12.07.2015 Views

Document de référence BOUYGUES

Document de référence BOUYGUES

Document de référence BOUYGUES

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

SommaireInterview <strong>de</strong> Martin Bouygues, prési<strong>de</strong>nt-directeur général 4123Le Groupe 7Le profil du Groupe 8> Le conseil d'administration 12> L’équipe dirigeante 13Les chiffres clés 2011 14Faits marquants 18> Principaux événements <strong>de</strong>puis le 1 er janvier 2012 22Bouygues et ses actionnaires 24Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales 26Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers 53Bouygues Construction, acteur global <strong>de</strong> la construction 54Bouygues Immobilier, lea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la promotion immobilière en France 70Colas, lea<strong>de</strong>r mondial <strong>de</strong> la route 84TF1, premier groupe privé <strong>de</strong> télévision en France 100Bouygues Telecom, opérateur mobile, fixe, TV et internet 112Bouygues SA 128Alstom, au cœur du développement durable 130Facteurs <strong>de</strong> risques 135Risques <strong>de</strong>s métiers 136Risques <strong>de</strong> marché 147Différends et litiges 148Assurances - Couverture <strong>de</strong>s risques 155<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 2


45Informations juridiques et financières 157Informations sur les administrateurs et censeur 158Informations sur les commissaires aux comptes 167Rapport du prési<strong>de</strong>nt du conseil d'administrationsur le gouvernement d'entreprise et le contrôle interne 168Rémunérations <strong>de</strong>s mandataires sociaux et attributions d’options 190Actionnariat 199Bourse 201Capital 204Résultats <strong>de</strong> Bouygues SA 209Informations juridiques 210Les comptes 215Comptes consolidés 216> Annexe aux comptes consolidés 220Comptes individuels en normes françaises 269> Annexe aux comptes individuels 2716Assemblée générale mixte du 26 avril 2012 281Ordre du jour 282Rapports du conseil d’administration 283Rapports <strong>de</strong>s commissaires aux comptes 287Projet <strong>de</strong> résolutions 2967 Informations complémentaires 299Glossaire du Groupe 300Indicateurs sociaux et environnementaux : note méthodologique <strong>de</strong> reporting 308Tables <strong>de</strong> concordance 310Attestation du responsable du document 314<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 3


lea<strong>de</strong>r en termes <strong>de</strong> croissance nette du marchéavec 433 000 nouveaux clients sur l’année 2011.Le parc total atteint 1 241 000 clients Haut DébitFixe à fin décembre 2011.Comment Alstom, dont vousêtes le principal actionnaire,fait-il face à la crise ?La contribution d'Alstom au résultat net <strong>de</strong>Bouygues ressort à 190 millions d’euros sur l’année2011 (235 millions d’euros en 2010). L’activitécommerciale est soutenue sur les neuf premiersmois <strong>de</strong> l’exercice 2011/12, avec <strong>de</strong>s prises <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s en hausse <strong>de</strong> 20 % à 15,1 milliardsd’euros. Alstom se développe fortement dansles pays à croissance rapi<strong>de</strong> comme la Chine, laRussie, le Brésil, et réalise à présent 60 % <strong>de</strong> sescomman<strong>de</strong>s dans les pays émergents. Alstom aconfirmé son objectif <strong>de</strong> marge opérationnellesitué entre 7 % et 8 % pour l’exercice 2011/12.Le développement durable nepasse-t-il pas au second plan,compte tenu du contexteéconomique ?Nous avons fait <strong>de</strong> la stratégie énergie / carboneune priorité <strong>de</strong> notre politique RSE. Concrètement,nous avons réalisé cette année un premier exercicevolontaire <strong>de</strong> consolidation <strong>de</strong>s émissions<strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre au niveau du Groupe.De nombreuses actions ont été engagées pourréduire nos émissions <strong>de</strong> CO 2et nos consommationsd’énergie <strong>de</strong> toute nature. Ancrée dansla stratégie du pôle Construction, la constructiondurable intègre en effet l’éco-conception,l’efficience énergétique et la préservation <strong>de</strong> labiodiversité. En parallèle, nous avons poursuivil’adaptation <strong>de</strong> nos modèles économiques pourmieux prendre en compte les impacts <strong>de</strong> nos activitésdans le domaine environnemental. Grâce à<strong>de</strong>s directions <strong>de</strong> R&D et d’innovation performantes,notre Groupe a développé <strong>de</strong>s savoir-fairespécifiques, notamment dans le domaine dupilotage <strong>de</strong>s fonctions <strong>de</strong> confort du bâtiment.Pouvez-vous nous donner <strong>de</strong>sexemples significatifs <strong>de</strong> lapolitique sociale et sociétaledu groupe Bouygues ?La valeur cardinale du Groupe est le respect, quiest naturellement une attitu<strong>de</strong> essentielle pourbien vivre ensemble, mais également un levier<strong>de</strong> la performance. Tout en découle, notammentl’équité <strong>de</strong> traitement entre les collaborateurs. Lesmétiers travaillent concrètement sur ce sujet etl’obtention du label Diversité <strong>de</strong> l’Afnor par TF1et Bouygues Telecom démontre notre volonté<strong>de</strong> progresser.Par ailleurs, nous poursuivons en interne nosformations à l’éthique et mettons tout en œuvrepour que nos collaborateurs travaillent dans lesmeilleures conditions possibles dans tous lespays où nous sommes implantés.Quelles sont les perspectivesdu Groupe ? Dans quel étatd’esprit abor<strong>de</strong>z-vous l’arrivéed’un quatrième opérateur surle marché <strong>de</strong> la téléphoniemobile ?L’objectif <strong>de</strong> chiffre d’affaires 2012 s’établità 32 350 millions d’euros (- 1 %). Il reflète ladiversité <strong>de</strong>s situations <strong>de</strong>s pôles d’activités duGroupe. Fort d’un carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s record,le pôle Construction dispose d’une bonne visibilité.L’environnement économique et financierest incertain, mais les projets en négociation sontnombreux et significatifs.Malgré la poursuite <strong>de</strong> la croissance dans lehaut débit fixe, Bouygues Telecom prévoit unebaisse <strong>de</strong> son chiffre d’affaires en 2012 <strong>de</strong> 10 %à 5 140 millions. Cette évolution tient compte <strong>de</strong>la baisse programmée <strong>de</strong>s terminaisons d’appelLes perspectives reflètent la bonnevisibilité du pôle Construction et latransformation du marché du mobile(impact estimé à environ 350 millions d’euros), dudéveloppement <strong>de</strong>s offres vendues sans terminalet <strong>de</strong> la transformation du marché du mobile avecnotamment l’arrivée du nouvel entrant en débutd’année. Dans ce contexte, un plan d’économies<strong>de</strong> coûts <strong>de</strong> 300 millions d’euros <strong>de</strong>vra être misen œuvre en 2012 avec un impact à partir <strong>de</strong>2013. Je suis convaincu que Bouygues Telecomretrouvera un bon niveau <strong>de</strong> cash-flow libre surle moyen terme.Comme il l’a démontré ces <strong>de</strong>rnières années,le groupe Bouygues sait s’adapter dans sesdifférents métiers à son nouvel environnement.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 5


Le Groupe<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 6


1Le GroupeSommaireLe profil du Groupe 8Le conseil d’administration 12L’équipe dirigeante 13Les chiffres clés 2011 14Principales données financières 14Chiffre d’affaires 14Répartition géographique du chiffre d’affaires 2011 14Résultat opérationnel courant 15Résultat net part du Groupe 15Bénéfice net par action retraité 15Divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> par action 15Capacité d’autofinancement 16Investissements d’exploitation nets 16Cash-flow libre 16En<strong>de</strong>ttement net 17Perspectives 2012 17Faits marquants 18Principaux événements <strong>de</strong>puis le 1 er janvier 2012 22Bouygues et ses actionnaires 24Le service Titres 24Relations investisseurs 24Le site bouygues.com 24Nos responsabilités sociales,sociétales et environnementales 26La responsabilité sociétale <strong>de</strong> Bouygues 26Éthique et droits <strong>de</strong> l’homme 29Relations et conditions <strong>de</strong> travail 29La démarche environnementale 43L’amélioration <strong>de</strong>s produits et services au profit <strong>de</strong>s clients 46Communautés et développement local 46Les actions transversales <strong>de</strong> responsabilité sociétale 48Perspectives 511952-2012 : 60 ans <strong>de</strong> défis. De l’université <strong>de</strong> Riyadh en Arabie Saoudite au "Pentagoneà la française" à Paris, Bouygues réalise <strong>de</strong>s chantiers complexes, souvent spectaculaires.Le chantier du QP District à Doha (Qatar) mobilise 6 000 collaborateurs en pointe, dont environ 270 ingénieurs et techniciens.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 7


Le profildu Groupeactionnaires sont, d’une part, SCDM, holding <strong>de</strong>Martin et Olivier Bouygues et, d’autre part, les collaborateursdu Groupe.> Au 31 décembre 2011, plus <strong>de</strong> 60 000 <strong>de</strong> sessalariés étaient actionnaires <strong>de</strong> Bouygues, confirmantainsi dans ce domaine la première place <strong>de</strong>Bouygues au sein du CAC 40.> Au 31 décembre 2011, suite à l’offre publique <strong>de</strong>rachat d'actions Bouygues (OPRA), réalisée fin2011, SCDM détenait 21,1 % du capital et 29,6 %<strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote et les salariés 23,3 % du capitalet 28,1 % <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote.Créé en 1952, aujourd’huiprésent dans plus <strong>de</strong> 80 pays,le groupe Bouygues, animé parune culture d’entreprise forteet originale, dispose <strong>de</strong> soli<strong>de</strong>satouts pour poursuivre sondéveloppement.Colas réalise chaque annéequelque 100 000 chantiers dans le mon<strong>de</strong>Bouygues est présent dans la construction (BTP,immobilier et routes), les télécoms et les médias. Ilest aussi le principal actionnaire d’Alstom.Le groupe Bouygues est coté à la Bourse <strong>de</strong> Paris(indice CAC 40, Euronext Paris Compartiment A).Sa capitalisation boursière s’élevait à 7,7 milliardsd’euros au 31 décembre 2011.Organigramme simplifié du groupe Bouyguesau 31 décembre 2011POWER-TRANSPORT-GRIDBTP30,7 %PÔLE CONSTRUCTIONPÔLE MÉDIAS ET TÉLÉCOMSIMMOBILIER ROUTES MÉDIAS TÉLÉCOMS100 % 100 % 96,5 % 43,6 %89,5 %STRATÉGIEBouygues est un groupe industriel diversifié quiprivilégie une croissance rentable et se positionnesur <strong>de</strong>s marchés dotés d’un potentiel <strong>de</strong> développementsur le long terme. Dans chacune <strong>de</strong> sesactivités, Bouygues a pour objectif d’accroître lavaleur ajoutée <strong>de</strong> ses offres en apportant <strong>de</strong>s servicestoujours plus innovants à ses clients tout enrestant compétitif.Le Groupe adopte une stratégie opportuniste surles marchés <strong>de</strong> la construction, notamment à l’internationalqui constitue un relais <strong>de</strong> croissance, enparticulier aujourd’hui en Asie et au Moyen-Orient.LES ATOUTS DU GROUPEUn actionnariat stableLa présence d'actionnaires stables au sein <strong>de</strong> soncapital permet à Bouygues <strong>de</strong> privilégier une visionstratégique à long terme. Ses <strong>de</strong>ux principauxUne culture d’entrepriseforte et originaleCommune à ses cinq métiers, la culture du Groupese caractérise par un savoir-faire dans la gestion<strong>de</strong> projets et un management <strong>de</strong>s équipes reposantsur les trois principes <strong>de</strong> sa charte <strong>de</strong>s ressourceshumaines : le respect, la confiance et l’équité.Le partage <strong>de</strong> ces valeurs repose en particuliersur le dialogue avec les partenaires sociaux, lapromotion <strong>de</strong> la sécurité, <strong>de</strong> la santé, <strong>de</strong> l’égalité<strong>de</strong>s chances, ainsi que sur la formation (voir"Responsabilités sociales, sociétales et environnementalesdu Groupe" pages 26-51).Un positionnement sur <strong>de</strong>smarchés soutenus par une<strong>de</strong>man<strong>de</strong> soli<strong>de</strong>Dans la construction, les besoins en infrastructureset en logements sont très importants, dans les paysdéveloppés comme dans les pays émergents.La <strong>de</strong>man<strong>de</strong> en matière <strong>de</strong> construction durable(bâtiments basse consommation ou à énergie<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Le profil du Groupe • 8


1Le GroupeLe profil du Groupepositive, éco-quartiers, etc.) est <strong>de</strong> plus en plusforte.Le marché <strong>de</strong>s télécoms et <strong>de</strong>s médias continue<strong>de</strong> se développer grâce à l’évolution rapi<strong>de</strong> <strong>de</strong> latechnologie et <strong>de</strong>s usages.Acteur <strong>de</strong> premier plan dans tous ses métiers,Bouygues intègre dans ses offres les attentesfortes <strong>de</strong> ses parties prenantes en matière <strong>de</strong>développement durable pour en faire un avantageconcurrentiel.Une structure financièretrès saineBouygues dispose d’un profil financier soli<strong>de</strong>.Sachant maîtriser ses investissements tout engénérant un niveau <strong>de</strong> cash-flow élevé, le Groupeest faiblement en<strong>de</strong>tté et dispose d’une très gran<strong>de</strong>liquidité.Le Groupe est noté A3 / perspective stable parMoody’s et BBB+ / perspective stable par Standard& Poor’s.Histoire1952 : création <strong>de</strong>l'Entreprise FrancisBouygues (EFB) spécialiséedans le bâtiment.1956 : diversification dansla promotion immobilière(Stim).1965 : développement <strong>de</strong>sactivités <strong>de</strong> génie civilet <strong>de</strong> travaux publics enFrance.1970 : introduction à laBourse <strong>de</strong> Paris.1972 : EFB <strong>de</strong>vientBouygues. Début <strong>de</strong>l’activité internationale(Moyen-Orient).1984 : acquisition <strong>de</strong>Saur (cession en 2005) etd’ETDE, spécialisée dansl’énergie et les services.1986 : Bouygues lea<strong>de</strong>rmondial du BTP suite àl’acquisition du groupeScreg, numéro un <strong>de</strong>stravaux routiers.1987 : Bouygues <strong>de</strong>vientactionnaire principal <strong>de</strong>TF1 (44 % du capital au31 décembre 2011),1 re chaîne <strong>de</strong> télévisiongénéraliste française,aujourd’hui groupe <strong>de</strong>communication intégré(TV gratuite et payante,web, droits audiovisuels,production, licences).1994 : Bouygues désignéopérateur du 3 e réseau<strong>de</strong> téléphonie mobile enFrance.Avec 12,5 millions <strong>de</strong>clients, Bouygues Telecomest aujourd’hui opérateurglobal <strong>de</strong> communicationsélectroniques (mobile, fixe,TV et internet).2006 : acquisition <strong>de</strong> lapart du capital détenue parl’État français dans Alstom,un <strong>de</strong>s lea<strong>de</strong>rs mondiauxdans les infrastructures <strong>de</strong>transport ferroviaire, et <strong>de</strong>production et transmissiond’électricité. Bouygues<strong>de</strong>vient son principalactionnaire (31 % au31 décembre 2011).2008 : lancement<strong>de</strong>s offres <strong>de</strong>télécommunications fixes<strong>de</strong> Bouygues Telecom.20,5CHIFFRE D'AFFAIRESen milliards d'euros2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011344TCAM* :+ 5 %RÉSULTAT NET PART DU GROUPEen millions d'eurosTCAM* :+ 12 %Éléments non récurrentsÉléments récurrents32,71 0702512001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011Fort <strong>de</strong> tous ces atouts, Bouygues a enregistré<strong>de</strong> soli<strong>de</strong>s performances financières sur les dix<strong>de</strong>rnières années.Le chiffre d’affaires du Groupe a, en effet, crû enmoyenne <strong>de</strong> 5 % par an sur cette pério<strong>de</strong> et lerésultat net <strong>de</strong> 12 % par an.Bouygues a ainsi pu distribuer un divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> quia été multiplié par 4,4 sur 10 ans.Principaux actionnaires au 31 décembre 2011RÉPARTITION DU CAPITALRÉPARTITION DES DROITS DE VOTE21,1 %25,8 % 29,6 %36,1 %23,3 %16,5 %19,5 %28,1 %0,36DIVIDENDE ORDINAIREen euro par actionmultiplié par4,41,60**En savoir pluswww.bouygues.comNombre <strong>de</strong> titres :314 869 079Nombre <strong>de</strong> droits <strong>de</strong> vote :439 994 172SCDM* Salariés Autres actionnaires français Actionnaires étrangers(*) SCDM est une société contrôlée par Martin et Olivier Bouygues.2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011Présentées telles qu'elles ont été publiées, ces données financières sonten normes françaises <strong>de</strong> 2001 à 2004 et en normes IFRS à partir <strong>de</strong> 2005.(*) taux <strong>de</strong> croissance annuel moyen(**) proposé à l'assemblée générale du 26 avril 2012<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 9


Des références emblématiques1234 5<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Le profil du Groupe • 10


1Le GroupeLe profil du Groupe68791 L’université <strong>de</strong> Riyadh. En 1984, Bouygues livrel’université <strong>de</strong> Riyadh (Arabie Saoudite). Cechantier gigantesque d’un montant <strong>de</strong> 2 milliards<strong>de</strong> dollars aura mobilisé plus <strong>de</strong> 12 000 hommes.2 Green Office ® Meudon. Livré en 2011 par BouyguesImmobilier à Meudon, ce bâtiment est le premierimmeuble <strong>de</strong> bureaux à énergie positive quirépond aux standards internationaux. Trois autresprojets sont en cours.3 Le Sta<strong>de</strong> <strong>de</strong> France. En 1997, Bouygues et sespartenaires livrent ce <strong>de</strong>rnier grand chantier dumillénaire à Paris.4 Le pont <strong>de</strong> Masan Bay. Premier partenariat publicprivé<strong>de</strong> Bouygues Construction en Corée duSud, cet ouvrage livré en 2008 est constitué d’unpont à haubans <strong>de</strong> 740 mètres.5 L’A75. En 2004, Colas a réalisé 26 km <strong>de</strong> cettechaussée autoroutière dans l’Aveyron. Des enrobéséconomes en énergie (3E ® LT) sont utiliséssur une section entre Pézenas et Béziers.6 Challenger. Imaginé par Francis Bouygues etl’architecte Kevin Roche, Challenger, siègehistorique du groupe Bouygues, fait l’objet d’unambitieux projet <strong>de</strong> rénovation. Cet outil <strong>de</strong> promotiondu savoir-faire du Groupe vise la triplecertification HQE ® , Leed ® (Platinium) et Breeam ®(Excellent).7 La LGV Est européenne. Colas Rail a posé les <strong>de</strong>uxtiers <strong>de</strong> cette voie qui relie Paris et Strasbourg.8 La route <strong>de</strong>s Tamarins. À la Réunion, cette voierapi<strong>de</strong> <strong>de</strong> 34 km reliant Saint-Paul à l’Étang-Salé,a été réalisée par GTOI, filiale <strong>de</strong> Colas.9 La Banque Postale. Livré par Bouygues Immobilieren 2011, cet ensemble immobilier certifié NFBâtiments tertiaires - Démarche HQE ® estcomposé <strong>de</strong> bâtiments historiques entièrementrénovés en plein cœur <strong>de</strong> Paris.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 11


Le conseil d'administration au 28 février 2012Le conseil d’administration<strong>de</strong> Bouygues se réfèreaux recommandations du co<strong>de</strong>PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRALMartin BouyguesFrançois BertièrePrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> Bouygues ImmobilierCENSEURAlain PouyatAfep-Me<strong>de</strong>f en matière <strong>de</strong>gouvernement d’entreprise.Il s’appuie sur les travaux<strong>de</strong> quatre comités.Les informations sur legouvernement d’entreprisefigurent au chapitre "Informationsjuridiques et financières", dansle rapport du prési<strong>de</strong>nt du conseild’administration.ADMINISTRATEUR ETDIRECTEUR GÉNÉRAL DÉLÉGUÉOlivier BouyguesDirecteur général délégué et représentant permanent<strong>de</strong> SCDM, administrateurADMINISTRATEURSPierre Barberis*Ancien directeur général délégué d’OberthurPatricia Barbizet*Directeur général et administrateur d’ArtémisMadame Francis BouyguesGeorges Chodron <strong>de</strong> CourcelDirecteur général délégué<strong>de</strong> BNP ParibasLucien Douroux*Ancien prési<strong>de</strong>nt du conseil<strong>de</strong> surveillance <strong>de</strong> Crédit Agricole IndosuezYves GabrielPrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> Bouygues ConstructionPatrick KronPrési<strong>de</strong>nt-directeur général d’AlstomCOMITÉS DU CONSEILComité <strong>de</strong>s comptesHelman le Pas <strong>de</strong> Sécheval (prési<strong>de</strong>nt)Patricia BarbizetGeorges Chodron <strong>de</strong> CourcelComité <strong>de</strong> sélectionJean Peyreleva<strong>de</strong> (prési<strong>de</strong>nt)François-Henri PinaultComité <strong>de</strong>s rémunérationsPierre Barberis (prési<strong>de</strong>nt)Patricia BarbizetHervé Le BoucPrési<strong>de</strong>nt-directeur général <strong>de</strong> ColasComité <strong>de</strong> l’éthiqueet du mécénatLucien Douroux (prési<strong>de</strong>nt)Helman le Pas <strong>de</strong> Sécheval*François-Henri PinaultColette Lewiner*Vice-prési<strong>de</strong>nte <strong>de</strong> Capgemini(*) administrateur indépendantSandra NombretReprésentante <strong>de</strong>s salariés actionnairesNonce PaoliniPrési<strong>de</strong>nt-directeur général <strong>de</strong> TF1Jean Peyreleva<strong>de</strong>*Prési<strong>de</strong>nt du conseil d'administration<strong>de</strong> Leonardo & CoFrançois-Henri Pinault*Prési<strong>de</strong>nt-directeur général <strong>de</strong> PPRMichèle VilainReprésentante <strong>de</strong>s salariés actionnaires<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Le profil du Groupe • 12


1Le GroupeLe profil du GroupeL'équipe dirigeante au 28 février 2012Société mèreMartin BouyguesPrési<strong>de</strong>nt-directeur généralOlivier BouyguesDirecteur général déléguéJean-François GuilleminSecrétaire généralPhilippe MarienDirecteur financierdu GroupePrési<strong>de</strong>nt <strong>de</strong>Bouygues TelecomAlain PouyatDirecteur généralInformatique etTechnologies nouvellesJean-Clau<strong>de</strong> TostivinDirecteur général adjointRH et AdministrationDirigeants <strong>de</strong>s cinq métiersYves GabrielPrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> Bouygues ConstructionFrançois BertièrePrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> Bouygues ImmobilierHervé Le BoucPrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> ColasNonce PaoliniPrési<strong>de</strong>nt-directeur général<strong>de</strong> TF1Olivier RoussatDirecteur général<strong>de</strong> Bouygues Telecom<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 13


Les chiffres clés 2011Le groupe Bouygues réalise une bonne année2011 avec <strong>de</strong>s performances opérationnellessoli<strong>de</strong>s et une excellente activité commercialedans le pôle Construction. La situationfinancière du Groupe est saine.Principales donnéesfinancières(en millions d’euros) 2010 2011 2011/2010Chiffre d'affaires 31 225 32 706 + 5 %Ebitda a 3 330 3 242 - 3 %Résultat opérationnelcourant 1 760 1 819 + 3 %Résultat opérationnel 1 791 b 1 857 c + 4 %Résultat net part du Groupe 1 071 1 070 =Résultat net par action(en euro par action) 3,03 3,06 + 1 %Résultat net par action retraité(en euro par action) d 2,97 3,40 + 14 %Capacité d'autofinancement 3 244 3 325 + 2 %Investissementsd'exploitation nets 1 423 1 658 e + 17 %Cash-flow libre f 1 009 862 e - 15 %Capitaux propres(fin <strong>de</strong> pério<strong>de</strong>) 10 607 9 678 - 929 M€Dette nette (fin <strong>de</strong> pério<strong>de</strong>) 2 473 3 862 + 1 389 M€Ratio d’en<strong>de</strong>ttement(fin <strong>de</strong> pério<strong>de</strong>) 23 % 40 % + 17 ptsDivi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> net(en euro par action) 1,6 1,6 g =Effectifs (nombre) 133 456 130 827 - 2 %(a) résultat opérationnel courant majoré <strong>de</strong>s dotations nettes aux amortissements et<strong>de</strong>s dotations nettes aux provisions, moins les reprises <strong>de</strong> provisions non utilisées(b) dont + 31 millions d’euros d’autres produits et charges opérationnels,soit + 83 millions d’euros chez TF1 et - 52 millions d’euros chez Colas.(c) dont + 38 millions d’euros d’autres produits et charges opérationnels chez BouyguesTelecom. (d) calculé sur la base du nombre d’actions en circulation au 31 décembre<strong>de</strong> l’année (hors autocontrôle) (e) hors fréquences 4G (228 M€) (f) capacitéd'autofinancement moins le coût <strong>de</strong> l’en<strong>de</strong>ttement financier net, moins l’impôt <strong>de</strong>l’exercice, moins les investissements d'exploitation nets. Il est calculé avant variationdu besoin en fonds <strong>de</strong> roulement. (g) proposé à l’assemblée générale du 26 avril 2012Chiffre d'affaires 32,7 M<strong>de</strong> (+ 5 %)en millions d'euros31 225201032 7062011Chiffre d'affaires par métier*120(*) non significatif2 6205 74112 4129 802(*) Les retraitements intra-Groupe s’élèvent à (454) M€.Amérique du Nord8 %2 520 Me2 465n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues Telecom n Holding et diversRépartition géographique du chiffre d'affairesAmériqueCentrale / du Sudn.s.*151 MeLe chiffre d’affaires du groupe Bouyguesen 2011 s’établit à 32,7 milliardsd’euros, soit + 5 % (+ 3 % à périmètre etchange constants). Il dépasse l’objectifinitial grâce en particulier à la bonneperformance du pôle Construction auquatrième trimestre.> Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> BouyguesConstruction s’élève à 9 802 millionsd’euros en progression <strong>de</strong> 6 % (+ 2 % àpérimètre et change constants). Il est encroissance, tant en France (5 350 millionsd’euros, soit + 5 %) qu’à l’international(4 452 millions d’euros, soit + 8 %).> Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> BouyguesImmobilier ressort à 2 465 millionsd’euros, en hausse <strong>de</strong> 2 %. Le chiffred’affaires Logement (1 994 millionsd’euros) a renoué avec la croissance(+ 2 %, dont + 11 % au second semestre)et le chiffre d’affaires Immobilierd’entreprise, stable à 471 millions d’euros,bénéficie <strong>de</strong> la vente <strong>de</strong>s immeublesFarman à Paris et Green Office ® à Meudon(Hauts-<strong>de</strong>-Seine).Europe(hors France)France14 %69 %4 445 Me22 601 MeAfrique etMoyen-Orient4 %1 487 MeAsie-Pacifique5 %1 502 Me(32 706 me)> Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> Colas progresse<strong>de</strong> 6 % (+ 5 % à périmètre et changeconstants) à 12 412 millions d’euros.En France, où l’activité a été soli<strong>de</strong>,il s’établit à 7 250 millions d’euros(+ 8 %). Il ressort à 5 162 millions d’eurosà l’international (+ 4 %) avec notammentun bon exercice en Amérique du Nor<strong>de</strong>n dépit <strong>de</strong>s intempéries qui ont pertubél'exécution <strong>de</strong>s chantiers en débutd’année.Le chiffre d’affaires du pôle Constructionest ainsi en croissance <strong>de</strong> 6 % à24,4 milliards d’euros.> Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> TF1 est stable à2 620 millions d’euros (- 2 % à périmètreet change constants). Les recettespublicitaires <strong>de</strong> l’ensemble du groupeTF1 progressent <strong>de</strong> 2 %, à 1 822 millionsd’euros, grâce à l’intégration <strong>de</strong> TMCet NT1.> Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> BouyguesTelecom progresse <strong>de</strong> 2 % à5 741 millions d’euros et le chiffred’affaires réseau est stable à5 082 millions d’euros grâce aux offresFixe et aux MVNO. Hors impact <strong>de</strong>sterminaisons d’appel voix et SMS,le chiffre d’affaires réseau serait encroissance <strong>de</strong> 8 %.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Les chiffres clés 2011 • 14


1 LesLe Groupechiffres clés 2011Résultat opérationnel courant 1 819 Me (+ 3 %)en millions d'euros1 7602010Contribution par métier*5612833534661 8192011201(*) Le résultat opérationnel courant holding et divers est <strong>de</strong> (45) M€.n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues Telecom> Grâce à la bonne exécution<strong>de</strong>s contrats en cours, le résultatopérationnel courant <strong>de</strong> BouyguesConstruction augmente <strong>de</strong> 12 % à353 millions d’euros et la margeopérationnelle courante <strong>de</strong> 0,2 pointà 3,6 %, dans un environnement trèsconcurrentiel.> Chez Bouygues Immobilier, la margeopérationnelle courante est soli<strong>de</strong> à8,2 % (- 0,2 point).> Le résultat opérationnel courant <strong>de</strong>Colas est en hausse <strong>de</strong> 28 % à 466 millionsd’euros. La marge opérationnellecourante progresse <strong>de</strong> 0,7 point à 3,8 %grâce aux mesures d’adaptation et <strong>de</strong>transformation mises en œuvre à partir<strong>de</strong> 2010, tout particulièrement en Europecentrale, où le résultat opérationnelcourant augmente <strong>de</strong> 78 millions d’euros.Privilégiant les marges par rapportau volume et menant une politiqueconstante d’adaptation, Colas a améliorésa compétitivité en 2011.Au total, Le résultat opérationnel courantdu pôle Construction progresse <strong>de</strong> 15 %à 1 milliard d’euros, avec une rentabilitéen amélioration à 4,2 % (soit + 0,4 point).> Le résultat opérationnel courant <strong>de</strong> TF1est en progression <strong>de</strong> 23 % par rapport à2010 et la marge opérationnelle courantes’est améliorée <strong>de</strong> 2 points par rapport à2010 pour s’établir à 10,8 %.> Comme annoncé, l’Ebitda <strong>de</strong> BouyguesTelecom est pénalisé par la baisse <strong>de</strong>sdifférentiels <strong>de</strong> terminaisons d’appel(151 millions d’euros d’impact négatif)et ressort en ligne avec l’objectif, à1 272 millions d’euros (- 7 %). Aprèsprise en compte <strong>de</strong> l’augmentation<strong>de</strong>s dotations aux amortissements liéenotamment à la bonne dynamique <strong>de</strong>l’activité Fixe, le résultat opérationnelcourant ressort à 561 millions (- 19 %).Résultat netpart du Groupe 1 070 Me (=)en millions d'euros1 07120101 0702011Contribution par métier*33119080226324120(*) Le résultat net holding et divers est <strong>de</strong> (201) M€.n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues Telecom n AlstomBénéfice netpar action retraité*Suite à l’annulation <strong>de</strong> 52 millionsd’actions, le bénéfice net par action,calculé sur la base du nombre d’actionsau 31 décembre (hors autocontrôle),s’élève à 3,40 euros en 2011, encroissance <strong>de</strong> 14 % par rapport à 2010.3,40 euros (+ 14 %)en euro2,973,40Divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> par action*Bouygues va maintenir la rémunération<strong>de</strong> ses actionnaires en 2011. Le Conseild’administration proposera à l’assembléegénérale du 26 avril 2012 un divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong><strong>de</strong> 1,60 euro par action. Sur la base ducours moyen sur 12 mois glissants au20 février, le divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> offre unren<strong>de</strong>ment <strong>de</strong> 5,7 %.1,60 euro (=)1,60 1,60*Le résultat net part du Groupe atteint1 070 millions d’euros, un niveaustable par rapport à 2010. Hors labaisse anticipée <strong>de</strong> la contributiond’Alstom (190 millions d’euros en2011 contre 235 millions d’euros en2010), il est en croissance <strong>de</strong> 5 %.(*) part Groupe <strong>de</strong>s activités poursuivies.Calculé sur la base du nombre d’actions en circulationau 31 décembre <strong>de</strong> l’année (hors autocontrôle).20102011en euro(*) proposé à l'assemblée générale du 26 avril 20122010 2011<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 15


Capacitéd'autofinancementen millions d'euros3 2443 325Investissements3 325 Me (+ 2 %) d'exploitation nets 1 658 a Me (+ 17 %)en millions d'euros1 4231 658 aCash-flow libreen millions d'euros1 009862862 a Me (- 15 %)2010 2011Contribution par métier335461971 2882010 2011Contribution par métier b2010 2011Contribution par métier b157208 a268 12134150859 a 314414346915n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues Telecom n Holding et diversEn 2011, la capacité d’autofinancement duGroupe est en légère croissance à 3 325 millionsd’euros (+ 81 millions d’euros).108(a) hors investissements dans les fréquences 4G (2,6 GHz) : 228 M€.(b) Les investissements d’exploitation nets holding et divers sont <strong>de</strong> (3) M€.n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues TelecomComme anticipé, les investissements d’exploitationnets sont en hausse, tout particulièrement chezBouygues Telecom (+ 179 millions d’euros).Ils ressortent ainsi à 1 658 millions d’euros(+ 235 millions d’euros), hors investissements dans lesfréquences 4G à hauteur <strong>de</strong> 228 millions d’euros.L’achat d’un lot <strong>de</strong> fréquences 4G dans la ban<strong>de</strong> 800 MHz(683 millions d’euros), attribué le 15 février 2012, seracomptabilisé au premier trimestre 2012.(a) hors investissements dans les fréquences 4G (2,6 GHz) : 228 millions d’euros(b) Le cash-flow holding et divers est <strong>de</strong> (101) M€.n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues TelecomLe cash-flow libre se définit comme la capacité duGroupe à dégager un excé<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> trésorerie, aprèsavoir financé le coût <strong>de</strong> la <strong>de</strong>tte, les impôts et lesinvestissements d'exploitation nets. Ce calcul esteffectué avant variation du besoin en fonds <strong>de</strong> roulement.L’évolution du cash-flow libre reflète la hausse attendue<strong>de</strong>s investissements d’exploitation en 2011.La capacité d’autofinancement ressort en effet à3 325 millions d’euros (+ 2 %). Après prise en comptedu coût <strong>de</strong> l’en<strong>de</strong>ttement financier net (277 millionsd’euros), <strong>de</strong> l’impôt (528 millions d’euros) et <strong>de</strong>sinvestissements d’exploitation nets (1 658 millionsd’euros), le cash-flow libre ressort ainsi à 862 millionsd’euros avant achat d’un lot <strong>de</strong> fréquences 4G dans laban<strong>de</strong> 2,6 GHz (228 millions d’euros).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Les chiffres clés 2011 • 16


1Le GroupeLes chiffres clés 2011En<strong>de</strong>ttement net3 862 Me (+ 1 389 Me)Perspectives 2012 32,4 M<strong>de</strong> (- 1 %)en millions d'euros2 4733 8621 478 b2 3842010 201123 % a 40 % a(a) ratio <strong>de</strong>tte nette sur capitaux propres(b) OPRA + Fréquences 4G (2,6 GHz)La génération <strong>de</strong> cash-flow permetd’améliorer légèrement l’en<strong>de</strong>ttement net <strong>de</strong>Bouygues par rapport au niveau <strong>de</strong> fin 2010(2,5 milliards d’euros), avant prise en compte<strong>de</strong> l’achat d’un lot <strong>de</strong> fréquences 4G dans laban<strong>de</strong> 2,6 GHz (228 millions d’euros) et <strong>de</strong>l’OPRA (1 250 millions d’euros).Cette évolution s’explique par les élémentssuivants : l’exploitation a généré 1 milliardd’euros et le versement <strong>de</strong>s divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong>s areprésenté un décaissement <strong>de</strong> 694 millionsd’euros. Par ailleurs, les acquisitions <strong>de</strong>l’exercice ont donné lieu à une dépense <strong>de</strong>114 millions d’euros alors que <strong>de</strong>s élémentsdivers (effets <strong>de</strong> périmètre et rachatsd’actions nets <strong>de</strong>s augmentations <strong>de</strong> capitalet <strong>de</strong>s levées <strong>de</strong> stock-options) ont entraînéun flux négatif <strong>de</strong> 103 millions d’euros.Après prise en compte <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux événementsexceptionnels cités plus haut, l’en<strong>de</strong>ttementnet ressort à 3 862 millions d’euros. Comptetenu d’une baisse <strong>de</strong>s capitaux propres liéeau rachat <strong>de</strong> 47 millions d’actions en 2011(dont 42 millions associées à l’OPRA), le ratiod’en<strong>de</strong>ttement ressort à 40 %.L’en<strong>de</strong>ttement <strong>de</strong>s métiers a évolué <strong>de</strong> la façonsuivante :> Bouygues Construction : la trésorerie netteatteint 2 869 millions d’euros, stable parrapport au niveau atteint fin 2010.> Bouygues Immobilier : 507 millions d’euros<strong>de</strong> trésorerie nette (+ 131 millions d’euros),une très bonne performance pour un promoteurimmobilier.> Colas : 28 millions d’euros <strong>de</strong> trésorerie nette,soit une amélioration <strong>de</strong> 85 millions d’euros surl’exercice.> TF1 : 40 millions d’euros d’en<strong>de</strong>ttement net,soit une détérioration <strong>de</strong> 57 millions d’eurosliée à l’acquisition d’un immeuble qui hébergeune partie <strong>de</strong>s équipes <strong>de</strong> TF1 SA et LCI.> Bouygues Telecom : 581 millions d’eurosd’en<strong>de</strong>ttement net, en augmentation <strong>de</strong>411 millions d’euros, du fait notamment <strong>de</strong>l’achat d’un lot <strong>de</strong> fréquences 4G dans la ban<strong>de</strong>2,6 GHz (228 millions d’euros).La <strong>de</strong>tte nette "Holding et divers", qui s'élève à6 645 millions d’euros, est en augmentation <strong>de</strong>1 150 millions d’euros par rapport à 2010 aprèsprise en compte <strong>de</strong> l’OPRA pour 1 250 millionsd’euros.Noté A3/perspective stable par Moody’set BBB+ /perspective stable parStandard & Poor’s, le Groupe a émis avecsuccès un emprunt obligataire d’un montant <strong>de</strong>800 millions d’euros en début d’année 2012.Bouygues dispose d’une excellente liquidité(8,4 milliards d’euros fin 2011, dont3,2 milliards d’euros <strong>de</strong> trésorerie et5,2 milliards d’euros <strong>de</strong> lignes <strong>de</strong> crédit nonutilisées) et d’un échéancier <strong>de</strong> remboursementtrès bien réparti.en millions d'eurosObjectif <strong>de</strong> chiffre d'affaires31 2252010Objectif 2012 par métier*2 62032 7065 140201112012 50010 00032 3502012(objectif)2 450(*) Les retraitements intra-Groupe s’élèvent à (480) M€.n Bouygues Construction n Bouygues Immobilier n Colasn TF1 n Bouygues Telecom n Holding et diversL’objectif <strong>de</strong> chiffre d’affaires 2012 à32,4 milliards d’euros reflète la diversité <strong>de</strong>ssituations <strong>de</strong>s pôles d’activités du Groupe.Fort d’un carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s record(24,8 milliards d’euros, soit + 10 % parrapport à fin décembre 2010), le pôleConstruction dispose d’une bonne visibilité.L’environnement économique et financier estincertain mais les projets en négociation sontnombreux et significatifs.Malgré la poursuite <strong>de</strong> la croissance dansle Haut Débit Fixe, Bouygues Telecomprévoit une baisse <strong>de</strong> son chiffre d’affairesen 2012. Cette évolution tient compte <strong>de</strong>la baisse programmée <strong>de</strong>s terminaisonsd’appel (impact estimé à environ 350 millionsd’euros), du développement <strong>de</strong>s offresvendues sans terminal et <strong>de</strong> la transformationdu marché du mobile, avec notammentl’arrivée du nouvel entrant en début d’année2012. L’impact négatif sur l’Ebitda est attenduà environ 250 millions d’euros, dont 90 millionsd’euros pour la baisse du différentiel <strong>de</strong>terminaisons d’appel.Dans ce contexte, un plan d’économies <strong>de</strong>coûts <strong>de</strong> 300 millions d’euros <strong>de</strong>vra être misen œuvre en 2012, avec un impact à partir<strong>de</strong> 2013. Par ailleurs, Bouygues Telecomcontinue d’investir dans les infrastructuresd’avenir pour accompagner le développementcroissant <strong>de</strong>s usages : un bloc 4G dans laban<strong>de</strong> 800 Mhz a été acheté début 2012pour 683 millions d’euros. Hors achat <strong>de</strong>fréquences, les investissements seront dumême niveau qu’en 2011.Comme il l’a démontré ces <strong>de</strong>rnières années,le groupe Bouygues sait s’adapter à sonnouvel environnement dans ses différentsmétiers.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 17


Faits marquantssur la restructuration <strong>de</strong> bâtiments historiques.Placement produits. TF1 réalise son premier tournageavec placement <strong>de</strong> produits : le café Malongoapparaît dans un épiso<strong>de</strong> <strong>de</strong> la série R.I.S Policescientifique. Ce procédé permet à l’annonceur,contre rémunération, <strong>de</strong> promouvoir sa marque ausein d’une fiction.Multi-lignes. Bouygues Telecom lance les avantagesmulti-lignes : tout client Forfait vivant à la mêmeadresse qu’un client i<strong>de</strong>o (l’offre quadruple play<strong>de</strong> l’opérateur) peut obtenir une réduction sur sonforfait mobile.Sélection <strong>de</strong>s temps forts 2011dans le groupe Bouygues(Bouygues Construction,Bouygues Immobilier, Colas,TF1, Bouygues Telecom)et chez Alstom.Plus d’informations figurent auchapitre "Activité etRSE <strong>de</strong>s métiers".Le marché <strong>de</strong> l’éclairage <strong>de</strong> la ville <strong>de</strong> Paris remportépar ETDE (Bouygues Construction)et Aximum (Colas) au sein du groupement EvesaJANVIERAcquisition. Bouygues Bâtiment International rachètele groupe britannique <strong>de</strong> construction Leadbitterspécialisé dans le bâtiment, qui exerce dans le secteurprivé et public (logement social, écoles, etc.).Énergie. Bouygues – via ETDE et BouyguesImmobilier – et Alstom créent la société communeEmbix pour développer et fournir <strong>de</strong>s services <strong>de</strong>gestion et <strong>de</strong> pilotage <strong>de</strong> l’énergie aux éco-quartiers.Organisation. Deux filiales <strong>de</strong> Bouygues EntreprisesFrance-Europe, Quille et sa filiale GTB Construction,se regroupent pour former Quille Construction.FÉVRIERSalle <strong>de</strong> concert. Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France– Ouvrages publics, remporte le contrat <strong>de</strong> lasalle philharmonique <strong>de</strong> Paris, située dans le 19 earrondissement. Le contrat <strong>de</strong> 219 millions d’euros(part Groupe : 107 millions d’euros), comprend laconstruction, l’exploitation et la maintenance <strong>de</strong>l’ouvrage pendant quinze ans.Pologne. Bouygues Immobilier Polska et Karmar(Bouygues Bâtiment International) concluent uncontrat <strong>de</strong> 65 millions d’euros pour la constructionà Varsovie du futur siège social <strong>de</strong> l’opérateur TPSA(Orange). Durée <strong>de</strong>s travaux : 25 mois.Paiement mobile. Bouygues Telecom lance Buyster,solution <strong>de</strong> paiement par internet utilisant le mobilecomme élément-clé <strong>de</strong> sécurisation. Ce service estcommercialisé avec Orange, SFR et Atos Origin,lea<strong>de</strong>r européen <strong>de</strong>s transactions électroniques.Fidélisation. Bouygues Immobilier crée "Perspectives".Ce club est <strong>de</strong>stiné à renforcer ses liens avec sesmeilleurs clients. Parmi les avantages, ventes privéesen avant-première, assistance à la déclarationd’impôts, etc.MARSBanque. Bouygues Immobilier livre le siège <strong>de</strong> LaBanque Postale dans le 6 e arrondissement <strong>de</strong> Paris.Réalisés par Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France –Rénovation Privée, les travaux portaient notammentAVRILTramway. Colas, Alstom et Bouygues Constructionlivrent les 11,5 km <strong>de</strong> la première ligne <strong>de</strong> tramwayà Reims. Le groupement exploitera l’ouvrage pendanttrente ans. Montant global part du Groupe :635 millions d’euros.Turkménistan. Bouygues Bâtiment International remportequatre contrats totalisant 419 millions d’euros :le service d’État <strong>de</strong>s Douanes, <strong>de</strong>ux ministères etun hôtel cinq étoiles.Centre commercial. Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-Franceobtient la réalisation du centre commercial NouveauBeaugrenelle (130 millions d’euros) qui comptera120 boutiques dans le 15 e arrondissement à Paris.Bouygt’Elles. Bouygues Telecom crée un réseau féminininterne baptisé Bouygt’Elles. Objectif : favoriserles échanges entre les femmes et les faire évoluerà tous les niveaux <strong>de</strong> management, y compris lesplus élevés.MAIPPP Balard. Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France etExprimm remportent le partenariat public-privé duministère <strong>de</strong> la Défense situé dans le 15 e arrondissement<strong>de</strong> Paris. Ce projet <strong>de</strong> 1,1 milliard d’euros<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Faits marquants • 18


1 FaitsLe Groupemarquantsregroupera l’administration centrale et les étatsmajors<strong>de</strong> l’Armée sur un site <strong>de</strong> 16,5 hectares. Auprogramme : conception, construction, gestion <strong>de</strong>sservices et maintenance pendant trente ans.Métro automatique. Alstom Transport et la RATPannoncent la création d’une société communebaptisée Metrolab pour concevoir le métro automatiquedu futur. Les premiers résultats <strong>de</strong> recherchese concrétiseront d’ici 2013 sous la forme d’unprototype <strong>de</strong> rame.Centre commercial. Bouygues Immobilier inaugure lecentre commercial Aqua à Portimão (Portugal). Lecomplexe représente un investissement <strong>de</strong> 106 millionsd’euros et accueille restaurants, enseignes, unhypermarché et 1 800 places <strong>de</strong> parking.Environnement. Le groupe Bouygues met gracieusementà disposition <strong>de</strong> ses collaborateurs <strong>de</strong>svéhicules électriques en auto-partage pour leursdéplacements professionnels. Le parc <strong>de</strong>vraitatteindre près <strong>de</strong> 35 voitures électriques, toutesentités confondues.JUINÉclairage public. ETDE et Aximum (Colas) remportentle marché <strong>de</strong> l’éclairage <strong>de</strong> la ville <strong>de</strong> Paris pour170 millions d’euros au minimum. D’une durée <strong>de</strong>dix ans, ce contrat inclut l’assistance à maîtrised’ouvrage et l’exploitation-maintenance <strong>de</strong> sourceslumineuses d’éclairage public et <strong>de</strong> points <strong>de</strong> signalisationlumineuse tricolore.Réservoirs. Bouygues Travaux Publics réalise troisréservoirs <strong>de</strong> gaz naturel liquéfié pour le terminalméthanier <strong>de</strong> Dunkerque (Nord), qui seront parmi lesplus grands au mon<strong>de</strong>. Livraison prévue en 2015.Démolition-reconstruction. Bouygues Immobilierdémarre les travaux <strong>de</strong> la tour D2 dans le quartierd’affaires <strong>de</strong> La Défense (Hauts-<strong>de</strong>-Seine).Au programme : démolition d’un immeuble etre construction d’un bâtiment <strong>de</strong> 54 000 m² sur37 étages (180 m), qui pourra accueillir 3 700 salariés.Livraison prévue en 2014.Éco-quartier. Bouygues Immobilier inaugure àMarseille 140 logements du quartier Valnaturéal. Leprogramme comprendra à terme plus <strong>de</strong> 800 logements,dont une rési<strong>de</strong>nce pour étudiants et jeunestravailleurs et <strong>de</strong>ux établissements pour personnesâgées. Livraison finale prévue fin 2013.Énergie. Bouygues Immobilier, Bouygues Telecom,ETDE et Alstom s’associent pour lancer IssyGrid,premier réseau intelligent <strong>de</strong> quartier en France.Celui-ci vise à piloter et optimiser l’énergie d’unquartier <strong>de</strong> bureaux développé par BouyguesImmobilier à Issy-les-Moulineaux (Hauts-<strong>de</strong>-Seine).JUILLETHôpital. Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France– Rénovation Privée réhabilite l’ancien hôpitalLaennec dans le 7 e arrondissement à Paris pour150 millions d’euros. Sont prévues : rénovation<strong>de</strong> bureaux et construction <strong>de</strong> logements haut <strong>de</strong>gamme, chambres pour étudiants et rési<strong>de</strong>nce <strong>de</strong>gérontologie <strong>de</strong> 50 chambres. Livraison prévueen 2013.Triple play. Bouygues Telecom et Axione, filialed’ETDE, signent un contrat d’approvisionnementen lignes d’accès ADSL. Bouygues Telecom étendainsi la disponibilité <strong>de</strong> ses offres Bbox triple play(internet, téléphonie fixe et télévision) en dégroupagetotal à un potentiel <strong>de</strong> 1,2 million <strong>de</strong> lignesréparties sur douze départements ruraux.Innovation. Bouygues Telecom lance B&YOU (prononcer"[bi] and you"), nouvelle marque <strong>de</strong> téléphoniemobile <strong>de</strong>stinée aux utilisateurs <strong>de</strong> la générationinternet. B&YOU leur propose <strong>de</strong> souscrire, résilier,comman<strong>de</strong>r leur téléphone et gérer leur forfait "enligne" exclusivement, sur le site b-and-you.fr. Ilspeuvent également conseiller et être conseillés àleur tour, via un forum d’entrai<strong>de</strong>. B&YOU discute auquotidien avec les utilisateurs via Facebook, Twitter,le blog et le forum <strong>de</strong> la marque.Itinérance. Bouygues Telecom et l’opérateur espagnolTelefónica signent un accord <strong>de</strong> coopérationsur les achats, l’amélioration <strong>de</strong>s services <strong>de</strong>roaming (itinérance), les prestations aux entrepriseset les mobiles.Proximité. TF1 organise sa première tournée d’étésur les plages <strong>de</strong> douze stations balnéaires. Au programme: quizz interactifs, sélection <strong>de</strong> candidatspour le jeu Les douze coups <strong>de</strong> midi, échanges avecune personnalité <strong>de</strong> la chaîne, etc.SEPTEMBREFinance. Bouygues lance un projet d’offre publique<strong>de</strong> rachat d’actions (OPRA). L’opération porte sur unmaximum <strong>de</strong> 11,7 % du capital au prix <strong>de</strong> 30 eurospar action, soit un total <strong>de</strong> 1,25 milliard d’euros.Chiffres et faits 2011163 121 437 actions apportées à l’offrepublique <strong>de</strong> rachat <strong>de</strong> ses propres actions(OPRA) réalisée fin 2011 par Bouygues.Au 31 décembre 2011, SCDM détenait 21,08 %du capital et 29,56 % <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote, lessalariés 23,36 % du capital et 28,10 % <strong>de</strong>sdroits <strong>de</strong> vote.60 nouveaux étudiants sont soutenus par laFondation Francis Bouygues pour l’année 2011-2012, ce qui porte à près <strong>de</strong> 400 le nombre <strong>de</strong>jeunes soutenus et parrainés par la Fondation.PÔLE CONSTRUCTION40 ans : la durée du contrat <strong>de</strong> concessionremporté par Atlan<strong>de</strong>s, société constituéenotamment <strong>de</strong> Colas Sud-Ouest et Screg Sud-Ouest (Colas). Au programme : financement,conception, aménagement, élargissement,entretien, exploitation et maintenance d’unesection <strong>de</strong> 105 km <strong>de</strong> l’A63. Part Colas :250 millions d’euros.1 er contrat <strong>de</strong> performance énergétiqueprivé en France pour l’immeuble <strong>de</strong> bureauxà énergie positive Green Office ® Meudon,développé et livré en juillet par BouyguesImmobilier. Vendu au groupe <strong>de</strong> réassuranceScor, le bâtiment est loué à la sociétéinformatique Steria.200 m. VSL (Bouygues Construction) a poséle plus haut pont aérien au mon<strong>de</strong>, au sommet<strong>de</strong>s Nation Towers, à Abu Dhabi (Émiratsarabes unis). L’ouvrage <strong>de</strong> 385 tonnes relie lesimmeubles à 200 m <strong>de</strong> haut.10 jours : le temps record mis par leséquipes <strong>de</strong> Bouygues Thai (Bouygues BâtimentInternational) pour poser une coiffe métallique<strong>de</strong> 120 tonnes à 250 m d’altitu<strong>de</strong>. Une prouessetechnique réalisée sur The River, ensemblerési<strong>de</strong>ntiel <strong>de</strong> 210 000 m² en Thaïlan<strong>de</strong>.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 19


Chiffres et faits 2011 (suite)231 m. Livrée par Bouygues Bâtiment Ile<strong>de</strong>-France- Rénovation Privée en mars, la tourFirst ravit à la tour Montparnasse le titre <strong>de</strong> laplus haute tour en France.4 nouvelles écoles secondaires (équivalent <strong>de</strong>scollèges-lycées) rénovées par Bouygues UK,filiale <strong>de</strong> Bouygues Bâtiment International, dansl’arrondissement londonien <strong>de</strong> Tower Hamlets(70 millions d’euros environ).110 villages sont électrifiés par ETDE auGabon. L’entreprise déploie une ligne àhaute tension sur 63 km, une liaison fibreoptique, ainsi qu’un réseau <strong>de</strong> distribution,d’électrification rurale et d’éclairage publicpour 48 millions d’euros.50 % : la part du capital acquise parColas dans la société Gamma Materials Ltd,spécialisée dans la production et la vente <strong>de</strong>matériaux <strong>de</strong> construction à Maurice (OcéanIndien).PÔLE MÉDIAS-TÉLÉCOMS2 millions : le nombre <strong>de</strong> téléchargements<strong>de</strong> l’application iPad / iPhone <strong>de</strong> TF1 <strong>de</strong>puis sonlancement.1 million. En 2011, Bouygues Telecom passele cap du million <strong>de</strong> Bbox activées, <strong>de</strong>ux ans et<strong>de</strong>mi seulement après la commercialisation <strong>de</strong>son offre Fixe.99 <strong>de</strong>s 100 meilleures audiences en 2011 :c’est le <strong>de</strong>uxième meilleur score historiqueobtenu par TF1. Avec 82 % <strong>de</strong> part d’audiencepour la finale <strong>de</strong> la Coupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> rugbyentre la Nouvelle-Zélan<strong>de</strong> et la France(23 octobre), TF1 obtient la meilleure audience<strong>de</strong> l’année tous programmes et toutes chaînesconfondues.C’est la première fois qu’une OPRA d’un montantaussi important est annoncée en France.Record. VCES, filiale tchèque <strong>de</strong> Bouygues BâtimentInternational, signe le plus gros contrat <strong>de</strong> son histoire: rénovation d’un centre commercial à Pragueet construction <strong>de</strong> 40 000 m² supplémentaires. Leprojet <strong>de</strong> 73 millions d’euros (part VCES : 60 %)s’achèvera en 2013.Centres routiers en PPP. Exprimm et DV Construction,filiales <strong>de</strong> Bouygues Construction, mettent53 centres d’entretien et d’intervention routiers àdisposition <strong>de</strong> la direction Infrastructures <strong>de</strong> transport.Ce partenariat public-privé <strong>de</strong> 355 millionsd’euros comprend aussi la maintenance et la gestion<strong>de</strong>s bâtiments pendant 28 ans.Énergie positive. Bouygues Immobilier réalisera Hikari,ensemble <strong>de</strong> trois immeubles à énergie positive,composé <strong>de</strong> 42 logements, <strong>de</strong> 8 000 m² <strong>de</strong> bureauxet <strong>de</strong> 1 000 m² <strong>de</strong> commerces à Lyon. Les travauxdébuteront début 2013 pour une livraison prévuemi-2014.Location. Systra, société d’ingénierie du transportferroviaire et urbain, a signé auprès <strong>de</strong> BouyguesImmobilier un bail <strong>de</strong> longue durée pour la location<strong>de</strong> l’immeuble Farman, dans le 15 e arrondissementparisien. C’est le seul bâtiment certifié BBC livréet loué en Île-<strong>de</strong>-France avec une consommationinférieure <strong>de</strong> 50 % à la réglementation thermiqueen vigueur.OCTOBREMétros. Colas Rail remporte <strong>de</strong>ux contrats ferroviaires: le premier avec Alstom Transport pour laconstruction d’une ligne <strong>de</strong> métro au Venezuela (partColas : 96 millions d’euros) ; le second en Malaisiepour l’extension du métro léger <strong>de</strong> la capitale KualaLumpur (part Colas : 96 millions d’euros).Nouvelle offre. Bouygues Immobilier lance UrbanEra ® ,une offre <strong>de</strong> quartiers “durables” <strong>de</strong>stinée auxcollectivités locales. Trois projets UrbanEra ® sontdéjà en cours à Issy-les-Moulineaux (IssyGrid),Strasbourg (Wacken) et Lyon (Hikari).Diversité. Le ministère <strong>de</strong> l’Intérieur, en partenariatavec l’Afnor, remet à Bouygues Telecom le labelDiversité, pour son engagement en matière <strong>de</strong>promotion <strong>de</strong> la diversité et <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s discriminationsdans le cadre <strong>de</strong>s ressources humaines :CV anonyme, mission Handicap, achats solidaires,réseau féminin, etc.Internet mobile. Bouygues Telecom commercialiseE<strong>de</strong>n. Cette nouvelle gamme <strong>de</strong> forfaits remplacel’ensemble <strong>de</strong>s forfaits non bloqués (Classic,Evasio.2, Neo.4, etc.). Pour la première fois, lasegmentation <strong>de</strong>s forfaits dépend <strong>de</strong> l’usage "data"(internet mobile).Publicité. TF1 lance une nouvelle campagne <strong>de</strong>communication institutionnelle qui met en scène sesprincipaux animateurs et présentateurs dans quatreSitué à Strasbourg, Wacken (Bouygues Immobilier)sera le premier territoire à énergie positive en Francefilms TV. Réalisée par Patrice Leconte, la campagnebaptisée "Les rouges et les bleus" sera aussi déclinéeen affichage et au cinéma début 2012.Canada. Colas remporte quatre contrats totalisant140 millions d’euros : une plateforme logistique ferroviaireintermodale, le prolongement <strong>de</strong> l’autoroute410 sur 3,5 km, l’aménagement <strong>de</strong> la route 185 enautoroute sur 7 km et l’élargissement sur 7 km <strong>de</strong>l’autoroute 73.Route en PPP. Colas, DTP Terrassement etBouygues TP remportent un contrat <strong>de</strong> partenariatpublic-privé <strong>de</strong> 54 millions d’euros (montant <strong>de</strong>stravaux) pour le financement, la conception, laconstruction, l’entretien et la maintenance pendantquinze ans du contournement routier Sud-Ouest<strong>de</strong> Vichy (Allier).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Faits marquants • 20


1 FaitsLe GroupemarquantsNOVEMBRESécurité. Bouygues Entreprises France-Europe signeun accord avec trois gran<strong>de</strong>s entreprises <strong>de</strong> travailtemporaire pour renforcer la prévention auprès <strong>de</strong>leurs personnels employés sur les chantiers.Singapour. Bouygues Bâtiment International signe<strong>de</strong>ux contrats pour <strong>de</strong>s tours rési<strong>de</strong>ntielles.Montant : 160 millions d’euros.PPP urbain. Trois filiales <strong>de</strong> Colas (Screg Île-<strong>de</strong>-France Normandie, Colas Île-<strong>de</strong>-France Normandieet Aximum) et ETDE remportent un contrat <strong>de</strong> partenariatpublic-privé d’une durée <strong>de</strong> vingt ans pour unmontant <strong>de</strong> 52 millions d’euros. Il porte sur le financement,la rénovation, l’entretien et la maintenance<strong>de</strong> la voirie et <strong>de</strong> l’éclairage public d’une partie <strong>de</strong> laville du Plessis-Robinson (Hauts-<strong>de</strong>-Seine). Il s’agitdu premier PPP qui allie rénovation et entretien <strong>de</strong>voirie urbaine et éclairage public en France.L'A75 entre Pézenas et Béziers avec miseL'A75 entre Pézenas et Béziersen œuvre d'enrobés tiè<strong>de</strong>s 3Eavec mise en œuvre® (Colas)d'enrobés tiè<strong>de</strong>s 3E ® (Colas)Palais <strong>de</strong> justice <strong>de</strong> Paris et PPP. Bouygues BâtimentIle-<strong>de</strong>-France est désigné attributaire pressenti ducontrat <strong>de</strong> partenariat public-privé pour le financement,la construction et l’exploitation-maintenancedu futur palais <strong>de</strong> justice <strong>de</strong> Paris.Suisse. Losinger Marazzi remporte plusieurs contratstotalisant 200 millions d’euros : un complexe immobilieret commercial à Monthey, <strong>de</strong>ux immeublesà usage mixte à Thoune et un centre commercialà Nyon.Seniors. Bouygues Immobilier crée Noveom, nouvellegénération <strong>de</strong> rési<strong>de</strong>nces évolutives avec services.Deux premiers projets sont en cours <strong>de</strong> développementà Angers et Tours.3G. Bouygues Telecom lance une offre d’internetmobile à gran<strong>de</strong> vitesse à Paris, Lyon et Marseille.Pour 5 euros par mois, les clients pourront surfer en3G jusqu’à 42 Mbit/s, soit douze fois plus rapi<strong>de</strong>mentqu’auparavant.DÉCEMBREQuartier d’affaires. Bouygues Immobilier participera àla création d’un quartier d’affaires international <strong>de</strong>220 000 m² à Strasbourg. Au programme : bureaux,centre d’affaires, hôtels, logements et commerces.Une première tranche d’environ 100 000 m² doit êtrelancée à l’horizon 2013.Lycée en PPP. Bouygues Construction, au sein dugroupement Lylopolis, signe avec le Conseil régional<strong>de</strong> Lorraine un contrat <strong>de</strong> partenariat public-privéqui porte sur la conception, le financement, la réalisationet l’exploitation/maintenance <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux lycéesà Pont-à-Mousson.Chiffres et faits 20110 : en janvier 2011, Bouygues Telecom a étéle premier opérateur à ne pas répercuter lahausse <strong>de</strong> la TVA, prévue par la loi <strong>de</strong> finances2011, sur le prix <strong>de</strong> ses forfaits mobiles.1 er : en juin, Bouygues Telecom reçoit lepremier prix du Podium <strong>de</strong> la Relation client2011 BearingPoint-TNS Sofres pour sesactivités Mobile, pour la cinquième annéeconsécutive, mais aussi pour ses activités Fixe.Une première pour un opérateur.3 : TF1 est la troisième marque la plus puissanteauprès <strong>de</strong>s Français dans leur vie quotidienne(classement Havas Media, mars 2011).5 : pour son cinquième anniversaire,la Fondation Bouygues Telecom s’ouvreaux clients <strong>de</strong> l’opérateur et s’engage àaccor<strong>de</strong>r trente bourses <strong>de</strong> 5 000 euros à <strong>de</strong>sassociations dont ils sont membres.12 films coproduits par TF1 Films Productionont dépassé le million d’entrées au cinéma en2011, au premier rang <strong>de</strong>squels Intouchablesavec plus <strong>de</strong> 17 millions <strong>de</strong> spectateurs endécembre 2011.100 % : TF1 a acquis les 65,7 % ducapital <strong>de</strong> Metro France détenus par MetroInternational et porte ainsi à 100 % saparticipation dans le quotidien gratuit.ALSTOM950 millions d’euros Le montantdu contrat signé en janvier par Alstom avecune filiale du fournisseur public d’électricitéestonien Eesti Energia, pour la constructiond’une centrale électrique à combustible fossile.320 km/h Alstom a livré à la SNCF leDuplex TGV troisième génération, premier TGV à<strong>de</strong>ux niveaux capable <strong>de</strong> rouler sur les réseauxeuropéens jusqu’à 320 km/h.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 21


Principaux événements <strong>de</strong>puis le 1 er janvier 2012L’assignation en diffamation introduite par Bouygues,Bouygues Construction et Bouygues Bâtiment Ile<strong>de</strong>-Franceà l’encontre du Canard Enchaîné, <strong>de</strong> sonéditeur et <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux journalistes responsables <strong>de</strong>sarticles relatifs à l’attribution du contrat du nouveausiège du Ministère <strong>de</strong> la Défense à Paris, a étésoumise à l’appréciation du tribunal <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>instance <strong>de</strong> Paris le 18 janvier 2012. Le groupeBouygues réclamait <strong>de</strong>s dommages et intérêtspour <strong>de</strong>s accusations proférées à son encontre qu’ilestimait être fausses et gravement diffamatoires. Le14 mars 2012, le tribunal, tout en accordant le bénéfice<strong>de</strong> la bonne foi aux journalistes et en rejetantpour ce motif la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> d’in<strong>de</strong>mnisation du groupeBouygues, a reconnu le caractère diffamatoire <strong>de</strong>la plupart <strong>de</strong>s allégations du Canard Enchaîné ;il a également constaté que le Canard Enchaînén’apportait pas la moindre preuve qu’une informationjudiciaire à l’encontre <strong>de</strong> Bouygues était ouverte.Conçu par Valo<strong>de</strong> & Pistre,le futur siège social du groupe Clarins à Paris<strong>BOUYGUES</strong> IMMOBILIER<strong>BOUYGUES</strong>CONSTRUCTIONEn janvier, Réseau Ferré <strong>de</strong> France (RFF) a désignéle groupement conduit par Bouygues attributairepressenti du contrat <strong>de</strong> partenariat public-privé(PPP) pour le contournement ferroviaire <strong>de</strong> Nîmeset Montpellier. Le groupement est composé <strong>de</strong>Bouygues Construction (Bouygues Travaux Publics,DTP Terrassement), Colas (Colas Rail et Colas Midi-Méditerranée), Alstom Transport, Spie batignolles etd’investisseurs financiers. D’une durée <strong>de</strong> vingt-cinqans, le PPP porte sur la conception, le financement,la construction, le fonctionnement, l’entretien et lamaintenance <strong>de</strong> 80 km <strong>de</strong> lignes nouvelles.Dragages Hong Kong, filiale <strong>de</strong> BouyguesConstruction, a remporté un contrat d’environ207 millions d’euros pour la conception et laconstruction d’une tour <strong>de</strong> 22 étages à HongKong. D’une surface <strong>de</strong> 66 600 m², le bâtimenthébergera <strong>de</strong>s bureaux du gouvernement et <strong>de</strong>plusieurs administrations. Sa livraison est prévueen 2014. L’immeuble, qui respectera <strong>de</strong>s exigencesenvironnementales élevées, se situera dans la KaiTak Development Area, dans laquelle la filiale réaliseactuellement un important terminal <strong>de</strong> croisières.La société projet Arelia, dont les actionnaires sont<strong>de</strong>s filiales <strong>de</strong> Bouygues Construction (BouyguesBâtiment Ile-<strong>de</strong>-France et Exprimm) et <strong>de</strong>s investisseursfinanciers, a signé avec l’Établissementpublic du Palais <strong>de</strong> Justice <strong>de</strong> Paris, agissantpour le compte <strong>de</strong> l’État, le contrat pour le financement,la conception, la construction, l’entretien et lamaintenance pendant vingt-sept ans du futur Palais<strong>de</strong> Justice <strong>de</strong> la Ville <strong>de</strong> Paris. Ce bâtiment regrouperales cinq sites actuellement dispersés dansParis. Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France assurera laconception et la construction pour un montant total<strong>de</strong> 575 millions d'euros. Exprimm, filiale d'ETDE,assurera les prestations d'exploitation et <strong>de</strong> maintenancepour un montant <strong>de</strong> 12,8 millions d'eurospar an. Conçu par l'architecte Renzo Piano (agenceRenzo Piano Building Workshop), le bâtiment <strong>de</strong>160 mètres <strong>de</strong> hauteur sera composé d'élémentsfonctionnels distincts comportant plus d'un hectare<strong>de</strong> terrasses arborées en plein Paris et d'un socleabritant plus <strong>de</strong> quatre-vingt dix salles d'audiences.Les travaux, qui <strong>de</strong>vraient démarrer à l'été 2013,dureront trois ans et <strong>de</strong>mi. Le projet <strong>de</strong>viendra unenouvelle référence en matière <strong>de</strong> consommationénergétique pour un immeuble <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> hauteur.Le groupe Clarins a désigné Bouygues Immobilierpour la réalisation <strong>de</strong> son futur siège social à Paris,dans le 17 e arrondissement. Cette réalisation clésen main accueillera l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateursdu groupe Clarins sur huit étages et trois niveaux<strong>de</strong> sous-sols. Le bâtiment, conçu par le cabinetd’architectes Valo<strong>de</strong> & Pistre, se démarque par sesfaça<strong>de</strong>s singulières et son jardin en cœur d’îlot. Ils’inscrit dans le cadre d’une démarche environnementaleforte. La livraison est prévue au premiersemestre 2014.COLASColas Rail et Colas Midi-Méditerranée sont membresdu groupement attributaire pressenti du contournementferroviaire Nîmes-Montpellier en PPP (sereporter au paragraphe Bouygues Construction).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Faits marquants • 22


1 FaitsLe GroupemarquantsTF1Le groupe TF1 a conclu avec les principaux opérateursxDSL 1 , satellite et câble (Orange, SFR,Bouygues Telecom, CanalSat et Numericable)<strong>de</strong>s accords portant sur la distribution <strong>de</strong> seschaînes thématiques (Eurosport, Eurosport 2, LCI,TV Breizh, Histoire, Ushuaïa TV), précé<strong>de</strong>mmentdiffusées <strong>de</strong> manière exclusive. Cette nouvelle distributionnon-exclusive, effective <strong>de</strong>puis le 1 er janvier2012 et pour une durée <strong>de</strong> trois ans, permet notammentaux chaînes thématiques du groupe d’élargirleur bassin d’audience et <strong>de</strong> renforcer leur modèleéconomique. Ces accords confirment l’intérêt suscitépar les chaînes thématiques du groupe TF1.traduit l’engagement <strong>de</strong> Bouygues Telecom dansle déploiement du très haut débit sur le territoire.Bouygues Telecom pourra ainsi proposer ses offresTrès Haut Débit Fixe à potentiellement plus <strong>de</strong>13 millions <strong>de</strong> foyers en France.Le 15 février 2012, Bouygues Telecom s’est vuattribuer un lot <strong>de</strong> fréquences 4G dans la ban<strong>de</strong>800 MHz pour 683 millions d’euros. L’acquisition <strong>de</strong>ce bloc <strong>de</strong> fréquences "en or" permet à BouyguesTelecom d’enrichir son patrimoine <strong>de</strong> fréquences etd’offrir à tous ses clients, dans les années à venir,l’accès au très haut débit mobile.<strong>BOUYGUES</strong> SABouygues a procédé le 9 février 2012 à une émissionobligataire <strong>de</strong> 800 millions d'euros, à 10 anset portant un coupon <strong>de</strong> 4,5 %, en prévision <strong>de</strong>remboursement d'échéances à venir.Projet du futur Palais <strong>de</strong> Justice <strong>de</strong> Paris,conçu par l'architecte Renzo Piano<strong>BOUYGUES</strong> TELECOMBouygues Telecom a obtenu le renouvellement <strong>de</strong> lacertification NF Service sur les centres <strong>de</strong> Relationclient pour l’ensemble <strong>de</strong> ses activités Fixe et Mobile.Bouygues Telecom reste le seul opérateur Telecomà détenir la marque NF sur ses centres <strong>de</strong> Relationclient pour l’ensemble du périmètre internet /télévision / téléphonie, sur la base d’une normeeuropéenne (EN 15838). Cette distinction s’ajouteau premier prix du Podium <strong>de</strong> la Relation clientremporté en 2011 dans les catégories téléphoniemobile et, pour la première fois, internet-fixe.Le 10 janvier 2012, l’opérateur <strong>de</strong> téléphonie FreeMobile a lancé ses offres sur le marché du mobilefrançais. Suite à cette annonce, B&YOU, marque <strong>de</strong>Bouygues Telecom uniquement présente sur internet,a lancé le 16 janvier <strong>de</strong>ux nouveaux forfaits sansengagement qui remplacent la gamme existante.Bouygues Telecom et France Télécom-Orange ontconclu un accord pour le déploiement <strong>de</strong> la fibreoptique en zones moins <strong>de</strong>nses et en zonestrès <strong>de</strong>nses. Cet accord, qui s’ajoute à ceuxconclus précé<strong>de</strong>mment avec d’autres partenaires,ALSTOMDans le secteur Transport, Alstom s’est vu attribuerà Singapour un contrat d’environ 240 millions d’eurospour fournir 34 nouvelles rames <strong>de</strong>stinées à <strong>de</strong>uxlignes du métro <strong>de</strong> Singapour et pour mo<strong>de</strong>rniserleur système <strong>de</strong> signalisation. Au Danemark, Alstomva fournir un nouveau système <strong>de</strong> signalisation ferroviairecomplet pour les réseaux ferroviaires <strong>de</strong> l’estdu pays. En Espagne, Alstom fournira également lesystème <strong>de</strong> signalisation <strong>de</strong> la ligne à gran<strong>de</strong> vitesseentre Albacete et Alicante.Dans le secteur Power, en France, Alstom et EDFÉnergies Nouvelles ont déposé, au nom d’unconsortium <strong>de</strong> partenaires stratégiques, quatreprojets en réponse à l’appel d’offres éolien offshorefrançais. En Russie, la société commune crééeentre Alstom et le groupe russe Rosatom fourniral’îlot conventionnel <strong>de</strong> la centrale nucléaire Baltic.Le montant total du contrat s’élève à environ875 millions d’euros. En Écosse, Alstom et SSERenewables vont développer, au large <strong>de</strong>s côtesd’Orkney, la plus gran<strong>de</strong> ferme au mon<strong>de</strong> utilisantl’énergie <strong>de</strong> la houle. En Malaisie, Alstom a remportédans le cadre d’un consortium un contrat <strong>de</strong> plusd’un milliard d’euros pour une centrale à charbonsupercritique ; la part revenant à Alstom s’élève à830 millions d’euros.Dans le secteur Grid, en Suè<strong>de</strong>, Alstom Grid a remportéun contrat d’environ 240 millions d’euros pourune liaison à haute tension à courant continu (HVDC)dans le cadre d’un projet <strong>de</strong> réseau d’une capacité<strong>de</strong> 1 400 MW couvrant le sud-ouest du pays.Le glossaire figure au chapitreInformations complémentaires(1) Parmi les techniques DSL (Digital Subscriber Line, ligne numérique d’abonné) figure principalement le transport <strong>de</strong> télévision par ADSL (voir le glossaire au chapitre "Informations complémentaires").<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 23


Bouygues etses actionnairesLE SITE<strong>BOUYGUES</strong>.COMUne information complèteLe site internet www.bouygues.com est un outilessentiel <strong>de</strong> communication avec les actionnaires,les analystes et les investisseurs. On peut notammenty trouver :> les documents financiers publiés :communiqués, comptes complets, présentations<strong>de</strong> résultats, archives audio <strong>de</strong>s réunions <strong>de</strong>présentation, etc. ;Cotée <strong>de</strong>puis 1970à la Bourse <strong>de</strong> Paris,Bouygues est l'une<strong>de</strong>s valeurs <strong>de</strong> référence<strong>de</strong> la place, comme entémoigne sa présence quasicontinueau sein du CAC 40.Tout au long <strong>de</strong> ces années,Bouygues a souhaité associerses actionnaires à sesdéveloppements, en alliant uncomportement responsable etun esprit entrepreneurial.LE SERVICETITRESNominatif purBouygues met à la disposition <strong>de</strong> ses actionnairesun service Titres qui leur propose d'assurer endirect et gratuitement la tenue <strong>de</strong> leurs comptestitres au nominatif pur.La mise <strong>de</strong>s titres au nominatif garantit aux actionnairesl'envoi régulier d'informations, ainsi queleur convocation automatique aux assembléesgénérales.Tous les actionnaires au nominatif peuvent bénéficier<strong>de</strong> droits <strong>de</strong> vote doubles si leurs titres sontdétenus durant plus <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans au nominatif.Tout actionnaire désirant inscrire ses titres sous cetteforme est invité à en adresser la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> à sonintermédiaire financier.RELATIONSINVESTISSEURSChiffres clés 2011Légen<strong>de</strong><strong>de</strong> la photographie> 4 publications <strong>de</strong> résultats : la direction généraledu groupe Bouygues présente les résultatsannuels et semestriels lors <strong>de</strong> réunions et lesrésultats <strong>de</strong>s premier et troisième trimestres aucours <strong>de</strong> conférences téléphoniques.> Plus <strong>de</strong> 200 investisseurs rencontrés par lemanagement ou l’équipe Relations investisseurs.> 14 jours <strong>de</strong> roadshows dans 7 pays.> 2 déjeuners dédiés aux investisseurs obligatairesà Paris et à Londres.> Participation à 6 conférences sectorielles ougénéralistes.> Une réunion dédiée exclusivement aux actionnairesindividuels à Lille.> l'information réglementée, dont les documents<strong>de</strong> référence <strong>de</strong>puis 2000 ;> L’Abrégé <strong>de</strong> Bouygues (publication diffusée lors<strong>de</strong> la présentation <strong>de</strong>s comptes annuels) <strong>de</strong>puis2002 ;> un fichier <strong>de</strong> données historiques, téléchargeableau format Excel, qui regroupe les principalesdonnées significatives pour le Groupe surles 7 <strong>de</strong>rnières années ;> le consensus <strong>de</strong>s analystes collecté parBouygues avant chaque publication <strong>de</strong> résultat ;> une rubrique dédiée aux actionnaires : documentsrelatifs à l’assemblée générale, réponsesaux questions fréquemment posées, etc. ;> une information détaillée relative à la vie duGroupe, ses principaux indicateurs <strong>de</strong> performance,ses dirigeants, etc. ;> un outil interactif <strong>de</strong> suivi du cours <strong>de</strong> Bourseau quotidien.> 20 brokers français et étrangers couvrantl’action Bouygues.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Bouygues et ses actionnaires • 24


1 BouyguesLe Groupeet ses actionnairesÉvolution boursière <strong>de</strong>puis fin 201034Cours <strong>de</strong> l'action(en euros)Bouygues DJ Euro Stoxx 50 ®20112012Calendrier 2012> Jeudi 26 avrilAssemblée générale <strong>de</strong> Bouygues àChallenger (Saint-Quentin-en-Yvelines)3230282631 décembre 201032,26 €31 décembre 20112 317 pts- 17,1 %*10 février 20122 481 pts- 11,2 %*24,65 €- 23,6 %*> Vendredi 4 maiPaiement du divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong>> Mardi 15 maiRésultats du 1 er trimestre 2012> Mardi 28 aoûtRésultats du 1 er semestre 2012> Mercredi 14 novembreRésultats <strong>de</strong>s 9 mois 2012242224,35 €- 24,5 %*20Janv. 2011 Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janv. 2012 Février(*) par rapport au 31 décembre 2010ÉVOLUTION DU DIVIDENDE ORDINAIREPAR ACTIONDepuis 2005, le divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> ordinaire par action atoujours été stable ou en croissance. Il a été multipliépar 1,8.1,60 1,60 1,60 1,60*1,500,91,202005 2006 2007 2008 2009 2010 2011Ren<strong>de</strong>ment (%) 2,3 2,6 2,7 4,6 4,7 4,8 5,7> 2005 à 2010 : divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> par action rapporté au coursmoyen entre <strong>de</strong>ux détachements <strong>de</strong> coupon successifs.> 2011 : divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> par action rapporté au cours moyensur 12 mois glissants au 20 février 2012.(*) proposé à l’assemblée générale du 26 avril 2012L'action Bouygues : fiche signalétiquePlace <strong>de</strong> cotationEuronext Paris(compartiment A)Co<strong>de</strong> ISINFR0000120503Co<strong>de</strong>s d’i<strong>de</strong>ntificationBloomberg : EN:FPReuters : BOUY.PAValeur nominale1 euroCours moyen en 201129,08 €(cours moyen <strong>de</strong> clôture -source : NYSE Euronext)Volume moyen quotidiensur Euronext1,8 million <strong>de</strong> titres(source : NYSE Euronext)Capitalisation boursière7 666 millions d’euros(au 30 décembre 2011)Membre <strong>de</strong>s indicesboursiersCAC 40, FTSE Eurofirst 80,Dow Jones Stoxx 600Euronext 100Classification sectorielleIndices MSCI / S&P :Construction and EngineeringIndices FTSE et Dow Jones :Construction & MaterialsAutresÉligible au Service <strong>de</strong>règlement différé (SRD) et auPlan d'épargne en actions (PEA)Contacts actionnairesContact actionnaires / investisseursValérie AgathonDirecteur <strong>de</strong>s Relations investisseurs> Tél. : +33 1 44 20 10 79> e-mail : investors@bouygues.comContacts avec le service TitresPhilippe Lacourt – Claudine Dessain> Tél. : +33 1 44 20 11 07 / 10 73> Fax : +33 1 44 20 12 42> Numéro Vert : 0 805 120 007(gratuit <strong>de</strong>puis un poste fixe)> e-mail :servicetitres.actionnaires@bouygues.com<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 25


Nos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesconditions <strong>de</strong> travail et d’hébergement, ou encore<strong>de</strong> contrôles pour s’assurer que les sous-traitantset fournisseurs ne pratiquent pas le travail forcé oucelui <strong>de</strong>s enfants.Attentif à sa responsabilité sociétaleet à l’impact <strong>de</strong> ses activités,le groupe Bouygues place ledéveloppement durableau cœur <strong>de</strong> sa stratégie.En s’appuyant sur l’Iso 26000et sur sa charte <strong>de</strong>s ressourceshumaines, le Groupe a instauré undialogue avec ses parties prenantes etpris <strong>de</strong>s engagements concrets dansles domaines sociaux,sociétaux et environnementaux,tout en développant en interne <strong>de</strong>nombreuses actions transversales.Le glossaire figure au chapitreInformations complémentairesLA RESPONSABLILITÉSOCIÉTALEDE <strong>BOUYGUES</strong>Valeurs et cultureLe groupe Bouygues s’inscrit <strong>de</strong>puis sa créationdans une démarche entrepreneuriale forte, fondéesur sa culture. Celle-ci repose principalement surle respect, la confiance et l’équité, trois valeurssur lesquelles le Groupe s'appuie pour mettre enœuvre sa stratégie. Dans chacune <strong>de</strong> ses activités,Bouygues a pour objectif d’accroître la valeur ajoutée<strong>de</strong> ses offres en apportant <strong>de</strong>s services toujoursplus innovants à ses clients.Le Groupe sert ses clients en limitantses impacts environnementauxet en prenant en compteles enjeux sociaux et sociétauxLa dimension du développement durable est aucœur <strong>de</strong> sa stratégie, et se renforce dans l’offre<strong>de</strong>s produits et services du groupe Bouygues :son objectif <strong>de</strong>meure <strong>de</strong> toujours mieux servir sesclients tout en limitant ses impacts environnementauxet en prenant en compte les enjeux sociaux etsociétaux d’une manière sincère et mesurable. Pourinformer ses parties prenantes sur sa responsabilitésociétale et les actions entreprises en 2011, leGroupe s’appuie sur l’Iso 26000, norme reconnueinternationalement.Le groupe Bouygues assume ses impacts et prend<strong>de</strong>s engagements publics. Depuis 2006, Bouyguesest adhérent au Pacte mondial <strong>de</strong> l’Onu et s’engageà en adopter les principes dans le domaine<strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> l’homme, <strong>de</strong>s normes <strong>de</strong> travail, <strong>de</strong>l’environnement et <strong>de</strong> la lutte contre la corruption.Bouygues, implanté – le temps d’un chantier ou <strong>de</strong>manière durable – dans environ 80 pays, s’interdit <strong>de</strong>travailler dans les pays sous embargo <strong>de</strong>s Nationsunies. Dans <strong>de</strong>s contextes parfois complexes, lesresponsables opérationnels sont appelés à prévenirtoute atteinte aux droits <strong>de</strong> l’homme dans ce quirelève <strong>de</strong> leur activité. Cette vigilance doit fairepartie <strong>de</strong> leur quotidien. Le Groupe se doit d’êtreexemplaire, notamment par l’application <strong>de</strong> standardsélevés en matière <strong>de</strong> santé et <strong>de</strong> sécurité, <strong>de</strong>Par ailleurs, en juin 2011, Bouygues a participéà l’élaboration <strong>de</strong> la Stratégie nationale <strong>de</strong> développementdurable 2010-2013 en y apportant sonexpérience en matière <strong>de</strong> Responsabilité sociétale<strong>de</strong>s entreprises (RSE). Dans la perspective <strong>de</strong>Rio+20, le sommet <strong>de</strong> la Terre organisé par l’Onu enjuin 2012, le groupe Bouygues a répertorié, dans undocument appelé "cahier d’acteur", ses réalisationsen matière <strong>de</strong> développement durable. Il apporteainsi sa contribution à la délégation française pourporter le meilleur <strong>de</strong>s technologies nationales.Conscient qu’il doit rendre compte <strong>de</strong> ses impactssur la société, l’économie et l’environnement, legroupe Bouygues répond aux <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s <strong>de</strong>sanalystes et <strong>de</strong>s parties prenantes, et communiqueces informations dans son document <strong>de</strong> référenceannuel et sur son site internet.Vision et ambitionLe groupe Bouygues, dont les pôles d'activitésont la construction, les médias et les télécoms,s’inscrit tout naturellement dans le contexte <strong>de</strong> laville <strong>de</strong> <strong>de</strong>main. Une ville dans laquelle l’urbanismeintègrera la préservation <strong>de</strong> l’environnement et quipermettra <strong>de</strong> mieux vivre ensemble dans un espaceconciliant activités personnelles et professionnelles.Fort <strong>de</strong> la diversité <strong>de</strong> ses activités, le Groupe faitface à un double défi : progresser sur les problématiquescommunes à l’ensemble <strong>de</strong> ses sociétés,comme l’efficience énergétique ou les achatsresponsables, mais aussi innover et développer<strong>de</strong>s solutions adaptées aux enjeux spécifiques <strong>de</strong>ses filiales, telles que la construction durable pourLa RSE (responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises) est une démarche consistant, pour l'entreprise, à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux <strong>de</strong> ses activités pour adopterles meilleures pratiques possibles. Ce faisant, elle contribue à l'amélioration <strong>de</strong> la société et à la protection <strong>de</strong> l'environnement (source : ministère <strong>de</strong> l'Écologie, du Développement durable, <strong>de</strong>sTransports et du Logement). Les normes Iso 26000 et 50001 sont décrites sur le site www.afnor.org - La note méthodologique <strong>de</strong> reporting figure au chapitre "Informations complémentaires".<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 26


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesle pôle Construction. Le pôle Médias et Télécoms,quant à lui, s’attache notamment à promouvoir ladiversité au sein <strong>de</strong> ses entreprises.Pôle ConstructionConcevoir et réaliser <strong>de</strong>s ouvrages intégrant toutesles notions du développement durable est <strong>de</strong>venuimpératif. Pour Bouygues, loin d'être une contrainte,cette nouvelle conception <strong>de</strong> la construction, enFrance comme à l’international, est un véritable axe<strong>de</strong> différenciation. Les efforts importants entreprisen matière <strong>de</strong> Recherche et Développement parBouygues Construction, Bouygues Immobilier etColas témoignent <strong>de</strong> cette volonté <strong>de</strong> progresseret d’apporter <strong>de</strong>s solutions toujours plus innovantes.Pour Bouygues Construction, la constructiondurable est une composante majeure <strong>de</strong> son offrecommerciale pour les ouvrages neufs comme pourla rénovation <strong>de</strong>s bâtiments existants. BouyguesConstruction met en œuvre son savoir-faire en intégrantl’éco-conception et l’efficience énergétiquetout en s’appuyant sur les référentiels et labelsfrançais et internationaux les plus exigeants. Larénovation <strong>de</strong> Challenger, son siège social, en estun exemple emblématique.Bouygues Immobilier a développé <strong>de</strong>s savoir-fairereconnus en matière d’aménagement <strong>de</strong> projetsurbains durables et possè<strong>de</strong> une expertise uniquepour la maîtrise, la production et le pilotage <strong>de</strong>l’énergie à l’échelle <strong>de</strong>s immeubles, et désormais<strong>de</strong>s quartiers. Bouygues Immobilier vient <strong>de</strong> franchirune nouvelle étape en lançant UrbanEra ® , démarcheayant pour objet la réalisation <strong>de</strong> quartiers durables.Bouygues Immobilier conçoit <strong>de</strong>s immeubles àla pointe <strong>de</strong>s innovations environnementales eten avance sur la réglementation. De nombreusesréalisations font figure <strong>de</strong> références : Green Office ®Meudon, premier immeuble <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> envergureà énergie positive mais aussi Fort d’Issy, premieréco-quartier HQE ® aux portes <strong>de</strong> Paris.Colas, lea<strong>de</strong>r mondial <strong>de</strong> la route, a structuré sadémarche <strong>de</strong> développement responsable à partir<strong>de</strong> trois enjeux stratégiques : le renouvellement etl’enrichissement <strong>de</strong>s ressources humaines, l’acceptationsociétale <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production et l’éthique.L’entreprise forme notamment ses collaborateurs ausecourisme et contribue, dans les pays émergentsoù elle est implantée, à <strong>de</strong>s actions citoyennesdans le domaine <strong>de</strong> la santé. Important producteuret utilisateur <strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> construction, Colass’attache à développer la valorisation <strong>de</strong>s déchetset le recyclage ; il prend en compte, dans ses carrières,les enjeux <strong>de</strong> la biodiversité.Pôle Médias et TélécomsLes filiales <strong>de</strong> médias et télécoms se mobilisentelles aussi sur leurs propres enjeux. Elles ontobtenu le label Diversité <strong>de</strong> l’Afnor, qui atteste <strong>de</strong>leurs bonnes pratiques en matière <strong>de</strong> prévention<strong>de</strong>s discriminations, d’égalité <strong>de</strong> traitement et <strong>de</strong>promotion <strong>de</strong> la diversité.TF1 s’engage auprès <strong>de</strong> son public en sensibilisantles téléspectateurs aux grands enjeux du développementdurable, mais aussi auprès <strong>de</strong> ses collaborateursà travers sa politique RSE. Chaîne familiale,TF1 offre <strong>de</strong>s programmes adaptés à tous, reflète ladiversité <strong>de</strong> son public, est un acteur <strong>de</strong> la solidaritéet s’engage à réduire son empreinte écologique.L’engagement <strong>de</strong> Bouygues Telecom se traduitpar la mise en place d’une organisation pour lerecyclage <strong>de</strong>s mobiles usagés, l’élaboration d’offresclient visant à prolonger la durée <strong>de</strong> détention <strong>de</strong>smobiles, l’éco-conception <strong>de</strong> ses nouvelles boutiqueset une politique dynamique en matière d’efficacitéénergétique. Sur ce <strong>de</strong>rnier thème, BouyguesTelecom a été, en 2011, le premier opérateur à êtreDans la régie <strong>de</strong> TF1HQE : Haute qualité environnementale (voir aussi le glossaire en fin <strong>de</strong> document)<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 27


certifié Iso 50001 pour son système <strong>de</strong> management<strong>de</strong> l’énergie <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux <strong>de</strong> ses sites opérationnels.Modalités <strong>de</strong> dialogue avec les parties prenantesGouvernance et dialogueavec les parties prenantesSPHÈRERESSOURCESHUMAINESOrganisationspatronalesOrganisationssyndicalesAssociationsprofessionnellesSPHÈREFINANCIÈREActionnairesetinvestisseursAnalysteset agences<strong>de</strong> notationBanquesAssurancesCommissairesaux comptesGouvernanceOlivier Bouygues, directeur général délégué dugroupe Bouygues, anime les actions développementdurable au niveau du Groupe. La directiondu développement durable & Qualité SécuritéEnvironnement (QSE) au sein <strong>de</strong> la société mèreassure la coordination <strong>de</strong> la démarche globale, ainsique le partage et la diffusion <strong>de</strong>s bonnes pratiques,notamment auprès <strong>de</strong>s directions Développementdurable <strong>de</strong> chacune <strong>de</strong>s filiales.Dialogue avec les parties prenantesLe dialogue avec les parties prenantes s’établit àtrois niveaux. Il se construit à l’échelle du Groupe,<strong>de</strong> ses filiales, mais aussi localement :> Le Groupe a mis en place une démarched'amélioration continue avec ses parties prenanteshabituelles. Il souhaite également initierun dialogue avec ses parties prenantes noncontractuelles. L’objectif <strong>de</strong> cette concertationest <strong>de</strong> mieux prendre en compte leurs attentes,d’i<strong>de</strong>ntifier les enjeux sociétaux et environnementauxsectoriels et améliorer leur connaissance<strong>de</strong>s activités du Groupe.SPHÈRE D’INFLUENCESPHÈREPUBLIQUEUnioneuropéenneSPHÈREACHATSInstances<strong>de</strong> régulationCHAÎNE D’APPROVISIONNEMENTFournisseursSous-traitantsAgencesd’intérimSPHÈRESOCIÉTALECitoyensGROUPE <strong>BOUYGUES</strong>PôleConstructionCollaborateursMon<strong>de</strong><strong>de</strong> l’éducationet <strong>de</strong> laformationPôleMédias / TélécomsCommunautéscientifiqueAssociations,ONGSPHÈRECLIENTDistributeurs ConsommateursClients privésClients publicsSPHÈREMÉDIASMédiasoff lineet on lineSPHÈRE D’INFLUENCEAgences <strong>de</strong>communication,<strong>de</strong> publicité> Chacune <strong>de</strong>s filiales, riche <strong>de</strong> ses spécificités,a également établi un dialogue avec ses partiesprenantes sur les thématiques qui lui sont propresafin d’i<strong>de</strong>ntifier les axes <strong>de</strong> progrès à moyenterme et <strong>de</strong>s actions associées.> Sur le plan local, un dialogue <strong>de</strong> terrain a étéinstauré autour <strong>de</strong>s sites et chantiers pour intensifierles relations avec les riverains et favoriserl'acceptation sociétale <strong>de</strong>s activités.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 28


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesÉTHIQUE ET DROITS DEL’HOMMELe groupe Bouygues s’emploie à respecter <strong>de</strong>sprincipes stricts dans la conduite <strong>de</strong> ses affaires età rassembler managers et collaborateurs autour <strong>de</strong>valeurs communes.En 2006, Bouygues a publié un co<strong>de</strong> d’éthique diffuséà l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs et disponibleen quinze langues. Les principes éthiques quidoivent être respectés y figurent. Par exemple, leGroupe s’engage dans son article 2 à se conformerà la Déclaration universelle <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> l’homme<strong>de</strong>s Nations unies et aux conventions fondamentales<strong>de</strong> l’OIT (Organisation internationale du travail).Ce co<strong>de</strong> répond à plusieurs priorités : affirmer lesvaleurs du Groupe, les rendre intelligibles, rappelerles responsabilités particulières <strong>de</strong>s hiérarchies,ai<strong>de</strong>r les collaborateurs à respecter ces valeurs enindiquant, notamment, qu’il ne faut pas rester seulface à un dilemme éthique. Les hiérarchies, lesresponsables <strong>de</strong> l’éthique, ainsi qu'une procédured’alerte, sont à la disposition <strong>de</strong>s collaborateurspour faire face à <strong>de</strong> telles situations.Les cadres dirigeants reçoivent <strong>de</strong>s formations surl’éthique et sur les valeurs du groupe Bouygues,dispensées par l’IMB (Institut du managementBouygues). Des outils d’animation et <strong>de</strong> formationont été mis en place : le cycle international, les séminaires"Respect et performance", "Responsabilitésociale et environnementale" et "Développement <strong>de</strong>svaleurs Bouygues" auquel ont participé 600 cadresdirigeants <strong>de</strong>puis sa création en 2002. Pour prendrele relais, <strong>de</strong>ux nouveaux séminaires viennent <strong>de</strong> voirle jour : "Responsabilité dans les organisations " et"Respect et management".Dans chacun <strong>de</strong>s métiers sont également organisées<strong>de</strong>s formations adaptées aux différentsniveaux hiérarchiques. Elles transmettent l’éthiqueet les valeurs du Groupe <strong>de</strong> façon très concrète, enabordant les sujets et les risques spécifiques quepeut présenter l’activité du métier.Le Groupe apporte une attention particulièreà l’interdiction et à la prévention <strong>de</strong>s pratiquesanticoncurrentielles, déloyales ou <strong>de</strong> corruption.Des dispositions figurent à cet effet dans le co<strong>de</strong>d’éthique, mais aussi dans le référentiel <strong>de</strong> contrôleinterne du Groupe. Au niveau <strong>de</strong>s métiers, <strong>de</strong>sdispositions spécifiques sont mises en place,l’objectif étant <strong>de</strong> compléter les règles Groupe par<strong>de</strong>s gui<strong>de</strong>s <strong>de</strong> conduite bien adaptés aux spécificités<strong>de</strong> chaque métier. Bouygues Telecom a ainsidiffusé en 2011 un gui<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’éthique adapté auxproblématiques que peut rencontrer un opérateur<strong>de</strong> téléphonie. S’agissant <strong>de</strong> la prévention <strong>de</strong> lacorruption, <strong>de</strong>s procédures encadrent en aval eten amont le recours à <strong>de</strong>s agents commerciaux. Unautre exemple est la volonté du Groupe <strong>de</strong> mieuxformaliser les dispositions actuelles <strong>de</strong> prévention<strong>de</strong>s pratiques anticoncurrentielles par la mise enplace <strong>de</strong> programmes <strong>de</strong> conformité, en tenantcompte <strong>de</strong>s toutes récentes directives que viennent<strong>de</strong> publier la Commission européenne et l’autorité<strong>de</strong> la concurrence française.D’une façon générale, il est <strong>de</strong>mandé aux cinqmétiers du Groupe <strong>de</strong> mettre en place <strong>de</strong>s actionsEffectifs par statutsHoldingpermettant <strong>de</strong> prévenir, détecter et traiter les pratiquesnon conformes à l’éthique et aux valeursdu Groupe.RELATIONS ETCONDITIONS DE TRAVAILPartager les valeurs"Le premier acte qui instaure la confiance estl’accueil. Parcours d’intégration, parrainage,formation, communication sont autant <strong>de</strong> moyensà déployer pour établir d’emblée les conditions<strong>de</strong> partage <strong>de</strong> notre état d’esprit." (extrait <strong>de</strong> lacharte <strong>de</strong>s ressources humaines du Groupe)Bouygues fon<strong>de</strong> sa politique <strong>de</strong> ressourceshumaines sur trois principes : le respect, laconfiance et l’équité.Ces valeurs, présentes dans le co<strong>de</strong> d’éthique etla charte <strong>de</strong>s ressources humaines du Groupe,sont réaffirmées à <strong>de</strong> multiples occasions aux collaborateurs,notamment à ceux <strong>de</strong> l’encadrement.Des sessions sont régulièrement organisées parl’Institut du management Bouygues (IMB) pourpermettre aux cadres dirigeants du Groupe <strong>de</strong>réfléchir ensemble aux applications pratiques <strong>de</strong>ces valeurs d’entreprises.Les journées d’accueil Groupe, <strong>de</strong>stinées auxcadres nouvellement recrutés ont, par ailleurs, permisen 2011 à plus <strong>de</strong> 600 d’entre eux d’échangersur les stratégies et les valeurs avec <strong>de</strong>s grandstémoins <strong>de</strong>s métiers et Martin Bouygues, prési<strong>de</strong>ntdirecteurgénéral du Groupe. Toutes les entreprisescomplètent ces journées par leurs propres dispositifsd’intégration conçus dans le même esprit et<strong>de</strong>stinés à tous les collaborateurs.La présente partie du rapport reprend ci-aprèschacun <strong>de</strong>s domaines <strong>de</strong> la charte <strong>de</strong>s ressourceshumaines et actualise les statistiques <strong>de</strong>stinéesau suivi <strong>de</strong>s progrès, ainsi que les faits marquants2011. Les politiques font l’objet d’impulsions donnéespar le Groupe ; les métiers, eu égard à leurcaractère diversifié, mettent en œuvre les moyensles plus pertinents pour atteindre les objectifs dansleur contexte spécifique.Les exemples <strong>de</strong> bonnes pratiques, présentéspour illustrer les progrès effectués, sont complétésau chapitre "Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers". Ils y sonthiérarchisés <strong>de</strong> façon à mettre en évi<strong>de</strong>nce lacohérence <strong>de</strong>s dispositifs. Les réponses aux risquesi<strong>de</strong>ntifiés dans les secteurs professionnels sont plusspécifiquement abordées dans ce chapitre et dansle chapitre "Facteurs <strong>de</strong> risques".Bouygues BouyguesBouygues 20112010ColasTF1et divers Construction ImmobilierTelecom Total Groupe Total GroupeFrance 342 23 091 1 515 38 338 3 818 9 866 76 970 75 658Cadres 220 8 555 1 078 5 721 2 957 4 655 23 186 22 241Etam 122 6 186 437 9 787 861 5 211 22 604 21 828Compagnons - 8 350 - 22 830 - - 31 180 31 589International 6 28 927 68 24 548 304 4 53 857 57 798Encadrement 6 11 493 68 8 077 304 4 19 952 20 360Compagnons - 17 434 - 16 471 - - 33 905 37 438France + International 348 52 018 1 583 62 886 4 122 9 870 130 827 133 456<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 29


