche pour la

phase amont la plus risquée un financement public

complémentaire est indispensable.

Les formes d’intervention publiques recouvrent

le financement du transfert de technologie et

de la création d’activité nouvelle, le soutien aux

projets industriel innovants mais aussi les soutiens

indirects apportés par le biais des structures

d’appui du RBI.

> Transfert de technologies et création

d’activités nouvelles

Le transfert découle de la rencontre d’un laboratoire

cherchant à transformer ses résultats de recherche

en valeur économique et/ou d’un industriel faisant

appel à un centre de compétences pour présenter

une offre compétitive sur ses marchés.

Dans les phases préalables à la constitution de

l’entreprise (maturation et incubation du projet dans

un laboratoire, phase ante-création), le diagnostic

est le suivant :

102


Cycle

de vie

capital

risque

Cycle

de vie

projet

Bilan Points positifs Points négatifs

Idée

+++

• Soutien conséquent des acteurs

publics

• Bonne complémentarité des

dispositifs (de l’idée à la

faisabilité) et coordination des

acteurs (incubateur OSEO)

• Sélection régionale pour le

concours création OSEO national

Exemple : préparation dossier

OSEO en parallèle de l’ENSTB si les

projets sont recalés

• Des délais trop longs de mise en

œuvre des financements publics

• Un concours de création

d’entreprise qui nécessite un bon

timing et conditionne souvent

d’autres aides

• Un manque de financement (?)

Anté-création/ Incubation

Faisabilité du projet

+

• Relativement bien couvert par

les aides publiques : aide à la

Protection Intellectuelle & Brevet

• Encadrement et soutien apporté

au porteur de projet (trop ?... )

• Les ressources allouées à la

maturation jugées trop faibles

Financements focalisés sur la PI et

les études de marché...

... absence de financement sur le

prototypage et maquettage....

... des formations du porteur de

projet limitées (5 j. /an Rennes

Atalante) Soutien managérial à

développer

• Des projets insuffisamment matures

lorsqu’ils arrivent sur le marché (des

conséquences sur l’attractivité pour

les privés, niveau de valorisation…)

Absence d’aide à l’extension des

brevets à l’international

• Des échanges à renforcer entre

opérateurs sur les dossiers

• La connaissance, compréhension

des logiques des acteurs privés par

les structures interfaces (?)

Pour répondre aux difficultés identifiées, les

interventions mises en place ou développées

auront pour objectifs :

d’accompagner la phase initiale de R&D ou

« preuve du concept » par la création d’un

dispositif de soutien à la maturation (fiche 19).

Ce dispositif visera à accompagner des projets

portés par les laboratoires de recherche publics

et privés et à démontrer leur viabilité économique

;

La problématique déterminante du soutien aux

ressources humaines est intégrée dans plusieurs

de ces dispositifs.

En ce qui concerne l’accès au financement pour les

entreprises existantes (y compris nouvellement

crées) le diagnostic fait apparaître que les entreprises

innovantes sont confrontées à des besoins de

financement importants (notamment en fonds

propres).

de favoriser l’appropriation et la valorisation des

technologies (en tenant compte des dimensions

marché, services et RH) soit par l’entreprise

soit par la création de jeunes pousses.

Plusieurs outils sont aujourd’hui disponibles

en Bretagne (appels à projets des CRITT, dispositifs

OSEO, Emergys, CREInnov (ancien

dispositif CAT), ALPI, concours du Ministère de la

recherche,…).

103


Financement (suite)

Cycle

de vie

capital

risque

Cycle

de vie

projet

Bilan Points positifs Points négatifs

Amorçage

Développement du projet

- - -

• Présence d’acteurs locaux dédiés

à l’amorçage : SFLD

• Création récente de nouveaux

outils : PPA (OSEO financement)

• Un manque de formation des

porteurs de projets

Véritable manager dans l’équipe

(sujet traité souvent trop tard)

• Des fonds de capital risques qui

investissent de moins en moins en

amorçage

Prise de participation des banques

(participation majoritaire)

• Un manque de coordination entre

acteurs publics et acteurs privés

Pas de relai assuré pour trouver

de nouveaux financements

• Temps

des financements publics longs à

arriver

des investisseurs privés qui

tardent à investir

• Carence de fonds propres chez les

porteurs de projets

des aides publiques conditionnées

par les fonds propres de

l’entreprise (1€ 1€) avec peu

d’accompagnement pour trouver le

financement privé...

Lancement

-

• Entrée des Business Angels

une structuration en cours

(4 clubs)

une préférence pour des

investissements peu risqués

• Idem phase d’amorçage :

Appui sur le développement des

compétences

Problématique des fonds propres

Développement

Dével.

+

• Nombreux acteurs privés

• Des acteurs publics diminuant

leurs aides ciblées : international,

commercial

Aides s’orientant uniquement

vers des actions communes, projets

coopératifs

• Suivi des PME à des moments

charnière de leur développement

: innovation de rupture,

développement important

104


Ces besoins sont en partie couverts par les dispositifs

de financement « classiques » des entreprises mis

en place par les collectivités (notamment pour la

Région dans le cadre de la stratégie régionale de

développement économique).

Certains de ces outils sont plus particulièrement

ciblés sur les entreprises à fort potentiel.

L’intervention des fonds d’investissement mis en

place avec le soutien des acteurs publics [Bretagne

Jeunes Entreprises (BJE), Ouest Venture (OV1 et

prochainement OV2), …], parfois en lien avec des

investisseurs privés (les Business Angels), apporte

une réponse aux besoins de financement dans la

phase de 1er développement mais interviennent

rarement en amorçage.

Pour combler ce déficit, il est proposé la création

d’un dispositif de soutien à l’amorçage (fiche action

21) ciblé plus particulièrement sur les entreprises

innovantes. Celui-ci s’inscrira en amont des outils

de capital-risque et en aval des prêts d’honneur des

Plateformes d’initiatives locales (PFILS) et/ou de

Bretagne Entreprendre.

La proposition d’accompagner la structuration

des réseaux de Business Angels à l’échelle

régionale, si elle n’est pas propre à l’innovation,

devrait également faciliter la coordination et la

complémentarité de l’intervention des différents

outils notamment en phase d’amorçage.

Enfin des réflexions sont envisagées sur la mise en

place d’outils particuliers pour certains secteurs

d’activités dont les besoins de financement de

l’innovation, notamment en phase d’amorçage,

sont spécifiques (biotech, TIC…). Ces réflexions

pourraient être engagées en lien avec la mise en

place de programmes transversaux structurants

(voir ci-dessous).

> Soutien aux projets industriels

innovants

Les projets industriels des entreprises innovantes

peuvent s’appréhender de deux façons selon

que l’entreprise a une démarche collaborative ou

individuelle.

Les projets de R&D en collaboration étroite

avec la recherche publique : il s’agit de programmes

collaboratifs de recherche entre des industriels

et des organismes de recherche publics devant

répondre, à terme, aux besoins de l’économie en

capitalisant sur l’apport de la recherche et sur la

capacité d’anticipation des entreprises sur les

évolutions des marchés. Ces projets sont issus d’un

véritable partenariat entre un ou plusieurs laboratoires

de recherche et une ou plusieurs entreprises.

Au nombre de ceux-ci :

les projets collaboratifs des pôles de compétitivité

financés soit par l’Etat (ANR, FUI et OSEO) soit par

les collectivités locales dans le cadre d’un fonds

unique breton ;

les projets collaboratifs hors pôles de compétitivité

financés essentiellement par le Conseil

régional en raison de leur aspect amont ou « recherche

industrielle » ;

la mise en œuvre de programmes transversaux

pour soutenir l’émergence et la structuration de

secteurs d’avenir est prévue par le SRI (fiche

action 17). Il s’agit d’un ensemble structurant et

cohérent d’actions de soutien à l’innovation sur

une thématique précise et trans-sectorielle/transfilières

cristallisées dans un programme itératif

pluriannuel et fédérateur. Cette action stratégique

sera menée en lien avec le COSI. Elle pourra

également avoir des répercutions notamment sur

les choix faits en matière de priorités de recherche

(lien avec le CCRRDT).

Les projets individuels des entreprises :

ils concernent aussi bien les entreprises peu

familiarisées avec l’innovation que celles engagées

dans un processus d’innovation.

En ce qui concerne la première phase dite de

sensibilisation : des aides incitatives simples

prescrites par le RBI permettent à l’entreprise

peu familiarisée avec l’innovation de financer une

prestation technico-économique liée à un projet

innovant. Dans le souci d’élargir le nombre de

TPE-PME sensibilisées à l’innovation, le dispositif

de financement de cette « première marche » sera

amélioré. Il aura pour cible prioritaire l’entreprise de

moins de 50 salariés n’ayant pas bénéficié d’une

aide à l’innovation des financeurs concernés dans

les cinq ans.

105


Financement (suite)

Pour la deuxième phase, les entreprises engagées dans un

processus d’innovation ont des besoins spécifiques. Les aides

visent à accompagner la mise au point de nouveaux produits,

procédés ou services, à renforcer la compétitivité des

produits, procédés ou services existants. Un projet d’innovation se

caractérise, dans tous les cas, par une phase amont risquée dite

« phase de faisabilité » qu’il convient plutôt d’aider sous forme

de subvention, une phase de développement aidée plus généralement

en avance remboursable et une phase d’industrialisation

et de commercialisation jusque là peu accompagnée. Une réflexion

est à mener rapidement sur la façon d’accompagner cette phase

cruciale pour l’entreprise.

> Soutien aux structures d’interface

et d’appui aux entreprises et aux créateurs

d’entreprises innovantes

Les structures membre du RBI interviennent dans un continuum

de métiers tout au long de la chaîne de l’innovation pour apporter

aux PME des réponses à leurs besoins dans les différentes phases

de l’innovation. Au-dede l’expertise, leurs points forts sont le

pilotage des projets par le marché et la connaissance des filières,

la coordination de projets collectifs et une aptitude à travailler

en réseau. Chaque structure, de par ses missions spécifiques,

contribue à la concrétisation d’une ambition régionale commune

et à la réalisation d’un ensemble d’actions cohérent notamment,

le cas échéant, dans le respect de la Charte de collaboration

des acteurs bretons du transfert de technologies. Il convient de

rappeler que ce réseau assure un accompagnement global de

l’innovation bien au dedes seuls aspects technologiques (voir

gouvernance).

Autant que de besoin, pour les missions qui leur sont confiées ces

acteurs sont reconnus soit dans la cadre du contrat de Projets

Etat-Région 2007-2013 soit hors contrat de projets dans le cadre

de conventions particulières et de définition d’objectifs précis.

La mise en place d’un fond de ressourcement (action 19),

finançant des projets communs, devrait permettre de renforcer

les collaborations entre les entreprises, les centres techniques et

les laboratoires de recherche.

Enfin, la démarche menée dans le cadre du SRI a mis en avant

la nécessité de renforcer la coordination confiée à Bretagne

Innovation et d’en faire la « Maison de l’innovation en Bretagne »

(cf gouvernance). Bretagne Innovation disposera des moyens

nécessaires pour mener à bien ses missions d’animation, de

diffusion, de communication et de suivi opérationnel du SRI.

Vous trouverez en annexe à ce document un tableau récapitulatif

des principaux dispositifs de soutien à l’innovation existants en

Bretagne.

