LA GAZETTE DE NICOLE 011

nicoleesterolle

la gazette numero 11

LA

THE NEWS OF MADAME ESTEROLLE

N

U

M

É

R

O

1

1

DE

Nicole

CLAIRE CASTAGNÉ CYPRIEN TOKOIUDAGBA IMAM SUKAHYO

KINKY TEXAS LOOKACE BAMBER MAHMOODKAN

RUSUDAN KHIZANISHVILI TEUN HOCKS WALTER DE RICKE

ORI TOOR YVES DECAMPS MARC BRUNIER MESTAS


de la liberté en quelque so

POUR NE RATER AUCUN NUMÉRO DE LA GAZETTE DE NICOLE

SUIVEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT LÀ :

https://www.yumpu.com/fr/la_gazette_d

NICOLE VOUS DIT : « COCHEZ FOLLOW »! ;-)


te…

Les tulipes de Koons, les gigantesques ferrailles

de Venet, les colonnes rayées de Buren, les plugs

anaux de Mac Carthy, etc, etc…

Toutes ces obscènes grossièretés, n’ont pas

seulement comme effet de nous abimer la vue et

l’esprit en enrichissant les grands spéculateurs.

Non, elles ont aussi cette capacité de faire du

buzz, de l’effet Larsen, du commentaire à vide, du

bourrage de médias avec de l’énorme rien, de

telle sorte que soit pudiquement occulté tout ce

qui est de l’ordre du sens, de l’imaginaire, de la

poésie, du sensible et du sensuel…

de la liberté en quelque sorte.

Alors oui, c’est à cette «désoccultation» que la

Gazette de Nicole veut contribuer.

e_nicole_esterolle

Nicole

Estérolle

Et puis je vous suggère d’aller faire un tour sur mon site

www.schtroumpf-emergent.com


Interconnections

vitales

Les planches anatomiques de Clara Castagné

nous montrent avec force détails les

mécanismes internes de la digestion, de la

respiration, de l’excrétion, de la locomotion,

et… au bout du compte de la pensée

artistique qui se fait avec tous les organes et

toutes leurs fonctions interconnectées.

Clara

Castagné


Cyprien Tokoudagba


Un magicien

de la Terre

Il a participé en 1989 à la fameuse exposition Magiciens de la

terre à Paris, présentée simultanément au Centre Georges

Pompidou et à la Grande Halle de la Villette. Son art est inspiré par

la représentation des symboles religieux du vaudou qu’il a utilisés

pour la décoration de nombreux temples et édifices vaudous

(sculptures et peintures murales), mais son originalité et son

succès sont liés au fait qu’il a sorti cet art des espaces religieux

pour l’amener aux espaces d’exposition.

Cyprien Tokoudagba, est décédé le 5 mai 2012. Il était né à Abomey

en 1939 – même s’il prétendit longtemps être né en 1954 pour

ne pas prendre sa retraite… Il disait : « Quand j’étais jeune, on

m’a envoyé voir un un prêtre vaudou, un maître. C’est un point

de non-retour, on a appris à faire de la magie, à utiliser la force

des mots, à créer des envoûtements efficaces et l’on a appris les

secrets des plantes. »


Comme un

jaillissement d’eau claire

Artiste indonésien, découvert par un voisin

éclairé, qui l’a incité à dessiner et à peindre.

Une chance comme celle qu’ont beaucoup

d’artistes spontanés de tous pays, et dont les

œuvres sont bien d’une même divine filiation :

celle des cœurs purs sans frontières.

Imam

Sukahyo


Kinki Texas


Le crépuscule

des héros

Cet anarchiste raffiné, passionné de rock

et d’animation tridimensionnelle, spécialisé

en installations vidéo musicales, est aussi

addict aux films western au point de

choisir comme irrévérencieux pseudo le

nom de Kinki Texas.

Mais il aime aussi les héros des

grandes batailles qui ont fait l’histoire

de l’humanité. Il aime les fusils chargés,

les armures, les épées, les arcs et les

flèches, es chevaux fougueux, les lanceroquettes

et les kalachnikovs.