Respect"Les collaborateurs constituent la principalerichesse du Groupe, en tant que personnes et parleur capacité à travailler ensemble. Ils sont ausommet <strong>de</strong> notre échelle <strong>de</strong> valeurs. Le respect <strong>de</strong>soi et <strong>de</strong>s autres constitue donc une règle <strong>de</strong> basedu comportement <strong>de</strong>s collaborateurs du Groupe,quel que soit leur niveau. Les hiérarchies ont uneresponsabilité particulière à cet égard."Dialoguer avec les partenaires sociaux"La qualité du dialogue social doit permettre unecompréhension <strong>de</strong>s aspirations individuelles etcollectives dont la prise en compte, quand elleest possible, est la clé d’une relation humaineharmonieuse."Le groupe Bouygues assure <strong>de</strong>puis <strong>de</strong> nombreusesannées la promotion d’une pratique respectueuseet constructive <strong>de</strong>s relations sociales, permettant<strong>de</strong> vraies avancées au profit <strong>de</strong>s collaborateurs.Outre les instances <strong>de</strong> dialogue social <strong>de</strong>s filiales,le comité <strong>de</strong> Groupe France (trente représentantsissus <strong>de</strong>s quatre cents comités d’entreprise couvrantl’ensemble <strong>de</strong>s activités) et le comité d’entrepriseeuropéen (vingt-quatre représentants <strong>de</strong> onze pays)sont <strong>de</strong>s lieux privilégiés pour les rencontres entreles représentants syndicaux <strong>de</strong> tous horizons et lesdirigeants du Groupe. Ils permettent un échangeouvert et animé sur les perspectives économiques etfinancières, ainsi que les évolutions en matière d’emploi,<strong>de</strong> politique sociale, d’hygiène et <strong>de</strong> sécurité.L’intérêt que les collaborateurs du Groupe portentà la qualité du dialogue social se traduit par uneparticipation aux élections professionnelles (81 %en 2011) bien plus forte que celle que l’on constatesur le plan national en France (63,8 % en 2006 -Source : Dares), donnant à leurs représentants uneforte légitimité.Dialogue socialdans les métiers> RCBT, filiale regroupantles magasins Club BouyguesTelecom, a signé un accordmettant en place <strong>de</strong> nouveauxmoyens <strong>de</strong> communication auservice du dialogue social (tractsélectroniques et intranet).> Chez Bouygues Construction,Bouygues Bâtiment Internationalprête une attention particulière,lors <strong>de</strong> son déploiement dans <strong>de</strong>nouveaux territoires, à créer enamont un climat favorable avecles organisations représentativeslocales afin <strong>de</strong> développer l’activitédans le respect <strong>de</strong>s traditions <strong>de</strong>spays. Par exemple, une instance<strong>de</strong> dialogue social a été créée enGuinée équatoriale afin d’anticiperles conflits sociaux et <strong>de</strong> mettre enplace un dialogue constructif.Voir aussi chapitre "Activité et RSE<strong>de</strong>s métiers"Accords collectifs négociésHoldinget diversBouyguesConstructionEn France, <strong>de</strong> très nombreux accords sont signéspar les entreprises du Groupe avec les partenairessociaux sur tous les thèmes touchant la vie <strong>de</strong>scollaborateurs : intéressement, participation, organisationdu temps, travailleurs handicapés, etc. Danstous ces domaines, c’est l’efficacité d’un dialoguesocial basé sur le respect mutuel qui a permis <strong>de</strong>réaliser ces progrès. À titre d’exemple, grâce à <strong>de</strong>saccords signés avec les partenaires sociaux, lescollaborateurs <strong>de</strong> tous les métiers bénéficient d’unintéressement.Veiller à la sécurité et à la santédans tous les métiers"Veiller à la santé et à la sécurité <strong>de</strong> soi-même et<strong>de</strong> ceux qui nous entourent est un <strong>de</strong>voir moralqui nous concerne tous, quels que soient notremission ou notre niveau <strong>de</strong> responsabilité. Lagarantie <strong>de</strong> l’intégrité physique est la conditionindispensable au respect. Il existe à ce sujet undroit et un <strong>de</strong>voir d’alerte."L’hygiène et la sécurité sont la priorité <strong>de</strong> tousles collaborateurs du Groupe, et ceci <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>BouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecomnombreuses années. Ce thème constitue un enjeuimportant pour toutes les activités. La vaccinationcontre la grippe ou la prévention du risque routierfont ainsi l’objet d’actions dans les métiers. C’esttoutefois sur les chantiers, lieux recelant <strong>de</strong>s dangerspar nature, que la nécessité <strong>de</strong> la préventionest la plus cruciale. Particulièrement conscientes<strong>de</strong> cette spécificité, les filiales du pôle Constructiondéploient <strong>de</strong>s efforts très intenses et obtiennent <strong>de</strong>sperformances dans ce domaine bien supérieures àcelles <strong>de</strong>s autres entreprises du secteur.Pour améliorer encore ces résultats, <strong>de</strong>s programmes<strong>de</strong> formation ambitieux sont déployéspar Colas et Bouygues Construction sur les sujets<strong>de</strong> santé et, tout particulièrement, la lutte contreles addictions.2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeNombre d’accords collectifsnégociés, y compris NAO a 4 84 4 56 20 11 179 200 266(a) négociation annuelle obligatoireParticipation aux élections ce a et dup b (1 er tour titulaires)Périmètre : FranceTaux <strong>de</strong> participationaux élections du comitéd'entreprise aux <strong>de</strong>rnièresélectionsHoldinget divers(a) comité d'entreprise (b) délégation unique du personnelBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe82 % 85 % 76 % 79 % 74 % 79 % 81 %Dares : Direction <strong>de</strong> l’animation <strong>de</strong> la recherche, <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s et <strong>de</strong>s statistiques<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 30


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesSanté et sécurité dans les métiers> Bouygues Construction souhaite êtreexemplaire dans le domaine <strong>de</strong> la santéet la sécurité. Le système <strong>de</strong> managementglobal <strong>de</strong> la sécurité est certifié Ohsas18000 sur plus <strong>de</strong> 80 % <strong>de</strong> l’activité.En France, l’entreprise a reconnu dans sesaccords l’éventuelle exposition du travailsur chantier à au moins un facteur <strong>de</strong>pénibilité. Pour diminuer cette <strong>de</strong>rnière, <strong>de</strong>sexpériences d’ergonomie sont actuellementen cours en Normandie, comportantla limitation <strong>de</strong>s charges à porter,l’automatisation <strong>de</strong>s procédés <strong>de</strong> levageet l’utilisation <strong>de</strong> bétons autoplaçants etautonivelants.Pour ce qui est <strong>de</strong> la sécurité <strong>de</strong>sintérimaires, une partie <strong>de</strong>s filiales asigné le 9 novembre 2011 un accordavec trois gran<strong>de</strong>s entreprises <strong>de</strong> travailtemporaire pour renforcer la préventionauprès <strong>de</strong> leurs personnels employéssur les chantiers incluant la politique<strong>de</strong> lutte contre les addictions. BouyguesConstruction a la volonté d'étendre ce type<strong>de</strong> démarche à l’ensemble <strong>de</strong> ses structuressur le territoire national.À l’international, l’accent est égalementmis sur la prévention <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts. Ainsi,à Hong Kong, un Safety training centera été spécialement développé pour lescompagnons. La formation dispensée estobligatoire pour pouvoir travailler sur lesdifférents chantiers.> Chez Colas, en France, un concoursannuel recense les meilleures pratiques<strong>de</strong> lutte contre la pénibilité au sein <strong>de</strong>sétablissements et ateliers.Avec la mise en place du projet Ergomat,certains types <strong>de</strong> matériels font l’objetd’un diagnostic ergonomique encollaboration avec les constructeurs avantinvestissement.Colas a également engagé en métropole <strong>de</strong>sactions <strong>de</strong> prévention en diffusant, d’unepart, un kit pour lutter contre les addictionset, d’autre part, une information sur lerisque "ultraviolets solaires" sous la formed’un dépliant à <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s compagnonset d’un argumentaire à <strong>de</strong>stination <strong>de</strong> leurencadrement.Dans l’ensemble <strong>de</strong> ses implantationsdans le mon<strong>de</strong>, Colas continue à former<strong>de</strong>s sauveteurs secouristes du travail(près <strong>de</strong> 19 950 à ce jour).Conscient <strong>de</strong>s dangers pour la santé<strong>de</strong> l’utilisation <strong>de</strong>s produits chimiques,Colas est pionnier <strong>de</strong>puis longtemps dansle remplacement <strong>de</strong>s composants lesplus indésirables dans la fabrication etl’utilisation <strong>de</strong> produits routiers. L’entrepriseparticipe aux étu<strong>de</strong>s menées sur les fumées<strong>de</strong> bitume. Le Centre international <strong>de</strong> larecherche sur le cancer a classé en 2011l’exposition professionnelle pendant lamise en œuvre d’enrobés ou d’asphalte encatégorie 2B, c’est-à-dire potentiellementcancérogène mais sans lien avéré.À ce jour, le seul effet avéré sur la santélors <strong>de</strong>s chantiers d’enrobés ou d’asphalteest celui d’une irritation <strong>de</strong>s voiesrespiratoires et <strong>de</strong>s yeux.Colas élargit à l’ensemble <strong>de</strong> sesimplantations sa politique d’achat<strong>de</strong> finisseurs* équipés d’un systèmed’aspiration <strong>de</strong> fumées et continue àpromouvoir auprès <strong>de</strong> ses clients lesenrobés et asphaltes tiè<strong>de</strong>s qui permettent<strong>de</strong> supprimer l’essentiel <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong>fumées <strong>de</strong> bitume.(*) engins assurant la mise en œuvre <strong>de</strong>s matériauxenrobésRechercher le bon équilibre <strong>de</strong> vie"Le bon équilibre entre la vie professionnelle etla vie privée est un gage essentiel du respect <strong>de</strong>soi et du respect <strong>de</strong>s autres."L’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelleest le meilleur garant d’une activitéefficace, exempte d’un stress démobilisateur. Lesréponses apportées sont le plus souvent diversesen fonction <strong>de</strong>s contraintes spécifiques <strong>de</strong>s secteursd’activité, certaines étant toutefois communes àtous les secteurs.Des formations ont ainsi été déployées dans tous lesmétiers pour sensibiliser les collaborateurs, notammentmanagers et responsables <strong>de</strong>s ressourceshumaines, à la prévention du stress, y compris ladétection <strong>de</strong>s signaux faibles, et l’adoption <strong>de</strong> bonscomportements managériaux. Les observatoires oubaromètres ont été généralisés.En ce qui concerne la gestion du temps <strong>de</strong> travailpar les collaborateurs, tous les métiers sont dotésd’un dispositif <strong>de</strong> compte épargne temps.Des expériences <strong>de</strong> télétravail (<strong>de</strong>ux jours parsemaine au maximum) sont menées par plusieurssociétés du Groupe, particulièrement chezBouygues Telecom.Acci<strong>de</strong>nts du travailPérimètre : mon<strong>de</strong>Taux <strong>de</strong> fréquence a <strong>de</strong>sacci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>scollaborateursTaux <strong>de</strong> gravité b <strong>de</strong>sacci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>scollaborateursHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total Groupe3,61 5,08 3,55 8,61 3,65 2,19 6,34 6,69 8,300,03 0,22 0,04 0,36 0,14 0,07 0,27 0,28 0,307(a) nombre d’acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d’heures travaillées (b) nombre <strong>de</strong> jours d’arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d’heures travailléesCes indicateurs sont soumis à <strong>de</strong>s corrections ultérieures possibles provenant <strong>de</strong> leur validation par les autorités concernées après publication.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 31


Équilibre <strong>de</strong> vie dans les métiers> Chez TF1, <strong>de</strong>s mesures spécifiquesrelatives à l'organisation du temps <strong>de</strong>travail <strong>de</strong>s femmes revenant <strong>de</strong> congématernité / adoption ont été mises enplace. Afin <strong>de</strong> favoriser la prise du congé<strong>de</strong> paternité, il a été décidé <strong>de</strong> maintenirla rémunération à 100 % pendant cetteabsence.> Bouygues Telecom met l’accent surla prévention du stress au travail. Autotal, 1 940 collaborateurs chargésd’encadrement ont été sensibilisés. Lesrésultats <strong>de</strong> l’Observatoire médical du bienêtreet du stress sont désormais présentésaux mé<strong>de</strong>cins du travail et aux CHSCT<strong>de</strong>ux fois par an, ainsi que les nouveauxindicateurs complémentaires sur leturn-over, l’absentéisme, les visites àl’infirmerie, etc.> Bouygues Immobilier a ajouté dans sonrèglement intérieur une procédure d’alerteen cas <strong>de</strong> harcèlement. Un baromètredu stress a par ailleurs été intégré dansl’enquête interne, permettant, grâce à unecomparaison avec les autres entreprisesprivées, <strong>de</strong> constater que l’entreprise estdans la norme.> Colas, dans la continuité <strong>de</strong> l'accord <strong>de</strong>métho<strong>de</strong> signé en 2009 sur la préventiondu stress, a mis en place un projet <strong>de</strong>partenariat avec l'INRS et l'Université <strong>de</strong>Nancy II, qui doit aboutir à la signatured'un accord sur la prévention du stresset l'amélioration du bien-être au travailcourant 2012. L'objectif <strong>de</strong> ce partenariatest d'accompagner la démarche <strong>de</strong>prévention du groupe Colas. Il consisteà mettre en place un questionnaireanonyme <strong>de</strong> santé sur la prévention dustress et du bien-être au travail, ainsi que<strong>de</strong>s observatoires par filiale et au niveaunational. Il débouchera sur une étu<strong>de</strong> <strong>de</strong>srésultats collectifs pour chaque catégoriesocioprofessionnelle afin <strong>de</strong> mettre enévi<strong>de</strong>nce les populations qui présenteraient<strong>de</strong>s difficultés.La phase <strong>de</strong> test prévue en 2012 porterasur neuf établissements dans troisfiliales du groupe Colas, soit environ700 collaborateurs.> Bouygues Construction abor<strong>de</strong> le thèmedu bon équilibre <strong>de</strong> vie par sa politiqueen faveur <strong>de</strong> la parentalité en participanten 2011, avec d’autres entreprises, à uneréflexion et une enquête sur l’exercice <strong>de</strong> laparentalité par les hommes. Les résultatsobtenus ont apporté <strong>de</strong>s éléments nouveauxpour enrichir les plans d’action <strong>de</strong>s accordségalité homme-femme et pour informer leshommes <strong>de</strong>s dispositifs existants (tempspartiels, congés parentaux, etc.).Plusieurs entités <strong>de</strong> Bouygues Constructionproposent <strong>de</strong>s places réservées dans<strong>de</strong>s réseaux <strong>de</strong> crèches existants. Cedispositif en réseau est le mieux adapté auxstructures multi-sites.À l’international, dans le cadre <strong>de</strong>l’ensemble <strong>de</strong>s expatriations, l’entrepriseprivilégie le rapprochement familial. Faceaux éventuels problèmes <strong>de</strong> scolarisation<strong>de</strong>s enfants, Bouygues Constructions’efforce <strong>de</strong> mettre en place <strong>de</strong>ssolutions locales comme, par exemple,au Turkménistan où une école (<strong>de</strong> lamaternelle au secondaire) a été créée etcompte aujourd’hui 90 élèves.Les entités organisent <strong>de</strong>s opérationspermettant aux familles <strong>de</strong>s collaborateurs<strong>de</strong> partager et mieux comprendre lesmétiers (ateliers pour les enfants,présentation <strong>de</strong> matériel et d’outillage,sensibilisation à la sécurité). Par exemple,à Hong Kong, la journée Actitu<strong>de</strong> Fundaya attiré environ 1 800 collaborateurs etmembres <strong>de</strong>s familles.Promouvoir un comportement socialet sociétal responsable"Nous ne pouvons envisager <strong>de</strong> performanceéconomique viable sans adopter un comportementsocial et sociétal responsable. Ainsi, nous veillonsà intégrer dans notre stratégie une attitu<strong>de</strong> <strong>de</strong>solidarité, en rapport avec nos activités et les lieuxou pays où nous sommes implantés."Toutes les entités du groupe Bouygues incitent leurscollaborateurs à participer à <strong>de</strong>s actions solidaireset citoyennes. Des milliers d’entre eux se sontimpliqués en 2011, que ce soit en France ou à l’international(voir plus loin la rubrique "Communautéset développement local").En leur propre sein, les entreprises du Groupes’imposent un comportement social responsableen s’efforçant <strong>de</strong> fournir à leurs collaborateurs <strong>de</strong>sconditions <strong>de</strong> travail d’une qualité supérieure austandard <strong>de</strong> chacun <strong>de</strong>s pays dans lesquels ellestravaillent.Temps partielPérimètre : FranceNombre moyen <strong>de</strong>collaborateurs travaillant àtemps partielHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total Groupe22 502 50 507 355 395 1 830 1 615 1 547CHSCT : Comité d'hygiène, <strong>de</strong> sécurité et <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travail – INRS : Institut national <strong>de</strong> recherche et <strong>de</strong> sécurité<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 32


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesComportement social et sociétal dans les métiers> Au titre <strong>de</strong> Bouygues Construction,on peut citer <strong>de</strong>ux exemples d'actionssociales particulièrement significatives.Depuis <strong>de</strong> nombreuses années, l’ensemble<strong>de</strong>s entités <strong>de</strong> Bouygues Constructiondispose <strong>de</strong> comités d’entrai<strong>de</strong> permettantd’ai<strong>de</strong>r les collaborateurs adhérents quirencontrent <strong>de</strong>s difficultés financièresimprévues. Ces ai<strong>de</strong>s se traduisent par<strong>de</strong>s dons et <strong>de</strong>s prêts à taux zéro. Lescomités sont financés par les cotisations<strong>de</strong>s collaborateurs, complétées d’unabon<strong>de</strong>ment <strong>de</strong> l’entreprise <strong>de</strong> 130 %.Chaque année environ 400 collaborateursbénéficient <strong>de</strong> ces ai<strong>de</strong>s.Mis en place en 2010, l’Indice <strong>de</strong>développement RH est une évaluation<strong>de</strong> toutes les filiales <strong>de</strong> l’internationalau regard du développement RH sur labase <strong>de</strong> dix-sept critères. L’auditeur estle directeur <strong>de</strong>s Ressources humainesaccompagné sur place du responsablelocal <strong>de</strong>s ressources humaines et <strong>de</strong> sondirecteur général. La première étape estAssurer l’éthique<strong>de</strong>s relations humaines"Le respect du co<strong>de</strong> d’éthique du Groupe nécessiteune approche volontariste <strong>de</strong> chacun."Seules les relations humaines respectueuses <strong>de</strong>sautres sont véritablement éthiques. Les managerset responsables <strong>de</strong> ressources humaines dugroupe Bouygues ont donc pour mission <strong>de</strong> veillerà cet aspect, que ce soit par le contact individuel,l’animation collective ou la formation. Cette veilletrouve également <strong>de</strong>s domaines d’application dansla relation avec les fournisseurs et sous-traitants.La charte RSE fournisseurs du Groupe, portée à laconnaissance <strong>de</strong>s fournisseurs, précise par ailleursles exigences <strong>de</strong> base en matière <strong>de</strong> ressourceshumaines (cf. rubrique "Achats responsables"). Letexte interdit notamment le recours au travail forcéou obligatoire, au travail <strong>de</strong>s enfants, ainsi queles discriminations fondées sur un motif illicite. Ilimpose, en outre, que le fournisseur respecte lalégislation locale en termes <strong>de</strong> durée du travail et<strong>de</strong> salaire minimum.Salariés disposant d’une couverture sociale fournie par le GroupePérimètre : mon<strong>de</strong>Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011 2010Total Groupe a Total GroupeSalariés disposant d’unecouverture sociale par leGroupe100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 82 %(a) Sur l'ensemble <strong>de</strong> ses implantations, le groupe Bouygues offre à chacun <strong>de</strong>s salariés une couverture sociale conforme ou supérieure aux réglementations locales.Répartition <strong>de</strong>s départs par motifPérimètre : FranceBouyguesConstructionBouyguesImmobilierla comparaison <strong>de</strong>s entités, les rapportsd’évaluation faisant <strong>de</strong> plus l’objet d’unplan d’actions dans le but d’atteindreun niveau supérieur. L’objectif global estd’améliorer les processus RH et d’avoirun socle commun d’avantages sociaux.Bouygues Construction met en place <strong>de</strong>nombreuses actions visant à améliorerles niveaux <strong>de</strong> couverture d’assurance,quel que soit le pays d’intervention. Encas <strong>de</strong> décès acci<strong>de</strong>ntel dans le cadre<strong>de</strong> la vie privée ou professionnelle, unegarantie permettant une in<strong>de</strong>mnisationcorrespondant à douze mois <strong>de</strong> salairepour les ayant droits a été mise en placepour tous les collaborateurs locaux.> Depuis plusieurs années, Colas effectueune comparaison entre les salairesmoyens <strong>de</strong> ses conducteurs d’enginset les salaires minimums légaux <strong>de</strong>plusieurs pays. À titre d’exemple, onconstate que dans <strong>de</strong>s pays tels que leMaroc ou Madagascar, le multiple estsupérieur à 2.ColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeDémissions 41,0 % 33,3 % 21,4 % 20,6 % 28,4 % 29,1 % 25,2 % 20,0 %Licenciements 28,7 % 23,7 % 36,5 % 14,0 % 30,0 % 31,3 % 30,0 % 39,3 %Ruptures conventionnelles 7,4 % 13,1 % 11,8 % 16,3 % 7,3 % 9,9 % 11,6 % 7,2 %Autres départs 22,9 % 29,9 % 30,3 % 49,1 % 34,3 % 29,7 % 33,2 % 33,5 %Éthique <strong>de</strong>srelations humainesdans les métiers> Dans le domaine <strong>de</strong> la luttecontre le travail illégal, les filiales<strong>de</strong> Bouygues Construction, enFrance et en Europe, mettenten œuvre <strong>de</strong>s procédures trèsstrictes décrites dans un "Gui<strong>de</strong> <strong>de</strong>prévention contre le travail illégal"largement diffusé.De nombreuses actions sontmises en œuvre pour lutter contrele travail illégal : procédures<strong>de</strong> contrôle sur les chantiers(contrôle systématique <strong>de</strong>s papiersd’i<strong>de</strong>ntité, autorisations <strong>de</strong> travail,systèmes <strong>de</strong> badges à l’entrée<strong>de</strong>s chantiers, formation <strong>de</strong>shiérarchies travaux, etc.).À l’international, le contrôle <strong>de</strong>saccès sur les chantiers a étérenforcé en mettant en place unsystème <strong>de</strong> lecture <strong>de</strong>s empreintesdigitales pour pénétrer sur le site.87 % du chiffre d’affaires <strong>de</strong>Bouygues Construction est réalisépar les unités opérationnellesayant intégré dans leurs contratsla charte RSE fournisseurs <strong>de</strong>manière systématique.La séparation, moment souvent délicat pour lespersonnes et l’entreprise, doit être abordée avecjustice et respect <strong>de</strong> la dignité <strong>de</strong> ceux qui sontconcernés. Comme toutes les actions <strong>de</strong> relationshumaines, elle fait l’objet d’explications aux intéressés,l’information étant la meilleure garantie ducaractère équitable <strong>de</strong> la démarche.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 33


Confiance"La sincérité et la clarté <strong>de</strong> nos rapports ausein <strong>de</strong> l’entreprise sont indispensables à notreréussite."Mettre l’accent sur la qualité<strong>de</strong> la relation"Les entretiens annuels d’évaluation et revues<strong>de</strong> rémunération sont, au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>s échangesréguliers, les occasions privilégiées pour lescollaborateurs et leur hiérarchie <strong>de</strong> faire le pointensemble. L’entretien annuel d’évaluation permetà chacun <strong>de</strong> connaître et comprendre l’appréciationfaite par son manager <strong>de</strong> ses compétences,<strong>de</strong> ses résultats et <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong> son travail enéquipe. Fondé sur le dialogue et l’écoute mutuelle,l’entretien conduit à fixer <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong> progrès<strong>de</strong>s performances et <strong>de</strong>s comportements, ainsiqu’à abor<strong>de</strong>r les perspectives d’évolution <strong>de</strong>scollaborateurs.Les actions d’animation et <strong>de</strong> communicationfavorisent les échanges entre les collaborateurs,les équipes et les structures. Elles contribuent àapprofondir les valeurs partagées et rendre lesinformations accessibles aux collaborateurs."Les bonnes relations entre les salariés du Groupe etleurs managers sont garantes <strong>de</strong> l’efficacité <strong>de</strong> l’actioncollective et du bien-être <strong>de</strong> chacun. Elles fontl’objet d’un suivi par les directions <strong>de</strong>s Ressourceshumaines et sont encouragées par <strong>de</strong> nombreusesactions d’animation.La qualité <strong>de</strong>s relations humaines entre collaborateurset le respect <strong>de</strong>s équipes sont évoqués aucours <strong>de</strong>s entretiens d’évaluation.Pour mesurer la perception <strong>de</strong>s collaborateurs, tousles métiers ont mis en place <strong>de</strong>s enquêtes dont lesrésultats sont diffusés et suivis <strong>de</strong> plans d’action.Qualité <strong>de</strong> la relation humaine dans les métiers> TF1 a créé un stage intitulé "Tousconnectés" pour permettre aux nouveauxentrants <strong>de</strong> se constituer un réseau ausein <strong>de</strong> l’entreprise. Eurosport a mis enplace une journée d’accueil à Paris àl’attention <strong>de</strong>s collaborateurs <strong>de</strong>s filiales<strong>de</strong> l’international. Le 23 juin 2011, tousles collaborateurs du groupe TF1 ont étérassemblés à l’occasion d’une convention.> Colas a lancé une campagne d’entretiensprofessionnels à partir d’un nouveaudocument d’échange i<strong>de</strong>ntique en Franceet à l’international, traduisant ainsi savolonté <strong>de</strong> garantir à l’ensemble <strong>de</strong> sescollaborateurs la même qualité <strong>de</strong> dialogue.Colas a également créé une lettreélectronique pour sensibiliser ses managersaux réflexions stratégiques <strong>de</strong> l’entreprise,favorisant notamment le partage <strong>de</strong>sconnaissances et bonnes pratiques et ledéveloppement <strong>de</strong>s futurs lea<strong>de</strong>rs.Collaborateurs concernés par une enquête <strong>de</strong> satisfactionPérimètre : mon<strong>de</strong>Collaborateurs concernéspar une enquête <strong>de</strong>satisfactionHoldinget diversBouyguesConstruction> Le parcours d’intégration, proposé à tousles nouveaux collaborateurs <strong>de</strong> BouyguesImmobilier, a été revu en 2011 sous uneforme innovante : un serious game sessionfavorisant l’apprentissage par le jeu etl’expérience <strong>de</strong>s métiers et permettant auxnouveaux collaborateurs <strong>de</strong> développer leurréseau au sein <strong>de</strong> l’entreprise.En octobre 2011, plus <strong>de</strong> 500 collaborateursont participé au <strong>de</strong>uxième Forum <strong>de</strong>l’innovation organisé au cœur d’uneopération phare <strong>de</strong> Bouygues Immobilieren Île-<strong>de</strong>-France, Fort d’Issy, à Issy-les-Moulineaux. À cette occasion, chaqueéquipe a partagé ses innovations,ceci ponctué <strong>de</strong> brèves conférencesd’intervenants internes et externes.> En 2011, Bouygues Telecom a créé troisoutils <strong>de</strong> partage <strong>de</strong> la connaissanceaccessibles sur intranet. Un journalinterne vidéo est désormais accessible àtous. Un réseau social interne à vocationBouyguesImmobilierColasTF1professionnelle permet la création et lagestion <strong>de</strong> son profil personnel, la mise enrelation avec un réseau <strong>de</strong> collaborateurs etla création <strong>de</strong> communautés thématiques.Un portail rend accessible auxcollaborateurs chargés d'encadrement <strong>de</strong>Bouygues Telecom les outils et supportscommuns <strong>de</strong> formation et d'information.> L’université d’entreprise <strong>de</strong> BouyguesConstruction, Bouygues ConstructionUniversity, participe activement au partage<strong>de</strong> la connaissance <strong>de</strong> plusieurs manières :• en mettant en place un espacecollaboratif et un partage <strong>de</strong> ressources(fiches pratiques, interventions filmées)sur son site intranet ;• par l’animation <strong>de</strong> réseau au travers <strong>de</strong>rencontres ou visites à thème ;• et en assurant la promotion du travailcollaboratif par l’animation <strong>de</strong> groupes <strong>de</strong>travail sur <strong>de</strong>s thèmes transverses.BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe- 40 % 100 % - 94 % 83 % 51 % 39 %Collaborateurs ayant bénéficié d'un entretien annuel d’évaluation formaliséPérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeCadres 80 % 82 % 92 % 49 % 90 % 100 % 79 % 77 % 73 %Etam 74 % 88 % 88 % 52 % 89 % 100 % 75 % 68 % 69 %Compagnons - 84 % - 24 % - - 41 % 37 % 36 %Total 78 % 84 % 91 % 35 % 89 % 100 % 63 % 58 % 57 %<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 34


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesRecruter pour l’avenir etfaciliter la mobilité interne"Au sta<strong>de</strong> du recrutement, il appartient à chacund’i<strong>de</strong>ntifier et d’attirer les meilleurs candidats parune communication interne et externe ciblée, uneprésence permanente dans la cité (enseignement,milieux associatifs…), une politique dynamique<strong>de</strong>s stages, une rémunération attractive. Lescritères <strong>de</strong> recrutement sont la compétence àoccuper un poste, le potentiel d’évolution, l’aptitu<strong>de</strong>à partager les valeurs <strong>de</strong> notre Groupe.Ils excluent toute discrimination fondée sur unmotif illicite."Malgré le contexte <strong>de</strong> 2011 moins favorable àl’emploi, le rythme <strong>de</strong>s recrutements reste importantdans le Groupe (plus <strong>de</strong> 20 000), notamment dansles activités <strong>de</strong> la construction.Depuis quatre ans, et malgré les aléas <strong>de</strong> l’économie,le nombre d'emplois stables est resté à unniveau constant. Lorsque <strong>de</strong>s baisses d’activité onteu lieu dans <strong>de</strong>s filiales, la politique <strong>de</strong> maintiendans l’emploi par mobilité interne a été systématiquementprivilégiée.Recrutements et mobilité dans les métiers> En 2011, près <strong>de</strong> la moitié <strong>de</strong>s postesouverts à TF1 à un recrutement ont étépourvus en interne.> La politique <strong>de</strong> recrutement a été unaxe fort <strong>de</strong> Colas en 2011 qui a lancé enFrance une campagne <strong>de</strong> communicationdans la presse, sur les réseaux sociauxet en affichage urbain à <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>sjeunes diplômés. Résultat : l’embaucheen métropole <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 200 jeunesingénieurs et cadres débutants parmiles 3 000 embauches réalisées. L’effort doitse poursuivre en 2012.La direction générale <strong>de</strong> Colas a menéune action particulière <strong>de</strong> communicationauprès <strong>de</strong>s 910 managers afin <strong>de</strong> lessensibiliser à la mobilité.> La mobilité est un levier fort <strong>de</strong> lapolitique <strong>de</strong> ressources humaines <strong>de</strong>Bouygues Construction. En complément <strong>de</strong>sévolutions et mutations internes aux entités,près <strong>de</strong> 450 collaborateurs y auront changéRecrutements externes par statut (cdi et cdd)Périmètre : mon<strong>de</strong>Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1<strong>de</strong> métier ou d’entreprise en 2010 commeen 2011.> Bouygues Immobilier a lancé en 2011un challenge <strong>de</strong> cooptation portant sur<strong>de</strong>s profils touchant le cœur du métier :développeur foncier, chargé <strong>de</strong> maîtrised’ouvrage technique et <strong>de</strong> responsable <strong>de</strong>programme, dotés d'au moins trois ansd'expérience. Une campagne <strong>de</strong> recrutementa aussi été mise en place sur le sitewww.<strong>de</strong>spersonnalitesengagees.comBouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeFrance 53 2 909 393 2 998 677 2 230 9 260 6 559 6 024Cadres 31 1 205 254 413 408 460 2 771 1 819 1 619Etam 22 1 003 139 863 269 1 770 4 066 2 855 2 586Compagnons - 701 - 1722 - - 2 423 1 885 1 819International - 8 785 14 2 713 64 1 11 577 16 482 16 415Encadrement - 2 352 14 827 64 1 3 258 3 278 3 944Compagnons - 6 433 - 1 886 - - 8 319 13 204 12 471France + International 53 11 694 407 5 711 741 2 231 20 837 23 041 22 439Intérimaires / intermittentsPérimètre : FranceNombre d'intérimaires/intermittents(en équivalent temps plein)Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total Groupe2 3 218 31 5 737 355 223 9 566 8 757 7 344StagiairesPérimètre : FranceNombre <strong>de</strong> stagiairesaccueillis dans l'annéeHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total Groupe20 2 392 181 1 648 391 499 5 131 5 045 4 770<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 35


Effectifs par zone géographiquePérimètre : mon<strong>de</strong>Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009 bTotal GroupeFrance a 342 23 091 1 515 38 338 3 818 9 866 76 970 75 658 76 427Europe (hors France) 6 6 683 68 10 046 278 - 17 081 18 906 21 109Afrique et Moyen-Orient - 8 706 - 8 128 8 - 16 842 18 166 16 895Amérique du Nord - 449 - 5 090 2 2 5 543 5 051 4 534Amérique centrale / du Sud - 943 - - - - 943 687 843Asie-Pacifique - 12 146 - 1 284 16 2 13 448 14 988 14 163International 6 28 927 68 24 548 304 4 53 857 57 798 57 544France + International 348 52 018 1 583 62 886 4 122 9 870 130 827 133 456 133 971(a) France métropolitaine et outre-mer (b) après cession en octobre 2009 <strong>de</strong> Finagestion (6 400 collaborateurs environ, basés essentiellement en Afrique)Favoriser l’épargne salariale"Le plan d’épargne en actions Bouygues favorisel’actionnariat <strong>de</strong>s salariés <strong>de</strong> façon à permettreaux collaborateurs <strong>de</strong> <strong>de</strong>venir actionnaires <strong>de</strong>Bouygues, d’être ainsi directement intéressés etimpliqués dans la bonne marche du Groupe et <strong>de</strong>se constituer une épargne à moyen terme dans<strong>de</strong>s conditions attractives."Au travers <strong>de</strong>s fonds communs <strong>de</strong> placement, lescollaborateurs sont collectivement les premiersactionnaires du groupe Bouygues.Après l’offre publique <strong>de</strong> rachat d’actions Bouygues(OPRA) d’octobre 2011, les collaborateurs détiennent,au 31 décembre 2011, 23,3 % du capital, cequi constitue un cas unique au sein du CAC 40.Les différents outils d’épargne salariale proposésaux collaborateurs sont tous assortis <strong>de</strong>mécanismes <strong>de</strong>stinés à amortir les fluctuationsboursières.Le portefeuille moyen <strong>de</strong>s 87 549 adhérents auplan d’épargne d'entreprise Bouygues est <strong>de</strong>8 619 euros (valeur <strong>de</strong> l’action au moment du calcul :24,345 euros au 31 décembre 2011).Épargne salariale dans les métiers> Bouygues Construction a développé<strong>de</strong>s solutions d’actionnariat salariédans certains pays à <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>scollaborateurs locaux. Ainsi, l’Angleterre,la Suisse et Hong Kong bénéficient <strong>de</strong>modèles proches du Plan d’épargneentreprise (achat d’actions Bouyguesavec abon<strong>de</strong>ment <strong>de</strong> l’entreprise).> Colas a développé dans sa filiale suisseun mo<strong>de</strong> d’actionnariat <strong>de</strong>s salariés.> Au 31 décembre 2011, 6,2 % du capital<strong>de</strong> TF1, qui possè<strong>de</strong> son propre Pland’épargne entreprise, est détenu par sessalariés.Abon<strong>de</strong>ment au Plan d'épargne d'entreprise (PEE)Périmètre : France(en milliers d'euros)Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeTotal abon<strong>de</strong>ment PEE brut 690 33 721 2 499 22 867 8 352 18 146 86 275 83 615 81 774Pour Bouygues, l’abon<strong>de</strong>ment à ce plan d’épargne d'entreprise est <strong>de</strong> 200 % <strong>de</strong>s versements jusqu’à 300 euros par an, 100 % entre 301 et 1 920 euros, 50 % entre 1 921 et 4 200 euros.Pour TF1, l’abon<strong>de</strong>ment est <strong>de</strong> 200 % <strong>de</strong>s versements jusqu’à 300 euros par an et <strong>de</strong> 100 % entre 301 et 3 450 euros.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 36


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesPrivilégier la promotion interne"Les collaborateurs gar<strong>de</strong>nt confiance dansl’entreprise quand nous savons reconnaître leurmérite et favoriser leur développement professionnelpar une politique <strong>de</strong> promotion et <strong>de</strong> mobilitéinterne volontaire. En toute occasion, un bon équilibreentre recrutements externes et promotionsinternes renforce la motivation <strong>de</strong>s collaborateurstout en apportant <strong>de</strong> nouvelles compétences et enfaisant évoluer nos métho<strong>de</strong>s <strong>de</strong> travail."Afin <strong>de</strong> soutenir la motivation <strong>de</strong>s collaborateurs,les métiers veillent à maintenir une priorité auxpromotions internes par rapport aux recrutementsextérieurs.Chaque métier dispose d'un responsable <strong>de</strong>sRessources humaines en charge <strong>de</strong> la mobilité,<strong>de</strong> comités Carrières <strong>de</strong>stinés à échanger sur leparcours <strong>de</strong>s collaborateurs, ainsi que sur lespostes à pourvoir.En complément <strong>de</strong> l'Institut du managementBouygues (IMB) et <strong>de</strong> son cycle international, tousles métiers ont <strong>de</strong>s cursus <strong>de</strong> formation et d'accompagnementà <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s managers, enpartenariat avec <strong>de</strong>s gran<strong>de</strong>s écoles, comprenantsouvent <strong>de</strong>s voyages d'étu<strong>de</strong>.Des dispositifs <strong>de</strong> valorisation professionnelleexistent par ailleurs pour plusieurs catégories<strong>de</strong> collaborateurs (ordre <strong>de</strong>s compagnons duMinorange, cercle <strong>de</strong>s chargés <strong>de</strong> clientèle, etc.).Créé en 1963 par Francis Bouygues pour valoriserles métiers du bâtiment, l’ordre <strong>de</strong>s compagnons duMinorange et ses déclinaisons par métier comptent2 174 membres au sein <strong>de</strong> 25 ordres. Ces ordrespermettent aux directions générales <strong>de</strong>s entités duGroupe <strong>de</strong> mettre en valeur les meilleurs compagnonset d’avoir avec eux <strong>de</strong>s échanges régulierssur la vie <strong>de</strong> l’entreprise.Promotion internedans les métiers> Bouygues Construction organiserégulièrement au sein <strong>de</strong> l’ensemble<strong>de</strong> ses entités <strong>de</strong>s événements(déjeuners, conventions, remises <strong>de</strong>diplômes, réunions <strong>de</strong> travail) quipermettent un échange direct entreles compagnons du Minorange etles directions générales.À l’international, les ordres <strong>de</strong>compagnonnage sont déclinés surle modèle <strong>de</strong> l’ordre du Minorangeau niveau local. Ainsi, <strong>de</strong>puis 2010,Bouygues Turkmen a officialisé lacréation <strong>de</strong> l’ordre Kopet Dag.> Colas a mené dans sa filialemarocaine <strong>de</strong>s actions spécifiques<strong>de</strong> détection et d’accompagnement<strong>de</strong> collaborateurs afin <strong>de</strong> favoriseret <strong>de</strong> promouvoir "l’ascenseursocial" et la mobilité interne <strong>de</strong>stalents locaux.> 86 % <strong>de</strong>s collaborateurs ayantrépondu à l’enquête interne "Bienêtre& performance 2011" <strong>de</strong>Bouygues Immobilier sont satisfaits<strong>de</strong> leur niveau d’autonomie.Pourcentage <strong>de</strong>s effectifs par type <strong>de</strong> contratPérimètre : mon<strong>de</strong>Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeFranceContrats permanents 100,0 % 96,4 % 93,9 % 97,6 % 92,8 % 94,4 % 96,5 % 96,9 % 96,3 %Contrats temporaires a - 3,6 % 6,1 % 2,4 % 7,2 % 5,6 % 3,5 % 3,1 % 3,7 %InternationalContrats permanents 100,0 % 92,0 % 97,1 % 89,2 % 88,2 % 100,0 % 90,7 % 89,5 % 85,5 %Contrats temporaires a - 8,0 % 2,9 % 10,8 % 11,8 % 0,0 % 9,3 % 10,5 % 14,5 %France + InternationalContrats permanents 100,0 % 93,9 % 94,1 % 94,3 % 92,4 % 94,4 % 94,1 % 93,7 % 91,4 %Contrats temporaires a - 6,1 % 5,9 % 5,7 % 7,6 % 5,6 % 5,9 % 6,3 % 8,6 %(a) intérimaires et intermittentsCollaborateurs ayant bénéficié d'une promotion aPérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeCadres 14 % 16 % 16 % 9 % 15 % 10 % 13 % 12 % 10 %Etam 16 % 16 % 19 % 8 % 12 % 14 % 12 % 10 % 10 %Compagnons - 12 % - 4 % - - 6 % 8 % 10 %Total 15 % 14 % 17 % 6 % 14 % 12 % 10 % 10 % 10 %(a) changement <strong>de</strong> qualification<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 37


Équité"Toutes nos actions <strong>de</strong> relations humaines, notammentle recrutement, la promotion, la formation, larémunération et éventuellement la sanction fontl’objet d’explications aux intéressés. L’informationest la meilleure garantie du caractère équitable <strong>de</strong>notre démarche."Conserver la dynamique<strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> rémunération"La politique <strong>de</strong> promotion et <strong>de</strong> rémunérationest un facteur essentiel d’équité. Elle stimule laréalisation <strong>de</strong>s objectifs individuels <strong>de</strong> développement.La promotion et la rémunération <strong>de</strong> chaquecollaborateur dépen<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> ses performances,<strong>de</strong> son potentiel, et <strong>de</strong> sa valeur sur le marchéen fonction <strong>de</strong> l’offre interne et externe. Quelleque soit l’évolution <strong>de</strong>s marchés, une politiquesalariale dynamique est l’un <strong>de</strong>s meilleurs garants<strong>de</strong> succès."La politique salariale du Groupe est un levieressentiel pour attirer, motiver et fidéliser les collaborateurs.Dynamique et individualisée, elle s’appuieaussi bien sur <strong>de</strong>s données extérieures (différentielpositif avec l’inflation, positionnement attractif surle marché <strong>de</strong> l’emploi) que sur la valorisation <strong>de</strong>sperformances économiques <strong>de</strong> l’entreprise.Des budgets spécifiques sont dégagés pour l’augmentation<strong>de</strong>s plus bas salaires, ainsi que pour l’homogénéisation<strong>de</strong>s rémunérations entre les hommeset les femmes.La rémunération est accompagnée d’avantagescomplémentaires : intéressement, protection socialecomplémentaire, Perco, treizième mois, abon<strong>de</strong>ments,activités sociales et culturelles. En France,les comités d’entreprise <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s entités duGroupe organisent ainsi, par exemple, <strong>de</strong>s voyagesPerco : Plan d'épargne retraite collectif (voir aussi le glossaire p. 300-307)et arbres <strong>de</strong> Noël, subventionnent les repas aurestaurant d’entreprise, mettent à disposition <strong>de</strong>scollaborateurs <strong>de</strong>s équipements sportifs, etc.Plusieurs métiers rassemblent ces éléments dans undocument intitulé "Le bilan social individualisé" dontl’objectif est <strong>de</strong> permettre à chaque collaborateurd’apprécier sa rémunération globale.Salaires annuels moyens par statut en 2011Périmètre : France(en euros)Cadres(hors cadres dirigeants)Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilier*ColasTF1BouyguesTelecom78 534 56 949 55 478 51 717 53 196 55 393Etam 31 999 30 722 28 348 30 508 36 683 25 659Compagnons - 25 337 - 23 110 - -(*) hors ven<strong>de</strong>ursMontants intéressement*, participation*Périmètre : France(en milliers d'euros)Holdinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeIntéressement 664 18 649 2 880 3 160 15 653 28 726 69 732 52 087 49 736Participation 45 24 616 5 632 15 256 7 439 24 119 77 107 77 408 94 346Total 709 43 265 8 512 18 416 23 092 52 845 146 839 129 495 144 082(*) sommes versées en 2011 au titre <strong>de</strong> 2010Politiques <strong>de</strong> rémunération dans les métiers> La politique <strong>de</strong> rémunération etles grilles <strong>de</strong> Bouygues Construction,positionnées bien au-<strong>de</strong>ssus <strong>de</strong>s minimasconventionnels, portent une attention touteparticulière à la revalorisation <strong>de</strong>s bassalaires, notamment Etam et compagnons(souvent par la fixation d’un montantd’augmentation individuelle minimum).> Un nouvel accord d'intéressement 2011-2013 a été signé par TF1 le 27 juin 2011.En 2011, le montant brut moyen <strong>de</strong> la primed'intéressement était <strong>de</strong> 3 260 euros parcollaborateur (venant s’ajouter au montantbrut moyen <strong>de</strong> 1 542 euros au titre <strong>de</strong> laparticipation).À TF1, les augmentations individuellesont été en moyenne <strong>de</strong> 2,5 %, avec uneenveloppe supplémentaire <strong>de</strong> 1 % pour lescollaborateurs dont le salaire est inférieurou égal à 2 600 euros bruts.> L’augmentation moyenne <strong>de</strong> salaire chezBouygues Telecom a été <strong>de</strong> 3,83 %.> Le 8 juin 2010, la direction générale<strong>de</strong> Colas et quatre organisationssyndicales ont signé un accord triennald’intéressement s’appliquant aux filialesmétropolitaines. Suite à cet accord, uneprime d'intéressement a été versée en 2011au titre <strong>de</strong> 2010 à 9 417 collaborateurs.> Bouygues Immobilier a souhaité porteren 2011 une attention particulière auxpersonnes ayant un salaire inférieurà 1 870 euros en garantissant uneaugmentation minimale <strong>de</strong> 2,1 %, maiségalement aux collaboratrices <strong>de</strong> retour<strong>de</strong> congé maternité, aux collaborateursconcernés par une mobilité ou unchangement <strong>de</strong> hiérarchie au cours <strong>de</strong>l’année. En juin 2011, Bouygues Immobiliera signé avec les partenaires sociaux unavenant à son accord d’intéressementintégrant un nouveau critère qualitatif,"mieux satisfaire ses clients", entrant dansle cadre du développement durable.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 38


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesAssurer l’égalité <strong>de</strong>s chances"L’équité dans le traitement <strong>de</strong> tous, sans distinction<strong>de</strong> sexe, origine ethnique, religion ouconvictions, handicap, âge, orientation sexuelle ounationalité est une obligation morale universelleet une priorité pour les collaborateurs du Groupe.Chacun doit considérer l’autre dans sa dignitéd’être humain. Le succès <strong>de</strong> nos activités reposesur notre créativité, fruit <strong>de</strong> la pluralité <strong>de</strong>s sensibilitésau sein <strong>de</strong> nos équipes. La diversité estdonc une richesse pour l’entreprise."Dotés d’un responsable Diversité, tous les métiers<strong>de</strong> Bouygues ont poursuivi leurs nombreusesdémarches en faveur <strong>de</strong> la diversité et <strong>de</strong> l’équité<strong>de</strong> traitement pour tous. Celles-ci s'inscrivent dansquatre domaines : le handicap, l’égalité entre leshommes et les femmes, l’insertion et la gestion <strong>de</strong>sâges. TF1 et Bouygues Telecom sont titulaires dulabel Diversité <strong>de</strong>puis respectivement décembre2010 et juin 2011.HandicapLa politique du handicap est désormais bien structuréedans tous les métiers, avec <strong>de</strong>s responsablespour son animation, <strong>de</strong>s formations pour les collaborateurs<strong>de</strong> l’encadrement et <strong>de</strong> la direction <strong>de</strong>sRessources humaines. Grâce à <strong>de</strong>s campagnes<strong>de</strong> sensibilisation internes et externes (y comprisCollaborateurs handicapésPérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionprofessionnalisation <strong>de</strong>s travailleurs handicapésdans les secteurs d’activités du Groupe), les achatsauprès <strong>de</strong>s entreprises spécialisées d’ai<strong>de</strong> parle travail (Esat) ou entreprises adaptées (EA) ontpartout augmenté dans <strong>de</strong> très larges proportions.Des politiques favorisent le maintien dans l’emploi<strong>de</strong>s collaborateurs handicapés du Groupe etBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom<strong>de</strong>s aménagements <strong>de</strong> leur temps <strong>de</strong> travail sontpratiqués pour leur permettre <strong>de</strong> faire face à leursobligations spécifiques en termes <strong>de</strong> formalitésadministratives.2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeNombre <strong>de</strong> collaborateurshandicapés (CDI + CDD) a 4 793 19 876 71 234 1 997 1 838 1 638Nombre <strong>de</strong> collaborateurshandicapés recrutés- 81 8 24 13 38 164 87 148(CDI + CDD) aChiffre d'affaires réaliséavec les Esat b ou EA c4 156 € 1 574 230 € 382 000 € 904 655 € 319 432 € 1 368 000 € 4 552 473 € 4 386 332 € 2 877 974 €(a) contrat à durée indéterminée et à durée déterminée (b) entreprises spécialisées d'ai<strong>de</strong> par le travail (c) entreprises adaptéesÉgalité <strong>de</strong>s chances dans les métiers> Depuis quatre ans, la formation "Égalité<strong>de</strong>s chances", déployée par BouyguesConstruction University, a permis <strong>de</strong>former 400 managers et responsables <strong>de</strong>sRessources humaines à la lutte contre lesdiscriminations et la notion <strong>de</strong> stéréotypes.De plus, en 2011, cette formation estégalement déclinée auprès <strong>de</strong>s comités <strong>de</strong>direction <strong>de</strong>s différentes structures.> Bouygues Telecom a déployé le module<strong>de</strong> e-learning "Promotion <strong>de</strong> la diversité"pour l’encadrement.> 400 managers <strong>de</strong> TF1 ont participé àune formation d’une journée à l’égalité <strong>de</strong>schances et à la non-discrimination.> Colas a diffusé aux 35 000 collaborateursmétropolitains une plaquetteDiversité présentant le contenu <strong>de</strong> sapolitique.> Bouygues Immobilier a lancéen novembre 2011 une action <strong>de</strong>sensibilisation sous la forme d’un learninggame, intitulé "Diversité & performance",afin <strong>de</strong> confronter les collaborateursà leurs préjugés quant à la place <strong>de</strong>sfemmes, <strong>de</strong>s seniors et <strong>de</strong>s collaborateurshandicapés dans l’entreprise. Cette action<strong>de</strong>vient désormais une étape du parcoursd’intégration.Politique du handicap dans les métiers> À l’international, Bouygues Constructionest engagé <strong>de</strong>puis plusieurs années dansl’insertion <strong>de</strong>s travailleurs en situation <strong>de</strong>handicap et dans le maintien dans l’emploi<strong>de</strong> ses collaborateurs. La volonté <strong>de</strong> mettreen place une véritable politique handicaps’est concrétisée par la réalisationd’un diagnostic effectué par un cabinetextérieur. L’objectif est <strong>de</strong> sensibiliser lescollaborateurs et d’inciter les Directionsà se mobiliser dans ce sens dans chacun<strong>de</strong>s pays.> Au titre <strong>de</strong> son accord Handicap,Bouygues Immobilier prend en chargecomplètement les cotisations au régimesanté <strong>de</strong> ses collaborateurs reconnus ensituation <strong>de</strong> handicap. De plus, un réseau<strong>de</strong> correspondants Handicap a été créédans les établissements.> Colas, par la convention qu’il a signéeavec l’Agefiph, s’est engagé à intégrer120 travailleurs handicapés sur <strong>de</strong>ux ans.Agefiph : Association <strong>de</strong> gestion du fonds pour l'insertion professionnelle <strong>de</strong>s personnes handicapées<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 39


Égalité homme-femmeL’égalité <strong>de</strong> traitement entre les hommes et lesfemmes est un objectif partagé par toutes les entitésdu Groupe. L’homogénéisation <strong>de</strong>s rémunérationsest favorisée par l’introduction d’enveloppes spécifiquesau moment <strong>de</strong>s négociations salariales.La proportion <strong>de</strong> collaboratrices diffère fortementselon les branches d’activité. Le secteur <strong>de</strong> laconstruction a toujours été majoritairement masculin.L’enjeu pour Bouygues Construction et Colas estd’augmenter leur attractivité auprès <strong>de</strong>s candidatesà l’embauche, et ces entreprises mènent <strong>de</strong>scampagnes <strong>de</strong> communication au sein du mon<strong>de</strong>universitaire et scolaire.Toutes les entreprises du Groupe ont dressé un état<strong>de</strong>s lieux <strong>de</strong> la place <strong>de</strong>s femmes dans le managementet entrepris <strong>de</strong>s actions pour l'améliorer.Répartition homme-femmePérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstruction> Afin <strong>de</strong> s’assurer qu’à poste équivalent,les femmes et les hommes sont rémunérés<strong>de</strong> la même manière, Bouygues Immobilierétudie tous les ans les éventuels écarts.Au sein <strong>de</strong> sa filière Programme (cœur<strong>de</strong> métier <strong>de</strong> l’entreprise), 0,3 % <strong>de</strong> lamasse salariale a été dédié à l’égalité<strong>de</strong> rémunération entre les femmes et leshommes. L’augmentation moyenne <strong>de</strong>la rémunération <strong>de</strong>s femmes ayant euun congé maternité ou d’adoption dansl’année a été <strong>de</strong> 3,6 %, soit 0,3 % <strong>de</strong> plusque l’enveloppe moyenne. Afin d’anticiperl’impact <strong>de</strong> ces absences, BouyguesImmobilier a mis en place <strong>de</strong>s entretiens <strong>de</strong>départ et <strong>de</strong> retour <strong>de</strong> congé maternité oud’adoption. Le manager et la collaboratricey abor<strong>de</strong>nt la question <strong>de</strong> la reprise <strong>de</strong>smissions pendant l’absence et les éventuelsaménagements à prévoir.La parité progresse chez BouyguesImmobilier, les femmes représentant plus<strong>de</strong> 36 % <strong>de</strong> sa population cadre, contre32 % dans l’ensemble <strong>de</strong> la profession.> Bouygues Construction ouvre aux femmestous les postes <strong>de</strong> l’entreprise et encouragele développement <strong>de</strong>s potentiels fémininsinternes à <strong>de</strong>s postes <strong>de</strong> management et <strong>de</strong>direction. Un comité "Place <strong>de</strong>s femmes"BouyguesImmobilierColasTF1a été créé au sein duquel a été nomméun représentant <strong>de</strong> chaque entité. Un pland’actions a été proposé aux entités afin <strong>de</strong>sensibiliser les collaborateurs au sujet et<strong>de</strong> faciliter l’évolution <strong>de</strong>s mentalités et <strong>de</strong>spratiques.> Bouygues Telecom a mis en place unplan d’action "Femmes et management"comprenant un programme <strong>de</strong> mentoring, lacréation d’un réseau féminin "Bouygt’Elles"et <strong>de</strong>s ateliers <strong>de</strong> sensibilisation <strong>de</strong>smanagers.> 0,3 % <strong>de</strong> la masse salariale <strong>de</strong> TF1 a étéconsacré à l'égalité professionnelle entreles femmes et les hommes. Le salaire <strong>de</strong>l'ensemble <strong>de</strong>s femmes, dont le congématernité a débuté pendant l'année, a étéaugmenté <strong>de</strong> 2,5 %.> En juin 2011, le prési<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> Colas aadressé un courrier à tous les managersleur <strong>de</strong>mandant d’intégrer et <strong>de</strong> promouvoirdavantage <strong>de</strong> femmes dans tous les métierset fonctions. Trois mesures doivent êtremises en œuvre : accentuer le recrutement<strong>de</strong>s femmes, veiller à l’équité salariale etorganiser les horaires <strong>de</strong> réunion pour unmeilleur équilibre entre vie familiale et vieprofessionnelle.BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeFemmes dans l'effectif 33,9 % 16,7 % 48,7 % 8,4 % 47,9 % 47,0 % 18,7 % 17,9 % 18,2 %Femmes cadres a 31,8 % 21,7 % 36,6 % 12,9 % 46,1 % 34,3 % 26,0 % 25,2 % 23,8 %Femmes etam a 37,7 % 31,4 % 78,5 % 23,3 % 54,4 % 58,4 % 35,9 % 35,3 % 35,9 %Femmes compagnons a - 0,8 % - 0,8 % - - 0,8 % 0,6 % 0,6 %Femmes managers b 20,0 % 7,8 % 26,9 % 6,7 % 35,5 % 19,5 % 12,6 % 11,2 % -(a) sur l'effectif total du statut concerné (b) sur l'effectif <strong>de</strong>s collaborateurs ayant un statut supérieur ou égal à chef <strong>de</strong> serviceEpi<strong>de</strong> : Établissement public d'insertion <strong>de</strong> la DéfenseÉgalité homme-femme dans les métiersInsertionL’insertion dans les effectifs <strong>de</strong> personnes venant<strong>de</strong> tous horizons sociaux et culturels est pratiquéed’une façon intensive et <strong>de</strong>puis plusieurs années ausein <strong>de</strong>s métiers <strong>de</strong> la construction. D’une manièreplus générale, elle est une composante essentielle<strong>de</strong>s politiques <strong>de</strong> diversité <strong>de</strong> tous les métiers.Politique d’insertiondans les métiers> TF1 a accueilli en 2011 laquatrième promotion <strong>de</strong> safondation : 12 jeunes issus <strong>de</strong>squartiers sensibles sont souscontrat pendant <strong>de</strong>ux ans etbénéficient d’une formationadaptée.> Comme les années précé<strong>de</strong>ntes,l’ensemble <strong>de</strong>s entités <strong>de</strong>Bouygues Construction mène untrès grand nombre d’opérationsd’insertion avec plusieurs dizaines<strong>de</strong> partenaires (Epi<strong>de</strong>, soustraitants,agences d’intérim, régies<strong>de</strong> quartier, structures localesd’insertion, collèges,associations, etc.).À l’international, il est à noter queles filiales britanniques mènentégalement <strong>de</strong>s actions d’insertion.> En décembre 2011, BouyguesImmobilier a signé uneconvention <strong>de</strong> partenariat en vued’accompagner le développement<strong>de</strong> l’École <strong>de</strong> la <strong>de</strong>uxième chance<strong>de</strong>s Hauts-<strong>de</strong>-Seine, qui accueille<strong>de</strong>s jeunes sortis du systèmescolaire.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 40


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesGestion <strong>de</strong>s âgesDes accords seniors ont été signés dans tous lesmétiers, donnant lieu à <strong>de</strong>s actions en faveur <strong>de</strong> cescollaborateurs. La transmission <strong>de</strong> leur savoir estfavorisée par le tutorat, notamment dans le cadre<strong>de</strong>s contrats d’apprentissage et <strong>de</strong> professionnalisation(plus <strong>de</strong> 2 000 tuteurs dans le Groupe).Gestions <strong>de</strong>s âgesdans les métiers> Le comité Gestion <strong>de</strong>s âges <strong>de</strong>Bouygues Construction a menéune réflexion globale et a proposéfin 2011 un plan d’actions autour<strong>de</strong> quatre thématiques : la gestionet le transfert <strong>de</strong>s compétences,l’employabilité (rémunération etmobilité), la santé et les conditions<strong>de</strong> travail (pénibilité et protection<strong>de</strong> la santé), l’accompagnementvers la retraite (activité en fin <strong>de</strong>carrière, prévoyance, gestion <strong>de</strong>sdéparts en retraite).Âge et anciennetés moyensPérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeÂge moyen 39 39 39 40 39 34 39 39 39Ancienneté moyenne 10 10 8 12 10 7 10 11 10Répartition <strong>de</strong>s effectifs par tranche d’âgePérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe< 25 ans 4,7 % 8,8 % 5,5 % 7,6 % 4,8 % 11,9 % 8,4 % 8,1 %25-34 ans 37,1 % 32,9 % 33,5 % 24,9 % 33,2 % 42,4 % 30,4 % 30,2 %35-44 ans 25,7 % 26,0 % 31,5 % 27,9 % 34,7 % 35,7 % 28,7 % 29,6 %45-54 ans 19,6 % 23,6 % 20,9 % 28,1 % 21,4 % 8,6 % 23,6 % 23,1 %55 ans et plus 12,9 % 8,6 % 8,6 % 11,5 % 5,9 % 1,5 % 8,9 % 9,0 %<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 41


Investir dans la formation"Dans l’entreprise, chacun bénéficie <strong>de</strong> l’information,du dialogue et du conseil, points cléspour assurer l’égalité <strong>de</strong>s chances, ouvrir lesperspectives d’évolution et accroître le potentiel<strong>de</strong> chacun. Les parcours <strong>de</strong> formation permettent<strong>de</strong> développer le professionnalisme, la capacitéd’adaptation et le sens <strong>de</strong> l’innovation <strong>de</strong>s collaborateurs.Ils participent à l’égalité <strong>de</strong>s chances."Les métiers proposent aux collaborateurs unegran<strong>de</strong> diversité <strong>de</strong> formations. Le dynamisme <strong>de</strong>leur politique dans ce domaine se traduit par lapart <strong>de</strong> la masse salariale qui y est consacrée, trèssupérieure aux minimums légaux.Des dispositifs sont en place, en France commeà l'international, pour mettre à niveau la formationinitiale <strong>de</strong>s collaborateurs qui le désirent.Par ailleurs, tous les métiers développent <strong>de</strong>spartenariats visant à ai<strong>de</strong>r <strong>de</strong>s organismes <strong>de</strong>formation initiale dans la mise en place <strong>de</strong>s cursusliés à leur activité.Tout particulièrement, le centre <strong>de</strong> formation d’apprentis(CFA) Gustave Eiffel, soutenu par le Groupe,prépare ses élèves à <strong>de</strong>s examens professionnels<strong>de</strong>s métiers <strong>de</strong> la construction, <strong>de</strong> l’électrotechniqueet du tertiaire allant du CAP au BTS et à la licenceprofessionnelle. 82 % <strong>de</strong>s 192 élèves présentés auxexamens en 2011 les ont passés avec succès. Enoutre, 30 % <strong>de</strong>s apprentis du centre Gustave Eiffeltravaillent dans le groupe Bouygues.Évolution et formation dans les métiers> En 2010, Bouygues Construction àCuba a lancé la formation "Jefe <strong>de</strong> area(chef <strong>de</strong> zone)". Ce module résulte d’unecollaboration entre les responsablesMaîtrise et les professeurs du centre <strong>de</strong>formation <strong>de</strong> Santa Clara du ministère <strong>de</strong>la Construction. Durant cette formation,chaque étudiant est suivi individuellementpar un tuteur.> Le réseau <strong>de</strong>s boutiques <strong>de</strong>Bouygues Telecom (RCBT) poursuit sesprogrammes <strong>de</strong> développement et <strong>de</strong>professionnalisation via son école <strong>de</strong> vente,comprenant l'obtention d'une licence<strong>de</strong> commerce "Management <strong>de</strong> point <strong>de</strong>vente".> Chez Colas, plus <strong>de</strong> 50 % <strong>de</strong>s heures <strong>de</strong>formation sont dédiées aux compagnons.> Chaque année, près <strong>de</strong> 70 % <strong>de</strong>scollaborateurs <strong>de</strong> Bouygues Immobilier,dont l'université d'entreprise propose unecentaine <strong>de</strong> stages, ont bénéficié d'aumoins une action <strong>de</strong> formation.FormationPérimètre : FrancePart <strong>de</strong> la masse salarialeconsacrée à la formationNombre moyen <strong>de</strong> jours<strong>de</strong> formation par salariéet par an(a) estimationsHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011 aTotal Groupe2010Total Groupe2009Total Groupe2,8 % 4,9 % 2,2 % 4,7 % 2,6 % 5,8 % 4,5 % 4,1 % 4,59 %2,24 2,49 2,07 2,41 2,86 4,75 2,77 2,96 2,99Contrats en alternance aPérimètre : FranceHoldinget diversBouyguesConstructionBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom2011Total Groupe2010Total Groupe2009Total GroupeNombre <strong>de</strong> contratsd'apprentissage2 551 24 634 29 181 1 343 1 421 1 366Nombre <strong>de</strong> contrats<strong>de</strong> professionnalisation1 166 19 306 67 380 1 109 939 795Total 3 717 43 940 96 561 2 452 2 360 2 161(a) présents au 31 décembre 2011<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 42


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesLA DÉMARCHEENVIRONNEMENTALEBouygues reconnaît les impacts environnementaux<strong>de</strong> ses activités et met en place <strong>de</strong>s actions afin<strong>de</strong> les limiter, notamment en utilisant la certificationIso 14001. Le Groupe tente <strong>de</strong> diminuer sa consommation<strong>de</strong> ressources naturelles et d'énergie, réduireses déchets et ses émissions <strong>de</strong> CO 2, évaluer etrestreindre ses impacts sanitaires et toxicologiques,et préserver la biodiversité.Stratégie énergie / carboneLe Groupe a la conviction que le changement climatiqueet la raréfaction <strong>de</strong>s énergies fossiles vontavoir <strong>de</strong>s conséquences sur l’ensemble <strong>de</strong> l’économiemondiale : augmentation <strong>de</strong>s coûts, évolution<strong>de</strong>s réglementations et <strong>de</strong> la fiscalité. Avec la volontéd’être un acteur responsable, Bouygues a i<strong>de</strong>ntifiéles risques et opportunités liés à ces thématiqueset a défini une stratégie énergie / carbone commeune <strong>de</strong>s priorités <strong>de</strong> sa politique RSE.Bouygues est aussi partenaire et membre actif<strong>de</strong> The Shift Project, association qui s’appuie surun réseau pluridisciplinaire d’experts et d’acteurséconomiques reconnus pour leur compétenceen matière d’énergie et <strong>de</strong> climat. Ce comité <strong>de</strong>réflexion met en place <strong>de</strong>s propositions issuesd’étu<strong>de</strong>s ou <strong>de</strong> synthèses économiques et scientifiques.Par souci <strong>de</strong> transparence, le Groupe répond <strong>de</strong>puistrois ans au questionnaire du Carbon DisclosureProject, principale source <strong>de</strong> données sur lesentreprises face au changement climatique dansle mon<strong>de</strong>. Cette année, pour la première fois, latransparence du Groupe a été reconnue avec unscore <strong>de</strong> 53/100 permettant désormais à Bouyguesd’être évalué sur la performance <strong>de</strong> sa stratégie.Afin <strong>de</strong> mesurer les impacts <strong>de</strong> ses activités et <strong>de</strong>mettre en œuvre les actions <strong>de</strong> réduction prioritaires,le Groupe a fait en 2011 un premier exercice volontaire<strong>de</strong> consolidation <strong>de</strong> ses émissions <strong>de</strong> gaz àeffet <strong>de</strong> serre pour l’ensemble <strong>de</strong> ses métiers. Ontété calculées :> les émissions directes et indirectes <strong>de</strong>s énergiesnécessaires à son activité (scope 1 : énergiesfossiles, carburants ; scope 2 : électricité) ;> les autres émissions indirectes (scope 3 : déplacements<strong>de</strong> personnes, matériaux – acier, béton,bitume – et services intrants, fret, amortissement<strong>de</strong>s équipements et traitement <strong>de</strong>s déchets).Les émissions d’utilisation <strong>de</strong>s produits vendusn’ont été estimées que par certaines filiales et nepeuvent être consolidées.INTENSITÉ CARBONE DU GROUPEMoyenne Groupe : 500 t CO 2/MeEn tonnes équivalents CO 2par million d'euros <strong>de</strong> chiffre d'affaires320BouyguesConstruction170BouyguesImmobilier98050140Colas TF1 BouyguesTelecomIntensité en carbone : rapport <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> CO 2à la production <strong>de</strong>l'entreprise (définition Insee)ÉVALUATION CONSOLIDÉE DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DU GROUPETotal Groupe : 16,6 Mt éq. CO 2En millions <strong>de</strong> tonnes équivalent CO 2, en 2011Énergie2,0Scope 10,4Scope 214,2Scope 3DéchetsImmobilisationsDéplacementsFretIntrantsScope : Selon la norme Iso 14064, les scopes correspon<strong>de</strong>nt aux périmètres opérationnels selon lesquels une organisation calcule ses émissions <strong>de</strong>gaz à effet <strong>de</strong> serre."Décarboner" l’économie, c’est développer ses activités tout en émettant moins.SCOPE 1Le groupe Bouygues met en place plusieurs types d’actions afin <strong>de</strong> réduire sa consommation <strong>de</strong> carburants : programme <strong>de</strong>sensibilisation à l’éco-conduite dispensé aux collaborateurs, engins <strong>de</strong> chantiers contrôlés, constitution d’une flotte d’une trentaine <strong>de</strong>voitures électriques en auto-partage et <strong>de</strong> près <strong>de</strong> 500 véhicules utilitaires électriques.SCOPE 2Le management <strong>de</strong> l’énergie est un enjeu majeur. La mise au point par ETDE (filiale <strong>de</strong> Bouygues Construction) d’un logiciel <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong> la performance énergétique <strong>de</strong>s bâtiments, Hypervision ® , en est une <strong>de</strong>s illustrations. Le Groupe utilise <strong>de</strong> façon volontaireles nouvelles normes en vigueur en matière d’efficience énergétique.SCOPE 3La majeure partie <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> CO 2du Groupe est liée aux produits et services intrants : béton, acier, enrobés, téléphones,services. Les leviers d’actions portent, en interne, sur l’innovation permettant <strong>de</strong> travailler plus efficacement et, en externe, sur lespartenariats avec <strong>de</strong>s fournisseurs (par exemple, Thermedia ® , béton bas carbone développé avec Lafarge).Énergie : émissions liées à la consommation d’énergie <strong>de</strong>s bâtiments, <strong>de</strong>s engins <strong>de</strong> chantier, etc. (pétrole, gaz, électricité, vapeur, etc.)Intrants : émissions liées aux matériaux, consommables et services entrant dans la production <strong>de</strong>s produits et services vendus (béton,acier, granulats, téléphones mobiles, contenus audiovisuels, etc.)Déplacements : émissions liées à tous les mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> transports <strong>de</strong> personnes (avion, train, voiture) nécessaires à l’activité (y compris letransport domicile - travail)Fret : émissions liées à la chaîne logistique amont et aval (par exemple, livraison par les fournisseurs <strong>de</strong> granulats, <strong>de</strong> béton, etc.)Immobilisations : émissions <strong>de</strong> fabrication <strong>de</strong>s infrastructures et biens durables réparties sur la durée d’utilisation (immeubles <strong>de</strong> bureaux,engins <strong>de</strong> chantier, serveurs informatiques, etc.)Déchets : émissions liées au traitement <strong>de</strong> fin <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s déchets (recyclage, mise en décharge, incinération, etc.)Voir aussi la note méthodologique <strong>de</strong> reporting au chapitre "Informations complémentaires" <strong>de</strong> ce document<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 43


Les solutions "bas carbone"La stratégie énergie / carbone ne concerne pas queles processus internes. Le Groupe s’attache aussià promouvoir <strong>de</strong>s offres <strong>de</strong> produits et services"bas carbone" auprès <strong>de</strong> ses clients. Ces solutionspermettent pendant le cycle <strong>de</strong> vie du produit, <strong>de</strong>la production à l’utilisation, <strong>de</strong> générer <strong>de</strong>s réductions<strong>de</strong> CO 2et <strong>de</strong>s économies en coût global. Cesoffres sont un avantage compétitif qui permettent àBouygues <strong>de</strong> se différencier <strong>de</strong> ses concurrents sur<strong>de</strong> nombreux projets.En ce qui concerne les infrastructures <strong>de</strong> bâtiment,ces offres concernent la conception et la réalisation<strong>de</strong> bâtiments neufs à énergie positive (tels que lesimmeubles Green Office ® conçus par BouyguesImmobilier), la rénovation ou la construction d’ouvragesou d’immeubles d’habitation labellisésBâtiment basse consommation (BBC) ou encorela mise en place <strong>de</strong> contrats <strong>de</strong> performanceénergétique (CPE) dans <strong>de</strong>s logements sociaux ouimmeubles privés.Pour développer ses éco-variantes bas carbone,chaque filiale a conçu <strong>de</strong>s logiciels spécifiquesadaptés à ses contraintes :> CarbonEco ® . Fondé sur la métho<strong>de</strong> BilanCarbone <strong>de</strong> l’A<strong>de</strong>me, il permet <strong>de</strong> comparerdifférents scenarii <strong>de</strong> conception, d’utilisation et<strong>de</strong> performance d’un bâtiment.> Seve ® . Lancé en juillet 2010, cet outil est issu <strong>de</strong>la réflexion commune <strong>de</strong>s entreprises du secteur<strong>de</strong> la route. Colas l’utilise régulièrement dans sesréponses aux appels d’offres pour proposer <strong>de</strong>séco-variantes.> Carbon’Clap ® . Cet outil permet <strong>de</strong> diminuerl’empreinte écologique <strong>de</strong>s productions audiovisuelles.Siège <strong>de</strong> Bouygues Construction,Challenger est en cours <strong>de</strong> rénovationUtilisation durable<strong>de</strong>s ressourcesLe Groupe cherche <strong>de</strong>s solutions moins consommatricesd’énergie et <strong>de</strong> matières premières pourses activités.Afin <strong>de</strong> travailler sur l’utilisation durable <strong>de</strong>s ressourcesmais aussi sur la manière <strong>de</strong> limiter lesimpacts environnementaux <strong>de</strong>s produits, un comitéGroupe d’éco-conception a été mis en place en2011.Une réflexion est en cours sur la gestion <strong>de</strong> l’eauau sein du Groupe. Plusieurs aspects sont à considérer: développement d’une approche globaledu cycle <strong>de</strong> l’eau, limitation <strong>de</strong>s consommations,exploitation <strong>de</strong>s eaux pluviales, valorisation <strong>de</strong>seaux usées. L’exemple <strong>de</strong> la rénovation du siège <strong>de</strong>Bouygues Construction, Challenger, est révélateur<strong>de</strong> cette démarche. Réduire la consommation d’eauen réutilisant les eaux usées et pluviales est le défiposé au bâtiment en matière <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> l’eau.Important producteur et utilisateur <strong>de</strong> matériaux<strong>de</strong> construction, Colas s’emploie à valoriser et àrecycler, dans la construction routière, les déchetset matériaux déjà utilisés par le BTP ou d’autresindustries. Son activité <strong>de</strong> R&D lui permet <strong>de</strong> développer<strong>de</strong> nouveaux savoir-faire afin d’incorporerune part toujours plus gran<strong>de</strong> <strong>de</strong> matériaux recyclésdans les enrobés.Bouygues Telecom, pour sa part, met en œuvre <strong>de</strong>sactions telles que la dématérialisation <strong>de</strong>s factures,la réduction <strong>de</strong>s packagings, l’éco-conception <strong>de</strong>sboutiques, etc.Prévention <strong>de</strong> la pollutionBouygues prend toutes les mesures nécessairespour respecter la réglementation environnementaleen vigueur et aller au-<strong>de</strong>là en ce qui concerne lalimitation <strong>de</strong>s impacts <strong>de</strong> ses activités, notamment<strong>de</strong>s pollutions <strong>de</strong> toutes sortes (déchets, rejets dansl’air, dans l’eau ou dans les sols).À titre d’exemple, Bouygues et ses filiales collectentet recyclent leur matériel informatique etélectronique. ATF Gaia réalise pour le Groupe le trià proximité <strong>de</strong>s points <strong>de</strong> collecte <strong>de</strong> ses centresagréés, ce qui optimise le bilan carbone dès la priseen charge <strong>de</strong>s équipements. En 2011, le service<strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> fin <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s matériels a permis <strong>de</strong>collecter 20 825 équipements. Sur les 233 tonnes<strong>de</strong> déchets récupérés, 55 % <strong>de</strong>s tonnages ont étédétruits et 45 % ont été réemployés.Fortement consommateur <strong>de</strong> produits électroniques,le pôle Médias et Télécoms est directement concernépar cette action. En outre, en ce qui concerneles produits vendus, Bouygues Telecom a lancé, enjanvier 2010, un service <strong>de</strong> recyclage <strong>de</strong>s mobilesusagés, quels que soient l’opérateur et la marquedu téléphone.Les enjeux les plus importants en termes <strong>de</strong> préservation<strong>de</strong> l’environnement et <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong> la pollutionconcernent les activités du pôle Construction.Ainsi, en 2010, Bouygues Construction a lancé ladémarche Ecosite afin <strong>de</strong> diminuer l’empreinte écologique<strong>de</strong> ses chantiers autour <strong>de</strong> onze thèmes :déchets, produits dangereux, nuisances sonores,air, milieu aquatique, biodiversité, etc. Ce label environnementalinterne intègre les items <strong>de</strong>s standardsenvironnementaux issus <strong>de</strong>s réglementations lesplus exigeantes. De plus, Bouygues Constructiontravaille avec le CSTB sur la mise au point du logicielElodie ® , outil d’analyse <strong>de</strong> cycle <strong>de</strong> vie (ACV) <strong>de</strong>sbâtiments. Il permet d’évaluer la qualité environnementaled’un bâtiment dans son ensemble et sesimpacts sur l’environnement.Sur l’ensemble <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> Colas, seuls trois sontclassés Seveso, dont un en "seuil haut" (l’usine <strong>de</strong>production <strong>de</strong> bitume <strong>de</strong> la Raffinerie <strong>de</strong> Dunkerque,acquise en 2010). Les risques correspondantssont détaillés au chapitre "Facteurs <strong>de</strong> risques" duCSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 44


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesprésent document. Au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> la simple conformitéadministrative, Colas déploie <strong>de</strong>s audits internessur ses sites <strong>de</strong> production afin <strong>de</strong> progressersur ces thèmes. Pionnier dans la suppression <strong>de</strong>composants chimiques indésirables lors <strong>de</strong> lafabrication <strong>de</strong> ses produits, Colas a ainsi défini sixInterviewSylvain Couthier, prési<strong>de</strong>nt d'ATF GaiaEn quoi consistevotre partenariat avecBouygues ?S.C. : Spécialiste <strong>de</strong> lagestion et <strong>de</strong> la reprise<strong>de</strong>s parcs d’équipementsélectroniques etinformatiquesprofessionnels en fin <strong>de</strong>vie, ATF Gaia accompagne<strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ans le groupeBouygues dans toutes lesétapes <strong>de</strong> ce processus.Cette alliance, aux objectifsenvironnementaux etéconomiques, est néed’une véritable volonté<strong>de</strong> la part du groupeBouygues. Lors <strong>de</strong> l’appeld’offres, le Groupecherchait une entreprise enadéquation avec sa cultureet ses valeurs. Il s’est alorstourné vers nous.Comment s’organise cepartenariat ? Que vousapporte-t-il ?La relation est équilibrée.Les <strong>de</strong>ux entités travaillentmain dans la main. Unprocessus d’améliorationcontinue prend encompte les propositions<strong>de</strong> part et d’autre pourtrouver <strong>de</strong>s solutions auxproblématiques qui seposent. Ce partenariat afait grandir notre société.Notre offre évolutives’adapte aux exigences<strong>de</strong> Bouygues, qui serontpeut-être les exigences<strong>de</strong> nos clients <strong>de</strong> <strong>de</strong>main.Pour répondre aux attentes<strong>de</strong> Bouygues et <strong>de</strong> sesmétiers, il a fallu êtreinnovant.Quelles sont les <strong>de</strong>rnièresnouveautés développéesensemble ?D'une part, nous avons misen place un intranet pourBouygues, afin <strong>de</strong> faciliterle suivi <strong>de</strong>s matériels(traçabilité, suppression<strong>de</strong>s données, reporting).Cette interface permet<strong>de</strong> connaître le nombredomaines prioritaires d’actions, dont l’éliminationou la valorisation <strong>de</strong>s huiles usées qui constituentl’essentiel <strong>de</strong> ses déchets dangereux. En 2011, letaux <strong>de</strong> récupération <strong>de</strong>s huiles usées était <strong>de</strong> 67 %au niveau mondial.<strong>de</strong> matériels recyclés,le montant racheté, leséconomies <strong>de</strong> carbonegénérées. Cet intranetsera généralisé à nosautres clients. D’autrepart, un site internetpermettant la venteen ligne d’ordinateursreconditionnés auxcollaborateurs <strong>de</strong>Bouygues est actuellementen phase <strong>de</strong> pilote auprèsd’un nombre restreintd’utilisateurs.BiodiversitéBouygues Construction et ses filiales ont nouéplusieurs partenariats avec <strong>de</strong>s associations impliquéesdans ce domaine, dont Noé Conservation.Sur les projets d’infrastructure, une gran<strong>de</strong> attentionest portée à la préservation <strong>de</strong>s écosystèmes(cf. chapitre "Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers", partieBouygues Construction, du présent document).Colas prend en compte cet enjeu <strong>de</strong>puis <strong>de</strong> nombreusesannées. Loin d’être un désert écologique,ses carrières <strong>de</strong>viennent <strong>de</strong>s niches colonisées par<strong>de</strong>s espèces menacées qui y trouvent refuge etsécurité. Colas s’engage à favoriser et faciliter leurprésence et leurs conditions <strong>de</strong> vie.La gestionenvironnementale<strong>de</strong>s sièges du Groupe> Si Bouygues est en mesure <strong>de</strong>proposer à ses clients le meilleuren matière <strong>de</strong> constructiondurable, c’est qu’il s’appliqueà lui-même <strong>de</strong>s standardsenvironnementaux ambitieuxpour ses propres immeubles <strong>de</strong>bureaux.La rénovation <strong>de</strong> Challenger,siège <strong>de</strong> Bouygues Construction,est un modèle révélateur <strong>de</strong>cette exigence, tout commela construction et la gestionexemplaire d’autres sièges duGroupe. Répondant aux enjeuxdu développement durable, cesbâtiments requièrent l’implication<strong>de</strong>s collaborateurs pour atteindreles meilleures performancesénergétiques. Parmi eux, Australia,siège d’ETDE à Montigny-le-Bretonneux, ou encore Ere Park,siège <strong>de</strong> Norpac, filiale lilloise <strong>de</strong>Bouygues Construction, font partie<strong>de</strong>s premiers sièges sociaux enFrance à obtenir le label BBCeffinergie® et la certification NFBâtiments Tertiaires - DémarcheHQE ® .<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 45


L’AMÉLIORATION DESPRODUITS ET SERVICESAU PROFIT DES CLIENTSLes entreprises du groupe Bouygues se doivent <strong>de</strong>traiter leurs clients avec honnêteté et équité. Ellessont convaincues que la satisfaction client assure lapérennité <strong>de</strong> l'entreprise. Chacune <strong>de</strong>s filiales privilégieun contact <strong>de</strong> qualité et veille à l'améliorationconstante <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong>s produits et services, enétant attentive à la santé et à la sécurité dans l'usage<strong>de</strong>s produits proposés.Satisfaction <strong>de</strong>s clientsEn 2011, plus <strong>de</strong> 90 % du chiffre d’affaires 1 dupôle Construction est certifié Iso 9001. En ce quiconcerne les ouvrages proprement dits, le Groupemet en œuvre <strong>de</strong>s référentiels exigeants comme lanorme Haute qualité environnementale (HQE ® ) oules systèmes <strong>de</strong> standardisation anglo-saxons : Leed(Lea<strong>de</strong>rship in Energy and Environmental Design)et Breeam (Building Research EstablishmentEnvironmental Assessment Method).Protection <strong>de</strong> la santéet <strong>de</strong> la sécurité <strong>de</strong>sconsommateursDans tous les métiers, la filière QSE veille à l'améliorationcontinue <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong>s produits et services,en étant attentive à la santé et à la sécurité dansl'usage <strong>de</strong>s produits proposés.En outre, <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> recherche portant surles aspects sanitaires <strong>de</strong>s produits sont entreprisesdans les filiales. Bouygues Constructionet Bouygues Immobilier travaillent sur la qualité<strong>de</strong> l'air intérieur <strong>de</strong>s bâtiments, Colas développe<strong>de</strong>s enrobés améliorant la sécurité routière <strong>de</strong>susagers. Bouygues Telecom encourage l’utilisationdu kit mains libres pour les mobiles et contribueactivement à la recherche sur les radiofréquences.TF1 met l’accent sur la protection <strong>de</strong>s enfants aussibien sur ses antennes que sur ses sites internet.COMMUNAUTÉS ETDÉVELOPPEMENT LOCALColas apporte formation et soutien financier auxpopulations locales. Sur le continent africain, Colascontribue, au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> ses chantiers, au développementsocial. Dans le domaine <strong>de</strong> la santé, lesactions entreprises (visites médicales, dispensaires,prévention du sida, lutte contre le paludisme, etc.)bénéficient aux collaborateurs locaux, à leursfamilles et aux populations résidant à proximité.Les filiales <strong>de</strong> Bouygues Bâtiment International <strong>de</strong>Bouygues Construction s’intègrent à la vie économiqueet sociale <strong>de</strong>s pays dans lesquels ellessont implantées et tissent <strong>de</strong>s liens étroits avecles acteurs associatifs et éducatifs locaux. Dans ledomaine <strong>de</strong> l’éducation, entre autres exemples, <strong>de</strong>scollaborateurs à Cuba et au Vietnam donnent gratuitement<strong>de</strong>s cours à l’université. Au Nigéria, <strong>de</strong>s partenariatsont été conclus avec plusieurs universités.Les étudiants reçoivent une formation complétée parune bourse et ont l’opportunité d’intégrer l’entrepriseà l’issue <strong>de</strong> leur cursus. De nombreuses actionscaritatives notamment en faveur <strong>de</strong>s enfants, <strong>de</strong>splus démunis ou <strong>de</strong>s handicapés complètent l’engagement<strong>de</strong> Bouygues Construction à l’étranger.Des partenariats spécifiques ont aussi été conclus :l’un avec l’association Care pour la reconstructiond’habitats à Cuba à la suite <strong>de</strong>s ouragans ; l’autreavec Architectes <strong>de</strong> l’urgence pour permettre à<strong>de</strong>s collaborateurs volontaires <strong>de</strong> partir en missionhumanitaire dans <strong>de</strong>s pays victimes <strong>de</strong> catastrophesnaturelles, notamment à Haïti.Les filiales ont aussi recours aux outils <strong>de</strong> mesure<strong>de</strong> satisfaction (enquêtes régulières, bases <strong>de</strong>données) et mettent en œuvre <strong>de</strong>s plans d'actionsen conséquence.Bouygues Telecom place le client au cœur <strong>de</strong>ses préoccupations. L'opérateur a remporté, en2011, le premier Prix du Podium <strong>de</strong> la Relationclient BearingPoint/TNS Sofres pour les secteursTéléphonie mobile et Fixe-internet. Il s'agit <strong>de</strong> soncinquième succès consécutif sur le Mobile.Développement localConvaincues qu'un comportement social et sociétalresponsable est la condition nécessaire d'uneperformance économique viable, les entreprisesdu groupe Bouygues veillent à adopter une attitu<strong>de</strong><strong>de</strong> solidarité en rapport avec leurs activités et leslieux où elles sont implantées. L'implication auprès<strong>de</strong>s communautés locales passe par <strong>de</strong>s actionssolidaires et par l'utilisation <strong>de</strong> moyens locaux.Fidéliser les clients en étant à l'écoute <strong>de</strong> leursremarques, construire un lien <strong>de</strong> proximité et <strong>de</strong>dialogue sont autant <strong>de</strong> principes que toutes lesfiliales <strong>de</strong> Bouygues mettent en œuvre (cf. chapitre"Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers" du présent document).L'implantation internationale <strong>de</strong> Colas ne répondpas à <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong> délocalisation, mais à larecherche d'opportunités <strong>de</strong> développement etd'équilibre <strong>de</strong>s risques pays. En recrutant sur place,(1) hors États-Unis et Canada pour Colas<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 46


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesMécénatLa politique <strong>de</strong> mécénat se décline à l’échelle duGroupe, <strong>de</strong> ses gran<strong>de</strong>s filiales, mais aussi localementavec <strong>de</strong> nombreuses initiatives citoyennes <strong>de</strong>proximité. Ce maillage très <strong>de</strong>nse permet au Grouped’être actif partout dans le mon<strong>de</strong> et <strong>de</strong> prendre partoù qu’il soit à la vie locale.Dépenses <strong>de</strong> mécénatculière aux projets soutenus par ses collaborateurs.Un comité <strong>de</strong> l’éthique et du mécénat, créé en 2001,se réunit plusieurs fois par an pour examiner lesdossiers et émettre un avis.Dans le domaine médical, Bouygues soutient financièrementplusieurs associations et, notamment,<strong>de</strong>puis 2006, l’association Simon <strong>de</strong> Cyrène. Crééepar un groupe <strong>de</strong> parents d’adultes handicapés et<strong>de</strong> responsables associatifs, l’association met enplace <strong>de</strong>s structures permettant à <strong>de</strong>s personneshandicapées suite à un acci<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> vie <strong>de</strong> s'installerdans <strong>de</strong>s studios indépendants au sein d’appartementspartagés. L’objectif : réapprendre à vivre avecun handicap lourd et développer plus d’autonomie.En outre, 5 % <strong>de</strong>s bénéfices du film Intouchables,Au niveau <strong>de</strong> la société mère, la politique <strong>de</strong>mécénat <strong>de</strong> Bouygues couvre essentiellement troischamps d’intervention : la recherche médicale,l’éducation et la culture. L’entreprise ai<strong>de</strong> et accompagnetout type <strong>de</strong> démarche, qu’elle provienne <strong>de</strong>gran<strong>de</strong>s ou <strong>de</strong> petites structures, en privilégiant lesactions à long terme. Elle prête une attention partisortisur les écrans en novembre 2011 et coproduitpar TF1, sont reversés à l'association.Dans le domaine éducatif, Bouygues soutientneuf associations et accompagne notamment <strong>de</strong>sélèves en difficultés. Depuis 2006, un partenariatdurable est noué avec Sciences Po Paris pourpermettre à <strong>de</strong>s élèves <strong>de</strong> lycées <strong>de</strong> Seine-Saint-Denis d’accé<strong>de</strong>r à une formation après le bac. En2011, Bouygues a apporté son soutien sous laforme <strong>de</strong> bourses à <strong>de</strong>s élèves méritants issus <strong>de</strong>la procédure <strong>de</strong>s Conventions éducation prioritaire<strong>de</strong> Sciences Po.La Fondation d’Entreprise Francis Bouygues, crééeen 2005, a pour objectif d’apporter son ai<strong>de</strong> à <strong>de</strong>sFondation(en k€)d'Entreprise Bouygues Bouygues BouyguesBouygues 2011ColasTF1FrancisSA Construction ImmobilierTelecom Total GroupeBouygues aDons en espèces 875 b 1 580 2 500 1 110 4 130 1 409 790 12 394Dons en nature(valorisation en k€)- 8 - 18 970 21 066 c 20 22 082Total 875 1 588 2 500 1 128 5 100 22 475 810 34 476(a) La Fondation Francis Bouygues est financée grâce à une dotation annuelle versée par Bouygues SA et <strong>de</strong>s sociétés <strong>de</strong>s cinq métiers du Groupe.(b) montant total <strong>de</strong>s bourses versées par la Fondation Francis Bouygues aux étudiants boursiers au titre <strong>de</strong> l’exercice 2011(c) valorisation <strong>de</strong>s spots institutionnels, coût <strong>de</strong>s ban<strong>de</strong>s-annonces, <strong>de</strong>s programmes spéciaux et dons effectués à l’occasion d’émissions <strong>de</strong> jeux et <strong>de</strong> programmes, espaces publicitaires accordés aux campagnes gratuiteslycéens motivés et confrontés à <strong>de</strong>s difficultésfinancières pour effectuer <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s supérieures.Chaque boursier est parrainé et accompagné parun collaborateur du Groupe. Issus <strong>de</strong>s sept promotions,365 étudiants bénéficient actuellementd’une bourse.Enfin, dans le domaine culturel, Bouygues estmembre <strong>de</strong> l’Arop (Association pour le rayonnement<strong>de</strong> l’Opéra <strong>de</strong> Paris), du Cercle <strong>de</strong> l’Orchestre <strong>de</strong>Paris et du Théâtre <strong>de</strong>s Champs-Élysées.Par ailleurs, chaque gran<strong>de</strong> filiale du Groupedéveloppe, par l’intermédiaire <strong>de</strong> cinq fondationsdédiées, ses propres actions <strong>de</strong> mécénat. Plusieursfiliales ont notamment mis en place <strong>de</strong>s dispositifspermettant aux collaborateurs <strong>de</strong> s’engager surleur temps <strong>de</strong> travail dans <strong>de</strong>s actions citoyennes(cf. chapitre "Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers").Contributions financières en matière <strong>de</strong> mécénatBudget dédié à <strong>de</strong>s actions<strong>de</strong> long termeBudget dédié à <strong>de</strong>s actionsponctuellesFondationd'EntrepriseFrancisBouyguesBouyguesConstruction aBouyguesImmobilierColasTF1BouyguesTelecom100 % 75 % 58 % 18 % 7 % 83 %0 % 25 % 42 % 82 % 93 % 17 %(a) Cette répartition ne concerne que les budgets <strong>de</strong> la Fondation d’Entreprise Terre Plurielle, soit 12 % <strong>de</strong>s dépenses <strong>de</strong> mécénat<strong>de</strong> Bouygues Construction.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 47


LES ACTIONSTRANSVERSALES DERESPONSABILITÉSOCIÉTALELe partage et la transversalité sont une source <strong>de</strong>création <strong>de</strong> valeur pour l’entreprise. Fort <strong>de</strong> cetteconviction, le groupe Bouygues a élaboré un certainnombre <strong>de</strong> projets et d’outils pour multiplier lesinteractions entre les différentes filiales et filières.La filière InnovationLa démarche d’innovation du Groupe repose sur ledéveloppement <strong>de</strong> nouveaux produits et matériaux,procédés ou services, qui prennent en compte lerespect <strong>de</strong> l’environnement. Bouygues s’appuiesur <strong>de</strong>s laboratoires <strong>de</strong> recherche performantsdans ses filiales. En complément, il existe uneéquipe spécialisée, au service du Groupe : lee-lab, direction Recherche et Innovation au sein<strong>de</strong> Bouygues société mère. Agitateurs d’idées, sesingénieurs développent <strong>de</strong>s innovations au service<strong>de</strong>s métiers, souvent dans le domaine du développementdurable.Le e-lab intervient dans le secteur <strong>de</strong>s nouvellestechnologies et, plus précisément, la conception<strong>de</strong> services et produits innovants. L’équipe <strong>de</strong> R&DRecherche et développement (R&D)mène notamment une réflexion sur l’énergie et lafaçon <strong>de</strong> l’économiser. Elle a ainsi travaillé avecBouygues Telecom sur l’équipement <strong>de</strong> solutions<strong>de</strong> comptage sur <strong>de</strong>s stations <strong>de</strong> base (relais radio)afin d’en réduire la consommation énergétique. Lee-lab a défini le matériel <strong>de</strong> mesure, l’a installé eta réalisé une partie <strong>de</strong>s analyses. Récemment, il aaussi développé, en lien avec Bouygues BâtimentIle-<strong>de</strong>-France, Energy-Pass ® , outil <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>scharges dans les bâtiments neufs. Dans le domainedu logement social, Energy-Pass ® consiste à installerdans chaque appartement un écran <strong>de</strong> mesureet <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong>s consommations <strong>de</strong> chauffage, eauchau<strong>de</strong> et électricité. Ce projet innovant a reçu lesoutien financier <strong>de</strong> l’A<strong>de</strong>me.Autre domaine d’intervention : l’ai<strong>de</strong> à la décision. Lee-lab propose aux métiers <strong>de</strong> les ai<strong>de</strong>r à améliorerl’efficacité <strong>de</strong>s processus complexes et à ajusterla tarification <strong>de</strong>s offres au marché. Il anime aussila filière Innovation du Groupe, qui réunit plus <strong>de</strong>400 collaborateurs <strong>de</strong>s différents métiers au sein <strong>de</strong>comités thématiques et <strong>de</strong> séminaires d’information.C’est dans cette même optique qu’Embix, société<strong>de</strong> services <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> l’énergie <strong>de</strong>stinés auxéco-quartiers, a été créée, en 2011, par Alstom etBouygues, à travers ses filiales Bouygues Immobilieret ETDE. Après une phase d’audit, Embix proposeraune offre étendue <strong>de</strong> services à forte valeur ajoutée,allant <strong>de</strong> l’audit <strong>de</strong> l’éco-quartier en fonction <strong>de</strong>s(en k€)Bouygues SAet autresBTP Immobilier Routes Médias TélécomsCoût <strong>de</strong> R&D 2011 1 15 2 69 7 20Coût <strong>de</strong> R&D 2010 2 15 2 69 6 16nouvelles contraintes environnementales et réglementairesjusqu’à l’optimisation <strong>de</strong> la performanceénergétique, à travers <strong>de</strong>s systèmes d’informations’appuyant sur les <strong>de</strong>rnières technologies dusmart grid 1 .Pour sa part, Bouygues Construction a participé,en 2010, à la création d'une Chaire <strong>de</strong>recherche et d'enseignement "Bâtir durable etInnover" en partenariat avec l'École <strong>de</strong>s Ponts ParisTech, l'École Centrale Paris, Supélec et le CSTBInterviewAlain Pouyat, directeur général Informatique etTechnologies nouvelles du groupe BouyguesOù en est le Groupe enmatière d’innovation et <strong>de</strong>nouvelles technologies ?A.P. : L'innovation dansle Groupe se développeconsidérablement grâceau numérique. En effet,aujourd’hui, le numériqueest partout. Le mon<strong>de</strong> senumérise au point que l’onparle <strong>de</strong> "vie numérique".Celle-ci prend <strong>de</strong> plus enplus <strong>de</strong> place dans la viequotidienne et offre auGroupe <strong>de</strong>s opportunités<strong>de</strong> développement et<strong>de</strong> diversifications.Par exemple, le cloudcomputing, concept <strong>de</strong>stockage d’informationet <strong>de</strong> services en ligne.Bouygues Telecom proposedésormais <strong>de</strong>s services<strong>de</strong> cloud à ses clients ethéberge BYpedia, notreplateforme <strong>de</strong> travailcollaboratif. Par ailleurs,plusieurs sociétés duGroupe (Brézillon, ETDEet Bouygues Telecom)ont développé <strong>de</strong> vraissavoir-faire dans ledomaine <strong>de</strong> la conception,<strong>de</strong> la construction et <strong>de</strong>l’exploitation <strong>de</strong>s datacenters.Qu’entend-on par"management <strong>de</strong>l’énergie" chez Bouygues ?Le sujet <strong>de</strong> l’énergieest au cœur <strong>de</strong> nospréoccupations. Le Groupe(cf. chapitre "Activité et RSE <strong>de</strong>s métiers", BouyguesConstruction, rubrique "Bouygues Construction noue<strong>de</strong>s partenariats forts" en page 60).innove en concevant <strong>de</strong>sproduits et <strong>de</strong>s servicesqui permettentd’économiser, <strong>de</strong> produireet mieux gérer l’énergie.Energy-Pass, smart grid 1 ,transports intermodaux,pilotage <strong>de</strong> l’énergie<strong>de</strong>puis la Bbox… sontautant d’actions que leGroupe met en place etqui ten<strong>de</strong>nt ainsi, grâceau numérique, à une vieplus "décarbonée".(1) Voir le glossaire au chapitre "Informations complémentaires"A<strong>de</strong>me : Agence <strong>de</strong> l'environnement et <strong>de</strong> la maîtrise <strong>de</strong> l'énergie - CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 48