106


Evaluation

1le constat

Le SRI devra se doter d’une « culture du rendu compte et de

l’évaluation » au sein du réseau des acteurs de soutien et au sein

de chaque structure. Une culture dans laquelle l’évaluation est

une occasion de valoriser ce qui fonctionne, d’identifier les zones

d’amélioration et de faire évoluer ses activités et ses pratiques

pour être plus performant e plus proche des entreprises.

2nos objectifs

Il s’agit d’organiser l’évaluation du SRI autour de quatre niveaux

et objets d’évaluation complémentaires :

une évaluation opérationnelle du système régional de l’innovation

(par le biais notamment d’indicateurs d’activités et d’impact

des structures qui le composent),

une évaluation opérationnelle du schéma régional de l’innovation

à travers des indicateurs d’activités et d’impact des 30 fiches

actions inscrites au plan d’actions,

un suivi des capacités et des performances d’innovation et des

grandes données socio-économique de la Bretagne par la mise

en place d’un Index,

une évaluation de la stratégie du SRI.

Par l’implication de l’ensemble des acteurs de l’innovation, la

stratégie d’évaluation doit permettre :

> au COSI d’exploiter et d’analyser les données remontées par la

coordination opérationnelle, de proposer des évolutions dans

le temps et de mettre en place des mesures correctives ;

> aux financeurs, y compris aux instances communautaires

s’agissant des fonds européens, d’évaluer les impacts de leur

financement et de prendre des décisions en commun ;

> aux acteurs de soutien de renforcer leur démarche de suivi

interne et externe et de contribuer à l’action de Bretagne

Innovation ;

> au réseau breton de l’innovation de dresser régulièrement

un bilan des actions inscrites au SRI et de consolider les

connaissances sur le système de soutien et l’innovation en

Bretagne ;

> aux entreprises de mieux comprendre les actions menées pour

les accompagner dans leur processus d’innovation ;

> au grand public d’être sensibilisé et mobilisé sur les enjeux de

l’innovation.

108


1. l’évaluation opérationnelle

du système régional de l’innovation

par la mise en place d’indicateurs

d’activité et d’impact des structures

d’interface qui le composent

3Contenu et propositions

de mise en œuvre

L’évaluation du SRI associe une approche micro

et macro économique pour couvrir aussi bien le

suivi des actions de terrain que leur impact sur

l’environnement socio-économique breton. Elle

prend également en compte la notion du temps et

le besoin d’avoir un suivi dans des délais courts

afin d’assurer l’opérationnalité du SRI mais aussi

un suivi sur le moyen et long terme afin de prendre

en compte des changements sur la durée.

Il s’agit de mesurer l’activité et l’impact de l’action

de l’ensemble des structures du RBI dans le

système régional de l’innovation. Une part des

indicateurs de suivis existent déjà notamment pour les

structures financées dans le cadre du contrat de projet

2007-2013. Ces indicateurs pourront être complétés

ou le cas échéant modifiés en lien avec les financeurs

de ces structures.

Périodicité : un rapport consolidé annuel de BI

au COSI

Modalités :

- Collecte auprès des acteurs concernés

et traitement des données par Bretagne

Innovation en lien notamment avec les financeurs

Des indicateurs de suivis de l’activité de chacune

des structures au sein du RBI seront mis en place

par Bretagne Innovation.

Cependant, il conviendra de tenir compte, lorsqu’ils

ont été élaborés, des tableaux de bord et indicateurs

existants. Un travail d’homogénéisation des indicateurs

sur la mission d’intérêt général des centres techniques

et des CRITT a en effet été réalisé, il est en cours

pour les technopoles. Les Pôles de compétitivité

et l’incubateur régional ont leur propre système

d’évaluation qui sera pris en compte dans le SRI.

Des évaluations croisées entre structures partageant

les mêmes missions seront testées afin de partager

du savoir faire et de la connaissance.

109


Evaluation (suite)

2. l’évaluation opérationnelle

du schéma régional de l’innovation

par la mise en place d’indicateurs

de suivi du plan d’actions

Il s’agit de mesurer l’efficacité et l’efficience des

actions inscrites dans le plan d’actions du Schéma

régional de l’innovation (actions individuelles ou

collectives d’appui, notamment celles de BI, et

dispositifs financiers) et de consolider ces résultats.

Pour chaque fiche action, des indicateurs sont

proposés, ils sont réalisables et simples à collecter

dans la durée et devront être mis en place dès le

lancement de l’action. Le cas échéant, les indicateurs

proposés dans les fiches action pourront être

complétés par d’autres. C’est un des rôles du « chef

de file » de l’action que de mettre en place, en lien

avec les financeurs et BI, cette grille d’évaluation.

L’évaluation opérationnelle repose sur des indicateurs

de suivi et des indicateurs d’évaluation à proprement

parler qui visent à apprécier des effets à moyen et

long terme des actions mises en oeuvre.

Périodicité : un rapport consolidé annuel de BI

au COSI

3. le suivi des capacités et des

performances d’innovation en

Bretagne par la création

d’un Index régional de référence

Le suivi de l’index porte un double objectif :

Il permet de suivre les grandes tendances, à

l’échelle macro et dans le temps, de l’innovation

et de l’environnement socio-économique de la

Bretagne, il signale les progrès et les reculs. Il

situe la Bretagne innovante par rapport aux autres

régions françaises et européennes à partir de

grandes données de référence (action 16).

Il est un référentiel commun capable de

mobiliser les acteurs, publics et privés sur les

enjeux essentiels en matière d’innovation. Il

doit être aussi un puissant outil pédagogique de

sensibilisation et de mobilisation pour le grand

public et un outil de communication qui contribue

à la construction de l’image innovante de la

Bretagne vis à vis de l’extérieur, notamment à

l’international (action 29).

La première étape consistera à créer un Index

régional pertinent. Cette mission sera assurée

par le COSI. Ainsi, l’Index reposera sur un ensemble

d’indicateurs cohérents et fiables qui seront

facilement compréhensibles et qui permettront des

comparaisons interrégionales aux niveaux français

et européen.

Modalités :

- la collecte auprès des acteurs concernés

devra être organisée par le chef de file de l’action

et le traitement des données sera réalisé par

Bretagne Innovation.

La mise en place de tableaux de bord d’indicateurs

sera nécessaire pour les actions inscrites dans le

SRI ainsi que pour la mesure des activités et de

l’impact de toutes les catégories d’acteurs qui

partagent les mêmes missions.

L’agrégation et l’analyse globale des indicateurs et

de tableaux de bord seront réalisées par Bretagne

Innovation et transmises aux COSI.

110


Plusieurs index d’innovation existants peuvent servir de référence, ils s’articulent généralement autour de la logique de

catégorisation des indicateurs présentée dans le tableau ci-dessous :

Des indicateurs d’impact

économique et sociétal ;

Traduisent les « outputs » indirects

plus macro, les tendances

du tissu économique et social

Des indicateurs de

process d’innovation ;

Traduisent les activités

d’innovation en tant que telles Ce

sont des données témoignant d’un

processus d’innovation

Des indicateurs de potentiel

d’innovation/de ressources

Traduisent les « inputs »

pour l’innovation en termes

de ressources humaines

et financières, technologiques

et scientifiques

(création de la connaissance)

et d’environnement entrepreneurial

et sociétal

Exemples Exemples Exemples

● nouveaux produits/procédés et

service sur le marché

● création d’entreprises innovantes

● emplois et salaires moyens

notamment dans la haute et

moyenne technologie

● chiffres d’affaires consolidés

● structures des salaires

par métiers/secteurs

● revenu moyen des ménages

● export industriel

● structure du tissu économique

(part des industries de haute

techno,…)

● nombre de JEI

● PIB par habitant et par emploi

● effort de R&D dans les

entreprises

(dépenses et effectifs)

● nombre de brevets déposés

● nombre de contrats CIFRE

● nombre de contrats

de valorisation

recherche-entreprises

● entreprises ayant innové

● entreprises ayant participé

à des projets européens

● nombre d’aides OSEO

● capital investi dans

les entreprises innovantes

● dépenses et effectifs publics

de R&D (ratio par rapport au PIB)

● éducation et ressources

humaines en sciences

et technologies

● formation continue

demande d’innovation

● pénétration du haut débit

111


Evaluation (suite)

4. L’évaluation stratégique

du Schéma régional d’innovation

Un premier travail de recensement, de structuration

d’indicateurs et de recueil de données effectué par

Bretagne Innovation a servi de base au diagnostic

du Schéma régional de l’innovation présenté en

octobre 2008. C’est sur la base de ce premier

travail que sera élaboré, sous l’égide du COSI,

l’index breton de l’innovation.

Périodicité : présentation de bilans annuels

auprès du COSI, puis diffusion sur décision du COSI

auprès des acteurs du soutien, des entreprises et

du grand public.

Modalités :

- Collecte et traitement des données

par Bretagne Innovation (sur la base d’un

partenariat avec l’INSEE, d’autres services de

l’Etat et les collectivités / et le cas échéant

d’enquêtes spécifiques) ;

- Remontée des données traitées et d’une analyse

globale au COSI ;

- Exploitation des données par le COSI ;

- Publication de l’Index ;

- Développement d’outils de communication

spécifiques.

Il s’agit de reconsidérer à échéance régulière la

pertinence des orientations prises et des choix

stratégiques faits dans le SRI au regard des

ambitions affichées dans la vision et des enjeux

identifiés dans le diagnostic. La cohérence du

schéma, c’est à dire l’adéquation entre les moyens

prévus et les objectifs fixés, sera également

étudiée.

Cette mission sera assurée au sein du COSI et

les conditions requises à une confrontation

constructive des idées seront organisées en

s’appuyant notamment sur l’expertise de l’Union

européenne. Cette appréciation et ce questionnement

des choix politiques seront alimentés autant que de

besoin par des apports d’experts et la contribution

de personnes ressources extérieures.

Les tendances analysées à partir du suivi de

l’Index régional de l’innovation pourront permettre

d’alimenter et d’enrichir le débat. Les résultats

d’actions de benchmarking aux niveaux français

et international pourront apporter des éclairages

particuliers et d’éventuelles nouvelles tendances.

Les résultats des études mutualisées au sein de

BI dans le cadre de ses missions d’observation de

l’innovation (action 16) et les analyses issues des

actions d’intelligence économique mutualisées par

l’AEB (action 15) pourront également être exploités

dans ce cadre.

Périodicité : une évaluation tous les 3 ans

Modalités :

- Organisation de réunions spécifiques par le COSI ;

- Intervention d’experts extérieurs sur cahier des

charges établi par le COSI ;

- Utilisation des résultats des démarches de veille

et d’intelligence économique (sur les secteurs,

les technologies, le tissu économique en général

ou encore le soutien à l’innovation et les besoins

des PME).

112


Les annexes

113


Calendrier : 16 mois de démarche participative

> Ils ont participé à l’élaboration du SRI

> Fiches missions/métiers des structures de soutien

> Liste des dispositifs d’intervention actuels

Le diagnostic du système régional d’innovation constitue

également un annexe du SRI.

