PLAN 2009-4 - Ordre des ingénieurs du Québec

oiq.qc.ca

PLAN 2009-4 - Ordre des ingénieurs du Québec

Convocation à l'assemblée annuelle de l'Ordre, voir p. 10

La revue de l'Ordre des ingénieurs du Québec

Formation sur le traitement

des eaux usées d'origine

domestique, p. 34

La défense de

«bonne foi», p. 36

DOSSIER

TRAVAUX Ptfl

ET INFRASTRI

Le viaduc de Mil

Gros plan sur ce géant

de béton et d'acier

en avant-goût du

Colloque 2009 de l'Ordre

ICS

TURES


La productivité

à la puissance 3G :

le bon plan pour réussir.

Passez du plan au concret avec les téléphones intelligents et les clés Turbo de Bell. Tous nos téléphones

intelligents BlackBerry" 0 et toutes nos clés Turbo sont de puissance 3G, garantissant une vitesse 3G en

tout temps et partout grâce au réseau 3G le plus vaste au pays 1 .

Profitez dès aujourd'hui des courriels illimités pour votre téléphone intelligent à partir de seulement 15$

par mois 2 . De plus, obtenez un forfait clé Turbo pour votre ordinateur portable à partir de 30$ par mois.

Visitez un magasin Bell • 1 866 BELL-BIZ • bell.ca/productivite

Téléphone intelligent 3G

BlackBerry Storm" 0 9530

Téléphone intelligent 3G

BlackBerry Curve MC 8330

Clé Turbo 3G

de Novotel

Wireless

la vie est Bell

Offert avec les appareils compatibles, dans les zones de couverture du réseau mobile haute vitesse de Bell Mobilité. D'autres frais, tels que, sur une base mensuelle, 9-1-1175 cl. accès au réseau Iqui ne sont pas exigés par

le gouvernement ; 6,95 $1 et frais uniques d acuvation d'appareil 135 SI s'appliquent. En cas de résiliation anticipée, des frais d'ajustement du prix s'appliquent. Modifiable sans préavis et ne peut être combiné avec aucune

autre offre Taxes en sus. D autres conditions s appliquent. 11] Basé sur la superficie du réseau IxEV-DO par rapport à celle du réseau HSPAde Rogers en date du 6 avril 2009.12) Dans le cadre d'un contrat de 3 ans è certains

forfaits voix ta I exclusion des forfaits A partager). Disponible seulement avec les appaieils BlackBeny. Gèle les comptes de courriel personnels et la messaqeiie instantanée BlackBeny. La synchronisation Outlook la

navigation Internet, I accès a Windows Live Messenger, l'intégration des courriels d'entropiise et d'auties solutions d'entreprises ne sont pas offertes Exclut Connexion mobile ol l'utilisation de votre appareil comme modem

pour connecter votre oïdmateui portatif a Internet. Sujet aux limites d'utilisation acceptable des modalités de seivice, incluent, sans s'y limitai, ne pas consomme! une capacité de lésaau excessive ou porter atteinte à notre

réseau. Voir bell.ca/utiiisationnoimale poui les détails. BlackBeny, RIM, Research In Motion, SureType, SurePress et les marques de commerce, noms et logos essociés sont la propriété de Research In Motion Limited et

sont des matques déposées aux Etats-Unis et dans d autres pays.


« J'ai toujours eu un intérêt pour le domaine médical et je voulais explorer cette branche du génie mécanique. Durant

mon baccalauréat, j'ai effectué un stage au Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie (LIO) de l'ÉTS pour en

apprendre plus sur la biomécanique. J'ai adoré l'expérience et l'École m'offrait la possibilité de réaliser une maîtrise dans

le cadre d'un projet de recherche en partenariat avec une entreprise de biotechnologies : une prothèse d'essai à diamètre

variable pour la hanche. J'ai donc décidé de poursuivre mes études aux cycles supérieurs et de vraiment orienter ma

carrière vers ce domaine en plein essor au Québec

Actuellement, les prothèses d'essai utilisées lors de la chirurgie du remplacement total de

la hanche ont un diamètre fixe. La prothèse d'essai sert à valider la taille de la prothèse

définitive qui sera utilisée chez le patient. Puisque le chirurgien peut évaluer plusieurs

configurations, il doit avoir à sa disposition un éventail de prothèses d'essai de tailles différentes.

La nouvelle prothèse à laquelle travaille Mathieu a la capacité de changer de

dimension et remplacera ainsi l'ensemble des prothèses d'essai conventionnelles. En éliminant

près de 80% du nombre de composantes liées aux prothèses d'essai, une diminution

des coûts de nettoyage, de stérilisation et d'entreposage est envisageable.

«Au LIO, la rencontre d'étudiants d'horizons disciplinaires variés et le travail en proximité avec le personnel médical de

l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal favorisent une dynamique de travail unique et enrichissante. C'est primordial, dans

un domaine aussi multidisciplinaire, de développer une vision plus large des technologies de la santé. »

« Cette expérience en partenariat avec l'industrie et les connaissances acquises à l'ÉTS me permettront, d'ici les prochains

mois, d'aspirer à un poste d'ingénieur concepteur d'instruments chirurgicaux, de prothèses ou d'orthèses. »

Si vous voulez réaliser des travaux de recherche comme Mathieu, l'ÉTS offre des programmes de maîtrise avec mémoire

ainsi qu'un programme de doctorat. Dans certains cas, la recherche peut être réalisée en milieu industriel.

L'ÉTS offre également des programmes de 2 e cycle de type professionnel aux personnes désirant acquérir une formation

supplémentaire sans faire de la recherche: programmes courts, programmes d'études supérieures spécialisées

(DESS) et maîtrises professionnelles. Ces programmes permettent d'acquérir des connaissances de haut niveau, notamment

en technologies de la santé, et de développer les habiletés et les aptitudes nécessaires pour identifier les besoins

des organismes et entreprises.

Les étudiants qui effectuent une maîtrise professionnelle à l'ÉTS suivent de quatre à six cours de gestion. Ils peuvent ainsi

approfondir leurs connaissances techniques tout en développant leurs habiletés de gestionnaire.

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

Choisir l'ÉTS,

une idée de génie!

1100, rue Notre-Dame Ouest Montréal Métro Bonaventure


RESTEZ À JOUR

FORMATION CONTINUE

Le Réseau des ingénieurs du Québec favorise le développement des compétences

des ingénieurs. Toutes les formations répondent aux exigences de la loi sur les

compétences (loi du 1 %).

Toutes les formations sont données à Montréal, sauf la formation Approche

stratégique aux propositions d'affaires et soumissions qui sera donnée à Québec.

RESEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

CALENDRIER

PRINTEMPS 2009

n •

n

n


FORMATIONS

Génie

• Civil

Introduction à la surveillance de chantier pour les travaux de génie civil

Administration de contrats de construction

Lecture de plans et devis

Conception et inspection de l'enveloppe du bâtiment

• Électrique

Mise à la terre et continuité des masses (MTCM]

Contrôle de moteurs et applications pratiques

Systèmes électriques du bâtiment

• Environnement \ Santé-Sécurité

Restauration de cours d'eau: principes, procédures et pratiques

Traitement chimique des sols et des eaux souterraines contaminées

DUREE

DATES

JUIN

• Général

Approche stratégique aux propositions d'affaires et soumissions

• Mécanique

Hydraulique des systèmes industriels : fonctionnement et analyse des risques

• Mise à jour sur la conception des systèmes de gicleurs automatiques

Gestion

Animation efficace de réunions 1 jour 7

• Gestion de conflits interpersonnels au travail 2 jours 21 et 22

• Gestion de

projets

• Préparation à la certification PMR version accélérée 5 jours V au 5

• Outils et techniques en gestion de projets 3 jours 3, 4 et 5

Gestion stratégique

• Séminaire de formation en gouvernance

auec HEC MONTRÉAL | 3 jours 6, 7 et 8

En collaboration i


La gestion stratégique

auec HEC MONTRÉAL | 2 jours 21 et 22

11,12 et 13

En collaboration - i

• Cadres à haut potentiel, accélérez votre développement

auec HEC MONTRÉAL |

5 jours

Bâtir et gérer un bon conseil d'administration de PME

En collaboration ;

• auec HEC MONTRÉAL j 1 jour 8

Sur demande, les formations peuvent également être données en entreprise.

11 et 12

Pour consulter les descriptions complètes et pour vous inscrire, veuillez consulter la section Carrière et formation du

www.reseauIQ • CJC.Ccl. Pour information, composez le 514 845-9664, poste 102.


Ordre

I des ingénieurs

lui du Québec

L'Ordre des ingénieurs

du Québec (fondé en

1920) a comme mission

d'assurer la protection

du public en contrôlant

l'exercice de la

profession dans le cadre

de ses lois constitutives

et de mettre la

profession au service

de l'intérêt du public.

Comité exécutif *

2008-2009

Président :

Zaki Ghavitian, ing.

Vice-présidente en titre,

aux Finances et trésorière :

Maud Cohen, ing.

Vice-président

aux Affaires professionnelles :

Claude Martineau, Ing.

Vice-président aux Affaires

publiques et corporatives :

Éric Potvin, ing.

Représentant du public :

Guy Levesque, infirmier

Conseil d'administration*

2008-2009

(20 ingénieurs élus)

Montréal :

Micheline Bétournay, ing.

Christian Camirand, ing.

Maud Cohen, ing.

Zaki Ghavitian, ing.

François P. Granger, ing.

Sandra Gwozdz, ing.

Yves Lavoie, ing.

Claude Martineau, ing.

Lyne Plante, ing.

Louise Quesnel, ing.

Sid Zerbo, ing.

Québec :

Anne-Marie Tremblay, ing.

Nadia Laiancette, ing.

Jean-Marie Mathieu, ing., avocat

Estrie :

Stéphane Bilodeau, ing.

Outaouais :

Michaël Côté, ing.

Abitibi-Témiscamingue :

Yves Boisvert, ing.

Saguenay-Lac-Saint-Jean :

Éric Potvin, ing.

Mauricie-Bois-Francs-

Centre-du-Québec :

Poste à pouvoir

Est-du-Québec :

André Collin, ing.

(4 administrateurs nommés

par l'Office des professions

du Québec)

Sylvain Blanchette

Guy Levesque. infirmier

Richard Talbot

Nicole Vallières, avocate

Directeur général :

André Rainviile, ing.

Envoi de Poste-publications

n°40069191

PLAN

SOMMAIRE

Directeur des Communications

et des Affaires publiques

Daniel Boismenu

RÉDACTION

Coordonnatrice des éditions

Geneviève Terreault

Infographiste

Michel Dubé

Révision technique

Jean-Pierre Trudeau, ing.

Jonathan Vianou, ing.

Révision

Rédaction Scriptoria

Correction

Dominique Vallerand

PUBLICITÉ

Christian Laramée

Jean Thibault

Communications Publi-Services

450 227-8414, poste 303

PLAN est publié neuf fois

par an par la Direction des

communications et des affaires

publiques de l'Ordre des

ingénieurs du Québec.

PLAN vise à informer les membres

sur les conditions de pratique de

la profession d'ingénieur et sur les

services de l'Ordre. PLAN vise

aussi à contribuer à l'avancement

de la profession et à une protection

accrue du public. Les opinions

exprimées dans PLAN ne sont

pas nécessairement celles de

l'Ordre. La teneur des textes

n'engage que les auteurs.

Les produits, méthodes et services

annoncés sous forme publicitaire

dans PLAN ne sont en aucune

façon approuvés, recommandés,

ni garantis par l'Ordre.

Le statut des personnes dont il est

fait mention dans PLAN était

exact au moment de l'entrevue.

#CCAB

Tirage certifié :

60 610 exemplaires.

Dépôt légal

Bibliothèque nationale

du Québec

Bibliothèque nationale

du Canada

ISSN 0032-0536

Droits de reproduction,

totale ou partielle, réservés

® Licencié de la marque PLAN,

propriété de l'Ordre des ingénieurs

du Québec

Gare Windsor, bureau 350

1100, rue De La Gauchetère Ouest

Montréal (Québec) H3B 2S2

Téléphone: 514 845-6141

1 800 461-6141

Télécopieur: 514 845-1833

www.oiq.qc.ca

www.membres.oiq.qc.ca

Dans le présent document,

le masculin est utilisé sans aucune

discrimination et uniquement pour

alléger le texte.

PLAN : : MAI 2009 : : VOL. XLVI N° 4 : : 3,50 $

DOSSIER TRAVAUX PUBLICS

ET INFRASTRUCTURES

Le viaduc de Millau

PAR JEANNE MORAZAIN

Gros plan sur ce géant de béton

et d'acier en avant-goût de la

conférence présentée le 11 juin

dans le cadre du Colloque

de l'Ordre.

16 Les structures au labo PAR JONATHAN VIANOU, ING

Visite d'un lieu unique, le Laboratoire intégré de recherche en

valorisation des matériaux et de structures innovatrices et durables.

20 Avoir les chantiers à l'œil PAR JEANNE MORAZAIN

Comment cette surveillance devrait-elle être faite pour assurer

la protection du public et la qualité des ouvrages ?

24 Redonner la rivière aux citoyens PARGILLESDROUIN

Revitalisation novatrice et concept d'aménagement de

la rivière Saint-Charles à Québec.

28 50 ans au cœur de l'économie nord-américaine

7

8

34

36

42

PAR GILLES DROUIN

La Voie maritime du Saint-Laurent fête cette année son

50 e anniversaire.

Éditorial

Mosaïque

8 Examen professionnel

9 Liste des permis

Encadrement professionnel

Formation sur le traitement des eaux usées d'origine domestique :

pour acquérir des bases solides

Éthique et déontologie

La défense de « bonne foi »

Régionale des ingénieurs de Montréal

* L'entrée en vigueur de la

Loi modifiant le Code des

professions et d'autres

dispositions législatives

a modifié les appellations

des instances.

Ce papier contient jusqu'à 70 % de

bois certifié et est 100 % recyclable.

PLAN : : MAI 2009 5


IflltlliWJHHMBH

• GROUPES ELECTROGENES INDUSTRIELS DE 20 A 2400 KW AU DIESEL OU AU

GAZ, SELON LES PLUS RÉCENTES NORMES EPA EN VIGUEUR

• ARMOIRES DE COMMUTATION À TRANSITION FERMÉE OU OUVERTE

• GESTION DE PROJETS INTERNATIONAUX / EXPERTISE AUPRÈS DES INGÉNIEURS CONSEILS

• PROJETS DANS LE DOMAINE INSTITUTIONNEL, TÉLÉCOMMUNICATION, MINIER, ETC.

• MISE EN PARALLÈLE DE MULTIPLES GROUPES ÉLECTROGÈNES

• GESTION ET SURVEILLANCE DES ÉQUIPEMENTS À DISTANCE

• LOCATION DE GROUPES ELECTROGÈNES MOBILES /

PARC DE 40 MW

• ÉQUIPE DE SERVICE TECHNIQUE MOBILE

A

' ' If

" NOUS OFFRONS DES SOLUTIONS FIABLES ET

ÉCONOMIQUES QUI PERMETTENT A NOTRE

CLIENTÈLE DE RÉUSSIR...CHAQUE FOIS! "

^ **ÉGIME CONT|NU UNWER s,Tt 0

ON ÉNERGIE/ CANDIAC. 315 AVENUE LIBERTÉ. J5R 6Z7:

TÉL: 450-638-6863 / SANS FRAIS: 800-361-7673

TÉLÉCOPIEUR: 450-638-1202


ÉDITORIAL

SURVOL D'UNE ANNÉE FERTILE

En guise de bilan, voici quelques-uns des dossiers importants de ce troisième

mandat.

La révision de la Loi sur les ingénieurs

Bien que le dossier soit toujours en instance à l'Office des professions du

Québec, nous entrevoyons la lumière au bout du tunnel. À la suite de la constitution

du Croupe des sept (sur notre initiative avec six autres ordres), un processus

de conciliation a été amorcé dans le dossier interprofessionnel des sciences

appliquées et des technologies. Les discussions vont donc porter sur la délégation

d'actes sous supervision. On se souvient que les technologues professionnels

demandaient l'attribution en pleine autonomie de certains actes exclusifs

des membres de ces ordres, ce qui semble inacceptable au Croupe des sept

Un règlement en accord avec la protection du public pourrait donc intervenir, je

l'espère. Nous vous tiendrons au courant de l'évolution du dossier. L'appui et

l'aide de tous les membres nous seront bien utiles.

Du nouveau pour les ingénieurs juniors

Sur la recommandation du comité ad hoc, un plan d'action a été élaboré pour

réformer le statut d'ingénieur junior et stagiaire. Nous avons constaté en effet que

de nombreux juniors «stationnaient » sans compléter leur juniorat. Les nouvelles

mesures administratives vont inciter les ingénieurs juniors à devenir ingénieur à

plein titre, et ce, dans un délai maximum de cinq ans. Ceci permettra de résoudre

les situations parfois délicates, notamment lorsqu'un ingénieur junior se trouve

sans supervision directe dans une PME. En parallèle, ils auront accès, en soutien

à leur démarche, à des ressources telles que du coaching par des membres

actifs ou retraités. Les Sections régionales nous ont déjà assuré de leur collaboration

dans ce sens. La protection du public se verra ainsi renforcée.

...et en développement professionnel

Tous les professionnels ont la responsabilité de mettre à jour leurs compétences.

Nous avons donc produit le Guide de développement des compétences de l'ingénieur.

Cet outil unique vous permettra de bien planifier et gérer votre développement

professionnel, sachant que, tôt ou tard, la formation continue deviendra obligatoire.

Sur la place publique

En ce qui a trait à la gestion des infrastructures publiques, nos actions touchent

autant les gouvernements que l'opinion publique. Ainsi, vous avez pu voir dans

les médias deux lettres ouvertes sous ma signature. L'objectif est d'attirer

l'attention des pouvoirs publics pour qu'ils fassent preuve de vision et dépensent

à bon escient tous ces milliards qui déferlent sur le Québec. L'Ordre prône la

mise en place de plans d'intervention à long terme pour assurer la pérennité

des nouvelles infrastructures. Avec beaucoup de constance, nous faisons valoir

notre message portant sur la surveillance des travaux, la traçabilité et une

gestion visionnaire de nos infrastructures.

Sur le plan de la mobilité des professionnels, l'Ordre a pris très tôt des mesures

pour une meilleure intégration des professionnels formés à l'étranger. L'Ordre a devancé

tout le monde, car nous sommes les premiers à avoir signé un Arrangement de reconnaissance

mutuelle avec la France en cette matière, lors de la visite du Président Sartozy

pour la signature de l'Entente France-Québec avec le Premier ministre Charest,

en octobre dernier. Des conditions de travail compétitives constituent encore un

argument indéniable pour attirer ou garder les professionnels en génie au Québec

Nos Sections régionales

L'année 2008-2009 a été une année de consolidation. Les Règles de constitution

et de fonctionnement des Sections régionales ont été mises à jour pour

uniformiser le processus d'affaires. Nous avons réussi à surmonter des difficultés

de communication et d'ordre financier. Nous continuerons d'effectuer

tous les envois à partir du serveur de l'Ordre, pour être en conformité avec la

Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et la protection des renseignements

personnels (Loi 86). De nouveaux budgets ont été dégagés à cet

effet. L'année s'est terminée sur le premier Sommet des Régionales.