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesLa filière DéveloppementdurableLa direction du développement durable & QSE dugroupe Bouygues pilote plusieurs comités transverses,en complément <strong>de</strong>s filières traditionnelles.Ces comités permettent <strong>de</strong> diffuser plus efficacementles principes du développement durableà travers <strong>de</strong>s outils, <strong>de</strong>s bonnes pratiques, <strong>de</strong>sanimations dédiées et coordonnent les actions sur<strong>de</strong>s thématiques transverses spécifiques.Le Groupe a conçu et déployé un système <strong>de</strong>reporting rendant compte <strong>de</strong> sa performance auxparties prenantes. Celui-ci a pour objet l’ensemble<strong>de</strong>s composantes <strong>de</strong> son management, qu’ellessoient économiques, sociales, sociétales ou environnementales.Le groupe Bouygues collecte etconsoli<strong>de</strong> les indicateurs <strong>de</strong> ses performancesen matière <strong>de</strong> responsabilité sociétale grâce à unlogiciel commun <strong>de</strong> reporting extra-financier.Green ITLe Green IT (Information Technology) ou "informatiqueverte" vise à réduire l’empreinte environnementale<strong>de</strong>s technologies <strong>de</strong> l’information et <strong>de</strong> lacommunication (TIC). Il définit la prise en compte<strong>de</strong>s contraintes et <strong>de</strong>s coûts en énergie <strong>de</strong>smatériels informatiques, tant en ce qui concerne leproduit – l’ordinateur lui-même – que ses usages.En 2011, le comité Green IT a établi un livre blanc<strong>de</strong>s indicateurs <strong>de</strong> mesure et performance communsaux filiales. Il porte sur les sujets suivants :gestion d’énergie <strong>de</strong>s postes <strong>de</strong> travail, consommation<strong>de</strong>s data centers, régulation <strong>de</strong>s impressions,recyclage <strong>de</strong>s équipements, généralisation <strong>de</strong>ssolutions <strong>de</strong> visioconférences et opportunité du télétravail.Les indicateurs en euros et en CO 2, définis,mesurés et en cours <strong>de</strong> consolidation, vont permettre<strong>de</strong> définir <strong>de</strong>s plans d’actions courant 2012.Comités transversesrassemblant uncorrespondant par filiale(année <strong>de</strong> création)Développement durable(2006)QSE(2007)Achats responsables(2007)Reportingextra-financier(2007)Stratégie énergie / carbone(2007)BYpedia(2009)Reporting social(2010)Véhicules électriques(2010)Green IT(2011)Éco-conception(2011)DiversitéÉgalité <strong>de</strong>s chances(2011)Communication responsable(2011)Principales réalisations 2011 Objectifs 2012> Coordination <strong>de</strong>s politiques communes> Veille sur les sujets relatifs au développement durable> Lancement du comité "éco-conception"> Coordination <strong>de</strong> la démarche d’amélioration continue <strong>de</strong> la performance> Veille sur les évolutions <strong>de</strong>s métiers en termes <strong>de</strong> réglementation et <strong>de</strong> suivi<strong>de</strong>s indicateurs <strong>de</strong> la performance> Sensibilisation et formation <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong> la filière QSE> Développement du recours aux entreprises du secteur protégé> Réalisation d’une matrice pour évaluer la maturité <strong>de</strong> la démarche"achats responsables"> Élaboration d’un questionnaire d’auto-évaluation pour les PME(repris par la CGPME)> Formalisation du 1 er gui<strong>de</strong> <strong>de</strong> reporting Groupe et <strong>de</strong>s reportings <strong>de</strong>sfiliales> Mise en place <strong>de</strong> revues thématiques annuelles <strong>de</strong>s indicateursextra-financiers> Quantification carbone <strong>de</strong> chacune <strong>de</strong>s filiales> Procédure <strong>de</strong> consolidation Groupe> Réponse au Carbon Disclosure Project (note <strong>de</strong> 53 contre 33 en 2010)> Déploiement d'un site extranet <strong>de</strong> travail collaboratif "Web 2.0" auprès <strong>de</strong>tous les collaborateurs du Groupe> Conduite du changement> Définition <strong>de</strong>s axes <strong>de</strong> reporting> Cartographie <strong>de</strong>s indicateurs susceptibles <strong>de</strong> les illustrer> Bilan <strong>de</strong> chaque collecte> Suivi <strong>de</strong> la démarche d’appel d’offres (démarche Ugap)> Déploiement <strong>de</strong>s véhicules électriques en auto-partage pour lescollaborateurs> Livre blanc sur les indicateurs Green IT> Procédure <strong>de</strong> collecte et <strong>de</strong> consolidation <strong>de</strong>s indicateurs> Échange sur les thèmes liés à l’éco-conception> Partage <strong>de</strong> bonnes pratiques> Définition au niveau du Groupe d'indicateurs pertinents et <strong>de</strong>recommandations> Mise à disposition d'une boîte à outils> Coordination <strong>de</strong>s prises <strong>de</strong> parole> Mutualisation <strong>de</strong>s cotisations aux associations> Mettre en œuvre une politique sur l’eau> Renforcer la stratégie produits et services durables> Lancer un programme <strong>de</strong> formation "QSE etexcellence" pour les nouveaux entrants> Poursuivre le partage <strong>de</strong>s bonnes pratiques Groupe(site collaboratif, conférences, Lean Six Sigma)> Poursuivre le déploiement <strong>de</strong> la démarched’évaluation RSE Fournisseurs> Réunir les acheteurs Groupe lors d’une convention> Fiabiliser la collecte> I<strong>de</strong>ntifier <strong>de</strong>s indicateurs plus opérationnels grâce à<strong>de</strong>s revues thématiques> Préparer l’audit <strong>de</strong>s indicateurs> Formaliser les plans <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s émissions<strong>de</strong> CO 2> Rédiger les argumentaires commerciaux pour lesproduits "bas carbone"> Étendre le périmètre du site et ajout <strong>de</strong> nouvellesfonctionnalités <strong>de</strong> réseau social> Fiabiliser la collecte 2011> I<strong>de</strong>ntifier, le cas échéant, <strong>de</strong> nouveaux axes <strong>de</strong>reporting social> Déployer les véhicules électriques utilitaires> Réfléchir aux offres combinées véhicules-bâtiment> Compléter les plans d’actions en cours au regard<strong>de</strong>s mesures effectuées> Organiser <strong>de</strong>s formations> Intégrer plus <strong>de</strong> transparence dans l’affichageenvironnemental <strong>de</strong>s produits> Promouvoir la place <strong>de</strong>s femmes au sein du Groupe> Constitution <strong>de</strong> trois groupes <strong>de</strong> travail : Iso 26000, événementiel, print > Avancer sur les thématiques <strong>de</strong>s groupes <strong>de</strong> travail> Sensibiliser et former les communicants à ces thèmesCGPME : Confédération générale <strong>de</strong>s petites et moyennes entreprises - QSE : Qualité Sécurité Environnement - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises - Ugap : Union <strong>de</strong>s groupements d’achats publics<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 49


Le partage <strong>de</strong>sconnaissances avecBYpediaEn 2009, le Groupe a lancé BYpedia, site extranetcollaboratif. Il permet aux collaborateurs <strong>de</strong> toutesles filières (développement durable, QSE, RH, etc.)d’échanger sur leurs problématiques, d’enrichir lesavoir collectif, <strong>de</strong> mutualiser les savoir-faire et <strong>de</strong>renforcer les réseaux entre experts. Développé eninterne, BYpedia fonctionne sur les principes duweb 2.0 (wikis, forums, auto-régulation). Il compte,en 2011, 8 500 collaborateurs inscrits, plus <strong>de</strong>500 interlocuteurs externes, environ 350 articlesrédigés et 350 groupes <strong>de</strong> travail en ligne.La filière AchatsresponsablesLes directions achats du Groupe sont aujourd’hui<strong>de</strong>s acteurs essentiels <strong>de</strong> la RSE. Un comité Achatsresponsables promeut l’application <strong>de</strong>s principesdu développement durable à toutes les étapes duprocessus : en amont (à l’ai<strong>de</strong> <strong>de</strong> cartographies etd’analyse <strong>de</strong>s risques), lors <strong>de</strong> la sélection <strong>de</strong>s fournisseurs(grâce à l’insertion <strong>de</strong> critères RSE pour lesproduits et services), à l’étape <strong>de</strong> la contractualisation(grâce à l’insertion <strong>de</strong> la charte RSE fournisseursélaborée en 2009), et enfin, lors <strong>de</strong> l’exécution ducontrat (avec <strong>de</strong>s évaluations <strong>de</strong> la performanceRSE du fournisseur et, ponctuellement, <strong>de</strong>s audits).CGPME : Confédération générale <strong>de</strong>s petites et moyennes entreprises.Cette démarche d’évaluation a été mise en placepar l’intermédiaire du questionnaire EcoVadis.Plus <strong>de</strong> 500 fournisseurs ont déjà été évalués. Cequestionnaire a été simplifié par Bouygues et mis àla disposition <strong>de</strong> la CGPME pour être utilisé par lesPME et les TPME. Dans le cadre du renforcement<strong>de</strong>s liens entre les grands groupes et les PME,Bouygues Construction, TF1 et Bouygues Telecomont signé la charte Grands donneurs d’ordres - PME.Par cette signature, les filiales s'engagent à instaurerune démarche <strong>de</strong> progrès dans leurs relations avecles TPE-PME.En outre, Bouygues dispense <strong>de</strong>s formations à sesacheteurs pour les sensibiliser aux achats responsableset incite les filiales à avoir recours au secteurprotégé et adapté.InterviewJean-François Roubaud, prési<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> la CGPMEComment sepassent lesrelations entrela CGPME et lesgrands groupesindustriels ?J.-F.R. : Les intérêtsentre donneursd’ordre et sous-traitantspeuvent êtredivergents et leursrelations complexesmais celles-ci doivents’améliorer :les grands groupesont besoin d’avoir<strong>de</strong>s sous-traitantsavec lesquels ilsont <strong>de</strong>s relationsdurables et <strong>de</strong>confiance. Il existeaujourd’hui unevraie volonté d’établirune relationgagnant-gagnant.Le groupe Bouyguesa mis au pointun questionnaireinspiré d’EcoVadis.Comment a-t-il étéperçu par les PME ?Le questionnairemis en œuvre parBouygues et inspirédu formulaireEcoVadis facilitela tâche <strong>de</strong>s PME,en s’adaptant àleurs contraintesadministratives.Il a été simplifiéet permet auxentreprises <strong>de</strong>suivre leurs soustraitantset auxsous-traitants <strong>de</strong>s’auto-évaluer :les progrès se fontconjointement.La commissionEnvironnement etDéveloppementdurable <strong>de</strong> laCGPME a transmisle questionnaireBouygues àl’ensemble <strong>de</strong> sesmembres et il a étébien accueilli.Plusieurs filiales duGroupe ont signéla Charte Grandsdonneurs d’ordres- PME. Quelsengagements celaimplique-t-il ?Il n’y a pas, d’uncôté, les gran<strong>de</strong>sentreprises et <strong>de</strong>l’autre, les petites.Nous sommestous acteurs pourréaliser un projet.La signature <strong>de</strong>la Charte Grandsdonneurs d’ordres- PME va dans cesens et montrela volonté <strong>de</strong>Bouygues d’enappliquer lesprincipes et <strong>de</strong>progresser dans sesrelations avec sessous-traitants.Achats responsablesBouygues Construction Bouygues Immobilier a Colas b TF1 Bouygues Telecom2010 2011 2010 2011 2010 2011 2010 2011 2010 2011Périmètre considéré(part du chiffre d'affaires achat couvert 50 % 50 % 5 % 29 % 16 % 20 % 38 % 43 % 92 % 93 %par la politique d'achats responsables)Part <strong>de</strong> ce chiffre d'affaires achat réaliséavec <strong>de</strong>s fournisseurs évalués (EcoVadis 14 % 24 % 100 % (c) 40 % (c) 18 % 49 % 21 % 21 % 43 % 65 %et questionnaires dédiés PME / TPE)Équivalent en nombre <strong>de</strong> fournisseurs 149 247 39 d 67 d 20 54 89 148 114 169Pourcentage d’acheteurs formés aux achatsresponsables fin 2011 (même périmètre)- 48 % - 50 % - 100 % - 100 % - 62 %(a) Logement France, hors filiales (73 % du chiffre d’affaires) (b) France métropolitaine (57 % du chiffre d’affaires) (c) y compris évaluations sur la base <strong>de</strong>s questionnaires dédiés PME / TPE (d) cumul <strong>de</strong>s fournisseurs <strong>de</strong> rangs 1et 2. Bouygues Immobilier mène, dans le cadre <strong>de</strong> sa prescription, une politique systématique d’achats responsables auprès <strong>de</strong>s fournisseurs <strong>de</strong> second rang référencés, soit 48 fournisseurs référencés en 2011.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales • 50


1Le GroupeNos responsabilités sociales,sociétales et environnementalesLa filière QSE (QualitéSécurité Environnement)Le groupe Bouygues utilise les normes Iso pourévaluer ses performances managériales en termes<strong>de</strong> qualité (Iso 9001), sécurité (Ohsas 18001 ouIlo) et environnement (Iso 14001). La filière QSE <strong>de</strong>Bouygues, composée <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 1 000 collaborateurs,organise la maîtrise <strong>de</strong>s risques opérationnels– la préservation <strong>de</strong> la santé <strong>de</strong>s collaborateurs étantune priorité –, contribue à améliorer la satisfaction<strong>de</strong>s parties prenantes et garantit l’efficacité <strong>de</strong>ssystèmes <strong>de</strong> management <strong>de</strong> l’entreprise.La direction QSE du Groupe met à la disposition <strong>de</strong>scollaborateurs <strong>de</strong> la filière <strong>de</strong>s modules <strong>de</strong> formationcomme le programme <strong>de</strong> sensibilisation "QSEet excellence" pour les nouveaux entrants et organise<strong>de</strong>s web-conférences sur les problématiquesmétiers. L’une <strong>de</strong> ces conférences a présenté, en2011, la démarche Lean Six Sigma mise en placepar Bouygues Telecom et actuellement en cours <strong>de</strong>déploiement au sein d’autres filiales. Cette métho<strong>de</strong><strong>de</strong> management a pour but d’améliorer l’efficacité etla qualité <strong>de</strong>s processus déployés dans l’entreprise.Elle vise à garantir une qualité constante du produitet <strong>de</strong>s services afin d’augmenter la satisfaction<strong>de</strong>s clients tout en éliminant les tâches sans valeurajoutée.Par ailleurs, un séminaire "Abby" s’appuyant sur unlogiciel développé en interne est déployé au seindu Groupe. Il permet aux différents comités <strong>de</strong>directions <strong>de</strong>s filiales d’auto-évaluer leurs pratiques<strong>de</strong> management et <strong>de</strong> se situer ainsi par rapport auxmeilleures pratiques définies par le modèle EFQM(European Foundation for Quality Management) etl’Iso 26000. Ils peuvent alors déterminer les actionsstratégiques prioritaires à mener. Depuis 2007,50 séminaires "Abby" ont été animés.PerspectivesOlivier Bouygues, directeur général déléguédu groupe Bouygues, en charge du développementdurableQuel bilan tirez-vous<strong>de</strong> l’année écoulée enmatière <strong>de</strong> développementdurable ?Nous avons continué nosefforts pour transformer enopportunités commercialesles mutations en cours ausein <strong>de</strong>s filiales. Pour cela,nous avons renforcé nosinvestissements en matière<strong>de</strong> R&D et <strong>de</strong> pratiquesinnovantes.Tandis que le premierbâtiment à énergiepositive, Green Office ®Meudon, accueillait sespremiers occupants,l’année 2011 a vu lamise au point d’outils <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong> la performanceénergétique dans lesbâtiments neufs ou àrénover. Bouygues Telecomest aussi <strong>de</strong>venu le premieropérateur <strong>de</strong> téléphonie enEurope à être certifié Iso50001 pour le système <strong>de</strong>management <strong>de</strong> l’énergie<strong>de</strong> <strong>de</strong>ux <strong>de</strong> ses sites.Par ailleurs, Bouygues afait un premier exercicevolontaire <strong>de</strong> consolidation<strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> gazà effet <strong>de</strong> serre surl’ensemble <strong>de</strong> ses métiers.La quantification carboneconsolidée sur laquellele Groupe a travaillé estpubliée dans ce document.Quelles sont lesperspectives pour leGroupe ?En 2012, nos objectifssont <strong>de</strong> développerune approche formelled’éco-conception ainsique <strong>de</strong> poursuivre lamise en œuvre <strong>de</strong>s plans<strong>de</strong> réduction <strong>de</strong> nosconsommations d’énergieet <strong>de</strong> nos émissions <strong>de</strong> CO 2,tant pour nos processusinternes que pour nosproduits et services.Compte tenu <strong>de</strong> lacomplexité <strong>de</strong>s enjeux et<strong>de</strong> leur interdépendance,nous mettons l’accentsur la recherche <strong>de</strong>solutions innovantesgrâce à la richesse <strong>de</strong>nos expériences, et nousrenforçons la transversalité<strong>de</strong>s échanges au sein duGroupe. Le Groupe estaussi attentif à ses impactssociaux et sociétaux.Nous avons l’ambitionqu’au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> TF1 etBouygues Telecom,d’autres filiales obtiennentle label Diversité <strong>de</strong>l’Afnor, concrétisant ainsileur engagement dans cedomaine. Il nous sembleégalement important<strong>de</strong> continuer <strong>de</strong> formeret <strong>de</strong> sensibiliser nosmanagers à une pratiqueopérationnelle <strong>de</strong> la RSE.Pour cela, nous leurproposerons un nouveaumodule <strong>de</strong> formation.Enfin, 2012 va êtremarquée par le sommet<strong>de</strong> la Terre à Rio auquelBouygues apportera sacontribution en présentantses solutions d’avantgar<strong>de</strong>,particulièrement enmatière d’aménagementd’éco-quartiers.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • LE GROUPE • 51


Activité et RSE<strong>de</strong>s métiers<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 52


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersSommaireBouygues Construction, acteur global<strong>de</strong> la construction 54Principaux indicateurs et perspectives 55Le profil <strong>de</strong> Bouygues Construction 56Chiffres clés 2011 56Construire en respectant l'environnement 59Les collaborateurs, première richesse <strong>de</strong> l'entreprise 61Bouygues Construction à l'écoute <strong>de</strong> ses parties prenantes 62Responsabilité sociétale : les tableaux <strong>de</strong> bord• Enjeux et indicateurs clés 65• Indicateurs extra-financiers 67Bouygues Immobilier, lea<strong>de</strong>r<strong>de</strong> la promotion immobilière en France 70Principaux indicateurs et perspectives 71Le profil <strong>de</strong> Bouygues Immobilier 72Logement : Bouygues Immobilier gagne <strong>de</strong> nouvelles parts <strong>de</strong> marché 74Tertiaire : l'immobilier vert trouve son marché 75Développement international 76Responsabilité sociale et sociétale 77Responsabilité sociétale : les tableaux <strong>de</strong> bord• Enjeux et indicateurs clés 81• Indicateurs extra-financiers 83Colas, lea<strong>de</strong>r mondial <strong>de</strong> la route 84Principaux indicateurs et perspectives 85Le profil <strong>de</strong> Colas 86Activité et développement durable en 2011 87Responsabilité sociétale : les tableaux <strong>de</strong> bord• Enjeux et indicateurs clés 97• Indicateurs extra-financiers 98TF1, premier groupe privé<strong>de</strong> télévision en France 100Principaux indicateurs et perspectives 101Le profil <strong>de</strong> TF1 1022011 : TF1 consoli<strong>de</strong> son lea<strong>de</strong>rship 103Politique <strong>de</strong> RSE 105Responsabilité sociétale : les tableaux <strong>de</strong> bord• Enjeux et indicateurs clés 109• Indicateurs extra-financiers 110Bouygues Telecom, opérateurmobile, fixe, TV et internet 112Principaux indicateurs et perspectives 113Le profil <strong>de</strong> Bouygues Telecom 114Environnement réglementaire et performances financières en 2011 115Présentation <strong>de</strong>s activités 116Proximité et respect du client 117Gouvernance du développement durable 118Agir pour les hommes et les femmes 120Maîtriser notre empreinte environnementale 121Responsabilité sociétale : les tableaux <strong>de</strong> bord• Enjeux et indicateurs clés 123• Indicateurs extra-financiers 126Bouygues SA 128Alstom :au cœur du développement durable 130Innovation. Les collaborateurs du Groupe créent et innovent au service <strong>de</strong>s clients. Leur état d’espritest aussi un levier plus puissant que la seule force technique et économique <strong>de</strong> l’entreprise.Dans le tunnel <strong>de</strong> la ligne 3, station Stadium, du métro du Caire en Égypte.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 53


Acteur global<strong>de</strong> la constructionPrésent dans près <strong>de</strong> 80 pays sur les cinq continents, Bouygues Construction est unacteur mondial dans les domaines du bâtiment, <strong>de</strong>s travaux publics, <strong>de</strong> l’énergie et <strong>de</strong>sservices. Son savoir-faire est reconnu à toutes les étapes <strong>de</strong>s projets : financement,conception, construction, exploitation et maintenance.Plus <strong>de</strong> 52 000 collaborateurs développent et mettent en œuvre <strong>de</strong>s solutions efficaceset innovantes qui améliorent le cadre <strong>de</strong> vie <strong>de</strong> chacun et préservent l’environnement.Chiffres clésChiffre d’affaires 20119 802 M€(+ 6 %)Marge opérationnellecourante3,6 %(+ 0,2 point)Résultat net part du Groupe226 M€(+ 12 %)Carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s15,3 Md€(+ 8 %)Collaborateurs52 018ObjectifChiffre d’affaires 201210 000 M€ (+ 2 %)Faits marquantsContrats majeurs signés> Nouveau ministère <strong>de</strong> la Défenseà Paris (1,1 Md€).> Éclairage public <strong>de</strong> Paris (117 M€).> Rési<strong>de</strong>nce Blossom à Singapour(93 M€).Ouvrages en cours> Tunnel du port <strong>de</strong> Miami (États-Unis).> Nouvel Hôpital d’Orléans (NHO).Ouvrages livrés> Tour First à Paris.> Centrale nucléaire EPR d’Olkiluoto(Finlan<strong>de</strong>).Construction durable> 55 % <strong>de</strong> la prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>sen bâtiment sous certification oulabellisation environnementale(53 % en 2010).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues SA Construction • 54 • 54Projet du futur ministère français <strong>de</strong> la Défenseà Paris (XV e arrondissement)


CHIFFRE D’AFFAIRESen milliards d’eurosInternationalFrance9,24,15,12010 2011 2012(objectif)RÉSULTAT NET*en millions d’euros20120109,84,55,32262011(*) part du Groupe10,0CARNET DE COMMANDESen milliards d’eurosPart au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> 5 ansPart <strong>de</strong> 2 à 5 ansPart à moins d’un an14,21,85,37,1201015,32,45,17,82011RÉSULTAT OPÉRATIONNELCOURANT (en millions d’euros)TRÉSORERIE NETTEen milliards d’eurosCARNET DE COMMANDESPAR ZONE GÉOGRAPHIQUEAfrique6 %Amériques5 %AsieMoyen-Orient17 %Marge opérationnelle courante en %31520103533,4 % 3,6 %201020112,9 2,92011Europe(hors France)21 %France51 %Compte <strong>de</strong> résultat résumé2Bilan résumé au 31 décembre Perspectives 2012(en millions d’euros) 2010 2011ACTIF• Immobilisations corporelleset incorporelles 662 763• Goodwill 417 457• Actifs financiers et impôts non courants 413 479ACTIF NON COURANT 1 492 1 699• Actifs courants 3 528 3 722• Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie 3 387 3 550• Instruments financiers* - -ACTIF COURANT 6 915 7 272TOTAL ACTIF 8 407 8 971PASSIF• Capitaux propres (part du Groupe) 741 764• Intérêts minoritaires 14 15CAPITAUX PROPRES 755 779• Dettes financières non courantes 381 476• Provisions non courantes 782 797• Autres passifs non courants 35 36PASSIF NON COURANT 1 198 1 309• Dettes financières courantes 4 6• Passifs courants 6 304 6 678• Concours bancaires courantset sol<strong>de</strong>s créditeurs <strong>de</strong> banque 146 196• Instruments financiers* - 3PASSIF COURANT 6 454 6 883TOTAL PASSIF 8 407 8 971Trésorerie nette 2 856 2 869(*) couverture <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes financières en juste valeur(en millions d’euros) 2010 2011CHIFFRE D’AFFAIRES 9 235 9 802• Dotations nettes aux amortissements (155) (171)• Dotations nettes aux provisionset dépréciations (306) (197)• Autres produits et charges courants (8 459) (9 081)RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT 315 353• Autres produits et charges opérationnels - -RÉSULTAT OPÉRATIONNEL 315 353• Produit <strong>de</strong> l'excé<strong>de</strong>nt financier net 23 19• Autres produits et charges financiers 8 10• Charge d'impôt (133) (140)• Quote-part du résultat net<strong>de</strong>s entités associées (10) (13)RÉSULTAT NET 203 229• Part <strong>de</strong>s intérêts minoritaires (2) (3)RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ(part du Groupe) 201 226Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues SA ConstructionDans un environnement économique difficile<strong>de</strong>puis 2009, Bouygues Construction a fixéson objectif <strong>de</strong> chiffre d’affaires pour 2012à 10 milliards d’euros, en hausse <strong>de</strong> 2 % parrapport à 2011.Bouygues Construction dispose d'une bonnevisibilité, confortée notamment par :è une activité acquise au 31 décembre2011 pour l'exercice 2012 <strong>de</strong> 7,8 milliardsd’euros, couvrant 78 % <strong>de</strong> l’activitéprévisionnelle ;è une activité internationale (hors Europe)soutenue, notamment dans <strong>de</strong>s paysmoins sensibles à la crise économique(Hong Kong, Singapour, Qatar, etc.) ;è un carnet à long terme (au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>cinq ans) <strong>de</strong> 2,4 milliards d'euros au31 décembre 2011 ;è une structure financière saine, forte d'unetrésorerie nette <strong>de</strong> 2,9 milliards d'euros ;è une offre renforcée dans le domaine<strong>de</strong> la construction durable, avec<strong>de</strong>s engagements forts en matière<strong>de</strong> performances énergétique etenvironnementale.La maîtrise <strong>de</strong> l’exécution <strong>de</strong>s grandschantiers, la sélectivité dans les prises <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s face à la pression concurrentielleet l’obtention <strong>de</strong>s financements <strong>de</strong>s futursprojets resteront au cœur <strong>de</strong>s priorités <strong>de</strong>Bouygues Construction en 2012.La signature du contrat duPalais <strong>de</strong> Justice <strong>de</strong> Paris et ladésignation comme attributairepressenti du groupementmené par Bouygues pourle contournement LGV Nîmes-Montpellier permettent <strong>de</strong> biendémarrer l’année 2012.Joël Rinnaert,chef d'équipe principal maçon,membre <strong>de</strong> l'Ordre du Tri<strong>de</strong>nt (Norpac)<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 55


LE PROFIL DE<strong>BOUYGUES</strong>CONSTRUCTIONForces et atoutsBouygues Construction peut s'appuyer sur <strong>de</strong>nombreux atouts :> ses équipes sont reconnues pour leur savoir-faireà forte technicité,> une forte présence internationale (près <strong>de</strong>80 pays) lui permet <strong>de</strong> se mobiliser rapi<strong>de</strong>mentsur les marchés les plus dynamiques,> son assise et ses bonnes performances financièreslui donnent les moyens <strong>de</strong> tirer le meilleurparti <strong>de</strong>s opportunités,> sa politique <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>s risques opérationnelset financiers garantit la bonne exécution<strong>de</strong>s projets et une adaptation rapi<strong>de</strong> aux évolutions<strong>de</strong> ses marchés,> sa politique <strong>de</strong> R&D et son esprit d'innovationlui apportent <strong>de</strong>s solutions pour répondre avecpertinence à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong>s clients,> sa démarche <strong>de</strong> développement durable luipermet <strong>de</strong> faire face aux défis environnementauxUn glossaire figure au chapitre "Informations complémentaires" du présent document.et sociétaux <strong>de</strong> ses activités, et <strong>de</strong> créer <strong>de</strong>sopportunités <strong>de</strong> croissance.Stratégie <strong>de</strong> développementBouygues Construction opère <strong>de</strong> plus en plus souventdans le cadre <strong>de</strong> contrats globaux, partenariatspublic-privé (PPP) ou concessions, tant dans lesmétiers du bâtiment et <strong>de</strong>s travaux publics que dansl’énergie et les services. Ses axes stratégiques <strong>de</strong>développement sont complémentaires.L’internationalChantier d'électrificationhaute tension au CongoL’entreprise intervient <strong>de</strong> façon pérenne grâce àses filiales locales ou ponctuellement sur <strong>de</strong> grandsprojets. Ces <strong>de</strong>ux approches se complètent et luidonnent la flexibilité nécessaire pour mobiliserrapi<strong>de</strong>ment ses ressources sur les marchés à fortpotentiel.Les activités d’énergies et <strong>de</strong> servicesLes activités d’énergies et <strong>de</strong> services permettentà Bouygues Construction <strong>de</strong> concevoir <strong>de</strong>s offresglobales et génèrent <strong>de</strong>s revenus récurrents sur lelong terme. L’entreprise se renforce aussi sur <strong>de</strong>smarchés très techniques comme la fibre optique etles data centers.Les opérations à forte valeur ajoutéeBouygues Construction a développé <strong>de</strong>puis vingtans une expertise forte dans les PPP et les concessionsavec plus d’une centaine <strong>de</strong> projets achevés,en France et à l’international. Dans le développementimmobilier, l’entreprise s’appuie sur un réseaud’entreprises spécialisées en France et en Europeet sur <strong>de</strong>s fonds d’investissements spécifiques,notamment pour les Bâtiments basse consommation(BBC) et Haute qualité environnementale (HQE ® ).La construction durableLa construction durable est la déclinaison opérationnelle<strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> développement durable<strong>de</strong> Bouygues Construction. Grâce aux métho<strong>de</strong>sd’éco-conception, l’entreprise propose <strong>de</strong>s solutionsperformantes sur le plan environnementalet économique tout au long du cycle <strong>de</strong> vie d’unouvrage. Cette approche s’élargit progressivementà l’échelle du quartier ou <strong>de</strong> la ville. De la conceptionà l’exploitation, les entreprises du groupeBouygues Construction prennent <strong>de</strong>s engagementscontractuels forts visant à respecter <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong>performance fixés avec leurs clients et partenaires.PositionnementconcurrentielCompte tenu <strong>de</strong> l’organisation <strong>de</strong> ses concurrentsdirects, il est difficile <strong>de</strong> comparer BouyguesConstruction sur son périmètre. Le pôle Contracting<strong>de</strong> Vinci et le pôle Construction du groupe Bouygues(Bouygues Construction, Bouygues Immobilier,Colas) sont les <strong>de</strong>ux premiers constructeurs européens<strong>de</strong>vant l’allemand Hochtief, l’espagnol ACS,et le français Eiffage (classement Le Moniteur publiéen décembre 2011).CHIFFRES CLÉS 2011Bouygues Construction a réalisé une très bonneannée en 2011 malgré un environnement économiquetoujours incertain.Activité commercialeexcellente, margeopérationnelle robuste etstructure financière saineUne prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>sexcellente : 10 946 M€La prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s 2011 s’établit à 10 946 millionsd’euros, niveau historiquement haut, proche durecord <strong>de</strong> 2007 (11 081 millions d’euros). En France,elle atteint 6 838 millions d’euros, en forte hausse<strong>de</strong> 28 % par rapport à 2010, portée notammentpar la conclusion <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s affaires en PPP tellesque le futur ministère français <strong>de</strong> la Défense et leParc zoologique <strong>de</strong> Paris. Après une année 2010exceptionnelle, marquée par la conclusion <strong>de</strong> cinqaffaires supérieures à 300 millions d’euros, la prise<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s internationale s’établit à 4 108 millionsd’euros en 2011 (en baisse <strong>de</strong> 26 %), avecun dynamisme commercial dans les pays moinssensibles à la crise économique (Suisse, Singapour,etc.). Elle tient compte <strong>de</strong> l’intégration <strong>de</strong> Leadbitter,société acquise début 2011 au Royaume-Uni. Laprise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s comprend 854 millions d’euros<strong>de</strong> contrats <strong>de</strong> long terme (supérieurs à cinq ans)pour ETDE (701 millions d’euros en 2010).Un carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>sà un niveau record (+ 8 %)Fin 2011, le carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s s’élève à15,3 milliards d’euros (en progression <strong>de</strong> 8 %par rapport à 2010), dont 49 % sont à exécuter àl’international. La forte augmentation <strong>de</strong> la part<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 56


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues Constructionmoyen et long terme offre une visibilité croissante,en particulier pour les activités d’énergies et <strong>de</strong>services.Un chiffre d’affairesen croissance : 9 802 M€ (+ 6 %)Après une légère baisse en 2010 qui venait interrompresix années consécutives <strong>de</strong> croissance, lechiffre d’affaires progresse <strong>de</strong> nouveau et s’établit à9 802 millions d’euros, en hausse <strong>de</strong> 6 %. La France(+ 5 % à 5 350 millions d’euros), comme l’international(+ 8 % à 4 452 millions d’euros), contribuentà cette croissance et représentent respectivement55 % et 45 % du chiffre d’affaires. À l’international,le chiffre d’affaires est impacté favorablement parl’intégration <strong>de</strong> Leadbitter. À périmètre et changeconstants, le chiffre d’affaires est en croissance<strong>de</strong> 2 %.Évolution <strong>de</strong>s marchés et<strong>de</strong> l’activité <strong>de</strong> BouyguesConstructionÀ l’échelle mondiale, les besoins <strong>de</strong> constructionrestent très importants, en particulier dans lesdomaines <strong>de</strong>s équipements urbains, <strong>de</strong>s infrastructuresd’énergie, <strong>de</strong> l’enseignement, <strong>de</strong> la cultureet <strong>de</strong>s loisirs.Dans les pays industrialisés, Bouygues Constructionpropose à ses clients <strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> financementinnovants pour pallier les difficultés potentielles<strong>de</strong>s investisseurs publics, grâce notamment à sonsavoir-faire en montage <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s affaires complexes.Dans les pays émergents, les marchés sontplus dynamiques (taux <strong>de</strong> croissance élevés, fondssouverains, etc.), avec <strong>de</strong>s perspectives intéressantespour les métiers <strong>de</strong> Bouygues Construction.À Marseille, Bouygues Construction réalise la rénovation ensite occupé du Sta<strong>de</strong> Vélodrome. Le nouveau sta<strong>de</strong> couvertrépondra au niveau 5 du classement UEFA. Un éco-quartier<strong>de</strong> 100 000 m 2 sera également développé à côté du sta<strong>de</strong>.Un résultat net en progression :226 M€ (+ 12 %)Le résultat opérationnel courant est <strong>de</strong> bon niveau :il s’établit à 353 millions d’euros, en progression <strong>de</strong>38 millions d’euros (+ 12 % par rapport à 2010),soit une marge opérationnelle robuste <strong>de</strong> 3,6 %(+ 0,2 point) dans un environnement très concurrentiel.Le résultat financier (29 millions d’euros) estquasiment stable. Il est toujours fortement pénalisépar <strong>de</strong>s conditions peu attractives <strong>de</strong> rémunération<strong>de</strong> la trésorerie <strong>de</strong> Bouygues Construction. Aprèsun impôt <strong>de</strong> 140 millions d’euros, le résultat net partdu Groupe ressort à 226 millions d’euros en 2011,soit 2,3 % du chiffre d’affaires.Une trésorerie nette à un niveautrès élevé : 2 869 M€ (+ 13 M€)Bouygues Construction dispose d’une trésorerienette <strong>de</strong> 2,9 milliards d’euros, en hausse <strong>de</strong> 13 millionsd’euros par rapport à fin 2010, ce qui lui assureune structure financière saine.La maturité <strong>de</strong> la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> en construction durableest variable selon les pays. Elle est avancée enFrance où l’État joue un rôle d’accélérateur sur laperformance énergétique <strong>de</strong>s bâtiments neufs etrénovés, comme dans plusieurs pays d’Europe<strong>de</strong> l’Ouest (Royaume-Uni, Suisse), d’Amérique duNord (Canada) ou d’Asie (Singapour, Hong Kong).Dans <strong>de</strong>s pays moins mûrs sur ces sujets, l’entreprisese positionne comme force <strong>de</strong> proposition,en particulier par la promotion <strong>de</strong>s certificationsenvironnementales <strong>de</strong> ses projets.Activité Bâtiment et Travaux publicsDans <strong>de</strong>s marchés contrastés, l’activité commercialepour le bâtiment et les travaux publics a été dynamiqueet le chiffre d’affaires a représenté 8 272 millionsd’euros, en hausse par rapport à 2010. Lechiffre d’affaires s’établit à 4 290 millions d’euros enFrance et, à l’international, à 3 982 millions d’eurosréalisés dans plus <strong>de</strong> 70 pays.FranceEn France, dans les activités <strong>de</strong> bâtiment et <strong>de</strong>travaux publics, Bouygues Construction (horsbranche Énergies et Services) est l’un <strong>de</strong>s troismajors français <strong>de</strong>vant Eiffage Construction et<strong>de</strong>rrière Vinci Construction, sur un marché <strong>de</strong> près<strong>de</strong> 200 milliards d’euros 1 . Il existe également <strong>de</strong>nombreuses moyennes et petites entreprises.En Île-<strong>de</strong>-France, le niveau d’activité du marchédu bâtiment se stabilise <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ans après sixannées <strong>de</strong> croissance. L’habitat, soutenu par lesinvestisseurs privés et par l’État, présente encore<strong>de</strong> bonnes perspectives. L’immobilier d’entreprisereste très en <strong>de</strong>çà <strong>de</strong>s niveaux d’avant crise, mêmesi le marché est plus soutenu que dans le restedu territoire national. En revanche, le potentiel <strong>de</strong>gran<strong>de</strong>s affaires <strong>de</strong>meure important, notammentdans le cadre <strong>de</strong>s décisions d’investissement duGrand Paris. Dans les autres régions françaises, lemarché du bâtiment est caractérisé par une baisse<strong>de</strong> la granulométrie <strong>de</strong>s affaires, illustrée notammentpar une raréfaction <strong>de</strong>s gran<strong>de</strong>s affaires.L’environnement économique pour les travauxpublics reste pénalisé par la crise économiqueavec une atonie du marché du génie civil et uneforte concurrence pour les contrats <strong>de</strong> terrassement.Chiffre d'affaires 2011 : 4 290 M€ (+ 5 %)Bouygues Construction a pu bénéficier <strong>de</strong> sa place<strong>de</strong> lea<strong>de</strong>r sur le marché francilien du bâtiment. Sessociétés interviennent sur <strong>de</strong> nombreux projets,tant en construction qu’en rénovation : ouvrages(1) estimation Euroconstruct - Novembre 2011<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 57


fonctionnels (notamment les Archives nationales <strong>de</strong>Pierrefitte), ensembles immobiliers rési<strong>de</strong>ntiels et <strong>de</strong>bureaux (dont le premier contrat <strong>de</strong> performanceénergétique pour du logement à Vitry-sur-Seine).L’activité commerciale a été excellente, notammentdans la comman<strong>de</strong> publique en PPP (futur ministèrefrançais <strong>de</strong> la Défense, Parc zoologique <strong>de</strong> Paris,etc.) et en appels d’offres classiques (Philharmonie<strong>de</strong> Paris, etc.). La comman<strong>de</strong> privée est restéedynamique (ensemble immobilier Fort d’Issy, centrecommercial <strong>de</strong> Beaugrenelle, etc.). La granulométrie<strong>de</strong>s affaires est importante, avec une prise <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s comprenant six affaires <strong>de</strong> plus<strong>de</strong> 100 millions d’euros. Début 2012, BouyguesConstruction a signé le contrat en PPP du futurPalais <strong>de</strong> Justice <strong>de</strong> Paris (voir à ce sujet "Principauxévénements <strong>de</strong>puis le 1 er janvier 2012" au chapitre"Le Groupe" du présent document).À Hong Kong, Bouygues Construction réalise avec la sociétéjaponaise Nishimatsu un tunnel <strong>de</strong> récupération <strong>de</strong>s eauxpluviales particulièrement technique sur 10,5 kilomètresDans les autres régions françaises, les cinq filialesrégionales <strong>de</strong> bâtiment <strong>de</strong> Bouygues Constructionont été particulièrement actives dans la constructiond’équipements publics <strong>de</strong> santé (centre hospitalierd’Amiens-Picardie et nouvel hôpital d’Orléanscertifié HQE ® ), <strong>de</strong> justice (livraison du centrepénitentiaire <strong>de</strong> Réau) ou éducatifs et <strong>de</strong> loisirs(reconfiguration du Sta<strong>de</strong> Vélodrome <strong>de</strong> Marseille).L’environnement commercial a pesé davantagesur la prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s malgré <strong>de</strong>s succèscommerciaux dans les spécialités <strong>de</strong> BouyguesConstruction : <strong>de</strong>ux lycées en PPP en Lorraine,maisons centrales <strong>de</strong> l’Orne et du Pas-<strong>de</strong>-Calais,hôtel <strong>de</strong> région d’Auvergne certifié HQE ® , etc.Bouygues Construction opère sur les marchés <strong>de</strong>travaux publics à travers <strong>de</strong>s agences régionalesréparties sur l’ensemble du territoire, spécialiséesdans le petit génie civil et le terrassement. Parailleurs, grâce à son expertise dans ces métiers,l’entreprise réalise <strong>de</strong> grands ouvrages complexesà l’image <strong>de</strong>s travaux <strong>de</strong> génie civil en cours <strong>de</strong>la centrale nucléaire EPR <strong>de</strong> Flamanville ou <strong>de</strong>sréservoirs <strong>de</strong> GNL à Dunkerque pris en comman<strong>de</strong>sen 2011. L’activité générée par ces grands projetsa permis en 2011 <strong>de</strong> compenser la baisse <strong>de</strong>sactivités plus traditionnelles. Début 2012, le groupementdont Bouygues Construction est mandatairea été désigné attributaire pressenti pour le PPP ducontournement ferroviaire <strong>de</strong> Nîmes-Montpellier.EuropeEn Europe <strong>de</strong> l’Ouest, les filiales <strong>de</strong> BouyguesConstruction sont particulièrement actives sur lesmarchés anglais (162 milliards d’euros 1 ) et suisse(43 milliards d’euros 1 ). Au Royaume-Uni, l’environnementest affecté par la crise économique et larigueur budgétaire. En Suisse, la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong>sfinanciers pour <strong>de</strong>s placements "long terme" resteforte avec <strong>de</strong> belles perspectives dans l’immobilier.En Europe <strong>de</strong> l’est, l’environnement est très dégradémais offre à moyen terme <strong>de</strong> belles opportunités.Chiffre d'affaires 2011 : 1 810 M€ (+ 15 %)Au Royaume-Uni, Bouygues Construction peuts’appuyer sur son savoir-faire dans les projets enPrivate Finance Initiative (PFI) et en Design & Build,et sur sa présence sur un vaste territoire allant<strong>de</strong> Londres au sud <strong>de</strong> l’Angleterre. L’entreprise arenforcé ce maillage territorial avec sa prise <strong>de</strong>participation début 2011 dans Leadbitter, entreprise<strong>de</strong> bâtiment dont le siège est à Oxford. En Suisse,Bouygues Construction profite <strong>de</strong> son expertisedans le montage <strong>de</strong> projets complexes en développementimmobilier. L’activité commerciale y a ététrès dynamique avec plus <strong>de</strong> 650 millions d’euros<strong>de</strong> prises <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s pour ce type <strong>de</strong> projets.Parmi les plus importants figurent le complexeimmobilier et commercial Monthey-Trollietta, ainsique l’éco-quartier Eikenott à Gland.En Europe <strong>de</strong> l’est, Bouygues Construction a acquisces <strong>de</strong>rnières années plusieurs entreprises localesbien implantées (Pologne, Hongrie, Républiquetchèque) qui poursuivent leur développement dansles activités <strong>de</strong> bâtiment.L’entreprise intervient plus ponctuellement enEurope sur <strong>de</strong> grands projets d’infrastructures àl’image du doublement <strong>de</strong> l’autoroute d’Istrie enCroatie finalisé en 2011, <strong>de</strong> la centrale nucléaire EPRd’Olkiluoto en Finlan<strong>de</strong> livrée en 2011 pour Areva, ou<strong>de</strong> la nouvelle enceinte <strong>de</strong> confinement du réacteuracci<strong>de</strong>nté <strong>de</strong> Tchernobyl en Ukraine, en cours <strong>de</strong>construction en partenariat avec Vinci.Asie - PacifiqueLes marchés <strong>de</strong> construction asiatiques sontparticulièrement dynamiques avec <strong>de</strong>s taux <strong>de</strong>croissance toujours élevés, soutenus par un interventionnismeefficace.Chiffre d'affaires 2011 : 1 118 M€ (- 6 %)À Hong Kong, l’activité est soutenue par les grandsprojets pris en comman<strong>de</strong> en 2010, dont notammentle siège <strong>de</strong> l’aviation civile, le terminal pour paquebots<strong>de</strong> croisière Kai Tak et <strong>de</strong>ux tronçons <strong>de</strong> tunnelferroviaire pour la future ligne à gran<strong>de</strong> vitesseHong Kong – Guangzhou. Bouygues Constructionest également un acteur reconnu à Singapourdans le bâtiment (rési<strong>de</strong>nces <strong>de</strong> luxe, hôtels etbureaux) répondant à <strong>de</strong>s exigences drastiquesen matière <strong>de</strong> qualité, sécurité et environnement.Le Sports Hub, plus grand partenariat public-privé(PPP) d’équipement sportif au mon<strong>de</strong>, est en cours<strong>de</strong> réalisation et <strong>de</strong>ux ensembles immobiliers ontété pris en comman<strong>de</strong> en 2011. En Thaïlan<strong>de</strong>,l’entreprise construit <strong>de</strong>s ensembles rési<strong>de</strong>ntiels<strong>de</strong> gran<strong>de</strong> hauteur, notamment le complexe TheRiver (210 000 m 2 ).(1) estimation Euroconstruct - Novembre 2011<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 58


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionAu Turkménistan, l’entreprise a livré sept bâtimentsdont le grand projet du complexe prési<strong>de</strong>ntiel.Quatre nouveaux contrats ont été pris en comman<strong>de</strong>,dont la réalisation clés en main d’un hôtelcinq étoiles.Afrique – Maghreb – Moyen-OrientMalgré une baisse attendue <strong>de</strong>s exportations <strong>de</strong>matières premières et un léger affaiblissement<strong>de</strong>s investissements, l’Afrique et le Moyen-Orientrestent <strong>de</strong>s zones dynamiques qui souffrent moinsdu contexte économique mondial.Chiffre d'affaires 2011 : 768 M€ (+ 25 %)En Afrique, les entreprises <strong>de</strong> bâtiment et <strong>de</strong> géniecivil <strong>de</strong> Bouygues Construction collaborent pourréaliser <strong>de</strong> grands projets d’infrastructures (Maroc,Guinée équatoriale). En Guinée équatoriale, legouvernement a engagé d’importants travaux <strong>de</strong>mo<strong>de</strong>rnisation <strong>de</strong>s infrastructures. L’entreprise intervientà la fois sur <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> bâtiment (notammentla livraison d’un hôtel cinq étoiles à Malaboen 2011), <strong>de</strong> construction <strong>de</strong> routes (en particulierl’autoroute <strong>de</strong> Bata en cours <strong>de</strong> construction) etd’ouvrages d’art (notamment les ponts d’Oyala encours <strong>de</strong> construction). Au Maroc, l’activité a étésoutenue en 2011, tant dans le bâtiment (hôtel, logement)que dans les travaux publics (construction du<strong>de</strong>uxième port à conteneurs <strong>de</strong> Tanger).Bouygues Construction intervient égalementponctuellement sur <strong>de</strong> grands projets complexes :Qatar Petroleum District, vaste ensemble immobilierau Qatar comprenant neuf tours <strong>de</strong> bureaux,et la ligne 3 du métro du Caire en Égypte. Au titre<strong>de</strong> ses grands projets, l’entreprise a notammentachevé en 2011 le premier pont à haubans <strong>de</strong>sÉmirats arabes unis, qui reliera l’île d’Hodariyatà Abu Dhabi. Le Gautrain, liaison ferroviaire <strong>de</strong>80 kilomètres en Afrique du Sud reliant l’aéroportinternational, Johannesburg et Pretoria, est en cours<strong>de</strong> finalisation.Amériques – CaraïbesLa situation économique sur le continent américainest contrastée et varie très fortement d’un pays àl’autre. Bouygues Construction s’y développe autour<strong>de</strong> grands projets d’équipement et d’infrastructures.Chiffre d'affaires 2011 : 286 M€ (+ 28 %)L’entreprise intervient <strong>de</strong> façon pérenne à Cubaoù elle est reconnue comme un spécialiste <strong>de</strong> laconstruction clés en main <strong>de</strong> complexes hôteliers <strong>de</strong>luxe. En Jamaïque, sa filiale <strong>de</strong> travaux publics participe<strong>de</strong>puis plusieurs années au développement duréseau routier et autoroutier. À ce titre, un nouveautronçon <strong>de</strong> l’autoroute 1B a été pris en comman<strong>de</strong>en 2011. Après l’hôpital <strong>de</strong> Surrey au Canada livréen 2011, Bouygues Construction réalise, à nouveaudans le cadre d’un PPP, le quartier général <strong>de</strong> laGendarmerie royale, qui sera certifié Leed Gold.Aux États-Unis, le tunnel du port <strong>de</strong> Miami, réalisédans le cadre d’un PPP <strong>de</strong> trente-cinq ans, est encours <strong>de</strong> construction.Activité Énergies et ServicesCes activités offrent à moyen terme <strong>de</strong> bellesopportunités à ETDE dans ses principaux pays d’implantation(France, Royaume-Uni, Suisse, Canada),notamment liées à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> croissante <strong>de</strong> performanceénergétique. À court terme, le marché estplus incertain en raison d’une forte concurrence et<strong>de</strong> la baisse potentielle <strong>de</strong> la comman<strong>de</strong> publique.Dans les activités d’énergies et <strong>de</strong> services, ETDEse place en quatrième position après Vinci (VinciEnergies, Cegelec, Vinci Facilities), Spie et Eiffage(Clemessy, Crystal, Forclum).En 2011, la contribution d’ETDE au chiffre d’affairesconsolidé <strong>de</strong> Bouygues Construction s’élèveà 1 530 millions d’euros (1 547 millions d’eurosen 2010, soit - 1 %). ETDE se positionne sur lesinfrastructures <strong>de</strong> réseaux (50 % <strong>de</strong> l’activité), legénie électrique et thermique (26 %), et le facilitymanagement (24 %).FranceChiffre d’affaires 2011 : 1 060 M€ (+ 5 %)ETDE, à travers sa filiale dédiée aux infrastructures<strong>de</strong> réseaux, est un <strong>de</strong>s lea<strong>de</strong>rs français <strong>de</strong> l’aménagementnumérique du territoire et intervient sur quatorzedélégations <strong>de</strong> services publics (7 600 km <strong>de</strong>fibres optiques, six millions d’habitants <strong>de</strong>sservis).Un important contrat avec engagement <strong>de</strong> performanceénergétique portant sur l’éclairage public<strong>de</strong> la ville <strong>de</strong> Paris a été pris en comman<strong>de</strong>. ETDEa, par ailleurs, débuté trois nouveaux contratsremportés en 2010, dont celui <strong>de</strong> la ville <strong>de</strong> Thiais,d’une durée <strong>de</strong> vingt ans, qui intègre la réduction<strong>de</strong> la consommation électrique d’un tiers. Celui <strong>de</strong>la ville <strong>de</strong> Longjumeau propose 35 % d’économied’énergie, 100 % d’énergie verte, <strong>de</strong>s véhiculesélectriques et un bilan carbone tous les cinq ans.En génie électrique et thermique, ETDE réalise lestravaux <strong>de</strong>s hôpitaux <strong>de</strong> Metz et d’Amiens. Lestravaux du dix-huitième data center ont débuté.En partenariat avec les filiales <strong>de</strong> construction <strong>de</strong>Bouygues Construction, la filiale <strong>de</strong> facility managementd’ETDE a signé plusieurs PPP dont le futurministère français <strong>de</strong> la Défense, le Parc zoologique<strong>de</strong> Paris et <strong>de</strong>ux lycées en région Lorraine.InternationalChiffre d’affaires 2011 : 470 M€ (- 12 %)Au Royaume-Uni, ETDE intervient dans l’ensemble<strong>de</strong> ses métiers et possè<strong>de</strong> <strong>de</strong>s filiales spécialiséesdans le facility management, l’éclairage public et legénie climatique.En Europe, ETDE est aussi présent en Suisse (facilitymanagement) et en Hongrie (génie climatique).Implanté en Afrique <strong>de</strong>puis plus <strong>de</strong> cinquante ans,ETDE est notamment présente au Congo et auGabon. L’entreprise y développe l’ensemble <strong>de</strong>ses compétences en conception, installation etmaintenance <strong>de</strong> réseaux d’énergies, d’éclairagepublic, et <strong>de</strong> génie électrique et thermique. Dans lecadre <strong>de</strong> ses grands projets, ETDE a livré, fin 2011,500 km <strong>de</strong> lignes et <strong>de</strong> postes électriques au Congo.Au Canada, ETDE assure le facility management<strong>de</strong> l’hôpital <strong>de</strong> Surrey pendant trente ans et duquartier général <strong>de</strong> la Gendarmerie royale pendantvingt-cinq ans.CONSTRUIREEN RESPECTANTL’ENVIRONNEMENTFace aux défis environnementaux et au renchérissement<strong>de</strong> l’énergie, le secteur du bâtiment et <strong>de</strong>stravaux publics a un rôle clé à jouer. Les réponsesà ces enjeux sont autant d’opportunités <strong>de</strong> marchéque Bouygues Construction entend saisir.Une nouvelle direction Innovation et Constructiondurable fédère les actions :> <strong>de</strong> la direction Développement durable (pourcomprendre les attentes <strong>de</strong>s parties prenantes),> <strong>de</strong> la direction Marketing et Prospective (pouri<strong>de</strong>ntifier et évaluer les nouvelles technologies,les nouveaux matériaux et les nouveaux outilsqui contribuent à préserver l’environnement),> et <strong>de</strong> la direction Recherche-Développementet Innovation (pour comprendre et anticiper lesévolutions <strong>de</strong>s marchés et clients) intégrant unpôle <strong>de</strong> compétences Construction durable.CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 59


La construction durable,vecteur d’innovationPour concevoir et élaborer les solutions qui répon<strong>de</strong>ntaux exigences <strong>de</strong> ses clients, BouyguesConstruction travaille sur <strong>de</strong>s thématiques ciblées :> énergie : réduction <strong>de</strong>s consommations dansles bâtiments neufs et rénovés, avec la miseen place d’outils <strong>de</strong> diagnostic, conception etmesure, qui permettent un véritable engagement<strong>de</strong> performance ;> carbone : le logiciel CarbonEco ® , développéen interne, permet <strong>de</strong> mesurer l’impact <strong>de</strong>souvrages. Des solutions bas carbone sont àl’étu<strong>de</strong> notamment sur <strong>de</strong>s bétons avec Lafarge ;> ressources et matériaux : une base écoproduitsest à disposition <strong>de</strong>s entités et <strong>de</strong>sprocédés sont mis en œuvre pour réduire laconsommation d’eau dans les bâtiments ;> biodiversité : <strong>de</strong>s gui<strong>de</strong>s méthodologiques ontété conçus sur la biodiversité urbaine et le travailsur l’optimisation <strong>de</strong>s mesures compensatoiresse poursuit ;> santé et confort : plusieurs campagnes <strong>de</strong>mesure <strong>de</strong> la qualité <strong>de</strong> l’air au sein <strong>de</strong>s ouvragesont été réalisées pour réduire les taux <strong>de</strong> polluants;> usages : Bouygues Construction travaille sur lescomportements <strong>de</strong>s utilisateurs <strong>de</strong>s bâtimentspour une meilleure maîtrise <strong>de</strong>s consommationsénergétiques ;> éco-conception : avec le CSTB, l’entreprisedéveloppe Elodie ® , outil d’analyse multicritèredu cycle <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s bâtiments ;> chantiers : une série d’innovations ont été misesau point pour améliorer les conditions <strong>de</strong> réalisation<strong>de</strong>s chantiers (ponceuse robotisée pour lesplafonds, robot laveur <strong>de</strong> banches, etc.).TémoignageHervé Charrue, directeur R&D du CSTB"Le CSTB développe unoutil d’analyse du cycle<strong>de</strong> vie – l’ACV – adaptéau secteur du bâtiment,baptisé Elodie ® . À traversune analyse multicritère,il permettra d’évaluer lesimpacts environnementauxd’une opération àtoutes ses étapes, <strong>de</strong> laconception à la démolition.Dans ce cadre, le CSTB etBouygues Construction ontconclu un partenariat <strong>de</strong>R&D afin <strong>de</strong> renforcer cetteBouygues Constructionnoue <strong>de</strong>s partenariats fortsapproche et développer <strong>de</strong>nouvelles fonctionnalités.Les données produitesgrâce à l’ACV vont éclairerles choix en matière <strong>de</strong>construction, réalisation,maintenance <strong>de</strong>sbâtiments et d’intégrationdans les quartiers, pourune performance globaletant en termes <strong>de</strong> qualité<strong>de</strong> vie que d’usage.À ce jour, BouyguesConstruction a déjà réaliséune quarantaine d’ACVBouygues Construction est partie prenante <strong>de</strong> programmes<strong>de</strong> recherche européens comme Clear UP(technologies pour la rénovation énergétique), OpenHouse (évaluation européenne <strong>de</strong>s bâtiments) ouencore Energy Efficiency Building Association, dontl’entreprise assure la prési<strong>de</strong>nce.En France, une collaboration fructueuse a été impulséeavec l’ECP, l’ENPC, Supélec et le CSTB au sein<strong>de</strong> la chaire Bâtir durable et Innover qui travaille surles thématiques énergie, carbone, usages, ACV(analyse du cycle <strong>de</strong> vie) et matériaux innovants. En2011, Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France a lancé avecl’université <strong>de</strong> Saint-Quentin-en-Yvelines une chaireCampus durables pour élaborer une programmationdu campus <strong>de</strong> <strong>de</strong>main. Bouygues Travaux Publics etNorpac se sont engagées dans la création <strong>de</strong> l’Institut<strong>de</strong> recherche technologique Railenium au sein<strong>de</strong> l’Université Lille Nord <strong>de</strong> France, pour développerune infrastructure ferroviaire durable.La construction durable àtoutes les étapes du cycle<strong>de</strong> vieConceptioncomplètes sur différentstypes d’opérations etprévoit <strong>de</strong> déployer Elodie ®dans l’ensemble <strong>de</strong> sesfiliales en 2012."Pour réduire les impacts environnementaux <strong>de</strong>souvrages tout en recherchant une optimisation ducoût global, Bouygues Construction :> conçoit <strong>de</strong>s projets performants sur le plan énergétique,> intègre les exigences en matière <strong>de</strong> confort, santéet usage,> limite l’empreinte carbone <strong>de</strong> ses opérations,> préserve les ressources et limite la production <strong>de</strong>déchets,> s’appuie sur les certifications environnementales.En 2011, la part <strong>de</strong> bâtiments sous labellisation oucertification environnementale s’élève à 55 % <strong>de</strong> laprise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s (soit 266 bâtiments) contre53 % en 2010.ConstructionL’entreprise s’emploie à limiter les impacts <strong>de</strong> seschantiers. Fin 2011, 278 chantiers ont été labellisésEcosite (label environnemental "chantier" <strong>de</strong> l’entreprise),soit 76 % <strong>de</strong>s chantiers labellisables.> Label Ecosite : Ecosite évalue les actions misesen œuvre pour limiter l’empreinte d’un chantier,quelle que soit son implantation, selon onzethèmes issus <strong>de</strong>s réglementations nationalesles plus exigeantes et <strong>de</strong>s bonnes pratiquesobservées au sein <strong>de</strong> l’entreprise.Exploitation-MaintenanceBouygues Construction accompagne ses clientsdans le pilotage <strong>de</strong>s consommations afin d’atteindreles niveaux <strong>de</strong> performance fixés, et favorise lescomportements économes en énergie. L’entreprises’attache aussi à exploiter ses établissements <strong>de</strong>manière durable : conception <strong>de</strong> bâtiments basseconsommation (BBC) pour ses filiales, rénovationénergétique, plans <strong>de</strong> déplacements d’entreprise(PDE), campagnes d’éco-gestes, acquisition <strong>de</strong>véhicules électriques. Ainsi, après rénovation,Challenger, siège <strong>de</strong> l’entreprise livré en 1988, verrases consommations d’énergie divisées par dix.Cette maîtrise <strong>de</strong>s impacts environnementauxs’appuie sur un système <strong>de</strong> management environnementalcertifié Iso 14001 qui couvre fin 201188 % <strong>de</strong> l’activité.CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment - ECP : École Centrale <strong>de</strong> Paris - ENPC : École nationale <strong>de</strong>s ponts et chaussées - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 60


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionPromouvoir la constructiondurableLancé en 2010, le Club Construction Durable estun espace <strong>de</strong> réflexion visant à faire progresserl’offre en construction durable au travers <strong>de</strong> groupesd’étu<strong>de</strong>s sur le logement social, les campus universitaires,les bureaux, les énergies renouvelables,etc. Il permet <strong>de</strong> partager expériences et connaissances,<strong>de</strong> constituer un réseau d’acteurs pluridisciplinaires,et <strong>de</strong> susciter l’innovation. Aujourd’hui,le Club compte plus <strong>de</strong> 300 membres clients et partenaires,et une quinzaine <strong>de</strong> rencontres à son actif.En 2011, Bouygues Construction a développé <strong>de</strong>nouvelles offres :> BeGreen ® , dédiée au marché du bâtimenttertiaire privé pour accompagner les clientsdans la valorisation durable <strong>de</strong> leur patrimoineimmobilier ;> <strong>de</strong>s contrats <strong>de</strong> performance énergétique inédits,notamment avec l’exploitation par Exprimmdu Green Office ® Meudon, bâtiment tertiaire àénergie positive, et l’exploitation-maintenancedu futur ministère français <strong>de</strong> la Défense ;> Energy-Pass ® , outil <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>s charges quipermet <strong>de</strong> mesurer les consommations <strong>de</strong> chauffage,eau chau<strong>de</strong> et électricité, et <strong>de</strong> garantir laperformance énergétique réelle d’un bâtiment ;> Hypervision ® pour piloter et suivre, en tempsréel et dans la durée, la performance énergétiqued’un bâtiment en exploitation ;> IssyGrid ® à Issy-les-Moulineaux, premier réseauénergétique intelligent <strong>de</strong> quartier, dont le pilotage,l’ingénierie et l’installation sont assuréespar ETDE via Embix, entreprise co-créée parBouygues et Alstom ;> Alizé, offre clés en main <strong>de</strong> bornes <strong>de</strong> rechargementpour véhicules électriques d’ETDE ;> Construction bois avec plus <strong>de</strong> soixante références,tant en neuf qu’en rénovation.Préserver et restaurerla biodiversitéPour préserver les écosystèmes dans leurs projetsd’infrastructures, DTP Terrassement et BouyguesTravaux Publics s’appuient sur un partenariat initiéen 2010 avec Noé Conservation, association spécialisée.C’est avec cette même association qu’ETDE asigné en 2011 un partenariat sur l’éclairage durablepour lutter contre la pollution lumineuse.De son côté, Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France aadhéré à la première agence régionale en Europeconsacrée à la biodiversité, Natureparif. Ses ingénieursécologues sensibilisent les entreprises à labiodiversité urbaine.LES COLLABORATEURS,PREMIÈRE RICHESSE DEL’ENTREPRISEPrévention sécurité-santéLa politique sécurité-santé vise le zéro acci<strong>de</strong>nt.Elle est animée par un comité qui assure le partage<strong>de</strong>s bonnes pratiques, ainsi que la cohérence <strong>de</strong>sdémarches <strong>de</strong> progrès et <strong>de</strong>s indicateurs <strong>de</strong> suivi.Le système <strong>de</strong> management global <strong>de</strong> la sécurité,déployé dans toutes les entités, est certifié Ohsas18001 sur 89 % <strong>de</strong> l’activité.L’implication <strong>de</strong>s managers et <strong>de</strong> la maîtrise, ainsique la formation et la responsabilisation <strong>de</strong>s collaborateurs,ont permis <strong>de</strong> faire baisser le niveau <strong>de</strong>risque <strong>de</strong>puis six ans :TémoignageChristian Burnichon, directeur général adjoint,branche BTP <strong>de</strong> Randstad"L’accord Sécurité signéen 2011 avec BouyguesEntreprises France-Europerépond à notre volontécommune <strong>de</strong> diminuerles acci<strong>de</strong>nts sur leschantiers et <strong>de</strong> mettresalariés permanents etintérimaires au mêmeniveau <strong>de</strong> sécurité.Nos intérimairesrégulièrement déléguésrecevront une formation"Sauveteur secouriste du> évolution du taux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s collaborateursaffectés à la production (tf) <strong>de</strong> 11,97 en2005 à 6,13 en 2011 ;> évolution du taux <strong>de</strong> gravité <strong>de</strong>s collaborateursaffectés à la production (tg) <strong>de</strong> 0,54 en 2005 à0,25 en 2011.Toutes les entités organisent <strong>de</strong>s parcours sécuritéadaptés aux compagnons, chefs <strong>de</strong> chantier,conducteurs <strong>de</strong> travaux et managers. Les intérimaireset sous-traitants sont également impliqués.Diverses opérations sont organisées telles que lajournée européenne <strong>de</strong> la sécurité <strong>de</strong> BouyguesEntreprises France-Europe ou l’opération "GO jem’engage !" d’ETDE.L’ergonomie est une priorité avec une réflexion surles métho<strong>de</strong>s <strong>de</strong> travail, la mise en place d’un pôledédié, <strong>de</strong>s séances d’échauffement, et le déploiement<strong>de</strong> matériels et matériaux plus faciles à utiliser.travail" et <strong>de</strong>s bouchonsd'oreille moulés pourune protection auditiveoptimale. Ceux <strong>de</strong> moins<strong>de</strong> 25 ans ou ayant moins<strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans d’anciennetédans la professionseront formés durant<strong>de</strong>ux jours par l'Apave*aux fondamentaux <strong>de</strong> lasécurité dans le BTP.Enfin, la campagne <strong>de</strong>lutte contre les addictionsmenée par BouyguesConstruction seraprésentée avant touteprise <strong>de</strong> poste."(*) Société anonyme, l’Apave est unbureau <strong>de</strong> contrôle, spécialiste <strong>de</strong> lamaîtrise <strong>de</strong>s risques.En 2011, la campagne <strong>de</strong> lutte contre les addictionsa été poursuivie avec la formation <strong>de</strong> la maîtrise et lasensibilisation <strong>de</strong>s compagnons. Afin <strong>de</strong> mieux évaluerles risques chimiques, l'entreprise dispose d’unlogiciel spécifique et d’un pôle <strong>de</strong> veille. Ce <strong>de</strong>rniera lancé une démarche pour i<strong>de</strong>ntifier et remplacertous les produits contenant <strong>de</strong>s substances cancérogène-mutagène-toxiquepour la reproduction ou<strong>de</strong>s agents chimiques dangereux.Bouygues Bâtiment InternationaI met en place <strong>de</strong>sactions pour homogénéiser le niveau <strong>de</strong> couverturesociale <strong>de</strong> ses collaborateurs quel que soit le payset <strong>de</strong>s programmes <strong>de</strong> vaccinations.Attractivité et mobilitéBouygues Construction mène une politique<strong>de</strong> recrutement dynamique auprès <strong>de</strong>s jeunesdiplômés comme <strong>de</strong>s candidats expérimentés.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 61


Défis Bouygues Construction, forums <strong>de</strong> recrutement,partenariats avec les écoles cibles et actions<strong>de</strong> proximité, notamment via le réseau <strong>de</strong>s CampusManagers Bouygues Construction, renforcentchaque année l’attractivité <strong>de</strong> l’entreprise. En 2011,plus <strong>de</strong> 2 900 collaborateurs ont intégré l’entreprise(dont 45 % <strong>de</strong> jeunes) et 2 500 stagiaires ont étéaccueillis.La mobilité interne est favorisée par tous les moyenset à tous les niveaux. Chaque année, plus <strong>de</strong> 13 %<strong>de</strong>s effectifs, soit près <strong>de</strong> 3 240 collaborateurs en2011, bénéficient d’une promotion interne et duchangement <strong>de</strong> qualification. En 2011, 85 compagnonsont été promus Etam et 174 Etam promuscadres.FormationLa politique <strong>de</strong> formation représente près <strong>de</strong> 5 %<strong>de</strong> la masse salariale en France. Elle s’appuiesur <strong>de</strong>s centres <strong>de</strong> formation internes au niveaucentral (Bouygues Construction University, centred’apprentissage Gustave Eiffel) et dans les filiales(Pro Académie, VSL Aca<strong>de</strong>my, Confucius TrainingCenter, etc.).Dans plusieurs entités, <strong>de</strong>s formations contre l’illettrismesont mises en place. En 2011, celle proposéepar GFC Construction a reçu un trophée régional<strong>de</strong> la Diversité. Les bénéfices <strong>de</strong> ces initiativesvolontaires sont rapi<strong>de</strong>s : meilleure communication,intégration facilitée <strong>de</strong>s compagnons.DiversitéGestion <strong>de</strong>s âgesOutre la signature d’accords dans chaque entité,un plan d’actions ambitieux a été défini en 2011autour <strong>de</strong> quatre axes : gestion <strong>de</strong>s compétences,employabilité, santé et conditions <strong>de</strong> travail etaccompagnement vers la retraite.Depuis 2010, une formation "Retraite" est proposéeà l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs <strong>de</strong> 55 ans pour lesinformer sur les aspects juridiques et administratifs,la gestion <strong>de</strong> fin <strong>de</strong> carrière et un éventuel accompagnementpersonnalisé.Place <strong>de</strong>s femmesEn 2011, les femmes représentent en France 21 %<strong>de</strong>s cadres. Différentes actions pour favoriser laféminisation <strong>de</strong>s équipes ont été lancées dontl’opération "Déployons nos elles", en partenariatavec l’IMS-Entreprendre pour la Cité, pour diversifierles choix d’orientation <strong>de</strong>s jeunes filles, ou encorela formation "Réussir au féminin" pour accompagnerles femmes dans leurs projets managériaux.Un plan d’actions global en faveur <strong>de</strong> la mixité seradéployé à l’échelle <strong>de</strong> l’entreprise en 2012.HandicapLa plupart <strong>de</strong>s entités <strong>de</strong> Bouygues Construction ontsigné <strong>de</strong>s accords ou conventions avec l’Agefiph,s’engageant sur quatre thèmes : sensibilisation <strong>de</strong>scollaborateurs, recrutement, maintien dans l’emploiet sous-traitance au secteur protégé. Fin 2011, plus<strong>de</strong> 600 collaborateurs handicapés travaillent dansles filiales françaises.Le recours au secteur protégé et adapté est pilotépar <strong>de</strong>s binômes Ressources humaines-Achatsdans toutes les entités. La part du chiffre d’affairessous-traité à ce secteur est en augmentation<strong>de</strong> 17 %.En 2011, les actions <strong>de</strong> sensibilisation au handicapse sont multipliées en France, notamment lesHanditours, opérations itinérantes organisées surles chantiers.Agefiph : Association <strong>de</strong> gestion du fonds pour l'insertion professionnelle <strong>de</strong>s personnes handicapées - OCDE : Organisation <strong>de</strong> coopération et <strong>de</strong> développement économiquesDiversité ethnique et culturelleL’entreprise agit pour donner <strong>de</strong>s clés <strong>de</strong> réflexion et<strong>de</strong>s outils pour tirer profit <strong>de</strong> la diversité. En quatreans, la formation "Égalité <strong>de</strong>s Chances" a permis<strong>de</strong> former 400 managers, responsables ressourceshumaines et membres <strong>de</strong> comités <strong>de</strong> directionnotamment, à la lutte contre les discriminations.Bien-être au travailUne meilleure prise en compte <strong>de</strong>s attentes <strong>de</strong>ssalariés est assurée par la généralisation d’enquêtes<strong>de</strong> satisfaction et la définition d’un socle commun<strong>de</strong> questions permettant <strong>de</strong> mesurer les progrèsaccomplis.En 2011, les entités ont mis en œuvre les accordssur la prévention <strong>de</strong>s risques psychosociaux signésen 2010 : dispositifs <strong>de</strong> veille et d’alerte, formation"Stress au travail" et gui<strong>de</strong> pratique à <strong>de</strong>stination<strong>de</strong>s managers. L’entreprise mène <strong>de</strong>s réflexionssur les nouveaux mo<strong>de</strong>s d’organisation du travail(télétravail, etc.), et sur l’exercice <strong>de</strong> la parentalité,notamment par les hommes (partenariat avecl’Observatoire <strong>de</strong> la parentalité, diffusion d’un Gui<strong>de</strong>du manager).Respect <strong>de</strong>s droits humainsDu fait <strong>de</strong> sa présence dans près <strong>de</strong> 80 pays,Bouygues Construction fait face à <strong>de</strong>s situationséconomiques, sociales et politiques très diverses.Le respect <strong>de</strong>s valeurs et <strong>de</strong>s principes fondateursen matière <strong>de</strong> droits <strong>de</strong> l’homme (Déclarationuniverselle <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> l’homme, Organisationinternationale du travail, OCDE, Pacte mondial)est un fil directeur <strong>de</strong> son action. Ces principessont diffusés dans toutes les filiales grâce auco<strong>de</strong> d'éthique <strong>de</strong> Bouygues et à la charte RSEfournisseurs.Bouygues Construction réalise 77 % <strong>de</strong> son activitédans les pays <strong>de</strong> l’OCDE.Les entités présentes dans les pays émergentsportent leurs actions dans plusieurs directions :> application aux personnels locaux <strong>de</strong>s standards<strong>de</strong> l'entreprise en matière <strong>de</strong> santé et sécurité,supérieurs à la législation locale dans <strong>de</strong> nombreuxpays ;> conditions <strong>de</strong> travail et d’hébergement décentes,dans le respect <strong>de</strong>s cultures et <strong>de</strong>s communautés;> procédures <strong>de</strong> contrôle pour s’assurer quesous-traitants et fournisseurs ne pratiquent pasle travail forcé ou celui <strong>de</strong>s enfants. Par ailleurs,Bouygues Construction applique <strong>de</strong>s procédurestrès strictes pour lutter contre le travail illégal ;> transfert <strong>de</strong> compétences aux personnelslocaux : formations et créations d’écoles ;> soutien <strong>de</strong>s associations d'ai<strong>de</strong> aux personnesles plus démunies à proximité <strong>de</strong> tous les grandschantiers ;> Bouygues Construction s’interdit <strong>de</strong> travaillerdans les pays sous embargo <strong>de</strong>s Nations unies.<strong>BOUYGUES</strong>CONSTRUCTION ÀL’ÉCOUTE DE SESPARTIES PRENANTESDans le cadre <strong>de</strong> sa démarche <strong>de</strong> développementdurable, Bouygues Construction a mis en placeles conditions d’un dialogue permanent avec sesdifférentes parties prenantes décrit dans le tableauci-contre.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 62


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionModalités <strong>de</strong> dialogue <strong>de</strong> Bouygues Construction avec les parties prenantesLes parties prenantes Leurs attentes Les réponses <strong>de</strong> Bouygues Construction Organes et modalités <strong>de</strong> dialogueClients> Qualité <strong>de</strong> service> Compétitivité> Innovation> Confiance> Écoute> Éthique> Démarche Qualité, Environnement, Sécurité-Santé (Iso 9001, Iso 14001, Ohsas 18001)> Programmes <strong>de</strong> recherche sur la construction durable> Éco-variantes> Diffusion du co<strong>de</strong> d'éthique et formation <strong>de</strong>s managers à l'éthique <strong>de</strong>s affaires> Enquêtes <strong>de</strong> satisfaction clients> Conventions, journées thématiques> Lettres d'information> Organisation du Club Construction durable> Comité R&D et InnovationCollaborateursOrganisationssyndicales> Conditions <strong>de</strong> travail> Santé-sécurité> Droits sociaux et syndicaux> Équité> Reconnaissance au travail> Formation> Diversité (gestion <strong>de</strong>s âges, place<strong>de</strong>s femmes, handicap, etc.)> Formations : Bouygues Construction University, Pro Académie, QSE Aca<strong>de</strong>my, etc.> Mobilité interne> Actionnariat salarié et intéressement> Formation à la sécurité, lutte contre les addictions et le stress au travail> Démarche sur l’ergonomie> Actions pour sensibiliser les salariés au handicap (Handitour)> Enquêtes <strong>de</strong> satisfaction salariés (tous les trois ans)> CHSCT, Comité d'entreprise, élections professionnelles> Comité Diversité> Comité Prévention santé-sécurité> Communication interne (intranet, journaux internes,conférences, affichages)> Réunions d'informations, journées dédiéesFournisseurs etsous-traitants> Loyauté> Équité> Pérennité <strong>de</strong>s relations> Charte RSE fournisseurs et sous-traitants> Charte Grands donneurs d’ordres - PME> Partenariats> Dossier d'accueil entreprise partenaire> Évaluation <strong>de</strong> la performance RSE <strong>de</strong>s fournisseurs> Audits sociaux <strong>de</strong>s fournisseurs dans les pays émergents> Enquêtes <strong>de</strong> satisfaction et <strong>de</strong> perception / Bilans <strong>de</strong>coopération> Conventions> Journées d'information et d'échanges> Groupes <strong>de</strong> travailRiverains <strong>de</strong>schantiers> Maîtrise et réduction <strong>de</strong>s impacts<strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> l'entreprise> Logiciels d'estimation du niveau sonore et <strong>de</strong> simulation acoustique> Dispositifs <strong>de</strong> consultation, <strong>de</strong> dialogue, d'information> Panneaux d'information> Cahier <strong>de</strong>s doléances> Numéro vert> Site internet chantier> Réunions <strong>de</strong> concertationSociété civile (dontcollectivités)Associations, ONG> Dialogue et transparence> Partenariats durables> Respect <strong>de</strong> la réglementation, <strong>de</strong>sdroits du travail et <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong>l'homme> Préservation <strong>de</strong> l'environnement> Comportement éthique et responsable> Démarche environnementale chantiers - label Ecosite> Évaluation <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> carbone - logiciel CarbonEco ®> Partenariats environnementaux avec Noé Conservation sur la biodiversité et avecle WWF sur les approvisionnements en bois> Partenariats humanitaires : Care France, Planète Urgence> Comité d'actions citoyennes> Contribution au développement économique <strong>de</strong>s zones d'implantation> Adhésion à <strong>de</strong>s organisations favorisant les échanges avec lasociété civile (Comité 21, Pacte mondial)> Consultation <strong>de</strong> parties prenantes sur la biodiversité et lesindicateurs extra-financiers> Fondation d'entreprise Terre Plurielle> Comité miroir <strong>de</strong> parties prenantes externes pour améliorer ladémarche Développement durable <strong>de</strong> Bouygues ConstructionCommunautéscientifique,sectorielle (A<strong>de</strong>me,CSTB, EGF BTP, FNTP,etc.) et éducative> R&D et innovation> Mutualisation <strong>de</strong>s compétences> Partage <strong>de</strong>s connaissances> Mastère spécialisé Construction et habitat durables en partenariat avec l'Ensam et l’ESTP> Participation à <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> recherche avec le CSTB (Centre scientifique et techniquedu bâtiment), en particulier sur l’analyse du cycle <strong>de</strong> vie (ACV)> Création <strong>de</strong> la chaire Bâtir durable et Innover avec le CSTB et trois gran<strong>de</strong>s écoles(École <strong>de</strong>s Ponts ParisTech, École Centrale Paris, Supélec)> Participation à différents groupes <strong>de</strong> travail sur ledéveloppement durable dans les fédérations professionnelles> Organisation <strong>de</strong> conférences et <strong>de</strong> cours> Participation aux forums écoles> Comité R&D et InnovationA<strong>de</strong>me : Agence <strong>de</strong> l'environnement et <strong>de</strong> la maîtrise <strong>de</strong> l'énergie - CHSCT : Comité d'hygiène, <strong>de</strong> sécurité et <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travail - CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment - EGF BTP : Entreprises Générales <strong>de</strong> France - Ensam : Arts et Métiers ParisTech - ESTP : École spéciale <strong>de</strong>s travauxpublics, du bâtiment et <strong>de</strong> l'industrie - FNTP : Fédération nationale <strong>de</strong>s travaux publics - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 63


Dans chacun <strong>de</strong>s pays où il œuvre,Bouygues Construction privilégiel’emploi local et la formationÉtablir une relation <strong>de</strong>confiance avec les clientsLa confiance <strong>de</strong>s clients repose sur la qualité <strong>de</strong>sproduits et <strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> production <strong>de</strong> BouyguesConstruction, soutenue par un système <strong>de</strong> managementintégré Qualité Sécurité Environnement(87 % du chiffre d’affaires couvert par une triplecertification QSE en 2011).Dans ce cadre, l’écoute <strong>de</strong>s clients reste prioritaireavec la systématisation <strong>de</strong>s enquêtes <strong>de</strong>satisfaction.Le déploiement d'une politique "Éthique" visant àsensibiliser les managers aux enjeux <strong>de</strong> la conformitéa été poursuivi. Le dispositif d'alerte professionnelleélargi aux pratiques anticoncurrentiellesest en place <strong>de</strong>puis novembre 2011. Le plan <strong>de</strong>formation dédié à l'éthique s'est prolongé tout aulong <strong>de</strong> l'année 2011, et l'ensemble <strong>de</strong>s membres<strong>de</strong>s comités <strong>de</strong> direction <strong>de</strong>s entités l'a suivi (environ130 managers).Toutes les formations existantes dans le domainecommercial ou visant à préparer aux fonctions managérialesintègreront un volet Éthique et Conformité.En 2011, Bouygues Bâtiment International a nomméun Compliance Officer, chargé <strong>de</strong> vérifier la conformité<strong>de</strong>s processus commerciaux au regard <strong>de</strong>srègles internationales d’éthique <strong>de</strong>s affaires.Impliquer sous-traitantset fournisseurs dans unedémarche <strong>de</strong> RSELes filiales <strong>de</strong> Bouygues Construction mobilisentleurs sous-traitants sur les thèmes <strong>de</strong> la santé,la sécurité, la qualité, l’environnement et la luttecontre le travail dissimulé, au travers <strong>de</strong> formations,conventions, enquêtes, bilans <strong>de</strong> coopération, livretsd’accueil remis au lancement <strong>de</strong>s opérations.La politique d’achats responsables est animée parun comité dédié qui assure l’information et la formation<strong>de</strong>s acheteurs (113 acheteurs formés en 2011).Il s’appuie sur <strong>de</strong>s catalogues d’éco-produits et écomatérielsà <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s équipes techniques ettravaux. Le partenariat signé avec le WWF en 2010a permis en 2011 d’élaborer une politique d’achatsresponsables bois, et <strong>de</strong> concevoir outils et modules<strong>de</strong> formation pour les acheteurs. Aujourd’hui, 82 %du chiffre d’affaires est réalisé par <strong>de</strong>s structuresayant intégré dans leurs contrats la charte RSEfournisseurs et sous-traitants.Fin 2011, Bouygues Entreprises France-Europea signé un accord majeur avec A<strong>de</strong>cco, Domitiset Randstad pour les associer à <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong>prévention auprès <strong>de</strong> leurs intérimaires employéssur les chantiers : formation au secourisme et auxfondamentaux <strong>de</strong> la prévention dans le BTP, informationsur la politique <strong>de</strong> lutte contre les addictions.Cette démarche sera déployée dans toutes lesfiliales en France.Pour lutter contre le travail illégal, <strong>de</strong>s procédurestrès strictes sont en place : contrôle systématique<strong>de</strong>s papiers d’i<strong>de</strong>ntité et autorisations <strong>de</strong> travail enlien avec les autorités compétentes ; système <strong>de</strong>badge à l’entrée <strong>de</strong>s chantiers ; formation <strong>de</strong>s hiérarchiesTravaux ; clauses spécifiques garantissantla situation régulière <strong>de</strong>s salariés mis à dispositiondans les contrats cadres avec les sociétés d’intérim; organisation <strong>de</strong> contrôles internes, etc.Participer à la vieéconomique et sociale <strong>de</strong>sterritoiresSes nombreux partenariats et échanges avec <strong>de</strong>sacteurs <strong>de</strong> la société (ONG, associations, collectivités)permettent à Bouygues Construction d’intégrer,dans l’exercice <strong>de</strong> ses activités, les attentes <strong>de</strong> sesparties prenantes.Être à l’écoute <strong>de</strong>s riverainsLa prise en compte <strong>de</strong>s attentes <strong>de</strong>s riverains, <strong>de</strong>sacteurs publics locaux et <strong>de</strong> la société civile est uneclé pour la bonne intégration <strong>de</strong>s chantiers dans leurenvironnement. En 2011, 65 % <strong>de</strong>s chantiers ont faitl’objet d’actions <strong>de</strong> concertation, <strong>de</strong> communicationou d’évaluation <strong>de</strong> la satisfaction <strong>de</strong>s riverains.Favoriser l’emploi localBouygues Construction a une politique volontaristed’emploi <strong>de</strong> compagnons et <strong>de</strong> cadres locauxcontribuant au développement <strong>de</strong>s territoires oùses entités sont implantées. Les bénéfices entermes d’emplois directs et indirects, <strong>de</strong> transferts<strong>de</strong> savoir-faire, <strong>de</strong> soutien aux communautés sontautant <strong>de</strong> marques <strong>de</strong> l’engagement <strong>de</strong> l’entreprise.Faciliter l’insertionL’entreprise mène une démarche <strong>de</strong> partenariatavec les structures locales d’insertion : chantiersécoles avec Pôle Emploi et l’Association pour laformation professionnelle <strong>de</strong>s adultes (Afpa) ; programme"Passerelle pour l’emploi" en Île-<strong>de</strong>-Francepour ai<strong>de</strong>r jeunes et adultes à trouver un emploi, etc.Chaque filiale propose dans ses contrats <strong>de</strong>sclauses d’insertion sur les chantiers. Sur le chantierdu centre commercial d’Aubervilliers, BouyguesBâtiment Ile-<strong>de</strong>-France a ouvert 75 % <strong>de</strong>s postes aurecrutement local et a attribué 35 % <strong>de</strong>s marchés <strong>de</strong>construction, d’entretien et <strong>de</strong> maintenance à <strong>de</strong>sentreprises domiciliées dans la zone <strong>de</strong> solidarité.Au sein <strong>de</strong> Bouygues Entreprises France-Europe,un gui<strong>de</strong> pratique sur l’insertion a été diffusé auxresponsables RH, commerciaux et travaux.S'engager auprès <strong>de</strong>s communautésÀ travers sa fondation d’entreprise Terre Plurielle,Bouygues Construction soutient en France et àl’international <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> solidarité favorisantl’accès à la santé, l’éducation et l’insertion <strong>de</strong> populationsen difficulté. Depuis sa création en 2009,78 projets parrainés par <strong>de</strong>s collaborateurs ont étésoutenus dans dix-sept pays différents.En parallèle, les entités mènent <strong>de</strong>s opérations<strong>de</strong> solidarité au sein <strong>de</strong> leurs territoires comme,par exemple, avec Architectes <strong>de</strong> l’urgence pourintervenir dans <strong>de</strong>s zones sinistrées. En 2011,424 associations ont été soutenues pour un montantglobal <strong>de</strong> 2,5 millions d’euros.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 64


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionObjectifs Indicateurs* Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Environnement et construction durableInnover pour laconstruction durableÉco-concevoir etexploiter <strong>de</strong>s projets<strong>de</strong> qualité pour uneperfomance globaleRéaliser <strong>de</strong>schantiers <strong>de</strong> qualitéet respectueux <strong>de</strong>l'environnementBudget <strong>de</strong> recherche etdéveloppement consacré à laconstruction durableBâtiments sous labellisation oucertification environnementaledans le montant <strong>de</strong> la prise <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s bâtimentÉmissions <strong>de</strong> CO 2par milliond'euros <strong>de</strong> chiffre d'affairesChantiers labellisés Ecosite(label environnemental internepour les chantiers)Clients et partenaires pour un projet durableÉtablir une relation<strong>de</strong> confiance avecles clientsAssocier lespartenaires,sous-traitants etfournisseurs à ladémarche QSEEngagement local et solidaritéContribuer audéveloppement localDialoguer avec lesparties prenantesS'engager auprès<strong>de</strong>s communautés et<strong>de</strong> la société civileOpérations livrées faisantl'objet d'un processusd'enquête <strong>de</strong> satisfactionclientsChiffre d'affaires réalisé parles filiales ayant développé unplan d'actions pour impliquerles sous-traitants dans ladémarche QSEOpérations conduites dansl'année en collaboration avec<strong>de</strong>s structures d'insertionlocaleChantiers faisant l’objetd’actions <strong>de</strong> concertation, <strong>de</strong>communication ou d’évaluation<strong>de</strong> la satisfaction <strong>de</strong>s riverainsPartenariats avec <strong>de</strong>sassociations et ONG% 50 46 a > Renforcement <strong>de</strong> la recherche sur la construction durable, avec lacréation d'une direction Recherche, Développement et Innovation,animant un réseau <strong>de</strong> 150 experts, et le développement <strong>de</strong>partenariats, notamment avec le CSTB sur Elodie ® , outil d'analyse<strong>de</strong> cycle <strong>de</strong> vie pour le bâtiment% 53 55Tonneseq. CO 2n.d. 330% 68 76% 52 54% 83 89Nombre 277 409% 64 65> Progression <strong>de</strong>s démarches <strong>de</strong> labellisation ou certificationenvironnementales, marquée par le renforcement <strong>de</strong> l'expertiseinterne (10 salariés assesseurs Breeam, 10 Leed, 20 spécialistesHQE ® ), et complétée d'une généralisation <strong>de</strong>s bilans carbone <strong>de</strong>sprojets (100 personnes formées, 1 000 bilans réalisés en 2011)> Déploiement <strong>de</strong> la démarche environnementale Ecosite visantà diminuer l'empreinte environnementale <strong>de</strong>s chantiers, enrichienotamment par un partenariat sur la biodiversité avec NoéConservation> Généralisation <strong>de</strong>s enquêtes <strong>de</strong> satisfaction clients,accompagnées d'un renforcement <strong>de</strong> la formation <strong>de</strong>s managerssur la mise en œuvre <strong>de</strong>s principes <strong>de</strong> conformité> Poursuite <strong>de</strong> la mobilisation <strong>de</strong>s sous-traitants et fournisseurs surla sécurité, la qualité, l'environnement et les droits humains, àtravers la politique d'achats responsables : évaluation RSE <strong>de</strong>sfournisseurs via EcoVadis, formation <strong>de</strong>s acheteurs, signature d'unaccord avec trois entreprises <strong>de</strong> travail temporaire pour renforcerla prévention sécurité auprès <strong>de</strong>s intérimaires sur les chantiers> Poursuite d'une démarche proactive <strong>de</strong> partenariat avec lesstructures locales d'insertion (exemples : ETDE avec le Comiténational <strong>de</strong>s Régies <strong>de</strong> quartier, le programme "Passerelle pourl'emploi" <strong>de</strong> Bouygues Bâtiment Ile-<strong>de</strong>-France, etc.)> Mobilisation <strong>de</strong>s équipes travaux sur la gestion <strong>de</strong>s relationsavec les riverains et mise à disposition d'un gui<strong>de</strong> pratique("pack riverains")Nombre 439 424 > Engagement <strong>de</strong>s filiales dans <strong>de</strong>s partenariats <strong>de</strong> solidarité auprès<strong>de</strong>s communautés locales sur l'insertion, l'éducation et la santé, etM€ 3,1 2,5 à travers la fondation d’entreprise Terre Plurielle> Déployer un nouveau programme <strong>de</strong> recherche sur <strong>de</strong>sbâtiments autonomes sur le plan <strong>de</strong> l'énergie, <strong>de</strong> l'eau et <strong>de</strong>sdéchets (Autonomous Building Concept)> Mettre en œuvre <strong>de</strong> nouvelles offres liées à la performanceénergétique : BeGreen ® pour le tertiaire privé, Energy-Pass ®pour mesurer et suivre les consommations, <strong>de</strong>s contrats <strong>de</strong>performance énergétique, les premiers bâtiments à énergiepositive, le développement d'éco-quartiers (en Franceet en Suisse)> Poursuivre le déploiement d'Ecosite et lancer un pland'actions dédié à la biodiversité> Accroître les échanges avec les clients pour co-innover ausein <strong>de</strong>s quatre think tanks du Club Construction Durable(logement social, bureaux, campus universitaires, énergiesrenouvelables)> Appliquer la politique d'achats responsables <strong>de</strong> produits boisdans le cadre du partenariat avec le WWF (Réseau Forêt etCommerce)> Renforcer la prévention contre le travail illégal (badgesd'accès, contrôles internes, gui<strong>de</strong> pratique)> Renforcer l'efficacité <strong>de</strong>s actions d'insertion avec notammentla signature d'un partenariat <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans avec la FondationAgir contre l'exclusion (Face) pour développer l'insertionprofessionnelle en France, ou encore la diffusion d'ungui<strong>de</strong> pratique à <strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s responsables ressourceshumaines, commerciaux et travaux> Déployer <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> concertation pour les équipes Travaux> Accroître les partenariats <strong>de</strong> solidarité auprès <strong>de</strong>scommunautés locales sur l'insertion, l'éducation, la santé et<strong>de</strong>s partenariats sur la préservation <strong>de</strong> l'environnement<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 65


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés (suite)Objectifs Indicateurs* Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Respect et développement <strong>de</strong>s collaborateursGarantir la sécuritéAcci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>scollaborateurs affectés à laproduction :> Taux <strong>de</strong> fréquence b> Taux <strong>de</strong> gravité b (c)(d)7,420,346,130,25> Maintien <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> prévention avec <strong>de</strong>s formations sécuritéadaptées aux différents intervenants sur le chantier, appuyées par<strong>de</strong>s campagnes <strong>de</strong> sensibilisation(exemple : "GO, je m'engage !" chez ETDE)> Intensifier les travaux sur l'ergonomie du poste <strong>de</strong> travail etdans l'organisation globale du chantier (pôle <strong>de</strong> compétencesen place)> Généraliser les campagnes <strong>de</strong> lutte contre les addictionsAssurer l'égalité <strong>de</strong>schances et l'équitéCollaboratrices <strong>de</strong> niveaucadre en FranceCollaborateurs handicapésen CDI en France% 21 21Nombre 608 676> Poursuite <strong>de</strong>s efforts <strong>de</strong> féminisation <strong>de</strong>s équipes avec <strong>de</strong>sactions ciblées : "Déployons nos elles", en partenariat avecl’IMS-Entreprendre pour la Cité pour diversifier les choixd’orientation <strong>de</strong>s jeunes filles, et "Réussir au féminin" (formationau management)> Développement d'opérations <strong>de</strong> sensibilisation <strong>de</strong>s collaborateursau handicap (exemple : les "Handitours" sur les chantiers)> Poursuivre la politique diversité autour <strong>de</strong> quatre axes :gestion <strong>de</strong>s âges, place <strong>de</strong>s femmes, handicap,diversité ethnique et culturelle> Continuer le déploiement <strong>de</strong>s formations "Égalité <strong>de</strong>schances" auprès <strong>de</strong>s managers et responsables RHDévelopper lescompétencesCollaborateurs ayant suivi uneformation dans l'année% 48 52> Maintien d'une politique active <strong>de</strong> formation s'appuyant sur <strong>de</strong>scentres <strong>de</strong> formation internes, au niveau central (BouyguesConstruction University avec 28 000 heures <strong>de</strong> formation par an) etdans les filiales (Pro Académie, VSL Aca<strong>de</strong>my, Confucius TrainingCenter et Safety Training Center en Asie, etc)> Déployer les formations à la construction durable auprès <strong>de</strong>séquipes commercialesDévelopper lacohésion et lemieux-vivre autravailCollaborateurs touchés parune enquête <strong>de</strong> satisfaction<strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ansTaux <strong>de</strong> réponse aux enquêtes<strong>de</strong> satisfactionNombre 6 950 20 339 > Généralisation <strong>de</strong>s enquêtes <strong>de</strong> satisfaction collaborateurs etdéveloppement d'actions sur la qualité <strong>de</strong> vie au travail : accordssur le télétravail, formation "stress au travail", élaboration d'un% n.a. 73 gui<strong>de</strong> pratique sur le stress pour les managers, etc.> Harmoniser et mettre en place <strong>de</strong>s dispositifs <strong>de</strong> veillepsychosociale avec notamment la signature <strong>de</strong> chartes surl'équilibre vie privée / vie professionnelle(*) Les procédures méthodologiques <strong>de</strong> Bouygues Construction sont décrites au chapitre "Informations complémentaires", dans la partie intitulée "Note méthodologique <strong>de</strong> reporting". Mêmes périmètres que le tableau <strong>de</strong>s indicateurs extra-financiers (pages 67-69).Breeam : Building research establishment assessment method - CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment - HQE ® : Haute Qualité Environnementale - n.a. : non applicable - n.d. : non disponible - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises(a) Cette baisse est due à l'élargissement du périmètre à l'ensemble <strong>de</strong>s programmes R&D (holding seule auparavant). À périmètre constant, le pourcentage consacré à la R&D serait <strong>de</strong> 70 %.(b) Cet indicateur est soumis à <strong>de</strong>s corrections ultérieures liées à sa validation par les autorités concernées après sa publication.(c) Taux <strong>de</strong> fréquence = nombre d'acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées(d) Taux <strong>de</strong> gravité = nombre <strong>de</strong> jours d'arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d'heures travaillées<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 66