114


Calendrier :

16 mois de démarche participative

G1

G2

Délimiter le périmètre de réflexion du SRI

CRÉER UN CONSENSUS SUR LE DIAGNOSTIC

DES FORCES & FAIBLESSES RÉGIONALES

Groupe de Synthèse :

convergence

G3

G4

G5

DÉFINIR LES AXES PRIORITAIRES

DE L’ACTION RÉGIONALE

FORMULER LES PROPOSITIONS D’ACTIONS

VALIDER LA FAISABILITÉ ET L’IMPLICATION

DES ACTEURS

Groupe de travail entreprise

Groupe de Synthèse :

convergence

3 réunion du Groupe

de Synthèse

Groupe de travail entreprise

Plénière des groupes de travail

115


Ils ont participé

à l’élaboration du SRI

> Structures/organismes/entreprises

Culture de l’innovation

CRT Métrologie Ludovic Bara

MGDIS Jean-Marc Bienvenu

AB Conseil Armelle Brault

Espace des sciences Michel Cabaret

Agence Economique de Bretagne Arnaud Cacquevel

CCI Rennes Guy Canu

Conseil régional de Bretagne Annie Castel

MEITO Patrick Cosquer

JESSICA France Jean-Luc Fleureau

Conseil général des Côtes d’Armor Yvon Fouillère

ADRIA Jean-Robert Geoffroy

Oxxius Thierry Georges

COOPAGRI Jean-Luc Hardy

Performance Bretagne PSA Pierre Hervé

Bretagne Ateliers Daniel Lafranche

CFDT François Le Foll

FAI Jean Le Lez

VIPE André Mallol

Conseil régional de Bretagne Yannick Pont

Pôle Mer Patrick Poupon

CRCI Michel Sorel

ARACT Bretagne Patricia Soussem

Audelor Nicolas Teisseire

Breizpack Thierry Varlet

Bretagne Valorisation Béatrice Viale

Conseil régional de Bretagne Pierre Villemur

Association Bleu-Blanc-Coeur Pierre Weill

116


Recherche et Développement

Commercialisation et industrialisation

de l’innovationet des connaissances

Conseil régional de Bretagne Annie Audic

Conseil général du Finistère Louis-Pascal Baron

Le Verre Fluoré Jean Berthelot

Sciences et Mer Christine Bodeau-Bellion

CGP Entreprises Céline Boulanger

INPI Vincent Carré

Pôle Agronomique de l’Ouest Marie-Pierre Cassagnes

BA systemes Guy Caverot

Prodiabio Cindy Gaucher

Conseil régional de Bretagne Christelle Grimaux

UBS Laboratoire des matériaux biodégradables Yves Grohens

DRRT Jean-Marie Haussonne

Bretagne Valorisation Vincent Lamande

OSEO Maryvonne Le Thiec

CRITT Santé Anne-Claude Lefebvre

BBV Serge Mabeau

Pôle Images et Réseaux Jean-Dominique Meunier

Pôle Agronomique de l’Ouest Jean Millecamps

Rennes Atalante Frédéric Pauly

ARIST Carole Taffut

Caisse des dépôts et consignations Bruno Voyer

Bretagne International Bernard Angot

Pôle Cristal Frédéric Bazantay

UIMM Robert Besson

Bretagne Valorisation Xavier Bourdon

Produit en Bretagne Frédérick Bourget

Institut Maupertuis Hubert Boury

Conseil régional de Bretagne Annie Castel

Etiam Emmanuel Cordonnier

Adonnante conseil Christine Coville

CREATIV Hervé Daniel

IRISAtech Jean-Loïc Delhaye

Ys Lab Marc Hémon

Bretagne Entreprendre Gilbert Jaffrelot

Conseil régional de Bretagne Marc Labbey

Hitex Irène Lamour

Zoopole Développement Jean-Michel Le Goux

Chambre Régionale des Métiers de Bretagne Jean-Luc Le Jaoen

OSEO Nelly Leroy-Crété

Incubateur Produit en Bretagne David Mérieau

DRRIRD Paul-André Pincemin

VALORIAL Michel Pinel

117


Communauté d’Agglomération de Rennes Métropole Cathy Racault

CMB Yves Sanquer

CCI Morbihan Philippe Sommer

Internationalisation de l’innovation

Gouvernance du SRI

Technopôle Brest Iroise Eric Vandenbroucke

SAINT MALO AGGLOMERATION Christine Alami

ID-MER Patrice Allaume

Conseil général d’Ille et Vilaine François Bareau

Pôle Mer Marie-Marguerite Bourbigot

NOE/CRI Hélène Chaillou

CRCI / EEN Alexandre Colomb

Technopole Quimper Cornouaille Philippe Decasteacke

CEVA Dominique Duche

ITS Bretagne Isabelle Dussutour

IETR Jean-Marie Floc’h

Bretagne International

Marc Gillaux

NKE Jean-Claude Le Bleis

Atlantic RF Christian Le Renard

Conseil régional de Bretagne Stanislas Mennetrier

CNRS Florence Morineau

Conseil régional de Bretagne Damien Périssé

Agence économique de Bretagne Marilyne Pierrès

DRCE Bretagne Sylvie Sturel

Conseil régional de Bretagne Alain Yvergniaux

Cristalens Industries Amina Zerdouk

Conseil régional de Bretagne Marie Adeline-Peix

Conseil régional de Bretagne Annie Audic

CRCI / COCEB Rémi Bilger

CBB Gilbert Blanchard

Quimper Communauté Laurent Bruchon

DRIRE Wilfrid Challemel Du

Rozier

Even Christian Couilleau

PRES Université Européenne de Bretagne Bertrand Fortin

Bretagne Innovation Jean-Marc Gandon

IDEA 35 Jean Hamon

ADIT Technopole Lannion-Trégor Patrick Jezequel

Goémar Lionel Labourdette

AES Laboratoire Nadia Le Den

Conseil général du Finistère Benoît Lemaire

GFI Frédéric Lescure

Conseil régional de Bretagne André Lespagnol

Conseil général du Morbihan Yves Millet

Brest Métropole Océane Michel Morvan

118


Edixia Michel Ollivier

CRAPE IEP Rennes Romain Pasquier

OSEO Jacques Pérès

Côtes d’Armor Développement Laurent Queffurus

Rennes Métropole François Rouault

Agence économique de Bretagne François-Nicolas Sourdat

C.RIS Pharma Pierrick Auvray

JLB INDUSTRIE

Bernard

Le Verre Fluoré Jean Berthelot

NEXESVISIO Arnaud Beyer

Sciences et Mer Christine Bodeau-Bellion

OXXIUS Dominique Bonjour

CGP Entreprises Céline Boulanger

ABC Texture Louisette Bourdin

ETIQ-CONSERVE Brard

IMPRIMERIE DU RIMON Burban

Centre Européen de formation continue maritime Valérie Bussiere

MARINELEC technologies Citeau

Etiam Emmanuel Cordonnier

ARTEFACTO Valérie Cottereau

Réseau Entreprendre Bretagne Guy Dadou

BREIZHTECH

Jean-Marc Desaulniers

EDITIONS FITAMANT Jacques Fitamant

TERRES DE ST MALO UNION DES COOPERATIVES

AGRICOLES

Pierrick

Gauvin

GUELT Yves Guelt

Atelier Henri Helmbold Henri Helmbold

Ys Lab Marc Hémon

BRITT Istin

Groupe Self Signal Jean-Charles Jego

Bretagne Ateliers Daniel Lafranche

Hitex Irène Lamour

Groupe Entreprises

Eveil Cosmétique Langlais

NKE Jean-Claude Le Bleis

ECA FAROS Gérard Le Cam

GAEC LE GAL Lenaïq Le Gal

CAP’OUEST

Bruno Le Gentil

JAVENECH / HTL Yannick Le Guevel

DIXID Hervé Le Guillou

FAI Jean Le Lez

Stork Food System France Jacques Le Paih

ALGUES DE BRETAGNE Christine Le Tennier

119


Groupe Entreprises

SVELTIC Monique Lenormand

Distriplis SAS David Louin

ATELIER D’ART ALBERT MARTIN Véronique Martin

MIT Yves Martin-Laval

KERLINK Jacques Mathé

SAS GEORGES MATHIOTTE Georges Mathiotte

Thomson R&D France Jean Dominique Meunier

SICA St POL Henri Moal

ANAXIMANDRE Guy Mordret

MESURIS Alain Mouquet

CYBIEN SARL Irène Orain

Teamcast Jean Luc Pavy

FILLPACK Jean-Pierre Perreau

TORREFACTION DE BROCELIANDE Pessel

JAVENECH / HTL Michèle Ranson

Atlantide Renard

RECYCLE LOGISTIQUE Bernard Sable

CMB Yves Sanquer

ADVANTEN Khalid Sayegrih

ATELIER D’ART ALBERT MARTIN Georges Scudeller

COBIPORC LE VAL Didier Taraud

DETI SA Lucien Traon

HEMARINA Franck Zal

120


Fiches missions/métiers

des structures de soutien

121


Agences locales de developpement

Mission principale :

En terme de soutien à la dynamique d’innovation en Bretagne, les conseillers des agences locales de

développement économique ont pour mission de sensibiliser les petites et moyennes entreprises bretonnes

de leur territoire à l’innovation - en particulier celles qui se sentent peu concernées par l’innovation et

encourager leur ouverture vers l’extérieur. Ils vulgarisent les enjeux de l’innovation. Ils sont en mesure

d’orienter les TPE et PME dans le Réseau de soutien selon les besoins, idées et projets détectés. Ils les

informent sur les ressources du Réseau et les orientent vers les interlocuteurs les plus appropriés.

Certains conseillers des Agences de développement locales sont membres du Réseau Breton de l’Innovation. Les

agences contribuent à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation.

Leurs métiers :

La sensibilisation et stimulation collective aux enjeux de l’innovation

L’information sur les ressources du réseau

Visites en entreprise

Diffusion de veilles collectives et d’information via des supports accessibles et adaptés

Animation de réseaux (animation de clubs d’entreprises)

Organisation d’actions collectives d’information

Le conseil généraliste et l’aiguillage dans le réseau de soutien

Aide à la formulation des besoins, des problématiques

La réalisation de pré diagnostic pour mesurer la capacité d’innover de l’entreprise

Soutien dans la première formalisation des projets

La recherche des expertises adéquates

La mise en relation

122


ARACT

Agence régionale pour l’amélioration

des conditions de travail

Mission principale :

L’ARACT a une double mission de service public auprès des employeurs et leurs représentants et des

salariés et leurs représentants; d’une part une mission de sensibilisation, de diagnostic et de conseil

spécialisé, et d’autre part une mission de production de connaissances et de transfert de bonnes pratiques sur

l’ensemble des domaines relatifs à l’amélioration de la qualité de vie au travail et de la performance interne de

l’entreprise.

Le champ d’intervention de l’ARACT est très large puisqu’il couvre les thèmes de l’organisation du travail, de

la santé, de l’évolution des compétences, de la GRH et des mutations ainsi que de la gestion des âges tout au

long de la vie professionnelle. Parmi tous ces thèmes, soulignons l’accompagnement à la promotion de l’égalité

professionnelle entre les hommes et les femmes, à l’analyse des liens entre modernisation technologique et

évolution des conditions de travail, à l’anticipation des mutations industrielles, démographiques, économiques

dans les territoires…

L’ARACT est une association gérée par un conseil d’administration paritaire et est membre du Réseau ANACT

qui est constitué de l’Agence Nationale (établissement public) et de 25 associations en région. Elle est

engagée par le Contrat de Progrès qui lie l’ANACT à l’ETAT pour une période de 4 ans.

Certains conseillers de l’ARACT sont membres du Réseau Breton de l’Innovation, l’ARACT Bretagne est membre de

l’Agence Economique de Bretagne. Elle participe à la mise en œuvre du Schéma régional de l’Innovation.

Leurs métiers :

Comprendre les conditions de réalisation du travail pour aider à améliorer la performance des entreprises et la qualité

de vie au travail.

