Diversités magazine numéro 11

villedeliege

Diversités magazine le magazine de toutes les diversités

diversités

Magazine

Faut-il avoir peur des

stéréotypes ?

11 - février 2016


EDITO

C’est une forme de paresse de

l’esprit, une apparente zone de

confort. Raccourcir le réel au lieu

d’en saisir toute sa richesse. Voilà

ce que dissimule le stéréotype. Nul

n’est à l’abri de ce travers dont chacun

fait son potager. A des degrés

divers heureusement.

Modestement avec ce webzine,

nous prenons notre part à l’éloignement

de cette manie en proposant

un regard sur des réalités

qui touchent des populations et le

pays dont elles relèvent.

4

Editeur Responsable : Jean Pierre HuPkEns, Féronstrée 92, 4000 Liège ̶ Impression : CIM Ville de Liège

Focus

• En lutte : Histoires

d’émancipation

• Le Nouvel An Chinois

s’invite à Liège

Affirmer que la culture fait le chemin

de l’émancipation n’est pas

qu’une formule d’estrade. Prendre

le temps de lire un roman, une

bande dessinée ou de voir un film

peut emmener vers une nouvelle

compréhension de la complexité

de notre monde.

L’histoire est également un véhicule

précieux pour éclairer le présent.

C’est le sens de l’évocation de

l’immigration italienne ou encore

de la nouvelle exposition permanente

sur les conquêtes sociales à

la Cité Miroir. Mais le spectre de la

diversité nous fait également voyager

vers l’Asie avec le traditionnel

nouvel an chinois ou encore vers la

découverte des artistes du Créahm.

Ah, si, de la sorte, nous pouvions

nous muer, en fossoyeur provisoire

du stéréotype…

sommaire

Avec le soutien de

l’Ambassage

de la République

Populaire de Chine

11 - Février 2016

Le feuilleton

70 ans d’immigration italienne

6

8

Suggestions

Lectures, films, musique


10

gastronomie

et recettes

Chine

12

LE DÉBAT

Faut-il avoir peur

des stéréotypes ?

Un artiste

du Créahm

Pascal Tassini

14

+

7

7

14

15

La vidéo du mois

la parole est à vous

coup de projecteur

Agenda


©

focus

En lutte

Histoires d’émancipation

La nouvelle exposition permanente

du Centre d’Action laïque de

la province de Liège

En lutte

Du XIXe siècle à nos jours, des

hommes et des femmes se sont

mobilisés pour obtenir des droits

sociaux et politiques, pour améliorer

leur condition de vie. Leurs histoires

sont celles de nos conquêtes,

de nos libertés et de notre protection

sociale. Des conditions de

travail infernales imposées aux

ouvriers à la résistance aux politiques

néolibérales actuelles, notre

histoire est marquée par l’engagement

de celles et ceux qui ont pris

le chemin de l’émancipation individuelle

et collective.

Histoires d’émancipation

En lutte fait le postulat qu’une société

plus égalitaire est bien une

question de choix qui bénéficierait à

tout un chacun. Le contexte actuel,

entre crises économiques, consumérisme,

précarité grandissante,

peur de l’avenir, etc. nous pousse

souvent à adopter des comportements

qui vont à l’encontre de cet

idéal. Or, nous avons tous un rôle

à jouer dans la question de l’intérêt

général et du vivre ensemble.

aujourd’hui est un héritage précieux

pour lequel se sont battus

des générations de travailleurs. Elle

montre que les actions collectives

peuvent déboucher sur des avancées

sociales pour tous.

L’exposition est entièrement automatisée.

Guidés par l’image, le son,

la lumière et la voix de l’acteur français

Philippe Torreton, les visiteurs

voyagent dans le temps.

Cette exposition s’est construite

avec cette visée audacieuse de

redonner du souffle à notre capacité

d’agir, à faire changer les

choses. Véritables source d’inspiration,

nous avons choisi de redonner

la place à ceux que l’histoire

oublie trop souvent d’évoquer : ces

hommes et femmes porteurs de

puissance d’agir qui ont œuvré à

une société plus juste et solidaire.

Cité miroir : place Xavier Neujean,

22 - 4000 Liège

Ouverture le 22 février 2016

Prix : 5€ (adultes) – 3€ (étudiants/séniors)

– 1,25€ (Article

27) – 1 accompagnant/

groupe de 15 personnes.

À partir de 15 ans. Gratuité :

carte Région wallonne, Educpass,

Leraren Kaart.

Durée de la visite : 60 minutes

Horaire – départ de visite : du

lundi au vendredi à 9h-11h-13h-

15h - Samedi et dimanche à

11h-13h-15h - Fermée les jours

fériés, la dernière semaine de

juillet, la première semaine

d’août, les dimanches en juillet

et en août et entre le 25

décembre et le 2 janvier.