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionIndicateurs extra-financiers au 31 décembreFamille Indicateurs Périmètre* Unité 2009 2010 2011 RéférentielsInnover pourla constructiondurableConcevoir,construireet exploiter<strong>de</strong>s ouvragesperformants pourun environnementpréservé etun meilleur cadre<strong>de</strong> vieRéaliser <strong>de</strong>schantiers<strong>de</strong> qualité etrespectueux <strong>de</strong>l'environnementÉtablir unerelation <strong>de</strong>confiance avecles clientsBudget <strong>de</strong> recherche et développement consacré à la construction durable Mon<strong>de</strong> % 32 50Bâtiments sous labellisation ou certification environnementale pris en comman<strong>de</strong> dans l'annéeBâtiments sous labellisation ou certification environnementale pris en comman<strong>de</strong> dans l'annéequand Bouygues Construction est en conception-constructionBilans carbone réalisésÉmissions totales <strong>de</strong> CO 2Activités bâtiment en Franceet à l'international(63 % du chiffre d'affaires)Mon<strong>de</strong>46Nota 1Nombre 148 314266Nota 2% 29 53 55InterneIso 26000 6.5.4Iso 26000 6.5.5InterneIso 26000 6.5.4Iso 26000 6.5.5Nombre%60401897313074InterneIso 26000 6.5.4Iso 26000 6.5.5Nombre 330 377 782Millions <strong>de</strong> tonnes3,14- -éq. CO 2Nota 3Émissions <strong>de</strong> CO 2par million d'euros <strong>de</strong> chiffre d'affaires Tonnes éq. CO 2- -Chiffre d'affaires couvert par un Système <strong>de</strong> management <strong>de</strong> l'environnement (SME) certifiéIso 14001Chiffre d'affaires couvert par un Système <strong>de</strong> management <strong>de</strong> la qualité (SMQ) certifiéIso 9001Chantiers labellisés Ecosite (label environnemental interne pour les chantiers) aDéchets dangereux collectésDéchets non dangereux collectésDéchets non dangereux valorisésConsommation totale <strong>de</strong> carburant (flotte véhicules légers <strong>de</strong> l'entreprise)338Nota 3GRI -EN16Iso 26000 6.5.5Mon<strong>de</strong> %84 83 88GRI - PR1Iso 26000 6.5.397 96 97GRI - PR1Iso 26000 6.5.3Mon<strong>de</strong> (hors VSL)Nombre - 259 278 Interne96 % du chiffre d'affaires% - 68 76 Iso 26000 6.5.3Mon<strong>de</strong>Tonnes6096 847 GRI - EN222 342(France hors DTP)Nota 4 Iso 26000 6.5.4185 914GRI - EN22919 382 1 851 649(France hors DTP)Iso 26000 6.5.4Bouygues EntreprisesFrance-Europe et Bâtiment IDF(47 % du chiffre d'affaires)France(64 % du chiffre d'affaires)%49(hors Bouygues UK)58 (horsBâtimentIDF)Millions <strong>de</strong> litres 23 23 23Émissions <strong>de</strong> CO 2par collaborateurTonnes éq. CO 260- -par collaborateurNota 3Consommation directe d'électricité <strong>de</strong>s chantiersMon<strong>de</strong>- - 376 950Consommation directe <strong>de</strong> gaz <strong>de</strong>s chantiers MWh- - 11 760Consommation directe <strong>de</strong> fioul <strong>de</strong>s chantiers - - 22 320Bouygues EntreprisesConsommation directe d'eau <strong>de</strong>s chantiersFrance-Europe et Bâtiment IDF m 3 - - 466 600(47 % du chiffre d'affaires)Consommation directe d'électricité <strong>de</strong>s sièges- - 50 720Mon<strong>de</strong>MWhConsommation directe <strong>de</strong> gaz <strong>de</strong>s sièges - - 7 480Bouygues Entreprises France-Consommation directe d'eau <strong>de</strong>s siègesEurope et Bâtiment IDFm 3 - - 29 100(47 % du chiffre d'affaires)Opérations livrées faisant l'objet d'un processus d'enquête <strong>de</strong> satisfaction clientsMon<strong>de</strong> hors ETDE(85 % chiffre d'affaires)% 41 52 54Cadres formés à l'éthique <strong>de</strong>s affaires au cours <strong>de</strong>s trois <strong>de</strong>rnières annéesNombre 2 117 1 837 1 813Mon<strong>de</strong>Chiffre d'affaires couvert par une triple certification QSE % 82 82 8767GRI - EN22Iso 26000 6.5.4GRI - EN3Iso 26000 6.5.4GRI -EN16Iso 26000 6.5.5GRI - EN3Iso 26000 6.5.4Iso 26000 6.5.5GRI - PR5Iso 26000 6.4.4GRI - SO3Iso 26000 6.6.3Iso 26000 6.6.5GRI - PR1Iso 26000 6.6.4<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 67


Indicateurs extra-financiers au 31 décembre (suite)Famille Indicateurs Périmètre* Unité 2009 2010 2011 RéférentielsChiffre d'affaires réalisé par <strong>de</strong>s unités opérationnelles ayant développé un plan d'actions86 (hors BâtimentInterne83 89Associerpour impliquer les sous-traitants dans la démarche QSEInternational et VSL)Iso 26000 6.6.6partenaires, Chiffre d'affaires réalisé par <strong>de</strong>s unités opérationnelles ayant intégré systématiquement la%79 (hors BâtimentInterne87 82sous-traitants et charte Développement durable dans leurs contrats sous-traitants et fournisseursMon<strong>de</strong>International et VSL)Iso 26000 6.6.6fournisseurs à laGRI - LA7démarche QSE Indice <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> travail mortels <strong>de</strong>s sous-traitants - - - 0,06 Iso 26000 6.6.6Iso 26000 6.4.6Contribuer audéveloppementlocalDialoguer avec lesparties prenantesS'engager auprès<strong>de</strong>s communautéset <strong>de</strong> la sociétécivileOpérations conduites dans l'année en collaboration avec <strong>de</strong>s structures d’insertion locales France Nombre 208 277 409Chantiers faisant l'objet d'actions <strong>de</strong> concertation, <strong>de</strong> communication ou d'évaluation <strong>de</strong> lasatisfaction <strong>de</strong>s riverainsPartenariats visant à soutenir l'insertion, l’éducation et la santé conduits dans l'annéeChiffre d'affaires couvert par un Système <strong>de</strong> Management <strong>de</strong> la Sécurité (SMS) certifié ILO,OHSAS 18001 ou équivalentMon<strong>de</strong> hors ETDE et VSL(82 % du chiffre d'affaires)Mon<strong>de</strong>% 62 64 65Nombre 334 439 424M€ - 3,1 2,5% 82 83 89InterneIso 26000 6.8.3Iso 26000 6.8.5InterneIso 26000 6.8.3InterneIso 26000 6.8.4Iso 26000 6.8.6Iso 26000 6.8.8Iso 26000 6.8.9GRI - PR1Iso 26000 6.4.6Garantir la santéet sécuritéAssurer l'égalité<strong>de</strong>s chances etl'équitéTaux <strong>de</strong> fréquence b <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong> l'ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs - - 6,14 5,08 cMon<strong>de</strong>Taux <strong>de</strong> fréquence b global <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>s collaborateurs - - 18,08 18,13 cTaux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>s collaborateurs affectés à la production - 10,64 7,42 6,13 cTaux <strong>de</strong> gravité <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>s collaborateurs affectés à la production - 0,39 0,34 0,25 cGRI - LA7Iso 26000 6.4.6Taux <strong>de</strong> gravité b <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong> l'ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs - - 0,30 0,22 cIndice <strong>de</strong> fréquence b <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> travail mortels <strong>de</strong>s collaborateurs - 0,076 0,02 0,07Mon<strong>de</strong>Taux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail <strong>de</strong>s intérimaires "chantier"hors Bâtiment International- 21,12 16,67 19,31(84 % du chiffre d'affaires)InterneIso 26000 6.4.6Indice <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> travail mortels <strong>de</strong>s intérimaires "chantier"- 0,06 0,02Mon<strong>de</strong> -Taux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> la route avec tiers pour la flotte <strong>de</strong> l'entreprise 19 13 14Maladies professionnelles <strong>de</strong>s collaborateurs reconnues par la Sécurité socialeEurope(75 % du chiffre d'affaires)Nombre48 (France horsBouygues TP)77 107GRI - LA7Iso 26000 6.4.6InterneIso 26000 6.4.4Collaborateurs couverts par un régime <strong>de</strong> prévoyance gros risques, hospitalisation etmaternitéFrance % 100 100 100France23 518 22 936 23 091EffectifsInternationalGRI - LA1Nombre29 081 31 190 28 927(26 % du chiffre d'affaires)Iso 26000 6.4.3Mon<strong>de</strong> 52 599 54 126 52 018Collaboratrices par rapport à l'effectif totalMon<strong>de</strong>n.d.1416%France151617Collaboratrices <strong>de</strong> niveau dirigeant (membres d'un comité <strong>de</strong> direction)8 9 9 GRI - LA13Collaboratrices <strong>de</strong> niveau cadre 18 21 21 Iso 2600 6.4.7%Collaboratrices <strong>de</strong> niveau etam 30 32 32FranceCollaboratrices <strong>de</strong> niveau compagnon 1 1 1Collaborateurs handicapés en CDI Nombre 618 608 676 InterneChiffre d'affaires <strong>de</strong>s travaux confiés aux Esat dans l'année K€ 1 236 1 345 1 574 Iso 26000 6.4.7<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Construction • 68


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ConstructionFamille Indicateurs Périmètre* Unité 2009 2010 2011 RéférentielsCollaborateurs ayant suivi une formation dans l'année52 48 52Mon<strong>de</strong>Collaborateurs <strong>de</strong> niveau compagnon ayant suivi une formation dans l'année 45 36 39Collaborateurs <strong>de</strong> niveau cadre ayant suivi une formation dans l'année70 74 70FranceGRI - LA10Collaborateurs <strong>de</strong> niveau etam ayant suivi une formation dans l'année 61 68 64Développer lesIso 26000 6.4.7%compétences Collaborateurs avec un rôle d'encadrement à l'international ayant suivi une formationInternational 48 47 50dans l'annéePart <strong>de</strong> la masse salariale consacrée à la formation5,40 4,90 -Développer lacohésion et lemieux vivre autravailCollaborateurs bénéficiant d'une évaluation régulière <strong>de</strong>s performances et <strong>de</strong> l'évolution <strong>de</strong>leur carrièreAccords collectifs négociés, y compris NAO (négociations annuelles obligatoires)France75 77 77Nombre 119 109 84Taux <strong>de</strong> participation aux élections du comité d'entreprise aux <strong>de</strong>rnières élections % 84,50 84,98 85,39FranceMontant intéressement (sommes versées en 2011 au titre <strong>de</strong> 2010)25 45015 979 18 649Montant participation (sommes versées en 2011 au titre <strong>de</strong> 2010)27 29429 243 24 616K€Montant abon<strong>de</strong>ment Perco (plan d'épargne retraite collectif)1 1411 356 1 402Montant abon<strong>de</strong>ment PEE (plan d'épargne d'entreprise)33 77734 547 33 720Collaborateurs touchés par une enquête <strong>de</strong> satisfaction au cours <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>rnières annéesTaux <strong>de</strong> réponse aux enquêtes <strong>de</strong> satisfaction <strong>de</strong>s collaborateursMon<strong>de</strong>GRI - LA12Iso 26000 6.4.7InterneIso 26000 6.4.5InterneIso 26000 6.4.5InterneIso 26000 6.4.3Nombre - 6 950 20 339 Interne% - - 73 Iso 26000 6.4.5GRI - LA7Iso 26000 6.4.3Taux d'absentéisme d France % 4,24 4,27 4,32(*) Les procédures méthodologiques <strong>de</strong> Bouygues Construction sont décrites au chapitre "Informations complémentaires", dans la partie intitulée "Note méthodologique <strong>de</strong> reporting".Esat : établissements et services d'ai<strong>de</strong> par le travail - QSE : Qualité Sécurité Environnement(a) Pourcentage <strong>de</strong>s chantiers labellisés = nombre <strong>de</strong> chantiers labellisés / nombre <strong>de</strong> chantiers labellisables x 100. Un chantier labellisable est un chantier toujours en activité au 31 décembre, avec un avancement supérieur à 20 % et dont le chiffre d'affaires minimum varie selon les spécialités <strong>de</strong>s métiers(dans la majorité <strong>de</strong>s cas supérieur à un million d'euros). (b) Pour se conformer aux pratiques <strong>de</strong> la profession, Bouygues Construction a modifié sa métho<strong>de</strong> <strong>de</strong> calcul pour les indicateurs portant sur la sécurité. Les indicateurs sont désormais calculés en prenant en compte l'ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs etnon uniquement les collaborateurs affectés à la production. Taux <strong>de</strong> fréquence = nombre d'acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées - Taux <strong>de</strong> fréquence global = nombre total d'acci<strong>de</strong>nts du travail x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées - Taux <strong>de</strong> gravité = nombre <strong>de</strong> joursd'arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d'heures travaillées - Indice <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> travail mortels = nombre <strong>de</strong> décès à la suite d'un acci<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> travail x 1 000 / population concernée (c) Cet indicateur est soumis à <strong>de</strong>s corrections ultérieures à sa validation par les autorités concernées après sapublication. (d) nombre <strong>de</strong> jours d'absences (indicateurs du Bilan social) / nombre <strong>de</strong> jours calendairesCOMMENTAIRES DE TENDANCESNota 1 : budget <strong>de</strong> recherche-développementconsacré à la construction durableLa légère baisse du pourcentage du budget <strong>de</strong> R&Dest due au changement <strong>de</strong> périmètre <strong>de</strong> calcul. En2011, le pourcentage du budget dédié à la constructiondurable est calculé sur l’ensemble <strong>de</strong>s budgets R&D<strong>de</strong>s entités et <strong>de</strong> la holding Bouygues Construction.Jusqu'ici, cette donnée était calculée uniquement surle périmètre holding (Bouygues Construction SA). Àpérimètre constant, le pourcentage consacré à la R&Dserait <strong>de</strong> 70 %.Nota 2 : bâtiments sous labellisation ou certificationLa progression <strong>de</strong>s démarches <strong>de</strong> labellisation oucertification environnementale <strong>de</strong>s bâtiments pris encomman<strong>de</strong>s se poursuit avec un contraste plus marquécette année entre la France et l’international.En France, sous l’impulsion du Grenelle environnement,la part <strong>de</strong> la prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong> <strong>de</strong> bâtimentssous labellisation ou certification environnementale acontinué <strong>de</strong> croître, passant <strong>de</strong> 49 % en 2010 à 61 %en 2011.À l’international, le pourcentage <strong>de</strong> bâtiments certifiésou labellisés dans le montant <strong>de</strong> la prise <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>sdiminue nettement passant <strong>de</strong> 57 % en 2010à 34 % en 2011. Cette baisse n’est pas la traductiond’un fléchissement <strong>de</strong> l’intérêt <strong>de</strong>s clients pour lescertifications environnementales, mais plutôt à <strong>de</strong>sprises <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s <strong>de</strong> bâtiments certifiés exceptionnellesen 2010 (une opération à Hong Kong <strong>de</strong>460 millions d’euros, quatre opérations à Singapour<strong>de</strong> 987 millions d’euros).Quand Bouygues Construction est en solution <strong>de</strong>conception - construction, donc suffisamment en amontpour jouer un rôle <strong>de</strong> prescripteur, le montant <strong>de</strong> la prise<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s <strong>de</strong>s bâtiments certifiés ou labellisésatteint 74 % (contre 55 % en moyenne).Nota 3 : émissions <strong>de</strong> CO 2En 2012, Bouygues Construction a réalisé pour la premièrefois une quantification complète (scope 1, 2 et 3)<strong>de</strong> ses émissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre pour 2011, enutilisant l’outil CarbonEco ® .Deux axes d'analyse pour cette quantification :> 95 % <strong>de</strong>s émissions liées aux activités <strong>de</strong> projets(construction et services) et 5 % <strong>de</strong>s émissions liéesaux activités tertiaires (établissements),> 72 % <strong>de</strong>s émissions liées aux intrants (matériaux <strong>de</strong>construction, biens et services achetés).Nota 4 : déchets dangereux et non dangereuxLa forte hausse <strong>de</strong>s quantités <strong>de</strong> déchets dangereux etnon dangereux collectés s'explique par un meilleur suivi<strong>de</strong> l'indicateur sur l'ensemble du périmètre internationalet par l'augmentation <strong>de</strong>s chantiers comprenant uneactivité <strong>de</strong> démolition.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 69


Lea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la promotionimmobilière en FranceBouygues Immobilier développe <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> logements, d’immeubles <strong>de</strong> bureauxet <strong>de</strong> parcs commerciaux à partir <strong>de</strong> trente-cinq implantations en France et quatre dans lereste <strong>de</strong> l’Europe. En 2011, Bouygues Immobilier a conforté son lea<strong>de</strong>rship sur le marchédu logement en France.Chiffres clésChiffre d’affaires 20112 465 M€(+ 2 %)Marge opérationnelle courante8,2 %(- 0,2 point)Résultat net part du Groupe120 M€(+ 11 %)Collaborateurs1 583ObjectifChiffre d’affaires 20122 450 M€ (=)Faits marquantsLogement> 14 723 réservations.> 100 % <strong>de</strong>s programmes labellisésBBC-effinergie ® .> Plus <strong>de</strong> 2 500 logementsen zone Anru (TVA à 5,5 %).Tertiaire> Validation du potentiel <strong>de</strong> marché<strong>de</strong>s Green Office ® .> Signature du premier contrat <strong>de</strong>performance énergétique privé.> Vente <strong>de</strong> Farman (Paris) à <strong>de</strong>sinvestisseurs institutionnels et dusiège d’Orange TPSA (Varsovie) àQatar Holding.RSE> 1 200 collaborateurs mobilisés pourSolid'R, la plus gran<strong>de</strong> journée <strong>de</strong>solidarité d’entreprise réalisée enFrance (8 avril 2011).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 70Livraison du Green Office ® Meudonen septembre 2011


CHIFFRE D’AFFAIRESen millions d’eurosImmobilier d’entreprise*Logement2 418 2 465 2 4504711 94720104711 9942011(*) bureaux et commerces2012(objectif)RÉSULTAT NET*en millions d’euros1081202010 2011(*) part du GroupeLOGEMENTnombre <strong>de</strong> réservationsBlocsUnités14 72314 3073 594 4 34210 71310 381RÉSULTAT OPÉRATIONNELCOURANT (en millions d’euros)Marge opérationnelle courante en %2048,4 % 8,2 %20102012011TRÉSORERIE NETTEen millions d’euros37620105072011RÉSERVATIONSen millions d’eurosImmobilier d’entreprise*Logement2 4771672 3103 2007812 419Compte <strong>de</strong> résultat résumé2Bilan résumé au 31 décembre Perspectives 2012(en millions d’euros) 2010 2011ACTIF• Immobilisations corporelleset incorporelles 14 19• Goodwill - -• Actifs financiers et impôts non courants 54 36ACTIF NON COURANT 68 55• Actifs courants 1 482 1 615• Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie 426 537• Instruments financiers* - -ACTIF COURANT 1 908 2 152TOTAL ACTIF 1 976 2 207PASSIF• Capitaux propres (part du Groupe) 541 547• Intérêts minoritaires 9 9CAPITAUX PROPRES 550 556• Dettes financières non courantes 43 3• Provisions non courantes 94 96• Autres passifs non courants - 1PASSIF NON COURANT 137 100• Dettes financières courantes 5 26• Passifs courants 1 282 1 524• Concours bancaires courantset sol<strong>de</strong>s créditeurs <strong>de</strong> banque 2 1• Instruments financiers* - -PASSIF COURANT 1 289 1 551TOTAL PASSIF 1 976 2 207Trésorerie nette 376 507(*) couverture <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes financières en juste valeur(en millions d’euros) 2010 2011CHIFFRE D’AFFAIRES 2 418 2 465• Dotations nettes aux amortissements (4) (4)• Dotations nettes aux provisionset dépréciations (13) (12)• Autres produits et charges courants (2 197) (2 248)RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT 204 201• Autres produits et charges opérationnels - -RÉSULTAT OPÉRATIONNEL 204 201• Produit <strong>de</strong> l'excé<strong>de</strong>nt financier net (2) 2• Autres produits et charges financiers (22) (18)• Charge d'impôt (67) (53)• Quote-part du résultat net<strong>de</strong>s entités associées (1) (10)RÉSULTAT NET 112 122• Part <strong>de</strong>s intérêts minoritaires (4) (2)RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ(part du Groupe) 108 120Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierBouygues Immobilier va poursuivre sondéveloppement en s’appuyant sur ses axesstratégiques majeurs, l’innovation et ledéveloppement durable.è Logement : au regard <strong>de</strong>s incertitu<strong>de</strong>sliées à la crise <strong>de</strong>s finances publiqueset au contexte électoral en France,traditionnellement peu propice auxdécisions d’investissement, BouyguesImmobilier anticipe un marché en baisse<strong>de</strong> 15 % par rapport à 2011.Dans ce contexte, Bouygues Immobilier,disposant d’une gran<strong>de</strong> capacitéd’adaptation et d’une offre totalement BBCorientée "entrée" et "milieu <strong>de</strong> gamme",a pour objectif <strong>de</strong> maintenir ses parts <strong>de</strong>marché.è Tertiaire : dans un contexte <strong>de</strong> hausseinéluctable <strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> l’énergie,Bouygues Immobilier est en positionfavorable, grâce à son offre <strong>de</strong> bâtimentsénergétiquement très performantsrépondant aux nouvelles exigences <strong>de</strong>sutilisateurs et <strong>de</strong>s investisseurs.L’activité s’articulera autour <strong>de</strong>trois axes : les immeubles à très hauteperformance énergétique avec GreenOffice ® , les immeubles clés en mainet la réhabilitation <strong>de</strong>s immeubles <strong>de</strong>bureaux avec Rehagreen ® .Le carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s <strong>de</strong> BouyguesImmobilier permettra <strong>de</strong> stabiliser lechiffre d’affaires, avec un objectiffixé à 2 450 millions d’eurosen 2012.Bouygues Immobilier entendmaintenir une structurefinancière soli<strong>de</strong>.Catherine Gravier,responsable Relation client (Yvelines)2010201120102011(*) bureaux et commerces<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 71


Hikari, premier îlot mixte à énergie positiveà Lyon ConfluenceLE PROFIL DE<strong>BOUYGUES</strong> IMMOBILIERStratégieFort <strong>de</strong> son expertise en matière d’immobilierdurable, Bouygues Immobilier se positionnedésormais comme un véritable opérateur urbainet appuie son développement sur les axes stratégiquessuivants :Innovation etdéveloppement durableEngagé <strong>de</strong>puis 2006 dans le déploiement d’unestratégie centrée sur l’immobilier "vert" et la maîtrise<strong>de</strong>s consommations énergétiques, BouyguesImmobilier confirme son lea<strong>de</strong>rship en 2011 àtravers plusieurs faits marquants :> Les premières livraisons <strong>de</strong>s logements labellisésBBC-effinergie ® et la réalisation <strong>de</strong> <strong>de</strong>uxprogrammes <strong>de</strong> logements à énergie positive,L’Avance à Montreuil et Vert E<strong>de</strong>n à Aix-en-Provence, concrétisent l’aboutissement d’unestratégie pionnière en matière <strong>de</strong> développementdurable. Généralisée dès 2010, avec <strong>de</strong>ux ansd’avance sur la réglementation thermique <strong>de</strong>2012, la labellisation BBC-effinergie ® <strong>de</strong> tous leslogements fait désormais partie intégrante <strong>de</strong> lasignature <strong>de</strong> Bouygues Immobilier.> La vente à Scor <strong>de</strong> Green Office ® Meudon, louédans sa totalité à Steria sept mois avant sa livraison,a prouvé la validité du modèle économique<strong>de</strong> ce concept d’immeuble tertiaire à énergiepositive, dont le niveau <strong>de</strong> charges est garantipar un contrat <strong>de</strong> performance énergétique(CPE). Deux nouveaux Green Office ® sont déjàen développement en Île-<strong>de</strong>-France.Bouygues Immobilier a aussi livré sa premièreréalisation Rehagreen ® , démarche <strong>de</strong> revalorisationénergétique <strong>de</strong>s actifs tertiaires existants, avec larénovation du nouveau siège social <strong>de</strong> La BanquePostale au cœur <strong>de</strong> Paris.> Fort <strong>de</strong> ces expertises au niveau <strong>de</strong> l’immeuble,Bouygues Immobilier change désormaisd’échelle en travaillant au niveau <strong>de</strong>s quartierset a ainsi lancé, en septembre 2011, UrbanEra ® ,démarche innovante au service <strong>de</strong>s collectivitéslocales pour concevoir <strong>de</strong>s quartiers durables.Plusieurs projets très innovants ont été initiés en2011 dans le cadre d’UrbanEra ® :• IssyGrid ® , premier réseau intelligent <strong>de</strong> quartiercréé avec la ville d’Issy-les-Moulineaux,qui fédère les compétences d’industriels telsqu’Alstom, Bouygues Telecom, EDF, ERDF,ETDE, Microsoft, Schnei<strong>de</strong>r Electric, Steria etTotal, dans les domaines <strong>de</strong> l’urbanisme, <strong>de</strong>l’énergie et du numérique. Ce réseau intelligentpermet d’écrire les principes <strong>de</strong> gestion<strong>de</strong> l’énergie dans la ville <strong>de</strong> <strong>de</strong>main ;• Wacken à Strasbourg, premier territoire àénergie positive en France, avec un partenariaténergétique passé avec Électricité <strong>de</strong>Strasbourg pour l’interconnexion du réseauautonome du quartier avec celui <strong>de</strong> la ville ;• Hikari, îlot mixte à Lyon Confluence, autonomesur le plan énergétique notamment grâce audéveloppement d’équipements <strong>de</strong> pilotageénergétique, est le fruit <strong>de</strong> l’association <strong>de</strong>Bouygues Immobilier avec Toshiba et le Nedo,agence para-gouvernementale japonaise <strong>de</strong>soutien à la R&D dans les énergies nouvelles.Ces démarches sont coordonnées par la directionInnovation et Développement durable <strong>de</strong> BouyguesImmobilier, dont la mission est <strong>de</strong> fédérer les compétencesinternes <strong>de</strong> tous les services pour traiter<strong>de</strong>s sujets stratégiques et transverses tels que lesquartiers durables, le pilotage énergétique, etc.Cette Direction rend compte au comité exécutif,qui effectue les arbitrages nécessaires, <strong>de</strong> l’avancement<strong>de</strong> la feuille <strong>de</strong> route, sur chacune <strong>de</strong> cesthématiques.La qualité technique et architecturale :au cœur <strong>de</strong>s prioritésL’amélioration <strong>de</strong> la qualité technique <strong>de</strong>s bâtimentspar l’utilisation <strong>de</strong> matériaux et <strong>de</strong> technologies<strong>de</strong> pointe est une préoccupation permanente <strong>de</strong>Bouygues Immobilier. Un système très complet <strong>de</strong>management <strong>de</strong> la qualité (avec les certificationsIso 9001 et NF Logement) et un ensemble <strong>de</strong>programmes <strong>de</strong> formation <strong>de</strong>s équipes techniquespermettent à l’entreprise <strong>de</strong> s’adapter très vite auxévolutions du marché.Parallèlement, Bouygues Immobilier s’associe auxplus grands noms <strong>de</strong> l’architecture contemporaine.Ainsi, la <strong>de</strong>uxième tranche <strong>de</strong> Ginko, éco-quartierdu Lac <strong>de</strong> Bor<strong>de</strong>aux, a été confiée à EduardoSouto <strong>de</strong> Moura, lauréat du Prix Pritzker 2011. ÀLyon Confluence, le programme Hikari a été conçupar Kengo Kuma, lauréat <strong>de</strong> l’Institut architecturaldu Japon, célèbre pour ses conceptions architecturalesinspirées <strong>de</strong> l’observation <strong>de</strong> la nature. ÀStrasbourg, le projet d’aménagement <strong>de</strong> Wackena été <strong>de</strong>ssiné par Christian <strong>de</strong> Portzamparc, PrixPritzker 1994.La recherche<strong>de</strong> la satisfaction du clientBouygues Immobilier s’est engagé <strong>de</strong>puis plusieursannées à mettre la satisfaction <strong>de</strong> ses clients aucentre <strong>de</strong> ses préoccupations.La généralisation <strong>de</strong>s visites <strong>de</strong> pré-livraison,l’accompagnement du client tout au long <strong>de</strong>stravaux et le succès <strong>de</strong> la plateforme d’écouteclient (4 000 appels par mois) sont les preuves dudialogue constant entre Bouygues Immobilier et sesclients, et contribuent ainsi à garantir la loyauté <strong>de</strong>ses pratiques en termes d’informations consommateurs.Cette politique a permis d’augmenter lepourcentage <strong>de</strong> clients satisfaits.Un glossaire figure au chapitre "Informations complémentaires" du présent document.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 72


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierDe plus, afin <strong>de</strong> mobiliser l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs<strong>de</strong> l’entreprise autour <strong>de</strong> ces thématiques,un critère <strong>de</strong> "satisfaction client" a été introduit dansle calcul <strong>de</strong> la prime d’intéressement. Ce critèreest calculé sur la base <strong>de</strong>s résultats <strong>de</strong>s enquêtes<strong>de</strong> satisfaction réalisées régulièrement auprès <strong>de</strong>sclients par un organisme indépendant.Atouts et opportunitésSon positionnement et son offre <strong>de</strong> produits confèrentà Bouygues Immobilier <strong>de</strong> soli<strong>de</strong>s atouts pourtirer le meilleur parti <strong>de</strong>s opportunités offertes parles évolutions <strong>de</strong> ses marchés.Une présence sur tous les segments<strong>de</strong> la promotion immobilièreLa présence <strong>de</strong> Bouygues Immobilier sur tous lessegments <strong>de</strong> la promotion immobilière (logement,immobilier d’entreprise et commercial) lui permetd’atténuer les effets <strong>de</strong> cycle propres à chaqueactivité.Un positionnement entrée et milieu<strong>de</strong> gamme en logementBouygues Immobilier a la volonté <strong>de</strong> répondreen priorité aux besoins <strong>de</strong> logement <strong>de</strong>s classesmoyennes, qui représentent les <strong>de</strong>ux-tiers <strong>de</strong> la<strong>de</strong>man<strong>de</strong> actuelle. Bouygues Immobilier proposeainsi une gamme <strong>de</strong> produits à <strong>de</strong>s prix accessiblesrépondant aux besoins et à la solvabilité <strong>de</strong>sprimoaccédants.En logement collectif, Bouygues Immobilier aconçu cette année un nouveau type <strong>de</strong> rési<strong>de</strong>ncespour permettre aux familles à revenus mo<strong>de</strong>stes<strong>de</strong> <strong>de</strong>venir propriétaires au prix raisonnable <strong>de</strong>2 000 euros le m 2 . Le premier programme <strong>de</strong> cetype a été commercialisé avec succès à Saint-Fons,commune du Grand Lyon.TémoignageChristiane Demontès, maire <strong>de</strong> Saint-Fons,sénatrice du Rhône"Symphony traduit bienun <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong> notreprojet <strong>de</strong> ville. Avec ceprogramme <strong>de</strong> logementsparticulièrementattractif, acteurs publicset privés répon<strong>de</strong>nt auxobjectifs que nous avonsfixés avec le Grand Lyondans notre Programmelocal <strong>de</strong> l’habitat :permettre aux famillesmo<strong>de</strong>stes, locatairesEn maison individuelle, la direction généraleMaisons France, créée au sein <strong>de</strong> BouyguesImmobilier en 2011, propose un concept original<strong>de</strong> maisons labellisées BBC-effinergie ® avec uneoffre "entrée <strong>de</strong> gamme" à ossature bois à 159 000euros TTC pour une surface <strong>de</strong> 74 m².Une réelle adéquation <strong>de</strong> l’offretertiaire aux nouvelles attentes <strong>de</strong>sentreprisesactuels du parc social,ou plus largement auxjeunes ménages <strong>de</strong> toutel’agglomération lyonnaise,d’accé<strong>de</strong>r à la propriété.Ce programme permetd’introduire <strong>de</strong> lamixité – <strong>de</strong>s logementset <strong>de</strong>s populations –dans le quartier où ils’implante. Par ailleurs, lacollectivité accompagneces évolutions enEn immobilier d’entreprise, Bouygues Immobiliera orienté sa stratégie autour <strong>de</strong> trois axes : lesimmeubles à très haute performance énergétiqueavec Green Office ® , les immeubles clés en main etla réhabilitation <strong>de</strong>s immeubles <strong>de</strong> bureaux existantsavec Rehagreen ® .Green Office ® , concept d’immeuble tertiaire auxstandards internationaux à énergie positive, atrouvé son modèle économique. Green Office ®Meudon et Farman, premier immeuble <strong>de</strong> bureauxinvestissant dans lacréation d’équipements etd’espaces publics. Autant<strong>de</strong> facteurs <strong>de</strong> dynamismepour notre ville."francilien labellisé BBC-effinergie ® , loué à Systra etvendu à <strong>de</strong>s investisseurs institutionnels français<strong>de</strong> premier plan, ont confirmé en 2011 l’attractivité<strong>de</strong> l’immobilier vert, à la fois pour les utilisateurs etpour les investisseurs.Par ailleurs, les projets clés en main engagés avecClarins et Schnei<strong>de</strong>r Electric en 2011, ainsi que laréhabilitation <strong>de</strong>s immeubles existants poussée parles impératifs du Grenelle environnement, laissentaugurer <strong>de</strong>s perspectives encourageantes.Une véritable expertise au niveau<strong>de</strong>s quartiers durablesAvec UrbanEra ® , démarche pragmatique au service<strong>de</strong>s collectivités locales pour leurs projetséco-urbains, Bouygues Immobilier se positionnerésolument comme opérateur urbain et se doteainsi d’un nouveau levier <strong>de</strong> croissance qui doit luipermettre <strong>de</strong> renforcer son développement dansles années à venir.Chiffres clésEn France, le niveau total <strong>de</strong>s réservations en logementen 2011 est supérieur <strong>de</strong> 4 % à celui <strong>de</strong> l’annéeprécé<strong>de</strong>nte, en dépit <strong>de</strong> la contraction du marchéen France (- 10 %), ce qui conforte BouyguesImmobilier dans sa position <strong>de</strong> lea<strong>de</strong>r avec 13,9 %<strong>de</strong> part <strong>de</strong> marché. En tertiaire, malgré un marchémorose, plusieurs contrats importants ont été signés(notamment Green Office ® et Farman en France, etle futur siège <strong>de</strong> TPSA en Pologne). Au total, lesréservations (Logement et Tertiaire) atteignent 3,2milliards d’euros.Le carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s s'établit à plus <strong>de</strong> 3 milliardsd’euros et il est en croissance <strong>de</strong> 34 %.Le chiffre d’affaires <strong>de</strong> Bouygues Immobilier atteint2,465 milliards d’euros en 2011, en hausse <strong>de</strong>2 %. Le chiffre d’affaires Logement renoue avecla croissance grâce à la reprise <strong>de</strong>s réservationsen 2009 et 2010 et s’élève à 2 milliards d’euros(en hausse <strong>de</strong> 2 % par rapport à 2010). Le chiffred’affaires Tertiaire est stable à 471 millions d’euroset bénéficie notamment <strong>de</strong> la vente <strong>de</strong>s immeublesGreen Office ® et Farman.Le résultat opérationnel courant est soli<strong>de</strong> à 201 millionsd’euros, représentant 8,2 % du chiffre d’affaires(8,4 % en 2010).Le résultat net part du Groupe s’élève à 120 millionsd’euros (+ 11 % par rapport à 2010). Le montant<strong>de</strong>s capitaux propres s’élève à 556 millions d’euros.Bouygues Immobilier affiche une trésorerienette positive record <strong>de</strong> 507 millions d’eurosau 31 décembre 2011 (376 millions d’euros fin2010). Ces performances permettent à BouyguesImmobilier d’abor<strong>de</strong>r 2012 dans <strong>de</strong> bonnes conditionsfinancières.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 73


LOGEMENT :<strong>BOUYGUES</strong> IMMOBILIERGAGNE DE NOUVELLESPARTS DE MARCHÉLe marché <strong>de</strong> l’immobilier a enregistré en 2011une contraction <strong>de</strong> 10 % (soit 103 300 logementsréservés contre 115 400 en 2010). Cette baisse estprincipalement due à la diminution <strong>de</strong>s réservations<strong>de</strong>s investisseurs privés, en particulier sur le premiersemestre, suite à la modification du dispositifScellier (baisse du taux <strong>de</strong> 25 % à 22 %, limitationaux immeubles BBC, etc.). En 2011, le contexteéconomique morose <strong>de</strong> 2010 s’est doublé d’unecrise <strong>de</strong>s finances publiques en Europe, entraînantune diminution <strong>de</strong>s incitations fiscales liéesà l’investissement immobilier, mais aussi un accèsplus difficile au crédit bancaire pour les particuliers.Dans ce contexte perturbé, Bouygues Immobilierconserve sa position <strong>de</strong> lea<strong>de</strong>r sur le marché dulogement en France. Avec 14 314 réservationsenregistrées en 2011, en hausse <strong>de</strong> 4 % par rapportPERFORMANCE ÉNERGÉTIQUEDES LOGEMENTS LIVRÉS EN 2011BBC9 %THPE25 %HPE66 %HPE : Haute performance énergétique (RT 2005 - 10 %)THPE : Très haute performance énergétique (RT 2005 - 20 %)BBC : Batiment basse consommation (50 kwhep/m 2 /an, pondéréepar un coefficient en fonction <strong>de</strong> la zone climatique et <strong>de</strong>l'altitu<strong>de</strong>)Source : Bouygues Immobilierà 2010, année record, Bouygues Immobilier renforcesa part <strong>de</strong> marché à 13,9 % (contre 11,9 % en 2010).Le montant total <strong>de</strong>s réservations <strong>de</strong> logements enFrance en 2011 s’élève à 2 361 millions d’euros,soit une progression <strong>de</strong> 6 % par rapport à 2010.La très forte dynamique commerciale enregistréepar Bouygues Immobilier en 2011 démontre lapertinence <strong>de</strong> son positionnement sur l’entrée etle milieu <strong>de</strong> gamme et <strong>de</strong> sa stratégie d’adaptationpermanente aux nouvelles exigences <strong>de</strong> ses clients,tant en termes <strong>de</strong> produits qu’en termes <strong>de</strong> prix etd’accompagnement client.En 2011, les ventes aux propriétaires occupantsreprésentent environ 22 % <strong>de</strong> l’activité, les ventesaux investisseurs privés 48 % et les ventes en blocet aux bailleurs sociaux 30 %.Une commercialisationparticulièrement dynamiquesur le second semestreAprès avoir suivi la baisse du marché <strong>de</strong> 20 % aupremier semestre, Bouygues Immobilier a accéléréses mises à l’offre au second semestre grâce à sapolitique active d’achats <strong>de</strong> terrains lancée dès2010. Cela lui a permis <strong>de</strong> capitaliser sur le retour<strong>de</strong>s investisseurs privés qui ont voulu profiter dudispositif Scellier sur le <strong>de</strong>rnier quadrimestre avantle plafonnement <strong>de</strong> la réduction d'impôts à 13 % en2012. Comme en 2010, Bouygues Immobilier a sudémontrer sa capacité d’adaptation aux variationsdu marché et son efficacité commerciale, <strong>de</strong>vançantainsi ses principaux concurrents.Bouygues Immobilier a, en effet, enregistré <strong>de</strong>grands succès commerciaux avec <strong>de</strong>s délaisd’écoulement rapi<strong>de</strong>s comme à Vert <strong>de</strong> Ville àBois-Colombes, Eurêka à Suresnes, 21 Rue Verte àRouen, CitiZen à Strasbourg, Villa Caroline à Ermont,Carré 36 à Annecy, Baïopolis à Bayonne, Aix Naturaà Aix-en-Provence, Oxygène à Saint-Raphaël, etc.La commercialisation <strong>de</strong> la <strong>de</strong>uxième tranche <strong>de</strong>Ginko, éco-quartier du Lac <strong>de</strong> Bor<strong>de</strong>aux, a remportéun vif succès avec 250 logements vendus, dont150 à l’unité et 100 en bloc.Favoriser laprimo-accessionEn logement, 2011 a été marquée par l’importance<strong>de</strong>s ventes aux primoaccédants sur <strong>de</strong>sprogrammes réalisés en zones Anru (TVA à 5,5 %).Plus <strong>de</strong> 2 500 logements sur ces territoires ont ainsiété commercialisés. Compte tenu <strong>de</strong> la hausse<strong>de</strong>s prix (<strong>de</strong> 5 à 6 %) observée sur l’année sur lemarché <strong>de</strong> l’immobilier, en particulier dans les zonestendues, ce type <strong>de</strong> programmes à prix modérésa remporté un vif succès. C’est en combinant lesavantages <strong>de</strong>s zones Anru, où le coût du foncierest raisonnable, et <strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> conception / réalisation<strong>de</strong>s immeubles très optimisés que BouyguesImmobilier a su mettre sur le marché <strong>de</strong>s logementsà 2 000 euros TTC le m² à Saint-Fons (Rhône).Bouygues Immobilier a, par ailleurs, signé unecharte avec certaines collectivités locales pouradopter une politique <strong>de</strong> prix maîtrisés, contenir lecoût du foncier et limiter ainsi la hausse <strong>de</strong>s prix <strong>de</strong>vente <strong>de</strong>s logements collectifs. Rennes, Saint-Denis,Montreuil et Saint-Ouen figurent parmi les villes aveclesquelles Bouygues Immobilier s’est engagé.Enfin, 2011 a été également marquée par la livraisonemblématique <strong>de</strong>s 250 premiers logements duprogramme Valnaturéal dans le nord <strong>de</strong> Marseille,commercialisés en quelques jours. Ce nouveléco-quartier comportera, à terme, 950 logementscertifiés Habitat et Environnement (H&E), dont330 en primo-accession (du T2 au T5), 310 logementssociaux, une rési<strong>de</strong>nce pour étudiants etjeunes travailleurs, un établissement d’hébergementpour personnes âgées dépendantes (Ehpad), etc.Valnaturéal a bénéficié <strong>de</strong> dispositifs d’ai<strong>de</strong> à l’accessionà la propriété : la TVA à 5,5 % (périmètre <strong>de</strong>zone Anru), le chèque "premier logement" <strong>de</strong> la Ville<strong>de</strong> Marseille et d’autres dispositifs complémentairestels que le Pass-Foncier Collectif. L’ensemble <strong>de</strong>ces dispositifs a permis d’atteindre un prix moyenattractif à 2 350 euros TTC du m².Maisons individuellesEn 2011, à la suite <strong>de</strong> la création <strong>de</strong> la nouvelledirection générale Maisons France, BouyguesImmobilier a élaboré une nouvelle offre <strong>de</strong> maisonsindividuelles BBC incluant une gamme <strong>de</strong> maisonsà prix très modérés (159 000 euros TTC pour 74 m²)à ossature bois, particulièrement bien adaptée à la<strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong>s jeunes primoaccédants.La stratégie <strong>de</strong> repositionnement sur le marché <strong>de</strong> lamaison individuelle a été récompensée en 2011 parla signature d’un protocole d’accord, en partenariatavec la SNI (Société nationale immobilière, filiale<strong>de</strong> la Caisse <strong>de</strong>s Dépôts), concernant la livraison<strong>de</strong> 3 000 maisons d’ici quatre ans pour loger lescollaborateurs d’EDF. Cet accord porte sur le développement<strong>de</strong> <strong>de</strong>ux cents opérations immobilièresautour <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production <strong>de</strong> l’opérateur. SNIassure le rôle d’investisseur et <strong>de</strong> bailleur pour unedurée <strong>de</strong> douze ans renouvelable.Bouygues Immobilier entend se développer sur cemarché porteur.Noveom, nouvellegénération <strong>de</strong> rési<strong>de</strong>ncesévolutives avec servicesEn novembre 2011, Bouygues Immobilier a lancé, àl’échelle nationale, Noveom, nouvelle génération <strong>de</strong>rési<strong>de</strong>nces évolutives avec services. Conçues avecAnru : Agence nationale pour la rénovation urbaine<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 74


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues Immobilierle concours d’un ergothérapeute, ces rési<strong>de</strong>ncesallient ergonomie, confort, <strong>de</strong>sign et accessibilité.Avec Noveom, Bouygues Immobilier s’est attachéà développer un habitat et <strong>de</strong>s services adaptés àtoutes les étapes <strong>de</strong> la vie. Il a d’ores et déjà lancé<strong>de</strong>ux premiers programmes Noveom à Tours etdans l’agglomération angevine. Ceux-ci seront misen chantier au premier trimestre 2012 pour unelivraison au quatrième trimestre 2013. Quatre autresprojets sont à l’étu<strong>de</strong> à Aix-en-Provence, Marseille,Metz et Rennes.Un accompagnement clientpersonnaliséBouygues Immobilier a mis en place <strong>de</strong>puis 2010une politique <strong>de</strong> relation client personnalisée, dupremier contact à la livraison du logement. Chaqueclient dispose ainsi d’un contact direct auprèsd’un(e) responsable relation client. Le client dispose<strong>de</strong> trois interlocuteurs selon l’avancée du projet :> le conseiller commercial est son interlocuteurjusqu’à l’obtention du financement <strong>de</strong> son projet ;> le responsable relation client accompagne leclient, en collaboration avec les équipes techniquestout au long <strong>de</strong> la réalisation du projet, <strong>de</strong>la réservation à la livraison, jusqu’à la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong>parfait achèvement ;> après la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> parfait achèvement, le responsableservice après-vente intervient poursuivre toute réclamation concernant les garantiesdécennales.À tout moment, le service Médiation peut prendre lerelais en cas <strong>de</strong> situation sensible.Bouygues Immobilier a également développé <strong>de</strong>spartenariats avec le Crédit Lyonnais ou le CréditFoncier pour offrir <strong>de</strong>s solutions <strong>de</strong> financement privilégiéesà ses clients. Ce service est très apprécié,surtout lorsque les conditions <strong>de</strong> crédit se ten<strong>de</strong>nt,ce qui pourrait être le cas dans le contexte troubléque connaissent les banques et dans le cadre <strong>de</strong>saccords <strong>de</strong> Bâle III (1) .TERTIAIRE :L’IMMOBILIER VERTTROUVE SON MARCHÉFortement corrélé à l’économie mondiale, auxinvestissements internationaux et aux évolutions <strong>de</strong>smarchés financiers, le marché <strong>de</strong> l’immobilier d’entrepriseen France est plutôt atone <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ans.Les fondamentaux restent cependant sains avec :> un taux <strong>de</strong> vacance stabilisé à un niveau raisonnable;> une <strong>de</strong>man<strong>de</strong> placée qui reste active à <strong>de</strong>sniveaux <strong>de</strong> loyers toujours bas ;> une vraie <strong>de</strong>man<strong>de</strong> pour <strong>de</strong>s immeubles auxstandards internationaux à haute performanceénergétique.En 2011, trois tendances principales ont caractériséla <strong>de</strong>man<strong>de</strong> sur le marché <strong>de</strong> l’immobiliertertiaire :> Optimisation <strong>de</strong>s coûts d’exploitation. Lesentreprises rationalisent leur stratégie <strong>de</strong> mobilitéen recherchant une diminution <strong>de</strong>s coûts d’exploitation,première raison d’un déménagementd’entreprise.> Réduction <strong>de</strong> l’empreinte carbone. Les objectifsdu Grenelle environnement imposent auxentreprises une réduction <strong>de</strong> leur empreintecarbone par la remise aux normes <strong>de</strong> leur parcexistant ou l’investissement dans <strong>de</strong> nouvellessurfaces moins énergivores.> Optimisation <strong>de</strong>s espaces <strong>de</strong> travail. L’évolution<strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> travail et la redéfinition <strong>de</strong>s postesFarman, siège <strong>de</strong> Systra,à Paris<strong>de</strong> travail ont un impact important en termesd’aménagement <strong>de</strong>s espaces et <strong>de</strong> flexibilitéd’usage <strong>de</strong>s immeubles tertiaires.Dans ce contexte, Bouygues Immobilier a réalisé<strong>de</strong> belles transactions, prouvant par là mêmel’adéquation <strong>de</strong> son offre aux attentes du marché,notamment en matière d’immobilier durable. Lesventes réalisées en 2011 ont, en effet, concernémajoritairement <strong>de</strong>s immeubles à très haute qualitéenvironnementale, voire à énergie positive (GreenOffice ® ).Le montant total <strong>de</strong>s réservations <strong>de</strong> BouyguesImmobilier dans le tertiaire a atteint 781 millionsd’euros.PART DU CHIFFRE D’AFFAIRESCOUVERT PAR UNE CERTIFICATIONOU UN LABEL ENVIRONNEMENTAL(H&E, BBC OU HQE ® )Source : Bouygues Immobilier - 201186 %200989 %201094 %2011(1) Bâle III : dispositions adoptées le 12 septembre 2010 par les banquiers centraux et régulateurs <strong>de</strong>s 27 pays composant le comité <strong>de</strong> Bâle et proposant <strong>de</strong> nouvelles règles pru<strong>de</strong>ntielles applicables aux banques (source : banque-info.com)<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 75


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierPortugal : livraison ducentre commercial AquaPortimãoLe centre commercial Aqua Portimão au Portugal,réalisé par Bouygues Immobilier et inauguré en avril2011, accueille 117 enseignes, 21 restaurants et unhypermarché. D’une superficie totale <strong>de</strong> 47 250 m²répartie sur trois niveaux, le centre commercialdispose d’un parking <strong>de</strong> 1 800 places intégrant<strong>de</strong>s bornes <strong>de</strong> charge pour véhicules électriques.Avec un taux d’occupation <strong>de</strong> 94 % à l’ouverture,le centre commercial accueille <strong>de</strong>s enseignes tellesque H&M, Primark, Massimo Dutti, Pull&Bear, Kiko,Seasi<strong>de</strong>, etc., ainsi qu'un hypermarché Jumbo(groupe Auchan) <strong>de</strong> 11 750 m².RESPONSABILITÉSOCIALE ET SOCIÉTALEL’année 2011 a été riche sur les plans social etsociétal pour Bouygues Immobilier. En termes <strong>de</strong>politique <strong>de</strong> ressources humaines, les principauxpoints forts sont l’important niveau d’embaucheen 2011, la refonte du parcours d’intégration, lapoursuite <strong>de</strong>s efforts pour l’intégration <strong>de</strong>s collaborateurshandicapés et le lancement <strong>de</strong> la <strong>de</strong>uxièmeenquête <strong>de</strong> perception interne (la première ayanteu lieu en 2006).En matière <strong>de</strong> responsabilité sociétale, l’engagement<strong>de</strong> Bouygues Immobilier auprès <strong>de</strong>s associations<strong>de</strong> solidarité s’est accentué en 2011 avec lamobilisation <strong>de</strong>s collaborateurs durant la Journée <strong>de</strong>Solidarité Entreprise organisée le 8 avril 2011 et lerenforcement du soutien au projet Médiaterre, portépar l’association Unis-Cité, association pionnière duservice civique en France.Responsabilité sociale :une mobilisation sur tousles frontsUne politique <strong>de</strong> recrutementtrès activePour faire face à la forte activité en logement,Bouygues Immobilier a recruté 386 personnes en2011, représentant un accroissement net <strong>de</strong> 10 %<strong>de</strong> ses effectifs et portant ainsi le nombre global<strong>de</strong> collaborateurs à 1 583 au 31 décembre 2011.Cette politique a été relayée par une campagne <strong>de</strong>recrutement 100 % on line et au travers <strong>de</strong> témoignages<strong>de</strong> collaborateurs, permettant ainsi <strong>de</strong> fairedécouvrir les métiers <strong>de</strong> Bouygues Immobilier à unpublic plus large et diversifié. Avec près <strong>de</strong> 49 %<strong>de</strong> femmes dans l’effectif global, la parité progressechez Bouygues Immobilier, notamment au sein <strong>de</strong>la population cadre, avec 36 % <strong>de</strong> femmes cadres,soit une progression <strong>de</strong> 10 % en trois ans sur uneffectif en croissance.Refonte du parcours d’intégrationAvec 70 % <strong>de</strong> cadres et une activité <strong>de</strong> services trèsliée à la qualité <strong>de</strong> son capital humain, BouyguesImmobilier a pour objectif d’attirer et <strong>de</strong> fidéliser lesmeilleurs talents dans son secteur. Pour répondre àcet enjeu, la qualité <strong>de</strong> l’accueil et les premiers mois<strong>de</strong> l’intégration sont primordiaux. Ainsi, BouyguesImmobilier a repensé le parcours d’intégration <strong>de</strong>ses nouveaux embauchés pour leur faire découvrirl’ensemble <strong>de</strong> ses métiers <strong>de</strong> façon innovante,interactive et en équipe, quel que soit leur métier,autour d’un serious game session ® . Il leur permet <strong>de</strong>développer leur réseau en interne, d’avoir une visionglobale <strong>de</strong>s métiers, ouvrant sur <strong>de</strong>s possibilités <strong>de</strong>passerelles entre les métiers.Une direction Développement <strong>de</strong>s ressourceshumaines a également été créée afin <strong>de</strong> développerl’attractivité employeur <strong>de</strong> Bouygues Immobilier, sapolitique <strong>de</strong> responsabilité sociale et d'accentuer sapolitique <strong>de</strong> management <strong>de</strong>s talents.Perception <strong>de</strong>s collaborateurs :un très bon climat interneLa <strong>de</strong>uxième édition <strong>de</strong> l’enquête <strong>de</strong> perception,réalisée par Ipsos en octobre 2011, révèle uneforte satisfaction <strong>de</strong>s collaborateurs quant à leursconditions <strong>de</strong> travail dans l’entreprise et à leuradhésion à ses valeurs et à sa stratégie. Réaliséepar un organisme indépendant sur la base d’unquestionnaire anonyme et proposée à tous les collaborateurs,cette enquête a suscité une participation<strong>de</strong> 82 %. Les collaborateurs se sont déclarés à 97 %Suite à l’enquête 2011(82 % <strong>de</strong> répondants),93 % <strong>de</strong>s collaborateursse disent fiers <strong>de</strong> travaillerchez Bouygues Immobilierconfiants en l’avenir et à 93 % fiers <strong>de</strong> travailler chezBouygues Immobilier. Enfin, 83 % <strong>de</strong>s répondantsconsidèrent disposer <strong>de</strong>s moyens nécessaires pourfaire un travail <strong>de</strong> qualité.Dans le cadre <strong>de</strong> cette enquête, et pour la premièrefois, Bouygues Immobilier a souhaité mettreen place un baromètre <strong>de</strong> mesure du stress liéau travail. Ainsi, la moyenne <strong>de</strong> niveau <strong>de</strong> stressest <strong>de</strong> 6,5, conforme à la moyenne nationale <strong>de</strong>sentreprises privées françaises (enquête Red ® 2011d’Ipsos Loyalty). De plus, Bouygues Immobiliercontinue ses investissements en formation à <strong>de</strong>stination<strong>de</strong>s managers, sur la prévention du stress autravail (ainsi, 75 % <strong>de</strong>s collaborateurs ayant réponduà l’enquête interne déclarent que leur manager estattentif au bien-être <strong>de</strong> ses collaborateurs).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 77


Mobilisés pour la journée Solid'R, les collaborateurs ont effectuéensemble plus <strong>de</strong> 8 400 heures cumulés <strong>de</strong> volontariatBouygues Immobilier, une entreprise"handi-accueillante"En 2011, quarante-six collaborateurs volontaires ontété nommés "correspondants handicap", assurantune présence sur l’ensemble <strong>de</strong>s établissements.Ces volontaires, en lien avec les responsables <strong>de</strong>sressources humaines, et avec l’appui <strong>de</strong> la MissionHandicap créée en 2011 au sein <strong>de</strong> la direction <strong>de</strong>sressources humaines, sont chargés <strong>de</strong> faciliter ledialogue en interne sur <strong>de</strong>s sujets comme la reconnaissancedu handicap, l’adaptation <strong>de</strong>s postes <strong>de</strong>travail et l’aménagement <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travailpour les personnes handicapées.Autre aspect <strong>de</strong> leur mission : développer le chiffred’affaires hors taxe réalisé auprès <strong>de</strong>s entreprisesdu secteur protégé, qui a augmenté <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 50 %cette année, passant <strong>de</strong> 253 000 euros en 2010 à382 000 euros en 2011.Reconnues en situation <strong>de</strong> handicap, vingt-troispersonnes ont été accueillies au cours <strong>de</strong> cetteannée dans les équipes <strong>de</strong> l’entreprise.Responsabilité sociétale :une entreprise engagéeJournée Solid’R : forte mobilisation<strong>de</strong>s collaborateursAvec 82 % <strong>de</strong> participation parmi les collaborateurs<strong>de</strong> Bouygues Immobilier, la première édition <strong>de</strong> lajournée Solid’R (8 avril 2011) s’est imposée commela plus importante manifestation <strong>de</strong> solidaritéjamais organisée dans une entreprise françaisepar l’association Unis-Cité. Pendant une journée,1 200 salariés se sont investis sur le terrain auxcôtés d’associations préalablement sélectionnées.En partenariat avec Unis-Cité, quarante-neuf associations<strong>de</strong> solidarité avaient, en effet, été i<strong>de</strong>ntifiéespour cette journée, proposant aux collaborateurs <strong>de</strong>participer à diverses actions concrètes (rénovation<strong>de</strong> locaux, ai<strong>de</strong> aux personnes à mobilité réduite,animation d’ateliers pour <strong>de</strong>s personnes atteintes<strong>de</strong> la maladie d’Alzheimer, nettoyage <strong>de</strong> sitesnaturels, etc.).Médiaterre : réduire la précaritéénergétiqueLa Fondation d’Entreprise Bouygues Immobiliera élargi en 2011 son soutien au programmeMédiaterre à cinq villes (Lille, Nantes, Bor<strong>de</strong>aux,Grenoble et Marseille). Ce programme, lancé en2010 par l’association Unis-Cité, a pour objectif <strong>de</strong>sensibiliser les habitants <strong>de</strong>s quartiers populairesaux "éco-gestes" pour leur permettre, entre autres,<strong>de</strong> réaliser <strong>de</strong>s économies sur leur facture énergétique.En 2011, les familles accompagnées par lesvolontaires d’Unis-Cité ont ainsi réduit leur factured’électricité <strong>de</strong> douze euros par mois en moyenne,diminué leur consommation d’eau <strong>de</strong> 3 000 litrespar mois, soit neuf euros d’économie, et fait cinqfois moins d’erreurs dans le tri sélectif <strong>de</strong>s déchetsdomestiques. Un local <strong>de</strong> 70 m² a, par ailleurs,été mis gracieusement à la disposition <strong>de</strong>s volontairesd’Unis-Cité sur le programme Valnaturéal <strong>de</strong>Bouygues Immobilier à Marseille.Création <strong>de</strong> liens entre les quartiersL’accompagnement <strong>de</strong>s habitants <strong>de</strong>s quartiersfait désormais partie intégrante <strong>de</strong>s grands programmesmenés par Bouygues Immobilier. En 2011,sur le programme Ginko à Bor<strong>de</strong>aux, la Fondationd’Entreprise Bouygues Immobilier a soutenu, enpartenariat avec l’Adie (Association pour le droità l’initiative économique), la création <strong>de</strong> microentreprisesdans le quartier voisin <strong>de</strong>s Aubiers pourfavoriser l’intégration urbaine locale. Sur Valnaturéalà Marseille, la concertation avec les commerçants<strong>de</strong>s quartiers voisins a facilité l’intégration <strong>de</strong>snouveaux commerces.Réduire les émissions <strong>de</strong>gaz à effet <strong>de</strong> serrePremier bilan carbone completpour Bouygues ImmobilierPoursuivant ses efforts pour la réduction <strong>de</strong> sesémissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre (GES), BouyguesImmobilier a réalisé en 2011, grâce à la mise enplace d’un reporting interne, le premier bilan carbonecomplet <strong>de</strong> son activité. Le périmètre pris encompte comprend à la fois les activités du sièged’Issy-les-Moulineaux, celles <strong>de</strong>s implantationslocales et celles liées aux chantiers <strong>de</strong>s logementset bureaux réalisés. L’objectif <strong>de</strong> cette démarcheglobale et transparente est d’avoir une visiontransversale <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> GES générées parl’ensemble <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> l’entreprise.> Les émissions <strong>de</strong> GES liées au fonctionnement dusiège et <strong>de</strong>s agences s’élèvent à 13 067 tonneséquivalent CO 2par an. L’i<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s postesles plus émissifs permettra d’établir un plan <strong>de</strong>réduction dès 2012. D’ores et déjà, l’augmentationdu recours à la visioconférence <strong>de</strong> 7 % en2011 par rapport à 2010 (ce qui correspond àprès <strong>de</strong> 7 200 heures) a permis <strong>de</strong> réduire <strong>de</strong>21 % le nombre <strong>de</strong> kilomètres parcourus par collaborateurpour les déplacements professionnels(en avion et en train).> Bouygues Immobilier a procédé <strong>de</strong>puis 2010 àla réalisation d’un bilan <strong>de</strong> ses émissions <strong>de</strong> GEScomplet sur toutes ses opérations <strong>de</strong> logementet <strong>de</strong> ses principaux immeubles <strong>de</strong> bureauxen phase <strong>de</strong> construction. Cette démarchepermet d’i<strong>de</strong>ntifier les postes les plus émissifsen GES (matériaux intrants : béton et acier, fret),<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 78


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierBILAN DES ÉMISSIONSDE GAZ À EFFET DE SERREen tonnes éq. CO 2Source : Bouygues Immobilier - 2011Total : 421 243344 87712 884 19 494 27 3802341 833ÉnergieHorsénergieIntrants Déplacements<strong>de</strong> recenser et <strong>de</strong> valoriser les bonnes pratiquespour réduire les émissions <strong>de</strong>s opérations.> Bouygues Immobilier a réalisé plus <strong>de</strong> 210 bilanscarbone en 2011 et intégré ses filiales dans cettedémarche en réalisant un bilan <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong>GES sur une opération <strong>de</strong> bureaux d’Urbiparc etsur une opération <strong>de</strong> logement d’Urbis.Achats responsablesBouygues Immobilier, adhérant au Pacte mondial<strong>de</strong>s Nations unies et signataire <strong>de</strong> la charte RSE dugroupe Bouygues, <strong>de</strong>man<strong>de</strong> à l’ensemble <strong>de</strong> sespartenaires <strong>de</strong> s’engager à mettre en œuvre toutesles mesures nécessaires pour préserver l’environnementet respecter les dispositions d’ordre social.Des clauses RSE sont intégrées dans les contratsavec les fournisseurs. Elles seront systématiséesen 2012 pour les entreprises intervenant sur leschantiers.Les consultations sont conduites au travers d’uneanalyse multicritère intégrant cette vision. Cetteanalyse est complétée par une approche "produit"Fret14 541Déchets Immobilisationsdirectspour évaluer l’impact sanitaire, notamment sur laqualité <strong>de</strong> l’air en fonction <strong>de</strong>s matériaux utiliséspour la réalisation du logement.La démarche d’évaluation RSE a été mise en placechez Bouygues Immobilier en 2009. Désormais, tousles partenaires industriels en logement, notammentceux référencés dans le cadre <strong>de</strong>s collections nationales,font l’objet d’une évaluation par EcoVadis surla base <strong>de</strong> 21 critères adaptés aux enjeux et risques<strong>de</strong>s achats. En 2011, Bouygues Immobilier a initiéune nouvelle approche auprès <strong>de</strong>s TPE et PMEintervenant sur les chantiers avec un questionnaired’auto-évaluation sous le contrôle du responsabled’appel d’offres. Ce document a été élaboré au seindu groupe Bouygues.Quartiers durables :un nouveau levier <strong>de</strong>croissanceEn 2011, Bouygues Immobilier a lancé UrbanEra ® ,démarche innovante et pragmatique <strong>de</strong> l’urbanismedurable. Fort <strong>de</strong> son expérience diversifiée et <strong>de</strong>son engagement <strong>de</strong> longue date en faveur <strong>de</strong>l’innovation durable, Bouygues Immobilier franchitun nouveau pas vers le métier d’opérateur urbain :> en inventant les standards <strong>de</strong> <strong>de</strong>main en matière<strong>de</strong> bureaux, <strong>de</strong> logements et d’aménagementurbain durable,> en tissant <strong>de</strong>s partenariats <strong>de</strong> long terme avecles collectivités locales,> en créant l’écosystème qui assure le modèleéconomique <strong>de</strong> ces nouveaux concepts (contrats<strong>de</strong> performance énergétique, partenariats publicprivéurbains, etc.),> en enrichissant son métier <strong>de</strong> promoteur immobilieravec la gestion <strong>de</strong> services urbains.Avec UrbanEra ® , Bouygues Immobilier proposeaux collectivités locales une réponse "sur mesure"globale pour la réalisation d’une nouvelle génération<strong>de</strong> quartiers durables, à forte mixité d’usage et àénergie positive. C’est un engagement auprès <strong>de</strong>scollectivités locales sur <strong>de</strong>s indicateurs mesurableset <strong>de</strong>s objectifs cibles, définis en concertation avecelles, autour <strong>de</strong> sept piliers : l’efficacité énergétiqueurbaine, la gestion raisonnée <strong>de</strong> l’eau, la valorisationet le recyclage <strong>de</strong>s déchets, l’éco-conception <strong>de</strong>sbâtiments, l’éco-mobilité, la biodiversité et la santéet les services <strong>de</strong> proximité.Bouygues Immobilier affirme ainsi son lea<strong>de</strong>rshipsur <strong>de</strong> nouveaux champs d’innovation pour laréalisation d’une ville équilibrée, évolutive, flui<strong>de</strong>,économe, vivante et intelligente.Premières concrétisationsPreuve <strong>de</strong> sa pertinence par rapport aux attentes<strong>de</strong>s collectivités locales, UrbanEra ® a permis àBouygues Immobilier <strong>de</strong> remporter trois projetsen 2011 :> Hikari à Lyon Confluence est un projet d’îlotmixte logement et tertiaire (superficie : 12 660 m 2Shon), autonome sur le plan énergétique. Saconception, qui prévoit la mutualisation <strong>de</strong>sproductions et <strong>de</strong>s consommations énergétiques,permettra <strong>de</strong> réaliser 60 % d’économies sur laconsommation <strong>de</strong> l’îlot. Ce projet fait l’objet d’unpartenariat avec <strong>de</strong>s entreprises japonaises <strong>de</strong>premier plan telles Toshiba et le Nedo, agencepara-gouvernementale japonaise <strong>de</strong> soutien à laR&D dans les énergies nouvelles. Cette excellenceenvironnementale est associée à une forteexigence architecturale, avec un soin tout particulieraccordé à la qualité <strong>de</strong> vie <strong>de</strong>s habitants.Dessinés par l’architecte japonais Kengo Kuma,les bâtiments se caractérisent par leur légèretéet leur transparence mariant le verre, la pierre etle bois.> À Strasbourg, Wacken sera le premier territoire àénergie positive en France (aménagement d’unezone <strong>de</strong> 100 000 m 2 ). L’objectif est <strong>de</strong> parvenirà un équilibre entre la production, la consommationet le stockage d’énergie pour atteindreune baisse <strong>de</strong> consommation <strong>de</strong> 20 à 30 % auniveau du quartier avec le concours d’Électricité<strong>de</strong> Strasbourg.> Châtenay-Malabry : ce premier îlot mixte <strong>de</strong>12 000 m 2 à énergie positive en Île-<strong>de</strong>-France,conçu par l’Atelier d’Architecture Brenac etGonzalez, préfigure les quartiers durables <strong>de</strong><strong>de</strong>main.En parallèle, la réalisation d’IssyGrid ® , premierréseau <strong>de</strong> quartier intelligent (smart grid), permettraà Bouygues Immobilier, dès 2012, <strong>de</strong> démontrer lafaisabilité du pilotage énergétique au niveau d’unquartier entier. IssyGrid ® rassemble autour <strong>de</strong> laVille d’Issy-les-Moulineaux <strong>de</strong>s acteurs industrielsmajeurs pour réaliser un modèle <strong>de</strong> production et <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong> l’énergie à l’échelle du quartier. IssyGrid ®est le premier terrain d’application d’Embix, sociétécommune entre Alstom, Bouygues Immobilier etETDE, pour la réalisation d’un smart grid.Pour chaque projet UrbanEra ® , un consortiumtechnologique réunissant l’ensemble <strong>de</strong>s compétencesrequises est constitué autour <strong>de</strong> BouyguesImmobilier en fonction <strong>de</strong>s problématiques spécifiquesliées à chaque territoire. Des partenariatséconomiques et <strong>de</strong>s plateformes industrielles d’innovation,locales ou nationales, sont mises en placeavec <strong>de</strong>s acteurs spécialisés qui s’engagent dansla gestion urbaine future <strong>de</strong>s territoires.Avec UrbanEra ® , Bouygues Immobilier fait évoluerson modèle d’activité. Ce nouveau positionnementreprésente clairement un levier <strong>de</strong> croissance pourBouygues Immobilier dans les années à venir.RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 79


Modalités <strong>de</strong> dialogue <strong>de</strong> Bouygues Immobilier avec les parties prenantesLes parties prenantes Leurs attentes Les réponses <strong>de</strong> Bouygues Immobilier Organes et modalités <strong>de</strong> dialogueClientsPartenairesEntreprisesFournisseursAdministrationsCollectivités localesOrganismes publicsAssociationsOrganisations nongouvernementales(ONG)Riverains <strong>de</strong>schantiersCollaborateursOrganisationssyndicalesOrganisationsprofessionnellesCommunautéscientifique etéducative> Écoute> Qualité <strong>de</strong> service et <strong>de</strong> réalisation,compétitivité> Innovation> Respect <strong>de</strong> l’environnement> Éthique> Loyauté> Équité> Pérennité <strong>de</strong>s relations> Dialogue et transparence> Partenariats durables> Respect <strong>de</strong> la réglementation> Préservation <strong>de</strong> l’environnement> Comportement éthique etresponsable> Dialogue et transparence> Partenariats durables> Préservation <strong>de</strong> l’environnement> Comportement éthique etresponsable> Maîtrise et réduction <strong>de</strong>s impacts<strong>de</strong>s chantiers> Conditions <strong>de</strong> travail, sécurité etsanté> Écoute et dialogue> Sens du respect, droits sociaux etsyndicaux> Équité, diversité> Reconnaissance au travail, formation> R&D et innovation> Mutualisation <strong>de</strong>s compétences> Partage <strong>de</strong>s connaissances> Démarche qualité certifiée Iso 9001 et NF Logement> Certification environnementale <strong>de</strong>s programmes(H&E, HQE ® , BBC-effinergie ® , etc.)> Partenariats> Charte éthique> Charte RSE fournisseurs> Évaluation <strong>de</strong> la performance RSE <strong>de</strong>s fournisseurs> Projets immobiliers certifiés respectueux <strong>de</strong> l’environnement> Projets d’aménagement / quartiers durables> Contribution au développement économique et à l’insertion sociale dans leszones d’implantation (quartiers durables)> Fondation d’Entreprise> Observatoire <strong>de</strong> la Ville> Partenariat avec Unis-Cité> Journée Solid’R> Adhésion au Global Compact> Dispositifs <strong>de</strong> consultation, <strong>de</strong> dialogue et d’information> Formation> Entretiens annuels (compétences et performances)> Actionnariat salarié (Bouygues Partage et intéressement)> Avantages sociaux> Programme "BI & Me" : "qualité <strong>de</strong> vie au travail" et dispositif <strong>de</strong> prévention dustress au travail> Participation à <strong>de</strong>s groupes <strong>de</strong> travail sur "l’immobilier durable" dans lesfédérations professionnelles> Participation à <strong>de</strong>s projets <strong>de</strong> recherche avec le CEA, l’Ines, le CSTB, l’Afnor,l’A<strong>de</strong>me, etc.> Co-fondateur du mastère spécialisé "Construction et habitat durables" <strong>de</strong>l’Ensam et l’ESTP> Offres <strong>de</strong> stages et contrats en alternance> Conférences et cours dans les écoles et universités> Un interlocuteur (relation client) et une plateforme téléphonique dédiés> Ren<strong>de</strong>z-vous réguliers tout au long <strong>de</strong> l’avancement <strong>de</strong>s travaux jusqu’àla livraison du logement (nouveau processus d’accompagnement <strong>de</strong>sclients <strong>de</strong>puis 2010)> Site internet> Enquêtes <strong>de</strong> satisfaction auprès <strong>de</strong>s clients> Réunions périodiques d’échanges et d’information avec les intervenantstout au long du déroulement du chantier> Gestion <strong>de</strong> la relation avec les fournisseurs à travers une évaluationannuelle et <strong>de</strong>s plans <strong>de</strong> progrès pilotés par la direction Techniquecentrale> Évaluation <strong>de</strong>s entreprises à travers le bilan qualité> Participation aux groupes <strong>de</strong> travail avant-projet <strong>de</strong> loi ou directive(exemple : co-pilotage d’un groupe comité stratégique Plan BâtimentGrenelle)> Dialogue <strong>de</strong> proximité entre les implantations régionales BouyguesImmobilier (direction régionale, directeurs d’agences) et les collectivitéslocales> Comités <strong>de</strong> pilotage périodiques dans le cadre <strong>de</strong>s actions portées par laFondation d’Entreprise> Communiqués <strong>de</strong> presse, conférences <strong>de</strong> presse, petits-déjeuners avecles blogueurs, etc.> Site internet, présence dans les médias sociaux (Twitter, Facebook, etc.)> Réunions <strong>de</strong> concertation et d’information <strong>de</strong>s riverains> Panneaux d’information sur site> CHSCT, Comité d’entreprise, élections professionnelles> Communication interne : magazine interne BIM, site intranet> Réunions d’information : journée <strong>de</strong>s managers, petits-déjeunersCollaborateurs avec la direction générale, "tchat" via intranet> Enquête sociale Collaborateurs> Collaborateurs Bouygues Immobilier élus dans les comités <strong>de</strong> direction <strong>de</strong>la FPC au niveau national et régional> Direction Innovation et Développement durable au sein <strong>de</strong> BouyguesImmobilier> Interlocuteur dédié "relations écoles" au sein <strong>de</strong> la direction <strong>de</strong>sressources humaines, participation aux forums <strong>de</strong>s écolesA<strong>de</strong>me : Agence <strong>de</strong> l’environnement et <strong>de</strong> la maîtrise <strong>de</strong> l’énergie - Afnor : Association française <strong>de</strong> normalisation - BBC : Bâtiments basse consommation - BBC-effinergie : La consommation maximale pour les constructions rési<strong>de</strong>ntielles neuves est en moyenne à 50 kWh/m2/an en énergie primaire. -CEA : Commissariat à l’énergie atomique - CHSCT : Comité d’hygiène, <strong>de</strong> sécurité et <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travail - CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment - Ensam : Arts et Métiers ParisTech - ESTP : École spéciale <strong>de</strong>s travaux publics, du bâtiment et <strong>de</strong> l’industrie - FNTP : Fédération nationale <strong>de</strong>stravaux publics - FPC : Fédération <strong>de</strong>s promoteurs constructeurs - Ines : Institut national <strong>de</strong> l’énergie solaire - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 80


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierObjectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Promouvoirl'immobilier vertcomme moteur <strong>de</strong>croissanceFavoriser la diversitéau sein <strong>de</strong> l'entrepriseRenforcerl'engagement dans lapolitique handicapAméliorer la qualité <strong>de</strong>vie dans l'entrepriseManager et développerles compétences <strong>de</strong>scollaborateursRéduire l'impactenvironnemental<strong>de</strong> l'activité <strong>de</strong>l'entreprise, dont lesémissions <strong>de</strong> gaz àeffet <strong>de</strong> serreChiffre d'affaires couvertpar une certification et/ouun label environnemental(H&E, HQE ® , BBCeffinergie® )LogementsBBC-effinergie ®commercialisésSurface <strong>de</strong> bureauxà énergie positive enchantier ou livrés dansl'annéeFemmes cadres dansl'effectif total <strong>de</strong>s cadresPersonnes en situation <strong>de</strong>handicap accueillies(tous types <strong>de</strong> contrats,toutes durées)Montant <strong>de</strong>s achatsréalisés avec le secteurprotégéTaux <strong>de</strong> participation àl'enquête "Bien-être &Performance"Collaborateurs ayantsuivi une formation dansl'annéeFormation parcollaborateur (moyenne)Bilans carbone réaliséssur <strong>de</strong>s programmesimmobiliersVisioconférences pourlimiter les déplacements% 89 94Nombre 6 000 11 150> Labellisation BBC-effinergie ® <strong>de</strong> tous les programmes <strong>de</strong> logements <strong>de</strong>puisjuillet 2010> Labellisation BBC-effinergie ® <strong>de</strong> l'immeuble <strong>de</strong> bureaux Farman à Paris> Grâce à la labellisation BBC-effinergie ® <strong>de</strong> tous les programmes en France <strong>de</strong>puisjuillet 2010 et aux très bonnes performances commerciales du Logement en 2011, lenombre <strong>de</strong> logements BBC-effinergie ® commercialisés a augmenté <strong>de</strong> 86 % en 2011m² 23 000 23 000 > Livraison du premier Green Office ® Meudon certifié Breeam "excellent"% 34,7 36,5Nombre 18 23K€ 253 382% 67 a 82% 78 70Nombre<strong>de</strong> jours2,4 2,1Nombre 149 210Nombre 6 734 7 195> Progression <strong>de</strong> 12 % en trois ans <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> femmes cadressur un effectif en croissance> Mise en place d'un réseau <strong>de</strong> 46 "correspondants handicap" en régions> Près <strong>de</strong> 400 collaborateurs sensibilisés à la diversité grâce au learning game"Diversité & Performance" et aux ateliers proposés lors <strong>de</strong> la semaine du Handicap> Le chiffre d'affaires commandé au secteur protégé a progressé <strong>de</strong> 51 % en 2011,notamment grâce à la création <strong>de</strong> correspondants en régions> Ce très bon taux <strong>de</strong> participation garantit la représentativité <strong>de</strong>s résultats.Dans ce cadre, 92 % <strong>de</strong>s collaborateurs sont globalement satisfaits <strong>de</strong> travaillerchez Bouygues Immobilier> Malgré une augmentation <strong>de</strong> près <strong>de</strong> 20 % <strong>de</strong> l'investissement en formation et uneévolution favorable du nombre <strong>de</strong> seniors formés en 2011, ces <strong>de</strong>ux indicateurssont en baisse du fait d'un volume important <strong>de</strong> recrutements cette année, et <strong>de</strong>sefforts concentrés sur la refonte <strong>de</strong> la session d'intégration mise en place au <strong>de</strong>rniertrimestre> Réalisation du premier bilan carbone complet <strong>de</strong> toutes les activités et réalisations<strong>de</strong> Bouygues Immobilier> Mise à jour <strong>de</strong> l'outil <strong>de</strong> systématisation du bilan carbone pour les opérations <strong>de</strong>logements> L'utilisation <strong>de</strong> l'outil <strong>de</strong> visioconférence a connu une hausse <strong>de</strong> 7 %Parallèlement, les déplacements professionnels en avion et en train ont diminué <strong>de</strong>21 % (km moyen par salarié)> Généraliser la labellisation BBC-effinergie ®dans l'immobilier <strong>de</strong> bureaux> Vali<strong>de</strong>r le modèle Bepos (Bâtiment à énergiepositive) en logement grâce à la livraison <strong>de</strong><strong>de</strong>ux programmes à énergie positive(Aix-en-Provence et Montreuil)> Développer les Green Office ®(<strong>de</strong>ux en cours en Île-<strong>de</strong>-France)> Poursuivre les actions en faveur <strong>de</strong> la paritéentre les femmes et les hommes> Continuer à favoriser l'accueil <strong>de</strong>s personnesen situation <strong>de</strong> handicap (tout type <strong>de</strong> contrat)au sein <strong>de</strong> l'entreprise. Objectif :30 recrutements en trois ans (2011, 2012, 2013)> Poursuivre la dynamique <strong>de</strong> soutien au secteuradapté> Restituter les résultats <strong>de</strong> l'enquête 2011 àtous les collaborateurs par le biais <strong>de</strong> réunionslocales. Déployer les plans d'actions locaux etnationaux qui en découlent> Former 100 % <strong>de</strong>s nouveaux embauchés dansle cadre du nouveau parcours d'intégrationdans les six mois <strong>de</strong> leur arrivée> Développer la réalisation <strong>de</strong> bilans carboneen immobilier d'entreprise et établir un premierplan <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> gaz à effet<strong>de</strong> serrre> Poursuivre la démarche en favorisant le travailà distance au travers <strong>de</strong>s visioconférences et<strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> travail noma<strong>de</strong>Anru : Agence nationale pour la rénovation urbaine - BBC : Bâtiments basse consommation. La consommation maximale pour les constructions rési<strong>de</strong>ntielles neuves est en moyenne à 50 kWh/m2/an en énergie primaire - H&E : Habitat et environnement - HQE ® : Haute qualité environnementale -n. a. : non applicable - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises(a) selon la <strong>de</strong>rnière enquête réalisée en 2006<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 81


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés (suite)Objectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Développer le pilotageénergétique à l'échelledu bâtiment et duquartierLogements en cours<strong>de</strong> réalisation équipésd'outils d'affichage<strong>de</strong>s consommationsénergétiquesSurface <strong>de</strong> bureaux encours <strong>de</strong> chantier, livrés,ou en réhabilitationdans l'année, équipésd'un système <strong>de</strong>mesure et <strong>de</strong> pilotage<strong>de</strong>s consommationsénergétiquesNombre n. a. 491 > Équipement <strong>de</strong>s logements d'outils <strong>de</strong> mesure <strong>de</strong> la consommation énergétiquem² n. a. 23 000> Développement du logiciel SI@GO permettant d'assurer le suivi et le pilotage<strong>de</strong> la consommation énergétique dans les immeubles <strong>de</strong> bureaux> Mise en place <strong>de</strong> SI@GO et du premier contrat <strong>de</strong> performance énergétiquesur Green Office ® Meudon> Lancement d'IssyGrid ® à Issy-les-Moulineaux : premier réseau intelligent <strong>de</strong>production, gestion et stockage <strong>de</strong> l'énergie à l'échelle d'un quartier> Généraliser l’équipement <strong>de</strong>s logementsen outils <strong>de</strong> mesure <strong>de</strong> la consommationénergétique en anticipation <strong>de</strong> laRèglementation thermique <strong>de</strong> 2012 (RT 2012)> Étudier la mise en place d'outils <strong>de</strong> pilotage et<strong>de</strong> services <strong>de</strong> coaching énergétique> Déployer le logiciel <strong>de</strong> pilotage énergétiqueSI@GO sur les opérations tertiaires –immeubles neufs et réhabilitation – en FranceDévelopper <strong>de</strong>squartiers durablesSurface <strong>de</strong> quartiersdurables en montage,en chantier ou livrésm² Shon 328 264 560 924> Quatre quartiers durables en cours <strong>de</strong> réalisation : Ginko à Bor<strong>de</strong>aux, Valnaturéalà Marseille, Fort d'Issy en Île-<strong>de</strong>-France et Roquebrune Cap Martin, primé lorsdu palmarès national 2011 <strong>de</strong>s éco-quartiers par le ministère <strong>de</strong> l'Écologie, duDéveloppement durable, <strong>de</strong>s Transports et du Logement, dans la catégorie"Performances écologiques" avec une mention "innovante"> Lancement en 2011 <strong>de</strong> la démarche UrbanEra ® avec trois premièresconcrétisations :- Hikari à Lyon Confluence : premier îlot mixte à énergie positive- Wacken à Strasbourg : premier territoire à énergie positive- Châtenay-Malabry : ilôt mixte à énergie positive en Île-<strong>de</strong>-France> Les primoaccédants représentent aujourd'hui les trois quarts <strong>de</strong> ses acquéreursoccupants> Plus <strong>de</strong> 2 500 logements ont été commercialisés en zone Anru> Réaliser les quartiers durables en cours etdévelopper <strong>de</strong> nouveaux projets UrbanEra ®Encouragerl'accession à lapropriété <strong>de</strong>sprimoaccédantset participer audéveloppement duparc locatif socialLogements réservésà l'unité par <strong>de</strong>sprimoaccédantsLogements vendus à <strong>de</strong>sbailleurs sociaux% 19 20Nombre 2 931 3 421> Le nombre <strong>de</strong> logements vendus à <strong>de</strong>s bailleurs sociaux a augmenté <strong>de</strong> 17 % enréponse à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> toujours croissante en logements sociaux> Développer <strong>de</strong>s offres adaptées auxprimoaccédants en logement collectif etmaison individuelle> Poursuivre le développement <strong>de</strong> nospartenariats avec les bailleurs sociauxMener une politique<strong>de</strong> mécénat activedans les domaines<strong>de</strong> l'architecture,du développementdurable et <strong>de</strong>ssolidarités au service<strong>de</strong> la villeBudget consacré à <strong>de</strong>sactions <strong>de</strong> solidarité(mécénat et œuvressociales)K€ 816 1 330 a mobilisant plus <strong>de</strong> 1 200 salariés (soit 82 % <strong>de</strong>s salariés) au sein <strong>de</strong>> Organisation <strong>de</strong> la plus gran<strong>de</strong> journée <strong>de</strong> solidarité entreprise en France,quarante-neuf associations <strong>de</strong> solidarité, en partenariat avec Unis-Cité> Développer les actions <strong>de</strong> solidarité urbaineau sein <strong>de</strong> la Fondation d'Entreprise BouyguesImmobilierMobiliser lespartenaires etfournisseurs dans unedémarche RSEFournisseurs évalués surleur politique RSE parEcoVadisNombre 39 67> Tous les fournisseurs b référencés (achats réalisés par Bouygues Immobilier auprèsd'industriels) ont été évalués sur leur politique RSE par EcoVadis> Élargir la démarche d'évaluation RSE auxentreprises intervenant sur les chantiers parl'intermédiaire d'un questionnaire interne(a) y compris valorisation du volontariat <strong>de</strong>s employés (non comptabilisé dans le tableau relatif au mécénat au chapitre "Le Groupe") (b) cumul <strong>de</strong>s fournisseurs <strong>de</strong> rangs 1 et 2<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Immobilier • 82


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierIndicateurs extra-financiers au 31 décembreFamille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsGRI 3.2Qualité Chiffre d'affaires comptable certifié Iso 9001% 96,2 91,5 94,2Iso 26000 6.7France et EuropeSystème <strong>de</strong> managementChiffre d'affaires couvert par une certification et/ou un label environnementalGRI 3.2% 85,9 89,1 93,7environnemental (SME)(H&E, HQE ® , BBC-effinergie ® )Iso 26000 6.4FemmesCollaboratrices cadres dans l'effectif total <strong>de</strong>s cadres% 33,1 34,7 36,5 GRI LA13France et EuropeCollaboratrices à un poste <strong>de</strong> management % 20,9 23,5 26,9 Iso 26000 6.4HandicapGRI LA13Collaborateurs en situation <strong>de</strong> handicap recrutés (tous types <strong>de</strong> contrats)Nombre 5 18 23Iso 26000 6.3FranceGRI LA13Chiffre d'affaires réalisé avec le secteur adapté et protégé K€ 224 253 382Iso 26000 6.6Salariés ayant bénéficié d'une formation% 71 78 70GRI LA10Iso 26000 6.4FormationRelations socialesJours <strong>de</strong> formation par collaborateurFrance et EuropeNombre(moyenne)2,0 2,4 2,1 InterneIso 26000 6.4Masse salariale annuelle consacrée à la formation % 1,9 2,0 2,2Accords collectifs négociés et en vigueurFranceParticipation aux <strong>de</strong>rnières élections du comité d'entreprise % 75,6 76,2 76,2Nombre 6 12 14 GRI LA14Iso 26000 6.4Qualité <strong>de</strong> vie au travail Taux d'absentéisme France % 2,4 2,1 3,1SeniorsCollaborateurs <strong>de</strong> 55 ans et plusCollaborateurs <strong>de</strong> 50 ans et plus ayant bénéficié d'une formationdans l'annéeFrance et EuropeNombre 105 121 130Nombre 109 127 142GRI LA7Iso 26000 6.4GRI LA13Iso 26000 6.3GRI LA11Iso 26000 6.4Mécénat et œuvres sociales Dépenses <strong>de</strong> solidarité France K€ 499 816 1 330GRI SO1Iso 26000 6.8ÉnergieConsommation directe d'électricitéFrance (uniquementconsommations facturées)kWhpar collaborateur3 564 2 411 2 912GRI EN3Iso 26000 6.5Eau Consommation d'eau par collaborateur Siège socialm 3par collaborateur13,6 9,1 7,4GRI EN8Iso 26000 6.5CO 2Émissions moyennes <strong>de</strong>s véhicules <strong>de</strong> fonction France g CO 2par km 133 134 123GRI EN29Iso 26000 6.5BBC : Bâtiments basse consommation - H&E : Habitat et environnement - HQE ® : Haute qualité environnementale<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 83


Lea<strong>de</strong>r mondial<strong>de</strong> la routePrésent dans 50 pays, Colas est lea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la construction et <strong>de</strong> l’entretien<strong>de</strong>s infrastructures <strong>de</strong> transport. Le groupe intègre aussi l’ensemble <strong>de</strong>sactivités industrielles liées à ses métiers.Chiffres clésChiffre d’affaires 201112 412 M€(+ 6 %)Marge opérationnelle courante3,8 %(+ 0,7 point)Résultat net part du Groupe336 M€(+ 50 %)Carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s6,5 Md€(+ 5 %)Collaborateurs62 886ObjectifChiffre d’affaires 201212 500 M€ (+ 1 %)Faits marquantsAutoroute A63 (France) :> Concession et début <strong>de</strong>s travaux.PPP* routiers en France :> Contournement <strong>de</strong> Vichy.> Voirie du Plessis-Robinson.Autres contrats importants :> Autoroutes au Canada.> Aéroport à Maurice.> Tramways <strong>de</strong> Tours, Dijon, Besançon(France) et Casablanca (Maroc).> Métros <strong>de</strong> Caracas (Venezuela) etKuala Lumpur (Malaisie).> Maintenance du réseau ferré auRoyaume-Uni.Acquisition <strong>de</strong> Gamma Materials Ltd(Maurice) à hauteur <strong>de</strong> 50 %.(*) partenariats public-privé<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 84Chantier d'abaissement <strong>de</strong> l'A29à proximité <strong>de</strong> Licourt (Somme)


CHIFFRE D’AFFAIRESen milliards d’eurosInternationalFrance11,75,06,7201012,45,27,2201112,52012(objectif)RÉSULTAT NET*en millions d’euros22420103362011(*) part du GroupeCHIFFRE D'AFFAIRESPAR ACTIVITÉActivités<strong>de</strong> spécialités22 %Vente <strong>de</strong>produits16 %Travauxroutiers62 %Europe(hors France)15 %RÉSULTAT OPÉRATIONNELCOURANT (en millions d’euros)Marge opérationnelle courante en %36520104663,1 % 3,8 %2011GÉNÉRATION DE CASH-FLOWen millions d’eurosCapacité d’autofinancementInvestissements d’exploitation netsCash-flow libre*8144741889154143142010 2011(*) avant variation du Besoin en fonds <strong>de</strong> roulementCHIFFRE D'AFFAIRESPAR ZONE GÉOGRAPHIQUEAmérique du Nord19 %Autres8 %France58 %Compte <strong>de</strong> résultat résumé2Bilan résumé au 31 décembre Perspectives 2012(en millions d’euros) 2010 2011ACTIF• Immobilisations corporelleset incorporelles 2 525 2 614• Goodwill 445 450• Actifs financiers et impôts non courants 734 817ACTIF NON COURANT 3 704 3 881• Actifs courants 3 548 3 910• Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie 411 446• Instruments financiers* 13 18ACTIF COURANT 3 972 4 374TOTAL ACTIF 7 676 8 255PASSIF• Capitaux propres (part du Groupe) 2 345 2 494• Intérêts minoritaires 30 34CAPITAUX PROPRES 2 375 2 528• Dettes financières non courantes 200 242• Provisions non courantes 750 750• Autres passifs non courants 95 110PASSIF NON COURANT 1 045 1 102• Dettes financières courantes 50 48• Passifs courants 3 975 4 431• Concours bancaires courantset sol<strong>de</strong>s créditeurs <strong>de</strong> banque 209 114• Instruments financiers* 22 32PASSIF COURANT 4 256 4 625TOTAL PASSIF 7 676 8 255Trésorerie nette (57) 28(*) couverture <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes financières en juste valeur(en millions d’euros) 2010 2011CHIFFRE D’AFFAIRES 11 661 12 412• Dotations nettes aux amortissements (470) (461)• Dotations nettes aux provisionset dépréciations (173) (114)• Autres produits et charges courants (10 653) (11 371)RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT 365 466• Autres produits et charges opérationnels (52) -RÉSULTAT OPÉRATIONNEL 313 466• Coût <strong>de</strong> l'en<strong>de</strong>ttement financier net (30) (24)• Autres produits et charges financiers (7) 3• Charge d'impôt (122) (163)• Quote-part du résultat net<strong>de</strong>s entités associées 69 59RÉSULTAT NET 223 341• Part <strong>de</strong>s intérêts minoritaires 1 (5)RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ(part du Groupe) 224 336Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasLe carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s à fin décembre2011 s’élève à 6,5 milliards d’euros, enhausse <strong>de</strong> 5 % par rapport à fin 2010.Ce carnet d’un niveau élevé constitue unebonne base pour démarrer l’exercice 2012.L’attribution provisoire du contrat <strong>de</strong>partenariat public-privé du contournementLGV Nîmes-Montpellier au groupementdans lequel Colas intervient est un élémentfavorable supplémentaire.Les tendances <strong>de</strong>s nombreux marchés oùColas est présent restent cependant difficilesà prévoir. En France, <strong>de</strong> grands chantiersdébutent ou sont en phase <strong>de</strong> démarrage, et<strong>de</strong> nombreux projets existent. L’incertitu<strong>de</strong>porte sur la difficulté <strong>de</strong>s collectivités localesà les financer. Les filiales en Amérique duNord <strong>de</strong>vraient continuer à bénéficier <strong>de</strong>marchés porteurs (Canada) ou résistants(États-Unis), avec une reprise, même si elle estmo<strong>de</strong>ste, <strong>de</strong> l’économie américaine. En Europe,les perspectives d’activité semblent stablesà l’ouest et l’objectif d’atteindre un résultatproche <strong>de</strong> l’équilibre en Europe centrale estmaintenu. En Afrique et dans l’Océan Indien,l’activité <strong>de</strong>vrait être correcte, et l’Asie etl’Australie <strong>de</strong>vraient resterdynamiques.Dans un contexte économiqueincertain, une extrêmevigilance prédominera dansla stratégie <strong>de</strong> l’ensemble<strong>de</strong>s managers du groupe etla rentabilité sera privilégiéeau volume. Colas dispose <strong>de</strong>nombreux atouts, notammentd’une large répartitiongéographique<strong>de</strong> ses implantations.En fonction <strong>de</strong>s éléments disponibles,une première hypothèse <strong>de</strong> chiffred’affaires pour 2012 a été arrêtéeà 12,5 milliards d’euros.Alexandra Vajsman,ingénieur R&D<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 85


LE PROFIL DE COLASLea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la constructionet <strong>de</strong> l’entretien <strong>de</strong>sinfrastructures <strong>de</strong> transportPrésent dans 50 pays sur les cinq continents àtravers 800 établissements travaux et 1 400 sites <strong>de</strong>production <strong>de</strong> matériaux, Colas intervient dans tousles domaines <strong>de</strong> la construction et <strong>de</strong> l’entretien <strong>de</strong>sinfrastructures <strong>de</strong> transport (routes, sécurité signalisationroutière, étanchéité, génie civil, ferroviaire,pipelines / canalisations, services et concessions).Avec près <strong>de</strong> 63 000 collaborateurs et 110 000chantiers réalisés chaque année dans le mon<strong>de</strong>,le chiffre d’affaires consolidé a atteint 12,4 milliardsd’euros en 2011 (dont 42 % à l’international), laRoute représentant près <strong>de</strong> 80 % <strong>de</strong> l’activité. Avecun réseau international <strong>de</strong> 680 carrières et gravières,140 usines d’émulsion, 580 centrales d’enrobageet <strong>de</strong>ux usines <strong>de</strong> production <strong>de</strong> bitume, Colasintègre l’ensemble <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> production et <strong>de</strong>recyclage liées à ses métiers (granulats, enrobés,béton prêt à l’emploi, liants et émulsions, bitume,membranes d’étanchéité, équipements <strong>de</strong> sécuritéroutière, etc.).Les activitésConstruction <strong>de</strong> l'autoroute 73au Québec (Canada)Très diversifiée, couvrant les grands projets maisaussi les chantiers <strong>de</strong> taille mo<strong>de</strong>ste, l’activitéRoutes bénéficie d’une large gamme <strong>de</strong> métierset <strong>de</strong> savoir-faire. Elle consiste en la réalisation<strong>de</strong> chantiers <strong>de</strong> construction ou d’entretien d’infrastructures<strong>de</strong> transport, d’aménagementsurbains ou <strong>de</strong> loisirs (autoroutes, routes nationales,départementales, communales, aéroports, ports,plateformes pour réseaux ferrés ou transports encommun urbains en site propre, etc.), et <strong>de</strong> géniecivil (y compris <strong>de</strong>s ouvrages d’art complexesdans certains pays). Elle est complétée, en amont,par <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> production et <strong>de</strong> recyclage <strong>de</strong>granulats, et <strong>de</strong> fabrication <strong>de</strong> matériaux routiers(enrobés, liants, émulsions, béton prêt à l’emploi,bitume) autoconsommés ou vendus à <strong>de</strong>s tiers. EnFrance comme à l’international, l’activité routièreprésente un caractère <strong>de</strong> forte saisonnalité plus oumoins marquée selon les pays.Complémentaires à la route, les activités <strong>de</strong> spécialitéscomprennent la Sécurité Signalisationroutière (fabrication, pose et maintenance d’équipements<strong>de</strong> sécurité, <strong>de</strong> signalisation horizontaleet verticale, d’équipements lumineux et <strong>de</strong> gestion<strong>de</strong> trafic ou d’accès), les Pipelines Canalisations(pose et entretien <strong>de</strong> pipelines et canalisations pourle transport <strong>de</strong>s flui<strong>de</strong>s <strong>de</strong> type pétrole, gaz et eau),l’Étanchéité (production et commercialisation <strong>de</strong>membranes d’étanchéité, réalisation <strong>de</strong> travauxd’étanchéité <strong>de</strong> voirie (asphalte), et d’étanchéitéet/ou d’enveloppe <strong>de</strong> bâtiment), le Ferroviaire(conception et ingénierie <strong>de</strong> grands projets complexes; construction, renouvellement et entretien<strong>de</strong>s réseaux ferroviaires au niveau <strong>de</strong>s voies pour leslignes à gran<strong>de</strong> vitesse (LGV), voies traditionnelles,tramways et métros ; électrification, signalisation,travaux spécifiques ; activité <strong>de</strong> fret ferroviaire). LeBâtiment comprend une activité <strong>de</strong> construction,<strong>de</strong> réhabilitation et <strong>de</strong> démolition-déconstruction.L’activité Production et vente <strong>de</strong> produits issus duraffinage <strong>de</strong> pétrole porte sur le bitume, les huiles,cires, paraffines et fiouls spéciaux.Positionnement concurrentielEn France, Colas se situe à la première placedans le classement <strong>de</strong>s entreprises routières 1 etferroviaires, à la <strong>de</strong>uxième pour l’étanchéité et àla troisième pour la production <strong>de</strong> granulats. Surles marchés <strong>de</strong> la route et <strong>de</strong>s travaux publics,les filiales sont en concurrence avec les sociétésEurovia (groupe Vinci), Eiffage TP (groupe Eiffage),le groupe NGE, <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>s entreprises régionaleset 1 600 petites ou moyennes entreprises régionalesou locales. Sur le marché <strong>de</strong>s granulats et du bétonprêt à l’emploi, elles sont en concurrence avec lesgroupes cimentiers comme Lafarge, Cemex ouCiments Français. Les filiales <strong>de</strong> spécialités sontégalement en concurrence avec <strong>de</strong>s filiales spécialisées<strong>de</strong> groupes <strong>de</strong> BTP français ou internationaux,et <strong>de</strong> nombreuses petites, moyennes ou gran<strong>de</strong>sentreprises spécialisées, françaises ou étrangères.À l’international, dans l’ensemble <strong>de</strong>s pays ou<strong>de</strong>s régions où il est présent, Colas occupe <strong>de</strong>spositions <strong>de</strong> premier rang dans le domaine routier.Il est en compétition, dans chaque pays, avec <strong>de</strong>sentreprises nationales ou <strong>de</strong>s filiales <strong>de</strong> grandsgroupes internationaux.StratégieLa stratégie <strong>de</strong> croissance rentable et maîtrisée àlong terme <strong>de</strong> Colas, qui intègre une démarche <strong>de</strong>développement durable, reste inchangée. Cettestratégie repose sur plusieurs axes :> le renforcement et l’extension d’un réseaud’implantations en France et à l’international,pour établir et développer <strong>de</strong>s positions <strong>de</strong>lea<strong>de</strong>r locales et pérennes (fonds <strong>de</strong> commerce,maillage géographique), et bénéficier d’unebonne diversification géographique favorable àla répartition <strong>de</strong>s risques ;> la maîtrise <strong>de</strong>s matériaux et <strong>de</strong>s ressourcesnécessaires à ses activités (granulats, bitume),dans un processus d’intégration industrielleoptimisée, afin d’accroître la sécurité <strong>de</strong>s approvisionnements,<strong>de</strong> générer plus <strong>de</strong> valeur ajoutée,d’améliorer la compétitivité et <strong>de</strong> contrôler laqualité <strong>de</strong>s produits ou <strong>de</strong>s matériaux ;> l’extension d’un cœur <strong>de</strong> métier, la Route, à<strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> spécialités, complémentaireset proches (nature d’activité, clients), permettantun élargissement <strong>de</strong> l’offre aux clients, ledéveloppement <strong>de</strong> synergies et l’entrée dans <strong>de</strong>nouveaux marchés porteurs pour l’avenir, commele ferroviaire ;> le développement d’offres complexes intégranttoutes les compétences <strong>de</strong> Colas (technique,<strong>de</strong> l’analyse à la prescription et à la conception,construction, maintenance, financement) commeles projets <strong>de</strong> partenariats public-privé, <strong>de</strong>concession ou <strong>de</strong> gestionnaire <strong>de</strong> réseau ;> la réalisation <strong>de</strong> grands projets, complémentairesaux activités traditionnelles <strong>de</strong> fonds <strong>de</strong> commerceet permettant <strong>de</strong> mieux servir les clients ;Un glossaire figure au chapitre "Informations complémentaires" du présent document.(1) classement Le Moniteur<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 86