Fonctions principales : sensibilisation et conseil direct, production de connaissances, transfert et dissémination.

L’organisation d’actions collectives et individuelles de sensibilisation des entreprises aux enjeux et problématiques

liés aux conditions de travail.

Le conseil direct aux entreprises est en priorité adressé aux PME. Il se décline sous la forme :

d’analyse des besoins à l’élaboration cahier des charges d’interventions courtes en entreprises (6 jours) suivis

d’une assistance technique à la mise en œuvre des plans d’actions de missions longues (au dede 6 jours)

permettant de produire des diagnostics larges et de réaliser des actions de changements. Ces prestations payantes

au dede 6 jours sont réalisées principalement au bénéfice de grandes entreprises avec le concours de cabinets

de conseil habilités. Signalons que toute mission de conseil donne lieu à une clause de revoyure, intervenant 12 à

24 mois après la fin de la mission, et permettant d’évaluer la réalité des transformations intervenues à l’issue de la

phase de conseil.

L’ARACT intervient également en tant qu’expert technique pour l’instruction de certains dossiers de financement des

entreprises désireuses d’améliorer les conditions de travail (exemples : dossiers FACT (Fonds pour l’Amélioration des

Conditions de Travail), dossiers aide au conseil du CG 35)

123


Bretagne International

Mission principale :

Bretagne International a pour mission l’internationalisation de l’économie bretonne. L’association aide les

sociétés bretonnes, et notamment les PME innovantes, dans leur développement à l’international.

L’association a également comme mission d’accompagner, après les avoir identifiés, les projets d’investissements

étrangers en Bretagne.

Les chargés d’affaires sectoriels et/ou géographiques, pour le développement des entreprises bretonnes comme

pour l’identification d’investisseurs étrangers, ont en charge de bien comprendre les besoins des entreprises et de

les orienter vers les meilleures solutions. Ils sont des spécialistes des rouages des marchés internationaux.

Bretagne International s’appuie dans 60 pays sur un réseau de 70 relais, spécialistes de l’accompagnement à

l’international. Choisis pour leur connaissance économique et culturelle du pays dans lequel ils vivent et

travaillent, ces relais s’investissent dans la recherche des futurs partenaires des entreprises bretonnes ou

travaillent à la détection de projets d’investissements localisables en Bretagne.

Certains chargés d’affaires de Bretagne International sont membres du Réseau breton de l’innovation, Bretagne

International est membre de Bretagne Innovation. Bretagne International participe à la mise en œuvre du Schéma

régional de l’innovation.

Leurs métiers :

Le conseil spécialisé et l’accompagnement individuel des entreprises

L’association propose un projet répondant à leurs objectifs et suggère un choix de partenaires adaptés à leurs projets :

export, partenariat, approvisionnement, filiale…

L’organisation de la présence des entreprises sur des salons internationaux

Elle leur permet ainsi de profiter de l’effet de groupe « Bretagne » et d’accroître leur visibilité à l’étranger.

L’organisation de missions spéciales de découverte de filières à l’étranger

Elle permet aux entreprises bretonnes de profiter de l’expérience des autres pays en observant les meilleures

pratiques.

L’identification et accompagnement des projets d’investissements étrangers en Bretagne

Bretagne International accompagne les investisseurs dans leur recherche d’information sur les possibilités et conditions

d’accueil en Bretagne. Avec l’Agence économique de Bretagne, elle soumet des propositions de sites d’implantation

ou de partenariats conformes à leurs attentes. Enfin, elle accompagne les investisseurs après leur implantation.

124


CCI INTERNATIONAL

Mission principale :

Le réseau CCI International, constitué des conseillers et assistants en développement international des

8 CCI, accompagne les entreprises bretonnes dans leurs demandes d’internationalisation.

CCI International informe les entreprises, les forme et effectue les formalités légales. Il accompagne

individuellement les entreprises (diagnostic et suivi), les met en relation avec des partenaires potentiels (salons,

prospection…) et les aide à se structurer. Ces services sont offerts à toutes les entreprises, dans le cadre de la

stratégie définie dans le Schéma Sectoriel International.

Ces actions sont menées grâce aux moyens propres du réseau et avec le soutien des 600 autres conseillers

en développement international des CCI de France, de ses 300 relais dans 120 pays (CCI françaises à

l’étranger, Ubifrance et les Missions Economiques…) et du réseau EEN.

CCI International est le relais d’Ubifrance en Bretagne.

Dans le cadre de l’AEB, CCI International participe au programme régional d‘actions collectives et joue

pleinement son rôle de point d’entrée du dispositif régional de soutien à l’internationalisation des entreprises.

Les conseillers et assistants de CCI International sont membres du RBI. Ils contribuent à la mise en œuvre du

Schéma Régional d’Innovation.

Leurs métiers :

L’information, la formation et les formalités :

› réponse aux demandes d’information des entreprises,

› réunions d’informations,

› animation de clubs,

› lettre d’information,

› formation en langues et commerce international en collaboration avec les services de formation des CCI,

› Formalités légales liées au commerce international.

L’accompagnement individuel des entreprises dans leur développement international : diagnostic, définition d’une

stratégie et d’un plan d’action, suivi dans le temps.

La recherche de partenaires en individuel ou en collectif sur des salons, lors de missions de prospection et de

conventions d’affaires. Mise en relation avec des acheteurs et des partenaires potentiels. Il s’agit d’aider les entreprises

à promouvoir leurs produits et services à l’étranger et de nouer des partenariats commerciaux et innovants.

L’aide à la structuration des entreprises

› en ressources humaines en Bretagne et à l’étranger,

› l’implantation à l’international,

› la recherche de financements,

› la création de groupements export.

125


LES CHAMBRES D’AGRICULTURE

LA CHAMBRE REGIONALE D’AGRICULTURE

Mission principale :

Les conseillers des chambres d’agriculture ont pour mission (parmi d’autres) de sensibiliser les entreprises

agricoles à l’innovation et encourager leur ouverture vers l’extérieur. Ils répondent aux sollicitations et vont à la

rencontre des agriculteurs, en particulier de ceux qui se sentent peu concernés par l’innovation. Ils vulgarisent les

enjeux de l’innovation. Ils les aident à formaliser leurs besoins, problématiques et idées et les informent sur les

ressources du Réseau de soutien. Ils les aiguillent vers les interlocuteurs les plus à même de les conseiller par

une expertise spécifique et de les accompagner dans la réalisation de leur projet.

Certains conseillers des Chambres d’agriculture sont membres du Réseau Breton de l’Innovation, les

Chambres d’agriculture sont membres de Bretagne Innovation, via la CRA. Les CA participent à la mise en œuvre

du Schéma Régional de l’Innovation.

Leurs métiers :

La sensibilisation et stimulation collective à l’innovation et à l’ouverture vers l’extérieur

L’information sur les ressources du réseau

Approches individuelles directes, des visites en entreprise

Diffusion de veille et d’information via des supports accessibles et adaptés et l’animation de réseau sectoriel

(analyse des besoins collectifs, groupes thématiques, etc.) et l’organisation de rencontres et manifestations

(journée d’information, journée de formation, etc.)

Organisation et la participation à des salons

Le conseil généraliste et l’aiguillage dans le réseau de soutien

Aide à la formulation des besoins, des problématiques,

La réalisation de pré diagnostic pour mesurer la capacité d’innover de l’entreprise

Soutien dans la première formalisation des projets

La recherche des expertises adéquates

La mise en relation

La recherche appliquée et le développement

› Conduite d’essais sur cultures pour tester de nouveaux itinéraires agronomiques (itinéraires à bas niveaux d’intrants

en faveur de l’environnement par exemple)

› Conduite d’essais sur des élevages (ventilation et conception de bâtiment, conduite alimentaire des troupeaux, optimisation

du temps de travail…)

› Etudes sur la qualité et la valorisation des produits

› Mise en œuvre de tests concernant les énergie renouvelables en agriculture : pompe à chaleur pour chauffer les

serres, unité de méthanisation…

Actions de communications des références acquises (démonstration, portes ouvertes, publications…)

126


chambres de métiers

et de l’artisanat

Mission principale :

Pour renforcer la capacité de développement des Très Petites Entreprises, les correspondants « innovation »

des chambres de métiers et de l’artisanat ont pour mission de les sensibiliser à l’innovation et encourager leur

ouverture vers l’extérieur. Ils répondent aux sollicitations et vont à la rencontre des Très Petites et Moyennes

Entreprises, en abordant si besoin, l’ensemble des problématiques de l’innovation (technologique, commerciale,

organisationnelle, managériale) touchant ainsi celles qui se sentent, par un faux à priori , peu concernées par

l’innovation. Ils vulgarisent les enjeux de l’innovation. Ils les aident à formaliser leurs besoins, problématiques et

idées et les informent sur les ressources du Réseau de soutien. Ils les aiguillent vers les interlocuteurs les plus à

même à les conseiller par une expertise spécifique et de les accompagner dans la réalisation de leur projet.

Dans certaines circonstances, et en fonction de la nature des sujets, des réponses opérationnelles sont

apportées par des spécialistes intégrés à la CRMA.

Les correspondants « innovation » des CMA (profil de généraliste ) sont coordonnés dans le « Réseau Innovation

Métiers » piloté par la CRMA.

Les correspondants « innovation » sont membres du Réseau Breton de l’Innovation, les CMA sont membres de

Bretagne Innovation, via la CRMA. Les CMA participent à la mise en œuvre du Schéma régional de l’Innovation.

Leurs métiers :

La sensibilisation et stimulation collective à l’innovation et à l’ouverture vers l’extérieur

L’information sur les ressources du réseau

Approches individuelles directes, des visites en entreprise

Diffusion de veille et d’information via des supports accessibles et adaptés et l’animation de réseau sectoriel

(analyse des besoins collectifs, groupes thématiques, etc.) et l’organisation de rencontres et manifestations (journée

d’information, journée de formation, etc.)

Organisation et la participation à des salons

Le conseil généraliste, et aiguillage dans le réseau de soutien

Aide à la formulation des besoins, des problématiques,

La réalisation de pré diagnostic pour mesurer la capacité d’innover de l’entreprise

Soutien dans la première formalisation des projets

La recherche des expertises adéquates

La mise en relation

L’accompagnement à la mise en œuvre de solutions opérationnelles dispensées par des « spécialistes métiers » intégrés

au service de « développement économique » de la CRMA

127


CREATIV

Centre Européen d’Entreprise et d’Innovation

Mission principale :

Les conseillers de CREATIV conseillent et accompagnent les entreprises industrielles et de services

bretonnes aux étapes clés de leur développement pour les aider à organiser leurs projets d’innovation, s’adapter

aux évolutions de marchés et accélérer leur développement.

Cet accompagnement est mené en articulation avec les ressources spécialisées du Réseau de soutien à

l’innovation et les consultants spécialisés.

Ils réalisent des actions visant à promouvoir et stimulation l’innovation en Bretagne (concours de projets

innovants « Crisalide », ateliers thématiques en entreprise, actions auprès de clubs d’entreprises, …)

Ils contribuent également à l’animation de certaines filières en partenariat avec les acteurs locaux et régionaux.

Les conseillers de CREATIV sont membres du Réseau Breton de l’Innovation. CREATIV est membre de Bretagne

Innovation, l’association contribue à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation.