Réservations obligatoires

pour les groupes :

+32(0)4 230 70 50 ou

reservation@citemiroir.be

www.calliege.be

Journal trimestriel édition n°7 décem

Théâtre Exposition permanente Cinéma

Musique Conférence Exposition

nouvelle expo permanente à la Cité mir

En résumé

Cette exposition plonge le visiteur

au cœur des combats pour une

société plus juste et solidaire. Elle

revient sur la mémoire des luttes

ouvrières et rappelle que la solidarité

sociale dont nous bénéficions

Week-end découverte

Venez découvrir en avantpremière

l’exposition lors du

week-end découverte les 20

et 21 février 2016

Entrée libre, réservations indispensables

au 04 230 70 50

ou reservation@citemiroir.be.

Titre

focus

edito

Remonter aux racines du langage n’a rien de superflu. En

cherchant dans le dictionnaire, on retrouve les origines du

terme usité “éduquer”. Il nous vient du latin “ex-ducere” qui

Évènement 2016, un nouveau parcours perm

portes : “En lutte, Histoires d’émancipation”

dès le 22 février (et pour les plus impatients, w


focus

Le Nouvel An Chinois

s’invite à Liège

Bienvenue dans l’année du Singe

de Feu !

Le Nouvel An lunaire ou Nouvel An

Chinois 农 历 新 年 (Nongli Xinnian)

aussi appelé Fête du Printemps

春 节 (Chunjie) ou Fête du Têt au

Vietnam est le festival le plus important

pour les communautés

asiatiques à travers le monde entier.

Le terme Nongli Xinnian signifie

littéralement «Nouvel an du calendrier

agricole» car il se célèbre

suivant le calendrier chinois qui suit

le cycle des astres.

Les célébrations, coutumes et tabous

de la fête de printemps varient

dans les détails selon les régions

ou les époques. La pratique

générale veut qu’on s’efforce de

repartir sur un nouveau pied après

s’être débarrassé des mauvaises

influences de l’an passé, accompagné

de signes de bon augure.

Le « passage de l’année » ( 過 年 /

过 年 guònián) s’effectue dans la

nuit du dernier jour du douzième

mois du calendrier chinois. Le

mot signifiant année est considéré

comme étant à l’origine le

nom d’un monstre, Nian, qui venait

autrefois rôder autour des villages

une nuit par an, obligeant les habitants

à se calfeutrer et à veiller

jusqu’à son départ au petit matin.

Les célébrations principales comportent

un réveillon ( 年 夜 飯 / 年 夜

饭 niányèfàn) comprenant des plats

aux noms auspicieux, suivi d’une

nuit de veille ( 守 歲 / 守 岁 shŏusuì)

gage de longévité, que certains

occupent à jouer au mahjong, la

distribution d’étrennes ( 壓 歲 錢 /

压 岁 钱 yāsuìqián) contenues dans

des enveloppes rouges (hóngbāo),

l’allumage de pétards pour chasser

les mauvaises influences, etc.

Pour plus d’information sur le déroulement

traditionnel d’un nouvel

an chinois, cliquez ici

Le Singe 猴 (hóu) est le 9 e animal

du cycle zodiacal chinois. On le

dit malin, débrouillard, doué en

affaires et opportuniste. Il s’entend

bien avec le Rat et le Dragon

mais très mal avec le Tigre.

6 février 2016

uniVersité Singes de célèbres lièGe : Alicia Keys,

14 Barry h 30 > 17 h White, 30 Celine Dion, Christina

du Aguilera, xx aout, salle des Daniel professeurs Craig, (1 George

er étage),

conférEncE sur l’art du thé Et dégustation

Place

dégustation Lucas, par Hugh anne-sophie Jackman, dagnEau. Prix Kylie : 5€ Minogue,

Mel Gibson, Tom Hanks,

7 février 2016

Will Smith, ...

musée Grand curtius

10 h 00

inauguration du nouvEl an chinois

en présence de l'ambassadeur de la république populaire

de chine et de jean pierre hupkEns, échevin de la culture

et des relations interculturelles

10 h 30

défilé artistiquE chinois

11 h 00

atEliEr Et démonstration dE calligraphiE

14 h > 17 h

créamuséE autour dEs masquEs chinois

17 h

projEction du dEssin animé "lE roi dEs singEs"

Halle aux Viandes

11 h

défilé artistiquE chinois

19 février 2016

institut cOnfucius

19 h

projEction du film "a touch of sin"

du réalisateur chinois jia Zhang ke

soirée animée par m.fu rong, Professeur à l'université

des langues étrangère de beijing et à l'institut confucius

au Grand amphi, rue de Pitteurs 20 à 4020 liège

le Centre culturel chinois Zhong Ren

l'Institut Confucius

l’Ambassade de la République Populaire de Chine

la Ville de Liège

Zhang Wenhai

la Maison de la Laïcité de Liège

Editeur Responsable : Jean Pierre HuPkEns, Féronstrée 92, 4000 Liège ̶ Impression : CIM Ville de Liège

6 février 2016

uniVersité de lièGe

14 h 30 > 17 h 30

conférEncE sur l’art du thé Et dégustation

Place du xx aout, salle des professeurs (1 er étage),

dégustation par anne-sophie dagnEau. Prix : 5€

7 février 2016

musée Grand curtius

10 h 00

inauguration du nouvEl an chinois

en présence de l'ambassadeur de la république populaire

de chine et de l'échevin de la culture et des relations

interculturelles

10 h 30

défilé artistiquE chinois

11 h 00

atEliEr Et démonstration dE calligraphiE

14 h > 17 h

créamuséE autour dEs masquEs chinois

17 h

projEction du dEssin animé "lE roi dEs singEs"