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColas> le développement d’une offre <strong>de</strong> produits et <strong>de</strong>services élargie et innovante, répondant auxbesoins du développement responsable.Atouts et opportunitésLes atouts <strong>de</strong> Colas pour assurer son développementrési<strong>de</strong>nt notamment dans :> un réseau <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 800 établissements <strong>de</strong>travaux et 1 400 sites <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériauximplantés dans 50 pays – <strong>de</strong>puis plus <strong>de</strong>cent ans pour certains d’entre eux – couvrant lescinq continents ;> une organisation décentralisée avec un fortancrage local, souple, réactive et adaptée auxattentes du marché ;> un groupe développé autour d’un métier <strong>de</strong> base– la construction et l’entretien <strong>de</strong>s infrastructures<strong>de</strong> transport et du cadre <strong>de</strong> vie, et plus particulièrementla Route – dans tous ses aspects ettoutes ses composantes ;> un capital d’intelligence collective, avec<strong>de</strong>s valeurs et une passion façonnées par unelongue histoire commune, partagées par près<strong>de</strong> 63 000 collaborateurs, transmises par lesgénérations et enrichies par une politique <strong>de</strong>ressources humaines adaptée ;> <strong>de</strong>s compétences techniques et d’innovationdéveloppées par un large réseau techniqueinternational <strong>de</strong> 2 000 personnes (45 % enFrance) qui travaillent en étroite synergie avecla filière Exploitation. Ce réseau est constituéd’un Campus scientifique et technique (CST),précurseur et premier centre <strong>de</strong> rechercheet développement privé dans le domaine <strong>de</strong>la route, d’une cinquantaine <strong>de</strong> laboratoires(1 000 personnes) et d’une centaine <strong>de</strong> bureauxd’étu<strong>de</strong>s (1 000 personnes). Doté d’un portefeuille<strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 130 brevets, Colas est pionnierdans la mise au point <strong>de</strong> nouvelles techniquesroutières adaptées aux besoins différenciés <strong>de</strong>smarchés nationaux, dans l’obsession <strong>de</strong> la qualité,<strong>de</strong> la sécurité, du respect <strong>de</strong> l’environnement(économies d’énergie, <strong>de</strong> matériaux, réduction<strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre) et du coût ;> une intégration verticale en amont <strong>de</strong> la chaîne<strong>de</strong> production et une politique <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>smatériaux nécessaires aux activités (granulats,liants, enrobés, béton prêt à l’emploi, bitume,membranes d’étanchéité, équipements <strong>de</strong> sécuritéroutière, etc.) ;> une capacité à répondre à l’ensemble <strong>de</strong>sbesoins dans le domaine <strong>de</strong>s infrastructures<strong>de</strong> transport (construction neuve ou maintenance,grands projets ou petits contrats locaux)grâce à l’implantation locale et à la capacité <strong>de</strong>mobilisation <strong>de</strong> l’ensemble du groupe Colas.Parmi les opportunités <strong>de</strong> développement <strong>de</strong> Colas,on peut citer :> la mobilité (routes, voies ferrées, transports encommun urbains, aéroports) et l’améliorationdu cadre <strong>de</strong> vie (croissance <strong>de</strong> l’urbanisation)auxquelles <strong>de</strong>s réponses <strong>de</strong>vront être apportéesdans le mon<strong>de</strong> entier ;> <strong>de</strong>s formes d’offres complexes qui permettent<strong>de</strong> mieux répondre à ces besoins, en les optimisant,et aux contraintes <strong>de</strong> financement. Parexemple : les concessions, PPP, PFI, MAC etautres contrats d’entretien <strong>de</strong> longue durée oùl’expertise <strong>de</strong>s équipes <strong>de</strong> Colas est reconnue,en France et à l’international (concession dutramway <strong>de</strong> Reims, concession d’une section<strong>de</strong> l’autoroute A63 en France, PPP du contournementroutier <strong>de</strong> Vichy, PPP <strong>de</strong> voirie urbainedu Plessis-Robinson, PFI <strong>de</strong> Portsmouth, contratsMAC d’entretien routier et ferroviaire en Gran<strong>de</strong>-Bretagne, gestion <strong>de</strong> réseaux au Canada, PPP<strong>de</strong> l’autoroute M6-M60 en Hongrie, etc.) ;> l’entretien <strong>de</strong> réseaux, domaine qui prenddéjà plus d’importance que la constructionneuve dans <strong>de</strong> nombreux pays, et pour lequelles compétences <strong>de</strong> Colas sont reconnues etl’organisation adaptée ;> les offres "développement durable", intégrant<strong>de</strong>s innovations en matière <strong>de</strong> produits ou <strong>de</strong> servicesdans différents domaines (environnement,sécurité, social, sociétal).ACTIVITÉ ETDÉVELOPPEMENTDURABLE EN 2011Une année d'adaptationet <strong>de</strong> transformationEn 2011, dans un environnement économique mondialpeu porteur, Colas a réalisé un exercice soli<strong>de</strong>.Le chiffre d’affaires à fin décembre 2011 s’élèveà 12,4 milliards d’euros, en hausse <strong>de</strong> 6,4 % parrapport à celui <strong>de</strong> 2010 (5,1 % à périmètre et taux<strong>de</strong> change comparables).L’évolution du chiffre d’affaires est contrastée selonles zones géographiques : la France métropolitaine,l’Amérique du Nord et l’Asie / Australie bénéficientd’une croissance <strong>de</strong> leurs activités ; l’Europe duNord est en progression ; l’Afrique, l’Océan Indienet le Maghreb sont en légère baisse, ainsi que lesdépartements d’outre-mer ; l’Europe centrale baisseplus fortement.Le résultat opérationnel courant, en progression <strong>de</strong>28 %, s’élève à 466 millions d’euros à fin décembre2011 contre 365 millions à fin décembre 2010, grâceà la stratégie consistant à privilégier les margesau volume, aux nombreuses actions d’adaptationou <strong>de</strong> progrès menées en Europe centrale (où lerésultat opérationnel courant est en amélioration<strong>de</strong> 78 millions) mais aussi dans les départementsd’outre-mer, en France métropolitaine et dans toutesles implantations du groupe Colas, et à la poursuited’un développement ciblé. Grâce à l’absence <strong>de</strong>charges non courantes, le résultat opérationnelaugmente <strong>de</strong> 49 % à 466 millions contre 313 millionsà fin décembre 2010.Le résultat net (part du Groupe) atteint 336 millionsd’euros, en progression <strong>de</strong> 50 % par rapport à celui<strong>de</strong> fin décembre 2010 (224 millions d’euros).Enfin, Colas conforte une structure financière trèssoli<strong>de</strong> avec une trésorerie nette à fin décembre 2011d’un montant <strong>de</strong> 28 millions d’euros, à comparerà un en<strong>de</strong>ttement net <strong>de</strong> 57 millions d’euros à findécembre 2010, et <strong>de</strong>s capitaux propres (part duGroupe) qui s’élèvent à 2,5 milliards d’euros.L’activité commerciale <strong>de</strong> Colas a été bonne en2011. En effet, alors même que le chiffre d’affaires <strong>de</strong>l’année est en croissance <strong>de</strong> 6,4 %, le carnet <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s à fin décembre 2011 est à un niveauélevé grâce à un bon niveau <strong>de</strong> prises <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s.Il s’élève à 6,5 milliards d’euros (+ 5 %)et est en croissance, tant en France métropolitaine(+ 4 %) qu’à l’international (+ 7 %).En FranceLe chiffre d’affaires consolidé en France s’élève à7,2 milliards d’euros, en hausse <strong>de</strong> 8 % par rapportà 2010.En métropoleAvec <strong>de</strong> fortes disparités en matière d’investissements<strong>de</strong>s collectivités locales (notamment entrezones rurales et zones urbaines, petites communeset gran<strong>de</strong>s agglomérations) et grâce aux travauxroutiers liés aux nombreux projets urbains <strong>de</strong> transporten commun en site propre, le marché routier estresté stable en volume par rapport à celui <strong>de</strong> 2010.MAC : Managing Agent Contractors (Royaume-Uni) - PFI : Private Finance Initiative - PPP : partenariats public-privé<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 87


L’ensemble constitué par les seize filiales routièresrégionales enregistre une hausse <strong>de</strong> 9 % du chiffred’affaires par rapport à 2010 (dont 5 % environsont liés à la hausse <strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> construction,notamment <strong>de</strong> l’énergie, bitume et autres matièrespremières). L’activité a été favorisée par d’excellentesconditions météorologiques tout au long <strong>de</strong>l’année. Plusieurs succès ont été obtenus dans lesoffres complexes (concession <strong>de</strong> l’autoroute A63dans les Lan<strong>de</strong>s, PPP du contournement routier <strong>de</strong>Vichy, PPP <strong>de</strong> la voirie et <strong>de</strong> l’éclairage public duPlessis-Robinson). Le niveau <strong>de</strong>s prix lié à une fortepression concurrentielle semble avoir atteint un pointbas en 2011. Les filiales ont poursuivi leurs effortsd’adaptation, <strong>de</strong> rationalisation et <strong>de</strong> recherched’économies afin d’améliorer leur compétitivitéet <strong>de</strong> s’adapter aux conditions <strong>de</strong> leurs marchésrégionaux et locaux. L’ensemble <strong>de</strong>s techniques,produits et procédés développés pour favoriserle développement durable est en progression enFrance métropolitaine : en particulier, la part <strong>de</strong>senrobés recyclés dans la production d'enrobés <strong>de</strong>Colas est passée <strong>de</strong> 7 % du chiffre d'affaires <strong>de</strong>senrobés produits en 2010 à 9 % en 2011 (périmètre :France métropolitaine). La part <strong>de</strong>s enrobés tiè<strong>de</strong>sdans la production d'enrobés <strong>de</strong> Colas en Francemétropolitaine est stable à 4 %.Les filiales <strong>de</strong> Sécurité Signalisation routière ontenregistré un chiffre d’affaires 1 supérieur <strong>de</strong> 5 %àcelui <strong>de</strong> 2010. Le marché a été marqué par une tendancebaissière en volumes et par la hausse du prix<strong>de</strong>s matières premières. Le marché à performanceénergétique (MPE) <strong>de</strong> l’éclairage public <strong>de</strong> la Ville<strong>de</strong> Paris a été signé pour une durée <strong>de</strong> dix ans parle groupement Evesa, dont Aximum est membre.Dans les Pipelines et canalisations, le chiffred’affaires est en baisse <strong>de</strong> 5 % par rapport à 2010,traduisant un recul <strong>de</strong> l’activité traditionnelle <strong>de</strong> pose<strong>de</strong> pipelines en métropole.MAC : Managing Agent Contractors (Royaume-Uni) - PFI : Private Finance Initiative - PPP : partenariats public-privé(1) y compris activité internationaleLes filiales Étanchéité ont enregistré une progression<strong>de</strong> 13 % 1 du chiffre d’affaires, grâce à unecertaine reprise du marché <strong>de</strong> la construction aupremier semestre, à <strong>de</strong>s conditions météorologiquesparticulièrement favorables en début d’année, etmalgré un tassement du marché au <strong>de</strong>rnier trimestreet la forte réduction <strong>de</strong>s activités liées aux installationsphotovoltaïques.L’activité Ferroviaire, avec un chiffre d’affaires 1 enhausse <strong>de</strong> 7 % par rapport à 2010, s’est exercéedans un marché français dynamique mais trèsconcurrentiel, soutenu par la construction <strong>de</strong>nouvelles lignes <strong>de</strong> tramway et la rénovation ou lamaintenance <strong>de</strong>s lignes du réseau ferré national.L’activité Fret s’élargit.La filiale SRD (Dunkerque) a produit, à partir <strong>de</strong>950 000 tonnes <strong>de</strong> brut, 260 000 tonnes <strong>de</strong> bitume,270 000 tonnes d’huiles <strong>de</strong> base, 360 000 tonnes<strong>de</strong> fioul, 55 000 tonnes <strong>de</strong> paraffine, dont 60 %sont distribués par Colas. Le chiffre d’affaires 1 <strong>de</strong>sventes <strong>de</strong> produits raffinés (hors bitume) s’élèveà 0,3 milliard d’euros 1 contre 0,15 milliard en 2010,compte tenu d’une activité en année pleine (six moisseulement en 2010).Dans les départements d'outre-merLe chiffre d’affaires réalisé dans les départementsd’outre-mer est en retrait <strong>de</strong> 3 % par rapport à 2010.À la Réunion, le chiffre d’affaires est stable après<strong>de</strong>ux années <strong>de</strong> baisse consécutive, grâce à unmarché du bâtiment en légère reprise. À Mayotte,l’activité a été fortement pénalisée par le mouvement<strong>de</strong> grèves qui a paralysé l’île en octobre etnovembre. La technique <strong>de</strong>s enrobés tiè<strong>de</strong>s estdésormais généralisée dans la majorité <strong>de</strong>s chantiersd’enrobés.Aux Antilles, le marché est resté atone même si l’onpeut noter une légère reprise <strong>de</strong>s investissementspublics en matière d’entretien routier en Martiniqueet le lancement au second semestre <strong>de</strong> projetsd’aménagements liés à <strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong> logementen Gua<strong>de</strong>loupe. Les actions d’adaptation ont étépoursuivies. La Guyane a enregistré une baisse<strong>de</strong> son chiffre d’affaires après l’achèvement <strong>de</strong>chantiers importants.À l’international et dans les territoiresd’outre-merLe chiffre d’affaires réalisé à l’international et dansles territoires d’outre-mer s’élève à 5,2 milliardsd’euros, en hausse <strong>de</strong> 4 % par rapport à 2010 (3 %à taux <strong>de</strong> change et structure comparables).En EuropeLe chiffre d’affaires en Europe (hors France) s’élèveà 1,9 milliard d’euros, stable par rapport à 2010.L’Europe du Nord enregistre une progression <strong>de</strong>chiffre d’affaires <strong>de</strong> 10 % (+ 1 % hors vente <strong>de</strong>produits raffinés), l’activité en Belgique et en Suissecompensant la baisse <strong>de</strong>s budgets d’investissement<strong>de</strong> l’Irlan<strong>de</strong> et <strong>de</strong> la Gran<strong>de</strong>-Bretagne.En Gran<strong>de</strong>-Bretagne, dans un environnementéconomique difficile marqué par la mise en placed’un plan d’austérité, la filiale routière Colas Ltd aréalisé un chiffre d’affaires élevé, même s’il est enlégère baisse par rapport à celui <strong>de</strong> 2010, grâce àun "mix" d’activités combinant <strong>de</strong>s contrats <strong>de</strong> longterme MAC <strong>de</strong> gestion et d’entretien <strong>de</strong>s réseauxroutier et autoroutier britanniques, une forte activitéindustrielle et le développement <strong>de</strong> l’activité <strong>de</strong>maintenance <strong>de</strong> pistes aéroportuaires. Le PFI <strong>de</strong>Portsmouth se poursuit à la satisfaction <strong>de</strong>s clientset <strong>de</strong>s usagers. Le chiffre d’affaires est en haussesensible en Belgique grâce au bon niveau d’investissementspublics orientés vers la remise en étatdu réseau routier dégradé par les intempéries <strong>de</strong>shivers 2009 et 2010. En Suisse, le chiffre d’affairesest resté quasiment i<strong>de</strong>ntique à un niveau élevégrâce à la poursuite <strong>de</strong> nombreux travaux d’infrastructuresroutières, autoroutières et ferroviaires.Le chiffre d’affaires progresse au Danemark. EnIrlan<strong>de</strong>, il est équivalent à celui <strong>de</strong> 2010.L’activité en Europe centrale est en recul <strong>de</strong> 17 %par rapport à 2010 (baisse <strong>de</strong> 57 % en trois ans).Cette baisse résulte <strong>de</strong> la contraction générale<strong>de</strong>s investissements publics – principalement enHongrie, République tchèque et Slovaquie, àl’exception <strong>de</strong> la Pologne –, mais aussi <strong>de</strong> lavolonté <strong>de</strong> privilégier la rentabilité aux volumes dansun contexte <strong>de</strong> très forte pression concurrentielle.Les filiales poursuivent leurs actions d’adaptationaux marchés dans le cadre <strong>de</strong> cette stratégie.En Roumanie, Colas a pris la décision <strong>de</strong> résilierle contrat <strong>de</strong> l’autoroute A2 entre Cernavoda etConstanta, compte tenu <strong>de</strong>s problèmes contractuelsqui ne permettaient plus d’exécuter le contrat dans<strong>de</strong>s conditions normales. La concrétisation <strong>de</strong> lacession <strong>de</strong> la filiale SCCF Iasi a été signée fin 2011et était soumise à l'accord <strong>de</strong>s autorités roumaines<strong>de</strong> la concurrence. En Croatie, Colas a acquis lecomplément du capital <strong>de</strong> la filiale Cesta Varazdin.Les techniques <strong>de</strong> développement durable sont enprogression. Plusieurs chantiers d’enrobés aux liantsvégétaux ont été réalisés en Belgique, Suisse etGran<strong>de</strong>-Bretagne. Les revêtements silencieux marquentune forte avancée en Suisse, au Danemarket en Pologne. Quant aux techniques <strong>de</strong> recyclageà froid, elles progressent en Suisse.En Amérique du NordLe chiffre d’affaires s’élève à 2,36 milliards d’euros,en hausse <strong>de</strong> 7 % par rapport à 2010 et <strong>de</strong> 8,5 % àparité <strong>de</strong> change et périmètre i<strong>de</strong>ntiques.Aux États-Unis, dans un environnement plusdifficile, les filiales ont réalisé un chiffre d’affairessupérieur à celui <strong>de</strong> l’an passé, en partie grâce à<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 88


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasla consolidation, en année pleine, <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux filialesacquises en 2010. Le retard d’activité pris aupremier semestre du fait <strong>de</strong> conditions météorologiquesparticulièrement défavorables a été rattrapéau second semestre. Les filiales ont enregistré <strong>de</strong>bonnes performances, grâce notamment à la poursuite<strong>de</strong>s efforts d’amélioration <strong>de</strong> l’organisation,<strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>s coûts d’exploitation, <strong>de</strong> promotion<strong>de</strong> techniques économiques d’entretien du réseauroutier, <strong>de</strong> diversification <strong>de</strong>s activités (génie civil)et <strong>de</strong> la clientèle, <strong>de</strong> l’approvisionnement en bitumepar un réseau <strong>de</strong> dépôts, et <strong>de</strong> mise en place d’unestructure dédiée aux offres complexes <strong>de</strong> type PPP.Au Canada, malgré <strong>de</strong>s conditions climatiquesdéfavorables au premier semestre, le chiffre d’affairesprogresse fortement, grâce à la poursuite duprogramme <strong>de</strong> mise à niveau <strong>de</strong>s infrastructuresdu Québec, à la reprise <strong>de</strong>s investissements privésdans l’Ouest (secteur minier, énergie en Alberta)et aux acquisitions réalisées au Québec et enColombie-Britannique. Grâce à la qualité <strong>de</strong> sonlarge réseau d’entreprises et à son modèle d’intégrationverticale, ColasCanada a réalisé à nouveauun bon exercice dans une économie dynamique.Aux États-Unis, les enrobés tiè<strong>de</strong>s ont représenté32 % <strong>de</strong> la production d’enrobés en 2011 (14 %en 2010) et les agrégats d’enrobés recyclés (RAP)20 % (22 % en 2010). Au Canada, le développement<strong>de</strong>s enrobés tiè<strong>de</strong>s et le recyclage d’agrégats d’enrobésen place à froid se poursuivent.Dans le reste du mon<strong>de</strong>Au Maroc, dans un contexte <strong>de</strong> baisse du niveaud’activité et <strong>de</strong> forte concurrence, en Afrique <strong>de</strong>l’Ouest (Bénin, Togo, Gabon) et dans l’OcéanIndien (à l’exception <strong>de</strong> Maurice où le marché restebien orienté et où ont été acquis 50 % du capital <strong>de</strong>la société Gamma Materials Ltd spécialisée dansles matériaux <strong>de</strong> construction), le chiffre d’affairesest en légère baisse. En Nouvelle-Calédonie,l’activité continue <strong>de</strong> bénéficier du dynamisme <strong>de</strong>la province nord. En Asie, où Colas est implantédans huit pays avec une activité principale centréesur la production, la distribution et la vente <strong>de</strong>produits bitumineux, l’ensemble <strong>de</strong>s implantationsa connu une activité en hausse par rapport à celle<strong>de</strong> 2010 dans un marché du bitume globalement enrécession. En Australie, l’activité <strong>de</strong>s filiales a étéen forte croissance.Les enrobés tiè<strong>de</strong>s progressent dans l’OcéanIndien, mis en œuvre dans plus du quart <strong>de</strong>s chantiersd’enrobés à Mayotte. En Asie, les techniques<strong>de</strong> recyclage en place progressent en Thaïlan<strong>de</strong>.Actualité <strong>de</strong>s chantiersEn 2011, 112 300 chantiers ont été réalisés dansprès <strong>de</strong> 50 pays.En France> Abaissement d’une section <strong>de</strong> 1,2 km <strong>de</strong> l’autorouteA29 pour permettre le passage du futurcanal Seine-Nord-Europe et construction d’unesection autoroutière provisoire ; réfection <strong>de</strong>sections <strong>de</strong>s autoroutes A11, A23, A36, A48 etconstruction <strong>de</strong>s contournements routiers <strong>de</strong>Montluçon, Fleuré, Chanos-Curson avec utilisationd’enrobés recyclés ; entretien <strong>de</strong> sections <strong>de</strong>la RD 338 et <strong>de</strong> routes départementales dans lesLan<strong>de</strong>s avec mise en œuvre d’enrobés tiè<strong>de</strong>s.> Aménagements <strong>de</strong> l’entrée <strong>de</strong>s villes <strong>de</strong> Lyon,Marseille, Saint-Brieuc ; réalisation <strong>de</strong>s chausséesdu tunnel <strong>de</strong> Toulon ; aménagement <strong>de</strong>saccès au futur grand sta<strong>de</strong> <strong>de</strong> Lille avec miseen oeuvre d’enrobés tiè<strong>de</strong>s recyclés, <strong>de</strong> revêtementssilencieux et à haute adhérence, etincluant l’embauche <strong>de</strong> personnes en insertionprofessionnelle pour la réalisation du chantier.> Poursuite <strong>de</strong> la construction <strong>de</strong>s lignes <strong>de</strong> tramwayT1, T2, T3, T5 et T6 en Île-<strong>de</strong>-France avecembauche <strong>de</strong> personnes en insertion professionnelle.Démarrage <strong>de</strong> la construction du tramway<strong>de</strong> Tours avec mise en œuvre d’enrobés tiè<strong>de</strong>s.Pose <strong>de</strong> voies sur les lignes <strong>de</strong> tramway <strong>de</strong> Dijonet <strong>de</strong> Lyon.> Pose d’écrans acoustiques sur l’A31.> Construction en EPCC (projets clés en main) <strong>de</strong>sstations <strong>de</strong> stockage <strong>de</strong> gaz <strong>de</strong> Hauterives et <strong>de</strong>Beynes.> Réfection <strong>de</strong> nuit en asphalte basse température<strong>de</strong>s quais <strong>de</strong>s lignes 1 et 13 du métro <strong>de</strong> Parisavec mise en place <strong>de</strong> mesures particulières <strong>de</strong>protection <strong>de</strong>s collaborateurs et <strong>de</strong> l’environnement.> Réalisation <strong>de</strong> l’enveloppe <strong>de</strong>s bâtiments duLycée Georges-Frêche à Montpellier.> Fourniture <strong>de</strong> 90 000 m 2 <strong>de</strong> membranes d’étanchéitéColetanche ® pour un chantier minier auChili.> Travaux <strong>de</strong> mo<strong>de</strong>rnisation en ligne fermée <strong>de</strong>type clés en main <strong>de</strong>s lignes ferroviaires Siorac-Sarlat et Bergerac-Sauveboeuf.> Début <strong>de</strong>s travaux réalisés en conceptionconstruction<strong>de</strong> la maison d’arrêt <strong>de</strong> Majicavo àMayotte.À l’international> Réfection <strong>de</strong> la piste principale <strong>de</strong> l’aéroport <strong>de</strong>Manchester et travaux <strong>de</strong> renouvellement <strong>de</strong>voies ferrées dans le cadre <strong>de</strong> contrats pluriannuelsMAC et d’un contrat cadre <strong>de</strong> maintenanceMAFA pour la région sud-ouest, en Gran<strong>de</strong>-Bretagne.> Réfection <strong>de</strong> l’autoroute E34 en Belgique.> Construction d’une section <strong>de</strong> la nouvelle lignedu tramway <strong>de</strong> Genève en Suisse.Réalisation <strong>de</strong>s infrastructuresdu tramway d'Angers> Construction <strong>de</strong> sections <strong>de</strong>s autoroutes M3et M0 en Hongrie, d’une section <strong>de</strong> l’autorouteD3 en République tchèque, du contournementautoroutier <strong>de</strong> Poznan en Pologne.> Réfection <strong>de</strong> chaussées sur les Interstates90 dans le Wyoming, 26 en Caroline du Sud ;réfection <strong>de</strong> la piste <strong>de</strong> l’aéroport d’Anchorageen Alaska, aux États-Unis.> Construction <strong>de</strong>s autoroutes 85 sur laTranscanadienne et 73 au Québec ; constructiond’une plateforme logistique ferroviaire intermodaleà Calgary en Alberta (Canada).EPCC : Engineering, Procurement, Construction and Commissioning - MAC : Managing Agent Contractors (Royaume-Uni) - MAFA : Multi Asset Framework Agreement<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 89


Travaux <strong>de</strong> terrassement <strong>de</strong> la ligne à gran<strong>de</strong>vitesse Tanger-Kénitra et construction d’unesection <strong>de</strong> 9 km du tramway <strong>de</strong> Casablanca auMaroc.> Extension <strong>de</strong> la piste <strong>de</strong> l’aéroport <strong>de</strong> Port-Gentilau Gabon.> Construction du contournement <strong>de</strong> Port-Louis etextension <strong>de</strong> la piste <strong>de</strong> l’aéroport <strong>de</strong> Maurice.> Construction <strong>de</strong> la nouvelle ligne du métro <strong>de</strong> LosTeques au Venezuela.> Construction <strong>de</strong> l’extension du métro léger <strong>de</strong>Kuala Lumpur en Malaisie.Activité <strong>de</strong> production et recyclage<strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> constructionEn 2011, la production totale <strong>de</strong> granulats s’estélevée à 101 millions <strong>de</strong> tonnes (102 en 2010). Elleest réalisée à partir <strong>de</strong> 680 carrières et gravièresréparties sur l’ensemble <strong>de</strong>s implantations. Lesréserves <strong>de</strong> granulats en pleine propriété ou endroits d’exploitation acquis s’élèvent à 2,7 milliards<strong>de</strong> tonnes, soit environ 25 années <strong>de</strong> production.Colas a également produit 47 millions <strong>de</strong> tonnesd’enrobés (stable par rapport à 2010) à partir <strong>de</strong>580 centrales d’enrobage. Le taux moyen <strong>de</strong> recyclage<strong>de</strong>s enrobés bitumineux a dépassé 12 %.Enfin, 1,6 million <strong>de</strong> tonnes d’émulsions et <strong>de</strong> liants– Colas occupe le premier rang mondial – ontpar ailleurs été produites à partir <strong>de</strong> 140 usinesd’émulsion. Enfin, 560 000 tonnes <strong>de</strong> bitume ontété produites.Le développement durableLa démarche <strong>de</strong> développement durable <strong>de</strong> Colas(cf. www.colas.com) repose sur la conviction quela contribution <strong>de</strong> ses métiers à la satisfaction <strong>de</strong>besoins et d’aspirations essentiels peut et doitêtre responsable. Elle doit savoir intégrer les interrogationset les contradictions contemporaines :cohésion sociale, changement climatique, besoins<strong>de</strong> déplacement, amélioration du cadre <strong>de</strong> vie, etc.Pour asseoir cette démarche, Colas a réaliséune cartographie <strong>de</strong>s interactions <strong>de</strong> ses partiesprenantes (voir tableau). Trois enseignements principauxs’en dégagent :> les équipes <strong>de</strong> terrain jouent un rôle-clé pourl’image sociétale <strong>de</strong> Colas ;> l’environnement est au cœur <strong>de</strong> sa réputationsociétale ;> les clients constituent un relais d’opinion localmajeur pour le dialogue <strong>de</strong> Colas avec la sociétécivile.En croisant cette cartographie <strong>de</strong>s parties prenantesavec une analyse <strong>de</strong>s risques, Colas a retenu troisenjeux stratégiques et cinq grands enjeux additionnelsdans son approche.> Les trois enjeux stratégiques conditionnent ledéveloppement et la pérennité <strong>de</strong>s activités<strong>de</strong> Colas qui dispose, pour chacun, d’un réelpouvoir d’action. Il s’agit du renouvellement et<strong>de</strong> l’enrichissement <strong>de</strong>s ressources humaines, <strong>de</strong>l’acceptation sociétale <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production et<strong>de</strong> l’éthique.> Les cinq grands enjeux additionnels pourlesquels Colas peut disposer <strong>de</strong> marges <strong>de</strong>manœuvre plus réduites, même si certains sontaussi importants (l’énergie, par exemple), sont :la sécurité, l’action citoyenne dans les pays ditsdu Sud, l’énergie et les émissions <strong>de</strong> gaz à effet<strong>de</strong> serre, le recyclage, le risque chimique. Cettehiérarchisation <strong>de</strong>s thèmes correspond à unematuration par Colas <strong>de</strong>s enjeux du développementdurable <strong>de</strong>puis une dizaine d’années :Enjeux du dialogue entre les parties prenantesEnvironnementPartiesRessources SociétéClientset organismesprenanteshumaines civile<strong>de</strong> contrôleFournisseurs ActionnairesClients n.s. l l l l lRessourceshumaines l n.s. l l l lSociété civile l l n.s. l l lEnvironnementet organismes l l l n.s. l l<strong>de</strong> contrôleFournisseurs l l l l n.s. lActionnaires l l l l l n.s.l Enjeu stratégique l Impact majeur l Impact important l Risque moyen l Risque faible n.s. : non significatifelle ne suit pas l’organisation thématique <strong>de</strong> lanorme Iso 26000, mais les correspondancessont établies avec les sept thèmes et les <strong>de</strong>uxpratiques <strong>de</strong> cette norme.Pour chacun <strong>de</strong>s enjeux, une politique <strong>de</strong> progrèsest définie et coordonnée à chaque niveau <strong>de</strong>l’entreprise. Pour la majorité, indicateurs et objectifssont définis au niveau mondial. Cette politique vise àinscrire l’amélioration dans la durée et sur le terrain,au cœur du réseau <strong>de</strong> Colas.Cette politique s’est vu attribuer la note AA+ en2010 par l’agence <strong>de</strong> notation extra-financière BMJ,spécialisée dans l’évaluation du développementdurable et <strong>de</strong> la responsabilité sociétale <strong>de</strong> l’entreprise.Au-<strong>de</strong>là, les établissements mènent <strong>de</strong>sactions locales, dont la gran<strong>de</strong> richesse démontrela motivation <strong>de</strong>s équipes.C’est donc toute la vision <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> Colas quis’enrichit et se transforme par cette appropriationcollective <strong>de</strong> la RSE.Dans le dialogue avec les parties prenantes noncontractuelles, peu <strong>de</strong> sujets justifient une démarcheau niveau global, alors que les échanges sontmultiples au niveau local avec les riverains, lesadministrations, les établissements d’enseignement,le secteur social, etc.Colas maintient un ancrage local au plus près duterrain dans son réseau mondial et y entretient undialogue local avec ses parties prenantes 1 . Auniveau global, il est encore difficile d’i<strong>de</strong>ntifier <strong>de</strong>sthèmes structurants et généraux qui justifieraientl’organisation d’un dialogue avec <strong>de</strong>s parties prenantesglobales, c’est-à-dire internationales. À cejour, seule la question <strong>de</strong>s fumées <strong>de</strong> bitume estapparue pertinente à ce niveau et Colas a fortementcontribué aux échanges avec les clients, lesscientifiques, les collaborateurs, les administrationsdu travail et les organismes <strong>de</strong> santé au travail 2 .RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises(1) se référer à la rubrique relative à l’acceptation <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production et l’indicateur <strong>de</strong> dialogue local qui lui est attaché (2) Cf. rubriques "Risque chimique" et "Risques opérationnels"<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 90


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasTémoignageVincent Laflèche, directeur général <strong>de</strong> l’Ineris"L'Ineris a récemmentrenforcé sa gouvernanceen créant auprès duConseil scientifiqueune Commissiond’orientation <strong>de</strong>la recherche et <strong>de</strong>l’expertise (Core). Cettecommission rassembleélus, syndicats,ONG, industriels etreprésentants dumon<strong>de</strong> académique et<strong>de</strong> l’État, et contribueà la définition <strong>de</strong>sprogrammes <strong>de</strong> travail<strong>de</strong> l’Ineris. J’apprécieparticulièrementl’engagement etAfin d’approfondir la réflexion, Colas participe à<strong>de</strong>s collèges, commissions ou comités stratégiquesrassemblant les parties prenantes dans d’autresinstitutions, telles que la Core <strong>de</strong> l’Ineris, le Cos <strong>de</strong>la FRB ou le Cos Environnement et Responsabilitésociétale <strong>de</strong> l’Afnor. Le groupe cherche à donnertoujours plus <strong>de</strong> sens à ses actions <strong>de</strong> mécénat 1 .L’organisation DéveloppementresponsableEn 2011, la direction Environnement <strong>de</strong> Colas est encharge d’une mission plus transverse <strong>de</strong> développementresponsable. Elle dialogue ainsi avec les autresdirections fonctionnelles ou opérationnelles pouranalyser et vérifier les résultats <strong>de</strong> reporting, restituerune synthèse détaillée aux responsables opérationnels<strong>de</strong>s soixante-sept entités <strong>de</strong> tête (filiales oul’assiduité <strong>de</strong> Colas àses travaux.Grâce à la Core, l'Inerispeut mieux partager lesquestions en amont. Celanous donne l’assuranced’être en phase avec lesattentes <strong>de</strong> la sociétéet favorise un climat <strong>de</strong>confiance et d'écoutelors <strong>de</strong> la présentation<strong>de</strong> nos résultats. Cetteimplication <strong>de</strong> Colas estégalement l’occasionpour <strong>de</strong>s élus ou ONG<strong>de</strong> mieux connaître– et pour certains <strong>de</strong>découvrir – les points<strong>de</strong> vue, les questionset les attentes <strong>de</strong>représentants dumon<strong>de</strong> industriel...et réciproquement.C’est la base dudéveloppement <strong>de</strong>relations <strong>de</strong> confianceindispensables dans ledomaine <strong>de</strong>s risques."directions pays) qui sont en charge du premierniveau <strong>de</strong> contrôle interne, renouveler et actualiserles plans d’actions. Des objectifs spécifiques et<strong>de</strong>s retours plus ciblés sont établis avec certainesd’entre elles. Les directeurs opérationnels s’appuientsur leurs responsables sécurité au travail,énergie, environnement, qualité, santé, diversité,sécurité routière, etc., selon les principes d’organisationdécentralisée <strong>de</strong> Colas. L’enjeu organisationnelest <strong>de</strong> bien équilibrer les contributionsémanant <strong>de</strong>s collaborateurs avec la nécessairecohérence insufflée par l’équipe dirigeante. En2011, une réflexion a été engagée sur le dynamismeet le renouvellement <strong>de</strong>s systèmes formalisés <strong>de</strong>management <strong>de</strong> la qualité.En 2010, un logiciel <strong>de</strong> reporting a été déployéà l’échelle mondiale pour unifier l’ensemble <strong>de</strong>sindicateurs à travers les 770 entités juridiques dulogiciel extra-financier <strong>de</strong> Colas. L’année 2011 a étédominée par l’amélioration <strong>de</strong> l’usage <strong>de</strong> cet outil quidéfinit les indicateurs avec précision 2 :> prise en compte <strong>de</strong>s participations minoritaires,> amélioration <strong>de</strong> la fiabilité <strong>de</strong>s chiffres en vue <strong>de</strong>leur certification ultérieure,> ajout <strong>de</strong> nouveaux indicateurs, en cours <strong>de</strong> fiabilisation: transport alternatif, biodiversité, etc.Les trois enjeux stratégiques <strong>de</strong> ColasRenouvellement et enrichissement <strong>de</strong>sressources humaines 3Colas doit assurer le renouvellement <strong>de</strong>s générations.Son capital humain et l’enrichissement <strong>de</strong>celui-ci sont la clé <strong>de</strong> son développement et <strong>de</strong> sapérennité. Les enjeux i<strong>de</strong>ntifiés sont le recrutement,la diversité, la fidélisation et la formation.RecrutementEn 2011, Colas a maintenu une politique active<strong>de</strong> recrutement : plus <strong>de</strong> 5 700 collaborateursont été embauchés (4 500 en 2010), dont près<strong>de</strong> 3 000 en France métropolitaine. La politique<strong>de</strong> recrutement s’organise autour <strong>de</strong> campagnes<strong>de</strong> communication, <strong>de</strong> contacts suivis avec lesorganismes d’enseignement <strong>de</strong> tous niveaux dansles pays d’implantation et d’outils <strong>de</strong> suivi en cours<strong>de</strong> déploiement dans le Système d'informationRessources humaines (SIRH). L’entrée chez Colass’effectue souvent dans la proximité, à l’occasion<strong>de</strong> stages (2 136, dont 488 à l’international ; respectivement2 260 et 275 en 2010), <strong>de</strong> contrats <strong>de</strong>professionnalisation en alternance à tous les niveaux<strong>de</strong> qualification (559 ; 380 en 2010) et <strong>de</strong> missionsd’intérim, ce qui permet à l’entreprise et au candidatpotentiel <strong>de</strong> faire connaissance et <strong>de</strong> s’évaluer avantune embauche effective.EffectifsEn 2011, les effectifs globaux ont baissé <strong>de</strong> 3,9 %.La mobilité <strong>de</strong>s collaborateurs et les synergiesmises en œuvre <strong>de</strong>puis plusieurs années, ainsi quel’obtention <strong>de</strong> plusieurs grands contrats, permettentune bonne adaptation <strong>de</strong>s structures pour éviter aumaximum les réductions d’effectifs.En France, un plan <strong>de</strong> sauvegar<strong>de</strong> pour l’emploi esten cours chez Aximum dans la branche Produitsélectroniques. Suite au transfert <strong>de</strong> trente-septemplois d’un site à un autre, sept collaborateurs ontaccepté <strong>de</strong> suivre leur emploi et <strong>de</strong>s reclassementsau sein du groupe Colas ont été proposés aux autrescollaborateurs.En Europe centrale, la poursuite <strong>de</strong> l’adaptation <strong>de</strong>sorganisations, en raison d’un nouveau recul d’activité,s’est traduite par 997 licenciements économiques(131 en Croatie, 211 en Hongrie, 30 en Républiquetchèque, 606 en Roumanie, 19 en Slovaquie) ; enRoumanie, 80 collaborateurs ont été reclassés ausein du groupe Colas et, par ailleurs, la cession encours <strong>de</strong> la filiale SCCF Iasi à une entreprise localesignée fin 2011 s’est faite avec la garantie d’unereprise du personnel.Au Bénin et au Togo, suite à une forte baisse d’activité,Colas a engagé <strong>de</strong>s mesures d’accompagnementd’un plan social (42 collaborateurs concernés)au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>s dispositions légales.DiversitéLa diversité est un axe prioritaire <strong>de</strong> progression.Le plan d’actions lancé en 2010 a été poursuivi etapprofondi : plaquettes, campagnes d’affichettes,désignation <strong>de</strong> Relais Diversité en filiales, formation<strong>de</strong>s cadres, etc.> Insertion sociale : en France, le partenariat avecl’Epi<strong>de</strong> et les contrats d’insertion avec <strong>de</strong>s structureslocales (sur les chantiers <strong>de</strong> tramway, parAfnor : Association française <strong>de</strong> normalisation - Cos : Comité d’orientation stratégique <strong>de</strong> la Fondation française pour la recherche sur la biodiversité - Core : Commission d’orientation sur la recherche et l’expertise <strong>de</strong> l’Institut français <strong>de</strong> l’environnement industriel et <strong>de</strong>s risques - Ineris : Institut national <strong>de</strong>l’environnement industriel et <strong>de</strong>s risques (France) - Epi<strong>de</strong> : Établissement public d'insertion <strong>de</strong> la Défense, sous la tutelle <strong>de</strong>s ministères <strong>de</strong> la Défense, <strong>de</strong> l'Emploi et <strong>de</strong> la Ville - FRB : Fondation pour la recherche sur la biodiversité(1) Se référer à la rubrique "Dialogue avec la société civile" (2) Gui<strong>de</strong> méthodologique du reporting extra-financier disponible sur le site internet du groupe Colas (3) élément-clé chez Colas du thème 4 (Conditions <strong>de</strong> travail) <strong>de</strong> la norme Iso 26000<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 91


en France et 20 comités centraux par exemple),<strong>de</strong> nouveaux postes <strong>de</strong> direction <strong>de</strong>s ressourceshumaines sont créés à l’international et les initiativesinnovantes encouragées (indices <strong>de</strong> satisfaction<strong>de</strong>s collaborateurs, forums <strong>de</strong> discussion sur lesquestions RH, etc.).les dirigeants <strong>de</strong> <strong>de</strong>main : son utilisation effectivefait partie désormais <strong>de</strong>s critères d’appréciation <strong>de</strong>la performance <strong>de</strong>s managers au même titre queles résultats en matière <strong>de</strong> sécurité.Acceptation sociétale <strong>de</strong>s sites<strong>de</strong> productionColas gère un nombre important <strong>de</strong> sites <strong>de</strong> production<strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> construction : granulats,béton prêt à l’emploi, enrobés, bitumes, émulsions,etc. L’acceptation <strong>de</strong> ces sites <strong>de</strong>vient plus sensible,notamment chez les riverains. Les plans d’actionsprivilégient <strong>de</strong>ux directions.exemple) se sont poursuivis en métropole et dansles Dom. À l’international, <strong>de</strong> nombreuses filialesdéveloppent le recrutement en zone d’emploi difficileou l’insertion <strong>de</strong> chômeurs <strong>de</strong> longue durée(Australie, Belgique, Bénin, Djibouti, États-Unis,Madagascar, Suisse).> Handicap : suite à un protocole d’accordavec l’Agefiph en 2009 et visant l’objectif d’untaux d’emploi (direct et indirect) <strong>de</strong> travailleurshandicapés <strong>de</strong> 3,5 % début 2013, et aprèsune première phase <strong>de</strong> diagnostic-conseil etd’élaboration <strong>de</strong> plans d’actions <strong>de</strong>s filialesmétropolitaines, une convention a été signéeavec ce même organisme en mai 2011 pour unedurée <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans. Celle-ci prévoit <strong>de</strong>s actionsen matière <strong>de</strong> sensibilisation, maintien dansl’emploi, d’intégration et <strong>de</strong> développement <strong>de</strong>contrats passés avec le secteur protégé, etc.> Mixité hommes / femmes : en 2011, les femmesreprésentent 8,3 % <strong>de</strong>s effectifs en France et10,6 % à l’international (respectivement 8,1 %et 10,2 % en 2010). À partir d’une étu<strong>de</strong> surl’évolution <strong>de</strong> carrière <strong>de</strong>s femmes au sein <strong>de</strong>sfiliales françaises, <strong>de</strong>s axes d’amélioration ontété définis. La direction générale s’est mobiliséepour <strong>de</strong>man<strong>de</strong>r que la présence <strong>de</strong>s femmes augmenteeffectivement, même dans <strong>de</strong>s métiers traditionnellementmasculins, et que <strong>de</strong>s réflexionsLa transmission <strong>de</strong>s savoir-faire commencedès le parcours d’intégration et se poursuittout au long <strong>de</strong> la vie professionnellesoient concrétisées sur l’organisation du travail,l’égalité <strong>de</strong> traitement et <strong>de</strong> promotion, etc.> Seniors : les filiales métropolitaines <strong>de</strong> Colas ontengagé <strong>de</strong>s actions en faveur <strong>de</strong> l’emploi <strong>de</strong>sseniors suite à un accord signé fin 2009 avec lespartenaires sociaux, fixant un objectif <strong>de</strong> maintienà 9 % du taux minimum d’emploi <strong>de</strong>s salariésâgés <strong>de</strong> 55 ans et plus.FidélisationEn France comme à l’international, les rémunérationsse situent au-<strong>de</strong>ssus <strong>de</strong>s salaires minima légaux 1 .Il s’y ajoute <strong>de</strong>s avantages supplémentaires, selonles législations locales, dans les domaines <strong>de</strong> laretraite, la prévoyance, la santé, l’épargne salariale,etc. La politique salariale repose sur l’individualisation<strong>de</strong>s salaires, avec une partie fixe et une partievariable liées aux entretiens professionnels. Lesétablissements sont autonomes pour adapter cettepolitique à leur marché et sous un suivi centralisé. EnFrance, les accords d’intéressement associent lescollaborateurs à la réussite <strong>de</strong> Colas et du Groupe.À l’international, une politique d’harmonisation <strong>de</strong>savantages sociaux est poursuivie au sein <strong>de</strong> chaquegran<strong>de</strong> zone géographique.Pour renforcer le dialogue social au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>s instancesreprésentatives en place selon la législationsociale <strong>de</strong> chaque pays (336 comités d’entrepriseFormation, mobilité et promotion interneLe budget <strong>de</strong> formation représente 4 % <strong>de</strong> la massesalariale en France et 2,5 % à l’international (commeen 2010). Il concerne tous les collaborateurs, quelque soit leur niveau hiérarchique, y compris lesintérimaires, et couvre tous les domaines : en plus<strong>de</strong>s formations <strong>de</strong> base, les contenus sont en évolutionpermanente et soutiennent les plans d’actionsen cours portant sur le management contractuel,la sécurité, les entretiens individuels, l’éthique, ladiversité, l’environnement, etc. Les membres d’unmême groupe en formation développent entre eux<strong>de</strong>s échanges qui renforcent la culture <strong>de</strong> groupe.Cet investissement important et dynamique <strong>de</strong>Colas se révèle porteur <strong>de</strong> valeurs multiples. Latransmission <strong>de</strong>s savoir-faire commence avec lesparcours d’intégration et se poursuit tout au long <strong>de</strong>la vie professionnelle avec le tutorat, le parrainageet le développement <strong>de</strong>s CQP (79, après 61 en2010). Par ailleurs, les 924 membres <strong>de</strong> l’Ordre <strong>de</strong>sCompagnons <strong>de</strong> la Route du groupe Colas sont lesgarants <strong>de</strong> la transmission sur le terrain <strong>de</strong>s valeurset techniques <strong>de</strong> l’entreprise.La promotion interne et la mobilité font partie <strong>de</strong> laculture managériale <strong>de</strong> Colas. La mobilité est à lafois la condition <strong>de</strong> l’adaptation aux évolutions dumarché et un aspect essentiel du développement<strong>de</strong>s carrières grâce à <strong>de</strong>s expériences diversifiées.Afin <strong>de</strong> la renforcer, le comité <strong>de</strong> direction générale amis en place en 2011 un questionnaire pour susciterles vocations et fluidifier l’information. L’entretienprofessionnel individuel annuel est une priorité pourorganiser la progression <strong>de</strong>s carrières et préparerExemplarité <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> productionChaque site se doit <strong>de</strong> mettre en œuvre <strong>de</strong>s actions<strong>de</strong> progrès qui vont au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>s simples contraintes<strong>de</strong> conformité administrative. L’outil privilégié estla certification environnementale (Iso 14001, parexemple). La documentation et la mesure <strong>de</strong>sactions <strong>de</strong> progrès s’appuient sur un système <strong>de</strong>listes <strong>de</strong> vérifications qui couvre la plupart <strong>de</strong>sactivités <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux dans le mon<strong>de</strong>.Ce dispositif est intégré au contrôle interne opérationnel.Dans le mon<strong>de</strong>, 1 700 sites ou installations<strong>de</strong> Colas peuvent s’auto-évaluer une fois par anà partir d’un questionnaire composé <strong>de</strong> plus <strong>de</strong>100 questions factuelles portant notamment surle stockage <strong>de</strong>s produits chimiques et liqui<strong>de</strong>s, laprévention <strong>de</strong>s risques (eau, air, déchets, sécurité,bruits), les procédures formalisées et le dialogueavec les parties prenantes locales. La directionEnvironnement <strong>de</strong> Colas anime la consolidation <strong>de</strong>squestionnaires, l’analyse et la communication <strong>de</strong>srésultats, ainsi que <strong>de</strong>s plans d’actions qui en résultent,dynamisant ainsi l’amélioration continue <strong>de</strong>sunités opérationnelles et la performance globale.À fin 2011, 80 % du chiffre d’affaires réalisé dansl’activité <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> Colasdans le mon<strong>de</strong> est couvert par au moins un <strong>de</strong> cesAgefiph : Association pour la gestion du fonds pour l’insertion professionnelle <strong>de</strong>s personnes handicapées –CQP : Certificats <strong>de</strong> qualification professionnelle pour la validation <strong>de</strong>s acquis <strong>de</strong> l’expérience(1) Voir plus loin le tableau <strong>de</strong>s indicateurs extra-financiers p. 98-99<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 92


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColas<strong>de</strong>ux outils (certifications et listes <strong>de</strong> vérifications),avec un objectif <strong>de</strong> porter ce taux <strong>de</strong> couverturerapi<strong>de</strong>ment à 90 %.Les matériaux <strong>de</strong> construction produits (granulats,liants, enrobés, béton, asphalte, bitume, peintures,etc.) respectent dans chaque pays les normes oucertifications applicables (FDS, marquage CE oudossier REACh dans l’Union européenne, etc.) etfont l'objet <strong>de</strong> certifications volontaires (Éco-profils,par exemple).En 2011, un nouveau programme a été lancé pourrenforcer et mettre en valeur la contribution <strong>de</strong>scarrières et gravières à la biodiversité : chaque siteen activité i<strong>de</strong>ntifie une espèce protégée qui s’ytrouve, s’engage à favoriser son développement et àl’étudier en partenariat avec <strong>de</strong>s scientifiques, dansla transparence avec les riverains (par exemple,les gravières <strong>de</strong> Naujac-sur-Mer et du Hinguer) 1 ;à défaut <strong>de</strong> pouvoir i<strong>de</strong>ntifier une telle espèce, lesite héberge <strong>de</strong>s ruches. À ce jour, on peut estimerqu’un quart <strong>de</strong>s sites satisfait déjà l’essentiel <strong>de</strong>ces critères.Initiative d’un dialogue régulier avec les riverains 2Le dialogue permet <strong>de</strong> mieux comprendre lesattentes, d’expliquer la réalité et les contraintes<strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production, et <strong>de</strong> progresser dansla compréhension mutuelle afin <strong>de</strong> prévenir lessituations <strong>de</strong> crise. En 2011, 44 % (46 % en 2010sur un périmètre moins étendu) du chiffre d’affaires<strong>de</strong> l’activité <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> Colasbénéficie d’une structure formalisée <strong>de</strong> dialoguelocal, chiffre encore en <strong>de</strong>ssous <strong>de</strong> l’objectif <strong>de</strong>dépasser 50 % rapi<strong>de</strong>ment.Les impacts <strong>de</strong>s chantiers sur l’environnement sonten revanche peu importants :> Les travaux neufs représentent moins <strong>de</strong> 20 %du chiffre d’affaires Travaux total. Leur impactest pris en compte lors <strong>de</strong> la conception. Lors<strong>de</strong> la réalisation, l’action <strong>de</strong> Colas est en générallimitée à l’application et à l’amélioration <strong>de</strong>s plans<strong>de</strong> respect <strong>de</strong> l’environnement <strong>de</strong>s clients.> L’activité courante (le montant moyen d’unchantier <strong>de</strong> Colas dans le mon<strong>de</strong> est inférieurà 100 000 euros) est constituée d’entretien ou<strong>de</strong> réaménagement <strong>de</strong> voies existantes (routeet rail). Sur <strong>de</strong>s emprises déjà artificialisées,les questions environnementales se limitent àune bonne gestion <strong>de</strong>s produits liqui<strong>de</strong>s et <strong>de</strong>sdéchets (inertes pour la plupart).Au-<strong>de</strong>là d’actions facilitant la cohabitation <strong>de</strong>schantiers avec les riverains, certaines techniques <strong>de</strong>construction ou <strong>de</strong> remise en état <strong>de</strong> canalisationssans tranchée sont développées, <strong>de</strong> même quele revêtement silencieux (Nanosoft ® , Rugosoft ® ,etc.) apprécié par les riverains et les usagers (lebruit est reconnu comme la première nuisanceenvironnementale) avec près d’un million <strong>de</strong> m²posés en 2011.ÉthiqueLe respect <strong>de</strong> l’éthique est un <strong>de</strong>s principesintangibles du groupe Colas. Cet élément 3 estintégré dans le dispositif <strong>de</strong> contrôle interne.L’impérieuse nécessité d’appliquer ce principeest systématiquement et régulièrement réaffirméedans le cadre <strong>de</strong> réunions <strong>de</strong>s collaborateurs plusexposés, <strong>de</strong> par leurs fonctions, aux risques <strong>de</strong>manquements dans ce domaine. Une politiquesystématique <strong>de</strong> formation <strong>de</strong>s dirigeants est miseen place et actualisée chaque année. Elle s’ajouteà une diffusion systématique du co<strong>de</strong> d’éthique dugroupe Bouygues à l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateurs.Une compétition loyale et ouverte offre à Colas <strong>de</strong>meilleures conditions pour promouvoir son savoirfaireet développer <strong>de</strong>s relations <strong>de</strong> partenariat <strong>de</strong>long terme avec ses clients. La transparence et lacirculation <strong>de</strong> l’information sont aussi <strong>de</strong>s gagesd’efficacité collaborative et d’épanouissement<strong>de</strong> l’encadrement : l’accord entre les valeurs <strong>de</strong>scollaborateurs et celles <strong>de</strong> l’entreprise constitue unlevier d’adhésion et <strong>de</strong> motivation.Colas déploie <strong>de</strong> nombreuses actions concrètes, eny associant souvent <strong>de</strong>s partenaires indépendantscomme l’AQP, pour un système <strong>de</strong> pesée inviolable<strong>de</strong>s centrales d’enrobage françaises assurant latraçabilité <strong>de</strong>s livraisons, ou comme la vente auxenchères <strong>de</strong> matériels <strong>de</strong> travaux publics d’occasion,sous le contrôle <strong>de</strong> Tracfin, chargé d’éviterles transactions illégales en liqui<strong>de</strong> et le recyclage"d’argent sale".Les cinq autres grands enjeuxSécuritéLa sécurité 4 est au cœur <strong>de</strong>s priorités chez Colas<strong>de</strong>puis <strong>de</strong> nombreuses années.Prévention <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts au travailAprès avoir atteint en 2010 les objectifs fixés cinqans plus tôt, <strong>de</strong> nouveaux objectifs ont été fixés àl’horizon 2015 : taux <strong>de</strong> fréquence 5 <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts<strong>de</strong>s collaborateurs permanents inférieur à 5 enFrance et 3 à l’international, et taux <strong>de</strong> fréquencedivisé par <strong>de</strong>ux pour les intérimaires ; nombred’établissements sans acci<strong>de</strong>nt du travail supérieurà 300 en métropole ; nombre <strong>de</strong> collaborateurssauveteurs secouristes du travail supérieur à 35 %<strong>de</strong>s effectifs <strong>de</strong> Colas dans le mon<strong>de</strong> (avec auminimum <strong>de</strong>ux sur chaque chantier). La politique<strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> Colas s’appuie sur<strong>de</strong> multiples initiatives, animées au quotidien surle terrain par <strong>de</strong>s relais : évaluation <strong>de</strong>s risques,sensibilisation <strong>de</strong>s collaborateurs avec <strong>de</strong>s outils et<strong>de</strong>s logiciels, concours sécurité, présentation <strong>de</strong>sconsignes <strong>de</strong> sécurité, analyse <strong>de</strong> comportementpar vidéo, observatoire <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts graves etmortels, etc. En 2011, malgré les efforts <strong>de</strong> l’encadrementet <strong>de</strong>s préventeurs, les indices <strong>de</strong> sécuritésont en baisse (5,50 en métropole et 1,42 à l’international).En conséquence, chaque filiale a pourinstruction d’établir <strong>de</strong> nouveaux plans d’actions.De nombreux établissements sont certifiés (Ohsas18001, Mase, Ilo, etc.) représentait 37 % du chiffred’affaires comme en 2010 (métropole et international).La formation <strong>de</strong> secourisme bénéficie auxautres collaborateurs, aux proches et à la sociétéen général, tout en renforçant la sensibilisationaux enjeux <strong>de</strong> sécurité. En 2011, les sauveteurssecouristes étaient 19 946, soit 32 % <strong>de</strong> l’effectiftotal (31 % en 2010).Sécurité routière 6Depuis 1997, date <strong>de</strong> signature <strong>de</strong> la premièrecharte <strong>de</strong> sécurité routière en France, renouveléetrois fois et complétée par une charte européenneelle-même reconduite, Colas mène une politique<strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> la route trèsvolontariste. Plus <strong>de</strong> 500 relais Sécurité routièretransmettent les bonnes pratiques <strong>de</strong> conduite,communiquent sur les moyens d’éviter <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts,collaborent à l’organisation du travail, etc. En2010 et 2011, plus <strong>de</strong> 33 000 gui<strong>de</strong>s <strong>de</strong> conduitesûre et économe, élaborés pour les conducteursd’engins et <strong>de</strong> véhicules, ont été diffusés. Lacampagne <strong>de</strong> communication "énergie" a permis<strong>de</strong> rappeler les vertus d’une conduite apaisée enmatière <strong>de</strong> sécurité.Le taux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts impliquant<strong>de</strong>s véhicules en France a été quasiment stable en2011, se maintenant à son plus bas niveau <strong>de</strong>puis1997 (0,083 en 2011, à comparer à 0,082 en 2010et 0,220 en 1997). En 14 ans, il a baissé <strong>de</strong> 62 %,malgré une croissance du parc <strong>de</strong> véhicules etd’engins <strong>de</strong> 98 %. La démarche se généraliseprogressivement à tous les pays dans lesquelsColas est implanté.AQP : Association Qualité-Pesage - FDS : Fiches <strong>de</strong> données <strong>de</strong> sécurité (essentiellement dans les pays <strong>de</strong> l’OCDE) - REACh : Règlement européen pour l’enregistrement <strong>de</strong>s substances chimiques produites ou utilisées dans l’Union européenne - Tracfin : Traitement du renseignement et action contre lescircuits financiers clan<strong>de</strong>stins (1) Voir aussi sur le site internet bouygues.com, dans L’abrégé interactif du document <strong>de</strong> référence 2011 du groupe Bouygues, la vidéo consacrée à la biodiversité dans les carrières (2) élément-clé chez Colas du thème 6 (contribution au développement local, engagementsociétal) <strong>de</strong> l’Iso 26000 (3) constitue chez Colas l’aspect essentiel du thème 2 (bonne pratiques <strong>de</strong>s affaires) <strong>de</strong> la norme Iso 26000 (4) élément-clé chez Colas du thème 4 (conditions <strong>de</strong> travail) <strong>de</strong> la norme Iso 26000 (5) nombre d’acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d’heures travaillées(6) un levier d’action très pertinent chez Colas sur le thème 7 (questions relatives aux consommateurs) tout en participant aux thématiques 4 (conditions <strong>de</strong> travail) et 6 (contribution au développement local, engagement sociétal) <strong>de</strong> l’Iso 26000<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 93


SantéColas est engagé dans une démarche globale <strong>de</strong>protection <strong>de</strong> la santé pour encourager une bonnehygiène <strong>de</strong> vie ("école du dos" chez Colas Belgium,partenariat médical aux États-Unis, par exemple).L’amélioration <strong>de</strong> l’ergonomie <strong>de</strong>s engins et leuradaptation aux seniors font l’objet <strong>de</strong> la démarcheErgomat en France (en cours <strong>de</strong> déploiement àl’international). En France, Colas participe activementau travail d’i<strong>de</strong>ntification <strong>de</strong>s facteurs <strong>de</strong>pénibilité pour chaque poste et <strong>de</strong>s moyens <strong>de</strong> lesréduire (bruit et vibration, ergonomie <strong>de</strong>s postures<strong>de</strong> travail). Les programmes sur la réduction <strong>de</strong>spoussières et sur le stress se poursuivent. EnFrance, une "boîte à outils" a été mise au point etdiffusée pour lutter contre les addictions. Dans <strong>de</strong>spays l’autorisant, <strong>de</strong>s tests <strong>de</strong> détection <strong>de</strong> drogueou <strong>de</strong>s alcootests sont réalisés sur les lieux <strong>de</strong> travailTémoignageJim Melius 1 , Dr PH, MD (docteur en mé<strong>de</strong>cine eten santé publique)"Ceux qui travaillent dansles métiers <strong>de</strong>s enrobésbitumineux routiers nedoivent pas s’inquiéter <strong>de</strong>la nouvelle classificationdu Circ 2 . Les <strong>de</strong>ux étu<strong>de</strong>sclés sur l’animal à partir<strong>de</strong>s bitumes routiers n’ontmontré aucun risque <strong>de</strong>cancer et l’étu<strong>de</strong> massivedu Circ sur les personnestravaillant dans lesrevêtements bitumineuxen Europe n’a faitapparaître aucun risquesupplémentaire <strong>de</strong> cancer.En conclusion, un dangerpossible, mais aucuneindication d’un risquequelconque."<strong>de</strong> manière aléatoire. La politique <strong>de</strong> préventiondu risque chimique est aussi traitée au chapitre"Facteurs <strong>de</strong> risques" du présent document 1 .Action citoyenne dans les paysdits du SudLes infrastructures ne s’exportent pas. Elles seconstruisent sur place avec <strong>de</strong>s moyens humainslocaux. Ces travaux sont très sensibles aux coûts<strong>de</strong> transport <strong>de</strong>s matériaux pondéreux et aux délaistrès courts <strong>de</strong> mise en œuvre (quelques heures pourla prise du béton ou la mise en œuvre <strong>de</strong>s enrobés).L’implantation internationale <strong>de</strong> Colas répond à larecherche d’opportunités <strong>de</strong> croissance et d’équilibre<strong>de</strong>s risques pays, et non à <strong>de</strong>s objectifs <strong>de</strong>délocalisation <strong>de</strong>s coûts.Présent au Maroc et à Madagascar <strong>de</strong>puis plus<strong>de</strong> 50 ans avec une activité importante, implanté(1) Après avoir servi au NIOSH (équivalent américain <strong>de</strong> l’INRS) et dans divers comités <strong>de</strong> l’Académie <strong>de</strong>s sciences <strong>de</strong>sÉtats-Unis, le docteur Melius, autorité dans le domaine <strong>de</strong> la santé au travail pour le compte du syndicat <strong>de</strong>s travailleurs <strong>de</strong> laconstruction en Amérique du Nord, a rejoint le syndicat Liuna (affilié à l’AFL-CIO) dont il est administrateur. Il siège, par ailleurs,au comité <strong>de</strong> suivi médical créé à la suite <strong>de</strong> l’effondrement <strong>de</strong>s tours du World Tra<strong>de</strong> Center. Il faisait partie <strong>de</strong>s experts duCirc (organisation mondiale <strong>de</strong> la santé) dans la rédaction <strong>de</strong> la monographie du bitume en octobre 2011.(2) Centre international <strong>de</strong> recherche sur le cancer, agence <strong>de</strong> l’OMS<strong>de</strong> manière plus récente ou moins significativeailleurs (Afrique du Sud, Bénin, Djibouti, Indonésie,Togo, Gabon, etc.), Colas contribue dans ces pays,au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> ses chantiers, au développement économique,social et culturel, à la croissance et à laprotection <strong>de</strong> l’environnement 2 .> Social : politique volontariste en matière <strong>de</strong>rémunération, <strong>de</strong> formation, <strong>de</strong> promotion,d’avantages sociaux, etc.> Santé : actions en faveur <strong>de</strong>s collaborateurslocaux, <strong>de</strong> leurs familles et <strong>de</strong>s populations résidantà proximité : visites médicales, dispensaires,prévention du sida, lutte contre le paludisme, etc.> Environnement : priorité à la protection <strong>de</strong> labiodiversité, à la lutte contre le déboisement etaux déchets.> Société : actions <strong>de</strong> mécénat éducatif, distributiond’eau et/ou viabilité <strong>de</strong> l’eau pendant laréalisation <strong>de</strong> chantiers, ai<strong>de</strong> lors <strong>de</strong> sinistresfrappant les populations proches <strong>de</strong>s chantiers(incendies, inondations, etc.).> Droits humains : démarche basée sur la dignitédu personnel local et sur une éthique <strong>de</strong> comportementvis-à-vis du reste <strong>de</strong> la population,notamment les sous-traitants et fournisseurs 3 .Les collaborateurs sont les relais naturels pourfaire respecter à leur tour les droits humains dansleurs relations professionnelles avec le reste <strong>de</strong>la société.Énergie et gaz à effet <strong>de</strong> serre 4L’ensemble <strong>de</strong> l’environnement économique est etsera impacté par la contrainte carbone. Conscientd’une adaptation nécessaire, Colas offre unegamme <strong>de</strong> produits et <strong>de</strong> techniques à plus bascoût carbone et développe <strong>de</strong>s plans d’actionspour améliorer l’efficience énergétique interne dansses métiers.Consommation et efficience énergétiques> Évaluation globale : Colas a finalisé en 2010 lecalcul <strong>de</strong> son empreinte carbone consolidée auniveau mondial (périmètre 3a, interne et amont,selon la méthodologie <strong>de</strong> la norme Iso 14064). Lechiffre actualisé en 2011 est stable, à 12 millions<strong>de</strong> tonnes d’équivalent CO 2, conformément auxattentes et à sa segmentation avec la même partdominante <strong>de</strong> matériaux pondéreux. Il est important<strong>de</strong> rappeler que ce type <strong>de</strong> chiffre consolidéreste entaché <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 20 % <strong>de</strong> marge d’incertitu<strong>de</strong>,malgré la qualité du travail réalisé et l’accès<strong>de</strong> Colas à la plupart <strong>de</strong>s données en amont,facilité par l’intégration verticale <strong>de</strong> ses métiers.Ce calcul fournit cependant un ordre <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>urutile et nécessaire pour évaluer le poids relatif duCO 2évité au niveau du groupe Colas par <strong>de</strong>sactions précises et mesurées (160 000 tonnesen 2011, contre 130 000 en 2010, soit 1,5 % dutotal), et pour mieux i<strong>de</strong>ntifier la segmentation<strong>de</strong> cette empreinte à partir <strong>de</strong> laquelle <strong>de</strong>s plansd’actions peuvent être définis 5 .> Outils <strong>de</strong> mesure : l’efficience énergétique <strong>de</strong>Colas nécessite <strong>de</strong> mesurer la consommation <strong>de</strong>carburants fossiles, l’électricité ne représentantqu’une faible part <strong>de</strong> l’empreinte énergétiquetotale. Si le suivi <strong>de</strong> la consommation <strong>de</strong>s brûleurs<strong>de</strong>s 580 postes d’enrobage est assez aisé, il estbeaucoup plus complexe <strong>de</strong> suivre la consommation<strong>de</strong> 70 000 engins et véhicules répartisdans 800 établissements travaux et 1 400 sites<strong>de</strong> production. Dans ce but, Colas a équipé2 000 engins et véhicules <strong>de</strong> systèmes <strong>de</strong> suivi<strong>de</strong> consommation et mène <strong>de</strong>s discussions avecles fabricants <strong>de</strong> matériels pour l’installation <strong>de</strong>standards <strong>de</strong> transmission et <strong>de</strong> récupération <strong>de</strong>sdonnées en temps réel.> Mobilisation du personnel : Colas mobiliseses conducteurs <strong>de</strong> véhicules et d’engins pourréduire la consommation <strong>de</strong> carburants <strong>de</strong> 20 %(1) cf. rubriques "Risque chimique" et "Risques opérationnels" (2) ce qui constitue une déclinaison particulière <strong>de</strong>s thèmes 3, 4 et 6 <strong>de</strong> l’Iso 26000 (3) thème 2 (bonnes pratiques <strong>de</strong>s affaires) <strong>de</strong> l’Iso 26000 (4) élément-clé chez Colas du thème 6 (contribution au développement local, engagement sociétal)<strong>de</strong> l’Iso 26000 (5) pour les diagrammes correspondants, cf. rubrique Énergie / Carbone au chapitre Le Groupe, "Nos responsabilités sociales, sociétales et environnementales", du présent document<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 94


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasgrâce à la conduite apaisée et à la suppression<strong>de</strong>s fonctionnements ralentis <strong>de</strong>s engins ouvéhicules à l’arrêt. Cette campagne décline lethème <strong>de</strong>s "trois plus" : plus d’économie, plus <strong>de</strong>sécurité, plus d’environnement. La quantificationreste encore difficile, mais l’engagement est perceptibleet l’appropriation du thème progresse.> Centrales d’enrobage : la consommation <strong>de</strong>sbrûleurs <strong>de</strong> centrales fait apparaître un gain <strong>de</strong>3 % (18 000 tonnes équivalents CO 2), mais elleest stationnaire à périmètre constant.D’une manière générale, la question <strong>de</strong> l’efficienceénergétique est désormais bien i<strong>de</strong>ntifiée chezColas. Une équipe projet a été mise en place début2012 pour dynamiser les réductions <strong>de</strong> consommationet leurs suivis chiffrés.Contenu énergétique <strong>de</strong> l’offre aux clients> Éco-variantes : afin <strong>de</strong> permettre d’évaluer leséco-variantes <strong>de</strong>s entreprises, Colas a engagéavec l’ensemble <strong>de</strong> la profession en France(Usirf) la mise au point d’un éco-comparateurpartagé sous extranet, Seve ® , mis en ligne enjuillet 2010 et ouvert aux clients fin 2011. Ladémarche a été encouragée par le ministèrefrançais chargé <strong>de</strong> l’environnement, avec lasignature d’une charte en mars 2009. En 2011,les éco-variantes remportées par Colas représentent29 000 tonnes <strong>de</strong> CO 2évité (21 000 en2010), avec un taux <strong>de</strong> réussite <strong>de</strong> 16 % <strong>de</strong>spropositions d’éco-variantes (28 % en 2010).À l’international, Colas a prévu en 2011 unepremière adaptation <strong>de</strong> l’outil pour les payset territoires <strong>de</strong> l’Océan Indien, puisqu’il a étéconçu pour être facilement traduit et sa base <strong>de</strong>données adaptée d’un pays à l’autre.> Néophalte BT ® , Enrobés 3E ® , Ecomat ® , etc.En 2011, la production industrielle d’enrobés etd’asphaltes tiè<strong>de</strong>s passe en un an <strong>de</strong> 6 % <strong>de</strong>la production totale du groupe à plus <strong>de</strong> 12 %,les filiales dépassant ainsi leur objectif <strong>de</strong> quasidoublement à 11 % en 2011 (au niveau consolidé).Les plus forts pourcentages <strong>de</strong> productionsont réalisés par les filiales routières américaines(32 %) et par la filiale Smac (100 %). Ces produitstiè<strong>de</strong>s offrent un double avantage en économisant<strong>de</strong> 10 à 30 % d’énergie et en réduisant <strong>de</strong>70 à 90 % les émissions <strong>de</strong> fumées. On peutestimer qu’un objectif <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 50 % en 2018est possible.> La gamme Végéroute substitue aux composantspétroliers <strong>de</strong>s matières premières végétales etpermet <strong>de</strong> diminuer les températures, voire lesquantités <strong>de</strong> matériaux mis en œuvre : fluxantVégéflux ® , liants V, Végéclair ® , enduit <strong>de</strong> marquageà chaud Ostréa ® , émulsion Neogreen,enrobés Compomac V ® , etc. Chaque fois, lebilan CO 2est positif puisqu’il s’agit <strong>de</strong> "puits <strong>de</strong>carbone".> Les toitures photovoltaïques : en 2011, dansun contexte <strong>de</strong> chute <strong>de</strong>s prix <strong>de</strong> rachat <strong>de</strong>l’électricité, la puissance installée est <strong>de</strong> 8,8 MWc(18,5 MWc en 2010). Les efforts <strong>de</strong> Smac seportent désormais sur le développement <strong>de</strong>produits permettant <strong>de</strong> réduire la consommationénergétique <strong>de</strong>s bâtiments, notamment par <strong>de</strong>sfaça<strong>de</strong>s innovantes.RecyclageLe recyclage est un axe <strong>de</strong> développement naturelpuisque Colas est à la fois un important producteuret consommateur <strong>de</strong> matériaux, le métier <strong>de</strong>s travauxpublics étant plus particulièrement gros consommateur<strong>de</strong> matières pondéreuses. L’activité routière estdonc un carrefour privilégié pour le recyclage <strong>de</strong>smatériaux. Il s’agit là d’un élément-clé du thème 3(Environnement) <strong>de</strong> l’Iso 26000 pour Colas, maisaussi <strong>de</strong> l’intérêt économique – l’un <strong>de</strong>s trois "piliers"du développement responsable – <strong>de</strong>s clients quibénéficient ainsi <strong>de</strong> matériaux meilleur marché.Plateformes <strong>de</strong> recyclageEn 2011, la production <strong>de</strong> matéraux recyclés esten hausse <strong>de</strong> 17 % alors que celle <strong>de</strong>s carrières etgravières <strong>de</strong> Colas n’augmente que <strong>de</strong> 9 % 1 . Cesrecyclages (déblais terreux, croûtes d’asphalte oud’enrobés, bétons <strong>de</strong> démolition, laitiers, mâchefers,etc.) totalisent 11 millions <strong>de</strong> tonnes (9 en 2010, 8,7en 2009), soit l’équivalent <strong>de</strong> 14 % <strong>de</strong> la productiontotale <strong>de</strong> granulats <strong>de</strong> Colas (11 % en 2010) oula production <strong>de</strong> 32 carrières 2 . La production <strong>de</strong>matériaux recyclés augmente plus vite que celle<strong>de</strong> matériaux "neufs".Enrobés bitumineuxLa production <strong>de</strong> Colas a incorporé en moyenne12 % d’enrobés recyclés (10 % en 2010), ce quicorrespond à la valorisation <strong>de</strong> près <strong>de</strong> cinq millions<strong>de</strong> tonnes <strong>de</strong> granulats et d’environ 230 000 tonnes<strong>de</strong> bitume, soit l’équivalent <strong>de</strong> la production d’uneraffinerie moyenne, et à 87 000 tonnes <strong>de</strong> CO 2évitées. La situation est cependant contrastée : <strong>de</strong>17 à 22 % en Belgique, en Suisse et aux États-Unis,9 % en France (7,2 % en 2010), ce qui marque uneprogression nette (objectif France : 12 % en 2012).Si l’on considère qu’un taux compris entre 20 et 25 %signifie que tous les enrobés <strong>de</strong> déconstructiondisponibles sont recyclés, Colas serait à mi-chemindu maximum théorique <strong>de</strong> recyclage.Le recyclage en placeCelui-ci a continué <strong>de</strong> progresser avec plus <strong>de</strong>8,6 millions <strong>de</strong> m² <strong>de</strong> chaussées en 2011 (7,8 millionsen 2010), pour l’essentiel en Amérique duNord, au Royaume-Uni, en Afrique <strong>de</strong> l’ouest etcentrale, grâce à une gamme <strong>de</strong> techniques adaptées(Valorcol ® , Recycold ® , etc.). Ceci représentel’équivalent d’une route à <strong>de</strong>ux voies <strong>de</strong> Bor<strong>de</strong>auxà Bruxelles.Risque chimiqueL’objectif <strong>de</strong> Colas est d’assurer la maîtrise du risquerésultant <strong>de</strong> l’usage <strong>de</strong> produits chimiques. Plusieurspriorités ont été fixées.> Solvants : abandon <strong>de</strong> l’usage <strong>de</strong>s solvants enlaboratoire, <strong>de</strong>s fontaines à solvants en atelierset du toluène dans les peintures routières.> Pigments : abandon <strong>de</strong>s métaux lourds dans lespigments <strong>de</strong> peintures ; recherche <strong>de</strong> conditionnementssous forme non pulvérulente.> Produits anticollants : remplacement du fioulpar <strong>de</strong>s produits <strong>de</strong> la chimie végétale lors <strong>de</strong>l’application <strong>de</strong>s enrobés.> Fumées <strong>de</strong> bitume (se reporter aussi au paragraphesur les risques opérationnels au chapitre"Facteurs <strong>de</strong> Risques"). Dans ce domaine, Colasaffirme son volontarisme dans la promotion <strong>de</strong>senrobés tiè<strong>de</strong>s, lesquels ne génèrent pratiquementpas <strong>de</strong> fumées et permettent d’économiser<strong>de</strong> l’énergie : le pourcentage d’enrobés tiè<strong>de</strong>s abondi <strong>de</strong> 6 % en 2010 à plus <strong>de</strong> 12 % en 2011,grâce aux États-Unis où ce pourcentage dépassedésormais les 30 %. Le déploiement est engagéen Amérique du Nord, Corée du Sud, Europe <strong>de</strong>l’Ouest et centrale, France (métropole et Dom),Gabon, Madagascar, Maroc, Maurice, etc. 3> Résines : projet <strong>de</strong> recherche Greencoat avec<strong>de</strong>s partenaires et le soutien <strong>de</strong> l’ANR dans lecadre <strong>de</strong> la chaire et <strong>de</strong> la fondation ChemSuD.> Huiles usées : maîtrise <strong>de</strong> l’élimination ou <strong>de</strong>la valorisation dans tous les pays, ce déchetconstituant l’essentiel <strong>de</strong>s déchets dangereux<strong>de</strong> Colas. Aujourd’hui, le taux <strong>de</strong> récupération<strong>de</strong>s huiles usées est <strong>de</strong> 67 % (56 % en 2010) auniveau mondial consolidé. On estime que l’optimumse situe à 80 % environ pour tenir compte<strong>de</strong>s effets <strong>de</strong> stock et <strong>de</strong> la partie consomméepar les engins eux-mêmes.ANR : Agence nationale <strong>de</strong> la recherche (France) - Usirf : Union <strong>de</strong>s syndicats <strong>de</strong> l'industrie routière française(1) basé sur une consolidation proportionnelle intégrale et non sur les volumes "part du Groupe" (2) sur la base <strong>de</strong> la production moyenne d’une carrière permanente <strong>de</strong> Colas <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 100 000 tonnes par an (3) se référer à la partie "Risques opérationnels"<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 95


Colas réhabiliteles allées du parc duchâteau <strong>de</strong> Versaillesdans le cadred’un mécénat<strong>de</strong> compétenceDialogue avec la société civile 1À ces enjeux stratégiques ou majeurs s’ajoutentune écoute renouvelée et un engagement dans lesdébats qui traversent la société.Débat rail-routeColas a une part <strong>de</strong> marché importante à la fois entravaux routiers et en travaux ferroviaires dans <strong>de</strong>nombreux pays (France, Royaume-Uni, etc.), cequi lui permet <strong>de</strong> relativiser le débat entre les <strong>de</strong>uxmo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> transport. Colas fait également appelaux mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> transport alternatifs, ferroviairesou fluviaux, pour ses besoins propres : plus d’unmilliard <strong>de</strong> tonnes-kilomètres 3 en 2011. L’élasticitéréelle <strong>de</strong> report entre les mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> transport étantfaible, Colas s’efforce <strong>de</strong> faire progresser le bilan<strong>de</strong> chacun <strong>de</strong> ces mo<strong>de</strong>s, avec une politique d’innovationtechnique au service d’une pluri-modalité<strong>de</strong> transports équilibrée.Coût global <strong>de</strong>s infrastructurespubliquesColas promeut une approche plus partenariale,tournée vers la notion <strong>de</strong> coût complet, en faveur<strong>de</strong> marchés publics innovants : PPP, PFI, MAC,concessions, etc. Une infrastructure conçue etconstruite pour le long terme, puis régulièremententretenue, optimise l’investissement public et réduitla consommation <strong>de</strong> ressources. On peut noter lesmarchés suivants, à <strong>de</strong>s <strong>de</strong>grés divers d’avancementou d’exploitation : concessions du tramway<strong>de</strong> Reims, <strong>de</strong>s autoroutes A41 Nord et A63 dans lesLan<strong>de</strong>s en France, PPP <strong>de</strong> l’autoroute M6-M60 enHongrie, du contournement routier <strong>de</strong> Vichy, <strong>de</strong> lavoirie du Plessis-Robinson, <strong>de</strong> l’éclairage urbain àLibourne, PFI <strong>de</strong> maintenance urbaine à Portsmouthau Royaume-Uni, MPE d’éclairage public et <strong>de</strong>signalisation lumineuse tricolore à Paris, quatrecontrats <strong>de</strong> maintenance <strong>de</strong> type MAC au Royaume-Uni couvrant un tiers du réseau national routier, cinqcontrats CMA similaires au Canada (Alberta et RedDeer County) et <strong>de</strong>ux contrats <strong>de</strong> type MAC pour lerail au Royaume-Uni.Achats responsablesColas fait appel à plus <strong>de</strong> 100 000 fournisseurset sous-traitants dans le mon<strong>de</strong>. Ils peuvent êtreclassés en six familles : sous-traitants <strong>de</strong> proximité,fournisseurs locaux <strong>de</strong> matériaux, fournisseurs<strong>de</strong> matières premières mondialisées, fournisseursnationaux ou internationaux <strong>de</strong> matériels, prestataires<strong>de</strong> services nationaux ou internationaux,fournisseurs divers.Un travail d’i<strong>de</strong>ntification pour chaque familledéfinit les <strong>de</strong>grés <strong>de</strong> liberté disponibles et les axesprioritaires d’achat responsable : sécurité, qualité,contrôle du travail illégal, respect <strong>de</strong>s conditions<strong>de</strong> règlement, conception et bonne utilisation <strong>de</strong>smatériels, etc. Colas expérimente différents outils <strong>de</strong>notation <strong>de</strong>s fournisseurs bien qu’il soit impossible<strong>de</strong> tous les noter. En France, une démarche d’audit<strong>de</strong>s fournisseurs se met en place. En parallèle, uneévaluation <strong>de</strong>s risques est en cours pour cibler lescatégories d’achats à privilégier.En matière d’achats dans les pays dits du Sud, laproblématique <strong>de</strong>s délocalisations est très marginalepour Colas du fait <strong>de</strong> la nature <strong>de</strong> ses métiers,mais son implantation dans ces pays constitueun enjeu 2 .TémoignageKadarusman Loba, chargé <strong>de</strong> cours à l’Apsor 1"Il m’est arrivé une choseque je n’aurais jamaisimaginée, même en rêve :je poursuis aujourd’huiune thèse <strong>de</strong> doctorat àl’Université Paul-Sabatier<strong>de</strong> Toulouse, en France.Ma thèse porte sur lepoisson arc-en-ciel,espèce quasimentdisparue, que l’on atrouvée dans une zone<strong>de</strong> karst en Papouasie(Indonésie) au coursd’une importanteexpédition scientifiquepluridisciplinaire,la mission Lengguru.Cette mission a été lancéepar l’IRD 2 avec d’autresinstitutions, internationalesou locales comme l’Apsor.Depuis 2007 jusqu’à la<strong>de</strong>rnière expédition en2010, ABS et Wasco 3 ont,chaque année, largementsoutenu cette mission <strong>de</strong>recherche scientifique surla biodiversité. C’était lapremière fois que nousfaisions connaissance lors<strong>de</strong> ce long chemin qui m’aconduit jusqu’à un projetinternational <strong>de</strong> protectionParticipation à la vie collective, soutien<strong>de</strong> projetsLes actions <strong>de</strong> mécénat sont essentiellementlocales, gérées par les filiales et leurs établissements.En métropole, il s’agit surtout <strong>de</strong> mécénatssportifs (50 %) ou culturels (40 %) pour un montantinchangé <strong>de</strong> 2,5 millions d’euros. À l’international,les proportions sont différentes avec 30 % pourle sport, 20 % pour l’ai<strong>de</strong> humanitaire, 15 % pourl’éducation et 10 % pour la culture, dans un budgetégalement inchangé <strong>de</strong> 1,1 million d’euros.Au niveau <strong>de</strong> Colas société mère, le mécénat <strong>de</strong>compétence (réhabilitation <strong>de</strong>s allées du parc duchâteau <strong>de</strong> Versailles), le mécénat culturel (comman<strong>de</strong><strong>de</strong> toiles à <strong>de</strong>s artistes par la FondationColas, soutien à la troupe <strong>de</strong> danse internationaleAkram Khan) et le programme d’ouverture humanitaire"En Route pour l’École" avec Good Planetreprésentent 1,5 million d’euros.du poisson arc-en-ciel.Je connais bien lesdirigeants d’ABS et <strong>de</strong>Wasco 3 et leurs équipes, etje partage régulièrementavec eux le résultat<strong>de</strong> nos expéditions et<strong>de</strong> mes recherches :ils s’intéressentvraiment au maintien <strong>de</strong>l’environnement."(1) Sorong Fishery Aca<strong>de</strong>my, institutlocal <strong>de</strong> formation à la pêche enPapouasie (Indonésie)(2) Institut <strong>de</strong> recherche pour ledéveloppement (France)(3) filiales <strong>de</strong> Colas en IndonésieCMA : Contract Maintenance Area (Canada) - MAC : Managing Agent Contractors (Royaume-Uni) - MPE : Marché à performance énergétique - PFI : Private Finance Initiative - PPP : partenariats public-privé(1) Pour Colas, dont les métiers sont au cœur <strong>de</strong>s questions <strong>de</strong> développement durable, cette question fait partie intégrante du thème 6 (contribution au développement local, engagement sociétal) <strong>de</strong> l’Iso 26000. Se réferer à www.colas.com pour une analyse plus complète(2) Se référer au paragraphe "Action citoyenne dans les pays dits du Sud" (3) tonnage transporté multiplié par le nombre <strong>de</strong> kilomètres parcourus par ce tonnage<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 96


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasObjectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Favoriser le dialogue localet l'acceptation <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong>production <strong>de</strong> matériauxChiffre d'affaires <strong>de</strong>production <strong>de</strong> matériauxbénéficiant d'une structure<strong>de</strong> dialogue local(périmètre : mon<strong>de</strong>)% 46 44> Changement <strong>de</strong> périmètre en 2011> Démarche désormais bien admise sur tous les territoires,surtout pour les gravières et carrières> Atteindre une couverture <strong>de</strong> 50 %Proposer dans la plupart <strong>de</strong>s pays<strong>de</strong>s variantes présentant uneéconomie d'émissions <strong>de</strong> gaz àeffet <strong>de</strong> serreFavoriser le recyclage <strong>de</strong>s enrobésbitumineux dans la production(économie <strong>de</strong> matériaux etd'émissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre)Promouvoir les asphaltes etenrobés "tiè<strong>de</strong>s" (3E ® , EcoMat,etc.) pour économiser l'énergie etréduire les expositions aux fuméesFormer les collaborateursau secourismeÉconomie <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong>serre proposée en varianteaux clientsÉconomie <strong>de</strong> gaz à effet<strong>de</strong> serre acceptée par lesclientsPart <strong>de</strong>s enrobésbitumineux recyclés dansla production d’enrobés <strong>de</strong>Colas(périmètre : mon<strong>de</strong>)Part <strong>de</strong>s enrobés tiè<strong>de</strong>sdans la production mondialed'enrobés <strong>de</strong> Colas(périmètre : mon<strong>de</strong>)Pourcentage <strong>de</strong>s effectifstitulaires du brevet <strong>de</strong>sauveteur secouristedu travail(périmètre : mon<strong>de</strong>)Tonneséq. CO 275 000 180 000Tonneséq. CO 221 000 29 000% 10 12% 6 12% 31 32(a) logiciel éco-comparateur(b) logiciel <strong>de</strong> la profession routière permettant aux clients d'évaluer les variantes environnementales lors <strong>de</strong>s appels d'offres> Après la mise au point <strong>de</strong> ÉcologicieL ®(a) , puis sa fusion dansSeve ®(b) , éco-comparateur partagé par toute la profession,année <strong>de</strong> stabilisation <strong>de</strong> l’outil et <strong>de</strong> son acceptation par lesutilisateurs> Progression désormais rapi<strong>de</strong> <strong>de</strong> ce pourcentage et rattrapageen cours par rapport à certains pays en pointe> Démarche bien déployée aux États-Unis et progressionsignificative dans le reste du mon<strong>de</strong>> Programme arrivé à une certaine maturité> Objectif 2011 atteint avec près <strong>de</strong> 19 950 sauveteurssecouristes du travail> En France : intensifier l’utilisation <strong>de</strong> Seve ® (route)et d’Éco-Cana (canalisations)> International : déployer la version multilingue <strong>de</strong>Seve ® dans au moins un territoire> Poursuivre le rattrapage pour atteindre un taux<strong>de</strong> recyclage moyen <strong>de</strong> 15 % dans la productiond'enrobés <strong>de</strong> Colas en 2015> Maintenir une forte progression et viser les100 % d’enrobés tiè<strong>de</strong>s sur quelques sites <strong>de</strong>production en Amérique du Nord et en Europe> Poursuivre ce programme <strong>de</strong> formation pouratteindre 35 % <strong>de</strong>s effectifs en 2015 ensensibilisant particulièrement l'encadrement <strong>de</strong>chantier<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 97


Indicateurs extra-financiers au 31 décembreQualitéCoût globalÉcovariantesEffectifsFemmesRecrutementSalairesFormationFamille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsChiffre d'affaires couvert par une certification qualitéMon<strong>de</strong>(hors États-Uniset Canada a )% 92 90 90Partenariats public-privé (PPP) et concessions : nombre <strong>de</strong> contrats signés ou en cours <strong>de</strong> réalisationpour favoriser une approche en coût global dans l’intérêt <strong>de</strong>s clientsMon<strong>de</strong> Nombre 13 17 20Nombre <strong>de</strong> propositions avec écovariantes sous éco-comparateurNombre 1 055 1 157 1 148FranceTaux <strong>de</strong> succès <strong>de</strong>s variantes avec éco-comparateur % 7 28 16France38 896 38 367 37 892Effectifs moyensInternational Nombre32 422 30 528 28 310Mon<strong>de</strong> 71 318 68 895 66 202CompagnonsFrance0,56 0,57 0,51International 4,35 5,77 6,09EncadrementFrance 18,85 18,74 18,83%International 24,63 23,07 22,77TotalFrance 8,21 8,12 8,25International 9,16 10,23 10,56Compagnons3 645 2 930 3 608Encadrement 2 125 1 608 2 103Mon<strong>de</strong>NombreTotal 5 770 4 538 5 711Stagiaires 2 495 2 258 2 136Effectif total dans le paysNombre 38 896 38 367 35 429Salaire moyen conducteur d’engin ColasFrance Multiple du salaire 1,48 1,51 1,53Salaire moyen chef <strong>de</strong> chantier Colas minimum légal 2,04 2,12 2,04Effectif total dans le paysNombre 4 518 4 548 4 815Salaire moyen conducteur d’engin ColasÉtats-Unis Multiple du salaire 3,48 3,59 3,65Salaire moyen chef <strong>de</strong> chantier Colas minimum légal 4,99 4,07 4,2Effectif total dans le paysNombre 4 817 2 839 2 382Salaire moyen conducteur d’engin ColasMadagascar Multiple du salaire 4,94 3,43 2,28Salaire moyen chef <strong>de</strong> chantier Colas minimum légal 9,74 7,82 5,92Effectif total dans le paysNombre 2 223 1 941 1 785Salaire moyen conducteur d’engin ColasMaroc Multiple du salaire 2,4 2,43 3,1Salaire moyen chef <strong>de</strong> chantier Colas minimum légal 6,28 5,93 5,29Formations dispenséesFrance29 500 30 200 34 138Nombre d’actionsInternational 64 300 71 900 72 320France530 000 490 600 580 072HeuresInternational 454 100 484 800 493 156Compagnons51 52 51Etam % <strong>de</strong>s heures27 27 28,5FranceCadres dispensées22 21 20,5Thème sécurité 32 38 39GRI PR5Iso 26000 6.7GRI EC9Iso 26000 6.7GRI LA1Iso 26000 6.4GRI LA1Iso 26000 6.4InterneIso 26000 6.4GRI EC5Iso 26000 6.4GRI LA10Iso 26000 6.4<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Colas • 98


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersColasFamille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsSécuritéFrance - 4,06 4,79 5,5 GRI LA7Indice <strong>de</strong> sécurité au travailInternational - 1,14 0,97 1,42 Iso 26000 6.4Acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> la route (nombre d’acci<strong>de</strong>nts avec tiers par véhicule)France0,084 0,082 0,083 Interne%Personnel disposant d’une formation à jour <strong>de</strong> secouriste du travail Mon<strong>de</strong> 29 31 32 Iso 26000 6.4GRI SO1Sociétal Chiffre d’affaires <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux couverts par une structure <strong>de</strong> dialogue local Mon<strong>de</strong> % 32 46 44 b Iso 26000 6.5Certification Chiffre d’affaires <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux couvert par une certification environnementale Mon<strong>de</strong> % 57 58 59ContrôleChiffre d’affaires <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux couvert par une certification environnementale ou unsystème formalisé en interne (listes <strong>de</strong> vérification d’auto-évaluation associées à <strong>de</strong>s plans d’actionsvalidés)Mon<strong>de</strong> % - 77 80Iso 26000 6.5RecyclagePart <strong>de</strong>s matériaux crus recyclés dans <strong>de</strong>s installations Colas par rapport à la production totale <strong>de</strong>s10 11 14carrières et gravières <strong>de</strong> Colas%Mon<strong>de</strong>Fraisats d'enrobés recyclés dans la production d'enrobés 9 10 12Chaussées recyclées en place Millions <strong>de</strong> m 2 7,6 7,8 8,6Empreinte carbone (périmètre 3.a : cradle to gate)Millions <strong>de</strong> tonneséq. CO 2- 12 12GRI EN2 & EN27Iso 26000 6.5GRI EN16,Iso 26000 6.5190 000 128 000 160 000GRI EN5, EN6 &Gain <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre par <strong>de</strong>s actions mesurées quantitativementEN18Gaz à effet <strong>de</strong> serreÉco-comparateur : économies acceptées par les clients 13 000 21 000 29 000Mon<strong>de</strong>GES évités du fait du recyclage <strong>de</strong>s enrobés 70 000 76 000 87 000Tonnes éq. CO 2Iso 26000 6.5Éco-comparateur : économies proposées aux clients 175 000 75 000 180 000GES évités au niveau <strong>de</strong>s brûleurs <strong>de</strong>s postes d'enrobage 100 000 - 16 000 c - 4 000GES évités grâce à l'emploi <strong>de</strong> Végécol ® et Végéflux ® 7 000 6 000 5 000Iso 26000 6.5GES évités grâce à la production d’enrobés tiè<strong>de</strong>s - 7 000 13 000GES évités grâce au recyclage en place <strong>de</strong>s chaussées - 31 000 34 000GES évités sur les engins - 4 000 4 500Production d'enrobés "tiè<strong>de</strong>s" (3E ® , EcoMat, Asphalte BT, etc.)Tonnes 750 000 2 375 000 4 400 000 GRI EN5Énergie et santéMon<strong>de</strong>Iso 26000 6.4Part <strong>de</strong>s enrobés "tiè<strong>de</strong>s" (3E ® , EcoMat, Asphalte BT, etc.) dans la production totale d’enrobés Colas % - 6 12 Iso 26000 6.5Déchets Taux <strong>de</strong> récupération <strong>de</strong>s huiles usées Mon<strong>de</strong> % - 56 67GRI EN22, EN26Iso 26000 6.5(a) exclu pour <strong>de</strong>s raisons d’hétérogénéité <strong>de</strong>s référentiels <strong>de</strong> certification et <strong>de</strong> doctrine juridique(b) changement <strong>de</strong> périmètre(c) modifications <strong>de</strong> périmètre à l'international, conditions climatiques défavorables en France, coût énergétique spécifique d'un recyclage plus important <strong>de</strong>s enrobés, baisse <strong>de</strong> l'activité, erreurs <strong>de</strong> saisie dans certains territoires.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 99


1 er groupe privé <strong>de</strong>télévision en FranceLea<strong>de</strong>r sur le marché <strong>de</strong> la télévision gratuite, le groupe TF1 a pour vocation d’informeret <strong>de</strong> divertir. Présent dans la télévision payante, il s’est aussi diversifié sur le web,dans les droits audiovisuels, la production et les licences.Chiffres clésChiffre d’affaires 20112 620 M€(=)Marge opérationnelle courante10,8 %(+ 2 points)Résultat net part du Groupe183 M€(- 20 %)Collaborateurs4 122ObjectifChiffre d’affaires 20122 620 M€ (=)Faits marquants> 99 <strong>de</strong>s 100 meilleures audiences 1 <strong>de</strong>2011 obtenues par la chaîne TF1.> Meilleure audience 2011,toutes chaînes confondues :15,4 millions 1 <strong>de</strong> téléspectateurs<strong>de</strong>vant le match France-NouvelleZélan<strong>de</strong> <strong>de</strong> la Coupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong>rugby (23 octobre).> Regroupement <strong>de</strong> l’offre numériquemulti-écrans autour <strong>de</strong> MYTF1.> 17 millions d’entrées en salles en 2011pour le film Intouchables 2 .> Poursuite <strong>de</strong> l’action menée dansle cadre du label Diversité (AfnorCertification).(1) Médiamat 2011 <strong>de</strong> Médiamétrie(2) Écran Total au 4 janvier 2012<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 100La Coupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> rugbysur tous les écrans <strong>de</strong> TF1