Leurs métiers :

La stimulation à l’innovation

(Co-)organisation d’actions de stimulation et d’information

Création et diffusion de méthodes et outils pratiques de stimulation et d’information

Interventions sur les événements locaux et régionaux ciblant les entreprises et créateurs

Actions de stimulation dans les établissements d’enseignement supérieur

Actions de stimulation des démarches d’intelligence économique dans les entreprises

Visite d’entreprises et éclairage des problématiques de développement et d’innovation en interaction

avec le dirigeant

La participation à la stimulation et au développement de filières clés du territoire

Organisation d’opérations collectives thématiques d’information et d’interpellation

Animation collective d’entreprises, Action de veille et participation à des travaux prospectifs

Pilotage de programmes ciblés

L’ingénierie de projet

Les Conseillers de CREATIV accompagnent individuellement les entreprises et les créateurs d’entreprise dans leurs

projets innovants

le transfert de savoir-faire auprès d’autres conseillers d’entreprises du réseau breton (programme Innovactiv –

formation-action et coaching)

128


CRITT

Centres régionaux d’innovation

et de transfert de technologie

Mission principale :

Les CRITT ont un rôle d’animation de filière, d’interface « recherche – entreprise » et de promotion du

transfert de technologie pour la détection et l’accompagnement de nouvelles activités innovantes dans

les entreprises bretonnes. Ce sont des organismes ressources technologiques et thématiques qui portent

une mission d’intérêt général prioritairement pour les PME de leur filière respective. Certains CRITT sont

labellisé Cellules de Diffusion Technologiques (CDT) par le Ministère chargé de la Recherche.

Les CRITT participent ainsi à la valorisation de la recherche dans le tissu économique régional dans le

respect de la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de technologies pour le développement

économique régional.

Dans le cadre de leur financement au CPER 2007-2013, ils ont également vocation à conforter l’action des pôles

de compétitivité. Ils mettent également leur expertise au service de l’accompagnement de jeunes pousses dans

le dispositif Emergys.

Les Conseillers des CRITT sont membres du RBI. Les CRITT sont membres avec les Centres Techniques

du Collège « Centres d’Innovation technologique » (CIT) de Bretagne Innovation. Les CRITT participent

activement à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation.

Leurs métiers :

l’Animation de filière et la mise en relation des différents acteurs

› Actions collectives d’information et de promotion (colloques, rencontres bilatérales, journées techniques),

› Animation de « clubs » thématiques, contribution à l’activité des Pôles (émergence de projet, animation de

commissions/groupes de travail)

Pour certains, accompagnement et promotion scientifiques des entreprises à l’international

› Mise en place, suivi/animation de programmes de recherche collective appliquée en s’appuyant sur les organismes

de recherche et les universités

› Pilotage des appels à projets thématiques régionaux (Biotech, Santé et usage des TIC)

› Travail en réseau et mutualisation avec les autres CIT.

La sensibilisation des PME à l’innovation technologique via notamment la diffusion de veilles technologique

sectorielle, normative, juridique et législative (journée d’information, réponses individuelles, supports spécifiques,

participation et organisation de salons)

L’émergence de projets innovants par le conseil et l’aide au montage de projet de R&D dans les entreprises

› Prospection et écoute active auprès des entreprises (visites et contacts d’entreprises)

› Conseil technologique (diagnostic, et réponses aux questions technologiques)

› Accompagnement/ingénierie de projet de transfert de technologie (travail des ingénieurs-projet)

Expertise technico-économique de leur filière (connaissance des technologies et des filières d’application, maintien

de bases de données sur les compétences disponibles dans les filières concernées), connaissance du marché et de

l’environnement concurrentiel

Recherche de solution à la problématique identifiée, identification de partenaires, compétences et équipement

nécessaire

Orientation des porteurs de projet (mise en relation)

129


CRITT

Centres régionaux d’innovation et de transfert de technologie

Maturation et structuration du projet,

Montage juridique et financier,

Soutien à la coordination et la gestion du projet jusque dans les aspects et les étapes de commercialisation

et d’industrialisation du produits ou procédés innovants

La maîtrise d’œuvre peut leur être déléguée mais ils n’ont pas de moyen propre de recherche, ils ne sont pas

prestataire technique.

Formation continue du personnel technique

L’émergence de projets innovants par la détection des savoir-faire transférables au sein des laboratoires régionaux,

en concertation avec Bretagne Valorisation®

› Visites des unités de recherche, en concertation avec Bretagne Valorisation par les Conseillers technologiques pour

mettre à jour leur connaissance de leurs travaux Les CRITT ont aussi une obligation d’effectuer cette veille active

sur les activités des laboratoires pour mener au mieux leur mission de mobilisation de compétences scientifiques et

technologiques adaptées aux projets industriels.

› Contribution à la formalisation, la formulation et à la validation de l’offre technologique des laboratoires

en termes technico-économique, en appui des chargés de valorisation.

› Sur les projets issus d’une unité de recherche apport de compléments d’information et d’une vision

technico-économique et réglementaire orientée PME, identification des prospects et avis concernant les possibilités

de valorisation en région Bretagne au sein des filières couvertes.

L’analyse prospective et la réalisation d’études de faisabilité pour de nouvelles activités dans un bassin ou dans une

filière (rôle d’observatoire et d’anticipation des évolutions des filières) accord de consortium ; veille législative et

jurisprudentielle

Les CRITT et structures apparentées

CRITT Santé Bretagne Filière « Santé Humaine »

Prothèses (avec matériaux), médicaments, assistance à la personne (avec T.I.C.),

Nutrition santé

CBB Développement (CRITT) Technologies « biotechs » et « chimie fine »

« ingrédients »

(terme qui s’applique à plusieurs filières. Ex : IAA, nutrition, cosmétique,

environnement)

Meito

Breizpack

PAO

Filières Electronique,

Informatique et Télécommunications

Mission centrée sur l’animation de la Filière « emballage » (animation de réseau, veille

technologique et réglementaire, conseil et formation)

Structure interrégionale (Bretagne et Pays de la Loire)

N’a pas de rôle d’animation de filière mais qui porte une mission centrée sur

- la mise en place, la coordination et l’animation administrative et financière

de projets de recherche collaboratifs non concurrentiels associant industriels,

chercheurs et enseignants dans les sciences du vivant (Agriculture, Mer,

Agroalimentaire, Santé)

- le soutien à l’extension des deux Pôles de compétitivité : VÉGÉPOLYS à la région

Bretagne et de VALORIAL à celle des Pays de la Loire par la mise en place de

projets «répondant aux thématiques propres du PAO» et l’animation de commission

- le soutien à la mise en place d’actions de recherches collectives associant

des régions limitrophes comme la Basse-Normandie et Poitou-Charentes.

130


CT

Centres Techniques

Mission principale :

Les Centre techniques (CT) ont pour mission d’accompagner les PME bretonnes dans leur processus

d’innovation technologique. Ils les soutiennent depuis la sensibilisation, le diagnostic de leurs besoins

technologiques jusqu’à l’externalisation de leur activité R&D.

Si chaque centre a sa spécificité et si le réseau est hétérogène en termes de statut, d’effectif tout comme

de portefeuille d’activité et de type de bénéficiaires (taille et champs géographique), tous les centres

techniques portent une mission commune d’intérêt général auprès des PME bretonnes, portant sur le « conseil

technologique ». Ils ont pour mission de stimuler leur culture d’innovation et leur donner accès aux compétences,

technologies et équipements nécessaires à leurs projets.

Experts dans leur domaine, ils sont les traits d’union entre la recherche académique et l’industrie et sont

eux mêmes acteurs de la recherche appliquée. Ils sont à l’écoute des industriels de leur filière pour trouver la

solution qui corresponde le mieux aux besoins exprimés et contribuer, par des prestations techniques et/ou la

mise en relation avec les compétences appropriées, à la résolution des questions scientifiques et technologiques

posées.

Les CT ont vocation à conforter l’action des pôles de compétitivité et ils participent à des degrés

variables dans le suivi des projets Emergys en tant qu’experts techniques. Certains CT sont labellisés Centre

de Ressources Technologiques (CRT) par le Ministère chargé de la Recherche.

Les CT réalisent leurs activités dans le respect de la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert de

technologies pour le développement économique régional.

Les conseillers des CT sont membres du Réseau Breton de l’Innovation. Les CT sont membres avec les CRITT

du Collège « Centres d’Innovation technologiques » (CIT) de Bretagne Innovation. Les CT participent activement

à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation.

Leurs métiers :

le conseil technologique (détection, écoute, audit, accompagnement avant projet, réponses aux questions

technologiques)

la veille technologique, juridique et législative

l’expertise technologique, la réalisation d’études préalables au projet

la mise en relation et recherche de partenaires, notamment académique

l’ingénierie de projet / accompagnement de projet d’innovation technologique

Maturation et structuration du projet

Montage juridique et financier

Soutien à la contractualisation avec les laboratoires de recherche

Soutien à la gestion de projet jusque dans les aspects et les étapes de commercialisation et d’industrialisation

du produit ou procédé innovant

Portage de projets (maîtrise d’œuvre déléguée)

la prestation technique (sous forme contractuelle) – sur mesure

Etudes, analyses, tests

Recherche appliquée

Mise au point de nouveaux produits et procédés,

131


CT - Centres Techniques

Production à l’échelle du laboratoire, du pilote ou en série préindustrielle,

Transfert technologique

Contrôle et mesure

Entretien et développement de plateforme technologique, à la disposition de la filière

Animation et réalisation de programmes de recherche collaboratifs / de recherche collective de filière

Contribution à la valorisation de la recherche, en concertation avec Bretagne Valorisation

Visite d’unités de recherche pour mettre à jour leur connaissance de leurs travaux et identifier les compétences utiles

à la filière

Aide à la formalisation, la formulation et à la validation de l’offre technologique des laboratoires en termes

technico-économique, en appui des chargés de valorisation.

Certains d’entre eux apportent en outre aux entreprises une gamme de services et de savoir-faire pour :

l’animation de filières en tant qu’organisme ressource ;

l’animation de commissions thématiques au sein des pôles de compétitivité (émergence et instruction de projets)

l’intelligence économique et le positionnement du produit sur son marché ;

l’accompagnement à la gestion de la propriété intellectuelle ;

la formation continue des personnels techniques des entreprises.

les centres techniques

Zoopole Développement

Archimex

Irma

Ceva

BBV

Adria Développement

Actilait (ITG Ouest)

ID Mer

Institut Maupertuis

CRT Métrologie

Pôle Cristal

Perfos

Filière productions animales, agroalimentaire et environnement

Filière Ingrédient

Extraction et purification de produits naturels

Environnement

Pile à combustible hydrogène

La filière algues

40 % algues indésirables

60 % filière algues (cosmétique, nutrition)

Filières végétales

Thématique : création variétale, protection des plantes, qualité sensorielle

et nutritionnelle

Agroalimentaire

Filière lait et fromagère

Filière Produits de la mer

Filière Métallurgie

RFID, procédés soudage laser

Métrologie, contrôle industriel et contrôle non destructif

(entre autres : Filière mécanique et plasturgie)

Membre du réseau Innovation des CCI de Bretagne

Froid et climatisation

Fibres optiques spéciales

132


INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIETE

INDUSTRIELLE - INPI Bretagne

Mission principale :

En collaboration avec les partenaires régionaux de l’innovation, l’INPI anime la politique de propriété

industrielle régionale, délivre les titres de propriété industrielle nationaux : brevets, marques, dessins et modèles

et contribue à la lutte contre la contrefaçon.