Halle aux Viandes

11 h

défilé artistiquE chinois

19 février 2016

institut cOnfucius

19 h

projEction du film "a touch of sin"

du réalisateur chinois jia Zhang ke

soirée animée par m.fu rong, Professeur à l'université

des langues étrangère de beijing et à l'institut confucius

au Grand amphi, rue de Pitteurs 20 à 4020 liège

du le Centre 20 au culturel 27 chinois février Zhong Ren 2016

l'Institut Confucius

Galeries l’Ambassade saint-lambert

de République Populaire de Chine

la Ville de Liège

Zhang Wenhai

la Maison de la Laïcité de Liège

Exposition "À la découvErtE dE l’écriturE chinoisE"

Ouvert tous les jours, de 11 h 00 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30

6 février 2016

uniVersité de lièGe

20 février 2016

14 h 30 > 17 h 30

Galeries saint-lambert

conférEncE sur l’art du thé Et dégustation

13 Place h 30 du > 16 xx h 30 aout, salle des professeurs (1 er étage),

démonstration

dégustation par anne-sophie

dE calligraphiE

dagnEau. Prix : 5€

maisOn de la laïcité de lièGe

7 février 2016

16 h 30

musée Grand curtius

projEction du film "sur la pistE du yu bin"

en 10 h présence 00 de membres du tournage

inauguration du nouvEl an chinois

du en présence 20 au de 23 l'ambassadeur février 2016 de la république populaire

de chine et de jean pierre hupkEns, échevin de la culture

Galeries saint-lambert

et des relations interculturelles

présEntation du projEt éducatif "tEach in bEijing"

10 h 30

de 11 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30

défilé artistiquE chinois

présEntation dE la culturE chinoisE

Présentation

11 h 00

de livres, de gravures traditionnelles

et

atEliEr

de papiers

Et démonstration

découpés, de 11 h 00

dE

à

calligraphiE

12 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30

14 h > 17 h

24 créamuséE février autour 2016dEs masquEs chinois

Galeries 17 h saint-lambert

projEction du dEssin animé "lE roi dEs singEs"

initiation À la languE chinoisE, démonstration

dE divErsEs formEs d’artisanat chinois.

de Halle 11 h à aux 18 h Viandes

11 h

du défilé 2 au artistiquE 10 mars chinois 2016

académie des beaux-arts

19 février 2016

Exposition dE l’artistE chinois lin boxi (aquarEllE)

Vernissage institut cOnfucius

- Performance le 2 mars, salle 7 à 18 h

19 h

du projEction 16 au 29 du mars film "a 2016 touch of sin"

du

académie

réalisateur

des

chinois

beaux-arts

jia Zhang ke

soirée animée par m.fu rong, Professeur à l'université

Exposition artistE chinois du hua (EncrE dE chinE)

des langues étrangère de beijing et à l'institut confucius

Vernissage - démonstration le 16 mars, salle 7 à 18 h

au Grand amphi, rue de Pitteurs 20 à 4020 liège

le Centre culturel chinois Zhong Ren

l'Institut Confucius

l’Ambassade de la République Populaire de Chine

la Ville de Liège

Zhang Wenhai

la Maison de la Laïcité de Liège

du 20 a

Galerie

Expositi

Ouvert to

20 fév

Galerie

13 h 30 > 1

démons

maisOn

16 h 30

projEct

en présen

du 20 a

Galerie

présEnt

de 11 h à

présEnt

Présentat

et de pap

24 fév

Galerie

initiatio

dE divEr

de 11 h à

du 2 a

académ

Expositi

Vernissag

du 16 a

académ

Expositi

Vernissag

du 20 a

Galerie

Exposit

Ouvert to

20 fév

Galerie

13 h 30 > 1

démons

maisOn

16 h 30

projEct

en présen

du 20 a

Galerie

présEnt

de 11 h à

présEnt

Présentat

et de pap

24 fév

Galerie

initiatio

dE divEr

de 11 h à

du 2 a

académ

Exposit

Vernissag

du 16 a

académ

Exposit

Vernissag

le débAT


70 ans d’immigration italienne

L e feuilleton

La cantine des Italiens

De nombreux Italiens arriveront en

Belgique suite aux accords belgoitaliens.

De 1946 à 1957, on estime

que, pour les seuls charbonnages,

303 convois organises arrivèrent en

Belgique, avec 140.105 travailleurs,

17.403 femmes et 28.961 enfants.

En 1970, on atteignait le chiffre record

de 300.000 ressortissants.

Les accords prévoyaient que les industries

belges devaient offrir aux

nouveaux travailleurs un logement

convenable, pourvu du mobilier

nécessaire. Mais suite à la guerre, la

Belgique subit à cette époque une

crise du logement.