Il s’est inventé une écriture, entre Reiser

et Combas, pour transcender tout ça

dans la bonne humeur.

Kinki Texas est né en 1969 à Brême, en

Allemagne.


Lookace Bamber


C’est quoi le

Monde ?

« Lookace BAMBER est issu de mon

imaginaire. Personnage de fiction, il est une

béquille de lumière à la noirceur de mes

spleens. Sous l’artifice du pseudonyme, il

m’autorise à jouer avec les jeux et les noms

de mon je, de mourir ou de renaître comme

les héros virtuels des jeux vidéo. Imaginé

comme un modèle idéal inoxydable, il me

mémorise un terrain d’aventure dans l’espace

de mes contradictions. Partenaire, il me

critique, me jalouse ou m’encense au cœur

du sitcom que nous jouons ensemble dans

le prime-time des temps inutiles. Futiles. Il

sculpte et lévite mon Ego dans la pampa des

Cultures. En usant de ce double, il dédouble

ma vue et donne à mes flous d’illusoires

nettetés. Whisky please. Vas chercher ailleurs

le BONHEUR. Le Monde est fou, il se désaffecte

des hommes. Comptable de l’inutile, Lookace

Bamber totalise mes lâchetés et mes silences.

Il éructe mes colères enfouies. Il en tire

sa lumière, exhume des mots apatrides de

ma parole et projette sur mes écrans la

débauche de mes peurs. Il imprime sur l’étal

de mes émois le label de ses icônes. C’est

quoi le Monde ? »

François Goalec. alias Lookace Bamber ou

Hector Nabucco, est né en 1945. Il vit et

travaille à Amiens (France) depuis 2001.


Les ânes sont de

gentils animaux

Après une carrière d’instituteur écourtée pour

haine d’un métier qui l’avait fait souffrir dans

son enfance, et pour dépression et mauvais

état mental, Mamoodkan s’isole du monde pour

dessiner exclusivement des ânes à partir de 2017.

« L’âne est innocent. À partir du moment où

il quitte sa mère, il n’est jamais en paix. Il est

condamné à l’exploitation. Quand il devient trop

vieux pour travailler, son maître l’enmène dans le

désert et le laisse mourir… C’est la vie de l’homme

d’aujourd’hui »

Infos extraites de l’excellent blog « les grigris de

sophie »

Mamoodkhan


Rusudan Khizan


La légèreté

et la grâce

Une peinture d’une fraicheur et

d’une liberté étonnantes… d’une

vraie inventivité dans l’écriture

et d’une facilité déconcertante…

comme touchée par la

grâce post-soviétique et qui

semble se faire comme elle

vient, naturellement, parmi

voyages, rencontres amicales

et découverte du monde.

Rusudan Khizanishvili est née

en 1979 à Tbilissi, en Géorgie.

ishvili


un rêveur.

« Je préfère qu’il pleuve aujourd’hui, plutôt

qu’un jour où il fait beau. »

De la trempe de ceux qui rêvent sans

même avoir besoin de dormir. Un éternel

somnambule, un incorrigible fabriquant

de songes, dont l’inspiration tragi-comique

nous fait passer de l’univers du conte à

celui du délicieux cauchemar, du burlesque

d’un Buster Keaton à une lucidité toute

beckettienne.

Teun Hocks


Au bonheur

des petits

nenfants.

Hou , les vilains petits monstres

qui font de délicieuses frayeurs

aux enfants bien sages, et

que les produits détergents

de la télé détruisent sans

pitié, quand ils s’accumulent

en nauséabondance dans les

siphons des lavabos !

Il fallait explorer à fond

cette terrifiante imagerie

fantasmatique pour conjurer

tous les démons de la terre…

Walter de Ricke l’a fait.

Walter

de Ricke


Yves Decamps


Ce portraitiste atypique

belge vit au Pérou

Et fait aussi dans la scène de genre.