Les personnels de l’INPI Bretagne sensibilisent et forment les acteurs bretons de la vie économique et

de l’innovation (responsables d’entreprises, futurs décideurs d’entreprises, conseillers et prescripteurs,

chercheurs, enseignants et étudiants etc.) aux enjeux de la propriété industrielle et les accompagnent dans

leurs démarches de protection. Ils apportent une expertise spécifique au sein de la chaîne de l’innovation et

contribuent à l’émergence de projets.

Ils interviennent dans les écoles, les universités, les laboratoires, les centres de recherche.

L’INPI Bretagne a formalisé des partenariats avec le Conseil régional de Bretagne, la CRCI, la technopole Rennes

Atalante, la CCI du Morbihan, le technopôle de Brest..

L’INPI Bretagne gère le Fonds Régional pour le Développement de la Propriété Industrielle : en 2008, plus de

10000€ on été attribués au Réseau des Entreprises pour la Propriété Industrielle (REPI) pour mener des actions

de sensibilisation et formation et réaliser une banque de données recensant des cas d’entreprises et bonnes

pratiques en matière de PI.

Plusieurs ingénieurs de l’INPI sont membres du Réseau Breton de l’Innovation. L’INPI est membre de

Bretagne Innovation, il contribue à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation et participe

au pilotage de l’intelligence économique en région Bretagne.

Les métiers DE L’INPI :

La sensibilisation collective ou individuelle aux enjeux de la propriété industrielle notamment celle relative aux projets

collaboratifs et aux démarches en consortium

› Organisation ou participation aux actions de formations (régionales ou nationales) initiales ou continues (public

d’édutiants, d’enseignants, de chercheurs et de professionnels).

› Co-organisation d’actions de sensibilisation à la demande et en partenariat avec les acteurs régionaux

› Organisation des Trophées INPI de l’Innovation en Bretagne

› Participation à certains salons

› Visites d’entreprises

L’information stratégique individualisée :

› Réalisation de “pré-diagnostics propriété industrielle” (outil d’évaluation personnalisé)

› Les pré-diagnostics sont réalisés soit en interne, soit en externe (sous-traitance). Ils consistent en une

évaluation des besoins de l’entreprise en matière de propriété industrielle afin d’optimiser le potentiel

d’innovation de l’entreprise.

› Réalisation de permanences mensuelles ou hebdomadaires dans les locaux de certaines structures de soutien pour

la réalisation d’entretiens ciblés

133


JESSICA France

Mission principale :

Jessica France a pour mission de faciliter l’innovation des PME par l’électronique. Son équipe met en œuvre le

programme Cap’tronic qui a pour objet de sensibiliser, informer et assister techniquement les PME à l’introduction

d’une nouvelle technologie électronique dans leurs produits

L’antenne interrégionale Ouest de Jessica France est en charge du programme Cap’tronic dans les régions Basse

Normandie, Bretagne, Centre, Haute Normandie, Pays de la Loire et Poitou Charentes.

Le programme CAP’TRONIC, composante française du programme Eurêka MINATUSE, s’attache à faciliter la

diffusion et le transfert des connaissances en électronique des laboratoires de recherche publics et industriels

vers les PME.

Le champ d’intervention concerne l’incorporation de nouvelles solutions électroniques lors du développement

de nouveaux produits ou de l’amélioration des performances de produits existants aux fins de renforcer leur

compétitivité. L’aide apportée aux PME par le programme consiste principalement en des prestations d’appui

technique au développement de projet sous forme de conseil technique spécifique grâce à l’intervention d’un

expert.

Les conseillers bretons de Jessica France sont membres du Réseau Breton de l’Innovation. L’association participe

à la mise en œuvre du Schéma Régional de l’Innovation.

Leurs métiers :

la sensibilisation des PME via l’organisation de séminaires de veille technologique (de nature scientifique ou technico

économique),

le conseil dans la construction du projet aussi bien sur un plan technique que sur un plan économique

(diagnostic du besoin, évaluation des enjeux technico-économiques, conseil sur les solutions électroniques

appropriées et aiguillage vers d’autres aides si nécessaire…)

l’appui technique au projet de la PME

L’expertise technique a pour objectif d’aider l’entreprise à définir son projet, notamment dans la rédaction d’un

cahier des charges de l’étude à entreprendre, de proposer des solutions technologiques et un choix de prestataires

possibles. D’un point de vue économique, elle permet d’évaluer le coût du développement et celui du produit.

Pour réaliser les actions techniques, l’ingénieur breton de CAPTRONIC s’appuie sur des experts missionnés de plusieurs

centres de compétences publics (UBO, UBS, TELECOM BRETAGNE, ISEN, ENSSAT, INSA-IETR, SUPELEC, INSTITUT MAU-

PERTUIS, La Plate Forme Technologique SYRTEF, les IUTs), ainsi que sur des consultants privés.

le suivi de l’entreprise

L’Ingénieur CAP’TRONIC accompagne l’entreprise dans l’exécution de ses projets (gestion du projet, recherche de

partenaires techniques ou industriels, recherche et mise en relation avec d’autres dispositifs de financement ou

d’accompagnement …). Le financement peut aussi concerner le suivi de projet lors de la phase de conception d’un

circuit test ou d’un sous ensemble du produit à réaliser.

134


OSEO-Innovation

Mission principale :

Le Groupe OSEO, établissement public à caractère industriel et commercial, est la structure de tête

d’un groupe qui rassemble OSEO innovation, OSEO financement et OSEO garantie. La logique de ce

rapprochement est de capitaliser sur la complémentarité des métiers, des produits et services pour

accompagner et financer les PME dans toutes les étapes de leur vie : création, innovation, développement,

international, transmission.

OSEO exerce trois métiers complémentaires, savoir-faire historiques qui ont tous en commun

d’accompagner les entrepreneurs dans les phases les plus risquées de leurs projets :

- Le soutien à l’innovation - avec OSEO innovation,

- Le financement des investissements et du cycle d’exploitation, en partenariat avec les établissements bancaires

- avec OSEO financement,

- La garantie des financements bancaires et des interventions en fonds propres - avec OSEO garantie.

OSEO bretagne est présent sur l’ensemble du territoire breton grâce à son ancrage local dans chaque

département à Saint Brieuc, Brest, Rennes et Lorient.

Leurs métiers :

OSEO innovation a pour mission de promouvoir l’innovation, d’accompagner et soutenir financièrement les

projets des PME et des laboratoires, dans la mise au point de nouveaux produits, procédés ou services ayant des

perspectives concrètes de commercialisation.

Pour ce faire, OSEO Innovation intervient auprès du porteur de projet dans une démarche personnalisée avec :

Son expertise et son appui à la gestion de projets, la recherche de partenaires en France et en Europe ;

Ses financements sur mesure pour la réalisation de projets ou de transferts de technologies et le montage

de projets technologiques collaboratifs et/ou transnationaux.

La mobilisation de ses réseaux pour faciliter l’accès aux financements complémentaires.

Métiers d’OSEO innovation :

- Promotion de l’innovation et prospection,

- Détection et assistance au montage de projets,

- Evaluation de projets et financement des risques,

- Mise en relation avec des partenaires techniques, commerciaux et financiers.

135


Les plates-formes

Mission principale :

Les plateformes développées sur le territoire bretons ont vocation à mutualiser et à rendre accessibles

des installations techniques et technologiques de pointe pour la réussite des projets collaboratifs des

entreprises bretonnes (plateforme de tests, d’analyse, d’expérimentation).

Les plateformes sont des ensembles cohérents d’équipements techniques et de recherche structurés et coordonnés

par des organismes porteurs afin de les rendre lisibles et accessibles aux acteurs de l’innovation et de

mutualiser leurs coûts. Elles sont aussi des lieux de formation initiale et continue et de transfert de connaissances

entre chercheurs, ingénieurs, collaborateurs d’entreprise, étudiants, etc.

Elles portent une mission d’interface entre leurs structures de rattachement (organisme de recherche,

établissements d’enseignement secondaire ou supérieur) et le tissu industriel, elles conseillent les

PME dans leur domaine d’expertise et les soutiennent dans la phase de validation et de réalisation

technologique de leur projet collaboratif innovant. Elles doivent notamment favoriser les projets collaboratifs

interentreprises.

Certaines plateformes bretonnes sont labellisées « Plate-forme Technologique » (PFT) dans le cadre d’un

programme national destiné à promouvoir et institutionnaliser la mission de soutien à l’innovation et au

transfert technologique des établissements publics d’enseignement et de formation (dans le cadre du

plan U3M - Université du 3 ème millénaire et des contrats État-Région.) Les PFT labellisés sont des espaces

adossés à plusieurs organismes de formations technologiques (IUT, STS, Lycées technologiques et

professionnels, Ecoles, Universités) ouverts aux PME destinés à la fois à l’enseignement, à la formation

continue et aux prestations technologiques. Ils favorisent également l’insertion professionnelle des élèves et

étudiants.

L’ensemble des plateformes du territoire participe au travail en réseau des structures œuvrant au service du

transfert technologique.

Les ingénieurs des plateformes sont membres du RBI. Les plateformes sont membres de Bretagne Innovation.

Elles participent activement à la mise en œuvre du Schéma régional de l’Innovation.

Dans le domaine agricole, ces plateformes sont représentées par le réseau des stations de recherche

expérimentales des Chambres d’agriculture de Bretagne. Ainsi 7 stations regroupent les essais menés

par les chambres d’agriculture bretonnes, et diffusent les références acquises au travers de rencontres

et d’échanges avec les acteurs du monde agricole. Chaque station s’est spécialisée afin de répondre plus

efficacement aux demandes des entreprises agricoles (Production végétale, légumes, élevage bovin, élevage

porcin, environnement, matériel agricole…)

Leurs métiers :

Conseil ponctuel technologique et spécialisé (par l’accès aux équipements et à l’expertise scientifique et

technique)

Propositions de travaux finalisés et réalisation de travaux sur mesure,

Réalisation de prestations de services et d’expertises payantes, avec (ou éventuellement sans) intervention

d’élèves ou d’étudiants (validation de concept, expérimentations, travaux de recherche et développement)

NB : les plateformes n’ont pas comme vocation première d’effectuer des opérations de recherche en tant que

telles, contrairement aux structures labellisées CRT et les Centres techniques.

136


Réalisation de formations ad hoc pour les industriels,

Soutien aux projets collaboratifs des entreprises

Aide à la conduite de projet (rédaction du cahier des charges, étude de faisabilité, proposition de solutions

techniques, réalisation de prototype et suivi du projet jusqu’à son déploiement dans l’entreprise

Les plateformes de Bretagne

Trois plateformes sont inscrites au CPER Etat – Région 2007-2013. Parmi ces trois plateformes, une (Prodiabio)

a été labellisée par le Ministère de la recherche en Bretagne.

SYRTEF

Synergie ressources

technologiques du Finistère

(Brest)

PRODIABIO Procédés,

diagnostic environnemental et

bio-ressources (Pontivy)

Institut de l’Usinage :

Bretagne UGV

Génie Industriel (mécanique, automatisme, génie électrique)

le traitement des déchets, des effluents, de la valorisation de co-produits

industriels (méthanisation, station d’épuration…)

Usinage Grande Vitesse et mécanique

De nombreuses autres « Plate-formes » et « plateaux » technologiques et techniques adossés à des lycées

professionnels, des lycées techniques, des laboratoires, des universités ou des grandes écoles, sous forme de GIS, GIP

ou associations, sont actifs en Bretagne.