La promotion de la profession

Nous avons mis la table cette année pour réaliser une campagne concertée

pour la promotion de notre profession. À la demande générale, nous aurons

notre campagne de communication au Québec, tout en ayant notre mot à dire

dans la campagne de communication mise de l'avant par Ingénieurs Canada.

Le travail réalisé par le Comité de liaison des regroupements d'ingénieurs va

pouvoir être mis à profit, afin de faire mieux connaître la profession et de lui

donner la place qui lui revient.

Je conclurai en réitérant ma profonde détermination à poursuivre notre mandat

afin de nous rapprocher de notre vision qui consiste à faire de l'Ordre un organisme

rassembleur et une référence en matière de professionnalisme et d'excellence

en génie. Bien sûr, votre appui est essentiel et je vous remercie de votre confiance.

Pour commentaires, bulletin@oiq.qc.ca.

Zaki Ghavitian, ing.

Président

A LOOK BACK AT A PRODUCTIVE YEAR

Here is a quick review of some of the most important issues of my third term.

The revision of the Engineers Act

Although the matter is still before the Office des professions du Québec, we can

glimpse some light at the end of the tunnel. After forming the Croup of Seven

(on our initiative, with six other orders), a conciliation process has been launched

with an interprofessional group involved in applied sciences and technologies.

The discussions are about the delegation of acts under supervision. As you may

remember, the professional technologists were seeking full autonomy for certain

exclusive acts reserved to members of these orders, unacceptable to the

Group of Seven. A resolution that complies with protection of the public is in

the works, at least I hope it is. We will keep you informed of any progress. The

support and assistance of all members will be quite useful.

News for junior engineers...

On the recommendation of the ad hoc committee, an action plan was drawn

up to restructure the status of junior engineer and engineer-in-training. We noted

in fact that many junior engineers simply fail to complete their juniorship. New

administrative measures will incite junior engineers to become full-fledged

engineers within a maximum of five years. This will make it possible to resolve

some occasionally sensitive situations, in particular where a junior engineer works

in a SME without direct supervision. At the same time, they will have access,

in support of their efforts, to such resources as coaching from active or retired

members. The Regional Sections have already assured us of their collaboration

in this area. Protection of the public will thus be strengthened.

...and about professional development

All professionals are responsible for keeping their competencies up to date. We

have therefore prepared the Guide de développement des compétences de

l'ingénieur (Engineer's Guide to Competence Development). This unique tool will

help you to plan and suitably manage your professional development I urge you

to use it, given that sooner or later, continuing education will become obligatory.

In the public arena

With respect to the management of public infrastructures, our actions are

directed as much at government as public opinion. Thus, you have been able

to see two open letters above my signature in the media. The objective was to

encourage public authorities to demonstrate vision and spend the billions of

dollars being poured into Québec wisely. The OIQ recommends the preparation

of long-term maintenance plans to ensure the permanence of new infrastructures.

We have consistently expressed our message on the supervision of

works, traceability of repairs and a visionary management of our infrastructures.

With respect to the mobility of professionals, the OIQ adopted measures for better

integration of foreign-trained professionals very early on. This year, the OIQ beat

out everyone as the first to sign a mutual recognition agreement with France on

this subject, during last October's visit by President Sarkozy to sign the France-Québec

agreement with Premier Charest. Competitive working conditions still constitute

an unanswerable aigumentfor attracting or keeping engineering professionals in Québec

Our Regional Sections

2008-2009 was a year of consolidation. The statutes and bylaws of the Regional

Sections have been updated to standardize business processes. We have succeeded

in overcoming communication and financial problems. We will continue

to send all mailings from the OIQ's server, in order to comply with the Act respecting

access to documents of public bodies and the protection of personal information

(Bill 86). New funds have been found to put our words into action. The

year ended with the first Regional Summit.

Promotion of the profession

This year, we set the stage for conducting a concerted campaign to promote

our profession. In response to general demand, we will have our own communications

campaign in Quebec and provide input in the communications campaign

proposed by Engineers Canada. The work done by the liaison committee

of engineering associations will be exploited to make the profession better known

and give it the standing it deserves.

I will close by reiterating my profound determination to pursue the achievement

our mission, in order to get closer to our vision of making the OIQ a rallying

point and a standard in professionalism and excellence in engineering. Of

course, your support is essential, for the benefit of both the public and the profession

as a whole. I thank you for your confidence.

For comments, bulletin@oiq.qc.ca.

PLAN . : MAI 2009 : 7


BREVES

Par Geneviève Terreault

Notre profession mérite

d'être mieux connue

Par Jonathan Vianou, ing.

Certaines professions sont bien connues :

infirmière, enseignant, médecin, avocate.

Il en va autrement de la profession d'ingénieur.

Un récent rapport commandé par l'école

d'ingénierie de l'Université Duke sur la perception

de l'ingénierie dans la population le

confirme. Quand on a demandé aux 808 adultes

états-uniens contactés d'évaluer leur compréhension

du monde des ingénieurs et leur connaissance

de ce qu'accomplit un ingénieur, la

plupart se sont accordé une note de «C».

La majorité des répondants (58 °/o) ont

dit savoir ce que fait quelqu'un travaillant en

médecine, dans le domaine des affaires ou

en droit, et ils croient que le génie est moins

attirant que ces domaines. Pour expliquer

leur opinion, ils indiquent qu'une carrière en

génie rapporte un plus faible salaire et jouit

d'un moindre prestige ; ils mentionnent aussi

que les études sont exigeantes et que les ingénieurs

ont moins de possibilités d'emploi.

Parallèlement, 40 % des adultes interrogés

estiment que les défis des ingénieurs sont plus

importants et plus intéressants que ceux des

médecins, des avocats ou des gens d'affaires.

Toutefois, lorsqu'on leur explique quelquesuns

des grands défis actuels du génie, cette

proportion grimpe à 54 °/o. Les répondants sont

informés du développement de nouveaux

médicaments et de technologies propres, des

questions entourant l'accès à l'eau potable

pour tous, de la sécurité du cyberespace et de

la remise à neuf des infrastructures urbaines.

Comme quoi la communication est encore une

fois, la clé du succès I

Reçu et carte de membre

A* la suite de nombreuses demandes,

l'Ordre des ingénieurs du Québec a

conçu une nouvelle carte, véritable atout

pour augmenter le sentiment d'appartenance

à l'Ordre et rehausser la fierté envers la

profession. Cette année, la carte sera envoyée

à la mi-mai, et le reçu ainsi que le certificat

d'assurance parviendront aux membres par

courrier électronique ou par la poste, à la fin

du mois d'avril.

« Ordre

i des ingénieurs

du Québec

Abcd Efgh

Ingénieur

Fiers de

notre génie!

00000 2013-03-31

Cette carte de membre est valide sous réserve de l'inscription

en règle du membre au tableau de l'Ordre.

La nouvelle présentation de la carte de membre des ingénieurs sera plus attrayante.

Deux couleurs différentes ont été choisies, soit le bleu pour les ingénieurs, couleur officielle

de l'Ordre, et le vert pour les ingénieurs juniors et stagiaires. Cette carte sera valide

jusqu'au 31 mars 2013 sous réserve de l'inscription annuelle du membre et du maintien

de celle-ci en bonne et due forme au tableau de l'Ordre.

Se trouver un projet de recherche à Polytechnique

rien de plus simple

Par Jonathan Vianou, ing.

Dur dur de recruter des étudiants de

maîtrise ou de doctorat. Pour se simplifier

la tâche, l'École Polytechnique, à

la demande d'un groupe de professeurs, a

créé un guichet unique facilement accessible

à partir de la page d'accueil du site Web. Cette

page, en ligne depuis février, est bilingue, et

présente des projets de recherche pour des

étudiants au baccalauréat, à la maîtrise ou

au doctorat, toutes spécialités confondues.

Bien que Polytechnique doive faire la

promotion de ce système auprès de ses

professeurs, on y comptait en mars dernier

une vingtaine de projets. «Il y aurait même

un professeur en génie biomédical qui a

trouvé un étudiant une semaine seulement

après avoir fait paraître l'offre », confie Marie-

Ève Plamondon, agente de développement

à Polytechnique. « La mise en place du système

n'a pas causé de difficultés particulières.

Nous avions déjà un système de gestion

des expertises des professeurs. Les professeurs

gèrent eux-mêmes leur profil en ligne.

Le système des offres de projets est similaire.

Chaque professeur peut afficher et modifier

ses offres à sa guise. Les professeurs qui font

de la recherche sont un peu comme des

travailleurs autonomes. Plusieurs ont leurs

propres centres de recherche. Ils peuvent

utiliser le système de manière autonome.»

Examen professionnel

AVIS À TOUS LES INGÉNIEURS STAGIAIRES ET JUNIORS

Conformément au Règlement sur les autres conditions et modalités de délivrance des permis de l'Ordre des ingénieurs du Québec,

les prochaines séances d'examen auront lieu comme suit :

RÉGION DATE DATE LIMITE D'INSCRIPTION

Montréal Samedi 22 août 2009,13 h 22 juin 2009

Québec Samedi 12 septembre 2009, 13 h 12 juillet 2009

Sherbrooke Samedi 10 octobre 2009, 13 h 10 août 2009

Rimouski Samedi 7 novembre 2009,13 h 7 septembre 2009

Pour vous inscrire à l'une de ces séances, vous devez utiliser la fiche d'inscription que vous trouverez sur notre site extranet sous la rubrique Ingénieur juniorstagiaire

> Ingénieur junior diplômé du Québec. Pour toute information additionnelle, vous pouvez communiquer avec la préposée à l'examen professionnel

au numéro suivant : 514 845-6141 ou 1 800 461 -6141, poste 3158.

En conformité avec la Politique linguistique de l'Ordre, les candidats à l'examen professionnel peuvent, à leur choix, passer les épreuves soit en français, soit en anglais.

Le document Notes préparatoires à l'examen est disponible uniquement en français.

8 PLAN : MAI 2009


PERMIS D'INGÉNIEUR DÉLIVRÉS PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF DE

L'ORDRE DU 28 FÉVRIER 2009 AU 1 er AVRIL 2009

Abosamra, Samir Faisy, François Lynch, Jean-Guy

Abran Cyrenne, Farmer, Roch Maher, Yannick

Mathieu Ferland, Yannick Maheux, Jean-François

Angers, Manon Flamand, Janie Mann, Stéphane

Aouf, Salima Fofana, Issouf Marcoux, Geneviève

April, Simon Fontaine, Nathalie Morissette, René

Audet, Dominic Fortin, Raphaël Morneau, Jérôme

Bachmann, Cédric Fortin-Blanchette, Mostajeran Goortani,

Beauchamp, Chantai Dereck Behnam

Beaudry, Jean-Nicolas Fréchette, Jean-Luc Mouchaorab, Khaled

Beaulieu, Louis- Gagnon, Jonathan Muntean, Sorin-Voicu

Vincent Gagnon, Marie-Claude Naud, Geneviève

Beaulieu, Robin Galal, Khaled Nolet, Germain

Bédard, Rudy Gaudreau Wong, Ossoucah, Philippe

Bélanger, Michèle Patrick Junior

Bélanger, Steve Gaultier, Philippe Pepe, Filomeno

Bergeron-Gailloux, Gauthier, Josée Picard, Guillaume

Karine Gauvin, David Piquette, Geneviève

Berman, Olivier Geargeoura, Loukas Plante, Jérôme

Bernard, Dominic Gélinas, Isabelle Poirier, Julie

Bérubé, Simon Alex Gheorghe, Lucia- Pollender, Patrick

Bosisio, Pierre Mihaela Prévault, Antoine

Boucher, Julie Gingras, François Quessy, Alexandre

Boyer, Jean Sébastien Glowacki, Adrian Quirion, Martin

Brassard, Audrey Godbout, Nicolas Rémillard, Vincent

Breton, Marc-André Goulet, Jean-Pascal Rheault, Michel

Brisson, Chantai Gourdeau, Simon Richard, Sébastien

Brisson Thibeault, Groleau, Jonathan Rivera Fernandez,

Philippe Guilbault, Martin Fernando José

Cardenas Salgado, Hallé, Cindy Roberge, Vincent

Miguel Angel Harvey, Mathieu Rodriguez Castellar,

Caron, Diane Heniche, Mourad Daniel Alfonso

Carrière-Laquerre, Hosatte, Pierre Roussin, Jean-François

Guillaume Houde, Geneviève Roy, Nathalie

Chapdelaine, Jérôme Jacques, Nicolas Rudis, Stéphane

Chen, Baizhong Jacques, Raphaël Samson, Guillaume

Chenette, Evelyne Jeanneau, Frédéric Sarji, Alain Brahim

Chery, Wesner Jobin, Catherine Saucier, Sébastien

Cohen-Bacrie, Julie Jobin, Jérôme Savard, Emilie

Collard, Steve Jodoin, Mijanou Séguin, Jonathan

Côté, Patrick Kang, Yu Jing Sirros, Jason

Cotnoir, Doumik Khezzar, Adnane St-Laurent, Josée

Craciun, Antonina- Kim, Kwangsoo St-Pierre, Joëlle

Codrina Labbée, Jean- Tapin, Pascal

Dallaire, Frédéric Sébastien Tchomakov, Kiril

Daoust, Jean-Charles Labonté, David Tellier, Luc

De Luca, Vito Lacroix, Sylvain Thériault, Benoit Yves

De Serres, Laforte, Stéphane Tran, Anh Dung

Jean-Philippe Lajoie, Jonathan Tremblay, Frédéric

Delache, Franck Langevin, Aurem Tremblay, Mathieu

Delannoy, David Lapointe, Jonathan Troie, Mathieu

Demers, Nicolas Laraki, Mohamed- Turbide, Julien

Demontigny, Sylvie Amine Tutu, Tudor-Victor

Desmarais, Jean Pierre Laroche, David Vachon, Rudy

Devault, Philippe Lavallée, Martin Vallée, Jean-Francois

Diamond, Julie Leblanc, Patrick Veilleux, Jonathan

Diamond, Patrick Leblanc, Simon Venne, Marc-André

Dickey, Christian Leblanc-Carrera, Vinatoru, Angel-

Dubreuil, Nicholas Fernando Junior Cristian

Duchesne, Guillaume Leclerc, Francis Wozny, Jerzy

Dufault, Marc Legault, Rémi-Charles Xing Yi

Dufresne, Vincent Lemire, Jean-Philippe Yammine, Erica

Dumais, Marc-André Lessard, Lindsay

Dussault, Yannick Létourneau, François

Dziong, Zbigniew Lortie, Philippe

El Asraoui, Imane Louhab, Chahira

El-Khoury, Jeannine Lussier, Jonathan

Dernier hommage à Lyse Raymond, ing.

(1952-2009)

M me Lyse Raymond, administratrice représentant

la région électorale de Mauricie-Bois-

Francs-Centre-du-Québec (2008-2009) au

Conseil d'administration de l'Ordre, est décédée

le 11 mars dernier. Elle a obtenu son diplôme

en génie mécanique de l'École de technologie

supérieure en 1996. Lyse était une femme énergique

et engagée. Bénévole au sein de la Section

régionale de Drummond pendant de nombreuses

années, elle en est devenue la présidente en 2007-2008.

Nos plus sincères condoléances à sa famille et à ses amis.

Congrès INFRA 2009

ft

1 »

IS»

_

f

gSL

A

•L (f

Le CERIU est à la recherche de propositions de conférences

pour son prochain Congrès INFRA, qui se déroulera du 16 au

18 novembre 2009 au Fairmont Tremblant à Mont-Tremblant.

Sur le thème « Les infrastructures municipales : vision d'avenir bâtie

sur 15 ans d'acquis », la programmation de la 15 e édition d'INFRA

veut inspirer, élargir les horizons et fournir des solutions adaptées

aux intervenants des infrastructures municipales en provenance du

milieu municipal, institutionnel, gouvernemental et scientifique. Le

CERIU recherche plus de 80 présentations qui démontrent une part

d'inédit, de la pertinence et un haut niveau d'expertise dans le

domaine des infrastructures municipales. Les propositions doivent

leur parvenir avant le 29 mai.

Les sujets abordés sont :

- les techniques d'intervention en auscultation, réhabilitation,

reconstruction et entretien ;

- la gestion des actifs municipaux;

- la gestion intégrée des infrastructures ;

- la gestion des risques ;

- les solutions et avenues vertes ;

- les impacts des changements climatiques et l'adaptation des

infrastructures ;

- la coordination des travaux d'enfouissement souterrain des

réseaux techniques urbains.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le

www.ceriu.qc.ca.

PLAN : : MAI 2009 9


jiji

:•!!

II!!

CONVOCATION À

I L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

!.. ANNUELLE DES MEMBRES

DE L'ORDRE DES

INGÉNIEURS DU QUÉBEC

» NOTICE OF ANNUAL

::!: I GENERAL MEETING OF

I !.. THE MEMBERS OF THE

ORDRE DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

Tous les membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec sont

priés de prendre avis que l'Assemblée générale annuelle 2009

aura lieu le vendredi 12 juin 2009, à 14 h, à l'Hôtel Delta

Sherbrooke, 2685, rue King Ouest, à Sherbrooke.

AVIS DE PRÉSENTATION

En vertu de l'article 85.1 du Code des professions (C.P.), le

Conseil d'administration de l'Ordre doit adopter une résolution

fixant la cotisation des membres pour l'année 2010-2011.

Cette résolution doit, pour entrer en vigueur, être approuvée

par la majorité des membres de la corporation qui se

prononcent à ce sujet.

Le secrétaire donne avis que cette résolution sera présentée

pour approbation au cours de l'Assemblée générale annuelle

des membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec, qui se tiendra

le vendredi 12 juin 2009.

Notice is hereby given to all members of the Ordre des

ingénieurs du Québec that the 2009 Annual General

Meeting will take place on Friday, June 12, 2009 , at 2:00

p.m. at the Delta Sherbrooke Hotel, located at 2685, King

Street West, in Sherbrooke.

NOTICE OF PRESENTATION

Under section 85.1 of the Professional Code (P.C.), the

Board of Directors must adopt a resolution fixing the

amount of the annual dues for the year 2010-2011.

To take effect, this resolution must be approved by a majority

of members of the organization voting on this subject.

The Secretary hereby gives notice that this resolution will

be presented for approval during the Annual General

Meeting of members of the Ordre des ingénieurs du Québec

to be held on Friday June 12, 2009.