Decamps est né en Belgique et y a

étudié la photographie. Il a appris à

dessiner tout seul et vit aujourd’hui

au Pérou.

Il dit que son travail d’une est

« inspiré par notre société

actuelle »… Et nous le croyons

volontiers.

Il y a en effet dans ces portraits

et scénettes, de la brutité, de

l’impudeur, de la radicalité

sarcastique, de la joyeuse et tonique

empathie pour les minorités

souffrantes, pour les classes

laborieuses, et pour tous les

damnés de la terre….


R I G O L E , P I C O L E , B R

Une Nicole moléculaire, travaillée en soufflerie dans les matériaux les

plus nobles, soufflée comme un verre de Champagne un soir de coke et de putes, électrifiée

comme un Travolta période discoïdale et malgré tout solide comme un hit d’AC-DC, nous est

parvenue ici, par un livreur anonyme contre remboursement.

Ici, c’est bien sûr au siège de la Fondation Muséale de la Nicole Mondiale, un batiment

majestueux, bricolé par nous même avec des peaux si sensibles qu’elles rendent jalouses la

fine fleur de l’architecture courtisane mondiale.

on achète bien les chapeaux!

C’est en partant de cette digression qui ne digresse qu’elle même que nous

nous sommes concentrés sur la provenance improbable de cette œuvre

incommensurable mais pas mal quand même. Quelle ne fut pas notre stupeur

de découvrir qu’il s’agissait d’un authentique faux, dans sa version la plus

pure et la plus édulcorée, la petite marque en relief «made in north korea»

sous la patte gauche ne laissant aucun doute sur sa valeur inestimable d’étalon

de la contrefaçon bien faite, pas faite, surfaite comme eut pu le dire en son

temps le poète Robert Filliou. Notre fondation est fière de ne pas pouvoir vous

la présenter mais vous y gagnez deux authentiques artistes estoupiflants qui

aiment les frites avec ou sans mayonnaise... inch Allah!

75% de

copinage,

100%

d’informations

Jean-Jacques Tachdjian


I C O L E E T N I C O L E ! ! !

S

O

Y

O

N

S

C

LAIRS


LE GRAND VECTEUR ILLUSTRÉ

Basé à Tel Aviv, Ori Toor est avant tout un

illustrateur professionnel qui a travaillé pour les

plus grandes marques mondiales, sollicité par

des directeur artistiques à l’œil vif. Ses travaux

de commande sont fantastiques mais c’est son

travail personnel qui est bien plus appréciable

tant il mélange des élements, fait cotoyer les

formes, primitives ou incongrues, les différences

d’échelle, les associations contre nature de sujets

qui créent une nouvelle nature, celle qui sait se

répandre sur une surface en la remplissant d’un

amour immodéré de la composition vectorielle.

On peut rester des heures sur ses images et

toujours y découvrir le détail qui ne nous était

pas immédiatement apparu, car Ori Toor, cache

des trésors dans ses images.

Ori Toor

oritoor.com


GRAVE

Tout comme Alain Delon, à qui il

ressemble assez peu, il faut le dire,

Marc Brunier Mestas est adulé dans

certains villages d’Asie qui lui vouent un

véritable culte. Son travail de gravure

sur bois et autres techniques de

reproduction ont fait de ses multiples

des pièces prisées des collectionneurs

fortunés qui ont su profiter de l’arrivée

de l’Asie sur le marché mondial pour

devenir des chefs de gangs sur internet.

Pourtant, Marc est resté trés simple, il

vit à Riom, trés jolie ville touchée par

la grâce de la Renaissance, et écume

les bars proches des salons où l’on a

coutume de le rencontrer.

Un saint ? Un prophète de l’image ? Une

étoile au firmament de l’art pur et frais

des cîmes ? Un énorme pornographe ?

Il est tout à la fois et toujours là où l’on

ne l’attend pas. C’est mon idôle !

Marc Brunier Mestas


lachienne.com complément du livre «JE VOUS REMERCIE DE ME ‘AVOIR POSÉE»

More magazines by this user
Similar magazines