137


POLE INNOVATION

(ARIST & Entreprise Europe Ouest)

CHAMBRE REGIONALE DE COMMERCE

ET D’INDUSTRIE

Mission principale :

Les deux services spécialisés de la CRCI de Bretagne ciblés dans cette fiche apportent des expertises

spécifiques aux entreprises et filières bretonnes pour :

- favoriser la diffusion des pratiques de veille et d’intelligence économique,

- aider à l’anticipation des évolutions de l’environnement technologique, économique et juridique.

- l’ARIST Ouest (Agence Régionale d’Information Stratégique et Technologique) aide depuis 25 ans, les

PME-PMI bretonnes et les groupements d’entreprises à renforcer leurs pratiques de veille et d’innovation. Elle

mène, en lien avec l’INPI, une mission de sensibilisation et de conseil sur la propriété industrielle auprès des PME

bretonnes. En tant que Centre Associé AFNOR, l’ARIST surveille et fournit des normes françaises, européennes

et étrangères. L’ARIST Ouest anime des actions collectives de sensibilisation et de diagnostic des besoins pour

des filières et les aide à définir leur plan d’action en matière d’intelligence économique.

- Entreprise Europe Ouest est un consortium interrégional associant la Chambre Régionale de Commerce et

d’Industrie de Bretagne (coordinatrice du projet), la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie des Pays

de la Loire, Oseo Innovation et Bretagne Innovation. Initiative de la Commission européenne (DG Entreprises et

Industrie), ce réseau d’appui aux entreprises a pour mission d’aider les PME à se développer sur le marché

européen, tout en favorisant l’innovation. 500 organismes dans plus de 30 pays sont partie prenante de la

démarche ce qui démultiplie la force de frappe de chaque réseau régional.

Les conseillers de l’ARIST Ouest et d’Entreprise Europe Ouest sont membres du RBI, la CRCI 1 est membre de

Bretagne Innovation, elle contribue à la mise en œuvre du Schéma Régional de l’Innovation.

ARIST Ouest et EEN Ouest sont membres du Réseau Innovation des CCI de Bretagne.

Leurs métiers :

ARIST Ouest :

Sensibilisation et stimulation collective et individuelle des PME bretonnes sur les enjeux de l’intelligence économique,

de l’innovation, de la propriété industrielle et de la normalisation :

› Diffusion de supports d’information (lettre d’information « Veille Innovation »),

› Organisation de manifestations,

› Visites d’entreprises,

› Réalisation de pré-diagnostic sur les besoins des PME et l’efficacité des dispositifs de veille

› Réalisation de pré-diagnostics de propriété industrielle.

Prestations spécialisées de veille, d’études et de conseil dans les domaines d’expertise suivants :

› Evaluations et accompagnements : générer des idées et structurer un projet

› Mise en place d’un dispositif de veille : structurer et animer une démarche de veille adaptée à l’entreprise

› Veilles technologiques et concurrentielles : détecter les changements technologiques, anticiper les évolutions

du marché

138


› Etudes technico-économiques : identifier les facteurs de risque d’un projet, optimiser la protection d’une invention

› Veilles normatives et réglementaires : répondre aux exigences des démarches ISO ou de certification produit

› Centre associé AFNOR : détecter et commander les normes

L’ARIST Ouest porte également une mission d’observation sur les besoins et pratiques de veille des PME

bretonnes (réalisation d’une enquête, en collaboration avec le Conseil régional et l’Agence Economique de Bretagne)

EEN Ouest

Veille et information européenne :

› Information, conseil et veille sur la normalisation, la législation et la réglementation européenne

› Actions de « feedback » auprès de la Commission européenne (consultations, panels)

Partenariats européens B to B :

› Identification de partenaires commerciaux et technologiques :

• Veille offres et demandes de partenariats européens et mise en relation

• Publication de profils d’entreprises régionales à la recherche de partenaires et mise en relation

• Animation de bourses de technologies et rencontres d’affaires

› Accompagnement personnalisé : conseil spécialisé

• Diagnostics (capacités de l’entreprise et envergure du projet)

• Conseils et/ou orientation vers des spécialistes (juridique, PI, technologique, financement, gestion de projet)

Programmes européens

› Sensibilisation et stimulation (lettre, site web et manifestations) :

• Présentation des différents types de projets européens de R&D

• Méthodologie de montage et de gestion de projets

• Veilles appels à projets

› Accompagnement personnalisé : conseil spécialisé

• Diagnostics (capacités de l’entreprise et envergure du projet)

• Conseils (juridique, technologique, financement, gestion projet)

• Signalement de projets européens en cours de montage

• Diffusion de profils d’entreprises à la recherche de projets

1. A noter, au sein du Réseau Innovation des CCI d’autres dispositifs concourant à l’innovation dans les PME :

- Un Monde d’avance - Pôle régional de diffusion des technologies de l’information et de la communication, UMDA s’attache à promouvoir les usages professionnels de l’informatique et internet.

- Le CRT Métrologie – CCI de Morlaix a une mission de Centre Technique (voir la fiche de cette catégorie d’acteur)

- CREATIV porte une mission d’ingénierie de projets sur l’ensemble du processus d’innovation (voir la fiche Mission/métier de CREATIV).

Ces services spécialisés travaillent en complémentarité avec les 45 conseillers Innovation des 8 CCI ainsi que les autres structures régionales de soutien à l’innovation.

139


Reseau innovation des chambres

de commerce et d’industrie

les conseillers innovation

Mission principale :

Les conseillers innovation des 8 CCI ont pour mission de sensibiliser les entreprises à l’innovation et

encourager leur ouverture vers l’extérieur. Ils répondent aux sollicitations et vont à la rencontre des Très

Petites et Moyennes Entreprises, en particulier de celles TPE et PME qui se sentent peu concernées par

l’innovation. Ils vulgarisent les enjeux de l’innovation, aident les PME et TPE à formaliser leurs besoins,

problématiques et idées ; ils les informent sur les opportunités de conseil et les ressources du Réseau

de soutien. Ils les aiguillent vers les interlocuteurs les plus à même de les conseiller par une expertise

spécifique et de les accompagner dans la réalisation de leur projet.

Les Conseillers Innovations sont membres du Réseau Breton de l’Innovation, les CCI sont membres de

Bretagne Innovation, via la CRCI. Les CCI participent à la mise en œuvre du Schéma régional de l’innovation.

Les Conseillers Innovation s’appuient sur les centres de ressources spécialisés du Réseau Innovation des C®CI

ainsi que sur l’ensemble des structures de soutien à l’innovation pour mener à bien leur mission.

Leurs métiers :

La sensibilisation et stimulation collective à l’anticipation et à l’ouverture vers l’extérieur

L’information sur les ressources du réseau

Approches individuelles directes, visites en entreprise

La diffusion de veilles collectives et d’information via des supports accessibles et adaptés et l’animation de réseaux

(animation de clubs, animation de filières, animation de la démarche PLATO, …) et l’organisation de rencontres et

manifestations (journée d’information, journée de formation, etc.)

Organisation de concours et appels à projet

Organisation et participation à des salons

Le conseil généraliste, et aiguillage dans le réseau de soutien

Aide à la formulation des besoins, des problématiques,

La réalisation de pré diagnostic pour mesurer la capacité d’innover de l’entreprise

Soutien dans la première formalisation des projets

La recherche des expertises adéquates

La recherche des sources de financement et le montage des dossiers de demande de financement

La mise en relation

L’orientation vers les dispositifs de formation des dirigeants et du personnel (contribution à l’évolution de la carte

des compétences des entreprises)

Au global, le Réseau Innovation des C(R)CI de Bretagne s’appuie sur :

45 conseillers d’entreprise au sein des 8 CCI de Bretagne en relation directe avec le tissu des entreprises

140


RESEAU PERFORMANCE BRETAGNE

Mission principale :

Les conseillers des Réseaux Performance Bretagne sensibilisent, diagnostiquent, conseillent et forment les PME,

chacun sur leurs domaines stratégiques , afin de contribuer à leur développement.

Les Réseaux Performance Bretagne s’appuient sur des conseillers spécialisés localisés dans les départements et

pour certains sur un partenariat avec des grandes entreprises, pour diffuser dans les PME bretonnes des bonnes

pratiques sur quatre domaines stratégiques.

En 2008, ces quatre domaines sont :

- l’organisation industrielle (gestion de la production) : Performance Bretagne PSA Peugeot Citroën

- la gestion de l’environnement : Performance Bretagne Environnement +

- la gestion des ressources humaines : Performance Bretagne Ressources Humaines +

- les usages et accès à l’informatique et à l’Internet des PME : Performance Bretagne Informatique

et Internet (PB2i), lancé en 2008

Ces réseaux , animés régionalement , sont portés par la CRCI de Bretagne et l’UPIB avec la collaboration des CCI

et des unions patronales départementales, avec l’appui de PSA Peugeot Citroën

Ils sont membres du RBI. Les Réseaux Performance Bretagne sont membres de Bretagne Innovation. Ils participent

à la mise en œuvre du Schéma Régional de l’Innovation.

Leurs métiers :

Sensibilisation et information,

Diagnostics et conseils spécialisés auprès des entreprises,

Développement de plan d’action et de cahier des charges.

Certains réseaux approfondissent leur activité de conseil par un véritable accompagnement à la réalisation du plan

d’action (PBRH+).

Mise en réseau et animation de clubs thématiques

PBE+ met en place des audits croisés interentreprises (réseaux d’auditeurs)

Animation de journées thématiques et de clubs de correspondants pour certains réseaux

Les Réseaux PB + travaillent en partenariat avec les chambres de commerce et d’industrie et les unions patronales et

professionnelles de Bretagne

PBE+

Performance Bretagne

Environnement plus

PBRH+

Performance Bretagne Ressources

Humaines Plus

PBPSA

Performance Bretagne

PSA Peugeot Citroën

PB2I

Performance Bretagne

Informatique et Internet

Porté par l’UPIB (Union Patronale Interprofessionnelle de Bretagne) + union locales

et CCI partenaires

Porté par la CRCI de Bretagne en partenariat avec le Crédit Mutuel de Bretagne

Porté par la CRCI de BRETAGNE avec l’appui de PSA Peugeot Citroën

Porté par l’UPIB (Union Patronale Interprofessionnelle de Bretagne) avec l’appui de

PSA Peugeot Citroën

141


Services de valorisation

des etablissements d’enseignement

superieur et de recherche

Mission principale :

Les services de valorisation conseillent et accompagnent les laboratoires de recherche publique qui leur sont

attachés dans leurs différents liens avec les acteurs économiques, ils favorisent les partenariats publics/privés.

Ils stimulent, facilitent et accompagnement le transfert de résultats des unités de recherche (offres de

technologies brevetées, de savoir-faire) dans le tissu économique et la conclusion de contrats de recherche avec

des acteurs économiques. Ils portent également un rôle de sensibilisation auprès du personnel de recherche,

des étudiants et du monde enseignant sur les enjeux et problématiques du dialogue recherche/entreprise et de

l’innovation.

Les services de valorisation des établissements publics de recherche ont un rôle d’interface et de négociation

entre le tissu académique et le tissu économique. Ils contribuent à l’ouverture des personnels de recherche et des

étudiants sur le monde économique et contribuent à l’orientation des entreprises dans le monde académique.

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche avec leur service de valorisation peuvent soit être

membres de Bretagne Innovation, soit en être partenaires.