ORDRE DU JOUR

1. Ouverture de l'Assemblée à 14 h

2. Constatation de la régularité de la convocation

3. Vérification du quorum

Points statutaires

4. Adoption de l'ordre du jour

5. Adoption du procès-verbal de la séance de l'Assemblée

tenue le 13 juin 2008

6. Rapport sur les résolutions de l'Assemblée précédente

7. Période d'information et de présentation des activités

de l'Ordre

8. Période de commentaires

9. Période de questions

Affaires soumises pour décision immédiate

10. Approbation d'une résolution adoptée par le Conseil

d'administration fixant le montant de la cotisation

commençant le 1" avril 2010 (C.P., a. 85.1)

11. Election des vérificateurs pour l'exercice financier en

cours (C.P., a. 104)

12. Détermination du mode d'élection du président de

l'Ordre pour l'exercice débutant en juin 2010

(C.P., a. 64)

Affaires soumises pour étude

13.Propositions écrites des membres de l'Ordre en vertu

du premier alinéa de l'article 28.1 du Règlement sur

les Affaires du Conseil d'administration, le Comité

exécutif et les Assemblées générales de l'Ordre

(Règlement)

14. Propositions des membres de l'Ordre en vertu du

deuxième alinéa de l'article 28.1 du Règlement

15. Clôture de l'Assemblée générale

Le directeur général et secrétaire par intérim,

AGENDA

1. Opening of the Meeting at 2:00 p.m.

2. Determination of compliance of notice of Meeting

3. Ascertaining of quorum

Statutory items

4. Adoption of the agenda

5. Adoption of the minutes of the Meeting held on June 13,

2008

6. Report on the resolutions of the previous Meeting

7. Information period and presentation of the activities of

the Ordre

8. Period of comments

9. Question period

Business submitted for immediate decision

10. Approval of a resolution adopted by the Board of

Directors fixing the amount of the annual dues

beginning on April 1, 2010 (P.C., section 85.1)

11. Election of the auditors for the current fiscal year

(P.C., section 104)

12. Determination of the mode of election of the President of

the Ordre des ingénieurs du Québec for the next term of

office beginning in June 2010 (P.C., section 64)

New business

13. Written motions from members pursuant to the first

paragraph of section 28.1 of the Regulation respecting the

business of the Board of Directors, the executive committee

and general meetings of members of the Ordre des ingénieurs

du Québec (Regulation)

14. Motions from members pursuant to the second paragraph

of section 28.1 of the Regulation

15. Closure

General Director and Acting Secretary,

André Rainville, ing.

André Rainville, Eng.

10 PLAN : MAI 2009


NOTE

Les articles 28 et 28.1 du Règlement se lisent comme suit :

28. Tout membre de l'Ordre peut demander au comité

exécutif qu'un sujet soit inscrit au projet d'ordre du

jour d'une assemblée générale.

Cette demande doit parvenir par écrit, au siège de

l'Ordre, à l'attention du secrétaire, au moins 10 jours

avant la date de la tenue de cette assemblée.

Les documents suivants doivent être joints à la demande

d'inscription d'un sujet au projet d'ordre du jour :

1° un état de la question indiquant notamment les

motifs pour lesquels l'assemblée générale devrait

être saisie du sujet ;

2° une proposition accompagnée de considérants en

donnant les motifs.

28.1 Tout membre de l'Ordre, qui présente une demande

d'inscription d'un sujet au projet d'ordre du jour d'une

assemblée générale conformément à l'article 28, doit

proposer l'inscription de ce sujet à l'ordre du jour.

Cette proposition doit être présentée au moment de

l'adoption de l'ordre du jour et être adoptée à la

majorité des membres présents.

Tout membre de l'Ordre, qui n'a pas présenté une

demande d'inscription d'un sujet au projet d'ordre du

jour d'une assemblée générale conformément à

l'article 28, peut proposer l'inscription de ce sujet à

l'ordre du jour. Cette proposition doit être présentée

au moment de l'adoption de l'ordre du jour et être adoptée

par un vote affirmatif des deux tiers des membres

présents.

NOTE

Section 28 and 28.1 of the Regulation reads as follows:

28. Any member of the Ordre may request that the executive

committee place an item on the proposed agenda

of a general meeting.

Such request shall be received in writing at the corporate

seat of the Ordre, care of the secretary, at least ten

days before the date of the meeting.

The following documents must be attached to the

request for placing an item on the proposed agenda:

1° a statement of the reasons why the general meeting

should discuss the subject;

2° a motion, accompanied by whereas clauses explaining

the grounds for the motion.

28.1 Any member of the Ordre who requests that an item

be entered on the proposed agenda of a general meeting

as provided in section 28 must move that the item

be entered on the agenda. Such motion must be made

at the time the agenda is adopted and be approved by

a majority of members present.

Any member of the Ordre who has not submitted a

request for placing an item on the agenda of a general

meeting as provided in section 28 may make a motion

for the entry of this item on the agenda. Such motion

must be made at the time the agenda is adopted and be

approved by a two-thirds majority of members present.

L'Ordre des ingénieurs du Québec est l'organisme qui régit la profession d'ingénieur au Québec.

Son rôle consiste à encadrer la pratique du génie afin d'en assurer la qualité et, de ce fait, la protection du public.

APPEL DE CANDIDATURES POUR LA FORMATION

D'UNE BANQUE D'EXPERTS POUR LE BUREAU DU SYNDIC

L'Ordre est à la recherche de membres afin de constituer une banque de candidats

désirant agir à titre d'experts pour le Bureau du syndic.

Le rôle de l'expert pour le Bureau du syndic consiste à éclairer et à donner

des avis aux syndics sur le travail effectué par un ingénieur afin d'aider à la

prise de décision de déposer ou non une plainte devant le Conseil de discipline

de l'Ordre. L'expert peut être appelé à témoigner devant ledit Conseil

lorsqu'une plainte est déposée.

Chaque candidat doit satisfaire aux critères suivants :

• Être membre actif de l'Ordre et exercer la profession d'ingénieur depuis

au moins 10 ans;

• Posséder une expertise approfondie et appliquée dans une discipline

donnée. Le Bureau de syndic a un besoin plus immédiat pour des

experts dans les disciplines suivantes : installations septiques; structure

du bâtiment ; géotechnique ; infrastructure routière ; réservoir en

béton à usage agricole ; sécurité des machines ; électricité du bâtiment ;

mines;

• Posséder une expérience comme témoin expert ou être disposé à suivre

une formation sur le témoignage de l'expert ;

• Jouir d'une bonne réputation auprès de confrères œuvrant dans la

même sphère d'activité ;

• Faire preuve de diligence;

• Ne pas siéger à titre d'administrateur de l'Ordre des ingénieurs du Québec

ou être membre d'un comité statutaire prévu au Code des professions ;

• S'engager à faire preuve d'objectivité, d'impartialité et de discrétion ;

• S'engager à éviter tout conflit ou apparence de conflit d'intérêts ;

• Fournir et maintenir en tout temps les garanties contre la responsabilité

professionnelle tel que le requiert la Loi ;

• Bien connaître le Code de déontologie des ingénieurs ;

• Posséder des aptitudes pour :

évaluer la conformité aux lois, codes, normes, règles de l'art et de

pratique ; évaluer des méthodes et des hypothèses de calculs ; évaluer

la qualité des plans, devis, rapports et autres documents d'ingénierie;

vulgariser; témoigner devant le Conseil de discipline; rédiger

des rapports d'expertises.

Veuillez adresser votre curriculum vitse à (une société peut joindre plusieurs

CV de candidats dans un même envoi avant le 22 mai 2009) :

Ordre des ingénieurs du Québec

a/s Candidature experts - M"" Carole Delcorde

Secrétaire de direction Bureau du Syndic

Gare Windsor, bureau 350

1100, rue De La Gauchetière Ouest

Montréal (Québec) H3B 2S2

= Ordre

s j des ingénieurs

du Québec

PLAN : : MAI 2009 11


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

Gros plan sur ce géant

de béton et d'acier en

avant-goût de la

conférence présentée

le 11 juin dans le cadre

du Colloque de l'Ordre.

Par Jeanne Morazain

de Millau

'inauguration, le 14 décembre 2004,

de l'élégante structure du viaduc de

Millau - un maillon important de

l'autoroute A 75 qui enjambe la vallée

du Tarn, en France, - a permis de

désenclaver le Massif central en reliant

Clermont-Ferrand, en Auvergne, à Béziers,

en Languedoc. Cela a donné un nouvel

essor au développement économique et

touristique de cette région. Le viaduc de

Millau a été réalisé en concession (partenariat

public-privé) par la société Eiffage.

Marc Legrand, le directeur général de

la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau

(CEVM) lors de la construction du viaduc,

sera le conférencier-vedette du colloque sur

les travaux publics qu'organise l'Ordre

des ingénieurs du Québec les 11 et 12 juin

prochain à Sherbrooke. Il prendra la parole

au dîner-conférence du 11 juin.

Quand on lui demande quel a été le

principal défi technique qu'ont relevé lés

concepteurs "et constructeurs de l'ouvrage,

11 invoque d'emblée sa hauteur : « Le viaduc

de Millau repose sur la pile en béton la plus haute du monde. À

245 m, elle éclipse largement le record précédent, qui était de

180 m pour un pont en Allemagne. Pile et pylône combinés, la structure

du viaduc de Millau s'élève à 343 m et dépasse la tour Eiffel. »

SOLUTIONS ORIGINALES

À cette hauteur, le vent devient un facteur critique. Ses effets

potentiels ont donné heu à des solutions originales. Les piles

présentent un fût unique à la base et sont dédoublées dans leur

partie supérieure. Cette configuration accroît leur résistance au

vent et aux effets thermiques (dilatation). L'édification des piles

s'est faite à une cadence soutenue : trois jours, pas plus, pour

le montage de la cage d'armature, le télescopage de 4 m, le coffrage

et le bétonnage.

Le tablier est fait d'un caisson trapézoïdal profilé en acier.

Plus mince qu'un tablier en béton, il résiste mieux à la turbulence

des vents. Son installation par langage relève de l'exploit

technique. Cette opération spectaculaire, qui consiste à pousser

les sections du tablier l'une vers l'autre à partir des causses,

les plateaux bordant la vallée, a été réglée au quart de tour.

De chaque côté, un atelier d'assemblage des caissons a été

aménagé derrière les culées, les appuis aux extrémités du viaduc.

Il est divisé en trois zones de 171 m, cette dimension correspondant

à la longueur d'un tronçon de tablier. La zone la plus éloignée

12 PIAN : MAI 2009


RENDEZ-VOUS AVEC LE GENIE:

COLLOQUE SUR LES

TRAVAUX PUBLICS,

p. 26-27

de la culée sert au raboutage des caissons centraux ; dans celle

du centre, les autres éléments du tablier sont assemblés et

raboutés aux caissons ; dans la troisième, on procède à la peinture

et au montage des autres équipements tels les corniches,

les écrans brise-vent latéraux et les grillages de protection.

Lorsqu'une section est prête, elle est lancée vers le vide. Son

déplacement est assuré par un système hydraulique de translateurs

et prend deux jours au rythme de 9 m à l'heure. Les

deux premiers tronçons de chaque côté étaient équipés de leur

pylône et des haubans nécessaires au soutien de l'avancée du

tablier. Il y a eu 18 lançages en 15 mois : 12 à partir du sud, 6 à

partir du nord, entre la fin de février 2003 et le 28 mai 2004,

jour où les tabliers nord et sud se sont rencontrés. Le clavage

ou soudage de leurs extrémités est réalisé en 24 heures. Suit

l'installation des pylônes et des 154 haubans. En trois mois, tout

est terminé. Reste à appliquer l'enrobé bitumineux dont la

recette a été élaborée pour assurer une parfaite adhérence à l'acier.

TABLIER EN ACIER

Eiffage avait étudié un tablier en acier et un tablier en béton.

Elle avait recommandé à l'administration française le tablier en

acier. En effet, le choix d'un tablier métallique au lieu d'un tablier

en béton offrait plusieurs avantages, nous dit Marc Legrand :

« Il a permis d'accélérer la construction puisque les sections du

tablier ont été fabriquées en usine pendant

la construction des piles. Avec un

tablier bétonné, il aurait fallu procéder à

l'édification des piles et au bétonnage en succès

sion, sur le site même. De plus, la mise en place d'un

tablier en béton aurait sans doute occasionné de nom

breux arrêts, puisque les grues doivent cesser de travailler

dès que les vents soufflent à 70 km/h. Durant l'installation

tablier en acier, le vent pouvait nous arrêter seulement deux jours

par mois, pas plus. Bref, le choix d'un tablier en acier a grandement

facilité la planification des travaux, un atout non négligeable

lorsque le temps est une contrainte majeure. »

Lors de la signature du contrat en octobre 2001, Eiffage

s'était engagée à faire vite. Promesse tenue, fait observer Marc

Legrand : « Le 14 décembre 2004, trois ans jour pour jour après

la pose de la première pierre, le viaduc de Millau est inauguré

par le président de la République. L'échéancier a été devancé,

il n'y a pas de dépassement de coûts et aucun accident grave

n'est survenu. » L'organisation du travail explique en grande partie

ce bilan. « Un accès privé au chantier a été aménagé pour éviter

toute interférence avec la circulation routière et ferroviaire

locale, qui aurait pu retarder les déplacements, poursuit Marc

Legrand. Chaque fois que possible, les travaux ont été réalisés

en simultanéité : la fabrication du tablier et l'édification des piles,

lesquelles ont également été construites en parallèle : sept piles,

sept chantiers, sept chefs de chantier. La qualité et la rapidité

des communications ont été un élément clé de même que la motivation

des travailleurs, qui étaient fiers de participer à un projet

aussi exceptionnel. »

Autre élément clé, la préparation des travaux. La réflexion

sur la meilleure façon de franchir la vallée du Tarn a commencé

en 1989. Au cours des dix années suivantes, les études, essais

et simulations se sont multipliés, en utilisant toute la puissance

de calcul des nouveaux outils informatiques. « Il y a 30 ans, il

n'aurait pas été possible de construire un tel viaduc », reconnaît

Marc Legrand.

DÉFI ENVIRONNEMENTAL

Aux défis techniques s'ajoutait un énorme défi environnemental

qui a été pleinement relevé. D'abord par les concepteurs de

l'ouvrage. L'architecte, sir Norman Foster, et l'ingénieur Michel

Virlogeux ont conçu un ouvrage aux lignes épurées avec son tablier

en acier plus mince qu'un tablier de béton, ses fûts et pylônes

en partie dédoublés, retenus par des haubans. Leur proposition

a été préférée à quatre autres : un pont à épaisseur constante,

un pont à épaisseur variable, un viaduc dont les haubans auraient

été fixés sous le tablier, et un ouvrage à arches.

Le viaduc de Millau se fond presque dans le ciel de Millau et

la nature a repris ses droits dans la vallée du Tarn grâce aux

travaux de régénération complète des sites de travaux. « Selon

un sondage, la population locale considère, dans ime proportion

de 80 %, que le viaduc s'intègre bien au paysage, rapporte Marc

Legrand, qui souligne aussi que la préparation sur place des

PLAN : : MAI 2009 13


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

mmm^ammmmm

3.00 3.60 3.60 J.00 1.00. 3.60 3.50

yU&Jgjj

Elle crée la CEVM, qui devient

concessionnaire et maître

d'ouvrage. Des filiales du

groupe, Eiffage Travaux publics

et Eiffel Construction,

agissent comme entrepreneurs.

Les études et les travaux spécialisés

sont confiés en soustraitance

à d'autres filiales ou

à des firmes externes.

caissons et des pylônes « a évité aux habitants

de Millau cinq mille passages de

camions, ce qui n'est pas rien».

L'État français avait d'abord envisagé

d'être le maître d'ouvrage du viaduc de

Millau. En 1998, pour des considérations

financières, il décide d'en concéder la construction

et l'exploitation. Choisie comme

concessionnaire parmi quatre candidats en

octobre 2001, Eiffage finance le projet à

même ses fonds propres et dispose de

75 ans pour rentabiliser son investissement.

MAÎTRE D'ŒUVRE INDÉPENDANT

La CEVM s'adjoint un maître d'oeuvre indépendant, la Setec

(à l'origine Société d'études techniques et économiques), qui est

assistée par la Société nationale des chemins de fer français

(SNCF) pour le contrôle de la fabrication de la charpente

métallique. «Dans une perspective d'assurance qualité, ce partenariat

avec un organisme indépendant était essentiel et j'y

tenais, affirme Marc Legrand. Notre maître d'oeuvre atteste de

la conformité de la réalisation avec les plans et, pour ce faire,

effectue tous les contrôles appropriés. Par exemple, il a vérifié

chaque soudure du tablier. Nous avons aussi été conseillés tout

au long des travaux par un comité technique composé de

représentants du maître d'ouvrage et du constructeur et

d'experts externes. »

Le viaduc de Millau est sous haute surveillance. Des capteurs

et autres instruments de mesure l'auscultent en continu, à la

grande joie des chercheurs. Eiffage avait intérêt à construire solide

et à suivre le comportement de l'ouvrage, insiste Marc Legrand :

« Des travaux qui obligeraient à interrompre la circulation représenteraient

des pertes nettes pour nous. Nous avons construit

un ouvrage dans une perspective de durée de 120 ans, mais je

suis certain qu'il sera encore bien solide dans 200 ou 300 ans.

Sa construction a fait connaître, auprès des jeunes notamment,

le métier d'ingénieur en travaux publics et le génie civil. J'en suis

très fier. »


Acteur majeur du

développement durable,

Veolia offre des services

environnementaux essentiels

au fonctionnement de la

société, contribue à

préserver la nature, la qualité

de vie des gens et des

générations futures.

www.veoliase.com

Q VEOLIA

SERVICES À L ENVIRONNEMENT

Le viaduc de Millau en bref

Longueur : 2 460 m

Nombre de piles : 7

Plus haute pile : 245 m

Nombre de travées : 8

Hauteur totale : 343 m

Largeur du tablier : 27,75 m

Nombre de voies : 2 dans chaque direction

Péage : un poste à 18 voies

Durée de la construction : 3 ans

Effectif de pointe : environ 1 000 personnes

Coût : 400 M d'euros

14 PLAN : MAI 2009


Un tournant dans

votre carrière?

Nouvel employeur? Promotion? Perte d'emploi?

Démarrage de votre entreprise?

Un changement de carrière peut avoir des répercussions importantes sur vos

finances personnelles. C'est un moment privilégié pour faire le point sur

vos objectifs financiers et évaluer votre capacité à les atteindre.

Nos planificateurs financiers peuvent vous aider à le faire. Ce sont des

conseillers aguerris, au service exclusif des ingénieurs et de leurs familles.

Ils ne reçoivent pas de commission et leur seul intérêt est de vous aider à

atteindre vos objectifs. Pour toute personne qui investit dans les Fonds FÉRIQUE,

leurs services sont sans frais, sans commission et sans minimum requis sur la

valeur de l'actif. Ces fonds sont administrés par Gestion FÉRIQUE, une société

sans but lucratif, ce qui vous permet d'économiser sur les frais de gestion.