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues TF1 ImmobilierCHIFFRE D’AFFAIRESen millions d’euros2 622 2 6202 6202010 2011 2012(objectif)RÉSULTAT NET*en millions d’euros22820101832011(*) part du GroupePART D'AUDIENCE* GROUPEIndividus 4 ans et plusTF1 TMC NT129,41,63,324,529,11,93,523,7RÉSULTAT OPÉRATIONNELCOURANT (en millions d’euros)Marge opérationnelle courante en %23020102838,8 % 10,8 %2011COÛT DE GRILLEen millions d’eurosÉvénements sportifs exceptionnels951782010906242011VIDÉOS GRATUITES VUESEN TÉLÉVISION DERATTRAPAGEEn millions, par mois3846Bilan résuméau 31 décembre(en millions d’euros) 2010 2011ACTIF• Immobilisations corporelleset incorporelles 333 373• Goodwill 884 874• Actifs financiers et impôts non courants 198 175ACTIF NON COURANT 1 415 1 422• Actifs courants 1 871 1 896• Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie 39 36• Instruments financiers* - -ACTIF COURANT 1 910 1 932TOTAL ACTIF 3 325 3 354PASSIF• Capitaux propres (part du Groupe) 1 539 1 575• Intérêts minoritaires 9 12CAPITAUX PROPRES 1 548 1 587• Dettes financières non courantes 16 18• Provisions non courantes 44 40• Autres passifs non courants 11 10PASSIF NON COURANT 71 68• Dettes financières courantes 4 4• Passifs courants 1 700 1 641• Concours bancaires courantset sol<strong>de</strong>s créditeurs <strong>de</strong> banque 2 54• Instruments financiers* - -PASSIF COURANT 1 706 1 699TOTAL PASSIF 3 325 3 354Trésorerie nette (<strong>de</strong>tte) 17 (40)(*) couverture <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes financières en juste valeurCompte <strong>de</strong> résultat résumé(en millions d’euros) 2010 2011CHIFFRE D’AFFAIRES 2 622 2 620• Dotations nettes aux amortissements (91) (78)• Dotations nettes aux provisionset dépréciations (14) (30)• Autres produits et charges courants (2 287) (2 229)RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT 230 283• Autres produits et charges opérationnels 83 -RÉSULTAT OPÉRATIONNEL 313 283• Coût <strong>de</strong> l'en<strong>de</strong>ttement financier net (18) 1• Autres produits et charges financiers (3) 5• Charge d'impôt (69) (89)• Quote-part du résultat net<strong>de</strong>s entités associées 6 (14)RÉSULTAT NET 229 186• Part <strong>de</strong>s intérêts minoritaires (1) (3)RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ(part du Groupe) 228 183Perspectives 2012La conjoncture économique <strong>de</strong>meuretoujours instable en 2012 et les incertitu<strong>de</strong>squi en découlent génèrent une volatilitéimportante dans les prises <strong>de</strong> décisions <strong>de</strong>sannonceurs.Dans ce contexte, TF1 a retenu pour 2012 unehypothèse <strong>de</strong> stabilité <strong>de</strong> son chiffre d’affairesconsolidé.Le groupe TF1 dispose néanmoins <strong>de</strong> soli<strong>de</strong>satouts. Il s'est transformé en profon<strong>de</strong>ur et setient prêt à relever <strong>de</strong> nouveaux défis.è Le groupe va poursuivre le développement<strong>de</strong> son offre multi-chaînes gratuite, aubénéfice <strong>de</strong>s téléspectateurs et <strong>de</strong>sannonceurs.Il pourra à ce titre compter sur <strong>de</strong>s régiespublicitaires mobilisées et innovantes.è Les ambitions <strong>de</strong> TF1 dans les nouveauxmédias pour 2012 restent fortes, et legroupe s’appuiera notamment sur unmodèle <strong>de</strong> développement soli<strong>de</strong> et éprouvédans le digital.è Le modèle économique <strong>de</strong> l’offre payantedu groupe a été sécurisé pour les troisans à venir, et la majorité <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong>diversification a été rationalisée.è La maîtrise <strong>de</strong>s coûts, en particulier ducoût <strong>de</strong> grille, reste une priorité et lasituation financière saine du groupeest un atout dans un environnementincertain.Enfin, le groupe TF1 continuera son actiond’entreprise citoyenne et responsable enmultipliant les initiatives en matière<strong>de</strong> lien social et <strong>de</strong> diversité.Denis Brogniart,animateur2010 20112010 2011(*) Médiamétrie <strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 101


À la faveur du développement d’internet et <strong>de</strong>s nouvellestechnologies, TF1 produit, développe et édite<strong>de</strong> nouveaux contenus et services complémentairesinteractifs à <strong>de</strong>stination d’internet, <strong>de</strong>s smartphoneset tablettes électroniques, <strong>de</strong> la télévision connectéeet <strong>de</strong> la presse gratuite.approche se traduit aussi par le développement<strong>de</strong> la relation entre le groupe TF1 et ses publicssur tous les canaux disponibles, notamment lesréseaux sociaux.Diversifier ses sources <strong>de</strong> revenusLE PROFIL DE TF1Première chaîne <strong>de</strong> télévision généraliste française,TF1 est aussi un groupe <strong>de</strong> communication intégréqui a développé, à la périphérie <strong>de</strong> son cœur <strong>de</strong>métier, <strong>de</strong>s activités sur <strong>de</strong>s segments porteurs. Legroupe TF1 a pour vocation d’informer et <strong>de</strong> divertir.Il est présent sur la télévision gratuite avec :> TF1, la chaîne <strong>de</strong> l’événement, lea<strong>de</strong>r en France ;> TMC, première chaîne <strong>de</strong> la TNT (télévision numériqueterrestre) et cinquième chaîne nationale, etNT1.Il est aussi présent dans le secteur <strong>de</strong> la télévisionpayante avec :> Eurosport, première plateforme paneuropéennedistribuée auprès <strong>de</strong> 129 millions <strong>de</strong> foyers ;> TV Breizh, première chaîne du câble et du satellite;> le pôle Découverte (Ushuaïa TV, Histoire, Stylía),chaînes d’affinités et références <strong>de</strong> l’offre multichaînesen France ;> LCI, chaîne d’analyse et <strong>de</strong> décryptage <strong>de</strong> l’information;> TF6 et Série Club, détenues à 50 % avec M6.Danse avec les stars saison 2Depuis 1987, date <strong>de</strong> sa privatisation et <strong>de</strong> l’entrée<strong>de</strong> Bouygues dans son capital, TF1 a créé <strong>de</strong> nouvellesactivités à forte valeur ajoutée à partir <strong>de</strong> sonmétier d’éditeur et <strong>de</strong> diffuseur <strong>de</strong> programmes.Aujourd’hui, les métiers du groupe TF1 couvrentl’ensemble <strong>de</strong> la chaîne <strong>de</strong> valeur audiovisuelle :> en amont :• la production audiovisuelle et cinématographique;• l’acquisition et le négoce <strong>de</strong> droits audiovisuels;• la distribution en salles ;> en aval :• la commercialisation d’écrans publicitaires ;• l’édition et la distribution <strong>de</strong> DVD et <strong>de</strong> CDmusicaux.TF1 a également créé une large palette <strong>de</strong> produitsdérivés <strong>de</strong> l’Antenne relatifs au télé-achat et aue-commerce, aux contenus vidéo disponibles enrattrapage et à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> (VOD), à l’exploitation<strong>de</strong> licences, aux spectacles musicaux ou aux jeux<strong>de</strong> société.StratégieDepuis 2007, TF1 a su adapter sa stratégie auxévolutions du marché <strong>de</strong> la télévision, du marchépublicitaire et aux changements règlementaires.Cette stratégie est fondée sur quatre axes :Développer son cœur <strong>de</strong> métierLe groupe TF1 dispose d’une offre sans équivalentsur le marché <strong>de</strong> la télévision gratuite en France,composée <strong>de</strong> la chaîne TF1, lea<strong>de</strong>r incontesté, et <strong>de</strong>TMC et NT1, chaînes <strong>de</strong> la TNT en forte croissance,acquises en 2010.Sa stratégie passe par une consolidation <strong>de</strong> sespositions sur ce marché compétitif en maintenantla puissance <strong>de</strong> la chaîne TF1 d’une part, et enpoursuivant le développement <strong>de</strong>s chaînes nouvellementacquises, d’autre part. Ce renforcement<strong>de</strong> l’offre gratuite est mis en œuvre au travers d’uneprogrammation <strong>de</strong> qualité et complémentaire entreles chaînes, en lien avec les engagements pris en2010 <strong>de</strong>vant les autorités compétentes.Adapter son offreaux usages numériquesLe groupe TF1 adapte <strong>de</strong>puis plusieurs années ladiffusion <strong>de</strong> ses contenus aux nouveaux mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong>consommation <strong>de</strong>s médias en développant sonoffre <strong>de</strong> télévision multi-écrans (téléviseur, internet,smartphones, tablette) en adéquation avec les nouveauxcomportements <strong>de</strong>s téléspectateurs. CetteAfin d’atténuer les conséquences <strong>de</strong>s cycles dumarché publicitaire dont il dépend majoritairement,le groupe TF1 développe différentes activités autour<strong>de</strong> son cœur <strong>de</strong> métier, comme les chaînes thématiquespayantes, les activités <strong>de</strong> vente à distance,les jeux <strong>de</strong> société, la musique ou encore les ventes<strong>de</strong> vidéos en ligne (VOD) ou physiques (DVD).Se développer durablement etsatisfaire ses parties prenantesTF1 intègre la responsabilité sociétale <strong>de</strong> l’entreprise(RSE) à ses orientations stratégiques et està l’écoute <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong> ses parties prenantes.Proactif, il est à l’origine d’initiatives pertinentes dansson secteur. Sa politique RSE engage désormaischaque direction en fonction <strong>de</strong>s enjeux qui laconcernent. Cette dynamique s’appuie sur les axesqui sont présentés à la rubrique "Politique <strong>de</strong> RSE ".Des atouts sur un marchéconcurrentielFort <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 4 100 collaborateurs, le groupeTF1 perçoit 57 % <strong>de</strong> ses revenus <strong>de</strong> la publicitédiffusée sur la chaîne TF1 et réalise 85 % <strong>de</strong> sonchiffre d'affaires consolidé en France. Il évoluedonc majoritairement en France sur le marché <strong>de</strong> latélévision en clair où il existe aujourd'hui 19 chaînesgratuites, disponibles auprès <strong>de</strong> 99,8 % <strong>de</strong> la populationfrançaise.La chaîne TF1 se trouve en concurrence avec leschaînes <strong>de</strong> télévision publique (France 2, France 3,Un glossaire figure au chapitre "Informations complémentaires" du présent document.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 102


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersTF1France 4, France 5, France Ô), ainsi qu’avec <strong>de</strong>sgroupes privés tels que M6, Canal+, Bolloré etNRJ. Ces chaînes exercent une pression concurrentielleforte.Le groupe TF1, avec ses chaînes TF1, TMC et NT1reste toutefois l’acteur privé le plus puissant avec29,1 % <strong>de</strong> part d’audience 1 au 31 décembre 2011,sur les "individus <strong>de</strong> 4 ans et plus", contre 14,2 %pour son principal concurrent privé, grâce à uneprogrammation populaire et diversifiée. En 2011,cette part d’audience est stable par rapport à 2010.L’offre <strong>de</strong> télévision payante s’est développée parl’intermédiaire <strong>de</strong>s offres câble, satellite et ADSL. Legroupe TF1 est présent sur ce secteur grâce à <strong>de</strong>smarques puissantes comme TV Breizh ou Eurosport.Plus largement, il est en concurrence avec lesautres médias que sont la presse, la radio, internet,l’affichage et le cinéma. La télévision est toutefoisle média le plus investi en termes publicitaires et lachaîne TF1 est le seul média <strong>de</strong> masse à toucherquotidiennement près <strong>de</strong> 30 millions d’individus.TF1 est attentif et innovateur dans le digital et surveille<strong>de</strong> près l’arrivée potentielle sur le marché <strong>de</strong>la télévision <strong>de</strong>s grands acteurs d’internet. Il travailleauprès <strong>de</strong>s autorités françaises et européennes pourque l’environnement règlementaire puisse évoluerface à ces nouvelles tendances <strong>de</strong> marché.Le groupe TF1 a développé différentes activités afind’augmenter ses revenus et est aujourd’hui présentdans les secteurs <strong>de</strong>s droits audiovisuels, <strong>de</strong> lavente à distance, <strong>de</strong>s jeux <strong>de</strong> société et <strong>de</strong> la diffusion<strong>de</strong> vidéos physiques ou via internet (télévision<strong>de</strong> rattrapage, VOD, etc.).2011 : TF1 CONSOLIDESON LEADERSHIPLea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la télévision en France, la chaîne TF1réalise, toutes chaînes confondues, 99 <strong>de</strong>s 100meilleures audiences <strong>de</strong> 2011 1 . Elle atteint 23,7 %<strong>de</strong> part d’audience sur les "individus <strong>de</strong> 4 ans etplus" et 26,7 % sur les "femmes <strong>de</strong> moins <strong>de</strong> 50 ans,responsables <strong>de</strong>s achats". En 2011, TMC confirme,pour la <strong>de</strong>uxième année consécutive, son statut <strong>de</strong>cinquième chaîne nationale gratuite et NT1 enregistre<strong>de</strong> fortes hausses <strong>de</strong> part d’audience sur lescibles publicitaires. Ces <strong>de</strong>ux chaînes ont permis àTF1 <strong>de</strong> relever <strong>de</strong>ux défis : consoli<strong>de</strong>r sa positionsur son cœur <strong>de</strong> métier, la télévision gratuite, ets’inscrire dans l’ère numérique.Dans le domaine du digital, TF1 renforce sa positionsur tous les écrans (internet, mobile, tablette ettélévision connectée) en regroupant son offre numériqueautour d’une marque fédératrice, MYTF1. Avecplus <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux millions 2<strong>de</strong> téléchargements<strong>de</strong> l’application mobileMYTF1 et 547 millions 3 <strong>de</strong>vidéos gratuites vues entélévision <strong>de</strong> rattrapage,TF1 démontre la puissance <strong>de</strong> son offre gratuite,transverse et complémentaire sur chaque média.En 2011, les autres activités <strong>de</strong> diversification,rationalisées, sont <strong>de</strong>s relais <strong>de</strong> croissance soli<strong>de</strong>sau sein d’un groupe réorganisé.Dans le cadre <strong>de</strong> son action d’entreprise citoyenneet responsable (voir la rubrique "Politique RSE"), TF1se classe dans le "Top 10" 4 <strong>de</strong>s entreprises européennesles plus vertueuses en matière <strong>de</strong> diversité.(1) Médiamat 2011 <strong>de</strong> Médiamétrie (2) Données iTunes (3) eStat Streaming TV (4) étu<strong>de</strong> Vigeo, septembre 2011 - Source : Les ÉchosChiffres clésUn chiffre d’affaires consolidé stableLe groupe TF1 résiste en 2011 à une pressionconcurrentielle très forte dans un contexte économiquedifficile, plus particulièrement au secondsemestre. Ainsi, le chiffre d’affaires 2011 s’établit à2 620 millions d’euros stable par rapport à 2010.À périmètre constant, le chiffre d’affaires recule<strong>de</strong> 2 %.Les recettes publicitaires <strong>de</strong> la chaîne TF1 atteignent1 504 millions d’euros, en recul <strong>de</strong> 3 %. Le chiffred’affaires <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> diversification s’élève à1 116 millions d’euros, en hausse <strong>de</strong> 4 %.Le chiffre d’affaires publicitaire <strong>de</strong> l’ensemble dugroupe TF1 s’établit à 1 822 millions d’euros, enamélioration <strong>de</strong> 2 %, grâce à la contribution <strong>de</strong>srecettes <strong>de</strong>s chaînes TMC et NT1, la progression<strong>de</strong>s activités internet et l’intégration <strong>de</strong> Metro Franceà partir du 28 juillet 2011.La répartition géographique du chiffre d’affaires dugroupe TF1 est la suivante : 85 % pour la France,13 % pour l’Europe (hors France) et 2 % pour lesautres pays.Poursuite <strong>de</strong> la maîtrise <strong>de</strong>s coûtsEn 2011, TF1 a poursuivi son travail d’optimisation<strong>de</strong>s coûts. Ainsi, sur l’ensemble <strong>de</strong> l’année 2011, lecoût <strong>de</strong> la grille <strong>de</strong> la chaîne TF1, incluant les événementssportifs exceptionnels, s’élève à 906 millionsd’euros contre 951 millions d’euros un an plus tôt,soit une amélioration <strong>de</strong> 45 millions d’euros (5 %),qui s’explique par la diffusion, cette année, <strong>de</strong> laCoupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> rugby, moins onéreuse quecelle <strong>de</strong> la Coupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> la Fifa 2010.La réduction <strong>de</strong>s autres charges (notamment baisse<strong>de</strong>s coûts <strong>de</strong> diffusion, renégociation <strong>de</strong>s contratsfournisseurs, hors droits et arrêt d’activités) s’élèveà 13 millions d’euros.Une rentabilité en hausseEn 2011, le résultat opérationnel courant s’établit à283 millions d’euros contre 230 millions d’euros en2010. Le taux <strong>de</strong> marge opérationnelle couranteressort ainsi à 10,8 % contre 8,8 % un an plus tôt.En 2010, en complément d’un produit <strong>de</strong> 96 millionsd’euros résultant <strong>de</strong> la réévaluation <strong>de</strong>s quotes-partsantérieurement détenues dans TMC et NT1 sur labase d’une juste valeur <strong>de</strong>s sociétés, le résultat opérationnelétait impacté par une charge <strong>de</strong> 13 millionsd’euros, liée notamment à la dépréciation <strong>de</strong> goodwillsur les activités SPS et 1001 Listes. Le résultatopérationnel 2011 s’établit donc à 283 millionsd’euros contre 313 millions d’euros un an plus tôt.Le coût <strong>de</strong> l’en<strong>de</strong>ttement financier net est un produit<strong>de</strong> 1 million d’euros en 2011 (contre un coût <strong>de</strong>18 millions d’euros en 2010), le groupe TF1 ayantremboursé son emprunt obligataire fin 2010. Lacharge d’impôt est en hausse <strong>de</strong> 20 millions d’eurosen 2011. La quote-part du résultat net <strong>de</strong>s entitésassociées est en baisse <strong>de</strong> 20 millions d’euros parrapport à 2010, les résultats <strong>de</strong> Groupe AB n’étantplus comptabilisés dans cette ligne et TF1 ayant, au30 juin 2011, constaté une provision pour dépréciationsur les titres <strong>de</strong> Metro France.Le résultat net part du Groupe <strong>de</strong> TF1 en 2011 est<strong>de</strong> 183 millions d’euros contre 228 millions d’eurosen 2010. Hors éléments non courants <strong>de</strong> 2010, ilserait en croissance <strong>de</strong> 25 %.Une structure financière soli<strong>de</strong>Le 22 juillet 2011, Standard & Poor’s a revu la notationdu groupe TF1 <strong>de</strong> BBB / Perspective positive àBBB+ / Perspective stable, reflétant une structurefinancière saine.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 103


Au 31 décembre 2011, le total <strong>de</strong>s capitaux pro -pres part du Groupe atteint 1 575 millions d’eurospour un total bilan <strong>de</strong> 3 354 millions d’euros.L’en<strong>de</strong>ttement financier net s’établit à 40 millionsd’euros, à comparer à une trésorerie nette <strong>de</strong>17 millions d’euros à fin 2010.Une offre <strong>de</strong> télévisionsans équivalent(source : Médiamat <strong>de</strong> Médiamétrie)En 2011, l’augmentation du nombre d’acteurs et lafin du passage <strong>de</strong> la diffusion hertzienne analogiqueà numérique qui élargit l’offre <strong>de</strong> télévision gratuiteauprès <strong>de</strong>s foyers français ont modifié le paysageconcurrentiel. TF1 confirme toutefois son lea<strong>de</strong>rshipavec 23,7 % <strong>de</strong> part d'audience sur la cible "individusâgés <strong>de</strong> 4 ans et plus" et avec 26,7 % sur lacible "femmes <strong>de</strong> moins <strong>de</strong> 50 ans, responsables<strong>de</strong>s achats".TF1 réalise aussi 99 <strong>de</strong>s 100 meilleures audiences2011 à la télévision, sur tous les genres <strong>de</strong> programmes,fidèle à sa vocation <strong>de</strong> chaîne familialeet généraliste. TF1 détient le record d’audience2011 avec la finale France - Nouvelle-Zélan<strong>de</strong> <strong>de</strong>la Coupe du mon<strong>de</strong> <strong>de</strong> rugby qui a rassemblé15,4 millions <strong>de</strong> téléspectateurs.La part d’audience <strong>de</strong> TMC sur l’année 2011 atteint3,5 % sur la cible <strong>de</strong>s "individus âgés <strong>de</strong> 4 ans etplus", contre 3,3 % un an plus tôt. À ce titre, TMCreste la première chaîne <strong>de</strong> la TNT pour la cinquièmeannée consécutive et la cinquième chaîne nationale.NT1 continue son développement à 1,9 % <strong>de</strong> part<strong>de</strong> marché sur la cible <strong>de</strong>s "individus âgés <strong>de</strong> 4 anset plus" contre 1,6 % en 2010.Le marché publicitaire brut, toutes chaînes <strong>de</strong> télévisionsconfondues (chaînes historiques, chaînes <strong>de</strong>la TNT et chaînes du câble et du satellite), est enprogression <strong>de</strong> 7 % en 2011 à 9 milliards d’euros,soutenu par la forte croissance <strong>de</strong>s revenus sur laTNT, faisant ainsi <strong>de</strong> la télévision le premier médiainvesti en France (source : Kantar Média).Les recettes brutes <strong>de</strong> la chaîne TF1 baissent quantà elles <strong>de</strong> 2 % sur un an. Sa part <strong>de</strong> marché s’établità 37 % sur l’ensemble <strong>de</strong>s chaînes du paysageaudiovisuel.Le chiffre d’affaires net <strong>de</strong> la chaîne TF1 baisse <strong>de</strong>3 % sur un an à 1 504 millions d’euros. Cette baisses’explique principalement par la dégradation <strong>de</strong>l’environnement économique ayant entraîné unebaisse <strong>de</strong>s volumes <strong>de</strong> publicité diffusée pour leschaînes historiques.En 2011, les chaînes thématiques France (gratuiteset payantes) ont généré un chiffre d’affaires<strong>de</strong> 309 millions d’euros, en croissance <strong>de</strong> 22 %,notamment du fait <strong>de</strong> la consolidation à 100 % <strong>de</strong>TMC et <strong>de</strong> NT1 à compter du 1 er juillet 2010, <strong>de</strong> lacroissance <strong>de</strong> leurs recettes publicitaires, et aussigrâce aux performances <strong>de</strong> LCI et TV Breizh. Lacroissance <strong>de</strong>s recettes publicitaires est <strong>de</strong> 55 millionsd’euros à 185 millions d’euros. Le résultatopérationnel courant du pôle est en progression <strong>de</strong>11 millions d’euros à 39 millions d’euros.Par ailleurs, le groupe TF1 a sécurisé la distribution<strong>de</strong> son offre payante en concluant <strong>de</strong>s accords<strong>de</strong> distribution non-exclusifs avec les principauxopérateurs câble, satellite et ADSL français. Cesaccords démontrent l’attractivité <strong>de</strong> son offrepayante et consoli<strong>de</strong>nt son modèle économique,avec <strong>de</strong>s recettes <strong>de</strong> distribution sécurisées d’unepart, et une augmentation du bassin d’audience <strong>de</strong>schaînes d’autre part.À l’international, la chaîne Eurosport est reçue par129 millions <strong>de</strong> foyers à fin 2011. Présente dans59 pays et diffusée sur l’ensemble <strong>de</strong>s plateformes<strong>de</strong> distribution payantes en Europe, elle se déclineen vingt versions linguistiques.Le groupe Eurosport compte 88,9 millions d'abonnéspayants au 31 décembre 2011, soit une progression<strong>de</strong> 8 % en un an, dont près <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux tierssont <strong>de</strong> nouveaux clients acquis en Europe centraleet <strong>de</strong> l'Est. Ce développement est notamment soutenupar la diffusion d’événements sportifs ciblés etrecherchés, et par la haute définition.Le chiffre d’affaires d’Eurosport International progresse<strong>de</strong> 1 % à 368 millions d’euros, soutenu parle développement à l’international et la hausse <strong>de</strong>srecettes d’abonnement. Le résultat opérationnel au31 décembre 2011 est <strong>de</strong> 65 millions d’euros, enprogression <strong>de</strong> 9 %, soit un taux <strong>de</strong> marge opérationnelle<strong>de</strong> 18 %.Fin 2011, le film Intouchablesavait été vu par 17 millions <strong>de</strong>spectateurs en FranceDes diversificationsrationnalisées etdynamiquesLes activités <strong>de</strong> diversification du groupe TF1 ontbénéficié d’une bonne dynamique commerciale en2011. Le groupe a poursuivi en parallèle les efforts<strong>de</strong> rationalisation entrepris <strong>de</strong>puis plusieurs années,avec pour effet d’en augmenter la rentabilité.TF1 Entreprises, qui regroupe diverses activitéstelles que les jeux, la musique, les licences ouencore les spectacles vivants, a augmenté sonchiffre d’affaires <strong>de</strong> 13 % en 2011, et a dégagé unrésultat opérationnel courant <strong>de</strong> 6 millions d’euros(multiplié par <strong>de</strong>ux par rapport à 2010). Le taux <strong>de</strong>marge opérationnelle courante est <strong>de</strong> 12 %.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 104


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersTF1L’offre digitale <strong>de</strong> TF1 s’est étoffée en 2011 : legroupe conserve ainsi sa place <strong>de</strong> lea<strong>de</strong>r entant que premier groupe télévision du web avec547 millions <strong>de</strong> vidéos gratuites vues en télévision<strong>de</strong> rattrapage (source : eStat Streaming TV). Leportail MYTF1 a poursuivi sa montée en puissance :il est désormais disponible sur toutes les box <strong>de</strong>sopérateurs télécoms.À la faveur <strong>de</strong> cette dynamique, le chiffre d’affaires<strong>de</strong> e-TF1 progresse <strong>de</strong> 9 % à 85 millions d’eurosen 2011 et le résultat opérationnel courant a étémultiplié par 3,7 par rapport à 2010 pour atteindre9 millions d’euros.La contribution du groupe Téléshopping au chiffred’affaires consolidé 2011 est en baisse <strong>de</strong> 1 %à 100 millions d’euros. Le succès <strong>de</strong> Place <strong>de</strong>sTendances, site <strong>de</strong> e-commerce, compense enpartie la baisse <strong>de</strong> revenus liée à un nombre <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s en hausse mais à une valeur moyenneplus faible. Le résultat opérationnel courant s’établità 3 millions d’euros, contre 4 millions en 2010.Le pôle Production réalise une très belle année2011, tirée par le succès <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> TF1Production et <strong>de</strong>s sorties en salles <strong>de</strong> TF1 FilmsProduction. Le film Intouchables culmine notammentà 17 millions d’entrées à fin 2011 (source : ÉcranTotal). La contribution du pôle au chiffre d’affairesdu groupe TF1 s’élève à 26 millions d’euros, enhausse <strong>de</strong> 10 millions d’euros, pour un résultatopérationnel <strong>de</strong> 4 millions d’euros, en hausse <strong>de</strong>6 millions d’euros.Les activités Droits audiovisuels ont connu uneannée 2011 plus difficile, tant en termes d’activitéque <strong>de</strong> rentabilité. Le chiffre d’affaires recule <strong>de</strong>27 millions d’euros à 116 millions d’euros pour uneperte opérationnelle <strong>de</strong> 40 millions, notamment enraison du reclassement dans ce pôle <strong>de</strong> l’intégralitéd'une la charge relative à un litige.Enfin, le groupe TF1 est monté à 100 % dans lecapital <strong>de</strong> Metro France le 28 juillet 2011.POLITIQUE DE RSEL'organisationLa démarche <strong>de</strong> RSE (Responsabilité sociétale <strong>de</strong>sentreprises) est pilotée par Gilles Maugars, directeurgénéral adjoint du groupe TF1. Une coordinatriceassure à plein temps la dynamisation <strong>de</strong>s actionset le reporting. Chaque entité développe sa proprefeuille <strong>de</strong> route <strong>de</strong> façon à placer le développementdurable au cœur <strong>de</strong> son métier. Trois comités transversauxthématiques ont été créés : Achats responsables,Diversité et Solidarité. Les personnes relais<strong>de</strong>s entités du groupe, les membres <strong>de</strong>s comitéset les services <strong>de</strong> communication se réunissent encomité RSE pour un examen croisé <strong>de</strong>s actions et<strong>de</strong>s indicateurs.Enfin, l’ordre du jour du conseil d’administrationcomprend désormais un point sur les actions RSE.La reconnaissance <strong>de</strong> laperformance éthique etresponsableSa performance éthique et responsable étantreconnue par plusieurs agences <strong>de</strong> notationextra-financière, TF1 fait partie <strong>de</strong> quatre indices<strong>de</strong> développement durable : DJSI (World In<strong>de</strong>x etEurope In<strong>de</strong>x), Aspi Eurozone ® , FTSE4Good EuropeIn<strong>de</strong>x et Ethibel Europe.Vigeo 1 place quatre entreprises françaises, dontTF1, dans le "Top 10" <strong>de</strong>s entreprises européennesles plus vertueuses en matière <strong>de</strong> diversité. Réaliséepour le Bureau international du travail (BIT), cetteétu<strong>de</strong> portant sur la non-discrimination et l'égalité<strong>de</strong>s chances au travail a analysé les performances<strong>de</strong> 539 sociétés <strong>de</strong> l'Euro Stoxx 600.TF1 a reçu en 2011 le Prix <strong>de</strong> la transparence(secteur "services aux consommateurs") et le Prixdu document <strong>de</strong> référence décernés par l’agenceLabrador. Ces prix récompensent les meilleures pratiques<strong>de</strong>s émetteurs <strong>de</strong> la place boursière françaiseen matière d’information financière réglementéeet <strong>de</strong> communication financière (voir aussi le sitewww.groupe-tf1.fr).La dynamique engagée par TF1 en matière <strong>de</strong>politique RSE se décline en quatre axes.Axe 1 : éthique ettransparenceL’environnement règlementaireTF1 s’est engagé envers la collectivité à respectersur son antenne <strong>de</strong>s principes éthiques et déontologiquesdécrits dans la convention signée avec leCSA. Respect du droit <strong>de</strong>s personnes, protection<strong>de</strong>s mineurs, quotas publicitaires, publicité clan<strong>de</strong>stine,obligations <strong>de</strong> contribution à la productionfrançaise et européenne, etc. La direction <strong>de</strong> laConformité et la direction juridique veillent à ce queles contenus <strong>de</strong>s antennes TF1, TMC et NT1 soienten adéquation avec cette réglementation.La convention <strong>de</strong> TF1 est disponible sur le sitedu CSA 2 .La publicité est régie dans le cadre <strong>de</strong> la co-régulationmise en place par l’Autorité <strong>de</strong> régulationprofessionnelle <strong>de</strong> la publicité 3 .Chartes et principesTF1, signataire du Pacte mondial, adhère auxvaleurs définies par le groupe Bouygues et s’appuienotamment sur les co<strong>de</strong>s d’éthique, <strong>de</strong>s relationsfournisseurs et sur la charte <strong>de</strong>s ressourceshumaines du groupe Bouygues.La direction <strong>de</strong>s achats <strong>de</strong> TF1 a développé un co<strong>de</strong>d’éthique qui repose sur les axes suivants : respect<strong>de</strong>s fournisseurs et partenariat, efficacité et sécuritédu processus achats, indépendance et déontologie<strong>de</strong>s acheteurs. Cette approche est complétée parune politique d’achats responsables.TF1 a également mis à la disposition <strong>de</strong>s collaborateursla charte Ethic’net qui concerne l’usage <strong>de</strong>soutils multimédias <strong>de</strong> l’entreprise.Évolution du reporting extra-financierLe reporting extra-financier est désormais présentédans le document <strong>de</strong> référence <strong>de</strong> TF1. Sonexhaustivité et la rigueur accrue dans la collecte <strong>de</strong>sindicateurs traduisent la volonté <strong>de</strong> le rapprocher durapport financier en vue d’un reporting intégré. Cereporting, qui prend en compte les nouveaux référentielsinternationaux (Iso 26000 et GRI), permetd’anticiper les exigences réglementaires françaiseset <strong>de</strong> répondre aux questions spécifiques au secteur"média" <strong>de</strong>mandées par les agences <strong>de</strong> notation.TF1 et la GRI "Média"La Global Reporting Initiative (GRI) est un cadreinternational proposé aux entreprises pour rendrecompte <strong>de</strong> leurs politiques <strong>de</strong> responsabilitésociétale (RSE). Un supplément sectoriel dédiéaux médias est en cours d'élaboration. TF1, lea<strong>de</strong>rdans ce domaine, a participé à son élaboration avecd'autres médias français. Ce travail doit permettreplus d'objectivité et plus <strong>de</strong> comparabilité dans unsecteur où la RSE est en cours <strong>de</strong> développement.Un groupe <strong>de</strong> réflexion a notamment été constituésous l’égi<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’Orse.Orse : Observatoire sur la responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises(1) Vigeo : expert européen <strong>de</strong> l’analyse, <strong>de</strong> la notation et <strong>de</strong> l’audit-conseil <strong>de</strong>s organisations, s’agissant <strong>de</strong> leurs démarches, pratiques et résultats liés aux enjeux environnementaux, sociaux et <strong>de</strong> gouvernance "ESG" - Source : Les Échos (2) http://www.csa.fr/infos/textes/textes_<strong>de</strong>tail.php?id=8169(3) http://www.arpp-pub.org/<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 105


La valorisation <strong>de</strong>s espaces Antenne, <strong>de</strong>s donseffectués à l’occasion d’émissions <strong>de</strong> jeux, <strong>de</strong>sespaces publicitaires accordés aux campagnes et<strong>de</strong>s dons directs aux associations s'élève à 21 millionsd'euros pour 2011.<strong>de</strong> professionnalisation, assortie <strong>de</strong> formation et <strong>de</strong>tutorat individuel. Chacun d'entre eux est parrainépar un collaborateur. Depuis sa création en 2008,40 jeunes ont été recrutés par la Fondation.Axe 2 : dialogue et sociétéRelations avec le publicLa proximité avec les publics et leur écoute sontconstitutifs <strong>de</strong> l'activité RSE <strong>de</strong> TF1. Chaque publicdoit pouvoir engager une discussion par le moyen<strong>de</strong> son choix avec le groupe, sur les sujets les plusvariés.Le service Relations aux publics est une équipeau service <strong>de</strong> la relation directe avec les publics <strong>de</strong>santennes et <strong>de</strong>s sites du groupe TF1, accessible viaTF1News.fr, Twitter, mais aussi par téléphone ou parcourrier. La charte Qualité du service impose <strong>de</strong>répondre à 100 % <strong>de</strong>s <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s sous 48 heures.La médiatrice <strong>de</strong> l’information reçoit les avis,<strong>de</strong>man<strong>de</strong>s d’explications et plaintes du publicconcernant les émissions ou la façon dont l’informationa été traitée ou écartée. La médiatrice répondsur sa page web, sur son compte Twitter ou <strong>de</strong>manière individuelle, et motive les choix éditoriaux.Elle fait également part aux équipes concernées<strong>de</strong>s remarques récurrentes.Les rencontres entre TF1 et son public : une foispar mois, <strong>de</strong>s personnalités <strong>de</strong> la chaîne et <strong>de</strong>sRSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprisescollaborateurs se déplacent dans une ville françaisepour rencontrer le public et participer à <strong>de</strong>s débatsorganisés avec le concours <strong>de</strong>s collectivités locales,<strong>de</strong>s établissements d'enseignement et <strong>de</strong> la presserégionale. Des visites <strong>de</strong>s studios sont égalementproposées. En 2011, une trentaine d’événementsont été organisés.Semaine pour l’emploiLa direction <strong>de</strong> l'Information du groupe TF1 a mobiliséà nouveau TF1, LCI, TF1News et Metro, en mai etnovembre 2011, pour mettre l’accent sur la question<strong>de</strong> l’emploi. Des reportages et <strong>de</strong>s enquêtes ontété consacrés à cette thématique dans tous lesjournaux <strong>de</strong> la rédaction, en s’attachant à présenter<strong>de</strong>s cas concrets, <strong>de</strong>s initiatives emblématiqueset <strong>de</strong>s fiches techniques. Les éditions 2011 onttraité en particulier <strong>de</strong> l'emploi <strong>de</strong>s seniors et <strong>de</strong>sfemmes. Depuis la première opération en 2009,près <strong>de</strong> 12 000 contrats ont été signés grâce à cetteopération, dont 60 % <strong>de</strong> CDI.SolidaritéLa rédaction mobiliséeTF1 offre aux associations à la fois une ai<strong>de</strong>directe et une visibilité <strong>de</strong> leurs actions à l'antenne.Le Comité Solidarité <strong>de</strong> TF1 répond par ailleurs aux<strong>de</strong>man<strong>de</strong>s du mon<strong>de</strong> associatif.Fondation d’entrepriseCentrée sur la diversité et l'insertion professionnelle,la Fondation d’entreprise recrute chaque année, surconcours, <strong>de</strong>s jeunes <strong>de</strong> 18 à 30 ans habitant dansles quartiers sensibles. Les candidats sélectionnéspar un jury <strong>de</strong> professionnels se voient proposer uneinsertion <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux ans dans le groupe TF1 en contratPour aller plus loinwww.groupe-tf1.frÀ propos <strong>de</strong> la Fondation• www.fondationtf1.frTémoignageBruce Roch, prési<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> l'AFMD*"J'ai pu observer au fildu temps un engagement<strong>de</strong> TF1 en matière <strong>de</strong>diversité très soli<strong>de</strong>, mûret sincère.Le groupe sait utiliserla force <strong>de</strong>s messageset les met en œuvreavec conviction aucœur <strong>de</strong> ses activités.Son prési<strong>de</strong>nt-directeurgénéral, Nonce Paolini,est fidèle à la diversité,tout comme son équipe,avec l'humilité <strong>de</strong> ceuxqui défen<strong>de</strong>nt sans failleles thématiques soustendues: l'égalité femmehomme,les minoritésvisibles, le handicap,toutes les classes d'âge,l'orientation sexuelle, etc.Le sujet est naturel, sanstabou, et cela renforcela volonté <strong>de</strong> chacun <strong>de</strong>le porter au quotidiendans l'entreprise, avec,en bonus, l'obtention <strong>de</strong>l'exigeant label Diversitédécerné par l'État.Axe 3 : talents et cadresocialL’entreprise s’engage à maintenir un cadre social <strong>de</strong>qualité en favorisant le bien-être, la sécurité et l’épanouissementprofessionnel <strong>de</strong>s collaborateurs. Elleencourage la participation à <strong>de</strong>s actions solidaires.Diversité : <strong>de</strong> la charte au labelEn matière <strong>de</strong> promotion <strong>de</strong> la diversité, l’ambitiondu groupe TF1 est double : en tant que premiermédia audiovisuel français, il s’attache à refléter ladiversité <strong>de</strong> la société française à l’antenne et dansl’ensemble <strong>de</strong> ses contenus. En tant qu’entreprise, legroupe TF1 est convaincu que <strong>de</strong>s équipes riches<strong>de</strong> leurs différences sont particulièrement créativeset performantes.En espérant que TF1inspire beaucoup d'autresorganisations !"(*) Association française <strong>de</strong>smanagers <strong>de</strong> la diversité<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 106


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersTF1Il entend promouvoir <strong>de</strong>s relations ouvertes et respectueusesentre les collaborateurs, et rejette touteidée ou pratique <strong>de</strong> discrimination. Afin <strong>de</strong> marquerson engagement d’ouverture à tous les publics,le groupe TF1 a signé la Charte <strong>de</strong> la diversité le11 janvier 2010 avant <strong>de</strong> se porter candidat aulabel Diversité, obtenu en décembre 2010. À traverscette démarche intitulée "De la Charte au label", il achoisi une approche volontariste pour déployer sapolitique <strong>de</strong> diversité.Université <strong>de</strong> l’InnovationL’Université <strong>de</strong> l’Innovation, <strong>de</strong>stinée aux collaborateurs,est conçue pour répondre à leur intérêt pourles évolutions technologiques, les sensibiliser auxnouveaux enjeux numériques et les fédérer autour<strong>de</strong> la stratégie du groupe TF1.Des conférences et ateliers créatifs ont été proposésavec le concours d’experts <strong>de</strong> TF1, <strong>de</strong> BouyguesTelecom et <strong>de</strong> partenaires externes. L’événementest fondé sur le partage <strong>de</strong> connaissances, le retourd’expérience et la rencontre entre collaborateurs.Axe 4 : production etdiffusion responsableAccessibilité <strong>de</strong>s programmes,sous-titrage et audio-<strong>de</strong>scriptionTF1 se doit d’assurer l’accessibilité <strong>de</strong>s programmesà tous, notamment aux personnes atteintes d’unedéficience auditive. La chaîne sous-titre désormais100 % <strong>de</strong> ses programmes, y compris sur les plages<strong>de</strong> direct comme l’information. Les chaînes thématiquesvont au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> leurs obligations légales.Le handicap visuel, dont sont atteints un million <strong>de</strong>Français, est pris en compte en proposant un programmepar mois en audio-<strong>de</strong>scription, techniquepermettant <strong>de</strong> "voir" un film grâce à une <strong>de</strong>scriptionsonore <strong>de</strong> l’action et <strong>de</strong> l’environnement mise aupoint par l’association Valentin Haüy. TF1 a pris <strong>de</strong>sengagements pour diffuser 52 programmes audiodécritsen 2013, dont 20 inédits.Protection du jeune public 1Depuis 2002, les chaînes <strong>de</strong> télévision hertzienneont l’obligation d’apposer une signalétique surl’ensemble <strong>de</strong>s programmes hors publicité, dèslors qu’ils ne sont pas recommandés pour tous lespublics. La signalétique délivre <strong>de</strong>s recommandationspratiques en termes d’âge pour chacune <strong>de</strong>scinq catégories existantes (tous publics, -10, -12,-16). La chaîne TF1 ne diffuse pas <strong>de</strong> programmesclassifiés -18.TFou.fr, site jeunesse du groupe TF1, est composé<strong>de</strong> trois sites distincts selon l'âge <strong>de</strong>s internautes.Tous les espaces <strong>de</strong> TFou.fr font l’objet d’une attentiontoute particulière en matière <strong>de</strong> sécurité. Unecharte parentale, établie en partenariat avec l'ONGAction Innocence, avertit et informe les parents surles attitu<strong>de</strong>s responsables à suivre.TFou est également partenaire <strong>de</strong>s plus importantesassociations impliquées dans la sécuritésur internet.Pour aller plus loinwww.groupe-tf1.frLa protection <strong>de</strong> l’enfance sur le web• L'engagement <strong>de</strong> TFou :http://tfousengage.tfou.fr/• Action innocence :www.actioninnocence.org• e-enfance :www.e-enfance.org• Internet Sans Crainte :www.internetsanscrainte.frTémoignageFrançois Perillat, directeur <strong>de</strong> production<strong>de</strong> la série R.I.S pour TF1 Production"Dans notre métier,l'éphémère est la règle.C'est ce qui fait pourpartie sa magie.Pour une seule scène <strong>de</strong>R.I.S, nous pouvons, parexemple, transporter etmaquiller <strong>de</strong>ux autobus,et utiliser <strong>de</strong> gran<strong>de</strong>squantités <strong>de</strong> bois et <strong>de</strong>peinture. On peut faireSensibilisation du publicà l’environnementDepuis 2009, la direction <strong>de</strong> l'Informationa mis à l'antenne Eco2climat,indicateur carbone <strong>de</strong> la consommation<strong>de</strong>s Français mesuré parle cabinet Carbone 4. Présenté mensuellementdans le journal télévisé <strong>de</strong> 20 heures,il a vocation à accompagner le public dans unedynamique <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong> gaz àeffet <strong>de</strong> serre. Cet indicateur, première européenne,permet à TF1 <strong>de</strong> renforcer la qualité et la cohérence<strong>de</strong> son information sur le développement durable.La chaîne UshuaïaUshuaïa TV est la seule chaîne française entièrementconsacrée au développement durable. Parmiles productions dédiées <strong>de</strong> la chaîne figurentPassage au vert qui présente l’écologie comme uneformidable opportunité, Bougez vert, agenda dudéveloppement durable, et Green Trip, magazine<strong>de</strong> l’éco-tourisme.mieux d'un point <strong>de</strong> vueenvironnemental, moinsjeter ou recycler.La démarche Ecoprodnous permet <strong>de</strong> faire notremétier aussi bien, avecautant <strong>de</strong> passion, maisplus en phase avec nosconsciences citoyennes.À TF1 Production, noussommes partants !".Des productions plus écologiquesavec EcoprodT F 1 e s t p a r t e n a i re d e l adémarche Ecoprod qui vise àsensibiliser la filière audiovisuelleà son empreinte environnementale.En 2010, le collectif a développé et misen ligne Carbon’Clap ® , calculateur <strong>de</strong> type BilanCarbone ® , adapté au secteur <strong>de</strong> l’audiovisuel. En2011, le groupe TF1 a mis en œuvre les principesd’Ecoprod dans les productions internes <strong>de</strong> lachaîne.Pour aller plus loinwww.groupe-tf1.frLa démarche Ecoprod• www.ecoprod.com(1) Engagements relatifs à la protection <strong>de</strong> l’enfance appliqués par TF1 : http://www.csa.fr/infos/controle/television_signaletique_C.php<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 107


L’engagement <strong>de</strong>sfournisseurs dans ladémarche "Achatsresponsables"La direction <strong>de</strong>s Achats a entrepris d’élargirla démarche RSE à ses fournisseurs. Les performancessociales et environnementales <strong>de</strong>148 d’entre eux ont été évaluées <strong>de</strong>puis 2007 àl'ai<strong>de</strong> <strong>de</strong> la plateforme EcoVadis.En 2011, l’ensemble <strong>de</strong>s acheteurs ont été formésà la démarche "Achats responsables" et un intranetdédié a été mis en ligne. La direction <strong>de</strong>s achats amis en place un service d’auto-partage <strong>de</strong> véhiculesélectriques, ouvert à l’ensemble <strong>de</strong>s collaborateurspour <strong>de</strong>s déplacements professionnels.Modalités <strong>de</strong> dialogue <strong>de</strong> TF1 avec les parties prenantesLes parties prenantes Acteurs TF1 Exemples <strong>de</strong> mo<strong>de</strong> <strong>de</strong> dialogue Actions 2011Autorités <strong>de</strong> régulation :CSA, ARPP, Autorité <strong>de</strong> laConcurrencePublicAnnonceursActeurs <strong>de</strong> la créationaudiovisuelleCollaborateurs etorganisations syndicales> Service conformité, Secrétariatgénéral, direction Antenne etTF1 Publicité> Direction <strong>de</strong> la communicationexterne (dont service Relationsaux publics), médiateur <strong>de</strong> l’info,journalistes <strong>de</strong> la rédaction> Service commercial et directiondu développement <strong>de</strong> TF1Publicité> Participation aux groupes <strong>de</strong> travail> Rédaction <strong>de</strong> bilans, propositions> Unités <strong>de</strong> programmes > Ateliers d’écriture> Management, responsables RHet Affaires sociales> Réponse personnalisée aux mails, appelstéléphoniques et courriers> Débats avec les personnalités <strong>de</strong> la chaîne, blogs<strong>de</strong>s journalistes, etc.> Publication <strong>de</strong>s conditions générales <strong>de</strong> vente, siteinternet www.tf1pub.fr> Organisation d’ateliers <strong>de</strong> réflexion> Négociation d’accords avec les partenairessociaux, communication interne> Entretien annuel personnalisé> Signature <strong>de</strong> chartes et avenants (jeuxet paris en ligne, qualité du sous-titrage,audio-<strong>de</strong>scription)> Présence du service Relations aux publicssur les réseaux sociaux> Campus <strong>de</strong> TF1 Publicité> Commission pour la formation continue<strong>de</strong>s auteurs> Journées <strong>de</strong> l’Innovation> Journées d’accueil <strong>de</strong>s nouveauxcollaborateursAssociations, ONG> Antenne, comité Solidarité,Affaires sociales, dont missionHandicap> Espaces gratuits accordés via le SNPTV> Dons en nature> Contrats pluriannuels et partenariats> Organisation d’événements autourdu handicap et <strong>de</strong> l’emploi avec lesassociations concernéesFournisseurs etprestataires> Direction centralisée <strong>de</strong>s Achats> Questionnaires sur la politique RSE> Intégration du développement durable dans lescahiers <strong>de</strong>s charges> Réunions <strong>de</strong> travail autour <strong>de</strong> la diversité,partage <strong>de</strong>s bonnes pratiquesActionnaires etCommunauté financière,agences <strong>de</strong> notationextra-financières> Communication financière,coordination Développementdurable> Assemblée générale, rapport annuel, road showsauprès <strong>de</strong>s investisseurs institutionnels, réunionset conférences téléphoniques avec les analystes,contacts réguliers par téléphone, site internet> Journée Investisseurs avec la participation<strong>de</strong>s managers <strong>de</strong> l’entrepriseARPP : Autorité <strong>de</strong> régulation professionnelle <strong>de</strong> la publicité - CSA : Conseil supérieur <strong>de</strong> l’audiovisuel - SNPTV : Syndicat national <strong>de</strong> la publicité télévisée<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 108


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersTF1Objectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Garantir l’application <strong>de</strong> principeséthiques vis-à-vis <strong>de</strong> l’ensemble<strong>de</strong>s parties prenantes, participer àl’élaboration du cadre réglementaireDévelopper le dialogue avec le publicet les autres parties prenantesGarantir la diversité <strong>de</strong>s programmes et<strong>de</strong>s représentations proposées, garantirl’accessibilité <strong>de</strong>s programmes à tousPromouvoir la solidarité et le lien socialsur les antennes du groupeInterventions du CSA (mises en gar<strong>de</strong>s,mises en <strong>de</strong>meure, procédures <strong>de</strong>sanctions) concernant la production et ladiffusion <strong>de</strong>s programmes (bilan 2010 a )Contacts via le service Relations auxPublicsNombre 1 (a)Abonnés Twitter Nombre - 650 000Part <strong>de</strong>s programmes sous-titrés(Antenne TF1) en moyenne sur l'année> Dialogue constant avec le CSA, rédaction <strong>de</strong>la charte <strong>de</strong>s jeux et paris en ligne> Avenant sur l’audio-<strong>de</strong>scription> Nouveaux engagements sur la représentation<strong>de</strong> la diversité acceptés par l’autorité <strong>de</strong>régulationNombre 231 000 143 954 > Baisse quantitative <strong>de</strong>s contacts e-mailset courriers, hausse qualitative etdéveloppement <strong>de</strong>s échanges sur Twitter% 95 100Valorisation totale <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong>solidarité b M€ 22,61 22,89> Programmes <strong>de</strong> TF1 entièrement sous-titrés,signature <strong>de</strong> la charte sur la qualité dusous-titrage> Mobilisation <strong>de</strong>s antennes pour lesopérations en prime time (Restos du cœur,Pièces jaunes, Sidaction)> Renforcer le niveau <strong>de</strong> vigilance sur le respect<strong>de</strong>s engagements> Pour les messages publicitaires, appliquer lesmêmes obligations que les antennes à tous lessites internet éditorialisés du groupe TF1> Maintenir une relation <strong>de</strong> proximité, <strong>de</strong> qualitéet <strong>de</strong> confiance avec le public> Développer l’audio-<strong>de</strong>scription et le dialogueavec les associations concernées> Diversifier les associations <strong>de</strong>stinataires <strong>de</strong>sdonsCollaborateurs formés Nombre 404 459> Poursuite <strong>de</strong>s formations à la diversitépour les managers et les collaborateursconcourant à la fabrication <strong>de</strong>s programmes> Éditer le <strong>de</strong>uxième rapport annuel Diversité> Former 350 collaborateurs supplémentairesPromouvoir la diversitédans l’entrepriseMaîtriser les consommations <strong>de</strong> matièrepremière et d’énergie dans le groupe TF1(activités et bâtiments)Achats responsables : diffuser lapolitique RSE du groupe TF1 dans lachaîne <strong>de</strong> valeur <strong>de</strong> l'entrepriseCollaborateurs handicapés recrutés Nombre 19 13Jeunes gens issus <strong>de</strong>s quartierssensibles, accueillis par la Fondation TF1Nombre 10 12Consommation électrique MWh 32 171 31 640Fournisseurs audités avec l'outil EcoVadis Nombre 89 148> Signature du <strong>de</strong>uxième accord triennal agrééen faveur du maintien dans l’emploi et <strong>de</strong>l’insertion <strong>de</strong>s travailleurs handicapés> Deux jeunes issus <strong>de</strong> la promotion 2009 <strong>de</strong> laFondation embauchés en CDI> Signature d’un partenariat avec Mozaïk RHpour diversifier les recrutements> Baisse <strong>de</strong> 1% <strong>de</strong> la consommation pour la<strong>de</strong>uxième année consécutive. Économiesd’énergies liées pour partie à l’arrêt dudouble process <strong>de</strong> production <strong>de</strong> l’info> Mise en œuvre <strong>de</strong>s préconisations Ecoprod cdans le tournage <strong>de</strong>s productions internesR.I.S et Interpol> Progression constante dans les échangesavec les fournisseurs suite aux évaluations> Engagement <strong>de</strong>s fournisseurs sur le thème<strong>de</strong> la diversité> Recruter une dizaine <strong>de</strong> travailleurs handicapésen CDI ou CDD <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> six mois> Recruter au minimum <strong>de</strong>ux jeunes <strong>de</strong> lapromotion 2010 <strong>de</strong> la Fondation> Recruter <strong>de</strong>ux stagiaires et <strong>de</strong>ux personnes encontrats d'alternance> Gar<strong>de</strong>r l'objectif <strong>de</strong> baisse <strong>de</strong> 1 % en 2012> Lancer une première démarche HQE ®Exploitation dans un immeuble du groupe TF1> Appliquer Ecoprod à d'autres tournages <strong>de</strong>TF1 Production> Signer la charte <strong>de</strong>s bonnes pratiquesachats sous l’égi<strong>de</strong> du ministère <strong>de</strong> l'Économieet <strong>de</strong>s FinancesCSA : Conseil supérieur <strong>de</strong> l'audiovisuel - HQE ® : Haute qualité environnementale - RSE : Responsabilité sociétale <strong>de</strong>s entreprises(a) Le bilan du CSA (Conseil supérieur <strong>de</strong> l’audiovisuel) permettant <strong>de</strong> disposer <strong>de</strong> données confirmées par l’autorité <strong>de</strong> régulation n’est disponible qu’en septembre <strong>de</strong> l’année suivante. Les données concernant le respect <strong>de</strong>s engagements 2011 seront mises en ligne à l'adresse http://www.groupe-tf1.fr/rse/lors <strong>de</strong> la publication du bilan TF1 par le CSA en septembre 2012. (b) valorisation <strong>de</strong>s spots institutionnels, coût <strong>de</strong>s ban<strong>de</strong>s-annonces, <strong>de</strong>s programmes spéciaux et dons effectués à l’occasion d’émissions <strong>de</strong> jeux et <strong>de</strong> programmes, espaces publicitaires accordés aux campagnes gratuites, dons en nature,dons aux Fondations d'Entreprise TF1 et Francis Bouygues, ainsi qu'à la Fondation pour la Nature et l'Homme (c) voir www.ecoprod.com<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 109


Indicateurs extra-financiers au 31 décembreConformitéFamille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsAccessibilité <strong>de</strong>sprogrammesÉcoute dutéléspectateurSolidaritéEffectifsOrganisation dutemps <strong>de</strong> travailRémunérationÉpargne salarialeDialogue socialÉgalité <strong>de</strong>s chancesInterventions du CSA : mises en gar<strong>de</strong>, mises en <strong>de</strong>meure, procédure <strong>de</strong> sanction concernant laproduction et la diffusion <strong>de</strong>s programmesAntenne TF1Nombre5(3 mises en gar<strong>de</strong>,1 mise en <strong>de</strong>meure,1 procédure <strong>de</strong> sanction)1 mise en gar<strong>de</strong> (a)GRI SO8Iso 26000 6.7Pourcentage <strong>de</strong> programmes sous-titrés (hors publicité) en moyenne sur l’année % 85 95 100GRI SO1Iso 26000 6.7.8Contacts, e-mails, courrier, téléphone via le service Relations aux publicsTF1, TMC,245 000 231 000 143 954GRI PR5NT1, LCI, TF1 NombreAbonnés Twitter Iso 26000 6.7.6News- - 650 000Associations ayant bénéficié <strong>de</strong> donsTF1 SA, Nombre 165 141 125 GRI SO1Valorisation totale <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> solidarité b TF1 Publicité M€ 22 310 22 609 22 889 Iso 26000 6.8.9Jeunes issus <strong>de</strong> quartiers sensibles accueillis par la Fondation d'entreprise TF19 10 12 InterneGroupe TF1 NombreCollaborateurs parrainant <strong>de</strong>s lycéens résidants en zone sensible 60 60 60 Iso 26000 6.8.9CDI et CDD Groupe TF1 Nombre 3 910 4 082 4 122 GRI LA1Part <strong>de</strong>s équivalents temps plein <strong>de</strong>s salariés non permanents (hors pigistes)% 7,3 7,3 7,13 Iso 26000 6.4.3Taux d'instabilitéFranceGRI LA2% 5,6 6,9 6,6Iso 26000 6.4.3GRI LA1Collaborateurs à temps partielNombre 247 328 355Iso 26000 6.4.3FranceGRI LA7Taux d'absentéisme % 4,0 5,2 4,9Iso 26000 6.4.3Salaire brut moyen annuel (toutes catégories)€ 47 734 46 721 49 747Taux d'adhésion au plan d'épargne groupe81 78 76 GRI LA3France %Taux d'adhésion au Perco (plan d'épargne retraite collectif) 13 13 14 Iso 26000 6.4.4Montant moyen brut par salarié <strong>de</strong> la participation versée € 1 023 740 1 542Réunions avec les représentants du personnel302 309 289GRI LA4Collaborateurs occupant un poste permanent (représentants du comité d'entreprise, délégués127 122 131 Iso 26000 6.4.5du personnel, conseil d'administration)France NombreAccords collectifs intervenus dans l'année 27 9 20GRI LA5Iso 26000 6.4.5Collaborateurs formés pour appréhen<strong>de</strong>r la diversité dans leur vie professionnelleCollaborateurs handicapés présents (tous contrats) France Nombre70534045845971Salariés handicapés embauchés en cours d’année (en CDD ou en CDI) 17 19 13Ratio <strong>de</strong> femmes dans l'effectif du groupeGroupe TF148,6 47,4 47,9Ratio <strong>de</strong> femmes embauchées51,0 47,6 50,4Collaboratrices <strong>de</strong> niveau cadre 46,0 44,6 46,1%Collaboratrices <strong>de</strong> niveau manager France34,4 34,9 35,5Ratio <strong>de</strong> promotion <strong>de</strong>s femmes (avec et sans changement <strong>de</strong> catégorie) 17,3 15,2 14,7Pourcentage <strong>de</strong> femmes parmi les stagiaires 47,3 49,2 48,7GRI LA13Iso 26000 6.3.7GRI LA14Iso 26000 6.3.7<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • TF1 • 110


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersTF1Famille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsAcci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêtNombre 25 42 25Taux <strong>de</strong> fréquence c <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail(d) GRI LA7Groupe TF13,642 6,263 3,651Hygiène, santé,Iso 26000 6.4.6sécurité (HSS) Taux <strong>de</strong> gravité c <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts du travail(e)0,096 0,177 0,136Collaborateurs formés à l'HSS France Nombre 373 484 495GRI LA8Iso 26000 6.4.6Collaborateurs ayant bénéficié <strong>de</strong> formationsNombre 2 777 2 334 2 578Collaborateurs ayant bénéficié <strong>de</strong> formations76,3 61,4 74,4%Masse salariale consacrée à la formation 3,8 2,8 2,6FranceGRI LA10Formation, mobilité Volume d'heures <strong>de</strong> formation total128 896 71 223 69 426Iso 26000 6.4.7Heures <strong>de</strong> formation par personne et par an Nombre17 h 10 15 h 10 20 h 03Droit individuel à la formation (DIF) accordé 1 221 1 125 1 459Taux <strong>de</strong> mobilité interne parmi les recrutements % 57 52 44IntégrationStagiaires sous convention d'école487 321 391 Iso 26000 6.4.7France NombreServices aux salariés Logements accordés aux collaborateurs dans l'année 18 15 25 Iso 26000 6.4.4ConsommationsGESDéchets, matièrespremièresAchats responsablesConsommation d’électricitéConsommation d'eau m³ 51 964 52 054 52 858GRI EN8Iso 26000 6.5.3Consommation <strong>de</strong> papierGRI EN1Tonnes 133 125 139Iso 26000 6.5.3SME fÉmissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre (GES) - scope 1Tonnesn.d. n.d. 225 GRI EN17Émissions <strong>de</strong> gaz à effet <strong>de</strong> serre (GES) - scope 2 éq. CO 2 n.d. n.d. 2 996 Iso 26000 6.5.5Quantité <strong>de</strong> déchets récoltés Tonnes 1 393 1 452 970GRI EN22Iso 26000 6.5.3Recyclage <strong>de</strong>s déchets % - 41 49 Iso 26000 6.5.3Achats gérés par la direction <strong>de</strong>s achatsAchats600 600 650centralisés M€Iso 26000 6.6.6Achats totaux métier Groupe TF1 1 650 1 600 1 500Fournisseurs évalués (EcoVadis)Nombre 45 89 148GRI LA13Iso 26000 6.6.6Chiffre d'affaires d'achats évalué par EcoVadis M€ 90 125 139 Iso 26000 6.6.6Fournisseurs pour lesquels la charte RSE est incluse dans les contrats / la comman<strong>de</strong>AchatsGRI EC6Nombre 39 76 121centralisésIso 26000 6.6.6Chiffre d'affaires réalisé avec <strong>de</strong>s ateliers adaptés € 417 000 433 000 319 000GRI LA13Iso 26000 6.3.7Acheteurs formés (achats responsables) % 15 15 100 Iso 26000 6.6.6KWh32 520 420(hors site secours)34 669 130 34 473 793GRI EN3Iso 26000 6.5.3(a) Le bilan du CSA (Conseil supérieur <strong>de</strong> l’audiovisuel) permettant <strong>de</strong> disposer <strong>de</strong> données confirmées par l’autorité <strong>de</strong> régulation n’est disponible qu’en septembre <strong>de</strong> l’année suivante. Les données concernant le respect <strong>de</strong>s engagements 2011 seront mises en ligne sur http://www.groupe-tf1.fr/rse/ lors <strong>de</strong> lapublication du bilan TF1 par le CSA en septembre 2012.(b) valorisation <strong>de</strong>s spots institutionnels, coût <strong>de</strong>s ban<strong>de</strong>s-annonces, <strong>de</strong>s programmes spéciaux et dons effectués à l’occasion d’émissions <strong>de</strong> jeux et <strong>de</strong> programmes, espaces publicitaires accordés aux campagnes gratuites, dons en nature, dons aux Fondations d'Entreprise TF1 et Francis Bouygues,ainsi qu'à la Fondation pour la Nature et l'Homme.(c) Cet indicateur est soumis à <strong>de</strong>s corrections ultérieures liées à sa validation par les autorités concernées après sa publication.(d) taux <strong>de</strong> fréquence = nombre d'acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées(e) taux <strong>de</strong> gravité = nombre <strong>de</strong> jours d'arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d'heures travaillées(f) Le SME (Système <strong>de</strong> management <strong>de</strong> l'environnement) couvre les quatre principaux bâtiments hébergeant 88 % <strong>de</strong>s collaborateurs du groupe TF1, à Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 111


Opérateur mobile,fixe, TV et internetOpérateur global <strong>de</strong> communications électroniques, Bouygues Telecom s’estdémarqué par ses offres innovantes et une qualité <strong>de</strong> relation client doublementreconnue*, au service <strong>de</strong> ses 12,5 millions <strong>de</strong> clients.Chiffres clésChiffre d’affaires 20115 741 M€(+ 2 %)Marge opérationnelle courante9,8 %(- 2,5 points)Résultat net part du Groupe370 M€(- 17 %)Collaborateurs9 870ObjectifChiffre d’affaires 20125 140 M€ (- 10 %)Faits marquantsJanvier 2011> Premier opérateur à ne pas répercuterl’augmentation <strong>de</strong> la TVA sur les offresMobile avec télévision.Mai 2011> Numéro 1 du Podium <strong>de</strong> la Relationclient 2011 en téléphonie mobile(5 e année consécutive) et internet-fixe*.Juin 2011> Cap du million <strong>de</strong> clients Haut DébitFixe franchi.Juillet 2011> Lancement <strong>de</strong> B&YOU, première offredédiée à la génération digitale.Octobre 2011> Obtention du label Diversité décernépar Afnor Certification.> Lancement <strong>de</strong> la nouvelle gammeE<strong>de</strong>n.(*) premier prix du Podium <strong>de</strong> la Relation client2011 TNS Sofres-BearingPoint (cinquième annéeconsécutive, secteur Téléphonie mobile ; premièreannée, secteur Téléphonie fixe / FAI)<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 112Bouygues Telecom toujours numéro 1<strong>de</strong> la relation client


CHIFFRE D’AFFAIRESen millions d’euros5 636 5 7415 1402010 2011 2012(objectif)RÉSULTAT NET*en millions d’euros44420103702011(*) part du GroupeCLIENTS HAUT DÉBIT FIXEen milliers8081 241RÉSULTAT OPÉRATIONNELCOURANT (en millions d’euros)Marge opérationnelle courante en %69256112,3 % 9,8 %20102011GÉNÉRATION DE CASH-FLOWen millions d’eurosCapacité d’autofinancementInvestissements d’exploitation netsCash-flow libre*1 32768020104061 288859**2011CLIENTS MOBILEen milliers11 084 11 304208**(*) avant variation du Besoin en fonds <strong>de</strong> roulement(**) hors investissement dans les fréquences 2,6 GHz (228 M€)Compte <strong>de</strong> résultat résumé2Bilan résumé au 31 décembre Perspectives 2012(en millions d’euros) 2010 2011ACTIF• Immobilisations corporelleset incorporelles 3 496 3 872• Goodwill 8 21• Actifs financiers et impôts non courants 16 11ACTIF NON COURANT 3 520 3 904• Actifs courants 1 267 1 309• Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie 194 35• Instruments financiers* - -ACTIF COURANT 1 461 1 344TOTAL ACTIF 4 981 5 248PASSIF• Capitaux propres (part du Groupe) 2 410 2 371• Intérêts minoritaires - -CAPITAUX PROPRES 2 410 2 371• Dettes financières non courantes 331 601• Provisions non courantes 148 129• Autres passifs non courants - 72PASSIF NON COURANT 479 802• Dettes financières courantes 31 11• Passifs courants 2 059 2 060• Concours bancaires courantset sol<strong>de</strong>s créditeurs <strong>de</strong> banque - 1• Instruments financiers* 2 3PASSIF COURANT 2 092 2 075TOTAL PASSIF 4 981 5 248En<strong>de</strong>ttement financier net (passif) (170) (581)(*) couverture <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ttes financières en juste valeur(en millions d’euros) 2010 2011CHIFFRE D’AFFAIRES 5 636 5 741• Dotations nettes aux amortissements (664) (692)• Dotations nettes aux provisionset dépréciations (41) (44)• Autres produits et charges courants (4 239) (4 444)RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT 692 561• Autres produits et charges opérationnels - 38RÉSULTAT OPÉRATIONNEL 692 599• Coût <strong>de</strong> l'en<strong>de</strong>ttement financier net (9) (10)• Autres produits et charges financiers (7) (7)• Charge d'impôt (232) (211)• Quote-part du résultat net<strong>de</strong>s entités associées - (1)RÉSULTAT NET 444 370• Part <strong>de</strong>s intérêts minoritaires - -RÉSULTAT NET CONSOLIDÉ(part du Groupe) 444 370Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues ImmobilierTelecomDans un marché du mobile dont latransformation s’accélère début 2012,Bouygues Telecom s’adapte à son nouvelenvironnement : développement <strong>de</strong> B&YOUsur le segment <strong>de</strong>s offres nues, refonte etsimplification <strong>de</strong>s offres avec services dontles prix seront ajustés.Malgré la poursuite <strong>de</strong> la croissance dansle haut débit fixe, Bouygues Telecom prévoitune baisse <strong>de</strong> 10 % <strong>de</strong> son chiffre d’affairesen 2012. Cette évolution tient compte <strong>de</strong> labaisse <strong>de</strong>s terminaisons d’appel (impactestimé à environ 350 millions d’euros), dudéveloppement <strong>de</strong>s offres nues et <strong>de</strong> latransformation du marché du mobile, avecnotamment l’arrivée du nouvel entrant.L’impact négatif sur l’Ebitda est attendu àenviron 250 millions d’euros, dont 90 millionspour la baisse du différentiel <strong>de</strong> terminaisonsd’appel.Dans ce contexte, un plan d’économies <strong>de</strong>coûts <strong>de</strong> 300 millions d’euros <strong>de</strong>vra être misen œuvre en 2012 avec un impact positif àpartir <strong>de</strong> 2013. Il s’appuiera en priorité surl’évolution <strong>de</strong>s offres et <strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong>distribution, ainsi que sur <strong>de</strong>s économies<strong>de</strong> charges externes.Par ailleurs, Bouygues Telecom continued’investir dans les infrastructures pouraccompagner le développement croissant<strong>de</strong>s usages : acquisition d’un bloc 4Gdans la ban<strong>de</strong> 800 MHz, démarrage dudéploiement du réseau 4G, extension<strong>de</strong> son réseau <strong>de</strong> fibre optiqueen propre.Nabyl Boughalem,manager du Clubmandataire <strong>de</strong> Laval2010201120102011<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 113


Bouygues Telecom offre à ses clients une couverturemobile nationale <strong>de</strong> 99 % <strong>de</strong> la populationLE PROFIL DE<strong>BOUYGUES</strong> TELECOMPrésent sur le marché <strong>de</strong>s communications électroniques<strong>de</strong>puis quinze ans, Bouygues Telecomcontinue d’innover pour répondre aux attentes <strong>de</strong>ses 12,5 millions <strong>de</strong> clients.Inventeur du forfait Mobile en 1996, BouyguesTelecom lance les premières offres illimitées avecMillennium en 1999 et Neo en 2006.En 2008, Bouygues Telecom acquiert son propreréseau fixe et <strong>de</strong>vient fournisseur d’accès à internet(FAI) avec la Bbox.L’année 2009 est marquée par l’invention <strong>de</strong>s Touten-uni<strong>de</strong>o, première offre quadruple play du marchéet 2010 par le lancement <strong>de</strong> la Bbox Fibre, premièreoffre très haut débit <strong>de</strong> Bouygues Telecom.En 2011, Bouygues Telecom innove à nouveau encréant B&YOU, marque 100 % web.Forces et atoutsBouygues Telecom fon<strong>de</strong> son développement sur :Une base <strong>de</strong> clients soli<strong>de</strong> eten croissanceActeur reconnu sur le marché <strong>de</strong>s communicationsélectroniques <strong>de</strong>puis quinze ans, BouyguesTelecom compte plus <strong>de</strong> 12,5 millions <strong>de</strong> clientsà fin 2011.Un succès reconnu sur le marchédu haut débit fixeEn moins <strong>de</strong> trois ans, Bouygues Telecom a su s’imposersur le marché du haut débit fixe et il est lea<strong>de</strong>ren croissance nette <strong>de</strong>puis <strong>de</strong>ux ans avec plus <strong>de</strong>30 % <strong>de</strong> part <strong>de</strong> croissance nette. Ce succès, rendupossible par la qualité <strong>de</strong> la Bbox et par l’attractivité<strong>de</strong> l’offre i<strong>de</strong>o, est renforcé par la disponibilité <strong>de</strong> laBbox Fibre sur un réseau <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 7 millions <strong>de</strong>foyers éligibles.Des offres Mobile toujoursplus innovantesBouygues Telecom n’a cessé d’innover <strong>de</strong>puisquinze ans pour offrir <strong>de</strong> nouvelles offres adaptéesaux besoins <strong>de</strong> ses clients. Dernière innovation endate : la société a lancé, en juillet 2011, la premièreoffre voix et SMS illimités à moins <strong>de</strong> 25 euros(19,99 euros début 2012), sous la marque B&YOU,<strong>de</strong>stinée à la génération "internet". Sur ce segment<strong>de</strong> marché émergent, Bouygues Telecom a été précurseuren proposant <strong>de</strong>s offres attractives dont leprix est en adéquation avec les services et les coûts,et en associant les clients à l’évolution <strong>de</strong>s offres.Une couverture mobile en permanenteévolutionBouygues Telecom offre à ses clients une couverturemobile nationale <strong>de</strong> 99 % <strong>de</strong> la population et uneprésence internationale dans plus <strong>de</strong> 270 <strong>de</strong>stinationsgrâce aux accords d’itinérance internationale(roaming).L’internet mobile est accessible grâce à son propreréseau 3G+ qui couvre 93 % <strong>de</strong> la populationfrançaise fin 2011. La signature d’un accord <strong>de</strong>partage d’installations 3G en zones peu <strong>de</strong>nses,actuellement en cours <strong>de</strong> déploiement, permettraaux clients <strong>de</strong> bénéficier, d’ici fin 2013, d’une couverture3G analogue à celle <strong>de</strong> la 2G.L’acquisition récente <strong>de</strong> blocs <strong>de</strong> fréquences <strong>de</strong>quatrième génération (4G) permet à BouyguesTelecom d’enrichir son patrimoine <strong>de</strong> fréquenceset d’offrir à tous ses clients, dans les années àvenir, l’accès au très haut débit mobile, confortantainsi sa volonté <strong>de</strong> poursuivre le développement <strong>de</strong>l’accessibilité à la téléphonie et à l’internet.Le client au cœur <strong>de</strong> la relationPour ses quinze ans, Bouygues Telecom se distinguedoublement en étant élu numéro 1 <strong>de</strong> larelation client en téléphonie mobile et internet-fixe.C’est le cinquième succès consécutif sur le mobileet le premier sur le haut débit fixe, <strong>de</strong>ux ans et <strong>de</strong>miseulement après le lancement <strong>de</strong> la Bbox.Bouygues Telecom reste également le seul opérateurà détenir la certification NF Service "Centre <strong>de</strong>Relation client" pour ses activités Fixe et Mobile.Ces <strong>de</strong>ux distinctions récompensent BouyguesTelecom qui place la qualité <strong>de</strong> la relation client aucœur <strong>de</strong> ses préoccupations.Un réseau <strong>de</strong> distribution étenduBouygues Telecom, via sa filiale Réseau ClubsBouygues Telecom (RCBT), dispose d’un réseau <strong>de</strong>650 magasins Clubs et d’une présence étendue engran<strong>de</strong> distribution et distribution spécialisée. Sonsite internet attire plus <strong>de</strong> cinq millions <strong>de</strong> visiteursuniques en moyenne par mois.Une diversité <strong>de</strong>s talentsÀ l’instar du Groupe, c’est au travers d’une politique<strong>de</strong> ressources humaines <strong>de</strong> proximité et innovanteque Bouygues Telecom accor<strong>de</strong> un intérêt particulieraux hommes et femmes qui le composent,en mettant notamment l’accent sur la prévention<strong>de</strong>s discriminations et la promotion <strong>de</strong> l’égalité <strong>de</strong>schances. En 2011, Bouygues Telecom a obtenu lelabel Diversité 1 et lancé un réseau féminin baptisé"Bouygt’elles".Une situation financière saineBouygues Telecom dispose d’une situation financièresoli<strong>de</strong> qui lui permet <strong>de</strong> se développer sur sesUn glossaire figure au chapitre "Informations complémentaires" du présent document.(1) Le label Diversité est attribué par Afnor Certification suite à un audit réalisé en interne.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 114


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues Telecommarchés et d’investir pour offrir la meilleure qualité<strong>de</strong> service à ses clients.L’ensemble <strong>de</strong> ces atouts sur lesquels BouyguesTelecom va continuer <strong>de</strong> capitaliser, ajoutés àl’adossement au groupe Bouygues, lui permettront<strong>de</strong> poursuivre son développement et <strong>de</strong> saisir lesopportunités qui se présenteront en 2012.OpportunitésSur le marché du haut et très haut débit fixe,Bouygues Telecom va poursuivre sa stratégie<strong>de</strong> conquête <strong>de</strong> nouveaux clients en continuantd’étendre son réseau fixe et en offrant toujoursplus <strong>de</strong> services. Grâce aux accords signés avecNumericable, SFR et, récemment, France Télécom-Orange, Bouygues Telecom pourra porter à près<strong>de</strong> 13 millions le nombre <strong>de</strong> foyers potentiellementadressables par ses offres très haut débit. BouyguesTelecom renforce ainsi sa position d’acteur <strong>de</strong> lafibre.La sortie prochaine <strong>de</strong>s nouvelles Bbox SensationADSL et Fibre constituera une rupture technologiquesur le marché <strong>de</strong> l’accès à internet. En partenariatavec <strong>de</strong>ux lea<strong>de</strong>rs <strong>de</strong> l’électronique mondiale, Intelet Samsung, Bouygues Telecom se dote d’unemaîtrise complète du logiciel et prouve à nouveausa capacité d’innovation. La Bbox sera disponibleau printemps 2012 dans ses versions ADSL et TrèsHaut Débit. La Bbox Sensation Fibre sera constituéed’une box unique, point <strong>de</strong> convergence à encombrementminimal <strong>de</strong> tous les contenus et <strong>de</strong> tousles appareils connectés du foyer : télévision, PC,tablette, smartphone et chaîne stéréo.Grâce au processeur le plus puissant du marché,la Bbox Sensation offrira une nouvelle expérienceclient, ainsi que <strong>de</strong>s contenus enrichis (cloudgaming, large choix <strong>de</strong> vidéos à la <strong>de</strong>man<strong>de</strong>).Le positionnement sur ce segment "premium" permettra<strong>de</strong> générer <strong>de</strong>s revenus additionnels.Sur le marché du mobile, la forte hausse du trafic <strong>de</strong>données entraîne <strong>de</strong>s besoins accrus en capacitéet en débit. Bouygues Telecom propose déjà à sesclients <strong>de</strong>s débits jusqu’à 42 Mbits/s en 3G+ danscertaines gran<strong>de</strong>s villes. Avec le prochain déploiement<strong>de</strong>s réseaux mobiles <strong>de</strong> quatrième génération,Bouygues Telecom offrira à ses clients un accès autrès haut débit mobile, créant ainsi <strong>de</strong> nouvellespossibilités <strong>de</strong> différenciation <strong>de</strong>s offres d’accès àinternet en mobilité.Les marchés B to B constituent une troisième sourced’opportunités : opérateur complet, reconnu par<strong>de</strong>s clients grands comptes, Bouygues Telecom ala capacité <strong>de</strong> "challenger" ses concurrents sur unmarché Entreprise estimé à 15 milliards d’euros 1 ,qui s’ouvre à la concurrence. Par ailleurs, grâce àun positionnement privilégié (et complémentaire <strong>de</strong>soffres <strong>de</strong> détail) sur le segment <strong>de</strong>s MVNO communautaires,Bouygues Telecom dispose <strong>de</strong>s atoutsnécessaires pour faire croître le chiffre d’affaires liéà la vente en gros.Bouygues Telecom renforce aussi ses activités <strong>de</strong>diversification pour continuer à se développer, parexemple à travers les objets communicants ou le"sans contact".ENVIRONNEMENTRÉGLEMENTAIRE ETPERFORMANCESFINANCIÈRES EN 2011L’année 2011 s’est caractérisée par une actualitéréglementaire et fiscale <strong>de</strong>nse.Suppression <strong>de</strong> laTVA compositeLa loi <strong>de</strong> Finances pour 2011 a supprimé l’applicationd’un taux <strong>de</strong> TVA réduit (5,5 %) auxabonnements fixe et mobile incluant <strong>de</strong>s services<strong>de</strong> télévision. Depuis le 1 er janvier 2011, cesabonnements sont désormais taxés à 19,6 %. Cetévénement a créé une agitation du marché sansprécé<strong>de</strong>nt. Bouygues Telecom a fait le premier lechoix <strong>de</strong> ne pas répercuter cette augmentation surses forfaits mobiles. Ce choix a été suivi par lesopérateurs concurrents.Baisse <strong>de</strong>s terminaisonsd’appelL’Arcep a adopté début 2011 une décision fixant lesnouveaux plafonds <strong>de</strong> tarification <strong>de</strong>s terminaisonsd’appel voix mobile pour la pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> juillet 2011 àdécembre 2013. Si ces tarifs continuent <strong>de</strong> baisser(<strong>de</strong> 2 centimes d’euro la minute au 1 er juillet 2011à 0,8 centime d’euro à fin décembre 2013), ils sontdésormais symétriques pour Bouygues Telecom,Orange et SFR.Itinérance internationaleDepuis le 1 er juillet 2011, et conformément aurèglement européen, les tarifs "voix" applicablesen roaming dans un pays <strong>de</strong> l’Union européenneont baissé à 35 centimes d’euro par minute pourun appel passé et à 11 centimes d’euro par minutepour un appel reçu.Fréquences 4GEn juin 2011, l’Arcep a lancé le processus d’attribution<strong>de</strong>s fréquences <strong>de</strong> quatrième génération dansles ban<strong>de</strong>s 800 MHz et 2 600 MHz. Le déploiement<strong>de</strong> réseaux mobiles à très haut débit offrira, à terme,<strong>de</strong>s performances <strong>de</strong> débit significativement supérieuresà celles <strong>de</strong> la 3G.Bouygues Telecom s’est vu attribuer <strong>de</strong>s blocs <strong>de</strong>fréquences fin 2011 (pour 228 millions d'euros) dansla ban<strong>de</strong> <strong>de</strong> 2 600 MHz et, début 2012, dans celle<strong>de</strong> 800 MHz (pour 683 millions d'euros). Ces blocs,acquis pour vingt ans, lui permettent <strong>de</strong> compléterson patrimoine <strong>de</strong> fréquences et ainsi <strong>de</strong> pouvoiroffrir à ses clients toujours plus <strong>de</strong> services grâceaux technologies les plus performantes. Le déploiementen 4G démarrera dès 2012.Fibre optiqueEn 2011, l’Arcep a achevé la mise au point <strong>de</strong>la régulation du haut et très haut débit qui vise àfavoriser le développement d’une concurrencepérenne et incite au partage d’infrastructures, ainsiArcep : Autorité <strong>de</strong> régulation <strong>de</strong>s communications électroniques et <strong>de</strong>s Postes - MVNO : Mobile Virtual Network Operators(1) estimation Arcep et Bouygues Telecom<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 115


qu'au co-investissement entre les acteurs. À ce titre,Bouygues Telecom a signé avec France Télécom-Orange un accord concernant le déploiement <strong>de</strong> lafibre optique en zone très <strong>de</strong>nse et dans les zonesmoins <strong>de</strong>nses.En parallèle, le gouvernement français a lancéle programme national "Très Haut Débit", <strong>de</strong>stinéen partie au financement <strong>de</strong>s réseaux d’initiativepublique en fibre optique en <strong>de</strong>hors <strong>de</strong> la zonetrès <strong>de</strong>nse.Performances financièresDans ce contexte, Bouygues Telecom a accéléré sapolitique d’innovation pour préserver sa croissance,ce qui lui permet d’afficher une bonne situationfinancière.En 2011, le chiffre d’affaires consolidé s’élève à5 741 millions d’euros, en croissance <strong>de</strong> 2 % parrapport à 2010, dans un marché globalement stableen valeur. Le chiffre d’affaires réseau (5 082 millionsd’euros) est stable grâce aux offres Fixe et auxMVNO. Sans la baisse <strong>de</strong>s tarifs <strong>de</strong>s terminaisonsd’appel, il aurait été en croissance <strong>de</strong> 8 %.L’Ebitda consolidé est en ligne avec l'objectif etatteint 1 272 millions d’euros malgré la baisse dudifférentiel <strong>de</strong> terminaisons d’appel (impact négatifBouygues Telecom a recruté369 000 nouveaux clients forfait Mobile en 2011<strong>de</strong> 151 millions d’euros), la hausse <strong>de</strong> la TVA (impactnégatif estimé à 100 millions d’euros) et 99 millionsd’euros <strong>de</strong> coûts commerciaux supplémentaires.Le résultat opérationnel courant est <strong>de</strong> 561 millionsd’euros, en baisse <strong>de</strong> 19 % sous l’effet <strong>de</strong> la hausse<strong>de</strong>s amortissements liée, notamment, à la bonnedynamique <strong>de</strong> l’activité Haut Débit Fixe (pour rappel,les box et frais d’accès au service sont immobilisés).Le résultat opérationnel s’élève à 599 millionsd’euros suite à la prise en compte d’un produit noncourant pour un montant <strong>de</strong> 38 millions d’euros.Le résultat net part du Groupe consolidé ressort à370 millions d’euros.Les investissements réalisés en 2011 s’élèventà 1 087 millions d’euros, en augmentation <strong>de</strong>407 millions d’euros par rapport à 2010. Ils ontporté principalement sur l’achat <strong>de</strong>s fréquences4G dans la ban<strong>de</strong> 2 600 MHz (228 millions d’euros),l’extension du réseau 3G, le développement <strong>de</strong> lafibre optique et l’équipement <strong>de</strong>s nouveaux clientsHaut Débit Fixe.Le cash-flow libre, hors achat <strong>de</strong>s fréquences 4G(pour 228 millions d'euros), ressort à 208 millionsd’euros et l’en<strong>de</strong>ttement net total atteint 581 millionsd’euros.PRÉSENTATIONDES ACTIVITÉSLe marché mobileEn 2011, le marché français <strong>de</strong> la téléphonie mobilea enregistré une légère progression en volume(+ 5 %) grâce à l’augmentation du parc Forfait(+ 6 %) et du parc Prépayé (+ 4 %).Au sein du parc Forfait Métropole :> les cartes Sim Machine à Machine représentent7 % à fin 2011 et ont représenté 28 % <strong>de</strong>s nouveauxclients Forfait en 2011 ;> les cartes Sim internet (essentiellement les clésUSB) représentent 7 % du parc et ont représenté16 % <strong>de</strong>s nouveaux clients Forfait en 2011 ;> le marché Entreprises est aussi en croissance.Les MVNO ont capté 79 % <strong>de</strong>s nouveaux clients duparc Mobile total en 2011 (contre 31 % en 2010) etreprésentent une part <strong>de</strong> parc <strong>de</strong> 11 %.Numéro 3 sur le marché mobile français <strong>de</strong>rrièreOrange et SFR, Bouygues Telecom se distingue<strong>de</strong> la concurrence par sa capacité à innover et laqualité <strong>de</strong> la relation avec ses clients.Un marché mobileen mutationEn 2011, le marché mobile Grand Public s’esttransformé sous l’effet d’une évolution <strong>de</strong> la règlementation(baisse <strong>de</strong>s terminaisons d’appel voix etSMS, impact <strong>de</strong> la loi Chatel), <strong>de</strong> l’augmentationdu coût <strong>de</strong>s terminaux (poids croissant <strong>de</strong>s smartphones)et <strong>de</strong> l’évolution <strong>de</strong>s usages. Une nouvellesegmentation du marché est apparue avec, d’unepart, <strong>de</strong>s "offres nues", sans engagement, sansterminal et 100 % web, et, d’autre part, <strong>de</strong>s "offresavec services" (forfaits sur mesure avec terminal,accompagnement client).Dans un marché MNO en ralentissement, le taux <strong>de</strong>croissance du parc Mobile <strong>de</strong> Bouygues Telecomsur 12 mois glissants est resté supérieur à celui<strong>de</strong>s concurrents. Bouygues Telecom a recruté369 000 nouveaux clients forfait Mobile en 2011, portantson parc total à plus <strong>de</strong> 11,3 millions <strong>de</strong> clientsen fin <strong>de</strong> pério<strong>de</strong>, dont 80,6 % <strong>de</strong> clients Forfait.B&YOU, nouvelle marque<strong>de</strong> forfaits sur le webLe 18 juillet 2011, Bouygues Telecom a été le premieropérateur à lancer B&YOU, marque disponibleuniquement sur le web, avec une gamme d’offresen adéquation avec les usages et attentes <strong>de</strong> lanouvelle génération "internet" et proposée à prixattractifs. La souscription, ainsi que tous les actesclients, s’effectuent exclusivement en ligne sur lesite https://www.b-and-you.fr où <strong>de</strong>s espaces collaboratifssont <strong>de</strong>stinés à faciliter l’entrai<strong>de</strong> et animerla communauté. À travers leurs suggestions, lesutilisateurs contribuent directement à l’amélioration<strong>de</strong> B&YOU et à l’évolution <strong>de</strong>s offres. La nouvellemarque offre aux clients la possibilité d’acheter leurterminal séparément du forfait, au prix <strong>de</strong> revient,et avec un étalement du paiement dans le temps.B&YOU a été distinguée fin 2011 en recevant le prix<strong>de</strong> la "meilleure offre low-cost" lors <strong>de</strong> la <strong>de</strong>uxièmeédition <strong>de</strong>s Mobiles d’Or 1 .E<strong>de</strong>n, gamme <strong>de</strong> forfaits classiquessimplifiéeEn écho à sa volonté <strong>de</strong> simplifier ses offres etd’accompagner au mieux ses clients, BouyguesTelecom a lancé une nouvelle gamme <strong>de</strong> forfaitsgrand public, E<strong>de</strong>n. Celle-ci est segmentée en fonction<strong>de</strong> l’usage "data" pour s’adapter aux besoinsMNO : Mobile Network Operators - MVNO : Mobile Virtual Network Operators(1) Manifestation co-organisée par le Medpi, le Journal <strong>de</strong>s Télécoms et le JDLI. En 2011, onze trophées ont récompensé huit entreprises pour leurs produits, leurs services ou les hommes qui les dirigent.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 116


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues Telecom<strong>de</strong> chacun : choix entre un forfait avec ou sansengagement, avec ou sans mobile, avec ou sansinternet. De plus, E<strong>de</strong>n permet le renouvellementdu mobile tous les 24 mois à un tarif inférieur au prixproposé à un nouveau client, et le remplacement dumobile en cas <strong>de</strong> casse, perte, vol ou panne, avecla garantie Échange 24.PrépayéAvec la mise en place d’options "data" pour saCarte Bouygues Telecom Deux fois plus, BouyguesTelecom s’est distingué en recevant pour la <strong>de</strong>uxièmefois consécutive le prix <strong>de</strong> la "Meilleure offreprépayée" lors <strong>de</strong>s Mobiles d’Or 1 .Entreprises et professionnelsBouygues Telecom Entreprises a signé <strong>de</strong> nouveauxcontrats Fixe et Mobile avec plusieurs grandscomptes (Auchan, Lafarge, Foncia, etc.) et lancéNeo Pro 24/24 Platinium pour les sociétés <strong>de</strong> moins<strong>de</strong> dix salariés : un forfait tout illimité qui répondaux attentes <strong>de</strong> ces clients et facilite la mobilité enintégrant <strong>de</strong>s appels <strong>de</strong>puis l’international.MVNOLe nombre <strong>de</strong> clients actifs 2 <strong>de</strong>s MVNO sur leréseau Bouygues Telecom est <strong>de</strong> 1,6 million à fin2011, soit un million <strong>de</strong> clients supplémentairespar rapport à 2010, ce qui représente plus <strong>de</strong>35 % <strong>de</strong> la croissance du marché MVNO en 2011.Cette performance est due principalement aux<strong>de</strong>rniers accords signés par Bouygues Telecomavec les MVNO Lebara Mobile et Lycamobile. CesMVNO communautaires ciblent <strong>de</strong>s particuliers àla recherche <strong>de</strong> tarifs attractifs vers l'international.Croissance externeEn 2011, Bouygues Telecom a investi en capitaldans plusieurs sociétés. En association avecOrange, SFR et Atos, Bouygues Telecom a crééla société Buyster qui commercialise, <strong>de</strong>puis le13 septembre 2011, une solution <strong>de</strong> paiement parinternet utilisant le mobile comme élément clé <strong>de</strong>sécurisation.De plus, le 21 décembre, Bouygues Telecom aracheté KPN France au groupe hollandais KPN.Cette société commercialise <strong>de</strong>s offres mobilesprépayées sous la marque Simyo.Le marché haut débit fixe 3Le marché français du haut débit fixe a crû <strong>de</strong> 7 %en 2011 et atteint 22,8 millions <strong>de</strong> clients 4 .En 2011, Bouygues Telecom est numéro 1 enconquête sur ce marché <strong>de</strong>vant Orange, SFRet Free, s’attribuant 30 % <strong>de</strong> la croissance netteglobale. Sur 2011, 433 000 nouveaux clients sontvenus étoffer le parc Bouygues Telecom qui a franchila barre du million <strong>de</strong> clients Haut débit fixe en juin.Le haut débit fixe confirme ainsi son rôle <strong>de</strong> moteur<strong>de</strong> croissance.Un acteur ambitieuxsur le marché du fixeBbox FibreL’année 2011 a vu le lancement <strong>de</strong> la Bbox Fibre,offre très haut débit fixe s’appuyant sur le réseauNumericable, accessible à plus <strong>de</strong> sept millions <strong>de</strong>foyers. Grâce à <strong>de</strong>s débits nettement supérieursà ceux <strong>de</strong> l’ADSL (jusqu’à 100 Mbit/s), cette offrepermet simultanément <strong>de</strong> surfer ou télécharger surinternet beaucoup plus rapi<strong>de</strong>ment, et <strong>de</strong> profiterd’une qualité d’image et <strong>de</strong> son exceptionnellegrâce à la Haute Définition et à la 3D. Bbox Fibreest également disponible avec les Tout-en-un i<strong>de</strong>o,constituant ainsi la première offre quadruple playintégrant le très haut débit.Fibre optiqueFin décembre 2011, Bouygues Telecom a signéun accord avec France Télécom-Orange qui ported’abord sur l’accès à la partie horizontale <strong>de</strong>sréseaux en fibre optique <strong>de</strong> l’opérateur historique enzone très <strong>de</strong>nse. La zone géographique concernéevient en complément <strong>de</strong> celle prévue par l’accor<strong>de</strong>ntre Bouygues Telecom et SFR signé en décembre2010. Le partenariat avec France Télécom-Orangeporte sur un potentiel <strong>de</strong> 1,7 million <strong>de</strong> prises enzone très <strong>de</strong>nse. L’accord porte également sur <strong>de</strong>sconditions générales d’accès à la fibre optique enzones moins <strong>de</strong>nses, soit un potentiel <strong>de</strong> 8,9 millions<strong>de</strong> logements. Les comman<strong>de</strong>s se feront agglomérationpar agglomération, au fur et à mesure dudéploiement.PROXIMITÉ ET RESPECTDU CLIENTBouygues Telecom est présent sur le marché <strong>de</strong> ladistribution <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> téléphonie mobile etfixe via sa filiale Réseau Clubs Bouygues Telecom(RCBT). Le déploiement d’un réseau <strong>de</strong> boutiques,qui a débuté en 1998, constitue l'un <strong>de</strong>s axes <strong>de</strong>la stratégie <strong>de</strong> distribution <strong>de</strong> Bouygues Telecom.RCBT a récemment franchi le cap <strong>de</strong>s 650 magasinsClubs pour une relation <strong>de</strong> proximité avec le client.Depuis plusieurs années, RCBT adapte la configuration<strong>de</strong> ses boutiques aux nouvelles activités(i<strong>de</strong>o, Bbox Fibre, clés Internet 3G+, etc.). En 2011,trente clubs ont été agencés selon un nouveauconcept appelé "Connect" intégrant une véritabledémarche d’éco-conception. Parmi les critèresenvironnementaux, on peut citer l’éclairage par led,le choix <strong>de</strong>s équipements informatiques, <strong>de</strong> dispositifs<strong>de</strong> climatisation et <strong>de</strong> chauffage, permettantune économie <strong>de</strong> plus <strong>de</strong> 50 % <strong>de</strong>s charges liées.En outre, l’accompagnement du client est au cœur<strong>de</strong> cette démarche et l’accessibilité aux personnesà mobilité réduite, une <strong>de</strong>s priorités.Extenso Telecom, filiale à 100 %, a aussi un rôle clédans la distribution <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> communication<strong>de</strong> Bouygues Telecom à travers son réseau <strong>de</strong>2 700 points <strong>de</strong> vente. En 2011, il a été élu "meilleurgrossiste en souscriptions <strong>de</strong> lignes" pour la quatrièmeannée consécutive, titre récompensant sesactivités <strong>de</strong> ventes <strong>de</strong> forfaits mobiles (avec ou sanstéléphone portable).Depuis plusieurs années, Bouygues Telecom arenforcé sa présence sur le canal <strong>de</strong> distribution parinternet. La boutique en ligne, directement accessible<strong>de</strong>puis www.bouyguestelecom.fr, est un point<strong>de</strong> vente interactif disponible sept jours sur sept24 heures sur 24. Celui-ci propose une large gamme<strong>de</strong> terminaux et d’offres, et réserve <strong>de</strong>s avantagesspécifiques aux internautes. Le site attire plus <strong>de</strong>cinq millions <strong>de</strong> visiteurs uniques en moyenne parmois et la page Facebook <strong>de</strong> Bouygues Telecom enrassemble près <strong>de</strong> 35 000.Dans un souci d’impliquer directement ses clientsdans sa démarche globale <strong>de</strong> développementdurable, Bouygues Telecom poursuit sa politique<strong>de</strong> dématérialisation <strong>de</strong>s factures grand public auformat papier. À l’issue <strong>de</strong> l’année 2011, 3 402 000factures internet dématérialisées ont ainsi étéémises, soit près <strong>de</strong> 60 % du total. Les packagings<strong>de</strong>s cartes Sim et <strong>de</strong> l’offre Carte Bouygues Telecom,disponibles en libre-service, ont également étéadaptés pour correspondre à la politique d’écoconception<strong>de</strong> l’entreprise.(1) Manifestation co-organisée par le Medpi, le Journal <strong>de</strong>s Télécoms et le JDLI. En 2011, onze trophées ont récompensé huit entreprises pour leurs produits, leurs services ou les hommes qui les dirigent. (2) estimation du parc clients MVNO consommateurs : clients pour lesquels un acte sortant a été effectuéau cours du <strong>de</strong>rnier mois (3) comprend les abonnements haut débit et très haut débit fixe (4) chiffres publiés par l’Arcep le 1 er mars 2012<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 117