Les nouveaux arrivants seront alors

hébergés dans d’anciens camps de

prisonniers, ou dans les cantines

hâtivement construites, principalement

aux alentours des charbonnages.

Souvent des baraquements

tubes en tôle ondulée, en bois ou

en carton bitume, qui ont pratiquement

tous disparus. En guise de lits,

ces baraquements étaient équipés

de simples cadres de bois superposes

garnis de matelas de paille

et sans draps. Certaines chambres

abritaient des familles entières…

Des conditions de vie assez difficiles.

Fait assez exceptionnel, le complexe

de la « Cantine des Italiens » a

été construit en « dur ». Il a pu ainsi

survivre au passage du temps et

se profile comme l’un des derniers

témoins des réponses apportées à

l’immigration massive venue d’Italie

après la seconde guerre mondiale.

Les bâtiments furent construits par

les usines Gustave Boel en 1946-47

pour ses propres travailleurs, célibataires

uniquement. Chacun des 4

blocs situes parallèlement au Canal

du centre comportait 8 chambres

de 6 à 8 lits. Le bâtiment central,

perpendiculaire au Canal, a servi de

réfectoire dès l’origine.

L’ensemble tombait en ruine quand

la Compagnie du Canal du Centre

en entreprit la rénovation pour

en faire un musée de l’immigration

italienne. Une chambre a été

reconstituée et plusieurs autres

chambres renferment une évocation

des industries riveraines du

Canal, dans lesquelles ont travaillé

ces immigres italiens.

Les bâtiments de la Cantine

abritent aujourd’hui un centre d’accueil

et de restauration.

Données tirées du site officiel de la

cantine des italiens.

Baraquements tubes en tôle ondulée

La cantine des italiens

Pour une visite virtuelle de la « Cantine

des Italiens », cliquez ici

rosa parks


La parole est à vous

Vous aussi, libérez-vous ! Parlez-nous

de votre expérience

de discrimination.

Contribuez à une oeuvre artistique.

Pour plus d’info, cliquez ici

Photo issue du Projet « Action

culturelle commune en faveur des

réfugiés » de la chambre patronale

des employeurs permanents des

arts de la scène d'expression française.

www.chambrepatronale.be

la vidéo du mois

Déportée pendant la Seconde Guerre mondiale, Francine Christophe a connu la vie des camps, qu’elle raconte

au cours de conférences pour les jeunes ou dans des pièces de théâtre et des poèmes. Elle évoque ici, dans le

cadre du film «Human» de Yann Arthus-Bertrand, une anecdote poignante.

la parole est à vous


Suggestions

S

U

G

G

E

S

T

I

Livres

ESsai • adulte

Album • Jeunesse

Roman • Adulte

Mélanie LALLET, Il était une fois...

le genre. Le féminin dans les séries

animées françaises, Paris, INA éditions,

Collection études & controverses,

2014.

Présentation par Éric Maigret, Professeur

de sociologie des médias,

Sorbonne Nouvelle : Les études sur

l’animation télévisuelle, en particulier

sur les dessins animés, sont

trop rares pour ne pas se réjouir

de la publication d’un livre dans ce

domaine, surtout lorsqu’il aborde

une thématique aussi originale

que celle des identités de sexes et

de genres. Mélanie Lallet se pose

la question de la permanence des

stéréotypes binaires. Elle démontre

que ces derniers se tapissent dans

les moindres recoins de la culture,

dans ses productions les plus innocentes

en apparence que sont les

œuvres destinées à la jeunesse.

Une suggestion de l’Université de

Liège

Pour plus d’information, cliquez ici

Collectif, Eux c’est nous

Collection Cimade, Gallimard Jeunesse,

2015

Agissons ensemble pour les réfugiés!

Avec ce livre, plus de 40 éditeurs

jeunesse souhaitent porter ensemble

un message de bienvenue

et de solidarité.

Daniel Pennac, voix majeure de la

littérature, nous invite d’abord à réfléchir

et à ouvrir grand notre esprit

et notre coeur. Puis Jessie Magana

et Carole Saturno, à partir des 8

lettres du mot RÉFUGIÉS, proposent

8 courts textes pour aider

les plus jeunes à comprendre.

Serge Bloch apporte l’humanité de

son trait à ce petit livre solidaire,

à partager le plus largement possible!

Pour plus d’information, cliquez ici

Bruce Benderson, Sexe et solitude,

Editions Rivages, 2001.

Et si nous vivions dans un monde

qui nous interdit peu à peu le

contact, l’échange, le frôlement

des peaux et le mélange des

idées ? Et si sous prétexte de

progrès, technologique, industriel,

sécuritaire, notre civilisation était en

train de nous imposer une emprise

religieuse, où, tels des automates,

nous serions condamnés à travailler,

en silence, à procréer, en couple,

avec l’accord d’un prêtre ou d’un

pasteur, pour s’endormir dans un

pavillon de banlieue protégés par

des vigiles avec des chiens ? Tout

cela ne paraîtra caricatural qu’à

ceux qui n’ont pas vu Matrix ou

un reportage sur les «villages

privés» en construction sur la côte

d’Azur. Extrait de la critique de Luc

Biecq pour Urbuz.com

Une suggestion de Alliage

suggestions


O N S

Films

Théâtre

Musique

Demain

Et si montrer des solutions, raconter

une histoire qui fait du bien,

était la meilleure façon de résoudre

les crises écologiques, économiques

et sociales, que traversent

nos pays ? Suite à la publication

d’une étude qui annonce la possible

disparition d’une partie de

l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et

Mélanie Laurent sont partis avec

une équipe de quatre personnes

enquêter dans dix pays pour comprendre

ce qui pourrait provoquer

cette catastrophe et surtout comment

l’éviter. Durant leur voyage,

ils ont rencontré les pionniers qui

réinventent l’agriculture, l’énergie,

l’économie, la démocratie et l’éducation.