À vous les profits !

Où que vous soyez au Québec, nos conseillers se déplaceront

pour vous rencontrer à votre travail ou à votre résidence.

Pour prendre rendez-vous, composez

le 514 394-1117, poste 3238 (région de Montréal) ou

le 1-888-259-7969, poste 3238 (extérieur de Montréal).

Les Fonds FÉRIQUE: il y a un peu de génie

là-dedans.

Placements Planification de la retraite Fiscalité Finances personnelles Assurances Gestion des risques Succession

Fonds FÉRIQUE

www.ferique.com

Les Fonds FÉRIQUE sont offerts principalement aux personnes qui exercent la profession d'ingénieur et à leurs familles.

Consultez les conditions d'admissibilité au www.ferique.com.

Note: un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de gestion et d'autres frais. Les ratios de frais de gestion varient d'une année

à l'autre. Veuillez lire le prospectus avant d'effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur

rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Placements Banque Nationale inc. à titre de placeur principal,

et par Services d'investissement FÉRIQUE.


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

Visite d'un

lieu unique, le

Laboratoire intégré

de recherche en

valorisation des

matériaux et

de structures

innovatrices

et durables.

Par Jonathan Vianou, ing.

Dans le cadre des visites techniques qui auront lieu au cours du

Colloque 2009 de l'Ordre des ingénieurs du Québec, le 12 juin

prochain, l'Université de Sherbrooke vous invite à visiter un lieu

unique : son nouveau Laboratoire intégré de recherche en valorisation

des matériaux et de structures innovatrices et durables. En plus

d'abriter des équipements de recherche scientifique de pointe, le bâtiment

lui-même sert de vitrine aux avancées technologiques qu'on doit aux

chercheurs de l'Université de Sherbrooke, notamment plusieurs éléments

de structure dans le domaine du béton et des matériaux d'avant-garde.

Le professeur Kama! Henri Khayat, ingénieur, a réussi un véritable tour

de force : combiner les intérêts de plusieurs professeurs-chercheurs du

Département de génie civil afin d'obtenir une subvention de la Fondation

canadienne pour l'innovation (FCI) pour concevoir et construire un nouveau

laboratoire. La difficulté était grande : d'une part, l'équipe de Sherbrooke

Les structures

: :MAI 2009


«LE BÂTIMENT EST UN

INSTRUMENT DE RECHERCHE EN

SOI, CAR IL INTÈGRE PLUSIEURS

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

INNOVATEURS.»

était en concurrence avec des chercheurs de plusieurs autres

disciplines (santé, médecine, physique nucléaire, chimie, etc.),

ce qui lui donnait peu de chances d'obtenir sa subvention de

16 millions de dollars ; d'autre part, le projet ne répondait pas

à première vue aux critères d'attribution de la FCI, dont la mission

est d'abord de financer l'acquisition

des équipements scientifiques de recherche.

«Nous avons fait la preuve, explique le

professeur Khayat, qu'en plus d'abriter

nos équipements de recherche. Le bâtiment

est un instrument de recherche en

soi, car il intègre plusieurs matériaux de

construction innovateurs, instrumentés à

l'aide de 1,6 km de câblage pour assurer

le suivi de leur comportement dans le

temps à l'échelle réelle. » C'est une pre- KamalH. Khayat, ing.

mière en ce qui a trait à la diversité des

matériaux de construction innovateurs.

« Notre philosophie est claire », confie Kamal H. Khayat, directeur

du nouveau laboratoire et du Centre de recherche sur les infrastructures

en béton de l'Université de Sherbrooke. «À travers de

nombreuses chaires industrielles de recherche, nous collaborons

étroitement avec des partenaires du secteur industriel et d'autres

experts du monde entier, dans le but de développer de nouveaux

matériaux et de nouveaux outils permettant de prédire et d'améliorer

la durée de vie des ouvrages neufs ou devant être réparés. »

Ainsi, le laboratoire, qui accueillera environ 80 chercheurs,

se veut multidisciplinaire. Il fera appel à l'expertise reconnue du

Département de génie civil de l'Université de Sherbrooke, qui

compte un nombre impressionnant de chercheurs actifs, ainsi qu'à

des chercheurs en génie mécanique. Cette intégration des spécialités

permettra au groupe de s'attaquer de front à une même

problématique, celle de prolonger la durée de vie des constructions,

tout en respectant l'environnement et en diminuant les coûts

de construction et d'entretien. Pour atteindre cet objectif, l'équipe

se penchera sur le développement de nouveaux matériaux de construction

et de réhabilitation, toujours plus performants de par

leurs propriétés mécaniques, leur facilité de mise en place, leur

durabilité et leur performance environnementale. Elle élaborera

de nouveaux concepts structuraux et mettra au point une technique

pour ausculter les ouvrages.

UN CONCEPT EXCEPTIONNEL

La première démonstration du savoir-faire et de la synergie dont

font preuve les chercheurs de l'équipe du professeur Khayat est

indéniablement la conception du laboratoire. Ils y sont arrivés

au bout d'un parcours de longue haleine. « Le projet a commencé

en 2002, indique Kamal H. Khayat.

Nous avons déposé une demande de subvention

signée par 10 chercheurs chevronnés

auprès de la FCI et du ministère de

l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) en 2003.

'^•P

La subvention a été accordée en septembre 2004.

Puis, nos chercheurs ont collaboré à la conception du

laboratoire et les travaux de construction ont commencé

en 2007, pour se poursuivre jusqu'à tout récemment. »

Le nouvel édifice d'environ 4 000 m 2 héberge du matériel de

recherche unique, dont la valeur est évaluée approximativement à

10 millions de dollars - entre autres une unité pilote pour produire

de nouveaux ciments, une usine de fabrication de béton, plusieurs

chambres environnementales pour simuler les diverses conditions

climatiques ayant une influence sur le comportement du béton, une

dalle de structure de 200 m 2 recevant une presse de 11,4 MN et

deux murs de réaction de 14 m de hauteur pour tester divers éléments

de structure. Le MELS a versé une contribution égale à celle

de la FCI, soit environ 6 millions de dollars, le solde de 4 millions

de dollars provenant de partenaires publics et privés, dont l'Université

de Sherbrooke, Hydro-Québec, Ciment St-Laurent et Lafarge Canada.

Les chercheurs ont déployé tous les efforts possibles pour ce

premier projet collectif. Ils ont utilisé de nouveaux matériaux :

20 types de bétons spéciaux, en plus de 2 000 m 3 de béton à base

d'un ciment expérimental contenant environ 30 % de coproduits

industriels. « L'optimisation de la composition d'un béton ne consiste

plus uniquement à modifier les proportions relatives d'eau,

de ciment et de granulats, précise le professeur Khayat. L'introduction

d'ajouts de minéraux (fumées de silice, cendres volantes,

laitiers de haut-fourneaux, etc.) et d'adjuvants chimiques (superplastifiants,

agents colloïdaux, agents tensioactifs) offre de nouvelles

possibilités pour améliorer la performance du béton. »

Sur le plan structural aussi on a innové : des colonnes sont

constituées de béton autoplaçant (BAP) mis au point par l'équipe

des chercheurs de l'Université de Sherbrooke, en collaboration

avec Ciment St-Laurent et Demix Béton. Certains éléments, dont

les poutres du toit, ont été préfabriqués avec des bétons à hautes

performances (BHP) et à ultrahautes performances (BUHP). On

a aussi utilisé des barres de polymères renforcés de fibres (PRF)

de verre ou de carbone pour certains éléments structuraux. On a

en outre fabriqué des dalles avec du béton autonivelant et des bétons

fibrés ainsi que des bétons «verts » comportant un fort dosage de

divers coproduits industriels.

L'équipe n'a pas pour autant négligé l'innovation en matière

d'efficacité énergétique. La climatisation et le chauffage font appel

à la géothermie passive et au « puits canadien » pour amener l'air

neuf à travers une conduite de béton enfouie dans le sol et entourée

d'une masse de béton recyclé concassé.

Maintenant que la construction du nouveau Laboratoire intégré

de recherche en valorisation des matériaux et de structures

innovatrices et durables est terminée, le Département de génie

civil de l'Université de Sherbrooke ouvre ses portes et invite les

membres de l'Ordre des ingénieurs du Québec à venir visiter ses

installations, le 12 juin prochain.

PLAN : : MAI 2009 17


Corporation de Gestion

de la Voie Maritime

du Saint-Laurent

LA CORPORATION DE GESTION

DE LA VOIE MARITIME DU

SAINT-LAURENT, C'EST...

13 écluses

3 700 km de voie navigable

48 millions de tonnes de

marchandise acheminées

et une infinité de carrières !

À la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent, vous êtes au cœur de l'action I

Essentielle au commerce international et fournissant un accès direct au cœur de l'Amérique du

Nord, la Corporation vous permet de maximiser vos compétences et vos talents, dans un

environnement combinant technologies d'avant-garde, important souci du client et équipe vouée

à la sécurité et à la protection de l'environnement. Montez à bord, vous irez loin I

Nous cherchons présentement des ingénieurs expérimentés pour nos installations de Niagara,

de Cornwall et de la Rive-Sud de Montréal.

Si travailler avec les meilleurs éléments de votre domaine dans un environnement offrant des

possibilités de perfectionnement inégalées vous intéresse, visitez la section Carrières de notre

site au www.carrieres.seaway.ca et postulez sans tarder I

www.ca rrieres.sea way.ca

Nous souscrivons au principe d'équité en matière d'emploi.

N'est pas ingénieur

qui veut.

Soyez fiers de l'être.

" Ordre

i | des ingénieurs

lliiùJ 1 du Québec


COLLOQUE ANNUEL DE L'ORDRE

DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC 2009

SOIRÉE DE L'EXCELLENCE

Ordre

des ingénieurs

du Québec

PRÉSENTÉE

PAR

CIM\

Partenaire de génie

$

SM

LE GROUPE S.M.

INTERNATIONAL INC.

m

a

TEKNIKAHHBA

Membre de Trow Global

La contribution de l'ingénieur à l'évolution de la société est indéniable.

Vous le savez. Nous le savons. Ensemble, démontrons-le. Place à

l'ingénieur de l'année, l'innovation de l'année, l'entrepreneur de l'année !

Profitez également de la Soirée de l'excellence pour élargir votre

réseau professionnel en rencontrant vos consœurs et confrères de l'Estrie

et d'ailleurs. Parce qu'un réseau diversifié mène à une carrière réussie !

C'est un rendez-vous !

Jeudi 11 juin 2009 à partir de 18 h 30

Cocktail dînatoire pour découvrir ou redécouvrir les saveurs de l'Estrie.

(Tenue de ville)

www.membres.oiq.qc.ca

LA SOIRÉE DE L'EXCELLENCE 2009

L'occasion de rendre hommage à la profession

et de dévoiler les noms des lauréats :

• Grand Prix d'excellence

• Distinction du génie innovateur

• Prix universitaire du Mérite

• Bourse d'excellence aux études supérieures

• Etc.

Bm^

^

Julie Caron

Animatrice humoriste


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

• • H

Comment la surveillance

devrait-elle être faite pour

assurer la protection du public

et la qualité des ouvrages ?

Par Jeanne Morazain

a Commission d'enquête sur le viaduc de la Concorde,

familièrement appelée commission Johnson, a fait ressortir

de sérieuses lacunes en matière de surveillance.

Au fil du temps, les effets de ce laxisme se sont additionnés,

avec les conséquences que l'on sait. On ne sera donc

pas étonné que le colloque annuel de l'Ordre les 11 et 12 juin

prochain à Sherbrooke ait pour thème les travaux publics et

invite les ingénieurs à réfléchir sur la surveillance de chantiers.

Comment cette surveillance devrait-elle être faite pour

assurer la protection du public et la qualité des ouvrages ? Deux

ingénieurs expérimentés répondent à cette question d'intérêt

public. Paul Gervais a longtemps œuvré sur les chantiers pour

le compte de divers entrepreneurs et de firmes de gestion. Il

enseigne maintenant à l'École de technologie supérieure et

donnera un atelier pendant le colloque. François Lussier est

vice-président de la division Transport Gérance/ Construction

d'AXOR Experts-conseils, une entreprise qui cumule de nombreux

mandats de surveillance de chantiers.

La surveillance de chantiers consiste à vérifier que l'exécution

des travaux est conforme aux plans et devis. À première

vue, cela semble plutôt simple. Dans les faits, la liste des éléments

à vérifier est longue et pas toujours facile à dresser,

nous dit Paul Gervais : « Chaque projet est unique, et chaque

spécialité a ses exigences et requiert des vérifications spéciales.

Les éléments critiques à surveiller ne sont pas les mêmes pour

les ingénieurs en fondation, en structure, en électricité ou en

mécanique.»

De plus, il y a toujours des imprévus sur un chantier. Des

conditions particulières se présentent en cours de construction

qui nécessitent des modifications par rapport aux plans

et devis originaux. Par exemple, une remontée de roc, des canalisations

cachées ou d'anciennes fondations obligent à adapter

la façon d'excaver en conséquence. Il arrive aussi que les plans

et devis soient imprécis ou que le maître d'ouvrage demande

des changements. Chaque ajustement doit faire l'objet d'un

20 PLAN MAI 2009


contrôle rigoureux afin d'évaluer ses conséquences sur

l'intégrité de l'ouvrage et la sécurité du public et des usagers.

RESPONSABILITÉ DES INTERVENANTS

De nombreux intervenants s'affairent sur un chantier. Chacun a

une part de responsabilité en matière de surveillance, et la responsabilité

de chacun est liée à ce qu'il fait ou ne fait pas, exphque

François Lussier : « Si l'ingénieur-conseil est responsable de la

conformité des travaux avec les plans et devis, l'entrepreneur qui

les réalise doit les respecter et utiliser des méthodes de travail

efficaces et sécuritaires pour les travailleurs et pour le pubhc qui

circule en périphérie du chantier. Les sous-traitants et fournisseurs

sont sous la responsabilité de l'entrepreneur. Le client qui

bénéficie de l'ouvrage et paie les travaux a également une responsabilité,

notamment lorsque, pour des raisons budgétaires ou

pour respecter un échéancier, il ne suit pas les recommandations

premières de l'ingénieur-concepteur ou de l'ingénieur-conseil. »

« Le terme maître d'oeuvre prête parfois à confusion dans les

documents contractuels, indique Paul Gervais. Il serait préférable,

comme le fait la Loi sur la santé et la sécurité du travail, de réserver

cette appellation à la firme responsable d'exécuter l'ensemble

des travaux. » « L'important est que les contrats soient très clairs

quant aux responsabilités de chacun », précise François Lussier.

La surveillance de chantier s'exerce donc dans un environnement

complexe et à plusieurs mains. «Dans la majorité des cas,

, poursuit François Lussier, la firme responsable

par contrat de la surveillance n'a pas

d'ingénieur en résidence sur le chantier. La

^H^Hj^Hb surveillance s'effectue généralement de

façon partielle. L'ingénieur intervient uniquement

dans certaines phases cruciales,

par exemple pour l'approbation des dessins

H^k d'ateher ou avant une coulée de béton, his-

U^^BHr ^Ê foire de vérifier si l'acier d'armature a été

bien installé. Lorsqu'il y a des modifications

François Lussier, ing. de conceptioni fl est essentiel de les faire

approuver par l'ingénieur-concepteur de l'ouvrage, qui a toutes

les informations pertinentes et connaît les raisons des choix

originaux. »

Il est facile de passer outre à certaines exigences en cours de

projet. Souvent, les négligences ne sont plus rattrapables, préviennent

les deux spécialistes, qui invitent les ingénieurs à se montrer

vigilants. Selon François Lussier, les ingénieurs au service des

entrepreneurs « sont plus exposés à subir des pressions et à vivre

des dilemmes éthiques, surtout lorsque des primes au rendement

sont en cause ».

BONNES PRATIQUES

Quelles sont les bonnes pratiques en matière de surveillance de

chantier? L'ingénieur surveillant doit d'abord faire ses devoirs,

répond Paul Gervais : « Il doit étudier les plans et devis et les documents

contractuels, s'il ne les a pas élaborés, pour déterminer

quels sont les éléments critiques à surveiller, comprendre les

exigences qui y sont définies et indiquer quand l'entrepreneur doit

en référer à lui. Il doit s'imprégner de l'esprit des documents et

RENDEZ-VOUS AVEC LE GÉNIE:

COLLOQUE SUR LES

TRAVAUX PUBLICS,

p. 26-27

PLAN : : MAI 2009 21


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

UNE SURVEILLANCE DE CHANTIER

EFFICACE REPOSE SUR LA QUALITÉ ET

LA RAPIDITÉ DES COMMUNICATIONS

ENTRE L'INGÉNIEUR RESPONSABLE

DE LA SURVEILLANCE ET LES

EXÉCUTANTS SUR LE TERRAIN.

s'en inspirer tout au long du chantier, particulièrement lorsque

des imprévus entraînent des modifications. »

François Lussier recommande de tenir en début de chantier une

réunion de démarrage réunissant le surveillant, l'entrepreneur et le

concepteur : « L'objectif est de mettre en lumière les préoccupations

des uns et des autres et de faire, s'il y a lieu, les ajustements avant

que les travaux ne commencent. » Cette réunion est aussi l'occasion

d'indiquer les aspects du projet qui ne peuvent souffrir de modifications

et d'identifier les personnes de confiance qui seront les yeux et

les oreilles de l'ingénieur surveillant lorsqu'il n'est pas sur le chantier

et dont les décisions engagent sa responsabilité professionnelle.

Une surveillance de chantier efficace repose sur la qualité et

la rapidité des communications entre l'ingénieur responsable de

la surveillance et les exécutants sur le terrain. «Cela implique,

soutient Paul Gervais, que les demandes et les décisions soient

transmises dans les plus brefs délais aux personnes concernées

et qu'elles soient formulées dans une langue claire et précise qui

reflète exactement ce que l'on veut dire. »

La traçabilité est aussi une pratique essentielle à la bonne

marche d'un chantier. Elle consiste à consigner et à conserver les

informations, recommandations, relevés et résultats de tests reçus

et transmis lors des inspections et de la surveillance. « Ainsi, il sera

possible par la suite de retracer l'historique du projet et de savoir

exactement comment l'ouvrage a été construit, souligne Paul

Gervais. Ces précieux renseignements serviront à documenter les

interventions qui ne manqueront pas de survenir durant la vie utile

de l'ouvrage, même en l'absence des personnes qui ont pris les décisions.

» La traçabilité protège également l'ingénieur, ajoute François

Lussier. «En cas de litige, l'ingénieur pourra produire les renseignements,

recommandations et restrictions qu'il a transmis à

l'entrepreneur ou au maître d'ouvrage. Ils seront la preuve qu'il s'est

pleinement acquitté de ses responsabilités professionnelles. »

PLUS DE 50 ANS... SANS ENTHETIEN SUR L'ACIEH

MAINTENANT... C'EST POSSIBLE

La protection du public et la qualité des ouvrages sont non

négociables, l'ingénieur étant tenu par la Loi sur les ingénieurs

et par le Code de déontologie des ingénieurs de tout faire pour

les assurer. Une surveillance de chantier rigoureuse est un bon

moyen d'y parvenir.