Leurs métiers :

La gestion de la propriété intellectuelle

Proposition et mise en œuvre des stratégies de protection des résultats des laboratoires (aide à la formalisation des

inventions ; choix du type de protection)

Management de portefeuilles de brevets, des savoir-faire et des logiciels (accords de licences)

La stimulation, l’accompagnement et la gestion du transfert de technologie - licensing :

Sensibilisation à la valorisation économique des résultats de la recherche (formations des personnels de recherche,

des enseignants et des étudiants)

Prospection (visite de laboratoires)

Identification des potentiels valorisables des unités de recherche - détection de projets

Aide à la formalisation et affichage des offres de savoir-faire et de technologies,

Gestion de la Vente

La diffusion de Veilles technologiques

L’ingénierie de projets de recherche partenariale :

Sensibilisation des chercheurs

Aide à la Recherche de partenaires académiques et industriels

Qualification et appui à la rédaction des contrats (voir expertise juridique) ;

Évaluation du coût des projets ; aide à la négociation ; ingénierie financière ;

Suivi des livrables ; suivi de l’impact socio-économique des contrats

Dont appui au montage de projets européens par les chercheurs, gestion administrative et financière.

L’expertise juridique : droit et régime fiscal applicables ; appui à la rédaction et à la qualification des contrats, accord

de consortium ; veille législative et jurisprudentielle

142


L’accompagnement de la maturation de projets innovants : aide à la validation et preuve de concept, soutien

financier des premières étapes de maturation de projets, constitution et présentation de dossier devant des

instances décisionnaires (par exemple : Emergys) ; accompagnement de la pré-incubation de projets ; suivi des projets

en incubation.

La promotion de l’offre de formation continue des établissements en direction des collaborateurs d’entreprises

Le soutien aux projets professionnels et la sensibilisation à l’entrepreneuriat des étudiants, doctorants et

post-doctorants (promotion et suivi des stages en entreprises, participation à l’organisation des Doctoriales)

Les services de valorisation en Bretagne

Bretagne Valorisation ®

Service régional mutualisé de valorisation de la recherche publique labellisé par le Ministère de la Recherche

opérationnel depuis 2006.

il regroupe les établissements suivants :

> L’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Rennes,

> L’Institut National des Sciences appliquées de Rennes,

> L’Université de Bretagne Occidentale,

> L’Université de Bretagne-Sud,

> L’Université de Rennes 1

> L’Université Rennes 2

L’ingénierie de valorisation de la recherche de l’Université Européenne de Bretagne a vocation à s’organiser

autour de Bretagne Valorisation. Le service mutualisé a pour objectif d’étendre ses services à l’ensemble des

établissements membres de l’UEB.

Son activité de valorisation sur le territoire breton s’inscrit dans la Charte de collaboration des acteurs bretons

du transfert de technologies pour le développement économique régional.

Les services de valorisation d’autres établissements de recherche localisés en Bretagne :

Citons pour exemple :

*Le Service de valorisation de l’IRISA / INRIA*

INRA-Transfert, Service de valorisation de l’INRA (Paris)

*Le Service Partenariat et valorisation du CNRS*

Le Service de valorisation de l’ENS Cachan

La Direction du développement et des Relations Extérieures de l’ENSIETA

INSERM Transfert : Service de valorisation de l’INSERM

*Le Bureau Conseil, Étude, Expertise de l’Agrocampus Ouest*

La Direction de la valorisation de l’IFREMER

La Délégation à la valorisation économique du CEMAGREF (Antony, IDF)

*La Direction Entreprises de Télécom Bretagne*

Etc.

*membres ou invités de Bretagne Innovation

143


TECHNOPOLES

Mission principale :

Les technopoles de Bretagne, membres labellisés du Réseau national RETIS, assument une mission

globale de marketing territorial, de détection et développement de nouvelles activités sur leur territoire.

Elles forment chacune un dispositif de proximité pour l’accompagnement à l’innovation des entreprises

existantes et des créateurs. Pour atteindre cet objectif, elles favorisent les synergies entre l’industrie,

l’enseignement supérieur et la recherche et développe les outils permettant une large interaction des

compétences scientifiques et industrielles. A cette fin, elles collaborent, notamment, avec les centres

techniques, les CRITT, les cellules de valorisation de la recherche, les organismes d’enseignement

supérieur et de recherche sur leur territoire.

Les conseillers des technopoles sont membres du Réseau Breton d’Innovation, les technopoles sont

membres de Bretagne Innovation, elles contribuent activement à la mise en œuvre du Schéma régional de

l’innovation.

Leurs métiers :

Animation et mise en réseau des compétences

Faciliter la mise en réseau des acteurs académiques, économiques et financiers pour une meilleure

diffusion et circulation de l’information (rencontres, petits déjeuners…). Des partenariats avec les universités

et les écoles peuvent être développés pour valoriser leur offre auprès des entreprises.

Les technopoles sont dans ce cadre signataire de la Charte de collaboration des acteurs bretons du transfert

de technologies pour le développement économique régional.

Mettre en place des groupes de travail thématiques, initier des groupes de recherche coopérative ou

contribuer à la mise en œuvre de consortium de recherche entreprises/laboratoires.

Soutenir la formation supérieure et la recherche (soutien à la définition, à la mise en place ou à l’adaptation

de formations supérieures aux besoins des entreprises, participation aux réflexions et programmes d’adaptation

entre Recherche PME, soutien aux programmes de financement de la recherche)

Contribuer à l’animation des Pôles de Compétitivité

Porter des initiatives fédératrices et structurantes pour le développement d’une filière.

Marketing territorial /accueil d’entreprises :

L’objectif est de développer l’attractivité du territoire et permettre l’accueil et le développement d’entreprises

innovantes ou de haute technologie

Actions de communication pour valoriser les acteurs et les pôles de compétence scientifiques et industriels d’un

territoire pour optimiser son attractivité (présentations de la technopole, organisation et participation à des

conférences et des salons, édition d’outils de communication, achat d’espaces publicitaires, relations avec la presse),

Attraction et accueil des entreprises, contribution à la préparation d’argumentaires en vue de l’implantation

d’entreprise (information sur les partenaires potentiels, recherche de locaux, introduction dans les réseaux

locaux, recherche de financement),

Participation aux réflexions territoriales : réflexions prospectives relatives à l’innovation sur les territoires

(en collaboration avec les collectivités, villes, départements, Région, l’Etat…)

Ingénierie de l’innovation/incubation

Cette mission consiste à détecter, évaluer, sélectionner et accompagner des projets innovants qu’ils soient issus de la

recherche académique, qu’ils émanent de porteurs individuels ou bien qu’ils proviennent

d’entreprises existantes.

144


Détection, accompagnement et suivi ante création et jusque trois ans des créateurs d’entreprises innovantes

Conseils et ingénierie de projet (business plan, études de marché, faisabilité, recherche de partenaires)

technico-économique, mise en relation, recherche de financement),

Formation (dont « Formaction » - finance, marketing, organisation, PI),

Financement de l’accès à des compétences externes (CAT, …)

Gestion déléguée d’espaces d’incubation (pépinières)

Dans le cadre du soutien aux projets issus de la recherche académique : portage de l’incubateur régional

Emergys, en collaboration avec les centres de recherche présents en Bretagne

Ingénierie de projets innovants au sein d’entreprises matures en collaboration avec les acteurs de l’innovation

Pour conduire ses missions, les technopoles s’appuient sur les outils disponibles adaptés à l’innovation que sont par

exemple les appels à projet, les Pôles de compétitivité et les programmes européens.

145


Les aides financières à l’innovation

pour les entreprises en Bretagne

Institutions

Nom de l’aide

Type de

financement

Période

Anté

-création

Création

(0-3 ans)

Dvp

(+3 ans)

Finalité

Projet C.cial R.H. R&D

CG35

Implantations exogènes

de centres de recherche,

de laboratoires d’entreprises

et d’activités tertiaires

SUB / AR

départements

CG35

Cg22

Développement des entreprises

– soutien aux projets de

recherche/innovation

INNOVARMOR – TPE / mise au

point de nouveaux produits

ou process

Cg22 INNOVARMOR -

PME / renforcement du

personnel d’encadrement dans

les domaines de l’innovation

Cg22

INNOVARMOR - PME/ mise au

point de prototypes industriels

nouveaux

CG56 NOVATEC 56

Aide à l’innovation et au

développement technologique

CG56

ETIC-INOV

Aide à la recherche et

développement dans la filière

électronique- TIC

CG56 NAUTINOV 56

Aide à la recherche et

développement dans le

nautisme et la construction

navale

CG56

ETIC-JOB

Aide au recrutement de cadres,

ingénieurs ou techniciens

pour mener à bien un projet

d’innovation

CG56

NAUTIJOB

Aide au recrutement de cadres,

ingénieurs ou techniciens

pour mener à bien un projet

d’innovation

CG56

NAUTIJOB

Aide au recrutement de cadres,

ingénieurs ou techniciens

pour mener à bien un projet

d’innovation

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Soutien aux projets industriels

innovants

Aide aux projets

collaboratifs laboratoires de

recherche-entreprises (hors

Pôles de compétitivité)

SUB / AR

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

SUB

146


RÉGIONS

CO-FINANCEMENT

CO-FINANCEMENT

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

Conseil

régional de

Bretagne

OSEO

Conseil

régional de

Bretagne

OSEO

ETAT

Conseil régional

de Bretagne /

CG / Agglo….

Conseil régional

de Bretagne

OSEO

Appel à projet - Service TIC

géolocalisé

SUB

CAT - Aide à la création d’entreprise

innovante gérée par les

SUB

technopoles

Bourse créateurs SUB

ALPI

Aide au lancement de projets

innovants

Aide Stagiaire

Aide à l’accueil de stagiaires

en fin d’études

Aide aux projets innovants

des entreprises

Fonds d’innovation pour la

Bretagne (FIB)

Aide aux projets innovants

des entreprises

(partenariat Région / OSEO)

PRDT

Prestation régionale

de développement

technologique

Aide aux projets

collaboratifs laboratoires de

recherche-entreprises

(dans les pôles de compétitivité)

PRDT

Prestation régionale de

développement technologique

AR

SUB

SUB / AR

SUB / AR

SUB / AR

Oseo Aide au projet innovant AR

Oseo Aides au transfert de technologie AR

Oseo

Aides au partenariat

SUB / AR

technologique transnational

Oseo

Aides à la création d’entreprises SUB / AR

de technologies innovantes

Oseo

Accueil de post-doctorants

en PME/PMI

Oseo

Conventions de diplômes de

recherche technologique

Oseo

Prêt Participatif d’Amorçage AR

-financement

Oseo

Contrat Développement AR

-financement Innovation

Oseo- garantie Fonds de Garantie Innovation - GARANTIE

MESR/ Oseo Lauréat Concours Emergence SUB

MESR/ Oseo Lauréat Concours

SUB

Création-développement

DRRT Crédit Impôts Recherche CREDIT

D’IMPOT

DRRT Bourse CIFRE

INPI

Pré-diagnostic

Propriété Industrielle

147


C R E A T I O N

G R A P H I Q U E

Création et réalisation graphique :

C R E A T I O N

G R A P H I Q U E

Philippe Pradel

Bénédicte Lecourt

3 rue du Bois de Sœuvres

Z.A. La Hallerais

35770 Vern-sur-Seiche

Tel. : 02 99 51 06 55

Fax : 02 23 20 76 56

Mobile : 06 37 77 89 47

philippe@idoine-id.fr

www.idoine-id.fr

C R E A T I O N

G R A P H I Q U E

Fabrication : Com’s - Rennes

More magazines by this user
Similar magazines