En mettant bout à bout ces

initiatives positives et concrètes qui

fonctionnent déjà, ils commencent

à voir émerger ce que pourrait être

le monde de demain…

Actuellement en salle.

Pour visionner la bande annonce,

cliquez ici

Mardi 02 février, la projection de

20h au Cinéma Sauvenière sera

suivie d’une rencontre : «Une autre

COP : elles sauvent la planète !»

Avec Fanny Laurent, Muriel Gerkens,

Christelle Vandeclee.

Berty Albrecht

« Je sens derrière moi, non pas

soixante ni même mille voix pour

me soutenir, mais des millions et

des millions de voix de mères, de

voix de femmes, harassées, traquées,

épuisées, pantelantes, douloureuses

et qui demandent… un

peu d’humanité ! C’est ce que j’ai

écrit pour dire la chaleur de ne pas

être seule, de se sentir ensemble.

» A travers ce spectacle, le Traces

collectif rend hommage à Berty

Albrecht qui s’est battue pour le

droit des femmes, poussée par la

volonté de trouver une place pour

agir et lutter.

Représentations au Moderne le samedi

6 février à 20h et le dimanche

7 février à 15h, prix variables.

Bohemian Betyars

La musique des Bohemian

Betyars est un cocktail explosif de

chansons énergiques, ska, punk et

de mélodies traditionnelles de Hongrie

et des Carpates aux accents

gypsy. Les six membres du groupe

font preuve de beaucoup d’enthousiasme

et nous concoctent chaque

fois un mélange musical bien à

eux. Cette fois il nous initieront à la

« soupe à la pierre » (Stone Soup),

qui est le titre de leur dernier album.

En concert le vendredi 26 février à

21h à la Casa Nicaragua, suivi d’un

bal festif. 6€ concert+bal.

Pour tous les détails et quelques

pré-écoutes : cliquez ici

suggestions


Culture, gastronomie et recettes

Chine

La Chine, un pays grand comme un

continent, arbore une grande diversité

de cultures, de saveurs, de cuisines

régionales, de plats tous aussi

savoureux les uns que les autres.

Et pourtant il est un point sur lequel

presque tout le monde est d’accord

: pour le nouvel an (la fête du

printemps), on mange des raviolis !

Leur nom en chinois jiaozi associe

d’ailleurs le mot jiao est homonyme

de «rencontre» et le mot zi signifie

la première période de la journée

Pourquoi tant d’engouement ?

Pour certains, c’est parce que leur

forme évoque celle des lingots

d’argent anciens. Autrement dit, on

espère «faire fortune» en mangeant

des raviolis.

Selon le site « Chine informations »,

il existerait deux autres légendes :

« Selon la première, c’est pour commémorer

la création du monde par

Pan Gu, qui mit fin ainsi au chaos.

Selon la deuxième, par raviolis (homonyme

de huntun), on entend

«stocks de grains abondants».

Le peuple attribue aussi l’usage

à la création de l’homme par Nü

Wa. Vu qu’il faisait froid à pierre

fendre, les oreilles de l’homme créé

par Nü Wa tombaient facilement

lorsqu’elles étaient gelées. Pour

les fixer, la déesse a percé un petit

trou à l’oreille de l’homme et l’a

attachée par un fil mince tout en

mettant l’autre bout du fil dans sa

bouche, qui le tient en le mordant.

Les oreilles sont ainsi fixées. Pour

commémorer l’exploit de Nü Wa,

on confectionne des raviolis en modelant

des ronds de pâte en forme

d’oreille renfermant de la farce et

les consomme par la bouche. »

Bien sûr, il existe différentes variétés

de raviolis, avec des farces différentes

et des formes différentes.

Won ton

(raviolis chinois)

Temps de préparation

45 minutes

Temps de cuisson

5 minutes

Ingrédients (pour 6 personnes)

• 400 g de viande de porc hachée

non épicée

• 200 g d’épinards surgelés en petites

portions sans crème

• pâte à won ton («peau» de raviolis

chinois)

• 4 champignons parfumés chinois

• 1 morceau de tofu sec (appelé

«tofuquin» dans les supermarchés

chinois) de la taille d’un gros

pouce

• huile de sésame

• sauce soja

• sel, poivre blanc

• 1 oeuf

• coriandre

• cube de bouillon

Préparation

Faire dégeler les épinards à l’air (ils

doivent rester froids).