La traçabilité électronique

La traçabilité peut-elle emprunter la voie électronique? Oui,

à la condition d'utiliser un système d'encodage avec clé qui

authentifie l'auteur du message, garde la trace du message

et empêche toute modification de son contenu. L'émetteur

de la clé doit garantir la datation, l'archivage et la conservation

des échanges de sorte qu'il soit possible en tout temps

d'en retrouver la séquence et de savoir ce qui s'est dit et fait.

Deux recommandations de l'Ordre

Oans le mémoire que l'Ordre a présenté

à la Commission d'enquête sur le viaduc de

la Concorde, deux recommandations sur

la surveillance de chantier ont été formulées.

La première vise à combler une faille

de la Loi sur les ingénieurs. Après avoir

décrété qu'inspecter et surveiller les travaux

relevant d'un champ de pratique du

K 2 génie est un acte exclusif à l'ingénieur

Zaki Ghavitian, ing. ing. (articles 2 et 3), celle-ci précise que rien

dans la loi ne doit empêcher des personnes intéressées de

surveiller des travaux sous l'autorité d'un ingénieur (article 5 i).

Or la jurisprudence a établi que cette autorité s'exprime par

les plans et devis. «En limitant ainsi le contrôle exercé par

l'ingénieur aux plans et devis et en n'obligeant pas les donneurs

d'ouvrage à recourir aux services d'un ingénieur pour surveiller

l'exécution des travaux, on se trouve à pratiquement invalider

la loi», soutient le président de l'Ordre, Zaki Ghavitian.

D'où cette recommandation préconisant que « la construction

ou l'installation de tout ouvrage d'ingénierie complexe,

ou critique sur le plan de la sécurité, soit obligatoirement effectuée

sous la surveillance d'un ingénieur. Il doit en être de même

pour toute intervention faite au cours de la vie de l'ouvrage

et susceptible d'avoir un impact sur la sécurité».

Cette mesure n'est toutefois pas suffisante, croit le président

de l'Ordre : «Il faut aussi que les modifications ou les

changements effectués au moment de la construction ou au

cours de la vie de l'ouvrage soient rigoureusement documentés

et que les documents relatifs à ces travaux soient

conservés par le maître d'ouvrage.»

L'Ordre recommande donc « la mise en place de systèmes

permettant de retracer la nature de tous les actes professionnels

d'ingénierie effectués sur un ouvrage de même que les responsables,

aussi bien en ce qui a trait à la conception originale

qu'en ce qui concerne toute modification effectuée par la

suite, que ces modifications soient effectuées lors de la construction

ou de l'installation, ou au cours de la vie de l'ouvrage.

Il doit en être de même pour toute évaluation ou inspection

visant à émettre une opinion sur l'état ou le niveau de sécurité

offert par l'ouvrage».

22 PLAN : MAI 2009


Léonards 2009

des Grands Prix du

génie-conseil québécois

Le concours des Grands Prix du génie-conseil québécois vise

à promouvoir les bonnes pratiques en matière de réalisation

de projets. Dans chaque catégorie, l'équipe lauréate, la firme

et le client, se voit décerner le trophée Léonard, symbole de la

qualité et du prestige qui caractérisent le génie québécois.

Fiers partenaires

Partenaire principal

Hydro

Québec

Présentée par la Ville de Montréal

Proj et :

Firme :

Client :

Construction de la Phase III des résidences universitaires de l'ÉTS, Montréal

Bouthillette Parizeau

École de technologie supérieure

Présentée par la Corporation d'hébergement du Québec

Projet :

Firme :

Client :

Présentée par Alcoa

Projet :

Firme :

Client :

Utilisation de la technologie Bubbledeck pour la Phase III

des résidences universitaires de l'ÉTS. Montréal

Teknika HBA

École de technologie supérieure

Aménagement hydroélectrique de la Péribonka, Saguenay-Lac-Saint-Jean

Tecsult inc.

Hydro-Québec

Présentée par Loto-Québec

Projet :

Firme :

Client :

Revitalisation du front de mer, Port d'Espagne, Trinité-et-Tobago

GENIVAR

Urban Development Corporation of Trinidad and Tobago Limited

Partenaire majeur

Québec

E3 E3

ca D

Présentée par le ministère des Transports du Québec

Projet : Remplacement du tablier du pont Laviolette, Trois-Rivières

Firmes : SNC-Lavalin / BPR Groupe-Conseil / Pluritec Ltée

Client : Ministère des Transports du Québec

Partenaires de diffusion

BB4

Présentée par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire

Projet : Prolongement du boulevard des Allumettières, Gatineau

Firmes ; Tecsult / CIMA+

Client : Ministère des Transports du Québec

m

SM'

DESSAU

ROCHE

INGÉNIEURS-CONSEILS

- S

seguin

ingénierie

SNC-LAVALIN

Présentée par Dale-Parizeau Morris Mackenzie

Projet : Transfert d'eau du barrage de Taksebt, Algérie

Firme : SNC-Lavalin International

Client : Agence Nationale des Barrages et Transferts

Présentée par l'AICQ et ses partenaires

Candidat et projet :

Sébastien Legault-Lavallée pour la revitalisation de la rue St-Joseph, Valcourt

Firme : AXOR Experts-Conseils inc.

Client : Ville de Valcourt

Présentée par Autodesk Canada

Projet : Modernisation des systèmes de télécommunications du métro de Montréal

Firme : Dessau inc.

Client : Société de transport de Montréal

Ordre

des ingénieurs

du Québec

Partenaire média et ovation

3 RÉSEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

Présentée par Hydro-Québec

Projet : Optimisation énergétique d'un site isolé au km 426.

Réserve faunique de La Vérendrye

Firme : GENIVAR

Client : Société immobilière du Québec

43 projets d'excellence furent présentés lors de la 7 édition de la soirée des Léonards 2009 qui s'est déroulée, le 26 mars dernier,

au Centre des sciences de Montréal. Fleuron de l'économie québécoise, l'industrie du génie-conseil réalise des prouesses techniques

tous les jours et innove sans cesse pour répondre aux exigences de ses clients et de notre collectivité. Pour plus d'information sur les projets

en lice ou la soirée des Léonards : cliquez sur l'icône « Grands Prix » au www.aicq.qc.ca.

Pour renseignements 514 871-2229


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

S2T

î s i — w m m

• ' c'JâflEi

• ' • « F

J « f

••'ti'j®^'-?

aux

r

riviere

Revitalisation novatrice et concept d'aménagement de la rivière

Saint-Charles à Québec.

Par Gilles Drouin

Une portion de la nviere Saint-Charles, dans le secteur de

la Basse-Ville à Québec, est aujourd'hui méconnaissable.

Considérée il n'y a pas si longtemps comme un dépotoir

- un sort qu'on réservait à bien des cours d'eau -, cette

«rivière en ville», dont on avait bétonné les berges dans les

années 1970, prend maintenant des airs d'oasis.

Afin de conserver tout son lustre à ce bijou de revitalisation

des berges, la Ville de Québec, grâce au soutien financier des gouvernements

provincial et fédéral, a consenti un effort remarquable

d'ingénierie avec le concours de la firme BPR.

« La rivière Saint-Charles était pratiquement un égout à ciel

ouvert », déclare l'ingénieur Daniel Lessard, directeur du Service

de l'ingénierie de la Ville de Québec. Lorsqu'il pleut abondamment,

les précipitations en viennent à engorger le réseau d'égouts

et surtout les usines de traitement. Il faut alors ouvrir les vannes

pour évacuer les surplus d'eau.

Pour la Saint-Charles seulement, chaque année, des épisodes

de précipitations abondantes provoquaient de 50 à 60 déversements

du trop-plein du réseau d'égouts unitaire de la Ville. « Chaque

déversement apportait son lot de contamination bactériologique

dans la rivière, et les effets se faisaient sentir pendant deux ou

Daniel Lessard, ing.

24 PLAN MAI 2009


trois jours», ajoute l'ingénieur. Une simple multiplication donne

une idée de l'état de la rivière pendant la belle saison.

TROP-PLEIN INDÉSIRABLE

Il faut donc fermer le robinet d'eau contaminée afin d'espérer

« redonner la rivière aux citoyens », comme le dit fièrement l'ingénieur

Claude Couillard, un des chargés de projet pour la Ville dans

ce dossier. « Pour y arriver, poursuit ce dernier, notre objectif est

de limiter les déversements annuels dans la rivière à quatre par

année, en moyenne, afin d'atteindre un niveau de qualité d'eau

acceptable pour pratiquer des activités nautiques de contact

secondaire, comme le canotage. »

Simplifié à l'extrême, le défi consiste à modifier les réseaux

d'égouts de façon à canaliser les déversements vers des bassins

et des réservoirs de rétention. L'eau ainsi contenue est ensuite

pompée dans le réseau en direction des deux usines d'épuration

de la Ville, l'une située à l'est, l'autre à l'ouest, où elle sera traitée

avant d'être rejetée dans le fleuve. À l'est, le trop-plein prend la

direction de la rivière Saint-Charles au sortir de l'usine d'épuration,

tandis que l'usine située dans la partie ouest envoie l'eau traitée

au centre du fleuve. Les deux réseaux unitaires sont séparés l'un

de l'autre.

Lors de la première phase des travaux, en 2003 et 2004, on

a mis en place le système de gestion des eaux dans la partie

ouest de la ville ; il comprend sept réservoirs souterrains. « Dans

ce cas-ci, précise Claude Couillard, l'étendue et l'état du réseau

nous permettent de viser un objectif de deux déversements par

année en moyenne. » C'est principalement la plage Jacques-

Cartier, dans l'arrondissement de Sainte-Foy en amont du pont

Pierre-Laporte, qui profitera de la diminution des rejets non

traités.

Claude Couillard, ing.

La seconde phase, en 2006 et 2007, a

touché la partie est de la ville. Cette phase

a nécessité la construction de sept autres

réservoirs. « En plus d'installer les réservoirs,

nous avons apporté d'importantes

modifications à certaines conduites ainsi

qu'à des vannes afin de pouvoir diriger les

eaux en fonction des précipitations et de

l'état du réseau», explique l'ingénieure

Karine Lynch, également chargée de projet

au Service de l'ingénierie de la Ville.

Restauration de la rivière Saint-Charles

phase IIIet IIIB, réalisation d'habitats

fauniques et concept d'aménagement.

BASSINS ET RESERVOIRS

Les réservoirs de rétention, enfouis sous

terre, sont de grandes structures de béton

dont l'intérieur est subdivisé en sections

qui rappellent les allées d'un jeu de quilles.

Ils sont nécessaires parce que la Ville de

Québec possède un réseau d'égouts unitaire,

c'est-à-dire que les eaux pluviales

empruntent le même chemin que les égouts

sanitaires. Il s'agit donc d'une eau contaminée

par diverses bactéries. Les plus grands

d'entre eux, comme le réservoir Sacré-Cœur,

peuvent contenir jusqu'à 32 000 m 3 . Ds sont

parmi les plus grands au monde pour l'emmagasinement

d'eaux usées.

En apparence, leur conception semble

bien simple. On creuse, on fait des coffrages,

on coule du béton et on recouvre

de terre. Une première difficulté tient à la

nature du liquide. « En raison de sa contamination,

indique Claude Couillard, il faut

rediriger l'eau vers les stations d'épuration

PLAN : : MAI 2009 25


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

• I

«CE PROJET SE DEMARQUE

VRAIMENT PAR L'OPTIMISATION

QUE PERMET LE CONTRÔLE EN

TEMPS RÉEL D'UN RÉSEAU

D'ASSAINISSEMENT DES EAUX.»

en moins de 24 heures, sinon des problèmes d'odeurs peuvent

survenir. »

Pour la même raison, il importe de bien nettoyer les réservoirs

entre chaque cycle de remplissage-pompage. Les ingénieurs ont

donc conçu un système de vague déferlante pour les rincer.

L'eau est retenue dans une subdivision du réservoir et, au moment

opportun, elle est libérée soudainement par l'ouverture de vannes.

La force de la vague assure un nettoyage suffisant.

Enfin, la construction proprement dite des réservoirs a exigé

une planification peu banale, doublée d'une bonne dose de diplomatie,

particulièrement pour le réseau de l'est de la ville. « Il faut

comprendre que nous sommes dans une zone de peuplement

plus dense », note Karine Lynch. À certains endroits, les travaux

d'excavation se déroulaient à quelques mètres seulement des

habitations, avec les inconvénients que cela implique.

Outre les réservoirs souterrains, un réseau de bassins de rétention

parsème maintenant la ville. Ils sont souvent situés au creux

des échangeurs d'autoroutes. Ces bassins à ciel ouvert retiennent

les eaux qui débordent des réseaux d'égouts pluviaux. Au point

de vue bactériologique, cette eau n'est pas contaminée et ne

représente donc pas une menace à la salubrité. C'est la partie la

plus simple du réseau mis en place pour contrôler les trop-pleins.

En outre, les bords de la Saint-Charles ayant donné heu à une

intense activité industrielle à certains moments, il fallait composer

avec la présence de sols contaminés. « Lorsque le niveau de contamination

dépassait les normes requises pour les usages prévus,

il fallait évacuer les sols contaminés», mentionne Karine Lynch

Tous les matériaux inutilisés extraits du sol pour l'enfouissement

des réservoirs mais suffisamment propres servaient aux travaux

de restauration des berges (démolition des bordures de béton et

aménagement paysager) qui se déroulaient en parallèle. Malgré

toutes les embûches, les travaux des deux phases ont été réalisés

selon les délais prévus et pour un budget inférieur aux prévisions.

LE CERVEAU

Excaver, couler du béton, installer des vannes, pomper... toutes

ces opérations constituent la partie « lourde » et visible de ce vaste

chantier, qui consiste en quelque sorte à installer une gare de

triage des eaux à la grandeur du territoire.

Dès les premières études, soit vers la fin des années 1980,

la Ville et ses partenaires externes ont vite compris qu'il faudrait

concevoir un système dont tous les éléments seraient optimisés

afin d'éviter une facture astronomique, ce qui aurait rendu le projet

carrément utopique. Combien de réservoirs faut-il? Quelle taille

devraient-ils avoir? Comment diriger la circulation des eaux?

Il faut donc revenir au début de l'histoire, vers la fin des

années 1980, pour découvrir le «cerveau» derrière le béton et

l'acier : CSoft, un système de contrôle en temps réel conçu par BPR.

Participants de la

conférence annuelle

de la Fédération

internationale des

ingénieurs-conseils

visitant l'usine

d'épuration est de

la ville de Québec.

«Grâce à ce système, explique Daniel

Lessard, il a été possible de concevoir un

réseau de conduites et de réservoirs de

taille optimale et de réduire ainsi considérablement

la facture. » En fait, l'optimisation

a permis de retrancher 100 millions de

dollars à la facture originale, qui prévoyait

un budget de 270 millions.

Les jeunes professionnels emballés

Le projet de Québec jouit déjà d'une

réputation internationale. En effet, lors

de la conférence annuelle de la Fédération

internationale des ingénieurs-conseils

(FIDIC) qui se tenait dans la capitale en

septembre 2008, le Forum des jeunes

professionnels (Forum) de cette organisation

avait choisi de convier les quelque

600 participants à une visite pour leur

faire découvrir les aspects techniques de

cette approche novatrice. « La gestion en

temps réel est une approche originale, Jean-Philippe Moreau, ing.

alors que l'optimisation d'infrastructures

pour relever les défis que posent la densification de la population

urbaine et les changements climatiques, entre autres, est

une thématique universelle», explique Jean-Philippe Moreau,

ingénieur chez BPR et membre du comité directeur du Forum.

Il s'agissait d'une belle occasion pour favoriser les échanges

entre jeunes professionnels sur le genre d'innovations que

l'industrie du génie-conseil doit encourager. «Le Forum est

avant tout un outil de réseautage entre les jeunes ingénieurs

de divers pays, signale Jean-Philippe Moreau. Après avoir

appris à se connaître, les jeunes professionnels peuvent plus

facilement concevoir des façons novatrices de collaborer. » Le

Forum permet aussi aux jeunes professionnels de s'intéresser

au développement de leur secteur, d'en comprendre les enjeux

et d'y apporter leurs idées. Par exemple, lors de la conférence

de Québec, l'écrivain John Ralston Saul, un intellectuel et

auteur canadien, a rappelé aux ingénieurs qu'ils jouaient un

rôle social important et qu'ils ne devaient pas se limiter euxmêmes

au rôle d'exécutant.

Il existe plusieurs forums nationaux dans le monde. Les

critères qui établissent ce qu'on entend par «jeune» professionnel

varient d'un pays à l'autre ; en moyenne, un forum

regroupe des ingénieurs âgés de moins de 35 ans. Pour

l'instant, il n'existe pas de forum de jeunes professionnels au

Québec, mais l'Association des ingénieurs-conseils du Québec

(AICQ) réfléchit à la possibilité d'en créer un.

26 PLAN : MAI 2009


«Ce projet se démarque vraiment par

l'optimisation que permet le contrôle en

temps réel d'un réseau d'assainissement

des eaux», croit l'ingénieur Hubert Colas,

président de BPR CSO, filiale en hydrologie

urbaine de BPR. Dès la fin des années

1980, la firme québécoise a entrepris les

travaux de recherche et développement pour

mettre au point son système maintenant

commercialisé sous le nom de CSoft.

Le cœur de CSoft est un module qui permet

d'optimiser la circulation de l'eau. En

tout temps, le système donne des informations

sur le niveau des eaux dans le réseau,

depuis les collecteurs jusqu'à la station

d'épuration, en passant bien sûr par les

réservoirs. Des données météorologiques

actualisées toutes les cinq minutes indiquent

l'importance des précipitations présentes

et à venir (grâce à des données

provenant des radars météo) sur diverses

parties du territoire couvert.

CSoft aide l'opérateur à décider vers quel

réservoir il doit acheminer la vague d'eau qui

Hubert Colas, ing.

déferle dans le réseau en fonction de l'état de celui-ci. Sous la supervision

de l'opérateur, CSoft commande à distance l'ouverture et

la fermeture des vannes placées à des endroits stratégiques,

gérant ainsi le «trafic» des eaux. Les grands réservoirs et cette

répartition du trafic constituent les deux éléments clés pour

duire les trop-pleins. Un autre module de CSoft offre plusieurs

possibilités de transfert et d'entreposage de données ainsi que de

calcul des capacités du réseau.

Testé dans une partie du réseau de l'ouest de la ville, CSoft a

démontré sa capacité à gérer le réseau de façon très performante.

« Nous réalisons des gains d'efficacité de plus de 30 % par rapport

aux approches courantes de gestion des eaux pluviales », remarque

Hubert Colas. Une efficacité accrue qui se traduit par des économies

de millions de dollars et même plus pour les villes.