Optimisationdu packaging<strong>de</strong> l’offre CarteBouygues Telecom :suppression <strong>de</strong>la boîte carton,un simple blisterplastique, <strong>de</strong>s coffretsemboîtables plutôt quesuperposables, moins<strong>de</strong> place occupée,moins d’emballages.Par ailleurs, précurseur avec son dispositif <strong>de</strong>recyclage <strong>de</strong>s mobiles – il est le premier opérateurà l’ouvrir aux clients tous opérateurs et toutesmarques <strong>de</strong> téléphones confondues –, BouyguesTelecom a lancé en 2011 une boutique virtuelle<strong>de</strong> smartphones d’occasion sur son site internet.Issus <strong>de</strong> la filière Recyclage <strong>de</strong> l’entreprise etproposés jusqu’à 50 % <strong>de</strong> leur prix <strong>de</strong> vente neufs,ces mobiles en parfait état sont disponibles sansengagement, garantis trois mois, avec une assistanceen cas <strong>de</strong> problème. Bouygues Telecomréaffirme ainsi sa volonté <strong>de</strong> toujours mieux servirses clients en intégrant les enjeux environnementaux(en réemployant <strong>de</strong>s produits et en facilitant leurrecyclage) et sociaux (accès du plus grand nombreà <strong>de</strong>s smartphones, filière faisant appel au secteurprotégé, etc.).Bouygues Telecom s’est également efforcé cetteannée <strong>de</strong> proposer <strong>de</strong>s offres plus responsablesdans l’accompagnement <strong>de</strong>s clients dans l’usage<strong>de</strong> leur mobile et <strong>de</strong> leur box. Dans un souci <strong>de</strong>protection <strong>de</strong> l’enfance, une solution <strong>de</strong> contrôleparental globale sur la Bbox, la clé 3G ou par verrouillageparental sur les téléviseurs, est disponiblesur le site web. L’opérateur a également intensifiésa communication sur internet et dans les gui<strong>de</strong>s enpoint <strong>de</strong> vente pour promouvoir son service d’étu<strong>de</strong>spersonnalisées <strong>de</strong> consommation client.De plus, dans le cadre <strong>de</strong> la veille sur la santé<strong>de</strong>s personnes, Bouygues Telecom a contribué àplusieurs actions en 2011 : mise à jour permanentesur le site web <strong>de</strong> Bouygues Telecom <strong>de</strong> la rubrique"Radiofréquences et Santé", extension du dispositifd’information sur le débit d’absorption spécifique(DAS) <strong>de</strong>s terminaux et sur l’utilisation du kit piéton àl’ensemble <strong>de</strong>s supports <strong>de</strong> communication, et miseà jour du dépliant d’information <strong>de</strong> la Fédérationfrançaise <strong>de</strong>s télécoms (FFT) Mon mobile et masanté, intégrant les <strong>de</strong>rnières conclusions <strong>de</strong> l’Organisationmondiale <strong>de</strong> la santé (OMS).Enfin, après le lancement d’Ijenko Insi<strong>de</strong>, premierservice <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong> consommation d’énergie àpartir <strong>de</strong> la Bbox, Bouygues Telecom a annoncé saparticipation au projet IssyGrid ® , solution <strong>de</strong> pilotageet d’optimisation énergétique à l’échelle locale. Ceprojet, d’une durée <strong>de</strong> cinq ans, regroupe plusieursentreprises, dont Alstom et Bouygues Immobilier àIssy-les-Moulineaux (Hauts-<strong>de</strong>-Seine) .Pour aller plus loinbouyguestelecom.comSmartphones d’occasion• http://mobile-occasion.bouyguestelecom.fr/Offres responsables• http://www.services.bouyguestelecom.fr/telephone-mobile/controle-parentalGOUVERNANCE DUDÉVELOPPEMENTDURABLEOrganisation et animationLa démarche développement durable <strong>de</strong> BouyguesTelecom est animée par la direction InnovationArchitecture et Services, en synergie avec les entitésfonctionnelles et opérationnelles. La structureDéveloppement durable pilote la feuille <strong>de</strong> route,le reporting associé et les groupes <strong>de</strong> travail transversessur les sujets coordonnés par le comité <strong>de</strong>direction générale, le comité Énergie ou le comitéAchats responsables, par exemple. Un comitéexécutif mensuel, composé <strong>de</strong> représentants <strong>de</strong>sgrands métiers <strong>de</strong> l’entreprise, est chargé <strong>de</strong> lacohérence opérationnelle. Des binômes, constitués<strong>de</strong> responsables <strong>de</strong>s services aux collaborateurs et<strong>de</strong>s ressources humaines, relaient les actions surl’ensemble <strong>de</strong>s sites <strong>de</strong> l’entreprise.Lors d’événements nationaux, <strong>de</strong>s actions sontmenées sur tous les sites pour sensibiliser lescollaborateurs aux principaux axes stratégiquesdéveloppés en interne. Les thèmes abordés en 2011ont concerné la réduction <strong>de</strong>s déplacements, le trisélectif <strong>de</strong>s déchets, l’éco-conception, la dématérialisation<strong>de</strong>s documents et les bons gestes pourmaîtriser les consommations <strong>de</strong> papier ou d’énergieau quotidien.Dans la lignée du Groupe, Bouygues Telecom adécliné son co<strong>de</strong> d'éthique auprès <strong>de</strong> ses collaborateursau travers <strong>de</strong> séances <strong>de</strong> sensibilisation et<strong>de</strong> formation spécifiques.Afin notamment d’augmenter la satisfaction <strong>de</strong>ses clients, Bouygues Telecom a mis en placeune démarche Lean Six Sigma. Cette métho<strong>de</strong> <strong>de</strong>management a pour but d’améliorer l’efficacité et laqualité <strong>de</strong>s processus déployés dans l’entreprise etainsi garantir une qualité constante <strong>de</strong>s produits et<strong>de</strong>s services fournis.Enfin, les équipes entretiennent un dialogue régulieravec leurs principales parties prenantes : clients,actionnaires, collaborateurs, associations, fournisseurs,etc. (voir tableau <strong>de</strong>s modalités <strong>de</strong> dialogueavec les parties prenantes ci-contre).Les achats responsablesCréée en 2002, la direction Achats poursuit unepolitique dynamique <strong>de</strong> référencement <strong>de</strong> produitset <strong>de</strong> services plus respectueux <strong>de</strong> l’environnement,socialement responsables et fabriqués dans le respect<strong>de</strong>s principes éthiques, tout en développant<strong>de</strong>s relations équilibrées avec les fournisseurs.Au-<strong>de</strong>là du développement <strong>de</strong>s filières <strong>de</strong> recyclage<strong>de</strong>s terminaux et infrastructures, <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong>s déchets, du choix <strong>de</strong> produits à l’impactenvironnemental réduit, Bouygues Telecom apoursuivi le développement <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux thématiquesprioritaires :> l’évaluation RSE par EcoVadis <strong>de</strong> 74 nouveauxfournisseurs, portant ainsi le nombre total <strong>de</strong>fournisseurs évalués à plus <strong>de</strong> 250 ;> le recours au secteur adapté : en 2011, près <strong>de</strong>1,4 million d’euros d’achats solidaires ont ainsiété effectués avec le secteur adapté et protégé.PerspectivesEn 2011, Bouygues Telecom s’est fortement investidans la réduction <strong>de</strong> sa consommation d’énergie.En 2012, ses efforts seront poursuivis au niveau <strong>de</strong>l’éco-conception <strong>de</strong> ses box, mais aussi dans lamise en place généralisée d’un système <strong>de</strong> managementtype Iso 50001. De manière générale, lesactions porteront sur la conception <strong>de</strong> produits plusresponsables et accessibles au plus grand nombre.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 118


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues TelecomModalités <strong>de</strong> dialogue <strong>de</strong> Bouygues Telecom avec les parties prenantesLes parties prenantes Les interlocuteurs <strong>de</strong> Bouygues Telecom Exemples <strong>de</strong> mo<strong>de</strong> <strong>de</strong> dialogueClientsAssociations <strong>de</strong> consommateurs (UFC-Que choisir,A<strong>de</strong>ic, Familles <strong>de</strong> France, Familles rurales,CLCV, etc.)Association <strong>de</strong> la médiation (AMCE)> Directions service clients, relation clients, service consommateurs, étu<strong>de</strong>s,juridique> Service clientèle> Enquêtes <strong>de</strong> satisfaction client, étu<strong>de</strong>s, tables ron<strong>de</strong>s> Réunions d’échanges avec les associations <strong>de</strong> consommateurs> Espace internet dédié d’échange et <strong>de</strong> recueil <strong>de</strong>s réclamations clientsCollaborateursOrganisations syndicalesAutorités <strong>de</strong> régulation et <strong>de</strong> concertation (Arcep,ANFR, CNC, etc.)Pouvoirs publics centraux (ministères, DGCCRF,Union européenne, etc.)Institutions européennesAssociations et organismes professionnelsnationaux (FFT, Afutt, Afors Telecom, etc.)et internationaux (GSMA, Ecta)> Management, responsables ressources humaines et affaires sociales> Directions fréquences et protection, économie et régulation, serviceconsommateurs, juridique, développement durable> Directions fréquences et protection, économie et régulation, serviceconsommateurs, juridique, développement durable> Enquêtes <strong>de</strong> perception auprès <strong>de</strong>s collaborateurs> Entretiens annuels d’échange> Dialogue et négociation d’accords avec les représentants du personnel> Site intranet comprenant un espace environnement et développement durable> Animations, vidéo magazine interne> Réponses aux consultations publiques, aux questionnaires> Réunions, participation à différents groupes <strong>de</strong> travail> Rédaction <strong>de</strong> bilans, propositions> Réunions d’échanges et <strong>de</strong> travail inter-opérateurs sur les sujets d’intérêt communet non concurrentiels> Réponses sectorielles aux consultations publiquesAssociations <strong>de</strong> riverains, associations nationaleset associations spécialisées sur les antennes-relais> Directions fréquences et protection, relations extérieures réseau > Réflexion sur le Grenelle I et II, tables ron<strong>de</strong>s, réunions publiques> Site internet dédié "Radiofréquences et Santé"Fournisseurs et prestatairesMaires et élus locaux, préfets, propriétaires> Direction <strong>de</strong>s achats> Direction <strong>de</strong>s relations extérieures réseau, gestion du patrimoine> Comités exécutifs> Évaluations / audits par tierce partie> Enquête miroir fournisseurs> Réunions publiques> Réunions <strong>de</strong> concertation> Salons> Information en réunions <strong>de</strong> quartiers, expositionsA<strong>de</strong>ic : Association <strong>de</strong> défense, d’éducation et d’information du consommateur - AMCE : Association <strong>de</strong> la médiation <strong>de</strong>s communications électroniques - ANFR : Agence nationale <strong>de</strong>s fréquences - Arcep : Autorité <strong>de</strong> régulation <strong>de</strong>s communications électroniques et <strong>de</strong>s Postes - Afors Télécom : Associationfrançaise <strong>de</strong>s opérateurs <strong>de</strong> réseaux et <strong>de</strong> services <strong>de</strong> télécommunication : Afutt : Association française <strong>de</strong>s utilisateurs <strong>de</strong> télécommunications - CLCV : Confédération <strong>de</strong> la consommation, du logement et du cadre <strong>de</strong> vie - CNC : Conseil national <strong>de</strong> la consommation - DGCCRF : Direction générale <strong>de</strong> laconsommation, <strong>de</strong> la concurrence et <strong>de</strong> la répression <strong>de</strong>s frau<strong>de</strong>s - Ecta : European Competitive Telecommunications Association - FFT : Fédération française <strong>de</strong>s télécoms - GSMA : GSM Association - UFC-Que choisir : Union fédérale <strong>de</strong>s consommateurs - Que choisir<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 119


AGIR POUR LESHOMMES ET LESFEMMESÀ l’instar <strong>de</strong>s autres entités du Groupe, BouyguesTelecom s’attache <strong>de</strong>puis toujours à accor<strong>de</strong>r unintérêt particulier aux hommes et femmes qui composentses effectifs, en privilégiant la prévention<strong>de</strong>s discriminations, la promotion <strong>de</strong> l’égalité <strong>de</strong>schances et la diversité.Veiller à la sécurité et lasanté <strong>de</strong>s collaborateursEn 2011, quatre axes ont été développés : unprogramme d’incitation à l’exercice physique, lasensibilisation <strong>de</strong> 2 000 managers à la détectionet à la prévention du stress, <strong>de</strong>s informations etanimations sur la prévention routière et aussi <strong>de</strong>sinformations <strong>de</strong> sécurité dématérialisées pour lestechniciens maintenance qui peuvent, par exemple,les consulter en mobilité sur les PDA.Favoriser l’égalité <strong>de</strong>schances et la diversitéDiversité professionnelleInterviewThierry Geoffroy, chargé <strong>de</strong> mission auprès <strong>de</strong> ladirectrice générale d’Afnor CertificationComment AfnorCertification appréciet-ellela démarche <strong>de</strong>Bouygues Telecom ?L’obtention du labelDiversité n’est passurprenante mêmesi elle n’est jamaisacquise d’avance. Lelabel Diversité vient,en effet, reconnaître etconsacrer un engagementconstant associé à <strong>de</strong>sactions concrètes pourgarantir effectivementla prévention efficace<strong>de</strong>s discriminations etpromouvoir la diversité.C’est le cas chezBouygues Telecom <strong>de</strong>puisdéjà plusieurs années. Lesformations "Diversité etRecrutement" et "Respectet Performance", mises enœuvre dès 2007, en sont<strong>de</strong> bonnes illustrations.En quoi la démarche <strong>de</strong>Bouygues Telecom sedistingue-t-elle ?Elle se distingue avanttout par le fait qu’elles’inscrit au sein d’uneentreprise qui évolue dansun secteur économiquemarqué par <strong>de</strong> constantes,importantes et brutalesévolutions. Lutter contreles discriminationsnécessite, <strong>de</strong> ce fait, uneconstante adaptationavec une forte réactivitédans le cadre <strong>de</strong>sactions mises en œuvre.Les collaborateurs lereconnaissent bienvolontiers en affirmant,pour 86 % d’entre eux,que la promotion <strong>de</strong> ladiversité est une réalité<strong>de</strong> l’entreprise. J’ai entête un exemple, parmid’autres, qui est, selonnous, très emblématique :le parrainage <strong>de</strong>sagents du prestataire<strong>de</strong> nettoyage du site <strong>de</strong>Bouygues Telecom, laTour Sequana à Issyles-Moulineaux,pourœuvrer en faveur <strong>de</strong>l’alphabétisation.L’année 2011 a été marquée par l’obtention du labelDiversité, obtenu en juillet, récompensant ainsi touteune démarche structurée autour <strong>de</strong> quatre axes prioritaires: handicap, égalité professionnelle, seniorset origines. C’est aussi l’année <strong>de</strong> la femme avecle déploiement du programme "Femmes et management".Dix actions pour faire progresser la mixitédans les équipes et dans les instances les plusélevées ont été lancées telles que la naissance d’unréseau féminin, d’un programme <strong>de</strong> mentoring <strong>de</strong>sfemmes pour accélérer leur progression dans l’entrepriseou encore une formation <strong>de</strong> sensibilisationCRF : Corporate Research Foundationaux enjeux <strong>de</strong> la mixité. Bouygues Telecom a,par ailleurs, été élu "Top employeur" par le CRFInstitute pour la <strong>de</strong>uxième année consécutive.Intégration <strong>de</strong>s collaborateurshandicapésSur l’année écoulée, l’objectif <strong>de</strong> recrutement <strong>de</strong>scollaborateurs handicapés a été dépassé <strong>de</strong> 25 % et<strong>de</strong>s entretiens <strong>de</strong> carrière dédiés ont été instaurés.De plus, en octobre, un premier accord en faveur<strong>de</strong> l’intégration <strong>de</strong> collaborateurs handicapés a étésigné chez RCBT et une mission Handicap a étémise en place pour coordonner et établir un suivi<strong>de</strong>s actions.Évolution professionnelle etdéveloppement <strong>de</strong>s collaborateursL’année 2011 a été marquée par la mise en œuvredu programme <strong>de</strong> transformation "Croissance etPerformance" qui a permis aux 2 000 encadrants<strong>de</strong> Bouygues Telecom <strong>de</strong> partager et <strong>de</strong> préparerles nouveaux enjeux <strong>de</strong> l’entreprise, notamment<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 120


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues Telecompar la mise en œuvre d’une culture d’améliorationcontinue dans les activités et les pratiques managérialesassociées. Les enjeux en matière d’éthiqueont également été réaffirmés à travers une action<strong>de</strong> sensibilisation aux bonnes pratiques autour <strong>de</strong>la diffusion du nouveau co<strong>de</strong> <strong>de</strong> bonne conduite <strong>de</strong>Bouygues Telecom.Telecom arrivent en tête. La plus forte progression(11 points) concerne les mesures en faveur <strong>de</strong> l’égalité<strong>de</strong>s chances et la politique <strong>de</strong> développementdurable, en écho aux nombreuses actions misesen place pour favoriser la mixité <strong>de</strong>s équipes etcouronnées par l’obtention du label Diversité, lescertifications HQE ® et Iso 50001.Soutenir <strong>de</strong>s initiativescitoyennesLa Fondation Bouygues Telecom, qui rassemble750 collaborateurs volontaires, a poursuivi sonaction dans ses trois domaines d’intervention :> solidarité, avec l’Association Petits Princes(trente rêves d’enfants gravement mala<strong>de</strong>s soutenusen 2011),> environnement (par exemple, 190 collaborateursparticipants au nettoyage <strong>de</strong>s plages et rivières,en partenariat avec Surfri<strong>de</strong>r Foundation),> culture, avec le prix Nouveau Talent FondationBouygues Telecom - Metro, remis à PhilippeNonie pour son roman L’Inconnue.La Fondation propose aussi, <strong>de</strong>puis cinq ans,un dispositif <strong>de</strong> parrainage d’associations à sescollaborateurs, ouvert en juin à ses clients, quibénéficient ainsi d’un accompagnement dans leursengagements personnels.Poursuivre le dialogue avecles collaborateursEn 2011, les collaborateurs ont <strong>de</strong> nouveau étéinvités à répondre à une enquête <strong>de</strong> perception 1 ,<strong>de</strong>ux ans après la précé<strong>de</strong>nte. Leur forte participation(77 %) montre leur intérêt et leur implicationen faveur <strong>de</strong> leur entreprise et, notamment, enversses valeurs et actions citoyennes. L’engagementcitoyen 2 et la fierté <strong>de</strong> travailler 3 chez BouyguesEntretenir le dialogueavec les représentants dupersonnelEn 2011, le dialogue a été riche entre la direction<strong>de</strong> Bouygues Telecom et les 332 représentantsdu personnel via l’organisation <strong>de</strong> 276 réunionstraitant <strong>de</strong> sujets comme le pilote sur le télétravailou le label Diversité. Des négociations sur l’EspaceRessources (ateliers <strong>de</strong> développement personnelen ligne, accessibles à tous les collaborateurs) etl’intéressement ont été signées à l’unanimité par lesorganisations syndicales représentatives. Fin 2011,ces <strong>de</strong>rnières ont été invitées pour la <strong>de</strong>uxième foisà négocier sur la "Gestion prévisionnelle <strong>de</strong> l’emploiet <strong>de</strong>s compétences" et sur "L’égalité professionnelleentre les hommes et les femmes".MAÎTRISER NOTREEMPREINTEENVIRONNEMENTALEEn 2011, Bouygues Telecom a réalisé son cinquièmebilan carbone. Les actions mises en œuvre ontpermis <strong>de</strong> stabiliser les émissions <strong>de</strong> CO 2malgré<strong>de</strong> forts investissements au niveau <strong>de</strong>s équipementsréseau. Les efforts <strong>de</strong> Bouygues Telecom pourréduire son impact carbone portent principalementsur les postes "énergie" et "déplacement <strong>de</strong>spersonnes".ÉMISSIONS CARBONE TOTALESPAR POSTESource : Bouygues Telecom - 2011Utilisation<strong>de</strong>s produits2,26 %Fret 2,60 %Énergie6,96 %Déplacements<strong>de</strong>s personnes8,23 %Déchets0,22 %Hors énergie0,06 %Intrantset services19,30 % Immobilisations60,37 %Pour cela, l’entreprise s’appuie sur une politique3 R (Réduire Réutiliser Recycler) volontaire, <strong>de</strong>management <strong>de</strong> l’énergie et <strong>de</strong>s déchets, <strong>de</strong>gestion contrôlée <strong>de</strong>s consommations, d’achatsd’équipements moins énergivores et d’optimisation<strong>de</strong>s déplacements <strong>de</strong> ses collaborateurs.Parmi les actions phares mises en œuvre, le projet"Optile Energie" a été lancé en 2009 pour piloter etmaîtriser la consommation du réseau malgré l’envoléedu trafic "data" (extinction <strong>de</strong>s équipements,choix <strong>de</strong> solutions plus performantes, etc.). Parailleurs, le plan <strong>de</strong> consolidation <strong>de</strong>s data centersa permis d’économiser un peu plus <strong>de</strong> 8 GWh, soit13 % <strong>de</strong> la consommation totale <strong>de</strong> ces <strong>de</strong>rniers.(1) Les réponses ont été traitées et analysées par l'institut Inergie Opinion (2) 96 % <strong>de</strong>s collaborateurs reconnaissent l’engagement citoyen <strong>de</strong> Bouygues Telecom. (3) 95 % <strong>de</strong>s collaborateurs affirment être fiers <strong>de</strong> travailler chez Bouygues Telecom.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 121


Une gestion responsablesur tous les sitesUne exploitation durable<strong>de</strong>s bâtimentsTrois sites <strong>de</strong> Bouygues Telecom sont actuellementcertifiés HQE ® Exploitation : le centre <strong>de</strong> relationclients <strong>de</strong> Bourges <strong>de</strong>puis 2009, ainsi que les<strong>de</strong>ux principaux sites parisiens. Cette certificationimplique les collaborateurs dans les pratiques responsablescomme les économies d’énergie, d’eauou le tri <strong>de</strong>s déchets à la source.Des sites à énergies renouvelablesEn 2011, <strong>de</strong>s solutions nouvelles d’alimentation par<strong>de</strong>s énergies renouvelables ont été réalisées ousont à l’étu<strong>de</strong> : gestion multi-énergies, installationd’une mini-ferme photovoltaïque sur une toiture,mise en place d’une éolienne ou alimentation parpiles à combustible.Le site Printania à Bourgesa été certifié Iso 50001Un management contrôlé <strong>de</strong> l’énergieL’entreprise a renforcé sa politique d’efficacité énergétiqueen décidant <strong>de</strong> déployer <strong>de</strong>s systèmes <strong>de</strong>management <strong>de</strong> l’énergie selon la nouvelle normeIso 50001. Première norme internationale à définirles exigences <strong>de</strong> mise en œuvre <strong>de</strong>s systèmes <strong>de</strong>management <strong>de</strong> l’énergie et d’amélioration continue,Iso 50001 est applicable à toute organisation.Toutes les énergies sont concernées : électricité,carburant, gaz naturel, vapeur, chaleur, etc., sansdistinction entre les différentes formes d’énergie(énergies renouvelables ou autre). Réel argumentcommercial, l’obtention <strong>de</strong> cette norme instaureune forte dynamique <strong>de</strong> progrès continu pourréduire la dépendance énergétique et anticiper leshausses <strong>de</strong> prix.Bouygues Telecom est ainsi <strong>de</strong>venu le premieropérateur <strong>de</strong> téléphonie fixe et mobile certifié parBureau Veritas Certification. Deux implantations – lecentre <strong>de</strong> Bourges et le data center <strong>de</strong> Montignyle-Bretonneux– ont obtenu cette distinction.Deux autres sites <strong>de</strong>vraient obtenir égalementcette certification en 2012, soit un total <strong>de</strong> plus <strong>de</strong>100 000 m 2 <strong>de</strong> surfaces <strong>de</strong> bureaux.Une gestion rigoureuse <strong>de</strong>s déchetssur les sites télécoms, informatiqueset dans les bureauxBouygues Telecom privilégie le recours au secteurprotégé pour la gestion <strong>de</strong> ses déchets. Pour le recyclagedu matériel désinstallé <strong>de</strong>s sites du réseau(baies, antennes etc.), l’entreprise poursuit sa collaborationentamée en 2004 avec les ateliers protégésEsope et ATF pour les équipements informatiques.Une volonté <strong>de</strong> maîtriser laconsommation <strong>de</strong> papierLe déploiement <strong>de</strong>s mopieurs 1 <strong>de</strong> <strong>de</strong>rnière génération,initié les années précé<strong>de</strong>ntes sur les immeublesfranciliens, a été généralisé en 2011 à toutes lesautres implantations. Le nombre <strong>de</strong> feuilles <strong>de</strong>papier imprimées entre 2010 et 2011 a diminué <strong>de</strong>4 %. Nouveau vecteur <strong>de</strong> communication, l’affichagedynamique sur <strong>de</strong>s écrans disposés dans les lieux<strong>de</strong> passage <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux principaux sites parisiens aaussi permis <strong>de</strong> réduire la consommation <strong>de</strong> papier.Bouygues Telecom a, par ailleurs, entamé <strong>de</strong>puisquelques années un processus <strong>de</strong> dématérialisation<strong>de</strong> ses documents papier afin <strong>de</strong> réduire sonempreinte écologique et d’optimiser ses processus<strong>de</strong> validation. Ceci concerne notamment plusieursdocuments <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s ressources humaines :facture <strong>de</strong> l’offre mobile collaborateurs, bulletin<strong>de</strong> paie électronique, document <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>srelations entre managers et collaborateurs, etc. Demême, les échanges avec les fournisseurs sontdématérialisés dès que possible.Un souhait d’optimisation<strong>de</strong>s déplacementsAprès un premier plan <strong>de</strong> déplacements d’entreprise(PDE) effectué en 2005, Bouygues Telecoma lancé en 2011 un PDE dédié à son nouveau sitesitué à Issy-les-Moulineaux en région parisienne.Objectif : réduire les déplacements inter-sites <strong>de</strong>scollaborateurs et, lorsqu’ils sont inévitables, proposer<strong>de</strong>s solutions moins consommatrices d’énergie.Pour compléter le service <strong>de</strong> navettes inter-siteslancé en 2005, vingt-<strong>de</strong>ux véhicules 100 % électriquesont été mis à disposition <strong>de</strong>s collaborateurs.Ce service gratuit est le premier en auto-partageau sein d’une entreprise privée. En novembre, lepremier réseau social <strong>de</strong> covoiturage a, par ailleurs,vu le jour sur le Technopôle <strong>de</strong> Meudon (Hauts-<strong>de</strong>-Seine). Enfin, Bouygues Telecom a lancé en 2011 unpilote <strong>de</strong> télétravail afin <strong>de</strong> conjuguer performance<strong>de</strong> l’entreprise et meilleur équilibre professionnelet personnel <strong>de</strong>s collaborateurs. Bilan et suitesprévus en 2012.(1) appareil <strong>de</strong> reprographie qui regroupe différentes fonctions : photocopieurs, scanner, fax, imprimante et envoi <strong>de</strong> courriers électroniques<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 122


Responsabilité sociétale : enjeux et indicateurs clés2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues TelecomObjectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Accompagnerles clients dansl’usage <strong>de</strong> leurmobile et <strong>de</strong>leur BboxDélivrer unservice <strong>de</strong>qualité pourchacun <strong>de</strong>sclients, quelsque soientl’offre et lecanal choisisAcheterresponsableVeiller à lasanté et lasécurité <strong>de</strong>scollaborateursÉtu<strong>de</strong>s personnalisées <strong>de</strong>sconsommations <strong>de</strong>s clientsContrôles parentauxactivésDépliants Mon mobile etma santé (Afom) diffusésClassement au baromètre<strong>de</strong> la relation client entéléphonie mobile (enquêteTNS Sofres-BearingPoint)Nombre 937 000 1 170 000Nombre118 000(mobile)153 000(mobile et fixe)Nombre 5 200 000 5 605 000Rang1 er pourla 4 e foisconsécutive(mobile)1 er pourla 5 e foisconsécutive(mobile) etpour la 1 refois (fixe etinternet)Fournisseurs évalués parEcoVadis a Nombre 114 169Acheteurs formés auxachats responsablesTaux <strong>de</strong> fréquence b <strong>de</strong>sacci<strong>de</strong>nts du travailTaux <strong>de</strong> gravité b <strong>de</strong>sacci<strong>de</strong>nts du travail% n.a. 62%2,99 c(au 8 février2011)0,083 d(au 8 février2011)2,19 c(au 3 février2012)0,073 d(au 3 février2012)Formations santé-sécurité Nombre Plus <strong>de</strong> 2 000 1 445> Dans l’Espace Client Web, proposition <strong>de</strong>s offres les plusadaptées à la consommation du client, issue <strong>de</strong> son étu<strong>de</strong>personnalisée (ai<strong>de</strong> au choix)> Regroupement dans une rubrique unique sur le sitebouyguestelecom.fr <strong>de</strong> l'ensemble <strong>de</strong>s services <strong>de</strong>contrôle parental disponibles avec les différentséquipements du foyer (fixe et mobile)> Réactualisation du dépliant suite à la publication <strong>de</strong>stravaux du Circ sur l'évaluation <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong>cancérogénicité pour l'homme <strong>de</strong>s signauxradiofréquences (diffusion dans tous les packs Sim etcolis <strong>de</strong>s téléphones)> Mise en œuvre <strong>de</strong>s nouvelles dispositions réglementairesen matière d’information <strong>de</strong>s consommateurs sur lesrecommandations d’usage du mobile initiées par le Comop> Extension du niveau <strong>de</strong> qualité <strong>de</strong> service reconnu par lesclients aux activités internet-fixe et maintien sur le mobile(reconnaissance entre autres <strong>de</strong> la qualité du contact et laréactivité)> Développement d'une animation <strong>de</strong> proximité <strong>de</strong>s canauxpour améliorer encore la perception <strong>de</strong>s clients> Développement <strong>de</strong> la polyvalence fixe / mobile <strong>de</strong>sconseillers <strong>de</strong> clientèle> Création <strong>de</strong> la structure "achats responsables" pourrenforcer la démarche et relancer l'évaluation et le suivi<strong>de</strong>s fournisseurs> Formation <strong>de</strong>s acheteurs aux achats responsables> Mise à jour <strong>de</strong> la cartographie <strong>de</strong>s risques pour prioriserles actions> Mise à jour <strong>de</strong> la politique <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s risquesroutiers et sensibilisation <strong>de</strong>s collaborateurs (animationsconduite <strong>de</strong>ux roues, audits <strong>de</strong> conduite, etc.)> Dématérialisation <strong>de</strong>s informations sécurité pour uneconsultation sur PDA par les techniciens <strong>de</strong> maintenanceet informatisation <strong>de</strong>s dossiers d'intervention ultérieure surl'ouvrage (D.I.U.O.)> Lancement d’un programme d’incitation <strong>de</strong>s collaborateursà l’exercice physique> Sensibilisation <strong>de</strong> 1 940 managers à la détection et à laprévention du stress> Développer l'"ai<strong>de</strong> au choix" en la rendant plus pédagogique,conviviale et complète> Étudier l'extension du contrôle parental sur le mobile avec l'ajoutd'un profil "enfant" et la mise en place d’un portail mobile "enfant"> Optimiser la cohérence du service en tant qu’opérateur global> Renforcer la visibilité <strong>de</strong>s informations pour les clients> Faire évoluer le dispositif d’écoute clients pour animer toutes leséquipes autour <strong>de</strong> la qualité (les canaux et les processus) avec uneposture d’écoute> Renforcer l'accompagnement <strong>de</strong>s fournisseurs évalués> Atteindre 300 fournisseurs disposant d'une évaluation datant <strong>de</strong>moins <strong>de</strong> trois ans> Former 100 % <strong>de</strong>s acheteurs> Intensifier l'animation <strong>de</strong> la démarche> Faire évoluer les prescriptions suite à la nouvelle réglementationélectrique (opérations <strong>de</strong> maintenance, contrôles électriquesréglementaires, habilitations électriques)> Mettre en œuvre les évolutions réglementaires en matière <strong>de</strong> sécuritéroutière et suivre le tableau <strong>de</strong> bord interne <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>nts routierspour adapter les actions à la sinistralité> Sensibliser les techniciens en e-learning à la sécurité lors <strong>de</strong>sinterventions en nacelle> Développer la prévention <strong>de</strong>s risques liés à l’usage excessif <strong>de</strong>soutils <strong>de</strong> communication (e-mails, SMS, communicator, etc.) pour unmeilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 123


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues TelecomObjectifs Indicateurs Unité 2010 2011 Commentaires Objectifs 2012Soutenir <strong>de</strong>sinitiativescitoyennesConcevoir etdiffuser <strong>de</strong>sproduits etservices plusresponsablesRéduirel’empreinteenvironnementale<strong>de</strong> l’activitéBudget mécénat K€Collaborateurs volontairespour les actions <strong>de</strong> laFondation d'EntrepriseBouygues Telecom1 000(dont 130à <strong>de</strong>sassociationslocales)1 000(dont 130à <strong>de</strong>sassociationslocales)Nombre 620 750Mobiles usagés collectés Nombre 19 857 94 636Factures clientsforfait grand publicdématérialiséesConsommation d'énergied'une boxBilan Carbonescope 1 et 2Consommation d'électricitéglobale> Financement <strong>de</strong> trente rêves d’enfants mala<strong>de</strong>s parl’Association Petits Princes> Soutien <strong>de</strong> vingt projets parrainés par <strong>de</strong>s collaborateurs> Lancement d’un programme <strong>de</strong> parrainage d’associationspar les clients <strong>de</strong> Bouygues Telecom pour financer trenteprojets à hauteur <strong>de</strong> 5 000 euros> Participation <strong>de</strong> 190 collaborateurs à <strong>de</strong>s opérations<strong>de</strong> nettoyage <strong>de</strong> plages, lacs et rivières avec Surfri<strong>de</strong>rFoundation> Déploiement du nouveau dispositif <strong>de</strong> reprise dansl'ensemble <strong>de</strong>s magasins Clubs Bouygues Telecom etpromotion du service% 50 59 > Poursuite <strong>de</strong> la dématérialisation <strong>de</strong>s acteskWh/ann.d.Déco<strong>de</strong>ur TVADSL : 81Fibre : 125> Engagement <strong>de</strong> respecter le Voluntary Industry Agreement erelatif à la consommation <strong>de</strong>s set-top box (déco<strong>de</strong>ur TV)Tonneséq. CO 252 010 51 722 g > Mise en place d'un plan <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s émissions <strong>de</strong>Kg éq.CO 2parclientKg CO 2par euro<strong>de</strong> chiffred'affaires4,15 3,679 228 9 009gaz à effet <strong>de</strong> serre dont :- constitution d'une flotte interne <strong>de</strong> vingt véhiculesélectriques en auto-partage (premier service d’autopartageélectrique "pro-perso" en entreprise privée)- mise à jour <strong>de</strong>s plans <strong>de</strong> déplacement d'entreprise(PDE) <strong>de</strong>s sitesVariationGWhen %511- 10,2536 g- 6,8 > Plan <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s consommations d’énergie sur touspar clientVariationen %par euro - 0,67 2,97les sites (techniques et administratifs)> Obtention <strong>de</strong> la certification Iso 50001 du site <strong>de</strong> relationclient situé à Bourges et du data center <strong>de</strong> Montigny-le-Bretonneux<strong>de</strong> chiffred'affaires> Renouveler le soutien à la Fondation pour la Nature et l’Homme,Surfri<strong>de</strong>r Foundation et l’Association Petits Princes> Lancer un <strong>de</strong>uxième appel à projets parrainés par <strong>de</strong>s clients> Consacrer un budget <strong>de</strong> 130 000 euros à <strong>de</strong>s projets parrainés parles collaborateurs> Proposer aux collaborateurs <strong>de</strong> participer à <strong>de</strong>s chantiers natureorganisés par <strong>de</strong>s associations soutenues par la Fondation pour laNature et l’Homme> Continuer la promotion du recyclage> Développer la vente <strong>de</strong> mobiles d'occasion> Promouvoir les avantages <strong>de</strong> la facture internet détaillée auprès <strong>de</strong>sclients> Respecter le Co<strong>de</strong> of Conduct f (référentiel européen) relatif à laconsommation <strong>de</strong>s box> Poursuivre la politique <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong> l'empreinte carbone <strong>de</strong>sdéplacements> Mettre en place un système <strong>de</strong> management type Iso 50001 surtous les sites> Obtenir la certification Iso 50001 pour les sites du Technopôle(Meudon) et <strong>de</strong> Sequana (Issy-les-Moulineaux)Afom : Association française <strong>de</strong>s opérateurs mobiles - Circ : Centre international <strong>de</strong> recherche sur le cancer - Comop : Comité opérationnel chargé d'une étu<strong>de</strong> sur l'exposition aux on<strong>de</strong>s radio - n.a. : non applicable - n.d. : non disponible(a) comptabilisation du nombre total <strong>de</strong> fournisseurs évalués sur les trois <strong>de</strong>rnières années (actifs et inactifs y compris ceux n'ayant pas répondu) (b) Cet indicateur est soumis à <strong>de</strong>s corrections ultérieures liées à sa validation par les autorités concernées après sa publication(c) Taux <strong>de</strong> fréquence = nombre d'acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées (d) Taux <strong>de</strong> gravité = nombre <strong>de</strong> jours d'arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d'heures travaillées (e) référentiel européen relatif à la consommation <strong>de</strong>s déco<strong>de</strong>urs TV(f) référentiel européen relatif à la consommation <strong>de</strong>s box (g) changement <strong>de</strong> périmètre entre 2010 et 2011 avec extension aux data centers externes<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 125


Indicateurs extra-financiers au 31 décembreFamille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsAccompagnementclientSantéRégimes sociauxÉtu<strong>de</strong>s personnalisées <strong>de</strong>s consommations clients750 000 937 000 1 170 000100 % NombreContrôles parentaux activés 115 000 (mobile) 118 000 (mobile) 153 000 (mobile et fixe)Dépliants Mon mobile et ma santé (Afom) diffusés4 960 005 5 221 447 5 605 000Radiofréquences et santé : réponses aux courriers100 % Nombre120 40 31Radiofréquences et santé : réponses aux e-mails 63 13 6Mesures <strong>de</strong> champs électromagnétiques réalisées sur sollicitations extérieures 900 703 600Montant brut moyen annuel <strong>de</strong> l’intéressement salarié100 %€2 624(perçus en 2009pour l’exercice 2008)1 268(perçus en 2010pour l’exercice 2009)3 062(perçus en 2011pour l’exercice 2010)Taux d’adhésion au PEE (plan d'épargne d'entreprise) % 63,2 a 66,1 59,8InterneIso 26000 6.7GRI PR1Iso 26000 6.8InterneIso 26000 6.3Iso 26000 6.4Femmes Collaboratrices cadres dans l'effectif cadres 100 % % 33,1 33,4 34,3Collaborateurs handicapés178 199 234NombreHandicapés Collaborateurs handicapés embauchés 100 %31 21 38Chiffre d’affaires réalisé avec le secteur protégé et adapté, et celui <strong>de</strong> l'insertion K€ 996 1 462 1 368Absentéisme Heures d’absence sur la durée effective du travail (hors congés maternité) 100 % % 3,9 3,9 4,1GRI LA13Iso 26000 6.3Iso 26000 6.4GRI LA13Iso 26000 6.3Iso 26000 6.4GRI LA7Iso 26000 6.3Iso 26000 6.4Acci<strong>de</strong>ntsFormationRecyclage(b)Taux <strong>de</strong> fréquence 100 % 2,6 d 2,99 e 2,19 f(c)Taux <strong>de</strong> gravité (dont nombre <strong>de</strong> décès, sous-traitant inclus)0,069 d 0,083 e 0,073 fGRI LA7557868Acci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> travail100 %dont 41 avec arrêt dont 51 avec arrêt dont 39 avec arrêtAcci<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> trajetFormations santé-sécuritéBouyguesTelecom SA(hors filiales)Nombre101dont 62 avec arrêt111dont 70 avec arrêt96dont 61 avec arrêtPlus <strong>de</strong> 2 000 Plus <strong>de</strong> 2 000 1 445Iso 26000 6.3Iso 26000 6.4GRI LA8Iso 26000 6.3Iso 26000 6.4Heures <strong>de</strong> formationNombre 278 783 298 898 328 151 GRI LA10100 %Iso 26000 6.3Collaborateurs ayant bénéficié d’une formation dans l'année % 90 92 92Iso 26000 6.4Mobiles recyclés :57 260113 508146 957• collectés auprès <strong>de</strong>s clients (magasins Club Bouygues Telecom,GRI EN22Nombreinternet grand public et entreprises, collaborateurs)13 38419 85794 636Iso 26000 6.5• issus du circuit SAV 100 %43 87693 65152 321Poids d’équipements réseau recyclés :• batteries• hors batteriesTonnes 341503321260GRI EN22Iso 26000 6.5<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues Telecom • 126


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues TelecomFamiille Indicateurs Périmètre Unité 2009 2010 2011 RéférentielsFactures papier clients Forfait grand public dématérialisées40 50 59 GRI EN1Dématérialisation100 % Taux cumuléÉchanges dématérialisés <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s d'achats 41 56 65Iso 26000 6.5ConsommationConsommation globale d'électricité(sites administratifs, sites télécoms, data centers)GWh 490 511 536 i GRI EN3Iso 26000 6.5Consommation d’électricité par poste occupé dans les bureauxBouyguesTelecom SA MWh 3,38 4,22 3,26Consommation <strong>de</strong> papier par poste occupé(hors filiales)Nombre <strong>de</strong>ramettes3,91 2,77 2,95Sites télécoms alimentés par <strong>de</strong>s énergies renouvelables 100 %Émissions Émissions carbone scope 1 et 2AchatsresponsablesAccessibilitéMécénatBouyguesTelecom SA(hors filiales)Fournisseurs évalués par EcoVadis g 100 %Nombrecumulé1(éolien photovoltaïque)1(éolien photovoltaïque)8 (quatre éolienphotovoltaique/ quatrepiles à combustible)Tonneséq. CO 2n.d. 52 010 51 722Nombre 109 114 169Part du chiffre d’affaires Achats évalué par EcoVadis h % 18 43 65Fournisseurs évalués par EcoVadis dans l’année Nombre 27 68 74Acheteurs formés aux achats responsables Taux cumulé n.a. n.a. 62Communes couvertes dans le cadre du programme "zones blanches"2 876 2 935 3 044Communes couvertes dans le cadre du programme RAN Sharing 3G n.a. n.a. 145Magasins Club Bouygues Telecom accessibles aux personnes handicapées100 % Nombre304 (sur 388 Clubsmandataires etsuccursales)352 (sur 413 Clubsmandataires etsuccursales)366 (sur 421 Clubsmandataireset succursales)Logiciels <strong>de</strong> vocalisation offerts aux clients déficients visuels 326 321 251Budget consacré au mécénat (dépenses <strong>de</strong> solidarité)K€ 1 000 1 000 1 000Collaborateurs volontaires pour les actions <strong>de</strong> la Fondation Bouygues Telecom Nombre 508 620 750Donations737 752 790Volontariat <strong>de</strong>s employés 29 11 31100 %K€Dons en nature 55 50 20Structure <strong>de</strong> mécénat 141 181 190Part <strong>de</strong> budget dédié à <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> long terme84 82 83%Part <strong>de</strong> budget dédié à <strong>de</strong>s actions ponctuelles 16 18 17GRI EN1Iso 26000 6.5GRI EN6Iso 26000 6.5GRI EN16Iso 26000 6.5HR2Iso 26000 6.3Iso 26000 6.6HR1Iso 26000 6.3Iso 26000 6.6HR2Iso 26000 6.3Iso 26000 6.6HR3Iso 26000 6.3Iso 26000 6.6InterneIso 26000 6.7InterneIso 26000 6.8Recherche etBudget recherche et développement 100 % M€ 18,6 15,7 19,5 Internedéveloppementn. a : non applicable - n.d. : non disponible(a) Bouygues Telecom SA hors filiales (b) Taux <strong>de</strong> fréquence = nombre d'acci<strong>de</strong>nts du travail avec arrêt x 1 000 000 / nombre d'heures travaillées (c) Taux <strong>de</strong> gravité = nombre <strong>de</strong> jours d'arrêt <strong>de</strong> travail x 1 000 / nombre d'heures travaillées (d) compte tenu <strong>de</strong>s décisions communiquées par les caisses <strong>de</strong>Sécurité sociale au 2 février 2010 (e) compte tenu <strong>de</strong>s décisions communiquées par les caisses <strong>de</strong> Sécurité sociale au 8 février 2011 (f) compte tenu <strong>de</strong>s décisions communiquées par les caisses <strong>de</strong> Sécurité sociale au 3 février 2012 (g) comptabilisation du nombre total <strong>de</strong> fournisseurs évalués sur les trois<strong>de</strong>rnières années (actifs et non actifs y compris ceux n'ayant pas répondu) (h) chiffre d’affaires achats <strong>de</strong> l’année n représenté par le nombre total <strong>de</strong> fournisseurs évalués au moins une fois sur les trois <strong>de</strong>rnières années (actifs et inactifs y compris ceux n'ayant pas répondu) avec le chiffre d'affaires Achatsreprésenté (i) changement <strong>de</strong> périmètre entre 2010 et 2011 avec une extension aux data centers externes<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 127


Bouygues SAChiffres clésChiffre d’affaires 201169 M€(+ 5 %)Résultat d'exploitation- 30 M€(n.s.)Résultat net808 M€(- 10 %)Collaborateurs186n.s. : non significatifSociété mère d’un groupe industriel,Bouygues SA est essentiellementconsacrée au développement<strong>de</strong>s différents métiers du groupeBouygues. Elle est le lieu où sontprises les décisions qui déterminentl’activité du Groupe et l’allocation <strong>de</strong>ses ressources financières.Contrôle interne - Gestion<strong>de</strong>s risques - ConformitéDès sa création, et parce que son fondateur avaitune vision très novatrice <strong>de</strong>s métiers <strong>de</strong> la construction,sa première activité, le groupe Bouygues a fait<strong>de</strong> la maîtrise <strong>de</strong>s risques une <strong>de</strong>s caractéristiquesprincipales <strong>de</strong> sa culture. Aujourd’hui, Bouygues SA,société mère du Groupe, considère que parmi sesmissions fondamentales figurent le contrôle interne,la maîtrise <strong>de</strong>s risques et la conformité. Depuisquatre ans, sous son impulsion et son contrôle, <strong>de</strong>nombreuses actions sont menées dans chacun <strong>de</strong>scinq métiers. Elles s’articulent autour <strong>de</strong> trois axes :un référentiel <strong>de</strong> contrôle interne, l’auto-évaluation<strong>de</strong> la mise en œuvre <strong>de</strong>s principes clés figurantdans ce référentiel, l’i<strong>de</strong>ntification et le suivi <strong>de</strong>srisques majeurs. En accord avec le co<strong>de</strong> d’éthiquedu Groupe, la conformité est un <strong>de</strong>s objectifs essentiels<strong>de</strong> ces trois démarches.Une <strong>de</strong>scription du dispositif <strong>de</strong> contrôle interne et<strong>de</strong> la gestion <strong>de</strong>s risques du Groupe figure dans lerapport du prési<strong>de</strong>nt du conseil d’administration auchapitre "Informations juridiques et financières" duprésent document.ManagementBouygues SA apporte la plus gran<strong>de</strong> attentionau management du Groupe. Elle veille en particulierà favoriser l’échange et la valorisation <strong>de</strong>sexpériences entre structures et métiers, ainsi quel’animation <strong>de</strong>s équipes et le développement <strong>de</strong>l’état d’esprit du Groupe. Les principales actionsconduites à cet égard en 2011 sont décrites auchapitre "Le Groupe", rubrique "Nos responsabilitéssociales, sociétales et environnementales", duprésent document.Services rendus aux filialesEn sus <strong>de</strong> sa mission <strong>de</strong> direction générale duGroupe, Bouygues SA fournit à ses différentsmétiers <strong>de</strong>s services et expertises dans différentsdomaines : finance, communication, développementdurable, mécénat, nouvelles technologies,assurances, conseil juridique, ressources humaines,etc. À cet effet, Bouygues SA et les principalessociétés du Groupe concluent chaque année <strong>de</strong>sconventions relatives à ces prestations. Celles-cipermettent à chacun <strong>de</strong>s métiers <strong>de</strong> faire appel àces services et expertises en tant que <strong>de</strong> besoin.Les montants facturés en 2011 au titre <strong>de</strong> cesprestations figurent ci-après sous le titre "Fluxfinanciers" et dans le rapport <strong>de</strong>s commissaires auxcomptes sur les conventions réglementées (chapitre"Assemblée générale mixte du 26 avril 2012" duprésent document).AlstomAu 31 décembre 2011, la participation <strong>de</strong> Bouyguesdans Alstom s’élevait à 30,75 % du capital et <strong>de</strong>sdroits <strong>de</strong> vote.L’AMF a modifié le 31 janvier 2011 son règlementgénéral régissant les offres publiques. Le seuil <strong>de</strong>déclenchement <strong>de</strong> l’offre publique obligatoire anotamment été ramené à 30 % du capital ou <strong>de</strong>sdroits <strong>de</strong> vote, au lieu du tiers. Cependant, l’article<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Bouygues SA • 128


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersBouygues SA234-11 alinéa 2 du règlement général dispose quele seuil du tiers est maintenu pour toute personne"qui détient directement ou indirectement, après le1 er janvier 2010, une participation, résultant d’unengagement ferme conclu avant le 1 er janvier 2010,comprise entre 30 % et le tiers du capital ou <strong>de</strong>sdroits <strong>de</strong> vote, et tant que cette participation estcomprise entre ces <strong>de</strong>ux seuils". Bouygues avait prisle 25 novembre 2009 l’engagement ferme d’acquérir4 400 000 actions Alstom contre remise <strong>de</strong>s actionsAlstom Hydro qu’il détenait à l’époque. Le 12 mars2010, à l’issue du contrôle <strong>de</strong> cette opération par lesautorités <strong>de</strong> la concurrence, Bouygues a ainsi portésa participation dans Alstom à 30,81 % du capitalet <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote.Bouygues n’est donc pas concerné par les dispositionsapplicables aux entreprises qui ont franchile seuil <strong>de</strong> 30 % du capital ou <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> voted’une société cotée après le 1 er janvier 2010, sansengagement ferme antérieur à cette date (ces entreprisesdoivent ramener leur participation en <strong>de</strong>çà <strong>de</strong>30 % avant le 1 er février 2012 ou, à défaut, déposerun projet d’offre publique). Bouygues bénéficie dumaintien du seuil du tiers tant que sa participationest comprise entre 30 % et 33,33 % du capital et<strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote d’Alstom.Opérations financièresLe conseil d’administration réuni le 30 août 2011 alancé un projet d’offre publique <strong>de</strong> rachat (OPRA)d’actions Bouygues. Cette offre consistait en unrachat par Bouygues <strong>de</strong> ses propres actions dansla limite d’un nombre maximum <strong>de</strong> 41 666 666actions, représentant 11,7 % du capital, au prix <strong>de</strong>30 euros par action.Cette opération a été approuvée par 98 % <strong>de</strong>sactionnaires réunis en assemblée générale extraordinairele 10 octobre 2011. L’offre publique <strong>de</strong>rachat d’actions a été ouverte du 17 octobre au7 novembre 2011.Les actionnaires étaient libres d’apporter ou nonleurs titres à l’offre. Ceux qui apportaient leurs titresbénéficiaient d’une prime <strong>de</strong> 29 % par rapport aucours moyen du mois d’août 2011. Pour les autresactionnaires, désirant accompagner le Groupe dansla durée et donc conserver leurs titres, cette opérationpréservait leurs intérêts car elle augmentaitfortement le bénéfice net par action (hausse estiméeà environ 11 % à cette date) avec une hypothèsed’apport <strong>de</strong> 100 % <strong>de</strong>s actions visées.SCDM, holding détenue par Martin Bouygues etOlivier Bouygues, a fait part <strong>de</strong> son intention <strong>de</strong> nepas apporter ses titres à l’offre, manifestant ainsi saconfiance dans les perspectives du Groupe.Le 14 novembre 2011, l’AMF a publié un avis parlequel elle annonçait que 163 121 437 actionsavaient été apportées à l’offre publique <strong>de</strong> rachatd’actions.Après application du mécanisme <strong>de</strong> réduction, lasociété Bouygues a racheté 41 666 666 <strong>de</strong> sespropres actions représentant 11,69 % <strong>de</strong> son capital(sur la base du capital social publié au 31 octobre2011 <strong>de</strong> 356 535 745 actions auxquelles étaientattachés 480 145 821 droits <strong>de</strong> vote).Le 15 novembre 2011, le conseil d’administration<strong>de</strong> Bouygues a décidé d’annuler les 41 666 666actions rachetées. En conséquence <strong>de</strong> cette annulation,le nombre total d’actions Bouygues s’élevaità 314 869 079 actions.Le montant total payé par la société dans le cadre<strong>de</strong> cette opération s’est élevé à 1,25 milliard d’euros.C’est la première fois qu’une OPRA d’un montantaussi important était réalisée en France.Comme elle l’avait annoncé, SCDM n’a pas apportéses titres à l’offre. À l’issue <strong>de</strong> l’opération, elle détenait21,08 % du capital <strong>de</strong> Bouygues et 29,56 % <strong>de</strong>sdroits <strong>de</strong> vote contre 18,62 % du capital et 27,53 %<strong>de</strong>s droits <strong>de</strong> vote au 31 octobre 2011. Les fondscommuns <strong>de</strong> placement <strong>de</strong>s salariés (FCPE) ontapporté <strong>de</strong>s titres à l’offre. L’intégralité du produit<strong>de</strong> l’apport <strong>de</strong> ces titres a été réinvesti en actionsBouygues. Les salariés se sont ainsi renforcés aucapital du Groupe et détenaient, à l’issue <strong>de</strong> l’opération,23,36 % du capital et 28,10 % <strong>de</strong>s droits <strong>de</strong>vote, contre 20,47 % du capital et 24,77 % <strong>de</strong>s droits<strong>de</strong> vote au 31 octobre 2011.Flux financiersEn 2011, Bouygues société mère a reçu un montantglobal <strong>de</strong> divi<strong>de</strong>n<strong>de</strong>s <strong>de</strong> 981 millions d’euros verséspar les sociétés suivantes :> Bouygues Construction : 201 M€> Bouygues Immobilier : 105 M€> Colas : 199 M€> TF1 : 50 M€> Bouygues Telecom : 361 M€> Alstom : 56 M€> Divers : 9 M€Au titre <strong>de</strong>s conventions <strong>de</strong> services communsconclues avec ses principales filiales, Bouygues so -ciété mère a facturé en 2011 les sommes suivantes :> Bouygues Construction : 13,5 M€> Bouygues Immobilier : 3,0 M€> Colas : 16,1 M€> TF1 : 3,5 M€> Bouygues Telecom : 7,7 M€Il n’existe pas <strong>de</strong> flux financiers significatifs entreles différentes filiales du Groupe. La trésorerie estcentralisée au sein <strong>de</strong> filiales financières entièrementdétenues par Bouygues société mère. Cettecentralisation permet d’optimiser la gestion <strong>de</strong>s fraisfinanciers en relayant, avec la trésorerie disponible<strong>de</strong> certaines filiales, les lignes <strong>de</strong> crédits confirméesobtenues auprès d’établissements <strong>de</strong> crédit pard’autres filiales. Dans le cadre du placement <strong>de</strong>sexcé<strong>de</strong>nts <strong>de</strong> trésorerie, Bouygues s’est toujoursinterdit l’utilisation <strong>de</strong> supports sensibles (véhicules<strong>de</strong> titrisation, OPCVM dynamiques, etc.).R&D, Ressources humainesCf. le chapitre "Le Groupe", partie "Nos responsabilitéssociales, sociétales et environnementales".Autres activitésFinagestionFinagestion est la société holding qui a reprisles activités <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> l’eau et <strong>de</strong> l’électricitéprécé<strong>de</strong>mment exercées en Côte d’Ivoire et auSénégal par Saur (cédée en 2004 par Bouygues).Au 31 décembre 2011, la participation <strong>de</strong> Bouyguesdans Finagestion est <strong>de</strong> 20 %. Finagestion estconsolidée par mise en équivalence <strong>de</strong>puis 2009.Serendipity InvestmentEn octobre 2011, Bouygues a acquis les 50 % <strong>de</strong>la société d’investissement Serendipity Investmentdétenus jusqu’alors par Artémis. Bouygues estainsi <strong>de</strong>venu actionnaire à 100 % <strong>de</strong> SerendipityInvestment. Au 31 décembre 2011, le portefeuille<strong>de</strong> Serendipity Investment est constitué <strong>de</strong>s participationssuivantes :> 30,6 % dans la société F4(éditeur <strong>de</strong> jeux vidéo en ligne) ;> 25 % dans la société Légen<strong>de</strong>(production cinématographique) ;> 11,1 % dans la société Won<strong>de</strong>rbox(éditeur <strong>de</strong> coffrets ca<strong>de</strong>aux).En février 2011, Serendipity Investment a cédé auPMU la totalité <strong>de</strong> sa participation dans la sociétéGeny Infos (informations hippiques).Sa participation dans la société Massecom (mutualisation<strong>de</strong>s enjeux <strong>de</strong> paris hippiques en ligne) aété cédée en février 2011 à RBP Luxembourg SA.Serendipity Investment a également procédé enoctobre 2011 à la cession à Artémis <strong>de</strong> sa participationdans la société Michel & Augustin (agroalimentaire).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 129


Au cœur dudéveloppement durableChiffres clésChiffres du premier semestre 2011/12(1 er avril / 30 septembre 2011. Alstom Grid inclus)Chiffre d’affaires9 389 M€(- 10 %)Marge opérationnelle6,7 %(- 0,6 point)Résultat net part du Groupe363 M€ *(- 9 %)Comman<strong>de</strong>s reçues10 183 M€( + 45 %)Alstom a réduit <strong>de</strong> 152 millions <strong>de</strong> tonnesles émissions annuelles <strong>de</strong> CO 2<strong>de</strong>s 944 centrales qu’il a équipéesCollaborateurs92 200 **(*) après un impact négatif <strong>de</strong> 75 M€ au premier semestre2010/11 et <strong>de</strong> 54 M€ au premier semestre 2011/12, liés àl'acquisition d'Alstom Grid (coût d'acquisition, amortissement<strong>de</strong>s marges acquises) (**) au 31 décembre 2011Présents dans une centaine <strong>de</strong> pays,92 200 collaborateurs d’Alstomdéploient leur expertise au sein <strong>de</strong>quatre secteurs – Thermal Power,Renewable Power, Grid et Transport –au cœur <strong>de</strong>s problématiques <strong>de</strong>développement durable.Au 31 décembre 2011, Bouyguesdétenait 30,75 % du capital d'Alstom.Les <strong>de</strong>ux groupes développentleurs synergies industriellestout en s'autorisant à travaillerindépendamment selon les projets.Bouygues, actionnaired’AlstomEn juin 2006, Bouygues a acquis la participation <strong>de</strong>l’État français dans Alstom, représentant 21,03 % ducapital. Cet achat a représenté pour Bouygues uninvestissement <strong>de</strong> 2 milliards d’euros. Bouygues aensuite progressivement augmenté sa participationdans Alstom qui s’élevait, au 31 décembre 2011, à30,75 %. D'une durée <strong>de</strong> trois ans, l'engagement<strong>de</strong> conservation <strong>de</strong>s titres d’Alstom acquis auprès<strong>de</strong> l’État français a expiré en juin 2009. Bouyguesconsoli<strong>de</strong> sa participation dans Alstom par miseen équivalence.Coopération non exclusiveentre Bouygues et AlstomEn avril 2006, Alstom et Bouygues ont signé un protocole<strong>de</strong> coopération commerciale et opérationnellenon exclusive. En partageant leurs meilleures pratiquesdans la gestion <strong>de</strong>s projets et en conjuguantleurs forces commerciales, les <strong>de</strong>ux groupes proposentensemble, selon les opportunités à travers lemon<strong>de</strong>, <strong>de</strong>s projets intégrés apportant le savoir-faire<strong>de</strong> Bouygues dans le génie civil et celui d’Alstomdans les systèmes, équipements et services <strong>de</strong>production et <strong>de</strong> transmission d’électricité, ou <strong>de</strong>transport ferroviaire. Ce protocole <strong>de</strong> coopérationn’instaure cependant aucune exclusivité réciproquepuisque les <strong>de</strong>ux groupes travaillent ensemble ouséparément selon les projets, avec ou sans partenairestiers, dans l’intérêt <strong>de</strong> leurs clients.LE PROFIL D'ALSTOMAlstom est un groupe international. Au cours <strong>de</strong> l’année2010/11, son activité s'est répartie <strong>de</strong> la façonsuivante : 45 % en Europe, 20 % en Amérique duNord et du Sud, 18 % en Asie/Pacifique et 17 % enAfrique et au Moyen-Orient. Pour mémoire, Alstomclôt ses exercices le 31 mars. En 2010/11, il a réaliséun chiffre d’affaires <strong>de</strong> 20,9 milliards d’euros, enhausse <strong>de</strong> 6 %.En juillet 2011, afin <strong>de</strong> mieux anticiper les mutations<strong>de</strong> ses métiers, d’accélérer son développement etd'atteindre ses objectifs <strong>de</strong> performance, l’entreprisea été fortement réorganisée avec un redéploiement<strong>de</strong>s activités opérationnelles du groupe enquatre secteurs – Thermal Power, Renewable Power,Transport et Grid – et un profond renouvellement <strong>de</strong>son comité exécutif.Production d’électricitéPrésent dans toutes les technologies <strong>de</strong> productiond’électricité (charbon, gaz, fioul, nucléaire, hydroélectricité,éolien, hydrolien, géothermie, biomasse,solaire), Alstom dispose <strong>de</strong> l’offre la plus complètedu marché, avec une position <strong>de</strong> numéro un mondialdans les centrales clés en main, l’hydroélectricité etles services à la production d’électricité.Le secteur Thermal Power couvre la générationd’électricité Gaz, Vapeur et Nucléaire, ainsi queles activités <strong>de</strong> Service et d’Automation & Contrôle,tandis que Renewable Power regroupe les activités<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Alstom • 130


Faits marquantsè Réorganisation en 4 secteurs pourmieux répondre aux marchés <strong>de</strong><strong>de</strong>main2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersAlstomè Acquisition, en mai 2011, <strong>de</strong> 25 %du capital <strong>de</strong> Transmashholding,1 er constructeur ferroviaire russeè Avril 2011 : centrale thermique enMalaisie (1 M<strong>de</strong>)è Juin 2011 : parcs éoliens au Brésil(200 Me)è Septembre 2011 : locomotives enRussie (400 Me)è Décembre 2011 : centrale thermiqueen Pologne (900 Me) ; tramway auRoyaume-Uni (350 Me)è Janvier 2012 : liaison à haute tensionen courant continu en Suè<strong>de</strong> (240 Me)Hydro, Éolien, Solaire et autres renouvelables.Acteur <strong>de</strong> premier plan <strong>de</strong> "l’électricité propre",Alstom propose et développe, en partenariat avecses clients, une approche pragmatique fondée sur :> Le développement <strong>de</strong> technologies <strong>de</strong> productiond’électricité à faibles émissions <strong>de</strong> CO 2. Legroupe a installé près <strong>de</strong> 25 % <strong>de</strong> la capacitémondiale en énergie hydraulique et s’appuieaussi sur ses références internationales enfermes éoliennes terrestres. En investissantdans l’éolien offshore, le solaire, la géothermieou encore dans les énergies marines, Alstomcontinue <strong>de</strong> développer sa large gamme <strong>de</strong> solutionsénergétiques renouvelables. L’entreprise estaussi un acteur <strong>de</strong> premier plan dans la fournitured’îlots conventionnels <strong>de</strong> centrales nucléaires.> L’amélioration <strong>de</strong> l’efficacité énergétique etenvironnementale <strong>de</strong>s centrales <strong>de</strong> productiond’électricité, notamment grâce à une position <strong>de</strong>lea<strong>de</strong>r mondial dans les systèmes <strong>de</strong> contrôle <strong>de</strong>qualité <strong>de</strong> l’air.> Le captage et le stockage du CO 2produit parces centrales, domaine où Alstom joue un rôlepionnier avec seize sites pilotes dans le mon<strong>de</strong>.Alstom possè<strong>de</strong>, en outre, une gran<strong>de</strong> expériencedans la réhabilitation, la mise à niveau, la rénovationet la mo<strong>de</strong>rnisation <strong>de</strong> centrales existantes.L'entreprise a installé les principaux équipements<strong>de</strong> 25 % <strong>de</strong>s centrales électriques en exploitationdans le mon<strong>de</strong>.Transmission d’électricitéAlstom Grid, créé à partir <strong>de</strong> l’activité <strong>de</strong> transmissionrachetée à Areva (Areva T&D) en juin 2010,fait partie du trio <strong>de</strong> tête mondial <strong>de</strong>s groupesspécialistes <strong>de</strong> la transmission d’électricité. Cesecteur, qui contribue au développement <strong>de</strong>sréseaux électriques, met en œuvre les technologiesles plus avancées (automatismes, logiciels, etc.)et propose <strong>de</strong>s solutions pour rendre les réseauxélectriques plus "intelligents". Alstom Grid s’organiseautour <strong>de</strong> quatre activités principales : les produits(équipements électriques pour la transmission <strong>de</strong>l’électricité), les systèmes (gestion <strong>de</strong>s réseaux électriqueset grands projets clés en main), l’automation(systèmes d’information avancés pour la gestion entemps réel <strong>de</strong>s réseaux électriques) et les services.Transport ferroviaireDans le domaine du transport ferroviaire, Alstoms’impose comme un <strong>de</strong>s lea<strong>de</strong>rs mondiaux parmiles fournisseurs d’équipements et <strong>de</strong> services.L'offre d'Alstom Transport couvre l’ensemble dumarché <strong>de</strong>s transports ferroviaires, <strong>de</strong>puis la trèsgran<strong>de</strong> vitesse jusqu’aux transports urbains légers,en passant par les métros, les trains <strong>de</strong> banlieueet régionaux, et les locomotives. Alstom fournit lematériel roulant, mais aussi <strong>de</strong>s infrastructures,<strong>de</strong>s équipements <strong>de</strong> signalisation, <strong>de</strong>s prestations<strong>de</strong> maintenance et <strong>de</strong>s systèmes ferroviaires clésen main.L’entreprise se situe au premier rang mondial dansles trains à gran<strong>de</strong> et très gran<strong>de</strong> vitesse, et elle estun <strong>de</strong>s lea<strong>de</strong>rs mondiaux dans les transports ferroviairesurbains : un métro sur quatre et un tramwaysur trois dans le mon<strong>de</strong> ont été fournis par Alstom.L’ACTIVITÉCOMMERCIALED'ALSTOM EN 2011Au 31 mars 2011, date <strong>de</strong> clôture <strong>de</strong> l’exercice2010/11, les prises <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s du groupeAlstom avaient augmenté <strong>de</strong> 28 % par rapport au31 mars 2010, atteignant 19,1 milliards d’euros, cequi portait le carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s à 46,8 milliardsd’euros, soit 26 mois <strong>de</strong> chiffre d’affaires.Au cours <strong>de</strong>s neuf premiers mois <strong>de</strong> l’exercice2011/12, Alstom a enregistré <strong>de</strong>s comman<strong>de</strong>s pourun montant <strong>de</strong> 15,1 milliards d’euros, en hausse<strong>de</strong> 20 % par rapport aux neuf premiers mois <strong>de</strong>l’exercice précé<strong>de</strong>nt. Le chiffre d'affaires, à 14,3 milliardsd’euros, est en baisse <strong>de</strong> 9 % par rapport àla même pério<strong>de</strong> <strong>de</strong> l’exercice antérieur. Le carnet<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s a atteint 48 milliards d’euros au31 décembre, représentant <strong>de</strong>ux ans et <strong>de</strong>mi <strong>de</strong>chiffre d'affaires.Production d’électricitéAu cours du troisième trimestre 2011/12 (du1 er octobre 2011 au 31 décembre 2011), les prises<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s du secteur Thermal Power se sontélevées à 1,9 milliard d’euros.Plusieurs grands contrats ont été conclus <strong>de</strong>puisle 1 er avril 2011 :> ingénierie et fourniture <strong>de</strong>s éléments principaux<strong>de</strong> la première centrale à charbon supercritiqued’Asie du sud-est en Malaisie ;> fourniture <strong>de</strong> la chaudière et <strong>de</strong> la salle <strong>de</strong>smachines pour la nouvelle centrale au charbond’Ersa en Pologne ;> renouvellement d’un contrat <strong>de</strong> maintenance àlong terme pour <strong>de</strong>s turbines à gaz GT24 auxÉtats-Unis ;> construction <strong>de</strong> la centrale électrique au gaz d’AlMansuriya en Irak ;> fourniture d’une unité <strong>de</strong> 300 MW pour une centraleà combustible fossile en Estonie ;> fourniture d’une <strong>de</strong>uxième unité <strong>de</strong> 400 MW pourla centrale à cycle combiné <strong>de</strong> KMC à Singapour.Au cours du troisième trimestre 2011/12 (du1 er octobre 2011 au 31 décembre 2011), les prises<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s du secteur Renewable Power sesont élevées à 309 millions d’euros.Les matériels roulants construitspar Alstom peuvent atteindreun taux <strong>de</strong> "recyclabilité" <strong>de</strong> 98 %<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 131


PART DES MARCHÉSÉMERGENTS DANS LESCOMMANDES D'ALSTOM29 %49 %1 er semestre2009/10 2010/11 2011/12L’éolien offshorea bénéficié <strong>de</strong>sefforts <strong>de</strong> recherchedéveloppementd’AlstomPRISES DE COMMANDESD'ALSTOM PAR SECTEUREn milliards d'eurosGridThermalPowerRenewablePowerTransport7,01,4*2,80,82+ 45 %n.a.+ 62 %+ 32 %+ 33 %67 %10,21,94,62,71 er semestre2010/11 2011/12(*) chiffre consolidé sur 4 mois (juin à septembre 2010)n.a. : non applicable1D’importants contrats ont été conclus <strong>de</strong>puis le1 er avril 2011 :> réalisation en consortium <strong>de</strong> la première centrale<strong>de</strong> pompage-turbinage en In<strong>de</strong> ;> fourniture et maintenance <strong>de</strong> trois parcs éolienspour Brasventos au Brésil ;> fourniture <strong>de</strong>s équipements pour les centraleshydroélectriques <strong>de</strong> Santo Antonio do Jari auBrésil et <strong>de</strong> Chaggla au Pérou.Transmission d’électricitéAu cours du troisième trimestre 2011/12 (du 1 eroctobre 2011 au 31 décembre 2011), les prises <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s se sont élevées à 1,2 milliard d’euros.Plusieurs contrats majeurs ont été enregistrés parAlstom Grid <strong>de</strong>puis le 1 er avril 2011 :> comman<strong>de</strong> <strong>de</strong> postes à isolation gazeuse (GIS)et <strong>de</strong> transformateurs <strong>de</strong> puissance <strong>de</strong>stinés auxcentrales à gaz d’Al-Khairat et <strong>de</strong> Ninawa en Irak ;> fourniture <strong>de</strong> postes électriques à isolationgazeuse à TransGrid, principale compagnie <strong>de</strong>transport <strong>de</strong> l’électricité en Australie ;> liaison à haute tension en courant continu (HVDC)pour la compagnie d’électricité Svenska Kraftnäten Suè<strong>de</strong>.Transport ferroviaireAu cours du troisième trimestre 2011/12 (du1 er octobre 2011 au 31 décembre 2011), les prises<strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s du secteur Transport se sont élevéesà 1,5 milliard d’euros.De grands contrats ont été conclus <strong>de</strong>puis le1 er avril 2011 :> fourniture et maintenance <strong>de</strong> 20 trains à gran<strong>de</strong>vitesse Pendolino pour l’opérateur polonais PKP ;> comman<strong>de</strong> <strong>de</strong> 200 locomotives <strong>de</strong> fret pour leschemins <strong>de</strong> fer russes ;> fourniture <strong>de</strong> 66 rames MF01 à la RATP <strong>de</strong>stinéesà trois lignes du métro <strong>de</strong> Paris ;> construction <strong>de</strong> <strong>de</strong>ux nouvelles lignes <strong>de</strong> tramwayet maintenance <strong>de</strong> 37 rames <strong>de</strong> tramway àNottingham au Royaume-Uni.L’environnement au cœur <strong>de</strong>s activités d’AlstomLes activités d’Alstom,acteur majeur dans lesinfrastructures d’électricitéet <strong>de</strong> transport ferroviaire,constituent <strong>de</strong>s réponsesaux problématiquesenvironnementales dumon<strong>de</strong> contemporain.Ainsi, dans le domaine<strong>de</strong> la productiond’électricité, une étu<strong>de</strong>récente, certifiée par PwC(PricewaterhouseCoopers),a mis en évi<strong>de</strong>nce que, surun total <strong>de</strong> 944 centralesélectriques équipées parAlstom, les opérateursont pu réduire le montanttotal <strong>de</strong> leurs émissionsannuelles <strong>de</strong> CO 2<strong>de</strong>152 millions <strong>de</strong> tonnes.Cette implication d’Alstomdans le développementdurable se retrouvedans la démarche d’écoconception<strong>de</strong>s produits :dans le domaine ferroviaire,les matériels roulantsconstruits par Alstompeuvent atteindre un taux<strong>de</strong> "recyclabilité" <strong>de</strong> 98 %.ACQUISITIONSPARTENARIATSINVESTISSEMENTSEn avril 2011, Alstom et Shanghai Electric ontannoncé leur intention <strong>de</strong> créer le lea<strong>de</strong>r mondial<strong>de</strong>s chaudières pour centrales à charbon, à traversune société commune détenue à parts égales.E n m a i 2 0 1 1 , A l s t o m a a c q u i s 2 5 % d eTransmashholding (TMH), premier constructeurferroviaire russe, et il est entré au conseil d’administration<strong>de</strong> l’entreprise.En juin 2011, Alstom a acquis 40 % du capital <strong>de</strong>la société écossaise AWS Ocean Energy, marquantainsi son entrée sur le marché <strong>de</strong> l’énergie <strong>de</strong>svagues. Précé<strong>de</strong>mment, en mars 2011, Alstomavait augmenté sa participation dans la sociétéaméricaine BrightSource Energy afin <strong>de</strong> renforcerle partenariat <strong>de</strong>s <strong>de</strong>ux sociétés dans le domaine<strong>de</strong>s centrales thermiques solaires.En octobre 2011, Alstom et China Electric PowerEquipment and Technology Co. Ltd (CET), filiale <strong>de</strong>State Grid Corporation of China (SGCC), ont signéun accord <strong>de</strong> coopération pour développer <strong>de</strong>stechnologies <strong>de</strong> transmission d’électricité à ultrahaute tension.En novembre 2011, Alstom a annoncé son projetd’implanter <strong>de</strong>ux sites dédiés à la production <strong>de</strong>scomposants et à l’assemblage <strong>de</strong> sa nouvelleéolienne offshore <strong>de</strong> 6 MW à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et à Cherbourg (Manche).L’investissement dépendra du succès du consortiummené par EDF EN – dont fait partie Alstom –dans l’appel d’offres sur l’éolien offshore lancé enjuillet 2011 par le gouvernement français.En novembre 2011, Alstom et RusHydro, premièresociété russe <strong>de</strong> production d'hydroélectricité, ont<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • Alstom • 132


2Activité et RSE<strong>de</strong>s métiersAlstomUne politique intensive d’innovationLes efforts <strong>de</strong> rechercheet développement d'Alstomont plus que doubléen six ans, passant <strong>de</strong>333 millions d’euros en2004/05 à 703 millions en2010/11. Cette politiqued’innovation a permisen 2011 <strong>de</strong> franchir <strong>de</strong>sétapes décisives dans lelancement <strong>de</strong> nouveauxproduits.Pour ne donner quequelques exemples, lesecteur Thermal a lancéles <strong>de</strong>rnières générations<strong>de</strong>s turbines à gaz GT24et GT26 pour les marchés50 Hz et 60 Hz, alors quele secteur Renewableprésentait la turbineHalia<strong>de</strong> <strong>de</strong> 6 MW pour lemarché <strong>de</strong> l’éolien offshore.Alstom Grid a développéune solution pour laconnexion à distance<strong>de</strong>s fermes éoliennes.De son côté, AlstomTransport a conçu untramway compact pourles villes moyennes etune locomotive électriqueadaptée aux spécificitésdu marché russe.Alstom Grid propose<strong>de</strong>s solutions pour rendreles réseaux électriquesplus "intelligents"étendu leur partenariat à la production d'électricitéthermique. Cet accord faisait suite à celui conclu enoctobre 2010 dans le domaine <strong>de</strong> l’hydroélectricité.Alstom Grid et la société russe Ker Ltd, spécialiséedans l'ingénierie électrique, ont conclu un accordfinal en vue <strong>de</strong> la réalisation <strong>de</strong> projets en haute tensionen courant continu (HVDC) en Russie. Alstomet Transmashholding (TMH) ont signé une lettred’intention avec la municipalité <strong>de</strong> Saint-Pétersbourgqui établit un programme <strong>de</strong> coopération pour ledéveloppement d’un réseau <strong>de</strong> tramways mo<strong>de</strong>rne.En novembre 2011, Alstom a ouvert au Brésil sapremière usine d’éoliennes d’Amérique latine. Situéedans le complexe industriel <strong>de</strong> Camaçari, dans l’État<strong>de</strong> Bahia, elle disposera d’une capacité installée <strong>de</strong>300 MW par an.En janvier 2012, Alstom et SSE Renewables, premierproducteur écossais d’énergie marine, ont conclu unaccord pour créer une société commune chargée <strong>de</strong>développer au large <strong>de</strong>s côtes d’Orkney en Écossela plus gran<strong>de</strong> ferme au mon<strong>de</strong> utilisant l’énergie<strong>de</strong>s vagues, avec une capacité <strong>de</strong> productionprévue <strong>de</strong> 200 MW.RÉSULTATS DEL’EXERCICE 2010/11Alstom a réalisé <strong>de</strong>s résultats opérationnelsconformes à ses prévisions alors que les prises <strong>de</strong>comman<strong>de</strong>s ont connu une nette reprise au coursdu second semestre <strong>de</strong> l’exercice 2010/11.La marge opérationnelle s’est établie à 7,5 %, contre9,1 %, avec un résultat opérationnel <strong>de</strong> 1 570 millionsd’euros, en baisse <strong>de</strong> 12 %. Le chiffre d’affaires<strong>de</strong> l’exercice a atteint 20,9 milliards d’euros, enhausse <strong>de</strong> 6 % par rapport à l’exercice précé<strong>de</strong>nt.Le résultat net part du Groupe s’est élevé à 462 millionsd’euros contre 1 217 millions d’euros lors <strong>de</strong>l’exercice précé<strong>de</strong>nt.RÉSULTATS DUPREMIER SEMESTREDE L’EXERCICE 2011/12Entre le 1 er avril 2011 et le 30 septembre 2011,Alstom a enregistré un bon niveau <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>sà 10,2 milliards d’euros, en hausse <strong>de</strong> 45 % parrapport au premier semestre <strong>de</strong> l’exercice précé<strong>de</strong>nt,confirmant la reprise intervenue dans lasecon<strong>de</strong> partie <strong>de</strong> l’exercice 2010/11.Le chiffre d’affaires semestriel a atteint 9,4 milliardsd’euros, en baisse <strong>de</strong> 10 %, reflet du faible niveau<strong>de</strong>s comman<strong>de</strong>s enregistrées pendant la crise. Labaisse du volume <strong>de</strong>s ventes a pesé sur le résultatopérationnel qui a atteint 627 millions d’euros. Lamarge opérationnelle a été <strong>de</strong> 6,7 %, au lieu <strong>de</strong>7,3 % au premier semestre 2010/11. Le résultatnet s’est élevé à 363 millions d’euros, en baisse <strong>de</strong>9 %. Alstom a dégagé un cash-flow libre négatif <strong>de</strong>914 millions d’euros en raison <strong>de</strong> la faiblesse <strong>de</strong>sventes et d’éléments exceptionnels.L’ACTION ALSTOMAu 30 décembre 2011, le cours <strong>de</strong> l’action Alstoms’élevait à 23,43 euros.PERSPECTIVESAlstom continue <strong>de</strong> bénéficier d’une situation financièresoli<strong>de</strong>. L’entreprise s’adapte pour faire faceaux évolutions <strong>de</strong> ses marchés. S’appuyant sur lasolidité <strong>de</strong> son carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s, Alstom aconfirmé que la marge opérationnelle <strong>de</strong> l’exercice2011/12 <strong>de</strong>vrait se situer entre 7 % et 8 %.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • ACTIVITÉ ET RSE DES MÉTIERS • 133


Facteurs<strong>de</strong> risques<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 134


3Facteurs <strong>de</strong> risquesSommaireRisques <strong>de</strong>s métiers 136Bouygues Construction 136Bouygues Immobilier 138Colas 139TF1 143Bouygues Telecom 145Risques <strong>de</strong> marché 147Gestion du risque <strong>de</strong> taux et du risque <strong>de</strong> change 147Nature <strong>de</strong>s risques auxquels le Groupe est exposé 147Règles <strong>de</strong> couverture 148Métho<strong>de</strong>s <strong>de</strong> comptabilisation 148Différends et litiges 148Bouygues Construction 149Bouygues Immobilier 150Colas 150TF1 150Bouygues Telecom 152Bouygues SA 154Assurances – Couverture <strong>de</strong>s risques 155Principaux programmes d'assurances 155Challenges. Le goût du travail bien fait et le sens <strong>de</strong> l’effort peuvent être mis à l’épreuve partoutdans le mon<strong>de</strong>, mais c’est sans compter le sens du défi qui inspire les collaborateurs au quotidien.Dans les provinces <strong>de</strong> l’Alberta, Colas entretient et déneige 4 000 km <strong>de</strong> routes.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • 135


Facteurs<strong>de</strong> risquesRisques opérationnels liés auxgrands projets, en phase d’étu<strong>de</strong>sou <strong>de</strong> réalisationDu fait <strong>de</strong> leur taille unitaire ou <strong>de</strong> leur nombre, lesgrands projets constituent <strong>de</strong>s vecteurs <strong>de</strong> risquespotentiels pour Bouygues Construction. Ils fontfréquemment l'objet <strong>de</strong> montages complexes (partenariatspublic-privé, concessions, contrats à longterme) pour lesquels l'allocation <strong>de</strong>s risques doit êtreadaptée aux capacités <strong>de</strong> l'entreprise.Les grands projets peuvent être à l'origine <strong>de</strong> différentstypes <strong>de</strong> risques :Au détour d'une routeen travaux dans l'Alberta> En phase d'étu<strong>de</strong>s : erreur <strong>de</strong> conception,sous-dimensionnement <strong>de</strong>s budgets, mauvaiseappréciation <strong>de</strong> l'environnement local, défautd'analyse contractuelle, etc.> En phase <strong>de</strong> réalisation : défaillance <strong>de</strong> contreparties(clients, partenaires ou sous-traitants),difficulté à mobiliser les ressources suffisantes ennombre ou en compétences, défauts d’exécutionayant <strong>de</strong>s répercussions sur les coûts, la qualité<strong>de</strong>s travaux ou le délai <strong>de</strong> réalisation, etc.Pour mieux maîtriser ces risques, BouyguesConstruction a mis en place une organisation tenantcompte <strong>de</strong>s spécificités <strong>de</strong> chacun <strong>de</strong>s métierset applique <strong>de</strong>s procédures d’engagement et <strong>de</strong>contrôle rigoureuses. Les projets les plus importantsfont notamment l’objet d’une validation systématique<strong>de</strong> la direction générale <strong>de</strong> Bouygues Construction.Bouygues et ses filiales sontparticulièrement sensibles àl’importance du contrôle interneet à la gestion <strong>de</strong>s risques,processus contribuant à fournirune assurance raisonnablequant à la réalisation <strong>de</strong>s principauxobjectifs du Groupe.La maîtrise <strong>de</strong>s risquesest au cœur <strong>de</strong>s préoccupations<strong>de</strong>s managers du Groupe.Le glossaire figure au chapitreInformations complémentairesBouygues et ses métiers ont conscience d’évoluerdans un environnement économique et financierdégradé.Le Groupe continue <strong>de</strong> suivre avec une particulièreattention l’évolution <strong>de</strong> la crise économique issue <strong>de</strong>la crise financière qui est apparue en 2008 et qui,aujourd’hui, a pour conséquence supplémentaireune crise <strong>de</strong>s finances publiques <strong>de</strong> nombreuxÉtats. Outre la détérioration <strong>de</strong>s indicateurs macroéconomiques,cette crise se traduit par l’intensification<strong>de</strong>s pressions fiscales, réglementaires etconcurrentielles, ce qui doit être pris en comptedans l’appréciation <strong>de</strong>s risques.Des consignes <strong>de</strong> vigilance ont été notammentdonnées afin que chaque filiale du Groupe apporteune gran<strong>de</strong> attention à l’analyse du risque <strong>de</strong> contrepartieavec les clients, sous-traitants, fournisseurs,partenaires, distributeurs (Bouygues Telecom),annonceurs (TF1), banques. Cette vigilance setraduit entre autres mesures par une attention portéeaux conditions <strong>de</strong> paiement dans les contrats, parl’analyse régulière <strong>de</strong> la solvabilité <strong>de</strong>s partenaires,fournisseurs ou sous-traitants, ou encore par uneréflexion sur les solutions <strong>de</strong> substitution.Le Groupe surveille également l’évolution <strong>de</strong> laconsommation <strong>de</strong>s ménages, à travers BouyguesTelecom notamment, bien que celui-ci n’ait pasobservé, à ce jour, <strong>de</strong> changement significatif.RISQUES DES MÉTIERSBouygues ConstructionPolitique <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s risquesBouygues Construction a continué en 2011, <strong>de</strong> sedoter <strong>de</strong>s moyens pour maîtriser <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong>même nature que ceux relevés durant les exercicesprécé<strong>de</strong>nts : les risques concernant l’activitéopérationnelle liée aux grands projets, le risquepays, le risque <strong>de</strong> récession aggravée et le risque<strong>de</strong> conformité.Chaque entité dispose <strong>de</strong> moyens importants etd’équipes hautement qualifiées dans le domainetechnique (conception, étu<strong>de</strong>s <strong>de</strong> prix, étu<strong>de</strong>sd'exécution, métho<strong>de</strong>s, etc.). Des pôles <strong>de</strong> compétencesregroupent également <strong>de</strong>s collaborateursdisposant d'une gran<strong>de</strong> expertise sur <strong>de</strong>s sujetsspécifiques (immeubles <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> hauteur, ingénieriematériaux, faça<strong>de</strong>s, construction durable, etc.).Leurs compétences sont mises à la disposition <strong>de</strong><strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 136


3Facteurs <strong>de</strong> risquesRisques <strong>de</strong>s métiersl'ensemble <strong>de</strong>s entités <strong>de</strong> Bouygues Construction,ce qui favorise le partage et la capitalisation <strong>de</strong>l'expérience.Il en va <strong>de</strong> même pour les domaines fonctionnels,avec une organisation en filières (juridique,ressources humaines, comptabilité, contrôle <strong>de</strong>gestion, systèmes d'information, achats) dontl'animation est assurée par les responsables <strong>de</strong>Bouygues Construction. Des pôles d'expertise fonctionnels(trésorerie, ingénierie financière, fiscalité,assurances) fournissent aussi leurs services à toutesles entités du groupe.Les procédures d’engagement et <strong>de</strong> contrôlebalisent les processus d'étu<strong>de</strong>s et <strong>de</strong> réalisation.Dans le cas <strong>de</strong>s grands projets, la sélection <strong>de</strong>saffaires et les risques principaux sont suivis <strong>de</strong>façon systématique.Le professionnalisme et le bon dimensionnement<strong>de</strong>s équipes d'exécution, ainsi que l'expérienceet l'implication active <strong>de</strong>s managers, permettentaussi d'assurer le suivi <strong>de</strong>s principaux risquesopérationnels.En complément, afin d’améliorer la performance etle contrôle <strong>de</strong>s processus Étu<strong>de</strong>s et Travaux décritsdans les systèmes <strong>de</strong> management <strong>de</strong>s unitésopérationnelles :> Une attention particulière est accordée auxétapes préalables à la réalisation <strong>de</strong>s grandsprojets, notamment lors <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s, <strong>de</strong> la miseau point <strong>de</strong>s contrats et <strong>de</strong> la préparation <strong>de</strong>chantier.> En phase Étu<strong>de</strong>s, une validation croisée est opéréeentre conception interne et bureaux d’étu<strong>de</strong>ssur les sujets techniques les plus risqués.> Des audits réguliers <strong>de</strong>s étu<strong>de</strong>s <strong>de</strong> prix, <strong>de</strong>stinésà fiabiliser l'approche <strong>de</strong>s déboursés, <strong>de</strong>s budgetssous-traitants et <strong>de</strong>s coûts d'encadrement<strong>de</strong> chantier sont réalisés.> Les fonctions supports, en particulier dansle domaine <strong>de</strong> la gestion contractuelle et <strong>de</strong>sachats, sont impliquées systématiquement etmobilisées <strong>de</strong> manière anticipée.> Une vigilance accrue est exercée sur le choix etle suivi <strong>de</strong>s clients et <strong>de</strong>s partenaires.> Un pilotage resserré du processus <strong>de</strong> soustraitance,avec un suivi spécifique <strong>de</strong>s soustraitantsmajeurs et <strong>de</strong>s partenariats en amontsur certains lots à forts enjeux (corps d'étatsarchitecturaux, corps d'états techniques, etc.)est effectué.> Un pilotage approprié <strong>de</strong>s risques, au moyen<strong>de</strong> procédures et d'outils adaptés, est adopté.Certaines entités ont mis en place à cette finun système formalisé <strong>de</strong> management <strong>de</strong>srisques propres aux plus grands chantiers. ChezBouygues Travaux Publics, ce processus estanimé par la direction <strong>de</strong> la qualité globale.Au cours <strong>de</strong> l’exercice 2011, aucun risque opérationnelsignificatif ne s’est réalisé. Deux dossiersfont toutefois l’objet d’une attention particulière enAfrique du Sud (projet Gautrain) et aux États-Unis(projet du tunnel <strong>de</strong> Miami). Leurs développementssont traités dans le paragraphe relatif aux litiges.Risques paysBouygues Construction réalise 55 % <strong>de</strong> son activitéen France et 77 % dans les pays <strong>de</strong> l’OCDE.Les risques liés à la présence du groupe en <strong>de</strong>hors<strong>de</strong> ces zones d’activité sont <strong>de</strong> nature soit politique,résultant d'actes ou <strong>de</strong> décisions prises par les autoritéslocales (embargos, saisies <strong>de</strong> matériel ou <strong>de</strong>comptes bancaires), soit sociale (grèves générales,émeutes civiles), soit économique ou financière(suite à une dépréciation monétaire, une pénurie<strong>de</strong> <strong>de</strong>vises ou un défaut <strong>de</strong> paiement).Bouygues Construction s’efforce <strong>de</strong> circonscrireces risques par plusieurs moyens. Le premier tientaux étu<strong>de</strong>s et à la politique <strong>de</strong> la société (enquêtespréalables systématiques sur <strong>de</strong> nouveaux paysavant toute éventuelle prospection commerciale,suspension <strong>de</strong> l’activité commerciale dans certaineszones où les risques politiques sont particulièrementprégnants, interdiction <strong>de</strong> prospecter dans les paysles plus à risques notamment s’ils connaissent <strong>de</strong>stroubles civils ou militaires importants ou s’ils sontsous embargo <strong>de</strong>s Nations unies). Le second moyentient à la mise en place <strong>de</strong> mesures préventives surles plans juridique, financier et assurantiel, en particulieren prévoyant systématiquement l’arrêt <strong>de</strong>schantiers en cas <strong>de</strong> non paiement, en privilégiantles financements internationaux multilatéraux et enmettant en place <strong>de</strong>s programmes d'assurancecontre le risque politique chaque fois que ce type<strong>de</strong> couverture est disponible sur le marché, et dans<strong>de</strong>s conditions économiques satisfaisantes.Par ailleurs, Bouygues Construction met en place<strong>de</strong>s plans <strong>de</strong> continuité d’entreprise mis à jourrégulièrement. Ceux-ci mettent particulièrementl’accent sur la sécurité <strong>de</strong>s personnes, en particuliersur le strict respect <strong>de</strong>s consignes données par lesambassa<strong>de</strong>s françaises dans les pays concernés.En coordination avec elles, <strong>de</strong>s plans d’évacuationcomprenant différents niveaux d’alerte sont mis enplace. La société privilégie, en outre, une organisationflexible et réactive permettant, en cas <strong>de</strong>circonstances exceptionnelles, un repliement <strong>de</strong>ses moyens dans <strong>de</strong>s conditions les moins dommageablespossibles, hors <strong>de</strong>s pays où <strong>de</strong> tels risquesse réaliseraient.Les troubles politiques qui ont marqué l'année 2011dans <strong>de</strong> nombreux pays n'ont eu qu'un impact trèslimité sur le personnel et les activités <strong>de</strong> l'entreprise.Pour les plus importants qui se sont produits dansle cadre du "printemps arabe", il convient <strong>de</strong> noterque Bouygues Construction est peu présent dans lazone concernée, hormis au Maroc, pays limitrophe,et en Égypte. Dans ce pays, l'ensemble <strong>de</strong>s équipestravaillant sur le projet du métro du Caire ont étérapatriées au plus fort <strong>de</strong> la crise. Les troublesconsécutifs à l'élection prési<strong>de</strong>ntielle ivoirienneont entraîné le ralentissement <strong>de</strong>s activités localesd'ETDE et <strong>de</strong>s perturbations dans les activitésminières <strong>de</strong> DTP Terrassement. Ces événementsn’ont provoqué aucun inci<strong>de</strong>nt grave et les activitésont repris <strong>de</strong>puis un cours normal, notamment avecla relance du projet du troisième pont d'Abidjan.Risques <strong>de</strong> récession aggravéeLa crise <strong>de</strong>s finances publiques et la stagnationdu secteur du BTP impactent <strong>de</strong> nombreux pays<strong>de</strong> l’Union européenne où Bouygues Constructionréalise 68 % <strong>de</strong> son chiffre d'affaires. Malgré un bonniveau d'activité, <strong>de</strong>s tensions sur les prix existent etle groupe doit faire face à la vulnérabilité croissante<strong>de</strong> certaines contreparties.Au niveau européen, l'environnement conjoncturelest marqué par la réduction <strong>de</strong>s dépensespubliques, un attentisme croissant <strong>de</strong> la part <strong>de</strong>sinvestisseurs privés et <strong>de</strong> fortes tensions sur lesaffaires en financement <strong>de</strong> projet. La fin <strong>de</strong>s plans<strong>de</strong> soutien au logement et la baisse <strong>de</strong>s investissementspublics pèsent sur l'activité. La croissancedu secteur du BTP est restée négative en 2011.Par ailleurs, Bouygues Construction rencontre,comme tous les opérateurs du secteur, une plusgran<strong>de</strong> difficulté pour mobiliser <strong>de</strong>s financementsbancaires permettant le bouclage d’opérationscomplexes.De façon ponctuelle, Bouygues Construction pourraitse trouver confronté à <strong>de</strong>s difficultés spécifiquesliées au retard ou à l'abandon <strong>de</strong> certains projets,ainsi qu'à <strong>de</strong>s difficultés <strong>de</strong> paiement <strong>de</strong>s projetsen cours d'exécution.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 137


Le groupe dispose néanmoins <strong>de</strong> nombreux atoutspour résister et s'adapter à l'environnement conjoncturel.Tout d'abord, du fait <strong>de</strong> la diversité <strong>de</strong> sesactivités et <strong>de</strong> ses implantations géographiques,Bouygues Construction est moins sensible qu'ungroupe exerçant une activité mono-produit ou dansune seule zone géographique.Bouygues Construction bénéficie également d'unenvironnement <strong>de</strong>s affaires préservé dans certainspays ou dans certains types d'activité. C'est le casen Asie, dans les pays traditionnels d'implantation(Hong Kong, Singapour), mais également enAmérique centrale, à Cuba, où les perspectivestouristiques alimentent l'activité hôtelière. Certainsmétiers, tels que les mines d'or à ciel ouvert enAfrique, bénéficient <strong>de</strong> perspectives favorables.L'entreprise conduit également une stratégie <strong>de</strong>diversification géographique visant à se développerdans <strong>de</strong>s pays porteurs (Australie, Canada).Le carnet <strong>de</strong> comman<strong>de</strong>s fournit une bonne visibilitésur les perspectives d'activité à court terme. Lepilotage <strong>de</strong>s prévisions permet d'anticiper les évolutionsdéfavorables et <strong>de</strong> disposer d'une capacité<strong>de</strong> réaction satisfaisante pour pouvoir réallouer lesmoyens <strong>de</strong> production sur <strong>de</strong>s marchés ou <strong>de</strong>sactivités moins touchés.Enfin, Bouygues Construction favorise la mobilité<strong>de</strong>s équipes entre activités et zones géographiques.Il incite au développement <strong>de</strong> synergies entre lesdifférentes entités du groupe afin <strong>de</strong> disposer, enpermanence, <strong>de</strong> la capacité d'anticipation nécessairepour réagir et s'adapter à l'environnementéconomique.Risques <strong>de</strong> conformitéDepuis quelques années, Bouygues Constructiondéveloppe une politique visant à sensibiliser lesmanagers aux enjeux <strong>de</strong> l’éthique et <strong>de</strong> la conformité.Cette politique a donné lieu à un plan <strong>de</strong> formationambitieux qui s’est déroulé tout au long <strong>de</strong> 2011sous la forme <strong>de</strong> séminaires, exclusivement consacrésà la conformité, avec pour objectif <strong>de</strong> rendreirréprochables ses comportements commerciaux.En outre, diverses actions ont été mises en œuvre :> un dispositif d'alerte, incluant les comportementsanticoncurrentiels, propre au groupe BouyguesConstruction ;> le renforcement <strong>de</strong>s procédures en matièred'intermédiation commerciale avec un recourssystématique à l'Adit ;> le comité éthique, mis en place en 2010, qui estopérationnel.Bouygues ImmobilierBouygues Immobilier a défini et mis en œuvre undispositif <strong>de</strong> contrôle interne qui vise à assurer :> la conformité aux lois et règlements ;> l’application <strong>de</strong>s instructions et <strong>de</strong>s orientationsfixées par la direction générale ;> le bon fonctionnement <strong>de</strong>s processus internes etl'application <strong>de</strong>s procédures ;> la fiabilité <strong>de</strong>s informations financières.Le contrôle interne suppose l’i<strong>de</strong>ntification et l’analyse<strong>de</strong>s facteurs susceptibles <strong>de</strong> contrarier la réalisation<strong>de</strong>s objectifs (notion <strong>de</strong> risques) : BouyguesImmobilier établit chaque année une cartographie<strong>de</strong>s risques assortie <strong>de</strong> plans d'actions.Bouygues Immobilier est aussi certifié Iso 9001.Cette certification a été renouvelée en 2009 selonla norme Iso 9001 V2008. La certification obtenueauprès d'Afnor Certification, organisme reconnu etindépendant, garantit aux clients, par l’intermédiaired’audits, que les dispositions du système Qualitésont correctement mises en œuvre.Pour renforcer son dispositif Qualité, BouyguesImmobilier a une direction centrale Développementdurable, Qualité et Sécurité, ainsi qu'un directeurQualité dans le pôle Logement et dans le pôleImmobilier d'entreprise. Une fonction <strong>de</strong> responsableQualité / SAV a été mise en place au niveau<strong>de</strong> chaque direction régionale.En 2010, Bouygues Immobilier a obtenu, après unaudit réalisé par le Cerqual, le droit d'usage <strong>de</strong> lamarque NF Logement. Les programmes <strong>de</strong> logementssuivent une démarche <strong>de</strong> labellisation BBCeffinergie® (bâtiment basse consommation) : chaqueprogramme fait ainsi l'objet d'une analyse et d'uncontrôle in situ par un organisme tiers, le Cerqual.Risque <strong>de</strong> promotionBouygues Immobilier exerce l'activité <strong>de</strong> promoteurimmobilier. Cela consiste à définir et faire réaliserpour ses clients <strong>de</strong>s ensembles immobiliers,après vérification <strong>de</strong> la faisabilité administrative,commerciale et financière <strong>de</strong> l’opération, et aprèsmaîtrise du site. La société définit le programmemais n'assure pas la responsabilité <strong>de</strong> la conception(qui est confiée à un architecte), ni <strong>de</strong> la réalisationgénéralement confiée à un maître d'œuvre extérieur.Après obtention <strong>de</strong>s autorisations nécessaires à laconstruction et à l’acquisition du terrain, la sociétéconfie la réalisation <strong>de</strong>s travaux à <strong>de</strong>s entreprises dubâtiment sous la direction du maître d'œuvre. Pours'assurer du respect <strong>de</strong>s règles <strong>de</strong> construction,la société confie <strong>de</strong>s missions à <strong>de</strong>s bureaux <strong>de</strong>contrôle technique. Bien que la société n'assurepas les responsabilités <strong>de</strong> conception ou <strong>de</strong> réalisation,elle peut cependant, en sa qualité <strong>de</strong> maîtred'ouvrage, être mise en cause en cas d'acci<strong>de</strong>ntet <strong>de</strong> sinistre. À ce titre, elle est couverte par <strong>de</strong>sassurances adéquates en matière <strong>de</strong> responsabilitécivile. La société peut également être mise encause par ses clients en cas <strong>de</strong> mauvaise réalisation<strong>de</strong>s biens vendus. Dans le cadre <strong>de</strong> la garantie<strong>de</strong> parfait achèvement, Bouygues Immobilier faitintervenir les entreprises pour lever au plus vite lesréserves. Elle veille aussi au respect scrupuleux<strong>de</strong>s obligations d'assurances décennales <strong>de</strong>sintervenants (entreprises, maître d'œuvre, bureaud’étu<strong>de</strong>s techniques, etc.).Comités d'engagementset acquisitions <strong>de</strong> terrains –Début <strong>de</strong>s travauxL’activité <strong>de</strong> la société est directement liée à sacapacité à maîtriser les terrains constructibles(après purge <strong>de</strong>s autorisations administratives)conformes, en termes d’emplacement et <strong>de</strong> prix, auxbesoins <strong>de</strong> sa clientèle. Cette ressource foncière faitl’objet d’un suivi régulier pour contrôler son adéquationà la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> du marché dans chaque région.La décision d'acheter <strong>de</strong>s terrains est strictementencadrée : tout acte en vue <strong>de</strong> maîtriser un terrain(ou un immeuble) et engageant la société, mêmeavec faculté <strong>de</strong> dédit, nécessite la tenue préalabled’un comité d’engagement. Les participants aucomité d’engagement sont déterminés en fonction<strong>de</strong>s règles <strong>de</strong> procédures <strong>de</strong> Bouygues Immobilier.Ces règles peuvent être ajustées à tout momentpour permettre une meilleure maîtrise du risque.Les caractéristiques <strong>de</strong> l’opération et les décisionsprises lors du comité sont consignées dans uncompte rendu diffusé aux différents intervenantsconcernés. Jusqu’à l’acquisition du terrain par actenotarié, l’ensemble <strong>de</strong>s autorisations données encomité et <strong>de</strong>s engagements pris font l’objet d’unsuivi mensuel.De même, la décision <strong>de</strong> délivrer l'ordre <strong>de</strong> servicepour démarrer les travaux d'une opération eststrictement encadrée par <strong>de</strong>s procédures (niveau<strong>de</strong> commercialisation requis, etc.).<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 138