Couper en morceaux très petits et

fins le tofu et les champignons (ne

pas hacher).

Mélanger la viande hachée, les épinards,

le tofu et les champignons.

Incorporer l’oeuf cru, c’est lui qui va

apporter le moelleux à la farce.

Ajouter 1 cuillère à soupe d’huile de

sésame et 2 cuillères à soupe de

sauce soja.

Bien assaisonner avec le sel et le

poivre.

Confectionner les raviolis. Pour

cela, avoir une planche farinée et

un bol d’eau tiède à portée de main.

Mettre une petite boule de farce au

milieu d’une peau de ravioli.

Rabattre les deux pans et les faire

se rejoindre au-dessus de la boule

de farce, comme quand on roule

une cigarette.

Plier ce pan au-dessus de la boule

de farce, puis faire se rejoindre les

deux bouts et coller les bords en

humectant un point avec de l’eau

tiède. Les raviolis doivent ressembler

à de petits lingots d’or.

Opération délicate: vérifier que les

raviolis tiennent bien, sinon ils s’ouvrent

quand on les cuit!

Procéder de même avec tout le paquet

de pâte.

Vous pouvez congeler la farce s’il

en reste.

Préparer deux casseroles d’eau,

une pour le potage et l’autre pour

faire cuire les raviolis.

Dans la première casserole, faire

bouillir de l’eau avec un cube de

bouillon, ajouter à la dernière minute

quelques branches de coriandre.

Dans la seconde, faire bouillir l’eau,

y mettre les raviolis (pas trop à

la fois, sinon ils collent), attendre

l’ébullition, puis rajouter tout de

suite un demi-verre d’eau froide.

A la troisième ébullition, enlever

rapidement les raviolis avec une

passoire.

Répartir les raviolis dans de grands

bols, rajouter le bouillon (qui doit

tout couvrir comme une soupe) et

servir en laissant aux convives le

soin de rajouter un peu de poivre

blanc et/ou d’huile de sésame dans

leur potage.

Recette issue de marmiton.org

Pour en savoir plus sur la

culture de la Chine, voici

quelques suggestions disponibles

chez PointCulture

Musique

• Chine : Ka-Le, la cérémonie

du bonheur

• Chine : Classique, minorités,

contes, opéra

• Chine : Chants de la montagne

de l’âme

DVD

• La Chine

• Chine : Intrigue dans la cité

interdite

• Chine : La route de la soie

culture, gastronomie et recette


© Wikihow

culture, gastronomie et recette


Le débat

Faut-il avoir peur des stéréotypes ?

Définition

Les stéréotypes représentent

des croyances que l’ensemble

des membres d’un groupe partage

à l’égard de l’ensemble des

membres d’un autre groupe ou de

lui-même... Ces croyances généralisantes

concernent plusieurs types

de caractéristiques personnelles :

des caractéristiques physiques,

des traits de personnalité, des attitudes,

un handicap éventuel, une

nationalité, une origine ethnique,

une classe sociale ou professionnelle,

une religion, un groupe sexué,

une orientation sexuelle, ... Parfois,

elles en articulent plusieurs simultanément.

Origine et fonctionnement

Les stéréotypes nous simplifient la

vie car ils nous permettent d’appréhender

le monde qui nous entoure

de façon simplifiée, à travers des

catégories. Ils peuvent également

se montrer très amusants et certains

en jouent dans divers ouvrages,

comme, par exemple, Comment

devenir Belge, un livre de Dal

et Jamin qui présente sur sa couverture

un personnage bedonnant,

auquel on offre de la bière, des

frites, des chicons (et non des endives!),

un atomium et une pipe du

même type que celle de Magritte.

Conséquences

Les stéréotypes induisent une

division binaire catégorisante de

« Nous/Vous » supposément basée

sur des différences intrinsèques.

Ils classent, hiérachisent. De plus,

ne fonctionner que selon les stéréotypes

réduit nos possibilités

d’expression, nous place dans des

petites boîtes, limitant les espaces,

rôles, professions, fonctions, rêves,

comportements, aspirations, etc.

de chacun. De plus, personne ne

peut se réduire à une seule chose.

Les identités sont plurielles.

Le problème qui se pose dans ce

contexte est de voir qui a le pouvoir

de définition de soi-même et des

autres, qui peut éventuellement se

présenter de manière positive et

présenter l’autre de manière négative.

Ainsi, les stéréotypes et préjugés

sont souvent à l’origine de discriminations

et peuvent créer des

inégalités.

Ceci s’avère d’autant plus dangereux

qu’à force de se voir représenté

de façon défavorable, certaines

personnes vont finir par

croire la représentation qui est faite

d’elles. On parle alors d’intériorisation

du stéréotype. Par exemple,

Jean-Claude Croizet et Virginie

Bonnot (Stereotype Threat and

Stereotype Endorsement : their

Joint Influence on Women’s Math

Performance, Jean-Claude Croizet

et Virginie Bonnot, Revue internationale

de psychologie sociale n°2,

2001) ont soumis des étudiantes à

un exercice de statistiques. Dans un

groupe, on leur disait que la faculté

considérait que les femmes étaient

aussi bonnes en mathématique que

les hommes et dans l’autre pas. Les

participantes au second groupe

ont moins bien réussi que dans le

premier.