L'un des plus grands chantiers urbains du Québec des dernières

années est maintenant terminé. Au cours des prochains mois, la

Ville et BPR compléteront la mise en route. Cet ambitieux projet

d'infrastructure a déjà permis à BPR d'exporter son savoirfaire

en matière de contrôle en temps réel en Europe et aux

États-Unis, notamment pour un projet touchant la grande région

de Paris ainsi que la ville de Louisville, au Kentucky. Comme quoi

les projets d'infrastructure peuvent non seulement contribuer à

soutenir l'économie, mais aussi favoriser l'émergence d'une

expertise québécoise à l'échelle de la planète.

Qualitas

W p -

Votre expert pour

vos infrastructures

Des services complets en ingénierie

des chaussées et des matériaux,

en géotechnique et en toitures

Une équipe compétente et

expérimentée de 750 employés

dont 125 professionnels

Ingénierie des chaussées

• Évaluation des chaussées

• Étude de réfection et conception de chaussées

• Gestion des chaussées (plan directeur)

Ingénierie des matériaux

• Expertise sur matériaux

• Auscultation et évaluation d'infrastructures

• Surveillance et contrôle de la qualité des matériaux

Géotechnique et géoenvironnement

• Étude géotechnique

• Évaluation environnementale, phases I et II

• Expertise de fondation

• Stabilité des pentes

Toitures et étanchéité

• Surveillance et contrôle qualitatif

• Expertise

• Gestion de l'entretien des toitures

GROUPE QUALITAS INC.

www.qualitas.qc.ca Tél. : 514-255-0613

Baie-Comeau • Brassard • Gatineau • Granby • Laval • Longueuil • Mirabel • Montréal • Québec • Roberval • Saguenay • Saint-Jean-sur-Richelieu

Saint-Jérôme • Sept-îles • Sorel-Tracy • Trois-Rivières • Val-d'Or • Vaudreuil-Dorion

PLAN : : MAI 2009 27


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

La Voie maritime du Saint-

Laurent fête cette année

son 50 e anniversaire.

Par Gilles Drouin

C'est en 1959 que le réseau des sept écluses

reliant Montréal au lac Ontario était inauguré,

complétant ainsi la voie navigable entre la

métropole du Québec et le lac Érié. «À -

l'époque, il s'agissait d'un des plus longs canaux

au monde », déclare Guy Yelle, vice-président région

Maisonneuve de la Corporation de gestion de la Voie

maritime du Saint-Laurent (CGVMSL), une société .

sans but lucratif créée en 1998 pour gérer et

exploiter le réseau d'écluses et de canaux liant

Montréal au lac Érié. La région Maisonneuve

désigne le tronçon compris entre Montréal et le lac

Ontario. ?l

Commencés en 1954, les travaux avaient requis

des efforts impressionnants de la part des ingénieurs

du temps. Pour permettre le passage des navires,

les ingénieurs ont dû modifier six ponts déjà en

place. Les ingénieurs ont rehaussé le pont Jacques-

Cartier de 15,2 m, ajouté des parties mobiles et

une déviation au pont Victoria, construit une nouvelle

section et des voies d'accès au pont Mercier,

et intégré une partie levante au pont Saint-Louisde-Gonzague

et au pont Larocque ainsi que deux

parties levantes au pont du Canadien Pacifique,

tout en changeant la pente d'approche sur une

distance de 2,5 km.

Construction de l'écluse de Saint-Lambert


Pendant ce temps, la construction du canal de la Rive-Sud,

entre le pont Jacques-Cartier et la pointe de Kahnawake, nécessitait

l'extraction de 14 millions de mètres cubes de matériaux;

il a en outre fallu déplacer 7 millions de mètres cubes de terre

pour assurer l'étanchéité du remblai de la digue entre le fleuve

et le canal de navigation. On a utilisé des quantités colossales

de béton : juste pour l'écluse de Saint-Lambert, la première que

les navires empruntent sur leur route vers le lac Ontario, on a

coulé 350 000 m 3 de béton.

Cinquante ans plus tard, les infrastructures ont évidemment

vieilli. Il est tout aussi évident que la construction d'une voie maritime

toute neuve coûterait des milliards de dollars. « Nous avons

choisi de mettre l'accent sur l'entretien rigoureux et sur le renouvellement

progressif des éléments importants afin de prolonger

le plus possible la vie utile de la Voie maritime actuelle, soit au

moins de 40 à 50 autres années», résume Guy Yelle. Au cours

des cinq prochaines années, la CGVMSL devrait d'ailleurs consacrer

environ 300 millions de dollars à ce défi.

L'ENNEMIE NUMÉRO UN

La réaction alcali-granulat (RAG) constitue l'ennemie numéro un

de la Voie maritime. Cette «maladie du béton», comme l'appelle

Josée St-Onge, ingénieure à l'entretien, touche quatre des cinq

écluses de la région Maisonneuve. «Lorsqu'on a construit ces

écluses, les ingénieurs ne connaissaient pas encore ce phénomène

», rappelle-t-elle. Aujourd'hui, la RAG est bien comprise :

en présence d'eau, les alcalis du ciment réagissent avec la silice

des granulats ajoutés au béton. La réaction crée un gel de silice

expansif qui fait gonfler et fissurer le béton.

Une visite de l'un des tunnels de services longeant l'écluse

de Saint-Lambert permet de constater les conséquences de la RAG.

Ici et là, des infiltrations d'eau entretiennent des conditions

d'humidité favorables à la corrosion précoce des diverses pièces

métalliques : boîtes électriques, supports de fils, tuyaux, etc. Même

l'œil d'un néophyte repère facilement les nombreuses petites fissures

colmatées. « Nous menons régulièrement des campagnes

de colmatage dans les écluses afin de ralentir l'infiltration de

l'eau», indique Josée St-Onge. Plusieurs produits ont été mis à

l'essai et ce sont finalement des scellants à base de polyuréthanes

et d'époxys qu'on a choisi d'utiliser pour boucher les fissures.

Les responsables de la Voie maritime consacrent également une

part substantielle du budget d'entretien au remplacement et à

la réparation de l'équipement touché par la rouille.

Si ce n'était que de petites infiltrations et de la rouille, le travail

d'entretien serait relativement simple pour les ingénieurs de la Voie

maritime. « Le gonflement du béton entraîne des déformations des

supports et des espaces réservés à la machinerie, explique Josée

St-Onge. Cela peut entraîner des désaxements et induire des contraintes

supplémentaires aux équipements. » C'est le cas, par exemple, des

mécanismes d'ouverture et de fermeture des vannes des écluses,

en particulier l'arbre de transmission qui fait le hen au travers du

béton avec le moteur situé à l'intérieur du corridor de services. Dans

certaines écluses, comme celle de Saint-Lambert, l'équipe d'entretien

de la Voie maritime a démoh une partie du béton pour le remplacer

par un système de plaques d'acier ajustable dans lequel passe l'arbre,

lequel n'est alors plus exposé à la pression du béton gonflé.

Ecluse inférieure

de Beauhamois

Guy Yelle, P. Eng.

Josée St-Onge, ing.

Les mouvements du béton peuvent aussi

altérer la verticalité des derricks à pattes

fixes, qui servent à installer les poutrelles

de vannage lorsqu'il faut mettre à sec une

écluse. Le moindre écart rend très difficile

l'insertion des poutrelles dans leur glissoire.

Enfin, le gonflement du béton a pour

effet de rétrécir la largeur de l'écluse, ce

qui exige de réaligner la porte d'écluse

avec une précision de 1 mm sur une hauteur

de 24,4 mm.

Outre le défi de trouver des solutions

durables à ces problèmes, les équipes

d'entretien doivent réaliser les travaux

dans un délai relativement court. En effet,

il est hors de question d'effectuer des

travaux pouvant nuire à la circulation des

navires. Tout doit se faire entre le 1 er janvier

et la première semaine de mars, seule période

de fermeture de la Voie maritime.

«Nous sommes passés maîtres dans le

bétonnage et la peinture par -20 °C », lance

Josée St-Onge en riant.

UN VENT DE MODERNISME

Au cours des dernières années, la CGVMSL

a entrepris une modernisation de ses installations

qui la place parmi les leaders mondiaux.

« Nous sommes parmi les premiers à

intégrer plusieurs innovations hées à notre

secteur», souligne fièrement Guy Yelle. Au

fur et à mesure que les vieux équipements

sont remplacés - il y a encore des câbles électriques

originaux avec gaine de plomb -, les

éléments d'origine sont remplacés par de

nouvelles technologies, comme des démarreurs

intelligents ou à fréquence variable.

Pour mieux coordonner l'utilisation des

écluses, la Voie maritime a intégré un

système d'identification automatique des

navires (SIA). « Ce système nous fournit des

informations en temps réel sur la position

et la vitesse de tous les navires présents

PLAN : : MAI 2009 29


DOSSIER TRAVAUX PUBLICS ET INFRASTRUCTURES

dans la Voie maritime », explique Guy Yelle.

Les capitaines disposent aussi des données

sur les autres navires.

Les nouvelles technologies font également

leur entrée dans l'écluse même. Un

Renseignements :

Mission Commerciale

Ingénierie Sherbrooke

Myrlande Nérée

Faculté de génie, C.P 2045

2500 boul. Université

Sherbrooke (Québec) J1K 2R1

Tél.: (819)580-2892

Téléc.: (819)569-4114

Courriel : Myrlande.neree@mcis09.com

Poutrelles de vannage,

(écluse de la

c ° te Sainte-Catherine)

Encouragez la relève universitaire

Organisé par des étudiants en génie de l'université

de Sherbrooke, Mission Commerciale Ingénierie

Sherbrooke est un projet visant à promouvoir les

échanges commerciaux des entreprises québécoises

à l'étranger.

Cette organisation est à la recherche de par-tenaires.

En tant que membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec,

vous pouvez contribuer à faire de cet événement un

franc succès.

système de balayage laser tridimensionnel, en voie d'implantation,

permet au capitaine d'un navire de connaître exactement sa

position. « Le laser repère l'avant du navire quelle que soit sa forme

et transmet les données au capitaine grâce à un tableau d'affichage.

Le pilote sait alors exactement où il se trouve par rapport à son

point d'arrêt dans l'écluse. » Auparavant, cette opération se faisait

de façon manuelle : un employé indiquait la distance en se

fiant à une échelle de mesure le long de l'écluse.

La Voie maritime met aussi à l'essai un système d'amarrage

« mains libres ». Il s'agit d'une sorte de ventouse qui s'appuie sur

la coque du navire. Cette ventouse glisse à la verticale le long

d'un rail situé sur les parois de l'écluse, ce qui stabilise constamment

le navire pendant la fluctuation du niveau de l'eau. Ce

dispositif devrait grandement faciliter les manœuvres d'amarrage,

Une artère économique

Quatre importants secteurs de l'activité économique dépendent

de la Voie maritime du Saint-Laurent :

Les grandes aciéries de la région des Grands Lacs :

Intrants : minerai de fer, charbon, agrégats;

Extrants : acier fini et semi-fini, fonte.

Sur le plan financier, ces produits représentent la catégorie la

plus importante. Les produits miniers constituent plus de 40 %

du commerce de la Voie maritime.

L'agriculture :

Exportation de céréales (blé, maïs, soya, orge, avoine et lin).

Les produits agricoles constituent environ 40 % du commerce

de la Voie maritime.

L'industrie de la construction :

Agrégats et ciment.

Le secteur pétrolier :

Transport d'essence, de mazout et d'autres produits pétroliers.

30' PIjWM : MAI 2009


éliminant la manipulation de câbles lourds et potentiellement

dangereux en cas de rupture. Le système sera d'autant plus

utile qu'il n'y a souvent pas plus de 30 cm de jeu de chaque

côté d'un navire dans l'écluse.

De plus, la Voie maritime entre progressivement dans l'ère

du contrôle à distance. Déjà, un réseau de caméras et de télécommandes

gère le trafic maritime, routier et ferroviaire des

ponts qui enjambent la Voie maritime à Saint-Louis-de-Gonzague

et à Valleyfield. Chaque passage de navire implique une étroite

coordination : le passage des navires exige l'interruption de la

circulation des trains et des automobiles à certains endroits, sans

compter la surveillance des bateaux de plaisance. En période

de pointe de la navigation, n'entre pas qui veut dans la salle de

contrôle de Saint-Lambert. «À moyen terme, mentionne Guy Yelle,

il sera aussi possible de commander à distance les écluses. »

Avec quelque 2 800 transits de navires et 30 millions de

tonnes de marchandises qui circulent chaque année dans la

région Maisonneuve, la Voie maritime du Saint-Laurent peut

encore en prendre, puisqu'elle ne fonctionne qu'à 50 % de sa

capacité. Dans un contexte de développement durable, elle est

particulièrement bien placée pour accroître son potentiel,

quand on sait qu'un seul navire peut transporter l'équivalent

du contenu de 870 camions.

Reste à espérer que les variations du niveau des eaux dans l'axe

Grands Lacs -Saint-Laurent ne deviendront pas un obstacle incontournable.

«Nous surveillons la situation de près, soutient Guy Yelle.

Pour l'instant, des mesures très simples nous permettent d'avoir

la situation en main. » Si la nature ne lui comphque pas trop la vie,

la Voie maritime devrait fêter ses 100 ans en 2059.

La Voie maritime en quelques chiffres

La section entre Montréal et le lac Ontario fait 306 km et compte

7 écluses, pour une élévation totale de 75 m.

Le canal Welland, 4 e section de la Voie entre les lacs Ontario et

Érié, comprend 8 écluses réparties sur 44 km, pour une élévation

de 100 m (soit la hauteur des chutes du Niagara).

Les 15 écluses ont toutes les mêmes dimensions, soit :

• longueur du sas (la partie où se trouvent les navires) : 233,5 m;

• largeur du sas : 24,4 m;

• profondeur : 9,1 m.

Elles accueillent des navires pouvant atteindre 225,5 m de

longueur, 23,8 m de largeur, dont le tirant d'eau ne dépasse

pas 8 m.

Profondeur du canal : 8,2 m.

Le Réseau des ingénieurs

du Québec fait de vous

quelqu'un de privilégié

PROTÉGEZ VOTRE RÉSIDENCE GRÂCE À TÉLÉVEILLE MD ,

UN PROGRAMME OFFERT PAR UN ASSUREUR D'EXCEPTION

Le programme TéléVeille, exclusif aux détenteurs d'une assurance

habitation de La Personnelle, assure la liaison entre votre système

d'alarme et le centre de surveillance des Systèmes de sécurité Chubb,

jour et nuit, 7 jours sur 7. En cas d'alerte, les services de sécurité

publique (policiers ou pompiers) sont avisés sur-le-champ.

Profitez du tarif avantageux de 11,95 $* par mois (plus taxes) et

bénéficiez de réductions additionnelles pour une durée limitée.

Pour en savoir plus :

1 888 GROUPES

(1 888 4 7 6 - 8 7 3 7 )

lapersonnelle.com/reseaulQ_televeille

* Tarif sujet à modification. Certaines conditions s'appliquent.

Le programme TéléVeille de La Personnelle n'est pas offert dans certaines régions.

TéléVeille est une marque déposée de la Personnelle.

J? RÉSEAU

A DES INGÉNIEURS

M DU QUÉBEC

laPersonnelle

Assurance de groupe auto et habitation

PLAN : : MAI 2009 31


le y V

ÉVÉNEMENT CERTIFIÉ CAR80NEUTRE

LES 11 ET 12 JUIN 2009 / SHERBROOKE

TRAVAUX PUBLICS

COLLOQUE ANNUEL DE L'ORDRE

DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC 2009

Ordre

des ingénieurs

du Québec

Rendez-vpus.

aveclegenie

P R O G R A M M E

JEUDI 11 JUIN 2009

JEUDI 11 JUIN 2009

(suite)

7 h 30 à 8 h 30 Déjeuner et inscription

8 h 30 à 11 h 30 Atelier A - La gestion des risques en

génie : indispensable plus que jamais !

Animateurs : Éric Clément, directeur

des services-conseils - Multi Risques

International

Yves Dubeau, ing., consultant en gestion

des risques et des mesures d'urgence

Atelier B - L'analyse de la valeur :

une démarche gagnante

Animateur : Richard Vézina, ing., directeur

de pratique en gestion de la valeur (value

management) - Raymond Chabot Grant

Thornton

Atelier C - Documents d'ingénierie : des

règles à maîtriser... et non à improviser !

Animateur : Louis Tremblay, ing., directeur

des Affaires professionnelles - Ordre des

ingénieurs du Québec

Atelier D - Tout ce qu'il faut savoir pour

bien démarrer un projet!

Gilles J. Coutu, ing., M.Sc. Conseiller-COSE

Atelier E - Comment exercer votre

influence au sein d'un groupe de travail

multidisciplinaire ?

Animateur : Yvon Hade, psychologue du

travail et des organisations

12 h à 13 h 30 Dîner-conférence : Le viaduc de Millau,

raconté par l'un de ses maîtres artisans !

Conférencier : Marc Legrand, ingénieur des

ponts et chaussées et ex-directeur général de

la compagnie EIFFAGE du viaduc de Millau

14 h à 17 h Atelier F - Sur les chantiers :

le rôle et la conduite de l'ingénieur

Animateur : Paul Gervais, ing., professeur au

Département de génie de la construction -

École de technologie supérieure

14 h à 17 h Atelier G - Communication, déontologie

et connaissance des lois : les trois

piliers de la gestion des risques

Animateurs : Andrée-Claude Bérubé,

avocate-conseil en droit de l'environnement -

McCarthy Tétrault LLP

Éric Clément, directeur des services-conseils -

Multi Risques International

Atelier H - Bâtiment et environnement :

comment concilier ces deux priorités

Animateurs : Denis Isabel, ing., Ph.D, viceprésident

opérations, Restauration minière

et géotechnique - SNC-Lavalin inc.

Éric Provencher, ing., directeur de projets en

hygiène du travail - AMEC-Laval

Atelier I - Bien communiquer pour faire

« la » différence...

Animatrice : Solange Cormier, professeure

honoraire en communication sociale et

publique et consultante

Loi du 1 % : Pour les employeurs, les coûts associés à la participation aux activités de formation du jeudi 11 juin et du vendredi 12 juin (à l'exception

des dîners-conférences) sont admissibles aux fins du crédit d'impôt en vertu de la Loi favorisant le développement de la formation de la main-d'œuvre.

BESOIN

D'AIDE?

AU CRIQ, NOS EXPERTS EN R-D,

EN

CONFORMITÉ DE PRODUITS ET

EN INFORMATION SONT LÀ!