3Facteurs <strong>de</strong> risquesRisques <strong>de</strong>s métiersRisques industriels etenvironnementauxLa société a une politique <strong>de</strong> prévention qui consisteà saisir systématiquement un bureau d’étu<strong>de</strong>s dèsqu’elle s’intéresse à un terrain. Si le rapport suscite<strong>de</strong>s interrogations, un diagnostic plus détaillé estexigé et un programme complet <strong>de</strong> réhabilitation dusite, optimisé sur les plans technique, économiqueet environnemental, est alors <strong>de</strong>mandé au bureaud’étu<strong>de</strong>s. Des analyses <strong>de</strong> sols sont confiées auxbureaux d’étu<strong>de</strong>s techniques spécialisés pourprévenir les risques géotechniques. Dans le cadre<strong>de</strong> démolitions, Bouygues Immobilier s’assure durespect <strong>de</strong> la réglementation relative au désamiantageet à la dépollution.Réglementation environnementaleissue du Grenelle environnementLa société est particulièrement attentive à toutesles évolutions <strong>de</strong> la réglementation induites par leGrenelle environnement.Autorisations légales, réglementaireset administrativesLa société est exposée au risque <strong>de</strong> recours sur lesautorisations administratives (permis <strong>de</strong> construire)nécessaires à la réalisation <strong>de</strong> ses projets immobiliers.La société prévient ce risque en signant <strong>de</strong>spromesses d’acquisitions foncières sous conditiond’obtention d’autorisations administratives purgées<strong>de</strong> tous recours et retrait administratif, et en étanttrès vigilante sur la qualité <strong>de</strong>s dossiers <strong>de</strong> permisdéposés.Défaillances d’entreprisesLa société est exposée au risque <strong>de</strong> défaillance<strong>de</strong>s entreprises intervenant sur les chantiers. Cesdéfaillances, lorsqu’elles surviennent, peuvententraîner <strong>de</strong>s retards <strong>de</strong> livraison et <strong>de</strong>s surcoûts<strong>de</strong> travaux préjudiciables à son image et à sarentabilité. Pour prévenir ce risque, la société a misen place un processus d'appel d'offres. Les responsables<strong>de</strong> ces appels d’offres doivent notammentveiller à la santé financière <strong>de</strong>s entreprises choisies,favoriser la diversité <strong>de</strong>s fournisseurs sur les achatsstratégiques et être attentifs à la dépendance économique<strong>de</strong> ces fournisseurs.Risque <strong>de</strong> contrepartiePour se prémunir contre le risque <strong>de</strong> contrepartie,Bouygues Immobilier bénéficie du privilège <strong>de</strong>ven<strong>de</strong>ur ou <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong>s garanties bancaires surle paiement du sol<strong>de</strong> du prix. La société est vigilantesur la qualité <strong>de</strong>s preneurs à bail significatifsen tertiaire ou pour l’exploitation <strong>de</strong>s rési<strong>de</strong>ncesservices. Ce risque <strong>de</strong> contrepartie a donné lieuà l'établissement <strong>de</strong> procédures détaillées. Leprocessus <strong>de</strong> choix <strong>de</strong>s exploitants <strong>de</strong>s rési<strong>de</strong>ncesservices a été revu et renforcé pour se prémunir durisque <strong>de</strong> défaillance.Environnement économique et fiscalLe marché immobilier est directement influencé parles conditions économiques : niveau <strong>de</strong>s taux d’intérêtsà long terme (financement acquéreur), taux<strong>de</strong> chômage, taux <strong>de</strong> croissance, pour l’essentiel.La société est exposée aux variations <strong>de</strong> marchéqui en résultent.De même, l’activité peut être impactée par différentesmesures administratives et fiscales susceptibles<strong>de</strong> modifier la répartition du marché.Exemple : modification, suppression ou limitation<strong>de</strong>s avantages fiscaux sur l’investissement locatifdans le logement neuf.La diversification <strong>de</strong> ses produits et <strong>de</strong> ses implantationslui permettent <strong>de</strong> mieux faire face auxvariations <strong>de</strong> ses différents marchés. L'entreprise aorganisé le contrôle <strong>de</strong> son activité et <strong>de</strong> sa rentabilitépour pouvoir être réactive. Elle veille à ce quela répartition <strong>de</strong> ses produits et <strong>de</strong> ses clientèles nesoit pas excessivement déséquilibrée.Risque paysLa société est engagée à travers ses filiales dans<strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong> promotion immobilière en Europe(Pologne, Espagne, Belgique et Portugal), maisl’activité réalisée hors <strong>de</strong> France est faible (5 % duchiffre d’affaires en 2011).Compte tenu <strong>de</strong> la crise économique, la sociétéa adapté ses stratégies en réduisant ses activitésdans la péninsule ibérique et opère essentiellementen Pologne et en Belgique. Les éventuelles expositionsà <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong> change (Pologne) font l'objet<strong>de</strong> couvertures.Risques juridiquesLa direction juridique assiste les structures opérationnellessur le montage <strong>de</strong>s opérations immobilières,<strong>de</strong> l’acquisition du terrain jusqu’à la livraison.Sur <strong>de</strong>s sujets spécifiques, elle a mis en place <strong>de</strong>sprocédures et <strong>de</strong>s contrats-type. Les filiales européennesutilisent les services <strong>de</strong> conseils juridiqueslocaux, tant pour le montage <strong>de</strong>s opérations quepour les éventuels contentieux, afin <strong>de</strong> maîtriser lesrisques inhérents au contrôle du respect <strong>de</strong>s règlementationslocales. La direction <strong>de</strong>s assurancesest en charge <strong>de</strong> la souscription <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong>scontrats en France. Cette centralisation permet à lafois un contrôle <strong>de</strong>s risques assurés et <strong>de</strong>s garantiessouscrites.Risques informatiquesBouygues Immobilier dispose d’un site <strong>de</strong> secoursinformatique distant permettant une reprise rapi<strong>de</strong><strong>de</strong> l'activité en cas <strong>de</strong> perte du site principal. Unecellule <strong>de</strong> veille permet d'adapter le dispositif <strong>de</strong>sécurité en fonction <strong>de</strong> la criticité <strong>de</strong>s menaces.Une cartographie <strong>de</strong>s risques informatiques estétablie chaque année pour vérifier la pertinencedu dispositif.Risques <strong>de</strong> trésorerieLa direction Trésorerie et Financements bancairesassure la gestion centralisée <strong>de</strong> la trésorerie France<strong>de</strong> Bouygues Immobilier, ainsi que les mouvements<strong>de</strong> trésorerie avec ses filiales étrangères. Elleprocè<strong>de</strong> aussi à la mise en place ou au renouvellement<strong>de</strong>s lignes <strong>de</strong> crédit et contrôle les conditions<strong>de</strong> délivrance <strong>de</strong>s engagements bancaires parsignature. Elle applique les règles <strong>de</strong> gestion dugroupe concernant en particulier la sécurité interneet externe, le principe <strong>de</strong> liquidité, la qualité <strong>de</strong>scontreparties, les dispositions <strong>de</strong>s conventions<strong>de</strong> crédit, ainsi que l’appréciation et la couvertureéventuelle <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong> taux et <strong>de</strong> change.ColasL’analyse, le suivi et la prévention <strong>de</strong>s risques liésaux caractéristiques <strong>de</strong>s métiers sont, <strong>de</strong> longuedate, <strong>de</strong>s principes essentiels dans la gestion dugroupe Colas, placés au niveau le plus adapté àleur appréhension. L’organisation décentralisée dugroupe <strong>de</strong>meure la clé <strong>de</strong> la gestion <strong>de</strong> ces risques.L’évaluation et la politique générale en matière <strong>de</strong>risques aux niveaux centraux sont gérées notammentpar les remontées d’informations à traversle reporting ou, à l’inverse, par la diffusion <strong>de</strong>smeilleures pratiques. Mais ce sont les filiales et lesétablissements qui traitent, maîtrisent et suivent leursrisques. Le recensement et l’analyse <strong>de</strong>s risquesmajeurs sont formalisés une fois par an par les directionsgénérales opérationnelles. Cette cartographie<strong>de</strong>s risques est exprimée sous forme <strong>de</strong> recense-<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 139


ment <strong>de</strong>s principaux risques <strong>de</strong> nature à remettreen cause <strong>de</strong>s objectifs opérationnels, financiers etstratégiques. Cette analyse est la source <strong>de</strong> plansd’actions <strong>de</strong>stinés à tenter <strong>de</strong> réduire les risquesainsi i<strong>de</strong>ntifiés. Elle est complétée par une politique<strong>de</strong> prévention basée sur un suivi <strong>de</strong> la sinistralité,une analyse <strong>de</strong>s phénomènes <strong>de</strong> causalité et <strong>de</strong>sretours d’expérience. La coordination et l’animationau niveau central, à travers <strong>de</strong>s outils <strong>de</strong> reporting,permettent <strong>de</strong> mieux i<strong>de</strong>ntifier et d’analyser lesrisques, <strong>de</strong> centraliser les retours d’expérience pourles rediffuser dans les filiales et <strong>de</strong> bâtir une politiqueet <strong>de</strong>s actions <strong>de</strong> prévention.Les métiers exercés par Colas ne semblent pasprésenter d’exposition importante à <strong>de</strong>s risquesmajeurs ou systémiques, compte tenu <strong>de</strong> leurnature, <strong>de</strong> la dispersion <strong>de</strong>s établissements etdu nombre <strong>de</strong> chantiers réalisés. En <strong>de</strong>hors <strong>de</strong> lasensibilité normale à la situation économique etfinancière <strong>de</strong>s différents pays dans lesquels Colasest implanté, les métiers présentent une dépendanceà la comman<strong>de</strong> publique dont l’évolutionpeut entraîner <strong>de</strong>s conséquences en matière <strong>de</strong>volumes d’activité et <strong>de</strong> prix. La montée <strong>de</strong> l’en<strong>de</strong>ttementpublic et la crise <strong>de</strong> la <strong>de</strong>tte souverainedans <strong>de</strong> nombreux pays où Colas est implanté(notamment en Europe, France incluse) renforcentbien évi<strong>de</strong>mment ce facteur <strong>de</strong> risque. L’importance<strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> maintenance et d’entretien <strong>de</strong>sinfrastructures indispensables à la mobilité <strong>de</strong>shommes et <strong>de</strong>s marchandises (et donc à l’activitééconomique), la large répartition géographique <strong>de</strong>simplantations, la diversité <strong>de</strong>s activités et la capacitéà répondre à <strong>de</strong>s formules <strong>de</strong> contrats complexessont <strong>de</strong>s éléments qui viennent pondérer ce risque.Risques juridiquesLes activités <strong>de</strong> Colas sont caractérisées parl’importance du nombre <strong>de</strong> contrats et par unepassation et une exécution décentralisées <strong>de</strong> ces<strong>de</strong>rniers. Outre les règles toujours applicables (droit<strong>de</strong> la concurrence, droit pénal, etc.), la plupart <strong>de</strong>scontrats passés avec <strong>de</strong>s pouvoirs adjudicateursou <strong>de</strong>s entités adjudicatrices sont soumis à <strong>de</strong>srègles particulières, que cela soit au niveau nationalou international. Du fait <strong>de</strong> cette multiplicité<strong>de</strong> contrats et d’une organisation décentralisée,Colas est inévitablement confronté et exposé à uneoccurrence <strong>de</strong> non-respect <strong>de</strong>s règles juridiques etce, malgré <strong>de</strong>s efforts importants <strong>de</strong> prévention enamont (information, formation, charte, etc.) et unepolitique <strong>de</strong> sanction en aval. Ces risques, qui peuventse traduire, pour l'entreprise, par <strong>de</strong>s sanctionsfinancières (sanctions <strong>de</strong>s autorités <strong>de</strong> concurrencepar exemple), pourraient en outre engendrer <strong>de</strong>srisques pénaux ou civils ou <strong>de</strong> perte <strong>de</strong> marchés(interdiction <strong>de</strong> répondre à certaines comman<strong>de</strong>s)ou <strong>de</strong> perte d’image. L’occurrence et l’évaluation <strong>de</strong>ce risque sont très difficiles à mesurer.Risques industrielset environnementaux 1L’importance du risque d’incendie et d’explosionvarie selon la taille et la nature d’activité <strong>de</strong>s sites.Ce risque est considéré comme non significatif pourla plupart <strong>de</strong>s sites industriels, du fait <strong>de</strong> leur taillelimitée. Ces sites sont cependant sous surveillancerégulière pour réduire l’occurrence <strong>de</strong> tels événements.Ainsi, par exemple, les procédures <strong>de</strong> permis<strong>de</strong> feu et audits par thermographie infrarouge <strong>de</strong>sinstallations thermiques et électriques renforcentles actions <strong>de</strong> maintenance préventive. Les sitesplus importants ou plus sensibles <strong>de</strong> par leur natured’activité sont traités spécifiquement. Au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong>sréglementations, ils sont suivis en liaison avec lesdépartements Ingénierie <strong>de</strong> leurs compagniesd’assurances qui émettent <strong>de</strong>s recommandations enmatière <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s risques. Sont concernés :> le site <strong>de</strong> Courchelettes (filiale Axter) <strong>de</strong> production<strong>de</strong> membranes d’étanchéité,> le site <strong>de</strong> Société <strong>de</strong> la Raffinerie <strong>de</strong> Dunkerque(SRD) pour la production <strong>de</strong> bitume et produitsraffinés.L’ensemble <strong>de</strong>s sites font l’objet <strong>de</strong> couverturesd’assurances adaptées.Les sites industriels relèvent en France <strong>de</strong> la réglementation<strong>de</strong>s installations classées. Des engagements<strong>de</strong> remise en état <strong>de</strong>s sites d’exploitation<strong>de</strong> carrières sont définis avec les autorités préfectoraleset font partie intégrante <strong>de</strong>s autorisationsd’exploitation. Le principe est i<strong>de</strong>ntique dans lesautres pays où Colas exploite ce type d’installations.Ces engagements sont provisionnés dansles comptes, révisés et ajustés périodiquement.Au 31 décembre 2011, ces provisions s’élevaient à152 millions d’euros (133 millions à fin 2010). Unepolitique systématique <strong>de</strong> certification environnementale(norme Iso 14001 par exemple) est menée.La documentation et la mesure <strong>de</strong>s progrès sontréalisées par un travail d’animation <strong>de</strong>s audits <strong>de</strong>suivi et <strong>de</strong> certification avec l’ai<strong>de</strong> d’organismesextérieurs et <strong>de</strong> moyens internes. Elles s’appuientsur un système <strong>de</strong> listes <strong>de</strong> vérifications mondialisées,déployées <strong>de</strong>puis trois ans, qui couvrentdésormais la plupart <strong>de</strong>s activités <strong>de</strong> production<strong>de</strong> matériaux et permettent <strong>de</strong> consoli<strong>de</strong>r les plansd’action. À fin 2011, 80 % du chiffre d’affaires réalisédans l’activité <strong>de</strong> production <strong>de</strong> matériaux <strong>de</strong> Colasdans le mon<strong>de</strong> est couvert par au moins une certificationou l’usage <strong>de</strong>s listes <strong>de</strong> vérifications internes.L’ensemble du dispositif a été intégré au système<strong>de</strong> contrôle interne pour la France et l’international.En ce qui concerne la remise en état du site <strong>de</strong>SRD en fin d’exploitation, <strong>de</strong>s engagements sontprovisionnés dans les comptes <strong>de</strong> la société sur ladurée prévisionnelle <strong>de</strong> l’exploitation et les montantssont réactualisés périodiquement.Certains <strong>de</strong> ces sites <strong>de</strong> production pourraientêtre à l’origine <strong>de</strong> pollutions acci<strong>de</strong>ntelles (rupture<strong>de</strong> canalisations ou d’installations <strong>de</strong> stockage),même si les installations sont conçues et maintenuespour réduire au maximum l’occurrence <strong>de</strong>tels événements (bacs <strong>de</strong> rétention, par exemple).Compte tenu <strong>de</strong> la multiplicité <strong>de</strong>s sites, <strong>de</strong> leurtaille mo<strong>de</strong>ste et <strong>de</strong> la gestion <strong>de</strong> ces risques, unéventuel inci<strong>de</strong>nt <strong>de</strong>vrait être <strong>de</strong> portée limitée etnon significatif au niveau du groupe Colas.Les processus <strong>de</strong> production <strong>de</strong> ces installationsindustrielles entraînent l’émission <strong>de</strong> CO 2, mais cesinstallations ne sont encore que rarement soumisesà la procédure <strong>de</strong> quotas (excepté SRD. Voir ci<strong>de</strong>ssous).Cette situation est toutefois en évolutionrapi<strong>de</strong> dans les pays <strong>de</strong> l’Union européenne. Lesautres émissions atmosphériques sont encadréespar <strong>de</strong>s contrôles réguliers <strong>de</strong>s autorités extérieureset par <strong>de</strong>s contrôles internes.Acquise le 30 juin 2010, SRD est une usine <strong>de</strong>production d’huiles, <strong>de</strong> bitumes et <strong>de</strong> produits <strong>de</strong>spécialités obtenus par le raffinage <strong>de</strong> produitspétroliers. Elle relève <strong>de</strong> la réglementation <strong>de</strong>sinstallations classées pour la protection <strong>de</strong> l’environnementet, en raison <strong>de</strong> la nature <strong>de</strong>s produits,est soumise à plusieurs directives européennes :Seveso (seuil haut), Combustion, régissant lesémissions atmosphériques <strong>de</strong>s installations importantes<strong>de</strong> combustion, et IPPC régissant les activitéspolluantes. Les exigences associées sont transcritespar les autorités préfectorales dans <strong>de</strong>s autorisationsd’exploiter. Les installations sont conçues etmaintenues afin <strong>de</strong> se prémunir ou <strong>de</strong> réduire aumaximum l’occurrence d’un acci<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> pollutionou <strong>de</strong> tout inci<strong>de</strong>nt majeur. Des programmes <strong>de</strong>(1) usines d’émulsion, <strong>de</strong> production <strong>de</strong> membranes bitumineuses, carrières, centrales d’enrobage ou d’asphalte, usines <strong>de</strong> raffinage <strong>de</strong> bitume, etc.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 140


3Facteurs <strong>de</strong> risquesRisques <strong>de</strong>s métierscontrôle spécifiques sont en place, vérifiés par unservice interne d’inspection. La pertinence et lesuivi <strong>de</strong>s programmes sont audités régulièrementpar les services <strong>de</strong> l’État. Des scenarii d’acci<strong>de</strong>ntssont définis avec l’administration dans le cadred’étu<strong>de</strong>s <strong>de</strong> danger et les moyens <strong>de</strong> secours sontformalisés dans <strong>de</strong>s plans d’opération internes. Lamaîtrise <strong>de</strong>s risques repose notamment sur le professionnalisme<strong>de</strong>s collaborateurs qui s’appuient sur<strong>de</strong>s procédures strictes d’exploitation formaliséesdans un système <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong> la sécurité (SGS)respectant la norme Iso 14001. Ce système est présentéune fois par an au Comité local d’informationet <strong>de</strong> concertation (Clic), instance composée <strong>de</strong>représentants <strong>de</strong> l’administration (dont le sous-préfet),<strong>de</strong>s collectivités locales, du milieu associatif et<strong>de</strong>s industriels. Les inci<strong>de</strong>nts ou acci<strong>de</strong>nts mineurssont enregistrés et analysés. Les modifications fontl’objet d’une analyse <strong>de</strong>s mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> défaillance, <strong>de</strong>leurs effets et <strong>de</strong> leur criticité (Am<strong>de</strong>c), métho<strong>de</strong>normalisée d’analyse <strong>de</strong>s risques industriels pour<strong>de</strong>s systèmes complexes. Les travaux <strong>de</strong> maintenancesont étroitement orientés par le SGS et par lesrecommandations <strong>de</strong>s départements Ingénierie <strong>de</strong>scompagnies d’assurances vers l’entretien préventif.L’installation est arrêtée tous les cinq ans pour <strong>de</strong>sinvestissements lourds <strong>de</strong> remise à niveau, appelés"grand arrêt". Enfin, SRD est régulièrement contrôléepar la direction régionale <strong>de</strong> l’Environnement, <strong>de</strong>l’Aménagement et du Logement (Dreal), chargée<strong>de</strong> vérifier la bonne application <strong>de</strong>s procédures.Par ailleurs, les processus <strong>de</strong> production <strong>de</strong>sinstallations entraînent l’émission <strong>de</strong> CO 2. De cefait, le site est soumis au système <strong>de</strong>s quotas dontles déclarations sont contrôlées par un cabinetd'auditeurs agréé.Trois autres sites beaucoup plus petits sont classésSeveso (seuil bas). Il s’agit <strong>de</strong> dépôts d’explosifspour l’exploitation <strong>de</strong> sites <strong>de</strong> carrières enMartinique, à Mayotte et à Saint-Martin.En <strong>de</strong>hors du contexte européen, on peut citer laraffinerie KBC en Malaisie (filiale thaïlandaise Tipco)et quelques dépôts d’explosifs en Afrique ou dansl’Océan Indien. Ces installations sont gérées selonles mêmes règles <strong>de</strong> prévention qu’en Europe, maisdans <strong>de</strong>s cadres administratifs différents en fonction<strong>de</strong>s pays hôtes.Risque <strong>de</strong> crédit ou <strong>de</strong> contrepartie –Risques paysCompte tenu du nombre <strong>de</strong> clients extrêmementdispersés dans l’activité routière, l’étanchéité, lasécurité signalisation, les matériaux <strong>de</strong> construction(nombreux clients privés, collectivités locales), lerisque <strong>de</strong> contrepartie significatif est faible. Dansl’activité ferroviaire, une part très importante estréalisée avec les entreprises ou organismes d’Étaten charge <strong>de</strong>s infrastructures. Pour la partie privée,l’analyse préalable du client, complétée parle recours à <strong>de</strong>s organismes d’assurance-créditchaque fois que cela est possible, réduit ce risque.Les risques les plus importants peuvent être chiffrésà travers l’analyse statistique à quelques centaines<strong>de</strong> milliers d’euros. La crise financière, en augmentantces risques, a renforcé les procédures préalablesà la signature et au démarrage <strong>de</strong>s contrats<strong>de</strong> construction.L’activité <strong>de</strong> Colas est réalisée à 92 % en Europeou en Amérique du Nord (États-Unis ou Canada).L’exposition au risque pays est donc faible, <strong>de</strong>même que les risques <strong>de</strong> non-paiement, puisque60 % environ du chiffre d’affaires est réalisé pour <strong>de</strong>sclients publics (États, collectivités territoriales), avec<strong>de</strong> nombreux contrats <strong>de</strong> faible montant.L’activité dans <strong>de</strong>s pays à risques, avec <strong>de</strong>snotations faibles par les organismes internationauxou d’assurance-crédit comme la Coface, estconcentrée sur <strong>de</strong>s contrats dont les financementsproviennent le plus souvent d’organismes <strong>de</strong> financementmultilatéraux (Fed, Banque mondiale, etc.).Les retards <strong>de</strong> paiement <strong>de</strong> créances constatés àfin 2011 ont été notablement réduits par rapportau 31 décembre 2010. Ces créances sont entrès gran<strong>de</strong> majorité <strong>de</strong>s créances d’État ou <strong>de</strong>collectivités. Elles entraînent <strong>de</strong>s coûts financierssupplémentaires imprévus à réclamer aux clients,mais leur règlement final ne semble pas représenterà ce jour un risque élevé.Risques opérationnelsDes actions importantes sont menées dans ledomaine <strong>de</strong>s transports d’engins <strong>de</strong> chantier oud’équipements industriels (rappel <strong>de</strong>s réglementationsen matière <strong>de</strong> convoi exceptionnel, généralisationdans les filiales d’un logiciel <strong>de</strong> calcul<strong>de</strong>s charges, élaboration par chaque filiale d’unplan d’actions "transport", rappel <strong>de</strong>s instructionset procédures d’arrimage <strong>de</strong>s engins transportés,rappel <strong>de</strong>s procédures <strong>de</strong> contractualisation <strong>de</strong>stransports et <strong>de</strong>s locations <strong>de</strong> matériel), en matière<strong>de</strong> prévention d’incendie (notamment dans les activités<strong>de</strong> travaux d’étanchéité) et enfin, <strong>de</strong> préventiondans les activités <strong>de</strong> travaux souterrains pouvantentraîner <strong>de</strong>s ruptures dans les réseaux <strong>de</strong> flui<strong>de</strong>sdangereux comme le gaz.En ce qui concerne les risques d’acci<strong>de</strong>nts du travailet ceux liés aux déplacements, le groupe mène,<strong>de</strong>puis <strong>de</strong> très longues années, une politique extrêmementvolontariste <strong>de</strong> prévention et <strong>de</strong> formationqui a permis d’obtenir <strong>de</strong>s améliorations significativeset permanentes, d’où une baisse importanteet continue <strong>de</strong>s taux <strong>de</strong> fréquence <strong>de</strong>s acci<strong>de</strong>ntsdu travail ou <strong>de</strong> la circulation routière (même si l’onconstate une légère augmentation en 2011).Les risques <strong>de</strong> santé au travail font l’objet d’unsuivi régulier. En particulier, celui <strong>de</strong> l’expositionaux fumées <strong>de</strong> bitume fait l’objet d’une surveillanceancienne chez Colas, <strong>de</strong>puis une vingtaine d’années,tant en France qu’à l’international, et <strong>de</strong>sreprésentants <strong>de</strong> Colas participent à la plupart <strong>de</strong>sgroupes <strong>de</strong> travail concernés. Ce suivi est coordonnépar les directions <strong>de</strong>s ressources humaineset environnement et fait régulièrement l'objet d'unreporting à la direction générale. Depuis longtemps,Colas collabore avec la mé<strong>de</strong>cine du travail et lesadministrations sur ce sujet. Il a classé ce risquecomme faible et suffisamment réduit, sauf dans lesutilisations en milieu fermé (tunnels) pour lesquellesune analyse <strong>de</strong> risque spécifique est nécessaireen raison <strong>de</strong> l’effet combiné <strong>de</strong>s gaz d’échappement<strong>de</strong>s engins et <strong>de</strong>s questions <strong>de</strong> ventilation.S’agissant <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travail <strong>de</strong>s chantiersroutiers, le seul effet indésirable sur la santé qui soitavéré est celui d’une irritation <strong>de</strong>s voies respiratoireset <strong>de</strong>s yeux.Le 19 octobre 2011, le Circ a publié un nouveauclassement faisant suite à la revue scientifique <strong>de</strong>toutes les étu<strong>de</strong>s disponibles dans le mon<strong>de</strong> pourstatuer sur le caractère éventuellement cancérogènedu bitume ou <strong>de</strong> ses fumées. Il a décidé <strong>de</strong>classer en catégorie 2B, c’est-à-dire possiblementcancérogène, l’exposition professionnelle pendantl’application <strong>de</strong>s enrobés ou <strong>de</strong> l’asphalte. Ceclassement indique que, malgré un grand nombred’étu<strong>de</strong>s réalisées, le Circ ne peut conclure ni àl’existence, ni à l’inexistence d’un lien probableou avéré entre les utilisations routières du bitumeet le cancer. Cette expression <strong>de</strong> doute et <strong>de</strong>pru<strong>de</strong>nce scientifique est une invitation à la communautéscientifique à poursuivre ses recherches,notamment sur les éventuels mécanismes d’actionsau niveau bio-cellulaire. Elle s’appuie surles nombreuses étu<strong>de</strong>s épidémiologiques ou <strong>de</strong>laboratoire qui n’ont pas mis en évi<strong>de</strong>nce d’effetscancérogènes dans les conditions d’exposition auxtravaux routiers.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 141


Sur la base <strong>de</strong> l’ensemble <strong>de</strong> ces étu<strong>de</strong>s réalisées,Colas ne modifie pas son appréciation sur le risque<strong>de</strong> cancer lié aux fumées <strong>de</strong> bitume qu’il évaluetoujours, dans les conditions <strong>de</strong> chantier, commefaible et suffisamment réduit selon les termes administratifsen vigueur. Rien n’indique, à ce sta<strong>de</strong>, quel’Union européenne ou les États-Unis aient décidé<strong>de</strong> remettre en cause cette analyse au vu <strong>de</strong> la synthèsedu Circ, mais Colas reste très à l’écoute <strong>de</strong>séventuelles solutions réglementaires qui pourraientvoir le jour. En France, Colas maintient sa vigilancesur ce sujet, <strong>de</strong> récents recours <strong>de</strong>vant les tribunauxet <strong>de</strong>s tentatives <strong>de</strong> campagnes médiatiques <strong>de</strong>déstabilisation ayant comme objectif la remise enquestion d’un <strong>de</strong>s principaux matériaux utilisés parla profession routière. Colas poursuit les mesures <strong>de</strong>l’exposition <strong>de</strong>s collaborateurs sur chantier et continue<strong>de</strong> faciliter le travail <strong>de</strong>s chercheurs. De façonproactive, Colas continue sa politique d’innovationpour assurer, <strong>de</strong> manière individuelle et collective,la sécurité et la santé <strong>de</strong>s collaborateurs travaillantsur les chantiers <strong>de</strong> mise en œuvre d’enrobésou d’asphalte. En octobre 2011, Colas a décidéd’élargir au reste du mon<strong>de</strong> la politique d’achats <strong>de</strong>finisseurs (matériel d’application d’enrobés) consistantà n’acheter que <strong>de</strong>s finisseurs bénéficiant d’unsystème d’aspirations <strong>de</strong> fumée sur chantier (sousréserve <strong>de</strong> la disponibilité <strong>de</strong>s tailles <strong>de</strong> machinesrequises). Tous les finisseurs <strong>de</strong> Colas en Amériquedu Nord (au-<strong>de</strong>ssus <strong>de</strong> sept tonnes) sont ainsiéquipés <strong>de</strong> ces hottes aspirantes.Au-<strong>de</strong>là, Colas affirme sa volonté, <strong>de</strong>puis plusieursexercices, <strong>de</strong> généraliser l’emploi d’enrobés etd’asphaltes tiè<strong>de</strong>s qui permettent <strong>de</strong> réduire significativementles températures d‘application <strong>de</strong>sproduits contenant du bitume et <strong>de</strong> supprimer quasimentles émissions <strong>de</strong> fumées <strong>de</strong> bitume. Il sollicitel’engagement <strong>de</strong>s pouvoirs publics et <strong>de</strong>s maîtresd’ouvrage pour que la généralisation en soit rapi<strong>de</strong>.Les brevets et techniques ne semblent pas présenter<strong>de</strong> risques d’obsolescence. La politique <strong>de</strong> Colasen matière <strong>de</strong> recherche et développement permetun renouvellement et une mo<strong>de</strong>rnisation permanents<strong>de</strong> ce savoir technique.Les risques généraux d’exécution <strong>de</strong>s contratssont relativement limités par le nombre important<strong>de</strong> contrats et la faible valeur moyenne <strong>de</strong> chacun.Cependant, il existe également <strong>de</strong>s contrats <strong>de</strong>taille importante exécutés par certaines filiales. Pources grands projets, un suivi spécifique est mis enplace avec une attention plus gran<strong>de</strong> portée à différentsaspects : complexité, conception, sujétions(géologiques, archéologiques, mise à disposition<strong>de</strong>s terrains pour construire l’ouvrage), réalisation,délais d’exécution, etc. Ainsi, la filiale slovaque ISKrencontre <strong>de</strong>s difficultés dans la réalisation d’uncontrat à forfait pour la construction et la rénovationd’une centrale électrique à Mochovce et l’exécution<strong>de</strong>s travaux.Les activités <strong>de</strong> Colas peuvent être également sensiblesaux phénomènes naturels et plus particulièrementaux conditions météorologiques. Lorsqu’ellessont défavorables (pluies, neige, gel), elles peuvententraîner <strong>de</strong>s coûts supplémentaires <strong>de</strong> réalisation<strong>de</strong> travaux ou supporter <strong>de</strong>s dépenses fixes supplémentaireslors <strong>de</strong> pério<strong>de</strong>s où l’activité est arrêtée.Risque sur matières premièresColas a une sensibilité à la régularité <strong>de</strong> son approvisionnementet aux variations du coût <strong>de</strong>s matièrespremières principalement liées au pétrole (bitume,carburants, fuel <strong>de</strong> chauffage, huiles) dans l’activitéroutière, ainsi que d’autres matières premièrescomme l’acier, le cuivre ou l’aluminium dans lesactivités <strong>de</strong> sécurité signalisation, étanchéité etferroviaire.Les matières premières les plus sensibles sont lebitume et les autres produits pétroliers.Risque d’approvisionnementDes retards ou <strong>de</strong>s ruptures d’approvisionnementpeuvent entraîner <strong>de</strong>s coûts supplémentaires directset indirects dans l’activité routière ou étanchéité. Onpeut d’abord considérer que ce risque n’est passystémique, sauf en cas <strong>de</strong> conflit et <strong>de</strong> rupturetotale d’approvisionnement pétrolier. Ce risque peutaffecter pour une durée variable un pays ou plusvraisemblablement une région. Début 2011, la raffinerie<strong>de</strong> Kemaman en Malaisie (filiale thaïlandaiseTipco) a subi <strong>de</strong>s arrêts <strong>de</strong> production par manqued’approvisionnement d’une nature <strong>de</strong> pétrole brutadaptée à la configuration <strong>de</strong> l’installation et à<strong>de</strong>s conditions d’achat acceptables, ce qui a eupour conséquence <strong>de</strong>s charges supplémentairesimprévues. Dans ce cadre, <strong>de</strong>puis plusieurs années,Colas s’est doté d’une direction Bitume pour legroupe et <strong>de</strong> directions Bitume dans certainesgran<strong>de</strong>s zones géographiques (Amérique du Nord)afin <strong>de</strong> renforcer les capacités d’approvisionnement(accord d’achats en quantité, importation). Colas adéveloppé une politique <strong>de</strong> capacité <strong>de</strong> stockageau fil <strong>de</strong>s années, en France, en Europe, dans lesdépartements d’outre-mer, dans l’Océan Indienet, sur une plus gran<strong>de</strong> échelle, en Amérique duNord. Les capacités <strong>de</strong> stockage sont importantesen regard <strong>de</strong> la consommation <strong>de</strong> bitume selon lesrégions. La politique d’augmentation <strong>de</strong> la capacité<strong>de</strong> stockage se poursuit chaque fois que <strong>de</strong>sopportunités peuvent être concrétisées (acquisitionou création). L’acquisition <strong>de</strong> la SRD (Société <strong>de</strong>la Raffinerie <strong>de</strong> Dunkerque), dont la productionannuelle <strong>de</strong> bitume est <strong>de</strong> l’ordre <strong>de</strong> 300 000 tonnes,est un facteur significatif <strong>de</strong> sécurisation <strong>de</strong> l’approvisionnement<strong>de</strong> l’activité routière métropolitaine ounord-européenne. Les fermetures provisoires oupossibles <strong>de</strong> nouvelles installations <strong>de</strong> raffinage enmétropole (Berre, Petit-Couronne) augmentent cerisque pour le bitume.Risque lié à la variation <strong>de</strong>s prixLe prix du bitume a connu d’importantes variations<strong>de</strong> prix d’achat <strong>de</strong>puis plusieurs années. Le risquelié à ces fluctuations est limité par plusieurs facteurs: le nombre et le montant moyen <strong>de</strong>s contrats,qui permettent d’appréhen<strong>de</strong>r souvent le prix dansl’offre au client, et les clauses <strong>de</strong> révision et d’in<strong>de</strong>xationprésentes dans <strong>de</strong> nombreux contrats enFrance et à l’international. Ce paramètre est intégrédans la négociation contractuelle par les collaborateursqui sont sensibilisés à cette question. Danscertaines régions, <strong>de</strong>s contrats <strong>de</strong> fourniture à prixgarantis pour une pério<strong>de</strong> peuvent être signés. Pour<strong>de</strong>s contrats importants, à l’obtention <strong>de</strong> la comman<strong>de</strong>,<strong>de</strong>s politiques <strong>de</strong> couverture peuvent êtreprises au coup par coup. Il reste une part d’activité,comme la vente <strong>de</strong> produits manufacturés à tiers,où les hausses du prix du bitume ou <strong>de</strong>s produitspétroliers sont répercutées dans la mesure où lasituation concurrentielle le permet.Compte tenu <strong>de</strong> ces éléments, il est impossible<strong>de</strong> mesurer la sensibilité du compte d’exploitationaux variations <strong>de</strong>s prix <strong>de</strong>s matières premières enraison <strong>de</strong>s milliers <strong>de</strong> chantiers exécutés dans <strong>de</strong>scontextes juridiques <strong>de</strong> protection variables et <strong>de</strong>shausses différentes entre zones géographiques.Enfin, il existe un risque indirect en cas <strong>de</strong> haussedu prix <strong>de</strong> ces produits chez les clients qui, du fait<strong>de</strong> l’augmentation induite du prix <strong>de</strong>s travaux ou<strong>de</strong>s prestations, peuvent réduire le volume <strong>de</strong> leurscomman<strong>de</strong>s.Risques liés à l’activité <strong>de</strong>SRD (Société <strong>de</strong> la Raffinerie<strong>de</strong> Dunkerque)L’activité <strong>de</strong> SRD acquise en juin 2010 est sensibleà la variation <strong>de</strong>s prix <strong>de</strong> matières premières. La formationdu résultat d’un site <strong>de</strong> raffinage <strong>de</strong> produitsCirc : Centre international <strong>de</strong> recherche sur le cancer<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 142


3Facteurs <strong>de</strong> risquesRisques <strong>de</strong>s métiers<strong>de</strong> spécialités est réalisée par la différence entre lesprix <strong>de</strong> vente <strong>de</strong>s produits issus <strong>de</strong> la production(huiles, cires-paraffines, bitume et fuels) et le prix<strong>de</strong>s matières premières traitées par processus <strong>de</strong>raffinage (fuel résidu atmosphérique, hydrocraquats1 et feedstocks). La marge <strong>de</strong> raffinage est liéeà ce différentiel <strong>de</strong> prix. Cette marge satisfaisante aupremier semestre 2011 s’est détériorée au <strong>de</strong>rniertrimestre, compte tenu du renchérissement <strong>de</strong> lamatière achetée (liée au prix du fuel lourd) et <strong>de</strong> labaisse <strong>de</strong>s prix, notamment <strong>de</strong>s huiles <strong>de</strong> base, liéeà l’aggravation <strong>de</strong> la crise économique à partir <strong>de</strong>septembre et au déstockage <strong>de</strong>s clients.Le cycle d’approvisionnement / production / venteest rapi<strong>de</strong> et les contrats d’achat et <strong>de</strong> vente sontétablis pour réduire ce risque. Un comité d’engagementest en charge <strong>de</strong>s achats <strong>de</strong> matière premièred’entrée. Celle-ci est achetée le mois M, entre enproduction le mois M+1, et les produits qui enrésultent sont vendus les mois M+1, M+2 ou M+3.Une politique <strong>de</strong> couverture, dont l’objectif est <strong>de</strong>réduire ces risques, a été mise en place.Au 31 décembre 2011, ces couvertures représententun encours <strong>de</strong> 132 000 barils <strong>de</strong> Brent et1 200 tonnes <strong>de</strong> fuel oil 1% vendus à terme pour unmontant notionnel (volume multiplié par prix à terme)<strong>de</strong> 11,368 millions d’euros. La mise en juste valeur<strong>de</strong> cet encours <strong>de</strong> couvertures au 31 décembre2011 a une inci<strong>de</strong>nce négligeable (0,104 milliond’euros) sur les capitaux propres du groupe Colas(cash flow hedge).TF1Risque <strong>de</strong> perte <strong>de</strong> programmes clés(1) Hydrocraquage : procédé <strong>de</strong> raffinage du pétrole par craquage en présence d’hydrogèneTF1 dispose <strong>de</strong>s meilleurs programmes grâce ausavoir-faire <strong>de</strong> ses équipes artistiques, ainsi qu’auxliens privilégiés qu’elle entretient historiquementavec ses partenaires producteurs, français et étrangers.Ces facteurs permettent à TF1 <strong>de</strong> réduire lesimpacts du risque <strong>de</strong> perte <strong>de</strong> programmes clés.Les conséquences pourraient être une régression<strong>de</strong>s audiences et, dans le domaine <strong>de</strong> la télévisionpayante, l’émergence <strong>de</strong> tensions avec les distributeurs<strong>de</strong>s chaînes dans un marché aujourd’hui <strong>de</strong>plus en plus restreint à quelques acteurs.Une attention particulière <strong>de</strong>vra également êtreportée à l’acquisition <strong>de</strong> droits <strong>de</strong> diffusion télévisiond’événements sportifs, en raison <strong>de</strong> l’arrivée <strong>de</strong>nouveaux acteurs,susceptible <strong>de</strong> modifier l’équilibreactuel sur le marché <strong>de</strong>s droits.Si le niveau <strong>de</strong>s recettes <strong>de</strong> publicité est corrélé àl’audience et à la part d’audience d’une chaîne, larelation n’est cependant pas linéaire. Une baisseou une hausse d’un point <strong>de</strong> la part d’audiencen’entraînerait pas forcément une évolution du mêmeordre <strong>de</strong> la part <strong>de</strong> marché publicitaire ou du chiffred’affaires publicitaire brut ou net.Risques liés au non-remboursementd’avances verséesTF1 est conduit à signer <strong>de</strong>s engagements contractuels<strong>de</strong> longue durée sur <strong>de</strong>s événements majeurs(par exemple, <strong>de</strong>s contrats sur <strong>de</strong>s événementssportifs) prévoyant le paiement <strong>de</strong> droits paranticipation. TF1 peut encourir un risque <strong>de</strong> nonremboursement<strong>de</strong>s avances versées en cas <strong>de</strong>non-réalisation totale ou partielle <strong>de</strong> l’événementen cas <strong>de</strong> force majeure. TF1 négocie <strong>de</strong>s clauses<strong>de</strong> remboursement <strong>de</strong>s avances versées et étudie,chaque fois que possible, l’opportunité d’une couverture<strong>de</strong> ce risque.Risques liés à la crise économiqueLa crise <strong>de</strong> 2009 a touché l’entreprise TF1 à l’instar<strong>de</strong>s économies mondiales et le contexte économique<strong>de</strong>s troisième et quatrième trimestres 2011amène le groupe à actualiser ses plans d’actions. Ladégradation <strong>de</strong> l’environnement économique peutégalement avoir un impact sur la santé financière<strong>de</strong>s partenaires du groupe et leurs capacités àexécuter leurs prestations dans les délais impartis.Ainsi, afin d’atténuer les effets d’éventuelles nouvellessecousses et <strong>de</strong> se doter d’une capacité <strong>de</strong>réaction toujours meilleure en cas <strong>de</strong> rechute, legroupe s’est réorganisé dès 2009. De nouveauxprocess ont été mis en place, une partie <strong>de</strong>scharges du groupe a été variabilisée et son modèleéconomique a été adapté. Le groupe a poursuivison action en créant un comité <strong>de</strong> suivi <strong>de</strong> la crise,doté d’un dispositif d’alerte et <strong>de</strong> plans d’actionsopérationnels <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s charges en cas<strong>de</strong> recul <strong>de</strong>s recettes. Ce plan d’actions comportedifférents volets <strong>de</strong> mesures à mettre en place paréchéance et par pôle d’activité.En 2011, le groupe TF1 a poursuivi ses efforts enmatière <strong>de</strong> coût <strong>de</strong> grille et <strong>de</strong> politique d’achats,en particulier en poursuivant l’amélioration <strong>de</strong> l’adéquation<strong>de</strong> ses acquisitions <strong>de</strong> droits avec le niveau<strong>de</strong> ses besoins en termes d’audience qualifiée. Desmesures <strong>de</strong> réduction <strong>de</strong>s charges, tant dans lesdomaines fonctionnels que sur le coût <strong>de</strong> grille, ontété proposées. Leur déclenchement est soumis àla constatation <strong>de</strong> dérives sur les indicateurs dudispositif d’alerte et leur effet s’adapte à l’amplitu<strong>de</strong><strong>de</strong>s dérives afin <strong>de</strong> préserver au mieux l’audienceet l’image <strong>de</strong> la chaîne.Risques industrielsDiffusion <strong>de</strong>s programmes <strong>de</strong> TF1 :risque d’interruption du transport du signalet risque d’inexécutionLes programmes <strong>de</strong> TF1 sont désormais diffusésauprès <strong>de</strong>s foyers français :> par voie hertzienne en TNT gratuite SD via les124 sites d’émissions principaux et 1 502 sitessecondaires opérés par les sociétés TDF,TowerCast, OneCast et Itas Tim ;> par voie hertzienne en TNT gratuite HD via les124 sites d’émissions principaux et 843 sitessecondaires opérés par les sociétés TDF,Towercast, Onecast et Itas Tim ;> par satellite en numérique SD et HD gratuit surla position Astra 1 <strong>de</strong> SES dans l’offre TNT SATet Atlantic Bird 3 d’Eutelsat dans l’offre Fransat ;> par câble, en analogique Secam sur quelquesréseaux ;> par câble en numérique SD ;> par satellite en numérique SD dans les bouquets<strong>de</strong> CanalSatellite (Astra 1 <strong>de</strong> SES) et <strong>de</strong> AB(AB3 <strong>de</strong> Eutelsat) ;> par ADSL et par fibre optique, le cas échéant, ennumérique SD par tous les fournisseurs d’accèsinternet (Orange, Free, SFR, Bouygues Telecom,Darty) ;> par câble, fibre, satellite et ADSL en simulcastnumérique HD dans un nombre croissant <strong>de</strong>réseaux.TDF est <strong>de</strong> loin le principal opérateur national <strong>de</strong>diffusion du signal <strong>de</strong> télévision. Il n’existe pas enl’état d’offres réellement alternatives comparablesau réseau et moyens techniques <strong>de</strong> TDF.TF1 se trouve ainsi placée dans une situation <strong>de</strong>dépendance pour la diffusion <strong>de</strong> son signal. En effet,l’émergence d’opérateurs <strong>de</strong> diffusion alternatifs nepermet pas aujourd’hui <strong>de</strong> s’affranchir <strong>de</strong> TDF pourl’hébergement <strong>de</strong>s équipements <strong>de</strong> diffusion. Enconséquence, en cas <strong>de</strong> défaillance du réseau TDF,TF1 ne peut faire appel à d’autres mo<strong>de</strong>s <strong>de</strong> transportterrestre lui permettant <strong>de</strong> couvrir <strong>de</strong> manièrerapi<strong>de</strong> et économiquement acceptable l’intégralité<strong>de</strong> son territoire <strong>de</strong> diffusion.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 143


Progressivement, la diffusion hertzienne multiforme(TNT SD, TNT HD) et la variété <strong>de</strong>s réseaux alternatifs(satellite, câble, ADSL et fibre, ces <strong>de</strong>ux <strong>de</strong>rniersétant exploités par plusieurs opérateurs) permettent<strong>de</strong> minimiser l’impact <strong>de</strong>s défaillances éventuelles,ces réseaux étant déconnectés les uns <strong>de</strong>s autreset utilisant <strong>de</strong>s équipes propres.Les sites <strong>de</strong> diffusion sont en gran<strong>de</strong> partie sécurisésgrâce à la redondance <strong>de</strong>s émetteurs <strong>de</strong>diffusion. En revanche, le système d’antennes n’estpas à l’abri d’inci<strong>de</strong>nts (antennes, gui<strong>de</strong>s d’on<strong>de</strong>et multiplexeur en fréquences) et l’alimentation enénergie peut échapper à la vigilance du prestataire<strong>de</strong> diffusion (responsabilité d’EDF).Des coupures sont ainsi survenues dans la diffusiondu signal TF1 pour <strong>de</strong>s raisons techniques (défaut<strong>de</strong> fonctionnement d’émetteurs ou d’alimentationd’énergie). Les pénalités prévues aux contratsne sont pas à la mesure <strong>de</strong>s pertes d’exploitationpotentielles <strong>de</strong> TF1 lors <strong>de</strong> ces inci<strong>de</strong>nts (notammentperte d’audience, atteinte à l’image <strong>de</strong> TF1,<strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong> dégrèvements d’annonceurs, perte<strong>de</strong> droits dérivés).Enfin, le transport du signal <strong>de</strong> TF1 HD n’étant passecouru et étant assuré par le réseau terrestre TMS<strong>de</strong> TDF (réseau actuellement déployé et opérantmais dont la finalisation est prévue en juin 2012),<strong>de</strong>s interruptions <strong>de</strong> transport du multiplex sur <strong>de</strong>sgroupements <strong>de</strong> sites <strong>de</strong> diffusion sont possibleset arrivent <strong>de</strong> façon ponctuelle. À terme, le réseauTMS <strong>de</strong>vrait être beaucoup plus robuste et la miseen place d’un secours transport sur TF1 HD seraétudiée en amont <strong>de</strong> l’arrêt <strong>de</strong> la diffusion <strong>de</strong> TF1TNT SD.Par ailleurs, le contexte social est susceptible d’entraîner<strong>de</strong>s malveillances ayant un impact sur ladiffusion <strong>de</strong>s signaux. Par le passé, cela s’est traduitpar quelques arrêts <strong>de</strong> sites <strong>de</strong> faible importance.Le préjudice que pourrait subir TF1 en cas d’arrêtd’un émetteur est proportionnel au bassin <strong>de</strong>téléspectateurs <strong>de</strong>sservi par l’émetteur défaillant.Une défaillance sur le bassin parisien (dix millions<strong>de</strong> téléspectateurs) pourrait avoir d’importantesconséquences économiques. C’est pourquoi TF1a négocié pour sa diffusion numérique <strong>de</strong>s délaistrès brefs d’intervention <strong>de</strong>s services <strong>de</strong> TDF en cas<strong>de</strong> panne et <strong>de</strong>mandé le renforcement <strong>de</strong> mesures<strong>de</strong> secours.Par ailleurs, dans le cadre <strong>de</strong> l’affectation dudéploiement <strong>de</strong> nouveaux multiplex R7 et R8, <strong>de</strong>sréaménagements <strong>de</strong>s fréquences sont susceptiblesd’impacter les multiplex existants et induire ainsi <strong>de</strong>sperturbations locales sur nos réseaux.Politique <strong>de</strong> gestion <strong>de</strong>s risquesCréé en 2003, le Comité Réagir poursuit son travail<strong>de</strong> veille et <strong>de</strong> prévention <strong>de</strong>s risques majeursassociés aux processus clés du groupe TF1. Il tientégalement à jour et teste régulièrement <strong>de</strong>s plans<strong>de</strong> reprise rapi<strong>de</strong> d’activité susceptibles d’êtredéclenchés suite à tout événement exceptionnelprovoquant notamment une interruption du signal<strong>de</strong> diffusion ou une non-accessibilité au bâtiment<strong>de</strong> TF1.Ce plan s’appuie sur un site <strong>de</strong> secours externe etprotégé, déployé <strong>de</strong>puis 2007 et aujourd’hui opérationnelpour les trois processus suivants : la diffusion<strong>de</strong>s programmes, la fabrication <strong>de</strong>s éditions<strong>de</strong>s journaux télévisés (TF1 et LCI), l’élaboration<strong>de</strong>s écrans publicitaires pour la chaîne TF1. Lesfonctions vitales <strong>de</strong> l’entreprise sont intégrées dansle plan <strong>de</strong> sécurisation au travers d’un processusd’alerte et <strong>de</strong> reprise d’activité. Au-<strong>de</strong>là <strong>de</strong> la sécurisationen temps réel, <strong>de</strong> nombreux systèmes bénéficientd’un mo<strong>de</strong> <strong>de</strong> sécurisation à divers <strong>de</strong>grés,tels la comptabilité, la trésorerie, la paie, Eurosport,e-TF1 et l’exploitation <strong>de</strong>s systèmes d’information.Des tests <strong>de</strong> procédures sont effectués ponctuellementet permettent si nécessaire l’ajustement dudispositif. La continuité Antenne est opérationnelle24h/24 et une simulation d’exploitation est effectuéetous les mois.En 2011, une journée d’exercice <strong>de</strong> simulationd’utilisation du site secours a mobilisé plus <strong>de</strong>soixante-dix personnes dans l’entreprise et a permisd’assurer la reprise du journal télévisé en utilisant lenouveau système <strong>de</strong> production <strong>de</strong> l’information. LePNS2 (Process News and Sport 2) est installé sur lesite secours et permet une disponibilité permanente<strong>de</strong>s sujets en cours <strong>de</strong> fabrication. Des opérations<strong>de</strong> test et <strong>de</strong> mises en conditions réelles <strong>de</strong> lacontinuité <strong>de</strong> l’Antenne ont été effectuées. L’activitépublicitaire a été testée dans <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong>complexité équivalentes à la réalité.Les moyens <strong>de</strong> secours du plan Réagir ont été misen œuvre à plusieurs reprises en 2011 pour <strong>de</strong>sinci<strong>de</strong>nts sans impact direct sur l’antenne.Le dispositif Réagir a été activé à <strong>de</strong>ux reprises(virus informatique et inci<strong>de</strong>nt nocturne). Il a permis<strong>de</strong> résoudre les difficultés sans que soit fait appelaux installations <strong>de</strong> secours.Comme précé<strong>de</strong>mment indiqué pour les risquesopérationnels, il est rappelé que le groupe TF1dispose <strong>de</strong> couvertures d’assurances (notammentresponsabilité civile et dommages aux biens) susceptiblesd’être mises en jeu pour certains risquesévoqués ci-<strong>de</strong>ssus.Risques liés à l’environnementconcurrentielRisques liés à la croissance <strong>de</strong> la télévisionnumérique terrestre (TNT) et d’internet(source : Médiamétrie)Le groupe TF1 évolue <strong>de</strong>puis toujours dans uncontexte concurrentiel en mutation permanente.Cette situation s’est accélérée avec :> le développement <strong>de</strong> la télévision numériqueterrestre (TNT) ;> la lente évolution <strong>de</strong>s comportements <strong>de</strong> consommation<strong>de</strong> divertissements au travers du développementdu média Internet, dont les recettes<strong>de</strong>vraient progresser dans les années à venir, enpartie en provenance <strong>de</strong>s budgets hors médiaet qui <strong>de</strong>vrait voir progresser la consommation<strong>de</strong> télévision délinéarisée au détriment d’unepartie <strong>de</strong> ses activités <strong>de</strong> télévision payante(programmes <strong>de</strong> stock) ;> le développement <strong>de</strong> la télévision connectéeoffrant un nouvel espace qui vient compléter ladiffusion délinéarisée <strong>de</strong>s programmes avec l’arrivéed’acteurs puissants tels qu’Apple, Googleet Netflix.L’effet <strong>de</strong> ces évolutions pourrait en outre êtreamplifié dans le cadre <strong>de</strong> l’appel d’offres lancé fin2011 par le CSA pour l’attribution <strong>de</strong> six nouvellesfréquences TNT. Le groupe TF1 a néanmoins présentétrois projets afin <strong>de</strong> profiter <strong>de</strong> cette nouvellepart d’audience TNT et limiter ainsi l’impact sur sachaîne premium.Lancée en mars 2005, la télévision numériqueterrestre (TNT) marque la fin d’un environnementtélévisé caractérisé par un accès minoritaire à unnombre réduit <strong>de</strong> six acteurs sur la télévision hertziennegratuite disposant d’une licence <strong>de</strong> diffusionanalogique.Le déploiement <strong>de</strong> la TNT a permis l’émergence<strong>de</strong> nouvelles chaînes et a généré une répartition <strong>de</strong>l’audience du média télévision sur un nombre plusgrand d’acteurs. L’évolution du paysage audiovisuels’est faite <strong>de</strong> manière rapi<strong>de</strong> puisqu’en janvier 2007,40 % <strong>de</strong>s Français recevaient une offre multichaînes.Ils sont 100 % à fin décembre 2011, ce quireprésente une moyenne <strong>de</strong> 99 % pour l’ensemble<strong>de</strong> l’année 2011.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 144


3Facteurs <strong>de</strong> risquesRisques <strong>de</strong>s métiersDans ce contexte d’élargissement <strong>de</strong> l’offre télévisuellegratuite, il était mécanique <strong>de</strong> voir la part d’audience<strong>de</strong> TF1 diminuer. En revanche, la chaîne TF1a bien résisté : alors que l’offre multi-chaînes a étémultipliée par trois en six ans, la part d’audience <strong>de</strong>TF1 sur les individus âgés <strong>de</strong> quatre ans et plus estpassée <strong>de</strong> 31,8 % en 2004 à 23,7 % à fin décembre2011. Les chaînes <strong>de</strong> la TNT, en cumulé, réalisent,quant à elles, une part d’audience <strong>de</strong> 23,1 % endécembre 2011 contre 5,8 % en 2007 (soit unehausse <strong>de</strong> 17,3 points).Par ailleurs, TF1 reste la seule chaîne à réaliser <strong>de</strong>saudiences supérieures à neuf millions <strong>de</strong> téléspectateurset totalise 99 <strong>de</strong>s 100 meilleures audiences <strong>de</strong>l’année 2011. Le risque <strong>de</strong> fragmentation continuesubie par TF1 est limité par le rééquilibrage dugroupe TF1 dans la TNT avec la prise <strong>de</strong> contrôleexclusif <strong>de</strong> TMC et NT1 en 2010.Dans un contexte où le temps consacré au divertissementa continué d’augmenter, en particulier sur lemédia télévision, le groupe conforte la position <strong>de</strong>TF1, chaîne lea<strong>de</strong>r, en :> limitant l’impact <strong>de</strong> ces changements sur sonaudience grâce à la puissance <strong>de</strong> ses programmes,> se positionnant comme un acteur majeur <strong>de</strong> laTNT au travers <strong>de</strong> sa participation dans TMC,chaîne lea<strong>de</strong>r <strong>de</strong> la TNT en 2011 et cinquièmechaîne nationale, et NT1,> et en plaçant le site internet MYTF1 comme lepremier site média français.Par ailleurs, TF1 se positionne sur le marché <strong>de</strong> latélévision connectée, avec <strong>de</strong>s investissements raisonnables,en signant entre autres <strong>de</strong>s partenariatsavec <strong>de</strong>s constructeurs.Risque lié au passage au numériqueLa réaffectation <strong>de</strong> fréquences hertziennes à<strong>de</strong> nouveaux acteurs (réallocation à un usageaudiovisuel d’une partie <strong>de</strong>s ressources issues dudivi<strong>de</strong>n<strong>de</strong> numérique, etc.) constitue un risque liéà l’environnement concurrentiel. Par ailleurs, l’annonce<strong>de</strong> l’abrogation <strong>de</strong>s canaux compensatoiresaux chaînes historiques suite à l’avis motivé <strong>de</strong> laCommission européenne et le lancement d’un appelà candidatures <strong>de</strong>s multiplex R7 et R8 font peserune incertitu<strong>de</strong> quant à l’évolution du paysageaudiovisuel.Risques liés à la réglementationAutorisation d’émettre et pouvoir<strong>de</strong> sanction du CSATF1 est un service <strong>de</strong> communication audiovisuellesoumis à autorisation. L’autorisation initiale d’utilisation<strong>de</strong>s fréquences par la société, fixée à unedurée <strong>de</strong> dix ans à compter du 4 avril 1987 (loi du30 septembre 1986) a expiré en 1997. Par décisionn° 96-614 du 17 septembre 1996, la chaîne a bénéficiépour cinq ans, à compter du 16 avril 1997, d’unepremière reconduction hors appel à candidatures<strong>de</strong> cette autorisation.Par décision du CSA du 20 novembre 2001, l’autorisationd’émettre <strong>de</strong> la chaîne TF1 a été reconduiteautomatiquement pour les années 2002 à 2007.Aux termes <strong>de</strong>s dispositions <strong>de</strong> l’article 82 <strong>de</strong> laloi du 30 septembre 1986 modifiée, cette autorisationfait l’objet d’une prolongation automatiquejusqu’en 2012, au titre <strong>de</strong> la reprise en simulcast <strong>de</strong>la chaîne en numérique hertzien terrestre. Par unedécision en date du 10 juin 2003, le CSA a modifiéla décision d’autorisation <strong>de</strong> TF1 et sa conventionafin d’y intégrer les dispositions relatives à la reprisedu programme en TNT.La loi du 5 mars 2007 relative à la mo<strong>de</strong>rnisation <strong>de</strong>la diffusion audiovisuelle et télévision du futur instaure<strong>de</strong>ux prolongations automatiques <strong>de</strong> cinq ans<strong>de</strong> l’autorisation <strong>de</strong> TF1 : la première au titre <strong>de</strong> lacompensation <strong>de</strong> l’arrêt anticipé <strong>de</strong> la diffusionanalogique <strong>de</strong> la chaîne au 30 novembre 2011 etsous réserve que la chaîne soit membre du groupementd’intérêt public mettant en œuvre les mesurespropres à l’extinction <strong>de</strong> l’analogique ; la secon<strong>de</strong> autitre <strong>de</strong> l’engagement <strong>de</strong> la chaîne <strong>de</strong> couvrir 95 %<strong>de</strong> la population française en TNT. Ainsi, le terme<strong>de</strong> l’autorisation <strong>de</strong> TF1 est fixé aujourd’hui à 2022.Il est rappelé que le groupe TF1 souscrit différentsengagements en matière d’obligations générales<strong>de</strong> diffusion et d’investissement dans la production,que ce soit au travers <strong>de</strong> son cahier <strong>de</strong>s chargesou au travers <strong>de</strong> la réglementation applicable à sonactivité. En cas <strong>de</strong> modification <strong>de</strong> la réglementation,une éventuelle hausse <strong>de</strong>s contraintes actuellementimposées à TF1 pourrait avoir un impact négatif surla rentabilité <strong>de</strong> la société.Par ailleurs, le Conseil supérieur <strong>de</strong> l’audiovisuelpeut, en cas <strong>de</strong> non-respect <strong>de</strong> ses obligationsconventionnelles par TF1, compte tenu <strong>de</strong> la gravitédu manquement et après mise en <strong>de</strong>meure, prononcercontre l’éditeur une <strong>de</strong>s sanctions prévuesà l’article 42-1 <strong>de</strong> la loi du 30 septembre 1986(sanction pécuniaire, suspension <strong>de</strong> l’édition, <strong>de</strong> ladiffusion, <strong>de</strong> la distribution du service, d’une catégorie<strong>de</strong> programme, d’une partie du programme oud’une ou plusieurs séquences publicitaires, pour unmois au plus, réduction <strong>de</strong> la durée <strong>de</strong> l’autorisationd’usage <strong>de</strong> fréquences dans la limite d’une année).Le respect <strong>de</strong>s obligations <strong>de</strong> TF1 fait l’objet d’unsuivi strict. À cet effet, la direction <strong>de</strong> la conformité<strong>de</strong>s programmes est dédiée au suivi du respect <strong>de</strong>la réglementation pour les programmes <strong>de</strong> la chaîne.Risques liés au droit <strong>de</strong>s personnes(intimité <strong>de</strong> la vie privée, diffamation)Aucun dossier en cours ne présente <strong>de</strong> risquefinancier majeur pour TF1.Risques liés à <strong>de</strong>s taxationssupplémentairesL’article 53 <strong>de</strong> la loi du 30 septembre 1986 modifiéepar la loi <strong>de</strong> Finances pour 2011 reporte l’arrêt total<strong>de</strong> la publicité sur France Télévisions, prévu initialementpour 2012, au 1 er janvier 2016. En contrepartie<strong>de</strong> ce report, la taxe acquittée par les chaînes visantà financer le manque à gagner <strong>de</strong> France Télévisionsa été abaissée à 0,5 % <strong>de</strong> leur chiffre d’affairespublicitaire et ce, jusqu’au 1 er janvier 2016.Cet exemple permet d’illustrer le risque économiquequ’encourent les chaînes <strong>de</strong> télévision du fait <strong>de</strong>l’instauration <strong>de</strong> nouvelles taxes à l’instar <strong>de</strong> la taxesur les investissements publicitaires.Politique <strong>de</strong> gestion<strong>de</strong>s risques opérationnelsLe groupe TF1 a mis en place <strong>de</strong>s dispositifs <strong>de</strong> suiviet <strong>de</strong> maîtrise <strong>de</strong>s risques <strong>de</strong> manière transversalesur l’ensemble <strong>de</strong> ses activités.Bouygues TelecomAccès aux infrastructuresDans un secteur marqué par <strong>de</strong>s cycles permanents<strong>de</strong> mutations technologiques, un <strong>de</strong>s enjeux majeurs<strong>de</strong> Bouygues Telecom est d’accé<strong>de</strong>r aux infrastructuresaux meilleurs coûts et dans un délai permettant<strong>de</strong> répondre au bon moment aux attentes <strong>de</strong>sconsommateurs en termes <strong>de</strong> nouveaux services.Sur le marché du très haut débit fixe, BouyguesTelecom a mis en œuvre tous les projets lui<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 145


permettant <strong>de</strong> se positionner comme un acteurincontournable. Depuis novembre 2010, BouyguesTelecom utilise le réseau <strong>de</strong> Numericable et proposeBbox fibre qui offre <strong>de</strong>s débits supérieurs à l'ADSL.En signant un accord avec SFR le 9 décembre 2010pour le co-déploiement d’un réseau en fibre optique<strong>de</strong> trois millions <strong>de</strong> prises jusqu’au foyer, BouyguesTelecom sera le seul fournisseur d'accès à internetprésent simultanément dans l'ADSL, le câble et lafibre optique.Sur le marché du très haut débit mobile, BouyguesTelecom a acquis une quantité significative <strong>de</strong> fréquencesdans les ban<strong>de</strong>s 2600 MHz et 800 MHz,lui permettant d’assurer dans les prochaines annéesune couverture du territoire en très haut débit.ConcurrenceLe marché <strong>de</strong>s communications électroniquesfrançais est soumis à une concurrence forte, qui s’intensifieraen 2012 avec l’entrée sur le marché <strong>de</strong> latéléphonie mobile d’un nouvel opérateur, détenteur<strong>de</strong> la quatrième licence UMTS et bénéficiaire <strong>de</strong>mesures <strong>de</strong> régulation asymétriques qui jusqu'alorsn'avaient été accordées à aucun opérateur.Dans ce contexte concurrentiel, Bouygues Telecoma mis en place un programme <strong>de</strong> transformation eta lancé <strong>de</strong> nouvelles offres :> en créant la marque B&YOU, distribuée uniquementsur internet, sans engagement. Marquecommunautaire et participative, au cœur duweb social, elle s’adresse aux utilisateurs <strong>de</strong> lagénération internet les plus autonomes, capables<strong>de</strong> gérer en ligne l’intégralité <strong>de</strong> la relation avecleur opérateur ;> en complétant et simplifiant son offre commercialeavec le lancement <strong>de</strong>s offres E<strong>de</strong>n, unegamme sur mesure adaptée aux besoins <strong>de</strong>sclients (avec ou sans engagement, avec ousans mobile, avec un nouveau programme <strong>de</strong>fidélisation, etc.) ;> en proposant un nouveau service premiumpour l’assurance <strong>de</strong>s terminaux "Garantieéchange 24".Le renforcement <strong>de</strong> la position <strong>de</strong> BouyguesTelecom sur le marché internet-fixe fait égalementpartie <strong>de</strong>s objectifs majeurs <strong>de</strong> l’entreprise. Sur cemarché, Bouygues Telecom est lea<strong>de</strong>r en termes<strong>de</strong> croissance nette avec 433 000 nouveaux clientsacquis en 2011, portant ainsi le nombre <strong>de</strong> clientsFixe à plus <strong>de</strong> 1,2 million fin décembre 2011.Évolutions réglementaireset fiscales défavorablesDans un contexte réglementaire et fiscal contraignant,<strong>de</strong> nouvelles taxes et <strong>de</strong> nouvelles contraintesréglementaires européennes ou nationales s’appliquentaux services mobiles et fixes, affectant larentabilité <strong>de</strong> Bouygues Telecom. Aussi l’entrepriseréalise-t-elle une veille constante pour anticiper ceschangements et en atténuer les effets.Défaillance d’un cocontractant,d’une contrepartieLa crise financière a fragilisé les cocontractants <strong>de</strong>Bouygues Telecom, qu’ils soient fournisseurs, clientsou partenaires commerciaux, soumettant BouyguesTelecom à un risque d’image, <strong>de</strong> perte <strong>de</strong> résultatet <strong>de</strong> continuité d’activité en cas <strong>de</strong> défaillanced’un cocontractant majeur tel qu’un fournisseur clé<strong>de</strong> Bouygues Telecom ou générant <strong>de</strong>s revenusconséquents.Bouygues Telecom réalise un suivi particulier<strong>de</strong>s cocontractants majeurs et prépare <strong>de</strong>s plansd’actions pouvant être rapi<strong>de</strong>ment mis en œuvresi nécessaire.Indisponibilité durabled’un site <strong>de</strong> productionDes défaillances ou <strong>de</strong>s indisponibilités <strong>de</strong>s servicesfournis aux clients peuvent se produire encas d’atteinte <strong>de</strong>s infrastructures <strong>de</strong> réseau ouinformatiques, critiques pour Bouygues Telecom.Pour limiter les risques <strong>de</strong> sinistre touchant unsite <strong>de</strong> production, les salles informatiques sontsécurisées : accès restreints, protection incendie,climatisation, régulation <strong>de</strong> l'hygrométrie, doublealimentation électrique et générateur <strong>de</strong> secours.Ces dispositifs sont vérifiés et maintenus à unefréquence définie.En cas <strong>de</strong> survenance d’un tel sinistre, BouyguesTelecom dispose <strong>de</strong>puis 2003 d’un plan <strong>de</strong> continuitéd’activité prévoyant une reprise <strong>de</strong>s systèmes,<strong>de</strong>s applications et <strong>de</strong>s données par ordre <strong>de</strong>criticité, ainsi que <strong>de</strong>s sauvegar<strong>de</strong>s externaliséessur un site sécurisé différent du site <strong>de</strong> production.Le plan <strong>de</strong> continuité informatique fait l'objet d'exercicesréels ou <strong>de</strong> simulation au moins une fois paran et <strong>de</strong> tests dans le cadre d'évolutions majeures(logiciels, équipements).Éviction <strong>de</strong> la chaîne <strong>de</strong> valeur parl’innovation d’un marché connexeUne part <strong>de</strong> la croissance du marché <strong>de</strong>s communicationsélectroniques est assurée par l’innovation<strong>de</strong>s services <strong>de</strong> téléphonie. De nombreux acteursintervenant dans la composition d’un service,certains pourraient exclure les opérateurs <strong>de</strong>communications électroniques tels que BouyguesTelecom d’une partie <strong>de</strong> la valeur produite par lesservices et contenus.De même, ces fournisseurs <strong>de</strong> contenus ou servicespourraient s’interposer entre l’opérateur télécom etle client final, notamment sur la relation client et lacommercialisation <strong>de</strong> services <strong>de</strong> communicationsélectroniques.Aussi, Bouygues Telecom maintient un service <strong>de</strong>veille constante sur les innovations et participedirectement ou indirectement aux développements<strong>de</strong> produits à fort potentiel.Radiofréquences et santéLes travaux <strong>de</strong> veille et d’analyse sont menés strictementet en permanence par la direction Fréquenceset Protection <strong>de</strong> Bouygues Telecom sur la base <strong>de</strong>plusieurs sources (internet, achat <strong>de</strong>s publications,abonnement à <strong>de</strong>s organismes <strong>de</strong> veille, réseau <strong>de</strong>connaissance, participation aux colloques scientifiques,etc.).L’étu<strong>de</strong> Interphone publiée le 17 mai 2010 n’apportepas <strong>de</strong> conclusion quant aux effets potentiels surla santé liés à l’utilisation d’un téléphone mobile.Bouygues Telecom reste attentif aux besoins d’information<strong>de</strong> ses clients et affiche <strong>de</strong>puis le début <strong>de</strong>l’année 2006 la valeur <strong>de</strong> DAS (débit d’absorptionspécifique) <strong>de</strong> ses téléphones mobiles en points<strong>de</strong> vente et sur son site internet (<strong>de</strong>puis 2001).Bouygues Telecom veille également <strong>de</strong>puis longtempsà informer ses consommateurs et prospects<strong>de</strong>s précautions à prendre pour utiliser au mieux leurmobile : utiliser un kit oreillette présent dans tous sespacks, téléphoner <strong>de</strong> préférence dans les zones oùla réception réseau est <strong>de</strong> bonne qualité, modérerl’utilisation du téléphone mobile par les enfants, etc.Bouygues Telecom participe <strong>de</strong>puis son lancementau Comop, comité opérationnel chargé <strong>de</strong>s modélisationset <strong>de</strong>s expérimentations, créé en juillet2009 dans le cadre du Grenelle <strong>de</strong>s antennes, etqui a pour objectifs <strong>de</strong> modéliser et, le cas échéant,d’expérimenter une baisse <strong>de</strong>s seuils d’émissionradio <strong>de</strong>s antennes.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Risques <strong>de</strong>s métiers • 146


3 RisquesFacteurs <strong>de</strong> risques<strong>de</strong> marchéRisque psychosocialBouygues Telecom est attaché à mettre en œuvre uncadre social et <strong>de</strong>s conditions <strong>de</strong> travail favorablesau bien-être <strong>de</strong> ses collaborateurs. L’entreprisedéfend les valeurs <strong>de</strong> synergie, <strong>de</strong> solidarité ets’appuie sur une mobilité interne contrôlée dansle respect <strong>de</strong> la meilleure satisfaction <strong>de</strong> ses collaborateurs.À ce titre, Bouygues Telecom a reçuen 2011, pour la <strong>de</strong>uxième année consécutive, lelabel Top Employeurs. Décerné par l’institut CRFFrance, il distingue les trente-trois entreprises françaisesreconnues pour la qualité <strong>de</strong> leur politique<strong>de</strong> ressources humaines. Bouygues Telecom s’estdistingué à travers cinq critères : les pratiques <strong>de</strong>rémunération, les conditions <strong>de</strong> travail, la formationet le développement professionnel, l’évolution et lagestion <strong>de</strong>s talents, la culture d’entreprise.L’entreprise est également engagée à maintenirune politique durable et partagée <strong>de</strong> prévention<strong>de</strong>s risques psychosociaux. Bouygues Telecommaintient un état <strong>de</strong> vigilance constant basé sur lesindicateurs et dispositifs <strong>de</strong> prévention suivants :> un observatoire du bien-être et du stress, misen place dès l’an 2000 avec les mé<strong>de</strong>cins dutravail, dont les résultats et plans d’actions sontprésentés au comité d'hygiène, <strong>de</strong> sécurité et <strong>de</strong>sconditions <strong>de</strong> travail (CHSCT) et aux partenairessociaux ;> une assistante sociale sur chacun <strong>de</strong>s sites etune psychologue du travail ;> un accord sur les "risques psychosociaux liés auxsituations <strong>de</strong> stress au travail" signé en 2010, dontl’ensemble <strong>de</strong>s mesures ont été mises en œuvre(formation <strong>de</strong> 2 000 managers, etc.) ;> <strong>de</strong>s enquêtes annuelles <strong>de</strong> satisfaction <strong>de</strong>scollaborateurs.Gestion du webLa montée en puissance <strong>de</strong> l’influence <strong>de</strong>s réseauxsociaux et du e-commerce bouscule les mo<strong>de</strong>sactuels <strong>de</strong> commercialisation et <strong>de</strong> relation avecles clients. Bouygues Telecom s’attache à préparerl’entreprise à ces nouveaux standards en imaginantles interactions entreprise-clients <strong>de</strong> <strong>de</strong>main afind’anticiper les besoins en ressources humaines etd’évolution <strong>de</strong>s systèmes d’information.Attaque externe <strong>de</strong>s systèmesd’informationLes cas d’attaques externes <strong>de</strong>s systèmes d’information(SI) <strong>de</strong>s entreprises (déni <strong>de</strong> service, vold’informations) se multiplient. Pour se protéger <strong>de</strong>tels inci<strong>de</strong>nts, Bouygues Telecom a mis en place unepolitique <strong>de</strong> sécurité structurée autour <strong>de</strong> la gestion<strong>de</strong>s habilitations d’accès au SI, d’une politique <strong>de</strong>gestion <strong>de</strong>s mots <strong>de</strong> passe performante et <strong>de</strong> systèmestechniques <strong>de</strong> protection face aux intrusions.RISQUES DE MARCHÉEn complément <strong>de</strong>s indications données ci-après,il convient <strong>de</strong> se reporter aux tableaux chiffrés figuranten note au chapitre "Les comptes" du présentdocument, dans l'annexe aux comptes consolidés :> Note 4.4 Trésorerie et équivalents <strong>de</strong> trésorerie> Note 8.1 Répartition <strong>de</strong>s emprunts portantintérêts par échéance> Note 8.2 Lignes <strong>de</strong> crédit confirmées et utilisées> Note 8.3 Liquidité au 31 décembre 2011> Note 8.4 Répartition <strong>de</strong> la <strong>de</strong>tte financièrecourante et non courante selon nature<strong>de</strong> taux> Note 8.5 Risque <strong>de</strong> taux> Note 8.6 Répartition <strong>de</strong> la <strong>de</strong>tte financière courtterme et long terme par <strong>de</strong>vises> Note 17.1 Couverture du risque <strong>de</strong> taux> Note 17.2 Couverture du risque <strong>de</strong> changeGestion du risque <strong>de</strong> tauxet du risque <strong>de</strong> changeCertaines structures du groupe Bouygues sontamenées à utiliser <strong>de</strong>s instruments financiers <strong>de</strong>couverture dans le but <strong>de</strong> limiter l’inci<strong>de</strong>nce, surleur compte <strong>de</strong> résultat, <strong>de</strong>s variations <strong>de</strong> changeet <strong>de</strong> taux d’intérêt. L’utilisation <strong>de</strong> ces instrumentss’inscrit dans le cadre ci-après.Nature <strong>de</strong>s risquesauxquels le Groupeest exposéExposition au risque <strong>de</strong> changeGlobalement, le Groupe est faiblement exposé aurisque <strong>de</strong> change sur les opérations commercialescourantes, dans la mesure où l’activité à l’international(Bouygues Construction et Colas principalement)ne donne pas lieu à exportation. Selonles possibilités, les contrats facturés en <strong>de</strong>visesdonnent lieu à <strong>de</strong>s dépenses dans la même <strong>de</strong>vise.C’est le cas notamment pour la plupart <strong>de</strong>s chantiersexécutés à l’étranger, dont la part <strong>de</strong> dépenses <strong>de</strong>sous-traitance et <strong>de</strong> fournitures en monnaie localeest prépondérante sur la part <strong>de</strong> dépenses en euros.L’exposition au risque <strong>de</strong> change se résume à lamarge sur les marchés et aux étu<strong>de</strong>s réalisées enFrance. Par ailleurs, une vigilance particulière estportée aux risques relatifs aux avoirs du Groupe enmonnaies non convertibles et, plus généralement,aux risques pays.Exposition au risque <strong>de</strong> tauxLa charge financière du Groupe est peu sensibleà la variation <strong>de</strong>s taux d’intérêt. L’essentiel <strong>de</strong> sonen<strong>de</strong>ttement est à taux fixe grâce à <strong>de</strong>s empruntsobligataires à taux fixe (cf. note 8.4 du chapitre "Lescomptes", annexe aux comptes consolidés) et à unportefeuille d’instruments <strong>de</strong> couverture <strong>de</strong> tauxpermettant <strong>de</strong> transformer la <strong>de</strong>tte à taux variableen <strong>de</strong>tte à taux fixe.La charge financière du Groupe ne serait que peuaffectée par une fluctuation <strong>de</strong>s taux d’intérêt européensou par une évolution divergente <strong>de</strong> ceux-cipar rapport aux taux d’intérêt dans les principales<strong>de</strong>vises hors <strong>de</strong> la zone euro.Les <strong>de</strong>ttes financières à taux variable figurant aubilan sont, en moyenne sur l’exercice, inférieuresà la trésorerie disponible placée également à tauxvariable.Principes communs relatifs aux instrumentsfinanciers <strong>de</strong> couvertureLes instruments utilisés sont limités aux produits suivants: achats et ventes à terme <strong>de</strong> <strong>de</strong>vises, swaps<strong>de</strong> <strong>de</strong>vise, achats d’options <strong>de</strong> change dans lecadre <strong>de</strong> la couverture du risque <strong>de</strong> change ; swaps<strong>de</strong> taux d’intérêt, future rate agreements, achat <strong>de</strong>caps et <strong>de</strong> tunnels dans le cadre <strong>de</strong> la couverturedu risque <strong>de</strong> taux.Ils ont pour caractéristiques :> <strong>de</strong> n’être utilisés qu’à <strong>de</strong>s fins <strong>de</strong> couverture ;> <strong>de</strong> n’être traités qu’avec <strong>de</strong>s banques françaiseset étrangères <strong>de</strong> premier rang ;> <strong>de</strong> ne présenter aucun risque d’"illiquidité" en cas<strong>de</strong> retournement éventuel.L’utilisation <strong>de</strong> ces instruments, le choix <strong>de</strong>scontreparties et, plus généralement, la gestion <strong>de</strong>l’exposition au risque <strong>de</strong> change et au risque <strong>de</strong><strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 147


taux, font l’objet d’états <strong>de</strong> reporting spécifiques à<strong>de</strong>stination <strong>de</strong>s organes <strong>de</strong> direction et <strong>de</strong> contrôle<strong>de</strong>s sociétés concernées.Règles <strong>de</strong> couvertureEn matière <strong>de</strong> risque <strong>de</strong> change(cf. note 17.2 du chapitre "Les comptes", annexeaux comptes consolidés)Le principe appliqué au sein du Groupe est <strong>de</strong>couvrir systématiquement les risques <strong>de</strong> changerésiduels découlant <strong>de</strong>s opérations commerciales.Lorsque les flux sont certains, le risque <strong>de</strong> changeest couvert par <strong>de</strong>s achats ou <strong>de</strong>s ventes à terme,ou par <strong>de</strong>s swaps <strong>de</strong> <strong>de</strong>vises. Pour certains contratsimportants, une couverture optionnelle peut êtremise en place préalablement à l’obtention définitive<strong>de</strong> l’affaire ; si le sous-jacent <strong>de</strong> la couverture disparaît(prestation non réalisée, comman<strong>de</strong> annulée,etc.), l’opération <strong>de</strong> couverture est immédiatementdénouée.Dans un souci <strong>de</strong> rationalisation, les positions <strong>de</strong>change <strong>de</strong> certaines entités du Groupe peuvent êtregérées <strong>de</strong> façon centralisée et, le cas échéant, lespositions symétriques peuvent être compensées.Les produits dérivés <strong>de</strong> change ne sont utilisésqu’aux seules fins <strong>de</strong> couverture.En matière <strong>de</strong> risque <strong>de</strong> taux(cf. note 17.1 du chapitre "Les comptes", annexeaux comptes consolidés)Le principe est <strong>de</strong> couvrir, au niveau <strong>de</strong> chaquesous-groupe, tout ou partie <strong>de</strong>s actifs ou <strong>de</strong>s passifsfinanciers dans la mesure où ces <strong>de</strong>rniers présententun caractère prévisible et récurrent.L’objectif est <strong>de</strong> sécuriser le résultat financierfutur en fixant le coût <strong>de</strong> la <strong>de</strong>tte par <strong>de</strong>s swaps,<strong>de</strong>s future rate agreements ou, en le limitant par<strong>de</strong>s caps, pour une durée liée à celle <strong>de</strong>s passifsfinanciers à couvrir.Comme pour le risque <strong>de</strong> change, toujours dansun but <strong>de</strong> rationalisation, les positions <strong>de</strong> taux <strong>de</strong>certaines entités du Groupe peuvent être gérées<strong>de</strong> façon centralisée et partiellement compensées.Métho<strong>de</strong>s <strong>de</strong>comptabilisationEn règle générale, les instruments financiers utiliséspar le Groupe font l’objet d’une comptabilité <strong>de</strong>couverture. Ainsi, ils donnent lieu à la mise en placed’une documentation <strong>de</strong> relation <strong>de</strong> couvertureconformément aux dispositions <strong>de</strong> la norme IAS39. Le Groupe procè<strong>de</strong> alors, suivant le cas, à <strong>de</strong>uxtypes <strong>de</strong> comptabilisation :> dans le cadre d’une relation <strong>de</strong> couverture <strong>de</strong>juste valeur : la variation <strong>de</strong> juste valeur <strong>de</strong>l’instrument <strong>de</strong> couverture et celle <strong>de</strong> l’élémentcouvert sont comptabilisées <strong>de</strong> manière symétriquedans le compte <strong>de</strong> résultat ;> dans le cadre d’une relation <strong>de</strong> couverture <strong>de</strong>flux <strong>de</strong> trésorerie : la variation <strong>de</strong> juste valeur <strong>de</strong>l’instrument <strong>de</strong> couverture est comptabilisée encompte <strong>de</strong> résultat pour la partie non efficace eten capitaux propres (jusqu’au dénouement <strong>de</strong>l’opération) pour la partie efficace.Valeur <strong>de</strong> marché <strong>de</strong>s instruments<strong>de</strong> couvertureAu 31 décembre 2011, la valeur <strong>de</strong> marché (netpresent value) du portefeuille d’instruments financiers<strong>de</strong> couverture est <strong>de</strong> - 80 millions d’euros. Cemontant est pour l’essentiel la résultante <strong>de</strong> la valeuractuelle nette <strong>de</strong> swaps <strong>de</strong> taux permettant <strong>de</strong> couvrirla <strong>de</strong>tte du Groupe (couverture <strong>de</strong> juste valeuret couverture <strong>de</strong> flux <strong>de</strong> trésorerie) et <strong>de</strong> la valeuractuelle nette d’opérations à terme permettant <strong>de</strong>couvrir le risque <strong>de</strong> change découlant d’opérationscommerciales.La répartition <strong>de</strong> cette valeur <strong>de</strong> marché par type<strong>de</strong> couverture est la suivante :> opérations s’inscrivant dans le cadre d’une relation<strong>de</strong> couverture <strong>de</strong> juste valeur d’un élémentd’en<strong>de</strong>ttement net : - 19 millions d’euros> opérations s’inscrivant dans le cadre d’unerelation <strong>de</strong> couverture <strong>de</strong> flux <strong>de</strong> trésorerie :- 61 millions d’eurosEn cas <strong>de</strong> translation <strong>de</strong> la courbe <strong>de</strong>s taux <strong>de</strong>+ 1,00 % (et respectivement - 1,00 %), la valeur<strong>de</strong> marché du portefeuille d’instruments financiers<strong>de</strong> couverture s’établirait à - 15 millions d’euros(respectivement - 147 millions d’euros).En cas d’évolution défavorable <strong>de</strong> 1 % <strong>de</strong> l’euro parrapport à chacune <strong>de</strong>s autres <strong>de</strong>vises, la valeur <strong>de</strong>marché du portefeuille d’instruments financiers <strong>de</strong>couverture s’établirait à - 94 millions d’euros.Les calculs ont été effectués par le Groupe ouobtenus <strong>de</strong> contreparties bancaires avec lesquellesils ont été contractés.Exposition au risque sur actionsEn cas d’évolution défavorable <strong>de</strong> l’activité <strong>de</strong> lasociété concernée ou <strong>de</strong> son environnement économique,le Groupe pourrait être exposé au risquelié à une variation négative du prix <strong>de</strong>s titres <strong>de</strong>capital qu’il détient.Risque <strong>de</strong> liquiditéAu 31 décembre 2011, la trésorerie disponibles'élève à 3 161 millions d'euros (y compris - 16 millionsd’euros d'instruments financiers liés à <strong>de</strong>sopérations <strong>de</strong> couverture <strong>de</strong> l'en<strong>de</strong>ttement net),auxquels s'ajoute un montant <strong>de</strong> 5 245 millions d'euros<strong>de</strong> lignes bancaires à moyen terme confirméeset non utilisées à cette date. Le Groupe n’est doncpas exposé à un risque <strong>de</strong> liquidité.Les crédits bancaires contractés par Bouygues necomportent ni covenant financier, ni trigger event.Il en est <strong>de</strong> même pour ceux utilisés par les filiales<strong>de</strong> Bouygues.Les emprunts obligataires 2013, 2015, 2016, 2018,2019 et 2026 comportent une clause <strong>de</strong> change ofcontrol (changement <strong>de</strong> contrôle <strong>de</strong> Bouygues SA).Les <strong>de</strong>ttes obligataires <strong>de</strong> Bouygues bénéficient <strong>de</strong>la note BBB+ (long terme) <strong>de</strong> Standard & Poor's.Se reporter à la note 8 <strong>de</strong> l’annexe aux comptesconsolidés (<strong>de</strong>ttes financières) et aux indicationssur les éléments susceptibles d’avoir une inci<strong>de</strong>ncesur le cours d’une offre publique, dans le chapitre"Informations juridiques et financières", où sontabordées <strong>de</strong> façon plus détaillée les inci<strong>de</strong>ncesd’un changement <strong>de</strong> contrôle.DIFFÉRENDS ET LITIGESLes sociétés du Groupe sont engagées dans diversprocès et réclamations dans le cours normal <strong>de</strong> leursactivités. Des filiales <strong>de</strong> Bouygues Construction etColas sont notamment concernées par <strong>de</strong>s actionsou contentieux dans les domaines du droit <strong>de</strong> laconcurrence. Les risques ont été évalués sur labase <strong>de</strong>s expériences passées et <strong>de</strong> l’analyse <strong>de</strong>sservices et conseils juridiques du Groupe. À ce jour,il n’existe pas, à la connaissance <strong>de</strong> la société, unfait exceptionnel ou litige susceptible d’affectersubstantiellement l’activité, le patrimoine, les résultatset la situation financière du Groupe dans sonensemble. Les litiges sont examinés régulièrementnotamment lorsque <strong>de</strong>s faits nouveaux surviennent.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • Différends et litiges • 148


3 DifférendsFacteurs <strong>de</strong> risqueset litigesLes montants provisionnés apparaissent adéquatsau regard <strong>de</strong> ces évaluations. Le Groupe met enœuvre tous les moyens légaux pour assurer ladéfense <strong>de</strong> ses intérêts légitimes.Bouygues ConstructionRSA – Chantier <strong>de</strong> GautrainBouygues Travaux Publics, en association avec<strong>de</strong>ux partenaires locaux et Bombardier pour le matérielroulant et les équipements électromécaniques,a livré en juin 2010 la première phase d’un projetd'infrastructure ferroviaire <strong>de</strong>stiné à relier le principalaéroport du pays aux villes <strong>de</strong> Johannesburget Pretoria. Cette phase est en service <strong>de</strong>puiscette date.Les conditions <strong>de</strong> livraisons <strong>de</strong> la phase 2 ont étéperturbées par les difficultés qui opposent BombelaLtd, société concessionnaire titulaire du contrat,dont Bouygues Travaux Publics détient 17 % ducapital et la province du Gauteng concernant lesconditions d’exécution du chantier.Une difficulté est apparue concernant l’étanchéitédu tunnel <strong>de</strong> plusieurs sections <strong>de</strong> la phase 2 : lesvenues d’eau étaient supérieures à la lecture <strong>de</strong>sspécifications techniques contractuelles faite parla province du Gauteng. Ce débat a été soumis auDispute Resolution Board (DRB) prévu au contrat <strong>de</strong>concession qui a constaté la conformité du tunnel et<strong>de</strong> son étanchéité pour l’ensemble <strong>de</strong>s sections, àl’exception <strong>de</strong> la section Park Station-E2.Pour cette section, les venues d’eau ont été considéréescomme supérieures aux spécifications techniquescontractuelles et ont donné lieu à l’exécution<strong>de</strong> travaux <strong>de</strong> reprise fin 2011 / début 2012.Cette difficulté a retardé la mise en service complète<strong>de</strong> cette phase dont la plus gran<strong>de</strong> partie est opérationnelle<strong>de</strong>puis le 2 août 2011. La section ParkStation-E2 sera mise en service quand les travauxauront été considérés comme adaptés.Par ailleurs, les parties ont saisi le DRB <strong>de</strong> plusieursdifférends, le principal portant sur les conséquences<strong>de</strong>s retards dans la mise à disposition par laProvince <strong>de</strong> plusieurs emprises nécessaire à laréalisation <strong>de</strong>s travaux. Ces retards ont gravementperturbé l’exécution du contrat avec <strong>de</strong>s répercussionsfinancières importantes.Le différend, soumis à l’Association d’arbitraged’Afrique du Sud, compte tenu <strong>de</strong> son ampleur et<strong>de</strong> sa difficulté, ne sera probablement pas régléavant la fin 2013.France – EPR <strong>de</strong> FlamanvilleBouygues Travaux Publics est titulaire du contrat<strong>de</strong> construction du génie civil du réacteur nucléaire<strong>de</strong> la centrale <strong>de</strong> Flamanville conclu avec EDF le2 octobre 2006.Déjà par le passé, les difficultés techniques rencontrées<strong>de</strong>puis le début <strong>de</strong> l'exécution <strong>de</strong> ce contratont conduit les parties à en modifier les termes,notamment s'agissant du prix et du délai.Courant 2011, un avenant a été signé. Il a permisd’obtenir une augmentation du prix qui couvreessentiellement, d’une part, les difficultés rencontréeslors <strong>de</strong> la conception et <strong>de</strong> la réalisation<strong>de</strong>s revêtements métalliques <strong>de</strong>s piscines <strong>de</strong>certains bâtiments et, d’autre part, l’adaptation<strong>de</strong>s métho<strong>de</strong>s à mettre en œuvre en raison <strong>de</strong> lacomplexité croissante <strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong> ferraillageet <strong>de</strong> bétonnage notamment.Par ailleurs, un acci<strong>de</strong>nt du travail entraînant ledécès d'un collaborateur intérimaire <strong>de</strong> soustraitantsdu groupement chargés <strong>de</strong>s travaux estmalheureusement intervenu. Il a donné lieu à l’ouvertured’une enquête préliminaire pour homici<strong>de</strong>involontaire. Dans le cadre <strong>de</strong> cette procédure, <strong>de</strong>scollaborateurs du groupement ont été entendus.France – METP Île-<strong>de</strong>-FranceÀ la suite <strong>de</strong> la décision du Conseil <strong>de</strong> la concurrence(<strong>de</strong>venu Autorité <strong>de</strong> la Concurrence) du 9 mai2007, la Région Île-<strong>de</strong>-France a engagé courant2008 un contentieux in<strong>de</strong>mnitaire visant à obtenirréparation du préjudice qu'elle estime avoir subidu fait du comportement anticoncurrentiel <strong>de</strong>sentreprises du secteur à l'occasion <strong>de</strong> l'attribution<strong>de</strong>s différents marchés <strong>de</strong> rénovation <strong>de</strong>s lycéesen Île-<strong>de</strong>-France.Saisi en référé, le tribunal <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> instance <strong>de</strong>Paris a rejeté la <strong>de</strong>man<strong>de</strong> <strong>de</strong> la Région par uneordonnance du 15 janvier 2009, au motif notammentqu'il existait une contestation sérieuse sur le principemême <strong>de</strong> la créance in<strong>de</strong>mnitaire.Invitée à se pourvoir au fond, la Région a saisi ànouveau le tribunal <strong>de</strong> gran<strong>de</strong> instance <strong>de</strong> Parisen février 2010 d'une requête tendant à poursuivrela réparation d'un préjudice estimé par la Région à358 millions d’euros sur la base d'une responsabilitéin solidum <strong>de</strong>s co-auteurs du dommage, à savoir lesentreprises et les personnes physiques condamnéespour comportement anticoncurrentiel. Début2012, la Région a réduit son estimation du préjudicepour le ramener à 232 millions d’euros.Les entreprises du secteur qui contestent l'évaluationet la réalité du préjudice allégué ont saisi à leurtour le tribunal d'un inci<strong>de</strong>nt <strong>de</strong> communication <strong>de</strong>pièces. Elles réclament qu'il soit enjoint à la Région<strong>de</strong> communiquer un certain nombre <strong>de</strong> pièces permettant<strong>de</strong> retracer le plus précisément possible leprocessus décisionnel qui a conduit à l'attribution<strong>de</strong> chacun <strong>de</strong>s marchés et permettant d'établir lapreuve du préjudice allégué.Par ordonnance du 3 mars 2011, le tribunal <strong>de</strong>gran<strong>de</strong> instance <strong>de</strong> Paris a enjoint la Région Île-<strong>de</strong>-France d’individualiser ses <strong>de</strong>man<strong>de</strong>s (préjudiceet intervenant contre qui l’action est dirigée) pourchacun <strong>de</strong>s quatre-vingt huit lots concernés par cedossier et à communiquer les pièces archivées etnon encore au dossier.France – EoleÀ la suite <strong>de</strong> la décision du 21 mars 2006 du Conseil<strong>de</strong> la concurrence (<strong>de</strong>venu Autorité <strong>de</strong> la concurrence)ayant sanctionné plusieurs sociétés au titred’une entente générale <strong>de</strong> répartition et d’ententeparticulière relatives aux lots 34B et 37B du projetEole (Est-Ouest-Liaison express), la SNCF a engagéle 21 mars 2011 un contentieux in<strong>de</strong>mnitaire <strong>de</strong>vantle tribunal administratif <strong>de</strong> Paris visant à obtenirréparation du préjudice qu'elle estime avoir subidu fait du comportement anticoncurrentiel <strong>de</strong>sentreprises du secteur à l'occasion <strong>de</strong> l'attribution<strong>de</strong>s différents lots relatifs à ce projet.Le groupe conteste la réalité du préjudice avancépar la SNCF et il considère l’action mal engagée etpotentiellement prescrite.États-Unis – Tunnel du Port <strong>de</strong> MiamiBouygues Travaux Publics est titulaire d'un contratportant sur le financement, la conception, laconstruction et la maintenance d'un important projetd'infrastructure routière souterraine dans la zoneportuaire <strong>de</strong> Miami.Préalablement au début <strong>de</strong>s opérations <strong>de</strong> creusement,Bouygues Travaux Publics a engagé unecampagne d'investigations géologiques complémentairesqui a fait apparaître <strong>de</strong>s écarts significatifsavec les données géologiques qui avaient ététransmises à l'origine par le client, le ministère <strong>de</strong>sTransports <strong>de</strong> l'État <strong>de</strong> Flori<strong>de</strong>.<strong>BOUYGUES</strong> • <strong>Document</strong> <strong>de</strong> référence 2011 • FACTEURS DE RISQUES • 149


Le résultat <strong>de</strong> ces investigations complémentairesa été officiellement notifié au client afin <strong>de</strong> l'informer<strong>de</strong>s perturbations prévisibles du mo<strong>de</strong> <strong>de</strong>creusement.Afin <strong>de</strong> préserver le bon déroulement du chantier,Bouygues Travaux Publics a immédiatement pris encharge <strong>de</strong>s prestations supplémentaires concernant,d’une part, <strong>de</strong>s modifications techniques dutunnelier et, d’autre part, <strong>de</strong>s travaux préalablesd’injection afin <strong>de</strong> démarrer les opérations <strong>de</strong> creusementdans les meilleures conditions techniques.Parallèlement, Bouygues Travaux Publics a saisi leDispute Resolution Board (DRB) prévu au contrat<strong>de</strong> concession afin que celui-ci reconnaisse que la<strong>de</strong>scription faite du sous-sol dans les documentscontractuels fournis par le client ne reflète pas laréalité et que, à ce titre, le client pr