Ensuite, le stéréotype se durcit souvent

dans une confrontation avec

l’autre. C’est la foule qui nous permet

de renforcer les stéréotypes,

et c’est un besoin de se conformer,

d’être accepté qui pousse à agir

selon le stéréotype. Par exemple,

quel adolescent ose pleurer en public

sans craindre de se faire charier

? Les garçons ne pleurent pas,

voyons ! Hassan Jarfi nous donne

un exemple encore plus sordide en

nous parlant du meurtre de son fils,

Ihsane. Selon lui, chacun des agresseurs

a voulu prouver aux autres

qu’il était un homme, un vrai, un

dur, en frappant celui qu’ils considéraient

comme « le contraire d’un

homme », c’est-à-dire un homosexuel.

Le cas des stéréotypes liés à l’âge

nous fournit une illustration d’autres

conséquences, celle d’une adaptation

de l’attitude en fonction du

stéréotype. En effet, les chercheurs

Schroyen, Missotten, Jerusalem,

Le débat


Gilles & Adam ont démontré que

le personnel soignant tend à moins

encourager un traitement chez des

patients âgés. De plus, plus la personne

traitante a une vision négative

de la vieillesse et moins il fera

d’efforts pour soigner la personne

âgée en face de lui.

Remarques de conclusion

Les stéréotypes peuvent nous aider

à trouver notre place dans le

monde et nous donner un sentiment

d’appartenance. Cependant,

il convient de rester vigilants face à

eux. Ils ne renvoient pas à une réalité

intrinsèque et varient en fonction

des époques, des contextes, des

zones où ils sont utilisés. Prendre

conscience de leur côté construit

et du rôle de l’opinion publique permet

de faire face à des groupes de

pression qui essaient de manipuler

en jouant sur la peur de l’autre.

Nous vous laissons avec un petit

film résumant tout cela sur base

des stéréotypes de genre

Consultez aussi et toi t'es casé-e ?

Une campagne pour sensibiliser

aux stéréotypes homophobes et

transphobes

Article basé sur le chapitre de Gavray,

Casman & Jarfi, « Doit-on avoir

peur des stéréotypes », de Brahy &

Dumont, Dialogues sur la Diversité,

Presses Universitaires de Liège,

Liège : 2015 publié à l’occasion du

vingtième anniversaire de la Charte

« Liège contre le racisme ». Toutes

les citations proviennent de cet ouvrage,

sauf mention contraire.

figures emblématiques


Le creahm

Pascal Tassini

Pascal Tassini (1955) invente un univers

et une mythologie personnels

par le biais de plusieurs médias:

dessin, écriture, assemblage textile,

céramique et installation. La cabane

qu’il a érigée au sein de l’atelier du

Créahm, à Liège, elle-même en perpétuelle

reconstruction, est à l’origine

de toute sa création.

L’œuvre de cet auteur d’Art Brut

belge ne peut être appréhendée

comme une série d’objets ayant

une cohérence chronologique, mais

comme participant chacun à un

ensemble dynamique dont Pascal

Tassini serait le centre. Les sculptures

textiles et les écrits sélectionnés

pour l’exposition, semblables à

des satellites insolites émanant de

sa cabane, possèdent toutefois une

forte puissance d’évocation individuelle.

Sans fil ni aiguille, à partir de chiffons

découpés en lanières, auxquels

il lui arrive d’ajouter des bouts de

laine, des sacs plastiques ou des

fleurs artificielles, Pascal Tassini façonne

des boules de petites dimensions,

ainsi que des compositions

complexes de grande envergure,

pourvues d’étranges excroissances

semblables à des appendices. Ce

sont parfois aussi des objets, tels

que des chaises ou des tabourets,

qu’il emballe, recouvre de multiples

couches et métamorphose.

Les fragments de vêtements ou

les morceaux de tissus récupérés

sont patiemment enroulés, noués

par des gestes lents et précis, inlassablement

répétés. De par leurs

matériaux qui conservent encore

la mémoire de leur vie passée et

le souvenir de leur fonction antérieure,

ces œuvres textiles relèvent

de l’intimité.

Plus d’info sur le Creahm, cliquez ici

Coup de projecteur

Le Centre d’Action Laïque

de la Province de Liège

(CAL)

Le Centre d’Action Laïque de la

Province de Liège est une asbl dont

l’objectif est la défense, la promotion

et la structuration de la laïcité

en Province de Liège.

Par ses actions d’éducation il milite

pour la dignité de chaque individu,

en combattant les pratiques discriminatoires,

les exclusions et les

injustices. Cela se traduit par des

initiatives porteuses de sens en

faveur de l’égalité, d’une solidarité,

d’une démocratie et d’une citoyenneté

renforcées. Le Centre d’Action

Laïque de la Province de Liège installé

à la Cité Miroir trouve en cet

espace un nouveau cadre d’action

qui lui permet de toucher un public

toujours plus nombreux, et de promouvoir

ainsi des valeurs d’émancipation

et d’autonomie de l’individu.