1 SOQ 6 6 7 - 2 3 8 6 POSTE 2 2 5 D

PNFOGRig@CRiqi.qic.CA

www.CRiqi.qic.CA

Centre de

recherche

industrielle

/ \ » | ES sa

Quebec oea


JEUDI 11 JUIN 2009 (suite) VENDREDI 12 JUIN 2009 (suite)

19 h

Atelier J - Quand l'action passe par

la rédaction

Animateur : Eddy Cormier, expert-conseil

en communication et rédacteur professionnel

Gala de l'excellence 2009

VENDREDI 12 JUIN 2009

7 h 30 à 8 h 30 Déjeuner et inscription

8 h 30 à 11 h 30

8 h 30 à 11 h 30

Atelier K - L'ingénierie à l'heure du

développement durable : du concret !

Animateurs : Roland Leduc, ing., professeur

titulaire - Département de génie

civil de l'Université de Sherbrooke

Bruno Gagnon, ing., chargé de cours -

Département de génie civil de l'Université

de Sherbrooke

Atelier L - Sécurité sur les chantiers :

la part de l'ingénieur

Animateurs : Serge Douville, ing.,

spécialiste en prévention-inspection -

Commission de la santé et de la sécurité

du travail (CSST)

Denis Martineau, ing., chargé de projet -

Rio Tinto Fer et Titane

12 h à 13 h 30

14 h

Atelier M - Le transfert de l'expertise,

pour une relève tout à fait prête !

Animateurs : Muriel Drolet, CRHA,

présidente et consultante -

Drolet Douville et associés inc.

Daniel Jolin, CRHA, agent de formation -

Ordre des ingénieurs du Québec

Atelier N - Bien communiquer

pour faire « la » différence...

Animatrice : Solange Cormier, professeure

honoraire en communication sociale

et publique et consultante

Visites techniques

• Laboratoire intégré de recherche

en valorisation des matériaux et de

structures innovatrices et durables -

Université de Sherbrooke

• Hydro-Sherbrooke - Centrale Frontenac

Dîner-conférence :

Influencer avec intelligence

(émotionnelle)

Conférencière : Estelle M. Morin,

professeure titulaire - Service de

l'enseignement du management

de HEC Montréal

Assemblée générale annuelle

Pour information complète et formulaire d'inscription : www.membres.oiq.qc.ca

L'Ordre des ingénieurs du Québec

m

remercie ses partenaires présentateurs :

CIVA

Partenaire de génie

SM

LE GROUPE S.M.

INTERNATIONAL INC.

L'Ordre des ingénieurs du Québec remercie ses partenaires :

©VeOLIA

SERVICES À L ENVIRONNEMENT

F

JE

TEKNIKA-HBA

Membre de Trow Global

»

CITL

OSIsoft v 1 ^J^

FERTUOt

Hydro

GC Québec

Montréal

RESEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

Nous travaillons

dans votre intérêt


I

ENCADREMENT PROFESSIONNEL

Par Josiane Brouillard, CRHA

The English version of this column is available at

http://www.oiq.qc.ca/publications/chroniquesplan.html

I

i

FORMATION SUR LE TRAITEMENT DES EAUX USÉES D'ORIGINE DOMESTIQUE

Pour acquérir des bases solides

Depuis trois ans qu'elle est donnée, la formation sur

le traitement des eaux usées d'origine domestique crée

toujours l'étonnement chez les participants, et ce,

même chez les ingénieurs qui ont une longue expérience

dans le domaine. C'est que ce type de pratique requiert

beaucoup plus de connaissances qu'il n'y paraît I

Il y a quelques années, l'Ordre des ingénieurs du Québec a

constaté de sérieuses lacunes chez certains ingénieurs en ce

qui concerne le traitement des eaux usées d'origine domestique.

Des plaintes étaient déposées en nombre assez important pour

s'en inquiéter... L'une des causes : ces ingénieurs n'avaient à

leur portée aucun cours ni aucune formation d'appoint pour

acquérir une base théorique et technique.

Il faut dire qu'à première vue, l'aménagement d'un système

de traitement des eaux usées relié à une résidence ou à un

commerce peut paraître simple : au contraire, cela exige la

maîtrise de connaissances complexes. Comment évaluer un

sol ? Quel système concevoir en fonction de ce sol ? Quels calculs

faut-il effectuer pour évaluer la variation de débit ? Comment

éviter que le matelas colmatant bloque l'infiltration de l'eau ?

L'Ordre a donc cherché à remédier à ce problème en mettant

sur pied une formation technique, en collaboration avec l'École

Polytechnique.

Yves Barabé, ingénieur à la retraite spécialisé dans le traitement

des eaux usées, a préparé le plan du programme de formation

et a été chargé de donner le premier des trois modules,

une formation de trois jours sur les caractéristiques des milieux

et les analyses des sols. Yves Barabé donne ce cours depuis

trois ans et il perçoit chaque fois le même étonnement chez

les participants : « Les ingénieurs qui suivent la formation sont

surpris de constater l'ampleur de ce qu'ils ne savaient pas I »

Mais cette méconnaissance s'explique...

UNE ERREUR HISTORIQUE

Remontons un peu le temps. Il y a quelques dizaines d'années,

le Québec semblait privilégier une expansion de ses municipalités

vers des zones en périphérie des centres urbains, et l'on

s'imaginait que tous les nouveaux lotissements allaient raccorder

leurs systèmes d'aqueduc et d'égout à ceux qui existaient déjà.

Par conséquent, on considérait les champs d'épuration comme

des installations temporaires. Ce secteur du génie n'était l'objet

d'aucune formation universitaire ; les ingénieurs qui choisissaient

d'en faire une spécialité devaient donc apprendre sur le terrain.

Le temps a passé et nous a montré notre erreur, car ce

domaine est plus florissant que jamais I En effet, les municipalités

refusent souvent de prendre en charge le traitement des eaux

usées des nouveaux quartiers, en raison des frais élevés que

leur éloignement entraîne. Ainsi les ingénieurs spécialisés dans

«Lesparticipants apprennent

comment un système fonctionne,

pourquoi un système

fonctionne ou non, et comment

concentrer leur vigilance sur les

maillons faibles. »

le traitement des eaux usées d'origine domestique sont-ils très

recherchés, mais ils travaillent encore souvent en se fiant presque

uniquement à leur expérience. La formation élaborée par l'Ordre

leur permet maintenant de travailler sur des bases solides.

COMME UNE CHAÎNE BIEN CONÇUE

Yves Barabé est bien au fait du manque de connaissances qui

caractérise ce secteur d'activité. Lorsqu'il travaillait à Hydro-Québec,

il a dû se rendre aux États-Unis pour découvrir un savoir-faire mis

au point dans les décennies 1980 et 1990. « Il n'est pas possible

d'acquérir les connaissances requises par la seule expérience.

Certains calculs, et tout particulièrement pour constituer le matelas

colmatant - le cœur du système -, doivent être faits non

pas selon des valeurs théoriques, mais selon une évaluation

empirique, à partir de systèmes existants», explique-t-il.

Dans ses cours, les ingénieurs, jeunes et moins jeunes, découvrent

notamment les principes et les savoirs multidisciplinaires qui

garantissent l'efficacité du système. « La conception d'un système

domestique de traitement des eaux usées est comme une chaîne :

il suffit que l'un de ses maillons soit faible pour que l'ensemble

soit défectueux. Les participants apprennent comment un système

fonctionne, pourquoi un système fonctionne ou non, et comment

concentrer leur vigilance sur les maillons faibles. »

Les deux autres modules de la formation portent sur l'application

du Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux

usées des résidences isolées (c. Q-2, r.-8) et sur la conception

de systèmes pour des débits se situant entre 3 240 et 50 000 litres.

« Nous montrons aux ingénieurs à aller au-delà de la simple application

du Règlement Q-2, r.-8. Ils doivent pouvoir évaluer les

divers contextes selon les conditions du sol et concevoir un système

à la fois adapté à la réalité et conforme au Règlement»,

souligne Yves Barabé.

34 PLAN : MAI 2009


Avis de révocation

DES ATOUTS INDISPENSABLES

Les ingénieurs concernés ont tout à gagner à suivre les trois volets

de la formation. En premier lieu, ils se donnent ainsi toutes les

chances de garantir la sécurité du public dans leur pratique et

de respecter le Code de déontologie des ingénieurs, il faut

savoir qu'un système de traitement mal conçu peut facilement

contaminer les eaux de surface. Dans un secteur densément

bâti, un système défectueux augmente en outre les risques de

contamination de la nappe phréatique.

Les ingénieurs formés apprennent aussi comment sensibiliser

leurs clients à l'importance d'entretenir leur système de traitement

des eaux usées. « L'entretien de ces systèmes est aussi

important que celui d'une automobile : il contribue à leur bon

fonctionnement pendant plus longtemps », indique Yves Barabé.

Enfin, les ingénieurs se protègent eux-mêmes contre d'éventuelles

plaintes, réclamations ou poursuites. Pendant la session

de formation, les participants font d'ailleurs une revue de la

jurisprudence dans ce domaine au Québec.

Bref, la formation sur le traitement des eaux usées d'origine

domestique a tout ce qu'il faut pour devenir incontournable !

Pour en savoir plus sur ce programme de formation et sur les

prochains cours offerts : http://www.polymtl.ca/cfc/cours/index.php.

AVEZ-VOUS LES COMPÉTENCES NÉCESSAIRES?

Quelles compétences devriez-vous avoir pour concevoir un

système autonome de traitement des eaux usées d'origine

domestique ? L'Ordre a préparé un profil de compétences qui

vous aidera à répondre à cette question. Pour le consulter, cliquez

sur http://www.oiq.qc.ca/pdf/ProfiLeau_usees.pdf.

Conformément aux articles 156 et 180 du Code des professions, avis est

donné par la présente que, le 4 mars 2009, le Conseil de discipline de

l'Ordre des ingénieurs du Québec a déclaré M. Albert Fortin, ayant élu son

domicile professionnel au 3170, rue Delorme à Sherbrooke, province de

Québec, coupable de diverses infractions, notamment :

À Sherbrooke, le ou vers le 20 mars 2003 et le ou vers le 22 avril 2003,

dans le cadre du projet de construction du supermarché « IGA Ste-Dorotfiée »

à Laval, l'ingénieur Albert Fortin a :

• omis de tenir compte des conséquences de ses travaux en matière de

mécanique du bâtiment, sur la vie, la santé, la sécurité et la propriété

de toute personne ou sur l'environnement en signant et scellant le

devis GL-1/1 GICLEURS ainsi que les plans et devis P-1/3 REZ-DE-

CHAUSSÉE, P-2/3 REZ-DE-CHAUSSÉE, P-3/3 REZ-DE-CHAUSSÉE,

contrevenant ainsi à l'article 2.01 du Code de déontologie des

ingénieurs (c. I-9, r-3) ;

et

• apposé ses sceau et signature sur les plans et devis E-4/15

DESCRIPTION, E-5/15 RÉFRIGÉRATION, E-6/15 DESCRIPTION, E-8/15

DEVIS, GL-1/1 GICLEURS, E-1/15 ÉCLAIRAGE, E-2/15 ÉCLAIRAGE

DÉCORATIF, E-3/15 RACCORDS SERVICES, E-7/15 DISTRIBUTION,

P-1/3 REZ-DE-CHAUSSÉE, P-2/3 REZ-DE-CHAUSSÉE, P-3/3 REZ-DE-

CHAUSSÉE, qu'il n'avait pas préparés lui-même ou qui n'avaient pas

été préparés sous sa direction et surveillance immédiates, contrevenant

ainsi à l'article 3.04.01 du Code de déontologie des ingénieurs

(c. I-9, r-3).

Aux termes de cette décision, le Conseil de discipline a imposé à M. Albert

Fortin deux radiations temporaires de 3 mois en regard des infractions à

l'article 2.01 du Code de déontologie des ingénieurs et a ordonné la

révocation de son permis d'exercice relativement aux infractions à

l'article 3.04.01 du Code de déontologie des ingénieurs. Cette décision

est exécutoire dès sa signification à l'intimé, soit depuis le 9 mars 2009.

Montréal, ce 9 avril 2009

Josée Le Tarte

J

Secrétaire du Conseil de discipline U - du Québec

Sogemec

POUR TOUS VOS

BESOINS D'ASSURANCES

mm

SERVICE PRÉFÉRENCE

SOGEMEC ASSURANCES

ÉVOLUE AVEC VOUS

Avec le SERVICE PREFERENCE de

Sogemec Assurances, toutes vos

assurances sont pensées en fonction

de votre style de vie et de vos besoins.

POUR EN SAVOIR PLUS :

1 800 361-5303 / 514 350-5070 / 418 658-4244

Par courriel ou Internet :

information@sogemec.qc.ca / www.sogemec.qc.ca

SOGEMEC ASSURANCES

partenaire du

RÉSEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

PLAN :MAI 2009 : : 35


Par M e Charles Dupuis, avocat

La défense de « bonne foi »

Devant un conseil de discipline, est-ce qu'une défense

dite de « bonne foi » est recevable à l'encontre d'une

accusation fondée sur une disposition légale régissant

la déontologie d'un ingénieur?

La chronique du numéro d'avril a porté sur une récente

décision du Conseil de discipline de l'Ordre des ingénieurs du

Québec 1 dans laquelle l'ingénieur junior intimé fut reconnu

coupable des 14 chefs d'accusation portés contre lui.

L'ingénieur junior intimé était notamment accusé d'avoir

contrevenu à l'article 8 du Règlement sur les autres conditions

et modalités de délivrance des permis de l'Ordre des ingénieurs

du Québec, et d'avoir commis un acte dérogatoire à la dignité

de la profession en participant ou en contribuant à l'exercice illégal

de la profession, et ce, en contravention à l'article 4.01.01 a)

du Code de déontologie des ingénieurs.

Étant donné que certaines questions ont été portées à notre

attention au sujet de cette chronique, il nous appert nécessaire

d'y faire à nouveau référence pour insister sur un aspect qui ressort

de cette décision.

Dans le cours de l'audition tenue devant le Conseil de discipline,

l'intimé s'est vivement défendu d'avoir eu l'intention de

contrevenir aux dispositions impératives d'ordre public invoquées

au soutien de la plainte déposée contre lui. En bref, il plaidait

qu'en tout temps pertinent, il avait agi en toute bonne foi et que,

pour cette raison, sa responsabilité déontologique ne pouvait

pas être retenue.

Cette défense a eu pour effet de soulever un certain questionnement

chez certains membres du Conseil de discipline, au

point où une suspension de l'audition fut décidée afin de permettre

au procureur du syndic adjoint d'étudier la validité d'une

telle défense de manière plus approfondie, dans le but de préparer

et de soumettre des notes et autorités à l'attention des

membres du Conseil pour leur permettre de rendre une décision

en toute connaissance de cause.

Cette interruption a permis de faire une recherche approfondie

et de présenter une revue plus complète de l'état du droit sur

la question.

Ainsi, le syndic adjoint a pu rappeler aux membres du

Conseil que la défense de bonne foi n'est pas recevable en

droit disciplinaire.

Cette position fut soutenue par le Tribunal des professions

siégeant en appel d'une décision rendue par le Comité de discipline

de la Chambre des notaires 2 .

Le même tribunal en était venu à la même conclusion dans

un dossier impliquant un ingénieur 3 au sujet d'une plainte fondée

sur l'article 4.01.01 e) du Code de déontologie des ingénieurs.

Dans cette décision, le tribunal d'appel mentionne notamment :

« [87] L'argument de l'appelant à l'effet qu'il avait été de bonne

foi et que son interprétation du règlement soit raisonnable ne

peut être retenue puisque cette position s'apparente à plaider

l'erreur de droit, une défense inadmissible.

36 PLAN : MAI 2009

Ainsi, le syndic adjoint a pu

rappeler aux membres du Conseil

que la défense de bonne foi n 'est

pas recevable en droit disciplinaire.

« [88] En effet, l'appelant savait qu'il n'avait pas, avant

d'intenter des procédures, demandé la conciliation au président

[de son ordre]. Son interprétation erronée de la portée de

l'article en litige ne saurait constituer un moyen de défense.

« [89] Comme le souligne la Cour suprême du Canada [...

l'erreur de droit quant à la portée d'une disposition légale n'est

pas un moyen de défense admissible [...].»

Faisant suite aux notes et autorités produites", le Conseil de discipline

a réitéré le principe selon lequel la défense de bonne foi était

irrecevable, au même titre que celle fondée sur l'ignorance des

faits ou l'ignorance de la loi, à l'encontre d'une plainte disciplinaire.

De plus, le Conseil a rappelé à l'ingénieur junior intimé qu'en

cas de doute, il avait l'obligation d'agir en personne prudente

et diligente, et, au besoin, de se renseigner correctement, notamment

en communiquant avec son ordre professionnel.

Qu'il nous soit permis de rappeler à tous nos lecteurs que

le fait d'adhérer à un ordre professionnel impose le respect de

normes de conduite élevées, y compris les règles d'éthique et

de déontologie, comme le rappelait le juge Cory de la Cour

suprême du Canada dans la décision Wholesale Travel 5 .

Cette décision nous rappelle que lorsqu'une personne a

librement choisi de faire partie d'un ordre professionnel (dans

le cas qui nous intéresse, de l'Ordre des ingénieurs du Québec),

il est présumé que cette personne connaît l'existence des règles

qui régissent l'exercice de sa profession et qu'elle a accepté de

suivre impérativement toutes ces règles, y compris notamment

tous les règlements portant sur ses obligations déontologiques.

En bref, l'adhésion à un ordre professionnel confère des privilèges

à ses membres, mais elle entraîne également des obligations.

Un ingénieur membre de l'Ordre ne peut à la fois se

réclamer des droits et prétendre se soustraire à ses devoirs.

1. Rémi Alaurent, ing., agissant ès qualité de syndic adjoint de l'O.I.Q. c.

François Brousseau, ingénieur junior; C.D.O.I.Q. dossier n° 22-07-0346.

2. Notaire c. Morin (2007) QCTP 85.

3. Henrik Nowodworski, ing., c. Jacques Guilbault, és qualité de syndic adjoint de l'Ordre

des ingénieurs du Québec ; T.P. n» 500-07-000305-007 ; 17 janvier 2001, en appel de

C.D.O.l.Q. dossier n° 22-97-005.

4. Voir aussi Comité de discipline de l'Ordre dans le cadre du dossier Rémi Alaurent, ing.,

ès qualité de syndic adjoint O.I.Q. c. Jean-Marc Dugré, ing. (C.D.O.l.Q. n° 22-02-0262).

5. R. c. Wholesale Travel Croup inc. (rapportée à [1991) 3 R.C.S. 154), citation de la page 116.


QrNOTARiUS

— Au service des professionnels

L/AUTHENTIFICATION NUMÉRIQUE DISPENDIEUSE ?

Un mythe démystifié par :

Blondin Fortin

Experts conseils

Chef de file en caractérisation

et mesure de débit

6 GazMétro

la vie en bleu

Kelvin Emtech

EXPERTS-CONSEILS

1MS)

PASQUIN ST-JEAN «i ASS.

CBC


Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 mars 2009, l'ingénieur Philippe

Dallaire, ing., dont le domicile professionnel est situé 395, Côte Saint-Paul

à Saint-Colomban au Québec, J5K 1Z6, a fait l'objet d'une décision du

Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec relativement à son

droit d'exercice, à la suite des recommandations du Comité d'inspection

professionnelle, à savoir :

« ENTÉRINE ET DONNE ACTE à la limitation définitive volontaire

d'exercice de l'ingénieur Philippe Dallaire dans les domaines de la

protection incendie, à l'exception des devis de performance, tels que

décrits au chapitre 8 du document " Processus de conception des

systèmes de gicleurs automatiques, février 2004"; L'ingénieur

Dallaire devra mentionner dans ses devis de performance relatifs à la

protection incendie que les plans et devis doivent être signés et scellés

par un ingénieur membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec. »

Cette limitation du droit d'exercice de l'ingénieur Philippe Dallaire est en

vigueur à compter du 20 mars 2009.

Montréal, ce 2 avril 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

i_ Ordre

| des ingénieurs

IjiiiiF du Québec

Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 mars 2009, l'ingénieur Réal

Provost, ing., dont le domicile professionnel est situé au 525, rue Labonté,

à Calixa-Lavallée au Québec, J3X 1A6, a fait l'objet d'une décision du

Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec relativement à son

droit d'exercice, à la suite des recommandations du Comité d'inspection

professionnelle, à savoir :

« LIMITE, jusqu'à ce que le stage de perfectionnement soit complété

avec succès, le droit d'exercice de l'ingénieur Réal Provost dans le

domaine ou lié au domaine des charpentes et fondations, en lui interdisant

de poser quelque acte professionnel que ce soit, notamment de

donner des avis, consultations, préparer des rapports, calculs, études,

dessins, plans, devis, cahiers des charges et d'inspecter ou surveiller

des travaux dans ce domaine. »

Cette limitation du droit d'exercice de l'ingénieur Réal Provost est en

vigueur à compter du 3 mai 2009.

Montréal, ce 2 avril 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

Avis de radiation

Ordre

des ingénieurs

iiiiiii?'' du Québec

Conformément au second paragraphe de l'article 85.3 du Code des professions

(L.R.Q., c. C-26), le Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du

Québec a radié du tableau des membres, lors de sa séance du 23 février

2009, M. Hugues Néron, dont le domicile professionnel est situé au

3169, rue La Fontaine, à Montréal (Québec), pour non-conformité au

Règlement sur l'assurance-responsabilité professionnelle des membres

de l'Ordre des ingénieurs du Québec (R.Q., c. I-9, r. 1.1.1.) :

Le présent avis est donné conformément à l'article 182.9 du Code des

professions.

Montréal, ce 6 mars 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

Ordre

des ingénieurs

LJ- du Québec

Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 mars 2009, l'ingénieur Jean-

Pierre Frenette, ing., dont le domicile professionnel est situé 405, boul.

Montpellier à Montréal au Québec, H4N 2G6, a fait l'objet d'une décision

du Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec relativement à

son droit d'exercice, à la suite des recommandations du Comité d'inspection

professionnelle, à savoir :

«ENTÉRINE ET DONNE ACTE à la limitation définitive volontaire

d'exercice de l'ingénieur Jean-Pierre Frenette dans les domaines de

la protection incendie et de la mécanique du bâtiment. »

Cette limitation du droit d'exercice de l'ingénieur Jean-Pierre Frenette

est en vigueur à compter du 20 mars 2009.

Montréal, ce 2 avril 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

Ordre

des ingénieurs

Imiiil I, du Québec

Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 mars 2009, l'ingénieur Michel

Pion, ing., dont le domicile professionnel est situé au 2031, Léonard-de-

Vinci - B.200 à Sainte-Julie au Québec, J3E 1Z2, a fait l'objet d'une

décision du Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec relativement

à son droit d'exercice, à la suite des recommandations du

Comité d'inspection professionnelle, à savoir :

« ENTÉRINE ET DONNE ACTE à la limitation définitive volontaire

d'exercice de l'ingénieur Michel Pion dans les domaines de la protection

incendie, a l'exception des devis de performance, tels que décrits

au chapitre 8 du document " Processus de conception des systèmes

de gicleurs automatiques, février 2004 " ; L'ingénieur Michel Pion

devra mentionner dans ses devis de performance relatif à la protection

incendie que les plans et devis doivent être signés et scellés par

un ingénieur membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec ;

ENTÉRINE ET DONNE ACTE à la limitation définitive volontaire d'exercice

de l'ingénieur Michel Pion dans les domaines de l'électricité du

bâtiment. »

Cette limitation du droit d'exercice de l'ingénieur Michel Pion est en

vigueur à compter du 20 mars 2009.

Montréal, ce 2 avril 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

Ordre

| des ingénieurs

S!F du Québec

Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 mars 2009, l'ingénieur Sylvain

St-Hilaire, dont le domicile professionnel est situé au 1746, avenue A.

Bertrand à Saint-Adolphe-d'Howard au Québec, JOT 2B0, a fait l'objet

d'une décision du Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec

relative à son droit d'exercice, à la suite des recommandations du Comité

d'inspection professionnelle, à savoir :

« ENTÉRINE ET DONNE ACTE à la limitation définitive volontaire

d'exercice de l'ingénieur Sylvain St-Hilaire dans les domaines de la

structure (charpentes et fondations). »

Cette limitation du droit d'exercice de l'ingénieur Sylvain St-Hilaire est en

vigueur à compter du 20 mars 2009.

Montréal, ce 2 avril 2009

André Rainville, ing.

Directeur général et secrétaire par intérim

Ordre

j des ingénieurs

iisid 1 ' du Québec

38 PLAN : MAI 2009


Hi Kl

SOLIDE

ÉCOLOGIQUE

Poutrelle en I

Poutrelle ajourée

à connecteurs métalliques

Poutrelle ajourée

à âme en bois dentée et collée

Poutrelles de bois d'ingénierie en I ou ajourées pouvant atteindre

des portées de 8 m et plus.

Les poutrelles de bois d'ingénierie allient force et fonctionnalités :

elles possèdent de fortes résistances mécaniques et une excellente

rigidité permettant d'atteindre de grandes portées.

Leurs procédés de fabrication en font des éléments dimensionnellement

stables dont les caractéristiques mécaniques sont connues.

Le bois d'ingénierie québécois, c'est du solide et c'est écologique.

cecobois

Centre d'expertise

sur la construction

commerciale en bois

www.cecobois.com


RESSOURCES DE L'INGÉNIEUR

CONTEX

ENVIRONNEMENT

www.contex.ca

Hygiène industrielle spécialisée

Génie physique, radiations ionisantes

et rayonnement électromagnétique

Biologie et chimie de l'environnement

Bruit et dosimétrie sonore

Qualité de l'air et de l'eau

Conformité de chambres blanches,

blocs opératoires, laboratoires spécialisés

1 888 965-7522

514 932-9552

Montréal, 1626 Selkirk

Toronto. 1 Younge, suite 1808

LE G R O U P E

GESFOR

POIRIER, PINCHIN

THE PINCHIN GROUP

> Environnement ) Matières dangereuses

> Gestion de l'amiante > Qualité de l'air et moisissures

> Hygiène industrielle > Santé et sécurité du travail

> Inspection de systèmes de ventilation > Science du bâtiment

MONTRÉAL QUÉBEC JONqiLJlÈRE WWW.EESFOR.CDM

514 251-1313 418 681-1999 418 548-6705 infodigesfor.com

CELIBATAIRE?

TISSEZ DES LIENS DE CHOIX

Réseau pour professionnels diplômés 25 à 45 ans

Cocktails Soupers Plein air - Culture

ÀA&A&

ML

www BOITEVISUELLE com

514-528-8885

MP MACLEAN

POWER

SYSTEMS

Concepteur

et manufacturier

de produits reliés

à la construction

et à l'entretien

des réseaux

électriques

Homologué ISO 9001 (2000)

Alain Quenneville, ing.

Directeur. Recherche et Développement

225 Ford, Châteauguay

(Québec) Canada J6J 4Z2

Téléphone : (450) 698-0520

Télécopieur : (450) 692-5670

aauenneville@macleanpower.com

www.macleanpower.com

Pour une présence

publicitaire continue...

À PEU DE FRAIS !

LA SECTION RESSOURCES DE L'INGÉNIEUR

Gnlugc

CENTURY 21 Immo-Plus

Courtier Immobilier Agréé/Chartered Real Estate Broker

Saad Guessous, ing.jr

Agent immobilier affiliê/Atilliated Real Estate Agent

1980 Notre Dame O., Montréal, Québec H3J 1M8

Cell (514) 804-9321

Bur (514)933-1221

Téléc (514) 933-1251

Sans Frais (866)933-1221

Courriel saad.guessous@century21 .ca

www.saadguessous.ca

helbc ï\

CONSULTANTS EN DYNAMIQUE

DES FLUIDES NUMÉRIQUE (CFD).

Renseignements : Isabelle Bérard

Communications Publi-Services

450 227-8414, poste 300

iberard@publi-services.com

T : 450.920.0714

lNFO(ô)HELIXCFD.CA

WWW.HELIXCFD.CA

40 PLAN : MAI 2009


CONCEPT

PAR/VDESIGN

UN PARTENAIRE D'EXPÉRIENCE

Partenaire fiable depuis près de 100

ans

Concept ParaDesign est une entreprise

oeuvrant dans le domaine de la conception

mécanique, du design industriel et de

l'ingénierie. L'entreprise excelle dans plusieurs

secteurs, mais se spécialise dans la

conception d'équipements mobiles et de

machinerie industrielle.

Grâce à son réseau de partenaires experts,

Concept ParaDesign est en mesure de vous

offrir une gamme de services complète.

De solution à innovation

• Conception mécanique

• Ingénierie mécanique

• Optimisation de poste de travail

• Conception de gabarit

• Gestion de projet

• Programmation Plus 1

et SolidWorks

• Location de dessinateurs

d'expérience

• Formation sur SolidWorks

2160, rue Cyrille-Duquet, suite 270

Québec. Québec G1N 2G3

Tél. : 418 688-7600

Fax:418 688-7635

info@conceptparadesign.com

Aecam

Infrastructure

Bâtissons ce qui compte

Joignez-vous à notre équipe

Tel : 514.352.0100 www.aecon.com

License RBQ: 8357-1695-57

Jf

œôïx

#V.AU CANADA

S

2 O C

SPG

HYDRO INTERNATIONAL INC.

Expertises et travaux

sous-marins

Inspection

Construction

Environnement

Ingénierie

Partout au Québec

www.spghydro.com

ACCRÉDITÉE plfM]

Germanischer Lloyd

Urgences 24 heures , ISO 9001

450-922-351 5

PLAN : : MAI 2009 41


RÉGIONALE DES INGÉNIEURS DE MONTRÉAL (RIM)

Mot de la présidente

ANCA TISMANARIU, ING.

L'art de transformer les situations de

conflit en expériences positives

Récapitulons d'abord la chronique du

mois d'avril qui traitait de cette question.

Il en ressortait que prendre un air

arrangeant, repousser le conflit, le fractionner

et essayer d'en résoudre les

morceaux un à un, passer à l'attaque

personnelle ou céder d'office ne sont

pas des solutions recommandables car

on y perd toujours...

Quelles sont alors les solutions proposées

par les spécialistes en communication?

- Évitez l'escalade : ne répondez jamais à la provocation lors d'un

conflit et gardez toujours une attitude calme et en contrôle (une

bonne respiration peut aider).

- Ayez en tête vos concessions limites. Dans toute négociation, les

parties doivent accepter l'idée de faire des concessions, sans pour

autant tout sacrifier,- chacune des parties doit en effet tirer une certaine

satisfaction de la discussion.

- Recherchez toujours le dialogue : convenez d'un rendez-vous où

vous entretenir tranquillement. Ne donnez jamais l'impression de

bousculer l'autre. Faites-lui sentir que vous l'estimez et accordez-lui

votre entière attention.

- De façon générale, gardez votre calme. Ne répondez jamais à

l'agressivité par de l'agressivité.

- Restez toujours maître de vous et de la situation. En agissant ainsi,

vous considérerez une situation de conflit comme une expérience

positive qui permet de mieux connaître l'autre, de clarifier des situations

et de repartir sur de bonnes bases.

Source : Claude Compas, « Communicateurs efficaces »

http://www.conferencevirtuelle.com/)

Comme notre prochaine rencontre se fera au début de juin, je vous

souhaite un début d'été ensoleillé, de beaux projets de vacances, de

travail ou de formation... l'important étant de faire quelque chose

qui nous fasse progresser et être meilleurs.

Comme toujours, ce sera pour nous un plaisir de vous rencontrer au

cours de nos activités, d'avoir de vos nouvelles et de recevoir vos

suggestions pour notre programme d'automne.

Cordialement,

Anca Tismanariu, ing.

Présidente de la RIM

Événements à venir

LE 20 MAI 2009 : 5 À 7 DE LA RIM - INVITÉ DE LA SOIRÉE : M. OMAR AKTOUF,

PH. D., PROFESSEUR TITULAIRE, HEC MONTRÉAL

Conférence sur la finance face à l'économie

Dans le monde actuel où les zéros des formules comptables

s'alignent sans éthique aucune, où l'économie dans son sens classique

est en train de laisser place à la finance dans sa modernité, où

le citoyen se voit muer en consommateur, reste-il vraiment de la

place au producteur compagnon, au porion de la mine qui m'a si

paternellement conduit, moi l'élève ingénieur de Paris en stage dans

le charbon, de l'autre côté du mur de Berlin? Comment situer

l'ingénieur dans le brouhaha de l'heure ? Faut-il vendre notre génie

sur la base de ce drôle de ROI, Return on investment ? Laissons donc

place à ce génie rebelle qu'est Omar Aktouf, professeur à l'École des

HEC de Montréal, auteur de plusieurs livres dont La stratégie de

l'autruche, primé au Canada, et de son dernier Halte au gâchis !

• Date : le jeudi 20 mai 2009

• Lieu : Restaurant La Vieille France, 52, rue Saint-Jacques,

Montréal

• Heure : 18 h à 20 h

• Programme :

18 h à 18 h 30 : réseautage et rencontres ;

18 h 30 à 19 h : conférence et questions ;

19 h à 20 h : réseautage et rencontres.

• Inscription : 10 $

E. Tahmi, ing. M. Sc., directeur - Conférences

conferences@rim-oiq.org

Le 26 mai 2009 - ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE 2009 DE LA RIM

C'est avec plaisir que nous vous invitons à participer à notre assemblée

générale annuelle.

Votre présence permettra aux administrateurs fraîchement élus de

vous connaître, de réseauter et d'échanger sur des sujets

d'actualité : le marché du travail, le développement professionnel, le

parrainage, les débuts d'une carrière d'ingénieur, etc.

Nous aimerions avoir vos impressions sur les activités de l'année

écoulée et vos idées pour développer celles de l'année à venir.

Veuillez prendre note que la participation est gratuite et réservée

exclusivement aux membres ingénieurs résidants de l'île de

Montréal et de la pointe Vaudreuil-Dorion.

• Date : le mardi 26 mai 2009,18 h

• Lieu : Restaurant La Vieille France, 52, rue Saint-Jacques,

Montréal

• Coût : Entrée libre

• Inscription : Inscrivez-vous dès maintenant.

Comité exécutif de la RIM

rimadmin@rim-oiq.org

Ordre

des ingénieurs

du Québec

Régionale des ingénieurs de Montréal

6830, avenue du Parc, bureau 568, Montréal (Québec) H3N 1W7 • Téléphone : 514 270-6917

• Télécopieur: 514 270-8421 • www.rim-oiq.org • Courriel : rimadmin@rim-oiq.org

• Inscriptions : inscript@rim-oiq.org • Responsable du bulletin : Yves Réhel, ing.

• Révision : Yves Réhel, ing. • Inscriptions è notre liste d'envoi électronique : rimadmin@rim-oiq.org

42 PLAN : MAI 2009


7 f MIEUX

v • ) CONSOMMER

POUR MIEUX PERFORMER

RECEVOIR UN APPUI FINANCIER DE 446 346 $

ET RÉDUIRE SA CONSOMMATION D'ÉLECTRICITÉ DE

1 317 499 kWh, C'EST PLUS QU'UNE BONNE AFFAIRE.

Grâce au programme Appui aux initiatives -

Optimisation énergétique des bâtiments,

le Groupe Lussier a pu instaurer plusieurs mesures

pour optimiser l'efficacité énergétique du bâtiment de

la nouvelle installation Camions Excellence Peterbilt inc.

à Laval et ainsi réduire ses coûts en énergie:

• Chauffage et climatisation des bureaux par

des thermopompes air-eau

• Chauffage du garage par dalle radiante au moyen

de thermopompes eau-eau

• Unités de récupération d'énergie ultra-performantes

utilisant la technologie de récupération à flux

inversé combinées au système de ventilation

• Fenêtres avec verre haute performance à faible

émissivité

• Enveloppe de bâtiment R 20,7 à R 24,1 dans le cas

des murs et de la toiture

Pour des mesures touchant le chauffage, la climatisation,

l'éclairage ou l'isolation, il nén tient qu'à vous de

profiter de nos programmes en efficacité énergétique.

Vous pourriez obtenir une subvention et vous

économiseriez année après année.

UN CHOIX D'AFFAIRES RENTABLE ET RESPONSABLE.

www.hydroquebec.com/affaires

Q" Hydro

Québec


J'ai choisi le NOUVEAU

Régime d'assurance vie

temporaire jusqu'à

85 ans afin que nous

tirions, ma famille et

moi, avantage de la

protection qu'ont choisie

49 000 ingénieurs.

En effet, un ingénieur sur trois a choisi, le Régime d'assurance vie temporaire d'Ingénieurs Canada,

recommandé par le Réseau des ingénieurs du Québec pour assurer son avenir financier.

Il y a encore mieux! Les assurés, comme moi ont maintenant la possibilité de conserver la même excellente

couverture à des taux exclusifs et abordables jusqu'à Page de 85 ans! Je peux donc dorénavant assurer la

sécurité financière de ma famille longtemps après avoir pris ma retraite.

Voici une excellente raison de demander une couverture d'assurance vie temporaire!

Consultez le

manuvie.com/PLAN

ou communiquez sans frais par téléphone avec un représentant de notre Service à la clientèle

au 1 877 598-2273, du lundi au vendredi, entre 8 h et 20 h, heure de l'Est.

PENDANT QUE VOUS ÊTES EN LIGNE, PROFITEZ-EN POUR JETER UN COUP D'ŒIL

SUR LES AUTRES RÉGIMES QUI VOUS SONT OFFERTS!

• Protection accidents graves • Assurance invalidité pour particulier et pour entreprise

Parrainé par :

Recommandé par :

Établi par :

ingénieurscanada

RESEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

CH Financière Manuvie

Ingénieurs Canada est le nom commercial

utilisé par le Conseil canadien des ingénieurs

La Compagnie d'Assurance-Vie Manufacturers