Notre démarche s’inscrit dans une

perspective de progrès social visant

à réaffirmer notre rôle d’acteur

dans la construction d’une société

juste, tolérante, démocratique et

solidaire.

Pour plus d’informations :

www.calliege.be

le cripel


agenda

2 février

Demain

Projection du film Demain et débat

« Une autre COP : elles sauvent la

planète ! ». Cinéma Sauvenière,

20h, prix habituels.

2 février

Conférence débat

« Belgique Pays d’immigration et

d’émigration » par Jean-Michel Lafleur.

Espace laïcité de Jupille, 20h,

entrée gratuite.

6 > 7 février

Berty Albrecht

Spectacle voir page 9. Le Moderne,

20h le 6 février et 15h le 7 février,

prix variables.

6 > 7 février

Ateliers chants du

monde

Oser sa propre voix, y prendre plaisir,

émerveiller ses propres oreilles

et celles des autres au gré des polyphonies

de toutes les cultures.

La Halte, 14h à 18h, 65€ pour les

deux jours.

6 > 27 février

Expo Parlez-vous au

pluriel ?

Perséides ASBL se jette à l’eau et

présente au public liégeois une série

de clichés pour dire et redire le

multiculturel.

Le Moderne, les samedis de février

de 14 et 18h et lors des spectacles.

6 février > 29 mars

Fête de la culture

chinoise

Tous les détails page 5

11 février

Permanence Genres

pluriels

Genres Pluriels asbl, association de

soutien des personnes aux genres

fluides, trans’ et intersexes, prend

ses quartiers à la Maison Arc-en-

Ciel tous les 2 es jeudis du mois pour

répondre à vos questions. Maison

Arc-en-Ciel, de 19 à 22h.

12 février

Duo Malempré Decker

Travail de mémoire autour d’un répertoire

chanté de Wallonie.

L’Aquilone, 20h30.

19 > 20 février

Buenos Aires Tango

Spectacle de danse. Trois couples

de danseurs exceptionnels réunis à

Liège. Théâtre de Liège, Salle de la

grande main, 20h, prix variables.

20 > 21 février

Week-end découverte

Exposition En lutte

Détails page 4. Cité Miroir, entrée

libre, réservation indispensable.

21 février

Récital solo pour objets

oubliés Ceci n’est pas

un spectacle

Max Vandervorst est musicien. Il

crée des instruments de musique à

partir d’objets non spécifiquement

conçus à cet effet. Le ventre de la

Baleine, 15h, 10€ et 7€.

23 février

Rimes et Blues Jah Mae

Kân

Paroles poétiques et impro blues

Blue Spheres, 20h, prix libre.

25 > 27 février

Pourquoi j’ai tué Pierre ?

Puissant spectacle autobiographique

qui dénonce les conséquences

de la pédophilie, du

silence, de la culpabilité et des incohérences

éducatives.

La Halte, 19h30, 8€ et 5€.

26 février

Bohemian Betyars

Concert et bal. Tous les détails

page 9. Casa Nicaragua, 21h, 6€.

28 février

Visite guidée Le street

art à Liège : du graffiti à

l’art public

De plus en plus d’œuvres réalisées

par des artistes issus du milieu du

graffiti embellissent les rues. Pourquoi

se trouvent-elles sur nos murs ?

Comment ces œuvres sont-elles

réalisées ? RDV Office du tourisme

de la Ville de Liège, 14h30, 5 à 7€.

Réservations : 04 221 92 21

29 février > 16 avril

Exposition Un poing c’est

tout

Constituée de quatre parties, l’exposition

aborde à la fois le phénomène

de la violence et de la

non- , du conflit et de la résolution

pacifique des conflits. Elle entend

contribuer à l’éducation à la nonviolence

et à la gestion positive

des conflits. Cité Miroir, gratuit sur

réservation.

Merci à nos partenaires qui ont collaboré

à ce numéro : Point Culture, la Maison

des Sciences de l’Homme, le Créahm,

les Bibliothèques de la Ville de Liège,

L’Université de Liège, Alliage, le Centre

d’Action laïque de la Province de Liège,

le centre Culturel Zhong Ren, l’Institut

Confucius, l’Ambassade de la République

Populaire de Chine, Zang Wenhai, les

Galeries Saint Lambert, l’Académie des

Beaux-Arts, La Maison de la laïcité de

Liège, le Théâtre de Liège, ...

agenda


Consultez les précédents numéros

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

DIVERSITÉS

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

diversités

Magazine

La diversité

dans La presse

N°5 - juillet-août 2015

N°6 - septembre 2015

N°7 - octobre 2015

Ce Magazine est destiné à être lu en ligne.

Consultez la version électronique sur www.liege-diversites.be

N°8 - novembre 2015

Les jeux au service du handicap ?

diversités

Magazine

Dialogues

sur

diversités

Magazine

LA

Diversité

N°9 - décembre 2015

SexiSteS, noS jouetS ?

N°10 - janvier 2016

Cabinet de l’échevin de la Culture

et des Relations interculturelles

04 221 93 33

www.liege-diversites.be

More magazines by this user